Tribunal Criminal Tribunal for the Former Yugoslavia

Page 700

1 Le mardi 17 juillet 2007

2 [Audience publique]

3 [L'accusé est introduit dans le prétoire]

4 [Le témoin est introduit dans le prétoire]

5 --- L'audience est ouverte à 9 heures 04.

6 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Bonjour à tous et à toutes.

7 Monsieur le Greffier, voudriez-vous citer l'affaire ?

8 M. LE GREFFIER : [interprétation] Bonjour. Il s'agit de l'affaire IT-04-83-

9 T, le Procureur contre Rasim Delic.

10 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Merci.

11 Est-ce que vous voudriez bien vous présenter ? D'abord, l'Accusation.

12 M. MUNDIS : [interprétation] Bonjour, Monsieur le Président.

13 Bonjour à tous et à toutes, à tous les conseils. Notamment, pour

14 l'Accusation, Daryl Mundis, Kyle Wood, Aditya Menon et notre commis à

15 l'affaire, Mme Alma Imamovic.

16 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Pour la Défense.

17 Mme VIDOVIC : [interprétation] Bonjour, Messieurs les Juges et tout le

18 monde dans le prétoire.

19 Mme Vidovic, représentant le général Delic. M. Nicholas Robson également et

20 nos assistants juridiques, Lana Deljkic et Asja Zujo.

21 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Merci beaucoup.

22 LE TÉMOIN : SABAN ALIC [Reprise]

23 [Le témoin répond par l'interprète]

24 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Monsieur le Témoin, puis-je vous

25 rappeler que vous êtes toujours lié par la déclaration solennelle que vous

26 avez prononcée au début de votre témoignage ? Est-ce que, Juge Harhoff,

27 est-ce qu'on me dit que vous avez des questions ?

28 M. LE JUGE HARHOFF : [interprétation] Non.

Page 701

1 Questions de la Cour : [Suite]

2 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Monsieur Alic, vous avez mentionné

3 dans votre déposition que le 1er juin 1993, vous vous êtes rendu à Zapode et

4 vous avez rejoint un groupe d'Arabes. Est-ce que ce groupe portait un nom ?

5 R. A l'époque, ce groupe ne portait aucun nom.

6 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Et est-ce que ce groupe a porté un nom

7 à un moment donné ?

8 R. Par la suite, ce groupe est devenu le Détachement El Moudjahid et

9 faisait partie de l'ABiH.

10 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Pouvez-vous nous expliquer ce que vous

11 voulez dire au juste quand vous dites que cela faisait partie de l'ABiH ?

12 R. Cela faisait partie de l'armée d'après les formations, d'après

13 l'établissement ou du point de vue institutionnel.

14 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Vous dites "formation, établissement,

15 institution"; est-ce que vous pouvez nous donner quelques détails ?

16 R. Et bien, on nous a accordé le statut de détachement, et nous faisions

17 partie du 3e Corps d'armée de l'ABiH. Donc, nous faisions partie de l'ABiH.

18 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Très bien. Vous avez dit également

19 qu'à un moment donné dans le cadre de vos opérations, je crois, depuis

20 Zapode et en aval, vous avez vu quelques cadavres, deux ou trois cadavres.

21 Est-ce que vous vous en souvenez ?

22 R. Oui. Pas trois; un ou deux, c'est ce que j'ai dit. En fait, je suis sûr

23 qu'il y en avait deux.

24 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Savez-vous qui a tué ces gens ?

25 R. Et bien, je ne sais pas exactement qui les a tués, mais quoi qu'il en

26 soit, pendant l'opération dans la matinée, ceux qui effectuaient la percée

27 -- enfin, cela s'est passé dans la tranchée, au milieu de la ligne.

28 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Je ne suis pas sûr de bien comprendre.

Page 702

1 R. Je vais m'exprimer autrement. Lorsque l'on tente de percer une ligne,

2 l'ennemi vous attend dans les tranchées, et quand vous lancez l'offensive,

3 vous avancez vers les tranchées, et ceux qui n'arrivent pas à prendre la

4 fuite avant que vous n'arriviez aux tranchées seront tués s'ils ne

5 s'échappent pas avant que vous ne parveniez aux tranchées.

6 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Est-ce que, par hasard, vous

7 connaissez l'appartenance ethnique de ces victimes ?

8 R. La ligne était vis-à-vis des Croates. Nous faisions face aux Croates.

9 Ils portaient des uniformes, ils étaient du côté croate; donc en toute

10 probabilité, ils étaient Croates. Evidemment, je n'ai pas vu leurs papiers

11 d'identité, mais je suppose qu'ils étaient Croates.

12 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Comment est-ce que vous arrivez à

13 savoir qu'ils étaient du côté croate ?

14 R. Et bien, c'est là où se trouvaient les tranchées, et les cadavres

15 gisaient au bord de la tranchée. C'est là où je les ai vus.

16 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Vous venez de dire qu'ils arboraient

17 un uniforme. Est-ce que vous avez pu reconnaître de quel uniforme il

18 s'agissait ?

19 R. Il s'agissait d'uniformes de camouflage, donc l'uniforme complet avec

20 l'anorak, les bottes et le pantalon.

21 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Mais j'aimerais savoir si vous avez pu

22 identifier à quelle armée ces uniformes appartenaient. S'agissait-il du

23 HVO, de l'ABiH ou de la VRS ?

24 R. Très probablement le HVO. Je suis passé devant la tranchée et j'ai jeté

25 un coup d'il. Je n'ai pas eu le temps de chercher des insignes. Je n'ai

26 pas cherché à déceler des insignes, je n'ai pas eu le temps de le faire.

27 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Merci beaucoup.

28 Cela met un terme à mes questions. Est-ce qu'il y a des questions

Page 703

1 supplémentaires qui découlent des questions posées par la Chambre ?

2 Monsieur Wood ?

3 M. WOOD : [interprétation] Non, Monsieur le Président.

4 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Madame Vidovic ?

5 Mme VIDOVIC : [interprétation] Non, Monsieur le Président.

6 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Et bien, Monsieur, cela nous amène

7 donc à la fin de votre témoignage. Nous vous remercions infiniment d'avoir

8 pris le temps de venir au Tribunal, et maintenant vous pouvez nous quitter.

9 Merci beaucoup.

10 [Le témoin se retire]

11 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Le greffier nous indique que nous

12 devrions faire une courte pause afin de préparer la salle d'audience pour

13 la comparution du prochain témoin.

14 Donc, vous avez dit 20 minutes ? Vingt minutes, donc nous nous retrouverons

15 dans 20 minutes.

16 La séance est suspendue.

17 --- L'audience est suspendue à 9 heures 14.

18 [Le témoin est introduit dans le prétoire]

19 --- L'audience est reprise à 9 heures 35.

20 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Pour confirmer, est-ce que vous

21 souhaiteriez être à huis clos partiel ou non, Monsieur Mundis ?

22 M. MUNDIS : [interprétation] Oui, Monsieur le Président. Je crois que pour

23 commencer, ce serait mieux qu'on soit à huis clos partiel.

24 [La Chambre de première instance se concerte]

25 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Pardon d'avoir pris quelques instants.

26 Avant de passer à huis clos partiel, je pense que je peux m'exprimer

27 devant le témoin. Serait-il possible de demander à la Défense une motion

28 accélérée à la demande déposée conformément à l'article 73 bis, afin qu'une

Page 704

1 décision puisse être rendue avant les vacances ? Je crois que ce serait

2 dans l'intérêt de tous.

3 M. ROBSON : [interprétation] Bonjour, Monsieur le Président. Nous

4 avons reçu la requête hier. Nous pensons pouvoir vous

5 donner une réponse dans les jours qui viennent.

6 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Merci beaucoup. Je sais que vous

7 auriez droit à deux semaines, mais nous aimerions bien pouvoir statuer

8 avant les vacances.

9 M. ROBSON : [interprétation] Très bien.

10 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Merci.

11 Est-ce que le témoin pourrait prononcer la déclaration solennelle avant que

12 nous ne passions à huis clos partiel ?

13 LE TÉMOIN : [interprétation] Je déclare solennellement que je dirai la

14 vérité, toute la vérité et rien que la vérité.

15 LE TÉMOIN : TÉMOIN PW-2 [Assermenté]

16 [Le témoin répond par l'interprète]

17 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Veuillez vous asseoir.

18 Très bien. Est-ce que nous pourrions maintenant passer à huis clos partiel

19 ?

20 M. LE GREFFIER : [interprétation] Nous sommes maintenant à huis clos

21 partiel.

22 [Audience à huis clos partiel]

23 (expurgé)

24 (expurgé)

25 (expurgé)

26 (expurgé)

27 (expurgé)

28 (expurgé)

Page 705

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Pages 705-706 expurgées. Audience à huis clos partiel

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 707

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 [Audience publique]

6 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Merci beaucoup.

7 Monsieur Mundis, vous avez la parole.

8 M. MUNDIS : [interprétation]

9 Q. Témoin PW-2, pouvez-vous dire à la Chambre quand la guerre a commencé

10 en Bosnie-Herzégovine, autant que vous le sachiez ?

11 R. Au printemps 2002 -- pardon, 1992.

12 Q. PW-2, à cette époque, au printemps 1992, lorsque la guerre a éclaté en

13 Bosnie-Herzégovine, où est-ce que vous habitiez ?

14 R. Je vivais à Sanski Most. Cela dit, j'allais à l'école à Ljubljana en

15 Slovénie.

16 Q. PW-2, après le début de la guerre, est-ce que vous avez rejoint une

17 force militaire ou force armée ?

18 R. Après que la guerre eut éclaté, je suis revenu de Slovénie et je suis

19 arrivé à Travnik et j'ai rejoint une unité de volontaires.

20 Q. Pourriez-vous brièvement dire aux Juges de la Chambre quelles mesures

21 vous avez prises pendant le trajet que vous avez effectué entre la Slovénie

22 et Travnik, où vous avez rejoint l'unité des volontaires ?

23 R. En Slovénie, il y avait de nombreuses personnes originaires de mon

24 village. Au début de la guerre, nous n'avions aucun renseignement

25 concernant nos familles et nous avons cherché à rentrer en Bosnie. J'ai

26 appris qu'il y avait un endroit où nos gens se rassemblaient. Donc, lorsque

27 j'étais arrivé à Zagreb, j'ai rejoint un groupe qui se dirigeait vers la

28 Bosnie.

Page 708

1 Q. Pour que cela soit bien clair, vous avez voyagé de Ljubljana à Zagreb

2 et puis de Zagreb en Bosnie-Herzégovine; est-ce exact ?

3 R. Oui.

4 Q. PW-2, est-ce que vous vous souvenez à peu près quand vous êtes arrivé à

5 Travnik ?

6 R. Fin juin ou début juillet. Je ne peux pas être plus précis.

7 Q. De quelle année ?

8 R. 1992.

9 Q. PW-2, lorsque vous êtes arrivé à Travnik, pourriez-vous dire à la

10 Chambre où au juste à Travnik vous vous êtes rendu, dans quelle localité ?

11 R. Nous sommes arrivés à l'ancienne caserne de la JNA à Travnik.

12 Q. Vous nous avez dit il y a quelques instants que vous avez rejoint une

13 unité de volontaires. Est-ce que cette unité portait un nom à l'époque où

14 vous l'avez rejointe, fin juin, début juillet 1992 ?

15 R. Le 1er Bataillon de Krajina.

16 Q. Et savez-vous, PW-2, à quelle force armée militaire appartenait le 1er

17 Bataillon de Krajina ?

18 R. A mon avis, il s'agissait à l'époque de la Défense territoriale, étant

19 donné que l'ABiH n'avait pas encore été créée. Donc, je pense qu'il

20 s'agissait de la Défense territoriale.

21 Q. Est-ce que vous vous souvenez à peu près quand l'ABiH a été constituée

22 ?

23 R. Je ne sais pas exactement. Je sais qu'il y a eu plusieurs

24 transformations en cours. Peut-être vers la fin de 1992, l'ABiH a été

25 instituée sur la base de la Défense territoriale, mais cela s'est fait

26 progressivement.

27 Q. Lorsque vous avez rejoint le 1er Bataillon de Krajina, fin juin ou début

28 juillet 1992, est-ce que vous savez qui était le commandant de ce bataillon

Page 709

1 ?

2 R. Osman Omanovic.

3 Q. Pourriez-vous expliquer à la Chambre, PW-2, pourquoi une unité dénommée

4 "1er Bataillon de Krajina" a été créée à Travnik ?

5 R. Nous sommes arrivés de Slovénie afin de défendre nos familles. Nous

6 avons organisé cette unité nous-mêmes, en tant que combattants.

7 Q. Est-ce que les membres du 1er Bataillon de Krajina venaient de la

8 Krajina ?

9 R. Oui, pour la plupart.

10 Q. Pourriez-vous brièvement expliquer à la Chambre ce qu'est la Krajina ?

11 R. Il s'agit de la partie nord-ouest de Bosnie-Herzégovine qui était

12 soumise à un blocus total par rapport aux autres régions du pays.

13 Q. Est-ce que Travnik se trouve dans la Krajina ?

14 R. C'est une région qui est orientée vers la Krajina.

15 Q. Serait-il exact de dire, PW-2, que les membres du 1er Bataillon de la

16 Krajina étaient des réfugiés de la Krajina qui ont rejoint cette unité afin

17 de participer aux combats ?

18 R. Tout d'abord, nous étions volontaires, nous étions en train de

19 travailler ou de faire nos études en Slovénie. Et puis, par la suite, des

20 réfugiés d'autres parties du pays nous ont rejoints.

21 Q. PW-2, pendant combien de temps êtes-vous resté membre du 1er Bataillon

22 de la Krajina basé à Travnik ?

23 R. Environ un mois et demi.

24 Q. Et pendant la période que vous avez passée au sein de ce 1er Bataillon

25 de la Krajina, où était le quartier général de cette unité ?

26 R. Je crois que c'était dans la caserne.

27 Q. Et, encore une fois, pour que la Chambre comprenne bien et aussi pour

28 que le compte rendu soit plus explicite, pourriez-vous préciser lorsque

Page 710

1 vous dites "la caserne" ?

2 R. La caserne à laquelle nous étions arrivés, donc la caserne de la JNA à

3 Travnik.

4 Q. Et à l'époque, lorsque vous êtes arrivé à la caserne de la JNA à

5 Travnik, est-ce que la JNA était toujours cantonnée dans cette caserne ?

6 R. Non.

7 Q. Outre le 1er Bataillon de la Krajina, y avait-il d'autres unités

8 militaires qui se trouvaient dans la caserne qui était auparavant de la JNA

9 à Travnik, autant que vous puissiez vous en souvenir ?

10 R. Dans une partie de la caserne, il y avait une unité du HVO.

11 Q. Pendant la période que vous avez passée auprès du 1er Bataillon de la

12 Krajina, avez-vous participé à des opérations de combat avec cette unité ?

13 R. Oui.

14 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Pourrais-je vous interrompre un

15 instant ? Une question, Monsieur Mundis.

16 Cette ancienne caserne de la JNA avait-elle un nom ?

17 LE TÉMOIN : [interprétation] Je ne sais pas.

18 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Merci.

19 M. MUNDIS : [interprétation]

20 Q. Témoin PW-2, pourriez-vous dire brièvement aux Juges de la Chambre où

21 étiez-vous engagé dans le cadre des opérations de combat pendant que vous

22 étiez membre du 1er Bataillon de Krajina au début de juillet ou fin juin

23 1992 ?

24 R. J'étais à Jajce.

25 Q. Pendant que vous étiez avec le 1er Bataillon de Krajina, est-ce que vous

26 avez rencontré ou vu des combattants étrangers, c'est-à-dire des

27 combattants qui étaient venus de l'extérieur de Bosnie-Herzégovine ?

28 R. Sur les lignes, non.

Page 711

1 Q. Monsieur, alors que vous étiez au sein du 1er Bataillon de Krajina, est-

2 ce qu'il vous est arrivé de voir des combattants étrangers à d'autres

3 endroits autres que sur les lignes de front ?

4 R. Lorsque je suis rentré des lignes après mon repos à la caserne de

5 Travnik, j'ai vu qu'il y avait des étrangers qui venaient.

6 Q. Témoin PW-2, est-ce que vous pourriez nous dire où avez-vous vu ces

7 combattants étrangers ?

8 R. A la caserne.

9 Q. Vous souvenez-vous combien y avait-il de combattants étrangers qui

10 étaient allés dans les casernes de la JNA ce jour-là ?

11 R. Une voiture.

12 Q. Monsieur, vous nous avez dit que vous étiez membre du 1er Corps de

13 Krajina pendant un mois et demi après cette période. C'est-à-dire, après

14 avoir été au sein du 1er Bataillon de Krajina, est-ce que vous avez rejoint

15 d'autres unités militaires, les rangs d'autres unités militaires ?

16 R. Oui.

17 Q. Et pourriez-vous nous dire si vous vous souvenez de la date à laquelle

18 vous avez rejoint les rangs de cette autre unité militaire ?

19 R. C'était vers la fin du mois d'août --

20 M. LE JUGE HARHOFF : [interprétation] Monsieur Mundis, pourrais-je vous

21 interrompre brièvement ? Je souhaiterais demander au témoin de nous dire à

22 quel moment il a vu les combattants étrangers dans les casernes de la JNA.

23 LE TÉMOIN : [interprétation] Je les ai vus pendant ma permission, pendant

24 que j'étais de permission. Nous avions une rotation sur les lignes. Le 1er

25 Bataillon de Krajina n'avait pas suffisamment d'armes, et nous nous

26 relayions sur les lignes de front. Et lorsque je suis rentré à la caserne

27 après mon premier repos, après la permission, j'ai vu que dans une voiture

28 il y avait des étrangers qui arrivaient.

Page 712

1 M. LE JUGE HARHOFF : [interprétation] Est-ce que vous vous souvenez à quel

2 moment c'était ?

3 LE TÉMOIN : [interprétation] De 15 à 20 jours après mon départ pour

4 rejoindre les rangs de l'autre unité.

5 M. LE JUGE HARHOFF : [interprétation] Et c'était au mois d'août 1993; est-

6 ce que c'est exact ? Vous souvenez-vous de l'année ?

7 LE TÉMOIN : [interprétation] C'était en 1992 et au mois d'août. C'est tout

8 à fait possible qu'il s'agissait du mois d'août 1992.

9 M. LE JUGE HARHOFF : [interprétation] Donc, vous nous dites que vous auriez

10 peut-être vu ces combattants au mois d'août de 1992 ?

11 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui.

12 M. LE JUGE HARHOFF : [interprétation] Je vous remercie beaucoup.

13 M. MUNDIS : [interprétation]

14 Q. Témoin PW-2, cette unité avait-elle un nom, cette unité que vous avez

15 rejointe à la fin du mois d'août 1992 ?

16 R. Oui, c'étaient les Forces musulmanes de Travnik.

17 Q. Est-ce que vous vous souvenez, Monsieur, si vous avez pris des

18 démarches quelconques lorsque vous avez quitté le 1er Bataillon de Krajina

19 et lorsque vous avez rejoint les rangs des Forces musulmanes de Travnik ?

20 R. Nous étions très peu armés. En fait, nous n'avions pas suffisamment

21 d'armes alors que nous étions au 1er Bataillon de Krajina. Et lorsque j'ai

22 rendu mes armes sur les lignes, il m'a fallu attendre longtemps pour avoir

23 d'autres armes. Un homme m'a offert de passer dans les rangs des Forces

24 musulmanes, car il y avait suffisamment d'armes là-bas et il y avait

25 également des combattants de Krajina, de sorte que j'ai accepté cette

26 offre.

27 Q. Témoin PW-2, lorsque vous avez quitté le 1er Bataillon de Krajina, est-

28 ce que vous avez consulté votre commandant, ou est-ce que vous avez pris

Page 713

1 des démarches officielles ? A savoir, a-t-il fallu remplir des documents

2 pour vous permettre de quitter le 1er Bataillon de Krajina et de rejoindre

3 les Forces musulmanes de Travnik ?

4 R. Non.

5 Q. Vous souvenez-vous, Témoin PW-2, qui était le commandant des Forces

6 musulmanes de Travnik lorsque vous avez rejoint les rangs de cette unité ?

7 R. Je ne peux pas savoir qui était le commandant exactement. Il y avait

8 quelques personnes. Alors, lorsque je suis allé sur les lignes la première

9 fois avec les Forces musulmanes, le commandant était Asim Koricic.

10 Q. Témoin PW-2, vous souvenez-vous des noms d'autres dirigeants des Forces

11 musulmanes de Travnik ?

12 R. Dans la ville, lorsque je suis arrivé, je peux vous parler d'Ahmed

13 Adilovic, et il y avait d'autres personnes au commandement, Samir Turzic

14 par exemple.

15 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Monsieur Mundis, pourrait-on demander

16 au témoin de nous expliquer brièvement pourquoi il a quitté la Brigade de

17 Krajina et pourquoi il a rejoint les rangs des Forces musulmanes ? Quels

18 étaient ses motifs ?

19 LE TÉMOIN : [interprétation] L'unité de Krajina était mal armée, elle

20 n'avait pas suffisamment d'armes. Nous ne pouvions pas faire notre travail

21 et nous avions tous le même but, donc il était permis de passer dans

22 l'autre unité. Il y avait d'autres unités qui étaient mieux armées.

23 M. LE JUGE HARHOFF : [interprétation] Merci.

24 M. MUNDIS : [interprétation]

25 Q. Témoin PW-2, lorsque vous dites "nous partagions les mêmes objectifs",

26 est-ce que vous pourriez être un peu plus précis, je vous prie ?

27 R. Notre but était de défendre notre pays de l'agresseur.

28 Q. Et de nouveau, Témoin PW-2, pourriez-vous expliquer aux Juges de cette

Page 714

1 Chambre qui lançait ces attaques à l'époque où vous étiez au sein de Forces

2 musulmanes de Travnik ?

3 R. C'étaient les forces serbes, les Serbes.

4 Q. Il y a quelques instants, Monsieur, vous avez prononcé le nom "Ahmed

5 Adilovic". Pourriez-vous nous dire quel rôle a-t-il joué pour les Forces

6 musulmanes de Travnik pendant que vous étiez dans cette unité ?

7 R. Il avait des responsabilités de commandement. On l'appelait "Emir".

8 C'est qu'il avait une certaine responsabilité de dirigeant. C'était l'une

9 des personnes principales là-bas.

10 Q. Témoin, est-ce que vous savez si M. Adilovic était chargé des questions

11 relatives aux affaires religieuses au sein de l'unité ?

12 R. Oui, entre autres, ça faisait partie de ses tâches, de ses

13 responsabilités.

14 Q. Monsieur, vous avez également mentionné le nom de "Samir Terzic". Est-

15 ce que vous savez quelles étaient ses tâches et responsabilités au sein des

16 forces de Travnik, Forces musulmanes de Travnik, pendant que vous étiez

17 membre de cette unité ?

18 R. Pour ce qui est du groupe dont j'ai parlé, du groupe de soldats, ils

19 étaient chargés de la formation, de l'entraînement et peut-être aussi

20 s'occupaient-ils d'autres questions.

21 Q. Témoin PW-2, outre Asim Koricic, Samir Terzic et Ahmed Adilovic, est-ce

22 que vous vous souvenez s'il y a eu d'autres dirigeants des Forces

23 musulmanes de Travnik pendant la période pendant laquelle vous étiez membre

24 de cette unité ?

25 R. Il y avait un ancien officier de la JNA. On l'appelait "Major Tara",

26 commandant Tara. J'ignore son vrai nom.

27 Q. Témoin PW-2, pendant combien de temps êtes-vous resté membre des Forces

28 musulmanes de Travnik après avoir rejoint les rangs de cette unité à la fin

Page 715

1 du mois d'août 1992 ?

2 R. Je suis resté dans cette unité pendant une période assez prolongée,

3 c'est-à-dire que lorsque cette unité est devenue une nouvelle formation,

4 j'y étais également.

5 Q. Nous allons parler de cette transformation de l'unité dans quelques

6 instant, mais dites-moi si vous vous souvenez de la date approximative à

7 laquelle cette transformation ou cette nouvelle unité a-t-elle eu lieu.

8 R. J'ignore la date exacte, mais c'était peut-être fin 1992, peut-être au

9 début de 1993. J'ignore exactement la date.

10 Q. Monsieur, je souhaiterais appeler votre attention sur la période allant

11 de la fin du mois d'août 1992, donc période à laquelle vous avez rejoint

12 les rangs des Forces musulmanes de Travnik, et jusqu'au début de cette

13 période de 1993, lorsque l'unité a été transformée.

14 Maintenant, au cours de cette période, donc depuis la fin du mois

15 d'août 1992, et ce, jusqu'à la transformation de cette unité, pourriez-vous

16 nous décrire de quelle façon les Forces musulmanes de Travnik avaient-elles

17 été organisées ?

18 R. Tout comme les autres unités, c'était une structure militaire. Il y

19 avait des différences, certes.

20 Q. Témoin PW-2, pourriez-vous, je vous prie, nous expliquer de quelle

21 façon l'unité était-elle structurée et aussi nous expliquer en quoi elle

22 était différente par rapport aux autres unités ?

23 R. Il m'est difficile de vous expliquer très exactement la structure, mais

24 pour vous parler des différences, les gens, les soldats étaient plus

25 pratiquants. Ils pratiquaient plus la religion; c'était la différence

26 principale entre cette unité et l'unité de Krajina.

27 Q. Entre cette période, fin août 1992 jusqu'à ce que l'unité ne soit

28 transformée à la fin de 1992 et au début de 1993, est-ce que vous avez pris

Page 716

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

12 versions anglaise et française

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 717

1 part à des opérations de combat alors que vous étiez membre des Forces

2 musulmanes de Travnik ?

3 R. Oui. J'ai participé à un très grand nombre d'opérations d'offensive.

4 Q. Pourriez-vous nous décrire brièvement quelles étaient ou en quoi

5 consistaient ces activités d'offensive dont vous avez fait part ? Quels

6 étaient les endroits et les périodes relatives à ces activités d'offensive

7 ?

8 R. Jusqu'à la fin de 1992, nous étions très souvent sur le territoire qui

9 allait vers Jajce. Ce territoire s'appelle Karaula. Il y avait beaucoup

10 d'activités à cet endroit-là, des activités de combat, j'entends. Un tout

11 petit groupe dont je faisais partie a passé un certain temps à Jajce.

12 Q. Outre cette région de Jajce, est-ce que vous avez pris part à d'autres

13 activités de combat ailleurs alors que vous étiez membre des Forces

14 musulmanes de Travnik ?

15 R. Au cours de l'année 1992, j'ai seulement été déployé sur le territoire

16 de Karaula, Vlasic et Jajce, mais tout ceci fait partie du même territoire.

17 Tout cela, c'est le territoire de Guca, en direction de Donji Vakuf.

18 Q. Il y a quelques instants, vous avez parlé d'un groupe et vous nous avez

19 dit que vous étiez membre de ce groupe. Pourriez-vous décrire aux Juges de

20 la Chambre en quoi consistait ce groupe dont vous étiez membre ?

21 R. C'était une section appartenant aux Forces musulmanes. Lorsque nous

22 sommes allés à Jajce, c'était un groupe composé d'environ 25 hommes. Nous

23 étions déployés en tant que renforts à l'unité de Krajina, car Jajce était

24 dans un état critique. Les forces serbes lançaient des attaques sur cette

25 localité, et ainsi de suite.

26 Q. Outre les unités de Krajina et les Forces musulmanes de Travnik, y

27 avait-il d'autres unités de l'ABiH qui se trouvaient dans la région Jajce à

28 cette époque-là ?

Page 718

1 R. La région de Jajce, sur ce territoire il y avait également le HVO.

2 Q. Monsieur, s'agissant de cette période, donc nous parlons de la période

3 automne, début hiver 1992, pourriez-vous nous décrire quels étaient les

4 rapports entre le HVO et l'ABiH ?

5 R. En 1992, je ne sais pas exactement. Nous n'avions pas énormément de

6 contacts avec eux, mais je n'avais remarqué rien de particulier.

7 Q. Encore une fois, je parle de la même période, fin 1992; est-ce que le

8 HVO et l'armée des Musulmans de Bosnie étaient-elles unifiées pour

9 travailler ensemble contre la VRS ?

10 R. Et bien, je ne sais pas. Ils étaient ensemble ou séparés, je ne sais

11 pas trop comment vous l'expliquer exactement. Ils étaient ensemble à Jajce,

12 mais les unités étaient quand même séparées.

13 Q. Au cours de la période allant de la fin de 1992, est-ce que l'ABiH et

14 le HVO combattaient-ils les uns les autres dans la région où vous étiez ?

15 R. Je sais qu'il y avait des problèmes à Novi Travnik, mais je ne sais pas

16 vous dire avec précision quels étaient ces problèmes.

17 Q. Revenons maintenant, Monsieur, à la question des Forces musulmanes de

18 Travnik. Pourriez-vous dire aux Juges de la Chambre quelle était la

19 composition de cette unité pendant que vous y étiez ? En d'autres mots,

20 d'où étaient originaires les membres de l'unité ?

21 R. Au cours de mon séjour à Travnik et pendant la formation que j'ai eue

22 là-bas, il n'y avait que des Bosniens, des Musulmans de Bosnie.

23 Q. Vous faites référence à quelle période exactement lorsque vous dites

24 "pendant mon séjour à Travnik et pendant la formation que j'ai eue" ?

25 R. C'était avant que je n'aille sur le terrain à Karaula.

26 Q. S'agissant des Musulmans de Bosnie, est-ce que cette unité est demeurée

27 la même ? Etait-elle composée uniquement de Musulmans de Bosnie après votre

28 retour de Karaula ?

Page 719

1 R. Cette unité était composée de Musulmans de Bosnie, mais sur le terrain

2 à Karaula, nous étions cantonnés dans le même village où il y avait

3 également des combattants étrangers. Donc, nous étions dans la même

4 localité, tous ensemble dans le même village.

5 Q. Est-ce que vous savez, Monsieur, d'où venaient ces étrangers ?

6 R. C'étaient des Arabes et des Turcs. Il y avait plusieurs groupes. Je ne

7 peux pas vous donner plus de précisions. Il y avait plusieurs groupes

8 différents.

9 Q. Est-ce que vous savez, Témoin PW-2, si à quelque moment que ce soit,

10 alors que vous étiez membre des Forces musulmanes de Travnik, si des

11 combattants étrangers ont rejoint les rangs de cette unité ?

12 R. Je ne sais pas s'ils étaient considérés comme étant des membres réels,

13 mais sur le terrain, ils étaient présents. Nous avons même participé à des

14 activités de combat ensemble. Lorsque je dis "ensemble", je veux dire que

15 nous allions combattre côte à côte avec eux.

16 M. MUNDIS : [interprétation] Je voudrais demander que le témoin examine le

17 document qui a été déjà annoté, qui porte le numéro PT ou P01014. Ce

18 document existe sur le prétoire électronique.

19 Q. Et pendant que l'on affiche ce document à l'écran, vous souvenez-vous

20 des noms d'autres membres des Forces musulmanes de Travnik pendant que vous

21 y étiez ?

22 R. Oui, je me souviens de certains noms.

23 Q. Pourriez-vous nous donner ces noms des personnes dont vous vous

24 souvenez avoir été membres de l'unité ?

25 R. Au numéro 1, Adilovic Ahmed.

26 Q. Monsieur le Témoin, je vous interromps rapidement. Vous êtes en train

27 d'examiner le document qui se trouve devant vous, n'est-ce pas ?

28 R. Oui.

Page 720

1 Q. Encore une fois, ce document porte la cote P01014. Monsieur, est-il

2 exact de dire que vous venez d'indiquer le numéro qui se trouve à côté du

3 nom de la personne dont vous vous souvenez avoir été membre de l'unité ?

4 C'est-à-dire que vous allez nous donner les noms des personnes avec le

5 numéro correspondant à ces noms sur cette liste; est-ce que c'est exact ?

6 R. [aucune interprétation]

7 Q. Est-ce que vous voyez le nom de Semir Terzic sur cette liste ?

8 R. Non.

9 M. MUNDIS : [interprétation] Pourrait-on avancer à la page suivante en

10 bosnien ?

11 Q. De nouveau, Monsieur, si vous reconnaissez des noms, je vous prierais

12 de nous les donner, s'agissant des personnes qui ont été membres des Forces

13 musulmanes de Travnik avec vous.

14 R. Au numéro 43, Nevalic Muhammad. Le nom correspondant au numéro 48,

15 Adilovic Muharem; 49, Ribo Muris; numéro 60, Puric Amir.

16 M. MUNDIS : [interprétation] Pourrait-on descendre jusqu'au bas de la page

17 ?

18 LE TÉMOIN : [interprétation] Au numéro 65, Siljak Adem.

19 M. MUNDIS : [interprétation] Passons à la page suivante, s'il vous plaît.

20 Q. Ce document a été signé par une personne qui s'appelle "Emir Redzic".

21 Est-ce que vous savez qui est cette personne ?

22 R. Je ne me souviens pas exactement avec précision de qui il s'agit, mais

23 c'est tout à fait possible que c'est l'homme dont je vous ai parlé tout à

24 l'heure que l'on appelait "Major Tara", le commandant Tara. Mais je ne suis

25 pas tout à fait sûr de cela.

26 M. MUNDIS : [interprétation] Pourrait-on reprendre la première page du

27 document, s'il vous plaît ?

28 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Mais avant de passer à la première

Page 721

1 page, pourrait-on peut-être demander au témoin de nous donner lecture, s'il

2 le peut, de ce qui est indiqué sur le sceau ?

3 LE TÉMOIN : [interprétation] "Forces musulmanes".

4 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Vous voulez dire, Forces musulmanes de

5 Travnik ?

6 LE TÉMOIN : [interprétation] Je ne sais pas à quoi ressemblait le sceau

7 officiel, mais ce que je vois ici, je vois une indication, des lettres qui

8 disent "Forces musulmanes". C'est tout.

9 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Je vous remercie.

10 Monsieur Mundis, vous pouvez continuer.

11 M. MUNDIS : [interprétation] Très bien. Merci, Monsieur le Président.

12 Pourrait-on reprendre la première page du document ? Et je souhaiterais que

13 l'on montre la partie supérieure de la page. Voilà. Merci.

14 Q. PW-2, voyez-vous la date à laquelle ce document a été rédigé ?

15 R. Le 15 septembre 1992.

16 Q. D'après votre meilleur souvenir, Monsieur, étiez-vous à cette date-là

17 membre des Forces musulmanes de Travnik ?

18 R. Oui.

19 M. MUNDIS : [interprétation] Je vais demander que l'on passe à huis clos

20 partiel.

21 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Peut-on passer à huis clos partiel ?

22 Mme VIDOVIC : [interprétation] Monsieur le Président, je voudrais attirer

23 votre attention sur le fait que la date du document en anglais n'y est pas,

24 c'est-à-dire sur le document en anglais, on ne voit pas de date, et ceci

25 pourrait porter à confusion par la suite.

26 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Je vous remercie. J'avais remarqué moi

27 aussi.

28 Monsieur Mundis.

Page 722

1 M. MUNDIS : [interprétation] J'ai demandé à mon assistante qu'elle demande

2 à traduire à nouveau ce document pour avoir une traduction revue et

3 corrigée.

4 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Je vous remercie.

5 M. LE GREFFIER : [interprétation] Nous sommes à huis clos partiel.

6 [Audience à huis clos partiel]

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 (expurgé)

10 (expurgé)

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 (expurgé)

17 (expurgé)

18 (expurgé)

19 (expurgé)

20 (expurgé)

21 (expurgé)

22 (expurgé)

23 (expurgé)

24 (expurgé)

25 (expurgé)

26 (expurgé)

27 (expurgé)

28 [Audience publique]

Page 723

1 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Je vous remercie.

2 M. MUNDIS : [interprétation]

3 Q. Monsieur le Témoin, connaissez-vous le nom de la personne qui faisait

4 partie des Forces musulmanes de Travnik qui était responsable de

5 l'approvisionnement ou de la logistique ?

6 R. Sans doute qu'ils étaient plusieurs, puisqu'on s'occupait de la

7 logistique de différentes façons. Mais si mes souvenirs sont bons, je pense

8 qu'il y avait Semir Terzic qui en faisait partie, qui faisait partie de

9 cette équipe en tout cas. Mais ils étaient plusieurs, j'en suis sûr.

10 M. MUNDIS : [interprétation] Je vais demander que ce document, qui était

11 auparavant noté comme le document P01014, soit versé au dossier.

12 M. LE JUGE HARHOFF : [interprétation] Je ne sais pas si son nom figure sur

13 la liste. Est-ce que son nom y figure, oui ou non ? Je ne l'ai pas vu.

14 M. MUNDIS : [interprétation] Nous pouvons peut-être repasser en audience à

15 huis clos pour reposer cette question.

16 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Je vais demander qu'on passe à huis

17 clos partiel.

18 M. LE GREFFIER : [interprétation] Nous sommes à huis clos partiel.

19 [Audience à huis clos partiel]

20 (expurgé)

21 (expurgé)

22 (expurgé)

23 (expurgé)

24 (expurgé)

25 (expurgé)

26 (expurgé)

27 (expurgé)

28 (expurgé)

Page 724

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Page 724 expurgée. Audience à huis clos partiel

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 725

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 (expurgé)

10 [Audience publique]

11 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Je vous remercie.

12 Ce document était versé au dossier. Pourriez-vous lui attribuer une

13 cote ?

14 M. LE GREFFIER : [interprétation] Ce sera la cote 103.

15 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Je sais que nous avons eu notre

16 pause de 20 minutes un petit peu plus tôt, mais vous savez, tout notre

17 calendrier et les horaires vont être chamboulés. Vous voulez continuer

18 pendant combien de temps encore ?

19 M. MUNDIS : [interprétation] Et bien, cela ne me dérange absolument pas de

20 faire la pause à présent, si cela vous arrange.

21 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Effectivement, nous, nous souhaitons

22 en revanche nous arrêter au moment qui vous convient à vous.

23 M. MUNDIS : [interprétation] Et bien, je pourrais continuer pendant cinq ou

24 six minutes, peut-être jusqu'à moins 20, et ensuite nous pourrions prendre

25 la pause.

26 Q. Monsieur le Témoin, il y a quelques instants, à la page 21, ligne 14,

27 vous avez reconnu sur la liste le nom de Ramo Durmis.

28 Comment l'avez-vous connu, ce Ramo Durmis ?

Page 726

1 R. Je ne sais pas à quel moment il est arrivé exactement, mais c'était le

2 commandant d'une unité au sein des Forces musulmanes.

3 Q. Monsieur PW-2, est-ce que vous avez jamais fait partie de ce groupe

4 dont le commandant était Ramo Durmis ?

5 R. Pendant une période, oui, parce que l'équipe changeait fréquemment.

6 Q. Monsieur le Témoin, saviez-vous si ce monsieur avait un surnom ou un

7 pseudonyme ?

8 R. Il aimait s'appeler lui-même "Abu Jihad".

9 Q. Monsieur PW-2, savez-vous d'où venait Ramo Durmis ?

10 R. Je pense qu'il n'est pas de Travnik. Je pense qu'il est de Zenica, si

11 je ne m'abuse.

12 M. MUNDIS : [interprétation] Avant la pause, je vais demander si l'on peut

13 montrer au témoin la pièce 022960 [comme interprété].

14 Q. Pendant que cela se fait, Monsieur, est-ce que vous connaissez un

15 individu qui s'appelle Makteuf ?

16 R. Oui.

17 Q. Pourriez-vous nous dire comment vous connaissez cette personne et d'où

18 elle était ?

19 R. Et bien, je l'ai vue à plusieurs reprises à Travnik pendant que j'ai eu

20 ma formation auprès des Forces musulmanes. Je sais que lui aussi, il était

21 avec Semir Terzic. Il s'occupait de la logistique, du soutien en logistique

22 des unités avec quelques gens qui faisaient partie du commandement.

23 Q. Monsieur, savez-vous d'où était originaire M. Makteuf ?

24 R. Je pense qu'il était Irakien.

25 Q. Monsieur le Témoin, est-ce que vous voyez un document devant vous ? Je

26 suis désolé parce que la qualité de ce document n'est pas bonne, mais est-

27 ce que vous le voyez sur l'écran ?

28 R. Oui.

Page 727

1 Q. A nouveau, Monsieur, je vais vous demander de regarder cette liste et

2 de nous indiquer les nombres correspondant aux noms de personnes que vous

3 reconnaissez comme étant des membres des Forces musulmanes.

4 R. Numéro 1, numéro 4, numéro 5, numéro 18, numéro 20, numéro 31, numéro

5 37, numéro 42.

6 Q. Avant d'examiner la page suivante, Monsieur, est-ce que sur cette liste

7 vous voyez qu'après chaque prénom, on voit les lettres "ABN" [comme

8 interprété] ?

9 R. Oui.

10 Q. Savez-vous ce que cela signifie ?

11 R. Cela veut dire "fils", mais ce document est étrange parce que cela ne

12 s'utilisait pas. C'est un mot arabe. Je ne vois pas pourquoi cela se trouve

13 dans ce document, "IBN".

14 M. MUNDIS : [interprétation] Pouvons-nous passer à la page suivante du

15 document ? Et avant de continuer avec l'exercice en cours, je vais demander

16 que l'on passe à huis clos partiel.

17 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Pouvons-nous passer à huis clos

18 partiel, s'il vous plaît ?

19 M. LE GREFFIER : [interprétation] Nous sommes à huis clos partiel.

20 [Audience à huis clos partiel]

21 (expurgé)

22 (expurgé)

23 (expurgé)

24 (expurgé)

25 (expurgé)

26 (expurgé)

27 (expurgé)

28 (expurgé)

Page 728

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 (expurgé)

10 (expurgé)

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 (expurgé)

17 (expurgé)

18 (expurgé)

19 (expurgé)

20 (expurgé)

21 (expurgé)

22 [Audience publique]

23 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Je vous remercie.

24 Monsieur Mundis, allez-y.

25 M. MUNDIS : [interprétation] Monsieur le Président, nous souhaitons

26 demander le versement de la pièce P02960, et on va demander une cote pour

27 cela.

28 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Ce document vient d'être versé.

Page 729

1 Pourriez-vous nous donner une cote ?

2 M. LE GREFFIER : [interprétation] Il s'agira de la pièce à conviction 104.

3 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Je vous remercie.

4 M. MUNDIS : [interprétation] Je pense que le moment est opportun pour

5 prendre une pause, à présent.

6 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Nous allons revenir à 11 heures et

7 quart.

8 --- L'audience est suspendue à 10 heures 47.

9 --- L'audience est reprise à 11 heures 19.

10 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Excusez-nous de ce délai.

11 Monsieur Mundis, vous pouvez prendre la parole.

12 M. MUNDIS : [interprétation]

13 Q. Monsieur le Témoin, je vais vous montrer un enregistrement vidéo. Mais

14 avant cela, je voudrais vous poser la question suivante. Pendant que vous

15 étiez au sein des Forces musulmanes de Travnik, est-ce que vous saviez où

16 se trouvait le quartier général de cette unité ?

17 R. Cette unité avait son quartier général dans la ville, à proximité du

18 poste de police.

19 Q. Pourriez-vous nous en parler un petit peu ? De quel bâtiment

20 s'agissait-il ?

21 R. Je ne sais pas exactement. Je sais que c'était dans la ville. Il

22 s'agissait d'un bâtiment pas très grand.

23 M. MUNDIS : [interprétation] Je vais demander que l'on montre au témoin

24 l'enregistrement vidéo qui comporte la cote P06001. Pour la transcription,

25 je voudrais vous dire que nous allons commencer à visionner cet

26 enregistrement à la huitième minute, dix-neuvième seconde.

27 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Vous allez le faire en audience

28 publique ?

Page 730

1 M. MUNDIS : [interprétation] Oui, Monsieur le Président.

2 Q. Avant de montrer cet enregistrement, je vais vous demander si vous

3 reconnaissez qui que ce soit à aucun moment, parce que dans ce cas-là vous

4 pouvez demander qu'on fasse un arrêt sur image, et nous allons le faire.

5 Aussi, Monsieur, si vous reconnaissez l'endroit où cela a été

6 enregistré, je vais vous demander de nous le dire, tout simplement.

7 M. MUNDIS : [interprétation] Mais je ne pense pas qu'il n'est pas

8 nécessaire de passer le son. Nous pouvons le faire, mais nous n'en avons

9 pas besoin.

10 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Nous sommes entre vos mains.

11 M. MUNDIS : [interprétation] Il existe une transcription en anglais avec

12 l'enregistrement. Nous pouvons le faire juste pour le témoin.

13 Q. Mais, Monsieur, si vous reconnaissez qui que ce soit, dites "arrêtez",

14 et on va faire un arrêt sur image. Donc, huitième minute, dix-neuvième

15 seconde.

16 [Diffusion de la cassette vidéo]

17 LE TÉMOIN : [interprétation] Je pense que c'est cela, le commandant Tara.

18 C'est lui. Il a été tué.

19 M. MUNDIS : [interprétation] J'ai effectivement un arrêt sur image de cette

20 partie-là de l'enregistrement, et on pourrait le placer sur le

21 rétroprojecteur pour le témoin.

22 Q. Monsieur, si vous regardez la photo qui est placée sur le

23 rétroprojecteur, est-ce que vous êtes en mesure de reconnaître cette

24 personne ?

25 R. On ne voit pas bien, vraiment.

26 Q. Regardez tout simplement la photo qui est sur la machine à votre

27 gauche. Est-ce que cela vous aide ?

28 R. La photo est de mauvaise qualité. J'avais l'impression d'avoir reconnu

Page 731

1 le commandant Tara sur l'enregistrement vidéo, mais alors la photo,

2 vraiment, elle n'est pas claire du tout.

3 Q. Très bien. Nous allons continuer avec cet enregistrement.

4 M. MUNDIS : [interprétation] Mais pour le compte rendu, je voudrais dire

5 que cette vidéo est arrêtée à la dixième minute et deuxième seconde. Vous

6 pouvez continuer avec la vidéo.

7 [Diffusion de la cassette vidéo]

8 LE TÉMOIN : [interprétation] Vous pouvez arrêter ici.

9 M. MUNDIS : [interprétation]

10 Q. Là, il s'agit de la dixième minute et trente-sixième seconde de cet

11 enregistrement vidéo. Est-ce que vous êtes en mesure de reconnaître qui que

12 ce soit ?

13 R. Je vois un étranger, et à côté de lui on voit le mufti de Travnik. Il

14 est là, en train d'interpréter pour lui.

15 Q. Pourriez-vous nous décrire la tenue vestimentaire du mufti de Travnik

16 au niveau de cet enregistrement vidéo, dixième minute, trente-sixième

17 seconde ?

18 R. Je pense qu'il a des habits religieux.

19 Q. Quelles sont les couleurs de ces vêtements religieux, de cette robe ?

20 R. Je dirais que c'est gris ou blanc.

21 Q. Est-ce que le mufti de Travnik tient quoi que ce soit dans sa main ?

22 R. Oui, un haut-parleur ou mégaphone.

23 Q. Mais est-ce que vous reconnaissez que c'est un étranger ?

24 R. Non.

25 M. MUNDIS : [interprétation] Est-ce qu'on peut continuer avec

26 l'enregistrement ?

27 [Diffusion de la cassette vidéo]

28 LE TÉMOIN : [interprétation] Arrêtez ici, s'il vous plaît. Là, je pense

Page 732

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

12 versions anglaise et française

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 733

1 reconnaître la caserne, là où on était hébergés pendant la formation qu'on

2 a suivie.

3 M. MUNDIS : [interprétation]

4 Q. PW-2, connaissez-vous le nom de ce bâtiment que l'on voit ici en

5 arrière-plan de la séquence vidéo ?

6 R. Auparavant, il s'agissait d'une école religieuse, longtemps auparavant,

7 qui a été saisie par les Communistes et puis utilisée à d'autres fins.

8 Après la guerre, de nouveau elle a été transformée en école religieuse,

9 mais pendant la guerre nous l'avons utilisée comme caserne.

10 Q. Est-ce que cet immeuble porte un nom ?

11 R. Nous l'appelons "Medresa", c'est-à-dire "une école religieuse".

12 M. MUNDIS : [interprétation] Est-ce qu'on pourrait continuer à faire

13 dérouler la bande vidéo quelques instants ?

14 [Diffusion de la cassette vidéo]

15 LE TÉMOIN : [interprétation] Il s'agit de Semir Terzic.

16 M. MUNDIS : [interprétation] Pour le compte rendu, à noter que l'on est sur

17 cette bande vidéo à 13 minutes 41 secondes. Je crois que nous en avons

18 assez vu.

19 Le greffier m'a informé que cette vidéo a déjà été versée au dossier

20 et porte la cote 55. Evidemment, si c'est vrai, il n'est pas nécessaire

21 d'en demander le versement.

22 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Est-ce que le greffier peut nous

23 confirmer cela ?

24 [La Chambre de première instance et le Greffier se concertent]

25 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] On me dit qu'il s'agit bien de la même

26 vidéo, mais d'un moment différent.

27 M. MUNDIS : [interprétation] Je ne sais pas. Je m'en remets à la Chambre.

28 Est-ce que nous allons nous limiter à demander le versement de cette partie

Page 734

1 de la séquence ou alors la vidéo en entier ?

2 De toute manière, nous aimerions demander le versement de cette

3 bande, au moins la partie que nous avons visionnée aujourd'hui, 8 minutes

4 et 19 secondes, ou de 8 minutes 19 secondes à 13 minutes 42 secondes. Mais

5 donc je m'en remets à la Chambre pour savoir si l'on verse la bande en

6 entier ou juste ce passage.

7 [La Chambre de première instance et le Greffier se concertent]

8 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Et bien, juste le passage ou la

9 séquence que nous avons visionnée, de 8 minutes 19 secondes à 13 minutes 42

10 secondes. Est-ce qu'on peut donner une cote à cette pièce ?

11 M. LE GREFFIER : [interprétation] Il s'agira de la pièce 105.

12 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Merci.

13 M. MUNDIS : [interprétation]

14 Q. Monsieur, ce matin vous nous avez dit que les Forces musulmanes de

15 Travnik sont devenues une autre unité. Pouvez-vous décrire à la Chambre à

16 peu près de quoi il s'agissait et de quel type de transformation il s'est

17 agi ?

18 R. Nous étions en hiver 1992 et 1993. Les Forces musulmanes se sont

19 transformées en formation plus étendue, plus large, que l'on appelait la 7e

20 Brigade musulmane.

21 Q. Et afin d'être encore plus précis, Témoin, si vous le savez, est-ce que

22 les Forces musulmanes de Travnik sont devenues la 7e Brigade musulmane dans

23 son ensemble ou seulement une composante de cette brigade ?

24 R. En fait, ces forces ont constitué le 1er Bataillon de la 7e Brigade

25 musulmane.

26 Q. Et lors de cette transformation, pouvez-vous nous dire à peu près

27 combien d'hommes comptaient les Forces musulmanes de Travnik, autant que

28 vous le sachiez ?

Page 735

1 R. Plusieurs centaines.

2 Q. Et savez-vous si tous les membres des Forces musulmanes de Travnik sont

3 devenus membres du 1er Bataillon de la 7e Brigade musulmane de Montagne, ou

4 si seuls certains membres de ces forces sont devenus membres du 1er

5 Bataillon ?

6 R. Je ne saurais vous le dire au juste. Je sais que les Forces musulmanes

7 sont devenues partie intégrante de la 7e Brigade musulmane, notamment une

8 compagnie de Vitez, près de Travnik, ainsi Travnik et les alentours, mais

9 je n'ai pas plus de détails.

10 Q. Vous avez mentionné ce matin le nom de quelques dirigeants des Forces

11 musulmanes de Travnik, et j'aimerais vous poser des questions concernant le

12 rôle joué par ces personnes après la transformation.

13 Savez-vous quelles fonctions Asim Koricic a assumées une fois que les

14 Forces musulmanes de Travnik se sont transformées en 1er Bataillon de la 7e

15 Brigade musulmane ?

16 R. Asim Koricic était notre commandant pendant quelque temps. Et par la

17 suite, pour une période plus courte, il a même été le commandant de la 7e

18 Brigade musulmane. Mais je ne connais pas bien ces questions.

19 Q. Et lorsque vous dites, à la page 31, ligne 3, "Asim Koricic fut pendant

20 quelque temps notre commandant", à quelle unité faites-vous allusion

21 lorsque vous dites "notre commandant" ?

22 R. Lorsque nous nous trouvions sur la ligne de front à Karaula, nous

23 étions sous ses ordres. Il était responsable de la planification des

24 opérations, et ainsi de suite.

25 Q. Mais pour être explicite, lorsque vous vous trouviez à Karaula, de

26 quelle unité faisiez-vous partie et de quelle période au juste parlez-vous

27 ?

28 R. Je faisais partie des Forces musulmanes, et voilà tout ce qu'il y a à

Page 736

1 dire à ce sujet.

2 Q. Après la transformation des Forces musulmanes en 1er Bataillon de la 7e

3 Brigade musulmane de Montagne, quel était le poste occupé par Asim Koricic

4 ?

5 R. Je crois qu'il est devenu commandant de la 7e Brigade musulmane à

6 Zenica, mais je ne suis pas au courant des détails.

7 Q. Et qu'en est-il de M. Ahmed Adilovic, dont vous nous avez dit qu'il

8 était un des commandants des Forces musulmanes de Travnik ? Donc, quel

9 était le poste de M. Ahmed Adilovic après que les Forces musulmanes de

10 Travnik se soient transformées en 1er Bataillon de la 7e Brigade musulmane ?

11 R. Il était également membre de la structure de commandement, mais je ne

12 peux pas vous dire plus. Pour être plus précis, il était un des membres du

13 commandement, mais je ne sais pas au juste quelles étaient ses fonctions.

14 Q. Et bien, je vous demanderais, si vous le savez, lorsque vous dites

15 qu'il était membre de la structure de commandement, s'agissait-il de la

16 structure de commandement du 1er Bataillon de la 7e Brigade musulmane de

17 Montagne, ou alors membre du commandement de la 7e Brigade elle-même, donc

18 l'échelon supérieur ?

19 R. Lorsque j'ai rejoint les Forces musulmanes, je crois qu'il l'était,

20 mais je ne sais pas ce qui s'est passé par la suite. Je sais que l'on était

21 en train de constituer l'armija, et la situation a évolué. Pendant quelque

22 temps, l'influence religieuse était très - comment dire - les dirigeants

23 religieux ont exercé une certaine pression, donc l'armija a suivi une voie

24 un peu différente dans sa formation, dans sa constitution. Je parle donc

25 des Forces musulmanes.

26 M. MUNDIS : [interprétation] Je demanderais maintenant que l'on soumette au

27 témoin le document qui a été enregistré comme P01027.

28 Q. PW-2, voyez-vous un document à l'écran ?

Page 737

1 R. Oui.

2 Q. Avez-vous déjà vu ce document ?

3 R. Oui.

4 Q. Vous souvenez-vous quand et où vous avez déjà vu ce document ?

5 R. Je l'ai vu dans la caserne que nous appelions "Medresa". Il y avait une

6 salle qui était destinée à la prière, et c'est dans cette salle, sur une

7 étagère, que j'ai vu plusieurs exemplaires de ce document. J'ai même

8 parcouru cet ouvrage, mais je ne peux pas dire que je me souvienne de son

9 contenu.

10 Q. Est-ce que vous vous souvenez si vous avez vu d'autres soldats de votre

11 unité portant cet ouvrage ou lisant cet ouvrage ?

12 R. Il est probable que quelqu'un le lisait dans cette salle. Moi-même, je

13 n'ai pas pris un exemplaire, mais il est possible que d'autres l'aient

14 fait. Je ne sais pas si quelqu'un a pris un exemplaire et l'a emporté.

15 Q. Savez-vous qui a mis les exemplaires de cet ouvrage dans la salle de

16 prière à la Medresa à Travnik ?

17 R. Je ne sais pas. Simplement, le document s'y trouvait.

18 M. MUNDIS : [interprétation] Nous demanderions le versement au dossier de

19 ce document.

20 M. LE JUGE HARHOFF : [interprétation] Monsieur Mundis, nous pourrions

21 verser ce document au dossier, mais seulement si vous nous dites ce dont il

22 s'agit au juste.

23 M. MUNDIS : [interprétation] Monsieur le Juge, en fait, l'ouvrage, si l'on

24 peut l'appeler ainsi, est assez clair en termes de contenu. Le témoin dit

25 qu'il ne se souvient pas des détails de ce qu'il y a dans ce document, mais

26 il y a certainement des passages du document qui nous paraissent être

27 pertinents pour l'affaire.

28 M. LE JUGE HARHOFF : [interprétation] Oui, pardonnez-moi, mais il est

Page 738

1 difficile pour la Chambre d'admettre le versement d'une pièce dont ne

2 savons absolument pas de quoi il s'agit. Nous ne pouvons même pas lire la

3 première page. Nous ne savons quelle en est la teneur.

4 M. MUNDIS : [interprétation] Il y a une version anglaise disponible sur le

5 e-court.

6 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Madame Vidovic.

7 Mme VIDOVIC : [interprétation] Madame et Messieurs les Juges, je m'oppose à

8 la recevabilité de ce document, parce que l'on n'a montré aucun passage au

9 témoin, sauf la page de garde. Je ne sais pas de quoi il s'agit. Si

10 l'Accusation souhaite que ce document soit versé au dossier, ils devraient

11 soumettre le document par l'intermédiaire d'un autre témoin qui peut nous

12 faire des observations sur le contenu du document. Ce témoin ne l'a pas

13 fait.

14 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Monsieur Mundis.

15 M. MUNDIS : [interprétation] Mon collègue est en train de chercher dans le

16 document des passages que l'on pourrait soumettre aux témoin, dont il se

17 souviendrait peut-être. Mais pour ce qui est donc de la recevabilité du

18 document, je pense qu'en fait les questions auxquelles le témoin a répondu

19 suffisent à justifier le versement de ce document.

20 Bien entendu, cela ne préjuge pas de la question du fond et de la

21 valeur probante. Mais pour l'instant, je vous demanderais une seconde pour

22 que mon collègue puisse trouver une page spécifique que nous pourrions

23 soumettre au témoin.

24 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Oui, ce serait utile, donc nous allons

25 attendre un instant.

26 M. MUNDIS : [interprétation] On me dit que c'est la page 24 en anglais.

27 Nous cherchons la page correspondante en B/C/S. Est-ce que l'on pourrait

28 afficher la page 24 en anglais, s'il vous plaît ?

Page 739

1 Il s'agit donc de la page 14 dans la version en B/C/S. La page de droite,

2 donc pas celle de gauche, celle de droite, merci.

3 Q. PW-2, je vous demanderais -- alors, déjà, est-ce que vous voyez la

4 page, sur la droite de l'écran ?

5 R. Oui, je la vois.

6 Q. Est-ce que vous voulez bien prendre le temps de lire pour vous-même

7 cette page ? Puis, je vais vous poser quelques questions à ce sujet.

8 Est-ce que vous avez eu le temps de lire cette page ?

9 R. Oui.

10 Q. Il y a quelques instants, comme on peut le voir à la page 39, lignes 19

11 et 20, le compte rendu indique que vous avez dit : "J'ai même lu le contenu

12 de cet ouvrage, même si je ne me souviens pas de grand-chose." Je vous

13 demanderais, maintenant que vous avez lu cette page du document, est-ce que

14 vous vous souvenez d'avoir déjà lu ce passage ?

15 R. Je ne me souviens pas du contenu de cet ouvrage. J'ai certainement lu

16 quelque chose, mais je ne me souviens pas de la teneur. Je me souviens,

17 cela dit, de certains principes ou lignes directrices qui nous avaient été

18 données lorsque nous nous préparions aux combats, donc des principes

19 énoncés par Semir Terzic ou Ahmed Adilovic. Ces principes correspondaient à

20 la première partie de ce texte, mais pour ce qui est de la deuxième partie,

21 non.

22 Q. Lorsque vous dites que vous avez reçu des directives qui correspondent

23 à la première partie du texte, est-ce que vous pourriez être plus explicite

24 ?

25 R. Lorsque nous nous entraînions avec Semir Terzic, il nous a expliqué

26 certaines des règles des conventions de Genève qui correspondent aux

27 principes de l'Islam. La Bosnie était signataire de ces conventions, et les

28 règles religieuses concernaient également ces règles. Ahmed Adilovic nous a

Page 740

1 également expliqué certaines choses du point de vue religieux.

2 Q. Maintenant, pour ce qui est du deuxième paragraphe sur cette page du

3 document, vous souvenez-vous d'avoir reçu la moindre instruction

4 correspondant à ce que l'on peut lire dans ce deuxième paragraphe ?

5 R. Nous avons reçu des instructions concernant l'offensive, l'opération à

6 mener, mais après l'opération, nous n'avons pas reçu d'instructions. Les

7 instructions concernaient le plan d'action, les positions que l'on

8 souhaitait prendre ou certaines caractéristiques.

9 M. MUNDIS : [interprétation] Merci.

10 Encore une fois, nous demandons le versement au dossier de ce

11 document sur la base des réponses données par le témoin et le fait que ce

12 document, comme il l'a indiqué, se trouvait dans la Medresa à Travnik.

13 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Très bien, que l'on donne une cote au

14 document.

15 M. LE GREFFIER : [interprétation] Il s'agira de la pièce 106, Messieurs les

16 Juges, Madame le Juge.

17 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Madame Vidovic.

18 Mme VIDOVIC : [interprétation] Il me semble avoir compris les grands

19 principes que vous avez énoncés au début du procès concernant les documents

20 qui sont longs et volumineux. Selon ces instructions, les parties qui sont

21 pertinentes de ces documents très longs sont soumises au témoin. Le témoin

22 fait des observations et ces passages-là sont versés au dossier.

23 L'Accusation utilise des documents qui comportent des centaines de pages,

24 montre au témoin certains passages de ces documents et puis demande le

25 versement du document dans son intégralité.

26 Je ne crois pas que cela corresponde aux Règles qui ont été énoncées.

27 Je crois qu'il faudrait seulement verser les passages au sujet desquels le

28 témoin a formulé des observations.

Page 741

1 Vous avez pu constater la position du témoin. Je crois que cette

2 position ne serait pas la même concernant d'autres passages.

3 Au début du procès, nous étions dans la situation où des livres ou

4 des passages du livre ont été soumis au témoin par la Défense. L'Accusation

5 a réagi et demandait qu'une seule page soit versée. Nous n'avons pas été

6 autorisés à verser le livre dans son intégralité, raison pour laquelle je

7 pense que le versement de ce document, comme cela vient d'être fait, en

8 fait, cela s'écarte des instructions que vous nous avez données au début du

9 procès.

10 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Monsieur Mundis.

11 M. MUNDIS : [interprétation] L'Accusation n'a pas d'objection quant au seul

12 versement de la page de garde et la page montrée au témoin.

13 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Merci.

14 La Chambre verse au dossier la page de garde du document et les pages

15 soumises au témoin.

16 M. LE GREFFIER : [interprétation] Il s'agira donc de la pièce 106.

17 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Merci beaucoup.

18 M. MUNDIS : [interprétation] J'aimerais que l'on soumette maintenant au

19 témoin le document qui porte la cote P01019.

20 Q. Est-ce que vous voyez un document à l'écran ?

21 R. Oui.

22 Q. Pouvez-vous nous dire quelle est la date de ce document ?

23 R. Le 19 novembre 1992.

24 M. MUNDIS : [interprétation]

25 Q. Est-ce que nous pourrions faire un gros plan sur le paragraphe 1.1 du

26 document, la rubrique étant "Préparations en vue de l'organisation" et

27 l'intitulé étant "Formation" ?

28 Q. Est-ce que vous voyez, Monsieur le Témoin, ce passage ?

Page 742

1 R. Oui.

2 Q. PW-2, pouvez-vous nous dire si la date de ce document correspond à peu

3 près au moment où vous avez eu connaissance de la formation de la 7e

4 Brigade musulmane de Montagne ?

5 R. Je ne connais pas la date. Je vous ai dit que c'était en hiver, hiver

6 1992 ou 1993, mais je ne connais pas la date. Cela dit, je ne peux même pas

7 vous dire à peu près à quelle date.

8 Q. Pourriez-vous nous donner lecture de la première phrase sous l'intitulé

9 "Formation" ?

10 R. "Formation. Former une brigade de montagne intitulée 7e Brigade

11 musulmane de Montagne de l'ABiH sur la base des unités armées de l'ABiH

12 actuellement engagées sur le plateau de Vlasic. Constituer la brigade

13 conformément à" -- et là je n'arrive plus vraiment à lire.

14 Q. Cela suffit, Témoin. Pouvez-vous nous dire quelles unités armées de

15 l'ABiH étaient engagées sur le plateau de Vlasic en novembre 1992, autant

16 que vous le sachiez ?

17 R. Pourriez-vous répéter votre question ?

18 Q. Vous venez de donner lecture d'un passage qui indique qu'il y avait des

19 unités armées de l'ABiH actives sur le plateau de Vlasic aux alentours du

20 19 novembre 1992, et je vous demande : est-ce que vous savez de quelles

21 unités armées de l'ABiH il s'agissait, donc engagées sur la plateau de

22 Vlasic à l'époque ?

23 R. La 1re Brigade de Krajina y était engagée, ainsi qu'une brigade locale,

24 plusieurs unités, de nombreuses unités, car le territoire est grand.

25 M. MUNDIS : [interprétation] Monsieur le Président, je demanderais que ce

26 document P01019 soit versé au dossier.

27 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Le document P01019 sera versé au

28 dossier.

Page 743

1 M. LE GREFFIER : [interprétation] Monsieur le Président, ce document

2 portera la cote 107.

3 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Je vous remercie.

4 M. MUNDIS : [interprétation]

5 Q. Monsieur PW-2, permettez-moi de vous demander, dans la mesure où vous

6 le savez, quelle était la structure de la 7e Brigade musulmane de Montagne

7 peu de temps après que les Forces musulmanes de Travnik eurent été

8 transformées en le 1er Bataillon de cette brigade.

9 R. Pourriez-vous préciser, je vous prie, à quelle structure faites-vous

10 référence ?

11 Q. Sous le niveau de la brigade, du meilleur de votre connaissance, la 7e

12 Brigade musulmane de Montagne était-elle organisée en de plus petites

13 unités ?

14 R. Il y a des bataillons et des compagnies ainsi que des pelotons. C'était

15 organisé comme une formation militaire classique.

16 Q. Est-ce que vous pourriez nous dire de combien de bataillons était

17 composée la 7e Brigade musulmane de Montagne, après la transformation que

18 vous nous avez décrite ?

19 R. Trois, peut-être, mais je ne suis pas tout à fait certain.

20 Q. Pourriez-vous nous dire où se trouvait le QG de la 7e Brigade musulmane

21 de Montagne ?

22 R. A Zenica.

23 Q. Est-ce que vous savez où exactement à Zenica ?

24 R. Non.

25 Q. Le 1er Bataillon de la 7e Brigade musulmane de Montagne, où était-il

26 situé ? Savez-vous où était son QG ?

27 R. Dans la ville de Travnik.

28 Q. Est-ce que vous savez quel était l'endroit précis à Travnik où le QG du

Page 744

1 7e Bataillon de la 7e Brigade musulmane de Montagne était situé ?

2 R. Je vous ai déjà dit que c'était tout près du poste de police. C'était

3 un autre bâtiment. Ce n'est pas le bâtiment Medresa.

4 Q. Est-ce que c'était au même endroit où se trouvait le QG des Forces

5 musulmanes de Travnik, ou bien était-ce ailleurs ?

6 R. Je suis vraiment désolé. Le commandement était là alors que les Forces

7 musulmanes y étaient. Mais plus tard, je ne sais pas où était le

8 commandement. Je n'ai pas suivi cela.

9 Q. Lorsque le 1er Bataillon de la 7e Brigade de Montagne a été formé,

10 qu'est-il arrivé aux Forces musulmanes de Travnik ?

11 R. Les Forces musulmanes de Travnik ont été transformées en la 7e Brigade

12 Musulmane.

13 Q. Mais ma question était de savoir si les Forces musulmanes de Travnik

14 ont continué d'exister après la création du 1er Bataillon de la 7e Brigade

15 musulmane de Montagne.

16 R. Non, je ne le crois pas.

17 Q. Témoin PW-2, pourriez-vous me dire, si vous le savez, si le 1er

18 Bataillon de la 7e Brigade Musulmane de Montagne était composé

19 exclusivement de membres musulmans de Bosnie ?

20 R. Oui.

21 Q. Dites-nous, Monsieur, est-ce que le 1er Bataillon de la 7e Brigade

22 Musulmane de Montagne a-t-il jamais lutté côte à côte avec des combattants

23 étrangers ?

24 R. Oui. Nous étions souvent dans le même champ, luttant côte à côte de ces

25 Forces musulmanes, et plus tard, même s'ils étaient cantonnés ailleurs,

26 nous combattions ensemble. Dans tous les cas, ils étaient séparés. Ils

27 n'étaient pas physiquement avec nous, mais nous partagions les mêmes

28 opérations et nous partagions également le même champ d'opérations.

Page 745

1 Q. Bien. Pourriez-vous donner aux Juges de la Chambre quelques exemples de

2 lieux ou d'opérations lors desquels le 1er Bataillon de la 7e Brigade

3 Musulmane de Montagne a-t-il eu à lutter côte à côte avec des combattants

4 étrangers ?

5 R. C'était à Bijelo Bucje, dans la région menant vers Donji Vakuf. C'est

6 là qu'il y avait un groupe d'Arabes de cantonné, ou tout du moins un groupe

7 d'Arabes était cantonné là. Nous allions dans cette région et nous prenions

8 part aux mêmes activités de combat.

9 Q. Est-ce que vous pourriez nous décrire de quelle façon ces opérations

10 fonctionnaient, c'est-à-dire le 1er Bataillon de la 7e Brigade musulmane de

11 Montagne et les combattants étrangers ? Lorsque vous dites que vous avez

12 participé aux mêmes opérations de combat, qu'est-ce que cela veut dire

13 exactement ?

14 R. Après la chute de Jajce et Karaula, les Arabes ou, tout du moins, un

15 groupe d'Arabes puisqu'il y avait plusieurs groupes d'Arabes, l'un des

16 groupes d'Arabes est arrivé à Bijelo Bucje. Mais ils étaient tout le temps

17 là. Ils ne sont pas allés dans la ville. Ils n'allaient pas ailleurs. C'est

18 là qu'ils étaient cantonnés, et ils étaient tout le temps là, ils ne se

19 déplaçaient pas.

20 Nous, membres du 1er Bataillon, nous avons également été déployés là,

21 le long de cette même ligne de défense. La 1re Brigade de Krajina a pris

22 également les positions à cet endroit-là, et il y avait une unité locale

23 qui tenait cette ligne-ci.

24 Lorsque les Chetniks ont lancé leur attaque contre nous sur ce

25 territoire, nous avons tous pris part à la défense de ce même territoire.

26 Q. Témoin PW-2, pourriez-vous relater aux Juges de la Chambre quelle était

27 la distance entre les combattants étrangers lorsque vous êtes arrivés à

28 Bijelo Bucje et le 1er Bataillon de la 7e Brigade Musulmane de Montagne ?

Page 746

1 R. Nous étions situés dans une partie du village près d'une partie de la

2 ligne de front, alors qu'eux se trouvaient ailleurs dans le village, encore

3 une fois près d'une autre section de la ligne de défense. La ligne de front

4 se trouvait à 200 mètres du village. La ligne de front était assez longue.

5 Nous étions d'un côté de la ligne de front, alors qu'eux ils se trouvaient

6 à l'autre extrémité de la ligne de front.

7 La 1re Unité de Krajina venait également de temps en temps nous donner

8 un coup de main, mais tout cela dépendait de l'axe de l'attaque. Et par la

9 suite, dépendamment bien sûr de l'axe principal d'attaque, nous étions

10 transférés. Nous nous déplacions le long de cette ligne de front.

11 Q. Et pendant cette période, alors que vous étiez à Bijelo Bucje,

12 pourriez-vous nous dire à quelle distance physiquement se trouvaient les

13 combattants étrangers de votre unité pendant, bien sûr, cette période

14 pendant laquelle vous étiez dans le village ?

15 R. Entre 500 mètres et un kilomètre, mais pas plus d'un kilomètre.

16 Mme LE JUGE LATTANZI : J'aurais une question, s'il vous plaît.

17 Monsieur le Témoin, qui est-ce qui assurait la coordination entre le 1er

18 Bataillon de la 7e Brigade musulmane et les groupes des Arabes ?

19 LE TÉMOIN : [interprétation] Les Arabes étaient là tout le temps. C'est là

20 qu'ils étaient cantonnés, et je ne sais vraiment pas. Les attaques

21 arrivaient très souvent. Il y avait beaucoup d'opérations de combat. Je ne

22 peux pas vous répondre avec précision. De temps en temps, ils avaient des

23 interprètes. C'étaient peut-être les interprètes qui fournissaient cette

24 coordination. Je ne saurais pas vous le dire. Il y avait également des

25 Turcs, pas seulement des Arabes, sur place.

26 Mme LE JUGE LATTANZI : Encore une petite chose.

27 Mais le commandement, par qui était-il assuré ? Par les Arabes ou par

28 les Musulmans bosniaques ? Il y avait un commandement unique ?

Page 747

1 LE TÉMOIN : [interprétation] Les Arabes étaient plutôt autonomes. Ils

2 avaient leur propre mission. Et je me souviens d'un Arabe dont le nom était

3 Abu Ubeidah ou quelque chose comme ça. On l'appelait Abu Ubeidah. C'est lui

4 qui commandait aux Arabes, alors que pour nous, les Bosniens, pour ce qui

5 nous concerne, nous arrivions de Travnik chaque fois qu'il y avait une

6 attaque; en d'autres mots, nous avions notre commandement à Travnik.

7 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Monsieur le Témoin, voici ce que ma

8 collègue essaie de vous demander.

9 Lorsque vous étiez sur le terrain et que vous meniez des opérations

10 de combat, il y avait un commandement qui était assuré de coordonner les

11 actions des deux groupes puisque vous combattiez en tant qu'alliés, n'est-

12 ce pas ?

13 LE TÉMOIN : [interprétation] Après la chute de Jajce et de Karaula, il y a

14 eu --

15 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Un instant, un instant, je vous prie.

16 Ma collègue voudrait savoir qu'en est-il, et non pas après la chute de

17 Karaula, mais lorsque vous combattiez sur le terrain, vous, donc, et le

18 groupe des combattants arabes, est-ce que vous étiez des alliés ? Vous

19 combattiez en tant qu'alliés ?

20 LE TÉMOIN : [interprétation] Nous combattions conjointement. Nous menions

21 des activités de contre-attaque et nous ripostions aux attaques des forces

22 serbes. Je ne sais qui assurait le commandement, puisque -- je ne le sais

23 pas, j'étais simple soldat.

24 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Vous ne savez pas qui assurait le

25 commandement des deux groupes; est-ce que c'est bien ce que vous nous dites

26 ?

27 LE TÉMOIN : [interprétation] Voyez-vous, je sais que le groupe arabe avait

28 un commandant, et c'était Ab Ubeidah, alors que nous, nous venions dans

Page 748

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

12 versions anglaise et française

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 749

1 différentes compagnies, et il y avait soit le commandant de la compagnie ou

2 le commandant de la section -- nous avions soit un commandant de la

3 compagnie, soit un commandant de la section, pardon. Je ne sais pas qui

4 assurait le commandement entre eux. Cela, je ne le sais pas.

5 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Est-ce que vos commandants assuraient

6 la coordination des activités avec les commandants arabes ?

7 LE TÉMOIN : [interprétation] Je ne sais pas de quel type de coordination il

8 s'agissait exactement. Il y avait plusieurs attaques, des activités. Nous

9 courions dans tous les sens, à n'importe quelle heure du jour ou de la

10 nuit. Les attaques étaient incessantes. Nous n'avions que des armes

11 légères. Les chars attaquaient aussi.

12 Ils avaient des armes lourdes, mais je ne sais pas qui assurait le

13 commandement. Je sais que tout le temps, nous retournions sur les lignes

14 pour retourner la ligne, regagner, reprendre la ligne, car la ligne

15 n'arrêtait de tomber entre leurs mains.

16 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Je vous remercie.

17 Mais puisque j'ai déjà posé une question, j'aimerais savoir, avant

18 que ce document ne soit enlevé de l'écran.

19 Avant que l'on ne place ce document à l'écran, vous nous parliez de

20 formation, de la façon dont la 7e Brigade musulmane de Montagne a été

21 formée ou créée. J'aimerais savoir, est-ce que la 7e Brigade musulmane,

22 est-ce que c'est la même chose que la 7e Brigade musulmane de Montagne ?

23 Est-ce que c'est la même chose ? Vous aviez commencé à nous parler de cela

24 après que le document eut été placé à l'écran.

25 D'abord, on ne mentionnait pas le nom "montagne", et après on a

26 commencé à ajouter le mot "montagne". Alors, j'aimerais savoir ce qu'il en

27 est.

28 LE TÉMOIN : [interprétation] Notre brigade, nous l'appelions la 7e Brigade

Page 750

1 musulmane. Pour ce qui est du mot "montagne", nous ne l'appelions pas ainsi

2 entre nous.

3 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Je vous remercie.

4 Monsieur Mundis, c'est à vous.

5 M. MUNDIS : [interprétation] Merci, Monsieur le Président.

6 Je demanderais que l'on montre au témoin maintenant la pièce P01043.

7 Q. Pourriez-vous nous donner une idée du nombre d'Arabes que vous avez vus

8 autour de la région de Bijelo Bucje ?

9 R. J'ignore le nombre exact. Pas plus de 50, disons.

10 M. MUNDIS : [interprétation] Merci. Je voudrais vous demander de prendre

11 connaissance des paragraphes 1 et 2. Aux points 1 et 2, il y a les lettres

12 (a) et (b). J'aimerais que le document 2(b) soit montré à l'écran et

13 agrandi. Je répète : le 2(b).

14 Q. Témoin PW-2, voyez-vous le document à l'écran devant vous ?

15 R. Oui.

16 Q. Est-ce que vous voyez la dernière phrase du paragraphe 2(b), là où on

17 fait référence d'un nombre d'environ 60 Arabes et Turcs ?

18 R. Je vois que l'on lit ici qu'il y a 60 Arabes et Turcs qui n'avaient pas

19 pris part à quelque chose. Je ne sais pas.

20 Q. Vous voyez également, au paragraphe 2(a) ainsi qu'au paragraphe 2(b),

21 qu'on fait référence au 1er Bataillon de la 7e Brigade musulmane, n'est-ce

22 pas ?

23 R. On y lit qu'il y a une position ici, mais je ne suis pas tout à fait --

24 je ne connais pas ce document.

25 Q. Est-ce que vous voyez ici qu'au paragraphe 2(a), on parle 325 soldats

26 engagés à Bijelo Bucje, qui comprend environ 180 hommes ?

27 R. Oui, oui, oui.

28 Q. Du meilleur de votre souvenir, à quel moment avez-vous été engagé dans

Page 751

1 la région autour de Bijelo Bucje ?

2 R. Pendant très longtemps, la ligne de front était située autour de Bijelo

3 Bucje. Je m'y suis rendu très souvent, mais entre-temps nous allions

4 également ailleurs, sur d'autres champs de bataille. Je ne peux pas vous

5 donner une indication précise. Donc, depuis la chute de Karaula, pendant

6 six mois environ peut-être, je ne sais pas.

7 M. MUNDIS : [interprétation] Monsieur le Président, Madame et Messieurs les

8 Juges, je demanderais que la pièce P01043 soit versée au dossier, s'il vous

9 plaît.

10 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Le document P01043 est versé au

11 dossier. Pourrais-je obtenir la cote ?

12 M. LE GREFFIER : [interprétation] Monsieur le Président, ce document

13 portera la cote 108.

14 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Est-ce que vous aimeriez que l'on

15 prenne la pause maintenant, Monsieur Mundis ?

16 M. MUNDIS : [interprétation] Oui, tout à fait, Monsieur le Président.

17 M. LE JUGE MOLOTO : [aucune interprétation]

18 --- L'audience est suspendue à 12 heures 25.

19 --- L'audience est reprise à 12 heures 45.

20 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Monsieur Mundis.

21 M. MUNDIS : [interprétation] Merci, Monsieur le Président.

22 Q. Monsieur le Témoin, pourriez-vous nous dire pendant combien de temps

23 vous êtes resté membre du 1er Bataillon de la 7e Brigade musulmane ?

24 R. Je ne sais pas exactement, mais je l'ai été jusqu'à ce que je rejoigne

25 l'Unité El Moudjahid.

26 Q. Est-ce que vous vous souvenez à quel moment vous avez rejoint le rang

27 de cette Unité El Moudjahid ?

28 R. Après le premier conflit avec le HVO, je suis allé, j'ai rejoint le

Page 752

1 rang de cette unité.

2 Q. Pourriez-vous nous donner la date approximative, au moins le mois ou

3 l'année de cela ?

4 R. C'était en été 1993.

5 Q. PW-2, à l'époque où vous avez rejoint le rang de l'Unité El Moudjahid,

6 est-ce qu'elle avait un nom officiel, d'après votre meilleur souvenir ?

7 R. Si, moi je connais le nom de l'unité qui s'appelle El Moudjahid.

8 C'était le nom que je connaissais.

9 Q. Mais à l'époque de l'été 1993, au moment où vous avez rejoint le rang

10 de cette unité, l'Unité El Moudjahid, où se trouvait le quartier général de

11 cette unité, s'il vous plaît ?

12 R. A Mehuric, près de Travnik.

13 Q. Pourriez-vous être plus précis par rapport à l'endroit où était situé

14 exactement le siège de cette unité à Mehuric ?

15 R. Et bien, c'est à peu près à 20 kilomètres de Travnik.

16 Q. Est-ce que l'endroit où se trouvaient cette unité et le El Moudjahid à

17 Mehuric, est-ce que l'endroit, la localité avait un nom particulier ? Est-

18 ce que vous vous en souvenez ?

19 R. Sans doute qu'il y avait aussi un autre nom, mais moi, comme je ne suis

20 pas de la région et comme je ne connaissais pas la région, j'appelais cela

21 Mehuric. Je n'en sais pas plus.

22 Q. Pourriez-vous décrire où exactement était située donc cette Unité El

23 Moudjahid à Mehuric ? Décrivez-nous l'endroit.

24 R. A partir du centre du village, je dirais que c'était à 500 mètres du

25 centre.

26 Q. Au moment où vous avez rejoint le rang de cette unité, savez-vous qui

27 était le commandant de cette unité, l'Unité El Moudjahid ?

28 R. C'était le Dr Haris.

Page 753

1 Q. Après avoir rejoint cette unité en été 1993, est-ce que vous avez

2 participé à des activités de combat dans le cadre de cette Unité El

3 Moudjahid ?

4 R. Oui, bien sûr. Après avoir rejoint le rang de cette unité, j'ai été sur

5 le terrain, bien sûr.

6 Q. Je vais vous demander de vous concentrer sur la deuxième moitié de

7 l'année 1993 et de nous indiquer quelques localités où vous vous trouviez

8 pour participer aux opérations en tant que membre de l'Unité El Moudjahid.

9 R. Zabilje, à côté de Vitez, et Kruscica, à côté de Vitez aussi.

10 Q. Et ces opérations à Zabilje et Krusica, près de Vitez, au cours de ces

11 opérations, est-ce qu'il y avait d'autres unités qui ont participé, qui ont

12 pris part ?

13 R. Je suis arrivé à Zabilje dans le cadre du deuxième groupe. On est venus

14 les aider. Donc, je n'ai pas vu d'autres unités que El Moudjahid, mais à

15 cet endroit était stationnée aussi la 17e Brigade de la Krajina.

16 Q. La 17e Brigade de la Krajina faisait partie de quelle armée ?

17 R. De l'ABiH.

18 Q. Est-ce que vous vous souvenez à quel moment à peu près ont eu lieu les

19 opérations militaires de Krusica ?

20 R. Septembre, en septembre 1993.

21 Q. Mis à part le Dr Haris, est-ce que vous vous souvenez d'autres

22 dirigeants de cette Unité El Moudjahid, au moment où vous l'avez rejointe

23 en été 1993 ?

24 R. Vahidin et Muatez.

25 M. MUNDIS : [interprétation] Je vais demander que l'on montre au témoin la

26 pièce 92. C'est un recueil de photos. On peut le faire de façon

27 électronique, et je vais demander au témoin d'identifier éventuellement des

28 personnes qui figurent sur ces photos.

Page 754

1 Q. Monsieur, voyez-vous cette photo sur l'écran ?

2 R. Oui, je la vois.

3 Q. Je vais vous montrer toute une série de photos et je vais vous demander

4 si vous reconnaissez les personnes qui figurent sur cette photo. Et si vous

5 les reconnaissez, et bien, donnez-nous leurs noms.

6 Donc, est-ce que vous reconnaissez cette personne ?

7 R. C'est Sheikh Enver --

8 L'INTERPRÈTE : La suite n'a pas été entendue par l'interprète.

9 M. MUNDIS : [interprétation]

10 Q. La deuxième page, s'il vous plaît.

11 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Madame Vidovic.

12 Mme VIDOVIC : [interprétation] Monsieur le Président, je suis désolée

13 d'interrompre, puisque le témoin a dit que c'est le défunt Sheikh Enver. On

14 pourrait, à la lecture du compte rendu, en arriver à la conclusion qu'il

15 s'agit d'un nom.

16 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Quel est ce mot ?

17 M. MUNDIS : [interprétation] Et bien, cela veut dire que ceci a été saisi

18 phonétiquement, mais je vais reprendre la question.

19 Q. Monsieur le Témoin, cette personne, Sheikh Enver, est-ce que vous

20 connaissez le nom de famille de cette personne ?

21 R. Non.

22 Q. Est-ce que vous savez s'il est toujours en vie ?

23 R. Non, non, il a été tué.

24 Q. Vous vous souvenez des circonstances de sa mort ? Où est-ce qu'il a été

25 tué ?

26 R. Il a été tué à Zepce. Ce sont les membres du HVO qui l'ont tué. C'était

27 vers la fin de la guerre. Peut-être même que la guerre était terminée à ce

28 moment-là.

Page 755

1 Q. Est-ce que vous vous souvenez du mois ou de l'année de sa mort, du

2 moment où il a été tué par l'armée du HVO à Zepce ?

3 R. Je pense que c'était vers la fin de l'année 1995.

4 Q. Bien. Maintenant, je vous montre la deuxième page. Est-ce que vous

5 reconnaissez cette personne ?

6 R. C'est la même personne.

7 Q. Mais qu'est-ce que vous voulez dire par là ?

8 R. Sheikh Enver, la même chose.

9 Q. Très bien.

10 M. MUNDIS : [interprétation] Maintenant, la page 3, s'il vous plaît.

11 Q. Reconnaissez-vous cette personne, Monsieur ?

12 R. C'est aussi Sheikh Enver.

13 M. MUNDIS : [interprétation] Maintenant, la page 4, s'il vous plaît, de la

14 même pièce.

15 Q. Reconnaissez-vous cette personne, PW-2 ?

16 R. C'est la même personne que celle qu'on avait vue à Travnik, celle qu'on

17 avait vue sur la photo de Travnik.

18 Q. Mais avant de faire cela, est-ce que vous connaissez le nom de cette

19 personne ?

20 R. Non.

21 M. MUNDIS : [interprétation] La page suivante, page 6, la page 5, donc.

22 LE TÉMOIN : [interprétation] C'est la même personne qu'avant.

23 M. MUNDIS : [interprétation] La page 6, s'il vous plaît, de la même pièce.

24 Q. Est-ce que vous reconnaissez cette personne ?

25 R. C'est Vahidin, feu Vahidin.

26 Q. Est-ce que vous savez quelle était sa fonction, son rôle ?

27 R. Il faisait partie de l'encadrement, du commandement du Détachement El

28 Moudjahid.

Page 756

1 Q. Quelle était sa fonction, plus particulièrement, au sein de la

2 structure de commandement de ce détachement ?

3 R. C'était le commandant pour les activités de combat.

4 Q. Vous avez dit que c'est feu Vahidin. Savez-vous dans quelle

5 circonstance il a été tué, Vahidin ?

6 R. Et bien, il a été tué le 2 octobre 1993 --

7 Q. Je vais vous interrompre.

8 M. MUNDIS : [interprétation] Peut-être faudrait-il passer à huis clos

9 partiel, Monsieur le Président.

10 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Nous allons passer à huis clos

11 partiel.

12 M. LE GREFFIER : [interprétation] Nous sommes en audience à huis clos

13 partiel.

14 [Audience à huis clos partiel]

15 (expurgé)

16 (expurgé)

17 (expurgé)

18 (expurgé)

19 (expurgé)

20 (expurgé)

21 (expurgé)

22 (expurgé)

23 (expurgé)

24 (expurgé)

25 (expurgé)

26 (expurgé)

27 (expurgé)

28 (expurgé)

Page 757

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Page 757 expurgée. Audience à huis clos partiel

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 758

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 (expurgé)

10 (expurgé)

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 [Audience publique]

17 M. MUNDIS : [interprétation] Je vais demander à présent que nous passions à

18 la page 7 de la pièce 92, s'il vous plaît.

19 Q. Est-ce que vous reconnaissez cet homme ?

20 R. On dirait que c'est le feu Vahidin.

21 M. MUNDIS : [interprétation] A la page 8 de cette même pièce.

22 Q. Reconnaissez-vous cette personne ?

23 R. Je dirais que c'est Vahidin, mais je ne suis pas sûr à 100 %.

24 M. MUNDIS : [interprétation] La page suivante, 9, de cette même pièce 92,

25 s'il vous plaît.

26 Q. Est-ce que vous reconnaissez cette personne-là, la personne qui est

27 montrée sur ces deux photos ?

28 R. C'est possible que ce soit Vahidin.

Page 759

1 M. MUNDIS : [interprétation] La page 10, s'il vous plaît.

2 Q. Tout d'abord, la première photo sur la page 10 de la pièce 92.

3 Reconnaissez-vous cette personne ?

4 R. Je reconnais le mufti de Travnik.

5 Q. Est-ce que vous connaissez son nom ?

6 R. Nusret, mais je ne me souviens pas du nom de famille.

7 Q. Et quelle personne sur la photo est, d'après vous, le mufti de Travnik

8 ?

9 R. Il porte des vêtements, des habits religieux, couvre-chef, une robe.

10 Q. Est-ce que vous reconnaissez qui que ce soit d'autre ?

11 R. Non.

12 M. MUNDIS : [interprétation] Et la photo d'en bas.

13 Q. Est-ce que vous reconnaissez qui que ce soit sur cette photo-là ?

14 R. C'est le mufti à nouveau. C'est lui qui a un béret bleu. Je l'ai vu.

15 C'est un homme du cru, mais je ne me souviens pas de son nom exact.

16 Q. Monsieur, quand vous parlez du "groupe", quel est ce groupe dont vous

17 parlez ?

18 R. Pouvez-vous répéter la question ?

19 Q. Vous avez dit que vous vous souvenez avoir vu cette personne, la

20 personne avec le béret bleu et qui faisait partie du groupe. Mais quel est

21 ce groupe dont vous parlez quand vous parlez donc de l'homme au béret bleu

22 ?

23 R. Je pense qu'il faisait partie d'une unité locale. En tout cas, il

24 n'était pas dans l'Unité El Moudjahid.

25 M. MUNDIS : [interprétation] Pourrions-nous passer à la page 11 de cette

26 pièce, la pièce 92 ?

27 Q. Alors, ce qui m'intéresse plutôt, c'est la photo du haut. Monsieur,

28 reconnaissez-vous les personnes sur cette photo ?

Page 760

1 R. Je reconnais encore une fois le mufti.

2 Q. Et pour le compte rendu d'audience, pouvez-vous, je vous prie, décrire

3 la tenue vestimentaire du mufti ?

4 R. Il porte un vêtement religieux.

5 Q. Est-ce que vous reconnaissez d'autres personnes sur cette photo ?

6 R. Je ne suis pas tout à fait sûr, mais il y a peut-être une -- il y a

7 peut-être Sakib Mahmuljin. Il n'est peut-être pas bien pris en photo. Je ne

8 sais pas, la photo n'est pas très claire. Je ne peux pas le confirmer à 100

9 %.

10 Q. La personne pour laquelle vous pensez qu'il s'agit peut-être de Sakib

11 Mahmuljin, c'est qui ? Pourriez-vous nous la décrire ?

12 R. C'est la personne tout à fait à droite, donc la dernière personne à

13 droite sur la photo. Mais je ne suis pas sûr à 100 % puisque la photo n'est

14 pas de bonne qualité.

15 Q. D'accord, je comprends. Mais la personne pour laquelle vous pensiez

16 qu'il s'agissait de Sakib Mahmuljin, sur la photo, où sont ses mains ?

17 R. Ses mains sont vers le bas.

18 M. MUNDIS : [interprétation] Est-ce que nous pourrions avoir la photo du

19 bas, s'il vous plaît ?

20 Q. Monsieur, reconnaissez-vous quelqu'un sur cette photo-ci ?

21 R. Je reconnais Rehmetin Erelalovic [phon].

22 Q. Au compte rendu d'audience, on lit "le feu général Alic"; est-ce que

23 c'est exact ?

24 R. Alagic.

25 Q. Et cette personne que vous reconnaissez comme étant le feu général

26 Alagic, où le voyez-vous sur cette photo ?

27 R. Au milieu de la photo.

28 Q. Dans quelle rangée ?

Page 761

1 R. Dans la première rangée.

2 Q. La personne que vous avez identifiée comme étant le feu général Alagic,

3 que porte-t-il sur sa tête, sur la tête ? Portait-il quelque chose ?

4 R. Non.

5 Q. La personne que vous avez reconnue comme étant le feu général Alagic,

6 porte-t-il un couvre-chef ou pas ?

7 R. Non.

8 M. MUNDIS : [interprétation] Passons maintenant à la page suivante, à page

9 12 de la pièce 92.

10 Q. Reconnaissez-vous quelqu'un sur cette photo ?

11 R. Je reconnais le Dr Haris Harmitulaj [phon].

12 Q. Le Dr Haris est laquelle des personnes sur la photo ?

13 R. Il tient un micro dans la main.

14 M. MUNDIS : [interprétation] Pourrait-on passer à la page 13 ? C'est la

15 pièce 92.

16 Q. Je souhaiterais appeler votre attention sur la photo du haut.

17 Reconnaissez-vous ces personnes ?

18 R. Voilà le feu Dr Haris.

19 L'INTERPRÈTE : L'interprète n'a pas saisi son nom de famille.

20 M. MUNDIS : [interprétation]

21 Q. Qui est la personne que vous aviez reconnue comme étant le feu Dr Haris

22 ?

23 R. C'est la personne qui se trouve dans la partie de la photo à gauche et

24 à l'avant-plan.

25 Q. Et la photo du bas, à la page 13, 92, reconnaissez-vous quelqu'un ?

26 R. Oui, je reconnais également le feu Dr Haris.

27 M. MUNDIS : [interprétation] Pourrait-on passer à la page 14 de la pièce 92

28 ?

Page 762

1 Q. Reconnaissez-vous des personnes, d'autres personnes dans cette photo ?

2 R. Je reconnais sur chacune des photos le Dr Haris, le feu Dr Haris.

3 Q. Et qui est la personne sur ces photographies, le feu Dr Haris ?

4 R. C'est la personne qui tient un micro à la main.

5 Q. Reconnaissez-vous d'autres personnes sur la photo ?

6 R. J'imagine que c'est l'interprète, mais je ne suis pas tout à fait sûr.

7 On ne voit pas très bien son visage.

8 M. MUNDIS : [interprétation] Pourrait-on passer à la page 15 de la pièce 92

9 ?

10 Q. Monsieur, vous dites que c'est peut-être l'interprète. Est-ce que vous

11 vous souvenez qui étaient les interprètes ou l'interprète du Dr Haris ?

12 R. Il y avait plusieurs personnes dépendamment des besoins. Je sais qu'à

13 un moment donné, c'était Malik Basic, mais il y avait également d'autres

14 membres.

15 Q. Passons maintenant à la page 15 de la pièce 92. Reconnaissez-vous cette

16 personne à l'écran ?

17 R. C'est Abu Hamza. C'est ainsi qu'on l'appelait. Il venait de Syrie.

18 M. MUNDIS : [interprétation] Est-ce qu'on pourrait passer à la page 16 de

19 la pièce 92 ?

20 Q. Qui est cette personne, Monsieur le Témoin PW-2 ?

21 R. C'est Aiman, de Syrie.

22 M. MUNDIS : [interprétation] A la page 17 de la pièce 92, s'il vous plaît.

23 Q. Témoin, reconnaissez-vous cette personne ?

24 R. Oui, Abu Maali.

25 M. MUNDIS : [interprétation] Page 18 de la pièce 92, s'il vous plaît.

26 LE TÉMOIN : [interprétation] C'est Abu Maali.

27 M. MUNDIS : [interprétation] Page 19 de la pièce 92, s'il vous plaît.

28 LE TÉMOIN : [interprétation] Il se pourrait que ce soit également Abu

Page 763

1 Maali, mais de nouveau je ne peux pas vous dire cela avec certitude.

2 M. MUNDIS : [interprétation] Pourrait-on passer à la page 20 de la pièce

3 92, s'il vous plaît ?

4 Q. Reconnaissez-vous cette personne, PW-2 ?

5 R. Non.

6 M. MUNDIS : [interprétation] Passons à la page 21 de la pièce 92, s'il vous

7 plaît.

8 LE TÉMOIN : [interprétation] C'est Muatez. Il est également décédé, Muatez.

9 M. MUNDIS : [interprétation] Pourrait-on passer à une dernière pièce, à la

10 page 22 de la pièce 92 ? C'est la dernière pièce que je souhaite montrer au

11 témoin.

12 Q. Reconnaissez-vous cette personne, Monsieur ?

13 R. Non.

14 M. MUNDIS : [interprétation] En fait, la toute dernière page qui

15 m'intéresse de cette pièce, c'est la page 23 de la pièce 92.

16 LE TÉMOIN : [interprétation] Non.

17 M. MUNDIS : [interprétation]

18 Q. Témoin PW-2 --

19 M. MUNDIS : [interprétation] En fait, Monsieur le Président, cette pièce

20 est déjà versé au dossier.

21 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Est-ce que nous avons obtenu une

22 réponse à cette question ?

23 M. MUNDIS : [interprétation] Oui, le témoin a répondu "non".

24 Q. Bon, d'accord. Monsieur, vous ne reconnaissez pas ces dernières photos.

25 Ai-je bien compris que vous ne reconnaissez pas la personne qui figure sur

26 cette photo ?

27 R. [aucune interprétation]

28 Q. Témoin PW-2, pourriez-vous nous dire combien de temps est-ce que vous

Page 764

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

12 versions anglaise et française

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 765

1 êtes resté au sein du Détachement El Moudjahid après avoir rejoint les

2 rangs de cette unité au mois d'été 1993 ?

3 R. J'étais membre de cette unité jusqu'à la fin de la guerre.

4 Q. Pourriez-vous nous dire, Monsieur, s'agissant des membres du

5 Détachement El Moudjahid pendant la période laquelle vous étiez membre de

6 cette unité, d'où venaient-ils, les autres membres ?

7 R. Il y avait un très grand nombre d'étrangers qui venaient de divers

8 endroits, et il y avait également des Bosniens, des gens du cru, des

9 Musulmans de Bosnie.

10 M. MUNDIS : [interprétation] Je demanderais que la pièce P01835 soit

11 affichée sur le système du prétoire électronique. Je répète : c'est la

12 pièce P01835.

13 Q. Avant que l'on passe en revue cette pièce, vous nous avez dit,

14 Monsieur, qu'il y avait beaucoup d'étrangers qui venaient de divers pays.

15 Pourriez-vous nous donner un exemple des pays dont venaient les membres de

16 l'Unité El Moudjahid ?

17 R. Je sais que certains venaient d'Egypte, d'autres d'Algérie, d'un

18 certain nombre de pays arabes, plusieurs pays.

19 M. MUNDIS : [interprétation] Est-ce que l'on pourrait passer à la page

20 suivante, la deuxième page de ce document ?

21 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Oui, tout à fait. Vous n'avez cessé de

22 dire lorsqu'on étudiait les photos, que certains venaient de Syrie. Est-ce

23 qu'ils étaient également membre des Moudjahidines, de El Moudjahid ?

24 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui.

25 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Merci.

26 M. MUNDIS : [interprétation]

27 Q. Est-ce que vous voyez une liste à l'écran ?

28 R. Oui.

Page 766

1 Q. Reconnaissez-vous certains noms qui figurent sur cette liste ?

2 R. Non.

3 M. MUNDIS : [interprétation] Est-ce qu'on pourrait passer à la page

4 suivante, s'il vous plaît ?

5 LE TÉMOIN : [interprétation] Abu Maali. Numéro 2, Abu Maali. Je connais

6 seulement leurs prénoms, je ne connais pas leurs noms de famille. Puis, le

7 numéro 3, Muatez, numéro 10, numéro 21.

8 M. MUNDIS : [interprétation] Merci, Témoin.

9 Nous aimerions demander que cette pièce, P01835, soit versée au dossier.

10 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Cette pièce sera versée. Est-ce qu'on

11 peut lui attribuer une cote ?

12 M. LE GREFFIER : [interprétation] Il s'agira de la pièce 109.

13 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Merci beaucoup.

14 M. MUNDIS : [interprétation] Je demanderais maintenant que l'on soumette au

15 témoin la pièce P02058, s'il vous plaît. Et je demanderais que l'on puisse

16 afficher la page 6 en B/C/S, qui est 10 en anglais, dans la traduction en

17 anglais.

18 Et je demanderais que l'on passe à huis clos partiel pour quelques

19 questions concernant ce document.

20 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Est-ce qu'on pourrait passer à huis

21 clos partiel ?

22 M. LE GREFFIER : [interprétation] Voilà qui est fait.

23 [Audience à huis clos partiel]

24 (expurgé)

25 (expurgé)

26 (expurgé)

27 (expurgé)

28 (expurgé)

Page 767

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 [Audience publique]

9 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Merci.

10 M. MUNDIS : [interprétation] Nous demandons le versement au dossier de la

11 pièce P02058 et une cote, s'il vous plaît.

12 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Pourrions-nous alors passer à huis

13 clos partiel ? Pardon. Je suis un petit peu perdu.

14 Où en sommes-nous ?

15 M. LE GREFFIER : [interprétation] En fait, je suis sur le point de donner

16 une cote à ce document. Ce sera la pièce P110.

17 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Merci beaucoup. Donc, il s'agit du

18 document P02058.

19 M. LE GREFFIER : [interprétation] Il s'agira de la pièce 110.

20 M. MUNDIS : [interprétation] Je demanderais maintenant que l'on soumette au

21 témoin la pièce P02761.

22 Q. PW-2, pendant la période pendant laquelle vous étiez membre de

23 l'Unité El Moudjahid, entre l'été 1993 et la fin de la guerre, est-ce qu'à

24 un moment donné cette unité à reçu des distinctions, des récompenses ?

25 R. Je ne sais pas si l'unité en a reçu, mais certains membres de l'unité

26 ont bien reçu quelque chose.

27 M. MUNDIS : [interprétation] Pourrions-nous passer à la page 29 du document

28 en B/C/S ?

Page 768

1 En fait, je me suis trompé. Est-ce qu'on pourrait passer à la

2 deuxième page dans les versions B/C/S et anglaise ? Pardon de cette erreur.

3 Q. Est-ce que vous reconnaissez certains des noms qui figurent sur

4 cette page du document, P02761 ?

5 R. Adnan Pezo, 30, ainsi que 31, Nurudin Alihodza.

6 Q. Témoin, ces deux individus que vous venez de mentionner, Nurudin

7 Alihodza et Adnan Pezo, comment les avez-vous connus ?

8 R. Je connaissais Nurudin Alihodza dès le début au sein des Forces

9 musulmanes. J'étais à ses côtés dans le conflit qui nous opposait au HVO,

10 parce que la ligne de front était à proximité de sa maison.

11 Je connaissais également Adnan Pezo. Je l'ai rencontré lorsque je

12 suis rentré pour la première fois de détention. C'est à ce moment-là que je

13 l'ai rencontré.

14 M. MUNDIS : [interprétation] J'aimerais demander que ce document soit versé

15 au dossier.

16 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Ce document sera versé au dossier.

17 Pouvons-nous lui attribuer une cote ?

18 M. LE GREFFIER : [interprétation] Il s'agira de la pièce 11.

19 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Merci beaucoup.

20 M. MUNDIS : [interprétation] Je pense que demain, j'aurai besoin de 10

21 minutes ou un quart d'heure au plus pour en finir avec l'interrogatoire

22 principal.

23 M. LE JUGE MOLOTO : [interprétation] Merci beaucoup. Nous nous retrouverons

24 demain matin dans cette même salle d'audience, demain matin à 9 heures.

25 La séance est levée.

26 --- L'audience est levée à 13 heures 46 et reprendra le

27 mercredi 18 juillet 2007, à 9 heures 00.

28