Tribunal Criminal Tribunal for the Former Yugoslavia

Page 3924

1 (Mercredi 31 mai 2000.)

2 (Audience publique.)

3 (L'audience est ouverte à 9 heures 45.)

4 (Le témoin, M. Clark, est interrogé par M. Cayley.)

5 M. le Président: Bonjour. Bonjour, madame et messieurs. Bonjour, les

6 cabines techniques. Bonjour, les interprètes.

7 Interprète: Bonjour, monsieur le Président.

8 M. le Président: Bonjour à tout le monde. Bonjour, docteur Clark.

9 M. Clark (interprétation):Bonjour.

10 M. le Président: Vous vous êtes bien reposé?

11 M. Clark (interprétation): Merci beaucoup, oui.

12 M. le Président: Nous allons reprendre notre audience. Docteur Clark, je

13 vous rappelle que vous répondez sous serment. Et vous allez continuer à

14 répondre aux questions que M. Cayley va vous poser. Maître Cayley, vous

15 avez la parole.

16 M. Cayley: Merci, monsieur le Président. Bonjour, madame et messieurs les

17 juges. Bonjour, conseils de la défense.

18 Docteur Clark, j'aimerais vous rappeler ce que je vous ai déjà dit hier, à

19 savoir que, puisque nous parlons la même langue, il serait bon que vous

20 vous efforciez de ménager une pause entre la fin de mes questions et le

21 début de vos réponses. Pour ma part, je tâcherai d'ajuster un petit peu le

22 rythme.

23 Je crois me rappeler qu'hier, nous en sommes arrivés aux conclusions qui

24 ont été les vôtres, s'agissant des corps récupérés dans la fosse de

25 Kozluk. A présent, nous pourrions parler des corps et des éléments

Page 3925

1 disparates trouvés à Nova Kasaba. Avez-vous la page correspondante de

2 votre rapport sous les yeux?

3 M. Clark (interprétation): Oui.

4 Question: Docteur Clark, combien de corps et combien de parties

5 disparates de corps ont été trouvées par vous dans cette fosse?

6 Réponse: 55 corps et 2 parties de corps.

7 Question: Docteur Clark, dans la vie, de quel genre de personnes

8 s'agissait-il?

9 Réponse: C'étaient des personnes dont l'âge variait considérablement.

10 Nous avons estimé cet âge à 13 ans minimum et 85 ans maximum. La plupart

11 avaient plus de 25 ans. Pour autant que nous puissions le dire, toutes ces

12 personnes étaient de sexe masculin. Il semblait qu'elles étaient toutes en

13 assez bonne condition physique. L'un des corps présentait une fracture à

14 la jambe et un autre une fracture au bras, mais il s'agissait de blessures

15 assez anciennes et nous n'avons pas trouvé les mêmes déformations qu'à

16 Kozluk.

17 Question: Quelle était la cause de la mort dans la majorité des cas dans

18 ce site?

19 Réponse: Là encore, nous parlons de blessures par balle pour la majorité

20 de ces cadavres.

21 Question: Y avait-il des éléments indiquant que des armes particulières

22 ou d'autres armes auraient été utilisées?

23 Réponse: Oui, un point était intéressant. La majorité de ces personnes

24 semblaient avoir été tuées par des armes à grande vitesse comme à Kozluk,

25 mais chez une personne, nous avons découvert une lésion osseuse qui nous a

Page 3926

1 permis de penser qu'éventuellement un revolver aurait été utilisé. Pour

2 cinq cadavres, il était manifeste que des plombs de chasse avaient été

3 utilisés.

4 Question: Je demanderai que l'on examine la pièce à conviction 246, qui a

5 un intérêt particulier pour ce site. Je vous demanderai de décrire aux

6 juges vos conclusions concernant ce corps particulier.

7 Réponse: Il y avait deux hommes qui présentaient des blessures récentes;

8 je veux parler de blessures infligées dans les quelques jours qui ont

9 précédé la mort. Ces deux hommes présentaient des blessures par balles aux

10 jambes et nous avons pu déterminer que ces blessures existaient au moment

11 de la mort, car il y avait présence de bandages. Ici, vous voyez la partie

12 inférieure du corps de cet homme avec la jambe gauche, au bas de l'image,

13 et tout à fait clairement, on voit ici une attelle et un bandage. Il est

14 donc clair que la blessure subie par cet homme avait eu le temps d'être

15 bandée.

16 Nous avons trouvé un deuxième corps qui présentait des blessures

17 comparables aux jambes.

18 Question: Merci, docteur Clark. Je vous demanderai de bien vouloir placer

19 la pièce à conviction suivante sur le rétroprojecteur. Je crois que c'est

20 un gros plan de la précédente?

21 Réponse: Oui, un gros plan de l'endroit où se situaient les bandages

22 pour présenter la blessure par balle trouvée sur cette jambe. Ce corps

23 était assez bien préservé: on y a trouvé de la peau et quelques tissus

24 mous. Il était donc encore possible de voir ce trou dans la peau.

25 Question: Docteur Clark, je vous demanderai à présent de placer sur le

Page 3927

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13 Page blanche insérée aux fins d'assurer la correspondance entre la

14 pagination anglaise et la pagination française.

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

 

Page 3928

1 rétroprojecteur la pièce 248 et les trois photos que nous allons voir

2 maintenant sont une démonstration des blessures classiques que vous avez

3 trouvées sur les corps?

4 Réponse: Oui, vous voyez ici un crâne et un impact de balle à l'arrière,

5 sur la face postérieure de ce crâne. Ce qui est intéressant, c'est qu'ici

6 on ne voit pas le signe d'utilisation d'une arme à grande vitesse

7 puisqu'il n'y a pas les radiations qui partent de l'impact de balle. Cet

8 homme a donc dû recevoir une balle tirée par un revolver.

9 Deuxième photographie: ce sont des lésions infligées à d'autres parties du

10 corps que le crâne. Vous voyez ici une côte qui présente très clairement

11 la trace d'une blessure par balle. Enfin, une lésion typique à la jambe:

12 l'os est assez bien conservé mais éclaté à ce niveau en plusieurs

13 fragments, ce qui est assez typique d'une blessure infligée par une balle

14 provenant de cette direction à vitesse assez grande.

15 Question: Pour le compte rendu d'audience, lorsque le Dr Clark a parlé

16 d'une lésion par balle à la côte, il s'agit de la pièce à conviction de

17 l'accusation 249. Et lorsqu'il a parlé de la lésion à l'os de la jambe, il

18 s'agissait de la pièce à conviction de l'accusation 250.

19 Docteur Clark, y a-t-il d'autres indications montrant que ces personnes

20 auraient pu subir des blessures infligées par autre chose que des armes à

21 feu, avant de mourir?

22 Réponse: Eh bien, là encore, comme à Kozluk, nous avons trouvé des

23 fractures de côte qui auraient pu être dues à l'écrasement des corps à

24 l'intérieur de la fosse. Nous avons aussi trouvé d'autres fractures de la

25 face et d'autres os qui auraient pu être dues à des coups infligés par la

Page 3929

1 crosse de certaines armes ou à des coups de pied. Mais comme je l'ai déjà

2 dit hier, compte tenu des conditions dans lesquelles nous travaillions; il

3 était difficile de nous prononcer de façon définitive. Cela dit, la

4 possibilité existe.

5 Question: Je vous demanderai à présent de placer la page 16 du rapport de

6 vos conclusions sur le rétroprojecteur, s'il vous plaît, et de lire ce

7 passage lentement pour qu'il soit consigné dans le compte rendu

8 d'audience.

9 Réponse: Je ne vois rien sur mon écran. Est-il allumé?

10 (L'huissier s'exécute.)

11 C'est un résumé des conclusions tirées sur le site de Nova Kasaba qui

12 comportait quatre fosses individuelles contenant au total 55 corps et

13 parties de corps dont la plupart se trouvaient dans deux des fosses.

14 "Les victimes étaient toutes de sexe masculin et leur âge variait de 13 à

15 85 ans. Des lésions par balles ont été trouvées sur 87 % des corps, le

16 nombre moyen de coups de feu tirés sur chaque personne étant de 2,7. La

17 plus grande partie des coups de feu avait été tirée sur le tronc de ces

18 personnes et arrivaient ensuite la tête et les jambes. Deux corps

19 présentaient des blessures bandées qui permettent de penser que ces coups

20 de feu avaient été tirés un peu avant. Des éléments indiquant la présence

21 de plomb de chasse ont été trouvés dans cinq corps, sans doute dus à un

22 fusil qui a tiré dans la fosse après la mort de ces personnes." Fin de

23 citation.

24 Question: Merci, docteur Clark. Pourriez-vous maintenant passer à la page

25 17 de votre rapport qui porte sur les corps récupérés dans le site de

Page 3930

1 Konjevic Polje? Combien de corps vous sont apparus, à vous et à vos

2 collègues, et vous ont été soumis pour examen dans ce site?

3 Réponse: Le site était beaucoup plus petit que les deux autres: il ne

4 s’y trouvait que 12 corps.

5 Question: Docteur Clark, quelles étaient ces personnes de leur vivant?

6 Réponse: Eh bien, leur âge apparemment variait entre 15 et 65 ans, et

7 sur l'ensemble de la mission, c'est à cet endroit que nous avons trouvé le

8 seul cadavre féminin. Tous les autres étaient de sexe masculin, mais il y

9 avait sans aucun doute une victime de sexe féminin.

10 Question: Un autre point intéressant à présent: pourriez-vous placer la

11 pièce à conviction suivante sur le rétroprojecteur et expliquer aux juges,

12 monsieur, ce que cette pièce représente?

13 Réponse: Eh bien, c'est une civière de fortune. Il y en avait d'ailleurs

14 plusieurs dans la fosse. On voit des morceaux de bois, des branchages avec

15 des morceaux de couverture attachés les uns aux autres. Ce qui permet de

16 penser que cet objet a été utilisé pour transporter une personne blessée

17 ou des corps sans vie et que sans doute les corps et la civière ont été

18 jetés ensemble dans la fosse par la suite.

19 Question: Quelle est la lésion la plus significative que vous avez

20 trouvée sur les corps récupérés dans ce site?

21 Réponse: Tous les corps avaient reçu des blessures par balles. Et les

22 blessures, les lésions se remarquaient principalement sur le tronc.

23 Question: Quel genre d'armes avaient été utilisées?

24 Réponse: Apparemment des armes, des fusils à grande vitesse.

25 Question: Voulez-vous placer la pièce à conviction 252 sur le

Page 3931

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13 Page blanche insérée aux fins d'assurer la correspondance entre la

14 pagination anglaise et la pagination française.

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

Page 3932

1 rétroprojecteur?

2 Réponse: Ceci est une lésion typique par balles infligées à la tête,

3 juste au-dessus et derrière l'oreille droite. On voit ici la face frontale

4 du crâne, l'oreille ici et là un impact d'entrée de balle tout à fait

5 typique avec ces radiations qui couvrent l'ensemble du crâne à partir de

6 cet impact.

7 Question: Vous avez dit, il y a quelques instants dans votre déposition,

8 avoir trouvé un cadavre féminin dans cette fosse. Pouvez-vous décrire aux

9 juges les conclusions que vous avez tirées s'agissant de ce corps?

10 Réponse: C'était un cas intéressant à plus d'un titre, un exemple très

11 parlant des difficultés que nous avons éprouvées à établir les causes de

12 la mort pour certains cadavres. Nous avons estimé l'âge de cette femme

13 entre 16 et 30 ans et elle avait reçu deux coups de feu à la jambe gauche;

14 l'une des balles avait traversé la hanche. Vous voyez ici le fémur gauche

15 et ici la liaison, la jonction avec le pelvis. Et vous voyez que l'os

16 situé ici est fragmenté, éclaté et qu'une balle l'a traversé. Cette femme

17 avait reçu une balle dans la hanche gauche et une autre juste en-dessous

18 du genou. Nous n'avons pas pu prouver qu'il y avait d'autres lésions sur

19 son corps et surtout pas dues à des coups de feu. Nous avons trouvé deux

20 côtes fracturées, mais elles ne semblaient pas résulter typiquement d'un

21 coup de feu.

22 Ces blessures par balle que nous avons trouvées sur ce cadavre auraient

23 pu, bien sûr, handicaper cette femme mais pas nécessairement provoquer sa

24 mort. Nous étions donc là dans la situation type dont j'ai parlé hier.

25 Elle a peut-être été handicapée, même très certainement par ses blessures,

Page 3933

1 mais elle a pu mourir d'une autre façon.

2 Question: Est-il possible qu'elle ait été placée vivante et blessée dans

3 la fosse et qu'elle ait été asphyxiée?

4 Réponse: C'est tout à fait possible, oui.

5 Question: Merci, docteur Clark. Je vous demanderai de placer la page 19

6 de votre rapport sur le rétroprojecteur. On y trouve un très bon résumé de

7 vos constatations. Et, pour le compte rendu d'audience, j'indique que la

8 dernière pièce à conviction à laquelle le témoin s'est référé était la

9 pièce de l'accusation 253.

10 Réponse: Ici, nous étions en présence d'un site de petite taille, composé

11 de deux fosses assez distantes l'une de l'autre et contenant au total

12 12 corps. L'un des corps était celui d'une femme, c'est le seul cadavre

13 féminin que nous avons trouvé dans l'ensemble de notre mission, y donc

14 compris à Kozluk. Tous les corps découverts présentaient des blessures par

15 balles et le nombre de coups de feu tirés sur ces corps en moyenne était

16 de trois pour chacun des corps; la plupart des blessures se situaient au

17 niveau du tronc et venaient ensuite les jambes et la tête.

18 Question: Merci, docteur Clark. Je vous demanderai maintenant de passer à

19 la page 20 de votre rapport qui traite des cadavres à récupérer sur le

20 site de Glogova. Combien de corps et d'éléments corporels disparates avez-

21 vous trouvés vous-même et vos collègues sur ce site?

22 Réponse: Nous avons découvert 90 corps et 154 éléments corporels

23 disparates. Selon les anthropologistes, cela devrait nous donner un nombre

24 d'individus de 147, mais c'est un chiffre qui m'a été donné au début des

25 travaux. Il est possible qu'aujourd'hui, il ait été un peu affiné.

Page 3934

1 Question: Quel genre de vie vivaient ces personnes avant leur mort?

2 Réponse: Là encore, il s'agissait d'une population en assez bonne

3 condition physique. Personne ne présentait de handicap ou de déformation

4 physiques. Leurs âges variaient entre 12 et 71 ans bien que, sur le site

5 de Glogova 5, nous ayons trouvé une majorité de jeunes et que 46 % des

6 corps récupérés dans cette fosse avaient moins de 24 ans. Tous ces corps

7 étaient de sexe masculin pour autant que nous ayons pu le déterminer.

8 Question: Vous dites dans votre rapport -et les juges l'ont déjà entendu-

9 que ces sites ou en tout cas certains d'entre eux ont été vidés pour la

10 plupart?

11 Réponse: Oui, en effet.

12 Question: Ceci a-t-il eu un effet sur votre travail?

13 Réponse: Oui, cela a impliqué certaines perturbations sur les cadavres

14 et les parties de corps avec disparition, suppression de certains éléments

15 sur les cadavres.

16 Question: Quelle était la cause prépondérante de la mort sur les corps

17 que vous avez examinés vous-même et vos collègues sur ce site?

18 Réponse: Encore une fois, il s'agissait de blessures par balles. C'était

19 la cause la plus courante de la mort.

20 Question: Tirées par quel genre d'armes?

21 Réponse: Des armes, des fusils à grande vitesse.

22 Question: Quelle était la partie du corps sur laquelle vous avez trouvé

23 ces blessures par balles sur la majorité des cadavres?

24 Réponse: Eh bien, cela dépendait. La plupart du temps, nous avons trouvé

25 ces lésions sur le tronc: plus de 50 % des victimes présentaient des

Page 3935

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13 Page blanche insérée aux fins d'assurer la correspondance entre la

14 pagination anglaise et la pagination française.

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

 

Page 3936

1 blessures par balles sur le tronc. En deuxième lieu, venaient la tête puis

2 les bras et les jambes. Et nous avons vu un schéma: une espèce de méthode

3 se dégageait de l'examen de ces fosses, notamment de Glogova 5. En effet,

4 nous y avons trouvé en majorité des cadavres d'hommes jeunes. Les jeunes,

5 semble-t-il, étaient pratiquement toujours abattus dans le dos au milieu

6 de l'épine dorsale. Et quelquefois d'ailleurs, c'était la seule lésion que

7 nous découvrions sur le corps. Chez d'autres victimes, il y avait d'autres

8 blessures par balles à la tête éventuellement; mais en tout cas la

9 présence de cette blessure par balle sur la colonne vertébrale était une

10 constante avec des os éclatés au milieu du dos.

11 Question: Vous avez dit s'agissant de Glogova 5, dans votre déposition,

12 que vous y avez trouvé des cadavres jeunes. Je me demandais si vous

13 pourriez placer la pièce à conviction 254 sur le rétroprojecteur et

14 expliquer aux juges quelles sont les conclusions que vous en avez tirées.

15 Réponse: Eh bien, nous avons été aidés par l'anthropologiste: ici, c'est

16 un exemple tout à fait parlant de ce type de coopération. Nous voyons ici

17 l'os supérieur du bras, celui qui est lié à l'épaule et, à part cette

18 lésion dans la partie inférieure, nous voyons une articulation en bon état

19 sur la partie inférieure. Donc, c'est un homme assez jeune probablement de

20 17 ans ou moins, encore en situation de croissance, car ensuite ces deux

21 parties de l'os se joignent l'une à l'autre. Donc le fait que ces deux

22 parties de l'os soient séparées indique que c'est une personne jeune. Et

23 c'est ce que nous avons trouvé couramment sur tous les cadavres de cette

24 fosse.

25 Question: Pour que le compte rendu soit clair, docteur Clark, vous

Page 3937

1 parliez de l'extrémité gauche de la photographie et de l'os que l'on voit

2 sur la pièce à conviction de l'accusation n° 254. Vous avez aussi dit dans

3 votre déposition qu'une blessure, que vous avez couramment trouvée, était

4 dans le dos, au niveau de la colonne vertébrale. Je pense qu'il y a un

5 certain nombre de photographies qui le démontrent.

6 Réponse: Oui, je pense que le mieux est de montrer ces photographies.

7 Mais est-ce que la caméra a bien fonctionné?

8 Pour l'essentiel, ce que nous montrons ici, c'est la colonne vertébrale

9 qui descend, comme vous le voyez, et puis il y a cette autre partie ici

10 et, au milieu, nous voyons deux os de la colonne qui sont en petits

11 fragments complètement éclatés. Et les côtes de chaque côté sont également

12 brisées, fracturées en partie.

13 Vous voyez ici la colonne vertébrale qui descend, elle est brisée et

14 éclatée au milieu. C'est un cas tout à fait typique: l'un des os de la

15 colonne est endommagé et la colonne vertébrale est -je le rappelle- une

16 partie très solide du corps puisqu'elle est censée porter tout le poids du

17 corps. Donc vous imaginez l'énergie nécessaire pour fracturer ces os.

18 Question: Ces photographies et vos conclusions permettent-elles de penser

19 que ces individus ont été abattus dans le dos d'assez près?

20 Réponse: Oui, en effet.

21 Question: Eh bien, pour cette tombe, je pense que les corps que vous avez

22 examinés vous ont permis de découvrir d'autres lésions que des lésions par

23 balle. Et je crois savoir que deux photographie représentent très bien ces

24 autres lésions. Il s'agit de la pièce à conviction de l'accusation 257 et

25 de la pièce 258. Je vous demanderai de commencer par la pièce 257 sur le

Page 3938

1 rétroprojecteur.

2 Réponse: Eh bien, avant de le faire, je voudrais simplement ajouter

3 qu’un certain nombre de fractures du crâne et des os longs, c'est-à-dire

4 les os de la jambe et du bras, ont été découvertes qui permettaient

5 de penser à des coups de pied ou à des piétinements ou à des coups

6 provenant de la crosse d'une arme lourde.

7 Et puis, nous avons trouvé deux corps qui présentaient des lésions très

8 intéressantes au niveau du crâne. Vous voyez ici la face et vous avez ce

9 rectangle ou ce trou que l'on voit sur le côté du crâne qui n'est pas

10 typique d'une blessure par balle mais qui semblerait indiquer que quelque

11 chose a pénétré à l'intérieur du crâne.

12 Ici, un exemple encore plus parlant: vous voyez ici un défaut tout à fait

13 manifeste en haut du crâne et il y en avait un autre au bas du crâne, en

14 tout cas sur la partie gauche du crâne. Donc deux défauts de ce genre et

15 moi, j'ai pensé qu'il pouvait s'agir de lésions infligées par une lame

16 très solide ou par l'extrémité d'une fourche enfoncée dans le crâne. Chez

17 ces deux individus, nous n'avons trouvé aucun signe d'une autre lésion, en

18 tout cas, pas de blessure par balle. Nous avons donc pensé que c'était

19 cela qui était sans doute la cause de la mort, quelle qu'est été la nature

20 exacte des objets utilisés pour provoquer les blessures!

21 Question: Pour le compte rendu d'audience, docteur Clark, vous avez

22 d'abord fait référence à la pièce à conviction 258 et ensuite à la pièce

23 257.

24 J'aimerais maintenant que vous présentiez vos constatations au sujet de

25 ces corps et de ces éléments disparates de corps récupérés à Glogova, et

Page 3939

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13 Page blanche insérée aux fins d'assurer la correspondance entre la

14 pagination anglaise et la pagination française.

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

 

Page 3940

1 que vous fassiez les commentaires appropriés dans l'intérêt des juges.

2 Réponse: Eh bien, il y a un autre type de lésion dont nous n'avons pas

3 encore parlé et que nous avons retrouvée sur plusieurs de ces cadavres, à

4 savoir des signes de feu, des brûlures. Nous avons trouvé des signes de

5 brûlure aussi bien sur les corps que sur les vêtements, y compris sur les

6 os de ces cadavres. Ces brûlures ont donc certainement été infligées après

7 la mort. Et puis, il y avait à Glogova 05 une concentration plus

8 importante de ces blessures; c'est la fosse dans laquelle on avait trouvé

9 des jeunes hommes abattus au niveau de la colonne vertébrale. C'est là que

10 nous avons trouvé ces signes de brûlure.

11 J'en arrive maintenant au résumé des constatations tirées du site de

12 Glogova. Ce site était un site de grande taille comportant plusieurs

13 fosses dont quelques-unes ont été exhumées en 1999. Au total, 190 corps et

14 154 éléments disparates de corps ont été découverts dans ces fosses.

15 Toutes les victimes étaient de sexe masculin, la plupart jeunes, notamment

16 dans la fosse Glogova 5. La plupart avaient été abattues par une balle ou

17 deux balles, la plupart au niveau du tronc; la deuxième partie du corps

18 venant après le tronc étant la tête.

19 A Glogova 5, nous avons découvert un schéma systématique de coups de feu

20 tirés au milieu du dos et faisant éclater la colonne vertébrale avec ou

21 non présence de coups de feu sur d'autres parties du corps. Chez un

22 individu, nous n'avons pas trouvé de traces de coups de feu mais la trace

23 de ce qui est sans doute un objet pointu ayant pénétré le crâne. Et nous

24 avons également trouvé des signes indiquant des brûlures post mortem sur

25 de nombreux cadavres récupérés dans la fosse Glogova 5 et sur quelques

Page 3941

1 cadavres de la fosse Glogova 2, ces blessures affectant les os à un degré

2 considérable.

3 Question: Enfin, docteur Clark, la défense a posé la question de savoir

4 si ces individus auraient pu être des victimes de combats ou être mortes au

5 cours d'exécutions sommaires, par exemple. Et je tiens bien compte des

6 limites des conditions dans lesquelles vous avez travaillé, que vous avez

7 exposées hier, mais pourriez-vous dire aux juges s'il existait des

8 éléments permettant de penser que ces cadavres avaient été blessés dans le

9 cadre de combats?

10 Réponse: Il n'y avait rien qui permettait de penser que ces victimes

11 étaient mortes au cours de combats. Ce n'est pas que je réfute entièrement

12 cette éventualité, mais un certain nombre d'observations sont à prendre en

13 compte lorsqu'on parle de cette possibilité.

14 Comme on l'a déjà dit à plusieurs reprises, il y a le problème de ces

15 bandeaux sur les yeux et de ces liens sur les poignets que l'on trouverait

16 sans doute assez rarement sur des victimes de combats. Et puis je répète

17 que, dans l'une des fosses, 41 % des corps avaient les mains liées

18 derrière le dos, 13 avaient des bandeaux autour de la tête. Ces chiffres

19 ne concernent qu'une seule fosse. Au moins 5 % des personnes présentaient

20 des incapacités physiques, des handicaps physiques importants.

21 Je pense aussi à d'autres observations que nous pourrions faire, à savoir

22 que toutes les lésions présentes sur les corps étaient des blessures par

23 balle et qu'il n'y avait aucun signe de blessures dues à d'autres armes,

24 comme par exemple des éclats d'obus ou des signes d'utilisation d'autres

25 armes. Et puis, dans la littérature, on se rend compte très fréquemment

Page 3942

1 que la blessure la plus courante au cours de combats, c'est l'éclat d'obus

2 ou des blessures dues à des grenades ou à d'autres projectiles, les balles

3 n'étant que la deuxième cause de lésions au cours de combats. Ceci a été

4 prouvé à de nombreuses reprises dans de nombreuses études scientifiques.

5 Je répète donc que toutes les blessures que nous avons trouvées, pour

6 notre part, étaient des blessures par balle.

7 Et puis, le nombre moyen de coups de feu tirés sur chacun de ces corps

8 n'était que de 2,4; en tout cas, il se situait entre 2 et 3, ce qui laisse

9 à penser, étant donné le nombre relativement faible de blessures par balle

10 en moyenne sur ces corps, qu'il ne peut s'agir de victimes de combat

11 puisqu'au cours de combat, selon une étude récente de la guerre du Golfe,

12 le nombre moyen de blessures par balle sur un corps est de 9.

13 Et puis, chez la moitié des victimes environ, nous avons pu déterminer la

14 direction du coup de feu qui les a abattus. Dans la moitié des cas, nous

15 pouvons dire que 77 % ont été tirés dans le dos ou sur la partie latérale

16 du corps et 23 % seulement présentaient des lésions à l'arrière du corps.

17 Je pense que ce sont des éléments qui indiquent qu'il ne peut s'agir de

18 victimes de combat.

19 Enfin, dans 10 % des cas, la seule lésion trouvée sur le corps était un

20 seul impact de balle sur le crâne et, en général, à l'arrière du crâne.

21 Je pense que la dernière observation que l'on peut faire, c'est celle qui

22 résulte des études réalisées dans les conflits récents. Il est très

23 manifeste que les personnes qui meurent au cours de combats présentent au

24 moins deux ou trois impacts de balle. Et, à ma connaissance, nous n'avons

25 pas trouvé, dans toutes ces fosses, de cadavres présentant de très très

Page 3943

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13 Page blanche insérée aux fins d'assurer la correspondance entre la

14 pagination anglaise et la pagination française.

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

Page 3944

1 nombreuses blessures par balle. Compte tenu du nombre de corps découverts

2 dans ces fosses, c'est-à-dire 500 au cours de l'ensemble de la mission,

3 nous aurions pu imaginer, s'il s'agissait de victimes de combat, que des

4 milliers de personnes sont mortes dans la région, ce qui n'était pas le

5 cas. Je ne vois donc pas très bien comment il pourrait s'agir de victimes

6 de combat.

7 Question: Un éclaircissement, docteur Clark, pour le compte rendu

8 d'audience où se trouve une erreur. Ai-je raison de croire que, dans les

9 cas où l'on peut déterminer la direction du coup de feu, près de 77 % des

10 victimes avaient été tuées par balles dans le dos ou sur le côté du corps?

11 Réponse: Oui.

12 Question: Et que 23 % avaient été tuées du fait de balles tirées à

13 l’avant du corps?

14 Réponse: Oui.

15 Question: Avez-vous autre chose à ajouter, docteur Clark?

16 Réponse: Non.

17 Question: Merci, monsieur le Président. J'en ai terminé de

18 l'interrogatoire principal. Nous pouvons passer au contre-interrogatoire.

19 (Le témoin, M. Clark, est contre-interrogé par M. Visnjic.)

20 M. le Président: Merci beaucoup, monsieur Cayley. Docteur Clark, vous

21 allez répondre maintenant aux questions que Me Visnjic va vous poser, je

22 crois. Maître Visnjic, c'est à vous.

23 M. Visnjic (interprétation): Merci, monsieur le président. Bonjour,

24 docteur Clark.

25 Pendant l'interrogatoire principal, docteur Clark, vous nous avez expliqué

Page 3945

1 le processus de l'autopsie. Pouvez-vous nous préciser quelle était la

2 dynamique des autopsies? Pouvez-vous nous dire en une journée, par

3 exemple, combien d'autopsies, combien de rapports définitifs d'autopsie

4 établissait votre équipe?

5 M. Clark (interprétation): Le nombre moyen. Quel que soit le jour, nous

6 avions toujours trois pathologistes qui travaillaient à ces autopsies et,

7 pour ce qui est du nombre de cas traités par chacune de ces personnes, il

8 s'élevait de 3 à 4 ; par conséquent, nous examinions de 10 à 12 cas par

9 jour.

10 Question: Pendant l'interrogatoire principal, hier, vous avez dit que

11 vous avez procédé à l'analyse d'ADN sur des éléments corporels. Il

12 s’agissait de quelles parties corporelles?

13 Réponse: En général, si l'on en disposait, on utilisait la partie

14 médiane du fémur droit et, si cet élément était disponible, nous utilisions

15 aussi une dent de ces personnes. Bien sûr, tout ceci se faisait dans des

16 circonstances, en respectant le plus possible les conditions d'hygiène.

17 Question: En nous expliquant les lésions sur les os, vous nous avez dit

18 qu'il y avait consultation entre les anthropologues et les médecins

19 légistes. Quelle était l'opinion qui était prise en compte définitivement?

20 Réponse: Eh bien, l'opinion définitive était celle du pathologiste;

21 c’est lui qui avait la responsabilité du rapport définitif et c'était son

22 opinion qui prévalait. Mais je dois ajouter qu'il n'y avait jamais

23 véritablement eu de conflit s'agissant des opinions de chacun.

24 Question: Parmi les membres de votre équipe, y avait-il quelqu'un qui

25 était chargé de l'identification ultérieure des corps?

Page 3946

1 Réponse: Uniquement de cette façon-ci. Bien sûr, nous avions des

2 responsables, des policiers de la police scientifique qui ont examiné de

3 façon très précise les documents, les pièces d'identité, tout autre objet

4 qui auraient permis l'identification. Mais nous, en tant que

5 pathologistes, nous n'avons rien fait d'autre que ce qui a déjà été

6 mentionné par moi-même.

7 Question: Compte tenu des conditions qui prévalaient sur le terrain, là

8 où vous travailliez, et compte tenu de la préservation des corps que vous

9 avez autopsiés, étiez-vous en mesure d'analyser la position respective de

10 la victime et de l'agresseur?

11 Réponse: Non. Si ce n'est qu'il était possible de déterminer la direction

12 ou l'angle d'impact des balles, donc des blessures causées au corps; nous

13 en avons déjà discuté. Ceci n'a pas toujours été possible dans tous les

14 cas, à l'évidence. Cependant, pour ce qui est d'un grand nombre de cas, il

15 nous a été possible de déterminer que ces personnes avaient subi des tirs

16 qui provenaient soit du côté soit de l'avant. Il était impossible de

17 déterminer la distance qui séparait la victime de l'agresseur. Cependant,

18 il était possible de déterminer la direction.

19 Question: A ce sujet, il me semble que M. Cayley vous a posé la question

20 au sujet de la conclusion portant sur la fosse GL05; il me semble que 70

21 personnes avaient été touchées de dos? Et la deuxième partie de la

22 question consistait à vous demander si c'était de près. Dans ce cas-là,

23 étiez-vous en mesure d'établir, de déterminer la distance?

24 Réponse: Non.

25 Question: Dans votre rapport, vous dites que l'un des éléments permettant

Page 3947

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13 Page blanche insérée aux fins d'assurer la correspondance entre la

14 pagination anglaise et la pagination française.

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

 

Page 3948

1 de déterminer les blessures: on utilise également le bon sens; à la page

2 3, paragraphe 5 de votre rapport, vous citez quelques exceptions. Je parle

3 donc du paragraphe qui parle de l'identification des blessures.

4 Seriez-vous en mesure de nous citer quelques-unes des exceptions?

5 Réponse: Oui, j'en ai d'ailleurs parlé au paragraphe 3, à la page

6 suivante. C'est là que nous avons trouvé des balles intactes à l'intérieur

7 des corps, des balles tout à fait intactes qui n'avaient pas du tout été

8 endommagées alors que, lorsque vous avez des munitions à grande vitesse,

9 elles peuvent traverser le corps, en ressortir si elles ne touchent pas un

10 os. Elles peuvent passer par des tissus mous et sortir de l'autre côté.

11 Ce qui veut dire que, si nous avons trouvé une balle intacte à l'intérieur

12 du corps, c'était un indice de ce que manifestement la balle était entrée

13 dans le corps mais à une vitesse bien moindre. Et la cause la plus

14 probable d'une telle situation, c'était que la balle avait déjà traversé

15 quelqu'un d'autre avant de frapper la personne en question.

16 Question: Pour enchaîner, pourriez-vous nous dire combien de personnes

17 auraient pu être touchées après avoir été placées dans la fosse?

18 Réponse: Eh bien, à partir de cette observation, je pense qu'il n'y en a

19 pas plus d'une douzaine parce qu'il ne fallait pas nécessairement qu'il y

20 ait un autre corps qui eût été traversé pour que la balle perde de sa

21 vélocité avant de frapper la personne ou un autre objet. Mais

22 manifestement, au moment où la balle était entrée dans le corps de la

23 victime, la balle avait perdu de son énergie et n'avait pas suffisamment

24 d'énergie pour ressortir de l'autre côté du corps.

25 Question: L'une des conclusions pourrait peut-être être la suivante: le

Page 3949

1 corps se trouvait à une certaine distance par rapport à la balle. C'est

2 peut-être cela qui explique la perte de la vitesse? Quand je parle de la

3 distance, je pense à plusieurs centaines de mètres.

4 Réponse: Oui, mais il faudrait que la distance soit vraiment grande parce

5 que ces balles ont une vitesse sur une longue trajectoire, une distance

6 importante -je ne connais pas les chiffres exacts- mais une distance

7 supérieure à 300 mètres.

8 Question: Merci. Page 5 de votre rapport. Ou plutôt ma question serait la

9 suivante: en principe, doit-on se prononcer sur la cause de la mort

10 lorsqu'un grand nombre de parties corporelles ne sont pas présentes ou

11 manquent?

12 Réponse: Eh bien, s'il y a une partie du corps, même s'il y a des parties

13 importantes du corps qui manquent, même s'il y a eu une blessure mortelle,

14 on peut aisément déterminer la cause du décès. Si, par exemple, on parle

15 de la partie supérieure avec le crâne et le tronc, alors qu'il n'y a plus

16 de jambes, s'il y a une blessure par balle au crâne, inévitablement cela

17 veut dire que ce serait une blessure mortelle. Ce n'est pas parce qu'il y

18 a une partie qui manque, que c'est là la cause de la mort.

19 Mais l'inverse ne s'applique pas. Par exemple, si tout ce que nous avons

20 trouvé, c'était une blessure par balle à la jambe et qu'il n'y avait plus

21 de crâne, nous ne pensions pas que c'était ce manque qui causait la mort.

22 Mais effectivement les blessures par balles causées à certaines parties du

23 corps peuvent entraîner une blessure mortelle.

24 Question: Dans la partie qui traite des autopsies de Kozluk, vous dites

25 que le degré de conservation des corps varie à l'intérieur de la fosse et

Page 3950

1 vous citez un certain nombre de raisons à cela. L'une des raisons

2 pourrait-elle être le fait que certains corps étaient davantage exposés ou

3 plus longtemps exposés aux conditions atmosphériques que d'autres?

4 Réponse: C’est possible, effectivement.

5 Question: L'une des raisons pourrait être le fait peut-être que certains

6 corps ont été inhumés sur place, sur-le-champ, alors que d'autres ont été

7 apportés d'un autre endroit pour être inhumés ici?

8 Réponse: Effectivement, c'est possible si nous parlons ici d'une période

9 de temps assez considérable, une période telle que le processus de

10 décomposition du corps peut se développer rapidement. Effectivement.

11 Question: Dans ces parties qui traitent de Kozluk, ainsi que pour ce qui

12 est d'autres fosses, vous donnez un tableau avec le nombre de blessures

13 par balle par corps.

14 Réponse: Oui.

15 Question: Compte tenu de l'état des corps au moment de l'autopsie, en

16 fait, le nombre de blessures par balle représentent le nombre minimal

17 possible par corps?

18 Réponse: Oui, ce sont les cas où nous avons été absolument sûrs qu'il

19 s'agissait de blessures par balle parce qu'il y avait d'autres blessures

20 qui auraient pu être causées de la même façon, mais nous n'étions pas tout

21 à fait sûrs. Donc nous ne les avons pas recensées. Il s'agit ici des

22 chiffres repris à leur valeur minimale, en tout cas du nombre minimal de

23 cas.

24 Question: Est-il également possible que le projectile ait traversé le

25 tissu mou sans provoquer de lésions sur les os? C'est pour cela qu'une

Page 3951

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13 Page blanche insérée aux fins d'assurer la correspondance entre la

14 pagination anglaise et la pagination française.

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

Page 3952

1 blessure n'ait pas été enregistrée compte tenu du fait que les tissus mous

2 pour la plupart avaient disparu?

3 Réponse: Oui, c'est tout à fait possible.

4 Question: Au vu de votre expérience, est-ce une possibilité que l'on

5 rencontre fréquemment?

6 Réponse: Vous voyez qu'il y a des os dans la plupart du corps.

7 Effectivement, il y a une partie du corps où il pourrait y avoir des

8 blessures sans qu'il y ait lésion osseuse et ce serait la partie

9 abdominale. Et il se peut que là, nous n'ayons pas recensé toutes les

10 blessures et que nous ayons manqué ou raté celles-là.

11 Question: Cette possibilité existe également dans le cas où le corps

12 n’est pas complet, entier?

13 Réponse: Oui.

14 Question: Dans votre rapport, vous dites que, dans certains cas, certains

15 pathologistes ont considéré que la cause de la mort était indéterminée,

16 tandis que d'autres, pour le même cas, considéraient que la description

17 était suffisante pour établir la cause de la mort. Je suppose qu'il s'agit

18 de l'application des normes différentes?

19 Réponse: Oui. C'est exact.

20 Question: Pourriez-vous nous préciser cela, s'il vous plaît?

21 Réponse: Ceci valait surtout pour les personnes ayant subi des blessures

22 par balle à la jambe ou aux jambes. Certains estimaient qu'une blessure

23 par balle, disons à la cuisse, devait inévitablement avoir causé des

24 lésions au niveau des vaisseaux ou des artères. D'autres étaient plus

25 prudents et disaient... en tout cas, n'étaient pas tout à fait satisfaits

Page 3953

1 d'une telle hypothèse. Et nous avons dû nous conformer parce qu'ici, nous

2 parlons de chiffres ou de nombres assez faibles. Mais tout le monde a

3 reconnu le fait qu'une blessure par balle à la tête ou tout indice de

4 telle blessure au thorax ou bien à la région pelvienne devait

5 inévitablement, ou en puissance, avoir des conséquences mortelles. Mais

6 effectivement, nous avons eu certaines discussions à ce propos, mais

7 uniquement à propos des blessures causées aux membres.

8 Question: Au moment où l'on établit la cause de la mort -et cela figure

9 page 10 de votre rapport-, il est dit que, dans le cas de Kozluk, il n'a

10 pas été possible de déterminer la cause de la mort, mais vous vous parlez

11 de 55 sujets où cela a été fait.

12 Réponse: Oui. Ce n'est pas 55 %, cela fait une grosse différence.

13 Question: Oui, 55 cas.

14 Réponse: Oui.

15 Question: Dans la deuxième partie, vous envisagez une possibilité

16 d'autres causes?

17 Réponse: Effectivement.

18 Question: Sur la base des traces, sur l'os situé sous la langue,

19 est-il possible d'établir les blessures par couteau dans la zone du coup?

20 Réponse: Je ne connais pas bien ce terme d'os sublingual ou qui se

21 trouve en-dessous de la langue, mais je suppose que vous parlez du

22 cartilage de la thyroïde ou d'une autre partie d'os de la gorge.

23 Question: Effectivement.

24 Réponse: Donc j'ai bien compris votre question. Il s'agit d'os qui sont

25 assez fragiles, ils ne se conservent pas bien et, pour la plupart des cas

Page 3954

1 que nous avons examinés, cet os n'existait plus, n'était plus présent. Il

2 se peut que, si une personne a eu la gorge tranchée, il peut y avoir

3 lésion de ces os dont nous parlons, mais ce n'est pas quelque chose qui

4 est systématique. S'il y a cette absence de l'os de la gorge, ce n'est pas

5 un indice nécessairement parlant de la présence de telles lésions.

6 Question Je souhaite vous poser une question à présent ou plutôt, compte

7 tenu de l'impression générale qui se dégage de cette fosse, pensez-vous

8 que certains corps ont pu être apportés postérieurement pour être inhumés

9 dans certaines parties de la fosse? Je fais référence à des cas isolés.

10 Etait-ce possible?

11 Réponse: Je n'exclus pas une telle possibilité.

12 Question: Merci. Dans votre rapport, vous dites que l'autopsie a été

13 effectuée sur 292 corps. D'autre part, le Pr Wright, dans son rapport

14 portant sur les exhumations de Kozluk de 1999, page 12, dit que 291 corps

15 ont été exhumés. Pouvez-vous expliquer ces différences?

16 Réponse: Il peut y avoir une explication, notamment le fait que, là où

17 nous effectuions les autopsies à la morgue, nous avons bien sûr ces 292

18 corps, mais qu'il y avait aussi des éléments corporels; ceci vaut surtout

19 pour les dernières fosses que nous avons examinées. Ce qu'un anthropologue

20 appelle un élément corporel, nous, après examen du corps nettoyé, nous

21 l'appelions un corps plutôt qu'élément corporel puisque tous les éléments

22 significatifs du corps s'y trouvaient; c'est peut-être là que s'explique

23 la différence. Vous trouverez sans doute, et vous constaterez sans doute

24 que, pour le site de Glogova, là, nous avons changé, nous n'avons pas

25 toujours parlé de corps, mais d'éléments corporels. Mais là, c'était

Page 3955

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13 Page blanche insérée aux fins d'assurer la correspondance entre la

14 pagination anglaise et la pagination française.

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

Page 3956

1 différent parce que nous avions tous les éléments de preuve. Il était plus

2 exact de désigner ceci, ce que nous examinions par corps plutôt que par

3 élément corporel.

4 Question: Je souhaite aborder à présent la partie de votre rapport qui

5 concerne la fosse de Nova Kasaba. Page 14 de votre rapport, dans la partie

6 qui porte sur la répartition des blessures par balles, vous citez un

7 chiffre en disant que 33 blessures par balles ont été répertoriées au

8 niveau du crâne, de la tête. Et, à la même page, dans le paragraphe qui

9 concerne la direction du tir et la distance, vous dites qu'il n'était

10 absolument pas possible de déterminer la distance des tirs, compte tenu du

11 fait qu'il s'agit de blessures au niveau de la tête. Est-il possible que,

12 dans le cas où ces blessures ont été provoquées à bout portant, il y ait

13 des traces d'explosion, de la poudre au niveau des os?

14 Réponse: Il y avait peut-être des traces infimes, mais lorsque nous avons

15 essayé d'établir la distance du feu pour cela, il faut la peau et les

16 tissus mous. C'est là que peut se déposer la poudre ou qu'elle peut

17 s'incruster, c'est là qu'on peut avoir ce genre de traces de brûlure, par

18 exemple. Il y a quelquefois des traces infimes qui pénètrent dans l'os

19 même, mais nous ne les avons pas recherchées. Je pense qu'il serait

20 particulièrement ardu de procéder à ce type d'examen. Et puis, il n'y

21 avait pas de preuve particulière. Et puis, l'absence de telles traces

22 n'exclut pas qu'on ait tiré à bout portant puisque la plupart des éléments

23 de preuve, qu'on peut trouver pour étayer ce type d'hypothèse, se trouvent

24 sur la peau.

25 Question: Dans un cas concret, dans le cas de la fosse de Nova Kasaba, y

Page 3957

1 a-t-il des traces qui confirment qu'il y a eu des tirs à bout portant?

2 Réponse: Pas de preuve positive mais pas non plus négative, ce qui veut

3 dire qu'on ne peut pas trancher, si vous voulez, mais ce n'est pas exclu.

4 M. Visnjic (interprétation): Monsieur le Président, compte tenu de

5 l'heure, serait-il opportun de faire une pause à présent ou dois-je

6 poursuive avec mon contre-interrogatoire?

7 M. le Président: De combien de temps avez-vous besoin plus ou moins?

8 M. Visnjic (interprétation): Pas plus de dix minutes, monsieur le

9 Président.

10 M. le Président: Je crois qu'il est préférable de faire une pause

11 maintenant. Nous allons faire une pause de vingt minutes.

12 (L'audience, suspendue à 10 heures 42, est reprise à 11 heures 05.)

13 M. le Président: Nous reprenons l'audience. Maître Visnjic, vous pouvez

14 continuer, s'il vous plaît.

15 M. Visnjic (interprétation): Merci, monsieur le Président.

16 Docteur Clark, vous avez répondu à ma question qui portait sur les

17 consultations des différents médecins légistes quant aux causes de la

18 mort. Vous avez dit qu'il y a eu des dissensions au sujet des blessures au

19 niveau du fémur. Vous ai-je bien compris?

20 M. Clark (interprétation): Oui, pas seulement à propos du fémur que je

21 n'ai cité qu'en guise d'exemple. Effectivement, nous avons discuté de

22 certains des résultats entre nous, comme c'est le cas dans toute situation

23 professionnelle.

24 Question: Si un individu a été blessé au niveau du fémur par balle, par

25 un projectile tiré à bout portant ou tout au plus à quelques mètres de

Page 3958

1 distance et si, à ce moment-là, le nerf sciatique a été blessé, à votre

2 avis, y a-t-il danger de mort pour cet individu?

3 Réponse: Ce ne serait pas nécessairement une cause immédiate de mort.

4 Ladite personne serait handicapée, ne pourrait plus marcher, c'est

5 certain, et commencerait à perdre du sang. Toutefois, c'est une situation

6 qui permet un traitement si on peut intervenir pour essayer de bander les

7 blessures. Si on laisse ladite personne alors qu'il y a vraiment une plaie

8 béante au fémur et si cette personne ne reçoit aucune aide médicale, sans

9 doute qu'elle aurait perdu la vie. Mais là, il faudrait que des heures, au

10 moins plusieurs heures s'écoulent.

11 Question: Quelles sont les possibilités pour cet individu de se mouvoir

12 de manière indépendante?

13 Réponse: On ne devrait jamais sous estimer ce que peuvent faire certaines

14 personnes dans de telles situations. La personne pourrait essayer de

15 ramper ou pourrait se soulever de l'endroit où elle se trouve. C'est une

16 possibilité qu'il ne faut pas exclure.

17 Question: Est-ce qu'elle pourrait franchir une distance considérable, un

18 kilomètre, plusieurs centaines de mètres, voire plus? Si vous êtes en

19 mesure de me répondre.

20 Réponse: Il est pratiquement impossible de répondre à une telle question.

21 Je dirais que rien n'est impossible et qu'une personne qui a la volonté de

22 le faire ainsi que la force de le faire pourrait sans doute le faire.

23 Question: Merci. A présent, je vous poserai une question au sujet de la

24 fosse de Glogova. Page 21, vous décrivez le nombre de blessures par balle

25 par corps. Conformément à votre réponse précédente, j'en déduis qu'il

Page 3959

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13 Page blanche insérée aux fins d'assurer la correspondance entre la

14 pagination anglaise et la pagination française.

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

Page 3960

1 s'agit également du nombre minimal de blessures par balle, est-ce exact?

2 Réponse: Oui, c'est exact.

3 Question: Vous avez présenté les pièces 257 et 258 de l'accusation, il

4 s'agit de deux crânes.

5 Nous voyons sur ces crânes des blessures provoquées par un choc par objet

6 contondant. Est-il possible que ces blessures aient été provoquées après

7 la mort ou bien était-ce avant à la mort?

8 Réponse: Je ne peux pas vous dire de façon définitive si c'est une

9 blessure causée avant ou après la mort. Tout ce que je peux dire, c'est

10 que ce sont les seules blessures que l'on a constatées chez cette personne

11 et que ceci doit nous donner la possibilité que ceci se soit passé alors

12 que la personne était vivante.

13 Question: Il n'est toutefois pas exclu que ces blessures aient été

14 provoquées après la mort?

15 Réponse: Ce n'est pas exclu, mais je ne sais pas comment on aurait pu

16 infliger cette blessure. On ne peut pas exclure cependant qu'il s'agisse

17 là de blessures infligées après la mort et rappelez-vous surtout d'autant

18 qu'il y en a deux.

19 Question: Dans le cas de cette fosse, la fosse de Glogova, y a-t-il eu

20 plusieurs inhumations dans cette fosse?

21 Réponse: Oui. Apparemment, nous avons plusieurs fosses distinctes sur le

22 site.

23 Question: Docteur Clark, à la question qui vous a été posée par M.

24 Cayley, vous avez parlé de votre impression générale quant aux causes de

25 la mort pour l'ensemble des fosses que vous avez, sur lesquelles vous avez

Page 3961

1 travaillé au cours de 1999. A l'exception de Nova Kasaba, Konjevic Polje

2 et éventuellement d'une partie des fosses de Glogova, la probabilité est-

3 elle plus grande, dans ces cas-là, que les individus qui sont inhumés ne

4 soient pas décédés suite aux exécutions de masse?

5 Réponse: Je crois qu'effectivement, on peut dire une telle chose parce

6 qu'un des indices qui s'oppose à l'idée que les victimes aient été

7 victimes de combats tient au fait qu'à Kozluk, tout du moins, il y avait

8 énormément de victimes qui avaient des bandeaux, des liens et aussi

9 présentaient certains handicaps. Le fait qu'à Konjevic Polje à Nova Kasaba

10 et à Glogova, aucune des victimes n'avait de bandeau ni de lien et

11 qu'aucun n'avait subi des déformations physiques visibles, oui,

12 effectivement, là ce sont des indices qui parlent contre cette

13 éventualité, mais ceci n'empêche pas qu'il y avait d'autres blessures

14 causées par d'autres armes militaires. Et j'insiste sur le fait qu'en

15 situation de combat, les types de blessures, le type de blessures le plus

16 commun sont des blessures causées par autre chose que des balles. Il y a

17 fragmentation par exemple des obus, donc des éclats. Et ceci se répète

18 dans pratiquement tous les conflits, pas seulement, notamment aussi en

19 Croatie en 1992.

20 De surcroît, nous avons d'autres éléments de preuve qui nous montrent que

21 la plupart des personnes avait subi des blessures à l'arrière du corps

22 plutôt que devant. Et il n'y a pas non plus le nombre de blessés que l'on

23 pourrait s'attendre à voir en situation de combat. Mais pour revenir à

24 votre question, si l'on exclut Kozluk, les indices qui parlent contre le

25 fait qu'il y ait la possibilité que les trois autres sites présentent des

Page 3962

1 victimes de combat, à ce moment-là, ces indices sont réduits. Ça, je le

2 reconnais.

3 M. Visnjic (interprétation): Je n'ai plus de question, docteur Clark. J'en

4 ai terminé avec mon contre-interrogatoire.

5 M. le Président. Merci beaucoup, maître Visnjic. Maître Cayley, des

6 questions supplémentaires?

7 (Questions supplémentaires du témoin, M. Clark, par M. Cayley)

8 M. Cayley (interprétation): Je n'ai que quelques questions supplémentaires

9 à poser à ce témoin, monsieur le président. Docteur Clark, il y a toute

10 une série de photographies: est-ce que vous voudriez retrouver les pièces

11 248, 252 et 256? Et pourriez-vous placer la pièce 252 sur le

12 rétroprojecteur pour commencer?

13 Docteur, il s'agit ici d'un crâne dont nous avons déjà discuté qui vient

14 du site de Konjevic Polje. C'est là que l'on a récupéré ce corps, est-ce

15 exact?

16 Réponse: Oui.

17 Question: Conviendrez-vous avec moi du fait que la balle que l'on voit

18 sur le côté de la tête était un coup bien tiré si l'on a l'intention

19 de tuer cette personne?

20 Réponse: Oui, on peut partir de cette hypothèse.

21 Question: Est-ce que vous voulez bien placer la pièce 248 sur le

22 rétroprojecteur: ceci provient d'une autre fosse, celle de Nova Kasaba.

23 Et, à l'examen de l'impact à l'arrière de la tête, si vous vouliez tuer

24 cette personne, vous diriez que le tir était bien ciblé?

25 Réponse: Oui et ceci était le cas pour plusieurs personnes, c'était une

Page 3963

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13 Page blanche insérée aux fins d'assurer la correspondance entre la

14 pagination anglaise et la pagination française.

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

 

Page 3964

1 blessure classique par balle à l'arrière ou vers le milieu de l'arrière.

2 Oui, c'était un résultat que nous avons rencontré souvent.

3 Question: Examinons la pièce 256 qui provient du site de Glogova. Je crois

4 qu'il s'agit d'un tir où la victime a été atteinte vers le milieu du dos?

5 Réponse: Oui. Ou à la colonne vertébrale.

6 Question: Et, si vous aviez l'intention de provoquer la mort de cette

7 personne, c'est à cet endroit que vous tireriez?

8 Réponse: Pas nécessairement parce que c'est un tir qui trouve son impact

9 vers le milieu de l'échine. Ce n'est pas nécessairement mortel sur le

10 coup.

11 Question: Cela pourrait l'être?

12 Réponse: Oui, mais ce n'est pas aussi rapide et immédiat que si le tir

13 est tiré dans la tête.

14 Question: Si l'on reprend ces trois photos -et nous avons évoqué la

15 question de la distance à partir de laquelle quelqu'un a pu avoir tiré

16 pour toucher ces trois personnes-, je sais que vous avez déclaré que si

17 l'on voulait déterminer la distance de façon précise, il faut être en

18 mesure de pouvoir examiner des tissus mous. Mais pourriez-vous convenir

19 avec moi de ce que ces trois photos nous donnent tout du moins un facteur

20 qui tend à suggérer que ces personnes ont subi des tirs à bout portant, vu

21 l'angle d'impact de ces balles.

22 Réponse: Oui. oui. Ce sont des zones ciblées et il est plus facile de

23 bien toucher quelqu'un plus vous êtes près de cette personne.

24 Question: Je vous remercie, docteur Clark. Merci, monsieur le président,

25 j'en ai terminé.

Page 3965

1 (Le témoin, M. Clark, est interrogé par le juge Riad.)

2 M. le Président: Merci beaucoup, monsieur Cayley. Monsieur le Juge Riad?

3 M. Riad: Merci, monsieur le Président.

4 (Le juge Riad poursuit en anglais.)

5 Bonjour, professeur Clark.

6 M. Clark (interprétation): Docteur.

7 M. Riad (interprétation): Mais vous êtes titulaire de chaire et chevronné.

8 Je suppose que, dans mon pays, on vous appellerait professeur. Deux

9 questions: commençons par la première, une question de détail. Vous

10 pourriez peut-être me renseigner sur ce point: vous dites que, sur le site

11 de Glogova, les plus jeunes victimes avaient 12 ans et les plus vieilles

12 avaient 71 ans. Quand on a 12 ans, on est un enfant; de 12 à 18 ans. Quel

13 était le pourcentage de victimes ayant cet âge?

14 M. Clark (interprétation): Je ne sais pas exactement. Je dois émettre

15 certaines réserves parce que ça, c'est un domaine réservé aux

16 anthropologues qui peuvent déterminer cet âge. Mais, à la lecture des

17 rapports, ces anthropologues nous ont donné des fourchettes d'âge, des

18 tranches d'âge. Cela veut dire que le plus jeune avait 12 ans mais cela ne

19 veut pas dire que c'était nécessairement une personne de 12 ans: elle

20 aurait pu être plus jeune. Ce que je sais, par exemple pour le site de

21 Glogova 5, c'est qu'il y avait une majorité de jeunes personnes, des

22 personnes qui peuvent avoir 17 à 20 ans ou qui ont 20 ou 25 ans.

23 M. Riad (interprétation): Donc, quand vous parlez d'adolescents...

24 M. Clark (interprétation): Oui, mais des gens un peu plus âgés.

25 M. Riad (interprétation): Mais, si l'on ne peut pas déterminer que la

Page 3966

1 victime a 12 ou 13 ans, comment pouvait-on savoir qu'il y avait aussi des

2 victimes qui avaient 85 ans? Est-il plus facile de dater ou de donner un

3 âge de cette façon?

4 M. Clark (interprétation): Plus les personnes sont jeunes, plus il est

5 facile de déterminer leur âge.

6 M. Riad (interprétation): Comment se fait-il alors qu'on puisse dire qu'il

7 y a des personnes de 85 ans?

8 M. Clark (interprétation): Ici, on donne des tranches d'âge assez larges.

9 Lorsque qu'on parle de personnes de 40 à 50 ans, là il est difficile de

10 déterminer un âge précis. Ici on vous a donné une frange maximale, bien

11 sûr; on aurait pu dire 100 ans, mais il n'y a pas de point définitif.

12 M. Riad (interprétation): En tout cas, c'étaient des personne d'un grand

13 âge?

14 M. Clark (interprétation): Effectivement, il peut y avoir des personnes

15 plus âgées. Le problème, c'est qu'une fois passé l'âge de 40 ou 50 ans, il

16 est pratiquement impossible au simple examen des os de dire si la personne

17 avait 40, 50, 60 ou 70 ans.

18 M. Riad (interprétation): Vous dites après l'âge de 40 ou 50 ans?

19 M. Clark (interprétation): Oui, il devient de plus en plus de difficile

20 d'attacher un âge à la personne, même de le déterminer avec une marge

21 d'erreur de 10 à 15 ans.

22 M. Riad (interprétation): Autre question de détail: la plupart des

23 blessures étaient des blessures par balles et vous avez dit, par exemple,

24 que pour 85 % des victimes, c'était le cas à Nova Kasaba. Quelles étaient

25 les causes d'autres blessures dans d'autres cas?

Page 3967

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13 Page blanche insérée aux fins d'assurer la correspondance entre la

14 pagination anglaise et la pagination française.

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

 

Page 3968

1 M. Clark (interprétation): 87 %, je suppose que là, c'est une estimation

2 tout à fait modeste parce que nous avons estimé que c'était là le nombre

3 qu'il était possible de déterminer de façon avérée. Il y aurait pu y avoir

4 d'autres blessures par balles, pour d'autres victimes mais, dans le cadre

5 limité de nos moyens, nous n'avons pas pu le déterminer de façon

6 définitive. Il se peut que d'autres personnes aient trouvé la mort par

7 blessure, par choc violent, par coups de botte par exemple. Ça, c'est une

8 possibilité. Pour certains des individus examinés, nous n'avons déterminé

9 aucune blessure corporelle: il n'y avait pas de fracture, il n'y avait

10 rien. Ceci concernait certains corps bien préservés, bien conservés. Il se

11 peut que ces personnes aient connu d'autres causes de mort, par exemple,

12 des causes naturelles, par exemple des personnes âgées qui avaient déjà

13 parcouru une certaine distance dans des conditions difficiles et qui

14 s'étaient effondrées vu la chaleur, par exemple. Et je suppose qu'il y

15 aura eu certaines personnes qui ont trouvé la mort dans de telles

16 circonstances.

17 M. Riad (interprétation): J'en arrive à ma question principale. Sans doute

18 est-ce dû à la différence qu'il y a entre votre démarche de scientifique

19 et la démarche adoptée par les sciences sociales: pour cette dernière

20 discipline, on laisse toujours une certaine marge de manœuvre pour les

21 doutes, alors que, dans l'approche scientifique, on est plus catégorique.

22 Je comprendrais mieux votre réponse s'agissant de la possibilité qui est

23 réservée, que les blessures soient dues à des combats.

24 Vous avez d'abord répondu au procureur et vous avez dit qu'il n'est

25 possible de réfuter catégoriquement que ces blessures soient des blessures

Page 3969

1 causées par des combats. Vous avez repris des raisons principales que vous

2 avez répétées face aux questions posées par la défense et je n'en doute

3 pas, effectivement: s'il y a les mains ligotées, s'il y a des handicaps

4 physiques, si des personnes ont subi des blessures dans le dos et, en

5 général, si des personnes sont blessées au combat, toutes ne sont pas

6 tuées. Là aussi, vous avez cité la raison des coups ou des blessures par

7 balles dans le dos, entre autres raisons que vous avez évoquées. Et vous

8 avez là aussi dit qu'il n'est pas possible d'opposer une réfutation

9 catégorique.

10 Pourrait-on mettre en cause le fait ou douter de la raison de ces décès?

11 Par exemple, vous avez parlé des causes de combat, vous avez exclu Kozluk

12 cependant. Vous avez dit qu'il y a des indices, mais réduits, qui iraient

13 dans le sens contraire s'agissant de Kozluk. Et quand vous avez parlé de

14 Kozluk, vous avez dit que 41 % des victimes avaient les mains ligotées

15 dans le dos, que 13 % avaient un bandeau aux yeux, que certains avaient

16 été victimes de 7 coups de balles et que certains avaient été blessés à la

17 tête. Alors pourquoi, dans votre évaluation générale, avez-vous exclu

18 Kozluk? Pourquoi avez-vous pensé que, s'agissant de Kozluk, ces blessures

19 n'avaient pas pu être causées par des combats?

20 M. Clark (interprétation): On m'a d'abord demandé -il faut que je sois

21 honnête- qu'il faut que j'exclue Kozluk -c'est la défense qui me l'a

22 demandé- parce que la fosse présentait des caractéristiques assez

23 particulières: c'était la seule où l'on a trouvé des liens et des bandeaux

24 et, pour moi, c'est un indice très fort qui montre qu'il ne s'agit pas de

25 blessures de combat.

Page 3970

1 M. Riad (interprétation): Et pour les autres raisons, là, les indices sont

2 moins forts?

3 M. Clark (interprétation): Je comprends ce que vous voulez dire: comment

4 se fait-il qu'il n'y ait pas de doute? Tout dépend de la définition qu'on

5 donne aux blessures causées par des combats. Nous avons ici des gens qui

6 ont reçu des blessures par balles, si vous avez deux groupes d'opposants,

7 de personnes qui luttent, un groupe contre l'autre, dans cette situation,

8 cela reste possible; il reste possible que certains reçoivent des coups

9 dans le dos. La différence… Par exemple, s'il y avait un effet de surprise

10 quand on vient d'une direction opposée mais, si vous avez une situation où

11 l'on n'utilise que des armes à feu, cela reste une possibilité. Tout est

12 fonction du type de combat auquel on a affaire.

13 M. Riad (interprétation): Sur les autres sites, il n'est pas exclu donc

14 qu'il y ait eu des combats?

15 M. Clark (interprétation): On ne peut pas tout à fait l'exclure, cette

16 possibilité.

17 M. Riad (interprétation): Pas tout à fait, alors?

18 M. Clark (interprétation): Mais, à ce moment-là, les résultats ne seraient

19 pas du tout typiques des résultats que l'on a récoltés à la suite d'autres

20 combats, dans d'autres endroits. Quand on voit le type de blessures

21 infligées, l'absence de personnes blessées et, dans une certaine mesure,

22 la direction du tir, je crois que ce sont là des indices très forts.

23 M. Riad (interprétation): Très forts. Mais pour Kozluk?

24 M. Clark (interprétation): C'est encore plus fort à Kozluk parce qu'il est

25 inconcevable de laisser entendre ou de suggérer que des personnes puissent

Page 3971

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13 Page blanche insérée aux fins d'assurer la correspondance entre la

14 pagination anglaise et la pagination française.

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

Page 3972

1 combattre alors qu'elles avaient les mains liées dans le dos ou des

2 bandeaux aux yeux.

3 M. Riad (interprétation): Est-ce qu'il y avait des personnes dont les

4 mains étaient liées dans le dos ailleurs?

5 M. Clark (interprétation): Non.

6 M. Riad (interprétation): Mais là, on avait les autres indicateurs, à

7 savoir les blessures par balles à l'arrière du corps?

8 M. Clark (interprétation): Oui, tout à fait.

9 M. Riad (interprétation): Je vous remercie, docteur Clark..

10 M. le Président: Je vous remercie, monsieur le juge Riad. Madame Wald?

11 (Le témoin, M. Clark, est interrogé par Mme la juge Wald.)

12 Mme Wald (interprétation): Docteur Clark, je n'ai qu'une question à vous

13 poser. Dans les résumés que vous avez fournis des différents sites sur

14 lesquels vous avez examiné des corps, vous avez montré certaines

15 similitudes qui montreraient qu'il y a existence d'un schéma de

16 comportement pour ce qui est de l'emplacement des impacts de balles ou des

17 blessures sur le corps. Vous avez aussi montré qu'il y avait des

18 différences au niveau des liens que l'on a retrouvés, de la présence des

19 liens et des bandeaux à Kozluk notamment.

20 Après avoir examiné les sites que vous avez examinés et les victimes que

21 vous en avez retirées, en excluant pour le moment la possibilité qu'il y

22 ait eu des combats, si on exclut cette hypothèse-là pour le moment et si

23 l'on accepte l'hypothèse qui apparemment était la plus probable selon

24 vous, à savoir qu'il y avait eu des exécutions de masse, sous une forme ou

25 une autre, à ces différents sites, est-ce que vous pourriez dire que les

Page 3973

1 observations que vous avez faites des types de blessures cadraient mieux,

2 correspondaient mieux à ces inhumations qui auraient fait l'objet d'un

3 plan unifié ou d'un mode d'opération déjà déterminé?

4 Ou est-ce que cela cadre plus avec l'hypothèse suivante, à savoir que vous

5 aviez peut-être plusieurs types d'exécution spontanée mais qui n'avaient

6 pas de liens entre eux, et que les différents corps se sont retrouvés dans

7 différents sites et dans différentes fosses?

8 M. Clark (interprétation): Il y avait un schéma reliant les différents

9 sites mais je m'attendais aussi à ce que cela ait été des incidents

10 différents, même si l'intention générale était la même. Cependant, nous

11 avons constaté des différences légères au niveau des comportements des

12 schémas. Il y avait un schéma de comportement systématique, des tirs dans

13 le dos à Glogova; pour certains sites, le nombre moyen de blessures ou de

14 tirs était différent. Il y avait certaines différences assez fines entre

15 les différents sites.

16 Mme Wald (interprétation): J'enchaîne sur cette question: la connaissance

17 générale que vous avez à la suite des observations que vous avez faites

18 sur des fosses communes ou à la suite d'exécutions, ici, dans ce cas-ci ou

19 par rapport au passé, à ce que vous avez fait précédemment, vous ferait

20 incliner dans quel sens? Pensez-vous que ces sites faisaient partie d'une

21 seule opération ou bien est-ce que ceci aurait pu être le produit de

22 réactions spontanées à différents endroits?

23 M. Clark (interprétation): Je ne sais pas si je peux opérer un distinguo

24 entre les deux et je ne sais pas s'il faut nécessairement essayer de faire

25 une distinction entre ces deux éléments, si vous parlez d'un seul même

Page 3974

1 groupe de personnes qui se déplacent pour tuer toutes ces personnes.

2 Mme Wald (interprétation): Pas nécessairement les mêmes personnes qui se

3 seraient déplacées mais à qui on aurait donné un commandement pour qu'une

4 opération se déroule de façon uniforme?

5 M. Clark (interprétation): Apparemment, c'étaient des blessures

6 délibérément ciblées pour chacune de ces fosses, dans chacun de ces sites.

7 Et effectivement, il y a un mode généralisé que l'on retrouve dans le type

8 de blessures infligées.

9 Mme Wald (interprétation): Je vous remercie.

10 (Le témoin, M. Clark, est interrogé par M. le Président.)

11 M. le Président: Merci beaucoup, madame la juge Wald.

12 Docteur Clark, j'irai peut-être un peu plus loin, mais dans le même chemin

13 que mes collègues. Votre expérience vous a permis de reconstruire des

14 situations qui sont arrivées avant ce que vous avez observé. Et notamment,

15 il vous est demandé quand vous faites ces autopsies, etc., d'une certaine

16 façon de reconstruire la situation avant la mort.

17 Etes-vous en condition de nous donner une idée générale, après avoir

18 observé toute une série de cadavres, de parties de corps, etc., êtes-vous

19 en condition de nous donner une idée générale de ce que vous avez pu

20 reconstruire dans le passé et qui a causé toute cette situation que vous

21 avez observée? Je ne sais pas si j'ai été clair.

22 M. Clark (interprétation): Oui, c'est une question difficile. Ma

23 spécialité en fait consiste à examiner les corps et je pense qu'il

24 convient de tenir compte des constatations faites au sujet des sites, au

25 sujet des fosses et du nombre de corps placés dans ces fosses. Moi, je ne

Page 3975

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13 Page blanche insérée aux fins d'assurer la correspondance entre la

14 pagination anglaise et la pagination française.

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

Page 3976

1 connais rien à cela. Ce que j'étudie, ce sont les corps, l'aspect général

2 du corps, et ma seule indication c'est que ces personnes ont été exécutées

3 et placées dans diverses fosses. Mais je ne crois pas que je puisse aller

4 beaucoup plus loin que cela.

5 M. le Président: Très bien, merci beaucoup.

6 Maître Cayley, je crois que nous avons des documents à verser au dossier?

7 M. Cayley (interprétation): Oui, merci, monsieur le président, en effet.

8 La première est la pièce à conviction de l'accusation 195, un document qui

9 montre les sites dont s'est occupé le Dr Clark. Ensuite, la pièce 235, le

10 curriculum vitae du témoin. La pièce 236 qui est le rapport du témoin; la

11 pièce 236A qui est la version en BCS de ce même rapport. La pièce 237, un

12 exemple de rapport d'autopsie et la pièce 238 qui est le tableau montrant

13 les diverses nationalités des membres de son équipe. Les pièces 239 et 257

14 sont également à verser au dossier: ce sont deux photographies. Donc je

15 demande le versement au dossier de l'ensemble de ces pièces.

16 M. le Président: Maître Visnjic, avez-vous des objections?

17 M. Visnjic (interprétation): Non, monsieur le président.

18 M. le Président: Les pièces à conviction sont donc versées au dossier dans

19 son ensemble. Vous pouvez vous asseoir, monsieur Cayley.

20 Docteur Clark, vous avez fini votre témoignage et votre communication avec

21 nous ici au Tribunal pénal international. Nous vous remercions beaucoup

22 d'être venu ici et nous vous remercions aussi beaucoup de votre travail.

23 M. Clark (interprétation): Merci beaucoup.

24 (Le témoin est reconduit hors du prétoire.)

25 (Questions administratives.)

Page 3977

1 M. le Président: Oui, monsieur Cayley?

2 M. Cayley (interprétation): Monsieur le président, avant de faire entrer

3 le témoin suivant, nous avons un point d'intendance à évoquer, qui a un

4 rapport avec la déposition de M. Jean-René Ruez. Monsieur Ruez a témoigné

5 le 15 mars 2000 au sujet d'une pièce à conviction de l'accusation, la

6 pièce 22/8. Cela figure à la page 742 du compte rendu d'audience. Il a

7 déclaré que cette photographie avait été prise en avril 1998. Or c'était

8 une erreur: les documents de l'accusation indiquent que cette photographie

9 a en fait été prise le 21 avril 1997.

10 Monsieur Harmon a donc discuté avec la défense de ce problème et la

11 défense a accepté un accord pour qu'une correction soit apportée au compte

12 rendu d'audience sur ce point. J'attire donc l'attention des membres de la

13 Chambre sur la nécessité de cette correction du compte rendu d'audience.

14 M. le Président: Maître Petrusic?

15 M. Petrusic (interprétation): Monsieur le Président, nous avons discuté

16 avec les membres d'accusation et, après avoir obtenu les preuves et avoir

17 fait les vérifications nécessaires, nous nous sommes rendu compte

18 qu'effectivement, il s'agissait d'une erreur. Nous l'avons donc accepté.

19 M. le Président: Très bien. Madame la Greffière, vous tenez compte de cela

20 pour faire la correction du transcript dans les termes qui ont été

21 proposés par M. Cayley. Cela vous convient, monsieur Cayley?

22 M. Cayley (interprétation): Oui, monsieur le président. Le témoin suivant

23 sera interrogé par le chef de l'équipe de l'accusation, je vais donc

24 reprendre ma place à l'arrière de la salle.

25 (Le témoin, M. Lawrence, est introduit dans le prétoire)

Page 3978

1 M. le Président: Bonjour, docteur Lawrence, vous m'entendez?

2 M. Lawrence (interprétation): Oui, monsieur le président, tout à fait.

3 M. le Président: Vous allez lire la déclaration solennelle que M.

4 l'huissier va vous tendre, s'il vous plaît.

5 M. Lawrence (interprétation): Je déclare solennellement que je dirai la

6 vérité, toute la vérité et rien que la vérité.

7 M. le Président: Vous pouvez vous asseoir, s'il vous plaît.

8 (Le témoin s'exécute).

9 Je crois que vous êtes bien familiarisé avec toute cette procédure de

10 salle d'audience, donc vous vous sentez à l'aise, c'est vrai?

11 M. Lawrence (interprétation): Merci, monsieur le président.

12 M. le Président: Pour l'instant, docteur Lawrence, vous allez répondre aux

13 questions que M. Harmon va vous poser. Maître Harmon, c'est à vous, vous

14 avez la parole.

15 (Le témoin, M. Lawrence, est interrogé par M. Harmon)

16 M. Harmon (interprétation): Merci beaucoup, monsieur le président.

17 Bonjour, madame et messieurs les juges. Bonjour, aux conseils de la

18 défense. Bonjour, docteur Lawrence.

19 M. Lawrence (interprétation): Bonjour.

20 Question: Puisque nous parlons la même langue, vous et moi, je vais vous

21 demander de ménager une pause à la fin de mes questions de façon à ce que

22 les interprètes aient le temps pour interpréter complètement mes questions

23 et vos réponses.

24 Réponse: Oui, je comprends.

25 Question: Docteur Lawrence, pouvez-vous d'abord nous dire quel est votre

Page 3979

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13 Page blanche insérée aux fins d'assurer la correspondance entre la

14 pagination anglaise et la pagination française.

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

Page 3980

1 nom complet et votre nom de famille pour le compte rendu d'audience?

2 Réponse: Christopher Hamilton Lawrence, L-A-W-R-E-N-C-E.

3 Question: Quelle est votre profession actuellement, docteur Lawrence?

4 Réponse: Je suis pathologiste en médecine légale et je travaille pour

5 l'institut de médecine légale de Sydney en Australie.

6 Question: Monsieur le Président, messieurs les juges, il convient que

7 vous disposiez du curriculum vitae du Dr Lawrence qui est une pièce à

8 conviction de l'accusation. Je vous demande d'abord quelle est votre

9 nationalité, docteur Lawrence?

10 Réponse: Je suis australien.

11 Question: Pouvez-vous dire aux juges de cette Chambre quel a été votre

12 parcours scolaire et universitaire?

13 Réponse: J'ai obtenu un diplôme de médecin à l'université de Sydney en

14 1983, c'est l'équivalent américain donc d'un doctorat en médecine. J'ai

15 également obtenu un diplôme scientifique en physiologie à l'université de

16 Sydney également et je suis membre du Royal College of physiologists qui

17 est l'équivalent en Amérique de l'association des pathologistes certifiée.

18 Question: Lorsque vous avez obtenu votre diplôme de médecine et de

19 physiologie, avez-vous également obtenu des récompenses ou des médailles?

20 Réponse: Oui, j'ai la médaille royale Bishop et le prix Chapman.

21 Question: Pouvez-vous expliquer de quoi il s'agit?

22 Réponse: J'ai donc été récompensé comme étant le meilleur diplômé en

23 science médicale pour l'année en question.

24 Question: Je vais maintenant parler d'autres aspects de votre carrière.

25 D'octobre 1990 et juin 1991, avez-vous été nommé chef de la médecine

Page 3981

1 légale à Glebe en Australie?

2 Réponse: Oui.

3 Question: De juin 1991 à juin 1993, avez-vous été membre d'une

4 association de pathologistes en médecine légale dans l'Etat du Nouveau-

5 Mexique aux Etats-Unis à Albuquerque?

6 Réponse: Dans les années en question, j'étais membre de cette

7 institution. La première année et la deuxième année, j'ai travaillé en

8 tant que pathologiste au bureau de l'enquêteur médical.

9 Question: Depuis août 1994 jusqu'à l'heure actuelle, avez-vous été nommé

10 et travaillez-vous en tant que professeur de clinique au département de

11 pathologie de l'université de Sydney en Australie?

12 Réponse: Oui.

13 Question: Outre, ces qualifications, docteur Lawrence, avez-vous

14 travaillé en tant qu'expert dans le domaine de la pathologie en

15 médecine légale devant les Tribunaux de votre pays?

16 Réponse: Oui.

17 Question: Avez-vous été également accepté en tant qu'expert aux Etats-

18 Unis?

19 Réponse: Oui, j'ai été admis en tant que témoin expert devant des

20 Tribunaux du Nouveau-Mexique et du Colorado.

21 Question: Docteur Lawrence, ces derniers jours nous avons entendu des

22 témoignages qui nous ont parlé de la composition des équipes de personnes

23 qui ont participé aux exhumations de certaines fosses en Bosnie à

24 différents moments et nous avons entendu parler de la distinction entre

25 pathologiste et anthropologiste et de leur coopération. Je ne vais pas

Page 3982

1 vous interroger beaucoup au sujet des anthropologistes, mais je vous

2 demande simplement si vous avez une certaine formation dans le domaine de

3 l'anthropologie?

4 Réponse: Oui, j'ai une certaine formation dans le domaine de

5 l'anthropologie en médecine légale.

6 Question: Pouvez-vous nous dire quelle est l'importance de cette

7 formation?

8 Réponse: Eh bien, outre mon expérience pratique, j'ai suivi un certain

9 nombre de cours.

10 Question: Où étaient dispensés ces cours?

11 Réponse: A l'institut Smithsonian de Washington. J'ai également suivi un

12 cours au Nouveau-Mexique, à l'université du Nouveau-Mexique, un cours en

13 anthropologie de médecine légale et puis un autre cours d'anthropologie en

14 médecine légale à Brisbane.

15 Question: Merci beaucoup, docteur Lawrence. Quel rôle avez-vous joué dans

16 les exhumations réalisées par le bureau du procureur en Bosnie, en 1998?

17 Réponse: J'étais le pathologiste en chef représentant le Tribunal pénal

18 international de l'ex-Yougoslavie, en Bosnie en 1998.

19 Question: J'aimerais que la pièce à conviction de l'accusation 259 soit

20 placée sur le rétroprojecteur. J'espère que vous l'avez sous les yeux,

21 docteur Lawrence? Si ce n'est pas le cas, M. l'huissier va vous la

22 remettre.

23 (L'huissier s'exécute).

24 Question: Docteur Lawrence, combien de sites ont été exhumés en 1998?

25 Réponse: Huit.

Page 3983

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13 Page blanche insérée aux fins d'assurer la correspondance entre la

14 pagination anglaise et la pagination française.

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

 

Page 3984

1 Question: Avez-vous pour responsabilité d'examiner les restes humains

2 trouvés dans tous ces sites d'exhumation?

3 Réponse: Oui.

4 Question: La pièce à conviction de l'accusation qui vient d'être placée

5 sur le rétroprojecteur indique-t-elle en orange les sites d'exhumation à

6 partir desquels vous avez étudié des restes humains?

7 Réponse: Oui.

8 Question: Nous avons entendu au cours de ce procès d'autres témoins qui

9 vous ont précédé, docteur Lawrence, mais pour les personnes qui sont dans

10 la galerie du public, je vous pose la question suivante: une seule des

11 fosses que vous avez exhumée était un site primaire?

12 Réponse: Une des fosses était, effectivement, un site primaire qui a été

13 vidé.

14 Question: Et un autre site est indiqué sur ce tableau comme étant le

15 barrage, n'est-ce pas? (L'interprète se reprend) Ce type est celui du

16 barrage sur le tableau, n'est-ce pas?

17 Réponse: C'est exact.

18 Question: Les autres lieux marqués sur cette pièce à conviction en orange

19 étaient des sites secondaires?

20 Réponse: Oui.

21 Question: Et vous avez examiné les restes humains tirés de chacun de ces

22 sites, n'est-ce pas?

23 Réponse: Oui.

24 Question: Lorsque je dis "vous", je pense à vous-même, en personne, et

25 aux membres de votre équipe?

Page 3985

1 Réponse: Oui.

2 Question: Docteur Lawrence, eu égard à ces sites que l'on voit en orange

3 sur cette pièce à conviction, un rapport a-t-il été élaboré par vous pour

4 décrire les constatations faites dans chacun de ces sites?

5 Réponse: Oui.

6 Question: Docteur Lawrence, vous avez sous les yeux actuellement les

7 rapports élaborés par vous qui sont la pièce à conviction 261 de

8 l'accusation, le site réalisé au sujet du site primaire du barrage; la

9 pièce 262 qui est le rapport au sujet du site secondaire de CR12; un

10 rapport d'autopsie qui est la pièce 263 au sujet de la route 3; la pièce

11 264 qui traite des autopsies de la route d'Hodzici 3; la pièce 265 qui

12 traite des autopsies sur le site de la route d'Hodzici 4; la pièce 266 qui

13 traite des constatations faites sur la route d'Hodzici 5; la pièce 267 qui

14 est le rapport au sujet du site 5 de Zeleni Jadar et enfin la pièce 268

15 qui est le rapport au sujet du site de Liplje 2.

16 Docteur Lawrence, outre ces rapports qui traitent des constatations faites

17 dans les sites exhumés et de votre analyse des restes humains tirés de ces

18 sites, avez-vous également élaboré un rapport qui traite des restes

19 humains découverts à la surface du sol à Kozluk?

20 Réponse: Oui, deux éléments corporels disparates ont été découverts en

21 1998. Ils ont été examinés, car nous avons pensé qu'il ne serait pas bon

22 de les faire attendre jusqu'à l'année suivante.

23 Question: Enfin, dernier rapport élaboré par le Dr Lawrence: il s'agit

24 d'un rapport de deux pages qui constitue la pièce à conviction de

25 l'accusation 260.

Page 3986

1 Docteur Lawrence, nous avons entendu parler des procédures utilisées par

2 le Dr Clark et les membres de son équipe pour procéder aux exhumations de

3 1999. Vous, vous avez travaillé en Bosnie en 1998 et j'aimerais à présent

4 que nous nous concentrions sur les procédures que vous avez appliquées et

5 sur les moyens qui étaient à votre disposition.

6 Pourriez-vous commencer par décrire aux juges de cette Chambre la morgue

7 dans laquelle vous avez pu travailler?

8 Réponse: Oui, la morgue dans laquelle nous avons travaillé est la même

9 que celle dans laquelle ils ont travaillé en 1999. C'est la morgue de

10 Regloglia à Visoko. On y trouvait trois tables d'autopsie ainsi que des

11 instruments fluoroscopiques et la certitude que la porte pouvait être

12 fermée à clef. Durant cette année, nous avons bénéficié d'équipements

13 supérieurs à ceux que nous aurions pu utiliser pendant toute cette année

14 et nous avons également utilisé deux morgues temporaires qui possédaient

15 également trois ou quatre tables d'autopsie. Nous l'avons fait pour

16 traiter plus rapidement les restes humains à examiner.

17 Question: Docteur Lawrence, pour synthétiser les constatations que vous

18 avez faites en 1998 avec votre équipe, j'aimerais que nous présentions une

19 étude de cas, si vous le voulez bien. Pourriez-vous décrire les procédures

20 employées par vous-même et les membres de votre équipe à partir de la

21 réception du sac contenant des restes humains? Pouvez-vous donc nous

22 décrire les différentes étapes d'examens et d'analyses réalisées jusqu'au

23 moment où le sac est refermé pour être remis aux autorités bosniaques?

24 Réponse: Oui, nous recevions donc les sacs contenants les corps dans un

25 container fermé à clef et réfrigéré. Moi, j'en avais une clef et le

Page 3987

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13 Page blanche insérée aux fins d'assurer la correspondance entre la

14 pagination anglaise et la pagination française.

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

 

Page 3988

1 responsable de la collecte des corps sur place avait également une clef.

2 Nous enlevions le corps du sac et du container réfrigéré. Dès lors que le

3 sac était ouvert, une photographie était prise de l'intérieur du sac,

4 c'est-à-dire de son contenu. Le sac était ensuite saisi par le

5 pathologiste qui s'occupait de l'examen et il était passé aux rayons X

6 grâce à un appareil fluoroscopique.

7 Question: Je vous interromps quelques instants, docteur Lawrence.

8 J'aimerais que vous examiniez la pièce à conviction de l'accusation 262

9 qui est un rapport d'autopsie sur la route Cancari 12. Je vous demande de

10 vous référer à la page 5 de ce rapport où vous trouverez quatre

11 photographies et de bien vouloir dire aux juges de cette Chambre quelle

12 était la procédure appliquée au cours de l'examen fluoroscopique de ces

13 restes humains en vous référant à ces quatre photographies l'une après

14 l'autre?

15 Monsieur le Président, madame et messieurs les juges, vous constaterez que

16 le Dr Lawrence va donc parler des quatre photographies qui se trouvent

17 immédiatement après la page 5 de son rapport. Vous voyez la première

18 photographie sur le rétroprojecteur.

19 Docteur Lawrence, pourriez-vous nous dire comment vous procédiez?

20 Réponse: Cette photographie vous montre l'image produite par l'appareil

21 fluoroscopique. Vous y voyez une articulation du coude gauche,

22 l'articulation se trouve au centre de l'image et vous y constatez la

23 présence de plusieurs fractures osseuses au-dessus de la tête de l'os,

24 ici, et là vous voyez une zone ombrée qui représente la présence d'un

25 objet métallique, cet objet étant en fait une balle.

Page 3989

1 Le pathologiste recherche à l'aide de l'appareil fluoroscopique les

2 fractures et les balles. Si c'est possible, il récupère les balles si le

3 moment est opportun, sinon il attend pour le faire plus tard. Il recherche

4 également toute anomalie osseuse que l'on peut constater aux rayons X et,

5 ensuite, il élabore un rapport décrivant ce qu'il a vu. Après quoi, le

6 corps n'est plus sous appareil fluoroscopique et il est placé sur la table

7 d'autopsie où l'autopsie commence.

8 Question: Docteur Lawrence, pourriez-vous expliquer ce que représentent

9 les trois autres photographies que l'on trouve dans ce même rapport?

10 Je suppose qu'ici nous avons l'image d'une lésion, n'est-ce pas?

11 Réponse: Oui. C'est une image produite par l'appareil fluoroscopique sur

12 les lieux. Vous voyez ici l'avant-bras gauche d'une victime. A droite de

13 la photographie, on constate la présence d'un trou ici dans la peau, avec

14 un deuxième trou à cet endroit. Ces deux trous sont des impacts de balle.

15 La totalité du tissu présent sur cet os a été nettoyé pour l'examen.

16 Question: Pourriez-vous maintenant nous parler de la troisième

17 photographie, docteur Lawrence? Que représente-t-elle?

18 Réponse: On voit ici la balle. En fait, la balle est tournée vers la

19 gauche. On voit donc la balle qui a été récupérée à partir des tissus

20 mous. Vous constatez l'identité entre la forme que l'on voit ici et celle

21 que l'on voyait sur le cliché aux rayons X. Et ici, nous avons une

22 annotation destinée à faire de cette photographie une pièce à conviction.

23 Enfin, pour confirmer la présence de lésions par balle, nous vous

24 présentons ici la même image que précédemment. Vous voyez toujours cette

25 articulation du coude avec la partie supérieure du bras. Vous constaterez

Page 3990

1 que les anthropologistes ont reconstitué l'humérus fracturé. Ce que nous

2 voyons en blanc, c'est la colle, et vous voyez le chemin qui a été suivi

3 par la balle à l'intérieur du coude.

4 Question: Merci, docteur Lawrence. Pourriez-vous à présent nous décrire

5 la suite de la procédure une fois que le corps est retiré de l'appareil

6 fluoroscopique?

7 Réponse: Une fois que le corps est retiré de l'appareil fluoroscopique,

8 il est placé sur la table de travail, il est examiné, les vêtements sont

9 enlevés et la surface externe du corps est examinée pour rechercher des

10 lésions. Et à ce stade, la procédure varie selon que l'on est en présence

11 d'une quantité importante de tissus mous ou que le corps est réduit à

12 l'état de squelette.

13 Question: Une fois la procédure entamée, lorsque vous avez un corps où

14 demeure un grand nombre de tissus mous… D'abord, afin que tout soit clair,

15 afin que nous vous comprenions bien, est-ce que nous pouvons examiner la

16 pièce de l'accusation 263 qui est votre rapport et l'image ou la

17 photographie que l'on voit après la page 6. Est-ce que nous pourrions

18 placer cette photographie sur le rétroprojecteur? Que voit-on?

19 Réponse: Il s'agit d'un corps récupéré de Cancari 3 où l'on voit un

20 corps relativement intact, où les tissus sont relativement complets.

21 Question: Que voyez-vous au-dessus, au sommet de la photographie?

22 Réponse: Vous voyez la tête, la poitrine, le thorax, les bras, le bassin

23 ainsi que les membres inférieurs, les jambes. En termes relatifs, bien

24 sûr, pour ce qui est de ce site, c'était un corps qui présentait un nombre

25 important de tissus mous. Mais il n'y avait pratiquement que 5 % des corps

Page 3991

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13 Page blanche insérée aux fins d'assurer la correspondance entre la

14 pagination anglaise et la pagination française.

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

Page 3992

1 récupérés qui se trouvaient dans cette bonne condition, en état aussi bon.

2 Question: Poursuivons la description de la procédure que vous adoptez

3 lorsque vous avez un corps où il reste encore de la chair. Nous

4 reviendrons plus tard aux procédures utilisées lorsque vous n'avez qu'un

5 squelette.

6 Réponse: Eh bien, on examine le corps pour essayer d'y trouver des

7 éléments permettant l'identification. Nous essayons de trouver les objets

8 personnels, les habits; les vêtements sont enlevés; on lave le corps et le

9 pathologiste va examiner les surfaces extérieures; il va le faire de façon

10 très précise pour voir s'il y a des lésions. A ce stade, on va étiqueter

11 les restes de vêtements, je reviendrai à cet élément dans un instant.

12 Le pathologiste commence alors... Excusez-moi, par exemple, s'il constate

13 qu'il y a des lésions extérieures causées par balles ou s'il y a d'autres

14 traces visibles de blessures extérieures, elles sont photographiées. Le

15 pathologiste, assisté de son assistant, va ouvrir le corps, va ouvrir les

16 lieux de lésions pour essayer d'apporter une meilleure caractérisation de

17 ces lésions. S'il y a présence de lésions, on les examine pour voir si

18 elles sont importantes, s'il y a des lésions osseuses. Les os sont

19 examinés. Et s'il y a eu des fractures importantes, on va enlever les os

20 et les reconstruire, les reconstituer pour établir ou pour confirmer la

21 blessure d'une trace de balle.

22 Question: Et qui procède à la reconstitution, à la reconstruction des os?

23 Réponse: En général, c'est fait par l'anthropologue.

24 Question: Au cours de l'examen d'un corps, si vous constatez une anomalie,

25 par exemple, s'il y a une vieille blessure ou quelque chose qui était

Page 3993

1 particulier, unique à cette personne, est-ce que vous l'enregistrez?

2 Réponse: Oui, effectivement, nous essayons de voir si un corps présente

3 certaines caractéristiques, par exemple de vieilles lésions, des

4 déformations, des malformations, la preuve de déficiences dentaires, tout

5 ce qui peut servir à identifier la personne.

6 Question: Pourriez-vous nous illustrer ceci par l'une des pièces que vous

7 avez sous les yeux? Nous parlons ici de la pièce de l'accusation 263. Il

8 se peut que vous puissiez trouver parmi ces différentes photographies une

9 qui convienne pour illustrer ce que vous dites, et vous la placerez sur le

10 rétroprojecteur.

11 Réponse: J'en ai deux, en fait. Voyons la première: ici, vous voyez à

12 gauche par rapport au centre, un des deux os de l'avant-bras fortement

13 déformé. Vous voyez ici que l'os est très court et qu'il a subi une très

14 forte malformation. Ce qui veut dire que cette personne avait un avant-

15 bras droit très court et particulièrement déformé. Là, il s'agirait d'une

16 malformation très caractéristique qui a sans doute posé de gros problèmes

17 pour ce qui est du fonctionnement du bras droit.

18 Question: Lorsque vous constatez ce type de malformations, est-ce que

19 ceci vous aide à identifier par la suite l'individu en question?

20 Réponse: Oui, c'est l'utilité première d'une telle constatation.

21 Question: Est-ce que vous avez un autre exemple pris parmi les

22 photographies de la même pièce à conviction?

23 Réponse: Ici, nous avons la colonne vertébrale d'un des corps que nous

24 avons retrouvés à Cancari Route 3. Vous voyez ici une sclérose avancée de

25 la colonne vertébrale. En fait, cette personne avait une soudure complète

Page 3994

1 de la colonne vertébrale. Ceci est assez caractéristique, assez

2 particulier et entraîne un handicap très lourd.

3 Question: Nous parlons de handicap ou de malformation physique lorsque

4 vous effectuez un examen de ce genre, quels sont les types que vous avez

5 constatés?

6 Réponse: Nous avions des personnes qui avaient de vieilles fractures de

7 la hanche qui n'avaient jamais vraiment guéri. Nous avons vu de vieilles

8 traces de lésions par balles où il y avait des dégâts persistants à des

9 articulations osseuses. Nous avons trouvé un homme qui avait subi une

10 trachéotomie, c'est-à-dire qu'un tube avait été placé dans la gorge de cet

11 homme, à la suite sans doute d'une ancienne tumeur du larynx, mais

12 malheureusement nous n'avons pas pu le déterminer de façon définitive.

13 Vous savez que s'il y a trachéotomie, cela veut dire qu'on ne peut pas

14 parler. Nous avons trouvé des personnes qui avaient des blessures qui

15 avaient été bandées ou pansées.

16 Question: A un moment donné, dans le cadre de la procédure que vous avez

17 décrite, pour établir ou pour faire l'examen des tissus mous, où

18 intervient l'anthropologue dans cette procédure?

19 Réponse: Eh bien, si vous avez un corps avec encore un peu de chair,

20 l'anthropologue vient pour reconstituer les os. Je vous l'ai déjà dit. Il

21 a peut-être une autre fonction qui est d'examiner les os du bassin, le

22 crâne, les os longs pour essayer d'établir l'âge et le sexe, la taille

23 également de la personne en question. De plus, l'anthropologue remplit une

24 fonction importante puisqu'il examine les lésions osseuses et il consulte

25 le pathologiste pour voir si ces lésions sont intervenues au moment de la

Page 3995

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13 Page blanche insérée aux fins d'assurer la correspondance entre la

14 pagination anglaise et la pagination française.

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

Page 3996

1 mort ou autour de ce moment, c'est-à-dire est-ce qu'on parle ici de

2 blessures pari mortem ou est-ce que ces lésions sont intervenues par la

3 suite, après la mort. Par exemple, si la personne a été inhumée puis a été

4 extirpée de la fosse et a été inhumée ailleurs, ou lorsqu'on a extrait le

5 corps de la fosse.

6 Question: Je suppose qu'il y a consultation entre le pathologiste et

7 l'anthropologue à propos des résultats obtenus?

8 Réponse: Tout à fait.

9 Question: Et qu'est-ce qui se passe alors?

10 Réponse: Après consultation, après examen des os reconstitués, le

11 pathologiste va préparer un rapport manuscrit. Il utilise souvent des

12 diagrammes ou des graphiques pour établir une représentation graphique de

13 la lésion, et il va remettre les pièces à conviction recueillies du corps

14 à l'agent de la police scientifique.

15 Pour ce qui est des vêtements, ceux-ci sont enlevés du corps. Ils sont

16 lavés. Une fois lavés et séchés, ils sont examinés par l'un des agents de

17 la police scientifique pour voir s'il y avait des preuves de blessure.

18 A quoi sert tout ceci? Vous savez que, pour nombre de corps qui nous

19 concernent, la peau a disparu et, s'il y a des dégâts causés à des

20 vêtements, c'est souvent la seule preuve que nous avons qu'il y avait

21 lésion par balle. Les vêtements sont examinés pour voir s'ils sont

22 d'origine militaire, pour voir aussi s'il présente des caractéristiques

23 permettant une identification ultérieure.

24 L'agent de la police scientifique prépare un rapport sur les vêtements. Il

25 va indiquer où il a constaté des altérations, des détériorations. Si le

Page 3997

1 pathologiste a constaté une lésion dont il n'est pas très sûr, il va peut-

2 être vouloir examiner les vêtements lui-même afin d'étayer l'hypothèse

3 qu'il avait à l'encontre des lésions. S'il y avait blessure par balle au

4 milieu du thorax, il est probable qu'on va trouver une détérioration à cet

5 endroit dans le vêtement. Il va donc y avoir comparaison entre les

6 constats faits sur le corps et les constats faits sur le vêtement.

7 Puis le pathologiste, une fois son rapport préparé, va voir s'il y a des

8 altérations correspondantes dans les vêtements pour étayer la thèse de la

9 lésion par balle.

10 Question: On a parlé des étiquetages des vêtements, par rapport à ceux

11 apportés aux vêtements?

12 Réponse: Lorsque les vêtements sont enlevés du corps, l'assistant va

13 étiqueter chaque partie de vêtement pour indiquer exactement ce qu'il en

14 est et quelle est la personne concernée.

15 Question: Vous avez donc préparé ce rapport en consultation avec

16 l'anthropologue. Une fois l'examen des vêtements terminé, quelle est

17 l'étape suivante dans la procédure?

18 Réponse: A ce moment-là, le pathologiste va d'abord vérifier le rapport.

19 On va dactylographier le rapport manuscrit. On y trouvera l'opinion du

20 pathologiste sur les circonstances ou les causes du décès notamment. Il va

21 procéder à la vérification de ce rapport, de tous les éléments de preuve y

22 correspondant et va signer le rapport.

23 Question: Et qu'advient-il du corps?

24 Réponse: Une fois l'examen terminé, la housse est refermée, tout est

25 étiqueté et tout ceci est conservé avant d'être remis aux autorités de

Page 3998

1 Bosnie.

2 Question: Parlons de l'autre cas que vous avez décrit puisque tous les

3 corps que vous avez examinés n'avaient plus de chair.

4 Réponse: C'est exact.

5 Question: Pourriez-vous dire de quelle façon vous avez procédé lorsque

6 vous aviez des squelettes?

7 Réponse: Permettez-moi de vous montrer un exemple.

8 Question: Je vous en prie. Nous parlons de la pièce de l'accusation 261,

9 c'est un rapport relatif aux observations faites au barrage, je pense. Il

10 y a deux exemples ou deux photos dont nous avons discuté vous et moi afin

11 de discuter de la pièce qui permettrait d'illustrer ce que nous disons à

12 l'intention des juges. Ce sont les photographie que l'on trouve après la

13 page 4.

14 Réponse: Ici, sur cette photographie, vous voyez la première phase du

15 processus. Ici, c'est une housse ouverte à l'arrivée à la morgue et l'on

16 voit les restes humains à l'intérieur de la housse tels que nous les

17 recevons, tels que nous les réceptionnons. Nous passons tout ceci à

18 l'appareil fluoroscopique -nous en avons déjà discuté. S'il s'agit de

19 restes squelettiques, une fois les vêtements enlevés, fouillés, après

20 identification de certains éléments, on examine les os avant qu'il ne

21 soient lavés afin de voir quelle est la couleur des fractures.

22 Je crois que le Dr Clark vous a parlé des difficultés que l'on rencontre

23 si l'on veut cerner les problèmes ou faire la différence entre les

24 fractures intervenues au moment de la mort et celles intervenues après la

25 mort. Toutefois, dans un certain nombre de cas, lorsque nous avons des

Page 3999

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13 Page blanche insérée aux fins d'assurer la correspondance entre la

14 pagination anglaise et la pagination française.

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

 

Page 4000

1 fractures assez fraîches, c'est-à-dire qui se sont produites après la mort

2 et qui étaient plus proches du moment d'examen, si l'on examine les

3 rebords de l'os, on va voir une couleur très pâle, ce qui nous indique que

4 la blessure est intervenue post mortem. On examine donc les os avant de

5 les laver pour voir s'il y a effectivement des blessures post mortem.

6 Après cet examen, les os sont lavés et sont alignés en position

7 anatomique ; ça, c'est le travail que réalise l'anthropologue.

8 Question: Nous tournons la page et vous allez pouvoir nous montrer la

9 pièce suivante. C'est le même cas?

10 Réponse: Tout à fait. Ici, nous avons la même personne que pour le 001.

11 Ici, les restes ont été lavés et placés pour correspondre à la position

12 anatomique. Vous voyez au sommet les bras, les os des bras supérieurs:

13 vous avez l'omoplate, le sternum, la partie thoracique de la colonne

14 vertébrale et les côtes. Les os ont été nettoyés, alignées dans cette

15 position anatomique afin d'essayer de voir si la lésion est intervenue

16 dans la période pari mortem, au moment où tous les corps se trouvaient en

17 position anatomique ou bien si cette blessure a peut-être été infligée

18 après la mort.

19 Question: Et que se passe-t-il après réalisation de cet examen?

20 Réponse: Le pathologiste, l'anthropologue examinent les restes, essaient

21 d'établir s'il y a des traces de lésion. Certaines de ces lésions, comme

22 vous pourrez le constater ici, en ce cas particulier, est-ce qu'il y a

23 fracture de l'omoplate? C'est sans doute une blessure infligée après la

24 mort.

25 Et là, si nous avons des fractures osseuses, quand il est difficile de

Page 4001

1 voir où était le centre ou l'impact central de la blessure, on reconstruit

2 l'os, on va aussi rechercher des traces d'identification sur le corps et

3 l'anthropologue va examiner les restes pour essayer de déterminer le sexe

4 de la personne, son âge et sa hauteur, sa taille, sa stature. Les éléments

5 examinés dans le corps sont alors remis dans la housse. En général, il y a

6 consultation entre l'anthropologue et le pathologiste s'agissant de ces

7 lésions parce qu'ici, en l'espèce, l'anthropologue avait beaucoup

8 d'expérience et n'a examiné que les lésions osseuses.

9 Là-dessus, le pathologiste va terminer son examen et dresser un rapport.

10 Question: Docteur Lawrence, vous avez montré un exemple où vous aviez la

11 reconstruction par l'anthropologue de l'articulation du coude. Pourrions-

12 nous revenir à ceci pour en fournir une meilleure illustration?

13 Examinons la pièce 263, en l'occurrence votre rapport réalisé à la suite

14 de l'examen et des autopsies pour le CR 3. Là, nous avons des photos,

15 après la page 9 de votre rapport.

16 Veuillez d'abord nous donner l'identification de la pièce et une

17 explication s'y rapportant.

18 Réponse: Voici la photographie dont vous parlez. C'est un des crânes

19 appartenant à l'un des corps récupérés à la Cancari, route 3. Nous voyons

20 ici le sommet de la calotte osseuse, du crâne, de la calotte crânienne. La

21 partie frontale est à gauche. Il y a blessure par balle au centre. La

22 flèche l'indique avec toute une série de fractures qui irradient de-là et

23 les parties blanches sont la colle que nous avons utilisée pour

24 reconstruire ce crâne. Vous constaterez également qu'il y a un certain

25 degré de déformation persistante du crâne. Et toute la zone entourant

Page 4002

1 l'impact de balles n'est pas trop déformée. La blessure par balle est une

2 lésion pari mortem, mais apparemment il y a aussi lésion par choc violent

3 qui est intervenue après la mort.

4 Question: C'est là un exemple de la reconstitution, de la reconstruction

5 d'un os en l'occurrence d'un crâne réalisé par un anthropologue. Je

6 suppose que ceci vous aide à déterminer les causes du décès?

7 Réponse: Il est très difficile de voir l'impact des blessures par balles

8 avant d'avoir reconstitué ce crâne.

9 Question: Vous avez préparé huit rapports complets relatifs aux huit

10 sites d'exhumation d'où vous avez récupéré des restes humains en 1998.

11 Je n’ai pas l'intention de vous demander de parcourir chacun de ces huit

12 rapports. Toutefois, est-ce que nous pourrions en parcourir l'un d'entre

13 eux puisque nous avons pratiquement la même présentation partout?

14 Réponse: Oui.

15 Question: Il s'agit là de la pièce 263, pièce de l'accusation, rapport

16 d'autopsie des restes humains de CR 3. Pourrions-nous parcourir ensemble

17 ce rapport? Veuillez commencer par la page 2 que nous allons placer sur le

18 rétroprojecteur. Ce sont là vos résumés et conclusions à la suite des

19 autopsies réalisées pour le CR 03. Je vais vous demander de donner

20 quelques lectures de vos conclusions afin que ceci soit versé au dossier.

21 M. le Président: Est-ce qu'on peut faire ceci après une pause?

22 M. Harmon (interprétation): Oui.

23 M. le Président: Une pause de 20 minutes.

24 (L'audience, suspendue à 12 heures 20, est reprise à 12 heures 45.)

25 M. le Président: Monsieur Harmon, nous reprenons. Vous pouvez continuer,

Page 4003

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13 Page blanche insérée aux fins d'assurer la correspondance entre la

14 pagination anglaise et la pagination française.

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

 

Page 4004

1 s'il vous plaît.

2 M. Harmon (interprétation): Docteur Lawrence, avant la pause, je vous ai

3 demandé de vous reporter à votre rapport sur les autopsies sur les restes

4 corporels de la route de Cancari fosse 3. Pour que ce soit tout à fait

5 précis, la route de Cancari a été mise en relation avec la pièce à

6 conviction de l'accusation 259, à savoir le site primaire de Kozluk. C'est

7 sur cela qu'a déposé M. Dean Manning: il a identifié les différentes

8 sources de ces liens que l'on peut voir sur la pièce 259.

9 Docteur Lawrence, pourriez-vous placer sur le rétroprojecteur le résumé

10 des analyses du rapport de CR 03?

11 Réponse: Il s'agit donc du sommaire du rapport sur CR 03.

12 "Point 1, du point de vue de l'examen anthropologique, la fosse située au

13 CR 3 a été considérée comme contenant au moins 160 individus.

14 Point 2, tous les corps pour lesquels le sexe a pu être identifié, à

15 savoir 126, étaient de sexe masculin. Il y avait un pré-adulte qui portait

16 quelques vêtements féminins et dont le sexe n'a pas pu être déterminé par

17 l'examen anthropologique.

18 Point 3, il y avait un individu âgé de 8 à 13 ans, et au moins 7 individus

19 qui étaient âgés de plus de 65 ans.

20 Point 4, aucun des corps ne portait d'arme ni d'uniforme de l'armée ou

21 d'une milice quelconque. Un corps semblait porter un uniforme bleu, mais

22 cela ne semblait pas être un uniforme de police et il ne portait pas

23 d'insignes de police. Dans une housse de parties corporelles où il y avait

24 des os et des vêtements, on a trouvé une vareuse de l'armée populaire

25 yougoslave.

Page 4005

1 Point 5, il y avait 37 liens de différents matériaux, donc des liens

2 servant à ligoter les mains: 25 associés aux mains ou aux bras, 8 aux

3 corps et 4 dans la fosse. Dans quatre cas, les mains semblaient être

4 attachées derrière le dos. Le matériau de ces liens est semblable à celui

5 que nous avons vu à CR 12."

6 Question: CR 12, si vous me permettez de vous interrompre un instant, au

7 sujet de la pièce à conviction 259, CR 12 est lié à Branjevo, la ferme

8 militaire. Il s'agit d'un site primaire d'exécution. Pourriez-vous

9 continuer, s'il vous plaît?

10 Réponse: Oui.

11 "Point 6, huit bandeaux ont été trouvés sur ou autour des corps à cet

12 endroit, ce site, 4 près du visage.

13 Point 7, les corps étaient décomposés mais il y avait des variations

14 considérables par rapport aux organes reconnaissables jusqu'à la réduction

15 totale à l'état de squelette avec démantèlement complet.

16 Point 8, il y avait 225 blessures par balle définies et certaines, 5

17 blessures par balle probables, et 32 possibles sur 148 corps. Les sites

18 les plus fréquents étaient le tronc 112, les jambes 91, la tête et le cou

19 31, et le bras 27.

20 Point 9, CR 3 montre la moitié du nombre total de blessures par balle que

21 nous avons pu identifier à CR 12, à savoir 261 par rapport aux 422.

22 Point 10, dans 148 cas..."

23 Question: Lorsque vous dites 148...

24 Réponse: "Dans 148 cas, nous avons pu identifier les blessures par balle.

25 Il y avait entre 1 et 8 blessures par balle, donc 1 sur 89 et 8 sur un

Page 4006

1 corps. Le nombre moyen de blessures par balle par corps est de 1,5.

2 Point 11, il n'y avait pas de tendance significative pour ce qui est de la

3 direction de la trajectoire de la balle. Je ne pouvais donc pas identifier

4 si c'était de derrière ou de face que les balles ont été tirées."

5 Question: Peut-on montrer la fin de la page? Pourriez-vous poursuivre,

6 s'il vous plaît?

7 Réponse: "Point 12, il y avait beaucoup de blessures portées au crâne,

8 de blessures post mortem au niveau du crâne, des côtes et de la région

9 pelvienne qui avaient tendance à dissimuler la blessure pari mortem dans

10 ces régions.

11 Point 13, nous avons trouvé des parts de 160 individus dans la fosse à

12 cause de la dislocation des éléments corporels. Ils ont été collectionnés

13 dans 383 housses. Il faut se reporter au rapport du Pr Wright. Dans un

14 nombre de cas, ces corps n'étaient pas complets et, de toute évidence, on

15 ne pouvait pas garantir que les housses étaient d'individus différents

16 parce que les corps individuels n'ont pas pu être reconstitués."

17 J'ai donné la cause de la mort pour chaque housse plutôt que pour chaque

18 individu. Il est donc tout à fait possible que, pour un individu, il y

19 avait la séparation entre la tête et le tronc et qu'il y avait plusieurs

20 causes de la mort. Dans 103 housses, il y avait la blessure dans une part

21 corporelle qui était suffisante pour provoquer la mort par blessure par

22 balle de manière individuelle, enfin sur l'individu auquel appartenait

23 cette partie corporelle.

24 Treize housses avaient une blessure dans une partie corporelle qui aurait

25 probablement pu provoquer la mort de l'individu par blessure par balle.

Page 4007

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13 Page blanche insérée aux fins d'assurer la correspondance entre la

14 pagination anglaise et la pagination française.

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

Page 4008

1 Dans 15 housses, il y avait une blessure d'une partie corporelle qui avait

2 la possibilité de provoquer la mort de l'individu par blessure par balle.

3 Dans deux housses, il y avait des blessures dans les parties corporelles

4 qui étaient cohérentes par rapport à la cause de la mort due à la blessure

5 par balle. Dans 254 housses, la cause de la mort n'a pas pu être

6 déterminée. Dans nombre de celles-là, il y avait des parties séparées et

7 des corps qui n'étaient pas complets.

8 Point 14, dans 35 corps qui étaient plutôt complets, 29 avaient la cause

9 de la mort par blessure par balle tandis que, pour 6, la cause de la mort

10 était indéterminée à mon avis. Ces 6 cas probablement représentent les

11 perforations par blessure par balle dans les tissus mous qui ne pouvaient

12 plus être reconnus parce qu'il y avait perte du tissu mou et absence de

13 lésions osseuses.

14 Point 15, les documents d'identification ont été trouvés sur ou près de 12

15 corps soit sur le site soit à la morgue."

16 Question: Je vous remercie. Dans ce rapport particulier, vous présentez

17 les choses de manière semblable aux autres rapports. Alors, il y a eu une

18 introduction. Pouvez-vous nous décrire ce que contient l'introduction?

19 Réponse: L'introduction décrit comment on a transporté les corps et

20 décrit également comment on a associé les numéros dans la totalité du

21 rapport.

22 Question: Pouvez-vous passer à la page 4 de votre rapport parce que c'est

23 la description des membres de l'équipe qui vous ont aidé dans les

24 autopsies au cours de 1998? Placez-le sur le rétroprojecteur. Etait-ce une

25 équipe internationale?

Page 4009

1 Réponse: Oui, c'était une équipe internationale. J'avais au moins 14

2 nationalités différentes présentes.

3 Question: Pouvons-nous commencer par les pathologistes?

4 Réponse: Le Dr Bentley est aujourd'hui un médecin légiste qui travaille

5 en Irlande du nord.

6 Nous avons le Dr Marie Cassidy qui a une grande expérience en Irlande en

7 tant que médecin légiste. Le Dr Davison travaille à Édimbourg. Moi-même,

8 je travaille en Australie. Dr Walter Marty est quelqu'un qui a publié

9 énormément de textes sur la balistique, il vient de Suisse. Professeur

10 Helmut Maxeiner travaille en Allemagne. Dr Yvonne Milewski est examinateur

11 médical en chef aux Etats-Unis à New York. Dr Alain Miras vient de France.

12 Dr Fritz Priemer d'Allemagne et Dr Rothschild est un médecin légiste de

13 Berlin.

14 Question: On vous a posé des questions sur les autopsies. Avant tout,

15 pouvez-vous nous dire quel est le rôle d'un technicien qui effectue des

16 autopsies?

17 Réponse: Il est aidé essentiellement par un médecin légiste. Il

18 travaille sur le traitement des corps, il les transporte vers la morgue, à

19 la sortie de la morgue. Il travaille sur les vêtements et aide le médecin

20 légiste afin d'accomplir leur rapport.

21 Question: Donc là il s'agissait également d'un groupe international?

22 Réponse: Oui. Nous avions Deborah Brown d'Ecosse, Hunter également. Puis

23 nous avions Carl Lyon ainsi que M. McNeil qui vient d'Australie.

24 Question: Passons maintenant aux radiologistes.

25 Réponse: Vous avez là des techniciens qui réalisent des radiologies. Ils

Page 4010

1 se sont chargés de l'équipement radiologie.

2 Question: Ces personnes venaient d'où?

3 Réponse: Toutes ces personnes qui figurent ici travaillent aujourd'hui à

4 Londres. L'un est Irlandais, je pense que tous les autres sont des

5 Anglais.

6 Question: Et enfin, dans ce groupe de spécialistes, vous avez des

7 anthropologues, en haut à droite. Pour l'un d'eux, M. Baraybar, nous

8 n'avons pas besoin de vous poser des questions puisqu'il est venu déposer.

9 Pouvez-vous nous dire d'où viennent les autres?

10 Réponse: Carmen Cardoza, assistant, vient du Pérou. Et, Mercedes Doretti,

11 d'origine argentine, était à la tête du programme qui se déroule à New

12 York sur les personnes portées disparues. Ensuite, nous avons Shuala

13 Martin qui est étudiante aux Etats-Unis et qui a effectué trois ou quatre

14 missions pour les Nations Unies. Julie Powers et Amy Schilling sont des

15 docteurs à l'université de New Mexico. Et Vincent Stephan, également, un

16 docteur qui vient de passer son doctorat en anthropologie et qui a donc

17 fait tout le travail d'anthropologue.

18 Question: Alors, sans identifier les personnes, nous avons ici une

19 catégorie de personnes qui faisait l'entrée de la saisie des données?

20 Réponse: Principalement, ils transformaient donc ces rapports rédigés à

21 la main en rapports dactylographiés, mais ils ont également réuni les

22 rapports, collectionné les signatures, préparé quelques documents.

23 Question: Et, au sujet de votre officier chargé de la logistique, quel

24 était son rôle?

25 Réponse: Essentiellement, il devait nous fournir les scalpels, les gants

Page 4011

1 dans un pays où il est extrêmement difficile de s'occuper de ce genre

2 d'équipements. On a besoin de beaucoup de gants par exemple et d'autres

3 équipements.

4 Question: Sans aller dans les identités, les nationalités, le reste de

5 l'équipe était multinationale?

6 Réponse: Oui, les agents de la police scientifique étaient

7 essentiellement Néerlandais, mais il y avait aussi des Australiens, parmi

8 eux mon interprète était Bosniaque.

9 Question: Dans la partie qui suit dans votre rapport vous parlez de

10 l'autopsie, cela commence à la page 5 de votre rapport. Vous avez déjà

11 déposé au sujet des procédures que vous utilisez, je ne vous demandai pas

12 de vous répéter. Vous avez là une section de votre rapport qui résulte de

13 l'autopsie, est-ce exact? Avec le nombre minimal d'individus, l'âge, le

14 sexe, etc.?

15 Réponse: Oui, c'est exact.

16 Question: C'est la section où vous donnez plus de détails par rapport aux

17 restes corporels que vous avez relevés sur ce site?

18 Réponse: Oui, j'ai donné quelques éléments sur le plan anthropologique

19 afin de présenter une manière raisonnée les résultats que j'ai obtenus. Il

20 s'agit ensuite de la partie qui concerne les blessures, les problèmes qui

21 sont associés au problème de distinction entre les blessures qui ont été

22 produites avant la mort, ou au moment de la mort, ou après la mort.

23 Ensuite, j'aborde la question des blessures par balle. J'ai ajouté ici,

24 j'ai présenté un certain nombre de tableaux. A la page 9 de mon rapport,

25 nous avons une description de l'endroit où nous avons trouvé des blessures

Page 4012

1 par balle dans 148 corps. Vous voyez qu'il y a 25 blessures par balle

2 sûres au niveau de la tête et du cou. Après, 93 au niveau du tronc, 24 au

3 niveau des bras, 83 au niveau des jambes et cela constitue un total de

4 255.

5 Question: 225?

6 Réponse: Oui, 225. Il s'agit du tableau numéro 2, page 9. Nous voyons ici

7 le nombre de blessures par balle par corps. Ici, vous voyez que cela va de

8 1 à 8. Il y en a beaucoup avec une seule blessure et, en moyenne, en fait

9 si vous vous penchez sur la moyenne des corps qui avaient des blessures

10 par balle, la moyenne est de 1,8.

11 Question: Alors, page 10, pouvez-vous passer au troisième tableau?

12 Réponse: On a cherché à donner la direction des balles. Il s'agit d'un

13 des sites secondaires, sauf dans un cas, et il s'agit de corps qui étaient

14 vraiment très disloqués. Si nous nous penchons sur les blessures par balle

15 de face ou de dos, il y en a 32 pour lesquelles nous sommes sûrs quelles

16 sont de face vers l'arrière, 31 de dos vers l'avant. Un grand nombre, 198

17 pour la direction indéterminée. Puis nous avons ensuite la répartition par

18 rapport au côté droit ou gauche du corps ou le milieu du corps, le centre

19 du corps. Nous avons aussi la répartition pour la direction allant du haut

20 vers le bas et inversement. Ma conclusion est la suivante: il y a très peu

21 de cas où nous avons pu le déterminer donc l'information que l'on peut en

22 tirer est faible.

23 Question: Dans tous vos rapports, il semble y avoir un tableau, nous

24 avons cela également à la page suivante. Monsieur l'huissier, pourriez-vous

25 nous aider? Pourriez-vous le placer sur le rétroprojecteur?

Page 4013

1 (L'huissier s'exécute.)

2 Réponse: Il s'agit en fait d'un tableau complexe que j'ai réuni sur la

3 base des radiologies et les descriptions des blessures par balle. J'ai

4 effectivement marqué toutes les blessures par balle sur un même corps pour

5 voir s'il y a un modèle de répartition des blessures par balle. En fait,

6 je n'ai pas pu trouver de modèle clair quant à la répartition des

7 blessures par balle. Nous voyons la direction de dos sur le diagramme, de

8 dos. Ensuite, nous voyons la direction connue et la direction inconnue.

9 Simplement pour vous montrer à peu près où on a trouvé les impacts de

10 balles.

11 Question: Pouvez-vous passer à la page suivante, s'il vous plaît?

12 Pouvez-vous nous expliquer ce tableau, le tableau numéro 4? Monsieur

13 l'huissier, pourriez-vous aider le témoin à présenter ce tableau?

14 (L'huissier s'exécute.)

15 Réponse: Au fond, cela nous montre les projectiles que nous avons pu

16 retrouver sur ce site. Vous avez l'ensemble de ce que nous avons retrouvé:

17 88 balles qui étaient complètes ou presque complètes. 155 fragments de

18 balles qui n'ont pas pu être déterminés avec précision. 57 fragments de

19 chemises, un de cuivre et 35 fragments d'armes.

20 Question: Pouvez-vous passer maintenant, s'il vous plaît, à la

21 page 13? Il s'agit d'un tableau qui continue à la page 14 mais cela nous

22 permettra de voir ce que je cherche à voir.

23 Réponse: Toute cette partie montre tous les liens ou liens potentiels que

24 nous avons pu trouver sur ce site ou pendant les autopsies. Ce que j'ai

25 décrit c'est le nombre, le numéro de la housse où se trouvait le corps,

Page 4014

1 une description approximative du matériau, les dimensions, la largeur, la

2 circonférence de la boucle, le nombre de boucles ainsi que l'endroit où

3 nous l'avons relevé. Vous voyez que 25 étaient associés aux mains, 8 au

4 corps mais qui n'étaient pas de manière évidente autour des mains, et 4

5 ont été trouvés de manière isolée dans la fosse.

6 Question: Passons maintenant à la page 15 de votre rapport, s'il

7 vous plaît. Etes-vous d'accord sur le fait que nous voyons ici un tableau

8 comparable pour les bandeaux?

9 Réponse: Oui. Il s'agit d'un tableau pour les bandeaux potentiels. De

10 nouveau, vous voyez le numéro de la housse, le matériau, la largeur, la

11 circonférence et l'endroit, la localisation.

12 Question: La section suivante de votre rapport. Nous voyons ici,

13 en bas, ce que nous sommes en train de regarder sur le rétroprojecteur

14 concerne les causes de la mort. Qu'est-ce qui est décrit dans ce chapitre?

15 Réponse: Nous commençons par un problème intrinsèque qui se pose au

16 moment où nous cherchons à traiter les parties corporelles disparates,

17 très disloquées. La question est de savoir comment décrire les résultats

18 d'examen de corps qui ne sont pas complets.

19 S'agissant des corps qui sont complets, vous pouvez examiner l'ensemble du

20 corps et vous pouvez en conclure, si vous avez la cause de la mort ou non.

21 Mais si le corps est par exemple divisé en deux, si vous avez la partie

22 supérieure ou inférieure du corps et si vous n'êtes pas en mesure de les

23 relier, on a un très grand nombre de victimes potentielles dont les corps

24 sont disloqués de cette manière. Généralement, nous ne sommes pas dans ce

25 cas en mesure d'opérer un lien entre l'une et l'autre partie.

Page 4015

1 Là, le succès dépend de l'identification des vêtements et, par exemple,

2 d'une caractéristique particulière qui peut être identifiée sur les deux

3 parties. Par exemple, un homme qui avait un avant-bras très court. Nous

4 avons donc pu mettre en relation cela avec les autres déformations du

5 corps. Mais généralement, nous n'avons pas pu relier les parties

6 supérieures et inférieures du corps.

7 On rend le corps au pathologiste qui essaye de déduire sur la cause de la

8 mort pour une housse particulière. La conséquence, par exemple dans ce

9 corps que nous avons imaginé qui est divisé en deux, c'est que nous avons

10 une cause de la mort dans la partie inférieure ou dans la partie

11 supérieure qui nous permet de relier les deux causes en un corps. Et c'est

12 très difficile, quasiment impossible de résoudre ce problème.

13 La situation est plus facile lorsque vous avez des corps complets parce

14 que le problème ne se pose pas. Les causes de la mort dans les parties

15 corporelles disparates, je les ai énumérées afin de décrire les blessures

16 qui étaient présentes. J'ai aussi inclus les causes de la mort pour les

17 corps qui étaient complets. Je pense que là, c'est plus facile parce que

18 cela a un sens.

19 Question: Je voudrais maintenant poursuivre avec l'examen de

20 votre rapport. Pouvez-vous passer à la page 18?

21 Réponse: Ce sont des corps qui ont été trouvés.

22 Question: Pouvez-vous placer le document sur le rétroprojecteur,

23 je vous prie, docteur Lawrence?

24 Réponse: Bien entendu, nous recherchons des éléments d'uniformes

25 militaires sur ce site. Nous avons trouvé un corps revêtu d'une vareuse de

Page 4016

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13 Page blanche insérée aux fins d'assurer la correspondance entre la

14 pagination anglaise et la pagination française.

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

Page 4017

1 l'armée yougoslave et nous avons trouvé également un uniforme bleu qui

2 n'était pas associé à d'autres insignes militaires. Nous avons également

3 découvert un corps revêtu d'une vareuse dans la poche de laquelle nous

4 avons trouvé une cartouche qui n'avait pas été tirée. Mais aucun autre

5 élément indiquant la présence d'armes.

6 Question: Avez-vous noté dans votre rapport la présence de

7 documents d'identification récupérés sur les corps?

8 Réponse: Oui, nous avons trouvé un certain nombre de documents qui

9 permettaient une identification. Vous voyez toujours ici le numéro de la

10 housse, la définition de l'objet, le prénom de l'individu, son nom de

11 famille et, si possible, sa date de naissance. Et s'il s'agissait d'un

12 passeport, le numéro de ce passeport.

13 Question: Passons maintenant à la page 19 de votre rapport, je

14 vous vous prie, où nous trouvons un tableau qui se poursuit sur plusieurs

15 pages, docteur Lawrence. Je vous demande d'abord ce qu'est ce tableau?

16 Réponse: Eh bien, c'est un résumé des éléments contenus dans toutes les

17 housses que nous avons reçues. J'ai essayé d'être le plus clair, le plus

18 transparent possible pour indiquer ce sur quoi nous avons travaillé. Nous

19 avons donc indiqué dans ce tableau le numéro du corps. Lorsque le corps

20 présentait plusieurs impacts de balle, chaque impact est répertorié

21 séparément. Donc, en haut ici, on voit le chiffre 319 qui est donc le

22 numéro du corps; il y avait deux impacts de balle, donc nous avons affecté

23 deux numéros: 319.1 et 319.2.

24 Maintenant, lorsque l'exhumation est réalisée, les os isolés ne peuvent

25 pas être associés avec d'autre os contenus dans une housse. Donc dans une

Page 4018

1 housse, on peut trouver les restes de plusieurs individus autrement dit,

2 et il est parfois impossible d'associer ces éléments disparates à un corps

3 particulier. Dans cette housse, nous avons trouvé des impacts de balle

4 identifiables éventuellement à l'omoplate gauche et également un impact à

5 la tête. A mon avis, l'impact de balle que l'on a trouvé sur la tête

6 pouvait être la cause de la mort. Nous avons donc affecté une cause de

7 mort à cette housse parce que le crâne avait reçu une balle.

8 Maintenant, si nous allons un peu plus bas dans le tableau, nous trouvons

9 ici un espace entre la housse B319.2 et les autres, et la cause de la mort

10 n'a pas été associée à la blessure à l'omoplate parce qu'elle n'a pas été

11 considérée comme certaine.

12 On descend, on arrive au n°322, c'était une housse qui contenait des

13 jambes. Les impacts de balles n'étaient pas identifiables, donc la cause

14 de la mort a été laissée comme indéterminée. La housse 323, on y a trouvé

15 une tête -la lettre H-, des bras -la lettre A- et un thorax. Dans cette

16 housse, nous avons donc vu un impact de balle au niveau gauche du thorax

17 et une cause de mort a été affectée à cette lésion par balle du thorax.

18 Question: Docteur Lawrence, nous n'allons pas passer en revue la totalité

19 de votre rapport dans le détail, mais il y a un certain nombre de termes

20 que j'aimerais que vous définissiez: par exemple "impossible à certifier"

21 qui apparaît souvent dans la rubrique "cause de la mort". Est-ce que cela

22 signifie que la cause de la mort est indéterminée même en présence

23 éventuelle d'un impact de balle?

24 Réponse: J'ai déjà travaillé dans plusieurs systèmes judiciaires

25 différents. Mais, pour l'essentiel, ma formation est américaine et j'ai

Page 4019

1 tendance à utiliser le terme "indéterminé" dans ce cas. De nombreux

2 britanniques utilisent le terme "incertifiable" ou "inavérable". Et pour

3 être tout à fait complet, j'ai inscrit les deux mots dans mon rapport en

4 utilisant les termes utilisés par les pathologistes.

5 Question: Enfin, docteur Lawrence, j'aimerais vous renvoyer à la page 30

6 de votre rapport. Je vous demanderai de placer ce tableau sur le

7 rétroprojecteur et de nous expliquer le tableau de la page 30.

8 Réponse: Sur ce tableau, on voit l'ensemble des caractéristiques

9 observées sur l'ensemble des corps récupérés qui pourraient permettre

10 d'identifier un individu, après comparaison avec les informations fournies

11 par des personnes vivantes. Si nous prenons, par exemple, l'individu

12 correspondant au n° 319, il présentait une lésion par éclat d'obus à la

13 jambe gauche qui était une lésion antérieure. Nous l'avons donc consignée,

14 car elle pourrait servir à l'identifier par la suite.

15 Question: Donc toutes les anciennes lésions éventuellement à l'humérus,

16 par exemple, que vous avez décrites, se trouveraient là?

17 Réponse: Nous avons découvert des lésions anciennes que nous avons

18 décrites. Nous avons également consigné ici les handicaps: les hommes par

19 exemple qui avaient des vertèbres soudées. Oui.

20 Question: Ecoutez, je ne vais pas passer en revue dans le détail

21 l'ensemble de votre rapport mais, docteur Lawrence, s'agissant des huit

22 rapports que vous avez élaborés, je vous demanderai de bien vouloir

23 résumer, dans l'intérêt des juges, les constatations consignées dans ces

24 huit rapports.

25 Réponse: Eh bien, en résumé, s'agissant de toutes les fosses sur

Page 4020

1 lesquelles j'ai travaillé en 1998, je dirai que le nombre minimal

2 d'individus découverts a été de 883, le nombre de housses a été de 2239,

3 le nombre de corps relativement intacts a été de 254.

4 Question: Permettez-moi de vous interrompre: vous parlez de 254 corps

5 relativement intacts. Mais tous les sites que vous avez examinés, à

6 l'exception d'un seul, ont été des sites dans lesquels les corps ont été

7 enlevés pour être placés ailleurs?

8 Réponse: Oui.

9 Question: Le nombre de 254 corps intacts correspond-il avec le fait que

10 des corps aient pu être transportés d'un site à un autre?

11 Réponse: Oui.

12 Question: Veuillez poursuivre votre résumé.

13 Réponse: Eh bien, sur la base des éléments constatés par l'anthropologue,

14 nous pouvons dire qu'il y avait 7 enfants, c'est-à-dire des individus dont

15 l'âge variait entre 8 et 13 ans, 48 adolescents, 96 jeunes adultes. La

16 majorité de ces individus avaient plus de 25 ans. Leur nombre se monte à

17 peu près à 688. Et à l'autre bout de l'échelle, on trouve 12 individus

18 dont l'âge varie entre 55 et 65 ans, et au moins 9 âgés de 65 ans.

19 Sur les 883 individus dont les corps ont été retrouvés, 686 ont été

20 identifiés comme étant de sexe masculin, et 197 sont des

21 individus chez lesquels le sexe n'a pas pu être déterminé.

22 Nous avons trouvé 1307 lésions par balle indubitables. Nous avons trouvé 6

23 lésions dues à des carabines, et 25 blessures dues à des éclats. Sur ces

24 25 blessures par éclat d'obus, 24 ont été découvertes sur le même site,

25 celui de Zeleni Jadar n° 5. Le plus grand nombre de lésions par carabine

Page 4021

1 s'est monté à 11 dans un seul corps. La cause de la mort dans les corps à

2 peu près intacts a été étudiée dans les corps à peu près intacts, donc les

3 254 dont j'ai déjà parlé. Pour 203 d'entre eux, la cause de la mort était

4 liée à un coup de feu par balle. Un individu était mort de lésions par

5 carabine et de blessures dues à des éclats et 55 individus ont été

6 retrouvés chez lesquels la cause de la mort est restée indéterminée.

7 Question: 50 ou 55?

8 Réponse: Excusez-moi, 55 ont été considérés comme ayant une cause de

9 décès indéterminée et ce chiffre comprend les 13 qui sont probablement

10 morts d'un coup de carabine. Les liens: 53 liens étaient associés aux bras

11 et 83 potentiellement associés à des bras. Les bandeaux: il y en avait 44

12 et peut-être 103 de plus. Et les documents d'identification ont été

13 découverts sur 53 corps sur le site ou à la morgue.

14 Question: Docteur Lawrence, merci beaucoup.

15 M. Harmon (interprétation): (Hors micro).

16 Monsieur le Président, j'ai terminé mon interrogatoire du Dr Lawrence,

17 mais il y a une erreur au compte rendu d'audience. Cette erreur ce situe à

18 13 heures 14.26. J'ai demandé au témoin s'il avait dit 50 ou 55. Le témoin

19 a répondu 50, mais c'est toujours le chiffre 55 qui figure au compte rendu

20 d'audience. Je vais donc reposer la question.

21 Docteur Lawrence, s'agissant du nombre d'individus chez qui la cause de la

22 mort est restée indéterminée, quel est le nombre de ces individus?

23 Réponse: La cause de la mort n'a pas pu être déterminée chez 50

24 individus.

25 M. Harmon (interprétation): Merci.

Page 4022

1 (Le témoin, M. Lawrence, est contre-interrogé par M. Visnjic.)

2 M. le Président: Très bien. Merci beaucoup Monsieur Harmon. Maître

3 Visnjic, vous avez beaucoup de questions sûrement?

4 M. Visnjic (interprétation) : Monsieur le Président, pas tant que cela.

5 M. le Président : Nous allons voir et ensuite nous verrons si nous faisons

6 une pause avant de terminer.

7 Docteur Lawrence, vous allez maintenant répondre aux questions que Me

8 Visnjic, avocat de la défense, va vous poser, s'il vous plaît.

9 M. Visnjic (interprétation) : Bonjour, docteur Lawrence.

10 Docteur Lawrence, la plupart de mes questions porteront sur les autopsies

11 que vous avez effectuées liées à la fosse Zeleni Jadar 05?

12 M. Lawrence (interprétation): Oui.

13 Question: D'après les éléments de preuve qui ont été présentés

14 par l'accusation, ce site, cette fosse est présentée comme un site

15 secondaire par rapport au site primaire de Glogova?

16 Réponse: Oui, je crois que oui.

17 Question: Dans votre rapport, vous avez présenté un tableau sur

18 lequel on voit le nombre de blessures par balles provoquées par les armes

19 à feu et par les éclats d'obus répartis sur le corps?

20 Réponse: Oui.

21 Question: Compte tenu de votre collègue, M. Clark, je suppose

22 qu'il s'agit du nombre minimal de blessures par balles ou par éclats

23 répartis sur un corps?

24 Réponse: Là où il y a des blessures occasionnées par des éclats d'obus,

25 là nous avons décrit tous les corps identifiés, là où nous avons identifié

Page 4023

1 une blessure éventuellement causée par des éclats d'obus. Mais évidemment,

2 dans la mesure du possible, vu l'état de décomposition des corps,

3 certaines des blessures avaient disparu et certains des éclats aussi. Ce

4 sont effectivement des chiffres minimaux que j'ai fournis.

5 Question: Je suppose que vous me répondrez de même si je vous

6 pose la question au sujet des blessures par balles, par projectiles?

7 Réponse: Je crois que là, j'aurais des chiffres moins modestes, moins

8 restrictifs que ceux du Dr Clark, mais là effectivement il y avait sans

9 doute plus de blessures par balles que le chiffre dont nous avons fait

10 état.

11 Question: Pendant l'interrogatoire principal, au moment où vous

12 présentiez vos collaborateurs, vous avez dit que vous aviez un

13 pathologiste dans votre équipe qui est l'auteur de nombreuses publications

14 dans le domaine de la balistique?

15 Réponse: C'est exact.

16 Question: Au vu des blessures par éclats, éclat d'obus ainsi que

17 les restes que vous avez pu trouver dans les parties corporelles des

18 victimes, étiez-vous en mesure d'établir, de déterminer le type d'armes

19 qui a été utilisé? Je ne vous demande pas d'entrer dans les détails, c'est

20 une question générale que je vous pose.

21 Réponse: Eh bien, de façon générale, le type de blessures subies ont été

22 occasionnées par des armes de puissance moyenne à forte, fusils par

23 exemple, de puissance moyenne ou forte.

24 Question: Et s'agissant des éclats d'obus que vous avez trouvés?

25 Réponse: Moi je suis médecin légiste, spécialisé en pathologie; j'ai

Page 4024

1 quelques notions de balistique, mais c'est tout. Je ne connais pas les

2 pièces d'artillerie.

3 Question: Merci. Dans ce rapport, vous dites que, dans un corps,

4 vous avez trouvé des fragments de verres, de vitres. J'en déduis qu'il

5 s'agit d'une vitre de voiture?

6 Réponse: C'est ce que j'ai pensé.

7 Question: Avez-vous trouvé une explication à cela?

8 Réponse: Oui, j'ai une explication à cela. Je crois comprendre qu'à

9 l'entrepôt de Kravica, il y avait beaucoup de pièces détachées de

10 voitures. Je me suis dit que ces débris de verres provenaient sans doute

11 d'un véhicule qui s'y trouvait. Je suppose qu'on pourrait trouver de tels

12 fragments par hasard, si vous voulez, dans d'autres endroits.

13 Question: A quelle profondeur avez-vous trouvé ce verre, à quelle

14 profondeur par rapport à la surface?

15 Réponse: Je ne sais pas exactement puisque je n'ai pas réalisé

16 l’autopsie moi-même. Mais si vous me permettez de consulter le rapport...

17 On en dit que ceci a été détecté dans la région pelvienne. Désolé de ne

18 pas pouvoir être plus précis.

19 Question: Compte tenu de l'endroit où on a retrouvé le verre qui

20 est venu se loger dans la région pelvienne, peut-on penser que le corps a

21 heurté un objet qui se déplaçait à une grande vitesse, donc compte tenu de

22 la profondeur de l'endroit où se trouve le verre.

23 Réponse: Excusez-moi, pourriez-vous me rappeler la première partie de

24 votre question?

25 Question: Compte tenu de l'endroit où vous avez retrouvé le

Page 4025

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13 Page blanche insérée aux fins d'assurer la correspondance entre la

14 pagination anglaise et la pagination française.

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

Page 4026

1 verre, et si j'ai bien compris, c'était sur les os que le verre se

2 trouvait?

3 Réponse: Si j'ai bien compris, on a trouvé ce bout de verre dans les

4 tissus mous de la région pelvienne.

5 Question: Au vu de cela, est-il possible que ce verre se soit

6 retrouvé à l'endroit où il se trouve à cause d'un heurt qui s'est produit

7 entre l'objet et le corps et le verre? A cause d'un choc violent?

8 Réponse: Je suppose que c'est une possibilité pour moi. En fait il y

9 avait l'accélération du verre vers le corps, donc dans un sens différent

10 que celui que vous indiquez. Je ne me souviens pas avoir constaté qu'il y

11 avait de grosses lésions du tissu mou pour penser que c'était un objet.

12 Pour moi, c'est plutôt l'accélération du verre qui entre dans le corps

13 plutôt que l'accélération du corps qui est projeté sur un objet.

14 Question: A votre avis, un tesson de verre peut-il traverser la peau s'il

15 s'agit du verre qui se trouve, par exemple, sur le sol d'une pièce?

16 Réponse: Oui.

17 Question: Compte tenu du nombre de blessures dans cette dernière fosse et,

18 en particulier, compte tenu des blessures par éclats d'obus, conformément

19 à cela, par rapport à cela, la fosse Zeleni Jadar 05 est-elle différente

20 des autres fosses primaires ou secondaires que vous avez examinées?

21 Réponse: Oui, très différente. Là, nous avons trouvé 24 blessures par

22 éclats d'obus alors que nous n'en avons trouvé qu'une sur les 7 autres

23 fosses communes.

24 Question: Docteur Lawrence, en cas de conflit, en cas d'activité de

25 combats entre deux parties…

Page 4027

1 Réponse: Oui.

2 Question: On peut supposer, si ces parties s'affrontent de face, que la

3 plupart des blessures sont infligées au moment où le projectile traverse

4 le corps de face?

5 Réponse: Oui.

6 Question: Si un groupe d'individus se trouve encerclé, cette hypothèse

7 serait-elle remise en question? Autrement dit, si les opérations de combat

8 sont telles que les individus sont exposés aux feux croisés, d'après votre

9 expérience, cette hypothèse serait-elle sérieusement remise en question?

10 Réponse: Je ne pense pas pouvoir vous aider sur ce point. Je ne le sais

11 pas.

12 Question: Veuillez m'excuser, Monsieur le Président. Madame et Messieurs

13 les Juges, je n'ai qu'une question à poser.

14 Pour enchaîner sur la question précédente, dans cette situation que j'ai

15 essayé de vous faire imaginer, où serait située la majeure partie des

16 blessures sur les corps d'individus exposés à ce genre de tirs?

17 Réponse: Vous dites s'il y a encerclement?

18 Question: Oui.

19 Réponse: On pourrait les trouver un peu n’importe où sur le corps.

20 Question: Merci. Docteur Lawrence, pendant l'interrogatoire principal,

21 vous avez écarté la plupart des ambiguïtés que la défense trouvait dans

22 les rapports de vos prédécesseurs.

23 Monsieur le Président, j'en ai terminé. Je n'ai plus de questions pour ce

24 témoin.

25 M. le Président: Merci beaucoup, Maître Visnjic.

Page 4028

1 Monsieur Harmon?

2 (Questions supplémentaires de M. Harmon au Dr Lawrence.)

3 M. Harmon (interprétation): Docteur Lawrence, je n'aurai qu'une question

4 supplémentaire à vous poser. Mention a été faite du site de Zeleni Jadar;

5 j'ai parcouru ce rapport et je me suis rendu compte que j'ai omis de vous

6 poser une question.

7 S'agissant du rapport relatif à la route de Cancari, rapport que vous avez

8 préparé, vous nous avez donné la composition des équipes. Vous avez donné

9 l’identité des membres de cette équipe. Lorsqu'on voit l'équipe qui a

10 travaillé sur le site de Zeleni Jadar, ce qu’on trouve en annexe de votre

11 rapport, il apparaît qu'il y a 11 pathologistes plutôt que 10 pour le site

12 CR. Et certains des noms de ces pathologistes semblent différents.

13 Est-il exact de dire que, s'agissant de chacun de ces rapports, vous

14 précisez quels sont les membres de l'équipe qui ont participé à l'examen

15 des restes humains appartenant à tel ou tel site?

16 Réponse: Tout à fait, parce que vous aviez des personnes qui venaient

17 travailler pendant deux semaines, voire un mois, et que chacun des sites

18 faisait l'objet de visites de membres différents du personnel complet.

19 Question: Je vous remercie. Je n'ai plus de question à poser.

20 M. le Président: Merci beaucoup, Monsieur Harmon.

21 Monsieur le Juge Fuad Riad?

22 (Questions de M. le Juge Riad au Dr Lawrence.)

23 M. Riad: Merci, Monsieur le Président.

24 (Le juge Riad poursuite en anglais): Je peux encore vous dire bonjour,

25 Docteur Lawrence.

Page 4029

1 Dr Laurence (interprétation): Bonjour.

2 M. Riad (interprétation): Vous avez dit quelque chose qui m'a frappé, vous

3 avez dit que vous aviez des estimations moins modestes que M. Clark.

4 Qu'est-ce que cela veut dire dans votre domaine?

5 Réponse: Eh bien, ce que je voulais dire par là, c'est que moi j'ai

6 inclus, dans mes rapports, des blessures possibles et des blessures

7 probables. Pourquoi l’ai-je fait? En partie, parce que John Clark

8 s'occupait surtout des sites des fosses primaires alors que moi je me suis

9 pratiquement exclusivement consacré aux sites aux fosses secondaires. Ce

10 qui veut dire qu’il y avait plus de dislocations. Il était plus difficile

11 de procéder à l'interprétation des restes que nous avons trouvés.

12 De surcroît, moi, j'ai estimé, vous savez on a eu une discussion sur les

13 blessures par balle dans la jambe, à la cuisse, et moi je me suis dit que

14 si ces blessures n'avaient pas été traitées, et s'il y avait blessures par

15 balle traversant l'os de la jambe, ceci aurait une forte probabilité de

16 causer la mort s'il n'y avait pas de traitement. Cela voudrait dire qu'une

17 blessure par balle à la cuisse était une cause de décès. Etant donné que

18 ces personnes n'ont pas reçu de transfusions, n’ont pas reçu de

19 pansements, de bandages, c'est ce que je voulu dire par là.

20 J'ai donc répertorié sans doute certaines blessures que le Dr Clark aurait

21 rejeté comme étant des blessures vérifiées par balle.

22 M. Riad (interprétation): Je vois. Je prends un exemple: vous avez dit que

23 44 personnes s'étaient vu bander les yeux et que potentiellement il y en

24 avait jusqu'à 103. Qu'est-ce que vous voulez dire par «en puissance»?

25 Réponse: Eh bien, 44 cela représente le nombre de bandeaux que nous avons

Page 4030

1 trouvés.

2 Oui, si nous examinons les bandeaux, il y en avait 44 où il y avait des

3 preuves soit sur le site soit à la morgue qu’ils avaient été placés autour

4 du visage.

5 Nous avons trouvé des pièces de tissus identiques à côté de certains corps

6 ou dans la fosse. Et je suppose que si nous nous étions trouvés sur les

7 lieux à l'époque, nous aurions vu beaucoup plus de bandeaux, en tout cas

8 beaucoup plus que 44 d'entre eux.

9 Mais, ici, j’ai essayé de vous donner des chiffres définitifs, là où nous

10 sommes sûrs, et d'une estimation de cas possibles ou probables. Je voulais

11 faire preuve d'équité.

12 M. Riad (interprétation): Alors, parlons des tranches d'âge mentionnées.

13 Vous avez parlé de 7 enfants de 8 à 13 ans?

14 Réponse: Oui.

15 Question: Est-ce qu'il vous a été possible d'être plus précis pour

16 déterminer l'âge d'un enfant? Est-ce qu’il est possible de dire s'il a

17 moins de 13 ans ou plus de 13 ans?

18 Réponse: Je crois que c'est une question que vous devriez poser aux

19 anthropologues parce que ce sont eux qui déterminent...

20 M. Riad (interprétation): Ah, je vois…

21 Réponse: Effectivement, ils ont eux procédé à l'identification.

22 M. Riad (interprétation): Mais vous semblez corroborer ces chiffres?

23 Réponse: Effectivement. Moi, je pense que ces personnes devaient avoir à

24 peu près cet âge.

25 M. Riad (interprétation): S'agissant des personnes de plus de 65 ans, est-

Page 4031

1 ce qu’il est facile de dire qu'une personne à plus ou moins de 65 ans?

2 Réponse: Pour ce qui est des estimations au-delà de l'âge de 50 ans, je

3 crois qu’il est très difficile de tirer des conclusions à l'appui des

4 techniques modernes. Quelquefois l’impression vous sera plus définitive si

5 on voit les problèmes d'arthrite ou quand on voit les problèmes osseux par

6 exemple. Là aussi, nous n'avons livré que des estimations. Cependant, je

7 crois qu'étant donné les autres moyens que nous avons retrouvés, par

8 exemple les appareils dont se servent les sourds, là effectivement on peut

9 déterminer l'âge, mais je crois qu'il faut réserver ceci à un

10 anthropologue plutôt qu'à moi.

11 M. Riad (interprétation): Vous avez eu un échange d'idées avec le conseil

12 de la défense et vous avez dit, à un certain moment, que vous ne pouviez

13 pas répondre à ces questions lorsqu'il vous a demandé ce qu'il en serait

14 si les gens étaient encerclés, et de quelle façon seraient infligées les

15 blessures. Est-ce que vous pouvez poursuivre ce débat?

16 Réponse: Je ne m'affirme pas expert en chose militaire. J'ai une

17 certaine compréhension de ce qui peut se passer.

18 Question: Quand on voit le type de blessures, les morts causées, est-ce

19 que ceci pourrait se présenter s'il y avait encerclement ou plutôt si vous

20 avez deux groupes qui s'affrontaient? Est-ce qu’à ce moment-là de telles

21 blessures pourraient être infligées?

22 Réponse: C'est tout à fait possible, quant à savoir si cela s'est

23 produit comme ça, je ne sais pas.

24 Question: Je veux dire à la lumière de votre expérience, en l'espèce?

25 Réponse: Je n'ai pas aussi bien réussi que le Dr Clark à déterminer la

Page 4032

1 trajectoire suivie par ces projectiles. Je ne pense donc pas pouvoir

2 affirmer catégoriquement quelles sont les directions prises par ces

3 projectiles. Je ne peux pas vous répondre sous l'angle pathologique.

4 M. Riad (interprétation): Je vous remercie vivement.

5 M. le Président: Merci, Monsieur le Juge Riad.

6 (Questions de Mme le Juge Wald au Dr Lawrence.)

7 M. le Président: Madame la Juge Wald?

8 Mme Wald (interprétation): Docteur Lawrence, dans votre rapport pages 7 et

9 18 sur Cancari, là il s'agit d'identification parfois de documents. C'est

10 la page qui est consacrée. Est-ce que vous la retrouvez?

11 M. Lawrence (interprétation): Oui.

12 Question: Pourriez-vous m'expliquer deux objets? On dit plusieurs fois

13 "rapport pathologique", cela ne veut pas dire que ces personnes portaient

14 un rapport de pathologie?

15 Réponse: Si, si.

16 Question Donnez-moi un exemple.

17 Réponse: L'un d'entre eux avait quelque chose comme le résultat d'une

18 analyse sanguine.

19 Question: Et ceci est pareil aussi pour la lettre médicale?

20 Réponse: Oui.

21 Question: Deuxième objet dans la même colonne, on voit "lettre de la

22 Croix-Rouge". Est-ce que par hasard vous connaîtriez la teneur d'une

23 lettre de la Croix Rouge, et apparemment plusieurs personnes en

24 disposaient?

25 Réponse: Sans doute que quelqu'un pourra mieux le faire que moi, mais

Page 4033

1 apparemment ce sont des messages qui étaient transmis entre eux ou qui

2 passaient d'une main à l'autre, qui passaient d'un réfugié à l'autre. Ils

3 avaient reçu les services de la Croix-Rouge. Quelquefois, il y avait une

4 lettre ou deux. Il était difficile quelquefois de déterminer qui était le

5 destinataire ou le récipiendaire. Quelquefois il y avait des lettres

6 appartenant à plus qu'un individu. Mais, en général, ce sont des lettres

7 transmises à la Croix-Rouge.

8 Question: Merci.

9 (Questions de M. le Président au Dr Lawrence.)

10 M. le Président: Docteur Lawrence, j'aimerais revenir à cette situation de

11 tirs dans une situation d'encerclement. Je vais avancer. Serait-il

12 possible d'avoir des tirs dans une situation d'encerclement? Parce que là,

13 s'il y a un encerclement, les personnes se tueraient mutuellement?

14 M. Lawrence (interprétation): Je ne sais pas ce qu'il en est de la

15 tradition suivie, ici, dans ce Tribunal, mais dans un tribunal australien

16 je dirais qu'eh bien là je ne suis pas vraiment dans mon champ

17 d'expérience et de connaissance en expert. Donc là, je ne peux pas vous

18 répondre.

19 Question: J’ai posé la question parce que vous avez répondu que, dans une

20 situation comme celle-ci, les personnes qui étaient au centre allaient

21 recevoir plus ou moins des tirs de plusieurs directions. Mais il est vrai

22 que les tirs tirés de cette direction pour une personne au milieu

23 pouvaient atteindre l'autre personne qui était intéressée à tuer aussi. Je

24 vous ai posé la question parce que même comme cela vous avez répondu. De

25 toute façon, je ne veux pas insister, je comprends très bien votre

Page 4034

1 réponse, Docteur Lawrence.

2 Monsieur Harmon, avons nous des documents à régler du point de vue du

3 versement au dossier, s'il vous plaît?

4 M. Harmon (interprétation): Monsieur le Président, oui effectivement, nous

5 avons plusieurs documents à verser dans le cadre du témoignage du Dr

6 Lawrence, et puis nous avons oublié un document à propos du Dr Clark.

7 S'agissant des pièces introduites par le biais de ce témoin, il s'agira

8 des pièces 260 à 268. Nous avons les versions en français et en BCS, les

9 versions en BCS se voient doter de la lettre A et pour le Français de la

10 lettre B. Apparemment, il n'y a pas de traduction en français pour la 263

11 ni pour la 266. De surcroît, nous avons le curriculum vitae de ce témoin,

12 la pièce 221, ainsi qu'un diagramme, celui que j'ai en main, qui porte la

13 cote 259. Voilà pour ce qui est des pièces que nous voudrions verser au

14 dossier par l'intermédiaire du Dr Lawrence. S'agissant du témoignage du Dr

15 Clark, il s'agit de la pièce 258 qui était la photographie d'une

16 altération à l'arrière du crâne.

17 M. le Président : Maître Visnjic, avez-vous quelque objection?

18 M. Visnjic (interprétation): Monsieur le Président, je n'en ai pas.

19 M. le Président: Mademoiselle Thomson, vous prenez compte des différentes

20 versions des documents. Donc les documents sont versés au dossier.

21 Docteur Lawrence, vous venez de finir votre témoignage, ici, au Tribunal

22 pénal international. Nous vous remercions beaucoup d'être venu et surtout

23 de votre coopération avec la justice internationale. Nous vous souhaitons

24 un bon travail.

25 M. Lawrence (interprétation): Merci, Monsieur le Président.

Page 4035

1 (Le témoin, Dr Lawrence, est reconduit hors du prétoire.)

2 M le Président: Maître Visnjic, je vois que vous voulez dire quelque

3 chose?

4 M. Visnjic (interprétation): Monsieur le Président, si vous me permettez

5 de saisir l'occasion, je souhaitais vous demander la permission pour notre

6 expert de quitter le prétoire. Monsieur Stankovic doit partir.

7 M. le Président: Oui. Nous vous remercions beaucoup aussi.

8 (Monsieur Stankovic quitte la salle d'audience.)

9 Monsieur Harmon, normalement nous devrions faire une pause de 20 minutes

10 maintenant. Cela veut dire qu'il nous resterait 10 minutes après. Ou bien

11 nous faisons la pause maintenant et vous avez quelque chose pour nous

12 entretenir 10 minutes, ou tout simplement nous finissons nos travaux pour

13 aujourd'hui. Quelle était la séquence, Monsieur Harmon, s'il vous plaît?

14 M.Harmon (interprétation): Je crois que nous pourrions terminer

15 aujourd'hui. Je n'ai plus que 10 minutes. Donc je vous remercie, Monsieur

16 le Président.

17 M. le Président: Vous êtes d'accord, Maître Visnjic?

18 M. Visnjic (interprétation): Oui, je suis d'accord, Monsieur le Président.

19 M. le Président: Cela ne vaut pas la peine de faire une pause et de

20 revenir à la salle. Nous terminons donc pour aujourd'hui. Nous nous

21 retrouvons demain à 9 heures 30, ici, dans cette salle.

22 (L'audience est levée à 13 heures 55.)

23

24

25