Tribunal Criminal Tribunal for the Former Yugoslavia

Page 1291

1 Jeudi 27 mars 1997

2 L'audience est ouverte à 10 heures 05.

3 M. le Président (interprétation). - Mesdames et Messieurs,

4 bonjour. Peut-on faire entrer le témoin ?

5 (Le témoin entre dans la salle d'audience.)

6 M. le Président (interprétation). - Oui, maître McMurrey. En

7 est-on au contre-interrogatoire ou est-ce encore votre interrogatoire

8 principal ?

9 Mme McHenry (interprétation). - Témoin, hier dans votre

10 témoignage, vous avez fait référence à M. Landzo, surnommé Zenga.

11 Connaissiez vous cette personne avant d'être au camp ?

12 M. le Président (interprétation). - Auparavant, je ne sais

13 pas si nous avons rappelé au témoin qu'il est toujours sous serment.

14 Témoin F (interprétation). - Je continuerai à dire la vérité,

15 toute la vérité et rien que la vérité.

16 Mme McHenry (interprétation). - Comment avez-vous appris qui

17 était M. Landzo ?

18 Témoin F (interprétation). - Je l'ai appris des autres qui se

19 trouvaient au hangar n 6. Le surnom de Zenga, je l'ai appris très vite.

20 C'est seulement par la suite que j'ai appris son prénom et son patronyme.

21 Mme McHenry (interprétation). - A quelle fréquence voyiez-vous

22 Zenga au camp, plus ou moins ?

23 Témoin F (interprétation). - Pratiquement tous les jours.

24 Mme McHenry (interprétation). - Quelles fonctions avait-il au

25 camp ?

Page 1292

1 Témoin F (interprétation). - Il faisait fonction de garde.

2 Mme McHenry (interprétation). - Pourriez-vous décrire l'aspect

3 qu'il avait en1992, au moment où vous vous trouviez dans le camp ?

4 Témoin F (interprétation). - C'était un homme assez petit, il

5 se rasait souvent le crâne. Il se rasait aussi les côtés, au-dessus des

6 tempes. Il laissait un peu de cheveux sur le dessus. C'est par la suite

7 qu'il s'est rasé tout le crâne. Il était vraiment chauve.

8 Mme McHenry (interprétation). - Vous souvenez-vous s'il était

9 là pendant tout le temps que vous avez passé à Celebici ou y a-t-il eu une

10 période où vous ne l'avait plus vu ?

11 Témoin F (interprétation). - Il y a eu une certaine période,

12 je ne me souviens pas exactement du mois, mais il est allé quelque part.

13 Par la suite, il est réapparu avec un ceinturon qu'il portait, un

14 ceinturon clair. Il est venu à deux ou trois reprises. Je ne sais pas,

15 souvent il emmenait des personnes.

16 Je ne sais pas de quoi il parlait quand il était avec Bendjo.

17 Je sais qu'ils ont parlé de marks allemands. Mais il ne venait pas

18 vraiment au camp. Il était juste à l'entrée et il repartait. Je pense que

19 ce fut vers la fin août ou le début septembre.

20 Mme McHenry (interprétation). - Hier, vous avez mentionné

21 Delic. Le connaissiez-vous avant que vous ne soyiez au camp ?

22 Témoin F (interprétation). - Non.

23 Mme McHenry (interprétation). - Comment avez-vous appris qui

24 il était ?

25 Témoin F (interprétation). - Le deuxième jour, après qu'on

Page 1293

1 m'ait mis au hangar n 6, nous sommes sortis et il était assis à droite,

2 plus exactement sur le côté gauche. Il était facile de le reconnaître

3 parce qu'il avait des béquilles. J'ai demandé à Slavovic qui il était. Il

4 m'a donné son identité. Par la suite je l'ai reconnu du fait qu'il portait

5 des béquilles. Ça, c'est le surlendemain de l'arrivée au hangar n 6. Donc

6 j'ai connu son nom à ce moment-là.

7 Mme McHenry (interprétation). - Pourriez-vous dire pendant

8 combien de temps il a eu des béquilles ?

9 Témoin F (interprétation). - Je ne me souviens plus

10 exactement. Il a eu des béquilles pendant un certain temps. Il s'asseyait

11 au n 6 sur une caisse, sur le côté droit. Il s'adossait au mur de tôle.

12 Je ne sais pas pendant combien de temps cela a été le cas, parce qu'une

13 longue période s'est écoulée depuis les événements. En tout cas, cela n'a

14 pas été très long.

15 Mme McHenry (interprétation). - Pourriez-vous le décrire en

16 dehors du fait qu'il avait des béquilles au début ?

17 Témoin F (interprétation). - C'était un homme bien bâti,

18 grand, il avait aussi les cheveux coupés très court. D'abord, il avait un

19 pistolet et un fusil automatique assez court, un peu comme une

20 mitraillette. Par la suite, il a eu un fusil automatique. Il a eu ensuite

21 un pistolet un peu plus long qu'il portait de l'autre côté et, quand il

22 marchait, il avait une dégaine telle qu'en marchant, il écartait les bras

23 du corps.

24 Mme McHenry (interprétation). - Le voyiez-vous souvent au

25 camp ?

Page 1294

1 Témoin F (interprétation). - Pratiquement tous les jours. Il

2 venait chaque matin au camp, pas toujours à la même heure, mais en tout

3 cas, il venait presque chaque matin.

4 Mme McHenry (interprétation). - Connaissiez-vous les fonctions

5 qu'il occupait dans le camp ?

6 Témoin F (interprétation). - ...Les gardes, en effet.

7 Mme McHenry (interprétation). - Un instant. Je pense qu'il y a

8 eu un petit problème. On n'a pas obtenu une partie de l'intervention.

9 L'interprète pourrait-il répéter ce que nous n'avons pas entendu, ou il

10 faudra demander au témoin de recommencer depuis le début.

11 Il y a eu un petit problème technique, Monsieur le témoin.

12 Ceux qui ne comprennent pas votre langue n'ont pas entendu votre réponse.

13 Auriez-vous l'obligeance de reprendre dès le début. La question était de

14 savoir si vous connaissiez les fonctions qu'occupait M. Delic au camp.

15 Témoin F (interprétation). - La fonction qu'occupait M. Delic,

16 je ne la connais pas précisément. Mais je sais que, quand il apparaissait,

17 il nous fallait nous lever. Les gardes nous ont dit que... Quand il

18 arrivait, on disait : voilà le chef qui arrive. Il venait chaque matin.

19 A partir de cela, je peux dire qu'il était probablement

20 commandant adjoint du camp.

21 Mme McHenry (interprétation). - Avez-vous jamais constaté le

22 type de relation qu'il avait avec les autres gardes ? Est-ce que ceux-ci

23 lui donnaient des instructions ou était-ce lui qui donnait des

24 instructions aux autres gardes ?

25 Témoin F (interprétation). - Il donnait des ordres aux autres

Page 1295

1 gardes. Je peux vous donner un exemple dont je me souviens parfaitement et

2 ceci a trait à ce que je vous racontais hier.

3 Quand les policiers ont été tués, à Repovci, on a constaté que

4 c'était des Musulmans qui les avaient tués. Il a ordonné à Landzo de faire

5 servir ce genre de traitement pour les trois repas de la journée. Ses

6 ordres ont été exécutés par Landzo ensuite.

7 Mme McHenry (interprétation). - En sus de ce que vous avez

8 observé à propos de M. Delic, au moment où vous vous trouviez dans le

9 camp, avez-vous appris certaines choses à propos des personnes qui

10 occupaient des fonctions de responsabilité au camp de Celebici ? Par

11 exemple, avez-vous appris qui était le responsable du camp ?

12 Témoin F (interprétation). - J'ai découvert que le chef du

13 camp était Pavo Mucic et que Delic était son adjoint. J'ai appris cela de

14 personnes qui le connaissaient très bien et aussi des gens que nous

15 connaissions, qui venaient de l'extérieur, et qui amenaient de la

16 nourriture, par exemple un homme qui s'appelait Kujic Nenad, et de Bendjo,

17 ainsi que d'autres.

18 En effet, quand le commandant du camp venait -et je ne l'ai vu

19 que trois fois-, Hazim Delic venait, il nous ordonnait de nous lever parce

20 que le commandant venait nous voir. Nous devions donc nous lever et cette

21 personne passait d'une personne à l'autre. J'ai vu le commandant à trois

22 occasions.

23 Mme McHenry (interprétation). - Vous souvenez-vous

24 approximativement du moment où vous avez vu M. Mucic au camp ?

25 Témoin F (interprétation). - Plus ou moins, vers la fin du

Page 1296

1 mois de juin ou début juillet, je ne sais pas exactement, c'est après

2 qu'il y ait eu libération d'un groupe. Il est alors venu. Nous nous sommes

3 levés. Il a séparé les malades et les personnes âgées des autres et les

4 emmenés ailleurs. Par la suite, nous avons appris de Nenad et de Bendjo

5 que les gardes leur avaient dit qu'ils seraient transférés à Musala.

6 La deuxième fois, c'était un autre groupe qui est aussi parti.

7 Le commandant est venu. Nous nous sommes levés. Il a donné lecture des

8 noms des personnes qu'il a emmenées. Le troisième groupe, c'était celui

9 dans lequel je me trouvais.

10 Vers la mi-octobre, je pense que c'était le 8 octobre.

11 Mme McHenry (interprétation). - Même si vous ne l'avez pas vu

12 personnellement, lorsque vous vous trouviez au camp, avez-vous entendu

13 dire que Mucic se trouvait, lui aussi, au camp ?

14 Témoin F (interprétation). - Alors que je me trouvais au camp,

15 j'ai appris qu'il a eu un cas -et même pour ceux qui le connaissait mieux,

16 les gens qui étaient battus-, qu'ils avaient pensé à demander à Pavo Mucic

17 s'il était au courant des meurtres et des tabassages qui étaient commis.

18 Mais personne n'a osé lui poser la question ni se plaindre auprès de lui.

19 Mlle McHenry (interprétation). - Les gardes ou les bruits que

20 vous auriez entendus de l'extérieur vous indiquaient-ils que M. Mucic se

21 trouvait au camp ?

22 Témoin F (interprétation). - Je n'ai pas bien compris la

23 question.

24 Mlle McHenry (interprétation). - Savez-vous comment M. Mucic

25 arrivait au camp, quel moyen de transport utilisait-il ?

Page 1297

1 Témoin F (interprétation). - Oui Il venait en général au

2 hangar n 6 en moto. Je l'ai appris des gardes. Quand on entendait le

3 bruit d'une moto, les gardes disaient que le commandant arrivait et nous

4 demandaient de mettre nos mains sur nos genoux. Il ne venait pas

5 nécessairement à l'intérieur, mais nous entendions, par les autres

6 personnes qui se trouvaient à l'extérieur, quil arrivait.

7 Mlle McHenry (interprétation). - Sans donner les noms de

8 prisonniers, pourriez-vous dire à la Cour si vous avez été témoin de

9 mauvais traitements; de sévices sexuels, alors que vous vous trouviez au

10 camp de Celebici ?

11 Témoin F (interprétation). - Oui, deux frères ont été...

12 Mme McMurrey (interprétation). - Ne pourrait-on pas demander

13 si Monsieur a été victime lui-même de sévices sexuels à Celebici ?

14 Mlle McHenry (interprétation). - Pourrait-on vérifier les

15 transcriptions. A-t-il observé des sévices sexuels ?

16 Mme McMurrey (interprétation). - Excusez-moi, Me McHenry a

17 tout à fait raison.

18 Mlle McHenry (interprétation). - Sans préciser le nom des

19 personnes qui auraient été concernées, pourriez-nous faire part de vos

20 observations ?

21 Témoin F (interprétation). - J'ai vu deux frères à qui les

22 gardes ont ordonné d'introduire leurs organes sexuels respectifs dans la

23 bouche de l'autre.

24 Mlle McHenry (interprétation). - Où cela s'est-il passé ?

25 Témoin F (interprétation). - Au hangar n 6, devant tout le

Page 1298

1 monde. Je crois qu'il y avait plus de 200 détenus.

2 Mlle McHenry (interprétation). - Vous souvenez-vous de quel

3 garde il s'agissait, qui a donné cet ordre ?

4 Témoin F (interprétation). - Oui.

5 Mlle McHenry (interprétation). - Qui était le garde ?

6 Témoin F (interprétation). - C'était Esad Landzo, surnommé

7 Zenga.

8 Mlle McHenry (interprétation). - Avez-vous jamais vu un

9 prisonnier qui aurait été maltraité ?

10 M. JAN (interprétation). - Pourrait-on donner une date

11 approximative des événements ?

12 Mlle McHenry (interprétation). - Je reviens à l'incident où on

13 a forcé les prisonniers à introduire l'organe sexuel dans la bouche de

14 l'autre. Pourrait-on situer cet événement dans le temps,

15 approximativement ?

16 Témoin F (interprétation). - Je ne sais pas exactement. Mais

17 je sais que c'était pendant la journée, sans pouvoir vous préciser la

18 date.

19 Mlle McHenry (interprétation). - Pourriez-vous préciser le

20 mois au cours duquel cela s'est passé, pour autant que vous le sachiez ?

21 Témoin F (interprétation). - Je me souviens pas, parce que ces

22 personnes ont été amenées après nous. Cela aurait pu se passer fin juin,

23 début juillet. Je ne peux pas être plus précis. Mais je m'en souviens

24 encore comme si cela se passait devant mes yeux, maintenant.

25 Mlle McHenry (interprétation). - Pour tirer cela au clair, ils

Page 1299

1 ont été emmenés fin juin, début juillet. Est-ce le moment où ils ont été

2 amenés, ou le moment où l'incident sest produit ?

3 Témoin F (interprétation). - Ils ont été amenés après nous,

4 peut-être 15 ou 20 jours après nous. D'abord, ils ont été battus,

5 tabassés. Je ne sais pas exactement. Je pense que cela a été peut-être fin

6 juin, début juillet. Je ne peux pas être plus précis parce que beaucoup de

7 temps s'est écoulé depuis, mon souvenir n'est plus précis.

8 Mlle McHenry (interprétation). - Avez-vous jamais été témoin

9 de mauvais traitements infligés à l'aide d'un câble dun détonateur ?

10 M. le Président (interprétation). - Pourquoi suggérez-vous la

11 nature ?

12 Mlle McHenry (interprétation). - Parce que beaucoup de sévices

13 ont déjà été mentionnés. J'essaie dattirer son attention sur un fait

14 particulier, d'en faire de suggestion.

15 M. le Président (interprétation). - Demandez-lui le type de

16 sévices qu'il a observés.

17 Mlle McHenry (interprétation). - En plus de ce que vous avez

18 déjà mentionné, y avait-il d'autres incidents, des sévices que vous auriez

19 vus ?

20 Témoin F (interprétation). - Oui. Je m'en souviens bien.

21 Monsieur Landzo, surnommé Zenga, avait une petite bouteille remplie

22 dessence. Il l'a versée sur le béton, a allumé un peu de papier et a

23 demandé à Dordjic d'ouvrir la bouche. Il chauffait le couteau dans cette

24 chaleur. Il a mis aussi quelque chose dans son oreille. Malgré ses

25 supplications, il a quand même mis le couteau sur sa langue et puis il l'a

Page 1300

1 retiré.

2 Il a amené Nedjo Draganic et quand Nedjo est revenu il s'est

3 assis. La porte s'est refermée quand il est revenu. Il a montré ses

4 jambes, et ses jambes étaient brûlées.

5 Mlle McHenry (interprétation). - Permettez-moi de revenir en

6 arrière. Qui a donc amené à l'extérieur M. Nedjo Draganic ?

7 Témoin F (interprétation). - Draganic a été amené à

8 l'extérieur par Landzo; surnommé Zenga.

9 M. JAN (interprétation). - Pourriez-vous préciser

10 approximativement le mois, pour que ce soit un peu plus précis ?

11 Mlle McHenry (interprétation). - Vous souvenez-vous du moment

12 où l'incident qui a concerné M. Draganic sest produit ? En quel mois ?

13 Seriez-vous en mesure de le dire ?

14 Témoin F (interprétation). - Cela s'est passé aussi au mois de

15 juin, peut-être début juillet. Je ne peux pas vous dire cela de façon plus

16 précise, parce que je n'ai pas ce souvenir, mais je dis la vérité. Comme

17 je le dis, cela s'est passé en juin ou début juillet. Ce même jour ou le

18 lendemain, une chose similaire est arrivée à Spasoje Miljevic. Par la

19 suite, j'ai vu des cloques sur les mains de Spasoje Miljevic. Je n'ai pas

20 non plus un souvenir exact de la date juin, début juillet.

21 Mlle McHenry (interprétation). - S'agissant de l'incident où

22 le couteau a été réchauffé avec M. Dordjic, on a introduit quelque chose

23 dans son oreille...

24 Mme McMurrey (interprétation). - Objection parce que la

25 question est tendancieuse.

Page 1301

1 M. JAN (interprétation). - Le témoin a mentionné l'incident.

2 On essaie de préciser la date a laquelle l'incident sest produit et cela

3 sera utile pour la défense également.

4 Mme McMurrey (interprétation). - Je lespère

5 Mlle McHenry (interprétation). - J'essaie toujours d'être

6 utile à la défense. Si vous vous souvenez de cet incident où M. Landzo

7 aurait réchauffé ce couteau, à quel mois cela ce serait-il passé ?

8 Témoin F (interprétation). - Tout cela s'est passé en l'espace

9 d'un jour ou deux. Les incidents où il y a eu des brûlures, fin juin,

10 début juillet, je ne me souviens plus très exactement.

11 Mlle McHenry (interprétation). - Y a-t-il eu d'autres

12 incidents où des sévices auraient été infligés et dont vous auriez le

13 souvenir ?

14 Témoin F (interprétation). - Je me souviens également que

15 M. Landzo; surnommé Zenga, a amené Rajko Kuljanin, il l'a ramené avec une

16 masque sur le visage. M. Kuljanin est resté pendant longtemps assis avec

17 le masque sur le visage, puis il l'a enlevé. Il a eu peine à retrouver ses

18 esprits. Il y a eu beaucoup d'incidents et j'ai peine à m'en souvenir.

19 Mlle McHenry (interprétation). - Y a-t-il eu une visite de la

20 Croix-Rouge internationale au camp ?

21 Témoin F (interprétation). - Au mois daoût, la Croix-Rouge

22 internationale est venue, à la mi-août. Il y avait un médecin avec la

23 délégation. Les gardes ont été éloignés et la délégation a examiné les

24 malades et donné aux autres la possibilité de communiquer avec leur

25 famille. Après cela, le C.I.C. est reparti. Hazim Delic est arrivé avec

Page 1302

1 cinq ou six autres gardes et il nous a donné l'instruction à tous de nous

2 tourner vers la gauche et de nous asseoir. Ils ont commencé à nous frapper

3 dans les reins avec leurs bottines. Les gardes nous disaient : "Voilà,

4 c'est cela la Croix Rouge pour vous". Cela a duré longtemps.

5 Mme McHenry (interprétation). - Qui a dit : "Voilà la Croix-

6 Rouge pour vous ?"

7 Témoin F (interprétation). - C'était Hazim Delic. Il a dit :

8 "Voilà la Croix-Rouge, je vais vous en donner de la Croix-Rouge" et il a

9 ordonné aux gardes de nous battre, de nous frapper. Ils ont frappé dans

10 les reins. Ils avaient des bottines au pied. Ils nous ont tous frappés au

11 camp.

12 Le jour suivant, la Croix Rouge est venue une nouvelle fois.

13 Nous ne voulions pas leur parler. Ils nous disaient : "Dites-nous ce qui

14 s'est passé". Quelqu'un leur avait sans doute dit ce qui s'était passé.

15 Ils sont allés voir les autorités et ont dit de ne pas faire ce genre de

16 choses.

17 Ensuite, pendant un certain temps, il n'y a plus eu de coups,

18 à part certains incidents isolés, par exemple Mrkajic Vukasin et Vukalo,

19 dont je ne me souviens pas du prénom, Dusko Bendjo. Pour les autres, on

20 nous a laissés en paix pendant un certain temps. Une autre fois, Hazim...

21 Mme McHenry (interprétation). - Je vous interromps une

22 seconde. A votre avis, combien de temps a duré cette période pendant

23 laquelle les passages à tabac se sont interrompus, se sont espacés ?

24 Témoin F (interprétation). - Quinze jours environ, quelque

25 chose comme quinze jours. Ensuite, Hazim Delic est arrivé. Il avait en

Page 1303

1 main une pelle et il nous a dit de regarder de l'autre côté et a commencé

2 à nous frapper dans le dos avec la pelle. Il a distribué une tournée de

3 coups, puis une deuxième. Ensuite, il a donné la pelle à un garde, dont je

4 ne me souviens plus qui c'était. Il leur a donné l'ordre de continuer.

5 Après cela, il a amené Vukasin Mrkajic devant nous tous et a

6 utilisé une poignée de pelle pour le frapper dans le dos. Il lui a donné

7 l'ordre de retirer son pantalon et de marcher dans le hangar pour que nous

8 voyions tous dans quel état il était.

9 Ensuite, il a emmené Dusko Bendjo, Zoran Djordjic et Nenad

10 Draganic et quelques autres. Ces personnes ont été emmenées et même si je

11 ne pouvais pas voir, j'ai pu entendre qu'on était en train de les frapper.

12 Ces personnes ont été ramenées. Après cela, Delic et les gardes sont

13 partis. Ils sont sortis et nous sommes tous restés là.

14 Ensuite, il y a eu plusieurs incidents. On emmenait l'un ou

15 l'autre, mais il n'y a plus eu d'incidents où tout le monde était frappé

16 et battu en même temps.

17 Mme McHenry (interprétation). - Vous autorisait-on à jouer aux

18 cartes pendant que vous étiez dans le hangar ?

19 Témoin F (interprétation). - Pendant un certain temps, on a pu

20 jouer aux cartes, des cartes que nous avions fabriquées nous-mêmes. Les

21 gardes s'en sont rendu compte. Ils n'ont pas réagi, mais Delic est arrivé

22 et a demandé qui avait fabriqué ces cartes. Il a commencé à nous frapper,

23 à frapper tout le monde.

24 Il a demandé à Vukasin qui l'avait fait. Il a frappé Vukasin

25 avec la pelle et Vukasin a alors désigné les gens qui avaient fabriqué les

Page 1304

1 cartes et ces personnes ont été emmenées et frappées. Je ne sais pas si

2 c'était permis ou pas, mais les gardes l'avaient vu et personne n'avait

3 rien dit.

4 Mme McHenry (interprétation). - Savez-vous à peu près quand

5 ces personnes ont été frappées pour avoir joué aux cartes ? Quel mois ?

6 Témoin F (interprétation). - Je crois que c'était le mois de

7 septembre.

8 Mme McHenry (interprétation). - Avez-vous travaillé, fait un

9 travail quelconque pendant que vous étiez au camp ?

10 Témoin F (interprétation). - Oui. On nous amenait par groupe

11 et nous allions décharger les armes qui étaient amenées dans deux tunnels

12 qui se trouvaient également dans l'enceinte du camp. Donc nous y allions.

13 Nous déchargions les armes en groupe.

14 Mme McHenry (interprétation). - Savez-vous à peu près quand on

15 vous amenait décharger ces armes ? Quel mois par exemple ?

16 Témoin F (interprétation). - C'était en juin et en juillet.

17 J'y suis allé en juillet, début juillet je pense. Les plus jeunes y sont

18 allés avant. Plus tard, il y avait plus de travail. Nous y allions en

19 groupe et nous déchargions les armes pendant la nuit.

20 Mme McHenry (interprétation). - Monsieur, combien de temps

21 êtes-vous resté à Celebici, quand avez-vous quitté Celebici ?

22 Témoin F (interprétation). - J'ai quitté Celebici le 8 octobre

23 et j'ai été transféré à Musala.

24 D'abord un garde est venu, il a lu nos noms et nous a dit :

25 "Asseyez-vous". Ensuite, Hazim Delic est arrivé. Il a lu la même liste de

Page 1305

1 noms et nous a dit de sortir du rang. Il nous a demandé nos noms et si

2 nous avions tiré. Ensuite, il a changé quelques noms sur la liste, nous a

3 dit de nous asseoir.

4 Delic et Pavo sont arrivés ensemble. Nos noms ont été lus une

5 deuxième fois et nous avons été emmenés à Musala. J'étais dans le deuxième

6 groupe qui a été amené dans une camionnette Iveco.

7 Mme McHenry (interprétation). - Combien de temps êtes-vous

8 resté à Musala ?

9 Témoin F (interprétation). - J'y suis resté jusqu'au

10 17 novembre, un mois et 9 jours.

11 Mme McHenry (interprétation). - Vous a-t-on libéré ? Est-ce

12 ainsi que vous avez quitté Musala ?

13 Témoin F (interprétation). - J'ai été libéré au centre de

14 rassemblement de Donje Selo, où je suis resté jusqu'au 1er février 1993.

15 Ensuite, j'ai été échangé vers Trnovo en passant par Igman. Je n'ai pas

16 passé beaucoup de temps à cet endroit-là. Je n'y ai passé qu'une nuit.

17 Ensuite, j'ai été échangé vers Kalinovik.

18 Mme McHenry (interprétation). - Quand vous avez quitté

19 Celebici ou que vous avez quitté Musala, avez-vous reçu un formulaire de

20 libération quelconque ?

21 Témoin F (interprétation). - Oui. J'ai reçu un formulaire de

22 mise en liberté qui était signé par Hazim Delic. Je ne l'ai pas emporté,

23 je ne l'ai pas ici, mais il y a sa signature sur le document. Mon

24 formulaire a été signé par lui.

25 Mme McHenry (interprétation). - Vous avez reçu ce formulaire

Page 1306

1 quand vous avez quitté Celebici ou quand vous avez quitté Musala ?

2 Témoin F (interprétation). - Quand j'ai quitté Musala. Après

3 Musala, on nous a amenés encore une fois à Celebici. Nous y avons passé

4 2 ou 3 heures, jusqu'à la tombée de la nuit, et Delic a distribué les

5 formulaires de libération. Ensuite, il nous a amenés à Donje Selo et nous

6 a laissés là.

7 Je suis allé à la maison de mon beau-frère, le frère de ma

8 femme, la maison de Scuro* et j'y ai passé trois mois.

9 Mme McHenry (interprétation). - Pendant que vous étiez à

10 Celebici, ou même à Musala, vous a-t-on jamais inculpé d'une infraction

11 quelconque ?

12 Témoin F (interprétation). - Non.

13 Mme McHenry (interprétation). - Un instant, s'il vous plaît.

14 Monsieur le Président, je n'ai pas d'autres questions à poser au témoin.

15 M. le Président (interprétation). - Vous êtes-vous mis

16 d'accord sur l'ordre dans lequel les avocats de la défense vont parler ?

17 M. O'Sullivan (interprétation). - Oui, monsieur le Président.

18 D'abord la défense de M. Mucic, ensuite celle de M. Delic, en troisième

19 lieu celle de M. Landzo et enfin, en quatrième lieu, celle de M. Delalic.

20 M. le Président (interprétation). - Très bien. Maître

21 Greaves, je vous en prie, posez vos questions.

22 M. Greaves (interprétation). - Merci, monsieur le Président.

23 Monsieur F, c'est ainsi que je vous appellerai, vous en comprenez les

24 raisons n'est-ce pas ?

25 Témoin F (interprétation). - Oui.

Page 1307

1 M. Greaves (interprétation). - Merci beaucoup. Monsieur F, je

2 voudrais d'abord vous poser des questions sur la première visite de la

3 police et des militaires dans votre village, quand vous avez été arrêté au

4 village de Bradina n'est-ce pas ?

5 Témoin F (interprétation). - Oui.

6 M. Greaves (interprétation). - Pouvez-vous répondre à cette

7 question ? Parmi les officiers de police que vous avez reconnus, y avait-

8 il un homme qui s'appelait Zvonko Zovko ?

9 Témoin F (interprétation). - Je ne l'ai même pas mentionné.

10 Lorsque nous avons été arrêtés à Bradina, j'ai dit qu'il y avait un

11 étranger. Je n'ai pas mentionné la police. Ceux qui nous ont arrêtés

12 étaient des hommes en uniforme noir et en tenue de camouflage. Parmi eux,

13 il y avait un étranger et les gens que je connaissais parmi eux étaient

14 Redjo Balic.

15 M. Greaves (interprétation). - Quand alors avez-vous vu

16 Zovko ?

17 Témoin F (interprétation). - Je n'ai pas parlé de Zovko à ce

18 moment-là. Je l'ai mentionné dans le contexte du camp, mais pas dans le

19 contexte de l'arrestation.

20 M. Greaves (interprétation). - Est-ce quelqu'un qui a

21 participé au passage à tabac à l'entrée du camp ?

22 Témoin F (interprétation). - D'après ce que mon père m'a dit,

23 il était à peu près à cinq places plus loin que moi, il a dit : "Pourquoi

24 tu me frappes, Zovko ?" Zovko l'a insulté en invoquant sa mère. C'est ce

25 que j'ai appris. Mon père m'a raconté qu'il était battu par Zovko et que

Page 1308

1 Zovko lui avait aussi mis une chaussette dans la bouche pour l'étouffer.

2 M. Greaves (interprétation). - Cet officier de police, dont

3 vous parlez, était quelqu'un qui participait au passage à tabac à l'entrée

4 du camp ?

5 Témoin F (interprétation). - Oui.

6 M. Greaves (interprétation). - Ce qui s'est passé à la porte

7 du camp, cela a été le pire de ce qui s'est passé pour vous et vos

8 compagnons ?

9 Témoin F (interprétation). - Oui.

10 M. Greaves (interprétation). - Excusez-moi, veuillez répondre

11 à la question. Je poserai la suivante ensuite.

12 Témoin F (interprétation). - Cela a été le plus dur que je

13 puisse imaginer qui m'arrive. J'ai demandé trois fois que l'on m'achève.

14 Maintenant que vous me le rappelez, j'ai oublié de dire que Gojko Miljanic

15 a été battu là. Puis il a été emmené au hangar n 6 où il est mort dans

16 les bras de son fils, Zavo. Maintenant que vous m'en parlez, je viens de

17 me souvenir aussi que Petko Gligorevic est aussi mort là. Il est

18 incroyable qu'un homme puisse faire ce genre de chose à un autre homme.

19 M. Greaves (interprétation). - Est-il vrai que les personnes

20 qui frappaient les prisonniers étaient composées à la fois de policiers et

21 de militaires ?

22 Témoin F (interprétation). - J'ai dit que je ne savais pas qui

23 étaient ces gens car dès qu'on nous a fait aligner le long du mur, nous

24 avions le visage tourné vers le mur, avec les mains posées contre le mur.

25 Alors qui frappait qui ? Ils étaient nombreux et ils se relayaient. Ils

Page 1309

1 ont frappé jusqu'à épuisement.

2 M. Greaves (interprétation). - Il y avait un homme qui

3 s'appelait Sevko Niksic parmi ces policiers, à l'entrée du camp, n'est-ce

4 pas ?

5 Témoin F (interprétation). - Je n'ai pu reconnaître personne

6 car déjà à Bradina on m'avait frappé, et quand je suis arrivé au camp, je

7 n'étais pas à même de reconnaître qui que ce soit.

8 M. Greaves (interprétation). - Monsieur F, je voudrais

9 maintenant vous poser une question sur la connaissance que vous avez de

10 M. Mucic. Est-il vrai que, lorsque vous avez vraiment connu Mucic, c'est

11 lorsque vous avez été libéré du camp ?

12 Témoin F (interprétation). - Comme je l'ai dit, le premier

13 groupe a été libéré par lui en juin ou juillet et ce groupe est parti

14 quelque part. On a appris ensuite qu'il est allé à Musala. Un deuxième

15 groupe a aussi été amené à Musala. J'étais dans le troisième groupe.

16 M. Greaves (interprétation). - Monsieur F, une grande partie

17 de votre témoignage devant le Tribunal est très imprécis quant aux dates.

18 Le reconnaissez-vous ?

19 Témoin F (interprétation). - Oui. Oui, parce que beaucoup de

20 temps a passé depuis.

21 M. Greaves (interprétation). - Ce n'est pas une critique. Cela

22 fait presque cinq ans depuis les événements, n'est-ce pas ?

23 Témoin F (interprétation). - Oui.

24 M. Greaves (interprétation). - Reconnaissez-vous que votre

25 mémoire n'est pas très bonne pour ce qui est des dates précises ?

Page 1310

1 Témoin F (interprétation). - Je n'ai pas compris.

2 M. Greaves (interprétation). - Votre mémoire d'étape, quant

3 aux incidents qui se sont produits à Celebici, cette mémoire n'est pas

4 très bonne, n'est-ce pas ? Vous ne vous rappelez pas de dates précises.

5 Témoin F (interprétation). - Je ne peux pas me souvenir de

6 dates précises. Nous avions tellement peur. Nous craignions constamment

7 d'être emmenés. Il est très difficile maintenant de se souvenir.

8 M. Greaves (interprétation). - Bien sûr, monsieur F. Je tiens

9 à vous préciser que ce n'est en aucune manière une critique que je vous

10 adresse quand je vous dis que vous ne vous souvenez pas exactement des

11 dates.

12 Ce que je veux dire, c'est que la date de la libération du

13 camp en fait remonte au mois d'août 1992. Reconnaissez-vous que cette date

14 est aussi possible.

15 Témoin F (interprétation). - Quand on les a libérés pour être

16 échangés ou quand ils ont quitté le hangar n 6 ? Je n'ai pas bien compris

17 votre question.

18 M. Greaves (interprétation). - Soit pour aller à Musala, soit

19 pour être libérés complètement.

20 Témoin F (interprétation). - Les prisonniers qui ont été

21 libérés pour être emmenés à Musala, c'étaient d'abord les personnes âgées

22 et les malades. Cela s'est passé à la fin du mois de juin, au début du

23 mois de juillet. C'est le premier groupe qui est parti. Le deuxième groupe

24 a été emmené fin juillet, début août et, moi-même, j'ai été libéré en

25 octobre. Le premier groupe était constitué des personnes âgées et des

Page 1311

1 malades. C'était fin juin, début juillet.

2 M. Greaves (interprétation). - Je vous suggère qu'en fait

3 cette libération a eu lieu au mois d'août et que vous confondez les dates.

4 Témoin F (interprétation). - On a emmené les personnes âgées

5 et les malades et nous avons tous été emmenés au hangar n 6. Plus tard,

6 après un certain temps, on a fait un tri entre les personnes âgées, les

7 malades et les autres et on les a emmenés quelque part.

8 Plus tard, nous avons appris qu'ils avaient été emmenés à

9 Musala. Cela s'est passé en juin, début juillet parce qu'ils n'étaient

10 plus avec nous après cela. Parmi eux, il y avait mon père.

11 M. Greaves (interprétation). - Monsieur F, puis-je passer aux

12 informations que vous aviez concernant M. Mucic ? Reconnaissez-vous que,

13 pour ces informations, vous dépendez presque entièrement de ce que

14 d'autres personnes vous ont dit ; en d'autres termes, que ce que vous

15 savez de M. Mucic vous a été dit presque entièrement par d'autres ?

16 Témoin F (interprétation). - Concernant M. Mucic, lorsqu'il

17 est arrivé pour la première fois, je ne le connaissais pas. Mais comme il

18 est resté longtemps, il était visible dans le camp et il s'est adressé à

19 moi. Il m'a demandé qui j'étais, quel était mon nom, d'où je venais. Il

20 m'a dit ensuite : "Très bien, assieds-toi". Il m'a aussi demandé :

21 "Comment allez-vous, êtes-vous en bonne santé." Ensuite, Boro Gligorevic

22 était à côté de moi, je l'ai aidé à se lever. Mucic m'a demandé : "Et

23 celui-ci, qu'est-ce qu'il a ?" et il lui a dit "Avance". Il a donc

24 interrogé comme cela tout le monde, un par un. Ces personnes ont été

25 emmenées à Musala.

Page 1312

1 M. Greaves (interprétation). - Un instant, monsieur le

2 Président, si vous le permettez.

3 M. le Président (interprétation). - Oui.

4 M. Greaves (interprétation). - Merci. Monsieur F, en dehors de

5 cette fois où vous avez vu M. Mucic personnellement, une grande partie des

6 renseignements que vous avez vous vient d'autres personnes. Le

7 reconnaissez-vous ?

8 Témoin F (interprétation). - Oui. On m'a dit : c'est M. Mucic.

9 M. Greaves (interprétation). - Très bien. Monsieur F, parmi

10 les prisonniers qui parlaient des passages à tabac et ce qu'il fallait

11 faire, vous nous avez dit qu'ils voulaient en parler à M. Mucic, ou ils le

12 percevaient comme la personne à qui ils pouvaient en parler.

13 Témoin F (interprétation). - Oui.

14 M. Greaves (interprétation). - Mais ils étaient effrayés, ils

15 craignaient de le faire parce que les gardes l'apprendraient et

16 frapperaient de nouveau ?

17 Témoin F (interprétation). - Je ne peux pas vous dire pourquoi

18 ils ne disaient rien à M. Mucic. C'étaient des gens qui le connaissaient

19 d'avant et qui pensaient qu'ils pouvaient lui en parler. En définitive,

20 ils ne lui en ont pas parlé et je ne sais pas pourquoi. Je n'aurais pas

21 osé, moi, l'approcher pour lui parler. Je n'ai d'ailleurs pas eu

22 l'occasion de le faire.

23 M. Greaves (interprétation). - Est-ce que parce que vous

24 craigniez une vengeance des gardes, après ce que vous auriez pu dire.

25 Témoin F (interprétation). - Non, non, non. J'avais peur de

Page 1313

1 tout le monde au camp. J'avais peur de tous ceux qui entraient et je

2 priais chaque fois Dieu de ne pas être emmené car je n'étais pas sûr que

3 j'en reviendrais vivant si on m'emmenait.

4 M. Greaves (interprétation). - Vous nous avez dit plutôt que,

5 lorsque les passages à tabac avaient eu lieu et lorsque l'on signalait

6 l'arrivée du commandant, ces coups cessaient immédiatement. Est-ce vrai ?

7 Témoin F (interprétation). - Oui.

8 M. Greaves (interprétation). - Est-ce parce que les gardes

9 voulaient cacher au commandant ce qu'ils étaient en train de faire ?

10 Mme McMurrey (interprétation). - J'objecte à cette question.

11 Il ne peut pas savoir quelle était l'intention des gardes et je trouve

12 qu'il y a là spéculation.

13 M. Greaves (interprétation). - Peut-être me permettra-t-on de

14 voir s'il a entendu quelque chose de la part des gardes ?

15 Avez-vous appris pourquoi les gardes arrêtaient leurs coups

16 lorsque le commandant arrivaient ?

17 Mme McMurrey (interprétation). - Monsieur le Président, la

18 question serait acceptable s'il disait : "A-t-il entendu les gardes ?"

19 Mais la question était : "Avait-il connaissance..." On ne peut pas poser

20 de questions comportant ce genre de spéculation. Je crois que la question

21 doit être reformulée.

22 M. Greaves (interprétation). - S'il a entendu quelque chose,

23 il en a eu connaissance.

24 Mme McMurrey (interprétation). - Voudriez-vous alors poser la

25 question de cette façon ?

Page 1314

1 M. Greaves (interprétation). - Avez-vous entendu pourquoi les

2 gardes arrêtaient les coups ? Est-ce parce que le commandant arrivait ?

3 Témoin F (interprétation). - En toute probabilité, mais je ne

4 le sais pas.

5 M. Greaves (interprétation). - Merci. Je voudrais revenir à

6 une question concernant le début de votre détention et vous parler d'une

7 personne en particulier. Vous souvenez-vous, durant votre détention ou au

8 moment où vous avez reçu les coups, avoir vu quelqu'un qui s'appelait

9 M. Vekic ?

10 Témoin F (interprétation). - Lorsque nous étions au hangar

11 n 6, cinq ou six personnes sont arrivées et l'un d'entre eux s'est

12 présenté comme étant M. Vekic. Il a dit : "Vous avez tout ce que vous

13 méritez, les Serbes, il ne vous restera presque rien, un petit morceau de

14 Belgrade seulement." Ça, je m'en souviens très bien.

15 M. Greaves (interprétation). - Après la visite de la Croix-

16 Rouge au mois d'août 1992, est-ce que les conditions de détention se sont

17 améliorées, notamment sur le plan de la nourriture et des soins médicaux ?

18 Témoin F (interprétation). - Pour les médicaments, il n'y en

19 avait pas du tout. Je crois que ce sont les médecins qui pourraient mieux

20 vous expliquer tout cela. Il y en avait peut-être un tout petit peu pour

21 ceux qui étaient allongés, alités dans le bâtiment 22.

22 Ce que je sais, c'est que j'ai eu un jour la diarrhée. J'ai

23 demandé un cachet et j'ai reçu ce cachet. Pour le reste, les médicaments,

24 je ne sais pas à qui il les donnait et comment il les distribuait. Je me

25 souviens, une fois, nous avons tous eu la dysenterie, la diarrhée, et

Page 1315

1 c'étaient les médicaments anti-diarrhéiques qui étaient les plus

2 fréquents..

3 M. Greaves (interprétation). - Merci, Monsieur F. Je n'ai plus

4 d'autres questions.

5 M. le Président (interprétation). - Donc, c'est vous qui

6 prenez le relais ? Vous pourrez poser vos questions pendant un quart

7 d'heure et ensuite nous nous séparerons. Nous aurons une pause et nous

8 reprendrons nos travaux à 11 heures 45.

9 M. Moran (interprétation). - Puis-je procéder, Monsieur le

10 Président ?

11 M. le Président (interprétation). - Vous le pouvez.

12 M. Moran (interprétation). - Bonjour, Monsieur. Je m'appelle

13 Thomas Moran et je suis l'un des conseils de la défense. Je vais vous

14 poser quelques questions. Si vous avez des problèmes à me comprendre,

15 n'hésitez pas à me le dire, je reformulerai ma question et vous pourrez y

16 répondre d'une manière plus appropriée. Il sera plus rapide de procéder

17 ainsi. Etes-vous d'accord, Monsieur ?

18 Témoin F (interprétation). - Oui..

19 M. Moran (interprétation). - Bien. Commençons si vous le

20 voulez bien par la fin de l'interrogatoire principal, les dernières

21 questions qui vous ont été posées par Me McHenry. Elle vous a demandé si

22 vous aviez jamais été inculpé pour une infraction. Vous vous rappelez

23 cette question ?

24 Témoin F (interprétation). - Oui. Pouvez-vous répéter votre

25 question?

Page 1316

1 M. Moran (interprétation). - Monsieur, vous rappelez-vous que

2 Me McHenry vous a demandé si vous aviez jamais été inculpé d'un délit,

3 d'une infraction ?

4 Témoin F (interprétation). - Non. Elle ne me l'a pas demandé

5 et je n'ai pas été inculpé.

6 M. Moran (interprétation). - Vous rappelez-vous avoir

7 rencontré un enquêteur ou une commission d'enquêteurs pendant votre séjour

8 à Celebici ? Vous avez dit, dans votre déposition hier, qu'un homme vous a

9 demandé si vous possédiez des armes à feu et vous a posé des questions de

10 ce genre. Vous vous rappelez cela, nest-ce pas ?

11 Témoin F (interprétation). - Je me rappelle.

12 M. Moran (interprétation). - Cet homme a noté vos réponses et

13 vous avez signé un papier, une déposition à l'issue de cet interrogatoire,

14 n'est-ce pas ?

15 Témoin F (interprétation). - Oui, j'ai signé quelque chose.

16 Qu'est-ce que j'ai signé ? Qu'est-ce qu'il a écrit ? Je ne sais pas, parce

17 qu'il ne m'en a pas donné lecture après que j'aie répondu.

18 M. Moran (interprétation). - Je comprends, mais vous ne

19 contestez pas le fait que vous possédiez un fusil automatique; n'est-ce

20 pas ?

21 Témoin F (interprétation). - Non.

22 M. Moran (interprétation). - Vous ne contestez pas le fait que

23 vous aviez ce fusil sur vous au moment de votre arrestation, de votre

24 capture, n'est-ce pas ?

25 Témoin F (interprétation). - Oui.

Page 1317

1 M. Moran (interprétation). - Vous contestez le fait que vous

2 portiez cette arme au moment de votre arrestation ou bien aviez-vous cette

3 arme sur vous au moment de votre arrestation ?

4 Témoin F (interprétation). - Je portais mon fusil au moment de

5 mon arrestation et j'ai remis le fusil et les munitions.

6 M. Moran (interprétation). - En fait, vous aviez deux

7 chargeurs de 30 balles chacun; n'est-ce pas ?

8 Témoin F (interprétation). - Non. J'avais deux chargeurs,

9 60 balles, et tout ce que j'avais sur moi; je lai remis.

10 M. Moran (interprétation). - Cest bien. Monsieur, je ne

11 connais pas bien les lois qui régissent la possession des armes

12 automatiques dans votre pays. Je connais les lois qui régissent ce type de

13 choses dans mon pays. Dans mon pays c'est un délit grave que de porter une

14 arme de ce genre. Quen est-il en ex-Yougoslavie ?

15 M. le Président (interprétation). - Votre question portait sur

16 le fait de savoir s'il avait jamais été accusé pour un délit ?

17 M. Moran (interprétation). - Non, Monsieur le Président, je

18 lui ai demandé au début s'il avait été inculpé dun délit et ensuite s'il

19 possédait une arme automatique.

20 M. le Président (interprétation). - Je crois qu'il l'a

21 reconnu.

22 M. Jan (interprétation). - Pouvez-vous lui demander s'il avait

23 un permis pour cette arme automatique ?

24 M. Moran (interprétation). - Aviez-vous un permis, une

25 autorisation quelconque qui vous permettait de posséder cette arme

Page 1318

1 automatique ?

2 Témoin F (interprétation). - Non.

3 M. Moran (interprétation). - Vous n'étiez pas un soldat.

4 M. Jan (interprétation). - Il avait un café, si j'ai bien

5 compris.

6 M. Moran (interprétation). - Oui, Monsieur le Juge, vous avez

7 raison.

8 M. Moran (interprétation). - Revenons-en à votre arrivée à

9 Celebici. D'abord, vous avez été sérieusement passé à tabac avant votre

10 arrivée dans le camp; n'est-ce pas ?

11 Témoin F (interprétation). - Oui.

12 M. Moran (interprétation). - Au moment où vous êtes arrivé à

13 Celebici, on vous a fait vous aligner le long d'un mur de trois mètres de

14 hauteur, n'est-ce pas ?

15 Témoin F (interprétation). - Oui.

16 M. Moran (interprétation). - A ce moment-là, les soldats vous

17 ont dit : "Maintenant vous apprenez votre leçon." Est-ce bien cela ?

18 Témoin F (interprétation). - Oui.

19 M. Moran (interprétation). - Il s'agissait des gardiens du

20 camp, n'est-ce pas ?

21 Témoin F (interprétation). - Oui. Il y a une chose que j'ai

22 oublié de dire. Ils nous ont dit que nous avions à apprendre le Coran,.

23 ils nous disaient des choses qu'il fallait que nous répétions. "Salam

24 Aleikoum" et dautres choses de ce genre. Ils nous dictaient ce que nous

25 devions répéter et nous le répétions.

Page 1319

1 M. Moran (interprétation). - A ce moment-là, des soldats et

2 des policiers sont arrivés de l'extérieur du camp, est-ce exact ?

3 Témoin F (interprétation). - Ils sont arrivés au moment où

4 nous étions debout le long du mur. Ils étaient nombreux. Je ne me rappelle

5 plus combien. Ils se relayaient et nous frappaient jusqu'à l'inconscience.

6 M. Moran (interprétation). - Ces hommes étaient arrivés dans

7 des véhicules motorisés de l'extérieur du camp. Est-ce bien exact ?

8 Témoin F (interprétation). - Il y en a qui venaient du camp et

9 d'autres... Pour vous dire la vérité, des véhicules sont arrivés, mais je

10 n'ai pas tout vu. Je n'osais pas me retourner. J'étais debout le long du

11 mur, les bras en l'air, je n'osais pas regarder ailleurs.

12 M. Moran (interprétation). - En fait, Monsieur, la première

13 nuit que vous avez passée dans le hangar 6, cest cette nuit-là que vous

14 avez vu M. Vekic, jépelle le nom parce que je n'oserais pas le prononcer

15 par crainte de me tromper.

16 Témoin F (interprétation). - Oui.

17 M. Moran (interprétation). - C'est la première nuit que vous

18 avez passée dans le hangar n 6, que cet homme est venu, qu'il s'est

19 présenté et a commencé à frapper autour de lui. Est-ce exact ?

20 Témoin F (interprétation). - Etait-ce la première nuit ? Je ne

21 me rappelle pas. Peut-être était-ce la deuxième ou troisième nuit ? Je ne

22 sais pas exactement. Il est arrivé, il s'est présenté, a dit qu'il

23 s'appelait Vekic et que cétait ce quil nous fallait, qu'il ne resterait

24 plus rien pour nous, simplement une petite partie du Pachaluk de Belgrade.

25 Je ne sais pas exactement quelle nuit c'était, mais j'ai entendu des

Page 1320

1 gémissements à l'extérieur, des hommes qui hurlaient : "Maman, maman, mon

2 Dieu !" J'ai vu des hommes passer, qui avaient des petites lampes de poche

3 et qui éclairaient devant eux dans la nuit.

4 M. Moran (interprétation). - Ces hommes appartenaient à une

5 unité de Sarajevo, n'est-ce pas ?

6 Témoin F (interprétation). - Je ne sais pas.

7 M. Moran (interprétation). - Mais ils n'avaient aucun rapport

8 avec le camp, n'est-ce pas ? Sans doute navaient-ils pas de rapport avec

9 le camp, puisqu'ils ne sont plus revenus après. Donc, ils ont fait une

10 apparition dans le camp une fois et n'y sont plus revenus ?

11 Témoin F (interprétation). - Je ne sais pas. Je crois que je

12 ne les ai pas revus. Il y en avait de Mostar, qui venaient aussi dans le

13 camp, qui passaient d'un prisonnier à l'autre et qui demandaient :

14 "Quelqu'un d'entre vous a-t-il quoi que ce soit à voir avec Mostar ?" Je

15 me souviens. Il y en avait un qui était de petite taille, qui devait peser

16 40 ou 50 kilos, qui s'appelait Miso. Un prisonnier lui a répondu. "Ah ! tu

17 es de Mostar, tu croyais que tu pouvais nous avoir !" A ce moment-là, il

18 l'a frappé dans le ventre. Monsieur Landzo; surnommé Zenga, a ensuite

19 repris cette même méthode.

20 M. Moran (interprétation). - Bien. Au fait, est-ce pendant la

21 première nuit que vous avez passée dans le hangar n 6 qu'on a amené dans

22 ce même hangar les personnes qui se trouvaient dans le tunnel n 9 ? Est-

23 ce bien cela ?

24 Témoin F (interprétation). - Non, ce n'était pas la première

25 nuit, c'était après plusieurs jours. Combien de jours ? Je ne me rappelle

Page 1321

1 pas. Ce n'était pas la première nuit. Nous étions seuls la première nuit.

2 Cela s'est passé quelques jours plus tard, je ne sais pas combien de jours

3 après.

4 M. Moran (interprétation). - Bien. Ces personnes qui ont été

5 amenées du tunnel n 9 avaient été sérieusement passées à tabac

6 lorsqu'elles sont arrivées au hangar, n'est-ce pas ?

7 Témoin F (interprétation). - Oui.

8 M. Moran (interprétation). - En fait, vous avez mentionné

9 Mirko Kuljanin dans ce groupe, entre autres. Est-ce exact ?

10 Témoin F (interprétation). - Oui.

11 M. Moran (interprétation). - Il avait un bandage à la tête,

12 n'est-ce pas ?

13 Témoin F (interprétation). - Il me semble que oui. Oui, il me

14 semble. Ils étaient couverts de sang et avaient des visages tuméfiés, ils

15 avaient des bleus, des hématomes sous les yeux et autour des yeux.

16 M. Moran (interprétation). - Mais vous n'êtes pas en train de

17 dire au Juge que ces personnes ont été passées à tabac à Celebici, nest-

18 ce pas ?

19 Témoin F (interprétation). - Elles ont été amenées à Celebici.

20 Elles y étaient arrivées avant. Je l'ai appris après. Elles étaient déjà

21 arrivées le 26 mai. Je suis arrivé le 27 mai. On les a placées dans ce

22 bâtiment 9. Ensuite, elles ont sûrement vécu le même sort que nous. Je

23 l'ai entendu dire après. J'ai entendu dire qu'elles avaient été passées à

24 tabac dans le camp de Celebici.

25 M. Moran (interprétation). - Si quelqu'un vous disait que ces

Page 1322

1 personnes avaient été grièvement, sérieusement passées à tabac avant leur

2 arrivée à Celebici, vous ne sauriez pas si cest exact ou faux, n'est-ce

3 pas ?

4 Témoin F (interprétation). - A leur arrivée, lorsqu'elles sont

5 arrivées de Bradina; est-ce ce que vous me demandez ? Elles sont arrivées

6 le 26, et entre Bradina et le moment où je les ai vues, il est très

7 probable que c'est dans cet intervalle de temps qu'elles ont été passées à

8 tabac entre Bradina et leur arrivée au camp. C'est ce que j'ai vu. C'est

9 là qu'elles ont été passées à tabac.

10 M. Moran (interprétation). - Sur le trajet de Bradina au

11 camp ?

12 Témoin F (interprétation). - Oui, et dans le camp même. Je

13 l'ai appris plus tard. Elles mont dit qu'elles avaient aussi été frappées

14 dans le camp et pendant le trajet.

15 M. Moran (interprétation). - Mais elles étaient sans doute

16 plus au courant de ce fait que vous-même, n'est-ce pas ?

17 Témoin F (interprétation). - Je crois que d'autres témoins

18 vont venir déposer ici. Ils appartenaient à ce groupe, ils seront mieux à

19 même de vous le dire.

20 M. le Président (interprétation). - Je crois que c'est un

21 moment approprié pour la pause. Nous allons suspendre l'audience. Nous

22 reprendrons nos travaux à 11 h 45.

23 L'audience, suspendue à 11 heures 10, est reprise à

24 11 heures 45.

25 M. le Président (interprétation). - Poursuivez votre contre-

Page 1323

1 interrogatoire, Maître Moran.

2 M. Moran (interprétation). - Je vous remercie, monsieur le

3 Président. Encore quelques questions et ce sera terminé je pense.

4 Monsieur F, à un moment donné, alors que vous étiez détenu à

5 Celebici au hangar n 6, est-ce que des lits auraient été apportés à

6 l'intérieur du hangar ? Des doubles lits par exemple ?

7 Témoin F (interprétation). - Pas pendant que j'étais là.

8 M. Moran (interprétation). - Y a-t-il eu un moment où des

9 visites ont été autorisées aux prisonniers, par exemple de membres de la

10 famille qui apportaient de la nourriture ou des vêtements propres ?

11 Témoin F (interprétation). - Je n'ai pas d'information à

12 propos de visites. Quant à la nourriture, déjà on commençait à apporter de

13 la nourriture à la grille, nourriture distribuée par des gardes,

14 nourriture qui se trouvait dans des sacs. Sur les sacs, il y avait des

15 noms de destinataire. On a réparti cette nourriture. J'ai demandé moi-même

16 à ma femme pourquoi elle n'avait pas envoyé de nourriture. Elle m'a dit

17 qu'elle en avait envoyée, mais j'ai rarement reçu de la nourriture.

18 M. Moran (interprétation). - Merci, monsieur. Monsieur le

19 Président, j'en ai terminé.

20 M. le Président (interprétation). - Maître McMurrey, votre

21 tour est venu.

22 Mme McMurrey (interprétation). - Je dois vérifier que j'ai

23 bien les écouteurs près du pupitre.

24 Puis-je procéder au contre-interrogatoire ?

25 M. le Président (interprétation). - Oui.

Page 1324

1 Mme McMurrey (interprétation). - Merci. Bonjour, monsieur F.

2 Pardon, ce n'est pas encore "Dobar dan", c'est encore bon matin, "Dobro

3 jutro", je pense.

4 Témoin F (interprétation). - C'est pareil. C'est du pareil au

5 même.

6 Mme McMurrey (interprétation). - Merci. Vous avez donné trois

7 déclarations depuis mai 1992, n'est-ce pas ?

8 Témoin F (interprétation). - Non. De quelles trois

9 déclarations parlez-vous ?

10 Mme McMurrey (interprétation). - Vous avez fait une

11 déclaration à Celebici le 2 juin 1992, n'est-ce pas ?

12 Témoin F (interprétation). - C'est la première déclaration,

13 effectivement.

14 Mme McMurrey (interprétation). - La deuxième déclaration a été

15 fournie à l'accusation, le 27 février 1996, n'est-ce pas ?

16 Témoin F (interprétation). - Oui.

17 Mme McMurrey (interprétation). - La troisième déclaration,

18 vous venez de la faire il y a quelques mois de cela, le 14 novembre 1996,

19 n'est-ce pas ?

20 Témoin F (interprétation). - Je ne suis pas trop sûr de la

21 date de cette troisième déclaration. Je sais que j'ai fait deux

22 déclarations seulement.

23 Mme McMurrey (interprétation). - Vous dites donc que

24 Mme McHenry, Sabine Manke et un interprète du nom de Savic n'ont pas

25 enregistré l'une de vos déclarations, le 14 novembre 1996 ?

Page 1325

1 Témoin F (interprétation). - Le 14 novembre 1996, il y en

2 avait une à Konjic, plus exactement à Celebici, la deuxième c'était en

3 1996 et puis, vous dites ? Ah oui, c'est vrai. Oui, oui, j'ai fait trois

4 déclarations, c'est exact.

5 Mme McMurrey (interprétation). - Merci.

6 Monsieur F, je me demandais, vous n'avez jamais regardé de ce

7 côté. Pourriez-vous nous regarder au cours de votre témoignage. Moi je

8 vais répondre à vos questions et vous serez mon interlocuteur. Pourriez-

9 vous me regarder. Est-ce possible ?

10 Témoin F (interprétation). - D'accord.

11 Mme McMurrey (interprétation). - Merci. J'aimerais simplement

12 poser quelques questions. D'abord, l'accusation vous a appelé, vous a dit

13 que nous aimerions avoir aussi l'occasion, du côté de la défense, de nous

14 entretenir avec vous, n'est-ce pas ?

15 Témoin F (interprétation). - Oui.

16 Mme McMurrey (interprétation). - Vous avez refusé de nous

17 autoriser à discuter du dossier avec vous jusqu'à cette date

18 d'aujourd'hui. Est-ce bien exact ?

19 Témoin F (interprétation). - Que vous me parliez ? La première

20 fois, j'ai été appelé et je vous parle maintenant. Je n'ai pas eu

21 l'occasion de m'entretenir avec vous auparavant.

22 Mme McMurrey (interprétation). - L'accusation ne vous a donc

23 pas dit que nous voulions avoir la possibilité de parler avec vous

24 auparavant, avant le procès, n'est-ce pas ?

25 Témoin F (interprétation). - Non, ce n'était pas nécessaire,

Page 1326

1 mais ils ne me l'ont pas dit non plus.

2 Mme McMurrey (interprétation). - Puis-je tirer ceci au clair ?

3 Nous avons toujours dit très clairement, que ce soit en prétoire ou hors

4 prétoire, que s'agissant de certains témoins, ce n'est pas nous-mêmes qui

5 procédons, nous procédons par un intermédiaire tant pour un contact que

6 pour les informations. C'est la raison pour laquelle, aussi bien en

7 prétoire qu'au-dehors, nous avons dit que soit le témoin soit son

8 représentant était en contact avec nous. Peut-être est-ce là la raison de

9 la confusion qui est ainsi née.

10 M. le Président (interprétation). - Si vous aviez vraiment

11 écouté et entendu la réponse du témoin, celui-ci a dit que cela n'était

12 pas nécessaire. Je ne crois pas qu'il soit nécessaire de relever cela.

13 Mme McMurrey (interprétation). - Je tiens simplement à établir

14 ce dossier.

15 M. le Président (interprétation). - Le témoin a indiqué qu'il

16 ne trouvait pas nécessaire de parler avec vous.

17 Mme McMurrey (interprétation). - J'essaie d'inscrire cela au

18 procès-verbal.

19 M. le Président (interprétation). - Tout ce qui est dit par

20 le témoin sera enregistré. Ce ne sont pas vos seuls dires qui sont

21 enregistrés.

22 Mme McMurrey (interprétation). - Puis-je préciser la question,

23 d'après les explications fournies par Me McHenry ?

24 M. le Président (interprétation). - Ce n'est pas nécessaire.

25 Posez la question.

Page 1327

1 Mme McMurrey (interprétation). - Monsieur le Président, c'est

2 un contre-interrogatoire, et j'ai le droit de parler.

3 M. le Président (interprétation). - Oui, mais vous n'êtes pas

4 en train de procéder au contre-interrogatoire de Me McHenry. Posez la

5 question au témoin.

6 Mme McMurrey (interprétation). - Monsieur F, vous n'avez pas

7 permis à la défense les mêmes droits, la même courtoisie que vous avez

8 offert à l'accusation, par exemple le fait de pouvoir discuter avec vous

9 avant le procès, n'est-ce pas ?

10 Témoin F (interprétation). - Ce n'était pas nécessaire.

11 Mme McMurrey (interprétation). - C'est bien ce que vous

12 pensez. C'est votre opinion personnelle, n'est-ce pas ?

13 Témoin F (interprétation). - Oui.

14 Mme McMurrey (interprétation). - Vous avez dit que vous étiez

15 chômeur dans votre déclaration, sans emploi. Est-ce exact ?

16 Témoin F (interprétation). - Oui, pour le moment. A titre

17 temporaire.

18 Mme McMurrey (interprétation). - En fait, vous êtes sans

19 emploi depuis mai 1992, n'est-ce pas ?

20 Mme McHenry (interprétation). - Objection. Quelle est la

21 pertinence de cette question ?

22 Mme McMurrey (interprétation). - Je réponds. Le témoin est

23 payé pendant cette période.

24 M. le Président (interprétation). - Posez la question, il

25 répondra. Je n'ai pas l'habitude de ce type de comportement, madame. Si

Page 1328

1 vous posez une question, vous attendez une réponse.

2 Mme McMurrey (interprétation). - C'est ce que j'aimerais

3 avoir.

4 M. le Président (interprétation). - Ecoutez alors et posez

5 vos questions en fonction. Je ne sais pas dans quel système vous

6 travaillez, mais vous avez un comportement assez étrange pour moi, qui ne

7 m'est pas familier.

8 Mme McMurrey (interprétation). - Vous étiez chômeur depuis

9 mai 1992, n'est-ce pas ?

10 Témoin F (interprétation). - Oui.

11 Mme McMurrey (interprétation). - Pourriez-vous nous dire

12 comment vous avez pu vivre, de quelle subvention vous avez vécu depuis

13 cette date ?

14 Témoin F (interprétation). - Je n'ai pas hésité à chercher du

15 travail. J'aurais voulu trouver du travail pour pouvoir avoir de l'argent

16 pour ma famille et moi-même. Si quelqu'un y avait réfléchi auparavant,

17 j'aurais conservé mon ancien emploi et je serais chef de ma propre

18 destinée. Mais tout ce que j'avais a été brûlé. Je n'ai même plus de

19 poulailler. Tout a été brûlé. Maintenant, je suis forcé d'aller d'un

20 endroit à l'autre ou plutôt d'un parent à l'autre, et je fais toutes

21 sortes de travaux difficiles pour essayer de survivre et de soutenir ma

22 famille.

23 Mme McMurrey (interprétation). - Mais vous étiez serveur,

24 auparavant, c'est un emploi assez courant.

25 Témoin F (interprétation). - Oui.

Page 1329

1 Mme McMurrey (interprétation). - Vous dites donc que vous

2 vivez avec votre famille. Personne ne vous paye, ne vous donne de l'argent

3 pour subvenir à vos besoins pendant cette période ?

4 Témoin F (interprétation). - Je le répète. Je fais toutes

5 sortes de travaux, tout ce que je peux faire, où que soient ces

6 possibilités de travail, quelle que soit la nature du travail parce que je

7 veux pouvoir subvenir aux besoins de ma famille et de moi-même.

8 Mme McMurrey (interprétation). - Avez-vous par exemple des

9 subventions venant de la commission des Serbes de Belgrade ou par le SDS ?

10 C'est à cela que je veux en venir.

11 Témoin F (interprétation). - J'ai travaillé. J'ai réussi à

12 assurer la vie de ma famille, de mes enfants. Si vous parlez de ma venue

13 ici, nous avons été aidés par une association de détenus, d'anciens

14 prisonniers. Cela, c'est exact.

15 Mme McMurrey (interprétation). - Merci. Mais je ne parle pas

16 de votre déplacement à La Haye. Je sais que cela est censé être payé par

17 le Tribunal. Je parle de la période entre 1992 et 1997. Y a-t-il une

18 organisation qui a subventionné vos frais quotidiens, en sus de ce que

19 vous gagnez pour soutenir votre famille.

20 Mme McHenry (interprétation). - Je crois que ceci est tout à

21 fait inadéquat. C'est vraiment une vexation pour la dignité du témoin. Si

22 le conseil de la défense veut savoir s'il reçoit des paiements en échange

23 de sa coopération avec le Tribunal, je ne m'oppose pas à ce qu'une

24 question aussi directe soit posée. Mais si l'on veut faire valoir le fait

25 que ces personnes sont peut-être des réfugiés, je ne sais pas quelle est

Page 1330

1 la réponse à cette question.

2 Il n'est pas juste de faire subir ce genre de traitement au

3 témoin. Si Madame a une question directe a posé quant à la coopération

4 avec le Tribunal qui ferait qu'il aurait obtenu de l'argent qu'il n'aurait

5 pas obtenu d'autre façon, je n'ai pas d'objection à cette question. En

6 revanche, je m'oppose au type de question.

7 Mme McMurrey (interprétation). - Ma question n'a rien à voir

8 avec le témoignage fait ici. C'est plutôt de savoir si le SDS aurait payé

9 le témoin ou s'il a été subventionné par la Commission des Serbes à

10 Belgrade. C'est là un motif qui pourrait quelque peu déformer les raisons

11 pour lesquelles le témoin dépose.

12 M. le Président (interprétation). - Posez la question

13 directement au témoin.

14 Mme McMurrey (interprétation). - Je ne sais pas comment poser

15 autrement la question.

16 M. le Président (interprétation). - Vous avez déjà formulé

17 votre question. Vous avez mentionné les organisations qui sont

18 susceptibles d'avoir fait ce geste.

19 Mme McMurrey (interprétation). - Avez-vous reçu de l'argent,

20 outre ce que vous avez gagné pendant cette période et outre l'argent

21 fourni par le Tribunal pour votre déplacement au Tribunal pour déposer

22 devant lui ? Est-ce qu'une organisation serbe vous aurait fourni de

23 l'argent pour vivre ?

24 Témoin F (interprétation). - Non. Je dis la vérité, rien que

25 la vérité et toute la vérité. Je n'ai rien reçu de quelque organisation

Page 1331

1 que ce soit. Il n'y a d'ailleurs pas d'organisation de cette nature. Il y

2 a l'organisation des prisonniers, l'Association des prisonniers qui nous a

3 demandé de venir dire la vérité devant ce Tribunal et je n'ai reçu aucun

4 argent pour ce faire.

5 Mme McMurrey (interprétation). - Merci beaucoup. C'est

6 précisément ce que je vous demandais.

7 Vous êtes né en Bosnie-Herzégovine, n'est-ce pas, monsieur ?

8 Témoin F (interprétation). - Oui.

9 Mme McMurrey (interprétation). - Dans quel village êtes-vous

10 né ?

11 Témoin F (interprétation). - Dans le village de Bradina.

12 Mme McMurrey (interprétation). - Vous êtes donc un Serbe de

13 Bosnie, n'est-ce pas ?

14 Témoin F (interprétation). - Je suis serbe. Oui, je suis

15 serbe.

16 Mme McMurrey (interprétation). - Vous êtes aussi un Serbe de

17 Bosnie, n'est-ce pas ?

18 Témoin F (interprétation). - Je suis né en Bosnie. Mais je

19 suis serbe de nationalité.

20 Mme McMurrey (interprétation). - Merci.

21 En fait, au référendum du 1er mars 1992, vous avez eu

22 l'occasion de voter. Vous auriez pu voter si tel avait été votre souhait.

23 Vous auriez pu participer à ce référendum du 1er mars, n'est-ce pas ?

24 Témoin F (interprétation). - J'ai voté.

25 Mme McMurrey (interprétation). - Merci.

Page 1332

1 En 1992, vous étiez membre actif du SDS, n'est-ce pas ?

2 Témoin F (interprétation). - En 1992, j'étais membre du SDS,

3 c'est exact, depuis le mois de janvier 1992.

4 Mme McMurrey (interprétation). - Et vous avez déclaré que vous

5 étiez armé en 1992 ? Est-ce bien exact ?

6 Témoin F (interprétation). - Oui

7 Mme McMurrey (interprétation). - Vous avez aussi déclaré que

8 le 25 mai 1992, une action militaire a été lancée contre la ville de

9 Bradina. Est-ce exact ?

10 Témoin F (interprétation). - Le 25 mai, nous avons été

11 attaqués par la coalition des Musulmans et des Croates. L'attaque fut

12 soudaine. Aussitôt après, le 26 mai, des gens du village de Donja Bradina

13 ont été tués -je l'ai appris plus tard- et tout a été brûlé. Le 27, il ne

14 restait plus que quelques maisons debout, qui n'avaient pas été brûlées.

15 Mme McMurrey (interprétation). - Vous avez été capturé le

16 27 mai, n'est-ce pas ?

17 Témoin F (interprétation). - J'ai été arrêté en mai, c'est

18 vrai, le 27 mai.

19 M. le Président (interprétation). - La question était : avez-

20 vous été "capturé", pas "arrêté".

21 Mme McMurrey (interprétation). - Quand vous avez été arrêté,

22 vous portiez un fusil automatique et des munitions.

23 Témoin F (interprétation). - Lors de mon arrestation, j'avais

24 sur moi un fusil et aussi des munitions.

25 Mme McMurrey (interprétation). - Vous avez dit aussi à

Page 1333

1 Mme McHenry, hier je pense, que vous aviez acheté ce fusil sur le parking

2 du restaurant. Est-ce bien exact ? Et vous l'avez acheté en novembre

3 1991 ? Est-ce bien exact ?

4 Témoin F (interprétation). - Oui.

5 Mme McMurrey (interprétation). - Et vous disiez que la tension

6 montait aux alentours du mois de décembre 1991. Est-ce exact ?.

7 Témoin F (interprétation). - Oui.

8 Mme McMurrey (interprétation). - Et cette recrudescence de la

9 tension en 1980 avait un rapport direct avec le discours qu'avait tenu

10 votre chef Radovan Karadzic à l'assemblée de Sarajevo le 14 octobre 1991,

11 n'est-ce pas ?

12 Témoin F (interprétation). - Non. Si je l'ai fait, si j'ai

13 acheté ce fusil, c'est parce que les médias avaient dit quen 1991, le

14 HOS, le SDA avaient été constitués, qu'il y avait des attaques perpétrées

15 contre l'armée. Du fait que mon village, à l'époque, d'après le

16 recensement de 1991, comptait 604 habitants, nous étions entourés de

17 villages musulmans. Je craignais que ma maison soit la cible d'attaque. Si

18 j'ai acheté une arme, c'est uniquement pour protéger ma maison, mon

19 enfant, ma famille.

20 Mme McMurrey (interprétation). - Je vais laisser le soin à

21 quelqu'un qui est beaucoup plus expert en question militaire de mener

22 cette discussion, mais vous dites qu'il n'y a pas eu de résistance à

23 Bradina; est-ce bien exact ?

24 Témoin F (interprétation). - Il n'y a eu aucune résistance.

25 S'il y avait eu une résistance quelconque, il n'y aurait pas eu de prise

Page 1334

1 de personnes et nous n'aurions pas, dès le 26 mai, été emmenés au camp de

2 Celebici.

3 Mme McMurrey (interprétation). - Il y avait beaucoup de forces

4 qui s'étaient unies pour cette attaque, le HVO, le TO et le MUP, tout le

5 monde y participait, nest-ce pas ?

6 Témoin F (interprétation). - Bradina a fait l'objet d'attaques

7 par le HOS, assisté de voisins musulmans, de nos voisins musulmans et

8 Croates qui vivaient autour de notre village.

9 Mme McMurrey (interprétation). - Vous nous dîtes donc qu'avec

10 toutes ces forces qui attaquaient Bradina, il a fallu trois journées pour

11 vous faire prisonniers et pour libérer cette ville. C'est bien ce que vous

12 dites, n'est-ce pas ?

13 Témoin F (interprétation). - Non. En ce qui me concerne,

14 puisque je me trouvais de l'autre côté de Bradina, du côté du chemin qui

15 mène à Sarajevo, le 26 au matin, ils avaient déjà brûlé le bas de la

16 ville. Dans la soirée du 26, je suis allé dans le village du camp de

17 Brakusa parce qu'il n'y avait que huit maisons dans mon hameau. Nous avons

18 passé la nuit à cet endroit, dans cet autre village. Vers le matin, nous

19 avons été arrêtés. J'ai remis mes armes et nous avons été emmenés plus

20 loin.

21 Mme McMurrey (interprétation). - Vous avez dit à Mlle McHenry,

22 hier, que lorsque vous aviez remis vos armes vous aviez remis larme et

23 45 balles et que votre arme n'avait pas servi. Est-ce bien ce que vous

24 avez dit à l'accusation hier ?

25 Témoin F (interprétation). - Oui. J'ai remis mon fusil et

Page 1335

1 60 balles. Je n'avais pas tiré une seule balle. Le ressortissant étranger

2 la vérifié au moment de mon arrestation. Il a même pris mon prénom et mon

3 nom de famille comme ce fut le cas avec les autres personnes qui étaient

4 avec moi.

5 Mme McMurrey (interprétation). - La vérité est que dans votre

6 déclaration du 2 juin 1992; vous aviez dit que vous aviez 270 balles et

7 que vous aviez utilisé votre arme ce jour-là, quand les coups de feu

8 avaient commencé. C'est bien ce que vous avez dit, n'est-ce pas ?

9 Témoin F (interprétation). - Ce n'est pas vrai, ce n'est pas

10 ce que j'ai dit. J'ai dit la même chose que je vous dis ici à ce moment-

11 là, à Celebici. J'ai dit que je n'avais pas tiré une seule balle. Quant à

12 ce qu'ils ont écrit, je ne sais pas. Je vous ai dit que j'avais signé ce

13 papier, mais je n'en connaissais pas la teneur. Ce n'est pas ce que j'ai

14 déclaré.

15 Mme McMurrey (interprétation). - J'abandonne cette série de

16 questions. Le jour de votre arrestation de Bradina, le jour où vous avez

17 été emmené à Celebici, est-il vrai que les pires tortures, hormis le fait

18 que vous avez vu votre père être tabassé, le pire moment a été lors du

19 transfert de Bradina à Celebici, nest-ce pas ?

20 M. Jan (interprétation). - (hors micro). Il a déjà répondu à

21 cette question, je pense. Pourquoi voulez-vous la répéter ?

22 Mme McMurrey (interprétation). - Il se peut que j'ai été

23 distraite à ce moment-là. Si c'est au procès-verbal, je retire ma

24 question. Merci.

25 Vous avez également déclaré qu'au moment de votre arrestation,

Page 1336

1 après ce qui s'était passé à la grille dentrée, vous ne pouviez rien voir

2 et vous n'aviez pas pu identifier l'un quelconque des gardes. Est-ce bien

3 ce que vous avez déclaré ?

4 Témoin F (interprétation). - Oui, en effet. J'étais face au

5 mur.

6 Mme McMurrey (interprétation). - Vous avez aussi dit qu'il y

7 avait des soldats croates, la police militaire, les gardes et des civils

8 qui étaient présents. Il y avait aussi des civils qui venaient participer

9 à ce tabassage des nouveaux prisonniers qui revenaient de Bradina.

10 Mlle McHenry (interprétation). - Objection. Cette question a

11 été déjà posée et a obtenu réponse, que ce soit dans linterrogatoire

12 principal, ou au moment des contre-interrogatoires, il a déjà dit

13 plusieurs fois qu'il était face au mur et qu'il ne savait pas d'où venait

14 ces personnes qui les passaient à tabac.

15 Mme McMurrey (interprétation). - Je crois qu'il a dit aussi

16 que des civils étaient venus. Il ne s'agissait pas d'une action militaire,

17 il y avait aussi des civils qui venaient.

18 M. le Président (interprétation). - Si vous voulez qu'il

19 répète ce qu'il a dit à propos de questions posées par d'autres conseils,

20 vous pouvez les répéter.

21 Mme McMurrey (interprétation). - Merci. Monsieur F, il y avait

22 aussi des civils qui ont participé à ces passages à tabac dans cette nuit

23 du 26 au 27 mai, n'est-ce pas ?

24 Témoin F (interprétation). - Le 27 mai 1992; cette nuit-là, ce

25 n'est pas ce que j'ai dit. Je n'ai pas affirmé cela en ce qui concerne

Page 1337

1 cette nuit-là. La nuit où nous avons été amenés au hangar n 6. Ce n'est

2 pas ce que j'ai déclaré. Je me suis contenté de dire que Vekic et ses

3 hommes étaient venus, qu'ils s'étaient présentés et je vous ai déjà dit ce

4 qu'il nous a dit.

5 Mme McMurrey (interprétation). - Peut-être nai-je pas été

6 claire dans ma question. Je parle des coups que vous avez reçus le long de

7 ce mur de trois mètres de hauteur au camp de Celebici. Vous avez dit que

8 des civils avaient participé à ce passage à tabac lorsque vous êtes

9 arrivés à une heure de l'après-midi ?

10 M. le Président (interprétation). - Je pense que le témoin a

11 dit qu'ils étaient tous face au mur et qu'ils n'avaient pas le droit de

12 regarder, de tourner la tête. Comment aurait-il pu savoir s'il y avait

13 aussi des civils ?

14 Mme McMurrey (interprétation). - S'il le sait simplement,

15 j'aimerais le savoir.

16 M. le Président (interprétation). - Il n'a pas des yeux dans

17 le dos quand même.

18 Mme McMurrey (interprétation). - Je voulais simplement savoir,

19 du témoin, s'il savait ou avait constaté qu'il y avait des civils parmi

20 les personnes qui les frappaient.

21 Posez-lui la question.

22 M. le Président (interprétation). - Posez-lui la question.

23 Mme McMurrey (interprétation). - Y avait-il des civils parmi

24 les personnes qui ont frappé les personnes de Bradina à la grille

25 dentrée du camp de Celebici le 27 mai 1996 ?

Page 1338

1 Témoin F (interprétation). - Je dois vous rappeler que j'avais

2 le visage tourné vers le mur. Ils étaient si nombreux qu'il m'est

3 impossible de vous dire combien il y en avait et qui c'était. Je sais

4 qu'ils ont frappé vraiment le plus qu'ils pouvaient et tant qu'ils

5 pouvaient et qu'ils voulaient. Nous sommes restés là jusqu'à la tombée de

6 la nuit. Quand nous sommes arrivés au n 6, ils ont allumé à l'intérieur.

7 C'était vers 19 heures.

8 Mme McMurrey (interprétation). - Vous avez dit qu'une personne

9 a frappé votre père. Vous avez reconnu une personne qui s'appelait Zvonko

10 Zovko, excusez ma prononciation.

11 Mlle McHenry (interprétation). - Objection. La question a été

12 posée par l'autre conseil de la défense. Il a dit ce qu'il avait entendu à

13 propos de son père. Je ne pense pas qu'il soit juste qu'on lui repose

14 exactement la même question.

15 Mme McMurrey (interprétation). - Ce n'est pas exactement la

16 même question, parce que cet homme étaient croate, n'est-ce pas ?

17 Témoin F (interprétation). - Oui.

18 Mme McMurrey (interprétation). - Merci. Vous dites que lon

19 vous a amenés au hangar n 6. Je voudrais y revenir un instant. Il y a une

20 personne, dites-vous, qui s'appelait Miro Vujicic, qui a été abattue

21 lorsqu'elle essayait de fuir. Est-ce bien juste ?

22 Témoin F (interprétation). - Oui.

23 Mme McMurrey (interprétation). - Etait-ce l'après-midi du

24 27 mai 1992 ?

25 Témoin F (interprétation). - Oui, le 27 mai. Il était à ma

Page 1339

1 gauche et lorsqu'il a vu ce que j'avais enduré, les tortures que j'avais

2 endurées, il n'a pas pu supporter l'idée de souffrir autant. Il avait déjà

3 été battu, il a donc commencé à courir. Je ne sais pas s'il a pu aller

4 très loin car j'étais moi-même en mauvais état, mais j'ai entendu une

5 rafale et c'est lui qui avait été abattu.

6 Mme McMurrey (interprétation). - Merci. Vous avez vu cela

7 aussi, n'est-ce pas ?

8 Témoin F (interprétation). - Oui.

9 Mme McMurrey (interprétation). - Vous avez aussi dit hier que,

10 lorsque vous êtes allé au hangar n 6, vous étiez parmi les premiers à

11 être amenés à ce hangar. Est-ce exact ?

12 Témoin F (interprétation). - Oui.

13 Mme McMurrey (interprétation). - Mais vous n'étiez pas le

14 premier prisonnier a être amené au camp de Celebici, n'est-ce pas ?

15 Témoin F (interprétation). - Le 26 mai, les premiers ont été

16 amenés au tunnel n 9. Je ne lai appris que plus tard, lorsquils ont été

17 transférés là où nous étions.

18 Mme McMurrey (interprétation). - Les autres villes qui ont été

19 libérées avant étaient Bijelovcina, Cerici et Donje Selo, nest-ce pas ?

20 Témoin F (interprétation). - Oui.

21 Mme McMurrey (interprétation). - Et les prisonniers de ces

22 villages étaient déjà à Celebici, n'est-ce pas ?

23 Témoin F (interprétation). - Oui. Mais pour autant que j'ai pu

24 apprendre au bâtiment n 22, cest quelque chose que j'ai entendu dire,

25 mais que je n'ai pas vu.

Page 1340

1 Mme McMurrey (interprétation). - Monsieur F, je voudrais vous

2 poser une simple question. Je voudrais me mettre d'accord avec vous. Ce

3 serait beaucoup plus rapide si vous répondiez simplement à mes questions

4 en disant ce que vous savez personnellement, ce que vous avez vu ou

5 entendu. Ce que d'autres vous ont dit est une autre question.

6 Je veux savoir ce que vous connaissez de l'affaire. Si vous

7 répondez directement à mes questions; nous en aurons terminé avant le

8 déjeuner.

9 Témoin F (interprétation). - Oui.

10 Mme McMurrey (interprétation). - Merci. Vous avez aussi dit,

11 concernant le hangar n 6 que les lumières avaient été allumées. Est-ce

12 exact ?

13 Témoin F (interprétation). - A notre arrivée, oui. Cétait le

14 26 mai, dans la soirée.

15 Mme McMurrey (interprétation). - Vous dites donc qu'il y avait

16 de l'électricité au hangar n 6, le 27 mai 1992 ?

17 Témoin F (interprétation). - Oui.

18 Mme McMurrey (interprétation). - Excusez ma prononciation

19 lorsque je cite des noms bosniaque, ils ne me sont pas familiers. Vous

20 avez dit que quelqu'un qui s'appelait Pero Mrkajic avait été jeté dans le

21 hangar n 6 et que vous aviez pu voir qu'il était gravement blessé. Est-ce

22 exact ?

23 Témoin F (interprétation). - Après un certain temps, nous

24 étions là depuis deux ou trois jours, un groupe a été amené, un groupe de

25 personnes qui avaient été capturées. J'ai entendu dire plus tard que

Page 1341

1 c'était...

2 Mme McMurrey (interprétation). - Je ne m'intéresse pas à ce

3 que vous avez entendu plus tard, mais à ce que vous avez vu et constaté de

4 vous-même.

5 Témoin F (interprétation). - Oui. Pero Mrkajic était parmi ces

6 personnes et la nuit, le soir où il est arrivé, il est tombé à mes pieds,

7 aux pieds de Milan Gligorevic. Nous l'avons repoussé; nous ne savions pas

8 qui c'était. Quelqu'un à la porte a dit : "Où est Pero Mrkajic ?" Il l'a

9 insulté en invoquant le nom de sa mère. Quelqu'un d'autre a dit ; "Assez

10 comme cela". Après cela, la porte s'est refermée. Nous avons demandé qui

11 ils étaient. Il pouvait à peine dire Pero; jai à peine reconnu cette

12 personne; alors que je le connaissais depuis plusieurs années.

13 Mme McMurrey (interprétation). - Il était dans un état très

14 grave à ce moment-là. Est-ce ce que vous dites ?

15 Témoin F (interprétation). - Quand l'aube est venue, il

16 n'était plus en état. Il ne pouvait plus boire, plus manger. Il est resté

17 là une semaine et, ensuite, il a juste pris un peu d'eau. Il est resté là

18 une semaine et ensuite il a été transféré au n22 et il est mort. C'est ce

19 que les médecins, qui étaient présents là, pourront vous dire.

20 Mme McMurrey (interprétation). - Je vous demande toujours ce

21 que vous savez personnellement. Vous avez vu ces blessures, mais

22 personnellement, vous ne savez pas quelles sont les circonstances

23 entourant le passage à tabac qui lui a été infligé, n'est-ce pas ?

24 Témoin F (interprétation). - Non. C'était avant l'arrivée au

25 hangar.

Page 1342

1 Mme McMurrey (interprétation). - Merci.

2 Vous avez aussi dit que les gardes ne sont jamais entrés dans

3 le hangar pendant la nuit et que, pendant la journée, ils ne venaient au

4 hangar que par paire. Est-ce exact ?

5 Témoin F (interprétation). - La nuit, personne n'entrait dans

6 le hangar. Ils venaient simplement à la porte et faisaient sortir des gens

7 depuis l'extérieur. Il fallait alors sortir quand on entendait son nom.

8 Durant la journée, ils entraient par deux, l'un restait à la porte et

9 l'autre faisait le tour. S'ils frappaient des prisonniers, ils les

10 frappaient ou ils lançaient des noms de gens qui devaient sortir.

11 Mme McMurrey (interprétation). - Ce que je voudrais savoir,

12 c'est ceci : vous avez dit à Mme McHenry que beaucoup de gens ont été

13 battus et sont morts à la suite des blessures subies. La plupart de ces

14 gens ont été frappés à l'extérieur du hangar et vous ne pouviez pas sortir

15 du hangar. Vous ne pouviez pas voir dans quelles circonstances ces

16 passages à tabac étaient infligés ?

17 Témoin F (interprétation). - Oui. Effectivement, je ne pouvais

18 pas voir, mais on pouvait entendre. On entendait les cris et les

19 gémissements.

20 Mme McMurrey (interprétation). - En fait, vous avez mentionné

21 un certain Jovanovic. Vous avez dit très précisément hier que vous avez

22 reconnu la voix d'Esad Landzo. Mais vous n'avez pas vu quoi que ce soit

23 lors de ce passage à tabac, vous n'avez pas vu qui a frappé cette

24 personne. Vous avez simplement entendu la voix d'Esad Landzo. C'est ce que

25 vous dites ?

Page 1343

1 Témoin F (interprétation). - J'ai entendu la voix. C'est une

2 voix qui se reconnaît, c'est une voix caractéristique. Quand Esad parlait,

3 nous savions immédiatement qu'il venait et nous avions déjà peur, car il a

4 une voix aiguë, haut perchée.

5 Mme McMurrey (interprétation). - Ma question est celle-ci :

6 vous n'avez quand même pas vu le passage à tabac. Vous ne savez donc pas

7 vraiment qui a frappé Jovanovic et les circonstances ?

8 Témoin F (interprétation). - Je ne sais pas qui la battu. Je

9 n'ai pas dit qui l'avait battu. Je sais qu'on l'a fait sortir et qu'il a

10 été frappé à l'extérieur.

11 Mme McMurrey (interprétation). - Merci.

12 Vous avez aussi déclaré hier, lors de l'interrogatoire

13 principal, et aujourd'hui, en réponse à des questions de Maître McHenry,

14 que les gardes suivaient les ordres de Delic, n'est-ce pas ?

15 Témoin F (interprétation). - Oui.

16 Mme McMurrey (interprétation). - Vous avez même donné un

17 exemple, celui de la police militaire. M. Delic aurait ordonné à Landzo et

18 à d'autres gardes de frapper des gens qui étaient venus de Bradina en

19 guise de petit-déjeuner, de déjeuner et de dîner. Est-ce exact ?

20 Témoin F (interprétation). - Oui. Il donnait des ordres aux

21 gardes, c'est-à-dire qu'il donnait des ordres à Landzo. Je n'ai pas parlé

22 de la police. Il a dit notamment : Zenga, à partir d'aujourd'hui, c'est

23 ce qu'ils auront pour petit-déjeuner, déjeuner et dîner .

24 Mme McMurrey (interprétation). - Vous avez dit aujourd'hui que

25 M. Landzo exécutait les ordres de M. Delic, n'est-ce pas ?

Page 1344

1 Témoin F (interprétation). - Il le faisait aussi de sa propre

2 initiative, même quand Delic n'était pas aux alentours.

3 Mme McMurrey (interprétation). - Mais quand Delic n'était pas

4 aux alentours, vous ne savez pas si M. Delic n'avait pas donné des ordres

5 par avance à Landzo, n'est-ce pas ?

6 Témoin F (interprétation). - Ça, je ne sais pas.

7 Mme McMurrey (interprétation). - Je voudrais vous poser

8 quelques questions concernant vos autres déclarations. Vous n'avez jamais

9 décrit M. Landzo. Vous avez décrit d'autres personnes dans vos

10 dépositions, mais jamais M. Landzo. Monsieur Landzo avait 18 ans à

11 l'époque des faits, n'est-ce pas, en 1992 ?

12 Témoin F (interprétation). - Je ne sais pas quel âge il avait,

13 mais il se comportait comme s'il était plus âgé. Je l'ai décrit hier. J'ai

14 dit de quoi il avait l'air.

15 Mme McMurrey (interprétation). - Oui, mais ce que je vous

16 dis, cest que, dans vos autres déclarations, vous n'avez jamais décrit ni

17 mentionné son âge. Or, il était très jeune à l'époque des faits, n'est-ce

18 pas ?

19 Témoin F (interprétation). - Je ne sais pas quel âge il avait,

20 mais il m'avait l'air d'être effrayant et sérieux. Il frappait. Je ne sais

21 pas quel âge il avait. Je n'ai pas posé de question. Je sais que nous

22 avions tous peur de lui.

23 Mme McMurrey (interprétation). - Quand vous avez vu M. Landzo

24 en présence de M. Delic, vous pouviez dire que M. Delic avait une grande

25 influence et le contrôle de M. Landzo ?

Page 1345

1 M. Moran (interprétation). - Objection, Monsieur le Président.

2 Il s'agit de spéculation.

3 Mme McMurrey (interprétation). - Je demande ce qu'il a vu.

4 S'il l'a vu, il pourra en témoigner.

5 M. le Président (interprétation). - C'est plutôt une opinion

6 que vous lui demandez.

7 Mme McMurrey (interprétation). - S'il l'a vu, c'est quelque

8 chose qu'on peut dire.

9 M. le Président (interprétation). - Vous ne pouvez pas lui

10 demander son opinion.

11 Mme McMurrey (interprétation). - Avez-vous pu constater le

12 contrôle que M. Delic exerçait sur M. Landzo ?

13 M. Moran (interprétation). - Même objection.

14 Mme McMurrey (interprétation). - C'est son supérieur ; le

15 témoin peut témoigner sur ce point.

16 M. le Président (interprétation). - Qui a dit cela ?

17 Mme McMurrey (interprétation). - Très bien, ce sera ma

18 question suivante. Est-ce que M. Delic était bien le supérieur de M.

19 Landzo dans le camp ?

20 M. Moran (interprétation). - Objection, Monsieur le

21 Président. Il s'agit de spéculation.

22 M. Jan (interprétation). - Il a déjà dit quelque chose sur ce

23 point. Il a dit que des ordres étaient donnés par M. Delic, que Delic

24 faisait figure de commandant dans le camp et que les gardes lui

25 obéissaient. Cette question a déjà été posée lors de l'interrogatoire

Page 1346

1 principal.

2 Mme McMurrey (interprétation). - Je repose ma question.

3 Etiez-vous à même de comprendre le type de relation entre M. Delic et

4 M. Landzo. Etait-ce une relation de contrôle ?

5 M. Moran (interprétation). - Même objection, Monsieur le

6 Président. Il s'agit de spéculation.

7 M. le Président (interprétation). - Le témoin n'est pas à

8 même de dire ce qu'il en était des relations entre l'un et l'autre.

9 Mme McMurrey (interprétation). - Puis-je alors demander

10 comment M. Landzo se comportait à la suite des ordres de M. Delic ?

11 M. le Président (interprétation). - Vous suggérez que Delic

12 lui donnait des ordres.

13 Mme McMurrey (interprétation). - Le témoin a déjà dit que

14 Landzo suivait les ordres de Delic.

15 M. Jan (interprétation). - Je crois que des questions ont

16 déjà été posées sur ce point lors de l'interrogatoire principal. Pourrait-

17 on revoir ce passage particulier ?

18 M. le Président (interprétation). - Posez votre question. Si

19 ce que vous demandez, c'est la structure, la hiérarchie dans le camp, je

20 ne suis pas sûr que le témoin puisse répondre à votre question.

21 M. Jan (interprétation). - Quelque chose a déjà été demandé

22 sur ce plan dans l'interrogatoire principal.

23 Mme McHenry (interprétation). - Il ressort du transcript

24 d'hier qu'au moins à une reprise, peut-être davantage, le témoin, en ce

25 qui concerne Hazim Delic, a dit qu'il était arrivé au camp et avait dit :

Page 1347

1 Que faites-vous là ? . Il a commencé à frapper les gens un par un et a

2 dit à Zenga -je cite- : Voilà ce qu'ils auront dorénavant pour petit-

3 déjeuner, déjeuner et dîner . Le témoin dit qu'aucune nourriture ne leur

4 a été distribuée ensuite.

5 Mme McMurrey (interprétation). - Si vous lisez la suite du

6 texte, il est dit que Landzo exécutait les ordres de Delic.

7 M. le Président (interprétation). - Le témoin, dans ses

8 réponses, a confirmé que Landzo faisait certaines choses même sans en

9 recevoir l'ordre.

10 Mme McMurrey (interprétation). - S'il témoigne sur ce que

11 M. Landzo faisait, j'ai le droit de savoir s'il obéissait à des ordres.

12 C'est ce que je demande.

13 M. le Président (interprétation). - Pas ce témoin-ci.

14 Mme McMurrey (interprétation). - S'il était présent, il peut

15 dire s'il sait s'il y avait des ordres, ce qui justifie la question que je

16 pose.

17 M. Jan (interprétation). - La question a été posée de la

18 position de Hazim Delic dans le camp au témoin.

19 Mme McHenry (interprétation). - Oui, je pense que la question

20 a été posée ce matin. Le témoin a répondu qu'il comprenait que Delic... Je

21 ne peux pas vous donner la citation exacte, mais je pourrai retrouver cela

22 dans le compte rendu de ce matin. Cela a déjà été posé. Je vais vérifier.

23 Mme McMurrey (interprétation). - Si vous me le permettez, je

24 vais reformuler ma question.

25 M. le Président (interprétation). - Vous compliquez la

Page 1348

1 relation entre les accusés. Si un témoin témoigne, vous lui posez des

2 questions qui relèvent de sa connaissance des faits et pas des questions

3 qui échappent à cette connaissance des faits.

4 Mme McMurrey (interprétation). - Dans notre requête, en vue

5 d'une disjonction d'instance, nous avons dit qu'il y avait conflit

6 d'intérêts et qu'il y avait des problèmes entre la défense de chaque

7 accusé. Je ne veux pas poser d'autres problèmes aux autres avocats de la

8 défense ou au Tribunal, mais je représente mon client et je défends ses

9 intérêts au mieux. Voilà ce que jessaie de faire.

10 M. le Président (interprétation). - Posez cette question au

11 témoin. Cela portera préjudice à l'accusé.

12 Mme McMurrey (interprétation). - Pouvez-vous me dire quel

13 était le comportement de M. Landzo lorsqu'il recevait des ordres de

14 M. Delic ?

15 Témoin F (interprétation). - Quil reçoive des ordres de Delic

16 ou quil agisse de sa propre initiative, Landzo faisait des choses

17 auxquelles quelqu'un de normal ne penserait jamais. Il a une fois lié un

18 câble autour de Vukasine Mrkajic et il faisait courir des gens dans le

19 hangar. Il faisait aussi parfois sortir des gens au hangar n 6.

20 M. Moran (interprétation). - Ceci...

21 M. le Président (interprétation). - Laissons le témoin

22 répondre. Qu'il dise ce qu'il en sait.

23 Témoin F (interprétation). - Par exemple, il les obligeait à

24 faire des pompes ou il les frappait au ventre. Voilà ce qu'il faisait.

25 Peut-être que personne d'autre n'était au courant, ou d'autres choses

Page 1349

1 qu'il faisait. Parfois, c'était sur ordre. Je l'ai déjà dit.

2 Mme McMurrey (interprétation). - Même si M. Landzo faisait

3 certaines choses en dehors de la présence de M. Delic, vous ne savez pas

4 si c'était sur ordre qu'il avait reçu ou non qu'il agissait de la sorte.

5 Témoin F (interprétation). - Je n'en sais rien.

6 Mme McMurrey (interprétation). - Je voudrais maintenant vous

7 poser une autre question. Vous avez parlé de Nenad Cecez et de Bendjo,

8 dabord Bendjo, est-ce correct ?

9 Témoin F (interprétation). - Oui.

10 Mme McMurrey (interprétation). - Ce sont des prisonniers qui

11 étaient avec vous dans le hangar, n'est-ce pas ?

12 Témoin F (interprétation). - Oui. Ce sont eux qui nous

13 distribuaient la nourriture, qui lapportaient. Lun était à l'extérieur

14 du hangar, lautre était à l'intérieur. Quand on devait aller uriner, ils

15 recevaient pour instruction d'emmener les prisonniers un par un pour aller

16 aux toilettes.

17 Mme McMurrey (interprétation). - De fait, ils étaient

18 considérés comme les organisateurs de la vie des prisonniers et les

19 communications que vous aviez avec les gardes passaient par ces deux

20 personnes qui en informaient les gardes, nest-ce pas ?

21 Témoin F (interprétation). - Oui. Je ne sais pas qui ils

22 étaient, mais ils étaient parmi nous et c'est à eux que nous nous

23 adressions si nous voulions aller aux toilettes, pour uriner ou autre

24 chose.

25 Mme McMurrey (interprétation). - Ils commençaient leurs

Page 1350

1 fonctions à 6 heures du matin jusqu'à la nuit tombée. La nuit tombée, ils

2 étaient autorisés à quitter le hangar, n'est-ce pas ?

3 Témoin F (interprétation). - Non, non, on ne les autorisait

4 pas à sortir.

5 Mme McMurrey (interprétation). - Très bien.

6 Je veux passer aux deux frères qui ont été amenés au camp.

7 (expurgée)

8 Est-ce bien exact ? Je suis désolée. Je n'ai pas posé de question quant à

9 l'incident. J'y reviendrai.

10 Vous avez parlé de beaucoup de cas de tortures et Maître

11 McHenry a dit qu'elle s'efforçait aussi de m'aider à comprendre ce qui

12 s'est passé. Lorsque vous avez témoigné concernant Spasoje Miljanic et

13 Neleljko Draganic, vous nous avez parlé de blessures infligées à ces

14 personnes. Mais, de fait, vous n'étiez pas à l'extérieur du hangar et vous

15 n'avez pas été témoin direct de ce qui s'est passé n'est-ce pas ?

16 Témoin F (interprétation). - Ce n'était pas Spasoje Miljanic

17 mais Spasoje Miljevic et Draganic. Je n'étais pas dehors. Ce n'est pas ce

18 que j'ai dit. J'étais au hangar n 6, dans le hangar n 6. J'ai pu voir

19 la jambe de Draganic. Spasoje Miljevic au départ était silencieux, puis

20 ensuite il nous a montré ses mains. J'ai pu voir des blessures sur ses

21 paumes, des cloques.

22 Mme McMurrey (interprétation). - Merci. Vous avez aussi dit...

23 Je ne sais pas comment faire référence à certains incidents. Vous avez dit

24 que certaines personnes ont été contraintes de faire des actes sexuels ;

25 est-ce exact ?

Page 1351

1 Témoin F (interprétation). - Oui.

2 Mme McMurrey (interprétation). - Ces personnes n'ont pas été

3 amenées à Celebici avant le meurtre des policiers survenu le 12 juillet,

4 n'est-ce pas ?

5 Témoin F (interprétation). - Effectivement.

6 Mme McMurrey (interprétation). - De fait, ils ont été amenés à

7 Celebici à la suite du meurtre de ces policiers, n'est-ce pas ?

8 Témoin F (interprétation). - Non, non. Ce n'est pas ce que

9 j'ai dit. Ils ont été emmenés. Je ne sais pas pourquoi, on les a amenés au

10 camp. Encore une fois, je dois dire que c'est ce que j'ai entendu. Vous me

11 dites de ne pas rapporter ce que j'ai entendu. C'est ce que j'ai entendu

12 dire au hangar n 6. Chaque matin, Zenga les frappait. Après tout cela, il

13 leur a donné ordre de se mettre debout devant nous tous. L'un d'entre eux

14 a dû mettre son pénis dans la bouche de l'autre. Ensuite l'inverse.

15 L'autre a dû s'agenouiller et faire la même chose. Nous étions tous

16 témoins, parce que cela s'est passé à l'intérieur du hangar n 6.

17 Mme McMurrey (interprétation). - Mais cela s'est passé après

18 le 12 juillet, n'est-ce pas ? Après la mort des policiers militaires ? Je

19 crois que vous avez déjà dit oui, si je ne me trompe.

20 Témoin F (interprétation). - Quand cela s'est passé, je ne me

21 souviens pas, mais je sais qu'on les a amenés après nous,

22 vraisemblablement après. Si vous me le permettez, je vous dirai que je

23 n'en sais rien. Dans ce village, il y avait plusieurs femmes qui portaient

24 le même nom de famille. Un certain Balic a été tué là. Plus tard, il s'est

25 avéré que les policiers militaires avaient été tués par des Musulmans

Page 1352

1 venus de Repovci, si vous voulez en savoir plus sur cet incident.

2 Mme McMurrey (interprétation). - Au moment de l'incident,

3 personne ne savait encore ce qui s'était passé avec les militaires. La

4 défense territoriale et les gens à Celebici se sont entendus dire que les

5 Serbes avaient tués les policiers militaires, n'est-ce pas ?

6 Mme McHenry (interprétation). - Madame demande d'abord au

7 témoin de ne pas répondre sur ce dont il n'a pas connaissance, et ensuite

8 elle pose des questions auxquelles manifestement il ne peut pas répondre.

9 J'objecte donc.

10 Mme McMurrey (interprétation). - Je veux simplement lui faire

11 dire qu'il ne sait pas. S'il ne sait pas, je passerai au sujet suivant.

12 M. le Président (interprétation). - Vous répondez à ma

13 place ?

14 Mme McMurrey (interprétation). - Je m'excuse. Je réagissais à

15 l'objection.

16 Mme McHenry (interprétation). - Pour certains témoignages, non

17 pas pour celui-ci, mais pour certains témoignages antérieurs, nous

18 voudrions demander une expurgation.

19 Mme McMurrey (interprétation). - Je suis d'accord, il n'y a

20 pas de problème.

21 M. le Président (interprétation). - Quelle sera votre

22 prochaine série de questions ?

23 Mme McMurrey (interprétation). - Je n'en ai pas fini avec ces

24 questions-ci. Je vais lui poser la question suivante.

25 Le 12 juillet, M. Landzo est-il allé à l'endroit où les

Page 1353

1 policiers se sont faits tuer ?

2 Témoin F (interprétation). - Je n'en sais rien.

3 Mme McMurrey (interprétation). - Lorsque le conseil de

4 M. Mucic a procédé à son contre-interrogatoire, vous avez également dit

5 dans votre déposition que les prisonniers avaient eu la dysenterie et

6 qu'on vous a distribué des médicaments, n'est-ce pas ?

7 Témoin F (interprétation). - Oui.

8 Mme McMurrey (interprétation). - Vous avez également dit dans

9 votre déposition, au moment où le conseil de M. Delic vous interrogeait,

10 le 27 mai, quelqu'un qui s'appelait Spasoje Miljevic a été forcé de faire

11 des pompes et qu'il a été tué, je crois. Je ne suis pas tout à fait sûre

12 de ce que vous avez dit. Vous avez également dit que M. Landzo a employé

13 la même méthode plus tard, pas au mois de mai. Est-ce bien exact ?

14 Témoin F (interprétation). - Je peux vous répéter ce que j'ai

15 dit. Des inconnus sont arrivés...

16 Mme McMurrey (interprétation). - Dites-nous simplement de qui

17 il s'agit.

18 Témoin F (interprétation). - Des inconnus de Mostar sont

19 arrivés. Ils sont entrés dans le bâtiment n 6 et ils ont demandé s'il y

20 avait ici des gens de Mostar. A ce moment-là, le petit Djudjia a répondu

21 et il a dit qu'il était de Mostar. L'autre lui a ordonné de faire des

22 pompes et il l'a frappé dans la partie antérieure du ventre. Ensuite,

23 Landzo a utilisé la même méthode sur d'autres prisonniers enfermés dans le

24 camp.

25 Mme McMurrey (interprétation). - En fait, la question posée ce

Page 1354

1 soir-là par le représentant des Forces croates de Mostar ou par les

2 personnes qui sont arrivées avait pour but d'apprendre qui, dans le

3 bâtiment, était un membre, un soldat de réserve de la JNA, n'est-ce pas ?

4 Témoin F (interprétation). - Je n'ai pas dit que c'étaient des

5 Croates qui étaient arrivés, j'ai dit que c'étaient des inconnus. Je ne

6 savais pas qui ils étaient. J'ai dit qu'ils sont arrivés dans la journée

7 et qu'ils ont fait ce que j'ai dit qu'ils avaient fait.

8 Mme McMurrey (interprétation). - Bien, merci.

9 Pourrait-on montrer la pièce à conviction n 1, c'est-à-dire

10 le plan du bâtiment n 6. J'aimerais qu'on place cette pièce à conviction

11 sur le rétroprojecteur et que le témoin nous dise à quel endroit

12 exactement il était assis.

13 D'abord, j'aimerais vous demander si à votre avis, il s'agit

14 d'une représentation fidèle de l'intérieur du hangar n 6.

15 Témoin F (interprétation). - Je crois que oui. Non, je ne

16 crois pas, j'en suis sûr. Là, c'est l'entrée. On rentre par là. Moi

17 j'étais assis ici, au milieu et je regardais vers la porte d'entrée.

18 (Le témoin accompagne ce qu'il dit par le geste

19 correspondant.)

20 Mme McMurrey (interprétation). - Très bien, merci beaucoup.

21 J'aimerais qu'il soit indiqué dans le procès-verbal que le

22 témoin a montré le mur du fond à gauche, puisque je n'ai aucun autre

23 moyen.

24 J'aimerais vous poser d'autres questions au sujet du hangar

25 n 6. Vous venez d'identifier la porte. Est-ce bien la seule porte qui

Page 1355

1 était utilisée pour pénétrer à l'intérieur du hangar n 6 ?

2 Témoin F (interprétation). - C'était la porte qui permettait

3 d'entrer dans le hangar. Il y avait d'autres portes qui auraient pu

4 s'ouvrir, mais qui ne s'ouvraient pas. Jusqu'à l'arrivée des représentants

5 de la Croix-Rouge internationale, c'était cette grande porte qui pouvait

6 permettre l'entrée d'un véhicule.

7 Au moment de la visite de la Croix-Rouge, cette porte a été

8 ouverte une ou deux fois, puis de nouveau refermée. Ensuite elle a été

9 ouverte lorsqu'il faisait froid, puis refermée. C'est cette porte d'entrée

10 que j'ai montrée qui était utilisée le plus fréquemment.

11 Mme McMurrey (interprétation). - Cette grande porte,

12 lorsqu'elle était fermée, il n'y avait pas de trou dans cette grande

13 porte. Vous ne pouviez pas regarder ce qui se passait à l'extérieur à

14 partir de trous dans cette grande porte ?

15 Témoin F (interprétation). - Je ne sais pas. Moi je ne

16 regardais pas de toute façon.

17 Mme McMurrey (interprétation). - Il y avait des fenêtres dans

18 le hangar, qui étaient situées à environ 3 mètres de haut et personne ne

19 pouvait les utiliser pour regarder à l'extérieur. C'est exact ?

20 Témoin F (interprétation). - A quelle hauteur elles étaient,

21 je ne sais pas, mais elles étaient haut placées. En haut, il y avait les

22 fenêtre et en bas, je ne sais pas exactement, il y avait des petites

23 portes, ou même peut-être n'y en avait-il pas. En tous cas, je sais que

24 les fenêtres étaient en haut et les portes en bas.

25 Mme McMurrey (interprétation). - Mais la seule porte qui ait

Page 1356

1 jamais été utilisée est la porte que vous avez indiquée sur le plan que

2 vous venez de montrer, sauf au moment de la visite de la Croix-Rouge,

3 n'est-ce pas ?

4 Témoin F (interprétation). - Oui.

5 Mme McMurrey (interprétation). - Bien. Vous étiez assis du

6 côté du mur du fond du hangar. N'est-il pas exact qu'il n'y avait aucun

7 moyen pour vous, à partir du bas du mur, de passer la main l'extérieur ou

8 de jeter un coup d'oeil à l'extérieur ? Il n'y avait pas d'espace en bas,

9 n'est-ce pas ?

10 Témoin F (interprétation). - Si, de l'eau. Je me souviens que

11 quand il faisait chaud, je ne me souviens pas de quel garde il s'agissait,

12 mais il faisait couler de l'eau par en bas, là où les gens étaient assis.

13 Mais ils n'osaient pas se servir de cette eau. Cela, je m'en souviens.

14 Mme McMurrey (interprétation). - Donc, vous nous dites que la

15 partie inférieure de la paroi n'était pas scellée au sol suffisamment pour

16 empêcher l'eau de pluie de pénétrer, par exemple ?

17 Témoin F (interprétation). - Oui. Il y avait de l'eau qui

18 tombait du toit et qui passait. Je peux vous dire que je n'osais même pas

19 y jeter un coup d'oeil. Quand je sortais du hangar, je gardais la tête

20 baissée pour aller jusqu'à l'endroit qui nous servait de toilettes. C'est

21 également la tête baissée que je rentrais dans le hangar.

22 Mme McMurrey (interprétation). - Ma question consistait à vous

23 demander si vous pouviez passer la main vers l'extérieur du hangar, à

24 l'extérieur du hangar.

25 Témoin F (interprétation). - Je n'ai même pas essayé, je ne

Page 1357

1 sais pas.

2 Mme McMurrey (interprétation). - Cela amène à parler des

3 toilettes. Il y avait des latrines. Lorsque vous passiez la porte et que

4 vous faisiez face au hangar n 6, sur la partie droite, vers l'arrière il

5 y avait des espèces de latrines de fortune, n'est-ce pas ?

6 Témoin F (interprétation). - Sur la droite ? Sur la droite, de

7 l'autre côté, il y avait des mitrailleuses. A la sortie du hangar, il y

8 avait également des mitrailleuses. En face. Sur la gauche, une fois qu'on

9 sortait du hangar, on faisait cinq à six pas, on tournait à gauche et on

10 voyait un trou qui avait été creusé, puis un deuxième, puis un troisième.

11 Au fur et à mesure qu'ils se remplissaient, on les bouchait et on en

12 creusait un autre. Mais ce n'était pas sur la droite.

13 Mme McMurrey (interprétation). - D'accord. Merci.

14 Il n'y avait que deux gardes pour garder 240 prisonniers

15 environ, deux gardes par équipe. Est-ce bien cela ?

16 Témoin F (interprétation). - Ils étaient plus nombreux. Je ne

17 sais pas combien ils étaient à l'extérieur, mais il y avait deux sites de

18 mitrailleuses : un sur la droite quand on sortait, et l'autre, sur ce

19 petit promontoire. Quand on passait la porte, sur la droite, il y en avait

20 un et de l'autre côté de la route, de l'autre côté de l'asphalte, il y

21 avait également un site de mitrailleuses.

22 Mme McMurrey (interprétation). - S'agissant des gardes qui

23 étaient chargés de garder les gardiens, vous n'en voyiez que deux à la

24 fois n'est-ce pas ?

25 Témoin F (interprétation). - Oui.

Page 1358

1 Mme McMurrey (interprétation). - J'aimerais vous interroger au

2 sujet de cet homme dénommé Zeljko Klimenta ?

3 Témoin F (interprétation). - Oui.

4 Mme McMurrey (interprétation). - Vous savez qu'il s'est fait

5 tuer par balle, mais vous savez également qu'il s'est agi d'un accident,

6 n'est-ce pas ?

7 Témoin F (interprétation). - Cela, je ne le sais pas.

8 Mme McMurrey (interprétation). - Le garde pleurait après que

9 cela fut arrivé, n'est-ce pas ?

10 Témoin F (interprétation). - Je ne le connaissais pas. Je ne

11 sais pas.

12 Mme McMurrey (interprétation). - Bien. Merci.

13 Vous avez dit dans votre déclaration, aujourd'hui, que vous

14 avez vu Esad Landzo en août ou en septembre à Celebici et qu'il portait un

15 ceinturon blanc. Est-ce exact ?

16 Témoin F (interprétation). - Oui.

17 Mme McMurrey (interprétation). - Ce ceinturon blanc n'est-il

18 pas représentatif du fait qu'on appartient à la police militaire ?

19 Témoin F (interprétation). - Oui, très vraisemblablement.

20 Mme McMurrey (interprétation). - Je crois que vous avez

21 déclaré qu'il était venu parler à Dusko Bendjo. Est-ce exact ?

22 Témoin F (interprétation). - Oui.

23 Mme McMurrey (interprétation). - Ils ont eu une conversation à

24 l'extérieur du hangar, n'est-ce pas ?

25 Témoin F (interprétation). - Oui.

Page 1359

1 Mme McMurrey (interprétation). - Donc vous n'avez pas

2 personnellement entendu sur quoi portait cette conversation, n'est-ce

3 pas ?

4 Témoin F (interprétation). - Non.

5 Mme McMurrey (interprétation). - Merci.

6 Monsieur Landzo aurait pu faire partie de la police militaire,

7 même avant le mois d'août, n'est-ce pas ?

8 Témoin F (interprétation). - Je ne sais pas. Il aurait très

9 vraisemblablement porté ce ceinturon blanc.

10 Mme McMurrey (interprétation). - En fait, en novembre, vous

11 avez déclaré que M. Landzo s'est trouvé dans le camp de Celebici jusqu'au

12 mois d'octobre. Cela, ce n'était pas exact, n'est-ce pas ?

13 Témoin F (interprétation). - Je n'ai pas dit cela. J'ai dit

14 que vers la fin du mois d'août, ou au début du mois de septembre, je ne

15 sais pas exactement, j'ai dit qu'il était parti du hangar n 6 et

16 qu'ensuite, on le voyait de temps en temps avec un ceinturon blanc et que

17 c'était le cas quand il a appelé Dusko Bendjo.

18 Mme McMurrey (interprétation). - Oui. Dans votre déclaration

19 écrite à Me McHenry, le 14 octobre -et là je vous lis une traduction car

20 elle n'est pas dans votre langue-, vous avez déclaré :

21 "Je suis sûr que Zenga a été dans le camp jusqu'au moment où

22 j'ai été transféré à Musala, et je crois que cela s'est passé au début de

23 novembre 1992."

24 N'est-ce pas ce que vous avez déclaré avant ?

25 Témoin F (interprétation). - Novembre ? Mais je suis parti en

Page 1360

1 octobre du hangar n 6. Mais on le voyait. C'est cela que j'ai dit, on le

2 voyait pendant que j'étais sur les lieux. On le voyait. Il rendait des

3 visites au camp. Par la suite, plus tard, il portait un ceinturon blanc.

4 Mme McMurrey (interprétation). - Donc, vous nous dites que le

5 contenu de la déclaration que vous avez fournie le 14 octobre n'est pas

6 exact. Est-ce bien cela ?

7 Mme McHenry (interprétation). - Monsieur le Président, ce

8 n'est pas ce qu'il a dit. Il n'y a rien d'inexact dans cette déclaration.

9 J'objecte au fait qu'on lui met des mots dans la bouche. Il a parlé de son

10 séjour au camp et il a dit ce qu'il avait vu pendant qu'il y était.

11 J'objecte au fait que l'on dise qu'il y a des contradictions quand il n'y

12 en a pas.

13 Mme McMurrey (interprétation). - Monsieur le Président, il a

14 dit : "Je suis sûr qu'il était dans le camp jusqu'au moment où j'ai été

15 transféré, au début du mois de novembre". C'est ce que j'essaie de

16 vérifier.

17 Le témoin dit maintenant qu'il y a une erreur dans cette

18 déclaration lorsqu'il est question du mois de novembre. C'est ce que

19 j'essaie de vérifier.

20 Cette déclaration est fausse, n'est-ce pas ?

21 Témoin F (interprétation). - Cette déclaration est exacte. Je

22 l'ai dit à l'époque et je le répète. J'ai vu Landzo à plusieurs reprises.

23 Je ne sais pas s'il avait quitté le camp où s'il y était encore.

24 Simplement on le voyait plus rarement. Plus tard, je l'ai vu avec un

25 ceinturon blanc. Quand il est parti et où il est parti, je ne le sais pas.

Page 1361

1 Je sais qu'il a donné l'ordre à ce Dusko Bendjo de sortir plusieurs fois

2 et je ne sais pas quoi vous dire d'autres. Il était là. Je le voyais.

3 Mme McMurrey (interprétation). - Vous avez dit dans votre

4 déposition que vous l'avez vu en août et en septembre. Il aurait pu porter

5 le ceinturon blanc et faire partie de la police militaire déjà avant,

6 n'est-ce pas ?

7 Témoin F (interprétation). - Non.

8 M. le Président (interprétation). - Nous allons suspendre

9 l'audience.

10 L'audience est suspendue à 13 heures.

11 L'audience est reprise à 14 heures 30.

12 M. le Président (interprétation). - Bon après-midi, Mesdames

13 et Messieurs. Nous sommes de retour du déjeuner et je crois que c'était

14 Mme McMurrey qui poursuivait le contre-interrogatoire.

15 M. Jan (interprétation). - Auparavant, j'aurais voulu poser

16 une question au témoin.

17 Vous avez montré l'endroit du hangar où vous vous trouviez. Où

18 étaient ces deux frères qui ont dû commettre cet acte abominable ? Où se

19 trouvaient-ils dans ce hangar ? Vous avez le rétroprojecteur pour situer

20 ces personnes.

21 Témoin F (interprétation). - De l'autre côté, du côté opposé,

22 devant moi, près de l'entrée, mais à droite de cette entrée.

23 M. Jan (interprétation). - Pourriez-vous indiquer cet endroit

24 sur le rétroprojecteur ?

25 Témoin F (interprétation). - Voilà où ils étaient assis.

Page 1362

1 M. le Président (interprétation). - Cest à proximité de la

2 porte. Ils étaient assis près de la porte.

3 Témoin F (interprétation). - Oui.

4 M. le Président (interprétation). - Et comment cet acte fut-il

5 commis ? Les a-t-on appelé de l'endroit où ils étaient assis ou ont-ils dû

6 faire ce qu'ils ont dû faire là où ils étaient assis ?

7 Témoin F (interprétation). - Ils se sont relevés de l'endroit

8 où ils étaient assis et ils l'ont fait devant nous tous.

9 M. le Président (interprétation). Merci.

10 Témoin F (interprétation). - Je vous en prie.

11 M. Jan (interprétation). - Les noms des frères ont été

12 expurgés du procès-verbal.

13 Mme McMurrey (interprétation). - Merci, Monsieur le Juge.

14 M. Jan (interprétation). - Et mes excuses auprès du Tribunal.

15 M. le Président (interprétation). - C'était sûrement par

16 inadvertance. Ce n'était pas du tout intentionnel.

17 Mme McMurrey (interprétation). - Monsieur F, ce fusil que vous

18 avez décrit et que vous avez acheté, lavez-vous acheté en face de votre

19 restaurant, du restaurant Zeljko où vous travailliez à Bradina ? Est-ce

20 exact ?

21 Témoin F (interprétation). - Devant ce restaurant Zeljko où je

22 travaillais.

23 Mme McMurrey (interprétation). - Et vous avez acheté cette

24 arme à des Serbes du SDS, n'est-ce pas ?

25 Témoin F (interprétation). - Non. Je ne connaissais pas ces

Page 1363

1 personnes. Quand j'ai demandé à qui je l'achetais, ils mont répondu : "Ne

2 posez pas cette question, si vous voulez acheter larme, achetez-la, si

3 vous nen voulez pas, laissez-la".

4 Mme McMurrey (interprétation). - Vous connaissiez une

5 personne dénommée Gojko Miljanic, n'est-ce pas ?

6 Témoin F (interprétation). - Oui.

7 Mme McMurrey (interprétation). - M. Miljanic était un monsieur

8 assez âgé. Il était né en 1931, n'est-ce pas ?

9 Témoin F (interprétation). - Oui.

10 Mme McMurrey (interprétation). - M. Miljanic est mort vers le

11 27 mai 1992, n'est-ce pas ?

12 Témoin F (interprétation). - Il a été tabassé le 27 mai 1992,

13 puis il a été amené au hangar n 6 où il vivait près de l'entrée. Il

14 semblait manifester encore certains signes de vie. Cela a été le cas

15 pendant une douzaine d'heures, un peu plus longtemps et il est mort.

16 Mme McMurrey (interprétation). - Il est donc décédé bien avant

17 le 1er juin, n'est-ce pas ?

18 Témoin F (interprétation). - Oui.

19 Mme McMurrey (interprétation). - Ce M. Miljanic était

20 originaire de Bradina, n'est-ce pas

21 Témoin F (interprétation). - Oui.

22 Mme McMurrey (interprétation). - En fait, pendant tout le

23 temps où vous étiez à Celebici, personne d'autre portant le nom de

24 Miljanic n'est décédé à Celebici, à votre connaissance, n'est-ce pas ?

25 Témoin F (interprétation). - Non. Je n'ai pas connaissance

Page 1364

1 d'autres personnes.

2 Mme McMurrey (interprétation). - Merci. Vous avez dû répondre

3 à beaucoup de questions hier et aujourd'hui. Les seuls noms de gardes que

4 vous ayez mentionnés ce faisant étaient M. Esad Landzo et M. Delic. Vous

5 avez omis de mentionner les noms des autres gardes dont vous saviez qu'ils

6 avaient participé à ces faits et agissements, n'est-ce pas ?

7 Témoin F (interprétation). - Il y a déjà longtemps que cela

8 s'est passé. Je me souviens bien de M. Landzo et de M. Delic parce que

9 c'étaient eux qui venaient le plus souvent à l'intérieur du hangar. Il y

10 avait aussi un homme de teint sombre, qui portait des mitaines. Lui aussi,

11 il emmenait des personnes à l'extérieur pour les battre. Il y avait aussi

12 un homme appelé Bosnak. Je ne connais pas ces noms.

13 Mme McMurrey (interprétation). - Ces noms, les avez-vous

14 connus à un moment donné ?

15 Témoin F (interprétation). - Je connaissais les surnoms

16 s'agissant de certains, je connaissais également les noms de famille.

17 Mme McMurrey (interprétation). - Dans votre témoignage, vous

18 avez également décrit comment, après la visite de la Croix-Rouge

19 internationale à Celebici, pendant une quinzaine de jours, les passages à

20 tabac se sont espacés. Cette visite s'est faite vers le 12 août, n'est-ce

21 pas ?

22 Témoin F (interprétation). - Oui. La Croix-Rouge est venue

23 vers la mi-août. Je pense que c'était le 12 août, vous avez raison.

24 Mme McMurrey (interprétation). - En fait, après une quinzaine

25 de jours, les tabassages ont recommencé pour tout le monde, pour vous

Page 1365

1 aussi, n'est-ce pas ?

2 Témoin F (interprétation). - Oui.

3 Mme McMurrey (interprétation). - Vous savez également qu'Esad

4 n'était plus présent à Celebici après la visite de la Croix-Rouge, pas en

5 tant que garde en tout cas, n'est-ce pas ?

6 Témoin F (interprétation). - Il était là en tant que garde

7 après la visite de la Croix-Rouge.

8 Mme McMurrey (interprétation). - Dans votre témoignage, hier,

9 vous aviez dit que vous aviez été battu une fois auparavant et que vous

10 aviez été battu par M. Landzo, une autre fois, et vous avez dit que vous

11 n'aviez été battu qu'une fois, mais qu'il vous avait donné des coups de

12 pied une paire de fois, est-ce bien exact ?

13 Témoin F (interprétation). - Oui, il m'a donné des coups de

14 pied, cest ce que j'ai dit hier.

15 Mme McMurrey (interprétation). - C'était avant le 12 août.

16 Est-ce exact ?

17 Témoin F (interprétation). - C'est quand la Croix-Rouge est

18 venue. C'est le moment où les officiers de police ont été tués. C'est

19 après cela. C'est à ce moment-là qu'il m'a frappé deux ou trois fois et

20 quil m'a donné des coups de pied dans le tibia.

21 Mme McMurrey (interprétation). - D'après votre témoignage,

22 c'est la seule fois où M. Landzo vous a frappé, vous personnellement,

23 n'est-ce pas ?

24 Témoin F (interprétation). - Je ne me souviens pas. Je pense

25 que cela a été la seule fois.

Page 1366

1 Mme McMurrey (interprétation). - Merci. J'ai de nouvelles

2 notes qui viennent de mêtre remises. Me donnez-vous un instant de répit

3 pour les examiner ?

4 J'aurais une question supplémentaire quant à la présence de

5 M. Landzo dans le camp. Vous n'avez jamais vu M. Landzo à Celebici avant

6 la fin juin, n'est-ce pas ?

7 Témoin F (interprétation). - Ce n'est pas ce que j'ai dit.

8 Mme McMurrey (interprétation). - Vous ne l'avez pas vu à

9 Celebici à votre arrivée au camp, n'est-ce pas ?

10 Témoin F (interprétation). - Il s'est montré après notre

11 arrivée.

12 Mme McMurrey (interprétation). - Merci, j'en ai terminé.

13 M. le Président (interprétation). - Merci.

14 Mme Residovic va poursuivre le contre-interrogatoire.

15 Mme Residovic (interprétation). - Merci Monsieur le Président.

16 Bon après-midi, Monsieur F. Je m'appelle Edina Residovic, je

17 suis le conseil défense de M. Zejnil Delalic. Monsieur F, vous avez déjà

18 répondu à de nombreuses questions jusqu'à présent, questions posées par

19 mes confrères. Pour ma part, je vais m'efforcer de ne pas reposer des

20 questions auxquelles vous auriez déjà répondu.

21 Toutefois, Monsieur F, nous partageons un problème vous et

22 moi. Mes confrères n'avaient pas ce problème quand ils se sont adressés à

23 vous. Nous nous comprenons par la langue. Je pourrais vous poser des

24 questions et vous pourriez y répondre rapidement. Mais les juges et toutes

25 les personnes ici présentes ne pourraient pas suivre l'échange de propos

Page 1367

1 que nous pourrions tenir. Je vais donc vous demander -nous en avons été

2 priés par le tribunal de procéder de cette manière-, après que j'aie posé

3 ma question, d'attendre un peu pour que la question soit interprétée dans

4 d'autres langues et, seulement après, vous y répondriez.

5 De même, pour ma part, j'attendrai un peu après que vous ayez

6 répondu à la question, ce qui permettra à tout un chacun de comprendre nos

7 propos, je crois que nous sommes d'accord ?

8 Témoin F (interprétation). - Oui.

9 Mme Residovic (interprétation). - Merci. Vous avez déjà

10 confirmé le fait que vous avez fait une déclaration en plus de celle que

11 vous aviez faite à Celebici, et cela en février 1996, à un représentant

12 du bureau du procureur.

13 Témoin F (interprétation). - Oui.

14 Mme Residovic (interprétation). - Vous avez parlé ici, en

15 cette enceinte, de multiples événements. Vous étiez sans doute ébranlé par

16 le fait de vous remémorer tout cela.

17 Témoin F (interprétation). - Oui.

18 Mme Residovic (interprétation). - Vous conviendrez donc du

19 fait que votre souvenir, tel que vous l'aviez en février 1996, était sans

20 doute plus vivace en 1996 qu'aujourd'hui. Par conséquent, je vais reposer

21 quelques questions pour tirer certaines choses au clair. Je vous saurais

22 gré de répondre de la façon la plus concise possible.

23 Témoin F (interprétation). - Oui.

24 Mme Residovic (interprétation). - Tout d'abord, vous avez

25 déclaré devant cette Cour que vous viviez au village de Krc.

Page 1368

1 Témoin F (interprétation). - Oui.

2 Mme Residovic (interprétation). - Vous avez aussi dit que vous

3 aviez été arrêté au hameau de Barakusa.

4 Témoin F (interprétation). - Oui.

5 Mme Residovic (interprétation). - Dès lors, à partir du début

6 des hostilités à Bradina, dès ce moment-là, vous avez quitté votre village

7 et vous alliez vers un autre endroit. Est-ce exact ?

8 Témoin F (interprétation). - Oui.

9 Mme Residovic (interprétation). - Pourriez-vous nous dire à

10 quelle distance se trouve Barakusa de Krc ?

11 Témoin F (interprétation). - Un kilomètre, peut-être un peu

12 plus.

13 Mme Residovic (interprétation). - Pourriez-vous nous dire si

14 cest à Barakusa que vous avez été arrêté, que vous avez remis l'arme qui

15 était en votre possession ?

16 Témoin F (interprétation). - Oui.

17 Mme Residovic (interprétation). - Il est donc exact de dire

18 que vous avez quitté votre maison avec larme que vous aviez ?

19 Témoin F (interprétation). - Oui.

20 Mme Residovic (interprétation). - Monsieur F, pourriez-vous

21 confirmer que, dans votre témoignage, vous avez également déclaré que le

22 25 mai, ce jour-là, certains groupes se sont séparés et ont essayé de

23 passer du côté serbe. Est-ce correct ?

24 Témoin F (interprétation). - Oui.

25 Mme Residovic (interprétation). - Est-il exact que certains de

Page 1369

1 ces groupes étaient les groupes qui ont plus tard été arrêtés au mont

2 Igman et autour du village de Ljuta, groupes qui ont été amenés à

3 Celebici, au moment où Pero Mrkajic y arrivait ?

4 Témoin F (interprétation). - De quels groupes parlez-vous ?

5 Mme Residovic (interprétation). - Un de ces groupes qui

6 s'était séparé.

7 Témoin F (interprétation). - Oui.

8 Mme Residovic (interprétation). - ...Et qui avait essayé de

9 passer du côté serbe ?

10 Témoin F (interprétation). - Oui.

11 Mme Residovic (interprétation). - Merci. En effet, cela

12 n'était pas clair dans mon esprit. Je sais que vous avez déclaré que

13 certains groupes étaient partis le 25 et que vous ne vous étiez pas joint

14 à ce groupe.

15 Témoin F (interprétation). - Oui.

16 Mme Residovic (interprétation). - Sommes-nous d'accord sur ce

17 point

18 Témoin F (interprétation). - Le 26, certains groupes sont

19 partis, peut-être certains dès le 25, je ne sais pas. Mais le matin du 26,

20 certains groupes sont partis.

21 Mme Residovic (interprétation). - Vous savez que Pero Mrkajic

22 se trouvait dans un de ces groupes. Zara Mrkajic était là aussi, Djordjic

23 et d'autres ?

24 Témoin F (interprétation). - Oui, c'est ce que jai entendu

25 dire.

Page 1370

1 Mme Residovic (interprétation). - Cest ce que vous avez

2 entendu dire. Fort bien, merci beaucoup.

3 Est-il exact, Monsieur F, que vous avez déclaré que les

4 attaques venaient de Repovci et que vous avez été arrêté par des forces du

5 HVO ?

6 Témoin F (interprétation). - Non. J'ai dit que nous avions été

7 attaqués par des unités du HOS, auxquelles se sont joints des voisins qui

8 vivaient aux alentours. Ils ont attaqué Bradina en se joignant aux Forces

9 de Prodonic Polje.

10 Mme Residovic (interprétation). - Merci. Vous avez également

11 confirmé le fait que certains portaient des uniformes de camouflage, des

12 treillis, que certains avaient des chemises noires, des pantalons noirs et

13 que ceux qui étaient en uniforme noir avaient aussi des couvre-chefs

14 noirs ?

15 Témoin F (interprétation). - Oui.

16 Mme Residovic (interprétation). - Merci beaucoup.

17 Pourriez-vous également confirmer s'il est vrai que, dans la

18 maison de Dragan Subovic, vous ayez été alignés et fouillés, que l'argent,

19 les documents et autres objets précieux vous ont été saisis. Est-ce bien

20 ce que vous avez dit ?

21 Témoin F (interprétation). - Devant le café de Mirko Kuljanin,

22 et les femmes se trouvaient devant la maison de Subovic. Ces maisons sont

23 adjacentes. Il y a peut-être une dizaine de mètres qui les séparent. Nous

24 nous trouvions devant le café de Kuljanin.

25 Mme Residovic (interprétation). - Dans votre témoignage du

Page 1371

1 23 février 1996, lorsque vous avez relaté cet événement, vous avez dit la

2 chose suivante. Parmi les personnes qui ont été témoins de cette fouille,

3 vous avez reconnu Zvonko Zovko, parmi d'autres. Est-ce bien exact ?

4 Témoin F (interprétation). - Non. J'ai relaté cela en rapport

5 avec le fait qu'il frappait mon père.

6 Mme Residovic (interprétation). - Nous reviendrons à cela plus

7 tard.

8 Maintenant, je fais état des événements qui se sont déroulés

9 dans le village de Bradina. J'ai sous les yeux votre déclaration et je

10 tiens à tirer ceci au clair. Vous dites que parmi les personnes présentes,

11 vous avez reconnu Zvonko Zovko, votre voisin de Podorasac, devant le café

12 de Mirko.

13 Témoin X (interprétation du serbo-croate). - Oui.

14 Mme Residovic (interprétation). - Devant le café de Mirko,

15 vous avez reconnu votre voisin de Podorasac, M. Zvonko Zovko. Ce fait

16 n'était pas très clair. Je vous remercie de la clarification.

17 Vous avez dit également dans cette déclaration que vous aviez

18 reconnu un homme dénommé ou connu sous le nom de "Bosnak". Est-ce ce

19 Bosnak de la police ?

20 Témoin F (interprétation). - Je ne connais pas son nom, mais

21 je sais qu'il était membre de la police. Je ne connais pas son nom. Il

22 était policier.

23 Mme Residovic (interprétation). - Il s'appelle Bosnak. Ceci

24 n'indique pas sa nationalité, n'est-ce pas ?

25 Témoin F (interprétation). - C'est comme cela qu'on

Page 1372

1 l'appelait. Je ne sais pas si c'était son nom véritable ou si c'était un

2 surnom. Il était dans les forces de police en tout cas.

3 Mme Residovic (interprétation). - Merci, monsieur F.

4 Pour apporter d'autres précisions, compte tenu des événements

5 et de l'état dans lequel vous vous trouviez et dans lequel vous êtes

6 encore ici en tant que témoin, je vous demanderai de vous remémorer, une

7 fois de plus à des fins de précision, les événements concernant votre

8 père. Jusqu'à présent, dans votre témoignage, non pas ici devant cette

9 Cour mais devant l'accusation, vous avez dit qu'il y avait une personne

10 entre vous et votre père.

11 Témoin F (interprétation). - Non, il y avait en fait cinq ou

12 six personnes entre nous.

13 Mme Residovic (interprétation). - Il était à ce point proche

14 de vous que vous pouviez vraiment entendre tous les mots qu'il disait et

15 entendre ses plaintes.

16 Témoin F (interprétation). - J'ai entendu ses plaintes, mais

17 je n'entendais pas tous les mots qu'il prononçait.

18 Mme Residovic (interprétation). - Je ne voudrais pas ici

19 insister sur cette différence qu'il y a dans vos déclarations, puisque le

20 temps s'est écoulé depuis, mais pourriez-vous confirmer qu'à cette

21 occasion vous avez entendu votre père dire : "Zvonko, ne fait pas ça, nous

22 nous connaissons." Puis Zvonko aurait dit : "Qui te connaît ? Encule ta

23 mère." Puis, il a mis une chaussette dans sa bouche pour l'étouffer. Est-

24 ce correct ?

25 Témoin F (interprétation). - Oui.

Page 1373

1 Mme Residovic (interprétation). - Monsieur F, vous avez déjà

2 beaucoup parlé de Gojko Miljanic et de Petko Gligorevic. Je me contenterai

3 de dire ceci. Ce jour-là, parmi les gens qui étaient comme vous de Bradina

4 et qui allaient à Celebici, Miljanic et Gligorevic ont-ils été emmenés en

5 même temps que vous ? Gojko Miljanic est mort le lendemain matin, ou au

6 cours de la nuit ?

7 Témoin F (interprétation). - Oui, le matin.

8 Mme Residovic (interprétation). - Petko Gligorevic est aussi

9 décédé dès qu'il est arrivé.

10 Témoin F (interprétation). - Après les coups qu'il avait

11 reçus, il était resté près du mur. Il y est resté.

12 Mme Residovic (interprétation). - Il est donc clair qu'il ne

13 se trouvait pas par la suite avec vous au hangar n 6 ?

14 Témoin F (interprétation). - Oui.

15 Mme Residovic (interprétation). - Ces deux hommes sont morts

16 peu après.

17 Permettez-moi maintenant de revenir quelques instants sur

18 d'autres questions.

19 Monsieur le Président, un instant je vous prie. J'ai des

20 questions d'éclaircissements à poser.

21 M. le Président (interprétation). - Je vous en prie.

22 Mme Residovic (interprétation). - Vous avez dit dans votre

23 déposition que le lendemain de votre arrivée, les hommes gravement blessés

24 ont été emmenés à l'"Ecole du 3 mars". Est-ce exact ?

25 Témoin F (interprétation). - Ce n'était pas le lendemain, mais

Page 1374

1 quelques jours après. Je ne sais pas exactement combien de jours après. On

2 les appelés et on les emmenés à l'Ecole du 3 mars.

3 Mme Residovic (interprétation). - Est-il exact que des soins

4 médicaux ont été fournis à ces personnes ?

5 Témoin F (interprétation). - C'est après ma sortie du camp que

6 j'ai entendu qu'on leur avait donné des cachets. Mais je ne sais pas. Je

7 ne l'ai pas vu. Je ne sais pas.

8 Mme Residovic (interprétation). - Est-il exact que votre père

9 a aussi été emmené à l'Ecole du 3 mars ?

10 Témoin F (interprétation). - Oui.

11 Mme Residovic (interprétation). - Est-il exact également que

12 votre père est resté quelques jours là-bas, pour se faire soigner.

13 Témoin F (interprétation). - Oui.

14 Mme Residovic (interprétation). - Est-il exact que votre père

15 n'est plus revenu à Celebici ?

16 Témoin F (interprétation). - Il est revenu. Il a fourni une

17 déclaration à Celebici et ensuite, il est retourné à Musala.

18 Mme Residovic (interprétation). - Après sa déclaration, il

19 n'est plus resté à Celebici ?

20 Témoin F (interprétation). - Je ne sais pas pendant combien de

21 jours il y était. Je ne sais pas exactement combien de jours, après la

22 sortie de l'Ecole du 3 mars, il est allé là-bas. Il y est resté quelques

23 jours et, après, il est retourné à Musala.

24 Mme Residovic (interprétation). - Monsieur F, vous aussi avez

25 été appelé après quelques jours et vous avez fait une déclaration. Est-ce

Page 1375

1 exact ?

2 Témoin F (interprétation). - Oui.

3 Mme Residovic (interprétation). - Cette déclaration, vous

4 l'avez signée. Est-ce exact ?

5 Témoin F (interprétation). - Oui.

6 Mme Residovic (interprétation). - Dans cette déclaration, vous

7 avez déclaré que vous étiez membre du SDS et que vous aviez des armes.

8 Témoin F (interprétation). - Oui, oui.

9 Mme Residovic (interprétation). - Dans cette déclaration, vous

10 avez également dit que vous aviez 270 balles.

11 Témoin F (interprétation). - Non.

12 Mme Residovic (interprétation). - Vous avez dit que vous aviez

13 utilisé votre arme.

14 Témoin F (interprétation). - Non, ce n'est pas exact.

15 Mme Residovic (interprétation). - Puis-je montrer la

16 déclaration au témoin pour qu'il reconnaisse non pas son écriture, mais sa

17 signature ? Je demande que l'on remette ce document au témoin ainsi que la

18 traduction aux juges.

19 (La déclaration du témoin est transmise au témoin et aux

20 juges.)

21 Mme McHenry (interprétation). - Je crois que j'en ai d'autres,

22 si le conseil de la défense en a besoin.

23 Mme Residovic (interprétation). - Il s'agit d'une traduction

24 qui a été réalisée par la défense car il y avait pas mal de passages

25 illisibles et donc non traduits dans la traduction fournie par

Page 1376

1 l'accusation.

2 Mme McHenry (interprétation). - Je demanderais que l'on

3 remette un exemplaire de ceci à l'accusation. Manifestement, ce n'est pas

4 l'accusation qui effectue les traductions, mais le greffe. Pour l'avenir,

5 je dirai que nous avons donné à la défense les traductions que nous avons

6 reçues jusqu'à présent. S'il y a des erreurs dans ces traductions, il

7 serait très utile que cela nous soit dit. Mais pour le moment, je voudrais

8 au moins disposer d'un exemplaire de la traduction réalisée par la

9 défense.

10 Mme Residovic (interprétation). - Voici la nouvelle version

11 pour les juges.

12 Monsieur F, reconnaissez-vous votre signature sur cette

13 déclaration ?

14 Témoin F (interprétation). - Peut-être est-ce bien ma

15 signature. Je reconnais que j'ai bien signé. C'est bien mon écriture, mais

16 ce qui est écrit dans cette déclaration ne correspond pas à ce que j'ai

17 dit. Cette déclaration ne m'a pas été lue. Je me rappelle ce que j'ai dit.

18 Mme Residovic (interprétation). - Merci bien.

19 La défense va demander que cette pièce soit versée au dossier

20 en tant que pièce à conviction de la défense.

21 Monsieur F, dans votre déposition au procureur...

22 M. Jan (interprétation). - Quel est le numéro de cette pièce

23 à conviction ?

24 M. le Greffier. - 1/1.

25 Mme Residovic (interprétation). - Oui. Nous proposons que

Page 1377

1 cette pièce soit versée au dossier de la défense Delalic n 1 et au cas où

2 il n'y a pas d'objection de la part de l'accusation, nous proposons cette

3 numérotation-là.

4 Monsieur le Président, est-ce que notre proposition est

5 retenue, à savoir que la déclaration fournie à Celebici soit versée au

6 dossier en tant que pièce à conviction ?

7 M. Jan (interprétation). - Ce document porte la signature.

8 Quant à sa valeur et à sa valeur probante notamment, elle peut être

9 vérifiée plus tard.

10 M. le Président (interprétation). - La pièce est versée au

11 dossier.

12 Mme Residovic (interprétation). - Merci. Monsieur F, pouvez-

13 vous confirmer devant ce Tribunal que Bradina est un village qui se trouve

14 sur la grande route M17. Est-ce bien cela ?

15 Témoin F (interprétation). - Comment cela, M17 ?

16 Mme Residovic (interprétation). - La grande route qui

17 s'appelle M17. Peut-être ne savez-vous pas qu'elle s'appelle comme cela ?

18 C'est la route principale qui va de Konjic à Sarajevo.

19 Témoin F (interprétation). - Oui.

20 Mme Residovic (interprétation). - Pouvez-vous confirmer

21 également que c'est la seule voie de communication asphaltée et la voie de

22 communication la plus courte qui mène de Sarajevo à Konjic ?

23 Témoin F (interprétation). - Oui.

24 Mme Residovic (interprétation). - Pouvez-vous confirmer que la

25 voie de chemin de fer qui relie Sarajevo à Ploce passe par Bradina ?

Page 1378

1 Témoin F (interprétation). - Oui.

2 Mme Residovic (interprétation). - Pouvez-vous confirmer que le

3 fait de bloquer cette route empêche la communication normale entre Konjic

4 et les villages qui se trouvent de l'autre côté de la montagne et aussi

5 entre Konjic et Sarajevo ?

6 Témoin F (interprétation). - Si les routes sont bloquées,

7 évidemment on ne t pas aller dans les autres villages.

8 Mme Residovic (interprétation). - Pouvez-vous confirmer devant

9 ce Tribunal que depuis Dordcina*, c'est-à-dire le premier village qui est

10 du même côté de la montagne, jusqu'à Konjic, on peut normalement arriver

11 en une demi-heure en voiture ?

12 Témoin F (interprétation). - Oui.

13 Mme Residovic (interprétation). - Pouvez-vous confirmer

14 également que si cette route est bloquée, la seule façon d'aller de

15 Darcina à Konjic consiste à utiliser la route couverte de macadam et que

16 le voyage dure plus de 15 heures.

17 Témoin F (interprétation). - Je ne l'ai jamais pratiquée moi-

18 même, j'ai entendu dire cela, oui.

19 Mme Residovic (interprétation). - Monsieur F, vous savez que

20 la population de Konjic était mixte ?

21 Témoin F (interprétation). - Oui.

22 Mme Residovic (interprétation). - Pouvez-vous devant ce

23 Tribunal témoigner du fait que les villages et les hameaux ont une

24 population tellement mélangée qu'il est impossible de diviser cette

25 population physiquement, sans nuire à la population d'autres villages ou à

Page 1379

1 celles de Konjic ?

2 Témoin F (interprétation). - Je ne vois pas exactement ce que

3 vous voulez dire.

4 Mme Residovic (interprétation). - De quelque façon que ce

5 soit, diviser par maison, par famille, évidemment je parle d'une situation

6 normale. Dans la guerre, tout peut arriver. Mais dans une vie normale est-

7 ce que Konjic peut être divisée sans que cela gêne ensuite chacun si on

8 bloque les routes, si on ne permet pas aux autres de passer ?

9 Témoin F (interprétation). - Oui.

10 Mme Residovic (interprétation). - Est-ce que la structure de

11 Konjic est bien comme je l'ai décrite ?

12 Témoin F (interprétation). - Oui.

13 Mme Residovic (interprétation). - Je vous en prie, monsieur F,

14 savez-vous que les autorités de Konjic ont, à plusieurs reprises, essayé

15 de trouver une solution pacifique au problème et d'obtenir la restitution

16 des armes ?

17 Témoin F (interprétation). - Moi je ne suis pas au courant de

18 cela. Car, si je puis me permettre de le dire, au début du mois d'avril,

19 le tunnel a été bloqué dans le sens de l'entrée à Bradina, à partir de

20 Sarajevo. Deux villages situés à cet endroit ont été bloqués avec des sacs

21 de sable et, du côté de l'entrée dans Konjic, le tunnel a été bloqué

22 également car un véhicule a été installé sur place avec des explosifs et

23 le tunnel a été détruit. Il a explosé. C'est ce que les voisins pourront

24 vous dire.

25 D'autres témoins pourraient vous expliquer comment cela s'est

Page 1380

1 passé. Sevko Niksic et Rake Musinovic qui allaient au café de Pero sont

2 les derniers, à ma connaissance, à avoir traversé ce tunnel. Ensuite le

3 tunnel a été détruit et Bradina a été bloquée.

4 Mme Residovic (interprétation). - Monsieur F, vous savez que

5 la Bosnie-Herzégovine a obtenu son indépendance le 6 avril, n'est-ce pas ?

6 Témoin F (interprétation). - Cela, je ne le sais pas.

7 Mme Residovic (interprétation). - Vous ne le savez pas. Etes-

8 vous au courant du fait qu'au cours du mois d'avril, la mobilisation a été

9 décrétée.

10 Témoin F (interprétation). - Cela, je ne le sais pas non plus.

11 Mme Residovic (interprétation). - Est-ce que vous-même ou

12 votre famille, l'un quelconque d'entre vous, est allé à la Défense

13 territoriale de Konjic pour se faire connaître ?

14 Témoin F (interprétation). - Je sais qu'il y avait la police.

15 Il y avait aussi des réservistes de la police et quatre hommes de Bradina

16 en faisaient partie. Quand il y a eu la séparation, ils sont restés tous

17 seuls à Bradina et ceux de Repovci, de Suna* et d'un autre village ne sont

18 plus venus, ils sont restés tout seuls.

19 Mme McHenry (interprétation). - Je suis désolée. Je ne

20 voudrais pas interrompre, mais pourrais-je obtenir un éclaircissement au

21 sujet de la réponse qu'il a apporté à la question de savoir s'il savait

22 que la Bosnie-Herzégovine était devenue indépendante le 6 avril. La

23 réponse suivante a été : "Je ne sais pas cela non plus". J'aimerais que

24 l'on me répète cette réponse car j'ai peur qu'il y ait contradiction.

25 Pourriez-vous nous permettre d'éclaircir ce point pour que le

Page 1381

1 procès-verbal soit exact ? Je vous remercie.

2 Mme Residovic (interprétation). - Nous pouvons répéter ces

3 questions. Etes-vous au courant du fait que la Bosnie Herzégovine a obtenu

4 son indépendance de la part de la Communauté internationale.

5 Témoin F (interprétation). - Non.

6 Mme Residovic (interprétation). - Etes-vous au courant du fait

7 que la mobilisation a été décrétée au mois d'avril ?

8 Témoin F (interprétation). - Non.

9 Mme Residovic (interprétation). - Ma question suivante a été :

10 "Est-ce que l'un quelconque des habitants de Bradina a répondu à l'appel à

11 la mobilisation et est entré dans les Forces de la défense territoriale ?"

12 Témoin F (interprétation). - Je ne suis pas au courant de

13 cela.

14 Mme Residovic (interprétation). - Est-ce que vous-même ou un

15 membre de votre famille avez répondu à cette mobilisation ?

16 Témoin F (interprétation). - Non, je ne sais pas. Je ne suis

17 pas au courant. Pourquoi la mobilisation ? Quelle mobilisation ? Qui a

18 demandé la mobilisation ? Cela n'est pas clair à mes yeux. Je ne suis pas

19 au courant.

20 Mme Residovic (interprétation). - Mais vous aviez tout de même

21 des armes, n'est-ce pas ?

22 Témoin F (interprétation). - Oui.

23 Mme Residovic (interprétation). - Donc vous saviez quelque

24 chose ?

25 Est-ce que vous connaissiez Djivak Stahinjia de Bradina ?

Page 1382

1 Témoin F (interprétation). - Non.

2 Mme Residovic (interprétation). - Connaissiez-vous un autre

3 homme ?

4 Témoin F (interprétation). - Oui.

5 Mme Residovic (interprétation). - Etait-il un des principaux

6 organisateurs de la défense de Bradina ?

7 Témoin F (interprétation). - Il n'y a pas eu de défense de

8 Bradina. Il n'y avait pas non plus d'organisation principale de la

9 défense. Il n'y a pas eu de défense. Il me semble que j'ai déjà dit cela à

10 deux reprises. Le 25 mai, nous avons été attaqués. Le 26 mai, les gens

11 étaient déjà dans les camps.

12 Les maisons ont été incendiées. Tout a été détruit. Les êtres

13 humains, les propriétés, le bétail, tout ce qui existait a été détruit.

14 Cela a commencé à Donja Bradina, le 26. Et le 27, c'est arrivé jusqu'à

15 Gornja Bradina.

16 Mme Residovic (interprétation). - Monsieur F, vous venez de

17 dire qu'il n'y a pas eu de résistance. Pourquoi aurait-il fallu trois

18 jours à trois mille hommes pour prendre un petit village, comme vous

19 l'avez dit vous-même ?

20 Témoin F (interprétation). - J'ai entendu parler de la

21 présence de 3 000 à 3 500 hommes. On pouvait remarquer qu'il y en avait

22 beaucoup parce que, dès le 25, pas mal d'obus sont tombés sur Bradina.

23 Mais à Bradina, d'après le recensement de 1991, il n'y avait

24 que 46 000 habitants, dont 6 000 Serbes à peu près. Les autres étaient

25 Musulmans et Croates. Alors à Bradina, sur les 200 personnes qui

Page 1383

1 habitaient à Bradina, qui aurait pu faire quoi que ce soit par rapport à

2 plus de 40 000 personnes ? C'est impossible. Je ne vois pas comment une

3 défense de Bradina aurait pu exister.

4 Mme Residovic (interprétation). - Monsieur F, j'ai oublié de

5 vous demander tout à l'heure, quand j'ai parlé de cet homme qui s'appelle

6 Bosnak... Sur la base de la déposition que vous avez déjà fournie, pouvez-

7 vous vous rappeler avoir dit que vous avez assisté au passage à tabac de

8 Rajko par Bosnak ?

9 Témoin F (interprétation). - C'est ce que nous avons entendu.

10 On a entendu dire : "qui a tabassé Rajko ?", et la réponse a été "Bosnak".

11 Mme Residovic (interprétation). - Donc si vous avez dit une

12 autre réponse devant ce Tribunal, cela veut dire que vous avez fait une

13 erreur. Il est exact, d'après vous, d'après ce que vous savez, que c'est

14 Bosnak qui a passé à tabac Radoslav Kuljanin ?

15 Témoin F (interprétation). - Oui.

16 Mme Residovic (interprétation). - Bien merci. Connaissez-vous

17 Ranko Kuljanin ?

18 Témoin F (interprétation). - Non. Ranko Kuljanin, non.

19 Mme Residovic (interprétation). - Il travaillait à l'usine

20 Igman, l'usine militaire de Konjic, pour vous rappeler.

21 Témoin F (interprétation). - Non, non, je ne le connaissais

22 pas.

23 Mme Residovic (interprétation). - Vous ne le connaissiez pas,

24 mais avez-vous entendu parler de lui ?

25 Témoin F (interprétation). - Je ne me rappelle pas bien, je ne

Page 1384

1 sais pas.

2 Mme Residovic (interprétation). - Pouvez-vous me dire

3 simplement si vous savez que Ranko Kuljanin est parti de Bradina pour

4 Belgrade pendant ces jours-là en hélicoptère ?

5 Témoin F (interprétation). - Je l'ai entendu dire, mais je ne

6 sais pas. Je ne peux pas vous dire. Je ne l'ai pas vu, j'ai entendu

7 quelque chose à ce sujet. Je ne sais pas où j'étais quand je l'ai entendu.

8 Mme Residovic (interprétation). - Bien, merci.

9 Une question encore, peut-être deux. A partir du mois d'avril

10 et dans le courant du mois de mai, vous êtes-vous rendu à Konjic ?

11 Témoin F (interprétation). - En avril, oui. Cela devait être

12 au début du mois d'avril. Il me semble que je suis allé à mon travail pour

13 obtenir officiellement mes vacances, et je suis revenu.

14 Mme Residovic (interprétation). - Vous étiez secrétaire du SDS

15 pour la ville de Bradina, n'est-ce pas ?

16 Témoin F (interprétation). - Non, j'étais simplement membre du

17 SDS. Je n'étais pas secrétaire.

18 Mme Residovic (interprétation). - Etes-vous au courant que la

19 décision de constituer l'opcina serbe de Konjic a été rendue en avril ?

20 Témoin F (interprétation). - 1992 ?

21 Mme Residovic (interprétation). - 1992.

22 Témoin F (interprétation). - Non.

23 Mme Residovic (interprétation). - Donc en mai vous n'êtes pas

24 allé à Konjic ?

25 Témoin F (interprétation). - Non.

Page 1385

1 Mme Residovic (interprétation). - Avez-vous eu connaissance

2 d'un pilonnage intensif de Konjic à cette époque ?

3 Témoin F (interprétation). - Non.

4 Mme Residovic (interprétation). - Merci, monsieur F.

5 Monsieur le Président, j'en ai fini avec ce contre-

6 interrogatoire.

7 M. Jan (interprétation). - Maître Residovic, je voudrais

8 simplement comprendre à quelle force appartenaient les hommes qui

9 portaient un uniforme noir ? Je suis sûr que vous avez une idée à ce

10 sujet.

11 Mme Residovic (interprétation). - Ce ne sont pas des avocats.

12 Sûrement pas des gens qui sont dans cette salle. Je pense que d'autres

13 témoins vont sans doute nous l'expliquer. Je pense que la Chambre de

14 première instance en sera informée en temps utile.

15 M. le Président (interprétation). - Un interrogatoire

16 supplémentaire ?

17 Mme McHenry (interprétation). - Une simple précision.

18 Lorsque vous avez témoigné à propos de Radoslav Kuljanin qui a

19 été battu, il vous a dit qu'une personne dénommée Bosnak l'avait battu.

20 Est-ce le seul incident dont vous seriez au courant concernant des

21 tabassages subis par M. Kuljanin ?

22 Témoin F (interprétation). - Il y a eu de nombreux passages à

23 tabac. Comme il se remettait de ces incidents, il était assis à gauche de

24 la porte pendant sept ou huit jours. Il s'est remis et, par la suite, il a

25 été battu par Hazim Delic. A une autre occasion, on l'a fait sortir. Je

Page 1386

1 crois que d'autres témoins seront en mesure de vous en dire

2 davantage à propos de Radoslav Kuljanin.

3 Mais vous savez, beaucoup de temps s'est écoulé et j'ai oublié

4 beaucoup de choses. Certaines choses me reviennent à l'esprit, mais pas

5 toutes. Il y a des choses qu'on oublie étant donné tout le temps écoulé.

6 Mme McHenry (interprétation). - Je n'ai pas d'autres

7 questions, Monsieur le Président.

8 M. le Président (interprétation). - Le témoin ne va pas plus

9 faire l'objet de questions. Je crois qu'on peut le libérer.

10 Merci beaucoup, monsieur F, vous avez été très utile. Merci

11 beaucoup.

12 (Le témoin est escorté hors de la salle d'audience.)

13 M. le Président (interprétation). - Avez-vous d'autres

14 témoins prévus pour aujourd'hui ?

15 M. Ostberg (interprétation). - Oui. Nous nous préparons à

16 faire citer le témoin suivant.

17 M. le Président (interprétation). - Ce témoin-ci n'est pas

18 protégé ?

19 M. Ostberg (interprétation). - Non.

20 M. le Président (interprétation). - Je pense que nous allons

21 avoir une suspension et nous reprendrons à 16 heures.

22 Vous pourrez alors faire intervenir votre prochain témoin.

23 L'audience, suspendue à 15 heures 25, est reprise à 16 heures.

24 M. le Président (interprétation). - Peut-on faire entrer le

25 témoin ?

Page 1387

1 M. Ostberg (interprétation). - Merci, Monsieur le Président.

2 J'appelle Stevan Gligorevic à comparaître.

3 (Le témoin, M. Gligorevic, est introduit dans la salle

4 d'audience.)

5 M. le Président (interprétation). - Veuillez faire prêter

6 serment par le témoin.

7 M. Gligorevic (interprétation). - Je déclare solennellement

8 que je dirai la vérité, toute la vérité, rien que la vérité.

9 M. le Président (interprétation). - Veuillez vous asseoir.

10 M. Ostberg (interprétation). - Puis je commencer ?

11 M. le Président (interprétation). - Je vous en prie.

12 M. Ostberg (interprétation). - Veuillez décliner votre

13 identité complète, s'il vous plaît.

14 M. Gligorevic (interprétation). - Je m'appelle Stevan

15 Gligorevic.

16 M. Ostberg (interprétation). - Date de naissance ?

17 M. Gligorevic (interprétation). - Le 5 février 1950.

18 M. Ostberg (interprétation). - Quel est votre métier ?

19 M. Gligorevic (interprétation). - Je suis enseignant à

20 l'école primaire. Je donnais des cours aux élèves de première jusqu'en

21 quatrième.

22 M. Ostberg (interprétation). - Où viviez-vous à la fin du mois

23 de mai 1992 ?

24 M. Gligorevic (interprétation). - A la fin de mai 1992,

25 j'habitais à Hadzici. C'est une des municipalités de Sarajevo, mais je me

Page 1388

1 suis trouvé dans mon village natal parce que j'y avais des biens. J'y

2 étais à ce moment-là.

3 M. Ostberg (interprétation). - Quel est votre lieu de

4 naissance ?

5 M. Gligorevic (interprétation). - Je suis né à Bradina.

6 M. Ostberg (interprétation). - A la fin du mois de mai 1992,

7 vous trouviez-vous à Bradina ?

8 M. Gligorevic (interprétation). - Oui.

9 M. Ostberg (interprétation). - Quelle est votre origine

10 ethnique ?

11 M. Gligorevic (interprétation). - Serbe.

12 M. Ostberg (interprétation). - Combien y avait-il de Serbes

13 qui habitaient à Bradina à ce moment-là, à la fin du mois de mai 1992 ?

14 M. Gligorevic (interprétation). - Je ne sais pas exactement,

15 mais d'après le recensement de 1991, il y avait environ 602 personnes qui

16 habitaient dans le village.

17 M. Ostberg (interprétation). - Tous des Serbes ? Ma question

18 sera plutôt celle-ci : y avait-il d'autres personnes qui étaient serbes,

19 qui habitaient à Bradina ?

20 M. Gligorevic (interprétation). - A Bradina même, très peu,

21 peut-être trois ou quatre familles croates et deux familles musulmanes.

22 M. Ostberg (interprétation). - Merci. Voudriez-vous dire au

23 Tribunal ce qui s'est passé à la fin du mois de mai à Bradina alors que

24 vous y étiez ?

25 M. Gligorevic (interprétation). - Voila à peu près ce qui

Page 1389

1 s'est passé. Bradina était attaquée de tous les côtés. Vers le soir du

2 25 mai, au départ, il y a eu un pilonnage intensif et, le jour suivant,

3 des unités sont entrées à Bradina. Elles ont mis le feu à la partie du

4 village par laquelle elles étaient entrées, qui s'appelle Suljina Strana.

5 A cette occasion, comme je lai constaté plus tard, puisque je n'étais pas

6 là, à peu près 20 personnes ont été tuées. C'était des personnes qui

7 n'étaient pas armées.

8 Mon hameau était Gornja Bradina. Les unités sont entrées à

9 Gornja Bradina le jour suivant, le 27 mai. J'étais à la maison. C'est à la

10 maison que j'ai été arrêté. Ils nous ont rassemblés au milieu du village,

11 dans une partie qui s'appelle Barakusa. Des soldats en tenue de camouflage

12 sont venus là. D'autres étaient en uniforme noir.

13 M. Ostberg (interprétation). - Monsieur Gligorevic, qui

14 étaient ces unités ? De quel genre d'unités s'agissait-il ? Vous ne leur

15 avez pas donné de nom.

16 M. Gligorevic (interprétation). - Cétait des unités

17 musulmanes, je suppose, car certains ont reconnu leurs camarades d'école

18 de Konjic.

19 M. Ostberg (interprétation). - Y avait-il autre chose que des

20 unités musulmanes ?

21 M. Gligorevic (interprétation). - Je ne sais pas exactement.

22 Sans doute que oui. Comme je lai dit, certains étaient en tenue de

23 camouflage et dautres en uniforme noir. Certains avaient l'insigne sous

24 forme d'échiquier et l'autre de demi-croissant, ou l'étoile.

25 M. Ostberg (interprétation). - Avez-vous organisé la défense

Page 1390

1 contre ces attaquants ?

2 M. Gligorevic (interprétation). - Il est difficile de parler

3 de défense puisqu'il y avait plutôt des vigiles, comme partout à cette

4 époque-là en Bosnie. Ce n'était pas une défense organisée. D'ailleurs,

5 Bradina était complètement encerclée de tous les côtés par des villages

6 musulmans. Donc, il n'y avait aucune chance de pouvoir survivre.

7 M. Ostberg (interprétation). - Avez-vous, vous-même, fait

8 quelque chose pour vous défendre ou pour défendre d'autres ?

9 M. Gligorevic (interprétation). - Non.

10 M. Ostberg (interprétation). - Aviez-vous par exemple une

11 arme ?

12 M. Gligorevic (interprétation). - Non.

13 M. Ostberg (interprétation). - Avez-vous jamais été soldat ?

14 M. Gligorevic (interprétation). - J'aurais dû faire mon

15 service militaire en 1968, mais je n'ai pas pu le faire parce que j'avais

16 une mauvaise vue. C'était dans le cadre de l'armée yougoslave, l'ex armée

17 yougoslave. Je n'ai jamais dû faire le service militaire.

18 M. Ostberg (interprétation). - Merci. Pouvez-vous poursuivre

19 le récit des événements ?

20 M. Gligorevic (interprétation). - Ils nous ont faits aligner.

21 On nous a mis en colonne et nous nous sommes mis en branle vers le centre

22 de Bradina. Le premier point de rassemblement se trouvait à mi-chemin

23 entre mon village et le centre de Bradina, en face du café qui se trouvait

24 le long de la route, le café de Mica's. Nous sommes restés là un certain

25 temps pendant que les soldats emportaient des choses, pillaient le café.

Page 1391

1 Ensuite, avec une Golf volée, qui appartenait à mon cousin, un

2 soldat est arrivé et a commencé à frapper tout le monde. Il avait un long

3 bâton. C'était un tuyau ou quelque chose du genre. Il a commencé à frapper

4 les personnes qui étaient par terre. Je ne sais pas quel était son nom. Je

5 sais seulement qu'à la fin, l'un de ses supérieurs, j'imagine, je ne sais

6 pas qui c'était, l'a mis en garde et lui a dit : "Cela suffit, Barba". Je

7 crois que son surnom était Barba, je ne connais pas son nom. Plus tard,

8 j'ai entendu dire que c'était un jeune homme, un Musulman du village de

9 Celebici.

10 Après cela, nous avons continué en colonne vers Bradina et, au

11 tunnel, et à la voie de chemin de fer où se croise la route, nous avons vu

12 un groupe déjà aligné contre le mur. C'était un mur de rétention à cet

13 endroit, parce qu'il y a une colline. On nous a fait aligner là aussi.

14 Nous avons dû donner tous nos objets personnels et ensuite retirer nos

15 souliers. Nous avons été fouillés et nous avons dû remettre tous nos

16 objets de valeur, bagues, bracelets, colliers, etc. Il y avait aussi un

17 camion bâché qui était déjà garé là. Trois soldats ont commencé à appeler

18 les personnes.

19 M. Ostberg (interprétation). - Avant de commencer à nous

20 donner ces détails, vous avez dit que vous aviez dû donner vos coordonnées

21 personnelles. Quelqu'un vous a-t-il interrogé ? Avez-vous reçu des

22 explications sur la raison pour laquelle on vous arrêtait ? Que voulez-

23 vous dire par : donner vos données personnelles ?

24 M. Gligorevic (interprétation). - Non, non, juste le nom de

25 famille et le prénom.

Page 1392

1 M. Ostberg (interprétation). - Donc, on a fait une liste des

2 personnes qui étaient arrêtées, interpellées ?

3 M. Gligorevic (interprétation). - Oui.

4 M. Ostberg (interprétation). - Combien étiez-vous environ ?

5 M. Gligorevic (interprétation). - Je ne connais pas le

6 chiffre exact, mais j'imagine 85 ou 86..

7 M. Ostberg (interprétation). - Merci. Je vous en prie,

8 poursuivez.

9 M. Gligorevic (interprétation). - Ensuite, la procédure a

10 consisté en ce qui suit : un par un, nous approchions de l'arrière du

11 camion. C'était au début du mois de mai, Bradina se trouve à 760 mètres

12 au-dessus du niveau de la mer, donc il faisait plutôt frais. On a dû tout

13 retirer, les chapeaux et certaines personnes âgées ne l'ont pas fait.

14 Elles ont été frappées. Tout le monde a dû monter dans le camion. J'étais

15 l'avant-dernier. Devant moi se trouvait Slavko Gligorevic. Quand j'étais

16 devant eux, jai d'abord dû retirer mes lunettes. On m'a forcé à les

17 laisser tomber sur la route et à les piétiner, de sorte que mes lunettes

18 se sont cassées et qu'il ne me restait qu'une monture tordue.

19 Après cela, j'ai dû rester debout et les trois autres ont

20 commencé à me frapper à coups de crosse de fusil, à coups de poing. Cela a

21 duré plusieurs minutes. Ensuite, on m'a dit de monter dans le camion.

22 Cette première fois, je suis effectivement monté dans le camion, javais

23 encore de la force, je pesais 104 kilos.

24 Ensuite, après cela, mon cousin Slavko est monté et on m'a

25 donné l'ordre de redescendre. Je suis redescendu du camion et la même

Page 1393

1 scène s'est répétée. J'ai reçu des coups, de nombreux coups et, lorsque

2 j'ai voulu remonter dans le camion, cette fois-ci je n'ai pas pu le faire.

3 J'ai encore essayé une fois et quelqu'un m'a alors offert son

4 aide depuis le camion et, d'une façon ou d'une autre, je suis arrivé à

5 monter dedans. Ils ont ensuite baissé la bâche, noué la bâche, bien

6 attaché la bâche. Le camion est resté là pendant un certain temps. Peut-

7 être que le moteur n'était pas en bon état de fonctionnement, car ils

8 faisaient démarrer le camion, puis l'arrêtaient. En définitive, on s'est

9 mis en route vers Konjic.

10 Comme la bâche était bien attachée et qu'il y avait du soleil,

11 que nous étions nombreux dans le camion, j'avais beaucoup de mal à

12 respirer. Je manquais d'air car j'étais un des derniers. Peut-être étais-

13 je dans une meilleure position d'ailleurs, car d'autres suffoquaient. L'un

14 d'entre eux, qui avait des problèmes de santé, qui avait eu des problèmes

15 de santé avant, a commencé à révulser les yeux tellement nous étions

16 serrés les uns contre les autres. Il proférait des sons inarticulés. Nous

17 étions tous complètement trempés de sueur. Après avoir roulé un certain

18 temps, nous sommes arrivés à Celebici.

19 Quand nous sommes entrés dans le camp par le portail, nous

20 sommes descendus. On nous a fait mettre en rang encore une fois contre un

21 mur qui se trouvait près du portail. C'est là que le pire a commencé.

22 Nous avons dû rester debout, alignés contre le mur, avec la

23 poitrine et le ventre côté mur et les mains en l'air. Ce n'était pas un

24 problème, mais après cest devenu plus difficile, notamment pour moi, à

25 cause des coups que j'avais déjà reçus. Cela fait extrêmement mal de

Page 1394

1 devoir rester pendant 7 heures avec les mains en l'air. C'est impossible

2 parce que les mains tombent d'elles-mêmes. Boro Koprivica était près de

3 moi. Il avait perdu le sens de l'équilibre. Il n'arrêtait pas de tomber.

4 Slobodan Gligorevic et moi-même, qui étions des deux côtés de Boro

5 Koprivica, avons dû l'aider. Cela nous a aidés car cela nous a permis de

6 baisser les bras pour le faire.

7 Il y avait trois jeunes hommes en uniforme que je ne

8 connaissais pas. Je connaissais très peu de gens à Konjic. Ces trois

9 soldats ont commencé à nous insulter et à nous frapper avec une crosse de

10 fusil. L'autre avait le manche dune pioche. Le deuxième avait un objet

11 tranchant, le troisième avait un manche de pioche. Ils nous ont frappés

12 avec ces objets. L'un d'entre eux avait un caillou qu'il avait ramassé

13 dans la rivière Neretva, un gros caillou. Il nous frappait dans le dos

14 avec ce gros caillou rond, de sorte que certains d'entre nous tombaient

15 puis se relevaient encore une fois.

16 Certains d'entre nous, à ce moment-là, ont dû sortir de la

17 file, s'allonger par terre et les coups pleuvaient sur eux. Nous ne

18 pouvions pas nous tourner, ne fusse-ce que pour un instant, pour regarder.

19 Tout cela était accompagné d'insultes, de moqueries. Ce qui était

20 terrible, c'étaient non seulement ces tortures physiques, mais aussi ces

21 injures. Certains des jeunes qui étaient là criaient des choses du style :

22 Dieu soit loué, nerhaba, salam aleikoum et nous devions répéter ce

23 genre de choses en coeur.

24 Ensuite, on nous demandait quelle était la meilleure religion

25 au monde. Il fallait que nous répondions : La religion musulmane .

Page 1395

1 Ensuite, on nous faisait chanter des sonates, des versets du Coran, des

2 sourates du Coran.

3 A tous ces sévices physiques et ces injures verbales, s'est

4 ajoutée la soif. J'étais complètement déshydraté après ces heures passées

5 dans le camion depuis Bradina. Je ne sais pas combien d'heures s'étaient

6 écoulées, mais il y avait une pompe à eau tout près. On s'est mis en rang

7 le long d'un caniveau qui était plein deaux usées, deau de pluie plutôt.

8 Comme c'était le printemps, ce caniveau était rempli d'eau. J'ai vu Petko

9 Gligorevic ; j'ai vu deux filets de sang qui coulaient de son nez. J'ai

10 aussi vu sur le sol Gojko Miljanic qui était allongé, inconscient. Je ne

11 sais pas lheure qu'il était, mais j'imagine que c'était vers 9 heures.

12 Nous sommes allés au hangar n 6. Les lumières étaient

13 allumées. C'était à la fin du mois de mai et...

14 M. Ostberg (interprétation). - Quelques questions

15 supplémentaires à propos de ce qui s'est passé. Vous avez dit 7 heures, si

16 je vous ai bien compris, 7 heures pendant lesquelles vous êtes restés

17 debout. Est-ce exact ? Vous êtes restés debout pendant 7 heures ?

18 M. Gligorevic (interprétation). - Oui, vous m'avez bien

19 compris, car nous sommes arrivés là vers 2 heures de l'après-midi et nous

20 sommes entrés dans le hangar n 6 vers 9 heures du soir.

21 M. Ostberg (interprétation). - Avez-vous été contraints de

22 rester debout avec les mains en l'air pendant toutes ces heures ?

23 M. Gligorevic (interprétation). - Oui, tout à fait. Vlatko

24 Kuljanin, par exemple, ne pouvait pas étendre les doigts ; il ne pouvait

25 pas le faire en mettant les mains contre le mur. Il a été frappé à coups

Page 1396

1 de crosse de fusil. Stantko Kuljanin, lui, était sourd et muet de

2 naissance. On lui ordonnait de garder les mains en lair ; or, il

3 n'entendait pas les ordres. On l'a battu plus que les autres.

4 Miroslav Vujcic aussi a dû sortir de la file, a dû s'allonger

5 par terre et a été battu encore un peu plus. Il ne supportait plus ces

6 tortures, il ne supportait plus ces humiliations. Il a sauté sur ses pieds

7 et a commencé à fuir. C'est en tout cas ce que nous avions compris, car

8 nous ne pouvions pas tourner la tête pour voir ce qui se passait. Nous

9 avons entendu des coups de feu. Plus tard, alors que nous allions au

10 hangar n 6, je l'ai vu étendu par terre, mort.

11 M. Ostberg (interprétation). - Vous avez nommé trois

12 personnes. Cette dernière personne a été abattue. Quen est-il des deux

13 autres que vous avez mentionnées. Quelles ont été les conséquences du

14 traitement qui leur a été infligé ?

15 M. Gligorevic (interprétation). - La mort. Ils sont morts.

16 Petko est mort, Vujcic est mort et Gojko est tombé dans le coma. Il a été

17 transporté dans une brouette utilisée normalement pour la construction,

18 pour transporter du ciment sur un chantier. Nous l'avons transporté avec

19 cette brouette et nous l'avons allongé sur une caisse qui contient

20 normalement des fusils. Il n'a jamais repris conscience et, le jour

21 suivant, 24 heures plus tard, il a prononcé quelques sons inarticulés, il

22 a un peu bougé et il est mort. Il est resté avec nous 24 heures et ensuite

23 il a été emporté le jour suivant.

24 M. Ostberg (interprétation). - Encore quelques questions

25 concernant ces événements. Vous dites que différentes personnes se sont

Page 1397

1 relayées pour vous frapper. Est-ce exact ?

2 M. Gligorevic (interprétation). - Je ne sais pas, parce que

3 nous n'avions pas l'autorisation de tourner la tête. Je ne vois pas

4 comment trois personnes seulement auraient pu continuer à frapper comme

5 cela pendant autant de temps. J'ai réussi à en voir un du coin de l'oeil.

6 C'était une personne bien bâtie, large carrure, avec les cheveux coupés

7 court. Ceux qui l'ont reconnu mont dit plus tard que c'était un officier

8 de police qui venait du village de Japalak, près de Dardcina, ex-officier

9 de police. Il était officier de police du temps de l'ex Yougoslavie.

10 M. Ostberg (interprétation). - Savez-vous si quelqu'un

11 dirigeait ces personnes qui étaient en train de vous frapper et qui

12 frappaient les gens venus de Bradina ?

13 M. Gligorevic (interprétation). - Je ne sais pas. Pour ceux

14 qui nous ont arrêtés à Bradina, sans doute y avait-il un commandant. Pour

15 ceux de Celebici, est-ce que l'un d'entre eux était le chef ? Je n'en

16 sais rien. Tout ce que j'ai entendu, c'est une voix qui leur disait de ne

17 pas nous frapper à la tête, car le premier groupe de Bradina avait été

18 emmené le jour d'avant et ces gens-là avaient été frappés très gravement à

19 la tête. Lorsqu'ils ont été transférés au hangar n 6 le jour suivant, on

20 a pu voir qu'ils étaient blessés à la tête. Nous étions frappés sur le

21 corps, mais pas à la tête.

22 M. Ostberg (interprétation). - Merci. Vous dites qu'ensuite

23 vous avez été emmené au hangar n 6. Est-ce exact ?

24 M. Gligorevic (interprétation). - Oui.

25 M. Ostberg (interprétation). - Vous a-t-on dit où on vous

Page 1398

1 emmenait ? Vous a-t-on informé de ce qui allait vous arriver, où vous

2 alliez être détenu ou ce genre de choses ?

3 M. Gligorevic (interprétation). - Non.

4 M. Ostberg (interprétation). - Etes-vous tous allés au hangar

5 n 6 ?

6 M. Gligorevic (interprétation). - Oui.

7 M. Ostberg (interprétation). - Et vous avez avancé un chiffre

8 entre 80 et 90 personnes. Ce chiffre vaut-il toujours, en décomptant les

9 morts, bien sûr ?

10 M. Gligorevic (interprétation). - C'est-à-dire que Petko est

11 resté là, il était mort. Miroslav Vujcic était aussi mort à ce moment-là.

12 Nous avons porté Gojko Miljanic au hangar n 6.

13 M. Ostberg (interprétation). - Y avait-il d'autres gens déjà

14 au hangar n 6 quand vous y êtes arrivé ?

15 M. Gligorevic (interprétation). - Non, nous sommes les

16 premiers à être arrivés au hangar.

17 M. Ostberg (interprétation). - En face de vous, si vous vous

18 levez, vous pouvez voir une maquette du camp. Si vous voulez bien la

19 regarder.

20 M. Gligorevic (interprétation). - Oui.

21 M. Ostberg (interprétation). - Pourrais-je demander à

22 l'Huissier de donner à M. Gligorevic un pointeur pour qu'il nous indique

23 où il se trouvait dans le camp ?

24 Ma première question est la suivante : reconnaissez-vous ceci

25 comme étant une maquette du camp de Celebici ?

Page 1399

1 M. Gligorevic (interprétation). - Oui.

2 M. Ostberg (interprétation). - Pouvez-vous placer le pointeur

3 sur le mur le long duquel vous avez été aligné après votre arrivée dans le

4 camp ?

5 M. Gligorevic (interprétation). - Nous étions à peu près ici,

6 c'est le mur qui se trouve ici, là. Après, on nous a amenés ici, entre le

7 bâtiment de commandement et le bâtiment n22. Nous avons suivi ce chemin

8 pour arriver au n 6. Moi, j'étais dans le premier groupe et donc j'ai été

9 installé ici, quelque part vers le milieu, le long du mur du haut.

10 M. Ostberg (interprétation). - Merci beaucoup. Vous pouvez

11 vous rasseoir.

12 J'aimerais maintenant, Monsieur le Président, présenter au

13 témoin un croquis dont je demande qu'il soit enregistré pour

14 authentification. J'en ai un exemplaire pour chacun des juges et un

15 exemplaire pour les conseils de la défense.

16 Dès que ce document aura été authentifié, je prévois d'en

17 demander le versement au dossier en tant que pièce à conviction.

18 Monsieur Gligorevic, reconnaissez-vous ce croquis ?

19 M. Gligorevic (interprétation). - Oui.

20 M. Ostberg (interprétation). - Est-ce vous qui l'avez

21 dessiné ?

22 M. Gligorevic (interprétation). - Oui.

23 M. Ostberg (interprétation). - Quand l'avez-vous dessiné ?

24 M. Gligorevic (interprétation). - Je l'ai dessiné devant

25 l'enquêteur à qui j'ai fourni une déclaration l'année dernière.

Page 1400

1 M. Ostberg (interprétation). - Le jour où vous avez été

2 interrogé par un représentant de ce Tribunal ?

3 M. Gligorevic (interprétation). - Oui.

4 M. Ostberg (interprétation). - Merci. Je vous demanderai

5 maintenant de nous montrer d'abord sur ce croquis la porte qui vous a

6 permis dentrer dans l'enceinte du camp.

7 M. Gligorevic (interprétation). - Comment vous le montrer ?

8 M. Ostberg (interprétation). - Placez le croquis sur le

9 rétroprojecteur.

10 Pourrait-on réduire un peu l'image de façon que nous voyions

11 la totalité du dessin ? Encore un petit peu. C'est bien. Peut-on relever

12 un peu le dessin ? C'est bon, merci.

13 Pourriez-vous d'abord nous montrer la porte qui vous a servi à

14 entrer ?

15 M. Gligorevic (interprétation). - Oui, elle se trouve ici.

16 M. Ostberg (interprétation). - Merci.

17 Où vous a-t-on alors placé ?

18 M. Gligorevic (interprétation). - Je me trouvais là, en haut,

19 du côté opposé, ici, à peu près au milieu de ce mur plus petit.

20 M. Ostberg (interprétation). - Là où il y a une croix sur le

21 dessin, c'était votre place ?

22 M. Gligorevic (interprétation). - Oui.

23 M. Ostberg (interprétation). - Est-ce que vous avez gardé la

24 même place pendant tout votre séjour dans le camp de Celebici ?

25 M. Gligorevic (interprétation). - Oui, pendant mon séjour à

Page 1401

1 Celebici j'ai toujours gardé cette place.

2 M. Ostberg (interprétation). - Combien de temps êtes-vous

3 resté dans le camp ? Quand avez-vous quitté le camp de Celebici ?

4 M. Gligorevic (interprétation). - Je suis sorti de Celebici le

5 4 octobre 1992. J'ai été transféré là-bas, en haut, à Musala.

6 M. Ostberg (interprétation). - Merci.

7 Donc, du 27 mai 1992 au début du mois d'octobre 1992, en

8 principe vous êtes toujours resté à cette même place ?

9 M. Gligorevic (interprétation). - Oui.

10 M. Ostberg (interprétation). - Etiez-vous autorisé à vous

11 déplacer ou à prendre une autre place dans ce bâtiment à quelque moment

12 que ce soit ?

13 M. Gligorevic (interprétation). - Non, c'était fermement

14 interdit.

15 M. Ostberg (interprétation). - Vous autorisait-on à sortir de

16 temps en temps pour satisfaire vos besoins naturels ou pour des raisons du

17 même genre ?

18 M. Gligorevic (interprétation). - Au début, oui, les

19 10 premiers jours à peu près. Cela arrivait de temps en temps. Mais je

20 dois vous dire tout de suite que ce n'était pas vraiment un besoin que

21 nous avions. Je ne sais pas si c'était à cause d'un choc psychologique ou

22 à cause de la nourriture qui était insuffisante, mais beaucoup dhommes

23 n'avaient plus besoin d'aller à la selle ; moi, par exemple, c'est

24 seulement 13 jours après mon arrivée que je suis allé à la selle pour la

25 première fois. J'ai été parmi les premiers à le faire. Des hommes ont tenu

Page 1402

1 jusqu'à 40 jours. Moi, je ne peux pas comprendre que l'on puisse supporter

2 cela aussi longtemps. Mais moi, c'est seulement après 13 ou 14 jours que

3 je suis allé à la selle pour la première fois.

4 M. Ostberg (interprétation). - Mais après 13 jours, comme vous

5 venez de le dire, lorsque l'on vous a donné l'autorisation de sortir, vous

6 ont-ils fait sortir en groupe ou un par un ? Vous êtes sortis en groupe ?

7 M. Gligorevic (interprétation). - Non, individuellement.

8 M. Ostberg (interprétation). - Un par un ?

9 Est-ce que quelqu'un vous a escorté pour sortir et rentrer ?

10 Mme McMurrey (interprétation). - Je fais objection à la forme

11 de la question.

12 M. Ostberg (interprétation). - Le témoin vient de dire qu'il

13 est toujours resté à la même place et j'essayais de voir quelles étaient

14 les exceptions à ce séjour permanent à la même place.

15 M. le Président (interprétation). Vous pourriez améliorer la

16 forme.

17 M. Ostberg (interprétation). - Oui, M. le Président, je vais

18 le faire. Quand on vous a autorisé à sortir, quelqu'un vous raccompagnait-

19 il ?

20 M. Gligorevic (interprétation). - Il n'y avait pas vraiment

21 d'escorte parce que le gardien se trouvait tout près. Il était juste

22 derrière le hangar. Sur ce petit monticule, une fosse septique avait été

23 creusée, recouverte de deux planches. C'est là que nous allions à la

24 selle, si nous avions besoin d'uriner, c'était juste à côté du hangar,

25 dans ce canal qui se trouvait le long de la route et dans lequel coulait

Page 1403

1 de l'eau. Cétait au début.

2 Plus tard, quand M. Delic est devenu le responsable, il l'a

3 interdit. Nous n'avions plus le droit de sortir que deux fois par jour et

4 seulement en sa présence, le matin quand il arrivait et le soir. De quoi

5 cela avait-il l'air ? Je peux vous dire qu'il donnait l'ordre à un groupe

6 dhommes : depuis cet homme jusquà cet homme, donc en général 30 à

7 40 hommes devaient constituer une colonne et sortir en courant l'un

8 derrière l'autre. Ils se rangeaient le long du canal. Ceux qui arrivaient

9 à se satisfaire le faisaient, mais cela ne durait que très, très peu de

10 temps.

11 Ensuite, lordre tombait : "Retournez dans le bâtiment". Il

12 fallait immédiatement rentrer. Mon problème est quen général j'étais en

13 fin de colonne. Le temps que tout le monde sorte, j'étais dans les

14 derniers et je n'avais pas le temps suffisant pour me satisfaire. Il y

15 avait sans doute aussi un petit problème psychologique, parce que

16 j'attendais sans arrêt que l'ordre de rentrer tombe et donc je n'arrivais,

17 en général, pas à faire ce que j'avais besoin de faire. Nous rentrions et

18 l'ordre venait de faire sortir le groupe suivant.

19 C'était comme cela que cela se passait et nous ne pouvions

20 plus sortir ensuite que le soir. Si entre-temps, nous avions besoin de

21 sortir, si le gardien était aimable et si le responsable n'était pas

22 présent, il arrivait qu'on nous autorise aussi à sortir pendant la

23 journée. C'était des sorties supplémentaires.

24 M. Ostberg (interprétation). - Vous ordonnait-on de retourner

25 au même endroit, à la même place ?

Page 1404

1 M. Gligorevic (interprétation). - Oui.

2 M. Ostberg (interprétation). - Merci. Puisque nous sommes en

3 train de parler des conditions générales en vigueur dans le camp,

4 pourriez-vous nous dire quelles étaient ces conditions du point de vue de

5 l'alimentation, de l'eau et des autres conditions de vie en général ?

6 M. Gligorevic (interprétation). - Eh bien, la nourriture

7 était de très mauvaise qualité. Nous recevions un petit morceau de pain

8 et, au début, quelques légumes. Au début, nous sortions pour manger à côté

9 de la porte. Il y avait cette caisse de fusils, sur la caisse il y avait

10 ce bidon militaire, je ne sais pas exactement comment cela s'appelle et il

11 y avait quelques cuillères, cinq cuillères étaient disponibles et nous

12 pouvions manger deux ou trois cuillères avant de, de nouveau, rentrer dans

13 le hangar.

14 Quand nous sortions, la plupart d'entre nous recevaient des

15 coups. Donc il y a des hommes qui n'osaient plus sortir. Il était

16 fermement interdit de prendre plus de cuillerées que le nombre autorisé et

17 même cela s'est arrêté par la suite. Il ne nous restait plus qu'une

18 tranche de pain très, très, très mince. Nous avons compté que, sur un

19 pain, ils réussissaient à couper 14 à 16 tranches. Et puis, à un certain

20 moment, je ne me souviens plus exactement quand, mais je crois que c'était

21 à la mi-juillet, même le pain est devenu très rare.

22 Il est arrivé que nous passions trois jours sans rien

23 recevoir. Les personnes n'avaient plus que la peau et les os; elles

24 étaient méconnaissables. Elles étaient nombreuses à devoir prendre des

25 appuis pour se relever. Dès qu'elles se levaient, elles retombaient par

Page 1405

1 terre.

2 Un peu plus tard, nous avons de nouveau reçu un peu de

3 nourriture, je ne sais pas pourquoi exactement. Puis, le plus gros

4 problème était leau. Imaginez-vous, c'était un hangar dont les murs et le

5 toit étaient en tôle. Il y avait une toute petite porte et en juillet et

6 en août, puisque Konjic a un climat méditerranéen, il faisait vraiment

7 très chaud. Et notre groupe, en particulier celui qui se trouvait tout au

8 fond du hangar, souffrait vraiment terriblement de la chaleur. Nous

9 transpirions; il n'y avait pas assez deau et à l'extérieur le soleil

10 était éclatant.

11 M. Ostberg (interprétation). - Merci. Je demanderais à

12 l'huissier de baisser un peu le rétroprojecteur; parce que je ne vois plus

13 le témoin à cause du rétroprojecteur.

14 Ce document étant désormais authentifié, je demande maintenant

15 qu'il soit versé au dossier en tant que pièce à conviction.

16 M. le Président (interprétation). La pièce à conviction est

17 admise.

18 M. Ostberg (interprétation). - Merci. Sur le croquis, nous

19 avons vu un grand nombre de pointillés, de petits points. Je suppose

20 qu'ils représentaient des hommes et l'emplacement où ils étaient assis.

21 Vous nous avez déjà dit que, d'après vous, il y avait

22 80 hommes qui ont été amenés dans le hangar en même temps que vous.

23 Pouvez-vous nous dire quel est le nombre maximum dhommes qui se sont

24 trouvés en même temps dans le hangar pendant votre séjour ?

25 M. Gligorevic (interprétation). - Ceux qui étaient dans le

Page 1406

1 tunnel n 9 sont arrivés chez nous, ceux qui avaient été arrêtés la

2 veille. Quand sont arrivés les hommes de Brejani, il y a eu à un moment

3 240 hommes dans ce hangar. Il y en avait qui étaient assis tout le long

4 des murs et, au milieu, il y avait encore deux rangées supplémentaires.

5 Ceux qui étaient au milieu, pendant tout le temps qu'ils ont passé dans le

6 hangar, nont jamais pu s'adosser à quoi que ce soit.

7 M. Ostberg (interprétation). - Je vois, merci beaucoup.

8 Je voudrais maintenant vous demander de vous remémorer des

9 incidents, s'il y en a eu. Y a-t-il eu des détenus qui ont subi de mauvais

10 traitements ?

11 M. Gligorevic (interprétation). - Oui.

12 M. Ostberg (interprétation). - Pourriez-vous nous en parler,

13 je vous prie ?

14 M. Gligorevic (interprétation). - Il y a eu beaucoup de

15 mauvais traitements. Tout à fait au début, le deuxième soir ou le

16 troisième, un groupe d'hommes est arrivé. Ils ont demandé qui était de

17 Sarajevo. Zoravko Gligorevic, un de mes cousins qui habitait effectivement

18 à Sarajevo, a répondu, ainsi qu'un certain Milos, je ne connais pas

19 exactement son nom de famille, qui était marié à une femme de Sarajevo. Il

20 habitait à Sokolovic Kolonida, un quartier de Sarajevo. L'un d'entre eux

21 s'est approché de Milos et lui a dit :"Eh bien; nous sommes voisins; je

22 viens du même quartier." Il lui a tendu la main et quand Milos lui a

23 tendu la main, l'autre a commencé à le frapper terriblement. Il l'a fait

24 tomber sur le béton. Un autre homme était en train de frapper Sdravko.

25 Ensuite, ils ont ramassé les deux corps et nous avons appris, je ne sais

Page 1407

1 pas si c'est vrai, que Milos avait été emmené à Igman et Sdravko dans une

2 prison et qu'il a ensuite été tué.

3 Plus tard, je dirais que pendant les 10 jours qui ont suivi,

4 les 10 premiers jours, il n'y a pas eu de terribles passages à tabac.

5 Simplement, il y a eu des interrogatoires. Nous étions appelés, on nous

6 posait des questions et nous répondions à ces questions.

7 M. Ostberg (interprétation). - Pourrions-nous nous arrêter

8 quelques instants sur ce point. Vous êtes en train de parler des

9 interrogatoires. Pourriez-vous dire aux Juges comment se déroulaient ces

10 interrogatoires que vous avez subis ?

11 M. Gligorevic (interprétation). - A peu près comme ceux-ci.

12 Je suis allé voir un homme en uniforme que je ne connaissais pas. Je ne

13 pense pas que c'était un juge. Cela se passait dans un bâtiment qui se

14 trouvait en face du bâtiment 22, le bâtiment de commandement. Donc, tout

15 simplement nous écoutions ce que l'on nous disait.

16 Moi, par exemple, j'ai dû confirmer ce que l'homme qui se

17 trouvait en face de moi m'a dit. J'ai dû dire que je possédais un fusil,

18 alors que je n'en possédais pas. Je venais de Hadzici et je n'avais aucune

19 arme. J'ai été obligé d'admettre que j'avais tiré des coups de feu alors

20 que je n'ai jamais tiré de coups de feu. J'ai été obligé de signer en

21 cyrillique pour que cela soit plus authentique, alors que j'avais envie de

22 signer en caractère latin; parce que le cyrillique était quelque chose

23 qu'on n'avait même pas le droit de mentionner là-bas. C'était très simple.

24 A cet endroit,; tous ceux qui étaient interrogés devaient admettre qu'ils

25 possédaient des armes et il fallait signer cette déclaration, sinon on se

Page 1408

1 faisait frapper.

2 M. Ostberg (interprétation). - Avez-vous signé ?

3 M. Gligorevic (interprétation). - Oui, j'étais obligé.

4 M. Ostberg (interprétation). - Cet interrogatoire a-t-il été

5 court ou a-t-il duré un certain temps ? Sont-ils rentrés dans des

6 détails ?

7 M. Gligorevic (interprétation). - Non, aucun détail n'a été

8 évoqué. Cela s'est passé, je vous lai dit, derrière le bâtiment. Nous

9 étions accroupis sur le trottoir. C'était en fait des aveux obtenus sous

10 la contrainte. Il fallait dire que nous avions des armes, que nous avions

11 tiré des coups de feu. Il fallait que je dise où je me trouvais, où

12 jhabitais, ce que je vous ai dit tout à lheure. Je vous ai dit que

13 j'habitais à Hadzici et que j'étais allé à Bradina. Voilà, c'est à peu

14 près cela.

15 M. Ostberg (interprétation). - Est-ce le seul interrogatoire

16 que vous avez subi ?

17 M. Gligorevic (interprétation). - Moi, oui. Moi je n'en ai pas

18 subi d'autres ?

19 M. Ostberg (interprétation). - Vous a-t-on dit pourquoi vous

20 aviez été arrêté ? Avez-vous été inculpé d'un crime quelconque à ce

21 moment-là ?

22 M. Gligorevic (interprétation). - Personne ne nous a donné la

23 moindre explication. Parmi nous, personne n'a osé en demander.

24 M. Ostberg (interprétation). - Merci. Peut-on maintenant

25 revenir à l'incident qui s'est déroulé dans le hangar n 6, pendant votre

Page 1409

1 séjour dans ce hangar ?

2 M. Gligorevic (interprétation). - Quand ces juges -je les

3 appelle des juges, mais ce n'était pas vraiment des juges- ont terminé

4 leur travail, alors l'horreur a commencé pour les détenus. On nous

5 appelait et on nous faisait sortir pendant la nuit. On nous passait à

6 tabac. C'était des horreurs.

7 Cela commençait en général à la tombée de la nuit, parce qu'il

8 n'y avait pas de clé à la porte de notre hangar. Ils bloquaient la porte

9 avec une grosse planche en bois. Ensuite, il approchait de la porte une

10 caisse de fusils très lourde. Quand on entendait que cette caisse était

11 traînée sur l'asphalte, on savait ce qui nous attendait.

12 La porte s'ouvrait. Des noms étaient appelés et les hommes

13 commençaient à sortir. Ils étaient nombreux qui recevaient l'ordre de

14 sortir et puis ils revenaient à l'intérieur. On leur faisait une petite

15 place. On essayait de les nettoyer avec de l'eau, quand on avait un peu

16 d'eau. On mettait un peu de sel sur le blessure, quand on en avait.

17 Vraiment c'était horrible. Toutes les nuits étaient abominables.

18 Un matin, je ne me souviens pas de la date exacte, mais je

19 crois que cela devait être aux alentours de la mi-juin, ils ont fait

20 sortir Milorad Kuljanin, un jeune homme de Bradica*, ils l'ont fait allé

21 derrière le hangar, ils ont frappé, puis on a entendu deux coups de feu et

22 ils l'ont tué.

23 M. Ostberg (interprétation). - Vous dites qu'ils l'ont fait

24 sortir. Avez-vous jamais vu une personne en particulier qui faisait sortir

25 les détenus ?

Page 1410

1 M. Gligorevic (interprétation). - Non, je n'ai vu personne

2 parce que moi j'étais au fond du hangar. Le matin, nous sortions pour

3 uriner, les gens de mon groupe, mais il y en avait quelques-uns qui

4 étaient déjà dehors et qui ont vu Zeljko Cecez qui s'était fait tuer la

5 veille. Ils l'ont vu dehors.

6 M. Ostberg (interprétation). - Avez-vous assisté à ce

7 meurtre ?

8 M. Gligorevic (interprétation). - Non. Moi j'étais à

9 l'intérieur, j'étais assis à ma place.

10 M. Ostberg (interprétation). - Vous avez dit qu'il était

11 fréquent que des hommes reçoivent l'ordre de sortir le soir, que des

12 gardes les fassent sortir. Pouvez-vous estimer combien de fois cela s'est

13 passé, combien de fois des gardes ont fait sortir des prisonniers, la nuit

14 ou le soir ?

15 M. Gligorevic (interprétation). - Cela s'est passé souvent. Je

16 pourrais même sans doute dire tous les soirs. Un soir, je m'en souviens

17 très bien, il y avait un terrible orage au moment où habituellement on

18 faisait sortir les détenus. Cette soirée-là s'est passée sans que personne

19 reçoive l'ordre de sortir. Donc nous avons été heureux que, grâce à cet

20 orage, personne ne reçoive l'ordre de sortir. Cela a duré pratiquement

21 jusqu'à l'arrivée de la Croix Rouge, avec quelques rares interruptions.

22 Pendant ce temps, outre les deux hommes que je viens de

23 mentionner, Milorad Kuljanin et Zeljko Cecez, ils ont tué Simo Jovanovic,

24 Scepo Gotovac a été tué. Nedjo Magazin a été tué, Bosko Samoukovic a été

25 tué et Zeljko Klimenta, que l'on surnommait Keljo a été tué.

Page 1411

1 M. Ostberg (interprétation). - Vous venez de citer les noms de

2 plusieurs hommes qui ont été tués. Est-ce que vous-même vous avez assisté

3 à certains de ces meurtres ?

4 M. Gligorevic (interprétation). - 240 hommes au moins ont vu

5 le meurtre de Bosko Samoukovic.

6 M. Ostberg (interprétation). - Vous voulez dire que vous-même

7 et les autres ont assisté à ce meurtre ?

8 M. Gligorevic (interprétation). - Voilà comment ceci s'est

9 passé. Le garde, dans notre prison -je crois qu'il s'appelle Esad,

10 surnommé Zenga, nom de famille "Landzo"-, ce garde entrait quasi tous les

11 jours quand il était de faction. Cela se passait à partir de midi. Il

12 entrait dans le hangar. Il avait coutume de sélectionner quelqu'un qu'il

13 battait.

14 M. Ostberg (interprétation). - Ceci se passait-il à

15 l'intérieur ou à l'extérieur du hangar ?

16 M. Gligorevic (interprétation). - Au début, le soir, lorsqu'il

17 ordonnait à des personnes de sortir, et lorsqu'il y participait, il ne

18 rentrait pas dans le hangar. Le hangar restait obscur, il n'osait peut-

19 être pas entrer. Par la suite, les tabassages se sont passés aussi pendant

20 la journée. Des personnes étaient forcées de sortir, étaient torturées, se

21 faisait brûler, subissaient des brûlures. On perçait des oreilles. Les

22 gens étaient obligés de manger de l'herbe. Il y avait des simulacres

23 d'exécution. Mais il a fait toutes ces autres choses à l'intérieur.

24 Des personnes en uniforme de camouflage sont arrivés. Ils ont

25 dit qu'ils venaient de Mostar. Quand quelqu'un venait de l'extérieur, nous

Page 1412

1 devions nous relever, rester debout pratiquement au garde-à-vous et on

2 attendait pour voir qui allait être battu et quelqu'un a dit qu'un

3 prisonnier devait faire des exercices, des pompes. Et puis, quand il en

4 avait fini, il était battu. Chaque fois qu'il se relevait, qu'il remontait

5 de ses pompes il était battu. C'est donc cette pratique qui s'est répétée,

6 utilisée par ce même garde, Zenga. C'est devenu son autre spécialité.

7 Une autre de ses spécialités, c'était cette planche qui

8 servait à obstruer la porte. Je ne sais pas qu'elle était sa longueur,

9 peut-être 1,20 mètre, 10 centimètres de large et 5 d'épaisseur. Il la

10 tournait pour que la partie la plus étroite soit vers le bas. Le

11 prisonnier devait s'approcher de l'endroit où l'on prenait un peu de

12 nourriture, il devait rester debout là et c'est là qu'il était battu à la

13 cage thoracique par cette personne.

14 M. Ostberg (interprétation). - De qui parlez-vous ?

15 M. Gligorevic (interprétation). - Je parle de ce garde

16 surnommé Zenga, Esad Landzo. Bosko a été a été emmené à l'extérieur de la

17 même façon. Il a dû mettre les mains derrière la nuque. Il a été battu à

18 plusieurs reprises par Zenga. Bosko gémissait, il est tombé. Il avait du

19 mal à parler, il prononçait des sons inarticulés. Il a été sorti pour

20 qu'il puisse reprendre ses esprits, mais il continuait à prononcer des

21 sons incohérents. Et puis, ils l'ont emmené au n 22. Peu de temps après,

22 il est décédé.

23 M. Ostberg (interprétation). - Qui est cette personne dont

24 vous venez de parler. Est-ce que vous avez mentionné un nom ?

25 Mme McMurrey (interprétation). - Objection. C'est une question

Page 1413

1 déjà posée à laquelle il a été répondu.

2 M. Ostberg (interprétation). - Excusez-moi, mais je n'ai pas

3 entendu ce nom. J'aimerais être informé et entendre la réponse.

4 M. le Président (interprétation). - Quelle était la réponse ?

5 M. Ostberg (interprétation). - Merci.

6 M. Jan (interprétation). - Cela a été dit, Bosko.

7 M. Ostberg (interprétation). - Vous venez de parler d'une

8 méthode différente qui était utilisée pour faire subir des sévices aux

9 détenus. Est-ce que vous avez fait une narration circonstanciée des

10 différentes méthodes utilisées ?

11 M. Gligorevic (interprétation). - Y avait-il d'autres

12 méthodes ?

13 M. Gligorevic (interprétation). - Une des spécialités de ce

14 garde, Zenga, était d'infliger des brûlures aux jambes, par exemple pour

15 Dusko Bendjo. Je l'ai vu de mes propres yeux. A l'époque, Zenga avait

16 toujours une petite bouteille remplie d'essence. Il versait l'essence sur

17 la partie de la jambe, à partir du genou vers le pied. Il mettait le feu

18 et ceci provoquait des brûlures terribles.

19 La personne, en l'occurrence, a conservé de terribles

20 blessures et il ne peut pas utiliser ses jambes. Je crois aussi qu'il a de

21 très mauvaises cicatrices. Parfois, il brûlait du papier avec lequel il

22 réchauffait le couteau.

23 Mme McMurrey (interprétation). - Objection. Est-ce que le

24 témoin a vu personnellement ce second incident ou est-ce qu'il parle par

25 rapport aux dires que lui aurait donné une autre personne ?

Page 1414

1 M. le Président (interprétation). - Entendons d'abord le

2 témoin avant que vous ne formuliez une objection. Laissez-le parler. Si

3 vous avez des objections, formulez-les.

4 Mme McMurrey (interprétation). - Mais alors c'est trop tard.

5 M. le Président (interprétation). - Comment pouvez-vous

6 objecter quand vous n'avez pas encore entendu les propos. Laissez-le dire

7 ce qu'il a à dire.

8 Monsieur, poursuivez.

9 M. Ostberg (interprétation). - Monsieur, poursuivez et dites-

10 nous si ce que vous venez de relater s'est produit en dehors du hangar ou

11 à l'intérieur.

12 M. Gligorevic (interprétation). - Pour ce qui concerne Dusko

13 Bendjo, et nous avons tous été témoins. Pour d'autres, comme Draganic et

14 Spasoje Miljevic, pour eux cela s'est passé à l'extérieur. Plus tard, nous

15 avons pu constater qu'il y avait de grosses plaies, des cloques sur les

16 mains.

17 Personnellement, pour Mirko Djordjic, qui était à quelque cinq

18 ou six places de moi dans la même rangée, j'ai vu comment son oreille a

19 été percée et Mirko ne pouvait plus entendre. Il était souvent battu par

20 Esad et il ne prenait même pas la peine de le faire sortir. Il lui

21 demandait de faire des pompes et il commençait à le rouer de coups à ce

22 moment-là.

23 Pour Kuljanin, il lui brûlait les paumes, ce qui donnait des

24 cloques pendant des journées entières aux deux paumes.

25 M. Ostberg (interprétation). - Avez-vous jamais été le témoin

Page 1415

1 de sévices sexuels perpétrés contre d'autres personnes ? Dites-nous si

2 vous les avez vus. Sinon, ne dites rien. Ne mentionnez pas de nom.

3 M. Gligorevic (interprétation). - C'est arrivé aussi. Vers la

4 mi-juillet, ils ont amené deux jeunes hommes que je connaissais très bien

5 parce que j'avais été leur enseignant à Bradina. C'étaient deux frères.

6 Ils ont été sélectionnés, choisis par Zenga qui voulait les torturer. Il

7 les a roués de coups et puis ils devaient se donner des gifles l'un a

8 l'autre, au visage, et si les gifles n'étaient pas assez fortes, il leur

9 montrait comment il fallait le faire.

10 Un jour, ils ont dû se sucer la verge l'un de l'autre.

11 M. Ostberg (interprétation). - Qui était ce "il" dont vous

12 parlez ?

13 M. Gligorevic (interprétation). - Un garde, le garde Esad

14 Landzo.

15 M. Ostberg (interprétation). - Ceci s'est-il passé qu'une

16 seule fois, ou cela s'est-il produit plusieurs fois ?

17 M. Gligorevic (interprétation). - Les passages à tabac étaient

18 très fréquents. Ce que je vous ai relaté à propos de ce sévice sexuel, à

19 ma connaissance cela s'est passé une seule fois.

20 M. Ostberg (interprétation). - Merci.

21 Je vais vous poser désormais quelques questions sur la façon

22 dont était dirigé le camp. Avez-vous la moindre idée du nom du commandant

23 de ce camp ?

24 M. Gligorevic (interprétation). - A notre connaissance et au

25 début, nous ne le savions pas. Je sais que Hazim Delic était là chaque

Page 1416

1 jour. Je suppose -et par la suite les gardes nous l'ont dit aussi- qu'il

2 était le commandant adjoint du camp. Quant à savoir qui était le

3 commandant en chef, d'abord je ne savais vraiment pas. Par la suite, j'ai

4 appris que c'était M. Pavo Mucic. Toutefois, il ne venait que très

5 rarement au n6 et je ne le connaissais pas d'auparavant. J'ai supposé que

6 c'était lui, le commandant.

7 M. Ostberg (interprétation). - Est-ce que vous avez vu lune

8 quelconque de ces personnes que vous venez de nommer exercer ce rôle de

9 commandant dans le camp ?

10 M. Gligorevic (interprétation). - Oui, j'ai vu Delic, puisque

11 nous tous nous devions lui obéir. C'était vrai des gardes aussi. Ils

12 avaient même peur de lui. Je ne sais pas ce qu'il en est de Pavo Mucic. Je

13 ne me souviens pas de la première fois où je l'ai vu. Je ne me rappelle

14 pas avec précision mais, fin juin, début juillet...

15 M. Greaves (interprétation). - Je crois que le transcript ne

16 traduit pas fidèlement la traduction qui a été donnée. On dit : Je ne

17 peux pas me souvenir exactement où je l'ai vu pour la première fois ,

18 alors que la traduction ne donnait pas cela. On disait : Quand je lai

19 vu pour la première fois .

20 M. Jan (interprétation). - Le transcript dit : Je ne me

21 rappelle pas exactement, mais je lai vu vers la fin juin, début

22 juillet . Il a dit exactement Je ne sais pas .

23 M. Greaves (interprétation). - Oui, mais auparavant on avait

24 utilisé le mot si . Ce n'est pas : Je ne me souviens pas si je lai

25 vu pour la première fois ; la traduction disait : Je ne lai pas vu.

Page 1417

1 Quand je l'ai vu pour la première fois . Il faudrait que cela soit

2 corrigé.

3 M. le Président (interprétation). - Je ne sais pas si je

4 l'ai vu pour la première fois , alors que ce que j'ai entendu dans les

5 écouteurs cétait : Quand je lai vu pour la première fois .

6 M. Ostberg (interprétation). - C'est aussi ce que j'ai

7 entendu.

8 M. Greaves (interprétation). - Merci, Maître Ostberg.

9 M. Ostberg (interprétation). - Ma question était de savoir si

10 vous l'avez vu plusieurs fois. Essayez de vous remémorer.

11 M. le Président (interprétation). - Veuillez répéter la

12 question et laissez-le dire ce qu'il veut dire. Contentez-vous de répéter

13 la question.

14 M. Ostberg (interprétation). - Je répète ma question

15 autrement. Avez-vous vu Mucic au camp ?

16 M. Gligorevic (interprétation). - Je l'ai vu, mais je ne peux

17 pas vous dire exactement quand. Vers la fin du mois de juin, début

18 juillet, lorsque les premiers groupes ont été transférés à Musala.

19 M. Ostberg (interprétation). - Est-ce que, alors, vous l'avez

20 vu régulièrement ? Dans quelle mesure ou à quelle fréquence l'avez-vous vu

21 ?

22 M. Gligorevic (interprétation). - Il est venu au n6 assez

23 rarement, peu fréquemment, assez rarement. Mais on pouvait deviner qu'il

24 était responsable du camp, qu'il était le commandant du camp. On le

25 comprenait parce que les gardes se comportaient d'une certaine façon quand

Page 1418

1 il venait en moto et quand il arrivait tout le monde devait être vraiment

2 à sa place. Même s'il y avait des passages à tabac en cours, ils

3 s'arrêtaient et le prisonnier était remis dans le hangar.

4 M. Ostberg (interprétation). - Merci.

5 Pourriez-vous nous dire si, et dans ce cas de quelle façon,

6 vous auriez vu M. Delic dans l'exercice de son commandement ?

7 M. Gligorevic (interprétation). - C'était manifeste, patent,

8 cela ne faisait pas l'ombre d'un doute. Tous les gardes avaient peur. Je

9 le répète. Quand il était là, tous les gardes devaient être à leur poste

10 et nous devions nous lever lorsqu'il entrait dans le hangar. Nous devions

11 rester debout, au garde-à-vous, sans bouger plus exactement. Nous n'avions

12 pas le droit de baisser les yeux et tout cela nous a fait comprendre qu'il

13 avait une certaine fonction, un certain poste. Par la suite, nous avons

14 appris qu'il était commandant du camp.

15 M. Ostberg (interprétation). - Avait-il coutume de venir au

16 hangar n6 ?

17 M. Gligorevic (interprétation). - Oui, il venait très souvent.

18 M. Ostberg (interprétation). - Savez-vous s'il y avait des

19 raisons manifestes à ses nombreuses visites au hangar ?

20 M. Gligorevic (interprétation). - Sans doute pour contrôler

21 les gardes, pour nous contrôler, et aussi pour faire passer de mauvais

22 moments. Delic était un de ceux qui prenaient, qui faisaient sortir

23 beaucoup de personnes. Il battait aussi des gens à l'intérieur du hangar.

24 Il arrivait qu'il frappe tout le monde un à un, ou qu'il saute une

25 personne.

Page 1419

1 Quelquefois, il avait ses propres patients ou ses propres

2 favoris, comme on les appelait. Il se concentrait sur eux. Quelquefois

3 c'était Vukasine Mrkajic, quelquefois Dusko Bendjo. Quelquefois, il disait

4 à une personne : Tourne-toi, mets les mains derrière la nuque et il

5 les battait plusieurs fois, parce que ce Mrkajic se trouvait dans la

6 rangée du milieu, donc il ne devait même pas se relever. Il restait assis

7 et il était battu sur place. Il était roué de coups de pied, au point où

8 les côtes de Mrkajic étaient fracturées, cassées, couvertes d'ecchymoses.

9 Delic venait. A chaque fois que Delic venait, l'autre le suppliait, lui

10 demandait de ne pas le faire, M. le Commandant.

11 M. Ostberg (interprétation). - Pourriez-vous préciser comment

12 il frappait les gens, de ses mains ou utilisait-il un instrument

13 quelconque ? Comment cela se passait-il ?

14 M. Gligorevic (interprétation). - La plupart du temps, il leur

15 donnait des coups de pied. Et puis, lorsqu'il y avait des tabassages

16 collectifs, la plupart du temps il utilisait ce qu'il avait à sa portée,

17 que ce soit un manche à balai ou une pelle, quelque chose qui lui tombait

18 sous la main. Quelquefois, il cassait deux manches contre le corps d'un

19 prisonnier. Il utilisait le corps d'un prisonnier pour... Pendant les

20 passages à tabac, il lui arrivait de casser deux manches de pelles en un

21 seul tabassage.

22 M. Ostberg (interprétation). - Un instant, s'il vous plaît,

23 Monsieur le Président, je vérifie quelque chose. J'aurais voulu vous poser

24 encore une question à propos de Delic. Attendez un instant que je vérifie.

25 Vous souvenez-vous d'autres instruments qui auraient été

Page 1420

1 utilisés par Delic ?

2 M. Gligorevic (interprétation). - Jai dit, j'ai mentionné

3 déjà les instruments qu'il utilisait le plus souvent. C'est intéressant

4 que, pour un seul prisonnier, une seule fois, il avait utilisé une espèce

5 de gadget qui provoquait des chocs électriques. Cela a été utilisé contre

6 D. Kuljanin. Il l'a rarement utilisé contre d'autres prisonniers.

7 Ce dont nous nous sommes souvenus, en particulier, cest cette

8 fameuse batte de base-ball que pendant longtemps il portait avec lui. Et

9 quand il venait au hangar équipé de cette batte, on savait que quelqu'un

10 allait en subir les conséquences.

11 M. Ostberg (interprétation). - Lorsque vous décrivez ces

12 choses, êtes-vous en mesure de vous souvenir du temps où ces incidents se

13 sont produits pendant votre séjour à Celebici ? Pourriez-vous indiquer un

14 mois, par exemple, un moment particulier où ce type de traitement aurait

15 été infligé ? Pourriez-vous localiser cela dans le temps ?

16 M. Gligorevic (interprétation). - Pendant lété, je pense, en

17 juillet, en août. C'est à ce moment-là qu'il se promenait avec la batte.

18 Mais je ne sais pas exactement quand il l'a emportée avec lui la première

19 fois. En tout cas, il l'avait pendant longtemps.

20 M. Ostberg (interprétation). - Longtemps , c'est assez

21 général. S'agissait-il de mois, de semaines ?

22 M. Gligorevic (interprétation). - Peut-être un mois et demi ou

23 deux.

24 M. Ostberg (interprétation). - Vous avez parlé de ces nombreux

25 sévices commis par Zenga, Esad Landzo. Pourriez-vous aussi situer ceux-ci

Page 1421

1 dans le temps ?

2 M. Gligorevic (interprétation). - Tous ces meurtres, tout cela

3 s'est passé entre la mi-juin et le début du mois daoût. Dans la seconde

4 moitié du mois de juillet, je pense que Milorad Kuljanin et Zeljko Cecez

5 et Gotovac ont aussi été tués, de même que Simo Ivanovic et Djemo*

6 Milosevic.

7 Et vers la fin du mois de juillet, Bosco Samoukovic a aussi

8 été tué. Peu de temps à près, juste après je pense, Zeljko Klimenta a été

9 tué. C'est le mieux que puisse situer.

10 J'ai oublié de mentionner une mort étrange, Cedo Abramovic.

11 Cedo Abramovic avait été arrêté à Konjic. Il n'a passé que quelques nuits

12 avec nous. Nous navions entendu personne entrer et sortir, la nuit était

13 totale. Je dormais, tout le monde dormait. J'ai entendu un peu de bruit et

14 comme si quelqu'un courait entre les rangées et puis j'ai entendu un peu

15 comme si un câble était frotté contre un objet métallique. Ensuite un coup

16 sourd et le calme est revenu.

17 Le matin, à la première lumière du jour, j'ai vu entre les

18 rangées les vêtements de Cedo, pliés comme si on allait les mettre dans

19 une valise. A quelques mètres de moi, Cedo était là, il était mort, le

20 torse dévêtu. Nous n'avons jamais su ce qui s'était passé. Nous avons

21 supputé qu'il était devenu fou et c'est ce qui s'est passé je pense.

22 M. Ostberg (interprétation). - Personne dans le hangar n 6

23 n'était là pour le tuer.

24 M. Ostberg (interprétation). - Au début, vous avez dit que

25 vous aviez séjourné au camp jusqu'au 4 octobre 1992. Pourriez-vous nous

Page 1422

1 relater les circonstances de votre sortie du camp ?

2 M. Gligorevic (interprétation). - De temps à autres, des

3 groupes de 20 ou 30 personnes étaient transférés à la prison de à Konjic.

4 D'habitude, cétait le commandant du camp, M. Pavo Mucic et sont adjoint,

5 M. Delic; nous devions tous nous lever, rester immobiles et ils décidaient

6 quels seraient les hommes qui seraient amenés au camp de Musala. Mon tour

7 est arrivé. Ils m'ont choisi et c'est le 4 octobre que j'ai été transféré

8 à Musala.

9 M. Ostberg (interprétation). - Combien de temps avez-vous

10 passé à Musala ?

11 M. Gligorevic (interprétation). - Jusqu'au 6 octobre 1994,

12 soit environ deux ans. En tout, deux ans, quatre mois et neuf jours de

13 prison.

14 M. Ostberg (interprétation). - Merci. Je suis prêt à

15 terminer. Ai-je oublié quelque chose ? Peut-être.

16 Monsieur Gligorevic; vous avez mentionné beaucoup de noms de

17 personnes qui ont été tuées. Mais dans certains cas, vous n'avez pas donné

18 de détails directs de ce que vous auriez vu ou entendu vous-même.

19 J'aimerais revenir sur quelques uns de ces noms pour vous poser des

20 questions supplémentaires. Je pense à trois personnes en particulier.

21 Monsieur le Président, Messieurs; Madame les Juges, pourrions-

22 nous reprendre cela plus tard, la semaine prochaine, parce qu'il est

23 maintenant 17 h 30.

24 M. le Président (interprétation) -. Je croyais que vous en

25 étiez arrivé au terme de votre interrogatoire principal. Puisque vous le

Page 1423

1 poursuivez, il nous faudra suspendre nos travaux jusqu'à mardi. Voulez-

2 vous poursuivre votre interrogatoire ?

3 M. Ostberg (interprétation). - Oui, avant de laisser ce témoin

4 aux avocats de la défense, j'aimerais continuer un peu.

5 M. le Président (interprétation). - Fort bien. Voilà, nous

6 nous en tiendrons là aujourd'hui. Le témoin reste à notre disposition et à

7 la vôtre. Vous pourrez reprendre l'interrogatoire mardi à 17 h 30.

8 Nos travaux sont terminés pour aujourd'hui, nous nous

9 reverrons mardi..

10 L'audience est levée à 17 h 30.

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25