bgcolor="#ffffff"

Tribunal Criminal Tribunal for the Former Yugoslavia

Page 3937

1 Le mardi 26 septembre 2006

2 [Audience publique]

3 [Les accusés sont introduits dans le prétoire]

4 --- L'audience est ouverte à 9 heures 02.

5 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Nous allons passer à huis clos pendant

6 que le témoin entre dans le prétoire.

7 M. LE GREFFIER : [interprétation] Nous sommes à huis clos, Monsieur

8 le Président.

9 [Audience à huis clos]

10 (expurgé)

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 [Audience publique]

17 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Bonjour, Monsieur.

18 LE TÉMOIN : [interprétation] Bonjour.

19 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Nous allons reprendre ce matin. Il est

20 essentiel que vous vous souveniez que la déclaration solennelle que vous

21 avez prononcée au début de votre déposition en vertu de laquelle vous

22 alliez dire la vérité continue à être valable pour votre déposition

23 d'aujourd'hui.

24 Monsieur Marcussen.

25 M. MARCUSSEN : [interprétation] Je vous remercie.

26 LE TÉMOIN: TÉMOIN K83 [Reprise]

27 [Le témoin répond par l'interprète]

28 Interrogatoire principal par M. Marcussen : [Suite]

Page 3938

1 Q. [interprétation] Bonjour, Témoin K83. Hier, nous nous sommes

2 interrompus au moment où nous parlions de l'unité Cegar, Cegar 1. Je vous

3 avais posé des questions à propos des uniformes de l'unité de Cegar, hier.

4 R. Oui.

5 Q. Vous avez dit que les unités portaient une tenue de camouflage et

6 qu'elles avaient par-dessus un gilet où il était inscrit "police," à

7 l'arrière. Est-ce que vous vous souvenez de la couleur de ces tenues de

8 camouflage ?

9 R. C'était une couleur verte, verte comme on a pour les tenues de

10 camouflage militaire.

11 Q. Est-ce que le gilet était de la même couleur ?

12 R. Oui, à l'exception des lettres blanches qui formaient le mot

13 "policija," "police."

14 Q. Est-ce que les unités de Cegar, elles étaient cantonnées à Suva Reka ou

15 à l'extérieur de Suva Reka ?

16 R. Une partie de l'unité se trouvait à Suva Reka et le reste dans les

17 villages avoisinants.

18 Q. Est-ce que vous savez où se trouvait leur base ?

19 R. Je ne le sais pas exactement.

20 M. MARCUSSEN : [interprétation] Un petit moment, Monsieur le Président. Il

21 va falloir que je débranche le micro ou que j'enlève le pupitre. Ce n'est

22 pas très commode pour le moment.

23 [La Chambre de première instance et le Greffier se concertent]

24 M. MARCUSSEN : [interprétation]

25 Q. Cette unité de la police, est-ce que vous la décririez comme une unité

26 de la police ordinaire ou est-ce qu'il s'agissait d'unités de police

27 spéciale ?

28 R. Il s'agissait d'unités de la police régulière.

Page 3939

1 Q. Très bien. Nous allons maintenant revenir aux événements du 26 mars.

2 Hier, vous nous avez expliqué que vous êtes revenu d'un tour de patrouille

3 et que vous avez vu Cegar 1 et ses unités qui se trouvaient en face du

4 poste de police. J'aimerais maintenant vous montrer une photographie de ce

5 secteur afin que vous nous expliquiez où vous avez vu les différentes

6 unités.

7 M. MARCUSSEN : [interprétation] J'aimerais que soit affichée maintenant la

8 pièce P2349.

9 Q. Monsieur le Témoin K83, en attendant que ne soit affichée la photo qui,

10 d'ailleurs, s'affiche maintenant, hier vous nous avez parlé de deux

11 camions. Est-ce que Cegar 1 est arrivé avec un troisième véhicule ?

12 R. Oui, il est arrivé avec sa Land Rover.

13 M. MARCUSSEN : [interprétation] J'aimerais que M. l'Huissier donne une

14 stylet au témoin, je vous prie.

15 Q. Monsieur le Témoin K83, j'aimerais vous demander de nous montrer sur la

16 photographie où vous avez vu les deux camions de l'unité Cegar. Est-ce que

17 vous pouvez nous l'indiquer sur l'écran ?

18 R. Voilà là les deux camions, et le Cegar 1 avec son véhicule était garé

19 là.

20 Q. Est-ce que vous pourriez mettre la lettre A auprès de l'endroit où se

21 trouvaient les camions et la lettre B près de l'emplacement où se trouvait

22 Cegar ?

23 R. Je n'ai pas très bien compris.

24 Q. Est-ce que vous pourriez mettre la lettre B à l'emplacement où se

25 trouvait la Land Rover de Cegar ?

26 R. Très bien.

27 Q. Pour ce qui est du poste de police ou du SUP, est-ce que vous

28 pourriez mettre la lettre C, là où se trouve le poste de police, si vous le

Page 3940

1 voyez sur la photo.

2 R. [Le témoin s'exécute]

3 Q. Merci. Où vous trouviez-vous lorsque vous rentriez avec la patrouille ?

4 Ou est-ce que vous avez arrêté votre voiture ?

5 R. Nous étions en face du bâtiment du SUP, sur le trottoir.

6 Q. Que s'est-il passé alors ? Est-ce que vous pourriez nous le décrire.

7 R. Nous étions en train de les regarder sortir du camion, à savoir la

8 police. Nous les avons vus se déplacer en direction de la route menant à

9 Restane.

10 Q. Est-ce que Cegar a parlé à quelqu'un du SUP ?

11 R. Nous étions en train de les regarder sortir des camions et nous les

12 avons vus aller vers la première maison qui se trouve en face du SUP. Il

13 s'est approché du commandant adjoint, Nenad Jovanovic.

14 Q. Est-ce que Cegar 1 a dit quoi que ce soit à Jovanovic ?

15 R. Il lui a dit que nous ne devrions pas les regarder, mais que nous

16 devrions les suivre.

17 Q. Quel était le son de sa voix lorsqu'il a dit ceci ? Est-ce qu'il

18 parlait de façon normale ? Est-ce qu'il s'agissait d'ordre ou est-ce qu'il

19 criait ? Comment est-ce que vous décririez le son de sa voix au moment où

20 il parlait ?

21 R. Le commandant adjoint l'a salué en bonne et due forme. Cegar 1 n'a même

22 pas voulu lui le saluer. Il s'est contenté de crier en disant : "Allez,

23 allez-y." Donc, il était furieux.

24 Q. Est-ce que vous savez pourquoi il était furieux ?

25 R. Je n'en sais rien. Peut-être parce que nous étions en train de les

26 regarder.

27 M. LE JUGE CHOWHAN : [interprétation] Est-ce qu'il pourrait nous indiquer

28 l'endroit où il se trouvait, parce qu'ainsi, nous aurions tous les éléments

Page 3941

1 sur la photographie.

2 M. MARCUSSEN : [interprétation]

3 Q. Monsieur le Témoin K83, où se trouvaient Cegar 1 et Jovanovic au moment

4 où ils parlaient ? Où est-ce qu'ils se trouvaient ?

5 M. LE JUGE CHOWHAN : [hors micro]

6 LE TÉMOIN : [interprétation] Cela s'est passé en face du bâtiment du SUP, à

7 savoir à peu près là.

8 M. MARCUSSEN : [interprétation]

9 Q. Merci.

10 M. MARCUSSEN : [interprétation] Le témoin a fait un point juste en dessous

11 [comme interprété] du bâtiment qui correspond au poste de police.

12 M. LE JUGE CHOWHAN : [hors micro]

13 M. MARCUSSEN : [interprétation]

14 Q. Monsieur le Témoin K83, comment est-ce que Jovanovic a réagi lorsque

15 Cegar 1 lui a crié dessus ?

16 R. M. Nenad Jovanovic, le commandant adjoint, a dit un peu comme s'il

17 était perdu, qu'il faudrait qu'on y aille. Nous ne savions pas pourquoi il

18 fallait nous préparer. Nous ne savions pas pourquoi, où aller. Nous ne

19 savions que faire. Mais aveuglément un peu, nous nous sommes dirigés à la

20 première maison qui se trouvait là. Les hommes de Cegar marchaient devant

21 nous, et nous, nous les suivions.

22 Q. Est-ce que vous marchiez ou est-ce que vous couriez ? Est-ce que vous

23 vous en souvenez ?

24 R. Je pense qu'on courait. On courait vite, d'ailleurs.

25 Q. Où êtes-vous allés ?

26 R. Nous sommes allés à la maison où avait séjourné précédemment l'OSCE.

27 Q. Qui se trouvait à ce moment-là avec vous ?

28 R. Le commandant adjoint Nenad Jovanovic; Radovan Tanovic; Cukaric et moi-

Page 3942

1 même.

2 Q. Est-ce que quelqu'un vous a demandé de prendre position ?

3 R. Oui.

4 Q. Qui vous l'a demandé ?

5 R. C'est Sladjan Cukaric, qui était le chef de la patrouille. Il nous a

6 donné l'ordre de nous arrêter de part et d'autre de la maison, à gauche et

7 à droite pour que personne ne leur tire dessus.

8 Q. Est-ce que vous voyez cette maison sur la photographie ?

9 R. Oui, je la vois.

10 Q. Est-ce que vous pourriez mettre la lettre D, D pour delta,

11 l'emplacement où vous aviez pris position.

12 R. [Le témoin s'exécute]

13 Q. Vous aviez dit, "nous avons pris nos positions." Qui était l'autre

14 personne qui a pris position avec vous ?

15 R. Niki Petkovic.

16 Q. Où se trouvait-il positionné ?

17 R. Lui, il était de l'autre côté, à l'arrière de la maison.

18 Q. Sur cette photographie, on a l'impression qu'il y a des buissons tout

19 près de la maison, près de l'endroit où vous vous trouviez. Est-ce que

20 cette végétation se trouvait là à ce moment-là ?

21 R. Non, non.

22 Q. Puis, il y a une sorte de haie que l'on peut voir à l'arrière de la

23 maison de l'OSCE. Est-ce que cette haie se trouvait là à ce moment-là ?

24 R. Oui, il y avait un mur là, un mur de 2 mètres ou peut-être plus.

25 Q. Est-ce que vous pourriez faire une ligne à l'endroit où se trouvait le

26 mur dont vous venez de parler ?

27 R. [Le témoin s'exécute]

28 Q. Merci. A l'endroit où vous vous trouviez, est-ce que vous aviez une vue

Page 3943

1 dégagée sur l'arrière de la maison de l'OSCE, sur la maison et sur toute la

2 maison ?

3 R. Oui, on pouvait tout voir.

4 Q. Nous pouvons le voir sur la photographie. D'après vous, quelle est la

5 distance approximative entre l'endroit où vous vous trouviez et la maison

6 de l'OSCE ?

7 R. Une cinquantaine de mètres.

8 Q. Est-ce que vous pourriez nous décrire ce que vous avez vu à partir de

9 l'endroit où vous avez pris votre position. Vous regardiez à partir de cet

10 endroit-là, qu'est-ce que vous avez vu ?

11 R. On tirait de tous les côtés. J'avais peur. Je suis allé en direction de

12 la maison qui se trouvait près de la route, vous voyez, là où l'OSCE a été.

13 Q. Vous dites que vous aviez peur. De quoi aviez-vous peur ?

14 R. Il y avait des tirs qui provenaient de tous les côtés. Vous ne saviez

15 pas d'où tiraient les gens. Il n'y avait pas d'abris où j'aurais pu me

16 réfugier ?

17 Q. Qui tirait ?

18 R. Ce sont les unités de Cegar qui tiraient.

19 Q. Alors que vous étiez à l'emplacement indiqué par vous comme étant D,

20 est-ce qu'il y a quelqu'un qui est sorti de la maison ?

21 R. [aucune interprétation]

22 Q. J'ai entendu votre réponse, mais je ne pense pas que cela ait été

23 traduit. Est-ce que vous pourriez répondre à nouveau, je vous prie.

24 R. Il y a des femmes et des enfants qui sont sortis de cette maison.

25 Q. Comment est-ce qu'elles sont sorties ? Est-ce qu'elles marchaient ?

26 Est-ce qu'elles couraient ? Qu'en était-il ?

27 R. Elles ont commencé à courir. Elles avaient peur. Elles ont commencé à

28 s'enfuir en direction du centre commercial.

Page 3944

1 Q. Lorsqu'elles se sont enfuies de la maison, est-ce que vous, vous avez

2 bougé de votre position ?

3 R. Oui.

4 Q. Où êtes-vous allé, dans un premier temps ?

5 R. Je suis allé auprès de Tanovic et Cukaric, parce qu'ils étaient en

6 train de regarder les papiers d'identité de quatre personnes qui se

7 trouvaient derrière la maison de l'OSCE.

8 Q. Est-ce que vous pourriez indiquer avec la lettre E, E pour écho,

9 l'endroit approximatif où se trouvaient Cegar et ces autres personnes, ces

10 quatre hommes qui avaient été détenus ?

11 R. [Le témoin s'exécute]

12 Q. Vous, vous étiez assez près de cet endroit mais derrière; c'est cela,

13 si je vous comprends bien ?

14 R. J'étais au milieu, là où je vous le montre.

15 M. MARCUSSEN : [interprétation] Le témoin a mis un point qui est juste en

16 dessous de la lettre E qu'il avait inscrite.

17 Q. Est-ce que vous pourriez nous décrire ce que vous avez vu. Est-ce que

18 Cegar a fait quelque chose aux hommes ?

19 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Avant que vous ne répondiez, je pense

20 que nous avons parlé de deux personnes appelées Cukaric et Tanovic. Est-ce

21 que Cegar est arrivé à un moment donné ?

22 M. MARCUSSEN : [interprétation] Merci, Monsieur le Président. C'est moi qui

23 ai fait l'erreur.

24 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Je vous remercie.

25 LE TÉMOIN : [interprétation] Tanovic et Cukaric ont d'abord consulté les

26 papiers d'identité de ces personnes. Ils ont pris leurs papiers et ils

27 étaient tournés vers le mur.

28 M. MARCUSSEN : [interprétation]

Page 3945

1 Q. Que s'est-il passé alors ?

2 R. Puis, ils m'ont dit que je devrais suivre ces personnes, les personnes

3 qui étaient parties de la maison, donc les femmes, les enfants et les

4 hommes âgés pour voir où ils allaient.

5 Q. Est-ce que vous avez vu ce qui était arrivé aux quatre hommes qui

6 étaient alignés le long du mur ?

7 R. Ils ont été tués, juste là, devant la maison.

8 Q. Vous l'avez vu, cela ?

9 R. Oui. Ils ont commencé à leur tirer dessus pendant que je passais tout

10 près.

11 Q. On vous a demandé de suivre les personnes qui s'étaient enfuies de la

12 maison. Qu'étiez-vous censé faire ? Est-ce que vous étiez juste censé les

13 suivre ou est-ce que vous étiez censé faire autre chose ?

14 R. Non, non. J'étais juste censé voir où elles allaient. Puis, bien sûr,

15 il fallait que j'en informe Cukaric et Tanovic. Il fallait que je leur

16 indique où s'étaient rendues ces personnes.

17 Q. J'aimerais vous demander de dessiner une ligne sur la carte à partir du

18 point que vous avez mis juste en dessous du E pour suivre l'itinéraire que

19 vous, vous avez emprunté.

20 R. [Le témoin s'exécute]

21 Q. Est-ce que vous êtes passé près de la gare routière ?

22 R. Oui. Il y avait ce passage là --

23 Q. Je sais qu'il y a ce passage qui est très, très étroit. On ne le voit

24 pas sur la photographie, c'est-à-dire, il faudra vous fassiez une ligne à

25 travers les maisons. Est-ce que vous pourriez dessiner votre ligne pour

26 nous montrer l'endroit où vous êtes passé près de la gare routière ?

27 R. [Le témoin s'exécute]

28 Q. A partir de l'endroit où vous avez dessiné cette ligne maintenant, où

Page 3946

1 est-ce que vous êtes allé ?

2 Non, non, je m'excuse. Avant de vous demander de poursuivre cette ligne, de

3 continuer à la dessiner, j'aimerais savoir si vous avez vu des gens à la

4 gare routière ?

5 R. J'ai vu deux hommes âgés -- ou plutôt un homme et une femme âgés qui

6 étaient allongés sur le trottoir. Ces deux personnes avaient été blessées

7 aux jambes.

8 Q. Est-ce que vous pourriez mettre la lettre F à l'endroit -- pour nous

9 montrer l'endroit où se trouvaient ces deux personnes âgées.

10 R. [Le témoin s'exécute]

11 Q. Merci.

12 M. MARCUSSEN : [interprétation] Avant que ce dessin ne devienne un peu trop

13 complexe, je pense qu'il va falloir le verser au dossier et retravailler à

14 partir d'un exemplaire vierge.

15 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Oui, cela va être nécessaire, n'est-ce

16 pas ? Parce que nous allons avoir quelques petits problèmes si nous ne le

17 faisons pas. Je suppose qu'on va venir par se retrouver au café ?

18 M. MARCUSSEN : [interprétation] Disons que nous pourrons peut-être verser

19 cela au dossier, puis ensuite, nous pourrons reprendre.

20 M. LE GREFFIER : [interprétation] Ce sera la pièce IC47, Monsieur le

21 Président.

22 M. MARCUSSEN : [interprétation]

23 Q. Monsieur le Témoin K83, vous avez mis le F sur la carte. A partir de

24 là, quel chemin avez-vous emprunté ? Par où êtes-vous passés ?

25 R. Nous nous sommes dirigés vers la pizzeria.

26 Q. Est-ce que vous pourriez nous dessiner l'itinéraire que vous avez

27 emprunté jusqu'à la pizzeria ?

28 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Je pense qu'il faut que vous

Page 3947

1 réaffichiez le document IC47, et ensuite, vous pourrez continuer à dessiner

2 votre ligne. Parce que nous avons perdu ce que nous avions sur l'écran.

3 M. MARCUSSEN : [interprétation] Non, je pense que nous avons toujours

4 l'ancienne copie.

5 Q. Je m'excuse, Monsieur, nous sommes en train ici de récupérer la

6 photographie sur laquelle vous venez de dessiner. Cela n'a rien à voir avec

7 vous. C'est moi qui vous donne des indications qui peuvent prêter à

8 confusion.

9 Voici. Le cliché est à nouveau affiché. Vous avez marqué l'emplacement où

10 se trouvaient les deux personnes âgées à terre avec un F. On leur avait

11 tiré dans les jambes. Vous êtes allés ensuite dans cet endroit que vous

12 avez appelé la pizzeria. Pourriez-vous nous dessiner le chemin que vous

13 avez emprunté pour vous rendre à cette pizzeria ?

14 R. Pas de problème.

15 Q. Vous êtes-vous arrêté à cet endroit que vous avez dessiné, en bout de

16 cette ligne rouge ou est-ce que vous êtes allé encore plus loin jusqu'à la

17 pizzeria, en direction de la pizzeria ?

18 R. Je pourrais voir que tous ces civils, des personnes âgées et des

19 enfants, tout le monde était dans la pizzeria, et ensuite, je suis revenu.

20 Q. Pourriez-vous mettre un G, comme Georges, à l'emplacement de la

21 pizzeria ?

22 R. [Le témoin s'exécute]

23 Q. Vous nous dites que vous avez vu des civils. Etaient-ils à l'extérieur

24 de la pizzeria ou dans la pizzeria ?

25 R. Ils étaient dans la pizzeria.

26 Q. Y avait-il d'autres personnes en uniforme aux alentours alors que vous

27 étiez en train de marcher vers la pizzeria ?

28 R. Non, il n'y en avait pas.

Page 3948

1 Q. Etes-vous capable d'estimer combien de personnes étaient soit dans la

2 pizzeria, soit autour de cette pizzeria quand vous avez regardé dans cette

3 direction ?

4 R. Je ne sais pas exactement combien il y en avait, entre 35 et 40.

5 Q. Qu'avez-vous fait ensuite ?

6 R. Je suis retourné sur mes pas vers Cukaric et Tanovic pour leur dire que

7 tous ces gens s'étaient réfugiés dans la pizzeria et qu'ils étaient

8 enfermés dans la pizzeria.

9 Q. Que voulez-vous dire par "enfermés" dans cette pizzeria ?

10 R. Ils avaient la clé, donc ils s'étaient enfermés.

11 Q. Comment pouvez-vous être sûr qu'ils s'étaient enfermés dans cette

12 pizzeria ? Vous avez vérifié vous-même ou est-ce que c'est quelque chose

13 que l'on vous a dit ?

14 R. La porte était fermée, verrouillée. On ne pouvait pas l'ouvrir les

15 ouvrir; on ne pouvait pas ouvrir les portes.

16 Q. Avez-vous rencontré Cukaric et Tanovic ?

17 R. Oui.

18 Q. Approximativement, où les avez-vous vus ? Vous n'avez pas besoin de les

19 marquer sur la carte. Il faudrait juste nous décrire à peu près l'endroit

20 où vous les avez retrouvés.

21 R. Nous nous sommes trouvés sur la route, la route où les véhicules sont

22 garés juste devant le centre commercial.

23 Q. Pouvez-vous nous dire quels étaient vos sentiments à ce moment-là ?

24 Est-ce que vous étiez encore effrayé ?

25 R. J'étais extrêmement effrayé. J'étais aussi extrêmement stressé, puisque

26 tout se passait extrêmement vite, y compris tous ces tirs. Ils m'ont dit

27 d'aller vers le restaurant ou le bar le plus proche pour boire quelque

28 chose, histoire de calmer un peu, de calmer mes nerfs.

Page 3949

1 Q. Avez-vous fait cela ?

2 R. Oui.

3 Q. Pouvez-vous nous indiquer où se trouve ce restaurant, ce bar ou ce

4 kiosque où vous avez réussi à vous désaltérer.

5 R. [Le témoin s'exécute]

6 M. MARCUSSEN : [interprétation] Vous pourriez marquer cet emplacement d'un

7 point, s'il vous plaît.

8 R. [Le témoin s'exécute].

9 M. MARCUSSEN : [interprétation] Le témoin a marqué d'un point l'endroit

10 juste au-dessus du F qu'il avait annoté précédemment. C'est donc l'endroit

11 qu'il a été boire un verre pour se remettre.

12 Q. Vous avez juste pris un verre à la volée, et ensuite, vous êtes

13 ressorti ?

14 R. J'ai pris deux bouteilles d'alcool, cognac, brandy, vodka. Je ne sais

15 plus très bien ce que c'était. Quand je suis revenu, les personnes qui

16 étaient sur le trottoir alors que je passais la première fois étaient

17 encore vivantes, étaient maintenant mortes.

18 Q. Il s'agit des deux personnes âgées; c'est cela ?

19 R. Oui.

20 Q. Comment saviez-vous qu'elles étaient mortes ?

21 R. Quand je suis passé pour aller boire un verre, elles étaient encore

22 vivantes. Alors, quand je suis revenu, elles n'étaient plus vivantes, elles

23 étaient mortes. Elles avaient été tuées.

24 Q. D'après ce que vous avez vu, est-ce que vous pensez qu'elles sont

25 mortes des blessures qu'elles avaient eues précédemment ou alors est-ce

26 qu'il leur est arrivé autre chose ?

27 R. On leur avait tiré dans la tête.

28 Q. Après avoir vu cela --

Page 3950

1 M. MARCUSSEN : [interprétation] Je pense que maintenant, il faudrait que

2 nous versions le cliché tel qu'il est à l'heure actuelle et que nous

3 reprenions une nouvelle version de ce cliché pour continuer à la noter.

4 Pourrions-nous avoir une cote pour le cliché tel qu'il est à l'heure

5 actuelle ?

6 M. LE GREFFIER : [interprétation] Ce sera le IC48.

7 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Merci.

8 M. MARCUSSEN : [interprétation] Maintenant, essayons d'afficher la deuxième

9 page de ce cliché annoté à l'écran pour pouvoir poursuivre.

10 Q. Monsieur le Témoin K83, alors que nous sommes en train d'essayer

11 de nous en sortir avec les démons de la technologie, vous nous dites que

12 vous êtes sorti de l'endroit où vous aviez acheté ou trouvé deux bouteilles

13 d'alcool. Vous avez vu que les deux personnes âgées qui, auparavant,

14 étaient vivantes, avaient reçu un coup de feu, étaient maintenant mortes à

15 terre. Ensuite, où êtes-vous allés, s'il vous plaît ? Vous pouvez juste

16 d'abord nous le décrire, et ensuite, nous annoterons le cliché.

17 R. Nous sommes allés dans la zone qui se trouve entre la pizzeria et

18 ce bâtiment.

19 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Avant de poursuivre, Monsieur

20 Marcussen, pourriez-vous nous aider à savoir qui avait bien pu tuer ces

21 deux personnes âgées, ce couple de personnes âgées, ou alors n'a-t-on

22 aucune information à ce sujet ?

23 M. MARCUSSEN : [interprétation] On va essayer de savoir.

24 Q. Vous avez vu, Monsieur le Témoin, que ces deux vieilles personnes

25 avaient reçu un coup de feu dans la tête, chacune. Savez-vous qui avait

26 tiré sur ces personnes ?

27 R. C'était Sladjan Cukaric.

28 Q. L'avez-vous vu faire ce geste ?

Page 3951

1 R. Je l'ai vu. Il avait un fusil en main quand je suis revenu sur mes pas.

2 Q. L'avez-vous vu tirer avec ce fusil ou est-ce qu'il se tenait juste à

3 côté des corps et en arborant une arme ?

4 R. Il était près des corps et il avait un fusil. J'ai juste entendu un

5 coup. C'était très près. C'était à 5 ou 6 mètres de moi.

6 Q. Est-ce qu'il regardait les corps à ce moment-là ou alors est-ce qu'il

7 était en train de s'éloigner ?

8 R. Il était en train de quitter l'endroit où se trouvaient les corps ?

9 Q. Très bien. Vous êtes revenus dans cette ruelle très étroite. C'est ce

10 chemin que vous avez emprunté. Vous nous avez marqué cela d'un point sur la

11 carte. Est-ce qu'à un moment quelconque vous pouviez voir la pizzeria ?

12 Est-ce que la vue était dégagée ?

13 R. A ce moment-là, on ne voyait pas. Il s'agit d'une ruelle extrêmement

14 étroite, et la pizzeria est de l'autre côté.

15 Q. A --

16 M. MARCUSSEN : [interprétation] Le témoin vient de nous marquer la photo

17 d'une ligne pour indiquer que la pizzeria se trouve au coin.

18 Q. Où étiez-vous à ce moment-là, et qu'avez-vous fait ?

19 R. D'abord, on a vidé les deux bouteilles d'alcool. On les a bues pour se

20 calmer les nerfs. Je n'étais pas seul à boire, mes collègues aussi ont bu.

21 Donc, on a vidé les bouteilles très rapidement. Ensuite, Cukaric a fait

22 éclater l'une des vitres de la pizzeria en utilisant la crosse de son

23 fusil. Il a jeté à l'intérieur une grenade à main.

24 Q. Bien. On va reprendre les choses en détail. Tout d'abord, vous nous

25 dites que vous étiez plusieurs à boire le contenu de ces bouteilles

26 d'alcool. Pouvez-vous nous dire exactement avec qui vous étiez à ce moment-

27 là ?

28 R. Avec Sladjan Cukaric, Radovan Tanovic, Miki Petkovic et moi-même.

Page 3952

1 Q. Vous avez tous partagé ces bouteilles, ces deux bouteilles d'alcool.

2 Vous avez tous bu.

3 R. Oui.

4 Q. Vous ne buviez que le contenu des deux bouteilles que vous aviez

5 trouvées ou alors est-ce que d'autres personnes avaient aussi des

6 bouteilles d'alcool ?

7 R. Non, c'était les bouteilles que j'avais.

8 Q. Ensuite, vous nous avez dit que Cukaric fait voler en éclats la fenêtre

9 de la pizzeria. Où vous trouviez-vous quand vous avez assisté à cela ?

10 R. J'étais encore là, au coin, à l'endroit que je viens de marquer. On est

11 restés là, à cet endroit-là tout le temps.

12 Q. Très bien. Il faut que l'on puisse se référer à l'endroit où vous étiez

13 quand on fera à nouveau référence à cette image. Pourriez-vous nous mettre

14 un A à l'emplacement de ce coin où vous vous teniez ?

15 R. [Le témoin s'exécute]

16 Q. De ce coin où vous vous teniez, pouviez-vous voir en direction de la

17 pizzeria ?

18 R. A ce moment-là, non, je ne pouvais pas voir parce que j'essayais de me

19 cacher, étant donné que je savais qu'il allait lancer une grenade à main.

20 J'essayais de me protéger.

21 Q. Avez-vous vu la vitre voler en éclats ? Avez-vous vu la personne qui a

22 provoqué le bris de la vitre ?

23 R. Non, je ne l'ai pas vue, pas à ce moment-là. J'ai juste entendu la

24 vitre exploser et ensuite, j'ai entendu l'explosion.

25 Q. Selon vous, qui a jeté la grenade à main ?

26 R. C'est Cukaric qui a jeté la première grenade à main.

27 Q. Comment le savez-vous ? Vous l'avez vu faire ce geste ? Vous l'avez vu

28 dégoupiller la grenade, se préparer à la jeter ?

Page 3953

1 R. D'abord, il a sorti la grenade. Il s'est avancé vers la fenêtre de la

2 cafétéria pour s'apprêter à la jeter. Il nous a dit de nous protéger, pour

3 qu'on ne soit pas frappés par le shrapnel.

4 Q. Après l'explosion de la grenade à main, que s'est-il passé ?

5 R. On a attendu deux ou trois minutes que les choses se calment un peu.

6 Ensuite, une deuxième grenade a été lancée.

7 Q. Savez-vous qui a lancé cette deuxième grenade ?

8 R. C'est Radovan Tanovic qui a lancé la deuxième grenade.

9 Q. Comment le savez-vous ?

10 R. Parce qu'il se préparait à une deuxième attaque.

11 Q. Entre le lancement de ces deux grenades, y avait-il des tirs qui

12 venaient de la pizzeria ?

13 R. Pendant qu'on attendait que les choses se calment après l'explosion de

14 la première grenade, on attendait que la fumée se dissipe. Après, Tanovic

15 et Cukaric ont agi en duo. Ils tiraient des rafales de leurs fusils

16 automatiques en tirant.

17 Q. Ensuite, la deuxième grenade a été lancée. Y a-t-il eu encore des tirs

18 après cela ?

19 R. Il y a eu des tirs d'armes automatiques. Comme je vous dis, ils ont

20 tiré en rafales. On entendait encore des hurlements, des gémissements.

21 Q. Avez-vous participé à cette fusillade ?

22 R. Non.

23 Q. Vous a-t-on demandé de participer à cette fusillade ?

24 R. On m'a demandé si je voulais tirer, mais ils se sont rendu compte que

25 je n'étais pas en état de le faire, donc, ils ne m'ont pas obligé. J'étais

26 totalement perdu.

27 Q. Vous avez dit "ils," de qui s'agissait-il exactement ?

28 R. De Cukaric et Tanovic.

Page 3954

1 Q. Vous avez décrit que vous vous trouviez dans ce coin qui était marqué

2 d'un A sur le cliché, ensuite, il y a eu les grenades qui ont été lancées,

3 des rafales de tirs, ensuite, une deuxième grenade qui a été lancée. Après

4 cela, est-ce que l'intérieur de la pizzeria est devenu très calme ?

5 R. Oui.

6 Q. A ce moment-là, vous avez quitté ce coin où vous étiez ?

7 R. Oui, je me suis déplacé. Je suis passé devant la pizzeria. Je suis allé

8 jusqu'au kiosque qui se trouve à côté de la route, à cet endroit-ci.

9 Q. Etes-vous resté là ?

10 R. Oui, j'y suis resté tout le temps, jusqu'à ce que l'équipe arrive.

11 Q. Est-ce que --

12 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Avons-nous réussi à savoir où se

13 trouve exactement ce kiosque ?

14 M. MARCUSSEN : [interprétation] Non, il y a juste un point. Le témoin n'a

15 mis qu'un point.

16 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Où est ce point ? Je ne le vois pas.

17 M. MARCUSSEN : [interprétation]

18 Q. Il faudrait que vous notiez la lettre B à l'endroit où se trouvait ce

19 kiosque, là où vous vous êtes posté.

20 R. [Le témoin s'exécute]

21 Q. Merci. Est-ce qu'on vous a dit d'aller vous poster là ou est-ce que

22 vous y êtes allé de votre propre chef ?

23 R. Non. On m'a dit d'y rester, de me poster là pour éviter que des gens ne

24 s'approchent de la pizzeria, histoire que personne ne sache ce qui s'était

25 passé. En ce qui concerne Miki Petkovic, il est resté là où nous étions

26 auparavant, près de l'endroit d'une lettre A.

27 Q. Qui vous a dit de vous poster à cet endroit marqué d'un B ?

28 R. C'est Sladjan Cukaric.

Page 3955

1 Q. Je dois revenir un peu en arrière, s'il vous plaît. Avant que l'on ne

2 lance cette première grenade à main, quand vous étiez là où vous avez

3 marqué le cliché d'un A, y avait-il des communications radio à ce moment-

4 là ? Est-ce que les personnes avec qui vous étiez étaient en train de

5 communiquer par radio avec qui que ce soit ?

6 R. Je n'a rien entendu, enfin rien de très précis. Tout ce que je sais,

7 c'est que Cukaric avait deux Motorola. Quant à savoir avec qui il était en

8 conversation, cela je n'en sais rien. Je n'ai pas entendu, je ne peux pas

9 vous le dire. Je ne sais pas s'il a parlé à qui que ce soit, s'il a reçu

10 des ordres.

11 Q. Vous l'avez vu utiliser sa radio ?

12 R. Oui, je l'ai vu.

13 Q. Au cas où vous le sauriez, vous nous avez dit qu'il avait deux

14 Motorola. Est-ce qu'il les utilisait tous les deux ou est-ce qu'il en a

15 utilisé qu'un ?

16 R. Il en avait deux, mais je ne sais absolument pas lequel il a utilisé.

17 Je ne m'en souviens pas.

18 Q. Merci. J'ai encore une question que j'ai oublié de vous poser. Nous

19 allons revenir maintenant au déroulement normal de la séquence, nous

20 revenons au point B. Comme vous êtes posté au point B, pouvez-vous nous

21 décrire ce que vous avez vu ?

22 R. Un camion est arrivé en direction depuis Prizren. Avant d'ailleurs que

23 le camion n'arrive, le Dr Boban était déjà sur place avec Djordjevic. Je ne

24 me souviens plus de son prénom. Donc, avant que le camion n'arrive, le Dr

25 Boban et le commandant Djordjevic étaient arrivés.

26 Q. Est-ce que vous connaissez le nom de famille de Dr Boban ?

27 R. Vuksanovic.

28 Q. Quel était son poste si tant est que vous le connaissiez ?

Page 3956

1 R. Il était en charge de la protection civile.

2 Q. Pour ce qui est de Djordjevic, quel était son poste ?

3 R. Il était le chef de la TO.

4 Q. TO, c'est la Défense territoriale ?

5 R. Oui.

6 Q. Après être arrivé au point B, pouvez-vous nous dire à peu près combien

7 de temps s'est écoulé avant l'arrivée de Vuksanovic et Djordjevic ?

8 R. A peu près 15 à 20 minutes.

9 Q. Vous nous dites qu'ensuite un camion est arrivé. Combien de temps s'est

10 écoulé après l'arrivée de Vuksanovic et de Djordjevic jusqu'à ce que ce

11 camion n'arrive ?

12 R. Le camion a mis à peu près une demi-heure à arriver. Il est arrivé une

13 demi-heure après. Le camion venait de la direction de Prizren.

14 Q. Sur cette photographie, la direction de Prizren, est-ce que c'est à

15 gauche ou est-ce que c'est à droite ?

16 R. A gauche.

17 Q. Savez-vous quelle organisation ou à quelle unité ce camion

18 appartenait ?

19 R. Le camion était un camion civil. Je ne sais pas à quelle société il

20 appartenait. Il n'y avait rien d'inscrit en particulier. Il n'y avait pas

21 d'inscription où des choses de ce genre dessus.

22 Q. En dehors du chauffeur, est-ce qu'il y avait quelqu'un d'autre dans le

23 camion ?

24 R. Il y avait trois personnes.

25 Q. Savez-vous de qui il s'agissait ?

26 R. Je ne sais pas. C'était la première fois que je les voyais.

27 Q. Savez-vous quelle fonction ils avaient avant ce jour-là ? Est-ce que

28 vous savez ce qu'ils faisaient ?

Page 3957

1 R. Je n'ai pas compris.

2 Q. Est-ce qu'ils travaillaient pour quelqu'un ? Est-ce qu'ils

3 travaillaient pour la Défense territoriale ? Est-ce qu'ils travaillaient

4 pour la protection civile, quelque chose de ce genre ? Est-ce que vous le

5 savez ?

6 R. Ces gens qui sont venus ce jour-là, je ne sais pas s'ils travaillaient

7 pour une société ou pas. C'était la première fois que je voyais ces gens

8 qui étaient dans le camion, qui étaient là-bas à Suva Reka.

9 Q. Que s'est-il passé quand le camion est arrivé ? Où s'est-il garé ?

10 R. Il s'est garé ici, à cette entrée ici, à l'endroit où j'ai fait un B

11 tout à l'heure. Il a reculé par ici, puis il est pratiquement arrivé à la

12 pizzeria elle-même.

13 Q. Ensuite, que s'est-il passé ?

14 R. Une équipe de la protection civile est arrivée pour charger les corps.

15 Q. Comment connaissez-vous cette équipe de la protection civile qui est

16 arrivée ?

17 R. Elle portait les vêtements que les personnes de la protection civile

18 portent.

19 Q. Lorsque ces personnes de la protection civile sont arrivées, qu'ont-

20 elles fait ?

21 R. Tout d'abord, elles ne savaient pas quoi faire. Le Dr Boban Vuksanovic

22 avait fait venir ces gens alors qu'ils étaient en train de déjeuner.

23 C'était l'heure du déjeuner. Ces personnes, avant, étaient en train de

24 rassembler du bétail, et essayaient de faire monter ce bétail dans un

25 camion. Mais ces gens n'avaient aucune idée de ce qu'ils étaient censés

26 faire ce jour-là quand le Dr Boban Vuksanovic les a appelés.

27 Q. Lorsqu'ils sont arrivés à la pizzeria, qu'ont-ils fait ?

28 R. Ils ont tous commencé à partir en courant parce que personne ne voulait

Page 3958

1 faire cela. Ils ont vu tout le sang. Pour commencer, il y avait ces gens

2 qui avaient 50, 60 ans. Puis, il y avait qui avait 15 ans, en fait.

3 C'étaient des enfants. Ils se sont sentis mal. Ils ne pouvaient pas faire

4 ce qu'on leur demandait de faire.

5 Q. Les a-t-on forcés à faire cela, tout de même, c'est-à-dire, sortir les

6 corps ?

7 R. Après, Cukaric a pris le commandement et a dit : Ceux qui ne veulent

8 pas charger ces corps auront la même fin que ces personnes qui ont été

9 tuées. C'est la même fin qui les attend.

10 Q. Donc, les jeunes hommes et les jeunes gens et les hommes plus âgés qui

11 étaient venus dont vous avez dit qu'il s'agissait de la protection civile,

12 ils ont chargé les corps sur le camion. Est-ce que vous les avez vus au

13 moment où ils chargeaient les corps sur le camion ?

14 R. Oui. A un moment, j'ai jeté un coup d'il plus ou moins. C'était

15 vraiment horrible.

16 Q. Lorsque le camion a été plein, j'imagine qu'il est parti. Dans quelle

17 direction est-il parti ?

18 R. Je répète, il est reparti vers Prizren. Il était venu de Prizren et il

19 est reparti vers Prizren.

20 Q. Est-ce qu'un autre camion est arrivé ?

21 R. Oui, juste après cela, un autre camion est arrivé.

22 Q. Ont-ils continué à charger les corps dans ce camion ?

23 R. Oui.

24 Q. Connaissez-vous une personne du nom de Jashar Berisha ?

25 R. Oui. M. Jasar Berisa a travaillé pendant des années à la station de

26 service de Suva Reka. Je le connais. Je le connais personnellement.

27 Q. Est-ce que vous l'avez vu à ce moment-là ?

28 R. Ce jour-là, il travaillait à la station de service. Mais lorsque les

Page 3959

1 coups de feu ont commencé à retenir, il a été enfermé là-bas au SUP.

2 Q. Est-ce que vous avez vu cela, le fait qu'il a été arrêté et enfermé au

3 SUP ?

4 R. Je n'ai pas vu son interpellation, mais j'ai vu qu'il travaillait.

5 Puis, j'ai vu qu'il était là-bas jusqu'à ce que les coups de feu aient

6 commencé. Quand les coups de feu ont commencé, il n'était plus là-bas. Je

7 pensais qu'il était rentré chez lui, mais en fait, il était là-bas au SUP,

8 au poste de police. Il avait été emmené du poste de police. Il a été emmené

9 à la pizzeria dans un véhicule.

10 Q. Est-ce que l'on voit la station de service sur cette photo ?

11 R. Oui.

12 Q. Est-ce que vous étiez déjà allé près de la station de service à

13 l'endroit où il y a les pompes - je crois qu'il y a un bureau ou quelque

14 chose derrière - donc, avant ce jour-là, est-ce que vous étiez déjà allé ?

15 Puis ensuite, une fois que les tirs ont commencé, est-ce que vous y êtes

16 allé ?

17 R. Non, je ne suis pas allé.

18 Q. Lorsque vous avez vu Jashar Berisha, vous avez dit qu'il arrivait du

19 poste de police. Comment est-il arrivé ?

20 R. Il a été emmené à la pizzeria par la patrouille.

21 Q. Est-ce que vous connaissiez l'un des officiers, un quelconque des

22 officiers qui l'ont emmené ?

23 R. Je ne sais pas. Je me souviens juste de Todor Jovanovic. Je ne me

24 souviens pas les noms de toutes les personnes qui étaient dans la voiture.

25 Q. Alors, ai-je raison de comprendre que vous avez déduit des faits que

26 Jashar Berisha est arrivé en voiture du poste de police, et qu'il avait dû

27 être interpellé, arrêté au moment où les tirs ont commencé ? Vous n'avez

28 pas vu son arrestation, son interpellation elle-même, n'est-ce pas ?

Page 3960

1 R. Oui.

2 M. MARCUSSEN : [interprétation] Monsieur le Président, nous avions dit que

3 nous allions passer une heure et demi avec ce témoin. J'ai déjà passé une

4 heure et demi, mais il me reste environ cinq minutes. Nous avons déjà passé

5 une heure 35 minutes, mais j'ai encore cinq minutes. J'espère que cela va

6 être possible.

7 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Oui. Merci.

8 M. MARCUSSEN : [interprétation]

9 Q. K83, après que Jashar Berisha soit arrivé, que s'est-il passé ?

10 R. Jashar Berisha est sorti du véhicule officiel. Il avait déjà vu ce

11 camion dans lequel les corps étaient chargés, étaient mis. Il était en

12 train de lutter, de se débattre. Il ne voulait pas aller vers le camion. Il

13 a simplement dit qu'il ne méritait pas cela d'aller là-bas, d'aller à la

14 pizzeria.

15 Q. Au moment où il se dirigeait vers le camion, vous avez vu ce qui s'est

16 passé, vous étiez en train de regarder ?

17 R. Oui. Oui, j'étais là sur le côté de la route, sur le bord de la route à

18 côté du kiosque. C'est là que le véhicule s'était arrêté. Il est sorti de

19 ce véhicule. Ils le tiraient, ils le traînaient vers la pizzeria.

20 Q. Vous vous souvenez qu'il disait qu'il ne méritait pas cela ?

21 R. Oui. Il parlait au Dr Boban Vuksanovic lui-même personnellement. C'est

22 à lui qu'il s'adressait.

23 Q. Ensuite, que s'est-il passé ?

24 R. Comme il se débattait, il essayait de s'échapper d'une certaine

25 manière. Il essayait de partir, de s'enfuir. Cukaric l'a attrapé par le

26 bras, l'a poussé et a tiré une rafale de son arme automatique dans le dos

27 de cet homme.

28 Q. Vous avez vu Cukaric tirer sur Jashar Berisha ?

Page 3961

1 R. Je ne suis pas le seul qui l'ai vu. Des personnes de la municipalité

2 l'ont vu aussi, des personnes de la municipalité et de la Défense

3 territoriale. De nombreuses personnes ont vu ce qu'il a fait ce jour-là.

4 Q. Est-ce que vous savez ce qui est advenu de son corps après qu'il ait

5 été abattu ?

6 R. Je crois qu'il a été mis dans le camion aussi.

7 Q. Une fois que tout cela a été terminé et que le deuxième camion est

8 parti, dans quelle direction est-il parti ?

9 R. Pareil, la direction de Prizren.

10 Q. Quand tout a été terminé, est-ce que vous êtes rentré chez vous ?

11 R. Je suis resté avec ces personnes de la protection civile, parce que

12 Cukaric les obligeait à mettre du sable et de la terre dans la pizzeria de

13 façon à retirer les taches de sang. Mais il n'y avait pas de sable, donc ce

14 n'était pas possible.

15 Q. Comme il n'était pas possible de nettoyer avec du sable ou avec de la

16 terre, est-ce que Cukaric a fait quelque chose ?

17 R. Cukaric est allé - écoutez, je ne me souviens plus s'il s'agissait du

18 commandant ou de ces autres personnes, mais j'ai l'impression qu'il est

19 parti. Tanovic est resté et a mis le feu aux rideaux qui étaient à côté de

20 la vitrine de la pizzeria. Il n'y avait rien à l'intérieur qui pouvait

21 brûler, parce que tout était en métal.

22 M. MARCUSSEN : [interprétation] J'aimerais que ce qui apparaît à l'écran

23 soit versé au dossier.

24 M. LE GREFFIER : [interprétation] Il s'agit de la pièce IC49.

25 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Merci.

26 M. MARCUSSEN : [interprétation] Je souhaite que la pièce P117, page 2, soit

27 affichée, je vous prie.

28 Q. K83, s'agit-il de l'endroit que vous appelez la pizzeria ?

Page 3962

1 R. Oui.

2 Q. Après que les personnes de la protection civile aient essayé de

3 nettoyer et que les rideaux aient été brûlés, est-ce que vous êtes rentré

4 chez vous ce soir-là ?

5 R. Oui.

6 Q. Plus tard, un autre jour, êtes-vous retourné à la maison des Berisha

7 avec une équipe d'enquêteurs ?

8 R. Le jour suivant, nous avons fait ce que l'on fait normalement, les

9 activités normales. Nous avons recommencé à travailler. Il fallait que nous

10 montrions à l'équipe de la Défense civile où les corps étaient, et les

11 corps devaient être ramassés parce que c'était l'été.

12 Q. Qui vous a demandé de montrer où les corps étaient ?

13 R. Je ne me souviens pas. Je ne me souviens plus.

14 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Monsieur Marcussen, de quels corps

15 sommes-nous en train de parler à présent ?

16 M. MARCUSSEN : [interprétation]

17 Q. K83, en dehors des personnes de la Défense civile, y avait-il des

18 enquêteurs ? Est-ce qu'il y a eu une enquête qui a été menée avant que les

19 corps ne soient déplacés ?

20 R. Oui. Il y avait des spécialistes des scènes, il y avait des

21 spécialistes de la médecine légale qui étaient là, qui prenaient des

22 photos. Vous voyez ce que je veux dire ? Ils chargeaient les corps sur un

23 camion et ils étaient enterrés sous une sorte de code.

24 Q. Est-ce que vous vous souvenez du nom de ces spécialistes de médecine

25 légale et d'où ils venaient ?

26 R. Je me souviens, parce que Todor Jovanovic travaillait là-bas à Suva

27 Reka. Certains d'entre eux venaient de Prizren. Je me souviens d'un certain

28 Mojsic, mais je ne me souviens pas de son prénom exactement. Puis, il y

Page 3963

1 avait un collègue à lui. Je ne sais pas. Je ne connais pas son nom.

2 Q. Dans quel endroit vous êtes-vous rendu en premier au moment où les

3 corps devaient être ramassés ?

4 R. D'abord, nous sommes allés dans la maison où étaient les Berisha ? En

5 fait, on l'appelait la maison de l'OSCE. Donc, eux d'abord, il y avait

6 quatre hommes là-bas. Le lendemain, il y avait le corps d'une femme

7 également, d'une femme de 50 à 60 ans.

8 Q. Est-ce que vous avez vu les corps ?

9 R. Oui. Oui, j'ai vu les corps. Cette femme, sa jambe, puis, une partie de

10 son bras avaient été brûlés. Je ne sais pas comment. Je ne sais pas, je

11 n'ai pas vu cette femme ce jour-là. Je ne sais pas comment il se fait

12 qu'elle se soit trouvée là le lendemain.

13 Q. Après être allé à la maison de l'OSCE, est-ce que vous avez continué ?

14 Est-ce que vous avez poursuivi vers d'autres endroits à Suva Reka avec la

15 même équipe ?

16 R. Oui. Nous avons continué vers le SUP et vers Restane pour voir s'il y

17 avait également des corps qui restaient là-bas, qui étaient encore là-bas

18 dans les maisons. Nous avons trouvé d'autres corps en chemin dans d'autres

19 maisons. Pour la plupart, il s'agissait d'hommes.

20 Q. Si vous le savez, est-ce que vous savez comment ils sont morts ? Est-ce

21 qu'ils ont été tués par des coups de feu ou -- savez-vous comment ils sont

22 morts ?

23 R. Ils avaient été tués. Comment ? Ce n'est pas quelque chose que j'ai vu.

24 Q. Vous avez dit que vous avez suivi la route de Restane. Est-ce que cela

25 veut dire que vous avez plus ou moins suivi la même route que celle que les

26 unités Cegar avaient prise ? Est-ce que c'est cela que vous dites ?

27 R. Oui, oui. Ils étaient passés là-bas, donc nous voulions vérifier s'il

28 n'y avait pas des corps qui étaient encore là-bas. C'était l'été. Nous ne

Page 3964

1 voulions pas qu'il y ait des maladies ou quelque chose.

2 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Excusez-moi, j'ai peut-être été

3 inattentif. Y a-t-il eu un élément de preuve de présenté comme quoi ils ont

4 suivi la route de Restane ?

5 M. MARCUSSEN : [interprétation] Oui. Je crois qu'hier, le témoin a dit

6 quelque chose à ce sujet. Il a dit qu'il suivait cette route. Mais nous

7 pouvons préciser les choses.

8 Q. K83, est-ce que vous pouvez revenir au jour où vous étiez dans la

9 maison des Berisha ? Vous étiez allé à la maison des Berisha, la maison de

10 l'OSCE. Il y avait les unités de Cegar. Il y avait des personnes du SUP.

11 Cette opération à laquelle participait l'unité Cegar, dans quelle direction

12 s'est-elle dirigée cette opération ?

13 R. Concernant les maisons avoisinantes, c'est-à-dire, les maisons le long

14 de la route de Restane, ils ont suivi cette route.

15 Q. Est-ce que vous les avez vu partir, prendre cette direction ? Est-ce

16 que j'ai bien compris ce que vous venez de dire ?

17 R. Oui.

18 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Est-ce que nous parlons du même jour ?

19 Parce que nous avons entendu hier un témoignage concernant une bataille sur

20 la route vers Restane, à 3 à 5 kilomètres de Suva Reka, et il y avait des

21 attaques terroristes, et cetera. Est-ce que nous avons des éléments de

22 preuve qui montrent, tendant à prouver que cette unité a suivi cette

23 route ?

24 M. MARCUSSEN : [interprétation] Je me trompe peut-être. Je ne me souviens

25 pas très bien de ce que l'on a dit hier.

26 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Tous les meurtres dont nous avons

27 entendu parler jusqu'à maintenant, si j'ai bien compris, - - mais peut-être

28 que les choses sont incomplètes - elles semblent être dues à Cukaric et les

Page 3965

1 autres collègues au pluriel ou au singulier, et c'était principalement lui.

2 Je ne me souviens pas d'avoir entendu quelque chose concernant le groupe

3 Cegar qui aurait tiré au hasard au début de cet incident. Nous n'avons rien

4 entendu de la part de ce témoin concernant des morts dues à cela.

5 M. MARCUSSEN : [interprétation] Le témoignage du témoin est que les unités

6 de Cegar ont suivi la route de Restane. Le témoin ne sait pas, autant que

7 je sache tout du moins, si les unités de Cegar ont tué qui que ce soit. Le

8 témoignage du témoin est que le jour suivant, des personnes du SUP et des

9 spécialistes de la médicine légale sont allés jusqu'à la route de Restane,

10 et là, ils ont trouvé des corps. Nous pourrions introduire des éléments de

11 preuve à ce sujet plus tard, mais pour l'instant, le témoignage est celui-

12 ci. Je peux essayer de préciser les choses avec le témoin, si cela vous

13 semble utile, mais nous ne sommes pas en train d'essayer d'introduire des

14 éléments de preuve supplémentaire au-delà de ce que je viens de dire par

15 rapport à cela.

16 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Je voulais simplement dire que je n'ai

17 pas remarqué à quel moment, dans le témoignage du témoin, il parle de cela,

18 du fait qu'ils ont suivi cette route. Peut-être que j'ai été inattentif et

19 que je n'ai pas remarqué, mais je ne me souviens pas qu'il ait dit cela.

20 M. MARCUSSEN : [interprétation]

21 Q. K83, le jour où l'incident a eu lieu à la maison de l'OSCE, d'après ce

22 que vous savez, l'unité de Cegar a-t-elle continué le long de la route vers

23 Restane ?

24 R. Oui, ils ont continué sur la route qui va vers Restane.

25 Q. Merci.

26 M. MARCUSSEN : [interprétation] Monsieur le Président, nous arrivons au

27 terme de ce témoin.

28 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Nous allons faire une pause.

Page 3966

1 Je vous demande de rester où vous êtes assis pour l'instant, pendant que

2 les personnes qui sont dans le prétoire sortent. Ensuite, les dispositions

3 seront prises pour que vous puissiez quitter le prétoire.

4 La séance est levée pour une demi-heure. Nous reprendrons à

5 11 heures.

6 --- L'audience est suspendue à 10 heures 29.

7 --- L'audience est reprise à 11 heures 01.

8 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Nous allons passer à huis clos à

9 nouveau pendant que le témoin entre dans le prétoire.

10 Maître O'Sullivan, en attendant, vous pourrez peut-être me donner

11 l'ordre du contre-interrogatoire.

12 M. O'SULLIVAN : [interprétation] Oui, Monsieur le Président. Le général

13 Patkovic, le général Lukic, le général Ojdanic, M. Sainovic, M. Milutinovic

14 et le général Lazarevic.

15 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Je vous remercie.

16 M. LE GREFFIER : [interprétation] Nous sommes à huis clos, Monsieur le

17 Président.

18 [Audience à huis clos]

19 (expurgé)

20 (expurgé)

21 (expurgé)

22 (expurgé)

23 (expurgé)

24 [Audience publique]

25 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Témoin K83, vous allez maintenant

26 répondre aux questions posées par les différents conseils des accusés. Le

27 premier sera Me Ackerman, représentant de

28 M. Pavkovic.

Page 3967

1 M. ACKERMAN : [interprétation] Je vous remercie, Monsieur le Président.

2 Contre-interrogatoire par M. Ackerman :

3 Q. [interprétation] J'ai une ou deux questions à vous poser seulement. Ce

4 sera très bref. Lors des événements que vous venez de décrire, événements

5 qui se sont déroulés à Suva Reka, n'est-il pas exact qu'il n'y avait pas

6 d'armée présente dans Suva Reka à ce moment-là ?

7 R. Oui. C'est exact.

8 Q. A propos des deux personnes dont vous avez parlé, qui sont arrivées

9 après les assassinats, le Dr Boban Vuksanovic et Djordjevic, est-ce que

10 vous savez ce qui est arrivé à ces personnes après ce jour ?

11 R. Non, je ne le sais pas.

12 Q. Vous ne savez pas que ces deux personnes ont été tuées ?

13 R. Cela, je le sais.

14 Q. J'ai reçu quelques indications suivant lesquelles ces personnes ont été

15 tuées par l'UCK. Est-ce que vous pouvez confirmer cela ?

16 R. Oui, c'est exact.

17 M. ACKERMAN : [interprétation] C'est tout ce que je voulais savoir,

18 Monsieur le Président.

19 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Je vous remercie.

20 Maître Ivetic.

21 M. IVETIC : [interprétation] Merci, Monsieur le Président.

22 Contre-interrogatoire par M. Ivetic :

23 Q. [interprétation] Bonjour, Monsieur. Je m'appelle Dan Ivetic et je

24 représente M. Sreten Lukic, avec mon collègue, Me Branko Lukic et Ozren

25 Ogrizovic. J'aimerais vous poser quelques questions à propos de la

26 déposition que vous venez de faire pour essayer de préciser certains

27 éléments. J'aimerais vous demander de bien écouter ce que je vous demande

28 pour essayer de me donner des réponses aussi concises et précises que

Page 3968

1 possible, puisque nous avons un temps imparti bien strict. J'ai plusieurs

2 questions à vous poser. N'oubliez pas que je dois vous appeler Témoin K83.

3 C'est ainsi que je vais vous appeler.

4 Premièrement, j'aimerais vous poser quelques questions pour mieux

5 comprendre la structure et l'opération du poste de police, à savoir le SUP

6 de Suva Reka. N'est-il pas exact que la RDB et la RJB avaient des

7 structures séparées avec une hiérarchique séparée et différente et des

8 bases différentes ainsi que différentes filières, et ce, au sein du SUP de

9 Suva Reka ?

10 R. Oui, c'est exact.

11 Q. Pour ce qui est de la présence de la RDB de la Sûreté d'Etat à Suva

12 Reka, est-ce qu'il n'est pas vrai qu'il s'agissait d'une présence minimale,

13 cela s'élevait à deux personnes pendant les années 1998 et 1999, pour ce

14 qui est de la RDB ?

15 R. Oui, c'est exact.

16 Q. Combien de personnes y avait-il - je pense aux policiers de réserve,

17 aux policiers d'active ? Combien de personnes étaient affectées au OUP ?

18 R. Je ne connais pas le nombre exact.

19 Q. Bien. Est-il exact de dire qu'une majorité des personnes qui

20 travaillaient pour le poste de police à Suva Reka étaient des personnes du

21 cru, des personnes originaires de la municipalité de Suva Reka, n'est-ce

22 pas ?

23 R. Oui.

24 Q. Est-il exact de dire que le OUP de Suva Reka tombait sous la compétence

25 du SUP, S-U-P, de Prizren ?

26 R. Oui, c'est exact.

27 Q. Est-il exact de dire également que dans le cadre des activités

28 normales, le OUP de Suva Reka devait présenter un rapport au SUP de

Page 3969

1 Prizren ?

2 R. C'est exact.

3 Q. Le OUP de Suva Reka présentait ses rapports seulement au SUP de Prizren

4 et à aucun autre structure au sein du MUP; est-ce que cela est exact ?

5 R. Oui, c'est exact.

6 Q. Vous avez mentionné certains enquêteurs, une équipe qui est venue mener

7 à bien une enquête à propos des lieux du crime. Ce sont des gens qui sont

8 venus à Suva Reka dans la maison des Berisha également avec vous le

9 lendemain des assassinats auxquels vous avez fait référence. Est-ce que

10 cette équipe d'enquête venait du SUP de Prizren ?

11 R. Oui, c'est exact.

12 Q. J'aimerais que l'on se concentre sur la période pendant laquelle cette

13 équipe chargée d'enquête était présente. Est-il exact de dire que vous

14 n'avez pas amené cette équipe chargée de mener l'enquête à la pizzeria ?

15 R. Je n'ai pas compris votre question.

16 Q. L'équipe chargée de mener l'enquête, cette équipe qui est arrivée le

17 lendemain des assassinats, cette équipe n'a pas été emmenée à la pizzeria,

18 n'est-ce pas ?

19 R. Oui, c'est ainsi que les choses se sont passées.

20 Q. Bien. Lorsque cette équipe d'enquêteurs se trouvait dans la maison des

21 Berisha, où il y a maintenant également le corps d'une femme, est-il exact

22 de dire que ce jour-là on a tiré sur cette équipe d'enquêteurs ?

23 R. Non, pas dans la maison des Berisha. C'était un peu plus en contrebas

24 vers Restane. C'est là où les corps ont été enterrés dans le cimetière.

25 Q. Ai-je raison d'avancer que quelqu'un a tiré sur les enquêteurs qui

26 faisaient partie de cette équipe ?

27 R. C'est exact

28 Q. Cette équipe d'enquêteurs a été accompagnée de véhicules du MUP. Il

Page 3970

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

12 versions anglaise et française

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 3971

1 était très clair qu'il s'agissait de véhicules appartenant au MUP; est-ce

2 que cela est exact ?

3 R. C'est exact.

4 Q. Vous ainsi que les autres représentants du MUP portiez l'uniforme, et à

5 l'époque, il s'agissait d'uniformes du MUP; est-ce que cela est exact ?

6 R. Oui, c'est exact.

7 Q. Donc, la personne qui vous a tiré dessus ciblait des personnes que l'on

8 trouvait très clairement identifiées comme étant des policiers, n'est-ce

9 pas ? Est-ce que c'est exact ?

10 R. C'est exact.

11 Q. Vous venez de mentionner le cimetière. Est-il exact de dire également,

12 qu'après l'enquête, les corps ont été trouvés dans des tombes

13 individuelles, chaque tombe d'ailleurs portant une inscription ?

14 R. Oui, oui. Il y avait un code pour les différents corps, et ils ont été

15 enterrés individuellement.

16 Q. Au vu de votre expérience au sein des forces de police, est-ce qu'il

17 s'agissait d'une procédure tout à fait régulière lorsqu'il y a enquête sur

18 les lieux du crime et inhumation de corps qui ont été découverts ?

19 R. Oui.

20 Q. Cela d'ailleurs avait été la procédure ordinaire, même au cours des

21 années ayant précédé l'année 1999 ?

22 R. Oui, oui.

23 Q. Bien. A un moment donné, en 2003, vous avez été convoqué par les

24 autorités de la police, et il s'agissait d'une interrogation afférente à

25 l'enquête qui avait eu lieu et qui avait porté sur les événements de Suva

26 Reka; est-ce que cela est exact ?

27 R. Oui.

28 Q. A ce moment-là, vous avez fait votre première déclaration auprès des

Page 3972

1 autorités de la police de la République de la Serbie en relatant ce qui

2 s'était passé et en indiquant qui était responsable de cela; est-ce que

3 cela est exact ?

4 R. Oui, c'est exact.

5 Q. Cela faisait partie d'une enquête en cours à l'époque, et ensuite, les

6 autorités judiciaires ont diligenté une enquête à l'encontre de vos

7 collègues qui ont participé aux événements de Suva Reka le 25 mars 1999;

8 est-ce que cela est exact ?

9 R. Oui.

10 Q. J'aimerais maintenant vous poser quelques questions à propos des

11 procédures suivies par le poste de police de Suva Reka ou du OUP.

12 Premièrement, j'aimerais vous poser une question à propos d'un homme qui

13 répond du nom de Miskovic, que l'on connaissait également sous les noms de

14 Misko Nisevic.

15 Ce n'était pas le commandant général ou le chef du poste de police du MUP à

16 Suva Reka, n'est-ce pas ?

17 R. Non, ce n'était pas le chef. Ce n'était pas un commandant.

18 Q. Merci d'avoir précisé cela. Ce Miskovic ou Nisevic, en fait, il était

19 justement l'un des deux policiers de la Sûreté d'Etat, de la DB à Suva

20 Reka; est-ce que cela est exact ?

21 R. Oui, c'est exact.

22 Q. En fait, est-ce que vous savez si ce Miskovic ou Nisevic - je ne sais

23 pas comment vous voulez l'appeler - est-ce que vous savez s'il avait un

24 grade au sein de la structure ?

25 R. Non. Il portait toujours des vêtements civils, donc je ne le sais pas.

26 Q. Cette personne, ce Miskovic ou Nisevic, c'était quelqu'un du cru, il

27 venait de la ville de Suva Reka, n'est-ce pas ?

28 R. Oui, c'est exact.

Page 3973

1 Q. Je pense que vous avez dit, lors de votre déposition, qu'il était

2 propriétaire d'un hôtel, l'hôtel Boss. Est-ce que cet hôtel se trouvait à

3 Shiroko ?

4 R. Oui, oui, c'est exact.

5 Q. Est-ce que vous êtes au courant d'une attaque qui s'est déroulée le 12

6 septembre 1998, dans ce village de Shiroko, attaque au cours de laquelle

7 des terroristes ont attaqué l'hôtel Boss, qui appartenait à M. Miskovic ou

8 Nisevic ?

9 R. Je n'en sais rien. Je n'ai pas vu dans quelle mesure l'hôtel avait été

10 endommagé, mais j'ai entendu dire qu'un projectile avait été lancé sur

11 l'hôtel.

12 Q. Bien. Est-ce que vous vous souvenez d'un autre événement qui s'est

13 également déroulé en 1998 devant un petit magasin qui s'appelle "trafika",

14 et là, au cours de cet incident, quelqu'un a tiré sur Miskovic, Nisevic, et

15 d'ailleurs, l'a blessé, et une autre personne a été tuée au cours de cet

16 incident ? Est-ce que vous vous souvenez de cela ?

17 R. Oui, oui. Misko s'est arrêté auprès du kiosque à journaux pour acheter

18 un journal. A une vingtaine de mètres de distance, on a ouvert le feu.

19 L'intention était de le tuer, mais ils ont tué à sa place l'Albanais qui

20 vendait les journaux, alors que Misko a tout simplement été blessé à la

21 main. Ce n'était pas une blessure très, très grave.

22 Q. Bien. Je pense que vous avez mentionné que cet homme portait en général

23 des vêtements civils. Est-ce que vous savez s'il portait des vêtements

24 civils le jour de cette attaque ?

25 R. Oui, je le pense. Il était toujours habillé en civil avant. D'ailleurs

26 ni avant la guerre ni pendant la guerre, il n'avait d'uniforme.

27 Q. Est-ce que cet homme Miskovic, Nisevic, est-ce qu'il était connu du

28 grand public, de la population à Suva Reka ?

Page 3974

1 R. Tout le monde le connaissait. Les Serbes le connaissaient, les Albanais

2 le connaissaient, parce qu'il avait une auto-école. Puis, il s'occupait

3 également des contrôles techniques des véhicules. Il avait un hôtel, puis

4 quand même un certain nombre de magasins également.

5 Q. Bien. Merci. Nous reviendrons peut-être sur cette personne un peu plus

6 tard. J'aimerais maintenant vous poser quelques questions à propos de votre

7 expérience. Est-il exact de dire que vous êtes devenu un policier

8 réserviste environ en 1994 ?

9 R. Oui, c'est exact.

10 Q. Entre 1994 et 1997, hormis votre formation en tant qu'officier de

11 police, est-ce que vous avez eu la possibilité d'exécuter des fonctions

12 policières dans la municipalité de Suva Reka ?

13 R. Oui, mais cela ne s'est pas passé très, très souvent.

14 Q. Bien. J'aimerais vous demander de penser aux années 1994 à 1997, années

15 au cours desquelles vous avez eu une certaine fonction policière. Est-il

16 exact de dire que vous aviez une réunion quotidienne avec le lieutenant

17 Repanovic, qui vous donnait ses instructions à vous ainsi qu'aux autres

18 officiers de la police lorsque vous faisiez partie d'une patrouille ?

19 R. Les instructions n'étaient pas données à moi personnellement, parce que

20 j'étais policier de réserve. Les responsables des patrouilles, les

21 policiers de métier devaient remplir des formulaires de patrouille. Ils

22 devaient compiler des rapports. Ils devaient les dactylographier et il

23 fallait également qu'ils écrivent à la machine ces rapports.

24 Q. Bien.

25 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Je pense que la question n'a pas été

26 bien comprise à cause de l'utilisation des mots "rapports quotidiens." Je

27 pense que vous pensiez à des instructions ?

28 M. IVETIC : [interprétation] Oui, c'est exact.

Page 3975

1 Q. Est-ce que vous n'avez jamais reçu des instructions avant de partir

2 faire une patrouille - et une fois de plus, je parle des années 1994 à

3 1997 ?

4 R. Je ne comprends pas ce que vous entendez par ce mot "instructions."

5 Q. Avant de participer à une patrouille, est-ce que quelqu'un du poste de

6 police vous expliquait votre mission quotidienne, ce que vous deviez

7 faire ?

8 R. Oui, oui. C'était le chef de la patrouille qui nous fournissait ces

9 instructions.

10 Q. Bien. En 1998 et 1999, est-ce que la même procédure a été adoptée,

11 cette procédure qui consistait à donner des instructions relatives à la

12 mission ?

13 R. Oui.

14 Q. Pour ce qui est de la journée critique, la journée qui nous intéresse,

15 le 25 mars 1999, lorsque vous et vos collègues vous vous êtes rendus dans

16 la maison des Berisha ainsi que la pizzeria, ce jour-là, vous n'aviez pas

17 reçu vos consignes quotidiennes auprès du SUP. Il n'y avait pas eu de

18 consignes qui vous avaient été données à propos de ce que vous deviez faire

19 ce jour-là, n'est-ce pas ?

20 R. C'est exact.

21 Q. Nous allons revenir à la période précédant l'année 1998, très, très

22 brièvement. Vous avez mentionné certains postes de contrôle qui avaient été

23 positionnés le long de la route à l'extérieur de Suva Reka. Est-il exact de

24 dire que ces postes de contrôle existaient même pendant l'année 1998 ?

25 R. Oui. Oui, ils existaient à ce moment-là.

26 Q. Quel était l'objectif principal de ces postes de contrôle ? Est-ce

27 qu'il s'agissait de contrôler la circulation routière et de dissuader des

28 éléments ou des terroristes armés de perturber la circulation routière au

Page 3976

1 niveau de cet axe routier ? C'est cela l'objectif ?

2 R. Oui, c'est exact.

3 Q. Avant 1998, quelle était la situation qui prévalait dans la

4 municipalité de Suva Reka ? En d'autres termes, est-ce qu'il y avait un

5 problème causé par la présence de combattants albanais armés - je ne sais

6 pas si un nom leur avait été donné ou non ?

7 R. A ce moment-là, l'OSCE était présente et elle contrôlait tous les

8 mouvements de la police. Il y avait toujours un véhicule à l'avant et un

9 autre à l'arrière. Lorsque l'attaque a eu lieu, les deux véhicules sont

10 partis et nous étions ceux qui restaient et nous étions à leur merci.

11 Lorsque les tirs s'arrêtaient, ils revenaient, puis ils essayaient de

12 déterminer qui a ouvert le feu, qui a été blessé, pour voir ce qui s'était

13 passé.

14 Q. Il va falloir que je précise des choses. Je vous parlais de la période

15 qui précédait 1998, mais vous avez parlé de l'OSCE. L'OSCE, elle était

16 arrivée à la fin de 1998. Elle était présente pendant les derniers mois de

17 l'année 1998 et pendant les premiers mois de l'année 1999; c'est cela,

18 n'est-ce pas ?

19 R. Oui, c'est ce que je pense.

20 Q. Vous venez d'apporter une réponse à ma question précédente et vous nous

21 avez dit : "Qu'il y avait toujours un véhicule à l'avant et un autre à

22 l'arrière." Est-il exact de dire que ces véhicules qui se trouvaient à

23 l'avant et à l'arrière étaient les véhicules de l'OSCE ?

24 R. Oui.

25 Q. Je suppose que le véhicule qui se trouvait au milieu était le véhicule

26 de la patrouille du MUP; c'est cela ?

27 R. Oui, oui, c'est exact.

28 Q. Lorsque vous dites que les véhicules partaient et que nous, nous

Page 3977

1 restions et que nous étions à leur merci, qui était "ils", et la police,

2 elle était à la merci de qui, alors ?

3 R. Bien, les terroristes.

4 Q. Bien. Maintenant que nous avons élucidé ceci, j'aimerais vous poser la

5 question que j'avais l'intention de vous poser. Est-il exact de dire qu'en

6 1998, la situation s'est détériorée dans la ville de Suva Reka et dans la

7 municipalité de Suva Reka également ? En d'autres termes, à partir de

8 l'année 1998, les terroristes ont commencé à mener des opérations dans la

9 municipalité de Suva Reka; c'est exact ?

10 R. Oui, c'est exact.

11 Q. Et notamment, parmi les choses qui se sont dégradées en 1998, est-il

12 exact de dire qu'il y a des gens qui ont commencé à être enlevés par ces

13 terroristes, et ces gens ont été enlevés dans des transports en commun,

14 dans des autobus dans la municipalité de Suva Reka ?

15 R. Oui, c'est exact.

16 Q. Est-il exact de dire qu'à partir de l'année 1998, vous étiez un

17 officier de police travaillant à temps plein pour le OUP de Suva Reka ?

18 R. C'est exact.

19 Q. Pendant cette période, de la même période, à partir de l'année 1998,

20 est-ce que vous avez été informé du fait que les personnes qui avaient été

21 enlevées par ces terroristes étaient des Albanais de souche et des Serbes

22 de souche ?

23 R. D'abord, les Albanais qui étaient des citoyens loyaux n'étaient pas

24 seulement enlevés mais ils étaient tués également. Le lendemain, un cadavre

25 a été trouvé le long de la route. Puis, pour ce qui est des Serbes, des

26 Serbes qui avaient été enlevés, ils ont été portés disparus, on ne les a

27 plus jamais retrouvé.

28 Q. Savez-vous à peu près combien d'incidents de ce type, c'est-à-dire soit

Page 3978

1 d'enlèvements, soit de meurtres de citoyens de Suva Reka commis par des

2 terroristes ont eu lieu soit en 1998, soit en 1999 ?

3 R. Pour ce qui est de Suva Reka, c'est arrivé quatre fois.

4 Q. Quand vous nous dites "Suva Reka," vous parlez de la ville de Suva Reka

5 uniquement ?

6 R. Non, pas de la ville, la ville et ses alentours, donc à

7 3 kilomètres aux alentours.

8 Q. Très bien. Vous dites qu'il y a eu au moins une fois une attaque contre

9 un véhicule de police. Y a-t-il eu aussi plusieurs attaques de ce type

10 commises par des terroristes dans la région de Suva Reka, à l'encontre soit

11 de patrouilles de la police régulière, soit de bâtiments de la police ou

12 commises contre les effectifs de la police ?

13 R. Oui. Chaque fois qu'il y avait des mouvements, chaque fois qu'il y

14 avait un départ du bâtiment du SUP. C'était surveillé. Chaque fois qu'une

15 patrouille quittait le SUP, il y avait attaque. La plupart du temps, les

16 gens n'étaient que blessés. Mais parfois, il y a eu des victimes qui ont

17 été tuées.

18 Q. Pour ce qui est de ces morts, de ces blessures, est-ce pour cela que

19 vous nous avez dit précédemment que les effectifs de la police n'étaient

20 pas suffisants en 1998 et à partir de 1998 ? Est-ce que ce risque était une

21 des raisons pour laquelle les gens quittaient la police ?

22 R. Oui, bien sûr. Les gens avaient peur. Ils n'avaient aucune envie de se

23 faire tuer, donc ils démissionnaient. Ils rentraient chez eux en Serbie.

24 Q. Etes-vous au courant du meurtre d'un policier albanais travaillant pour

25 la Sûreté de l'Etat à Suva Reka, un policier albanais qui aurait été tué

26 par l'UCK ?

27 R. Oui. C'était Iljaz - je ne sais plus très bien quel était son nom de

28 famille. C'était Iljaz. Il travaillait au sein de la Dubrovnik. Il a été

Page 3979

1 tué, tué chez lui.

2 Q. Très bien. A l'époque, saviez-vous où se trouvaient les terroristes de

3 l'UCK, c'est-à-dire, où était leur base ou leur QG dans la municipalité de

4 Suva Reka, dans quel village ils se trouvaient ?

5 R. Ils étaient vers Budakovo, Gornji Kruscica, Malisevo. Enfin, je ne sais

6 pas. Il y avait pas mal d'endroits où ils se trouvaient.

7 Q. Quand vous dites qu'il y avait plusieurs endroits où ils se trouvaient,

8 peut-on dire que les terroristes tenaient ces endroits, et que de ce fait,

9 les patrouilles de police n'osaient même pas se rendre dans ce territoire

10 qui était aux mains de l'UCK ?

11 R. Dans la municipalité de Suva Reka, il y avait que 5 % de Serbes, ce qui

12 signifie que 95 % de la population était Albanais. Les Serbes ne pouvaient

13 pas couvrir le territoire entier, n'avaient pas assez d'effectifs pour ce

14 faire, pour contrôler le territoire entier.

15 Q. Il y avait d'ailleurs aussi des activités terroristes dont il avait été

16 fait état et qui étaient intervenues dans la ville de Suva Reka ?

17 R. Je n'ai pas très bien compris. Peut-être pourriez-vous répéter la

18 question ?

19 Q. Y avait-il aussi des zones de la ville même de Suva Reka où les

20 patrouilles de police n'osaient pas aller à cause de la menace représentée

21 par les terroristes qui auraient pu contrôler ces zones-là ?

22 R. C'était dangereux. Parfois, un Serbe pouvait très bien se faire tuer,

23 un Serbe qui travaillait dans un magasin, en plein jour, à 10 heures au

24 centre de la ville, au su et au vu de tous.

25 Q. Très bien. Maintenant, j'aimerais savoir si vous vous rappelez d'un

26 événement qui aurait eu lieu vers le 8 janvier 1999, où il y a eu nombre

27 important de victimes. Donc, il y aurait eu une attaque de terroristes

28 venant de la direction de Dulje. Ils auraient attaqué une patrouille sur la

Page 3980

1 route, et de ce fait, ensuite, il y a eu trois policiers morts, quatre

2 blessés et trois civils albanais blessés. Mais ces civils albanais, eux,

3 ont été blessés uniquement parce qu'ils ont roulé par hasard près de la

4 patrouille; vous vous en souvenez ?

5 R. Oui, je m'en souviens.

6 Q. Les policiers qui ont été tués, qui ont été blessés dans cet incident,

7 étaient-ils natifs de Suva Reka, enfin c'étaient des policiers du cru ?

8 R. Non. Ils étaient en poste pour trois ans. Ils avaient été nommés à ce

9 poste, mutés à ce poste, ils étaient là pour trois ans.

10 Q. Très bien. Pour ce qui est de cet incident ou d'autres incidents ou

11 suite à des attaques terroristes où des policiers ont trouvé la mort ou ont

12 été blessés, comment est-ce que la population serbe du cru réagissait après

13 ce type d'incidents ?

14 R. Les gens avaient peur. Cela paraît normal.

15 Q. Vous souvenez-vous d'un incident impliquant un véhicule de l'OSCE et de

16 civils serbes ?

17 R. Oui, je m'en souviens. Ce jour-là, ce véhicule a renversé une femme

18 âgée, et le véhicule ne s'est pas arrêté.

19 Q. Y a-t-il eu une réaction des locaux à l'encontre de l'OSCE et des

20 locaux travaillant avec l'OSCE suite à cet incident ?

21 R. Ils s'attendaient à ce que l'OSCE essaie de calmer le jeu un peu.

22 L'OSCE était, comment dire, elle avait tendance à se ranger de plus en plus

23 du côté des terroristes. Elles les aidaient bien plus qu'elle ne calmait le

24 jeu, finalement.

25 Q. C'est ainsi que la population serbe avait tendance à considérer l'OSCE

26 lors de son séjour à Suva Reka ?

27 R. Je n'ai pas très bien compris votre question.

28 Q. Ce que vous venez de nous décrire, est-ce votre opinion personnelle ou

Page 3981

1 est-ce que vous pensez que c'était une opinion partagée par les civils

2 serbes locaux, suite à ce que vous avez pu apprécier de la situation à ce

3 moment-là ?

4 R. Oui, il y avait des civils.

5 Q. Très bien. Très bien. Quand l'OSCE est arrivée à Suva Reka, il est

6 exact, n'est-ce pas, qu'ils ont d'abord été logés à l'hôtel qui appartenait

7 et qui était géré par ce Misko Miskovic ou Nisevic, l'hôtel qui s'appelle

8 l'hôtel Boss ?

9 R. Oui.

10 Q. Mis à part la présence de l'OSCE, cet hôtel Boss était vide. Il n'y

11 avait pas de clients qui y restaient à l'époque ?

12 R. En effet, il n'y avait que l'OSCE qui logeait là.

13 Q. Les véhicules de l'OSCE, pendant qu'ils étaient à cet hôtel de Nisevic,

14 est-il vrai qu'ils se ravitaillaient en essence aussi auprès d'une autre

15 affaire détenue par ce même Nisevic ?

16 R. Non, Nisevic n'avait pas de station de service. Je n'ai aucune idée

17 d'où ils faisaient le plein.

18 Q. Très bien. Cela dit, à un moment donné, l'OSCE a quitté l'hôtel et a

19 emménagé chez les Berisha, dans la maison des Berisha. Ils ont emmené avec

20 eux tout leur équipement et leur effectif, n'est-ce pas ?

21 R. Oui, en effet.

22 Q. Savez-vous si la famille Berisha, elle, détenait une station de service

23 ou un dépôt d'essence ?

24 R. Jashar Berisha travaillait à la station de service. Peut-être qu'il les

25 aidait. Je ne sais pas. Il n'y avait qu'un Berisha qui travaillait à la

26 station de service; c'était Jashar.

27 Q. Bien. Après que la Mission de l'OSCE a quitté la région de Suva Reka et

28 une fois que les avions de l'OTAN ont commencé à attaquer le Kosovo-

Page 3982

1 Metohija et la République fédérale de Yougoslavie, quelle a été la réaction

2 de la communauté serbe locale à ces attaques de l'OTAN ?

3 R. Ils étaient très effrayés.

4 Q. Quelle était l'ambiance, quelles étaient les interactions qui

5 existaient entre les deux communautés, serbe et albanaise, pendant la

6 période qui a suivi le début des bombardements de l'OTAN ?

7 R. Je ne vous comprends pas bien. Après quelle attaque ? De quelle attaque

8 avez-vous parlé ?

9 Q. Après le début des bombardements de l'OTAN.

10 R. Les Serbes sont restés dans leur coin, et les Albanais, eux, ont

11 commencé à fuir.

12 Q. Bien. Y a-t-il eu des coupures d'électricité, des coupures d'eau, des

13 coupures d'autres services publics au cours de cette période de

14 bombardements de l'OTAN ?

15 R. Oui.

16 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Parlons-nous ici de Suva Reka

17 uniquement ou est-ce qu'il s'agit d'observations extrêmement générales qui

18 pourraient s'appliquer à toute la République de Serbie ?

19 M. IVETIC : [interprétation] Ma question, bien sûr, porte uniquement sur

20 Suva Reka. Cela dit, dans ma question, je vois que je ne l'avais pas

21 mentionné.

22 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Avez-vous établi déjà que l'OTAN avait

23 bombardé des zones proches de Suva Reka ?

24 M. IVETIC : [interprétation] Non. Je ne sais même pas si ces coupures de

25 services publics étaient liées aux bombardements de l'OTAN.

26 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Vous voyez, ces réponses sont beaucoup

27 trop générales, et ce sont des réponses et des questions qui sont aussi

28 beaucoup trop générales et qui ne servent à rien ?

Page 3983

1 M. IVETIC : [interprétation] Dans ce cas-là, je vais passer à autre

2 chose, et je vais être plus précis et parler uniquement de la zone de Suva

3 Reka.

4 Q. Avez-vous entendu parler, Monsieur le Témoin, du bombardement et de la

5 destruction du bâtiment de la police à Prizren le 25 mars 1999, du fait de

6 l'aviation de l'OTAN ?

7 R. J'en ai entendu parler, mais je ne l'ai pas vu.

8 Q. Vous avez entendu dire qu'il y avait des victimes suite à cette attaque

9 de l'OTAN, tout particulièrement deux policiers qui ont trouvé la mort, y

10 compris un réserviste local et un membre de la PJP, posté dans la

11 municipalité ?

12 R. Je ne les connaissais pas. J'avais entendu dire qu'ils avaient été

13 tués.

14 Q. Avez-vous connaissance d'une usine à Suva Reka ?

15 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Avant de passer à cela, il serait bon

16 de nous aider avec la chronologie. Vous nous dites que c'est vers le 25

17 mars. C'est très imprécis. Il faudrait savoir exactement si la date exacte

18 est connue.

19 LE TÉMOIN : [interprétation] Je ne me rappelle absolument pas de la date.

20 Je l'ai déjà dit.

21 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Est-ce que vous vous souvenez si

22 c'était avant ou après le massacre des Berisha ?

23 LE TÉMOIN : [interprétation] Il me semble que c'était après.

24 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Très bien.

25 Monsieur Ivetic, vous pouvez reprendre.

26 M. IVETIC : [interprétation]

27 Q. Je vous ai posé une question aussi sur une usine qui aurait été

28 bombardée par l'agression de l'OTAN, usine qui se trouvait dans Suva Reka

Page 3984

1 même. J'aimerais savoir si vous avez eu vent de la chose ?

2 R. J'ai travaillé dans cette usine. Je ne sais pas si elle a été

3 bombardée. Je ne sais pas.

4 Q. Très bien. Après la destruction du poste de police de Prizren, est-il

5 exact que les communications entre les forces de police ont été extrêmement

6 perturbées, y compris le centre informatique qui reliait les différentes

7 structures de la police ?

8 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Monsieur Marcussen.

9 M. MARCUSSEN : [interprétation] Je ne pense pas que le témoin était à

10 Prizren. Il s'agit d'une question à propos du SUP et de la façon dont le

11 SUP fonctionnait à Prizren. Donc, je soulève une objection à propos de

12 cette question.

13 M. IVETIC : [interprétation] Monsieur le Président --

14 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Nous avons déjà entendu dire que le

15 OUP de Suva Reka était sous les ordres du SUP de Prizren, et s'il y avait

16 communication entre ces deux institutions, le témoin pourrait très bien en

17 avoir connaissance. Il me semble que ce témoin est peut-être capable de

18 répondre à cette question.

19 M. IVETIC : [interprétation] S'il le sait, bien sûr.

20 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui. Surtout les communications étaient

21 extrêmement difficiles. Il y a eu parfois coupure dans les communications à

22 cause du manque d'électricité. Cela a duré, je crois, quatre ou cinq jours.

23 M. IVETIC : [interprétation]

24 Q. Très bien. Dans la période allant de mars à mai 1999, avez-vous eu

25 connaissance de civils locaux, Serbes et non-Serbes, qui auraient été

26 arrêtés par la police serbe à Suva Reka pour fait de pillage sur domiciles

27 privés, et cela, à Suva Reka ?

28 R. Je n'ai pas compris votre question. Pourriez-vous la répéter, s'il vous

Page 3985

1 plaît.

2 Q. Très bien. Avez-vous connaissance de civils locaux de Suva Reka, qui

3 auraient été arrêtés pour avoir pillé des maisons dans Suva Reka, pour

4 avoir volé et endommagé des propriétés à Suva Reka au cours des mois allant

5 de mars 1999 à mai 1999 ?

6 R. Oui, bien sûr. Ils ont été arrêtés et détenus même pendant les

7 bombardements. Ils étaient en prison à Prizren pendant les bombardements.

8 Q. Ces personnes qui ont été arrêtées à Suva Reka et détenues à Prizren,

9 étaient-elles de toutes nationalités ? Y avait-il à la fois des personnes

10 de souche serbe, des personnes d'autres nationalités, y compris des

11 Albanais de souche ?

12 R. La plupart d'entre eux étaient Serbes.

13 Q. Bien.

14 M. IVETIC : [interprétation] Un moment, je vous prie.

15 Q. J'ai une question à propos d'un incident qui a eu lieu au cours du mois

16 de mars. Vous souvenez-vous d'un incident qui aurait eu lieu au magasin

17 Balkan Bet au centre commercial de Suva Reka, un incident qui aurait eu

18 lieu le 22 mars ou aux environs du 22 mars, où un dénommé Bogdan Lazic, un

19 civil, aurait été attaqué et tué par des terroristes ?

20 R. Oui.

21 Q. Ce Lazic était-il un habitant local de Suva Reka ?

22 R. Il venait de Sopina, à 3 kilomètres de Suva Reka. C'est là qu'il

23 habitait.

24 Q. Venait-il d'une famille étendue ?

25 R. Je n'ai pas compris votre question.

26 Q. Ce n'est pas très important. De toute façon, je vais passer à autre

27 chose.

28 Passons maintenant à la date où vous avez dit que ce massacre de la

Page 3986

1 famille Berisha aurait eu lieu. Si on pourrait d'abord parler du moment où

2 les unités de Cegar étaient en train de descendre de leurs camions. Vous

3 nous avez dit que vous aviez couru dans cette direction. Comment ces unités

4 de Cegar sont-elles arrivées dans cette direction ? Est-ce qu'ils étaient à

5 bord des véhicules ou est-ce qu'ils étaient à pied ?

6 R. Ils étaient à pied, et ils étaient éparpillés. Il y avait 5 à 6 mètres

7 entre chaque personne alors qu'ils se dirigeaient vers les maisons.

8 Q. Ce jour-là, aviez-vous connaissance de combats qui auraient lieu du

9 côté de Restane, combats entre les terroristes et les forces serbes ?

10 R. Il y en avait tous les jours. Pour ce qui est de Suva Reka et 2 à 3

11 kilomètres aux alentours, c'est un endroit où je me déplaçais souvent. En

12 revanche, je n'étais pas au courant de tout ce qui se passait sur le

13 terrain.

14 Q. Très bien.

15 M. IVETIC : [interprétation] Est-ce que je peux demander à Monsieur

16 l'Huissier d'afficher la pièce IC47, il me semble que c'est cette pièce

17 dont nous allons avoir besoin. J'ai quelques questions à vous poser à

18 propos de cette pièce.

19 Q. S'il vous plaît, si vous pouviez regarder cet écran. Il s'agit des

20 pièces que vous avez annotées précédemment. J'aimerais vous poser des

21 questions à propos de la maison où vous vous trouviez lorsque vous étiez

22 postés en position D. Ai-je raison de dire qu'il n'y avait que vous et vos

23 trois collègues dans cette zone qui se trouve au D.

24 R. Nous n'étions pas trois; nous étions quatre.

25 Q. Quatre, y compris vous-même, c'est ce que je voulais dire.

26 R. Oui, dans ce cas-là, c'est bon.

27 Q. Merci.

28 Est-il exact de dire que les unités que vous avez appelé les unités

Page 3987

1 Cegar ne se trouvaient pas près de cette maison. Vous y étiez seuls.

2 R. Ils n'étaient pas dans les deux mêmes maisons que celles où nous

3 étions. Ils étaient dans d'autres maisons qui étaient à côté de la maison D

4 et E, à gauche et à droite, ils étaient --

5 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Avez-vous terminé votre réponse ?

6 LE TÉMOIN : [interprétation] J'ai dit que nous étions dans les maisons D et

7 E. Les Cegar étaient dans les autres maisons qui se trouvaient aux

8 alentours de celles-ci.

9 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Très bien.

10 Monsieur Ivetic, vous pouvez poursuivre.

11 M. IVETIC : [interprétation]

12 Q. Serait-il possible que vous nous montriez sur cette photo, la direction

13 dans laquelle l'unité Cegar s'est dirigée. Peut-être une couleur différente

14 pourrait être utilisée pour que les annotations puissent être

15 différenciées.

16 Q. Pouvez-vous nous montrer la direction de manière générale qu'a pris

17 l'unité Cegar quand elle a continué son chemin.

18 R. Je ne sais pas comment faire ? Ils ont commencé ici, puis ici

19 également. Ils vont le long de cette route, puis dans cette direction

20 également. C'est comme cela qu'ils se sont déplacés.

21 Q. Merci.

22 M. IVETIC : [interprétation] J'aimerais que ceci soit sauvegardé avec la

23 cote disponible suivante.

24 M. LE GREFFIER : [interprétation] Il s'agit de la pièce IC50.

25 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Merci.

26 M. IVETIC : [interprétation]

27 Q. Très bien. Vous avez dit, me semble-t-il, dans votre interrogatoire

28 principal que vous étiez tous totalement perdus, que vous ne saviez pas où

Page 3988

1 vous alliez, vous ne saviez pas ce que vous étiez en train de faire non

2 plus. Ai-je raison de vous dire cela ?

3 R. Oui.

4 Q. Votre impression est telle que les autres personnes qui étaient avec

5 vous se trouvaient dans le même état d'esprit que vous ?

6 R. Je ne sais pas en ce qui concerne les autres, mais lorsque le

7 commandant adjoint a démarré, il est arrivé à une maison en particulier et

8 il s'est enfui. Il nous a laissés tout seuls. Que puis-je ajouter à cela ?

9 S'il est parti, si la personne qui donne les ordres s'en va, je suis laissé

10 tout seul comme cela, je reste seul.

11 Q. S'est-il enfui avant que Cukaric et Tanovic commencent à abattre les

12 quatre hommes derrière la maison ?

13 R. Il s'est enfui dès que nous sommes arrivés à cette maison. Quand il a

14 entendu les coups de feu qui arrivaient de partout, c'est à ce moment-là

15 qu'il s'est enfui.

16 Q. Très bien. Ai-je raison de dire que cela a eu lieu avant que Tanovic et

17 Cukaric n'abattent ces quatre personnes ?

18 R. Oui, vous avez raison.

19 Q. Avant cet incident, votre patrouille n'avait pas personnellement pris

20 part à des actions ou à des activités avec cette unité Cegar, n'est-ce

21 pas ?

22 R. Non, elle n'avait jamais participé.

23 Q. Serait-il exact de dire que vous n'avez pas entendu ou n'avez pas eu

24 vent d'un quelconque ordre donné à votre patrouille de tuer qui que ce soit

25 ce jour-là ?

26 R. Monsieur, je puis vous dire ce qui s'est passé. Nous étions devant le

27 bâtiment et nous observions ce qu'ils étaient en train de faire. Une fois

28 que Cegar 1 est arrivé, il s'est adressé au commandant adjoint et il a

Page 3989

1 juste dit : Allez-y, commencez. Ce n'était pas notre mission. Ce n'était

2 pas à nous de faire cela avec lui. S'il n'avait pas été là, je ne crois

3 qu'il serait arrivé quoi que ce soit dans la pizzeria ou quel que soit de

4 ce type soit arrivé.

5 Q. Mais ce monsieur, cette personne, Cegar 1, à aucun moment n'a-t-il dit

6 à vous ou à d'autres personnes, qui étaient devant le SUP, à aucun moment,

7 il ne vous avait dit : Allez-y, tuez les gens ?

8 R. Non. Il n'a rien dit. Il a simplement dit au commandant adjoint :

9 Allez-y avec vos hommes.

10 Q. Concernant les hommes qui étaient avec vous, les autres hommes de votre

11 patrouille, s'agissait-il de natifs de Suva Reka, de personne du cru ?

12 R. Seul l'un d'entre eux était de Suva Reka. Les autres étaient

13 d'ailleurs, comme, par exemple, Uzice, et cetera, et cetera.

14 Q. Est-ce que tous avaient déjà travaillé pour le SUP de Suva Reka depuis

15 un certain temps préalablement à cet incident -- excusez-moi, je voulais

16 dire, en fait, l'OUP ?

17 R. Oui, oui.

18 Q. Très bien. Il y a un certain nombre d'autres questions que j'aimerais

19 préciser par rapport à votre interrogatoire principal. Vous avez dit que

20 Jashari Berisha a été emmené à la pizzeria. Je crois que vous avez déjà

21 précisé les choses concernant le fait que vous n'avez pas une connaissance

22 directe du fait qu'il ait ou non été dans le bâtiment de l'OUP. Ai-je

23 raison de dire cela ?

24 R. Je l'ai vu être emmené -- qu'il arrivait de cette direction, du

25 bâtiment du SUP. J'ai vu la route qu'ils avaient empruntée. C'est là que

26 j'étais. C'est une vraie route, et on peut voir pas mal en avant. C'était à

27 moins de 200 mètres. Il a été emmené de ce bâtiment. Cela, j'en suis

28 vraiment sûr.

Page 3990

1 Q. La station de service dans laquelle M. Berisha travaillait, est-elle

2 également dans cette direction ?

3 R. Oui.

4 Q. Vous avez dit que vous et vos collègues aviez bu de l'alcool, deux

5 bouteilles pour être précis. Ai-je raison de dire que cet alcool a été

6 consommé avant qu'un quelconque tir ne soit entendu, qu'un quelconque tir

7 ne soit tiré sur la pizzeria ou qu'une quelconque grenade, "rucne bombe",

8 ne soit jetée dans la pizzeria ?

9 R. Oui.

10 Q. Est-ce que vous avez un idée du temps approximativement que cela vous a

11 pris à vous quatre pour boire ces deux bouteilles d'alcool ?

12 R. Nous l'avons bu comme de l'eau parce que nous voulions nous détendre.

13 Q. Avez-vous --

14 M. IVETIC : [interprétation] Un instant, s'il vous plaît.

15 Q. Vous souvenez-vous du volume de ces bouteilles ? S'agissait-il des

16 bouteilles de liqueur d'un litre ?

17 R. Il s'agissait de bouteilles d'un litre, oui.

18 Q. Très bien.

19 M. IVETIC : [interprétation] Un instant. J'ai peut-être d'autres questions

20 à vous poser. Je vais relire mes notes.

21 Je crois que j'ai terminé avec ce témoin, Monsieur le Président.

22 Q. Merci, Monsieur le Président.

23 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Avant que vous ne vous asseyez, Maître

24 Ivetic, pouvez-vous nous aider concernant la structure de commandement dans

25 ce poste de police ? Hier, il y a quelque chose qui n'était pas très clair

26 concernant le poste occupé par certaines personnes. Repanovic, nous a-t-on

27 dit, était le chef de la branche en uniforme, et que Vitosevic était chef

28 de la branche criminelle. Ce qui n'était pas très clair sur qui était le

Page 3991

1 chef de ce poste dans l'ensemble. Est-ce que vous pouvez nous aider à

2 éclaircir les choses ?

3 M. IVETIC : [interprétation] Bien sûr. Mais je ne pense pas que je sois ici

4 pour témoigner.

5 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Je vous demande pardon ?

6 M. IVETIC : [interprétation] Bien sûr, mais je ne sais pas si c'est moi qui

7 dois témoigner. C'est le témoin qui devrait le faire.

8 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Dans la mesure où vous avez cette

9 facilité à poser des questions, est-ce que vous pouvez peut-être préciser

10 ce que nous a dit le témoin hier ?

11 M. IVETIC : [interprétation] Bien sûr, Monsieur le Président. J'espère que

12 mes collègues ne m'en veulent pas et que je ne prends pas trop de leur

13 temps.

14 Q. Monsieur K83, concernant l'OUP de Suva Reka, est-il exact de dire que

15 le commandant, de manière générale, de l'ensemble de ce poste de police,

16 était Vitosevic, le chef ?

17 R. Oui.

18 Q. Vous souvenez-vous du grade occupé par Vitosevic ?

19 R. Non, je ne sais pas.

20 Q. Très bien. Vous avez parlé de Repanovic. Est-il exact de dire que

21 Repanovic était tout simplement un lieutenant à l'intérieur de la structure

22 de l'OUP de Suva Reka ?

23 R. Oui.

24 Q. Est-ce que le grade de Vitosevic était plus élevé que celui de

25 Repanovic ?

26 R. Je ne sais pas. Oui, j'imagine qu'il était d'un grade supérieur, dans

27 la mesure où c'était lui le chef, le responsable du SUP.

28 Q. Puis, vous avez parlé d'une autre personne du nom de Nenad Jovanovic.

Page 3992

1 Est-il exact de dire que son poste - je crois qu'il était un adjoint ou un

2 assistant, un commandant adjoint. Ai-je raison de dire qu'il s'agissait du

3 grade le plus bas pour un officier gradé à l'intérieur de l'OUP de Suva

4 Reka, c'est-à-dire, le "staresina", le plus bas au sein de l'OUP ?

5 R. Oui.

6 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Merci. Cela clarifie les poste.

7 M. IVETIC : [interprétation] Très bien. J'ai encore une ou deux questions à

8 préciser.

9 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Très bien. Allez-y.

10 M. IVETIC : [interprétation]

11 Q. Ai-je raison de dire que dans la hiérarchie de l'OUP de Suva Reka, en

12 plus de Repanovic, il y avait une autre personne du nom de Borisavljevic,

13 et que ces deux personnes avaient un poste qui était de niveau supérieur à

14 celui de Jovanovic, mais qui était inférieur à celui de Vitosevic, qui lui,

15 était le chef de l'OUP ?

16 R. Oui, c'est exact.

17 Q. Ai-je raison de dire que le RDB dont M. Nisevic faisait partie, cela ne

18 faisait pas formellement partie de l'OUP; c'était une structure séparée ?

19 R. Oui. Son bureau était dans le bâtiment du SUP, mais les bureaux de la

20 DB ne faisaient pas partie de la même chaîne de commandement. Il n'avait

21 rien à voir avec le SUP lui-même.

22 Q. Ai-je raison de dire que Vitosevic, en tant que chef de l'OUP, n'avait

23 pas de pouvoir hiérarchique, n'avait pas d'ordres à donner à la DB, aux

24 officiers de la DB ?

25 R. Vitosevic n'avait pas d'autorité hiérarchique par rapport à la DB. Il

26 n'avait pas d'ordres à leur donner. Il n'avait pas d'ordres à leur donner,

27 il n'avait rien à voir avec eux.

28 M. IVETIC : [interprétation] Très bien. Monsieur le Président, il me semble

Page 3993

1 que j'ai précisé quelque chose, que vous et moi souhaitions préciser. Donc,

2 j'ai terminé.

3 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Merci, Monsieur Ivetic.

4 K83, Jovanovic, s'agit-il de Jovanovic ou Jevanovic ?

5 LE TÉMOIN : [interprétation] Jovanovic.

6 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Merci. Ces deux personnes, Repanovic

7 et Borislavjevic, lequel des deux était hiérarchiquement le plus haut

8 placé ?

9 LE TÉMOIN : [interprétation] Repanovic.

10 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Très bien.

11 Monsieur Marcussen, j'aimerais vous poser une question concernant les

12 actions prises par les autorités serbes par rapport aux événements qui ont

13 affecté la famille Berisha. Etes-vous au courant du procès contre Cukaric

14 et Tanovic ?

15 M. MARCUSSEN : [interprétation] Oui, Monsieur le Président. Je voulais

16 poser des questions dans mon interrogatoire supplémentaire au témoin.

17 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Pourquoi ce type d'éléments de preuve

18 n'est pas abordé pendant l'interrogatoire principal de façon à nous donner

19 une image complète de ce qui se passe et des procédures qui sont engagées à

20 ce sujet ?

21 M. MARCUSSEN : [interprétation] Tout d'abord, parce que ce témoin n'a été

22 un témoin que dans cette affaire. Il ne peut pas vraiment parler des

23 détails de cette affaire.

24 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Très bien.

25 M. MARCUSSEN : [interprétation] Alors --

26 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Donc, nous allons avoir d'autres

27 renseignements concernant cela. Nous n'avons pas besoin de faire des

28 recherches nous-mêmes, n'est-ce pas, à ce stade ?

Page 3994

1 M. MARCUSSEN : [interprétation] Oui. L'autre raison pour laquelle on n'a

2 pas demandé à ce témoin d'en parler, c'est parce que d'après ce que nous

3 pensons, d'après ce que nous avons compris, la deuxième procédure, cette

4 affaire devant les tribunaux -- la cour spéciale de Belgrade, n'a commencé

5 que des années après, et n'est pas le résultat de l'enquête à laquelle a

6 participé notre témoin.

7 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Très bien.

8 M. MARCUSSEN : [interprétation] Nous avons des archives extrêmement

9 importantes. Nous avons des preuves documentaires. Elles ont été

10 communiquées par ce tribunal spécial, et je pense que la Défense les a

11 aussi. Nous vous avons déjà communiqué tous ces documents. Si cela serait

12 l'aide pour vous, nous pouvons, bien sûr, vous les remettre.

13 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Non, cela n'est pas nécessaire. C'est

14 vous qui devez décider si cela pourrait nous être utile ou pas. Mais nous

15 ne connaissons rien, nous ne savons rien concernant cette procédure. Tout

16 ce que j'aimerais savoir, c'est simplement où en sont les choses. Donc, il

17 y a une procédure en cours. C'est bien ce que vous ne dites, Monsieur

18 Marcussen ?

19 M. MARCUSSEN : [interprétation] Oui, c'est exact.

20 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] C'est à vous de juger. Je voulais

21 simplement clarifier les choses à ce sujet. Je comprends votre explication,

22 et j'ai compris que cette procédure a commencé des années après que les

23 faits aient eu lieu.

24 Monsieur Sepenuk.

25 M. SEPENUK : [interprétation] Je n'ai pas de questions, Monsieur le

26 Président.

27 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Monsieur Fila.

28 M. FILA : [interprétation] Oui, effectivement, j'ai quelques questions. Je

Page 3995

1 puis vous aider en vous disant que ce Tanovic est décédé, et qu'il n'y a

2 pas de procédure contre lui.

3 Contre-interrogatoire par M. Fila :

4 Q. [interprétation] Oui, vous avez un prénom et un nom de famille. Donc,

5 cela me dérange de vous appeler K, quelque chose. Donc, je vais simplement

6 vous appeler Monsieur si cela ne vous dérange pas.

7 R. Non, cela ne me dérange pas.

8 Q. Je m'appelle Toma Fila et je suis l'avocat de Nikola Sainovic.

9 R. Très bien.

10 Q. Pour préciser les choses concernant la patrouille où il y avait quatre

11 personnes, dont vous, pour y revenir brièvement, vous avez dit qu'il y

12 avait quatre personnes, dont vous, et qu'il n'y avait pas de Tanovic, qu'on

13 ne parlait pas de Tanovic à ce moment-là. Ensuite, vous avez parlé de Cegar

14 qui arrivait, et cetera, et cetera. Tout d'un coup, vous voyez arrivé

15 Cukaric et Tanovic qui traînent quatre Albanais, n'est-ce pas ?

16 R. Je n'ai pas compris.

17 Q. Lorsque vous êtes parti avec votre patrouille, vous étiez quatre. Il

18 n'y avait pas de Tanovic dans l'histoire encore ?

19 R. J'ai peut-être omis Tanovic, mais il était membre, il faisait partie de

20 la patrouille avec Nenad Jovanovic, le commandant adjoint.

21 Q. Et Cukaric ?

22 R. Oui, et Petkovic et moi-même.

23 Q. Donc, cela fait cinq personnes ?

24 R. Quatre plus le commandant adjoint.

25 Q. Il faut préciser les choses. Vous avez été interrogé par un juge

26 d'instruction à Belgrade ?

27 R. Oui.

28 Q. Un juge d'instruction vous a posé des questions à Belgrade. Est-ce que

Page 3996

1 vous vous en souvenez ?

2 R. Oui.

3 Q. Il vous a posé un certain nombre de questions --

4 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Un instant.

5 Oui, Monsieur Marcussen.

6 M. MARCUSSEN : [interprétation] Je suis désolé d'interrompre mon éminent

7 collègue. C'est un problème qui m'a posé. On m'a demandé de faire une pause

8 après les questions, parce que cela pose des problèmes aux interprètes. Il

9 y a un chevauchement avec le problème de la déformation de la voix.

10 M. FILA : [interprétation] Très bien. Je vous prie de bien vouloir

11 m'excuser.

12 Q. Pour répéter la question. Le juge Dilparic vous a posé des questions,

13 n'est-ce pas, vous vous en souvenez ?

14 R. Oui.

15 Q. Il vous a posé des questions concernant la famille Berisha et comment

16 était la maison. Vous avez dit, qu'en tant que personne, ils étaient

17 toujours un peu du style sale.

18 L'INTERPRÈTE : L'interprète se corrige, qu'ils étaient soupe au lait.

19 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui.

20 M. FILA : [interprétation]

21 Q. Ensuite, on vous a demandé si Tanovic et Cukaric avaient des raisons de

22 détester ces personnes ?

23 R. Je ne sais pas.

24 Q. Est-ce qu'il vous a demandé cela ?

25 R. Oui.

26 Q. Vous avez dit : Je ne sais pas. C'est possible. Il y avait des

27 observateurs de l'OSCE, qui étaient là-bas avec eux. Ils les ont rentrés

28 dans la maison, ils les laissaient utiliser les jeeps, ils ont écrasé une

Page 3997

1 femme à Sava Reka et rien ne s'est passé. Personne ne pouvait les toucher,

2 les approcher tant que l'OSCE était là-bas. Est-ce que c'est ce que vous

3 avez dit ?

4 R. Oui.

5 Q. Est-ce que nous puissions conclure que le comportement de Cukaric et

6 Tanovic était une sorte de revanche contre la famille Berisha ?

7 R. Je ne sais pas s'ils avaient de quelconque litige ou problème de

8 vendetta avec la famille Berisha.

9 Q. Mais si vous mettez tout cela dans le contexte de la famille Berisha et

10 de leur traitement des Serbes, pourrait-il y avoir une raison particulière

11 pour laquelle cet incident pourrait avoir lieu ?

12 R. Oui, c'est possible.

13 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Monsieur Marcussen.

14 M. MARCUSSEN : [interprétation] Bien --

15 M. FILA : [interprétation] De toute façon, j'ai terminé mon interrogatoire.

16 M. MARCUSSEN : [interprétation] Je pense que là vous êtes en train de

17 demander au témoin de spéculer. Il a déjà dit qu'il ne savait pas.

18 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Oui. Je pense, qu'effectivement, il

19 s'agit d'une bonne évaluation de la situation. Il a déjà dit qu'il ne

20 savait pas si Tanovic et Cukaric avaient eu des litiges ou un problème de

21 vendetta avec la famille Berisha.

22 Monsieur O'Sullivan.

23 M. O'SULLIVAN : [interprétation] Je n'ai pas de questions.

24 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Monsieur Bakrac.

25 M. BAKRAC : [interprétation] Monsieur le Président, je serai très bref et

26 je vais essayer de conclure avant la pause.

27 Contre-interrogatoire par M. Bakrac :

28 Q. [interprétation] Monsieur K83, je suis Mihajlo Bakrac, et je suis l'un

Page 3998

1 des conseils pour le général Lazarevic. Je vais tenter de vous poser un

2 certain nombre de questions et de terminer rapidement. J'aimerais préciser

3 quelques points. Vous avez dit à mon éminent collègue, M. Ackerman, qu'il

4 n'y avait pas d'armée à l'époque à Suva Reka, et vous l'avez confirmé dans

5 votre déclaration. Ma question est la suivante : est-il exact que l'armée

6 était dans la montagne, dans la forêt aux alentours ?

7 R. Oui, ils étaient à l'extérieur de Suva Reka. Ils n'étaient jamais à

8 l'intérieur de la ville.

9 Q. L'endroit où était situé l'armée, le nom est-il Dulje ?

10 R. Oui.

11 Q. Etes-vous d'accord pour dire avec moi que dans la mesure où vous étiez

12 un policier de réserve, cet endroit, cette colline qui s'appelle Dulje est

13 à l'entrée même de la gorge Crnjelovo et qu'elle avait une certaine

14 importance stratégique ?

15 R. Oui.

16 Q. Savez-vous qu'en raison de cette importance stratégique, l'armée de

17 Yougoslavie était souvent attaquée par l'UCK à cet endroit même, à Dulje ?

18 R. Je le sais.

19 Q. Passons à autre chose. Vous avez parlé de l'unité de police Cegar. Est-

20 il exact de dire que cette unité était cantonnée à l'hôtel Balkan de Suva

21 Reka ?

22 R. Une partie, pas toute l'unité. Certains d'entre eux étaient à Dulje.

23 Q. Est-il exact également de dire que vous et vos collègues utilisiez une

24 voiture de construction russe du nom de Gazik pour vos patrouilles, qu'il

25 s'agissait d'un véhicule blindé ?

26 R. Oui.

27 M. BAKRAC : [interprétation] Si vous me permettez un instant, Monsieur le

28 Président, je ne crois pas avoir d'autres questions.

Page 3999

1 Je n'ai pas d'autres questions, Monsieur le Président. Merci.

2 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Merci, Monsieur Bakrac.

3 Monsieur Marcussen.

4 M. MARCUSSEN : [interprétation] J'ai des questions à poser, mais nous

5 sommes près de la pause. Je ne sais pas si vous souhaitez que nous

6 continuions, Monsieur le Président.

7 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Cela ne pose pas de problème que nous

8 continuions encore pendant 15 minutes, si c'est ce que vous souhaitez

9 faire, et nous commencerons plus tard cet après-midi. Je pense que cela

10 sera beaucoup plus pratique que d'interrompre le témoin maintenant.

11 M. MARCUSSEN : [interprétation] Je pense que c'est une bonne solution.

12 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Merci.

13 Nouvel interrogatoire par M. Marcussen :

14 Q. [interprétation] K83, on vous a demandé si le 26 mars au matin il y

15 avait eu une séance au cours de laquelle on vous a donné votre mission, si

16 on vous a donné des instructions ce jour-là. J'aimerais clarifier cela. Ce

17 matin-là, vous étiez allé au ravitaillement en dehors de Suva Reka, si j'ai

18 bien compris. Avez-vous eu une réunion au cours de laquelle on vous a donné

19 des consignes quant à cette mission, d'aller au ravitaillement ?

20 R. Oui.

21 Q. Pendant cette réunion, on n'a absolument pas abordé l'éventualité

22 d'une opération impliquant le bâtiment de l'OSCE, la route de Restane ou

23 l'assistance à apporter aux unités Cegar. C'est ainsi que je dois

24 comprendre votre réponse ?

25 R. Oui.

26 Q. Vous avez aussi dit que Nenad Jovanovic avait l'air assez étonné quand

27 Cegar 1 lui a dit d'y aller et de se joindre à l'opération; c'est bien

28 cela ?

Page 4000

1 R. Oui, il était très surpris. Il ne savait pas où il était censé aller et

2 pourquoi il était censé y aller. Il avait une mission normale à accomplir.

3 C'est pour cela qu'il était assez surpris qu'on lui dise cela, et nous

4 étions surpris aussi.

5 Q. C'est pour cela que vous dites, que selon vous, tout a commencé parce

6 que Cegar 1 est arrivé; c'est bien cela ?

7 R. Oui.

8 Q. Vous nous avez décrit comment vous couriez en direction du bâtiment de

9 l'OSCE et des autres maisons. Ce moment, est-ce que vous le décririez comme

10 étant une opération conjointe rassemblant à la fois les personnes de l'OUP

11 et les unités Cegar ?

12 R. Oui, on pourrait dire cela, en effet. Parce que d'abord, ils y sont

13 allés, ensuite, plus ou moins, on les a suivis, plus ou moins.

14 Q. Donc, on vous avait dit de prendre position à certains endroits, et les

15 unités Cegar auraient été en train de s'occuper d'autres maisons. Il

16 s'agissait d'une organisation avec division du travail; c'est bien cela ?

17 R. Oui.

18 Q. On vous a aussi posé des questions à propos des enquêtes qui ont eu

19 lieu au bâtiment de l'OSCE. J'ai quelques questions à ce propos. Mais tout

20 d'abord, vous avez déposé en disant que la personne qui avait emmené Jashar

21 Berisha à la pizzeria, l'une d'entre elles, en tout cas, était Todor

22 Jovanovic. Est-ce le même Todor Jovanovic qui faisait partie de l'équipe

23 d'enquêteurs pour laquelle vous deviez assurer la sécurité ?

24 R. Oui, c'était un technicien de médecine légale, spécialiste des scènes

25 de crime.

26 Q. Il savait ce qui s'était passé dans la pizzeria ?

27 R. Je pense que oui, étant donné que c'est allé assez loin.

28 Q. Je sais que vous étiez à la pizzeria. Etant donné ce qui s'est passé

Page 4001

1 avec cette grenade qui a été lancée, avec ces fusillades venant de fusils

2 automatiques, est-ce que tous ces bruits auraient pu être entendus depuis

3 le poste de police et l'OUP ?

4 R. Je ne le sais pas. La détonation n'était pas si bruyante que cela. Il y

5 avait des bâtiments aux alentours des bâtiments en béton.

6 Q. Vous avez expliqué qu'un certain nombre de gens sont arrivés,

7 Vuksanovic, Djordjevic. Est-ce que d'autres policiers se sont rendus à la

8 pizzeria au cours de cette journée, alors que vous étiez en poste dans cet

9 endroit que vous avez noté avec un B sur le cliché, qui était près du

10 kiosque, qui était à côté de la pizzeria ?

11 R. Il y avait beaucoup de personnes de la protection civile et la

12 municipalité, de la TO. Je ne peux pas vous donner tous les noms et me

13 souvenir de toutes les personnes. Beaucoup de gens sont venus aussi en tant

14 que curieux pour voir un peu ce qui s'était passé.

15 Q. Est-ce un incident dont on a parlé ensuite à Suva Reka ?

16 R. Oui.

17 Q. Avez-vous parlé à vos autres collègues de cet événement ?

18 R. Oui, on en parlait.

19 Q. A votre avis --

20 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Tout dépend de qui étaient les

21 collègues, si je comprends où vous voulez en venir.

22 M. MARCUSSEN : [interprétation]

23 Q. Est-ce que vous vous souvenez à qui vous avez parlé de cet événement ?

24 R. Non, je ne sais pas. Des collègues, des gens qu'on voit tous les jours

25 au travail. Je ne me souviens pas de leurs noms exacts.

26 Q. Est-ce qu'on en parlait tellement, que d'après vous, vos supérieurs

27 auraient pu en entendre parler aussi ?

28 M. IVETIC : [interprétation] Il me semble que cela ne va demander qu'une

Page 4002

1 spéculation de la part du témoin. Je soulève une objection.

2 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Non, je pense que c'est une question

3 que le témoin est parfaitement capable de répondre. Je pense qu'il peut

4 nous dire si, oui ou non, à son avis, ses supérieurs auraient pu entendre

5 parler de tout cela.

6 LE TÉMOIN : [interprétation] Je ne sais absolument pas. Je ne sais pas.

7 M. MARCUSSEN : [interprétation]

8 Q. Après le 26 mars -- non, je vais reformuler ma question. Vous êtes allé

9 avec l'équipe des enquêteurs le long de la route de Restane le jour après

10 cet événement, et vous avez trouvé un certain nombre de corps. Avez-vous

11 rencontré des civils dans cette zone ?

12 R. Oui, il y avait des civils.

13 Q. Après ces événements qui ont suivi le début des bombardements de

14 l'OTAN, est-ce que de nombreux Albanais ont quitté Suva Reka ?

15 R. Oui.

16 Q. On vous a aussi posé des questions à propos de la communication entre

17 l'OUP et Prizren, et vous avez dit que les communications avaient été

18 interrompues pendant un moment. D'après ce que vous avez dit, il me semble

19 que vous ne savez pas exactement quand est intervenue cette interruption de

20 communication. Quand il y avait cette interruption dans les communications,

21 pouvait-on encore conduire sur la route allant de Suva Reka à Prizren ?

22 R. Oui, on pouvait conduire sur cette route.

23 Q. Savez-vous s'il y avait des communications entre le poste de police de

24 Suva Reka et le SUP de Prizren par coursier, tout simplement en envoyant

25 des gens d'un endroit à l'autre ?

26 R. Je n'ai pas compris votre question.

27 Q. Savez-vous si les interruptions de communication qui sont intervenues

28 ont été surmontées en ayant tout simplement recours à des coursiers, des

Page 4003

1 coursiers qui empruntaient la route pour faire rapport, par exemple, pour

2 recevoir des instructions, donc s'il y avait communication par la route ?

3 R. Oui.

4 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Vous nous avez dit que l'interruption

5 de la communication a été provoquée par une coupure d'électricité.

6 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui, à cause de l'électricité. Pendant quatre

7 ou cinq jours, il y a eu coupure d'électricité mais la route entre Prizren

8 et Suva Reka était ouverte.

9 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Qu'en est-il des communications par

10 téléphone ou par radio entre Prizren et Suva Reka ? Etaient-elles encore

11 possibles ou n'étaient-elles plus possibles au cours de cette interruption

12 du courant ?

13 LE TÉMOIN : [interprétation] Certains types de communication radio étaient

14 encore possibles et fonctionnaient. Je ne sais pas si tous les équipements

15 marchaient, mais on pouvait communiquer par radio.

16 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] J'ai encore une question à vous poser

17 à propos d'autre chose. Votre supérieur hiérarchique immédiat, Jovanovic,

18 qui n'était pas à la pizzeria, a-t-il eu connaissance de ce qui s'y était

19 passé ?

20 LE TÉMOIN : [interprétation] Peut-être après coup, mais ce jour-là, je ne

21 l'ai pas vu.

22 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Oui. Je pensais bien à un moment après

23 l'événement. Est-ce qu'à un moment ou à un autre, il a été mis au courant

24 de ce qui s'était passé ?

25 LE TÉMOIN : [interprétation] Je ne sais pas, mais je crois que oui.

26 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Monsieur Marcussen, vous pouvez

27 reprendre.

28 M. MARCUSSEN : [interprétation]

Page 4004

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

12 versions anglaise et française

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 4005

1 Q. Ce Jovanovic, à votre connaissance, a-t-il été inculpé devant le

2 tribunal de Belgrade ? A-t-il été mis en examen ?

3 R. Oui.

4 Q. Nous avons des questions à propos du pillage de maisons et quant à

5 savoir si certaines personnes avaient été arrêtées entre mars et mai.

6 Savez-vous si les maisons qui ont été pillées appartenaient aux Serbes ou

7 aux Albanais ?

8 R. Aux Albanais.

9 Q. Enfin, on a posé des questions à propos du moment où vous avez bu ces

10 deux bouteilles d'alcool. Je vous ai posé certaines questions à ce propos,

11 et lors de votre déposition, vous m'avez dit que vous aviez vu Cukaric

12 communiquer à l'aide de sa radio. Est-ce que cette communication radio a eu

13 lieu avant, pendant ou après que vous ayez bu les deux bouteilles

14 d'alcool ?

15 R. Je crois que c'est avant.

16 Q. Pendant que vous étiez en train de boire cet alcool, est-ce que

17 vous avez abordé le sujet de ce que vous alliez faire après ?

18 R. Cukaric et Tanovic parlaient de lancer une grenade à main dans la

19 pizzeria.

20 M. MARCUSSEN : [interprétation] Monsieur le Président, je n'ai pas de

21 questions supplémentaires pour ce témoin.

22 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Votre témoignage prend fin. Merci

23 beaucoup d'être venu à ce Tribunal pour faire ce témoignage.

24 Les Juges et les personnes présentes dans le prétoire vont sortir du

25 prétoire et nous allons reprendre à 14 heures 15.

26 Je vais vous demander de rester assis - vous êtes assis pour

27 l'instant - et d'attendre que tout le monde soit sorti, et ensuite, des

28 mesures sont prises pour que vous puissiez quitter le prétoire. Je vous

Page 4006

1 remercie.

2 --- L'audience est levée pour le déjeuner à 12 heures 47.

3 [Le témoin se retire]

4 --- L'audience est reprise à 14 heures 18.

5 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Monsieur Marcussen.

6 M. MARCUSSEN : [interprétation] Merci, Monsieur le Président. A propos des

7 éléments de preuve présentés par les deux ou trois témoins précédents, je

8 souhaiterais préciser quelque chose. Je me disais qu'il faudrait que je

9 précise cela. Nous avons entendu parler de l'assassinat de Jashar Berisha,

10 alors qu'il ne figure pas sur la liste des victimes de l'annexe D. Je

11 voulais le dire pour que l'on ne pense pas qu'il y ait une erreur. Sa

12 déposition portait sur la façon dont les corps de Suva Reka ont été bougés

13 et transportés. Puis aussi, au niveau de l'arbre généalogique qui a été

14 présenté par le truchement de la pièce P2346, il y a deux enfants que l'on

15 trouve mentionnés en bas de l'arbre généalogique; Genshi et Graniqi

16 Berisha, qui avaient respectivement 4 et 2 ans. Ces deux personnes ne se

17 trouvent pas dans la liste de l'annexe D. Je voulais juste le préciser.

18 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Merci.

19 Qui va être le témoin suivant et qui va s'en occuper ?

20 M. MARCUSSEN : [interprétation] C'est M. Scully.

21 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Qui est-il, Monsieur Scully ?

22 M. SCULLY : [interprétation] Il s'agit de M. Berisha qui, au départ, était

23 un témoin 92 bis (D). Il est maintenant présenté au titre de l'article 92

24 ter.

25 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Attendez, attendez.

26 M. SCULLY : [interprétation] Nous avons également le compte rendu

27 d'audience dans l'affaire Milosevic, qui pourrait être trouvé dans le P2281

28 --

Page 4007

1 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Un petit moment. Un petit moment. Est-

2 ce qu'il y a une modification de la liste ?

3 M. SCULLY : [interprétation] Oui.

4 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Pour ce qui est du dernier ordre que

5 j'avais reçu le 28 septembre [comme interprété] --

6 [Le témoin est introduit dans le prétoire]

7 M. HANNIS : [interprétation] Oui, non, mais nous avions indiqué hier que M.

8 Kuci ne va pas du tout comparaître.

9 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Pas du tout ?

10 M. HANNIS : [interprétation] Pas du tout.

11 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Je n'ai pas eu cette information.

12 C'est fâcheux, parce que j'ai passé beaucoup de temps à préparer cette

13 déclaration.

14 M. HANNIS : [interprétation] Je suis désolé, Monsieur le Président. Nous en

15 avons informé les juristes hier lorsque nous avons pris cette décision.

16 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Je vous remercie.

17 Bonjour, Monsieur Berisha.

18 LE TÉMOIN : [interprétation] Bonjour.

19 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Je vous demanderais de bien vouloir

20 prononcer la déclaration solennelle en vertu de laquelle vous allez dire la

21 vérité, et je vous demanderais pour ce faire, de lire à voix haute le

22 document qui vous est présenté maintenant.

23 LE TÉMOIN : [interprétation] Je n'entends pas l'interprétation albanaise.

24 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Je vais recommencer. Je vais vous

25 demander de bien vouloir prononcer la déclaration solennelle en vertu de

26 laquelle vous allez dire la vérité, et ce, en lisant à voix haute le

27 document qui vous a été présenté.

28 LE TÉMOIN : [interprétation] Je déclare solennellement que je dirai la

Page 4008

1 vérité, toute la vérité et rien que la vérité.

2 LE TÉMOIN : HYSNI BERISHA [Assermenté]

3 [Le témoin répond par l'interprète]

4 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Je vous remercie. Veuillez vous

5 asseoir.

6 Nous avons déjà un jeu de documents assez volumineux qui est le compte

7 rendu des récits des différents événements que vous avez faits. Nous avons

8 également le compte rendu d'audience de votre déposition lorsque vous êtes

9 venu ici. Il y a également des déclarations, le compte rendu d'audience.

10 Nous avons déjà de nombreux renseignements. Vous êtes ici, Monsieur, pour

11 que les conseils de l'Accusation et de la Défense puissent vous poser des

12 questions afin d'obtenir de plus amples renseignements pour essayer de

13 faire en sorte de développer ou d'étoffer un peu votre propos ou de

14 contester ce que vous dites. Ce qui est essentiel, c'est que vous vous

15 concentriez sur les questions qui vous sont posées. Essayez de vous en

16 tenir, lorsque vous apportez une réponse, aux éléments qui se trouvent dans

17 la question pour ne pas revenir sur toutes les informations que nous avons

18 déjà. Le temps est précieux dans ce bâtiment, Monsieur, et nous n'en avons

19 pas beaucoup. C'est pour cela que nous souhaitons que vous vous concentriez

20 sur les questions en question. C'est M. Scully de l'Accusation qui va être

21 le premier à vous poser les questions.

22 Monsieur Scully.

23 M. SCULLY : [interprétation] Est-ce que vous voulez avoir les paragraphes

24 pertinents de l'acte d'accusation ou est-ce que je poursuis.

25 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Je pense que dans le cas d'espèce,

26 vous pouvez poursuivre.

27 M. SCULLY : [interprétation] Merci.

28 Interrogatoire principal par M. Scully :

Page 4009

1 Q. [Interprétation] Monsieur Berisha, est-ce que vous pouvez nous donner

2 votre nom de famille et épeler, aux fins du compte rendu d'audience, votre

3 prénom et votre nom de famille.

4 R. Je m'appelle Hysni, qui s'épelle H-y-s-n-i, le nom de mon père est

5 Sylejman, S-y-l-e-j-m-a-n, et mon nom de famille est Berisha, B-e-r-i-s-h-

6 a.

7 Q. Monsieur Berisha, où habitez-vous maintenant ?

8 R. Je vis à Suhareke, au Kosovo.

9 Q. Depuis combien de temps vivez-vous à Suva Reka ?

10 R. J'y habite depuis que je suis né, le 12 avril 1948.

11 Q. Est-ce que vous avez fait une déclaration pour le bureau du Procureur,

12 qui porte la date du 20 août 2001 et qui porte sur les événements à Suva

13 Reka en 1998, 1999 et au cours des années suivantes ?

14 R. Oui.

15 Q. Est-ce que vous avez ajouté des informations à cette déclaration le 13

16 mars 2002 ?

17 R. Oui, c'est exact.

18 M. SCULLY : [interprétation] Aux fins du compte rendu d'audience, je dirais

19 qu'il s'agit de la pièce à conviction P2282.

20 Q. Monsieur Berisha, est-ce que vous avez également témoigné dans

21 l'affaire Milosevic à propos des événements de Suva Reka ?

22 R. Oui, c'est exact, je l'ai fait.

23 M. SCULLY : [interprétation] Le compte rendu d'audience est la pièce P2281.

24 Q. Monsieur Berisha, est-ce que vous avez pu examiner avec moi ces deux

25 déclarations vendredi dernier ainsi qu'hier, le

26 25 octobre [comme interprété]?

27 R. Oui.

28 Q. Même si vous avez ajouté certains renseignements, est-ce que, hormis

Page 4010

1 cet ajout, les déclarations étaient exactes et conformes à la vérité ?

2 R. Oui, tout à fait conformes à la vérité.

3 M. SCULLY : [interprétation] Madame, Messieurs les Juges, j'aimerais poser

4 ma première question à propos de la page 8 de la pièce P2282. Je

5 souhaiterais que l'on affiche la page 2.

6 Q. Monsieur Berisha, est-ce que vous avez visité le champ de tir de la VJ

7 à Suva Reka en août 1999, et ce, avec l'équipe médico-légale britannique ?

8 R. Oui, c'est exact. C'était le 1er septembre 1999.

9 Q. Dès que la photographie sera affichée sur l'écran, est-ce que vous

10 pourriez me dire si vous reconnaissez l'emplacement qui est montré sur

11 cette photographie.

12 R. Oui, il s'agit du champ de tir de l'ancienne armée de la Yougoslavie.

13 Cela se trouve entre les villages de Korisha et Lubishte.

14 Q. Comment est-ce que vous arrivez à cet endroit ? Quelles sont les routes

15 que l'on peut prendre pour arriver là, en partant de la ville de Suva

16 Reka ?

17 R. Si vous quittez Suhareke, vous prenez la route de Prizren, et à 13

18 kilomètres, vous trouvez ce champ de tir.

19 M. SCULLY : [interprétation] Est-ce que je pourrais voir affiché à l'écran

20 la page 25 de la pièce P123.

21 Q. Monsieur Berisha, lorsque vous avez visité ce champ de tir, est-ce

22 qu'on vous a montré certains objets qui avaient été récupérés sur le

23 terrain là-bas ?

24 R. Oui. Cela s'est passé avant que je ne me rende sur le site avec

25 l'équipe médico-légale britannique qui travaillait sur ce site. Le 1er

26 septembre, nous avons assisté à l'ouverture de ce lieu de sépulture par

27 l'équipe médico-légale, et tous ces objets qui sont maintenant à l'écran

28 ont été trouvés au niveau de ce lieu de sépulture.

Page 4011

1 Q. Pourquoi est-ce qu'on vous a montré les objets qui se trouvent

2 maintenant sur l'écran et qui font partie de la pièce P123 ?

3 R. Tous ces objets qui ont ce code KRA ont été trouvés dans ce charnier

4 qui se trouvait sur le champ de tir de l'armée yougoslave. Ce sont des

5 objets qu'on a trouvés lorsqu'il y a eu ouverture du charnier. Le code,

6 c'était KRA. Ils me les ont montrés, ces objets, pour que je puisse

7 identifier les personnes portées disparues.

8 Q. J'attire votre attention sur les chiffres et les lettres qui se

9 trouvent près des objets. Est-ce que le code KRA se trouvait près des

10 objets lorsque vous les avez vus ? Est-ce que ces codes permettaient

11 d'identifier les objets ?

12 R. Oui.

13 Q. Et --

14 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Monsieur Berisha, est-ce que

15 vous nous dites que cela a été trouvé avant que l'équipe britannique,

16 l'équipe médico-légale ne commence son travail ?

17 LE TÉMOIN : [interprétation] Non. Ces objets ont été trouvés pendant

18 que l'équipe britannique travaillait là-bas. Cette équipe médico-légale est

19 l'équipe qui a ouvert le charnier.

20 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Merci.

21 M. SCULLY : [interprétation]

22 Q. Monsieur Berisha, est-ce que vous avez pu reconnaître un certain nombre

23 d'objets et est-ce que vous avez décrit ces objets dans votre déclaration

24 de 2001 ?

25 R. Oui. Ces objets qui sont maintenant à l'écran ont été identifiés par

26 moi-même ainsi que par les membres de la famille de ces personnes. Ils ont

27 été identifiés. Par exemple, le KRA1036, il s'agit du mouchoir de Musli

28 Berisha. C'est son fils ainsi que sa fille d'ailleurs qui l'ont identifié.

Page 4012

1 M. SCULLY : [interprétation] Madame, Messieurs les Juges, les pièces à

2 conviction P123, P133 et P134 sont des jeux de photographies qui sont très

3 semblables à celles que vous avez sur l'écran. Je souhaiterais les voir

4 versées au dossier et qu'elles soient considérées comme recevables du fait

5 de la description qui se trouve dans la déclaration à ce sujet. Si la

6 Chambre souhaite que je présente un autre fondement, il faudrait que je lui

7 montre chaque page et que je lui pose des questions, ce qui nous ferait

8 perdre beaucoup de temps.

9 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Très bien. Est-ce qu'il y a des

10 objections ? Visiblement non.

11 Poursuivez.

12 M. SCULLY : [interprétation] Je vous remercie.

13 Est-ce que nous pouvons avoir la page 5 du document P122.

14 Q. J'aimerais attirer votre attention sur la partie gauche de l'écran. Sur

15 la photographie que l'on voit là, est-ce que vous reconnaissez cette

16 photographie ?

17 R. Oui. Cette photographie a été trouvée dans le charnier, et je connais

18 la personne qui se trouve sur cette photographie.

19 Q. Est-ce que vous avez vu cette photographie récupérée dans le charnier ?

20 R. Oui. Cette photographie a été trouvée le

21 1er septembre 1999.

22 M. SCULLY : [interprétation] Est-ce que nous pouvons avoir la page suivante

23 qui vous montrera un agrandissement de cette photographie.

24 Q. Qui sont les personnes que l'on voit sur cette photographie ?

25 R. Vous pouvez voir sur la photographie la femme de Hamdi Berisha, avec

26 son fils Mirat, qui ont été tués. Hamdi a été tué et les quatre surs de

27 Mirat ont été tuées.

28 M. SCULLY : [interprétation] Est-ce que je pourrais avoir la pièce à

Page 4013

1 conviction P125, page 17.

2 Madame et Messieurs les Juges, ce sont des photographies qui ont déjà été

3 montrées à Sherita Berisha. Elle avait dit que les gens qui se trouvaient

4 sur ces photographies ont été tués dans la cafétéria. Elle n'a pas pu

5 donner les noms de ces témoins. Etant donné qu'ils font partie des annexes,

6 je vais tout simplement demander au témoin s'il connaît ces personnes

7 compte tenu de son expérience personnelle.

8 Q. Monsieur Berisha --

9 M. IVETIC : [interprétation] Je viens de voir les photographies, mais il y

10 a des noms en bas de ces photographies. Je ne pense pas que c'est comme

11 cela qu'il faut procéder si on va lui demander d'identifier des personnes

12 alors qu'il pourra lire les noms.

13 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Je ne me souviens la dernière fois

14 qu'il y avait des noms comme cela, parce que nous les avons vu ces

15 photographies l'autre jour. Il n'y avait pas de noms en dessous. Il se peut

16 que je me trompe.

17 M. SCULLY : [interprétation] Nous avons vérifié. Je pense que c'est le seul

18 exemplaire de la pièce à conviction que nous avons. Il s'agit des membres

19 de la famille, et je pense que ce qui est important, c'est plutôt le poids

20 accordé à ces photos que la recevabilité de l'identification.

21 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Un petit moment, un petit moment. Est-

22 ce que vous pouvez vraiment vérifier s'il s'agit du seul jeu de

23 photographies que vous avez ?

24 M. SCULLY : [interprétation] Je sais que là je m'y prends un peu tard. Pour

25 les prochaines photos, nous pourrions demander au Greffier d'agrandir les

26 photos avant qu'elles ne soient montrées au témoin.

27 [Le conseil de la Défense se concerte]

28 M. SCULLY : [interprétation] Monsieur le Président, il y a une autre

Page 4014

1 pièce à conviction P2344, et là, vous avez le nom de toutes les personnes

2 qui étaient présentes dans la cafétéria. Je ne connais pas de pièces à

3 conviction qui ne comporteraient pas cela.

4 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Un moment, je vous prie.

5 M. SCULLY : [interprétation] Monsieur le Président, j'aimerais

6 présenter le fondement de ce que je vais poser comme question, parce que je

7 vais lui demander comment est-ce qu'il connaît ces personnes, puisque je

8 pense, qu'ainsi, les préoccupations de la Cour pourraient peut-être être

9 écartées pour ce qui est de l'exactitude de l'identification.

10 [La Chambre de première instance et le Greffier se concertent]

11 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Monsieur Scully, on me dit que

12 la pièce à conviction P2344 ne comporte pas de noms.

13 M. SCULLY : [interprétation] Si tel est le cas, Monsieur le Président,

14 c'est avec grand plaisir que je l'utiliserai.

15 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] C'est ce dont se souviennent les

16 Juges. Nous nous souvenons d'avoir vu des photos. Il n'y avait pas de noms.

17 Il se peut qu'il était écrit, "personnes présentes dans la cafétéria," mais

18 c'est tout.

19 M. SCULLY : [interprétation] Si la pièce à conviction P2344 est une

20 meilleure pièce à conviction, je serais ravi de la voir affichée à l'écran

21 et l'utiliser. Je pensais qu'il s'agissait de copies et que nous avions les

22 noms de famille, puis la relation entre les différents membres de famille.

23 Je pense qu'on peut tout à fait, à l'avenir, éliminer ce problème en

24 agrandissant la photographie seulement, sans avoir la légende.

25 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Tant que c'est absolument sûr que les

26 noms n'apparaissent pas.

27 [La Chambre de première instance se concerte]

28 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Oui. Utilisez la photographie qui est

Page 4015

1 affichée maintenant, Monsieur Scully. Puis, à l'avenir, faites de votre

2 mieux pour ne pas montrer les noms des personnes.

3 M. SCULLY : [interprétation] Très bien.

4 Q. Monsieur Berisha, est-ce que vous connaissez la personne que l'on voit

5 sur cette photographie ?

6 R. Oui. Oui, elle vient de ma famille. C'est la quatrième fille de Hamdi

7 Berisha et de Selija Berisha. C'était la plus jeune sur de Mirat. Mirat,

8 vous l'aviez vu sur la photographie précédente.

9 Q. Lorsqu'elle était encore en vie, est-ce que vous la voyiez

10 fréquemment ?

11 R. Oui, mais vous savez, nous sommes une famille très unie, donc nous nous

12 voyions très souvent.

13 M. SCULLY : [interprétation] Est-ce que je pourrais avoir la page 18. Je

14 vous demanderais de l'afficher d'abord sur les écrans de l'Accusation et

15 des conseils avant de la montrer au témoin. Voilà, c'est très bien. C'est

16 ainsi qu'on peut l'afficher sur les autres écrans. C'est parfait. Est-ce

17 que vous pourrez l'afficher sur l'écran du témoin ? Merci.

18 Q. Monsieur Berisha, est-ce que vous reconnaissez la personne de la

19 photographie ?

20 R. Oui.

21 Q. De qui s'agit-il ?

22 R. C'est Hanumshahe Berisha, la femme de Sait Musli Berisha, la mère de

23 Hamdi Berisha, Avdi Berisha et Musli Berisha. Il y a 16 membres de cette

24 famille qui ont été tués. C'était la personne la plus âgée de la famille.

25 M. SCULLY : [interprétation] Est-ce que je pourrais avoir la page 24 à

26 l'écran, prenant les mêmes mesures. A la suite de la page 24, je

27 demanderais cela afin que vous puissiez vous préparer à la page 28.

28 Q. Monsieur Berisha, est-ce que vous reconnaissez cette personne ?

Page 4016

1 R. Oui. Il s'agit de la troisième fille de Hamdi et Selija Berisha, ou

2 encore, on peut dire que c'est la troisième sur de Mirat.

3 Q. Est-ce que vous connaissez son prénom ?

4 R. Arta ou Zana Berisha.

5 M. SCULLY : [interprétation] Est-ce que je pourrais avoir la page 28, je

6 vous prie, toujours avec les mêmes mesures.

7 Q. De qui s'agit-il sur cette photographie ?

8 R. C'est Musli Sahit Berisha, le fils aîné de Hanumshahe Berisha et de --

9 il s'agit du frère de Hamdi et d'Avdi.

10 Q. Je vous remercie.

11 M. SCULLY : [interprétation] Je demanderais - ce sera la dernière pièce à

12 conviction, c'est la pièce à conviction 2351 - j'aimerais attirer

13 l'attention de la Chambre sur la page 7 de la déclaration de M. Berisha.

14 Q. Monsieur Berisha, vous avez décrit les événements qui se sont déroulés.

15 J'aimerais savoir si à un moment donné, vous avez dressé une liste des

16 personnes qui avaient été tuées à Suva Reka ou des personnes qui sont

17 portées disparues, est-ce que vous l'avez donnée à l'Accusation en 2001 ?

18 R. Oui, oui. Je leur ai donné une liste que j'avais à l'époque.

19 Maintenant, j'ai une liste qui est beaucoup plus longue.

20 Q. J'aimerais attirer votre attention sur le document affiché sur votre

21 écran. Est-ce qu'il s'agit bien de la liste que vous venez de décrire ?

22 R. Non. Non, non, non. Là, cela ne commence pas avec le

23 numéro 1. Là, il s'agit tout simplement d'une page.

24 Q. Oui. Je pense qu'on vous a montré la page 7 de cette pièce à

25 conviction. Mais je pense qu'il serait peut-être plus facile de montrer la

26 dernière page.

27 R. Oui, il s'agit bien de la nouvelle liste, avec les ajouts qui ont été

28 apportés par la suite.

Page 4017

1 Q. Quelle est la différence entre cette liste et la liste que vous avez

2 fournie en 2001 ?

3 R. C'est différent, parce que sur l'ancienne liste, il y avait de nombreux

4 noms de victimes qui faisaient défaut, puis lorsque les membres des

5 familles sont venus, ils nous ont donné les noms des personnes portées

6 disparues, la liste est devenue beaucoup plus longue.

7 Q. Est-ce que vous avez également enlevé des noms de personnes qui se

8 trouvaient sur la première liste ?

9 R. Non, je ne pense pas. Nous avons ajouté des noms à la liste.

10 Q. Est-ce que vous avez supprimé des noms de personnes qui se trouvaient

11 sur la liste du fait de leur appartenance à l'UCK ?

12 R. Il n'y a pas de soldats de l'UCK sur cette liste. Là, il s'agit d'une

13 liste de civils. La liste des soldats, c'est une autre liste. Donc, les

14 soldats ne sont pas inclus sur cette liste.

15 Q. Merci.

16 M. SCULLY : [interprétation] Maintenant, pour ce qui est de la déclaration

17 même de M. Berisha.

18 Q. Monsieur Berisha, dans cette déclaration, vous avez parlé à la fois de

19 "police" et de "police régulière." Pouvez-vous nous dire exactement qui,

20 selon vous, faisait partie de ces catégories.

21 R. Tout d'abord, je tiens à vous dire que je n'ai jamais fait partie de la

22 police ou de la VJ. Je n'ai jamais travaillé dans ce cadre. J'ai seulement

23 accompli mon service militaire. Donc, pour moi, toutes les forces de police

24 présentes au cours de la guerre au Kosovo comprenaient de nombreuses

25 différentes unités. Il y avait des Serbes locaux que je connaissais

26 auparavant, et pendant la guerre, je les ai vus en uniforme, à la fois en

27 uniforme de policier et en uniforme militaire. Alors pour moi, c'étaient

28 des gens différents de la police régulière. Je préférais les appeler

Page 4018

1 membres de la Défense territoriale. Cela dit, ils étaient quand même sous

2 le commandement de la police normale, la police régulière.

3 Q. Monsieur Berisha, désolé de vous interrompre, mais je voudrais juste

4 vous demander comment vous avez défini, comment vous définissez ces termes

5 "police" et "police régulière." Je vous poserai d'autres questions ensuite.

6 R. A mon avis, la police régulière, c'est la police qui s'occupe de

7 l'ordre public. Mais ces formations comprenaient aussi des unités civiles

8 qui avaient été mobilisées, donc des éléments civils qui avaient été

9 mobilisés soit au sein de la police, soit au sein de l'armée serbe. Et pour

10 moi, c'est cela qui correspond à la police régulière.

11 Q. Si tant est qu'ils étaient en uniforme, pouvez-vous nous dire quel

12 était l'uniforme de la police régulière ?

13 R. Ils avaient des uniformes bleu camouflage et aussi des uniformes bleu

14 uni.

15 Q. Vous avez aussi utilisé le terme "paramilitaire." Pouvez-vous

16 maintenant nous définir le terme "paramilitaire ?"

17 R. Je rencontrais parfois des personnes qui portaient d'autres types de

18 tenue, par exemple, des uniformes noirs avec différents insignes. Pour moi,

19 c'étaient des paramilitaires qui étaient en opération dans la zone de

20 Suhareke -- Suva Reka. Puis, j'ai aussi vu des personnes en tenue de la

21 police régulière, comme je vous ai déjà décrit. L'uniforme des

22 paramilitaires, pour moi, enfin pour le décrire, je me base sur le fait que

23 les unités spéciales étaient toujours en tenue noire.

24 Q. Est-ce que vous connaissiez personnellement des personnes que vous avez

25 décrites sous ce terme paramilitaires ?

26 R. Oui, oui, j'en connaissais un certain nombre. C'étaient des locaux, des

27 Serbes.

28 Q. Saviez-vous que ces personnes que vous connaissiez et que vous avez

Page 4019

1 décrites comme étant des paramilitaires, n'étaient pas employées par la

2 police de façon régulière ?

3 R. Pas avant 1998. Avant 1998, ils n'étaient pas employés de la police,

4 mais après 1998, ils sont devenus membres de la police.

5 Q. N'avez-vous jamais observé des personnes que vous avez décrites comme

6 étant paramilitaires et des personnes que vous avez décrites comme étant la

7 police régulière en train de travailler conjointement ?

8 R. Oui.

9 Q. Quand les avez-vous vu opérer conjointement ?

10 R. En 1998 et 1999, surtout après le 24 mars 1999.

11 M. SCULLY : [interprétation] Merci, Messieurs, Mesdames les Juges. Je n'ai

12 plus de questions à poser.

13 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Monsieur Zecevic.

14 M. ZECEVIC : [interprétation] Nous allons procéder dans l'ordre suivant :

15 général Lukic, général Pavkovic, général Ojdanic, général Lazarevic, M.

16 Sainovic et M. Milutinovic. Merci.

17 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Très bien.

18 C'est à vous, Monsieur Ivetic.

19 M. IVETIC : [interprétation] Merci.

20 Contre-interrogatoire par M. Ivetic :

21 Q. [interprétation] Bonjour, Monsieur. Je m'appelle Dan Ivetic. Je

22 représente M. Sreten Lukic avec mes collègues, Branko Lukic et Ozren

23 Ogrizovic. J'ai quelques questions à vous poser pour éclaircir les propos

24 que vous nous avez tenus aujourd'hui. Je vous demande si possible d'écouter

25 précisément la question et de répondre de façon la plus concise et la plus

26 exacte possible. Bien sûr, si vous n'avez pas compris une question, vous

27 n'avez qu'à me demander de la répéter.

28 Monsieur, vous nous avez dit que vous n'avez jamais été employé par la

Page 4020

1 police. J'aimerais d'abord vous poser quelques questions à propos de votre

2 éducation. Tout d'abord, avez-vous jamais été formé à quelque sorte

3 d'enquête que ce soit ?

4 R. Je ne sais pas si je dois répondre à cette question, puisqu'on m'a posé

5 exactement la même question lors du procès Milosevic. Si vous pensez, en

6 revanche, qu'il serait utile que je le fasse, je le ferai, bien sûr.

7 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Je crois que les conseils ont le droit

8 de vous poser les mêmes questions que celles qui vous ont été posées lors

9 d'un procès précédent pour servir de préambule à d'autres questions qu'ils

10 vous poseront par la suite. Donc, je pense que vous devez répondre à la

11 question qui vous est posée.

12 LE TÉMOIN : [interprétation] Je n'ai pas été formé à l'enquête. Je suis

13 avocat de profession. Mais j'ai, en effet, enquêté, et ce, parce que 48

14 personnes de ma famille, de ma famille élargie ont été massacrées. C'est

15 pour cela que je me suis intéressé à des activités d'enquête.

16 M. IVETIC : [interprétation]

17 Q. Très bien. Quelqu'un vous aurait-il aidé lors de ces enquêtes

18 volontaires auxquelles vous vous êtes livré en juin 1999 et ensuite ?

19 R. Non, c'est plutôt moi qui ai aidé d'autres personnes pour être sûr que

20 la vérité éclate.

21 Q. Ces enquêtes que vous avez menées, ont-elles reçu un soutien quelconque

22 du gouvernement temporaire en place à Suva Reka ou un soutien quelconque

23 d'un autre organe ?

24 R. Le 13 juin, j'ai commencé à enquêter sur les crimes commis à l'époque.

25 Et à cette époque-là, il n'y avait pas d'institutions qui existaient.

26 Q. Vous allez peut-être être d'accord avec moi pour dire qu'entre juin

27 1999 et le 8 octobre 1999, il y a eu un conseil du gouvernement temporaire

28 créé à Suva Reka, n'est-ce pas ?

Page 4021

1 R. Il est vrai que ce dont j'ai parlé fait référence à une période

2 précédente. Il est vrai qu'une commission ensuite a été créée pour enquêter

3 sur les crimes de guerre commis à Suhareke et j'ai fait partie de cette

4 commission.

5 Q. Merci de cet éclaircissement. Peut-on aussi dire que le gouvernement

6 temporaire créé à Suva Reka a été mis en place par Hasim Thaqi, c'est-à-

7 dire, le parti politique de l'UCK, et que ce gouvernement temporaire a

8 existé jusqu'en octobre 1999 quand il a été démantelé par la MINUK, donc la

9 Mission des Nations Unies au Kosovo ?

10 R. Pour moi, un gouvernement temporaire est une administration civile,

11 puisque comme je vous ai dit, avant, le Kosovo n'était pas administré, et

12 ce gouvernement temporaire ne s'est pas lancé dans des enquêtes. C'est

13 nous, en tant que membres de la famille des victimes, qui sommes devenus

14 membres de la commission d'enquête sur les crimes de guerre.

15 Q. J'essaie de voir si vous avez bel et bien répondu à ma question. Est-il

16 correct que le parti politique de Hasim Thaqi a mis en place un

17 gouvernement temporaire à Suva Reka, qui a été, le gouvernement temporaire

18 qui a été annulé en octobre 1999 par la MINUK ?

19 R. Je ne sais pas exactement jusqu'à quelle époque ce gouvernement

20 temporaire a fonctionné. Je ne sais pas vraiment quand il s'est arrêté de

21 fonctionner. Soit c'était quand il y a eu les premières élections ou en

22 octobre. Mais quand l'administration de la MINUK a été créée, il est vrai

23 qu'elle a repris les rennes de tous les gouvernements civils.

24 Q. Très bien. Dans votre cadre de votre travail d'enquête, est-ce que vous

25 compiliez des rapports portant sur les travaux entrepris ?

26 R. En ce qui concerne les rapports, je n'ai pas compilé de rapports moi-

27 même. J'ai exclusivement travaillé sur le terrain dans le but d'identifier

28 des charniers et de retrouver des personnes non répertoriées.

Page 4022

1 Q. Si je ne m'abuse, vous avez identifié cette liste, les personnes qui

2 sont sur cette liste que vous avez rédigée. Dans la liste étendue, élargie,

3 qui a été affichée sur e-court, la nouvelle liste contient des noms de

4 personnes qui sont mortes en 1998. Cette liste n'est pas limitée à 1999,

5 comme vous l'aviez dit au départ dans votre déclaration; c'est bien vrai ?

6 R. Non. D'abord, toutes les personnes ici ne sont pas mortes de mort

7 naturelle; elles ont été tuées soit par la police serbe, soit par les

8 forces militaires. Dans cette liste, il y a les noms de victimes qui ont

9 été tuées en 1998 et en 1999.

10 Q. Votre déclaration parle d'une liste qui se limiterait à 1999, pourtant.

11 Je vais passer à autre chose. En ce qui concerne cette liste, tout d'abord,

12 cette liste comprend-elle des civils qui auraient été tués par l'UCK dans

13 la municipalité de Suva Reka soit en 1998, soit en 1999 ?

14 R. Personne n'a été tué à Suhareke par l'UCK ni Rom, ni Serbe, ni

15 Albanais. En tout cas, je n'en ai aucune connaissance.

16 Q. Votre enquête a-t-elle été conçue de façon aussi à trouver des

17 personnes qui ont été tuées par l'UCK ou est-ce que vous vous êtes

18 uniquement concentré sur les civils de souche albanaise qui auraient été

19 tués ?

20 R. Je me suis concentré sur les morts civils, les civils qui ont été tués.

21 Q. Avez-vous enquêté à propos de civils serbes qui auraient été tués au

22 cours de la période qui nous intéresse, et si oui, y en a-t-il sur votre

23 liste ?

24 R. Je serais ravi d'enquêter sur ce type de cas, mais on ne m'a jamais

25 demandé de me pencher sur les meurtres de civils serbes qui auraient été

26 tués.

27 Q. Pourtant, vous savez qu'il y a bel et bien eu des Serbes civils qui ont

28 été tués par l'UCK, n'est-ce pas ?

Page 4023

1 R. Comme je vous l'ai déjà dit, je n'ai connaissance d'aucun Serbe qui

2 aurait été tué par l'UCK à Suhareke.

3 Q. Pourtant, vous connaissez Bogdan Lazic qui a été tué en mars 1999, à 14

4 heures 30 dans le magasin Balkan Bet. Il y est fait référence dans votre

5 déclaration ?

6 R. Je tiens à dire quelque chose ici. Le 22 mars 1999, vers -je ne sais

7 pas exactement à quelle heure, mais vers midi, il me semble - il y a eu un

8 incident. Encore aujourd'hui, on ne sait toujours pas qui est l'auteur de

9 cet incident. On dirait bel et bien que c'était un incident qui avait été

10 mis en scène pour servir de prétexte afin que l'on puisse commettre le

11 massacre le même jour de dix civils albanais; neuf hommes et une femme.

12 Q. Avez-vous enquêté sur la mort de M. Lazic ?

13 R. Non, parce que je n'avais pas de source d'information. D'après ce que

14 j'ai appris dans l'agenda de --

15 Q. Je pense que vous avez répondu à ma question.

16 R. Stanislav Andjelkovic.

17 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Pourtant, on aimerait bien avoir la

18 réponse à la question. Le témoin a expliqué qu'il n'avait pas de source

19 d'information. Et ensuite, il était en train de nous parler de l'agenda

20 personnel d'un dénommé Andjelkovic.

21 Pourriez-vous poursuivre, s'il vous plaît, Monsieur le Témoin.

22 LE TÉMOIN : [interprétation] Je vous remercie, Monsieur le Président.

23 Comme je disais précédemment, dans l'agenda de Stanislav Andjelkovic,

24 qui était un notable de la municipalité de Suhareka, en ce qui concerne le

25 meurtre de ce Serbe mentionné par le conseil et par la mort de dix

26 Albanais, dans ce carnet de M. Andjelkovic, il n'y aucune mention de ces

27 meurtres. Il n'y a qu'une petite note disant que les autorités locales sont

28 en train d'enquêter sur un incident, sur un crime, et on ne sait pas

Page 4024

1 vraiment si ce crime dont il est question porte sur le meurtre du Serbe ou

2 le meurtre des dix civils albanais. En ce qui concerne ces dix Albanais qui

3 ont été tués, ces dix civils, leurs corps n'ont toujours pas été retrouvés.

4 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Merci.

5 Monsieur Ivetic, vous pouvez y aller.

6 M. IVETIC : [interprétation]

7 Q. Ce M. Lazic, il vient d'un quartier qui était proche des familles

8 Bytyqi, Morina, Hoxha et Kryeziu ?

9 R. Non, absolument pas. M. Lazic habite au village de Sopia, à 3

10 kilomètres de Suhareke. Il n'a rien à voir avec les frères Bytyqi, Morina

11 ou Hoxha. Cela n'a rien à voir. M. Lazic habitait à Sopia.

12 Q. Y avait-il d'autres membres de sa famille qui habitaient aux alentours

13 de la municipalité de Suva Reka ?

14 R. Je ne sais pas. Je sais qu'il travaillait à la municipalité de

15 Suhareke. Le village de Sopia fait d'ailleurs partie de la municipalité de

16 Suhareke.

17 Q. Très bien. Revenons maintenant à la deuxième liste dont vous nous avez

18 parlé, cette liste où il y a des membres de l'UCK décédés. Tout d'abord,

19 j'aimerais savoir si vous avez donné un exemplaire de cette liste au bureau

20 de l'Accusation ?

21 R. Je ne crois pas que cette liste comprenne le nom de soldats de l'UCK.

22 Pour nous, les soldats de l'UCK ne sont pas des victimes civiles. Ce sont

23 les héros. Ce sont les héros du peuple puisqu'ils ont pris les armes pour

24 défendre la population civile.

25 Q. D'après votre réponse, j'en déduis que vous souteniez l'UCK au cours de

26 la guerre ?

27 R. Il n'y avait pas que moi qui les soutenais; toute la population

28 albanaise du Kosovo soutenait l'UCK. Je ne suis qu'un membre de cette

Page 4025

1 population.

2 Q. Oui, mais vous avez quand même fait mention d'une deuxième liste où il

3 y a des membres de l'UCK. C'est de celle-là dont je veux vous parler. Avez-

4 vous donné copie de cette liste au bureau du Procureur ?

5 R. Je ne m'en souviens pas. Je peux vous dire le numéro qui est sur la

6 liste, mais je ne sais pas si je l'ai transmise au bureau du Procureur. Je

7 sais que j'ai donné au bureau du Procureur deux listes. La première est la

8 liste des victimes civiles et la deuxième, c'est la liste étendue. S'il y a

9 une troisième liste, il se peut que ce soit une troisième liste que je leur

10 ai donnée, mais je ne m'en souviens pas.

11 Q. Monsieur, page 80, lignes 23 à 25 du compte rendu d'aujourd'hui, vous

12 nous avez dit qu'il y a une liste de soldats. Vous dites, "c'est encore une

13 autre." Je vous demande : combien de soldats de l'UCK, qui seraient tombés

14 et qui viendraient de la municipalité de Suva Reka, apparaissent sur cette

15 deuxième liste que vous avez peut-être, mais ce n'est pas sûr, donnée au

16 bureau du Procureur ?

17 R. Messieurs et Madame les Juges, je tiens à être clair. La liste que j'ai

18 transmise au bureau du Procureur comprend uniquement le nom de victimes

19 civiles qui ont trouvé la mort dans la municipalité de Suhareke. Cela n'a

20 rien à voir avec la liste de soldats dont parle M. Ivetic.

21 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Tout ce que vous avez dit

22 précédemment, vous avez dit qu'il n'y avait pas de soldats de l'UCK sur la

23 liste. Vous dites que c'est une liste de civils. Ensuite, vous avez dit :

24 "La liste des soldats, c'est une autre liste. Ce n'est pas celle-ci."

25 Donc, le conseil vous demande si vous parlez d'une liste séparée, s'il y a

26 bel et bien une liste de ce type ? C'est cela la question de M. Ivetic.

27 Répondez à la question qu'il vous a posée.

28 Monsieur Ivetic.

Page 4026

1 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui.

2 M. IVETIC : [interprétation] Je vous remercie, Monsieur le Président.

3 LE TÉMOIN : [interprétation] Maintenant, la question est claire. Je vois

4 parfaitement ce que l'on me demande. Je vous ai dit précédemment qu'il y a,

5 en effet, une liste des soldats qui sont tombés sur le front. A ma

6 connaissance, c'est une liste où il y 83 noms, le nom de 83 martyrs. Mais

7 cette liste n'a pas été transmise aux enquêteurs du TPIY, en tout cas, pas

8 par moi. Ce n'est pas moi qui ai enquêté sur la mort de ces martyrs. Je

9 n'ai enquêté que sur les victimes civiles.

10 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Soyons bien clair. Ces

11 83 personnes mortes, il s'agit de personnes qui ont trouvé la mort à Suva

12 Reka ?

13 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui.

14 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Je vous remercie.

15 Monsieur Ivetic, vous pouvez poursuivre.

16 M. IVETIC : [interprétation] Merci, Monsieur le Président.

17 Q. Monsieur le Témoin, nous allons nous limiter à la municipalité de Suva

18 Reka. Est-il exact qu'au cours de 1998 et 1999 la 123e Brigade, de ce que

19 l'on appelle l'UCK, était en opération dans la zone, et qu'il y avait

20 environ 1 600 combattants armés dans cette structure ?

21 R. Il est vrai que la 123e Brigade était en opération dans la municipalité

22 de Suhareke, mais je ne sais pas quel était son effectif exact.

23 Q. Est-il aussi exact que la 123e Brigade de l'UCK contrôlait différents

24 villages et différents territoires au sein de la municipalité de Suva

25 Reka ?

26 R. Il s'agit d'une région montagneuse très escarpée. La population de

27 cette zone a dû se retirer pour des raisons de sécurité, et cette région

28 était sous la protection de l'UCK.

Page 4027

1 Q. Si j'ai bien compris votre réponse, vous venez de dire que l'UCK a, par

2 moments, ordonné aux civils albanais de se déplacer au sein de la

3 municipalité de Suva Reka ?

4 M. SCULLY : [interprétation] Je soulève une objection. Je crois que le

5 témoin ne peut pas répondre à cette question.

6 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Pourtant, la question est telle que

7 j'aurais posé la question si tant est que M. Ivetic ne l'avait pas posée

8 lui-même, puisque la réponse qui nous a été donnée c'est : "Ils

9 contrôlaient une zone de montagnes, une zone escarpée où la population

10 avait dû se retirer pour des raisons de sécurité." Je ne vois absolument

11 pas pourquoi la question ne pourrait pas être posée.

12 Maître Ivetic, vous pouvez y aller.

13 M. IVETIC : [interprétation] Merci.

14 Q. Si j'ai bien compris, suite à votre réponse, vous savez que l'UCK a

15 donné des ordres à la population ethnique albanaise, ordres qui exigeaient

16 que, par moments, ils se déplacent de village en village dans la

17 municipalité de Suva Reka ?

18 R. Non. L'Armée de libération du Kosovo n'a jamais donné d'ordres à la

19 population civile en leur disant qu'il fallait qu'ils quittent leurs

20 villages. La population civile s'est réfugiée après les attaques

21 entreprises par l'armée yougoslave et par la police yougoslave quand ils

22 pilonnaient les villages depuis toutes sortes de directions.

23 Q. Entre janvier et mars 1999, aviez-vous eu des contacts avec des

24 officiers de l'UCK ?

25 R. Pourriez-vous me redire de quelle période il s'agit, s'il vous plaît ?

26 Q. Oui. J'ai parlé de janvier 1999 à mars 1999.

27 R. Non, je n'ai eu aucun contact avec les officiers de l'UCK à ce moment-

28 là.

Page 4028

1 Q. Qu'en est-il de 1998 dans ce cas-là ?

2 R. L'Armée de libération du Kosovo n'était pas en opération dans la ville

3 de Suhareke. Elle n'a jamais été présente ni en 1999 ni en 1998.

4 Q. Mais elle était en existence et elle était en opération dans un grand

5 nombre des villages qui entouraient ou qui étaient contiguës à Suva Reka

6 même, n'est-ce pas ?

7 R. Je vous parle de Suhareke, parce que c'est là que j'étais à tout

8 moment, à Suhareke. Je peux parler des forces de police et des forces de

9 l'armée yougoslave que j'ai rencontrées à ce moment-là.

10 Q. Monsieur, lors de votre interrogatoire principal, vous avez dit que la

11 Défense territoriale était sous le contrôle des forces de police.

12 Connaissez-vous les lois de la République fédérale de Yougoslavie et de la

13 République de Serbie qui s'appliquaient lors de la période allant de 1998 à

14 1999 ?

15 R. Je savais qu'il y avait des lois qui autorisaient le meurtre du plus

16 grand nombre d'Albanais possible, et c'est exactement ce qui a été fait

17 d'ailleurs.

18 Q. Monsieur, vous êtes avocat. En tant que juriste, pourriez-vous, s'il

19 vous plaît, me citer cette loi qui autorise le meurtre du plus grand nombre

20 d'Albanais possible, sinon, vous êtes quand même en train de faire un faux

21 témoignage ? Attention.

22 R. Tout d'abord, il faut rappeler, Monsieur - et je le rappelle aux

23 accusés également - qu'en mars 1999, avant que les bombardements de l'OTAN

24 ne commencent, vous menaciez la population albanaise avec des mots tels que

25 : Si l'OTAN bombardait les forces serbes et les positions serbes, nous

26 expulserions les Albanais. Le

27 24 mars, l'après-midi, en plus des renforts qui venaient au Kosovo en

28 permanence, les forces de l'armée et de la police arrivaient de Serbie et

Page 4029

1 étaient cantonnées à Suhareke.

2 Q. Monsieur, je vous demande de répondre à ma question pour citer une loi

3 particulière qui disait qu'il fallait tuer les Albanais, ou s'agissait-il

4 d'un faux témoignage de votre part ?

5 R. Non, il ne s'agit pas d'un faux témoignage. Je parle de faits que nous

6 avons vécus.

7 Q. Je vais vous demander de citer la loi.

8 R. Il y avait des ordres en dehors de la loi, en dehors du droit. Vous

9 aviez proclamé un état de guerre au Kosovo et vous avez donné tous les

10 droits à l'armée yougoslave et à la police yougoslave d'agir de manière

11 aussi agressive et cruelle que possible contre la population albanaise.

12 Q. N'est-il pas vrai, Monsieur, que vous n'avez ni lu, ni mené une

13 enquête, ni n'avez enquêté sur les lois concernant les lois qui avaient un

14 effet sur le territoire de la République fédérale de Yougoslavie et la

15 République de Serbie et la province autonome de Kosovo-Metohija en 1998 et

16 1999, qui permettraient de tirer les conclusions que vous avez tirées

17 concernant la Défense territoriale qui était sous le contrôle du MUP où

18 l'existence de lois qui, je cite, "tentent de tuer aussi d'Albanais que

19 possible" ?

20 M. SCULLY : [interprétation] Objection. Cette question a déjà été posée.

21 Elle a déjà été posée.

22 M. IVETIC : [interprétation] J'essaie d'obtenir une réponse, mais j'ai

23 l'impression que la réponse a été donnée.

24 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Monsieur Scully, pourquoi ne vous en

25 allez-vous pas vers la réponse ?

26 M. SCULLY : [interprétation] Je pense que la réponse est qu'il s'agissait

27 d'ordres en dehors du droit. Ce n'est pas dans ces termes que M. Ivetic --

28 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Non, non, c'était différent.

Page 4030

1 Le problème, Monsieur Ivetic, c'est que vous avez combiné les deux

2 questions. Vous avez mélangé la question émotionnelle, et je pense que nous

3 devrions déjà être passés au-delà de cela avec la question que vous avez

4 commencé à poser concernant des lois sur la Défense territoriale sous le

5 contrôle du MUP. Je crois que c'est à cela qu'il faudrait limiter la

6 question. Si c'est le cas, je ne pense pas qu'à ce moment-là M. Scully ait

7 raison de faire son objection.

8 M. IVETIC : [interprétation] Je vous prie de vouloir m'excuser.

9 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Très bien. Faisons en sorte que la

10 question soit aussi claire que possible.

11 M. IVETIC : [interprétation]

12 Q. Est-il vrai que vous n'avez ni étudié ni cherché à connaître, à faire

13 des enquêtes concernant les lois qui étaient en vigueur sur le territoire

14 de la République de Yougoslavie, la République de Serbie et/ou la province

15 autonome de Kosovo-Metohija en 1998 et 1999, qui vous permettraient de

16 tirer des conclusions concernant les opérations soit de la Défense

17 territoriale ou du MUP, et en particulier la subordination de la Défense

18 territoriale au MUP, tel que vous l'avez dit dans votre témoignage lors de

19 votre interrogatoire principal ?

20 M. SCULLY : [interprétation] Monsieur le Président, il s'agit exactement de

21 la même question. Il a dit qu'il a étudié le droit et qu'il fait référence

22 à des ordres - je ne me souviens plus de ce qu'il a dit exactement - mais

23 des ordres qui sont en dehors du droit, qui ne sont pas dans une loi.

24 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] La question n'aide pas, Monsieur

25 Ivetic. Je pensais qu'il y avait un point particulier qu'ils essayaient ici

26 de contester qui était : quelle était la base pour dire que la police avait

27 l'autorité, le contrôle de la Défense territoriale. Finalement, votre

28 question est beaucoup plus générale --

Page 4031

1 M. IVETIC : [interprétation] Je pourrais la poser de cette manière-là aussi

2 précise.

3 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Je ne crois pas qu'on devrait reposer

4 cette question au témoin.

5 M. IVETIC : [interprétation] Je vais lui poser la question de cette

6 manière.

7 Q. Avez-vous un fondement juridique factuel pour tirer les conclusions que

8 vous tirez selon lesquelles la police avait un contrôle sur la Défense

9 territoriale ?

10 R. Je vais répéter ce que j'ai dit. Monsieur, vous posez la question de

11 plusieurs manières différentes. Comme je l'ai dit tout à l'heure, je vais

12 le répéter, toutes les actions qui étaient entreprises au Kosovo contre la

13 population civile l'étaient sous le commandant du chef de l'Etat serbe et

14 de l'ex-Yougoslavie. Tous les ordres provenaient des dirigeants et ils

15 étaient mis en uvre, en application, par la police, l'armée, qui

16 coopéraient ensemble.

17 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Monsieur Ivetic, y a-t-il un point

18 dans la déclaration où il parle de la Défense territoriale en particulier ?

19 M. IVETIC : [interprétation] Je ne m'en souviens pas comme cela.

20 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Oui, c'est bien ce que je pensais.

21 M. IVETIC : [interprétation] Alors, c'était --

22 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Je pense qu'il s'agit ici d'une

23 question plutôt générale qu'il n'a pas abordée dans sa déclaration.

24 M. IVETIC : [interprétation] Il semblerait que ce soit une question plus

25 générale. En fait, il s'agit de quelque chose simplement qui a été abordé

26 lors de l'interrogatoire principal. Je n'ai rien à ce sujet-là.

27 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Je ne crois pas que c'est en posant

28 des questions comme cela que nous allons avancer sur ce point.

Page 4032

1 M. IVETIC : [interprétation] Je suis d'accord, Monsieur le Président, nous

2 allons continuer.

3 Q. Monsieur, dans votre déclaration, vous décrivez comment le 25 mars, le

4 matin, vous avez vu des flammes de maisons qui étaient incendiées, qui

5 étaient en train de brûler. Mais vous n'avez pas vu les maisons elles-

6 mêmes. Concernant ces maisons elles-mêmes, vous n'avez pas vu comment le

7 feu y a été mis ?

8 R. J'aimerais décrire tout l'épisode du 25 mars. Avant

9 6 heures du matin, comment les forces ont pénétré et comment elles ont

10 attaqué.

11 Q. Le but du contre-interrogatoire, une des possibilités qu'on a, c'est de

12 choisir les questions que l'on pose. Nous avons votre déclaration, nous

13 avons votre témoignage. Et ce que j'essaie de faire simplement ici, c'est

14 de préciser quelques points. Je vais vous demander à nouveau la question

15 suivante. Les maisons qui étaient en train de brûler le matin du 25 mars,

16 d'après le paragraphe 3 de votre déclaration, vous-même n'avez pas vu

17 personnellement comment le feu y a été mis ?

18 R. C'est la police et l'armée qui ont mis le feu; je les ai vus.

19 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Monsieur Berisha, vous avez vraiment

20 vu la police et l'armée mettre le feu à ces maisons ?

21 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui.

22 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Merci.

23 M. IVETIC : [interprétation]

24 Q. Vous l'avez vu vous-même personnellement ? Comment ont-ils mis le feu à

25 ces maisons ?

26 R. J'ai vu la police. Ils avaient ces armes spéciales qui lançaient des

27 flammes, avec ces armes. Ils mettaient le feu. Ils les avaient sur leur

28 dos. Cela prenait la forme d'une bouteille de bière. C'est comme cela

Page 4033

1 qu'ils mettaient le feu aux maisons. Je ne sais pas ce qu'il y avait dans

2 ces bouteilles.

3 Q. Comment expliquez-vous le fait que dans une des déclarations que vous

4 avez donnée qui fait dix pages, puis une déclaration supplémentaire qui

5 fait une page, puis le témoignage que vous avez donné dans l'affaire

6 Milosevic, vous n'avez jamais dit une seule fois que vous avez vu mettre le

7 feu à ces maisons ? Pourquoi changez-vous votre témoignage à présent ?

8 M. SCULLY : [interprétation] Objection. Il s'agit d'une déformation du

9 témoignage du témoin.

10 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Qu'est-ce qu'il y a qui ne va pas ?

11 M. SCULLY : [interprétation] Il n'a pas changé son témoignage; il a

12 simplement rajouté des renseignements.

13 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Maître Ivetic, cela me semble tout à

14 fait exact.

15 M. IVETIC : [interprétation]

16 Q. Pourquoi vous ajoutez cela dans votre témoignage ? Pourquoi ne l'aviez-

17 vous pas dit avant dans votre témoignage précédent si vous l'avez vu, de

18 vos yeux vu ?

19 R. Je n'ajoute pas quoi que ce soit. Vous me demandez pourquoi je ne l'ai

20 pas dit lorsque j'ai pris la parole pendant le procès de Slobodan

21 Milosevic. Le temps était limité et on ne m'a pas laissé expliquer les

22 choses en détail. Donc, si vous posez la question maintenant, je ne fais

23 que compléter ce que je disais lors du procès Milosevic. C'est cela que je

24 suis en train de faire, Monsieur le Président.

25 Q. A quelle distance étiez-vous de ces maisons en feu, celles dont nous

26 sommes en train de parler maintenant, celles que vous avez vues le matin du

27 25 mars ?

28 R. Le 25 mars, elles étaient un peu plus loin, celles-ci. Mes frères

Page 4034

1 étaient là-bas, dans ce secteur, environ à 600 mètres à vol d'oiseau.

2 Q. A quelle heure de la journée ou de la nuit, si c'était la nuit, les

3 avez-vous vues être mises en feu ?

4 R. Cela n'était pas important. Ce n'était pas quelque chose qui

5 m'occupait. Il y avait beaucoup de tirs. Il y avait une offensive de

6 l'armée et de la police ensemble. Ils marchaient, ils tiraient, ils

7 incendiaient, ils pilonnaient et ils tuaient des gens. Il y avait beaucoup

8 de feu partout et des flammes. On voyait des flammes partout.

9 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Monsieur Berisha, je m'y perds un peu.

10 A quelle date dites-vous que vous avez vu la police utiliser des lance-

11 flammes pour mettre le feu à des maisons ?

12 LE TÉMOIN : [interprétation] Le 25, le 26, le 28 et le 27 aussi.

13 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Lorsque l'on vous a dit à quelle

14 distance vous étiez des maisons incendiées le 25, vous avez dit que c'était

15 environ à 600 mètres et que c'étaient vos frères qui étaient dans ce

16 secteur ?

17 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui.

18 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Cela veut dire que vous les avez vus à

19 une distance de 600 mètres, alors ?

20 LE TÉMOIN : [interprétation] La fumée et les flammes pouvaient se voir même

21 de plus loin, même pas simplement de 600 mètres dont j'ai parlé, et même

22 les coups de feu.

23 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Très bien. Je comprends très bien

24 cela. Mais c'est pour savoir exactement qui a mis le feu, qui a incendié

25 ces maisons, qui me pose problème. Il y a quelques instants, j'avais

26 l'impression que c'est vous, vous-même qui avez vu des personnes utiliser

27 des lance-flammes pour mettre le feu à des maisons, et maintenant, j'ai

28 l'impression que vous n'avez pas vu cela vous-même de vos propres yeux. Il

Page 4035

1 est particulièrement important que cela soit clair pour nous.

2 LE TÉMOIN : [interprétation] J'ai décrit ces événements, cet épisode. Mais

3 je ne parlais pas uniquement du 25, du 26, du 27, du 28, 3 avril, et

4 cetera. Si nous nous concentrons uniquement sur le 25, comme je l'ai dit,

5 le 25, j'étais à 600 mètres à vol d'oiseau. Il était 6 heures du matin.

6 J'ai vu la fumée. J'ai vu les flammes et j'ai entendu les coups de feu. Je

7 ne dis pas que j'étais très près et que je les ai vus. Les familles qui

8 étaient là-bas, dans le secteur là-bas, ont vu ce qui s'était passé. Parmi

9 les familles en question, il y avait mes frères.

10 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] A quelle date avez-vous vu

11 personnellement quiconque, une quelconque personne incendier une maison ?

12 LE TÉMOIN : [interprétation] Le 3 avril 1999, quand les forces de police

13 serbe sont venues à l'endroit où j'avais trouvé refuge, où je m'étais

14 abrité avec ma femme et mes cinq enfants. Ils sont venus. Ils étaient en

15 train de tirer des coups de feu dans notre direction, là où j'étais. Ils

16 étaient en train de mettre le feu aux maisons. C'est à ce moment-là que

17 j'ai vu directement de mes propres yeux qu'ils avaient ces lance-flammes

18 sur le dos.

19 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Maître Ivetic, désolé, s'agit-il d'un

20 moment opportun pour faire une pause ?

21 M. IVETIC : [interprétation] Oui, effectivement.

22 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Monsieur Berisha, nous allons faire

23 une pause d'une demi-heure. Je vais vous demander de bien vouloir quitter

24 le prétoire et de revenir à 16 heures.

25 [Le témoin se retire]

26 --- L'audience est suspendue à 15 heures 32.

27 --- L'audience est reprise à 16 heures 01.

28 [Le témoin est introduit dans le prétoire]

Page 4036

1 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Maître Ivetic.

2 M. IVETIC : [interprétation] Merci, Monsieur le Président.

3 Q. J'aimerais vous poser des questions à propos de deux thèmes, et

4 ensuite, j'en aurai terminé, Monsieur. Vous avez parlé de la période où

5 vous avez quitté Suva Reka, et dans le huitième paragraphe de votre

6 déclaration, vous expliquez comment le convoi dans lequel vous vous

7 trouviez a été arrêté par un Milan Sipka. Ensuite, vous dites qu'il a donné

8 l'ordre au convoi entier de rebrousser chemin et aux gens de rentrer chez

9 eux. Est-ce que vous savez quelle était la fonction de M. Sipka ? Quel

10 était son grade au sein de la structure du MUP serbe ?

11 R. Je ne sais pas si je devrais expliquer comment nous avons été

12 contraints de quitter nos foyers.

13 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Non, non, je vous demande tout

14 simplement de répondre à la question qui vous a été posée. Quel était le

15 grade ou la fonction de M. Sipka au sein de la structure du MUP serbe ?

16 LE TÉMOIN : [interprétation] Je sais qu'avant 1998, à savoir avant la

17 guerre, Milan Sipka était le commandant du poste de police de Suhareke.

18 Puis, il a été transféré à Prizren. Je ne sais pas en quelle qualité. Je

19 n'ai pas d'information à ce sujet. Je ne sais pas quelle était sa fonction

20 là-bas. Je sais également qu'il était de Vojvodine.

21 M. IVETIC : [interprétation]

22 Q. Serait-il exact de dire que le SUP à Prizren était un organe policier

23 beaucoup plus important, où il y avait beaucoup plus de personnes que par

24 rapport à l'OUP de Suva Reka ?

25 R. Suhareke était placé sous la juridiction de la région de Prizren.

26 Q. Lorsque vous dites qu'il a été muté à Prizren, est-ce que vous

27 considérez cela comme une promotion pour M. Sipka ?

28 R. Bien sûr. Les accusés qui se trouvent derrière vous doivent le savoir.

Page 4037

1 Q. Bien. Vous avez dû traiter avec M. Sipka lorsqu'il a dit au convoi de

2 rebrousser chemin. J'aimerais savoir si vous êtes en mesure de nous dire

3 s'il avait un uniforme à ce moment-là.

4 R. Oui, un uniforme de la police.

5 Q. Est-ce qu'il y avait un grade sur cet uniforme, des insignes ?

6 R. Je ne me souviens pas du grade ni des insignes d'ailleurs parce que la

7 nuit tombait, mais je sais que c'était une tenue de camouflage bleu foncé.

8 Q. Très bien. J'aimerais attirer votre attention sur le moment où vous

9 êtes revenu à Suva Reka. Vous avez parlé d'un incident à la page 5 de votre

10 déclaration, dernier paragraphe. C'est un incident qui s'est déroulé le 21

11 mai. Là, vous avez identifié des gens qui vous avaient donné l'ordre de

12 quitter la maison. Il s'agissait de Sinisa Andrejevic, qui était un

13 paramilitaire local de Suva Reka; Nikica Petkovic, frère de Zoran; une

14 autre personne dont le nom de famille était Milisav Gogic, qui se trouvait

15 avec la Sûreté d'Etat sous le commandement de Misko Nisavic. Vous avez dit

16 qu'il y avait un autre type qui répondait au nom de Ramiz, qui était avec

17 la police régulière, puis il y avait une autre personne que je n'ai pas

18 connue.

19 J'aimerais savoir à propos de cette personne, M. Nisavic, est-ce qu'il

20 portait un uniforme ce jour-là ?

21 R. Je n'ai pas rencontré Nisavic ce jour-là. C'était l'inspecteur de la

22 Sûreté d'Etat, alors qu'en fait, pour ce qui est du groupe de policiers qui

23 faisaient du porte à porte, en quelque sorte, qui passaient d'une maison à

24 une autre pour intimer la population civile de quitter leurs foyers, qu'ils

25 avaient 10 minutes pour le faire et qu'ils devaient prendre la route

26 principale pour se rendre en Albanie. C'était un ordre très, très strict.

27 Toute la population s'est vu intimer l'ordre de partir en Albanie.

28 Q. Vous dites que cet homme est arrivé dans une voiture, une Golf rouge.

Page 4038

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

12 versions anglaise et française

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 4039

1 Ai-je raison d'avancer que cette voiture rouge, cette Golf rouge n'avait

2 pas d'insigne, n'avait pas d'inscription de police sur elle ?

3 R. Vous parlez de Sinisa Andrejevic, qui était policier à Suhareke, et

4 tous les autres, c'étaient des policiers également, et ils se trouvaient

5 dans un véhicule civil. Pourquoi est-ce qu'ils se trouvaient dans une

6 voiture civile ? Je n'en sais rien. Mais j'ai identifié ces personnes comme

7 des policiers parce qu'ils portaient un uniforme de police.

8 Q. Est-ce que vous connaissiez ce Ramiz ? Est-ce que vous le connaissiez

9 avant cet incident ?

10 R. Oui, je le connaissais. Je les connaissais tous avant cette journée.

11 Q. En fait, Ramiz n'est pas un Serbe; c'est un Musulman de souche, n'est-

12 ce pas ?

13 R. Oui.

14 Q. Bien.

15 R. Mais il n'est pas Albanais.

16 Q. Je ne vous ai pas dit qu'il était Albanais.

17 J'aimerais vous poser une dernière question. Est-ce qu'il est exact,

18 qu'après cet événement, Andrejevic vous a demandé pourquoi est-ce que vous

19 n'étiez pas allé dans les tranchées qui avaient été creusées par l'UCK ? Ce

20 que je voudrais savoir, c'est ce qui suit : où se trouvaient ces tranchées

21 de l'UCK dont on vous a donné l'ordre de les combler ? Est-ce qu'elles se

22 trouvaient dans Suva Reka ou est-ce qu'elles se trouvaient dans les

23 villages, ces tranchées ?

24 R. Non, elles ne se trouvaient pas à Suhareke.

25 Q. Très bien.

26 M. IVETIC : [interprétation] Monsieur le Président, je pense que j'en ai

27 terminé avec ce témoin.

28 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Maître Aleksic.

Page 4040

1 M. ALEKSIC : [interprétation] Merci, Monsieur le Président. Nous n'avons

2 pas de questions à poser à ce témoin.

3 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Je vous remercie.

4 Maître Sepenuk.

5 M. SEPENUK : [interprétation] Nous n'avons pas de questions à poser.

6 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Maître Bakrac -- non, Maître Cepic.

7 M. CEPIC : [interprétation] Nous n'avons pas non plus de questions à poser

8 à ce témoin.

9 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Maître Petrovic.

10 M. PETROVIC : [interprétation] Nous n'avons pas de questions à poser.

11 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Merci.

12 Maître Zecevic.

13 M. ZECEVIC : [interprétation] Merci, je n'ai pas de questions.

14 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Monsieur Scully, alors.

15 M. SCULLY : [interprétation] Je serai très bref.

16 Nouvel interrogatoire par M. Scully :

17 Q. [interprétation] J'aimerais attirer votre attention sur les réponses

18 que vous avez faites dans le cadre du contre-interrogatoire à propos du

19 gouvernement temporaire. Est-ce que ce gouvernement provisoire vous a

20 demandé de mener à bien ou vous a dit sur quoi devait porter votre enquête,

21 plutôt ?

22 R. Non, non. Le gouvernement ne me l'a pas dit. Il n'a pas dit ce qu'il

23 fallait que je fasse. J'ai expliqué un peu plus tôt que nous avons dû

24 identifier toutes les personnes qui étaient portées disparues. Et nous, en

25 tant que membres des familles des personnes qui ont été portés disparus,

26 nous voulions savoir où elles étaient. Lorsque je dis "nous", je fais

27 référence aux gens de Suhareke et des régions avoisinantes.

28 Q. Merci. Lorsque vous décidez de placer le nom d'une personne sur vos

Page 4041

1 listes de personnes tuées et portées disparues, quelles sont les

2 informations que vous prenez en considération ?

3 R. Au début, lorsque l'infanterie des troupes de l'OTAN a pénétré au

4 Kosovo et à Suhareke également - parce que j'étais tout le temps sur la

5 place, dans la place - je ne suis pas parti de Suhareka, à l'exception de

6 la période comprise entre le 23 mai et 12 juin. Comme je le disais, lorsque

7 les forces de l'OTAN sont arrivées, nous, les membres des différentes

8 familles, nous savions quel avait été le sort tragique réservé aux membres

9 de nos familles. Je suis allé dans les maisons voir s'il y avait des traces

10 de ces crimes. Puis ensuite, je suis allé dans le cimetière et sur les

11 lieux de sépulture. Il y en avait certains où il y avait une planche avec

12 les initiales des victimes. Puis, il y en avait d'autres où il y avait le

13 code NN. Les familles ont commencé à creuser ces lieux de sépulture pour

14 retrouver leurs proches. J'ai eu peur de voir disparaître les traces de ces

15 crimes, donc j'ai pris contact avec le bureau du tribunal. Je leur ai

16 demandé leur aide pour qu'ils nous aident à creuser ces lieux de sépulture,

17 et ce, afin de nous aider à identifier les personnes portées disparues.

18 Q. Est-ce que vous avez également parlé aux membres survivants de ces

19 familles afin de leur demander s'ils avaient vu les personnes portées

20 disparues ?

21 R. Oui. Lorsque les familles sont revenues d'Albanie, nous avons toujours

22 gardé le contact avec elles. J'ai obtenu des renseignements de la part de

23 ces familles. A partir du mois de juin 1999 ou d'ailleurs depuis le mois de

24 juin 1999, je suis en contact avec ces familles. Je travaille dans le cadre

25 d'enquêtes pour certaines personnes qui sont toujours portées disparues,

26 parce que même de nos jours, dans la municipalité de Suhareke, il y a plus

27 de 160 personnes qui sont encore et toujours portées disparues.

28 Q. J'aimerais attirer votre attention sur la période comprise entre les

Page 4042

1 mois de janvier et mai 1999. Est-ce que vous n'avez jamais vu un membre de

2 l'UCK actif dans la ville de Suva Reka ?

3 R. Non, jamais. L'UCK n'était pas présente à ce moment-là. Elle n'a

4 d'ailleurs jamais été présente dans la ville de Suhareke.

5 Q. Finalement, deux ou trois autres questions, Monsieur Berisha. Vous avez

6 décrit lors du contre-interrogatoire la voiture Golf rouge où se trouvaient

7 des officiers de police réguliers. Est-ce que vous n'avez jamais vu

8 d'autres voitures civiles utilisées par des officiers de police à Suva

9 Reka ?

10 R. Oui, c'est exact, parce qu'ils utilisaient ces véhicules, mais ils ont

11 également volé les véhicules de la population albanaise. Je ne sais pas

12 quand est-ce que cela s'est passé exactement, mais c'était soit le 8 ou le

13 9 avril lorsqu'on nous a dit de repartir chez nous. C'est ce que nous avons

14 fait. Il faut savoir qu'Ismet Hoxha avait sa voiture garée dans ma cour, ou

15 plutôt dans la cour de mon frère, et ces policiers qui se trouvaient dans

16 la Golf rouge, ils ont pris cette voiture. J'étais là, j'ai vu cela. Il y a

17 eu de nombreux autres cas de pillage de véhicules. Ils ont même tout

18 simplement dit aux gens de sortir de leurs voitures, puis ils prenaient la

19 voiture. Le 4 avril, alors que nous étions dans le convoi dans le village

20 de Korisha, mon cousin, Ismet Berisha, on lui a pris sa voiture. Sa mère

21 qui avait 90 ans, a été contrainte de sortir de la voiture, et ils ont pris

22 la voiture.

23 Q. Merci, Monsieur Berisha.

24 M. SCULLY : [interprétation] Je n'ai plus de questions à poser,

25 Monsieur le Président. Je voudrais, bien entendu, verser les pièces à

26 conviction au dossier.

27 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Merci.

28 Monsieur Berisha, vous êtes arrivé au terme de votre déposition. Je vous

Page 4043

1 remercie d'être venu à nouveau au Tribunal pour faire cette déposition et

2 pour ajouter des renseignements en sus de ceux que vous aviez déjà donnés

3 auparavant. Vous pouvez maintenant disposer.

4 [Le témoin se retire]

5 Mme KRAVETZ : [interprétation] Mesdames, Messieurs les Juges, le

6 prochain témoin à charge est Mme Aferdita Hajrizi. Je vais changer de place

7 avec M. Scully.

8 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Il s'agit encore, à nouveau, d'un

9 témoin 92 bis (D) ?

10 Mme KRAVETZ : [interprétation] Oui, Monsieur le Président. Il s'agit d'un

11 témoin au titre de l'article 92 bis (D). Elle va témoigner d'événements qui

12 se sont déroulés dans la municipalité de Mitrovica. Les paragraphes

13 afférents de l'acte d'accusation sont les suivants : 72(F), 73, 76 et 77.

14 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Je vous remercie.

15 [Le témoin est introduit dans le prétoire]

16 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Bonjour, Mme Hajrizi.

17 LE TÉMOIN : [interprétation] Bonjour.

18 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Veuillez vous lever. Nous vous

19 entendrons de toute façon. J'aimerais vous demander de prononcer la

20 déclaration solennelle en vertu de laquelle vous allez dire la vérité. Je

21 vous demanderais pour ce faire, de lire le document qui vous est maintenant

22 transmis.

23 LE TÉMOIN : [interprétation] Je déclare solennellement que je dirai la

24 vérité, toute la vérité et rien que la vérité.

25 LE TÉMOIN: AFERDITA HAJRIZI [Assermentée]

26 [Le témoin répond par l'interprète]

27 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Je vous remercie.

28 Mme Kravetz.

Page 4044

1 Interrogatoire principal par Mme Kravetz :

2 Q. [interprétation] Bonjour. Je vous prie de nous donner votre nom et

3 prénom.

4 R. Je m'appelle Aferdita Hajrizi.

5 Q. Madame Hajrizi, en 1999, est-ce que vous résidiez dans la ville de

6 Mitrovica dans la municipalité de Mitrovica ?

7 R. Oui.

8 Q. Avez-vous fourni une déclaration au bureau du Procureur le 3 juin 1999,

9 déclaration qui, ensuite, a été amendée le 20 août 2001 [comme interprété]

10 ?

11 R. Il n'y a que quelques corrections que j'ai apportées à propos de la

12 traduction. Il n'y a pas eu d'autres corrections à apporter.

13 Q. Merci. Est-ce que vous avez fourni une deuxième déclaration qui porte

14 la date du 20 août 2001, et le 6 mars 2002, vous avez apporté quelques

15 corrections mineures à cette déclaration ?

16 R. Oui. Une fois de plus, il s'agissait de corrections du fait de la

17 traduction.

18 Q. En avril 2001, est-ce que vous êtes venue déposer dans l'affaire

19 Milutinovic, ici à ce Tribunal ?

20 R. Oui.

21 Mme KRAVETZ : [interprétation] Monsieur le Président, j'aimerais verser au

22 dossier la déclaration au titre de l'article 92 bis. Il s'agit maintenant

23 de l'article 92 ter. Il y a différentes déclarations qui ont différentes

24 cotes. Vous avez P2319,

25 P2320 --

26 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Oui, il faut que vous nous disiez ce

27 qui correspond à quoi.

28 Mme KRAVETZ : [interprétation] Pour la première déclaration, c'est le P2319

Page 4045

1 en date du mois de juin 1999.

2 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Oui.

3 Mme KRAVETZ : [interprétation] Le P2320, c'est la deuxième déclaration avec

4 son addendum du 6 mars 2002.

5 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Oui.

6 Mme KRAVETZ : [interprétation] Le P2321, c'est le compte rendu de sa

7 déposition précédente dans l'affaire Milosevic.

8 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Bien.

9 Mme KRAVETZ : [interprétation] Il y a aussi une pièce à conviction qui est

10 présentée en annexe au compte rendu de l'audience. C'est la pièce P51. Et

11 là, il s'agit d'un dossier du tribunal de Mitrovica eu égard aux événements

12 que le témoin décrit dans sa déposition.

13 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Et les corrections du 6 mars 2002 ?

14 Mme KRAVETZ : [interprétation] Elles font partie de la même pièce à

15 conviction, deuxième déclaration du 20 août, pièce à conviction 2320.

16 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Les corrections du mois de janvier

17 2002, alors ?

18 Mme KRAVETZ : [interprétation] Cela fait partie de la

19 pièce 2319. Les déclarations ont été assemblées avec leurs amendements

20 respectifs.

21 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Très bien.

22 Mme KRAVETZ : [interprétation]

23 Q. Madame Hajrizi, la Chambre a vos déclarations et votre compte rendu de

24 l'audience. Je vais vous poser des questions et j'aimerais que vous

25 répondiez à ces questions, de façon concise, pour que nous puissions aller

26 relativement vite aujourd'hui.

27 Dans votre déclaration du mois de juin 1999, vous décrivez comment votre

28 mari, Agim Hajrizi, et deux membres de votre famille ont été assassinés

Page 4046

1 chef vous, à votre domicile, la nuit du 24 au

2 25 mars 1999. Je crois comprendre, d'après votre déclaration, qu'à cette

3 époque, feu votre mari était le président d'une association syndicale

4 locale à Mitrovica; est-ce que cela est exact ?

5 R. Oui.

6 Q. Est-ce que cette association défendait les droits des travailleurs

7 albanais à Mitrovica ?

8 R. Oui.

9 Q. Serait-il exact de dire que votre mari, M. Agim Hajrizi --

10 R. C'est Agim --

11 Q. Je m'excuse d'avoir écorché son nom. Votre mari Agim Hajrizi était

12 quand même une personnalité importante de la communauté albanaise à

13 Mitrovica ?

14 R. Oui, c'est exact.

15 Q. Est-ce que vous savez si d'autres militants ont été assassinés à la

16 même date que votre mari - et je parle toujours de la ville de Mitrovica ?

17 R. Oui. Puis-je ?

18 Q. Oui.

19 R. La même nuit, à savoir la nuit du 24 au 25 mars 1999, il y a un autre

20 militant qui a été tué, le président de la Ligue démocratique du Kosovo

21 pour la municipalité de Mitrovica, à savoir Latif Berisha, la même nuit où

22 mon mari, mon fils et ma belle-mère ont été tués. Je pense qu'il y a une

23 heure qui s'est écoulée entre les deux assassinats.

24 Q. Quand est-ce que vous avez appris l'assassinat de Latif Berisha ?

25 R. J'ai appris l'assassinat de Latif Berisha le matin du

26 25 mars, lorsque la station de radio locale du Kosovo a retransmis la

27 nouvelle suivant laquelle deux militants importants de Mitrovica ont été

28 tués, à savoir Latif Berisha, président de la LDK de Mitrovica; et Agim

Page 4047

1 Hajrizi, président de l'assemblée syndicale indépendante du Kosovo ainsi

2 que sa mère, qui avait 60 ans; Nazmija et son fils de

3 11 ans et demi qui s'appelait Ilir. Voilà la nouvelle qui a été transmise

4 sur les ondes de la radio locale. Je l'ai entendue le matin.

5 Q. Est-ce que ces deux assassinats se sont produits peu de temps après le

6 début de la campagne de bombardements de l'OTAN dans la région ?

7 R. J'ai également déclaré cela dans ma déclaration précédente. Comme vous

8 le savez peut-être, la nuit du 24 mars 1999 a été la nuit du début de la

9 campagne de bombardements de l'OTAN contre l'agression serbe dont faisait

10 l'objet la population albanaise. A partir de cette nuit, toute la pression

11 exercée sur la population albanaise a été intensifiée.

12 Q. Madame Hajrizi, je --

13 R. C'est une pression qui remontait à de nombreuses années. Elle n'a pas

14 démarré à ce moment-là.

15 Q. J'aimerais que nous parlions de votre première déclaration, celle du 3

16 juin. Vous décrivez avec moult détails les circonstances des assassinats

17 des membres de votre famille. Je ne voudrais pas aborder ces détails. Mais

18 à la page 6 de votre déclaration, vous dites que vous avez vu six hommes

19 arriver chez vous et ils étaient habillés en tenue de camouflage bleue et

20 ils portaient des bérets noirs. Cela s'est passé la nuit du 24 mars. Est-ce

21 que cela est bien exact ?

22 R. C'est exact.

23 Q. Avez-vous été en mesure de reconnaître l'un quelconque de ces hommes ?

24 R. Oui.

25 Q. Qui avez-vous reconnu parmi ces six hommes ?

26 R. J'ai fait une déclaration que je reconnais totalement dans ma

27 déclaration et je vais la répéter. Cette nuit-là, il y avait deux véhicules

28 qui étaient garés devant ma maison, des voitures de couleur sombre. Il y

Page 4048

1 avait un chauffeur dans chacun de ces véhicules. Six personnes des membres

2 des forces de police paramilitaires serbes étaient dans ma cour. J'ai pu

3 reconnaître Nenad Pavicevic, qui était mon voisin le plus proche et son ami

4 Dejan - dont je ne connais pas le nom de famille - et deux autres, Dejan

5 Savic et Ratko Antonijevic, qui ont été reconnus par mon mari. Le cinquième

6 et le sixième, nous ne les connaissions pas. Nous ne savions pas qui

7 c'était ni moi ni mon mari. Les deux autres derniers noms, Ratko et Dejan,

8 ils me sont restés à l'esprit, parce que les derniers mots de mon mari sont

9 restés : "Si quoi que ce soit m'arrive, parce que ce n'est pas par hasard

10 qu'ils portent des uniformes et qu'ils sont très armés, ils sont ici pour

11 commettre un crime."

12 Je me souviens de ces mots et c'est la raison pour laquelle je l'ai

13 dit devant vous.

14 Q. Madame --

15 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Dans les deux que vous avez

16 reconnus, vous avez donné aujourd'hui le nom de "Dejan." Est-ce que c'est

17 cela que vous souhaitiez dire ?

18 LE TÉMOIN : [interprétation] Non. La personne que j'ai reconnue, son nom

19 était Boban, l'autre, Nenad. Dejan --

20 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Attendez un instant. C'est peut-être

21 un problème de traduction. Maintenant, les choses ont été clarifiées. Nous

22 pouvons continuer.

23 Mme KRAVETZ : [interprétation]

24 Q. Madame --

25 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Attendez un instant. J'aimerais quand

26 même vous poser une autre question avant de continuer. Au tribunal à

27 Mitrovica, une personne qui était accusée a été acquittée, une personne

28 dont le nom est Gligorovski; cela est-il exact ?

Page 4049

1 LE TÉMOIN : [interprétation] Le nom de cette personne était Lazar

2 Gligorovski.

3 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Dans la première déclaration que vous

4 avez faite, celle dont Mme Kravetz vous parle actuellement, vous avez fait

5 référence à une personne dont le nom serait Djordjevski. S'agit-il d'une

6 personne différente ?

7 LE TÉMOIN : [interprétation] Non, c'est pour cela que j'ai souhaité faire

8 cette correction. Gligorovski devrait remplacer Djordjevski.

9 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Je vous remercie.

10 Madame Kravetz.

11 Mme KRAVETZ : [interprétation]

12 Q. Madame Hajrizi, vous venez de parler de ces hommes comme des policiers

13 de la police paramilitaire serbe. Qu'entendiez-vous par là quand vous avez

14 dit que des paramilitaires de la police serbe sont arrivés à votre maison ?

15 R. J'entendais la chose suivante. Je vais vous expliquer. Pendant des

16 années, dans les rues de Mitrovica et partout au Kosovo, nous avions

17 l'habitude de voir des uniformes de jour de la police et de l'armée.

18 Qu'entendais-je par "de jour," ce que je veux dire, c'est que lorsqu'ils

19 étaient en mission, ils portaient un uniforme différent.

20 Monsieur le Président, Madame, Monsieur les Juges, si vous aviez vu ces

21 uniformes paramilitaires que nous voyions la nuit, si vous aviez vu les

22 membres de sa formation paramilitaire, la Main noire, leurs uniformes,

23 leurs armes, leurs couteaux, leurs terribles couteaux, vous seriez capable

24 de comprendre qui étaient ces paramilitaires et la différence entre la

25 police ordinaire et les uniformes des paramilitaires et de l'armée serbe.

26 Q. Madame Hajrizi, je vais reformuler la question. Vous avez dit que vous

27 aviez reconnu deux de ces personnes et que l'un d'entre eux était Nenad

28 Pavicevic. Savez-vous si cette personne est un officier de police de

Page 4050

1 Mitrovica ?

2 R. Oui.

3 Q. La deuxième personne que vous avez reconnue et que vous avez pu

4 reconnaître cette nuit-là --

5 R. Les deux. Nenad Pavicevic et son ami Boban, tous les deux. Il

6 s'agissait de policiers de la police yougoslave. Ils servaient dans la

7 police yougoslave et ils avaient des uniformes de la police.

8 Q. Merci, Madame Hajrizi --

9 R. Cela est vrai des autres dont j'ai parlé.

10 Q. Sur ces quatre personnes, savez-vous s'il y a eu des poursuites

11 d'engagées par la suite contre ces personnes en rapport avec l'assassinat

12 de votre mari ?

13 R. Après que je sois rentrée de Hollande, en décembre 1999, deux ou trois

14 mois plus tard, il y a eu une audience au cours de laquelle Lazar

15 Gligorovski encourait des poursuites. Il était en prison à ce moment-là --

16 Q. -- pour les quatre personnes dont vous avez parlé tout à l'heure ?

17 R. Oui, oui. En plus de Lazar Gligorovski, Nenad Pavicevic était jugé par

18 contumace. Ils ne savaient pas du tout où il était.

19 Q. Est-ce que vous avez témoigné lors de ce procès ?

20 R. Oui.

21 Q. Quel a été le jugement qui a été rendu lors de ce procès ? Est-ce que

22 quelqu'un a été reconnu coupable ?

23 R. Oui, je sais. Nenad Pavicevic a été condamné à 20 ans de prison par

24 contumace.

25 Q. Merci.

26 Mme KRAVETZ : [interprétation] Monsieur le Président, Messieurs les Juges,

27 la condamnation dans cette affaire vous est présentée dans la pièce P51. Et

28 elle fait partie des documents qui accompagnent la déclaration 92 bis de ce

Page 4051

1 témoin.

2 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Très bien. Avant de continuer,

3 j'aimerais revenir à la question de tout à l'heure concernant la

4 description des uniformes de paramilitaires. Le témoin semble dire que

5 toutes ces personnes étaient membres de la police régulière. Quel est le

6 type d'éléments de preuve que vous souhaitiez indiquer grâce à cela ?

7 Mme KRAVETZ : [interprétation] Tout ce que je comprends, d'après le

8 témoignage de ce témoin, c'est que les quatre personnes sur ces six, au

9 moins quatre personnes savaient qu'il s'agissait -- les a reconnues comme

10 étant des officiers de la police régulière qui sont venus dans sa maison.

11 Il semblerait également qu'elle en parle comme étant de la police ou de la

12 police paramilitaire.

13 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Elle a dit que "tous les deux,

14 Pavicevic et son ami Boban, étaient des polices de la police yougoslave,

15 qu'ils servaient dans la police yougoslave, qu'ils avaient des uniformes de

16 la police. On peut dire la même chose pour les autres dont elle a parlé."

17 Mme KRAVETZ : [interprétation] Oui, Monsieur le Président.

18 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Je ne comprends pas. Je ne comprends

19 pas de quoi elle est en train de parler, qui est un officier de police

20 paramilitaire.

21 Mme KRAVETZ : [interprétation] Je vais essayer d'éclaircir les choses.

22 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Merci.

23 Mme KRAVETZ : [interprétation]

24 Q. Madame Hajrizi, vous avez déjà dit il y a quelques instants que les

25 quatre personnes que vous avez reconnues étaient des officiers de police à

26 Mitrovica. Votre déposition ici est-elle que ces personnes étaient

27 également membres d'un groupe paramilitaire ou est-ce que vous estimez ou

28 avez compris comme étant un groupe paramilitaire, c'est-à-dire un groupe

Page 4052

1 armé non régulier ?

2 R. Je réponds. Je réponds en toute connaissance de cause que ces deux

3 personnes que j'ai reconnues comme étant des membres ou des employés de la

4 police serbe. Cependant, au vu du fait que 10 fois par jour, je les ai vus

5 avec des uniformes de la police régulière, dans la mesure où c'était mon

6 voisin, et le soir de crimes, je l'ai vu avec un uniforme paramilitaire,

7 avec cet uniforme bleu foncé, un uniforme horrible, affreux, cela prouve

8 clairement que même parmi les rangs de la police régulière, il y avait des

9 groupes paramilitaires qui opéraient.

10 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Madame Hajrizi, nous avons entendu des

11 éléments de preuve qui tendaient à indiquer que les uniformes bleu foncé

12 étaient portés par la police régulière, et vous avez l'air de nous dire que

13 c'était simplement les paramilitaires qui les portaient.

14 LE TÉMOIN : [aucune interprétation]

15 Mme KRAVETZ : [interprétation]

16 Q. Madame Hajrizi, il faut que vous fassiez une réponse audible, sinon,

17 cela n'apparaîtra pas dans le compte rendu d'audience.

18 R. Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs les Juges, les uniformes de

19 la police régulière, de la police yougoslave, consistaient en une chemise

20 bleu ciel et un pantalon bleu marine. L'uniforme qui était porté par les

21 paramilitaires était quelque chose de différent. Il était bleu marine,

22 motif camouflage. Il y avait des motifs noirs. Ils avaient un béret noir,

23 et les armes que la police ordinaire de l'armée yougoslave portait étaient

24 différentes des armes que les paramilitaires portaient. Je ne reconnais pas

25 tous les types d'armes - et je ne souhaite pas le faire - mais c'était

26 évident qu'elles étaient différentes par leur taille, puis par leur forme.

27 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Donc, vous avez dit tout à l'heure,

28 vous avez dit qu'ils portaient des couteaux, si je ne me trompe pas.

Page 4053

1 S'agit-il de ces armes différentes auxquelles vous avez fait allusion ?

2 LE TÉMOIN : [interprétation] La police paramilitaire qui a effectué

3 l'expulsion massive de la population portait des armes longues avec des

4 couteaux au bout, à l'extrémité. Ils portaient également des armes blanches

5 à leur ceinture.

6 Mme KRAVETZ : [interprétation]

7 Q. Madame Hajrizi --

8 R. Oui.

9 Q. Je vais vous poser une question. Etes-vous au courant que ces personnes

10 que vous décrivez comme étant des paramilitaires travaillaient avec des

11 personnes que vous, vous décrivez comme étant des policiers réguliers ? Si

12 vous ne le savez pas, dites-le-nous.

13 R. Pouvez-vous répéter la question, s'il vous plaît ?

14 Q. Vous avez, certes, décrit certaines personnes comme étant des

15 paramilitaires en uniforme de camouflage bleu foncé, et vous avez dit que

16 la police régulière portait un uniforme bleu uni. Etes-vous au courant du

17 fait que ces hommes que vous décrivez comme étant des paramilitaires,

18 savez-vous s'ils travaillaient ensemble ou en coopération avec ces hommes

19 que vous décrivez comme étant de la police régulière ? A nouveau, je

20 répète, si vous ne le savez pas, dites-le-nous.

21 R. Je ne sais pas à propos des autres, mais concernant les deux que j'ai

22 reconnus, oui, je peux dire que oui.

23 M. LE JUGE CHOWHAN : [interprétation] Peut-être, essayons de préciser les

24 choses.

25 Mme KRAVETZ : [interprétation] Très bien.

26 M. LE JUGE CHOWHAN : [interprétation] Vous savez que certaines des

27 personnes de la police dont vous avez parlé, de ces personnes tristement

28 célèbres, comme Boban, ils ont ensuite changé d'uniforme. Ils ont commencé

Page 4054

1 à porter des vêtements de camouflage. Ils ne se montraient pas et ont

2 rejoint ces groupes paramilitaires en noir pour ce but particulier. Ce

3 n'est pas toute la force de police dans son ensemble qui a changé

4 d'uniforme et qui est devenue la police paramilitaire; c'est simplement

5 certaines personnes qui sont tristement célèbres et qui faisaient partie de

6 la police qui sont venues et ont rejoint ce type. Est-ce que c'est cela que

7 vous êtes en train de nous dire ?

8 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui.

9 Mme KRAVETZ : [interprétation]

10 Q. Merci, Madame Hajziri. J'aimerais continuer. Je ne vais pas continuer

11 sur ce point, parce que vous avez parlé des meurtres de membres de votre

12 famille en détail dans votre déclaration. Donc, j'aimerais passer à la

13 deuxième déclaration du 20 août 2001. A la page 3, vous dites que les jours

14 qui ont suivi les meurtres, vous vous êtes déplacée vers le quartier de

15 Tavnik à Mitrovica. Pouvez-vous me dire quelle était la composition

16 ethnique du quartier de Travnik à Mitrovica ?

17 R. Ce n'est pas Travnik; c'est Tavnik.

18 Q. Effectivement, il s'agit d'une erreur typographique. C'est Tavnik.

19 R. Oui. La population, là-bas, était principalement albanaise.

20 Q. Lorsque vous avez emménagé là-bas, lorsque vous y êtes allée, vous y

21 avez séjourné dans les jours qui ont suivi les meurtres qui ont eu lieu

22 dans votre maison ?

23 R. Le matin du 25 mai, avec l'aide de mon frère, je me suis retirée du

24 centre de la ville et je suis allée dans le quartier extérieur de la ville,

25 dont le quartier de Tavnik où vivent mes parents. A ce moment-là, mes

26 parents n'étaient pas là-bas.

27 Q. Madame --

28 R. J'y ai passé quelques jours.

Page 4055

1 Q. Oui, vous pouvez continuer votre réponse. Je vous prie de m'excuser.

2 R. J'ai passé quelques jours dans ce secteur, dans ce quartier, et l'armée

3 yougoslave, la police yougoslave nous a ordonné de quitter le quartier de

4 Tavnik.

5 Q. Lorsque vous avez été forcée, contrainte de quitter le quartier de

6 Tavnik, quand cela a-t-il eu lieu ?

7 R. Nous avons été contraints. Je répète, ils nous ont contraints à partir.

8 Il y a eu beaucoup de meurtres de commis, beaucoup de maisons ont été

9 incendiées, beaucoup de personnes ont été amenées, emprisonnées. Il y a eu

10 beaucoup de voix qui se faisaient entendre de personnes qui montraient

11 qu'on contraignait ces personnes à partir.

12 Q. Je vais être obligée de vous interrompre à nouveau. Je voulais savoir

13 quelle était la date à laquelle cela a eu lieu, lorsqu'on vous a forcés à

14 quitter Tavnik.

15 R. Cela a eu lieu exactement trois jours après que mon mari ait été tué.

16 Il s'agissait du 28 mars 1999, lorsque 70 000 habitants de Mitrovica et

17 qu'une violence qui, jusqu'à présent, n'avait jamais été utilisée à ce

18 degré a été utilisée par l'armée et par la police, qui nous contraignait à

19 quitter nos logis sans savoir où nous allions. Ils ont pris la direction du

20 village de Zhabar.

21 Mme KRAVETZ : [interprétation] Je sais que j'ai déjà utilisé les 30 minutes

22 qui me sont normalement allouées pour ce témoin, mais j'ai encore cinq ou

23 sept minutes, si cela est possible.

24 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Ce n'est pas les instructions que nous

25 vous avons données. Vous avez utilisé beaucoup de temps à patauger dans

26 quelque chose qui ne me semblait pas très clair. S'agit-il de quelque chose

27 de nouveau que vous souhaitez aborder ou est-ce que vous continuez à poser

28 des questions qui ne sont qu'une répétition de cette déclaration ?

Page 4056

1 Mme KRAVETZ : [interprétation] Les questions que j'allais poser sont dans

2 la déclaration.

3 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Nous n'avons pas besoin de continuer,

4 de vous donner plus de temps.

5 Mme KRAVETZ : [interprétation] Je n'ai pas d'autres questions, alors.

6 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Très bien.

7 Me Zecevic.

8 M. ZECEVIC : [interprétation] Monsieur le Président, nous allons procéder

9 dans l'ordre suivant : général Lukic, général Pavkovic, général Lazarevic,

10 M. Sainovic, M. Milutinovic, général Ojdanic.

11 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Merci.

12 Me Lukic.

13 M. LUKIC : [interprétation] Merci, Monsieur le Président.

14 Contre-interrogatoire par M. Lukic :

15 Q. [interprétation] Bonjour, Madame Hajrizi. Mon nom est Branko Lukic et

16 je n'ai que quelques questions à vous poser. Lors de votre première

17 déclaration, vous avez parlé du mois d'août 1998, lorsque quelqu'un vous a

18 hurlé de l'autre côté de la rue et vous a dit : Mais que faites-vous encore

19 à Kosovska Mitrovica. Ensuite, la personne a tiré un coup de feu sur votre

20 maison et a atteint votre maison. Cette personne, par la suite, a été

21 arrêtée; est-ce exact ?

22 R. Oui.

23 Q. Votre voisine vous a dit qu'ils lui ont demandé pourquoi il avait

24 utilisé son arme, à moins qu'il ne soit prêt à effectuer son devoir; cela

25 est-il exact ?

26 R. Je n'ai pas compris la question. Est-ce que vous pourriez la répéter ?

27 Je ne crois pas que cela a été très clair.

28 Q. Oui, tout à fait. Vous avez dit les choses suivantes : "Trois heures

Page 4057

1 plus tard, la police est arrivée et a amené l'auteur en prison, mais une

2 voisine m'a dit qu'il lui a simplement demandé pourquoi il avait utilisé

3 son arme."

4 R. Il a pris quoi ?

5 Q. Pourquoi il a utilisé son arme ?

6 R. Je suis désolée, la traduction, l'interprétation n'est pas bonne, je ne

7 comprends pas l'interprétation.

8 M. LUKIC : [interprétation] Je vais continuer.

9 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui. Je comprends, j'ai compris avec l'anglais

10 qui est écrit ici. Vous voulez dire ma voisine, Mme Merciba [phon], qui m'a

11 dit par la suite que la police serbe, ils amenaient Lazar Gligorovski, ils

12 lui faisaient descendre les escaliers et le frappaient. Ils lui ont dit :

13 "Pourquoi n'avez-vous pas effectué votre mission ? N'avez-vous pas effectué

14 votre devoir lorsque vous avez pris cette arme ?" Vous comprenez très bien,

15 j'imagine, ce que cela signifie.

16 M. LUKIC : [interprétation]

17 Q. Ce que j'ai compris, c'est qu'il a utilisé son arme de manière

18 inadéquate en tirant sur votre maison. Est-ce que vous êtes d'accord avec

19 moi ou est-ce que votre façon de voir les choses est différente ?

20 R. Je peux vous dire quelque chose de différent. On lui a donné l'ordre

21 d'utiliser son arme pour tuer les gens et non pas pour tirer sur une

22 maison. Parce que sa main a tremblé et qu'il n'a pas réussi à tuer des

23 gens. C'est cela, le problème. Mais c'était un ordre -- l'ordre qu'il a

24 reçu, c'était un ordre différent.

25 Q. Avez-vous entendu ces ordres lui être donnés, l'ordre de tuer des

26 gens ?

27 R. Quand des personnes ordinaires sont-elles en mesure d'entendre des

28 ordres pareils lorsqu'ils viennent de Belgrade ? Je vous en prie, est-ce

Page 4058

1 que vous croyez que des choses de ce type sont expliquées à des personnes

2 ordinaires ?

3 Q. Est-ce que vous êtes en train de me dire que Gligorovski a reçu ces

4 ordres directement de Belgrade, de tirer sur des personnes ?

5 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Me Lukic, vous savez très bien que ce

6 n'est pas cela qu'elle est en train de dire.

7 M. LUKIC : [interprétation] Je vous remercie, Monsieur le Président. Je

8 vais continuer.

9 LE TÉMOIN : [interprétation] Non. Non.

10 M. LUKIC : [interprétation]

11 Q. Dans la version albanaise, à la page 4, paragraphe 1 en anglais; page

12 3, paragraphe 2 en B/C/S; page 3, paragraphe 4, vous avez dit : "Le jour

13 suivant, un groupe d'anciens activistes du syndicat qui, entre-temps,

14 étaient devenus membres de l'UCK, sont arrivés chez nous".

15 Vous souvenez-vous d'avoir dit ceci ?

16 R. Ce n'est pas vrai. Est-ce que vous parlez de la nuit avec Lazar

17 Gligorovski ou de la nuit du crime ?

18 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] C'est le soir avec Gligorovski qu'il

19 est en train de parler.

20 M. LUKIC : [interprétation] Oui.

21 LE TÉMOIN : [interprétation] Ce soir où Gligorovski, ce qui est dit dans ma

22 déclaration à ce sujet est exact.

23 M. LUKIC : [interprétation]

24 Q. Merci. Je voulais vous poser la question suivante : ce sont ces membres

25 de ce même syndicat auquel appartenait votre mari ?

26 R. Non.

27 Q. A quel syndicat appartenaient-ils ?

28 R. Je ne sais pas.

Page 4059

1 Q. D'où venaient-ils ?

2 R. Je ne sais pas.

3 Q. Comment saviez-vous que c'étaient des membres de l'UCK ?

4 R. Un mari et une femme parlent de ce genre de choses. Entre époux, on

5 parle de ce genre de choses, mais je ne voulais pas en savoir plus. Je ne

6 voulais pas savoir qui ils étaient, d'où ils venaient et ce qu'ils étaient.

7 Q. Très bien. Quand ils sont venus chez vous ce soir-là, est-ce qu'ils

8 étaient en uniforme ?

9 R. Non.

10 Q. Etaient-ils armés cette nuit-là quand ils sont venus chez vous ?

11 R. C'est tout ce que j'ai à vous dire très honnêtement. Au cours de ma

12 vie, je n'ai jamais vu de soldats de l'UCK en uniforme, et je n'ai pas vu

13 d'armes. Pour ce qui est de ces personnes, j'ai entendu de la part de mon

14 mari qu'elles étaient de l'UCK, mais je les connaissais comme des gens

15 ordinaires. Ils n'étaient pas en uniforme. Ils ne portaient pas d'armes.

16 Q. Très bien.

17 R. Si je peux rajouter juste une chose.

18 Dans ma déclaration, j'ai expliqué très clairement que feu mon mari n'était

19 pas favorable à l'utilisation de la violence contre qui que ce soit, de

20 quelque nationalité qu'il soit, même contre les Serbes. Pourtant, au cours

21 de sa vie, énormément de violence a été exercée à l'encontre de lui alors

22 que lui ne voulait faire de mal à personne. Il n'a jamais fait de mal à

23 personne, d'ailleurs.

24 Q. Bien. Après que votre mari ait été tué, un juge d'instruction est venu

25 sur place, n'est-ce pas ?

26 R. Cela, je ne l'ai pas vu, mais on m'en a parlé.

27 Q. Il faudrait me laisser un petit moment, puisque j'essaie d'être très

28 concis dans mon contre-interrogatoire.

Page 4060

1 Dans votre déclaration, à plusieurs reprises, vous mentionnez que vous avez

2 peur de Nenad. Dans votre deuxième déclaration, page 5, paragraphe 6,

3 version anglaise; page 6, paragraphe 4, de la version albanaise; et page 5,

4 paragraphe 5, de la version B/C/S, vous dites : "J'avais toujours peur que

5 Nenad nous trouve et qu'il tue mon fils."

6 Etes-vous en train de nous dire que Nenad aurait des raisons de se venger

7 de vous ? Pourquoi écrivez-vous cela ?

8 R. Vous avez ma déclaration sous les yeux. Vous n'avez qu'à la lire.

9 Q. Bien. Dans votre deuxième déclaration, page 6, paragraphe 7, de la

10 version anglaise; page 7, paragraphe 6 de la version albanaise; et pour ce

11 qui est de la version en B/C/S, c'est la page 6, paragraphe 4, vous dites

12 que quand vous quittiez le Kosovo - et je vous cite ici : "Nous avons été

13 autorisés à passer la frontière et à conserver nos pièces d'identité et

14 notre argent."

15 Quand vous avez traversé la frontière, avez-vous assisté à des personnes se

16 faisant maltraiter ?

17 R. Ils ont pris nos pièces d'identité -- tous ceux qui en avaient, parce

18 que pour ce qui est de moi et de mes deux enfants, la nuit du crime, nous

19 n'avons pas eu le temps de prendre quoi que ce soit. Donc, je n'avais pas

20 de pièces d'identité sur moi. Ils ont pris les pièces d'identité des autres

21 personnes qui étaient avec nous. Pour ce qui est des sévices en route, une

22 chose que je peux vous dire je n'ai jamais fait un voyage aussi long que ce

23 jour, que ce

24 30 avril 1999, quand on est montés à bord de l'autocar spécial - puis-je

25 continuer, s'il vous plaît.

26 Dans cet autocar, en tout, il y avait 16, 17, 18 autocars préparés

27 par l'armée et la police serbe pour déplacer par la force la population

28 albanaise --

Page 4061

1 M. CEPIC : [interprétation] Nous n'avons pas de traduction vers le B/C/S.

2 J'en suis désolé si j'interromps le témoin, mais nous n'avons pas de

3 traduction.

4 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Est-ce qu'il y a un problème de

5 traduction ? La cabine en B/C/S peut-elle nous dire si la traduction

6 fonctionne ?

7 L'INTERPRÈTE : Oui, normalement, tout devrait marcher.

8 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] On dirait que cela marche maintenant.

9 M. LUKIC : [interprétation] Puis-je expliquer quelque chose --

10 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Attendez une minute.

11 Oui, Monsieur Lukic.

12 M. LUKIC : [interprétation] J'ai demandé au témoin ce qui s'était passé

13 quand elle avait quitté le Kosovo, quand elle est partie du Kosovo en

14 Serbie pour aller au Monténégro. Je lui ai demandé si on s'était emparé de

15 ses documents, de leur argent et si elle avait subi des sévices. Je ne suis

16 pas en train de lui demander ce qui s'est passé entre le Monténégro et

17 l'Albanie. Ce n'est pas ce qui m'intéresse.

18 LE TÉMOIN : [interprétation] Je vais répéter. Je n'ai jamais fait un aussi

19 long voyage que le 4 avril, le 4 avril 1999 --

20 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Arrêtez-vous un moment. Voici la

21 question que l'on vous pose. On vous pose la question à propos du voyage en

22 car, qui vous a emmené au Monténégro. Dans votre déclaration, il est écrit

23 que vous avez été autorisée à traverser la frontière et qu'on vous a

24 autorisé à conserver toutes vos pièces d'identité et tout votre argent.

25 Est-ce vrai ?

26 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui, pour les personnes qui avaient des pièces

27 d'identité.

28 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Au sujet de la question suivante qui

Page 4062

1 vous a été posée, était de savoir si qui que ce soit aurait subi des

2 sévices.

3 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui.

4 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Monsieur Lukic, je pense maintenant

5 vous voulez prendre la balle au bond.

6 M. LUKIC : [interprétation]

7 Q. Dans votre déclaration, il n'est fait aucune mention de sévices.

8 R. Vous avez ma déclaration sous les yeux et vous pouvez voir que tous les

9 hommes ont dû descendre du bus. On leur a ordonné de descendre du bus. Ils

10 ont été alignés et on a pointé des fusils automatiques sur eux. Ensuite, on

11 les a obligé à dire en Serbie, qu'ils sachent ou non le Serbe : "Ceci est

12 la Serbie," et les personnes qui ne savaient pas répéter cela ont été

13 battues. C'est arrivé aux personnes qui ont aussi refusé de le faire. C'est

14 dans ma déclaration.

15 Q. Malheureusement, je ne le trouve pas.

16 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Pourtant, c'est deux paragraphes plus

17 haut.

18 M. LUKIC : [interprétation] Voici ce qui est écrit dans la déclaration,

19 Monsieur le Président : "Les forces serbes qui nous surveillaient ont

20 entouré la station de bus, mais ils ne nous ont fait aucun mal."

21 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Oui, mais c'est le paragraphe suivant

22 --

23 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui. Cela, c'était à propos de Mitrovica --

24 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Ne m'interrompez pas, s'il vous plaît.

25 Le paragraphe suivant commence : "En arrivant à la frontière du

26 Monténégro, les hommes ont été battus et interrogés."

27 M. LUKIC : [interprétation] Très bien. Je poursuis.

28 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Oui, s'il vous plaît.

Page 4063

1 M. LUKIC : [interprétation]

2 Q. Madame, vous êtes retournée au Kosovo en décembre 1999, n'est-ce pas ?

3 R. Oui.

4 Q. Vous avez décrit trois incidents qui vous sont arrivés, suite à quoi

5 vous vivez dans la peur. Où êtes-vous rentrée à Kosovska Mitrovica; dans la

6 partie nord ou dans la partie sud de cette ville ?

7 R. J'habite dans la partie sud.

8 Q. Dans la partie sud de Kosovska Mitrovica, y a-t-il des Serbes qui

9 résident ?

10 R. Non.

11 Q. Peut-on en déduire que ces menaces, ces explosifs qui ont été jetés

12 n'auraient pas pu être le fait de Serbes ?

13 R. Vous savez très bien qu'il y a des gardes sur le pont qui contrôlent

14 les deux côtés de Mitrovica.

15 Q. Ce pont est-il gardé par la KFOR, par les forces internationales ?

16 R. Là, je parle de la période qui a suivi la guerre, immédiatement après

17 la guerre.

18 Q. Vous avez dit que ceci est arrivé le 18 mars 2000; est-ce correct ?

19 R. Oui, mais c'était juste après la guerre, quelques mois après.

20 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Les incidents auxquels vous faites

21 référence ont eu lieu les 18 et 19 mars. Il y a aussi un autre en août,

22 tout cela en 2000. Le premier incident, selon vous, fait l'objet d'une

23 enquête de la MINUK. Vous nous dites, à ce moment-là, le pont qui divise

24 Mitrovica en deux était contrôlé par les Serbes ?

25 LE TÉMOIN : [interprétation] Les soldats de la MINUK tiennent le pont,

26 c'est vrai. Mais 24 heures sur 24, les gardes serbes sont aussi là, au

27 pont, sur le pont, près du pont, et ils patrouillent, tout comme la police

28 de la MINUK.

Page 4064

1 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Très bien.

2 M. LUKIC : [interprétation]

3 Q. Ces patrouilles serbes traversent-ils le pont pour se rendre du côté

4 sud de Mitrovica ?

5 R. Je n'ai jamais assisté à cela, donc, je ne peux pas en parler.

6 Q. Pour ce qui est du troisième incident, vous parlez de cet incident avec

7 Lazar Gligorovski. Qui a arrêté Lazar Gligorovski ? Savez-vous de qui il

8 s'agit ?

9 R. Non.

10 Q. Qui l'a jugé ?

11 R. Le procureur en chef était un étranger. Puisqu'il venait de Suède,

12 c'était un Suédois. Et il y avait un juge albanais, Mahmud Halimi. Pour ce

13 qui est des autres, je ne sais pas quelles étaient leurs nationalités ?

14 Q. Savez-vous où travaillait ce Lazar Gligorovski ?

15 R. C'était un peintre.

16 Q. Ce Lazar Gligorovski n'était pas Serbe ?

17 R. Il était Macédonien. Il était marié à une Serbe.

18 Q. Enfin, ce n'est pas un crime, à ce que je sache ?

19 M. LUKIC : [interprétation] Je n'ai plus de questions à poser au témoin.

20 LE TÉMOIN : [interprétation] En effet, ce n'est pas un crime.

21 M. LUKIC : [aucune interprétation]

22 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Madame Zed.

23 Mme ZED : [interprétation] Je pense que c'est M. Cepic qui va prendre la

24 parole maintenant.

25 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Vous avez changé l'ordre d'apparition.

26 Monsieur Cepic.

27 M. CEPIC : [interprétation] En effet. Au dernier moment, nous avons décidé

28 de changer l'ordre du contre-interrogatoire.

Page 4065

1 Contre-interrogatoire par M. Cepic :

2 Q. [interprétation] Bonjour, Madame Hajrizi. Je suis Djuro Cepic, conseil

3 de la Défense de M. Lazarevic. Je vais vous poser quelques questions très

4 brèves pour essayer de clarifier un petit peu plusieurs choses.

5 L'Accusation vous a demandé ce qui s'est passé le matin du 28 mars 1999, et

6 vous y avez aussi fait référence dans votre déclaration quand les forces

7 serbes sont entrées dans le quartier de Tavnik. Vous dites qu'il y avait la

8 police, des unités paramilitaires ainsi que quelques soldats. Ils ont

9 commencé à incendier les maisons d'un côté de la rue; est-ce bien ce qui

10 est arrivé ?

11 R. Oui.

12 Q. Vous dites aussi qu'ils parlaient aux gens en albanais, n'est-ce pas ?

13 R. Je n'ai pas dit qu'ils parlaient aux gens en albanais.

14 Q. Dans votre déclaration du 20 août 2001, à la page 4, paragraphe 5 de la

15 traduction en anglais; pour ce qui est de la version en albanais il s'agit

16 de la page 4, paragraphe 8; la version en B/C/S, page 4, paragraphe 2, à la

17 troisième ligne de ce paragraphe, vous dites que : "C'est ce qu'on disait

18 aux gens en albanais." C'est votre déclaration, n'est-ce pas ?

19 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Hélas, ce n'est pas ce qui est écrit

20 en anglais. D'ailleurs, en anglais, il est bizarre que ce soit le mot

21 "Albanian" qui était écrit puisque la version anglaise dit : "On disait aux

22 gens d'aller en Albanian."

23 LE TÉMOIN : [interprétation] Merci, Monsieur le Président. Je sais

24 exactement ce que j'ai dit, je sais exactement ce que j'ai dit.

25 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Mais qu'avez-vous dit ? Parce qu'il

26 serait mieux de le répéter pour que ce soit clair.

27 LE TÉMOIN : [interprétation] "Allez en Albanie," et pas ils nous parlaient

28 en albanais. Ils nous ont dit : "Ce n'est pas votre pays. C'est la Serbie

Page 4066

1 ici. Partez en Albanie."

2 M. CEPIC : [interprétation] Monsieur le Président, je fonde mes questions

3 sur la version en B/C/S de cette déclaration, et la copie que j'ai entre

4 les mains, je pense qu'il y a une erreur dans la traduction. Enfin, je peux

5 vous montrer mon exemplaire.

6 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Je ne remets absolument pas en

7 question ce que vous avez dit, Monsieur Cepic. Je comprends qu'il y a très

8 certainement eu un problème de traduction puisque même l'anglais n'est pas

9 clair du tout. Une fois qu'on a lu le document à plusieurs reprises, on

10 arrive à comprendre ce qui devait être écrit en anglais. Je pense, de toute

11 façon maintenant, que le témoin a rétabli la vérité.

12 M. CEPIC : [interprétation] Merci, Monsieur le Président. Cela dit, la

13 version B/C/S, c'était assez clair et allait quand même dans l'autre sens.

14 Q. Ces soldats -- plutôt, ces membres de la police ou des unités

15 paramilitaires, ils étaient de l'autre côté de la rue, assez loin de vous,

16 n'est-ce pas ?

17 R. Pourriez-vous répéter la question, s'il vous plaît ?

18 Q. Ces membres des forces serbes qui sont entrés dans la rue, ils étaient

19 de l'autre côté de la rue, ils étaient à l'autre bout de la rue quand vous

20 avez quitté votre maison à bord de la voiture de votre frère; c'est bien

21 cela ?

22 R. Non, ils nous encerclaient. Ils étaient partout.

23 Laissez-moi parler, s'il vous plaît.

24 J'aimerais expliquer le déroulement de ce qui s'est passé. Je l'ai en tête.

25 Si vous viviez cela, ne serait-ce que pour un bref moment, vous sauriez

26 exactement ce qu'on ressent dans une situation pareille.

27 Q. Madame Hajrizi, nous avons une description extrêmement détaillée dans

28 les déclarations que vous avez faites ainsi que dans le compte rendu de

Page 4067

1 votre déposition dans l'affaire Milosevic. Nous vous en remercions. Mais ma

2 question est la suivante : ces personnes avaient-elles 30, 40, voire 50

3 ans ?

4 R. Vous faites référence ici à la police et à l'armée ?

5 Q. Oui, les personnes qui sont entrées dans votre rue. C'est d'elles dont

6 je parle.

7 R. Qu'est-ce que vous imaginez ? Vous croyez que j'étais en état d'estimer

8 leur âge ?

9 Q. Vous étiez en état de choc. Vous ne pouviez pas dire ce qui se passait,

10 et en plus vous aviez très, très peur, n'est-ce pas ?

11 R. Après tout ce que j'ai vécu, c'est quand même normal.

12 Q. A ce moment-là, vous ne saviez pas vraiment ce qui s'était passé. Votre

13 mari venait d'être tué, votre fils aussi, vous essayiez de sauver la vie de

14 vos autres enfants et vous vouliez quitter ce quartier de Tavnik le plus

15 vite possible; c'est bien cela ?

16 R. Ce qui leur est arrivé est ici dans mon esprit et je peux décrire ce

17 qui s'est passé de façon précise.

18 Q. Il y a quelques minutes, vous nous avez dit que vous étiez en état de

19 choc et que vous n'avez pas vraiment vu les choses très précisément. Vous

20 étiez en état de choc.

21 R. J'étais peut-être troublée, mais être en état de choc, c'est une chose,

22 mais je n'étais pas inconsciente. Je souffrais énormément. Cela dit,

23 j'étais très consciente de tout et je savais ce qui se passait.

24 Q. Vous n'avez pas remarqué qu'ils portaient des bandanas autour de leurs

25 têtes ?

26 R. On ne m'a pas posé la question, sinon, j'aurais répondu.

27 Q. Je vous pose la question maintenant.

28 R. J'ai déjà dit au début de ma déposition qu'ils avaient des visages

Page 4068

1 peints, ils avaient des couteaux accrochés à leurs fusils, en haut de leurs

2 fusils. Cela ne suffit pas ? De mitaines noires. Ils étaient terrifiants --

3 Q. Je vous remercie, Madame Hajrizi.

4 M. CEPIC : [interprétation] Je n'ai plus de questions. Merci.

5 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Madame Zed, avez-vous des questions ?

6 Mme ZED : [interprétation] Oui, j'ai deux ou trois questions. Devrais-je

7 les poser ?

8 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Bien, allez-y, puisque vous avez des

9 questions ?

10 Mme ZED : [interprétation] Oui.

11 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Laissons-nous les entendre.

12 Contre-interrogatoire par Mme Zed :

13 Q. [interprétation] Bonjour, Madame Hajrizi. Je m'appelle Nadia Zed et je

14 représente le général Pavkovic aujourd'hui. J'ai quelques questions très

15 courtes à vous poser, uniquement pour éclaircir un peu les choses. Vous

16 avez dit aujourd'hui que votre mari était un homme pacifique, qu'il

17 n'approuvait pas l'utilisation de la violence. Etant donné sa position très

18 élevée dans la communauté, avait-il l'occasion de rencontrer des membres de

19 l'UCK de temps en temps ?

20 R. Oui.

21 Q. Etes-vous d'accord avec moi pour dire qu'il y avait quand même une

22 présence assez active de l'UCK dans votre village, si vous vous basez sur

23 les discussions que vous avez eues avec feu votre mari et aussi sur

24 l'expérience, votre expérience ?

25 R. Je ne sais pas, et je n'habitais pas dans un village. J'habitais dans

26 une ville.

27 Q. J'en suis désolée. Je m'excuse de m'être trompée à ce propos.

28 Vous avez dit dans votre déclaration qu'il y avait des forces qui portaient

Page 4069

1 des uniformes camouflage vert et que leurs visages étaient couverts par des

2 masques verts. Pouvez-vous nous décrire ces masques ?

3 R. Il s'agissait d'une armée, et nous avions l'habitude de voir l'armée

4 yougoslave, mais ce type d'armée, nous n'avions pas l'habitude de les voir

5 avant cette date, le 25 mars. On ne pouvait voir que leurs yeux, rien

6 d'autre. Et c'est ce que j'ai vu au moment où je tenais mon fils dans mes

7 bras, dans une couverture, au moment où je traversais la rue pour quitter

8 la ville, mon fils Arianit.

9 Q. Afin de préciser les choses, il s'agit de quelque chose de différent de

10 l'armée régulière que vous aviez l'habitude de voir, n'est-ce pas ?

11 R. Oui.

12 Q. Merci beaucoup.

13 Mme ZED : [interprétation] Je n'ai pas d'autres questions à poser.

14 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Monsieur Petrovic ?

15 M. PETROVIC : [interprétation] Non, je n'ai pas de questions pour ce

16 témoin.

17 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Monsieur Zecevic.

18 M. ZECEVIC : [interprétation] Non, je n'ai pas de questions pour ce témoin.

19 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Monsieur Sepenuk.

20 M. SEPENUK : [interprétation] Je n'ai pas de questions, Monsieur le

21 Président.

22 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Maintenant, Madame Kravetz, avez-vous

23 d'autres questions ?

24 Mme KRAVETZ : [interprétation] Je n'ai pas d'autres questions, Monsieur le

25 Président.

26 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Concernant ces références à la page 4

27 de la déclaration qui a été abordée par M. Cepic pendant son contre-

28 interrogatoire ?

Page 4070

1 Mme KRAVETZ : [interprétation] Concernant le quartier de Tavnik ?

2 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Non, non. Concernant la police

3 paramilitaire et la VJ.

4 Mme KRAVETZ : [interprétation] Je peux essayer -- je puis y penser de

5 clarifier les choses avec le témoin.

6 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Oui, cela pourrait peut-être aider les

7 choses, si les choses peuvent être précisées.

8 Nouvel interrogatoire par Mme Kravetz :

9 Q. [interprétation] Madame Hajrizi, à la page 4 de votre déclaration, vous

10 avez dit que vous avez vu différentes forces dans le quartier de Tavnik et

11 vous les avez décrites comme étant la police, les paramilitaires et la VJ.

12 Pouvez-vous nous donner plus de détails ou faire une sorte de description

13 de ces forces que vous avez vues là-bas, les uniformes, le type de matériel

14 qu'ils avaient, les armes, et cetera ?

15 R. Je vous ai dit, Madame, que ces uniformes étaient différents de ceux de

16 la police régulière. Je n'ai pas reconnu les armes, comme je vous l'ai dit.

17 Comme je vous l'ai dit, au bout de leurs armes, il y avait ces grands

18 couteaux, et dans chaque côté de leur ceinture, il y avait des grands

19 couteaux, qui n'est pas du tout quelque chose de normal pour la police

20 normale. Ils avaient les visages peints, ce qui montre qu'il ne s'agissait

21 pas de la police d'un état normale.

22 Q. Madame Hajrizi, vous avez décrit ce que vous avez dit en premier. Vous

23 avez dit que vous avez vu la police. Qu'est-ce que vous entendez dans votre

24 déclaration lorsque vous avez dit que vous avez vu la police dans le

25 quartier de Tavnik le 28 mars ?

26 R. Oui, il y avait des policiers également, des policiers en uniforme,

27 normaux, la police normale, ce que l'on voyait avant. Tout le monde ne

28 portait pas le même uniforme.

Page 4071

1 Q. Vous avez parlé d'hommes dont le visage était peint, qui avaient des

2 couteaux qui étaient attachés au bout de leurs armes, si j'ai bien compris.

3 S'agit-il des hommes dont vous parliez comme étant, dans votre déclaration,

4 comme étant des paramilitaires ?

5 R. Oui, oui. C'était les personnes les plus effrayantes que je n'ai jamais

6 vues.

7 Q. Vous avez dit également que vous avez vu la VJ. Qu'entendez-vous

8 lorsque vous avez dit que vous voyiez les forces de la VJ ? Qui constituait

9 la VJ le 28 mars ?

10 R. Oui.

11 Q. Qu'entendez-vous quand vous dites que vous avez vu la VJ ?

12 R. Je l'ai déjà dit. Il ne s'agissait pas de soldats, pas de soldats

13 ordinaires, ceux que nous avions l'habitude de voir. Sur leur tête, on ne

14 voyait que leurs pupilles, rien d'autre. Et ce couteau, ce type de couteau

15 qui est à la fin -- au bout de leurs armes, je ne sais pas comment cela

16 s'appelle - de toute façon, je ne veux pas savoir comment cela s'appelle.

17 Q. Ces personnes que vous avez décrites, s'agit-il de celles, dans votre

18 déclaration, que vous avez appelées des membres de la VJ ?

19 R. Qu'est-ce que vous entendez par "VJ" -- oui, oui.

20 Q. Vous avez répondu "oui," mais je ne suis pas sûre que vous ayez répondu

21 à ma question. Je vais essayer d'éclaircir les choses pour la Chambre. Vous

22 avez dit que vous voyiez ces hommes avec des masques et qui portaient des

23 couteaux. S'agit-il des forces que dans votre déclaration vous appeliez les

24 forces de la VJ ?

25 R. Madame, l'uniforme de la police est bleu. L'uniforme de l'armée est

26 vert. Et j'ai expliqué tout à l'heure à quoi ils ressemblaient.

27 Q. Dernière question. Vous avez vu ces différentes forces dans le

28 quartier de Tavnik le 28 mars. Est-ce que c'est cela que vous êtes en train

Page 4072

1 de nous dire ?

2 R. Oui. Il s'agissait de l'expulsion en masse des habitants de Mitrovica.

3 Environ 70 000 personnes ont été expulsées de force de la ville ce jour-là.

4 Q. Merci, Madame Hajrizi.

5 Mme KRAVETZ : [interprétation] Je n'ai pas d'autres questions pour ce

6 témoin.

7 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Merci.

8 Questions de la Cour :

9 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Madame Hajrizi, ces questions portent

10 sur le 28 mars, et l'une des choses que vous dites dans votre déclaration :

11 "Dans la rue où nous séjournions, ils ont commencé à un bout à incendier

12 les maisons et ils nous ont dit de partir immédiatement."

13 De qui s'agissait-il ? De quelle force s'agissait-il ? Qui a commencé à

14 faire cela, incendier les maisons et dire aux gens de partir

15 immédiatement ?

16 R. L'armée serbe, la police, la police serbe et la police paramilitaire --

17 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Maintenant, lorsque --

18 R. -- les forces paramilitaires.

19 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Lorsque vous parlez de l'armée serbe,

20 pouvez-vous nous dire ce qu'ils portaient comme uniforme et quel matériel

21 ils avaient avec eux ?

22 R. J'ai dit qu'ils avaient des uniformes verts, des uniformes militaires,

23 de couleurs militaires, mais qu'il ne s'agissait pas de l'uniforme

24 habituel, parce qu'ils avaient ces choses sur la tête qui fait qu'on ne

25 pouvait voir que leurs yeux. Et à l'extrémité de ces fusils, ils avaient

26 ces couteaux, ces baïonnettes. Voilà. Maintenant, je me rappelle du nom et

27 ce n'était pas normal.

28 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Très bien.

Page 4073

1 [La Chambre de première instance se concerte]

2 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Madame Hajrizi, cela nous amène au

3 terme de votre témoignage. Je vous remercie d'être venue au Tribunal pour

4 faire ce témoignage et de l'avoir fait aujourd'hui. Vous êtes maintenant

5 libre de partir.

6 LE TÉMOIN : [interprétation] Je vous remercie, Madame, Messieurs les Juges.

7 [Le témoin se retire]

8 M. LE JUGE BONOMY : [interprétation] Une requête a été formulée pour

9 abandonner les mesures de protection contre le témoin suivant, K75. Une

10 ordonnance écrite sera publiée acceptant cette requête.

11 Nous reprendrons demain à 9 heures.

12 --- L'audience est levée à 17 heures 40 et reprendra le mercredi 27

13 septembre 2006, à 9 heures 00.

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28