Tribunal Criminal Tribunal for the Former Yugoslavia

Page 5816

1 (Jeudi 21 mars 2002.)

2 (L'audience est ouverte à 9 heures 10.)

3 (Audience publique.)

4 (Questions relatives à la procédure.)

5 M. le Président (interprétation): Madame la Greffière, pourriez-vous, s'il

6 vous plaît, annoncer l'affaire.

7 Mme Thompson (interprétation): Bonjour, Monsieur le Président, Messieurs

8 les Juges. Il s'agit de l'Affaire IT-98-29-T, le Procureur contre

9 Stanislav Galic.

10 M. le Président (interprétation): Merci beaucoup, Madame la Greffière.

11 Bonjour à toutes les personnes présentes dans ce prétoire, et aux

12 personnes qui nous aident à l'extérieur du prétoire. Si j'ai bien compris,

13 afin de terminer nos travaux, il est possible que nous ayons à travailler

14 plus longtemps aujourd'hui. Si ceci convient aussi à l'équipe à Sarajevo,

15 la deuxième pause pourrait être plus longue, pas de vingt minutes, mais de

16 une demi-heure. Et ensuite, nous allons continuer à travailler plus

17 longuement.

18 Si j'ai bien compris toutes les personnes qui nous aident sont au courant

19 de cela. Je vais vérifier si la liaison avec Sarajevo fonctionne bien. Je

20 vois que tous les écrans ne sont pas allumés à ce moment précis, mais

21 voilà, je vois une image sur mon écran. La représentante du Greffe dans le

22 bureau de Sarajevo est présente.

23 Monsieur Ierace va continuer l'interrogatoire du témoin. Avant, nous

24 allons entendre ce que Me Piletta-Zanin souhaite nous dire.

25 M. Piletta-Zanin: Bonjour à chacun d'entre nous. Merci de me céder la

Page 5817

1 parole. Ceci simplement: nous avons posé hier une question à l'accusation

2 qui est absolument, aux yeux de la défense, essentielle.

3 Cette question était la suivante: Comment est-il possible qu'un texte qui,

4 dans son original en langue serbe ne comporte pas certaines indications,

5 certaines lignes de texte, se voit traduit dans une autre langue en un

6 texte qui comporterait des lignes dont nous savons qu'elles n'existent pas

7 dans le document qui est soumis.

8 Je sais quelle a été votre ordonnance, Monsieur le Président, mais cette

9 question est susceptible de se poser pour chacune des pièces médicales que

10 soumettrait l'accusation. Et je pense que la question de la méthodologie

11 est essentielle. Je pense qu'il appartient à l'accusation de nous dire

12 comment cela était possible, puisque, apparemment, ce sont d'autres

13 documents -je dis bien apparemment-, d'autres documents qui ont été soumis

14 aux traducteurs et que ni la défense ni, a fortiori, votre Chambre n'ont

15 jamais vus. La réponse à cette question nous apparaît maintenant

16 essentielle.

17 M. le Président (interprétation): Si le Procureur souhaite répondre, nous

18 n'avons rien contre cela, mais nous ne vous demandons pas expressément de

19 répondre à cette question, pas tout de suite en tout cas.

20 M. Ierace (interprétation): Je préfère ne pas répondre à cette question.

21 Et je voudrais, si les Juges de la Chambre l'acceptent, continuer

22 l'interrogatoire du témoin.

23 M. le Président (interprétation): C'est acceptable. En même temps,

24 Monsieur Ierace, si, plus tard, vous êtes en mesure soit par écrit, soit

25 en nous donnant une explication orale rapide, si vous êtes en mesure de le

Page 5818

1 faire, ceci aiderait les Juges de la Chambre pour mieux comprendre de

2 quelle façon le Procureur a organisé la préparation de la présentation de

3 ces moyens de preuve.

4 M. Ierace (interprétation): Merci, Monsieur le Président.

5 M. le Président (interprétation): Maître Piletta-Zanin?

6 M. Piletta-Zanin: Dans ces conditions, dans la mesure où nous n'avons pas

7 de réponse de l'accusation, la défense dit clairement qu'elle retient être

8 handicapée dans ses droits pour la continuation des interrogatoires de ces

9 témoins.

10 M. le Président (interprétation): Oui, je comprends très bien votre point

11 de vue, Maître Piletta-Zanin.

12 M. Ierace (interprétation): Maintenant, je vais demander à Mme la

13 Greffière se trouvant à Sarajevo de faire venir dans le prétoire, dans la

14 salle à Sarajevo, le témoin.

15 Madame Philpott, pourriez-vous, s'il vous plaît, faire entrer le témoin

16 dans la pièce réservée à la liaison vidéo se trouvant à Sarajevo.

17 M. Piletta-Zanin: Nous avons parfois des problèmes avec le transcript. Je

18 relis le transcript anglais: ce que j'ai dit, c'est "ces témoins" et non

19 pas "ce témoin"; c'est une précision utile. Il s'agit d'un handicap que

20 nous avons pour l'ensemble des témoins concernés par une telle

21 documentation. Merci.

22 (Le témoin, M. Marko Kapetanovic, est à l'écran.)

23 M. le Président (interprétation): Merci pour cette remarque, Maître

24 Piletta-Zanin.

25 Bonjour, Monsieur Kapetanovic. M'entendez-vous?

Page 5819

1 M. Kapetanovic (interprétation): Je vous entends très bien.

2 M. le Président (interprétation): Merci, Monsieur le Témoin.

3 Monsieur Kapetanovic, je voudrais vous rappeler que vous tombez toujours

4 sous le coup de la déclaration solennelle que vous avez faite hier.

5 L'interrogatoire par le conseil du Procureur va se poursuivre.

6 Pourriez-vous continuer, Monsieur Ierace?

7 (Interrogatoire principal du témoin, M. Marko Kapetanovic, par M.

8 Ierace.)

9 M. Ierace (interprétation): Bonjour Monsieur Kapetanovic.

10 M. Kapetanovic (interprétation): Bonjour, Monsieur.

11 Question: Hier après-midi, vous avez dit -comme nous l'avons vu sur la

12 vidéo-, eh bien, vous avez indiqué le moment précis et l'endroit précis où

13 vous vous trouviez, vous et les deux autres personnes, au moment où vous

14 avez été visés et blessés.

15 Réponse: Oui.

16 Question: Et vous nous avez aussi dit que la photographie que vous avez

17 examinée sous tous les angles était...

18 Réponse: Oui, oui.

19 Question: Et vous nous avez dit que cette photographie représente la vue

20 de l'endroit d'où l'on vous a tiré dessus. Est-ce exact?

21 Réponse: Oui.

22 Question: Avec l'aide de Mme Philpott, je vais vous demander si vous êtes

23 en mesure de voir sur l'écran de votre ordinateur la vue de l'endroit d'où

24 l'on vous a tiré dessus, à savoir l'immeuble élevé blanc avec une bande

25 bleue.

Page 5820

1 Réponse: Oui.

2 Question: En examinant cette photographie, seriez-vous d'accord sur le

3 fait que le bâtiment blanc, avec une bande bleue, se trouve dans le coin

4 se trouvant à l'opposé par rapport à l'endroit où l'on vous a tiré dessus?

5 Réponse: Oui, c'est exact.

6 Question: Avec l'aide de Mme Philpott, je vais vous demander de réexaminer

7 la photographie sur laquelle vous avez apposé votre signature, ainsi que

8 quelques lignes noires. Il s'agit de la pièce P3265.

9 Réponse: Cette photographie se trouve devant moi, sous mes yeux.

10 Question: Monsieur Kapetanovic, nous n'avons pas très bien entendu votre

11 dernière réponse: pourriez-vous la répéter?

12 Réponse: Je vois la photographie. L'image, elle est devant moi.

13 Question: Hier, vous avez dit que ce foyer des étudiants que l'on voit à

14 droite de la photographie avait été endommagé, de sorte que l'on pouvait

15 voir à travers le bâtiment à cause des endommagements subi par le

16 bâtiment. Est-ce exact?

17 Réponse: Oui.

18 Question: Alors que vous marchiez le long de la rue Ante Babic, ce jour-

19 là, était-il possible de voir à travers ces étages de cet immeuble?

20 Réponse: Non, nous ne pouvions pas voir à travers parce qu'il s'agissait

21 des étages en hauteur.

22 Question: Monsieur Kapetanovic, hier, vous avez dit que vous croyiez que

23 les tirs étaient venus du foyer des personnes malvoyantes; est-ce exact?

24 Réponse: Oui. Pour autant que l'on pouvait le voir, oui, c'est exact.

25 Question: Est-ce que vous vous êtes jamais rendu dans ce foyer de

Page 5821

1 malvoyants?

2 Réponse: Non, à l'intérieur même, non, mais je suis souvent passé par-là;

3 je connais bien cet endroit.

4 Question: Ce foyer de malvoyants est fait de combien de bâtiments à peu

5 près?

6 Réponse: Il s'agit de deux étages.

7 Question: Voulez-vous dire qu'il y avait un bâtiment ou plus d'un

8 bâtiment?

9 Réponse: Le foyer de malvoyants consiste en un seul bâtiment. Ensuite, il

10 y avait un autre foyer, le foyer des personnes âgées, mais c'était un

11 autre bâtiment qui était à une cinquantaine de mètres de là. Nous ne

12 sommes pas à cent pour cent sûrs, mais nous croyons pourtant que ces

13 balles étaient venues du foyer de malvoyants, ces balles qui nous ont

14 touchés.

15 M. Ierace (interprétation): Pourriez-vous à nouveau examiner la

16 photographie? Il s'agit d'une vue aérienne. Pour le compte rendu

17 d'audience, il s'agit de la pièce P32790A.

18 M. le Président (interprétation): Monsieur Ierace, pourriez-vous demander

19 que l'on place sur le rétroprojecteur, à Sarajevo, cette photographie

20 puisqu'il peut y avoir des confusions quant à ce qui se trouve exactement

21 devant le témoin?

22 M. Ierace (interprétation): Merci, Monsieur le Président.

23 Sur cette photographie, voyez-vous le foyer de malvoyants?

24 M. Kapetanovic (interprétation): On le voit plus loin, on arrive à le

25 discerner; entre le petit bâtiment et le foyer des étudiants, c'est là

Page 5822

1 qu'on le voit.

2 M. Ierace (interprétation): Pourriez-vous nous montrer, montrer sur la

3 photographie l'endroit où se trouve le foyer des malvoyants?

4 Le témoin est en train de montrer le coin en haut, à gauche de la

5 photographie P32790A, et l'on voit un chemin, en haut à gauche, dans le

6 coin haut et gauche de la photographie. Le Témoin montre le bâtiment avec

7 un toit blanc, qui se trouve à droite de la route.

8 Monsieur le Président, si j'ai bien compris, ils ont un exemplaire

9 supplémentaire du document P32790A, à Sarajevo. Peut-être que Mme Philpott

10 pourrait confirmer cela?

11 Mme Philpott (interprétation): J'ai une photographie couleurs P32790A, et

12 j'ai une photographie noire et blanche; il s'agit de la même photographie,

13 mais en noir et blanc.

14 M. Ierace (interprétation): Monsieur le Président, je voudrais que le

15 Témoin appose un cercle sur ce bâtiment qu'il vient de montrer. J'imagine

16 que la photographie couleurs n'est pas l'original de la pièce, donc la

17 photographie qu'est en train d'examiner le Témoin.

18 M. le Président (interprétation): Je vais tout simplement conférer avec la

19 Greffière.

20 (M. le Président et Mme la Greffière se consultent.)

21 Elle vient de me confirmer le fait que l'original de la photographie,

22 l'original en couleurs se trouve bien à La Haye. Donc même si, à Sarajevo,

23 ils ont une copie couleurs, une version couleurs de la photographie, il

24 s'agit d'un exemplaire supplémentaire.

25 Donc, Madame Philpott, vous pouvez en effet placer cette photographie sur

Page 5823

1 le rétroprojecteur.

2 Mme Philpott (interprétation): Elle s'y trouve déjà.

3 M. le Président (interprétation): Vous pouvez continuer.

4 M. Ierace (interprétation): Monsieur Kapetanovic, est-ce que vous pouvez

5 prendre un feutre bleu et apposer un cercle sur ou autour, encercler le

6 bâtiment que vous considérez être le foyer de malvoyants sur la

7 photographie?

8 Monsieur le Président, je pense que ceci sera la pièce P32790B?

9 M. le Président (interprétation): Oui.

10 M. Ierace (interprétation): Monsieur Kapetanovic, vous avez dit qu'au

11 cours de cet incident, une balle avait touché votre ceinture; est-ce

12 exact?

13 M. Kapetanovic (interprétation): Non.

14 Question: Quelle partie de vos vêtements?

15 Réponse: J'ai dit que cette balle a touché en biais, en réalité ma

16 ceinture, mais à peine touché, vraiment. Alors que Vucic est mort et

17 Franjic avait été blessé à l'estomac. Donc je n'étais pas vraiment touché

18 par la balle; elle m'a tout simplement effleuré. Je ne l'ai même pas

19 sentie.

20 Question: Eh bien, au moment où cette balle avait effleuré votre ceinture,

21 est-ce que vous pouvez nous dire autour de quelle partie de votre corps se

22 trouvait cette ceinture, c'est-à-dire à quel niveau exactement cette balle

23 a-t-elle touché votre ceinture: au milieu ou bien de côté?

24 Réponse: C'était du côté gauche. A peu près au milieu de mon corps.

25 Question: Pourriez-vous vous lever et nous montrer la partie de votre

Page 5824

1 corps où la balle a effleuré votre ceinture?

2 (Le témoin est en train de montrer la partie gauche de son corps.)

3 Vous pouvez-vous rasseoir, Monsieur Kapetanovic.

4 Pourriez-vous nous expliquer pourquoi vous pensez que cette balle était

5 venue de la droite, alors même qu'elle avait effleuré votre ceinture du

6 côté gauche?

7 Réponse: Eh bien, on a supposé que Franjic était le premier qui a été

8 touché; il a été touché au-dessus de son nombril, à l'estomac. Ensuite,

9 l'autre a été touché au niveau du rein et lui, il a eu une blessure

10 vraiment sévère, très grave. Ensuite, peut-être qu'il y a eu une autre

11 balle; c'est juste une supposition que nous avons faite, je ne sais pas.

12 Ce tireur embusqué a donc dû tirer une autre balle et peut-être que je me

13 suis déplacé, que j'ai fait un pas en arrière. Toujours est-il que c'est

14 juste ma ceinture qui a été effleurée par la balle. C'est ainsi que cela

15 s'est passé.

16 Question: Vous vous souvenez exactement vers où vous étiez tourné au

17 moment où il y a eu ces coups de feu?

18 Réponse: Eh bien, nous nous dirigions vers Dobrinja, donc nous étions face

19 à Dobrinja.

20 Question: J'ai bien compris cela, mais je me demande si vous vous souvenez

21 précisément comment était placé votre corps au moment précis où il y a eu

22 ces tirs?

23 Réponse: Eh bien, plutôt de côté, c'est-à-dire que nous, on marchait tous

24 les trois l'un à côté de l'autre vers Dobrinja.

25 M. Ierace (interprétation): Merci, Monsieur Kapetanovic.

Page 5825

1 Monsieur le Président, je n'ai pas d'autres questions.

2 M. le Président (interprétation): Merci, Monsieur Ierace.

3 Je dois admettre que je n'ai pas vraiment retenu les marques qui ont été

4 apposées sur la photographie. Je voudrais donc demander à Mme Philpott, se

5 trouvant à Sarajevo, si la photographie couleurs P3279OB se trouve

6 toujours sur le rétroprojecteur à Sarajevo.

7 Apparemment, oui.

8 Peut-être faudrait-il montrer exactement l'endroit où le témoin avait

9 marqué sur la photographie le foyer des malvoyants.

10 Pourriez-vous, s'il vous plaît, déplacer la photographie de sorte que l'on

11 voie plutôt le coin en haut à gauche de la photographie, où je pourrais...

12 Voilà, je vois les marques faites par le Témoin. Merci, merci beaucoup.

13 Maître Pilipovic, est-ce bien vous qui allez contre-interroger le Témoin?

14 Oui.

15 Monsieur Kapetanovic, maintenant, c'est le conseil de la défense qui va

16 vous interroger.

17 Vous pouvez continuer, Maître Pilipovic.

18 (Contre-interrogatoire du témoin, M. Marko Kapetanovic, par Me

19 Pilipovic.)

20 Mme Pilipovic (interprétation): Merci, Monsieur le Président.

21 Monsieur Kapetanovic, bonjour.

22 M. Kapetanovic (interprétation): Bonjour.

23 Question: Vous avez dit qu'en 1994 vous habitiez à Sarajevo?

24 Réponse: Oui.

25 Question: Pourriez-vous nous dire dans quel quartier de Sarajevo habitiez-

Page 5826

1 vous?

2 Réponse: Alipasino Polje, la place de la Solidarité.

3 Question: Pourriez-vous nous dire depuis quand habitez-vous à Alipasino

4 Polje?

5 Réponse: Depuis 1992, au mois de mai, car nous avons quitté notre maison:

6 nous étions des réfugiés.

7 Question: Vous dites que vous vous êtes réfugié au mois de mai 1992, est-

8 ce que vous pouvez nous dire où vous habitiez auparavant, dans quel

9 quartier avant de vous réfugier?

10 Réponse: Stupsko Brdo.

11 Question: Pourriez-vous nous dire à quelle distance se trouve Stupsko Brdo

12 par rapport à Alipasino Polje?

13 Réponse: A peu près deux kilomètres, car Stupsko Brdo est assez étendu.

14 Question: Est-ce qu'en mai 1992, à Alipasino Polje est-ce que vous vous y

15 êtes réfugié avec l'ensemble de votre famille?

16 Réponse: Oui.

17 Question: Pourriez-vous nous dire quelle armée à partir de 1992, c'est-à-

18 dire le moment où vous vous êtes réfugié, jusqu'en août 1994, contrôlait

19 Stupsko Brdo? C'est ce qui intéresse la défense.

20 Réponse: Oui.

21 Question: Quelle était cette armée?

22 Réponse: L'armée yougoslave.

23 Question: Donc vous nous dites que Stupsko Brdo était contrôlé par l'armée

24 yougoslave?

25 Réponse: C'est exact.

Page 5827

1 Question: Savez-vous que Stupsko Brdo était également contrôlé par l'armée

2 du conseil de la défense croate, et par l'armée de Bosnie-Herzégovine?

3 Réponse: Non, pas cette parti-là de Stupsko Brdo. Il ne leur était pas du

4 tout possible d'y accéder puisque la ligne du front se trouvait vers

5 Oslobodjenje. Je ne sais pas si vous savez où se trouve Oslobodjenje,

6 c'est à environ à 200 mètres à l'intérieur, vers Stupsko Brdo. C'est là

7 que se trouvait l'armée yougoslave.

8 Mme Pilipovic (interprétation): Lorsque vous êtes venu à Alipasino Polje,

9 et lorsque que vous avez déménagé dans l'appartement se trouvant à la

10 place de la Solidarité, est-ce que vous pourriez nous dire qui utilisait

11 cet appartement?

12 M. Kapetanovic (interprétation): C'était ma fille et mon beau-fils.

13 M. le Président (interprétation): S'il vous plaît, Monsieur Kapetanovic,

14 pourriez-vous répéter votre réponse? Les interprètes de la cabine anglaise

15 ne l'ont pas entendue.

16 M. Kapetanovic (interprétation): J'étais dans l'appartement de ma fille et

17 de mon beau-fils, l'immeuble n°13.

18 Mme Pilipovic (interprétation): Merci, Monsieur Kapetanovic.

19 M. Kapetanovic (interprétation): Merci à vous.

20 Question: Vous nous avez dit qu'en 1994, en avril, vous êtes allé vous

21 promener avec votre voisin Ivan Franjic; est-ce exact?

22 Réponse: C'est exact. Pas seulement Ivan Franjic, mais aussi Augustin

23 Vucic, il était le troisième.

24 Question: Merci. Pourriez-vous nous dire à combien de reprises, au cours

25 de la période à partir de 1992, lorsque vous y avez déménagé et jusqu'à

Page 5828

1 cet incident, à combien de reprises êtes-vous allé vous promener?

2 Réponse: Cela dépendait: parfois tous les jours ou parfois tous les deux

3 ou trois jours. Parce que, à cause de la proximité de la ligne de front,

4 nous ne pouvions pas nous promener librement parce qu'il était tout à fait

5 possible pour l'infanterie de s'attaquer à cette partie-là. Cela dit, nous

6 sommes quand même allés nous promener.

7 Question: Pourriez-vous nous dire, au cours de cette période, pendant vos

8 promenades tout d'abord, est-ce que vous preniez le même chemin que ce

9 jour critique?

10 Réponse: Oui.

11 Question: Est-ce que, au cours de cette période pendant laquelle vous

12 alliez-vous promener, est-ce que vous pourriez nous dire s'il y avait des

13 coups de feu dans cette partie de la ville?

14 Réponse: Il n'y en avait pas au moment où nous nous promenions, mais le

15 jour en question cela s'est passé, effectivement.

16 Question: Pourriez-vous nous confirmer que, ce jour-là, comme vous dites,

17 vous êtes parti vous promener vers 10 heures? Est-ce exact?

18 Réponse: C'est exact.

19 Question: Si je vous dis que votre ami Ivan Franjic a fait une déclaration

20 au Bureau du Procureur le 21 novembre 1995, page 2 de la déclaration de

21 votre ami, document 0090601, en BCS, la sixième partie, je vais vous lire

22 ce qu'a dit votre ami: "Je ne peux pas me rappeler en ce moment quelle

23 était l'heure exacte, ce jour-là, lorsque j'ai été touché, blessé, mais

24 c'était dans l'après midi".

25 Pourriez- vous nous répondre: où est la vérité? Est-ce qu'il est vrai de

Page 5829

1 dire que l'incident s'est passé à l'heure que vous avancez vous-même ou

2 bien, dans l'après-midi comme l'a déclaré votre ami?

3 Réponse: J'affirme que ceci s'est passé dans la matinée, vers 10 heures du

4 matin. Peut-être qu'il ne se souvenait pas bien, mais vous savez, il était

5 assez grièvement blessé et cela a dû laisser des séquelles, cela a dû le

6 troubler profondément. Moi, j'affirme que ceci s'est passé vers 10 heures

7 du matin, peut-être quelques minutes avant ou après. Cela, je ne peux pas

8 le dire avec exactitude.

9 Question: Monsieur Kapetanovic, pourriez-vous nous répondre: dans la

10 partie où vous viviez, c'est-à-dire la place de la Solidarité, et dans la

11 partie d'Alipasino Polje qui, lorsque vous allez vers Dobrinja, contient

12 également une place, est-ce que vous savez si, dans cette région-là, il y

13 avait des installations militaires?

14 Réponse: Pour autant que je m'en souvienne, il n'y en avait pas. Nous n'en

15 avions pas vu lors de nos promenades. Nous n'avons pas vu d'installations

16 militaires ni de soldats dans cette partie-là. Seulement, vers l'école

17 d'Aleksa Santic, c'est là que se trouvait l'armée yougoslave; c'est eux

18 qui contrôlaient cette partie-là, c'était entre leurs mains.

19 Question: Pourriez-vous nous répondre si, sur la place de la Solidarité et

20 la place de Zavnobih, c'est l'autre place à Alipasino Polje,...

21 Réponse: Oui, allez-y, je connais bien cette partie.

22 Question: Pourriez-vous nous dire si, sur ces deux places, des postes de

23 police s'y trouvaient?

24 Réponse: En ce qui concerne la place de la Solidarité, à environ 50 mètres

25 de là peut-être, se trouvait un poste de police. En ce qui concerne les

Page 5830

1 autres postes de police, je ne suis pas au courant. Cela, je le savais.

2 Question: Si je vous dis que votre ami Ivan Franjic, dans sa déclaration

3 du 21 novembre 1995, page de document 00906701, paragraphe 3, ligne 2, a

4 déclaré: "La partie dans laquelle je vis à Alipasino Polje est une partie

5 résidentielle. C'est là que se trouvaient un kiosque, une boulangerie et

6 une boucherie. C'est là que se trouvaient le HVO et le poste de police".

7 Est-ce exact?

8 Réponse: C'est exact, mais ceci n'était pas sur la place de la Solidarité

9 mais à environ 200 mètres de là. Et en ce qui concerne la police, elle y

10 était.

11 Question: Et en ce qui concerne cette installation du HVO, elle était

12 située dans quelle sorte de bâtiment?

13 Réponse: C'était un bâtiment où il n'y avait que le rez-de-chaussée, et

14 c'était dans la partie résidentielle. Il n'y avait rien d'autre là-dedans.

15 Question: Est-ce que, au cours de cette période, en 1993 et 1994, dans

16 cette partie-là, vous rencontriez des soldats du HVO?

17 Réponse: Lors de nos promenades par-là, je ne les voyais pas. Il y avait

18 une sorte de dépôt, quelque chose comme cela. Je n'en ai pas vu, moi,

19 personnellement. Peut-être que quelqu'un d'autre en a vu.

20 Question: Est-ce que, au cours de la période 1992, 1993, 1994, dans cette

21 partie-là, vous rencontriez des soldats de l'armée de Bosnie-Herzégovine?

22 Réponse: Je ne pouvais pas les voir du tout. Individuellement, peut-être,

23 parfois, mais jamais en groupe.

24 Question: Et lorsque vous les rencontriez individuellement, lorsqu'ils

25 revenaient de leur relève, comme vous le dites, est-ce que vous pourriez

Page 5831

1 nous dire comment ils étaient vêtus?

2 Réponse: Eh bien, ils étaient vêtus plutôt normalement, conformément à la

3 manière dont les soldats étaient vêtus. Ils portaient des uniformes gris

4 olive avec des rayures.

5 Question: Est-ce que ces hommes portaient des armes?

6 Réponse: On ne les voyait pas avec des armes, non, personne.

7 Question: Est-ce que, dans la partie de la ville dans laquelle vous

8 viviez, là où se trouvait le poste de police, est-ce que vous rencontriez

9 des policiers?

10 Réponse: Oui, mais sans arme.

11 Question: Pourriez-vous nous dire comment, eux, ils étaient vêtus, quels

12 uniformes ils portaient?

13 Réponse: Eh bien, des uniformes ordinaires, comme ceux qu'ils portaient

14 avant la guerre. Vous connaissez bien.

15 Question: Ce jour-là, lorsque vous êtes partis vous promener, est-ce que

16 tous les trois vous vous êtes rencontrés au même moment ou bien, est-ce

17 que vous et M. Franjic vous êtes partis plus tôt?

18 Réponse: Eh bien, comme nous habitions tous les deux dans un même

19 immeuble, nous sommes partis vers Ante Babic, où nous sommes tombés sur

20 Agustin Vucic. C'est lui qui s'est joint à nous, dans notre promenade vers

21 Dobrinja.

22 Question: Pourriez-vous nous dire, dans la rue Aleja Branko Bujica,

23 lorsque vous êtes partis vous promener, est-ce que vous pourriez nous dire

24 où se trouve l'endroit dont vous nous avez dit que c'est là que l'incident

25 s'est passé? Est-ce que vous pourriez nous dire le numéro de l'immeuble

Page 5832

1 dans cette rue?

2 Réponse: Vraiment, je ne peux pas vous le dire. Je n'y prêtais pas

3 attention, ceci ne m'intéressait pas.

4 Question: Lorsque vous nous avez confirmé que vous saviez où se trouvait

5 l'état-major du HVO et où se trouvait le poste de police, est-ce que vous

6 vouliez dire que ceci se trouvait sur la place de la Solidarité, là où

7 vous viviez?

8 Réponse: Nous vivions sur la place de la Solidarité elle-même, au numéro

9 13. C'est par là que l'on se déplaçait: on ne pouvait pas se déplacer

10 ailleurs, puisque c'était dangereux.

11 Question: Hier, vous nous avez dit que les lignes de front, par rapport à

12 la rue que vous avez prise pour vous promener, étaient à une distance de

13 300 à 400 mètres. Est-ce exact?

14 Réponse: Ce n'est pas 3 à 400 mètres, mais 200 mètres, pas plus; je parle

15 de l'endroit où nous nous promenions et où se trouvaient les lignes de

16 front et les tranchées.

17 Question: Hier, vous nous avez dit que la partie de la ville dont vous

18 dites que vous supposez que c'est de là que provenaient les tirs pendant

19 votre promenade, que cette partie-là était contrôlée par l'armée de la

20 Republika Srpska. Est-ce exact?

21 Réponse: C'est exact.

22 Question: Est-ce que vous nous avez confirmé que la partie de la ville où

23 vous vous promeniez était contrôlée par l'armée de Bosnie-Herzégovine?

24 Réponse: C'est exact.

25 Question: Est-ce que vous pourriez nous confirmer que, dans la partie de

Page 5833

1 la ville appelée Alipasino Polje, où vous viviez, se trouvait l'armée de

2 Bosnie-Herzégovine?

3 Réponse: Je pouvais voir parfois des soldats, individuellement, mais je

4 n'ai jamais vu de groupes de soldats. On en voyait parfois des soldats,

5 par-ci par-là, qui passaient. En ce qui concerne les groupes, les sièges,

6 je n'en ai pas vu et je n'ai pas de connaissance à ce sujet.

7 Question: Vous nous avez dit que, ce jour-là, vous vous dirigiez vers

8 Dobrinja afin de vous promener. Est-ce exact?

9 Réponse: Oui, c'est exact. Nous nous dirigeons vers Dobrinja, mais nous ne

10 sommes pas allés jusqu'à Dobrinja. A l'endroit où la route tourne vers la

11 ville, où le trolleybus tourne vers la ville, nous nous sommes arrêtés

12 parce que c'était dangereux d'aller plus loin, vers la ligne de front.

13 Question: Est-ce que, lors de votre séjour dans l'appartement, au cours de

14 cette période -quand je dis cette période, je parle toujours de la période

15 à partir de 1992, de votre déménagement jusqu'en 1994-, est-ce que vous

16 saviez qu'à ce moment-là, la 5e Brigade motorisée se trouvait à Dobrinja?

17 Réponse: Je ne le sais pas.

18 Question: Est-ce qu'au cours de cette période, vous avez appris qu'à

19 Alipasino Polje, dans la partie dans laquelle vous viviez, se trouvaient

20 les états-majors de trois bataillons de la 5e Brigade motorisée?

21 Réponse: Je ne suis pas au courant de cela.

22 Question: Pourriez-vous nous confirmer que, dans cette partie de la ville,

23 notamment Alipasino Polje et la partie de la ville qui s'appelait

24 Nedzarici, est-ce que vous pouvez nous dire si, au cours de cette période

25 et dans cette partie de la ville, des combats se déroulaient?

Page 5834

1 Réponse: Cela, je le sais parce qu'il y avait beaucoup de tirs. Cela,

2 c'est exact.

3 Question: Est-ce que vous nous confirmez que les combats se déroulaient

4 entre l'armée de Bosnie-Herzégovine et l'armée de la Republika Srpska?

5 Réponse: Pour autant que je le sache, oui. Mais je n'étais pas avec eux et

6 je ne peux pas savoir qui tirait sur qui.

7 Question: Pourriez-vous nous confirmer qu'une partie de la rue Aleja

8 Branko Bujica, que vous preniez lors de vos promenades, par rapport à

9 l'endroit où se trouvait le foyer des étudiants que vous nous avez montré

10 sur une photographie, est-ce que vous pouvez nous dire si cette partie-là

11 était protégée par des barrages, des barricades?

12 Réponse: Je ne le sais pas, cela.

13 Question: Est-ce que, à n'importe quel moment au cours de la période 1992,

14 1993, 1994, dans cette rue, par rapport aux deux foyers d'étudiants, est-

15 ce que vous avez vu des barricades à aucun moment, à ce niveau-là?

16 Réponse: Je ne l'ai pas vu.

17 Question: Donc, ce que vous affirmez, c'est que vous n'avez jamais vu de

18 barricade dans la rue Aleja Branko Bujica?

19 Réponse: Jamais. Parce que nous n'osions pas y aller, nous savions que

20 c'était près des lignes de front; donc nous évitions d'y aller. Vous

21 voyez, ce jour-là, nous y sommes allés. Et voilà ce qui nous est arrivé.

22 Question: Pourriez-vous nous confirmer que, le 6 mai 2001, vous avez donné

23 une déclaration aux enquêteurs du Bureau du Procureur?

24 Réponse: De quelle année?

25 Question: 2001.

Page 5835

1 Réponse: Je ne sais pas de quelle déclaration vous parlez, j'aimerais

2 savoir de quoi vous êtes en train de parler.

3 Question: C'est votre déclaration du 6 mai 2001 faite au cours de vos

4 entretiens avec le Bureau du Procureur. Est-ce que vous vous souvenez

5 qu'en mai 2001, vous avez eu des entretiens avec des personnes qui se sont

6 présentées comme ...

7 Réponse: Je ne me souviens pas de la date exacte, mais effectivement, j'ai

8 fait une déclaration.

9 Question: Pourriez-vous nous confirmer que tout ce qui est contenu dans

10 votre déclaration fournie aux enquêteurs du Bureau du Procureur est la

11 vérité?

12 Réponse: C'est exact.

13 Question: Si, sur la base de votre déclaration, je vous lis une partie que

14 vous avez déclarée, est-ce que vous pourriez me confirmer que c'est exact?

15 Je vais vous citer une partie de votre déclaration du 6 mai, document

16 03027638, paragraphe 5, à la page 2: "Même avant nous y allions nous

17 promener, et jamais nous n'avons pensé que quelqu'un allait tirer sur

18 nous. Cet endroit n'était pas protégé des tirs de tireurs embusqués, mais

19 avant, personne n'avait tiré sur nous à cet endroit-là. La ligne de front

20 se trouvait environ à 200 mètres".

21 Est-ce exact?

22 Réponse: Oui, c'est exact, oui.

23 Question: Je vous remercie.

24 Réponse: Je vous en prie.

25 Question: Ce jour-là, le jour dont vous nous avez dit que vous n'êtes pas

Page 5836

1 sûr que c'était ce jour-là, mais que vous considérez qu'il s'agissait du

2 mois d'avril, est-ce que vous pourriez nous dire de quelle année?

3 Réponse: Je ne suis pas sûr si c'était en 1993, je le suppose, mais je ne

4 suis pas à cent pour cent sûr.

5 Question: Vous nous avez dit que, vous trois, vous vous déplaciez dans un

6 même rang, que vous étiez l'un à côté delà de l'autre; est-ce exact?

7 Réponse: Oui, c'est exact.

8 Question: Est-ce que vous pourriez nous dire, au moment où vos amis ont

9 été blessés, Franjic et Vucic, dans quelle position se trouvaient-ils à ce

10 moment-là, puisque vous nous avez dit que vous avez fourni les premiers

11 soins à tous les deux?

12 Réponse: Nous étions l'un à côté de l'autre, c'est comme ça que nous

13 marchions sur le trottoir.

14 Question: Est-ce que vous pourriez nous dire, au moment où Ivan Franjic et

15 Vucic -feu Vucic-, quelle était leur position au moment où ils ont été

16 blessés? Ils étaient à quelle distance l'un de l'autre?

17 Réponse: Nous étions sur le trottoir et nous étions l'un à côté de

18 l'autre, nous nous touchions presque, vous voyez. Donc, à ce moment-là,

19 nous nous touchions presque, c'est ainsi que nous nous promenions.

20 Question: Est-ce que vous nous confirmez ce que vous avez dit au cours de

21 votre interrogatoire principal: que vous n'avez pas entendu les tirs?

22 Réponse: C'est exact que nous ne les avons pas entendus, parce que nous

23 n'avons rien senti avant le moment de la blessure; c'est seulement à ce

24 moment-là que nous avons réalisé ce qui s'est passé.

25 Question: Vous nous avez dit qu'hier -c'est ce que vous avez dit hier,

Page 5837

1 lors de l'interrogatoire principal, à 11 heures 39-, qu'une femme et un

2 homme vous ont aidés. Est-ce exact?

3 Réponse: Il est exact que, lorsque les gens du bâtiment d'Ante Babic ont

4 vu ce qui s'est passé, moi j'ai essayé de sauver Ivan. Et l'autre, je ne

5 pouvais pas le sauver; il est tombé, il a demandé de l'aide, je ne pouvais

6 pas le faire parce que je m'occupais de Franjic.

7 Lorsque j'ai terminé en ce qui concerne Franjic, j'ai essayé de faire la

8 même chose avec Vucic; j'ai demandé aux gens qui passaient en voiture de

9 transférer Vucic aussi à l'hôpital, mais il n'a pas vécu pendant longtemps

10 après. Il est mort, et l'autre personne a survécu.

11 Question: Donc vous nous dites, Monsieur Kapetanovic, que vous avez aidé à

12 la fois M. Franjic et le feu Vucic, et que c'est vous qui avez arrêté les

13 voitures qui les ont transférés à l'hôpital?

14 Réponse: C'est exact.

15 Question: Est-ce que vous pouvez nous dire, l'homme qui vous a aidé, est-

16 ce qu'il vous a apporté des pansements aussi?

17 Réponse: Oui.

18 Question: Est-ce que vous pourriez nous dire comment était-il vêtu, si

19 vous vous en souvenez?

20 Réponse: Pour autant que je m'en souvienne, c'était un civil normal. C'est

21 un civil ordinaire qui est venu nous aider. Je suppose que son appartement

22 était à proximité, qu'il a vu que deux hommes étaient tombés. Moi, j'ai

23 essayé de les sauver dans la mesure du possible. Donc il a apporté des

24 torchons, des pansements. On a essayé de les aider.

25 Franjic, qui était touché au ventre, on pouvait voir ses intestins qui

Page 5838

1 sortaient.

2 Question: Monsieur, lorsque vous avez aidé vos amis, avez-vous soumis un

3 rapport concernant cet incident, avez-vous informé quelqu'un? Et si oui,

4 qui?

5 Réponse: A vrai dire, je n'ai pas informé personne de cela. Mais lorsque

6 j'ai informé la famille de Franjic -j'ai raconté à sa famille, sa femme,

7 sa fille, ce qui s'est passé, qu'il est allé à l'hôpital-, je suppose que,

8 sur la base de cela, ils ont essayé d'informer quelqu'un. Mais moi, je

9 n'ai rien fait dans ce sens.

10 Question: Monsieur Kapetanovic, ce jour-là, le jour de l'incident, étiez-

11 vous en contact ou aviez-vous des contacts avec la police de l'armée de

12 Bosnie-Herzégovine?

13 Réponse: Non.

14 Question: Ce jour-là, à cette heure précise, quand vous étiez en train de

15 marcher, avez-vous vu autour de vous, directement près de vous, de M.

16 Franjic et près du vieux Augustin, avez-vous vu des policiers?

17 Réponse: Non, je n'en ai pas vu. Je n'ai vu personne près de chez nous,

18 sinon je leur aurais demandé de nous aider. Je n'ai vu personne. Je leur

19 aurais demandé d'aider nos amis sinon.

20 Question: Monsieur Kapetanovic, si je vous dis que le 18 un policier est

21 venu déposer ici, au Tribunal, et si je vous dis que c'est lui qui a dit

22 qu'il avait aidé le vieux Augustin et Ivan, qu'avez-vous à répondre à

23 cela?

24 Réponse: Cela, je ne le savais pas, je n'étais pas au courant.

25 Question: Monsieur Franjic… Monsieur Kapetanovic -je m'excuse-, le

Page 5839

1 policier qui a déposé le 18 février pendant l'interrogatoire principal,

2 dans ce Tribunal, a répondu qu'on lui a demandé s'il était aussi un ami de

3 lui, s'il avait aussi un ami qui était avec lui, un policier qui avait

4 entendu deux coups de feu.

5 Réponse: Je ne les ai pas entendus, et donc je ne peux pas dire que… je ne

6 peux pas confirmer cela.

7 Question: Le policier qui a témoigné a dit que, avec son ami, il y avait

8 un autre policier, et qu'ils avaient ramené une voiture, la première

9 voiture. Et qu'ils avaient mis dans cette voiture, qu'ils avaient mis le

10 vieux Augustin dans cette voiture. Est-ce exact?

11 Réponse: Non, ce n'est pas exact.

12 Question: Si je vous disais que ce policier avait aidé M. Franjic et qu'il

13 avait fait venir une autre voiture, qu'il avait mis des affaires de M.

14 Franjic dans cette voiture, ai-je raison?

15 Réponse: Je ne me souviens pas. La première voiture que nous avons

16 arrêtée, nous y avons mis Ivan -c'est une Golf, si je m'en souviens bien-,

17 et on l'a envoyé de cette manière-ci à Dobrinja. Et ce n'est qu'après que

18 nous avons essayé de faire venir une autre voiture pour le vieux Augustin,

19 qui avait aussi une blessure très grave. Nous cherchions donc une autre

20 voiture pour que nous puissions l'envoyer à Kosevo; et c'est ce que nous

21 avons fait.

22 Question: Ce que vous dites, donc, c'est que, quand Ivan et Vucic ont été

23 blessés, qu'il n'y avait pas de policier?

24 Réponse: Je n'ai pas vu de policier. Peut-être qu'il y en avait un de

25 l'autre côté, mais en tout cas, je ne l'ai pas vu. Peut-être qu'il y avait

Page 5840

1 quelqu'un qui observait. Mais cela, je ne suis pas au courant.

2 Mme Pilipovic (interprétation): Ce que vous êtes en train de dire, c'est

3 que la déposition du policier qui est venu témoigner au Tribunal, que

4 c'est lui, son ami et l'autre policier qui ont aidé M. Franjic et le vieux

5 Augustin Vucic. Est-ce faux?

6 M. Kapetanovic (interprétation): Eh bien, cela, je ne l'avais pas

7 remarqué. Peut-être qu'à ce moment-là je ne savais pas vraiment ce qui se

8 passait, parce que j'étais sous une pression considérable. Peut-être que

9 je ne l'ai pas vu, peut-être que j'étais simplement un petit peu

10 déboussolé.

11 M. le Président (interprétation): Monsieur Ierace?

12 M. Ierace (interprétation): Je crois que j'ai compris de mon éminent

13 collègue que M. Diho a témoigné au Tribunal le 18 février, et qu'il a dit

14 que le premier homme qu'il avait aidé était Augustin. La deuxième personne

15 était Iva. Je crois que cela est à la page 23, ligne n°3 du transcript en

16 anglais.

17 L'accusation avait dit au témoin que la première personne aidée était

18 Augustin. La réponse était "non". L'accusation a demandé si la deuxième

19 personne qu'il avait aidée était Ivan, il a répondu en disant qu'il ne le

20 savait plus. Le transcript anglais...

21 M. le Président (interprétation): Pourriez-vous nous faire référence à une

22 page?

23 M. Ierace (interprétation): Malheureusement, la seule copie que j'ai,

24 c'est une copie sur disque dur qui fait référence à la page 6, ce n'est

25 pas celui de Microsoft.

Page 5841

1 M. le Président (interprétation): La page 6, ce serait la page 6 à partir

2 du début?

3 M. Ierace (interprétation): Sur cette page, M. Diho parle de la première

4 personne qu'ils ont aidée. A la ligne 7, on lui a demandé: "Est-ce que

5 vous avez obtenu des informations, y compris son nom?" A la ligne 11, il

6 répond: "Ivan Franjic". Puis il explique qu'ils ont arrêté une voiture et

7 qu'ils l'ont mis dedans; puis, à la ligne 21, il dit que: "Quand la

8 voiture est partie avec la première personne, qu'ils ont été informés du

9 fait qu'il y avait une autre personne blessée", et M. Diho a donc aidé

10 cette personne-là. Si je vais à la page concernée: "Il l'a mis dans un

11 véhicule. Ensuite, il a demandé le nom de cette deuxième personne", et à

12 la ligne 18, page 7, il dit qu'il croyait que c'était Augustin Vucic.

13 Il semble que mon éminent collègue a suggéré quelque chose au Témoin qui

14 n'est pas, qui semble être le contraire. Et ce que l'on voit dans le

15 transcript est, en fait, en accord avec ce dont se souvient le Témoin.

16 M. le Président (interprétation): Maître Pilipovic?

17 Mme Pilipovic (interprétation): Oui, je vais continuer en reposant la

18 question au Témoin.

19 M. le Président (interprétation): Oui, continuez.

20 Mme Pilipovic (interprétation): Monsieur Kapetanovic, pouvez-vous nous

21 dire à propos de vos deux amis, vos deux amis blessés, ce jour-là, de ces

22 deux amis, lequel avez-vous aidé en premier, pour lequel vous avez arrêté

23 une voiture: M. Ivan ou M. Augustin?

24 M. Kapetanovic (interprétation): Le premier, c'était Ivan Franjic. Je sais

25 qu'après cela, après que l'on ait mis Ivan dans la voiture, on a commencé

Page 5842

1 à aider Vucic parce que Vucici était blessé plus grièvement et il ne

2 pouvait pas bouger.

3 Question: Merci, Monsieur Kapetanovic.

4 Réponse: De rien.

5 Question: Si je vous disais que M. Diho, qui a témoigné le 18 février, a

6 dit que c'était dans l'après-midi et qu'il était présent au moment de

7 l'accident, que pouvez-vous répondre? Quelle est la vraie réponse: était-

8 ce dans la matinée ou dans l'après-midi?

9 Réponse: D'après ce que je me souviens, c'était le matin, entre 10 heures

10 et 11 heures du matin, je ne me souviens pas de l'heure exacte. C'était

11 entre 10 et 11 heures. C'est ce que je pense du moins.

12 Question: Merci, Monsieur Kapetanovic.

13 Vous nous avez dit que vous aviez aidé M. Ivan Franjic. Vous nous avez dit

14 que, pendant que vous l'aidiez, vous n'aviez pas vu de policiers?

15 Réponse: Je n'en ai pas vu. Cet homme qui s'est approché n'était pas en

16 uniforme. Je ne sais pas si c'est un homme qui venait de la police ou pas.

17 En tout cas, il avait des habits normaux.

18 Question: Etes-vous en train de confirmer que vous avez mis un bandage à

19 Ivan Franjic, vous-même?

20 Réponse: Non, je ne l'ai pas fait moi-même, je l'ai fait avec l'homme qui

21 nous a aidés, tous les deux.

22 Mme Pilipovic (interprétation): Vous nous avez dit que l'homme qui vous a

23 aidé était habillé en civil.

24 Monsieur Kapetanovic, je vais maintenant vous montrer la déclaration de M.

25 Ivan Franjic qui a été interrogé le 21 novembre 1995, à la page 2. Le

Page 5843

1 document est 00906702.

2 M. Ierace (interprétation): Le transcript anglais dit que M. Franjic a été

3 interrogé ce jour-là. Mais il n'a pas été interrogé. En fait, il a donné

4 une déclaration, c'est tout.

5 M. le Président (interprétation): Oui, c'est ce que l'on a compris de

6 toute manière. Oui, Maître Pilipovic?

7 Mme Pilipovic (interprétation): J'ai cru dire qu'il avait fait cette

8 déclaration, donc le 21 novembre 1995, et que j'ai utilisé cette

9 déclaration pour citer quelques paragraphes. Et ce document fait référence

10 à l'accident quand il a été blessé. C'est le passage n°5, ligne 4, le

11 paragraphe n°5, ligne 4. On va le lire assez lentement pour les

12 interprètes qui n'ont pas le texte.

13 M. le Président (interprétation): Est-ce que le conseil pourrait le lire

14 doucement, parce que les interprètes n'ont pas le texte?

15 Oui, pourriez-vous, s'il vous plaît, le relire lentement, Maître

16 Pilipovic, ou le mettre sur l'Elmo parce que les interprètes ne l'ont pas?

17 Si ce n'est pas trop long, vous pouvez tout simplement le lire lentement.

18 Mme Pilipovic (interprétation): Je vais le relire lentement, mais j'ai

19 donné la déclaration de M. Ivan Franjic, j'ai donné une copie pour toutes

20 les cabines d'interprètes.

21 M. le Président (interprétation): Bon, donc je dois retirer ce que j'ai

22 dit.

23 Mme Pilipovic (interprétation): Bon, je vais le relire doucement:

24 "Ensuite, il y a des policiers qui sont venus vers moi et qui ont remarqué

25 que j'étais blessé. Ils ont mis un pansement sur ma blessure. Ils m'ont

Page 5844

1 amené à une voiture. Et ensuite, ils m'ont amené à l'hôpital de Dobrinja.

2 Je n'ai pas vu ni Augustin ni Marko."

3 Monsieur Kapetanovic, pouvez-vous nous confirmer quelle est la vérité?

4 M. Ierace (interprétation): (Pas d'interprétation.)

5 M. Kapetanovic (interprétation): Oui, c'est vrai, j'ai aidé à faire le

6 pansement, à le mettre dans une voiture et à l'amener à Dobrinja en

7 voiture. Ça, c'est correct. Je ne sais pas à propos des policiers; j'ai vu

8 un homme qui m'a aidé à mettre les pansements, mais c'est tout.

9 M. le Président (interprétation): Monsieur Ierace?

10 M. Ierace (interprétation): Le Témoin a déjà dit que la personne qui l'a

11 aidé à faire le pansement n'était pas en uniforme. Il n'y a rien qui fasse

12 référence à la déclaration de M. Franjic en déclarant que le policier

13 était en uniforme. Et ça, c'est correct. Mon ami devrait être clair et

14 demander au témoin si cette personne était en uniforme. Si elle était en

15 uniforme, lui demander d'où vient cette preuve-là?

16 (M. le Président et les Juges se consultent sur le siège.)

17 M. le Président (interprétation): Maître Pilipovic, votre question suggère

18 une contradiction entre la déclaration faite par M. Franjic et ce qu'a dit

19 le Témoin. Comme M. Ierace l'a indiqué, ceci n'est pas le cas pour les

20 raisons qu'il a mentionnées. Pourriez-vous, donc, clarifier cela avant de

21 confronter le Témoin avec cette suggestion comme quoi il y a une

22 contradiction?

23 Nous n'avons pas vu l'entière déclaration de M. Franjic. Mais quelle

24 source ou quelle qualité et quel type de personne l'a assisté, n'est pas

25 clair dans ce que vous dites, de la partie que vous avez lue. Donc,

Page 5845

1 l'objection est soutenue.

2 Mme Pilipovic (interprétation): Monsieur le Président, quand je lui ai

3 demandé, le Témoin a dit…

4 M. le Président (interprétation): Peut-être qu'il vaudrait mieux que l'on

5 enlève les écouteurs de M. Kapetanovic, en tout cas si vous avez envie de

6 rajouter quelque chose?

7 Madame Philpott, pourriez-vous enlever les écouteurs de M. Kapetanovic?

8 Veuillez continuer.

9 Mme Pilipovic (interprétation): Merci, Monsieur le Président.

10 Pendant le contre-interrogatoire, M. Kapetanovic a dit que, dans cette

11 partie-là de la ville, il y avait des policiers et qu'ils portaient

12 toujours des uniformes. Les policiers, ce sont des gens en uniforme.

13 La deuxième question est la suivante: quand Ivan et Augustin ont été

14 blessés, il faut savoir s'il y avait quelqu'un à côté d'eux ou pas. Hier,

15 on parlait de 11 heures 42, à 11 heures 40, et on lui a demandé s'il y

16 avait quelqu'un d'autre à côté. Et il a dit "non". Et aujourd'hui, quand

17 je lui ai redemandé, il a confirmé qu'il n'y avait pas de policiers.

18 Donc, la défense en déduit que le témoin fait une différence entre une

19 personne qui porte un uniforme et une personne qui ne porte pas un

20 uniforme. Il faudrait lui redemander si la personne portant un pansement

21 était un civil.

22 La déclaration de M. Franjic qui a été donnée à l'accusation, et que j'ai

23 montrée à M. Kapetanovic, dit qu'il y a ensuite un homme de la police qui

24 est venu l'aider parce qu'il avait été blessé.

25 M. le Président (interprétation): J'aimerais vous interrompre. La

Page 5846

1 contradiction semble être, de votre vue, que M. Franjic identifie la

2 personne en tant que policier. Mais la déclaration de M. Franjic, comme

3 elle nous a été lue, ne nous dit rien sur la manière dont il savait, sur

4 pourquoi il savait que c'était un policier. Cela aurait pu lui être dit en

5 route vers l'hôpital. Cela aurait pu être plus tard. C'est la première

6 observation que j'ai à faire.

7 La deuxième observation, c'est que ce n'était pas dans le témoignage de M.

8 Diho qu'il était policier de réserve. Je crois qu'à l'époque, il était un

9 travailleur social ou quelque chose comme ça. En tout cas, s'il était

10 policier de réserve, s'il avait ensuite rejoint la police, ce qui pourrait

11 être important pour nos conclusions, pour les conclusions que vous tirez

12 du témoignage, ce policier aurait pu porter un uniforme.

13 Mme Pilipovic (interprétation): Oui, Votre Honneur.

14 M. le Président (interprétation): Les conclusions ne sont pas déduites de

15 ce que le témoin a dit jusqu'à présent. Et c'est pour cela que je voulais

16 que vous commenciez par clarifier la question avant de suggérer qu'il y a

17 une contradiction entre ce qu'a dit M. Franjic et le témoignage de notre

18 Témoin, maintenant.

19 Mme Pilipovic (interprétation): Votre Honneur, tout ce que j'ai à dire est

20 que M. Franjic, pendant l'interrogatoire et pendant le témoignage avant

21 celui-ci, a dit que les hommes de police de réserve avaient des uniformes.

22 Et donc, M. Diho a confirmé que la police de réserve portait des uniformes

23 et qu'il avait eu un fusil automatique, et qu'il l'avait avec lui.

24 Je n'ai pas le transcript devant moi, et je ne peux pas dire exactement

25 dans quelle partie de la déposition c'était.

Page 5847

1 M. le Président (interprétation): Laissez-moi voir si l'on parle

2 d'uniforme dans la déclaration de M. Diho. Un instant, je vous prie.

3 Est-ce que cela aurait pu être le 18 février?

4 Mme Pilipovic (interprétation): Oui, Votre Honneur.

5 M. le Président (interprétation): D'après ce que j'ai cherché dans la

6 déclaration du 18 février, pour le mot "uniforme", eh bien, je vois qu'il

7 n'y a pas de résultat.

8 M. Ierace (interprétation): Moi aussi, j'ai fait la recherche avec un

9 résultat négatif aussi. Et ce que je voulais mentionner, c'est ce que vous

10 avez dit aussi: c'est que s'il était policier de réserve, eh bien, moi, je

11 ne me souviens pas de ce qu'il avait dit, qu'il portait un uniforme en

12 tout cas. Peut-être que, pour gagner un peu de temps, on pourrait vérifier

13 cela pendant la pause.

14 M. le Président (interprétation): Oui, c'est une bonne suggestion.

15 Essayons d'abord de voir si l'épreuve de M. Diho, la déposition continue

16 le 19...

17 M. Piletta-Zanin: Si je puis me permettre, est-ce que nous parlons des

18 pages 3800 et suivantes, est-ce bien cela? Pour cette déclaration du 18

19 février?

20 M. le Président (interprétation): (Sans interprétation.)

21 M. Piletta-Zanin: Puisque nous trouvons le mot "uniforme", Monsieur le

22 Président, mais dans la langue anglaise au pluriel semble-t-il, en tout

23 cas dans mon système. Je vais trouver en tout cas… j'ai trouvé ce mot

24 "uniforme" au pluriel, à la ligne 14 de la page 3880, mais je ne sais pas

25 si nous parlons du même témoin. Je peux continuer la recherche plus avant.

Page 5848

1 M. le Président (interprétation): Oui, mais le témoignage de M. Diho a

2 débuté à la page 3901. Donc, s'il y avait des uniformes dans les pages

3 d'avant, c'était probablement pour d'autres témoins.

4 Pourriez-vous juste vérifier cela pendant la pause? Et moi, je prendrai

5 contact avec Sarajevo et avec M. Kapetanovic.

6 Entre-temps, Madame Philpott, pourriez-vous remettre les écouteurs sur M.

7 Kapetanovic? Voilà.

8 Monsieur Kapetanovic, nous avons eu un petit problème technique et nous

9 allons maintenant essayer de le résoudre pendant la pause, pendant la

10 prochaine demi-heure. Votre contre-interrogatoire sera recommencé à 11

11 heures, le contre-interrogatoire de la défense. Nous allons faire une

12 pause jusqu'à 11 heures.

13 J'aimerais demander aux parties...

14 Madame Philpott, pourriez-vous accompagner le Témoin hors de la salle de

15 vidéo?

16 (Le témoin, M. Marko Kapetanovic, n'est plus à l'écran.)

17 (Questions relatives à la procédure.)

18 M. Piletta-Zanin: (Hors micro)… 3921, par la ligne 25 de la page 3921.

19 M. le Président (interprétation): Pourriez-vous répéter la page?

20 M. Piletta-Zanin (interprétation): Excusez-moi. Page 3921, ligne 25. Là,

21 on voit le mot "uniformes" en anglais, au pluriel.

22 M. le Président (interprétation): Oui, là, je le vois au pluriel. En

23 général, mon ordinateur me donne une réponse, même si je mets le mot au

24 singulier. Mais là, je vois le mot "uniformes", c'était après "1992".

25 "-Question: Et quelle preuve avez-vous? Quel type d'armes aviez-vous?

Page 5849

1 -Réponse: J'avais des armes, munitions, des uniformes".

2 Et là, si je continue sur cette ligne...

3 Donc, nous allons le regarder dans le contexte du témoignage.

4 (L'audience, suspendue à 10 heures 35, est reprise à 11 heures 07.)

5 Monsieur Ierace?

6 M. Ierace (interprétation): Monsieur le Président, pour gagner du temps,

7 je vais retirer l'objection que j'ai soulevée.

8 Ensuite, par rapport à ce qu'a dit mon collègue, Me Piletta-Zanin, ce

9 matin tout brièvement à ce sujet, l'autre jour le Procureur avait remis

10 deux documents originaux de cette lettre de sortie.

11 Monsieur le Président, si les Juges de la Chambre les ont toujours, peut-

12 être pourriez-vous les remettre au Bureau du Procureur pour que l'on

13 demande de nouvelles traductions de ce document?

14 M. le Président (interprétation): Vous voulez parler des copies originales

15 du document? On peut vous les retourner, en effet. Nous n'avons pas eu de

16 temps pour les examiner, mais apparemment, d'après ce que l'on voit, il

17 s'agit d'à peu près les mêmes documents.

18 Madame la Greffière, s'il vous plaît, pourriez-vous donner ces documents à

19 M. l'huissier?

20 M. Piletta-Zanin: J'ai peur d'avoir été une nouvelle fois mal compris par

21 l'accusation, parce que je me suis très mal exprimé. Ce que j'avais

22 demandé, c'est non pas que l'on retraduise mais que l'on me dise pourquoi

23 des documents qui ne contiennent pas certaines mentions se voient traduits

24 avec ces mentions dans la traduction. Et j'attends ma réponse.

25 M. le Président (interprétation): Maître Piletta-Zanin, je n'ai pas

Page 5850

1 compris cela comme étant une réponse du Bureau du Procureur, nous allons

2 tout simplement attendre qu'il nous fournisse une explication. Et ensuite,

3 nous allons voir s'il est besoin de continuer un débat à ce sujet.

4 Mais puisque vous avez retiré votre objection, Maître Pilipovic peut

5 continuer sont contre-interrogatoire. Je vais simplement me consulter avec

6 mes collègues auparavant.

7 (M. le Président et les Juges se consultent sur le siège.)

8 Monsieur Ierace, pour éviter tout malentendu, les Juges de la Chambre

9 s'attendent à recevoir très prochainement une explication, dans les jours

10 qui viennent.

11 M. Ierace (interprétation): Monsieur le Président, puisque la traduction a

12 été faite par les services de traduction qui ne fait pas partie du Bureau

13 du Procureur, nous serons obligés de refaire une demande auprès de ce

14 service pour voir comment se fait-il que cette traduction est arrivée sous

15 le format que nous lui connaissons.

16 M. le Président (interprétation): Maître Pilipovic, êtes-vous prête à

17 continuer votre contre-interrogatoire, ou avez-vous un autre point à

18 soulever?

19 Mme Pilipovic (interprétation): Monsieur le Président, je voudrais

20 simplement vous faire part des préoccupations de la défense, puisque, avec

21 ces objections, on prend du temps qui est donné à la défense pour son

22 contre-interrogatoire. Je pense que nous avons perdu pas mal de temps en

23 parlant de cette objection. Evidemment que je suis prête pour mon contre-

24 interrogatoire.

25 M. le Président (interprétation): Maître Pilipovic, évidemment que nous

Page 5851

1 observons toujours la façon dont est conduit un contre-interrogatoire. Et

2 je suis content de constater que la défense est bien consciente du fait

3 que les objections peuvent influer de façon négative les interrogatoires

4 en général. Maître Pilipovic, vous pouvez continuer. Je vais tout

5 simplement, auparavant, vérifier si tout fonctionne bien à Sarajevo.

6 Madame Philpott, pourriez-vous faire entrer le Témoin dans la pièce

7 réservée à la vidéoconférence?

8 Mme Philpott (interprétation): Oui, Monsieur le Président.

9 (Le témoin, M. Marko Kapetanovic, est à l'écran.)

10 M. le Président (interprétation): Monsieur Kapetanovic, le conseil de la

11 défense va continuer sont contre-interrogatoire.

12 Vous pouvez continuer, Maître Pilipovic.

13 (Contre-interrogatoire du témoin, M. Marko Kapetanovic, par Me

14 Pilipovic.)

15 Mme Pilipovic (interprétation): Merci, Monsieur le Président.

16 Monsieur Kapetanovic, avant la pause, je vous ai montré la déclaration

17 préalable de M. Ivan Franjic. Nous avons pu conclure de cette déclaration

18 préalable que M. Ivan Franjic, dans sa déclaration préalable donc, dit ne

19 pas vous avoir vu au moment où il a été blessé.

20 M. Kapetanovic (interprétation): Ce n'est pas vrai, ce n'est pas vrai

21 qu'il n'a pas vu que j'étais en train de l'aider.

22 M. Ierace (interprétation): En dépit de mon hésitation à soulever des

23 objections, je me vois obliger de soulever une objection quant à cette

24 question précise puisque, dans le passage de la déclaration de M. Franjic

25 qui avait été lu au témoin, on ne dit pas cela. Monsieur Franjic n'a pas

Page 5852

1 dit dans ce passage qu'il n'a pas vu M. Kapetanovic au moment où il était

2 blessé. Merci.

3 M. le Président (interprétation): Maître Pilipovic? Les lignes que vous

4 avez lues, nous essayons de les trouver.

5 (M. le Président effectue la recherche.)

6 J'essaie de trouver ces lignes où vous avez cité la déclaration préalable

7 de M. Franjic... Je les ai trouvées.

8 Donc vous avez lu cela au témoin: "Et ensuite, un policier est venu

9 jusqu'à moi, en courant. Il a vu que j'étais blessé. Ils ont pansé ma

10 blessure. Ils m'ont emmené jusqu'à une voiture, et ensuite à l'hôpital à

11 Dobrinja. Je n'ai vu ni Augustin ni Marko". (Fin de citation.)

12 M. Ierace (interprétation): Peut-être que le Témoin pourrait enlever ses

13 écouteurs?

14 M. le Président (interprétation): Madame Philpott, pourriez-vous enlever

15 les écouteurs du Témoin?

16 (Mme Philpott s'exécute.)

17 Allez-y, Monsieur Ierace.

18 M. Ierace (interprétation): Ma collègue sait très bien que, dans la

19 déclaration préalable de M. Franjic, on raconte qu'ils étaient trois en

20 train de marcher au moment où il a été blessé. Et cette fois, on ne dit

21 pas seulement le contraire en lisant uniquement ce passage au témoin, mais

22 il est vraiment contraire à la nature de la déclaration.

23 M. le Président (interprétation): Oui, Maître Pilipovic.

24 Mme Pilipovic (interprétation): Oui, nous pouvons dire, nous pouvons

25 partir de l'idée que les trois hommes étaient en train de marcher et que

Page 5853

1 M. Franjic l'a bien dit dans sa déclaration préalable.

2 Mais maintenant, quand nous essayons de tester la crédibilité de M.

3 Kapetanovic, au moment où les deux autres personnes ont été blessées, est-

4 ce que lui, est-ce qu'il était vraiment présent? Et surtout quand on tient

5 compte du témoignage de M. Diho Fuad, puisqu'il n'a pas dit du tout que M.

6 Marko était présent à ce moment.

7 Au cours de mon contre-interrogatoire, j'ai demandé à M. Kapetanovic si,

8 ce jour-là, il a fait un rapport officiel, s'il était entré en contact

9 avec qui que ce soit. Est-ce qu'il était vraiment présent au moment où

10 Ivan et Augustin étaient blessés? Nous devons établir la vérité.

11 M. Ierace (interprétation): Ce que dit Me Pilipovic ne répond pas du tout

12 à mon objection. C'est tout simplement qu'elle présente de façon erronée

13 la déclaration préalable de M. Franjic au Témoin.

14 M. le Président (interprétation): Oui, Maître Pilipovic, d'après ce que

15 nous avons compris, sans avoir lu la déclaration de M. Franjic -et puisque

16 vous ne niez pas le fondement factuel de l'objection de M. Ierace-, eh

17 bien, si j'ai bien compris la déclaration de M. Franjic, il dit qu'ils

18 étaient en train de marcher tous les trois ensemble. Et que, plus tard,

19 après qu'il avait été amené à l'hôpital de Dobrinja, il n'a plus vu les

20 deux autres hommes.

21 Nous avons donc trois étapes: la première, ce sont les trois hommes qui

22 marchent ensemble avant l'incident.

23 Ensuite, il y a l'incident.

24 Et ensuite, il y a l'aide qu'on lui a fournie.

25 Après, il y a des personnes qui ont été blessées ou tuées, qu'on a enlevé

Page 5854

1 de l'endroit où s'est produit l'incident.

2 Donc je voudrais tout simplement vous demander de nous dire à quelle phase

3 vous vous référez, quand vous parlez de cette déclaration préalable.

4 Mme Pilipovic (interprétation): Oui. Monsieur le Président.

5 M. le Président (interprétation): Et donc, dans cette mesure-là,

6 l'objection est retenue.

7 Madame Philpott, est-ce que vous pouvez remettre, s'il vous plaît, les

8 écouteurs sur la tête du Témoin?

9 Continuez, Maître Pilipovic.

10 Mme Pilipovic (interprétation): Monsieur Kapetanovic, au moment où

11 Augustin et Ivan ont été blessés, est-ce que vous nous confirmez avoir

12 aidé Ivan et avoir pansé sa blessure? Est-ce exact?

13 M. Kapetanovic (interprétation): Oui, c'est exact.

14 Question: Si je vous dis que M. Franjic avait dit qu'il y avait des

15 policiers qui sont venus jusqu'à lui, en courant, qu'ils avaient remarqué

16 qu'il avait été blessé et qu'ils avaient pansé sa blessure, est-ce que

17 vous pouvez nous dire ce qui correspond à la vérité: ce que vous nous

18 dites aujourd'hui, ici, ou bien ce que M. Franjic a dit dans sa

19 déclaration du 21 novembre 1995? Qui lui a pansé sa blessure?

20 Réponse: Il est exact qu'un homme en civil est venu et qu'il m'a aidé, moi

21 aussi, pour panser la blessure d'Ivan Franjic. C'est ça qui est vrai. Et

22 moi, je ne peux pas dire autre chose, quelque chose dont je n'aurais pas

23 connaissance.

24 Mme Pilipovic (interprétation): Monsieur Kapetanovic, je vous remercie.

25 Maintenant, je voudrais que l'on présente au témoin la photographie

Page 5855

1 panoramique 3280U; il s'agit d'une pièce du Procureur.

2 M. le Président (interprétation): Je pense que nous avons besoin de

3 l'assistant du Bureau du Procureur. Je vois qu'il est en train de la

4 préparer.

5 Madame Philpott, pourriez-vous nous dire à quel moment cette photographie

6 panoramique, qui se déplace, figure sur l'écran?

7 Mme Philpott (interprétation): Nous voyons l'image sur l'écran.

8 Mme Pilipovic (interprétation): Monsieur Kapetanovic, voyez-vous une

9 partie de la rue, de l'allée Branko Bujica où, à la droite, se trouve le

10 foyer des étudiants?

11 M. Kapetanovic (interprétation): Je ne la vois pas pour l'instant, il

12 faudrait la déplacer encore plus à droite pour que l'on voit l'angle où la

13 rue Branko Bujica est visible.

14 Question: Pourriez-vous déplacer vers la droite la photographie?

15 Réponse: Oui.

16 Question: Est-ce que vous dites que ceci est le début de la rue Branko

17 Bujica?

18 Réponse: Oui.

19 Question: Monsieur Kapetanovic, cette élévation que l'on voit à la fin de

20 la rue, comme la photographie se présente à nous, est-ce que vous pourriez

21 nous dire à quelle partie de la ville cet endroit correspond? S'agit-il de

22 Buljakov Potok?

23 Réponse: Peut-être que oui, mais Buljakov Potok se trouve à ma droite

24 quand je suis tourné vers l'écran, plus en contre-bas.

25 Question: Et cette élévation que l'on voit, qu'est-ce que c'est? Est-ce

Page 5856

1 que vous pouvez nous dire le nom de cet endroit?

2 Réponse: La surélévation, je ne sais pas, j'ai oublié.

3 Question: Est-ce Brijesce Brdo?

4 Réponse: Brijesce Brdo, puis il y a une autre colline jouxtant cet

5 endroit; je ne me souviens pas, je ne me souviens pas des noms.

6 Question: Pourriez-vous nous confirmer le fait que cette partie que l'on

7 voit sur la photographie, la partie basse -vous avez dit que c'était

8 Buljakov Potok-, est-ce que vous pouvez nous confirmer le fait que ce

9 quartier était contrôlé par l'armée de Bosnie-Herzégovine?

10 Réponse: Je ne peux pas vous le confirmer, je ne sais pas.

11 Question: Est-ce que nous pouvons encore une fois déplacer la photographie

12 vers la droite, vers Dobrinja?

13 Réponse: C'est à l'envers, c'est tout à l'envers, il faut revenir en

14 arrière pour que l'on voit la rue de Branko Bujica. Encore, encore... Là,

15 c'est bien.

16 Question: Pourriez-vous déplacer pourtant la photographie encore un peu

17 vers la droite?

18 Réponse: Encore en arrière, encore en arrière, là où il y a la voiture.

19 Mme Pilipovic (interprétation): Monsieur le Président, la défense voudrait

20 que la photographie soit déplacée complètement vers la droite, et là, nous

21 allons en effet voir l'allée de Branko Bujica.

22 M. le Président (interprétation): Vous pouvez demander au personnel

23 technique soit de déplacer la photographie à droite ou à gauche, mais vous

24 ne pouvez pas nommer les rues.

25 Mme Pilipovic (interprétation): A droite, à droite, il faut la déplacer

Page 5857

1 vers la droite. Encore vers la droite, complètement vers la droite. Stop,

2 arrêtez-vous là.

3 Monsieur Kapetanovic, est-ce bien l'allée de Branko Bujica? Est-ce que

4 c'est dans cette direction-là que vous vous dirigiez vers Dobrinja?

5 M. Kapetanovic (interprétation): Oui.

6 Question: Monsieur le Témoin, pourriez-vous nous confirmer que dans les

7 bâtiments que vous voyez sur l'écran, à gauche, à votre gauche, qu'il

8 s'agit des bâtiments qui font partie de Alipasino Polje? Est-ce exact?

9 Réponse: Oui, c'est exact.

10 Question: Pourriez-vous nous confirmer que dans le bâtiment que l'on voit

11 au premier plan, à gauche, que, au rez-de-chaussée, dans des fonds de

12 commerce, se trouvaient les soldats de l'armée de Bosnie-Herzégovine?

13 Réponse: Je ne le sais pas.

14 Question: Est-ce que vous pourriez maintenant déplacer la photographie

15 encore plus vers la droite? Arrêtez-vous-là.

16 Monsieur Kapetanovic, en regardant cette photographie, pourriez-vous

17 confirmer que cette partie de la rue, où vous marchiez vers Dobrinja, se

18 trouve surélevée par rapport au bâtiment du foyer des étudiants?

19 Réponse: Oui, un peu. Oui.

20 Question: Merci.

21 Ici, nous voyons le bâtiment du foyer des étudiants. Au cours du conflit

22 1992, 1993, 1994, pourriez-vous nous dire qui avait utilisé ce bâtiment,

23 le savez-vous?

24 Réponse: Non, je ne le sais pas. En tout cas, il n'y avait pas d'étudiants

25 à l'intérieur.

Page 5858

1 Question: Savez-vous qu'il y avait l'armée dans ce bâtiment?

2 Réponse: Non.

3 Question: Pourriez-vous confirmer que sur cet immeuble où l'on voit des

4 fenêtres qui regardent vers nous, mais que de l'autre côté du bâtiment il

5 y a encore des fenêtres; et il y a des pièces et des chambres dans ce même

6 immeuble?

7 Réponse: Oui, c'est exact.

8 Question: Pourriez-vous me répondre, puisque vous avez dit, vous avez

9 confirmé le fait que ce bâtiment avait été endommagé, est-ce que vous

10 pouvez nous dire qui et comment avait endommagé ces fenêtres qui se

11 trouvent de ce côté-ci du bâtiment?

12 Réponse: Je ne saurais vous répondre.

13 Question: Pourriez-vous confirmer que le bâtiment, si on le regarde de

14 l'autre côté -puisque vous avez confirmé qu'il y avait des chambres et des

15 fenêtres de l'autre côté également-, est-ce que vous pouvez nous confirmer

16 si l'autre côté du bâtiment avait été également endommagé? Est-ce que vous

17 l'avez vu?

18 Réponse: C'est vrai, il était endommagé, l'autre côté aussi.

19 Question: Est-ce que vous confirmez que les fenêtres se trouvant des deux

20 côtés du bâtiment étaient endommagées?

21 Réponse: Oui, c'est exact.

22 Question: Pourriez-vous confirmer que les murs du bâtiment, si l'on

23 regarde du côté où se trouvent les fenêtres pour lesquelles vous avez dit

24 qu'elles avaient été endommagées, est-ce que vous pouvez nous confirmer

25 que les murs, eux aussi, avaient été endommagés?

Page 5859

1 Réponse: Oui, mais en partie. Pas beaucoup, juste en partie.

2 Question: Et quand vous dites que ces murs étaient endommagés "en partie",

3 est-ce que vous pouvez nous dire de quel côté de l'immeuble vous faites

4 référence si nous regardons l'immeuble de face, comme il se présente sur

5 la photographie?

6 Réponse: C'est de l'autre côté que l'on pouvait déceler des

7 endommagements.

8 Question: Et de ce côté-ci?

9 Réponse: Il y avait des carreaux brisés, des fenêtres endommagées.

10 Question: Donc vous dites que, de ce côté-ci, il n'y avait que les

11 carreaux qui étaient brisés et que les murs n'étaient pas endommagés?

12 Réponse: Non. Mais nous, on ne voyait pas très bien de l'autre côté, mais

13 on pouvait tout de même voir. Et on l'a vu plus tard que les fenêtres et

14 les murs avaient été endommagés.

15 Question: Quand vous dites "plus tard", est-ce que vous faites référence à

16 la période allant de 1992 à 1993 à 1994 ou plus tard? Et si plus tard,

17 quand?

18 Réponse: En 1993, vers la fin de 1993.

19 Question: Donc vous confirmez qu'à la fin de 1993 vous avez vu des

20 carreaux brisés, des fenêtres endommagées sur ce bâtiment?

21 Réponse: Exact.

22 Question: Et vous confirmez que les murs du bâtiment n'avaient pas été

23 endommagés?

24 Réponse: D'après ce que j'ai pu remarquer, non. Mais bon, je ne faisais

25 pas particulièrement attention à cela.

Page 5860

1 Mme Pilipovic (interprétation): Merci.

2 Maintenant, nous souhaitons montrer au Témoin le document 32790A.

3 M. le Président (interprétation): Vous voulez qu'on lui montre ce document

4 à Sarajevo ou bien ailleurs?

5 Mme Pilipovic (interprétation): Oui, à Sarajevo.

6 M. le Président (interprétation): Madame Philpott, pourriez-vous nous

7 aider?

8 Mme Philpott (interprétation): A Sarajevo, je crois qu'il s'agit de la

9 pièce du Procureur 32790A.

10 M. le Président (interprétation): Madame Pilipovic, il s'agit d'une

11 photographie qui avait déjà été marquée. Il s'agit d'une photographie

12 couleurs; c'est la seule photographie qui se trouve à Sarajevo pour

13 l'instant.

14 Mme Pilipovic (interprétation): Oui, mais une question encore au sujet de

15 cette photographie, pendant qu'elle est toujours sur l'écran.

16 Monsieur le Témoin, est-ce que vous voyez ces voitures sur la

17 photographie?

18 M. Kapetanovic (interprétation): Je ne vois pas la photographie, elle

19 n'est plus sur l'écran.

20 M. le Président (interprétation): Madame Philpott, Mme Pilipovic a encore

21 une question à poser au sujet de cette photographie panoramique. Pourriez-

22 vous nous dire si la photographie se trouve toujours sur l'écran, cette

23 photographie à 360 degrés?

24 Mme Philpott (interprétation): Oui, nous l'avons à nouveau.

25 M. le Président (interprétation): Vous pouvez continuer, Maître Pilipovic.

Page 5861

1 Mme Pilipovic (interprétation): Monsieur Kapetanovic, ces voitures et ces

2 camions qui se trouvent ici, qui sont garés ici, est-ce qu'ils obstruent

3 la vue sur la rue qui mène vers le cimetière militaire?

4 M. Kapetanovic (interprétation): Oui, pour l'instant. Mais ces voitures ne

5 font que passer.

6 Question: Donc vous confirmez bien que, derrière ce bâtiment, derrière le

7 foyer des étudiants, se trouve une rue qui mène vers Vojnicko Polje et

8 Nedzarici?

9 Réponse: Oui.

10 Question: Pourriez-vous nous confirmer le nom de cette rue?

11 Réponse: La rue de Branko Bujica.

12 Mme Pilipovic (interprétation): Merci.

13 Monsieur le Président, Messieurs les Juges, la défense souhaite que la

14 photographie 3279 soit placée devant le Témoin.

15 M. le Président (interprétation): Madame Philpott, veuillez montrer au

16 Témoin, à Sarajevo, la photographie P3279OB.Il s'agit de la version en

17 couleurs.

18 Maître Pilipovic, je vois que ceci a été placé sur le rétroprojecteur à

19 Sarajevo. Veuillez poursuivre.

20 Mme Pilipovic (interprétation): Oui, Monsieur le Président. Je demanderai

21 simplement que la photographie soit montrée d'un peu plus loin, afin que

22 l'on puisse voir l'ensemble de la photographie. Veuillez la déplacer sur

23 le rétroprojecteur de telle manière à ce que... Merci.

24 Monsieur le Témoin, pourriez-vous nous montrer, sur cette photographie,

25 l'endroit où vous vous trouviez au moment où MM. Ivan, Augustin et vous-

Page 5862

1 même, à la ceinture, vous avez été blessés? Vous pouvez marquer cela avec

2 un feutre noir, l'endroit où vous vous teniez.

3 (Le témoin s'exécute.)

4 Est-ce que vous pourriez apposer un cercle et écrire le n°1?

5 (Le témoin s'exécute.)

6 Hier, au cours de l'interrogatoire principal… Tout d'abord, est-ce que

7 c'est l'endroit, l'endroit que vous indiquez aujourd'hui, est-ce l'endroit

8 où vous vous teniez?

9 M. Kapetanovic (interprétation): Exactement.

10 Mme Pilipovic (interprétation): Monsieur le Président, pour le compte

11 rendu d'audience, j'indique que le Témoin montre sur la photographie un

12 endroit. Il appose le cercle et écrit le chiffre "1", dans la rue Aleja

13 Branka Bujica. Si l'on regarde la photographie, ceci se trouve au fond, au

14 milieu au fond.

15 M. le Président (interprétation): Pour le compte rendu d'audience, nous

16 pouvons voir -et si le document est admis-, tout le monde pourra voir où

17 se trouve le cercle, le n°1, et dans quelle rue. Ou plutôt, quant à la

18 question de savoir dans quelle rue cela se trouve, c'est une question

19 différente. Mais à partir du moment où la photographie est bien marquée,

20 il n'est pas nécessaire pour le compte rendu d'audience d'indiquer cela.

21 Le fait de décrire quel est l'endroit que quelqu'un montre, cela peut être

22 important puisque, dans ce cas-là, il n'y a plus de traces qui restent.

23 Mais si la photographie est marquée, ceci n'est pas nécessaire. Ce qui

24 n'est surtout pas nécessaire, c'est d'ajouter quelque chose qui n'est pas

25 visible, à savoir le nom de la rue.

Page 5863

1 Mme Pilipovic (interprétation): Merci, Monsieur le Président.

2 Monsieur le Témoin, est-ce que, à l'endroit que vous nous avez indiqué en

3 disant que vous vous y trouviez à ce moment-là, est-ce que vous confirmez

4 que vous étiez tous les trois à cet endroit, à ce moment-là?

5 M. Kapetanovic (interprétation): Exactement.

6 Question: Est-ce que vous pourriez nous dire, au moment où vous avez été

7 touché, est-ce que vous pouvez nous dire quelle était la distance entre

8 vous et le passage clouté?

9 Réponse: Eh bien, approximativement une dizaine de mètres.

10 Question: Merci.

11 Monsieur le Témoin, est-ce que, depuis l'endroit dont vous nous avez dit

12 que c'est là que vous avez été touché et que M. Ivan et le feu Augustin

13 ont été blessés, est-ce que vous pourriez dresser une ligne à partir de

14 cet endroit-là pour indiquer la direction dont, d'après vos suppositions,

15 le coup a été tiré?

16 En utilisant le marqueur, est-ce que vous pourriez nous indiquer la

17 direction par rapport au foyer des non-voyants, puisque vous dites que

18 vous supposez que c'est de là que provenaient les tirs?

19 (Le témoin s'exécute.)

20 Encore plus loin, Monsieur Kapetanovic, jusqu'à l'endroit que vous avez

21 décrit comme un foyer de non-voyants sur cette photographie.

22 (Le témoin s'exécute.)

23 Monsieur Kapetanovic, juste un instant, j'aimerais que l'on puisse voir

24 l'ensemble de la photographie sur le rétroprojecteur. Il faudrait donc la

25 déplacer un peu, encore un peu. Merci.

Page 5864

1 Monsieur le Témoin, à droite de la photographie, à l'angle, nous voyons le

2 passage clouté; est-ce exact?

3 Réponse: Oui.

4 Question: Dans l'angle de la photographie, à droite, nous voyons le toit

5 de l'immeuble que vous nous avez montré, hier, en répondant à la question

6 de mon éminent collègue de l'accusation, en disant qu'il s'agissait du

7 toit du petit immeuble qui fait l'angle. Est-ce que vous pourriez nous

8 confirmer l'endroit où l'on voit ce toit, au fond de la photographie?

9 Je vous ai dit au fond, à droite. Totalement à droite, là où se trouve le

10 passage clouté. Au fond, en bas.

11 Monsieur Kapetanovic, complètement à droite, à l'angle, là où se trouve

12 une voiture, à droite, encore plus à droite, complètement en bas, encore

13 plus à droite, encore plus en bas. Est-ce que vous m'entendez? En bas de

14 la photographie vous pouvez voir le passage clouté. En bas, encore plus en

15 bas, Monsieur Kapetanovic.

16 Réponse: (Inaudible.)

17 Question: Oui, oui, Monsieur Kapetanovic. Est-ce que c'est le passage

18 clouté que vous avez traversé, afin de poursuivre votre promenade dans la

19 rue Aleja Branko Bujica?

20 Réponse: Nous n'étions pas dans Branko Bujica mais Ante Babic.

21 Question: Excusez-moi, Ante Babic. Est-ce que c'est le passage clouté que

22 vous avez traversé?

23 Réponse: Oui.

24 Question: Merci.

25 Est-ce que, en bas, à gauche un peu, vous voyez le toit de l'immeuble qui

Page 5865

1 s'y trouve, qui fait l'angle? Vous l'avez identifié, hier, sur la

2 photographie. A côté de ce passage clouté, complètement en bas. Ca!

3 Monsieur Kapetanovic, hier, vous nous avez dit que c'était l'endroit où

4 vous vous trouviez au moment où l'on a tiré sur vous: est-ce exact?

5 Réponse: Pas là, mais l'endroit n°1. Derrière, c'est là que l'on était sur

6 le trottoir.

7 Question: Monsieur Kapetanovic, hier -d'ailleurs sur la base de la

8 séquence vidéo qui vous a été présentée lors de l'interrogatoire

9 principal-, vous avez indiqué en jaune l'endroit où vous vous teniez au

10 moment où vous avez été touché par balle. Et c'est l'endroit qui se

11 trouve, lorsqu'on traverse le passage clouté, près de la maisonnette. Ceci

12 est indiqué sur la séquence vidéo que nous pouvons vous présenter.

13 Réponse: On voit bien cela sur la photographie. Mais cette cassette montre

14 cela très bien.

15 Question: Si je vous montre l'endroit que vous venez d'indiquer, l'endroit

16 où se trouve la maisonnette, est-ce que vous seriez d'accord pour dire que

17 c'est l'endroit qui est montré sur la cassette vidéo?

18 Réponse: Oui. C'est exact. C'est ce qui se voit sur la cassette vidéo.

19 Question: Est-ce que vous pourriez nous montrer, sur la photographie,

20 l'endroit où vous voyez le toit de la maisonnette. Est-ce que vous

21 pourriez marquer cela, s'il vous plaît? Est-ce que vous pourriez apposer

22 le chiffre "2" un peu au-dessus de ce toit?

23 Monsieur Kapetanovic, pourriez-vous, par rapport à cet endroit que vous

24 avez indiqué, marquer par le n°2 en indiquant que c'est l'endroit où vous

25 vous teniez? Est-ce que vous pourriez nous montrer la direction, nous

Page 5866

1 indiquer la direction dont provenaient les tirs au moment où vos amis ont

2 été blessés? Est-ce que vous pourriez dresser une ligne vers le foyer des

3 non-voyants à partir de cet endroit n°2?

4 Réponse: Nous ne pouvons pas le faire si nous ne savons pas si les coups

5 provenaient directement de cet endroit, puisque nous n'avons rien entendu.

6 Nous avons réalisé ce qui s'est passé seulement au moment où nous avons

7 été blessés. Je ne peux donc pas vous dire avec certitude d'où provenaient

8 les tirs. Je ne pas l'affirmer.

9 Question: Vous nous dites, donc, que vous ne savez pas de quelle direction

10 provenaient les tirs?

11 Réponse: Nous supposions à cent pour cent que ça provenait de la direction

12 du foyer des non-voyants.

13 Mme Pilipovic (interprétation): Par rapport à l'endroit n°2, est-ce que

14 vous pourriez tirer une ligne dans la direction du foyer des non-voyants,

15 si l'on part de la supposition selon laquelle c'est de là que le coup a

16 été tiré? Donc est-ce que vous pourriez dresser une ligne dans la

17 direction du foyer des non-voyants depuis l'endroit 2, l'emplacement 2?

18 M. le Président (interprétation): Je souhaite simplement dire aux parties

19 que je comprends tout à fait vos questions, mais je m'attendrais aussi à

20 des questions différentes posées à ce sujet.

21 Je pense que la Chambre doit constater que ce Témoin n'est pas capable de

22 répondre de manière cohérente sur des questions liées à ces photographies.

23 Si l'une quelconque des parties conteste cela, je souhaite en être informé

24 dès à présent pour pouvoir être à même de réfléchir de manière

25 supplémentaire à cela, pour voir ce que l'on peut faire. Mais je pense que

Page 5867

1 ceci est plutôt inutile.

2 Et puisque l'interrogatoire des témoins est soumis aux instructions de la

3 Chambre, je suggère que l'on ne continue plus dans ce sens, non pas parce

4 que vos questions sont sans pertinence, mais parce que tout le monde a

5 compris jusqu'à maintenant que les réponses à ces questions sont plutôt

6 incohérentes.

7 Je vois que M. Ierace fait un signe approbatif de la tête. C'est ce dont

8 on parlait hier, d'ailleurs, Monsieur Ierace, aussi.

9 Mme Pilipovic (interprétation): Oui, Monsieur le Président. La défense va

10 donc poser une question sur la base de la photographie 3280U. Encore une

11 question donc au Témoin. Ensuite, il me restera encore quelques questions

12 et ce sera la fin du contre-interrogatoire.

13 M. le Président (interprétation): Oui, veuillez poursuivre.

14 Mme Pilipovic (interprétation): Monsieur Kapetanovic, voyez-vous cette

15 photographie avec les camions et les voitures?

16 M. Kapetanovic (interprétation): Je ne vois pas.

17 M. le Président (interprétation): Vous parlez de la photographie à 360

18 degrés?

19 M. Kapetanovic (interprétation): Je vois maintenant.

20 M. le Président (interprétation): Oui, veuillez poursuivre.

21 Mme Pilipovic (interprétation): Merci, Monsieur le Président.

22 Monsieur Kapetanovic, est-ce que, sur la photographie, en bas à droite,

23 complètement à droite, est-ce que vous voyez un immeuble au fond, à

24 droite?

25 M. le Président (interprétation): Monsieur Ierace?

Page 5868

1 M. Ierace (interprétation): Monsieur le Président, pour éviter toute

2 confusion, je souhaite clarifier la pièce à conviction de la photographie

3 électronique. Ma collègue a dit qu'il s'agissait de 3280, mais il s'agit

4 de 3279U, en fait.

5 Mme Pilipovic (interprétation): Merci.

6 M. le Président (interprétation): Oui, poursuivez.

7 Mme Pilipovic (interprétation): Monsieur Kapetanovic, est-ce que, au fond

8 de cette photographie, tout à fait à droite, vous voyez un immeuble?

9 Peut-on déplacer la photographie un peu à droite, s'il vous plaît? Stop!

10 Est-ce que, maintenant, sur cette photographie, allant dans la direction

11 du passage clouté, tout droit, vous voyez au fond un immeuble derrière le

12 foyer des non-voyants?

13 M. Kapetanovic (interprétation): Oui, je vois.

14 Question: Est-ce que vous pouvez confirmer qu'il s'agit là du bâtiment

15 d'Oslobodenje?

16 Réponse: Oui.

17 Question: Est-ce que vous pouvez nous confirmer que l'immeuble

18 d'Oslobodenje, pendant le conflit en 1992, 1993, 1994, était contrôlé par

19 l'armée de Bosnie-Herzégovine?

20 Réponse: Je ne le sais pas.

21 Question: Est-ce que vous avez des connaissances que la police assurait la

22 sécurité de cet immeuble pendant toute cette période à Sarajevo?

23 Réponse: Je ne le sais pas.

24 Question: Merci.

25 Monsieur Kapetanovic, est-ce que vous pourriez nous dire quelles étaient

Page 5869

1 les couleurs des vestes que vous aviez ce jour-là, lors de votre

2 promenade?

3 Réponse: Je ne peux pas, il s'agissait d'habits normaux, des vestes

4 normales. On portait ce que l'on avait, mais je ne me souviens pas des

5 détails.

6 Question: Merci.

7 Vous nous avez dit que, ce jour-là, un cessez-le-feu avait été signé; est-

8 ce exact?

9 Réponse: Je ne l'ai pas affirmé et je ne le sais pas d'ailleurs.

10 Mme Pilipovic (interprétation): Merci.

11 Monsieur le Président, la défense n'a plus de questions.

12 M. le Président (interprétation): Monsieur Ierace, le Procureur souhaite

13 t-il poser des questions supplémentaires?

14 M. Ierace (interprétation): Oui, mais brièvement.

15 M. le Président (interprétation): Oui, veuillez poursuivre.

16 Monsieur Kapetanovic, le Procureur va vous poser quelques questions

17 supplémentaires. Allez-y, Monsieur Ierace.

18 (Interrogatoire principal supplémentaire du témoin, Marko Kapetanovic, par

19 M. Ierace.)

20 M. Ierace (interprétation): Monsieur Kapetanovic, pendant que mon éminente

21 collègue vous posait des questions, elle parlait de la rue Aleja Branko

22 Bujica: est-ce qu'il s'agit là de la même rue que la rue Ante Babic ou

23 bien, s'agit-il d'une autre rue?

24 M. Kapetanovic (interprétation): Non.

25 Question: Vous voulez dire qu'il ne s'agit pas là de la même rue que la

Page 5870

1 rue Ante Babic?

2 Réponse: Non.

3 Question: Monsieur Kapetanovic, vous étiez dans quelle rue lorsque vous et

4 vos deux amis avez essuyé des tirs, et lorsque deux de vos amis ont été

5 blessés?

6 Réponse: Nous étions dans la rue Ante Babic.

7 M. Ierace (interprétation): Peut-on montrer au témoin la photographie

8 32790B, la photographie aérienne de Sarajevo?

9 M. le Président (interprétation): Monsieur Ierace, j'ai déjà dit à

10 l'attention de la défense que ce genre de questions concernant ce genre de

11 photographies constituaient un exercice extrêmement difficile.

12 Je ne sais pas quelle est la question que vous souhaitez poser au Témoin.

13 Veuillez nous éviter de rencontrer les mêmes difficultés avec le Témoin.

14 M. Ierace (interprétation): Est-ce que vous voyez sur cette photographie

15 la rue Ante Babic?

16 M. Kapetanovic (interprétation): Oui.

17 M. Ierace (interprétation): Veuillez montrer cela.

18 Le Témoin indique la rue qui est en parallèle par rapport à la partie

19 inférieure de la photographie, et c'est là que se trouve la rue.

20 Monsieur Kapetanovic, est-ce que vous voyez, où que ce soit sur cette

21 photographie, la rue Aleja Branko Bujica?

22 Le Témoin indique la rue qui traverse, qui coupe la rue identifiée comme

23 la rue Ante Babic et qui est en parallèle par rapport à la partie droite

24 de la photographie.

25 Je n'ai plus de questions à poser.

Page 5871

1 M. le Président (interprétation): Merci, Monsieur Ierace.

2 Monsieur Kapetanovic, vous avez répondu à toutes les questions du

3 Procureur et de la défense. Les Juges n'ont plus de questions à vous

4 poser. Je souhaite vous remercier vivement d'être revenu non pas seulement

5 une fois mais même deux fois, afin de déposer et fournir des informations

6 aux parties et à la Chambre de première instance. Merci beaucoup.

7 M. Kapetanovic (interprétation): Merci beaucoup à vous.

8 M. le Président (interprétation): Madame Philpott, peut-on escorter le

9 Témoin à l'extérieur de la sale vidéo à Sarajevo?

10 (Le témoin, M. Marko Kapetanovic, n'est plus à l'écran.)

11 Monsieur Ierace, ai-je bien compris si je dis que votre témoin suivant

12 sera Fatima Pita? C'est le changement que vous aviez indiqué auparavant.

13 M. Ierace (interprétation): Oui.

14 (Questions relatives à la procédure - Matières relatives aux éléments de

15 preuve.)

16 M. le Président (interprétation): Madame Philpott, à Sarajevo, si vous

17 m'entendez, vous pouvez faire introduire le témoin suivant, Madame Fatima

18 Pita. Et, entre-temps, nous pouvons traiter des documents.

19 Madame la Greffière d'audience, est-ce que vous pourriez nous aider en ce

20 qui concerne une partie des documents qui ont été utilisés? Ils ont déjà

21 été versés au dossier mais il y en a qui étaient nouveaux.

22 Oui, s'il vous plaît, veuillez les décrire et annoncer. Je pense que le

23 premier est P3202.

24 Mme Thompson (interprétation): Oui, c'est P3202: il s'agit de la carte où

25 la croix rouge est indiquée.

Page 5872

1 M. le Président (interprétation): D'accord, c'est admis.

2 La suivante?

3 Mme Thompson (interprétation): La suivante est P3280U, c'est la cassette

4 vidéo.

5 M. le Président (interprétation): Très bien, c'est admis aussi.

6 Mme Thompson (interprétation): La suivante est P3265, c'est une

7 photographie des bâtiments.

8 M. le Président (interprétation): D'accord, ceci est admis aussi.

9 Mme Thompson (interprétation): P3729U: il s'agit du CD-Rom électronique à

10 360 degrés.

11 M. le Président (interprétation): C'est admis aussi.

12 Mme Thompson (interprétation): La dernière est P3279B, il s'agit de la

13 version P32790A qui porte des annotations.

14 M. le Président (interprétation): Oui.

15 Maître Piletta-Zanin?

16 M. Piletta-Zanin: Oui, Monsieur le Président. Simplement pour indiquer que

17 la défense a toujours les mêmes objections, mais je le rappelle pour que

18 ce soit clair par rapport à ces pièces électroniques. D'autant plus dans

19 ce cas où nous avons vu que le Témoin a donné trois localisations, au

20 minimum, pour son incident. Par conséquent, nous avons toujours,

21 formellement, les mêmes objections. Merci.

22 M. le Président (interprétation): Oui, l'objection contre cette

23 photographie à 360 degrés, photographie panoramique, va être acceptée à

24 chaque fois que nous devrions prendre une décision sur ce type de

25 matériel. Donc 3-2-7-9-0-B va aussi être admise et versée au dossier.

Page 5873

1 Madame Philpott, pourrais-je vous demander de nous amener à La Haye le

2 moyen de preuve 3-2-7-9-0-B? J'espère que vous pouvez le garder de vos

3 soins jusqu'à ce que vous soyez rentrée à La Haye.

4 Oui, juste avant. Le Témoin nous attend.

5 M. Piletta-Zanin: Simplement, pour l'audition de ce Témoin, nous aurions

6 aimé recevoir les fameux documents militaires dont nous avons parlé il y a

7 quelque temps déjà. Nous ne les avons pas: la défense est nouvellement

8 handicapée. Merci.

9 M. le Président (interprétation): Nous avons pris note de votre remarque,

10 Maître Piletta-Zanin.

11 Madame Philpott, je vois que les écouteurs sont sur la tête de notre

12 Témoin.

13 Madame Pita, bienvenue. Bienvenue, je ne peux pas vous dire bienvenue dans

14 cette Chambre, mais en tout cas, bienvenue dans cette chambre vidéo d'où

15 vous nous voyez et nous vous voyons. J'en déduis que vous nous entendez

16 dans une langue que vous connaissez.

17 Mme Pita (interprétation): Bonjour de Sarajevo, Sarajevo ensoleillée.

18 M. le Président (interprétation): Merci beaucoup pour le soleil que vous

19 amenez à La Haye, Madame Pita.

20 Avant de témoigner ici, au Tribunal, le Règlement de procédure et de

21 preuve vous demande de dire que la vérité et rien que la vérité. Le texte

22 vous est montré maintenant par la Greffe, et j'aimerais que vous nous

23 fassiez cette déclaration.

24 Mme Pita (interprétation): Je déclare solennellement que je dirai que la

25 vérité, toute la vérité et rien que la vérité.

Page 5874

1 M. le Président (interprétation): Merci beaucoup, Madame Pita. Veuillez-

2 vous asseoir.

3 Madame Pita, selon l'ordonnance, vous allez d'abord être interrogée par le

4 conseil de l'accusation, ensuite par le conseil de la défense. Si vous

5 avez des questions, vous pouvez nous les poser. Si vous avez des questions

6 en plus, vous aurez des réponses.

7 Oui, Monsieur Ierace.

8 (Interrogatoire principal du témoin, Mme Fatima Pita, par M. Ierace.)

9 M. Ierace (interprétation): Vous appelez-vous Fatima Pita?

10 Mme Pita (interprétation): Oui.

11 Question: En 1992, habitiez-vous à Sarajevo?

12 Réponse: Oui.

13 Question: Y habitiez-vous pendant tout le conflit armé, entre 1992 et

14 1995?

15 Réponse: Non.

16 Question: Y habitiez-vous…, je me reprends: y habitiez-vous en septembre

17 1992, à la fin septembre 1992?

18 Réponse: Oui.

19 Question: Etiez-vous, à cette époque-là, mariée en décembre 1992?

20 Réponse: Oui.

21 Question: Aviez-vous des enfants en décembre 1992?

22 Réponse: Oui, j'en avais.

23 Question: Combien d'enfants aviez-vous?

24 Réponse: Deux.

25 Question: Comment s'appelaient vos enfants, et de quel sexe étaient-ils?

Page 5875

1 Réponse: J'avais deux filles: la plus âgée s'appelait Selma, et la plus

2 jeune s'appelait Anisa.

3 Question: Quel âge avaient-elles en décembre 1992?

4 Réponse: Selma est née le 27 mars 1975. Et ma fille la plus âgée, d'un

5 autre mariage, est née le 16 juin 1989. Et de mon deuxième mariage .

6 Question: Où habitiez-vous à Sarajevo, en décembre 1992?

7 Réponse: J'habitais à Stari Grad, la rue Zagrici au n°38.

8 Question: A cette adresse-là, pendant le conflit et jusqu'en septembre

9 1995, y a-t-il eu des bombardements, des obus qui sont tombés?

10 Réponse: Oui, tous les jours il y avait des obus qui tombaient comme la

11 pluie.

12 Question: Pendant les conflits armés, votre fille Anisa a-t-elle été

13 blessée?

14 Réponse: Oui.

15 Question: Quand cela s'est-il passé?

16 Réponse: Le 13 décembre 1992, entre 10 heures et 11 heures du matin.

17 Question: Y a-t-il eu des tirs d'obus près de chez vous, soit ce matin-là,

18 le soir d'avant, ou quelques jours avant même?

19 Réponse: La nuit d'avant.

20 Question: Ou étiez-vous pendant les bombardements?

21 Réponse: Ma famille, moi-même et certains de nos voisins étaient dans la

22 cave.

23 Question: Donc votre mari, vous-même et vos deux enfants, ainsi que

24 certains de vos voisins, étaient dans la cave pendant les bombardements la

25 nuit d'avant. Est-ce exact?

Page 5876

1 Réponse: Oui.

2 Question: Combien de bombes, d'obus avez-vous entendu tomber dans la zone

3 la nuit d'avant, et cela de votre cave?

4 Réponse: La nuit d'avant, c'est-à-dire le 12 décembre, cette soirée-là, du

5 début de soirée jusqu'au début de la matinée, j'ai compté environ 70 obus…

6 70 obus pour de sûr.

7 Question: Quelle était votre situation résidentielle le 13 décembre 1992?

8 Réponse: La maison est une maison assez ancienne et elle est sur une

9 colline inclinée. Et donc, la cave était en ciment, mais la porte pour

10 aller dans la cave n'était pas aussi protégée; elle était vulnérable comme

11 les portes au-dessus de la cave.

12 Question: Dans quelles conditions votre maison se trouvait-elle le matin

13 du 13 décembre 1992 et ceci, en ce qui concerne la propreté de votre

14 maison?

15 Réponse: Elle n'était pas en très bon état. Elle avait été touchée par

16 deux obus, deux qui étaient tombés sur le toit, mais heureusement, ils

17 n'avaient pas explosé. Mais les autres obus sont tombés autour de la

18 maison, près du portail d'entrée. Ce matin-là, quand les choses se sont

19 calmées, je suis allée dehors parce que, dans la cave, il n'y avait pas de

20 toilettes. Donc nous devions monter, aller à l'étage, une, deux ou trois à

21 la fois.

22 Et j'ai donc vu, à ce moment-là, que la porte pour aller dans le salon

23 était cassée. Il y avait des briques et des morceaux d'acier, de la terre,

24 etc. J'ai vu aussi des fleurs devant ma porte. Mais tout avait été

25 bombardé, tout était éparpillé à l'intérieur de la maison et ce n'était

Page 5877

1 plus reconnaissable.

2 Question: Y avait-il des militaires positionnés près de votre maison, à

3 cette époque-là?

4 Réponse: Non.

5 Question: Habitiez-vous dans une zone du côté du Gouvernement bosnien, de

6 la ligne de confrontation ou de l'autre côté de la ligne de confrontation,

7 à ce moment-là?

8 Réponse: Je ne sais pas de quel côté ils étaient: à la droite ou à gauche.

9 Je crois que c'était vers la droite, en dessous de Trebevic.

10 Question: Ma question était de savoir de quel côté de la ligne de

11 confrontation votre maison se trouvait: si elle se trouvait du côté des

12 forces du Gouvernement bosnien ou de l'autre côté?

13 Réponse: Du côté serbe, il y avait des forces de l'armée serbe.

14 Question: Etes-vous en train de dire que vous et votre famille habitiez du

15 côté serbe de la ligne de confrontation?

16 Réponse: C'était notre territoire. Nous y habitions. Derrière nous, il y

17 avait les positions serbes.

18 M. Ierace (interprétation): Très bien.

19 Madame Pita, avez-vous compris, pendant la guerre, que les forces

20 contrôlant la partie principale de la ville étaient les forces armées du

21 Gouvernement bosnien? Est-ce que c'est cela que vous avez compris de la

22 situation?

23 Mme Pita (interprétation): Je n'ai pas compris votre question.

24 M. Piletta-Zanin: Malgré ma crainte de faire objection je dois le faire

25 ici, parce que nous savons que, lorsque nous parlons de "la ville", nous

Page 5878

1 avons vu qu'il y a de nombreuses parties de la ville qui étaient réparties

2 entre plusieurs factions. Est-ce que, par conséquent, M. Ierace pourrait

3 préciser de quelle fraction, de quel quartier il parle très exactement?

4 M. le Président (interprétation): Oui, Monsieur Ierace, vu que Me Piletta-

5 Zanin ne semble pas comprendre, ou du moins comprend… ou croit que ce

6 n'est peut-être pas clair pour le Témoin, pourriez-vous peut-être répéter

7 la question? Mais il n'est pas nécessaire de répéter toutes les parties de

8 la ville.

9 M. Ierace (interprétation): Oui, Monsieur le Président, j'avais fait

10 attention de mentionner une partie de la ville, la partie principale de la

11 ville. Mais je vais répéter ma question.

12 Madame Pita, vous avez, il y a quelques instants, vous avez fait référence

13 au côté serbe de la ligne de confrontation. Ce côté-là était-il votre côté

14 ou l'autre côté? C'était le côté serbe ou c'était l'autre côté? Je crois

15 que vous avez répondu par "oui". Donc je vais reformuler ma question: où

16 était votre maison approximativement des lignes de confrontation en

17 décembre 1992?

18 Mme Pita (interprétation): Voici comment je peux clarifier les choses. Sur

19 la colline, il y a un rocher que nous appelons "Baba". C'est de là que

20 l'on a tiré sur ma fille. Avant la guerre, je suis allée plusieurs fois

21 sur cette colline pour pique-niquer. Il y a une superbe vue de Sarajevo,

22 et nous nous y réunissions pour... Je ne peux pas dire. Je ne suis pas

23 experte, mais je pense que c'était environ à 200 ou 300 mètres d'altitude.

24 Question: Quelles forces contrôlaient Baba, le jour où votre fille a été

25 blessée?

Page 5879

1 Réponse: Oui, c'était le rocher Baba, et entre le rocher de Baba, il y

2 avait une route contrôlée par les forces serbes. Cette route passait entre

3 les deux rochers; un des rochers était plus élevé que l'autre.

4 Question: Si vous pouviez, s'il vous plaît, écouter un peu plus

5 attentivement ma question: quelles forces contrôlaient Baba le jour où

6 votre fille a été blessée? C'étaient les forces serbes?

7 Réponse: Oui, les forces serbes.

8 M. Ierace (interprétation): Pour revenir au matin du 13 décembre, vous

9 nous avez parlé de la condition dans laquelle se trouvait votre maison.

10 Aviez-vous l'eau courante à l'époque?

11 M. le Président (interprétation): Oui, Maître Piletta-Zanin?

12 M. Piletta-Zanin: Je me dois d'intervenir pour une question à laquelle,

13 après trois ou quatre reprises, on dit: "Etaient-ce les forces serbes?".

14 Cette question-là me paraît évidemment une question de type "leading

15 question". Il ne me paraît pas qu'elle puisse être acceptable.

16 M. Ierace (interprétation): Monsieur le Président, en fait, la question

17 que j'ai posée n'était pas une question destinée à amener le témoin… Et

18 pendant qu'elle répondait, d'ailleurs, j'ai commencé à lui poser une autre

19 question qui aurait suggéré d'autres réponses. Mais je n'ai eu que le

20 temps de dire "forces serbes" quand j'ai été interrompu.

21 Donc, sur le transcript, il apparaît que c'est une question qui mène le

22 témoin, mais en fait cela n'en est pas.

23 M. le Président (interprétation): Sur le transcript, il y a trois petits

24 points, donc. J'ai bien compris que vous avez été interrompu par le Témoin

25 qui n'a pas attendu pour donner sa réponse, donc veuillez continuer.

Page 5880

1 M. Ierace (interprétation): Madame Pita, aviez-vous de l'eau en décembre?

2 Mme Pita (interprétation): Non, nous n'en avions pas.

3 En 1992, ma maison et moi, personnellement, n'avions pas d'eau,

4 d'électricité, ni de téléphone. Tout cela a été coupé. Et je crois que

5 tout a été coupé le même jour d'ailleurs.

6 Question: Est-ce que quelqu'un a eu de l'eau ce matin-là?

7 Réponse: Oui. Oui, le 12, le 12 décembre, le matin du 12. J'étais la

8 première à me lever, les autres se sont levés aussi. Parce que, croyez-

9 moi, Monsieur le Président, si vous n'avez pas d'électricité, pas d'eau et

10 rien à manger, et si vous n'avez aucun contact avec personne, eh bien,

11 croyez-moi, vous n'arrivez pas à dormir très longtemps. Donc en général,

12 on se couchait très tôt et on se levait très tôt aussi.

13 Question: Je vous parle du 13 décembre, et je crois que c'est à cette

14 date-là que vous avez dit que votre fille avait été blessée; est-ce exact?

15 Réponse: Oui. Mon mari ainsi que ma petite fille sont allés chercher de

16 l'eau, cette nuit-là, dans la soirée du 12. Il y avait un petit peu de

17 pluie, et nous étions assez contents de ce fait, vu que cela nous

18 apportait un peu d'eau, et vu que cela signifierait que, en général, les

19 rivières gonfleraient. C'était important pour des raisons d'hygiène et

20 pour faire le ménage. Parce que les ruisseaux gonflaient en montagne quand

21 il pleut.

22 Question: Quelle heure était-il quand votre mari et votre petite fille

23 sont allés chercher de l'eau.?

24 Réponse: Ils sont partis, je ne me souviens plus exactement, mais je crois

25 que c'était vers 8 heures ou entre 8 heures et 9 heures.

Page 5881

1 Mon mari a pris un récipient et ma petite fille avait un petit récipient à

2 elle; c'était un d'environ 5 litres, je crois. Elle aimait beaucoup son

3 père. En général, donc, elle allait avec son père pour aller chercher de

4 l'eau au ruisseau. Il n'y avait pas beaucoup d'eau là-bas, juste un petit

5 peu. Il y avait beaucoup de monde, en général, donc il fallait attendre et

6 faire la queue.

7 Elle est revenue dix minutes plus tard, et son père est resté.

8 Question: Quand vous faites référence à votre petite fille, voulez-vous

9 dire Anisa?

10 Réponse: Oui, je faisais référence à ma petite fille Anisa. Anisa est

11 retournée de là où était l'eau. Elle a trouvé une fille qui avait 4 ou 5

12 ans de plus qu'elle, et elles sont rentrées ensemble pour jouer.

13 Elles sont rentrées pour jouer parce que, ce soir-là, il y avait eu

14 beaucoup d'obus, et pendant le matin c'était plus calme.

15 En ce qui concerne le temps, il ne faisait pas très bon. Il y avait du

16 brouillard. Et en général, on en profitait quand il n'y avait pas beaucoup

17 de visibilité pour aller chercher de l'eau ou pour aller chercher de

18 l'alimentation ou du bois. Quand elle est rentrée, son amie avait des

19 pantoufles sur les pieds. Ma petite fille...

20 Il y avait une certaine interférence, on n'entendait pas bien.

21 Donc ma petit fille faisait ses lacets. Elle a entendu des tirs. Elle

22 était à un demi-mètre de sa copine quand elle a été touchée. Elle a vu de

23 la poussière. Elle a entendu des cris. Et quand elle est tombée, sa tête a

24 touché l'entrée de la porte. Elle n'était pas couchée, elle était

25 accroupie. Elle avait ouvert la bouche en grand; je croyais qu'elle était

Page 5882

1 touchée mortellement, mais je ne voyais pas de sang autour d'elle. Je

2 croyais qu'elle était touchée dans la tête. Mais moi, je me sentais

3 vraiment malade moi-même et je criais tellement fort que tous les voisins

4 sont venus pour voir ce qui se passait.

5 Je n'étais pas consciente, Monsieur le Président, je ne sais même pas

6 aujourd'hui ce que j'ai fait, si je l'ai ramenée au salon. Je n'étais qu'à

7 moitié consciente. Cela s'est vraiment passé dans une fraction de seconde.

8 Les autres sont venus, ils m'ont jeté de l'eau. Ils m'ont dit: "Ce n'est

9 pas grave, elle n'a pas été touchée. Elle a été touchée pas dans la tête,

10 mais dans les jambes."

11 Et moi, je me suis ré-évanouie quand j'ai vu qu'elle avait survécu et que

12 ce n'était pas si grave que cela.

13 Je suis revenue à moi-même, j'ai repris conscience. Je me suis rendu

14 compte que je devais l'aider pour ne pas qu'elle saigne, pour ne pas

15 qu'elle ait d'hémorragie.

16 Quand mon mari a entendu qu'elle était blessée, il est revenu très

17 rapidement. Il a utilisé l'eau qu'il avait ramenée, 5 ou 6 litres, pour

18 nous arroser.

19 Ensuite, je me suis retournée pour essayer de trouver un pansement pour sa

20 blessure.

21 Quand on a découpé son pantalon, on a vu qu'elle avait été touchée à la

22 jambe. Il n'y avait pas beaucoup de sang. J'ai vu la blessure

23 personnellement, j'ai vu la trace que la balle avait laissée. C'était une

24 blessure d'entrée. Nous avons pris ce que nous avions de propre. C'était

25 dur de trouver quelque chose, mais nous avions des draps et nous avons

Page 5883

1 utilisé cela.

2 Ensuite, mon mari a pris la petite fille et l'a emmenée à la clinique. Il

3 l'a emmenée là-bas, mais ils n'avaient pas beaucoup de pansements propres

4 là-bas non plus. Mais ce qu'ils ont fait, ils ont utilisé les pansements

5 qu'ils avaient, ils lui ont mis un pansement. On leur a dit aussi que

6 c'était une blessure qui devait être opérée et qu'elle devait aller au

7 service d'orthopédie. Mais on n'avait pas de moyen de transport, donc on a

8 dû la porter.

9 Ensuite, les feux ont commencé là, entre les deux immeubles, à cet endroit

10 qui s'appelait Mejtas. On peut voir, c'est vraiment un endroit assez

11 vulnérable.

12 On l'a emmenée donc à la clinique, à l'hôpital. Ils nous ont admis là-bas.

13 A l'hôpital, il y avait un monde fou. Nous sommes entrés par la porte

14 d'entrée. Je me souviens que, à ce moment-là, il y avait une étrangère,

15 une Bulgare, un docteur bulgare qui nous a aidés. Elle nous a emmenés dans

16 la salle de chirurgie. Elle nous a demandé de partir.

17 Nous sommes sortis et je me suis presque évanouie, encore une fois. Mais

18 elle nous a dit que tout allait bien se passer, qu'ils allaient opérer ma

19 fille.

20 Ensuite, ils sont ressortis. Ils nous ont dit qu'il n'y avait pas assez de

21 place. Ils nous ont dit qu'il faudrait que leur fille reste là sept à huit

22 jours pour qu'elle se remette de sa blessure.

23 Il n'y avait pas d'anesthésie ou d'injection. Ils ont fait un système de

24 drainage pour sa blessure, pour s'assurer du drainage de la blessure. Mon

25 mari et moi-même avons dû l'y amener tous les matins. Je ne peux pas vous

Page 5884

1 dire combien de temps c'était, mais en tout cas, nous l'avons amenée tous

2 les matins.

3 Tout ce que je peux vous dire, c'est que c'était pas une fille très

4 lourde. C'était une toute petite fille de 9 kilos, mais c'est très

5 difficile de vous cacher et de vous protéger derrière des immeubles, et de

6 craindre à chaque fois de ne pas y arriver vivant.

7 M. Ierace (interprétation): Vous avez dit que, quand vous l'avez amenée à

8 la clinique…

9 M. Piletta-Zanin: Je ne voulais pas interrompre ce Témoin, et je ne l'ai

10 pas fait avant, mais relativement à ce qui s'est produit en page 66, ligne

11 6 du transcript tel que je le vois en anglais, il y aura une substantielle

12 différence dans le transcript français. Parce que, dans le transcript

13 français, j'ai cru entendre: "Elle était à un mètre ou un mètre et demi de

14 moi", parlant de son amie, alors que dans le transcript anglais, nous

15 avons: "J'étais". C'est une chose qui peut être relativement importante de

16 savoir si ce témoin parlait d'elle ou de son amie.

17 Nous aurons cette différence dans les deux transcripts. Je tenais à le

18 dire pour la cabine. Merci.

19 M. le Président (interprétation): Oui, nous le voyons aussi à la page 66,

20 à la ligne n°5.

21 Monsieur Ierace, il y a une certaine interférence. Nous l'avons aussi vu

22 sur les écrans, l'image ne bougeait plus à un certain moment. Je ne

23 voulais pas vous interrompre, mais peut-être que vous pourriez ramener le

24 Témoin à cet endroit-là pour clarifier, pour avoir des éclaircissements

25 sur la réponse pour que le... Parce qu'il semble y avoir eu une

Page 5885

1 interruption.

2 M. Ierace (interprétation): Madame Pita, pendant que vous nous avez donné

3 ce récit, il y a eu une interruption dans ce que nous avons entendu.

4 Mme Pita (interprétation): Laissez-moi répondre.

5 Question: Nous avons tous entendu ce que vous avez dit, sauf pendant

6 environ sept secondes, et je vais vous dire quand c'était. Vous nous avez

7 dit que c'était un temps où il faisait mauvais, qu'il y avait du

8 brouillard. Et vous avez dit que, quand la visibilité n'était pas très

9 bonne, en général vous sortiez pour aller chercher de quoi manger et du

10 bois.

11 Et quand votre fille est retournée, elle avait des pantoufles, et que

12 votre petite fille donc rentrait, et qu'ensuite, votre petite fille a

13 commencé à faire ses lacets et que vous avez entendu des tirs, et que vous

14 étiez à un demi-mètre de votre fille quand elle a été tirée dessus. Tout

15 ce que vous avez vu, c'est de la poussière. Et votre fille a crié.

16 Il y a une période de quelques secondes que nous avons ratée. Vous

17 souvenez-vous de ce que vous avez dit pendant ces secondes-là?

18 J'aimerais vous rappeler le fait que nous vous avons entendu dire que

19 c'était à ce moment-là que votre fille était rentrée.

20 Réponse: Oui, je vais éclaircir cela.

21 Ce n'était pas une copine à moi, cette petite fille avec laquelle ma

22 petite fille était venue, c'était sa copine à elle. Mon Anisa avait 3 ans

23 et demi, et la petite fille avait 5 ans. Donc elles étaient copines.

24 Elles étaient revenues de l'endroit où on est allés chercher de l'eau pour

25 revenir jouer chez nous, dans notre maison, ou plutôt au sous-sol.

Page 5886

1 Donc ce n'était pas ma collègue à moi.

2 Excusez-moi, Monsieur le Président, Messieurs les Juges. Peut-être que

3 j'ai fait une erreur, moi.

4 M. Ierace (interprétation): Monsieur le Président, devrais-je continuer

5 l'interrogatoire?

6 M. Piletta-Zanin: Cela n'a fait qu'obscurcir le débat, j'ai l'impression.

7 Ce que nous aurions voulu savoir -mais je peux peut-être assister mon

8 confrère-, c'est qui était là. Simplement. Qui était à un demi-mètre ou un

9 mètre et demi de l'enfant? C'est ça la question, Monsieur Ierace, puisque

10 dans les transcripts nous avons cette différence.

11 Nous savons que c'était l'amie de sa fille, ça, nous l'avons tous compris.

12 Par contre, qui était à un demi-mètre ou un mètre et demi de sa fille -ou

13 peu importe la distance-, lorsque l'accident est intervenu? C'est là

14 qu'est en quelque sorte le nœud gordien qu'il vous faut trancher, Monsieur

15 Ierace.

16 M. Ierace (interprétation): Monsieur le Président, j'ai voulu poser ces

17 questions au Témoin. Mais, tout d'abord, j'ai voulu demander au Témoin de

18 remplir les vides.

19 M. le Président (interprétation): Le vide est apparemment comblé. Nous ne

20 savons pas exactement ce qui a été dit, mais j'ai l'impression que nous

21 pouvons continuer, même en ne tenant pas compte de ces quelques secondes.

22 Donc, compte tenu de ce point qu'a soulevé Me Piletta-Zanin, vous pouvez

23 continuer. Mais, en regardant l'heure, je me dis que nous ferions mieux de

24 faire une pause maintenant. Et, comme je vous ai dit, cette pause sera

25 plus longue que la pause d'habitude.

Page 5887

1 Madame Pita, nous allons faire une pause d'à peu près une demi-heure.

2 Après cela, le conseil du Bureau du Procureur va continuer à vous

3 interroger. Et ensuite, le conseil de la défense va prendre la relève.

4 Donc nous allons avoir une pause d'une demi-heure et reprendre d'ici une

5 demi-heure.

6 (L'audience, suspendue à 12 heures 37, est reprise à 13 heures 15.)

7 Monsieur Ierace?

8 M. Ierace (interprétation): Monsieur le Président, j'attire votre

9 attention sur le fait que j'ai parlé avec une interprète, ce matin, qui a

10 dit qu'il est très difficile de traduire à cause de la mauvaise

11 transmission de la voix. Et donc, elle demande s'il serait possible de

12 filtrer pour ainsi dire la voix, de la rendre plus claire, parce que ceci

13 rend leur travail très, très difficile. Peut-être que l'on devrait en

14 parler à la cabine technique?

15 M. le Président (interprétation): Est-ce que vous avez parlé aux

16 représentants de la technique? Si vous avez fait cela au cours de la

17 pause, cela ne m'aurait pas du tout dérangé. Je vais donc demander aux

18 techniciens de voir s'il est possible de faire quelque chose, si une pause

19 leur suffirait pour améliorer les choses.

20 Evidemment que nous allons faire une pause, et si vous pouvez continuer,

21 si vous pouvez tout simplement essayer de continuer d'améliorer un peu les

22 choses un peu, eh bien, évidemment ce serait préférable. Mais puisque je

23 ne vois pas de requête de la part de la cabine technique pour avoir une

24 pause, nous allons peut-être parler un peu plus rapidement.

25 Madame Philpott, vous avez entendu en ce qui concerne les problèmes

Page 5888

1 techniques: si il y a quoi que ce soit qui peut être fait à Sarajevo,

2 évidemment, je m'attends à ce que les équipes techniques restent en

3 contact. Donc, nous allons reprendre tout doucement et voir ce qui se

4 passe. Je demande à tous ceux qui ont des problèmes de m'en informer le

5 plus rapidement possible.

6 Pourriez-vous faire entrer Mme Pita à nouveau dans cette pièce réservée à

7 la vidéoconférence.

8 (Le témoin, Mme Fatima Pita, est à l'écran.)

9 Madame Pita, bienvenue à nouveau.

10 Le Procureur va continuer à vous poser des questions.

11 Continuez, Monsieur Ierace.

12 M. Ierace (interprétation): Merci, Monsieur le Président.

13 Madame, tout à l'heure, vous nous avez dit que votre fille avait été

14 blessée entre 10 heures et 11 heures, ou plutôt avant midi le 13 décembre.

15 Quelles étaient les conditions climatiques ce matin-là, avant que votre

16 fille et votre époux ne partent à la recherche de l'eau?

17 Mme Pita (interprétation): Cette nuit-là, c'est-à-dire le 12 décembre, au

18 début de la nuit, il a plu un peu. Il faisait un peu froid, c'était

19 l'automne, le matin il y avait des nuages, du brouillard, on ne voyait pas

20 bien, il ne faisait pas clair au moment où ils sont partis aller chercher

21 de l'eau. Le matin était comme ça, la matinée avait commencé comme ça.

22 C'était comme cela dès l'aube.

23 Question: Est-ce que vous vous préoccupiez de la sécurité de votre fille,

24 au moment où elle est partie avec votre époux chercher de l'eau?

25 Réponse: Oui, toujours, c'était toujours le cas. Mais ce matin-là, après

Page 5889

1 tout ce pilonnage, il y avait une accalmie.

2 Question: Le fait qu'il y avait du brouillard était-il important à vos

3 yeux, de quelque façon que ce soit, dans la prise de cette décision au

4 sujet de son départ avec votre mari?

5 Réponse: Oui, bien sûr, bien sûr, que c'était important, c'était mon

6 enfant. Croyez-moi, dans le sous-sol où l'on était, elle attendait le jour

7 avec impatience. C'est comme cela que beaucoup d'enfants de la ville ont

8 péri, en voulant sortir un peu, sortir de ce sous-sol pour voir le jour,

9 pour jouer juste devant la porte. Mais c'est vrai qu'ils ont eu que peu de

10 jours où ils ont pu jouer.

11 Question: Madame Pita, pourriez-vous écouter attentivement les questions

12 que je vais vous poser? Pourriez-vous nous expliquer pourquoi c'était

13 important, pourquoi le fait qu'il y avait du brouillard était important

14 pour vous dans la prise de décision concernant le départ de votre fille

15 avec votre mari, pour aller chercher de l'eau?

16 Réponse: Je l'ai déjà dit. Il y avait beaucoup de pilonnages cette nuit-

17 là. Le matin, c'était comme une accalmie, il n'y avait plus de tirs depuis

18 5 heures du matin. Nous n'avions pas d'eau et on en avait besoin; on avait

19 besoin d'avoir de l'eau, tout de suite. Comme il avait plu un peu, on

20 s'était dit que peut-être l'eau du ruisseau était en crue, et donc, comme

21 beaucoup de gens avaient besoin de l'eau, on y est allés.

22 La petite a pleuré, elle voulait aller avec son père. Moi, je suis restée

23 derrière, il fallait que je nettoie les débris de la nuit précédente.

24 Question: Mais, écoutez-moi, s'il vous plaît. Avant ce jour-là, au cours

25 des semaines et des mois qui ont précédé ces jours-là, dans l'endroit où

Page 5890

1 vous habitiez, est-ce que les gens s'inquiétaient de la possibilité d'être

2 vus depuis les positions serbes quand ils se déplaçaient à l'extérieur de

3 leur maison?

4 Réponse: Oui. Oui, oui, Monsieur le Président, Messieurs les Juges. Ma

5 maison, là où j'habite, là où j'ai habité, eh bien, on peut la voir comme

6 sur la paume d'une main. Et d'ailleurs, l'entrée même de ma maison est

7 tournée vers ces lignes.

8 M. Ierace (interprétation): Madame Pita, contentez-vous de répondre à la

9 question que je vous ai posée, je vous en serai reconnaissant.

10 Donc quand les gens circulaient, puisqu'ils étaient préoccupés pour leur

11 sécurité, ne circulaient-ils pas plus librement la nuit et quand il ne

12 faisait pas beau, puisque cela les rendait moins visible depuis les

13 positions tenues par les forces serbes?

14 Mme Pita (interprétation): Oui, la nuit, oui.

15 M. Piletta-Zanin: A nouveau, on est tout à fait dans le cadre d'une

16 question directrice, puisque l'on demande non seulement si les gens

17 circulent la nuit, mais en plus avec l'intention qu'on leur prêterait.

18 Cela, je crois que la défense ne devrait pas pouvoir l'admettre.

19 M. le Président (interprétation): Oui, on avait déjà répondu à cette

20 question-là.

21 Je peux imaginer que ce point porte… est peut-être plus important que

22 l'objection soulevée au sujet de la question précédente. Donc faites

23 attention à cela, s'il vous plaît, Monsieur Ierace.

24 M. Ierace (interprétation): Oui, Monsieur le Président.

25 Vous nous avez dit que le fait qu'il y avait du brouillard ce matin-là

Page 5891

1 avait influencé votre décision qui consistait à autoriser votre fille à

2 aller chercher de l'eau avec votre époux.

3 Pourriez-vous nous expliquer de quelle façon considériez-vous que ce fait

4 était pertinent dans votre prise de décision?

5 M. le Président (interprétation): Maître Pilipovic?

6 Mme Pilipovic (interprétation): Monsieur le Président, le Témoin a déjà

7 répondu à cette question-là. Monsieur Ierace lui a déjà posé cette

8 question et le Témoin avait déjà répondu.

9 M. Ierace (interprétation): Monsieur le Président, je ne crois pas que le

10 Témoin a vraiment répondu à cette question-là.

11 M. le Président (interprétation): Je pense que le Témoin a répondu à la

12 question concernant les questions météorologiques. Si je me souviens bien,

13 elle avait dit aussi pourquoi la pluie pouvait influencer sa décision,

14 mais je ne me souviens pas qu'elle avait répondu exactement à cette

15 question-là, à cette partie-là de la question.

16 M. Piletta-Zanin: Je crois qu'elle a parlé -mais je ne parle que de

17 mémoire-, de "visibilité", Monsieur le Président. Mais je crois que je

18 peux retracer cela dans le transcript. Je crois qu'à l'époque j'écoutais

19 la langue serbe, mais je ne suis pas certain à cent pour cent. Je vais

20 vérifier dans le transcript anglais. Merci.

21 M. le Président (interprétation): La réponse… la question était posée à

22 72, ligne 24:

23 "Est-ce que le fait qu'il y avait du brouillard a influencé, de quelque

24 façon que ce soit, dans votre décision de la laisser partir avec votre

25 mari?

Page 5892

1 -Réponse: Oui, bien sûr, bien sûr que c'est important. C'était ma fille,

2 et vous savez, passer tout ce temps-là dans le sous-sol, dans ma cave".

3 (M. le Président et les Juges se consultent sur le siège.)

4 L'objection est refusée. La question, en effet, a été posée au Témoin.

5 Mais la réponse du Témoin n'a pas vraiment répondu à cette partie-là de la

6 question. C'est pour cette raison-là que nous refusons l'objection qui a

7 été faite par la défense.

8 M. Ierace (interprétation): Madame Pita, je vais vous reposer la même

9 question: pourriez-vous nous dire de quelle façon le fait qu'il y avait du

10 brouillard était important dans le processus de la prise de décision par

11 laquelle vous avez laissé votre fille partir chercher de l'eau, avec votre

12 mari?

13 Mme Pita (interprétation): Excusez-moi, j'ai déjà répondu. Je ne sais pas

14 si votre question est bien précise. Il y avait du brouillard, on ne voyait

15 pas bien. Il ne faisait pas clair, comme je l'ai dit.

16 Mais ma fille, pendant qu'elle était avec mon mari, moi, j'ai dit à

17 plusieurs reprises, ma fille était tellement attachée à son père. Et sans

18 doute qu'elle avait passé beaucoup de temps dans le noir, dans le sous-sol

19 dans la cave, et comme tout autre enfant, elle voulait sortir. Elle

20 trouvait que c'était intéressant d'aller chercher de l'eau, de regarder

21 comment on fait ça, comment on porte les dames-jeannes, etc.

22 Je vais vous expliquer: vous savez, pendant qu'ils étaient en train de

23 chercher de l'eau, le brouillard s'était déjà dissipé, le brouillard était

24 dissipé.

25 Question: Donc, au moment où votre fille était revenue à la maison, il n'y

Page 5893

1 avait plus de brouillard, n'est-ce pas? C'est ce que j'en conclus de votre

2 dernière réponse?

3 Réponse: Oui.

4 Question: Où exactement se trouvait votre fille au moment où elle avait

5 été blessée?

6 Réponse: Oui, je vais vous expliquer cela: d'après ce que j'ai pu

7 comprendre…

8 Question: Madame, avant d'expliquer, écoutez-moi, s'il vous plaît. Si vous

9 pouvez simplement me répondre en donnant l'endroit, cela suffira

10 amplement. Pourriez-vous me dire où elle était au moment... Je retire

11 cette question.

12 Je vais vous poser une autre question: est-ce que vous avez vu votre fille

13 au moment où on lui a tiré dessus, oui ou non? Si vous êtes en mesure de

14 me répondre de façon simple à cette question, faites-le.

15 Réponse: Je vais vous expliquer les choses: ma fille était en train

16 d'enlever ses chaussures sur le seuil de la porte d'entrée, et moi,

17 j'étais entre la porte d'entrée et la salle de bain, à un demi-mètre de

18 là; c'est-à-dire à gauche ou plutôt à droite de l'entrée. J'avais une

19 jambe dans la salle de bain et l'autre jambe dans le couloir.

20 Quand j'ai entendu le coup de feu, comme je l'ai déjà dit, eh bien, tout

21 simplement je suis revenue vers elle, vers la porte d'entrée.

22 Question: Merci.

23 Vous avez dit que vous l'avez emmenée dans un dispensaire pour la soigner,

24 et ensuite, vous l'avez emmenée à l'hôpital de Kosevo. A quelle distance à

25 peu près se trouvait ce dispensaire par rapport à votre maison?

Page 5894

1 Réponse: Peut-être ne m'avez-vous pas bien compris.

2 Tout d'abord, je l'ai emmenée dans le centre médical. Il y en avait un à

3 cet endroit-là avant la guerre aussi, et il y en a encore un aujourd'hui.

4 Les médecins ont constaté qu'il s'agissait d'une blessure par balle,

5 entrée et sortie, qui avait traversé sa jambe. Et c'est pour cela qu'ils

6 l'ont envoyé à l'hôpital.

7 Question: A quelle distance, s'il vous plaît, à peu près, se trouvait ce

8 centre médical par rapport à votre domicile?

9 Réponse: Je reviens toujours sur la même chose, Monsieur le Président,

10 Messieurs les Juges, je ne peux pas être précise; 400, 500 mètres jusqu'au

11 centre médical.

12 M. Ierace (interprétation): Dans un instant, vous allez voir sur l'écran,

13 devant vous, un enregistrement vidéo. Je vais vous demander de le regarder

14 attentivement.

15 Monsieur le Président, je voudrais présenter maintenant la pièce P3280W.

16 Que l'on montre cette pièce, cet enregistrement sur l'écran.

17 M. le Président (interprétation): Oui. Est-ce que les techniciens peuvent

18 nous aider? Je vois que ceci figure sur l'écran. Madame Philpott, vous

19 pouvez le confirmer?

20 Mme Philpott (interprétation): A Sarajevo, oui.

21 (Diffusion d'une vidéocassette.)

22 M. Ierace (interprétation): La vidéo, pourriez-vous montrer l'endroit où,

23 d'après votre meilleur souvenir, où vous étiez placée au moment où votre

24 fille Anisa avait été blessée? Merci.

25 Pourriez-vous me montrer, en vous mettant à cet endroit-là, où, d'après

Page 5895

1 votre meilleur souvenir, se trouvait Anisa au moment où on lui a tiré

2 dessus?

3 Mme Pita (interprétation): Elle était dans cette position-là.

4 Question: Pourriez-vous, maintenant, montrer l'endroit où, d'après votre

5 meilleur souvenir, se trouvait le trou, l'impact de la balle sur le mur

6 avant qu'il ne soit réparé?

7 Réponse: Ici, dans le coin, pendant qu'Anisa était par terre.

8 Question: Pourriez-vous maintenant nous montrer la direction de laquelle,

9 d'après votre souvenir, est arrivé le bruit du tir au moment où… juste

10 avant qu'Anisa ne soit touchée par la balle?

11 Réponse: De cette direction-là.

12 M. Ierace (interprétation): Pourriez-vous rester un instant dans cette

13 direction-là, s'il vous plaît?

14 Merci.

15 (Fin de l'enregistrement vidéo.)

16 Madame Pita…

17 M. le Président (interprétation): Maître Piletta-Zanin?

18 M. Piletta-Zanin: Je voudrais faire une observation qui est celle là, et

19 qui me paraît être d'importance: la vidéo a été nécessairement prise avant

20 cette audition du témoin par vidéolink. Je vois que l'enquêteur, M. Hogan,

21 a utilisé, à une reprise en tout cas, l'expression "lorsqu'on lui a tiré

22 dessus". Ce type de question, dans la cassette, peut être tendancieuse

23 parce que, si cette enfant peut avoir été victime d'un ricochet, auquel

24 cas si elle a été victime d'un ricochet, on ne lui a pas tiré dessus. Elle

25 a été victime d'un accident, et je pense qu'il y a une distinction très

Page 5896

1 importante.

2 Simplement, la défense ne peut pas faire des objections puisqu'il s'agit

3 d'une cassette. Mais je vois que ce Témoin a déjà été en quelque sorte,

4 par ce type de question, préparé à cela. Cela, la défense estime que ce

5 n'est pas tout à fait honnête de la part de l'accusation.

6 M. le Président (interprétation): Oui, Monsieur Ierace?

7 M. Ierace (interprétation): Monsieur le Président, l'enquêteur, M. Hogan,

8 a parlé en anglais. Moi, j'ai le transcript en langue anglaise grâce aux

9 sténotypistes qui sont présentes ici, dans le prétoire. Mon confrère de la

10 défense parle anglais et il a dit aux Juges de la Chambre que l'enquêteur

11 a utilisé les termes, -je cite-: "Quand ils vous ont tiré dessus". (Fin de

12 citation.)

13 Je ne vois pas cette phrase-là dans le compte rendu d'audience, je ne me

14 souviens pas les avoir entendus de la part de la bouche de l'enquêteur.

15 Ils sont au coeur même de l'objection faite par le conseil de la défense.

16 M. Piletta-Zanin: Je pense que M. Ierace pourrait se mettre sur le canal

17 français pour entendre ce que j'ai très précisément dit. Ce que j'ai

18 simplement mentionné, c'est l'expression -je la reprends dans le

19 transcript-: "She was shot".

20 Je pense que cette expression-là peut être tendancieuse dans la mesure où,

21 s'il s'agit d'un ricochet, il n'y a pas de tir en tant que tel qui serait

22 destiné à cet enfant. C'est là que la nuance intervient.

23 Je crois que ce sont les termes que j'ai trouvés en page 78, ligne 13, du

24 transcript anglais. Cela peut poser de très sérieux problèmes, Monsieur le

25 Président, puisque, je le répète, cette cassette a été faite avant même

Page 5897

1 tout interrogatoire.

2 M. le Président (interprétation): Donc vous soulevez une objection contre

3 l'utilisation de la vidéo, puisque la vidéo peut guider le Témoin dans sa

4 façon de répondre aux questions.

5 Maintenant, cette vidéo avait été montrée. Nous allons réfléchir et vous

6 faire part de notre décision car je m'attends à ce que cette vidéo soit

7 versée au dossier, enfin, que l'on demande le versement.

8 Monsieur Ierace, je ne sais pas si vous avez compris la nature de

9 l'objection soulevée par les conseils de la défense. On parle de quelqu'un

10 qui se fait tirer dessus. Vous utilisez exactement le même terme que s'il

11 s'agissait de l'effet d'une balle qui arrive par ricochets, où il n'y

12 avait pas de situation où quelqu'un tire expressément sur quelqu'un.

13 M. Ierace (interprétation): Monsieur le Président, Me Piletta-Zanin parle

14 de ces termes-là: "Quand ils vous ont tiré dessus". Et ceci n'a pas été

15 dit.

16 M. le Président (interprétation): Je suis en train de regarder le

17 transcript. Monsieur Ierace, où cela se trouve-t-il exactement? 79? 78?

18 M. Piletta-Zanin: J'ai cité la ligne 78, 13, et j'ai cité les expressions:

19 "She was shot", c'est ce que j'ai dit. Et cela ne me paraît pas

20 tendancieux, Monsieur le Président. Je ne sais pas comment cela a été

21 traduit au demeurant en serbe, parce que j'entends très mal ce qui s'est

22 dit, mais j'ai peur que l'on voit là la traduction d'un tir direct. Ce

23 n'est pas évident.

24 M. le Président (interprétation): Il n'est pas dit "shot at", mais

25 simplement "shot", ni plus ni rien. Nous allons décider au sujet de cela.

Page 5898

1 Veuillez poursuivre.

2 M. Ierace (interprétation): Veuillez prêter attention à la page 79, ligne

3 10, concernant ce qu'avait affirmé Me Piletta-Zanin. Mais bien sûr, je

4 vais accepter votre décision ultérieure.

5 Madame Pita, est-ce que vous vous reconnaissez dans cette cassette vidéo?

6 Mme Pita (interprétation): Oui.

7 Question: Lorsque vous procédiez conformément aux directives, aux

8 instructions données par l'enquêteur, est-ce que vous le faisiez

9 conformément au mieux de vos souvenirs et à la vérité?

10 Réponse: Oui.

11 M. Ierace (interprétation): Je souhaite maintenant que l'on montre au

12 Témoin la photographie 3266.

13 M. le Président (interprétation): Madame Philpott, s'il vous plaît,

14 pourriez-vous confirmer...

15 M. Ierace (interprétation): Peut-être qu'en attendant, il serait possible

16 de distribuer les exemplaires de ces photographies dans ce prétoire?

17 M. le Président (interprétation): Oui, tout à fait. Nous pouvons voir sur

18 nos écrans que ceci est placé sur le rétroprojecteur à Sarajevo.

19 M. Ierace (interprétation): Madame Pita, est-ce que vous voyez cette

20 photographie depuis l'endroit où vous êtes assise?

21 Mme Pita (interprétation): Oui, je vois.

22 Question: Avez-vous signé cette photographie? Avez-vous placé la date de

23 la signature?

24 Réponse: Oui.

25 Question: Est-ce que ceci s'est passé le 25 septembre 2001?

Page 5899

1 Réponse: Oui.

2 Question: Avez-vous placé une marque en noir sur cette photographie pour

3 dessiner un arbre, un petit arbre?

4 Réponse: Oui.

5 Question: Est-ce que cet arbre y était? Ou plutôt… je retire cela.

6 Tout d'abord, est-ce que cette photographie montre…

7 Réponse: Non, cet arbre ne s'y trouvait pas à l'époque.

8 Question: Très bien. Est-ce que vous pouvez nous décrire ce que l'on voit

9 sur la photographie?

10 Réponse: Sur la photographie, on voit l'endroit. Je ne peux pas le

11 préciser plus, mais à mon avis, c'est de là qu'elle a été touchée par

12 balle et nulle part ailleurs, parce que cette terrasse se trouve de mon

13 côté, donc entre ces deux immeubles et au-dessus de ce toit. Je vois bien.

14 C'est là que se trouvait le rocher.

15 Question: Très bien, vous nous avez dit…

16 Réponse: Cinq mètres de la terrasse, c'est seulement de cette manière-là

17 qu'elle a pu être touchée par balle.

18 Question: Vous nous avez dit que la photographie montre une terrasse entre

19 deux immeubles. Est-ce que vous voulez dire -veuillez écouter ma

20 question-, est-ce que vous parlez de la partie qui peut être vue depuis

21 l'entrée de votre maison?

22 Réponse: Je vois cela clairement.

23 Question: Je pense que vous nous avez déjà dit que l'arbre, autour duquel

24 vous avez dessiné une ligne noire, n'y était pas le jour où votre fille a

25 été touchée?

Page 5900

1 Réponse: Non, l'arbre a été planté après nous, le 24 mars 1994, à cause de

2 l'hospitalisation de ma fille cadette. Toute la famille, nous avons quitté

3 l'appartement. Cette partie où se trouvait cet arbre, à l'époque, des

4 fleurs y avaient été plantées. Mais à cause d'un tir d'obus, les fleurs,

5 les roses y avaient été détruites. Après notre départ, un de nos cousins y

6 a planté un arbre. Vous savez c'est un arbre qui est très, très jeune. Un

7 arbre a besoin de plusieurs années pour se développer.

8 Question: Madame Pita, si vous pouviez me répondre simplement par "oui" ou

9 "non", je préférerais.

10 Est-ce qu'on peut voir sur la photographie l'endroit que vous avez appelé

11 "Baba"?

12 Réponse: Je pense que oui.

13 Question: Avez-vous apposé une marque sur la photographie pour indiquer

14 l'endroit où se trouvait Baba?

15 Réponse: Oui, j'ai mis une flèche.

16 Question: L'emplacement de la flèche semble se trouver dans la partie

17 blanche de la photographie? Etes-vous d'accord avec cela?

18 Réponse: Non, sur la ligne elle-même.

19 Question: Très bien.

20 Comment était vêtue votre fille le jour où elle a été touchée par balle, à

21 ce moment-là?

22 Réponse: Ma fille, vous savez, c'est moi-même qui l'ai habillée ce matin-

23 là, il faisait un peu froid. Voici ce qu'elle portait: elle portait des

24 baskets blanches avec des lacets, elle portait un pantalon bleu avec des

25 ceintures, et puis elle avait une veste rouge foncée.

Page 5901

1 Question: Dans quelle jambe a-t-elle été touchée par balle votre fille, la

2 jambe droite ou gauche?

3 Réponse: Ma fille a été blessée dans sa jambe droite.

4 Question: Si l'on souhaite maintenant reparler du moment où elle a été

5 touchée par balle, vous nous avez dit tout à l'heure, qu'à un moment, vous

6 êtes rentrée dans la maison avec elle?

7 Réponse: Oui.

8 Question: Qu'une autre petite fille est arrivée à la maison avec elle, et

9 qu'elle s'appelait Elma Smajkan.

10 Où se trouvait Elma au moment où Anisa a été touchée par balle?

11 Réponse: Elma est entrée dans le couloir, tout prés du séjour.

12 Question: Je crois que vous avez dit qu'elle portait des pantoufles: est-

13 ce exact?

14 Réponse: Oui.

15 Question: Et je suppose… je retire cela.

16 Est-ce qu'elle a enlevé ses pantoufles avant d'entrer?

17 Réponse: Oui.

18 Question: L'avez-vous vu en train d'enlever ses pantoufles?

19 Réponse: Oui.

20 Question: Et vous dites que votre fille portait des baskets avec des

21 lacets: est-ce exact?

22 Réponse: Oui.

23 Question: Vous avez également dit, vous avez montré sur la séquence vidéo

24 l'endroit où se trouvait votre fille quand on a tiré sur elle, et puis la

25 position dans laquelle elle se trouvait lorsqu'elle s'est accroupie. Est-

Page 5902

1 ce que vous vous souvenez ainsi de la position dans laquelle elle était au

2 moment où elle a été touchée par balle?

3 Réponse: Oui, elle se tenait debout. Elle est entrée, elle commençait à

4 sortir, moi je l'ai ramenée pour défaire ses lacets. A ce moment-là, elle

5 s'est accroupie pour le faire elle-même, c'est ainsi qu'elle a été

6 touchée. Sa jambe gauche était devant, et sa jambe droite dépassait un

7 petit peu. C'est ainsi qu'elle a été touchée directement dans sa jambe

8 droite.

9 Question: Au moment où elle enlevait les chaussures... Je retire cela.

10 Vous nous avez dit que vous vous êtes retournée afin de la voir dès

11 qu'elle a été touchée. Lorsque vous l'avez vu la dernière fois, et

12 immédiatement après qu'elle ait été blessée…

13 Réponse: Oui.

14 Question: …est-ce qu'elle était tournée vers la maison ou de l'autre côté

15 ou entre les deux?

16 Réponse: Non. Voici comment cela s'est passé: Elma, sa copine est entrée.

17 Et le premier son que j'ai entendu dans la salle de bains, j'ai entendu

18 qu'elle a crié derrière la porte: "Maman, ma copine est venue. Est-ce

19 qu'on peut jouer?".

20 Moi, je leur ai dit de prendre les jouets et d'aller autour de la maison

21 où se trouvait notre cave. J'ai vu...

22 Question: Madame Pita, vous avez dit tout à l'heure: "Je lui ai dit de

23 rentrer afin de défaire les lacets de ses baskets. Et c'est à ce moment-

24 là, pendant qu'elle le faisait, qu'on a tiré sur elle, pendant qu'elle

25 était dans cette position. Sa jambe gauche était devant et sa jambe droite

Page 5903

1 dépassait un peu. Donc elle a été directement touchée dans sa jambe

2 droite".

3 Mais ma question est très simple: elle était tournée dans quelle

4 direction, à ce moment-là?

5 Réponse: Vers la porte, vers l'entrée.

6 M. Ierace (interprétation): Merci.

7 Je n'ai plus de questions à poser.

8 M. le Président (interprétation): Merci, Monsieur Ierace.

9 Peut-être, avant que je donne l'occasion à la défense de contre-interroger

10 ce témoin, tout d'abord, je souhaite vous dire quelle est ma position

11 concernant la vidéo.

12 M. Piletta-Zanin: Ce que je voulais préciser, c'est que l'objection vaut

13 également, et peut-être essentiellement, en tant que cette interrogation

14 intervient avant toute audition devant votre téléphone et compare comme

15 donnée vraie, on part avec une donnée -vrai ou faux-, qu'il y a eu soit un

16 tir, soit une blessure par balle.

17 Par conséquent, nous pensons que partir comme cela représente quelque

18 chose qui est du type de "leading question". Merci.

19 M. le Président (interprétation): Nous n'avons pas la déclaration

20 préalable de ce Témoin. Est-ce que vous pourriez vérifier si cette

21 déclaration porte une date précédente? Et peut-on savoir quelle est la

22 date exacte de la vidéo, puisque ceci constitue la base de votre

23 objection?

24 Maître Piletta-Zanin, la déclaration de Mme Pita a été fournie à quelle

25 date?

Page 5904

1 M. Piletta-Zanin: Je crois en 2001. Mais pour le transcript, je n'ai pas

2 parlé de téléphone, je vois un téléphone dans le transcript en anglais. Je

3 crois n'avoir jamais parlé de téléphone.

4 M. le Président (interprétation): Maître Piletta-Zanin, procédons au cas

5 par cas.

6 Très bien. Peut-on voir le début de la vidéo pour voir la date de la

7 vidéo?

8 (Diffusion de la vidéo.)

9 La vidéo a été filmée quand?

10 (Diffusion de la vidéo.)

11 Oui, j'ai vu suffisamment.

12 Maître Piletta-Zanin, la base de votre objection est que la vidéo a été

13 filmée avant ou bien, à moins qu'il n'y avait pas de déclaration de témoin

14 encore. Mais la déclaration, est-ce qu'elle reflète l'affirmation selon

15 laquelle sa fille aurait été touchée par balle?

16 M. Piletta-Zanin: Monsieur le Président, il y a une deuxième déclaration,

17 je vous le dis déjà, qui est en date du 25, donc qui est postérieure à

18 cette cassette. Je vais vérifier chacune des deux déclarations.

19 (Diffusion de la vidéo.)

20 M. le Président (interprétation): La défense peut-elle…

21 M. Piletta-Zanin: (Hors micro)… effectivement qu'elle avait été touchée

22 par une balle.

23 M. le Président (interprétation): Donc Maître Piletta-Zanin, apparemment,

24 maintenant, vous fondez votre objection sur une ligne qui n'a pas été

25 prononcée. "Tirait sur", si j'ai bien compris, ce n'est pas le terme qui

Page 5905

1 avait été employé.

2 Ensuite, vous avez dit qu'il s'agissait là d'une question directrice. Est-

3 ce que la défense souhaite affirmer que la fille n'a pas été touchée par

4 balle, que ce soit de manière délibérée ou pas? Est-ce que c'est ça la

5 thèse de la défense?

6 M. Piletta-Zanin: Nous ne savons pas…

7 M. le Président (interprétation): Non, s'il vous plaît. Tout d'abord, je

8 souhaite vous poser cette question: est-ce que la thèse de la défense est

9 que cette fille n'a pas été touchée par balle?

10 M. Piletta-Zanin: Je vais vérifier avec le conseil.

11 (Le banc de la défense se consulte.)

12 Monsieur le Président, puisque nous ne pouvons le savoir, par conséquent,

13 nous disons: elle n'a pas été atteinte par une balle. Nous contestons par

14 conséquent ce fait.

15 M. le Président (interprétation): Donc la thèse de la défense est qu'elle

16 n'a pas été atteinte par une balle. Nous allons attendre et voir quels

17 seront les résultats du contre-interrogatoire en ce qui concerne ce

18 témoin, et en ce qui concerne les moyens de preuve qui seront présentés

19 par la défense.

20 Voici ma décision, la décision de la Chambre: la Chambre comprend que le

21 mot "tirait" implique le fait d'être touché par balle. La Chambre de

22 première instance a été informée que, dans les déclarations préalables,

23 donc les déclarations qui ont précédé cette cassette vidéo, le Témoin a

24 déclaré que sa fille avait été touchée par balle.

25 Nous ne pouvons pas accepter comme directrice la question posée par le

Page 5906

1 Procureur de savoir où se trouvait sa fille lorsqu'elle a été touchée par

2 balle. Donc, l'objection est rejetée. Ceci est notre décision.

3 Veuillez poursuivre, Maître Pilipovic.

4 (Contre-interrogatoire du Témoin, Mme Fatima Pita, par Me Pilipovic.)

5 Mme Pilipovic (interprétation): Bonjour, Madame Fatima.

6 Mme Pita (interprétation): Bonjour.

7 Question: Est-ce que vous pouvez nous confirmer que vous avez fourni une

8 déclaration aux enquêteurs du Bureau du Procureur, le 25 septembre 2001?

9 Réponse: Je le peux et je confirme cela.

10 Question: Et le 25 juin 2001?

11 Réponse: Oui.

12 Question: Madame Fatima, vous nous avez dit qu'en 1992 vous avez vécu à

13 Sarajevo, dans la rue Zagrici. Pourriez-vous nous dire à quelle communauté

14 locale cet endroit appartient dans la municipalité de Stari Grad?

15 Réponse: C'est la communauté locale de Sirokaca.

16 Question: Pourriez-vous nous confirmer qu'en 1992, en avril, mai et juin,

17 donc au cours de cette période-là, un état de guerre a été proclamé à

18 Sarajevo, de même que la mobilisation?

19 Réponse: Je sais que l'on a commencé à tirer et je n'ai entendu aucune

20 proclamation. Je n'avais pas de radio.

21 Question: Dans votre communauté locale de Sirokaca, y a-t-il une école

22 primaire?

23 Réponse: Oui, il y en a.

24 Question: N'est-il pas vrai de dire que, dans cette école, pendant le

25 conflit qui s'est déroulé à Sarajevo en 1992, 1993 et 1994, se trouvait

Page 5907

1 l'armée de Bosnie-Herzégovine?

2 Réponse: Non, je ne le sais pas. Dans l'école? Non.

3 Question: Est-ce que, au cours de la période 1992, 1993, 1994, dans la

4 partie de la ville dans laquelle vous avez vécu, vous aviez l'occasion de

5 rencontrer les soldats de l'armée de Bosnie-Herzégovine?

6 Réponse: Non. J'ai dit jusqu'à quand j'y ai vécu. Le 24 avril 1994, toute

7 ma famille est sortie à cause d'un traitement à l'étranger.

8 Question: Je le sais, Madame. C'est justement pour cela que je vous parle

9 de la période 1992, 1993, 1994, jusqu'en avril. Est-ce que, au cours de

10 cette période, vous aviez l'occasion de voir des soldats de l'armée de

11 Bosnie-Herzégovine dans la partie de la ville dans laquelle vous avez

12 vécu?

13 Réponse: Non.

14 Question: Votre mari était-il tenu de respecter l'obligation de travail à

15 l'endroit où il travaillait?

16 Réponse: Non.

17 Question: Votre mari était-il membre de l'armée de Bosnie-Herzégovine?

18 Réponse: Non.

19 Question: Aujourd'hui, vous nous avez dit que vous n'aviez pas d'eau. Est-

20 ce que vous pourriez nous répondre: sur le territoire de la communauté

21 locale de Sikoraca, est-ce qu'il y a un réservoir d'eau?

22 Réponse: Non, nulle part dans mon quartier, nulle part.

23 Question: Est-ce qu'il est exact de dire que la caserne à Bistrik, qui se

24 trouve à un kilomètre peut-être de l'endroit où vous habitiez, que c'est

25 là que se trouvait l'armée de Bosnie-Herzégovine? Est-ce que vous pouvez

Page 5908

1 nous confirmer cela?

2 Réponse: Je me rappelle simplement qu'avant la guerre il y avait l'armée

3 yougoslave. Mais, en ce qui concerne l'armée de Bosnie-Herzégovine, je ne

4 peux pas le confirmer parce que je ne le sais pas et je ne l'ai pas vu.

5 Question: Est-ce que vous pouvez me répondre à la question suivante:

6 quelle était la distance entre votre maison et le rocher Baba -comme vous

7 l'appelez?

8 Réponse: Baba se trouve… encore une fois, je répète, je n'ai pas pris de

9 mesure, je ne suis pas une experte, mais je dirai que ce serait environ

10 200 à 300 mètres approximativement.

11 Question: De quel endroit de votre maison est-ce que vous pouvez voir le

12 rocher Baba, lorsque vous dites "200 mètres"?

13 Réponse: Je le vois chaque fois que j'entre dans ma maison et chaque fois

14 que j'en sors. Parce que la vue donne sur Baba.

15 Question: Lorsque vous parlez du rocher Baba, est-ce que vous êtes en

16 train de nous parler du mont qui s'élève au-dessus de votre maison où se

17 trouve ce rocher, ou est-ce que vous nous parlez seulement du rocher lui-

18 même?

19 Réponse: Je parle à la fois du mont et du rocher.

20 Question: Pourriez-vous nous dire: quel mont voit-on depuis votre maison?

21 Réponse: Oui, bien sûr. C'est le mont de Trebevic.

22 Question: Trebevic, c'est un mont ou une montagne?

23 Réponse: Moi, je l'appellerai une "colline".

24 Question: Ca vous prend combien de temps pour aller à la colline que vous

25 voyez de votre maison, pour y aller à pied? Combien de temps cela prend?

Page 5909

1 Réponse: Eh bien, quand j'y allais avant pour mes sorties, cela me prenait

2 20 minutes. Maintenant, comme je suis malade, cela me prend environ une

3 heure, parfois plus.

4 Question: Et la colline que vous voyez de votre maison et que vous appelez

5 Trebevic, est-elle dans la zone de Cicin Han ou de Brajkovac?

6 Réponse: Entre les deux. Cicin Han est à droite et Brajkovac est à gauche.

7 Mme Pilipovic (interprétation): Votre Honneur, le Témoin a identifié

8 maintenant l'endroit où se trouve cette colline qui contient le rocher

9 Baba, et a placé la colline par rapport à la rue où elle habite. Nous

10 aimerions maintenant que vous voyez la carte de la ville de Sarajevo. Le

11 Témoin lui-même nous a donné une carte, et elle l'a donnée à nos officiers

12 qui sont à Sarajevo. J'aimerais donc vous montrer cette carte de la ville

13 de Sarajevo avec Stari Grad. J'aimerais que cette carte soit placée sur

14 l'Elmo.

15 En bas, à droite, vous voyez Stari Grad. J'aimerais que notre Témoin nous

16 montre où elle habitait dans la région de Cicin Han, Brajkovac. J'aimerais

17 qu'elle nous montre où se trouvait cette zone par rapport à la maison où

18 elle habitait.

19 M. le Président (interprétation): Voilà la carte de Sarajevo est

20 maintenant sur l'Elmo.

21 Mme Pilipovic (interprétation): Pourrions-nous faire un gros plan sur

22 l'endroit où se trouve Stari Grad et Cicin Han?

23 M. le Président (interprétation): Vers la droite. C'est plus vers la

24 droite?

25 Mme Pilipovic (interprétation): Oui, je crois que nous sommes au bon

Page 5910

1 endroit.

2 M. le Président (interprétation): Oui.

3 Mme Pilipovic (interprétation): Madame, pouvez-vous nous marquer la région

4 de Sirokaca Brajkovac?

5 Mme Pita (interprétation): Je suis désolée, mais je ne vois rien et donc

6 je ne vais pas pouvoir être assez précise. Cicin Han et Brajkovac, c'est

7 entre les deux.

8 Question: Pourriez-vous juste nous marquer la région de Zagrici sur votre

9 carte?

10 Réponse: E bien, je ne vois pas vraiment bien.

11 Question: Pourriez-vous rebaisser la carte, la baisser un peu pour que

12 l'on puisse mieux voir?

13 Réponse: Je ne vois pas les lettres, elles sont trop petites, je ne les

14 vois pas à l'écran.

15 Question: Pourriez-vous faire baisser la carte un petit peu, s'il vous

16 plaît. Voilà. Maintenant, est-ce qu'on peut faire monter la carte? Est-ce

17 qu'on peut faire passer la carte, la monter un petit peu pour que l'on

18 voit sur l'écran la partie de la ville dans laquelle vous habitiez?

19 Réponse: Stari Grad.

20 Question: Pourriez-vous, s'il vous plaît, arrêter la carte? Et pourrions-

21 nous faire un gros plan sur cette partie-ci de la carte?

22 Réponse: Je peux voir Cicin Han, mais...

23 Question: Pourriez-vous entourer Cicin Han et Brajkovac?

24 Réponse: Je ne peux pas le faire, ce n'est pas ma rue. Au-dessus de Cicin

25 Han et Brajkovac, vous voyez Sirokaca, c'est là. Ah non, en fait,

Page 5911

1 Sirokaca, c'est ma région, là où j'habite moi-même. Et Zagrici est entre

2 les deux, entre ces deux zones. Désolée, je peux le voir ici mais je ne

3 peux pas le voir là.

4 Mme Pilipovic (interprétation): Pourriez-vous entourer où vous voyez

5 Sirokaca?

6 M. Ierace (interprétation): Monsieur le Président, il faut qu'il soit

7 clair: il faut que l'on sache si l'on demande au Témoin d'entourer le nom

8 Sirokaca comme elle le voit sur la carte, ou s'il faut qu'elle l'entoure à

9 l'endroit où elle pense que c'est.

10 M. le Président (interprétation): Maître Pilipovic, j'ai un autre

11 problème: sur l'écran nous pouvons faire agrandir la carte, mais le Témoin

12 a dit plusieurs fois qu'elle ne peut pas voir la carte. Et si elle ne peut

13 pas la voir sur l'écran, cela ne veut pas toujours dire qu'elle ne peut

14 pas la voir sur la carte. Et là, il faut aussi faire une marque, parce que

15 les lettres sont les lettres originales là-dessus.

16 Donc pourriez-vous être précise, s'il vous plaît?

17 Mme Pilipovic (interprétation): Moi, je les vois sur l'écran mais pas sur

18 la carte elle-même.

19 Madame Fatima, vous voyez Sirokaca sur la carte?

20 Mme Pita (interprétation): Oui, à cause des grandes lettres.

21 Question: Pouvez-vous voir à la gauche où c'est écrit Zagrici, au-dessus

22 de Sirokaca?

23 Réponse: Non, je ne sais pas. Je crois que c'est près d'ici, mais je ne

24 sais vraiment pas; je ne peux pas me repérer.

25 Question: Mais près de Sirokaca, est-ce que vous pourriez essayer de voir

Page 5912

1 là où est cette région que vous avez appelée la "colline de Trebevic" et

2 cette région où se trouve le rocher de Baba? Et est-ce que vous pourriez

3 les placer en rapport avec Sirokaca?

4 Réponse: Eh bien, je peux les voir sur l'écran, mais pas sur la carte.

5 Mme Pilipovic (interprétation): Pourriez-vous souligner Sirokaca sur la

6 carte, pour que nous puissions voir sur l'écran que vous avez marqué, fait

7 une marque sur la place que vous appelez Sirokaca?

8 Mme Pita (interprétation): Je peux la voir sur la carte, mais sur l'écran,

9 les lettres sont trop petites et je ne peux vraiment rien voir.

10 M. le Président (interprétation): Le Témoin a dit à trois ou quatre

11 reprises que les lettres sur la carte sont trop petites pour elle et donc,

12 qu'elle ne peut pas les voir. Le seul endroit où elle peut lire, c'est là

13 où cela a été agrandi à l'écran. Vous ne pouvez donc pas lui demander

14 d'entourer quoi que ce soit sur cette carte parce qu'elle ne peut pas la

15 lire.

16 Mme Pilipovic (interprétation): Madame, sur l'écran, vous pouvez le voir.

17 Pouvez-vous donc prendre un stylo et nous montrer l'endroit se nommant

18 Sirokaca?

19 Mme Pita (interprétation): Je ne peux pas le voir.

20 Question: Vous pouvez le voir à l'écran. Pouvez-vous voir à l'écran où se

21 trouve la place qui se nomme Sirokaca?

22 Réponse: Oui, je le vois à l'écran.

23 Question: Eh bien, prenez donc votre stylo et montrez-nous où c'est.

24 Réponse: Croyez-moi, je ne peux vraiment pas l'entourer parce que je ne le

25 vois pas.

Page 5913

1 Question: Vous n'avez pas besoin de l'entourer, mettez-y juste votre

2 stylo.

3 S'il vous plaît, est-ce que vous pouvez nous indiquer, avec votre stylo,

4 l'endroit que vous appelez Brdo Trebevic? Faites juste une marque sur

5 l'écran, montrez-nous la direction avec votre stylo pour que nous

6 puissions le voir à l'écran. Montrez-nous où se trouve la colline

7 Trebevic.

8 Réponse: C'est la gauche, vers Brajkovac, ici.

9 Question: Mettez-y votre stylo, montrez-nous où est Trebevic.

10 Réponse: Je crois que la colline est ici.

11 Question: Elle est où en relation à Brajkovac?

12 Réponse: Je crois que Brajkovac est vers la gauche, mais je ne vois pas,

13 je ne peux pas focaliser. Je vois les lettres à l'écran assez bien, mais

14 je ne peux pas vous montrer sur l'écran et regarder sur la carte en même

15 temps. C'est trop petit sur la carte et donc je ne peux pas vous montrer.

16 Sur l'écran, peut-être.

17 Pourriez-vous passer à votre prochaine question?

18 Question: A quelle distance est la colline de Trebevic de votre rue, de

19 l'endroit où vous habitez?

20 Réponse: Eh bien, encore une fois, je ne sais pas. Je vous ai dit combien

21 de temps cela prend pour y aller. Vous savez où est Trebevic, près de la

22 route vers Brajkovac?

23 Question: Est-ce une partie de la colline Trebevic?

24 Réponse: Je ne sais pas si c'est la même chose.

25 Question: Est-ce que c'est au pied de la colline ou au-dessus de la

Page 5914

1 colline?

2 Réponse: Je ne peux vraiment pas être précise.

3 Question: De votre terrasse, vous avez dit que vous voyiez comme si

4 c'était la paume de votre main. Pouvez-vous voir un seul des rochers: la

5 colline et le rocher ou seulement le rocher?

6 Réponse: Je ne peux que voir le rocher et, au-dessus du rocher, se

7 trouvent des piliers pour l'électricité, haut voltage, mais je n'ai jamais

8 mesuré la distance.

9 Question: A quelle altitude se trouve le rocher?

10 Réponse: Je ne sais pas.

11 Question: De votre maison, quand vous regardez le rocher, est-ce que vous

12 vous voyez une partie boisée de la colline?

13 Réponse: Pouvez-vous répéter votre question? Voulez-vous dire le rocher

14 lui-même ou entre ma terrasse et le rocher?

15 Question: Entre votre terrasse et le rocher?

16 Réponse: Eh bien, oui, il y a des arbres fruitiers.

17 Question: Mais est-ce qu'il y a des forêts? Est-ce qu'il y a des bois?

18 Réponse: Oui.

19 Question: Et au au-dessus du rocher, y a-t-il des bois?

20 Réponse: Oui.

21 Question: Pouvez-vous nous dire, par rapport au rocher et à la colline, à

22 quelle distance se trouve la ligne de confrontation par rapport à la

23 colline?

24 Réponse: Je vous ai déjà dit: la distance est environ de 200 à 300 mètres.

25 Question: Et de cette distance à 200 et 300 mètres, quelle armée y avait-

Page 5915

1 il?

2 Réponse: L'armée de la Republika Srpska.

3 Question: Pouvez-vous nous dire où était la ligne de front quand vous

4 regardiez dans cette direction-là, et à combien de distance elle était de

5 la ligne de front?

6 Réponse: Je ne le sais pas, je ne l'ai pas vue. Et ce que je n'ai pas vu,

7 je ne peux pas en parler.

8 Question: Je vais maintenant, Témoin, vous montrer une partie de votre

9 déclaration, la déclaration que vous avez donnée aux enquêteurs du Bureau

10 du Procureur le 25 avril 2001. Regardez la page n°3. Au paragraphe 3 de

11 votre déclaration, page 3, en anglais, cela aurait été le document 0-2-0-

12 8-1-0-3-9. Dans la version anglaise, c'est le paragraphe 3 aussi.

13 Je vais vous en lire une ligne, une phrase: "Les lignes de front étaient

14 en haut de la colline, c’est là que se trouvaient les personnes de la

15 défense". Voilà ce que vous avez cité.

16 C'est cela que vous avez dit: "Ceux qui nous défendaient"?

17 Réponse: "Ceux qui nous défendaient", cela je ne me m'en souviens pas.

18 Question: Témoin, vous êtes en train de nous dire qu'une partie de votre

19 déclaration, dans votre déclaration, cette partie qui est à la page que je

20 viens de vous indiquer, cette partie où vous indiquez d’ailleurs que les

21 lignes de confrontation étaient en haut de la colline et que c'était là

22 que se trouvaient les personnes qui nous défendaient, vous dites que vous

23 n'avez pas dit cela?

24 Réponse: Eh bien, c’était peut-être une erreur, c’était une faute.

25 Souvenez-vous que je vous ai dit que c'était une troupe de la Republika

Page 5916

1 Srpska.

2 Question: Pouvez-vous nous dire, quand vous avez dit que les armées

3 étaient dans cette direction-là, voulez-vous dire que c’étaient les armées

4 de la Republika Srpska? Pouvez-vous nous affirmer cela?

5 Réponse: Désolée, j’ai dit à l’armée de la Republika Srpska, mais je me

6 souviens jamais avoir dit...

7 S'il vous plaît, ne me reposez pas la question à vingt et une reprises, je

8 vous ai déjà répondu.

9 Question: Madame Fatima, pouvez-vous nous dire si, de votre maison, quand

10 vous descendez dans la rue, vous pouvez voir de cette direction-là ce

11 rocher de Baba?

12 Réponse: Non.

13 Je ne peux que le voir de la terrasse de devant, la terrasse est de quatre

14 ou cinq mètres, et il ne pouvait que nous toucher de là.

15 Une fois de plus, il y a cet enfant, la blessure, la porte, et le rocher

16 de Baba. Et vous êtes là.

17 Question: Témoin, vous avez emmené votre fille vers ce centre de soins:

18 est-ce exact?

19 Réponse: Oui.

20 Question: Après cela, vous l'avez emmenée à l'hôpital de Kosevo: est-ce

21 exact?

22 Réponse: Oui, c'est exact.

23 Question: Est-il vrai que, pendant dix ans, vous avez dû l’y emmener pour

24 que l'on panse sa blessure?

25 Réponse: Oui, c’est exact.

Page 5917

1 Question: Est-ce que les registres de l'hôpital montrent qu'elle a été

2 admise à l'hôpital, est-ce qu'on vous a donné des documents médicaux?

3 Réponse: La feuille de sortie dit clairement que ma fille avait été

4 touchée par un tireur isolé. J’ai déclaré déjà que j’avais perdu tous les

5 documents de l’hôpital quand j’étais à l’étranger. Vous pouvez aller voir

6 les registres de l'hôpital, tout y est. Ils ont accepté l'enfant.

7 Question: Est-ce que vous dites, donc, que votre fille a été touchée par

8 une balle?

9 Réponse: Je peux affirmer, je peux l'affirmer, j'étais sur place. Et je

10 peux l'affirmer aussi parce que la balle était très chaude. Troisièmement,

11 à cause des documents que l'on a emmené à l'hôpital, les médecins ont mis

12 sur les documents ce qui s’était passé.

13 Question: Vous avez dit que la balle était chaude: vous l'avez vu cette

14 balle?

15 Réponse: Oui, je l'ai vue, et j'ai gardé la balle jusqu’à Sarajevo. Je

16 suis vraiment désolée de ne pas pouvoir la montrer aujourd’hui, ici, au

17 Tribunal, mais je l’avais. Si je la retrouve, je vous la montrerai.

18 Question: Témoin, quand vous avez donné votre déclaration aux enquêteurs,

19 est-ce que vous avez fait votre déclaration en langue serbe ou en langue

20 anglaise?

21 Réponse: J'ai donné la déclaration dans ma langue maternelle, c'est-à-dire

22 en bosniaque.

23 Question: Vous dites, donc, que vous avez donné la déclaration dans votre

24 langue maternelle et qu'elle a ensuite été traduite?

25 Réponse: C'est exact.

Page 5918

1 Question: Est-ce que la déclaration que vous avez signée vous a ensuite

2 été lue, la déclaration qui a été traduite en anglais et qui nous a été

3 donnée? Est-ce qu’elle a été lue?

4 Réponse: Oui.

5 Question: Est-ce qu’avec votre signature vous avez confirmé que la

6 traduction était ce que vous avez dit au Bureau du Procureur?

7 Réponse: Oui, ma déclaration je la soutiens encore. Et la traduction

8 disait cent pour cent ce que j'ai dit.

9 Question: Vous avez déclaré que les lignes de confrontation étaient en

10 haut de la colline et que là se trouvait la défense?

11 Réponse: Non. L'armée de la Republika Srpska, et pas sur la colline mais

12 sur le rocher.

13 Question: Je vous ai juste dit ce que vous avez déclaré.

14 Réponse: Oui, tout ce que vous voulez. Je suis ici de toute manière.

15 Question: Est-il vrai que vous avez déclaré, et je vous re-cite encore une

16 fois, dans votre déclaration, vous avez dit que tout ce que vous avez dit

17 dans cette déclaration était vrai, et que vous étiez encore d'accord sur

18 le fait que c'était vrai. Je vous demande: est-ce que c'est vrai lorsque

19 vous avez dit, dans votre déclaration, que les lignes de confrontation en

20 haut de la colline étaient à l'emplacement des défenseurs?

21 Réponse: Oui, je m'en tiens à ma déclaration mais je ne m'en souviens pas

22 et c'est peut-être un malentendu. Ce n'est pas ce que j'ai dit. Je ne

23 crois pas que c'était ainsi. Je continue à maintenir que c'était l'armée

24 de la Republika Srpska. Vous pouvez vérifier avec eux.

25 Question: Pouvez-vous nous dire où se trouvaient les lignes de

Page 5919

1 confrontation, et pouvez nous nous dire quelles lignes tenaient l'armée de

2 Bosnie-Herzégovine?

3 Réponse: Je ne peux pas vous confirmer cela parce que je ne sais pas.

4 Question: Pendant la durée du conflit, alors que vous habitiez dans votre

5 maison à vous, est-ce que vous partiez vers le rocher Baba?

6 Réponse: Non.

7 Question: Est-ce que vous avez vu des soldats de l'armée de la Republika

8 Srpska à cet endroit-là?

9 Réponse: Non, non, d'ailleurs, je ne regardais même pas.

10 Mme Pilipovic (interprétation): Sur quoi vous fondez-vous pour affirmer

11 qu'il y avait des positions de l'armée de la Republika Srpska, sur ce

12 rocher Baba?

13 Mme Pita (interprétation): Je vous en prie, je vais vous expliquer les

14 choses moi. Comme je l'ai déjà dit à plusieurs reprises, dans ma cave, il

15 n'y avait pas de toilettes et, pour faire nos besoins, nous montions à

16 l'étage. Dans ma cave, il y avait une vingtaine, une trentaine de

17 personnes de tout le voisinage, parfois des adultes et des enfants.

18 Pensez-vous que nous ne devons pas avoir des besoins physiologiques, nous,

19 et, écoutez-moi bien, du rocher Baba, plusieurs fois, on a pu voir les

20 gens en train de tirer. C'est ce que j'ai vu personnellement à l'œil nu.

21 On entendait cela. A chaque fois que j'y allais, je pouvais le voir.

22 M. le Président (interprétation): Maître Piletta-Zanin, Vous avez des

23 écouteurs, et peut-être n'êtes-vous pas conscient que vous êtes en train

24 de discuter avec le co-conseil à voix haute.

25 M. Piletta-Zanin: Je vous prie de m'en excuser, Monsieur le Président. Je

Page 5920

1 n'en étais pas conscient.

2 M. le Président (interprétation): Continuez mais je vais vous poser une

3 autre question. Maître Pilipovic, nous nous approchons de l'heure à

4 laquelle nous avions l'intention de nous arrêter aujourd'hui. Pourriez-

5 vous nous dire de combien de temps vous avez encore besoin pour voir si

6 nous allons terminer l'interrogatoire de ce témoin aujourd'hui, ou non?

7 Mme Pilipovic (interprétation): Monsieur le Président, d'après mon

8 évaluation, une dizaine ou une quinzaine de minutes de plus.

9 M. le Président (interprétation): En dix minutes, Maître Pilipovic, si

10 vous pouvez le faire en dix minutes, nous pourrions peut-être terminer le

11 témoin aujourd'hui puisqu'il y a des Juges qui ont d'autres obligations

12 cette après-midi. Je vous prie de bien vouloir conduire votre contre-

13 interrogatoire de la façon la plus rapide et efficace possible.

14 Mme Pilipovic (interprétation): Oui, Monsieur le Président, Messieurs les

15 Juges, la défense est bien consciente du besoin d'efficacité de son

16 contre-interrogatoire.

17 M. le Président (interprétation): Est-ce que je peux vous dire Madame

18 Pilipovic que le Procureur, à chaque fois que les témoins lui donnaient

19 des réponses trop longues, est intervenu pour essayer d'abréger, de faire

20 son témoignage le plus efficacement possible. Je pense que, vous, vous

21 avez le même problème en ce moment. Ensuite, dans la deuxième partie de ce

22 procès, c'est vous qui allez avoir les interrogatoires principaux. C'est

23 le Procureur qui va mener les contre-interrogatoires. Vous pouvez

24 continuer Madame Pilipovic.

25 Mme Pilipovic (interprétation): Oui, oui, c'est exact Monsieur le

Page 5921

1 Président.

2 Témoin, pouvez-vous nous dire si vous avez vu des soldats de l'armée de la

3 Republika Srpska sur ce rocher Baba?

4 Mme Pita (interprétation): Non.

5 Question: Vous nous avez dit que, dans la nuit, la nuit entre le 12 et le

6 13, il y avait du pilonnage?

7 Réponse: Oui, pendant toute la nuit.

8 Question: A cet endroit, où se trouve votre maison, pouvez-vous nous dire

9 si des obus sont tombés?

10 Réponse: Autour de ma maison, autour de toutes les maisons, aujourd'hui,

11 alors que l'on a réparé bien des choses, aujourd'hui…

12 Question: Madame le Témoin, pourriez-vous tout simplement me dire si des

13 obus sont tombés autour de votre maison et, si oui, combien?

14 Réponse: Oui.

15 Question: Combien sont tombés au cours de cette nuit-là sur votre

16 immeuble?

17 Réponse: Sur mon immeuble? Six obus.

18 Question: Madame le Témoin, si je vous dis que votre époux, à la page 40

19 et 11, qui avait été interrogé le 19 février 2002, au cours de son

20 témoignage, il a dit qu'au mois de juin, 5 ou 6 obus sont tombés autour de

21 votre maison. Est-ce que vous pourriez me dire ce qui correspond à la

22 vérité?

23 Réponse: Je vous en prie, Madame. La guerre a commencé le 6 avril 1992.

24 Depuis cette date-là, il y a eu des obus qui pleuvaient pendant toute la

25 guerre!

Page 5922

1 Question: Madame, pourriez-vous nous dire qui a fait la guerre à Sarajevo

2 et dans votre quartier, qui a fait la guerre là-bas?

3 Réponse: Je crois que c'est l'ex-armée populaire yougoslave avec l'armée

4 serbe qui a commencé la guerre.

5 Question: Est-ce que quelqu'un s'est opposé à ces deux armées, est-ce que

6 quelqu'un leur a fait la guerre?

7 Réponse: Je ne sais pas.

8 Question: Madame, pourriez-vous nous dire si vous saviez que, le 12 et le

9 13 décembre, il y a eu des combats pour la conquête de la colline Zuc et

10 un autre quartier (dont l'interprète n'a pas entendu le nom) dans la ville

11 de Sarajevo? Est-ce qu'il y a eu des combats entre ces deux armées au

12 cours de ces quelques jours?

13 Réponse: Je ne sais pas. Moi, j'ai vu mes enfants, je me suis préoccupée

14 de ce qu'il fallait manger, de l'eau. Moi, j'habite dans la vieille ville,

15 Stari Grad, et je ne sais même pas où Zuc se trouve et ces autres

16 endroits. Je suis désolée, mais je ne sais pas.

17 Mme Pilipovic (interprétation): Monsieur le Président, avec votre

18 permission, la défense voudrait maintenant lire un document en langue

19 anglaise. Je voudrais demander à mon collègue, à mon confrère de lire ce

20 document: il s'agit de l'annexe 6 du document du 13 décembre 1992; il

21 s'agit du rapport sur la situation sur le front, ce jour-là.

22 M. le Président (interprétation): Oui, vous pouvez continuer.

23 M. Ierace (interprétation): Il me semble que, d'habitude, on nous fournit

24 une copie, un exemplaire au préalable.

25 M. le Président (interprétation): Oui, je m'attendais à ce que Me Piletta-

Page 5923

1 Zanin fournisse une copie à l'huissier.

2 Mme Pilipovic (interprétation): Excusez-moi, Monsieur le Président, peut-

3 être pourrait-on attribuer immédiatement une cote à ce document?

4 M. le Président (interprétation): Quelle était déjà la cote attribuée à la

5 carte, à la carte que vous avez montrée au Témoin et à laquelle vous aviez

6 donné une cote préalable?

7 Et est-ce que vous souhaitez verser cette pièce au dossier, puisque,

8 apparemment, même la carte n'était pas marquée et n'a pas de cote. Et vous

9 savez, ceci n'est pas très, très utile, mais la décision vous appartient.

10 Mme Pilipovic (interprétation): Il n'y a pas besoin.

11 M. le Président (interprétation): Donc la carte ne va pas être versée au

12 dossier. Et le prochain numéro, s'il vous plaît, Madame la Greffière?

13 Mme Thompson (interprétation): D74.

14 M. le Président (interprétation): D74, Maître.

15 Voyons d'abord si toutes les parties ont reçu un exemplaire du document.

16 Oui, lisez-le doucement.

17 M. Piletta-Zanin: Le texte se lit comme suit, après une date qui se lit

18 "13 décembre 1992"

19 "(interprétation): Dimanche, les combats et les activités militaires et de

20 pilonnage, les forces de l'armée de Bosnie-Herzégovine ont apparemment

21 regagné le contrôle de la colline Zuc. L'artillerie, après cela, a

22 commencé à pilonner la zone. Les sources indiquent que la colline de Zuc

23 avait été touchée, écrit notre source". (Fin de citation.)

24 M. le Président (interprétation): Oui, Maître Pilipovic?

25 Mme Pilipovic (interprétation): Madame le Témoin, pourriez-vous confirmer

Page 5924

1 que, dans la partie de la ville où vous habitez, se trouve la colline Zuc?

2 Mme Pita (interprétation): Là où j'habite, non.

3 Question: Et pourriez-vous nous dire, par rapport à votre quartier, le

4 quartier où vous habitez, où se trouve la colline Zuc par rapport à ce

5 quartier-là?

6 Réponse: Non.

7 Question: Saviez-vous que, le 12 et 13 décembre, il y a eu des combats

8 pour le contrôle de la colline Zuc?

9 Réponse: Non, je ne le sais pas.

10 Mme Pilipovic (interprétation): Madame le Témoin, sur la photographie,

11 vous avez montré une direction, cette direction qui se trouve sur la ligne

12 où il est écrit "Baba". Est-ce que, par cela, vous avez marqué l'endroit

13 où se trouve le rocher?

14 Monsieur le Président, je voudrais, avec votre permission, montrer cette

15 photographie au Témoin pour pouvoir lui poser une question. Je voudrais

16 que l'on place cette photographie sur le rétroprojecteur: il s'agit du

17 document 3266.

18 M. le Président (interprétation): Oui.

19 Mme Pilipovic (interprétation): Madame le Témoin, à présent, pourriez-vous

20 montrer sur la photographie…, vous voyez, il y a une flèche et il est

21 écrit "Baba".

22 Est-ce que vous pourriez prolonger la flèche en nous indiquant la

23 direction où se trouve la colline ou le rocher Baba?

24 Réponse: Pourriez-vous encercler cet endroit? Et à l'intérieur, inscrire

25 le chiffre 1 pour le compte rendu d'audience, ceci sera l'endroit et la

Page 5925

1 direction où se trouve la colline, ou plutôt le rocher Baba?

2 Mme Pilipovic (interprétation): Monsieur le Président, la défense n'a pas

3 d'autres questions à poser à ce témoin.

4 M. le Président (interprétation): Merci, Maître Pilipovic. Tout d'abord,

5 je voudrais voir, donc ici, nous avons une pièce qui a été versée ici à La

6 Haye, il s'agit de la pièce P3266.

7 Nous avons aussi un document qui se trouve à Sarajevo, qui porte aussi une

8 cote.

9 Nous avons donc deux documents ayant une cote, alors que, d'habitude, nous

10 n'utilisons qu'un seul numéro de pièce, qu'une seule cote. Je propose que

11 le document, la photographie à Sarajevo reçoive un numéro commençant par

12 la lettre "D", puisqu'il s'agit d'une pièce marquée à Sarajevo, ou bien,

13 est-ce que nous allons procéder autrement?

14 M. Ierace (interprétation): Monsieur le Président, je voudrais tout

15 d'abord poser une ou deux question au Témoin.

16 M. le Président (interprétation): Oui, oui, peut-être devrions-nous tout

17 d'abord faire cela et ensuite, nous allons parler des documents.

18 M. Ierace (interprétation): Nous pouvons d'ailleurs en parler demain

19 matin, avec votre permission.

20 M. le Président (interprétation): Oui, oui, tout à fait.

21 M. Ierace (interprétation): J'espère que ces questions ne vont pas aller

22 au-delà du contre-interrogatoire mené par le conseil. Evidemment, elles

23 pourraient éventuellement soulever une objection quant à cette question.

24 M. le Président (interprétation): Madame Pita, on va vous poser une

25 question, mais attendez avant de répondre puisqu'il pourrait y avoir une

Page 5926

1 objection.

2 (Interrogatoire principal supplémentaire du témoin, Mme Fatima Pita, par

3 M. Ierace.)

4 M. Ierace (interprétation): Madame Pita, est-ce que vous savez quel était

5 le calibre de la balle qui a touché votre fille?

6 Mme Pita (interprétation): Oui, mais je ne m'y connais pas en ces choses-

7 là.

8 M. le Président (interprétation): Apparemment, le Témoin a répondu

9 immédiatement, du tac au tac.

10 M. Ierace (interprétation): Ensuite, vous nous avez dit que pendant que

11 vous alliez parfois de la cave jusqu'aux toilettes, vous pouviez voir les

12 feux venant en direction du rocher Baba. Est-ce que vous pouvez nous en

13 dire plus au sujet de ces coups de feu, de ces tirs? S'agissait-il de tirs

14 isolés, à répétition, de fusils automatiques, des balles traçantes ou

15 autre chose?

16 Mme Pita (interprétation): Pour la plupart, c'étaient des obus.

17 M. Ierace (interprétation): Merci, Monsieur le Président, je n'ai pas

18 d'autres questions.

19 M. le Président (interprétation): Merci, Monsieur Ierace.

20 Madame Pita, vous avez répondu à toutes les questions des parties. Les

21 Juges de la Chambre n'ayant pas de questions à vous poser, je vous

22 remercie d'être venue déposer pour les besoins de ce Tribunal. Avec ceci

23 se termine votre déposition.

24 Madame Philpott, demain matin, la première chose que nous allons faire,

25 c'est de parler des documents. Je voudrais donc tout particulièrement vous

Page 5927

1 demander de garder bien ces documents, cette photographie P3266 qui a été

2 marquée. Nous allons décider à ce sujet demain.

3 Mme Philpott (interprétation): Merci, Monsieur le Président.

4 M. le Président (interprétation): Merci, Madame Philpott.

5 Je voudrais aussi remercier les parties d'être restées ici jusqu'à 14

6 heures 45, ainsi que les interprètes car ils ont continué à travailler au-

7 delà des horaires prévus. Ainsi qu'au personnel technique.

8 Maître Piletta-Zanin? Mais quelle que soit le point que vous souhaitez

9 soulever, j'aurais préféré en parler demain à moins que vous ayez à parler

10 de l'ordre du jour ou de l'emploi du temps de la Chambre.

11 M. Piletta-Zanin: Tout à fait, pour dire que nous produirons deux pièces

12 en relation propre aux déclarations de ce Témoin. Ce que nous pourrons

13 voir demain, avec votre autorisation bien évidemment.

14 M. le Président (interprétation): Je pense que…(sans traduction).

15 M. Piletta-Zanin: C'est pourquoi je voulais en parler maintenant. Ce

16 Témoin a répondu par rapport à sa déclaration en disant qu'elle n'a pas

17 déclaré ceci ou cela. Ce que nous voulons, c'est produire ses propres

18 déclarations. Mais, comme nous avons été surpris, nous n'avons pas eu le

19 temps de les copier. Je ferai cela tout à l'heure.

20 M. le Président (interprétation): Si j'ai bien compris, vous avez tout

21 simplement lu littéralement ce que le Témoin a dit. Et puisqu'il n'y a pas

22 eu d'objection de la part du Bureau du Procureur, vous l'avez citée tout

23 simplement et elle a nié avoir dit cela au cours de sa déposition.

24 M. Piletta-Zanin: Dans ce cas-là, tout est clair.

25 M. le Président (interprétation): Très bien. Donc nous allons lever la

Page 5928

1 séance jusqu'à demain matin à 9 heures, mais nous ne sommes pas vraiment

2 sûrs des horaires du travail de demain. Est-ce que vous pourrez vérifier

3 si nous allons travailler tout de même dans le même prétoire?

4 (Mme la Greffière confirme.)

5 Très bien. Donc la séance est levée à présent.

6 (L'audience est levée à 14 heures 50.)

7

8

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25