Tribunal Criminal Tribunal for the Former Yugoslavia

Page 6872

1 Le vendredi 3 juin 2005

2 [Audience publique]

3 [Les accusés sont introduits dans le prétoire]

4 --- L'audience est ouverte à 9 heures 03.

5 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Monsieur Topolski.

6 M. TOPOLSKI : [interprétation] J'avais une requête à faire, Monsieur le

7 Président, mais mon client m'a donné l'instruction de ne pas faire cette

8 requête ce matin.

9 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Oui.

10 M. TOPOLSKI : [interprétation] M. Musliu souhaite rester dans le prétoire

11 pour entendre la déposition de ce témoin. Je vous remercie.

12 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Nous allons donc pouvoir continuer.

13 Monsieur Mansfield.

14 M. MANSFIELD : [interprétation] Oui, bonjour. Le témoin, vous serez heureux

15 de savoir qu'il s'agit du dernier témoin pour M. Limaj, le dernier témoin

16 viva voce, et son nom est Fadil Bajraktari.

17 [Le témoin est introduit dans le prétoire]

18 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Bonjour. Je vous prie de bien

19 vouloir lire la déclaration qui est inscrite sur la carte qui vous est

20 présentée à présent.

21 LE TÉMOIN : [interprétation] Je déclare solennellement que je dirai la

22 vérité, toute la vérité et rien que la vérité.

23 LE TÉMOIN: FADIL BAJRAKTARI [Assermenté]

24 [Le témoin répond par l'interprète]

25 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Veuillez vous asseoir.

Page 6873

1 Pouvez-vous entendre la traduction de ce que je vous dis ?

2 Apparemment il y a un problème. Ceci peut-il être remédié, s'il vous plaît.

3 LE TÉMOIN : [interprétation] Tout va bien. J'entends la traduction.

4 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Vous recevez la traduction à présent ?

5 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui. Maintenant c'est bon.

6 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Maître Mansfield, vous avez la parole.

7 M. MANSFIELD : [interprétation] Merci.

8 Interrogatoire principal par M. Mansfield :

9 Q. [interprétation] Monsieur Bajraktari, je suis ici dans le prétoire. Je

10 représente les intérêts de Fatmir Limaj qui est assis derrière moi. Je vais

11 parler lentement parce qu'il y a une interprète, et je vais vous demander

12 de faire la même chose, de façon à lui rendre la tâche plus facile.

13 R. Oui.

14 Q. Je vais vous poser une série de questions par ordre chronologique. Pour

15 commencer, est-il exact que vous êtes né en 1974 ?

16 R. Oui.

17 Q. Où êtes-vous né ?

18 R. Je suis né à Pristina.

19 Q. Avez-vous toujours vécu à Pristina depuis ce moment-là ?

20 R. Non. J'ai vécu dans mon village à Kishna Reka, dans la municipalité de

21 Drenas.

22 Q. Depuis combien de temps vivez-vous dans ce village ?

23 R. A Pristina, j'y ai vécu après 1994, alors que dans le village, j'y ai

24 vécu depuis que je suis petit.

25 Q. J'aimerais vous poser des questions concernant la situation en 1998.

Page 6874

1 Quel était votre emploi à l'époque ?

2 R. A l'époque, j'étais étudiant à la faculté de philologie, en littérature

3 et culture albanaise.

4 Q. Travailliez-vous comme journaliste à l'époque ?

5 R. Non.

6 Q. Quand avez-vous commencé à travailler comme journaliste ?

7 R. J'ai commencé à travailler comme journaliste en 1999, après la création

8 de l'agence de presse du Kosovo.

9 Q. J'aimerais vous poser une question concernant l'époque précédente, en

10 1998, quand vous avez été forcé de vivre dans la montagne. Pour commencer,

11 quand cela a-t-il eu lieu ?

12 R. Oui. Après les massacres qui ont eu lieu à Likoshan, Qirez, et ensuite,

13 à Prekaz, j'étais à Pristina. Je suis rentré dans mon village pour être

14 avec ma famille et poursuivre la réalité telle qu'elle évoluait à ce

15 moment-là. Par la suite, après la guerre, je suis resté là-bas.

16 Q. De combien de membres était composée votre famille qui était là-bas ?

17 R. Nous étions une famille élargie, car après l'éclatement de la guerre

18 mes sťurs étaient mariées et vivaient ailleurs, mais elles sont revenues au

19 village pour être avec nous parce qu'elles se sentaient plus en sécurité.

20 En ce qui concerne les enfants, il y en avait 14, à partir de l'âge de 11

21 ans. Il s'agissait des enfants de mes frères et mes sťurs. C'était assez

22 difficile à gérer.

23 Q. Pouvez-vous nous décrire, avant que nous en venions à votre rencontre

24 avec Fatmir Limaj, les conditions dans lesquelles vous-même et votre

25 famille viviez ?

Page 6875

1 R. Vous voulez connaître les conditions après que nous soyons allés dans

2 la montagne ?

3 Q. Oui.

4 R. Les conditions pour ma famille étaient les mêmes que pour les autres

5 citoyens qui ont dû se rendre dans les montagnes. Il s'agissait de

6 conditions particulièrement difficiles. La situation était terrible pour

7 tous, et nous ne savions pas si nous allions survivre d'un jour à l'autre.

8 Nous vivions dans des abris de fortune. Nous avions utilisé des morceaux de

9 bois, des tentes en nylon. Nous vivions là-bas, nous préparions notre

10 cuisine. Que le temps soit bon ou mauvais, nous restions là-bas. Lorsque

11 nous sommes partis dans la montagne, c'était le mois d'août, et nous sommes

12 restés là-bas en septembre et en novembre. En septembre, octobre, début

13 novembre, le temps s'est gâté. Il a commencé à neiger. Les conditions

14 climatiques et les conditions en général étaient particulièrement

15 difficiles, mais en particulier, pour les enfants, parce que comme vous

16 pouvez l'imaginer, les enfants étaient particulièrement jeunes; les plus

17 âgés avaient 11 ans. Le plus âgé était mon neveu. Donc, c'était

18 particulièrement difficile.

19 Si vous voulez avoir une idée réaliste de ce que nous avons vécu, j'ai une

20 photo de mon neveu, qui est né en mai 1999, et dans la mesure où nous

21 n'avions pas d'alimentation et de bonnes conditions hygiéniques pour un

22 enfant, sur la photo, vous verrez cela, mais je ne sais pas si les Juges

23 estiment qu'il soit approprié de la montrer.

24 Q. Pour l'instant, je vais vous demander de répondre aux questions. Nous

25 avons déjà ces photos. Vous pouvez nous décrire les conditions dans

Page 6876

1 lesquelles vivait cet enfant en particulier. Décrivez-nous la situation.

2 R. La situation de cet enfant était particulièrement difficile. Il n'avait

3 pas de quoi manger. Il n'avait rien de ce qui permet d'avoir une vie

4 normale. Quand il est né, il pesait 4 kilos, et à sept mois, il pesait 1,7

5 kilo. Vous pouvez imaginer, il est né pesant 4 kilos, et à sept mois, il

6 pesait 1,7 kilo. Ce n'était qu'un sac d'os.

7 Q. Je veux en venir au moment où vous avez rencontré Fatmir Limaj. Pouvez-

8 me dire, approximativement, à quel moment cela s'est situé.

9 R. Approximativement, cela a eu lieu en mi-septembre.

10 Q. Où cela a-t-il eu lieu ?

11 R. C'était dans la vallée de notre village où la population avait trouvé

12 refuge dans la vallée de Kishna Reka, qui est située tout à côté des monts

13 Berisa.

14 Q. Pouvez-vous donner une idée à la Chambre du nombre de personnes,

15 approximativement, qui avaient cherché un abri de cette manière ?

16 R. S'il s'agit de 1998, il y avait plus de 4 000 personnes dans la vallée

17 uniquement. Il s'agit d'habitants de notre village et d'habitants d'autres

18 villages qui avaient fui leurs villages. Ils venaient d'Orlat, Terpeze, et

19 d'autres villages, et avaient trouvé refuge là-bas.

20 Q. Aviez-vous déjà rencontré Fatmir Limaj avant de le rencontrer cette

21 fois-là ?

22 R. Non.

23 Q. Décrivez-nous les conditions de la réunion. Que s'est-il passé ?

24 R. Quand il est arrivé, je ne l'ai pas vu, mais je l'ai vu par la suite

25 alors qu'il parlait avec des villageois. Il était avec d'autres soldats.

Page 6877

1 Par curiosité, je me suis rapproché pour voir de quoi ils parlaient. Qui

2 m'a fait m'insérer dans la conversation avec Fatmir, dont je ne connaissais

3 pas le nom -- je ne le connaissais que sous le fait qu'il était un soldat

4 de l'UCK. C'est son impression qui m'a fait vouloir lui parler, son

5 apparence et sa conversation. J'étais très impressionné par la façon qu'il

6 avait de regarder les enfants qui marchaient pieds nus. Il y avait la

7 source, qui n'était pas très loin. Il y avait de la boue partout. Vous

8 pouvez imaginer que l'eau débordait, qu'il y avait de la boue partout, et

9 que les enfants marchaient pieds nus dedans. C'était très triste de

10 regarder les enfants et les villageois vivrent dans de telles conditions.

11 J'ai vu qu'il partageait notre tristesse. Cela se voyait sur son visage.

12 J'ai parlé avec lui après certaines conversations que nous avons

13 eues, et il exprimait un intérêt concernant la condition des villageois qui

14 vivaient là-bas, à savoir s'ils avaient de quoi manger, s'ils avaient des

15 vêtements à porter, comment ils vivaient. Il m'a demandé s'il y avait des

16 gens qui avaient suivi des études supérieures. Je lui ai dit, oui. Je lui

17 ai demandé : "Pourquoi me demandez-vous ?" Il a répondu : "Tout simplement

18 parce que ce serait une bonne idée d'organiser une sorte de système

19 scolaire pour les enfants, même si nous n'avons pas les conditions

20 nécessaires pour une véritable école et une véritable instruction. Au moins

21 de cette façon, les enfants auraient quelque chose à faire d'autre que

22 d'attendre dans la peur les obus et d'être tués, de façon à ce qu'ils

23 puissent apprendre quelque chose pendant une partie de la journée."

24 Q. Qu'en est-il advenu de cette idée qu'il a évoquée avec vous ?

25 R. C'était une très bonne idée. C'était une idée que j'aimais beaucoup,

Page 6878

1 donc je lui ai demandé : "Que devons-nous faire ?" Il m'a promis de voir

2 s'il trouverait un moyen de nous trouver des livres, des crayons, des

3 cahiers, et d'autres choses. Après trois, quatre jours, des gens ont

4 commencé à construire une école, une école de fortune avec ce que nous

5 avions sous la main, et nous avons reçu des cahiers et des crayons pour les

6 enfants.

7 Q. Quel a été votre rôle, si vous en avez joué un ? Qu'avez-vous fait ?

8 R. Mon rôle dans tout cela a été celui d'être un enseignant. J'ai

9 enseigné.

10 Q. Est-ce que vous avez vu Fatmir à nouveau concernant ces questions à

11 plusieurs reprises ?

12 R. Je ne l'ai pas vu pour cette question en particulier, c'est-à-dire

13 concernant l'école et l'enseignement. Mais lorsque je l'ai vu, je lui ai

14 posé la question : "Mais qu'allons-nous faire ? Nous n'avons pas de

15 programme. Est-ce que vous avez une idée ?" Il m'a dit : "Apprenez-leur

16 tout ce que vous pouvez dans les circonstances, avec les livres que vous

17 avez. Faites particulièrement attention à les garder occuper, et surtout à

18 leur faire oublier leur peur de la mort," qui était une peur constante.

19 Q. A ce moment-là, y avait-il des attaques menées par les Serbes à

20 proximité que vous pouviez entendre ou voir ?

21 R. Oui. Pendant tout le temps que nous étions là-bas, il y avait des

22 offensives en permanence. Il y avait un pilonnage constant. Nous étions

23 dans la vallée. Seul le pilonnage pouvait nous atteindre. Les armes légères

24 ne pouvaient pas nous atteindre, mais nous n'étions jamais calmes, en

25 raison de cette situation.

Page 6879

1 J'ai un CD ici. J'ai enregistré quelque chose à l'époque concernant

2 les conditions dans lesquelles nous vivions et comment nous vivions.

3 Q. Est-ce que Fatmir est venu voir l'école une fois qu'elle a été

4 construite et qu'elle fonctionnait ? Est-ce qu'il est venu vous voir, vous

5 et les élèves, là-bas ?

6 R. Oui, il est venu. Il est venu quelques jours après que nous ayons

7 commencé la classe. Il nous a dit qu'il était navré d'interrompre la leçon.

8 Il souhaitait savoir comment cela se passait, comment les élèves allaient.

9 Il était le bienvenu parce que nous étions heureux qu'il soit là. Pas

10 simplement lui mais tous les soldats de l'UCK. Les enfants avaient peur,

11 les conditions étaient très mauvaises. Toute personne qui venait nous

12 rendre visite, pour nous, cela était important, parce que les enfants

13 pouvaient voir qu'il y avait des soldats qui pouvaient les protéger, que

14 les Serbes ne pouvaient rien nous faire. C'était important qu'il leur

15 parle, qu'il leur donne de l'espoir, qu'il les aide à perdre cette peur des

16 Serbes et de la mort.

17 Les enfants avaient vu à la télévision ce que les Serbes avaient

18 fait. Donc, les enfants s'étaient créés cette idée que si les Serbes

19 venaient, ils allaient les tuer immédiatement. En même temps, ils avaient

20 entendu parler des massacres à Obrinje. Je pense qu'ils avaient vu des

21 photos qui avaient été prises par un journaliste américain. Dans les

22 photos, il y avait un enfant de 2 ans. Les enfants avaient très peur, ils

23 étaient effrayés. Ils pensaient que le même destin les attendait si les

24 Serbes arrivaient.

25 Ensuite, Fatmir a parlé avec moi. Il m'a posé des questions

Page 6880

1 concernant les conditions dans lesquelles vivaient les enfants, dans

2 lesquelles ils étudiaient, si les enfants s'habituaient à l'idée tous les

3 jours, s'ils oubliaient leur peur. Il souriait aux enfants; cela était

4 important. Il était très poli avec eux et avec moi. Il s'est excusé d'avoir

5 interrompu la leçon. Ensuite, il est parti.

6 Q. Vous avez dû vous occuper de la peur, de la protection, de

7 l'instruction. J'aimerais vous poser une question concernant la nourriture.

8 Vous a-t-il aidé concernant la nourriture ?

9 R. La situation était particulièrement difficile parce que les citoyens

10 étaient partis sans être préparés. Ils ont pris ce qu'ils avaient pu

11 trouver au moment de cette offensive serbe ce matin d'août. Il s'agit d'une

12 offensive éclair, très rapide des Serbes. Le matin -- la matinée -- le

13 brouillard était présent ce matin-là. Ce n'est qu'après avoir entendu le

14 pilonnage arrivé, que les villageois ont compris qu'ils étaient encerclés.

15 Vous pouvez imaginer que les villageois n'ont eu qu'une demi-heure pour se

16 rendre compte de ce qui se passait.

17 La situation en matière de nourriture était particulièrement

18 difficile, parce que ce n'était que le début, et que les villageois ne

19 savaient pas ce qu'ils devaient prendre avec eux. Ils ne savaient pas pour

20 combien de temps ils allaient partir dans la montagne, s'ils allaient

21 rester là-bas longtemps ou si les forces serbes allaient aller là-bas

22 également et les en chasser. C'était la situation, voilà telle qu'elle

23 était. Ils n'ont pas pensé à autre chose, ils n'ont pas pensé à apporter

24 des articles inutiles. Ils voulaient simplement quelques morceaux de pain.

25 C'est tout ce qu'ils voulaient, simplement survivre.

Page 6881

1 Q. Savez-vous si Fatmir a aidé avec les produits de première nécessité ?

2 R. Oui. Nous sommes toujours dans la période d'août 1998. En septembre,

3 comme je vous l'ai dit, Fatmir s'est intéressé à notre situation. Quelques

4 jours plus tard, de la nourriture est arrivée dans un camion. Ils nous ont

5 passé du sucre, du sel, des pâtes, de la nourriture. Fatmir a dit : C'est

6 tout ce que je puis faire. Je ne peux rien faire de plus pour les gens qui

7 sont ici.

8 Les gens ont vécu dans ces montagnes et dans ces vallées pendant

9 toute l'année 1999. Par la suite, il y a eu une meilleure organisation du

10 côté de l'UCK, parce que pendant l'hiver, ils avaient rassemblé de la

11 nourriture pour les citoyens et pour les villageois. De cette manière, ils

12 ont pu avoir suffisamment de nourriture pendant la guerre.

13 M. MANSFIELD : [interprétation] Je vais à présent vous demander de vous

14 pencher brièvement sur certaines photos. La Chambre, les Juges ont déjà

15 reçu ces photos. Je crois qu'il y en a six.

16 Je demande que ces photos soient posées sur le rétroprojecteur.

17 M. NICHOLLS : [interprétation] Pouvez-vous nous dire de quelle liasse, il

18 s'agit.

19 M. MANSFIELD : [interprétation] C'est la dernière liasse. Je crois qu'il

20 s'agit de la liasse numéro 3.

21 LE TÉMOIN : [interprétation] Cette photo est une photo de moi. Elle a été

22 prise devant l'école.

23 M. MANSFIELD : [interprétation]

24 Q. Je crois qu'il s'agit ici de la photo numéro 1.

25 M. MANSFIELD : [interprétation] Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs

Page 6882

1 les Juges, vous l'avez sur la première page.

2 Q. Il s'agit de la photo numéro 1. Nous allons à présent passer à la

3 photo numéro 2 qui se trouve dans la partie inférieure de la page sur la

4 photocopie.

5 Pouvez-vous nous décrire de quoi il s'agit ?

6 R. Oui. Il s'agit d'une photo que j'ai prise -- non, excusez-moi, il

7 s'agit d'une photo qui a été prise par un journaliste de la télévision TVSH

8 qui est la télévision albanaise. Il s'agit d'une photographie de l'école.

9 C'est une photo qui a été prise avant que la classe commence. Il s'agit de

10 l'école où avait lieu les leçons. Il n'y avait que deux classes. Il y en

11 avait une à gauche, et une à droite. Il y avait plus d'enfants que ce qu'on

12 voit sur la photo.

13 Q. A combien d'enfants dispensez-vous des cours ?

14 R. Il y avait 300 élèves dans cette école, plus ou moins.

15 Q. Est-ce que dans cette photographie, on vous voit ? Est-ce que vous

16 apparaissez sur cette photographie ?

17 R. Oui, dans d'autres photographies, pas sur celle-ci.

18 Q. Bien. Pas sur celle-ci. Je vous demanderais de passer à la photographie

19 suivante, la photographie numéro 3 qui figure en haut de la deuxième page.

20 Est-ce que vous pouvez nous décrire la scène que l'on voit ici.

21 R. Cette photographie montre une partie de l'endroit où vivaient les gens.

22 Vous voyez qu'ici les gens vivaient dans des abris de fortune dans des

23 conditions extrêmement difficiles. Vous voyez que des tentes de nylon

24 abritaient les gens. Vous voyez un enfant à proximité d'une source qui nous

25 fournissait de l'eau. Tout était très boueux à cet endroit précis. Par

Page 6883

1 conséquent, peu de gens s'y étaient installés. C'est uniquement une partie

2 de la zone où les gens vivaient.

3 Q. Est-ce que vous pourriez nous montrer, je vous prie, la photographie

4 numéro 4 qui se trouve au bas de la deuxième page.

5 R. Il s'agit là de l'autre photographie. Une fois de plus, on voit une

6 partie de l'endroit où les gens s'étaient installés. Vous voyez d'autres

7 tentes sur cette photographie. Il y en a plus que sur la première

8 photographie, donc les gens étaient plus nombreux ici.

9 Vous voyez ici les enfants qui allaient et venaient dans la boue.

10 C'est ce qu'ils faisaient la plupart du temps. L'idée de les réunir au sein

11 d'une structure scolaire était une très bonne idée. Je sens l'émotion

12 monter en moi maintenant lorsque je revois ces photographies, parce que de

13 nombreux enfants venaient à l'école. Ces enfants, maintenant, ont sept ans

14 de plus. A présent, ils vivent dans de bonnes conditions. Ils se

15 souviennent encore de moi, et ils m'appellent l'instituteur des montagnes.

16 Ils me prennent dans leurs bras chaque fois qu'ils me voient. C'était

17 l'idée de Fatmir de créer cette école et de faire en sorte que je sois leur

18 enseignant dans les montagnes; ce qui vous montre à quel point il est

19 habité par un esprit d'humanité. Je pense que c'était une excellente idée.

20 Q. Je vous demanderais de nous montrer la dernière photographie, la

21 photographie numéro 5 qui se trouve en dernière page dans les photocopies.

22 R. Vous voyez là une photographie qui a été prise pendant un cours.

23 C'était un coin de la salle de classe si on peut l'appeler ainsi. Les

24 enfants étaient assis sur des troncs d'arbres. Ils avaient des cahiers et

25 des crayons. C'était les cahiers et les crayons que Fatmir nous avais

Page 6884

1 promis et qui sont arrivés quelques jours plus tard. Ces enfants, au moment

2 où ils ont quitté leurs maisons, n'ont rien emporté avec eux. Ils n'avaient

3 rien sur eux. Ils n'avaient pas de cahiers, ils n'avaient pas de crayons.

4 D'ailleurs, ils n'avaient rien d'autre non plus.

5 Q. J'étais en train de vérifier - est-ce que vous figurez sur cette

6 photographie ? Est-ce que vous apparaissez sur cette photographie ?

7 R. Oui, c'est moi. J'ai ici sur moi un journal où une photographie

8 analogue a été publiée. Un article dans ce journal décrit les conditions

9 dans lesquelles se déroulaient les cours. Pour avoir une idée plus précise

10 de ce qu'on peut voir dans cette photographie, je suis prêt à vous le

11 montrer si cela vous intéresse. Je dispose également d'un enregistrement

12 réalisé par un cameraman à l'époque.

13 J'ai également travaillé dans les tentes où les gens habitaient à

14 part mon travail à l'école même. Je me suis -- j'ai notamment rendu visite

15 à une élève qui avait perdu son frère. Nous avons essayé d'aller la voir

16 parce qu'elle était dans une situation de détresse profonde. Son frère

17 n'avait 20 ans. Nous avons essayé de faire tout notre possible pour venir

18 en aide à ces enfants pour leur redonner goût à la vie sociale, pour leur

19 redonner le goût de l'entraide et leur demander de ne pas s'appuyer

20 uniquement sur mes paroles.

21 Maintenant, ces enfants ont surmonté leurs traumatismes. Ils pensent

22 que ce que nous avons fait à l'époque les a aidés à y parvenir.

23 Q. J'aimerais que nous passions à la fin de l'année 1998. Je vous

24 demanderais plus précisément si vous vous souvenez d'une offensive

25 particulière d'un pilonnage particulier qui s'est produit à l'école ou à

Page 6885

1 proximité de l'école ?

2 R. Oui.

3 Q. Pourriez-vous nous décrire ce qui s'est passé, et si ces incidents

4 étaient liés d'une quelconque manière à Fatmir Limaj.

5 R. Oui. Avant que je ne décrive les faits, j'aimerais dire que l'idée que

6 ces enfants pourraient être tués par un obus est une crainte qui était en

7 moi en permanence. Les enfants auraient pu être tués dans les tentes où ils

8 vivaient parce que l'ennemi pilonnait de façon indiscriminée [phon].

9 Je me souviens d'un moment où le pilonnage a commencé. C'était un

10 pilonnage particulièrement intense à proximité de l'école. J'ai demandé aux

11 enfants de quitter l'école et d'aller en un lieu plus sûr.

12 Fatmir et d'autres soldats passaient à proximité. Fatmir a pris deux

13 ou trois enfants avec lui, et a dit aux autres enfants de le suivre et de

14 redescendre dans la vallée parce que cela serait plus sûr. Je me souviens

15 encore de ce moment particulièrement intense en émotion, et je me souviens

16 encore de sa bonté et de son humanité parce qu'il s'est préoccupé du sort

17 de ces enfants.

18 Fatmir aurait très bien pu poursuivre et continuer ce qu'il était en

19 train de faire, aller là où les combats l'exigeaient, mais il s'ait arrêté

20 et il est resté avec ces enfants pendant le temps qu'a duré le pilonnage.

21 Au moment où le pilonnage s'est arrêté, il leur a dit qu'ils ne devaient

22 pas rester debout, mais qu'ils devaient se coucher par terre, parce que

23 c'était plus dangereux en cas de pilonnage de rester debout. C'était des

24 petites choses, mais cela les a énormément aidé. Il m'a énormément aidé moi

25 également, parce que ces conseils qu'il nous a donnés, ces conseils qu'il

Page 6886

1 m'a donnés m'ont été très utiles également.

2 Q. J'ai encore une question en rapport avec ce dernier point. Dans quelle

3 mesure Fatmir a-t-il contribué à changer votre propre vie, pas uniquement

4 celle des enfants mais la vôtre également.

5 R. Madame, Messieurs les Juges, il a eu une grande influence sur ma vie.

6 J'aimerais revenir en arrière si vous me le permettez. En mars 1998,

7 j'étais très malade. J'avais un problème rénal. J'étais à Pristina, je suis

8 rentré dans mon village. Le médecin que j'ai vu était Lutfi Dervishi, qui

9 m'a proposé de m'opérer pour remédier à ce problème. Les conditions dans

10 cet hôpital étaient très mauvaises, déplorables. Cette opération n'a donc

11 pas eu lieu. Dans cette situation très difficile, j'ai décidé de rentrer

12 dans mon village. Je souhaitais me rapprocher de ma famille, des miens.

13 Lorsque nous sommes allés dans les montagnes, je me sentais de moins en

14 moins bien. Une équipe du CICR de Genève est arrivée. Ils souhaitaient

15 qu'on me fasse soigner à l'étranger, mais l'idée de Fatmir, son idée de

16 mettre sur pied une école pour faire cours à ces enfants m'a dissuadé

17 d'entreprendre ce voyage. J'ai dit à ces médecins que je renonçais de

18 partir, et que j'avais décidé de rester avec ces enfants. Je leur ai

19 proposé d'emmener à la place deux femmes qui étaient sur le point

20 d'accoucher.

21 Je ne pouvais pas abandonner ces enfants, à ce moment-là, même si

22 cela pouvait guérir le problème que j'avais aux reins. Je ne souhaitais

23 pas guérir, mais pour autant abandonner les enfants.

24 Et bien, croyez-moi, un miracle s'est produit. Je n'ai plus besoin de

25 soins médicaux. Je n'avais plus besoin de me faire opérer, et les calculs

Page 6887

1 rénaux que j'avais sont passés de même en

2 février 1999. J'étais guéri et je n'avais plus besoin de me faire opérer.

3 Voilà ce qui m'est arrivé. Aujourd'hui, je suis en parfaite santé. Je

4 ne suis plus malade. Mais c'est Fatmir qui m'a appris comment enseigner à

5 ces enfants, comment devenir cet "instituteur des montagnes," comme on m'a

6 appelé par la suite.

7 J'aimerais revenir à une expérience qui m'est arrivée précédemment.

8 Lorsque j'étais en huitième, il y a eu des protestations au sein de la

9 population, et les forces serbes ont commencé à tirer sur la foule. Je vous

10 parle là de 1989, au moment où des changements constitutionnels sont

11 intervenus en Yougoslavie. Les Serbes ont tiré sur la foule et trois

12 personnes ont été tuées. Plusieurs autres ont été blessés. C'est le premier

13 traumatisme que j'ai connu en tant qu'enfant. C'est la première fois que je

14 me suis dit que nous pouvions très bien mourir à tout instant, enfant comme

15 adulte, qu'ils n'hésiteraient pas à tirer et à nous tuer. Voilà ce qui m'a

16 aidé à trouver la force et l'énergie en moi pour être aussi proche de ces

17 enfants par la suite. Je n'ai jamais hésité à m'arrêter et à parler avec

18 les enfants, à la source, ou dans les tentes où ils logeaient, ou à

19 l'école, car cette période était extrêmement difficile pour tous les

20 citoyens, et cela a duré jusqu'à la fin de la guerre.

21 Q. Merci.

22 M. MANSFIELD : [interprétation] J'aurais aimé demander le versement au

23 dossier des photographies, des originaux.

24 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Oui.

25 M. LE GREFFIER : [interprétation] Il s'agira de la pièce à conviction de la

Page 6888

1 Défense DL16.

2 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Combien de photographies y a-t-il ?

3 M. MANSFIELD : [interprétation] Cinq.

4 M. LE GREFFIER : [interprétation] Les cinq photographies porteront la cote

5 DL16.

6 M. MANSFIELD : [interprétation] Merci beaucoup.

7 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Monsieur Guy-Smith.

8 M. GUY-SMITH : [interprétation] Pas de questions.

9 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Maître Topolski. Monsieur Nicholls.

10 M. NICHOLLS : [interprétation] Pas de questions, Monsieur le Président.

11 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] [hors micro] Monsieur Bajraktari, je

12 vous remercie. Voilà qui nous amène au terme de votre déposition. Vous avez

13 été cité par la Défense de M. Limaj, et à présent, vous pouvez quitter le

14 prétoire et rentrer chez vous.

15 LE TÉMOIN : [aucune interprétation]

16 L'INTERPRÈTE : Les interprètes demandent au témoin de répéter ce qu'il a

17 dit.

18 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Je pense que cela ne sera pas

19 nécessaire. Je pense que le témoin souhaitait simplement prendre congé.

20 Merci.

21 [Le témoin se retire]

22 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Monsieur Mansfield.

23 M. MANSFIELD : [interprétation] Voilà qui nous amène au terme de

24 l'exposé des moyens de preuve pour Fatmir Limaj, à l'exception de quatre

25 déclarations, vis-à-vis desquelles l'Accusation n'a pas d'objections quant

Page 6889

1 au fait qu'elles soient versées en vertu de l'Article 92 bis du règlement.

2 Une fois que toutes les formalités auront été accomplies, nous demanderons

3 que ces quatre déclarations, dont la dernière a été évoquée l'autre jour, à

4 savoir celle de l'officier du nom de Clark, donc soient versées sous

5 réserve d'une autorisation de votre part.

6 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Donc, vous souhaitez demander le

7 versement au dossier par anticipation pour créer une notion nouvelle de ces

8 déclarations, par consentement mutuel, n'est-ce pas ?

9 M. MANSFIELD : [interprétation] Oui.

10 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Bien. Cela sera fait le moment

11 venu.

12 M. MANSFIELD : [interprétation] Je vous remercie. J'aimerais revenir

13 à la déclaration de M. Clark, la dernière de ses déclarations. Nous avons

14 déjà dit que nous l'avions envoyée à M. Churcher, qui a déposé ici, qui

15 pourra avoir quelque chose à ajouter le cas échant, mais cela ne sera peut-

16 être pas le cas. S'il devait avoir quoi que ce soit à ajouter, nous

17 demanderons peut-être le versement au dossier d'une déclaration

18 complémentaire. Mais, pour l'instant, le problème ne se pose pas.

19 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Merci. Sur cette base, j'imagine

20 que nous arrivons au terme de la présentation de vos moyens de preuve ?

21 M. MANSFIELD : [interprétation] Oui.

22 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Monsieur Guy-Smith, les choses

23 semblent être accélérées.

24 M. GUY-SMITH : [interprétation] Nous serons prêts à commencer mardi,

25 si les Juges de la Chambre peuvent accepter cette manière de procéder.

Page 6890

1 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Combien de temps cela devrait-il

2 vous prendre ?

3 M. GUY-SMITH : [interprétation] Si tout se déroule comme prévu, nous

4 devrions terminer l'exposé des moyens de preuve pour M. Bala la semaine

5 prochaine, donc vendredi au plus tard.

6 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] J'essayais de m'assurer

7 uniquement que les choses soient bien claires pour que Me Topolski soit

8 informé de la situation.

9 M. GUY-SMITH : [interprétation] Me Topolski m'a posé, à plusieurs

10 reprises, la question, et j'ai essayé à chaque fois de l'informer du mieux

11 que je le pouvais.

12 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Merci. Pouvez-vous nous dire, à

13 ce stade, si votre client souhaitera déposer lui-même ?

14 M. GUY-SMITH : [interprétation] A ce stade - mais les choses peuvent

15 changer - il ne devrait pas déposer, même s'il a indiqué qu'il souhaite

16 fournir une déclaration écrite.

17 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Merci.

18 Dans ce cas --

19 [La Chambre de première instance se concerte]

20 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Dans ce cas, Maître Topolski,

21 j'aimerais vous demander également si vous pouvez nous dire plus quant à la

22 durée de l'exposé de vos moyens de preuve.

23 M. TOPOLSKI : [interprétation] Et bien, ce que je pourrais vous dire,

24 sur un mode diplomatique, c'est que les choses sont encore assez floues, et

25 que d'ici à 16 heures cet après-midi, j'en saurai plus que maintenant.

Page 6891

1 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Dans ce cas, n'en dites pas plus

2 pour l'instant.

3 M. TOPOLSKI : [interprétation] Très bien, cela me convient

4 parfaitement.

5 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Nous sommes très reconnaissants

6 à Me Mansfield de s'être limité à ce qu'il nous avait indiqué à l'avance

7 quant à la portée de l'exposé de ses moyens de preuve.

8 M. MANSFIELD : [interprétation] Merci.

9 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Très bien. Nous allons donc

10 lever l'audience à présent et nous reprendrons mardi à 14 heures 15. Nous

11 allons, dans l'intervalle, nous pencher sur la requête écrite dont nous

12 avons été saisie et sur les communications que nous avons reçues.

13 --- L'audience est levée à 9 heures 51 et reprendra le mardi

14 7 juin 2005, à 14 heures 15.

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25