Tribunal Criminal Tribunal for the Former Yugoslavia

Page 1

1 Le mercredi 13 avril 2005

2 [Audience publique]

3 [L'accusé est introduit dans le prétoire]

4 [Le témoin est introduit dans le prétoire]

5 --- L'audience est ouverte à 17 heures 18.

6 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Veuillez citer l'affaire, Monsieur le

7 Greffier d'audience.

8 M. LE GREFFIER : [interprétation] Bonjour, Monsieur le Président,

9 Messieurs les Juges. Il s'agit de l'affaire IT-01-48-T, le Procureur contre

10 Sefer Halilovic.

11 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Merci.

12 Bonjour, Monsieur le Témoin.

13 LE TÉMOIN : [interprétation] Bonjour.

14 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Excusez-nous de vous avoir fait attendre

15 si longtemps, l'affaire qui vous a précédé ici ne s'est pas terminée à

16 l'heure. Nous n'aurons qu'un volet d'audience cet après-midi et nous

17 lèverons l'audience à 19 heures.

18 Madame Chana, vous avez la parole. Je vous en prie, poursuivez.

19 Mme CHANA : [interprétation] Merci, Monsieur le Président. Bonsoir.

20 LE TÉMOIN: MARKO ZELIC [Reprise]

21 [Le témoin répond par l'interprète]

22 Interrogatoire principal par M. Chana : [Suite]

23 Q. [interprétation] Monsieur, on vous a demandé hier, c'était la dernière

24 question, si vous connaissiez Enver Buza puisque vous avez entendu

25 quelqu'un en parler et vous savez que, par la suite, vous avez appris qui

Page 2

1 il était.

2 R. Je ne connaissais pas Enver Buza. C'est plus tard que j'ai appris de la

3 part des soldats croates qu'il était le commandant du Bataillon de Prozor.

4 Q. Vous avez dit que vous avez entendu des voix de soldats.

5 R. Oui.

6 Q. Combien de voix avez-vous entendu ? Combien de soldats avez-vous vu ?

7 R. J'ai vu trois soldats et j'ai entendu une voix lorsque la question a

8 été posée qui était de savoir ce qu'on allait faire de la femme et des

9 enfants.

10 Q. Avez-vous entendu une réponse ?

11 R. La réponse, je ne sais pas de qui elle est venue, du soldat ou de

12 quelqu'un d'autre; la réponse a été de tuer toutes les personnes qu'ils

13 allaient pouvoir attraper.

14 Q. Est-ce que les soldats se parlaient entre eux -- ou plutôt, pendant

15 qu'ils se parlaient entre eux, est-ce que vous avez vu des moyens de

16 transmission ? Est-ce que ces soldats auraient eu des moyens de

17 transmission ?

18 R. Non, je pense que c'étaient des Motorola. Je n'ai pas vu de moyens de

19 transmission.

20 Q. Pourquoi supposez-vous que c'était un Motorola ?

21 R. Lorsqu'ils ont demandé ce qu'il fallait faire de la femme et des

22 enfants, je suppose que ce n'est pas entre eux qu'ils se sont parlés, je

23 suppose qu'ils ont posé la question à quelqu'un d'autre.

24 Q. Est-ce que vous supposez cela ou avez-vous vu un Motorola, avez-vous

25 entendu quelque chose qui vous a permis de savoir que c'était un moyen de

Page 3

1 communication ?

2 R. Je n'en ai pas vu, mais je suppose qu'il en a été ainsi.

3 Q. Pourriez-vous me dire, s'il vous plaît, à quelle distance vous étiez

4 caché par rapport à ces soldats et où se tenaient les membres de votre

5 famille, à ce moment-là ?

6 R. Il y avait six à sept mètres.

7 Q. Je vous ai montré cette photo de la bifurcation, hier; il s'agit de la

8 pièce MFI357. Est-ce qu'on pourrait montrer cela au témoin, de nouveau,

9 s'il vous plaît ?

10 Pourriez-vous nous dire, d'après cette photographie, à quel endroit étaient

11 cachés les membres de votre famille ? Est-ce que vous pouvez voir cet

12 endroit, ici ?

13 M. MORRISSEY : [interprétation] Monsieur le Président, je ne suis pas sûr

14 que le témoin ait dit qu'il se tenait debout. Je ne me souviens pas qu'il

15 ait précisé leur position. Je n'ai pas d'objection à ce que le témoin

16 annote l'endroit où ils les a vus pour la dernière fois, mais s'il se

17 tenait debout ou s'il ne bougeait pas, il faudrait plutôt que le témoin

18 nous le dise, que d'entendre des questions suggestives à cet effet.

19 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Si on dit qu'ils étaient debout, ils se

20 tenaient debout.

21 M. MORRISSEY : [interprétation] Oui, mais ce qui me préoccupait plutôt,

22 c'était de savoir s'ils bougeaient ou s'ils ne bougeaient pas. Peut-être

23 que je me trompe, mais il me semble que je sais quelle est la finalité de

24 la question posée.

25 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Pouvez-vous préciser cela,Mme CHANA :

Page 4

1 [interprétation]

2 Q. Vous avez dit que vous étiez en train de vous cacher. Que faisiez votre

3 famille pendant ce temps-là ? Où se tenait-elle ? Est-ce que vous pouvez

4 nous donner tous les détails, s'il vous plaît ?

5 R. Depuis l'endroit où je me cachais, je ne pouvais pas voir s'ils étaient

6 debout ou si c'était une autre position. D'après la conversation, d'après

7 ce que j'ai entendu, je suppose qu'ils se tenaient à cette bifurcation que

8 nous voyons devant nous.

9 Q. Pour que ce soit tout à fait clair, vous n'étiez pas en mesure de les

10 voir ? Vous pouviez simplement entendre ?

11 R. Oui.

12 Q. Vous avez dit que votre mère a supplié les soldats de ne pas la tuer.

13 Dans quelle direction est-ce que vous entendiez cette voix, par rapport à

14 l'endroit où vous étiez ?

15 R. C'était dans la direction de cette bifurcation, en allant vers ma

16 maison.

17 Q. Très bien. Alors, dites-moi si vous avez entendu quoi que ce soit

18 d'autre de la bouche de ces soldats, mis à part ce que vous avez déjà

19 présenté à la chambre ?

20 R. Je les ai entendus parler, mais je ne me souviens pas exactement de ce

21 qu'ils ont dit.

22 Q. Très bien. Que s'est-il passé, par la suite ?

23 R. Après cette conversation, lorsqu'ils ont demandé ce qu'il fallait

24 qu'ils fassent de la femme et des enfants et lorsque j'ai entendu dire

25 qu'il fallait qu'ils tuent toutes les personnes qu'ils allaient attraper,

Page 5

1 j'ai entendu des rafales et j'ai, également, entendu des coups de feu

2 isolés.

3 Q. Vous-même, vous étiez toujours en train de vous cacher ?

4 R. Oui.

5 Q. Savez-vous ce qu'il est advenu de ces soldats après les rafales ? Est-

6 ce qu'ils ont parlé de nouveau ? Ont-ils dit quelque chose ?

7 R. Ils se sont parlés, mais je ne sais pas exactement ce qu'ils ont dit.

8 Q. Vous avez entendu, à peu près, combien de coup de feux ? Bien entendu,

9 si vous arrivez à vous en souvenir.

10 R. Je ne peux pas m'en souvenir exactement; on pouvait entendre des

11 rafales, mais aussi, des coups de feu isolés.

12 Q. Vous aviez 15 ans. Est-ce que vous connaissiez les armes à feu ?

13 R. Il m'est arrivé de voir des fusils automatiques qu'avaient nos soldats.

14 Q. Connaissiez-vous les différents bruits que produisent les différentes

15 armes ?

16 R. On disait qu'il y avait des rafales, des tirs par rafale et aussi, des

17 tirs isolés.

18 Q. A quel genre d'armes pensez-vous qu'il convient d'attribuer ces tirs ?

19 Vous pensez que c'était quel type d'armes ?

20 R. C'étaient des armes automatiques.

21 Q. Quand vous avez vu les soldats, est-ce que vous avez vu qu'ils

22 portaient des armes ?

23 R. Oui.

24 Q. Quel genre d'armes portaient-ils ?

25 R. Pour autant que je l'ai vu, c'étaient des armes automatiques.

Page 6

1 Q. De la part des membres de votre famille, avez-vous entendu des voix,

2 quelles qu'elles soient, à ce moment-là ?

3 R. Je n'ai pas très bien compris. A quel moment ?

4 Q. Après les coups de feu.

5 R. Après les rafales et après les balles tirées, je n'ai entendu aucune

6 voix des membres de ma famille.

7 Q. Après, vous avez dit que les soldats se sont parlés un petit peu et que

8 s'est-il passé, par la suite ?

9 R. Après ces rafales, après ces balles tirées, balles isolées, d'après la

10 conversation qui a eu lieu entre les soldats, qu'ils ont eue entre eux,

11 j'ai compris qu'ils allaient le village et vers l'école, qu'ils allaient

12 prendre cette direction-là.

13 Q. Qu'est-ce qui vous a fait penser qu'ils allaient dans cette direction-

14 là ? Qu'avez-vous entendu ?

15 R. Je ne me souviens pas exactement de ce que j'ai entendu, mais d'après

16 leurs conversations, j'ai entendu qu'ils s'éloignaient de cet endroit.

17 Q. Il s'est passé combien de temps après les coups de feu et le moment où

18 vous avez entendu les soldats dire qu'ils allaient bouger ? Est-ce que

19 c'était immédiatement ou est-ce qu'il s'est passé un petit peu de temps ?

20 R. Pour autant que je m'en souvienne, c'était peu de temps après les tirs.

21 Q. Lorsque les soldats se sont écartés, qu'avez-vous fait ?

22 Prenez votre temps. Ne vous forcez pas à dire quoi que ce soit. Si vous

23 avez besoin d'un peu de temps, je vous en prie.

24 R. Je suis sorti de ma cachette et j'ai regardé sur le chemin, j'ai vu ma

25 mère, mon frère et ma sur; ils gisaient morts.

Page 7

1 Q. Monsieur Marko, je sais que la situation est extrêmement difficile pour

2 vous et c'est la raison pour laquelle je ne vous montre pas les

3 photographies où l'on voit votre famille. Mais je voudrais que vous

4 regardiez, de nouveau, la pièce 357 pour nous dire exactement à quel

5 endroit vous avez retrouvé les corps de vos proches ?

6 Etes-vous en mesure de le faire ? Sinon, il n'y a pas de problème. Je vais

7 vous inviter à tracer des cercles et inscrire des chiffres.

8 Tout d'abord, où a-t-on trouvé votre frère, Stjepan ?

9 R. [Le témoin s'exécute]

10 Q. Je ne vois pas ce que vous avez écrit.

11 Est-ce que vous pouvez inscrire le chiffre 1 à l'intérieur de ce cercle,

12 s'il vous plaît ou un S, pour le nom de votre frère ?

13 A présent, pouvez-vous nous dire où se trouvait le corps de votre sur

14 Marija ? Pouvez-vous encercler l'endroit et inscrivez un M à l'intérieur.

15 R. [Le témoin s'exécute]

16 Q. Pouvez-vous tracer un autre cercle, s'il vous plaît, pour votre mère et

17 inscrivez un R à l'intérieur.

18 R. [Le témoin s'exécute]

19 Q. Merci, Monsieur Marko.

20 Mme CHANA : [interprétation] Je propose cette photo au versement.

21 M. MORRISSEY : [interprétation] Pas d'objection.

22 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Oui, le document est versé au dossier.

23 M. LE GREFFIER : [interprétation] Ce sera la pièce à conviction de

24 l'Accusation P357.

25 Mme CHANA : [interprétation] Merci.

Page 8

1 Q. Monsieur Marko, lorsque vous avez vu les corps et là, je vous pose des

2 questions, uniquement, au sujet de votre frère Stjepan.

3 Est-ce qu'il avait son pantalon sur lui ?

4 R. Non. Il n'avait que le linge.

5 Q. Vous rappelez-vous ce qui est advenu de son pantalon ?

6 R. Non.

7 Q. Avait-il un pantalon pendant qu'il courait, pendant qu'il s'enfuyait de

8 la maison ?

9 R. Je ne me souviens pas s'il en avait un.

10 Q. Quelles sont les blessures que vous avez vues sur les corps, lorsque

11 vous avez vu les corps ? Commençons par Stjepan.

12 R. Pour ce qui est de mon frère, j'ai vu qu'au niveau de la tête, il y

13 avait du sang.

14 Q. Avez-vous remarqué quelque chose d'autre sur votre frère, Stjepan ?

15 Monsieur Marko, je vais aller de l'avant et vous me direz si on peut

16 revenir à cela ou non.

17 M. MORRISSEY : [interprétation] Je vais peut-être pouvoir aider.

18 Je n'ai pas l'intention de contre-interroger ce témoin au sujet des

19 blessures qu'il a remarquées, qu'il a vues sur son frère, sa sur, et sa

20 mère. Je n'ai pas d'objection à ce qu'on n'aborde pas cette partie.

21 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Oui, pouvez-vous s'il vous plaît passer à

22 autre chose ?

23 Mme CHANA : [interprétation] Oui, Monsieur le Président.

24 M. LE JUGE LIU : [aucune interprétation]

25 Mme CHANA : [interprétation]

Page 9

1 Q. Monsieur Marko, nous n'allons plus parler de cela. Toutes les personnes

2 présentes comprennent entièrement votre situation, ne vous inquiétez pas.

3 Alors, que s'est-il passé par la suite, qu'avez-vous fait ?

4 R. J'ai avancé plus loin, plus loin par rapport à ma cachette. Je me suis

5 éloigné à une centaine de mètres de cet endroit. C'est là que je me suis

6 arrêté. Je n'osais pas continuer, parce qu'on entendait des tirs de toutes

7 parts. Je voyais la fumée dans les villages alentours. Il y avait des

8 maisons et des étables qui brûlaient.

9 Q. Vous êtes resté à l'endroit où vous vous êtes trouvé pendant combien de

10 temps ? C'était dans un bois, je suppose, dans la forêt ?

11 R. Je suis resté pratiquement toute la journée à cet endroit.

12 Q. Vous vous êtes contenté de rester là sur place, en attendant que les

13 coups de feu se réduisent ou diminuent ?

14 R. J'attendais que les coups de feu s'arrêtent, pour que je puisse

15 m'éloigner de cet endroit.

16 Q. Finalement, vous êtes parti, vous avez quitté cet endroit ?

17 R. Oui, j'ai avancé en direction de Rajici.

18 Q. Oui.

19 R. Je suis arrivé au sentier, au chemin. C'est là que j'ai croisé nos

20 soldats. Ils m'ont reconnu. Ils m'ont emmené à la ville de Prozor.

21 Q. Un moment plus tard, est-ce que vous êtes revenu à votre maison ?

22 R. Pas ce jour-là, mais au bout de quelque temps, oui.

23 Q. Quand vous avez vu votre maison, dans quel état était-elle ?

24 R. J'ai vu des fenêtres brisées sur ma maison. Quand on est entrés à

25 l'intérieur, dans les pièces, on a vu les conséquences de deux grenades à

Page 10

1 main qui avaient été jetées à l'intérieur, et on voyait que les murs

2 étaient troués de balles.

3 Q. Monsieur Marko, aviez-vous un frère aîné dont le nom était Ivan Zelic ?

4 R. Oui.

5 Q. Pouvez-vous nous dire ce qui lui est arrivé ?

6 R. Il était dans l'armée du HVO. Le 24 janvier 1993, il a été tué.

7 Q. Chez vous à la maison, aviez-vous des armes de quelque sorte qu'elles

8 soient ?

9 R. On avait deux fusils de chasse.

10 Q. Autres choses ?

11 R. Mon frère Ivan qui est mort, il a laissé derrière lui deux grenades à

12 main.

13 Q. N'avez-vous jamais revu ces grenades ?

14 R. Non.

15 Q. N'êtes-vous jamais retourné pour vous installer dans votre maison et y

16 vivre ?

17 R. Non.

18 Q. Monsieur Marko, je vous remercie d'avoir répondu à mes questions.

19 Mme CHANA : [interprétation] Monsieur le Président, j'en ai terminé avec

20 l'interrogatoire principal.

21 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Je vous remercie. Maître Morrissey, le

22 contre-interrogatoire.

23 M. MORRISSEY : [interprétation] Merci, Monsieur le Président. Merci,

24 Monsieur Zelic.

25 Contre-interrogatoire par M. Morrissey :

Page 11

1 Q. [interprétation] Tout d'abord, une question qui concerne votre frère

2 qui a été membre de l'armée. Au moment où il est mort en janvier 1993, à

3 quel endroit de la maison a-t-il laissé ces deux grenades à main que vous

4 avez mentionnées ?

5 R. C'est dans notre nouvelle maison, dans la même maison où se trouvaient

6 ces deux fusils de chasse, pour autant que je les sache.

7 Q. Quand vous êtes retourné au village, après ces tristes événements,

8 n'avez-vous jamais retrouvé ces deux grenades à main ou non ?

9 R. Mon oncle est venu avant moi. Il a ramassé les deux fusils de chasse et

10 les affaires qui étaient dans la maison. Je ne sais pas s'il a pris aussi

11 ces deux grenades.

12 Q. Comment s'appelle votre oncle ?

13 R. Zelic Pavo.

14 Q. Pavo était-il membre du HVO à l'époque ?

15 R. Oui.

16 Q. Le matin où ces meurtres ont eu lieu, Pavo était-il de garde ou

17 n'était-il peut-être pas de garde en tant que soldat du HVO ?

18 R. Pour autant que je le sache, il était de garde ce matin-là.

19 Q. Sur la base de ce que l'on vous a dit, pourriez-vous nous dire où il

20 était cantonné ce matin-là, où se trouvait-il ?

21 R. Il était sur la position Zelijaca [phon].

22 Q. Zelijaca se trouve-t-elle à environ 500 mètres d'une autre position du

23 HVO, qui s'appelle Borak ?

24 R. Oui.

25 Q. Lorsque Pavo n'était pas de service, où habitait-il ?

Page 12

1 R. Il était à ce moment-là dans sa maison.

2 Q. Sa maison se trouve dans le village de Zelenike ?

3 R. Oui.

4 Q. Monsieur Zelic, nous avons entendu d'autres témoins nous donner le

5 nombre de personnes qui se trouvaient dans le village de Kriz. Je

6 souhaiterais vous demander qui étaient les habitants du village de

7 Zelenike ? Qui y habitait le matin du meurtre ?

8 D'abord, dites-nous, le matin du 14 septembre 1993, vous souvenez-vous

9 combien d'hommes du village de Zelenike environ, qui étaient membres du

10 HVO, se trouvaient-là ? Combien y avait-il d'hommes membres du HVO

11 habitants de Zelenike ?

12 R. Je ne peux pas vous donner cette information de façon exacte.

13 Mme CHANA : [interprétation] Monsieur le Président, je ne souhaite pas

14 formuler une objection sur cette question, mais je souhaiterais dire que

15 notre témoin n'avait que 15 ans à l'époque, je trouve que mon éminent

16 confrère devrait peut-être tenir compte de ce fait lorsqu'il lui posera

17 certaines questions.

18 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Certainement.

19 M. MORRISSEY : [interprétation]

20 Q. Est-ce que vous savez Monsieur s'il y avait un grand nombre d'hommes,

21 d'habitants du village de Zelenike qui étaient membres du HVO à l'époque ?

22 R. Pour autant que je le sache, ils étaient tous membres du HVO.

23 Q. A l'époque, est-ce que vous aviez connaissance d'une organisation pour

24 personnes un peu plus âgées qui s'appelait la garde villageoise ?

25 R. Je ne le sais pas.

Page 13

1 Q. Vous souvenez-vous si certains hommes plus âgés du village de Zelenike

2 avaient pour mission de patrouiller les rues du village de Zelenike, ou

3 s'affairaient-ils à d'autres tâches de ce type-là au début du mois de

4 septembre 1993 ?

5 R. Pour autant que je m'en souvienne, non.

6 Q. S'agissant de ces deux grenades à main, dites-nous quand avez-vous vu

7 pour la dernière fois ces grenades à main, par rapport au meurtre. Est-ce

8 que vous les aviez vues un jour avant, un mois avant ou pourriez-vous nous

9 donner une évaluation du moment où vous les aviez vues ?

10 R. Peut-être un mois avant.

11 Q. Votre frère qui était dans le HVO vous a-t-il jamais expliqué de quelle

12 façon ces grenades à main devaient être utilisées, si jamais votre maison

13 ou votre village faisait l'objet d'une attaque ?

14 R. Il ne m'a rien expliqué et il n'a pas voulu non plus que je m'approche

15 de ces grenades à main.

16 Q. Après sa mort, j'imagine que vous n'aviez pas son arme personnelle dans

17 la maison, vous n'aviez pas son fusil de service dans la maison ?

18 R. Non.

19 Q. Bien. S'agissant maintenant des fusils de chasse, ne vous

20 a-t-il jamais montré comment tirer d'un fusil de chasse ?

21 R. Non.

22 Q. En tant qu'un jeune homme de 15 ans, est-ce que vous aviez tiré depuis

23 ces armes à quel que moment que ce soit ?

24 R. Non.

25 Q. La région d'Uzdol est une région consacrée plutôt à l'élevage des

Page 14

1 animaux, une région agricole ?

2 R. Vous pourriez dire cela, oui.

3 Q. En réalité, est-ce que vous pouvez nous dire si des animaux sauvages,

4 tels des loups par exemple, venaient dans cette région de temps en temps ?

5 R. Il y avait des sangliers, des renards, des lapins.

6 Q. Est-ce que vous savez si les ours venaient dans cette région ?

7 R. Je ne crois pas.

8 Q. Il était très courant n'est-ce pas que les habitants du village soient

9 munis de fusil de chasse ?

10 R. Mon feu père était chasseur, il avait tous les permis lui permettant de

11 détenir ces fusils.

12 Q. En fait il y avait un club de chasse, n'est-ce pas, et les membres de

13 la famille Zelenika appartenaient à ce club, n'est-ce pas ?

14 R. Les membres de la famille Zelic.

15 Q. Excusez-moi, j'ai peut-être fait une erreur, lorsque j'ai prononcé le

16 nom. Dites-nous si les membres de la famille Zelenika étaient membres du

17 club de chasse ?

18 R. Oui.

19 Q. Votre famille à vous, la famille Zelic, était-elle membre de ce club de

20 chasse ?

21 R. Oui, mon feu père.

22 Q. Vous étiez peut-être trop jeune à l'époque pour le savoir, mais je vais

23 quand même vous poser la question. Avant que les hostilités n'éclatent

24 entre le HVO et l'armée bosnienne, est-ce que vous savez si le club de

25 chasse d'Uzdol s'était associé d'une façon amicale avec le village de

Page 15

1 Scipe, avec un autre club de chasse qui comptait des membres plutôt

2 musulmans ?

3 R. Pardon, de quel village parlez-vous ?

4 Q. Monsieur Zelic, je suis vraiment navré. Je ne prononce pas très bien

5 votre langue. Connaissez-vous le village de Scipe,

6 S-c-i-p-e, c'est un village composé d'habitants musulmans pour la plupart ?

7 R. Pour autant que je sache, mon père qui est décédé était souvent

8 accompagné des chasseurs du village de Kute.

9 Q. Les habitants du village de Kute étaient majoritairement musulmans,

10 n'est-ce pas ?

11 R. Oui.

12 Q. Les jours qui ont précédé les combats entre l'armée bosnienne et le

13 HVO, votre père et votre famille en fait avaient des rapports amicaux avec

14 des familles musulmanes, y compris les familles de Kute, n'est-ce pas ?

15 R. Oui.

16 Q. Pourriez-vous me dire si vous affirmez ou infirmez ce que je vais vous

17 dire ? Est-il exact qu'un très grand nombre de Musulmans savaient que dans

18 les maisons d'Uzdol, même quand les soldats ne se trouvaient pas dans ces

19 maisons, qu'il y avait des fusils de chasse dans les maisons. Est-ce que

20 vous pouvez nous dire si vous êtes d'accord avec cette affirmation ?

21 R. Non, je ne peux rien vous dire là-dessus.

22 Q. Le matin des meurtres, est-ce que vous pouvez nous dire si l'école

23 d'Uzdol fonctionnait en tant qu'école ? Ou plutôt je vais poser cette même

24 question mais de façon plus complète. L'école abritait le QG du 3e

25 Bataillon du HVO, n'est-ce pas ?

Page 16

1 R. Je sais que l'armée se trouvait là, mais je ne sais pas si c'était leur

2 QG.

3 Q. A cette époque-là, vous aviez l'âge d'un écolier, c'est-à-dire vous

4 aviez l'âge d'une personne qui va à l'école ?

5 R. J'avais terminé l'école trois mois avant cette année-là en fait.

6 Q. Vos frères et surs qui ont malheureusement été tués n'allaient pas à

7 l'école pendant cette période, n'est-ce pas, ils n'allaient pas à l'école

8 de Cer ?

9 R. C'est exact.

10 Q. Plusieurs élèves, plusieurs enfants d'âge scolaire avaient été évacués

11 de votre village et on les avait évacué vers les hameaux d'Uzdol, Prozor,

12 Rumboc, n'est-ce pas ?

13 R. Oui.

14 Q. Merci. C'est exact de dire, n'est-ce pas -- ou plutôt je vais vous

15 poser une question :

16 Est-ce qu'une quelconque personne vous a dit, une nuit avant, que les

17 meurtres arrivent, qu'il y avait un danger ou qu'il y avait une possibilité

18 que l'armée bosnienne ne mène une attaque ou ne lance une attaque le

19 lendemain matin ?

20 R. Non.

21 Q. La veille du meurtre, est-ce que votre mère a pris des mesures

22 particulières, eu égard à la sécurité de la famille ?

23 R. Si je me souviens bien, non, elle n'a rien fait.

24 Q. Fort bien. Est-ce que vous savez si de la munition ou des armes avaient

25 été trouvées non loin du pantalon de votre frère Stjepan plus tard ?

Page 17

1 R. Non, je n'ai aucune connaissance de cela.

2 Q. Quelqu'un vous a-t-il parlé de cela, quelqu'un vous a-t-il dit que de

3 la munition avait été trouvée du pantalon de votre frère ?

4 R. Je ne me souviens pas de cela.

5 Q. Merci. J'ai encore quelques questions préliminaires à vous poser et,

6 ensuite, je vais vous demander : qu'est-ce que vous avez remarqué lorsque

7 vous vous sauviez ? Ensuite, j'en aurai terminé avec le contre-

8 interrogatoire.

9 M. MORRISSEY : [interprétation] Monsieur le Président, Messieurs les Juges,

10 est-ce que l'on pourrait peut-être continuer sans prendre la pause.

11 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Oui. Faites.

12 M. MORRISSEY : [interprétation] Merci.

13 Q. Les dernières questions préliminaires sont les suivantes : est-ce que

14 vous connaissiez Janja Grubesa qui habitait à Zelenike ?

15 R. Oui.

16 Q. Est-ce que vous connaissiez Pavo Grubesa ?

17 R. Oui.

18 Q. Où habitait Pavo Grubesa le matin du meurtre du 14 septembre 1993 ?

19 R. Il vivait à Zelenike, mais je ne sais pas où il était ce matin-là.

20 Q. Etait-il membre du HVO ?

21 R. Pour autant que je le sache, oui.

22 Q. Vous ne savez pas s'il se trouvait dans le village ce matin-là, c'est

23 ce que vous nous avez dit, mais lorsqu'il dormait dans le village,

24 lorsqu'il passait la nuit au village, est-ce que c'était dans la maison de

25 Janja Grubesa, ou dormait-il ailleurs ?

Page 18

1 R. Je ne le sais pas.

2 Q. Est-ce que vous pouvez nous dire qui d'autre habitait dans la maison de

3 Janja Grubesa le matin du meurtre en question ?

4 R. D'après ce que j'avais entendu dire c'était Maja Zelenika.

5 Q. Bien. Vous voulez dire Grubesa, n'est-ce pas ?

6 R. Oui, oui.

7 Q. Est-ce que vous connaissiez Miroslav Grubesa ?

8 R. Oui.

9 Q. Quel était le rapport ? Quel était le lien entre Miroslav Grubesa et

10 Janja Grubesa ?

11 R. Ils sont frère et sur.

12 Q. Quel âge avait Miroslav Grubesa, à l'époque, si vous le savez ?

13 R. Il avait peut-être 15 ou 16 ans.

14 Q. Est-ce que c'était un ami, ou était-ce un voisin ?

15 R. C'était un cousin et nous nous connaissions.

16 Q. Est-ce qu'il était membre du HVO à l'époque ?

17 R. Non.

18 Q. Est-ce que vous savez si dans sa maison à lui il y avait une arme ?

19 R. Je ne le sais pas.

20 Q. Très bien. Merci. Je souhaiterais passer à présent au moment où les

21 soldats sont arrivés.

22 N'est-il pas exact que vous avez été réveillé par des coups de feu ?

23 R. Oui.

24 Q. Ces coups de feu semblaient-ils provenir d'un endroit particulier

25 lorsque vous vous êtes réveillé ?

Page 19

1 R. Les coups de feu étaient non loin de ma maison, les coups de feu ne

2 provenaient pas des positions.

3 Q. Monsieur Zelic, cette salle d'audience ne nous permet pas de voir ou de

4 comprendre ce qui s'est passé, à ce moment-là, c'est-à-dire, nous ne

5 pouvons pas entendre les coups de feu que vous avez entendus. Je vais vous

6 demander d'essayer de nous expliquer : est-ce que vous avez entendu des

7 coups de feu de façon très soutenus à partir du moment où vous vous êtes

8 réveillé et après que votre famille ait été tuée ?

9 R. On entendait des coups de feu constamment, si je me souviens bien.

10 Q. Ces tirs, ces coups de feu provenaient de divers endroits simultanément

11 d'un peu partout, c'est-à-dire, j'ai peut-être mal posé cette question. Je

12 vais essayer de la reformuler.

13 Est-ce que ces coups de feu provenaient tous d'un même endroit, ou

14 provenaient-ils d'un peu partout, tout autour ?

15 R. Tout autour de moi, de positions différentes.

16 Q. Est-ce que vous avez également remarqué ou entendu des détonations plus

17 fortes telles, par exemple, des dénotations causées par des obus qui

18 tombaient, des mortiers ou d'autres pièces d'artillerie lourdes de ce

19 type ?

20 R. Oui.

21 Q. Est-ce que vous avez remarqué si de tels obus étaient tombés à votre

22 proximité au cours de cette journée ?

23 R. Non.

24 Q. Bien. Est-ce que vous pouvez nous dire s'il y avait de la fumée qui se

25 dégageait du village de Zelenike, soit qui se dégageait de maisons, de

Page 20

1 bâtiments ? Est-ce que vous avez vu des feux causés par l'artillerie, par

2 exemple, desquels une fumée se faisait voir ?

3 R. Oui, les maisons étaient en feu, oui, effectivement.

4 Q. Bien. Maintenant lorsque vous vous êtes réveillé, est-ce que c'était la

5 panique ? Est-ce que votre mère vous demandait de sortir rapidement de la

6 maison ?

7 R. Nous nous sommes réveillés, je ne sais plus m'a réveillé. Mais comme on

8 entendait des coups de feu tout près de nous, nous avons quitté la maison.

9 Q. D'accord, est-ce que vous avez quitté la maison, sortant par la fenêtre

10 qui se trouvait sur le côté de la maison ?

11 R. Oui.

12 Q. Est-ce que vous aviez remarqué s'il y avait des gens de l'autre côté de

13 la maison alors que vous sautiez par la fenêtre ?

14 R. A ce moment-là, je n'ai pas remarqué, mais les coups de feu étaient

15 très proches.

16 Q. Bien. Est-ce que vous avez entendu des détonations tout près de la

17 maison. Des explosions qui auraient pu être causées par des grenades à

18 main, c'est-à-dire, à ce moment-là, pendant que vous essayez de vous

19 sauver, de fuir ou peu de temps avant.

20 R. Je ne peux vraiment pas me souvenir de cela.

21 Q. Vous souvenez-vous si vous êtes sorti par la fenêtre avant votre mère

22 ou votre mère vous a-t-elle devancée ?

23 R. J'étais le premier à sortir.

24 Q. Est-ce que vous avez pu voir de vos propres yeux si votre mère avait

25 sur elle des grenades à main, c'est-à-dire, pendant qu'elle était encore à

Page 21

1 l'intérieur de la maison.

2 R. D'après ce que j'ai pu voir, non, elle n'en avait pas.

3 Q. Je vais maintenant devoir vous poser une question concernant un livre

4 qui a été publié et qui a été versé au dossier dans l'espèce. Est-ce que

5 vous avez connaissance d'un livre qui a été écrit par Kazo Zelenike qui a

6 été publié par Gusto Vlajcic, "Uzdol", et ce livre était publié en l'an

7 2000 dans le but d'essayer de collecter des fonds pour l'église et pour

8 l'école du village d'Uzdol. Est-ce que vous avez vu ce livre ?

9 R. Non je n'ai jamais vu ce livre.

10 Q. Si vous ne l'avez jamais vu, je ne vais pas vous le montrer maintenant

11 mais j'aimerais que vous nous fassiez un commentaire sur un passage.

12 Dans le livre on prétend que votre mère a très bravement lancé des

13 grenades à main à fin de pouvoir aider ses enfants à fuir, ses enfants à

14 elle-même d'ailleurs.

15 Est-ce que vous seriez en mesure de nous faire des commentaires là-

16 dessus ? Est-ce que votre mère a effectivement lancé une grenade à main ou

17 des grenades à main afin de pouvoir venir en aide à ses enfants et à elle-

18 même, de faciliter la fuite.

19 R. Je ne sais pas qui a écrit ce livre et pourquoi mais pour autant que je

20 le sache elle n'a pas lancé de grenade à main.

21 Q. D'accord. Je vais maintenant vous poser quelques questions concernant

22 la fuite de la maison. Est-ce que vous étiez le premier à sauter par la

23 fenêtre ?

24 R. Oui.

25 Q. Votre mère était-elle la dernière à sortir par cette fenêtre ?

Page 22

1 R. Je ne me souviens pas qui m'a suivi.

2 Q. vous ne souviendrez peut-être pas des mots exacts ou des détails exacts

3 mais vous souvenez-vous si votre mère vous a donné des instructions à

4 savoir où fuir en d'autres mots, est-ce qu'elle vous a dit, par exemple,

5 "cours vers la maison de Zelenika," ou "cours vers l'école." Vous a-t-elle

6 donné une consigne particulière ?

7 R. Si je me souviens bien, elle nous a dit de courir vers l'école.

8 Q. Effectivement, est-ce que c'est ce que vous avez fait dès que vous êtes

9 sorti par la fenêtre ?

10 R. Oui.

11 Q. Bien. Ce n'est qu'après vous être dirigé vers l'école que vous avez

12 aperçu la maison d'Ivan Zelenika, n'est-ce pas ?

13 R. Oui.

14 Q. Je vais maintenant passer, en fait, je vais vous décrire ce que vous

15 avez fait et dites-moi si vous êtes d'accord.

16 Vous avez sauté par la fenêtre, vous avez couru jusqu'à ce que vous

17 ayez pu apercevoir la maison d'Ivan Zelenika, ensuite, vous vous êtes

18 arrêté pendant quelques instants là et, ensuite, vous avez pris une autre

19 direction. Vous vous êtes dirigé maintenant vers ce carrefour, après lequel

20 vous vous êtes caché, n'est-ce pas ?

21 R. Oui.

22 Q. Bien. Lorsque vous avez fui de votre fenêtre en direction de la maison

23 de Zelenika, est-ce que vous étiez avec votre petit frère et votre sur ou

24 vous ont-ils rattrapé à l'endroit où vous vous êtes arrêté, tout près de la

25 maison de Zelenika ?

Page 23

1 R. Ils étaient derrière moi à une dizaine de mètres environ derrière, mais

2 ils ne m'ont pas rattrapé.

3 Q. Est-ce que vous pourriez me dire où se trouvait votre mère par rapport

4 à vos deux frère et soeur et par rapport à la maison de Zelenika ?

5 R. Si je me souviens bien, elle était quelque peu derrière eux mais je ne

6 pourrais pas vous donner une meilleure réponse.

7 Q. D'accord. Je souhaiterais maintenant reposer des questions sur ce que

8 vous avez pu observer près de la maison de Zelenika. Vous nous avez dit que

9 vous avez vu Ivan Zelenika debout à côté d'un homme qui tenait une arme,

10 n'est-ce pas ? Est-ce que c'est exact ? D'un soldat vous avez dit.

11 R. Oui.

12 Q. Lorsque vous avez regardé dans cette direction vous ne pouviez pas dire

13 si cette personne en uniforme venait d'une armée amicale ou non.

14 R. Non je ne le savais pas de qui il s'agissait. J'ai simplement vu que

15 cette personne était armée.

16 Q. En examinant cet uniforme, vous ne pouviez pas conclure immédiatement à

17 quel côté il appartenait, à quelle partie belligérante.

18 R. Pourriez-vous répéter je vous prie.

19 Q. Oui certainement. Donc j'aimerais que vous me disiez si vous êtes

20 d'accord ou non avec cette affirmation. La question est la suivante, ou

21 l'affirmation est la suivante : en voyant cet uniforme, vous ne pouviez pas

22 dire à prime abord à quelle armée il appartenait, n'est-ce pas ?

23 R. Non. Je ne pouvais pas le déterminer.

24 Q. Avez-vous remarqué que des bâtiments étaient la proie des flammes à

25 proximité quand vous avez observé ce que vous venez de nous dire ?

Page 24

1 R. L'étable de mon voisin, Ivan, était en flammes.

2 Q. Pouvez-nous dire pendant combien de temps, pendant combien de secondes

3 vous avez regardé Ivan et cet homme qui se tenait à six ou sept mètres à

4 l'extérieur de la maison ?

5 R. Trois, quatre ou cinq secondes, je ne suis pas très sûr.

6 Q. Ensuite, est-ce que vous vous êtes mis à courir dans une autre

7 direction ?

8 R. Oui.

9 Q. Avez-vous entendu des tirs provenant de la maison d'Ivan Zelenika

10 pendant que vous étiez entrain de courir.

11 R. Oui, j'ai entendu des tirs.

12 Q. A peu près combien de temps après que vous avez commencé à courir avez-

13 vous entendu ce tir.

14 R. Environ au bout de vingt à trente secondes.

15 Q. Une question, s'il vous plaît. Quand vous avez vu Ivan Zelenika pour la

16 dernière fois, quelle était sa position ? Comment se tenait-il ? Où ?

17 R. Il était devant sa maison, debout.

18 Q. Vous ne vous en souvenez peut-être pas, mais je vais vous demander de

19 faire un effort : quelle était sa tenue vestimentaire quand vous l'avez vu,

20 pour la dernière fois, debout devant chez lui ?

21 R. Je ne m'en souviens pas.

22 Q. Ce n'est pas grave. Avez-vous vu le visage du soldat -- non, je ne vais

23 pas utiliser le terme de soldat.

24 Avez-vous vu le visage de cet homme armé qui se tenait à ses côtés ? Est-ce

25 que vous avez vu son visage au cours de ces 5 secondes pendant lesquels

Page 25

1 vous les avez regardés ?

2 R. Non.

3 Q. Il faut que je vous pose cette question dans un souci d'exhaustivité.

4 Vous n'avez pas vu son visage; j'imagine que vous n'avez pas reconnu cet

5 homme; c'est bien cela, n'est-ce pas ?

6 R. Oui, c'est exact.

7 Q. Bien. Ensuite, vous vous êtes enfui en direction du carrefour.

8 Maintenant, j'aimerais vous poser la question suivante : est-ce que vous

9 étiez devant ou est-ce que vous étiez derrière les membres de votre

10 famille, à ce moment-là ?

11 R. J'étais devant.

12 Q. Alors que vous vous enfuyiez en courant, savez-vous si les membres de

13 votre famille étaient juste derrière vous ou n'êtes-vous pas en mesure de

14 vous souvenir de cela ?

15 R. Quand j'ai pu les voir, je crois qu'ils étaient assez près de moi, mais

16 vous dire quelle distance, je ne sais pas. Je ne peux pas vous le dire.

17 Q. Vous souvenez-vous quand vous les avez vus ainsi, brièvement, est-ce

18 que c'était pendant que vous couriez ou est-ce que c'est au moment où vous

19 avez été chercher un endroit pour vous cacher ? A l'endroit où vous nous

20 avez indiqué sur la photographie.

21 R. En courant, je me suis retourné une fois.

22 Q. Merci. Vous nous avez expliqué que vous aviez décidé de vous cacher. Je

23 voudrais savoir pourquoi vous avez pris cette décision. Est-ce que vous

24 avez vu des soldats ou des forces ennemies ? Est-ce que vous avez entendu

25 des soldats ennemis ? Quelle est la raison pour laquelle vous avez décidé

Page 26

1 de vous cacher ? Si vous êtes en mesure de vous en souvenir.

2 R. Je ne m'en souviens pas avec précision.

3 Q. Ce n'est pas grave. Il y a des questions que je vous pose dont la

4 réponse vous semblera peut-être évidente, trop évidente, mais il m'est

5 nécessaire de poser ces questions afin que le compte rendu d'audience soit

6 complet, que le dossier soit complet.

7 Quand vous êtes parti en courant, depuis la maison de Zelenica, pour vous

8 diriger vers le carrefour. J'imagine que vous étiez terrorisé, que vous

9 étiez un jeune garçon de 15 ans complètement terrorisé, n'est-ce pas, à ce

10 moment-là ?

11 R. Oui.

12 Q. Les tirs résonnaient, des tirs qui venaient de toutes les directions,

13 dans les environs d'Uzdol et à Uzdol même, n'est-ce pas ?

14 R. Oui.

15 Q. Il y avait certains tirs qui semblaient provenir de très près, n'est-ce

16 pas ?

17 R. Oui.

18 Q. Vous n'étiez pas en mesure de voir les gens qui tiraient pendant que

19 vous couriez, n'est-ce pas ?

20 R. Non, je ne les ai pas vus.

21 Q. Pendant que vous étiez en train de vous enfuir en courant, vous avez

22 compris que vous risquiez de vous faire abattre à tout moment, n'est-ce pas

23 ?

24 R. Oui.

25 Q. Quand vous êtes allé à cet endroit où vous vous êtes caché, vous étiez

Page 27

1 encore en mesure d'entendre les tirs qui résonnaient dans le village,

2 n'est-ce pas ?

3 Q. Pendant toute cette période, vous êtes resté allongé à cet endroit où

4 vous étiez caché, vous avez continué à entendre les tirs, n'est-ce pas ?

5 R. Oui.

6 Q. Vous nous avez relaté ce dont vous vous souvenez, de la conversation

7 que vous avez entendue depuis votre cachette, conversation qui se déroulait

8 sur la route. Monsieur, vous avez fait tout ce qui était possible pour dire

9 la vérité dans ce prétoire, n'est-ce pas ?

10 R. Pourriez-vous me répéter cette question, s'il vous plaît.

11 Q. Non. Je vais vous dire quelque chose et je vais vous demander si vous

12 êtes d'accord ou pas. Vous avez sincèrement essayé de dire la vérité en

13 rapportant les propos que vous avez entendus alors que vous étiez dans

14 votre cachette, n'est-ce pas ? C'est bien exact ?

15 R. Oui.

16 Q. Bien. J'ai quelques questions très brèves à vous poser sur ce que vous

17 avez vu quand vous êtes sorti de l'endroit où vous vous cachiez. Je ne vais

18 pas revenir aux photographies, mais je vais vous poser la question suivante

19 :

20 Quand vous avez vu le spectacle navrant des corps de votre frère, de

21 votre sur et de votre mère, vous nous avez indiqué où se trouvaient les

22 corps - j'ai une question à ce sujet - est-ce que les corps étaient aussi

23 près que vous l'avez indiqué sur la photographie ou -- enfin, je vais

24 reformuler. Est-ce que les corps étaient, à peu près, à une trentaine de

25 centimètres l'un de l'autre, 30 centimètres, 60 centimètres, quand vous les

Page 28

1 avez vus ?

2 R. Je ne m'en souviens pas exactement. C'était peut-être une distance plus

3 importante.

4 Q. Oui. Mais de manière générale, vous estimez que les positions que vous

5 avez indiquées sur cette photographie qui a été versée au dossier, ces

6 positions sont conformes à la réalité, n'est-ce pas ?

7 R. Autant que je m'en souvienne, c'est, à peu près, comme cela que cela se

8 présentait.

9 Q. Je vous demande un instant de patience, Monsieur le Témoin.

10 Monsieur Zelic, je suis en train de voir si j'ai encore des questions

11 à vous poser. Un peu de patience et ensuite, je n'en aurai plus pour très

12 longtemps.

13 Oui, il me reste encore deux questions, puis, j'en aurai terminé.

14 Ma première question est de savoir si vous avez reconnu certaines des voix

15 que vous avez entendues provenant de la route ? Bien entendu, vous avez

16 reconnu les voix des membres de votre famille, mais est-ce que vous avez

17 reconnu les voix des hommes qui parlaient sur la route pendant que vous

18 étiez caché ?

19 R. Non.

20 Q. Pour ce qui est de Janja Grubesa, est-ce que Janja Grubesa était

21 quelqu'un qui faisait régulièrement la cuisine pour les soldats du HVO au

22 cours de la période de septembre 1993 ?

23 R. Pouvez-vous répéter la question ?

24 Q. A votre connaissance, est-ce qu'en septembre 1993, Janja Grubesa

25 faisait la cuisine pour les soldats du HVO ?

Page 29

1 R. À ma connaissance, elle travaillait dans la cuisine. Je ne peux pas

2 vous dire si c'était le cas, ce jour-là.

3 Q. Mais bien sûr que non. Mais quand vous parlez de "la cuisine," est-ce

4 que vous parlez d'une cuisine qui était installée dans l'école ou à

5 proximité de l'école ?

6 R. Je ne sais pas si cela se trouvait à l'intérieur de l'école; d'après ce

7 dont je me souviens, oui.

8 Q. Afin que tout soit très précis, il s'agissait d'une cuisine qui

9 préparait des repas pour les soldats du HVO quand ils étaient de service et

10 des soldats du HVO qui avaient besoin d'être nourris pendant qu'ils se

11 trouvaient sur la ligne de front, n'est-ce pas ?

12 R. Oui.

13 Q. Est-ce qu'il arrivait à votre mère de travailler, également, dans cette

14 cuisine, de temps à autre ?

15 R. Non.

16 Q. Est-ce que, vous-même, vous n'avez jamais vu Janja Grubesa munie d'une

17 arme à feu ?

18 R. Non.

19 M. MORRISSEY : [interprétation] Monsieur Zelic, merci d'avoir bien voulu

20 répondre à mes questions. J'en ai terminé.

21 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Merci. Est-ce qu'il y a des questions

22 supplémentaires ?

23 Mme CHANA : [interprétation] Non.

24 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Je vous remercie.

25 [La Chambre de première instance se concerte]

Page 30

1 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Le Juge El Mahdi a quelques questions à

2 vous poser.

3 Questions de la cour :

4 M. LE JUGE EL MAHDI : Merci. C'est une clarification, s'il vous plaît. Vous

5 avez dit que votre mère vous a indiqué de vous diriger, quand vous vous

6 êtes échappé de la maison, de vous diriger à l'école. Vous avez dit que

7 vous étiez le premier à prendre la direction de l'école jusqu'à ce que vous

8 soyez arrivé à la hauteur de la maison d'Ivan Zelenika. Puis, vous vous

9 êtes dirigé vers l'intersection. Alors, est-ce que vous pouvez nous

10 expliquer pourquoi vous avez pris cette direction ?

11 R. A l'école, nos soldats étaient là. C'est la raison pour laquelle.

12 M. LE JUGE EL MAHDI : La maison d'Ivan était sur le chemin de l'école ?

13 R. Oui, si on part de chez moi, c'est-à-dire alors qu'on se dirige vers

14 l'école de ma maison, la maison d'Ivan est en route.

15 M. LE JUGE EL MAHDI : Par l'intersection ?

16 R. Non.

17 M. LE JUGE EL MAHDI : Qu'est-ce qui vous a amené a prendre cette autre

18 direction ?

19 R. Car nous avions vu que l'étable était en feu; j'ai vu un soldat et j'ai

20 imaginé, j'ai présumé que quelque chose n'était pas bien.

21 M. LE JUGE EL MAHDI : C'est vous seul qui avez pris la décision de changer

22 de direction ? Parce que si je comprends bien, votre famille était derrière

23 vous de quelques dizaines de mètres.

24 R. Oui. J'ai pris cette décision car on entendait des coups de feu,

25 l'étable était en feu et cela n'a pas pu être fait par les soldats croates.

Page 31

1 Je savais que cela avait été fait par l'ennemi.

2 M. LE JUGE EL MAHDI : Merci beaucoup, Monsieur le Témoin.

3 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Y a-t-il des questions suite aux

4 questions posées par les Juges ? Non. Est-ce que les parties souhaitent

5 verser au dossier des documents ? Non.

6 Monsieur le Témoin, je vous remercie beaucoup d'être venu déposer à La

7 Haye. L'Huissier va, maintenant, vous raccompagner et nous vous souhaitons

8 un bon voyage de retour.

9 LE TÉMOIN : [interprétation] Merci.

10 [Le témoin se retire]

11 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Madame Chana.

12 Mme CHANA : [interprétation] C'est M. Sachdeva qui va vous présenter une

13 requête.

14 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Oui.

15 M. SACHDEVA : [interprétation] Je souhaite présenter une requête en vertu

16 de l'Article 75 du Règlement de procédure et de preuve et de l'Article 22

17 du Statut du Tribunal. Pourrait-on passer à huis clos partiel ?

18 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Huis clos partiel. Nous sommes à huis

19 clos partiel.

20 [Audience à huis clos partiel]

21 (expurgée)

22 (expurgée)

23 (expurgée)

24 (expurgée)

25 (expurgée)

Page 32

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Page 32 expurgée. Audience à huis clos partiel.

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

Page 33

1 (expurgée)

2 (expurgée)

3 (expurgée)

4 (expurgée)

5 (expurgée)

6 (expurgée)

7 (expurgée)

8 (expurgée)

9 (expurgée)

10 (expurgée)

11 [Audience publique]

12 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Bonsoir, Monsieur le Témoin.

13 LE TÉMOIN : [interprétation] Bonsoir.

14 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Pourriez-vous vous relever, s'il vous

15 plaît ?

16 Je vous invite à prononcer la déclaration solennelle qui figure sur la

17 feuille que de Mme l'Huissière est en train de vous montrer.

18 LE TÉMOIN : [interprétation] Je déclare solennellement que je dirai la

19 vérité, toute la vérité et rien que la vérité.

20 LE TÉMOIN: TÉMOIN H [Assermenté]

21 [Le témoin répond par l'interprète]

22 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Je vous remercie. Vous pouvez vous

23 rasseoir.

24 M. SACHDEVA : [interprétation] Merci, Monsieur le Président.

25 Interrogatoire principal par M. Sachdeva :

Page 34

1 Q. [interprétation] Bonsoir, Monsieur le Témoin H, la Chambre a fait droit

2 à la requête présentée par l'Accusation aux fins de mesure de protection

3 pour vous. On déformera les traits de votre visage et on vous a attribué un

4 pseudonyme. Je vais vous montrer une feuille de papier qui comportera

5 quelques informations. Je vous invite à dire à la Chambre si ces

6 informations sont exactes.

7 R. Oui.

8 M. SACHDEVA : [interprétation] Est-ce qu'on peut verser cela au dossier ?

9 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Oui, c'est versé au dossier.

10 M. LE GREFFIER : [interprétation] La pièce de l'Accusation P358 sous pli

11 scellé.

12 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Je vous remercie.

13 M. SACHDEVA : [interprétation] Monsieur le Président, peut-on passer à huis

14 clos partiel pendant que je poserais des questions qui ont avoir avec la

15 vie du témoin ?

16 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Oui. Nous allons passer à huis clos

17 partiel.

18 M. LE GREFFIER : [interprétation] Nous sommes à huis clos partiel.

19 [Audience à huis clos partiel]

20 (expurgée)

21 (expurgée)

22 (expurgée)

23 (expurgée)

24 (expurgée)

25 (expurgée)

Page 35

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Page 35 expurgée. Audience à huis clos partiel.

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

Page 36

1 (expurgée)

2 (expurgée)

3 (expurgée)

4 (expurgée)

5 (expurgée)

6 (expurgée)

7 (expurgée)

8 (expurgée)

9 (expurgée)

10 (expurgée)

11 (expurgée)

12 (expurgée)

13 (expurgée)

14 (expurgée)

15 (expurgée)

16 (expurgée)

17 (expurgée)

18 (expurgée)

19 (expurgée)

20 [Audience publique]

21 M. SACHDEVA : [interprétation]

22 Q. Monsieur le Témoin H, en 1993, qui était le commandant du Bataillon

23 indépendant de Prozor ?

24 R. Enver Buza.

25 Q. Le QG du commandement du Bataillon indépendant de Prozor où était-il

Page 37

1 situé en 1993 ?

2 R. Pendant quelques temps au village de Stipe et après il a été déplacé à

3 Dobro Polje.

4 Q. A quel moment ce transfert a-t-il eu lieu à Dobro Polje ?

5 R. Je ne m'en souviens pas exactement. Je ne sais pas quand il y a eu

6 transfert, mais je me souviens que c'était pendant cette année-là, 1993.

7 Q. A quel endroit de Dobro Polje était situé le poste de commandement, le

8 centre de commandement ?

9 R. Je ne comprends pas votre question.

10 Q. Excusez-moi. Dans quel genre de bâtiment était cantonné le centre de

11 commandement à Dobro Polje ?

12 R. C'était une cabane en bois.

13 Q. Je vais vous présenter une photographie, Monsieur le Témoin H.

14 M. SACHDEVA : [interprétation] Monsieur le Président, la photographie 0402-

15 9000. Puis-je la présenter au témoin ?

16 Q. Monsieur le Témoin, voyez-vous une photo apparaître à l'écran devant

17 vous ?

18 R. Non.

19 Q. Voyez-vous à présent la photo, Monsieur le Témoin H ?

20 R. Oui.

21 Q. Voyez-vous sur cette photographie le bâtiment où était situé le centre

22 de commandement ?

23 R. Oui.

24 M. SACHDEVA : [interprétation] M. l'Huissier, pourriez-vous fournir un

25 crayon au témoin pour qu'il puisse encercler l'endroit ?

Page 38

1 Monsieur le Président, nous avons un petit problème technique.

2 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Vous pourriez peut-être lui poser

3 d'autres questions, et demain, vous pourrez revenir à ce document.

4 M. SACHDEVA : [interprétation] Très bien.

5 Q. Monsieur le Témoin H, vous êtes-vous jamais rendu à l'endroit, la pièce

6 où était situé le commandement du bâtiment à Dobro Polje ?

7 R. Non.

8 Q. Votre groupe où était-il cantonné, le groupe de polices militaires ?

9 R. En haut, au-dessus du commandement.

10 Q. A quelle distance du centre de commandement ?

11 R. A une centaine de mètres, 50 à 100 mètres.

12 Q. Connaissez-vous le village d'Uzdol ?

13 R. Partiellement.

14 M. LE JUGE LIU : [interprétation] A présent, nous avons une photo à

15 l'écran, vous pouvez peut-être reposer votre question. Essayez.

16 M. SACHDEVA : [interprétation] Merci, Monsieur le Président.

17 Q. Monsieur le Témoin H, voyez-vous une photographie s'afficher à

18 l'écran ?

19 R. Oui.

20 Q. Vous voyez un cercle rouge autour d'un bâtiment, d'une maison ?

21 R. Oui.

22 Q. De quel bâtiment s'agit-il ?

23 R. C'est le bâtiment où était situé le commandement.

24 Q. Du Bataillon indépendant de Prozor, est-ce exact ?

25 R. C'était le commandement du bataillon, oui, du Bataillon indépendant de

Page 39

1 Prozor.

2 Q. Pourriez-vous écrire la lettre C, juste au-dessus du cercle ?

3 R. [Le témoin s'exécute]

4 M. SACHDEVA : [interprétation] Monsieur le Président, je propose le

5 versement de ce document.

6 M. MORRISSEY : [interprétation] Il n'y a pas d'objection.

7 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Le document est versé au dossier.

8 M. LE GREFFIER : [interprétation] Ce sera la pièce de l'Accusation,

9 l'original P359, et la pièce annotée P360.

10 M. SACHDEVA : [interprétation] Le moment se prête t-il ?

11 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Tout à fait. Nous allons reprendre demain

12 après-midi.

13 M. MORRISSEY : [interprétation] Excusez-moi, Monsieur le Président, mais

14 j'avais compris que nous allions commencer à 10 heures 30 ou plutôt était-

15 ce vendredi ?

16 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Oui, c'est vendredi.

17 Monsieur le Témoin, il me semble que vous allez devoir passer une

18 nuit de plus à La Haye. Vous comprenez que vous avez prêté serment, que ce

19 serment s'applique toujours, et je vous demande de ne parler à personne et

20 de ne laisser personne vous parler à vous au sujet de votre déposition.

21 M'avez-vous compris ?

22 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui.

23 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Nous allons lever l'audience, Madame

24 l'Huissière, va baisser les stores et elle va vous raccompagner, pour le

25 moment vous restez où vous êtes.

Page 40

1 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui.

2 M. LE JUGE LIU : [interprétation] L'audience est levée pour aujourd'hui.

3 --- L'audience est levée à 19 heures 00 et reprendra le jeudi 14 avril

4 2005, à 14 heures 15.

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25