Tribunal Criminal Tribunal for the Former Yugoslavia

Page 1

1 Le mardi 12 avril 2005

2 [Audience publique]

3 [L'accusé est introduit dans le prétoire]

4 --- L'audience est ouverte à 14 heures 21.

5 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Je vous prie, Monsieur le Greffier

6 d'audience, de citer l'affaire.

7 M. LE GREFFIER : [interprétation] Bonjour, Monsieur le Président, Messieurs

8 les Juges. Il s'agit de l'affaire IT-01-48-T, le Procureur contre Sefer

9 Halilovic.

10 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Avant de poursuivre l'audition du témoin,

11 je pense que demain nous commencerons à 14 heures 30, et non à 14 heures

12 15, puisqu'une autre audience aura lieu dans ce même prétoire. D'après ce

13 que j'ai compris, nous aurons beaucoup à faire puisque nous avons beaucoup

14 de témoins sur la liste prévue pour cette semaine. Il nous faudra peut-être

15 trouver un autre moment pour compenser le temps perdu demain après-midi, ce

16 qui signifie qu'il se pourrait qu'on ait quatre audiences un jour en une

17 journée.

18 Est-ce qu'il y a autre chose ? Oui, Madame Chana.

19 Mme CHANA : [interprétation] Oui, Monsieur le Président. Un point que je

20 souhaite soulever. Nous souhaitons retirer un témoin qui devait venir

21 déposer demain. Il s'agit du témoin Gusto Vlajcic. C'est une requête que je

22 souhaite présenter. J'ai récolé ce témoin ce matin, Monsieur le Président,

23 et j'ai remis à la Défense les notes qui découlaient de cette réunion de

24 préparation et je les ai également prévenus par téléphone du fait que nous

25 allions vous adresser cette requête. Ils ont les notes, et les raisons que

Page 2

1 j'invoque sont les suivantes.

2 Tout d'abord, le témoin m'a demandé de ne pas lui poser de questions

3 au sujet des soldats musulmans et l'église. Il a dit qu'il ne souhaiterait

4 pas que la Défense lui pose des questions au sujet des raisons pour

5 lesquelles les soldats n'ont pas tiré sur lui, puisqu'il était en uniforme

6 du HVO, compte tenu du fait qu'il a dit dans sa déclaration et souhaitait

7 dire dans le prétoire que l'ABiH souhaitait tuer tous les Croates. Il

8 pensait que ceci pourrait constituer une incohérence et il voulait

9 entièrement abandonner ce volet-là de sa déposition.

10 Pour ce qui est d'un autre aspect de sa déposition, et c'est ce que

11 nous avons entendu au sujet des communications interceptées de l'ABiH, et

12 lui, il était commandant chargé des transmissions. Il a dit qu'il a

13 entendu, par la voie de la radio, parce que l'ABiH s'est emparée des

14 transmissions du HVO; c'est quelque chose qu'il n'avait mentionné avant. Il

15 a également dit qu'il ne se souvenait pas du nom de Sefer, à la différence

16 de ce qui figurait dans sa déclaration de l'an 2000 où il a dit : "Agissez

17 conformément à l'ordre de Sefer."

18 Il m'a dit qu'il n'avait pas entendu le nom de Sefer Halilovic avant

19 ce moment-là et qu'il n'est pas certain comment on pourrait lui attribuer

20 cela. Il a également dit que Nikolai l'a probablement mal compris. Il a dit

21 : "Je ne me souviens pas pourquoi j'ai mentionné le nom de Sefer." Il a dit

22 la chose suivante par la suite : "Je pense que, si j'ai mentionné le nom de

23 Sefer, ceci pourrait vous poser problème. Je pourrais me placer dans une

24 situation désagréable en disant ce mot et je pourrais nier tout ce que j'ai

25 dit dans ma déclaration."

Page 3

1 Ce nom n'est pas important; la chose importante est que des crimes

2 ont été commis.

3 Il m'a également dit que Nikolai s'est comporté comme un amateur

4 lorsqu'il a recueilli sa déclaration, que ce n'était pas un professionnel.

5 Lorsque j'ai dit au témoin qu'il semblerait qu'il ne pourra pas être utile

6 à la Chambre avec sa déposition et que je ne le citerais pas en tant que

7 témoin, il m'a dit qu'il souhaitait réellement venir déposer devant la

8 Chambre. Il a dit, Je ne voudrais pas uniquement prononcer le prénom Sefer,

9 mais aussi je dirai "Halilovic," si vous le souhaitez. Cela, c'est le nom

10 qu'il a entendu dans la communication interceptée. Maintenant, il est à 100

11 % sûr qu'il a entendu le nom et le prénom mentionnés par les soldats.

12 M. LE JUGE ORIE : [interprétation] Est-ce qu'il y a une réponse de la part

13 de la Défense ?

14 M. MORRISSEY : [interprétation] Monsieur le Président, avant de recevoir

15 les notes qui découlent du récolement, l'Accusation nous a informés de

16 ceci. Je ne me souviens pas combien de temps avant l'audience, mais on en a

17 été prévenu. On nous l'a dit très récemment. Compte tenu des informations

18 qui ont été présentées par l'Accusation, je comprends que l'autre partie

19 n'a pas d'autres possibilités que de vous adresser la requête qu'elle est

20 en train de verser. La Défense ne s'y opposera pas.

21 Je remercie l'Accusation de nous avoir informés de la situation dès

22 que possible. Les notes sont simplement arrivées à la fin, mais je voudrais

23 qu'il soit consigné au compte rendu d'audience que nous avons été informés

24 oralement avant que la situation ne se présente, et la décision appartient

25 à la Chambre.

Page 4

1 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Je vous remercie.

2 Puisque la décision est entièrement entre les mains de la partie qui cite

3 le témoin, et compte tenu des arguments qui ont été présentés par

4 l'Accusation, la Chambre fait droit à la requête de l'Accusation.

5 Mme CHANA : [interprétation] Je vous remercie, Monsieur le Président.

6 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Est-ce qu'il y a un autre point à

7 soulever ? Sinon, je vais vous demander de faire entrer le témoin, s'il

8 vous plaît.

9 [La Chambre de première instance et le Greffier se concertent]

10 [La Chambre de première instance se concerte]

11 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Le Greffier d'audience vient de me dire

12 que nous pourrions tenir une audience vendredi à partir de 10 heures 30

13 jusqu'à midi. Nous ferions une pause à ce moment-là et nous reprendrions à

14 14 heures 15 jusqu'à 19 heures.

15 [Le témoin est introduit dans le prétoire]

16 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Monsieur le Témoin, bonjour.

17 LE TÉMOIN : [interprétation] Bonjour.

18 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Pouvez-vous continuer; êtes-vous prêt ?

19 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui.

20 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Je vous remercie. Veuillez vous asseoir.

21 LE TÉMOIN: JANJKO STOJANOVIC [Reprise]

22 [Le témoin répond par l'interprète]

23 Interrogatoire principal par M. Re : [Suite]

24 Q. [interprétation] Bonjour, Monsieur Stojanovic.

25 R. Bonjour.

Page 5

1 Q. Hier, nous en sommes arrivés à la matinée du 14 septembre 1993 pendant

2 votre déposition, le moment où vous avez entendu des tirs à l'extérieur,

3 des tirs qui venaient de près. Vous êtes sorti avec votre Kalachnikov. Il

4 faisait jour, et vous êtes resté pendant quelques minutes dehors. Votre

5 mère est restée à l'intérieur de la maison.

6 Pour revenir à cela brièvement, lorsque vous êtes sorti, je vous ai demandé

7 hier : "Si vous avez vu qui tirait ?"

8 A ce moment-là, vous m'avez répondu : "Pas à ce moment-là, j'ai juste vu la

9 direction de laquelle venaient les balles."

10 Alors, pour la première fois lorsque vous êtes sorti, avez-vous vu des gens

11 armés dehors ?

12 R. La première fois, non.

13 Q. La première fois où vous êtes sorti, avez-vous tiré vous-même avec

14 votre arme ?

15 R. Non.

16 Q. Vous avez dit que vous êtes resté pendant quelques instants dehors et

17 après vous êtes rentré de nouveau à l'intérieur de la maison. Qu'avez-vous

18 fait pendant que vous étiez à l'intérieur ?

19 R. J'ai dit à ma mère de se préparer, que quelque chose n'allait pas.

20 Q. Qu'a-t-elle fait ?

21 R. Elle s'est levée, elle a commencé à se préparer, et moi, je suis sorti.

22 Q. Avez-vous pris votre arme au moment où vous êtes ressorti ?

23 R. Oui, oui.

24 Q. Qu'avez-vous --

25 R. Sans arrêt, j'avais l'arme dans mes bras.

Page 6

1 Q. Est-ce que les tirs se sont poursuivis ?

2 R. Oui, et cela s'est intensifié. J'ai riposté un petit peu.

3 Q. Où êtes-vous allé lorsque vous êtes sorti pour la deuxième fois ?

4 R. Jusqu'à l'angle de ma maison.

5 Q. Vous avez dit que vous avez décidé de riposter. Avez-vous riposté

6 réellement ?

7 R. Oui.

8 Q. Vous avez tiré ?

9 R. Oui.

10 Q. Où avez-vous tiré ?

11 R. Sur les bois, de là d'où arrivaient des balles; c'étaient des endroits

12 inhabituels.

13 Q. Pouvez-vous me préciser cela, s'il vous plaît. Vous parlez de "toutes

14 sortes d'endroits inhabituels." Vous dites que vous avez tiré dans cette

15 direction-là d'où provenaient les tirs ?

16 R. Oui, il y avait un seul endroit dans les bois, en direction de ma

17 maison, et c'étaient des tirs très importants.

18 Q. Avez-vous tiré dans cette direction-là ?

19 R. Oui.

20 Q. Combien de fois ?

21 R. Quelques tirs. Je n'ai pas vidé mon chargeur.

22 Q. Pourquoi avez-vous tiré ?

23 R. Je pensais que je pouvais riposter, mais j'ai renoncé très rapidement

24 parce qu'il y en avait trop.

25 Q. Est-ce qu'on a répondu depuis les bois à votre feu ?

Page 7

1 R. Oui.

2 Q. De quelle nature a été cette réponse ?

3 R. C'étaient des armes automatiques.

4 Q. Qu'avez-vous fait ?

5 R. Je suis revenu à l'entrée de la maison.

6 Q. Est-ce que vous estimiez que vous étiez à l'abri là où vous vous

7 trouviez pendant que vous tiriez en direction des bois ?

8 R. Non, justement je ne pensais pas que j'étais couvert et c'est la raison

9 pour laquelle j'ai fait marche arrière. Je suis revenu vers la maison.

10 Q. Etes-vous entré dans la maison ?

11 R. Oui.

12 Q. Qu'avez-vous fait ?

13 R. J'ai fait sortir ma mère jusqu'à l'entrée.

14 Q. A ce moment-là, votre mère était-elle habillée ?

15 R. Oui, elle était déjà habillée.

16 Q. Qu'avez-vous fait, vous et votre mère, par la suite ?

17 R. Je lui ai dit de ne pas sortir sans moi.

18 Q. Connaissiez-vous quelqu'un du nom d'Ivan Stojanovic ?

19 R. Oui, très bien.

20 Q. Quel âge avait-il en 1993 ?

21 R. A peu près 14 - 15 ans, il était né en 1978, je pense.

22 Q. Où vivait-il par rapport à votre maison ?

23 R. C'était la première maison à côté de la mienne, très près de la mienne.

24 Q. Lui, l'avez-vous vu quand vous êtes sorti, soit la première, soit la

25 deuxième fois, lorsque vous êtes sorti pendant les tirs ?

Page 8

1 R. Oui.

2 Q. Où était-il, que faisait-il ?

3 R. Il était à la fenêtre de sa maison, il était tourné vers l'entrée de ma

4 maison.

5 Q. Que faisait-il à la fenêtre ?

6 R. Il m'a demandé ce qui se passait.

7 Q. Qu'avez-vous répondu ?

8 R. J'ai dit que quelque chose n'allait pas bien, que c'était très près et

9 qu'il valait mieux qu'il courre, qu'il s'échappe.

10 Q. Qu'a-t-il fait ?

11 R. Il a disparu de la fenêtre, je ne sais pas.

12 Q. Revenons maintenant au moment où vous êtes revenu dans la maison avec

13 votre mère. Vous lui avez dit de ne pas quitter la maison sans vous. Que

14 s'est-il passé à ce moment-là ?

15 R. Je regardais vers l'intersection dans mon village pour voir ce qui s'y

16 passait.

17 Q. Je vous en prie, poursuivez. Où était votre mère au moment où vous

18 regardiez vers cette intersection ?

19 R. Elle était derrière moi, à l'entrée de la maison.

20 Q. Lorsque vous avez regardé vers le village, vers ce croisement, qu'avez-

21 vous vu ?

22 R. A ce moment-là, rien. Il n'y avait que des tirs très forts.

23 Q. Vous et votre mère, avez-vous quitté la maison ?

24 R. Pas encore.

25 Q. Qu'avez-vous fait à ce moment-là. Pouvez-vous dire aux Juges ce que

Page 9

1 vous avez fait, vous avez regardé par la fenêtre, vers le croisement, votre

2 mère était dans la maison, vous étiez en train de regarder dehors, qu'avez-

3 vous fait par la suite ?

4 R. De la porte on ne voyait pas bien. Il a fallu que j'essaie de regarder

5 par-dessus le mur, et plusieurs fois je me retournais pour voir où était ma

6 mère, et je regardais l'endroit d'où j'avais tiré pour la première fois,

7 parce que je ne souhaitais pas que quelqu'un arrive sans que je m'en

8 aperçoive, parce que les tirs venaient de près. J'ai regardé plusieurs fois

9 derrière moi, la porte qui se trouvait derrière moi.

10 Q. Que s'est-il passé ou qu'avez-vous fait ?

11 R. A ce moment-là ma mère a disparu de la porte, je l'ai perdue de vue.

12 Q. Lui avez-vous dit quelque chose avant qu'elle ne quitte la maison ?

13 R. Elle n'a pas quitté la maison, elle est retournée dans la chambre.

14 Q. Qu'avez-vous fait à ce moment-là ? Votre mère, qu'a-t-elle fait ? Vous

15 avez la maison à un moment, j'aimerais qu'on en parle.

16 M. MORRISSEY : [interprétation] Monsieur le Président, je voudrais que cela

17 soit précisé. Sont-ils partis ensemble ou non ?

18 Il me semble que c'est ce qu'on suppose dans la question, mais il faudrait

19 le préciser.

20 M. LE JUGE LIU : [interprétation] [interprétation] Oui, je pense qu'il

21 faudrait préciser ce point et que cela peut être fait très facilement.

22 M. RE : [interprétation] [interprétation] Je ne suis pas encore arrivée à

23 ce point. J'essaie d'y arriver avec le témoin. J'essaie d'atteindre le

24 point où il quitte la maison, que cela soit ensemble ou non.

25 Q. Monsieur Stojanovic, vous êtes dans la maison avec votre mère, vous

Page 10

1 regardez par la porte, votre mère a disparu, vous ne la voyez plus. Que

2 s'est-il passé par la suite dans la maison ?

3 R. Je suis allé la chercher. En fait, elle voulait se changer. Je lui ai

4 dit que ce n'était pas nécessaire, qu'elle enfile simplement les vêtements

5 qu'elle avait sous la mai, et qu'il fallait qu'on s'enfuie, qu'il ne

6 fallait pas attendre et qu'il n'y avait rien d'autre à faire.

7 Q. Votre mère, qu'a-t-elle fait ?

8 R. Elle a enfilé quelque chose aux pieds, je ne me souviens plus quoi,

9 mais elle a fait très vite et nous sommes sortis.

10 Q. Comment avez-vous quitté la maison, pouvez-vous nous le décrire ?

11 R. Cette fois-là, lorsqu'on est sorti, on est sorti jusqu'au muret, pas

12 loin de la maison, un muret qui se trouve près de la porte, la porte

13 d'entrée.

14 Q. Etes-vous sortis de la maison ensemble, ou il y avait d'abord l'un puis

15 l'autre derrière lui ? Pourriez-vous nous décrire ce que vous faisiez,

16 comment le faisiez-vous, comment êtes-vous sortis de la maison ?

17 R. Oui, à ce moment-là, elle était derrière moi, on est sorti, on ne s'est

18 éloigné que de deux mètres de la porte d'entrée, on est allé jusqu'au

19 muret, c'est un petit mur, que j'ai mentionné.

20 Q. Avez-vous dit quelque chose à votre mère pendant que vous sortiez de la

21 maison ? Lui avez-vous dit quelque chose au sujet de l'endroit où vous

22 alliez, ce que vous vouliez qu'elle fasse ?

23 R. Oui, je lui ai dit exactement quel est l'endroit où elle doit aller, et

24 dans quelle direction nous allions poursuivre.

25 Q. Qu'est-ce que vous lui avez dit ?

Page 11

1 R. Je lui ai dit de courir jusqu'à la maison où il y avait un arbre

2 fruitier, et que j'allais la rejoindre, qu'elle traverse en courant la rue,

3 et que j'allais la protéger autant que j'allais pouvoir le faire.

4 Q. Qu'entendiez-vous par ces mots : "que vous alliez faire tout ce que

5 vous pouviez ou le mieux que vous pouviez pour la couvrir" ?

6 R. Parce que dans cette direction il y avait beaucoup de tirs, je pouvais

7 répondre, riposter, pour que ces tirs s'arrêtent, le temps qu'elle traverse

8 la rue en courant.

9 Q. Avez-vous tiré réellement pendant que votre mère quittait la maison ?

10 R. Elle était encore derrière moi, je voulais regarder plusieurs fois dans

11 cette direction, là où j'allais devoir tirer, et je ne voulais pas qu'elle

12 parte avant cela.

13 Q. Pendant que votre mère traversait la rue, que faisiez-vous ?

14 R. Elle n'avait pas encore traversé en courant. Avant cela, il y a un

15 moment très important, une chose très importante.

16 Q. C'est laquelle ? Quelle est cette chose vraiment importante qui s'est

17 produite ?

18 R. J'ai regardé dans la direction de l'autre maison, la maison d'Ivan

19 Stojanovic. C'est là que sa mère a passée la nuit cette nuit-là. Sur le

20 balcon de cette maison il y avait cinq soldats qui n'étaient pas membres du

21 HVO.

22 Q. Ils appartenaient à quelle armée ?

23 R. Je ne le savais pas exactement mais j'ai supposé que c'était des

24 Musulmans, car ils avaient des armes et ils regardaient en bas, vers la

25 rue.

Page 12

1 Q. Quels vêtements portaient-ils ?

2 R. Une tenue de camouflage, mais nous n'en n'avions pas de ce genre.

3 C'était en fait un motif beaucoup plus petit, de couleur sable, ces hommes

4 portaient aussi un béret vert.

5 Q. Ces hommes, que faisaient-ils ?

6 R. Ils se tenaient debout sur ce balcon, regardaient vers la rue, un peu

7 vers la droite du côté du bois.

8 Q. Qu'est-ce qui s'est passé à ce moment-là ? Vous avez vu ces soldats qui

9 se tenaient au balcon de la maison d'Ivan Stojanovic, qu'est-ce que vous

10 avez fait à ce moment-là, après les avoir vus ?

11 R. J'ai regardé derrière moi pour m'assurer que maman était toujours

12 là, pour être sûr que ma mère était à mes côtés.

13 Q. Elle était toujours là ?

14 R. Oui.

15 Q. Qu'est-ce que vous avez fait ?

16 R. J'ai entendu une femme qui a crié : Ivan, mon fils.

17 Q. Est-ce que vous avez reconnu cette voix ?

18 R. Oui.

19 Q. C'était la voix de qui ?

20 R. C'était la voix d'Anica Stojanovic; elle était la mère d'Ivan

21 Stojanovic.

22 Q. D'où venait cette voix ?

23 R. De l'extérieur de sa maison.

24 Q. Mais vous l'avez-vous vue, cette dame ?

25 R. J'ai regardé dans cette direction, et j'ai vu qu'elle était presque

Page 13

1 assise. Il y avait un soldat debout à côté d'elle et il lui a tiré dans la

2 tête. Un seul coup, à bout portant, avec un fusil automatique.

3 Q. Vous dites qu'elle était à moitié assise, qu'est-ce que vous voulez

4 dire par là ?

5 R. Elle est tombée, c'est cela que je veux dire.

6 Q. Pourriez-vous décrire ce soldat ?

7 R. C'était un homme très fort qui portait un béret vert. Il avait sur le

8 côté gauche un couteau et sur la droite un fusil. Il avait en main une

9 Kalachnikov. Cet homme devait faire environ deux mètres.

10 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Dans le compte rendu d'audience, on voit,

11 à la réponse du témoin que : "elle" l'avait abattue d'un seul coup à bout

12 portant." Je pense qu'il faut une correction, n'est-ce pas ?

13 M. RE : [interprétation] Oui, excusez-moi.

14 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Oui, je pense qu'il faut apporter une

15 correction là.

16 M. RE : [interprétation]

17 Q. Je pense qu'il faut apporter une correction au compte rendu d'audience.

18 On dit qu'il y avait un soldat qui se tenait debout à côté d'elle, et on

19 dit que : "'Elle' l'a abattue d'un seul coup à bout portant." Est-ce que

20 vous avez dit "il" ou "elle" ? Est-ce que vous avez dit que c'était le

21 soldat qui avait abattue Anica Stojanovic ?

22 R. J'ai dit qu'il l'avait alors abattue d'un coup à la tête à bout portant

23 à l'arme semi automatique.

24 Q. Vous dites que c'était à bout portant. Pourriez-vous nous dire à quelle

25 distance d'elle il se trouvait lorsqu'il l'a abattue ?

Page 14

1 R. Au maximum trois mètres.

2 Q. Vous avez dit il y a un instant qu'elle était pour ainsi dire tombée.

3 Est-ce que vous pourriez préciser d'avantage, dans quelle position elle se

4 trouvait, avant qu'on ne tire sur cette dame ?

5 R. Elle était assise, mais elle s'était servie de son bras pour éviter une

6 chute complète. C'est pour cela sans doute que son bras était un peu à

7 l'arrière du corps.

8 Q. Elle était par terre ?

9 R. Oui.

10 Q. Est-ce que ce coup de feu l'a tuée ?

11 R. C'était un coup à la tête, elle est tombée sur le dossier, cela a dû la

12 tuer.

13 Q. Vous, vous étiez à quelle distance de ce soldat qui l'a abattue d'un

14 coup à la tête ?

15 R. A une quinzaine de mètres, à peu près.

16 Q. Anica Stojanovic était-elle une personne civile ou un soldat ?

17 R. Une civile.

18 Q. Est-ce qu'elle était armée lorsque le soldat l'a abattue d'un coup à la

19 tête ?

20 R. Non.

21 Q. Est-ce qu'elle était en tenue militaire ou est-ce qu'elle était en

22 vêtement civil ?

23 R. Elle était en vêtement civil, elle portait une robe.

24 Q. Lorsque ceci s'est passé, lorsque vous avez vu ce soldat tirer sur Mme

25 Anica Stojanovic, où se trouvait votre mère ?

Page 15

1 R. Derrière moi, près de la porte. Je ne lui ai pas permis de voir,

2 regarder ce qui se passait, je voulais la protéger.

3 Q. Que s'est-il passé ensuite ?

4 R. Je lui ai dit que l'heure était venue de partir, qu'on ne pouvait plus

5 attendre. Je lui ai dit où aller exactement, parce qu'on voyait l'endroit

6 où elle devait aller depuis notre porte. Je lui ai dit de rester là où je

7 pouvais la voir, afin que je puisse la protéger si c'était nécessaire.

8 Q. Continuez. Dites-nous ce qui s'est passé après cela.

9 R. Je regardais dans la direction où je voulais que ma mère aille, il n'y

10 avait pas de soldats, il y avait beaucoup de fumée à ce moment-là, il y

11 avait une étable qui était en train de brûler derrière nous, alors je lui

12 ai dit, après avoir tiré une rafale, je lui ai dit de se mettre à courir.

13 Q. Dans quelle direction avez-vous tiré ?

14 R. J'ai dit à ma mère de partir en courant. J'ai tiré dans la direction où

15 se trouvaient ces soldats, mais plutôt en l'air, uniquement pour assurer

16 notre sécurité.

17 Q. Votre mère, qu'a-t-elle fait ? Est-ce qu'elle s'est mise à courir ?

18 R. Oui. Elle a traversé la rue en courant pour aller là où je lui avais

19 dit d'aller.

20 Q. Qu'est-ce que vous avez fait ?

21 R. Moi aussi je suis parti en courant, mais je ne l'ai pas suivie. J'ai

22 sauté au-dessus de la clôture et je me suis trouvé dans un jardin

23 abandonné. Je me suis rendu compte qu'il fallait que je me cache, que je ne

24 pourrais pas continuer à courir.

25 Q. De là, qu'est-ce que vous avez vu ?

Page 16

1 R. Là, je voyais mieux la maison et le carrefour, il y avait un espace

2 dégagé à côté.

3 Q. Est-ce que vous avez vu des soldats qui n'étaient pas des soldats du

4 HVO, lorsque vous vous cachiez dans ces buissons ?

5 R. Oui, cinq soldats toujours à la terrasse de la maison d'Anica

6 Stojanovic.

7 Q. Que faisaient ces hommes ?

8 R. L'un d'entre eux a grimpé sur le toit et s'est tourné vers les bois.

9 C'est de là qu'étaient venus les premiers tirs que j'avais entendus. Il a

10 placé ses mains près de la bouche et il a crié : Viens Omer, c'est terminé.

11 Q. Est-ce que vous avez vu à qui il s'adressait de cette façon ?

12 R. Non.

13 Q. Vous, qu'est-ce que vous avez fait à ce moment-là ?

14 R. Tout ce que j'ai entendu c'était un cri de joie dans les bois, et on a

15 tiré en l'air.

16 Q. Vous êtes resté combien de temps dans ce jardin, dans ces buissons ?

17 R. Impossible de vous le dire de façon précise. Tout s'est passé si vite

18 et de façon si soudaine que j'ai du mal à être plus précis pour ce qui est

19 du temps.

20 Q. Est-ce que vous avez fini par quitter ce jardin ?

21 R. Non, j'ai essayé de rester caché. Je ne voulais pas qu'on me voie.

22 Q. Est-ce qu'à un moment donné vous êtes parti de ce jardin ?

23 R. Oui.

24 Q. Pourriez-vous dire aux Juges comment vous êtes parti de ce jardin.

25 R. Je suis resté là caché pendant un certain temps pour qu'on ne me voie

Page 17

1 pas. J'avais la tête baisée, et après un moment, j'ai regardé par-dessus la

2 clôture pour voir si les soldats étaient encore là, et j'ai regardé du

3 côté. Je suis parti en courant là où j'espérais que ma mère se trouvait.

4 Q. Ensuite.

5 R. Je suis parti en courant à cet endroit, mais ma mère n'était plus là.

6 Sans doute qu'elle avait continué à courir. Elle devait avoir été tout à

7 fait paniquée et elle est allée à un endroit où jamais je ne lui avais dit

8 d'aller.

9 Q. Est-ce que vous avez entendu des voix ?

10 R. Quand je suis arrivé à l'endroit où ma mère était censée être, juste

11 derrière la maison, il y avait quelqu'un. J'ai entendu une voix qui disait,

12 Arrête Grand-mère, on ne va pas te faire de mal.

13 Q. Ensuite.

14 R. Peu de temps après, j'ai entendu plusieurs coups de feu.

15 Q. D'où venaient les tirs par rapport aux voix que vous avez entendues ?

16 R. Je pense que les tirs venaient de l'endroit où se trouvaient ces gens

17 qui parlaient.

18 Q. Ces gens qui parlaient étaient à quelle distance ?

19 R. A une vingtaine de mètres.

20 Q. Vous avez entendu des tirs --

21 M. RE : [interprétation] Je vais essayer de rapprocher le micro afin d'être

22 plus clair. Malheureusement, le fil n'est pas bien long.

23 Q. Vous dites avoir entendu quelques tirs. Est-ce que vous avez vu

24 quelqu'un qui tirait ?

25 R. Je n'ai vu personne qui tirait, mais après ce tir, j'ai regardé dans ce

Page 18

1 sens-là et j'ai vu un soldat, un homme qui, à mon avis, était très âge.

2 Q. Quand vous dites "très âgé," cela fait quel âge à peu près ?

3 R. Bien, pour un soldat, pour moi, 50 ans c'est vieux. Je pensais que cet

4 homme avait la cinquantaine, à en juger les traits de son visage.

5 Q. Cet homme, que portait-il ?

6 R. Il était en uniforme, mais ce n'était pas un uniforme de camouflage.

7 C'était une espèce d'uniforme particulier avec des rayures; vert olive avec

8 des espèces de rayures verticales.

9 Q. Il était armé ?

10 R. Oui. Il avait en main un fusil automatique

11 Q. C'était un soldat du HVO ou d'une autre armée ?

12 M. MORRISSEY : [interprétation] Mon estimé confrère sait qu'il n'est pas

13 nécessaire d'appartenir à une armée. Cela aurait pu être un membre d'une

14 unité de police. Là, on présente un choix qui n'évoque pas toutes les

15 possibilités. C'est, à mon avis, une question qui guide le témoin.

16 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Oui, je pense que, Monsieur Re, vous

17 devriez poser votre question autrement.

18 M. RE : [interprétation]

19 Q. Est-ce que c'était un membre du HVO ou est-ce que c'était quelqu'un qui

20 appartenait à une autre organisation militaire ?

21 R. Je ne saurais vous dire. Je ne sais pas du tout. Evidemment, je n'ai

22 pas vu l'emblème ou l'insigne.

23 Q. Mais est-ce que c'était un de vos soldats ?

24 R. Non, je n'avais jamais vu auparavant ce genre de soldat.

25 Q. Lorsque vous l'avez vu armé d'un fusil automatique, qu'est-ce que vous

Page 19

1 avez fait ?

2 R. Je me suis baissé pour que ma tête ne dépasse du mur et j'ai attendu

3 quelques minutes pour voir si cet homme allait partir ou venir vers moi.

4 Enfin, je voulais voir ce qui allait se passer.

5 Q. Qu'est-ce qui s'est passé ?

6 R. Cet homme a disparu de l'endroit. J'ai couru vers un mur qui était tout

7 près, juste en contrebas de la route, et je me suis arrêté. Il n'y avait

8 personne autour de moi que j'aurais pu voir.

9 Q. Poursuivez.

10 R. Quelques instants plus tard, derrière la maison, venant de la maison

11 d'Anica Stojanovic, un soldat est arrivé, très grand. Il portait la même

12 tenue que le soldat qui avait abattu Anica Stojanovic

13 Q. Est-ce que vous savez si c'était le même soldat ?

14 R. Oui, tout à fait.

15 Q. Qu'est-ce que vous voulez dire ?

16 R. Tout était pareil. Il avait un revolver, il avait un couteau, il avait

17 la même tenue, le même couvre-chef, il avait un fusil, il était de la même

18 taille.

19 Q. Qu'est-ce que cet homme a fait et qu'est-ce que, vous, vous avez fait ?

20 R. Je me suis caché à cet endroit, et il n'a poursuivi directement sa

21 route. Il a tourné à gauche pour aller à un autre coin du village plus en

22 haut. Cet endroit s'appelle Ratkici.

23 Q. Est-ce que c'est Rakic ou Ratkici ?

24 R. Non, Ratkici, R-a-t-k-i-c-i.

25 Q. Vous, qu'est-ce que vous avez fait ?

Page 20

1 R. J'ai attendu un certain temps, le temps que cet homme s'en aille, le

2 temps qu'il s'éloigne d'une vingtaine ou d'une trentaine de mètres. Je n'en

3 suis plus trop sûr. Je me suis dit que c'était une chance qui m'était

4 donnée de quitter l'endroit pour essayer de rattraper ma mère.

5 Q. Oui, poursuivez.

6 R. J'ai fait peut-être une cinquantaine de mètres. C'est alors que j'ai vu

7 ma mère qui gisait sur la route.

8 Q. Pourriez-vous nous dire dans quelle position elle se trouvait allonger

9 sur la route ?

10 R. Elle était ventre à terre, pas dans le sens de la route, mais en

11 travers de la route.

12 Q. Comment avez-vous réagi lorsque vous avez vu votre mère allongée en

13 travers de la route ?

14 R. Je ne me suis pas arrêté. Je me suis dit qu'elle avait été tuée sur le

15 coup. Bon, je me rendais bien compte que ce n'était pas du cinéma et que je

16 devais sauver ma peau, que je devais continuer à courir.

17 Q. Vous avez couru jusqu'où ?

18 R. En fait, j'ai sauté par-dessus le corps de ma mère pour aller vers la

19 maison d'Anica Stojanovic où je pourrais virer non pas à gauche, mais à

20 droite pour essayer d'éviter cette clairière, cet espace dégagé.

21 Q. Vous dites que vous avez sauté au-dessus du corps de votre mère. Où

22 est-ce que vous êtes allé ?

23 R. J'ai véritablement sauté au-dessus de son corps parce que son corps

24 était en travers de la route. J'ai poursuivi mon chemin directement vers la

25 maison d'Ante Stojanovic. Je l'ai vu, Ante, gisant mort non loin de sa

Page 21

1 maison.

2 Q. Ante Stojanovic, c'est un parent à vous ?

3 R. Non, c'est un voisin.

4 Q. Un civil ?

5 R. Oui.

6 Q. Est-ce qu'il était armé lorsque vous l'avez vu par terre, mort, près de

7 sa maison ?

8 R. Non, il n'avait pas d'arme.

9 Q. Quels vêtements portait-il ? Les habits civils ou des vêtements

10 militaires ?

11 R. Je pense qu'il avait une chemise. Il portait une chemise, pas un

12 pantalon habituel, mais une espèce de pantalon de survêtement. Oui, je

13 pense que c'est cela.

14 Q. Après avoir vu le corps de M. Ante Stojanovic, où êtes-vous parti ?

15 R. Là, j'ai pris sur la droite, vers le cours d'eau, vers Prozor.

16 Q. Très bien. Est-ce qu'en route vous avez rencontré quelqu'un ?

17 R. Oui.

18 Q. Qui avez-vous rencontré ?

19 R. Je suis certain d'avoir vu Luka Stojanovic, Mato Stojanovic, Marko

20 Stojanovic, Lucija Ratkic, et je pense qu'il y avait encore deux personnes,

21 mais je n'en suis pas très sûr. Il y avait un certain nombre de personnes.

22 Q. Pourriez-vous nous dire, en quelques mots, où ces gens étaient et ce

23 que ces gens faisaient lorsque vous les avez rencontrés ?

24 R. Ces gens étaient en train de se cacher à une centaine de mètres de la

25 maison d'Ante Stojanovic. Là, à une intersection. Il n'y a qu'un petit

Page 22

1 sentier qui mène à cet endroit; on ne peut y aller qu'à pied. C'est là

2 qu'ils se cachaient derrière les arbres.

3 Q. Est-ce qu'on continuait de tirer lorsque vous avez rencontré ces gens ?

4 R. Pas vraiment. Tout était déjà en feu, il y avait de la fumée qui se

5 dégageait de partout. On avait entendu des tirs qui venaient de la base, là

6 où se trouve Cer.

7 Q. Vous avez dit que vous alliez vers une espèce de cours d'eau. Où est-ce

8 que vous êtes allé exactement ?

9 R. J'ai demandé à ces gens s'ils voulaient m'accompagner, parce que

10 j'allais vers ce ruisseau. Je me suis dit que c'était le seul endroit sûr à

11 ce moment-là. Ils ont dit d'accord, et nous sommes partis vers le ruisseau.

12 Je ne sais pas combien de temps tout ceci a duré, mais nous sommes arrivés

13 jusqu'au ruisseau.

14 Q. Que s'est-il passé lorsque vous étiez au ruisseau ?

15 R. Avant d'arriver au ruisseau, nous nous sommes arrêtés un petit moment,

16 là où il y avait des buissons. Nous avons regardé du côté de deux maisons -

17 - là, on voyait deux maisons et des soldats qui se trouvaient sur la route.

18 Nous nous sommes dit qu'il n'était sans doute pas sage de poursuivre notre

19 chemin dans cette direction-là, mais je leur ai dit qu'on n'avait pas le

20 choix. On aurait pu attendre aussi la tombée de la nuit, près du ruisseau,

21 pour voir si c'étaient des soldats à nous ou pas, parce que c'était la

22 seule issue.

23 Q. Pourriez-vous nous dire, très rapidement - je voudrais que l'on

24 parcoure cette partie-là de votre déposition assez rapidement - pourriez-

25 vous nous dire, en quelques mots, ce qui s'est passé à ce moment-là.

Page 23

1 R. D'accord. Nous sommes arrivés au ruisseau. De là, nous avons vu

2 plusieurs soldats. Nous en avons reconnu un, Ivan Kovcalija. Nous l'avons

3 appelé et nous avons demandé qu'il dise qui il était. Mato Stojanovic a

4 donné son nom et il a dit que c'était un cousin à lui et qu'on pouvait

5 sortir sans avoir peur.

6 Q. Vous êtes allés où ? Est-ce que vous êtes restés dans ce ruisseau ou

7 est-ce que vous êtes allés ailleurs ?

8 R. Nous avons quitté cet endroit près du ruisseau. Nous avons fait peut-

9 être 100 ou 150 mètres, et nous sommes arrivés à un bois où il y avait

10 d'autres habitants de mon village, plus exactement, d'autres soldats de mon

11 village.

12 Q. Oui, continuez.

13 R. Nous avons rencontré ces gens, et on n'a rien fait de particulier. On

14 était fatigué. On avait soif. Nous nous sommes parlé pour voir qui était

15 là, qui était resté là-haut, s'il restait des gens ou pas.

16 Q. Combien de temps, ce jour-là, êtes-vous resté à Uzdol ? Jusqu'à quelle

17 heure êtes-vous resté à Uzdol ?

18 R. Vous me demandez l'heure qu'il était lorsque nous avons rencontré nos

19 soldats ?

20 Q. Oui, de façon approximative. Je veux simplement savoir à quel moment,

21 ce jour-là, vous avez quitté Uzdol; c'est tout.

22 R. Tout cela s'est passé avant 10 heures du matin.

23 Q. Pourquoi est-ce que vous êtes parti d'Uzdol, vous ?

24 R. C'est un peu bizarre comme question. J'ai voulu échapper aux coups de

25 feu, aux tirs.

Page 24

1 Q. Mais pourquoi vous a-t-il fallu quitter la région d'Uzdol, ce jour-là ?

2 R. J'ai été blessé ce jour-là.

3 Q. Dans quelles circonstances avez-vous été blessé ?

4 R. Là, où nous avions rencontré les soldats que je connaissais bien parce

5 qu'ils étaient de mon village et d'autres villages, là à l'endroit où je

6 suis arrivé avec mon cousin Stjepan Ratkic. De là, nous sommes partis en

7 direction de la maison de Rade Stojanovic parce que je voulais boire une

8 gorgée d'eau, parce que j'étais vraiment très assoiffé, j'avais très soif.

9 Non loin de là, à une cinquantaine de mètres à peu près, il y avait

10 une espèce de clairière. Là, il semblait qu'il y avait de longues rafales

11 de tirs et c'est là que j'ai été touché.

12 Q. Vous avez été touché par balles ?

13 R. Oui.

14 Q. Vous avez été blessé où ?

15 R. Au menton et au thorax, à la poitrine.

16 Q. Est-ce que vous avez du coup été évacué ?

17 R. Oui.

18 Q. Cela s'est passé vers quelle heure à peu près ?

19 R. Peu de temps après que j'aie rencontré des soldats, et après avoir vu

20 mon cousin, je dirais une demi-heure plus tard.

21 Q. Vous avez dit que : "Le tout s'est déroulé avant 10 heures du matin."

22 Etes-vous en train de me dire que vous avez quitté Uzdol avant 10 heures ou

23 après 10 heures ?

24 R. Est-ce que vous parlez d'Uzdol -- à lequel moment j'ai quitté Uzdol ou

25 vous parlez du moment où je suis arrivé jusqu'aux soldats ?

Page 25

1 Q. Après que vous avez été blessé, vous avez quitté la zone d'Uzdol.

2 Quelle heure était-il ?

3 R. Je crois que c'était vers 11 heures.

4 Q. Est-ce qu'ils tiraient encore lorsque vous avez été évacué ?

5 R. Je ne me souviens pas.

6 Q. Vous avez dit que d'abord que vous avez été emmené à Rumboc, et ensuite

7 par hélicoptère à Split à l'hôpital ?

8 R. Oui.

9 Q. Est-ce que vous avez entendu quelque chose ou avez-vous vu quelque

10 chose qui pouvait vous faire croire, ce matin-là, que des mortiers avaient

11 été utilisés par l'une ou l'autre des parties ?

12 R. J'aurais reconnu le bruit des mortiers, mais je crois que non.

13 Q. Qu'en est-il de chars ? A-t-on utilisé des chars ?

14 R. Non, je crois que j'aurais entendu le bruit de chars se déplacer si

15 cela avait été le cas.

16 Q. Si je vous disais que le HVO pilonnait leurs propres civils à Uzdol,

17 que dites-vous de cela, d'une telle proposition ?

18 R. Je ne pourrais pas vraiment vous donner une réponse à cette question.

19 Il s'agit d'une question politique. C'est tout à fait ridicule de tirer sur

20 son propre peuple. Je ne vois pas quel serait le but d'une telle opération.

21 Je crois que cela n'était pas le cas simplement, je ne le crois pas.

22 M. RE : [interprétation] Je souhaiterais montrer au témoin une partie, un

23 extrait d'une cassette vidéo P312. C'est un extrait qui commence à 41:43.

24 Nous allons montrer cet extrait vidéo grâce au logiciel Sanction.

25 Q. J'aimerais vous demander, Monsieur Stojanovic, si vous pouvez voir

Page 26

1 cette séquence sur votre écran.

2 [Diffusion de cassette vidéo]

3 M. RE : [interprétation] Je vous remercie, vous pouvez arrêter ici.

4 Q. Est-ce que vous avez vu les corps à cet endroit-là ?

5 M. MORRISSEY : [interprétation] Monsieur le Président, je ne vois pas

6 d'extrait.

7 M. RE : [interprétation] Excusez-moi.

8 M. MORRISSEY : [interprétation] En fait, Monsieur le Président, je ne sais

9 pas de quoi il s'agit exactement. Je le vois présentement, mais est-ce que

10 c'est la pièce qui a été montrée l'autre jour, car l'autre jour, enfin il

11 n'y a pas longtemps, nous ne l'avions pas vu grâce au logiciel Sanction, je

12 ne sais pas si c'est le même extrait.

13 M. LE JUGE LIU : [interprétation] C'est peut-être un extrait vidéo d'une

14 même cassette vidéo.

15 M. MORRISSEY : [interprétation] Si M. Re me dit que c'est le même extrait

16 qui a été montré l'autre jour, à ce moment-là, je n'ai absolument aucune

17 objection. En fait, la raison pour laquelle je me suis levé c'est que je ne

18 voyais pas cet extrait sur mon écran.

19 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Oui, je vous écoute, Monsieur Re.

20 M. RE : [interprétation] C'est la pièce P312, c'est la cote que l'on a

21 donnée à cette cassette vidéo; je souhaiterais montrer un extrait de cette

22 cassette vidéo.

23 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Je vous remercie.

24 M. RE : [interprétation]

25 Q. Monsieur Stojanovic, est-ce que vous pouvez voir cet extrait vidéo ?

Page 27

1 R. Oui.

2 Q. Pourrait-on montrer un extrait de cette cassette vidéo. Nous apercevons

3 sur l'écran un corps et c'est à l'indication 41:41.

4 [Diffusion de cassette vidéo]

5 M. RE : [interprétation] Vous pouvez arrêter l'image ici.

6 Q. A qui appartient ce corps, est-ce que vous le savez ?

7 R. Ante Stojanovic, appelé Jampura [phon].

8 Q. A l'indication 42:16, nous pouvons apercevoir le même corps mais avec

9 le visage tourné vers nous, vers le ciel.

10 [Diffusion de cassette vidéo]

11 M. RE : [interprétation] Je vous demanderais, c'est-à-dire que nous allons

12 arrêter la cassette à 43:04.

13 Q. Vous nous avez dit que vous avez vu M. Stojanovic mort, gisant mort.

14 Est-ce que c'était dans cette même position qu'il était lorsque vous l'avez

15 vu ? Lorsque vous êtes passé à côté de lui ?

16 R. Je ne comprends pas. Est-ce que vous parlez du dernier extrait, de la

17 dernière image ou de la première image ? Quand je suis passé à côté de lui,

18 il se trouvait dans la même position que la position dans la première

19 photo.

20 Q. Le mot "position" est peut-être un mot un peu ambigu, c'est-à-dire je

21 voulais savoir si vous l'aviez vu au même endroit géographique ?

22 R. Je crois que oui. On ne peut pas voir de loin, mais il était sur

23 l'herbe.

24 Q. Je vais passer maintenant à un autre extrait.

25 M. RE : [interprétation] Pourrait-on passer je vous prie la cassette vidéo,

Page 28

1 et je souhaiterais que l'on passe l'extrait 46:19.

2 [Diffusion de cassette vidéo]

3 M. RE : [interprétation]

4 Q. Monsieur Stojanovic, est-ce que vous êtes en mesure de regarder cet

5 extrait vidéo et de vous concentrer ?

6 R. Oui.

7 Q. Très bien.

8 M. RE : [interprétation] Nous pouvons maintenant passer la cassette ou

9 l'extrait.

10 [Diffusion de cassette vidéo]

11 M. RE : [interprétation]

12 Q. Reconnaissez-vous ce corps ?

13 R. Oui, c'était Anica Stojanovic devant chez elle, devant sa maison.

14 Q. Vous nous avez dit avoir vu un soldat lui tirer une balle dans la tête.

15 Alors ici nous apercevons le corps qui est allongé sur son dos, la tête se

16 trouve en contrebas sur cette cassette vidéo 46.48. Est-ce que cette

17 photographie ou est-ce que cette image nous montre la façon dont elle était

18 lorsque le soldat lui a tiré une balle dans la tête ?

19 R. Absolument.

20 Q. Cette photo figée, est-ce qu'elle nous montre sa maison également ?

21 R. Oui.

22 Q. Je vous remercie, Monsieur.

23 Je souhaiterais maintenant vous montrer une photographie, Monsieur

24 Stojanovic.

25 M. RE : [interprétation] Pourrait-on montrer au témoin la pièce P306.

Page 29

1 Q. Il s'agit d'une prise de vue aérienne du village de Kriz, est-ce que

2 vous voyez cette photographie sous les yeux ?

3 R. Oui.

4 Q. Je vais vous demander d'apporter quelques indications sur cette

5 photographie. Je vais vous demander d'indiquer les choses suivantes : tout

6 d'abord, montrez-nous où se trouvait votre maison; la première maison

7 d'Anica Stojanovic; la deuxième maison d'Anica Stojanovic; j'aimerais que

8 vous nous montriez l'endroit où vous avez vu le soldat tirer sur Mme

9 Stojanovic, et j'aimerais que vous nous indiquiez quel était l'endroit où

10 vous avez vu votre mère.

11 D'abord avec le chiffre 1, indiquez-nous la maison de votre mère.

12 R. [Le témoin s'exécute]

13 Q. Pourriez-vous nous indiquer à l'aide du chiffre numéro 2, l'endroit où

14 vous avez vu Ivan Stojanovic à la fenêtre.

15 R. Voulez que j'indique un 2 ?

16 Q. Oui, s'il vous plaît.

17 R. [Le témoin s'exécute]

18 Q. Pourriez-vous indiquer la deuxième maison de Stojanovic, à l'aide du

19 chiffre 3.

20 R. [Le témoin s'exécute]

21 Q. Pourriez-vous nous indiquer l'endroit où se trouvait le soldat qui a

22 tiré sur Mme Anica Stojanovic; indiquez-nous le avec le numéro 4.

23 R. [Le témoin s'exécute]

24 Q. Pourriez-vous nous indiquer l'endroit où vous avez vu votre mère, qui

25 était allongée sur le sol, avec son visage faisant face au sol, et

Page 30

1 pourriez-vous nous indiquer cet endroit à l'aide du chiffre 5.

2 R. Vous voulez que j'indique un 5, ou est-ce que vous voulez que je fasse

3 la même chose que j'ai faite ? Aimeriez-vous que je trace une ligne

4 également ?

5 Q. Non, je voudrais que vous nous indiquiez cet endroit à l'aide du

6 chiffre 5, mais indiquez-nous également l'endroit que vous avez parcouru,

7 c'est-à-dire de quelle façon vous vous êtes rendu à cet endroit-là ? Quel

8 était votre déplacement, votre itinéraire jusqu'à ce point-là ?

9 R. [Le témoin s'exécute]

10 Q. Pourriez-vous je vous prie faire un 5 plus grand ? Je ne sais pas si

11 vous pouvez effacer ce que vous venez d'écrire, et faire un 5 un peu plus

12 gros ?

13 R. [Le témoin s'exécute]

14 Q. Pourriez-vous nous indiquer à l'aide de cette ligne, l'endroit où vous

15 êtes allé vous cacher le long de la route et près du ruisseau ?

16 R. [Le témoin s'exécute]

17 Q. Pourriez-vous indiquer à l'aide du chiffre 6, l'endroit où vous vous

18 trouviez lorsque vous avez tiré dans les airs, au moment où votre mère a

19 traversé la route, lorsqu'elle a couru, lorsqu'elle a traversé la route. Je

20 vous demanderais d'indiquer cela à l'aide du chiffre 6.

21 R. Je ne peux pas voir sur cette photographie, l'endroit ne se trouve pas

22 ici. Vous voulez que je place une flèche ?

23 Q. Oui, si vous pouvez, c'est-à-dire indiquez-nous à l'aide d'une flèche

24 et du numéro 6, cet endroit-là.

25 R. [Le témoin s'exécute]

Page 31

1 Q. Je vous remercie.

2 M. RE : [interprétation] Est-ce que cela pourrait être versé au dossier ?

3 M. MORRISSEY : [interprétation] Je n'ai aucune objection, Monsieur le

4 Président.

5 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Ce document maintenant est versé au

6 dossier.

7 M. LE GREFFIER : [interprétation] Ce document portera la cote P347.

8 M. RE : [interprétation]

9 Q. Le 14 septembre 1993, combien y avait-il de civils et de soldats dans

10 le village de Kriz ?

11 Pendant que le témoin donne sa réponse, réfléchit à sa réponse, je

12 souhaiterais que l'on prenne la pièce 0299-2310.

13 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Nous pourrions peut-être prendre une

14 pause à ce moment-ci.

15 M. RE : [interprétation] Oui, Monsieur le Président.

16 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Nous allons prendre une pause et nous

17 reprendrons nos travaux à 16 heures.

18 --- L'audience est suspendue à 15 heures 33.

19 --- L'audience est reprise à 16 heures 02.

20 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Monsieur Re, je vous écoute.

21 M. RE : [interprétation] Merci, Monsieur le Président.

22 Q. Monsieur Stojanovic, avant la pause, je voulais savoir si vous pouviez

23 nous donner le nombre de civils qui se trouvaient à Kriz le 14 septembre

24 1993.

25 Combien de civils et combien de soldats du HVO se trouvaient à Kriz au

Page 32

1 moment de l'attaque ?

2 Vous ne m'entendez pas ?

3 R. Je n'entends pas. Oui, oui, j'entends. Merci.

4 Q. Bien. Maintenant, la question était la suivante : nous aimerions savoir

5 combien de civils et de soldats du HVO se trouvaient à Kriz le 14 septembre

6 1993, date de l'attaque ?

7 R. Vous voulez parler du nombre de tous les soldats, ou individuellement ?

8 Q. De façon individuelle.

9 R. Individuellement, il y en avait environ 15, et environ 10 soldats.

10 Q. Est-ce que vous avez sous les yeux la photographie de Kriz qui porte la

11 cote 0299-2310 ? J'aimerais que vous nous indiquiez l'endroit où les gens

12 étaient logés. Par exemple, vous pourriez nous indiquer, à l'aide d'un

13 point ou d'un cercle, l'endroit où se trouvaient les civils, et un X ou une

14 croix pour les soldats.

15 M. RE : [interprétation] Pourrait-on avoir une vue agrandie de la photo, je

16 vous prie. Si le témoin fait une annotation et que l'on déplace la

17 photographie, est-ce que l'annotation disparaît à ce moment-là ?

18 M. LE GREFFIER : [interprétation] L'annotation disparaît à ce moment-là,

19 s'il faut la déplacer.

20 M. RE : [interprétation] Très bien. Pourrait-on, je vous prie, essayer de

21 nous concentrer sur la partie gauche de la photo, car je vois qu'il y a des

22 maisons sur la gauche.

23 Je souhaiterais que les quatre à cinq maisons qui se trouvent à la gauche

24 soient comprises également dans la photo; est-ce possible ? Très bien.

25 Maintenant, essayons de cette façon-ci. Bien.

Page 33

1 Q. Je vous prie d'indiquer, à l'aide d'un point, l'endroit où étaient

2 logés les civils, et à l'aide d'un X, l'endroit où se trouvaient les

3 soldats.

4 R. [Le témoin s'exécute]

5 Q. Pourriez-vous faire les points un peu plus grands.

6 R. [Le témoin s'exécute]

7 Il y avait certains soldats qui se trouvaient sur ces positions-ci, mais je

8 ne suis pas tout à fait certain. Je ne sais pas de quels soldats il s'agit,

9 je ne pourrais pas les indiquer ici. Je ne pourrais vous dire avec

10 certitude où ils se trouvaient ce soir-là et ce matin-là.

11 Q. Pardon. Qu'est-ce que vous dites là, je vous prie, lorsque vous parlez

12 de "ces positions-ci ?" Je ne comprends pas tout à fait bien.

13 R. Il y avait certains soldats qui se trouvaient à Borak. Je ne sais pas

14 lesquels se trouvaient sur Borak, mais pour les personnes que j'ai

15 indiquées, je sais qu'elles se trouvaient là certainement.

16 Q. Très bien. Vous nous dites qu'il y avait certains soldats qui se

17 trouvaient dans ces positions-là, mais ils n'étaient pas logés dans ces

18 maisons-là. Vous ne savez pas, par contre, qui étaient ces soldats. Est-ce

19 que c'est ce que vous nous dites ?

20 R. Oui, c'est cela.

21 Q. Combien y en avait-il qui appartiennent à ce groupe-là ?

22 R. Je ne suis pas tout à fait certain. Il y en avait toujours cinq ou six.

23 Q. Sur la photographie, vous nous avez indiqué cinq X et neuf points, ce

24 qui fait un total de 14 personnes. Sur cinq maisons, vous avez placé des X

25 et des points; est-ce que cela veut dire qu'il y avait un mélange de

Page 34

1 soldats et de civils ? Qu'il y avait certaines maisons dans lesquelles des

2 soldats et des civils cohabitaient ?

3 R. Oui. Mais les points n'indiquaient pas seulement une personne; c'est

4 seulement là où ils se trouvaient. Mais si vous voulez que je vous parle de

5 deux personnes ou trois personnes, à ce moment-là, je vais indiquer deux ou

6 trois points. Vous voyez ce que je veux dire.

7 Q. Oui, très bien. Alors, procédez de la sorte.

8 R. [Le témoin s'exécute]

9 Q. Y a-t-il des X manquants pour les soldats ou est-ce que vous nous avez

10 indiqué la présence de tous les soldats à l'aide de X ?

11 R. Je suis tout à fait certain pour ceux que j'ai indiqués ici.

12 Q. Il y a un certain nombre de maisons sur lesquelles vous n'avez pas

13 tracé de X ni de point; est-ce que cela voudrait dire que personne

14 n'habitait dans ces maisons-là, ou est-ce que cela veut dire que vous ne le

15 savez simplement pas ?

16 R. Non.

17 Q. Qu'est-ce que vous voulez dire par là ? Le fait que vous n'ayez pas

18 posé d'indications, qu'est-ce que cela veut dire exactement ?

19 R. Cela veut dire qu'il y avait certains soldats qui allaient à Prozor

20 voir les membres de leurs familles, et il y avait des soldats qui se

21 rendaient également sur les positions, sur les fronts; ces deux

22 possibilités. Est-ce que vous aimeriez que je vous indique la présence de

23 soldats avec des croix individuelles ou des X individuels ?

24 Q. Oui.

25 R. [Le témoin s'exécute]

Page 35

1 Q. Très bien. Vous avez indiqué deux croix à côté d'un point. A qui

2 appartenait cette maison ?

3 R. Ratkic Matko et Ratkic Kazo. Ratkic Kazo était là avec sa femme. Je

4 suis tout à fait certain qu'il était là avec sa femme; c'est la raison pour

5 laquelle j'ai indiqué ceci de la sorte.

6 M. RE : [interprétation] J'en ai terminé avec cette photographie.

7 M. MORRISSEY : [interprétation] Pas d'objection.

8 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Très bien. Pourrait-on attribuer une cote

9 à ce document.

10 M. LE GREFFIER : [interprétation] L'original de la photographie est un

11 document de l'Accusation qui porte la cote P348, et la photographie annotée

12 portera la cote P349.

13 M. RE : [interprétation] J'en ai terminé avec mon interrogatoire principal.

14 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Merci.

15 Y a-t-il des questions en guise de contre-interrogatoire, Monsieur

16 Morrissey ?

17 M. MORRISSEY : [interprétation] Oui, Monsieur le Président. Je voulais

18 également montrer des photographies au témoin afin qu'il puisse apporter

19 quelques annotations. J'aimerais savoir s'il est possible de montrer ces

20 photographies au témoin de nouveau. Est-ce que c'est dans 15 minutes ? Est-

21 ce que c'est dans une demi-heure ?

22 M. LE GREFFIER : [interprétation] Dans une minute.

23 M. MORRISSEY : [interprétation] Très bien. Je vais poser quelques questions

24 pour revenir dans l'ordre chronologique des choses.

25 Contre-interrogatoire par M. Morrissey :

Page 36

1 Q. [interprétation] Dites-moi, Monsieur Stojanovic, est-ce que votre

2 uniforme, c'était un uniforme de camouflage ?

3 R. Oui.

4 Q. Est-ce que votre uniforme était un peu plus vert que les uniformes de

5 l'armée bosnienne ?

6 R. Oui.

7 Q. Est-ce que vous avez rejoint les rangs du HVO en 1991 ?

8 R. Je crois que oui, mais je ne suis pas tout à fait certain. Cela fait

9 très longtemps de cela.

10 Q. Très bien, je comprends. Est-ce que vous avez rejoint les rangs du HVO

11 avant que les hostilités n'éclatent entre l'armée bosnienne et le HVO ? En

12 d'autres mots, est-ce que vous avez rejoint les rangs de cette armée

13 lorsque votre ennemi commun était les forces serbes ?

14 R. Je ne comprends pas tout à fait bien votre question. Pourriez-vous

15 reformuler, je vous prie.

16 Q. Les hostilités opposant le HVO et l'armée bosnienne ont éclaté,

17 effectivement, à Prozor à l'automne 1992.

18 R. Je ne sais pas. Je ne m'en souviens pas.

19 Q. Est-ce que vous avez combattu les forces serbes à un moment quelconque

20 en 1992 ou 1991 ?

21 R. Je n'ai pas combattu, mais j'étais sur la ligne de front. A plusieurs

22 reprises, je me suis trouvé sur le front.

23 Q. Très bien. A quel endroit était-ce ?

24 R. A Zvirnjaca. Ou plus précisément à Ravasnica.

25 Q. Où est-ce que cela se situe en Bosnie ?

Page 37

1 R. Près de la montagne Vranj, en direction de Kupres.

2 Q. Très bien. Vous étiez un soldat ? Vous étiez acquis aux objectifs du

3 HVO, et ce, à d'autres endroits, pas seulement à Uzdol; est-ce exact ?

4 Etiez-vous prêt à vous déplacer, à combattre ailleurs ?

5 R. La question n'est pas vraiment bien posée. En fait quand je me suis

6 déplacé vers Kupres, c'est-à-dire au mont Ravasnica, les Musulmans tenaient

7 la même ligne de front avec nous. Nous étions tous ensembles dans une même

8 tranchée. Il n'y avait pas de conflits entre les Musulmans et les Croates à

9 ce moment-là; ces conflits sont postérieurs.

10 Q. Oui, je pense qu'il n'y a pas l'ombre d'un désaccord sur ce point entre

11 nous deux. Mais le fait est que vous étiez prêt à vous déplacer pour

12 combattre dans les rangs du HVO, aux côtés des membres musulmans de l'armée

13 bosnienne; est-ce exact ?

14 R. Je ne comprends pas; que je les attaque ou que je les défende ? Ces

15 sont deux questions différentes.

16 Q. Vous étiez prêt à prendre part aux actions de combat à l'extérieur

17 d'Uzdol, à d'autres endroits; est-ce exact ?

18 R. J'étais prêt à défendre ma patrie là où c'était nécessaire.

19 Q. A Uzdol, ce qui s'est passé, c'est que le HVO a pris des positions

20 militaires face à l'armée bosnienne, c'est ce que vous nous avez dit. J'ai

21 des questions à vous poser à ce sujet.

22 Tout d'abord, est-ce qu'il y avait une ligne ininterrompue de tranchées que

23 le HVO aurait organisée, mise sur pied dans la zone d'Uzdol en 1993 ou est-

24 ce que vous aviez un certain nombre de points distincts, de positions

25 fortifiées dans les hameaux d'Uzdol ?

Page 38

1 R. Ecoutez, il me semble que vous venez de me poser au moins cinq

2 questions en une seule.

3 Q. En septembre 1993, est-ce qu'il y avait une ligne ininterrompue de

4 tranchées à Uzdol ? Est-ce que cela constituait votre ligne de front ?

5 R. Non.

6 Q. J'aimerais savoir aussi si vous aviez des grenades à main chez vous,

7 dans votre maison, lorsque cet incident s'est produit ?

8 R. Je n'en ai jamais eu.

9 Q. Tiriez-vous avec votre Kalachnikov sur les soldats de l'armée bosnienne

10 pendant que vous étiez en tenue de jogging, pendant que vous n'aviez pas du

11 tout d'uniforme militaire sur vous ?

12 R. Non, je n'étais pas en survêtement.

13 Q. Si un témoin disait que vous étiez en tenue de survêtement et que vous

14 étiez en train de tirer avec une arme à feu à ce moment-là, est-ce que vous

15 diriez que ce qu'il affirme est complètement erroné ?

16 R. Je ne dirais jamais cela. Je ne dirais pas qu'il a complètement tort.

17 Peut-être qu'il y a eu ce genre de situation, peut-être que cela s'est

18 produit, mais je n'en suis pas sûr.

19 Q. Dans la matinée où il y a eu des meurtres, la matinée du 14 septembre

20 1993, ce matin-là vous portiez bel et bien un survêtement, n'est-ce pas ?

21 R. Je pense que non.

22 Q. Je ne vous demande pas de me dire ce que vous pensez. Ma question est

23 la suivante : êtes-vous d'accord ou non avec l'affirmation que je viens de

24 vous présenter, ou vous n'êtes pas certain ?

25 R. Je ne crois pas que j'avais un survêtement à ce moment-là, mais c'était

Page 39

1 il y a très longtemps et je n'en suis pas sûr.

2 Q. Mais votre mère, elle, pouvait parfaitement voir ce que vous aviez sur

3 vous puisqu'elle était juste derrière vous au moment où vous tiriez, n'est-

4 ce pas ?

5 R. Je ne comprends pas votre question. Est-ce que --

6 Q. Est-il exact de dire que votre mère était très bien placée pour voir

7 quels sont les vêtements que vous aviez sur vous ce matin-là ?

8 R. Tout à fait.

9 Q. C'est une personne tout à fait franche, raisonnable, directe, n'est-ce

10 pas, votre mère ?

11 M. RE : [interprétation] Objection de la part de l'Accusation. Ceci ne

12 ressemble pas à un contre-interrogatoire.

13 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Maître Morrissey, il vous faudra faire

14 preuve de plus de patience avec ce témoin, parfois nous avons l'impression

15 que vous êtes frustré.

16 M. MORRISSEY : [interprétation] Monsieur le Président, ma frustration est

17 totalement infondée ou plutôt elle ne me donne pas le droit de faire quoi

18 que ce soit, mais il faut bien que je pose des questions.

19 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Bien entendu, vous êtes là pour poser des

20 questions.

21 M. MORRISSEY : [interprétation] Je pense qu'il ne convient pas de faire des

22 commentaires derrière le dos du témoin. Pendant les réquisitoires ou les

23 plaidoiries, je pense qu'il vaut mieux être direct avec les témoins pendant

24 qu'ils sont là. Mais s'il y a une objection de l'autre partie, je ne

25 m'obstinerai pas.

Page 40

1 Q. Mais vous ne savez pas si vous étiez en uniforme dans la matinée du 14

2 septembre, n'est-ce pas exact ?

3 R. Je suis presque certain que j'étais en uniforme de camouflage ce matin-

4 là.

5 Q. Mais c'était une règle, n'est-ce pas, que les soldats du HVO qui

6 étaient en permission dans le village, devaient garder sur eux leur arme

7 personnelle, n'est-ce pas ?

8 R. Oui, absolument. Chacun devait être responsable et avoir sur lui l'arme

9 qui lui avait été remise.

10 Q. Pour quelle raison deviez-vous garder sur vous votre arme à la maison ?

11 R. C'était une situation tout à fait normale.

12 Q. Pour quelle raison deviez-vous garder l'arme sur vous pendant que vous

13 étiez chez vous ? Quelle en est la raison ?

14 R. Mais pourquoi n'en aurais-je pas, et où aurais-je dû la laisser ?

15 Q. L'un des avantages du rôle qui est celui du conseil devant ce Tribunal

16 est qu'il nous confère l'obligation de poser des questions. Je vous demande

17 pour quelle raison vous aviez cette arme sur vous et pourquoi les soldats

18 du HVO emportaient les armes chez eux ?

19 R. Parce qu'ils voulaient toujours être prêts, complètement prêts, et

20 parce que la ligne tenue par les Musulmans était près. Il y avait des bois

21 près du village, donc c'était pour des raisons de sécurité.

22 Q. Pour résumer, vous aviez l'arme sur vous pour pouvoir réagir si vous

23 étiez attaqué; est-ce exact ?

24 R. Oui.

25 Q. La raison pour laquelle votre mère se trouvait dans la maison avec

Page 41

1 vous, c'est parce qu'elle est venue pour vous aider, pour faire la cuisine

2 et pour faire le linge, donc pour s'occuper de vous; est-ce exact ?

3 R. Toutes les mères s'occupent de leurs enfants, du moins c'est logique

4 pour une mère.

5 Q. Est-ce que c'est bien ce qu'est venue faire votre mère, la vôtre,

6 lorsqu'elle est venue au village de Kriz, et quand elle s'est trouvée

7 présente dans la nuit du 13 et la matinée du 14 septembre, pour s'occuper

8 de vous qui étiez un soldat en train de combattre, quand elle est venue

9 s'occuper de votre linge, faire la cuisine pour vous ?

10 R. Oui, elle a nettoyé. Elle faisait la cuisine parfois de temps à autre,

11 mais il n'y avait pas de courant.

12 Q. Mise à part cette position à Borak que vous avez montrée, quelles sont

13 les autres positions où il y avait des tranchées dans les environs du

14 village d'Uzdol ? Je parle des tranchées entre les mains du HVO.

15 R. Il m'est arrivé uniquement de me trouver à Komin en plus, je ne connais

16 probablement pas toutes les positions, parce que j'étais toujours devant ma

17 maison, je ne suis pas allé au-delà. Si ceci avait été nécessaire, je

18 l'aurais fait, mais ce besoin ne s'est pas présenté.

19 Q. Oui, mais Monsieur Stojanovic, vous connaissiez nécessairement où

20 étaient positionnés les autres pour pouvoir coordonner vos actions, pour ne

21 pas vous blesser par accident.

22 Je vais vous reposer ma question. Quelles sont les autres tranchées

23 du HVO, pour autant que vous le sachiez dans le village d'Uzdol ?

24 R. Dans le village ou dans les environs d'Uzdol ? Parce que la ligne

25 ne passait pas par Uzdol, les lignes se situaient dans les environs

Page 42

1 d'Uzdol.

2 Q. Vous avez répondu à mon éminent confrère qu'il y avait dix positions

3 que vous avez mentionnées, que vous pouviez montrer. Je voudrais que vous

4 nous donniez des noms.

5 R. Je pense que j'ai dit qu'il y en avait une dizaine, que je ne les

6 connaissais pas toutes. Il y avait peut-être des positions où il est arrivé

7 qu'on se déploie, si les positions étaient très éloignées les unes des

8 autres.

9 Q. A quelle distance de la position de Borak se situait la position la

10 plus proche tenue par le HVO ?

11 R. Je ne saurais pas vraiment vous en parler en mètres, en termes de

12 mètres. A vol d'oiseau, ce n'était pas très loin, peut-être 400 à 500

13 mètres, de cet ordre-là.

14 Q. Comment s'appelait cette position ?

15 R. Zeljaca.

16 Q. Etait-ce sur la gauche ou sur la droite de votre position à Borak,

17 lorsqu'on est face aux positions bosniennes ?

18 R. C'était sur la droite.

19 Q. Sur votre gauche, quelle était la position la plus proche ?

20 R. Du HVO ?

21 Q. Oui.

22 R. A gauche, la position la plus proche était à Gradac.

23 Q. Gradac, c'était à quelle distance ?

24 R. Cela vraiment je ne saurais pas vous le dire. Entre nous, il y a une

25 colline, il est difficile de le dire, je ne sais pas. Je ne saurais pas

Page 43

1 vous placer cela.

2 Q. Est-ce que vous voyiez à l'il nu ces deux positions, depuis l'endroit

3 où vous étiez ?

4 R. Pas les deux, toutes les deux.

5 Q. Laquelle alors ?

6 R. Zeljaca.

7 Q. Votre position de Borak, est-ce qu'elle a été attaquée dans la matinée

8 du 14 ?

9 R. Je ne le sais pas.

10 Q. Est-ce qu'il y avait des soldats de votre village de Kriz qui étaient

11 déployés à Borak, dans la matinée du 14 à cette position-là ?

12 R. Je ne le sais pas, certainement qu'il y en a eu mais je ne sais pas

13 qui, du moins il aurait dû en avoir.

14 Q. L'un quelconque d'entre vous, vous a-t-il dit qu'ils s'y sont trouvés

15 plus tard. L'avez-vous entendu ?

16 R. Je n'ai jamais cherché à en parler, je voulais l'oublier le plus vite

17 possible. A partir de 1994, je n'y ai plus vécu. C'est la raison pour

18 laquelle je ne peux pas vous répondre à cette question.

19 Q. Entre votre position et les positions voisines, est-ce qu'il y avait

20 des arbres, est-ce qu'il y avait des bois ?

21 R. Oui.

22 Q. Pour résumer, est-ce que vous pensiez qu'il y avait une possibilité que

23 les soldats de l'armée bosnienne s'infiltrent, en profitant des espaces

24 qu'il y avait entre vos positions, que ce soit sur la gauche ou sur la

25 droite ?

Page 44

1 R. Qu'ils s'infiltrent, vous voulez dire qu'ils passent ?

2 Q. Oui.

3 R. Oui, tout à fait.

4 Q. Vous est-il arrivé d'envoyer des patrouilles pour couvrir cet espace,

5 cet écart qu'il y avait entre votre position sur la ligne de front et les

6 positions voisines ?

7 R. Oui.

8 Q. Vous le faisiez pour vous assurer que les soldats de l'armée bosnienne

9 ne passaient pas jusqu'à Kriz ou d'autres villages, qu'ils n'atteignent pas

10 le centre de transmission à Cer; est-ce exact ?

11 R. Oui.

12 Q. Parce que c'est un fait, n'est-ce pas, que le QG du bataillon était

13 stationné à Cer, est-ce exact ?

14 R. Lorsque vous parlez du "commandement," vous entendez quoi au juste; je

15 ne sais pas que tous les soldats y sont stationnés, cantonnés ou quoi

16 d'autre ?

17 Q. Non, je disais que c'était le QG du bataillon, est-ce exact ou est-ce

18 erroné ?

19 R. Oui.

20 Q. C'est là que normalement était stationné le char; n'est-ce pas exact ?

21 R. Normalement, je ne sais pas, quant à savoir s'il y en avait un, moi

22 personnellement, je sais que ce char s'est trouvé là à deux reprises, mais

23 avec un écart assez grand dans le temps, c'est tout ce que je sais.

24 Q. Mais vous saviez qu'il y avait un char à cet endroit cette matinée-là.

25 J'avance à votre attention que vous le saviez, puisque l'équipage de ce

Page 45

1 char a été tué, êtes-vous d'accord avec moi ?

2 R. Je n'étais pas là et je ne peux pas être d'accord avec vous, et il me

3 semble que vous venez de me donner plutôt une réponse que de me poser une

4 question.

5 Q. Est-ce que vous êtes en train de nous dire que vous ne savez pas s'il y

6 avait un char à Cer ou non ? Si l'équipage de ce char, a été tué ce matin-

7 là, ce même matin, est-ce que c'est ce que vous êtes en train de nous

8 dire ?

9 R. Plus tard, j'ai entendu dire qu'ils ont été tués. Je ne l'ai pas vu, et

10 affirmé s'il y avait le char là-bas ou non, je ne peux pas le dire, puisque

11 je n'en ai aucune idée, et j'étais ce matin-là chez moi dans ma maison.

12 Q. Quoi qu'il en soit, est-ce que vous affirmez que vous n'avez tout

13 simplement pas remarqué qu'il y avait des pilonnages ou des bombardements

14 dans la zone de Kriz, en provenance de l'artillerie du HVO, différentes

15 pièces d'artillerie, pendant que vous étiez là pendant la matinée du 14 ?

16 R. Est-ce que vous pouvez préciser un petit peu cette question, pour

17 qu'elle ne contienne pas la réponse, et qu'elle ne contienne pas

18 d'affirmation. Je pense qu'il m'appartient à moi de confirmer des choses.

19 Q. Je voudrais que ce soit tout à fait clair. Ce que j'affirme à votre

20 attention, c'est qu'en fait, différentes pièces d'artillerie ont ouvert le

21 feu, que ces obus sont tombés sur Kriz et à proximité de Kriz pendant que

22 vous étiez là-bas. Alors je vous demande si vous êtes d'accord avec cette

23 affirmation, ou si vous la réfutez ?

24 R. Qu'est-ce que cela me fait ce que vous affirmez, je ne comprends pas.

25 Qu'est-ce que j'en ai à faire ? Je vous ai dit que je ne l'ai pas entendu,

Page 46

1 je ne sais pas s'il y a été ou non. Je ne comprends pas pourquoi vous

2 continuez de me poser cette question, je veux dire, cela m'oblige à vous

3 dire des choses erronées.

4 Q. Non, je ne suis pas là pour vous forcer à dire quoi que ce soit. Vous

5 dites ce que vous souhaitez dire; c'est tout. Mais je souhaite maintenant

6 que vous examiniez quelque chose.

7 M. MORRISSEY : [interprétation] Un instant, s'il vous plaît. Pièce D318,

8 s'il vous plaît.

9 Q. On va vous présenter un document maintenant. C'est un rapport de combat

10 du HVO qui a été versé au dossier en l'espèce. Peut-être que vous l'avez

11 vu, peut-être pas. Mais je vais vous poser des questions au sujet de

12 l'exactitude du texte.

13 Est-ce que vous voyez à l'écran un rapport de combat du HVO. Il est dit que

14 cela concerne la situation à 7 heures. Est-ce que vous voyez cela ?

15 R. Oui.

16 Q. Très bien. Est-ce que vous voyez, dans ce texte, qu'il est dit : "Des

17 combats très intenses sont en cours. Nos forces ont demandé des renforts.

18 Puisque nous n'avons pas de soldats sur la ligne, nous avons envoyé des

19 forces qui étaient prévues pour prendre part à l'attaque le long de l'axe

20 ci-dessus mentionné."

21 Vous voyez cela ?

22 R. Ecoutez. Est-ce que vous pouvez le répétez tout d'abord, et ensuite, où

23 est-ce que cela se trouve dans le document, ce que vous lisez ?

24 Q. C'est le deuxième paragraphe du texte, et cela commence par les mots

25 "vers six heures." Est-ce que vous voyez cela ?

Page 47

1 R. Oui.

2 Q. Je vais simplement vous demander la chose suivante : est-ce que cela

3 correspond à vos souvenirs, ce que l'on voie dans la troisième phrase :

4 "Des combats intenses sont en cours" -- ou peut-être devrais-je reprendre

5 le texte un peu au-dessus.

6 "Lorsque les préparatifs des cannons ont commencé, les MOS ont

7 attaqué Uzdol de manière très vigoureuse. Des combats intenses sont en

8 cours. Les nôtres demandent des renforts, et puisque sur cette portion de

9 la ligne de front nous n'avions pas de réserves, nous avons envoyé une

10 partie d'une offense prévue pour l'attaque le long des axes ci-dessus

11 mentionnés."

12 Le voyez-vous ?

13 R. Oui.

14 Q. D'après vous, est-ce que ce sont des informations exactes qui

15 correspondent fidèlement à la situation ?

16 R. Cela, je ne le sais pas. Je n'avais jamais vu ce document. Je ne l'ai

17 pas rédigé moi-même. C'est tout ce que j'en sais. Je ne sais pas qui l'a

18 rédigé.

19 Q. Mais vous voyez en bas qu'il est écrit le commandant colonel Zeljko

20 Siljeg. Qui était-ce ?

21 R. Je n'ai jamais vu celui-là.

22 Q. Très bien. Mais qui était-ce ?

23 R. Cela, je ne le sais pas non plus.

24 Q. Vous ne saviez pas qui était le commandant ? Etait-il le commandant de

25 votre zone ?

Page 48

1 R. De quelle zone parlez-vous ? D'Uzdol ou d'autre chose ?

2 Q. Etait-il le commandant de la Brigade de Rama ?

3 R. Cela, je ne le sais pas. A ce moment-là, c'était le commandant Prskalo

4 qui était mon commandant, et cela c'est tout ce que je sais au sujet des

5 officiers supérieurs. Le reste ne m'intéressait pas.

6 Q. Vous pouvez confirmer que le commandant Prskalo était responsable du 3e

7 Bataillon de la Brigade de Rama et que son QG était basé à l'école de Cer ?

8 R. Oui.

9 Q. Bien.

10 M. MORRISSEY : [interprétation] Est-ce qu'on peut montrer au témoin la page

11 suivante de ce document s'il vous plaît.

12 Q. Nous allons passer maintenant au rapport de combat du HVO qui concerne

13 la situation à 8 heures. Je vais vous poser des questions à ce sujet.

14 L'avez-vous sous les yeux. C'est un "rapport extraordinaire qui concerne la

15 situation à 8 heures."

16 Le voyez-vous ?

17 R. Oui.

18 Q. Très bien. Dans les deux premières phrases, il y a des choses qui ne

19 m'intéressent pas à présent. Mais je voudrais que maintenant vous vous

20 reportiez à la partie du texte où il est dit : "Des combats violents sont

21 en cours à Uzdol."

22 Voyez-vous cela ?

23 R. Oui, oui.

24 Q. Pour autant que vous le sachiez, lorsqu'on parle d'Uzdol, on parle de

25 tout cet ensemble de hameaux : Kriz, Zelenike, Rajici, Cer, et d'autres

Page 49

1 plus petits; est-ce exact ?

2 R. Oui.

3 Q. Dans ce rapport, dans la suite, il est dit : "Nous ouvrons le feu de

4 toutes nos pièces d'artillerie et des chars. Nous envoyons des renforts.

5 Les MOS sont près de l'école, à 50 mètres. Ils placent dans l'encerclement

6 les hameaux Kriz et Zelenike."

7 Etes-vous au courant de cela ? Est-ce que cette information est exacte ou

8 non ?

9 R. Je ne le sais pas.

10 Q. Très bien. Mais à 8 heures du matin, pour autant que vous le sachiez,

11 le HVO ouvrait-il le feu de toutes ses pièces d'artillerie et ses chars ?

12 R. Pour autant que je le sache, non. La seule chose qui m'intéressait,

13 c'était moi-même et comment me sauver. Je n'ai entendu rien de

14 particulièrement fort ou intense.

15 M. MORRISSEY : [interprétation] Je souhaite que l'on examine maintenant la

16 situation plus tard. Je pense que c'est la page suivante du même ordre.

17 Q. Est-ce que vous le voyez maintenant à l'écran devant vous ? C'est un

18 rapport qui présente la situation à 10 heures.

19 R. Oui.

20 Q. Très bien. Est-ce que vous voyez ce passage : "Dans le secteur d'Uzdol,

21 les combats sont toujours en cours. Les MOS, les forces de défense

22 musulmanes, étaient rentrées dans des parties des hameaux Kriz et Zelenike.

23 L'encerclement total d'Uzdol risquait de se produire. Par l'arrivée des

24 renforts, des forces fraîches, l'attaque des MOS s'est affaiblie. Le

25 commandant d'Uzdol informe Scipe que les Oustachi renforcent leur force

Page 50

1 dans le secteur d'Uzdol. Nous avons des pertes," et cetera.

2 Est-ce que vous voyez ce passage ici ?

3 R. Oui.

4 Q. Il est question ici de quelques membres du MOS qui ont été fait

5 prisonniers; savez-vous ce qui leur est arrivé ?

6 R. Je pense que cette question ne s'adresse pas à moi. J'ai été blessé.

7 J'ai été transporté à l'hôpital militaire, et par la suite, transféré à

8 Split. Je peux même vous dire à quel moment je suis arrivé là-bas. Je pense

9 que c'était entre 2 heures et 3 heures. Il me semble que ces questions ne

10 devraient pas m'être posées. Ceci est totalement inutile, du moins pour ce

11 qui me concerne. Je n'ai rien à voir avec ceci. Si vous avez besoin d'avoir

12 des informations sur le temps que j'ai passé à l'hôpital de Split, cela

13 aussi je peux vous le communiquer. Ceci ne pose aucun problème.

14 Q. Ce qui nous intéresse maintenant c'est combien de temps vous êtes resté

15 à Uzdol avant d'être blessé. Etiez-vous encore à Uzdol à 9 heures 15 ?

16 R. A 9 heures 15, je pense que oui, que j'étais encore sur place.

17 Q. Très bien. Alors, essayons d'avancer. Après les soldats capturés.

18 Vous voyez qu'il est dit ici : "La situation s'améliore, et l'attaque des

19 MOS est repoussée. On a évité l'encerclement. A l'école où était situé le

20 commandement, l'attaque a été repoussée par l'artillerie. Nous agissons

21 toujours avec notre artillerie sur demande du commandant du secteur

22 d'Uzdol, en visant des cibles différentes, Here, Kute, Scipe. A 9 heures

23 15, nous avons renforcé," et cetera.

24 Est-ce que vous étiez encore là-bas ?

25 R. Ecoutez, comment voulez-vous que je le sache s'ils ont attaqué là ou

Page 51

1 non ? La seule chose que je sais, c'est l'endroit où je me suis trouvé,

2 moi.

3 Q. Très bien. Mais vous avez entendu l'artillerie du HVO; l'avez-vous

4 entendue ou non ?

5 R. C'était il y a très longtemps. Je ne peux pas vous répondre à cette

6 question. Je ne me souviens pas de cela; ce serait la réponse la plus

7 exacte.

8 Q. Entre le moment où vous vous êtes réveillé et le moment où vous avez

9 été blessé, vous vous êtes trouvé sous le stress et très effrayé pendant

10 tout ce temps-là; est-ce exact ?

11 R. Effrayé, pas vraiment. J'étais pleinement en la possession de mes

12 moyens, mais j'ai été surpris; cela c'est vrai. Dire que je ne savais pas

13 où j'étais, où je devais aller, ce que je devais faire, non, je le savais.

14 Cela, j'en suis sûr.

15 Q. Bien sûr. Mais pour ce qui est de vos souvenirs, est-ce que vous

16 arrivez à vous rappeler le bruit de l'artillerie ? Je vais affirmer quelque

17 chose, et vous allez me dire si vous êtes d'accord ou non. Ce que

18 j'affirme, c'est que vous n'arrivez pas à vous rappeler ce qui est advenu

19 de l'artillerie ce matin-là. Vous ne souvenez pas précisément de cela. Ai-

20 je raison ou non ?

21 R. Pour ce qui est de l'artillerie, vous avez raison, je ne parviens pas à

22 me rappeler de cela; cela oui.

23 Q. Très bien. Merci. Maintenant, je voudrais que l'on reparle de la

24 situation, telle qu'elle se présentait au village de Kriz avant les

25 attaques.

Page 52

1 M. MORRISSEY : [interprétation] La pièce P349, peut-on la présenter au

2 témoin, s'il vous plaît. C'est une pièce qui a déjà été annotée.

3 Q. Monsieur Stojanovic, je vais vous montrer ce document que vous avez

4 annoté auparavant par le moyen de points et de croix pour indiquer la

5 présence de civils et des membres du HVO.

6 M. MORRISSEY : [interprétation] La voici. Fort bien. Je voudrais qu'on aide

7 le témoin.

8 Q. Je vais vous demander d'apporter quelques annotations, mais auparavant,

9 je vous soumets la question.

10 Vous avez dit au Procureur que vous aviez indiqué les soldats dont vous

11 étiez certain de la présence. Mais est-ce qu'il y avait là d'autres maisons

12 où il arrivait aux soldats de séjourner, mais vous ne savez pas de façon

13 certaine si ces soldats étaient là dans la matinée du 14 ?

14 R. Exact.

15 Q. Est-ce que vous pourriez tracer un cercle ouvert -- en fait, vous

16 pourriez choisir la forme d'un losange.

17 En tout cas, un triangle ou un losange, pour indiquer les maisons où il

18 arrivait aux soldats de séjourner, mais dont vous ne savez pas si elles

19 étaient occupées par des soldats ce jour-là.

20 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Monsieur Re, êtes-vous d'accord pour que

21 le conseil de la Défense demande au témoin d'annoter cette photo, une photo

22 qui a déjà été versée comme pièce à conviction ?

23 M. MORRISSEY : [interprétation] Je vais peut-être pouvoir vous aider.

24 J'allais demander le versement de cette photographie en tant que pièce

25 différente. Puisque cette pièce est déjà versée, si je demandais le

Page 53

1 versement de cette photo, cela deviendrait une pièce différente.

2 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Oui.

3 M. MORRISSEY : [interprétation] Mais enfin, est-ce que c'est bien ce qui va

4 se passer, Monsieur le Greffier d'audience ?

5 M. LE GREFFIER : [interprétation] Oui, c'est exact.

6 M. MORRISSEY : [interprétation] Fort bien. Oui, je n'ai pas le droit

7 ici d'ajouter des choses aux pièces de l'Accusation; j'en suis conscient.

8 Je suis d'accord avec vous, Monsieur le Président.

9 Q. Monsieur le Témoin, pourriez-vous indiquer d'un losange ou de plusieurs

10 losanges, les maisons où les soldats se trouvaient parfois, mais dont vous

11 ne savez pas s'ils y étaient cette fois-là ?

12 R. Oui.

13 Q. Je vous remercie. Est-ce que vous ne voyez pas d'inconvénient à

14 indiquer ceci : vous avez indiqué cinq losanges en bleu. Si l'on part de la

15 gauche vers la droite, est-ce que vous pourriez donner le nom des soldats à

16 qui il est arrivé parfois de séjourner dans ces maisons-là.

17 R. Oui.

18 Q. Commencez par la gauche. Comment s'appelait le soldat du HVO qui

19 séjournait parfois dans cette maison, celle qui se trouve le plus à gauche

20 sur la photo ?

21 R. Il s'agissait d'Ilija Kovcalija.

22 Q. Allez vers la droite maintenant.

23 R. Niko Ratkic, Fabijan Ratkic, Marko Stojanovic, Mijo Stojanovic. Il y a

24 une autre maison qu'on ne voit pas.

25 Q. Est-ce que vous pourriez indiquer cette maison-là par une flèche ?

Page 54

1 R. Oui, à peu près.

2 Q. Non, non, cela ira. Comment s'appelait la personne qui séjournait

3 parfois dans cette maison que l'on ne voit pas ici sur la photo ?

4 R. Ma tante, son fils. Elle avait aussi un autre fils et une fille, mais

5 je ne sais pas s'ils étaient toujours là tous tout le temps. En tout cas,

6 c'étaient les gens qui habitaient normalement dans cette maison.

7 Q. Pourriez-vous apporter la même annotation, ce triangle bleu près de la

8 flèche. De cette façon, lorsque nous examinerons plus tard cette photo,

9 nous saurons exactement ce qu'il en est.

10 R. [Le témoin s'exécute]

11 Q. Merci.

12 M. MORRISSEY : [interprétation] Je demande le versement de cette photo,

13 Monsieur le Président.

14 M. RE : [interprétation] Pas d'objection.

15 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Elle est versée au dossier.

16 M. LE GREFFIER : [interprétation] Ce sera la pièce D350.

17 M. MORRISSEY : [interprétation]

18 Q. Quelques questions à propos de l'âge des combattants.

19 Quelle était la tranche d'âge des soldats d'active du HVO dans le

20 village de Kriz, mais aussi de façon plus générale, dans la région

21 d'Uzdol ?

22 R. Je ne saurais pas vous le dire. Il faudrait que je sois un

23 fonctionnaire d'état civil pour vous le dire.

24 Q. Est-ce que c'est Kazo Zelenika qui était le fonctionnaire d'état

25 civil ?

Page 55

1 R. Oui, il faudrait que je sois cet homme là pour savoir quel était l'âge

2 de ces personnes. Je ne sais pas franchement.

3 Q. Mais est-ce que vous connaissez ce qu'on appelait la garde villageoise,

4 "home guard", en anglais au village de Kriz ?

5 R. Je n'étais pas responsable de ces gardes villageoises, je ne sais

6 vraiment pas d'où venaient les ordres qui avaient décidé de leurs

7 existences.

8 Q. N'oublions pas que vous faisiez partie du HVO depuis 1991. N'oubliez

9 pas non plus qu'ici c'est votre village natal. Quelle était la tranche

10 d'âge des personnes du village de Kriz qui se trouvaient dans cette garde

11 villageoise, "domobranis", en croate ?

12 R. Je ne sais pas quelle était la mission de cette garde villageoise, je

13 ne sais même pas s'il y avait quelqu'un qui me gardait, moi. Vous me

14 demandez s'il y avait une garde villageoise, je vous ai dit que, moi, je

15 n'avais jamais reçu de documentation le disant qu'elle existait, de qui que

16 ce soit, à savoir qu'apparemment il fallait ces gens soient là ou que cette

17 garde soit créée.

18 Q. Je vais vous poser la question autrement.

19 Dans le village de Kriz le 14 septembre 1993, qui faisait partie de

20 la garde villageoise ?

21 R. Franchement, je ne sais pas comment répondre à cette question. Je ne

22 comprends pas ce que vous voulez savoir en me posant cette question.

23 Q. Je veux simplement le nom des personnes qui faisaient partie de la

24 garde villageoise.

25 R. Je ne pense pas être en mesure de répondre à la question. Jamais je

Page 56

1 n'ai vu de documents attestant du fait qu'il y aurait des personnes qui

2 faisaient de la garde villageoise, ou qui avaient besoin d'être là.

3 Q. Vous n'avez jamais posé la question aux hommes plus âgés du village,

4 vous ne leur avez jamais demandé ?

5 R. Mais demander quoi, s'ils faisaient partie de la garde villageoise ?

6 Q. Est-ce que vous avez demandé à ces hommes s'ils faisaient partie de la

7 garde villageoise ou pas ?

8 R. Non, jamais, à qui que ce soit.

9 Q. Avant les événements tragiques du 14 septembre 1993, depuis quand

10 étiez-vous dans le village d'Uzdol ?

11 R. Qu'est ce que vous voulez dire par : "depuis quand j'y était". Vous

12 parlez d'un de guerre ou de façon générale ? Vous me demandez depuis quand

13 je résidais là ?

14 Q. Non, pendant la période de guerre, cela me suffira.

15 R. Je ne saurais pas vous dire exactement combien de temps, parce que cela

16 fait longtemps de cela. Il y a peut-être des documents qui l'indiquent de

17 façon plus précise, mais je dirais peut-être un an, enfin à peu près.

18 Q. Est-ce qu'il y avait des enfants en âge de scolarité qui se trouvaient

19 dans les villages composant le village d'Uzdol, le jour où il y a eu cette

20 bataille d'Uzdol, le matin du 14 septembre 1993 ?

21 R. Je sais que Kazo Zelenika était là, mais je ne sais pas si tous ses

22 enfants étaient là. En tout cas, certains de ses enfants étaient là.

23 Q. A votre connaissance, il y avait des enfants dans divers hameaux du

24 village. Il y avait Stjepan Zelic, Jadranka Zelenika, il y avait aussi un

25 autre enfant, vous conviendrez avec moi que ce sont des enfants en âge

Page 57

1 d'aller à l'école ?

2 R. Pour ce qui est d'Andrija Zelenika, je ne connais pas ce nom là. Est-

3 ce qu'il y a une petite erreur peut-être à la question ?

4 Q. Je ne sais pas si nous nous sommes bien compris. J'ai parlé de Stjepan

5 Zelic, de Marija Zelic et de Jadranka Zelenika.

6 R. Je suis sûr que Jadranka Zelenika était là, c'est une parente à moi.

7 Q. Même si c'était des enfants en âge d'aller à l'école, l'école ne

8 fonctionnait pas en fait. C'était un poste de commandement, un centre de

9 transmission militaire à l'époque.

10 R. Qu'est-ce que vous voulez dire ? Vous dites que l'école ne fonctionnait

11 pas, vous voulez dire qu'il n'y avait pas de cours. C'est cela que vous

12 voulez dire ?

13 Q. Non, c'est la question que je vous pose, je vous demande si on donnait

14 les cours à l'école ?

15 R. Non.

16 Q. Au mois de juillet 1993, est-ce que les dirigeants, les dirigeants

17 politiques du HVO, avaient dit aux civils de quitter le village pour aller

18 à Prozor ?

19 R. Excusez-moi, quelle est la date ?

20 Q. Juillet 1993.

21 R. Je ne me souviens pas de façon précise si c'est à cette date là, mais

22 je suis au courant de ces instructions.

23 Q. Quelle était la date de cet ordre ? Cet ordre avait été donné avant le

24 14 septembre 1993 intimant aux civils de quitter Uzdol, vu qu'Uzdol était

25 proche, à proximité de l'armée de Bosnie-Herzégovine, n'est-ce pas ?

Page 58

1 R. Je n'ai rien vu par écrit, mais j'en ai entendu parlé. Apparemment, il

2 y a eu un ordre, mais moi je ne l'ai pas vu. Je n'ai pas vu le document en

3 tant que tel.

4 Q. De toute façon vous nous avez fait part de ce que vous saviez. Mais

5 vous saviez également que beaucoup d'habitants et de civils étaient

6 effectivement partis du village ou des villages, et étaient bien partis à

7 Prozor, n'est-ce pas ?

8 R. Oui, à Prozor ou à Rumboci, cela dépendait, je ne sais pas. Beaucoup de

9 gens sont partis, c'est vrai.

10 Q. La grande majorité de ceux qui sont partis, c'était des personnes

11 âgées, des enfants et des mères, n'est-ce pas ?

12 R. La plupart des personnes âgées sont restées, à ma connaissance. La

13 plupart des jeunes enfants avaient été évacués. Vous parlez des enfants qui

14 avaient été évacués. Enfin, d'après ce que je sais, la plupart était

15 partis.

16 Q. Au cours du mois de septembre 1993, le village d'Uzdol qui se composait

17 des hameaux que nous connaissons, c'était au fond un village armé qui était

18 prêt à combattre dans l'éventualité d'une attaque de l'ABiH, n'est-ce pas ?

19 R. Quand vous dites que ce village était "armé," qu'est-ce que vous voulez

20 dire exactement ?

21 Je parle en mon nom personnel, moi, je n'avais qu'un fusil automatique et

22 je n'ai pas eu connaissance de la présence d'artilleries lourdes ou d'armes

23 lourdes dans le village de Kriz. S'il y en avait eu, je l'aurais su.

24 M. MORRISSEY : [interprétation] Peut-on montrer au témoin la pièce D350 une

25 fois de plus.

Page 59

1 M. LE GREFFIER : [interprétation] Cela se trouve déjà à l'écran.

2 M. MORRISSEY : [interprétation] Fort bien.

3 Q. Est-ce que vous voyez devant vous à l'écran la photo que vous avez

4 annotée avec des losanges, des triangles, des points et des croix ?

5 R. Oui.

6 Q. Dans la plupart des maisons il y avait des soldats qui y vivaient ?

7 R. Oui, vous avez vu ces points que j'ai annotés.

8 Q. Les soldats avaient pour obligation d'être armés à tous moments, et ils

9 devaient avoir leur arme personnelle et des munitions sur eux, n'est-ce pas

10 ?

11 R. Chacun a pris la décision qu'il voulait, en fonction de savoir s'il se

12 sentait en sécurité ou pas. Je n'ai jamais vu d'ordre disant ce genre de

13 chose, c'était du bon sens.

14 Q. Vous aviez votre Kalachnikov sur vous parce qu'on vous en avait donné

15 l'ordre, n'est-ce pas ?

16 R. Oui. Personne ne m'a demandé de laisser mon arme où que ce soit après

17 avoir terminé mon service. Personne ne me l'a jamais dit. Cela me semblait

18 logique de l'emmener chez moi.

19 Q. Vous avez indiqué que vous n'aviez pas de grenades à main, mais que

20 vous saviez qu'il y en avait d'autres qui en avaient chez eux, des grenades

21 à main, n'est-ce pas ?

22 R. Est-ce que vous pouvez arrêter de me poser des questions de ce genre,

23 vous faites beaucoup de sous-entendus dans ces questions davantage que des

24 questions. Jamais je n'ai dit ce genre de chose, et jamais je n'ai vu

25 quelqu'un de Kriz qui aurait eu des grenades à main. S'il y en avait, elles

Page 60

1 ne se trouvaient pas là où j'étais. Je vous demande d'arrêter de me poser

2 des questions de ce genre parce que là vous faites trop de sous-entendus,

3 vous suggérez trop de réponses.

4 Q. Si je vous présente une hypothèse, vous avez le droit de dire oui ou

5 non et de marquer votre désaccord. Vous n'êtes pas obligé d'être d'accord

6 avec moi. Mais je vous demande de répondre aux questions que je pose.

7 Ce que vous dis est ceci : est-ce que vous ayez vu ou pas, vous savez

8 que vos camarades du HVO qui vivaient dans le village, avaient pour

9 certains d'entre eux des grenades à main. C'est vrai ou pas ?

10 R. Je ne suis pas d'accord.

11 Q. Saviez-vous s'il y avait des civils qui avaient chez eux dans leurs

12 maisons des grenades à main ?

13 R. Non, je n'en ai pas connaissance.

14 Q. Saviez-vous si les Zelic qui habitaient au bout du village de Zelenike,

15 avaient chez eux dans leurs maisons des grenades à main le matin du 14

16 septembre 1993 ?

17 R. Je n'en ai pas connaissance.

18 Q. Saviez-vous si Anica Stojanovic, dont vous avez vu le corps sur une

19 photo auparavant, savez-vous si elle, elle avait des armes dans sa maison ?

20 R. Je ne sais pas, je ne l'ai pas vu en possession d'une arme quelle quel

21 soit.

22 Q. Parlons maintenant de la matinée du 13 septembre. Vous avez dit avoir

23 été réveillé, que vous étiez sorti et que vous aviez constaté qu'il y avait

24 des coups de feu.

25 R. Que ce sont des tirs qui m'ont réveillé, non pas que quelqu'un, une

Page 61

1 personne en particulier m'aurait réveillé en me tirant dessus.

2 Q. Excusez-moi. Ce n'est pas ce que je voulais dire.

3 M. RE : [interprétation] Je ne sais pas, au compte rendu d'audience la date

4 du 13 est indiquée. Je ne sais si Me Morrissey voulait parler du 13 ou du

5 14.

6 M. MORRISSEY : [interprétation] Excusez-moi si ce fut un lapsus de ma part.

7 Ligne 16, c'est bien le 14 que j'avais en tête. Je m'excuse auprès de la

8 sténotypiste.

9 Q. Je reviens à la question que je veux vous poser. Vous avez été

10 réveillé. Voici ce que je veux savoir : Est-ce qu'il faisait tout à fait

11 clair ? Est-ce que le jour était levé déjà lorsque vous avez été réveillé ?

12 Ou est-ce qu'il faisait encore un peu noir ? Ou est-ce que c'était juste

13 avant l'aube ?

14 R. Non, il faisait tout à fait clair. On voyait très bien.

15 Q. Pourriez-vous nous dire par exemple, en guise de commentaires, si le

16 jour s'était levé, si le soleil s'était levé ?

17 R. Je ne peux pas vous le dire. Vous savez chez moi le soleil se lève

18 assez tard, quand on le voit du moins.

19 Q. Mais c'est un fait, vous avez constaté, vous avez vu des balles qui

20 frappaient les murs de votre maison et les structures adjacentes, n'est-ce

21 pas, à votre maison ?

22 R. Oui.

23 Q. Dans votre maison il y avait un soldat armé du HVO, n'est-ce pas ?

24 R. Oui.

25 Q. Vous avez commencé à tirer, à riposter vers l'endroit qui était à votre

Page 62

1 avis le lieu d'origine de ces tirs ?

2 R. Oui, mais pas de tout de suite. Dans un premier temps, j'ai essayé de

3 savoir si ces coups de feu venaient de positions d'où personne n'avait

4 jamais tiré auparavant, ou si ces tirs venaient des positions habituelles.

5 Q. Mais vous aviez déjà été averti la veille, qu'il y aurait peut-être une

6 attaque lancée par l'ABiH le lendemain, à savoir le 14; est-ce exact ou

7 pas ?

8 R. Je ne comprends malheureusement pas votre question.

9 Q. [aucune interprétation]

10 R. Avant le 14, vous voulez dire ?

11 Q. Le 12 ou le 13, l'un ou l'autre de ces jours, est-ce que quelqu'un

12 parmi vos dirigeants, vos chefs, vous a dit qu'il y avait un danger

13 d'attaques imminentes de la part de l'ABiH ?

14 R. Oui.

15 Q. Qui vous a dit cela ?

16 R. Je ne me souviens pas.

17 Q. Est-ce que vous avez dit à votre mère de rentrer chez elle parce qu'il

18 y avait un risque d'attaque ?

19 R. C'est ce que je lui disais avant; je lui disais de rentrer à la maison

20 sans conditions, mais je ne lui ai jamais dit de venir à la maison.

21 Q. Ecoutez, j'ai mal utilisé le terme de "maison."

22 Lorsque vous avez appris qu'il y aurait peut-être une attaque le

23 lendemain, est-ce que vous avez dit à votre mère de partir, de retourner à

24 Prozor ou à un endroit quelconque où elle pourrait trouver un toit ?

25 R. Si je me souviens bien, je lui ai dit cela un jour ou deux plus tôt,

Page 63

1 mais je ne -- oui, c'est bien ce que je lui ai dit, mais je ne sais plus

2 exactement quand.

3 Q. Pourquoi n'est-elle pas partie ?

4 R. C'est elle qui doit le savoir.

5 Q. Mais qu'est-ce qu'elle vous a dit lorsque vous lui avez dit qu'elle

6 devrait partir ? Qu'est-ce qu'elle a répondu ?

7 R. Je ne me souviens pas. Je ne pense pas qu'elle ait dit quoi que ce soit

8 de précis, en tout cas, je ne me souviens pas exactement. Mais je pense

9 qu'elle n'a rien dit.

10 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Est-ce que le moment se prête à une

11 pause, Maître Morrissey ?

12 Oui, et nous allons reprendre à 18 heures moins le quart.

13 [Le témoin se retire]

14 --- L'audience est suspendue à 17 heures 17.

15 --- L'audience est reprise à 17 heures 45.

16 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Oui, Madame Chana.

17 Mme CHANA : [interprétation] Oui, un sujet que je voudrais évoquer

18 rapidement, s'agissant de la requête aux fins de mise en liberté provisoire

19 déposée par la Défense.

20 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Oui.

21 Mme CHANA : [interprétation] Voici quelle est notre position, pas

22 d'objection. Nous laissons le soin à la Chambre de statuer. Ce qui veut

23 dire que, manifestement, nous n'allons pas déposer de réponse écrite, si

24 vous acceptez ce que nous disons à l'audience.

25 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Je pense, effectivement, que c'est la

Page 64

1 meilleure façon d'agir.

2 Mme CHANA : [interprétation] C'est tout ce que je voulais dire.

3 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Merci de cette information.

4 Nous allons demander que l'on fasse entrer le témoin.

5 [Le témoin est introduit dans le prétoire]

6 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Veuillez vous asseoir, Monsieur le

7 Témoin.

8 LE TÉMOIN : [interprétation] Je vous remercie.

9 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Maître Morrissey, vous avez la parole.

10 Maître Morrissey, vous avez la parole.

11 M. MORRISSEY : [interprétation] Merci, Monsieur le Président. Q. Merci,

12 Monsieur Stojanovic.

13 Avant la pause, je vous demandais ceci : lorsque vous êtes sorti, est-ce

14 que vous avez entendu le bruit que fait un tir de canon antiaérien ? On

15 tirait à partir de Konjsko ?

16 R. Oui, à partir de la colline de Konjsko.

17 Q. Un instant, s'il vous plaît.

18 Oui. Qui est-ce qui avait des positions sur la colline de Konjsko ?

19 R. Les Musulmans.

20 Q. Ce que vous nous dites, c'était que c'était un canon antiaérien

21 musulman qui était utilisé sur la colline de Konjsko.

22 R. Je ne pourrais pas vous l'affirmer. Je ne sais pas si c'était un canon.

23 C'était en tout cas une détonation plus forte que celle provoquée par un

24 fusil automatique ou par une mitrailleuse.

25 Q. Fort bien. Vous l'avez déjà dit au Procureur, vous avez relaté la

Page 65

1 conversation que vous avez eue avec votre mère. Mais vous avez ajouté que

2 vous avez crié pour attirer l'attention de quelqu'un qui se trouvait à la

3 maison de l'autre côté de la rue, pour attirer l'attention d'Ivan

4 Stojanovic, un garçon qui devait avoir environ 15 ans; c'est exact ?

5 R. Oui, c'est exact, une quinzaine d'années.

6 Q. Qu'est-ce qu'il vous a dit, Ivan, au cours de cet échange ?

7 R. Je ne me souviens pas. Je ne pense pas qu'il ait dit quoi que ce soit.

8 Il s'est trouvé un moment à la fenêtre, et il a disparu.

9 Q. Est-ce que vous l'avez revu ce matin-là ?

10 R. Non.

11 Q. Peu de temps après, vous avez vu cinq soldats qui se trouvaient sur la

12 terrasse d'une maison proche, n'est-ce pas ?

13 R. Je ne sais pas combien de temps s'était écoulé, mais c'était peu de

14 temps après, effectivement.

15 Q. Nous allons maintenant parler de la mort de Mme Anica Stojanovic.

16 Première question : ces cinq hommes que vous avez vus, est-ce que vous les

17 avez vus avant -- disons, est-ce que vous les avez vus avant qu'on ne tire,

18 comme vous l'avez dit, sur Mme Anica Stojanovic ?

19 R. Oui.

20 Q. Lorsque vous les avez vus, est-ce qu'elle était dans votre champ de

21 vision, cette première fois ?

22 R. Non.

23 Q. Est-ce que vous avez détourné le regard de ces cinq hommes pour voir où

24 se trouvait votre mère ?

25 R. Oui, c'est comme cela que cela s'est passé.

Page 66

1 Q. Lorsque que vous avez de nouveau regardé, est-ce que vous avez vu Anica

2 Stojanovic qui se trouvait dans cette position que vous avez déjà décrite,

3 à moitié assise, à moitié allongée ?

4 R. Oui. Mais je ne sais pas si cela s'est passé tout de suite après, parce

5 que j'ai regardé de nouveau dans cette direction plusieurs fois, mais peu

6 de temps. Je n'ai pas eu le temps de capter de détails particuliers. Je

7 devais regarder tout autour de moi.

8 Q. Oui. Mais ce qui m'intéresse pour le moment, c'est Mme Anica

9 Stojanovic. Est-ce que vous l'avez vue aller à l'endroit où elle a fini par

10 être touchée, ou est-ce que vous l'avez vue à cet endroit une des fois que

11 vous avez regardé furtivement ?

12 R. Je ne l'ai pas remarquée quand elle était en chemin. Quand je l'ai vue,

13 elle se trouvait déjà dans cette position à moitié assise, et il y avait un

14 soldat qui se trouvait à ses côtés. Je n'ai pas vu qu'il y avait d'autres

15 soldats mis à part celui-là.

16 Q. Sur les cinq soldats que vous aviez vus la première fois, il n'y en

17 avait plus qu'un lorsque vous avez vu Mme Anica Stojanovic; est-ce bien

18 cela ?

19 R. Je ne sais pas si c'était un des cinq ou s'il était venu d'ailleurs,

20 impossible de vous dire.

21 Q. Mais il n'y avait qu'un soldat que vous avez pu voir.

22 R. Oui.

23 Q. Vous n'avez pas vu ni entendu cet homme-là qui aurait tiré sur Anica,

24 avant le tir dont vous avez été vous-même le témoin; c'est bien cela ?

25 R. Oui.

Page 67

1 Q. Il était à combien de mètres cet homme-là ? A 20 mètres ou 30 mètres;

2 tout près ?

3 R. Trois mètres au maximum.

4 Q. Oui. Vraiment, ma question était très mal posée. Je voulais savoir à

5 quelle distance par rapport à vous il se trouvait. Excusez-moi d'avoir été

6 si peu précis. Il était à une vingtaine de mètres de vous ?

7 R. Je dirais une quinzaine de mètres, à un mètre près.

8 Q. Donc --

9 R. En tout cas, il n'était pas à plus de 30 mètres. Cela c'est certain.

10 Q. Oui, j'ai compris. Merci. Le bruit qu'a fait ce tir c'était un bruit

11 très fort, assez horrible, n'est-ce pas, lorsque vous l'avez entendu ? Je

12 parle du tir dirigé sur Mme Stojanovic.

13 R. C'était simplement un coup de feu d'une arme automatique, un seul coup,

14 rien de particulier, je dirais à bout portant.

15 Q. Oui, mais vous avez dit que vous n'aviez pas vu cet homme tirer

16 auparavant, ni entendu de coup de tir tiré par lui. Je voulais vous

17 demander, avant de voir ce moment-là où il a tiré, est-ce que vous avez vu

18 d'autres moments où on aurait tiré sur elle ?

19 R. Non, pas avant ce coup unique, ni après non plus.

20 Q. Très bien. Je dois vous soumettre cette idée. S'il apparaît que cette

21 femme a été tirée trois fois, vous ne savez pas du tout quand les autres

22 coups ont été tirés, n'est-ce pas ?

23 R. C'est exact.

24 Q. Fort bien. C'est un fait, vous l'avez dit, vous étiez à une distance de

25 15 à 30 mètres. Votre Kalachnikov était chargé, et vous aviez encore des

Page 68

1 balles dans votre chargeur, n'est-ce pas ?

2 R. Oui.

3 Q. Ce que vous avez dit ici dans ce prétoire, c'est que vous aviez tiré en

4 l'air. C'est bien la vérité ?

5 R. Oui, plus tard.

6 Q. Pourquoi est-ce que vous n'avez pas tiré sur cet homme tout

7 simplement ?

8 R. Je n'étais pas là pour tuer. J'étais là pour me sauver la vie. Si

9 j'avais tiré sur eux, j'aurais pu être menacé par d'autres, ceux que

10 j'avais vus avant. C'est pour cela que j'avais décidé de ne pas tirer.

11 Q. Mais vous étiez en colère ce matin-là et vous aviez déjà tiré -- je

12 retire ma question -- non pas tiré sous le coup de la colère, mais vous

13 aviez déjà tiré ce matin-là sur des cibles qui se trouvaient dans la

14 forêt ?

15 R. Oui, oui, vers la forêt.

16 Q. Vous ne tiriez pas sur les arbres, vous tiriez sur les soldats qui,

17 d'après vous, se trouvaient dans la forêt ?

18 R. J'ai riposté à des tirs. J'ai tiré là d'où venaient les tirs. J'ai tiré

19 sur l'ennemi, sans savoir qui il était.

20 Q. Si votre récit est véridique, à propos d'Anica Stojanovic, vous étiez

21 sûr, il ne pourrait pas y avoir d'erreur, cet homme fort qui était en

22 uniforme, c'était l'ennemi, n'est-ce pas ?

23 M. RE : [interprétation] Objection. C'est un préambule tout à fait

24 superflu. On pourrait se passer de ces commentaires tout à fait gratuits,

25 si le contre-interrogatoire était bien mené.

Page 69

1 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Oui. Abstenez-vous de faire ce préambule.

2 M. MORRISSEY : [interprétation]

3 Q. Je ne sais pas si vous vous souvenez de ma question, Monsieur le

4 Témoin. Je vous la repose.

5 Lorsque vous avez vu cet homme, un homme fort qui tirait sur cette femme

6 innocente à la tête, vous devez forcément avoir pensé que cet homme c'était

7 l'ennemi.

8 R. Oui.

9 Q. Vous devez vous être dit qu'on n'aurait aucune pitié à votre égard si

10 vous étiez attrapé.

11 R. Oui.

12 Q. Auparavant, vous aviez riposté lorsque l'ennemi tirait sur vous, n'est-

13 ce pas ?

14 R. Mais pas dans cette direction-là, non.

15 Q. En fait, vous l'avez indiqué vous-même, vous étiez prêt à tirer en

16 l'air pour essayer d'effrayer l'ennemi et qu'il s'en aille.

17 R. Oui, quelque chose dans ce sens-là.

18 Q. D'où vous n'étiez pas là, tapis comme une souris pour éviter qu'on ne

19 vous trompe, mais en fait, vous vous êtes servi de votre arme, n'est-ce pas

20 ?

21 R. Oui, et après cela, je me suis caché, effectivement.

22 Q. Est-ce vraiment vrai que vous avez vu ce fort homme en vert tirer de

23 sang-froid sur Anica Stojanovic pour l'abattre, alors que vous n'étiez qu'à

24 une quinzaine de mètres et que vous n'avez pas tiré sur lui. C'est bien la

25 vérité ?

Page 70

1 R. Oui, c'est la vérité. Je n'ai pas tiré sur lui.

2 Q. Mais la vérité, c'est que - et c'est une hypothèse que je vous soumets,

3 vous pourrez être d'accord ou pas - mais je vous dis que la vérité, c'est

4 que bon nombre des personnes âgées dans le village avaient des armes, même

5 si ces personnes ne faisaient pas partie d'une unité régulière du HVO.

6 N'est-ce pas là la vérité ?

7 R. Non, non, je ne suis pas d'accord, et je ne sais pas au fond.

8 Q. Je vais demander qu'une séquence vidéo soit diffusée; c'est une partie

9 de la pièce P312, et nous avons retenu un endroit particulier.

10 M. MORRISSEY : [interprétation] Nous avons pris des dispositions avec

11 l'Accusation qui va utiliser ce logiciel pour montrer ce passage.

12 Q. Regardez-la, cette séquence. Ecoutez aussi ce qui s'est dit. C'est une

13 séquence d'une minute à peu près, je pense.

14 [Diffusion de cassette vidéo]

15 M. RE : [interprétation] Apparemment, la bande de son ne passe pas. Il n'y

16 a pas de volume.

17 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Oui.

18 M. MORRISSEY : [interprétation] Même si on met le volume à fond, on n'aura

19 même pas de son, mais voyons ce qui va se passer.

20 [Diffusion de cassette vidéo]

21 L'INTERPRÈTE : [voix sur voix]

22 "INTERVENANT NON IDENTIFIE : Ce que vous avez vu avant c'était la

23 maison, et l'étable de feu Ljubo [phon]."

24 M. MORRISSEY : [interprétation] Le problème ne se pose pas au niveau

25 du logiciel; je pense qu'il n'y a pas de bande de son.

Page 71

1 [Diffusion de cassette vidéo]

2 L'INTERPRÈTE : [voix sur voix]

3 "Zelenika, il est indiqué dans la légende --"

4 [Fin de diffusion de cassette vidéo]

5 M. MORRISSEY : [interprétation] Je crois que ceci suffira.

6 Q. Quelques questions à propos de cette séquence.

7 Voici la première : on voit un monsieur assez âgé en pull brun. Qui est-

8 il ? Qui est-ce ?

9 R. C'est Josip Zelenika.

10 Q. Où est-ce qu'il habite, Josip Zelenika ?

11 R. Je pense qu'il habite à Zelenike, à ma connaissance.

12 Q. Est-ce que, d'après ce que vous avez vu, Josip Zelenika, est-ce qu'il

13 portait des vêtements civils ?

14 R. Oui.

15 Q. Très bien. Je vous remercie.

16 M. RE : [interprétation] Avant de poursuivre, je voudrais préciser pour le

17 compte rendu d'audience que c'était au point 34.41, c'est l'endroit qui a

18 été montré dans cette séquence au témoin.

19 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Oui, merci beaucoup.

20 M. MORRISSEY : [interprétation] Apparemment, cet extrait commence au point

21 30.30 et se poursuit jusqu'à 31.36.

22 Avant de poser les questions suivantes --

23 Q. Excusez-moi, Monsieur le Témoin.

24 M. MORRISSEY : [interprétation] Je voudrais vous dire ceci, Messieurs les

25 Juges. Il n'y a pas de bande de son du tout dans cette séquence. La

Page 72

1 transcription l'indique d'ailleurs.

2 Je demande à la régie de diffuser un enregistrement vidéo que nous avons

3 préparé. Apparemment, c'est l'Accusation qui l'a communiqué à la Défense

4 auparavant, au cours de cette procédure. Cela fait à peu près une minute de

5 diffusion.

6 [Diffusion de cassette vidéo]

7 M. MORRISSEY : [interprétation] Est-ce que nous pouvons faire un arrêt sur

8 l'image. Il faudra peut-être recommencer. Pour le moment nous n'avons pas

9 d'image à l'écran.

10 Q. Monsieur Stojanovic, vous, est-ce que vous avez une image à votre

11 écran ?

12 M. MORRISSEY : [interprétation] Maintenant, nous en avons. Nous allons

13 recommencer au début, si ceci ne vous dérange pas.

14 [Diffusion de cassette vidéo]

15 M. MORRISSEY : [interprétation] Un instant, un instant, arrêtez.

16 Messieurs les Juges, je m'en excuse d'avance. Nous allons devoir demander

17 aux interprètes d'interpréter ce qui se dit, dans la mesure du possible.

18 Nous aimerions savoir ce qui se dit. Nous n'avons pas de transcription

19 écrite, mais nous avons un passage qui a été transcrit. Nous allons

20 simplement demander, en nous excusant auprès des interprètes s'ils peuvent

21 faire cette interprétation.

22 Q. Lorsque nous allons relancer la diffusion, je vous demande d'écouter

23 très attentivement ce que dit Josip, et à la fin je vous demanderais de

24 commenter ses dires.

25 M. MORRISSEY : [interprétation] Je demande que cet extrait soit diffusé une

Page 73

1 fois de plus.

2 [Diffusion de cassette vidéo]

3 L'INTERPRÈTE : [Voix sur voix]

4 "Intervenant non identifié : Où étais-tu, derrière ce tronc d'arbre ? Est-

5 ce qu'ils sont entrés dans ta maison ?

6 Intervenant non identifié : Je ne sais pas.

7 Intervenant non identifié : Tiens le fusil, prends le fusil.

8 Intervenant non identifié : Il y a 150 marks ici, et quelques

9 documents, pièces d'identité.

10 Intervenant non identifié : Maintenant tu as trouvé tous tes

11 documents, tes pièces, tout. Luka, fais le sortir par là. Est-ce que tu as

12 autre chose ?

13 Intervenant non identifié : Oui, j'ai une boîte bariolée, 150

14 deutsche marks dedans. Je l'ai jetée par là.

15 Intervenant non identifié : Mais où était ta femme ?

16 Intervenant non identifié : Ma femme est décédée.

17 Intervenant non identifié : Tiens, prends cela, c'est ton argent.

18 Intervenant non identifié : Fais voir."

19 [Fin de la diffusion de la cassette vidéo]

20 M. MORRISSEY : [interprétation] C'est cet extrait que nous voulions

21 diffuser, si quelqu'un veut poursuivre le reste de la diffusion, cette

22 cassette est disponible, et nous allons demander le versement de cette

23 séquence.

24 Q. Est-ce que vous avez entendu ce que disait Josip, ce monsieur assez

25 âgé, lorsqu'il a parlé d'un fusil ?

Page 74

1 R. Oui.

2 Q. Saviez-vous qu'il avait un fusil ?

3 R. Non.

4 Q. Saviez-vous si les personnes âgées de la région d'Uzdol avaient une

5 arme ?

6 R. Je ne me souviens pas que quelqu'un ait une arme.

7 Q. Est-ce qu'il vous est arrivé de voir Josip, celui que l'on vient de

8 voir à l'image avec une arme ?

9 R. Non, jamais.

10 Q. Je vous remercie.

11 M. MORRISSEY : [interprétation] Je demande le versement de cette séquence

12 vidéo qui nous a été communiquée.

13 M. LE JUGE LIU : [interprétation] [aucune interprétation]

14 M. RE : [interprétation] Pas d'objection. Mais je n'en suis pas sûr,

15 apparemment c'est une copie de la pièce P312. S'agissant de cet extrait qui

16 a été diffusé.

17 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Oui.

18 M. MORRISSEY : [interprétation] Non, je ne pense pas. Je pense que la pièce

19 P312 est une copie de ceci, nous ne savons pas ce qu'il en est, quelle

20 était la copie initiale, enfin l'enregistrement initial ou la copie. Ce que

21 nous savons c'est que ce document nous a été communiqué avec la bande son

22 intégrale, et ceci a été communiqué par le bureau du Procureur. Nous

23 voulons en demander le versement distinct parce que les bandes sont

24 complètes.

25 M. RE : [interprétation] Pas d'objection, mais nous avons simplement besoin

Page 75

1 d'un élément d'identification, un numéro ERN par exemple, nous ne savons

2 pas exactement.

3 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Voyons. Nous allons déclarer recevable

4 cet élément, et nous ferons plus tard une comparaison avec la pièce

5 précédente. S'il y a concordance parfaite au niveau de l'image et du son,

6 je pense qu'il sera inutile d'avoir dans le dossier deux pièces identiques.

7 M. MORRISSEY : [interprétation] Oui, Monsieur le Président, il n'est pas

8 souhaitable d'avoir deux documents identiques qui soient versés au dossier.

9 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Le Greffier d'audience pourra peut-être

10 attribuer une cote, à ce stade.

11 M. LE GREFFIER : [interprétation] Ce sera la pièce D351.

12 M. MORRISSEY : [interprétation] En temps utile, la question de la filière

13 de conservation de chacune de ces deux cassettes pourra être tirée au

14 clair, mais il faudra sans doute tirer ceci au clair, parce que nous avons

15 une bande son, et il y a des éléments importants pour le village, pour

16 savoir ce qu'il en est des habitants, pour savoir s'ils étaient armés ou

17 pas. Nous ne savons pas exactement ce qu'il en est. L'Accusation va sans

18 doute fournir une explication en temps utile.

19 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Nous avons déjà rendu une décision, elle

20 est déclarée recevable cette cassette.

21 M. MORRISSEY : [interprétation] Fort bien.

22 Q. Qu'est-ce que vous dites Monsieur Stojanovic, en ce qui concerne les

23 habitants âgés du village, est-ce qu'ils auraient des armes ou pas,

24 finalement, vous ne savez pas ?

25 R. Croyez-moi, je ne m'en souviens pas. Je ne sais pas effectivement. Je

Page 76

1 ne me souviens pas s'ils avaient des armes. Les soldats, oui ils en

2 avaient.

3 Q. Je suis presque à la fin du contre-interrogatoire. Je ne vais pas

4 revenir sur toutes les questions qui vous ont été posées. Vous étiez parti

5 à la course, vous avez vu votre mère à travers de la route, vous pensiez

6 qu'elle était morte, puis vous avez trouvé le corps d'Ante Stojanovic que

7 vous avez dépassé.

8 Parlons de la position du corps d'Ante Stojanovic. Vous étiez à quelle

9 distance de ce corps lorsque vous cherchiez à vous échapper du village de

10 Kriz, en descendant vers le ruisseau ?

11 R. A quelle distance se trouvait le corps de la maison ?

12 Q. Non, à quelle distance vous vous trouviez par rapport à ce corps,

13 lorsque vous avez vu ce corps, le corps d'Ante Stojanovic?R. Je ne m'en

14 souviens pas. A une quinzaine, une vingtaine de mètres, je ne sais pas, je

15 n'étais pas assez près.

16 Q. Lorsque l'Accusation vous a demandée si le corps se trouvait, sur le

17 plan de la topographie de l'emplacement, au même endroit dans le film, à

18 l'endroit où vous l'avez-vous vu, vous aviez dit oui. Mais vous ne savez

19 pas finalement si ce corps a été déplacé, ou s'il avait été déplacé entre

20 le moment où vous vous échappiez à la course, et le moment où cet

21 enregistrement a été effectué; n'est-ce pas ?

22 R. Tout ce que je sais, c'est qu'il était face contre terre. Quant à

23 savoir s'il avait été déplacé ou pas, je ne le sais vraiment pas. Quand je

24 l'ai vu, il était face à terre, c'est ce que j'ai dit.

25 Q. Vous êtes arrivé au ruisseau, là vous dites avoir rencontré Mato, Luka,

Page 77

1 Stojanovic, Lucija Ratkic et deux autres personnes, dont vous ne vous

2 souvenez plus du nom. Ces gens que vous avez rencontrés, c'était des

3 soldats du HVO ou c'était d'autres gens, je parle de ces deux autres

4 personnes que vous avez rencontrées ?

5 R. Je me suis peut-être trompé, mais il s'agissait de Lucija Ratkic, c'est

6 comme cela qu'elle s'appelait, son nom de famille.

7 Q. Ce n'est pas vous qui avez fait une erreur, s'il y a un nom qui a été

8 estropié, soyez sûr que c'est moi qui en suis responsable.

9 Mais il y avait deux autres personnes. Ces deux personnes, est-ce que vous

10 vous souvenez si c'était des soldats, ou si c'était des personnes âgées,

11 qu'en dites-vous ?

12 R. C'était deux personnes âgées, un homme et une femme, mais ils n'étaient

13 pas mariés, j'en suis sûr. Mais ce n'est pas à l'endroit exact où j'avais

14 vu les autres personnes, que j'avais vu ces deux là.

15 Q. Essayez de vous remémorer le mieux que vous pouvez. Est-ce qu'à

16 l'époque vous avez eu l'impression que ces deux civils âgés avaient prit la

17 fuite, et s'étaient réfugiés au ruisseau avec les soldats ? En d'autres

18 termes, est-ce qu'ils étaient arrivés ensemble ou pas à cet endroit ?

19 R. C'était bien avant le ruisseau, ce n'était pas loin de la maison d'Ante

20 Stojanovic. Ils étaient tous ensemble, pendant que -- pour autant que je

21 m'en souvienne. C'est là que je les ai retrouvés, récupérés.

22 Q. C'était un groupe où il y avait à la fois des soldats et des civils et

23 ces gens-là fuyaient. Tout le monde fuyait le village de Kriz, cherchait à

24 s'en échapper ?

25 R. C'est cela.

Page 78

1 Q. Toute personne qui tirait sur les soldats avait de fortes chances de

2 toucher des civils; c'est exact ?

3 M. RE : [interprétation] Comment peut-il répondre à cette question ?

4 M. MORRISSEY : [interprétation] Il était sur place, c'est la raison pour

5 laquelle j'ai posé la question.

6 M. RE : [interprétation] J'ai l'impression que cela a l'air plutôt de

7 spéculation. Cela dépend de l'arme dont vous vous servez.

8 M. MORRISSEY : [interprétation] Très bien. Je retire la question. Je vais

9 la reposer autrement.

10 Q. Ce groupe de personnes, il y avait des soldats, il y avait des civils

11 dedans, ils descendaient vers le ruisseau que vous avez décrit, alors il y

12 avait quelle distance entre les différentes personnes du groupe ?

13 R. Je dirais plutôt que les gens se déplacaient en groupe. Ce n'était pas

14 une file indienne.

15 Q. Une personne qui tirerait sur un soldat faisant partie de ce groupe

16 risquait de toucher aussi bien un civil. Seriez-vous d'accord avec moi ?

17 R. Cela dépend quelle est l'arme dont il se sert pour tirer, et comment il

18 tire.

19 Q. Pour autant que vous vous en souveniez, les soldats ont-ils déployé des

20 efforts pour se séparer des civils pendant qu'ils descendaient ? J'entends

21 par là les soldats du HVO.

22 R. Pour autant que je m'en souvienne, il n'y a pas eu de tentatives

23 importantes de faire cette séparation. On ne les a pas chassés de nous pour

24 qu'ils s'éloignent.

25 Q. Monsieur Stojanovic, puisque l'interprète n'était pas tout à fait

Page 79

1 certain de votre réponse, pourriez-vous la répéter s'il vous plaît ? Je ne

2 critique pas votre réponse, mais l'interprète n'est pas certain d'avoir

3 tout entendu. Pourriez-vous s'il vous plaît répéter votre réponse ?

4 Plutôt, je vais vous aider d'une autre façon. Je vais vous donner lecture

5 de ce que l'interprète a dit, de la manière dont l'interprète a interprété

6 vos propos, et vous me direz si vous êtes d'accord ou non.

7 Je vous lis la question : "Pour autant que vous vous en souveniez, les

8 soldats ont-ils fait des efforts pour séparer les civils d'eux pendant

9 qu'ils descendaient la pente ? J'entends par là les soldats du HVO."

10 Vous avez répondu en disant : "Pour autant que je m'en souvienne, il n'y a

11 pas eu vraiment d'efforts visant à les séparer. Nous n'avons pas cherché à

12 les écarter, les éloigner de nous."

13 Est-ce que vous êtes d'accord avec cette interprétation fournie par

14 l'interprète.

15 R. C'est plutôt exact. On ne les a pas forcés à s'éloigner de nous et on

16 n'a pas cherché non plus à les fuir, à se séparer d'eux.

17 Q. Je vous remercie de votre patience. Je vous remercie d'avoir répondu à

18 mes questions.

19 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Je vous remercie.

20 Y a-t-il des questions supplémentaires ?

21 Monsieur Re.

22 M. RE : [interprétation] Oui il y en aura. Merci, Monsieur le Président.

23 Nouvel interrogatoire par M. Re :

24 Q. [interprétation] Monsieur Stojanovic, Maître Morrissey vous a demandé

25 si quelqu'un du HVO vous a parlé soit le 12, soit le 13, du danger d'une

Page 80

1 attaque imminente lancée par l'ABiH, et vous avez répondu par

2 l'affirmative. Est-ce que vous avez jamais été informé auparavant, dans des

3 circonstances comparables, du danger que constituait une attaque imminente

4 de la part de l'ABiH ?

5 R. Oui, à plusieurs reprises.

6 Q. Que s'est-il passé à ces occasions-là ? Est-ce que réellement il y a eu

7 une attaque au sujet de laquelle on vous a averti précédemment ?

8 R. Généralement, on faisait en sorte que les gens qui se trouvent dans le

9 village soient prêts, plus ou moins prêts.

10 Q. Combien de fois une attaque a suivi un avertissement qu'il existe un

11 danger d'une attaque ?

12 R. Pour autant que je m'en souvienne, une fois.

13 Q. Etait-ce le 14 septembre ou c'est quelque chose qui s'est produit avant

14 cela ?

15 R. Il n'y a pas eu une attaque, pour être plus précis, c'était plutôt des

16 tirs nourris. Là, est-ce qu'ils étaient beaucoup plus près qu'avant, cela

17 je n'oserais pas l'affirmer. Mais à cette occasion, un soldat qui était

18 déployé sur la ligne est tombé. Excusez-moi, mais je ne me souviens pas de

19 la date.

20 Q. Je souhaite également préciser certains points concernant les vêtements

21 que vous aviez sur vous, lorsque vous étiez dehors et lorsque vous tiriez

22 des coups avec votre Kalachnikov, vous tiriez en l'air.

23 Lorsque je vous ai posé des questions là-dessus, vous m'avez dit que vous

24 portiez un uniforme. Hier me semble-t-il, vous avez dit que c'était un

25 uniforme de camouflage. Pouvez-vous nous dire ce qui faisait partie de cet

Page 81

1 uniforme, ce que vous portiez en bas ?

2 R. J'avais un pantalon. Je n'avais pas de bottes aux pieds, je ne me

3 souviens pas ce que j'avais, des baskets je crois, quelque chose de ce

4 genre. J'avais un pull et j'avais un gilet.

5 Q. Je voudrais simplement séparer cela en deux catégories. Je voudrais

6 savoir ce qu'était votre uniforme habituel, et ce que vous portiez ce

7 matin. Quel était votre uniforme habituel, l'uniforme que vous avez reçu et

8 que vous portiez ?

9 R. C'était un uniforme de camouflage, un uniforme multicolore.

10 Q. Aviez-vous un anorak assorti de camouflage ?

11 R. Je l'avais mais ce jour-là, je ne me souviens pas que je l'aie porté.

12 Je pense que non.

13 Q. Qu'en est-il du pantalon de camouflage, est-ce qu'il faisait partie de

14 votre uniforme ?

15 R. Oui.

16 Q. Portiez-vous ce pantalon de camouflage ce matin-là, lorsque vous êtes

17 sorti de votre maison, lorsque vous avez tiré en l'air ?

18 R. Oui.

19 Q. Vous aviez des bottes militaires, mais ce que vous portiez lorsque vous

20 êtes sorti c'était des baskets. C'est ce que vous avez dit ? C'est cela ?

21 R. Oui, c'est cela.

22 Q. Pour préciser, vous aviez un pantalon de camouflage, vous aviez aussi

23 un pull-over que vous portiez en haut; est-ce exact ?

24 R. C'est exact.

25 Q. Ce pull-over, pouvez-vous le décrire ? Etait-il militaire ou civil, et

Page 82

1 à quoi est-ce que cela ressemblait ?

2 R. Oui, naturellement. C'était mon pull-over personnel. C'était couleur

3 marron assez foncé, et il y avait d'autres couleurs foncées. Il y avait un

4 col roulé aussi, il était à col roulé.

5 Q. Enfin, Me Morrissey du conseil de la Défense vous a demandé où vous

6 avez trouvé le corps d'Ante Stojanovic ? Il vous a demandé s'il avait été

7 déplacé. Je voudrais que vous examiniez la pièce P306, s'il vous plaît.

8 R. De plus loin, s'il vous plaît, si possible, parce que de près je

9 n'arrive pas à me rappeler chaque brin d'herbe. Ce sera plus facile pour

10 identifier.

11 Q. Je n'ai pas l'impression que l'on voit déjà la photographie.

12 Sur la pièce P306 que vous avez sous les yeux, est-ce que vous arrivez à

13 retrouver l'emplacement où vous avez vu ce corps ? Vous voyez la

14 photographie qui est sur votre gauche ?

15 R. Je vois la photographie, mais l'emplacement, on ne peut pas le voir, il

16 est vraiment trop loin.

17 Q. Etes-vous en train de dire que vous avez besoin que l'on agrandisse

18 l'image ou que l'emplacement ne se situe pas sur cette photo ?

19 R. Je pense que l'on ne voit pas vraiment cet endroit.

20 Q. Etait-ce près du village de Kriz, l'endroit où vous avez vu le corps,

21 où vous l'avez trouvé ?

22 R. C'était près de sa maison.

23 Q. Voyez-vous sa maison ?

24 R. Non.

25 Q. Où était située sa maison ?

Page 83

1 R. Vous voulez que je l'annote ou non ?

2 Q. Si elle ne se trouve pas ici -- excusez-moi. Etes-vous en mesure de

3 voir sa maison sur cette photographie, et si vous la voyez, pouvez-vous

4 l'annoter ?

5 R. Oui.

6 Q. Pouvez-vous le faire, si vous la voyez ?

7 R. [Le témoin s'exécute]

8 Q. Vous avez inscrit une croix sur sa maison.

9 Lui, il était où par rapport à la maison ? Vous avez dit qu'il était de

10 l'autre côté de la colline. Est-ce que vous pouvez inscrire une flèche,

11 s'il vous plaît, à peu près à l'endroit.

12 R. Je ne suis vraiment pas sûr, mais je pense que c'est à peu près ici, ou

13 peut-être cela serait plutôt à gauche. Je ne sais pas quelle est l'échelle

14 ici.

15 Q. Fort bien.

16 M. RE : [interprétation] Est-ce qu'on peut demander le versement de cette

17 pièce ?

18 Q. Je vais vous montrer une autre prise de vue.

19 M. MORRISSEY : [interprétation] Pas d'objection. Pas d'objection, Monsieur

20 le Président.

21 M. LE JUGE LIU : [interprétation] La pièce est versée au dossier.

22 M. LE GREFFIER : [interprétation] Ce sera la pièce P365 [comme interprété].

23 M. RE : [interprétation] La pièce P333, s'il vous plaît, Monsieur le

24 Greffier d'audience, est-ce qu'on peut la montrer au témoin.

25 Q. Est-ce que ceci peut vous aider ? Est-ce que vous voyez maintenant

Page 84

1 l'emplacement où vous avez vu son corps ?

2 R. Oui.

3 Q. Pouvez-vous, s'il vous plaît, écrire un X, une croix, à cet endroit-là.

4 R. Je ne suis pas absolument certain, mais si ma mémoire est bonne, cela

5 devrait être ici, pas loin de cet endroit.

6 Q. Vous venez d'inscrire une croix devant sa maison; c'est cela ?

7 R. C'est cela.

8 Q. Merci.

9 M. RE : [interprétation] Je demande le versement de cette pièce.

10 M. MORRISSEY : [interprétation] Pas d'objection de la part de la Défense.

11 M. LE JUGE LIU : [interprétation] C'est versé au dossier.

12 M. LE GREFFIER : [interprétation] Ce sera la pièce P353.

13 M. RE : [interprétation] C'est tout.

14 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Je vous remercie.

15 Y a-t-il d'autres documents que vous souhaitez verser au dossier ?

16 M. RE : [interprétation] Non, pas à ce stade.

17 M. MORRISSEY : [interprétation] Rien de nouveau, Monsieur le Président.

18 M. LE JUGE LIU : [interprétation]

19 Monsieur le Témoin, je vous remercie d'être venu à La Haye pour déposer.

20 Mme l'Huissière va vous raccompagner, et nous vous souhaitons un agréable

21 voyage; rentrez bien chez vous.

22 LE TÉMOIN : [interprétation] Merci.

23 [Le témoin se retire]

24 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Il nous reste encore 30 minutes avant 19

25 heures, nous pouvons faire entendre notre prochain témoin ou commencer,

Page 85

1 tout du moins, son audition.

2 [Le témoin est introduit dans le prétoire]

3 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Bonsoir, Monsieur le Témoin.LE TÉMOIN :

4 [interprétation] Bonsoir.

5 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Veuillez, je vous prie, prononcer la

6 déclaration solennelle en lisant le document qui vous sera remis sous peu

7 par Mme l'Huissière.

8 LE TÉMOIN : [interprétation] Je déclare solennellement que je dirai la

9 vérité, toute la vérité et rien que la vérité.

10 LE TÉMOIN: MARKO ZELIC [Assermenté]

11 [Le témoin répond par l'interprète]

12 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Madame Chana, je vous écoute.

13 Mme CHANA : [interprétation] Merci, Monsieur le Président, Messieurs les

14 Juges.

15 Interrogatoire principal par Mme Chana :

16 Q. [interprétation] Monsieur le Témoin, veuillez, je vous prie, décliner

17 votre identité pour le compte rendu d'audience et pour les Juges de la

18 Chambre.

19 R. Je m'appelle Marko Zelic.

20 Q. Vous êtes né le 12 juillet 1978, n'est-ce pas ?

21 R. Oui.

22 Q. Vous êtes né à Uzdol ?

23 R. Oui.

24 Q. Vous êtes garçon de table de profession. Vous êtes serveur.

25 R. Je viens de changer mon emploi il n'y pas très longtemps.

Page 86

1 Q. Qu'est-ce que vous faites présentement ?

2 R. Je travaille dans la construction.

3 Q. Avant la guerre, où habitiez-vous ?

4 R. J'habitais à Uzdol.

5 Q. De quelle partie d'Uzdol parlez-vous ?

6 R. J'étais à Zelenike.

7 Q. Avec qui habitiez-vous ?

8 R. J'habitais avec ma mère, mon frère et ma sur.

9 Q. Pourriez-vous, je vous prie, donner leurs noms aux Juges de la Chambre.

10 R. Ruza Zelic, Stjepan Zelic, et Marija Zelic.

11 Q. Pourriez-vous nous dire quel âge avait Stjepan ?

12 R. Il était âgé de 10 ans.

13 Q. Qu'en est-il de Marija, quel âge avait-elle ?

14 R. Elle avait 13 ans.

15 Q. Vous, quel âge aviez-vous le 14 septembre 1993 ?

16 R. J'avais 15 ans.

17 Q. Alliez-vous à l'école à l'époque ?

18 R. J'avais 15 ans. Oui.

19 Q. Je souhaiterais vous ramener au 14 septembre 1993. Vous souvenez-vous

20 de cette date ?

21 R. Oui.

22 Q. Pourriez-vous nous dire ce qui s'est passé ce jour-là, et commencez par

23 la matinée, je vous prie.

24 R. Ce matin-là, j'ai été réveillé par des coups de feu, des coups de feu

25 qui se faisaient retentir non loin de ma maison. Nous avons immédiatement

Page 87

1 compris que les choses n'allaient pas bien et nous avons commencé à fuir.

2 Q. Je voudrais que vous nous apportiez un peu plus de détails, Monsieur.

3 Je vais aborder la chronologie de façon plus précise.

4 A quelle heure vous êtes-vous réveillé ?

5 R. Je me suis réveillé à 6 heures du matin, ou environ à cette heure.

6 Q. Les autres membres de votre famille, se sont-ils réveillés à la même

7 heure ?

8 R. Oui.

9 Q. Vous avez dit avoir entendu des bruits. Pourriez-vous nous décrire ces

10 bruits.

11 R. Nous avons entendu des coups de feu provenir de fusil automatique.

12 C'est à ce moment-là que nous avons commencé à fuir en direction de

13 l'école.

14 Q. Avant de quitter la maison, est-ce que vous avez eu la possibilité de

15 vous habiller ou est-ce que vous avez commencé à fuir en pyjama ?

16 R. J'ai fui, et j'étais vêtu de la même façon dont j'étais habillé pendant

17 que je dormais, j'étais en pyjama.

18 Q. Qu'en est-il de votre frère Stjepan ?

19 R. Lui aussi était vêtu de vêtements qu'il portait pendant la nuit pour

20 dormir.

21 Q. Et votre sur Marija ?

22 R. Ma sur aussi, elle ne s'est pas vêtue de vêtements outre que ce

23 qu'elle avait sur le dos lorsqu'elle s'est réveillée.

24 Q. De quelle façon est-ce que vous avez quitté votre maison ?

25 R. Par la fenêtre.

Page 88

1 Q. Est-ce que vous avez vu des voisins à ce moment-là, lorsque vous avez

2 commencé à fuir vers l'école ?

3 R. Nous avons commencé à fuir en direction de l'école, en direction de la

4 maison du voisin qui se trouvait non loin de l'école. C'est là que nous

5 avons vu que l'étable du voisin était en feu. C'est alors que nous n'avons

6 pas continué à fuir vers sa maison, mais nous nous sommes dirigés vers la

7 forêt, vers le bois. J'ai vu mon voisin devant la maison. Le voisin n'était

8 pas armé, et j'ai vu, à côté de lui, un soldat qui, lui, était armé.

9 Q. Quel était le nom de votre voisin ?

10 R. Ivan Zelenika.

11 Q. Combien de temps est-ce que êtes resté là à observer le tout ?

12 R. Je ne peux pas vous dire combien de temps j'ai pu observer la scène.

13 Q. Le soldat qui était à côté de lui, qui était armé, à quelle armée

14 appartenait-il ?

15 R. Il portait un uniforme de camouflage et il était armé, mais je ne sais

16 pas à quelle armée il appartenait.

17 Q. Qu'est-ce que vous avez vu d'autre ?

18 R. J'ai vu le voisin. Il était debout à six ou sept mètres de la maison,

19 et j'ai vu le soldat avec un fusil. Lorsque nous avons vu cette scène, nous

20 avons commencé à fuir vers la forêt, vers le bois.

21 Q. Est-ce que vous avez vu ce qui s'est passé avec Ivan Zelenika avant de

22 fuir vers la forêt ?

23 R. Je n'ai pas vu ce qui lui était arrivé, mais j'entendais des coups de

24 feu sans cesse.

25 Q. Où est-ce que vous vous êtes dirigés, vers quelle forêt ?

Page 89

1 R. C'est la forêt qui se trouve en contrebas de notre maison.

2 Q. Je souhaiterais maintenant vous montrer une photographie.

3 Mme CHANA : [interprétation] Je demanderais à Mme l'Huissière de placer

4 cette photographie sur le rétroprojecteur. Il s'agira de la photo qui porte

5 le numéro 0149-4763.

6 Q. Sous peu, cette photo apparaîtra sur votre écran.

7 M. LE GREFFIER : [interprétation] Il s'agira de la photo MFI354.

8 Mme CHANA : [interprétation] Merci.

9 Q. Monsieur, est-ce que vous reconnaissez cet endroit ?

10 R. Oui.

11 Q. Bien. Pourriez-vous indiquer, je vous prie, à l'aide d'un marqueur - et

12 sous peu, Mme l'Huissière vous viendra en aide pour vous montrer de quelle

13 façon vous pouvez faire cela - pourriez-vous nous indiquer où se trouvait

14 votre maison à vous. Faites cette indication à l'aide d'un cercle

15 R. [Le témoin s'exécute]

16 Q. Indiquez, à l'aide d'une flèche, la distance que vous avez parcourue,

17 où êtes-vous allés après avoir commencé à courir.

18 R. [Le témoin s'exécute]

19 Q. Je vous remercie. Que s'est-il passé ensuite ?

20 R. Nous avons essayé de fuir vers le carrefour. Il y avait un carrefour

21 là, et j'ai essayé d'entrer dans un ruisseau.

22 Q. Bien, merci. Vous parlez maintenant de carrefour. Sur cette

23 photographie que vous avez encore à l'écran, pourriez-vous nous indiquer où

24 se trouvait le carrefour, et indiquez-le avec un X, je vous prie.

25 R. [Le témoin s'exécute]

Page 90

1 Q. Pourriez-vous également faire une plus grande flèche et indiquer, à

2 l'aide d'une croix, l'endroit où était situé ce carrefour.

3 R. [Le témoin s'exécute]

4 Q. Bien. Merci.

5 Mme CHANA : [interprétation] Monsieur le Président, je propose que ce

6 document soit versé au dossier, avec votre permission.

7 M. MORRISSEY : [interprétation] Pas d'objection, Monsieur le Président.

8 Mme CHANA : [interprétation] Merci.

9 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Merci. Ce document est versé au dossier.

10 Mme CHANA : [interprétation] J'aimerais maintenant montrer --

11 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Il faudrait demander à M. le Greffier de

12 nous donner une cote.

13 Mme CHANA : [interprétation] Excusez-moi.

14 M. LE GREFFIER : [interprétation] Il s'agira de la pièce de l'Accusation

15 qui portera la cote P355, et la pièce originale de l'Accusation est le

16 P354. La pièce annotée portera la cote P355.

17 Mme CHANA : [interprétation] Je vous remercie.

18 Pourrait-on avoir, je vous prie, la pièce 0149-4712 sur le moniteur. Merci.

19 M. LE GREFFIER : [interprétation] Il s'agira de la pièce MFI356.

20 Mme CHANA : [interprétation] Cette photographie figure-t-elle à l'écran ?

21 Je ne la vois pas ? Bon, maintenant je la vois. Merci.

22 Q. Monsieur, s'agit-il du carrefour que vous venez de mentionner ? C'est

23 un agrandissement de cet endroit, de ce carrefour.

24 R. Oui.

25 Q. Pourriez-vous nous dire ce qui s'est passé lorsque vous vous êtes

Page 91

1 trouvés à ce carrefour.

2 Vous étiez tous là. Que s'est-il passé ensuite ?

3 R. J'étais le premier à fuir vers le ruisseau alors que ma mère, mon frère

4 et ma sur sont restés derrière.

5 Q. Vous avez fui de quoi ? Dites-nous ce qui s'est passé ? Est-ce que vous

6 avez vu quelqu'un ici ou vous vous êtes simplement enfui ? Vous avez fui

7 vers une autre direction, alors que votre mère, votre frère et votre sur

8 se sont sauvés dans une autre direction ?

9 R. J'ai entendu des coups de feu et j'ai vu des soldats. Il y avait des

10 soldats qui nous couraient après, j'étais le premier à me sauver vers le

11 ruisseau.

12 Q. Combien de soldats avez-vous remarqué en train de vous courir après ?

13 R. J'ai vu trois soldats.

14 Q. Est-ce que vous savez de quels soldats il s'agissait, à quelle armée

15 appartenaient-ils ?

16 R. J'avais entendu "Allahu Akbar", donc j'ai cru qu'il s'agissait sûrement

17 de soldats musulmans.

18 Q. Quel genre d'uniforme portaient-ils ?

19 R. Ils portaient des uniformes de camouflage.

20 Q. Est-ce que vous avez reconnu ces uniformes de camouflage comme étant

21 des uniformes qui appartenaient à un groupe particulier ?

22 R. Non. Je n'avais pas reconnu ces uniformes. Les uniformes étaient tous

23 très semblables, je n'ai pas reconnu cet uniforme-là.

24 Q. Est-ce qu'ils vous disaient quelque chose ? Vous adressaient-ils la

25 parole, à votre famille et à vous ?

Page 92

1 R. Nous avons entendu "stoje" [phon], "arrête" pour que nous nous

2 arrêtions.

3 Q. Effectivement, vous êtes-vous arrêtés ?

4 R. Non. J'ai continué à fuir.

5 Q. Où est-ce que vous êtes allé ?

6 R. En dessous de ce carrefour que vous voyez là, il y a un ruisseau, et

7 j'ai couru vers le ruisseau.

8 Q. Avant de courir au ruisseau, est-ce que vous étiez quelque part à un

9 endroit que l'on voie sur cette photographie ?

10 R. Je suis passé par ce carrefour et je me suis dirigé en direction du

11 ruisseau.

12 Q. Le ruisseau se trouve où exactement ? Pourriez-vous nous l'indiquer à

13 l'aide d'une flèche, je vous prie.

14 R. [Le témoin s'exécute]

15 Q. Pourriez-vous, je vous prie, vous assurer qu'il y ait bien une flèche

16 au bout de cette ligne.

17 R. [Le témoin s'exécute]

18 Q. Très bien. Merci.

19 Que s'est-il passé ensuite ? Vous avez couru vers le ruisseau, dans cette

20 direction-là. Qu'est-il arrivé avec votre frère, votre sur et votre mère ?

21 R. Ils couraient derrière moi. Ils me suivaient.

22 Q. Ensuite, que s'est-il passé ?

23 R. Les soldats les ont rattrapés au carrefour.

24 Q. De quel carrefour parlez-vous en ce moment ?

25 R. Le carrefour que vos voyez là sur cette photo.

Page 93

1 Q. C'est à ce carrefour-là que les soldats les ont rattrapés, n'est-ce pas

2 ? Vous, vous avez fui vers la droite, vers le ruisseau, n'est-ce pas ? Je

3 voulais simplement m'assurer que les Juges de la Chambre ont bien suivi vos

4 propos.

5 R. Oui, c'est cela.

6 Q. Vous étiez séparé du groupe à ce moment-là ?

7 R. Oui.

8 Q. Ensuite, que s'est-il passé ?

9 R. Les soldats les ont rattrapés.

10 Q. Oui.

11 R. Ma mère a supplié qu'ils les laissent et les a suppliés de ne pas les

12 tuer.

13 Q. Avant de venir à cela, comment se fait-il que vous ayez pu entendre ces

14 propos ? Où étiez-vous personnellement ?

15 R. J'étais de six à sept mètres de ce carrefour, environ. J'étais caché

16 dans les buissons dans la forêt.

17 Q. Est-ce que c'était dans la même direction que vous nous avez indiquée à

18 l'aide de cette flèche ?

19 R. Oui.

20 Q. Vous étiez caché à cet endroit-là ?

21 R. Oui.

22 Q. Bien. Maintenant revenons à ce que vous avez entendu votre mère dire

23 aux soldats.

24 Pourriez-vous essayer de vous rappeler - je sais que c'est sûrement bien

25 difficile de vous remémorer des propos dits par votre mère à ce moment-là -

Page 94

1 mais pourriez-vous essayer de nous dire ce qu'elle leur a dit.

2 R. Elle les suppliait de ne pas les tuer, de les laisser aller.

3 Q. Quelle était la réponse à cette supplique ?

4 R. Je n'ai pas entendu leur réponse. Ensuite, j'ai entendu une

5 conversation entre soldats. Ils se demandaient qu'est-ce qu'ils allaient

6 faire avec cette femme et ces enfants.

7 Q. Oui. Etait-ce un soldat qui parlait à un autre soldat ? Est-ce que vous

8 avez entendu d'abord une voix, et ensuite une autre voix ?

9 R. J'ai entendu une voix.

10 Q. De l'endroit où vous étiez caché, est-ce que vous pouviez les voir, ou

11 est-ce que vous pouviez seulement les entendre ?

12 R. Je pouvais seulement les entendre.

13 Q. Dites-nous, si vous vous souvenez, ce qu'ont dit les soldats. Essayez

14 de répéter leur propos, si vous le pouvez, je vous prie.

15 R. J'ai entendu un soldat demander à l'autre soldat, Que dois-je faire

16 avec cette femme et ces enfants ?

17 Q. Oui.

18 R. Ensuite, j'ai entendu qu'ils avaient reçu pour ordre de tuer toutes les

19 personnes qu'ils attrapaient. Ils ont parlé d'Eniz Hujdur et d'Enver Buza.

20 Q. Vous avez dit avoir entendu qu'ils avaient reçu pour ordre de tuer

21 toutes les personnes qu'ils capturaient. Est-ce que vous vous souvenez qui

22 a dit cela ?

23 R. J'ai entendu une voix qui a dit, Nous avons reçu l'ordre de tuer toutes

24 les personnes que l'on attrape.

25 Q. Qui a dit cela ? Qui a parlé d'Eniz Hujdur et d'Enver Buza ?

Page 95

1 R. L'un de ces soldats.

2 Q. Dans quel contexte ont-ils mentionné ces deux noms ?

3 R. Je ne me souviens pas très bien.

4 Q. Je comprends que beaucoup de temps s'est écoulé depuis. Nous vous

5 remercions d'essayer de vous rappeler de tout cela dans ces circonstances

6 qui vous sont sans doute très difficiles.

7 Cela dit, est-ce que vous saviez qui était Eniz Hujdur ?

8 R. Eniz Hujdur était, selon ce que j'avais entendu dire, un membre de

9 l'ABiH.

10 Q. Est-ce que vous le connaissiez à l'époque ? Est-ce que vous connaissiez

11 son nom lorsque vous avez entendu son nom ?

12 R. Je le connaissais d'avant la guerre, pendant qu'il allait à l'école.

13 Q. Est-ce que vous étiez à l'école ensemble ?

14 R. Non. En fait, oui, nous étions dans la même école, mais nous n'allions

15 pas dans la même classe.

16 Q. Vous saviez qui il était.

17 R. Oui.

18 Q. Qu'en est-il d'Enver Buza ? Est-ce que vous saviez qui c'était lorsque

19 vous avez entendu ce nom, Enver Buza ?

20 R. A l'époque, je ne le savais pas. Je ne l'ai su qu'après.

21 Mme CHANA : [interprétation] Monsieur le Président, le moment est peut-être

22 opportun pour lever l'audience aujourd'hui.

23 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Oui, effectivement.

24 Monsieur le Témoin, je suis désolé de vous apprendre que vous allez devoir

25 rester à La Haye encore un jour.

Page 96

1 [La Chambre de première instance et le Greffier se concertent]

2 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Je dois de vous demander de faire bien

3 attention, car vous avez prononcé une déclaration solennelle. Je dois vous

4 demander de ne pas parler à qui que ce soit de votre témoignage et des

5 choses que vous avez dites dans le cadre de votre déposition ici, et vous

6 allez devoir revenir demain.

7 Est-ce que vous comprenez ?

8 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui, certainement.

9 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Très bien. Nous avons également une

10 question d'intendance à aborder. Je crois qu'il faudrait aborder la

11 question de la photographie qui a été annotée par le témoin, qui doit être

12 versée au dossier.

13 Mme CHANA : [interprétation] Monsieur le Président, en fait, je au sujet du

14 carrefour, j'allais demander au témoin d'apporter d'autres annotations.

15 Pourrait-on attendre que le témoin nous indique encore plus d'annotations,

16 ou souhaiteriez-vous que l'on verse cette photographie au dossier ? On

17 pourra utiliser une autre photo demain matin.

18 M. LE GREFFIER : [interprétation] Nous pourrions peut-être lui attribuer

19 une côte, MFI357.

20 Mme CHANA : [interprétation] Je vous remercie.

21 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Très bien.

22 Nous allons maintenant lever la séance et nous reprendrons nos travaux à 16

23 heures 30 demain. Je vous remercie.

24 Mme CHANA : [interprétation] Merci.

25 --- L'audience est levée à 19 heures et reprendra le mercredi 13 avril

Page 97

1 2005, à 16 heures 30.

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25