Tribunal Criminal Tribunal for the Former Yugoslavia

Page 1643

1 TRIBUNAL PENAL INTERNATIONAL AFFAIRE N IT-96-21-T

2 POUR L'EX-YOUGOSLAVIE

3

4 Jeudi 3 avril 1997

5

6 L'audience est ouverte à 10 heures.

7 M. le Président (interprétation). - Bonjour, Mesdames et

8 Messieurs.

9 Avant que nous ne commencions nos travaux ce matin, nous avons

10 quelques mots à dire au sujet d'un de nos collègues fondateurs qui est

11 décédé le 31 mars au Pakistan, le Juge Sidwa.

12 Il a démissionné en juillet dernier en raison d'une maladie

13 très grave et très pénible. Il a fait preuve d'un grand courage. Il a

14 siégé dans cette Chambre d'instance pendant toute la période où il est

15 resté avec nous. Il est donc l'un des membres fondateurs de ce Tribunal

16 dans lequel il a joué un rôle très important pendant toute la période de

17 rédaction et d'adoption du règlement du Tribunal. Son apport a suscité le

18 plus grand respect et la plus grande considération. Son rôle a réellement

19 été très remarquable. Nous regrettons donc tous la brièveté de sa

20 contribution, interrompue par cette maladie qu'il a combattue avec le plus

21 grand courage.

22 Je propose donc que nous nous levions pour une minute de

23 silence à sa mémoire avant de reprendre nos travaux.

24 (Le Tribunal, debout, observe une minute de silence).

25 M. le Président (interprétation).- Nous pouvons maintenant

Page 1644

1 poursuivre.

2 Peut-on faire rentrer le témoin, je vous prie ?

3 (Le témoin, M. Dragonic, est introduit dans la salle.)

4 M. le Président (interprétation). - Veuillez informer le

5 témoin qu'il témoigne toujours sous serment.

6 M. le Greffier (interprétation). - Monsieur Draganic, je vous

7 rappelle que vous témoignez toujours sous serment.

8 M. le Président (interprétation).- Monsieur Greaves ?

9 M. Greaves (interprétation). - Bonjour, Monsieur le Président.

10 Monsieur Draganic, je représente Pavo Mucic dans ce procès et

11 je vais donc vous poser des questions en son noM. Je vous demanderai si

12 vous pouvez d'abord m'aider en répondant à quelques questions que je

13 poserai au sujet du moment de votre arrestation, dans la région où vous

14 habitiez le 23 mai.

15 Vous nous avez dit que deux groupes d'hommes étaient arrivés

16 dans votre région dont l'un était un détachement de HVO. Est-ce exact ?

17 M. Draganic (interprétation). - Oui, il y avait les forces

18 musulmanes qui portaient le nom de Défense Territoriale et le HVO (Conseil

19 central de la défense).

20 M. Greaves (interprétation). - Je m'intéresse particulièrement

21 au HVO. Je crois que le commandant de ce détachement était un

22 homme dénommé Miso Jozic ; je vous prie d'excuser ma prononciation si elle

23 est erronée.

24 M. Draganic (interprétation). - Miso Jozic, surnommé Aga.

25 M. Greaves (interprétation). - Est-il exact de dire qu'il

Page 1645

1 était le commandant du HVO, responsable d'un certain nombre de villages

2 situés du même côté de la rivière que le vôtre et dont faisait partie

3 votre village ?

4 M. Draganic (interprétation). - Je ne sais pas exactement

5 combien de villages étaient placés sous sa responsabilité, mais mon

6 village était certainement dans sa zone de responsabilité.

7 M. Greaves (interprétation). - Monsieur Draganic, pourriez-

8 vous, je vous prie, nous dire quel était le village auquel ils

9 s'intéressaient particulièrement.

10 M. Draganic (interprétation). - Pokojiste

11 M. Greaves (interprétation). - C'est le village dont j'allais

12 vous parler, merci.

13 Monsieur le Président, je crois que ma collègue Mme McHenry a

14 maintenant une requête à vous présenter dont j'ai déjà discuté avec elle.

15 Mme McHenry (interprétation). - Monsieur le Président, j'ai

16 déjà débattu avec le conseil de la défense au sujet du fait qu'il pourrait

17 souhaiter évoquer des informations obtenues par M. Draganic par ouï-dire.

18 Nous en avons déjà parlé dans la déclaration liminaire et j'en ai informé

19 le conseil de la défense. Des problèmes de sécurité seront en cause, qui

20 concernent un certain nombre de personnes qui ont fourni ces informations

21 à M. Draganic, c'est la raison pour laquelle M. Draganic a demandé que

22 toutes les informations émanant des conversations qu'il a pu avoir avec

23 ces personnes soient évoquées à huis clos.

24 Ce ne sont pas des sujets dont nous avons traité dans

25 l'interrogatoire principal, nous n'avons aucune objection à ce que

Page 1646

1 M. Greaves les évoque, bien que nous ne sachions pas exactement de quoi il

2 s'agit, mais nous demandons que tout ce qui concerne les informations

3 obtenues par le témoin par ces personnes soient évoquées à huis clos, de

4 façon que ces personnes ne soient aucunement en danger.

5 M. Greaves (interprétation). - Monsieur le Président, je tiens

6 à ce que vous sachiez que je savais très bien quel était le contenu de

7 cette requête. Je l'appuie entièrement et je suis évidemment tout à fait

8 d'accord pour que le témoin soit aussi détendu que possible lorsqu'il

9 répondra aux questions concernant mon client. Je pense que la même

10 préoccupation sera partagée par les autres conseils de la défense.

11 M. le Président (interprétation). - Eh bien, nous allons

12 maintenant interrompre la séance publique pour entamer une séance à huis

13 clos. Je vous prie d'en informer les techniciens.

14 Mme McHenry (interprétation). - Monsieur le Président, nous

15 souhaitons protéger l'information qui sera fournie par le témoin, donc je

16 crois qu'il suffirait d'intervenir au niveau du son.

17 M. le Président (interprétation). - Effectivement, nous

18 n'avons pas besoin d'intervenir au niveau des vitres et de la visibilité,

19 mais uniquement au niveau du son.

20 M. Greaves (interprétation). - Merci beaucoup, Monsieur le

21 Président.

22 (L'audience se poursuit à huis clos partiel.)

23

24 (Audience à huis clos partiel.)

25

Page 1647

1 (expurgée)

2 (expurgée)

3 (expurgée)

4 (expurgée)

5 (expurgée)

6 (expurgée)

7 (expurgée)

8 (expurgée)

9 (expurgée)

10 (expurgée)

11 (expurgée)

12 (expurgée)

13 (expurgée)

14 (expurgée)

15 (expurgée)

16 (expurgée)

17 (expurgée)

18 (expurgée)

19 (expurgée)

20 (expurgée)

21 (expurgée)

22 (expurgée)

23 (expurgée)

24 (expurgée)

25 (expurgée)

Page 1648

1 (expurgée)

2 (expurgée)

3 (expurgée)

4 (expurgée)

5 (expurgée)

6 (expurgée)

7 (expurgée)

8 (expurgée)

9 (expurgée)

10 (expurgée)

11 (expurgée)

12 (expurgée)

13 (expurgée)

14 (expurgée)

15 (expurgée)

16 (expurgée)

17 (expurgée)

18 (expurgée)

19 (expurgée)

20 (expurgée)

21 (expurgée)

22 (expurgée)

23 (expurgée)

24 (expurgée)

25 (expurgée)

Page 1649

1 (expurgée)

2 (expurgée)

3 (expurgée)

4 (expurgée)

5 (expurgée)

6 (expurgée)

7 (expurgée)

8 (expurgée)

9 (expurgée)

10 (expurgée)

11 (expurgée)

12 (expurgée)

13 (expurgée)

14 (expurgée)

15 (expurgée)

16 (expurgée)

17 (expurgée)

18 (expurgée)

19 (expurgée)

20 (expurgée)

21 (expurgée)

22 (expurgée)

23 (expurgée)

24 (expurgée)

25 (expurgée)

Page 1650

1 (expurgée)

2 (expurgée)

3 (expurgée)

4 (expurgée)

5 (expurgée)

6 (expurgée)

7 (expurgée)

8 (expurgée)

9 (expurgée)

10 (expurgée)

11 (expurgée)

12 (expurgée)

13 (expurgée)

14 (expurgée)

15 (expurgée)

16 (expurgée)

17 (expurgée)

18 (expurgée)

19 (expurgée)

20 (expurgée)

21 (expurgée)

22 (expurgée)

23 (expurgée)

24 (expurgée)

25 (expurgée)

Page 1651

1 (expurgée)

2 (expurgée)

3 (expurgée)

4 (expurgée)

5 (expurgée)

6 (expurgée)

7 (expurgée)

8 (expurgée)

9 (expurgée)

10 (expurgée)

11 (expurgée)

12 (expurgée)

13 (expurgée)

14 (expurgée)

15 (expurgée)

16 (expurgée)

17 (expurgée)

18 (expurgée)

19 (expurgée)

20 (expurgée)

21 (expurgée)

22 (expurgée)

23 (expurgée)

24 (expurgée)

25 (expurgée)

Page 1652

1 (expurgée)

2 (expurgée)

3 (expurgée)

4 (expurgée)

5 (expurgée)

6 (expurgée)

7 (expurgée)

8 (expurgée)

9 (expurgée)

10 (expurgée)

11 (expurgée)

12 (expurgée)

13 (expurgée)

14 (expurgée)

15 (expurgée)

16 (expurgée)

17 (expurgée)

18 (expurgée)

19 (expurgée)

20 (expurgée)

21 (expurgée)

22 (expurgée)

23 (expurgée)

24 (expurgée)

25 (expurgée)

Page 1653

1 (expurgée)

2 (expurgée)

3 (expurgée)

4 (expurgée)

5 (expurgée)

6 (expurgée)

7 (expurgée)

8 (expurgée)

9 (expurgée)

10 (expurgée)

11 (expurgée)

12 (expurgée)

13 (expurgée)

14 (expurgée)

15 (expurgée)

16 (expurgée)

17 (expurgée)

18 (expurgée)

19 (expurgée)

20 (expurgée)

21 (expurgée)

22 (expurgée)

23 (expurgée)

24 (expurgée)

25 (expurgée)

Page 1654

1 (expurgée)

2 (expurgée)

3 (expurgée)

4 (expurgée)

5 (expurgée)

6 (expurgée)

7 (expurgée)

8 (expurgée)

9 (expurgée)

10 (expurgée)

11 (expurgée)

12 (expurgée)

13 (expurgée)

14 (expurgée)

15 (expurgée)

16 (expurgée)

17 (expurgée)

18 (expurgée)

19 (expurgée)

20 (expurgée)

21 (expurgée)

22 (expurgée)

23 (expurgée)

24 (expurgée)

25 (expurgée)

Page 1655

1 (expurgée)

2 (expurgée)

3 (expurgée)

4 (expurgée)

5 (expurgée)

6 (expurgée)

7 (expurgée)

8 (expurgée)

9 (expurgée)

10 (expurgée)

11 (expurgée)

12 (expurgée)

13 (expurgée)

14 (expurgée)

15 (expurgée)

16 (expurgée)

17 (expurgée)

18 (expurgée)

19 (expurgée)

20 (expurgée)

21 (expurgée)

22 (expurgée)

23 (expurgée)

24 (expurgée)

25 (expurgée)

Page 1656

1 (expurgée)

2 (expurgée)

3 (expurgée)

4 (expurgée)

5 (expurgée)

6 (expurgée)

7 (expurgée)

8 (expurgée)

9 (expurgée)

10 (expurgée)

11 (expurgée)

12 (expurgée)

13 (expurgée)

14 (expurgée)

15 (expurgée)

16 (expurgée)

17 (expurgée)

18 (expurgée)

19 (expurgée)

20 (expurgée)

21 (expurgée)

22 (expurgée)

23 (expurgée)

24 (expurgée)

25 (expurgée)

Page 1657

1 (expurgée)

2 (expurgée)

3 (expurgée)

4 (expurgée)

5 (expurgée)

6 (expurgée)

7 (expurgée)

8 (expurgée)

9 (expurgée)

10 (expurgée)

11 (expurgée)

12 (expurgée)

13 (expurgée)

14 (expurgée)

15 (expurgée)

16 (expurgée)

17 (expurgée)

18 (expurgée)

19 (expurgée)

20 (expurgée)

21 (expurgée)

22 (expurgée)

23 (expurgée)

24 (expurgée)

25 (expurgée)

Page 1658

1 (expurgée)

2 (expurgée)

3 (expurgée)

4 (expurgée)

5 (expurgée)

6 (expurgée)

7 (expurgée)

8 (expurgée)

9 (expurgée)

10 (expurgée)

11 (expurgée)

12 (expurgée)

13 (expurgée)

14 (expurgée)

15 (expurgée)

16 (expurgée)

17 (expurgée)

18 (expurgée)

19 (expurgée)

20 (expurgée)

21 (expurgée)

22 (expurgée)

23 (expurgée)

24 (expurgée)

25 (expurgée)

Page 1659

1 (expurgée)

2 (expurgée)

3 (expurgée)

4 (expurgée)

5 (expurgée)

6 (expurgée)

7 (expurgée)

8 (expurgée)

9 (expurgée)

10 (expurgée)

11 (expurgée)

12 (expurgée)

13 (expurgée)

14 (expurgée)

15 (expurgée)

16 (expurgée)

17 (expurgée)

18 (expurgée)

19 (expurgée)

20 (expurgée)

21 (expurgée)

22 (expurgée)

23 (expurgée)

24 (expurgée)

25 (expurgée)

Page 1660

1 (expurgée)

2 (expurgée)

3 (expurgée)

4 (expurgée)

5 (expurgée)

6 (expurgée)

7 (expurgée)

8 (expurgée)

9 (expurgée)

10 (expurgée)

11 (expurgée)

12 (expurgée)

13 (expurgée)

14 (expurgée)

15 (expurgée)

16 (expurgée)

17 (expurgée)

18 (expurgée)

19 (expurgée)

20 (expurgée)

21 (expurgée)

22 (expurgée)

23 (expurgée)

24 (Fin du huis clos partiel.)

25

Page 1661

1 (L'audience reprend en séance publique.)

2 M. le Président (interprétation). - Nous sommes à nouveau en

3 séance publique.

4 M. Greaves (interprétation). - Monsieur Draganic, je voudrais

5 vous poser quelques questions concernant les conditions de détention au

6 camp. Je parle surtout de la période des trois ou quatre semaines

7 précédant votre libération du camp de Celebici. A cette époque là, est-il

8 exact que M. Mucic a fait en sorte qu'une infirmerie soit établie dans un

9 des bâtiments du camp ?

10 M. Draganic (interprétation). - Je ne sais pas qui a demandé

11 la création de l'infirmerie. C'est peut-être lui, peut-être quelqu'un

12 d'autre. C'est sans doute lui puisque c'était la seule personne normale au

13 camp

14 M. Greaves (interprétation). - Merci.

15 Il y avait manifestement des difficultés, une pénurie de

16 nourriture qui s'est accentuée en juillet 1992 ?

17 M. Draganic (interprétation). - Oui, en juillet, c'était

18 vraiment la disette. Pendant trois jours, nous n'avons pas reçu de

19 nourriture. Je sais que Pavo était en voyage d'affaires en Autriche à

20 l'époque.

21 M. Greaves (interprétation). - En août 1992, est-ce que la

22 situation s'est nettement améliorée en matière de nourriture ?

23 M. Draganic (interprétation). - La situation ne s'est pas

24 améliorée en matière de nourriture. Ce qu'il y a, c'est que nos familles

25 ont eu le droit de nous apporter de la nourriture dans des sacs, dans des

Page 1662

1 paniers. Les gardes recevaient cette nourriture au portail, il y avait le

2 nom du destinataire et c'est ainsi qu'on recevait de la nourriture, des

3 cigarettes, des vêtements.

4 M. Greaves (interprétation). - La personne responsable de cet

5 ordre qui a permis qu'on vous apporte de la nourriture n'est autre que

6 Pavo Mucic, n'est-ce pas ?

7 M. Draganic (interprétation). - Je pense que c'est Pavo qui a

8 donné l'ordre de permettre que la nourriture soit apportée.

9 M. Greaves (interprétation). - Je voudrais désormais me

10 concentrer sur la question des sévices. Désolé de revenir à cet aspect-là.

11 N'est-il pas exact de dire qu'il y avait un contraste très marqué dans le

12 traitement des prisonniers quand Pavo Mucic se trouvait dans le camp et

13 quand il n'y était pas ?

14 M. Draganic (interprétation). -. Oui.

15 M. Greaves (interprétation). - Et vos observations vous ont

16 amené à conclure que lorsqu'il n'était pas dans le camp, c'était le feu

17 vert pour les gardes, parce que s'ils voulaient attaquer les personnes,

18 ils pouvaient y aller.

19 M. Draganic (interprétation). - Sans doute, la plupart du

20 temps. Tout était fonction du garde. Certains des gardes ne nous

21 frappaient pas, mais la plupart d'entre eux le faisaient, surtout quand

22 Pavo n'était pas là.

23 M. Greaves (interprétation). - Et la plupart du temps, ces

24 passages à tabac se passaient la nuit ?

25 M. Draganic (interprétation). - Oui.

Page 1663

1 M. Greaves (interprétation). - Au moment où Pavo ne se

2 trouvait pas au camp, n'est-ce pas ?

3 M. Draganic (interprétation). - Pavo en général ne passait pas

4 la nuit au camp.

5 M. Greaves (interprétation). - Pour que tout soit clair, il

6 n'était pas trop difficile de savoir s'il se trouvait dans l'enceinte du

7 camp parce qu'il avait soit une voiture, soit une moto particulière qu'il

8 utilisaitt pour venir au camp, est-ce bien exact ?

9 M. Draganic (interprétation). - Je crois qu'il avait une

10 espèce de camionnette, une camionnette Iveco. Mais il avait aussi une

11 moto, un modèle assez puissant, 500 centimètres cube de cylindrée, une

12 moto assez puissante.

13 M. Greaves (interprétation). - Il y a eu un incident où vous

14 avez été brutalisé à l'extérieur du bâtiment et ces brutalités ont cessé

15 au moment où une voiture est arrivée au camp, est-ce bien exact ?

16 M. Draganic (interprétation). - Oui.

17 M. Greaves (interprétation). - Et dès que la voiture est

18 arrivée, les coups ont cessé et vous avez été ramené à l'intérieur du

19 bâtiment en toute hâte. Est-ce bien exact ?

20 M. Draganic (interprétation). - Oui, j'ai été sur-le-champ

21 ramené à l'intérieur du hangar n 6.

22 M. Greaves (interprétation). - Est-ce que c'est parce que les

23 gardes avaient peur d'être pris en flagrant délit ?

24 Mme McHenry (interprétation). - Objection, ce sont des

25 supputations. Il est impossible de savoir ce que les gardes auraient dit.

Page 1664

1 Il y a des conjectures.

2 M. Greaves (interprétation). - Ce ne sont pas des

3 spéculations.

4 M. Jan (interprétation). - Pourquoi serait-ce une difficulté ?

5 Mme McHenry (interprétation). - Parce qu'on posait des

6 questions plus précises sur les gardes.

7 M. Greaves (interprétation). - Je n'ai pas mentionné de nom et

8 je n'ai pas posé de question sur des noms précis.

9 M. Jan (interprétation). - Ceci n'affecte pas votre défense,

10 Madame.

11 M. Greaves (interprétation). - Lorsque M. Mucic est arrivé,

12 est-ce que vous avez entendu ce que les gardes disaient ?

13 M. Draganic (interprétation). - Ils étaient paniqués. Ils ont

14 dit que Pavo était arrivé en voiture et qu'il fallait absolument me

15 ramener dans le hangar. Ils étaient vraiment effrayés.

16 M. Greaves (interprétation). - Merci. Je voudrais vous poser

17 une question à propos des plaies, des terribles cicatrices que vous avez à

18 la jambe. Il est exact de dire, n'est-ce pas, que Pavo Mucic n'était pas

19 au courant de ces blessures ?

20 M. Draganic (interprétation). - Tout au début, au moment où

21 cela s'est passé, il n'était pas au courant. Deux ou trois semaines plus

22 tard, puisque Delic ne me permettait pas de me rendre à l'infimerie pour

23 faire nettoyer les plaies, j'ai posé la question à Pavo Mucic pour voir si

24 je pouvais y aller et il m'a permis de le faire.

25 M. Greaves (interprétation). - Et vous avez été soigné ?

Page 1665

1 M. Draganic (interprétation). - Oui.

2 M. Greaves (interprétation). - Monsieur Draganic, je n'ai plus

3 de question à vous poser. Je vous remercie.

4 M. le Président (interprétation). - Je crois que c'est le tour

5 de Mme Residovic.

6 Mme Residovic (interprétation). - Merci, Monsieur le

7 Président. Est-ce que je peux commencer mon contre-interrogatoire ?

8 M. le Président (interprétation). - Oui, Maître.

9 Mme Residovic (interprétation). - Bonjour, Monsieur Draganic.

10 M. Draganic (interprétation). - Bonjour.

11 Mme Residovic (interprétation). - Je m'appelle Edina Residovic

12 et je défends M. Delalic.

13 En rapport avec les événements au sujet desquels vous avez

14 déposé devant ce Tribunal, permettez-moi, je vous prie, de vous poser

15 également quelques questions. Monsieur Draganic, j'ai l'intention de poser

16 mes questions le plus brièvement et le plus clairement possible et je vous

17 prierai, si vous le voulez bien, de me répondre de la même façon.

18 M. Draganic (interprétation). - Je vais essayer.

19 Mme Residovic (interprétation). - Je vous demanderai

20 également, s'il y a quoi que ce soit que vous ne compreniez pas, de me le

21 dire afin que je puisse reformuler ma question pour que vous la compreniez

22 bien.

23 M. Draganic (interprétation). -. Très bien.

24 Mme Residovic (interprétation). - Je me laisse parfois

25 emporter dans une conversation qui se déroule dans la même langue que

Page 1666

1 celle de mon interlocuteur, donc je vous prierai de veiller à ce que, dans

2 nos questions et nos réponses, nous assurions quelques courtes pauses dans

3 l'intérêt de l'interprète et de façon que le Tribunal puisse nous

4 comprendre mieux. Je pense que vous avez bien saisi ce que je vous

5 demande.

6 M. Draganic (interprétation). - Oui.

7 Mme Residovic (interprétation). - Je vous remercie beaucoup.

8 Monsieur Draganic, je vais essayer de jeter quelque lumière,

9 de préciser quelques éléments dont vous avez déjà parlé jusqu'à présent.

10 Je vais également vous demander s'il est exact que vous ayez fourni votre

11 déclaration aux enquêteurs du Tribunal en octobre 1995. Est-ce exact ?

12 M. Draganic (interprétation). -Je ne sais pas à quelle date

13 cela s'est passé exactement, mais je sais que j'ai donné une déclaration.

14 Mme Residovic (interprétation). - Vous vous rappelez

15 certainement que vous avez fourni cette déclaration sur une période de

16 deux jours.

17 M. Draganic (interprétation). -. Oui.

18 Mme Residovic (interprétation). - Et vous êtes en mesure de

19 confirmer, Monsieur Draganic, qu'à ce moment-là, vous avez déclaré aux

20 représentants de l'accusation tout ce dont vous pouviez vous rappeler à ce

21 moment-là ?

22 M. Draganic (interprétation). - Oui.

23 Mme Residovic (interprétation). - Je crois également, Monsieur

24 Draganic, que le rappel d'un certain nombre d'événements vous était plus

25 facile à l'époque qu'aujourd'hui, puisqu'un an s'est écoulé depuis cette

Page 1667

1 conversation avec les représentants du Tribunal.

2 M. Draganic (interprétation). - Oui, on peut dire les choses

3 ainsi.

4 Mme Residovic (interprétation). - Monsieur Draganic, à

5 l'époque vous avez dessiné un certain nombre de schémas que nous avons vus

6 également au cours de ce procès, est-ce exact ?

7 M. Draganic (interprétation). -Oui.

8 Mme Residovic (interprétation). - Au moment où vous avez

9 fourni votre déclaration, aucune pression n'a été exercée sur vous,

10 personne ne vous a suggéré ce que vous étiez censé dire, est-ce exact ?

11 M. Draganic (interprétation). - Non, je n'ai subi aucune

12 pression, aucune suggestion quand au contenu de mes propos.

13 Mme Residovic (interprétation). - Merci.

14 Compte tenu du fait que mon confrère vous a présenté cette

15 déclaration, est-il exact de dire que vous étiez conscient du fait que

16 cette déclaration pouvait être présentée et utilisée dans le cadre du

17 procès devant ce Tribunal ?

18 M. Draganic (interprétation). -. Oui.

19 Mme Residovic (interprétation). - En octobre 1995, vous avez

20 donc rencontré ces représentants de l'accusation et vous les avez à

21 nouveau revus pour la première fois lorsque vous êtes venu à La Haye ?

22 M. Draganic (interprétation). - Je n'ai pas revu les mêmes

23 personnes.

24 Mme Residovic (interprétation). - Je vous demande simplement

25 si vous avez rencontré les représentants de l'accusation. Il s'agit de

Page 1668

1 l'institution est pas d'individus.

2 M. Draganic (interprétation). - Oui, j'ai rencontré des

3 représentants de l'accusation.

4 Mme Residovic (interprétation). - Je suppose Monsieur

5 Draganic, et si c'est exact je vous demande de le confirmer, que vous avez

6 à l'époque, à ce moment-là, parlé de la préparation de votre déposition

7 devant ce Tribunal ?

8 M. Draganic (interprétation). - Oui.

9 Mme Residovic (interprétation). - Cela, vous l'avez fait peu

10 de temps avant votre interrogatoire, est-ce exact ?

11 M. Draganic (interprétation). - Hier, je n'ai pas parlé avec

12 eux.

13 Mme Residovic (interprétation). - Je ne parle pas d'hier

14 précisément, mais un jour ou deux avant votre interrogatoire.

15 M. Draganic (interprétation). -Oui, quelques jours avant.

16 Mme Residovic (interprétation). - Cela fait déjà quelques

17 jours, Monsieur Draganic, que vous êtes à La Haye, n'est-ce pas ?

18 M. Draganic (interprétation). -Oui, c'est exact.

19 Mme Residovic (interprétation). - Et vous avez passé votre

20 temps dans la salle d'attente avec d'autres témoins qui avaient été déjà

21 interrogés par ce Tribunal ?

22 M. Draganic (interprétation). - Oui.

23 Mme Residovic (interprétation). - Merci beaucoup.

24 Monsieur Draganic, vous avez déclaré devant ce Tribunal qu'au

25 début de la guerre en Bosnie-Herzégovine, vous étiez élève dans les

Page 1669

1 dernières années d'école secondaire, n'est-ce pas ?

2 M. Draganic (interprétation). - Oui.

3 Mme Residovic (interprétation). - Et cette école, vous la

4 suiviez à Konjic ?

5 M. Draganiv (interprétation). -. Oui.

6 Mme Residovic (interprétation). - En tant que jeune homme,

7 vous passiez également pas mal de temps dans la ville de Konjic ?

8 M. Draganic (interprétation). -Oui.

9 Mme Residovic (interprétation). - Vous fréquentiez des jeunes

10 gens indépendamment de leur nationalité, n'est-ce pas ?

11 M. Draganic (interprétation). - Oui.

12 Mme Residovic (interprétation). - CoMme nous l'avons entendu

13 il y a quelques instants, votre père travaillait à l'usine Igman de

14 Konjic ?

15 M. Draganic (interprétation). - Oui.

16 Mme Residovic (interprétation). - Vous aviez également un

17 appartement à Konjic, est-ce exact ?

18 M. Draganic (interprétation). - Oui.

19 M. le Président (interprétation). - Maître, pourriez-vous

20 ralentir un peu, je vous prie, pour permettre aux interprètes de

21 traduire ?

22 Mme Residovic(interprétation). - Merci, Monsieur le Président.

23 Donc votre famille avait un appartement à Konjic, est-ce

24 exact ?

25 M. Draganic (interprétation). - Oui, c'est exact.

Page 1670

1 Mme Residovic (interprétation). - Et vous passiez pas mal de

2 temps avec les membres de votre famille dans cet appartement de Konjic et

3 pas seulement dans votre village à Cerici.

4 M. Draganic (interprétation). - Quand j'étais plus jeune, nous

5 passions l'hiver dans l'appartement parcequ'il y avait de la neige et mon

6 frère et moi devions aller à l'école. Donc, pour éviter que nous n'ayons à

7 marcher dans la neige, en général l'hiver nous passions deux ou trois mois

8 à Konjic, puis nous revenions dans le village de Cerici, puisque nous

9 avions déjà une maison dans ce village.

10 Mme Residovic (interprétation). - Merci.

11 Monsieur Draganic, pouvez-vous confirmer devant ce Tribunal

12 que la ville de Konjic n'est pas une très grande ville, est-ce exact ?

13 M. Draganic (interprétation). - Non, ce n'est pas vraiment une

14 grande ville.

15 Mme Residovic (interprétation). - Et en tant que jeune homme,

16 vous connaissiez très bien la ville ?

17 M. Draganic (interprétation). - Oui.

18 Mme Residovic (interprétation). - Vous pouvez toujours

19 reconnaître la ville de Konjic aujourd'hui, même si vous n'y habitez

20 plus ?

21 M. Draganic (interprétation). - Il faudrait que je puisse la

22 reconnaître.

23 Mme Residovic (interprétation). - Très bien, Monsieur

24 Draganic. Eh bien, je vais maintenant prier les techniciens de vous

25 montrer des clichés. Je demanderai que l'on montre au témoin, à des fins

Page 1671

1 d'identification, des images de Konjic avant la guerre. Il s'agit du

2 cliché n 6.

3 Mme McHenry (interprétation). - Est-ce que je peux demander si

4 c'est un cliché qui a déjà été remis à l'accusation ?

5 Mme Residovic (interprétation). - L'accusation à obtenu un

6 grand nombre de documents qui ont été confisqués à M. Delalic, notamment

7 des cassettes et un film d'archives a également été montré à l'accusation,

8 qui émane de la télévision de Konjic. L'accusation a donc examiné ce

9 document visuel avec ses analystes.

10 M. le Président (interprétation). - Ce n'était pas la

11 question. La question concernait ce cliché. Est-ce qu'il a déjà été montré

12 à l'accusation?

13 Mme Residovic (interprétation). - Oui, effectivement, ces

14 clichés ont été montrés à l'accusation.

15 Mme McHenry (interprétation). - S'agissant de cette bande, je

16 crois me rappeler que nous en avons demandé un exemplaire et que le

17 conseil de la défense nous a dit qu'elle ne pouvait pas nous fournir cette

18 bande pour des raisons de copyright, de droits d'auteurs, mais que dès

19 qu'elle obtiendrait l'autorisation de le faire, qu'elle nous remettrait un

20 exemplaire de cette vidéo.

21 Je n'ai pas d'objection à ce que cette vidéo soit montrée

22 maintenant, mais je demande simplement que l'on nous fournisse bien un

23 exemplaire de la bande, afin que nous ayons les mêmes informations.

24 Mme Residovic (interprétation). - Je fournirai une copie de la

25 bande. Cela dit, je crois que la bande a déjà été remise au service

Page 1672

1 compétent du Tribunal. Mais je prie la Chambre d'instance de m'autoriser à

2 vous montrer maintenant cette séquence n 6 qui montre Konjic avant la

3 guerre.

4 M. le Président (interprétation). - Merci beaucoup.

5 (Projection de la vidéo)

6 Mme Residovic (interprétation). - Cela suffit. Merci beaucoup

7 aux techniciens.

8 Je demanderai à présent à Monsieur Draganic de nous dire s'il

9 a reconnu cette ville.

10 M. Draganic (interprétation). - Oui.

11 Mme Residovic (interprétation). - Pouvez-vous nous dire de

12 quelle ville il s'agit ?

13 M. Draganic (interprétation). - C'est Konjic, j'en ai vu

14 quelques quartiers.

15 Mme Residovic (interprétation). - Vous en avez vu quelques

16 quartiers, merci.

17 Eh bien, Monsieur le Président, je demande que ce document

18 soit versé maintenant au dossier en tant que pièce à conviction de la

19 défense et, bien sûr, nous prenons l'engagement de fournir une copie de

20 cet extrait au Tribunal et à l'accusation. Est-ce que cette proposition

21 est acceptée ?

22 M. le Président (interprétation). - Oui.

23 Mme McHenry (interprétation). - Pardon...

24 M. le Président (interprétation). - Oui, elle est retenue.

25 Mme McHenry (interprétation). - Nous n'avons aucune objection

Page 1673

1 à ce que soient montrés des documents pertinents mais, jusqu'à présent, à

2 moins que l'on nous prouve qu'il y a pertinence, nous faisons objection.

3 Ce n'est certainement pas un document qui peut servir à l'accusation du

4 témoin, nous n'en voyons donc pas la pertinence.

5 Mme McMurrey (interprétation). - Monsieur le Président, est-ce

6 que je peux répondre au sujet de la pertinence ?

7 M. le Président (interprétation). - Il ne vous appartient pas

8 de répondre.

9 Mme McMurrey (interprétation). - Mais c'est dans l'intérêt de

10 la défense globale.

11 M. le Président (interprétation). - Laissez-moi répondre, je

12 vous prie !

13 Mme Residovic (interprétation). - Monsieur le Président, il

14 est question de la toile de fond qui est utile à l'ensemble de la défense.

15 Dans sa déclaration liminaire, la défense a précisé clairement que les

16 événements en cause se déroulaient à Konjic et qu'un certain nombre

17 d'éléments relatifs aux modes de vie dans cette ville étaient en cause. Je

18 pense que, dans les conditions normales, il est habituel de présenter la

19 région dans laquelle les événements en cause dans un procès se sont

20 déroulés au Tribunal qui statue sur ces événements.

21 Dans l'affaire qui nous intéresse, la ville de Konjic est un

22 endroit tout à fait particulier. Le témoin que nous entendons en ce moment

23 a reconnu cette ville devant l'ensemble d'entre nous. Je pense donc que,

24 dans ces conditions, il y a de bonnes raisons pour que cette pièce à

25 conviction soit retenue comme pièce à conviction de la défense.

Page 1674

1 M. le Président (interprétation). - Ce film vidéo porte sur

2 une période particulière et sur un lieu particulier qui a été affecté.

3 Donc, si cette vidéo peut servir à rendre compte de la vie à l'époque et

4 qu'elle a une relation avec les événements de Celebici, il faut que je

5 voie quel est le rapport existant avec les infractions commises à

6 Celebici.

7 Mme McMurrey (interprétation). - Si je puis répondre, Monsieur

8 le Président, je dirai, au nom d'Esad Landzo, que cette vidéo a une

9 pertinence par rapport à l'ensemble des accusés et à leur défense. Elle

10 montre la transition brutale entre le moment où tous les habitants d'une

11 région vivaient en paix et le moment où ils sont devenus ennemis. Cela

12 vous montre, je crois, qu'à un certain instant, ils vivaient en paix et

13 avaient des relations de bon voisinage et qu'au moment suivant, étaient

14 ennemis. J'y vois donc une pertinence.

15 M. le Président (interprétation). - Cela va, je crois, cela va

16 bien. Je pense que tout le monde sera d'accord pour partager ce point de

17 vue. Si l'on pense au Rwanda, le même genre de pertinence peut s'appliquer

18 et a été pris en compte.

19 M. le Greffier (interprétation). - La vidéo est donc

20 enregistrée.

21 M. Jan (interprétation). - Enregistrée et versée au dossier.

22 M. le Greffier (interprétation). - Enregistrée et versée au

23 dossier.

24 Mme Residovic (interprétation). - Merci, Monsieur le

25 Président.

Page 1675

1 Monsieur Draganic, je reviendrai maintenant sur un certain

2 nombre d'éléments que vous avez cités dans votre déposition. Vous avez

3 déclaré avoir été arrêté -si je me rappelle bien- le 23 mai et que, ce

4 jour-là, vous étiez à Cerici. Est-ce exact ?

5 M. Draganic (interprétation). - Oui, cest exact.

6 Mme Residovic (interprétation). - Est-ce que vous connaissiez

7 Milan Cecez ?

8 M. Draganic (interprétation). - Oui, je le connaissais.

9 Mme Residovic (interprétation). - Connaissiez-vous

10 Lazo Cecez ?

11 M. Draganic (interprétation). - Je le connaissais.

12 Mme Residovic (interprétation). - Pouvez-vous me dire,

13 Monsieur Draganic, si vous êtes au courant du fait que Milan Cecez a

14 quitté Cerici avant les événements qui s'y sont déroulés ?

15 M. Draganic (interprétation). - Il ne vivait pas à Cerici.

16 Mme Residovic (interprétation). - Oui, qu'il a quitté Donje

17 Selo avant que n'éclatent les hostilités dans cette région.

18 M. Draganic (interprétation). - Oui.

19 Mme Residovic (interprétation). - Est-ce que vous êtes au

20 courant également, Monsieur Draganic, du fait que Milan Cecez était

21 étroitement lié avec la distribution d'armes qui s'était faite sur le

22 territoire de Donje Selo à l'intention de la population serbe ?

23 M. Draganic (interprétation). - Je ne suis pas au courant de

24 cela. Je n'ai rien vu de ce genre personnellement. Je n'ai pu qu'en

25 entendre parler et je ne crois pas que cela suffise pour que je réponde

Page 1676

1 affirmativement ici.

2 Mme Residovic (interprétation). - Merci.

3 Etes-vous au courant du fait que M. Lazo Cecez travaillait

4 avant au MIP de Konjic ?

5 M. Draganic (interprétation). - Oui, je le sais.

6 Mme Residovic (interprétation). - Est-ce que vous êtes au

7 courant, Monsieur Draganic, du fait que, après le départ de Milan Cecez,

8 c'est Lazo Cecez qui a repris ses activités, c'est-à-dire l'organisation

9 des barrages routiers et la distribution des armes ?

10 M. Draganic (interprétation). - Je ne suis pas sûr. Je n'étais

11 pas à la maison à ce moment-là. Je ne participais jamais à des

12 conversations de ce genre. J'ai entendu parler de cela, j'ai entendu dire

13 qu'il avait fait ce genre de choses, mais je ne peux pas l'affirmer, moi.

14 Mme Residovic (interprétation). - Très bien, merci.

15 Vous avez confirmé, en répondant aux questions de mon

16 confrère, que Miso Jozic, surnommé Aga, vous à arrêté et emmené à

17 Celebici.

18 M. Draganic (interprétation). - Ce n'est pas lui qui nous a

19 amenés, mais au moment de l'arrestation, il était devant la maison de

20 Branko, à Cericko Polje. Lorsqu'on nous a regroupés devant cette maison,

21 il a dit qu'on allait pour une conversation informative à Celebici et

22 qu'on reviendrait dans la soirée. Et moi j'y suis resté 90 jours !

23 Mme Residovic (interprétation). - Puisque ce monsieur

24 s'appelle Aga, est-ce que vous pouvez confirmer qu'il s'agit bien d'un

25 surnom ?

Page 1677

1 M. Draganic (interprétation). - C'est un surnom.

2 Mme Residovic (interprétation). - Et que cet homme n'est pas

3 musulman bosniaque.

4 M. Draganic (interprétation). - Il n'est pas musulman.

5 Mme Residovic (interprétation). - Merci.

6 Pouvez-vous confirmer que l'unité qu'il commandait est bien

7 l'unité qui vous a amenés jusqu'à Celebici ?

8 M. Draganic (interprétation). - Ce sont les Musulmans qui nous

9 ont amenés à Celebici. Ils étaient là ensemble, les Musulmans et les

10 Croates, et lui, c'est celui qui nous a dit où nous allions et pourquoi

11 nous y allions. Il était notre voisin, donc il était celui auquel nous

12 étions le plus susceptibles de faire confiance.

13 Mme Residovic (interprétation). - Donc, si je comprends bien

14 maintenant, Monsieur Draganic, c'est lui qui vous a informés que ces

15 hommes allaient vous emmener à Celebici ?

16 M. Draganic (interprétation). - Oui.

17 Mme Residovic (interprétation). - Merci.

18 Vous avez déclaré, Monsieur Draganic, qu'à votre arrivée à

19 Celebici, vous avez déjà à moment-là vu deux hommes de Brdjani qui avaient

20 été arrêtés avant. Est-ce exact ?

21 M. Draganic (interprétation). - Il y avait des gens de

22 Brdjani, mais je ne me souviens pas exactement du nombre. Est-ce qu'ils

23 étaient deux, trois ou quatre, je ne me souviens pas exactement.

24 Mme Residovic (interprétation). - Dans votre déclaration, vous

25 avez également stipulé qu'ils étaient, eux, déjà à Celebici depuis à peu

Page 1678

1 près un mois et que c'est ce que eux vous ont dit.

2 M. Draganic (interprétation). - Je n'en suis pas sûr.

3 Mme Residovic (interprétation). - Donc si cela est écrit dans

4 votre déclaration, vous dites aujourd'hui que c'est peut-être le résultat

5 d'une affirmation dépourvue de certitude de votre part ?

6 M. Draganic (interprétation). - Je ne sais pas exactement

7 combien ils étaient.

8 Mme Residovic (interprétation). - Pouvez-vous nous dire si ces

9 hommes vous ont informé des raisons de leur arrestation à Celebici ?

10 M. Draganic (interprétation). - De quels hommes vous parlez ?

11 Mme Residovic (interprétation). - Ces hommes de Brdjani.

12 M. Draganic (interprétation). - Les raisons pour lesquelles

13 eux ont été arrêtés et emmenés à Celebici ?

14 Mme Residovic (interprétation). - Oui.

15 M. Draganic (interprétation). - Non.

16 Mme Residovic (interprétation). - Et vous ont-ils dit qui les

17 avait arrêtés et amenés à Celebici ?

18 M. Draganic (interprétation). - Je ne suis pas sûr de

19 l'identité de celui qui les a arrêtés.

20 Mme Residovic (interprétation). - Monsieur Draganic, quand

21 vous êtes arrivé à Celebici, vous rappelez-vous qui était à ce moment-là

22 le responsable du camp ?

23 M. Draganic (interprétation). - Ils parlaient d'un certain

24 Rale, quelque chose comme ça.

25 Mme Residovic (interprétation). - Pourrait-il s'agir de

Page 1679

1 Muharem Musinovic, surnommé Rale ?

2 M. Draganic (interprétation). - Je sais seulement qu'il

3 s'agissait d'un Rale, mais je ne connais pas son nom exact.

4 Mme Residovic (interprétation). - Merci beaucoup.

5 Monsieur Draganic, vous avez déclaré que, le lendemain de

6 votre arrivée à Celebici, vous avez été appelé et interrogé sur un certain

7 nombre d'événements précis. Est-ce exact ?

8 M. Draganic (interprétation). - Oui.

9 Mme Residovic (interprétation). - Devant ce Tribunal, vous

10 avez confirmé que cette déclaration a été recueillie par un certain

11 inspecteur Stenek. Est-ce exact ?

12 M. Draganic (interprétation) -. Oui.

13 Mme Residovic.(interprétation) - Monsieur Draganic, pouvez-

14 vous nous dire si, à ce moment-là, vous avez dit à cet inspecteur que

15 personnellement vous ne possédiez pas d'armes ?

16 M. Draganic (interprétation) - J'ai dit que personnellement je

17 ne possédais pas d'armes.

18 Mme Residovic.(interprétation) - Est-ce que vous avait dit à

19 ce monsieur que votre père possédait une arme,.un fusil semi-automatique ?

20 M. Draganic (interprétation) - Oui.

21 Mme Residovic.(interprétation) - Est-ce que vous avez dit que

22 votre père, pour autant que vous le sachiez, avait reçu ce fusil de Milan

23 Cecez.?

24 M. Draganic (interprétation) -. Non.

25 Mme Residovic.(interprétation) - A la question posée par ce

Page 1680

1 monsieur, est-ce que vous avez, au même moment, dit que Milovan Kuljanin,

2 surnommé Mici, avait un fusil de snipper ?

3 M. Draganic (interprétation) -. Il n'avait pas un fusil de

4 snipper, il avait un fusil de chasse.

5 Mme Residovic.(interprétation) - Equipé d'une lunette ?

6 M. Draganic (interprétation) -. Equipé d'une lunette.

7 Mme Residovic.(interprétation) - Est-ce que vous avez dit à

8 cet homme que Miro Golubovic possédait un PAM 7 de 62 millimètres ?

9 M. Draganic (interprétation) - Un PAM 7 de 62 millimètres ?

10 Mme Residovic.(interprétation) - Un fusil PAM semi-automatique

11 de 62 millimètres de calibre ?

12 M. Draganic (interprétation) -. Oui.

13 Mme Residovic.(interprétation) - C'est bien ce que vous avez

14 dit ?

15 M. Draganic (interprétation) - Oui.

16 Mme Residovic.(interprétation) - Monsieur Draganic, est-ce

17 qu'à ce moment-là, vous avez également déclaré qu'au moment de l'attaque

18 contre votre village, avec votre frère Alexandre, avec votre mère, avec

19 votre père, vous avez fui vers un abri et que vous y avez passé la nuit ?

20 M. Draganic (interprétation) - Oui.

21 Mme Residovic.(interprétation) - Est-ce que vous avez

22 également déclaré que le lendemain, le vendredi, votre père est allé

23 discuter de la restitution des armes ?

24 M. Draganic (interprétation) - Oui.

25 Mme Residovic.(interprétation) - Monsieur Draganic, est-ce que

Page 1681

1 M. Stenek vous a également posé des questions au sujet d'un certain nombre

2 d'éléments qui vous concernaient vous, et je parle de restitution

3 d'armes ?

4 M. Draganic (interprétation) - Je ne me rappelle pas.

5 Mme Residovic.(interprétation) - Est-il exact...

6 M. le Président (interprétation). - Maître Residovic, nous

7 suspendons l'audience 30 minutes et vous poursuivrez votre contre-

8 interrogatoire à partir de 11h45.

9 Mme Residovic.(interprétation) - Merci, Monsieur Le Président.

10 Suspendue à 11 h 15, l'audience est reprise à 11 h 45.

11 M. le Président (interprétation). - Le témoin peut-il être

12 appelé ?

13 (Le témoin est introduit dans la salle.)

14 M. le Président (interprétation). - Maître Residovic,

15 poursuivez votre contre-interrogatoire.

16 Mme Residovic.(interprétation) - Merci, Monsieur. le

17 Président. Monsieur Draganic, je pense que nous pouvons poursuivre ?

18 M. Draganic (interprétation) - Oui.

19 Mme Residovic.(interprétation) - Merci.

20 Vous avez déclaré devant ce Tribunal que vous avez été libéré

21 de Celebici vers la fin du mois d'août ?

22 M. Draganic (interprétation) - Oui.

23 Mme Residovic.(interprétation) - Vous n'étiez pas sûr de la

24 date ?

25 M. Draganic (interprétation) - Non, je ne suis pas sûr de la

Page 1682

1 date.

2 Mme Residovic.(interprétation) - Pourriez-vous me dire,

3 Monsieur Draganic, si vous avez été le premier parmi les membres de votre

4 famille à être libéré de Celebici ?

5 M. Draganic (interprétation) - Oui, de mes plus proches, oui.

6 Mme Residovic.(interprétation) - Après vous, c'est votre frère

7 et votre père qui ont été libérés ?

8 M. Draganic (interprétation) - Oui.

9 Mme Residovic.(interprétation) - Vous avez aussi déclaré

10 devant ce Tribunal qu'à votre avis M. Zdravko Mucic était la cause de

11 votre libération.

12 M. Draganic (interprétation) - Oui.

13 Mme Residovic.(interprétation) - Vous avez également déclaré

14 que M. Mucic venait de temps à autre à Donje Selo. En fait, il allait chez

15 vous pour vous rendre visite.

16 M. Draganic (interprétation) -.Oui; Il venait à notre maison à

17 Cerici.

18 Mme Residovic.(interprétation) - Lors de ces visites M. Mucic

19 avait des discussions amicales avec votre père ?

20 M. Draganic (interprétation) - Oui, la plupart du temps.

21 Mme Residovic.(interprétation) - Il est certain que vous

22 n'avez pas été présent à toutes ces discussions ?

23 M. Draganic (interprétation) - J'étais présent la plupart du

24 temps.

25 Mme Residovic.(interprétation) - Merci, Monsieur.Draganic.

Page 1683

1 J'aimerais maintenant revenir à ce moment où vous avez été

2 libéré de Celebici. Hier, vous avez dit à ce Tribunal avoir quitté

3 Celebici en camionnette.

4 M. Draganic (interprétation) - Oui, c'est exact.

5 Mme Residovic.(interprétation) - Et par la suite, vous êtes

6 allé à l'école du "Trois Mars".

7 M. Draganic (interprétation) - Oui.

8 Mme Residovic.(interprétation) - Pourriez-vous confirmer le

9 fait que cette école, au moment où vous vous y êtes allé, n'était pas une

10 infirmerie, ce qu'elle était au tout début de la guerre ?

11 M. Draganic (interprétation) - A ma connaissance, c'était le

12 quartier général de la Défense Territoriale.

13 Mme Residovic.(interprétation) - Merci.

14 Vous devez avoir reçu un certificat de libération ?

15 M. Draganic (interprétation) - Exact.

16 Mme Residovic.(interprétation) - Ce certificat a été signé par

17 M. Mucic ?

18 M. Draganic (interprétation) - Oui.

19 Mme Residovic.(interprétation) - Et ne figurait sur ce

20 certificat aucune autre signature ?

21 M. Draganic (interprétation) - Non.

22 Mme Residovic.(interprétation) - Je pense que vous pouvez

23 aussi confirmer devant le Tribunal que sur ce certificat, ou en annexe à

24 ce certificat, il n'y avait aucune confirmation venant de personne

25 d'autre. Il n'y avait que ce bout de papier signé par M. Mucic ?

Page 1684

1 M. Draganic (interprétation) - Oui, c'est la seule chose que

2 j'ai reçu. Il était indiqué que c'était la Défense Territoriale de Konjic

3 et c'est signé de M. Zdravko Mucic.

4 Mme Residovic.(interprétation) - Merci. En vue de corroborer

5 vos propos, propos tenus à l'accusation il y a un an et demi de cela et

6 répétés aujourd'hui, lorsque vous avez répondu aux questions posées par

7 mon confrère, Me Greaves. Je vais vous demander de confirmer si, à votre

8 connaissance, M. Mucic, homme très respecté, était respecté sur son lieu

9 de travail, mais aussi dans la ville de Konjic. Est-ce bien exact ?

10 M. Draganic (interprétation) - Je ne sais pas ce qu'il en est

11 de son lieu de travail. Je sais qu'il était respecté dans la ville de

12 Konjic. Je ne peux pas parler du reste.

13 Mme Residovic.(interprétation) - En fait, c'était plutôt son

14 père qui travaillait avec votre père ?

15 M. Draganic (interprétation) - Oui.

16 Mme Residovic.(interprétation) - Excusez-moi, il y avait

17 maldonne, j'avais mal compris ce que vous aviez dit.

18 Monsieur Draganic, tous les contacts en matière d'aide

19 apportée à la libération de vos parents, tous ces contacts se sont passés

20 directement avec M. Mucic, est-ce bien exact ?

21 M. Draganic (interprétation) - Oui.

22 Mme Residovic.(interprétation) - Vous ne connaissiez pas

23 M. Delalic précédemment ?

24 M. Draganic (interprétation) - Il se peut que je l'aie vu à un

25 moment donné, mais je ne le connaissais pas. La seule chose dont j'ai

Page 1685

1 entendu parler, c'est qu'il avait une discothèque à Konjic, qu'on appelait

2 "Chez Delalic".

3 Mme Residovic.(interprétation) - Il avait donc une

4 discothèque ?

5 M. le Président (interprétation). - Madame Résidovic, prenez

6 le plus grand soin en matière de contre-interrogatoire, parce qu'il y a

7 une partie non publique dont il faut tenir compte. Ne répétons pas ce qui

8 est apparu au moment du contre-interrogatoire qui s'est passé en séance

9 privée, parce qu'il y a une tendance à reglisser dans la partie qui s'est

10 déroulée en séance privée.

11 Mme Residovic.(interprétation) - Je vous remercie, Monsieur le

12 Président. Je veille au grain et je ne reparlerai pas de ces choses-là. Je

13 voulais simplement poser une question à ce propos. Pendant la guerre, vous

14 n'avez eu aucun contact avec M. Delalic, est-ce exact ?

15 M. Draganic (interprétation) - Oui, c'est exact.

16 Mme Residovic.(interprétation) - Pourriez-vous confirmer, une

17 fois de plus, que tout ce qui a trait à votre libération et à la

18 libération des membres de votre famille résulte des contacts que vous

19 aviez avec M. Mucic.

20 M. Draganic (interprétation) - Pour la plupart.

21 Mme Residovic.(interprétation) - J'aimerais vous rappeler à

22 cet égard que, dans la déclaration que vous avez fournie à l'accusation,

23 en l'espace de deux journées, vous n'avez jamais mentionné le nom de

24 M. Delalic.

25 M. Draganic (interprétation) - Je ne sais pas.

Page 1686

1 Mme Residovic.(interprétation) - Vous pouvez voir votre

2 déclaration et là je pense que je ne fais pas d 'erreur, puisque vous

3 n'aviez pas de raison de prononcer son nom.

4 M. Draganic (interprétation) - Il se peut que je l'aie

5 mentionné une fois ou pas du tout.

6 Mme Residovic.(interprétation) - Vous n'aviez pas de raison de

7 parler de M. Delalic

8 M. Draganic (interprétation) - Il n'y avait pas de raison

9 particulière de parler de lui.

10 Mme Residovic.(interprétation) - Fort bien, merci.

11 J'aimerais maintenant revenir sur certaines questions que

12 j'avais commencé à vous poser avant l'interruption. Ces questions portent

13 sur l'interrogatoire mené par M. Stenek à l'occasion de votre arrivée à

14 Celebici. Monsieur Draganic, connaissez-vous Predrag Curic ? Il avait un

15 café qui faisait partie du complexe de la salle des sports à Konjic. Curic

16 Predrag surnommé Tuta.

17 M. Draganic (interprétation) - Oui, je le connais.

18 Mme Residovic.(interprétation) - Pourriez-vous confirmer le

19 fait que l'enquêteur qui vous a posé des questions vous a posé des

20 questions relatives à un incident survenu en 1990, juste avant Noël, où

21 apparemment vous aviez une casquette chetnik avec l'insigne chetnik ?

22 M. Draganic (interprétation) - Je n'avais pas une telle

23 casquette arborant un insigne chetnik.

24 Mme Residovic.(interprétation) - Vous rappelez-vous avoir

25 entendu cette question posée par l'enquêteur ?

Page 1687

1 M. Draganic (interprétation) - Je ne sais pas, mais à l'époque

2 je n'avais pas une telle casquette avec un insigne chetnik.

3 Mme Residovic.(interprétation) - Monsieur Draganic, est-ce que

4 l'enquêteur vous a posé des questions à propos de chants chetniks chantés

5 dans ce café ?

6 M. Draganic (interprétation) - Je ne sais pas.

7 Mme Residovic.(interprétation) - Pour tirer ceci au clair à

8 l'intention du Tribunal, pourriez-vous nous dire s'il est exact que, dans

9 nos régions, cette casquette est un signe chetnik...

10 M. Draganic (interprétation) - Je rappelle que je n'avais pas

11 un tel couvre-chef, un képi arborant cet insigne chetnik. Est-il possible

12 de faire une différence entre un képi et un autre couvre-chef qui soit en

13 fourrure ?

14 Mme Residovic.(interprétation) - Monsieur, portiez-vous cet

15 insigne à l'occasion ?

16 M. Draganic (interprétation) - Oui, ce n'est pas vraiment une

17 cocarde avec l'insigne chetnik, c'est simplement le blason serbe. La

18 cocarde est quelque chose de tout à fait différent.

19 M. le Président (interprétation). - Permettez aux interprètes

20 de s'exprimer, nous pourrons mieux suivre les débats.

21 Mme Residovic.(interprétation) - Merci.

22 Monsieur Draganic, pourriez-vous confirmer que cette cocarde

23 est l'insigne que portaient pendant la Deuxième guerre mondiale les

24 Chetniks ?

25 M. Draganic (interprétation) - Je peux le confirmer.

Page 1688

1 Mme Residovic.(interprétation) - Pourriez-vous également

2 confirmer que toutes sortes d'atrocités ont été commises sous l'égide de

3 cet insigne pendant la Deuxième guerre mondiale et que dans la région de

4 Konjic les forces Chetniks ont subi une défaite très sérieuse.

5 Mme McHenry (interprétation). - Objection. Je pense que cela

6 n'a aucune pertinence et cela en fait ouvre tout un volet relatif à la

7 Deuxième guerre mondiale : qui étaient les victimes, qui ne l'étaient pas.

8 A moins que le conseil de la défense ne puisse indiquer qu'il a été

9 maltraité à Celebici parce qu'il aurait porté un couvre-chef avec un tel

10 insigne en 1990, ces propos n'ont aucune importance et aucune pertinence.

11 Cela prend beaucoup de temps, peut être préjudiciable et soulève toute une

12 série de questions qu'il faudrait ouvrir.

13 M. le Président (interprétation). - Effectivement, il faudrait

14 s'interroger sur la pertinence de cette question. Qu'en pensez-vous ?

15 Mme Residovic.(interprétation) - Madame et Messieurs. les

16 Juges, l'insigne chetnik, c'est l' insigne de ceux qui ont aidé les forces

17 nazies dans nos régions, c'est l'insigne qui a été utilisé au cours de la

18 deuxième guerre mondiale, époque où il y a eu vraiment meurtre de

19 Musulmans. Le fait que cet insigne apparaisse à nouveau inspirait la

20 crainte chez beaucoup de personnes.

21 Il n'est pas nécessaire que je poursuive cette série de

22 questions portant sur la cocarde elle-même, mais ce qui paraît important à

23 mes yeux, d'autant qu'il faut se souvenir de ce qu'a dit le témoin expert

24 devant ce Tribunal. Ceci étant, il faut entendre les faits dont ce témoin

25 aurait une connaissance directe, d'où les questions que j'ai posées. Le

Page 1689

1 témoin a confirmé qu'il avait arboré cet insigne. Il m'est inutile de

2 poursuivre dans ce sens et de continuer à poser des questions relatives à

3 cet insigne.

4 M. le Président (interprétation). - Je vous remercie.

5 Il n'est pas nécessaire d'associer cette partie de votre

6 contre-interrogatoire avec l'interrogatoire principal. Ceci n'a rien à

7 voir avec l'interrogatoire principal. A ce stade, il n'y a aucun lien.

8 Mme Residovic.(interprétation) - Je vous remercie.

9 Lorsque le témoin a répondu à toute une série de questions,

10 notamment aux questions que j'ai posées, il nous a dit qu'il connaissait

11 plusieurs personnes de son village, des villages avoisinants. Il a

12 également confirmé que des personnes possédaient des armes. Aux fins

13 d'identification, j'aimerais qu'on présente au témoin l'annexe n 2.

14 Peut-on demander aux techniciens de nous montrer l'annexe

15 n 2 ? Je dis au préalable que c'est un extrait vidéo MA que nous avons

16 reçu de l'accusation.

17 (Diffusion de la vidéo.)

18 Mme McHenry (interprétation). - J'aimerais élever une

19 objection. Objection notamment quant à la pertinence. Je ne comprends ce

20 qui se dit dans cet extrait. On ne nous avait pas informé que cela allait

21 être présenté. S'il y a quelque chose de particulier à la récusation que

22 ce témoin devrait connaître, ce témoin a déjà dit qu'il pouvait

23 reconnaître certaines armes. Je ne vois pas pourquoi cela nous est

24 présenté avant de poursuivre davantage et de reprendre des choses dont

25 nous n'aurions pas été informés au préalable. Je dois élever une

Page 1690

1 objection.

2 M. le Président (interprétation). - Maître Residovic, quelle

3 est votre réaction à cette objection ?

4 Mme Residovic.(interprétation) -Monsieur le Président, Madame

5 et Messieurs les Juges, cet élément de preuve nous a été remis par

6 l'accusation, il est relatif aux armes dont a parlé le témoin. Ce témoin a

7 dit qu'il avait reconnu ces armes qui étaient en possession d'un de ses

8 voisins. Ce sont des armes de Cerici que détenaient ses voisins. Il se

9 pourrait que le témoin soit en mesure de reconnaître certains de ses

10 voisins. Il n'y a, pour moi, rien qui ne puisse être présenté en contre-

11 interrogatoire de ce témoin.

12 M. le Président (interprétation). - Vous voulez, ici, poser

13 des questions sur le fait qu'il reconnaîtrait des armes ?

14 Mme Residovic.(interprétation) - Oui. Les armes, mais aussi

15 les personnes qui parlent de ces armes. Ce sont des gens qui viennent de

16 son village. C'est la seule et unique raison qui nous pousse à vous

17 montrer cet extrait vidéo. Nous avons reçu cette pièce de l'accusation, je

18 le répète.

19 M. le Président (interprétation). - Est-ce que le témoin a

20 contesté quoi que ce soit à propos de ces armes ?

21 Est-ce qu'il y a contestation concernant ces armes ? Il n'y a

22 pas eu contestation de la part du témoin quant au fait qu'il y avait des

23 armes dans ce village. Et le témoin n'apparaît pas dans l'extrait vidéo.

24 Mme Residovic.(interprétation) - Il a parlé d'armes de chasse.

25 Il a parlé de ce fusil Snippe et de chasse. J'aurais voulu simplement

Page 1691

1 qu'il puisse reconnaître les armes.

2 M. le Président (interprétation). - Il a parlé d'armes de

3 chasse mais il n'a pas fait de déclaration générale à propos des armes que

4 détenaient tout le monde ou d'autres personnes. Il a parlé d'une arme

5 simplement et pas de tout le monde dans le village. Il n'a pas dit qu'il

6 connaissait la situation en matière de détention d'armes pour qui que ce

7 soit d'autre.

8 Mme Residovic (interprétation) - Le témoin a déclaré que

9 Milovan Kuljanin, surnommé Mici, possédait un fusil de chasse à lunette.

10 Ici, on voit des armes militaires. Je voulais simplement demander au

11 témoin si c'était le type d'armes qu'il aurait vu en possession de ses

12 voisins...

13 M. le Président (interprétation). - Mais le témoin a dit qu'il

14 ne pouvait pas parler des armes de tout le monde ou de qui que ce soit. Il

15 a simplement parlé d'un fusil de chasse à lunette détenu par M. Kuljanin.

16 Comment voulez-vous maintenant qu'il reconnaisse d'autres armes ? Cela ne

17 relève pas du contre-interrogatoire.

18 Mme Residovic.(interprétation) - D'accord, mais est-ce qu'à ce

19 moment-là le témoin pourrait reconnaître les personnes ?

20 M. le Président (interprétation). - Des personnes qui auraient

21 affirmé détenir des armes ?

22 Mme Residovic.(interprétation) - Des personnes qui viennent de

23 son village et dont on discutera au cours des débats.

24 M. le Président (interprétation). - Je ne suis pas sûr que ce

25 soit là une bonne démarche, puisque le témoin n'a parlé que d'une personne

Page 1692

1 et il ne peut rien affirmer à propos d'autres personnes puisque ce n'est

2 pas le type d'armes que détenaient les personnes qu'il connaissait.

3 M. Jan (interprétation). - Est-ce que vous voulez montrer

4 qu'il y avait des armes dans le village et que des gens avaient des armes

5 et que la population du village n'était pas si innocente que cela ?

6 M. le Président (interprétation). - Effectivement, s'il y

7 avait eu découverte d'autres armes dont n'était pas informé le témoin...

8 M. Jan (interprétation). - L'idée d'un contre-interrogatoire

9 est aussi d'obtenir des informations qui soient utiles à la défense.

10 M. le Président (interprétation). - Je ne suis pas d'accord.

11 M. Jan (interprétation). - Je ne suis pas de votre avis.

12 M. le Président (interprétation). - Si vous voulez dire qu'il

13 aurait connaissance d'armes que personnes détiendraient... Lorsque vous

14 parlez maintenant d'autres armes, d'armes qu'il n'a jamais vues, il est

15 inutile de lui demander de décider ce qu'il en est de ces armes.

16 Mme Residovic (interprétation). - Monsieur le Président, une

17 seule phrase encore. D'après le transcript et les questions que j'ai

18 posées, le témoin à confirmé que son père détenait un fusil semi-

19 automatique. Il a également confirmé connaître Milijan Cecez. Il a

20 confirmé le fait que Milovan Kuljanin avait un fusil de chasse avec une

21 lunette de snipper. Quant à Golubovic, il a confirmé que pendant le cours

22 de défense nationale, il a appris à reconnaître les armes, armes

23 qu'avaient ces voisins. Je tenais simplement à lui faire confirmer que

24 c'est le type d'armes qu'il a vu en possession de ses voisins. S'il n'est

25 pas possible de le faire en respectant le règlement de ce Tribunal, je

Page 1693

1 vous demanderai de me permettre de demander au témoin d'identifier les

2 personnes.

3 M. Draganic (interprétation). - Excusez-moi, je n'ai pas reçu

4 de connaissances à propos de ces armes dans le cours que j'ai suivi. J'ai

5 appris cela dans le cours que tout le monde recevait pour la défense

6 populaire.

7 Mme Residovic (interprétation). - Je vous ai dit que vous ne

8 pouviez pas poser de questions relatives aux armes qu'auraient d'autres

9 personnes. Le témoin n'est pas en mesure d'avoir ces connaissances.

10 Mme Residovic (interprétation). - Madame et Messieurs les

11 Juges, pourrait-il essayer d'identifier ces personnes, non pas parce

12 qu'elles discutent de ces armes, mais parce qu'elles sont de ces

13 villages ? Puis-je lui demander s'il peut identifier ces personnes comme

14 étant des ressortissants du village de Cerici où lui-même vivait ?

15 M. le Président (interprétation). - Oui, demandez-lui s'il

16 peut reconnaître des personnes qui vivaient dans son village.

17 Mme Residovic (interprétation). - Je vous remercie. Je

18 demanderai au technicien de diffuser la partie de l'extrait où l'on montre

19 déjà les personnes.

20 Mme McHenry (interprétation). - Cela a déjà été diffusé. On

21 peut simplement poser la question au témoin pour éviter de revoir tout le

22 film.

23 M. le Président (interprétation). - Montrons le film pour

24 qu'il puisse figer l'image et dire s'il reconnaît telle ou telle personne.

25 (La vidéo est diffusée).

Page 1694

1 Mme Residovic (interprétation). - Peut-on figer l'image ?

2 Monsieur Draganic, reconnaissez-vous cettte personne ?

3 M. Draganic (interprétation). - L'image est assez floue. Il

4 m'est impossible de dire exactement qui c'est.

5 Mme Residovic (interprétation). - Peut-on demander au

6 technicien de préciser l'image, de la rendre plus claire ? Pouvez-vous

7 avancer un peu plus loin dans la vidéo. Peut-être voit-on mieux cet

8 homme sur des images ultérieures.

9 Je vous prie d'arrêter ici. Pouvez-vous reconnaître cet homme,

10 maintenant ?

11 M. Draganic (interprétation). - Je ne suis pas sûr.

12 Mme Residovic (interprétation). - Bien. Peut-on poursuivre la

13 projection ? Connaissez-vous cet homme ?

14 M. Draganic (interprétation). - Je vous redis que l'image

15 n'est pas nette, je ne peux pas reconnaître qui que ce soit.

16 Mme Residovic (interprétation). - Peut-on poursuivre la

17 projection ? Connaissez-vous ce jeune homme ? Il est de votre génération à

18 peu près ? Avez-vous vu l'un de ces hommes à Celebici ?

19 M. Draganic (interprétation). - Non.

20 Mme Residovic (interprétation). - Pourriez-vous nous donner

21 davantage de détails ?

22 M. Draganic (interprétation). - Il y avait moi, mon cousin et

23 quelques autres personnes de Cerici qui se trouvaient à Celebici, mais

24 tous les autres étaient dans la salle de sport.

25 Mme Residovic (interprétation). - Connaissez-vous cet homme ?

Page 1695

1 M. Draganic (interprétation). - Je ne vois pas bien son

2 visage.

3 Mme Residovic (interprétation). - Et celui qui est à côté de

4 lui ?

5 M. Draganic (interprétation). - Je vous dis que je ne vois pas

6 bien les visages.

7 Mme Residovic (interprétation). - Donc vous n'êtes pas en

8 mesure de reconnaître les visages qui vous ont été montrés ?

9 M. Draganic (interprétation). - Les images sont

10 extraordinairement mauvaises et je ne voudrais pas me laisser aller à

11 jouer aux devinettes. Si je reconnais quelqu'un, je le dirai.

12 Mme Residovic (interprétation). - Vous avez l'impression que

13 vous les reconnaissez sans en être sûr ?

14 M. Draganic (interprétation). - Il me semble que je pourrais

15 les connaître, mais je ne suis pas absolument sûr de leur identité car

16 l'image est très mauvaise.

17 Mme Residovic (interprétation). - Qui auriez-vous le plus de

18 facilité à reconnaîrte parmi les visages qui vous ont été montrés sur ces

19 images ?

20 M. Draganic (interprétation). - Que puis-je vous dire ?

21 Mme McHenry (interprétation). - Monsieur le Président,

22 objection.

23 Mme Residovic (interprétation). - Merci beaucoup, Monsieur

24 Draganic. Merci, Monsieur le Président, de m'avoir autorisée à montrer ces

25 bandes vidéo. Peut-être un autre témoin reconnaîtra-t-il mieux les images

Page 1696

1 qui ont été montrées ici, qui sont les seules dont nous disposons.

2 Pouvons-nous poursuivre l'interrogatoire ? Je remercie les

3 techniciens.

4 M. le Président (interprétation). - Vous le pouvez.

5 Mme Residovic(interprétation). - Très bien.

6 M. le Président (interprétation). - Mais il faut que les

7 images soient retirées de l'écran.

8 Mme Residovic (interprétation). - Très bien, Monsieur le

9 Président, j'ai compris. Le témoin n'a pas reconnu ces visages et je ne

10 propose donc pas pour le moment que nous procédions à une identification.

11 Je ne propose pas non plus que cette bande vidéo soit versée au dossier.

12 Nous le ferons ultérieurement avec un autre témoin. Je vous remercie,

13 Monsieur le Président.

14 Monsieur Draganic, vous avez déclaré avoir été élève dans la

15 classe terminale de l'école secondaire, est-ce bien exact ?

16 M. Draganic (interprétation). - Oui.

17 Mme Residovic (interprétation). - Vous êtes au courant du fait

18 qu'au mois d'avril 1992, la Bosnie-Herzégovine a été reconnue en tant

19 qu'Etat indépendant ?

20 M. Draganic (interprétation). - Oui.

21 Mme Residovic (interprétation). - En rapport avec les

22 questions qui vous ont été posées par mes confrères, vous avez parlé hier

23 de votre obligation d'effectuer votre service militaire et de votre

24 exemption, n'est-ce pas ?

25 M. Draganic (interprétation). - Oui.

Page 1697

1 Mme Residovic (interprétation). - Votre anniversaire a eu lieu

2 en d'avril 1992, est-ce exact ?

3 M. Draganic (interprétation). - Oui.

4 Mme Residovis (interprétation). - A ce moment-là, vous avez eu

5 19 ans.

6 M. Draganic (interprétation). - Oui.

7 Mme Residovic (interprétation). - Devant ce Tribunal, vous

8 avez déclaré que les obligations militaires, lorsqu'elles concernaient un

9 élève, pouvaient être reportées à une date ultérieure, est-ce exact ?

10 M. Draganic (interprétation). - Oui.

11 Mme Residovic (interprétation). - Mais êtes-vous d'accord avec

12 moi pour dire que selon notre loi, la loi en vigueur chez nous, les

13 obligations militaires et l'obligation de s'en acquitter démarrent à l'âge

14 de 18 ans ?

15 M. Draganic (interprétation). - Oui.

16 Mme Residovic (interprétation). - C'est seulement lorsque que

17 quelqu'un suivait des études qu'il avait la possibilité d'obtenir un

18 sursis par rapport à ces obligations militaires, est-ce exact ?

19 M. Draganic (interprétation). - Oui.

20 Mme Residovic (interprétation). - Est-ce également exact,

21 Monsieur Draganic, qu'en avril, l'école a cessé de fonctionner ?

22 M. Draganic (interprétation). - Oui.

23 Mme Residovic (interprétation). - Etes-vous au courant du fait

24 qu'au mois d'avril, l'état d'imminence d'un danger de guerre a été

25 décrété ?

Page 1698

1 M. Draganic (interprétation). - Quand cela en avril ?

2 Mme Residovic (interprétation). - En avril 1992.

3 M. Draganic (interprétation). - Ils décrétaient toutes sortes

4 de choses. Je ne sais pas ce qui était vraiment décrété et en vigueur.

5 Mme Residovic (interprétation). - Etes-vous également au

6 courant du fait que la mobilisation générale a été déclarée également. ?

7 M. Draganic (interprétation). - Je ne suis pas au courant de

8 cela.

9 Mme Residovic (interprétation). - Mais vous êtes sûrement au

10 courant du fait, et je vous demande de le confirmer, que vous ne vous êtes

11 pas fait connaître au quartier-général de la Défense territoriale de

12 Konjic.

13 M. Draganic (interprétation). - C'est un fait, je ne me suis

14 pas fait connaître au quartier-général de la Défense territoriale de

15 Konjic.

16 Mme Residovic (interprétation). - Merci Monsieur Draganic.

17 Compte tenu du fait que vous aviez un appartement à Konjic, pouvez-vous me

18 dire si, au cours des mois d'avril et de mai, vous vous êtes rendu à

19 Konjic ?

20 M. Draganic (interprétation). - Au mois de mai, je suis sûr de

21 ne pas y être allé. Et en avril, je crois que nous y sommes allés, je ne

22 sais pas quel jour du mois d'avril. Je ne sais pas quand l'école a cessé.

23 Je sais que c'est en avril 1992, mais je ne connais pas exactement le

24 jour. Et, moi, j'ai continué à aller à l'école jusqu'à ce qu'elle cesse de

25 fonctionner.

Page 1699

1 Mme Residovic (interprétation). - Donc, vous ne vous êtes pas

2 rendu à Konjic au mois de mai ?

3 M. Draganic (interprétation). - Non.

4 Mme Residovic (interprétation). - Monsieur Draganic, devant ce

5 Tribunal, vous avez dit combien d'obus sont tombés pendant une période de

6 temps déterminée sur Donje Selo, est-ce exac t ?

7 M. Draganic (interprétation). - Oui, mais j'ai donné un nombre

8 approximatif. Je n'ai pas donné un nombre précis.

9 Mme Residovic (interprétation). - Est-ce que vous étiez au

10 courant de ce qui se passait à Konjic ? Est-ce que vous saviez si au même

11 moment Konjic avait été pilonnée ?

12 M. Draganic (interprétation). - Oui, Konjic a été pilonnée.

13 Mme Residovic (interprétation). - Monsieur Draganic, puisque

14 vous avez reconnu votre ville, la ville dans laquelle vous avez vécu, vous

15 pouvez également reconnaître des quartiers importants de cette ville, est-

16 ce exact ?

17 M. Draganic (interprétation). - A quels quartiers pensez-

18 vous ?

19 Mme Residovic (interprétation). - Par exemple à des quartiers

20 centraux de la ville.

21 M. Draganic (interprétation). - Je pense que je le pourrais

22 sans doute.

23 Mme Residovic (interprétation). - Je vous prierai, Monsieur

24 Draganic, de m'aider à reconnaître quelques quartiers de la ville et à

25 cette fin, je demanderai que soit projetée la bande vidéo n 7.

Page 1700

1 D'emblée, je tiens à dire, en vous priant de m'excuser, qu'il

2 s'agit d'une bande vidéo que nous avons retirée de la documentation

3 fournie par l'accusation et intitulée "MA - Guerre en Bosnie-Herzégovine".

4 Mme McHenry (interprétation). - Monsieur le Président,

5 j'aurais une objection à formuler. En fait, plusieurs objections. La

6 principale porte sur la pertinence. L'accusation est tout à fait prête à

7 reconnaître le fait qu'il y a eu pilonnage de Konjic. Nous ne l'avons

8 jamais contesté. Donc, plutôt que de nous engager dans une projection de

9 bande vidéo qui prendrait pas mal de temps, nous savons que ce témoin a

10 déjà dit ne pas avoir été présent à Konjic au mois de mai, où apparemment

11 a eu lieu le pilonnage, donc cette identification de bâtiments me semble

12 être une perte de temps, notamment en raison du fait que nous ne

13 contestons pas que Konjic a été pilonnée.

14 Mme Residovic (interprétation). - Monsieur le Président,

15 devant ce Tribunal ont lieu des interrogatoires et des contre-

16 interrogatoires. Un certain nombre de pièces à conviction sont versées au

17 dossier, parce que le Tribunal doit avoir à connaître de ces pièces à

18 conviction. Moi, j'ai grand plaisir à apprendre que l'accusation connaît

19 la situation de Konjic et tout ce qui s'est passé dans les environs de

20 Konjic. Mais je demanderai tout de même que cette bande vidéo soit montrée

21 au témoin car elle contient un certain nombre d'éléments qui ont leur

22 importance pour les juges. Nous pensons que l'ensemble de ces éléments

23 doivent être montrés à l'ensemble des juges. Monsieur le Président, je

24 vous prierai d'autoriser cette projection. Le témoin a déclaré qu'il

25 pourrait sans aucun doute reconnaître certains quartiers importants

Page 1701

1 significatifs de Konjic.

2 M. Jan (interprétation). - En quoi est-ce que cela vous

3 aiderait ? Il a déjà été dit que la ville a été pilonnée et il est

4 manifeste qu'en conséquence un certain nombre de quartiers ont dû être

5 détruits. Je ne vois pas en quoi cela pourrait vous aider.

6 M. le Président (interprétation). - A moins de transporter

7 tout le monde sur les lieux, je suppose en fait que c'est ce que vous êtes

8 en train d'essayer de faire, nous emmener tous à Konjic. Personne ne

9 conteste qu'il y a eu pilonnage et destruction. L'étendue des destructions

10 ne rend pas compte, je suppose, des événements qui ont eu lieu à Celebici.

11 Il n'y a pas de rapport entre les deux.

12 Mme Residovic (interprétation). - Monsieur le Président, il y

13 a beaucoup de rapports.

14 M. le Président (interprétation). - Peut-être que cela vous

15 convient sur un plan affectif de nous montrer cette bande vidéo, mais elle

16 n'a rien à voir avec le procès, n'est-ce pas ?

17 Mme Residovic (interprétation). - Monsieur le Président,

18 pourrais-je dire un mot je vous prie ?

19 M. le Président (interprétation). - Oui. Je vous en prie vous

20 pouvez dire ce que vous avez à dire.

21 Mme Residovic (interprétation). - La défense, avant même le

22 début du présent procès, a fait une proposition. Elle a demandé que

23 l'ensemble du procès soit traité uniquement dans le cadre de Celebici.

24 Mais l'accusation ne s'est pas limitée aux questions concernant le strict

25 cadre de Celebici. Des responsabilités beaucoup plus importantes que les

Page 1702

1 simples actes qui ont été commis dans l'enceinte du camp de Celibici sont

2 imputées à mon client et cela est d'une très grande importance pour mon

3 client. Donc, Monsieur le Président, outre nos propres pièces à

4 conviction, nous avons l'intention de montrer Bradina, Pazaric, Tarcin, de

5 nombreuses autres localités où mon client a travaillé ou a été impliqué

6 dans un certain nombre d'événements.

7 C'est à cette fin que je prie le Tribunal de nous donner la

8 possibilité, s'agissant du présent témoin qui a des connaissances sur ces

9 éléments, de demander au présent témoin de reconnaître certains quartiers

10 de la ville. Tout cela se déroule au début du mois de mai, Monsieur le

11 Président, or les événements débutent le 20 mai.

12 M. le Président (interprétation). - Très bien, je crois que

13 nous allons autoriser la projection.

14 Mme Residovic (interprétation). - Merci beaucoup. Je prie les

15 techniciens de nous diffuser le document vidéo n 7. Merci beaucoup,

16 Monsieur le Président. Messieurs les techniciens, le document n 7, je

17 vous prie.

18 M. Draganic (interprétation). - Je n'ai pas d'image sur mon

19 écran.

20 Mme Residovic (interprétation). - Je vous prie de m'excuser,

21 mais le témoin n'a pas d'image.

22 M. Draganic (interprétation). - J'ai l'image maintenant.

23 Mme Residovic (interprétation). - Pouvez-vous recommencer la

24 diffusion du document n 7 ?

25 (Diffusion du document.)

Page 1703

1 Merci beaucoup. Monsieur Draganic, vous avez reconnu Konjic ?

2 M. Draganic (interprétation). - Oui et j'ai reconnu Prkanj, le

3 quartier à côté des sapeurs-pompiers.

4 Mme Residovic (interprétation). - Oui, dans le vieux Konjic.

5 M. Draganic (interprétation). - Oui.

6 Mme Residovic (interprétation). - Vous avez reconnu que cela

7 s'est passé le 6 mai 1992, la date était inscrite sur la vidéo.

8 M. Draganic (interprétation). - Je n'ai pas fait attention à

9 l'impression de la date.

10 Mme Residovic (interprétation). - On peut revenir sur la

11 projection car la date est indiquée. S'il est exact qu'il s'agit du 6 mai,

12 pouvez-vous me dire si cela se situe quinze jours avant les événements de

13 Cerici ?

14 M. Draganic (interprétation). - Oui.

15 Mme Residovic (interprétation). - Donc Konjic avait l'allure

16 que nous venons de voir au début du mois de mai.

17 M. Draganic (interprétation). - Je n'ai pas vu, c'est

18 maintenant que je vois la bande vidéo, je n'ai pas vu de mes propres yeux

19 quelle était l'allure de Konjic le 4, le 5 ou le 6 mai.

20 Mme Residovic (interprétation). - Merci.

21 Vous avez confirmé, suite à ma question, que Konjic a été

22 pilonnée et que les événements du 6 mai se situent quinze jours avant les

23 événements de Cerici.

24 M. Draganic (interprétation). - Mais chez nous, les obus ne

25 venaient pas de Cerici, tu le sais aussi bien que moi.

Page 1704

1 Mme Residovic (interprétation). - Monsieur Draganic, je vous

2 prierai de répondre à mes questions.

3 M. Draganic (interprétation). - Pouvez-vous répéter la

4 question ?

5 Mme Residovic (interprétation). - La question est la

6 suivante : est-ce que le 6 mai, date de réalisation de cette bande vidéo,

7 se situe quinze jours avant les événements de Cerici.

8 Mme McHenry (interprétation). - Objection. Question posée qui

9 a déjà obtenu réponse. Je suppose que le Tribunal est tout à fait capable

10 de calculer la différence entre le 6 mai et une date située quinze jours

11 plus tard. Ce témoin n'a pas de connaissance au sujet des événements dont

12 il est question. Je fais objection à toute cette série de questions et à

13 sa pertinence.

14 M. le Président (interprétation). - C'est une réaction logique

15 car parler du 6 mai ne nous donne pas d'information quant à la date des

16 événements ultérieurs à ceux de Konjic. Comment peut-on savoir si c'est

17 bien la date de prise de vidéo ? Il y a tant de choses qui sont en cause,

18 savez-vous, trop de présomptions, trop de conjectures quant à la réalité

19 des événements.

20 Mme Residovic (interprétation). - Monsieur le Président, il me

21 suffit amplement que le témoin ait reconnu la ville et ait dit que la

22 ville avait cette apparence le 6 mai. Vous l'avez entendu de la bouche du

23 témoin. Merci beaucoup. J'en ai fini avec mon contre-interrogatoire. Merci

24 beaucoup, Monsieur le Président.

25 M. le Président (interprétation). - Merci beaucoup.

Page 1705

1 Maître McHenry, des questions supplémentaires ?

2 Mme McHenry (interprétation). - Oui, Monsieur le Président.

3 Nous voudrions simplement nous assurer que le document M1A, sil n'a pas

4 encore été versé au dossier, est bien versé au dossier.

5 M. Jan (interprétation). - Quel est ce document M1A ?

6 Mme McHenry (interprétation). - C'est la bande vidéo que la

7 défense vient de montrer au témoin.

8 M. le Greffier (interprétation. - Je ne crois pas que ce

9 document ait encore été versé au dossier.

10 M. le Président (interprétation). - Mais aucune demande de

11 versement au dossier n'a été faite.

12 Mme Residovic (interprétation). - Non, je ne lai montré quà

13 des fins d'identification. Cette fois-ci, j'ai montré ce document

14 uniquement à des fins d'identification. Cette pièce a été proposée

15 uniquement pour que le témoin puisse la reconnaître.

16 Mme McHenry (interprétation). - Je fais objection, Monsieur le

17 Président. Si cette pièce a une pertinence et si elle a été montrée au

18 témoin parce qu'elle a une pertinence, elle devrait être versée au

19 dossier.

20 M. le Président (interprétation). - Effectivement, la pièce

21 devrait être versée au dossier. S'il y a reconnaissance de sa part, il

22 faut que l'on puisse trouver cette pièce quelque part.

23 Mme Residovic (interprétation). - Dans ce cas,

24 Monsieur le Président, je propose que cet extrait soit versé au dossier en

25 tant que pièce à conviction de la défense.

Page 1706

1 M. le Président (interprétation). - La pièce est admise en

2 tant que pièce à conviction de la défense.

3 Mme Residovic (interprétation). - Merci.

4 M. le Président (interprétation). - Je suis dans l'obligation

5 de vous prier de m'excuser. Il est tout à fait manifeste que je suis en

6 train d'apprendre quelque peu la technique de ce mode d'interrogatoire.

7 Donc, je vous prie de m'excuser si, parfois, je fais quelques erreurs dans

8 les propositions que je vous soumets. Je tâcherai de m'améliorer à

9 l'avenir.

10 M. le Président (interprétation). - Maître Residovic, vous

11 n'êtes pas obligée de vous excuser. C'est une procédure qui est nouvelle

12 pour l'ensemble d'entre nous. Vous ne la connaissez pas parfaitement bien.

13 Nous sommes tous au courant de cela. Elle ne fait pas partie de votre

14 tradition. Il n'y a absolument aucune raison grave pour vous de vous

15 excuser.

16 M. Jan (interprétation). - Vous faites un très bon travail.

17 M. le Président (interprétation). - Oui, effectivement.

18 Mme Residovic (interprétation). - Merci beaucoup, Monsieur le

19 Président.

20 M. le Président (interprétation). - Avez-vous des questions

21 supplémentaires à poser à ce témoin ?

22 Mme McHenry (interprétation). - Oui. Vous avez dit tout à

23 l'heure, au moment du contre-interrogatoire, que vous aviez été impliqué

24 dans une altercation avant de vous trouver à Celebici avec plusieurs

25 personnes. Monsieur Landzo était-il impliqué dans cette altercation ?

Page 1707

1 M. Draganic (interprétation). - Oui.

2 Mme McHenry (interprétation). - L'incident que vous avez

3 décrit au cours du contre-interrogatoire, où on vous a remis dans le

4 hangar en toute hâte, c'était le fait de gardes qui craignaient l'arrivée

5 de M. Mucic. Vous souvenez-vous des gardes qui vous ont roué de coups et

6 vous ont ramené dans le hangar.

7 Mme McMurrey (interprétation). - Objection quant à la forme

8 tendancieuse. Rien n'a été dit à propos de coups. Si c'est le cas, il

9 faudrait poser la question pour que le témoin puisse répondre. De cette

10 façons, nous pourrons réagir dans un nouveau contre-interrogatoire.

11 Mme McHenry (interprétation). - Puis-je répondre ?

12 M. le Président (interprétation). - Allez-y.

13 Mme McHenry (interprétation). - Il est tout à fait adéquat que

14 jattire l'attention du témoin sur quelque chose qu'il aurait dit au cours

15 de nombreuses heures de contre-interrogatoire. Il a dit qu'il avait été

16 frappé à l'extérieur du hangar. Une voiture est arrivée. Le garde a pris

17 peur et la ramené à toute hâte dans le hangar. Je pose une question à

18 propos de cet incident. Le transcript montre bien qu'il y a déjà eu un

19 témoignage à ce propos. On avait posé la question de savoir s'il

20 reconnaissait l'un quelconque des gardes.

21 M. le Président (interprétation). - Sil y a un nouveau

22 contre-interrogatoire principal, on veut soulever toute ambiguïté qui

23 aurait surgi. Si une ambiguïté surgit à la suite d'un contre-

24 interrogatoire à légard d'un témoin, on peut poser une question.

25 Mme McHenry (interprétation). - Jélève l'objection de la

Page 1708

1 question déjà posée qui a déjà reçu réponse.

2 M. le Président (interprétation). - L'objection est rejetée.

3 Voulez-vous dire quici on a déjà répondu à cette question, que la

4 question a déjà été formulée ? Quen pense Maître McHenry ? Reposez votre

5 question.

6 Mme McHenry (interprétation). - Vous avez, au cours du

7 contre-interrogatoire, décrit un incident où vous avez été replacé en

8 toute hâte dans le hangar parce que les gardes craignaient l'arrivée de

9 Pavo Mucic. Vous souvenez-vous, si c'est le cas, de gardes qui vous

10 auraient frappé et remis dans le hangar.

11 M. le Président (interprétation). - Nous n'avons pas encore

12 reçu de réponse à une telle question.

13 Mme McMurrey (interprétation). - Nous avons déjà décrit ce

14 scénario.

15 M. le Président (interprétation). - Le témoin n'a pas encore

16 répondu à cette question précise. Entendons sa réponse.

17 M. Draganic (interprétation). - Les gardes étaient Zenga,

18 Osman Dedic, jen suis certain. Je pense qu'il y avait aussi une troisième

19 personne, mais je ne suis pas sûr de son noM. Je suis en tout cas sûr de

20 Landzo, surnommé Zenga, ainsi que dOsman Dedic.

21 Mme McHenry (interprétation). - Vous souvenez-vous du moment

22 où cet incident est survenu, durant quel mois ou depuis combien de temps

23 vous étiez au camps ? Avez-vous une idée approximative ?

24 M. Draganic (interprétation). - Je pense que cela s'est passé

25 en juillet, mais je ne connais pas la date précise.

Page 1709

1 Mme McHenry (interprétation). - Vous avez indiqué que, à votre

2 arrivée, vous avez appris d'autres personnes qu'une personne dénommée Rale

3 était responsable du camp.

4 M. le Président (interprétation). - Je ne suis pas sûr que

5 cela ait surgi au cours du contre-interrogatoire.

6 Mme McHenry (interprétation). - Je pense que si. Je pense que

7 c'est Maître Greaves. Je pourrais le retrouver dans le compte rendu

8 d'audience, mais je suis sûr que, au cours d'un des contre-

9 interrogatoires, une question a été posée à propos du fait que, à son

10 arrivée au camp, il y avait une personne dénommée Rale qui était le

11 commandant du camp.

12 M. Jan (interprétation). - Oui, il n'était pas commandant du

13 camp mais commandant des forces qui étaient allées dans son village.

14 M. le Président (interprétation). - Vous ne pouvez poser des

15 questions que si elles découlent du contre-interrogatoire.

16 Mme McHenry (interprétation). - Mais j'aurai une question

17 subsidiaire pour éclaircir cela. Je n'ai même pas encore posé ma question.

18 M. le Président (interprétation). - Nous essayons de voir.

19 Vous essayez de savoir qui était le commandant du camp. Cette question

20 relative à Rale n'était pas adéquate.

21 Mme McHenry (interprétation). - Il se peut que j'aie mal posé

22 ma question. Je la repose.

23 D'après vos informations, pendant combien de temps Rale a-t-il

24 été commandant ?

25 M. le Président (interprétation). - Franchement, je n'ai de

Page 1710

1 cesse de répéter qu'il n'est pas possible de reprendre un interrogatoire

2 principal. Vous ne pouvez réexaminer que sur des questions qui feraient

3 l'objet d'ambiguïtés apparues au cours du contre-interrogatoire. Ce n'est

4 pas un interrogatoire principal.

5 Mme McHenry (interprétation). - Oui, mais je crois avoir le

6 droit de soulever des questions pour lesquelles il faut une description

7 correcte. Permettez-moi de terminer.

8 Ce témoin a dit en contre-interrogatoire que, lorsqu'il est

9 arrivé au camp, Rale était commandant. J'aimerais faire ressortir la

10 période pendant laquelle Rale était commandant. Je crois -et je peux le

11 prouver- que cest une information importante qu'il faut éclaircir.

12 M. Greaves (interprétation). - On a l'impression que

13 l'accusation est en train de témoigner elle-même.

14 Mme McHenry (interprétation). - C'est pour cela que je

15 m'arrête.

16 M. le Président (interprétation). - Vous ne pouvez pas

17 vraiment induire un élément de preuve, même si c'est par le truchement du

18 témoin, en interrogatoire supplémentaire. Or, vous êtes en train d'essayer

19 de le faire. Ce n'est que si des ambiguïtés apparaissent au fil du contre-

20 interrogatoire que vous pouvez réagir.

21 Mme McHenry (interprétation). - Fort bien, je passe à une

22 autre question.

23 Est-il exact que, d'après vos informations, Rale était le

24 commandant pendant tout le temps que vous avez passé au quand ?

25 M. le Président (interprétation). - Quel type de question est-

Page 1711

1 ce ?

2 Mme McHenry (interprétation). - Etant donné que la défense a

3 utilisé l'ouï-dire pour savoir qui était qui, je pense que j'ai le droit

4 de le faire aussi.

5 M. le Président (interprétation). - Je dis que la réponse est

6 directe, n'est pas ambiguë.

7 Mme McHenry (interprétation). - Je pense qu'il y a ambiguïté

8 quant à la période pendant laquelle Rale était commandant.

9 M. le Président (interprétation). - Non, ce n'est pas le cas.

10 Personne n'a mis en doute cette période. Personne n'a posé de question à

11 ce propos.

12 Mme McHenry (interprétation). - Vous saviez, sans doute du

13 fait de l'arrivée de sa voiture ou de la moto, que M. Mucic était au camp.

14 Pourriez-vous nous dire approximativement quand, pour la première fois,

15 vous avez été conscient du fait que M. Mucic était présent au camp. Je ne

16 vous demande pas le jour ni la date exacts, mais approximativement.

17 M. Draganic (interprétation). - Je n'en suis pas tout à fait

18 certain, mais je crois que c'est au cours du mois de juillet.

19 Mme McHenry (interprétation). - Quand vous avez demandé à

20 M. Mucic si vous pouviez être soigné pour vos plaies, vous a-t-il demandé

21 quelle était la raison de ces plaies ?

22 M. le Président (interprétation). - Pensez-vous que le seul

23 fait qu'il y ait eu contre-interrogatoire sur ce fait vous permet de poser

24 une question à ce propos ?

25 Mme McHenry (interprétation). - Je pense que l'on a donné une

Page 1712

1 description très large au cours du contre-interrogatoire et je pense que

2 nous devons avoir loccasion... On a donné beaucoup de liberté également,

3 au moment du contre-interrogatoire.

4 M. le Président (interprétation). - Mais rien dans le

5 règlement ne dit que vous pouvez faire pareil. Vous devez interrogez sur

6 des éléments qui sont consécutifs au contre-interrogatoire. Le règlement

7 le dit bien, il faut que les propos aient été ambigus pour que vous

8 puissiez recommencer un contre-interrogatoire. Ce n'est pas parce que

9 quelqu'un a abordé un sujet en contre-interrogatoire que vous pouvez le

10 faire maintenant.

11 M. Jan (interprétation). - Vous auriez dû poser cette question

12 en interrogatoire principal, parce que vous ouvrez un nouveau champ

13 d'investigation qui entraînera un contre-interrogatoire.

14 Mme McHenry (interprétation). - Je pense avoir le droit...

15 Fort bien, je poursuis.

16 M. le Président (interprétation). - Il faut d'abord entendre

17 la teneur de votre question.

18 Mme McHenry (interprétation). - Comment savez-vous que

19 Pavo Mucic était en Autriche en juillet ?

20 M. le Président (interprétation). - Pourquoi voulez-vous

21 revenir là-dessus ?

22 Mme McHenry (interprétation). - Parce qu'il est important pour

23 mois de savoir de qui il tient cette information, de gardes...

24 M. le Président (interprétation). - Vous procédez au contre-

25 interrogatoire de votre propre témoin.

Page 1713

1 Mme McHenry (interprétation). - Non, je pense qu'il est

2 important de lever toute ambiguïté s'il y en a une.

3 M. le Président (interprétation). - Est-il ambigu qu'il se

4 soit trouvé en Autriche ?

5 Mme McHenry (interprétation). - Je pense que cest ambigu

6 parce que la fiabilité de cette information est fonction de la manière

7 dont cette information a été reçue.

8 M. Greaves (interprétation). - On a l'impression que cest un

9 contre-interrogatoire de son propre témoin.

10 Mme McHenry (interprétation). - Je pense que cest pertinent.

11 M. le Président (interprétation). - Il vous a dit où Mucic se

12 trouvait.

13 Mme McHenry (interprétation). - Savez-vous plus ou moins où se

14 trouvait M. Mucic en juillet, lorsque vous avez appris que M. Mucic était

15 en Autriche ? Etait-ce au début du mois de juillet ou à la fin du mois de

16 juillet ?

17 M. Draganic (interprétation). -Je ne sais pas exactement à

18 quel moment cela s'est passé, mais les gardes nous ont dit que Pavo était

19 parti en voyage d'affaires en Autriche.

20 Mme McHenry (interprétation). - Merci.

21 Je n'aurai plus que deux ou trois questions, mais j'aimerais

22 que cela se fasse à huis clos, parce qu'il est important de lever des

23 ambiguïtés à propos de questions qui ont été soulevées en séance privée.

24 M. le Président (interprétation). - Nous allons donc entamer

25 une partie en séance privée.

Page 1714

1 (L'audience se poursuit à huis clos partiel).

2 (expurgée)

3 (expurgée)

4 (expurgée)

5 (expurgée)

6 (expurgée)

7 (expurgée)

8 (expurgée)

9 (expurgée)

10 (expurgée)

11 (expurgée)

12 (expurgée)

13 (expurgée)

14 (expurgée)

15 (expurgée)

16 (expurgée)

17 (expurgée)

18 (expurgée)

19 (expurgée)

20 (expurgée)

21 (expurgée)

22 (expurgée)

23 (expurgée)

24 (expurgée)

25 (expurgée)

Page 1715

1 (expurgée)

2 (expurgée)

3 (expurgée)

4 (expurgée)

5 (expurgée)

6 (expurgée)

7 (expurgée)

8 (expurgée)

9 (expurgée)

10 (expurgée)

11 (expurgée)

12 (expurgée)

13 (expurgée)

14 (expurgée)

15 (expurgée)

16 (expurgée)

17 (expurgée)

18 (expurgée)

19 (expurgée)

20 (expurgée)

21 (expurgée)

22 (expurgée)

23 (expurgée)

24 (expurgée)

25 (expurgée)

Page 1716

1 (expurgée)

2 (expurgée)

3 (expurgée)

4 (expurgée)

5 (expurgée)

6 (expurgée)

7 (expurgée)

8 (expurgée)

9 (expurgée)

10 (expurgée)

11 (expurgée)

12 (expurgée)

13 (expurgée)

14 (expurgée)

15 (expurgée)

16 (expurgée)

17 (expurgée)

18 (expurgée)

19 (expurgée)

20 (expurgée)

21 (expurgée)

22 (expurgée)

23 (expurgée)

24 (expurgée)

25 (expurgée)

Page 1717

1 (expurgée)

2 (expurgée)

3 (expurgée)

4 (expurgée)

5 (expurgée)

6 (expurgée)

7 (expurgée)

8 (expurgée)

9 (expurgée)

10 (expurgée)

11 (expurgée)

12 (expurgée)

13 (expurgée)

14 (expurgée)

15 (expurgée)

16 (expurgée)

17 (expurgée)

18 (expurgée)

19 (expurgée)

20 (expurgée)

21 (expurgée)

22 (expurgée)

23 (expurgée)

24 (expurgée)

25 (expurgée)

Page 1718

1 (expurgée)

2 (expurgée)

3 (expurgée)

4 (expurgée)

5 (expurgée)

6 (expurgée)

7 (expurgée)

8 (expurgée)

9 (expurgée)

10 (expurgée)

11 (expurgée)

12 (expurgée)

13 (expurgée)

14 (expurgée)

15 (expurgée)

16 (expurgée)

17 (expurgée)

18 (expurgée)

19 (expurgée)

20 (expurgée)

21 Nous sommes à nouveau en session publique. Je pense que le

22 moment est opportun pour prévoir une pause déjeuner. Nous reprendrons à

23 14 h 30. J'espère que nous pourrons entendre le prochain témoin.

24

25 Suspendue à 13 h, l'audience est reprise à 14 h 30.

Page 1719

1 (L'audience reprend en séance publique.)

2 M. le Président (interprétation). - Pouvez-vous, je vous prie,

3 faire entrer votre prochain témoin.

4 Le témoin de tout à l'heure a été libéré, n'est-ce pas ? Il

5 n'est pas nécessaire qu'il reste sur place. Il a été libéré, n'est-ce

6 pas ?

7 M. Turone (interprétation). - Effectivement.

8 Nous appelons à présent Mme Milojka Antic.

9 M. le Président (interprétation). - Pouvez-vous la faire

10 entrer ?

11 (Le témoin est introduit dans la salle d'audience.)

12 Mme McMurrey (interprétation). - Je prie la Chambre d'instance

13 de m'excuser pour mon retard.

14 M. le Président (interprétation). - Excuses acceptées.

15 Pouvez-vous faire prêter serment au témoin, je vous prie

16 Monsieur le Greffier ?

17 Mme Antic (interprétation). - Je déclare solennellement que je

18 prête serment.

19 M. le Président (interprétation). - Veuillez vous asseoir.

20 Pourriez-vous prêter serment en lisant le texte qui se trouve

21 sous vos yeux, Madame et je vous demanderais de vous lever.

22 Mme Antic (interprétation).- Je déclare solennellement que je

23 dirai la vérité, toute la vérité, et rien que la vérité.

24 M. Turone (interprétation). - Puis-je procéder, Monsieur le

25 Président ?

Page 1720

1 M. le Président (interprétation). - Oui, vous le pouvez.

2 M. Turone (interprétation). - Merci. Pourriez-vous nous donner

3 votre nom complet ?

4 Mme Antic (interprétation). - Milojka Antic.

5 M. Turone (interprétation). - Madame Antic, pour que le

6 procès-verbal soit établi de la façon la plus claire, ai-je raison de dire

7 que vous n'avez demandé aucune mesure de protection en ce qui concerne

8 votre déposition ici, en qualité de témoin, et votre identité ?

9 Mme Antic (interprétation).- Oui.

10 M. Turone (interprétation). - Quelle est votre date de

11 naissance ?

12 Mme Antic (interprétation).- Le 18 août 1948.

13 M. Turone (interprétation). - Quelle est votre appartenance

14 ethnique ?

15 Mme Antic (interprétation).- Yougoslave.

16 M. Turone (interprétation). - Mais dans les frontières de

17 l'ex-yougoslavie quel est votre groupe ethnique, c'est ce que je voulais

18 dire.

19 Mme Antic (interprétation).- Serbe.

20 M. Turone (interprétation). - Où êtes-vous née ?

21 Mme Antic (interprétation).- Je suis née dans le village

22 d'Idbar dans l'obstina de Konjic.

23 M. Turone (interprétation). - Madame Antic, quel genre

24 d'éducation avez-vous eue ?

25 Mme Antic (interprétation).- Quatre ans d'école primaire.

Page 1721

1 M. Turone (interprétation). - Quelle est votre profession ?

2 Mme Antic (interprétation).- J'étais ouvrière, simple ouvrière

3 avec quatre ans d'école.

4 M. Turone (interprétation). - Où habitiez-vous au début du

5 mois de mai 1992 ?

6 Mme Antic (interprétation).- J'habitais dans le village

7 d'Idbar où je suis née.

8 M. Turone (interprétation). - Qui vivait avec vous, qui

9 habitait avec vous dans la maison ?

10 Mme Antic (interprétation).- Ma mère âgée vivait avec moi,

11 nous étions seules toutes les deux dans la maison.

12 M. Turone (interprétation). - Est-ce que Idbar était un

13 village à majorité croate, musulmane ou serbe ?

14 Mme Antic (interprétation).- Il y avait des Serbes, des

15 Musulmans et des Croates.

16 M. Turone (interprétation). - Oui, mais je vous demandais

17 quelle était la majorité. Etait-elle musulmane ?

18 Mme Antic (interprétation).- La majorité était musulmane.

19 M. Turone (interprétation). - Pouvez-vous nous dire, à peu

20 près, quel était le nombre d'habitants de Idbar à l'époque ?

21 Mme Antic (interprétation).- Je peux seulement me fonder sur

22 ce que je sais du nombre d'habitants. Il y avait 130 foyers musulmans,

23 13 foyers serbes et moins de foyers musulmans, peut-être seulement 4 ou 5.

24 M. Turone (interprétation). - Merci. Pouvez-vous nous dire

25 quelle était la distance qui séparait Idbar de la ville de Konjic ?

Page 1722

1 Mme Antic (interprétation).- Je crois qu'il y avait

2 11 kilomètres entre Konjic et Idbar.

3 M. Turone (interprétation). - Madame Antic, est-ce que Idbar à

4 un certain moment, en mai 1992, a été affecté par le conflit armée ?

5 Mme Antic (interprétation).- Oui.

6 M. Turone (interprétation). - Pouvez-vous nous dire à quel

7 moment ?

8 Mme Antic (interprétation).- Le 9 mai.

9 M. Turone (interprétation). - Pouvez-vous nous dire brièvement

10 ce qui s'est passé ce jour-là à Idbar ?

11 Mme Antic (interprétation).- Le 9 mai, j'étais avec ma mère

12 qui était malade, avec ma tante, ma belle-soeur, mon frère et quelques

13 autres voisins qui étaient venus chez moi pour boire le café. Nous étions

14 assis et, tout d'un coup, nous avons entendu des coups de feu dans le

15 village. Nous ne savions pas du tout ce qui se passait. Nous sommes donc

16 sortis dans la cour et nous avons entendu ces coups de feu qui se

17 rapprochaient des maisons.

18 Nous sommes donc restés sur place à attendre et, tout d'un

19 coup, deux hommes, que nous ne connaissions pas, sont arrivés. Ils

20 portaient des tenues de camouflage et avaient des armes à la main. Ils

21 nous ont dit qu'il fallait que nous restions là, sur place, que nous

22 attendions. Nous sommes restés debout sur place. L'un d'entre eux est

23 resté avec nous pour nous garder et l'autre est parti un peu plus loin

24 dans les autres maisons, sans doute pour rechercher d'autres personnes.

25 Celui qui est resté avec nous pour nous garder nous a dit

Page 1723

1 qu'il fallait que nous le suivions jusqu'à la route principale. Nous, nous

2 étions dans le village et il fallait que nous allions jusqu'à cette grande

3 route qui était asphaltée. Quand nous y sommes arrivés, nous y avons

4 trouvé trois voisins qui étaient déjà là et qui attendaient. C'était

5 Izedin Subacic, Mirso Nuhic et Armin Nuhic. L'homme qui nous a amenés

6 était de Konjic, mais je ne le connaissais pas, donc je ne connaissais pas

7 son noM. Nous avons donc été regroupés à cet endroit et j'ai vu là des

8 voisins à moi. Donc je pensais qu'ils pouvaient m'apporter de l'aide et je

9 leur ai demandé de me permettre de rentrer à la maison, ma mère étant

10 seule à la maison malade, ou alors d'emmener ma mère avec moi. Les voisins

11 ne m'ont pas donné cette autorisation.

12 J'ai commencé à pleurer. Je les ai suppliés et eux ne m'ont

13 pas répondu. A ce moment-là, cet homme de Konjic dont je ne connais pas le

14 nom m'a autorisé à rentrer à la maison. J'ai dit que j'avais peur de

15 rentrer seule à la maison. J'avais peur de circuler seule sur la route,

16 parce que certains auraient pu croire que j'avais essayé de fuir. Il m'a

17 donc accompagné à la maison et j'ai retrouvé ma mère.

18 M. Turone (interprétation). - Très bien. Pouvez-vous continuer

19 un peu plus lentement, je vous prie.

20 Mme Antic (interprétation).- Donc je suis restée avec ma mère

21 pendant quelque temps, pendant peu de temps. Et ce jour-là neuf hommes de

22 mon village ont été emmenés, mais après un temps assez court les femmes

23 sont rentrées. Parmi les hommes emmenés il y avait mon frère.

24 M. Turone (interprétation). - Pouvez-vous citer le nom de

25 votre frère ?

Page 1724

1 Mme Antic (interprétation).- Oui, je le peux. Cedo Antic.

2 M. Turone (interprétation). - Saviez-vous où avez-vous fini

3 par apprendre à quel endroit votre frère a été emmené ?

4 Mme Antic (interprétation).- Non.

5 M. Turone (interprétation). - Avez-vous eu ce renseignement

6 plus tard, à un quelconque moment ?

7 Mme Antic (interprétation). - Je n'ai pas compris la question

8 que vous m'avez posée.

9 M. Turone (interprétation). - Quand votre frère a été emmené

10 avec les autres hommes, par la suite n'avez-vous jamais réussi à apprendre

11 où on l'avait emmené ?

12 Mme Antic (interprétation). - Vous me demandez pourquoi il a

13 été emmené, c'est ce que vous me demandez ?

14 M. Turone (interprétation). - Je vous demande où il a été

15 emmené.

16 Mme Antic (interprétation). - Ah, vous me demandez où. Nous ne

17 savions pas où il avait été emmené. Après un mois, nous avons appris qu'il

18 était emprisonné à Celebici.

19 M. Turone (interprétation). - Comment après un mois avez-vous

20 fini par apprendre qu'ils étaient détenus à Celebici ?

21 Mme Antic (interprétation). - Nous avons posé la question.

22 Nous n'avions aucun renseignement à leur sujet. Nous avons demandé où

23 était mon frère, ce qui lui était arrivé et à ce moment-là, un voisin m'a

24 dit qu'ils étaient tous emprisonnés à Celebici, dans le camp de Celebici.

25 M. Turone (interprétation). - Avez-vous jamais rendu visite à

Page 1725

1 votre frère à Celebici ?

2 Mme Antic (interprétation). - Si. Un jour, quand ce voisin m'a

3 dit qu'ils étaient à Celebici, je suis partie de chez moi pour lui

4 apporter du linge afin qu'il puisse se changer. Quand je suis arrivée là-

5 bas, au portail, j'ai trouvé un gardien. Je lui ai posé des questions au

6 sujet de mon frère. Il ne m'a rien répondu. Et je lui ai demandé si je

7 pourrais obtenir quelques renseignements à son sujet, si je pourrais aussi

8 lui remettre ce linge, parce que cela faisait déjà un mois qu'il était

9 dans le camp et qu'il n'avait toujours pas pu se changer. Le gardien m'a

10 répondu qu'il n'avait pas le droit d'accepter ce que je lui demandais,

11 qu'il devait demander l'autorisation à Delic pour faire cela.

12 J'ai attendu quelques instants et, à ce moment-là, il m'a

13 donné l'ordre de retourner chez moi, il m'a dit que ce jour-là il ne

14 pouvait rien faire pour moi. Ce jour-là je suis rentrée à la maison.

15 M. Turone (interprétation). - Au fait, connaissez-vous le nom

16 de ce gardien avec lequel vous avez parlé en cette occasion ?

17 Mme Antic (interprétation). - Je ne connaissais pas son

18 prénom, mais son nom de famille était Macic.

19 M. Turone (interprétation). - Est-ce que c'est l'unique fois

20 où vous avez essayé de rendre visite à votre frère à Celebici ?

21 Mme Antic (interprétation). - Oui, cela a été la première fois

22 que je lui ai rendu visite.

23 M. Turone (interprétation). - Vous dites "première fois". Est-

24 ce que cela signifie qu'il y a eu une deuxième fois où vous avez essayé de

25 rendre visite à votre frère ?

Page 1726

1 Mme Antic (interprétation). - La deuxième fois, c'était le 15

2 juin 1992. Une vieille femme du village m'a dit qu'ils avaient donné

3 l'autorisation, qu'on avait le droit d'apporter du linge et qu'on pourrait

4 se mettre en chemin et essayer d'y aller pour leur donner du linge pour

5 qu'ils puissent se changer. Ce jour-là, le 15 juin, avec trois autres

6 vieilles femmes, je suis partie pour aller à Celebici et essayer de

7 remettre ce linge pour qu'il puisse se changer.

8 On est arrivé là-bas et il y avait pas mal d'autres femmes qui

9 essayaient de rendre visite à leur famille. Nous avons donc attendu

10 longtemps pour essayer de remettre ce linge et, au moment où nous avons

11 remis nos paquets, il a fallu que tout soit fouillé. Il fallait qu'ils

12 sachent tout ce qu'il y avait dans les paquets, s'il y avait de la

13 nourriture ou quoi que ce soit de ce genre. Cela, ce n'était pas autorisé.

14 La seule chose qu'ils ont accepté de prendre, c'était le linge, pour

15 permettre à ces hommes de se changer. C'est Muharem Masic qui a pris nos

16 paquets de linge. A côté de lui se tenait un gardien qui s'appelait Izo

17 Cosic, qui était le premier voisin de ma maison, celui qui habitait la

18 maison voisine. Ce jour-là, nous avons remis nos paquets de linge et puis

19 nous sommes retournées jusqu'à Ibar, à la maison.

20 M. Turone (interprétation). - Avez-vous demandé l'autorisation

21 de voir votre frère ce jour-là ?

22 Mme Antic (interprétation). - Oui, j'ai parlé à mon voisin, à

23 Cosic, parce que je pensais qu'il pourrait m'aider sur ce point. Mais je

24 n'ai absolument pas pu rencontrer mon frère. Je ne croyais d'ailleurs même

25 pas qu'il était vivant. Le gardien m'a dit qu'il ne pouvait pas

Page 1727

1 m'autoriser et tout simplement il a arrêté d'accepter de parler avec moi.

2 Je n'ai absolument rien appris au sujet de mon frère. Quand je suis

3 rentrée à la maison, ma mère et ma belle-soeur, l'épouse de mon frère,

4 m'ont posé des questions à son sujet et je n'ai pas pu leur dire quoi que

5 ce soit. Je ne pouvais même pas leur dire s'il était vivant ou pas. J'ai

6 simplement dit qu'on m'avait pris ce paquet de linge. Je n'avais rien

7 d'autre à leur dire.

8 M. Turone (interprétation). - Est-ce que le gardien vous a dit

9 pour quelle raison vous n'aviez pas la possibilité de rencontrer votre

10 frère ?

11 Mme Antic (interprétation). - Il a refusé de répondre à cette

12 question. Il m'a simplement dit de retourner immédiatement à la maison.

13 C'est comme cela qu'on est parti, qu'on est rentré à la maison. Il ne nous

14 a pas donné la moindre raison.

15 M. Turone (interprétation). - Est-ce qu'un moment est arrivé

16 où vous-même avez été arrêtée ?

17 Mme Antic (interprétation). - Ce même jour, le jour où nous

18 quatre sommes rentrées de Celebici, je suis arrivée à la maison, je ne

19 pouvais donner aucun renseignement sur mon frère, je ne pouvais pas dire

20 s'il était vivant ou pas.

21 Nous nous sommes assises, nous avons parlé de tout cela, nous

22 avons pris un café et je suis sortie dans le jardin, pour travailler un

23 peu dans le jardin.

24 A un certain moment, ma mère est sortie dans le jardin aussi

25 avec sa canne pour venir me retrouver parce que je lui avais demandé de

Page 1728

1 venir s'asseoir un petit moment à côté de moi dans le jardin. A ce moment-

2 là, il faut que je dise que mon jardin était tout près de la maison, trois

3 soldats sont tout d'un coup entrés dans la maison. L'un d'entre eux était

4 un voisin, Zaim Cosic, surnommé "Paja". Les deux autres étaient des

5 soldats que nous ne connaissions pas. Ils m'ont dit d'aller quelque part

6 avec eux. Comme j'étais dans le jardin, j'étais toute sale, je portais des

7 vêtements de sport avec des taches de terre et j'étais toute poussiéreuse.

8 J'ai donc demandé à mon voisin si je pouvais d'abord rentrer dans la

9 maison et me changer pour ne pas partir comme cela toute sale. Il ne m'a

10 pas donné l'autorisation de le faire.

11 Il m'a dit que je ne resterais pas longtemps partie, qu'on

12 allait, d'après ce qu'il disait, me poser quelques questions et que

13 j'allais, d'après ce qu'il disait, revenir.

14 Mais il y a un point sur lequel j'aimerais revenir, si vous le

15 permettez, parce que j'ai oublié de le dire. Quand je parlais avec ma mère

16 et avec ma belle-soeur, quand je disais que je n'avais pas rencontré mon

17 frère, que je n'avais aucun renseignement sur lui, à ce moment-là nous

18 avons aussi entendu des coups de feu dans le village. Et deux hommes en

19 uniforme, qui portaient des tenues de camouflage et qui avaient un fusil à

20 la main, sont arrivés à ce moment-là. Ils ont emmené avec eux un de nos

21 voisins, Milorad Jovanonic. Ils sont arrivés chez moi, à la maison, et ils

22 ont demandé si j'étais là. Moi, je suis sortie de la maison, dans la cour,

23 devant la porte, et ils m'ont dit qu'ils avaient été chargés de rentrer

24 dans ma maison et de la fouiller parce que, d'après eux, soi-disant, il y

25 avait un poste de radio, un émetteur radio qui se trouvait dans ma maison.

Page 1729

1 Moi, je n'y comprenais rien. J'étais là et ils m'ont dit que je devais les

2 faire rentrer dans la maison. Je suis donc rentrée dans la maison avec eux

3 et ils m'ont chassée hors de la maison où cet Armir Nuic m'a gardée devant

4 la porte dans la cour, avec Milorad Jovanovic pendant que ce Dzevad

5 fouillait ma maison pour chercher cet émetteur radio.

6 M. Turone (interprétation). - Cela s'est passé quelque temps

7 avant que des hommes soient venus pour vous arrêter, c'est bien exact ?

8 Mme Antic (interprétation). - Oui, c'est exact parce que

9 j'avais oublié de vous dire cela.

10 M. Turone (interprétation). - Ça va, ça va.

11 Mme Antic (interprétation). - Ils ont fouillé toute la maison.

12 Ils sont ensuite sortis de la maison parce qu'ils n'avaient rien trouvé.

13 Cet Alibasic Dzevad est sorti et Milorad Jovanovic est parti

14 avec eux et ils sont sortis de ma cour. A ce moment-là, moi, je suis allée

15 dans le jardin, pour semer les pommes de terre, ou plutôt pour cueillir

16 les pommes de terre.

17 C'est à ce moment-là que ma mère m'a rejointe, qu'elle est

18 venue voir ce que je faisais et que les trois soldats dont j'ai déjà parlé

19 sont arrivés, Zaim Cosic, surnommé "Paja", et deux soldats inconnus de

20 nous. C'est à ce moment-là que Paja m'a dit qu'il fallait que je parte

21 avec eux.

22 Alors, je lui ai demandé à ce moment-là aussi si je pouvais

23 rentrer dans la maison pour me changer parce que j'étais très sale. Je ne

24 voulais pas sortir de la maison comme cela, dans mes vêtements de sport

25 poussiéreux et salis. Il m'a dit que je ne pouvais pas le faire, que je

Page 1730

1 n'allais pas rester partie pendant très longtemps et que j'allais

2 rapidement revenir.

3 M. Turone (interprétation). - Pouvez-vous nous dire si ces

4 personnes qui vous ont appréhendée portaient un uniforme quelconque ?

5 Mme Antic (interprétation). - Oui, ils avaient tous des

6 uniformes de camouflage et des armes dans les mains.

7 M. Turone (interprétation). - Y avait-il des insignes de

8 quelque nature que ce soit sur leur uniforme ?

9 Mme Antic (interprétation). - Il y avait des insignes ce jour-

10 là, mais moi je n'ai pas regardé cela. Je n'osais pas les regarder. Donc

11 je n'ai pas fait particulièrement attention parce que c'était tous des

12 voisins. C'était embarrassant pour moi de regarder d'aussi près. Je n'ai

13 vraiment pas fait attention. Je n'ai pas vu quels étaient ces insignes.

14 M. Turone (interprétation). - Vous a-t-on dit pour quelle

15 raison vous étiez arrêtée ?

16 Mme Antic (interprétation). - J'ai posé la question à mon

17 voisin ZaiM. Je lui ai demandé pourquoi il voulait m'emmener. Et il m'a

18 dit que, apparemment, il y aurait eu chez moi un émetteur radio.

19 M. Turone (interprétation). - Aviez-vous quelque arme que ce

20 soit au moment de votre arrestation ?

21 Mme Antic (interprétation). - Non.

22 M. Turone (interprétation). - Savez-vous si votre frère ou une

23 quelconque autre personne dans votre famille possédait une arme ?

24 Mme Antic (interprétation). - Je ne le sais pas, non.

25 M. Turone (interprétation). - Avez-vous pris part d'une façon

Page 1731

1 ou d'une autre à la défense des maisons serbes de votre village ?

2 Mme Antic (interprétation). - Non.

3 M. Turone (interprétation). - Pouvez-vous nous dire

4 approximativement combien de personnes qui habitaient dans votre village

5 étaient armés au début du conflit, s'il y avait des habitants armés ?

6 Mme Antic (interprétation). - Non, cela je ne suis pas au

7 courant, non

8 M. Turone (interprétation). - Madame Antic, où vous a-t-on

9 emmenée, vous, après votre arrestation ?

10 Mme Antic (interprétation). - Quand je suis partie avec ces

11 trois soldats, sur la grand route, j'ai retrouvé trois hommes, une femme

12 et un quatrième homme, ce même Mirolad qui était déjà avec les gens qui

13 étaient chez moi, dont j'ai parlé tout à l'heure à la maison. Il y avait

14 donc quatre hommes et une femme. Moi, j'étais la sixième personne. Quand

15 on m'a emmenée à cet endroit, je les ai retrouvés et nous étions donc...

16 M. Turone (interprétation). - Mais quand vous dites "là", où

17 vous a-t-on emmenée, Madame Antic, après votre arrestation ?

18 Mme Antic (interprétation). - On nous a emmenés jusqu'à cette

19 grande route où on nous avait déjà regroupés la première fois quand on

20 nous avait emmenés la première fois.

21 C'est la grand route. Quand je dis "grand route", je parle de

22 la grande rue qui traversait le village, qui traversait tout le village

23 d'un bout à l'autre et qui était recouverte d'asphalte. Pour nous, c'était

24 la grand route. C'est là que l'on nous a regroupés. Là, il y avait déjà

25 une auto qui était arrivée et qui attendait. Et, à cet endroit, ils ont

Page 1732

1 fouillé les hommes. Si quelqu'un avait une pièce d'identité, on la lui

2 prenait. Et puis, ils nous ont donné l'ordre de monter dans cette auto qui

3 était déjà sur place et qui attendait.

4 M. Turone (interprétation). - Après cela, avec cette voiture,

5 où vous ont-ils emmenés, sils vous ont emmenés quelque part ?

6 Mme Antic (interprétation). - Quand on est monté dans ce

7 véhicule, le véhicule en question est parti dans la direction de Celebici.

8 Au moment où nous avons démarré, il y avait derrière nous une petite auto

9 qui était conduite par Sefik Omerovic, qui est aussi un voisin à nous. Lui

10 a accompagné le véhicule dans lequel nous étions, nous. Il allait derrière

11 nous. Mais les soldats dont j'ai parlé tout à l'heure étaient avec nous,

12 dans notre véhicule.

13 Quant à Paja Cosic, lui il est retourné en arrière, mais les

14 autres soldats nous ont tous accompagnés jusqu'à Celebici, jusqu'à ce camp

15 où on nous a amenés.

16 M. Turone (interprétation). - Madame Antic, pourriez-vous

17 situer dans la journée le moment où vous êtes arrivée à Celebici ?

18 Mme Antic (interprétation). - Je pense que c'était dans le

19 courant de l'après-midi, je ne sais pas exactement quand, plutôt vers la

20 fin de l'après-midi, début de soirée. Mais je n'ai plus une idée précise

21 du temps.

22 M. Jan (interprétation). - Vous parlez du 9 mai, là ?

23 M. Turone (interprétation). - Ce n'est plus le 9 mai.

24 Mme Antic (interprétation). - Non, il s'agissait du 15 juin.

25 M. Jan (interprétation). - Merci.

Page 1733

1 M. Turone (interprétation). - Pourriez-vous nous dire avec

2 plus de détails ce qui s'est passé dès votre arrivée à Celebici, dès la

3 première journée où vous êtes arrivée, dans cet après-midi du 15 juin ?

4 Mme Antic (interprétation). - Lorsque nous sommes entrés dans

5 le camp de Celebici, la voiture s'est arrêtée. Certains soldats sont venus

6 et ils nous ont regardés, nous qui nous trouvions dans la voiture, et ne

7 nous ont pas laissés descendre. Ils disaient qu'une personne dénommée

8 Delic devait arriver. Nous ne savions pas de qui il s'agissait, mais ils

9 attendaient son arrivée.

10 Alors, cet homme est arrivé. Il a pris du papier, un stylo, et

11 il a commencé à prendre note de notre prénom, de notre nom de famille. Il

12 a donc dressé une liste de nos noms. Ce faisant, il nous a dit de

13 descendre de la voiture, ce que nous avons fait.

14 Il a alors séparé les femmes des hommes. Les hommes ont été

15 emmenés dans une direction et un soldat nous a emmenées, nous les deux

16 femmes, dans une autre direction. Il nous a amenées dans une salle où se

17 trouvaient d'autres femmes.

18 M. Turone (interprétation). - Un instant, s'il vous plaît,

19 Madame Antic. Vous parlez de Delic, mais comment avez-vous appris son

20 nom ? Comment avez-vous appris le nom de cette personne ?

21 Mme Antic (interprétation). - Nous lavons entendu dire par

22 ces soldats qui nous surveillaient, alors que nous étions encore dans la

23 voiture. Nous lavons demandé. Ils ont dit : "Nous attendons l'arrivée de

24 Delic". C'est ainsi que nous avons appris son noM. A ce moment-là, nous ne

25 le connaissions pas. Nous n'avons entendu ce nom de famille que de la

Page 1734

1 bouche des gardes. C'est par la suite que nous avons appris qui il était.

2 M. Turone (interprétation). - Qu'avez-vous appris par la

3 suite ?

4 Mme Antic (interprétation). - Nous avons plus tard appris que

5 Delic était le commandant de ce camp, de ce camp qui existait à Celebici.

6 M. Turone (interprétation). - Fort bien, Madame Antic.

7 Dans quel bâtiment de ce camp de détention avez-vous été

8 emmenée ?

9 Mme Antic (interprétation). - Nous avons toutes les deux été

10 emmenées dans un bâtiment que l'on a appelé "l'accueil", bâtiment qui se

11 trouvait à proximité du portail dentrée du camp.

12 M. Turone (interprétation). - Et vous avez dit qu'il y avait

13 déjà d'autres personnes à l'intérieur de ce bâtiment ?

14 Mme Antic (interprétation). - Oui.

15 Lorsque ce garde nous a amenées à ce bâtiment, nous y avons

16 trouvé quatre femmes, quatre femmes de Bradina et une cinquième femme qui

17 était Grozdana. Nous sommes donc arrivées, nous deux. Nous sommes restées

18 en compagnie des femmes. Le garde, lui, est reparti. Il est sorti de ce

19 bâtiment.

20 M. Turone (interprétation). - Est-ce que quelqu'un vous a

21 interrogée au moment de votre arrivée à Celebici ?

22 Mme Antic (interprétation). - Nous sommes restées assises un

23 instant, pas très longtemps. Je ne sais pas combien de temps nous sommes

24 restées là, puis un garde est venu à la porte et m'a dit, à moi et à cette

25 autre femme, Ljubica, qui était en ma compagnie : "Ces deux femmes qui

Page 1735

1 viennent d'arriver peuvent-elles sortir ?" Nous sommes sorties et puis,

2 devant la porte, il y avait quatre hommes debout, quatre hommes qui

3 étaient en uniforme de camouflage. Certains d'entre eux portaient des

4 armes et je ne sais pas si tous étaient armés.

5 Ils ont alors commencé à nous interroger. Ils nous ont demandé

6 notre nom complet, prénom, nom de famille, d'où nous venions.

7 M. Turone (interprétation). - Savez-vous qui étaient ces

8 personnes ?

9 Mme Antic (interprétation). - Celui que je connaissais le

10 mieux, c'était quelqu'un qui travaillait dans la même usine que moi,

11 c'était un garde. Il s'appelait Sejo Mustafic. Il y avait aussi Delic,

12 Mucic et Delalic.

13 D'abord, Pavo Mucic a commencé à me poser des questions. Il

14 m'a demandé d'où jétais, qui étaient les membres de ma famille. Il m'a

15 demandé où était mon mari. J'ai alors répondu que je n'étais pas mariée,

16 que je n'avais pas de mari. Il a dit à Delic : "Voilà juste le type de

17 femme qu'il te faut".

18 Delalic m'a posé des questions à propos de Srecko Antic. Nous

19 avons le même patronyme. Il m'a demandé où se trouvait Srecko. Ils n'ont

20 pas posé beaucoup plus de questions ce soir-là.

21 M. Turone (interprétation). - Comment avez-vous appris les

22 noms de ces personnes que vous venez de mentionner ? Comment avez-vous

23 appris ces noms ? Je pense surtout à Mucic et Delalic.

24 M. Jan (interprétation). - (Hors micro).

25 M. Turone (interprétation). - Mucic, Delic et Delalic ont été

Page 1736

1 mentionnés.

2 Mme Antic (interprétation). - S'agissant de Delalic,

3 Sejo Mustafic men a parlé plusieurs jours plus tard. Il m'a dit que

4 Delalic était là. Je ne le connaissais pas auparavant. Je ne l'ai plus

5 jamais revu par la suite. Cela a été la seule et unique fois que je l'ai

6 vu au camp.

7 Sejo Mustafic m'a donc informée qu'il s'agissait de Delalic.

8 M. Turone (interprétation). - Et qu'en est-il de Mucic ?

9 Comment avez-vous appris son nom ? Comment avez-vous su qu'il s'agissait

10 là de M. Mucic, celui qui vous a interrogée ?

11 Mme Antic (interprétation). - Cest plus tard, au camp, que

12 j'ai entendu parler de Mucic. Il m'a été dit qu'il était un des chefs du

13 camp, mais je ne l'ai pas vu. Plus exactement, la deuxième fois où je l'ai

14 vu, c'est seulement quand il est venu pour libérer les femmes de Zukici,

15 femmes qui avaient passé une nuit avec nous. C'est de cette façon que j'ai

16 appris qu'il s'appelait Pavo et qu'il avait des fonctions de chef.

17 M. Turone (interprétation). - Avez-vous aussi appris le prénom

18 de Delalic ?

19 Mme Antic (interprétation). - Non.

20 M. Turone (interprétation). - Savez-vous en quelle qualité il

21 vous faisait subir cet interrogatoire ? Connaissiez-vous leurs fonctions,

22 le rôle qu'ils jouaient dans le camp ?

23 Mme Antic (interprétation). - Non, je n'ai aucune information

24 à ce propos.

25 M. Turone (interprétation). - L'autre femme a-t-elle elle

Page 1737

1 aussi été interrogée au même endroit ? Connaissez-vous le type de

2 questions qui lui ont été posées ?

3 Mme Antic (interprétation). - Oui.

4 M. Turone (interprétation). - Que lui ont-ils demandé ?

5 Mme Antic (interprétation). - Ils lui ont demandé son nom de

6 famille, son prénom, si elle était mariée, si elle avait des enfants, des

7 fils. Mais son fils et son mari avaient été emmenés en même temps que nous

8 au camp. On lui a demandé de préciser qui était son fils et qui était son

9 mari.

10 M. Turone (interprétation). - Qui précisément a posé ces

11 questions à cette autre femme ?

12 Mme Antic (interprétation). - Mucic.

13 M. Turone (interprétation). - Madame Antic, par la suite, et

14 au cours de la première nuit qui a suivi votre arrivée, s'est-il passé

15 quelque chose ?

16 Mme Antic (interprétation). - Ils nous ont ordonné de rentrer

17 à l'intérieur, ce que nous avons fait. Cette nuit-là, la nuit était

18 tombée, il nous avait été interdit d'allumer. Quelqu'un est arrivé à la

19 porte, la ouverte et m'a fait sortir. Il m'a appelée par mon nom et par

20 mon prénom, m'ordonnant de sortir.

21 M. Turone (interprétation). - Qui était cette personne ?

22 Mme Antic (interprétation). - A ce moment-là, je ne le savais

23 pas. Lorsque la personne était encore à la porte et que, moi, j'étais à

24 l'intérieur de la pièce, je ne savais pas de qui il s'agissait. Mais

25 lorsque je lui ai demandé si je pouvais rester à l'intérieur et tout

Page 1738

1 laisser pour le lendemain et sortir, il a refusé, il a dit que je devais

2 sortir tout de suite parce que le commandant était à ma recherche pour

3 m'interroger.

4 Quand je suis parvenue à la porte, j'ai bien dû sortir, et

5 j'ai reconnu la personne. Il s'appelait Muharem Masic. Je lui ai demandé

6 où il m'emmenait. Il m'a répondu que le commandant devait m'interroger.

7 Il m'a emmenée dans un autre bâtiment.

8 M. Turone (interprétation). - Que s'est-il alors passé ?

9 Mme Antic (interprétation). - Il m'a donc emmenée dans ce

10 bâtiment. Le couloir était grand, pourvu de nombreuses portes. Il m'a

11 amenée devant une de ces portes qu'il a ouverte. Il m'a fait pénétrer dans

12 cette pièce où nous avons trouvé Delic assis dans la pièce.

13 M. Turone (interprétation). - Savez-vous de quel bâtiment il

14 s'agissait ?

15 Mme Antic (interprétation). - Ce bâtiment n'était pas très

16 éloigné de celui où nous avions été emmenées d'abord. C'était sans doute

17 ou c'était le bâtiment de commandement.

18 M. Turone (interprétation). - Si vous me le permettez, j'y

19 viendrai dans un instant.

20 Vous avez dit être arrivée dans une pièce, à l'intérieur de ce

21 bâtiment.

22 Mme Antic (interprétation). - Oui.

23 M. Turone (interprétation). - Poursuivez.

24 Mme Antic (interprétation). - Masic est alors reparti et, moi,

25 je suis restée. Delic a commencé à m'interroger. Il m'a reposé des

Page 1739

1 questions sur mon nom, mon prénom, d'où je venais, pourquoi on m'avait

2 amenée au camp, et je ne savais que répondre. Il a commencé à lancer des

3 injures. Il a dit que les Chetniks étaient responsables de tout ce qui se

4 passait. Il a commencé à insulter ma mère chetnik. Il m'a dit que si je ne

5 faisais pas tout ce qu'il m'ordonnait de faire, il m'enverrait à Grude où

6 il y avait un camp croate, ou sinon je serais abattue.

7 Je me suis mise à pleurer. Il m'a ordonné d'enlever mes

8 vêtements. Je ne cessais de l'implorer et de pleurer, de le supplier de ne

9 pas me toucher. J'étais une femme malade. En vain. Il a commencé à me

10 menacer de son fusil en disant qu'il allait me tuer. Il a dirigé le fusil

11 vers moi. J'ai pris peur. Je craignais qu'il me tue. J'ai donc dû

12 m'exécuter, obéir à ses ordres. J'ai dû enlever mes vêtements, alors que

13 javais le fusil dirigé vers le torse.

14 M. Turone (interprétation). - Y avait-il de la lumière dans la

15 pièce ?

16 Mme Antic (interprétation). - Oui.

17 M. Turone (interprétation). - En cette occasion, est-ce que

18 Delic était en uniforme ?

19 Mme Antic (interprétation). - Oui.

20 M. Turone (interprétation). - Veuillez poursuivre votre récit,

21 Madame, que s'est-il alors passé ?

22 Mme Antic (interprétation). - Il m'a alors demandé pourquoi je

23 n'étais pas mieux habillée, puisque j'étais arrivée presque en haillons,

24 venant de mon jardin. Il m'a demandé pourquoi je n'avais pas de beaux

25 vêtements. Je ne savais que répondre. Je n'ai pas dit que je n'avais pas

Page 1740

1 eu le droit de rentrer chez moi pour me changer. Il m'a alors menacée et

2 il m'a forcée à m'allonger sur le lit. Il m'a alors violée.

3 Il m'a ordonné d'enlever mon pantalon de survêtement. Je

4 portais un pull que j'ai dû aussi enlever, et puis j'ai dû me mettre sur

5 ce lit.

6 M. Turone (interprétation). - Désolé de vous poser cette

7 question, mais pourriez-vous nous donner davantage de détails sur ce

8 viol ? Pourriez-vous nous donner des détails s'agissant des actes même de

9 ce viol, si cela ne vous dérange pas trop ?

10 Mme Antic (interprétation). - Ja dû alors me mettre dans ce

11 lit et lui a alors enlevé son ceinturon sur lequel il y avait un pistolet.

12 Il a enlevé une partie de ses vêtements. Il est monté sur le lit et a

13 commencé à me violer.

14 M. Turone (interprétation). - Madame Antic, a-t-il pénétré

15 dans votre vagin ?

16 Mme Antic (interprétation). - Oui.

17 M. Turone (interprétation). - A-t-il éjaculé ?

18 Mme Antic (interprétation). - Oui.

19 M. Turone (interprétation). - A-t-il éjaculé à l'intérieur de

20 votre corps ?

21 Mme Antic (interprétation). - Non, sur mon bas-ventre.

22 M. Turone (interprétation). - Madame, pourriez-vous dire

23 combien de temps tout cela a duré ?

24 Mme Antic (interprétation). - Je ne peux pas vous dire combien

25 de temps. Pour moi, c'était une éternité. Je ne sais pas. Je ne sais pas

Page 1741

1 quand on m'a ramenée dans la pièce où nous étions, parce que nous n'avions

2 pas de montre. Nous devions rester dans l'obscurité. Je ne sais pas

3 combien de temps cela a duré, mais trop longtemps pour moi.

4 M. Turone (interprétation). - Pendant qu'il vous violait, a-t-

5 il dit autre chose ?

6 Mme Antic (interprétation). - Tout ce qu'il a fait, c'est me

7 menacer, m'insulter, me lancer des menaces en disant que je serais tuée,

8 ce genre de choses.

9 M. Turone (interprétation). - Et sitôt après ce viol, que

10 s'est-il passé ?

11 Mme Antic (interprétation). - Plus tard, il s'est relevé, est

12 sorti du lit, a remis son pantalon. Il est sorti et, en sortant, il ma

13 dit de me rhabiller. Je me suis relevée, je me suis rhabillée et puis

14 Muharem Masic est entré pour me ramener dans la pièce où les femmes et

15 moi-même nous avions été.

16 M. Turone (interprétation). - Avez-vous dit quoi que ce soit

17 aux autres femmes ?

18 Mme Antic (interprétation). - Non. Je n'ai rien dit de ce qui

19 s'était passé. J'étais effondrée, je pleurais. Elles ne le voyaient pas

20 parce que nous étions dans l'obscurité. Tout ce que j'ai dit, cest :

21 "Dieu, si tu existes, pourquoi ne m'as-tu pas protégée de tout cela ?" Je

22 pensais que cela m'aiderait à me sentir un peu mieux. C'est tout ce que

23 j'ai dit.

24 M. Turone (interprétation). - Avez-vous eu loccasion de

25 revoir Delic à nouveau le lendemain ?

Page 1742

1 Mme Antic (interprétation). - Le lendemain, il est venu à la

2 porte, il l'a ouverte et, de là, il m'a demandé comment jétais, comment

3 je me sentais. Je regardais devant moi. J'ai aussitôt éclaté en sanglots

4 et il m'a dit : "Pourquoi pleures-tu ? Cela ne sera pas la dernière que

5 cela tarrivera".

6 M. Turone (interprétation). - A-t-il dit autre chose ?

7 Mme Antic (interprétation). - Non.

8 M. Turone (interprétation). - Quelle fut alors votre

9 réaction ?

10 Mme Antic (interprétation). - J'étais vraiment très mal. Je ne

11 pouvais m'arrêter de pleurer. J'étais quasi folle, comme si j'étais

12 devenue folle.

13 M. Turone (interprétation). - Vous dites que cette visite

14 s'est passée à la porte, mais de quelle porte s'agit-il ?

15 Mme Antic (interprétation). - Il est arrivé à la porte de

16 cette pièce où nous, les femmes, nous étions.

17 M. Turone (interprétation). - C'est donc dans le bâtiment

18 d'accueil, n'est-ce pas ?

19 Mme Antic (interprétation). - Oui. C'est dans cette pièce du

20 bâtiment d'accueil que j'avais été ramenée, cette pièce où se trouvaient

21 d'autres femmes aussi. J'avais été ramenée dans cette pièce du bâtiment

22 d'accueil, là où se trouvaient les femmes.

23 M. Turone (interprétation). - Combien de temps avez-vous passé

24 dans ce bâtiment d'accueil à Celebici ?

25 Mme Antic (interprétation). - Jy suis restée jusqu'au 31

Page 1743

1 août.

2 M. Turone (interprétation). - Combien de temps les

3 quatre femmes de Bradina sont-elles restées à Celebici ?

4 Mme Antic (interprétation). - Les quatre femmes de Bradina,

5 qui étaient là à mon arrivée, au moment où moi-même et Ljubica sommes

6 arrivées, ces quatre femmes ne sont restées qu'une nuit. Le lendemain,

7 elles ont été libérées, elles sont rentrées chez elles. Ne sont donc

8 restées que Ljubica, Grodzana et moi-même.

9 M. Turone (interprétation). - Qui est venu chercher les

10 quatre femmes de Bradina qui se trouvaient dans ce bâtiment d'accueil

11 alors qu'elles devaient être libérées ?

12 Mme Antic (interprétation). - Un garde est venu à la porte et

13 leur a dit qu'elles pouvaient rentrer chez elles. Elles se sont donc

14 préparées, elles sont sorties et je n'ai plus rien vu.

15 M. Turone (interprétation). - Vous n'avez donc vu qu'un garde

16 qui est venu les chercher ?

17 Mme Antic (interprétation). - Oui.

18 M. Turone (interprétation). - Vous ne connaissiez pas ce

19 garde ?

20 Mme Antic (interprétation). - Non, je ne le connaissais pas.

21 En effet, les gardes changeaient sans arrêt. Il y avait toujours de

22 nouveaux gardes. Je ne savais pas et je ne sais toujours pas qui c'était.

23 M. Turone (interprétation). - Combien de temps

24 Ljubica Jovanovic est-elle restée à Celebici ? Le savez-vous ?

25 Mme Antic (interprétation). - Nous avons été amenées le

Page 1744

1 15 juin, je pense que c'était un lundi. Elle, elle a été libérée le

2 vendredi. Elle a passé 4 jours avec nous.

3 M. Turone (interprétation). - Qui est venu chercher Ljubica de

4 ce bâtiment d'accueil au moment de sa libération ?

5 Mme Antic (interprétation). - C'est aussi un garde qui est

6 venu lui dire qu'elle pouvait rentrer chez elle.

7 M. Turone (interprétation). - Avez-vous subi d'autres sévices

8 sexuels, outre celui que vous venez de décrire ?

9 Mme Antic (interprétation). - Oui.

10 Un jour, il faisait jour, Delic est arrivé à la porte et, sur

11 un ton violent, il nous a donné l'ordre d'aller dans ce bâtiment, ce

12 bâtiment où se trouvaient les responsables du camp, pour y prendre une

13 douche. Nous avons demandé de ne pas aller dans cet autre bâtiment pour

14 prendre une douche, puisque nous avions dit que nous pouvions aussi nous

15 doucher dans le bâtiment où nous étions déjà, dans le bâtiment d'accueil.

16 Il nous a dit qu'il fallait absolument que nous allions là-bas, dans ce

17 bâtiment où se trouvaient les responsables. Après quoi, il est reparti.

18 M. Turone (interprétation). - Quand vous parlez de vous, vous

19 parlez de vous seule ou de vous deux ?

20 Mme Antic (interprétation). - De nous deux, Grozdana et moi,

21 parce qu'il n'y avait personne d'autre dans cette pièce. Il n'y avait que

22 nous deux. Il nous a dit à toutes les deux que nous devions aller là-bas,

23 dans ce bâtiment où se trouvaient les commandants, pour y prendre une

24 douche ce jour-là.

25 M. Turone (interprétation). - Je vous pose cette question pour

Page 1745

1 bien préciser les choses. Combien de temps s'était écoulé entre le moment

2 dont vous êtes en train de parler et le premier viol, à peu près combien

3 de temps ?

4 Mme Antic (interprétation).- Je ne sais pas, je ne peux pas

5 vous dire exactement combien de jours s'étaient écoulés, je ne sais pas.

6 M. Turone (interprétation). - Poursuivez, je vous en prie, ce

7 récit de la deuxième agression sexuelle que vous avez subi.

8 Mme Antic (interprétation).- A ce moment-là, Delic a refermé

9 la porte de la pièce dans laquelle nous nous trouvions. Il est parti et,

10 peu de temps après, Masic Muharem est arrivé à la porte de la pièce dans

11 laquelle nous étions toutes les deux. Il nous a dit qu'il fallait que nous

12 le suivions pour aller dans cet autre bâtiment où il y avait la salle de

13 bain, et que nous devions y prendre une douche, que Delic lui avait donné

14 l'ordre de nous amener jusqu'à ce bâtiment.

15 Nous avons donc été obligées de le suivre et il nous a

16 emmenées là-bas dans ce bâtiment où se trouvaient les commandants. Il nous

17 a accompagnées jusqu'à la salle de bain et a dit à Grozdana qu'elle devait

18 rentrer la première dans la salle de bain pour prendre une douche.

19 Grozdana est entrée, elle a pris sa douche et elle est ressortie. A ce

20 moment-là, Masic m'a donné l'ordre à moi aussi de rentrer dans la salle de

21 bain. Je suis entrée et j'ai commencé à me doucher et Muharem, à ce

22 moment-là, est rentré dans la salle de bain où j'étais en train de me

23 doucher. J'ai commencé à pleurer, à le supplier de sortir pendant que

24 j'étais sous la douche. Il m'a dit qu'il était obligé de rentrer parce

25 qu'il avait été chargé de me dire de bien me laver puisque soi-disant des

Page 1746

1 médecins allaient venir nous examiner.

2 A ce moment-là il est ressorti de la salle de bain. Moi, j'ai

3 pris ma douche. Je me suis rhabillée et quand je suis sortie de la salle

4 de bain, il m'attendait à la porte.

5 M. Turone (interprétation). - Quand vous dites "il", il s'agit

6 de qui ?

7 Mme Antic (interprétation).- Muharem Masic m'attendait à la

8 porte. Je suis donc sortie de la salle de bain j'ai trouvé Masic et il m'a

9 emmené dans ce même couloir où j'étais déjà passé une fois pour aller dans

10 cette même pièce où je m'étais déjà trouvée une fois et où j'avais déjà

11 été violée une fois.

12 Il m'a donc accompagnée jusque-là, il a ouvert la porte. J'ai

13 vu que c'était la même pièce où j'avais déjà été violée une fois. J'ai vu

14 Delic qui était assis dans cette pièce à une table, parce qu'il y avait

15 une table dans cette pièce. Il était donc assis à la table.

16 Après que je sois rentrée dans la pièce, Masic est retourné en

17 arrière. Delic m'a demandé à ce moment-là si je m'étais bien lavée. J'ai

18 tout de suite commencé à pleurer parce que j'avais très peur qu'il ne

19 m'arrive la même chose que la première fois. Il m'a alors donné l'ordre de

20 me déshabiller. Moi, je n'arrêtais pas de répéter que j'étais malade,

21 qu'il ne fallait pas qu'il me touche. Mais il avait toujours son fusil et

22 son révolver et j'avais très peur qu'il me tue. Alors, il a fallu que

23 j'obéisse, que je me déshabille.

24 Je me suis déshabillée et à ce moment-là il m'a dit de monter

25 sur le lit. Sous les menaces, sous les pressions qu'il exerçait sur moi,

Page 1747

1 je suis montée sur le lit et je lui ai dit : "Comment dois-je me mettre ?"

2 Il m'a dit : "Retourne-toi et agenouille-toi". Après quoi il est monté sur

3 le lit et il a commencé à me violer dans l'anus. J'ai commencé à pleurer.

4 Ce n'est même pas pleuré. J'ai commencé à crier parce que j'avais très

5 mal. Alors, il a arrêté d'essayer de me pénétrer par l'anus. Il m'a

6 retourné de l'autre côté et il m'a violé à ce moment-là.

7 M. Turone (interprétation). - Madame, je vous repose la même

8 question. Portait-il un uniforme, M. Delic ?

9 Mme Antic (interprétation).- Oui. Oui, il portait toujours un

10 uniforme et il portait toujours des armes.

11 M. Turone (interprétation). - Pendant ce viol, était-il

12 totalement déshabillé ?

13 Mme Antic (interprétation).- Non. Il ne baissait que son

14 pantalon. La première fois, quand il m'a violée pour la première fois, il

15 a enlevé sa chemise, mais a gardé son maillot de corps. La deuxième fois,

16 il n'a baissé que le pantalon.

17 M. Turone (interprétation). - A-t-il pénétré votre anus ?

18 Mme Antic (interprétation).- Non. J'avais tellement mal qu'il

19 n'est pas entré complètement. J'ai commencé à saigner beaucoup de l'anus

20 et à ce moment-là il m'a laissée, m'a retournée sur le dos et m'a violée.

21 M. Turone (interprétation). - Vous a-t-il pénétrée, a-t-il

22 pénétré votre vagin ?

23 Mme Antic (interprétation).- Oui.

24 M. Turone (interprétation). - A-t-il éjaculé ?

25 Mme Antic (interprétation).- Oui, toujours sur mon bas-ventre.

Page 1748

1 M. Turone (interprétation). - Que s'est-il passé immédiatement

2 après ce deuxième viol ?

3 Mme Antic (interprétation).- Après le deuxième viol, il a de

4 nouveau appelé Muharem Masic et lui a donné l'ordre de me raccompagner

5 jusqu'à cette pièce, dans le bâtiment d'accueil. Grozda était déjà dans

6 cette pièce.

7 Quand Muharem Masic m'a ramené dans notre pièce, j'étais en

8 larmes et je n'ai rien dit à Grozda.Grozda s'est rendue compte qu'il

9 m'était arrivé quelque chose. Moi, je suis simplement allée aux toilettes

10 et j'ai essayé de me mettre des compresses froides sur l'anus qui

11 saignait. J'étais tellement mal, je n'arrêtais pas de pleurer. Si bien que

12 le lendemain Grozda a dû appeler un médecin, a dû demander qu'un médecin

13 vienne me voir. Elle a demandé à un gardien de demander au commandant si

14 quelqu'un pouvait venir, puisque j'étais si mal. Un gardien est arrivé et

15 il a amené avec lui deux médecins qui étaient aussi des détenus, des

16 hommes emprisonnés dans le camp. C'était Petko Grubac et Reya Mrkajic.

17 Un gardien les a donc amenés, ils m'ont pris la tension

18 artérielle, ils m'ont donné des calmants, ils m'ont demandé ce qui m'était

19 arrivée. Moi, je ne pouvais en parler à personne, je n'ai pas pu en

20 parler.

21 Ils m'ont donc donné ces médicaments et sont repartis.Ou

22 plutôt c'est ce gardien qui les a raccompagnés à l'endroit où il était

23 allé les chercher.

24 M. Turone (interprétation). - Tout de suite après ce deuxième

25 viol, est-ce que vous vous êtes rendue compte que votre anus saignait

Page 1749

1 pendant que vous vous êtes lavé, avez-vous pris une deuxième douche ?

2 Mme Antic (interprétation).- Moi, j'allais très souvent aux

3 toilettes et j'ai vu que j'avais l'anus qui saignait, mais je n'ai rien

4 dit à ce sujet à Grozda. Tout ce que j'ai fait, c'est essayer de me faire

5 des compresses froides que je mettais sur l'anus. Et elle avait une espèce

6 de cire pour nettoyer son sac, une crème. Je lui ai demandé si elle avait

7 une crème. Elle m'a donné quelque chose et j'ai essayé d'appliquer cette

8 crème sur l'anus qui saignait, mais je n'ai rien dit à personne de ce qui

9 m'était arrivé.

10 M. Turone (interprétation). - Est-ce que vous lui avez dit

11 quoi que ce soit ?

12 Mme Antic (interprétation).- Sur ce sujet, je ne lui ai rien

13 dit. J'ai dit simplement que c'était ma première rencontre avec un homme.

14 Elle a compris ce qui avait dû m'arriver et m'a demandé si je ne pensais

15 pas que j'aurais besoin de prendre ces cachets qu'elle prenait déjà avant

16 la guerre. Je suppose que c'était des pilules pour empêcher la grossesse.

17 M. Turone (interprétation). - Madame, j'aurais une question au

18 sujet de ce deuxième événement, au sujet de la pièce où l'événement s'est

19 produit dans le bâtiment administratif, le bâtiment de commandement.

20 Pourriez-vous nous dire quelle partie du camp vous pouviez voir à travers

21 la pièce, depuis la pièce dans laquelle ont eu lieu le premier et le

22 deuxième viols ?

23 Mme Antic (interprétation).- Depuis la pièce où cela s'est

24 produit, je ne pouvais voir que le bâtiment d'accueil, le bâtiment dans

25 lequel nous étions emprisonnées.

Page 1750

1 M. Turone (interprétation). - Très bien. Est-ce que ce

2 deuxième viol a été la dernière agression sexuelle dont vous avez été

3 victime à Celebici. Y a-t-il eu d'autres agressions sexuelles après ces

4 deux viols ?

5 Mme Antic (interprétation).- Oui. La troisième fois, cela

6 s'est passé dans notre pièce, dans le bâtiment d'accueil dans lequel nous

7 nous trouvions.

8 M. Turone (interprétation). - Par qui avez-vous été violée

9 cette troisième fois ?

10 Mme Antic (interprétation).- Par le même que celui qui l'avait

11 déjà fait deux fois, par ce Delic.

12 M. Turone (interprétation). - Madame Antic, avant de passer au

13 récit de votre troisième viol, de façon à respecter un ordre rationnel

14 dans votre récit, je vous prierai d'abord de bien vouloir répondre à

15 quelques questions qui portent sur le bâtiment d'accueil dans lequel vous

16 avez séjourné pendant votre détention à Celebici, en commençant par la

17 pièce dans laquelle vous dormiez. Est-ce que cette pièce avait des

18 fenêtres ?

19 Mme Antic (interprétation).- Oui.

20 M. Turone (interprétation). - Quel était l'aspect de la

21 fenêtre de cette pièce dans le bâtiment d'accueil où vous dormiez ?

22 Mme Antic (interprétation).- C'était une grande fenêtre qui

23 avait des barreaux métalliques, comment pourrais-je les décrire ?

24 M. Turone (interprétation). -Et quelle partie du camp pouviez-

25 vous voir lorsque vous regardiez par cette fenêtre ?

Page 1751

1 Mme Antic (interprétation).- A partir de notre pièce, vous

2 voulez dire ?

3 M. Turone (interprétation). - Oui, à partir de votre pièce,

4 lorsque vous regardiez par la fenêtre.

5 Mme Antic (interprétation).- On voyait le chemin qui partait

6 vers le village de Celebici, une fois qu'on avait passé le portail. C'est

7 ce qu'on voyait depuis notre fenêtre.

8 M. le Président (interprétation). - Excusez-moi. Pourriez-nous

9 suspendre l'audience pendant quelques minutes ? Au moins vingt minutes.

10 M. Turone (interprétation). - Bien sûr, Monsieur le Président.

11 M. le Président (interprétation). - La chambre de première

12 instance suspend son audience et reprendra ses travaux à 16 heures 15.

13 L'audience, suspendue à 15 h 50, est reprise à 16 h 15.

14

15 (Le témoin est introduit dans la salle d'audience.)

16 M. le Président (interprétation). - Veuillez rappeler au

17 témoin qu'elle est toujours sous serment.

18 Mme Antic (interprétation). - Oui, je suis toujours sous

19 serment.

20 M. le Président (interprétation). - Poursuivez.

21 M. Turone (interprétation). - Madame, avant l'interruption,

22 vous étiez en train de décrire la pièce ou vous dormiez dans le bâtiment

23 d'accueil. Pourriez-vous décrire le mobilier qu'il y avait dans cette

24 pièce ?

25 Mme Antic (interprétation). - Il y avait un lit en fer, il y

Page 1752

1 avait aussi une garde-robe et vous pouviez aussi suspendre les manteaux,

2 il y avait un matelas à même le sol, où il était possible de dormir.

3 M. Turone (interprétation). - Je crois comprendre que la toute

4 première nuit, il y avait sept femmes dans cette pièce. Comment ces sept

5 femmes ont-elles pu dormir alors qu'il n'y avait qu'un lit et qu'un

6 matelas ?

7 Mme Antic (interprétation). - Trois d'entre nous ont dormi sur

8 le lit et quatre au sol, sur ce matelas.

9 M. Turone (interprétation). - Madame, combien de portes y

10 avait-il dans cette pièce où vous aviez coutume de dormir ?

11 Mme Antic (interprétation). - Il y avait deux portes : l'une

12 qu'on utilisait pour sortir de cette pièce et y entrer, et il y avait une

13 autre porte. En fait la garde-robe se trouvait contre cette deuxième

14 porte.

15 M. Turone (interprétation). - Ce qui veut dire qu'on

16 n'utilisait pas en fait cette deuxième porte ?

17 Mme Antic (interprétation). - Effectivement, cette seconde

18 porte n'était pas utilisée. Une seule porte était utilisée pour entrer

19 dans la pièce ou en sortir.

20 M. Turone (interprétation). - Est-ce que ces deux portes se

21 trouvaient sur la même paroi où se trouvaient-elles sur des parois

22 différentes dans la pièce ?

23 Mme Antic (interprétation). - Sur la même paroi.

24 M. Turone (interprétation). - Et s'agissant de la porte

25 utilisée, est-ce qu'en général elle était gardée ouverte, fermée,

Page 1753

1 verrouillée ?

2 Mme Antic (interprétation). - Elle était fermée, mais pas

3 verrouillée.

4 M. Turone (interprétation). - Quel était le type de cette

5 porte ?

6 Mme Antic (interprétation). - C'était une porte en bois, en

7 planches de bois. Ce n'était donc pas une porte en verre mais une porte en

8 bois.

9 M. Turone (interprétation). - Et cette porte, où menait-elle ?

10 Mme Antic (interprétation). - Dans la pièce où nous nous

11 trouvions, la porte donnait sur un couloir assez grand qui se trouvait

12 devant notre pièce.

13 M. Turone (interprétation). - Y avait-il du mobilier dans

14 cette autre pièce que vous appelez couloir ?

15 Mme Antic (interprétation). - Oui, il y avait une espèce de

16 bureau ou de table. Je pense qu'il y avait une chaise aussi qu'on pouvait

17 utiliser.

18 M. Turone (interprétation). - A quoi servait cette pièce que

19 vous appelez grand couloir, à quoi servait-elle en règle générale ?

20 Mme Antic (interprétation). - A l'époque où nous étions dans

21 ce bâtiment, cette pièce était utilisée par les gardes qui étaient de

22 faction. C'est là qu'ils passaient la nuit quand ils étaient de service.

23 M. Turone (interprétation). - Combien de fenêtres y avait-il

24 dans cette pièce?

25 Mme Antic (interprétation). - Trois.

Page 1754

1 M. Turone (interprétation). - Et de quel genre de fenêtres

2 s'agissait-il ?

3 Mme Antic (interprétation). - Ce n'étaient pas des grandes

4 fenêtres, elles étaient de taille moyenne, ni petites ni grandes.

5 M. Turone (interprétation). - Etait-ce des vitres en verre ou

6 est-ce qu'il y avait des barreaux ?

7 Mme Antic (interprétation). - Non, il n'y avait pas de

8 barreaux, mais c'étaient des vitres.

9 M. Turone (interprétation). - Et quelle partie du camp

10 pouviez-vous voir lorsque vous regardiez par ces trois fenêtres ?

11 Mme Antic (interprétation). - Par l'une des fenêtres, il était

12 possible de voir le portail d'entrée qui menait au camp. Par une autre

13 fenêtre, il était possible de voir un grand mur et, au-delà de ce mur, il

14 y avait le village. En surplomb, il y avait le village, des maisons. Par

15 la troisième fenêtre, on pouvait voir le tunnel n 9, où se trouvaient

16 aussi des détenus, des prisonniers.

17 M. Turone (interprétation). - Quand vous dites que par la

18 deuxième fenêtre, on pouvait voir ce mur, ce mur se trouvait-il à

19 l'intérieur du camp ?

20 Mme Antic (interprétation). - Oui.

21 M. Turone (interprétation). - Madame, l'entrée principale du

22 bâtiment était-elle visible depuis l'une de ces trois fenêtres ?

23 Mme Antic (interprétation). - Oui.

24 M. Turone (interprétation). - Laquelle ?

25 Mme Antic (interprétation). - Depuis la fenêtre qui se

Page 1755

1 trouvait dans la pièce que nous appelions le couloir.

2 M. Turone (interprétation). - Mais vous voulez parler de la

3 fenêtre qui faisait face au bâtiment de commandement, ou parlez-vous de la

4 fenêtre qui donnait sur le mur, ou de l'autre qui donnait sur le tunnel

5 n 9 ?

6 Mme Antic (interprétation). - Depuis la fenêtre qui donnait

7 sur le portail d'entrée.

8 M. Turone (interprétation). - Y avait-il d'autres portes dans

9 cette deuxième pièce appelée couloir ? Y avait-il d'autres portes que

10 celles qui donnaient sur votre pièce ?

11 Mme Antic (interprétation). - Oui. Il y avait une porte qui

12 donnait sur un petit couloir, lequel se trouvait devant le grand couloir.

13 M. Turone (interprétation). - Quand vous entriez dans cette

14 troisième pièce que vous appeliez le petit couloir, combien de portes y

15 voyiez-vous ?

16 Mme Antic (interprétation). - Il y avait une porte qui donnait

17 sur les toilettes, une deuxième porte qui, elle, donnait sur la cour.

18 M. Turone (interprétation). - Entendez-vous par là l'entrée

19 principale ?

20 Mme Antic (interprétation). - Oui, enfin vers la cour et puis

21 plus loin, bien sûr si l'on continuait, vers le portail d'entrée.

22 M. Turone (interprétation). - Et quand est-il de la porte qui

23 n'était pas utilisée et qui devait normalement donner sur votre pièce à

24 vous ?

25 Mme Antic (interprétation). - Je pense qu'elle aussi donnait

Page 1756

1 également sur le petit couloir.

2 M. Turone (interprétation). - Madame, pourriez-vous maintenant

3 décrire les toilettes ?

4 Mme Antic (interprétation). - Lorsqu'on entre dans les

5 toilettes, il y avait un robinet, avec de l'eau, là où il nous était

6 possible de nous laver le visage, et il y avait aussi un lavabo sous le

7 robinet. Il y avait aussi une porte qui donnait sur les toilettes elles-

8 mêmes. Il y avait... En fait, il n'y avait pas, c'était une toilette à la

9 turque, sans cuvette. Il y avait donc deux portes.

10 M. Turone (interprétation). - Y avait-il des fenêtres aux

11 toilettes ?

12 Mme Antic (interprétation). - Oui il y avait une petite

13 fenêtre.

14 M. Turone (interprétation). - Par cette fenêtre des toilettes,

15 quel partie du camp pouviez-vous voir ?

16 Mme Antic (interprétation). - On ne pouvait rien voir parce

17 que cette fenêtre était très haut. Il était impossible de voir quoi que ce

18 soit par cette fenêtre.

19 M. Turone (interprétation). - Est-ce que l'entrée principale

20 de ce bâtiment était gardée ouverte, ou fermée, ou verrouillée en règle

21 générale ?

22 Mme Antic (interprétation). - Non, c'était une porte en partie

23 en verre, elle n'était pas verrouillée, mais elle était fermée.

24 M. Turone (interprétation). - Comment les gardes pouvaient-ils

25 empêcher que vous vous échappiez, ou que vous vous évadiez

Page 1757

1 Mme Antic (interprétation). - Parce qu'il y avait une relève

2 constante, il y avait toujours des gardes qui nous surveillaient, nous

3 étions toujours surveillées par ces gardes.

4 M. Turone (interprétation). - Madame, si je vous montrais un

5 croquis du bâtiment d'accueil, pensez-vous qu'il vous serait possible de

6 vous orienter sur une telle carte ?

7 Mme Antic (interprétation). - Je ne sais pas. Peut-être que

8 oui, mais je ne suis pas sûre. Mais je peux essayer de m'orienter.

9 M. Turone (interprétation). - Je demanderai à l'huissier de

10 fournir au témoin la pièce n 1, je pense qu'il s'agit de la page...

11 Quelle que soit la page...

12 (L'huissier présente le document au témoin.)

13 M. Turone (interprétation). - Peut-on placer ce document sur

14 le rétro-projecteur ?

15 (Le document est mis sur le rétro-projecteur.)

16 Mme Antic (interprétation). - Ce n'est pas très clair dans mon

17 esprit.

18 M. Turone (interprétation). - Ce n'est pas très clair ?

19 D'accord, peu importe.

20 M. Jan. - (Hors micro).

21 M. Turone (interprétation). - Oui.

22 Monsieur le juge Jan demande que la photographie n 5 et la

23 photographie n 6 soient montrées au témoin, photos qui font partie de la

24 pièce à conviction n 1.

25 (L'huissier présente ces documents au témoin.)

Page 1758

1 M. Turone (interprétation). - Madame, reconnaissez-vous ce

2 bâtiment ? Madame, reconnaissez-vous quoi que ce soit sur ces photos ?

3 Mme Antic (interprétation). - Oui.

4 M. Turone (interprétation). - Est-ce le bâtiment dont vous

5 parliez, Madame?

6 Mme Antic (interprétation). - Oui, si je vois bien, je pense

7 que oui.

8 M. Turone (interprétation). - Madame Antic, si on vous

9 montrait une maquette du camp de Celebici, seriez-vous en mesure de vous

10 orienter et de reconnaître cette maquette ? Vous voyez devant vous une

11 maquette. Etes-vous en mesure de reconnaître quoi que ce soit ? Vous

12 pouvez vous lever, Madame Antic, vous verrez mieux sans doute.

13 Mme Antic (interprétation). - Je me souviens, mais je ne peux

14 pas le dire avec certitude.

15 M. Turone (interprétation). - Cela ne fait rien, je vous

16 remercie Madame, vous pouvez vous rasseoir.

17 M. Jan (interprétation). - Cela, bien sûr, se passe alors que

18 4 années se sont écoulées et, c'est vrai, les choses changent ; il y a la

19 peinture. Peut-être est-ce différent.

20 M. Turone (interprétation). - Avant de revenir à votre récit,

21 pourriez-vous dire à la Cour si vous avez, en d'autres occasions, revu

22 M. Delic ? Je parle ici de la période qui s'est écoulée entre le premier

23 viol et le second.

24 Mme Antic (interprétation). - Je le voyais souvent dans la

25 cour, dans l'enceinte du camp. Il déambulait. Parfois, il venait à notre

Page 1759

1 porte, comme ça, il l'ouvrait et, parfois, il nous disait quelque chose.

2 Dautres fois, il se contentait de regarder et de repartir. Et je l'ai vu

3 quand des femmes ont été amenées de Zukici.

4 M. Turone (interprétation). - Doù venaient ces femmes ?

5 Mme Antic (interprétation). - Du village de Zukici.

6 M. Turone (interprétation). - Auriez-vous des détails sur cet

7 événement, sur l'arrivée des femmes de Zukici ?

8 Mme Antic (interprétation). - Un soir, Grozda et moi-même nous

9 étions dans cette pièce où nous étions la plupart du temps. Nous avons

10 entendu des voix de femmes, des gémissements aussi, des plaintes de

11 femmes. Nous nous sommes demandé si quelqu'un allait venir se joindre à

12 nous, au moins nous ne serions plus seules. Peu de temps après -je ne sais

13 pas combien de temps ce moment a duré- les quatre femmes ont été amenées à

14 la porte et ces femmes ont été placées dans notre pièce. Ces femmes

15 avaient été amenées par certains gardes. L'électricité a été allumée, ce

16 qui ne nous était jamais permis. Nous restions toujours dans l'obscurité.

17 Les gardes qui avaient amené ces femmes ont donc allumé. Nous avons ainsi

18 vu que ces femmes avaient été victimes de passages à tabac sévères. Lune

19 d'entre elles, la plus âgée, était tellement mal en point qu'elle ne

20 voyait même plus.

21 Puis, ces femmes sont restées avec nous et, accompagnant les

22 gardes qui les avaient amenées, se trouvait Delic. Nous étions là. Cette

23 femme plus âgée qui avait été brutalisée très grièvement nous a demandé un

24 peu d'aide. Souvent, elle nous demandait qu'on l'emmène aux toilettes.

25 Grozda laidait. Elle a demandé aussi un peu à manger parce qu'elle avait

Page 1760

1 faim, mais nous n'avions rien que nous puissions lui donner. Je ne sais

2 pas combien de temps s'est écoulé.

3 Une cinquième femme a été amenée, plutôt une jeune fille, une

4 mineure. Quel âge avait-elle ? Peut-être 12 ou 13 ans. Elle a été amenée,

5 et il y a eu des menaces, des insultes proférées, des insultes concernant

6 la mère Chetnik. Ces femmes sont donc restées avec nous et ont passé la

7 nuit dans cette pièce.

8 M. Turone (interprétation). - Pourriez-vous situer cet

9 événement dans le temps ? Quel jour cela s'est-il passé ?

10 Mme Antic (interprétation). - Cela s'est passé au mois de

11 juillet, mais je ne me souviens plus du jour de la semaine. Toutefois, je

12 me souviens de la date. C'était le 12 juillet. Je m'en souviens parce que

13 je connaissais une de ces femmes. Je l'ai reconnue lorsque l'on a allumé

14 dans la pièce. Je la connaissais auparavant. C'était en fait une famille

15 de la belle famille d'une soeur. Je l'ai reconnue. Je lui ai demandé

16 pourquoi elles avaient été amenées au camp et, en murmurant parce que l'on

17 n'avait pas le droit de parler, elle m'a dit à loreille qu'elle avait été

18 arrêtée. En effet, ce jour-là, ou peut-être était-ce la veille -je ne sais

19 pas-, 9 soldats musulmans avaient été tués entre Zukici et Bradina,

20 quelque part dans cet espace-là. Ils pensaient que c'étaient les Chetniks

21 qui avaient tué ces policiers et c'est la raison pour laquelle ces femmes

22 avaient été arrêtées et amenées à Celebici.

23 Moi aussi, je lui ai murmuré une question. Je lui ai demandé

24 quel jour c'était. Elle m'a répondu que, aujourd'hui, cétait un jour

25 férié, c'était le jour de la Saint-Pierre. Et il se fait que je sais à

Page 1761

1 quelle date tombe le jour de la Saint-Pierre. J'ai su qu'il s'agissait du

2 12 juillet.

3 M. Turone (interprétation). - Madame, tout cela s'est-il passé

4 avant que vous ne subissiez un second viol, ou est-ce que cela s'est

5 produit après ?

6 Mme Antic (interprétation). - Après le deuxième viol.

7 M. Turone (interprétation). - Après le deuxième viol ?

8 Mme Antic (interprétation). - Oui.

9 M. Turone (interprétation). - Ces femmes, combien de temps

10 sont-elles restées avec vous au bâtiment d'accueil ?

11 Mme Antic (interprétation). - Ces femmes n'ont passé qu'une

12 nuit avec nous dans cette pièce. Le lendemain matin, à l'aube, Mucic est

13 venu à la porte. Il a dit à ces femmes qui venaient de Zukici qu'elles

14 pouvaient rentrer chez elles et elles sont parties. Il n'y a que Grozda et

15 moi-même qui sommes restées là.

16 M. Turone (interprétation). - Pourriez-vous nous parler des

17 conditions qui régnaient dans ce bâtiment d'accueil, des conditions que

18 vous avez connues ? Est-ce que vous receviez de la nourriture de façon

19 régulière pendant ce séjour au bâtiment d'accueil ?

20 Mme Antic (interprétation). - Même auparavant, au moment de

21 notre arrivée, nous avions très peu de nourriture. Par la suite, après que

22 les femmes venant de Sukici sont rentrées chez elles, nous n'avons rien

23 reçu à manger pendant 3 jours. Pendant 3 journées entières, nous n'avons

24 rien mangé, ce qui fait que j'étais vraiment tout à fait affaiblie.

25 J'étais incapable de rester debout. Grozda devait m'emmener aux toilettes.

Page 1762

1 Quand j'ai constaté mon état de grande faiblesse, j'ai demandé

2 à un des gardes s'il ne pouvait pas appeler le commandant du camp pour

3 qu'il vienne me voir et que je puisse lui demander soit de nous laisser

4 rentrer chez nous, soit de nous tuer, soit encore de nous donner un peu à

5 manger.

6 Je ne sais pas si le garde a transmis ce message. Quoi qu'il

7 en soit, le commandant du camp n'est pas venu. Pendant 3 jours, donc, nous

8 sommes restées sans nourriture.

9 Par la suite, nous avons reçu une tranche de pain, aussi fine

10 que du papier. Après que nous avons reçu cette tranche de pain, Delic est

11 venu et il a demandé pourquoi nous avions demandé à le voir. Et je lai

12 répété. J'ai dit : "Soit laissez-nous partir, soit tuez-nous, soit donnez-

13 nous un peu à manger". Il a rétorqué : "Mais, que veux-tu ? Tu vois bien

14 qu'il n'est pas facile de jeûner pendant le Ramadan".

15 M. Turone (interprétation). - Est-ce que tout cela sest

16 produit avant ou après le troisième viol ?

17 Mme Antic (interprétation). - Avant.

18 M. Turone (interprétation). - Quand a eu lieu le troisième

19 viol ? Combien de temps après cela ?

20 Mme Antic (interprétation). - Je ne sais pas exactement. Je

21 suis incapable de me rappeler, peut-être qu'il ne sest pas écoulé

22 beaucoup de temps, mais je ne sais pas exactement combien de jours.

23 M. Turone (interprétation). - Madame, pourriez-vous à présent

24 décrire en détail le troisième viol que vous avez subi ?

25 Mme Antic (interprétation). - Un jour, il faisait jour, il est

Page 1763

1 arrivé à la porte de cette pièce où nous étions.

2 M. Turone (interprétation). - Vous dites : "Il est venu". De

3 qui s'agit-il ?

4 Mme Antic (interprétation). - Delic est arrivé à la porte de

5 notre pièce, la pièce où nous nous trouvions. Et dès que Delic est arrivé

6 à la porte, il a donné l'ordre à Grozda de sortir dans ce couloir qui se

7 trouvait à la sortie de notre pièce. Grozda est sortie. Lui portait aussi

8 des armes ce jour-là. Il avait un fusil, il avait un revolver et il avait

9 même des grenades sur son ceinturon ce jour-là. Il a commencé à proférer

10 des menaces et, moi, comme je l'avais toujours fait, j'ai commencé à lui

11 redire qu'il ne devait pas me toucher, que j'étais en très mauvais état

12 physique. Il ne m'a rien répondu. Il m'a simplement donné l'ordre de me

13 déshabiller.

14 Sous la pression et sous les menaces, encore une fois, j'ai

15 été obligée de le faire. Et, après cela, il m'a donné l'ordre de monter

16 sur le lit et de m'allonger.

17 M. Turone (interprétation). - Que s'est-il passé à ce moment-

18 là ? Je vous en prie, donnez-nous quelques détails au sujet de ce qui

19 s'est passé.

20 Mme Antic (interprétation). - A ce moment-là, lui aussi s'est

21 préparé. Il a enlevé son pantalon. Il n'a pas enlevé ses bottes. Il a fait

22 tomber son pantalon sur ses bottes. Il est monté sur le lit et il m'a

23 violée. C'était le troisième viol que je subissais.

24 M. Turone (interprétation). - Je vous repose la question : a-

25 t-il pénétré votre vagin ?

Page 1764

1 Mme Antic (interprétation). - Oui, il m'a pénétrée, mais il

2 avait l'air pressé. Je me suis rendu compte qu'il était pressé et cela n'a

3 donc pas duré longtemps.

4 M. Turone (interprétation). - A-t-il éjaculé ?

5 Mme Antic (interprétation). - Oui, ce jour-là aussi, toujours

6 sur mon bas-ventre.

7 M. Turone (interprétation). - Est-ce qu'il était complètement

8 déshabillé pendant ce viol ?

9 Mme Antic (interprétation). - Non. Non, il n'avait fait que

10 baisser son pantalon sur ses bottes. Il avait encore sa chemise.

11 M. Turone (interprétation). - Et vous-même, étiez-vous

12 complètement déshabillée pendant ce viol ?

13 Mme Antic (interprétation). - Je n'ai dû enlever que mon

14 survêtement et mes sous-vêtements de la partie inférieure du corps. En

15 haut, je n'ai pas dû enlever mes vêtements.

16 M. Turone (interprétation). - Que s'est-il passé après cela ?

17 Mme Antic (interprétation). - Nous n'avions pas le droit de

18 sortir pour aller aux toilettes. Nous avions un bocal en plastique qui

19 nous servait, la nuit, de pot de chambre. La nuit, c'est dans ce bocal que

20 nous devions uriner et, dans la journée, on nous prenait ce bocal, on

21 l'emportait à l'extérieur, on nous le rendait avec de l'eau. Donc, il nous

22 fallait boire de l'eau dans ce même bocal.

23 M. Turone (interprétation). - Est-ce que vous avez eu une

24 autre occasion de voir Delic après ce troisième viol ? Est-ce quil est

25 encore venu dans votre pièce par la suite ?

Page 1765

1 Mme Antic (interprétation). - Eh bien oui, il lui arrivait de

2 simplement venir à la porte, de proférer des menaces à notre encontre, de

3 nous dire que nous n'allions jamais rentrer à la maison, que nous allions

4 être tuées et, quelquefois, il ne faisait que se montrer à la porte. Il ne

5 disait rien et il repartait tout de suite.

6 M. Turone (interprétation). - Est-ce que vous avez eu

7 l'occasion de parler à Delic après ce troisième viol ?

8 Mme Antic (interprétation). - Oui. Un jour, ma soeur était

9 venue. J'avais vu ma soeur qui m'avait apporté de la nourriture. Par la

10 fenêtre, je l'ai vue en train de faire la queue pour donner de la

11 nourriture. Alors, j'ai demandé à un gardien d'aller voir le commandant

12 pour lui demander s'il pouvait autoriser ma soeur à pénétrer dans le camp,

13 de façon que je puisse simplement lui demander si ma mère était encore en

14 vie et comment elle allait. Delic était parti quelque part avec sa

15 voiture, ce jour-là. Et il est arrivé devant cette grande fenêtre dont

16 j'ai déjà parlé et je lui ai posé la question par la fenêtre. Je lui ai

17 dit : "Monsieur le Commandant, est-ce que je pourrais voir ma soeur pour

18 l'interroger au sujet de ma mère ?" et, ce jour-là, il a donné

19 l'autorisation, il a autorisé ma soeur à rentrer dans le bâtiment.

20 Donc, ma soeur est rentrée, je l'ai vue, j'ai pu lui parler et

21 j'ai pu avoir des renseignements sur ma mère.

22 M. Turone (interprétation). - Madame, est-ce que vous avez

23 subi quelques autres viols après les trois viols que vous venez de

24 décrire ?

25 Mme Antic (interprétation). - Non. Une nuit, il était tard

Page 1766

1 aussi, il y avait un garde qui faisait partie de l'équipe de nuit.

2 Grozdana est allée aux toilettes et ce garde, qui était de service ce

3 soir-là, est entré dans la pièce où je me trouvais. J'étais affolée,

4 j'avais peur d'un nouveau viol et j'ai commencé à pleurer et je lui ai dit

5 que j'appellerais au secours. Tous les gardiens avaient peur de Delic

6 parce que Delic leur donnait des ordres. Ils avaient tous peur de lui.

7 Alors, je suppose qu'il a paniqué. Il est donc sorti sans me brutaliser,

8 sans me violer. Il est sorti.

9 M. Turone (interprétation). - Connaissez-vous le nom de cet

10 homme ?

11 Mme Antic (interprétation). - Non, je ne connais pas son nom,

12 mais simplement, plus tard, on m'a dit que ce garde venait de Fojnica.

13 Fojnica est le nom du village doù était originaire ce gardien.

14 M. Turone (interprétation). - Madame, revenons quelques

15 instants, si vous voulez bien, sur le troisième viol que vous avez subi.

16 Pouvez-vous nous dire à peu près à quel moment ce troisième viol a eu

17 lieu ?

18 Mme Antic (interprétation). - Je ne sais pas exactement, mais

19 cela s'est passé après le moment où nous n'avons pas reçu de nourriture et

20 où les femmes de Zukici ont passé la nuit avec nous. C'était après ce

21 moment-là, mais je ne sais pas exactement à quelle date.

22 M. Turone (interprétation). - Madame Antic, savez-vous si

23 Grozdana Cecez avait des pilules contraceptives sur elle ?

24 Mme Antic (interprétation). - Oui, Grozdana avait ces pilules.

25 Elle les utilisait. Elle a dit qu'elle les utilisait déjà avant la guerre,

Page 1767

1 quelle en avait besoin depuis longtemps et que cela faisait longtemps

2 quelle les utilisait, même avant son arrivée à Celebici.

3 M. Turone (interprétation). - Est-ce qu'elle vous a jamais

4 proposé ces pilules ?

5 Mme Antic (interprétation). - Oui, quand ce qui m'est arrivé

6 mest arrivé, je veux dire quand j'ai subi le deuxième viol, elle m'a dit

7 quelque chose du genre : "J'ai cela sur moi, j'utilisais cela avant, quand

8 j'étais chez moi, à la maison, si tu veux je peux ten donner". Je lui ai

9 dit que, moi, je n'avais pas besoin de ça, mais je ne lui ai pas dit les

10 raisons. Parce que moi...

11 M. Turone (interprétation). - Pouvez-vous dire au Tribunal, à

12 présent, pourquoi vous n'aviez pas besoin de ces pilules, si cela ne vous

13 ennuie pas ?

14 Mme Antic (interprétation). - Quand je lui ai dit que je n'en

15 avais pas besoin, quand j'ai refusé son offre, je ne lui ai pas dit pour

16 quelle raison je la refusais. Mais, moi, je n'avais pas besoin de ça parce

17 que, en 1984, j'ai été opérée ; j'avais une tumeur à l'utérus et je

18 n'avais pas ce genre de problème, donc je n'avais pas besoin de ces

19 pilules. Mais je nai rien dit à Grozda, parce que cétait quelque chose

20 que je cachais un petit peu. Tout le monde ne savait pas que j'avais été

21 opérée et que j'avais eu cette maladie, cette tumeur.

22 M. Turone (interprétation). - Très bien, merci Madame Antic.

23 Pouvez-vous nous dire si vous avez vu des sévices infligés à

24 d'autres prisonniers pendant votre séjour à Celebici ?

25 Mme Antic (interprétation):-. Oui. Un jour, je suis allée aux

Page 1768

1 toilettes et j'ai vu un dé tenu qui s'appelait Slavko Susic qui était

2 appuyé contre ce grand mur qui se trouvait dans le camp et que l'on

3 pouvait voir à partir de notre fenêtre, de la fenêtre qui se trouvait dans

4 ce couloir où nous nous trouvions. Et quand je suis allée aux toilettes,

5 par la fenêtre, j'ai vu Slavko Susic près du mur. A côté de lui, il y

6 avait un soldat qui portait un uniforme de camouflage.

7 Une tenue de camouflage et j'ai reconnu Delic. Delic portait

8 un morceau de bois dans les mains. J'ai vu cela pendant que je suis passée

9 et au moment où je suis revenue des toilettes.

10 M. Turone (interprétation). - Est-ce que vous avez dit ceci à

11 Grozdana ?

12 Mme Antic (interprétation):-. Je l'ai dit à Grozdana, je lui

13 ai dit tu vois, Slavko est debout à côté du mur. Plus tard, Grozdana est

14 peut-être sortie. Moi, je ne sais plus se qui se passait parce que je

15 n'osais même plus trop regarder.

16 M. Turone (interprétation). - Est-ce que vous avez vu Slavko

17 contre le mur et à partir de quel endroit l'avez vous vu ?

18 Mme Antic (interprétation) - Je l'ai vu à partir de la porte

19 et à partir de la fenêtre et à partir de cette porte qui était la porte

20 d'entrée. Quand je suis allée aux toilettes, j'ai vu par cette porte qui

21 donnait sur la cour à l'extérieur, cette porte était vitrée, donc j'ai vu

22 par la fenêtre et par la porte qui menait à l'extérieur. J'ai vu ce mur

23 auquel était adossé Slavko Susic.

24 M. Turone (interprétation). - A quelle distance avez-vous vu

25 personnellement cette scène ?

Page 1769

1 Mme Antic (interprétation) - Bien, je ne sais pas, mais ce

2 n'était pas très loin. Je ne sais pas exactement à quelle distance, mais

3 pas très loin.

4 M. Turone (interprétation). - Est-ce que vous avez vu cela

5 pendant que vous alliez aux toilettes et pendant que vous reveniez des

6 toilettes, ou uniquement au moment où vous êtes allée aux toilettes ?

7 Mme Antic (interprétation) -. A l'aller vers les toilettes, je

8 l'ai vu, et au retour, quand je suis retournée vers la pièce, il était

9 toujours là, au même endroit.

10 M. Turone (interprétation). - Comment avez-vous pu reconnaître

11 ce Susic ? Quelle était sa position ? Est-ce quil avait le visage tourné

12 vers la fenêtre par laquelle vous regardiez ?

13 Mme Antic (interprétation) - Slavko était contre le mur et

14 avait le visage tourné vers le mur, mais je le connaissais bien, nous

15 étions des amis avant la guerre, sa femme travaillait avec moi et nous

16 nous rendions fréquemment visite à la maison. Je l'ai donc vu quand on l'a

17 emmené chez lui à la maison, à partir du camp pour chercher soi-disant un

18 émetteur radio. A ce moment-là, ils l'ont emmené en voiture. Il portait un

19 survêtement et des grandes bottes qui étaient repliées vers l'extérieur et

20 comme je le connaissais bien, j'ai vu que c'était Slavko.

21 M. Turone (interprétation). - Au moment où vous avez eu la

22 possibilité de voir cette scène, est-ce que vous avez pu voir s'il y avait

23 d'autres hommes avec M. Delic et M. Susic ?

24 Mme Antic (interprétation) - Il y avait aussi un autre soldat,

25 mais je ne sais pas qui c'était.

Page 1770

1 M. Turone (interprétation). - Avez-vous la moindre

2 connaissance de ce qu'il est advenu de Susic par la suite ?

3 Mme Antic (interprétation) - Après un jour ou deux, je ne me

4 souviens pas exactement, mais après un jour ou deux, un gardien nous a dit

5 que Slavko était mort, qu'il était mort dans ce n 9. Il était dans ce

6 tunnel qu'on appelait le tunnel n 9.

7 M. Turone (interprétation). - Est-ce que Grozdana est allez

8 voir la même scène à travers la fenêtre avant vous ou après ?

9 M. Jan (interprétation). - (Hors micro.)

10 M. Turone (interprétation). - Très bien. Peut-être n'avais-je

11 pas bien compris la réponse.

12 Est-ce qu'il est arrivé que vous nettoyez le bâtiment

13 d'accueil ?

14 Mme Antic (interprétation) - Oui, assez fréquemment.

15 Assez fréquemment Grozdana était appelé, recevait l'ordre de

16 sortir devant le bâtiment, devant la porte et donc comme elle sortait plus

17 souvent, elle avait plus souvent la possibilité de voir quelque chose à

18 l'extérieur, mais nous n'avions jamais le droit de parler de ce que nous

19 pouvions voir à l'extérieur parce qu'il y avait toujours devant la porte

20 quelqu'un et nous n'osions donc pas parler pour que quelqu'un ne risque

21 pas d'entendre que nous racontions ce genre de chose.

22 M. Turone (interprétation). - Madame, est-ce que vous

23 connaissiez M. Delic avant la guerre ?

24 Mme Antic (interprétation) - Non.

25 M. Turone (interprétation). - Pouvez-vous décrire M. Delic, Je

Page 1771

1 vous prie ?

2 Mme Antic (interprétation) - Eh bien, il était assez grand, il

3 avait les cheveux courts, avec un début de calvitie et comme ça.

4 M. Turone (interprétation). - Est-ce qu'on vous a montré une

5 série de photographies, il y a quelques jours, et est-ce qu'on vous a

6 demandé si vous pouviez reconnaître quelqu'un sur ces photographies ?

7 Mme Antic (interprétation) - Oui.

8 M. Turone (interprétation). - Est-ce que vous avez signé une

9 feuille de papier sur laquelle été inscrite la réponse que vous avez

10 fourni à cette question ?

11 Mme Antic (interprétation) - Oui.

12 M. Turone (interprétation). - Monsieur le Président, je

13 demanderai que cette feuille de papier et la série de photographies soient

14 enregistrées à des fins d'identification en tant que pièce à conviction

15 n 90 et que ces documents soient remis au témoin, je vous prie.

16 M. le Président (interprétation). - Oui, vous pouvez remettre

17 ces documents au témoin.

18 M. Turone (interprétation). - Merci. Peut-on les placer sur le

19 rétro-projecteur ?

20 (Les documents sont placés sur le rétro-projecteur.)

21 M. Turone (interprétation). - Madame, je vous demanderais de

22 bien vouloir regarder la feuille de papier qui se trouve à votre droite.

23 Je dis bien à votre droite, parce que vous le verrez mieux. A votre

24 droite. Est-ce que l'Huissier pourrait montrer au témoin où il est

25 préférable qu'elle regarde ? Reconnaissez-vous votre signature sur cette

Page 1772

1 feuille de papier, au bas de la page ? Vous voyez plusieurs signatures.

2 Est-ce que votre signature figure sur cette feuille de papier ?

3 Mme Antic (interprétation) - Oui, elle y figure.

4 M. Turone (interprétation). - L'interprète n'a pas entendu le

5 témoin. L'interprète anglais.

6 M. le Président (interprétation). - Je vous prierais Madame de

7 parler dans le micro.

8 Mme Antic (interprétation) - Oui, ma signature figure sur

9 cette feuille de papier.

10 M. Turone (interprétation). - Est-ce que ce qui est écrit sur

11 cette feuille de papier rend bien compte de ce que vous avez dit ? Je vais

12 vous le lire pour vous aider.

13 Le témoin a répondu en indiquant ce qui suit "Cette personne

14 me semble connue, je n'en suis pas tout à fait sûr, mais il faut que vous

15 teniez compte du fait que cela s'est passé il y a plusieurs années, donc

16 les détails sont difficiles à se rappeler, mais je me souviens du front,

17 du nez et de la bouche et pour autant que je puisse me le rappeler, malgré

18 le temps qui s'est écoulé, il ressemble à l'auteur du crime."

19 Est-ce que c'est ce que vous avez dit, Madame Antic ?

20 Mme Antic (interprétation) - Oui.

21 M. Turone (interprétation). - Je demande que cette déclaration

22 soit versée au dossier, ainsi que la série de photographies en tant que

23 pièce à conviction n 90.

24 M. Moran (interprétation) - Monsieur le Président, je suis

25 Maître Tom Moran, Défenseur de Hazim Delic, je fais objection au versement

Page 1773

1 au dossier de ces photocopies de photographies car on ne voit pas bien ce

2 qui figure sur ces photographies.

3 Bien sûr si les originaux peuvent être fournis...

4 M. Turone (interprétation). - Bien entendu nous pouvons

5 fournir les originaux, si c'est l'objet de votre objection.

6 M. Moran (interprétation) - Ce sont des photocopies très peu

7 nettes.

8 M. Turone (interprétation). - Il n'y a pas de difficulté, nous

9 verserons au dossier les originaux des photographies sans aucun doute.

10 M. Moran (interprétation) - Monsieur le Président, en ce qui

11 concerne la déclaration en tant que telle, nous faisons objections car

12 cela n'a pas été dit dans sa déposition.

13 Qu'elle dépose, qu'elle témoigne à ce sujet.

14 M. le Président (interprétation). - A quel sujet vous faites

15 objection ? Est-ce qu'elle n'a pas reconnu sa déclaration

16 M. Moran (interprétation) - Oui elle a reconnu sa déclaration,

17 mais ce n'est pas ce qu'elle a reconnu dans sa déposition, elle n'a pas

18 été interrogée à ce sujet.

19 M. le Président (interprétation). - Si, nous avons entendu sa

20 déclaration, elle l'a reconnue je ne vois pas en quoi cela peut susciter

21 le moindre doute. Les photos si se sont des photocopies peuvent

22 éventuellement en susciter mais les originaux peuvent être versés au

23 dossier.

24 M. Moran (interprétation) - Pour autant que l'accusation soit

25 d'accord pour remplacer les photocopies, pardon les photographies par les

Page 1774

1 originaux, nous retirons notre objection.

2 M. le Président (interprétation). - Bien sûr, bien sûr.

3 M. Turone (interprétation). - Nous allons absolument fournir

4 les originaux. Donc la pièce à conviction n 90 et la déclaration fournie

5 par le témoin et la pièce jointe seront remplacées le plus rapidement

6 possible par les originaux des photographies.

7 M. le Président (interprétation). - La pièce à conviction est

8 acceptée.

9 M. Turone (interprétation). - Merci, Monsieur le Président.

10 Madame Antic, avez-vous jamais été officiellement interrogée

11 par des enquêteurs militaires pendant votre séjour à Celebici, en dehors

12 de l'interrogatoire qui a eu lieu le premier jour ?

13 Mme Antic (interprétation) - Oui.

14 M. Turone (interprétation). - Quand a eu lieu cet

15 interrogatoire, à peu près ?

16 Mme Antic (interprétation) - Eh bien, je ne sais pas

17 exactement depuis combien de jours j'étais dans le camp, mais à un certain

18 moment, on nous a appelé, on nous a donné l'ordre d'aller dans ce bâtiment

19 où se trouvaient les commandants pour subir une espèce d'interrogatoire.

20 M. Turone (interprétation). - Est-ce que cet interrogatoire

21 s'est déroulé dans la même pièce que les viols ?

22 Mme Antic (interprétation) - Non, dans le même bâtiment mais

23 pas dans la même pièce.

24 M. Turone (interprétation). - Pourriez-vous dire quelle partie

25 du camp vous pouviez voir en regardant par la fenêtre qui se trouvait dans

Page 1775

1 cette pièce où a eu lieu l'interrogatoire ?

2 Mme Antic (interprétation) - Depuis cette pièce, en regardant

3 par la fenêtre, nous pouvions voir le bâtiment qu'on appelait le "bâtiment

4 n 22".

5 M. Turone (interprétation). - Avez-vous été accusée de quoi

6 que ce soit de précis ?

7 Mme Antic (interprétation). - Cette fois-là, on m'a posé des

8 questions sur l'émetteur radio qu'ils cherchaient lorsqu'ils sont venus

9 chez moi et, du fait qu'ils n'avaient pas trouvé cet émetteur chez moi,

10 ils m'ont dit que je le gardais dans les cheveux.

11 M. Turone (interprétation). - Combien de personnes vous ont-

12 elles interrogée cette fois-là ?

13 Mme Antic (interprétation). - Celui qui m'a interrogée,

14 c'était mon plus proche voisin, Mirzo Subasic. Il y avait un autre

15 homme avec lui que je ne connaissais pas.

16 M. Turone (interprétation). - Ces hommes étaient-ils en

17 uniforme ?

18 Mme Antic (interprétation). - Oui, ils portaient un treillis,

19 une tenue de camouflage.

20 M. Turone (interprétation). - Avez-vous signé quoi que ce soit

21 après cet interrogatoire ?

22 Mme Antic (interprétation). - Il se peut que oui, mais si j'ai

23 signé, c'est sous la contrainte. J'ai été forcée de faire ce qu'ils

24 mordonnaient de faire, puisqu'ils m'accusaient de toutes sortes de

25 choses. Par exemple, ils m'accusaient de porter un émetteur dans les

Page 1776

1 cheveux, alors que j'ai toujours eu la même coupe de cheveux que

2 maintenant. J'étais désolée pour mes voisins qui m'accusaient de telles

3 choses. Je crois que, si j'ai signé quelque chose, je n'ai pu signer que

4 sous la contrainte.

5 M. Turone (interprétation). - L'interrogatoire fut-il long ?

6 Mme Antic (interprétation). - Je ne sais pas combien de temps

7 il a duré exactement, mais cela n'a pas duré très longtemps.

8 M. Turone (interprétation). - Est-ce que des poursuites ont

9 été intentées contre vous à la suite de cet interrogatoire ?

10 Mme Antic (interprétation). - Non.

11 M. Turone (interprétation). - Madame Antic, avez-vous jamais

12 reçu la visite de la Croix-Rouge au camp ?

13 Mme Antic (interprétation). - Oui.

14 M. Turone (interprétation). - Y a-t-il eu plusieurs visites ou

15 une seule ?

16 Mme Antic (interprétation). - Je crois qu'ils sont venus au

17 camp pour une période de 3 jours.

18 M. Turone (interprétation). - Pourriez-vous nous dire quand à

19 peu près cette visite a eu lieu ?

20 Mme Antic (interprétation). - Je ne me souviens pas de la date

21 exacte, mais je crois que c'était au mois daoût.

22 M. Turone (interprétation). - Et pourriez-vous décrire cette

23 visite ? Est-ce quils vous ont parlé, à vous ?

24 Mme Antic (interprétation). - Un jour, le premier jour de

25 cette visite, nous les avons vus entrer dans le camp par le portail. Il y

Page 1777

1 avait deux voitures de la Croix-Rouge Internationale.

2 Nous avons vu qu'ils allaient rendre visite aux prisonniers

3 qui se trouvaient au tunnel appelé "tunnel n 9". Ce jour-là, ils sont

4 allés au tunnel. Nous avons vu les gens de la Croix-Rouge quitter le camp,

5 franchir le portail pour sortir.

6 Le lendemain, ils sont revenus au camp et nous avons vu ces

7 mêmes véhicules qui entraient dans le camp. Nous ne les avons pas vus

8 parce que les voitures n'étaient pas garées dans la partie du terrain que

9 l'on voyait depuis notre fenêtre. Il m'a été ordonné de sortir pour

10 balayer la partie de la cour qui se trouvait à l'extérieur du bâtiment. Je

11 suis sortie, j'ai nettoyé, j'ai balayé et j'ai vu les deux véhicules de la

12 Croix-Rouge Internationale. Ces voitures étaient garées en face du

13 bâtiment de commandement. J'ai nettoyé sous la surveillance d'un garde.

14 J'ai vu que la Croix-Rouge Internationale était sur le point de partir. A

15 proximité de la voiture, se trouvait Delic. Il était debout. Lorsque les

16 gens de la Croix-Rouge Internationale sont montés dans leur véhicule,

17 Delic a donné ordre aux gardes qui me surveillaient de me remettre à

18 l'intérieur, dans la pièce où se trouvait Grozda. J'ai donc dû rentrer.

19 J'avais peur. J'ai dit à Grozda, lorsque je suis revenue dans la pièce,

20 que nous étions vraiment en plein dans les problèmes, qu'ils allaient

21 essayer de dissimuler notre existence, qu'ils allaient sans doute nous

22 tuer puisqu'ils ne permettaient pas aux gens de la Croix-Rouge de nous

23 voir, nous les femmes, sans doute parce quils voulaient nous tuer.

24 Et Grozda, elle aussi, était effrayée. Nous nous sommes mises

25 à pleurer, toutes les deux. Nous étions vraiment très effrayées. Nous que

Page 1778

1 craignions qu'ils ne nous cachent quelque part et nous tuent. Les

2 véhicules sont partis, ont quitté le camp.

3 Le troisième jour, à nouveau, nous avons vu ces voitures de la

4 Croix-Rouge Internationale entrer dans le camp. Ils ont été voir les

5 prisonniers qui se trouvaient au hangar n 6. Lorsqu'ils sont allés voir

6 ces prisonniers qui étaient au hangar n 6, ils ont demandé s'il y avait

7 des femmes dans le camp. Les autres prisonniers leur ont parlé de nous et

8 nous avons ainsi reçu la visite des gens de la Croix-Rouge qui sont venus

9 dans notre pièce ce jour-là.

10 M. Turone (interprétation). - Que leur avez-vous dit en cette

11 occasion ?

12 Mme Antic (interprétation). - Ils nous ont demandé comment

13 nous étions, comment nous nous sentions. Ils nous ont demandé si nous

14 avions subi des sévices de l'un quelconque des hommes, si les conditions

15 d'hygiène et les conditions sanitaires étaient bonnes. Ils ont posé toutes

16 sortes de questions. Mais je n'ai pas pu leur fournir de réponse et cest

17 Grozda qui parlait aussi en mon noM. Grozda a parlé de moi, elle a dit que

18 j'avais été violée trois fois. Les gens de la Croix-Rouge m'ont demandé si

19 c'était vrai. J'ai dit que oui, que c'était vrai.

20 Ils m'ont demandé si cet homme qui m'avait violée était

21 toujours là, au camp.

22 M. Turone (interprétation). - Et qu'avez-vous dit ? Qu'avez-

23 vous répondu à cette question ?

24 Mme Antic (interprétation). - J'ai dit qu'il était toujours

25 là, dans l'enceinte du camp, et qu'il était une espèce de commandant.

Page 1779

1 M. Turone (interprétation). - Madame Antic, quand avez-vous

2 quitté le camp de Celebici ?

3 Mme Antic (interprétation). - Le 31 août.

4 M. Turone (interprétation). - Et comment cela s'est-il

5 produit ? Est-ce que vous avez reçu un certificat de libération ?

6 Mme Antic (interprétation). - Oui. Un garde est venu le matin

7 à la porte et il nous a dit que nous allions rentrer chez nous ce jour-là.

8 Nous étions heureuses, bien sûr. Nous attendions que l'on nous appelle,

9 que l'on nous dise de nous préparer. Peu de temps après, un autre garde

10 est venu à la porte et nous a dit de le suivre, ce que nous avons fait. Et

11 il nous a amenées au bâtiment de commandement. Là, il nous a fait entrer

12 dans une pièce. Pavo Mucic était assis. Il nous a libérées et nous a dit

13 que nous allions rentrer chez nous. Il nous a remis un document qui

14 attestait que nous avions le droit de rentrer chez nous, qu'il nous

15 libérait et que nous étions libres de rentrer chez nous.

16 M. Turone (interprétation). - Qui était exactement la personne

17 qui vous avait remis ce certificat de libération ?

18 Mme Antic (interprétation). - Mucic.

19 M. Turone (interprétation). - Et qui avait signé ce certificat

20 de libération ?

21 Mme Antic (interprétation). - Mucic.

22 M. Turone (interprétation). - A-t-il apposé sa signature en

23 votre présence ?

24 Mme Antic (interprétation). - Oui.

25 M. Turone (interprétation). - Est-il exact que vous avez remis

Page 1780

1 ce document à l'accusation il y a quelques jours de cela ?

2 Mme Antic (interprétation). - Oui.

3 M. Turone (interprétation). - Madame et Messieurs les Juges,

4 j'aimerais que ce certificat de libération soit enregistré aux fins

5 d'identification comme pièce 91 et 91 A et que, ensuite, ces documents

6 soient remis au témoin en vue d'identification, si vous me le permettez.

7 M. le Président (interprétation). - Allez-y.

8 M. Turone (interprétation). - Pourriez-vous placer l'original

9 sur le rétroprojecteur ?

10 (L'huissier place le document sur le vidéo projecteur).

11 M. Turone (interprétation). - Madame, auriez-vous l'amabilité

12 d'examiner le document qui se trouve à votre droite ? Est-ce bien votre

13 certificat de libération ?

14 Mme Antic (interprétation). - Oui.

15 M. Turone (interprétation). - Qui a rempli ce formulaire ou ce

16 certificat quant à la possibilité limitée que vous aviez de vous

17 déplacer ?

18 Mme Antic (interprétation). - C'est Mucic qui l'a fait. Il a

19 écrit que ma liberté de mouvements se limitait à Konjic et Pokojiste.

20 Pokojiste, c'est là que ma mère s'était échappée quand elle avait fui de

21 sa maison, et j'avais demandé s'il était possible qu'il indique aussi mon

22 village, Idbar, pour que ma liberté de circulation et de mouvements inclut

23 également Idbar pour que je puisse me rendre dans mon jardin et en

24 rapporter certains produits, puisque ma mère était chez ma soeur. Ma soeur

25 avait abrité beaucoup de réfugiés et je doutais que l'on ait suffisamment

Page 1781

1 de nourriture pour tout le monde. J'ai demandé si Idbar pouvait être

2 inclus, ce qui a été accepté par Mucic. Il a donc indiqué Konjic,

3 Pokojiste et Idbar.

4 M. Turone (interprétation). - Savez-vous quelles fonctions ou

5 quel rôle M. Mucic occupait à l'intérieur du camp ?

6 Mme Antic (interprétation). - Au camp, il avait une fonction

7 de responsabilité. C'est à lui que l'on posait les questions pour tout.

8 M. Turone (interprétation). - Quand vous étiez au camp, est-ce

9 que Mucic vous a jamais posé des questions à propos de la façon dont vous

10 étiez traitée ?

11 Mme Antic (interprétation). - Non.

12 M. Turone (interprétation). - Outre les événements que vous

13 avez déjà relatés, y a-t-il eu des occasions à propos desquelles vous

14 saviez que M. Mucic se trouvait au camp ?

15 Mme Antic (interprétation). - Il est venu à une autre occasion

16 dans notre pièce. Il a amené une jeune fille. C'était en fait une enfant

17 de la famille de la belle famille de Grozda et elle venait rendre visite à

18 Grozda.

19 M. Turone (interprétation). - J'en ai ainsi terminé de mon

20 interrogatoire principal. Je vous remercie, Monsieur le Président.

21 Désolé, j'ai oublié de dire que je voulais soumettre cette

22 pièce pour qu'elle soit versée au dossier, pièce numérotée 91 et 91 A.

23 M. le Président (interprétation). - La défense a-t-elle vu ce

24 certificat de libération ?

25 M. Moran (interprétation). - Pas d'objection.

Page 1782

1 M. Greaves (interprétation). - J'aimerais voir ce document et

2 j'aimerais le montrer à mon client, avec votre permission.

3 M. le Président (interprétation). - Fort bien.

4 M. Greaves (interprétation). - Merci.

5 Mme McMurrey (interprétation). - Pas d'objection.

6 M. Turone (interprétation). - Je crois que vous avez déjà reçu

7 ce document.

8 M. Greaves (interprétation). - J'ai reçu la traduction, mais

9 je n'ai pas reçu l'original.

10 M. Turone (interprétation). - Désolé.

11 (L'huissier remet le document à M. Greaves).

12 M. Greaves (interprétation). - Me permettez-vous de vous

13 tourner le dos un instant ?

14 (M. Greaves montre le document à M. Mucic).

15 M. Greaves (interprétation). - Pas d'objection à ce que ce

16 document soit versé au dossier.

17 M. le Président (interprétation). - Le document est admis.

18 Je ne pense pas qu'il soit possible d'entamer les contre-

19 interrogatoires dès maintenant. Je pense qu'il nous faudra poursuivre,

20 recommencer en fait avec les contre-interrogatoires quand nous reprendrons

21 nos travaux, à savoir le 14.

22 L'audience est suspendue à 17 h 30.

23

24

25