Tribunal Criminal Tribunal for the Former Yugoslavia

Page 10418

1 (Mercredi, 9 octobre 2002)

2 (L'audience est ouverte à 9 heures 33.)

3 (Audience publique.)

4 (Questions relatives à la procédure.)

5 M. le Président (interprétation): (Hors micro).

6 Y a-t-il des questions préliminaires quelconques avant de faire entrer le

7 témoin? Si ce n'est pas le cas, je prie la Greffière d'audience d'appeler

8 l'affaire.

9 Mme Chen (interprétation): Il s'agit de l'Affaire IT-99-36-T, le Procureur

10 contre Radoslav Brdjanin et Momir Talic.

11 M. le Président (interprétation): Merci. Monsieur Brdjanin, m'entendez-

12 vous dans une langue que vous comprenez?

13 M. Brdjanin (interprétation): Bonjour, Monsieur le Président, Mesdames les

14 Juges, je vous entends et je vous comprends.

15 M. le Président (interprétation): Merci. Veuillez vous présenter, les

16 parties.

17 Mme Richterova (interprétation): Bonjour, Monsieur le Président. Anna

18 Richterova et Mme Ann Sutherland pour l'accusation.

19 M. le Président (interprétation): Merci, et l'équipe de la défense de M.

20 Brjdanin.

21 M. Ackerman (interprétation): Bonjour Monsieur le Président, Madame le

22 Juge, je suis John Ackerman de concert avec Mme Jevtovic et M. Trbojevic.

23 M. le Président (interprétation): Juste pour le transcript, je n'ai

24 toujours pas reçu de réponse de la part de M. Rohde au sujet de la

25 question soulevée par le conseil de la défense. Voilà la raison pour

Page 10419

1 laquelle je n'en parle pas, enfin une seconde fois. Aussitôt que j'aurai

2 reçu ce mémo, nous en discuterons, si cela est nécessaire. Je vous prie,

3 Monsieur l'huissier, de faire entrer le témoin.

4 (Le témoin, M. Samir Dedic, est introduit dans le prétoire.)

5 M. le Président (interprétation): Bonjour à vous, Monsieur Dedic.

6 M. Dedic (interprétation): Bonjour.

7 M. le Président (interprétation): Au nom de la Chambre de première

8 instance, je m'excuse de nous voir en retard. C'est avec un certain retard

9 qu'on vous fait entrer dans cette salle d'audience. Je devais traiter une

10 question urgente et c'est la raison de ce retard. Je vous prie de redire

11 la déclaration solennelle que vous avez faite hier.

12 M. Dedic (interprétation): Je déclare solennellement que je dirai la

13 vérité, toute la vérité et rien que la vérité.

14 M. le Président (interprétation): Je vous remercie. Veuillez vous asseoir.

15 Madame Sutherland, poursuivra l'interrogatoire principal. Ceci ne devrait

16 pas durer trop longtemps. Après quoi, vous allez être contre interrogé par

17 le conseil de la défense. Madame Sutherland, c'est à vous. Mme Sutherland

18 (interprétation): Merci Monsieur le Président, Mesdames les Juges.

19 (Interrogatoire principal du témoin, Dedic par Mme Sutherland)

20 Mme Sutherland (interprétation): Monsieur Dedic, je voudrais revenir très

21 brièvement à un domaine au sujet duquel je vous ai posé des questions

22 hier. Vous avez été détenu à l'école Nikola Mackic. En entrant à l'école,

23 avez-vous pu remarquer quelque chose sur les murs de cette école?

24 M. Dedic (interprétation): Oui, oui, en effet. J'ai pu enfin remarquer que

25 les murs de cette salle étaient couverts de sang.

Page 10420

1 C'est ce que… ou qu'il y avait du sang sur les murs.

2 Question: Hier, faisant référence à la page 80 du transcript, je vous ai

3 posé des questions au sujet de certaines gens qui ont été sélectionnés

4 pour être interrogés. Vous en avez parlé pour dire qu'ils ont été l'objet

5 de torture. Pouvez-vous dire à cette Chambre de première instance ce qu'il

6 était advenu de vous lors des interrogatoires dont vous avez fait l'objet?

7 Réponse: Oui, je peux vous le dire. Il s'agissait de questions habituelles

8 portant sur les armes, par exemple, s'il fallait savoir combien de gens il

9 y avait dans mon village, qui étaient les gens qui avaient tiré. Et

10 lorsqu'il voulait savoir mon âge -et je lui ai dit l'âge que j'avais,

11 j'étais né en 1974-, il a dit que j'étais l'égorgeur le plus jeune de mon

12 village. Alors, moi, je n'ai jamais tué un poulet, une poule dans mon

13 village cela dit. Par conséquent, ceci ne pouvait être qu'une question

14 vraiment terrifiante pour moi. On m'a fait ensuite entrer dans une autre

15 salle. C'est le même enquêteur, le même inspecteur qui m'a fait entrer

16 dans cette salle. Alors, des questions ont été répétées. Si j'avais, par

17 exemple, une arme quelconque, un fusil, le tout assorti de coups qu'on m'a

18 donnés un peu partout au niveau de la tête, dans les flancs, etc. et

19 surtout, je dirais que j'avais reçu un coup de matraque sur la nuque,

20 enfin sur la tête, ce qui me fait souffrir encore aujourd'hui. Des

21 douleurs persistent encore dues à ce coup de matraque.

22 Question: Moyennant quoi ,vous frappait-on (sic)?

23 Réponse: Mais je vous ai dit, avec une matraque, avec leurs bottes, à

24 coups de poing.

25 Question: Passons maintenant à l'école élémentaire de Sitnica. Vous disiez

Page 10421

1 hier que vous y étiez détenu pendant six ou sept jours, page 81 du compte

2 rendu officieux. Pendant que vous étiez détenu là-bas, vous a-t-on dit la

3 raison de votre détention?

4 Réponse: Non, on ne me l'a pas dit à moi. Pour moi, ce n'était que

5 l'incertitude, la longue attente, personne ne disait rien. Le dernier jour

6 de ma détention, on m'a appris que nous devions être échangés contre des

7 Serbes, des soldats serbes. Ce n'était qu'un leurre. Ils voulaient nous

8 encourager peut-être, nous remonter le moral, mais le trajet s'est fait

9 autrement et ailleurs. Il allait prendre la direction du camp de Manjaca.

10 Question: Comment vous a-t-on emmené au camp de Manjaca?

11 Réponse: C'était un voyage fort difficile et pénible. On nous a fait

12 sortir du bâtiment de l'école pour nous faire aligner au bord de la route,

13 au bord d'une route asphaltée qui longeait l'école et là, on nous a imposé

14 pas mal de tortures et de mauvais traitements, quand je dis "on", il y

15 avait des soldats, il y avait des villageois et des habitants, enfin, de

16 cette localité. On a été lapidés entre autre. C'était terrible. L'ordre

17 fut donné de nous mettre en mouvement. Il y avait un groupe d'hommes

18 importants. On était plus de 350, nous étions tous escortés, encerclés par

19 leurs policiers et soldats. Toujours il fallait nous garder les mains dans

20 le dos. Par conséquent, on partait comme ça à pied pour Manjaca. On ne

21 nous a rien donné à manger ce matin. On avait emprunté un chemin à travers

22 la forêt, fort pénible. Partout où on passait à travers tous ces

23 différents villages, les villageois sortaient de leur maison pour nous

24 insulter, pour nous qualifier de "balija". C'est la première fois de ma

25 vie que j'ai entendu prononcer ce mot, ce terme, je ne l'avais jamais

Page 10422

1 entendu avant. Et on a reçu des jets de pierre également. Et toutes les

2 fois que l'on traversait la forêt, on devait garder les mains sur nos

3 épaules. C'était fort pénible, on ne pouvait pas marcher comme cela. Il y

4 a eu beaucoup de gens qui étaient les pieds nus, qui n'avaient plus de

5 chaussures, surtout pas de bottes, ce qui faisait que nos pieds étaient

6 couverts de sang. Il y en avait qui perdaient connaissance chemin faisant,

7 d'autres recevaient l'ordre de les récupérer, de les ramasser pour les

8 porter et tout cela ne pouvait être que terrible, vraiment terrifiant.

9 Et c'est ainsi que nous sommes arrivés à Dobrinja, non loin de Manjaca où

10 leur armée se trouvait positionnée et c'est là que nous avons connu des

11 malheurs surtout. Le convoi devait être arrêté, il y avait beaucoup de

12 soldats, on ne nous laissait pas passer. Ils voulaient sortir leurs

13 couteaux pour égorger, pour tuer. Et c'est ainsi que les policiers qui

14 nous ont escortés s'étaient mis à tirer en l'air. Et c'est comme cela, que

15 tant bien que mal, enfin, nous, on est passé par ce point de contrôle tenu

16 par ces soldats dont je viens de parler. Et vers les 16 heures, nous

17 étions arrivés au camp de concentration de Manjaca.

18 Question: A quelle heure étiez-vous partis de Sitnica?

19 Réponse: Je ne m'en souviens vraiment pas avec précision, je n'avais pas

20 de montre sur moi, mais je ne pouvais que supposer que ceci devait être

21 assez tôt au cours de la matinée, 10 heures, 10 heures 30, peut-être.

22 Question: Avez-vous emprunté la route que l'on prend normalement pour

23 aller de Sitnica à Manjaca?

24 Réponse: Non, peut-être à une ou deux reprises seulement, je suis passé

25 par là pour aller à Banja Luka. Je ne me souvenais plus. Pendant un

Page 10423

1 certain temps, on avait emprunté une route goudronnée, mais par la suite,

2 et pour la plupart des cas, ce n'étaient que des sentiers forestiers, des

3 chemins de forêt, et que je ne connaissais pas, que je n'avais jamais pris

4 avant.

5 Question: Quelle est la distance qui sépare Sinisa et Manjaca? Dites-nous

6 si vous le savez.

7 Réponse: Plus tard, je l'apprendrai. On se trouvait dans une étable, on a

8 été installés et je me trouvais parmi des gens plus âgés qui avant la

9 guerre empruntaient cette route-là pour aller travailler. Et ils m'ont dit

10 que ceci devait faire une distance de 30 à 40 kilomètres, au moins me l'a-

11 t-on dit.

12 Question: Excepté vous, combien de mineurs il y avait dans votre groupe?

13 Réponse: Lorsque j'ai été remis en liberté, nous étions peut-être de cinq

14 à six dans mon groupe, mais en tout, je crois que nous devions être

15 environ 15 à être détenus de la même catégorie lorsque nous étions dans le

16 camp.

17 Question: Par conséquent, approximativement, il devait y avoir une

18 quinzaine de jeunes gens, tous comme vous qui avaient pris cette route-là.

19 Saviez-vous d'où ils venaient ces gens-là, ces jeunes?

20 Réponse: Je sais pour deux jeunes gens qui tout comme moi ont été remis en

21 liberté. Ils ne devaient pas avoir plus de 16 ans, même pas 16 ans, à

22 peine 16 ans. Mais je ne peux pas le savoir parce que, vous savez, on ne

23 nous a pas vraiment permis de parler entre nous en marchant.

24 Question: Excusez-moi. Seriez-vous en mesure de nous dire, de répéter de

25 quel village ils étaient ces jeunes gens-là ?

Page 10424

1 Réponse: Oui, pour ces deux jeunes gens, je peux vous le dire, ils étaient

2 originaires du même village de Crljeni. Eux aussi, ils ont été remis en

3 liberté tout comme moi.

4 Question: Y avait-il des personnes âgées dans ce groupe-là, du village de

5 Sitnica à Manjaca?

6 Réponse: Eh bien pour parler des autres, des jeunes gens, je peux dire

7 qu'ils étaient de la municipalité de Kljuc.

8 Question: Mais approximativement, pouvez-vous nous dire combien de

9 personnes âgées il devait y avoir dans ce groupe, dans ce convoi de 350

10 hommes?

11 Réponse: Il devait y avoir pas mal de personnes âgées. Il devait y avoir

12 plus de 60 personnes qui avaient dépassé l'âge de la cinquantaine, et de

13 15 à 20 parmi ceux qui avaient dépassé l'âge de 60 ans. Ces gens-là

14 avaient du mal à marcher. Peut-être pouvaient-ils marcher à peine un

15 kilomètre ou deux sans faire plus.

16 Question: Mais vous disiez tout à l'heure que vous autres, vous deviez

17 porter ceux qui n'étaient pas en mesure de marcher?

18 Mme Sutherland (interprétation): Cela est exact. Enfin, nous on, enfin, on

19 se relayait en quelque sorte pour porter ces gens-là, pour les secourir.

20 M. le Président (interprétation): Oui, Maître Ackerman?

21 M. Ackerman (interprétation): A la page 7, dans la première ligne, ce que

22 nous lisons, je ne suis pas sûr que cela reflète les propos du témoin,

23 quand on dit qu'il y avait de 15 à 20 de ces personnes âgées dont l'âge

24 dépassait 60 ans.

25 M. le Président (interprétation): Dépassant 50 ans, n'est-ce pas? Merci,

Page 10425

1 Maître Ackerman.

2 Mme Sutherland (interprétation): Monsieur Dedic, vous disiez qu'il y avait

3 pas mal de personnes âgées, il y avait de 15 à 20 personnes dont l'âge

4 dépassait la soixantaine, n'est-ce pas. Alors qu'il y avait beaucoup de

5 gens dont l'âge dépassait 50 ans, n'est-ce pas?

6 M. Dedic (interprétation): Cela est exact.

7 Question: Que s'est-il passé à votre arrivée au camp de Manjaca?

8 Réponse: Eh bien, en arrivant là-bas, nous nous sommes trouvés dans un

9 enclos. Il y avait des étables là, de grandes étables. Et à l'entrée de

10 ces étables, on nous a fait aligner. Il y avait du soleil, le soleil qui

11 tapait fort et il y avait des gens qui perdaient connaissance et comme

12 nous avions marché longuement, comme on ne nous a surtout pas donné à

13 manger ni à boire, il y avait des gens qui, tout simplement, tombaient

14 raides. Alors, on ne faisait pas d'autres gestes sauf d'apporter un seau

15 d'eau pour arroser la personne qui perdait connaissance et qui gisait par

16 terre.

17 Après quoi, d'autres procédures ont pris place. Par exemple, il a fallu

18 faire le listing de nos noms. Après quoi, on nous orientait vers les

19 étables dans lesquelles on devait être installés, le tout, évidemment,

20 assorti de coups, de tortures. On nous traitait de bêtes en nous faisant

21 entrer dans ces étables. Et pour éviter les malheurs, il a fallu faire

22 vite pour y entrer.

23 Question: Vous dites: "On a fait dresser des listes, on a fait des

24 listings de vos noms." Quelles autres informations on vous demandait?

25 Réponse: On demandait nos noms de famille, prénoms, date de naissance,

Page 10426

1 encore que tout ceci était connu d'eux. Ils étaient là pour dresser une

2 liste et enfin en finir avec cela.

3 Question: Avez-vous donné également le nom de votre père?

4 Réponse: Oui.

5 Question: Dans quelle étable vous a-t-on installé, vous?

6 Réponse: Il y avait trois étables dans un premier rang… Enfin, moi, j'ai

7 été dans celle du milieu.

8 Question: Combien de gens y avait-il eu dans cette étable, lorsque vous

9 étiez installés?

10 Réponse: Nous étions plus de 600 personnes.

11 Question: Je voudrais vous poser maintenant quelques questions concernant

12 les conditions d'existence, ces conditions qui prévalaient dans cette

13 étable. Vous a-t-on donné de la nourriture? Vous a-t-on donné à manger? Si

14 oui, de quoi s'agissait-il?

15 Réponse: Le premier jour, on ne nous a rien donné. On nous a verrouillés

16 là tout court et le premier jour était terrible. Avec la nuit qui tombait,

17 seuls les gardes demeuraient avec nous. Et ces derniers sont entrés dans

18 notre étable. Ils étaient assez nombreux. Ils se sont mis à nous insulter.

19 Ils nous ont donné l'ordre de nous mettre par terre à plat ventre, la tête

20 tournée vers le sol, les bras dans le dos, les mains dans le dos. Et quand

21 je dis que c'était des étables, avant nous, il y avait là des brebis. Et

22 tout cela puait, tout cela sentait enfin le fumier, le purin. A peine l'a-

23 t-on nettoyé, le sol et le reste. Par conséquent, ça sentait fort mauvais.

24 Ils frappaient comme cela leur convenait. Enfin, ils leur arrivaient aussi

25 de sélectionner des gens en leur assénant des coups de matraque et toutes

Page 10427

1 les fois, s'il y a eu quelqu'un parmi nous qui osait relever un petit peu

2 la tête, il se faisait sélectionner aussitôt pour se faire sortir de

3 l'étable pour recevoir de nouveaux coups. Nous, on ne savait absolument

4 pas de quoi il s'agissait, on ne se rendait absolument pas compte de la

5 situation, on ne pouvait saisir clairement et entendre clairement que des

6 hurlements et cris de douleur de tous ces gens-là. Ainsi donc, s'était

7 déroulée cette première nuit et peut-être que ces gens-là qui se faisaient

8 sélectionner devaient être hors étable pendant une heure, une heure et

9 demi, etc. ..

10 Question: Pendant combien de temps avez-vous été détenus à Manjaca, dites-

11 le nous approximativement.

12 Réponse: Comme nous n'avions pas de montre, on n'avait aucune information,

13 aucun moyen de recevoir des informations. On ne pouvait pas vraiment avoir

14 une idée nette de tout ce qui se passait autour de nous, mais disons que

15 c'était au début juillet enfin, disons plutôt plus près de la mi-juillet

16 que j'étais détenu.

17 Question: Et vous étiez parti pour Manjaca au cours de la première semaine

18 du mois de juin, n'est-ce pas?

19 Réponse: C'est exact.

20 Question: Par conséquent, pendant cette détention de cinq à six semaines,

21 pourriez-vous dire à cette Chambre d'instance quelle était la nourriture

22 que vous receviez?

23 Réponse: Oui, je peux le dire. Presque aucune et nulle. Le jour suivant,

24 on nous a apporté à manger sous forme d'un petit déjeuner dans un petit

25 gobelet en plastique, quelque chose qui devait être du thé, alors que ce

Page 10428

1 n'était que de l'eau avec quelque chose dedans qui devait tenir place de

2 thé. Et puis après, un morceau de pain vraiment rance qui devait avoir été

3 quelque part pendant plus d'une semaine. Et puis après, pour déjeuner, une

4 petite soupe, peut-être un peu de haricots secs et encore un morceau de

5 pain, une tranche presque transparente. Pour le dîner, la même chose. Et

6 si d'aucun osait demander de la nourriture, un peu plus de nourriture, eh

7 bien, cela se faisait, ceux-là se faisaient passer à tabac, on le faisait

8 rentrer dans l'étable aussitôt. Et ayant vu de tels cas, évidemment, on

9 n'osait absolument pas demander quoi que ce soit pour redemander la

10 nourriture parce qu'on ne pouvait obtenir autre chose que de se faire

11 passer à tabac. Pour ce qui est de l'eau potable, c'était la même

12 situation. On nous donnait de l'eau qui devait durer pendant cinq jours et

13 comme il faisait très chaud, -la toiture n'était autre chose qu'une espèce

14 de tôle-, ce qui faisait qu'il faisait très très chaud, par conséquent,

15 cette eau, c'était paraît-il une eau de pluie plutôt, quelque chose qui

16 était plutôt puante. Or, nous n'étions pas vraiment sans avoir de problème

17 de digestion et d'estomac.

18 Question: Vous avez dit hier que vous deviez avoir 60 kilogrammes, combien

19 enfin pesiez-vous au moment où vous avez quitté le camp?

20 Réponse: J'avais 49.

21 Question: Vous voulez dire kilogrammes?

22 Réponse: Oui.

23 Question: Pendant votre détention, là, comment se présentaient les

24 conditions d'hygiène? Est-ce que vous avez eu la possibilité de prendre un

25 bain par exemple?

Page 10429

1 Réponse: Eh bien, pour parler des conditions d'hygiène, elles étaient

2 nulles. Une fois seulement, j'ai pu prendre un bain dehors et cela après

3 avoir passé une vingtaine de jours en détention. Nous étions dix sous une

4 douche et pour un rien de quelques minutes, deux minutes par exemple, on

5 devait se laver, enfin prendre une douche. Par conséquent, on ne pouvait

6 pas faire grand-chose. Il y avait des gens qui n'avaient même pas eu le

7 temps d'enlever leurs vêtements, qui devaient quitter les lieux.

8 Question: Vous dites que vous ne pouviez prendre qu'un seul bain, vous

9 dites que c'était dehors, c'est à cette douche que vous faites référence?

10 Réponse: Oui.

11 Question: Y a-t-il jamais eu quelqu'un qui se serait adressé au nom d'une

12 autorité quelconque à vous, détenus que vous étiez dans votre groupe?

13 Réponse: Il ne s'agissait pas vraiment d'autorité, mais il y avait une

14 personne qui s'était présentée comme étant là en qualité de commandant du

15 camp, sans décliner son nom; il a dit tout simplement qu'il était le

16 commandant du camp. Il s'était adressé une fois seulement pendant que

17 j'étais détenu là-bas.

18 Question: Et qu'a-t-il dit?

19 Réponse: D'entrée de jeu, il nous a fait savoir, il a voulu nous faire

20 savoir que venant au camp de Manjaca, nous avions perdu tous nos droits de

21 l'homme, c'est-à-dire nous avons été traités comme des animaux, comme des

22 bêtes et que nous n'avions pas à faire autre chose que d'obéir à ce qu'on

23 nous ordonnait, à ce qu'on nous disait. Ceux qui ne le feraient pas,

24 évidemment, ne pourraient pas faire autre chose que de s'attendre à un

25 passage à tabac.

Page 10430

1 Question: Pourriez-vous nous faire la description de cette personne?

2 Réponse: Oui, oui. Je m'en souviens vaguement. Il était plutôt de petit de

3 taille, moustachu, un peu gros, disons, une voix aiguë. Lui aussi portait

4 un uniforme de camouflage et, je crois qu'il a précisé qu'il était colonel

5 de grade.

6 Question: Comment se présentait le teint, la couleur de ses cheveux?

7 Réponse: Il avait les cheveux gris.

8 Question: Juste une petite question concernant les conditions d'hygiène.

9 Comment se présentaient vos toilettes, vos cabinets?

10 Réponse: Eh bien, le cabinet était à l'intérieur. Il y avait un baquet en

11 tôle. Au beau milieu de l'étable, il y avait du béton, on dirait un socle

12 à une hauteur d'un mètre, s'étalant sur une cinquantaine de mètres et

13 c'est à ce niveau-là que se trouvait ce baquet qui nous servait de cabinet

14 et, où on pouvait faire nos besoins.

15 Enfin, ne serait-ce que pour le faire la nuit, parce qu'on ne nous

16 permettait surtout pas la nuit de sortir de l'étable.

17 Question: Vous rappelez-vous les noms, un quelconque nom de garde?

18 Réponse: Je me souviens de deux personnes qui au moins, je le pense,

19 devaient être les chefs d'équipe de garde. Il y avait un "Spaga" un Fadil

20 ou "Bula" ou ce n'étaient que des surnoms de ces gens-là. Et je me

21 souviens de ces gens-là.

22 Question: Seriez-vous en mesure de nous faire là description, comment se

23 signalait ce "Spaga"?

24 Réponse: Il était de taille moyenne, si je m'en souviens bien. Enfin, ni

25 gros, ni maigre, au front plutôt dégarni. Il portait un gilet noir. Il

Page 10431

1 semblait comme s'il était tout ficelé en quelque sorte, voilà d'où vient

2 le surnom de "Spaga".

3 Question: A combien de reprises vous a-t-il adressé la parole, le

4 commandant du camp?

5 Réponse: Pendant que j'y étais détenu, il l'a fait à deux reprises, c'est

6 ce dont je me souviens au moins.

7 Question: Et que se passait-il la nuit dans votre étable?

8 Réponse: Je vous ai déjà dit au début même de ma déposition, presque

9 chaque nuit les gardes faisaient irruption pour sélectionner les gens,

10 pour les faire sortir, pour les passer à tabac, pour leur imposer de

11 mauvais traitements.

12 Question: Vous rappelez-vous les noms de ces gens-là que l'on faisait

13 sortir dont les noms furent appelés?

14 Réponse: Je m'en souviens de deux d'entre eux. Il y avait un certain

15 Mirsad de Pudin-han, je ne me souviens pas de son nom de famille. Il était

16 chauffeur de taxi de Kljuc, il y avait un certain Zaim Vetrenar (phon),

17 lui aussi de Kljuc. Eux deux surtout se faisaient passer à tabac. Voilà la

18 raison pour laquelle j'ai surtout souvenance de leurs noms.

19 Question: Est-ce qu'on pourrait présenter au témoin le document portant la

20 cote P1110 qui a été communiqué sous la cote 71.105?

21 (Intervention de l'huissier.)

22 Est-ce que votre nom figure sur ce document en question?

23 Réponse: Oui, il y est. C'est le numéro 54.

24 Question: Est-ce que les autres 54 noms que vous pouvez lire vous sont-ils

25 connus?

Page 10432

1 Réponse: Oui, je les connais. Je connais Filipovic Omer, Leopold Flat,

2 Begic, Alija, Muhamed Filipovic, et il se peut que j'en connaisse un grand

3 nombre de vue, mais je ne reconnais pas leurs noms.

4 Question: Est-ce que vous vous rappelez certains de ces noms de famille?

5 Est-ce que vous avez entendu appeler ces noms? A l'école, par exemple, de

6 Nikola Mackic, ou à l'école Sitnica ou à Manjaca?

7 Réponse: Oui, je me rappelle. Il y avait un bon nombre. Ceux-là, par

8 exemple: Kujundzic, Kumalic, Ticevic, Begic, un bon nombre de noms de

9 famille "Egrlic".

10 Question: Nous avons fini avec ce document.

11 (Intervention de l'huissier.)

12 Est-ce que vous vous souvenez si une organisation s'est rendue en visite

13 dans le camp?

14 Réponse: Oui, ce fut peu de temps avant que je ne parte du camp. C'était

15 Merhamet de Banja Luka, je me souviens bien. Deux hommes étaient venus, je

16 crois. Ils ont fait le tour de l'étable. Ils ont parcouru les locaux, mais

17 on leur a dit de ne pas parler du tout aux détenus et de ne faire que

18 passer, de sorte que ce n'était qu'une formalité. A un moment donné, j'ai

19 entendu le garde leur dire: "Voudriez-vous que l'on vous garde ici pendant

20 un certain temps vous aussi pour voir comment c'est?" Même s'il s'agissait

21 d'une organisation humanitaire ou charitable, ils sont passés brièvement

22 et sont repartis.

23 Question: Est-ce que vous savez si Merhamet savait qu'il y avait des

24 mineurs qui étaient détenus au camp de Manjaca?

25 Réponse: Je ne le sais pas, parce que je n'ai pas pu communiquer avec eux.

Page 10433

1 Question: Est-ce que le Comité international de la Croix-Rouge

2 internationale, est-ce qu'elle visitait le camp de Manjaca lorsque vous y

3 étiez?

4 Réponse: Pas pendant que je m'y trouvais.

5 Question: Alors, que vous est-il arrivé après la visite de Merhamet dans

6 le camp?

7 Réponse: Un jour ou deux après leur visite, un garde est entré dans mon

8 étable. C'était vers 11 heures ou midi et il a appelé mon nom et les deux

9 autres jeunes, Eset Kablic et Fahrudin Omerovic. Et nous nous sommes

10 levés, nous avons quitté l'étable. Il nous a emmenés avec lui, nous

11 l'avons suivi. Nous sommes arrivés à la pièce où les détenus étaient

12 interrogés. C'était une petite pièce. Nous avons été emmenés, ensuite,

13 chacun dans une pièce différente. C'était le type d'interrogatoire formel

14 par cette personne qui questionnait. Et dès que je suis entré, il m'a dit:

15 "Est-ce que vous savez que vous rentrez chez-vous?" J'étais surpris. Et il

16 a dit que lorsque nous serions rentrés chez nous, nous devrions aller nous

17 présenter, faire notre service dans l'armée serbe. Et à un certain nombre

18 de questions évoquées, il a dit que nous recevrions un certificat, un type

19 de certificat à Kljuc une fois qu'on serait revenu. Et après cet

20 interrogatoire, nous avons été ramenés à l'étable et on ne nous a pas dit

21 quand nous rentrerions chez nous. Et le jour suivant, dans l'après-midi,

22 ils sont venus nous chercher à nouveau dans l'étable. Ils nous ont fait

23 sortir. Ils nous ont emmenés vers une sorte de minibus, une sorte de petit

24 car qui venait de Kljuc et qui portait comme inscription: école

25 élémentaire de Velagic.

Page 10434

1 Ils nous ont fait rentrer dans le véhicule. Il y avait deux policiers qui

2 s'y trouvaient avec le chauffeur qui portait aussi un uniforme de

3 camouflage. On ne nous a rien dit, on ne nous a rien dit de ce qui se

4 passait, où nous allions, de sorte que tout était très vague. Il fallait

5 là encore avoir les mains derrière la nuque et la tête baissée. Et puis,

6 ils ont démarré. Et après un certain temps de voyage, nous nous sommes

7 arrêtés à un point de contrôle, un point de contrôle qui était aux mains

8 de leur armée avec des personnes qui étaient en uniforme gris-olive. Et

9 j'ai remarqué de la fenêtre qu'ils montraient de leurs mains au chauffeur

10 qu'ils devraient nous faire sortir pour qu'ils puissent nous tuer, nous

11 massacrer, de sorte que nous étions terrifiés. Nous avons juste survécu.

12 Peu importait le fait qu'il leur ait montré une sorte de certificat. Ils

13 nous ont gardés là pendant un certain temps et puis, nous avons pu

14 repartir et un certain nombre d'autres points de contrôle que nous avons

15 franchis plus facilement, et nous sommes arrivés à Kljuc et c'était déjà

16 le crépuscule. Ils nous ont conduits au commissariat de police et on nous

17 a dit d'attendre dans le car. Nous sommes restés seuls, mais la ville

18 semblait déserte.

19 Question: Excusez-moi, est-ce qu'on vous a donné au poste de police les

20 certificats, dont vous nous avez parlés?

21 Réponse: Oui, après un certain temps, on a attendu dans le car. Il y avait

22 des gens qui… des soldats en l'occurrence, qui tapaient sur les vitres,

23 qui menaçaient de nous tuer, de nous couper la gorge. Nous étions seuls

24 dans le car. Et puis, au bout d'un certain temps, ce policier est venu. Il

25 portait certains papiers et il nous a remis ces papiers. Puis, nous trois,

Page 10435

1 avons été conduits jusqu'au pont de Kljuc. A la sortie de la ville, il y a

2 un croisement, il y a une route qui conduit à mon village. A partir de ce

3 pont, ça représente à peu près 11 kilomètres jusqu'à mon village. Et il a

4 tout simplement dit qu'à partir de là, nous n'avions plus qu'à aller à

5 pied. Nous ne savions pas du tout qu'elle était la situation en ville et

6 dans les environs, parce que nous avions été à Manjaca. Ce n'est que par

7 la suite que je me suis rendu compte des raisons pour lesquelles ils nous

8 avaient relâchés pendant la nuit et pourquoi ils nous ont laissés nous

9 déplacer à pied. Nous avions le crâne rasé, nous avions eu le crâne rasé à

10 Manjaca. Ils ont mis de la poudre, une sorte de poudre sur nos têtes,

11 prétendument pour des raisons d'hygiène et puis ils nous ont relâchés ici.

12 Et nous sommes donc partis à pied vers notre village.

13 Question: Revenons au poste de police et au certificat qui vous a été

14 remis. Qu'est-ce qui était dit sur ce certificat?

15 Réponse: Ce n'est qu'une fois rentré chez-moi que je l'ai lu. Il était

16 rédigé de telle sorte que cela, en fait, cachait les crimes, le fait

17 qu'ils avaient détenu des mineurs et des personnes âgées. Il était

18 simplement dit que tel jour, le jour où nous étions relâchés de Manjaca,

19 nous avions été emmenés en détention chez nous et interrogés au poste de

20 police à Kljuc et relâchés le même jour de sorte que, tout le temps que

21 nous avions passé à Manjaca ne faisait l'objet d'aucune mention, était

22 caché. De sorte que ces certificats ne représentaient rien, on ne pouvait

23 pas prouver qu'on n'avait passé du temps à Manjaca parce qu'il n'y avait

24 aucune mention de ce camp. On disait simplement qu'on nous avait arrêtés

25 et relâchés le jour même.

Page 10436

1 Question: Et qu'est-ce que qui est arrivé à ce certificat?

2 Réponse: Je l'ai perdu chez moi à cause de l'atmosphère de peur et des

3 circonstances. Je n'ai pas pu le retrouver.

4 Question: Qui d'autre a été relâché avec vous le même jour? Vous avez

5 mentionné, vous avez dit que vous étiez trois, les trois mineurs. Y a-t-il

6 eu d'autres personnes relâchées avec vous?

7 Réponse: Oui, nous étions trois. De mon village, il y avait moi et deux

8 autres et deux ou trois autres mineurs. Donc cinq ou six mineurs en tout

9 et le même nombre de personnes âgées. Donc, au total une dizaine de

10 personnes ont été relâchées. Je me rappelle seulement les noms de ces

11 deux-là parce qu'ils sont de mon village.

12 Question: Est-ce qu'on pourrait présenter au témoin le document marqué

13 P111... Excusez-moi, non... Excusez-moi, il s'agit de la pièce à

14 conviction portant la cote P330.

15 (Intervention de l'huissier.)

16 Avant-hier, aviez-vous déjà vu ce document, Monsieur le Témoin?

17 Réponse: Non.

18 Question: Quelle est la date du document, les titres de ce document?

19 Réponse: La date est le 1er octobre 1992 et elle coïncide avec ma date de

20 naissance. Je ne m'en étais pas aperçu. La demande pour l'abolition, la

21 suppression de détenus musulmans qui se trouvaient à Manjaca. Je ne sais

22 pas de quel type de rébellion il s'agit qui est mentionnée, contre quelle

23 République.

24 Question: Pourriez-vous simplement lire le premier paragraphe, s'il vous

25 plaît.

Page 10437

1 Réponse: La Republika Srpska, l'assemblée de la Republika Srpska, la

2 région autonome de la Krajina, Banja Luka.

3 Question: Excusez-moi, après le mot à la présidence de la Republika

4 Srpska, vous dites: demande de grâce pour des prisonniers musulmans gardés

5 à Manjaca. Pourriez-vous lire le paragraphe qui se trouve juste en

6 dessous?

7 Réponse: Oui. "Nous demandons que vous graciez et que vous relâchiez les

8 détenus suivants qui sont gardés à Manjaca parce qu'il a été établi qu'ils

9 n'avaient pas pris à la révolte contre la Republika Srpska."

10 Question: Est-ce que votre nom figure sur ce document?

11 Réponse: Oui, au numéro 12.

12 Question: Est-ce que vous avez su s'il y avait d'autres personnes dans le

13 camp de Manjaca qui auraient eu le même nom que vous?

14 Réponse: Non, pas que je sache.

15 Question: Par qui ce document est-il signé, si vous êtes capable de lire

16 ce qui est dactylographié là?

17 Réponse: C'est plutôt difficile à dire "Vojo Kupresanin".

18 Question: Merci. Si l'on pouvait maintenant montrer au témoin le document

19 qui porte la cote P1111?

20 Réponse: Pourrais-je dire quelque chose de plus en ce qui concerne le

21 document précédent?

22 Question: Oui.

23 Réponse: La date qui figure est le 1er octobre en haut et, en bas, il

24 s'agit du 9 octobre et, à ce moment-là, j'étais déjà en République de

25 Slovénie et je suis parti, je suis allé en Allemagne pour y rejoindre mon

Page 10438

1 père.

2 (Intervention de l'huissier.)

3 Question: Pourriez-vous maintenant regarder le document P111.1 et nous

4 dire quelle est la date de ce document?

5 Réponse: C'est le 7 octobre 1992.

6 Question: C'est une liste de personnes qui ont été graciées et relâchées.

7 Est-ce que votre nom figure sur cette liste?

8 Réponse: Oui, elle y figure. C'est le numéro 7.

9 Question: Pourriez-vous lire le paragraphe qui se trouve juste après la

10 liste de noms?

11 Réponse: Est-ce qu'il faut que je fasse cela?

12 "Conformément à la décision de la présidence de la Republika Srpska n°01-

13 1074/92 du mois d'octobre." C'est probablement 1992, mais je n'arrive pas

14 à le lire.

15 "En ce qui concerne l'abolition des personnes susnommées ont été relâchés

16 de prison et conformément à la même décision devraient être autorisés à

17 quitter le territoire de la Republika Srpska par l'entremise du comité de

18 la Croix Rouge internationale à Banja Luka."

19 Question: Et encore, qui a signé ce document?

20 Réponse: La même personne, Vojo Kupresanin.

21 Question: Merci.

22 J'en ai fini avec ce document.

23 (Intervention de l'huissier.)

24 Je voudrais maintenant vous poser certaines questions concernant le moment

25 où vous avez été relâché du camp de Manjaca.

Page 10439

1 Réponse: Le Comité de la Croix-Rouge ne m'a jamais emmené où que ce soit,

2 comme il est dit ici.

3 Question: Je vous remercie.

4 Je voudrais maintenant vous poser des questions concernant votre retour au

5 village après avoir été relâché du camp de Manjaca. Vous avez dit qu'on

6 vous avait laissé à un carrefour et que vous aviez dû rentrer à pied au

7 village. Dans quel état était votre maison lorsque vous êtes revenu à la

8 mi-juillet?

9 Réponse: Si vous permettez que je revienne un peu en arrière, à cette

10 histoire de carrefour, je n'avais pas fini de dire ce que je voulais à ce

11 sujet.

12 Question: Oui.

13 Réponse: A partir de ce croisement, de ce carrefour, nous sommes donc

14 partis vers chez nous sans savoir quelle était la situation. Et

15 évidemment, en espérant pouvoir rentrer chez nous. Mais la situation était

16 très différente de ce que nous pensions cette nuit-là. Nous ne serions

17 probablement pas arrivés vivants chez nous. Nous avons eu la chance qu'un

18 homme, un Musulman, dans un village qui s'appelle Zgon, un hameau,

19 Memmedagici près du croisement, un homme nous a fait signe de la main et

20 nous a dit de le rejoindre.

21 Bien que je n'aie peut-être pas mentionné ceci dans ma déclaration, mais

22 par la suite, je m'en suis souvenu. Et il nous a emmené chez lui dans sa

23 maison et il nous a demandé d'abord qui nous étions, d'où nous venions et

24 il a supposé que nous avions été dans une sorte de détention puisque nous

25 avions le crâne rasé. Et il nous a demandé vers où nous nous rendions. Et

Page 10440

1 nous avions dit que nous étions du village de Crljeni et que nous

2 rentrions chez nous. Et il nous a dit: "Maintenant, à cette heure de la

3 nuit, je ne vous conseille pas d'aller là-bas, parce qu'à partir de la

4 séparation qui était une firme qui faisait du béton, il y avait des

5 tranchées le long de la route avec des soldats qui s'y trouvaient. Et si

6 vous passez par là, ils vous tirerons dessus dès qu'ils vous verrons."

7 Tout ceci avait été planifié. Le fait justement de nous relâcher la nuit,

8 nous laisser y aller et ensuite, nous aurions été tués et nul n'aurait su

9 ce qui nous était arrivé. Donc en fait, il nous a sauvés de cela et nous

10 avons passé la nuit chez lui, et le lendemain matin vers 9 heures, il nous

11 a dit que nous pouvions partir de sorte qu'à Suknjista, à quelques maisons

12 qui se trouvent près de la rivière Sana, on nous a arrêtés à un point de

13 contrôle.

14 On nous a posé un certain nombre de questions, on leur a montré ces

15 certificats et ils nous ont laissé passer et continuer notre chemin.

16 Nous avons même vu deux ou trois de ces soldats qui dormaient près de ces

17 tranchées. Donc c'était assez ridicule, mais nous n'avons rien fait. Je ne

18 sais pas de quel type d'armée il s'agissait. Donc nous avons simplement

19 passé notre chemin.

20 Question: Et à un moment donné, vous avez atteint… vous êtes parvenu à

21 votre maison, n'est-ce pas?

22 Réponse: Oui.

23 Question: Dans quel état était votre maison?

24 Réponse: Elle était comme toutes les autres maisons, criblée de traces de

25 balles, le toit était endommagé, la plupart des vitres étaient brisées et

Page 10441

1 j'ai su par la suite par ma mère qu'on avait bombardé le village de

2 l'autre côté de Pomenica. Et il y avait des villages où ils avaient tiré

3 des obus, ouvert le feu. J'ai vu que de nombreuses choses manquaient dans

4 la maison qui avaient été prises et emportées. De nombreuses maisons

5 étaient endommagées, pratiquement toutes.

6 Question: Est-ce que votre maison avait été pillée?

7 Réponse: Oui, pour la plus grande partie, oui. Comme je l'ai dit en grande

8 partie, oui.

9 Question: Votre mère, votre jeune frère et soeur étaient là. Est-ce que

10 vous êtes resté dans la maison avec eux?

11 Réponse: Oui, le premier jour j'y suis resté. Dès le soir, lorsqu'il a

12 commencé à faire sombre, étant donné la situation dans le village, le fait

13 que d'autres villageois ont dit à ce moment-là qu'il était dangereux pour

14 des hommes de passer la nuit chez eux, de sorte qu'avec les autres, il y a

15 une dizaine donc relativement âgés et nous trois, les jeunes, nous sommes

16 allés passer la nuit dehors, en dehors du village, bien que ceci ait été

17 encore plus dangereux, mais nous avions l'impression d'être davantage en

18 sécurité, parce qu'il y avait ceux qui venaient au village pendant le jour

19 et, la nuit, ils fouillaient la maison et s'ils trouvaient quelqu'un, il y

20 avait une forte probabilité qu'ils soient emmenés dans une direction

21 inconnue.

22 Question: Et quand ils venaient au village souvent pendant la journée,

23 vous vous référez à qui?

24 Réponse: Les Serbes, il n'y avait personne d'autres dans le village, les

25 autres hommes étaient détenus. Tout le monde savait que c'étaient les

Page 10442

1 Serbes, même les oiseaux le savaient, ils savaient que ce serait eux qui

2 tireraient.

3 Question: Comment venaient-ils?

4 Réponse: Dans des véhicules.

5 Question: Quelle sorte de véhicules?

6 Réponse: Je me souviens en particulier d'un car rouge, et quand ils

7 arrivaient, je savais qu'ils emmèneraient certaines personnes du village

8 et on se cachait tous quand on voyait ce car arriver.

9 Question: Est-ce qu'il s'agissait d'un grand bus ou un petit?

10 Réponse: C'était un minibus.

11 Question: Est-ce qu'à Kljuc a été détruit un quelconque bâtiment du culte

12 dans cette période de mai jusqu'à septembre 1992?

13 Réponse: La mosquée a été détruite complètement et dans mon village

14 également, la mosquée a été détruite dans une grande partie.

15 Question: Est-ce que vous vous souvenez de la période où la mosquée de

16 Kljuc a été endommagée?

17 Réponse: Oui, c'était au mois d'août, mais je ne peux pas me souvenir de

18 la date précise.

19 Question: Est-ce que vous savez comment cette mosquée était endommagée?

20 Réponse: C'était pendant la nuit. Cet événement s'est produit pendant la

21 nuit. Je me trouvais près du village dans un bosquet, peut-être à une

22 centaine de mètres de distance de ma maison et à côté de la maison de mes

23 deux oncles qui étaient l'une à côté de l'autre et à un moment donné, j'ai

24 décidé de revenir dans la maison de mon oncle parce qu'elle était vide et

25 parce que lui, il se trouvait avec sa famille en Slovénie, parce que

Page 10443

1 j'avais soif et, à l'entrée de la maison, la fenêtre donnait sur la ville

2 de Kljuc et il y avait une nuit avec le clair de lune et on pouvait bien

3 voir la vieille ville de Kljuc, assez clairement. Et à un moment, il y

4 avait un tremblement comme un tremblement de terre dans la maison. Il y

5 avait des vitres qui se sont cassées et c'est alors que j'ai vu un grand

6 éclair dans la vallée où se trouve la ville de Kljuc. C'était un éclair

7 immense. Et j'ai supposé qu'il s'agissait probablement d'une explosion

8 dans un grand bâtiment. Plus tard, ma mère, qui, cette nuit, était à

9 Kljuc, elle a passé cette nuit à Kljuc chez une cousine tout près de la

10 mosquée, peut-être à 500 mètres de la mosquée; c'était une maison, mais ma

11 mère m'a dit qu'en fait c'était la mosquée qui a été détruite cette nuit-

12 là, qu'il s'agissait d'une explosion très forte, que c'était tout près. Et

13 le lendemain, quand elle est revenue chez elle, elle a vu les bâtiments

14 aux alentours. C'étaient les habitations et, ces bâtiments avaient aussi

15 les fenêtres cassées à cause des débris tombés de la mosquée, c'est-à-dire

16 la mosquée a été détruite jusqu'aux fondations avec le minaret.

17 Question: Comment s'appelait cette mosquée? Si vous le savez?

18 Réponse: Je ne sais pas quel était son nom exact, mais je pense que

19 c'était la mosquée de Kljuc, quelque chose comme cela.

20 Question: Où se trouvait cette mosquée? Dans quelle rue? Est-ce que vous

21 vous souvenez de cela?

22 Réponse: Je ne me souviens pas de la rue où elle se trouvait, mais elle se

23 trouvait sur la route menant à Haribacic (phon), c'est une banlieue de

24 Kljuc, et peut-être à quelque 200 mètres à gauche de la mosquée, se

25 trouvait un dispensaire qui se trouve aujourd'hui aussi à cet emplacement

Page 10444

1 à Kljuc.

2 Question: Quand êtes-vous parti de la municipalité de Kljuc?

3 Réponse: C'était au début du mois de septembre. Peut-être à la mi-

4 septembre, mais en tout cas, c'était au mois de septembre.

5 Question: Et comment êtes-vous parti de Kljuc?

6 Réponse: C'était dans un convoi.

7 Question: Qui a organisé le départ de ce convoi?

8 Réponse: Je ne sais pas. C'était peut-être eux qui organisaient ce convoi,

9 c'est-à-dire les Serbes, parce qu'il n'y avait pas qui d'autre pour aider

10 ce peuple, parce qu'il n'était plus possible de vivre là-bas. Et eux, ils

11 voulaient nettoyer ce territoire des Musulmans et des Croates et c'est

12 probablement pour cela qu'ils ont fait cela.

13 Question: Comment avez-vous réussi à faire parti de ce convoi? Quelle

14 démarche avez-vous dû entreprendre pour pouvoir partir de Kljuc?

15 Réponse: C'était un processus assez difficile. Et c'est ma mère qui est

16 allée à Kljuc, je pense qu'il s'agissait de la municipalité de Kljuc où

17 elle devait le faire. Il y avait une grande queue devant la municipalité

18 et selon ses propos, il y avait des gens qui ont été malmenés, qui ont été

19 insultés, et elle devait signer un document déclarant qu'elle renonce de

20 son plein gré à la maison et à tous nos biens, mais elle ne pensait pas le

21 faire, mais elle devait le faire parce qu'on ne pouvait pas faire partie

22 du convoi sans la signature de ce document. C'est-à-dire qu'il fallait

23 renoncer à tous nos biens.

24 Question: Combien de personnes sont parties de Kljuc en même temps que

25 vous? C'était le jour où vous êtes parti, combien de personnes il y avait

Page 10445

1 dans ce convoi?

2 Réponse: Pas mal de gens. Il y avait à peu près sept bus et trois ou

3 quatre camions avec remorque. Et il y avait des hommes, des femmes des

4 enfants, des personnes âgées entassées. C'était impossible. On était tous

5 les uns sur les autres pratiquement. C'était comme s'il s'agissait de

6 pommes de terre qui ont été mises dans ces bus.

7 Question: Où, à la fin, ces bus se sont-ils arrêtés? C'est-à-dire dans

8 quelle direction le convoi est parti?

9 Réponse: A la fin de notre voyage, le voyage d'abord a duré toute la

10 journée et avant la nuit, on est arrivé devant un plateau. Je ne savais

11 pas le nom de ce plateau et de ce lieu, parce qu'on ne pouvait rien voir.

12 J'étais dans un camion, sous une bâche et je ne pouvais rien voir.

13 Seulement j'ai pu sentir qu'il y avait des coups, des jets de pierre de la

14 part des gens qui habitaient les endroits par lesquels ont passé. Donc ils

15 nous ont jeté des pierres. On est arrivé sur ce plateau. Et alors, ils

16 nous ont lâché des camions, des bus et amenés jusqu'à une grande falaise.

17 On pouvait voir un grand défilé en bas. Et ils nous ont dit de marcher

18 lentement. Il y avait beaucoup de femmes, d'enfants, de personnes âgées.

19 Et il y avait une route avec beaucoup de rochers. C'était impossible, même

20 pour nous, jeunes, de se déplacer parce qu'il y avait des sentiers très

21 étroits et c'est pour cela que beaucoup de femmes, d'enfants et de

22 personnes âgées tombaient, et nous devions nous entraider.

23 Chacun portait un ou deux sacs, quelques affaires personnelles et c'était

24 très très difficile de descendre par ce sentier et il y avait un moment où

25 je me suis rapproché de cette falaise, j'ai entendu dire par un soldat qui

Page 10446

1 a dit à un autre soldat: "Regarde combien de jeunes nous relâchons. On

2 aurait pu les tuer ici tous et les jeter dans le défilé et personne ne

3 saurait rien là-dessus." Donc moi, je m'attendais à chaque moment à me

4 faire tuer de dos, mais...

5 Question: Est-ce que vous savez le nom de ce plateau?

6 Réponse: Plus tard, à Travnik, j'ai appris qu'il s'agissait d'une partie

7 du plateau de Vlasic près de la ville Skender Vakuf. C'était la dernière

8 station, notre dernière station. Donc, dans ce défilé, dans cette vallée,

9 se trouvait la ville de Travnik où c'était notre station, dernière

10 station, la fin de notre trajet.

11 Question: Est-ce qu'il y avait des blessés ou des tués parmi les personnes

12 qui se trouvaient dans votre convoi?

13 Réponse: Il y avait beaucoup de pierres qu'ils nous jetaient dessus. Et

14 même à travers la bâche, il y avait beaucoup de personnes qui ont reçu les

15 coups de ces pierres dans leurs visages et il y avait une personne qui a

16 perdu tout d'un coup trois ou quatre dents, qui avait des lèvres écorchées

17 et avant d'être arrivé jusqu'à ce plateau, le convoi a été arrêté. Ils ont

18 essayé de trouver un homme. Je me souviens seulement du nom de cette

19 personne, c'était Hotic. Ils ont demandé s'il se trouvait dans notre

20 camion. Comme il n'était pas là, dans notre camion, ils ont examiné plus

21 loin et après, le convoi est reparti, et on a pu entendre seulement un ou

22 deux coups de feu après deux ou trois minutes ou cinq minutes de cet

23 examen de notre camion.

24 Et à Travnik, j'ai appris que cet homme n'était jamais arrivé à Travnik,

25 mais il se trouvait dans ce convoi.

Page 10447

1 Question: Vous avez mentionné le nom de Hotic. Et dans le compte rendu,

2 c'était Potic. Est-ce que c'est Hotic ou Potic?

3 Réponse: C'est Hotic avec un H.

4 Question: Après être arrivé à Travnik, est-ce qu'il y avait d'autres

5 convois de la municipalité de Kljuc qui sont arrivés à Travnik?

6 Réponse: Avant notre convoi, il y avait des convois, et après notre convoi

7 également jusqu'à ce que le territoire soit complètement nettoyé. Il y

8 avait seulement très peu de personnes qui sont restées: c'étaient des

9 personnes âgées et qui ne pouvaient pas acheter de billet pour le convoi,

10 qui coûtait à peu près une cinquantaine de marks allemands. Donc,

11 pratiquement toute la ville a été expulsée.

12 Question: C'est ma dernière question pour vous.

13 Est-ce que dans votre village, il y avait une quelconque résistance armée

14 pour laquelle vous saviez…?

15 Réponse: Je ne me souviens pas de cela. J'étais élève. Comme je l'ai

16 mentionné plusieurs fois jusqu'ici, je ne possédais aucune arme. Je n'ai

17 vu que ces soldats qui ont été amenés dans le village parce que ma maison

18 se trouve tout près de la route. Ils n'ont pas été maltraités. Avec eux,

19 ils se sont comportés correctement et dans le village de Krasulje, ils ont

20 été rendus à la Sfor, tous les sept soldats qui ont été détenus. Et plus

21 tard, j'ai appris que certains de ces détenus dans le camp, il y avait une

22 personne d'un autre village qui a reçu une boîte de cigarettes, un paquet

23 de cigarettes parce que celui-ci s'est bien comporté avec eux. J'ai

24 entendu parler de cela, c'est-à-dire de ce qui s'est passé avec les gens

25 de mon village.

Page 10448

1 Question: Revenons à la partie où vous avez dit que ces soldats ont été

2 rendus à la Sfor.

3 (L'interprète signale qu'elle n'a pas entendu le nom du village.)

4 Réponse: C'était le village de Krasulje. C'est ce que j'ai entendu au

5 moins. Et puis après, ils les ont transférés.

6 Question: Et au cours de votre détention, vous n'avez jamais été informé

7 pourquoi vous étiez détenu?

8 Réponse: Non. Tout simplement, quand leur commandant s'est adressé d'une

9 façon humiliante, il nous a dit que nos ossements resteront là-bas, c'est-

10 à-dire que nous allions souiller la terre serbe parce que nous sommes

11 musulmans.

12 Mme Sutherland (interprétation): Monsieur le Président, je n'ai plus de

13 questions.

14 M. le Président (interprétation): Merci, Madame Sutherland.

15 Nous avons deux options maintenant. Monsieur Trbojevic peut

16 commencer immédiatement le contre interrogatoire et après quoi, on va

17 faire une pause après une dizaine de minutes ou bien on peut faire la

18 pause maintenant et commencer le contre-interrogatoire après la pause,

19 c'est votre choix.

20 M. Trbojevic (interprétation): Donc vous l'avez présenté comme mon choix.

21 M. le Président (interprétation): D'accord. On va faire une pause

22 maintenant et on va donner aux interprètes la possibilité de se reposer

23 parce que pour eux c'était aussi une matinée très difficile, à ce que j'ai

24 pu voir en regardant à travers les fenêtres. On va recommencer le contre-

25 interrogatoire après la pause. Je vous suggère qu'on ait une pause plus

Page 10449

1 petite que d'habitude, c'est-à-dire une vingtaine de minutes pour.

2 (L'audience, suspendue à 10 heures 50, est reprise à 11 heures 13.)

3 (Contre-interrogatoire du témoin, M. Samir Dedic, par Me Trbojevic.)

4 M. le Président (interprétation): Monsieur Dedic, comme j'ai essayé hier

5 de vous expliquer, maintenant, on va procéder au contre-interrogatoire.

6 C'est l'avocat du conseil de la défense, qui défend son client, Radoslav

7 Brdj, qui va vous contre interroger. Si j'ai bien compris, ce sera Me

8 Trbojevic, conseil de la défense.

9 Allez-y, Maître Trbojevic.

10 M. Trbojevic (interprétation): Monsieur le Président, est-ce que vous

11 voulez…? Non. Bon.

12 Je vous prie de revenir un peu au début de ces événements du 26 et 27 mai.

13 Vous nous avez dit que vous avez vu des soldats serbes arrêtés, capturés.

14 M. Dedic (interprétation): Oui.

15 Question: Mais vous ne nous avez pas dit qui les a capturés?

16 Réponse: Comme je ne me trouvais pas là, à ce moment, je ne peux pas le

17 dire.

18 M. Trbojevic (interprétation): Dans votre déclaration donnée au Bureau du

19 Procureur le 4 juin 2001, il figure que vous les avez vus à une distance

20 d'une cinquantaine de mètres.

21 M. Dedic (interprétation): Oui, je les ai vus à côté d'une maison,

22 c'étaient les gens d'un autre village qui les escortaient.

23 M. le Président (interprétation): Oui, c'est toujours la même chose. C'est

24 toujours moi qui dois m'occuper de cela!

25 Maître Trbojevic et Monsieur Dedic, vous parlez la même langue et vous ne

Page 10450

1 laissez pas assez de temps entre les réponses et les questions. Tout

2 simplement, il y a la réponse tout de suite après la question et après

3 quoi, s'ensuivent d'autres questions et d'autres réponses. Vous n'êtes pas

4 gentils envers les interprètes, parce que les interprètes doivent

5 interpréter en anglais et en français tout cela. Donc, lorsque Me

6 Trbojevic vous pose la question, Monsieur Dedic, s'il vous plaît, attendez

7 un peu avant de répondre. Pas beaucoup de temps, pour que les interprètes

8 aient assez de temps pour nous interpréter cela. La même chose vous

9 concerne, Maître Trbojevic. Ce n'est pas la première fois que j'accentue

10 cette chose, après que le témoin donne sa réponse: laissez passer un peu

11 de temps pour poser la nouvelle question. Sinon, il faudrait résoudre

12 d'une autre façon cela. Je ne veux pas intervenir sauf en cas de besoin.

13 Maître Trbojevic, vous pouvez poursuivre.

14 M. Trbojevic (interprétation): J'ai demandé qui a escorté les soldats

15 capturés?

16 M. Dedic (interprétation): C'étaient les gens du village.

17 Question: Est-ce que ces gens-là étaient armés?

18 Réponse: Je n'ai pas vu cela.

19 Question: Est-ce qu'il est possible qu'un groupe de soldats soit escorté

20 par un groupe de gens pour lesquels vous ne savez pas s'ils étaient armés.

21 Est-ce que c'est possible cela?

22 Réponse: J'ai dit que je n'ai pas vu cela, donc je n'ai pas vu cela.

23 Question: Vous nous avez dit qu'après cette capture de ces soldats, dans

24 le village il y avait une peur qui régnait et que c'était la raison pour

25 laquelle tout le village est parti, les habitants de ce village sont

Page 10451

1 partis de l'autre côté de la rivière, est-ce exact?

2 Réponse: Oui.

3 Question: Pouvez-vous nous expliquer pourquoi cette peur commençait à

4 régner?

5 Réponse: La peur a envahi le village parce que ces soldats ont été

6 capturés et parce qu'ils avaient un objectif. C'était l'attaquer, attaquer

7 le village et c'était normal que la panique s'est installée parce que la

8 situation était tendue depuis un certain temps.

9 Question: Avez-vous craint des représailles?

10 Réponse: Moi, personnellement non, parce que je n'ai pas participé. Il

11 s'agissait d'une attaque contre les habitants du village qui faisaient

12 leur travail quotidien, tous les jours.

13 Question: Est-ce que ces soldats ont été capturés pendant l'attaque contre

14 le village?

15 Réponse: Je ne peux pas répondre à cette question parce que je n'y ai pas

16 participé.

17 Question: Mais vous étiez dans le village?

18 Réponse: J'étais dans ma maison, peut-être un kilomètre de l'endroit où

19 ces soldats ont été capturés.

20 M. Trbojevic (interprétation): Est-ce que vous avez entendu les bruits du

21 coup de feu?

22 M. Dedic (interprétation): Oui, mais je ne pouvais pas déterminer de

23 quelle direction cela venait. Tous les jours, il y avait des coups de feu

24 et on savait que c'était à partir des villages serbes que ces bruits

25 venaient.

Page 10452

1 M. le Président (interprétation): Vous étiez bon à peu près deux minutes

2 et maintenant c'est la même chose qui revient, c'est-à-dire j'essayais de

3 vous convaincre de parler plus lentement.

4 Maître Trbojevic, poursuivez.

5 M. Trbojevic (interprétation): Je vous présente mes excuses, Monsieur le

6 Président, Mesdames les Juges.

7 Je voulais savoir en posant cette question-là s'il y avait des personnes

8 qui étaient blessées lorsque ces personnes se sont faites capturées.

9 M. Dedic (interprétation): Pour autant que je sache ou que j'ai pu voir,

10 non.

11 Question: Avez-vous entendu parler plus tard que des gens avaient été

12 blessés lors de ces événements?

13 Réponse: Non.

14 Question: Au cours de votre déposition, vous avez dit à un moment que, par

15 la fenêtre, lorsque vous étiez chez vous, à la maison, vous avez pu voir

16 plusieurs et différents uniformes que des gens portaient. Vous vous en

17 souvenez?

18 Réponse: Oui, au village de Plamenica.

19 Question: Oui, en effet. Vous parliez d'uniforme de camouflage de couleur

20 gris, vert olivâtre. Vous parliez d'uniformes de police, enfin étaient-ils

21 bleus, de camouflage ou gris vert olive?

22 Réponse: Je ne sais pas, je ne suis pas un analyste en la matière. Je ne

23 sais pas si ces uniformes étaient ceux des soldats ou des agents de

24 police, mais en tout cas il y en avait qui étaient de camouflage. Il y

25 avait gris, vert olive mais il y en avait aussi de couleur bleue. Mais la

Page 10453

1 couleur de cet uniforme était un petit peu différent par rapport aux

2 autres uniformes des agents de police.

3 Question: Vous parliez de bérets rouges?

4 Réponse: Oui, dans la ville de Kljuc.

5 Question: Quel était l'uniforme de ceux qui avaient comme couvre-chef le

6 béret rouge?

7 Réponse: Leur uniforme était de camouflage aussi.

8 Question: De couleur verte ou bleue?

9 Réponse: Je dirai plutôt de couleur bleue. Encore que pendant que j'y

10 pense et étant donné le temps qui s'est écoulé depuis, je n'arrive plus à

11 préciser, mais plutôt bleu.

12 Question: Vous avez dit que ceci, d'après ouï-dire, devait être des

13 membres d'unité spéciale de Banja Luka?

14 Réponse: C'est exact.

15 Question: Pouvez-vous nous parler un peu plus en détails pour dire comment

16 vous avez entendu dire cela?

17 Réponse: Dans des conversations que j'ai pu mener avec des gens en allant

18 en ville, que ce soit à la gare routière ou ailleurs. On voulait savoir

19 pourquoi tous ces gens étaient là, pourquoi ils tiraient, pourquoi ils

20 voulaient faire peur aux gens. Et en conclusion, dirait-on, que ces gens-

21 là ont fait irruption en ville, dans notre ville, et ils devaient venir de

22 quelque part et on a entendu dire qu'ils étaient venus de Banja Luka.

23 Question: est-ce que vous avez eu l'occasion de voir des unités militaires

24 en mouvement en direction de Kupres ou de Croatie?

25 Réponse: Il m'est arrivé de voir, lorsque j'étais à la gare routière, de

Page 10454

1 voir des unités passer lorsque je me rendais à l'école ou de retour de la

2 ville.

3 Question: Saviez-vous de quelles unités il s'agissait?

4 Réponse: Oui, on le savait. C'était pour la plupart des réservistes de

5 l'armée serbe, étant donné qu'on les distinguait d'après leurs uniformes

6 de couleur gris, vert olive. Eux, ils tiraient en l'air à bord de leur

7 bus, ils montraient leurs trois doigts et ceci nous faisait savoir

8 aussitôt de quelles unités il s'agissait et de leur origine.

9 Question: Est-ce que vous étiez en mesure de voir tous ces gens-là de

10 retour de Kupres, toutes les unités-là de retour de Kupres ou de Croatie?

11 Réponse: Oui, c'est surtout ce que nous avons pu éprouver, nous, parce que

12 nous savions que toutes les fois où ces gens-là étaient de retour et

13 venaient dans la ville de Kljuc, ils faisaient rage dans la ville de

14 Kljuc. La plupart de ces gens-là étaient ivres et ils terrorisaient tout

15 simplement tout le monde.

16 Question: Etaient-ce des réservistes locaux ou étaient-ce des militaires

17 qui seraient venus d'autres régions de l'ex-Yougoslavie?

18 Réponse: Il y avait pas mal de gens parmi eux que je connaissais.

19 D'autres, normalement, je ne les connaissais pas.

20 Question: Pour… et au sujet de ces sept personnes capturées, un des

21 témoins en déposant ici nous a dit d'où ils venaient. Est-ce que vous avez

22 entendu dire d'où ils venaient?

23 Réponse: Je n'ai pas entendu dire d'où ils venaient très exactement, mais

24 par la suite, lorsque nous avons été remis en liberté, nous avons pu

25 entendre dire qu'ils étaient originaires de cette région qui s'étend de

Page 10455

1 Sitnica à Banja Luka. Enfin, au moins, j'en ai entendu parler ainsi. Et

2 peut-être que je me souviens vaguement de l'un d'entre eux, qui lui,

3 serait originaire du Monténégro mais résidant à Banja Luka.

4 Question: Lorsque vous avez été interrogé à l'école Nikola Mackic, par qui

5 avez-vous été interrogé?

6 Réponse: Je peux dire que c'était quelqu'un qui portait un uniforme, mais

7 pour parler de son nom, je ne saurais vous dire grand chose. Je ne les

8 connaissais pas.

9 Question: Quel type d'uniforme portait-il?

10 Réponse: Il avait un uniforme de camouflage.

11 Question: Vert ou bleu?

12 Réponse: Plutôt vert, mais il y en avait qui portaient aussi un uniforme

13 de couleur bleue, mais d'autres couleurs également.

14 Question: Vous avez évoqué des insignes que vous avez pu remarquer sur

15 leurs uniformes. S'agissait-il de ces insignes-là que vous avez pu voir

16 notamment ce jour-là, lors de votre détention, ou peut-être plus tard?

17 Réponse: Pendant ce jour-là, j'ai pu les voir sur les épaules, ils

18 portaient ces insignes, à savoir les quatre "S" en cyrillique.

19 Question: Pouvez-vous nous dire comment se présentaient ces insignes?

20 Réponse: Mais tout simplement, c'est un petit drapeau.

21 Question: Et l'emblème?

22 Réponse: L'emblème, lui, il est apposé au niveau de la chemise, appliqué

23 en quelque sorte.

24 Question: Et le drapeau?

25 Réponse: Eh bien, il s'agissait toujours de ces quatre "S" dans ces quatre

Page 10456

1 champs différents, quatre flancs différents.

2 Question: Hier, l'accusation vous posait une question au sujet de M. Omer

3 Filipovic de Sitnica?

4 Réponse: Oui.

5 Question: Dans la déclaration faite par vous au Bureau du

6 Procureur, nous pouvons lire la description qui était la vôtre des

7 conditions dans lesquelles vous avez pu le voir et le rencontrer, c'est ce

8 que vous n'avez pas répété hier.

9 Réponse: On ne m'a pas demandé de le faire!

10 Question: Moi, je vous le demande maintenant. Dans quelles circonstances

11 avez-vous pu le voir?

12 Réponse: Il avait l'air plutôt de quelqu'un qui a trop souffert,

13 passé à tabac; sa jaquette était entachée de sang, au moins je l'ai vu

14 comme ça.

15 Question: Vous en êtes sûr?

16 Réponse: J'en suis certain.

17 Question: Et si je vous disais que son frère à lui soutenait que,

18 lorsqu'il l'a rencontré à Stara Gradiska, celui-là lui a affirmé de ne pas

19 avoir été passé à tabac. Est-ce que vous dites toujours, enfin, persistez-

20 vous à dire qu'il a été passé à tabac?

21 Réponse: Si, si, je l'ai vu couvert d'ecchymoses, de bleus, surtout au

22 niveau du visage et entaché de sang.

23 Mme Sutherland (interprétation): Monsieur le Président, j'ai une objection

24 à soulever au sujet de références faites à des dépositions faites par

25 d'autres dans d'autres circonstances.

Page 10457

1 M. le Président (interprétation): Je ne veux pas retenir votre objection.

2 Il s'agit d'une question parfaitement bien fondée, légitime. Il veut faire

3 en sorte que le témoin soit confronté à une autre déclaration, à la

4 lumière de la déclaration faite préalablement par lui, à la lumière de la

5 déposition faite par lui. Au sujet d'Omerovic, on peut le faire dans le

6 contre-interrogatoire sans pour autant faire mention de Filipovic.

7 Mme Sutherland (interprétation): Monsieur le Président, je suis fort

8 d'accord, mais sans qu'il y ait une référence qui puisse être faite

9 autrement.

10 M. le Président (interprétation): Oui, mais cela peut être retenu d'autant

11 plus que ce n'est pas un élément de nature à induire en erreur ou sur une

12 fausse piste.

13 M. Trbojevic (interprétation): Je ne me propose pas de faire cela.

14 M. le Président (interprétation): Certes, il ne s'agit pas seulement de

15 cela.

16 M. Ackerman (interprétation): Probablement on devrait dire aussi qu'on

17 s'occupera de sorte à ce que ne pas… des noms de témoins protégés soient

18 révélés.

19 M. le Président (interprétation): Ne vous en faites pas, il s'agissait

20 plutôt d'un point d'ordre de procédure à savoir, le Procureur voulait dire

21 qu'il ne fallait pas faire référence à ce qui a été dit en déposant par

22 d'autres témoins dans d'autres affaires, ce qui n'est pas le cas ici.

23 Procédez Maître Trbojevic.

24 M. Trbojevic (interprétation): Dans votre déclaration faite au sujet des

25 conditions qui prévalaient dans le camp de Manjaca, vous dites entres

Page 10458

1 autre que la fièvre typhoïde et la fièvre jaune s'étaient manifestées

2 également.

3 M. Dedic (interprétation): Oui.

4 Question: Avez-vous été témoin oculaire de cela, de tels cas?

5 Réponse: Pendant que j'y étais, on a pu voir pas mal de gens qui étaient

6 malades de jaunisses, atteints de jaunisses. On les a tous évacués vers

7 Banja Luka pour les hospitaliser ou quelque chose du genre, ne serait-ce

8 que pour parler de cette période de détention qui était la mienne. Pour ce

9 qui est de la fièvre typhoïde, j'en ai entendu plus parler plus tard par

10 quelques-uns de ces gens-là qui étaient avec moi. Il y avait de la

11 jaunisse en tout cas.

12 Question: Puis-je demander que l'on présente à ce témoin la pièce à

13 conviction P11110.

14 (Intervention de l'huissier.)

15 Il s'agit de la liste des personnes détenues, originaires de Kljuc. Vous

16 avez dit que, parmi les détenus, il y avait une quinzaine de personnes qui

17 étaient tous des mineurs, n'est-ce pas?

18 Réponse: Oui.

19 Question: Puis-je vous demander de parcourir la liste et voir comment se

20 présentent les dates de naissance de ces gens-là, pour voir combien de

21 gens excepté vous, seraient des mineurs, parce que sauf vous, je ne trouve

22 pas de noms de gens qui seraient des mineurs.

23 Réponse: Oui, mais il s'agit d'une liste où figure les noms de 54

24 personnes pour autant que je sache, il y avait 1.300 détenus originaires

25 de la municipalité de Kljuc.

Page 10459

1 Question: Vous pouvez retirer, Monsieur l'huissier, cette liste-là, nous

2 n'avons plus besoin de cette pièce à conviction.

3 (Intervention de l'huissier.)

4 Vous avez dit en déposant qu'il vous a fallu signer un document moyennant

5 lequel document vous renonciez à toutes propriétés et biens qui seraient

6 un préalable à un départ de Kljuc?

7 Réponse: Oui.

8 Question: Est-ce que vous détenez un exemplaire quelconque d'une telle

9 déclaration ou d'un tel certificat ou d'un tel document?

10 Réponse: Non, non parce qu'à ce moment-là, l'essentiel c'était de sauver

11 sa peau, tout simplement, garder la vie sauve. On ne s'occupait pas

12 vraiment de déclarations, ni de certificats. Et évidemment, ceci pouvait

13 être de l'intérêt de ces autorités de Kljuc qui ont demandé pour ce qui

14 est des gens qui étaient concernés, ils n'en tenaient pas grandement…

15 Question: Savez-vous ce qu'il y avait d'écrit?

16 Réponse: Oui.

17 Question: Voulez-vous nous dire comment ces déclarations devaient se

18 présenter?

19 Réponse: Oui, étant donné que j'ai vu un exemplaire, un imprimé, ceci

20 devait vouloir dire… On devait lire que ma mère devait renoncer à toute la

21 propriété, y compris les terres et cela, volontairement, de plein gré,

22 sinon nous n'aurions pas pu être en quelque sorte habilités à nous acheter

23 des billets de voyage, des titres de voyage pour partir de Kljuc.

24 Question: Et c'était tout?

25 Réponse: Oui, c'était tout, à peu près. Y figuraient également les noms de

Page 10460

1 nous autres qui étions là, celui de ma mère, de mon frère et de ma sœur et

2 le mien. Enfin, nous quatre que nous étions.

3 Question: Et si je vous disais qu'une réglementation était en vigueur,

4 réglementant toute possibilité et la manière de procéder en matière de

5 transfert de propriété, est-ce que vous pouvez dire le contraire ou quoi?

6 Réponse: Il ne s'agissait pas de dire que les autorités de Kljuc en

7 demandaient autant lorsqu'elles s'adressaient aux citoyens, lorsque ceux-

8 ci ne pouvaient faire autre chose que de garder leur vie sauve.

9 Question: Vous avez dit que les Serbes voulaient nettoyer cette région-là

10 en la nettoyant surtout, de sorte à expulser les Musulmans et les Croates.

11 Réponse: Et c'est exactement la façon dont ils ont procédé. Et c'est ce

12 qu'ils ont fait.

13 Question: Vous dites que les convois qui partaient de ces régions-là

14 avaient pour mission de sauver vos vies ou de nettoyer la région, comme

15 vous le dites?

16 Réponse: L'essentiel pour nous, c'était de garder nos vies sauves. Et je

17 ne sais pas ce que d'autres s'imaginaient, parce que nous, en convoi, nous

18 ne savions pas par où et où nous allions.

19 Question: Vous nous avez dit aussi que vous avez été lapidés le long du

20 trajet, qu'il y avait des gens qui ont jeté des pierres sur vous.

21 Réponse: Cela est exact.

22 Question: Et cela vous les avez reçus, tous ces coups de pierre, lorsque

23 vous étiez à bord de camion sous bâche?

24 Réponse: Oui.

25 Question: Est-ce que vous avez peut-être pu voir ces gens-là pour savoir

Page 10461

1 qui en était l'auteur de ces jets de pierre?

2 Réponse: Non, je n'ai pas pu le voir.

3 Question: Je voudrais revenir en arrière un petit peu juste pour traiter

4 d'une phrase que l'on retrouve dans votre déclaration. Vous avez dit que

5 votre village se trouve à une distance de 13 kilomètres de Kljuc, n'est-ce

6 pas?

7 Réponse: Oui.

8 Question: Et vous avez dit vous étiez aux abords de la maison de votre

9 oncle pour chercher de l'eau lorsque vous avez entendu cette explosion à

10 Kljuc, n'est-ce pas?

11 Réponse: C'est exact.

12 Question: Et que l'explosion a été si forte que les fenêtres bougeaient et

13 tremblaient, et que les vitres étaient parties en éclat. C'est ce que vous

14 avez dit?

15 Réponse: Oui, c'est ce que j'ai dit.

16 Question: Et si je vous disais que ceci est impossible. Une explosion à

17 une distance de 13 kilomètres ne pourrait pas faire vibrer les vitres de

18 votre fenêtre parce que, dans ce cas-là, il ne serait resté plus rien de

19 la ville de Kljuc. Est-ce que vous vous tenez à ce que vous avez dit?

20 Réponse: Je m'en tiens à ce que j'ai dit tout à l'heure.

21 M. Trbojevic (interprétation): Je n'ai plus de question pour ce témoin.

22 M. le Président (interprétation): Madame Sutherland, vous avez des

23 questions.

24 Mme Sutherland (interprétation): Non, Monsieur le Président.

25 M. le Président (interprétation): Monsieur le Témoin, comme je vous l'ai

Page 10462

1 déjà dit hier, voilà comment c'est présenté votre témoignage et il en fut

2 ainsi.

3 Au nom de ce Tribunal, je voudrais vous remercier d'être venu ici pour

4 témoigner. Vous serez raccompagné par l'huissier. Vous pourriez bénéficier

5 de toute l'attention requise pour pouvoir bien retourner dans votre pays.

6 Je vous remercie.

7 M. Dedic (interprétation): Je vous remercie pour ma part.

8 (Le témoin, M. Samir Dedic, est reconduit hors du prétoire.)

9 M. le Président (interprétation): Votre prochain témoin est-il prêt?

10 Mme Richterova (interprétation): Oui, Monsieur le Président.

11 M. le Président (interprétation): Peut-on le faire aujourd'hui avec ce

12 témoin, terminer l'interrogatoire et l'audition de ce témoin?

13 Mme Richterova (interprétation): Oui.

14 M. le Président (interprétation): Je vous le demande parce que nous avons

15 un autre témoin qui dépose ici en audience publique et un autre qui vient

16 après qui ne le fera pas.

17 Par conséquent, il faudra en saisir la régie technique et si la régie

18 technique devait s'en occuper aujourd'hui, évidemment ils sont censés

19 prendre certaines dispositions. Ils devraient le savoir en temps utile.

20 Mme Richterova (interprétation): Tel sera le cas.

21 M. le Président (interprétation): Alors je vous prie de faire entrer le

22 prochain témoin. Huissier, je vous en prie, faite-le.

23 M. le Président (interprétation): Oui, Maître Ackerman?

24 M. Ackerman (interprétation): En attendant, pourrions-nous peut-être nous

25 occuper d'une affaire?

Page 10463

1 M. le Président (interprétation): Oui.

2 (Questions relatives à la procédure.)

3 M. Ackerman (interprétation): Je ne sais pas si cela a déjà été déposé,

4 mais il s'agit d'un document qui vient de la Chambre d'appel. Peut-être

5 qu'on en n'a pas vraiment besoin, mais il s'agit d'un document qui a été

6 déposé en Chambre d'appel où il a été demandé que des parties du

7 transcript traitant de l'affaire Randal devraient être signifiées au

8 conseil de M. Randal.

9 M. le Président (interprétation): Je suppose que ceci devait se passer à

10 huis clos partiel?

11 M. Ackerman (interprétation): Je n'ai pas d'objection.

12 M. le Président (interprétation): Et l'accusation a-t-elle des objections?

13 Mme Richterova (interprétation): Aucune objection.

14 M. le Président (interprétation): Merci. Très bien, mais cela ne me plaît

15 pas beaucoup. Je n'aime pas me voir recevoir directement des pièces de la

16 part des avocats, sans que les Juges en soient saisis. Il s'agit d'un

17 document qui est envoyé directement par une société juridique à l'adresse

18 des Juges. Mais de qui s'agit-il? De nous ou d'autres?

19 S'agit-il de nous trois présents ici dans cette Chambre d'instance ou,

20 bien s'agit-il de Juges de la Chambre d'appel? Ceci devrait être tout

21 simplement une pièce à déposer sous forme de requête, mais pas à

22 l'intention des Juges. Il me semble que cela prend l'air d'une

23 communication directe à l'intention des Juges et cela me déplaît. Ce n'est

24 pas dans ces circonstances-là qu'on peut se mettre à écrire aux Juges pour

25 dire: considérez cette lettre comme étant une requête déposée par et au

Page 10464

1 nom de Jonathan Randal à l'intention des Juges. Cela ne se fait pas de

2 cette sorte-là. Il est une façon dont il faut procéder pour soumettre

3 telle ou telle écriture, on ne le fera plus, je vous en prie, dorénavant.

4 Sachez-le. Et aucune partie ne devrait avoir d'objection là-dessus.

5 Mme Sutherland (interprétation): Nous n'avons même pas de copie.

6 Mme Chen (interprétation): Si, si je pourrais vous communiquer une copie.

7 M. le Président (interprétation): Ceci devrait être une requête déposée en

8 bonne et due forme, certifiée auprès de qui de droit et on sait très bien

9 qui devrait en être saisi et qui s'en occupera pour statuer là-dessus.

10 Mme Sutherland (interprétation): Je suis désolée, mais je crois que le

11 Bureau du Procureur peut solliciter l'instruction ou les offices d'une

12 société juridique ou d'un service juridique.

13 M. le Président (interprétation): D'accord. Je vous remercie. Merci de

14 votre coopération Madame Sutherland.

15 (Audience publique.)

16 (Le témoin, M. Ramiz Subasic, est introduit dans le prétoire.)

17 Bonjour, Monsieur. Soyez le bienvenu au Tribunal Pénal international,.

18 Vous savez les raisons pourquoi vous êtes ici: vous êtes venu ici pour

19 témoigner. Il est de mon devoir, en ma qualité de Juge et Président de la

20 Chambre de première instance dans laquelle nous sommes, de vous dire

21 qu'avant de vous entendre témoigner le Règlement exige que vous fassiez

22 une déclaration solennelle, à savoir que vous direz: "Je déclare

23 solennellement que je dirai la vérité, toute la vérité et rien que la

24 vérité, au cours de la déposition que vous êtes censé faire ici. Ce texte

25 de la déclaration solennelle, qui correspond d'ailleurs à un serment prêté

Page 10465

1 par vous, se trouve sur ce papier que l'huissier vous tend maintenant. Je

2 vous prie d'en donner lecture, d'en faire lecture à haute voix. Il s'agit

3 de votre serment prêté de dire la vérité.

4 M. Subasic (interprétation): Je déclare solennellement que je dirai la

5 vérité, toute la vérité et rien que la vérité.

6 M. le Président (interprétation): Je vous remercie. Veuillez-vous asseoir.

7 Je tâcherai de vous expliquer, pour simplifier les choses, de quoi il

8 s'agit ici. Vous avez en face de vous trois Juges qui statuent sur cette

9 affaire et qui devront prendre une décision, dans le cadre de cette

10 affaire "le Procureur contre Radoslav Brdjanin".

11 Or, vous serez interrogé d'abord par le Bureau du Procureur, le conseil de

12 l'accusation, par un représentant du conseil de l'accusation qui mène

13 l'interrogatoire principal, dont vous faites l'objet maintenant. Il s'agit

14 de Madame, que vous trouvez à votre droite, Mme Richterova que je suppose

15 vous avez déjà eu l'occasion de rencontrer. Une fois qu'on aura terminé

16 l'interrogatoire principal, le conseil de la défense est habilité à vous

17 contre interroger, à vous poser des questions, lui aussi. Vous n'avez

18 aucun droit de faire de distinction entre les questions posées par le

19 conseil de l'accusation ou celui de la défense. Il est de votre devoir de

20 répondre à chacune et à toutes les questions, et cela dans la mesure de la

21 vérité et avec autant de précisions dans la mesure du possible, à moins

22 qu'il ne soit demandé par vous de ne pas le faire, de ne pas répondre à la

23 question. Nous sommes là pour entendre ce que vous avez à nous relater et,

24 nous sommes aussi là pour vous protéger le cas échéant. Nous allons

25 arrêter chacun et tous qui seraient ou qui souhaiteraient vous poser des

Page 10466

1 questions susceptibles de vous porter un préjudice quelconque, mais je

2 vous garantis que tel n'était le cas pendant les dix mois écoulés de ce

3 procès. Prenez vos aises. Prenez tout votre calme et je crois que

4 l'interrogatoire principal peut commencer. Madame Richterova, c'est à

5 vous.

6 (Interrogatoire principal du témoin, M. Ramiz Subasic par Mme

7 Richterova.)

8 Mme Richterova (interprétation): Merci, Monsieur le Président.

9 Mais avant de commencer, Monsieur le Président. Puis-je vous demander à

10 quel moment vous avez prévu la prochaine pause?

11 M. le Président (interprétation): Si nous avons commencé à 11 heures 10,

12 je crois que nous pouvons faire une pause à 11 heures 30, non? Non, non,

13 non, le mieux serait de commencer... Vous n'avez qu'à faire le calcul un

14 petit peu… comptez que nous aurons une heure et demie. Donc, dans ce laps

15 de temps de 12 heures 30 à 12 heures 45, on pourrait faire une pause.

16 Mme Richterova (interprétation): Bonjour, Monsieur. D'abord, je vous

17 présente mes excuses de vous faire attendre parce que je sais que depuis 9

18 heures vous êtes dans ce bâtiment. Je vous prie de nous dire pour le

19 compte rendu votre nom et votre prénom.

20 M. Subasic (interprétation): Je m'appelle Ramiz Subasic.

21 Question: Vous êtes né quand et où?

22 Réponse: Je suis né à Donji Biljani, municipalité de Kljuc.

23 Question: Vous êtes né le 6 mai 1954?

24 Réponse: Exact. Le 6 mai 1954.

25 Question: Quant à votre origine ethnique, vous êtes Bosnien, vous êtes

Page 10467

1 musulman de confession?

2 Réponse: Oui.

3 Question: Les Juges ont déjà eu l'occasion d'entendre pas mal de choses

4 concernant les événements politiques et militaires dans le territoire de

5 la municipalité de Kljuc. Par conséquent, essayons de nous situer dans

6 cette période de mai à juin, notamment pour parler des événements connus

7 de vous et que vous avez vécus.

8 Dites-nous, en mai 1992, dans quel village ou dans quel hameau étiez-vous?

9 Réponse: J'étais à Donji Biljani, village de Donji Biljani, hameau de

10 Polje c'est-à-dire Jabukovac.

11 Question: Comment se composait la communauté ethnique de ce hameau de

12 Donji Biljani?

13 Réponse: Je crois pour ma part, qu'il y avait deux maisons de Serbes où

14 des gens n'ont pas encore été emménagés, les restants des maisons, 130 en

15 nombre, étaient celles de Bosniens.

16 Question: Et dans cette période allant de mai à juin 1992, avez-vous eu

17 connaissance d'un avertissement quelconque, d'une annonce quelconque comme

18 quoi il vous a fallu remettre des armes?

19 Réponse: Oui, cela est exact. Ils sont venus avec des camionnettes en

20 annonçant, moyennant un mégaphone, qu'il a fallu remettre des armes, sinon

21 dans les jours qui allaient suivre, nous risquions de nous faire

22 bombarder, pilonner et le délai a été fixé de deux ou trois jours.

23 Question: Vous avez dit que "ils" étaient à bord d'une camionnette. Qui

24 était-ce "ils"?

25 Réponse: Eh bien, c'étaient les Serbes qui portaient des uniformes,

Page 10468

1 uniformes de camouflage, armés de fusils automatiques ou pistolets

2 mitrailleur.

3 Question: Est-ce que vous avez pu reconnaître une quelconque personne

4 parmi… que vous connaissiez donc, parmi ces Serbes ou ces soldats?

5 Réponse: Non, Non. Je n'ai pas pu le faire. Probablement, ces gens-là

6 étaient originaires des localités aux alentours de la nôtre. Par

7 conséquent, je ne pouvais pas les reconnaître, étant donné que je ne les

8 avais pas connus.

9 Question: Donc, vous ne connaissiez personne de ces gens-là qui étaient

10 des Serbes? Ils vous avaient…

11 Réponse: Non!

12 Question: Ils vous avaient demandé de remettre des armes et ils ont fixé

13 un délai de remise des armes. Jusqu'à quelle date fallait-il remettre ces

14 armes? Comment se présentait ce délai?

15 Réponse: Au début, ils ont fixé le délai de deux jours. Plus tard,

16 d'autres venaient pour… de Sanica pour essayer de convaincre des gens,

17 pour les persuader qu'il a fallu rendre ces armes, remettre les armes et

18 un autre délai de deux jours a été fixé.

19 Question: A quel moment avez-vous pu entendre cet avertissement, cette

20 annonce qu'il a fallu remettre les armes?

21 Réponse: C'était au mois de mai lorsque les Serbes ont pris le contrôle du

22 poste de police locale de Sanica.

23 Question: Est-ce que vous les avez remis, vos armes à vous? Quant au

24 vôtres, que s'est-il passé?

25 Réponse: Personnellement, j'ai remis les armes et je crois que les gens

Page 10469

1 qui étaient au village avec moi l'ont fait également.

2 Question: Quelles armes aviez-vous?

3 Réponse: Moi, comme j'étais chasseur, j'avais un fusil de chasse chargé de

4 plomb et puis j'avais une carabine également, un M47, production de

5 Zastava.

6 Question: Vous avez dit qu'il y avait d'autres armes dans votre village.

7 De quelles armes s'agissait-il?

8 Réponse: Je sais qu'il y avait des chasseurs aussi. Eux, ils avaient des

9 fusils de chasse. Il y en avait qui étaient munis d'une licence de port

10 d'armes pour pistolet et puis j'en connaissais peut-être trois de ces

11 gens-là qui avaient des pistolets mitrailleur.

12 Question: Et une fois que vous avez remis ces armes jusqu'au 25 mai, y a-

13 t-il eu un quelconque soldat qui serait venu dans votre village?

14 Réponse: Oui, oui. Il y avait une unité militaire qui était venue, il me

15 semble, de Petrovac, de la municipalité de Petrovac. Ce sont eux qui nous

16 ont appris tout cela. Parce que, comme ils étaient de passage et comme

17 j'avais un petit fonds de commerce dans ce village, ils se sont arrêtés

18 pour boire un coup et ils ont dit, entre-temps, en buvant: "Je ne sais pas

19 pourquoi nous avons été réclamés, parce que tout semble être calme ici."

20 Et c'est comme ça que j'ai appris qu'ils étaient originaires de Petrovac.

21 Question: Est-ce que vous vous rappelez l'uniforme qui était le leurs?

22 Réponse: Oui, il y en avait qui portaient un uniforme de camouflage,

23 d'autres portaient un uniforme de couleur gris, vert olivâtre, ancien JNA.

24 Il y en avait qui portaient des casques avec une étoile à cinq branches et

25 il y en avait qui portaient des insignes de l'ancienne JNA.

Page 10470

1 Question: Outre les insignes de l'ancienne JNA, est-ce qu'il vous est

2 arrivé d'en voir d'autres?

3 Réponse: Oui, j'en ai vu des gens qui portaient cet insigne sous forme de

4 drapeau serbe avec les quatre "S" en cyrillique. Il y en avait qui

5 portaient des brassards également.

6 Question: Vous dites, vous avez déclaré que, probablement, cette unité

7 était originaire de Petrovac. Qu'ont-ils fait dans votre village?

8 Réponse: Ils l'ont fait très vite. Ils sont passés par notre village. Il y

9 avait de cinq à six personnes des nôtres, de notre village qu'ils ont

10 emmenées. Ils les ont emmenées jusqu'à une auberge qui se trouvait près de

11 Sanski Most, et j'ai entendu dire que quelques uns d'entre eux ont été

12 tabassés. C'est tout.

13 Question: Et lorsque ces soldats ont quitté les lieux, y a-t-il eu

14 d'autres qui seraient venus dans votre village jusqu'au 25 juin 1992?

15 Réponse: Je dirai que, régulièrement, venaient ces gens-là à bord d'une

16 camionnette pour emmener des gens qui faisaient partie des effectifs, des

17 réservistes de la Défense territoriale. Et ils leur arrivaient également

18 de prendre avec eux des gens dont la situation était plutôt une situation

19 de fortune, était plutôt meilleure que la nôtre, par exemple.

20 Question: Est-ce que vous pouvez être un peu plus concret. Vous dites "ces

21 gens-là", qui étaient ces gens-là qui sont venus? Soyez un peu plus

22 concret.

23 Réponse: C'était des Serbes en uniforme de camouflage.

24 Question: Et saviez-vous d'où ils venaient?

25 Réponse: Non, je ne pouvais pas le savoir.

Page 10471

1 Question: Et savez-vous où ils emmenaient ces gens-là, les villageois?

2 Réponse: Plus tard, je l'apprendrai. Ils les emmenaient pour les

3 interroger à Sanica et à Kljuc. Voilà.

4 Question: Vous dites que tout cela se passait avant la date du 25 juin. Je

5 m'en tiens toujours à cette date-là pour en parler parce que c'est à cette

6 date-là que vous avez été arrêté vous-même. Or, avant cette date-là, ces

7 gens-là qui étaient emmenés, ces villageois, est-ce qu'ils retournaient?

8 Réponse: Oui, d'ordinaire ces gens-là se faisaient passer à tabac et ils

9 en parlaient rarement, ils en parlaient peu ou prou parce que tout

10 simplement on les a intimidés.

11 Question: Le 25 juin 1992, vous avez été arrêté et vous étiez chez vous,

12 dans votre maison. Pouvez-vous nous relater dans quelles circonstances

13 cette arrestation a eu lieu et qui a effectué cette arrestation?

14 Réponse: Le 25 juin, je me suis rendu compte de tirs, de coups de feu. Je

15 suis sorti de chez moi pour voir une fumée noire qui se levait, qui se

16 dégageait dans les airs aux environs de Sanica. Et peu de temps après, des

17 militaires ont fait irruption dans le village, deux soldats sont entrés à

18 coups de bottes en défonçant pratiquement ma porte. Ils ont parlé d'abord

19 avec ma femme pour dire qui c'est qu'il y avait dans notre maison. Elle a

20 répondu qu'il y avait moi et elle et nos deux enfants. L'ordre me fut

21 donné de sortir et de les suivre. Cela dit, j'ai reçu un coup de crosse

22 d'un fusil automatique et j'ai dû sortir sur la route et j'ai dû les

23 suivre. Ma maison se trouve d'ailleurs à 150 mètres par rapport à la route

24 principale. Lorsque je suis venu sur la route, je me suis rendu compte du

25 fait qu'il y avait des soldats serbes, il y avait une colonne d'uns

Page 10472

1 quarantaine de personnes et moi, j'ai dû la rejoindre.

2 Question: Excusez-moi de vous interrompre. Vous avez parlé tout à l'heure

3 de deux soldats qui sont entrés dans votre maison, vous avez parlé de

4 soldats qui se tenaient sur la grande route. Pouvez-vous être un peu plus

5 précis, lorsque vous parlez de ces différents soldats? Dites-nous quels

6 étaient leurs uniformes? Portaient-ils des insignes spécifiques ou quoi?

7 Réponse: Ces deux soldats portaient un uniforme de camouflage et ils

8 avaient des brassards rouges, ils étaient armés de pistolets mitrailleurs.

9 Question: Quels étaient leurs uniformes, de quelle couleur?

10 Réponse: Il y avait plusieurs couleurs. Je dirai, il y a du vert, mais il

11 y a aussi une teinte café, etc. . Encore aujourd'hui de tels uniformes

12 existent.

13 Question: Et quant à ces soldats, est-ce que vous avez pu reconnaître une

14 quelconque personne connue de vous parmi ces soldats en général?

15 Réponse: Non, Non. Ces gens-là n'étaient pas de notre région.

16 Question: Est-ce que d'après vous, vous avez pu deviner quelle devait être

17 leur origine ethnique?

18 Réponse: Ces soldats étaient des Serbes.

19 Question: Lorsque vous dites que ces soldats étaient des Serbes, sur la

20 base de quoi le soutenez-vous? D'où cette conclusion?

21 Réponse: Eh bien, c'est d'après leur parler, la façon dont ils parlaient,

22 au moment où ils me se chassaient de chez-moi, ils prononçaient des

23 paroles qui sont un petit peu différentes de ce qu'on nous prononçons en

24 parlant bosnien, chez nous.

25 Question: Vous dites que d'abord, ils ont fait en sorte que les gens de

Page 10473

1 votre village soient rassemblés sur la grande route. Est-ce que cela veut

2 dire que seuls les hommes ont été rassemblés ou tous les habitants du

3 village?

4 Réponse: Non, seuls les hommes ont été rassemblés. Et ces gens-là devaient

5 être escortés depuis Sanica en direction de Kljuc par la route.

6 Question: Excusez-moi, je n'ai peut-être pas bien compris, mais ces gens-

7 là qui étaient sur la route déjà, ils étaient des gens de Sanica, pas de

8 votre village?

9 Réponse: Non, non, ces gens-là se trouvaient là et ils étaient bien de mon

10 village. Moi, je suis au beau milieu du village, mais c'est là où

11 commençait Sanica, qu'ils se sont mis à ramasser tous ces gens-là. Les

12 rafles ont commencé là-bas, pour ensuite, durer tous le long de la route

13 en allant en direction de ma maison à moi.

14 Question: Et une fois qu'on vous a rassemblés comme cela, que s'est-il

15 passé par la suite?

16 Réponse: Il y avait d'autres gens qui affluaient. Nous avons pris la

17 route. Nous avons été arrêtés au point de contrôle qui se trouvait entre

18 les localités de Jabukovac et Polje, il y a une petite rivière là.

19 (Le nom de la rivière échappe à l'interprète.)

20 Je me suis dit que je ne connaissais pas tous ces gens-là. Un soldat serbe

21 est venu là pour poser la question à un autre soldat serbe, pour lui

22 demander s'il connaissait cet homme-là. Il a dit que le frère de cet

23 homme-là, c'est celui-là qui a dit: "Nique ta mère!".

24 M. le Président (interprétation): Excusez-moi, l'interprète n'a pas très

25 bien saisi ce que l'autre soldat a dit. Voulez-vous répéter?

Page 10474

1 M. Subasic (interprétation): Lorsque l'autre soldat serbe est venu, le

2 soldat serbe qui se trouvait avec moi lui a demandé: Est-ce qu'il me

3 connaissait pratiquement moi? Alors l'autre a répondu: "Tu n'as qu'à le

4 renvoyer, qu'il regagne la colonne, qu'il nique ta mère." Voilà ce qu'il a

5 dit.

6 Mme Richterova (interprétation): Et une fois que vous avez regagné la

7 colonne, avez-vous repris la marche ou quoi?

8 M. Subasic (interprétation): Mais nous étions là encore pendant quelque

9 temps. Deux autres personnes ont fait la même chose que moi et puis après,

10 ils ont posé la question de savoir où était le fils du menuisier.

11 Probablement, ils l'ont trouvé, lui donnant l'ordre de regagner la

12 colonne, après quoi l'ordre nous a été donné de poursuivre la marche.

13 M. le Président (interprétation): Une seconde, s'il vous plaît. Maître

14 Ackerman, à vous.

15 M. Ackerman (interprétation): Je ne me proposais pas d'interrompre le

16 témoin au moment où il voulait répondre, mais on a attiré mon attention

17 sur le fait qu'à la page 50, ligne 5, le témoin n'a pas dit qu'il s'était

18 adressé à moi en me disant: "Nique ta mère!" En d'autres termes, le témoin

19 ne voulait pas dire par là qu'il a insulté le témoin en lui disant "Nique

20 ta mère!"

21 M. le Président (interprétation): Est-ce que vous avez entendu, Monsieur

22 le Témoin, ce que le conseil de la défense vient de dire.

23 M. Subasic (interprétation): Oui, j'ai bien entendu, ce n'est pas à moi

24 qu'il s'est adressé pour insulter ma mère. Il m'a dit littéralement: "Tu

25 n'as qu'à renvoyer cet homme, qu'il regagne la colonne et qu'il nique ta

Page 10475

1 mère!" Voilà, littéralement.

2 M. le Président (interprétation): Merci.

3 Mme Richterova (interprétation): Où étions-nous?

4 M. le Président (interprétation): Je vais vous le dire. La question était

5 la suivante: une fois que vous avez regagné la colonne, est-ce que vous

6 poursuivi la marche ou quoi? Et la réponse nous a été donnée: "Nous étions

7 quelque temps là, un bon moment et puis deux autres personnes ont été

8 sélectionnées." La question était posée de savoir où se trouvait le fils

9 du menuisier mais comme celui-ci n'était pas là...

10 Mme Richterova (interprétation): Oui. Vous venez de dire que deux autres

11 personnes ont été sélectionnées. On les a fait sortir de la colonne. Quel

12 était leur sort de ces deux gens-là?

13 M. Subasic (interprétation): Je me souviens que ces deux gens-là ont pu

14 regagner la colonne. Mais le fils du menuisier n'a pas pu le faire. Et

15 c'est ainsi que nous avons continué en direction de Kljuc.

16 Question: Est-ce que tous ont poursuivi en direction de Kljuc?

17 Réponse: Oui.

18 Question: Y a-t-il eu des gens qui sont restés près du pont?

19 Réponse: Non, le fils de ce menuisier qui s'appelait Tecvija Omanovic

20 était resté.

21 Question: Savez-vous ce qui est advenu de lui?

22 Réponse: Je ne peux pas le savoir parce que je ne l'ai plus revu.

23 Question: Avez-vous entendu dire quelqu'un quel était le sort de cet

24 homme-là?

25 Réponse: Par la suite, ma femme m'apprendra que cet homme devait être tué

Page 10476

1 à une distance de 200 mètres près de la rivière, de ces lieux-là en

2 direction de Kljuc près de cette petite rivière dont le nom nous échappe

3 toujours.

4 Question: Est-ce que d'autres personnes ont été retrouvées là-bas, sauf le

5 fils de Tehvid Omanovic.

6 Réponse: Oui, on y a trouvé aussi le corps de fondée Dzaferagic.

7 Question: Est-ce que vous avez pu voir fondée Dzaferagic dans la colonne

8 ou peut-être au point de contrôle?

9 Réponse: Nous étions arrivés jusqu'à la maison de fondée Dzaferagic. On

10 nous a arrêté une fois de plus. Il y avait un groupe de soldats serbes,

11 six qu'ils étaient, qui escortaient fondée Dzaferagic. On a vu que ces

12 mains étaient liées, on a pu voir des incisions sur son visage, du sang

13 qui coulait sur son visage. Et c'est à ce moment-là que j'ai pu le voir.

14 Je ne l'ai pas revu après.

15 Question: Très bien.

16 Excepté cet incident-là, y a-t-il eu d'autres événements qui seraient

17 restés gravés dans votre mémoire?

18 Réponse: Eh bien, par la suite, nous avons pris la route en direction de

19 Palezi, en direction du village Botonjici. Il s'agit des hauteurs au-

20 dessus de ce village. On nous a alignés en colonne, en file indienne, un

21 par un, escortés des deux côtés par les soldats serbes armés de pistolet

22 automatique, et on est arrivé jusqu'à la localité de Previja. Mais on

23 était passé par un bosquet où il y avait des écriteaux, des indications

24 "champs de mines". Là, l'ordre nous fut donné de nous asseoir, ce que nous

25 avons fait pour nous faire encercler par les soldats.

Page 10477

1 Question: Pendant combien de temps êtes-vous restés là-bas?

2 Réponse: Peut-être une heure et demi, deux heures.

3 Question: Et une fois cette période de deux heures passée, où vous a-t-on

4 emmenés?

5 Réponse: Nous avons rebroussé chemin, empruntant la même route pour

6 marcher peut-être environ un kilomètre, pour faire le détour en direction

7 du village de Jabukovac et reprendre la grande route en direction de mon

8 village donc de retour à Sanica.

9 Question: Nous allons nous arrêter pour une seconde ici parce que je

10 voudrais vous faire voir une carte, une carte qui a déjà été versée au

11 dossier en tant que pièce P1070. Je prie l'huissier de placer cette carte

12 sur le rétroprojecteur.

13 (Intervention de l'huissier.).

14 Pouvez-vous nous montrer, et aider par cela cette Chambre de première

15 instance, où se trouve votre village, village de Polje, hameau de

16 Jabukovac?

17 (Le témoin s'exécute.).

18 Pour le compte rendu d'audience, disons que le témoin est en train de

19 montrer le village de Jabukovac. De Jabukovac, depuis Jabukovac, on vous a

20 emmené au village Botonjici. Pouvez-vous vous nous le montrer, où il se

21 situe sur la carte, ce village-là?

22 (Le témoin s'exécute.).

23 Pour le compte rendu d'audience, constatons que le témoin vient de nous

24 montrer la localisation de ce village. Ensuite, vous avez dit que depuis

25 Botonjici, vous avez été emmené à Sanica. S'agit-il d'une ville ou de

Page 10478

1 quoi? Comment s'appelait cette localité-là?

2 Réponse: Il s'agit de la localité de Gornja Sanica, c'est un village

3 serbe.

4 (Le témoin montre avec son pointeur sur la carte où trouve sur la carte ce

5 village).

6 Question: De retour, Monsieur le Témoin, vous dites que vous avez dû

7 passer, une fois de plus, à travers votre village, à Sanica, n'est-ce pas?

8 Polje Jabukovac?

9 Réponse: Oui.

10 Question: De passage par le village, qu'est-ce que vous avez pu remarquer?

11 Réponse: Un silence absolu, total régnait. On sentait…. on pouvait voir

12 encore de la fumée noire qui se dégageait. Probablement, il y avait des

13 étables et des meules de foin qui étaient incendiées, un silence total

14 régnait et on se rendait compte de cette fumée-là.

15 Question: Je vous ai déjà posé peut-être deux questions pour savoir s'il y

16 avait des édifices de culte dans le village de Polje Jabukovac?

17 Réponse: Dans le village de Polje Jabukovac, il y avait le Mejtef dans le

18 village, c'est tout pour parler des édifices de culte.

19 Question: Pouvez-vous nous dire à quoi est destiné cet édifice-là,

20 "Mejtef"?

21 Réponse: Nous, nous appartenions à Gornje Biljani, pour parler de Mejtef,

22 pendant les ramadans, pendant ce mois de jeûne, il a fallu évidemment

23 faire deux kilomètres ou trois pour aller faire la prière et c'est dans

24 l'édifice de ce "Mejtef" que les imans ont en quelque sorte organisé la

25 formation à l'intention de jeunes gens.

Page 10479

1 Question: Revenons à votre déclaration. Vous dites que vous avez traversé

2 Polje et Jabukovac et que vous avez été amené jusqu'au village serbe de

3 Gornja Sanica. Dites-nous exactement où se trouve ce village de Gornja

4 Sanica?

5 Réponse: Nous avons été emmenés à Gornja Sanica pour être installés dans

6 l'école élémentaire locale, petite école composée de deux classes d'étude

7 seulement.

8 Question: Excusez-moi, vous dites "Donjia" ou comment?

9 Réponse: Gornja Sanica.

10 Question: Parce qu'on a lu dans le transcript "Donjia Sanica" et voilà

11 pourquoi j'ai posé la question une fois de plus.

12 Réponse: Non, non, non, il s'agit de Gornja Sanica.

13 Donjia Sanica est un village plutôt musulman.

14 Question: Par conséquent, on vous a emmené à l'école élémentaire de Gornja

15 Sanica?

16 Réponse: Oui, oui.

17 Question: Combien de personnes étaient détenues, emmenées à l'école

18 élémentaire de Gornja Sanica?

19 Réponse: Nous étions 150 hommes là-bas. Nous nous sommes rendu compte du

20 fait qu'il y avait également des hommes de Sanica également, de cette

21 collectivité locale. Une fois arrivés là-bas, on nous a fait aligner

22 devant le bâtiment de l'école et c'est là que j'ai pu comprendre que Milan

23 Basara nous a fait savoir que nous autres qui avons été des gens sages,

24 que nous avons gardé notre vie sauve. Et après quoi, il nous a quittés et

25 nous avons été détenus dans cette école élémentaire.

Page 10480

1 Question: Qui était cette personne-là qui s'est présentée comme Milan

2 Basara?

3 Réponse: Il a dit qu'il était le commandant de cette unité sur place et

4 que c'était lui qui nous a permis de nous sauver notre vie parce que notre

5 comportement était bon.

6 Question: On vous a fait donc entrer dans cette école élémentaire pour

7 vous y détenir. Pouvez-vous nous dire très brièvement où vous étiez

8 détenu?

9 Réponse: Il y avait deux classes d'étude. Il y avait une espèce de couloir

10 qui les séparait et il y avait deux cabinets et on nous gardait là

11 détenus, enfermés à clef.

12 Question: Pendant combien de temps êtes-vous restés détenu dans cette

13 école élémentaire?

14 Réponse: J'y suis resté jusqu'à dimanche qui allait venir, jusqu'à

15 l'après-midi de cette journée-là.

16 Question: Et quel jour avez-vous été emmené là-bas?

17 Réponse: Depuis le poste de police de Sanica, on a été emmené là-bas.

18 Question: Excusez-moi, une seconde.

19 Non, je voulais vous poser une autre question. Je voulais savoir autre

20 chose. Quel était le jour où vous avez été emmené à l'école de Sanica?

21 Réponse: C'était le 25 juin vers 15 heures de l'après-midi peut-être,

22 c'était un vendredi.

23 Question: Oui, c'était un vendredi. Je vous remercie. Donc vous deviez y

24 rester pendant deux jours. Où avez-vous pu passer la nuit ou coucher?

25 Réponse: Eh bien, sur le plancher de ces classes d'étude qui étaient en

Page 10481

1 dalles, revêtu de dalles en céramique.

2 Question: Vous a-t-on donné des couvertures ou quelque chose du genre?

3 Réponse: Non, rien. Nous avons été détenus purement et simplement, des

4 gardes rôdaient autour. Il y en avait qui nous provoquaient, qui tiraient

5 en l'air, etc.

6 Question: Vous est-il arrivé de recevoir une nourriture quelconque?

7 Réponse: Non, Non. Il y avait des gens qui étaient là-bas de Sanica et qui

8 avaient des amis ou camarades qui leur apportaient des choses à manger.

9 Quant à moi, je n'ai jamais rien reçu.

10 Question: Et ces gardes-là, ces soldats qui vous ont escorté, qui vous y

11 ont amené, ils ne vous ont rien distribué? Ils ne vous ont rien donné à

12 manger?

13 Réponse: Non.

14 Question: Pendant ces deux jours-là, que vous avez passé à Gornja Sanica,

15 avez-vous été interrogé?

16 Réponse: Moi, j'ai été interrogé très exactement dimanche matin.

17 Question: Qui vous a interrogé?

18 Réponse: On a appelé mon nom. C'était dimanche matin. On m'a dit de sortir

19 dehors. Il y avait dehors une espèce de pupitre ou était-ce un banc

20 d'élèves? Il y avait un homme plutôt jeune, enfin, brun pour parler de la

21 couleur de ses cheveux, etc. en tenue de camouflage et c'est lui qui m'a

22 interrogé.

23 Question: Quelles étaient les questions qu'il vous a posées en vous

24 interrogeant?

25 Réponse: Il voulait savoir d'abord ce que j'avais comme arme. Je lui ai

Page 10482

1 parlé de mon fusil de chasse, de ma carabine de chasse, lesquelles armes

2 j'avais remises au moment où il fallait le faire, lorsque ceci nous a été

3 réclamé. Je lui ai fait voir un document qui m'a été remis par les

4 militaires qui m'ont pris les armes.

5 Ensuite, il m'a interrogé pour savoir si je savais, moi, combien d'armes

6 automatiques il devait y avoir dans mon village. Je lui ai dit en réponse

7 que je n'ai vu que trois fusils automatiques. Après quoi, j'ai reçu un

8 coup de latte, lesquelles lattes sont utilisées pour la toiture, un coup

9 sur le dos. Alors, la question m'a été posée: "Comment sais-tu qu'il y en

10 avait trois, que tous disaient qu'il y en avait neuf?" Moi, je lui ai dit

11 que je ne pouvais dire que ce que j'avais vu.

12 Ensuite, il m'a demandé si je savais quelque chose sur les fusils à

13 lunette. Moi, j'ai dit en réponse que je savais ce que c'était qu'un fusil

14 de chasse à lunette, muni de cet appareil de visée. Une fois de plus, j'ai

15 reçu le même coup de latte sur le dos et il m'a dit que: "Si tu savais ce

16 qu'est un fusil à lunette, tu devrais savoir ce qu'est un sniper, un fusil

17 militaire à lunette." Moi, en réponse j'ai dit que je ne pouvais parler

18 que de ce que je savais. Ensuite, l'ordre me fut donné de me retirer dans

19 le couloir et d'attendre.

20 Question: Pendant combien de temps étiez-vous dans le couloir?

21 Réponse: Tout ce que je viens de raconter devait se passer vers les 9

22 heures du matin et il m'a fallu attendre jusqu'à 13 heures.

23 Question: Où vous a-t-on emmené à partir du couloir?

24 Réponse: Il y a, à ce moment-là, un grand camion remorque qui est venu,

25 c'était vers midi environ, je pense. Puis, ils ont dit: "La personne dont

Page 10483

1 le nom sera appelé devra courir jusqu'au camion et sauter dans le camion."

2 Et il y avait un ensemble, un groupe de soldats et de civils serbes et,

3 dès qu'une personne était appelée, elle recevait des coups de pied, elle

4 recevait des coups de poings, des coups de crosses de fusil et ils

5 sautaient sur le camion remorque.

6 Selon mon estimation, ils ont chargé environ 120 personnes sur ce camion-

7 remorque et environ 30 d'entre nous sont restés dans le couloir. Certaines

8 personnes sont également restées dans la salle de classe. Après cela,

9 Tomic est venu -il était le commandant de la police locale de Sanica- avec

10 une petite camionnette, un minibus d'environ 30 sièges et ils nous ont

11 transportés en passant devant le poste de police à Sanica.

12 Question: Vous avez dit que ce camion remorque était arrivé vers midi et

13 que les détenus ont reçu l'ordre de monter sur le camion. Etiez-vous

14 encore dans le couloir?

15 Réponse: Oui, j'étais encore dans le corridor mais la porte était ouverte.

16 Donc j'ai pu voir tout ce qui se passait tandis qu'ils couraient vers le

17 camion, j'ai vu qu'ils recevaient des coups.

18 Question: Vous avez dit que vous aviez été emmené devant le poste de

19 police de Sanica. Que s'est-il passé là? Est-ce qu'on vous a fait rentrer

20 dans le poste?

21 Réponse: Non, ils ont à nouveau fait l'appel des noms et ils ont fait

22 l'appel de sept d'entre nous et ils nous ont emmenés, ils nous ont

23 enfermés dans une cellule dans le poste de police. Les autres ont reçu une

24 sorte de certificat qui disait qu'ils étaient libres de rentrer chez eux.

25 Mon père en faisait partie; donc il a été relâché.

Page 10484

1 Question: Vous avez dit que vous étiez environ sept, que vous avez été mis

2 dans une cellule. Pourriez-vous, s'il vous plaît, décrire ce qui s'est

3 passé brièvement dans cette cellule?

4 Réponse: C'était une pièce de trois mètres par quatre. Il n'y avait rien

5 là, seulement le sol et la porte. C'était une prison, une cellule.

6 Question: Est-ce que c'était la cellule qui se trouvait à l'intérieur de

7 ce poste de police?

8 Réponse: Oui, ça se trouvait sur la gauche par rapport à l'entrée du poste

9 de police, et sur la droite se trouvait l'agent de police de service.

10 Question: Dans la cellule, est-ce qu'on vous a fourni des couvertures, de

11 la nourriture?

12 Réponse: Non, nous n'avons rien reçu, nous avions faim. Nous avions

13 demandé à l'agent de service de nous acheter du pain ou quelque chose de

14 ce genre, et il a dit qu'il n'osait pas le faire. Donc nous sommes restés

15 enfermés dans cette cellule jusqu'à la tombée de la nuit, jusqu'à environ

16 cinq ou six heures de l'après-midi.

17 Question: Que s'est-il passé ensuite?

18 Réponse: Alors, on a ouvert les portes. Et j'ai vu la police militaire en

19 uniforme de camouflage. Les portes se sont ouvertes, un des hommes a

20 insulté nos mères "Oustachis" et a dit: "Qui a été la dernière personne

21 qui était sur la liste devrait être le premier à sortir et à suivre cet

22 ordre." J'étais la dernière personne de la liste en question. J'ai donc dû

23 sortir en premier. Il a dit que nous devions mettre nos mains sur notre

24 nuque et je suis sorti. Et dès que je suis sorti dehors, je crois qu'il

25 s'agissait d'une matraque électrique et il m'a frappé et mes genoux se

Page 10485

1 sont pliés, je suis tombé.

2 Un autre homme qui se tenait debout a dit: "Mais regardez celui-là, il

3 connaît le karaté." Il a commencé à me donner des coups de pied avec ses

4 chaussures militaires dans les côtes et je me suis évanoui.

5 Et puis quand j'ai repris connaissance, on me tirait et la camionnette se

6 trouvait à peu près à 30 mètres du poste de police, tandis qu'il me

7 traînait par les mains sur la route. J'ai repris conscience sur le trajet

8 allant jusqu'à la camionnette. Il continuait de me battre et je pouvais

9 voir aussi qu'il battait Hilmo Hodzic avec une crosse de fusil, qu'ils lui

10 tapaient sur la tête. J'ai vu que c'était une crosse métallique. Et nous

11 étions tous en train de saigner. Ils nous ont mis dans la camionnette, sur

12 le sol de la camionnette, les cinq qui nous escortaient se sont assis sur

13 les sièges et c'est là qu'il y a eu un...

14 Je ne savais pas où ils nous conduisaient. Ils continuaient de nous taper

15 dessus, de nous frapper. Donc nous ne pouvions rien voir. Ils jouaient des

16 cassettes avec des chansons "chetniks". Et il fallait que nous chantions,

17 ceux d'entre nous qui pouvaient chanter. Ceux qui étaient par terre

18 devaient chanter tandis que ceux qui étaient sur les sièges gémissaient à

19 cause des coups reçus et comme nous devions garder les mains sur la nuque,

20 j'ai été frappé avec un pistolet mitrailleur qui a un trépied.

21 C'est à ce moment-là qu'ils m'ont cassé les os des doigts et qu'un de mes

22 doigts a été en partie arraché. Puis ils se sont arrêtés à un point de

23 contrôle près du pont Sanica et un Serbe est, à ce moment-là, entré dans

24 la camionnette et il a dit: "Pourquoi est-ce que vous emmenez ces

25 Oustachis? Pourquoi est-ce que vous ne les tuez pas tout simplement? "

Page 10486

1 Ensuite, ils nous ont arrêtés à côté de Plavi Most. Nous appelons ce

2 secteur Rijeka près de Kljuc. Hilmo Hodzic a été sorti de la camionnette

3 et ils voulaient lui couper la gorge sur place. Je ne sais pas pourquoi

4 ils ne l'ont pas fait, mais ils l'ont ramené dans la camionnette.

5 Question: Je voudrais vous arrêter un instant ici. Vous avez déclaré que

6 cinq des membres, cinq Serbes de la police militaire ou des agents sont

7 entrés dans la cellule et vous ont dit de sortir. Comment savez-vous que

8 c'était des membres de la police militaire?

9 Réponse: Ils portaient ces ceinturons blancs militaires et portaient des

10 pistolets dans leurs gaines.

11 Question: Et vous avez décrit donc ces passages à tabac dans l'entrée et

12 dans la camionnette, vous avez déclaré que vos doigts avaient été brisés.

13 Avez-vous subi d'autres blessures?

14 Réponse: J'ai eu plusieurs côtes cassées à la suite des coups de pied que

15 j'ai reçus dans la cage thoracique, des coups de pied chaussés de

16 chaussures militaires.

17 Question: Donc ils ont menacé Hodzic de le tuer, mais ils l'ont ramené à

18 la camionnette, Hilmo Hodzic. Où est-ce qu'ils vous ont emmenés?

19 Réponse: Nous avons poursuivi sur la route de Kljuc et nous avons atteint

20 le poste de police de Kljuc.

21 Question: Est-ce qu'on vous a emmenés à l'intérieur du poste de police?

22 Réponse: Non, ils ont ouvert la portière, ils nous ont dit de descendre et

23 comme chacun d'entre nous…au moment où chacun d'entre nous sortait et

24 devait monter des marches pour entrer dans le poste de police, là encore,

25 il y avait un groupe de Serbes et d'autres soldats qui se trouvaient là.

Page 10487

1 Et comme j'étais le dernier cette fois-ci à monter, quand je suis sorti de

2 la camionnette, ils ont dit: "Tes jambes sont engourdies, alors secoues-

3 toi parce que tu ne peux pas te tenir debout." Alors, j'ai commencé à me

4 secouer, j'ai reçu un coup de matraque dans la cage thoracique et il a

5 dit: "Balija, nique ta mère et monte en courant ces marches."

6 Je pouvais à peine marcher. J'ai reçu d'autres coups, d'autres coups de

7 pied et puis, brusquement, quelqu'un tout en haut des marches a crié:

8 "Laissez cet homme tranquille". Et lorsque je suis arrivé en haut des

9 marches, ils ont arrêté de me battre et cet homme était un camarade

10 d'école qui s'appelait Petar Mihic. Je l'ai reconnu et il faisait partie

11 de la police de réserve et il se trouvait en haut de l'escalier.

12 Puis ils nous ont enfermés dans une cellule dans le sous-sol. C'était une

13 petite pièce, il y avait une sorte de châlit fait avec des planches en

14 bois et trois d'entre nous sont restés sur le sol, ils nous ont enfermés

15 là.

16 Question: Combien de temps êtes-vous restés dans cette cellule?

17 Réponse: Nous sommes restés dans cette cellule jusqu'au lundi après-midi.

18 Question: Et là encore, est-ce qu'on vous a donné de la nourriture?

19 Réponse: Non, là encore, il y avait un policier de service dans le

20 couloir. Nous lui avons demandé de nous acheter du pain ou quoi que ce

21 soit et il nous a dit qu'il n'avait pas le droit de le faire. Ils nous ont

22 donné de l'eau, la plupart du temps.

23 Question: Et est-ce qu'à un endroit quelconque, à un de ces endroits, à

24 Gornja Sanica, à l'école, au poste de police de Kljuc, avez-vous été

25 informés des raisons pour lesquelles vous étiez là? Etiez-vous accusés de

Page 10488

1 quelques délits?

2 Réponse: Ils ne m'ont rien expliqué, c'était probablement à cause de mon

3 nom que j'étais là.

4 Question: Voulez-vous dire... lorsque vous voulez dire votre nom?

5 Réponse: Ce jour-là, les Serbes arrêtaient seulement les Bosniens, les

6 passaient à tabac, faisaient des rafles et c'est pour ça que je pense que

7 c'était simplement mon nom qui leur indiquait quelque chose, à moins

8 qu'ils aient eu des vues politiques à l'esprit.

9 Question: Vous dites que vous êtes resté là jusqu'au lundi après-midi. Où

10 ensuite avez-vous été emmené?

11 Réponse: Le lundi, vers midi, Fadil Hadzic a été relâché. Ils lui avaient

12 entaillé les veines avec un couteau pendant le voyage de Sanica à Kljuc,

13 et les six qui étaient là ont été appelés. Le chef de la police était là,

14 il s'appelait Vinko, et il a demandé à chacun d'entre nous, il a posé une

15 question et à la fin, il m'a demandé: "Subasic, nous n'avons pas beaucoup

16 de renseignements sur toi. Il est dit ici que tu as été capturé dans le

17 secteur des opérations de combat."

18 J'ai répondu que, si ma maison se trouvait dans le secteur des activités

19 de combat, ce serait vrai et c'est la seule conversation que nous ayons

20 eue. Et ensuite ils nous ont fait monter dans la même camionnette qui

21 avait été lavée, les taches de sang avaient été nettoyées, et ils nous ont

22 autorisés à nous asseoir sur les sièges, mais avec la tête inclinée. Nous

23 n'avions pas le droit de regarder autour de nous et il avait deux agents

24 de police et le conducteur.

25 Question: Pourriez-vous nous dire, s'il vous plaît, où vous avez été

Page 10489

1 emmené?

2 Réponse: Ils ont immédiatement expliqué qu'on nous emmenait à Manjaca, au

3 camp de Manjaca et que nous devions garder le silence, que nous ne devions

4 rien essayer de faire. Parce que...!

5 Mme Richterova (interprétation): Nous allons avoir une brève suspension

6 d'audience maintenant et nous poursuivrons après cette suspension.

7 M. le Président (interprétation): D'accord.

8 L'audience est suspendue pour 20 minutes. 20 minutes de suspension.

9 (L'audience, suspendue à 12 heures 42, est reprise à 13 heures 08.)

10 M. le Président (interprétation): Madame Richterova, voulez-vous

11 poursuivre.

12 Mme Richterova (interprétation): Oui, lorsque nous avons suspendu la

13 séance, vous nous aviez dit que vous aviez été emmené au camp de Manjaca

14 et, comme je vous l'ai expliqué, nous avons déjà entendu beaucoup de

15 dépositions concernant le traitement des prisonniers du camp de Manjaca;

16 donc je ne vais pas vous poser de questions sur le camp. Simplement, je

17 voudrais savoir combien de temps vous êtes resté au camp de Manjaca?

18 Réponse: J'ai été relâché du camp le 18 décembre 1992 avec le dernier

19 groupe.

20 Question: Dans le camp de Manjaca, est-ce que vous avez été accusé d'un

21 crime ou d'un délit quelconque?

22 Réponse: A Manjaca, personne ne m'a jamais interrogé sur quoi que ce soit.

23 Question: Est-ce qu'on vous a jamais dit pourquoi vous étiez à Manjaca?

24 Réponse: Non, jamais.

25 Question: Vous dites que vous avez été relâché le 18 décembre et que vous

Page 10490

1 étiez dans le dernier groupe. Comment? De quelle manière avez-vous été

2 relâché?

3 Réponse: Pour commencer, j'aurais dû être relâché avec le premier groupe

4 d'après les conditions de détention, tous ceux qui avaient été capturés le

5 même jour que moi ont été relâchés avec le premier groupe. Mais la dame de

6 la Croix-Rouge a dit que mon nom s'était perdu quelque part dans

7 l'ordinateur et donc elle est intervenue et c'est comme cela que j'ai été

8 relâché en faisant partie du dernier groupe.

9 Question: Vous parliez d'une femme. Comment s'appelait-elle? Comment a-t-

10 elle participé à votre libération?

11 Réponse: J'ai vu que mon nom n'avait pas été appelé. Et quand elle est

12 entrée dans le camp, je l'ai approchée et je lui ai posé la question "et

13 moi alors?" ai-je dit, "les autres sont partis". Elle a pris ma carte,

14 elle l'a lue et il est probable qu'elle est intervenue, de sorte que j'ai

15 été relâché avec le dernier groupe.

16 Question: Est-ce que cette libération était organisée par la Croix-Rouge

17 internationale?

18 Réponse: Oui.

19 Question: Je voudrais que l'on montre au témoin un document qui s'appelle

20 "note officielle" qui est une annexe à la déclaration du témoin, et je

21 voudrais le présenter pour versement au dossier sous la cote P1112.

22 (Intervention de l'huissier.)

23 Le titre de ce document est "note officielle" et elle porte la date du 7

24 juillet 1992. Je vous ai présenté ce document hier et je voudrais savoir

25 si vous l'aviez vu à l'époque où il a été rédigé.

Page 10491

1 Réponse: Non, jamais. Je ne l'ai jamais vu avant. Je ne l'ai vu qu'hier

2 pour la première fois.

3 Question: Et il a été rédigé comme il est dit le 29 juin 1992 dans les

4 bureaux du poste de police de la branche de Sanica. Est-ce que le 29 juin

5 1992, vous vous êtes trouvé dans les locaux du poste de police de Sanica?

6 Réponse: A l'époque, j'étais au camp de Manjaca. Le lundi, je crois, était

7 le 28.

8 Question: Il est dit ici que vous possédiez deux fusils de chasse que vous

9 aviez remis à l'autorité. Est-ce que cette déclaration est exacte?

10 Réponse: Elle est exacte. Il est exact que je possédais deux fusils et que

11 je les ai remis.

12 Question: Il est également dit que des renseignements ont été trouvés,

13 qu'il y avait une entente avec Hasan Civic pour armer Donji Biljani. Est-

14 ce que vous connaissez le nom ou est-ce que vous connaissez la personne

15 appelée Hasan Civic?

16 Réponse: Je connaissais Cemal Hasan, je crois que Civic est un prénom.

17 Question: Est-ce que vous avez armé des personnes à Donji Biljani avec

18 cette personne?

19 Réponse: Non, jamais.

20 Question: Et à votre connaissance, est-ce que Hasan Cemal a armé des gens

21 de Donji Biljani?

22 Réponse: Je ne sais pas et je n'ai pas pu le voir en train de le faire.

23 Question: Et il y a la dernière phrase qui dit là qu'il a aussi préparé un

24 groupe d'extrémistes musulmans en les formant au combat de guérilla. Est-

25 ce que cette déclaration est exacte?

Page 10492

1 Réponse: Ceci aussi est faux. Tout le monde avait reçu une formation dans

2 la JNA, quand ils faisaient leur service militaire régulier. Tous les

3 hommes avaient reçu une formation de ce genre.

4 Question: En mai, juin 1992, d'après vos souvenirs, y a-t-il eu une

5 résistance armée dans votre village, à Jabukovac ou dans les régions

6 avoisinantes?

7 Réponse: Dans mon village et dans l'ensemble de Biljani, il n'y a eu

8 aucune résistance d'aucun type et il n'y a eu aucun type d'incident. Mais

9 j'ai entendu dire par des Serbes qu'il y avait eu un incident près de

10 Kljuc à Pusije, mais ceci se trouve à quelques quinze ou seize kilomètres

11 de l'endroit où je me trouvais et nos mouvements étaient limités.

12 Question: Ma dernière question: n'avez-vous jamais résisté à la police ou

13 à l'armée avec une arme quelconque pendant la période en question?

14 Réponse: Non, jamais. Je n'ai jamais opposé de résistance. J'ai agi comme

15 ils le demandaient.

16 Mme Richterova (interprétation): Je n'ai plus de question pour ce témoin.

17 M. le Président (interprétation): Je vous remercie, Madame Richterova.

18 Maître Trbojevic, co-conseil dans l'équipe de la défense pour M. Brdjanin,

19 va procéder au contre-interrogatoire.

20 Maître Trbojevic vous avez la parole.

21 (Contre-interrogatoire du témoin, M. Ramiz Subasic par Me Trbojevic.)

22 M. Trbojevic (interprétation): Je n'ai que quelques questions à poser au

23 témoin.

24 Vous nous avez dit, Monsieur le Témoin, qu'avant le 25 juin, vous n'aviez

25 pas eu de problème?

Page 10493

1 M. Subasic (interprétation): Je n'ai pas bien compris la question.

2 Question: Avant cet événement, le 25 juin, lorsque les deux soldats sont

3 venus vous arrêter, vous avez dit que personnellement vous n'aviez eu

4 aucun problème?

5 Réponse: Oui, c'est exact.

6 Question: Vers la fin, vous avez dit que vos mouvements étaient limités.

7 Réponse: Oui, la liberté d'aller et venir était limitée parce qu'il y

8 avait des points de contrôle. Il y a en avait un au pont de Sanica et un

9 autre à Velagici; et si je voulais aller à Kljuc ou Sanica, il fallait

10 alors obtenir un certificat spécial délivré par les autorités locales.

11 Question: Or, vous nous dites que vous ne saviez rien en ce qui concerne

12 certaines unités bosniennes qui étaient formées dans des villages

13 avoisinants?

14 Réponse: Oui, c'est ce que j'ai dit.

15 Question: Est-ce que vous soutenez qu'il n'y en avait pas ou que vous n'en

16 aviez pas connaissance?

17 Réponse: Je pense que, dans le secteur de Biljani et de Sanica, il n'y en

18 avait pas; quant à d'autres lieux, je ne sais pas.

19 Question: Vous avez dit que vous aviez permis que des patrouilles

20 utilisent votre carabine.

21 Réponse: Non, pas une carabine exactement, c'était mon fusil de chasse, je

22 l'avais confiée à mes voisins parce que des patrouilles communes avaient

23 été organisées avec les Serbes du village de Loncari et ils faisaient des

24 patrouilles conjointes dans notre village et dans ce village serbe.

25 Question: Et plus tard, lorsque ces patrouilles sont devenues mono

Page 10494

1 ethniques?

2 Réponse: Ces patrouilles ont cessé. Elles n'avaient plus lieu et après

3 cela, nous avons dû rendre, restituer les armes que nous avions.

4 Question: Qui délivrait les reçus pour les armes confisquées?

5 Réponse: La cellule de crise serbe à Sanica, à l'ancienne gare de chemin

6 de fer où les trains passaient sur les voies étroites, jadis.

7 Question: Vous nous dites que Sanica avait sa propre cellule de crise?

8 Réponse: Oui, une sorte de cellule de crise. Il y avait Nedjo Grabez qui

9 en faisait partie et cinq ou six d'entre eux. Je ne sais pas qui

10 d'autres…Mico Devic. Je ne me rappelle pas les noms des autres.

11 Question: Dites-moi, lorsque vous avez décrit les événements qui se sont

12 déroulés sur le pont, lorsque Tehvid Omanovic a été laissé sur le pont et

13 que vous avez poursuivi votre route, pourriez-vous expliquer un peu plus?

14 Réponse: Nous allions de Sanica vers Kljuc et nous avons été arrêtés au

15 pont et Tehvid était derrière moi dans la file et lorsque nous sommes

16 arrivés là, ils le cherchaient probablement et ils l'ont gardé là, je ne

17 sais pas ce qui lui est arrivé. En tous les cas, il n'a pas poursuivi avec

18 nous sur la route après le pont.

19 Question: Donc les personnes qui se trouvaient au point de contrôle

20 l'attendaient?

21 Réponse: Non, non, le petit pont… il y a cette petite rivière qui

22 s'appelle la Biljanska.

23 Question: Avec qui?

24 Réponse: Il y avait des soldats serbes qui étaient là, qui l'ont gardé là.

25 Question: Vous nous avez dit que lorsque vous traversiez le mont Palez,

Page 10495

1 que les Serbes vous ont utilisés en bouclier humain?

2 Réponse: C'est mon opinion, parce qu'ils nous ont dit: s'il y a quelque

3 chose qui arrive, s'il y a une explosion ou quelqu'un qui tire, vous serez

4 tués. C'est ce qu'ils nous ont dit, ces soldats serbes.

5 Question: Est-ce qu'il y avait des coups de feu aux alentours?

6 Réponse: Non, sauf que eux ils ont tiré.

7 Question: Lorsque vous retournez dans votre village et lorsque vous avez

8 vu des maisons ou des meules de foin incendiées, est-ce qu'il y avait des

9 coups de feu?

10 Réponse: Non, il y avait un silence total. On ne voyait que la fumée.

11 Question: Lorsque vous avez été arrêté, vous avez dit que vous avez conclu

12 que ces soldats ne venaient pas de votre pays. Est-ce que vous avez pu les

13 identifier?

14 Réponse: Je pouvais reconnaître cela parce que je connais assez de Serbes

15 dans mon pays, c'est-à-dire je les connaissais. Et c'est pour cela que je

16 ne pouvais pas les reconnaître.

17 Question: Je vous demande si vous avez pu reconnaître selon leur débit, si

18 ça ressemblait à la langue serbe, macédonienne ou monténégrin ou une

19 autre?

20 Réponse: Ça différenciait. Donc ce langage serbe était différent sur

21 certains mots. J'ai vu tout de suite que c'étaient des Serbes parce qu'ils

22 portaient les armes. Seulement eux portaient les armes.

23 Question: Est-ce que vous avez pu identifier de quel pays, de quelle

24 région ils venaient?

25 Réponse: Non, je ne pouvais pas le déterminer.

Page 10496

1 M. Trbojevic (interprétation): (Non traduit.)

2 M. le Président (interprétation): Je vous remercie, Maître Trbojevic.

3 Est-ce qu'il y a des questions supplémentaires?

4 Mme Richterova (interprétation): Non.

5 M. le Président (interprétation): Est-ce que des Juges ont des questions à

6 poser? Non. Dans ce cas-là, Monsieur Subasic, par là on a fini votre

7 témoignage et maintenant vous pouvez sortir de la salle d'audience.

8 Quelqu'un va vous raccompagner de la salle d'audience et au nom de ce

9 Tribunal international, je voudrais vous remercier d'avoir accepté de

10 venir ici témoigner dans cette affaire. Et maintenant Monsieur l'huissier

11 va vous faire sortir de la salle d'audience.

12 M. Subasic (interprétation): Merci.

13 (Le témoin, M. Ramiz Subasic, est reconduit hors du prétoire.)

14 (Questions relatives à la procédure.).

15 M. le Président (interprétation): Nous avons encore 20 minutes. Est-ce que

16 le témoin suivant est prêt?

17 Mme Richterova (interprétation): Il n'est pas près à venir parce qu'il ne

18 vient que demain. Je pense que demain nous travaillons l'après-midi.

19 M. le Président (interprétation): Non. Mme Richterova, nous travaillons

20 demain matin.

21 Mme Richterova (interprétation): Dans ce cas-là, le nouveau témoin viendra

22 à 9 heures.

23 M. le Président (interprétation): Oui, Maître Ackerman?

24 M. Ackerman (interprétation): Mais il s'agit d'un témoin protégé, nous

25 n'avons pas encore reçu la liste des pièces à conviction. Quand peut-on

Page 10497

1 avoir cela?

2 Mme Richterova (interprétation): J'ai parlé avec Mme Korner, elle m'a dit

3 de venir à une heure 45 mais elle ne savait pas que nous arrêterions si

4 tôt. Nous allons vous communiquer cela dans une vingtaine de minutes.

5 Maître Ackerman, je vais parler avec vous là-dessus.

6 M. le Président (interprétation): Avez-vous des nouveautés? Et avez-vous

7 des nouvelles de Prijedor parce que c'était hier que vous avez dû avoir

8 l'entretien.

9 M. Ackerman (interprétation): Je peux vous dire les nouvelles que j'ai

10 reçues. J'ai dit au Bureau du Procureur que je vais envoyer la proposition

11 de notre mémorandum conjoint à Mme Korner cet après-midi et je pense

12 qu'elle sera contente parce que c'est le sujet sur lequel on a discuté

13 ici.

14 M. le Président (interprétation): Je vous remercie.

15 Madame Sutherland?

16 Mme Sutherland (interprétation): Monsieur le Président, il y a un autre

17 sujet. Est-ce que je peux proposer le versement au dossier les pièces à

18 conviction P1110 et P1111. Il s'agit d'une lettre du 7 octobre 1992 signée

19 par Kupresanin.

20 M. le Président (interprétation): Je suppose qu'il s'agit de la pièce à

21 conviction P1112.

22 Mme Richterova (interprétation): Oui, Monsieur le Président.

23 M. le Président (interprétation): On accepte ces pièces à conviction pour

24 le versement au dossier.

25 Est-ce qu'il y a autre chose? Non. D'accord.

Page 10498

1 Nous allons continuer notre travail demain à 9 heures.

2 Et voilà Mme Korner qui vient d'arriver.

3 Mme Korner (interprétation): (Hors micro.)

4 M. le Président (interprétation): Merci.

5 (L'audience est levée à 13 heures 28.)

6

7

8

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25