Tribunal Criminal Tribunal for the Former Yugoslavia

Page 393

1 Le mercredi 11 juillet 2007

2 [Audience publique]

3 [L'accusé est introduit dans le prétoire]

4 --- L'audience est ouverte à 14 heures 16.

5 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Bonjour. Bonjour à tous et à toutes.

6 Les parties peuvent-elles se présenter, s'il vous plaît.

7 Pardon, excusez-moi. D'abord, nous allons présenter l'affaire.

8 Excusez-moi.

9 M. LE GREFFIER : [interprétation] Merci.

10 Bonjour. Il s'agit de l'affaire IT-04-83-T, le Procureur contre Rasim

11 Delic.

12 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Merci beaucoup.

13 Merci, Monsieur Mundis.

14 M. MUNDIS : [interprétation] Bonjour, Monsieur le Président. Bonjour à tous

15 et à toutes ici présents. Pour l'Accusation, nous avons Daryl Mundis,

16 Aditya Menon et Alma Imamovic, notre commis à l'affaire.

17 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Pour la Défense ?

18 Mme VIDOVIC : [interprétation] Bonjour, Monsieur le Président.

19 Vasvija Vidovic, M. Nicholas David Robson pour la Défense du général

20 Delic, avec nos assistantes Lejla Gluhic et Asja Zujo.

21 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Je vous remercie.

22 Monsieur Mundis.

23 Monsieur Mundis, avant de commencer, je dirais la chose suivante :

24 nous nous sommes mis d'accord sur les horaires de nos sessions. Donc, nous

25 aurons une première partie de session d'une heure 15, jusqu'à 3 heures 30.

26 Ensuite, nous aurons une pause de

27 30 minutes et nous poursuivrons ainsi.

28 M. MUNDIS : [interprétation] Je vous remercie, Monsieur le Président.

Page 394

1 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Je vous en prie.

2 M. MUNDIS : [interprétation] L'Accusation appelle à la barre Sinan Begovic.

3 [Le témoin est introduit dans le prétoire]

4 L'INTERPRÈTE : Le Président, hors micro, semble demander au témoin de bien

5 vouloir prononcer la déclaration solennelle.

6 LE TÉMOIN : [interprétation] Je déclare solennellement que je dirai la

7 vérité, toute la vérité et rien que la vérité.

8 LE TÉMOIN: SINAN BEGOVIC [Assermenté]

9 [Le témoin répond par l'interprète]

10 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Merci. Veuillez vous asseoir.

11 Monsieur Mundis.

12 M. MUNDIS : [interprétation] Merci, Monsieur le Président.

13 Interrogatoire principal par M. Mundis :

14 Q. [interprétation] Bonjour, Monsieur Begovic.

15 R. Bonjour.

16 Q. Pourriez-vous indiquer quel est votre nom, votre lieu et votre date de

17 naissance aux fins du compte rendu, s'il vous plaît.

18 R. Je suis Sinan Begovic. Je suis né le 9 janvier 1966.

19 Q. A quel endroit ?

20 R. A Suhi Dol, municipalité de Travnik.

21 Q. Monsieur Begovic, pour autant que vous vous en souvenez, quand la

22 guerre a-t-elle débuté en Bosnie-Herzégovine ?

23 R. Dans notre secteur, donc en Bosnie centrale, c'était à peu près --

24 enfin, les problèmes ont commencé à surgir vers avril, alors qu'ailleurs il

25 y avait déjà eu des problèmes, donc en 1992.

26 Q. En avril 1992, Monsieur, où viviez-vous ?

27 R. Je vivais dans mon village, le village Suhi Dol.

28 Q. Pouvez-vous dire à la Chambre de première instance, Monsieur, si les

Page 395

1 habitants de Suhi Dol ont pris des mesures pour se défendre en avril 1992;

2 et si oui, lesquelles ?

3 R. Nous étions dans un endroit où il n'y avait pas d'opérations de combat

4 du tout à cette époque-là. Je ne sais pas très bien au cours de quel mois

5 c'est arrivé, mais le MUP de Travnik et les forces réservistes de la police

6 entretenaient leur relais à Vlasic, et les forces de la VRS l'ont pris par

7 la force. C'est tout ce qui s'est passé dans la zone en termes de combat à

8 l'époque.

9 Q. Pour que les choses soient tout à fait claires, pourriez-vous dire aux

10 Juges de la Chambre ce qu'était le MUP ou ce qu'est le MUP ?

11 R. La police.

12 Q. Vous avez également parlé des forces de la VRS. Là encore, pourriez-

13 vous expliquer ce que sont ou ce qu'étaient ces forces de la VRS ?

14 R. Les Serbes, les forces serbes. C'est comme cela qu'on les appelait.

15 Q. Ces forces serbes, étaient-elles de Serbie ou de Bosnie ?

16 R. Je ne sais pas.

17 Q. Un dernier éclaircissement, si vous voulez bien. Vous avez parlé de

18 Vlasic. Qu'est-ce que Vlasic ? Pouvez-vous l'expliquer aux Juges de la

19 Chambre ?

20 R. C'est un relief, une montagne qui surplombe notre village, et ce

21 relais, c'était le point le plus saillant, disons, sur le mont Vlasic.

22 Q. Quel type de relais était-ce ? Le savez-vous ?

23 R. Oui. C'était une antenne relais de communication.

24 Q. Bien. Passons maintenant à l'été de l'année 1992, Monsieur.

25 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] J'aimerais vous interrompre avant de

26 passer à l'été 1992, Monsieur Mundis. Excusez-moi de vous interrompre, mais

27 j'aimerais que l'on comprenne bien ce dont il s'agit. Le relais, en

28 l'occurrence, c'est quoi ?

Page 396

1 M. MUNDIS : [interprétation] Vous voulez que le témoin réponde à la

2 question ?

3 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Oui.

4 M. MUNDIS : [interprétation]

5 Q. Monsieur le Témoin, pourriez-vous nous expliquer, s'il vous plaît, ce

6 qu'est ce relais de communication ?

7 R. Oui, c'était un relais utilisé pour les communications et pour la

8 télévision. C'était une antenne, si vous voulez, de relais par laquelle

9 passaient les signaux.

10 Q. Bien. Il y a, je crois, un ensemble d'antennes, n'est-ce pas, sur le

11 mont Vlasic, qui servait précisément de relais de communication, n'est-ce

12 pas ?

13 R. Oui. Oui, c'est cela, sûrement. C'était pour la télévision et aussi

14 pour les communications en général.

15 Q. Monsieur Begovic, j'aimerais maintenant que nous passions à l'été de

16 l'année 1992. Pourriez-vous nous dire si de quelconques mesures ont été

17 prises à l'époque par les villageois de Suhi Dol pour se défendre, si oui,

18 quelles ont été ces mesures ?

19 R. Nous n'avons pas été attaqués. Notre village n'a pas été attaqué, mais

20 les autres villages qui étaient dans le secteur environnant Vlasic l'ont

21 été.

22 Q. Des mesures ont-elles été prises à Suhi Dol par rapport aux attaques

23 qui avaient eu lieu dans les autres villages environnants; et si oui,

24 lesquelles ?

25 R. Nous craignions pour notre sécurité et nous avons commencé à nous

26 organiser. Nous avons commencé par organiser des gardes, des tours de

27 gardes.

28 Q. Au cours de la deuxième partie de l'année 1992, ces gardes organisées

Page 397

1 localement, ont-elles évolué, sont-elles devenues des unités organisées,

2 disons ?

3 R. Nous avons reçu, de quelqu'un de Travnik, des consignes, je crois,

4 selon lesquelles nous devions faire la liste de tous les hommes en âge de

5 combattre et de former une compagnie.

6 Q. Avez-vous constitué une compagnie parmi les villageois de Suhi Dol ?

7 R. Oui. Nous avons effectivement formé une compagnie, mais elle existait

8 davantage sur le papier que dans les faits.

9 Q. Monsieur Begovic, pourriez-vous dire aux Juges de la Chambre ce

10 qu'était le Détachement Ljuta Greda ?

11 R. Le Détachement Ljuta Greda a été formé plus tard. Il y avait trois

12 compagnies dans ce détachement : Suhi Dol, la Dub, et la Visnjevo. Elles

13 étaient plutôt orientées vers le secteur de Vlasic.

14 Q. Quand, à peu près, le Détachement Ljuta Greda a-t-il été formé ?

15 R. Je ne connais pas la date exacte.

16 Q. Pourriez-vous nous donner une idée du mois, du mois et de l'année ?

17 R. Je ne sais pas si c'était à la fin de 1992 ou au début de 1993. Je ne

18 suis pas en mesure de me rappeler.

19 Q. Monsieur Begovic, pourriez-vous décrire à la Chambre la zone

20 géographique appelée la vallée de Han Bila ?

21 R. Jusqu'à Vlasic, il y avait cinq ou six villages qui étaient

22 exclusivement musulmans; puis vers Mehurici, il y avait des villages

23 mixtes. Il y avait Haman, un village musulman, puis d'autres qui étaient

24 des villages croates, où habitaient des Croates. C'est ça que je veux dire.

25 Q. Monsieur Begovic, pourriez-vous nous dire où est la vallée de Han Bila

26 par rapport à ces différents lieux que vous venez d'évoquer ?

27 R. Je n'ai pas compris la question.

28 Q. Où est la vallée de Han Bila ?

Page 398

1 R. Mais c'est justement la région que je viens de vous décrire. Nous

2 appartenions à cette vallée, la vallée de Han Bila, qui tirait son nom de

3 la rivière, la Bila, qui coule dans la vallée.

4 Q. Bien. Revenons au Détachement Ljuta Greda, Monsieur. Vous souvenez-vous

5 qui était le commandant de cette unité ?

6 R. C'était Munir Karic, je crois.

7 Q. Pendant combien de temps le Détachement Ljuta Greda a-t-il existé ?

8 Vous en souvenez-vous ?

9 R. Non. Non. Pas exactement, non.

10 Q. Le Détachement Ljuta Greda, a-t-il ensuite été intégré dans une autre

11 unité ?

12 R. Oui. Par la suite, lorsque la 306e Brigade a été formée, effectivement

13 le détachement a été incorporé dans cette brigade, la 306e.

14 Q. Pourriez-vous dire aux Juges de la Chambre de première instance quelle

15 était la structure de la 306e Brigade de Montagne, ou Brigade ?

16 R. Il y avait deux ou trois détachements. Je sais que les négociations en

17 vue de la constitution de cette brigade ont pris du temps, parce que

18 certains en voulaient, d'autres pas, et qu'il y a eu, disons, certaines

19 discussions, disputes.

20 Q. Savez-vous à peu près quand la 306e Brigade a été constituée ?

21 R. Non, je ne connais pas la date exacte.

22 Q. Pouvez-vous nous dire --

23 R. C'était sans aucun doute en 1993.

24 Q. Pouvez-vous peut-être être plus précis quand, au cours de l'année 1993

25 à peu près, la brigade, la 306e Brigade a-t-elle été constituée ?

26 R. C'était vers le milieu de l'année, mais je ne peux pas être plus

27 précis.

28 Q. Monsieur, savez-vous qui commandait la 306e Brigade ?

Page 399

1 R. Le commandant de la 306e Brigade était le commandant Sipic, je crois.

2 Je n'en suis pas certain, je ne suis pas tout à fait sûr de son nom de

3 famille.

4 Q. Si vous le savez, pouvez-vous nous dire où était le quartier général de

5 la 306e Brigade ?

6 R. Le quartier général de la 306e était à Rudnik.

7 Q. La 306e Brigade avait-elle des bataillons dans son sein ?

8 R. Normalement, oui. Oui, oui, ça dû être le cas, oui.

9 Q. Savez-vous combien de bataillons comptait la 306e Brigade en 1993 ?

10 R. Non, je ne le sais pas exactement.

11 Q. Savez-vous où se situaient l'un ou l'autre des bataillons qui

12 constituaient la 306e Brigade, en 1993 ?

13 R. Les bataillons ne sont pas cantonnés en un lieu permanent. Les gens

14 étaient chez eux, et ce n'est que lorsqu'ils étaient forcés d'aller au

15 front qu'ils se rencontraient en un lieu convenu au préalable.

16 Q. Monsieur, connaissez-vous l'école primaire du village de Mehurici ?

17 R. Oui. Oui, oui.

18 Q. Au cours de la première partie de l'année 1993, y avait-il des unités

19 militaires qui occupaient l'école primaire de Mehurici, du village ?

20 R. Bien, il y avait certaines parties de la 306e Brigade et peut-être un

21 commandement, je ne sais pas exactement de quel type; puis il y avait un

22 groupe d'Arabes dans l'école.

23 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Je peux poser une question, s'il vous

24 plaît ?

25 Quel était le nom de l'école primaire ?

26 LE TÉMOIN : [interprétation] On l'appelait l'école de Mehurici, l'école

27 primaire de Mehurici. Je ne la connais pas sous d'autres noms que celui-là.

28 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Merci.

Page 400

1 M. MUNDIS : [interprétation] Merci, Monsieur le Président.

2 Q. Monsieur Begovic, combien y avait-il d'écoles primaires dans le village

3 de Mehurici ?

4 R. Il y en avait qu'une, celle-ci.

5 Q. Vous avez parlé d'un groupe d'Arabes qui se trouvaient dans l'école.

6 Monsieur Begovic, vous souvenez-vous de la première fois où vous avez vu

7 des Arabes dans l'école ou dans ses alentours dans le village de Mehurici ?

8 R. C'était peut-être en mai ou en juin 1993. Je n'en suis pas certain. Je

9 ne suis pas certain de la date ni du mois exact, mais je suis sûr que

10 c'était en 1992.

11 Q. Savez-vous combien d'Arabes il y avait, environ, dans l'école à

12 Mehurici, en mai ou en juin 1992 ?

13 R. Entre cinq et dix. Même pas, peut-être. Cinq ou six.

14 Q. J'aimerais que nous parlions maintenant, Monsieur Begovic, de la

15 première partie de l'année 1993. Y avait-il encore des Arabes dans l'école

16 de Mehurici ou dans ses environs ?

17 R. Il y en avait encore à l'école, mais il y avait aussi un groupe près de

18 Mehurici dans deux ou trois maisons serbes désertées.

19 Q. Nous arriverons à ces Arabes qui se trouvaient dans ces maisons

20 désertées ou abandonnées dans un instant, mais d'abord j'ai une question à

21 vous poser : s'agissant de la première partie de 1993, savez-vous environ

22 combien d'Arabes se trouvaient encore dans les locaux de l'école de

23 Mehurici au début de l'année 1993 ?

24 R. Je ne sais pas exactement, je ne sais pas combien exactement ils

25 étaient. Je sais qu'ils y étaient encore, mais à combien, je ne sais pas.

26 Q. Que faisaient les Arabes qui se trouvaient à l'école de Mehurici à la

27 fin de l'année 1992 et au début de l'année 1993 ?

28 R. Concrètement, je ne sais pas ce qu'ils faisaient à l'école. Je sais

Page 401

1 qu'une ou deux fois, il y a eu un entraînement pour certaines personnes, et

2 après dix ou 15 jours d'entraînement, ils ont distribué des armes à

3 certaines personnes, sans obligations quelles qu'elles soient.

4 Q. Lorsque vous parlez d'entraînement, pouvez-vous être plus précis pour

5 les Juges de la Chambre ? Quel type d'entraînement était-ce ?

6 R. Un entraînement physique, et peut-être même une instruction religieuse.

7 Mais bon, au départ, il n'y avait rien de vraiment saillant en particulier.

8 Q. Comment étaient vêtus les Arabes qui se trouvaient dans l'école de

9 Mehurici, fin 1992, début 1993 ?

10 R. Bien, certains portaient des chapeaux afghans ou des vêtements afghans

11 --

12 L'INTERPRÈTE : l'interprète n'en est pas tout à fait certaine. LE TÉMOIN :

13 [interprétation]

14 R. -- puis ils avaient, pour d'autres, des uniformes de camouflage.

15 M. MUNDIS : [interprétation] Certains des Arabes que vous avez vus à

16 l'école, à Mehurici ou dans les environs, fin 1992, début 1993, portaient-

17 ils des armes ?

18 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Oui, Maître Vidovic.

19 Mme VIDOVIC : [interprétation] Monsieur le Président, excusez-moi

20 d'interrompre l'interrogatoire principal. Peut-être que l'on pourrait

21 revenir à la question posée par l'Accusation s'agissant du type de

22 vêtements que portaient les Arabes. Le témoin a répondu "Afghanke," et en

23 fait, ce n'est pas un couvre-chef. En réalité, c'est une tenue, ou si vous

24 voulez, un uniforme afghan. Donc peut-être qu'il faudrait le préciser

25 auprès du témoin, parce que je crois que l'interprétation n'était pas tout

26 à fait précise.

27 M. MUNDIS : [interprétation]

28 Q. Revenons, s'il vous plaît, aux vêtements que portaient les Arabes, les

Page 402

1 Arabes que vous avez vus à l'école de Mehurici ou dans ses proches

2 environs, à la fin de 1992 et au début de 1993. Pouvez-vous préciser quel

3 type de vêtements ils portaient ?

4 R. Oui, j'ai parlé de ce mot, "Afghanke." En fait, c'est une tenue un peu

5 lâche avec une chemise assez lâche et des pantalons aussi lâches également.

6 Je ne sais pas si vous m'avez bien compris.

7 Q. Vous nous avez dit qu'il y en avait d'autres qui portaient une tenue de

8 camouflage. Est-ce que vous pouvez être plus précis dans votre description

9 ?

10 R. Oui. Bien, c'était simplement des tenues de camouflage qui ont commencé

11 à apparaître à cette époque-là. Des gens s'en étaient acheté, parce

12 qu'avant cette époque-là personne n'avait de tenue de camouflage.

13 Q. Y a-t-il eu des Arabes que vous ayez vus à l'école ou dans ses

14 environs, donc dans le village de Mehurici, fin 1992, 1993, qui portaient

15 des armes ?

16 R. Je ne m'en souviens pas. Je ne sais pas.

17 Q. Revenons à ce dont vous nous avez parlé tout à l'heure, les deux ou

18 trois maisons abandonnées, les maisons serbes. Intéressons-nous un instant

19 à ces maisons. Pouvez-vous dire aux Juges de la Chambre quand vous vous

20 êtes rendu compte pour la première fois qu'il y avait des Arabes dans ces

21 maisons serbes abandonnées ?

22 R. Je ne sais pas quand exactement je m'en suis rendu compte, mais c'était

23 assez près de Mehurici, donc nous le savions. Mais quand exactement nous

24 nous en sommes rendu compte, je ne sais pas.

25 Q. Savez-vous si c'était en 1992 ou en 1993 ?

26 R. C'était peut-être au début de 1993.

27 Q. Les Arabes qui se trouvaient dans la zone de Mehurici, à l'école ou

28 dans les maisons abandonnées qui étaient proches, savez-vous qui était leur

Page 403

1 chef, en 1992 et 1993 ?

2 R. Je ne sais pas quelle était la structure du commandement lorsque

3 j'étais là-bas. Je ne suis pas allé les voir à ce moment-là et je ne sais

4 pas qui était responsable.

5 Q. Est-il venu un moment plus tard, Monsieur Begovic, où vous avez été au

6 courant et vous avez su qui était le premier émir de ces Arabes à Mehurici

7 ?

8 R. Plus tard, lorsque j'ai été rattaché au détachement, l'émir était Abu

9 Haris. Mais je ne sais pas qui remplissait ces fonctions avant cela.

10 Q. Monsieur Begovic, avez-vous jamais entendu parler de quelqu'un nommé

11 Abu Abdel Aziz ?

12 R. Oui.

13 Q. Qui est Abu Abdel Aziz ?

14 R. C'était l'un des premiers à arriver à l'école. Je ne savais pas qui il

15 était pourtant. Je ne sais pas grand-chose à son sujet.

16 Q. Revenons donc aux maisons serbes abandonnées. Pouvez-vous dire aux

17 membres de la Chambre où se trouvaient ces maisons par rapport à Mehurici ?

18 R. Ces maisons étaient proches de Mehurici, à peut-être 500 mètres ou

19 jusqu'à 1 kilomètre de distance ou plus.

20 M. MUNDIS : [interprétation] Je voudrais qu'on montre au témoin la version

21 électronique de la carte numéro 10 du classeur pour la Chambre, qui porte

22 le numéro ERN 01618-6705. Pour l'huissière, je vais demander au témoin

23 d'apposer certaines marques de façon électronique, de façon à ce que l'on

24 puisse se préparer à aider le témoin à le faire.

25 Q. Dans l'intervalle, Monsieur Begovic, est-ce que l'endroit où se

26 trouvaient les maisons serbes abandonnées avait un nom de

27 lieu-dit ?

28 R. On l'appelait Zapode. Je ne sais pas si cela portait un autre nom.

Page 404

1 M. MUNDIS : [interprétation] Bien. Peut-être que l'huissière pourrait nous

2 aider. En fait, il faut qu'on voie le haut de la carte, s'il vous plaît. Je

3 vais demander au témoin d'apposer certains signes sur la carte. Voilà.

4 C'est très bien.

5 Q. Monsieur Begovic, voyez-vous une carte devant vous à l'écran ?

6 R. Oui.

7 Q. L'huissière va vous donner un crayon électronique, et je vais vous

8 demander si vous voyez sur cette carte, si vous la voyez, pouvez-vous

9 indiquer et marquer sur la carte où se trouve l'école à Mehurici, si vous

10 la voyez.

11 R. Je ne peux pas être précis. L'école est juste à côté de la route.

12 Q. Est-ce que vous voyez les lettres "SK" sur la carte ?

13 R. Oui.

14 Q. Le bâtiment qui se trouve immédiatement en dessous des lettres "SK,"

15 est-ce que ce n'est pas l'emplacement de l'école de Mehurici ?

16 R. Je ne peux pas être précis en ce qui concerne l'emplacement de l'école.

17 Q. Pourriez-vous, s'il vous plaît, marquer l'emplacement, si vous le

18 voyez, où se trouvaient les deux ou trois maisons serbes abandonnées.

19 R. Là encore, je ne peux pas être précis. Je peux tracer un cercle. C'est

20 approximativement ici.

21 Q. Pourriez-vous, s'il vous plaît, apposer le chiffre "1" à côté du cercle

22 que vous venez de tracer pour indiquer l'emplacement de ces maisons serbes

23 qui ont été abandonnées.

24 R. [Le témoin s'exécute]

25 Q. Ensuite, si vous pouviez marquer, du mieux que vous le pourrez,

26 l'emplacement approximatif de l'école de Mehurici. Et si vous avez besoin

27 d'encercler plusieurs bâtiments, ça va bien, mais si vous réussissez à

28 marquer l'emplacement approximatif de l'école à Mehurici, vous pouvez

Page 405

1 placer un cercle.

2 R. [Le témoin s'exécute]

3 Q. Veuillez, s'il vous plaît, mettre le chiffre "2" à côté de ce cercle.

4 R. [Le témoin s'exécute]

5 Q. Je vous remercie beaucoup.

6 Monsieur le Président, je voudrais demander qu'on prenne un instantané de

7 cette image. Je ne sais pas si les membres de Chambre souhaitent que le

8 témoin date et signe cette carte. Certaines Chambres le préfèrent.

9 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Ceci n'est pas nécessaire, tant

10 qu'elle est présentée pour versement au dossier.

11 M. MUNDIS : [interprétation] Nous voulons demander qu'il soit attribué une

12 cote et que cette pièce soit reçue comme élément de preuve au dossier.

13 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Maître Vidovic.

14 Mme VIDOVIC : [interprétation] Monsieur le Président, je n'ai pas

15 d'objection, mais peut-être que nous pourrions gagner un peu de temps de

16 façon à ce que je n'aie pas besoin de me lever chaque fois que le --

17 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Je vous remercie, Maître Vidovic. Oui,

18 je vous remercie beaucoup.

19 Donc la carte est admise au dossier et versée comme élément de preuve

20 et il faut lui attribuer une cote.

21 M. LE GREFFIER : [interprétation] Il s'agira de la pièce 63.

22 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Je vous remercie beaucoup.

23 M. MUNDIS : [interprétation] Juste pour le compte rendu, je note la

24 suggestion très raisonnable de Me Vidovic, qui s'applique également à

25 l'Accusation. Et dans le cas de silence, à ce moment-là, on peut considérer

26 qu'il ne s'agit pas d'une objection. Nous objecterons seulement si nous

27 avons -- enfin, nous nous lèverons que si nous avons une objection.

28 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Merci beaucoup.

Page 406

1 M. MUNDIS : [interprétation]

2 Q. Maintenant, Monsieur Begovic, passons à la période des six premiers

3 mois ou sept premiers mois, en fait, la période qui va du 1er janvier ou 31

4 juillet 1993. Dans quelle unité militaire serviez-vous pendant cette

5 période ?

6 R. J'étais à la 306e Brigade.

7 Q. Au cours de cette même période, les sept premiers mois de l'année 1993,

8 où vous trouviez-vous ? Où viviez-vous ? Où étiez-vous cantonné, s'il vous

9 plaît ?

10 R. Je vivais dans ma maison, chez moi.

11 Q. Au cours des sept premiers mois de 1993, vous pouvez donc dire à la

12 Chambre de première instance si vous-même et l'unité à laquelle vous étiez

13 rattaché ont été engagés dans des combats ou des opérations de combat ?

14 R. Oui, je l'ai fait. Je l'étais.

15 Q. Pourriez-vous, s'il vous plaît, dire brièvement aux membres de la

16 Chambre de première instance où vous avez eu des engagements ou des

17 combats, contre quelles forces ou forces armées ?

18 R. Nous avons combattu le HVO. Je ne sais plus quel était le mois; c'était

19 peut-être mai ou juin 1993.

20 Q. Donc, là encore, pour les membres de la Chambre, le HVO c'est bien le

21 Conseil de défense croate, n'est-ce pas ?

22 R. Oui, les Croates. Je ne sais pas comment les appeler autrement.

23 Q. Les Croates que vous combattiez, étaient-ils des gens du cru, des

24 locaux ?

25 R. Je ne sais pas qui étaient ces personnes, quelles étaient leurs

26 positions. Il y avait probablement des gens du cru. Quant à savoir s'il y

27 avait des étrangers, je ne sais pas.

28 Q. Je voudrais que vous reportiez votre attention à la journée du 8 juin

Page 407

1 1993. Ce jour-là, est-ce que votre unité a été désignée ou engagée pour une

2 opération militaire ?

3 R. Je ne sais pas en ce qui concerne la date, mais j'étais à Percin

4 pendant cette opération précise. Si c'est cela la date, alors d'accord.

5 Q. Pouvez-vous donner une période approximative, un moment approximatif,

6 d'après vos souvenirs, pour le lieu où vous étiez, à quel moment vous étiez

7 à Percin ?

8 R. Je n'ai pas bien compris votre question. Est-ce que vous me demandez

9 une date ou une heure ?

10 Q. Commençons par la date. Si vous n'êtes pas certain qu'il s'agit du 8

11 juin 1993, dites-nous approximativement quand, d'après vos souvenirs, vous

12 vous trouviez au lieu-dit Percin ?

13 R. Très probablement en juin. Je ne sais pas quelle était la date,

14 néanmoins.

15 M. MUNDIS : [interprétation] Je voudrais demander que l'on présente au

16 témoin la version électronique de la carte numéro 9, qui figure dans le

17 dossier de la Chambre. Cette carte porte le numéro

18 ERN 0618-6704.

19 Est-ce qu'on pourrait rapprocher un peu l'image, s'il vous plaît.

20 Oui. Ça va bien comme ça.

21 Q. Monsieur Begovic, là encore, je voudrais demander à l'huissière si elle

22 peut vous aider, et si vous pourriez, avec le stylo électronique, avant que

23 vous n'apposiez des marques, je voudrais, s'il vous plaît, que vous traciez

24 une ligne partant de l'endroit où votre unité s'est rendue en juin 1993

25 jusqu'à l'endroit que vous nous avez dit s'appeler Percin.

26 R. C'est à peu près ici. Il y a une route qui serpente. Toutefois,

27 c'était, de façon générale, dans cette direction.

28 Q. Pourriez-vous, s'il vous plaît, mettre un cercle autour de Percin, et

Page 408

1 mettre à côté de la ligne que vous avez tracée le

2 chiffre "1" ?

3 R. [Le témoin s'exécute]

4 Q. Avant que nous n'en ayons fini avec cette carte, je vais vous demander,

5 Monsieur le Témoin, si ce jour de juin 1993, vous étiez au courant ou vous

6 saviez qu'il y avait la présence d'Arabes dans le voisinage immédiat de

7 l'endroit où se trouvait votre unité à Percin ?

8 R. Les rumeurs étaient qu'ils se trouvaient à notre gauche, mais c'est

9 tout ce que je sais, sur notre gauche.

10 Q. Est-ce que vous connaissez, Monsieur le Témoin, le lieu connu sous le

11 nom de Borje ?

12 R. Nous l'appelons Borovi, Borje ou Borovi, c'est comme ça qu'il est connu

13 dans le secteur.

14 Q. Est-ce que vous saviez, Monsieur le Témoin, s'il y avait des Arabes

15 dans ce secteur en juin 1993 ?

16 R. Je ne comprends pas votre question. Situés où, à Borovi ou quelque part

17 ailleurs ?

18 Q. Oui.

19 R. Il n'y a pas de bâtiments ou d'installations dans lesquelles ils

20 auraient pu être installés. Lorsqu'il y avait une attaque, c'est là que se

21 trouvaient les positions de mortier du HVO, et nous traversions tout

22 simplement sans nous arrêter.

23 Q. Bien. Monsieur Begovic, vous rappelez-vous avoir donné une déclaration

24 au bureau du Procureur en septembre 2005 ?

25 R. Oui.

26 Q. Vous rappelez-vous que dans cette déclaration vous avez dit qu'il y

27 avait des Arabes à la gauche de l'endroit où votre unité se trouvait, à

28 Percin ?

Page 409

1 R. Oui.

2 Q. Lorsque vous avez fait cette déclaration, vous vouliez parler de quel

3 secteur ? En ce qui concerne celui où les Arabes étaient situés ou où se

4 trouvaient-ils là ce jour-là ?

5 R. J'avais cet endroit à l'esprit. On nous a dit que les Arabes se

6 déplaçaient en direction de Borovi. Plus tard, nous avons entendu, lorsque

7 nous sommes revenus de notre opération, qu'ils se trouvaient au village de

8 Radonjici, et qu'ils avaient passé quelque temps sur place, mais je ne sais

9 pas exactement combien de temps.

10 Q. Maintenant, Monsieur Begovic, pourriez-vous, s'il vous plaît, tracer un

11 cercle autour du secteur que vous avez appelé Borovi, et veuillez, s'il

12 vous plaît, apposer le chiffre "2" à côté de ce cercle.

13 R. [Le témoin s'exécute]

14 Q. Maintenant, ce jour de juin 1993, savez-vous comment ces Arabes sont

15 arrivés à l'endroit que vous venez juste d'encercler en mettant le chiffre

16 "2" ?

17 R. Ils ont aussi participé à l'attaque. C'est ce qu'on nous a dit.

18 Q. Mais j'y viendrai dans un moment. S'il vous plaît, pourriez-vous me

19 dire, si vous le savez, comment les Arabes sont arrivés à l'endroit appelé

20 Borje ou Borovi que vous avez encerclé avec le chiffre "2" ? D'où venaient-

21 ils ? Comment sont-ils arrivés

22 là ?

23 R. Vous voulez dire de quelle direction provenaient-ils ?

24 Q. Oui.

25 R. Ils venaient de la direction de Simulje.

26 Q. Pourriez-vous mettre un cercle autour de Simulje et placer à cet

27 endroit une lettre, ou plus exactement le chiffre "3" à côté de cet

28 emplacement.

Page 410

1 R. Simulje. [Le témoin s'exécute]

2 Q. Si je comprends bien, ils sont allés de Simulje à Borje; c'est exact ?

3 R. Oui.

4 Q. Pourriez-vous, s'il vous plaît, tracer une flèche indiquant la

5 direction qu'ils ont suivie pour aller de Simulje à Borje ?

6 Mme VIDOVIC : [interprétation] Objection, Monsieur le Président.

7 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Oui.

8 Mme VIDOVIC : [interprétation] Objection, Monsieur le Président. C'est une

9 question qui est extrêmement directrice. Comment est-ce que le témoin peut

10 le savoir, à moins qu'il n'ait été avec

11 eux ?

12 LE TÉMOIN : [interprétation] Pour commencer, je ne sais pas quelle était la

13 direction dans laquelle ils se déplaçaient; c'est exact.

14 M. MUNDIS : [interprétation]

15 Q. Je vous avais demandé si vous saviez, et vous --

16 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Est-ce que nous pourrions d'abord

17 régler la question d'objection ? Est-ce que vous êtes en train de répondre

18 à l'objection ?

19 M. MUNDIS : [interprétation] J'étais en train d'essayer de régler la

20 question de l'objection.

21 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Je voudrais poser la question, mais je

22 ne suis pas tout à fait sûr de la façon dont on fait ici. D'habitude,

23 lorsqu'un homologue de l'autre partie se lève, vous vous asseyez, enfin,

24 dans le système judiciaire qui est le mien. On ne se trouve pas à ce

25 moment-là avec ceux qui sont debout et comme s'ils étaient en train de se

26 combattre physiquement.

27 M. MUNDIS : [interprétation] Je vais garder ça à l'esprit, Monsieur le

28 Président.

Page 411

1 Répondant à la question qui figure à la page 19, lignes 5 à 8, j'ai demandé

2 au témoin s'il pouvait nous dire, s'il le savait, et le témoin a répondu à

3 la question à la ligne 11, page 19. C'était la base que j'ai prise pour

4 poser les questions supplémentaires et lui demander d'apporter des marques

5 sur la carte.

6 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Exactement, il venait de la direction

7 de --

8 L'INTERPRÈTE : Microphone, s'il vous plaît.

9 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Je vous prie de m'excuser.

10 Il était en train de répondre à la question vous avez posée à ces

11 lignes du compte rendu, à savoir qu'ils venaient de Simulje. C'est bien

12 cela.

13 M. MUNDIS : [interprétation] A la suite de cela, je lui ai demandé

14 d'apposer certaines marques, ce qu'il avait commencé à faire. Il a tracé un

15 cercle, et je lui ai demandé à ce moment-là de tracer une ligne, s'il

16 savait, d'où ils venaient, et c'est à ce moment-là que nous sommes arrivés

17 au moment de l'objection.

18 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Bien. Et vers où se déplaçaient-ils ?

19 Borje ?

20 Maître Vidovic, est-ce que vous avez toujours une objection ?

21 Mme VIDOVIC : [interprétation] Précisément, Monsieur le Président.

22 Le Procureur a posé une question, a demandé comment ils étaient

23 arrivés là. Je l'ai comprise comme étant une question au témoin qui était

24 d'identifier l'itinéraire, la route qu'ils ont empruntée.

25 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Cette question qui est à l'écran, je

26 la vois : "D'où venaient-ils ? Comment sont-ils arrivés là ?"

27 Cette question, à ce moment-là, était une question du témoin : "Que

28 voulez-vous dire, depuis quelle direction ?"

Page 412

1 Le substitut à dit : "Oui."

2 Il dit : "Ils sont venus de Simulje."

3 Il a placé ces cercles, et la question à ce moment-là était : "Si

4 j'ai bien compris, ils allaient de Simulje à Borje; c'est

5 exact ?"

6 Le témoin a dit : "Oui."

7 Le compte rendu poursuit : "Pourriez-vous, s'il vous plaît, tracer une

8 flèche dans la direction qu'ils suivaient, si c'est de Simulje à Borje" ?

9 Je suppose que ça doit être : "Depuis Simulje jusqu'à Borje."

10 Je ne sais pas si c'est quelque chose qui est difficile à faire. Une

11 fois que vous avez mis un cercle à Simulje et que vous avez mis un cercle à

12 Borje, que vous dites qu'ils se sont déplacés de Simulje à Borje,

13 certainement ils ne peuvent aller dans aucune autre direction que la

14 direction de Borje.

15 Oui.

16 Mme VIDOVIC : [interprétation] Monsieur le Président, en Bosnie centrale,

17 il est possible sur le terrain, en général, à la campagne de faire cela

18 pour différentes raisons. Je ne veux pas moi-même déposer, mais j'ai

19 objecté à la question, parce que la question était de savoir comment ils

20 étaient arrivés là, d'un lieu à l'autre. C'était ça l'essentiel de mon

21 objection.

22 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Votre objection est de savoir comment

23 ils sont arrivés là. Je ne sais pas -- est-ce que vous voulez essayer de

24 répondre à cela, Monsieur le Substitut ?

25 M. MUNDIS : [interprétation] Ma question était tout simplement telle

26 qu'elle figure au compte rendu, pour ce qui est inscrit sur cette pièce de

27 façon graphique, de savoir quelle était la direction suivie d'un point à

28 l'autre et pas nécessairement la route précise qu'ils pourraient avoir

Page 413

1 empruntées en passant quel élément géographique ou quel lieu-dit sur la

2 carte, simplement pour nous permettre, trois ou huit mois de là, de

3 comprendre de façon plus raisonnable ce qu'il y a sur cette carte, grâce à

4 une flèche qui indiquerait qu'ils sont allés d'un lieu à l'autre. Si ceci

5 n'est pas utile, je passe à autre chose.

6 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Voulez-vous répondre à cela, Maître

7 Vidovic ?

8 Mme VIDOVIC : [interprétation] Monsieur le Président, je peux préciser les

9 choses au cours du contre-interrogatoire.

10 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Je vous remercie beaucoup. Pour

11 le compte rendu, l'objection est rejetée.

12 M. MUNDIS : [interprétation]

13 Q. Monsieur Begovic, là encore, pourriez-vous, s'il vous plaît, tracer une

14 flèche dans la direction suivie par les Arabes pour aller de Simulje à

15 Borje ?

16 R. Je ne sais pas si vous souhaitez que je trace une flèche droite. Je ne

17 sais pas exactement comment ils se sont déplacés.

18 Q. Oui, je comprends cela, et c'est exactement la raison pour laquelle je

19 vous ai demandé de tracer simplement une flèche droite, de façon à ce qu'à

20 l'avenir nous puissions comprendre la direction qu'ils ont suivie.

21 R. Peut-être que nous ne nous sommes pas déplacés de la façon que j'ai

22 indiquée ici, suivant une ligne droite. Comme l'avocate de la Défense l'a

23 dit, on m'a dit il faut être plus précis. Il y a des routes qui serpentent.

24 Il peut y avoir à contourner une colline de façon à arriver à un certain

25 lieu. Par conséquent, nous nous ne déplaçons pas en suivant des lignes

26 droites. C'était juste pour faciliter la référence à leur égard.

27 Q. Exactement. Pour faciliter les choses, pour s'y retrouver, je vous

28 demande, Monsieur le Témoin, si vous le voulez bien, tracer une flèche, une

Page 414

1 ligne analogue avec des pointes de flèches qui indiquent la direction

2 allant de Simulje à Borje ?

3 R. Je peux tracer une ligne, mais je ne sais pas s'ils se sont vraiment

4 déplacés dans ce sens-là. Bon. Allons-y.

5 [Le témoin s'exécute]

6 Q. Est-ce que vous pourriez également mettre des pointes de flèches pour

7 indiquer la direction qu'ils ont suivie pour aller d'un lieu à l'autre ?

8 R. Une flèche comme ceci. [Le témoin s'exécute]

9 Q. Merci beaucoup.

10 Maintenant, Monsieur Begovic, vous savez ou est-ce que vous avez des

11 renseignements ou est-ce que vous avez observé comment les Arabes sont

12 arrivés au lieu appelé Simulje, et qui porte le

13 chiffre "3" ?

14 R. Non.

15 Q. Est-ce que vous savez où les Arabes qui se trouvaient à Simulje en

16 route vers Borje, savez-vous d'où ils venaient, en ce sens qu'où ils se

17 trouvaient immédiatement avant de se trouver à Simulje ?

18 R. Je ne le sais pas où ils se trouvaient avant. Nous étions à Suhi Dol.

19 Il se peut qu'ils aient été à leur camp, là-bas, à Zapode.

20 Q. [aucune interprétation]

21 R. [aucune interprétation]

22 Q. [aucune interprétation]

23 Mme LE JUGE LATTANZI : Monsieur le Témoin, s'il vous plaît. Si vous étiez à

24 Percin, comment savez-vous que ce groupe est allé de Simulje à Borje ?

25 C'était de rumeur seulement, ou vous avez un témoignage direct de ce

26 déplacement ?

27 LE TÉMOIN : [interprétation] C'était la rumeur.

28 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Je voudrais, avant que vous ne

Page 415

1 repreniez, demander également au témoin de placer une flèche du même genre

2 sur la ligne de Suhi Dol à Percin, pour indiquer la direction du

3 déplacement.

4 LE TÉMOIN : [Le témoin s'exécute]

5 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Je vous remercie beaucoup.

6 Vous pouvez poursuivre, Monsieur Mundis.

7 M. MUNDIS : [interprétation] Je vous remercie beaucoup, Monsieur le

8 Président.

9 Q. Monsieur Begovic, il y a un moment - et ceci figure à la page 18,

10 lignes 17 et 18 du compte rendu - vous avez dit, pour répondre à une

11 question concernant Borje : "On nous a dit que les Arabes se déplaçaient en

12 direction de Borje." Vous rappelez-vous qui vous a dit cela ?

13 R. Non.

14 Q. Est-ce qu'à un moment quelconque avant que votre unité n'aille à

15 Percin, est-ce que votre commandant ou quelqu'un d'autre vous a informés du

16 fait que les Arabes participeraient aux opérations ce jour-là ?

17 R. On a entendu des rumeurs selon lesquelles ils allaient participer aux

18 opérations.

19 Q. Depuis l'endroit où vous vous trouviez, Monsieur, à Percin, est-ce que

20 vous pouviez voir Simulje ? Est-ce que Simulje était visible depuis Percin

21 ?

22 R. Il y a une grande distance entre les deux. On ne pouvait pas le voir.

23 Peut-être qu'on pouvait le voir, mais si ce que vous avez à l'esprit c'est

24 qu'on aurait pu voir quelqu'un, alors je réponse que non, ce n'était pas

25 possible.

26 Q. Très bien. Depuis Percin, est-ce que vous pouviez voir la localité de

27 Borje ?

28 R. Borje, oui. On le voyait. On voyait les forêts et tout.

Page 416

1 Q. Je vous demande une nouvelle fois, Monsieur Begovic, si vous vous

2 rappelez avoir été interrogé par un enquêteur du Tribunal le

3 14 septembre 2005 ?

4 R. Oui.

5 Q. Dans la déclaration que vous avez faite à ce moment-là, vous rappelez-

6 vous avoir dit à l'enquêteur que les Moudjahidines étaient, je cite : "Sur

7 notre gauche. Leur AOR," c'est-à-dire zone de responsabilité, "était

8 Simulje" ?

9 R. J'ai dit à ce moment-là, et je le répète aujourd'hui, qu'ils étaient

10 sur notre gauche. Quant à leur zone de responsabilité, je ne suis pas

11 commandant. Comment est-ce que je pourrais savoir qui est responsable de

12 quelle zone. J'étais simple soldat, donc tout ce qui concerne la zone de

13 responsabilité, ça, je n'en sais rien.

14 Q. D'accord. Monsieur, ce que j'essaie de préciser, c'est si des rumeurs

15 circulaient quant à la présence éventuelle des Moudjahidines ou si les

16 Moudjahidines étaient effectivement présents à cet endroit. Et je vous

17 donne la possibilité de tirer cette question au clair ou de vous expliquer

18 sur ce point.

19 R. Ils étaient présents. C'est indubitable. Et ils étaient en train

20 d'agir.

21 Q. Lorsque vous dites : "Ils étaient en train d'agir," pouvez-vous nous

22 dire et dire aux Juges de la Chambre à quel endroit ils étaient en action

23 ce jour-là, en juin 1993 ?

24 R. J'ai déjà dit qu'ils étaient sur notre gauche, donc à peu près sur la

25 ligne qui correspond à ce qui est dessiné sur la carte.

26 Q. Pourriez-vous faire référence à un ou plusieurs numéros sur la carte

27 lorsque vous dites, "la ligne tracée sur la carte." A quel numéro faites-

28 vous référence s'agissant des annotations qui figurent sur la carte ?

Page 417

1 R. A peu près au niveau des numéros "3" et "2".

2 Q. Monsieur Begovic, pendant le mois de juin 1993, le jour dont vous venez

3 de parler, ce jour où vous vous êtes trouvé à Percin, a-t-il été le seul

4 dans votre souvenir, le seul jour où des combats auraient eu lieu dans la

5 zone de Suhi Dol, Maline et Radonjici ?

6 R. Après ce jour-là, l'unité dont je faisais partie n'a plus mené aucun

7 combat. Nous avons passé une nuit à Percin, et le lendemain nous sommes

8 partis. Nous avons traversé le village de Bukovica et nous sommes montés

9 sur la colline de Kukuljika où nous avons passé trois ou quatre jours.

10 Q. D'accord. Mais, Monsieur, ce que je vous demandais, en fait, c'était la

11 chose suivante : le jour où vous étiez à Percin en juin 1993, vous avez

12 parlé d'opérations militaires en cours. Mais en dehors de ce jour-là, est-

13 ce qu'il y a eu des opérations militaires dans le voisinage de Suhi Dol,

14 Gornje Maline et Radonjici, ou bien ce jour-là est-il le seul jour de juin

15 1993 où il y a eu de telles opérations militaires ?

16 R. Pour autant que je le sache, c'est le seul jour où il y a eu des

17 combats dans ce secteur. Mais qu'est-ce que j'en sais. Nous, nous n'avons

18 participé à aucun autre combat. Peut-être y a-t-il eu des incidents, mais

19 je n'en ai pas le souvenir.

20 Q. Monsieur, vous nous avez dit il y a quelques instants que vous êtes

21 allés à Bukovica où vous êtes restés trois ou quatre jours. Une fois que

22 vous êtes rentrés de Bukovica, où êtes-vous allés ? Après ces quelques

23 jours passés à Bukovica, où êtes-vous allés ?

24 R. Ce n'était pas à Bukovica. Bukovica était un village déserté. La

25 population l'avait quitté, avait fui, et nous avons traversé Bukovica. Mais

26 nous avons passé trois jours sur le mont Kukuljika.

27 Q. Après avoir passé ces trois jours sur le mont Kukuljika, où votre unité

28 est-elle allée ?

Page 418

1 R. Nous sommes rentrés chez nous à ce moment-là.

2 Q. Quel trajet avez-vous emprunté ? Par quels villages êtes-vous passés

3 pour rentrer chez vous ?

4 R. Pour rentrer chez nous, nous sommes passés par le village de Radonjici,

5 Lazine, Suhi Dol, et avant cela nous étions passés au-dessus de Borje.

6 Q. Le jour de votre retour via Radonjici --

7 R. Nous ne sommes pas passés par Radonjici, mais à côté de Radonjici.

8 Q. D'accord. Alors, au moment où vous êtes passés à côté de Radonjici,

9 est-ce que vous avez observé la présence de combattants étrangers ou arabes

10 non loin de ce village ce jour-là ?

11 R. Il y en avait. Nous avons vu deux ou trois Arabes non loin du village.

12 Par la suite, nous avons même entendu des rumeurs selon lesquelles ils ne

13 laissaient pénétrer personne dans le village, ce genre de choses.

14 Q. Monsieur Begovic, y a-t-il eu un moment quelconque durant le mois de

15 juin 1993, où vous avez pris conscience du fait que des prisonniers de

16 guerre étaient détenus dans l'école de Mehurici ?

17 R. J'ai entendu des rumeurs allant dans ce sens, allant dans le sens de

18 dire qu'il y avait des civils, des prisonniers détenus, femmes et enfants,

19 dans les locaux de l'école là-bas.

20 Q. A un moment quelconque avez-vous été officiellement informés de la

21 présence de prisonniers de guerre et de prisonniers civils détenus dans les

22 locaux de l'école ?

23 R. Non.

24 Q. Monsieur, pourriez-vous nous dire quand vous avez quitté la 306e --

25 non, avant de vous poser cette question, je demanderais la sauvegarde de la

26 carte annotée par le témoin avec les numéros "1," "2," et "3".

27 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Le Greffier d'audience, une cote, s'il

28 vous plaît.

Page 419

1 M. LE GREFFIER : [interprétation] Pièce à conviction 64.

2 M. MUNDIS : [interprétation]

3 Q. Quelques questions encore avant la première pause.

4 Y a-t-il eu un moment, Monsieur, où vous avez quitté la

5 306e Brigade de Montagne ?

6 R. Oui.

7 Q. Quand cela s'est-il passé ?

8 R. Aux environs du 1er août 1993.

9 Q. Où êtes-vous allé à ce moment-là ? Qu'avez-vous fait ? Quelle unité

10 militaire avez-vous rejointe le 1er août 1993 ?

11 R. Nous avons rejoint les Arabes de Mehurici là-bas. Est-ce que le

12 détachement était reconnu ou pas, je ne sais pas à ce moment-là, mais nous

13 les avons rejoints.

14 Q. Quand vous dites, "nous avons rejoint les Arabes," pourriez-vous nous

15 dire à qui vous pensez en parlant de "nous" ?

16 R. Nous étions quatre ou cinq. Nous ne les avons pas rejoints

17 individuellement, mais en groupe. Nous sommes allés ensemble rejoindre ces

18 Arabes.

19 Q. Pouvez-vous expliquer aux Juges de la Chambre, Monsieur, quelles

20 mesures vous avez prises, si vous avez pris quelque mesure que ce soit,

21 pour passer de la 306e Brigade de Montagne au groupe des Arabes à Mehurici

22 ?

23 R. Non. Non, nous n'avons rien entrepris de particulier. Aucun document

24 n'a été rédigé. Je n'ai rien fait de particulier.

25 M. LE JUGE HARHOFF : [interprétation] Excusez-moi. C'est peut-être quelque

26 chose que j'ai oublié. Mais en tout cas, je vous demande pourquoi vous avez

27 été transféré de la 306e Brigade de Montagne vers le Détachement des

28 Arabes. L'avez-vous fait de votre propre gré ou avez-vous reçu l'ordre

Page 420

1 d'effectuer ce transfert ?

2 LE TÉMOIN : [interprétation] Je l'ai fait de mon propre gré. Je n'ai pas

3 été contraint de le faire. On ne me l'a pas ordonné. Je l'ai fait de mon

4 propre gré.

5 M. LE JUGE HARHOFF : [interprétation] Pourriez-vous expliquer, je vous

6 prie, pourquoi ?

7 LE TÉMOIN : [interprétation] Bien, voilà. A ce moment-là, je considérais

8 que l'unité dont je faisais partie n'était pas assez bien organisée. Elle

9 n'était pas organisée comme elle aurait dû l'être. Puis il y avait aussi

10 des motifs religieux qui m'ont poussé à rejoindre le détachement des

11 Arabes.

12 M. LE JUGE HARHOFF : [interprétation] Merci.

13 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Merci de cet éclaircissement.

14 Monsieur, vous avez fait cela de votre propre gré. Avez-vous demandé une

15 autorisation quelconque ou êtes-vous simplement parti ?

16 LE TÉMOIN : [interprétation] Bien, je suis simplement parti.

17 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Y a-t-il eu une quelconque réaction de

18 la part de vos supérieurs au sein de la 306e Brigade de Montagne, une

19 réaction au fait que vous étiez tout simplement parti, comme ça ?

20 LE TÉMOIN : [interprétation] Je crois qu'il n'y en a pas eu. Par la suite,

21 j'ai appris que nous avions reçu une espèce d'autorisation, après un

22 certain temps.

23 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Une autorisation pour faire quoi ?

24 LE TÉMOIN : [interprétation] Quand nous sommes partis, nous n'avons rien

25 demandé à personne, mais par la suite, nous avons appris que, semble-t-il,

26 la 306e, par le biais d'un document, nous avait donné l'autorisation de le

27 faire.

28 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Et ce document vous a été remis ?

Page 421

1 LE TÉMOIN : [interprétation] Non, non. Nous ne l'avons jamais reçu. Nous

2 avons simplement entendu parler de cela, car nous n'étions pas loin des

3 hommes de la 306e. Nous connaissions les hommes qui travaillaient aux

4 questions liées au personnel, donc voilà.

5 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Merci.

6 Monsieur Mundis.

7 M. MUNDIS : [interprétation] J'aimerais encore préciser quelques petites

8 choses sur cette question, après quoi nous pourrons faire la pause.

9 Q. Monsieur Begovic, avez-vous demandé oralement une autorisation à votre

10 commandant, autorisation de quitter la

11 306e Brigade de Montagne pour rejoindre les Arabes de Mehurici ?

12 R. Non.

13 Q. Y a-t-il eu un moment où vous avez subi une sanction disciplinaire pour

14 le fait que vous aviez quitté la 306e Brigade de Montagne afin de rejoindre

15 les Arabes de Mehurici ?

16 R. Non.

17 Q. Avez-vous été interrogé à quelque moment que ce soit par un

18 représentant de la police militaire ou par un responsable de la sécurité au

19 sujet du fait que vous étiez passé de la 306e Brigade de Montagne vers le

20 groupe des Arabes de Mehurici ?

21 R. Non.

22 M. MUNDIS : [interprétation] Monsieur le Président, je pense que ce serait

23 un bon moment pour faire la pause.

24 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Merci beaucoup. Nous suspendons

25 l'audience et reprendrons nos débats à 16 heures.

26 --- L'audience est suspendue à 15 heures 29.

27 --- L'audience est reprise à 16 heures 00.

28 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Monsieur Mundis, veuillez poursuivre.

Page 422

1 M. MUNDIS : [interprétation] Merci, Monsieur le Président.

2 Q. Monsieur Begovic, un peu avant la pause, vous nous avez dit que vous

3 aviez rejoint l'unité d'El Moudjahid ou des Arabes à Mehurici, ce sont les

4 mots que vous avez utilisés pour la désigner, et que quelques hommes peu

5 nombreux avaient également quitté la

6 306e Brigade de Montage avec vous à ce moment-là.

7 Vous rappelez-vous l'identité de ces hommes qui ont rejoint les

8 Arabes de Mehurici avec vous en provenance de la 306e Brigade de Montage,

9 le 1er août 1993 ou à peu près à cette date ?

10 R. Oui. Je pourrais donner quelques noms que j'ai en mémoire si c'est

11 nécessaire.

12 Q. Je vous prie.

13 R. Hodzic Alija, Causevic Zikret, Sarevic Safet. Voilà c'est à peu près

14 ça.

15 Mme LE JUGE LATTANZI : Monsieur le Témoin, quand vous avez abandonné la

16 306e Brigade pour rejoindre l'unité des Arabes, comme vous avez dit, vous

17 avez ressenti que vous abandonniez l'armée bosniaque ?

18 LE TÉMOIN : [interprétation] Non.

19 Mme LE JUGE LATTANZI : Merci.

20 M. MUNDIS : [interprétation]

21 Q. Monsieur Begovic, dans quelques instants je vais vous montrer un

22 certain nombre de documents. Mais avant d'en arriver là, je rappellerais

23 que vous nous avez parlé aujourd'hui de l'entraînement qui avait lieu dans

24 l'école de Mehurici, et j'aimerais que nous revenions brièvement sur ce

25 sujet.

26 Lorsque vous avez rejoint les Arabes de Mehurici, où se trouvait l'unité à

27 laquelle ils appartenaient au moment où vous les avez rejoints, c'est-à-

28 dire le 1er août 1993 ou à peu près cette

Page 423

1 date ?

2 R. A Mehurici dans le hameau de Zapode, non loin de Mehurici.

3 Q. C'est la localité que vous avez encerclée il y a quelques instants sur

4 la carte, n'est-ce pas, là où il y avait deux ou trois maisons serbes

5 abandonnées; c'est bien cela ?

6 R. C'est exact.

7 Q. Est-ce que vous pourriez épeler le nom de cette localité pour le compte

8 rendu d'audience, je vous prie ?

9 R. Zapode, Z-a-p-o-d-e.

10 Q. Merci.

11 Alors, au moment où vous avez rejoint les Arabes à Mehurici ou plus

12 précisément à Zapode, quels étaient les exercices, manúuvres auxquelles

13 participait cette unité, à ce moment-là, s'il y en avait ?

14 R. Après notre arrivée, nous avons subi un entraînement qui impliquait des

15 exercices d'endurance, des exercices de maniement des armes, et bien

16 entendu, il y avait l'aspect religieux. Et là, je ne parle pas

17 d'entraînement, je parle de la vérification, de la connaissance de l'Islam.

18 Q. Nous reviendrons sur la question de l'entraînement plus en détail un

19 peu plus tard cet après-midi. Mais pour le moment, voici la question que je

20 vous pose : est-ce que l'unité des Arabes de Zapode entraînait uniquement

21 les membres de cette unité ou est-ce que cet entraînement était ouvert

22 également à des hommes venant de l'extérieur ?

23 R. Il était destiné uniquement aux membres de cette unité.

24 M. MUNDIS : [interprétation] Je demanderais que l'on soumette maintenant au

25 témoin le document PT1505. Et cela à la page 2 de ce document qui

26 m'intéresse et dont je demande l'affichage à l'écran, qui correspond

27 également à la page 2 de la traduction anglaise de ce document.

28 Q. Monsieur Begovic, est-ce que vous voyez le document qui s'affiche sur

Page 424

1 l'écran devant vous ?

2 R. Oui.

3 Q. Voyez-vous votre nom sur ce document, Monsieur ?

4 R. Oui, je le vois.

5 Q. Quel est le numéro qui figure en regard de votre nom, Monsieur, dans ce

6 document ?

7 R. Le numéro "7."

8 Q. Vous avez prononcé il y a quelques instants le nom d'autres individus

9 qui ont quitté la 306e Brigade de Montagne en votre compagnie pour

10 rejoindre l'unité des Arabes. Est-ce que vous voyez leur nom dans ce

11 document; et si oui, je vous prierais de bien vouloir nous donner les

12 numéros qui figurent au regard de leurs

13 noms ?

14 R. Au numéro 16, Zikret Causevic; au regard du numéro 28, Hodzic Alija;

15 numéro 32, Jasarevic Safet.

16 Q. Monsieur Begovic, connaissez-vous l'un ou l'autre des autres individus

17 dont le nom figure dans ce document, PT1505 ?

18 R. Oui, j'en connais.

19 Q. Quels sont les autres individus dont vous connaissez les noms que l'on

20 peut lire sur cette liste ?

21 R. Numéro 1. Est-ce que je dois donner le nom ?

22 Q. Je pense que les numéros suffiront, puisque nous avons tous ce document

23 sous les yeux.

24 R. Numéro 1, 3, 4, 13, 17, 18, 19, 35. Voilà, c'est à peu près tout.

25 Q. Monsieur, pouvez-vous nous dire dans quelles conditions vous avez fait

26 la connaissance de ces personnes dont les noms figurent dans ce document,

27 dont vous avez reconnu les noms ?

28 R. Il y en a qui étaient des voisins à moi. Donc toutes ces personnes sont

Page 425

1 des habitants de mon village ou des habitants des villages voisins. Nous

2 nous connaissions avant de partir sur le terrain.

3 Q. Monsieur Begovic, connaissiez-vous l'une ou l'autre de ces personnes

4 pendant la période que vous avez passée au sein du Détachement El Moudjahid

5 ?

6 R. Je n'ai pas compris la question.

7 Q. Bien. Pendant le temps que vous avez passé au sein du Détachement El

8 Moudjahid, Monsieur, ces personnes que vous venez de mentionner par le

9 numéro les concernant dans la liste, est-ce que ces personnes étaient au

10 sein de l'unité avec vous ?

11 R. Oui.

12 M. MUNDIS : [interprétation] Monsieur le Président, je demanderais que le

13 document PT1505 soit versé au dossier et reçoive une cote.

14 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Le document PT1505 est accepté en tant

15 qu'élément de preuve. Je demande qu'on lui attribue une cote.

16 M. LE GREFFIER : [interprétation] Monsieur le Président, il s'agira de la

17 pièce 65.

18 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Merci beaucoup.

19 M. MUNDIS : [interprétation] J'aimerais maintenant que l'on soumette au

20 témoin le document qui a déjà été enregistré en tant que document PT1538.

21 C'est la page 2 de la version originale et la page 2 de la version anglaise

22 qui m'intéresse plus particulièrement et dont je demande l'affichage à

23 l'écran.

24 Q. Monsieur Begovic, voyez-vous le document en question dans votre langue

25 sur l'écran que vous avez devant vous ?

26 R. Oui.

27 Q. Je vous pose maintenant la même question que tout à

28 l'heure : est-ce que vous voyez votre nom dans cette liste ?

Page 426

1 R. Oui.

2 Q. Quel est le numéro qu'on peut lire au regard de votre nom ?

3 R. 7. Numéro 7.

4 Q. Apparemment, on trouve dans cette liste les mêmes noms que dans la

5 liste précédente, mais je vous repose la question : y a-t-il des individus

6 dont les noms figurent dans cette liste que vous connaissez ?

7 R. La liste est pratiquement la même. Donc lorsque j'ai donné les noms

8 tout à l'heure des hommes que je connaissais, et bien, ils se retrouvent

9 également dans cette liste-ci.

10 Q. Monsieur Begovic, dans la deuxième phrase de ce document, je lis en

11 traduction anglaise, je cite : "Il y a un groupe parmi eux qui n'est pas

12 présent actuellement mais qui subit un entraînement ailleurs."

13 Est-ce que vous savez ce que cela veut dire ?

14 R. Peut-être n'avions-nous pas encore été agréés, parce que ça, c'est un

15 document qui est utilisé pour les contacts entre deux unités, peut-être que

16 nous n'avions pas encore l'autorisation. Je ne sais pas. Je n'ai jamais vu

17 ce document avant.

18 Q. Très bien.

19 M. MUNDIS : [interprétation] Monsieur le Président, je demande que le

20 document PT1538 soit versé au dossier en tant que pièce à conviction et

21 reçoive une cote.

22 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Le document PT1538 est admis en tant

23 que pièce à conviction. Je demande que lui soit attribué une cote.

24 M. LE GREFFIER : [interprétation] Monsieur le Président, il s'agira de la

25 pièce 66.

26 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Merci beaucoup.

27 Monsieur Mundis, vous pouvez reprendre.

28 M. MUNDIS : [interprétation] Merci.

Page 427

1 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Monsieur Mundis, est-ce que ce

2 document comporte une date ?

3 M. MUNDIS : [interprétation] Monsieur le Président, nous pourrions peut-

4 être nous pencher sur la page 1 de ce document, en tout cas la consulter en

5 l'affichant sur les écrans. Il s'agit de la page de couverture, qui indique

6 la voie suivie par ce document dans sa transmission et le numéro des unités

7 concernées, et là, il y a une date.

8 M. LE JUGE HARHOFF : [interprétation] Qui était l'expéditeur ? Je ne le

9 vois pas.

10 M. MUNDIS : [interprétation] L'expéditeur de la page de couverture ?

11 M. LE JUGE HARHOFF : [interprétation] Non, du document. Dans la version

12 anglaise de la dernière pièce à conviction, je vois que ce document était

13 adressé à - maintenant, on voit s'afficher un nouveau document sur les

14 écrans - en tout cas, il était adressé à la

15 306e Brigade de Montagne, donc je me posais la question, quand a-t-il été

16 envoyé et par qui ?

17 M. MUNDIS : [interprétation] En bas de la page, aussi bien dans la version

18 anglaise que dans la version en B/C/S, on trouve le nom de Emir, Dr Abu

19 Haris, comme étant l'expéditeur de cette liste, et la lettre de couverture

20 provient de Jusufspahic.

21 M. LE JUGE HARHOFF : [interprétation] Donc ce document provient de la 306e

22 Brigade de Montagne.

23 M. MUNDIS : [interprétation] Et elle est envoyée par la voie hiérarchique

24 vers le haut et vers le bas.

25 M. LE JUGE HARHOFF : [interprétation] Donc je suppose de toute façon que

26 c'est une question que vous avez posée au témoin.

27 M. MUNDIS : [interprétation] Oui.

28 M. LE JUGE HARHOFF : [interprétation] Je vois. Merci beaucoup.

Page 428

1 M. MUNDIS : [interprétation]

2 Q. Monsieur Begovic, revenons à la question du Détachement El Moudjahid.

3 Pouvez-vous nous dire comment cette unité était structurée au moment où

4 vous l'avez rejointe le 1er août 1993 ?

5 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Oui, Maître Vidovic.

6 Mme VIDOVIC : [interprétation] Objection, Monsieur le Président. Le témoin,

7 lorsqu'il s'est exprimé en rapport avec la date en 1er août 1993, a dit

8 qu'il avait rejoint un groupe d'Arabes. Il n'a pas parlé d'un quelconque

9 détachement portant une quelconque dénomination.

10 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Monsieur Mundis.

11 M. MUNDIS : [interprétation] Je peux préciser cette question, ou plutôt

12 demander au témoin de le faire. Le détachement a son nom sur la lettre de

13 couverture à l'instant, mais enfin, je peux poser la question au témoin.

14 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Je vous en prie.

15 M. MUNDIS : [interprétation]

16 Q. Monsieur Begovic, les Arabes de Mehurici --

17 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Excusez-moi. Votre collègue de la

18 Défense est debout.

19 Maître Vidovic

20 Mme VIDOVIC : [interprétation] Monsieur le Président, la date est un point

21 important. Le témoin a déclaré que le 1er août est la date du jour où il a

22 rejoint le groupe des Arabes. Or, le document que nous voyons sur les

23 écrans actuellement comporte une date qui est au mois de septembre puisque

24 c'est le 9 septembre. Donc il y a une différence importante entre ces deux

25 dates, et je maintiens que le témoin n'a mentionné le nom d'aucun

26 détachement, en tout cas pas en référence à ce que c'est le 1er août.

27 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Est-ce que vous comprenez, Monsieur

28 Mundis ?

Page 429

1 M. MUNDIS : [interprétation] Absolument. Je peux interroger le témoin pour

2 lui demander de s'expliquer.

3 Q. Monsieur Begovic, au moment où vous avez rejoint les Arabes de

4 Mehurici, c'est-à-dire le 1er août 1993 ou à peu près ce jour-là, pouvez-

5 vous nous dire si ce groupe d'Arabes de Mehurici était désigné par un nom

6 particulier ?

7 R. Il n'y avait pas de dénomination officielle, mais les locaux

8 l'appelaient El Moudjahid. A ma connaissance, il n'y avait pas de titre ou

9 de dénomination officielle. C'est les gens sur place qui l'appelait comme

10 ça, ce groupe d'individus.

11 Q. Lorsque vous dites "ce groupe d'individus," vous parlez de qui ?

12 R. Les gens qui étaient là au camp, à Zapode.

13 Q. Monsieur, cette unité que les gens de l'endroit ou que les gens du camp

14 appelaient El Moudjahid, avait-elle un autre nom ? Par la suite, l'a-t-on

15 appelé autrement ?

16 R. Par la suite, c'est organisé, même si je ne sais pas quand le

17 détachement a été organisé en tant que tel, à ce moment-là il a été appelé

18 Détachement El Moudjahid.

19 Q. Monsieur, à l'époque où vous avez rejoint cette unité, les Arabes de

20 Mehurici ou El Moudjahid, quelle était la structure de cette formation ?

21 R. Lorsque j'ai rejoint les rangs de l'unité, d'abord, j'ai subi un mois

22 d'entraînement -- enfin entre 30 et 40 jours. Je ne connaissais pas bien la

23 structure jusqu'au moment où nous avons participé à notre première

24 opération. A ce moment-là, nous avons été répartis en deux groupes. Jusqu'à

25 cette époque, je ne savais pas quelle était la structure. Je ne peux que

26 parler de la période qui a suivi.

27 Q. Très bien. Je vais vous demander maintenant quelques informations

28 détaillées sur l'entraînement. Mais vous dites que vous ne connaissiez pas

Page 430

1 bien la structure jusqu'à ce que vous participiez à la première opération,

2 alors j'aimerais savoir si vous pourriez nous dire à peu près quand vous

3 avez eu l'occasion de mieux connaître la structure de l'unité ? A peu près

4 ?

5 R. Après l'entraînement, lorsqu'on nous a envoyés à Kruscica pour

6 participer à des combats, à ce moment-là nous avons été déployés en

7 différents groupes de combat. C'est la première fois que j'ai eu quelconque

8 information sur la structure du détachement. Je ne sais pas en quel mois

9 cela était. Je ne sais plus quand nous sommes allés à Kruscica exactement.

10 Q. Vous nous avez dit, Monsieur, que vous avez rejoint le groupe à peu

11 près le 1er août, et qu'ensuite vous avez subi 30 à 40 jours d'entraînement.

12 Donc nous serions, disons, en septembre, voire même un peu plus tard,

13 n'est-ce pas ?

14 R. Oui, septembre, très peu de temps après la fin de l'entraînement. C'est

15 là qu'ont commencé les activités de combat.

16 Q. C'est bien l'année 1993, pour que le compte rendu soit parfaitement

17 clair, n'est-ce pas ?

18 R. Oui, je crois.

19 Q. A ce moment-là, en septembre 1993, quelle était la structure de l'unité

20 El Moudjahid ? Pouvez-vous nous le dire ?

21 R. Il y avait tout au plus deux ou trois groupes de combat dans l'unité,

22 et quelques Arabes. Voilà plus ou moins comment c'était ?

23 Q. A l'époque, c'est-à-dire septembre 1993, combien d'hommes à peu près

24 comptait l'unité El Moudjahid ?

25 R. Cinquante, pas plus.

26 Q. Monsieur Begovic, pourriez-vous essayer de nous dire, parmi ces 50

27 hommes combien venaient de Bosnie-Herzégovine et combien environ étaient

28 étrangers parmi le Détachement El Moudjahid ?

Page 431

1 R. A l'époque, il y avait plus de gens de Bosnie que d'Arabes.

2 Q. Au cours de cette période, Monsieur Begovic, c'est-à-dire en

3 août/septembre 1993, lorsque vous avez rejoint les rangs de l'unité, vous

4 souvenez-vous de l'un quelconque des hommes de Bosnie qui faisaient partie

5 de cette unité avec vous ? Vous souvenez-vous du nom de l'un ou de l'autre

6 ?

7 R. Oui, les noms de la liste dont j'ai parlé tout à l'heure ce sont les

8 gens dont je me souviens; le document que nous avons regardé il y a

9 quelques instants, nous avons vu à l'écran.

10 Q. Pourriez-vous nous parler -- vous nous avez dit qu'il y avait deux ou

11 trois groupes de combat. Ces groupes de combat étaient constitués de

12 combien d'hommes chacun ?

13 R. Dans un premier temps, de dix à 15 hommes par groupe; par la suite, les

14 groupes de combat ont compté jusqu'à 20 hommes chacun, mais pas plus.

15 Q. Qui était à la tête de chacun de ces groupes de combat ?

16 R. Des hommes de Bosnie.

17 Q. Vous a-t-on affecté vous-même à l'un ou l'autre de ces groupes de

18 combat ?

19 R. Oui.

20 Q. Qui commandait votre groupe de combat au cours de la période

21 d'août/septembre 1993 ?

22 R. Amir Puric.

23 Q. Monsieur, vous souvenez-vous du nom des commandants des autres groupes

24 de combat à cette époque ?

25 R. Non.

26 Q. Au sein de votre propre groupe de combat, y avait-il à la fois des gens

27 de Bosnie et des Arabes ou des étrangers ?

28 R. Les gens de Bosnie étaient à part.

Page 432

1 Q. D'après votre réponse, je comprends qu'il n'y avait ni Arabes ni

2 étrangers dans votre groupe de combat au cours de la période août/septembre

3 1993 ?

4 R. Non.

5 Q. Pourriez-vous parler des dirigeants, des chefs du Détachement El

6 Moudjahid en août/septembre 1993, plus haut dans la filière hiérarchique

7 que ces deux ou trois groupes de combat ?

8 R. L'émir du détachement était Abu Haris, le Dr Abu Haris, si je peux

9 l'appeler ainsi, émir. Quant à la structure, il y avait un émir militaire -

10 -

11 L'INTERPRÈTE : Le nom a échappe à l'interprète.

12 M. MUNDIS : [aucune interprétation]

13 R. Vahidin.

14 Q. A l'exception d'Abu Haris et de Vahidin, vous souvenez-vous du nom

15 d'autres chefs du Détachement El Moudjahid au cours de cette période d'août

16 et septembre 1993 ?

17 R. Non.

18 M. MUNDIS : [interprétation] J'aimerais que l'on montre maintenant au

19 témoin le document PT01462.

20 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] J'aimerais intervenir un instant.

21 Avant que vous ne laissiez de côté ce point, le témoin a dit que l'émir du

22 détachement était à Abu Haris, ensuite il nous dit, s'agissant de la

23 structure, il y avait un émir militaire, Vahidin. S'il y un autre émir

24 qu'un émir militaire, qu'est-ce que c'est et que faisait Abu Haris ? Quel

25 émir était-il ?

26 LE TÉMOIN : [interprétation] Vahidin s'occupait des questions militaires;

27 l'entraînement, l'armement. Pour toutes les autres tâches, celles d'Abu

28 Haris, je ne sais pas exactement.

Page 433

1 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Mais vous avez dit que c'était l'émir

2 du détachement, n'est-ce pas ?

3 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui, oui. C'était le responsable.

4 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Que faisait-il ?

5 LE TÉMOIN : [interprétation] Vahidin c'était son subordonné. Je ne sais pas

6 si vous parvenez à comprendre ce concept-là.

7 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Non, malheureusement pas.

8 J'aimerais savoir si Vahidin s'occupait - donc vous avez dit, des questions

9 militaires, entraînement, et cetera - alors, j'aimerais bien savoir ce que

10 faisait Abu Haris, justement.

11 LE TÉMOIN : [interprétation] Je n'en sais rien.

12 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Très bien. Merci beaucoup.

13 Monsieur Mundis.

14 M. MUNDIS : [interprétation] J'aimerais que l'on affiche à l'écran la page

15 3 de la pièce PT1462, page 3 autant en anglais que dans le B/C/S.

16 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] C'est la pièce 1462 ou 01462 ?

17 M. MUNDIS : [interprétation] 01462.

18 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Merci.

19 M. MUNDIS : [interprétation] Permettez-moi d'indiquer que la version en

20 anglais ne comporte que la traduction des grands titres que l'on trouve

21 dans ce document, parce que c'est une liste et le département linguistique

22 procède souvent de la sorte pour gagner du temps.

23 Q. Monsieur Begovic, j'aimerais vous demander si vous apercevez votre nom

24 sur ce document ?

25 R. Pas sur cette page.

26 Q. Très bien.

27 M. MUNDIS : [interprétation] Passons à la page 5, si vous le voulez bien,

28 page 5 de la version en B/C/S de ce document, vers le bas du document. Il

Page 434

1 nous faudrait la deuxième moitié de la page.

2 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui, je le vois, maintenant. C'est le numéro

3 105.

4 M. MUNDIS : [interprétation] 105. Très bien.

5 Q. Dans la colonne de droite, on aperçoit des dates. Au regard d'un

6 certain nombre de gens, on voit la même date. Vous le voyez ?

7 R. Où ça ?

8 Q. Dans la dernière colonne de droite.

9 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] La colonne où il y a des guillemets en

10 dessous de toute une série de dates.

11 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui, ça y est. Je vois. Et alors ?

12 M. MUNDIS : [interprétation]

13 Q. On dirait que vous avez rejoint l'unité le 31 juillet 1993, plutôt que

14 le 1er août 1993. Je me demandais si vous pourriez nous dire quoi que ce

15 soit sur ce point précis.

16 R. Oui, un ou deux jours près, je ne sais pas. Le 31 juillet, le 1er août.

17 Je ne pense pas que ce soit vraiment particulièrement important.

18 Q. On vous a montré ce document hier après-midi, Monsieur Begovic, n'est-

19 ce pas ?

20 R. Oui.

21 Q. A part votre nom à vous, avez-vous reconnu le nom de qui que ce soit

22 d'autre sur cette liste ?

23 R. Oui.

24 Q. Vous souvenez-vous du nombre approximatif de noms que vous y avez

25 reconnus ?

26 R. Pas exactement. Dix, 15, 20 peut-être.

27 M. MUNDIS : [interprétation] J'aimerais que l'on affiche la page 3 de ce

28 document en B/C/S.

Page 435

1 Q. J'aimerais que vous examiniez cette liste et que vous nous indiquiez le

2 numéro correspondant aux noms des personnes que vous avez reconnues qui ont

3 servi dans les rangs du Détachement El Moudjahid à vos côtés.

4 R. 1, 4 -- 1, 3, 4, 5, 7, 9, 10, 11, 13, 15, 17, 24, 26 27.

5 Q. Passons à la page suivante.

6 R. C'est le 11 ?

7 Q. Non, je crois que c'est 31 et que ça se poursuit ensuite.

8 R. 31, oui. 33, 37, 43, 51, 56, 58, 64, 66.

9 Q. Page suivante.

10 R. 71, 78, 86, 90, 93, 98, 102, ensuite il y a mon nom.

11 Q. Page suivante, s'il vous plaît.

12 R. 111, 131, 139, 140, 141. C'est tout.

13 Q. Très bien. Et enfin, la dernière page du document, s'il vous plaît.

14 R. 159, 172, 186.

15 M. MUNDIS : [interprétation] Enfin, j'aimerais que l'on consulte la page 2

16 de ce document, dont la traduction existe également. Ça devrait également

17 être la page 2 de la traduction.

18 Q. Monsieur Begovic, il y a quelques instants je vous ai posé des

19 questions sur les dirigeants et chefs de ce détachement. Vous avez fourni

20 quelques réponses. Alors, parmi ces noms cités aux points 1 à 11,

21 reconnaissez-vous qui que ce soit ?

22 R. Le Dr Abu Haris; Abu Maali; le numéro 5; le 4; le 5 encore donc. Il y a

23 quelques noms qui apparaissent ici plus d'une fois, qui étaient aussi sur

24 l'autre liste. Le numéro 7 et le numéro 11.

25 Q. Peut-être ai-je mal compris quelque chose, mais qu'en est-il de la

26 personne correspondant au numéro 3 ?

27 R. A partir du haut ? Oui, oui, c'est Vahidin, oui.

28 Q. Bien.

Page 436

1 M. MUNDIS : [interprétation] Monsieur le Président, j'aimerais que le

2 document PT01472 soit versé au dossier et qu'on lui attribue une cote, s'il

3 vous plaît.

4 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Le document en question sera versé au

5 dossier.

6 Maître Vidovic, vous êtes debout.

7 Mme VIDOVIC : [interprétation] Oui, Monsieur le Président, une remarque. Ce

8 document ne présente pas la traduction entière de la page pertinente. On

9 voit qu'il y a une annotation manuscrite en page 003642997. Je poserai des

10 questions au témoin à propos de cela. C'est la raison pour laquelle je

11 crois qu'il est important de disposer de la traduction entière de ce

12 document.

13 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Maître Vidovic, vous demandez une

14 traduction de cette note manuscrite; c'est ça ?

15 Mme VIDOVIC : [interprétation] En effet, Monsieur le Président, et le

16 document ne devra être versé au dossier que si la traduction est intégrale.

17 Peut-être que l'on pourrait l'enregistrer aux fins d'identification pour

18 l'instant, en attendant d'obtenir la traduction complète.

19 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Monsieur Mundis.

20 M. MUNDIS : [interprétation] J'ai peut-être du mal à comprendre ce dont

21 parle ma consoeur. Si elle parle de l'annotation qu'on trouve sur la page

22 que l'on voit actuellement à l'écran, et bien, la traduction est là, tout

23 en bas de la version en anglais, où on voit indiquer annotation manuscrite.

24 Alors, je ne sais pas si elle conteste --

25 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Attendez, attendez. Il faudrait que

26 l'on voie la partie inférieure de la page en anglais.

27 Mme VIDOVIC : [interprétation] Excusez-moi, Monsieur le Président, nous ne

28 pouvions pas l'apercevoir à l'écran. Je ne m'en étais pas rendu compte.

Page 437

1 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Pas de problème. Retirez-vous votre

2 objection ?

3 Mme VIDOVIC : [interprétation] Tout à fait, bien sûr. Oui.

4 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Très bien. Alors, le document PT01462

5 à être reçu en tant que pièce à conviction. Pourrait-on avoir une cote ?

6 M. LE GREFFIER : [interprétation] Ce sera la pièce 67.

7 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Je vous remercie.

8 M. LE JUGE HARHOFF : [interprétation] Quelle est la provenance de ce

9 document ? Qui a produit cette liste ? D'où vient-il et quelle est la

10 crédibilité de ce document ?

11 Je répète, parce que le compte rendu ne reflète pas tout à fait bien ce que

12 j'ai dit. J'ai dit : "Quelle est la provenance de ce document." Pas la

13 providence, comme le dit l'anglais.

14 M. MUNDIS : [interprétation] Je n'en suis pas tout à fait certain, je vais

15 tâcher de m'y renseigner pendant la pause plutôt que de faire une erreur.

16 Je pourrais me renseigner, alors je vous demanderais de bien vouloir

17 éventuellement reporter la décision sur ce document en attendant que

18 j'obtienne l'information pendant la pause suivante.

19 La première page du document, bien, c'est un reçu en quelque sorte, que

20 l'on nous a remis au moment où nous avons obtenu ce document.

21 M. LE JUGE HARHOFF : [interprétation] Très bien. Je vous demanderais de

22 bien vouloir informer la Chambre de la provenance et non pas de la

23 providence de ce document.

24 M. MUNDIS : [interprétation] Oui. Nous vous communiquerons cette

25 information après la prochaine pause.

26 Je voudrais maintenant demander que l'on montre au témoin l'ensemble de

27 photos PT06157. Ce que je vais proposer de faire c'est de parcourir

28 l'ensemble de ces pièces et de voir si le témoin est en mesure d'identifier

Page 438

1 l'une ou l'autre des personnes qui sont représentées sur ces photographies.

2 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Monsieur Mundis, le greffier

3 d'audience nous suggère d'utiliser une version papier, si vous en avez une,

4 parce que le système est un peu lent s'agissant des photographies. Alors

5 peut-être que l'on pourrait procéder un peu plus rapidement si vous avez

6 une version papier de cet ensemble de photos tandis que nous, bien, nous

7 les consulterons sur nos écrans.

8 M. MUNDIS : [interprétation] Oui, effectivement, j'ai une version imprimée

9 de ces photographies. Peut-être qu'il pourrait, le témoin donc,

10 éventuellement écrire le nom des personnes qu'il reconnaît sur les

11 documents ici en prétoire, nous aurions ainsi le nom correspondant aux

12 individus.

13 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Oui. Vous pourriez peut-être passer

14 cette liasse de documents à la Défense afin que la Défense vérifie qu'aucun

15 nom n'a été préalablement inscrit sur ces documents.

16 Non. Pardon. La suggestion qui est faite c'est qu'on les mette sur le

17 rétroprojecteur. Très bien, excusez-moi.

18 M. MUNDIS : [interprétation]

19 Q. Bien. Monsieur Begovic, vous avez maintenant, je pense, environ 200

20 photos [comme interprété] devant vous, qui sont présentées au

21 rétroprojecteur, la machine qui se trouve à votre droite, et je voudrais

22 vous demander si - je dis bien "si" - vous reconnaissez quelqu'un sur ces

23 photographies, pourriez-vous nous dire qui est sur la photographie et

24 comment vous savez qui est cette personne; et à ce moment-là, je vous

25 demanderais de bien vouloir écrire le nom de la personne en question en

26 dessous de l'image.

27 Est-ce que vous comprenez ce que je vous demande de faire ?

28 R. Oui.

Page 439

1 Q. La première photographie que vous voyez devant vous, est-ce que vous

2 reconnaissez la personne ?

3 R. Oui.

4 Q. Qui est-ce ?

5 R. Le cheik Enver.

6 Q. Est-ce que le cheik Enver a un nom de famille, à votre connaissance ?

7 R. Je pense que c'était Saban.

8 Q. Comment connaissez-vous le cheik Enver Saban ?

9 R. Nous l'avons vu dans notre unité.

10 Q. Avait-il un rôle, une fonction dans votre unité ?

11 R. Certainement.

12 Q. Quel rôle ou quelles étaient ces fonctions ?

13 R. Il faisait partie des personnes qui étaient responsables du détachement

14 et peut-être même responsable du détachement. Je n'arrive pas à m'en

15 souvenir.

16 Q. Pourriez-vous, s'il vous plaît, écrire son nom sous la photographie ?

17 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Voulez-vous que le nom soit inscrit

18 sur la copie papier ou est-ce que vous voulez que ce soit à l'écran ?

19 M. MUNDIS : [interprétation] Sur la copie papier, parce que c'est ce qu'il

20 a devant lui, Monsieur le Président.

21 R. [Le témoin s'exécute]

22 M. MUNDIS : [interprétation] Je voudrais maintenant demander quelques

23 directives peut-être au juriste de la Chambre ou à la Chambre elle-même. Je

24 voudrais demander que toutes les photographies qu'il reconnaît soient

25 versées au dossier, soient admises. Je ne suis pas sûr qu'il faille le

26 faire une par une ou est-ce qu'on peut le faire comme un jeu, un seul jeu

27 de photos.

28 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Laissez-lui donc les marquer, puis

Page 440

1 nous verrons quelles sont celles que nous pouvons admettre.

2 M. MUNDIS : [interprétation] Très bien. Donc ce serait une seule pièce avec

3 une seule cote ?

4 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Oui.

5 M. MUNDIS : [interprétation] Très bien.

6 Q. Monsieur le Témoin, si vous voulez maintenant regarder la photographie

7 suivante. Est-ce que vous pourriez nous dire si vous reconnaissez la

8 personne sur ces trois photographies ?

9 R. C'est la même personne, le cheik Enver Saban.

10 Q. Pourriez-vous, s'il vous plaît, encore une fois écrire son nom, le

11 cheik Enver Saban, au bas de la photographie ?

12 R. [Le témoin s'exécute]

13 Q. Cette photographie-ci, s'il vous plaît, Monsieur le

14 Témoin ?

15 R. C'est la même personne.

16 Q. Pourriez-vous là encore écrire son nom au bas de la photographie en

17 question ?

18 R. [Le témoin s'exécute]

19 Q. Reconnaissez-vous cette personne-ci, Monsieur Begovic ?

20 R. Celle-ci c'est Abdul Aziz.

21 Q. Pourriez-vous, s'il vous plaît, écrire son nom au bas de la photo ?

22 R. [Le témoin s'exécute]

23 Q. Reconnaissez-vous cette personne-ci ?

24 R. C'est la même personne.

25 Q. Pourriez-vous, s'il vous plaît, écrire son nom au bas de la

26 photographie.

27 R. [Le témoin s'exécute]

28 Q. Reconnaissez-vous cette personne-ci, Monsieur le Témoin ?

Page 441

1 R. Non.

2 Q. Pourrait-on présenter la photo suivante, s'il vous plaît ?

3 R. Non.

4 Q. Photo suivante ?

5 R. Non.

6 Q. Photo suivante ?

7 R. Non.

8 Q. Photo suivante ? Reconnaissez-vous quelqu'un sur cette photographie,

9 quelqu'un que vous reconnaissiez --

10 M. MUNDIS : [interprétation] La photo du haut.

11 R. [aucune interprétation]

12 L'INTERPRÈTE : L'interprète n'a pas entendu le témoin.

13 M. MUNDIS : [interprétation]

14 Q. Les interprètes n'ont pas entendu votre réponse. Pourriez-vous répéter

15 le nom de cette personne ?

16 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Répétez bien ce qu'il a dit.

17 R. Il s'agit de Nusret Abdibegovic.

18 Q. Pourriez-vous, s'il vous plaît, mettre un cercle autour de la personne

19 que vous avez identifiée au haut de la photographie ?

20 R. Comme ceci. [Le témoin s'exécute]

21 Q. C'est juste un cercle sur la photo, comme cela vous n'encerclez

22 personne d'autre.

23 R. [Le témoin s'exécute]

24 Q. Dans la marge du côté gauche, pourriez-vous écrire son nom ?

25 R. Ici, sur la photographie ?

26 Q. Cela va bien. Si vous voulez bien écrire son nom, s'il vous plaît.

27 R. [Le témoin s'exécute]

28 Q. Pourriez-vous maintenant, s'il vous plaît, tracer une ligne à partir de

Page 442

1 ce nom jusqu'au cercle que vous avez tracé, de façon à ce qu'il n'y ait

2 aucune confusion et que l'on sache bien quel nom correspond à quelle photo

3 ?

4 R. [Le témoin s'exécute]

5 Q. Je vous remercie beaucoup. Pourriez-vous, s'il vous plaît, dire aux

6 membres de la Chambre de première instance qui est Nusret Abdibegovic ?

7 R. Il est actuellement le Mufti de Travnik.

8 Q. Monsieur le Témoin, est-ce que vous savez quelles étaient ses fonctions

9 ou quel poste il avait au cours de la période 1993 à 1995 ?

10 R. Je ne sais pas.

11 Q. Dans la photo du haut, reconnaissez-vous d'autres personnes qui se

12 trouvent devant ou à côté du Mufti Abdibegovic ?

13 R. Non.

14 Q. Dans la photo du bas, est-ce que vous reconnaissez quelqu'un ?

15 R. Il n'y a que lui; personne d'autre.

16 Q. Donc, juste le Mufti Abdibegovic qui apparaît sur les deux photos.

17 M. MUNDIS : [interprétation] Pourrions-nous maintenant voir l'image

18 suivante, s'il vous plaît.

19 Q. Là encore, la photo du haut, est-ce que vous reconnaissez quelqu'un sur

20 la photo du haut ?

21 R. Sakib Mahmuljin.

22 Q. Pourriez-vous, s'il vous plaît, tracer une ligne depuis cette personne

23 que vous avez indiquée comme étant Sakib Mahmuljin, du côté droit, puis

24 écrire son nom dans la marge du côté droit, s'il vous plaît.

25 R. [Le témoin s'exécute]

26 Q. Pourriez-vous, s'il vous plaît, tracer une ligne reliant le nom de

27 cette personne à ce que vous avez indiqué --

28 R. J'avais tracé une ligne, mais vous pouvez la voir.

Page 443

1 Q. Je la vois maintenant. Est-ce que vous voyez quelqu'un d'autre sur

2 cette photographie ?

3 R. Abu Aiman.

4 Q. Pourriez-vous, s'il vous plaît, tracer un cercle autour d'Abu Aiman et

5 écrire son nom en bas, ensuite relier le cercle au nom, s'il vous plaît.

6 R. [Le témoin s'exécute]

7 Q. Monsieur Begovic, pourriez-vous, s'il vous plaît, dire aux membres de

8 la Chambre de première instance qui est Abu Aiman ou qui il était ?

9 R. C'était un interprète. Pour autant que je sache, c'était cela qu'il

10 faisait la plupart du temps.

11 Q. Monsieur Begovic, à quelle unité appartenait Abu Aiman, si vous le

12 savez, dans la période de 1993 à 1995 ?

13 R. Il était avec le Détachement El Moudjahid.

14 Q. Est-ce que vous reconnaissez quelqu'un d'autre sur la photographie du

15 haut ?

16 R. Je vois Nusret Abdibegovic. Mufti Abdibegovic là encore.

17 Q. Est-ce que vous pourriez tracer un cercle autour de la personne qui est

18 le Mufti Abdibegovic, et peut-être une flèche également.

19 R. [Le témoin s'exécute]

20 Q. Est-ce que vous reconnaissez quelqu'un sur la photographie suivante ?

21 R. Non.

22 Q. Et la photographie du bas, s'il vous plaît ?

23 R. Non.

24 Q. Photographie suivante, s'il vous plaît.

25 R. Ceci est Abu Haris et Abdul Melik.

26 Q. S'il vous plaît, suivez la même procédure. Ecrivez leur nom et tracez

27 une flèche vers la personne que vous avez identifiée.

28 R. [Le témoin s'exécute]

Page 444

1 Q. Pourriez-vous dire - puisque nous avons déjà parlé d'Abu Haris, pouvez-

2 vous nous dire qui était Abdul Melik ?

3 R. C'était un interprète.

4 Q. D'où était-il; le savez-vous ?

5 R. Je ne sais pas avec certitude. Quelque part du côté de Donji Vakuf.

6 Q. Pour que le compte rendu soit bien clair, Abdul Melik était un Musulman

7 de Bosnie, n'est-ce pas ?

8 R. Oui, c'est exact.

9 Q. Lorsque vous dites qu'il était un "interprète," quelle langue, au

10 singulier ou au pluriel, interprétait-il et dans quelle langue parlait-il

11 indépendamment du bosnien ?

12 R. Il pouvait parler arabe, bien sûr, bosnien, et interprétait de l'arabe

13 vers le bosniaque.

14 M. MUNDIS : [interprétation] Pourrions-nous avoir la photo suivante, s'il

15 vous plaît ?

16 Q. Monsieur Begovic, est-ce que vous reconnaissez quelqu'un sur cette

17 photographie ?

18 R. C'est Abu Haris sur les deux photographies, mais je ne sais pas qui est

19 l'autre personne.

20 Q. Là encore, Monsieur le Témoin, si vous voulez bien écrire "Abu Haris"

21 dans la marge et tracer une flèche vers la personne que vous avez reconnue

22 comme étant Abu Haris.

23 R. [Le témoin s'exécute]

24 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Pourrait-on demander au témoin, s'il

25 vous plaît, d'écrire de façon lisible. Parce que ce que l'on voit à

26 l'écran, là, on n'a pas l'impression que c'est "Abu Haris." Essayez

27 d'écrire aussi clairement que possible, Monsieur le Témoin, parce qu'on

28 lira ces documents plusieurs mois après cette audience.

Page 445

1 Oui.

2 M. MUNDIS : [interprétation]

3 Q. Photographie suivante, s'il vous plaît.

4 R. Abu Haris, Abdul Melik.

5 Q. Est-ce que vous pourriez une fois de plus inscrire le nom, s'il vous

6 plaît.

7 R. [Le témoin s'exécute]

8 Q. Photographie suivante, s'il vous plaît. Reconnaissez-vous cette

9 personne ?

10 R. Cette personne, je sais par la télévision, c'est Abu Hamza. La moitié

11 de la Bosnie le connaît. Je ne l'ai jamais vu au détachement. Je ne l'ai

12 jamais rencontré, et je ne le connaissais pas avant, mais je l'ai connu

13 plus tard.

14 Q. Pourriez-vous, s'il vous plaît, écrire "Abu Hamza" au bas de cette

15 photographie, s'il vous plaît.

16 R. [Le témoin s'exécute]

17 Q. Photographie suivante, s'il vous plaît. Reconnaissez-vous cette

18 personne ?

19 R. Abu Aiman.

20 Q. Pourriez-vous, s'il vous plaît, écrire son nom sous la photographie ?

21 R. [Le témoin s'exécute]

22 Q. Photographie suivante, s'il vous plaît. Reconnaissez-vous cette

23 personne ?

24 R. Abul Melik --

25 Q. Pourriez-vous, s'il vous plaît, écrire son nom sous la photo.

26 L'INTERPRÈTE : Correction : "Abu Maali."

27 M. MUNDIS : [interprétation]

28 Q. Photographie suivante, s'il vous plaît. Reconnaissez-vous cette

Page 446

1 personne ?

2 R. Abu Maali, aussi.

3 Q. Photographie suivante, s'il vous plaît. Reconnaissez-vous cette

4 personne ?

5 R. Là encore, c'est Abu Maali.

6 Q. Pourriez-vous maintenant, encore une fois, écrire son nom sous la

7 photographie ?

8 R. [Le témoin s'exécute]

9 Q. Photographie suivante. Reconnaissez-vous cette personne ?

10 R. Non.

11 Q. Photographie suivante. Reconnaissez-vous cette personne ?

12 R. Muatez.

13 Q. Pourriez-vous écrire son nom sous la photo.

14 R. [Le témoin s'exécute]

15 Q. Photographie suivante. Reconnaissez-vous cette personne ?

16 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Excusez-moi. Est-ce que vous

17 connaissez le deuxième nom de Muatez ? Est-ce que c'est un prénom, est-ce

18 que c'est un nom de famille ? Qu'est-ce que c'est que "Muatez" ?

19 LE TÉMOIN : [interprétation] Non, je ne sais pas.

20 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Merci.

21 M. MUNDIS : [interprétation]

22 Q. Monsieur Begovic, reconnaissez-vous cette personne-ci ?

23 R. Non.

24 Q. Connaissez-vous, enfin, cette personne-ci ?

25 R. Non.

26 M. MUNDIS : [interprétation] Monsieur le Président, nous demandons, s'il

27 vous plaît, que le jeu de photographies, tout au moins celui des

28 photographies que le témoin a pu identifier, pourrait être -- il n'est pas

Page 447

1 nécessaire d'admettre celles où il n'a pas reconnu quelqu'un, mais

2 certainement si on pouvait admettre celles où il a reconnu une personne,

3 nous allons demander qu'elles puissent devenir une pièce à conviction; à

4 moins qu'on ne leur attribue une cote individuelle.

5 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Les photographies sur lesquelles le

6 témoin a pu identifier la personne sont admises comme éléments de preuve et

7 versées au dossier. Elles seront versées comme un jeu et recevront une cote

8 unique.

9 M. LE GREFFIER : [interprétation] Monsieur le Président, il s'agira de la

10 pièce numéro 68.

11 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Je vous remercie.

12 M. MUNDIS : [interprétation] Je voudrais maintenant demander qu'on montre

13 au témoin ce qui avait reçu comme cote PT06166.

14 Peut-être, là, il s'agit d'une pièce qui serait plus facile de présenter et

15 d'annoter avec le système électronique. Je voudrais demander à l'huissière

16 si elle peut nous aider.

17 Q. Monsieur Begovic, reconnaissez-vous quelqu'un sur cette photographie ?

18 R. Oui.

19 Q. Pourriez-vous nous dire qui vous reconnaissez sur cette photo ?

20 R. Cheik Enver Rahmetulali [comme interprété]; Abu Maali; Alija

21 Izetbegovic, feu Alija Izetbegovic; et Sakib Mahmuljin.

22 Q. Je voudrais vous demander, le nom est "Rahmetulali, et je voudrais

23 vous demander, Monsieur le Témoin, au compte rendu nous avons le cheik

24 Enver "Rahmetulali," et je ne suis pas sûr que les interprètes aient pu

25 vous entendre. "Cheik Enver," vous en avez parlé, est-ce que c'est son nom

26 complet, le savez-vous ?

27 R. Je sais seulement qu'on l'appelait cheik Enver Saban. Je ne sais rien

28 d'autre concernant d'autres noms.

Page 448

1 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Oui, Maître Vidovic.

2 Mme VIDOVIC : [interprétation] Monsieur le Président, si je peux aider, il

3 parle de "feu untel," ou "feu untel" chaque fois qu'il fait référence à

4 quelqu'un; voilà ce qu'il dit : "feu le cheik untel," et c'est ça qui

5 aurait dû être dit.

6 M. MUNDIS : [interprétation] Je vous remercie beaucoup.

7 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Merci Madame, Maître Vidovic.

8 Maintenant, est-il possible pour le témoin, encore une fois, d'identifier

9 les personnes et d'établir un lien entre elles ?

10 M. MUNDIS : [interprétation] Oui. Je vais lui demander, Monsieur le

11 Président. Merci beaucoup.

12 Q. Témoin, le cheik Enver Saban, sur cette photographie, pourriez-vous,

13 s'il vous plaît, mettre le chiffre "1" à côté de cette personne -- ou

14 tracer un grand chiffre "1" pour la personne que vous reconnaissez comme

15 étant le cheik Enver Saban.

16 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Ceci n'a pas l'air d'un "1," quand il

17 faudra relire plus tard. Pourrait-il mettre un cercle autour de la tête de

18 la personne et indiquer le nom sur le côté ?

19 M. MUNDIS : [interprétation] Il peut faire cela également.

20 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Ce serait beaucoup plus utile.

21 M. MUNDIS : [interprétation]

22 Q. Pourriez-vous, s'il vous plaît, mettre un cercle autour de la tête du

23 cheik Enver Saban ?

24 R. [Le témoin s'exécute]

25 Q. Et peut-être aussi dans le coin droit en haut, tracer une ligne et

26 écrire "Saban."

27 R. [Le témoin s'exécute]

28 Q. La personne suivante, je crois, que vous l'avez identifiée, c'était Abu

Page 449

1 Maali. Pourriez-vous mettre un cercle autour d'Abu Maali.

2 R. Oui. [Le témoin s'exécute]

3 Q. Pourriez-vous écrire son nom, s'il vous plaît.

4 R. [Le témoin s'exécute]

5 Q. La personne que vous avez reconnue ensuite, c'était feu Alija

6 Izetbegovic. Pourriez-vous, s'il vous plaît, mettre un cercle, écrire son

7 nom sur la photographie, s'il vous plaît.

8 R. [Le témoin s'exécute]

9 Q. Pour finir, Monsieur Begovic, vous avez indiqué que vous aviez reconnu

10 Sakib Mahmuljin. Pourriez-vous, s'il vous plaît, mettre un cercle et écrire

11 son nom.

12 R. [Le témoin s'exécute]

13 Q. Monsieur le Témoin, j'ai oublié de vous demander tout à l'heure. Qui

14 était ou qui est Sakib Mahmuljin ?

15 R. Il était le commandant du 3e Corps. Ça, je m'en souviens.

16 Q. Savez-vous pendant quelle période il était commandant du

17 3e Corps, quelle année, quel mois ?

18 R. Non. Non, je ne sais pas cela. C'était vers la fin de 1995. C'était

19 jusqu'à la fin de 1995 qu'il était dans ce poste; mais lorsqu'il a pris ses

20 fonctions, je ne sais pas quand il les a prises.

21 M. MUNDIS : [interprétation] Je voudrais demander que cette photographie

22 soit enregistrée et qu'on lui attribue une cote, s'il vous plaît.

23 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Juste avant cela, est-ce que vous

24 reconnaissez quelqu'un d'autre sur cette photographie ?

25 LE TÉMOIN : [interprétation] Non.

26 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Je vous remercie bien. Cette

27 photographie est admise comme un élément de preuve. Que cette photo soit

28 enregistrée et qu'on lui attribue une cote.

Page 450

1 M. LE GREFFIER : [interprétation] Oui, Monsieur le Président, ce sera la

2 pièce à conviction numéro 69.

3 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Je vous remercie beaucoup.

4 M. MUNDIS : [interprétation] Peut-être une dernière photographie avant la

5 suspension. Je demande la pièce PT06170. 06170.

6 Q. Là encore, Monsieur Begovic, est-ce que vous reconnaissez quelqu'un sur

7 cette photographie ?

8 R. Oui.

9 Q. Pourriez-vous, s'il vous plaît, nous dire qui vous reconnaissez, puis

10 nous allons suivre la même procédure. Si vous voulez bien mettre un cercle

11 autour de la tête de chaque personne et écrire le nom sur la photographie.

12 R. Feu Alija Izetbegovic.

13 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Mettez un cercle autour de sa tête et

14 écrivez son nom, Monsieur le Témoin, s'il vous plaît.

15 LE TÉMOIN : [Le témoin s'exécute]

16 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Merci.

17 LE TÉMOIN : [interprétation] Sakib Mahmuljin; Abu Maali; Abu Aiman. [Le

18 témoin s'exécute]

19 M. MUNDIS : [interprétation] Là encore, Monsieur le Président, je voudrais

20 demander qu'on enregistre cette photographie, qu'on lui attribue une cote

21 et qu'elle puisse être versée comme élément de preuve au dossier.

22 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Cette photo est admise comme élément

23 de preuve. Il faut l'enregistrer et lui donner une cote.

24 M. LE GREFFIER : [interprétation] Ce sera la pièce numéro 70.

25 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Merci beaucoup.

26 M. MUNDIS : [interprétation] Je regarde l'horloge, Monsieur le Président.

27 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Y a-t-il quelque chose que l'on peut

28 faire en deux minutes ?

Page 451

1 M. MUNDIS : [interprétation] Je ne pense pas, Monsieur le Président. Peut-

2 être qu'il faudra diminuer à l'autre bout et revenir dans -- enfin,

3 raccourcir la suspension d'audience et revenir au bout de 20 minutes ou à

4 18 heures moins 20 pour faire simplement

5 27 minutes de suspension au lieu de 30.

6 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Je vous remercie beaucoup. Nous allons

7 suspendre la séance maintenant et nous reviendrons à

8 18 heures moins 20.

9 La séance est suspendue.

10 --- L'audience est suspendue à 17 heures 14.

11 --- L'audience est reprise à 17 heures 41.

12 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Monsieur Mundis.

13 M. MUNDIS : [interprétation] Merci, Monsieur le Président.

14 Je m'étais engagé devant la Chambre à donner quelques renseignements

15 rapides sur la provenance de la pièce 67 avant que nous poursuivions les

16 débats.

17 Ce document, en tout cas après lecture rapidement de la page 3, émane du

18 Détachement El Moudjahid et du 3e Corps de l'ABiH. Ce document a été saisi

19 par un enquêteur du Tribunal le 20 janvier 2005 au CSB de Zenica, CSB

20 signifiant Centre des services de Sécurité de Zenica, en date du 20 janvier

21 2005. Voilà d'où nous avons obtenu ce document.

22 J'espère que cela satisfait le Juge Harhoff.

23 M. LE JUGE HARHOFF : [interprétation] Tout à fait. Merci beaucoup.

24 M. MUNDIS : [interprétation] Et avant de poursuivre, j'indique que j'ai

25 parlé avant le conseil de la Défense pendant la pause à ce sujet.

26 S'agissant de la pièce 69, qui a été présentée avant les photographies

27 soumises au témoin avant la pause, s'il y a le moindre doute dans l'esprit

28 de qui que ce soit, j'indique que l'Accusation fera enregistrer au compte

Page 452

1 rendu d'audience que l'accusé ne figure pas sur la moindre photographie, en

2 tout cas s'il y avait contestation ou confusion sur ce point.

3 L'Accusation a donc parlé au conseil de la Défense, elle souhaite alerter

4 la Chambre sur ce fait, à savoir que l'accusé, effectivement, n'est

5 représenté sur aucune des photographies qui ont été évoquées tout à

6 l'heure.

7 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Merci, Monsieur Mundis.

8 Nous ne connaissons pas la source secrète de tout cela. Mais s'il y a un

9 problème entre l'Accusation et la Défense, je pense qu'il est réglé.

10 Je vois Me Vidovic sourire de façon approbatrice. Maître Vidovic, est-ce

11 que vous avez un commentaire ?

12 Mme VIDOVIC : [interprétation] Non, Monsieur le Président. Et je remercie

13 M. Mundis des propos qu'il vient de tenir.

14 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Merci beaucoup.

15 Vous pouvez poursuivre, Monsieur Mundis.

16 M. MUNDIS : [interprétation] Merci, Monsieur le Président.

17 Q. Monsieur Begovic, revenons au sujet dont vous parliez il y a quelques

18 instants, à savoir l'entraînement. Vous avez dit, que lorsque vous avez

19 rejoint le Détachement El Moudjahid, vous avez subi un entraînement.

20 Pouvez-vous dire aux Juges de la Chambre où cet entraînement a eu lieu?

21 R. L'entraînement a eu lieu dans un village habité par des Croates. Ils

22 ont quitté ce village après l'opération militaire, et alors que nous

23 subissions cet entraînement dans ce village, nous étions stationnés dans

24 plusieurs maisons du village.

25 Q. Mais par la suite, vous avez subi une autre période de formation,

26 d'entraînement peut-être pendant le temps que vous avez passé dans ce

27 Détachement d'El Moudjahid ?

28 R. Non.

Page 453

1 Q. J'aurais peut-être dû vous poser cette question plus tôt, mais

2 maintenant je vous demande combien de temps vous êtes resté dans ce

3 détachement d'El Moudjahid après l'avoir rejoint en juillet, début août

4 1993 ?

5 R. Jusqu'à la fin de la guerre, autrement dit jusqu'à la conclusion et la

6 signature des accords de Dayton.

7 Q. Pouvez-vous donner aux Juges de la Chambre la date de votre

8 démobilisation, en tout cas, le mois et l'année pendant laquelle vous avez

9 quitté cette unité ?

10 R. En 1995, juste après la signature de l'accord de Dayton.

11 Q. Vous rappelez-vous au cours de quel mois de l'année 1995 vous avez

12 quitté l'unité ?

13 R. Non.

14 Q. Connaissez-vous un lieu, un bâtiment portant le nom de Vatrostalna ?

15 R. Oui.

16 Q. Pouvez-vous dire aux Juges de la Chambre où se trouve ce bâtiment ?

17 R. Ce bâtiment se trouve sur le territoire de la municipalité de Zenica.

18 En périphérie de la ville de Zenica.

19 Q. Monsieur, on vous demande de vous rapprocher peut-être du micro ou de

20 parler éventuellement un peu plus fort pour que les interprètes vous

21 entendent mieux.

22 R. Très bien.

23 Q. Pouvez-vous dire aux Juges de la Chambre, Monsieur Begovic, ce qui fait

24 que vous connaissez ce bâtiment appelé Vatrostalna ?

25 R. Bien, il y a eu un moment durant lequel c'est dans ce bâtiment qu'avait

26 été transféré notre commandement, le commandement du détachement.

27 Q. Savez-vous à peu près à quel moment le commandant du détachement était

28 abrité dans ce bâtiment ?

Page 454

1 R. Je crois que c'était en 1994, mais le moment exact, je ne le sais pas.

2 Q. Combien de temps le commandement du détachement est-il resté dans le

3 bâtiment Vatrostalna à partir du moment où il y est arrivé ?

4 R. Il y est resté jusqu'à la fin de la guerre.

5 Q. Monsieur, en dehors d'Orasac, Zapode et le bâtiment de Vatrostalna,

6 pouvez-vous nous dire s'il y a eu d'autres endroits où le Détachement El

7 Moudjahid avait des camps, des lieux d'entraînement ou un QG, un quartier

8 général ?

9 R. Non.

10 Q. Connaissez-vous le lieu répondant à la dénomination de camp du 13e

11 kilomètre ?

12 R. Oui.

13 Q. Vous est-il arrivé de vous rendre à cet endroit ?

14 R. Oui.

15 Q. Vous rappelez-vous à peu près à combien de reprises vous vous êtes

16 rendu en ce lieu ?

17 R. Je ne sais pas. J'y suis allé à plusieurs reprises, mais je ne sais pas

18 exactement combien.

19 Q. Encore une fois, je vous demanderais de préciser un peu. Pourriez-vous

20 dire s'il s'agit de cinq fois, dix fois, quinze fois, une vingtaine de

21 fois, plus de cent fois ?

22 R. J'y suis allé sans doute une dizaine de fois. Je suis passé dans les

23 parages aussi de nuit quelquefois; et dans ce cas-là, je suppose que j'y ai

24 passé la nuit.

25 Q. Monsieur Begovic, vous rappelez-vous à peu près à quel moment ce camp a

26 été créé ?

27 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Avons-nous établi qu'il s'agissait

28 bien d'un camp ?

Page 455

1 M. MUNDIS : [interprétation]

2 Q. Monsieur Begovic, en quels termes décririez-vous les installations du

3 13e kilomètre ?

4 R. M. le Procureur a parlé de cet endroit comme étant un camp tout à

5 l'heure. Moi, j'en parlerais plutôt en disant que c'était pour nous un

6 endroit où nous pouvions dormir. Il y avait là des tentes, ce genre de

7 chose. Je pense que ma façon de décrire cet endroit est plus conforme à la

8 réalité.

9 Q. Ce lieu du 13e kilomètre, savez-vous à peu près à quel moment le

10 Détachement El Moudjahid a commencé à utiliser cet endroit ?

11 R. En 1995, quand on nous a donné des missions à mener à bien là-bas, dans

12 les parages. C'était en 1995. Je pense que c'était peut-être au début de

13 l'année 1995.

14 M. MUNDIS : [interprétation] J'aimerais que l'on soumette au témoin la

15 carte 21 du classeur contenant les cartes. Celle qui m'intéresse a le

16 numéro ERN 0618-6716.

17 Q. Monsieur Begovic, dans un moment je vais vous montrer un gros plan de

18 ce secteur. Mais pour l'instant vous avez devant vous une carte plus

19 générale. Je vous demanderais si sur cette carte de plus grande dimension

20 vous pourriez trouver l'emplacement approximatif du lieu dont nous venons

21 de parler, et le cas échéant je vous demanderais de vous saisir du stylet

22 pour annoter la carte en inscrivant l'emplacement approximatif de ces

23 installations ou de ce lieu du 13e kilomètre.

24 R. La carte n'est pas assez grande pour moi, je ne peux pas la lire.

25 M. MUNDIS : [interprétation] Très bien. Dans ce cas, passons à la carte qui

26 montre un gros plan d'un secteur plus restreint, numéro ERN 0618-6717. La

27 carte 22.

28 M. LE JUGE HARHOFF : [interprétation] Monsieur Mundis, cette nouvelle carte

Page 456

1 est-elle un extrait de la carte précédente dont le numéro ERN se terminait

2 par 6716 ?

3 M. MUNDIS : [interprétation] Je ne crois pas, Monsieur le Juge, si ma

4 mémoire est bonne. C'est simplement une carte à une échelle différente,

5 mais montrant le même endroit, si je me souviens bien.

6 Je fais remarquer, dans l'intérêt des Juges de la Chambre, qu'en haut de la

7 carte 22, vous voyez le village de Borovnica; et que sur la carte 21, vous

8 retrouvez cette localité Borovnica au centre de la carte, à peu près au

9 deux tiers à partir du bas. Donc, oui, effectivement, la deuxième est bien

10 un extrait de la première.

11 M. LE JUGE HARHOFF : [aucune interprétation]

12 M. MUNDIS : [interprétation] -- et Borovnica peut servir de point de

13 référence pour s'y retrouver un peu mieux.

14 Q. Monsieur Begovic, sur cette carte est-ce que vous voyez l'emplacement

15 de ces installations du 13e kilomètre ?

16 R. Vous voyez, on le voit inscrit ici. Ici, vous avez le "12e kilomètre,"

17 donc si on ajoute 1 kilomètre, cela devrait nous amener à peu près ici. Je

18 sais qu'il y avait un pont non loin de cet endroit. Alors, on peut peut-

19 être penser que cela se trouve au milieu ici de ce champ de couleur.

20 Q. Je vous demanderais de vous saisir du stylet et de tracer un cercle

21 autour de l'endroit dont vous venez de parler en faisant appel à vos

22 souvenirs.

23 R. [Le témoin s'exécute]

24 Je pense que c'est à peu près cela. Peut-être que c'est un tout petit

25 peu plus loin. Je ne sais pas exactement.

26 Q. Pas de problème. Pourriez-vous, je vous prie, inscrire à côté de ce

27 cercle le numéro "13" suivi des lettres "KM."

28 R. Après le "13," qu'est-ce que vous m'avez demandé ?

Page 457

1 Q. "KM."

2 R. [Le témoin s'exécute]

3 M. MUNDIS : [interprétation] Merci beaucoup. Je demande le versement au

4 dossier de cette carte et une cote pour cette carte.

5 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Je demande que la carte soit

6 sauvegardée et qu'il lui soit attribué une cote.

7 M. LE GREFFIER : [interprétation] Monsieur le Président, il s'agira de la

8 pièce 71.

9 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Bien, puisque nous y sommes, Monsieur

10 Mundis, la pièce 71 est le document dont le numéro ERN se termine par 6717.

11 Mais vous avez utilisé avant ce document, le document dont le numéro ERN se

12 terminait par les chiffres 6716. Est-ce que vous demandez le versement au

13 dossier de ce document dont le numéro ERN se termine par 6716 ?

14 M. MUNDIS : [interprétation] Bien, Monsieur le Président, je ne vois pas

15 que le témoin ait pu annoter ce document, et compte tenu de ce qu'il a

16 répondu lorsqu'il a été interrogé au sujet de ce document, il ne pouvait

17 pas la lire, donc je ne pense pas que nous ayons besoin d'une carte non

18 annotée.

19 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Merci beaucoup.

20 M. MUNDIS : [interprétation] Nous l'utiliserons peut-être avec d'autres

21 témoins.

22 Q. Monsieur Begovic, vous avez déjà parlé du fait qu'il y avait des tentes

23 dans cet endroit. Pouvez-vous dire aux Juges de la Chambre s'il y avait

24 d'autres installations, d'autres éléments d'équipement, d'autres bâtiments

25 éventuellement en ce lieu du

26 13e kilomètre ?

27 R. Il y avait deux ou trois maisons démolies, mais rien d'autre.

28 Q. Les fois où vous avez passé quelque temps en ce lieu, quel était le

Page 458

1 motif principal qui vous y avait amenés ? Pourquoi est-ce que vous y alliez

2 à cet endroit ? Qu'est-ce que vous y faisiez ?

3 R. Pour moi, c'était un peu comme un centre de transit. J'y passais

4 parfois la nuit. Puis c'est là aussi que se faisaient les distributions

5 d'armes avant les combats, parce que c'est un endroit qui était assez

6 éloigné du front, donc on y était davantage en sécurité pour se préparer au

7 combat et distribuer les armes.

8 Q. Monsieur, vous est-il arrivé à quelque moment que ce soit d'assister à

9 une réunion ou de participer à une discussion à cet endroit qui aurait

10 porté sur les opérations militaires ?

11 R. Non. Moi, non, mais les autres, je ne sais pas.

12 Q. Savez-vous, Monsieur, qui était responsable de cet endroit ?

13 R. C'était un Arabe, mais ils ne restaient jamais longtemps dans leur

14 poste. Il y avait une très grande rotation, donc je ne sais pas exactement.

15 Q. J'aimerais appeler votre attention, Monsieur, sur les opérations

16 militaires menées en 1995.

17 Pourriez-vous dire aux Juges de la Chambre si vous, personnellement, avez

18 participé à une quelconque opération militaire durant l'année 1995 ?

19 R. Oui.

20 Q. Concentrons notre attention, Monsieur, sur ce qui peut être considéré

21 comme des opérations militaires importantes. A combien d'opérations

22 militaires de ce genre avez-vous personnellement participé durant l'année

23 1995 ?

24 R. J'ai participé à Vozuca, à trois opérations. Enfin vous, vous utilisez

25 le mot "opération," nous, nous parlons d'actions. Parce que tout de même,

26 une opération c'est quelque chose d'un peu plus important, un peu plus

27 grand qu'une action. Nous parlons d'actions.

28 Q. D'accord. Pourriez-vous, approximativement, indiquer aux Juges de la

Page 459

1 Chambre quelles étaient les caractéristiques de ces trois actions

2 auxquelles vous avez participé ? Quand a eu lieu la première, à peu près ?

3 R. A peu près au mois de mai 1995.

4 Q. La deuxième action, quelle était sa date approximative ?

5 R. Au mois de juin -- non, au mois de juillet 1995.

6 Q. La troisième ?

7 R. La troisième, en septembre 1995.

8 Q. D'accord. Dans quelques instants, je vais vous poser des questions plus

9 précises au sujet de ces trois actions.

10 M. MUNDIS : [interprétation] Mais avant d'en arriver là, je demanderais que

11 l'on montre au témoin la carte numéro 11 dans le classeur des Juges, dont

12 le numéro ERN est le 0618-6706. C'est la carte numéro 11 du classeur numéro

13 ERN 0618-6706.

14 Q. Monsieur le Témoin, vous voyez la carte que vous avez devant vous sur

15 l'écran ?

16 R. Je vois la carte, mais je ne peux rien lire. Les caractères sont

17 beaucoup trop petits.

18 Q. D'accord.

19 M. MUNDIS : [interprétation] Commençons, si vous le voulez bien, par la

20 partie gauche de la carte dont je demande un agrandissement sur les écrans.

21 Monsieur le Président, Madame, Messieurs les Juges, pour gagner du temps,

22 j'indique que cette carte servira de cadre général pour toutes les

23 questions qui seront encore posées à ce témoin avant la suspension

24 d'audience de ce soir. Avec l'autorisation de la Chambre, je demanderai au

25 témoin d'annoter un certain nombre de lieux, même si ces lieux n'ont pas

26 encore été évoqués dans sa déposition, de façon à ce que nous ayons un

27 cadre général recouvrant tous les éléments dont le témoin parlera d'ici à

28 la fin de la journée, si la Chambre accepte de procéder de cette façon.

Page 460

1 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] C'est tout à fait acceptable s'il n'y

2 a pas d'objection.

3 Mme VIDOVIC : [interprétation] Pas d'objection, Monsieur le Président.

4 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Merci beaucoup.

5 M. MUNDIS : [interprétation] J'aimerais maintenant que nous remontions un

6 peu vers la partie supérieure de cette carte.

7 Q. Monsieur, si vous trouvez cette localité sur la carte, je vous

8 demanderais de tracer un cercle autour de Zavidovici.

9 R. Uniquement le mot "Zavidovici" ou la ville ?

10 Q. La ville, s'il vous plaît.

11 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Monsieur Mundis, avant que le témoin

12 n'annote la carte, on m'informe à l'instant qu'une fois que les annotations

13 auront été portées sur la carte, on ne pourra plus la bouger.

14 M. MUNDIS : [interprétation] D'accord. Faisons-le en deux étapes, si cela

15 vous paraît acceptable.

16 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] D'accord. Les annotations d'abord --

17 M. MUNDIS : [interprétation] Exactement.

18 Q. Monsieur Begovic, est-ce que vous trouvez également le village de

19 Brezik ?

20 R. Je ne le vois pas vraiment. Là, peut-être. Est-ce que c'est ça, Brezik

21 ?

22 Q. Pourriez-vous tracer un cercle autour de Brezik, je vous prie.

23 R. [Le témoin s'exécute]

24 Q. Merci. Si vous trouvez le village de Livade sur cette carte, je vous

25 demanderais de tracer également un cercle autour de ce village.

26 R. Je ne le vois pas.

27 Q. Peut-être dans le coin supérieur droit ?

28 R. Vraiment, je ne le trouve pas. La seule possibilité, ce serait que

Page 461

1 quelqu'un me le montre.

2 Q. Pas de problème. Est-ce que vous trouvez Stog sur cette carte ?

3 R. Oui. Voilà, c'est ici. Je le vois.

4 Q. Si vous avez trouvé Stog, je vous demanderais de tracer un cercle

5 autour de Stog.

6 R. [Le témoin s'exécute]

7 Q. Est-ce que vous trouvez Paljenik sur la carte ?

8 R. Oui. C'est ici.

9 Q. Tracez un cercle autour de Paljenik, je vous prie.

10 R. [Le témoin s'exécute]

11 M. MUNDIS : [interprétation] Je demanderais la sauvegarde de cet écran et

12 l'octroi d'une cote, je vous prie.

13 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] La carte est versée au dossier. Une

14 cote, s'il vous plaît.

15 M. LE GREFFIER : [interprétation] Il s'agira de la pièce 62 [comme

16 interprété], Monsieur le Président.

17 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Merci beaucoup. Je me suis exprimé

18 hors micro il y a un instant. Ce que je voulais dire, c'est que la carte

19 était versée au dossier, donc admise, et je demandais que lui soit attribué

20 une cote.

21 Je vous remercie d'avoir déjà attribué la cote, Monsieur le Greffier.

22 M. MUNDIS : [interprétation] Ce qu'il serait bon de faire maintenant, ce

23 serait de faire afficher un nouvel exemplaire de la même carte, vierge,

24 sans annotations, et de nous rendre sur les écrans -- enfin, de faire

25 défiler la carte pour montrer la moitié supérieure de la carte. Un peu plus

26 à droite, peut-être, maintenant. Très bien.

27 Q. Monsieur Begovic, est-ce que vous voyez la carte affichée devant vous

28 sur l'écran ?

Page 462

1 R. Oui.

2 Q. Etes-vous maintenant capable de retrouver le village de Livade ?

3 R. Oui.

4 Q. Pourriez-vous, je vous prie, tracer un cercle autour du village de

5 Livade sur cette carte.

6 R. [Le témoin s'exécute]

7 Q. Sur cette carte, Monsieur, parvenez-vous à voir le village de Krcevine;

8 et si oui, je vous demanderais de tracer un cercle autour de ce village.

9 R. Oui. [Le témoin s'exécute]

10 Q. Maintenant, Monsieur, si vous retrouvez le village de Kesten, je vous

11 demanderais également de tracer un cercle autour du nom de ce village sur

12 la carte.

13 R. [Le témoin s'exécute]

14 Q. Enfin, si vous retrouvez le lien répondant au nom de Podsjelovo.

15 Podsjelovo. Est-ce que vous trouvez cette localité sur la carte ?

16 R. Oui.

17 Q. Dans ce cas, veuillez tracer un cercle autour de cette localité.

18 R. [Le témoin s'exécute]

19 M. MUNDIS : [interprétation] Je demanderais, Monsieur le Président, que cet

20 écran soit sauvegardé et qu'une cote lui soit attribuée.

21 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Cet écran est admis au dossier. Je

22 demande une cote.

23 M. LE GREFFIER : [interprétation] Monsieur le Président, il s'agira de la

24 pièce 73.

25 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Merci beaucoup.

26 Monsieur le Greffier, pouvez-vous me rappeler ce qu'était la pièce 72 ?

27 M. LE GREFFIER : [interprétation] La pièce 72, c'était la première partie

28 de cette même carte.

Page 463

1 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Pardon, excusez-moi. D'accord. Merci

2 beaucoup.

3 M. MUNDIS : [interprétation]

4 Q. Monsieur Begovic, j'aimerais maintenant que vous vous concentriez sur

5 ce que vous avez décrit comme étant la première action à laquelle vous avez

6 participé, et vous l'avez datée du mois de mai 1995.

7 Pourriez-vous brièvement dire aux Juges de la Chambre quelles sont les

8 étapes préliminaires qui ont été menées à bien par votre unité dans la

9 période immédiatement antérieure à cette première action du mois de mai

10 1995 ?

11 R. Lorsque nous sommes arrivés sur le territoire de Zavidovici, on nous a

12 installés d'abord dans les maisons qui se trouvaient à Livade. Je crois me

13 rappeler que c'était le Nouvel An. C'était l'hiver. Il faisait froid, et il

14 était impossible de mener à bien des actions militaires parce qu'on était

15 totalement à découvert. Les arbres n'avaient pas de feuilles, et nous

16 n'étions absolument pas cachés, masqués à la vue.

17 Après notre arrivée, nous avons simulé une attaque sur l'axe de Podsjelovo.

18 L'un de nos hommes a été tué à ce moment-là, deux autres étant blessés.

19 Q. Je me permets de vous interrompre. Quel était l'objet de cette attaque

20 simulée ? Pourquoi est-ce que vous avez simulé une attaque dans le secteur

21 de Podsjelovo ?

22 R. Je ne me rappelle pas exactement pourquoi. Il y avait sûrement une

23 raison, sûrement une intention, mais je ne m'en souviens pas aujourd'hui.

24 Q. D'accord.

25 R. Entre ce moment-là et le mois de mai, nous nous préparés à l'action, à

26 savoir que nous avons fait de la reconnaissance de terrain, nous avons

27 préparé les chemins. Nous nous sommes préparés physiquement du point de vue

28 de notre condition physique et du point de vue de notre sentiment religieux

Page 464

1 pour pouvoir être prêts à passer à l'action.

2 Q. Contre quelle force, au singulier ou au pluriel, militaire cette action

3 devait-elle être dirigée ?

4 R. Contre les forces serbes.

5 Q. Contre la VRS, l'armée de la Republika Srpska ?

6 R. Mais oui.

7 Q. Pourriez-vous dire aux Juges de la Chambre à quel moment cette action a

8 débuté ?

9 R. Au mois de mai 1995. Je crois que c'était au cours de la deuxième

10 moitié de 1995, quand les arbres de la forêt ont été recouverts de

11 feuilles.

12 Q. Juste avant le début de cette action, avez-vous eu, à un moment ou un

13 autre, l'occasion de vous trouvez en ce lieu du

14 13e kilomètre ?

15 R. Oui.

16 Q. A quelles fins ?

17 R. C'est là qu'on était divisé en différents groupes de combat, c'est là

18 qu'on nous distribuait nos armes, ce genre de chose, et c'est de là qu'on

19 démarrait pour nous rendre sur le lieu des combats.

20 Q. Monsieur Begovic, pour cette action de mai 1995, à quel groupe de

21 combat avez-vous été affecté ?

22 R. J'étais dans un groupe de réserve pour cette action-là, et mon émir

23 c'était Fikret Murtic.

24 Q. Quelle était la fonction qui avait été confiée à ce groupe de réserve

25 au cours de l'action de mai 1995 ?

26 R. Les groupes de réserve devaient être déployés le long des positions au

27 niveau de la ligne après que les premiers attaquants aient fondu sur la

28 ligne, et les pénétrer, et pour que l'on puisse ensuite en prendre

Page 465

1 possession.

2 Q. Bien. Pouvez-vous nous parler de la journée qui a marqué le début de

3 l'action ? Que s'est-il passé ce jour-là, en nous expliquant ce qu'il en

4 était à partir du moment où vous vous êtes réveillés jusqu'au moment où

5 l'action a bel et bien commencé ?

6 R. Je ne sais pas exactement à quel moment nous sommes partis vers

7 Paljenik, mais au moment où nous nous en approchions, c'est-à-dire, avant

8 Podsjelovo, la plupart d'entre nous faisions la prière du matin, le Sabah

9 Namaz, et nous nous sommes approchés des tranchées ennemies le plus près

10 possible.

11 Q. Mais d'où êtes-vous partis ce jour-là ? Où avez-vous fait la prière du

12 matin ? Où avez-vous passé la nuit antérieure ?

13 R. Je ne sais plus exactement où nous étions, mais la prière du matin a eu

14 lieu juste devant la ligne.

15 M. MUNDIS : [interprétation] J'aimerais que l'on montre au témoin la carte

16 18 du classeur, ERN 0618-6713. C'est la carte 18, numéro ERN 0618-6713.

17 Q. Monsieur Begovic, je sais que le temps a passé depuis, mais sur cette

18 carte, pourriez-vous nous dire où se trouvaient les forces de la VRS, à peu

19 près, au début de cette action de mai 1995, et pourriez-vous indiquer ces

20 positions à l'aide d'une ligne, s'il vous plaît ?

21 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Maître Vidovic.

22 Mme VIDOVIC : [interprétation] Objection, Monsieur le Président. Si, le

23 témoin le sait, bien sûr.

24 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Monsieur Mundis.

25 M. MUNDIS : [interprétation] Oui, évidemment. Je suis bien d'accord, s'il

26 le sait. S'il ne sait pas, je suis sûr qu'il nous le dira.

27 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Monsieur Begovic.

28 LE TÉMOIN : [interprétation] L'armée de la Republika Srpska était à

Page 466

1 Podsjelovo, aux environs de Podsjelovo, où l'on voit ici "Podsjelovo" sur

2 la carte. Je ne pourrais pas indiquer leur emplacement exact. Je ne suis

3 pas en mesure de le faire.

4 M. MUNDIS : [interprétation]

5 Q. Pourriez-vous nous dire où se trouvait la ligne, à peu près, la ligne

6 telle qu'elle existait au début de l'action menée en mai 1995 ?

7 R. Je ne suis pas un expert cartographe. Non, je ne suis pas en

8 mesure de le faire.

9 M. MUNDIS : [interprétation] C'est bien.

10 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Monsieur Mundis, j'aimerais

11 demander la chose suivante au témoin : s'agissant de cette carte, 6713,

12 vous avez dit que les forces se trouvaient aux environs de Podsjelovo.

13 Pourriez-vous indiquer où se trouve Podsjelovo sur la carte ?

14 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui, oui. Je peux entourer le nom de

15 "Podsjelovo," oui.

16 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Allez-y.

17 LE TÉMOIN : [Le témoin s'exécute]

18 M. MUNDIS : [interprétation]

19 Q. Monsieur Begovic, le jour où l'action de mai 1995 a commencé, où se

20 trouvait votre groupe de combat au cours de la matinée ? D'où êtes-vous

21 partis ?

22 R. Nous sommes partis de Livade. Il y avait une route qui allait de Livade

23 à Podsjelovo.

24 Q. Si vous l'apercevez sur la carte, pourriez-vous souligner le nom du

25 village de Livade ?

26 R. Je l'entoure ?

27 Q. Oui, si vous voulez.

28 R. [Le témoin s'exécute]

Page 467

1 Q. Vous avez dit qu'il y avait une route reliant Livade à Podsjelovo.

2 R. Enfin, un sentier plutôt qu'une route.

3 Q. Quelle est l'importance de ce sentier compte tenu des événements qui se

4 sont produits ce jour-là en 1995 ?

5 R. Nous avons effectué un peu d'entretien sur ce sentier ou sur

6 cette route non goudronnée de manière à ce que les 4X4 puissent l'utiliser

7 afin que nous puissions éventuellement nous replier avec nos blessés, mais

8 bon, quant à son importance dans le contexte de l'action en particulier, ce

9 sentier n'en a pas revêtu rien de particulier.

10 Q. Pouvez-vous dire aux Juges de la Chambre quelle a été la duré

11 approximative de cette action ce jour-là ?

12 R. Une demi-heure, tout au plus. Les forces des Serbes de Bosnie ont été

13 repoussées du secteur de Podsjelovo.

14 Q. Après que ces forces serbes de Bosnie ont été repoussées, où est allé

15 votre groupe de combat ? Qu'avez-vous fait ?

16 R. Nous étions sur place aux alentours de Podsjelovo, peut-être au centre

17 de Podsjelovo. Nous y sommes restés pendant environ six jours. Nous avons

18 creusé des tranchées, fortifié nos positions. Voilà.

19 Q. Qu'avez-vous fait ensuite après ces six jours, où êtes-vous allés ?

20 R. Après avoir passé six jours sur place, nous étions censés rejoindre nos

21 foyers respectifs pour nous reposer, parce que nous avions passé quelque 30

22 à 40 jours sur le terrain.

23 Q. Monsieur Begovic, ces positions que vous avez fortifiées, ont-elles été

24 par la suite occupées par des unités militaires à Podsjelovo ?

25 R. Lorsque nous avons pris la route pour rentrer chez nous, une unité est

26 arrivée pour occuper une partie de la ligne, mais quelques-uns de nos

27 hommes sont restés sur place. Etait-ce la Brigade de Zavidovici, je n'en

28 suis pas sûr.

Page 468

1 Q. Quel rôle avez-vous joué, Monsieur, dans cette première action ?

2 R. Comme je vous l'ai dit, j'étais simple soldat, et je faisais partie des

3 forces de réserve. Je n'ai rien à ajouter ni à retirer de ce que j'ai déjà

4 dit.

5 Q. Monsieur Begovic, passons maintenant à la deuxième action dont vous

6 nous avez parlé, celle de juillet 1995.

7 Quel a été votre rôle dans l'action menée, l'action militaire menée en

8 juillet 1995 ?

9 R. L'émir de mon groupe a été tué dans cette action à Podsjelovo. C'est

10 ensuite moi qui ai été nommé émir de ce groupe.

11 Q. Monsieur Begovic, vous avez dit que vous avez été "désigné, nommé au

12 poste d'émir de ce groupe." Vous souvenez-vous qui vous a nommé à cette

13 fonction ?

14 R. Sans doute Muatez, ceux qui étaient chargés du détachement. Quoi qu'il

15 en soit, à mon retour de cette période, j'ai été informé que j'étais l'émir

16 du groupe.

17 Q. A ce moment-là, lorsque vous avez été nommé émir de ce groupe de

18 combat, combien y avait-il d'hommes qui le constituaient ?R. Entre 15 et

19 30, pas plus.

20 Q. Et s'agissant de l'action de juillet 1995, quelle était votre tâche,

21 qu'étiez-vous censé faire, et qu'est-ce que votre groupe de combat était

22 censé faire ?

23 R. Nous avons été chargés de pénétrer les lignes ennemies en un lieu donné

24 et d'arriver jusqu'à un certain endroit.

25 Q. Vous souvenez-vous de l'endroit où vous étiez censés pénétrer les

26 lignes ennemies et du lieu que vous étiez censés atteindre ?

27 R. On l'appelait "Trigonometer", cet endroit ou comme quelque chose comme

28 cela. Je ne sais plus très bien quel était le nom. C'est cet endroit que

Page 469

1 nous étions censés atteindre après Krcevine et Kesten.

2 Q. Je vais vous poser une question là-dessus dans quelques instants, et

3 nous regarderons une autre carte. Mais d'abord j'aimerais savoir qui vous a

4 donné pour mission d'arriver jusqu'à Krcevine et Kesten ?

5 R. C'était Muatez, notre émir, qui nous a confié ces tâches.

6 Q. Où étiez-vous lorsque l'on vous a confié ces missions ?

7 R. Je n'ai pas compris la question.

8 Q. Lorsque Muatez vous a confié cette mission ou ces missions à votre

9 groupe de combat, à vous, où vous trouviez-vous ?

10 R. J'étais avec mon groupe, mes hommes.

11 Q. Comment vous a-t-on donné ces instructions ?

12 R. Nous avons procédé à une reconnaissance du secteur avant l'action. Nous

13 préparions l'action comme nous l'avions fait avant pour Podsjelovo. Je me

14 suis rendu à différentes reprises à l'endroit où nous étions censés mener

15 l'action, l'attaque, et j'ai procédé à une reconnaissance des lieux et à

16 des mesures préparatoires de ce genre.

17 Q. Attendez. Je vais essayer d'être plus clair. Lorsque l'on vous a confié

18 ces missions, étiez-vous sur le terrain, étiez-vous au 13e kilomètre ? Où

19 étiez-vous lorsque Muatez vous a confié cette mission, c'est-à-dire de vous

20 rendre à Krcevine et à Kesten ?

21 R. Muatez ?

22 Q. Oui, Muatez.

23 R. C'est à partir du 13e que nous nous sommes préparés à y aller. C'est là

24 que l'on nous a remis nos armes et que l'on a affecté les uns et les autres

25 aux différents groupes. C'est de là que nous sommes partis. Donc c'est là

26 que nous étions le soir. Mais d'où sommes-nous partis exactement, je ne

27 sais plus très bien.

28 Q. Lorsque vous vous trouviez au 13e kilomètre et que l'on vous remettait

Page 470

1 vos armes et que les hommes étaient répartis entre les différents groupes,

2 n'y avait-il que des soldats du Détachement El Moudjahid au 13e kilomètre

3 ou y avait-il d'autres soldats, d'autres unités juste avant l'action de

4 juillet 1995 ?

5 R. Il se peut qu'il y ait eu des soldats sur place, mais ils n'ont pas

6 participé à l'action avec nous, mais peut-être qu'ils avaient été affectés

7 là pour assurer l'évacuation des blessés ou pour prendre la ligne plus

8 tard, mais ça, je n'en sais rien.

9 M. MUNDIS : [interprétation] J'aimerais que l'on montre au témoin la carte

10 19 du classeur. Numéro ERN 0618-6714.

11 J'aimerais que l'on procède à une saisie d'écran afin de pouvoir verser

12 cette carte annotée au dossier.

13 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Oui, c'est fait. Quelle sera la cote

14 de ce document ?

15 M. LE GREFFIER : [interprétation] Ce sera le document 74.

16 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Merci beaucoup.

17 M. MUNDIS : [interprétation] J'aimerais maintenant que l'on présente au

18 témoin la carte 19, 0618-6714.

19 Q. Monsieur Begovic, voyez-vous la carte à l'écran devant

20 vous ?

21 R. Oui.

22 Q. Je vous prie de bien vouloir nous dire où votre groupe de combat a

23 débuté sa progression ce jour-là, pour la deuxième action, celle de juillet

24 1995 ?

25 R. Probablement de Svinjasnica, ici en direction de Kesten.

26 Q. Si vous le voyez sur la carte, pouvez-vous souligner ou entourer

27 Svinjasnica ?

28 R. [Le témoin s'exécute]

Page 471

1 Q. Monsieur Begovic, pourriez-vous dire aux Juges de la Chambre de

2 première instance ce qui est arrivé au cours de l'action menée en juillet

3 1995 par le groupe de combat dont vous étiez l'émir ?

4 Mme VIDOVIC : [interprétation] Monsieur le Président, Madame, Monsieur les

5 Juges, s'il est arrivé quelque chose, voilà mon objection.

6 M. MUNDIS : [interprétation] Alors, je vais essayer autrement.

7 Q. Monsieur Begovic, en juillet 1995, l'action a-t-elle eu lieu, l'action

8 a-t-elle débuté ?

9 R. Oui.

10 Q. Pourriez-vous nous dire quand au mois de juillet, au début, au milieu,

11 à la fin ?

12 R. Je ne sais pas exactement quand pendant le mois, je ne sais pas.

13 Q. Vous nous avez dit il y a quelques minutes, on le voit à la page 80,

14 ligne 6 du compte rendu, qu'il y avait un lieu qui appelé Trigonometre ou

15 quelque chose comme cela; c'est ce que vous avez dit ?

16 R. Oui.

17 Q. Voyez-vous ce lieu sur la carte ?

18 R. Non.

19 Q. Pouvez-vous dire aux Juges de la Chambre de première instance ce qu'a

20 fait votre groupe de combat, et l'endroit où il est allé en juillet 1995

21 dans le cadre de cette action ?

22 R. Il y avait encore des groupes de combat qui pénétraient la ligne en

23 différents endroits, ligne que nous avons réussi à pénétrer en une demi-

24 heure environ. Et nous avons réussi, en tout cas, mon groupe a réussi à

25 avancer jusqu'au village de Kesten.

26 Q. Pourriez-vous entourer le village de Kesten ?

27 R. [Le témoin s'exécute]

28 Q. Vous souvenez-vous, Monsieur Begovic, de l'itinéraire approximatif qu'a

Page 472

1 suivi votre groupe de combat entre Svinjasnica et Kesten ?

2 R. Je ne peux pas le dire exactement. Je peux tracer une ligne droite tout

3 simplement, mais vous dire quel a été l'itinéraire suivi au travers des

4 champs, je ne le sais pas.

5 Q. Très bien. Alors, effectivement, pourriez-vous, s'il vous plaît, tracer

6 une ligne droite avec une flèche indiquant, disons, la direction qu'a

7 suivie votre unité, votre groupe de combat au cours de l'action menée en

8 juillet 1995 ?

9 R. [Le témoin s'exécute]

10 Q. Pourriez-vous, s'il vous plaît, indiquer d'une flèche la direction que

11 vous avez suivie de manière à ce que nous puissions relire cette carte par

12 la suite ? J'aimerais également que vous indiquiez cette flèche avec le

13 numéro "1" juste en dessous. Très bien.

14 R. [Le témoin s'exécute]

15 Q. Pendant combien de temps votre groupe de combat est resté à Kesten à

16 peu près ce jour-là ?

17 R. Nous n'étions pas dans le village proprement dit mais sur une colline

18 après le village. Nous y sommes restés de quatre à cinq jours. Nous étions

19 sur la ligne, nous creusions des tranchées, fortifiant des positions.

20 Q. Au cours de cette période, la période au cours de laquelle cette action

21 a été menée à bien et au cours des quatre ou cinq jours qui l'ont suivie,

22 avez-vous communiqué à un moment donné ou à un autre avec Muatez ?

23 R. Il y en avait d'autres aussi. Il y avait d'autres Musulmans de Bosnie

24 avec lesquels nous étions en communication. Je ne sais plus si j'ai pu

25 parler avec Muatez ou pas.

26 Q. Qui étaient ces Musulmans de Bosnie avec lesquels vous avez été en

27 communication ce jour-là ?

28 R. Nous étions en contact avec Adnan Peso et avec Muatez aussi.

Page 473

1 Q. Pourriez-vous informer les Juges de la Chambre de l'identité de M.

2 Adnan Peso, qui était-il ?

3 R. C'était un Musulman de Bosnie qui était à un niveau hiérarchique un peu

4 plus élevé que nous autres, membres du détachement. Quelle était sa

5 fonction véritable, je n'en sais rien.

6 Q. Bien. Monsieur Begovic, votre groupe de combat est resté quelques jours

7 à proximité de Kesten; ensuite, où êtes-vous allés ?

8 R. Après cela, nous sommes allés à Livade en passant par Krcevine, ensuite

9 de Livade, nous sommes rentrés chez nous.

10 Q. Bien. Pourriez-vous, s'il vous plaît, mettre un cercle autour de

11 Krcevine sur la carte ?

12 R. [Le témoin s'exécute]

13 Q. Là encore, tracez une flèche approximativement de Kesten à Krcevine, en

14 indiquant la direction que votre unité a suivie en quittant Kesten, et

15 placez, s'il vous plaît, le chiffre "2" à côté de cette flèche, s'il vous

16 plaît.

17 R. [Le témoin s'exécute]

18 Q. Je comprends que Livade n'est pas sur la carte, mais si vous pouviez,

19 s'il vous plaît, tracer une flèche de Krcevine en direction générale de

20 Livade, ensuite placer le chiffre "3" près de la flèche, s'il vous plaît.

21 R. Bien, je ne vois pas assez bien pour pouvoir indiquer la direction. Je

22 ne sais pas exactement quelle est la direction. Je ne vois pas Livade sur

23 la carte, donc je ne peux pas le faire.

24 Il y a un si grand nombre de routes qui sont là dans ce secteur que

25 l'on pourrait prendre, sur lesquelles on pourrait marcher.

26 Q. Bien. Alors, centrons maintenant notre attention sur la troisième

27 action, telle comme vous l'avez décrite, vous nous avez dit que c'était en

28 septembre. Mais avant de faire cela, Monsieur Begovic, est-ce que vous

Page 474

1 saviez - indépendamment de cette action de juillet 1995 dont nous avons

2 parlé maintenant, à votre connaissance, est-ce qu'il y avait d'autres

3 actions militaires dans le voisinage de Krcevine et de Kesten après celle

4 dont vous nous avez parlé qui était en juillet 1995 ?

5 R. Non, je ne sais pas cela. Je ne sais rien concernant quoi que ce soit

6 de ce genre.

7 Q. Passons maintenant, Monsieur le Témoin, à la troisième action.

8 M. LE JUGE HARHOFF : [interprétation] Avant cela, Monsieur Mundis, je ne

9 suis pas absolument sûr d'avoir entendu grand-chose sur ce qui s'est passé

10 en fait à Kesten. Nous avons entendu que le groupe de combat du témoin est

11 parti de Svinjasnica et s'est déplacé vers Kesten, mais que s'est-il passé

12 là ? Y a-t-il eu, en fait, des activités de combat ? Est-ce qu'il y a eu

13 une résistance des Serbes à Kesten; est-ce que vous les avez chassés ? Que

14 s'est-il passé ?

15 LE TÉMOIN : [interprétation] Ces villages étaient vides. Il n'y avait pas

16 de soldats là, il n'y avait pas d'habitants non plus. C'était très petit,

17 simplement quatre ou cinq maisons. Il en va de même pour Krcevine. C'était

18 juste cinq ou six maisons, pas plus que cela.

19 M. LE JUGE HARHOFF : [interprétation] Peut-être que je me suis trompé. Je

20 m'étais attendu à ce qu'il y ait eu de véritables activités de combat, mais

21 si tel n'est pas le cas, je comprends.

22 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Veuillez poursuivre, Monsieur Mundis.

23 M. MUNDIS : [interprétation] Merci.

24 Q. Avant de passer à septembre 1995, Monsieur Begovic, savez-vous quel

25 était l'endroit dont vous nous avez parlé. Vous êtes restés près de Kesten

26 pendant quatre ou cinq jours. A quel endroit ou lieu géographique vous

27 trouviez-vous pendant cette période où vous êtes restés dans le voisinage

28 de Kesten ?

Page 475

1 R. Je ne sais pas exactement quel était le nom de ce lieu. C'était juste à

2 l'extérieur de Kesten, tout près.

3 Q. Pouvez-vous voir ou pourriez-vous marquer avec un "X" l'endroit juste à

4 l'extérieur de Kesten où vous vous trouviez pendant ces quatre et quelques

5 jours ?

6 R. Non, je ne peux pas faire cela, parce que je ne sais pas où nous étions

7 exactement.

8 M. MUNDIS : [interprétation] Je demande que l'on enregistre cette carte et

9 qu'on la verse au dossier comme élément de preuve.

10 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Cette carte est enregistrée et elle

11 est admise au dossier. Peut-on lui attribuer une cote.

12 M. LE GREFFIER : [interprétation] Il s'agira de la pièce 75.

13 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Merci.

14 Oui, Monsieur Mundis.

15 M. MUNDIS : [interprétation]

16 Q. Passons maintenant, Monsieur Begovic, à l'action qui a eu lieu en

17 septembre 1995.

18 Quel était votre rôle en ce qui concerne cette action militaire en

19 septembre 1995 ?

20 R. C'était la même chose. J'étais l'émir d'un groupe de combat. J'ai

21 participé à l'action à Paljenik.

22 Q. Là encore, Monsieur Begovic, en ce qui concerne cette action militaire

23 en septembre 1995, combien aviez-vous d'hommes dans votre groupe de combat

24 ?

25 R. Une vingtaine, la même chose. Le chiffre est resté le même, le même

26 nombre.

27 Q. Est-ce que les 20 hommes qui faisaient partie de votre groupe de combat

28 étaient des Musulmans de Bosnie ou des Arabes ? Quelle était la composition

Page 476

1 de votre groupe de combat ?

2 R. Avant l'action, un ou deux Arabes venaient s'ajouter aux groupes.

3 Sinon, lorsqu'il n'y avait pas d'actions de combat, à ce moment-là, il y

4 avait seulement des Musulmans de Bosnie dans les groupes.

5 Q. Savez-vous, Monsieur Begovic, pourquoi on ajoutait un Arabe ou deux aux

6 groupes avant action ?

7 R. Peut-être plus de deux. Je ne sais pas.

8 Q. En ce qui concerne l'action de septembre 1995, quelles étaient les

9 missions qui avaient été données à votre groupe de combat ?

10 R. Mon groupe avait pour mission de faire une percée dans les lignes à

11 Paljenik et de prendre le contrôle de Paljenik.

12 Q. Là encore, Témoin, qui vous a confié cette mission ?

13 R. Muatez.

14 Q. Où se trouvait-il quand il vous a donné cette mission ?

15 R. Je ne me souviens pas.

16 M. MUNDIS : [interprétation] Peut-être pourrait-on montrer au témoin la

17 carte 12 du classeur qui porte le numéro ERN 0618-6707, s'il vous plaît.

18 Q. Monsieur Begovic, en attendant que cela arrive sur l'écran, pourriez-

19 vous dire, s'il vous plaît, aux Juges de la Chambre de première instance où

20 se trouvait votre groupe de combat - attendez. Je vais d'abord vous poser

21 une autre question avant celle-ci : cette action de septembre 1995, est-ce

22 qu'elle a véritablement eu lieu ?

23 R. Oui.

24 Q. Le jour de cette action de combat, est-ce que vous vous souvenez de la

25 date de cette action militaire ?

26 R. Non.

27 Q. Le jour où cette action a commencé, où se trouvait votre groupe de

28 combat en début de matinée ? D'où êtes-vous partis ?

Page 477

1 R. Là encore, de Svinjasnica.

2 M. MUNDIS : [interprétation] Peut-être maintenant pourrait-on avoir un

3 agrandissement de cette carte, un agrandissement du centre de la carte.

4 Q. Monsieur Begovic, est-ce que vous voyez le lieu Svinjasnica, d'où votre

5 unité s'est mise en route ?

6 R. Oui.

7 Q. Pourriez-vous placer un cercle à cet endroit en utilisant le crayon

8 électronique ?

9 R. [Le témoin s'exécute]

10 Q. Maintenant, Monsieur Begovic, vous nous avez dit que votre mission

11 était d'aller à l'endroit connu sous le nom de Paljenik. Est-ce que vous le

12 retrouvez sur la carte ?

13 R. Oui.

14 Q. Pourriez-vous dire aux membres de la Chambre de première instance ce

15 qui s'est passé ce jour-là en ce qui concerne la mission qui vous avait été

16 confiée ?

17 R. Mon groupe a rempli la mission avec succès, la mission qui lui avait

18 été confiée. Nous avons repoussé l'ennemi loin du secteur de Paljenik.

19 Q. Pourriez-vous placer un cercle autour de Paljenik sur la carte, si vous

20 le voyez.

21 R. [Le témoin s'exécute]

22 Q. Là encore, pourriez-vous, s'il vous plaît, mettre une flèche et le

23 chiffre "1" à côté, de façon à indiquer la direction générale qu'a suivi

24 votre unité ce jour-là lorsqu'elle a atteint Paljenik.

25 R. Voulez-vous une ligne droite là encore ?

26 Q. Oui, exactement. Merci.

27 R. [Le témoin s'exécute]

28 Q. Si vous pouviez également faire des pointes de flèches en mettant le

Page 478

1 chiffre "1" à côté, s'il vous plaît.

2 R. [Le témoin s'exécute]

3 Q. Combien de temps a-t-il fallu à votre groupe de combat pour prendre

4 l'endroit appelé Paljenik ?

5 R. Une demi-heure, peut-être moins.

6 Q. Combien de temps après avoir pris cet endroit est-ce que votre groupe

7 de combat est resté à Paljenik ?

8 R. Nous sommes restés environ deux ou trois heures, [imperceptible] à un

9 moment donné après midi.

10 Q. Pendant cette période, au moment où vous étiez à cet endroit-là, à

11 Paljenik, est-ce que vous avez eu une communication quelconque avec l'émir

12 ou avec l'émir militaire du Détachement El Moudjahid ?

13 R. Oui.

14 Q. Pouvez-vous dire aux membres de la Chambre de première instance ce

15 qu'on vous a dit de faire et qui vous l'a dit ?

16 R. Dès que nous avons pu occuper la hauteur de Paljenik, nous nous sommes

17 rendus de l'autre côté de la colline, et l'émir nous a dit d'y rester

18 pendant un certain temps, jusqu'à nouvel ordre.

19 Q. Lorsque vous dites l'"émir," vous parlez du quel émir ? Qui vous a dit

20 cela ?

21 R. Muatez.

22 Q. Combien de temps êtes-vous restés de l'autre côté de la colline, en

23 attendant une nouvelle communication ?

24 R. Nous sommes restés là pendant une heure ou deux, ensuite l'émir,

25 Muatez, nous a ordonné de continuer en direction de la route.

26 Q. Lorsque vous dites "en contrebas vers la route," est-ce qu'il y avait

27 un point précis de la route auquel on vous a dit de vous rendre ?

28 R. Par la suite, j'ai appris que cet endroit était appelé Stog, mais au

Page 479

1 début je n'ai pas vu dans quelle direction nous allions.

2 Q. Si vous voyez un endroit appelé Stog sur la carte, pourriez-vous, s'il

3 vous plaît, placer un cercle autour ?

4 R. Les lettres sont très petites, mais je pense que c'est ceci.

5 Q. Pourriez-vous maintenant placer un cercle et le chiffre "2" pour

6 montrer la direction générale qu'a suivi votre unité de combat pour aller

7 de Paljenik à Stog ?

8 R. [Le témoin s'exécute]

9 Q. Et placer le chiffre "2" à côté, s'il vous plaît.

10 R. [Le témoin s'exécute]

11 M. MUNDIS : [interprétation] Monsieur le Président, je vais demander que

12 cette image soit enregistrée, qu'on lui attribue une cote et qu'elle soit

13 versée au dossier comme élément de preuve, s'il vous plaît.

14 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Cette image est admise comme élément

15 de preuve. Il faut l'enregistrer et lui attribuer une cote.

16 M. LE GREFFIER : [interprétation] Ce sera la cote 76.

17 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Je vous remercie beaucoup.

18 M. MUNDIS : [interprétation]

19 Q. Maintenant, Monsieur Begovic, savez-vous pourquoi votre groupe de

20 combat a reçu l'ordre d'aller à Stog ?

21 R. Je ne sais pas pourquoi nous avons reçu cet ordre à ce moment-là. Il

22 était tout simplement logique pour nous de descendre la colline et d'aller

23 sur la route.

24 Q. Est-ce qu'à un moment quelconque au cours de cette journée de septembre

25 1995 vous avez vu votre émir militaire, Muatez ?

26 R. Oui. Je l'ai vu à Stog.

27 Q. Est-ce que vous lui avez parlé à Stog à cette occasion ce jour-là ?

28 R. Non.

Page 480

1 Q. Combien de temps êtes-vous restés à Stog ce jour-là ?

2 R. Nous sommes arrivés à Stog dans l'après-midi. On nous a dit - je ne

3 sais plus qui nous l'a dit - qu'Alija Izetbegovic allait venir nous rendre

4 visite avec Sakib Mahmuljin. Mais la nuit a fini par tomber. Il ne s'est

5 rien passé. Plus tard, on nous a dit de rentrer chez nous en permission.

6 Parce qu'en général, après une action, il y avait toujours une permission

7 s'il n'y avait pas d'autres actions en cours.

8 Q. D'accord. Donc ce soir-là, est-ce que vous êtes rentré chez vous, vous

9 reposer ?

10 R. Oui.

11 Q. Où êtes-vous allé ? Quand vous dites "chez vous," cela se trouve où ?

12 R. A la maison, dans ma maison.

13 Q. Suhi Dol ?

14 R. Oui, à Suhi Dol.

15 M. MUNDIS : [interprétation] Avec l'aide de Mme l'Huissière, je demande que

16 l'on soumette au témoin le document PT02152. PT02152.

17 Q. Monsieur Begovic, est-ce que vous voyez le document affiché sur l'écran

18 devant vous ? Vous le voyez sur l'écran devant vous, Monsieur ?

19 R. Oui.

20 Q. On vous a montré ce document hier, et c'était la première fois que vous

21 voyiez ce document, n'est-ce pas ?

22 R. Oui. Je ne l'avais jamais vu avant.

23 Q. D'accord. Voyez-vous votre nom sur ce document, Monsieur ?

24 R. Oui.

25 Q. Pouvez-vous dire aux Juges de la Chambre le numéro qui se trouve au

26 regard de votre nom ? Ceci sera utile également pour le compte rendu

27 d'audience.

28 R. 37 -- non, excusez-moi, 36. 36.

Page 481

1 Q. D'accord. Monsieur Begovic --

2 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Attendez un instant. 36 ? En face du

3 numéro 36, je lis "Begovic, Mehmedalija."

4 M. MUNDIS : [interprétation] C'est le prénom du père, Monsieur le

5 Président.

6 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Le prénom du père. D'accord. Excusez-

7 moi.

8 M. MUNDIS : [interprétation] La colonne du milieu contient les prénoms des

9 pères.

10 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Merci.

11 M. MUNDIS : [interprétation]

12 Q. Monsieur Begovic, ceci sera le dernier document que nous allons vous

13 montrer ce soir. Je vous demanderais, comme vous l'avez fait pour la liste

14 précédente, d'indiquer le numéro des individus avec lesquels vous avez

15 servi au sein du Détachement El Moudjahid pendant la période que vous avez

16 passée au sein de cette unité, en face des numéros correspondants ?

17 Simplement les numéros.

18 R. Les hommes que je connais; c'est bien ce que vous voulez dire ?

19 Q. Exactement, les numéros correspondant aux noms des hommes que vous

20 connaissiez.

21 R. D'accord. Numéro 4, numéro 9, numéro 10, numéro 11, numéro 13, numéro

22 14, numéro 22, numéro 27, numéro 32, numéro 45, numéro 50.

23 Q. Passons à la page suivante sur les écrans, je vous prie.

24 R. Numéro 77, numéro 78, numéro 87, numéro 94, numéro 95, numéro 98,

25 numéro 112.

26 Q. Page suivante sur les écrans, je vous prie.

27 R. Numéro 116, numéro 130, numéro 141, numéro 157, numéro 172.

28 Q. Page suivante sur les écrans, je vous prie.

Page 482

1 R. Sur cette page, il n'y a pas de numéro.

2 Q. Pourriez-vous pour cette page, indiquer les noms des personnes que vous

3 connaissez éventuellement ?

4 R. Omerovic Raif, Basic Adbumelik, Aganovic Ishak, Sagic Mirnes[phon],

5 Hodzic Ramiz, Begonovic Azir, Kozlic Enver, Omer Basic, Adil Bosnic. C'est

6 tout.

7 Q. Page suivante, je vous prie.

8 M. MUNDIS : [interprétation] Pour le compte rendu d'audience, j'indique que

9 le numéro ERN de cette page est 0416-0654, car sur cette page, il y a des

10 numéros qui risquent être identiques à ceux qui ont déjà été évoqués pour

11 une autre page.

12 LE TÉMOIN : [interprétation] Le numéro 1, numéro 6, numéro 12, numéro 13,

13 numéro 17, numéro 24, numéro 28, numéro 31. C'est tout.

14 M. MUNDIS : [interprétation] Monsieur le Président, je vois l'heure, j'ai

15 encore deux documents à soumettre à ce témoin mais je propose de le faire

16 demain. Cela ne devra pas me prendre plus de dix minutes pour arriver au

17 terme de mon interrogatoire principal. Je vous prie de m'excuser pour ce

18 délai supplémentaire par rapport au temps prévu antérieurement.

19 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Merci beaucoup, Monsieur Mundis.

20 Monsieur Begovic, il va vous falloir revenir ici demain, et je vous

21 rappelle que vous êtes toujours sous serment, donc veuillez à ne

22 communiquer avec personne au sujet de cette affaire.

23 L'audience est suspendue et nos débats reprendrons demain à

24 14 heures 15, mais dans la salle d'audience numéro 1 et pas ici.

25 M. MUNDIS : [interprétation] Monsieur le Président, avant de lever

26 l'audience, je demande le versement au dossier de ce document.

27 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] D'accord. C'est le document dont vous

28 tournez les pages ?

Page 483

1 M. MUNDIS : [interprétation] En effet.

2 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Ce document est admis en tant

3 qu'élément de preuve et se verra attribuer une cote que je demande au

4 greffier.

5 M. LE GREFFIER : [interprétation] Monsieur le Président, il s'agira de la

6 pièce 77.

7 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Je vous remercie.

8 L'audience est suspendue.

9 --- L'audience est levée à 19 heures 04 et reprendra le jeudi 12 juillet

10 2007, à 14 heures 15.

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28