Tribunal Criminal Tribunal for the Former Yugoslavia

Page 14666

1 Le mercredi 15 novembre 2006

2 [Audience publique]

3 [Les accusés sont introduits dans le prétoire]

4 [Le témoin est introduit dans le prétoire]

5 --- L'audience est ouverte à 14 heures 25.

6 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Bonjour. Malheureusement, la Chambre

7 de première instance n'était pas en mesure de commencer l'audience à

8 l'heure parce que l'affaire précédente, la procédure précédente a duré plus

9 que prévue, plus longtemps que prévue.

10 Monsieur Simic, est-ce que je pourrais vous rappeler la déclaration

11 solennelle que vous avez prononcée au début de votre témoignage, c'est

12 toujours en vigueur.

13 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui.

14 LE TÉMOIN: MILOVOJE SIMIC [Reprise]

15 [Le témoin répond par l'interprète]

16 M. LE JUGE PARKER : [interprétation]

17 Monsieur Moore.

18 M. MOORE : [interprétation] Je vous remercie.

19 Monsieur le Président, j'aimerais maintenant qu'on voie le document 3D22

20 conformément à l'article 65 ter pour que ce document soit montré à l'écran.

21 Je dispose de copies parce que parfois c'est mieux qu'une version

22 électronique. J'aimerais que cela soit distribué. Je serais reconnaissant à

23 Mme l'huissière.

24 Il n'y a toujours rien sur les écrans dans le système e-court.

25 M. LE GREFFIER : [interprétation] Nous avons besoin du numéro

26 d'identification et non pas le numéro conformément à l'article 65 ter pour

27 ce document.

28 M. MOORE : [interprétation] J'ai le numéro ET 04675901 jusqu'à 5902.

Page 14667

1 On vient de me dire que c'est le document concernant l'accusé Sljivancanin,

2 c'était l'original. Il y a un numéro de référence, c'était 3D050215. Est-ce

3 que cela pourrait vous aider ?

4 Contre-interrogatoire par M. Moore : [Suite]

5 Q. [interprétation] Monsieur Simic, vous êtes en mesure de voir l'écran,

6 de ce qui est affiché sur l'écran ?

7 R. Ce sont les instructions relatives au service de police militaire.

8 Q. J'ai la traduction, je ne sais pas si c'est correct. Il s'agit des

9 instructions au sein de la JNA, à être appliquées au service des forces

10 militaires de la RSFY, plus particulièrement de la police militaire. Cela

11 s'applique à la police militaire, n'est-ce pas ?

12 R. Oui.

13 Q. Maintenant, j'aimerais qu'on regarde ce que je vais appeler le

14 paragraphe 255. Pouvez-vous situer cela, s'il vous plaît ? Si je pourrais

15 vous être utile, il s'agit de 3D05, ensuite 263 et 264. La version en

16 anglais consiste de deux pages.

17 Donc, 255, avez-vous cela ? Oui.

18 Le sous-titre ici est : "L'escorte des prisonniers de guerre." Il s'agit

19 des instructions à l'attention de la police militaire lorsque les membres

20 de la police militaire se trouvent dans de telles situations, n'est-ce pas

21 ?

22 R. Oui.

23 Q. J'aimerais qu'on regarde maintenant 255. Je vais lire cela, et j'espère

24 que je vais lire au rythme acceptable pour tous.

25 255 : "La police militaire participe à l'escorte des prisonniers de guerre

26 plus importants, des postes de division jusqu'aux endroits où ils sont

27 rassemblés, c'est-à-dire jusqu'aux camps pour les prisonniers." Ensuite,

28 "Quand c'est possible, les gens sont escortés par ceux qui comprennent la

Page 14668

1 langue des prisonniers de guerre."

2 256 : "L'officier qui commande l'escorte des prisonniers de guerre est

3 obligé d'informer le commandant de l'unité désignée pour escorter ces

4 prisonniers, le nombre et la catégorie des prisonniers de guerre à être

5 escorté, le mode de l'escorte et l'axe de déplacement. Ensuite, la façon

6 dont la nourriture et d'autres nécessités seront fournies."

7 Bien sûr, il est clair qu'il y a une sorte de subdivision quand il

8 s'agit du commandement et de contrôle parce que nous avons l'officier en

9 chef qui donne des ordres. Pour ce qui est de l'escorte, il est obligé

10 d'informer là-dessus l'officier dont l'unité est en charge de l'escorte.

11 Qui était le commandant qui a ordonné l'escorte des prisonniers de guerre

12 de l'hôpital de Vukovar dans la matinée du 20 novembre ? Est-ce qu'on peut

13 savoir son nom ?

14 R. Monsieur Moore, ma tâche n'était pas d'escorter les prisonniers de

15 guerre. La tâche de mon unité de guerre était de procéder à la fouille des

16 personnes. Qui a ordonné l'escorte, je n'en sais rien.

17 Q. Est-ce que vous êtes en train de dire devant la Chambre que le 20

18 novembre 1991, vous ne saviez pas qui était l'officier qui a ordonné

19 l'escorte ? C'est ce que vous dites maintenant ?

20 R. Je vous dis que le commandant de bataillon m'a confié la tâche qui

21 consistait à la fouille de ces personnes. Je n'ai pas procédé à l'escorte

22 des prisonniers. Je n'ai fait que fouiller les personnes et probablement

23 que ce même commandant a donné des ordres pour ce qui est de l'escorte à

24 une autre personne.

25 Q. Paunovic ne vous a jamais parlé de cela au cours de la réunion

26 d'information. Vous dites cela, n'est-ce pas ?

27 R. Non. Il m'a seulement dit que ma tâche serait de procéder à la fouille

28 des personnes. Je ne me suis pas occupé de l'escorte des prisonniers.

Page 14669

1 Q. Quant à la personne qui a escorté les prisonniers de guerre, qui était

2 responsable de cela ? Qui était l'officier en charge de cette tâche

3 particulière ? Quel est son nom ?

4 R. Hier, je vous ai dit que les personnes qui ont été fouillées ont été

5 remises au commandant Vukasinovic. Je suppose qu'il a été responsable pour

6 ce qui est de l'escorte de ces personnes.

7 Q. L'organe chargé de la sécurité, selon vous, était responsable de

8 l'escorte de ces personnes, n'est-ce pas ?

9 R. Le commandant Vukasinovic travaillait au sein de l'organe chargé de la

10 sécurité à cette époque-là.

11 Q. Je vous remercie. Abordons maintenant 256, le deuxième

12 paragraphe, parce que je veux vous suggérer qu'il s'agit ici d'une

13 instruction. "Après avoir reçu la tâche concernant l'escorte, l'officier

14 chargé de l'escorte prend des mesures suivantes, il procède à l'appel des

15 prisonniers de guerre selon une liste qu'il avait reçu du commandement,

16 ensuite, il procède à la fouille des prisonniers de guerre. Par le biais

17 d'un interprète, il avertit les prisonniers qu'au cas où ils essaieraient

18 de fuir, ils seront empêchés de le faire par les armes." C'est-à-dire ils

19 seront "tués."

20 Lorsqu'on parle de ces trois critères, c'est ce que vous avez fait,

21 n'est-ce pas ?

22 R. Oui.

23 Q. Ensuite : "L'appel des prisonniers de guerre." Qui a fait cela, l'appel

24 des prisonniers de guerre ?

25 R. L'appel a été fait à l'hôpital. Je ne peux pas vous répondre qui a fait

26 cela, parce que je me trouvais devant l'hôpital.

27 Q. Vous dites que pour autant que vous en sachiez, vous n'avez pas rédigé

28 de liste ?

Page 14670

1 R. Non, non plus je n'ai reçu aucune liste.

2 Q. Vous n'avez pas reçu l'ordre selon lequel vous deviez rédiger une

3 liste. Lorsque nous parlons de ces listes, nous parlons de vous, Monsieur

4 Simic. Vous n'avez rien à voir avec ces listes. C'était la responsabilité

5 de quelqu'un d'autre ?

6 R. Non. Je n'avais pas de liste.

7 Q. Compte tenu du fait qu'il s'agit des instructions concernant

8 l'évacuation ou l'escorte des prisonniers de guerre, et compte tenu du fait

9 que nous avons entendu ici d'autres témoignages concernant l'évacuation de

10 Mitnica où des listes ont été rédigées avec certaines précisions, qui a

11 rédigé ces listes des personnes qui sortaient de l'hôpital ?

12 R. Je n'en sais rien.

13 Q. Qui est allé à l'hôpital pour s'occuper du premier stade de

14 l'évacuation ? Est-ce qu'il s'agissait du commandant Sljivancanin et

15 d'autres personnes ?

16 R. Je vous ai dit qu'un groupe d'officiers, parmi lesquels il y avait le

17 commandant Sljivancanin, est entré à l'hôpital. comment cela était

18 organisé, à savoir le fonctionnement à l'hôpital, qui a exécuté cette

19 tâche, qui a organisé l'exécution de cette tâche, je ne peux pas vous dire,

20 parce que je ne me trouvais pas dans les locaux de l'hôpital.

21 Q. J'aimerais passer à un autre sujet. Regardez 258. Il s'agit de

22 l'instruction pour la police militaire. Je vais vous lire cela. "Lorsque

23 les prisonniers de guerre sont transportés à bord de véhicules ou de

24 camions, on les fait monter après que les deux personnes qui sont chargées

25 de leur escorte soient montées à bord de ces autocars."

26 C'était le mode opérationnel de l'escorte ?

27 R. Vous me demandez de vous dire comment c'était le transport et

28 l'organisation, quel était le nombre de soldats qui étaient chargés de

Page 14671

1 l'escorte pour chacun des autocars, je ne peux pas rien vous dire là-

2 dessus, parce que ce n'était pas ma tâche.

3 Q. Vous n'avez peut-être pas de connaissance pour ce qui est des tâches,

4 vous savez certainement qu'à bord des autocars, il y avait des soldats.

5 Vous les avez vus, c'est vrai ?

6 R. Oui.

7 Q. Je vous remercie. Pour autant que vous avez pu voir cela, c'était

8 conformément à 258, c'est-à-dire il y avait des soldats qui étaient à bord

9 des autocars pour procéder au contrôle, n'est-ce pas ?

10 R. Oui.

11 Q. Vous avez pu voir des autocars. C'est ce que vous nous avez dit lors de

12 votre témoignage.

13 R. Oui.

14 Q. Il est également juste de dire que vous n'étiez pas en mesure de voir

15 ces autocars à chaque moment, à chaque minute, vous avez pu les observer

16 pendant une certaine période de temps, n'est-ce pas ?

17 R. Oui.

18 Q. Penchons-nous sur le paragraphe suivant, à savoir le paragraphe suivant

19 de l'article 258. Je vais lire : "L'officier chargé de l'escorte contrôle

20 tout ce qui est lié aux autocars, à l'escorte, aux prisonniers de guerre à

21 bord de chaque véhicule."

22 Il y a ici mention de l'officier chargé de l'escorte, qui était

23 commandant de l'unité chargée de l'escorte. Vous avez pu voir les autocars.

24 Pouvez-vous nous dire qui selon vous aurait pu être le commandant de

25 l'unité chargée de l'escorte ? Pouvez-vous nous dire son nom, le nom de

26 l'homme pour lequel vous avez pensé qu'il était en charge de cela en

27 s'appuyant sur ce que vous avez vu ?

28 R. Hier, j'ai dit que j'ai pu supposer qu'il s'agissait du commandant

Page 14672

1 Vukasinovic Ljubisa.

2 Q. Pour être correct envers vous, je pense que vous avez également dit que

3 vous étiez en charge de plusieurs choses, que vous n'étiez pas en mesure de

4 voir ces autocars pendant tout ce temps-là, n'est-ce pas ?

5 R. Oui.

6 Q. Par conséquent, vous n'êtes pas en mesure de dire si le commandant

7 Sljivancanin se serait trouvé à bord de cet autocar au moment où vous ne le

8 regardiez pas, n'est-ce pas ? C'est logique ?

9 R. Oui, c'est logique.

10 Q. Continuons s'il vous plaît, regardons 260 et 261. "Lorsque les

11 prisonniers de guerre sont escortés par la zone des activités de combat,"

12 ce convoi était censé aller à Sremska Mitrovica, "l'officier chargé de

13 l'escorte est obligé d'éviter le déplacement sur le terrain où il y a des

14 activités de combat, où il y a des groupes infiltrés ennemis."

15 261 : "Après l'accomplissement de l'escorte, les prisonniers de guerre sont

16 remis au commandement, l'officier chargé de l'unité de l'escorte reçoit un

17 certificat pour ce qui est de la remise des prisonniers de guerre, pour ce

18 qui est de leurs affaires personnels et de leur argent. Il remet cela à

19 l'officier qui a ordonné l'escorte."

20 Maintenant, 261 parle de toute une série d'éléments de commandement, parce

21 qu'à 256 il est question de l'officier chargé de l'unité qui fait

22 l'escorte. Tout cela; est-ce exact ?

23 R. Oui, bien sûr que tout ce qui est écrit à l'article 261 est exact.

24 Q. Lorsque nous parlons de l'évacuation, nous parlons des listes à

25 rédiger, ensuite du nombre de personnes dont les noms figurent sur cette

26 liste, quand il s'agit de la remise de ces personnes, il faut s'assurer que

27 personnes ne soient sorties de l'autocar, n'est-ce pas ? C'est le sens de

28 cet article.

Page 14673

1 R. Oui.

2 Q. Puis-je vous poser la question concernant une partie de votre

3 déclaration, il me faut quelques instants pour retrouver cette partie. Il

4 s'agit de la page numéro 5 de la première traduction et la version en

5 B/C/S, il s'agit de la page 021-88241, et j'espère que la Chambre dispose

6 de ces documents.

7 Est-ce que vous avez le document sous les yeux ?

8 R. Oui. C'est le numéro 046198.

9 Q. Dans l'intercalaire numéro 2, si vous regardez cet intercalaire numéro

10 2, dans la version en anglais, c'est la cinquième page, la dernière ligne :

11 "Au cours de la fouille, aucun registre n'a été tenu, et aucune liste n'a

12 été rédigée, la liste des personnes qu'on a fait sortir de l'hôpital et

13 qu'on a fait monter aux autocars. Je ne sais pas si quelqu'un aurait tenu

14 un registre à l'hôpital avant cet événement."

15 Accepteriez-vous si je vous disais si l'évacuation de prisonniers de

16 guerre ou de personnes détenues se déroulait, accepteriez-vous que la

17 question de base est de rédiger la liste des personnes qui sont détenues,

18 qu'on fait monter à bord des autocars ?

19 R. J'ai dit dans la déclaration qu'en tant que chef de compagnie, je n'ai

20 tenu aucun registre, je n'ai rédigé aucune liste. Vous devriez poser cette

21 question à quelqu'un d'autre. Je vous affirme que non, et je ne sais pas si

22 quelqu'un d'autre aurait tenu un registre ou aurait rédigé une liste de ces

23 personnes.

24 Q. Monsieur Simic, j'ai déjà dit que j'accepte le fait que vous n'avez pas

25 rédigé de liste et ce n'était pas ma question. Je vous demande si vous, en

26 tant que policier militaire, parce que vous avez vu ces règlements

27 concernant la police militaire, que la question de base, le point de base

28 au moment où les gens sont menés est de rédiger la liste de ces personnes

Page 14674

1 pour savoir qui sont les personnes qui sont placées sous votre contrôle,

2 c'est fondamental, n'est-ce pas ?

3 R. Oui. Habituellement, c'est prévu dans le règlement.

4 Q. Lorsque Paunovic vous a confié cette tâche, il s'agissait de la tâche

5 consistant uniquement à procéder à la fouille. Est-ce que vous lui avez

6 demandé qui tenait la liste de personnes qui ont été amenées ou vous voulez

7 que je fasse cela ?

8 R. Je lui ai demandé cela et il m'a dit qu'il ne fallait rédiger aucune

9 liste, que les personnes seraient amenées de l'hôpital et que ma seule

10 tâche serait de fouiller les personnes pour leur prendre des armes à feu et

11 des armes blanches. Je ne faisais qu'accomplir une partie de cette tâche

12 tout entière.

13 Q. Saviez-vous que l'organe de la sécurité avait des listes de ces

14 personnes avec lesquelles il voulait parler ou il voulait mener une enquête

15 par rapport aux événements sur Vukovar ?

16 R. Non, je ne le savais pas.

17 Q. Vous n'avez jamais entendu parler du fait que l'organe chargé de la

18 sécurité aurait disposé de la liste ou serait allé à l'hôpital et aurait

19 utilisé cette liste pour isoler ou identifier certains individus. C'est ce

20 que vous dites ?

21 R. Non. Je n'ai appris aucune information par rapport à cette liste. Je ne

22 sais même pas s'il en avait eue.

23 Q. Il est évident, n'est-ce pas, si vous ne rédigez pas une liste, il y a

24 toujours un danger de perdre certains individus lors de l'évacuation ou le

25 danger que ces personnes soient écartées de tout cela, sans aucune trace ?

26 R. Naturellement.

27 Q. Avez-vous jamais entendu des phrases prononcées par les soldats telles

28 : Ceux-ci sont morts; ou, Ceux-ci, il faut qu'ils disparaissent dans la

Page 14675

1 nuit ? Est-ce que vous avez jamais entendu les soldats dire cela à propos

2 des personnes qui ont été amenées à bord des autocars ?

3 R. Non.

4 Q. Le Bataillon de la Police militaire, je crois ne représente pas un

5 bataillon d'une taille habituelle de 600 ou 700 hommes, parce qu'un

6 bataillon de police militaire compte à peu près 150 hommes et nous parlons

7 de l'année 1991, n'est-ce pas ?

8 R. L'information du 2e Bataillon de Police militaire devait avoir à peu

9 près 500 hommes et au début de la guerre, ce nombre était ce nombre là.

10 Hier, j'ai expliqué les raisons pour lesquelles ce nombre a diminué, et

11 j'ai dit que ma compagnie qui, au début, comptait plus de 100 hommes, on en

12 avait que 48 hommes dans sa formation.

13 Le nombre total des membres du bataillon à la fin des activités de

14 combats m'est inconnu, je ne sais pas quel était le nombre d'hommes qui se

15 trouvais dans d'autres compagnies.

16 Q. Est-ce qu'on pourrait dire qu'il serait correct de dire pour ce qui est

17 de votre compréhension de ces choses-là, même si vous avez dit que vous

18 n'avez jamais entendu parler de cela, vous avez compris que cette

19 évacuation était l'évacuation pour amener les gens à Sremska Mitrovica ?

20 R. On ne m'a pas dit dans quelle direction ces personnes devraient être

21 amenées, les gens qui se trouvaient là-bas, m'ont dit qu'il s'agissait de

22 Sremska Mitrovica. Je plaisantais en disant que moi aussi je pourrais

23 partir avec eux pour aller à Belgrade.

24 Q. Il n'y avait pas eu de mention du fait que ces personnes allaient être

25 arrêtées pour tenir une réunion du gouvernement ?

26 R. Non. A l'époque on n'a pas parlé de réunion du gouvernement et on n'a

27 pas dit que ces gens ont été arrêtés.

28 Q. Vous ne le saviez pas, n'est-ce pas, que ces personnes devraient être

Page 14676

1 arrêtées à la caserne de la JNA, n'est-ce pas ?

2 R. Je vous ai dit que j'ai entendu dire, les gens parlaient de Sremska

3 Mitrovica. Je vous répète : je n'ai pas reçu de tâches ayant trait au

4 transport de ces personnes.

5 Q. Je vais aborder un sujet différent, ma dernière question par rapport à

6 cela est la suivante : les soldats qui se trouvaient au bord des autocars,

7 dites-nous à quelles unités appartenaient-ils ?

8 R. Je ne sais pas à quelles unités appartenaient-ils, je sais que ces

9 soldats n'appartenaient pas à ma compagnie.

10 Q. S'il vous plaît, penchez-vous maintenant sur l'intercalaire 4; en

11 anglais, c'est l'intercalaire numéro 3. Nous avons déjà abordé ce sujet,

12 mais j'aimerais qu'on parle de cela encore un peu si cela est possible.

13 La Chambre pourrait se pencher sur la page numéro 9 en anglais; en B/C/S,

14 il s'agit de la page qui porte le numéro 00461-9788. Il s'agit de la

15 question posée par le Président de la Chambre, qui est comme suit, c'est en

16 haut de la page 9 : "A partir du moment où vous avez assuré la sécurité de

17 l'hôpital de l'extérieur, est-ce que quelqu'un qui se trouvait à

18 l'extérieur serait entré à l'hôpital, des soldats, des officiers, des

19 civils ?"

20 Est-ce qu'il y a eu des tentatives d'entrée à l'hôpital ? Il est

21 clair que cette question concerne non seulement le 20, mais aussi le 19

22 novembre, parce que vous dites que vous avez assuré la sécurité de

23 l'hôpital le 19, puis le 20.

24 C'est votre réponse. Je cite : "Autour de l'hôpital, il y avait une

25 foule énorme et quelqu'un a appris que tel ou tel qui a tué son frère se

26 trouvait à l'intérieur. Les gens ont essayé d'entrer à l'hôpital pour

27 rendre justice eux-mêmes."

28 Qu'est-ce que vous avez entendu par là ? Je vois que Me Bulatovic est

Page 14677

1 debout.

2 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Oui, Maître Bulatovic.

3 M. BULATOVIC : [interprétation] Juste une intervention. Je pense qu'il

4 serait correct envers le témoin que le Procureur, quand il lit ce que le

5 témoin a dit, de lire tout. Le Procureur a lu tout de façon correcte,

6 excepté un mot qui suit après que le Président de la Chambre a commencé à

7 parler. Je ne sais pas si le Procureur a cela dans sa traduction, mais la

8 réponse de M. Simic selon l'original de la transcription est la suivante :

9 Non. Ensuite suit le texte. Il y avait une foule énorme, et cetera. Je

10 pense qu'il serait correct envers le témoin de lui lire tout ce qu'il a dit

11 dans cette déclaration.

12 M. MOORE : [interprétation] Je dois dire que je n'ai pas entendu ce

13 mot, le mot "non," je vous présente mes excuses.

14 Q. Monsieur Simic, vous avez répondu par un : "Non." Ensuite : "Il y avait

15 beaucoup de monde à l'extérieur de l'hôpital, quelqu'un a entendu que

16 quelqu'un a tué son frère, quelqu'un d'autre a incendié sa maison. Les gens

17 essayaient d'entrer et de faire la justice."

18 Qu'est-ce que cela veut dire ?

19 R. Ils disaient qu'ils voulaient faire la justice eux-mêmes, prendre la

20 justice entre leurs mains. Est-ce qu'ils voulaient faire un procès ou autre

21 chose, je n'en sais rien.

22 Q. Il est exact, n'est-ce pas, puisque nous avons entendu des dépositions,

23 que la TO de Vukovar a été utilisée pour identifier les individus qui se

24 trouvaient à l'intérieur de l'hôpital.

25 Ce que je voudrais savoir, c'est ce qui suit : qui leur a donné le

26 pouvoir de venir à l'intérieur, d'entrer dans l'enceinte ?

27 R. Je ne sais pas s'ils ont participé au processus de reconnaissance et de

28 tri.

Page 14678

1 Q. Nous avons pourtant entendu dire cela justement de la part de M.

2 Sljivancanin. Je voudrais savoir qui leur a donné le pouvoir de venir à

3 l'hôpital ? Est-ce que vous étiez chargé du cordon de protection ?

4 R. Monsieur, j'ai dit qu'un groupe de personnes est entré. Il y avait

5 aussi des officiers parmi eux. Je ne sais pas s'il y en avait qui faisaient

6 partie de la Défense territoriale. Je sais que toutes les personnes qui

7 étaient entrées portaient des uniformes.

8 Q. Auriez-vous l'extrême gentillesse, puisque nous parlons du 19, et nous

9 allons parler du 20 aussi. Donc le 19, vous êtes là. Vous étiez un officier

10 chargé de la sécurité à l'hôpital. C'est exact, n'est-ce pas ?

11 R. Oui.

12 Q. Je voudrais vous demander qui a autorisé les TO d'entrer à l'hôpital ?

13 R. Je ne sais pas puisqu'ils sont entrés avant que je n'arrive.

14 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Maître Bulatovic.

15 M. BULATOVIC : [interprétation] Monsieur le Président, je voudrais demander

16 que le Procureur, puisqu'il dit que quelqu'un a dit quelque chose, je

17 voudrais lui demander de nous donner des références exactes de cette

18 prétendue citation. Apparemment le 19, quelqu'un aurait dit que la TO était

19 entrée dans l'enceinte de l'hôpital. Si tel est le cas, je lui demande de

20 bien vouloir nous présenter les preuves à l'appui. Sljivancanin n'a jamais

21 parlé de la journée du 19 et de l'identification, pas d'après ce que j'ai

22 compris.

23 M. MOORE : [interprétation] Je vais tout d'abord aborder les questions

24 générales, ensuite je vais traiter des détails.

25 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Très bien.

26 M. MOORE : [interprétation]

27 Q. Nous avons entendu parler qu'il y avait un processus de sélection, de

28 tri à l'hôpital le 20, et que les membres de la TO étaient là pour aider à

Page 14679

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

15 versions anglaise et française

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 14680

1 ce processus de tri des individus se trouvant à l'hôpital.

2 Ce que je voudrais savoir, c'est qui leur a donné l'autorisation

3 d'entrer à l'hôpital, si c'était vous qui était en charge du cordon ?

4 R. Je vous ai dit qu'un groupe d'officiers était venu. Ils portaient tous

5 des uniformes. Ils sont venus avec le commandant Sljivancanin. Je n'ai pas

6 vérifié si toutes les personnes faisaient partie de la Brigade de la Garde,

7 de la Défense territoriale ou d'autres unités. Tout simplement, je me suis

8 dit qu'à partir du moment où ils sont là pour retrouver le commandant

9 Sljivancanin qui est le chef de l'organe de sécurité, alors qu'ils ont été

10 autorisés à entrer tout simplement.

11 Q. Nous avons le document des observateurs de la Communauté européenne qui

12 ont dit que des Chetniks ont été vus à l'hôpital, dans l'enceinte de

13 l'hôpital. Je peux vous donner la référence de cela. Cela ne me pose aucun

14 problème. Voici la question que je vous pose :

15 Est-ce que vous avez vu les Chetniks dans l'enceinte de l'hôpital ?

16 R. Non.

17 Q. Comment pouviez-vous alors contrôler les gens qui entraient et

18 sortaient de ce périmètre de sécurité ce jour-là, le 19 ? Est-ce que vous

19 aviez une liste des gens qui pouvaient entrer ? Est-ce que vous aviez un

20 registre ou est-ce qu'on ne laissait personne entrer ?

21 R. Hier, j'ai expliqué que les gens qui n'étaient pas des employés de

22 l'hôpital et des patients, qu'ils pouvaient sortir librement. J'ai dit que

23 ceci a duré une ou deux heures après que la nuit soit tombée. Les personnes

24 qui pouvaient entrer à l'hôpital ont été annoncées par le commandement de

25 la brigade, le commandant du bataillon. On m'a appelé directement pour

26 dire, un tel et tel va venir. Hier, j'ai dit qu'il y a eu beaucoup de

27 visites ce jour là. Le 19, les représentants du comité international de la

28 Croix-Rouge étaient venus ainsi qu'une équipe de télévision ainsi que le

Page 14681

1 commandant --

2 Q. Pouvez-vous répéter le nom, s'il vous plaît?

3 R. C'était une équipe étrangère de télé qui a été amenée par le capitaine

4 Maric, c'était SkyNews, je pense. Hier, j'ai expliqué cette procédure,

5 comment nous avons procédé avec cette équipe. Je vous ai dit que le

6 commandant Mladen Karan était venu chercher la doctoresse Bosanac. Je vous

7 ai expliqué cela hier aussi.

8 Q. Ne serait-il pas exact de dire que la question de savoir qui va entrer

9 et sortir était une question discrétionnaire finalement ?

10 R. Non, on ne peut pas dire cela. Tout à l'heure, je vous ai répondu, je

11 vous ai dit que si quelqu'un devait venir, c'est par la ligne de

12 commandement qu'on communiquait les choses. Si quelqu'un devait venir, nous

13 recevions les informations à ce sujet.

14 Q. Si le commandant Sljivancanin était venu à l'entrée, vous ne l'auriez

15 pas laissé passer ?

16 R. Non, ce n'est pas exact. M. Sljivancanin fait partie du commandement de

17 la brigade, donc il a le droit d'entrer.

18 Q. Est-ce que cela s'appliquait aux autres officiers du commandement du

19 Groupe opérationnel sud ?

20 R. Je ne me souviens pas de tous ces détails concernant les entrées et les

21 sorties. Si vous voulez, je peux vous dire quelles sont les règles. Cela

22 étant dit, je ne sais vraiment pas si on m'a envoyé une liste des gens

23 autorisés à entrer. Il est possible qu'à un moment donné il existait la

24 liste des gens qui était autorisé à entrer et à sortir.

25 Q. Vous nous avez dit qu'après votre déposition en 2005, que vous avez

26 parlé avec un groupe d'officiers pour discuter de la situation. C'est

27 exact, n'est-ce pas ? J'utilise mes propres mots, vous n'avez pas utilisé

28 ces mots-là.

Page 14682

1 R. J'ai parlé avec les gens qui ont participé à ces événements pour

2 comparer nos souvenirs. Vous savez, vous avez des gens qui se rappelle de

3 quelque chose, d'autres qui se rappellent d'autre chose. C'était vraiment

4 pour rafraîchir nos mémoires, pour activer notre mémoire.

5 Q. Je ne veux pas discuter de ce que vous avez dit, mais je voudrais

6 savoir à qui vous avez parlé. Est-ce que vous avez parlé avec Paunovic ?

7 Dites-nous, s'il vous plaît, avec qui vous avez parlé. Dites-nous les noms

8 des gens avec lesquels vous vous êtes entretenu puisque nous avons la liste

9 des témoins et la liste des personnes avec qui vous avez pu éventuellement

10 parler.

11 R. Je ne me souviens pas de toutes ces personnes. Vous avez mentionné

12 Paunovic, oui, effectivement j'ai parlé avec lui. La liste de ces personnes

13 est bien plus longue.

14 Q. Est-ce que vous voulez commencer par le début et commencer par énumérer

15 la liste des gens, tous ces gens avec qui vous avez parlé ?

16 R. Le lieutenant-colonel Todorovic; le commandant Vukasinovic; le

17 commandant Susic. Voilà.

18 Q. Il y en avait d'autres, n'est-ce pas ?

19 R. Mais oui, il y en avait. Djorja Borovcanin, vous savez, c'est mon

20 témoin à mon mariage. Nous avons parlé au sein du 2e Détachement d'assaut.

21 Sasa Bojkovski, je pense que c'est à peu près cela.

22 Q. Et Borisavljevic ?

23 R. Je ne me souviens pas si j'ai discuté de cela avec lui.

24 Q. Vous êtes ici depuis mercredi à La Haye. Depuis hier soir, vous ne

25 devez pas parler à qui que ce soit. Est-ce que depuis hier soir vous avez

26 parlé à qui que ce soit au sujet de cette affaire ?

27 R. Non, pas particulièrement. J'ai mangé avec Susic et Vukasinovic. Nous

28 avons dîné ensemble.

Page 14683

1 Q. Il est exact de dire que Susic et Vukasinovic vont déposer aussi ici.

2 C'est exact, n'est-ce pas ?

3 R. Oui.

4 Q. Vos avocats ne vous ont pas dit que vous ne devriez pas parler aux

5 autres personnes qui sont témoins en l'espèce ?

6 R. Nous n'avons pas parlé de cela. Je ne leur ai pas dit ce que j'ai dit

7 ici. J'ai dit à quoi cela ressemble quand on entre, quand on sort, et

8 cetera, le côté technique si vous voulez du témoignage.

9 Q. Simic, qui va déposer, ou plutôt Susic, qui va déposer ici probablement

10 vendredi, et Vukasinovic dépose, je pense, la semaine prochaine. Il est

11 déjà ici. A quel moment est-il arrivé M. Vukasinovic ?

12 R. Je ne sais pas, lundi ou mardi. Aujourd'hui, nous sommes mercredi,

13 alors je dirais que c'est lundi.

14 Q. Est-ce que vous avez déjeuné avec Vukasinovic lundi aussi ?

15 R. Je pense que oui.

16 Q. M. Susic, il est arrivé à quel moment ?

17 R. Ils sont arrivés ensemble. Il y a eu des problèmes. Ils avaient perdu

18 leurs bagages. Nous parlions de cela, de la valise, nous étions partis à la

19 chasse de cette valise. Ils n'avaient rien à se mettre; ils étaient

20 énervés. On a presque uniquement parlé de cela.

21 Q. Donc vous mangez avec eux lundi et hier aussi ?

22 R. Oui, si mes souvenirs sont exacts.

23 Q. On va aborder encore deux ou trois points. Il est exact, n'est-ce pas,

24 que vous saviez que les négociations concernant l'évacuation suite à la

25 chute de Vukovar, vous saviez cela et vous savez que cela s'appelait

26 l'accord de Zagreb ?

27 R. Monsieur, pendant la guerre j'étais juste un commandant de compagnie,

28 et vous me posez des questions au sujet de décisions prises au sommet de

Page 14684

1 l'Etat. On parlait de tout, vous savez. Je n'arrive pas à me rappeler de

2 tout.

3 Q. Est-ce que je peux vous demander - là il s'agit de la page en anglais,

4 la page 17; en B/C/S, ce sera la page 0461-9792.

5 M. MOORE : [interprétation] Excusez-moi, je dois vérifier les pages à

6 nouveau. Je vais vous lire cela.

7 Q. C'est à la page B/C/S 0461-9792, et voici la réponse que vous avez

8 donnée. "Plus tard, tout le monde est venu sur la base de cet accord avec

9 le gouvernement de Croatie. A l'époque nous n'avions aucune autre mission

10 que celle d'assurer la sécurité."

11 Vous n'êtes pas au courant de la décision de cet accord avec la Croatie à

12 l'époque ?

13 R. Vous m'avez demandé si le 17 et le 18, si j'avais entendu parler de

14 cela.

15 Q. A quel moment entendez-vous parler de cela ?

16 R. Là on parle de la journée du 19 et même du 20. Vous m'avez posé une

17 question au sujet de négociations le 17 et le 18, qui auraient eu lieu le

18 17 et le 18. Non, à l'époque je ne le savais pas, mais je l'ai appris par

19 la suite. Là, nous sommes déjà le 19, le 20.

20 Q. Serait-il exact de dire que vous saviez que ces gens qui ont été amenés

21 par des autocars, ils ont été amenés avant que le comité international de

22 la Croix-Rouge ou les observateurs de la Communauté européenne n'arrivent à

23 l'hôpital ?

24 R. Nous parlons de la journée du 20 ?

25 Q. Oui.

26 R. Je pense qu'après l'évacuation, les représentants de la communauté

27 internationale sont venus ainsi que l'équipe de la Croix-Rouge. Ils sont

28 venus après l'évacuation.

Page 14685

1 Q. Donc, il n'y a pas d'erreur là-dessus, ces hommes qu'on a fait

2 descendre des autocars, on les a fait descendre avant que les autres

3 observateurs de la Communauté européenne ou de la Croix-Rouge

4 internationale n'arrivent; c'est exact, n'est-ce pas ?

5 R. Je pense qu'effectivement ils ont été amenés avant.

6 Q. Je dirais que vous le savez parfaitement bien, que vous savez

7 parfaitement bien qu'ils ont été amenés avant cela, puisqu'il existait un

8 plan très particulier, très concret pour faire en sorte que ces gens

9 disparaissent avant que les représentants de la Croix-Rouge ou des

10 observateurs européens n'arrivent ? Il fallait, on devait les amener à

11 Sremska Mitrovica.

12 R. Je n'en sais rien. Monsieur, vous me posez une question au sujet de

13 quelque chose qui était en dehors de mes responsabilités à l'époque. Ma

14 compagnie était exclusivement chargée des procédés à la fouille. Je sais

15 que nous avons commencé à un moment donné. Nous avons terminé cela avant 10

16 heures.

17 Qui a décidé de cette autre chose, il faut demander cela aux autres;

18 pas à moi. Je n'avais pas pris cette décision-là.

19 Q. Encore deux questions pour terminer. Je voudrais que l'on présente la

20 pièce MFI 689.

21 Nous avons une photo ici. On pourrait dire, je pense, qu'au milieu

22 c'est M. Sljivancanin. Il embrasse deux hommes -- il a mis ses mains plutôt

23 autour des épaules de deux hommes. Vous savez qui sont ces hommes ?

24 R. La photo est très mauvaise. J'ai du mal à décerner de qui il

25 s'agit.

26 Q. Est-ce que je pourrais dire qu'à la gauche, c'est Lancuzanin, et à la

27 droite, Stanko Vujanovic, c'est l'homme avec une barbe et avec les cheveux

28 noirs ?

Page 14686

1 R. Le premier homme, celui que vous avez mentionné, non, je ne l'ai jamais

2 vu. Stanko Vujanovic, oui, je le connaissais, mais la photo est mauvaise et

3 j'ai du mal à le reconnaître et qui que ce soit sur cette photo.

4 Q. Le fait est quand il s'agit de la resubordination de ces unités, vous

5 ne saviez pas du tout quelles unités de la TO étaient subordonnées ou

6 resurbordonnées à qui que ce soit ? Vous ne connaissez pas cela, vous ne

7 savez pas cela ?

8 R. Je ne disposais pas d'unités de la Défense territoriale. En ce qui

9 concerne les autres unités de la brigade, je ne sais pas s'il y avait des

10 unités de la Défense territoriale qui étaient subordonnées.

11 M. MOORE : [interprétation] Merci.

12 Je voudrais verser deux pièces. La première, c'est 3D22. Ce sont les règles

13 de la police militaire, les instructions concernant la police militaire.

14 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Vous voulez dire l'extrait des deux

15 pages ?

16 M. MOORE : [interprétation] Oui, effectivement.

17 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Très bien. Nous allons verser au

18 dossier ces deux pages.

19 M. LE GREFFIER : [interprétation] En tant que pièce 856.

20 M. MOORE : [interprétation] Ensuite, la photographie MFI, mais il y a peut-

21 être une objection.

22 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Monsieur Bulatovic.

23 M. BULATOVIC : [interprétation] Monsieur le Président, le Procureur a déjà

24 essayé de verser cette pièce en interrogeant

25 M. Panic; M. Weiner a essayé de faire cela. J'ai soulevé exactement la même

26 objection.

27 Vous avez bien entendu que le témoin n'a absolument pas reconnu ces

28 personnes, donc je voudrais que ceci continue à être une pièce MFI. Si l'on

Page 14687

1 trouve quelqu'un qui sera capable de confirmer l'authenticité de la photo.

2 Je veux bien qu'on la verse, mais pour l'instant, je pense que cette photo

3 est peu fiable.

4 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Est-ce que vous avez quoi que ce soit

5 à dire à ce sujet, Monsieur Moore ?

6 M. MOORE : [interprétation] Non. J'ai réfléchi un peu. Effectivement,

7 l'objection est posée à juste titre.

8 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] C'était un bon essai, Monsieur Moore.

9 M. MOORE : [interprétation] Effectivement.

10 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Monsieur Bulatovic.

11 M. BULATOVIC : [aucune interprétation]

12 Nouvel interrogatoire par M. Bulatovic :

13 Q. [interprétation] Monsieur le Témoin, je vois qu'aujourd'hui c'est votre

14 anniversaire et j'en profite pour vous souhaiter un joyeux anniversaire.

15 Hier, vous avez parlé d'un accord avec le Procureur. Est-ce que vous savez

16 quoi que ce soit au sujet de cet accord, qui l'a signé, où, qu'est-ce qui

17 est contenu dans cet accord, et cetera, et cetera ? Est-ce que vous savez

18 quoi que ce soit au sujet de cela ?

19 R. Non. Tout ce que je sais, c'est qu'un accord existait et que l'on

20 disait qu'une partie des personnes qui avaient été amenées en direction de

21 la Croatie avait été ramenée, parce que les Croates ne voulaient pas les

22 prendre. C'est toutes des histoires vous savez. Je ne voulais pas y croire.

23 Cela étant dit, je ne connaissais aucun point précis de cet accord.

24 Q. Merci.

25 M. BULATOVIC : [interprétation] Je voudrais demander que l'on replace sur

26 le projecteur le document qui vient d'être versé au dossier, 3D050263. La

27 pièce 856, qui vient d'être versée. Regardons-là ensemble, s'il vous plaît.

28 Je pense qu'il s'agit du paragraphe 255.

Page 14688

1 Q. Monsieur Simic, qu'est-ce que veut dire le mot "escorter" ? Qu'est-ce

2 que cela comprend ?

3 R. Je vais essayer de rafraîchir ma mémoire, puisque je ne travaille pas

4 depuis 11 ans dans la police militaire. D'ailleurs la période que j'ai

5 passée a été assez brève. Je n'ai passé que quatre années. Escorter, c'est

6 une activité tactique. Le fait d'escorter, cela veut dire que l'on escorte

7 à pied ou en voiture les personnes privées de leur liberté du point A au

8 point B.

9 Q. Je voudrais vous donner lecture de cela : "La police militaire

10 participe à l'escorte des prisonniers de guerre importants à partir des

11 stations divisionnaires jusqu'au centre de rassemblement des prisonniers de

12 guerre."

13 De quoi il s'agit quand on parle des stations divisionnaires ?

14 R. Elle est très vieille, cette instruction. C'est à l'époque où il

15 existait des armées, des divisions et des régiments. Au niveau de la

16 brigade, on créait un endroit où l'on rassemblait les prisonniers de

17 guerre, et à partir de cet endroit-là on les escorte jusqu'au poste

18 divisionnaire. Au niveau des armées, il existait une règle indiquant qu'il

19 fallait créer les camps des prisonniers de guerre.

20 C'était difficile de respecter à la lettre cet article. Cette disposition

21 n'aurait pas pu être appliquée dans notre cas, tout au moins cette partie

22 de la disposition.

23 Q. Conformément à cette disposition, est-ce que l'hôpital peut être un

24 endroit de tri, une gare de tri ?

25 R. Non, l'hôpital ou un hôpital ne peut pas être une gare de tri.

26 Q. Vous avez dit que vous aviez pour tâche de fouiller des personnes et de

27 les escorter jusqu'aux cars. Ce que vous avez fait, c'est-à-dire fouiller

28 ces personnes et le fait de les faire monter dans des cars, est-ce que

Page 14689

1 cette action-là et ces mesures que vous avez prises constituent le fait

2 d'escorter ?

3 R. Non. En pratique, ces personnes se sont déplacées pendant environ 20 ou

4 30 mètres. Ce n'était que 20 ou 30 mètres. Nous pouvons seulement dire

5 qu'elles ont été escortées jusqu'aux cars, ou plutôt qu'on les a fait

6 entrer, monter dans le car.

7 Q. Si je ne me trompe pas, vous avez dit que vous étiez allé au car avec

8 un groupe seulement qu'on a vu partir dans ce car ?

9 R. Oui. Je suis allé sur place de façon à pouvoir montrer à ces soldats

10 comment les choses étaient censées être faites, et de façon à ce que je

11 puisse voir qui emmenait ces personnes là-bas, qui emmenait ces personnes à

12 l'intérieur.

13 Q. Monsieur Simic, tout au long de cette période, alors que vous

14 remplissiez ces tâches qui vous avez été confiées par le commandant du

15 bataillon, est-ce que vous avez fait tout cela dans le secteur qui se

16 trouvait devant l'hôpital, que vous avez décrit comme étant une aire

17 relativement vaste où vous vous déplaciez ?

18 R. Excusez-moi, mais je ne vous ai pas vraiment compris. Est-ce que vous

19 voulez parler de la fouille ?

20 Q. Oui, la fouille, la tâche qui vous a été confiée de fouiller les gens.

21 Où vous trouviez-vous pendant cette fouille ?

22 R. Pendant la fouille, j'étais constamment à l'entrée des urgences, en

23 allant de l'entrée des urgences à la grille, et je n'ai pas quitté le

24 secteur pendant tout le temps.

25 Q. Lorsque vous êtes venu à l'hôpital et avant que vous ne mettiez en

26 place des dispositifs de sécurité, avez-vous pu voir combien d'entrées

27 avait l'hôpital ?

28 R. Ce que l'on pouvait voir sans procéder à une fouille particulière,

Page 14690

1 c'était que dans le nouveau bâtiment, le nouvel hôpital, il y avait deux

2 entrées. Je ne sais pas si plus tard nous avons pu établir qu'il y en avait

3 davantage que cela, mais je sais que plus tard nous avons vu, établi que

4 l'on pouvait entrer dans le nouveau bâtiment à partir du vieux bâtiment par

5 un couloir souterrain ou un tunnel.

6 Q. Pendant que vous vous trouviez devant cette entrée où vous étiez en

7 train de fouiller ces personnes et où vous avez vu les personnes en

8 question monter dans les cars, est-ce que vous avez vu Veselin Sljivancanin

9 aller vers les cars ?

10 R. Je l'ai vu entrer et sortir, mais vraiment je ne sais pas où il allait.

11 Q. Où allait-il en entrant et en sortant ?

12 R. Il s'agit de l'entrée de l'hôpital. Il entrait dans l'hôpital.

13 Q. Si je vous comprends bien, vous l'avez simplement vu entrer et sortir

14 de l'hôpital ?

15 R. Oui, oui. En fait, je veux dire que j'avais mes propres tâches et que

16 je faisais essentiellement attention à cela. Je n'étais pas en train de

17 regarder les autres et je n'étais pas en train de voir où ils allaient et

18 qui faisait quoi.

19 Q. Qu'en est-il des autres officiers qui sont venus, ceux que vous ne

20 connaissiez pas ? Est-ce que vous avez vu qu'ils allaient, qu'ils entraient

21 et qu'ils sortaient de l'hôpital ? Est-ce que vous les avez remarqués

22 quelque part dans le voisinage ?

23 R. Je ne sais pas. Je pense que l'un d'entre eux est simplement passé par

24 cette entrée en faisant sortir ces personnes pour lesquelles le tri a été

25 effectué.

26 Q. Hier, lorsque le Procureur vous a posé un certain nombre de questions

27 concernant votre déclaration, vous avez déclaré deux choses, et je vais

28 vous poser des questions concernant deux dates qui sont pertinentes. Je

Page 14691

1 voudrais faire une distinction entre l'évacuation 1 et l'évacuation 2; la

2 première évacuation et la deuxième évacuation. La première évacuation était

3 celle qui avait eu lieu le 19. Vous êtes venu --

4 L'INTERPRÈTE : L'interprète n'a pas entendu l'heure.

5 M. BULATOVIC : [interprétation]

6 Q. Vous avez mis en place votre personnel de sécurité. Vous vous rappelez

7 cela. Il était 14 heures, ensuite vous avez vu Sljivancanin qui se trouvait

8 là et votre commandant de bataillon

9 M. Paunovic; c'est exact ?

10 R. C'est exact.

11 Q. Hier, vous avez dit que le 19, M. Sljivancanin avait quitté l'hôpital

12 avant la tombée de la nuit ?

13 R. Oui.

14 Q. A la suite de cela, est-ce que Veselin Sljivancanin avait quitté

15 l'hôpital avant la tombée de la nuit ?

16 R. Oui.

17 Q. A la suite de cela, est-ce que Veselin Sljivancanin est revenu à

18 l'hôpital le 19 ?

19 R. Non, je ne l'ai pas vu revenir.

20 Q. L'évacuation de civils à laquelle vous avez procédé le 19, quand a-t-

21 elle commencé ? Vous rappelez-vous ?

22 R. Ecoutez, vraiment, je ne m'en souviens pas. Je pense qu'elle a commencé

23 pendant le jour et qu'elle s'est poursuivie pendant une heure ou deux après

24 la tombée de la nuit.

25 Q. Hier, si je me rappelle bien, vous avez dit à l'Accusation que vous

26 connaissiez ces personnes qui allaient à Velepromet où il devait y avoir un

27 centre, où ils allaient se réunir et où ils devaient rester.

28 R. Lorsque j'ai parlé de la fouille à Mitnica, j'ai dit qu'on nous avait

Page 14692

1 dit cela. On nous avait dit que tous ces civils devaient être dirigés vers

2 Velepromet ou un centre de rassemblement ou un centre où ils pourraient

3 rester, avait été mis sur pied. Je ne sais pas si cette idée de Velepromet

4 m'est restée à partir de cela, à partir de ces tâches ou plutôt si plus

5 tard j'ai reçu des renseignements supplémentaires concernant le fait qu'il

6 y aurait eu un centre de rassemblement à Velepromet. Je savais qu'il y

7 avait un centre de rassemblement à Velepromet.

8 Q. Au cours de l'évacuation, est-ce qu'il y avait des officiers qui ont

9 pris part à ce processus, outre vous-même ? Vous étiez évidemment

10 présent et --

11 R. Non, il n'était pas nécessaire que ce soit le cas, parce que tous ceux

12 qui voulaient quitter le secteur étaient libres de le faire. Aucune

13 sélection n'a été opérée.

14 Q. Très bien. Vous avez dit que l'évacuation avait commencé de jour. Sur

15 la base de ce que vous avez dit, j'en ai conclu que Sljivancanin a été là

16 pendant un certain temps. Pendant qu'il était là, avant qu'il ne quitte

17 l'hôpital, a-t-il d'une façon quelconque pris part au processus

18 d'évacuation des civils le 19 ?

19 R. Excusez-moi, je ne me rappelle pas s'il est parti avant l'évacuation ou

20 pendant qu'elle était en cours. Je ne saurais vraiment pas faire de

21 distinction maintenant à ce sujet. Je ne peux pas vous dire qu'il avait

22 effectivement été là lorsque l'évacuation a commencé. Je ne me rappelle pas

23 ce détail.

24 Q. Vous rappelez-vous avoir vu ou observé une partie de l'évacuation au

25 cours de la journée, le jour ?

26 R. Oui.

27 Q. Est-ce que vous avez vu M. Sljivancanin sur place où cette évacuation

28 avait lieu ?

Page 14693

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

15 versions anglaise et française

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 14694

1 R. Je ne peux vraiment pas répondre à cette question. Je ne sais pas s'il

2 était présent lorsque l'évacuation a commencé.

3 Q. Très bien. Vous dites que le 19, votre commandant de bataillon est

4 revenu du briefing, M. Paunovic, et a dit que l'évacuation commencerait le

5 lendemain ?

6 R. Oui.

7 Q. Est-ce qu'il vous a dit que le commandant avait désigné quelqu'un qui

8 serait chargé de l'évacuation, et qui serait la personne principale chargée

9 de l'évacuation ? Est-ce qu'il vous a dit quoi que ce soit à ce sujet ?

10 R. Non. Il m'a simplement parlé de ma partie de la mission. Il a dit qu'il

11 viendrait dans la matinée et que tout se passerait bien.

12 Q. Très bien. Monsieur Simic, avez-vous jamais participé à des briefings

13 au commandement du Groupe opérationnel sud ?

14 R. Non. En tant que commandant de compagnie, j'allais aux briefings qui

15 étaient tenus uniquement au commandement des détachements d'assaut.

16 Q. Le 20, lorsque vous avez escorté ces personnes que vous avez fouillées

17 et que vous avez fait monter dans les cars, est-ce que vous savez où ces

18 cars devaient se diriger ? Non pas ce que vous avez entendu, non pas des

19 ouï-dire. Est-ce que quelqu'un vous a dit directement où ces cars devaient

20 aller ?

21 R. Non. Je vous ai dit que j'avais tout simplement entendu, mais que

22 personne ne me l'avait dit d'une façon officielle. Le commandant de

23 bataillon, lorsqu'il m'avait donné ma mission, ne m'a jamais dit où les

24 cars devaient être dirigés. Il m'a simplement dit d'amener ces personnes

25 jusqu'aux cars.

26 Q. Bien. Soyons brefs. Je vous pose la question directement. Personne ne

27 vous a dit cela ? Bien. Vous avez remis ces personnes au commandant

28 Vukasinovic. Vous les lui avez remises. Est-ce que vous lui avez demandé où

Page 14695

1 les cars allaient ?

2 R. Même si je lui avais demandé, je ne me rappelle pas s'il a répondu ? Je

3 ne me rappelle même pas avoir posé la question.

4 Q. Le Procureur vous a posé deux questions, deux déclarations que vous

5 avez faites. Pourriez-vous, s'il vous plaît, maintenant regarder dans le

6 jeu de documents qui est devant vous, la transcription de votre déclaration

7 faite lors du procès d'Ovcara, à Belgrade, où vous avez témoigné. A la page

8 7 046 --

9 L'INTERPRÈTE : L'interprète n'a pas entendu les chiffres.

10 M. BULATOVIC : [interprétation] Pour la version B/C/S et anglaise, page 13.

11 Je vais vous lire le texte. Page 0461-9790 qui est la version en B/C/S.

12 Pour l'anglais, page 13. Voilà la question qui a été posée par le Tribunal.

13 Monsieur Simic, je cite :

14 "Et vos soldats, ils ont escorté le groupe qui avait été fouillé. Ils l'ont

15 escorté jusqu'au car ?

16 "Témoin Simic, réponse: oui.

17 "Le Juge Président : Est-ce que quelqu'un les a gardés dans le car ? Est-ce

18 qu'il y avait quelqu'un pour les garder dans le car ?

19 "Le témoin Milivoje Simic, réponse : A ce moment-là, je pense que le

20 commandant Vukasinovic l'a fait. Pour autant que je sache, il était

21 responsable du transport. Je leur ai remis. Je pense qu'il y avait aussi

22 des organes de sécurité à bord des cars. Je ne sais vraiment pas si c'était

23 des policiers qui se trouvaient sur les cars."

24 Est-ce que j'ai lu ce que vous avez dit de façon exacte ?

25 R. Oui.

26 Q. Monsieur Simic, ceci se rapporte à quelle date ?

27 R. A la date du 20.

28 Q. A la date du 20. Sur la base de votre réponse, celle dont je viens de

Page 14696

1 donner lecture, qui était responsable du transport de l'hôpital jusqu'à la

2 destination dans ces cars ?

3 R. J'ai dit à ce moment-là, et je pense encore aujourd'hui, que c'était le

4 commandant Vukasinovic.

5 Q. Sur quoi basez-vous votre réponse ?

6 R. J'ai expliqué ceci hier à toutes les personnes présentes ici. C'était

7 lui qui avait le grade le plus ancien. C'était la personne avec qui je

8 communiquais à l'époque.

9 Q. Je vous remercie, Monsieur Simic. Maintenant, voudriez-vous jeter un

10 coup d'il à votre compte rendu ? En B/C/S, c'est la page 15 du compte

11 rendu portant le numéro 0461-9798.

12 M. MOORE : [interprétation] Pourrais-je respectueusement élever une

13 objection ? Pour le moment, je ne suis pas tout à fait sûr de ce qu'est

14 l'objectif de ces questions supplémentaires, ces questions supplémentaires,

15 de façon à être cohérentes. Selon mon sens, ceci ne devrait pas être

16 autorisé. Pourquoi est-ce que le témoin serait appelé à regarder le compte

17 rendu de ce qu'il a dit puisqu'on lui indique déjà ce qu'il a dit à

18 Belgrade ? Je me demande si mon confrère pourrait clarifier le but de cette

19 question.

20 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Maître Bulatovic.

21 M. BULATOVIC : [interprétation] Monsieur le Président, je regrette vraiment

22 la position que prend M. Moore en pensant que ce que je demande maintenant

23 est fastidieux. Le fait que j'intègre le compte rendu.

24 Si vous vous en souvenez bien, hier, bien que le témoin ait eu ces comptes

25 rendus, M. Moore a cité pendant bien 40 minutes, mot à mot, les mots

26 prononcés par le témoin à la fois devant le tribunal militaire et devant la

27 juridiction de district de Belgrade. Ce sujet maintenant est précisément le

28 sujet sur lequel M. Moore a insisté au début de son contre-interrogatoire.

Page 14697

1 Tout ce que je fais, c'est tenter de comparer deux déclarations faites par

2 ce témoin portant sur le même fait et ceci conclura mes questions

3 supplémentaires. Je ne vois rien de fastidieux. Je pense qu'il est tout à

4 fait impropre de faire de telles objections.

5 Avec votre permission, je souhaiterais pouvoir poursuivre.

6 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Maître Bulatovic, le mot "boring" en

7 anglais ou fastidieux n'a pas été utilisé en anglais. Il s'est passé

8 quelque chose au niveau de la traduction. C'est la première défense que je

9 fais de M. Moore aujourd'hui.

10 Maintenant, M. Moore, y a-t-il quelque chose que vous souhaitiez

11 ajouter ?

12 M. BULATOVIC : [interprétation] Je peux résoudre le problème. Je veux

13 immédiatement présenter des excuses à M. Moore. La traduction que j'ai

14 reçue était "boring", "fastidieux", "ennuyeux", le mot serbe étant

15 inaudible, tandis que le mot qui a été dit, était "dosledan" qui était

16 "cohérent". Je présente mes excuses pour cela; j'ai mal entendu

17 l'interprétation.

18 M. MOORE : [interprétation] Je soupçonne que mon confrère exprime

19 simplement le point de vue que d'autres personnes ont adopté.

20 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Laissons les choses là avec ce

21 commentaire, Monsieur Moore.

22 Poursuivez, Maître Bulatovic.

23 M. BULATOVIC : [interprétation] Je vais faire de même, Monsieur le

24 Président.

25 Q. Monsieur Simic, à la page 15 du compte rendu du procès d'Ovcara à

26 Belgrade. Les pages numéros 0461-9798. Version anglaise page 29.

27 La question qui était posée par le procureur adjoint Dusan Knezevic :

28 "Qui était chargé de -- vous avez dit quelque chose à ce sujet, retournons-

Page 14698

1 y. Il s'agit de la sélection et de l'organisation du transport de ces

2 personnes depuis l'hôpital jusqu'à une autre destination.

3 "Le témoin Milovo Simic a répondu: Pour autant que je le sache, mon

4 commandant de bataillon en était chargé. Je crois que le commandant

5 Sljivancanin était chargé de l'ensemble de l'opération."

6 Voilà, Monsieur Simic, lorsque cette question vous a été posée, en ce

7 qui concerne le transport de ces personnes, qu'est-ce que cela a voulu dire

8 pour vous, le transport de ces personnes ? Qu'est-ce que vous avez compris

9 qu'on voulait dire lorsque vous avez répondu cela ?

10 R. Transport de ces personnes loin du secteur de l'hôpital.

11 Q. Est-ce que cela pouvait être compris par le mot "transport" ?

12 R. Oui.

13 Q. Monsieur Simic, étant donné que ce que vous avez dit un peu plus tôt,

14 je vous ai fait la citation exacte. Vous avez dit - et ceci a été

15 enregistré dans le compte rendu - que le commandant Vukasinovic était

16 responsable de ce transport. Ici vous dites qu'en ce qui concerne le tri et

17 le transport de ces personnes, M. Sljivancanin était en charge.

18 Pouvez-vous concilier ce que cela signifie ? Est-ce que vous étiez

19 dans l'erreur ? Qu'en est-il ?

20 M. MOORE : [interprétation] Excusez-moi.

21 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Monsieur Moore.

22 M. MOORE : [interprétation] Je voudrais dire qu'il n'y a absolument aucune

23 base pour la façon dont mon confrère pose la question. Les problèmes qui se

24 posent, selon moi, sont différents. Il est fait référence aux réponses qui

25 ont été données à propos de l'ensemble de l'opération, ceci en contraste

26 avec Vukasinovic seul et le transport proprement dit. Je voudrais dire que

27 ceci n'est pas un sujet qui se prête à des questions supplémentaires sous

28 cette forme.

Page 14699

1 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Je vous remercie, Monsieur Moore.

2 Maître Bulatovic, vous êtes en train d'essayer de tirer avantage de

3 cette déclaration. Le témoin et moi-même pensons que ceci peut être

4 justifié. S'il y a des questions concernant la réponse du témoin sur

5 lesquelles vous n'êtes pas au clair, s'il vous plaît, posez ces questions.

6 Si vous pensez que l'une quelconque de ces réponses ou de ces

7 déclarations faites aux Juges n'ont pas été correctement comprises, vous

8 pouvez lui poser la question, à savoir ce qu'il voulait dire par ces

9 observations. Ne lui suggérez pas ce qu'il voulait dire ou ne discuter pas

10 avec lui pour dire qu'il voulait probablement dire quelque chose d'autre

11 parce qu'il y aurait telle ou telle pensée qui vous vient à l'esprit. Vous

12 comprenez ? Vous allez trop loin. Je ne vous empêche pas de traiter du

13 sujet si vous croyez que ces aspects nécessitent qu'on y prête attention.

14 M. BULATOVIC : [interprétation] Monsieur le Président, j'ai juste essayé de

15 dire deux choses au témoin, à savoir qu'il s'est exprimé de façon

16 différente en ce qui concerne le même fait à deux occasions différentes.

17 L'une, c'était celle du transport à la page 7 en B/C/S, ou plutôt à la page

18 13, où le témoin a dit que le commandant Vukasinovic était en charge du

19 transport.

20 Plus tard, dans la même déposition --

21 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Maître Bulatovic, vous pouvez dire

22 cela. Vous pouvez poser la question au témoin et faire en sorte qu'il vous

23 confirme cela. Nous ne voulons pas que vous donniez des ordres sur ce que

24 c'est; nous voulons ses idées à lui. Est-ce que vous pouvez comprendre

25 cela ? Je vous remercie.

26 M. BULATOVIC : [interprétation] Je comprends, Monsieur le Président.

27 J'accepte pleinement votre suggestion et je vais revenir sur mes pas.

28 Q. Monsieur Simic, à la page 7 du compte rendu du procès d'Ovcara à

Page 14700

1 Belgrade, en anglais page 13. 0461-9790. Vous dites que vous parliez au

2 commandant Vukasinovic. Vous avez dit : "En ce qui me concerne et pour

3 autant que je le sache, il était responsable du transport."

4 La question que je pose est la suivante : veuillez nous dire, s'il

5 vous plaît, sur la base de quoi vous êtes parvenu à cette conclusion

6 lorsque vous avez dit cela ? Sur la base de quels paramètres pouvez-vous

7 conclure cela ?

8 R. C'est parce que c'était l'officier le plus ancien dans la région, dans

9 la proximité des cars. Il se trouvait à côté des cars. Lorsque je suis

10 arrivé sur place, je lui ai remis ces personnes, à lui précisément. Sur

11 cette base, j'ai conclu qu'il était la personne qui était responsable au

12 premier titre en ce qui concerne ce transport.

13 Q. Bien, Monsieur Simic. Si tel est le cas, sur la base de ce que vous

14 avez dit, lorsque vous avez répondu à la question posée par le bureau du

15 Procureur le même jour, un peu plus tard en ce qui concerne le transport,

16 vous avez répondu que la deuxième fois c'était Veselin Sljivancanin qui

17 était en charge du transport. Ceci à la page 29 de l'anglais. Dans la

18 question posée par le Procureur, il est question de triage, de sélection et

19 d'organisation des transports.

20 M. MOORE : [interprétation] Dans ma page 29, il n'est pas question de

21 transport.

22 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Essayez de trouver cette question à la

23 fin de la page 28, Monsieur Moore.

24 M. MOORE : [interprétation] Je vous remercie beaucoup, c'est très utile.

25 M. BULATOVIC : [interprétation]

26 Q. Je ne sais pas comment cela a été traduit en anglais. Voudriez-vous,

27 s'il vous plaît, répondre, Monsieur Simic ?

28 R. Pour vous dire la vérité, je ne me rappelle plus si j'ai même entendu

Page 14701

1 poser la question intégrale. Parce qu'il est évident qu'il y avait quelque

2 chose d'illogique là. A une reprise, j'ai dit que le commandant Vukasinovic

3 était en charge. Ce que j'avais à l'esprit, c'était qu'il y avait des

4 activités qui se déroulaient dans l'enceinte de l'hôpital. Il était très

5 probable que si le commandant Sljivancanin avait été responsable du

6 transport, il serait parti en même temps que les autocars. Toutefois, le

7 commandant Sljivancanin est resté à l'hôpital même après que les cars

8 furent partis.

9 M. BULATOVIC : [interprétation] Je vous remercie, Monsieur Simic.

10 Monsieur le Président, Mesdames, Monsieur le Juge, un instant, s'il vous

11 plaît.

12 Monsieur le Président, j'ai terminé mes questions supplémentaires. Je n'ai

13 pas de questions supplémentaires pour ce témoin.

14 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Je vous remercie beaucoup, Maître

15 Bulatovic.

16 Monsieur Simic, vous serez heureux savoir que vous êtes maintenant libre de

17 retourner chez vous et de célébrer votre anniversaire comme vous le

18 souhaitez et de rentrer chez vous à un moment qui convient. La Chambre

19 souhaite vous remercier d'être venu et d'avoir assisté comme vous l'avez

20 fait.

21 La Chambre va maintenant lever la séance pour la première suspension

22 d'audience et le juriste de la Chambre vous guidera hors du prétoire.

23 Nous reprendrons à 16 heures 20.

24 [Le témoin se retire]

25 --- L'audience est suspendue à 16 heures 00.

26 --- L'audience est reprise à 16 heures 22.

27 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Monsieur Moore. Vous avez la priorité.

28 M. MOORE : [interprétation] Monsieur le Président. J'essaierai d'être bref.

Page 14702

1 Nous avons entendu clairement du dernier témoin qu'il y a encore deux

2 témoins qui sont présents maintenant. Je comprends les difficultés de mon

3 éminent confrère en ce moment, mais quand même, ils sont trois dans

4 l'équipe. Nous serions reconnaissants si les notes de récolement nous

5 soient communiquées dans un délai raisonnable.

6 Par rapport à M. Korica, nous avons eu les notes de récolement hier,

7 mais nous n'avons pas encore reçu des notes supplémentaires et je ne

8 voudrais pas que la procédure soit retardée à cause de cela.

9 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Vous devez être complètement direct,

10 Monsieur Moore, lorsque vous dites cela. Je pense que la Défense avait

11 aussi des difficultés par rapport à vos notes de récolement.

12 Peut-être que vous avez oublié cela entre-temps.

13 Maître Lukic, vous avez la parole.

14 M. LUKIC : [interprétation] C'est ce que je voulais dire, Monsieur le

15 Président. Votre critique, à savoir vos instructions par rapport aux notes

16 de récolement, j'ai compris cela de façon sérieuse.

17 Je pense que ces notes de récolement sont assez vastes. Korica Branko

18 était en quelque sorte un témoin intéressant. Il sera dans le prétoire un

19 témoin intéressant, parce que c'est quelqu'un avec qui jusqu'ici personne

20 ne lui a parlé. Il n'a pas donné de déclaration, donc il n'a témoigné nulle

21 part jusqu'ici, ce qui m'a étonné, je dois dire. Nous allons faire de notre

22 mieux pour qu'il n'y ait pas de problème par rapport au retardement de la

23 procédure.

24 Avant que le témoin n'entre, il y a trois points que j'aimerais

25 soulever. Korica Branko a 70 ans. Il a des problèmes cardiaques. Je lui ai

26 dit qu'il y a la possibilité s'il est fatigué de faire des pauses plus

27 fréquentes, mais il pense qu'il est capable de tenir jusqu'au bout, c'est

28 pour cela que j'ai voulu avertir la Chambre sur ce sujet.

Page 14703

1 Le deuxième point concerne la photographe MFI que M. Moore présente

2 aux témoins, comme j'ai présenté la vidéo de M. Hadzic. D'abord, sur cette

3 photographie, en bas, est indiqué qui est sur la photo en B/C/S, et si M.

4 Moore, dans le futur, a l'intention de présenter cette photographie à

5 certains témoins, il serait correct de ne pas avoir les noms sur cette

6 photographie, il faut les rayer.

7 C'est une photocopie conformément à la liste 65 ter de l'Accusation

8 du mémoire préalable au procès, mais c'est la photo, ce qui est encore plus

9 intéressant, pour laquelle M. Moore nous a dit qu'il présenterait à M.

10 Sljivancanin conformément à la liste des moyens de preuve sur la liste de

11 l'Accusation, mais il ne l'a pas présentée. Je pense qu'il aurait été plus

12 raisonnable de montrer cette photographie à la personne qui se trouve sur

13 la photographie

14 Hier, je n'étais pas présent et j'ai parcouru le compte rendu. Je dois dire

15 au nom de mon équipe, deux choses. Nous sommes peut-être d'un autre système

16 juridique et tous les points ne sont pas clairs et nous sommes parfois en

17 collision avec d'autres systèmes juridiques, mais j'aimerais souligner

18 l'une de vos instructions.

19 Vous savez certainement qu'au moment où les témoins témoignent, ils

20 reçoivent une copie des déclarations qu'ils ont déjà faites. J'aimerais

21 savoir si vous vous opposez au fait que le témoin dispose de cette

22 déclaration avant de commencer à témoigner ou vous êtes d'accord pour que

23 le témoin dispose de sa déclaration avant le témoignage. Donc, j'ai compris

24 que le témoin peut disposer d'une copie de sa déclaration au cours du

25 témoignage. C'est comme cela que j'ai compris votre instruction.

26 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Maître Lukic, d'abord, le premier

27 point que vous avez soulevé, il n'est pas inapproprié de montrer au témoin

28 ses déclarations précédentes et qu'il dispose d'une copie de ses

Page 14704

1 déclarations. Il peut en disposer au moment où il témoigne. C'est une

2 question ouverte, à savoir s'il s'agit du témoin de l'Accusation ou de la

3 Défense. C'est une question ouverte, à savoir que c'est au Conseil qui

4 contre-interroge le témoin de voir si quand le témoin passe une nuit durant

5 le témoignage, de s'adresser à la Chambre en demandant l'instruction aux

6 fins de limiter l'utilisation de telles déclarations. S'il pense que cela

7 pourrait avoir une incidence négative aux contre-interrogations, il peut

8 soulever cette question.

9 Hier soir, il semblait que la base raisonnable de la transcription de M.

10 Moore existait. Je ne me souviens pas que cela soit arrivé durant cette

11 affaire. Ce n'est pas une pratique habituelle.

12 Il peut y avoir d'autres moments où M. Moore réagira pour ce qui est

13 des pauses. Nous, nous ne pouvons pas prendre des pauses plus brèves. Parce

14 que tout à l'heure, nous avons eu la pause la plus brève, de façon

15 théorique, à savoir 20 minutes. S'il est nécessaire d'avoir des pauses plus

16 fréquentes, nous allons procéder ainsi, à savoir si quelqu'un est malade ou

17 si on peut voir que cela cause des problèmes.

18 Pour cette personne, nous pouvons le faire. Je ne pense pas qu'il y

19 ait eu d'autres points que vous avez soulevés et qui nécessiteraient mon

20 commentaire à ce moment.

21 Je pense que nous pourrions faire entrer le témoin dans le prétoire.

22 Pendant que le témoin entre dans le prétoire, tous les conseils

23 remarqueront que nous avons réussi à réserver cette salle pour l'utiliser

24 durant la semaine prochaine. Me Lukic, si vous êtes en retard, la Chambre

25 vous donne la possibilité de s'en tenir à cette date du 8 décembre. Nous

26 avons besoin de savoir si jusqu'à la fin de cette semaine vous pouvez

27 respecter cette date. Est-ce que vous pourriez tenir compte de cela ?

28 Après, est-ce que vous pourriez nous faire savoir demain soir ou vendredi

Page 14705

1 soir, si la semaine prochaine nous devrions avoir des audiences plus

2 longues.

3 M. LUKIC : [interprétation] J'ai pensé à cela quand j'ai pensé à mon

4 programme pour cette semaine, pour les témoins de cette semaine. Vendredi,

5 je vais faire un nouveau programme et je vais vous informer là-dessus.

6 Jusqu'ici, nous respectons tout à fait le délai qui nous a été

7 accordé ou imparti.

8 [Le témoin est introduit dans le prétoire]

9 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Monsieur Korica, bonjour.

10 Pourriez-vous, s'il vous plaît, prendre cette feuille et nous donner

11 lecture de la déclaration solennelle.

12 LE TÉMOIN : [interprétation] Je déclare solennellement que je dirai la

13 vérité, toute la vérité et rien que la vérité.

14 LE TÉMOIN: BRANKO KORICA [Assermenté]

15 [Le témoin répond par l'interprète]

16 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Merci, Monsieur. Vous pouvez vous

17 asseoir.

18 Maintenant, Me Lukic va vous poser des questions.

19 Maître Lukic, vous pouvez commencer.

20 Interrogatoire par M. Lukic :

21 Q. [interprétation] Bonjour, Monsieur Korica.

22 R. Bonjour.

23 Q. Pouvez-vous décliner votre identité, s'il vous plaît, pour que cela

24 soit consigné au compte rendu.

25 R. Je m'appelle Korica Branko.

26 Q. Vous êtes né, Monsieur Korica, en 1936, en Croatie dans une localité

27 près de Gospic, n'est-ce pas ?

28 R. Oui.

Page 14706

1 Q. Je vais parler maintenant de votre carrière. Dites-nous de quelle

2 appartenance ethnique vous êtes ?

3 R. Je suis Serbe.

4 Q. Nous pouvons dire que toute votre carrière professionnelle a été liée à

5 l'armée et à la JNA ?

6 R. Oui.

7 Q. En 1953, vous vous êtes inscrit à l'école pour les sous-officiers à

8 Zrenjanin et en 1955 vous avez obtenu le diplôme à Bileca, n'est-ce pas ?

9 R. Oui.

10 Q. Vous étiez à l'armée jusqu'au 31 décembre 1986 où vous êtes parti à la

11 retraite au grade d'officier première classe.

12 R. Au grade de sous-officier, première classe.

13 Q. La plupart de votre carrière militaire, vous travaillez au sein des

14 organes chargés de la sécurité, à savoir dans la période de 1959 jusqu'à

15 1986, où vous êtes parti à la retraite, n'est-ce pas ?

16 R. Oui.

17 Q. Pendant que vous travailliez aux organes chargés de la sécurité à

18 partir de 1971 jusqu'à votre retraite, vous avez travaillé au groupe de

19 contre-renseignement de la 1ère Région militaire de la

20 1ère Armée, n'est-ce pas ?

21 R. Oui.

22 Q. Vous êtes veuf. Vous avez un enfant. Je veux souligner que la période

23 pendant laquelle vous avez travaillé à la 1ère Région militaire pendant un

24 certain temps, les chefs de ce groupe du contre-renseignement étaient

25 Farkas Geza, Lenko Milic et Vujic Bogdan, n'est-ce pas ?

26 R. Oui.

27 Q. Pouvez-vous vous souvenir pendant combien de temps Vujic Bogdan a été

28 votre chef, votre supérieur ?

Page 14707

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

15 versions anglaise et française

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 14708

1 R. Vujic Bogdan était mon supérieur hiérarchique. Je pense, en 1981, peut-

2 être jusqu'en 1983. Je n'en suis pas sûr.

3 Q. Merci. J'ai déjà dit que vous êtes parti à la retraite en 1986. A quel

4 moment il est arrivé que vous avez été appelé à vous présenter à la JNA ?

5 R. C'était le 1er novembre 1991.

6 Q. Pouvez-vous nous dire ce qui s'est passé à ce moment-là ? Chez qui vous

7 êtes-vous présenté et comment ?

8 R. Nous étions trois, trois retraités. Moi-même, Krgo Mladen et Mitrovic

9 Bozo. Nous nous sommes rendus en visite chez nos collègues de la 1ère Armée.

10 Entre autres, nous avons rendu visite au général, quand nous avons rendu

11 visite au général dont je ne me souviens pas le nom.

12 Q. Nous allons vous aider. Il s'agit de Babic Mile.

13 R. Je m'excuse de cela.

14 Q. Que s'est-il passé par la suite ?

15 R. Après un entretien bref, le feu Bozo m'a dit - puisqu'ils se

16 connaissaient bien depuis le temps où ils étaient à Sarajevo - il a dit :

17 Camarade général, j'ai amené ces deux pour que vous les envoyiez au front.

18 Le général a pris cela au sérieux. Il nous a dit : Allez tout de suite au

19 bataillon de police. Prenez des uniformes et demain matin présentez-vous au

20 commandement de l'armée. Korica, toi tu vas à Sid chez le colonel Petkovic

21 et Grgo reste ici au commandement pour s'occuper des tâches

22 administratives.

23 Q. Je vous remercie. J'ai calculé qu'à l'époque vous aviez

24 55 ans. Vous étiez déjà à la retraite. Dites-nous si à l'époque vous étiez

25 toujours le sous-officier en réserve de la JNA.

26 R. Oui.

27 Q. Où êtes-vous parti par la suite ?

28 R. Grgo restait au commandement. Je suis parti à bord d'un véhicule

Page 14709

1 militaire à Sid. Je me suis présenté au colonel Petkovic, qui était au

2 bureau de poste à Sid. Il m'a déployé après une brève conversation chez le

3 capitaine Muncan, qui allait être mon chef, Muncan Dragan. Un de mes

4 collègues est venu me prendre au bureau de poste et m'a amené dans un

5 appartement qui n'était pas très loin où ils étaient et où nous étions

6 pendant tout ce temps-là.

7 Q. Monsieur Petkovic, pouvez-vous nous dire quelle était sa fonction à Sid

8 à l'époque ?

9 R. Il était chef chargé de la sécurité du Groupe opérationnel centre.

10 Q. Merci. Où se trouvait le siège de cet organe ?

11 R. Le siège de cet organe se trouvait à la poste à Sid.

12 Q. Vous avez dit que le capitaine Muncan était votre supérieur

13 hiérarchique direct. Quel était le nombre de personnes qui se trouvaient au

14 sein de ce groupe ?

15 R. Muncan était mon supérieur. Avec nous étaient encore le capitaine

16 Musesku Petar et le sergent en chef Radakovic Nebojsa.

17 Q. Bien. Pouvez-vous nous dire brièvement ce que vous avez fait à Sid

18 pendant cette période-là. Quelles étaient vos tâches ?

19 R. Au début, mes tâches étaient de procéder aux entretiens d'information

20 avec des personnes qu'on emmenait au centre d'accueil et avec les personnes

21 qui ont quitté le territoire en guerre. Pour la plupart, il s'agissait de

22 Serbes.

23 Q. D'où ont été emmenées ces personnes au centre d'accueil ? De quelle

24 appartenance ethnique ils étaient ?

25 R. Au centre d'accueil ou de rassemblement, ont été emmenées les personnes

26 de toutes les parties du territoire en guerre. Principalement, il

27 s'agissait de Croates. Il y avait également des personnes appartenant à

28 d'autres groupes ethniques. Il y avait également des Slovaques.

Page 14710

1 Q. Savez-vous pendant combien de temps ils étaient là-bas, s'ils étaient

2 partis ailleurs de cet endroit-là ?

3 R. Ils y sont restés brièvement. Après avoir fait le tri, il y en avait

4 qui pouvait partir chez eux. Les autres, ils y restaient pendant deux ou

5 trois mois, après quoi ils étaient partis à Sremska Mitrovica ou à Begaci,

6 dans un camp à Begaci.

7 Q. Par rapport aux entretiens d'information auxquels vous avez procédé,

8 dites-nous à qui vous avez envoyé des rapports par rapport à cela ?

9 R. J'ai fait rapport au capitaine Muncan, mon supérieur hiérarchique

10 direct. Lui, il faisait rapport au colonel Petkovic.

11 Q. Qui vous confiait des tâches ?

12 R. Muncan m'a confié des tâches, Petkovic confiait des tâches à Muncan.

13 Q. Cette sorte d'activités qui était les vôtres, est-ce que pendant que

14 vous étiez au groupe chargé du contre-renseignement de la 1ère Armée, est-ce

15 que c'était vos activités également ? Est-ce que vous connaissez ces

16 activités parce que vous avez fait cela avant ?

17 R. Je peux dire qu'il s'agissait des activités de base, parce que tout

18 commençait par des entretiens d'information.

19 Q. Pendant que vous étiez à Sid, vous souvenez-vous si vous aviez eu des

20 contacts avec les organes chargés de la sécurité de la Brigade de la Garde

21 du Groupe opérationnel sud ou avec le commandant Sljivancanin ou avec

22 quelques-uns de ses collaborateurs ?

23 R. Je ne sais pas si Petkovic a eu des contacts. Je n'ai jamais rencontré

24 ces personnes, aucune.

25 Q. Bien. Monsieur Korica, dites-nous si vous êtes parti de Sid à un moment

26 donné dans la direction de la région de Vukovar, pour m'exprimer ainsi, si

27 oui, pouvez-vous nous dire comment cela s'est passé, à quelle occasion, et

28 cetera ?

Page 14711

1 R. Le capitaine Muncan, dans la matinée du 19, peut-être dans la soirée,

2 il nous a dit de partir à Negoslavci, de nous présenter au colonel Mrksic à

3 la Brigade de la Garde, parce que là-bas, il faudrait que nous aidions au

4 triage des personnes à Vukovar, où il y avait beaucoup de personnes qui se

5 sont rendues, qui ont été arrêtées et qui ont été réfugiées. Il a dit que

6 le commandant Sljivancanin ne pouvait pas résoudre cela tout seul, que nous

7 serions rattachés au groupe qui est venu de la direction chargée de la

8 sécurité au sein duquel se trouvait le colonel Vujic Bogdan, Tomic,

9 Kijanovic et une autre personne. Je ne me souviens pas qui il était.

10 Q. Est-ce que vous avez rencontré les personnes de la direction chargée de

11 la sécurité à Sid ou pas ?

12 R. Nous les avons rencontrés à Negoslavci chez le colonel Mrksic.

13 Q. Bien. Est-ce que vous vous souvenez qui étaient membres de votre groupe

14 quand vous êtes parti pour Negoslavci et quand vous êtes arrivés à

15 Negoslavci, à quelle heure ?

16 R. A Negoslavci, nous sommes partis avant la tombée de la nuit. Dans le

17 groupe se trouvaient Muncan, moi-même, Musesku et Radakovic. C'était à bord

18 de notre véhicule, les personnes qui se trouvaient à bord de notre

19 véhicule. Nous sommes arrivés à notre destination pendant la nuit.

20 Q. Où êtes-vous arrivés ?

21 R. Nous sommes entrés au bâtiment où se trouvait le commandement de la

22 brigade, où nous avons trouvé le groupe composé de trois colonels et le

23 colonel Mrksic, au bureau. Je pense qu'il s'agissait de la salle des

24 opérations.

25 Q. Pouvez-vous nous décrire ce qui s'est passé dans cette salle des

26 opérations ?

27 R. Nous nous sommes assis. Il y avait plusieurs petits fauteuils et des

28 chaises. Nous sommes assis autour d'une table, nous tous. Un peu plus loin,

Page 14712

1 sur une sorte de podium, se trouvait une table à la laquelle était assis le

2 colonel Mrksic. Sur les murs se trouvaient accrochées les cartes

3 topographiques avec les positions indiquées ainsi que d'autres choses.

4 Q. Vous souvenez-vous si une conversation se serait engagée ?

5 R. Le colonel Mrksic avait déjà commencé une conversation avec les

6 colonels. Lorsque nous sommes arrivés, nous n'avons fait que les rejoindre

7 pour les écouter. Le colonel Mrksic nous a présenté la situation qui

8 prévalait à Vukovar et autour de Vukovar. Il nous a parlé de la situation

9 au sein de l'unité. Il nous a dit quel était le nombre de personnes qui

10 n'étaient plus au sein de la Brigade de la Garde. Il s'agissait d'un nombre

11 de 600 personnes. Il en a parlé pendant à peu près une demi-heure.

12 Q. Avez-vous vu Sljivancanin, si oui, qu'est-ce que vous pouvez nous dire

13 par rapport à cela ?

14 R. Pendant que le colonel Mrksic nous parlait de ce que je viens

15 d'énumérer, il nous a également dit de rester ici et d'attendre l'arrivée

16 de Sljivancanin qui allait nous parler plus en détail des tâches à

17 exécuter. Sljivancanin est arrivé une demi-heure après ou peut-être plus de

18 temps après. Il nous a salués tous l'un après l'autre. Il a dit qu'il

19 n'avait pas beaucoup de temps pour être avec nous, parce qu'il était en

20 train de parler avec Vesna Bosanac qui elle aussi allait nous aider par

21 rapport aux activités à accomplir.

22 Il a dit que l'activité principale se déroulerait à Velepromet le

23 soir même. Notre tâche principale à exécuter le lendemain matin était celle

24 à l'hôpital de Vukovar.

25 Q. Est-ce qu'il a dit autre chose, d'autres détails par rapport à cela ?

26 R. Il nous a dit que tout le monde ne pouvait se rendre à l'hôpital, parce

27 qu'il y avait un certain nombre de ses hommes à la disposition et qu'il

28 suffisait que deux de ces personnes partent. A ce moment-là, le colonel

Page 14713

1 Vujic a pris la parole et il a dit : Branko Korica et moi-même, nous allons

2 partir. Ensuite --

3 Q. Juste un instant, s'il vous plaît. De votre biographie - et vous avez

4 confirmé que Bogdan Vujic était pendant une certaine période votre

5 supérieur - et lorsque vous vous êtes rencontrés à Negoslavci, dites-nous

6 si vous étiez en bons rapports ? Quels étaient vos rapports compte tenu du

7 fait que vous aviez travaillé ensemble avant ?

8 R. Avec Vujic, j'étais toujours en bons rapports. D'abord, il était mon

9 supérieur. Tout subordonné peut en vouloir pour quelque chose à son

10 supérieur, mais cela n'influençait pas du tout nos rapports. A Negoslavci,

11 nous nous sommes salués chaleureusement et tout allait bien. Il n'y avait

12 pas de problèmes.

13 Q. Est-ce que Sljivancanin vous a dit quoi que ce soit concernant

14 Velepromet ? Est-ce que vous avez parlé de ce que vous deviez faire ?

15 R. Oui, on a parlé de cela. Sljivancanin m'a dit que Vujic et moi nous

16 devions repartir avec lui à 6 heures le lendemain matin. Les autres

17 devaient rester à Velepromet et que, ce soir là, il fallait préparer

18 l'évacuation des personnes qui étaient arrivées à Velepromet.

19 Q. Est-ce que Sljivancanin vous a donné des informations à Velepromet ?

20 Est-ce qu'il vous a dit qui était le chef de cette installation ?

21 R. Il m'a dit que c'était une installation tenue par la Défense

22 territoriale, mais qu'à présent un capitaine à nous était là, un dénommé

23 Borisavljevic.

24 Q. A cette occasion, est-ce que Sljivancanin vous a dit qu'il pourrait

25 vous arriver des choses désagréables à Velepromet ?

26 R. Non. Ce soir là, non.

27 Q. Ce soir-là, en cette occasion-là, vous a-t-il dit qu'il pourrait y

28 avoir des Chetniks qui égorgent des Oustashi là-bas ?

Page 14714

1 R. Non, ils étaient là pendant toute cette période-là. Nous étions tous

2 dans une petite pièce. Je l'aurais entendu. Je n'ai pas entendu une phrase

3 semblable.

4 Q. Vous souvenez-vous si vous êtes sorti de cette salle avec Sljivancanin

5 ou est-ce que vous êtes sorti et lui il est resté ?

6 R. Sljivancanin était le premier à partir. Nous nous sommes organisés pour

7 nous rendre à Velepromet en deux voitures. J'étais dans une voiture avec

8 Muncan et les quatre autres, les colonels et les autres, étaient dans

9 l'autre voiture.

10 Q. Maintenant, nous allons passer aux événements de Velepromet. Avant

11 cela, je vais vous poser une question : à quel moment vous voyez

12 Sljivancanin la prochaine fois après celle-ci ?

13 R. La prochaine fois, je le vois le lendemain matin, vers

14 6 heures du matin, au moment où nous nous dirigeons vers l'hôpital.

15 Q. Merci. Pouvez-vous nous dire, en dépit du temps passé, quelle était

16 l'ambiance que vous avez retrouvée à Velepromet en y arrivant ?

17 R. L'ambiance à Velepromet n'était pas agréable du tout. Il y avait

18 beaucoup de monde. La population était là aussi, nous aussi, les membres de

19 la Défense territoriale, des femmes, des enfants. Il faisait assez froid

20 aussi, surtout pour les enfants. Donc, des femmes, des enfants, des

21 personnes âgées étaient là.

22 Plus tard, j'ai appris que dans les hangars se trouvaient les hommes,

23 les hommes qu'il fallait évacuer.

24 Q. Est-ce que vous vous souvenez si une réunion se déroulait à Velepromet

25 au moment où vous y arrivez ?

26 R. Je suis arrivé un petit peu après cela, après Vujic et après sa

27 voiture. Ils avaient déjà commencé à avoir une réunion dans une pièce où je

28 ne suis pas allé. Puisque mon chef a assisté à la réunion, il n'y avait

Page 14715

1 aucun besoin pour que j'y assiste.

2 Q. Quand vous dites "votre chef", qui était votre chef ?

3 R. Muncan était mon chef jusqu'alors, ensuite c'était Bogdan Vujic, le

4 colonel.

5 Q. Comment se fait-il que Bogdan Vujic soit devenu votre chef ?

6 R. Parce qu'il a le grade de colonel.

7 Q. Là, vous parlez de Velepromet ou de l'hôpital ?

8 R. Les deux.

9 Q. Bien. Monsieur Korica, le nom de Srecko Borisavljevic, est-ce que ce

10 nom vous dit quelque chose puisque vous l'avez déjà mentionné ?

11 R. Oui. On nous a dit qu'un de nos officiers, un capitaine Borisavljevic

12 se trouvait à ce moment-là auprès de la Défense territoriale. Il a assisté

13 à une réunion qui était organisée par le colonel Vujic et par Ljubinko

14 Sreckovic, un membre de la Défense territoriale qui était dans la Défense

15 territoriale, un des hommes les plus importants là-bas, peut-être celui qui

16 était le plus important.

17 Q. Vous avez parlé de Ljubinko Sreckovic; c'est bien cela ?

18 R. Non. Stojanovic.

19 Q. Monsieur Korica, voulez-vous vous reposer un peu, prendre un verre

20 d'eau ? Dites-le-nous, nous pourrons prendre une pause. Dites-le aux Juges

21 de la Chambre si vous en avez besoin.

22 R. On continue.

23 Q. Je vous soutiens.

24 Est-ce que vous avez rencontré Srecko Borisavljevic, est-ce qu'il était là

25 ce soir-là ?

26 R. Oui, je l'ai rencontré.

27 Q. Que s'est-il passé ensuite ? Avant de continuer, pourriez-vous nous

28 dire quelle est la partie de la soirée où tout cela se passait, puisque

Page 14716

1 vous avez dit que vous êtes arrivés dans la nuit mais à quel moment dans la

2 nuit. Est-ce que c'était tard dans la nuit, avant la nuit, après minuit ?

3 R. Nous sommes arrivés à Negoslavci au début de la soirée et nous sommes

4 arrivés à Velepromet, je pense bien dans la soirée vers

5 9 heures du soir même.

6 Q. Les événements que nous allons aborder à présent se sont produits vers

7 10 heures du soir. Qu'est-ce que vous avez vu là-bas ? Qu'est-ce que vous

8 avez pu observer à Velepromet à ce moment-là ?

9 R. Il y avait beaucoup de monde. J'ai rejoint la foule. J'ai observé un

10 peu la situation dans l'enceinte de Velepromet pour voir ce qui s'y

11 passait. Il n'y avait rien de particulier au vu de la situation. J'ai été

12 le plus touché par les cris des enfants, les pleurs.

13 Ensuite, j'ai vu une pièce en faisant cette tournée devant le hangar,

14 au bout du hangar, parce que la porte était ouverte. J'ai vu un groupe des

15 membres de la Défense territoriale qui bougeaient un peu dans cette pièce.

16 D'après ce que j'ai pu voir, ils étaient tous ivres.

17 Je suis revenu et j'ai informé le colonel Vujic. Je lui ai dit. J'ai

18 vu qu'il y avait des gens suspects dans cette pièce, ils ressemblaient à

19 des ivrognes. J'avais peur qu'ils nous fassent quelque chose de mauvais.

20 C'est pour cela que j'en ai informé mon supérieur qui a pris la décision de

21 s'y rendre personnellement. Je ne suis pas allé avec lui. Il y a eu un

22 petit conflit parce que ces gens étaient vraiment ivres.

23 Il y en avait un qui s'est particulièrement remarqué. Par la suite,

24 j'ai appris qu'il s'appelait ou qu'il était appelé Topola. Il était sale,

25 pas propre, mal rasé, cheveux longs, quelqu'un d'inacceptable de tous

26 points de vue, pas propre sur lui. Il était assez ivre. Il est entré

27 immédiatement en conflit avec Vujic parce qu'il a demandé qu'il ne prenne

28 pas de prisonniers.

Page 14717

1 Q. Attendez un instant. Vous avez décrit cela, mais vous n'avez pas été

2 là. Est-ce que vous avez vu cela ? Est-ce que vous avez entendu dire cela ?

3 Est-ce que c'est Vujic qui vous l'a raconté ? Est-ce que vous pouvez nous

4 dire déjà comment vous avez appris tout cela pour commencer ?

5 R. Je vous ai dit ce qui s'était passé à l'intérieur. C'est moi qui l'ai

6 vu. Ensuite, je suis allé à l'endroit où se trouvait Vujic dans son bureau.

7 Il était occupé. Il devait contacter plein de personnes. Quand je lui ai

8 dit cela, il s'est immédiatement rendu sur place. En ce qui concerne le

9 conflit avec Topola, non, je ne l'ai pas vu. C'est Vujic qui me l'a

10 raconté. Il m'a dit qu'il s'était disputé avec lui.

11 Q. Après cela, est-ce que vous avez vu Topola, le cas échéant, dans quelle

12 situation, qu'est-ce qu'il faisait, et cetera ?

13 R. Oui, je l'ai vu. Je l'ai vu personnellement le soir même quand les bus

14 sont arrivés et quand on était en train de faire les listes des gens dans

15 les autobus. C'est Bogdan Vujic qui faisait cela, donc Bogdan Vujic était

16 là. Il était en train de faire les listes lui aussi. Il a demandé à nouveau

17 que Vujic ne prenne pas leurs prisonniers.

18 Q. Quand vous êtes arrivés à Velepromet, qu'est-ce que vous étiez censés

19 faire ? Quelle était votre mission ?

20 R. A Velepromet, il s'agissait d'organiser l'évacuation des gens en

21 fonction du nombre de bus dont on disposait et il fallait les amener

22 jusqu'au camp de Sremska Mitrovica.

23 Q. Est-ce que vous avez, vous personnellement, séparé les gens ? Est-ce

24 que vous les avez triés ou est-ce qu'ils étaient déjà triés ?

25 R. Non, je ne suis pas allé dans le hangar. Ils avaient déjà été triés.

26 C'est pour cela que les femmes, les enfants et les personnes âgées étaient

27 déjà devant le hangar.

28 Q. Ces gens que vous allez décrire, ils étaient tous dans un même hangar ?

Page 14718

1 Est-ce bien le cas ou est-ce qu'ils étaient dans des endroits différents ?

2 R. Non. Cette pièce, pour moi, c'est le hangar. C'est une petite pièce. Je

3 ne sais pas combien il y avait de hangars pleins de gens.

4 Q. Les autobus, sont-ils arrivés, et que se passe-t-il par la suite ?

5 R. A partir du moment où les autobus sont arrivés, Bogdan Vujic a donné

6 ordre de faire la liste de toutes les personnes qui étaient en train de

7 monter dans un bus. Je devais faire la liste avec les gens qui se

8 trouvaient dans le dernier autocar. Ce sont les gens du hangar qui ont été

9 emmenés dans les bus. Il fallait qu'ils s'y assoient tous pour que

10 l'autobus soit plein, complètement plein.

11 Q. Comment étaient ces gens ? Quel était leur sexe, l'âge, leur apparence

12 physique ?

13 R. Physiquement, je dirais qu'ils avaient l'air fatigués, épuisés. Ils se

14 comportaient normalement. Ils se sont assis. Aucun incident, aucun

15 problème. Personne n'avait des bandages. Personne n'était blessé. Je suis

16 allé voir chacune des personnes. J'ai pris les noms, les prénoms. Par

17 exemple, il y en avait un à qui je demandais pourquoi il était là, alors

18 qu'il était de l'Herzégovine. Il y en avait un à qui je demandais cela, et

19 il m'a répondu que lui-même, il s'est posé la même question.

20 Q. Ces personnes, est-ce que vous avez pu savoir quelle était leur

21 appartenance ethnique ? Vous avez mentionné l'Herzégovine; nous savons que

22 ce n'est pas à proximité de Vukovar. Est-ce que vous leur avez demandé d'où

23 ils venaient ? Comment vous en êtes arrivé à cette conclusion, et d'où ils

24 étaient, d'ailleurs, les gens se trouvant dans l'autobus ?

25 R. Les bus où j'ai fait ma liste, il n'était pas prévu d'écrire quoi que

26 ce soit d'autre à part les noms des personnes. Parfois, je posais la

27 question en jugeant de la physionomie des gens. Je leur ai demandé d'où ils

28 venaient. Ils étaient nombreux être d'Herzégovine, mais il y en avait aussi

Page 14719

1 qui était de Zagreb -- enfin, plutôt en direction de la Slovénie, puis il y

2 en avait qui venaient de la région.

3 Q. Est-ce que vous avez pu comprendre quelle était leur appartenance

4 ethnique en général ?

5 R. D'après leurs noms, d'après leurs prénoms, c'était majoritairement des

6 Croates.

7 Q. Est-ce que vous vous souvenez du nombre des bus qui sont arrivés là ?

8 R. Pour autant que je me souvienne, ils étaient au nombre de quatre.

9 Q. Ces autobus, s'agissait-il des autobus militaires ? Est-ce qu'il y

10 avait une escorte ?

11 R. A ce moment-là, c'est la première fois qu'une partie de la police

12 militaire est arrivée là-bas avec les bus. Ils étaient là pour assurer

13 l'escorte des bus, mais avant cela, je n'ai pas vu de soldats là-bas.

14 Q. Quand il s'agissait de la sécurité de la police militaire, est-ce qu'il

15 ne s'agissait que de la sécurité au niveau des hommes, ou autre chose ?

16 R. En général, c'était des hommes, oui, mais il y avait aussi la sécurité

17 au niveau de l'escorte des colonnes. Ils assuraient cette escorte par des

18 véhicules blindés.

19 Q. Monsieur Korica, est-ce qu'à un moment donné, est-ce que vous avez vu

20 que ces véhicules blindés arrivent devant le hangar ? Est-ce que cela vous

21 vient à l'esprit ?

22 R. Non. Je n'ai pas vu cela. Je l'aurais vu. Je ne sais pas. J'ai

23 l'impression que je l'aurais vu. Où voulez-vous que je voie un blindé ?

24 Q. Est-ce que vous avez entendu dire, est-ce que vous avez vu des cadavres

25 là-bas ?

26 R. Ce soir-là, je n'étais qu'à Velepromet. Je ne suis pas sorti de

27 l'enceinte de Velepromet. En ce qui concerne Velepromet, non, je n'ai pas

28 vu des cadavres là-bas.

Page 14720

1 Q. Pendant que vous étiez à Velepromet, est-ce que vous avez entendu des

2 tirs qui venaient d'un endroit à proximité ?

3 R. Non, je n'ai pas entendu des tirs venant d'endroit proximité. Mais

4 c'est vrai qu'il y en avait qui venaient de plus loin. Souvent il

5 s'agissait des balles traçantes. C'était la fin de la guerre. Les gens

6 étaient heureux. C'était normal, tout à fait compréhensible.

7 Q. Quand vous parlez des "balles traçantes" puisque vous voyez la trace,

8 est-ce qu'ils tiraient dans l'air ou horizontalement ?

9 R. Je dirais que cela part en l'air, ensuite cela retombe.

10 Q. Par rapport à ce qui s'est passé à Velepromet, est-ce que vous avez

11 entendu des menaces ? Est-ce que vous avez entendu qui que ce soit vous

12 menacer, dire qu'ils allaient vous tuer ?

13 R. Il y avait des gens qui racontaient ce qu'a raconté Topola, à savoir

14 qu'ils n'étaient pas contents parce qu'on emmenait les prisonniers de

15 guerre, parce qu'ils pensaient que cela leur appartenait.

16 Cela étant dit, il n'y avait pas d'incidents sérieux. En tout cas, je

17 ne les ai pas vus. Je n'ai entendu personne dire qu'il fallait le tuer,

18 qu'il fallait tuer quelqu'un.

19 Q. Est-ce que vous avez entendu Vujic dire qu'on l'avait menacé

20 comme cela ?

21 R. Non. Vujic non plus ne m'a pas dit cela. Vous savez, c'est mon

22 voisin à Belgrade. Parfois, il m'a dit que quelque chose s'était produit.

23 Je ne l'ai pas entendu, mais lui, en revanche, il a insisté en disant que

24 j'ai dû l'entendre.

25 Q. Nous allons parler de cela plus tard.

26 Vous avez dit que Topola et les agents de la Défense territoriale avaient

27 fait des remarques. Qu'est-ce qu'ils vous disaient ? Qu'est-ce qu'ils

28 voulaient ?

Page 14721

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

15 versions anglaise et française

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 14722

1 R. Je ne sais pas quelles étaient vraiment ses intentions. Ce qu'il

2 voulait, c'est que les prisonniers restent sur place, qu'on ne les amène

3 nulle part, qu'ils allaient les juger.

4 Q. Bien. Tout d'abord, est-ce que les autobus se sont remplis ? Que s'est-

5 il passé par la suite ?

6 R. Tous les autobus se sont remplis. Ils ont été remplis. Les commandants

7 de la police - je pense que c'était un capitaine - a dit à chaque soldat

8 dans le bus ce qu'il devait faire pendant le trajet concernant les gens

9 qu'on était en train de transporter, et qu'est-ce qu'il fallait faire si

10 jamais s'ils se rebellaient ou s'ils commençaient à renverser le bus, parce

11 qu'il a dit que s'ils commencent à faire basculer le bus de façon

12 organisée, ils pouvaient même le faire basculer. Ils ont escorté les bus

13 par un véhicule qui allait devant, et il y avait aussi un blindé qui était

14 derrière et ils sont partis en direction de Sremska Mitrovica.

15 Q. Est-ce qu'il y avait des soldats dans les autobus, des policiers

16 militaires ?

17 R. Oui, dans chaque autocar il y avait des policiers militaires.

18 Q. Ils étaient combien ?

19 R. Dans mon bus, il y en avait deux. Dans les autres, je ne sais pas. Ils

20 étaient assis derrière les chauffeurs. Pendant qu'on faisait monter les

21 gens dans les bus, ils étaient à la porte et personne ne pouvait entrer

22 dans les bus, mis à part les personnes qui étaient en train de monter, et

23 nous qui étions en train de faire les listes.

24 Q. Qu'est-ce que vous avez fait avec ces listes, les listes avec les noms

25 de ces gens ? Qu'est-ce que vous avez fait avec cela ? Est-ce que vous vous

26 en souvenez ?

27 R. La liste que j'ai faite, parce que Bogdan Vujic, il était toujours en

28 train de faire sa liste, j'ai donné cette liste à Srecko Borisavljevic.

Page 14723

1 Q. Pendant que vous étiez là-bas, et pendant tout ce qui s'est passé

2 autour du bus, est-ce que Borisavljevic était avec vous ? Est-ce qu'il

3 était présent et qu'est-ce qu'il faisait ?

4 R. Oui, il était avec nous ce soir là et même toute la soirée.

5 Borisavljevic avait d'autres choses à faire et il circulait beaucoup. Il

6 allait par-ci, par-là, dans le bureau pour envoyer des rapports ou recevoir

7 des rapports. Il était en train de s'occuper de beaucoup d'affaires. Il ne

8 s'est pas beaucoup occupé des gens que l'on faisait monter dans le bus.

9 Q. Pourriez-vous préciser quelle heure il était approximativement lorsque

10 les cars ont quitté Velepromet ? Etiez-vous encore là ?

11 R. J'étais là lorsque les cars ont quitté Velepromet. C'était soit minuit,

12 soit peut-être même après minuit.

13 Q. Combien de temps y êtes-vous restés et où vous êtes-vous rendus de là ?

14 R. Nous y sommes restés brièvement, pas très longtemps. Après que les

15 hommes aient quitté le hangar, nous avons d'abord emmené les femmes et les

16 enfants dans les hangars. Je crois que Srecko a organisé les choses pour

17 qu'on puisse leur apporter de l'eau, parce que les enfants demandaient de

18 l'eau. Ceci pour qu'ils puissent passer la nuit couvert, à l'intérieur,

19 parce qu'il faisait très froid à l'extérieur. Après tout, il s'agissait du

20 mois de novembre.

21 Q. Est-ce que vous vous rappelez Vujic et son groupe avec Kijanovic et

22 Tomic, est-ce qu'ils sont restés là jusqu'à la fin ? Vous rappelez-vous

23 s'ils étaient là jusqu'à ce que les cars partent ?

24 R. Vujic était certainement là. Quant à Kijanovic et les deux autres, je

25 ne suis pas sûr qu'ils soient restés jusqu'à la fin. Mais, je crois que

26 tous sont partis ensemble pour Negoslavci, mais je n'en suis pas sûr.

27 Q. Comment êtes-vous retourné à Negoslavci, vous même ?

28 R. Je suis retourné à Negoslavci avec mon groupe, dans notre véhicule.

Page 14724

1 Q. Où êtes-vous allés ?

2 R. Nous sommes à nouveau retournés au même bâtiment, dans la même pièce à

3 partir d'où nous étions partis pour rejoindre le colonel Mrksic.

4 Q. Pourriez-vous être un peu plus précis en ce qui concerne l'heure ? Je

5 ne veux pas être trop exigeant à votre égard, parce qu'il y a 15 ans que

6 cela a eu lieu. Vous n'êtes pas demandé d'être absolument précis, si vous

7 n'êtes pas à même de le faire.

8 R. Je ne suis pas en mesure d'être pleinement précis, mais je pense que

9 c'était après 1 heure du matin.

10 Q. Qu'est-ce que vous avez trouvé sur place, lorsque vous êtes entrés dans

11 cette pièce ?

12 R. Je pense que lorsque nous sommes allés dans cette pièce, le colonel

13 Mrksic n'y était plus. Il y avait un officier de service ou un officier

14 chargé des opérations. Je n'en suis pas sûr.

15 Nous nous sommes assis là. Vujic est venu nous chercher, mais je crois que

16 Kijanovic et Tomic étaient déjà arrivés.

17 Q. Vous pensez que Tomic et Kijanovic étaient déjà là et que Vujic est

18 venu vous chercher et est venu après vous ? Est-ce que je vous ai bien

19 compris ?

20 R. Je pense que c'est comme cela que cela s'est passé.

21 Q. Qu'est-ce que vous avez fait ensuite ? Où êtes-vous allés ?

22 R. Nous sommes allés au sous-sol où on nous a donné quelque chose à

23 manger. Certaines personnes prenaient une boîte de conserve, d'autres non,

24 puis nous sommes repartis et nous sommes restés assis dans les mêmes

25 chaises de ce bureau dans lesquelles nous nous trouvions précédemment. Nous

26 sommes restés là jusqu'au matin.

27 Q. Je comprends que vous y avez passé toute la nuit, dans cette pièce, que

28 vous y avez dormi, si vous avez dormi du tout.

Page 14725

1 R. Certains ont dormi. Il se peut que j'aie dormi environ une demi-heure

2 ou une heure, pas plus longtemps que cela. Comme je dormais dans ma chaise,

3 mais debout, je n'étais pas très confortable. Cette chaise n'était pas

4 aussi confortable que celle que j'ai maintenant.

5 Q. Qu'en est-il de Vujic ? Est-ce qu'il était là avec vous ?

6 R. Nous étions là ensemble tout le temps. Il n'y avait nulle part ailleurs

7 où aller.

8 Q. Je vous ai déjà demandé et je vais vous le demander à nouveau si cette

9 nuit-là, lorsque vous êtes revenu de Velepromet, vous auriez vu Veselin

10 Sljivancanin quelque part ?

11 R. Je suis sûr de ne pas l'avoir vu jusqu'à ce que je parte pour

12 l'hôpital.

13 Q. Vous rappelez-vous, peut-être, avoir vu un autre officier de haute

14 taille dans la soirée, que vous n'aviez pas vu plus tôt ?

15 R. Dans le courant de la nuit, un peu plus tard, le général Jerko Crmaric

16 est venu. Je lui ai demandé pourquoi il était venu, parce qu'il avait été,

17 lui aussi, le chef précédemment, et il a dit qu'il était venu voir quels

18 étaient les cars et les moyens de transport qui seraient nécessaires pour

19 évacuer ces gens.

20 A ce moment-là, il était le commandant du service logistique de la 1ère

21 armée.

22 Q. Dites-moi, s'il vous plaît, ceci : pendant la discussion qui a eu lieu

23 lorsque vous êtes arrivés à Negoslavci et lorsque vous avez rencontré

24 Mrksic et qu'ensuite Sljivancanin est arrivé, est-ce qu'on a discuté de

25 tout ce qui devait être fait à l'hôpital le jour suivant, le lendemain,

26 quelles tâches devaient être accomplies par les organes de sécurité ?

27 R. Sljivancanin nous a dit que ce serait la tâche principale qui nous

28 serait confiée pour la journée suivante et que nous procéderions à des

Page 14726

1 sélections dans l'hôpital et que nous enverrions certaines personnes à

2 Sremska Mitrovica.

3 Q. Pourquoi ?

4 R. Il a dit que c'était parce qu'il y avait un grand nombre de personnes

5 qui étaient là et qui avaient pris abri, s'étaient mises à l'abri dans

6 l'hôpital, n'étaient pas allées dans l'enceinte de Velepromet quand on leur

7 a dit de le faire. Il a dit qu'il y avait des membres du ZNG, du MUP, qu'il

8 y avait des criminels de guerre qui s'étaient abrités dans l'hôpital, qui

9 s'étaient camouflés en s'habillant en médecin. Il a dit que ces personnes

10 avaient besoin d'être séparées des autres, que ceci effectivement

11 nécessitait qu'il y ait un tri fait à l'hôpital, une préparation pour

12 l'arrivée du comité international de la Croix-Rouge, de façon à éviter tout

13 incident.

14 Q. Où est-ce que ces personnes étaient censées être emmenées ?

15 R. Ces personnes, tout au moins ce que Sljivancanin nous a dit, étaient

16 censées être emmenées à Sremska Mitrovica, tout comme ceux de Velepromet.

17 Q. Je vous remercie. Alors maintenant, passons à la matinée du 20. Que

18 s'est-il passé alors ? Est-ce que vous avez quitté Negoslavci ? Qui se

19 trouvait avec vous ? Où êtes-vous allé ?

20 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Ce que vous dites, là maintenant vous

21 êtes en train de passer à un sujet tout à fait différent. Je pense que le

22 moment est bien choisi pour suspendre la séance. Je vais donner la

23 possibilité au témoin, M. Korica, de se reposer un peu. Nous levons la

24 séance pendant 20 minutes, nous reprendrons à 6 heures moins dix.

25 --- L'audience est suspendue à 17 heures 30.

26 --- L'audience est reprise à 17 heures 53.

27 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Monsieur Lukic, vous pouvez

28 poursuivre.

Page 14727

1 M. LUKIC : [interprétation]

2 Q. Monsieur Korica, nous en sommes arrivés maintenant au 20 dans la

3 matinée, soyons plus précis. Où avez-vous passé toute la nuit ? Etait-ce

4 dans ce bâtiment que vous avez appelé le bâtiment du commandement ?

5 R. Oui. Nous étions dans ce bâtiment. Nous nous trouvions dans la même

6 pièce où nous étions d'abord entrés avant d'arriver de Sid ?

7 Q. Bien. Alors maintenant, passons à la matinée du 20. Que vous rappelez-

8 vous ? Où êtes-vous allé ? Qui vous a accompagné ? Quelle heure était-il ?

9 Est-ce que vous vous rappelez quelque chose à ce sujet.

10 R. Dans la matinée vers 6 heures du matin, nous avons quitté Negoslavci

11 pour aller à l'hôpital dans un véhicule militaire avec M. Sljivancanin, M.

12 Vujic, moi-même, un capitaine. Je ne sais pas son nom, une autre personne.

13 La cinquième personne, je ne sais pas qui c'était.

14 Nous nous sommes mis en route en direction de l'hôpital. Il faisait

15 encore nuit. Nous avons roulé lentement. Peut-être, nous sommes-nous

16 arrêtés à un ou deux endroits, je ne sais pas pourquoi. Nous nous sommes

17 arrêtés parce que j'étais à l'arrière du véhicule et nous sommes allés

18 directement à l'hôpital.

19 Q. Que s'est-il passé lorsque vous avez atteint l'hôpital ?

20 R. Alors que nous roulions en direction de l'hôpital, Sljivancanin nous a

21 dit dans la voiture d'une façon très détaillée ce que nous étions censés

22 faire à l'hôpital. Il a dit que nous aurions peut-être à rester plus

23 longtemps parce que, pour autant que je l'ai compris, Vesna Bosanac n'avait

24 pas établi de listes du personnel de l'hôpital et qu'il fallait en faire

25 une.

26 Une fois que l'on a séparé le personnel de l'hôpital de ceux qui n'en

27 faisaient pas partie, le personnel, nous étions censés procéder à un tri de

28 ceux qui n'appartenaient à aucun de ces groupes, qui également, n'étaient

Page 14728

1 ni des blessés ni des malades.

2 Q. Lorsque vous êtes arrivés à l'hôpital, est-ce que vous êtes entrés dans

3 le bâtiment ? Est-ce que vous avez commencé tout de suite votre mission,

4 votre tâche ?

5 R. Lorsque nous sommes arrivés à l'hôpital, M. Sljivancanin y est entré.

6 Je suis resté en arrière. Je ne crois pas qu'aucun d'entre nous soit entré

7 dans le bâtiment. Je suis resté à l'extérieur par rapport à l'entrée, et je

8 pouvais voir Sljivancanin à travers la vitre. Je crois qu'il se tenait sur

9 un objet élevé. Le personnel de l'hôpital était autour de lui, il se tenait

10 autour de lui. Il leur parlait très probablement de la nécessité de les

11 séparer des autres.

12 Une fois que Sljivancanin a conclu, a fini, nous sommes entrés de

13 façon à commencer notre travail. Bogdan Vujic et moi-même sommes entrés.

14 Nous devions faire le même type de travail.

15 Q. Veuillez me dire si quelqu'un d'autre est arrivé à l'hôpital avec vous

16 à ce moment-là ?

17 R. Non, personne n'était arrivé avec nous, pendant que nous étions là,

18 quatre ou cinq officiers sont arrivés. Ils sont entrés. Je ne savais même

19 pas qui c'étaient. Plus tard, j'ai appris que c'étaient nos médecins qui

20 étaient arrivés de façon à pouvoir aider dans les questions techniques et

21 professionnelles, procéder au tri des patients dans l'hôpital.

22 Q. Lorsque vous êtes entrés dans l'hôpital, qu'avez-vous fait ?

23 R. Lorsque nous sommes entrés dans l'hôpital, Vujic est allé dans une

24 direction, je suis parti vers la droite. Nous sommes allés de lit en lit. A

25 côté de moi se trouvait une personne qui avait dans le passé été employée à

26 l'hôpital et qui connaissait beaucoup de monde. Si quelqu'un se trouvait

27 dans un lit et n'était pas effectivement blessé ou malade, je faisais

28 sortir cette personne et je l'emmenais devant l'hôpital. C'était cela qui

Page 14729

1 avait été convenue.

2 Q. Comment pourriez-vous dire si une personne était blessée ou pas, les

3 personnes que vous avez examinées, inspectées ?

4 R. Je leur ai parlé. Je leur ai demandé si elles avaient été blessées ou

5 si elles étaient malades. L'une d'entre elles a même dit qu'elle était

6 blessée et je lui ai demandé de me montrer sa blessure. Elle a remonté un

7 peu sa manche et elle avait une égratignure de quelques centimètres de

8 long. Elle n'avait même pas de pansement. Je lui ai dit de se lever. Une

9 fois qu'elle était debout, je puis dire qu'elle pouvait se tenir debout

10 parfaitement, normalement. J'ai retourné l'oreiller et j'ai pu voir sur son

11 lit une grenade à main. Je lui ai demandé : Qu'est-ce que c'est que cela ?

12 Elle a répondu : Je n'en ai aucune idée. Je n'ai aucune idée.

13 Je n'avais pas de temps pour discuter plus avant de cela avec elle.

14 Je l'ai simplement emmenée à l'extérieur, et là, il y avait déjà des

15 personnes qui, conformément à la demande de Sljivancanin, étaient sorties

16 de leurs propres mouvements parce qu'elles n'étaient ni membres du

17 personnel de l'hôpital ni blessés, elles ont quitté le bâtiment

18 conformément à cette demande.

19 Devant la salle des urgences, les femmes se tenaient d'un côté et je

20 ne les ai pas fait sortir. Les hommes se trouvaient de l'autre côté près du

21 mur de l'hôpital. Tous se sont approchés de cette table, de cette unique

22 table où la police militaire avait organisé une fouille. Je les ai remis à

23 ce moment-là à ces personnes, et je suis retourné dans l'hôpital pour aller

24 en chercher d'autres. Parfois, je faisais sortir une personne, parfois

25 deux, quelquefois, trois personnes à la fois.

26 En tout état de cause, c'étaient tous des hommes en bonne santé,

27 valides, et je pense que j'en ai fait sortir environ 20 de cette manière.

28 Q. Qu'avez-vous fait lorsqu'une personne se trouvait dans un lit avec des

Page 14730

1 plâtres, des bandages, lorsque quelqu'un était un patient, une personne

2 malade, blessée, qu'est-ce que vous avez fait dans cette situation ?

3 R. Dans cette situation, Sljivancanin nous a dit que nous n'avions rien à

4 faire avec les blessés, et que ce serait des professionnels qui

5 s'occuperaient d'eux et qui verraient s'ils étaient vraiment blessés ou

6 malades. Je suppose que ceci avait été fait par les médecins de l'hôpital

7 de Novi Sad.

8 Q. Ces médecins qui sont venus, étaient-ils en uniforme ? Ces personnes

9 venant de Novi Sad, étaient-ce des médecins civils ou militaires d'après

10 vos souvenirs ?

11 R. Pour autant que je puisse m'en souvenir, c'étaient des officiers, des

12 médecins militaires.

13 Q. Que faisait Vujic pendant cette période; est-ce que vous vous

14 souvenez ?

15 R. Je vous ai dit que je suis allé dans une direction, Vujic dans l'autre.

16 Nous avons travaillé indépendamment l'un de l'autre en faisant exactement

17 le même type de travail. Nous nous sommes rencontrés au fur et à mesure

18 qu'on faisait sortir les gens. Ils faisaient sortir des gens, je faisais

19 sortir des gens, et il fallait qu'on y retourne.

20 Q. Pourriez-vous nous dire approximativement combien de personnes Vujic a

21 fait sortir de cette façon, comme vous l'avez fait vous-même ?

22 R. Je ne peux pas le dire, parce qu'en fait, je ne sais pas. Lui-même en a

23 fait sortir pas mal, beaucoup de gens. Je ne crois pas en avoir fait sortir

24 davantage que lui.

25 Q. Qu'avez-vous fait lorsque vous rencontriez une personne qui était un

26 civil qui n'était pas blessé, qui n'était pas malade et qui se trouvait là

27 tout simplement ? Y a-t-il eu une situation de ce genre ?

28 R. Oui. Il y a eu des situations de ce genre. Je demandais si cette

Page 14731

1 personne était quelqu'un qui avait travaillé à l'hôpital ou s'il était un

2 employé de l'hôpital, s'il appartenait au personnel médical ou au personnel

3 non médical. Alors, il disait : Non. A ce moment-là, je lui demandais s'il

4 avait une pièce d'identité, s'il disait que non, à ce moment-là, je le

5 faisais également sortir.

6 Q. Qui était votre chef là ? Qui vous donnait les instructions sur ce que

7 vous aviez à faire ? De qui exécutiez-vous les ordres ? A qui obéissiez-

8 vous ?

9 R. Colonel Bogdan Vujic à Velepromet et à l'hôpital.

10 Q. Dites-moi, est-ce que vous avez vu où on a emmené ces gens une fois

11 qu'on les a fait sortir par l'entrée de l'hôpital ? Est-ce que vous avez vu

12 ce qu'il leur est arrivé après cela ?

13 R. Je les ai simplement vus alors qu'ils se trouvaient devant l'hôpital,

14 alignés. Comme je vous l'ai déjà dit, je ne sais pas s'ils sont allés à la

15 l'entrée principale ou s'ils sont allés dans d'autres zones, ou s'ils se

16 sont rendus aux autocars, que je n'ai pas vus du tout. C'est une question

17 qui m'a été posée aussi à Belgrade, à Belgrade par Vujic, de savoir combien

18 de cars j'avais vu derrière l'hôpital. Je lui ai dit que je n'avais pas vu

19 les cars. Il a dit : Comment se fait-il que vous n'ayez pas vu les cars ?

20 Je lui ai dit : Que je ne les ai pas vus.

21 Q. Quand est-ce que Vujic vous a posé cette question à Belgrade ?

22 R. Disons, il y a un an, un an plus tôt. Il me cherchait partout par monts

23 et par vaux.

24 Q. Alors maintenant que nous avons traité de cette question, est-ce que

25 Vujic vous a dit qu'il avait parlé à des membres du bureau du Procureur à

26 La Haye ? Est-ce que vous avez entendu parler de cela par lui ? Est-ce que

27 vous savez quoi que ce soit à ce sujet ?

28 R. Il m'a vu plusieurs fois dans un café ici et là, partout. Pour finir,

Page 14732

1 il a réussi à m'emmener chez lui bien que j'ai refusé jusqu'alors. Ce n'est

2 pas très loin de mon appartement.

3 Lorsque je suis arrivé chez lui, il m'a montré une déclaration qu'il

4 avait faite à un enquêteur de La Haye. Puis, il a commencé à lire

5 lentement, phrase par phrase. Il dit que : "Lorsque je suis arrivé pour la

6 première fois à Velepromet, j'ai trouvé Branko Korica qui était là, assis

7 dans un fauteuil et qui tenait un fusil sur ses genoux."

8 J'ai dit : "Bogdan, ne comprends-tu pas que je n'ai jamais eu un

9 fusil ou une arme à feu, à canon long. J'avais une pièce d'identité pour la

10 ligne de front qui est disait exactement quel type que d'arme j'avais. J'ai

11 encore les originaux de ces documents d'identité. On dit exactement quel

12 type de véhicule à moteur j'utilise, quelle direction je devrais prendre,

13 et quelle était l'arme que j'avais. Autrement dit, je ne pouvais pas

14 passer, je ne pouvais passer à aucun point de contrôle. Quant à la

15 question, la question qui se posait était de savoir ce qui se passerait si

16 quelqu'un pouvait établir que j'avais quelque chose qui n'était pas

17 enregistrée.

18 Q. Lorsque vous avez parlé de Bogdan Vujic, comment a-t-il réagi aux

19 renseignements que vous lui avez donnés ? A-t-il accepté ce que vous disiez

20 comme étant exact ? Est-ce qu'il s'est opposé à ce que vous disiez ?

21 R. Je me rappelle qu'il a dit --

22 M. MOORE : [interprétation] Monsieur le Président, je voudrais simplement

23 respectueusement demander à mon éminent ami s'il pourrait juste me dire

24 exactement où on trouve ceci dans les notes de récolement. Il y a eu deux

25 autres domaines que j'ai laissés passer, je ne vois pas ceci du tout dans

26 les notes de récolement. Peut-être que c'est de ma faute.

27 M. LUKIC : [interprétation] Ma dernière phrase dans les notes de

28 récolement, c'est que Vujic lui a montré également sa déclaration qu'il

Page 14733

1 avait faite au bureau du Procureur de La Haye, il a demandé à Korica de

2 confirmer l'exactitude de cette déclaration. C'est ma dernière phrase.

3 M. MOORE : [interprétation] Avec tout le respect que je vous dois, c'est

4 justement dans ce sens. Mon confrère est maintenant en train d'entrer dans

5 des nuances, des détails, je voudrais, avec tout le respect que je lui

6 dois, lui demander que l'on puisse éclaircir les choses.

7 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Poursuivez, Maître Lukic.

8 M. LUKIC : [interprétation] Bien.

9 Q. Je voulais dire -- dites-nous cela, Monsieur Korica. Vous vous rappelez

10 comment M. Vujic a réagi lorsqu'il vous a parlé de ces souvenirs de Vukovar

11 lorsque vous présentiez vous-même vos propres souvenirs, comment a-t-il

12 réagi ?

13 R. Il m'a demandé divers éléments d'information concrets, et je

14 pense qu'il a modifié sa déclaration alors. Il dit que cela n'avait pas

15 d'importance, ce qu'il avait écrit, ce qu'il avait dit. J'ai dit que pour

16 moi, c'était important. C'était important pour moi parce que je ne pouvais

17 pas aller en Croatie, me rendre sur la tombe de mon père et de ma mère à

18 cause de ce fusil. C'était très important pour moi de savoir ce qu'il avait

19 dit devant ce Tribunal.

20 Il y avait ces autres choses aussi sur lesquelles je n'étais pas du tout

21 d'accord.

22 Q. Comment s'est-il trouvé que vous ayez ces renseignements sur lesquels

23 il a déposé devant ce Tribunal ?

24 R. J'ai ce collègue qui est à la retraite, qui a pris sa retraite assez

25 tôt, retraite anticipée, qui disait à ses amis qu'il avait suivi l'émission

26 en directe de La Haye lorsque Bogdan Vujic avait déposé. Il se peut qu'il

27 exagérait, il a dit qu'à chaque phrase, il disait : Branko Korica a vu

28 ceci. Branko Korica a entendu cela. Branko Korica m'a dit ceci et cela, un

Page 14734

1 certain nombre d'autres choses. En fait, même alors que j'étais chargé de

2 sa sécurité dans la guerre, même lorsqu'il me taquinait pour savoir

3 pourquoi j'étais allé à Vukovar.

4 Q. Ma toute dernière question. Je ne vais pas traiter de cela de façon

5 plus longue. Que voulez-vous dire lorsque vous avez dit que vous pourriez

6 aller sur la tombe de votre père et de votre mère ? Pourquoi est-ce que

7 ceci avait une incidence pour vous, le fait que Vujic ait mentionné votre

8 nom ?

9 R. J'étais à Vukovar. Je me trouvais dans la zone d'opération, dans la

10 zone de guerre, je n'ai pas pris part aux opérations de guerre. Je n'avais

11 pas d'arme à canon long, ni fusil ni carabine. Je sais que le président de

12 l'Etat de la Croatie a dit qu'il pouvait tout pardonner à tous, qu'il ne

13 pouvait pardonner à personne pour Vukovar.

14 Q. Je vous remercie. Poursuivons. Nous reviendrons sur ce sujet que nous

15 avons traité précédemment.

16 Monsieur Korica, vous rappelez-vous, pouvez-vous nous dire combien il y a

17 de personnes en gros lorsqu'il y a eu ce couloir, la séparation d'après vos

18 souvenirs, en gros ? Je ne vous demande pas de chiffres exacts.

19 R. J'en ai pris 20 et un peu plus, ensuite par rapport à ce que j'ai vu,

20 je suppose que Bogdan Vujic a fait la même chose. Je suppose que c'était

21 environ 60 ou 70 hommes.

22 Q. Peut-être que je vous ai posé la question, peut-être que je ne l'ai pas

23 fait. Qui les a fouillé ? Comment les a-t-on fouillés ? L'avez-vous vu ?

24 R. Ils ont été fouillés par la police militaire.

25 Q. Qu'est-ce que vous avez fait avec cette grenade que vous avez trouvée ?

26 R. Je l'ai remis à la police militaire.

27 Q. Est-ce que Vujic a trouvé quelque chose ?

28 R. Je n'ai pas vu s'il avait trouvé quoi que ce soit. Je sais qu'il

Page 14735

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

15 versions anglaise et française

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 14736

1 portait ce casque comme souvenir.

2 Q. A votre avis, ce que vous avez fait à l'hôpital, cela a duré combien de

3 temps ?

4 R. Cela a duré environ deux heures, peut-être davantage.

5 Q. Lorsque vous avez fini, est-ce que vous êtes resté à l'hôpital ou est-

6 ce que vous êtes parti ? Vous rappelez-vous ce qui s'est passé alors ?

7 R. Lorsque nous avons fini cela, les observateurs venaient déjà d'arriver,

8 les observateurs européens en l'occurrence, M. Sljivancanin était en train

9 de leur parler. Je suis passé à côté d'eux, j'ai retrouvé Bogdan Vujic près

10 de la grille d'entrée. Nous sommes restés là pendant un moment, puis un

11 véhicule de la police militaire est passé. Il se rendait à Negoslavci. Ils

12 nous ont pris avec eux pour aller vers Velepromet, c'est comme cela que

13 nous sommes retournés à Velepromet.

14 Q. Juste deux autres questions très brèves en ce qui concerne l'hôpital.

15 Alors que vous procédiez à ce tri, comme nous l'avons appelé ici, ce

16 travail à l'hôpital, est-ce que vous avez vu si quelqu'un a été emmené, a

17 été porté hors de l'hôpital sur une civière à ce moment-là ?

18 R. Je n'ai rencontré personne qui ait été sur une civière à

19 l'hôpital, je n'ai rien vu de la sorte à l'extérieur non plus. Pour être

20 précis, je n'ai pas fait la tournée de l'ensemble de l'hôpital pour voir de

21 ce côté-là. Je n'ai vu que du côté où nous emmenions des personnes que nous

22 faisions sortir, il est certain qu'il n'y avait pas de civière à cet

23 endroit-là, ni de lits, ni quoi que ce soit.

24 Q. Ce groupe que vous avez fait sortir, ce qui se trouvait déjà

25 dehors, est-ce que vous avez vu quelqu'un avec des béquilles ?

26 R. Non.

27 Q. Autre question : après le moment où vous avez vu Sljivancanin devant

28 l'hôpital, par rapport aux autres endroits dont nous allons parler

Page 14737

1 maintenant où vous vous trouviez ce jour-là, avez-vous vu Sljivancanin à

2 l'un quelconque de ces endroits plus tard au cours de la journée ?

3 R. J'ai vu Sljivancanin alors à l'avant de l'hôpital, il parlait aux

4 observateurs. Après cela, je ne l'ai plus revu tout au pendant toute la

5 durée de mon séjour à Vukovar.

6 Q. Très bien. Maintenant, parlons de votre séjour à Vukovar. Vous êtes

7 allés à Velepromet. Que s'est-il passé là ?

8 R. Bogdan Vujic et moi-même sommes allés à un bureau. Je ne sais plus si

9 c'était bien le bureau de Borisavljevic ou le bureau de Ljubinko

10 Stojanovic. Je pense que c'était le bureau de Ljubinko. Vujic s'est assis à

11 une table, a pris quelques notes, je me suis assis sur le côté, parce que

12 Borisavljevic m'a apporté son attaché-case. J'ai dit que ce soldat, un

13 policier, avait trouvé cela quelque part derrière le hangar. Il m'a dit

14 qu'il fallait remettre cela à l'administration chargée de la sécurité à

15 Belgrade.

16 Je l'ai ouvert, j'ai vu qu'à l'intérieur il y avait plusieurs

17 portefeuilles, peut-être deux enveloppes et des papiers. Je me suis douté

18 que quelqu'un parmi les membres de la Défense territoriale voulaient poser

19 un piège pour me compromettre en me remettant cette mallette. J'ai pris un

20 portefeuille, j'ai pris une pièce d'identité et j'ai recopié tout ce qui

21 figurait sur cette pièce d'identité. J'ai fait une liste de tous les objets

22 qui s'y trouvaient.

23 J'ai enregistré également la somme d'argent qui se trouvait dans ce

24 portefeuille et le numéro de série des billets qui s'y trouvaient. J'ai

25 tout noté et j'ai tout remis dans la mallette qui devait être remise au

26 personnel de l'administration chargée de la sécurité.

27 Q. Est-ce que Vujic était présent; si oui, qu'est-ce qu'il faisait ?

28 R. Vujic était à une table plus grande, à 1 mètre de moi. J'étais assis à

Page 14738

1 une table plus petite, sur une chaise. Lui se trouvait assis derrière un

2 bureau et il écrivait quelque chose, mais je ne peux pas vous dire quoi.

3 Q. Que s'est-il passé par la suite ?

4 R. Pendant que nous faisions cela, à un moment donné, un policier

5 militaire est entré dans la pièce. Il a dit : Mon colonel, Arkan est entré

6 dans l'enceinte avec ses hommes et il est entré dans l'enceinte par la

7 force. Vujic a envoyé un soldat pour emmener Arkan dans son bureau. Après

8 peu de temps, il est rentré et il a dit : Mon Colonel, Arkan ne veut pas

9 venir. Il dit pourtant que vous devriez venir près de lui. Vujic était

10 fâché et, sur un ton élevé, a dit au policier : Prends un certain nombre de

11 membres de la police militaire et emmène-le.

12 Le soldat est parti et avant son retour, Arkan est entré dans le

13 bureau et s'est dirigé directement vers la table où se trouvait assis le

14 colonel. Il s'est assis sur une chaise en face du colonel, il a mis son

15 fusil automatique sur la table et il s'est accoudé sur la table, après quoi

16 il a dit : Qu'est-ce que tu veux, Mon Colonel ? Il n'a pas attendu la

17 réponse et il a dit : Mon Colonel, tu es fou. Tu es un fou complet.

18 En connaissant Vujic, j'ai pensé qu'un incident allait se produire,

19 mais ce n'était pas le cas. Vujic lui a répondu la chose suivante : Qu'est-

20 ce que tu fais ici ? Est-ce que tu veux tuer les gens ici aussi ? Ils ont

21 commencé à se disputer violemment. Pour apaiser la situation, pour

22 interrompre ce dialogue violent, je me suis adressé à Arkan en l'appelant

23 par son nom. J'ai dit : Raznjatovic, je te connais, tu ne me connais pas.

24 Je lui ai dit que je travaillais au SUP et j'ai dit dans quel bâtiment du

25 SUP je travaillais. Mais je n'ai pas dit la vérité. Il a dit qu'il

26 connaissait l'endroit où se trouvait ce bâtiment. J'ai dit : Si, toi, tu

27 chassais un seul Croate, Tudjman chasserait les miens en Croatie, les cinq

28 de ma famille. Si tu chassais la population d'un village, si tu tuais la

Page 14739

1 population d'un village, Tudjman tuera les habitants de cinq villages où se

2 trouvent les miens. Contre qui il faut que je combatte, contre toi ou

3 contre Tudjman ?

4 Il s'est dressé et a répondu : Je ne tue pas. Vujic a continué à lui

5 parler, à se disputer avec lui en lui disant : Ce sont les tiens qui tuent.

6 Arkan l'a interrompu et lui a dit encore une fois : Mon Colonel, tu

7 es fou. Viens dans une heure, ici, dans cet autre bureau où une réunion du

8 gouvernement allait se tenir du gouvernement de la SAO de Krajina, pour que

9 tu puisses voir quelles décisions seront prises à cette réunion.

10 Vujic a répondu : Je viendrai à cette réunion. Une heure après --

11 Q. Juste un instant, s'il vous plaît. Il faut qu'on en finisse avec cette

12 partie pour pouvoir continuer. Avez-vous jamais vu avant cela ce dénommé

13 Arkan ?

14 R. Non, jamais.

15 Q. Pendant qu'il était là-bas, ce dialogue, cette conversation, pendant

16 cette conversation, avez-vous eu peur ?

17 R. Non, il n'y avait aucune raison pour que j'aie peur.

18 Q. Est-ce que Vujic vous donnait l'impression qu'il eut peur ?

19 R. Vujic a réagi de telle façon, de façon brusque, surtout lorsqu'il est

20 contrarié. L'autre, c'est-à-dire, Arkan ne montrait pas de signe

21 d'agression. J'ai parlé avec lui encore une fois le même jour, de façon

22 normale. Lui, il est parti. Je ne sais pas s'il y a eu un danger réel,

23 parce que j'ai tourné la tête et j'ai continué à travailler, comme

24 jusqu'alors. J'aurais certainement pris des mesures pour protéger Vujic et

25 moi-même s'il y avait eu besoin de le faire.

26 Q. Dites-nous ce qui est arrivé par la suite.

27 R. Après un certain temps, moins d'une heure, un colonel s'est présenté au

28 seuil de la pièce. Il était grand, en uniforme militaire, avec des

Page 14740

1 épaulettes et avec l'insigne qui représentait son grade le long de la

2 manche. Au seuil de la pièce, il a demandé : Qui est colonel Branko, ici ?

3 Vujic a répondu : C'est moi-même. Il a dit : Arkan vous appelle à assister

4 à la réunion du gouvernement.

5 Lorsqu'Arkan a envoyé ce colonel pour passer le message, le colonel a

6 demandé et s'est présenté en tant que Branko, donc il y avait une

7 confusion, et depuis ce temps-là, Vujic porte le surnom le colonel Branko.

8 Q. Arrêtez-vous là, s'il vous plaît. Vous avez travaillé avec Vujic de

9 façon active lors de votre service. Savez-vous si avant cela il se serait

10 présenté à qui que ce soit comme étant colonel Branko ?

11 R. Non, parce que je le connais sûrement bien pour pouvoir dire cela avec

12 certitude. Certainement pas.

13 Q. Est-ce que Vujic s'est opposé à cela, c'est-à-dire, à partir ? Dites-

14 nous ce qui s'est passé après.

15 R. Non. Vujic s'est levé tout de suite et est parti avec le colonel dans

16 cet autre bureau où se tenait la réunion du gouvernement. Dans le bureau où

17 je me trouvais, dont la porte était fermée, je ne pouvais pas voir qui

18 s'est rendu à la réunion du gouvernement. Lui, il est parti pour assister à

19 la réunion du gouvernement et le colonel est resté devant la porte fermée

20 pour faire la garde jusqu'à la fin de la réunion du gouvernement.

21 Q. Vous souvenez-vous si Vujic vous a appelé pour que vous rendiez avec

22 lui à la réunion du gouvernement ?

23 R. Pas du tout. Absolument pas.

24 Q. Dites-nous ce qui s'est passé après cela.

25 R. J'ai continué à travailler. Vujic est rentré de la réunion du

26 gouvernement parce que la réunion n'a pas duré longtemps. Il est rentré de

27 la réunion et m'a raconté ce qui s'est passé lors de la réunion. Avant

28 tout, il m'a dit qu'Arkan était le seul qui était armé dans cette pièce et

Page 14741

1 qu'il n'a pas participé au travail du gouvernement.

2 Deuxièmement, il m'a dit qu'il s'est disputé avec les membres du

3 gouvernement et même avec Goran Hadzic. Il s'est disputé concernant les

4 incidents qu'il avait appris, des meurtres, et cetera. Je ne les ai pas

5 vus. Egalement concernant les prisonniers, parce que Goran Hadzic a demandé

6 à Vujic de lui rendre les prisonniers de l'hôpital. Vujic a dit qu'il lui

7 avait répondu qu'il n'était pas compétent pour rendre les prisonniers à qui

8 que ce soit, lui non plus.

9 Il lui a répondu : Nous n'avons pas besoin d'une armée ni de la Serbie.

10 Nous avons organisé une rébellion. Nous avons gagné et les prisonniers nous

11 appartiennent. Si vous ne nous remettez pas les prisonniers, nous allons

12 partir avec les chars contre la JNA, sinon nous allons nous laisser tuer

13 par les chars.

14 Q. Lorsque tout à l'heure vous avez décrit la rencontre avec Arkan, le

15 dialogue qui s'émanait en détail, puis-je vous demander comment il est

16 possible que vous vous souveniez de tous les détails de cet entretien ?

17 R. Pour être franc, il était ridicule d'observer le comportement de Vujic

18 dans une telle situation. Une centaine de fois pour le moins j'ai raconté

19 cela à mes collègues à Belgrade, et c'est ainsi que je me souviens très

20 bien de tous les détails. Je peux vous affirmer que c'était ainsi avec

21 certitude.

22 Q. Est-ce que Vujic vous a dit comment la réunion a pris fin ?

23 R. Il m'a dit que la réunion a pris fin d'une façon qui ne lui a pas plu,

24 c'est-à-dire que pendant qu'ils discutaient, lors de la première moitié de

25 la réunion, un lieutenant-colonel est entré dans la pièce, et dont il ne

26 connaissait pas le nom et dont il ne connaissait pas l'appartenance

27 militaire, c'est-à-dire à quelle unité il appartenait. Il ne savait pas

28 s'il était de Belgrade ou de Negoslavci. Il a dit qu'il a remis une

Page 14742

1 dépêche, ou qu'il a dit à Goran Hadzic qu'il avait obtenu l'autorisation à

2 former le camp pour les prisonniers de guerre si le gouvernement en décide

3 dans ce sens-là.

4 Q. La réunion s'est terminée ou la réunion a continué pendant un certain

5 temps ?

6 R. La réunion s'est terminée. Ils sont sortis dehors devant Velepromet.

7 Moi-même, je suis sorti à un moment donné, et devant Velepromet j'ai

8 reconnu seulement Arkan et Goran Hadzic parmi eux. Les autres, je ne les

9 connaissais pas. Il a parlé avec les membres de la TO qui venaient le

10 saluer. Ljubinko Stojanovic - ils travaillent ensemble à Velepromet - donc

11 il connaissait d'autres personnes parce qu'il était commerçant. Je suis

12 rentré dans la pièce.

13 Q. Quant à Vujic, pouvez-vous nous dire ce qui s'est passé après ?

14 R. Je ne sais pas où Arkan est parti ni les membres du gouvernement. Vujic

15 et moi, nous sommes restés à Velepromet. Au cours de l'après-midi, il nous

16 a dit qu'il se rendrait à la caserne pour déjeuner. Il s'est rendu dans la

17 caserne et nous ne nous sommes plus revus avant notre rencontre à Sremska

18 Mitrovica.

19 Q. Ce matin-là où vous êtes parti de Negoslavci dans la direction de

20 l'hôpital, pouvez-vous nous dire ce qui s'est passé avec vos collègues de

21 votre groupe. Vous souvenez-vous de cela ? Je pense à Muncan et à vos

22 collègues de votre groupe.

23 R. J'ai appris plus tard que Muncan et mon groupe - et je pense à

24 Kijanovic aussi et Tomic aussi - qu'ils sont partis à Velepromet et qu'ils

25 ont travaillé là-bas, parce qu'il fallait envoyer des véhicules dans la

26 direction de la Croatie. Il y avait des complications. Ces véhicules ont dû

27 rebrousser chemin, parce qu'ils ne voulaient pas les accueillir, après

28 quoi, eux aussi, ils sont partis dans la caserne où ils sont restés jusqu'à

Page 14743

1 dans la soirée. Je suis toujours resté à Velepromet.

2 Q. Est-ce que vous avez rencontré encore une fois les collègues de votre

3 groupe ?

4 R. Dans la soirée, lorsque Muncan et mon groupe sont arrivés à Velepromet

5 me prendre, nous sommes montés à bord du véhicule et nous sommes partis

6 dans la direction de Sid. Muncan a dit lors du trajet que les prisonniers

7 de la caserne ont été transférés à Ovcara. Il a dit d'aller à Ovcara pour

8 voir quelle était la situation, pour voir si les conditions sont réunies

9 pour que nous puissions mener des entretiens avec certains de ces

10 prisonniers.

11 Q. Avant de parler de cette partie de votre témoignage, dites-nous si

12 Muncan et les autres du groupe avec lesquels vous n'étiez pas durant la

13 journée vous ont raconté ce qui se passait dans la caserne ? Avez-vous

14 appris des détails par rapport à cela ?

15 R. Oui. J'ai entendu dire qu'il y avait eu des incidents survenus à la

16 caserne. C'est Muncan qui m'a dit cela. Il m'a dit qu'il y avait des

17 attaques contre les autocars et contre les gens se trouvant à bord de ces

18 autocars, qu'ils s'écriaient : Celui-ci a tué l'un de mes proches. Celui-là

19 a tué un autre, et cetera.

20 Ils ont envoyé des renforts là-bas pour apaiser la situation, après quoi

21 les autocars ont pris la direction d'Ovcara.

22 Q. Avant cette rencontre avec Muncan, est-ce qu'au cours de ces deux

23 journées, vous avez entendu à un moment donné le nom d'Ovcara ? Est-ce que

24 qui que ce soit a mentionné Ovcara ?

25 R. Avant que Muncan me dit d'aller à Ovcara, je ne connaissais pas du tout

26 ce toponyme. Je ne savais ce que cela représentait.

27 Q. Est-ce que vous êtes arrivés à Ovcara par la suite jusqu'au hangar ?

28 R. Nous sommes arrivés jusqu'au hangar en empruntant un chemin qui

Page 14744

1 approchait [imperceptible].

2 Q. Pouvez-vous nous dire à quel moment de la journée c'était ou de la

3 nuit ?

4 R. C'était entre un chat et un loup, il ne faisait pas complètement nuit.

5 Q. Qu'est-ce que qui s'est passé ?

6 R. Nous nous sommes approchés de l'entrée du hangar. Nous sommes arrivés

7 en voiture et nous nous sommes arrêtés. Musesku et Muncan sont descendus de

8 la voiture et il a dit à moi et à Radakovic d'attendre en voiture. Ils sont

9 partis vers le hangar, Muncan et Musesku. Je pense qu'après moins de cinq

10 minutes, ils sont revenus. Muncan a dit : Il faut que tu démarres, nous

11 partons. Ici, il n'y a pas de conditions nécessaires pour que nous fassions

12 quoi que ce soit. Il n'y a pas une pièce pour que nous puissions travailler

13 et la nuit tombe. Nous avons assez de temps. Nous allons le faire une autre

14 fois.

15 Nous avons démarré et nous avons pris la direction de Sid

16 directement. C'est ainsi que nous ne nous sommes pas arrêtés au

17 commandement de la Brigade des Gardes.

18 Q. Muncan vous a-t-il donné d'autres détails par rapport à ce qu'il aurait

19 vu dans ce hangar mis à part ce que vous venez de dire ?

20 R. Non. Il n'a rien dit d'autres hormis le fait que les conditions pour

21 travailler n'étaient pas là.

22 Q. Pourriez-vous nous dire quelle était l'ambiance qui régnait devant le

23 hangar ? Qu'est-ce que vous avez vu ?

24 R. Devant la porte du hangar, j'ai vu un policier, un policier militaire

25 et ils sont passés à côté de lui pour entrer dans le hangar. Ensuite, 5 ou

26 6 mètres plus loin, il y avait eu deux policiers militaires qui discutaient

27 entre eux. Puis, une vingtaine de mètres plus loin, derrière une petite

28 table se tenait un groupe d'officiers et de soldats qui discutaient entre

Page 14745

1 eux. Rien à signaler à part cela.

2 Q. Est-ce que vous avez vu des membres de la Défense territoriale ou

3 d'autres personnes circuler par là ? Est-ce qu'il y avait d'autres

4 personnes qui portaient des uniformes ?

5 R. Je peux vous dire que le chemin que nous avons emprunté, puisque nous

6 sommes venus en voiture. Là, il n'y avait personne. Et dans le groupe, dans

7 l'autre groupe, je ne pouvais pas faire la distinction entre les soldats,

8 les officiers d'active et des membres de la Défense territoriale. Peut-être

9 qu'il y en avait derrière eux. En tout cas, je ne suis pas sorti de la

10 voiture et je ne pouvais pas voir plus que cela de la voiture.

11 Q. Puisque la mémoire vous revient, est-ce qu'il y avait des autocars là-

12 bas ?

13 R. Non. Par rapport à mon champ de vision, non. Je n'en voyais pas.

14 Q. Vous avez dit que vous n'êtes pas restés longtemps là-bas. Vous êtes

15 restés à peu près cinq minutes, pas plus ?

16 R. Oui.

17 Q. Où partez-vous à partir de cet endroit-là ?

18 R. A partir de là, nous empruntons la voiture pour nous rendre directement

19 à Sid. Nous étions hébergés dans un appartement, un autre groupe, je veux

20 dire. Cet appartement était tout près de la poste, de sorte que Muncan nous

21 a amenés jusqu'à notre immeuble. Il a garé sa voiture là-bas. Là, nous

22 sommes sortis, alors que Muncan est allé à pied à la poste pour faire son

23 rapport devant le colonel Ljubisa Petkovic. Il s'agissait là d'un rapport

24 communiqué oralement. Il a écrit son rapport par la suite.

25 Q. Est-ce que vous, vous avez écrit des rapports par rapport à ces deux

26 journées de travail ?

27 R. Non, je n'ai pas écrit de rapports. J'ai raconté à Muncan tout ce que

28 je faisais, tout ce que j'ai vu, tout ce que j'ai trouvé intéressant à

Page 14746

1 l'époque. Bogdan Vujic, il était avec moi tout le temps. Parfois nous

2 échangions nos informations. Il n'était pas vraiment nécessaire de faire

3 des rapports.

4 Q. Monsieur Korica, vous êtes restés à Sid pendant combien de temps

5 encore ? Là, je parle de la journée du 20 novembre.

6 R. Une dizaine de jours, c'est sûr. Peut-être même plus. Ensuite, nous

7 sommes passés à Vukovar.

8 Q. Vous êtes restés à Vukovar pendant combien de temps et qu'est-ce que

9 vous y faisiez ?

10 R. Nous sommes restés à Vukovar, enfin, moi, jusqu'au

11 15 mars 1992 en ce qui me concerne.

12 Q. Qu'est-ce que vous faisiez ? Dites-le-nous en deux ou trois mots.

13 R. Ce qu'on faisait, on faisait beaucoup de choses. Il s'agissait surtout

14 de rassembler les informations, les documents concernant les crimes commis

15 à Vukovar dans les villages. Il s'agissait aussi de parler avec les

16 personnes intéressantes qu'il s'agisse de Serbes ou de Croates.

17 Q. Bien. Pendant cette période-là à Vukovar, est-ce qu'il vous est arrivé

18 de vous rendre à l'hôpital de Vukovar, le cas échéant, est-ce que vous y

19 avez parlé aussi avec des gens ?

20 R. J'y suis allé souvent. J'ai fait beaucoup d'entretiens d'information

21 là-bas. J'ai parlé avec le personnel de l'hôpital, avec les Serbes aussi,

22 avec les Croates aussi. Il y avait beaucoup d'infirmières, par exemple, qui

23 étaient restées à l'hôpital. Puis, elles sont restées à l'hôpital pour

24 continuer à travailler à l'hôpital de sorte qu'il y avait pas mal de choses

25 intéressantes. A Vukovar aussi il y avait pas mal de choses, pas mal de

26 documents.

27 M. Mercep et les autres, c'étaient les dirigeants.

28 Q. Vous souvenez-vous si à proximité de l'hôpital de Vukovar si vous avez

Page 14747

1 trouvé des informations intéressantes ?

2 R. Nous avons appris que face à l'hôpital, de l'autre côté de la rue se

3 trouve une horlogerie. A côté de cette horlogerie, il fallait creuser parce

4 qu'il y avait une petite maison là-bas avec une petite fenêtre. Juste au-

5 dessous de la fenêtre, il fallait creuser. On nous a dit qu'on allait

6 trouver un cahier très intéressant, qui contient une mine d'informations

7 sur le genre de mines de Vukovar.

8 Nous l'avons fait et nous avons trouvé effectivement ce cahier. Nous

9 l'avons immédiatement remis à Basic qui s'occupait de l'assainissement du

10 terrain. A part cela, nous avons trouvé aussi un poste radio qui se

11 trouvait exactement là. En fait, c'était leur centre de transmissions. Nos

12 experts l'ont démantelé. Si j'ai bien compris le faisant, j'ai entendu dire

13 qu'ils n'ont jamais découvert ce poste radio.

14 Q. Ceci se trouvait à quelle distance par rapport à l'hôpital ?

15 R. Trente ou 40 mètres, je dirais.

16 Q. Vous avez passé à peu près trois mois à Vukovar, d'après ce que je

17 vois. Est-ce que vous avez entendu quoi que ce soit concernant les crimes à

18 Ovcara ?

19 R. Par la suite, oui. Vous savez, je suis resté à Vukovar assez longtemps.

20 Je suis allé souvent à l'hôpital. Même à l'hôpital, on ne faisait pas de

21 commentaires. Personne ne disait que ces gens avaient été tués. A Belgrade,

22 un an plus tard, j'en ai été informé par les médias.

23 Q. D'après votre meilleur souvenir, pendant que vous étiez à l'hôpital,

24 est-ce que le personnel de l'hôpital appartenait aux deux nationalité,

25 serbe et croate ?

26 R. Oui. Il y avait pas mal de Croates qui sont restés. L'infirmière en

27 chef de l'hôpital est restée, même après l'évacuation. C'est une Croate.

28 Elle vient d'un village tout à côté du mien, mais du côté croate.

Page 14748

1 Q. Merci. Nous avons entendu dire ici, qu'un certain sergent a essayé

2 d'assassiner M. Vujic par un fusil à lunette, justement le 20, au niveau de

3 l'hôpital. Est-ce que vous avez entendu parler de cela ?

4 R. Maintenant, je comprends. A peu près deux mois plus tard, j'ai eu une

5 situation qui ressemblait à cela. Justement, j'étais à l'hôpital et je

6 faisais des entretiens. Une personne est venue parler avec moi. En

7 arrivant, il m'a demandé où se trouvait Branko. Cette personne qu'on

8 connaissait très bien, a dit : Il a une autre mission, il est ailleurs. Il

9 s'agissait d'un officer. On le connaissait très bien et il insistait. Il

10 demandait : Mais où se trouve Branko ? Où se trouve Branko ? On lui a

11 expliqué qu'il était ailleurs, qu'il avait une autre mission ailleurs.

12 Comme ils étaient assez bons amis tous les deux, il a réussi à apprendre

13 qu'on l'avait envoyé pour

14 me tuer.

15 Q. Mais qui, Branko Korica ?

16 R. Oui, Branko Korica, qu'il connaissait très bien. J'ai parlé de cela à

17 Bogdan Vujic à peu près un an plus tard. Je n'ai rien à voir avec cela, à

18 moins qu'il en ait pris la responsabilité.

19 M. LUKIC : [interprétation] Bien. J'en ai terminé de mon interrogatoire

20 principal. Je n'ai pas d'autres questions à poser. Peut-être le moment est-

21 il opportun pour terminer nos travaux d'aujourd'hui.

22 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Je vous remercie, Maître Lukic.

23 Maître Vasic, entendez-vous poser des questions à ce témoin ?

24 M. VASIC : [interprétation] Oui, Monsieur le Président. Je vous remercie.

25 J'ai l'intention de lui poser quelques questions. Cela étant dit, je ne

26 pense pas être en mesure de poser des questions vraiment cruciales pendant

27 les quelques minutes qu'il nous reste. Je pourrais profiter de ce temps

28 pour formuler mes questions, de sorte qu'elles soient le plus succinctes

Page 14749

1 possibles.

2 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Très bien. Nous levons la séance

3 jusqu'à 2 h 15 demain.

4 --- L'audience est levée à 18 heures 55 et reprendra le jeudi 16 novembre

5 2006, à 14 heures 15.

6

7

8

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28