Tribunal Criminal Tribunal for the Former Yugoslavia

Page 1507

1 TRIBUNAL PENAL INTERNATIONAL AFFAIRE N IT-96-21-T

2 POUR L'EX-YOUGOSLAVIE

3

4 Mercredi 2 avril 1997

5

6 L'audience est ouverte à 10 h 05.

7 M. le Président (interprétation). - Bonjour Mesdames et

8 Messieurs.

9 Je demande que l'on fasse entrer le témoin.

10 (Monsieur Gligorevic est introduit dans la salle d'audience.)

11 M. le Président (interprétation). - Pouvez-vous lui rappeler,

12 je vous prie, qu'il témoigne toujours sous serment ?

13 M. le Greffier (en français). - Je vous rappelle que vous

14 témoignez toujours sous serment.

15 M. Gligorevic (interprétation). - Ça va, ça va.

16 (... Passage sans interprétation en français.)

17 Mme Residovic (interprétation). - Etant donné que le temps a

18 passé maintenant, pouvez-vous me dire si vous vous souvenez bien de ce que

19 vous avez dit ? Est-ce que vous avez vu trois personnes ?

20 M. Gligorevic (interprétation). - Il a peut-être eu

21 malentendu. Moi, j'ai été personnellement interrogé par un juge -en fait,

22 je ne sais pas si c'était un juge- et les autres ont été interrogés par

23 d'autres juges à d'autres endroits, devant le bâtiment. Ce que j'ai dit

24 exactement à l'époque, je ne me souviens pas.

25 Mme Residovic (interprétation). - Bien, merci.

Page 1508

1 Vous avez dit également que vous avez signé en cyrillique et

2 qu'ils ont, eux, fait les questions et les réponses.

3 M. Gligorevic (interprétation). - Oui.

4 Mme Residovic (interprétation). - Monsieur Gligorevic, est-ce

5 que cela veut dire qu'ils ont écrit ce qu'ils voulaient ?

6 M. Gligorevic (interprétation). - Exactement.

7 Mme Residovic (interprétation). - pouvez-vous vous rappeler ce

8 qu'ils ont écrit ? Est-ce qu'ils ont écrit que vous possédiez des armes ?

9 M. Gligorevic (interprétation). - Oui.

10 Mme Residovic (interprétation). - Des munitions ?

11 M. Gligorevic (interprétation). - Oui, et que j'avais tiré des

12 coups.

13 Mme Residovic (interprétation). - Bien que ce ne soit pas

14 exact, n'est-ce pas ?

15 M. Gligorevic (interprétation). - Non, ce n'est exact.

16 Mme Residovic (interprétation). - Vous avez signé en

17 cyrillique.

18 M. Gligorevic (interprétation). - Oui, ce juge m'a forcé à le

19 faire. Il m'a dit : "Tu es professeur donc tu sais écrire en cyrillique,

20 tu dois signer en cyrillique".

21 Mme Residovic (interprétation). - Peut-être que le Tribunal ne

22 connaît pas notre alphabet donc je vous demanderai, je vous prie,

23 d'apposer votre signature sur ce papier en lettres latines et en

24 cyrillique. Puis-je demander l'aide de l'huissier ? Merci.

25 Monsieur le Président, je voudrais simplement vous dire la

Page 1509

1 chose suivante : les deux alphabets étaient utilisés en Bosnie-

2 Herzégovine, l'alphabet latin et l'alphabet cyrilique, et compte tenu du

3 fait que le témoin a mentionné les caractères qu'il a utilisés dans sa

4 signature, je crois que cette signature me sera nécessaire, y compris pour

5 le reste de mon contre-interrogatoire. Merci beaucoup. Merci à vous aussi,

6 Monsieur Gligorevic.

7 Dites-moi, je vous prie, cette déclaration a-t-elle été tapée

8 à la machine ?

9 M. Gligorevic (interprétation). - Non.

10 Mme Residovic (interprétation). - Elle a donc été écrite à la

11 main par celui qui vous interrogeait ?

12 M. Gligorevic (interprétation). - Oui.

13 Mme Residovic (interprétation). - Monsieur Gligorevic, vous

14 avez agi de la sorte car vous pensiez que le refus de signer risquait de

15 vous faire courir un danger, n'est-ce pas ?

16 M. Gligorevic (interprétation). - Oui.

17 Mme Residovic (interprétation). - Et est-ce que plus tard

18 quelqu'un vous a donné lecture de cette déclaration ?

19 M. Gligorevic (interprétation). - Ce juge en fait me l'a lue

20 et m'a dit qu'il fallait que je signe.

21 Mme Residovic (interprétation). - Donc quand il vous l'a lue,

22 vous vous rappelez qu'il a écrit à ce moment là que vous possédiez des

23 armes ?

24 M. Gligorevic (interprétation). - Oui, j'ai dû le dire.

25 Mme Residovic (interprétation). - Vous rappelez-vous quelles

Page 1510

1 armes vous étiez censé avoir ?

2 M. Gligorevic (interprétation). - Je crois qu'il à écrit qu'il

3 s'agissait d'un fusil M48.

4 Mme Residovic (interprétation). - Et il y avait des balles ?

5 M. Gligorevic (interprétation). - Il l'a écrit aussi.

6 M. Brackovic (interprétation). - Est-ce que le nom de la

7 personne qui vous a fourni cette arme était inscrit ?

8 M. Gligorevic (interprétation). - Non, je ne me rappelle pas.

9 M. Brackovic (interprétation). - Est-ce que vous connaissez le

10 nom Branislav Gligoveric, surnommé Beko ?

11 M. Gligorevic (interprétation). - Oui, je le connais.

12 Mme Residovic (interprétation). - Est-ce que dans la

13 déclaration il était écrit que c'est de lui que vous avez reçu cette

14 arme ?

15 M. Gligorevic (interprétation). - Je ne me rappelle pas.

16 Mme Residovic (interprétation). - Est-ce que, dans cette

17 déclaration, il était écrit que vous avez participé au tour de garde à

18 Bradina ?

19 M. Gligorevic (interprétation). - Oui.

20 Mme Residovic (interprétation). - Est-ce qu'il était écrit que

21 la nuit qui a précédé votre arrestation, vous étiez dans une forêt appelée

22 Gaj, qui se trouve au-dessus du village de Gornja Bradina en service ?

23 M. Gligorevic (interprétation). - Je ne sais pas exactement ce

24 qui était écrit. En tout cas, en ce moment même, je ne me rappelle pas

25 exactement ce qui était écrit dans la déclaration au sujet de l'endroit où

Page 1511

1 je me trouvais.

2 Mme Residovic (interprétation). - Donc, vous vous rappelez ces

3 détails parce que cet homme vous a donné lecture de la déclaration, n'est-

4 ce pas ?

5 M. Gligorevic (interprétation). - Il m'a lu quelque chose.

6 Maintenant, qu'est-ce qui était écrit ? Est-ce que c'était cela ou autre

7 chose ? Je ne sais pas.

8 Mme Residovic (interprétation). - Au moment de cet

9 interrogatoire, lorsque vous avez signé, vous ne faisiez pas l'objet d'une

10 accusation, n'est-ce pas, et vous n'avez pas subi de sévices ?

11 M. Gligorevic (interprétation). - Non. J'ai simplement été

12 menacé.

13 Mme Residovic (interprétation). - Monsieur Gligorevic, si les

14 faits dont vous venez de parler sont exacts, pourriez-vous être d'accord

15 avec moi pour dire qu'en période de guerre, ce sont là des faits qui ont

16 une grande importance pour des personnes qui vous interrogent ?

17 M. Gligorevic (interprétation). - Je ne sais pas. Je ne sais

18 pas pourquoi.

19 Mme Residovic (interprétation). - Monsieur Gligorevic, si

20 d'autres Serbes de Bradina confirmaient que vous correspondiez bien à tout

21 ce qui est écrit dans cette déclaration, est-ce que vous diriez alors que

22 ces personnes ne disent pas la vérité ?

23 M. Gligorevic (interprétation). - Je n'ai pas compris la

24 question.

25 M. Ostberg (interprétation). - Objection, Monsieur le

Page 1512

1 Président. Le conseil essaie de faire dire des choses au témoin qui n'ont

2 aucune base ni dans l'acte d'accusation ni ailleurs.

3 Mme Residovic (interprétation). - Monsieur le Président, vous

4 avez entendu les chefs d'inculpation présentés par l'accusation. Un

5 certain nombre d'éléments très précis sont retenus à l'encontre de mon

6 client et notamment des éléments qui ont été évoqués par ce témoin. Il

7 n'est pas question uniquement de responsabilités et de postes supérieurs,

8 donc je pense que dans le cadre de mon contre-interrogatoire, je suis en

9 droit de poser un certain nombre de questions au témoin.

10 Monsieur le Président, est-ce que vous m'autorisez à

11 poursuivre mes questions ?

12 M. le Président (interprétation). - Le témoin a commencé par

13 nier le contenu de la déclaration qui lui est imputée. Il a déclaré qu'il

14 avait fourni cette déclaration sous la contrainte, sous la menace, ce qui

15 la rend irrecevable lorsqu'on appliquer strictement les règles. Je ne vois

16 donc pas comment vous pouvez continuer à vouloir utiliser une déclaration

17 qui était obtenue par la coercition, sous la contrainte. Or c'est ce que

18 vous êtes en train de faire dans votre contre-interrogatoire.

19 Mme Residovic (interprétation). - Monsieur le Président, je

20 pense -peut-être que je me trompe et je vous remercie de vos mises en

21 garde- être en droit également de vérifier l'authenticité des dires du

22 témoin. Je vous remercie. Je crois que je ne vais pas poursuivre cette

23 série de questions. Il a confirmé le fait qu'il avait été interrogé et la

24 façon dont il a été interrogé. Je vais donc passer maintenant à une autre

25 série de questions, mais je vous prie de bien vouloir me donner la

Page 1513

1 possibilité de poser ce genre de questions à ce témoin, puisqu'il est

2 question de faits qui concernent la situation de mon client. Merci

3 beaucoup.

4 Monsieur Gligorevic, vous avez dit que vous étiez arrivé de

5 Hadzici.

6 M. Gligorevic (interprétation) - Oui.

7 Mme Residovic (interprétation). - .Dites-moi, est-ce que vous

8 êtes informé du fait que la JNA stockait en secret des armes à Bradina à

9 partir de Hadzici.

10 M. Gligorevic (interprétation) - Non.

11 Mme Residovic (interprétation). - Est-ce que vous êtes informé

12 du fait que deux caisses d'armes sont arrivées chez Zara Mrkajic à Bradina

13 et que chaque caisse contenait 50 fusils ?

14 M. Gligorevic (interprétation) - Non.

15 Mme Residovic (interprétation). - Monsieur Gligorevic, est-ce

16 que Hadzici est une municipalité voisine de celle de Konjic et de

17 Gradice (?), sur le territoire de Bradina ?

18 M. Gligorevic (interprétation) - Oui.

19 Mme Residovic (interprétation). - Devant ce Tribunal, vous

20 avez déclaré que vous aviez été instituteur à Bradina et Hadzici ?

21 M. Gligorevic (interprétation) - Oui.

22 Mme Residovic (interprétation). - Nous le savons. Mais pouvez-

23 vous confirmer que les enfants de cette région apprennent la géographie ?

24 M. Gligorevic (interprétation) - Oui.

25 Mme Residovic (interprétation). - Monsieur Gligorevic, je vous

Page 1514

1 prierai de bien vouloir regarder cette carte et de reconnaître les

2 endroits dont je vais vous parler.

3 Je demanderais que cette carte soit remise au témoin.

4 M. le Président (interprétation). - Monsieur l'Huissier,

5 pouvez-vous aider le conseil et remettre ce document au témoin ?

6 (L'huissier remet le document au témoin.)

7 M. Ostberg (interprétation). - Je vous demanderais de placer

8 le document sur le rétro-projecteur également de façon à ce que nous

9 puissions le voir.

10 Mme Residovic (interprétation). - Oui. Merci beaucoup, Maître

11 Ostberg, j' allais justement le proposer.

12 Mme Residovic (interprétation). - Monsieur Gligorevic, ayez

13 l'amabilité, je vous prie, de nous montrer l'emplacement de Sarajevo sur

14 cette carte.

15 M. Gligorevic (interprétation) - C'est ici.

16 Mme Residovic (interprétation). - Est-ce que vous pouvez, je

17 vous prie, localiser Konjic ?

18 M. Gligorevic (interprétation) - Bien, ici n'est-ce pas ?

19 Mme Residovic (interprétation). - Est-ce que vous pouvez

20 maintenant, je vous prie, nous montrer la grande route qui mène de

21 Sarajevo à Konjic ?

22 M. Gligorevic (interprétation) - Est-ce que c'est celle-là ?

23 C'est bien cema; n'est-ce pas ?

24 Mme Residovic (interprétation). - Oui.

25 Monsieur Gligorevic, pouvez-vous nous montrer Bradina ?

Page 1515

1 M. Gligorevic (interprétation) - Oui.

2 Mme Residovic (interprétation). - Monsieur Gligorevic, pouvez-

3 vous nous montrer où se trouve Hadzici ?

4 M. Gligorevic (interprétation). - Je ne sais pas. Sans doute

5 quelque part par là. entre Sarajevo et...

6 Mme Residovic (interprétation). - Oui. Est-ce que je pourrais

7 vous prier d'inscrire une marque à l'endroit où vous estimez que se trouve

8 Hadzici sur cette carte, au stylo ?

9 M. Gligorevic (interprétation) - Quelque part ici à peu près.

10 Je ne sais pas exactement sur le plan géographique.

11 Mme Residovic (interprétation). - Je vous prie simplement,

12 personne ne vérifiera votre cartographie.

13 M. Gligorevic (interprétation). - Hadzici se trouve à peu près

14 ici.

15 Mme Residovic (interprétation). - Monsieur Gligorevic, pouvez-

16 vous me dire où se trouve Pazaric ?

17 M. Gligorevic (interprétation) - A peu près entre Hadzici et

18 Bradina.

19 Mme Residovic (interprétation). - C'est là que se trouve

20 Pozaric. Est-ce que vous pouvez l'inscrire également sur la carte ?

21 (Le témoin écrit sur la carte.)

22 Mme Residovic (interprétation). - Je vous prierai également

23 de nous montrer où se trouve l'endroit qui s'appelle Tarcin.

24 (M. Gligorevic indique l'emplacement.)

25 Mme Residovic (interprétation). - Merci beaucoup.

Page 1516

1 Monsieur Gligorevic, j'ai maintenant une question à vous

2 poser. Tarcin et Pazaric sont des communautés locales qui dépendent de la

3 municipalité de Hadzici, n'est-ce pas ? C'est exact ?

4 M. Gligorevic (interprétation). - Oui, c'est exact.

5 Mme Residovic (interprétation). - Monsieur le Président, étant

6 donné que le témoin a reconnu la carte et qu'il a inscrit un certain

7 nombre d'emplacements sur cette carte, je demande qu'elle soit versée au

8 dossier en tant que pièce à conviction de la défense D1.2.

9 M. Ostberg (interprétation). - Je vous poserais la question

10 suivante : pour prouver quoi ?

11 M. Jan (interprétation). - Il s'agit d'emplacements qui ont

12 été évoqués, qui se situent sur la route principale de Sarajevo et je

13 crois qu'elle veut montrer que ces emplacements ont un rôle à jouer dans

14 la défense.

15 M. Ostberg (interprétation). - Oui, bon...

16 M. le Président (interprétation). - Elle pose simplement les

17 bases de sa défense future.

18 Mme Residovic (interprétation). - Merci beaucoup, Monsieur le

19 Président.

20 En tant qu'instituteur de Hadzici ce qui, vous saviez que

21 Hadzici qui était un centre important de l'ancienne JNA, n'est-ce pas ?

22 M. Gligorevic (interprétation) - J'ai passé peu de temps à

23 Hadzici.

24 Mme Residovic (interprétation). - Mais est-ce que vous

25 connaissiez ce fait ?

Page 1517

1 M. Gligorevic (interprétation) - Je savais simplement qu'il y

2 avait des ateliers militaires de réparation de véhicules, je savais qu'il

3 y avait également des véhicules militaires et peut-être des armes, je ne

4 sais pas.

5 Mme Residovic (interprétation). - Est-ce qu'il est exact de

6 dire que le fait que vous soyez venu d'un endroit de ce genre à Bradina a

7 été l'une des causes de votre arrestation à Celebici ?

8 M. Gligorevic (interprétation) - Personne ne m'a dit cela.

9 Mme Residovic (interprétation). - La commission qui vous a

10 interrogé ne vous l'a pas dit non plus à Celebici ?

11 M. Gligorevic (interprétation) - Non.

12 Mme Residovic (interprétation). - Est-ce que vous pensez

13 qu'ils pouvaient vous considérer comme suspect ?

14 M. Gligorevic (interprétation) - Je ne crois pas.

15 Mme Residovic (interprétation). - Eh bien, Monsieur.

16 Gligorevic, puisque vous ne connaissez pas ces faits, je voudrais

17 simplement vous répéter les questions que j'ai posées et me confirmer que

18 j'ai bien posé ces questions avec exactitude.

19 Donc vous avez répondu aux interrogatoires à Celebici à

20 l'extérieur du bâtiment, accroupi sur le sol, est-ce exact ?

21 M. Gligorevic (interprétation) - Oui.

22 Mme Residovic (interprétation). - Vous avez répondu à une

23 personne ?

24 M. Gligorevic (interprétation) - Oui.

25 Mme Residovic (interprétation). - On vous a demandé une

Page 1518

1 déclaration écrite, ou plutôt la déclaration qui a été rédigée a été

2 écrite à la main ?

3 M. Gligorevic (interprétation) - Oui.

4 Mme Residovic (interprétation). - La déclaration vous a été

5 lue ?

6 M. Gligorevic (interprétation) - Oui, elle m'a été lue mais

7 est-ce qu'ils lisaient bien ce qui était écrit, je ne sais pas.

8 Mme Residovic (interprétation). - Vous avez signé cette

9 déclaration en cyrillique.

10 M. Gligorevic (interprétation) - Oui.

11 Mme Residovic (interprétation). - Et c'est la seule

12 déclaration que vous avez fournie ?

13 M. Gligorevic (interprétation) - Oui.

14 Mme Residovic (interprétation). - Merci, Monsieur Gligorevic.

15 Je vais passer maintenant à une autre série de questions. Vous

16 avez confirmé devant ce Tribunal qu'au début du mois d'octobre, vous avez

17 été transféré à la prison Musala au début du mois d'octobre. Est-ce

18 exact ?

19 M. Gligorevic (interprétation) - Oui, le 4 octobre.

20 Mme Residovic (interprétation). - A Musala, vous avez sans

21 doute entendu parler de cette tragédie qu'a été le pilonnage de la salle

22 de sport le jour où une dizaine de prisonniers ont été tués.

23 M. Gligorevic (interprétation) - Oui, j'en ai entendu parler,

24 mais je n'étais pas présent.

25 Mme Residovic (interprétation). - Oui, mais lorsque vous étiez

Page 1519

1 présent à Musala, est-ce que vous avez entendu dire qu'avant et après ce

2 pilonnage, des obus tombaient quotidiennement aux abords de Musala ?

3 M. Gligorevic (interprétation). - Il en tombait près et loin

4 de Musala.

5 Mme Residovic (interprétation). - Et cela se passait au

6 moment où vous étiez dans Musala, n'est-ce pas ?

7 M. Gligorevic (interprétation). - Oui.

8 Mme Residovic (interprétation). - Monsieur Gligorevic, je

9 parle maintenant de votre transfert, de l'enquête qui a été engagée contre

10 vous, de l'interrogatoire qui a été réalisé. J'ai encore quelques

11 questions à vous poser à ce sujet, y compris au sujet de la procédure

12 engagée contre vous dont vous dites qu'elle n'existe pas. Est-ce que vous

13 êtes au courant du fait que la Cour martiale de Mostar a engagé un certain

14 nombre de procédures contre des Serbes de Bradina ?

15 M. Gligorevic (interprétation). - Je ne sais pas combien ils

16 étaient. Moi, je crois que j'en connais deux de Bradina.

17 Mme Residovic (interprétation). - Est-ce que vous pouvez nous

18 donner leur nom, je vous prie ?

19 M. Gligorevic (interprétation). - Branislav Mrkajic, condamné

20 à 9 mois. Il a fini sa peine, mais on ne l'a pas relâché. Le deuxième, je

21 crois que c'est Zdravko Djordjic de Zukici. Et le premier a été changé

22 ensuite.

23 Mme Residovic (interprétation). - Monsieur Gligorevic, je vais

24 maintenant vous montrer un document et j'aimerais voir si vous pouvez le

25 reconnaître. Mais, Monsieur le Président, je vous prie de m'excuser, le

Page 1520

1 document est un peu plus loin sur la table. Je demanderai qu'un exemplaire

2 de ce document soit remis au Président, à l'accusation et à tous les

3 représentants de la défense également. Ceci est le document destiné à

4 M. Gligorevic.

5 (Le greffier remet le document).

6 M. Ostberg (interprétation). - Monsieur le Président,

7 s'agissant des questions, la première chose qui me frappe, c'est la date :

8 14 janvier 1992/n 3. Je ne sais pas ce que cela veut dire ou quelle

9 serait la date exacte de ce document.

10 M. Jan (interprétation). - 14 janvier 1993. Le 2 a été barré

11 et remplacé par un 3.

12 Mme Residovic (interprétation). - Puis je poursuive, Madame et

13 Messieurs les juges? J'aimerais demander que cette signature que m'a

14 donnée M. Gligorevic soit placée sur le rétro-projecteur.

15 (L'huissier place le document sur le rétro projecteur.)

16 Mme Residovic (interprétation). - Monsieur Gligorevic, est-ce

17 là votre signature ?

18 M. Gligorevic (interprétation). - ça a l'air d'être ma

19 signature, ça y ressemble, mais je ne me souviens pas de cette

20 déclaration.

21 M. Jan (interprétation). - Il y a quatre ou cinq personnes qui

22 ont signé ce document, qui ont apposé leur signature, alors laquelle

23 serait la signature de M. Gligorevic ? La numéro 2, 3, 4, la numéro 1 ?

24 Mme Residovic (interprétation). - Je pense que c'est

25 M. Gligorevic qui devrait nous le dire.

Page 1521

1 M. Gligorevic (interprétation). - Mon prénom, mon patronyme

2 sont là où on dit "déclaration fournie par", mais je pense qu'ici il

3 s'agit d'un faux. Je ne me souviens pas du tout de cette déclaration.

4 Mme Residovic (interprétation). - Est-ce que c'est un document

5 de Celebici ?

6 M. Gligorevic (interprétation). - Plus ou moins, je pense.

7 M. Jan (interprétation). - Quelle est la signature qui

8 ressemble le plus à la vôtre ?

9 M. Gligorevic (interprétation). - Celle qui se trouve à

10 droite, Monsieur le Juge.

11 Mme Residovic (interprétation). - Vous avez dit que cette

12 déclaration avait été manuscrite. Est-ce que c'est un document qui a aussi

13 été dactylographié ?

14 M. Gligorevic (interprétation). - Oui.

15 Mme Residovic (interprétation). - Monsieur Gligorevic, vous

16 avez dit que vous avez été interrogé par une personne.

17 M. Gligorevic (interprétation). - Oui.

18 Mme Residovic (interprétation). - Et ici vous avez été

19 interrogé par cinq personnes.

20 M. Gligorevic (interprétation). - Je ne sais pas ce dont il

21 s'agit parce que cet examen, cet interrogatoire n'a jamais existé. Cela ne

22 peut être qu'un faux. Je pense que s'il vous faut subir de telles choses

23 ou un interrogatoire de ce genre, vous n'oubliez pas, et moi je ne me

24 souviens de rien, si ce n'est de ce dont je vous ai parlé à propos de

25 Celebici.

Page 1522

1 Mme Residovic (interprétation). - Ceci porte sur un

2 interrogatoire à Musala.

3 M. Gligorevic (interprétation). - Apparemment, d'après ce qui

4 est écrit.

5 Mme Residovic (interprétation). - Au numéro 1, on trouve la

6 signature de la personne qui a mené l'interrogatoire. Reconnaissez-vous le

7 nom de famille de cette personne ?

8 M. Gligorevic (interprétation). - Probablement... Non, je ne

9 sais pas.

10 Mme Residovic (interprétation). - Pourrais-je vous être d'une

11 quelconque insistance ? Reconnaissez-vous le nom de Jasna Dzumhur ?

12 M. Gligorevic (interprétation). - Je connais fort bien cette

13 personne. Je la connais du temps de l'ex-Yougoslavie. Nous avions coutume

14 de travailler ensemble pour la municipalité. Cette personne, une femme,

15 était une fonctionnaire de haut rang de la municipalité et moi, j'étais un

16 représentant la commune locale de Bradina. Nous nous rencontrions souvent.

17 Mme Residovic (interprétation). - Monsieur Gligorevic, cette

18 signature n'a pas été apposée en cyrillique.

19 M. Gligorevic (interprétation). - Mais si on le voulait,

20 n'importe qui pouvait signer en utilisant ma signature.

21 Mme Residovic (interprétation). - Est-ce que le nom de Pozder

22 Ismeta vous dit quelque chose ? Il se trouve vers le milieu de cette

23 déclaration.

24 M. Gligorevic (interprétation). - Je ne la connaissais pas

25 personnellement, mais je pense qu'elle était à Celebici.

Page 1523

1 Mme Residovic (interprétation). - Monsieur Gligorevic, savez-

2 vous qu'en décembre 1992, une commission a été constituée qui avait pour

3 tâche d'interroger tous ceux qui étaient détenus à Celebici une fois de

4 plus ?

5 M. Gligorevic (interprétation). - Je n'en sais rien. Ce que je

6 sais, c'est que par la suite certaines personnes ont été traduites devant

7 un tribunal, tribunal qui devait se trouver où il se trouvait d'habitude

8 auparavant, au centre de la ville, à un carrefour. Mais il n'y a que très

9 peu de personnes qui ont été concernées. Deux ou trois sont allées à

10 Buturovic Polje. C'était aussi une espèce de tribunal, de cour, mais cela

11 ne concernait que quelques personnes à peine.

12 Mme Residovic (interprétation). - Permettez-moi de poursuivre.

13 Vous avez confirmé le fait qu'il s'agit bien de votre signature ?

14 M. Gligorevic (interprétation). - Non, non. J'ai dit que ceci

15 ressemblait à ma signature, mais moi je ne me souviens pas avoir signé

16 quoi que ce soit de ce genre.

17 Mme Residovic (interprétation). - Je ne parle pas de la teneur

18 du texte. Je parle simplement de votre signature. Est-ce votre signature ?

19 M. Gligorevic (interprétation). - Ceci ressemble à ma

20 signature.

21 Mme Residovic (interprétation). - Madame et Messieurs les

22 Juges, je me permets de suggérer qu'étant donné que le témoin estime que

23 ceci pourrait être sa signature, ce document pourrait être versé au

24 dossier comme étant une nouvelle pièce de la défense.

25 Encore une chose, si vous me le permettez. Je vous ai dit hier

Page 1524

1 que j'avais reçu certains documents du Tribunal de Konjic. Le tribunal a

2 interrogé des personnes, notamment la personne qui a signé au numéro 1, et

3 apparemment il est apparu qu'il y avait une erreur dans la date. On a

4 affirmé que cette déclaration avait été fournie le 14 janvier 1993. Hier,

5 ces documents ont été traduits et je désirerais les soumettre avec

6 d'autres documents que j'ai déjà présentés au témoin et je voudrais que

7 ces pièces deviennent des pièces de la défense.

8 Est-ce que ceci est recevable et peut être admis comme étant

9 la pièce D1.3.

10 M. Ostberg (interprétation). - Objection. Madame et Messieurs

11 les Juges, objection face à ce document. Le témoin a dit que cette

12 signature ressemblait à la sienne. Mais il lui est impossible de confirmer

13 qu'il a signé ce document. Il ne le reconnaît pas. Le témoin dit qu'il n'a

14 jamais subi un interrogatoire pareil, il y a des problèmes de date et nous

15 ne savons pas d'où vient ceci. Cela mériterait une enquête de la part de

16 ce Tribunal et je ne vois pas comment un tel document pourrait être admis

17 au dossier. Le témoin n'a pas reconnu, n'a pas authentifié le document,

18 d'où notre objection à ce que cette pièce soit versée au dossier. Je crois

19 que j'y reviendrai par la suite.

20 M. Jan (interprétation). - Vous allez produire par la suite

21 des témoins qui pourront affirmer que M. Gligorevic a signé en leur

22 présence. On pourrait peut-être enregistrer et numéroter cette pièce.

23 M. Ostberg (interprétation). - Il est certain que si un témoin

24 peut être produit qui vient à prouver les faits, cela va de soi, à ce

25 moment-là, je n'aurai aucune objection, mais pour le moment...

Page 1525

1 M. Jan (interprétation). - Eh bien enregistrons la pièce pour

2 le moment. Numérotons-la.

3 M. le Président (interprétation). - Au cours de son

4 interrogatoire, le témoin a dit très clairement -vous n'écoutiez peut-être

5 pas- que tout ceci sétait fait sous contrainte, sous coercition et il a

6 étéé reconnu que ce document n'était pas recevable. Le témoin a dit qu'il

7 avait apposé sa signature sous le coup de menaces. Il n'a jamais su quelle

8 était la teneur de ce document et il ne connaissait pas les faits qui ont

9 été relatés dans ce document. Il était donc impossible pour le témoin, les

10 circonstances étant ce quelles étaient, d'admettre cela. Je ne vois pas

11 comment vous pourriez le faire.

12 Mme McMurrey (interprétation). - A des fins de précision, si

13 vous le permettez, je pense qu'il y a une certaine confusion ici parce

14 qu'il y a deux déclarations. La première déclaration de Celebici, et

15 Me Residovic ne voudrait pas la faire introduire comme document du dossier

16 puisque cela a été signé sous la contrainte, et celle-ci. S'agissant de

17 celle-ci, le témoin n'a jamais affirmé qu'il l'aurait signée sous

18 contrainte. Aux fins de précision, j'ajoute qu'il s'agit de la déclaration

19 de Musala et non pas de celle de Celebici. Vous savez que, désormais, nous

20 parlons de deux déclarations.

21 M. le Président (interprétation). - Je ne fais pas du tout

22 confusion.

23 Mme McMurrey (interprétation). - Ah, parfait, merci beaucoup.

24 C'est peut-être moi qui faisais confusion.

25 M. Jan (interprétation). - Mais vous allez nous apporter des

Page 1526

1 éléments de preuve selon lesquels ce document aurait été signé. En

2 attendant, nous pouvons enregistrer le document, lui donner une cote.

3 M. le Président (interprétation). - Ceci sous réserve

4 d'identification par le témoin, parce que si le témoin identifie la pièce,

5 d'accord ; mais il faut attendre qu'un élément de preuve soit apporté

6 avant de pouvoir enregistrer la pièce au dossier.

7 Mme Residovic (interprétation). - Madame et Messieurs les

8 Juges, ce document pourrait-il être numéroté et être admis en tant que

9 pièce de la défense, mais cela au moment où la défense aura apporté des

10 éléments probants prouvant que c'est un document valable.

11 M. le Président (interprétation). - Ne pensez-vous pas qu'il

12 est plus sage de prouver qu'il y a eu signature avant d'introduire ce

13 document ? Si quelqu'un peut affirmer que ce document a été signé par

14 M. Gligorevic en sa présence, fort bien, mais il faut d'abord authentifier

15 ceci.

16 Mme Residovic (interprétation). - Monsieur le Président, j'ai

17 ici sur moi la dernière page de cette déclaration fournie par le témoin à

18 l'accusation l'année dernière. Cette partie de la déclaration est signée

19 et la signature est tout à fait identique à l'autre. Les Juges pourraient-

20 ils examiner, la Chambre de première instance pourrait-elle examiner ce

21 document ?

22 M. le Président (interprétation). - Si vous avez une signature

23 tout à fait identique, vous pouvez effectivement la présenter au témoin et

24 nous verrons ce qu'il en est.

25 Mme Residovic (interprétation). - Serait-il possible de

Page 1527

1 montrer ce document qui n'est pas contesté, la signature n'étant pas

2 contestée non plus, au témoin ?

3 M. le Président (interprétation). - Oui, allez-y.

4 Mme Residovic (interprétation). - Nous avons désormais trois

5 signatures. Celle qui n'est pas contestée, apposée sur la déclaration

6 fournie à l'accusation, la signature réalisée ici en prétoire et la

7 signature apposée sur ce document. J'aimerais que les trois signatures

8 soient placées sur le rétroprojecteur, afin que le témoin soit en mesure

9 d'authentifier sa propre signature.

10 (Les signatures sont mises sur le rétroprojecteur.)

11 Monsieur Gligorevic, pourriez-vous montrer la deuxième

12 signature que vous avez apposée ici ? S'agit-il de votre signature, celle-

13 ci ?

14 M. Gligorevic (interprétation). - Oui, c'est ma signature.

15 Mme Residovic (interprétation). - Pourriez-vous maintenant

16 montrer la signature que vous avez faite ce matin au Tribunal ?

17 M. Gligorevic (interprétation). - Celle-ci ?

18 Mme Residovic (interprétation). - Oui, celle du dessus. C'est

19 votre signature en alphabet latin, et la signature apposée sur le document

20 en date du 14 janvier 1993. Pouvez-vous corroborer le fait que c'est bien

21 votre signature ?

22 M. Gligorevic (interprétation). - Non, je ne peux pas, je vous

23 le dis. Je ne me souviens pas. Je ne pense pas qu'il y ait jamais eu un

24 interrogatoire. Il est toujours aisé de falsifier une signature.

25 Mme Residovic (interprétation). - J'aimerais savoir si vous

Page 1528

1 connaissez les membres de ce qui comité en dehors de Ismeta Pozder ? Est-

2 il possible de préciser les autres membres ? Est-il possible d'admettre de

3 numéroter la pièce par laquelle le témoin reconnaît sa signature, le

4 document sur lequel figure la signature écrite ce matin, ainsi que la

5 dernière page de la déclaration fournie à l'accusation, celle qui n'est

6 pas contestée ?

7 M. le Président (interprétation). - Vous essayez de montrer

8 qu'il y a identité entre les trois signatures. C'est bien la votre

9 objectif, c'est votre intention ? Vous essayez de prouver ce fait ?

10 Mme Residovic (interprétation). - Oui, Monsieur le Président.

11 Je demanderai que les deux signatures qui ne sont pas contestées soient

12 numérotées et versées en tant que pièces de la défense au dossier.

13 M. le Président (interprétation). - Je ne vois pas très bien

14 quel est l'objet poursuivi.

15 M. Ostberg (interprétation). - Jélèverai une objection même à

16 ce propos, parce que si le premier document ne peut pas être versé au

17 dossier n'étant pas identifié, que font les deux autres ? Le témoin peut

18 simplement admettre quil a fait ces deux signatures, mais impossible de

19 comparer avec la troisième.

20 M. Jan (interprétation). - Maître Residovic demande simplement

21 que les deux signatures qui ne sont pas contestées soient admises.

22 Mme Residovic (interprétation). - Simplement à des fins

23 d'identification. Je n'ai pas l'intention de les utiliser à d'autres fins.

24 M. le Président (interprétation). - Vous vouliez montrer que

25 les signatures sont identiques. Cela est possible, il n'y a pas de

Page 1529

1 problème. Toutefois, si en sus de cela vous vouliez aller plus loin, tout

2 simplement parce que ces signatures seraient identiques, des problèmes

3 pourraient surgir. Mais pour ce qui est de l'identification des

4 signatures, ceci est recevable.

5 Mme Residovic (interprétation). - Merci beaucoup, aux seules

6 fins d'identification.

7 Est-il possible de présenter au témoin le document suivant,

8 également à des fins d'identification ?

9 (L'huissier remet le document au témoin.)

10 M. Ostberg (interprétation). - Monsieur le Président, nous

11 aimerions obtenir un exemplaire et une traduction avant que cela ne soit

12 présenté au témoin et aux Juges.

13 Mme Residovic (interprétation). - Ayez l'amabilité de

14 distribuer la traduction du document.

15 (Le document est remis à l'accusation et aux juges.)

16 M. Ostberg (interprétation). - Nous aimerions aussi avoir

17 l'original.

18 Mme Residovic (interprétation). - L'original est déjà placé

19 sur le rétroprojecteur.

20 Monsieur Gligorevic, ce document a-t-il été écrit par vous-

21 même ?

22 M. Gligorevic (interprétation). - Je pense que oui.

23 Mme Residovic (interprétation). - Avez-vous apposé votre

24 propre signature sur ce document ?

25 M. Gligorevic (interprétation). - Je pense que oui.

Page 1530

1 Mme Residovic (interprétation). - Ce document, vous l'avez

2 fourni un an après votre arrivée à Celebici, c'est-à-dire en juin 1993.

3 Est-ce bien exact ?

4 M. Gligorevic (interprétation). - Cest la date qui figure sur

5 le document et c'est sans doute comme cela que cela s'est passé.

6 Mme Residovic (interprétation). - Vous écrivez dans ce

7 document que vous avez fait l'objet de mauvais traitements lors de votre

8 arrestation. Est-ce exact ?

9 M. Gligorevic (interprétation). - Je n'ai pas encore lu le

10 document. J'aimerais prendre connaissance de sa teneur avant de vous

11 répondre.

12 (Le témoin lit le document.)

13 Mme Residovic (interprétation). - Il est déclaré également que

14 tous vos biens on été détruits.

15 M. Gligorevic (interprétation). - Oui.

16 Mme Residovic (interprétation). - Vous avez écrit également de

17 votre propre main ce que vous aviez comme armes et qui vous les a

18 fournies.

19 M. Gligorevic (interprétation). - C'est ce qui est écrit. Mais

20 on devait l'écrire pour qu'il n'y ait pas de discordance entre cette

21 déclaration et celle de Celebici.

22 Mme Residovic (interprétation). - Vous reconnaissez donc cette

23 déclaration comme étant écrite par vous-même et signée par vous-même ?

24 M. Jan (interprétation). - Un instant, nous n'avons pas encore

25 la réponse du témoin.

Page 1531

1 Mme Residovic (interprétation). - Vous reconnaissez que cette

2 déclaration est de votre main et aussi qu'y figure votre signature ?

3 M. Gligorevic (interprétation). - Cest exact.

4 Mme Residovic (interprétation). - Je demanderai à la Chambre

5 de première instance d'admettre ce document comme étant une pièce de la

6 défense portant la cote D1/4.

7 M. Ostberg (interprétation). - Monsieur le Président, avant de

8 décider si j'élève une objection ou pas, j'aimerais savoir une chose. Ce

9 document a-t-il été signé sous la contrainte, sous la menace ?

10 M. le Président (interprétation). - Le témoin n'a pas dit que

11 c'était le cas. Si cela avait été le cas, il l'aurait dit.

12 M. Ostberg (interprétation). - Selon moi, je crois qu'il y a

13 eu quelques commentaires à propos du fusil.

14 M. le Président (interprétation). - Il ne l'a pas dit. S'il y

15 avait eu contrainte au moment de la signature et de la fourniture de cette

16 déclaration manuscrite du témoin, il l'aurait dit.

17 Mme Residovic (interprétation). - Cette pièce est-elle admise

18 comme pièce de la défense ?

19 M. le Président (interprétation). - Oui, parce que le témoin a

20 confirmé qu'il avait écrit ceci de sa main.

21 Mme Residovic (interprétation). - Merci beaucoup.

22 Monsieur Gligorevic, vous vouliez savoir quels étaient les

23 membres de la Commission d'enquête, Commission d'enquête qui vous a

24 interrogé le 14 janvier 1993. Est-il possible de montrer ce document à

25 M. Gligorevic ? J'aimerais aussi vous demander de fournir la traduction

Page 1532

1 dudit document à tous les membres du Tribunal.

2 M. le Président (interprétation).- Vous faites référence à une

3 date, le 6 juin 1993 ?

4 Mme Residovic (interprétation). - Non, Monsieur le Président.

5 C'est un document en date du 14 janvier 1993, et le témoin avait demandé à

6 voir les noms des membres de la Commission d'enquête qui avaient signé ce

7 document. Je voudrais vous montrer, tant à vous, Madame et Messieurs les

8 Juges, qu'au témoin les noms des membres de la Commission, ce qui

9 permettra peut-être au témoin de les identifier.

10 Connaissiez-vous l'un quelconque de ces membres ?

11 M. Gligorevic (interprétation). - A part Jasminka Dzumhur que

12 j'ai déjà mentionnée et que je connaissais d'avant la guerre, je l'avais

13 vue aussi une fois à Musala, quand elle est arrivée, je ne connaissais pas

14 les autres membres.

15 Mme Residovic (interprétation). - Ce qui signifie, Monsieur,

16 que sur cette liste de la Commission, vous avez reconnu le nom de Jasminka

17 Dzumhur. Est-ce exact ?

18 M. Gligorevic (interprétation). - C'est la seule personne que

19 je connaisse.

20 Mme Residovic (interprétation). - Madame et Messieurs les

21 Juges, pour les mêmes raisons, en vue d'identifier les membres de la

22 Commission, je voudrais que ce document en date du 14 janvier soit, lui

23 aussi, admis au dossier.

24 M. Ostberg (interprétation). - Objection.

25 M. le Président (interprétation). - Je croyais qu'une des cinq

Page 1533

1 personnes avait été identifiée mais qu'il ne pouvait pas identifier les

2 autres.

3 Mme Residovic (interprétation). - Il y a une personne, la

4 première, qui était la personne à signer, cette personne n'a pas été

5 contestée. Il se peut qu'elle comparaisse en tant que témoin. Etant donné

6 que le témoin a reconnu, a identifié cette personne comme la connaissant,

7 je demande que ce document soit versé au dossier en vue d'identifier

8 ladite personne.

9 M. le Président (interprétation). - Oui, mais ce n'est pas

10 cette personne qui soumet ce document.

11 Il fait objection pour ce qui est des autres signatures et le

12 témoin n'a jamais mentionné les cinq et n'a jamais dit que les cinq

13 travaillaient de concert. Cela n'a jamais été dit.

14 Mme Residovic (interprétation). - Merci. La défense va tenter

15 d'authentifier ce document et d'en déterminer la portée d'une autre façon,

16 qui convienne mieux aux travaux de ce Tribunal.

17 Permettez-moi de montrer au témoin un autre document. Il est

18 certain que je vais aussi vous soumettre la traduction dudit document.

19 Mme Residovic (interprétation). - Monsieur Gligorevic, la date

20 de votre arrestation figure-t-elle sur ce document ?

21 M. Gligorevic (interprétation). - Oui, mais c'est un document

22 que je vois pour la première fois de ma vie. On aurait fort bien pu

23 imprimer ce document il y a quelques jours. Personne ne m'a jamais montré

24 quoi que ce soit qui ressemble à ce document.

25 Mme Residovic (interprétation). - Ce document déclare qu'un

Page 1534

1 fusil et des balles ont été pris sur vous.

2 M. Gligorevic (interprétation). - Je le répète, c'est la

3 première fois que je vois quoi que soit qui ressemble à ce document.

4 Mme Residovic (interprétation). - Merci. Ce document sera

5 présenté à la Cour à un moment plus opportun.

6 Monsieur Gligorevic, savez-vous ce qu'est l'amnistie ?

7 M. Gligorevic (interprétation). - Je suppose. Mais pourriez-

8 vous m'aider ?

9 Mme Residovic (interprétation). - Si je vous disais qu'il

10 s'agit là d'une décision prise par les autorités compétentes qui ont le

11 droit d'amnistier une personne pour toute procédure, est-ce bien ce que

12 vous pensez ?

13 M. Gligorevic (interprétation). - Oui, c'est lorsqu'un organe

14 de l'Etat accorde la grâce à quelqu'un.

15 Mme Residovic (interprétation). - Monsieur Gligorevic, avez-

16 vous jamais fait l'objet d'amnistie ?

17 M. Gligorevic (interprétation). - Pas que je sache. J'ai passé

18 beaucoup de temps au camp, tout le temps pendant lequel le camp a

19 fonctionné. Après mon départ, le camp de Musala était vide.

20 Mme Residovic (interprétation). - Je demanderai que ce

21 document vous soit présenté parce que ceci porte sur les poursuites

22 engagées contre M. Gligorevic.

23 (Le document est remis aux juges, à l'accusation et au

24 greffe).

25 Mme Residovic (interprétation). - Monsieur Gligorevic, avez-

Page 1535

1 vous reçu ce document à un moment quelconque ?

2 M. Gligorevic (interprétation). - Non. C'est encore quelque

3 chose que je vois pour la première fois.

4 Mme Residovic (interprétation). - Savez-vous comment vous vous

5 êtes retrouvé sur la liste des prisonniers à échanger si ces poursuites

6 étaient engagées contre vous ?

7 M. Gligorevic (interprétation). - Je ne sais pas. Ce sont les

8 négociateurs qui savent.

9 Mme Residovic (interprétation). - Monsieur Gligorevic, savez-

10 vous qu'en Bosnie-Herzégovine, aujourd'hui aucune poursuite n'est engagée

11 contre vous ?

12 M. Gligorevic (interprétation). - Je ne sais pas, je n'en sais

13 rien.

14 Mme Residovic (interprétation). - Savez-vous que vous pouvez

15 aller librement dans votre village si vous le souhaitez ?

16 M. Gligorevic (interprétation). - C'est une excellente chose,

17 mais ce village n'existe plus. Pratiquement plus.

18 Mme Residovic (interprétation). - Merci beaucoup. La ville de

19 Konjic existe toujours.

20 M. Gligorevic (interprétation). - Oui, mais mon village,

21 Bradina, est un désert aujourd'hui je pense.

22 Mme Residovic (interprétation). - Comme beaucoup d'autres et

23 nous sommes ici pour en construire de nouveaux.

24 M. Gligorevic (interprétation). - Malheureusement, je ne sais

25 pas comment ces destructions se sont passées.

Page 1536

1 Merci, Monsieur Gligorevic. J'ai encore quelques questions à

2 poser. Puis-je poursuivre ?

3 M. le Président (interprétation). - Oui, je vous en prie.

4 Mme Residovic (interprétation). - Monsieur Gligorevic, dans

5 votre déclaration auprès du Procureur et dans votre déposition au

6 Tribunal, vous avez dit qu'à Bradina et dans d'autres parties de la

7 République, il y avait des sentinelles qui avaient été mises en place.

8 Est-ce correct ?

9 M. Gligorevic (interprétation). - Oui, il y avait

10 effectivement des sentinelles dans les villages.

11 Mme Residovic (interprétation). - Pouvez-vous me dire ce que

12 ces sentinelles gardaient. Des maisons ?

13 M. Gligorevic (interprétation). - Oui, sans doute. Je n'y ai

14 pas pris part et j'ai passé très peu de temps là, mais j'imagine que ces

15 gens gardaient leur propre village.

16 Mme Residovic (interprétation). - Des routes ?

17 M. Gligorevic (interprétation). - Oui, s'ils gardaient les

18 villages et qu'une route passait au milieu, c'est logique.

19 Mme Residovic (interprétation). - Et s'il y avait une ligne de

20 chemin de fer ?

21 M. Gligorevic (interprétation). -Sans doute.

22 Mme Residovic (interprétation). - Pouvez-vous me dire... La

23 route principale passe par Bradina, n'est-ce pas ?

24 M. Gligorevic (interprétation). - Oui.

25 Mme Residovic (interprétation). - Et la seule ligne de chemin

Page 1537

1 de fer qui relie Sarajevo et la Bosnie centrale ainsi que la Bosnie

2 septentrionale passe aussi par Konjic, n'est-ce pas ?

3 M. Gligorevic (interprétation). - Oui.

4 Mme Residovic (interprétation). - Monsieur Gligorevic, si ces

5 sentinelles gardaient la route et la ligne de chemin de fer, il serait

6 impossible d'aller à Sarajevo à Konjic par la route normale, n'est-ce

7 pas ?

8 M. Gligorevic (interprétation). - Je ne sais pas si l'on

9 pouvait passer ou non. Je n'y ai passé que très peu de temps et j'ai déjà

10 expliqué à vos collègues que ces routes étaient bloquées. Il y avait un

11 tunnel près de Konjic, qui a été détruit, et en direction de Sarajevo la

12 route était bloquée aussi avec des tas de sable et des billots.

13 Mme Residovic (interprétation). - Oui, Monsieur Gligorevic,

14 mais vous avez aussi dit à mes confrères et à Mme McMurrey

15 qu'effectivement vous étiez arrivé de Hadzici à Bradina le 8 mai.

16 M. Gligorevic (interprétation). - Oui.

17 Mme Residovic (interprétation). - Savez-vous, Monsieur

18 Gligorevic, que le 9 mai, les premières unités de la JNA et des forces

19 serbes ont pris le contrôle du centre de Hadzici ?

20 M. Gligorevic (interprétation). - Je ne sais pas, nous

21 n'écoutions pas quoi que ce soit à Bradina. Il n'y avait pas

22 d'électricité, donc je ne savais pas ce qui se passait et quand les

23 événements se déroulaient.

24 Mme Residovic (interprétation). - Mais s'il s'agit de faits

25 incontestables, vous ne les remettez pas en cause ?

Page 1538

1 M. Gligorevic (interprétation). - Je dis simplement que je

2 n'en sais rien. Je ne peux ni confirmer ni infirmer.

3 Mme Residovic (interprétation). - La ville de Hadzici pendant

4 la guerre, jusqu'aux attaques aériennes de l'Otan et jusqu'aux accords de

5 Dayton étaient contrôlée par des forces serbes, n'est-ce pas ?

6 M. Gligorevic (interprétation). - J'étais dans un camp.

7 Mme Residovic (interprétation). - En 95, vous n'y étiez pas ?

8 M. Gligorevic (interprétation). - Je n'étais pas Hadzici à ce

9 moment-là.

10 Mme Residovic (interprétation). - Vous savez qu'à Hadzici, il

11 y avait le plus grand dépôt d'armes de la JNA, dépôt de munitions...

12 M. Gligorevic (interprétation). - Je n'en sais rien.

13 Mme Residovic (interprétation). - Monsieur Gligorevic, je vous

14 en prie, il y a quelques instants, vous avez marqué sur la carte

15 l'emplacement de Tarcin et de Pazaric.

16 M. Gligorevic (interprétation). - Oui.

17 Mme Residovic (interprétation). - Est-il vrai que ces deux

18 endroits sont deux comités locaux de la ville de Hadzici ?

19 M. Gligorevic (interprétation). - Oui.

20 Mme Residovic (interprétation). - Est-il vrai, Monsieur

21 Gligorevic, que si le village de Hadzici était occupé et si Bradina était

22 bloquée, Pazaric et Tarcin étaient pris en sandwich et qu'il était

23 impossible de parvenir à Konjic ou à Sarajevo ?

24 M. Gligorevic (interprétation). - Oui, c'est sans doute vrai

25 pour la route principale. Mais on pouvait passer par d'autres routes.

Page 1539

1 Mme Residovic (interprétation). - Monsieur Gligorevic, en

2 rapport avec votre réponse, pouvez-vous confirmer que de Tarcin à Konjic,

3 on peut arriver à destination en une demi-heure en voiture ?

4 M. Gligorevic (interprétation). - Je ne peux pas vous dire en

5 combien de temps exactement, mais sans doute oui.

6 Mme Residovic (interprétation). - Dans cette hypothèse, pour

7 parvenir à Konjic il faut prendre une route en macadam par Konjic, Dusina

8 et cela prendrait environ 15 heures, n'est-ce pas ? 15 minutes plutôt.

9 M. Gligorevic (interprétation). - Je ne sais pas, je ne peux

10 pas vous dire quelle est la distance.

11 Mme Residovic (interprétation). - Monsieur Gligorevic, vous

12 étiez enseignant dans la région et vous la connaissiez.

13 M. Gligorevic (interprétation). - Je ne peux pas vraiment vous

14 dire s'il faut tel ou tel nombre d'heures, car je n'avais jamais été dans

15 cette zone-là.

16 Mme Residovic (interprétation). - Merci. Vous avez dit devant

17 le Tribunal que vous n'aviez pas fait de service militaire à la JNA .

18 M. Gligorevic (interprétation). - C'est vrai.

19 Mme Residovic (interprétation). - Et vous avez dit à mes

20 confrères que bien que vous ayez mauvaise vue, vous étiez capable de

21 reconnaître des gens sans lunettes.

22 M. Gligorevic (interprétation). - Oui, cela dépend de la

23 distance à laquelle se trouvent ces personnes.

24 Mme Residovic (interprétation). - Donc vous avez été exempté

25 du service militaire dans la JNA en temps de paix.

Page 1540

1 M. Gligorevic (interprétation). - Oui, c'est exact.

2 Mme Residovic (interprétation). - En cas de guerre, vous

3 deviez être examiné par la Commission pour voir si vous êtes exempté ou

4 non.

5 M. Gligorevic (interprétation). - Je ne connais pas ce genre

6 de règle.

7 Mme Residovic (interprétation). - Savez-vous, Monsieur

8 Gligorevic qu'en avril 92, en Bosnie-Herzégovine, l'état de menace

9 imminente de guerre a été déclaré ? Vous vous en souvenez ?

10 M. Gligorevic (interprétation). - Il est difficile de me

11 rappeler. C'était il y a longtemps.

12 Mme Residovic (interprétation). - Les écoles ont cessé de

13 fonctionner.

14 M. Gligorevic (interprétation). - Oui effectivement, pendant

15 un jour ou deux.

16 Mme Residovic (interprétation). - Savez-vous qu'à ce moment là

17 l'ordre de mobilisation générale a été lancé ?

18 M. Gligorevic (interprétation). - Non, je ne sais pas.

19 Mme Residovic (interprétation). - Est-il vrai, Monsieur

20 Gligorevic, que vous n'avez pas réagi à l'ordre de mobilisation dans votre

21 municipalité de Hadzici ?

22 M. Gligorevic (interprétation). - S'il y a eu proclamation de

23 la mobilisation, je n'y ai pas réagi.

24 Mme Residovic (interprétation). - Vous n'avez pas réagi à

25 l'ordre de mobilisation pour la défense territoriale de Konjic lorsque

Page 1541

1 vous étiez à Bradina ?

2 M. Gligorevic (interprétation). - C'est vrai, il n'était pas

3 possible d'aller à Konjic et personne ne m'a appelé.

4 Mme Residovic (interprétation). - Vous n'êtes pas allé voir un

5 médecin pour confirmer votre incapacité de servir dans l'armée en cas de

6 guerre ?

7 M. Gligorevic (interprétation). - Non.

8 Mme Residovic (interprétation). - Vous ne l'avez pas fait,

9 très bien.

10 Je voudrais maintenant vous poser une question concernant ce

11 que vous avez dit au bureau du Procureur. Si vous vous vous souvenez,

12 Monsieur Gligorevic, l'année dernière vous avez déclaré qu'à Bradina il y

13 avait eu une réunion avec les habitants et des représentants de Konjic.

14 Est-ce exact ?

15 M. Gligorevic (interprétation). - Oui, je n'y étais pas

16 présent mais j'en ai entendu parler.

17 Mme Residovic (interprétation). - Vous avez dit à l'époque que

18 cette réunion avait compté la participation de certains fonctionnaires de

19 Konjic.

20 M. Gligorevic (interprétation). - Oui.

21 Mme Residovic (interprétation). - Pouvez-vous confirmer qu'à

22 cette occasion, vous avez dit qu'avaient participé à cette réunion le

23 Président de la municipalité de Konjic qui s'appelait Rusmir

24 Hadzihusenovic et quelqu'un d'autre, le Président de la Présidence de

25 guerre.

Page 1542

1 M. Gligorevic (interprétation). - C'est ce que m'ont dit ms

2 voisins.

3 Mme Residovic (interprétation). - Vous avez dit aussi que

4 Jasmin Guska, chef de la police à Konij, avait également participé à cette

5 réunion.

6 M. Gligorevic (interprétation). - C'est exact, oui.

7 Mme Residovic (interprétation). - Etait également présent à

8 cette réunion Hamza Janovic, ex officier de la JNA, qui était à ce moment-

9 là membre de la Défense Territoriale au siège à Konjic, au quartier-

10 général à Konjic.

11 M. Gligorevic (interprétation). - La réunion qui s'est tenue à

12 Bradina a eu lieu avant que je n'arrive et il y a eu une deuxième réunion

13 à Podorasac, et là je ne sais pas s'il y était ou non.

14 Mme Residovic (interprétation). - Vous savez aussi qu'à ce

15 moment là, il a été exigé que les barrages routiers soient léliminés sur

16 la route principale.

17 Mme Residovic (interprétation). - Je n'en sais rien. On m'a

18 dit qu'à cette dernière réunion, il y avait eu un accord pour ce qui

19 concerne la situation en Bosnie-Herzégovine, que cette situation était

20 très mauvaise et qu'il fallait attendre un règlement politique et il ne

21 fallait pas que les parties s'attaquent lune l'autre. Cette réunion a eu

22 lieu un samedi et dans l'intervalle, l'attaque était préparée, alors que

23 ces gens étaient en train d'essayer de convaincre la population de Bradina

24 que Bradina ne serait pas attaquée, or Bradina a été attaquée le lundi.

25 Mme Residovic (interprétation). - Vous avez dit le 23 mai ?

Page 1543

1 M. Gligorevic (interprétation). - Un samedi m'a-t-on dit. Je

2 ne connais pas la date.

3 Mme Residovic (interprétation). - Savez-vous que la ville de

4 Konjic a été pilonnée le 23 mai également ainsi que le 24et le 25 mai ?

5 M. Gligorevic (interprétation). - Je n'en suis pas certain.

6 Nous étions à 12 ou 13 kilomètres de distance de la ville de Konjic.

7 Mme Residovic (interprétation). - Merci beaucoup Monsieur

8 Gligorevic. Encore quelques questions pour préciser certains points que

9 vous avez déjà soulevés devant le Tribunal.

10 Vous avez dit que le 27 mai, parmi les groupes qui sont allés

11 de Bradina à Celebici se trouvaient PetkoGligorevic et Miljanic, est-ce

12 exact ?

13 M. Gligorevic (interprétation). - Oui, c'est exact.

14 Mme Residovic (interprétation). - Vous avez dit aussi devant

15 la Chambre que Petko Gligorevic et Gojko Miljanic...

16 M. Gligorevic (interprétation). - Petko, Petko.

17 Mme Residovic (interprétation). - ...Petko Gligorevic donc et

18 Miljanic sont morts immédiatement ou plusieurs heures après avoir été

19 frappés, le matin suivant.

20 M. Gligorevic (interprétation). - Oui.

21 Mme Residovic (interprétation). - Monsieur Gligorevic, vous

22 avez aussi déclaré que plusieurs jours après votre arrivée au hangar n 6,

23 un groupe a été transféré du tunnel n 9 au n 6.

24 M. Gligorevic (interprétation). - Oui, c'était un groupe de

25 personnes arrêtées à Bradina qui avait été emmenées au camp le 26 mai, le

Page 1544

1 jour précédent mon arrivée.

2 Mme Residovic (interprétation). - Vous savez que certains

3 d'entre eux avaient des pansements dans sur la tête. Je crois qu'il s'agit

4 de Mirko Kuljanin, je ne me souviens pas exactement.

5 M. Gligorevic (interprétation). - Oui.

6 Mme Residovic (interprétation). - Donc cela signifie qu'avant

7 l'arrivée au hangar n6, ces personnes ont reçu des soins médicaux.

8 M. Gligorevic (interprétation). - Je ne sais pas qui les a

9 soignés et quel genre d'assistance médicale cela a pu être. Parmi les

10 personnes qui ont été arrêtées, il y avait aussi un médecin, Zara Mrkajic.

11 Il était aussi de Bradina et c'est lui qui a soigné ces personnes. Je ne

12 sais pas qui lui a donné les pansements nécessaires.

13 Mme Residovic (interprétation). - Mais quoi qu'il en soit,

14 avant leur arrivée au hangar n 6, ces personnes ont reçu des soins

15 médicoaux,comme vous avez pu le constater vous-même.

16 M. Gligorevic (interprétation). - Certaines personnes avaient

17 des pansements sur la tête.

18 Mme Residovic (interprétation). - Merci. Vous avez aussi

19 déclaré, et je voudrais préciser ce point, que plusieurs jours après, un

20 groupe de Serbes a été arrêté à Bjelasnica et qu'il est arrivé au camp.

21 M. Gligorevic (interprétation). - Oui.

22 Mme Residovic (interprétation). - Pouvez-vous, s'ils vous

23 plaît, dire au Tribunal s'il s'agissait d'un groupe de Serbes qui venaient

24 de Bradina, allaient à Bjelasnica et étaient en rouge vers les territoires

25 contrôlés par les serbes.

Page 1545

1 M. Gligorevic (interprétation). - Oui.

2 Mme Residovic (interprétation). - Pouvez-vous aussi dire si

3 ces personnes avaient été frappées alors qu'elles étaient en route vers

4 Celebici ?

5 M. Gligorevic (interprétation). - Oui, je peux le faire. De

6 fait, le groupe qui a été emmené au camp à été emmené au tunnel n 9 et

7 non pas au hangar n 6. Je les ai vus lorsqu'ils ont été transférés au

8 hangar n 6.

9 Mme Residovic (interprétation). - Vous aviez entendu parler de

10 ce groupe auprès des personnes qui ont été transférées du tunnel n 9 au

11 hangar n 6, n'est-ce pas?

12 M. Gligorevic (interprétation). - Oui.

13 Mme Residovic (interprétation). - Parmi ces personnes

14 transférées au hangar n 6, il y avait des parents à vous, n'est-ce pas ?

15 M. Gligorevic (interprétation). - Je ne sais pas. Je ne sais

16 pas s'il y avait des parents proches. Mais il y avait mon beau-frère dans

17 un autre groupe, qui avait été emmené de Bradina.

18 Mme Residovic (interprétation). - Très bien. Encore deux

19 questions, Monsieur Gligorevic.

20 Dans le groupe, est-ce que se trouvait Pero Mrkajic et avait-

21 il été gravement frappé ?

22 M. Gligorevic (interprétation). - Pas dans ce groupe-là. Pero

23 Mrkajic a été emmené avec un autre groupe et il avait été frappé très

24 gravement. Il était allongé à côté de moi.

25 Mme Residovic (interprétation). - Et il est mort de ses

Page 1546

1 blessures ?

2 M. Gligorevic (interprétation). - Oui.

3 Mme Residovic (interprétation). - Pouvez-vous me dire si dans

4 ce groupe capturé près du village de Ljuta, il y avait deux membres de la

5 défense territoriale et si ces personnes avaient été tuées ?

6 M. Gligorevic (interprétation). - Je n'en sais rien.

7 Mme Residovic (interprétation). - Vous croyez que d'autres

8 personnes dans ce groupe peuvent témoigner de ces événements ?

9 M. Gligorevic (interprétation). - Je pense que pour ces

10 personnes tuées, il ne s'agissait pas du groupe de Pero. Il s'agissait de

11 personnes plus âgées. Pero Mrkajic et quelqu'un qui s'appelait Djordjic.

12 C'étaient deux personnes plus âgées.

13 Mme Residovic (interprétation). - Vous faites référence à

14 Rajko Djordjic ?

15 M. Gligorevic (interprétation). - Je ne sais pas de quel

16 groupe vous parlez et où ces personnes ont été tuées, mais je sais que

17 pour Pero, ce n'était pas ce groupe-là. Il me l'a dit plus tard bien qu'il

18 avait été frappé.

19 Mme Residovic (interprétation). - Mais vous avez entendu dire,

20 quoi qu'il en soit, que certains membres du groupe ont été tués près du

21 filage de Ljuta, sur la route allant vers Kalinovik, n'est-ce pas ?

22 M. Gligorevic (interprétation). - Je ne sais pas, je n'en sais

23 rien. Personne ne m'en a parlé.

24 Mme Residovic (interprétation). - Merci beaucoup, Monsieur

25 Gligorevic.

Page 1547

1 M. le Président (interprétation). - Je vous remercie vivement,

2 Maître Residovic. Je crois que la Chambre de première instance va

3 maintenant...

4 M. Ostberg (interprétation). - Je voudrais vous informer que

5 M. Gligorevic a demandé à pouvoir retourner dans le pays où il réside et

6 je voudrais poser une ou deux questions en guise d'interrogatoire

7 supplémentaire. Je vous serais très reconnaissant de me permettre de le

8 faire et de prononcer ensuite la suspension de l'audience.

9 M. Greaves (interprétation). - Je suis désolé de vous

10 interrompre, mais il y a une question que voudrait soulever en privé avec

11 le conseil de M. Delalic qui concerne ce témoin et j'aurai peut-être

12 encore des questions à poser avant que le témoin ne puisse quitter les

13 lieux. Si vous me permettez donc de conférer en privé avec le conseil de

14 M. Delalic, je vous en serai très reconnaissant.

15 M. le Président (interprétation). - Oui, si vous chuchotez.

16 M. Greaves (interprétation). - Oui, je vous le promets.

17 Mme Residovic (interprétation). - Monsieur le Président,

18 pouvons-nous avoir 5 minutes de pause pour conférer ? Il semble que j'aie

19 oublié de poser certaines questions et je voudrais consulter mes confrères

20 pendant deux ou trois minutesn de façon a compléter mon contre-

21 interrogatoire ?

22 M. le Président (interprétation). - Très bien.

23 Mme Residovic (interprétation). - Je vous en remercie.

24 (Les conseils se concertent.)

25 M. Greaves (interprétation). - Je voudrais simplement poser

Page 1548

1 une question qui découle de quelque chose qui a été mentionné par le Juge

2 Jan ce matin, en rapport avec les signatures. On pourrait verser la pièce

3 au dossier pour effectuer des comparaisons avec les documents qui ont été

4 présentés par ailleurs. Sur le plan pratique, d'après mon expérience, les

5 experts en graphologie auront besoin de plus d'un spécimen de la signature

6 pour pouvoir faire cette comparaison. Dans ma juridiction, on estime qu'il

7 faut environ 12 spécimens de signatures à cette fin.

8 Il serait donc bon de demander au témoin, avant qu'il quitte

9 ces lieux, de signer douze fois son nom sur une feuille de papier et que

10 ce document soit versé au dossier à titre de pièce à conviction, comme

11 d'autres pièces qui ont déjà été versées.

12 Je ne sais pas si on se propose de procéder à une comparaison,

13 mais si on veut le faire à l'avenir, cette pièce serait utile.

14 M. le Président (interprétation). -. On peut lui faire signer

15 un document effectivement.

16 M. Jan (interprétation). - Pas d'objection ?

17 M. le Président (interprétation). - A cette fin ?

18 M. Greaves (interprétation). - Je vous remercie. J'espère que

19 c'est une suggestion utile.

20 M. le Président (interprétation). -Je pense que le Procureur

21 devrait lui faire signer une feuille de papier.

22 M. Ostberg (interprétation). - Je n'ai pas d'objection.

23 M. le Président (interprétation). - Veillez à ce que cela soit

24 fait.

25 M. Jan (interprétation). - Avant qu'il ne prenne l'avion !

Page 1549

1 M. Ostberg (interprétation). - Oui, j'espère.

2 M. Greaves (interprétation). - Merci beaucoup.

3 Mme Residovic (interprétation). - Pourriez-vous répéter ou

4 confirmer lesquels des documents que j'ai présentés sont acceptés à titre

5 de pièces à conviction et lesquels sont simplement marqués à des fins

6 d'identification ? Pouvez-vous m'aider à établir cette liste pour que nous

7 sachions où nous en sommes, et cela avant que le témoin ne parte.

8 M. Jan (interprétation). - Cela ressort clairement du compte

9 rendu.

10 Mme McMurrey (interprétation). -Si vous me le permettez, nous

11 essayons simplement de préciser la situation. Maître Residovic a présenté

12 certains documents qui n'ont pas été versés au dossier à titre de pièces à

13 conviction.

14 M. Jan (interprétation). - Je pense que nous parlons du

15 document du 14 janvier 1993. Le témoin a dit que la signature ressemblait

16 à la sienne, mais qu'il n'avait pas signé ce document.

17 M. le Président (interprétation). - Pour autant que je me

18 souvienne, le document qui est admis au dossier est celui qui date du

19 6 juin 1993, qui a été rédigé par le témoin lui-même. C'est ce document

20 qui a été versé au dossier.

21 Mme McMurrey (interprétation). -.Maître Résidovic n'a pas

22 prononcé le mot magique "verser la pièce au dossier", c'est pourquoi nous

23 voulions maintenant clarifier la situation.

24 M. Jan (interprétation). - (Hors micro.)

25 Mme Residovic (interprétation). - Merci. Ainsi donc le

Page 1550

1 document que j'ai présenté à titre de moyen de preuve a été accepté par la

2 Chambre et le document dont j'ai demandé qu'il soit marqué aux fins

3 d'identification apparaît effectivement comme étant identifié dans le

4 compte rendu.

5 Peut-être n'ai-je pas l'habitude de la procédure technique

6 pour le versement des pièces au dossier. Je remercie mes confrères pour

7 leurs suggestions.

8 Je voudrais aussi vous poser encore une question. Monsieur le

9 Président, étant donné que le témoin a parlé de sa vue déficiente, me

10 permettriez-vous de demander au témoin de retirer ses lunettes pendant un

11 instant ?

12 Monsieur Gligorevic, pouvez-vous voir mon confrère ? Elle vous

13 montre maintenant quatre doigts.

14 Votre micro n'est pas branché. Est-ce que l'on peut brancher

15 le micro du témoin ? Monsieur Gligorevic, votre micro doit être branché

16 pour qu'on puisse vous entendre. Pouvez-vous nous dire maintenant ce que

17 vous voyez. Que vous montre mon confrère, Maître McMurrey ?

18 M. Gligorevic (interprétation) - Elle lève la main et montre

19 quatre doigts.

20 Mme Residovic (interprétation). - Oui, le témoin a vu quatre

21 doigts.

22 M. Gligorevic (interprétation). - Deux doigts.

23 M. Ostberg (interprétation). - J'objecte à cette procédure en

24 audience. Le témoin a déjà parlé de sa vue. On ne peut absolument pas

25 autoriser ce genre de test dans le prétoire.

Page 1551

1 M. Jan (interprétation). - Maître Residovic, vous pouvez peut-

2 être poser des questions au témoin quant aux verres qu'il utilise, mais je

3 m'en remets à vous.

4 Mme Residovic (interprétation). - Pouvez-vous nous dire,

5 Monsieur Gligorevic, quelle est votre dioptrie ?

6 M. Gligorevic (interprétation) - 1,75.

7 M. le Président (interprétation). - Qu'en était-il, il y a

8 quelques années ? Sa vue a pu se détériorer aussi au fil des ans. Sa vue

9 pouvait être meilleure.

10 M. Jan (interprétation). - Je m'en remets à vous.

11 Mme Residovic (interprétation). - Merci. J'ai encore une

12 question à poser à des fins de confirmation. Monsieur Gligorevic, dans

13 votre déclaration faite auprès du bureau du Procureur, l'année dernière,

14 vous avez dit que lorsqu'on vous a emmené à Celebici, Rale Musinovic était

15 commandant du camp, n'est-ce pas ?

16 M. Gligorevic (interprétation) - C'est ce que l'on m'a dit,

17 mais je ne connaissais pas cette personne car je n'habitais pas dans la

18 région.

19 Mme Residovic (interprétation). - Donc c'est ce que vous avez

20 entendu dire, mais vous ne connaissiez pas cette personne.

21 M. Gligorevic (interprétation) - Non, je ne connaissais pas

22 cette personne. La première fois que je l'ai vu, c'était à Musala,

23 lorsqu'il était prisonnier tout comme moi.

24 Mme Residovic (interprétation). - Encore une fois merci,

25 Monsieur le Président. J'en ai terminé.

Page 1552

1 M. Ostberg (interprétation). - Monsieur le Président, je ne

2 vais pas procéder à un long interrogatoire supplémentaire, mais aux fins

3 du compte rendu, je voudrais que l'on demande à Maître Residovic de placer

4 sur le rétroprojecteur l'original du document rédigé de la propre main du

5 témoin, qui a été versé au dossier. Nous n'avons jamais reçu cette pièce

6 sous sa version originale.

7 Pourrait-on placer l'original sur le rétroprojecteur ? Il

8 s'agit de la déclaration du 6 juin 1993. Peut-être qu'elle est encore en

9 place et que l'huissier peut simplement replacer le document sur l'écran.

10 Mme Residovic (interprétation). - Je vous prie de m'excuser,

11 Monsieur le Président, je n'avais pas les écouteurs, je n'ai donc pas

12 compris quelle était la proposition de Maître Ostberg.

13 M. Ostberg (interprétation). - Ce n'est pas un problème. Il

14 s'agit simplement du document du 6 juin 199 qui est à présent placé sur le

15 rétroprojecteur.

16 Vous voyez ce document, vous le reconnaissez, Monsieur

17 Gligorevic ?

18 M. Gligorevic (interprétation) - Oui.

19 Mme Residovic (interprétation). - Objection. Le témoin a déjà

20 répondu à cette question.

21 M. Ostberg. (interprétation) - Je vous en prie, veuillez dire

22 à la Cour quelles ont été les circonstances au cours desquelles vous avez

23 fourni cette déclaration en juin 1993, dans quelles conditions, à quelles

24 fins vous l'avez fait ?

25 M. Gligorevic (interprétation) - J'avais oublié cela, mais

Page 1553

1 c'était sans doute au moment de la visite de la Croix-Rouge. La Croix-

2 Rouge, la Croix-Rouge Internationale. Je ne sais pas exactement.

3 M. Ostberg. (interprétation) - A qui avez-vous donné cette

4 déclaration ? Qui vous a fait écrire cette déclaration ?

5 M. Gligorevic (interprétation) - Je ne sais pas exactement. Je

6 ne me souviens pas.

7 M. Ostberg. (interprétation) - Il y a une chose que je n'ai

8 pas bien comprise lorsque vous avez répondu aux questions posées par

9 Mme Residovic. Vous avez donné quelques explications justifiant le fait

10 que vous avez nommé un fusil dans votre déclaration et je n'ai pas bien

11 compris, je n'ai pas suivi jusqu'au bout. Pourquoi avez-vous nommé un

12 fusil ?

13 M. Gligorevic (interprétation) - J'ai déjà dit pourquoi. Je

14 l'ai fait parce que ce juge, ce soi disant juge posait les questions et

15 répondait lui-même à ces questions.

16 M. Ostberg. (interprétation) - Est-ce que vous êtes en train

17 de parler de ce qui s'est passé à Celebici, de la déposition que vous avez

18 faite à Celebici

19 M. Gligorevic (interprétation) - Oui, eh bien oui.

20 M. Ostberg. (interprétation) - Lorsque vous avez fait cette

21 déclaration, est-ce que l'on vous a rappelé la première déclaration que

22 vous aviez déjà fournie à Celebici, ou signée à Celebici ?

23 M. le Président (interprétation). - Ce n'est pas un

24 interrogatoire supplémentaire.

25 Mme McMurrey (interprétation). - Je fais objection à ces

Page 1554

1 questions qui impliquent déjà une réponse.

2 M. le Président (interprétation). - Non, non, ce n'est pas un

3 interrogatoire supplémentaire ceci.

4 M. Ostberg. (interprétation) - Très bien. Je crois que j'ai

5 reçu les réponses que je tentais d'obtenir. Merci beaucoup, Monsieur le

6 Président.

7 Mme Residovic (interprétation). - Merci, Monsieur le

8 Président.

9 M. le Président (interprétation). - Eh bien la Chambre

10 d'instance va maintenant suspendre ses travaux et reprendra son audience à

11 midi.

12 Est-ce qu'il n'y a pas d'autres questions pour ce témoin, à

13 part le problème des signatures qu'il doit fournir ?

14 Suspendue à 11 heures 30, l'audience est reprise à 12 heures 05.

15 M. le Président (interprétation). - Qui est notre témoin

16 suivant pour l'accusation ?

17 Mme McHenry (interprétation). - Bonjour, Monsieur le

18 Président. L'accusation appelle Nedeljko Draganic. Je vais l'appeler.

19 (Le témoin est introduit dans la salle d'audience.)

20 M. Draganic (interprétation) Je déclare solennellement que je

21 dirai la vérité, toute la vérité et rien que la vérité.

22 Mme McHenry (interprétation). - Le témoin peut-il s'asseoir ?

23 M. le Président (interprétation). - Je vous en prie, asseyez-

24 vous.

25 Mme McHenry (interprétation). - Monsieur, pourriez-vous nous

Page 1555

1 donner votre nom complet, je vous prie ?

2 M. Draganic (interprétation). - Nedeljko Draganic.

3 Mme McHenry (interprétation). - Quel âge aviez-vous en 1992,

4 Monsieur ?

5 M. Draganic (interprétation). - 19 ans.

6 Mme McHenry (interprétation). - Et quel âge avez-vous

7 aujourd'hui ?

8 M. Draganic (interprétation). - 23 ans.

9 Mme McHenry (interprétation). - En 1992, aviez-vous un emploi

10 ou étiez-vous étudiant ?

11 M. Draganic (interprétation). - J'étais étudiant.

12 Mme McHenry (interprétation). - A la mi-1992 en particulier,

13 où habitiez- vous ?

14 M. Draganic (interprétation). - A Cerici, un village qui se

15 trouve près de Konjic.

16 Mme McHenry (interprétation). - Je prierai l'huissier de

17 placer la pièce à conviction n 4 de l'accusation, une carte, sur le

18 rétroprojecteur.

19 (L'huissier place la carte sur le rétroprojecteur.)

20 Mme McHenry (interprétation). - Je vous prierai de regarder

21 cette carte qui se trouve à votre droite. Pas celle qui se trouve en face

22 de vous, mais celle qui est là à votre droite. Pourriez-vous montrer au

23 Tribunal où se trouve Konjic, puis où se trouve Cerici ?

24 M. Draganic (interprétation) - Konjic se trouve ici, et Cerici

25 ici.

Page 1556

1 Mme McHenry (interprétation). - Merci. Combien y avait-il de

2 maisons à Cerici en mai 992 ?

3 M. Draganic (interprétation). - Je ne sais pas quel était le

4 nombre exact, mais il y avait environ 40 foyers.

5 Mme McHenry (interprétation). - Quelle est l'origine ethnique

6 de la majorité des habitants de Cerici ?

7 M. Draganic (interprétation). -Serbe.

8 Mme McHenry (interprétation). - Et quelle est votre

9 appartenance ethnique, Monsieur ?

10 M. Draganic (interprétation) Je suis Serbe.

11 Mme McHenry (interprétation). - Y a t-il eu à un certain

12 moment des opérations militaires à l'intérieur de votre village ou

13 dirigées contre votre village ?

14 M. Draganic (interprétation) - Je n'ai pas compris la

15 question.

16 Mme McHenry (interprétation). - Y a-t-il jamais eu, à un

17 moment quelconque, des combats, ou une attaque, ou une opération militaire

18 quelconque dans laquelle votre village a été impliqué ?

19 M. Draganic (interprétation). - Je crois que c'est le 19 que

20 les militaires musulmans et croates ont commençé à attaquer, qu'ils ont

21 commencé à pilonner le village. Je crois que c'était le 19 ou peut-être le

22 20, je ne suis pas tout à fait sûr de la date. Il y a eu surtout un fort

23 pilonnage et rien d'autre et cela a provoqué des fuites.

24 Mme McHenry (interprétation). - Vous dites le 19 ou le 20,

25 mais pouvez-vous nous dire de quel mois il s'agit ?

Page 1557

1 M. Draganic (interprétation) Le 19 ou le 20 mai1992.

2 Mme McHenry (interprétation). - Avez-vous participé à une

3 défense armée de votre village ?

4 M. Draganic (interprétation) - Non, moi non.

5 Mme McHenry (interprétation). - Etiez-vous armé avant

6 l'opération militaire ?

7 M. Draganic (interprétation) - Non, moi non..

8 Mme McHenry (interprétation). - Pourriez-vous, je vous prie,

9 nous décrire brièvement ce qui s'est passé et nous dire si vous avez été

10 arrêté ou capturé au terme de cette opération militaire ?

11 M. Draganic (interprétation). - Oui, j'ai été arrêté le 23 mai

12 1992, après le pilonnage qui a été provoqué par la coalition entre les

13 Musulmans et les Croates. Ils sont entrés dans le village après que les

14 habitants du village soient partis. Je crois qu'ils sont partis le 22,

15 mais je ne suis pas sûr de la date. Après, ils ont pénétré, je parle de

16 l'armée musulmane et croate, dans le village et ils ont emmené tous les

17 hommes et les femmes à Cericko Polje. Ils nous ont rassemblés devant la

18 maison de Branko. Moi, ils m'ont arrêté à 150 mètres de la maison de

19 Branko. C'est là qu'ils nous ont tous rassemblés. De là, ils nous ont

20 emmené à Celebici. A ce moment-là, on nous a dit qu'on était emmenés pour

21 une conversation informative et qu'on allait rentrer chez nous avant la

22 fin de la soirée. Mais nous y sommes restés environ trois mois.

23 Mme McHenry (interprétation). - Vous dites que tous les hommes

24 et toutes les femmes du village ont été emmenés dans un champ et ensuite

25 vous dites : "Nous avons été emmenés à Celebici". Pourriez-vous préciser

Page 1558

1 qui exactement a été emmené à Celebici ?

2 M. Draganic (interprétation). - Les femmes et les enfants ont

3 été relâchés et ont pu rentrer chez eux. On leur a dit qu'ils avaient

4 toute liberté de rentrer et nous, nous étions seize, dix-sept. Je ne me

5 souviens pas du nombre exact, peut-être n'étions nous que quinze, nous

6 étions entre quinze et dix-huit hommes et nous avons été emmenés à

7 Celebici.

8 Aucun d'entre nous ne portait d'arme. Je crois qu'il y en

9 avait deux qui portaient un fusil de chasse et qui avait un permis.

10 Mme McHenry (interprétation). - Où avez-vous été amené à

11 Celebici ?

12 M. Draganic (interprétation). - Nous avons passé le portail

13 d'entrée et on nous a alignés devant un mur qui se trouve à côté du

14 tunnel 9, sur la droite du portail d'entrée, un grand mur.

15 Mme McHenry (interprétation). - Et qu'est-il arrivé à ce

16 moment-là ?

17 M. Draganic (interprétation). - A ce moment-là, ils nous ont

18 fouillés, ils nous ont dit d'enlever nos chaussures, ils nous ont pris nos

19 papiers d'identité. C'était un tri. Ils nous ont ordonné de rester debout,

20 la tête dans la direction des murs, de ne pas bouger et de tenir les mains

21 en hauteur, placées sur le mur.

22 Mme McHenry (interprétation). - Et qu'est-il arrivé ensuite,

23 est-ce qu'on vous a fait entrer quelque part ?

24 M. Draganic (interprétation). - A ce moment là, après, qu'est-

25 ce que je pourrais dire ? Peut-être une heure, une heure et demie, je ne

Page 1559

1 sais pas exactement après combien de temps, ils nous ont installés dans le

2 tunnel n 9 où nous avons passé la nuit.

3 Mme McHenry (interprétation). - Combien de temps êtes-vous

4 resté dans le tunnel n 9 ?

5 M. Draganic (interprétation). - Je crois que nous y avons

6 passé trois nuits et deux ou trois jours. Je ne sais pas exactement. Mais

7 quand ils ont amené les gens de Bradina, moi je suis resté dans le tunnel

8 n 9 du 23 mai 1992 au 26 mai. Je ne sais plus exactement si j'y suis

9 resté jusqu'à la nuit du 25 au 26 ou du 26 au 27 mai 1992. Mais en tout

10 cas, j'y suis resté jusqu'au moment où ils ont amené les prisonniers de

11 Bradina. A ce moment-là, ils nous ont transférés, je ne me souviens pas

12 exactement du numéro du bâtiment, mais dans le bâtiment qui se trouve en

13 face du bâtiment du commandement. Plus tard, ils ont dit que c'était une

14 espèce d'infirmerie. Mais ce qu'on y voyait, c'était du matériel anti-

15 incendie, je ne sais pas exactement. On y voyait des lances à incendie et

16 du matériel de ce genre qui est utilisé pour lutter contre les incendies.

17 Mme McHenry (interprétation). - Pour revenir aux deu ou trois

18 premières nuits que vous avez passées dans le tunnel n 9, pourriez-vous,

19 je vous prie; décrire le tunnel n 9 à notre intention ?

20 M. Draganic (interprétation) Le tunnel n 9, il y avait deux

21 ou trois marches à l'entrée et quand on passe le portail d'entrée, on a

22 d'abord tout de suite le mur de soutainement, le tunnel et, juste après,

23 il y a deux ou trois marches, je ne me souviens plus exactement combien.

24 Ensuite, il y a une porte métallique dans laquelle se trouvait une petite

25 fenêtre au sommet, en haut de cette porte. Le tunnel était légèrement en

Page 1560

1 pente et il menait à une autre porte.

2 Moi, je ne suis jamais allé jusqu'au bout du tunnel. Ce tunnel

3 avait 1,50 mètre de large à peu près et peut-être 2 mètres de haut et sa

4 profondeur était, je ne sais pas exactement, mais je pense environ de

5 20 mètres.

6 Mme McHenry (interprétation). - Lorsque vous vous y trouviez,

7 y avait-il de la lumière dans le tunnel ?

8 M. Draganic (interprétation). - Il n'y a jamais eu de lumière

9 pendant que j'y ai séjourné.

10 Mme McHenry (interprétation). - Pendant que vous vous y

11 trouviez, quel était le nombre approximatif des prisonniers détenus dans

12 le tunnel ?

13 M. Draganic (interprétation) - Pour ce qui concerne le groupe

14 dont je faisais partie, nous étions des nouveau-venus. Nous étions seize

15 ou dix-sept. Plus tard, ils ont amené d'autres prisonniers, mais je ne

16 sais pas exactement combien il y en avait.

17 Mme McHenry (interprétation). - Puis-je demander au technicien

18 de montrer sur l'écran la pièce à conviction de l'accusation 1/45 ? Il

19 s'agit de la photographie n 45 qui se trouve à la page 33.

20 Monsieur, reconnaissez-vous ce que représente cette

21 photographie ?

22 M. Draganic (interprétation) - Oui, c'est le tunnel n 9.

23 Mme McHenry (interprétation). - Je voudrais maintenant

24 demander qu'on montre à l'écran la photographie n 46 de la page 34. Je

25 vous demande Monsieur si vous reconnaissez ceci ?

Page 1561

1 M. Draganic (interprétation) - Oui, c'est le tunnel n 9

2 aussi. C'est une photo qui est prise du fond du tunnel. On voit la porte

3 ouverte et la fenêtre dont j'ai parlé tout à l'heure qui se trouve dans la

4 porte.

5 Mme McHenry (interprétation). - Pendant que vous avez séjourné

6 dans le tunnel, avez-vous subi un interrogatoire officiel ?

7 M. Draganic (interprétation) - Oui. Stenek m'a interrogé.

8 C'était un inspecteur de la police.

9 Mme McHenry (interprétation). - Pouvez-vous nous parler de

10 cela, je vous prie ?

11 M. Draganic (interprétation) - Ils nous ont faits sortir du

12 tunnel un par un et nous ont emmenés jusqu'au bâtiment de commandement. En

13 fait, comment pourrais-je vous expliquer ? On nous a emmené derrière le

14 bâtiment de commandement, du côté nord.

15 Là, se trouvait un gardien debout, qui était -comment

16 pourrais-je dire ?- relativement bien bâti. C'était un homme d'assez

17 grande taille. Je ne sais pas si c'était un civil ou si c'était un membre

18 de la police militaire. A ce moment là, Stenek a commencé à me poser des

19 questions. Il m'a demandé qui j'étais, ce que j'étais, il m'a demandé ce

20 qui se passait à Cerici, ce qui se passait à Cerici et ce qui se passait à

21 Donje Selo.

22 Mme McHenry (interprétation). - Avez-vous fourni une

23 déclaration à cette époque ?

24 M. Draganic (interprétation)/ - J'ai fait une déclaration,

25 mais...

Page 1562

1 M. Jan (interprétation). - Maître McHenry, vous avez une

2 grande maquette devant vous et vous utilisez des photos. Pourquoi

3 n'interrogez-vous pas le témoin sur la base de la maquette ? Mme McHenry

4 (interprétation). - Oui, Monsieur le Juge, vous avez raison. En fait, je

5 prévoyais d'utiliser la maquette aussi bien que le schéma. Mais c'est

6 effectivement le bon moment pour le faire. Je demanderai l'aide de

7 l'huissier.

8 M. Jan (interprétation). - Il a parlé du mur. Il peut nous

9 montrer le mur sur la maquette ?

10 Mme McMurrey (interprétation). - Je demanderai que l'original

11 de ce schéma soit enregistré à des fins d'identification, puis placé sur

12 le rétroprojecteur, en tant que pièce à conviction de l'accusation n 90.

13 La défense possède déjà un exemplaire de ce schéma. Madame et Messieurs

14 les Juges, nous vous distribuons également un exemplaire de ce schéma.

15 M. Jan (interprétation). - Vous pouvez l'interroger sur la

16 position du tunnel.

17 Mme McHenry (interprétation). - Le problème, c'est le micro.

18 Quand quelqu'un parle depuis la maquette, il a du mal à parler dans le

19 micro.

20 Monsieur, je vous montre le document qui a été enregistré à

21 des fins d'identification en tant que pièce à conviction de l'accusation

22 n 86. Reconnaissez-vous ce schéma comme étant celui que vous avez réalisé

23 vous-même en 1995. Quand vous avez eu une rencontre avec des représentants

24 du bureau du Procureur. Vous pouvez, si cela vous paraît plus simple,

25 jeter un coup d'oeil sur votre droite ?

Page 1563

1 M. Draganic (interprétation) - Oui, c'est le schéma que j'ai

2 dessiné quand ces représentants sont venus me demander une déclaration. On

3 voit ici le schéma du hangar numéro 6 et du bâtiment numéro 7.

4 Mme McHenry (interprétation). - Je vais maintenant vous

5 demander de regarder devant vous ce qui a été enregistré comme pièce à

6 conviction de l'accusation numéro 2 et je vous demanderai si vous

7 reconnaissez, dans cette maquette, une maquette du camp de Celebici.

8 M. Draganic (interprétation). - Oui.

9 Mme McHenry (interprétation). - L'huissier pourrait-il donner

10 le pointeur au témoin. Monsieur, je vous demanderai de vous tenir debout

11 et, si c'est possible, à partir de l'emplacement où vous vous trouvez

12 d'utiliser le pointeur. Si c'est impossible à partir de votre siège, vous

13 pouvez vous déplacer et aller de l'autre côté.

14 Si vous pouviez atteindre avec le pointeur les différents

15 éléments, ce serait bien, en commençant par le portail d'entrée, le tunnel

16 n 9, le mur dont vous venez de parler.

17 M. Draganic (interprétation) - Le portail d'entrée se trouve

18 ici. Le tunnel est là quelque part et je ne vois pas parfaitement bien. Le

19 tunnel est là quelque part. Le numéro 7 est et le bâtiment numéro 7 celui-

20 ci.

21 Là se trouvait le bâtiment de commandement, ici le poste de

22 garde et c'est là que j'ai été interrogé pour la première fois par Stenek.

23 Il y avait une table là. Mme McHenry

24 (interprétation). - Où avez-vous été amené lorsque vous êtes arrivé dans

25 le camp ?

Page 1564

1 M. Draganic (interprétation) - Par ici.

2 Mme McHenry (interprétation). - Où se trouve l'endroit où on

3 vous a emmené lorsque vous avez quitté le tunnel numéro 9, le bâtiment ?

4 Je crois me rappeler que vous avez dit que c'était un dépôt d'équipement

5 anti-incendie et qu'on appelait cela l'infirmerie.

6 M. Draganic (interprétation) - C'est ici.

7 Mme McHenry (interprétation). - Très bien, merci.

8 Revenons-en à votre interrogatoire, si vous le voulez bien. Je

9 crois me rappeler vous avoir demandé si vous avez fourni une déclaration à

10 ce moment là. Pouvez-vous nous expliquer, je vous prie, si quoi que ce

11 soit est survenu pendant cet interrogatoire et si, oui ou non, vous avez

12 fourni une déclaration ?

13 M. Draganic (interprétation) - J'ai fourni une espèce de

14 déclaration mais je ne me rappelle pas. On me demandait surtout si je

15 possédais une arme. Je sais que j'ai dit que je ne possédais pas d'arme,

16 pas de fusil. Il m'a demandé comme cela un certain nombre de choses en

17 rapport avec Donje Selo. Je ne me rappelle pas ce que j'ai répondu. Quand

18 je dis Donje Selo, je pense surtout à Cerici.

19 Mme McHenry (interprétation). - Avez-vous signé cette

20 déclaration ?

21 M. Draganic (interprétation) - Je ne me rappelle pas.

22 Mme McHenry (interprétation). -Est-ce le seul moment pendant

23 votre séjour à Celebici où on vous a fait sortir pour vous poser des

24 questions ?

25 M. Draganic (interprétation) - Excusez-moi, que voulez-vous

Page 1565

1 dire ? Vous me demandez si c'est la seule fois ? Quand ils m'ont frappé...

2 Quand il me frappait, il arrivait qu'il me pose des questions en même

3 temps.

4 Mme McHenry (interprétation). - Bien. Je vous poserai des

5 questions à ce sujet plus tard, pour préciser les choses. Pourriez-vous,

6 je vous prie, puisque vous avez indiqué que vous aviez été amené jusqu'au

7 bâtiment qui se trouve de l'autre côté, qui se trouve en face du bâtiment

8 de commandement, combien de temps êtes-vous resté dans ce bâtiment ?

9 M. Draganic (interprétation) - Je ne me rappelle pas bien. Je

10 ne peux pas dire. J'y suis resté... Qu'est-ce que je pourrais dire ?

11 Vraiment, je ne sais pas exactement à quel moment j'ai été transféré au

12 hangar numéro 6.Je crois que j'ai été transféré dans le courant du mois de

13 juin, juin 1992.

14 Mme McHenry (interprétation). - Et lorsque vous vous trouviez

15 dans ce bâtiment, était-il utilisé comme infirmerie ?

16 M. Draganic (interprétation) - Non.

17 Mme McHenry (interprétation). - Pourriez-vous brièvement

18 décrire les conditions d'existence dans cet abri, dans ce bâtiment qu'on a

19 appelé l'infirmerie plus tard ? Pourriez-vous nous dire quelles étaient

20 les conditions qui prévalaient dans ce bâtiment ?

21 M. Draganic (interprétation). - Les conditions étaient presque

22 impossibles. On dormait à même le béton. Si quelqu'un avait une veste, il

23 la jetait sur le béton et s'allongeait sur la veste. Nous étions très

24 nombreux, si bien que nous dormions les jambes emmêlées. Il y en avait qui

25 avait la tête sur les jambes d'un autre, il y en avait qui avaient les

Page 1566

1 jambes sur les jambes d'un autre. Vraiment, nous étions très nombreux à

2 l'intérieur de ce bâtiment et les conditions d'existence étaient

3 pratiquement impossibles.

4 Mme McHenry (interprétation). - Pendant que vous êtes resté

5 dans cet abri, avez-vous subi des mauvais traitements de quelque sorte que

6 ce soit ?

7 M. Jan (interprétation). - Excusez-moi, vous parlez d'un abri,

8 vous ne parlez pas de l'infirmerie ?

9 Mme McHenry (interprétation). - Oui, Monsieur le Juge.

10 M. Jan (interprétation). - Vous ne savez pas à quel moment il

11 a été transféré dans ce hangar, ou dans cet abri, ou dans ce bâtiment quel

12 que soit son nom ? Est-ce un abri ou l'infirmerie ?

13 Mme McHenry (interprétation). - C'est un bâtiment, excusez-moi

14 Monsieur le Juge, c'est un bâtiment et j'en parlerai en l'appelant

15 l'infirmerie bien que je sache qu'au début, il n'était pas utilisé comme

16 infirmerie.

17 Lorsque vous vous êtes trouvé dans ce bâtiment, pendant votre

18 séjour dans ce bâtiment qui, plus tard, a été connu sous le nom

19 d'infirmerie, avez-vous subi des mauvais traitements de quelle que nature

20 que ce soit ?

21 M. Draganic (interprétation) - Delic m'a simplement fait

22 sortir devant le bâtiment. Il avait une blessure à la jambe, je ne sais

23 pas pour quelle raison. Il marchait avec une canne. Il me menaçait avec sa

24 canne. Il y en avait un autre qui agitait une pelle devant moi. Je ne sais

25 plus tout ce qu'ils ont fait. Ils me criaient des choses. Il y en a un qui

Page 1567

1 a parlé d'un certain Boro Golubovic et qui m'a dit : "Est-ce que tu veux

2 que moi je te dise où il se trouve ?" Des choses de ce genre.

3 Mme McHenry (interprétation). - Connaissiez-vous Delic avant

4 la guerre ?

5 M. Draganic (interprétation). - Je ne le connaissais que de

6 vue. Je ne l'ai jamais connu personnellement.

7 Mme McHenry (interprétation). - Connaissiez-vous son nom avant

8 de vous être trouvé dans le camp ?

9 M. Draganic (interprétation). - Je ne crois pas.

10 Mme McHenry (interprétation). - Pourriez-vous le décrire, je

11 vous prie ?

12 M. Draganic (interprétation). - C'est un homme un peu chauve,

13 d'assez grande taille, peut-être 1,95 mètre, 1,90 mètre. Il a un visage

14 assez rond, une tête assez importante et il était assez fort.

15 Mme McHenry (interprétation). - Savez-vous quand vous avez vu

16 M. Delic à Celebici pour la première fois, plus ou moins

17 approximativement ?

18 M. Draganic (interprétation). - Il se peut que cela ait été

19 deux ou trois jours après mon transfert du n9 à ce hangar. Je ne sais pas

20 comment vous appelez cet endroit.

21 Mme McHenry (interprétation). - Ce bâtiment qui a fait office

22 d'infirmerie par la suite ?

23 M. Draganic (interprétation). - Oui.

24 Mme McHenry (interprétation). - Est-ce à ce moment-là que

25 l'incident que vous venez de décrire sest produit, où une question vous a

Page 1568

1 été posée à propos d'une personne ? Est-ce que cela s'est passé deux ou

2 trois jours à ce moment-là, ou l'incident s'est-il produit à une autre

3 occasion ?

4 M. Draganic (interprétation). - Je ne me souviens pas très

5 précisément, mais je sais que cela a été peu de temps après ce transfert,

6 trois ou quatre jours, transfert du n9 à ce bâtiment que l'on a par la

7 suite appelé "infirmerie".

8 Mme McHenry (interprétation). - Quelle était la fonction, le

9 rôle de M. Delic dans le camp, pour autant que vous ayez pu l'observer ?

10 M. Draganic (interprétation). - Daprès mes observations, je

11 crois qu'il avait un rôle de commandant. Quant à savoir s'il était

12 commandant des gardes, je ne sais pas.

13 Mme McHenry (interprétation). - Comment avez-vous pu observer

14 qu'il était une espèce de commandant ? Qu'est-ce qui vous a amené à penser

15 qu'il avait cette fonction ?

16 M. Draganic (interprétation). - D'après ce que disaient les

17 gardes, d'après ce que j'ai personnellement observé lorsqu'il s'adressait

18 à des gardes. C'est à partir de cela que j'en ai déduit ce que j'en ai

19 déduit.

20 Mme McHenry (interprétation). - L'avez-vous jamais vu donner

21 des ordres, des instructions à d'autres personnes ou l'avez-vous jamais

22 observé prenant des instructions d'autres gardes ?

23 M. Draganic (interprétation). - Je l'ai vu donner des ordres à

24 des gardes.

25 Mme McHenry (interprétation). - Lors de votre séjour au camp,

Page 1569

1 avez-vous constaté que d'autres personnes avaient une fonction d'autorité

2 par rapport aux gardes dans le camp ?

3 M. Draganic (interprétation). - Pendant tout le temps où je

4 suis resté au camp ? Je ne sais pas, si ce n'est que l'on pouvait être

5 amené à penser que la personne qui m'avait libéré du camp avait une

6 fonction de responsabilité.

7 Mme McHenry (interprétation). - Quelle est la personne qui

8 vous a libéré du camp ?

9 M. Draganic (interprétation). - Zdravko Mucic.

10 Mme McHenry (interprétation). - Le connaissiez-vous avant

11 votre arrivée au camp ?

12 M. Draganic (interprétation). - Non.

13 Mme McHenry (interprétation). - L'avez-vous jamais vu alors

14 que vous étiez dans le camp ?

15 M. Draganic (interprétation). - J'ai dû le voir une ou deux

16 fois.

17 Mme McHenry (interprétation). - Savez-vous plus ou moins

18 précisément quand vous l'avez vu pour la première fois ?

19 M. Draganic (interprétation). - Non, je ne me souviens pas.

20 Mme McHenry (interprétation). - Y aurait-il eu des gardes ou

21 des personnes ayant des fonctions de responsabilité qui auraient parlé de

22 M. Mucic ou fait référence à lui ?

23 M. Draganic (interprétation). - Peut-être que les gardes

24 mentionnaient son nom de temps à autre, mais je n'ai pas beaucoup entendu

25 parler de lui.

Page 1570

1 Mme McHenry (interprétation). - Vous êtes-vous jamais rendu

2 compte qu'il était présent au camp, même si vous ne l'avez pas vu en chair

3 et en os, par exemple à partir de bruits ou de choses que vous auriez

4 entendues ?

5 M. Draganic (interprétation). - Pourriez-vous répéter votre

6 question ?

7 Mme McHenry (interprétation). - Même si vous, personnellement,

8 vous ne l'avez pas vu, hormis ces deux ou trois fois dont vous avez parlé,

9 y a-t-il eu d'autres moments où vous saviez qu'il était au camp, même si

10 vous ne l'avez pas vu personnellement ?

11 M. Draganic (interprétation). - Je ne pense pas.

12 Mme McHenry (interprétation). - Où avez-vous été emmené après

13 avoir été sorti du bâtiment qui a par la suite fait fonction

14 d'infirmerie ?

15 M. Draganic (interprétation). - Jai été emmené au hangar n6.

16 Mme McHenry (interprétation). - Pourriez-vous dire où vous

17 vous trouviez dans ce hangar n6, quelle était la place que vous

18 occupiez ?

19 M. Draganic (interprétation). - Voilà le schéma que j'avais

20 dessiné. C'est ici que j'étais assis. On voit le n1 qui figure sur ce

21 schéma. C'est à peu près là que j'étais assis.

22 Mme McHenry (interprétation). - Pourriez-vous d'écrire les

23 conditions qui régnaient au moment de votre séjour au hangar n6. Si vous

24 voulez utiliser le schéma, ce faisant, je vous en prie n'hésitez pas.

25 M. Draganic (interprétation). - Les conditions, elles étaient

Page 1571

1 mauvaises. Nous étions très nombreux dans ce hangar n6. Nous étions

2 peut-être 250, 240. Le nombre fluctuait parce que certains partaient,

3 d'autres arrivaient. Il est impossible de préciser davantage. Il y avait

4 des gens assis près du mur en tôle métallique. Ça, c'est la rangée qui

5 longe les murs. Et puis, il y avait deux rangées au milieu.

6 Mme McHenry (interprétation). - Pourriez-vous, une fois de

7 plus, préciser où vous, parmi toutes ces personnes, vous vous trouviez ?

8 (Le témoin montre sa place.)

9 Mme McHenry (interprétation). - Où dormiez-vous et quelles

10 étaient les conditions qui vous étaient données pour pouvoir dormir ?

11 M. Draganic (interprétation). - Je dormais à même le béton.

12 Mme McHenry (interprétation). - Et quelles étaient les

13 conditions à l'intérieur du hangar quand il faisait chaud ou qu'il

14 pleuvait à l'extérieur ?

15 M. Draganic (interprétation). - Quand il faisait très chaud à

16 l'extérieur, il faisait très très chaud à l'intérieur du hangar. En effet,

17 il était peint en vert et ça chauffait beaucoup. Et quand il pleuvait, la

18 rangée qui était le long de ce mur-ci... Il y avait des portes

19 coulissantes de ce côté-là et toutes ces personnes étaient couvertes de

20 pluie. Tout était mouillé. Ils étaient pratiquement dans l'eau. Il était

21 impossible pour eux de dormir.

22 Mme McHenry (interprétation). - Pourriez-vous nous dire

23 quelles étaient les conditions en matière de nourriture et les conditions

24 sanitaires aussi, qui régnaient dans ce hangar n6 ?

25 M. Draganic (interprétation). - Nous recevions de la

Page 1572

1 nourriture, en général c'était une tranche de pain. On avait un pain de

2 taille habituelle qui était découpé en 16, 18 ou 19 tranches. C'est de

3 cette façon-là qu'était découpé le pain. Parfois, on nous apportait une

4 espèce de légume aussi. On pouvait en avoir deux ou trois cuillerées.

5 Nous avions un seul bol dans lequel nous mangions ; tout le

6 monde mangeait dans ce même bol. Nous utilisions aussi les mêmes cuillers.

7 Je crois qu'il y avait cinq cuillers, ce qui veut dire que nous sortions

8 cinq à la fois. Nous prenions deux ou trois cuillerées mais c'était tout,

9 en matière de nourriture, ce que nous recevions.

10 Mme McHenry (interprétation). - Avez-vous reçu de la

11 nourriture chaque jour au cours de votre séjour au camp ?

12 M. Draganic (interprétation). - Non. Il y a eu des jours où

13 nous ne recevions rien.

14 Mme McHenry (interprétation). - Vous souvenez-vous de la

15 période la plus longue au cours de laquelle vous n'auriez rien reçu en

16 guise de nourriture ?

17 M. Draganic (interprétation). - 3 ou 4 jours.

18 Mme McHenry (interprétation). - Sauriez-vous nous situer le

19 moment, par exemple le mois, au cours duquel vous n'auriez pas reçu de

20 nourriture pendant trois ou quatre ?

21 M. Draganic (interprétation). -Je pense que cela s'est passé

22 au mois de juillet, mais je ne suis pas sûr. Je crois que c'était au mois

23 de juillet.

24 Mme McHenry (interprétation). - Quelles étaient les conditions

25 sanitaires. Y avait-il des toilettes pour les personnes qui étaient dans

Page 1573

1 le hangar n6 ?

2 M. Draganic (interprétation). - Il y avait un trou qui avait

3 été creusé, recouvert d'une planche, qui se trouvait ici. Quand il nous

4 fallait aller aux toilettes, nous devions demander à un garde de nous

5 laisser sortir, ce qui nous était permis en règle générale ; mais nous

6 allions en groupe pour uriner et aussi, par exemple, pour aller à la

7 selle. Quand nous devions y aller, en général nous y allions deux par deux

8 pour aller à la selle et, pour uriner, nous faisions près du caniveau.

9 Nous urinions dans ce caniveau. Il y avait de l'eau courante qui emmenait

10 l'urine.

11 Mme McHenry (interprétation). - Est-il exact qu'il y avait

12 aussi des gardes qui étaient postés à l'extérieur du hangar ?

13 M. Draganic (interprétation). - Oui.

14 Mme McHenry (interprétation). - Pourriez-vous, en utilisant la

15 maquette, montrer tant ces latrines dont vous parliez que l'endroit où se

16 trouvaient ces gardes, pour autant que vous le sachiez ?

17 M. Draganic (interprétation). - Les toilettes se trouvaient

18 ici, quelque part. Et les gardes étaient postés ici, d'abord. Il y en

19 avait quelques-uns ici ou là. Tout était fonction de l'équipe de faction,

20 du nombre des gardes, deux ou plus.

21 Mme McHenry (interprétation). - Et de quelles armes

22 disposaient ces personnes qui gardaient le hangar ?

23 M. Draganic (interprétation). - Ils avaient une mitraillette

24 et des fusils, je suppose des fusils automatiques. Je ne sais pas s'ils

25 avaient aussi des fusils semi-automatiques. Il se peut que oui. D'abord,

Page 1574

1 ils ont eu une mitrailleuse ici, et puis ils l'ont installée là.

2 Mme McHenry (interprétation). - Merci. Vous pouvez vous

3 asseoir, Monsieur.

4 Pendant que vous étiez au camp, vous a-t-on jamais dit

5 pourquoi vous étiez détenu ?

6 M. Draganic (interprétation). - Jamais on ne me l'a dit

7 personnellement, à moi. On ne m'a jamais dit le motif de mon arrestation.

8 Mais Delic est venu au hangar n6 une fois et il nous a dit que nous

9 étions détenus parce que nous étions Serbes.

10 Mme McHenry (interprétation). - Avez-vous jamais été victime

11 de mauvais traitements alors que vous vous trouviez au hangar n6 ?

12 M. Draganic (interprétation). - Oui.

13 Mme McHenry (interprétation). - Est-ce arrivé plus d'une

14 fois ?

15 M. Draganic (interprétation). - Oui.

16 Mme McHenry (interprétation). - Pourriez-vous nous parler de

17 la première fois où vous auriez subi de mauvais traitements. Je vous

18 demanderai de parler lentement, Monsieur, afin que les interprètes

19 puissent interpréter vos propos. Veuillez nous expliquer tout ce qui s'est

20 passé, mais lentement.

21 M. Draganic (interprétation). - La première fois, on m'a fait

22 sortir du hangar n6. C'est Zenga qui m'a fait sortir, Landzo. Je ne

23 connais pas son prénom. Osmo Dedic, Adis Alikadic et je pense qu'il y

24 avait une quatrième personne qui les accompagnait. Je pense qu'il

25 s'appelait Lisko (?), quelque chose dans ce goût-là. Ils m'ont fait sortir

Page 1575

1 et m'ont emmené au hangar n 7.

2 Mme McHenry (interprétation). - Est-ce le hangar adjacent au

3 hangar n 6 que vous avez auparavant indiqué sur la maquette ?

4 M. Draganic (interprétation). - Oui. C'est celui qui se trouve

5 là, en contre-bas.

6 Mme McHenry (interprétation). - Fort bien. Poursuivez,

7 Monsieur.

8 M. Draganic (interprétation). - Alors, ils m'ont fait entrer

9 dans le hangar n 7 et ils m'ont attaché à une poutre. J'étais donc

10 debout, mais j'avais les mains liées au-dessus de la tête. Ils ont

11 commencé à me rouer de coups en utilisant toutes sortes de choses. Il me

12 donnait des coups de pied, ils me frappaient à coup de planches, de

13 crosses de fusils. Puis, ils m'ont demandé où se trouvait mon fusil. Je

14 n'avais pas de fusil. Et je répétais sans cesse que je n'avais pas de

15 fusil. Ils ont continué à me frapper, jusqu'à ce que j'aie perdu

16 conscience. Quand je me suis évanoui, ils m'ont forcé à me relever. Quand

17 j'ai perdu connaissance, j'étais suspendu. Je pendais par mes mains.

18 Et puis, les quatre gardes -je ne sais pas pendant combien de

19 temps ils m'ont battu, pendant peut-être une demi-heure- mont ramené au

20 hangar n 6.

21 Mme McHenry (interprétation). - Qui ? Pourriez-vous préciser

22 quelles sont les personnes qui vous frappaient ?

23 M. Draganic (interprétation). - A cette occasion, j'ai été

24 frappé par Landzo, surnommé Zenga, par Osman Dedic, par Adis Alidkadic et

25 par Lisko. Je pense qu'il s'appelait Lisko. C'étaient les quatre.

Page 1576

1 Mme McHenry (interprétation). - Est-il exact que les quatre

2 ont participé à ce passage à tabac, qu'ils ont vraiment utilisé ces objets

3 que vous avez décrits pour vous frapper ?

4 M. Draganic (interprétation). - Oui.

5 Mme McHenry (interprétation). - Vous avez mentionné Landzo,

6 surnommé Zenga. Le connaissiez-vous avant que vous ne vous trouviez au

7 camp ?

8 M. Draganic (interprétation). - Oui, je le connaissais. Je

9 l'avais vu en ville. Nous avons fréquenté la même école secondaire et je

10 le connaissais pour le voir dans les cafés en ville.

11 Mme McHenry (interprétation). - Quel âge a-t-il par rapport à

12 votre âge ?

13 M. Draganic (interprétation). - Il avait peut-être mon âge, ou

14 il était un an plus jeune que moi. Il avait peut-être 17 ou 18 ans à

15 l'époque, en 1992.

16 Mme McHenry (interprétation). - Le connaissiez-vous par son

17 nom avant de vous trouver au camp ? Par son nom ou par son surnom ?

18 M. Draganic (interprétation). - Je connaissais son nom de

19 famille. Ils l'appelaient Landzo.

20 Mme McHenry (interprétation). - Au camp, comment parlait-on

21 de lui ?

22 M. Draganic (interprétation). - On l'appelait Zenga.

23 Mme McHenry (interprétation). - Avez-vous jamais entendu

24 quelqu'un se faire interpeller du nom de Zenga alors que vous vous

25 trouviez au camp ?

Page 1577

1 M. Draganic (interprétation). - Non.

2 Mme McHenry (interprétation). - Savez-vous ce que Zenga

3 signifie ?

4 M. Draganic (interprétation). - C'est comme cela que l'on

5 appelait l'armée croate.

6 Mme McHenry (interprétation). - Et savez-vous pourquoi, dans

7 l'armée croate, on appelait quelqu'un Zenga ?

8 M. Draganic (interprétation). - C'était en fait le corps de la

9 garde nationale, je pense.

10 Mme McHenry (interprétation). - Quelles seraient les initiales

11 en serbo-croate pour indiquer ou pour qualifier ce corps de la garde

12 nationale ? Le savez-vous ?

13 M. Draganic (interprétation). - Je pense que c'est ZNG.

14 Mme McHenry (interprétation). - Merci.

15 Pourriez-vous décrire l'aspect qu'avait Landzo en 1992 ?

16 M. Draganic (interprétation). - Il faisait 1,75 mètre ou

17 1,80 mètre de taille. Il avait les cheveux en brosse. En fait, il avait

18 les côtés rasés et il n'avait que deux millimètres de cheveux au sommet de

19 la tête. Il avait un visage, comment dire ?, Un peu allongé et sa voix

20 était très particulière, un accent très particulier.

21 Mme McHenry (interprétation). - Savez-vous s'il avait coutume

22 d'avoir un couvre-chef ?

23 M. Draganic (interprétation). - En règle générale, il portait

24 un béret vert.

25 Mme McHenry (interprétation). - Merci.

Page 1578

1 A votre connaissance, est-ce que Zenga est resté au camp de

2 Celebici pendant tout votre séjour ou y a-t-il eu une époque où il a

3 quitté Celebici ?

4 M. Draganic (interprétation). - Je pense que, vers le mois

5 daoût... Il était là la plupart du temps, mais je ne sais pas s'il était

6 là pendant les 90 jours que j'ai passés à Celebici.

7 Mme McHenry (interprétation). - Quand avez-vous quitté

8 Celebici ? Vous souvenez-vous de la date ?

9 M. Draganic (interprétation). - Fin août, peut-être le 30.

10 Mme McHenry (interprétation). - Bien.

11 Est-ce que l'incident que vous avez décrit a été le seul au

12 cours duquel Zenga vous a fait subir de mauvais traitements ?

13 M. Draganic (interprétation). - Non. C'est lui qui m'a fait

14 subir le plus de sévices au camp.

15 Mme McHenry (interprétation). - Pourriez-vous chiffrer le

16 nombre de fois où il vous a fait subir des mauvais traitements physiques ?

17 M. Draganic (interprétation). - Dix fois ou plus même.

18 Mme McHenry (interprétation). - Vous souvenez-vous de la

19 deuxième fois où vous avez été maltraité par Zenga ?

20 M. Draganic (interprétation). - Je ne me souviens pas très

21 bien de la séquence des incidents, mais je sais ce qu'il en était de la

22 première fois où j'ai été battu. Je me souviens bien de la première fois.

23 Quant à l'ordre dans lequel ces événements sont survenus, je peux vous

24 dire tout simplement que j'ai souvent été roué de coups, mais je ne me

25 souviens pas de l'ordre exact ou de la séquence. Je ne peux pas vous dire

Page 1579

1 ce qui s'est passé la deuxième ou la troisième fois et ainsi de suite.

2 Mme McHenry (interprétation). - Bien.

3 Pourriez-vous relater un autre incident où vous avez été

4 maltraité, même si vous ne vous souvenez plus de l'ordre exact ou du

5 moment exact ? En ce moment même, j'aimerais que vous nous relatiez un

6 incident précis.

7 M. Draganic (interprétation). - Jai été emmené à l'extérieur,

8 la nuit, par Zenga et par Osman Dedic. Ils m'ont frappé là, juste à

9 l'extérieur du n 7, sur la pelouse, sur le gazon. Je ne sais pas pendant

10 combien de temps ils m'ont frappé. Je crois que j'ai dû perdre

11 connaissance deux ou trois fois. Je reprenais mes esprits, je retombais

12 dans un état d'inconscience. Et puis, j'ai été ramené au hangar n 6.

13 Mme McHenry (interprétation). - Est-ce quil s'est passé

14 quelque chose de particulier qui fait que vous avez été ramené au hangar

15 n 6 ?

16 Mme McMurrey (interprétation). - Objection quant à la nature

17 tendancieuse de la formulation de la question.

18 M. le Président (interprétation). - Objection retenue.

19 Mme McHenry (interprétation). - S'agissant de l'incident que

20 vous venez de relater, en dehors du fait que vous avez été frappé et que

21 vous avez perdu plusieurs fois connaissance, vous souvenez-vous d'autres

22 choses à propos de cet incident ?

23 M. Draganic (interprétation). - Je me souviens que Zenga m'a

24 attrapé par les cheveux et ma traîné sur l'asphalte. Je tombais, mais il

25 me saisissait les cheveux et il m'a traîné ainsi jusqu'à la porte d'entrée

Page 1580

1 et ma jeté à l'intérieur du hangar.

2 Mme McHenry (interprétation). - Monsieur le Président, est-ce

3 un moment opportun de suspendre la séance avant de parler d'un autre

4 incident ?

5 M. le Président (interprétation). - Je crois que nous avons

6 mérité une pause. Nous reprendrons nos travaux à 14 h 30. Vous pourrez

7 ainsi poursuivre votre interrogatoire principal.

8 Mme McHenry (interprétation). - Merci.

9

10 L'audience, suspendue à 13 heures, est reprise à 14 heures 30.

11 M. le Président (interprétation). - Veuillez rappeler au

12 témoin qu'il est toujours sous serment.

13 M. le Greffier. - Je vous rappelle que vous témoignez toujours

14 sous serment.

15 M. le Président (interprétation). - Maître McHenry, veuillez

16 poursuivre l'interrogatoire du témoin.

17 Mme McHenry (interprétation). - Merci, Monsieur le Président.

18 Avant de poursuivre, je voudrais signaler aux techniciens que,

19 bientôt, je vais demander à utiliser la caméra qui se trouve près de la

20 maquette. Je voudrais le leur signaler d'emblée.

21 Monsieur, outre les deux incidents que vous avez décrits avant

22 le déjeuner, pouvez-vous nous dire l'incident suivant ou un autre incident

23 dont vous vous souvenez au cours duquel vous avez été maltraité par Zenga

24 Landzo ?

25 M. le Président (interprétation). - Veuillez lui rappeler de

Page 1581

1 quel incident vous parliez avant le déjeuner.

2 Mme McHenry (interprétation). - Oui, c'est une excellente

3 idée, Monsieur le Président. Un incident portait sur le moment où il a été

4 emmené au hangar et le deuxième incident est celui où le témoin a été

5 battu par M. Landzo et quelqu'un d'autre sur la pelouse, l'incident où il

6 a été traîné par les cheveux. Outre ces deux incidents, pouvez-vous nous

7 raconter un autre incident dont vous vous souvenez, où Zenga vous aurait

8 infligé de mauvais traitements ?

9 M. Draganic (interprétation). - Oui. Il m'a brutalisé à

10 plusieurs reprises. Une fois, il m'a fait sortir et m'a fait asseoir

11 devant le hangar n 7. J'ai dû rester assis, contre le mur, avec les

12 jambes rassemblées et les genoux en l'air. C'était ici, à cet endroit. Et

13 ensuite, il m'a aspergé dessence ou de quelque chose dans ce style. Peut-

14 être était-ce de l'alcool. Il m'a donc aspergé de ce liquide et il a

15 ensuite essayé d'y mettre le feu. Mais son briquet ne fonctionnait pas.

16 Et, finalement, il a utilisé une allumette et ma ainsi brûlé les deux

17 jambes. Il ne m'a pas permis d'éteindre les flammes, les flammes se sont

18 éteintes toutes seules. Mes pantalons étaient complètement brûlés et mes

19 deux jambes étaient également brûlées. Encore aujourd'hui j'en garde des

20 cicatrices à la jambe gauche, moins sur la jambe droite.

21 Mme McHenry (interprétation). - Je vais demander l'aide des

22 techniciens pour ma question suivante. Pourriez-vous montrer aux conseils

23 et à la Chambre les cicatrices que vous avez encore sur la jambe gauche ?

24 M. GLIGOREVIC (interprétation). - Voulez-vous que je me mette

25 debout et que je montre la cicatrice ?

Page 1582

1 M. le Président (interprétation). - Comment va-t-il le faire ?

2 Où cela se trouve-t-il sur sa jambe ?

3 Mme McHenry (interprétation). - C'est sur la jambe gauche, je

4 crois. Si vous attendez un instant, je crois qu'un technicien va venir

5 nous aider pour l'utilisation de la caméra.

6 M. le Président (interprétation). - Une seconde, si vous le

7 permettez. Pendant que les techniciens s'activent, je vais poursuivre,

8 avancer un peu.

9 Monsieur, depuis que vous êtes à La Haye, est-ce que lon a

10 pris des photos de vos cicatrices ?

11 M. Draganic (interprétation). - Oui.

12 Mme McHenry (interprétation). - Avec l'aide de l'Huissier, je

13 voudrais vous montrer trois photos que je voudrais marquer comme pièces à

14 conviction n 87, 88 et 89. Il s'agit de pièces qui ont déjà été montrées

15 aux avocats de la défense.

16 Peut-on marquer ?. Est-ce que le Greffier peut d'abord marquer

17 ces pièces pour identification ?

18 M. le Président (interprétation). - Les a-t-il identifiées ?

19 Mme McMurrey (interprétation). - Pas encore.

20 M. le Président (interprétation). - Il devrait d'abord le

21 faire, je pense. Ce n'est pas ) vous d'identifier les pièces. C'est lui

22 qui identifie les pièces.

23 Mme McHenry (interprétation). - Oui, je pensais simplement

24 qu'il vaudrait mieux les marquer avant pour que le dossier soit clair.

25 Monsieur, au vu de ces photographies, pouvez-vous nous dire si

Page 1583

1 vous les reconnaissez ?

2 M. Draganic (interprétation) - Oui, je les reconnais. Il

3 s'agit d'une photo de ma jambe gauche.

4 Mme McHenry (interprétation). - Est-ce que l'huissier

5 pourrait...

6 M. le Président (interprétation). - Maintenant, il les a

7 identifiées, et c'est maintenant que vous pouvez les faire marquer.

8 Mme McHenry (interprétation). - A t'on marqué les pièces pour

9 identification ? Oui ? Très bien.

10 Peut-on maintenant les placer sur le rétro projecteur ?

11 L'Huissier place les pièces sur le rétro-projecteur.

12 Et l'autre photo, la photo suivante, s'il vous plaît ?

13 (L'huissier place la photo sur le rétroprojecteur.)

14 Mme McHenry (interprétation). - Et la dernière photographie,

15 si vous le voulez-bien.

16 (L'huissier place la photo sur le rétro-projecteur.)

17 Mme McMurrey (interprétation). - Merci. Monsieur le Président,

18 je voudrais maintenant que ces pièces n 87, 88 et 89 soient versées au

19 dossier.

20 M. le Président (interprétation). - Y a-t-il des objections ?

21 Mme McMurrey (interprétation). - Pas d'objection.

22 M. Moran (interprétation). - Pas d'objection.

23 M. le Président (interprétation). - Ces pièces sont donc

24 versées au dossier.

25 Mme McHenry (interprétation). - Est-ce que les techniciens

Page 1584

1 pourraient maintenant nous aider pour que le témoin puisse montrer au

2 Tribunal ses blessures, pour que ses blessures soient enregistrées sur

3 bandes vidéo ?

4 Mme McMurrey (interprétation). -Nous voudrions, nous aussi,

5 pouvoir examiner la blessure.

6 Mme McHenry (interprétation). - Monsieur, voulez-vous vous

7 lever s'il vous plaît ? Voulez-vous relever la jambe de votre pantalon.

8 Doit-il allez près de la caméra ? Puis-je vous demander, Monsieur, de vous

9 placer à côté de la caméra ?

10 (Enregistrement sur vidéo des blessures.)

11 Mme McHenry (interprétation). - Merci.

12 M. le Président (interprétation). - Vous pouvez vous rasseoir.

13 C'est tout ? Une jambe seulement ? Je croyais que vous aviez deux jambes ?

14 Mme McHenry (interprétation). - Le témoin a dit qu'il avait eu

15 des blessures aux deux jambes mais que les cicatrices visibles ne sont

16 qu'à la jambe gauche. Je lui poserai une question quand il se rassiéra.

17 Mme McMurrey (interprétation). - Je crois qu'il y avait un

18 accord comme quoi cela serait examiné par un médecin, n'est-ce pas ?

19 Mme McHenry (interprétation). -Oui, une demande a été faite et

20 je peux m'enquérir auprès du témoin. Il a été envoyé dans un hôpital.

21 M. Jan (interprétation). - Il y a une demande de la défense en

22 vue d'un examen médical.

23 Mme McHenry (interprétation). - Oui, c'était une demande

24 conjointe de la défense et de l'accusation.

25 Mme McMurrey (interprétation). - Merci.

Page 1585

1 Mme McHenry (interprétation). - Monsieur, y a-t-il des

2 cicatrices visibles d'une autre blessure sur votre jambe droite

3 actuellement ?

4 M. Draganic (interprétation) - Excusez-moi, je ne vous entends

5 pas.

6 Mme McHenry (interprétation). - 1, 2, 3. Est-ce que vous

7 m'entendez maintenant ? Est-ce que vous m'entendez maintenant, Monsieur ?

8 Peut-être peut-on essayer l'autre prise ? Est-ce que vous m'entendez ?

9 M. Draganic (interprétation).- Oui, je vous entends

10 maintenant.

11 Mme McHenry (interprétation). - Monsieur, pouvez-vous nous

12 donner une date approximative. A quelle date environ, M. Landzo a-t-il

13 brûlé votre jambe ?Le mois, si vous ne vous souvenez pas de la date

14 exacte.

15 M. Draganic (interprétation) - Je ne suis pas sûr de la date,

16 mais cela s'est passé vers la fin du mois de juin ou au début du mois de

17 juillet.

18 Mme McHenry (interprétation). - Vous avez dit comment votre

19 jambe a été brûlée et comment les flammes se sont éteintes. Que s'est-il

20 passé après que les flammes se soient éteintes ?

21 M. Draganic (interprétation) - Après cela, quand les flammes

22 se sont éteintes, il y a eu une cloque et la plaie s'infectait. La jambe

23 était en très mauvais état, la plaie était en très mauvais état à cause de

24 toute la poussière. Elle était pleine de pus constamment et ma jambe me

25 faisait mal.

Page 1586

1 Mme McHenry (interprétation). - Pendant combien de temps votre

2 jambe est elle restée dans cet état infecté et suppurante ?

3 M. Draganic (interprétation) - Jusqu'à ce que je sois libéré.

4 Et j'ai été libéré, je pense, le 30 août,à la fin du mois d'août. Le 30 ou

5 le 31. Je ne suis pas sûr de la date.

6 Mme McHenry (interprétation). - Etes-vous retourné au hangar

7 après ces brûlures. Tout de suite après ces brûlures, êtes-vous retourné

8 au hangar ?

9 M. Draganic (interprétation) - Oui.

10 Mme McHenry (interprétation). - Est-ce que les blessures sur

11 vos jambes étaient visibles à d'autres personnes, par exemple ?

12 M. Draganic (interprétation) - A ce moment là, vous voulez

13 dire ?

14 Mme McHenry (interprétation). - Oui.

15 M. Draganic (interprétation) - Oui. Elles étaient visible,

16 mais j'ai essayé de les cacher pendant tout un temps, je les ai

17 recouvertes de mon pantalon car quand j'allais à l'infirmerie, ce qu'eux

18 appelaient l'infirmerie, pour changer les pansements, je veux dire le

19 bâtiment qui porte la lettre C, Delic un jour m'a arrêté au coin, juste

20 devant le bâtiment et il m'a demandé ce qui était arrivé à ma jambe. Au

21 même moment, Landzo était debout à côté de lui, donc j'ai dû mentir, je ne

22 savais pas quoi répondre parce qu'il savait ce qui s'était passé, mais il

23 me provoquait en me demandant ce qui s'était passé.

24 Mme McHenry (interprétation). - Avez-vous reçu des soins tout

25 de suite après avoir subi ces brûlures ?

Page 1587

1 M. Draganic (interprétation) - Non.

2 Mme McHenry (interprétation). - Pouvez-vous nous dire quand

3 vous avez reçu des soins et en quoi ont consisté ces soins ?

4 M. Draganic (interprétation) - Peut-être sept jours plus tard,

5 je ne suis pas sûr. Je suis assez sûr que c'était une semaine après. Les

6 deux médecins, Petko et Relja, excusez-moi, Petko, je ne connais pas son

7 nom de famille. C'est Relja Mrkajic qui était là. C'étaient deux médecins

8 de Konjic. Ils se trouvaient à l'infirmerie. Enfin, ce que les gens du

9 camp appellaient l'infimerie. Ils avaient des médicaments, ils ont nettoyé

10 la plaie quelque peu et chaque fois qu'on me demandait d'y aller pour

11 nettoyer la blessure, Delic souvent me disait de ne pas y aller. Il me

12 disait : c'est pas la peine, tu vas pas durer encore très longtemps.

13 Mme McHenry (interprétation). - Est-ce que M. Mucic vous a

14 jamais demandé comment vous aviez subi ces blessures ?

15 M. Draganic (interprétation) - Non, jamais.

16 Mme McHenry (interprétation). - Outre ces trois incidents que

17 vous avez décrits, y a-t-il d'autres incidents précis dont vous vous

18 rappelez au cours desquels vous auriez été brutalisé par M. Landzo. ?

19 M. Draganic (interprétation) - Il me battait presque tous les

20 jours, mais les coups les plus graves s'étaient aussi passés plusieurs

21 fois, de nombreuses fois ? Par exemple, un de ses comportements, vis-à-vis

22 de tous les prisonniers de Celebici, consistait à nous faire sortir uriner

23 et à obliger les autres à boire l'urine. Il faisait cela souvent. J'ai

24 fait partie de ceux qui ont dû en boire.

25 Mme McHenry (interprétation). - Quand M. Landzo vous

Page 1588

1 brutalisait, outre les incidents que vous avez déjà décrit, est-ce qu'il

2 utilisait des intrusments ?

3 Mme McMurrey (interprétation). - J'objecte au caractère

4 tendancieux de la question.

5 M. le Président (interprétation). - J'accepte votre objection.

6 Mme McMurrey (interprétation). - Merci.

7 Mme McHenry (interprétation). - Monsieur, pouvez-vous nous

8 dire de quelle manière vous avez été frappé à d'autres reprises encore par

9 M. Landzo ?

10 M. Draganic (interprétation) - . En général, il me frappait en

11 utilisant une batte de base ball. Une batte qu'on utilise pour jouer au

12 base ball. Il me frappait moi et les autres détenus au camp, devant le

13 hangar n 7. Le hangar que je vous est montré. Il me frappait avec la

14 batte de base ball à cet endroit-là. Je ne sais plus combien de fois, je

15 ne peux pas m'en souvenir. Il me faisait sortir deux, trois fois par jour

16 pour me brutaliser la même journée.

17 Mme McHenry (interprétation). - Vous avez mentionné déjà

18 M. Delic. Est-ce que M. Delic a jamais assisté à ces mauvais traitements

19 et a-t-il participé lui-même à ces mauvais traitements ?

20 M. Draganic (interprétation) - Oui, Delic était présent

21 lorsque Landzo me frappait devant le hangar n 7, sur la pelouse devant le

22 hangar n 7. Permettez-moi de me lever. Zenga me frappait ici et

23 Delic.était là debout et il regardait. Il voyait Landzo en train de me

24 battre. Il lui disait à un moment donné d'arrêter et Zenga arrêtait alors

25 et Delic lui disait de me ramener. Delic ne m'a jamais fait sortir pour me

Page 1589

1 frapper, mais quand il entrait dans le hangar n 6 où nous étions assis

2 sur le sol en béton avec une batte de base ball, il venait et il frappait

3 tout le monde ou une personne sur deux. Cela n'a pas d'importance. Mais

4 quand il passait à côté de moi, il me frappait toujours au moins deux fois

5 ou plus. Ce n'est qu'une fois qu'il est passé à côté de moi sans me

6 frapper.

7 Mme McHenry (interprétation). - Monsieur, vous avez déjà

8 décrit M. Delic, M. Landzo. Puisque vous êtes venu à La Haye pour déposer,

9 est-ce que lon vous a montré deux séries de photos et est-ce que lon

10 vous a demandé de reconnaître quelqu'un ?

11 M. Draganic (interprétation). - Oui.

12 Mme McHenry (interprétation). - Est-ce que c'est ce que vous

13 avez dit lorsqu'on vous a posé cette question, déclaration que vous avez

14 ensuite signée ?

15 M. Draganic (interprétation). - Oui.

16 Mme McHenry (interprétation). - Monsieur le Président, j'ai

17 une pièce à montrer. Normalement, dans mon système tel que je le connais,

18 il faut d'abord enregistrer, ensuite la montrer au témoin, mais je crois

19 comprendre que vous souhaitez procéder de la façon inverse.

20 M. le Président (interprétation). - C'est mieux ainsi.

21 Mme McHenry (interprétation). - Cette pièce a déjà été

22 communiquée aux avocats de la défense.

23 (L'huissier remet la pièce au témoin).

24 Mme McHenry (interprétation). - Il y a un exemplaire

25 supplémentaire pour le Tribunal.

Page 1590

1 (L'huissier remet le document au Tribunal).

2 Mme McMurrey (interprétation). - Aux fins du compte rendu, je

3 voudrais objecter. Nous n'avons pas d'objection quant à la façon de

4 présenter l'album photos, mais nous pensons que le témoin connaissait déjà

5 M. Landzo puisqu'il avait fréquenté la même école secondaire et que donc

6 cette identification n'est pas valable.

7 Mme McHenry (interprétation). - Si la défense souhaite

8 stipuler que le témoin pouvait reconnaître M. Landzo...

9 M. le Président (interprétation). - Il s'agit d'une question

10 d'identité ?

11 Mme McHenry (interprétation). - Pas d'après l'accusation, mais

12 nous ne savons pas exactement ce que la défense souhaite.

13 M. le Président (interprétation). - Que dit le témoin ?

14 Mme McHenry (interprétation). - Le témoin dit qu'il

15 connaissait M. Landzo avant et je crois que cela est confirmé, même par

16 M. Landzo.

17 M. Jan (interprétation). - (Hors micro).

18 Mme McHenry (interprétation). - Oui, Monsieur le Président. Si

19 la défense souhaite se mettre d'accord pour dire il n'y a pas de problème

20 didentification, nous pouvons l'accepter.

21 Mme McMurrey (interprétation). - Nous disons qu'il n'y a pas

22 de problème à ce que M. Landzo reconnaisse le témoin à Celebici, puisqu'il

23 le connaissait avant.

24 M. Jan (interprétation). - (Hors micro).

25 Mme McHenry (interprétation). - Avant de poursuivre, je

Page 1591

1 voudrais leur demander concernant M. Delic si les avocats de la défense

2 souhaitent convenir que le témoin connaissait M. Delic d'avant et qu'il

3 pouvait donc le reconnaître. Sinon, je présenterai un album photos pour

4 M. Delic.

5 M. Moran (interprétation). - Convenir ? Que voulez-vous dire

6 exactement ?

7 Mme McHenry (interprétation). - Si oui ou non la défense est

8 d'accord pour redire que le témoin pouvait reconnaître M. Delic au camp et

9 par la suite.

10 M. Moran (interprétation). - Oui, nous conviendrons que le

11 témoin pouvait reconnaître M. Delic au camp.

12 Mme McHenry (interprétation). - Qu'il pouvait reconnaître

13 M. Delic, oui, très bien.

14 M. le Président (interprétation). - Je ne sais pas pourquoi

15 vous souhaitez examiner ces photos.

16 Mme McHenry (interprétation). - Nous n'étions pas exactement

17 sûrs de ce que la défense contesterait ou ne contesterait pas. Mais étant

18 donné ce qu'elle vient de dire, je ne pense pas que ces photos soient

19 nécessaires et je ne demanderai pas que ces documents soient versés au

20 dossier.

21 Monsieur, pendant que vous vous êtes trouvé dans le camp, est-

22 ce que vous avez personnellement vu de vos yeux un incident ? Est-ce que

23 vous avez assisté à un meurtre, Monsieur ?

24 M. Draganic (interprétation). - Oui, en effet.

25 Mme McHenry (interprétation). - Pouvez-vous, je vous prie,

Page 1592

1 nous dire ce que vous savez au sujet du premier meurtre que vous vous

2 rappelez et, si vous le pouvez, s'il vous plaît, dites-nous à peu près à

3 quel moment il a eu lieu.

4 M. Draganic (interprétation). - Je me rappelle très bien le

5 moment où ils ont appelé Simo Jovanovic, un homme âgé, en lui demandant de

6 sortir du hangar n6. Ils l'ont amené à l'extérieur, ils l'ont frappé et

7 je suis sûr qu'ils l'ont frappé pendant au moins 40 minutes, je l'ai

8 entendu gémir mais...

9 Mme McMurrey (interprétation). - Objection pour manque de

10 connaissance personnelle. Il dit que la personne en question a été emmenée

11 hors du hangar, et donc tant que ce monsieur était à l'extérieur du hangar

12 le témoin n'a pas de connaissance personnelle de ce qui s'est passé à

13 l'extérieur. Il peut témoigner de ce qu'il a vu à l'intérieur du hangar.

14 M. le Président (interprétation). - Mais il était en train de

15 témoigner à ce sujet. Les conditions dans lesquelles cet homme a été

16 emmené à l'extérieur et il allait nous dire s'il est revenu ou s'il n'est

17 pas revenu.

18 Mme McMurrey (interprétation). - Il dit qu'il a été emmené à

19 lextérieur et frappé pendant au moins 40 minutes. Cela, il ne le sait

20 pas, puisqu'il n'était pas lui-même à l'extérieur. Je dis donc qu'il

21 manque de connaissance personnelle.

22 M. le Président (interprétation). - La question peut lui être

23 posée de savoir comment il sait que cet homme a été frappé.

24 Mme McMurrey (interprétation). - Oui, je vous remercie.

25 Mme McHenry (interprétation). - Monsieur, est-ce que vous

Page 1593

1 pourriez poursuivre votre réponse ?

2 M. le Président (interprétation). - Mais il ne sait pas à

3 partir de quel moment il faut qu'il poursuive. Pouvez-vous le lui dire ?

4 Mme McHenry (interprétation). - Je vous prie de m'excuser.

5 Donc, Monsieur, s'agissant de Monsieur Jovanovic, qui la emmené à

6 l'extérieur du hangar, si vous vous le rappelez ?

7 M. Draganic (interprétation). - J'ai entendu que cest Zenga

8 qui lui a donné l'ordre de sortir.

9 Mme McMurrey (interprétation). - Objection. Il dit qu'il a

10 entendu Zenga lappeler. Est-ce quil a vu Zenga en personne ? S'il n'a

11 pas de connaissance personnelle, il ne peut pas témoigner.

12 M. le Président (interprétation). - Est-ce que vous vous

13 trouviez sur place au moment où il a reçu l'ordre de sortir ?

14 M. Draganic (interprétation). - Oui.

15 Mme McHenry (interprétation). - Avez-vous entendu la voix de

16 la personne qui lui a donné l'ordre de sortir ?

17 M. Draganic (interprétation). - Oui, j'ai entendu la voix de

18 Zenga.

19 Mme McHenry (interprétation). - Lorsque cette personne est

20 sortie, qu'avez-vous observé, si vous avez observé quelque chose ?

21 M. Draganic (interprétation). - Ils l'ont frappé et ils

22 étaient nombreux. Ils l'ont frappé ; lui se plaignait : "Ne me faites pas

23 cela mes frères, ne me faites pas cela".

24 Mme McMurrey (interprétation). - Monsieur le Président,

25 objection. Il peut témoigner de ce qu'il a entendu, mais puisque l'homme

Page 1594

1 en question a été emmené à l'extérieur du hangar, le témoin ne sait pas ce

2 qui se passait à l'extérieur ; donc, il témoigne sur la base d'une absence

3 de connaissance personnelle de ce qui s'est passé à l'extérieur du hangar.

4 M. le Président (interprétation). - Comment est-ce que vous

5 savez qu'il a été frappé ?

6 M. Draganic (interprétation). - Ils l'ont frappé à peine à 10

7 mètres de la porte ; donc on entendait les gémissements de cet homme. Et

8 nous avons tout entendu. Nous l'avons entendu dire : "Ne me faites pas ça,

9 mes frères", et on entendait le bruit des coups. Simplement, je ne sais

10 pas avec quoi ils le frappaient, mais on entendait les bruits. Ensuite,

11 ils ont donné l'ordre à quelques hommes qui étaient à l'intérieur de

12 sortir pour le ramener à l'intérieur et je sais que, le lendemain matin,

13 il était mort puisque moi, Cedo Cecez et encore un autre, je ne me

14 souviens pas de son nom, nous avons transporté son corps. Je sais en tout

15 cas que Cedo Cecez et moi-même l'avons fait.

16 Mme McHenry (interprétation). - Pendant ces instants où vous

17 entendiez les gémissements et les plaintes, est-ce que vous avez pu

18 reconnaître la voix de qui que ce soit d'autre à part la voix de la

19 victime, M. Jovanovic ?

20 M. Draganic (interprétation). - Je n'ai pu reconnaître que la

21 voix de Landzo et la voix de personne d'autre. Les autres voix métaient

22 inconnues.

23 Mme McHenry (interprétation). - Merci.

24 Et lorsque vous dites qu'il était mort au matin et que vous

25 lavez transportez, s'agit-il bien du lendemain matin par rapport au jour

Page 1595

1 où il a reçu l'ordre de sortir ?

2 M. Draganic (interprétation). - On l'a sorti du hangar le

3 soir, je crois que c'était aux alentours de 10 heures, peut-être même

4 minuit, je ne sais pas exactement, je ne peux pas le dire avec certitude ;

5 et le lendemain matin, lorsque nous nous sommes levés, cet homme était à

6 sa place, mais mort.

7 Mme McHenry (interprétation). - Vous rappelez-vous qui la

8 ramené après le passage à tabac ?

9 M. Draganic (interprétation). - Je ne me rappelle pas.

10 Mme McHenry (interprétation). - Possédez-vous des

11 informations, sur la base de votre connaissance personnelle, au sujet

12 d'autres meurtres hormis celui de M. Jovanovic ?

13 M. Draganic (interprétation). - Oui, un meurtre a été commis

14 sous les yeux de tous les détenus présents. Ils ont frappé un vieil homme.

15 Je ne me rappelle pas son nom. Je sais qu'il avait deux fils. C'était un

16 homme assez âgé, dans la soixantaine. Il faisait 1,70 mètre. Il avait les

17 cheveux blancs et je sais qu'il était de Bradina. Il a été frappé sous nos

18 yeux à tous et, dans le groupe de ceux qui le frappaient, se trouvait

19 également Zenga. C'est celui qui l'a frappé le plus durement. Ce vieil

20 homme est tombé dans le coma et le prisonnier qui était assis à côté de

21 moi avait quelques connaissances médicales. Il travaillait... Je ne sais

22 pas exactement, mais je crois qu'il faisait des analyses de sang. Alors,

23 il s'est approché de lui, lui a fait ressortir la langue de la bouche. Ce

24 vieil homme a ensuite été emmené dans un véhicule sanitaire et nous avons

25 appris qu'il y était mort.

Page 1596

1 Mme McHenry (interprétation). - Lorsque ce vieil homme a été

2 frappé, qu'est-ce qui a été utilisé pour le frapper ?

3 M. Draganic (interprétation). - Il se servait de tout. Ils

4 l'ont frappé à coup de crosses, à coup de planches, à coup de poings, à

5 coup de pieds. Ils l'ont frappé avec tout ce qui leur tombait sous la

6 main, aussi avec une batte de base ball.

7 Mme McHenry (interprétation). - A quel moment à peu près a eu

8 lieu ce passage à tabac, si vous vous le rappelez ? Au cours de quel

9 mois ?

10 M. Draganic (interprétation). - Je crois que cela s'est passé

11 aux alentours du jour de Petrov, le 12 juillet à peu près. C'est à ce

12 moment-là que, dans les alentours de Bradina, des policiers musulmans se

13 sont fait tuer. Et alors ils ont commencé à frapper terriblement les

14 habitants de Bradina.

15 Ils ont estimé que c'était désert, qu'ils avaient fui dans la

16 forêt, de Bradina, qu'ils avaient assassiné ces policiers musulmans. Je

17 crois que c'était des membres de la police militaire. Après quoi ils se

18 sont déchaînés terriblement sur les habitants de Bradina et c'est alors

19 que ce vieil homme a subi ce passage à tabac et qu'il en est mort.

20 Mme McHenry (interprétation). - Avez-vous des informations

21 personnelles au sujet d'autres meurtres encore, Monsieur ?

22 M. Draganic (interprétation). - Oui. Il y en a eu d'autres. Il

23 y a eu le meurtre de Zjelko Klimenta, surnommé Keljo, vers six ou sept

24 heures du matin, c'était l'aube à peine, je crois que le soleil n'était

25 pas encore levé, mais on voyait bien à l'extérieur, il a reçu l'ordre de

Page 1597

1 sortir et il a reçu l'ordre de sortir avec d'autres prisonniers. Ils

2 étaient plusieurs dehors. On a entendu des bruits de voix et puis des

3 coups de feu et ces autres hommes sont rentrés et ont dit : ils ont tué

4 Keljo.

5 Mme McHenry (interprétation). - A quel moment à peu près Keljo

6 a-t-il été tué si vous le savez ?

7 M. Draganic (interprétation). - Tôt le matin. Peut-être à six

8 heures du matin.

9 Mme McHenry (interprétation). - Savez-vous quel mois cela

10 s'est passé ? Ou à quelle date à peu près pendant votre séjour au camp ?

11 M. Draganic (interprétation). - Peut-être dix jours ou deux

12 semaines avant la visite de la Croix-Rouge. La Croix-Rouge est arrivée le

13 12 août 1992.

14 Mme McHenry (interprétation). - Monsieur, ou est-ce que vous

15 vous trouviez au moment de la visite de la Croix-Rouge ? Est-ce que vous

16 étiez dans le hangar numéro 6 lorsque la Croix-Rouge est venue à Celebici

17 ?

18 M. Draganic (interprétation). - Non, j'étais dans ce qu'ils

19 appelaient l'infirmerie.

20 Mme McHenry (interprétation). - Et depuis combien de temps

21 vous trouviez-vous dans l'infirmerie ?

22 M. Draganic (interprétation). - Depuis quelques jours. Après,

23 ils m'ont ramené au hangar n 6.

24 Mme McHenry (interprétation). - Est-ce que j'ai raison de dire

25 que vous avez été transféré à l'infirmerie quelques jours avant la visite

Page 1598

1 de la Croix-Rouge ? Est-ce que je vous ai bien compris ?

2 M. Draganic (interprétation). - Oui.

3 Mme McHenry (interprétation). - Combien de temps êtes-vous

4 resté dans l'infirmerie avant d'être retransféré au hangar n 6 ?

5 M. Draganic (interprétation). - Je crois, sans en être

6 entièrement sûr, que j'ai été transféré deux ou trois jours après la

7 visite de la Croix-Rouge.

8 Mme McHenry (nterprétation). - Pouvez-vous nous décrire ce qui

9 s'est passé lors de la visite de la Croix-Rouge ?

10 M. Draganic (interprétation). - Ils nous ont posé des

11 questions tout à fait normalement, le nom, le prénom, la date de

12 naissance, ce genre de choses. Ils nous ont demandé de remplir un certain

13 nombre de papiers. Après quoi, une française est arrivée, elle était

14 médecin et elle a examiné mes blessures. Elle a examiné mes plaies.

15 Ils ont écrit quelque chose. J'ai donné une déclaration à la

16 Croix-Rouge. Ils m'ont demandé ce qui s'était passé. J'ai raconté tous ce

17 qui était arrivé, ce qu'on avait fait à ma jambe et après cela, lorsque

18 les gens de la Croix-Rouge ont quitté le camp, je crois que Delic a donné

19 l'ordre au cuisinier, cet albanais, et à Zenga... En fait Zenga à ce

20 moment-là je crois n'était pas dans le camp. Il y avait cet albanais et un

21 homme de Foca aussi qui travaillait là. Il leur a donné l'ordre de me

22 frapper. Je vais vous montrer. Ils m'ont frappé là, à ce coin. Delic était

23 debout ici, devant le bâtiment de commandement. Et encore une fois, c'est

24 Delic qui a dit : "Ça suffit" et ils ont arrêté.

25 Mme McHenry (interprétation). - A quel moment avez-vous été

Page 1599

1 libéré, relâché du camp ?

2 M. Draganic (interprétation). - Je crois que cela a eu lieu le

3 30 août 1992, mais je ne suis pas absolument sûr du jour.

4 Mme McHenry (interprétation). - Pouvez-vous je vous prie

5 décrire ce qui s'est passé au moment votre libération ?

6 M. Draganic (interprétation). - Ils ont d'abord relâché un

7 groupe avant moi et deux heures plus tard, ils sont entrés dans le

8 bâtiment, ils ont appelé un certain nombre de noms. Ils nous ont donné

9 l'ordre de sortir, de ramasser nos affaires et je me suis retrouvé dans ce

10 véhicule, comme on l'appelait, c'était une espèce de camionnette. Nous

11 étions assis dans cette camionnette sur un matelas qui se trouvait là.

12 Pavo nous a donc emmenés. C'est son chauffeur qui conduisait.

13 On nous a emmenés dans l'école du 3 mars où nous avons tous

14 reçu un certificat certifiant que nous venions d'être libérés du camp de

15 Celebici. Après quoi Pavo et son chauffeur nous ont emmenés dans le

16 village de Bijelicaqui se trouve pas loin de Donje Selo. On appelle les

17 habitants de ce hameau les Bielisani. Arrivé là, je suis sorti de la

18 camionnette et Pavo m'a donné un certificat stipulant que j'avais été

19 libéré du camp et que j'avais le droit de circuler dans la région de

20 Cerici.

21 Cela s'est passé devant la maison de Zoran Cecez ou de Mark

22 Cecez. Je ne sais plus exactement laquelle des deux. Mais c'est la que

23 j'ai été finalement libéré.

24 Mme McHenry (interprétation). - Après votre libération, est-ce

25 que vous avez jamais revu M. Music ?

Page 1600

1 M. Draganic (interprétation). - A plusieurs reprises.

2 Mme McHenry (interprétation). - Dans quelles conditions avez

3 vous personnellement revu M. Music ?

4 M. Draganic (interprétation). - Dans quelles conditions ?

5 M. Draganic (interprétation). - Qu'est-ce que vous voulez

6 dire ?

7 Mme McHenry (interprétation). - Par exemple, ou est-ce que

8 cela a eu lieu, pourquoi vous trouviez-vous à cet endroit, pourquoi se

9 trouvait-il lui à cet endroit, pourquoi et comment avez-vous revu

10 M. Mucic. ?

11 M. Draganic (interprétation). - Eh bien, il lui arrivait de

12 venir chez mes parents, à la maison. Et je le voyais parfois passer en

13 voiture.

14 Mme McHenry (interprétation). - Est-ce que vous avez été

15 présent lors d'une de ces visites de M. Music dans la maison de vos

16 parents ? Est-ce que vous avez entendu les conversations qui ont eu lieu

17 entre M. Music et les membres de votre famille ?

18 M. Draganic (interprétation). - Oui, je les ai entendues

19 personnellement.

20 Mme McHenry (interprétation). - S'agissant de ce que vous avez

21 entendu personnellement, quel était le sujet de la discussion ?

22 M. Draganic (interprétation). - Il était question d'un peu

23 tout, mais surtout de la libération de certains de nos cousins d'un camp

24 ou d'une prison.

25 Mme McHenry (interprétation). - Alors que vous étiez présent,

Page 1601

1 est-ce que d'autres hommes que M. Music ont participé à ces conversations

2 portant sur des demandes de libération de membres de votre famille ?

3 M. Draganic (interprétation). - Je crois que Pavo a dit une

4 fois seulement qu'il devait poser la question à M. Delalic parce que je

5 suppose que c'était son commandant. Qu'est-ce que je peux savoir ?

6 Mme McHenry (interprétation). - Une seconde s'il vous plaît.

7 M. le Président (interprétation). - Je demande que la pièce à

8 conviction de l'accusation n 86, à savoir le schéma dessiné par le témoin

9 et que nous avons déjà utilisé, soit versée au dossier.

10 M. Jan (interprétation). - C'est bien de cela que vous

11 parlez ?

12 Mme McHenry (interprétation). -Oui, Monsieur le juge.

13 Je n'ai pas besoin de demander que ce document soit montré au

14 témoin à moins que vous n'ayez une objection, puisque ce document lui a

15 déjà été montré précédemment. Je voulais simplement après qu'il ait été

16 enregistré qu'il soit versé au dossier.

17 M. le Président (interprétation). - Avez-vous d'autres

18 questions ?

19 Mme McHenry (interprétation). - Merci, Monsieur le Président.

20 Je n'ai pas d'autre question à l'adresse de ce témoin.

21 M. le Président (interprétation). - Dans quel ordre allez-vous

22 menez le contre-interrogatoire ?

23 M. O'Sullivan (interprétation). - Monsieur le Président,

24 d'abord le conseil de M. Delic, puis celui de M. Landzo, puis celui de

25 M. Music, et finalement le conseil de M. Delalic prendront la parole.

Page 1602

1 M. Moran (interprétation). - Puis-je procéder ?

2 M. le Président (interprétation). - Je vous en prie, vous

3 pouvez procéder.

4 M. Moran (interprétation). - Bonjour Monsieur.

5 M. Draganic (interprétation). - Bonjour.

6 M. Moran (interprétation). - Je m'appelle Tom Moran et je suis

7 le conseil de la défense de M. Delic. J'ai l'intention de vous poser

8 quelques questions. Je vous demanderai, si vous le voulez bien, de bien

9 écouter mes questions et de répondre strictement au contenu de mes

10 questions. Cela ira plus vite. Vous êtes d'accord Monsieur ?

11 M. Draganic (interprétation). - Oui.

12 M. Molan (interprétation). - Bien. Je commencerai si vous le

13 voulez bien par reprendre le début de votre déposition. Vous avez déclaré

14 que dans votre village, au moment des pilonnages, les habitants étaient

15 protégés. Que vouliez-vous dire par là ? Est-ce que il y avait des abris ?

16 M. Draganic (interprétation). - Non, il n'y avait pas d'abri

17 mais au-dessus de Cerici, il y avait une espèce de vallée, un creux

18 naturel. C'est pourrait-on dire une espèce d'abri naturel mais personne

19 n'a construit un abri à Cerici ,pour autant que je sache. Ils se sont tous

20 rassemblés à cet endroit et aussi dans une autre zone qui était largement

21 boisée.

22 M. Moran (interprétation). - Très bien Monsieur, merci

23 beaucoup.

24 Quand vous avez été amené à Celebici pour la première fois,

25 est-ce que vous avez été frappé pendant la fouille qui a été opérée le

Page 1603

1 long du mur ?

2 M. Draganic (interprétation). - Non.

3 M. Moran (interprétation). - Donc pour l'essentiel, vous avez

4 été fouillé, on vous a pris vos objets de valeur et ensuite vous avez été

5 amené jusqu'au tunnel n 9, c'est bien cela ?

6 M. Draganic (interprétation). - Vous pouvez répéter votre

7 question ?

8 M. Moran (interprétation). - Oui Monsieur, sans problème.

9 D'ailleurs Monsieur, si je vous pose une question que vous ne comprenez

10 pas bien je n'aurai aucun problème à la répéter, à la reformuler de façon

11 que cela vous convienne.

12 Donc, lorsque vous êtes arrivé à Celebici, lorsque vous vous

13 êtes trouvé le long du mur, ce qui s'est passé c'est que vous avez été

14 fouillé et on a pris vos objets de valeur pour les mettre à l'abri.

15 Ensuite, on vous a fait pénétrer à l'intérieur du camp et amené jusqu'au

16 tunnel n 9, est-ce bien exact ?

17 M. Draganic (interprétation). - C'est exact, mais moi je

18 n'avais aucun objet de valeur sur moi. Il ne m'ont donc pris aucun objet

19 de valeur. Ils m'ont pris simplement ma carte d'identité qu'ils m'ont

20 rendue ultérieurement.

21 M. Moran (interprétation). - Mais les gens qui étaient avec

22 vous et qui avaient des objets de valeur, ces objets de valeur leur ont

23 été pris et mis à l'abri, n'est-ce pas ? Ce que je veux dire, c'est qu'il

24 s'agissait d'une fouille de routine dans un centre de détention, n'est-ce

25 pas ?

Page 1604

1 M. Draganic (interprétation). - Moi je ne suis pas au courant

2 qu'ils aient pris quoi que ce soit à qui que ce soit. Je ne l'ai pas vu.

3 M. Draganic (interprétation). - Très bien, Monsieur. Vous avez

4 passé quelques jours dans le tunnel n 9, après quoi vous avez été

5 transféré dans ce que vous appelez l'infirmerie et j'aimerais vous poser

6 quelques questions au sujet de ce bâtiment. Il y avait des fenêtres dans

7 ce bâtiment, n'est-ce pas ?

8 M. Draganic (interprétation). - Où ça ?

9 M. Moran (interprétation). - Dans le bâtiment auquel vous avez

10 fait référence en l'appelant l'infirmerie ?

11 M. Draganic (interprétation). - Oui, il y avait des fenêtres.

12 M.Moran (interprétation). - Mais les vitres n'étaient pas des

13 vitres transparentes, telle la vitre qui se trouve dans votre dos. Vous ne

14 pouviez pas voir à travers ces vitres, n'est-ce pas ?

15 M. Draganic (interprétation). - Si, on pouvait voir à travers.

16 M. Moran (interprétation). - Très bien Monsieur. Vous avez

17 passé plusieurs jours dans ce bâtiment et ensuite vous avez été transféré

18 dans le hangar n 6 et vous avez témoigné assez longuement au sujet des

19 conditions qui régnaient dans le hangar n 6. Je crois que dans votre

20 déclaration écrite ou dans votre déposition orale, vous avez dit qu'il n'y

21 avait pas de couverture, n'est-ce pas ? Est-ce exact ?

22 M. Draganic (interprétation). - Oui, c'est exact.

23 M. Moran (interprétation). - Monsieur, vous rappelez-vous un

24 incident ou un événement, à savoir que certains prisonniers avaient des

25 couvertures et M. Delic est venu et a demandé que l'on coupe ces

Page 1605

1 couvertures en plusieurs morceaux de façon que chaque prisonnier puisse en

2 avoir un morceau ?

3 M. Draganic (interprétation). - Je sais que pendant quelque

4 temps, les gens qui sortaient pour travailler, pour décharger je ne sais

5 pas quoi exactement, revenaient en apportant ces couvertures. Je ne suis

6 pas sûr qu'il ait fait cela lui, je ne peux pas le confirmer. Je ne sais

7 pas. Peut-être oui, peut-être non. Je ne sais pas. Je ne suis pas sûr.

8 M. Moran (interprétation). - Vous ne savez pas ?

9 M. Draganic (interprétation). - Je ne sais pas.

10 M. Moran (interprétation). - C'est bien. Vous avez aussi parlé

11 assez longuement de la nourriture pendant votre séjour dans le hangar

12 n 6. Est-ce que vous savez si la nourriture était cuite à l'intérieur du

13 camp ou si elle était apportée dans le camp ?

14 M. Draganic (interprétation). - Je ne sais pas.

15 M. Moran (interprétation). - Est-ce que vous avez quelque

16 connaissance que ce soit des rations qui étaient distribuées aux

17 gardiens ? Est-ce qu'elles étaient comparables aux vôtres ?

18 M. Draganic (interprétation). - Personne ne nous a jamais rien

19 dit à ce sujet.

20 M. Moran (interprétation). - Au cours de l'interrogatoire

21 principal ou dans votre déclaration écrite, franchement je ne me souviens

22 pas où, mais vous avez témoigné quelque part qu'il n'y avait pas d'eau du

23 tout dans le hangar 22. C'est bien ce que vous avez dit ? C'est exact ?

24 M. Draganic (interprétation). - Ce n'était pas le hangar 22.,

25 c'était le hangar n 6.

Page 1606

1 M. Moran (interprétation). - Le n 6 excusez-moi. Pendant que

2 vous étiez dans le bâtiment n 6, dans le hangar n 6, il y avait des

3 bidons d'eau disponibles pour les prisonniers, n'est-ce pas ?

4 M. Draganic (interprétation). - Moi, je n'ai pas eu

5 connaissance de leur existence à quelque moment que ce soit.

6 M. Moran (interprétation). - Vous n'en avez jamais vu ?

7 M. Draganic (interprétation). - Il y avait des bidons pour les

8 gens qui avaient besoin de satisfaire leurs besoins personnels, mais de

9 l'eau, je n'ai pas eu connaissance qu'il y ait eu de l'eau.

10 M. Moran (interprétation). - Très bien. En répondant à

11 l'interrogatoire principal, vous avez également dit qu'un groupe de

12 gardiens, trois ou quatre, mais vous avez donné les noms de trois

13 gardiens, que ce groupe de gardiens vous avait frappé. L'un de ces

14 gardiens était d'après vous Osman Dedic, n'est-ce pas ?

15 M. Draganic (interprétation). - Oui.

16 M. Moran (interprétation). - Et cet homme n'est pas M. Delic,

17 n'est-ce pas ? Ce sont deux personnes différentes ?

18 M. Draganic (interprétation). - Oui.

19 M. Moran (interprétation). - Je vous pose cette question parce

20 que les noms ont quand même une similitude phonétique, donc je voulais que

21 vous nous confirmiez et que vous confirmiez au Tribunal qu'il s'agissait

22 de deux personnes différentes.

23 Monsieur le Président, je n'ai plus de question pour le témoin

24 à ce stade.

25 M. le Président, (interprétation). - Je vous remercie,

Page 1607

1 Monsieur Moran.

2 Mme McMurrey (interprétation). - Puis-je procéder au contre-

3 interrogatoire ?

4 M. le Président, (interprétation). - Allez-y.

5 Mme McMurrey (interprétation). - Monsieur Draganic, je suis

6 conseil de la défense, je m'appelle Cynthia McMurrey. Le 23 octobre et le

7 25 octobre 95, vous avez eu une visite de l'accusation, n'est-ce pas ?

8 M. Draganic (interprétation). - Je ne me souviens pas des

9 dates exactes.

10 Mme McMurrey (interprétation). - En 95, c'était à ce moment-là

11 d'ailleurs que vous avez décidé la pièce de l'accusation, n'est-ce pas ?

12 (Haussement d'épaules du témoin.)

13 Mme McMurrey (interprétation). - Vous avez dit que vous étiez

14 programmeur informatique. Est-ce bien là votre profession ?

15 M. Draganic (interprétation). - Oui.

16 Mme McMurrey (interprétation). - Pourriez-vous nous dire où

17 vous travailliez en tant que programmeur ?

18 Mme McHenry (interprétation). - Objection. Est-ce que vous

19 posez une question à propos de 92 ou de 95 ? Si vous parlez de maintenant,

20 j'émets une objection parce qu'il ne semble pas approprié à mes yeux que

21 cette personne se voie poser une telle question et qu'on parle du pays où

22 travaille le témoin.

23 Mme McMurrey (interprétation). - Je pensais qu'il vivait

24 toujours dans la région de Konjic. Il se peut que je me trompe. Mais ceci

25 à des fins de récusation parce que j'ai été informée du fait que ce

Page 1608

1 monsieur ne travaille pas du tout en tant que programmeur dans cette

2 région, d'où la question que j'avais posé.

3 M. le Président (interprétation). - Posez-lui la question.

4 Mme McMurrey (interprétation). - Pourriez-vous nous dire où

5 vous travaillez en tant que programmeur ?

6 Mme McHenry (interprétation). - Objection.

7 Mme McMurrey (interprétation). - Travaillez-vous en tant que

8 programmeur dans la région de Konjic à l'heure actuelle ?

9 M. Draganic (interprétation). - Non.

10 Mme McMurrey (interprétation). - Fort bien. Vous êtes de

11 Cerici, qui est tout près de Donje Selo, n'est-ce pas ?

12 M. Draganic (interprétation). - Oui.

13 Mme McMurrey (interprétation). - En 92, Cerici était serbe

14 uniquement, n'est-ce pas ?

15 M. Draganic (interprétation). - Oui.

16 Mme McMurrey (interprétation). - Vous êtes né en Bosnie-

17 Herzégovine, n'est-ce pas ?

18 M. Draganic (interprétation). - Je suis né en ex-Yougoslavie,

19 en République de Bosnie-Herzégovine.

20 Mme McMurrey (interprétation). - Vous aviez 18 ans en 1992,

21 donc vous auriez pu voter ou vous avez voté au cours du référendum de 1er

22 mars ?

23 M. Draganic (interprétation). - De quel référendum parlez-

24 vous ?

25 Mme McMurrey (interprétation). - Un référendum a eu lieu en

Page 1609

1 mars 1992, le 1er mars, par lequel les Bosniaques ont voté pour manifester

2 leur indépendance, pour se déclarer indépendants de la Yougoslavie. Est-ce

3 que vous avez voté ?

4 M. Draganic (interprétation). - Non.

5 Mme McMurrey (interprétation). - Mais vous auriez pu voter

6 puisque l'âge minimum était de 18 ans, n'est-ce pas ?

7 M. Draganic (interprétation). - Je n'ai pas voté.

8 Mme McMurrey (interprétation). - La question était de dire que

9 vous auriez pu voter si vous aviez voulu voter.

10 M. Draganic (interprétation). - Je ne sais pas.

11 Mme McMurrey (interprétation). - Vous avez également déclaré

12 auparavant que vous étiez trop jeune pour être dans les forces de l'armée

13 en 1992 et pour faire votre service militaire.

14 M. Draganic (interprétation). - Oui.

15 Mme McMurrey (interprétation). - Mais en fait vous aviez 19

16 ans en 1992. Il n'y a pas d'âge minimum pour l'entrée et pour la question

17 du service militaire en Bosnie-Herzégovine, n'est-ce pas ?

18 M. Draganic (interprétation). - Mais cela ne sest pas passé

19 en Bosnie-Herzégovine. C'était dans la République Fédérative Socialiste de

20 Yougoslavie et j'étais à l'école secondaire ; j'ai terminé lécole

21 secondaire et j'étais censé faire mon service militaire dans la JNA ou, si

22 je m'étais inscrit au collège, dans le cycle supérieur, j'aurais pu faire

23 mon service national après avoir terminé mes études supérieures. Je ne

24 sais pas, je ne connais pas ces règles qui vaudraient pour la Bosnie-

25 Herzégovine.

Page 1610

1 Mme McMurrey (interprétation). - Mais vous savez que, après le

2 1er mars, ce n'était plus une partie de la République de Yougoslavie, mais

3 un pays indépendant.

4 Mme McHenry (interprétation). - Objection, parce que vous

5 supposez des faits qui n'ont pas été prouvés et il n'est pas correct de

6 dire que, après le 1er mars, il n'y avait plus un tel pays.

7 Mme McMurrey (interprétation). - Je demande simplement au

8 témoin s'il est au courant et s'il connaît ces faits ?

9 M. le Président (interprétation). - Posez-lui la question.

10 S'il le sait, demandez-le lui.

11 M. Draganic (interprétation). - Je n'en sais rien, je n'étais

12 pas au courant.

13 Mme McMurrey (interprétation). - Vous étiez à l'école, vous

14 fréquentiez lécole à cette époque, n'est-ce pas ? Est-ce que vous

15 n'étudiiez pas dans une école spécialisée en mathématiques ?

16 M. Draganic (interprétation). - Oui.

17 Mme McMurrey (interprétation). - Etant intelligent et éduqué,

18 est-ce que cela signifie que vous n'écoutiez pas les nouvelles, que vous

19 ne lisiez pas les journaux ?

20 M. Draganic (interprétation). - Je ne m'intéressais pas et je

21 ne m'intéresse toujours pas à la politique.

22 Mme McMurrey (interprétation). - En fait, vous avez dit que

23 vous étiez trop jeune pour faire votre service militaire mais vous étiez

24 plus âgé que M. Landzo, n'est-ce pas ?

25 M. Draganic (interprétation). - Oui. En fait, j'allais aux

Page 1611

1 cours et, d'après la loi en Yougoslavie, lorsque vous avez terminé lécole

2 secondaire, vous faites votre service militaire ; mais, si vous allez à

3 l'université ou dans l'enseignement supérieur, il vous est possible de

4 repousser votre service militaire, de le faire après vos études. J'espère

5 avoir ainsi été clair.

6 Mme McMurrey (interprétation). - Oui, mais lorsque la Bosnie a

7 déclaré son indépendance et que lon a commencé le pilonnage de la région

8 de Konjic, il n'y avait plus décoles à fréquenter à ce moment-là, n'est-

9 ce pas ?

10 M. Draganic (interprétation). - Non, il n'y avait plus

11 décole.

12 Mme McMurrey (interprétation). - Merci.

13 Vous avez dit que l'attaque lancée contre Cerici avait débuté

14 vers le 20 mai. Est-ce bien exact ?

15 M. Draganic (interprétation). - Aux alentours de cette date.

16 Mme McMurrey (interprétation). - Et vous avez dit avoir été

17 arrêté, avec d'autres membres de votre famille, le 23 mai. Est-ce bien

18 exact ?

19 M. Draganic (interprétation). - Mon frère et moi avons été

20 arrêtés.

21 Mme McMurrey (interprétation). - Votre frère et vous avez été

22 arrêtés par une alliance de forces ; il y avait des gens qui venaient de

23 la police militaire, du HVO et aussi de la Défense Territoriale (TO),

24 n'est-ce pas ?

25 M. Draganic (interprétation). - Auriez-vous l'obligeance de

Page 1612

1 répéter la question ?

2 Mme McMurrey (interprétation). - Au moment de votre

3 arrestation, il y avait des forces de la police militaire, de la Défense

4 Territoriale et du HVO, des force croates, à ce moment-là, qui toutes

5 oeuvraient ensemble.

6 M. Draganic (interprétation). - Je ne me souviens pas qu'il y

7 ait eu des personnes de la police militaire. Il y avait le HVO et la

8 Défense Territoriale.

9 Mme McMurrey (interprétation). - Vous ne saviez donc pas que

10 la police militaire avait traversé en véhicules la ville de Cerici, avait

11 demandé aux personnes du village de remettre leurs armes sans combat et,

12 en fait, que la réponse avait été des coups de feu ?

13 M. Draganic (interprétation). - Quand cela se serait-il

14 passé ?

15 Mme McMurrey (interprétation). - Ce serait le 20 mai ou le

16 19 mai 1992.

17 M. Draganic (interprétation). - Je ne le savais pas. Je ne

18 savais pas que quiconque avait ouvert le feu sur ces personnes et surtout

19 pas à Cerici.

20 Mme McMurrey (interprétation). - Non pas qu'ils aient tiré sur

21 quelqu'un, mais qu'ils avaient ouvert le feu, tiré des coups de feu.

22 Mme McHenry (interprétation). - Objection. Est-il possible

23 d'avoir des précisions ? Posez-vous une question ou est-ce que vous

24 fournissez des informations au témoin ? Je crois qu'il serait utile

25 d'avoir une question qui soit clairement formulée.

Page 1613

1 Mme McMurrey (interprétation). - Je vais m'efforcer de le

2 faire avec le plus grand plaisir.

3 Je voulais savoir si, le 19 mai ou le 20 mai 1992, vous aviez

4 le souvenir de ce que des personnes de la police militaire auraient

5 traversé votre village, auraient demandé, via haut-parleur, de remettre

6 vos armes en toute sérénité. Je voulais demander au témoin s'il se

7 souvenait de cela.

8 M. le Président (interprétation). - Essayez de poser une autre

9 question autrement qu'à l'américaine.

10 Mme McHenry (interprétation). - Objection. Vous pourriez

11 demander s'il le savait. Mais si vous dites : "Vous souvenez-vous ?", cela

12 suppose que ce soit un fait. Objection. Vous devriez demander au témoin

13 s'il sait ce qui s'est passé sans supputer pour autant que cela s'est

14 passé véritablement.

15 Mme McMurrey (interprétation). - Vous souvenez-vous que cela

16 se soit passé ?

17 Mme McHenry (interprétation). - Même objection. Il faut

18 demander au témoin s'il sait si cela s'est passé.

19 Mme McMurrey (interprétation). - Vous souvenez-vous que cela

20 se soit passé ?

21 Mme McHenry (interprétation). - Même objection.

22 Mme McMurrey (interprétation). - Fort bien, je n'affirme aucun

23 fait. S'il ne le sait pas, il peut le dire.

24 Mme McHenry (interprétation). - Je n'objecte pas à ce que lon

25 demande si le témoin est au courant.

Page 1614

1 M. le Président (interprétation). - Cet échange est assez

2 inédit. Je précise au témoin : Monsieur, on vous demande, le jour où votre

3 village a été pris d'assaut, si certains membres de votre collectivité ont

4 ouvert le feu, ont tiré des coups de feu lorsqu'ils ont vu des

5 représentants de l'armée, du HVO et de la Défense Territoriale.

6 M. Draganic (interprétation). - C'est la première fois que

7 j'en entends parler.

8 M. le Président (interprétation). - Voulez-vous poursuivre ?

9 Mme McMurrey (interprétation). - Je vais le faire, je vous

10 remercie Monsieur le Président.

11 Vous saviez que de nombreux Serbes de votre village étaient

12 armés, n'est-ce pas ?

13 M. Draganic (interprétation). - Oui.

14 Mme McMurrey (interprétation). - En fait, vous saviez que

15 votre voisin, Lazo Cecez, de Donje Selo l'était, n'est-ce pas ?

16 M. Draganic (interprétation). - Comment pourrait-il être mon

17 voisin s'il vit à plus de 3 kilomètres de distance de chez moi ?

18 Mme McMurrey (interprétation). - Mais est-ce que Cerici nest

19 pas une banlieue, une partie de Donje Selo ?

20 M. Draganic (interprétation). - Non. Cerici est un village en

21 soi, séparé. La seule chose qu'il y ait, c'est que la commune locale est

22 la même pour Donje Selo et Cerici.

23 Mme McMurrey (interprétation). - Connaissiez-vous Lazo Cecez ?

24 M. Draganic (interprétation). - Oui, je le connaissais.

25 Mme McMurrey (interprétation). - Vous saviez aussi qu'il était

Page 1615

1 chargé de distribuer les armes aux villageois serbes de Donje Selo et de

2 Cerici, n'est-ce pas ?

3 M. Draganic (interprétation). - Non, je ne le savais pas.

4 Mme McMurrey (interprétation). - Vous savez qu'il est le mari

5 de Grozdana Cecez, n'est-ce pas ?

6 M. Draganic (interprétation). - Oui.

7 Mme McMurrey (interprétation). - Les habitants de Donje Selo

8 et de Cerici ont été armées par les forces de l'ex JNA et du SDS, n'est-ce

9 pas ?

10 M. Draganic (interprétation). - Je ne sais pas.

11 Mme McMurrey (interprétation). - En fait, votre père lui-même

12 avait une arme en mai 1992, est-ce bien exact ?

13 M. Draganic (interprétation). - Oui, il avait une arme.

14 Mme McMurrey (interprétation). - Et votre père a remis son

15 arme à la Défense Territoriale ?

16 M. Draganic (interprétation). - Oui.

17 Mme McMurrey (interprétation). - Vous saviez également que

18 Miro Golubovic et Milovan Kuljanin étaient également armés.

19 M. Draganic (interprétation). - Oui.

20 Mme McMurrey (interprétation). - En fait, Milovan Kuljanin

21 avait eu une arme spéciale, avec une lunette particulière qui lui

22 permettait de tirer très loin, avec beaucoup de précision.

23 M. Draganic (interprétation). - Que je sache, c'était un fusil

24 de chasse. Ce n'était pas un fusil militaire.

25 Mme McMurrey (interprétation). - Et Miro Golubovic avait un

Page 1616

1 fusil automatique du même type, n'est-ce pas, ou semi-automatique ?

2 M. Draganic (interprétation). - Je ne sais pas quelle arme il

3 avait.

4 Mme McMurrey (interprétation). - Bien.

5 Avez-vous déclaré qu'il n'y avait pas eu de résistance armée à

6 Cerici lorsqu'il y a eu cette opération militaire le 20 mai et le 19 mai ?

7 M. Draganic (interprétation). - A ma connaissance, il n'y a

8 pas eu d'attaque ni de défense ; il y a eu des coups de feu et on a

9 demandé à la Défense Territoriale de Cerici de se rendre.

10 Mme McMurrey (interprétation). - Ce qu'ils n'ont pas fait

11 avant le 23 mai, n'est-ce pas ?

12 M. Draganic (interprétation). - Non, Cerici s'est rendu plus

13 tôt, le 22, je pense. Cerici était le premier village à se rendre. Par la

14 suite, il y en a eu d'autres. Il y a eu notamment Donje Selo et Kuljanin.

15 Mme McMurrey (interprétation). - Il a donc fallu au moins 3 ou

16 4 journées pour libérer Cerici, n'est-ce pas ?

17 M. Draganic (interprétation). - Qu'entendez-vous par la notion

18 de libérer Cerici ?

19 Mme McMurrey (interprétation). - D'entrer et de s'emparer de

20 la ville, puisque l'attaque a commencé le 19 ou le 20 ; vous avez été

21 arrêté le 23. Cela fait combien de journées en tout ?

22 M. Draganic (interprétation). - Le matin du 23, les forces

23 sont entrées quand quiconque qui avait des armes les a remises. Et les

24 forces musulmanes et croates sont entrées.

25 Mme McMurrey (interprétation). - Oui, mais cette attaque avait

Page 1617

1 commencé le 20 mai, comme vous l'avez dit vous-même ; est-ce bien exact ?

2 M. Draganic (interprétation). - Je ne suis pas sûr de la date.

3 Etait-ce le 19 ? Etait-ce le 20 ?

4 M. le Président (interprétation). - Maître McMurrey, je pense

5 qu'il est temps de prévoir une suspension. Nous reprendrons à 16 h 15.

6 Mme McMurrey (interprétation). - Merci.

7 Suspendue à 15 h 40, l'audience est reprise à 16 h 20.

8 M. le Président (interprétation). - Le témoin est toujours

9 sous serment.

10 M. le Greffier.(interprétation) - Le témoin est toujours sous

11 serment.

12 M. Draganic (interprétation) Oui.

13 M. le Président (interprétation). - Poursuivez, Maître

14 McMurrey.

15 Mme McMurrey (interprétation). - Merci, Monsieur le Président.

16 Monsieur Draganic je tenais simplement à tirer quelque chose

17 au clair. Nous avons parlé de ces dates, de l'attaque contre Cerici. Vous

18 ne dîtes pas à ce Tribunal aujourd'hui qu'il n'y a pas eu d'attaques

19 lancées contre Cerici, ni qu'il n'y a pas eu de défense non plus, n'est-ce

20 pas ?

21 M. Draganic (interprétation) - Ce n'est pas ce que j'ai dit.

22 J'ai dit qu'il y avait eu un pilonnage.

23 La coalition croato-musulmane a pilonné Cerici pendant toute

24 une journée. Et le soir de cette journée, les personnes de Cerici ont dit

25 qu'ils allaient se rendre. C'est à ce moment là qu'à cesser le pilonnage.

Page 1618

1 Mme McMurrey (interprétation). - Mais vous dîtes aussi à ce

2 Tribunal que vous vous souvenez de ce qu'il y avait eu des coups de feu

3 qui avaient été tirés par les personnes du village contre les personnes

4 qui attaquaient ce village.

5 M. Draganic (interprétation) - Non, ce n'est pas ce que j'ai

6 dit.

7 Mme McMurrey (interprétation). -Vous voulez dire qu'auparavant

8 vous n'avez pas dit qu'il y avait des personnes armées qui ont utilisé, se

9 sont servis de ces armes ?

10 M. le Président (interprétation). - Il ne l'a pas dit. Vous

11 l'avez suggéré et il a nié cela.

12 Mme McMurrey (interprétation). - Je croyais qu'il l'avait dit,

13 mais bon.

14 Pour que ce soit plus clair vous avez dit qu'il n'y a pas eu

15 de défense de Cerici Est-ce bien ce que vous nous dîtes ?

16 M. Draganic (interprétation) - Il y a eu une forme de défense

17 mais il n'y a pas eu d'échange de coup de feu, ou plutôt se sont

18 uniquement les attaquants qui ont pilonné Cerici. La partie musulmane a

19 pilonné et puis les gens de Cerici les ont appelé pour se rendre. Et si

20 vous pensez que c'est là une attaque qui aurait servi de riposte, ce n'est

21 pas de cette façon que je vois les choses.

22 Mme McMurrey (interprétation). - Bon, un instant Monsieur le

23 Président. Vous avez également déclaré que vous avez un bagage en

24 mathématiques et vous avez dit que le 21 mai le pilonnage avait eu lieu et

25 qu'un obus tombait toutes les 40 secondes, n'est-ce pas ?

Page 1619

1 M. Draganic (interprétation) - Oui, un obus tombait toutes les

2 40 secondes. Mais je ne me souviens pas précisément de la date. Je pense

3 que cela s'est passé le 21 mai 1992.

4 Mme McMurrey (interprétation). -. Donc si un obus tombait

5 toutes les 40 secondes, le 21 mai, deux jours multipliés par un obus

6 toutes les 40 secondes, cela donnerait au total plus d'obus que le nombre

7 d'obus qui seraient tombés sur Konjic. Pendant 1 000 jours, n'est-ce pas ?

8 M. Jan (interprétation). - (Hors micro.) Comment le savez-

9 vous, Madame ?

10 Mme McMurrey (interprétation). - Je pose la question au témoin

11 pour voir s'il le sait. En effet, s'il affirme qu'un obus tombait toutes

12 les 40 secondes.

13 M. le Président (interprétation). - Mais pendant combien

14 d'heures ?.

15 Mme McMurrey (interprétation). - Le témoin a dit toute la

16 journée. Je multiplie simplement et cela donne un nombre incroyable d'obus

17 qui seraient tombés comme l'affirme le témoin. C'est simplement ce que je

18 voulais prouver.

19 M. Draganic (interprétation) - D'abord je n'ai pas dit que

20 cela avait duré pendant 24 heures.

21 Or le pilonnage à commencé le matin, puis s'est arrêté le soir

22 lorsqu'on a passé un coup de téléphone à la Défense Territoriale pour dire

23 que le village se rendait.

24 M. le Président (interprétation). -Est-ce un jour de 24 heures

25 ou de 12 heures ? Tout est fonction de cela. Peut-on considérer que c'est

Page 1620

1 du matin au matin suivant ou du matin au soir ?

2 Mme McMurrey (interprétation). - Disons 12 heures.

3 M. Draganic (interprétation) - Je n'ai pas dit que le

4 pilonnage avait duré 12 heures. J'ai dit qu'il avait commencé le matin et

5 que dans le courant de la soirée, je ne sais pas combien de temps le

6 pilonnage a duré. Je prends simplement un jour ordinaire du lever du jour

7 au coucher du soleil. Cela donne 12 heures. Est-ce que vous êtes

8 d'accord ?

9 Mlle McHenry (interprétation). - Objection quant à la

10 pertinence.

11 Mme McMurrey (interprétation). - C'est le témoin qui a parlé

12 du nombre d'obus qui est tombé et je voulais contrôler sa connaissance.

13 M. le Président (interprétation). - Cela n'intéresse personne.

14 Mme McMurrey (interprétation). - Je trouvais que c'était une

15 déclaration déraisonnable et je pose ces questions à des fins de

16 récusation.

17 M. le Président (interprétation). - Pourquoi ?

18 Mme McMurrey (interprétation). -. Parce qu'on ne peut pas

19 affirmer n'importe quoi. Ce ne sont pas des faits qui sont à former.

20 M. le Président (interprétation). - A quoi cela sert-il votre

21 défense ?

22 Mme McMurrey (interprétation). - Simplement pour le tout. Est-

23 ce-qu'il dit la vérité quant au fait que les hommes n'étaient pas armés,

24 qu'ils auraient ripostés.?

25 M. le Président (interprétation). - Fort bien, continuez.

Page 1621

1 Mme McMurrey (interprétation). - J'en ai terminé de toutes

2 façons.

3 Vous avez été arrêté le 23 mai avec votre frère et vous avez

4 été battu avant d'être amené à Celebici. Est-ce bien vrai ?

5 M. Draganic (interprétation) - Non, personne ne m'a frappé.

6 Mme McMurrey (interprétation). - Nous remontons dans le temps.

7 Vous avez dit qu'il y a aussi pilonnage par les forces musulmanes.

8 M. Draganic (interprétation) - Je n'ai pas dit "les forces

9 musulmanes". J'ai dit que c'était une coalition de forces musulmanes et de

10 forces croates qui ensemble avaient attaqué Cerici.

11 Mme McMurrey (interprétation). -. Fort bien. Merci. Je n'ai

12 pas bien saisi votre réponse précédente. Avez-vous été frappé en cours de

13 route vers Celebici ?

14 M. le Président (interprétation). - Il a dit qu'il n'avait pas

15 été frappé.

16 Mme McMurrey (interprétation). -. Vous avez dit aussi que

17 lorsque vous êtes arrivé à Celebici et que vous avez été aligné contre le

18 mur, vous n'aviez pas non plus été battu à ce moment là. Est-ce exact ?.

19 M. Draganic (interprétation) - Oui.

20 Mme McMurrey (interprétation). - Vous avez dit avoir été

21 d'abord emmené au tunnel n 9. Vous affirmiez également que la seule

22 lumière qui pénétrait dans le tunnel était le raie de lumière qui venait à

23 travers la porte. Est-ce exact ?.

24 M. Draganic (interprétation) - Oui, c'est exact. Et aussi si

25 quelqu'un ouvrait la porte.

Page 1622

1 Mme McMurrey (interprétation). -. Aussi, pendant la nuit il

2 n'y avait pas d'électricité. Tout était dans l'obscurité au tunnel n 9.

3 M. Draganic (interprétation) - Il n'y a jamais eu de lumière

4 pendant la nuit.

5 Mme McMurrey (interprétation). -. Après avoir été transféré du

6 tunnel n 9 au hangar, au bâtiment n 22 ou à l'infirmerie, quelle que

7 soit l'appellation, en tout cas vous avez été emmené dans ce bâtiment qui

8 est adjascent au bâtiment de commandement, n'est-ce pas ?

9 M. Draganic (interprétation) - Oui. 2 ou 3 jours après

10 l'arrivée, j'ai été transféré du tunnel n 9 dans ce bâtiment qu'on a

11 appelé plus tard l'infirmerie.

12 Mme McMurrey (interprétation). - Vous savez également que dans

13 toute infirmerie il n'y avait que quelques fenêtres à l'arrière qui

14 étaient en fait couvertes ou qui avaient une vitre opaque.

15 Mlle McHenry (interprétation). - Objection. Question déjà

16 posée à laquelle il a déjà été apportée une réponse.

17 Mme McMurrey (interprétation). -. Je voulais préciser la

18 réponse du témoin. Il avait dit qu'il pouvait voir à travers ces fenêtres.

19 Monsieur avez-vous dit qu'il vous était possible de voir à

20 l'extérieur à travers les vitres ? J'avais cru comprendre que vous aviez

21 dit que vous n'étiez pas en mesure de voir à travers ces vitres du

22 bâtiment 22 ?

23 M. Draganic (interprétation) - On pouvait voir un peu au

24 travers de ces fenêtres.

25 Mme McMurrey (interprétation). -. En fait, c'était une vitre

Page 1623

1 opaque qui équipait ces fenêtres. On ne pouvait pas voir clairement.

2 M. Draganic (interprétation) - C'était un verre, comment le

3 décrire, je ne me souviens plus du nom exactement. On ne voyait pas très

4 bien, mais il était quand même possible de voir à travers cette vitre.

5 Mme McMurrey (interprétation). -. Voulez-vous dire qu'il vous

6 était possible de voir la lumière ? Vous admettez que ce n'était pas une

7 vitre transparente ?

8 M. Draganic (interprétation) - Il était possible de voir mais

9 je ne vous comprends pas bien. Qu'entendez-vous par une vitre

10 transparente ?

11 Mme McMurrey (interprétation). -. Ce n'était pas comme la

12 vitre qui se trouve derrière vous, n'est-ce pas ?

13 M. Draganic (interprétation) - Non.

14 Mme McMurrey (interprétation). - En fait, c'était plutôt comme

15 le verre d'une bouteille de Coca Cola.

16 (Le témoin répond d'un haussement d'épaules.)

17 Mme McMurrey (interprétation). - Fort bien, merci. Vous avez

18 également déclaré que vous vous intéressiez aux armes et à la chasse. Est-

19 ce exact ?.

20 M. Draganic (interprétation) - Est-ce-que moi j'ai dit cela ?

21 Je ne crois pas avoir tenu ces propos.

22 Mme McMurrey (interprétation). - Mais vous avez dit

23 aujourd'hui que vous pouviez identifier et reconnaître certaines armes

24 comme les M 48 ou les fusils automatiques.

25 Est-ce-que vous ne parliez pas de ces armes au cours de la

Page 1624

1 journée ?

2 M. Draganic (interprétation) - Oui, je peux reconnaître des

3 armes, certaines armes, car j'ai suivi un cours à l'école dans le cadre de

4 la Défense Nationale, où on nous montrait les armes qui existaient dans

5 l'ex-Yougoslavie. Donc nous connaissions toutes sortes de fusils

6 automatiques, semi-automatiques, comment les démonter, etc. C'est comme

7 cela que je connaissais quelque chose sur les armes.

8 Mme McMurrey (interprétation). Est-il vrai que la seule arme

9 que vous ayez pu utiliser dans cette classe est un M 48 ? Est-ce exact ?

10 M. Draganic (interprétation) - Non, ce n'est pas vrai. On nous

11 montrait un vieux modèle d'armes, je ne me souviens plus du nom exact. Un

12 vieux modèle de mitraillette. Je crois que c'était un M 48 ou un M 52 qui

13 remonte à la deuxième guerre mondiale. C'est ce genre d'armes qu'on nous

14 montrait en classe.

15 Mme McMurrey (interprétation). - Vous avez aussi dit

16 auparavant que Milovan Kuljanin avait un révolver qui était une arme de

17 chasse. C'est bien ce que vous avez dit ? Un révolver à lunette.

18 M. Draganic (interprétation) - Oui, c'était une arme de

19 chasse.

20 Mme McMurrey (interprétation). -. Et vous dites que vous

21 connaissez la différence entre une arme automatique et une arme semi-

22 automatique, n'est-ce pas ?

23 M. Draganic (interprétation) - Oui, c'est ce qu'on m'a appris

24 à l'école.

25 Mme McMurrey (interprétation). -Et le seul endroit où vous

Page 1625

1 étiez en contact avec ces armes est à l'école, c'est ce que vous dîtes au

2 Tribunal ?

3 M. Draganic (interprétation) - Cela dépend du genre d'armes.

4 Mme McMurrey (interprétation). - L'arme que le SDS donnait à

5 vos parents et à vos amis à Cerici ?

6 Mlle McHenry (interprétation). - Objection.

7 Mme McMurrey (interprétation). -. Il dit qu'il savait qu'il y

8 avait des armes en possession de parents et d'amis au village avant

9 l'interruption.

10 M. le Président (interprétation). - Est-ce-qu'il a dit

11 cela ?Je ne m'en souviens pas.

12 Mme McMurrey (interprétation). -. J'ai posé des questions

13 précises sur certaines personnes et il a dit que ces personnes avaient des

14 armes.

15 M. le Président (interprétation). - A-t-il précisé le type

16 d'armes ?

17 Mme McMurrey (interprétation). -Oui.

18 M. Jan (interprétation). - Demandez alors au témoin quel type

19 d'armes le SDS à fourni.

20 Mme McMurrey (interprétation). -Très bien. Je retire pour

21 l'instant le SDS. Vous saviez que des parents et des amis à Cerici avaient

22 des armes en leur possession.

23 Mlle McHenry (interprétation). - J'objecte, cette question

24 n'est pas pertinente.

25 M. Jan (interprétation). - Je pense que cette question est

Page 1626

1 pertinente car il faut savoir quel genre d'arme était en possession des

2 gens, c'est ce que la défense souhaite établir et il faut savoir ce que le

3 témoin en sait.

4 Mme McMurrey (interprétation). - Monsieur Draganic, voulez-

5 vous répondre à ma question, s'il vous plaît ?

6 M. Draganic (interprétation) - Voulez-vous répéter la

7 question ?

8 Mme McMurrey (interprétation). - Je ne sais pas. Je vais

9 essayer. Vous connaissez les armes que vos parents et amis détenaient à

10 Cerici en 1992, n'est-ce pas?

11 M. Draganic (interprétation) - Je connaissais les armes du

12 fait du cours que j'ai suivi à l'école dans le cadre de la Défense

13 Nationale. Quand je voyais quelqu'un porter une arme sur l'épaule, je

14 pouvais reconnaître cette arme grâce aux photos que j'avais vu à l'école.

15 On nous a parlé non seulement de fusils mais aussi de pistolets, de chars

16 et de tous les aspects liés à la Défense Nationale dans le cadre de la

17 République Socialiste Fédérative de Yougoslavie.

18 M. le Président (interprétation). - Là, n'est pas la question.

19 La question est connaissez-vous les armes que détenaient vos parents et

20 amis à Cerici ? C'est une simple question. Connaissiez-vous les armes, les

21 fusils que détenaient vos parents et amis ?

22 M. Draganic (interprétation) - Je pourrais reconnaître les

23 armes qu'ils avaient.

24 Mme McMurrey (interprétation). - Très bien, merci.

25 Au cours de votre déposition, vous avez parlé d'un garde

Page 1627

1 appelé Zenga et vous dîtes que Zenga était Monsieur Landzo et que vous

2 connaissez Monsieur Landzo depuis l'école,n'est-ce pas ?

3 M. Draganic (interprétation) - Oui, je le voyais à l'école, à

4 l'école secondaire.

5 Mme McMurrey (interprétation). -Et il est tout juste un peu

6 plus jeune que vous, n'est-ce pas ?

7 M. Draganic (interprétation) - Je pense qu'il a un an de moins

8 que moi.

9 Mme McMurrey (interprétation). - Et vous saviez qu'il

10 fréquentait d'autres gens que vous à l'époque, n'est-ce pas ?

11 M. Draganic (interprétation) - On se connaissait simplement de

12 l'école. C'est un petit village et tout le monde se connaissait. Nous nous

13 connaissions parce que nous allions dans les mêmes locaux. Il était en

14 foresterie, moi j'étais en section gymnastique. Or, moi j'allais au

15 gymnase et ces locaux se trouvaient au même endroit. Donc la classe de

16 mathématiques et la classe de foresterie se trouvaient dans le même

17 bâtiment dans le gymnase et je le voyais dans le hall pendant la pause et

18 après la classe.

19 Mme McMurrey (interprétation). - Vous saviez qu'ils étaient

20 associés à de nombreux enfants serbes qui allaient à l'école ?

21 M. Draganic (interprétation) - Peut-être ? Je ne sais pas je

22 n'ai pas fait très attention.

23 Mme McMurrey (interprétation). - Vous dîtes que vous le

24 connaissiez aussi pour l'avoir vu dans les cafés. Vous savez qu'il

25 fréquentait un garçon qui s'appelait Mici ou Gusac, n'est-ce pas ?

Page 1628

1 M. Draganic (interprétation) - Je n'en suis pas sûr. Je ne

2 suis pas sûr qu'il fréquentait ce garçon.

3 Peut-être que oui, peut-être que non.

4 Mme McMurrey (interprétation). -. Vous connaissez un garçon

5 qui s'appelle Nedjo, n'est-ce pas ?

6 M. Draganic (interprétation) - Nedjo ?

7 Mme McMurrey (interprétation). - Nedjo, oui.

8 M. Draganic (interprétation) - Je crois que je le connaissais.

9 Je ne me souviens pas maintenant.

10 Mme McMurrey (interprétation). - Quand vous étiez à l'école

11 vous avez été frappé, battu par un groupe d'écoliers, n'est-ce pas ?

12 M. Draganic (interprétation) - Pas à l'école.

13 Mme McMurrey (interprétation). - A l'extérieur de l'école où

14 vous avez été battu par un groupe d'écoliers, n'est-ce pas ?

15 M. Draganic (interprétation). - On ne m'a pas battu. Je me

16 suis peut-être attrapé avec un ou deux d'entre eux.

17 Mme McMurrey (interprétation). - En fait, vous avez dit à

18 beaucoup de gens à l'école que c'est avec M. Landzo que vous vous étiez

19 battu, n'est-ce pas ?

20 M. Draganic (interprétation). - Oui.

21 Mme McMurrey (interprétation). - Vous avez aussi dit... Je

22 reprends cette question. Vous avez mentionné que, pendant que vous étiez

23 au tunnel n 9, vous avez été emmené dans un bâtiment administratif et

24 quun enquêteur vous a posé des questions, n'est-ce pas ?

25 M. Draganic (interprétation). - Ce n'était pas au tunnel n 9.

Page 1629

1 On nous faisait sortir un par un, ou par paire. Je pense que c'était un

2 par un. On allait dans ce bureau, on s'asseyait derrière une table, on

3 vérifiait notre identité, on donnait notre nom et il nous posait d'autres

4 questions.

5 Mme McMurrey (interprétation). - Hier, dans votre témoignage,

6 vous avez dit que l'on vous posait des questions stupides du style : êtes-

7 vous membre du SDS ou avez-vous des armes ? C'est bien ce que vous avez

8 dit ?

9 M. Draganic (interprétation). - Hier ?

10 Mme McMurrey (interprétation). - Excusez-moi, c'est ce matin

11 que vous avez dit cela. Je confonds un peu les jours, je m'en excuse.

12 M. Draganic (interprétation). - Oui. Ils m'ont posé des

13 questions du style : qui avait amené les armes ? Je ne savais pas.

14 Ensuite, qui était le commandant pour Cerici, ce genre de choses.

15 Mme McMurrey (interprétation). - Merci.

16 Vous nous avez dit ce matin qu'un incident s'était passé le

17 12 juillet 1992, n'est-ce pas ? Je veux dire en dehors de la Saint-

18 Pierre.

19 M. Draganic (interprétation). - Oui. Je pense que c'était vers

20 la Saint-Pierre.

21 Mme McMurrey (interprétation). - Et vous avez raconté qu'un

22 homme plus âgé était frappé par M. Landzo et par d'autres gardes, qu'il

23 s'étouffait avec sa langue, qu'un infirmier a dégagé sa langue. Cet homme

24 s'appelait Bosko Samoukovic, n'est-ce pas ?

25 M. Draganic (interprétation). - Je ne suis pas sûr du nom. Ce

Page 1630

1 n'était pas un médecin. Il travaillait dans un laboratoire d'analyses de

2 sang et sans doute savait-il les soins à apporter d'urgence.

3 Mme McMurrey (interprétation). - Excusez-moi, je me suis mal

4 exprimé. Je vous parle de l'homme âgé qui a été frappé. Il s'appelait bien

5 Bosko Samoukovic, n'est-ce pas ?

6 M. Draganic (interprétation). - Je ne suis pas sûr du nom.

7 Mme McMurrey (interprétation). - Très bien.

8 Je voudrais vous poser des questions sur un homme appelé

9 Miljanic. Lorsque l'on vous a amené pour la première fois au camp, il y

10 avait un homme âgé qui s'appelait Miljanic, qui a été frappé, qui est mort

11 vers le 27 mai 1992, n'est-ce pas ?

12 M. Draganic (interprétation). - Je ne sais pas. Je ne sais

13 rien sur ce Miljanic. Je me suis peut-être trompé quant au nom quand j'ai

14 déposé.

15 Mme McMurrey (interprétation). - Merci beaucoup.

16 Je voudrais vous poser une question. Vous saviez que M. Landzo

17 avait été blessé à la main, n'est-ce pas ? A la main droite.

18 M. Draganic (interprétation). - Je ne sais pas de quelle main

19 il s'agissait, mais pendant tout un temps une de ses mains était bandée.

20 Je ne sais pas si c'était un plâtre ou un pansement, mais quelque chose

21 comme cela.

22 Mme McMurrey (interprétation). - Et vous n'avez jamais vu de

23 sang sur cette blessure, n'est-ce pas ?

24 M. Draganic (interprétation). - Je ne pense pas.

25 Mme McMurrey (interprétation). - En fait, cette blessure

Page 1631

1 aurait pu avoir été occasionnée bien avant Celebici, n'est-ce pas ?

2 M. Draganic (interprétation). - Je pense que cela s'est passé

3 à Celebici, qu'il a reçu cette blessure à Celebici.

4 Mme McMurrey (interprétation). - Vous avez dit ce matin qu'il

5 y avait un certain Simo Jovanovic qui avait été battu à Celebici, n'est-ce

6 pas ?

7 M. Draganic (interprétation). - Oui.

8 Mme McMurrey (interprétation). - Et vous avez dit que

9 M. Landzo la fait sortir, mais qu'il y avait d'autres voix; la seule voix

10 que vous avez reconnue était celle de M. Landzo. C'est bien ce que vous

11 avez dit ?

12 M. Draganic (interprétation). - Oui.

13 Mme McMurrey (interprétation). - Il y avait d'autres voix et

14 vous n'avez pas vu qui a ramené le prisonnier à l'intérieur, nest-ce

15 pas ?

16 M. Draganic (interprétation). - Non.

17 Mme McMurrey (interprétation). - Donc la seule connaissance

18 que vous ayez de ce qui est arrivé à Simo Jovanovic est le fait que

19 M. Landzo la fait sortir. Vous ne savez pas personnellement ce qui s'est

20 passé à l'extérieur du hangar, n'est-ce pas ?

21 M. Draganic (interprétation). - Je ne sais pas ce qui s'est

22 passé à l'extérieur du hangar, mais je vous répète que j'ai entendu le

23 passage à tabac. On entendait les coups et on entendait Simo Jovanovic qui

24 demandait de l'aide, qui gémissait.

25 Mme McMurrey (interprétation). - Mais vous ne savez pas qui

Page 1632

1 était en train de le brutaliser à lextérieur du hangar, n'est-ce pas ?

2 M. Draganic (interprétation). - Non.

3 Mme McMurrey (interprétation). - Et vous nous avez parlé d'un

4 certain Jelko Klimenta. Cette personne avait des relations amicales avec

5 les gardes, n'est-ce pas ?

6 M. Draganic (interprétation). - Oui. Ils le laissaient sortir.

7 Il sortait assez souvent.

8 Mme McMurrey (interprétation). - De fait, un certain matin que

9 vous avez décrit, il est sorti fumer avec les gardes, n'est-ce pas ?

10 M. Draganic (interprétation). - Je crois que cela s'est passé

11 comme cela.

12 Mme McMurrey (interprétation). - Ensuite, vous avez entendu un

13 coup de feu à l'extérieur, n'est-ce pas ?

14 M. Draganic (interprétation). - Oui.

15 Mme McMurrey (interprétation). - Vous saviez que l'un des

16 gardes pleurait et que ce coup de feu était un coup de feu accidentel ?

17 M. Draganic (interprétation). - Je n'ai vu personne pleurer

18 parce que j'étais à l'intérieur du hangar n6 et je n'ai entendu personne

19 pleurer.

20 Mme McMurrey (interprétation). - Donc, vous ne savez pas ce

21 qui s'est passé. Vous savez simplement qu'un coup de feu a été tiré et que

22 M. Klimenta était mort.

23 M. Draganic (interprétation). - Oui, j'ai simplement entendu

24 le coup de feu et ensuite deux personnes qui étaient avec lui, à

25 l'extérieur, sont rentrées et ont dit : "Keljo a été tué".

Page 1633

1 Mme McMurrey (interprétation). - Les gardes n'entraient jamais

2 dans le hangar pendant la nuit, n'est-ce pas ?

3 M. Draganic (interprétation). - Si, si, ils entraient dans le

4 hangar.

5 Mme McMurrey (interprétation). - Ils entraient dans le hangar

6 à la nuit tombée, après la nuit tombée ?

7 M. Draganic (interprétation). - Oui, ils entraient.

8 Mme McMurrey (interprétation). - La plupart des gardes étaient

9 jeunes et effrayés, n'est-ce pas ?

10 M. Draganic (interprétation). - Je ne pense pas qu'ils étaient

11 effrayés, mais ils étaient jeunes. La plupart d'entre eux étaient jeunes.

12 Mme McMurrey (interprétation). - Ils avaient à peu près votre

13 âge, n'est-ce pas ?

14 M. Draganic (interprétation). - Oui.

15 Mme McMurrey (interprétation). - Et vous savez que la plupart

16 d'entre eux n'avaient jamais fait leur service militaire avant cette

17 époque-là, n'est-ce pas ?

18 M. Draganic (interprétation). - Oui.

19 Mme McMurrey (interprétation). - Et la plupart des gardes se

20 contentaient de suivre des ordres, n'est-ce pas ?

21 M. Draganic (interprétation). - (Le micro du témoin est

22 débranché).

23 Mme McMurrey (interprétation). - Je peux passer à la question

24 suivante. Vous n'avez pas vu M. Landzo à Celebici avant la mi-juin, n'est-

25 ce pas ?

Page 1634

1 M. Draganic (interprétation). - (Le micro du témoin n'est pas

2 branché).

3 M. le Président (interprétation). - Nous allons vérifier le

4 fonctionnement de l'installation. Les interprètes n'entendent rien. Les

5 interprètes n'entendent pas le témoin.

6 La Chambre va lever l'audience pour une dizaine de minutes

7 afin de vérifier le fonctionnement des installations.

8 Suspendue à 16 h 55, l'audience reprend à 17 h 10.

9 (Le témoin est introduit dans la salle).

10 M. le Président (interprétation). - Pouvez-vous lui rappeler

11 qu'il témoigne toujours sous serment ?

12 M. le Greffier (interprétation). - Puis-je vous rappeler,

13 Monsieur, que vous témoignez toujours sous serment ?

14 M. Draganic (interprétation). - Très bien.

15 M. le Président (interprétation). - Vous pouvez poursuivre.

16 Mme McMurrey (interprétation). - Merci, Monsieur le Président.

17 Monsieur Draganic, je voudrais revenir sur ces blessures que

18 vous nous avez montrées plus tôt dans la journée, lorsque vous avez levé

19 la jambe de votre pantalon. Je voudrais vous poser la question suivante :

20 apparemment, il y avait des éraflures roses fraîches sur cette blessure.

21 Est-ce que vous vous êtes blessé à nouveau récemment ?

22 M. Draganic (interprétation). - Non, c'est un médecin qui a

23 utilisé une aiguille et une seringue pour inspecter la blessure. Il a donc

24 touché cette cicatrice pour vérifier si je sentais la douleur à ce niveau-

25 là.

Page 1635

1 Mme McMurrey (interprétation). - Donc, les éraflures sont dues

2 à cet examen médical, c'est ce que vous nous dites ?

3 M. Draganic (interprétation). - Oui.

4 Mme McMurrey (interprétation). - Vous avez aussi déclaré que

5 vos deux jambes ont été gravement blessées ce jour-là, mais vous n'avez de

6 cicatrices que sur une jambe ; est-ce exact ?

7 M. Draganic (interprétation). - Oui.

8 Mme McMurrey (interprétation). - Et vous n'avez pas apporté de

9 rapport médical autre que celui qui a été rédigé à l'issue de l'examen

10 médical que vous avez subi ici, au Tribunal. Vous n'avez pas de rapport

11 médical quant à la façon dont cette blessure a été provoquée et au moment

12 où elle a été provoquée, n'est-ce pas ?

13 M. Draganic (interprétation). - Je n'ai aucune preuve car,

14 lorsque lon m'a mis en détention à la maison à Cerici, j'ai vu le

15 Docteur Mikilo. C'était l'assistant d'un médecin qui travaillait au centre

16 médical et c'est lui qui m'a apporté des médicaments et qui a soigné cette

17 blessure.

18 Mme McMurrey (interprétation). - L'accusation aurait pu avoir

19 accès à ces rapports médicaux ? Est-ce ce que vous êtes en train de nous

20 dire ?

21 M. Draganic (interprétation). - Je ne crois pas qu'ils

22 auraient pu les obtenir parce que je ne suis pas allé à l'hôpital. C'est

23 lui qui venait chez moi, à la maison. Il vivait dans le même village. Il

24 avait son épouse qui résidait dans ce même village.

25 Mme McMurrey (interprétation). - Mais vous n'avez apporté

Page 1636

1 aucun rapport médical avec vous, n'est-ce pas ?

2 M. Draganic (interprétation). - Je n'ai reçu aucun rapport

3 médical.

4 Mme McMurrey (interprétation). - Donc cette blessure aurait pu

5 dater de 1995, n'est-ce pas ?

6 Mme McHenry (interprétation). - Objection. Question déjà posée

7 ayant reçu réponse.

8 M. Jan (interprétation). - (Hors micro).

9 Mme McMurrey (interprétation). - Cette blessure aurait pu être

10 provoquée en 1995, n'est-ce pas ?

11 M. Draganic (interprétation). - En 1995...

12 M. le Président (interprétation). - Parlez-vous de la même

13 forme pour cette blessure ?

14 M. Jan (interprétation). - "Moi, je laisse entendre qu'il est

15 possible que cette blessure date de 1995", voilà ce que vous auriez dû lui

16 dire.

17 Mme McMurrey (interprétation). - Très bien. Je pourrais vous

18 dire que cette blessure a été causée en 1995, n'est-ce pas ?

19 M. Draganic (interprétation). - En 1995, il aurait été

20 impossible que je reçoive une telle blessure, car il existe des documents

21 rédigés par les représentants de la Croix-Rouge, des médecins. Le

22 12 août 1992, j'ai été examiné par un médecin de la Croix-Rouge. Le

23 médecin de la Croix-Rouge a examiné à ce moment-là mes deux jambes et a vu

24 qu'elles avaient été brûlées toutes les deux.

25 Mme McMurrey (interprétation). - Ce que je suis en train de

Page 1637

1 vous dire, c'est que nous n'avons pas d'autre preuve que votre déposition

2 d'aujourd'hui quant au fait que cela s'est passé en 1992, nest-ce pas ?

3 Mme McHenry (interprétation). - Objection, Monsieur le

4 Président.

5 Mme McMurrey (interprétation). - Vous avez également dit dans

6 votre déposition que vous avez reçu des soins à Celebici sept jours après

7 avoir subi ces blessures, n'est-ce pas ?

8 M. Draganic (interprétation). - Je ne sais pas combien de

9 jours après, mais quelques jours après, peut-être 5, peut-être 7, peut-

10 être 10. Je ne sais pas exactement combien de jours se sont écoulés avant

11 que l'on ne me donne les premiers soins après ces brûlures.

12 Mme McMurrey (interprétation). - Cela est dû au fait que la

13 plaie ne s'est pas infectée jusqu'à quelques jours après.

14 M. Draganic (interprétation). - Ce n'est pas pour cela ; c'est

15 parce que nous n'avions pas l'autorisation de sortir du hangar n6. On ne

16 nous laissait pas sortir. C'est seulement plus tard qu'ils ont commencé à

17 autoriser ceux qui avaient des blessures... D'autres personnes avaient

18 subi des brûlures. Dusko, surnommé Sakane, a aussi été brûlé par Zenga. Il

19 y avait Spasoje...

20 Mme McMurrey (interprétation). - Objection, Monsieur le

21 Président. Premièrement, il ne répond pas à ma question et, deuxièmement,

22 il témoigne sur la base de quelque chose qui n'a rien à voir avec sa

23 connaissance personnelle, à moins qu'il n'ait assisté personnellement à

24 cet événement.

25 M. le Président (interprétation). - A quoi faites-vous

Page 1638

1 objection, Maître McMurrey ?

2 Mme McMurrey (interprétation). - Je fais objection au fait

3 qu'il témoigne sans s'appuyer sur ses connaissances personnelles.

4 M. le Président (interprétation). - Vous pouvez changer votre

5 formulation, dans ce cas.

6 Mme McMurrey (interprétation). - Très bien, je le ferai.

7 Vous navez vu M. Landzo à Celebici quà la mi-juin, lorsqu'il

8 y est arrivé avec d'autres gardes, n'est-ce pas ?

9 M. Draganic (interprétation). - Je ne sais pas quand je l'ai

10 vu. Je l'ai vu en juin, peut-être en mai, je n'en suis pas sûr.

11 Mme McMurrey (interprétation). - Mais vous avez également

12 déclaré ne pas l'avoir vu à Celebici après la fin du mois de juillet,

13 n'est-ce pas ?

14 M. Draganic (interprétation). - Il y était en juillet. Je

15 crois qu'il est parti de Celebici un peu avant la visite de la Croix-

16 Rouge, le 12 août 1992. C'est ce que je pense. Je ne sais pas exactement

17 quand il est parti.

18 Mme McMurrey (interprétation). - Mais vous savez avec

19 certitude qu'il était parti avant l'arrivée de la Croix-Rouge, n'est-ce

20 pas exact ?

21 M. Draganic (interprétation). - Je crois que c'est comme cela

22 que cela s'est passé.

23 Mme McMurrey (interprétation). - Je nai plus de question,

24 Monsieur le Président.

25 M. le Président (interprétation). - Oui, Maître Greaves ?

Page 1639

1 M. Greaves (interprétation). - J'aimerais, avant de commencer

2 à poser mes questions, dire la chose suivante. Ce témoin a une

3 extraordinaire importance dans l'affaire de M. Mucic et je dois vous dire

4 que je suis très fatigué cet après-midi. Donc, je vous serais très

5 reconnaissant, Monsieur le Président, si vous acceptiez que je commence

6 mon interrogatoire demain. Vous savez sans doute que jai quelques

7 difficultés sur le plan professionnel actuellement. Je suis seul pour le

8 moment et c'est la raison pour laquelle je suis très fatigué.

9 Je sais qu'il importe de ne pas perdre de temps, mais je vous

10 demande néanmoins, Monsieur le Président, de mautoriser à ne commencer

11 que demain, si cela est acceptable.

12 M. le Président (interprétation). - Maître Residovic, seriez-

13 vous prête à commencer le contre-interrogatoire tout de suite ?

14 Mme Residovic (interprétation). - Monsieur le Président, ce

15 matin j'ai déjà procédé à un interrogatoire du témoin qui était assez

16 long. Si le Tribunal consent à la proposition de mon confrère, j'aimerais

17 que l'ordre déjà préétabli soit respecté. En revanche, si le Tribunal

18 exige de moi que je procède à mon contre-interrogatoire, je le ferai. Mais

19 je pense que vous avez compris que ma préférence va au respect de l'ordre

20 que nous avons indiqué et dont nous sommes convenus.

21 M. le Président (interprétation). - Maître McHenry ?

22 Mme McHenry (interprétation). - Monsieur le Président, cela

23 nous place tous dans une situation difficile. Dans une situation normale,

24 nous n'aurions absolument aucune objection par rapport à cette demande.

25 Toutefois, dans le cas particulier, compte tenu des informations que nous

Page 1640

1 avons reçues de l'Unité de Protection des Victimes et des Témoins, et qui

2 concernent le témoin suivant, qui est dans un état assez fragilisé ayant

3 subi des agressions sexuelles, qui donc n'apprécierait pas beaucoup un

4 retard dans sa comparution, nous aimerions beaucoup que l'audition de ce

5 témoin soit terminée avant la fin de nos travaux demain.

6 Nous appuyons donc cette demande. Nous aimerions beaucoup que

7 tout soit fait pour que le prochain témoin puisse avoir été entendu

8 complètement avant la fin de la journée demain. C'est la raison pour

9 laquelle, dans ce cas particulier, j'implorerai vraiment les conseils de

10 la défense, bien que je comprenne leur fatigue, de bien vouloir accepter

11 la proposition de commencer tout de suite. Nous aurions même aimé proposer

12 un dépassement léger des horaires aujourd'hui, de façon que nous soyons

13 tout à fait sûrs que l'audition du témoin suivant sera bien achevée avant

14 que nous ne nous séparions pour un certain temps.

15 M. le Président (interprétation). - Je ne suis pas très

16 satisfait de certaines des raisons que vous invoquez, cette question de

17 requête reposant sur les préoccupations de l'Unité de Protection des

18 Victimes et des Témoins. Je pense que cela aurait justifié que, au lieu

19 d'entendre le présent témoin, nous ayons entendu d'abord le témoin dont

20 vous venez de parler, de façon à nous assurer que la totalité de

21 l'interrogatoire et du contre-interrogatoire de ce témoin soit achevée

22 avant notre interruption.

23 A ce stade, pour ce qui me concerne, je comprends les

24 problèmes de Maître Greaves. On ne peut jamais savoir ce qui va surgir à

25 l'issue du contre-interrogatoire.

Page 1641

1 Maître Residovic, bien sûr, peut combler cet intervalle, mais

2 je crains, malheureusement, qu'il soit sans doute difficile d'accéder à

3 votre requête.

4 Mme McHenry (interprétation). - Monsieur le Président, bien

5 sûr, il appartient au Tribunal de décider, mais je dois vous dire que le

6 témoin suivant n'était pas censé initialement être le témoin suivant. Elle

7 a remonté dans l'ordre de citation et nous n'avons appris les problèmes

8 graves que subit ce témoin que récemment. Je ne dis pas cela à titre

9 d'excuse. Mais, s'agissant du présent témoin, nous pensions qu'il n'aurait

10 pas été juste à l'égard du conseil de la défense de lui demander de

11 retarder sa comparution. Donc, le témoin présent a de bonnes raisons de

12 retourner dans son pays. Deuxièmement, le témoin suivant a les problèmes

13 que je viens d'invoquer. C'est la raison pour laquelle je présente cette

14 requête. Il n'y en a pas d'autres.

15 M. le Président (interprétation). - Certains ont de plus

16 grandes difficultés que d'autres. A ce stade, nous devons les prendre au

17 sérieux. Il va nous falloir suspendre l'audience jusqu'à demain.

18 Entendons ce que vous avez à dire, Maître Residovic.

19 Mme Residovic (interprétation). - Monsieur le Président, merci

20 beaucoup pour les propositions que vous venez de faire. La défense a

21 accepté à titre exceptionnel une modification de l'ordre de comparution

22 des témoins. Mais cela a exigé un effort renouvelé s'agissant de la

23 préparation du contre-interrogatoire du témoin actuel. C'est la raison

24 pour laquelle, Monsieur le président, nous n'avons pas la possibilité,

25 après un jour aussi difficile que celui-ci, de continuer plus longtemps

Page 1642

1 l'interrogatoire du témoin assis actuellement sur la chaise des témoins.

2 Je comprends bien qu'il existe également des raisons

3 techniques qui peuvent justifier les actes d'un Tribunal, mais je crois

4 que ces raisons techniques ne peuvent pas contredire l'accusation dans son

5 devoir d'interrogatoire et non plus la défense dans son devoir de contre-

6 interrogatoire.

7 Je vous remercie. J'ai bien entendu et compris votre position.

8 Je vous remercie également de bien vouloir comprendre les

9 efforts demandés à la défense.

10 M. Greaves (interprétation). - Monsieur le Président, je tiens

11 à vous dire que la défense, et moi personnellement, apprécie beaucoup ce

12 que vous venez de dire.

13 M. le Président (interprétation). - Nous suspendons

14 l'audience. Nous la reprendrons demain à 10 heures du matin.

15 L'audience est suspendue à 17 h 25.

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25