Tribunal Criminal Tribunal for the Former Yugoslavia

Page 1851

1 Le jeudi 13 janvier 2005

2 [Audience publique]

3 [Les accusés sont introduits dans le prétoire]

4 --- L'audience est ouverte à 14 heures 17.

5 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Bonjour à tous. Je pense que vous avez

6 tous pu vous reposer lors de ces vacances judiciaires.

7 Monsieur Cayley, vous avez une requête à présenter, je crois.

8 M. CAYLEY : [interprétation] Oui, Monsieur le Président, Madame, Monsieur

9 les Juges. Il s'agit simplement, en fait, il s'agit de deux questions qui

10 sont liées l'une à l'autre. La première concerne la requête du 7 janvier

11 portant sur les mesures de protection à l'égard du témoin suivant, qui je

12 crois, s'explique assez facilement. Je crois qu'il n'y a pas d'objection de

13 la part de la Défense, mais vous souhaitez peut-être dire quelque chose,

14 Monsieur le Président.

15 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Oui.

16 Y a-t-il une quelconque objection que quelqu'un souhaiterait

17 soulever. Si tel n'est pas le cas, je ne vais pas vous encourager à le

18 faire.

19 La Chambre de première instance estime, Monsieur Cayley, que votre requête,

20 telle qu'elle est décrite au paragraphe 6 de votre requête, est une requête

21 à laquelle nous devons faire droit.

22 M. CAYLEY : [interprétation] Encore un autre point qui est lié à cette

23 demande. Il y a un certain nombre de documents que le témoin va présenter

24 lors de son témoignage, et je vais vous remettre le classeur contenant ces

25 documents. La plupart de ces documents, à l'exception de cinq d'entre eux,

Page 1852

1 sont des documents qui doivent être sous pli scellé, car initialement ils

2 nous ont été fournis conformément à l'Article 70 du Règlement de procédure

3 et de preuve. Je pourrais faire cette demande à la fin de la déposition de

4 ce témoin.

5 Ensuite, il y a derrière moi, deux représentants du gouvernement

6 britannique qui sont dans ce prétoire ici aujourd'hui. A gauche Mme Dominic

7 Raab, qui est le conseiller juridique auprès de l'ambassade britannique, et

8 à sa droite Katharine Shepherd, qui est conseiller juridique auprès du

9 ministère de la Défense. Ces deux personnes sont dans le prétoire

10 aujourd'hui en tant que conseiller particulier pour l'Accusation à propos

11 de l'Article 70 et de ces documents. Par conséquent, toute intervention

12 qu'ils souhaitent faire conformément à l'Article 70, c'est quelque chose

13 qu'ils feraient par mon intermédiaire. Ils m'en parleraient au cours de la

14 pause. Je vous demande simplement l'autorisation d'autoriser la présence de

15 ces deux personnes dans le prétoire.

16 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] En tant que conseillers juridiques de

17 la Défense, eu égard à ce témoin, cela ne pose pas de difficultés

18 particulières, mais ils n'ont pas un rôle totalement indépendant.

19 M. CAYLEY : [interprétation] Oui, oui, c'est cela, Monsieur le Président.

20 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] C'est une question réglée.

21 Etes-vous prêt à faire entrer le témoin ?

22 M. CAYLEY : [interprétation] Oui, absolument, Monsieur le Président.

23 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Si tel est le cas, je vous demande de

24 bien vouloir baisser les stores, s'il vous plaît, en vertu de cette

25 ordonnance.

Page 1853

1 M. CAYLEY : [interprétation] Monsieur le Président, en attendant, je

2 souhaite vous demander si vous avez un classeur avec différents

3 intercalaires, oui, je crois que c'est le cas. Madame, Monsieur les Juges,

4 est-ce que vous avez ce classeur numéro 42 ?

5 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Oui, le numéro 42.

6 [Le témoin est introduit dans le prétoire]

7 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Bonjour, Monsieur. Si vous auriez

8 l'obligeance de faire la déclaration solennelle qui se trouve sur le

9 feuillet qu'on vous a remis.

10 LE TÉMOIN : [interprétation] Je déclare solennellement que je dirai la

11 vérité, toute la vérité et rien que la vérité.

12 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Je vous remercie. Veuillez vous

13 asseoir.

14 Est-ce que nous devons être à huis clos partiel ou en audience publique,

15 Monsieur Cayley pour ces questions préliminaires ?

16 M. CAYLEY : [interprétation] Je crois que de la manière dont j'ai préparé

17 le témoignage, il ne sera pas nécessaire d'entendre ces questions à huis

18 clos partiel.

19 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Je demande, par conséquent, à ce qu'on

20 relève les stores, s'il vous plaît.

21 Oui, Monsieur Cayley, vous avez la parole.

22 M. CAYLEY : [interprétation] Merci, Monsieur le Président.

23 LE TÉMOIN: JOHN CROSLAND [Assermenté]

24 [Le témoin répond par l'interprète]

25 Interrogatoire principal par M. Cayley :

Page 1854

1 Q. [interprétation] Monsieur, simplement pour vous le rappeler, je sais

2 que vous avez témoigné dans le cadre de l'affaire Milosevic, je vous

3 demande de bien vouloir faire une pause entre ma question et votre réponse.

4 Ceci est relié aux interprètes qui traduisent tout ce qui est dit. Je

5 tâcherais d'avoir un débit assez lent de façon à pouvoir permettre aux

6 interprètes de travailler.

7 Ai-je raison de dire que vous êtes un colonel de l'armée britannique

8 à la retraite ?

9 R. C'est exact.

10 Q. Est-ce que j'ai raison de dire que vous avez fait partie du

11 Régiment des Parachutistes en 1967 ?

12 R. C'est exact.

13 Q. Quelles responsabilités avez-vous eues au sein de l'armée britannique ?

14 R. J'ai commandé un bataillon, et même au-dessus. J'ai commandé des

15 brigades.

16 Q. Cela représente combien d'hommes au total ?

17 R. Plus de 1 000 hommes.

18 Q. Bien. Avez-vous, au cours de votre carrière, pris part à des activités

19 de combat ?

20 R. Un peu trop, à mon goût.

21 Q. Pourriez-vous nous en parler brièvement, et nous donner un

22 exemple d'une activité de combat ?

23 R. Au Moyen-Orient, j'ai commandé quelque 3 000 hommes. J'ai été dans les

24 Falklands, en Irlande du Nord, et dans les Balkans.

25 Q. Ai-je raison de dire qu'en 1996, vous avez été nommé attaché militaire

Page 1855

1 auprès de l'ambassade britannique de Belgrade en Serbie ? Est-ce exact ?

2 R. Oui, c'est exact.

3 Q. Ou en Yougoslavie, comme cela s'appelait alors ?

4 R. Oui, c'est exact.

5 Q. Pourriez-vous expliquer aux Juges de la Chambre, s'il vous plaît, quel

6 rôle vous avez joué en tant qu'attaché militaire auprès de l'ambassade

7 britannique de Belgrade ?

8 R. En tant qu'attaché militaire, vous représentez le chef d'état-major

9 dans le pays dans lequel je me trouvais en Yougoslavie. J'avais un accès

10 direct au chef d'état-major de la Défense en Yougoslavie. J'étais en

11 contact étroit avec l'armée yougoslave, et votre rôle est de représenter

12 votre pays au plus haut niveau lorsque des questions militaires

13 interviennent.

14 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Monsieur Cayley, je vais vous

15 demander, s'il vous plaît, de ralentir un petit peu. Il y a plusieurs

16 traductions, comme vous le savez, en plusieurs langues.

17 LE TÉMOIN : [interprétation] Je comprends, Monsieur le Président.

18 M. CAYLEY : [interprétation] J'essaie en fait d'écouter le français, et à

19 ce moment-là, je poserai la question lorsque la traduction sera terminée.

20 Q. En tant qu'attaché militaire, vous conseillez en même temps

21 l'ambassadeur lui-même sur les questions militaires dans le pays dans

22 lequel vous vous trouviez ?

23 R. C'est exact. En général, l'ambassadeur utilisait un DipTel, ou un

24 télégramme diplomatique. Dans notre jargon, c'est un DipTel. Il y avait un

25 paragraphe concernant la question de sécurité, si je le jugeais nécessaire,

Page 1856

1 sur les événements sur lesquels l'ambassadeur faisait un rapport. Ceci se

2 faisait de façon quotidienne, ou en tout cas, à une fréquence très

3 régulière, selon les besoins. Cela était différent des télégrammes

4 militaires que j'envoyais toutes les fois que c'était nécessaire, lorsque

5 je les envoyais au MOD à Londres.

6 Q. Le DipTel auquel vous avez fait référence, ce DipTel était envoyé chez

7 qui ?

8 R. Ceci était envoyé au ministère des Affaires étrangères du Commonwealth.

9 M. CAYLEY : [interprétation] Est-ce que nous pouvons montrer au témoin un

10 exemple de ces DipTels, de ce télégramme diplomatique ? Est-ce que nous

11 pourrions en placer un sur le rétroprojecteur, s'il vous plaît ?

12 Q. Monsieur Crosland, je vous demande de bien vouloir placer ceci sur le

13 rétroprojecteur qui se trouve à côté de vous. Il s'agit là d'une carte que

14 vous nous avez fournie, et que vous avez utilisée à l'époque, lorsque vous

15 avez servi en Yougoslavie.

16 R. C'est exact.

17 Q. Je vous demande de bien vouloir vous tourner vers le premier

18 intercalaire dans ce classeur. Nous voyons là un télégramme diplomatique

19 qui est daté du 2 mars 1998. S'agit-il là d'un DipTel de façon à ce que

20 nous comprenions de quoi il s'agit ?

21 R. Oui, c'est exact. Il est signé par l'ambassadeur de l'époque, ou son

22 adjoint.

23 Q. Qui fournissait les éléments ?

24 R. C'est en tout cas le moyen qu'utilisait notre ambassadeur ou son

25 adjoint, ou le chef de la mission, quelque soit "l'officier politique" ou

Page 1857

1 moi-même.

2 Q. Vous avez déclaré un peu plus tôt que c'est vous qui fournissiez les

3 éléments sur les questions de sécurité; est-ce exact ?

4 R. Oui, c'est exact.

5 Q. Bien. Alors, eu égard au rôle que vous avez joué en Serbie, ou plutôt

6 en Yougoslavie, puisque cet ainsi que le pays s'appelait, est-ce que vous

7 avez eu l'occasion de vous rendre au Kosovo à l'époque, lorsque vous étiez

8 à Belgrade ?

9 R. Oui. J'ai passé la première partie de l'année 1998, et ce jusqu'en

10 1999, lorsque l'OTAN a bombardé la Yougoslavie. J'ai passé le plus clair de

11 mon temps à visiter la province du Kosovo.

12 Q. Pourquoi ?

13 R. Car cela faisait partie de ma mission. On m'avait demandé de me

14 renseigner sur ce qui s'y passait. Mon rôle consistait à m'enquérir des

15 événements dans la région de la province de Serbie, de Yougoslavie.

16 M. CAYLEY : [interprétation] Je crois qu'il y a un problème avec la

17 traduction. On dit qu'il y a du francais sur le canal anglais.

18 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Je vous suggère --

19 M. CAYLEY : [interprétation]

20 Q. Je vais vous demander de porter votre attention à la date -- aux mois

21 de février, mars, 1998, et le premier télégramme diplomatique.

22 M. CAYLEY : [interprétation] J'ai l'intention de lire ce télégramme de

23 façon à ce qu'il soit consigné dans le compte rendu d'audience. Je sais que

24 cela prendra du temps. Mais en tout cas, cela nous permettra de savoir que

25 les contenus de ces télégrammes seront dans le compte rendu d'audience,

Page 1858

1 puisqu'ils seront placés sous scellé par la suite. Certains passages que je

2 vais lire sont assez courts. D'autres sont assez longs. Je verrai en

3 fonction du temps. En fonction du temps, je déciderai de la longueur des

4 passages que je lirai.

5 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Merci.

6

7 M. CAYLEY : [interprétation]

8 Q. Je vais tout d'abord lire le premier, Monsieur Crosland. Ensuite, je

9 vais vous poser un certain nombre de questions là-dessus. Il s'agit là d'un

10 télégramme diplomatique qui est daté du 2 mars 1998. L'objet est : Kosovo,

11 incident majeur à Drenica.

12 "Conflit majeur entre la police et les Albanais dans la région de Drenica

13 au cours du weekend. Même la presse gouvernementale a reconnu que 16

14 Albanais (terroristes) et quatre policiers ont été tués. Les Albanais

15 prétendent que parmi les morts, il y a une femme et un jeune garçon âgé de

16 16 ans. Les chiffres sont sans doute plus élevés. On ne sait pas qui est à

17 l'origine de cela. La police prétend avoir découvert des caches d'armes

18 importantes. Les combats semblent avoir cessé pour l'instant."

19 Ensuite, une référence est faite à une manifestation à Pristina, que je ne

20 vais pas lire, qui se trouve au paragraphe 2.

21 Paragraphe 3 : "La plupart des combats ont eu lieu près de Glogovac, à une

22 quarantaine de kilomètres à l'ouest de Pristina. La version officielle est

23 que les terroristes ont attaqué une patrouille de police, infligeant des

24 pertes, et la police a répondu et a mené une chasse à l'homme pour essayer

25 de retrouver les attaquants. Les médias officiels, qui ont été repris par

Page 1859

1 d'autres, disent que la police a découvert des caches d'armes importantes,

2 ainsi que des explosifs. Commentaire, cela est peut-être vrai. La partie

3 albanaise prétend que les incidents ont commencé lorsque la police a

4 commencé à poursuivre une voiture, dans la région de Drenica, pour essayer

5 de mettre un terme à cette activité suspecte. Les combats semblent avoir

6 commencé vers midi le 28 février, se sont poursuivis tard dans la nuit le

7 1er mars. Il n'y a aucun rapport qui confirme que d'autres combats ont eu

8 lieu aujourd'hui.

9 "Les derniers chiffres avancés ne semblent pas très clairs. La presse

10 gouvernementale dit que quatre policiers et 16 Albanais décrits comme des

11 terroristes ont été tués. Nous avons une bonne raison de croire ou de

12 suspecter que les chiffres qui ont été avancés sont sans doute plus élevés

13 que cela. Du côté de la police, il semble que les hommes des unités

14 antiterroristes ont été déployés. Deux d'entre eux ont peut-être été tués.

15 La version avancée par les Albanais est encore moins claire, puisque les

16 lignes téléphoniques à Drenica sont toujours coupées. Quelques-uns des

17 Albanais qui ont été blessés ont apparemment refusé de se rendre dans les

18 hôpitaux de l'Etat. Des rapports des Albanais plus fiables prétendent qu'il

19 y a un jeune garçon de 16 ans qui est parmi les personnes, qui figure parmi

20 les personnes qui ont été tuées. Milosevic, Milutinovic et Minic ont envoyé

21 des membres, des messages de sympathie à leurs familles ainsi qu'aux

22 familles des officiers de police qui ont été tués."

23 Saviez-vous que ces événements ont eu lieu ?

24 R. Cet incident a pris lieu à la date qui est indiquée, et un autre

25 attaché militaire est arrivé lorsque les -- ces deux personnes ont été les

Page 1860

1 premières personnes a essayé de dresser un bilan de la situation dans la

2 région. On nous a facilité l'accès, et les autorités yougoslaves nous ont

3 permis, je ne sais pas pour quelle raison, de le faire. Il s'agit là d'un

4 moment où les deux familles Ahmeti et Jashari ont été attaquées par les

5 forces de sécurité serbes.

6 Q. Pourquoi les forces de sécurité serbes ont-elles attaqué ces deux

7 familles, les Ahmeti et Jashari, si vous le savez ?

8 R. Ces deux familles avaient, comment puis-je le dire, opéré différentes

9 transactions dans la province du Kosovo. Il y avait quelques indications

10 qui portaient à dire qu'ils avaient pris part à une unité au Kosovo qui

11 commençait à poser problème au Kosovo.

12 Q. Ils avaient commencé à mettre sur pied, qu'est-ce que vous entendez par

13 là ?

14 R. Ils faisaient partie de la mafia albanaise.

15 Q. Est-ce qu'on vous avait donné quelque indication à cet égard, les

16 Serbes, sur les activités de ces familles auxquelles ils ont pris part ?

17 R. Non. Comme je vous l'ai dit, on prétendait qu'ils avaient pris part à

18 une unité naissante ou qui -- l'armée de Libération du Kosovo qui a été

19 créé à ce moment-là, à cette date-là. Puis-je vous signaler, Madame,

20 Monsieur les Juges, que la région de Drenica est celle qui se trouve à

21 l'ouest de Pristina, était l'endroit à l'origine, où l'armée de Libération,

22 pour la première fois, commençait à mener ses opérations, tel que cela a

23 été décrit par

24 M. Cayley.

25 Q. Si vous le savez, savez-vous quelle était l'origine de l'attaque ce

Page 1861

1 jour-là ?

2 R. L'attaque a démarré, parce que quatre policiers ont été tués à un

3 endroit qui s'appelle Rudnik qui se trouve sur la rue du nord, en direction

4 de Pec. Ensuite, l'attaque que les Serbes avaient préparée, cette opération

5 où il avait 500 hommes dans les véhicules blindés et accompagnés d'autres

6 forces serbes également.

7 Q. Est-ce que vous avez un surligneur ? Je vous demande de bien vouloir

8 surligner ces endroits. Nous n'allons pas les numérotés. Mais ce serait une

9 bonne idée si vous pouviez les marquer avec votre marqueur, l'endroit où

10 les policiers ont été tués, à Rudnik.

11 R. [Le témoin s'exécute]

12 Q. Connaissez-vous l'endroit de l'attaque -- où l'attaque contre les

13 familles Ahmeti et Jashari a eu lieu ?

14 R. Cela a eu lieu au nord du village. Parce que Serbica, et je sais ce que

15 je suis en train de marquer maintenant, Drenica est dans la vallée et de

16 part et d'autre, elle est bordée par deux routes. Si cela vous aide,

17 Madame, Monsieur les Juges. Je ne sais pas si vous connaissez bien ces

18 endroits du Kosovo. Cela peut vous être utile.

19 Q. Au fur et à mesure --

20 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Monsieur Cayley va vous aider. Nous

21 commençons à nous familiariser avec la région.

22 M. CAYLEY : [interprétation]

23 Q. Combien de temps a duré les combats entre la police et les familles

24 Jashari et Ahmeti pour autant que vous vous en souvenez ?

25 R. Environ 36 heures.

Page 1862

1 Q. Avez-vous vu par la suite ce qui s'est passé après ces combats ?

2 R. Oui. Nous nous sommes rendus dans la région en question, et les deux

3 grandes familles ou maisons avaient été fortement endommagées à la suite de

4 cela. Il y avait des véhicules blindés qui se trouvaient à quelque 10 ou 20

5 mètres de la maison. Il y avait par terre, il y avait des obus vides de

6 haut calibre. Ceci semblait indiquer que les combats avaient été violents.

7 On a, pour finir, retrouvé les corps que l'on a ramenés un peu plus tard.

8 Q. Avez-vous vu vous-même vu ces corps ?

9 R. Oui.

10 Q. Pourriez-vous nous décrire ce que vous avez vu ?

11 R. La plupart, on avait tiré sur la plupart de ces corps, quasiment à bout

12 portant. Il y avait des personnes âgées ainsi que des femmes et des

13 enfants.

14 Q. Combien de corps avez-vous vus ?

15 R. Je crois qu'il en avait, si je me souviens bien, il y en a d'abord eu

16 16 et ensuite 10.

17 Q. Combien de femmes et d'enfants ?

18 R. Je ne me souviens pas exactement, mais il avait des femmes et des

19 enfants parmi ces corps.

20 Q. Combien de personnes âgées, si vous vous en souvenez ?

21 R. Cela dépend de ce que vous entendez par personnes âgées, au-delà de

22 l'âge de porter les armes, quatre ou cinq, si je me souviens bien.

23 Q. Quel était, à votre avis, le sens de tout ceci ?

24 R. Je crois que les forces serbes tentaient de gommer, ou en tout cas, de

25 se défaire d'un mouvement terroriste qui avait commencé à voir le jour au

Page 1863

1 début des années 1990. Vers les années 96/97, nous avons tout à coup

2 réalisé qu'il y avait des signes que cette armée de libération du Kosovo

3 qui, à l'époque, était un mouvement émergeant, j'insiste, un mouvement

4 émergeant, et qui souhaitait, mais qui considérait la province du Kosovo

5 comme un Etat à l'extérieur de l'Albanie.

6 Q. Pourrions-nous regarder le DipTel suivant, s'il vous plaît.

7 M. CAYLEY : [interprétation] C'est l'intercalaire 3.

8 Q. Ce télégramme diplomatique est daté du 9 mars 1998.

9 Objet : Kosovo : Rapport de situation à 8 heures, le 9 mars.

10 "Résumé. 1. Les activités de la police se poursuivent dans la région de la

11 Lausha au sud-ouest de Prekaz. Il y a un rapport. On a rapporté qu'un

12 Albanais avait été tué par un tireur embusqué. Les diplomates ont confirmé

13 qu'il y a eu des personnes importantes ou des dommages importants à Prekaz

14 sur un nombre limité de bâtiment, mais la tension aujourd'hui est tournée

15 vers les manifestations."

16 Paragraphe 2 : "La route principale qui traverse Drenica reste toujours

17 ouverte. L'attaché militaire a sillonné cette région ce matin, et les

18 rapports continuent à arriver sur les opérations policières dans la région

19 de Klina/Lausha au sud-ouest de Prekaz. Il ne pouvait pas quitter la route

20 principale. De sources différentes, nous avons entendu des rapports en

21 vertu de quoi un Albanais avait été tué par des tirs embusqués de la police

22 à Lausha. Encore une fois, ceci est cohérent avec les reportages des médias

23 qui citent les sources policières, et disent qu'il y a encore un grand

24 nombre de terroristes qui courent.

25 "Un ambassadeur canadien qui a fait partie d'un groupe de diplomate

Page 1864

1 visitant Prekaz le 8 mars, a confirmé que toute la région avait été

2 fortement endommagée, et qu'un nombre limité de bâtiments avaient été

3 touchés, que, visiblement, un certain nombre d'obus de mortiers et d'armes

4 avaient été utilisés. Ils confirment également que la présence policière

5 est très importante, et qu'il n'y a pas d'activité de la part des civils

6 dans la région, qui continuent à déambuler dans les rues."

7 M. Crosland, pourriez-vous, s'il vous plaît, nous indiquer sur la carte,

8 ces régions ? Pourriez-vous montrer à Madame, Messieurs les Juges, la

9 région de Lausha, en particulier, Prekaz. A quel endroit cela se trouve-t-

10 il ?

11 R. Madame, Monsieur les Juges, Prekaz se trouve au nord de Srbica qui se

12 trouve ici. C'est un petit hameau de Lausha qui se trouve ici. Nous

13 travaillons sur une toute petite région qui va de Gornji Klina au nord

14 jusqu'à Komanare, où il y a une intersection des routes vers le sud.

15 Q. Avez-vous pu voir de vos propres yeux ces opérations le

16 9 mars dans la région ?

17 R. Oui. Nous avons sillonné la région le 9 mars. Les commentaires de

18 l'ambassadeur canadien ainsi qu'un officier qui a beaucoup d'expérience en

19 matière de combat, je crois que je peux confirmer et dire que des armes

20 lourdes ont été utilisées surtout au vu des attaques sur deux maisons en

21 particulier, celle d'Ahmeti et Jashari. Deux autres maisons avaient été

22 brûlées. En tout cas, on avait tiré des balles dessus. Il y avait également

23 la présence des forces de sécurité serbe était très importante, surtout des

24 forces de la police du ministère de l'Intérieur. Il y avait également des

25 véhicules blindés de transport de troupes et différents véhicules lourds.

Page 1865

1 Q. Cette opération que vous avez vue le 9 mars en rapport avec l'opération

2 que vous avez décrite contre les familles Ahmeti et Jashari, est-ce qu'il y

3 avait un lien entre cette opération et ce que vous avez vu un peu plus tôt

4 au début du mois ?

5 R. Oui, c'est exact.

6 Q. Ces opérations, pour autant que vous le sachiez, est-ce que ces

7 opérations se sont poursuivies tout au long du mois de mars jusqu'au 9

8 mars, ou est-ce que cela s'est arrêté à certains intervalles ? Est-ce que

9 vous le savez ?

10 R. Les combats ont duré, je dirais, 36 heures de façon intermittente.

11 Ensuite, les forces de sécurité, comme c'est normal lors d'un conflit,

12 lorsqu'ils ont essayé de maintenir le contrôle de la région, avaient établi

13 plusieurs postes de sécurité tout le long de la région, et pour permettre

14 aux troupes et aux véhicules blindés de passer. Ils contrôlaient la région

15 pour autant qu'on puisse le voir. J'ai indiqué sur la carte la zone de

16 Lausha qui se trouve à quelque 2 kilomètres, et qui était aux mains de

17 l'UCK. Cela vous donne une idée de la manière dont les opérations ont été

18 menées au cours de l'année 1998 et 1999.

19 Q. Simplement pour faire la clarté sur ce point, le village de Lausha

20 était sous le contrôle de l'armée de Libération du Kosovo; est-ce exact ?

21 R. Oui, c'est exact. A quelques mètres du premier poste de contrôle ou du

22 poste de contrôle serbe le plus proche.

23 Q. Je souhaite maintenant que l'on passe après l'intercalaire numéro 4,

24 daté du 11 mars 1998. Le seul paragraphe qui m'intéresse ici, est le

25 paragraphe 11. Je pense, néanmoins, que vous avez vous-même fourni des

Page 1866

1 éléments d'information au paragraphe 10. Mais ce qui m'intéresse, c'est le

2 numéro 11.

3 Pouvez-vous confirmer qu'il y avait un certain nombre de grenades lancées

4 contre des restaurants à Pec ? Il s'agissait des opérations menées par

5 l'UCK contre des ressortissants albanais. Tanjug où cela se trouvait.

6 Pourriez-vous nous dire à quel endroit se trouve Pec ?

7 R. Cela se trouve à l'ouest du Kosovo pour ce qui est de Tanjug. En fait,

8 c'est là qu'il y a un monastère célèbre, un monastère de l'Eglise

9 orthodoxe. C'était une ville animée et prospère pour les groupes ethniques

10 serbes et albanais. Cela générait beaucoup de transactions commerciales. Je

11 pense, notamment, à l'usine qui était extrêmement importante pour les

12 Serbes. Il y avait des Albanais qui -- ou ceux qui semblaient être alliés

13 avec les Serbes et l'administration serbe, était en général tués, et leurs

14 sociétés ou leurs entreprises étaient bombardées.

15 Q. Est-ce que vous avez vu vous-même ce genre d'impact pour ces

16 entreprises ? Est-ce que vous l'avez vous-même de visu ?

17 R. Non, nous ne l'avons pas vu pour ce qui est de celui-ci, mais nous

18 avons vu d'autres entreprises qui avaient été véritablement détruites pour

19 cette raison.

20 Q. Pour quelle raison ?

21 R. D'après l'UCK, ils avaient fait un pacte avec -- ou ils étaient dans le

22 camp des Serbes. Par conséquent, il y avait cette vengeance de la part des

23 membres de l'UCK.

24 Q. J'aimerais maintenant que nous puissions passer au prochain DipTel qui

25 se trouve à l'intercalaire 5. Il s'agit de la date du

Page 1867

1 24 mars 1998. Là, je pense que nous allons aborder un nouveau secteur du

2 Kosovo. Je vais vous donner lecture des paragraphes 2, 3, 4, 5 et 6.

3 Je vais commencer par le paragraphe 2 :

4 "Mon attaché militaire a confirmé les rapports de la presse locale pour ce

5 qui est d'échanges de tirs de feu dans plusieurs villages entre Decani et

6 Djakovica qui se trouve à quelque

7 60 kilomètres au sud-ouest de Pristina et non pas à Drenica. D'après radio

8 Pristina, les échanges ont commencé lorsqu'un groupe terroriste a tiré sur

9 une patrouille de la police ce matin. La police a riposté, et les Albanais

10 se sont barricadés dans des maisons locales. Il a été indiqué qu'il y a

11 plusieurs victimes, et cela dans différents rapports : Un policier et cinq

12 Albanais qui ont été tués; un policier, 10 Albanais qui ont été blessés. Il

13 a également été suggéré que certains Albanais avaient fait l'objet

14 d'arrestation. Mon attaché militaire a indiqué qu'à environ 1130 Zulu, des

15 tirs ont été entendus à Riznic, à 10 kilomètres au sud-est de Decani, et

16 ce, à partir d'un hélicoptère de police. Il y a eu deux explosions qui ont

17 été suivies par un échange de tir qui a duré environ 20 minutes.

18 "Le centre d'information du Kosovo qui est très proche de Rugova a condamné

19 les mesures prises par la police, en indiquant que certains villages ont

20 été assiégés et que les maisons ont été incendiées. Les médias albanais

21 indépendants ont indiqué que trois maisons avaient été détruites. Il a

22 également été indiqué par les Albanais que des villageois ont fui le

23 secteur et la région. Il semblerait que l'opération n'est pas terminée, et

24 que le secteur a maintenant complètement été bloqué."

25 Dans un premier temps, Monsieur Crosland, est-ce que vous pourriez, avant

Page 1868

1 que je n'aborde les paragraphes suivants, nous indiquer sur la carte où se

2 trouvent ces villages entre Decani et Djakovica ?

3 R. Oui. Il s'agit du secteur qui se trouve dans la partie occidentale du

4 Kosovo. Vous avez Decani ici, une autre région où se trouve un monastère.

5 Vous avez Djakovica qui se trouve à l'ouest du Kosovo. Cela se trouve le

6 long de l'axe routier principal qui va de Pec à Decani, en passant par

7 Djakovica et vers Prizren qui était devenu une ligne extrêmement importante

8 pour les forces de sécurité serbes qui ont essayé par la suite d'avoir des

9 échanges avec l'UCK.

10 Q. Le 24 mars, est-ce que vous vous souvenez de cet incident ?

11 R. Oui, très bien.

12 Q. Est-ce que vous pouvez ajouter quoi que ce soit après la lecture de ce

13 rapport ?

14 R. Non, non, rien en particulier. J'aimerais juste dire que le conflit

15 s'était propagé dans la région de Drenica à l'ouest de Pristina, et cela

16 maintenant -- ce conflit se propageait vers l'ouest, ce qui n'était

17 véritablement inhabituel, parce qu'il était évident dès le début que des

18 renforcements et des ravitaillements arrivaient par la frontière albanaise.

19 C'est ce que j'appellerais ce corridor qui passe par Decani, ensuite vers

20 Klina et vers Drenica pour faire en sorte de renforcer la partie de l'est

21 avec force, matériel et équipement pour qu'ils puissent se protéger des

22 forces de sécurité.

23 Q. Vous avez parlé de ravitaillements. Est-ce qu'il s'agit de

24 ravitaillements qui passaient par la frontière albanaise ? Pour quel camp,

25 les Serbes ou l'UCK ?

Page 1869

1 R. Pour l'UCK. Il y avait des règles de contrebande depuis qu'on avait

2 commencé la route de la ville de Dubrovnik, et après vers Istanbul.

3 Q. Il faut savoir que ce rapport fait également état de tirs qui auraient

4 été entendus dans le village de Riznic ?

5 R. Riznic se trouve à l'est de cette ville principale de Decani. Il s'agit

6 de petits villages qui ont quelques 20 à 30 maisons et ce, dans un contexte

7 tout à fait rural.

8 Q. Est-ce que vous vous souvenez que dans le rapport il est indiqué que

9 des maisons ont été incendiées et en fait Rugova, s'était plaint de cela ?

10 Vous souvenez-vous de cela ?

11 R. C'est quelque chose que l'on a vu pendant ce conflit en 1998, en 1999

12 et je pense que par la suite, j'ai indiqué que quelques deux cent à quatre

13 cent villages ont été détruits sciemment par les forces de Sécurité serbes.

14 Q. Pour ce qui est de cet incident, vous avez vu ces maisons brûler ?

15 R. Oui.

16 Q. J'aimerais maintenant vous donner lecture du paragraphe 4, qui est

17 intitulé Drenica. Par ailleurs, mon attaché militaire a indiqué qu'à

18 environ 14 heures 30 aujourd'hui, alors qu'il se déplaçait, qu'il voyageait

19 avec des collègues néerlandais et américains, il s'est trouvé pris dans cet

20 échange de tirs dans la région de Josanica à Drenica. Cela était proche du

21 secteur qui d'après les médias et les médias indiquaient que l'UCK

22 s'organisait près de ce secteur. La police spéciale a participé à cela. Il

23 y a eu environ quelques 50 à 100 tirs qui ont été entendus.

24 "L'attaché militaire a indiqué qu'à environ 14 heure 40, la police a

25 tiré à Kijevo entre Pristina et Pec, sur la route qui forme la forme la

Page 1870

1 frontière méridionale de Drenica et qu'il n'y avait pas de détail portant

2 sur des victimes.

3 "L'attaché militaire a également vu deux sections d'environ 60

4 hommes, deux section de police, (il était beaucoup trop sombre pour pouvoir

5 les identifier avec certitude) notamment avec des Jeeps où il y avait des

6 mitraillettes lourdes qui se déplaçaient à l'ouest de Srbica vers Lausa.

7 Les unités de la PJP étaient encore retranchées autour de Prekaz."

8 Est-ce que vous pourriez nous indiquer sur la carte quel est ce

9 secteur.

10 R. Oui, tout à fait. Il s'agit en fait de la région qui se trouve autour

11 de cette ville provinciale de Klina. Ensuite vous avez la route dans ce

12 secteur, vous avez Josanica, qui était proche d'un poste de contrôle serbe,

13 Il y avait également le quartier général de l'UCK, à Vojcnak. A Srbica, il

14 y avait des éléments de la police spéciale, soit de la SJ. Par la suite,

15 nous avons obtenu ces informations et il y avait également des unités de

16 la PJP.

17 Q. Vous venez de nous donner deux sigles pour des unités de la police.

18 Est-ce que vous pourriez indiquer aux Juges de qui il s'agit ? Dans un

19 premier temps la JSO, de quoi s'agit-il ?

20 R. Il s'agissait des membres du ministère de l'Intérieur. Le SAJ et le JSO

21 étaient des groupes qui ont été utilisés dans la province du Kosovo en 1998

22 et 1999. Il s'agissait de groupes anti-terroristes, qui étaient extrême

23 bien équipés et qui devaient véritablement être à l'avant-garde des

24 activités de sécurité menées par les Serbes.

25 Q. Au paragraphe 5, il est indiqué que "la police a essuyé des tirs à

Page 1871

1 Kijevo." Vous avez indiqué où se trouvait Kijevo.

2 R. Non, je ne l'ai pas fait. Kijevo se trouve dans cette région sur la

3 route principale qui mène vers Pristina. Il s'agissait d'un village serbe

4 isolé, qui pendant 1998 et 1999, a été véritablement le dernier bastion

5 pour les Serbes qui voulaient continuer à vivre au Kosovo.

6 Q. Alors, la police à essuyer des tirs à Kijevo, savez-vous qui était à

7 l'origine de ses tirs ?

8 R. Je suppose qu'il s'agissait de membres de l'UCK. Comme je vous l'ai

9 indiqué d'ores et déjà, il s'agissait d'une situation très chaotique, très

10 brouillée, avec des personnes qui avaient un contrôle de certains secteurs

11 pendant des lapsus de temps très brefs et, à un moment donné, les membres

12 des forces de Sécurité serbes pouvaient s'infiltrer. Vous aviez également

13 l'UCK. Il faut savoir qu'il avait cette situation assez fluide et mouvante

14 dans des secteurs, qui jusqu'à cette époque-là, avaient été relativement

15 calmes.

16 Q. Paragraphe 4 où il est fait référence à des armes lourdes et vous

17 parlez du système de défense aérienne, PRAGA, quelles sont les armes

18 lourdes qui ont été déployées par les Serbes dans ce secteur au mois mars

19 1998.

20 R. Ils avaient déployé le système de défense aérienne, PRAGA, ainsi qu'un

21 véhicule de transport des troupes qui s'appelait BOV-3. Il s'agissait d'une

22 arme, qui était conçue pour la lutte antiaérienne. Je suis sûr que les

23 Juges sauront que ce genre d'armes ne doit pas être utilisé contre les

24 populations civiles.

25 Q. Si nous pouvons maintenant passer au télégramme diplomatique suivant

Page 1872

1 qui se trouve à l'intercalaire 6, qui porte la date du 26 mars. Vous êtes

2 toujours au Kosovo et il s'agit de la journée qui suit votre dernier

3 rapport et vous indiquez :

4 "Mon attaché militaire qui se trouve à l'heure actuelle au Kosovo a

5 indiqué que la situation dans la zone de Lausa était calme ce matin.

6 D'après Koha Ditore, un journal indépendant albanais du Kosovo, des

7 véhicules de transports de troupes de police ont été vus dans les rues de

8 Djakovica, qui se trouvent au sud-ouest de Kosovo près de la frontière avec

9 l'Albanie et ils ont été aperçus la nuit dernière. Il semblerait qu'ils se

10 dirigent hors de la ville. Des incidents se sont produits pendant la nuit

11 et ce, à partir de Djakovica jusqu'à Decani vers la vallée de la Klina qui

12 se trouve à la lisière de Drenica. Il a été indiqué dans des rapports, qui

13 n'ont toujours par été corroborés, qu'au moins quatre policiers ont été

14 tués. (Ils ont été vus dans la morgue de Djakovica. Cinq Albanais auraient

15 été tués mais il se peut que ce chiffre soit plus important et une enceinte

16 albanaise notamment, a été la cible d'opérations policières."

17 J'aimerais que vous nous indiquiez sur la carte de quel secteur il s'agit.

18 R. Il s'agit du secteur qui commence à l'ouest ici Decani. Ensuite, vous

19 avez l'axe routier principal qui va vers Djakovica qui est une ville

20 principale à l'ouest de la Serbie, une ville assez importante avec Pec.

21 Puis, nous avons la zone de Klina que je vous indique maintenant. Comme je

22 vous l'ai dit tout à l'heure, il s'agit de ce couloir qui partait de

23 Tropolja vers l'Albanie. Cela correspondait aux anciens itinéraires de

24 contrebande, que l'UCK a commencé à utiliser comme route de ravitaillement

25 vers ce secteur, notamment vers la zone de Junik qui sera mentionné plus

Page 1873

1 tard.

2 Q. Vous avez indiqué que pendant la nuit il y a eu des incidents, des

3 échauffourées. Qu'entendez-vous par cela ?

4 R. Il s'agissait de combats relativement légers avec des tirs qui sont

5 entendus. C'est un peu synonyme d'une progression de campagne. Vous avez un

6 des camps qui souhaite avoir un secteur particulier, l'autre camp se

7 retire, et à la faveur de l'obscurité, ils arrivent, et tirent les uns sur

8 les autres. C'est ce qu'on appelle une situation extrêmement fluide,

9 extrêmement changeante. Personne n'avait véritablement assumé le contrôle

10 du secteur. Il s'agissait d'avoir une position beaucoup plus avantageuse,

11 d'essayer de contrôler ce secteur jusqu'à ce qu'ils décident de se retirer.

12 Q. Pour être clair, il s'agissait de combat entre qui et qui ?

13 R. Entre l'UCK et les forces de sécurité serbes

14 Q. Pour ce qui est de cet incident particulier qui s'est déroulé pendant

15 toute la nuit; est-ce que vous vous trouviez là pendant -- à ce moment-là ?

16 R. Nous étions dans ce secteur. En fait, nous étions dans la ville de

17 Djakovica. Nous étions très, très proche de ce secteur de combat.

18 Q. Nous allons passer à l'intercalaire suivant. Il s'agit d'un télégramme

19 qui porte la date du 26 mars 1998.

20 J'aimerais savoir s'il s'agit d'un rapport que vous auriez rédigé ou pour

21 lequel vous auriez fourni la plupart des renseignements ?

22 R. Oui. En fait, j'ai rédigé moi-même ce rapport qui était destiné à notre

23 ambassadeur, parce qu'en fait, j'avais moi-même vu la situation. Cela

24 faisait quasiment deux mois que je me trouvais dans cette région. Je

25 commençais véritablement à bien connaître ce secteur. Comme je vous l'ai

Page 1874

1 dit, il faut savoir que la situation était très mouvante, très changeante.

2 Mais puisque nous visitions le secteur tous les jours, nous finissions par

3 bien savoir ce qui se passait dans ce secteur.

4 Q. Je vais vous lire des extraits du paragraphe 2 : "L'évaluation de

5 l'attaché militaire est que les forces de Sécurité serbes qui sont

6 maintenant déployées souhaitent mener à bien une attaque conjointe dans les

7 secteurs de Decani, Djakovica, Drenica, Lausa, et Vodnik."

8 Alors, sans pour autant nous répéter, il s'agit des deux secteurs dont vous

9 avez parlé aux Juges, et vous leur avez indiqué que c'était dans ces

10 secteurs, dans ces deux secteurs, qu'il y avait l'essentiel des activités

11 militaires.

12 R. C'est exact.

13 Q. Dans le paragraphe 3, vous parlez donc des forces, et vous indiquez

14 qu'à la périphérie extérieure, capable de déployer entre

15 8 000 et 10 000 MUP pour le déploiement urbain, la maîtrise des foules,

16 assisté par des personnes qui ont été importées. Il est également question

17 de voitures qui ont été vues, et qui viennent d'Ivangrad, Cetinje, Bijelo

18 Polje, Novi Pazar, Belgrade, Kosovska, Mitrovica, Ulcinj, Herceg Novi,

19 Urosevac.

20 "Puis pour ce qui est de la périphérie intérieure : entre 500 et 700 PJP

21 qui ont le contrôle de cette périphérie intérieure, autour de la zone

22 opérationnelle, aidés par 10 à 15 véhicules de transport militaire

23 disposant de canons lourds.

24 Puis il est question des forces d'assaut : difficile d'évaluer exactement,

25 probablement constitué ou composé d'unités antiterroristes SAJ, de polices

Page 1875

1 secrètes RDB avec notamment des hélicoptères Huey 212, avec du matériel de

2 localisation de l'orientation afin de localiser l'UCK, et canons Praga

3 30-millimètres. Effectifs, entre 200 à 400. Il est également question de

4 zones qui sont détenues, notamment l'usine de munitions de Srbica, et la

5 zone de Dobro Vodo.

6 "Coordination et communication. De nombreux incidents ont été observés. Il

7 faut savoir que les renseignements n'ont pas été passés aux autres unités,

8 et qui indiquent notamment un manque fondamental de communication."

9 Monsieur Crosland, est-ce que vous pourriez faire des observations à ce

10 sujet ? Vous êtes un militaire de carrière. Quel était le niveau de force

11 qui était déployée par les Serbes au Kosovo à ce moment-là ?

12 R. Je dirais que pour ce qui est du ministère de l'Intérieur, comme je

13 vous l'ai dit, il y avait entre 8 et 10 000 hommes. Il s'agit probablement

14 d'une estimation très en deçà de la vérité. Je pense à la police portant

15 l'uniforme. Comme je vous l'ai indiqué, il y avait des membres de la police

16 spéciale, qui étaient utilisés à l'intérieur de ce noyau. Il s'agissait en

17 fait de policiers, d'infanterie. Il s'agissait d'individus qui étaient

18 extrêmement armés, qui étaient utilisés pour les assauts dirigés par les

19 forces d'assaut spécialisés par les deux forces dont nous avons parlé tout

20 à l'heure, la SAJ et le RDB. Il faut savoir qu'ils ont été utilisés contre

21 l'UCK. Ils représentaient une force assez importante dans ce secteur, qui

22 était quand même relativement limité. Il ne faut pas oublier que l'ensemble

23 de la région allant de Pristina à Pec, et du nord vers le sud, ne couvre

24 que quelque 120 kilomètres carrés. Il ne s'agit pas d'une région très

25 vaste.

Page 1876

1 Pour ce qui est de l'armée de la Yougoslavie, elle était cantonnée

2 dans la province du Kosovo, commandée par la troisième armée de Nis. Il y

3 avait le 5e Corps qui avait des brigades et des forces supplémentaires qui

4 ont été amenées pour prêter main-forte. Je pense qu'il y avait dans cette

5 région entre 25 000 et 30 000 hommes armés.

6 Q. Vous faites état dans votre rapport de problèmes de communication

7 entre les différentes unités. Pourquoi est-ce que vous avez fait cette

8 observation au paragraphe 3(d) ?

9 R. Oui. Au départ, la communication n'était pas excellente entre les

10 forces du ministère de l'Intérieur, qui assurait le gros des actions, et

11 l'armée de la Yougoslavie, ce qui ensuite s'est amélioré en fait, grâce à

12 une cellule de coordination qui était basée à Pristina.

13 Q. Je ne vais pas vous donner lecture, mais vous indiquer dans le

14 paragraphe (e), vous faites état des tactiques de ces unités. Est-ce que

15 vous pourriez nous expliquer la teneur de ce paragraphe (e) ?

16 R. Il faut savoir que les véhicules qui se trouvaient aux postes de

17 contrôle correspondaient à une tactique que les forces de Sécurité serbes

18 utilisaient pour débarquer des hommes à différents endroits dans la région

19 qui se trouve autour de Drenica. En fait, ces hommes ensuite étaient

20 largués dans cette région. C'était un problème continuel pour les Serbes,

21 qui en fait ne pouvaient pas véritablement assurer un véritable contrôle,

22 surtout avec l'arrivée de la nuit, lorsqu'on ne pouvait pas voir grand-

23 chose. Il y avait en fait beaucoup d'hommes dans ce secteur, mais du point

24 de vue tactique ou stratégique, ils ne contrôlaient pas grand-chose.

25 Q. Alors, vous dites à la fin de ce paragraphe 4 que : "A l'heure

Page 1877

1 actuelle, le MUP et le PGP semblent avoir la dragée haute, et par

2 conséquent vont certainement être tentés d'essayer de détruire l'UCK à la

3 suite d'opérations extrêmement lourdes. Les autorités qui pourraient être

4 en mesure d'utiliser ce genre de force pour essayer d'anéantir l'UCK, il se

5 peut qu'ils le fasse assez rapidement."

6 J'aimerais savoir quelle était la nature des problèmes administratifs et

7 logistiques auxquels vous faites allusion dans ce paragraphe ?

8 R. L'UCK, lors du premier assaut mené contre eux dans la Drenica, avait

9 décidé de lutter, et ils étaient très rarement touchés par les forces de

10 Sécurité serbes [comme interprété]. Je pensais qu'ils commençaient à se

11 rendre compte que cela était une erreur, parce qu'il faut savoir que

12 l'ensemble de la région du Kosovo, l'essentiel de cette région est fait de

13 vallons et de collines, ce qui fait qu'il n'est pas très facile de tirer

14 sur les gens. C'était excellent pour les forces serbes. Cela leur

15 permettait d'utiliser leurs armements lourds, et ce, sur de nombreux

16 kilomètres, et ainsi marquer la distance entre eux et l'UCK. Il faut savoir

17 qu'à cette époque-là, l'UCK n'était pas véritablement ravitaillé à partir

18 de l'Albanie. Ils étaient tributaires des forces qu'ils avaient dans le

19 secteur à ce moment-là.

20 Q. J'aimerais passer à l'intercalaire suivant, l'intercalaire 8. Il s'agit

21 d'un télégramme diplomatique du 7 avril, et c'est la sécurité qui

22 m'intéresse. Vous voyez que dans le paragraphe 6, il est indiqué que :

23 "La situation relative à la sécurité semble être calme. L'attaché

24 militaire s'est rendu au Kosovo le 5 avril, et a indiqué qu'une certaine

25 normalité était revenue dans cette région, bien que tous les postes de

Page 1878

1 police aient de nombreux effectifs. Le PJP est encore présent. Des

2 mouvements importants des forces de Sécurité ont été indiqués autour de

3 Podujeva et de Srbica le 6 avril, bien qu'il se peut que cela soit expliqué

4 par une relève normale. Six corps ont été trouvés dans une forêt près

5 d'Orahovac le 6 avril. Une explication plausible serait qu'il s'agissait

6 d'Albanais loyaux au régime serbe, tués par l'UCK. Mais personne ne

7 revendiquait la responsabilité pour ces hommes."

8 Est-ce que vous pourriez nous indiquer une fois de plus, Monsieur

9 Crosland, où se trouve Podujeva ?

10 R. Podujeva se trouve ici. Il s'agit de la route de ravitaillement

11 essentiel pour Pristina. En fait, il y avait le ravitaillement qui était

12 opéré à partir de Nis, et c'était où se trouvait le QG de l'armée. C'était

13 extrêmement important pour contrôler opérations de l'armée. Il voulait

14 s'assurer de ce que leurs lignes de communication étaient absolument

15 claires. Ils voulaient pouvoir également assurer le ravitaillement et le

16 renforcement des troupes et de la police qui se trouvait dans ce secteur.

17 Q. Les six cadavres qui ont été trouvés dans une forêt près d'Orahovac le

18 6 avril, est-ce que vous avez des renseignements à ce sujet ?

19 R. Oui. Oui, on nous a demandé d'aller à Orahovac qui est un endroit --

20 une ville qui se trouve à cet endroit, c'est le centre de l'industrie de la

21 brasserie, de la production de bières, donc un centre très populaire. Une

22 ville albanaise avec également quelques commerces ou entreprises serbes.

23 Pendant tout le conflit, les commerçants de l'endroit voulaient continuer à

24 mener à bien leurs activités, à gagner de l'argent en continuant à produire

25 de l'alcool, de la bière pour qu'ils -- et ils voulaient que les combats se

Page 1879

1 déplacent ailleurs, pour qu'eux, ils puissent à gagner de l'argent. Il est

2 fort peu probable que tous ces gens aient apporté un concours quelconque

3 aux Albanais.

4 Q. Est-ce que vous avez vu les corps ?

5 R. Oui, nous les avons vus, mais il n'y avait aucun élément permettant

6 d'arriver à une conclusion définitive sur la manière dont ces corps étaient

7 arrivés jusque-là. On ne pouvait pas déterminer qui avait tiré sur qui.

8 C'était une situation extrêmement évolutive comme je l'ai déjà dit au cours

9 de ces années 1998 et 1999.

10 Q. Je vais vous demander de passer à l'intercalaire suivant, intercalaire

11 9. Nous examinons un télégramme diplomatique en date du 15 avril 1998. Ce

12 qui m'intéresse une fois encore, c'est la situation en matière de sécurité,

13 paragraphes 2 et 4.

14 Paragraphe 2 : "Un poste de police dans le faubourg de Vranjevac à

15 Pristina, a fait l'objet d'une attaque le 13 avril dans la soirée. Un

16 policier a été blessé, et le bâtiment a été très endommagé. Personne n'a

17 revendiqué cette attaque. Aucun incident particulier n'a été noté, bien que

18 les Albanais signalent des exemples de harcèlement par les services de

19 sécurité, qu'il y a de nombreux rapports au sujet d'échanges de tirs dans

20 les zones rurales. L'attaché militaire et Slinn, le premier secrétaire sont

21 allés au Kosovo aujourd'hui et y resteront demain."

22 Ensuite, le paragraphe 4 : "Les médias signalent que les familles serbes

23 quittent la région de Decani en grand nombre, suite aux menaces venant des

24 Albanais armés. Ces rapports sont pleins de détails et sans doute exagérés,

25 mais il y a sans doute une part de vérité là derrière. Quelque 18 familles

Page 1880

1 serbes ont quitté Decani le 14 avril, et l'atmosphère parmi les Serbes

2 devient de plus en plus tendue. Certains de nos contacts à Belgrade qui ont

3 des liens avec le Kosovo reconnaissent en privé que le reste des Serbes

4 envisage sérieusement de prendre des mesures pour leur avenir. Même

5 Papovic, le recteur de l'université de Pristina qui refusait de se rendre,

6 s'est acheté un grand appartement à Belgrade."

7 Monsieur Crosland, Vranjevac est un faubourg de Pristina, n'est-ce pas ?

8 R. Oui. Comme dans tous nos pays, les stations de police sont censées être

9 parmi la population pour maintenir l'ordre. Il ne s'agit pas de bâtiments

10 qui sont considérés comme des bâtiments tactiques; ce sont des bâtiments

11 qui sont faciles à attaquer.

12 Q. Est-ce que c'est une zone serbe de Pristina ?

13 R. C'est une zone mixte comme dans la plupart des grandes villes du Kosovo

14 jusqu'à cette période. La police, le MUP menaient à bien ses activités

15 normales qui étaient de défendre les habitants qu'ils soient Serbes ou

16 Kosovars.

17 Q. Est-ce que le policier était Serbe ou Albanais ?

18 R. Je ne sais pas.

19 Q. Avez-vous vu le bâtiment et les dégâts occasionnés ?

20 R. J'ai vu ce bâtiment à plusieurs reprises. Je ne me souviens pas

21 aujourd'hui de la nature exacte des dégâts, mais comme j'ai dit, c'était

22 une cible extrêmement vulnérable. Le policier faisait son travail tout

23 simplement.

24 Q. Est-ce que plus tard vous avez appris qui avait mené cette attaque ?

25 R. Non. Je ne crois pas que nous le sachions du moins.

Page 1881

1 Q. Dans ce rapport, on parle également d'Albanais qui ne cessent de se

2 plaindre des manúuvres de harcèlement menées par les services de sécurité.

3 On signale régulièrement des échanges de tirs dans les zones rurales. Voilà

4 ce qui est dit dans le rapport. Pouvez-vous ajouter quelque chose ?

5 R. Il s'agissait de quelque chose qui était très fréquent au cours de 1998

6 et 1999, puisque des deux côtés on avait dans le cas de cette situation

7 extrêmement évolutive des échanges de tirs. On se tirait les uns sur les

8 autres. Les Serbes avaient des positions défensives partout dans les zones

9 où ils étaient. Ils prenaient les mesures qui s'imposaient s'ils estimaient

10 faire l'objet d'une attaque. Il s'agissait d'une période où tout le monde

11 était extrêmement tendu, si bien, qu'on entendait soudain des rafales de

12 tirs. Parfois, c'étaient des tirs uniques. L'une ou l'autre partie

13 s'attaquait à l'autre. Ce n'était pas très tactique ni professionnel. C'est

14 simplement la façon dont les choses se passaient. C'était la vie au

15 quotidien dans cette zone.

16 Q. Au paragraphe 4, vous parlez de familles serbes qui quittent la zone de

17 Decani. Pouvez-vous, une fois encore, nous indiquer où se trouve Decani sur

18 cette carte ?

19 R. Decani se trouve à l'ouest ici. C'est un site historique avec un

20 monastère serbe. Nous nous sommes rendus dans la montagne ici, une montagne

21 de haute altitude à la frontière avec l'Albanie, une zone où il y avait

22 beaucoup de Serbes du Kosovo, qui étaient agriculteurs dans des conditions

23 extrêmement difficiles, et qui pensaient qu'ils devaient maintenant quitter

24 la zone, parce que la situation était de plus en plus dangereuse en raison

25 des activités d'un côté comme de l'autre.

Page 1882

1 Q. Qu'entendez-vous par là, "activités des deux côtés" ?

2 R. Il y avait des manúuvres de harcèlement de la part de l'UCK dans cette

3 zone. D'autre part, les zones de sécurité serbe souhaitaient que cette zone

4 soit une zone où l'on pouvait tirer librement s'ils estimaient qu'il y

5 avait là une cible à engager.

6 Q. Vous nous avez dit que cela se trouve près de la frontière avec

7 l'Albanie; est-ce Munik ?

8 R. C'est exact. Oui, Munik, plus tard, est devenu une zone importante, une

9 zone de combat importante.

10 Q. Passons à l'intercalaire suivant, 21 avril.

11 Intercalaire 10. Le seul paragraphe qui m'intéresse ici, c'est le 5,

12 paragraphe qui concerne la sécurité. Je vais en donner lecture. Je cite :

13 "Au cours de la nuit du 15 au 16 avril, l'armée yougoslave a intercepté un

14 groupe d'hommes qui, apparemment, faisaient passer en contrebande des armes

15 à travers la frontière entre la RFY et l'Albanie. Dans la presse, on a

16 signalé, ou on a remporté qu'il s'agissait d'un convoi de huit chevaux

17 transportant 12 caisses d'armes et de munitions. Les informations, ensuite

18 sont contradictoires, les informations au sujet du nombre de victimes qui

19 ont résulté de l'échange de tirs qui a suivi. Cependant, il ne semble pas

20 qu'il y a eu de changement depuis mon dernier rapport de situation."

21 Est-ce que vous vous souvenez de ce problème ?

22 R. Oui. C'était un problème qu'on rencontrait de plus en plus dans la

23 province occidentale le long de la frontière avec l'Albanie ici. Les

24 Serbes, en particulier dans la zone de la montagne Pastrik, menaient des

25 opérations justifiées pour protéger leur propre frontière d'une

Page 1883

1 intervention en provenance de l'Albanie. Il s'agit là d'un des nombreux

2 incidents au cours desquels des Albanais ont été surpris à la frontière en

3 essayant d'entrer en Yougoslavie, et ceci, de manière illégale.

4 Q. Passons maintenant à l'intercalaire suivant, 11. Il s'agit d'un

5 télégramme diplomatique en date du 23 avril. Je vais le lire pour le compte

6 rendu d'audience. Je vais lire les paragraphes 2, 3, et 4. Je cite :

7 "L'atmosphère à Decani et Djakovica reste marquée par une grande tension

8 suite aux incidents qui ont eu lieu hier dans l'après-midi et dans la

9 soirée, et qui ont été signalés dans le TUR. Les articles de presse de ce

10 matin ainsi que les contacts avec le premier secrétaire, le contact du

11 premier secrétaire en Kosovo, y compris des Serbes, des Albanais et des

12 journalistes étrangers, confirment qu'il y a eu des tirs importants dans la

13 zone, et que de nombreux civils, à la fois serbes et albanais, ont quitté

14 les zones les plus concernées. On rapporte de nombreux cas d'Albanais

15 enlevant des Serbes ou d'Albanais attaquant les positions de la VJ, et de

16 forces serbes attaquant des villages habités par des Albanais. On parle

17 beaucoup plus d'exemples d'implication de la VJ ou du moins de présence de

18 la VJ venant à la fois de sources serbes et albanaises, et ceci beaucoup

19 plus que depuis le début de la crise. Selon certaines informations, deux

20 Albanais ont été tués suite à une attaque contre une installation de la VJ.

21 Si cela est confirmé, il s'agira de la première attaque de ce type contre

22 une installation de la VJ. Ceci pourrait fournir des motifs à la VJ pour

23 intervenir vu leur stratégie affichée. Sekulic, le chef de cabinet de

24 Jovanovic, n'est pas revenu suite à ma mise en garde hier soir.

25 "Une agence de presse locale respectée laisse entendre que les forces de

Page 1884

1 sécurité se concentrent maintenant sur Decani, et plus sur Drenica,

2 affirmant que même le point de contrôle allant à Donji Prekaz, le site du

3 premier incident majeur de la crise, a été abandonné. Bien que l'agence de

4 presse nationale Tanjug ait signalé une attaque par les Albanais contre des

5 maisons détenues par des Serbes dans le village de Crmljane, à Decani, dans

6 la soirée du

7 21 avril, les médias de l'état n'ont pas signalé pour l'instant cet

8 incident de manière détaillée.

9 "Bien que les chiffres des victimes ne semblent pas indiquer qu'il y ait eu

10 un affrontement d'importance, la détérioration générale de la situation a

11 entraîné un grand nombre d'agressions contre les journalistes et d'autres

12 personnes venant de l'extérieur. Le premier secrétaire a appris que les

13 interprètes locaux travaillant pour le Daily Telegraph et la MCCE avaient

14 été attaqués par des réfugiés serbes. La police est intervenue pour sauver

15 un employé de la MCCE. Des journalistes étrangers et les organisations non

16 gouvernementales signalent que la police serbe et les Albanais ont

17 intercepté des véhicules, et sont devenus beaucoup plus agressifs que

18 jusqu'à présent.

19 Paragraphe 5 : "Il est difficile d'évaluer la manière dont la situation va

20 se développer, mais on peut raisonnablement s'attendre à cause des Serbes

21 et des Albanais qu'il y ait des affrontements importants dans les jours à

22 venir. L'attaché militaire a quitté Belgrade à 4 heures 30 ce matin, et

23 devrait être en mesure de faire un rapport à partir de la zone d'ici 10

24 heures si les systèmes de communication le permettent."

25 Monsieur Crosland, on parle ici d'activités qui se déplacent. On passe de

Page 1885

1 la zone de Drenica à celle de Decani. Pouvez-vous nous montrer sur la carte

2 où cela se trouve, ce que cela signifie en termes militaires ?

3 R. Oui. Comme je l'ai dit, la situation était extrêmement évolutive. Cela

4 se déplaçait de l'ouest de Pristina vers Drenica, et cetera. On a vu une

5 stabilisation à l'ouest entre les villes de Pec, Decani et Djakovica, ceci

6 en réaction à des manúuvres de ravitaillement au niveau de la frontière

7 internationale, près de la frontière avec l'Albanie et avec une entrée en

8 ex-Yougoslavie.

9 Q. Soyons clairs. Vous dites que c'était une réaction. Une réaction à

10 quoi ? Qui réagissait à quoi ?

11 R. Les forces de sécurité serbe étaient très gênées du fait que cette zone

12 avait -- tenait tout de la passoire, et que les Albanais essayaient

13 d'apporter des renforts à l'UCK dans cette région du Kosovo, l'UCK qui

14 était en posture défavorable.

15 Q. On parle ici dans ce rapport d'Albanais qui allaient enlever des

16 Serbes, de positions de la VJ attaquées par des Albanais, de villages

17 albanais attaqués par les Serbes. Est-ce que vous en avez vu des exemples

18 sur place ?

19 R. Oui, on voyait cela au quotidien, parce qu'on se déplaçait dans la

20 zone. Le soir, on restait près Pec, Djakovica, Pristina ou Prizren, au sud-

21 ouest ici sur la carte. Tout cela, nous en avons pris bien conscience. Nous

22 sommes parvenus à connaître très bien la manière dont procédait les forces

23 de sécurité serbes ainsi que l'UCK. Comme je l'ai dit, des deux côtés, on

24 essayait de prendre le dessus sur l'adversaire, même si ce n'était que pour

25 une période de temps très limitée.

Page 1886

1 Q. Vous parlez de l'implication de la VJ, de l'armée yougoslave. Pourquoi

2 est-ce qu'on mentionne cela dans ce rapport ?

3 R. Aux termes de la constitution yougoslave, la Vojska Jugoslavije,

4 l'armée yougoslave avait pour objectif essentiel d'assurer la Défense des

5 frontières nationales de l'ex-Yougoslavie. L'armée yougoslave a reçu tout

6 d'abord la permission d'opérer dans une zone qui dépassait ces frontières

7 de 500 mètres, une distance qui, ensuite, s'est augmentée pour passer à 2

8 kilomètres, puis

9 20 kilomètres. A ce moment-là, en juillet de cette année-là, ils ont reçu

10 pour mission de maintenir les voies de communication, les itinéraires

11 principaux de Pristina vers la partie occidentale du Kosovo. On a donc

12 assisté là à une évolution majeure dans l'emploi des forces militaires qui,

13 jusqu'alors, avaient été dans des missions qui, jusqu'à présent, étaient

14 plutôt du ressort de la police, qui relevaient du ministère de l'Intérieur

15 et de différentes unités dont nous avons déjà parlé.

16 Q. Jusqu'à ce moment-là, l'armée yougoslave n'avait pas été impliquée dans

17 le conflit du Kosovo, au Kosovo même ?

18 R. Ce n'est pas tout à fait exact. Ils étaient intervenus à la frontière à

19 l'ouest ici. Ils avaient déployé là des unités supplémentaires qui,

20 auparavant, appartenaient à la 3e Armée à Nis. Ces unités avaient été

21 détachées de l'endroit où elles se trouvaient généralement. Il s'agissait

22 d'unités de la 60e Brigade de Parachutistes, et de la 72e Brigade de forces

23 spéciales. On allait bientôt voir arriver des éléments de la 1e Brigade

24 blindée de Belgrade, qui venait renforcer cette zone, les frontières avec

25 le Kosovo.

Page 1887

1 Q. Dans ce rapport, on parle d'agression à l'encontre des journalistes ou

2 d'autres personnes venant de l'extérieur. Qui était à l'origine de ces

3 agressions ?

4 R. Comme je l'ai déjà dit, la situation était extrêmement évolutive et

5 changeait très vite. Il y avait des gens qui arrivaient sur des routes, sur

6 des chemins de terre, sur des routes dans des zones isolées tenues par le

7 ministère de l'Intérieur, le MUP, les Serbes, l'UCK. On ouvrait le feu sur

8 des véhicules, parce qu'il y avait eu des attaques menées à partir de

9 véhicules des deux côtés. La situation était extrêmement difficile. C'était

10 très difficile, c'était très risqué de se déplacer pour obtenir des

11 informations. C'était quelque chose dont il fallait tenir compte, qu'il

12 fallait accepter. Malheureusement, certains journalistes ont été victimes

13 de leur zèle. Cela n'a pas surpris grand monde. Tout le monde avait peur

14 dans cette région.

15 Q. Au paragraphe 5, vous dites qu'il va y avoir des affrontements

16 importants dans les jours suivants, ce rapport du

17 23 avril. Qu'est-ce qui vous incite à faire cette prévision ?

18 R. Nous avons considéré à voir se masser des forces importantes de la

19 police et du ministère de l'Intérieur vers la partie ouest du Kosovo pour

20 essayer de refermer la frontière qui devenait une épine dans le pied des

21 forces yougoslaves. Comme je l'ai dit, la Vojska Jugoslavije allait peut-

22 être intervenir plus directement dans cette zone pour garantir sa propre

23 sécurité.

24 Q. Nous pouvons maintenant passer à l'intercalaire suivant, 12. Il s'agit

25 d'un télégramme diplomatique en date du 24 avril 1998. Ce qui m'intéresse

Page 1888

1 ici se sont les paragraphes 2, 3 et 5. Je vais en donner lecture. Je cite :

2 "La VJ a déclaré avoir pris des mesures pour réagir à l'infiltration

3 d'un groupe de 200 terroristes au niveau de la frontière entre la RFY et

4 l'Albanie dans le cadre d'une opération qui a commencé le 22 avril dans la

5 zone de Djakovica. Au moins 16 'terroristes' ont été tués. Tout indique que

6 cette opération avait été planifiée avec soin et reposait sur des

7 renseignements tenus précédemment. Ce matin, dans la presse (avec des

8 titres tels que 'Guerre à la frontière'), on parle de cette opération qui

9 continue. Selon des rapports, il est possible qu'il y ait encore plus de

10 victimes que l'on ne l'a dit au départ. Selon un rapport, il semble que les

11 autorités de la RFY disposent de renseignements selon lesquels plus de 1

12 000 autres 'terroristes' se préparent à franchir la frontière. Les

13 journalistes occidentaux nous ont dit que l'UCK contrôlait la situation en

14 matière de sécurité à Kuksi, en Albanie. Il semble que les civils aient,

15 pour la plupart, évacué les villages frontaliers concernés.

16 "Comme cela était indiqué au département dans des conversations

17 téléphoniques avec Phillips et d'autres, moi-même et l'attaché

18 diplomatique, nous avons essayé de soulever la question auprès de nos

19 contacts en signalant qu'il y avait une opération importante qui était en

20 cours. Aucun de nos interlocuteurs généralement coopératifs n'étaient

21 disponible. J'ai donc envoyé une note dans ce centre à 22 heures 30 hier

22 soir au sujet de nos préoccupations (texte envoyé par télécopie à EAD). Le

23 MFA va organiser une réunion pour les ambassadeurs à 9 heures et pour les

24 attachés de la Défense à 11 heures. La réunion d'information du MFA semble

25 avoir été prévue déjà hier après-midi, ce qui semble indiquer que le

Page 1889

1 gouvernement déjà, à ce moment-là, sentait qu'il faudrait justifier une

2 opération de grande envergure. (Bien que ceci ait également pu être

3 organisé à l'avance suite au référendum d'hier, soit pour se pavaner et se

4 glorifier de la participation de 75% et du résultat de 97% de non, vu les

5 estimations actuelles ou pour présenter une nouvelle initiative). Quoi

6 qu'il en soit, le gouvernement, qui a déjà convoqué le chargé d'affaires

7 albanais pour se plaindre au sujet de ces incursions, va très certainement

8 demander une action internationale pour protéger sa frontière avec

9 l'Albanie."

10 Paragraphe 5; je ne vais pas lire la première phrase. Deuxième phrase :

11 "L'évaluation de mon attaché diplomatique, c'est que la VJ rencontrait des

12 difficultés très grandes au niveau de la frontière avec l'Albanie. Des

13 difficultés qui avaient pu subodorer, mais pour lesquels ils ne sont

14 absolument pas bien préparés. Ils ont véritablement peur de perdre des

15 régions importantes du Kosovo, en particulier, car il semble que la

16 stratégie de l'UCK soit d'assurer la liaison entre Drenica et Decani, le

17 deux zones que les Serbes contrôlent le moins."

18 Monsieur Crosland, est-ce que vous vous souvenez de cette opération à la

19 frontière ? On parle de l'opération frontalière avant ce 24 avril.

20 R. Oui. Comme je l'ai dit au départ, une partie de mes fonctions s'était

21 d'assurer la liaison au niveau le plus élevé avec Vojska Jugoslavije,

22 j'étais accrédité, et non pas auprès du MUP, le ministère de l'Intérieur.

23 J'ai reçu un briefing, des informations de la part du responsable des

24 renseignements, le général Dimitrejvic au sujet de cette opération précise.

25 Comme cela est apparu plus tard, les forces yougoslaves avaient des

Page 1890

1 renseignements extrêmement solides au sujet des activités de l'UCK et du

2 soutien apporté par l'UCK et les forces albanaises dans des villes telles

3 que Tropolja et autres.

4 Q. Pouvez-vous nous indiquer ces endroits ?

5 R. Tropolja est ici au niveau de la frontière et Bajram et un peu plus

6 loin.

7 Q. Pouvez-vous nous indiquer où se trouve Kuksi également ?

8 R. Oui. Kuksi, c'est ce village qui se trouve ici. Qui se trouve sur l'axe

9 routier principal qui entre dans le sud-ouest du Kosovo avec franchissement

10 de la frontière à Vrbnik, un point de franchissement international

11 important et qui amène à la ville de Prizren.

12 Q. Dans ce rapport, il est dit que selon des journalistes occidentaux, les

13 l'UCK étaient maîtres de la situation en matière de sécurité à Kuksi. Est-

14 ce que vous savez si c'était vrai ou pas ?

15 R. D'après les informations que j'ai reçu par mes contacts au sein de la

16 VJ, c'était l'impression qu'ils avaient. Ils avaient l'impression que les

17 autorités albanaises avaient abandonné l'idée de contrôler cette zone.

18 Q. A la page suivante, au paragraphe 5, vous nous dites que les forces de

19 sécurité yougoslaves étaient manifestement très mal préparées, que cela

20 sautait aux yeux. Pourquoi dites-vous cela ?

21 R. Ils avaient des renseignements très solides au sujet de cette

22 opération. Ils ont mené à bien une embuscade contre cette incursion. Cela a

23 été couronné de succès. D'une manière relative parce que ces renforts

24 albanais étaient allés directement, étaient tombés dans le piège, dans la

25 gueule du loup. Ils sont tombés sur une embuscade tendue par la Vojska

Page 1891

1 Jugoslavije, donc ils ont enregistré des pertes importantes. Le problème,

2 c'est que les Albanais ont ensuite décidé de changer quelque peu leur

3 tactique, de modifier leurs points d'appui, d'éviter les zones contrôlées

4 par les Serbes.

5 Q. Vous dites qu'ils étaient très mal préparés. Ce que vous voulez dire

6 par-là, c'est que du fait de ces positions statiques, ils ne pouvaient pas

7 contrôler toute la frontière et tous les points d'accès ?

8 R. Oui. Ils contrôlaient des positions bien précises, statiques. Il était

9 manifeste qu'ils n'étaient pas très chauds à l'idée de s'éloigner de ces

10 zones qu'ils tenaient, en particulier lorsque la nuit tombait, parce que

11 c'était une période qui était utilisée par les insurgés albanais pour

12 déplacer des hommes, pour déplacer de l'équipement, pour les faire entrer,

13 pour leur faire traverser la frontière.

14 Q. A la dernière phrase, vous dites : "Ils ressentent une peur véritable

15 de perdre le contrôle de parties importantes du Kosovo, étant donné qu'il

16 semble que l'UCK ait pour stratégie de faire le lien, la liaison entre

17 Drenica et Decani, deux zones dont les Serbes ont perdu le contrôle."

18 Qui avait peur de perdre le contrôle de ces zones ?

19 R. Ce que ne cessait de nous dire la Vojska Jugoslavije, l'état-major

20 général de la VJ à Belgrade, c'est que la frontière avec l'Albanie était

21 complètement ouverte. Il y avait des infiltrations systématiques d'éléments

22 albanais qui venaient soutenir l'UCK. Que si la communauté internationale

23 n'était pas prête à sceller cette frontière, à ce moment-là il faudrait que

24 les Serbes attendent que les gens essaient de traverser la frontière et

25 réagissent en conséquence. Comme je l'ai dit, tout cela était bel et bon,

Page 1892

1 si les insurgés albanais se présentaient devant les zones contrôlées par la

2 VJ et le MUP. Les zones où ils avaient tendu des embuscades, mais si ces

3 Albanais décidaient d'emprunter des voies moins usuelles, à ce moment-là,

4 il était beaucoup plus probable qu'ils puissent, avec succès, faire

5 traverser des hommes ou des équipements. C'était une frontière qui était

6 très difficile de contrôler, en particulier du fait que, du côté albanais,

7 c'était le chaos le plus total, comme on l'a vu précédemment avec

8 l'implosion de l'Albanie.

9 Q. Vous parlez de la République de l'Albanie ?

10 R. Oui.

11 Q. Vous nous dites que : "Etant donné que la stratégie de l'UCK est

12 d'assurer le lien entre Drenica et de Decani, deux zones dont les Serbes

13 ont le moins le contrôle."

14 Est-ce que c'est quelque chose que vous pensiez de la stratégie de l'UCK à

15 l'époque ?

16 R. Oui. Comme je l'ai déjà dit le corridor qui venait de l'Albanie en

17 passant par la partie ouest de la province du Kosovo allait à Jablanica, à

18 Drenica, et cetera, c'était le principal corridor, c'est là que nous avons

19 rencontré certains des éléments, certains des QG de l'UCK les plus

20 importants et qui ont participé à ces incidents.

21 M. CAYLEY : [interprétation] Je ne sais pas, Monsieur le Président, si le

22 moment est bienvenu pour faire la pause.

23 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Oui. Nous allons faire une pause et

24 nous reprendrons nos travaux à 16 heures 05.

25 --- L'audience est suspendue à 15 heures 45.

Page 1893

1 --- L'audience est reprise à 16 heures 07.

2 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Oui, Monsieur Cayley. Vous avez la

3 parole.

4 M. CAYLEY : [interprétation] Merci.

5 Q. Nous sommes maintenant arrivés à la date du 28 avril, Monsieur

6 Crosland. Il nous reste plus que six mois. Il s'agit là du télégramme

7 diplomatique qui se trouve à l'intercalaire numéro 13. le télégramme est

8 celui qui porte le numéro 281. Je vais lire les paragraphes 3 et 4, 5 et 6.

9 On m'a demandé de ralentir.

10 "L'attaché militaire a fait le tour du Kosovo aujourd'hui, et a fait des

11 rapports sur la situation à Decani, qui est beaucoup plus tendue que par le

12 passé, avec quelques civils qui ont été touchés. Bien que les villes de

13 Djakovica et Pec soient relativement calmes, quelques bruits d'explosion

14 ont été entendus depuis Djakovica. Il n'a pas été en mesure de confirmer

15 les rapports albanais en vertu de quoi certains villages ont été attaqués à

16 l'artillerie lourde. Les points de contrôle de la police ont été renforcés

17 avec des policiers d'active. Il est vrai que les gens sont assez nerveux.

18 L'attaché militaire maintient que la police spéciale opère toujours dans la

19 région, bien qu'il soit difficile de fournir des preuves fiables pour

20 étayer cela. L'armée, la VJ est à Mujic [phon] avec des renforts en hommes

21 et en matériel que l'on voit circuler le long de la route. En visant Srbica

22 (Drenica), l'attaché militaire, encore une fois, a été arrêté par des

23 Albanais armés. L'impression tout à fait nette qui en découle, est que les

24 Albanais, l'UCK ou quel que soit le groupe qui contrôle ceci est peut-être

25 présent dans d'autres régions."

Page 1894

1 Simplement, nous allons découper ceci. Djakovica et Pec, pourriez-vous nous

2 indiquer exactement où cela se trouve, s'il vous plaît ?

3 R. Oui. Il s'agit de la partie occidentale de Kosovo. Pec se trouve au

4 nord, la ville principale. Ici Decani, qui se trouve au milieu ici, et

5 Djakovica qui se trouve dans le sud. C'est le long de cette ligne-là, en

6 particulier cet axe principal qui est goudronné, que les Serbes tentaient

7 d'empêcher les Albanais de s'infiltrer dans le reste de la région, dans le

8 reste du Kosovo.

9 Q. Très bien. Vous déclarez dans votre rapport que l'armée, la présence de

10 l'armée, se fait beaucoup sentir. On voit les hommes et le matériel

11 militaire être déplacé le long des routes.

12 Qu'est-ce que cela voulait dire à l'époque ?

13 R. Cela signifiait ou confirmait que l'armée yougoslave, la VJ, était tout

14 à fait -- s'était engagée à venir en aide aux opérations du ministère de

15 l'Intérieur. Dans la région de Decani, il y a quelque six artilleries, de

16 batterie de six fusils qui étaient en position. Ceci a été indiqué au

17 paragraphe 3. Les Albanais avaient indiqué que l'artillerie avait été tirée

18 contre les zones frontalières. Ceci a été confirmé par moi-même alors que

19 nous traversions cet endroit, cette position. C'est la première fois que

20 nous avons vu la Vojska Jugoslavije, et c'est la première fois que nous

21 avons vu l'artillerie utilisée de cette façon dans une opération, opération

22 conjointe.

23 Q. Lorsque vous dites opération conjointe, vous faites référence ici à la

24 police essentiellement, n'est-ce pas, avec la police ?

25 R. Oui. Ils étaient à l'origine des tirs directs et indirects, à l'appui

Page 1895

1 des tirs d'artillerie des opérations qui étaient menées dans la région

2 auxquelles nous avons fait allusion avant la pause. Tout ceci se passait de

3 manière assez bien organisée.

4 Q. Vous dites dans votre rapport qu'alors que vous traversiez Srbica, vous

5 avez été arrêté par des Albanais en arme. Vous aviez l'impression qu'il

6 s'agissait là de l'UCK ou quelque soit le groupe qui contrôlait la région.

7 Pourriez-vous nous indiquer dans quelle région se trouve Srbica ?

8 R. Srbica, Madame et Monsieur les Juges, se trouve dans la région ici,

9 près de Drenica, la première incursion majeure qui a eu lieu en 1998.

10 Ensuite, à trois ou quatre reprises, ceci a été dégagé par les forces de

11 Sécurité serbes, et ensuite repris par l'armée de Libération du Kosovo de

12 façon répétée. Un groupe quittait la région et un autre avançait. Quelque

13 soit le groupe qui le contrôlait, il était extrêmement difficile d'affirmer

14 quoi que ce soit. En sillonnant la région au quotidien, on avait quelque

15 idée sur qui avait pris le contrôle de la région.

16 Q. Vous dites que le 28 avril, vous aviez l'impression que c'était l'UCK

17 qui contrôlait la région. Pourquoi aviez-vous cette impression ?

18 R. Car dans cette région, il n'y avait pas des troupes du ministère de

19 l'Intérieur, mais des bandes armées de l'UCK. A ce moment l'armée de

20 Libération du Kosovo manquait d'uniforme. Certains étaient habillés en

21 habit civil, portaient des armes. D'autres étaient armés. A la fois, des

22 femmes, des hommes qui étaient habillés, qui portaient des uniformes

23 militaires. Les uniformes militaires qu'ils portaient étaient souvent assez

24 bigarrés. Il n'y avait pas à proprement parler d'uniforme de l'UCK à ce

25 moment-là.

Page 1896

1 Q. Passons maintenant au paragraphe 4, si vous le voulez bien.

2 "En l'absence de l'attaché militaire, le sergent a participé à une deuxième

3 réunion d'information organisée par le colonel Dimitrejvic, l'attaché de ce

4 corps. Le but était de présenter la position de la FRY et la VJ, et ce,

5 avant la réunion de Groupe de contact du 29 avril. Il a donné un compte

6 rendu détaillé des derniers incidents. Il a envoyé ceci par fax à l'EAD et

7 au ministère de la Défense. D'après lui, les autorités albanaises

8 encourageaient activement et armaient activement les terroristes. Il a

9 ajouté que les services de la sécurité de la FRY avaient identifié un corps

10 d'entraînement à Tropolja. Il y avait quelque 2 000 à 2 500 hommes qui

11 avaient été formés dans ce camp."

12 Monsieur Crosland, c'est une réunion d'information qui a eu lieu à

13 Belgrade, n'est-ce pas, organisée par M. Dimitrejvic en présence du groupe

14 des attachés de la défense; est-ce exact ?

15 R. Oui.

16 Q. Les faits qui m'intéressent ici sont les suivants. Tout d'abord,

17 saviez-vous qu'indépendamment de tout ceci, il y avait un camp

18 d'entraînement à Tropolja ?

19 R. Oui, je le savais de différentes sources des services de Renseignement

20 dont je disposais. Nous avons reçu certains éléments à cet égard. Nous

21 savions qu'il y avait des camps d'entraînement en Albanie, comme je l'ai

22 déjà précisé, dans la région de Tropolja et Kuksi.

23 Q. Pourriez-vous nous indiquer ces endroits sur la carte --

24 R. La région de Tropolja ici, qui est mentionnée dans ce rapport, Bajram

25 Curi, et un peu plus bas ici, dans le sud dans la région de Kukes qui a

Page 1897

1 déjà été évoquée, et ici, Vrbnica qui est le point d'intersection

2 international ici et pour entrer au Kosovo.

3 Q. D'après vous, qui était formé dans ces camps, qu'est-ce qu'on vous

4 avait dit ?

5 R. D'après Dimitrejvic et d'après les renseignements que j'ai obtenus

6 d'autres sources extérieures, il s'agissait là d'Albanais, de la Diaspora,

7 et des différents pays dans lesquels s'étaient rendus des Albanais, y

8 compris le Royaume-Uni, la France, l'Allemagne et d'autres pays.

9 Q. Maintenant, le paragraphe 5 : "Dimitrejvic a carrément insisté que la

10 VJ avait la responsabilité de protéger la frontière de la FRY, et devait

11 continuer à prendre les mesures nécessaires pour ce faire. Maintenant, il

12 n'y avait plus d'unités de la VJ au Kosovo hormis les unités qui étaient

13 stationnées de façon régulière, hormis le Corps de Pristina et la VJ

14 n'avait pas d'autre plan, et aux fins de mener des opérations à plus grande

15 échelle. Il était essentiel pour la communauté internationale d'exercer --

16 de faire pression sur les Albanais leur demandant d'abandonner le

17 terrorisme avant qu'ils ne lancent une très grande attaque qu'ils

18 semblaient avoir préparée."

19 A quelles unités de la VJ M. Dimitrejvic faisait-il allusion au Kosovo ?

20 R. Le général Dimitrejvic, ici, faisait allusion au 52e Corps qui se

21 trouvait dans la province du Kosovo qui était la principale unité armée. Il

22 n'y avait pas d'autre renfort. Je crois qu'il s'agit là d'un point peut-

23 être un peu trouble. Je crois, ou en tout cas, peu clair. La Vojska

24 Jugoslavije était en mesure de contrôler à peu près la situation. Mais il

25 savait au fond de lui-même que la situation était bien pire que celle qu'il

Page 1898

1 avait décrite. Il insiste sur ce point, et il dit qu'à moins que la

2 frontière albanaise ne soit correctement contrôlée par la police albanaise,

3 du côté albanais, il y aurait encore des incidents le long de cette

4 frontière internationale. Cette frontière entre les deux pays.

5 Q. Il déclare qu'à moins que des mesures ne soient prises, il allait y

6 avoir une attaque de grande envergure. A moins, que l'on ne fasse pression

7 sur les Albanais pour qu'ils abandonnent leur cause terrorisme, il y allait

8 y avoir une attaque de grande envergure.

9 Qui allait lancer cette attaque de grande envergure ?

10 R. Je crois, que le général Dimitrejvic ici, fait allusion à ce qui a déjà

11 été évoqué, parce que cette frontière a été très mal contrôlée par la

12 police du côté serbe. Il pouvait y avoir des tentatives d'infiltration. Il

13 y avait ces 1 000 personnes, je crois, 200 qui ont été tuées le long de la

14 frontière. La Vojska Jugoslavije tentait à tout prix de protéger la

15 frontière de son côté.

16 Q. Vous parlez d'une attaque lancée par qui ?

17 R. Une attaque lancée sur la frontière albano/yougoslave qui aurait été

18 lancée par les insurgés, et faite de façon illégale, les insurgés albanais.

19 Il s'agit d'une frontière internationale où les services de Sécurité ne

20 contrôlaient pas la situation, les autorités albanaises n'assurant pas le

21 contrôle de ceci.

22 Q. Nous allons passer au rapport suivant, intercalaire numéro 14. Il

23 s'agit là d'un télégramme diplomatique daté du 30 avril 1998. Ce qui

24 m'intéresse ici plus particulièrement ce sont les paragraphes 3 et 5.

25 "L'UCK a émis une déclaration comportant neuf points le

Page 1899

1 29 avril, publié dans un ouvrage intitulé dans un journal de Pristina,

2 publié en langue albanaise à tendance radicale, en disant que la patrie

3 était en état de guerre et combattait aux fins de libérer, d'unifier les

4 territoires occupés par l'Albanie. La déclaration lançait un appel à

5 l'Albanie aux fins -- pour qu'elle revoie sa position. C'était le devoir

6 des -- la partie libre de la patrie d'aider la partie occupée. L'UCK était

7 prête à frapper contre l'ennemi au moment voulu. L'UCK était disposé à

8 prendre part aux pourparlers et à parler avec l'ennemi, mais n'était

9 disposée à le faire qu'après le départ des troupes d'occupation et en

10 présence d'un tiers qui agirait en tant que médiateur. Tout accord négocié

11 sans leur présence ne serait pas valable. La déclaration lance un appel à

12 ceux qui tentaient de convaincre le peuple, que le défaitisme était une

13 solution et l'anarchie quelque chose qu'ils souhaitaient voir écarté et

14 lançaient un appel aux gens frustrés et pusillanimes."

15 Monsieur Crosland, simplement, je faisais allusion à cette déclaration qui

16 disait que la patrie était en état de guerre et combattait aux fins de

17 libérer et d'unifier les territoires occupés par l'Albanie. N'avez-vous

18 jamais entendu de telles déclarations faites par des membres de l'UCK que

19 vous avez rencontrés ?

20 R. Oui, tout le temps. C'était le point de vue proposé, ou en tout cas, le

21 point de vue ou l'opinion donnée par l'UCK ou les membres de l'UCK. Il

22 s'agissait là d'une mission qui avait pour but de reprendre la Grande

23 Albanie. C'est ainsi que l'appelaient les Serbes qui comprenaient la

24 province du Kosovo.

25 Je crois, si je puis, il faut se rappeler que d'après le recensement de

Page 1900

1 1991. Il y avait plus de 2 millions d'Albanais qui se trouvaient déjà dans

2 l'état de la province du Kosovo. Si je puis utiliser une phrase, c'est la

3 minorité, en fait, était représentée par les Serbes et non par les

4 Albanais. Les Serbes au plan technique contrôlaient le gouvernement ou le

5 ministère de l'Intérieur, le MUP, la police, la VJ. Mais les ressources

6 financières étaient entre les mains des Albanais, des hommes d'affaires,

7 des agriculteurs, qui avaient quitté le pays aux fins de trouver davantage

8 la prospérité dans la province du sud au Kosovo. On considère les éléments

9 les plus radicaux dont évidemment l'UCK, se faisait le porte-parole. Le but

10 de l'UCK était de venir s'installer dans cette région; ce que l'on peut

11 voir au fils de l'histoire. Cette région a été défendue souvent comme on

12 peut le constater sur la carte, cela dépend de quel coté on se place; si on

13 se place du coté de la frontière albanaise, serbe ou la frontière du

14 Kosovo.

15 Q. Paragraphe 5, télégramme diplomatique :

16 "Les rumeurs continuent à circuler sur le sort d'un groupe de Serbes qui

17 semblerait avoir été pris pour otage par L'UCK. On pense qu'une douzaine de

18 Serbes (Commentaire : On ne sait pas très bien s'il s'agit de civils ou de

19 forces de la Sécurité qui ont été capturés dans des incidents différents au

20 cours de la dernière semaine. Des organisations serbes tentent, le 29

21 avril, de faire intervenir les NGO afin de négocier leur libération.

22 Certains journalistes internationaux ont appris de la bouche

23 d'organisations des droits de l'hommes albanais à tendance radicale, que

24 certains Albanais ont été tués le 23 avril lors d'un incident à la

25 frontière, que leur corps leur ont été rendus complètement mutilés, et que

Page 1901

1 ces corps ont été remis à leurs familles pour qu'ils puissent être

2 enterrés. Certains rapports disent qu'un Albanais a été tué par la police

3 serbe alors qu'il se rendait à l'enterrement des Albanais qui avaient été

4 tués près de Decani le 27 avril. Un policier aurait été tué lors d'une

5 attaque contre une patrouille de police sur la route entre Prizren-Urosevac

6 la nuit dernière."

7 Vous souvenez-vous de rumeurs ou de faits rapportant la prise d'otage de

8 ces Serbes, ou ses Serbes détenus pas l'UCK ?

9 R. Oui, Monsieur le Président. Au cours de ce conflit, et dans les années

10 98/99, nous avons estimé que 200 Serbes environ avaient été capturés par

11 les forces albanaises. Je ne peux pas à défaut de trouver un autre terme,

12 ceci n'a jamais été confirmé pour autant que je le sache. C'est arrivé à

13 Blace, qui se trouve dans cette région près de Komorane.

14 Q. Pourriez-vous nous l'indiquer sur la carte, s'il vous plaît, Monsieur

15 Crosland ?

16 R. La région n'est pas indiquée ici, mais cela se trouve au sud de

17 Komorane, au sud ici de cette région, près de Sedlare.

18 Cette région, de Sedlare, était une base de l'UCK, un QG de celui-ci.

19 C'était une allégation faite par les Serbes. Pour être tout a fait honnête,

20 c'était une allégation justifiée, un certain nombre de Serbes ont disparus,

21 surtout dans cette région au sud de Pec dans la région de Ljubanica [phon],

22 et on été faits prisonniers dans cette région. La plupart d'entre eux ont

23 disparu.

24 Q. Ce rapport fait également état d'un Albanais qui a été tué. Lors de

25 l'incident du 23 avril, le long de la frontière, on dit qu'il avait été

Page 1902

1 mutilé lorsqu'il a été remis à sa famille pour être enterré. Savez-vous si

2 cette allégation était fondée ou non ?

3 R. Je n'ai pas vu cet incident, je n'ai pas vu ce corps mutilé. J'en ai vu

4 beaucoup d'autres malheureusement, Monsieur le Président. Certains rapports

5 ont été rédigés à cet effet. Je crains qu'il ne s'agisse là d'incidents qui

6 se produisaient de façon assez régulière. On tentait de terroriser ou de

7 faire peur à la partie opposée, ou en tout cas, de les contraindre à

8 accepter la situation, une habitude assez désagréable qui était courante

9 dans la zone des Balkans.

10 Q. Le rapport fait également état d'un Albanais qui a été tué par la

11 police serbe près de Decani, le 27 avril. Cet incident-là vous a-t-il été

12 rapporté alors que vous étiez au Kosovo ?

13 R. Oui, Madame, Monsieur les Juges. Ce que je veux dire, c'est que ces

14 incidents que j'ai évoqués se produisaient quasiment de façon quotidienne

15 le long de cette route de Djakovica jusqu'à Decani qui passait par Pec. Il

16 y avait beaucoup d'Albanais, beaucoup de villages albanais et des Serbes

17 dans les villages isolés. Ils devaient se rendrent à leur travail. Très

18 souvent, une fois la nuit tombée, il y avait une forte probabilité pour que

19 ces gens soient tués. Ils étaient isolés. Ils avaient peur dans cette

20 région.

21 Q. Pour finir, vous avez parlé d'un policier qui a été tué suite à une

22 attaque, on sait contre la patrouille de police, sur la route de Prizren-

23 Urosevac. Pourriez-vous nous indiquer ceci sur la carte ?

24 R. Oui. Il s'agit de la route ici qui descend, la route qui va vers le sud

25 de Prizren à l'ouest Srbica. Ici, c'est une communauté serbe, et qui va

Page 1903

1 jusqu'à Urosevac, une ville mixte serbe et albanaise.

2 Q. Pourriez-vous déplacer la carte pour que nous puissions le voir. Est-

3 ce que vous vous souvenez que cet incident vous a été rapporté ?

4 R. Non, pas précisément. Ceci, malheureusement, se passait de façon

5 quotidienne. Ces attaques lancées contre certains individus étaient des

6 choses qui se produisaient malheureusement très souvent, et ce, de part et

7 d'autre.

8 Q. Maintenant, intercalaire numéro 15, s'il vous plaît. Il s'agit là d'un

9 rapport daté du 5 mai. Je vais vous lire le paragraphe, les paragraphes 1,

10 2, 3 et 4.

11 "Les rapports faisant état de combats lourds à Ponosevac, près de la

12 frontière albanaise, le HCR a estimé que les réfugiés de nombre de 5 000.

13 Ils ont fui en direction du Montenegro depuis le début de la crise. Le

14 porte-parole du LDK se reprend quant aux mesures à adopter par le Groupe de

15 contact, et l'accueil qu'ils ont fait a Rugova. Le député russe, l'adjoint

16 au ministre des Affaires étrangères, Ivanov est venu voir Milosevic

17 aujourd'hui. Le ministre des Affaires étrangères albanais prévient qu'il y

18 a un risque de guerre."

19 "Les deux cotés ont rapporté des combats lourds près de Ponosevac, à

20 quelque 8 Kilomètres près de la frontière de la frontière albanaise près de

21 Decani. Ce qui n'est pas clair, c'est qui est à l'origine de la violence

22 qui semble avoir commencé le 3 mai. Les rapports ont d'abord parlé de

23 quelques policiers serbes qui avaient été blessés par des Albanais. Les

24 combats se sont poursuivis depuis avec des rapports venant sur les victimes

25 albanaises, et le renforcement des forces de police serbes dans la police.

Page 1904

1 Les forces du MUP étaient très tendues, lorsque l'attaché militaire et le

2 premier secrétaire ont visité la ville le 2 mai. Les sources albanaises

3 prétendent que les médias étrangers et les organisations humanitaires,

4 n'ont plus accès à cette région.

5 Certains rapports également nous sont parvenus sur des affrontements dans

6 le village de Denica. Il est difficile de confirmer les détails de tous ces

7 incidents, mais il semble qu'il y ait eu des victimes. L'armée yougoslave a

8 également précisé qu'elle a repoussé avec succès des groupes armés

9 albanais, qui tentaient d'entrer dans le RSFY. Nous n'avons pas encore de

10 rapport sur les victimes. L'attaché militaire qui a visité la région au

11 cours du weekend, a découvert qu'il y avait des déploiements très

12 importants du MUP et de la VJ. Ce qui était encore plus préoccupant quelque

13 80 des 100 policiers rattachés à la brigade antiterroriste dans quatre

14 endroits différents (il s'agit de troupes d'élite qui font partie des

15 services de Sûreté de l'Etat). Ce sont des gens qui sont rarement déployés.

16 Il a également confirmé la PJP et les forces spéciales du MUP qui

17 travaillaient de concert avec l'armée yougoslave dans la caserne de Pec. Il

18 nous rendra visite encore une fois aujourd'hui."

19 Pourriez-vous nous indiquer sur la carte, s'il vous plaît, Monsieur

20 Crosland, Ponosevac où les combats ont eu lieu ?

21 R. Oui, la zone de Ponosevac qui mène ici à une intersection entre

22 Tropolja, le col de Morinje, c'était à la fois une position de la Vojska

23 Jugoslavije et une position du MUP, il y avait des pièces d'artillerie et

24 des chars.

25 Q. Quel type de combats se déroulait à ce moment-là ?

Page 1905

1 R. Dans cette région, il y a au sud de Djakovica, une route de terre qui

2 contourne ici cette région de Ponosevac, de Brtini [phon] et qui repart sur

3 la route principale. Ceci était en train de devenir une ligne de front,

4 tous les villageois avaient été renvoyés de chez eux, ils avaient fait

5 leurs valises et étaient partis au Monténégro. Du côté serbe, ils tentaient

6 de nettoyer la région de façon à pouvoir l'utiliser comme une zone de tir

7 libre. Les Albanais tentaient d'utiliser la région pour essayer de

8 s'infiltrer de l'autre côté de la frontière. Donc l'ensemble de cette

9 région était très tendu.

10 Tout le bétail avait été tué. La plupart des maisons avaient fortement

11 endommagé. Comme je vous l'ai dit, la population civile avait été quasiment

12 complètement chassée -- totalement chassée de la région. Donc les seules

13 personnes qui y étaient encore étaient les forces de sécurité serbes ou des

14 Albanais qui tentaient de forcer le passage.

15 Q. Ces combats dans cette région ont commencé le 3 mai 1998; est-ce

16 exact ? Nous sommes au troisième jour d'après ce rapport, est-ce exact ?

17 R. Oui, c'est exact.

18 Q. Dans ce même rapport, on peut lire qu'il y avait des rapports sur les

19 combats de la région de Drenica, est-ce que vous pourriez nous indiquer à

20 nouveau de quelle région il s'agit ?

21 R. Nous sommes ici dans la région que nous avons évoquée au début Srbica,

22 Gornji Klina. Comme je vous l'ai dit, il y avait un groupe qui entrait et

23 l'autre qui sortait, et la situation parfois changeait d'heure en heure.

24 Q. Au paragraphe 3, vous dites que l'armée yougoslave avait repoussé des

25 groupes albanais qui avaient tenté de pénétrer en RFY le 2 et le 3 mai.

Page 1906

1 Est-ce que c'est l'événement auquel vous avez fait référence lorsque vous

2 avez parlé des événements de Ponosevac au début du mois de mai ?

3 R. Oui, c'est exact. Ceci mène également au col de Morinje où il y avait

4 un autre déploiement des forces de la VJ le long de la frontière, il y

5 avait les tentatives de la part des Albanais de passer de l'autre côté et

6 de contourner la position de la Vojska Jugoslavije mais ils n'avaient pas

7 réussi. Il était très difficile d'obtenir des informations, quasiment

8 impossible, car c'était une région qui avait été complètement coupée.

9 Certaines des routes qui y menaient avaient été minées pour rendre l'accès

10 aux véhicules impossible.

11 Q. Vous dites également au dernier paragraphe, au paragraphe 4, que vous

12 avez vu 80 à 100 unités de la police antiterroriste dans quatre endroits

13 différents et vous dites également que la PJP, la police travaillait

14 ensemble avec l'armée yougoslave à Pec dans les casernes.

15 Pourquoi cela vous inquiétait-il tellement ces membres de la JSO de la

16 brigade antiterroriste ?

17 R. Car ces forces de police sont les forces de police les mieux équipées

18 et les mieux formées. Ces personnes, en général, étaient utilisées pour

19 mener des opérations très sensibles. A Pec dans un endroit qui s'appelait

20 Istok ou Dubrove [phon] comme cela est parfois appelé à Pec, il y avait des

21 casernes à la fois de la Vosjka Yugoslavije et du MUP, une armée combinée

22 sur la route qui menait vers le sud à Pec et qui allait vers Decani. Il y

23 avait une unité de la JSO qui était basée à Decani, et une unité de

24 l'artillerie que l'on avait découverte également au même endroit à

25 Djakovica.

Page 1907

1 Q. Pourquoi cela vous préoccupait-il ? Pourquoi ceci vous préoccupait

2 tant ?

3 R. Je crois que cela indiquait clairement que la Vojska Jugoslavije

4 prenait ceci très au sérieux et préparait, si nécessaire, à combattre une

5 force ou une armée équivalente ou des groupes équivalents si cela s'avérait

6 nécessaire, combattre par la force.

7 Q. Quelles étaient les forces auxquelles elles se confrontaient à ce

8 moment-là, je pense aux forces de sécurité serbes ? A qui s'opposaient-

9 elles ?

10 R. Comme cela est indiqué dans le rapport, il y avait, peut-être pas au

11 quotidien mais en tout cas de façon hebdomadaire, des violations, des

12 infractions au niveau de la frontière albano-yougoslave. Il y avait des

13 rapports qui étaient obtenus à partir de renseignements secrets, des

14 rapports auxquels j'avais accès, qui indiquaient qu'il y avait de plus en

15 plus d'Albanais qui repartaient en Albanie pour pouvoir prendre les armes

16 et suivre l'UCK au Kosovo. Puis, il faut savoir qu'à cette époque-là, au

17 début du mois de mai, dans cette région montagneuse la neige avait fondu ce

18 qui fait lorsqu'il s'agit de franchir ces montagnes qui sont assez élevées

19 ce n'était pas aussi difficile que cela est le cas lors d'hiver rigoureux.

20 Q. Il est dit au début du rapport que le ministre des Affaires étrangères

21 albanais a indiqué qu'il y avait des risques de guerre, et avait mis en

22 garde. Vous souvenez-vous de cette mise en garde ?

23 R. Oui, je m'en souviens. Je pense que cela faisait partie des pressions

24 yougoslaves sur la communauté internationale afin que quelque chose soit

25 fait au niveau de la frontière albano-yougoslave, je l'ai dit à maintes

Page 1908

1 reprises déjà, du côté des Albanais, il n'y avait pas véritablement de

2 véritables contrôles de la frontière. Ce qui fait qu'il y avait ces

3 intrusions illicites au niveau d'une frontière internationale. Il

4 s'agissait d'hommes armés, de chevaux, de dromadaires, non, non, pas de

5 dromadaires, je m'excuse, d'ânes qui transportaient des munitions, des

6 armes, et ce vers la province du Kosovo.

7 Q. Le ministre des Affaires étrangères albanais a mis en garde à propos de

8 cette guerre entre qui et qui ?

9 R. Potentiellement, je suppose entre l'Albanie et la Yougoslavie.

10 Q. Je vous demanderais de passer à l'intercalaire suivant qui est

11 l'intercalaire numéro 16. Je pense que cela nous donne tout simplement de

12 plus amples détails de la situation dont nous avons déjà parlé. Je vais

13 vous en donner lecture et je vous demanderais si vous avez quelque chose à

14 ajouter à ce sujet. Est-ce qu'il s'agit d'un rapport que vous avez

15 rédigé vous-même ?

16 R. C'est exact, Monsieur.

17 Q. C'est un rapport en date du 13 mai 1998. Rapport de situation à propos

18 du Kosovo le 11/12 mai 1998.

19 Synthèse ou résumé. 1 : "La situation dans la région de Ponosevac est

20 extrêmement tendue. La région de Ponosevac, Djakovica, Pec et Decani est

21 patrouillée par des éléments du JSO et PJP et ce de façon assez importante.

22 Les villageois ont fui vers le nord vers Junik. L'axe routier principal

23 Pristina-Pec est toujours fermé entre Komorane et Kijevo, Drenica. L'armée

24 de la Yougoslavie a été déployée autour des principales villes de garnison.

25 "Ponosevac. La route partant du sud vers Ponosevac est jonchée de douilles

Page 1909

1 vides, notamment des grenades de 40 millimètres. Les villages au sud de

2 Ponosevac sont déserts. Le bétail a été abattu dans les champs, les maisons

3 ont été littéralement aspergées de tirs. Ponosevac est vide, à l'exception

4 de la JSO et de la PJP qui organisent des patrouilles à partir de Decani en

5 utilisant des véhicules de transport de troupes, notamment des TAB C 79 et

6 IPR, semblable aux M-60. La plupart des villageois sont maintenant

7 concentrés au niveau de Junik, il y en a environ quelque 3 000 qui ont

8 suffisamment de vivre et d'eau, mais aucun téléphone.

9 "Commentaire. Cette opération JSO/PJP a peut-être pour but de bloquer la

10 circulation sur cette route et de faire en sorte de couper les renforts et

11 ravitaillements à l'UCK, à Jablanica.

12 "MUP. En général, il y a eu augmentation de l'effectif, particulièrement

13 dans la région ouest. Tous les autres VCP sont normaux, mais il y a une

14 augmentation du déploiement des véhicules de transport de troupes. Le

15 nombre de MUP semble être environ légèrement supérieur à 400 avec 26

16 véhicules de transport de troupes.

17 "6 BOV-M ont été vu se dirigeant vers le sud sur l'autoroute à partir de

18 Belgrade. Il s'agit du weekend du 9 au 10 mai.

19 "Route de Pec et de Pristina. La route est ouverte à la circulation entre

20 Pec et Klina. Toutefois, pour ce qui est du tronçon entre Kijevo et

21 Komorane, il s'agit d'un tronçon qui est toujours fermé du fait de tirs

22 sporadiques. Très peu de circulation.

23 "Région de Drenica. Cette région est calme et ne semble pas connaître de

24 problèmes, à l'inclusion de la zone de Lausa, qui est maintenant la seule

25 voie d'accès.

Page 1910

1 "VJ. Les déploiements de la VJ sont encore une réalité autour des villes de

2 garnison, tel que cela a été indiqué dans notre dernier rapport. Mais il

3 n'y a pas eu d'autre évolution.

4 "Evaluation. C'est une situation qui pourrait très rapidement

5 connaître une escalade avec perte de contrôle. Il y a des pourparlers en

6 cours afin de voir si les forces de sécurité serbes pensent qu'elles sont

7 en train de perdre le contrôle de la situation. Des mesures terroristes

8 dans la région de Ponosevac indiquent que le cheminement tactique n'a pas

9 encore changé."

10 Alors il est question de mesures terroristes assez dures auxquelles vous

11 faites allusion. A quoi faites-vous allusion ?

12 R. Je pense qu'au paragraphe 2, un paragraphe qui est afférent à

13 Ponosevac, il est indiqué que : "La route est jonchée de douilles vides",

14 et je vous ai indiqué que c'était une route, je vous l'ai montré

15 d'ailleurs, c'est une route à l'ouest, à partir du sud de Djakovica qui

16 contourne en fait Ponosevac. Il faut savoir que l'ensemble de la région

17 avait été abandonné. Hormis, bien entendu, la présence de militaires, le

18 bétail avait été entièrement tué, la plupart des maisons se trouvaient dans

19 un très mauvais état puisqu'elles avaient essuyé les tirs continuent des

20 forces de sécurité serbes. En fait, les gens avaient été chassés de leurs

21 maisons et avaient dû fuir pour essayer de se mettre en sécurité. Il faut

22 savoir que dans ce cas d'espèce, la plupart ont décidé de se diriger vers

23 le nord, vers le Monténégro, mais pas la totalité. Car certains sont allés

24 vers l'ouest en direction de l'Albanie.

25 Q. Vous nous avez dit que le tronçon de route sur la route Pristina-Pec

Page 1911

1 avait été fermé, il s'agit du tronçon entre Komorane et Kijevo. Est-ce que

2 vous pouvez nous indiquer cette route et vous nous expliquez pourquoi ?

3 R. Il s'agit de la route principale à partir de Pristina jusqu'à Pec.

4 Comme je vous l'ai indiqué auparavant, il y a quatre routes que l'on trouve

5 dans cette région. Vous avez une route à partir de Kosovska Mitrovica au

6 nord, qui passe par Rudnik jusqu'à Pec. Ensuite, vous avez la route entre

7 Pristina et Pec à proprement parler. Ensuite, à partir de Pristina vers le

8 sud vers Shtime, jusqu'à Suva Reka, Prizren. Ce sont des routes qui avaient

9 été plus ou moins fermées par l'UCK qui avait des positions peu importantes

10 sur ces routes. La plupart de la Vojska Jugoslavije venait maintenant vers

11 Urosevac et ensuite au-dessus des montagnes ou par-dessus les montagnes

12 vers Prizren. En fait, cela indiquait, je pense, que l'UCK avait

13 l'intention d'augmenter son autorité sur des régions du Kosovo en indiquant

14 qu'ils pouvaient tout à fait bloquer des axes routiers principaux.

15 Q. Vous souvenez-vous, précisément, pour ce qui est de la route Pristina-

16 Pec, vous souvenez-vous précisément où est-ce qu'elle était fermée entre

17 Komorane et Kijevo ?

18 R. Oui. Elle était fermée au niveau d'un endroit qui se trouve à l'ouest

19 de Komorane, voilà où cela se trouve. Il avait également -- elle avait été

20 fermée à Lapusnik, c'est ce village dans cette zone montagneuse et, en

21 fait, l'UCK avait établi un poste de contrôle, avait bloqué la route avec

22 des positions de défense légères qui avaient été placées autour.

23 Q. Vous savez procéder à une évaluation, vous avez indiqué que la

24 situation pouvait, à nouveau, se détériorer très rapidement si les forces

25 de sécurité serbes pensaient qu'elles perdaient le contrôle de la

Page 1912

1 situation. Pourquoi avez-vous dit cela à ce moment-là ?

2 R. Comme je vous l'ai déjà indiqué, la région qui se trouve à l'ouest ici

3 a une route qui se trouve au sud de Djakovica vers Ponosevac, jusqu'à Junik

4 -- en fait, je pense à la plupart des villages qui se trouvent entre Pec et

5 Decani et en remontant vers Djakovica c'étaient des villages qui, pour la

6 plupart, avait été entièrement désertés et qui avaient été extrêmement

7 détériorés. Les indications que nous avions étaient qu'il y avait une

8 tactique serbe. Nous allons en quelque sorte faire une guerre éclair dans

9 cette région, faire en sorte que la population civile soit expulsée afin

10 d'essayer d'assurer le contrôle militaire de la région, et ce par

11 l'entremise de la peur, de la crainte, plutôt qu'en utilisant une

12 stratégie. Ceci étant dit, ils ont réussi à chasser la population civile de

13 la région, mais cela ne signifie pas pour autant, comme je l'ai déjà dit à

14 maintes reprises, qu'ils contrôlaient la région. Ils contrôlaient la région

15 qui se trouvait autour des endroits dont ils assuraient la défense, les

16 endroits qui se trouvaient le long de ces routes, comme je l'ai indiqué,

17 mais ils ne contrôlaient rien d'autre.

18 Q. Qui contrôlait la région, hormis ces routes principales dont la défense

19 était assurée ?

20 R. Comme je vous l'ai déjà indiqué, c'était une situation particulièrement

21 fluide. Il faut savoir que l'UCK, hors de l'endroit où les forces de

22 sécurité serbes avaient des positions, l'UCK pouvait se déplacer, pouvait

23 déplacer ses hommes, son matériel, et pouvait continuer comme il l'avait

24 fait jusqu'à présent.

25 Q. J'aimerais vous demander de prendre le document suivant, qui en fait

Page 1913

1 est un rapport du Corps de Pristina donc un rapport de l'armée yougoslave,

2 et c'est signé. C'est un document donc qui est signé par le général

3 Pavkovic. Au paragraphe premier de ce document, il présente une évaluation

4 et propose l'engagement du Corps de Pristina. Il s'agit d'un document qui

5 peut être rendu public, mais je vais vous donner lecture de certains

6 paragraphes, Monsieur Crosland, puisque je souhaiterais attirer votre

7 attention sur certains éléments.

8 Vous avez le deuxième alinéa du premier paragraphe qui indique, et je

9 cite : "La situation relative à la sécurité sur le territoire du Kosovo et

10 de Metohija devient de plus en plus complexe de jour en jour, du fait des

11 opérations des Siptar dont les attaques fréquentes sont en augmentation. Ce

12 sont des attaques qui sont menées à bien contre le MUP, contre des citoyens

13 de nationalité serbe, et contre les Siptar qui sont loyaux au système, et

14 ce, afin de semer la crainte, la peur et l'incertitude.

15 "L'objectif fondamental des terroristes Siptar, pendant cette phrase,

16 est de prendre le contrôle d'une grande partie du territoire du Kosovo et

17 du Metohija, et ce, afin de créer une armée de libération qui, pour la

18 communauté internationale, représenterait une armée populaire légitime et

19 non pas une organisation terroriste.

20 "Donc, avec cet objectif présent à l'esprit, ils oeuvrent pour

21 renforcer leurs nombres. Ils parviennent à leur fin par le biais de

22 recrutement volontaire et en utilisant des méthodes de menaces et de

23 chantage. Ainsi, l'organisation terroriste a pu, en un laps de temps

24 relativement bref, mobiliser des forces au nombre respectable, des forces

25 qui s'élèvent, à l'heure actuelle, au nombre de 3 500 à 4 500 hommes qui

Page 1914

1 sont armés et formés pour des attaques armées et des opérations de

2 guérilla.

3 "En utilisant ce genre d'opération et en utilisant le renseignement

4 et la sécurité, des mesures de soutien logistique et en utilisant des

5 compagnies de génies, les forces terroristes revêt de plus en plus -- ont

6 de plus en plus l'apparence d'une organisation militaire. Ils sont en train

7 d'établir des unités allant de la section à la compagnie.

8 "Le cadre du commandement est composé d'anciens officiers de la JNA

9 qui ont la nationalité Siptar, d'un certain nombre d'officiers venant des

10 armées croates et musulmanes, et de mercenaires de la République d'Albanie.

11 "Les membres de l'organisation terroriste insistent sur le moral de

12 ses membres, le fait que la résistance armée est importante, et ce, dû à

13 l'inefficacité du MUP et des opérations médiocrement menées à bien dont le

14 but était de détruire ces noyaux de terroristes."

15 J'aimerais vous poser une question à propos de ces paragraphes. Est-

16 ce que vous connaissiez le général Pavkovic ?

17 R. Oui.

18 Q. Vous l'avez-vous rencontré ?

19 R. Oui, je l'ai rencontré à plusieurs reprises.

20 Q. A propos de ces paragraphes, que pensez-vous de -- qu'en est-il de

21 votre évaluation, à savoir l'objectif des terroristes Siptar est d'assumer

22 le contrôle d'une vaste partie du territoire au Kosovo et à Metohija ?

23 R. Oui, je pense que cela correspondait, comme je vous l'ai déjà dit, à un

24 objectif à long terme, un objectif qui, au début de 1997, ainsi qu'en 1998,

25 était d'avoir une armée de libération qui commençait en fait, apparemment,

Page 1915

1 à acquérir une certaine crédibilité internationale. Comme je l'ai déjà dit

2 auparavant, cette idée de la Grande Albanie, qui incluait -- ou en tout

3 cas, c'est ce qu'ils espéraient puisqu'ils espéraient y inclure la province

4 du Kosovo, était une idée importante.

5 Je pense que les chiffres cités par le général Pavkovic peuvent

6 porter à controverse. Je dirais moi-même qu'il s'agissait en fait de

7 chiffres compris entre 400 et 500 pour ce qu'on appelle le noyau dur de

8 l'UCK. Il est difficile de dire qui a raison. Mais s'il prend en

9 considération le nombre potentiel de personnes qui apparemment faisaient

10 l'objet de formation en Albanie, alors je pense que ces chiffres compris

11 entre 3 500 et 4 500 ne semblent pas trop exagérés.

12 Q. Pour ce qui du fait que cette organisation voulait, en fait, être

13 considérée comme une organisation militaire et qu'elle était en train

14 d'établir des sections, des compagnies, et cetera, est-ce que vous avez

15 observé ce phénomène à ce moment-là ?

16 R. Je dirais en fait qu'il est très, très difficile de considérer une

17 organisation terroriste de la même façon que l'on considère des forces

18 régulières qui se fondent sur une structure -- une organisation bien

19 précise, avec des sections, une section qui comprend 30 personnes, et

20 ensuite, une compagnie qui est composée de 100 soldats, puis, vous avez le

21 bataillon, le régiment dont les chiffres sont compris entre 400 et 600.

22 Personnellement, je me suis rendu dans cinq ou six bases de l'UCK qui se

23 trouvaient un peu éparpillées au Kosovo pendant mon séjour là-bas. Je

24 dirais, qu'en mai, ils n'étaient pas aussi organisés que l'affirmait le

25 général Pavkovic. Il se peut, en fait, qu'il utilisait cela pour sa propre

Page 1916

1 propagande, et en fait, qu'il voulait véritablement obtenir le soutien

2 idoine adéquat pour pouvoir lutter contre cela, et que donc il avait

3 présenté un point de vue un peu idéalisé de cela. Mais bon, c'est un

4 problème qui était un véritablement problème et qui ne faisait

5 qu'augmenter. Mais pour dire qu'il y avait cette organisation entre

6 sections et compagnies avec des unités de 30 hommes et des unités de 100

7 hommes, je pense que cela était probablement une façon, en fait, d'exagérer

8 un peu. Il y avait donc un commandement, un contrôle de base. Je pense --

9 j'insiste sur ce qualificatif de base. Je pense, en fait, qu'il y avait

10 donc un chef qui avait ce que je pense était à l'époque un semblant

11 d'autorité, lorsqu'il contrôlait, par exemple, une route.

12 Q. Saviez-vous s'il y avait des officiers des armées musulmanes ou

13 croates ? Est-ce que vous en avez rencontré, comme cela est suggéré ici ?

14 R. Oui. L'ancien chef d'état-major au Kosovo, le général Agim Ceku, qui

15 était croate, ex-croate. Oui.

16 Q. Le général Ceku était membre de l'UCK ?

17 R. Oui, c'est exact.

18 Q. Il dit également que le moral et la détermination à avoir cette

19 résistance armée, pour ce qui est des membres de l'organisation terroriste,

20 avait le vent en poupe, et ce, du fait de l'inefficacité du MUP et de ses

21 opérations médiocrement organisées dont le but était de détruire des noyaux

22 terroristes.

23 Est-ce que cela est exact ?

24 R. Oui. Je pense que cela était exact. C'est ce qu'il faut penser à la

25 façon -- aux méthodes opérationnelles du MUP, ce que je viens de décrire.

Page 1917

1 Donc, il y avait, par exemple, des villages ou les villageois qui

2 entendaient, soit à la radio locale, qu'ils allaient essuyer des feux, des

3 tirs. Ensuite, il y avait quelques obus qui étaient lancés pour effrayer la

4 population locale. Puis ensuite, l'on avait tendance à raser ce village

5 particulier et à l'effacer.

6 Donc, cela ne faisait pas -- n'était pas véritablement fait pour améliorer

7 le moral. Ensuite, ils arrivaient dans un village vide et se demandaient ce

8 qu'ils faisaient. Alors, est-ce que c'est ainsi -- cette population qui

9 avait été expulsée était une population qui aurait peut-être pu être dans

10 votre camp, alors que ce sont des opérations qui ont été menées à bien

11 contre eux. Donc, c'est assez contreproductif. Je dois vous dire que cela

12 était assez typique de ce qui se passait dans la région des Balkans à ce

13 moment-là, puisque c'est quand même la population civile qui a essuyé le

14 plus gros des opérations à ce moment-là.

15 Q. Si vous tournez la page, Monsieur Crosland, vous voyez, en fait, qu'il

16 est dit que les opérations -- les forces du MUP n'ont pas pu assurer le

17 blocus, la destruction des noyaux terroristes à Drenica.

18 Ensuite, il est indiqué : "Nous estimons que les forces terroristes

19 contrôlent, à l'heure actuelle, quelques 30 % du territoire du Kosovo. Ils

20 ont su mettre sous contrôle la partie Mitrovica-Pec, ainsi que les routes

21 Pristina-Pec, ainsi que toutes les routes locales dans les régions de

22 Drenica, Decani, et Djakovica."

23 Qu'en pensez-vous, Monsieur Crosland ?

24 R. Comme je l'ai déjà indiqué sur la carte, vous avez ces trois routes

25 principales qui vont de Pec vers Pristina, puis ensuite, Pristina-Pec et

Page 1918

1 Pristina-Stimlje. Il faut savoir que ces trois routes avaient été fermées

2 par l'UCK. La troisième faisait l'objet d'embuscades fréquentes et

3 régulières de la part de l'UCK, ce qui fait que cela ne faisait

4 qu'augmenter la difficulté vécue par le MUP et les forces de l'armée

5 yougoslave. Comme je l'ai déjà dit, je pense que c'est le général Pavkovic

6 qui, en fait, branlait un peu le MUP, et qui, jusqu'à ce moment-là, avait

7 pu répondre de façon un peu plus concertée. Je pense que le général

8 Pavkovic ainsi que les différentes autorités du MUP à Pristina voulaient

9 essayer de fusionner, en quelque sorte, les deux opérations. Comme je l'ai

10 déjà dit, il y avait l'armée yougoslave, la VJ, qui devait, en fait, mener

11 à bien des opérations hors du territoire qu'ils défendaient, hors de la

12 frontière qu'ils défendaient. Il s'agissait de l'ensemble de la province du

13 Kosovo pour pouvoir maintenir des lignes de communication, des lignes de

14 défense également, pour des régions qui étaient -- des régions assez

15 importantes qui étaient serbes.

16 Q. Qui damait le pion aux autres à ce moment-là ? Est-ce que c'était les

17 forces de sécurité serbes ou est-ce que c'était l'UCK ?

18 R. Je vous dirais qu'il est très difficile de savoir qui tenait la dragée

19 haute à ce moment-là. Comme le dit le général Pavkovic, l'UCK détenait, en

20 quelque sorte, quelques 30 % du territoire. D'onc c'était encore

21 véritablement une armée de libération en herbe. Pour ce qui est des

22 chiffres, à proprement parler, les forces de sécurité serbes auraient pu

23 être utilisées de façon beaucoup plus judicieuses et surtout de façon

24 beaucoup plus efficace contre l'Armée de la libération. Mais ils ont tiré

25 des enseignements des événements. Ils n'étaient pas préparés à essayer de

Page 1919

1 combattre -- essayer de revenir à chaque fois. Donc, c'était une opération

2 très difficile, lorsqu'on pense qu'elle a été menée à bien par des forces

3 régulières.

4 Q. Lorsque vous dites une opération très difficile qui devait être menée à

5 bien par des forces régulières, vous faites référence aux forces serbes qui

6 essayaient de contrecarrer la tactique de l'UCK à ce moment-là ?

7 R. Oui, c'est exact. Parce qu'il faut savoir quel était le modus operandi,

8 donc essayer de chasser les gens, personne ne restait. Donc, s'il n'y avait

9 personne, personne n'était tué. Les gens se déplaçaient. Il y avait

10 beaucoup de munitions qui étaient utilisées. Il n'y avait pas beaucoup de

11 morts, très heureusement. Mais du point de vue militaire, est-ce que cela

12 permettait aux forces serbes de parvenir à l'objectif qu'elles s'étaient

13 fixées ?

14 Q. J'aimerais vous demander de prendre le document suivant, qui correspond

15 à l'intercalaire numéro 18. Il s'agit d'un télégramme diplomatique en date

16 du 14 mai 1998, et ce qui m'intéresse ici, uniquement, c'est le paragraphe

17 6.

18 "Situation en matière de sécurité. Dans la presse de ce jour, on signale

19 une attaque montée par une cinquantaine d'Albanais armés contre une

20 communauté serbe qui s'appelle -- qui se trouve à côté de Klina. Un

21 policier a été blessé. Si c'est vrai, ceci représente une montée en

22 puissance des actions de l'UCK. D'après les sources officielles serbes, dix

23 Albanais ont été tués à Smonica, près de la frontière entre l'Albanie et la

24 RFY, après une erreur de manipulation d'un lance-grenade. D'après les

25 sources albanaises cependant, ces dix personnes ont été tuées par des mines

Page 1920

1 terrestres. Aujourd'hui, dans 'Dnevni Telegraf' qui est considéré comme

2 étant proche des services de Sécurité, on affirme que Stanisic, responsable

3 des services secrets et conseiller de Milosevic en matière de sécurité, a

4 été placé à la tête des opérations de police au Kosovo. Mon attaché

5 militaire est en visite au Kosovo aujourd'hui."

6 Pouvez-vous nous indiquer où se situe Klina sur la carte, s'il vous plaît.

7 R. Klina, c'est une petite agglomération qui se trouve sur l'un des axes

8 routiers principaux, et c'est dans ce que j'appelle le corridor qui vient

9 de l'ouest, qui passe par Decani, Jablinica, et qui arrive à Klina.

10 Ensuite, la route part vers Josanica, à l'est, dans la zone de Drenica. Il

11 s'agissait d'une route qui faisait l'objet de patrouilles par l'UCK, et il

12 y avait également des positions fixes occupées par les forces serbes sur

13 cette route.

14 Pendant cette attaque précise, je n'étais pas moi-même présent au moment

15 où cela s'est passé. Mais c'était caractéristique de ce qui se passait.

16 Parce que Klina, c'était une ville où il y avait, à la fois des Albanais et

17 des Serbes. Il y avait, encore une fois, un poste de police au centre-

18 ville, où les policiers étaient censés faire ce qu'ils sont censés faire en

19 temps normal, à savoir prendre soin de la population civile. Donc, c'était

20 une cible facile, et cela a été facile pour l'UCK de s'attaquer à cette

21 cible vulnérable.

22 Q. Passons maintenant au document suivant qui se trouve à l'intercalaire

23 numéro 19. Nous avons ici un télégramme diplomatique en date du 15 mai

24 1998. C'est le paragraphe 8 qui m'intéresse ici, Monsieur Crosland. Je vais

25 en donner lecture, je cite :

Page 1921

1 "Mon attaché militaire a fait un rapport détaillé au ministère de la

2 Défense sur sa visite du 14 mai. Les opérations du MUP continuaient et

3 étaient en cours à Djakovica et Ponosevac. Des policiers des forces

4 spéciales de toutes sortes étaient visibles, même s'il n'y avait pas

5 d'activités visibles de la VJ près des zones frontalières. L'attaché

6 militaire ainsi que ses confrères ont été retenus brièvement par l'UCK, et

7 il est manifeste que l'UCK contrôle de fait des nombreuses zones de Drenica

8 et probablement d'autres zones également."

9 Nous nous trouvons donc au 15 mai. C'est peut-être un peu répétitif, mais

10 nous sommes en train d'essayer de remonter la chronologie. Pouvez-vous

11 encore nous indiquer où se trouve Ponosevac.

12 R. Ici, vous avez Djakovica, et ici, vous avez Ponosevac, Junik. Il y a eu

13 des combats extrêmement violents dans toute cette zone parce que l'UCK

14 avait essayé de prendre pied dans la ville de Junik, et ceci a entraîné une

15 réaction très violente des forces de sécurité ultérieurement. Ceci est

16 indicatif des conflits extrêmement violents qui ont eu lieu dans cette zone

17 pendant toute cette partie du milieu de 1998.

18 Q. Dans ce rapport, il est indiqué que vous avez été retenu brièvement en

19 mai ce jour-là par l'UCK. Vous souvenez-vous où cela s'est passé ? Quand ?

20 R. Oui. Nous avions pris la direction de Klina, dans notre véhicule, ce

21 que j'indique ici. Ensuite, nous avons pris une route vers Josanice. Nous

22 avons passé une position serbe et nous avons ensuite été interceptés ici,

23 près de Lausa, parce que c'était une zone qui était encore tenue par

24 l'Armée de libération du Kosovo.

25 Q. Pendant combien de temps avez-vous été retenu ?

Page 1922

1 R. Sans doute, trois quarts d'heure à peu près. Je crois que c'est sans

2 doute ce jour-là que nous sommes allés dans un autre QG de l'UCK à Vojcnak,

3 qui se trouve au nord, l'endroit que je vous indique maintenant sur la

4 carte à l'ouest, quelque peu à l'ouest de la zone de Drenica.

5 Q. Pourquoi dites-vous qu'il est manifeste que l'UCK contrôle Drenica et

6 sans doute d'autres zones ?

7 R. En traversant cette zone, on voyait que l'UCK s'était emparé de

8 positions qui précédemment étaient des positions du MUP, et l'UCK était

9 plus visible que les forces de sécurité serbes dans cette zone. C'était une

10 évolution, un flux et un reflux auquel on avait assisté pendant toute la

11 durée de cette année.

12 Q. Passons maintenant au rapport suivant, du 27 mai, 12 jours plus tard,

13 12 jours après le rapport que nous venons d'examiner. Moi, ce qui

14 m'intéresse ici ce sont les paragraphes 8 et 9. Je cite :

15 "La situation en matière de sécurité semble s'être gravement détériorée ces

16 derniers jours. Selon certains rapports, notamment venant des journalistes

17 britanniques, il y a eu des combats très violents à Decani et Drenica. Les

18 Albanais affirment régulièrement qu'il y a eu des massacres et des attaques

19 menés contre des villages. Les forces de sécurité délivrent des rapports

20 fréquents au sujet d'attaques contre des patrouilles de police et parlent

21 notamment de deux enlèvements de policiers serbes depuis le weekend. On

22 parle de l'existence d'un camp de prisonniers de l'UCK près de Glogovac.

23 Bien que tout cela soit impossible à confirmer, et qu'il y ait là sans

24 doute des manúuvres de propagande et de sensationnalisme menées dans les

25 deux camps, l'impression générale, c'est que la violence se développe au

Page 1923

1 moment où les forces de sécurité et l'UCK essaient de prendre le contrôle

2 du corridor extrêmement stratégique qui se trouve entre Drenica et Decani.

3 Les forces de sécurité semblent avoir un rôle particulièrement active dans

4 la zone située autour des villages de Jablanica et Glodjan, dont on estime

5 qu'il s'agit de QG importants de l'UCK.

6 "Le 26 mai, l'attaché militaire en exercice a pu voir 11 autocars du MUP,

7 30 poids lourds, ainsi que des véhicules de la police spéciale qui

8 remorquaient des pièces d'artillerie et qui venaient depuis la route

9 principale de Pristina à Pec. Il s'agit peut-être d'une relève habituelle,

10 mais en tout cas, cela indique qu'il y a une très forte présence du MUP

11 dans la zone.

12 "Le 27 mai, il a vu des maisons gravement endommagées et incendiées au nord

13 de Drenica. Des témoins oculaires locaux ont parlé d'événements qui vont

14 dans le sens des opérations de la JSO. Il est très difficile d'accéder à la

15 zone de l'ouest. Le MUP a mis en place de nouveaux points de contrôle au

16 sud-est du Kosovo, près d'Urosevac et Gnjilane. Le premier secrétaire en a

17 compté huit le 24 mai. Stojilkovic, ministre serbe de l'Intérieur, a

18 déclaré le 26 mai que la police au Kosovo serait plus efficace. Désormais,

19 vu sa réputation, ceci suffit à nous inquiéter. C'est alarmant. D'autre

20 part, on affirme dans la presse que les forces paramilitaires d'Arkan sont

21 actives au Kosovo. La MCCE a récemment rencontré des hommes dont on leur a

22 dit qu'ils travaillaient pour Arkan. L'UCK, quant à elle, a mis en place

23 des points de contrôle sur les routes principales. L'une d'entre elles est

24 à deux kilomètres seulement d'un point de contrôle tenu par le MUP. D'autre

25 part, on parle également de l'interception de poids lourds arrivant au

Page 1924

1 Kosovo, et de l'aide humanitaire qui est interceptée."

2 Premier paragraphe, Monsieur le Témoin, le paragraphe 8. On parle de

3 combats violents à Decani, Drenica. Je sais que ceci date de 12 jours après

4 le premier incident, mais pouvez-vous nous faire des observations au sujet

5 des événements en cette zone le 27 mai ?

6 R. Il s'agit des deux zones qui, apparemment, étaient considérées comme

7 deux zones essentielles par les deux camps. La zone de Drenica était une

8 zone qui, historiquement, était une zone albanaise qui avait un grand

9 intérêt pour les Albanais. Decani, comme je l'ai déjà dit, cela se trouve à

10 proximité de la frontière albanaise, une frontière par laquelle arrivait

11 des renforts, du ravitaillement.

12 Q. Les renforts et les ravitaillements de qui ?

13 R. De l'UCK.

14 Q. Le camp de prisonniers de l'UCK situé à proximité de Glogovac, en avez-

15 vous entendu parlé vous-même ? Avez-vous entendu parlé de ces rumeurs ?

16 R. Oui. Nous avons essayé de nous approcher de cet endroit à Glogovac, qui

17 se trouve ici au nord de Komorane. C'est une zone minière ancienne qui

18 ensuite a été utilisée par les Serbes comme une sorte de camp de

19 prisonnier, un camp de détention. Mais comme c'est indiqué ici, il était

20 impossible de vérifier, de confirmer cette information dans un sens ou dans

21 un autre.

22 Q. Avez-vous quoi que ce soit à ajouter au sujet du paragraphe numéro 9 ?

23 R. Pour la première fois, en vérité, l'essentiel des combats avait lieu

24 dans cette zone de Podujevo à Pristina jusqu'à Urosevac, et à Giljane,

25 c'est ici. C'est la première fois qu'on voyait des activités de l'UCK se

Page 1925

1 développer à l'est de cette zone. Cela, c'était sans doute un facteur

2 important qui nous montrait que l'UCK commençait à se déplacer vers

3 Giljane. Son influence commençait à s'y manifester. Giljane, une ville

4 campagnarde, si l'on peut dire, avec aussi bien des Albanais que des

5 Serbes.

6 Q. Est-ce que c'est sur la carte ?

7 R. Non. Mais si on continue à partir d'Urosevac vers l'est, à peu près à

8 40 kilomètres, vous trouvez la ville de Giljane, avec une brigade de la

9 Vojska Jugoslavije et une forte population albanaise.

10 Q. Passons au document suivant. Il s'agit d'un télégramme diplomatique en

11 date du 29 mai. Paragraphe numéro 3. Je cite :

12 "Les incidents continuent à se manifester. La circulation et les

13 déplacements restent restreints. La situation à Decani et aux alentours est

14 toujours confuse avec poursuite de combats depuis quatre jours. La presse à

15 Belgrade continue à affirmer que l'UCK assiège la ville, et à estimer qu'il

16 était scandaleux que ceci ait pu arriver, qu'on ait pu permettre cela.

17 Selon des sources albanaises, des centaines d'Albanais n'osent pas quitter

18 leurs maisons par crainte d'essuyer les tirs des Serbes qui continuent à

19 contrôler le centre-ville, et il n'y a plus de nourriture. D'après certains

20 rapports, il y a des combats dans les rues de la ville. Si les médias

21 arrivent à retourner dans la ville, les images des destructions, quels que

22 soient les responsables, pourraient avoir un impact émotionnel très

23 important.

24 "La branche locale du conseil chargé de la défense des droits de l'homme et

25 de la liberté a lancé un appel à l'aide humanitaire pour Decani. Ils

Page 1926

1 affirment que la situation est compliquée par l'arrivée de milliers de

2 réfugiés venant de villages environnants près de la frontière, et qui se

3 cherchent à se réfugier dans la ville.

4 "Il semble qu'il y ait eu de nouvelles attaques contre le point de contrôle

5 tenu par la police à Komorane, à 21 kilomètres à l'ouest de Pristina sur la

6 route de Pec, et de nouveaux affrontements à Slatina, près de l'aéroport de

7 Pristina, à 12 kilomètres de la ville. Selon des sources albanaises, trois

8 personnes sont mortes, et une autre a été blessée lors d'un incident près

9 d'Orahovac lorsqu'une voiture essuyaient les tirs de la police."

10 Monsieur le Témoin, ici encore, je vais vous demander de regarder la carte,

11 de nous indiquer sur cette carte où se trouve la ville de Decani ou la

12 zone.

13 R. Decani se trouve là, la zone de Junik, dont j'ai dit que cela

14 commençait à devenir le point focal des activités serbes et des activités

15 UCK qui se disputaient le contrôle de cette petite ville. Comme je l'ai

16 dit, la zone frontalière devenait une zone de plus en plus problématique.

17 Il était très difficile pour ceux qui habitaient dans des villages serbes

18 ou albanais de continuer à habiter là. La plupart des Serbes d'ailleurs

19 s'étaient déplacés vers le col de Rugova, dans cette zone, quant aux

20 Albanais, ils avaient pris la fuite vers le Montenegro et également vers

21 l'ouest, vers l'Albanie. Mais ceci indique, ceci met en lumière le fait que

22 cette zone était une zone stratégique, névralgique pour le ravitaillement à

23 partir de l'Albanie, pour le Kosovo c'était une zone névralgique également,

24 car pour les Serbes qui souhaitaient mettre un terme à ces activités

25 illégales, à ces franchissements de la frontière internationale. On parle

Page 1927

1 également d'une attaque contre la route principale, entre Pristina et

2 Komorane qui avait été bloquée par l'UCK à Lapusnik. A Komarane, il avait

3 un point de contrôle du MUP très important. On se trouve, à ce moment-là,

4 au milieu de l'été avec de très longues journées, les gens sortaient et

5 s'amusaient à tirer sur les policiers au cours de la nuit.

6 Slatina est plus proche. Si vous avez un lieu qui s'appelle Veliki Slatina,

7 c'était un poste avancé du MUP qui assurait la garde de la route qui allait

8 au sud vers l'aéroport de Pristina qui, bien entendu, était un point clé

9 pour les Serbes.

10 Q. Donc les combats se rapprochaient de Pristina à ce moment là ?

11 R. Oui. Je pense que ceci nous indique bien la manière dont procédaient

12 les Serbes, les Serbes dont les positions statiques faisaient l'objet

13 d'attaques. On va voir que cela va se rapprocher, dans les mois qui vont

14 suivre, de Pristina tout cela.

15 M. CAYLEY : [interprétation] Je ne sais pas si vous souhaitez que nous

16 faisions une pose maintenant Monsieur le Président ?

17 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Effectivement, ce serait une bonne

18 idée. Nous allons reprendre à 17 heures 50.

19 --- L'audience est suspendue à 17 heures 28.

20 --- L'audience est reprise à 17 heures 53.

21 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Monsieur Cayley, c'est à vous.

22 M. CAYLEY : [interprétation] Merci, Monsieur le Président.

23 Q. Passons, je vous prie, à l'intercalaire numéro 22. Le seul paragraphe

24 qui m'intéresse ici est le suivant, mais auparavant, il s'agit d'un rapport

25 régulier des opérations envoyées au commandement de la 3e Armée dans la

Page 1928

1 région militaire de Pristina. D'abord, qu'est-ce que c'était le

2 commandement de la 3e Armée ?

3 R. La 3e Armée se trouvait à Nis, son QG se trouvait à Nis à l'extérieur

4 de Pristina commandée par le général Pavkovic, et l'unité avancée de cette

5 formation c'était le 52e Corps qui était cantonné à Pristina, et qui était

6 responsable des opérations dans la province du Kosovo.

7 Q. La 3e Armée c'était le QG des forces qui se trouvait au Kosovo.

8 R. Oui.

9 Q. Nis est en Serbie ?

10 R. Oui.

11 Q. Qu'est-ce que c'est que ce document ? C'est un rapport, n'est-ce pas ?

12 R. Oui. C'est un rapport qui est établi par l'officier d'état-major de

13 Pristina, qui apparemment traite des opérations au quotidien et qui fait

14 rapport également des opérations, et ceci est envoyé de Pristina au grand

15 QG de Nis. Il s'agit d'un rapport de situation, sur ce qui se passe dans la

16 zone de responsabilité, on suit un format habituel et celui des rapports

17 dans lesquels on informe l'autorité supérieure de ce qui se passe.

18 Q. Paragraphe 8, je cite :

19 "Le matin du 8 juin, des terroristes albanais ont attaqué les villages de

20 Suvo Grlo, et de Banje dans la municipalité de Srbica. Il s'agit de village

21 à population serbe, dont les habitants ont eux-mêmes ont organisé leur

22 propre résistance."

23 Je vais revenir plus tard à ce point, mais j'aimerais auparavant que nous

24 passions au rapport suivant, qui est en date du 9 juin. C'est un rapport ou

25 un télégramme diplomatique, en date du 9 juin 1998, passons au paragraphe

Page 1929

1 consacré à la sécurité, le numéro 5, je cite :

2 "La situation en général semble plus calme, bien que des sources

3 albanaises continuent à signaler des pilonnages et des attaques aériennes

4 contre les villages situés à proximité de la frontière entre la RFY et

5 l'Albanie, en particulier dans la zone de Djakovica. Un soldat de la VJ a

6 été tué, et trois autres ont été blessés dans une attaque proche du village

7 de Popovac, à côté de Djakovica. Des Albanais armés ont attaqué les deux

8 derniers villages serbes de la vallée de Drenica, Banje, et Suvo Grlo. Les

9 échanges de tirs auraient duré plusieurs heures. C'est apparemment la

10 troisième attaque de ce genre ces derniers temps. On signale également des

11 tirs sporadiques à partir du point de contrôle de la police, à Komorane à

12 20 kilomètres à l'ouest de Pristina."

13 Les deux villages auxquels vous faites référence, ce sont les

14 villages qui sont mentionnés par le colonel Maksimovic, dans son rapport au

15 commandement de la 3e Armée, n'est-ce pas ?

16 R. Oui.

17 Q. Savez-vous où se situent ces deux villages à Drenica ? Est-ce que vous

18 pouvez nous les montrer, est-ce qu'on les trouve sur la carte ?

19 R. Ils ne seront pas sur la carte, parce qu'il s'agit de deux villages, de

20 très petits villages. Mais il s'agit d'une situation qui se trouve à côté

21 de la mine de Belacevac dans ce territoire, je suis sûr que M. Cayley va

22 traiter de cette zone plus tard. Mais en tout cas, on voit ici que les

23 combats s'étendent, ils sortent de la zone de Drenica, qui est sur la

24 vallée qu'on trouve ici, je l'ai déjà dit à plusieurs reprises, que cela

25 allait se passer, et on voit qu'on commence à identifier une menace sur la

Page 1930

1 capitale même, sur Pristina, en provenance de la vallée de Drenica. L'autre

2 ville qui est mentionnée, c'est celle de Popovac à côté de Djakovica, et

3 là, encore c'est un lieu que l'on ne trouve pas sur cette carte. Mais cela

4 se trouve à quatre ou cinq kilomètres à l'extérieur de Djakovica, quand on

5 prend la direction de Zrze, sur la route du sud qui va vers Prizren.

6 Q. Vous saviez vous-même, vous saviez personnellement que les villages de

7 Banje, Suvo Grlo, avaient été attaqués ?

8 R. Oui, nous savions qu'il y avait eu des incidents dans cette zone.

9 Q. De même pour le village de Popovac, près Djakovica, est-ce que vous

10 saviez vous personnellement qu'un soldat avait été blessé ou plutôt que

11 trois soldats avaient été blessés, et un tué ?

12 R. Je n'ai pas connaissance de cet incident particulier, mais je n'ai pas

13 de raison de mettre en doute la teneur de ce rapport, car comme je l'ai dit

14 à plusieurs reprises, la situation évoluait heure par heure et au jour le

15 jour également.

16 Q. Dans ce rapport une fois encore, on fait référence à des tirs venant du

17 point de contrôle de Komorane. Pouvez-vous nous l'indiquer ?

18 R. Komorane cela se trouve ici dans la vallée de Drenica, c'est le point

19 de contrôle principal qui gardait la route, qui allait à Pristina et à

20 Slatina également, Slatina c'est le lieu où se trouve l'aérodrome de

21 Pristina.

22 Q. Passons maintenant au document suivant, il s'agit d'un rapport de la

23 243e Brigade de blindés ou motorisée, à l'intention du commandement du

24 Corps de Pristina. Cette brigade motorisée, qu'est-ce que c'était ?

25 R. Cette brigade, elle était cantonnée à Prizren, que je vous indique ici

Page 1931

1 sur la carte. Sa mission c'était de tenir cette route, d'assurer la

2 sécurité de cette route jusqu'à Dulje, où il y avait environ deux à trois

3 cents hommes qui étaient déployés, ils étaient là pour faire en sorte que

4 la route reste ouverte, c'est-à-dire avec des véhicules de transport de

5 troupes blindées, et avec l'aide d'Urosevac, il devait faire en sorte que

6 la route reste ouverte jusqu'à Lipijan ou Urosevac. Donc c'était une

7 opération conjointe avec la VJ, qui avait pour objectif de faire en sorte

8 que la route reste ouverte, et ils ont enregistré de nombreuses pertes.

9 Suite à des embuscades dans une zone qui était une zone boisée et une zone

10 très accidentée.

11 Q. Je vais donner lecture de certains extraits de ce rapport. Paragraphe

12 numéro 1, je cite :

13 "A 10 heures 35, le 14 juin le DTG, le groupe de sabotage a ouvert

14 le feu avec des armes automatiques, à partir du village de Luznica, il n'a

15 pas été possible de déterminer à partir d'où le feu avait été ouvert, ceci

16 n'a pas entraîné de conséquence pour l'unité.

17 "A 11 heures 10, le même jour, une patrouille de reconnaissance qui

18 était en mission dans le village de Dulje-Luznica, est tombée dans une

19 embuscade dans le secteur déterminé par les coordonnées 925, et au cours de

20 cette embuscade deux soldats ont été légèrement blessés. On a riposté et la

21 patrouille de reconnaissance a été retirée du combat. Les soldats blessés

22 ont été envoyés à Urosevac pour y être soignés.

23 "A 12 heures 35, le même jour dans le secteur de Crnoljevo, près du

24 restaurant, une colonne de ravitaillement régulière de

25 BG-243, un groupe de combats est tombé dans une embuscade. Trois soldats

Page 1932

1 ont été gravement blessés et l'un a été plus légèrement blessé. Ils ont été

2 transportés au centre médical de Pristina, afin d'y recevoir des soins.

3 Paragraphe A, au bas de la page, perte en hommes, hommes gravement blessés

4 dans le secteur du village de Sonalevo. "Zeljko Antovic, fils de Vojislav,

5 Veroljub Smiljkovic, fils de Momir, et Stojan, fils de Mitar. Le soldat

6 Vojislav Vasic, fils de Zivadinka, légèrement blessé. Soldats légèrement

7 blessés dans le secteur du colonel de Dulje. Bogdanovic, et Slobodan Jokic,

8 fils de Vukisin."

9 Monsieur le Témoin, je sais que vous n'avez pas une connaissance détaillée

10 des événements qui sont mentionnés ici, mais pouvez-vous nous faire des

11 observations au sujet de ce rapport, puisque vous avez dit sur le

12 territoire de la 243e Brigade motorisée ?

13 R. Ces rapports vont tout à fait dans le sens des événements qui avaient

14 eu lieu dans cette zone. Comme je l'ai dit, il est très difficile d'aller

15 de Stimlje à Dulje à Suva Reka, à Prizren. C'est un terrain très accidenté.

16 Quand on empruntait cette route, on était susceptible de tomber des ces

17 embuscades, et à de très nombreuses reprises, il y avait de nombreux

18 endroits où on pouvait procéder à des attaques, et cette brigade

19 enregistrait de nombreuses pertes comme cela a été indiqué dans notre

20 rapport. Nous sommes ensuite allés aider -- apporter notre aide à plusieurs

21 membres de l'armée yougoslave qui avaient été blessés.

22 Q. Passons maintenant à l'intercalaire numéro 25. Le 16 juin 1998, il

23 s'agit d'un rapport qui vient du commandement de la région militaire de

24 Pristina à l'intention du commandement de la 3e Armée. Paragraphe numéro 8.

25 Je cite :

Page 1933

1 "Situation sur le territoire, lors de la cérémonie de départ de la recrue

2 Srecko Mihajlovic, village Dobrosebina, dans la municipalité de Zubi Potok,

3 l'oncle de la recrue a involontairement tiré dans la jambe de celui-ci qui

4 a été blessé par balle à la jambe. Des séparatistes Siptar, un terme

5 injurieux pour désigner les Albanais, ont attaqué une patrouille du MUP à

6 côté du village de Rakovina sur la route Djakovica-Klina. Un policier a été

7 tué et deux autres ont été blessés. Une colonne de la VJ qui transportait

8 des vivres a été attaquée sur la route d'Urosevac-Stimlje. Deux soldats et

9 un civil ont été blessés. Une patrouille de reconnaissance a été attaquée

10 aux environ de Juznice, Suva Reka. Deux soldats ont été tués."

11 Je sais très bien, Monsieur le Témoin, qu'une fois encore, vous n'avez pas

12 une connaissance détaillée de ces événements, mais je voudrais savoir ce

13 que l'on peut tirer comme conclusion de ce rapport vu la situation

14 générale ?

15 R. Ce rapport nous parle en premier lieu du village de Rakovina qui se

16 trouve dans la zone que je vous indique, c'est une zone où il y avait des

17 forces du MUP plus des forces ensuite de la Vosjka Jugoslavije jusque vers

18 l'est sur ce terrain élevé en altitude et l'idée c'était de pouvoir

19 surveiller la zone qui se trouvait à l'ouest de la rivière. Dans cette

20 zone, il y a eu de nombreuses attaques enfin des attaques sporadiques de

21 l'UCK pendant toute l'année parce qu'une fois encore on était dans la

22 situation où vous aviez des positions militaires statiques qui étaient des

23 cibles prises souvent par les combattants de l'UCK. Donc ceci nous montre

24 clairement une espèce de guerre -- ce qui se passait une espèce de guerre

25 d'usure dont faisaient l'objet les forces de sécurité serbes.

Page 1934

1 Q. Cette colonne, qui se déplaçait sur la route Urosevac-Shtime et au

2 cours de laquelle des personnes ont été blessées.

3 R. Urosevac-Stimlje, cela se trouve ici, à Urosevac, il y avait une

4 brigade de la Vojska Jugoslavije qui était déployée et cette colonne se

5 déplaçait vers un poste de commandement ou une tête de point à Stimlje.

6 Q. Avez-vous eu connaissance d'attaques menées sur cette route par l'UCK ?

7 R. Il y a eu de nombreuses attaques sur cette route parce que c'était une

8 route qui s'y prêtait vu la nature du terrain vu que c'était une zone très

9 boisée.

10 Q. Passons au document suivant en date du 18 juin 1998. Encore une fois,

11 un rapport régulier envoyé au commandement de la 3e Armée, un rapport qui

12 émane une fois encore du lieutenant-colonel Dragoslav Maksimovic.

13 Paragraphe 8.

14 "Entre 10 heures 00 et 11 heures 00, des groupes de Siptar, un terme

15 injurieux pour désigner les Albanais, des groupes de gangsters du village

16 de Crkvena Vodica, municipalité d'Obilic ont enlevé Milorad Spasic, père de

17 Zivko Spasic, qui avait été lui-même enlevé il y a un mois et dont on a --

18 au sujet duquel on a eu aucune information.

19 "Le frère de Milorad Spasic a été enlevé ce matin dans le village de

20 Crkvena Vodica, municipalité Obilic.

21 "Peu après 12 heures 00 aujourd'hui, sur le territoire de la mine de

22 Belacevac, des terroristes Siptar ont intercepté un véhicule motorisé gaz

23 où se trouvaient cinq personnes qui dont trois étaient des Siptar, et qui

24 ont été libérés immédiatement. Les deux autres Serbes ont été détenus ainsi

25 que le véhicule. Un des Serbes, Predrag Milic, du village de Plemetina, et

Page 1935

1 l'on ignore le nom du deuxième.

2 "La situation dans la municipalité de Stimlje est extrêmement confuse après

3 décès d'un soldat et d'un policier tués hier à Crnoljevo. Hier soir, après

4 l'assassinat du soldat et du policier, un groupe de Serbes ont brisé les

5 vitrines des commerces Siptar craignant un conflit direct, les opposant au

6 Siptar, la plupart des Serbes avaient évacué les femmes et les enfants, et

7 seul les hommes en âge de porter les armes et apte au service militaire

8 étaient au service militaire étaient restés à Stimlje."

9 Bien. Si on parle de cette mine de Belacevec à ciel ouvert qui a été

10 évoqué, est-ce que vous avez eu connaissance de cette attaque menée par les

11 Albanais ?

12 R. Nous savions que la situation autour de la mine de Belacevac, qui est

13 une mine très connue, enfin, qui tient beaucoup à cúur aux Serbes, nous

14 savions ce qui se passait. Il y avait là une localité où se trouvait

15 essentiellement des Serbes qui ont été attaqué, c'était habités par les

16 Serbes qui travaillaient dans la mine et ils ont fait l'objet d'une attaque

17 qui venait de la vallée de Drenica, ils ont été attaqué par l'UCK.

18 Q. Pouvez-vous nous indiquer où se trouve la mine ?

19 R. Ici, à dix kilomètres de Pristina, vous avez ici Obilic, qui se trouve

20 au nord. Je suis en train de vous l'indiquer sur la carte.

21 Q. Ces enlèvements dont on parle ici, vous n'avez pas connaissance vous-

22 même de l'enlèvement de ces personnes en particulier ?

23 R. Non, pas de ces personnes en particulier. Mais nous avions des

24 informations selon lesquelles des propriétés serbes -- des maisons serbes

25 isolées avaient été attaquées et qu'apparemment des gens avaient pu être

Page 1936

1 enlevés. Cela n'a pas été confirmé. J'imagine que c'était une terreur qui

2 avait pour objectif de la part de l'UCK de semer la terreur au sein de la

3 population pour augmenter leur main mise sur cette région.

4 Q. A la page suivante, je cite : "La situation dans la municipalité de

5 Stimlje est extrêmement complexe après qu'un soldat et un policier ont été

6 tués à Crnoljevo hier." Vous nous en avez parlé à plusieurs reprises. Je

7 sais. Est-ce que vous avez eu connaissance de ce type d'incident ou

8 d'incident similaire précédemment dans la région ?

9 R. Oui. Oui. Oui, parce que Stimlje c'était un poste avancé quand on

10 dirigeait vers la frontière. Il y avait là un QG de l'UCK. Nous y sommes

11 allés non loin. Il y avait souvent des attaques de l'UCK qui se

12 produisaient à cet endroit.

13 Q. Passons au document suivant qui se trouve à l'intercalaire numéro 27.

14 Il s'agit là d'un télégramme diplomatique qui est daté du 19 juin 1998. Au

15 paragraphe 3 et 4 que je vais lire.

16 "De sources serbes et albanaises, on rapporte qu'il y a eu de nouveaux

17 incidents, des rapports indiquent que trois policiers ont peut-être été

18 tués lors des incidents du 18 juin. Un communiqué de presse officiel

19 déclare que le 17 juin au soir, un groupe d'Albanais armés a tenté de

20 traverser la frontière entre la RFY et la Macédoine près du poste de

21 contrôle du Dgeneral Jankovic. Lorsque les Albanais ont refusé de

22 s'arrêter, les gardes, qui montaient la garde, qui assuraient -- la garde

23 ont tiré, forçant ainsi le groupe de repartir en Macédoine. Le rapport

24 déclare que des armes et des munitions ont été découverts sur le site après

25 la retraite des Albanais." Est-ce que vous connaissez ce poste de

Page 1937

1 frontière ?

2 R. Oui. Il s'agit du poste de frontière. Les axes principaux

3 -- sur l'axe principal entre Pristina au sud, et en direction de Skopje.

4 Q. Est-ce que vous pourriez me l'indiquer sur la carte, s'il vous plaît ?

5 R. Oui. Encore une fois, c'est la première fois que nous avions des

6 indications que -- des éléments que nous avaient été rapportés comme quoi

7 il y avait un effort conjoint, et un soutien de la part de la Macédoine à

8 l'UCK dans cette région. Il y avait différents incidents isolés qui se sont

9 produits à l'ouest. Il était très difficile de patrouiller la région encore

10 une fois, parce que c'était une région montagneuse au nord, et que la

11 frontière -- il s'agissait de la frontière au nord entre la Macédoine et le

12 Kosovo.

13 Q. Vous souvenez-vous de cet incident en particulier, lorsqu'il y a eu

14 cette incursion au niveau de la frontière entre la RSFY et la Macédoine ?

15 R. Oui. Parce que comme je vous l'ai dit, cela semble indiquer que le

16 problème était en train de s'étendre, et que cela ne venait pas seulement

17 du côté albanais, mais peut-être aussi du côté macédonien également,

18 lorsque cet incident en particulier s'est produit.

19 Q. Nous allons maintenant passer au rapport suivant, qui est daté du 20

20 juin. Il s'agit ici d'un rapport intérimaire envoyé au commandement de la

21 3e Armée au commandement du district militaire de Pristina.

22 "Deux Serbes ont été enlevés dans le village de Jelinac dans la

23 municipalité de Klina entre 13 heures et 14 heures aujourd'hui.

24 L'enlèvement a eu lieu dans le champ qui avait été labouré près de la

25 maison. Drago Vostanic, fils de Trajko, né en 1931, et Radomir Vostanic,

Page 1938

1 fils de Milutin, né en 1928. "Trois familles Dobric ont été chassés du

2 village de Veliki Djurdjevac dans la municipalité de Klina.

3 "Les Serbes quittent le village de Dusevic dans la municipalité de Klina,

4 sous la pression des terroristes albanais.

5 "Les terroristes sont en train de fortifier leurs positions le long de la

6 route Pec-Pristina au-dessus, dans la village de Drsnik, dans la

7 municipalité de Klina.

8 "A l'approche du village de Stepenica, dans la municipalité de Klina, les

9 terroristes ont bloqué la route. On voyait des rondins de bois."

10 Pourriez-vous nous indiquer encore une fois Jelenac, si cela se trouve sur

11 la carte ?

12 R. Je crains que non. Il s'agit ici de la région entre Pec et Klina. Cette

13 route faisait sans cesse l'objet d'attaques, de part et d'autre. Ces

14 villages se trouvaient au nord et au sud de cet axe, donc, de part et

15 d'autre, les groupes tentaient d'enlever des hommes de qui se trouvait soit

16 dans ces villages serbes, soit dans ces villages albanais.

17 Q. Vous n'aviez pas une connaissance de ces individus en particulier, mais

18 est-ce que vous saviez que les Serbes faisaient l'objet d'enlèvement ? Est-

19 ce que vous savez qu'on les avait obligé à quitter leurs villages ?

20 R. Encore une fois, c'était des villages très isolés. Ils tentaient d'y

21 rester. Ils ont ensuite été attaqués par l'UCK, car l'UCK souhaitait

22 enlever les Serbes. Ceci se produisait régulièrement.

23 Q. Vous n'avez aucune raison de croire que ce rapport est incorrect ?

24 R. Non. Ce sont des rapports, nous parvenus régulièrement lorsque nous

25 étions en contact avec le MUP, et le MUP nous tenait informé des

Page 1939

1 événements. Ce rapport ne présente aucune difficulté pour moi.

2 Q. Nous allons passer au rapport suivant qui se trouve à l'intercalaire

3 numéro 29. Il s'agit-là d'un télégramme diplomatique qui est daté du 23

4 juin 1998. Je vais lire quasiment la totalité de ce rapport :

5 "Il se peut que l'UCK contrôle maintenant quelque 35 % du Kosovo est en

6 mesure de réagir à 65 %. Les Albanais modérés craignent que ceci soit une

7 situation incontrôlable par les cercles politiques. Dans une situation en

8 pleine évolution, malgré la nouvelle -- l'accession à une nouvelle liberté,

9 certaines parties sont incontrôlables pour des raisons de sécurité. Nous ne

10 savons pas quelle partie cela du Kosovo cela recouvre. Nous ne savons pas

11 quelle partie est entre les mains de l'UCK. Peut-être davantage, mais -- et

12 nous ne savons pas quelle partie est sous le contrôle de la RSFY et des

13 Serbes. Mais selon des estimations -- selon les estimations assez

14 générales, nous pensons que l'UCK contrôle quelque 35 % de la province, et

15 nous pouvons monter des attaques à l'ouest de Pristina.

16 Dans 65 % de la province, le MUP a abandonné la plupart des postes de

17 contrôle sur les routes le long du triangle de Drenica. Des grandes parties

18 qui sont maintenant très clairement sous le contrôle de l'UCK. Glogovac et

19 Srbica sont les deux seules villes qui semblent encore -- où on peut encore

20 percevoir la présence résiduelle des Serbes. Malisevo et Lapusnik au centre

21 du Kosovo semble être tombés aux mains de l'UCK."

22 Monsieur Crosland, nous allons que diviser le texte en plusieurs parties,

23 donc paragraphe par paragraphe. Ici, le 23 juin 1998, d'après les rapports

24 de l'ambassade, on disait que l'UCK contrôlait 35 % de la province, et

25 était en mesure de frapper dans 65 % de la province. Est-ce que cela c'est

Page 1940

1 quelque chose qui vous a été rapporté par l'ambassadeur ?

2 R. Oui, c'est exact. Nous avions le sentiment à ce moment-là à l'ambassade

3 que la situation s'aggravait de façon très importante. Les chiffres cités,

4 les pourcentages, sont tout à fait significatifs, comme je l'ai dit, et je

5 l'ai insisté là-dessus. L'idée du contrôle -- le terme est peut-être un peu

6 fort, car les choses évoluaient sans cesse. Ces chiffres et ces

7 pourcentages ne sont pas toujours exacts.

8 Q. Le rapport précise que Malisevo et Lapusnik semblent être tombés aux

9 mains de l'UCK. Pourriez-vous nous indiquer ces deux endroits sur la carte,

10 s'il vous plaît ?

11 R. Lapusnik se trouve ici, sur la route principale entre Pristina et Pec.

12 Malisevo était en fait un des principaux QGs de l'UCK, et se trouve ici

13 lorsqu'on descend la route de Lapusnik en direction de Crni Lug, à Malisevo

14 et Orahovac.

15 Q. Donc, le rapport précise qu'à ce stade, le MUP avait abandonné la

16 plupart des postes de contrôle de long des routes. Nous parlons de quelle

17 région ici ?

18 R. Nous parlons de la route qui va de Gornji Klina, en traversant Srbica

19 et Kluvanje [phon] et, ensuite, ici le long de la route jusqu'à Klina, et

20 on remonte ensuite jusqu'à Djurokovac, dans le nord, jusqu'à Rudnik, donc

21 qui est -- c'était une zone importante, qu'il tenait de contrôler. Si je me

22 souviens bien, ils tenaient à ce moment là de faire passer le MUP dans la

23 région, et on contrôlait la région pendant un certain temps. Ensuite, la

24 région était à nouveau aux mains de l'UCK.

25 Q. Passons maintenant au paragraphe 5, s'il vous plaît. Les attaques de

Page 1941

1 l'UCK semblaient se rapprocher de plus en plus de Pristina Kosovo Polje à

2 cinq kilomètres de la capitale, ce qui est sans doute l'endroit le plus

3 proche."

4 Est-ce que vous pouvez nous faire part de votre commentaire ici ?

5 R. Comme je vous l'ai indiqué, toute la région autour de la mine de

6 Belacevac, c'est tous les villages serbes qui étaient menacés dans leur

7 région. Kosovo Polje, encore une fois, est une zone très sensible puisqu'il

8 y a le monument érigé à la bataille du Kosovo Polje dans le champ. Il

9 s'agissait là, et je suppose que les Serbes pensaient pouvoir contrôler

10 cette région du Kosovo, ils pensaient qu'en attaquant un de leurs monuments

11 sensibles, qu'ils pouvaient les faire partir.

12 Q. Paragraphe 6 et 7.

13 On parle ici : "L'approche adoptée par l'UCK consistait à assurer le

14 contrôle des principaux axes routiers, en prenant d'abord les villages qui

15 étaient un petit peu éloignés de la route. Deux des trois principaux axes

16 allant de l'est à l'ouest sont maintenant fermés. Si l'UCK n'a pas frappé

17 les trois principaux axes -- les trois autres principaux axes n'ont pas été

18 touchés. Il est assez frappant de constater que les trois autres axes

19 principaux n'ont pas été touchés; celui de Pristina, Podujevo, Mitrovica et

20 Urosevac. Ces trois axes constituent les principaux axes routiers lorsque

21 l'on vient de l'extérieur."

22 Est-ce quelque chose qui vous a été rapporté par votre ambassadeur ?

23 R. Non. Ce rapport émane du chargé de mission adjoint. Ce qu'il dit, en

24 somme, est tout à fait exact. Les trois routes qui traversaient le Kosovo

25 étaient beaucoup plus faciles à bloquer parce que le pays s'y prêtait. Il y

Page 1942

1 avait des embuscades un petit peu partout. Les routes allant de Pristina à

2 Podujevo au nord était l'accès principal qui était attaqué de temps en

3 temps, mais qu'il était relativement aisé de garder ouvert.La route en

4 direction de Mitrovica au nord était proche des mines. Elle était près de

5 Kosovska et de Mitrovica. Les routes au sud de Mitrovica et Urosevac. Les

6 routes étaient ouvertes et difficiles pour les insurgés. C'était difficile

7 de monter des embuscades, car il fallait tenir la route principale, l'axe

8 principal, sinon, ils n'avaient aucun abri contre les forces serbes qui

9 étaient agressives et très mobiles.

10 Q. Paragraphe 7.

11 "En même temps, l'UCK est entrée dans le village, à l'origine, aux

12 fins d'aider les villageois contre les attaques serbes. Ensuite, ils

13 laissaient un groupe de soldats dans le village pour assurer la sécurité du

14 village. Quelques Albanais sont disposés à admettre que l'UCK avait ordonné

15 que des réfugiés soient évoqués -- évacués de façon à pouvoir faire porter

16 le blâme aux Serbes, mais également, pour évacuer le terrain de façon à

17 pouvoir combattre plus aisément."

18 Bien, maintenant, vous avez déjà indiqué que ceci vous avait été rapporté

19 par l'ambassadeur adjoint. Pourriez-vous faire un commentaire sur ce

20 paragraphe, s'il vous plaît.

21 R. Je crois que ceci est tout à fait exact. Les deux partis tentaient

22 d'exercer une influence sur la communauté internationale de façon à pouvoir

23 -- que l'un et l'autre -- que la communauté internationale appuie leurs

24 causes respectives. Il était tout à fait clair que l'UCK opérait dans cette

25 région. J'ai vu à plusieurs reprises, et je me suis entretenu avec un

Page 1943

1 certain nombre de personnes qui m'ont dit que l'UCK leur avait ordonné de

2 partir pour essayer de faire entrer la communauté internationale et dire

3 qu'ils avaient été chassés par les Serbes. La situation était très confuse,

4 et les deux partis tentaient de recevoir ou d'obtenir la reconnaissance

5 internationale, si vous voulez.

6 Q. Passons à l'intercalaire suivant. Télégramme diplomatique daté du 24

7 juin 1998. Nous avons déjà fait référence à cet événement, mais je vais

8 lire le paragraphe 8.

9 "De sources albanaise et serbe, les rapports nous parviennent comme quoi

10 l'UCK a pris le contrôle de la mine de charbon dans le village de Belacevac

11 à une dizaine de kilomètres de Pristina. Les résidents albanais du village

12 sont, d'après le rapport, ont fui en direction de Pristina. L'UCK prétend

13 assurer le contrôle de la plupart des villages de la région. L'UCK a lancé

14 un appel aux gens de la région de ne pas abandonner ni quitter leurs

15 maisons. L'UCK va assurer leur sécurité. Commentaire : Si ces rapports sont

16 exacts, ils sont une description de l'escalade de l'activité de l'UCK,

17 montrant ainsi la confiance grandissante de l'UCK dans les attaques qu'elle

18 monte de plus en plus proche de Pristina. L'UCK est disposée à intimider

19 des Serbes dans les zones urbaines, ce qui est censé les encourager à

20 partir, et (C) sélections des cibles. Il y a un certain nombre d'autres

21 mines et d'usines qui ont été prises pour cibles. Il y a quelques rapports

22 qui sont parvenus de temps en temps sur les attaques de l'UCK sur certains

23 bâtiments, y compris le complexe Trepca, mais il n'y a pas eu d'offensive

24 de grande envergure.

25 "Les combats semblent se poursuivrent à Klina, à l'ouest du Kosovo.

Page 1944

1 Comme toujours, il est difficile de savoir exactement ce qui se passe, mais

2 d'après les éléments que nous avons reçus, tout semble indiquer qu'une

3 tentative de l'UCK pour prendre le contrôle des villages serbes dans la

4 région peut être confirmée. Ils souhaitent ouvrir un corridor entre Drenica

5 et Decani. Environ 800 Serbes ont, d'après le rapport, fui en direction de

6 Klina, venant du village voisin. Egalement, certains rapports font état

7 d'incidents ou de confrontations autour de Decani, Prizren, Djakovica et

8 Stimlje.

9 Vous avez déjà une référence à l'attaque sur Belacevac. Est-ce qu'il s'agit

10 d'un rapport exact sur ce qui a été dit à l'époque ou ce qu'a dit votre

11 ambassadeur ?

12 R. Oui. Ce rapport émane du député adjoint de la mission. Je suis d'accord

13 pour la plupart avec le contenu de ce rapport. Je pense que, parfois, on

14 réagissait de façon très forte, et on parlait beaucoup de la capacité de

15 l'UCK à infliger un tel contrôle. Il est vrai qu'ils avaient attaqué la

16 région autour de Belacevac. Ils avaient chassé les Serbes de leurs villages

17 isolés dans une tentative qui consistait à détruire leur bien-être

18 économique dans la région. Cela n'est pas arrivé à proprement parler. Si on

19 allait vers Mitrovica, et ceci ne se trouve pas sur la carte jusqu'à Bradas

20 qui fait partie ici du haut de la carte. Il y avait un autre QG de l'UCK

21 près de Bajgori [phon], que nous avons visité. Ils étaient en train de

22 préparer des attaques. Ils voulaient avoir un impact sur les activités

23 serbes dans la région.

24 Q. Maintenant, au paragraphe 9. On parle ici des combats autour de Klina.

25 Est-ce que vous pouvez nous indiquer où se trouve Klina ?

Page 1945

1 R. Oui. Il s'agit du principal corridor ici, entre Klina et en direction

2 de Drenica. C'était une zone critique. L'UCK tentait de maintenir un

3 renfort régulier d'hommes et de munitions dans la région orientale pour

4 essayer de se prémunir contre les attaques sporadiques. Quand je parle

5 d'attaques sporadiques, celles-ci avaient lieu autour de Belacevac et

6 Trecka, qui étaient des régions isolées. Aussi, une tentative qui tendait à

7 essayer -- il s'agissait d'une tentative visant à étendre leur pouvoir et

8 leur influence dans la région elle-même.

9 Q. Le rapport parle de 800 Serbes fuyant Klina dans les villages voisins.

10 Vous souvenez-vous de cela ?

11 R. Je ne me souviens pas du chiffre exact, mais nous nous sommes beaucoup

12 déplacés dans la région. Nous avons visité des villages qui étaient vides.

13 Il était clair qu'un grand nombre de Serbes avaient -- étaient partis parce

14 qu'il était impossible de défendre la région. Donc, le chiffre, je ne serai

15 pas en désaccord avec vous, non.

16 Q. Rapport suivant, 26 juin, télégramme diplomatique, 26 juin 1998,

17 paragraphe numéro 4.

18 "D'après les sources serbes officielles, deux Albanais ont été tués et six

19 Albanais ont été capturés par la VJ à la suite d'une tentative qu'ils

20 avaient faite pour franchir la frontière entre l'Albanie et la RFI, et ce,

21 au nord-ouest de Djakovica. Les rapports albanais indiquent qu'il y a eu

22 d'autres tirs et d'autres tirs d'obus dans la zone frontalière. Des

23 Albanais armés portant l'uniforme de l'UCK ont, d'après les rapports,

24 arrêté un autobus sur la route entre Prizren et Pristina près du village de

25 Crnoljevo entre Stimlje et Suva Reka le 25 juin, et ont pris trois Serbes

Page 1946

1 en otage. De sources serbes, il a été indiqué qu'un total de 33 Serbes ont

2 été enlevés depuis la fin du mois d'avril, et sont toujours portés

3 disparus. L'attaché militaire est en visite au Kosovo aujourd'hui.

4 "Le commissaire monténégrin pour les réfugiés a indiqué qu'il y avait

5 maintenant quelque 11 500 réfugiés du Kosovo qui ont été officiellement

6 enregistrés au Monténégro. Le commissaire a estimé que le véritable nombre

7 est probablement plus proche du chiffre de

8 15 000 (il est difficile de porter un jugement indépendant, mais les

9 autorités du Monténégro ont probablement raison d'exagérer ce chiffre."

10 Dans un premier temps, M. Crosland, j'aimerais vous parler de cet incident

11 frontalier à Djakovica. Que pouvez-vous nous en dire ?

12 R. Je pense que cela a été assez symptomatique de la situation assez floue

13 qui prévalait à la frontière albanaise, puisqu'il y avait constamment des

14 tentatives qui étaient faites afin de franchir cette frontière vers la

15 Yougoslavie ou vers le Kosovo. Pour ce qui est de ce cas d'espèce, ces

16 personnes ont été arrêtées, tuées, et c'est ce qui s'est passé comme -- et

17 cela se passait comme je l'ai déjà indiqué de façon assez régulière.

18 Pour ce qui est de Crnoljevo, je vous ai déjà parlé de cette région

19 précise. Il s'agissait d'un QG de l'UCK, ce qui fait que les gens qui

20 passaient par cette région étaient tout à fait susceptibles d'être enlevés

21 et utilisés à des fins d'activité de l'UCK. Il y a un chiffre au total de

22 33 Serbes, comme je l'ai déjà indiqué. Je pense que c'est en octobre que

23 l'on avait indiqué qu'il y avait quelque 200 Serbes qui étaient portés

24 disparus. On présume qu'ils avaient été enlevés par ces personnes

25 albanaises.

Page 1947

1 Q. A titre de curiosité, est-ce que vous vous souvenez de cet événement

2 précis qui a eu lieu le 25 juin, à savoir, ces Serbes qui ont été pris

3 comme otages ?

4 R. Non, je ne me souviens pas de cet événement précis, mais c'est un

5 événement qui est tout à fait plausible, crédible, surtout dans cette

6 région, parce que c'était une région où l'on ne pouvait pas pénétrer.

7 C'était une région où il y avait très souvent des embuscades, une route

8 assez traîtresse, qui était proche de l'endroit où l'UCK étai présent. Je

9 pense que c'est tout à fait plausible, effectivement.

10 Q. Pour ce qui est du paragraphe 5, maintenant. Il s'agit du commissaire

11 pour les réfugiés au Monténégro. Quelle était l'appartenance ethnique de

12 ces réfugiés au Monténégro ?

13 R. Ils étaient Albanais, Albanais du Kosovo.

14 Q. Pourquoi est-ce que les Monténégrins auraient exagéré le chiffre des

15 réfugiés albanais au Monténégro ?

16 R. Je pense, en partie, que cela a été fait afin d'augmenter les activités

17 des ONG dans la région, d'obtenir de plus en plus de fonds. Je ne sais pas.

18 Q. Si nous passons maintenant au document suivant qui se trouve à

19 l'intercalaire 32. Il s'agit d'un télégramme diplomatique en date du 30

20 juin 1998. Je vous demanderais de prendre le paragraphe intitulé

21 "Sécurité", à la fin de la première page, Belacevac. Ensuite, vous avez le

22 paragraphe 5.

23 "Il y a des rapports qui prêtent à confusion à propos du résultat des

24 opérations -- ou de l'opération des forces de Sécurité menée à bien hier

25 contre la mine de charbon de Belacevac. Certaines sources indiquent que la

Page 1948

1 police a recapturé la mine qui avait été saisie par l'UCK la semaine

2 dernière, et qu'elle est maintenant, à nouveau, dans la possession de la

3 société en question, dans l'entreprise. Toutefois, le centre des médias de

4 Pristina qui, en général, est fiable, nous a confirmé à 9 heures 30 que

5 seule une partie de la mine avait été reprise. Il y a des rapports plus

6 récents à propos des mesures prises par les forces de Sécurité dans cette

7 région ce matin.

8 "Nous avons également obtenu d'autres éléments lors de l'opération

9 menée à bien hier. Il semblerait que la police ait encerclé la zone, et a

10 apparemment utilisé des gaz lacrymogènes pour chasser ceux qui occupaient

11 les bâtiments. Des journalistes étrangers ont parlé à des civils serbes

12 armés qui ont participé à l'opération. Certains ont également fait état de

13 la participation de la VJ. Des tirs avec des armes automatiques et des

14 explosions ont été entendus dans la région pendant toute la journée. Un

15 nombre important de personnes a été vu quittant la région à pied. Parmi ces

16 personnes, il y a de nombreux hommes. On a pensé qu'il s'agissait des

17 employés serbes de la mine. Il n'y a pas eu de rapports visant des victimes

18 jusqu'à présent, bien que les sources albanaises aient indiqué qu'un jeune

19 garçon de huit ans est mort lorsque les forces de Sécurité ont attaqué un

20 village avoisinant lors de la même opération. La presse de Belgrade est en

21 train de se livrer à des spéculations à propos du début de la contre-

22 offensive serbe."

23 Monsieur Crosland, je sais que vous avez déjà fait référence à cet

24 événement, à cet événement de la mine de Belacevac. Est-ce que vous

25 pourriez ajouter des éléments à propos des paragraphes qui portent sur la

Page 1949

1 mine de Belacevac ?

2 R. Vous savez il n'était pas peu courant que des Serbes armés gardent, ou

3 assurent la garde et la protection de leurs propriétés dans leurs villages.

4 Je dois vous dire qu'à leur place, j'aurais certainement fait la même

5 chose. Car il faut savoir que tous les villages ne pouvaient pas être

6 protégés par les forces de Sécurité serbes, ce qui fait qu'ils armaient

7 leurs populations civiles pour faire en sorte qu'elles puissent rester chez

8 eux, dans leur domicile. La zone de Belacevac est un exemple, s'il en fut.

9 Q. Le rapport fait état de la participation de la VJ lors de la prise de

10 la mine. Est-ce que vous saviez que la VJ avait été déployée dans cette

11 région ?

12 R. Oui, nous le savions. Je pense que la mine de Belacevac était l'un des

13 gros centres d'emploi serbe dans cette région. Par conséquent, ils ont

14 essayé de reconquérir ce qui leur appartenait, puisqu'il s'agissait non pas

15 d'une industrie albanaise mais d'une industrie serbe. Ils ont essayé de

16 reconquérir ce qui leur appartenait de droit.

17 Q. Dans la dernière phrase, il est question des spéculations que se livre

18 la presse de Belgrade à propos du début de cette contre-offensive serbe, à

19 cette époque là. A quoi est-ce que cela fait référence ?

20 R. Je pense que c'est exactement ce qui est écrit là. Il y avait beaucoup

21 de spéculations. Il y avait les journalistes étrangers qui commençaient à

22 arriver dans la zone, parce que c'était une zone où il était assez

23 intéressant de se trouver. La presse de Belgrade était toujours tout à fait

24 plus que disposée à indiquer qu'ils étaient sur le point de régler le

25 problème albanais au Kosovo. Je pense que ce sont les rapports qui ont été

Page 1950

1 présentés pour, dans un premier temps, essayer de faire en sorte que les

2 Serbes gardent le moral à ce moment-là. Il faut savoir que la situation

3 était un peu quand même dans une impasse.

4 Q. Une impasse entre qui ?

5 R. Entre les forces serbes et l'UCK pour des raisons que j'ai déjà

6 mentionnées, puisque les forces serbes étaient en train de renforcer leurs

7 soldats, mais n'étaient pas véritablement dans une position qui leur est

8 permis de le faire. Je pense que parler de contre-offensive c'est tant soit

9 peu exagéré. Il y avait quand même un phénomène qui se produisait alors que

10 cela ne s'est produit auparavant.

11 Q. Paragraphe 7.

12 "Il n'y a pas de rapports portant sur la situation à Kijevo. Des

13 confrontations à et autour de Djakovica et de Decani semblent se

14 poursuivre, bien que l'intensité en soit diminuée par rapport au jour

15 précédent. Le Centre des médias indique que quatre Serbes ont été enlevés

16 dans un bus entre Prizren et Stimlje, ce qui fait que le nombre de Serbes

17 enlevé depuis le début du mois de mars s'élève à 40. (Commentaire : La

18 crainte de l'enlèvement commence à avoir des répercussions sur les Serbes

19 qui commencent à éviter de voyager au Kosovo.) Les sources serbes indiquent

20 également qu'il y a eu deux autres attaques contre des usines à Kosovska

21 Mitrovica, qui sont des zones à forte population serbe. (Commentaire : Le

22 but semble d'avoir été d'intimider les ouvriers serbes et de faire en sorte

23 qu'ils restent hors de tout cela plutôt que de détruire les bâtiments)."

24 Il est question de confrontation autour de Djakovica et de Decani. Est-ce

25 que vous pourriez nous expliquer ce dont il s'agit ?

Page 1951

1 R. Oui. C'est la poursuite du problème qui avait commencé deux mois

2 auparavant. C'était l'une des régions importante que les deux camps

3 essayaient de faire en sorte d'être majoritaire.

4 Q. Il est question de rapports d'enlèvement depuis le début du mois de

5 mars avec un chiffre qui s'élève à 40. Qu'avez-vous à nous dire à ce

6 sujet ?

7 R. Je dirais que c'était un phénomène continu. Afin d'augmenter la peur

8 des Serbes, on les enlevait de façon assez fréquente. Il était difficile de

9 toute façon de voyager au Kosovo du fait des combats assez importants des

10 forces militaires, quelle que soit leur taille. De toute façon, cela se

11 passait dans les deux camps.

12 Q. Etiez-vous au courant de cette attaque contre l'usine de Mitrovica ?

13 R. Oui. Quiconque aura vu l'usine de Mitrovica n'aurait pas voulu y

14 travailler, de toute façon, parce que c'était un endroit où les choses

15 étaient particulièrement désagréables. Il faut savoir également que c'était

16 dans la zone de Zvecan que les forces paramilitaires d'Arkan étaient

17 cantonnées. Qu'une fois de plus, Mitrovica était une ville mixte; serbe et

18 albanaise. Elle se fait encore une tentative faite pour essayer de laminer

19 l'industrie serbe relativement limitée qui existait dans cette région.

20 Q. Je pense que nous n'allons pas passer au document suivant, mais

21 j'aimerais que vous utilisiez votre mémoire pour un petit moment, et que

22 vous essayiez de vous rappeler le 1er juillet 1998. Vous vous êtes rendu à

23 Malisevo ce jour-là. Vous vous en souvenez ?

24 R. Oui. Oui.

25 Q. Pourquoi vous êtes-vous rendu à Malisevo le 1er juillet ?

Page 1952

1 R. Parce que j'avais obtenu différentes indications qui me permettaient de

2 croire qu'il s'agissait du QG principal de l'UCK, ce qui fait que j'ai

3 décidé de m'y rendre afin de vérifier si ces rapports étaient véridiques.

4 Q. Je sais que vous nous avez déjà montré cela une centaine de fois.

5 R. Nous sommes arrivés par Orahovac, et il y avait une position de l'Armée

6 yougoslave au nord d'Orahovac et, ensuite, il y avait un poste de contrôle

7 de l'UCK. Ces sous-gardes armées -- que nous sommes arrivés à Malisevo où

8 il y avait quelques 150 voire 200 personnes qui portaient différents types

9 d'uniformes, qui étaient lourdement armées, qui avaient des positions de

10 défense qui étaient tout à fait linéaire et assez simple. Il s'agissait

11 d'un ordre d'Orahovac jusqu'à Malisevo. Il y a un carrefour important à

12 Malisevo et c'est là que se trouvait le QG de l'UCK où on m'a escorté. Il

13 se trouvait un peu au-dessus, vers le nord dans une maison blanche et

14 noire.

15 Q. Quel était le nombre de personnes que vous avez vues ?

16 R. Environ entre 150 et 200.

17 Q. Comment est-ce qu'ils étaient armés ?

18 R. Il s'agissait de pistolets légers, de carabines, et de fusils.

19 Q. Qu'avez-vous vu au QG ?

20 R. Au QG, il y avait au moins un poste radio, ce qui a indiqué qu'ils

21 étaient en mesure de communiquer. Je ne suis pas un expert en transmission,

22 mais je suppose que cela leur permettait de communiquer à l'extérieur du

23 Kosovo grâce à ce système.

24 Q. Est-ce que cela avait l'apparence d'un QG militaire, d'après vous ?

25 R. Non, non. C'était très semblable à tous les autres QG dans lesquels

Page 1953

1 nous nous étions rendus avec peut-être un peu plus de formalité dans cette

2 région. Il y avait peut-être un peu plus de discipline, et un comportement

3 qui était un peu plus militaire.

4 Q. Est-ce qu'il y avait un commandant ? Est-ce que quelqu'un dirigeait

5 tout cela ?

6 R. Oui, il y avait une personne qui dirigeait cela. Je pense que Krasniqi

7 a été là à un moment. Je ne sais pas d'ailleurs exactement qui était

8 l'autre personne.

9 Q. Vous dites un homme qui répondait au nom de Krasniqi. Qui était-il ?

10 R. Je pense que c'était leur financier à l'époque. Il y a eu une réunion

11 qui était assez houleuse à un moment donné, et je pense qu'il a

12 véritablement contribué grâce à son bon sens. Je pense qu'à un moment ils

13 ont essayé de nous enlever, alors j'ai dit que je ne parlais pas albanais

14 que je parlais serbe et allemand. Nous étions en train de parler en

15 allemand et j'ai suggéré que ce n'est pas véritablement une très bonne

16 chose que de faire cela.

17 Q. L'UCK à Malisevo a menacé de vous enlever vous-même ainsi que les

18 personnes qui se trouvaient avec vous, et qu'avez-vous --

19 R. Oui.

20 Q. Que leur avez-vous dit lorsqu'ils ont essayé de vous -- lorsqu'ils vous

21 ont menacé ?

22 R. Je leur dis qu'en tant qu'attaché militaire en Yougoslavie, j'étais

23 tout à fait autorisé et habilité à voyager là où j'avais le droit de le

24 faire. Ils ont réfuté cela en disant que cela ne faisait pas partie de la

25 Yougoslavie, mais cela faisait partie de l'Albanie, et que c'est une région

Page 1954

1 qui était passée sous leur commandement. Ce à quoi j'ai marqué mon

2 désaccord.

3 Q. Pendant combien de temps vous ont-ils détenu ?

4 R. Pendant environ une heure et demie, deux heures.

5 Q. Vous avez dit qu'il y avait une personne qui semblait diriger tout

6 cela. Pourquoi est-ce que vous avez pensez que cette personne était la

7 personne qui donnait le ton, qui dirigeait les opérations ?

8 R. Comme j'ai déjà dit, parce qu'il a contrôlé ce qui devenait une

9 discussion particulièrement houleuse, à savoir, c'était le sort qui allait

10 nous être réservé, il a donné un certain sens à ce qui devenait une

11 discussion tout à fait saugrenue. Il s'agit de savoir qui contrôlait telle

12 et telle partie du pays où nous nous trouvions.

13 Q. Vous vous souvenez du nom de ce commandant ?

14 R. Le nom Celiku a été mentionné. Je ne suis pas entièrement convaincu

15 qu'il s'agissait de cette personne ou non. Il me serait difficile de dire,

16 vu j'ai prêté sermon, qu'il s'agissait véritablement de son nom exact ou

17 non. Je ne sais rien.

18 Q. Le commandant, cette personne que vous avez vue à Malisevo, est-ce que

19 vous savez quelle était la région que commandait cette personne autour de

20 Malisevo ?

21 R. Nous savions d'après les renseignements que nous avions obtenus, que ce

22 fut une région qui, à ce moment-là, représentait le QG principal, parce que

23 c'était très près de leur transmetteur radio qu'ils utilisaient pour leur

24 propagande. Potentiellement, c'était un QG important pour l'UCK, à ce

25 moment-là, dans le cadre de leur offensive au Kosovo.

Page 1955

1 Q. Est-ce que vous pourriez nous donner des limites ou des frontières pour

2 cette région qui était placée sous ce commandement hormis Malisevo. Par

3 exemple, je pense aux villages. Vous en souvenez ?

4 R. Non. Je suppose qu'il contrôlait au nord l'axe routier principal,

5 Lapusnik-Pec, mais je pense qu'ils voulaient plutôt essayer de contrôler le

6 QG, et à partir de ce QG, de faire le lien entre Drenica et Jablanica, puis

7 à l'ouest, cette région de Malisevo, et vers le sud jusqu'à un village qui

8 s'appelait Sedlare, où il y avait d'ailleurs un autre QG, puis jusqu'à

9 Crnoljevo.

10 Q. Est-ce que vous pourriez nous indiquer les limites de cette région de

11 commandement, telles que vous les compreniez à l'époque ?

12 R. Je suppose que cela allait jusqu'à Lapusnik, sur la route principale

13 entre Pristina et Pec. Je pense qu'il communiquait également avec le

14 village de Sedlare, de Crnoljevo, et vers Vojcnak, vers Drenica, Klina,

15 puis ensuite, à nouveau, vers le corridor dont j'ai parlé, vers Junik et

16 vers la frontière avec l'Albanie.

17 Q. Sur quoi fondez-vous ces conclusions ?

18 R. Sur le fait que je me suis rendu dans tous ces autres QG et que j'ai

19 essayé en tant que militaire qui est habitué aux opérations de contre-

20 insurrection, j'ai essayé, dans la mesure du possible, de procéder à un

21 jugement courtois, à un jugement professionnel, et en fait, il s'agissait

22 de savoir si l'UCK était une unité composite et tactique.

23 M. CAYLEY : [interprétation] Monsieur le Président, Madame, Messieurs les

24 Juges, nous pourrions terminer si cela est un moment qui vous convient.

25 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Merci.

Page 1956

1 Nous allons lever l'audience pour ce soir. Nous allons revenir

2 demain. Vous reviendrez demain pour votre déposition. Nous reprendrons à 9

3 heures demain matin.

4 L'audience est levée.

5 --- L'audience est levée à 18 heures 58 et reprendra le vendredi 14

6 janvier, à 9 heures 00.

7

8

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25