Tribunal Criminal Tribunal for the Former Yugoslavia

Page 3002

1 (L'audience est ouverte à 10 heures.)

2 (Les accusés sont introduits dans le prétoire.)

3 (L'audience est présidée par le M. le Juge Rodriguez)

4 M. le Président: Vous pouvez vous asseoir.

5 (Les accusés s'exécutent.)

6 M. le Président: Bonjour Mesdames et Messieurs. Bonjour cabine technique

7 et interprètes.

8 Les Interprètes: Bonjour, Monsieur le Président.

9 M. le Président: Bonjour aux sténotypistes et aux conseils juridiques.

10 Bonjour. Je vois le Bureau du Procureur, je vois aussi la défense,

11 bonjour. Bonjour aux accusés. Comme je vous l'avais déjà annoncé, le juge

12 Fuad Riad continue d'être absent.

13 Nous allons donc continuer de fonctionner dans le même cadre que nous

14 avions déjà adopté la semaine dernière. Je crois que les parties étaient

15 d'accord, acceptaient et étaient d'accord.

16 Est-ce toujours le cas, madame Hollis?

17 Mme Hollis (interprétation): Oui, monsieur le Président.

18 M. le Président: Très bien. Et du côté de la défense?

19 M. K. Simic (interprétation): Oui, monsieur le Président.

20 M. le Président: Très bien. Nous allons donc reprendre l'audience en

21 faisant entrer le témoin que nous commencions à entendre.

22 (Le Témoin, Mme Sifeta Susic, est introduite dans le prétoire)

23 M. le Président: Bonjour madame Susic. Vous m'entendez bien? Bonjour.

24 Mme Susic (interprétation): Bonjour.

25 M. le Président: Vous avez eu un bon week-end ici à La Haye?

Page 3003

1 Mme Susic (interprétation): Tout à fait.

2 M. le Président: Bien. Nous allons continuer à vous entendre. Je crois que

3 c'est M. Saxon qui va vous poser des questions. Vous avez la parole.

4 (Le témoin, Mme Susic, est interrogée par M. Saxon)

5 M. Saxon (interprétation): Je vous remercie, monsieur le Président.

6 Bonjour madame Susic.

7 Mme Susic (interprétation): Bonjour.

8 Question: Madame Susic, avant la suspension de l'audience vendredi après-

9 midi, vous décriviez votre arrivée au camp d'Omarska dans l'après-midi du

10 24 juin 1992.

11 Réponse: Oui.

12 Question: Il y avait des détenus de sexe féminin dans ce restaurant que

13 vous avez vu, mais outre ces femmes, à qui avez-vous parlé ce premier jour

14 dans le restaurant?

15 Réponse: Il y avait beaucoup de femmes, il y avait quelques gardiens et

16 une ou deux heures après mon arrivée au restaurant, est arrivé Zeljko

17 Mejakic. Il était en civil.

18 Question: Vous le connaissiez, M. Mejakic avant la guerre?

19 Réponse: Oui.

20 Question: Comment se fait-il que vous le connaissiez?

21 Réponse: C'était un collègue au travail. Il avait travaillé comme

22 commandant d'un département de police à Omarska.

23 Question: Vous a-t-il dit quelque chose lors de cette première journée

24 dans le bâtiment du restaurant?

25 Réponse: Il est venu à moi. Il m'a dit: "Sifeta, viens avec moi." Il a

Page 3004

1 posé sa main sur mon épaule et avec l'autre bras il tenait un blouson jeté

2 par-dessus l'épaule. Il m'avait emmenée vers un bureau à l'étage

3 supérieur. Moi, je pleurais. Je suis restée assise quelques minutes et il

4 m'a dit: "Je suis très surpris d'apprendre que tu n'as pas signé l'acte

5 d'allégeance aux autorités serbes." Je lui ai dit que je ne l'aurais pas

6 fait de toute manière, même si les Musulmans avaient demandé que je signe

7 cela. Et après cet entretien, je suis restée 10 à 15 minutes en plus et

8 Mejakic m'a ramenée parmi les autres femmes dans la salle du réfectoire.

9 Question: Madame Susic, quelle position M. Mejakic occupait-il au camp

10 d'Ormaska?

11 Réponse: Je crois qu'il était commandant du camp.

12 Question: Pourquoi avez-vous pensé que M. Mejakic était le commandant de

13 ce camp?

14 Réponse: Ce que j'ai remarqué tout d'abord c'est qu'il disposait d'un

15 bureau où il était le numéro un parce que si c'était le bureau d'un autre,

16 il ne m'y aurait pas emmenée, j'imagine. Et puis en outre, pendant les 20

17 années que j'ai passées au SUP, nous avons eu, à plusieurs reprises, des

18 exercices militaires. Nous avions chacun une affectation pour les cas de

19 guerre. Et je crois me souvenir que nous accomplissions les mêmes tâches

20 que les tâches normales en temps de paix. Et dans ces cas, j'accomplissais

21 les mêmes tâches, mon chef lui aussi, le commandant du SUP également, le

22 commandant du poste de police de Prijedor avaient exactement les mêmes

23 tâches et c'est ce qui m'incite à dire et à croire qu'il accomplissait les

24 mêmes fonctions lorsque le conflit a éclaté.

25 Question: Vous êtes partie du principe qu'il obtenait un poste équivalent,

Page 3005

1 parallèle au début du conflit, du conflit armé en 1992?

2 Réponse: Oui. Il se trouvait là, donc il n'y avait plus de département

3 de police à Omarska, mais tout se déroulait, par contre, au sein du camp.

4 Question: Vous avez déclaré que M. Mejakic avait un bureau au camp

5 d'Omarska. Où se trouvait ce bureau?

6 Réponse: Il se trouvait à l'étage du côté droit. D'abord il y avait deux

7 toilettes sur la droite. Puis deux bureaux, mais je n'arrive pas à me

8 souvenir si j'étais dans le premier ou le second de ces bureaux, mais je

9 sais que j'ai revu là Mejakic, Mlado Radic, Kvocka Miroslav et Prcac

10 Drago.

11 Question: Je vous remercie madame Susic. Nous allons arriver à cet

12 événement par la suite. Mais vous avez dit que M. Mejakic utilisait un

13 bureau qui se trouvait à l'étage. Vous parlez de l'étage de ce bâtiment

14 qui servait de restaurant?

15 Réponse: Tout à fait.

16 Question: Est-ce que cela veut dire que ce bureau se trouvait au premier

17 étage du bâtiment?

18 Réponse: Oui, car il n'y avait pas d'autre étage, il n'y avait pas de

19 second étage.

20 Question: Vous souvenez-vous de ce qui se trouvait de l'autre côté, face

21 au bureau qu'occupait ou qu'utilisait M. Mejakic?

22 Réponse: Il y avait deux autres bureaux où dormaient les femmes et je

23 dormais moi-même dans l'un des deux.

24 Question: Je vous remercie.

25 Madame Susic, est-ce qu'il y avait d'autres personnes qui occupaient des

Page 3006

1 postes d'autorité, de pouvoir, au sein du camp d'Omarska?

2 Réponse: Je pense qu'il y avait l'adjoint de Zelko Mejakic, c'était

3 Kvocka Miroslav et son suppléant, ou autre chose d'analogue, était Mlado

4 Radic parce qu'il y avait un adjoint et un suppléant. Je ne sais pas si

5 ces trois fonctions ont été transposées vers le poste d'Omarska, je ne

6 puis l'affirmer. Mais je tiens pour sûr qu'il y avait un commandant et un

7 adjoint.

8 Question: Pourriez-vous nous dire de façon approximative combien de temps

9 M. Miroslav Kvocka est resté à ce poste d'adjoint du camp pendant votre

10 détention?

11 Réponse: Fort peu de temps. Je ne puis vous affirmer avec exactitude,

12 mais je crois qu'il était resté deux, voire trois semaines. Il n'est pas

13 resté longtemps. Et quand j'ai cessé de le voir, c'est Drago Prcac qui a

14 fait son apparition.

15 Question: Nous allons arriver à cette partie de votre témoignage, mais

16 auparavant j'aurais d'autres questions à vous poser. A quelle fréquence

17 avez-vous vu M. Miroslav Kvocka au cours de ces deux ou trois semaines qui

18 se situent au début de votre détention?

19 Réponse: Je ne puis dire avec exactitude combien de fois mais je sais

20 que je l'ai vu à plusieurs reprises lorsque nous montions le soir pour nous

21 coucher. Il se trouvait habituellement dans l'un de ces bureaux, et j'ai

22 eu l'occasion de m'entretenir avec lui plusieurs fois quand je quittais ma

23 chambre pour aller aux toilettes. Et s'il arrivait qu'une porte de ces

24 bureaux se trouvait ouverte, je m'efforçais de m'adresser à eux pour

25 demander s'ils avaient de quoi entretenir l'hygiène. Et j'ai demandé à

Page 3007

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13 Page blanche insérée aux fins d'assurer la correspondance entre la

14 pagination anglaise et la pagination française.

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

 

Page 3008

1 Miroslav Kvocka s'il avait... Puis-je continuer?

2 Question: Je vous en prie.

3 Réponse: Je lui ai demandé s'il avait des antibiotiques parce que j'avais

4 de la fièvre et j'avais très mal à la gorge. Il m'a répondu que non.

5 Et un jour plus tard, j'ai posé la même question à Mlado Radic, et il m'a

6 répondu par la négative également. Deux ou trois jours après, lorsque je

7 me suis une fois de plus entretenue avec Miroslav Kvocka, je me trouvais

8 dans la chambre, enfin dans la pièce que nous occupions, ou bien je l'ai

9 rencontré dans le couloir, je ne me souviens plus exactement, mais il m'a

10 dit: "Sifeta, j'ai reçu des antibiotiques et je t'en ai apportés", et il

11 me les a donnés. Et il m'a dit que c'était Oklopcic Kikreta qui m'avait

12 envoyé les médicaments puisque c'était une connaissance à moi et sa

13 voisine à lui qui habitait juste porte à porte. Et le jour d'avant, elle

14 avait demandé comment j'allais et il lui avait répondu que j'avais besoin

15 de médicaments mais qu'il n'en n'avait pas. Elle, à ce moment-là, lui

16 avait dit qu'elle en avait et l'avait prié de me les apporter.

17 Question: Merci Madame.

18 Réponse: Je vous en prie.

19 Question: Vous avez dit avoir parlé avec M. Kvocka dans le bureau qu'il

20 utilisait. Où se trouvait ce bureau?

21 Réponse: Juste en face du bureau où je dormais. Et je ne puis vous dire

22 si c'était le premier ou le deuxième des bureaux qui se trouvaient en

23 face.

24 Question: Vous dites en face de la pièce, vous voulez dire en face de la

25 pièce où vous et les autres femmes dormiez?

Page 3009

1 Réponse: Oui, il y avait deux pièces où les femmes dormaient, et face à

2 ces deux pièces, il y avait ces deux bureaux qui avaient été utilisés par

3 les personnes que j'ai citées, donc Mejakic, Kvocka, Prcac et Radic.

4 Question: Pourriez-vous nous dire si M. Kvocka a été remplacé à ce poste

5 de commandant adjoint?

6 Réponse: Je ne saurai vous le dire. Je sais seulement qu'à un moment

7 donné j'ai cessé de le voir, et Prcac est arrivé à ce moment. Et je

8 suppose personnellement que Miroslav avait été révoqué ou est parti tout

9 seul. Et à sa place, c'est Drago Prcac qui est arrivé.

10 Question: Est-ce que Drago Prcac a utilisé un bureau au sein du camp

11 d'Omarska?

12 Réponse: Lui aussi, je pouvais le voir dans l'un de ces deux bureaux.

13 Question: Madame, Mlado Radic occupait-il un poste quelconque au camp

14 d'Omarska?

15 Réponse: Je ne puis vous affirmer la chose avec certitude mais je sais

16 qu'il était là-bas avec Mejakic et Kvocka, puis par la suite avec Prcac.

17 Question: Vous dites que Mlado Radic se trouvait là, pourriez-vous être

18 plus précise?

19 Réponse: Il occupait l'un des deux bureaux dont je viens de vous parler.

20 Question: Merci. Madame, est-ce que des gardes ordinaires au camp

21 d'Omarska utilisaient ces bureaux?

22 Réponse: Avant ces bureaux dans le couloir, il y avait une grande table

23 et c'est là que se trouvaient assis ou debout les autres gardes, ou alors

24 ils se trouvaient au restaurant ou autour du restaurant. Mais je ne me

25 souviens pas les avoir aperçus dans les bureaux mêmes.

Page 3010

1 Question: Les pièces qui se trouvaient de l'autre côté du couloir, à quoi

2 servaient-elles?

3 Réponse: Je ne saurai vous le dire, ces pièces se trouvaient là tout

4 simplement. Je ne sais pas ce qu'ils faisaient à l'intérieur.

5 Question: Je m'excuse, je crois que ma question n'a pas été suffisamment

6 claire. Je vais la reformuler. En face de ces bureaux de l'autre côté du

7 couloir, c'est bien là, dans ces pièces-là que dormaient les femmes?

8 Réponse: Tout à fait, c'est exact. Je n'avais pas bien compris de quelle

9 pièce vous parliez, je pensais que vous parliez des pièces où séjournaient

10 Mejakic, Radic et Kvocka.

11 Question: Et ces pièces que les femmes utilisaient pour y dormir pendant

12 la nuit, à quoi servaient-elles pendant la journée?

13 Réponse: Pour les interrogatoires parce que c'est en provenance de ces

14 pièces-là que l'on entendait des cris, des gémissements que nous

15 entendions d'ailleurs fort nettement depuis le restaurant.

16 Question: Ce qui veut dire, Madame, qu'en général vous constatiez la

17 présence de l'un ou l'autre des commandants du camp dans ces pièces qui se

18 trouvaient de l'autre côté du couloir, là où les femmes dormaient la nuit?

19 Réponse: Le soir, vers 7 heures, lorsque l'on nous emmenait du restaurant

20 vers les pièces que nous occupions, je me rendais habituellement vers les

21 toilettes et j'ai eu maintes fois l'occasion de les rencontrer à ce

22 moment-là, alors soit en entrant soit en sortant du bureau soit tout

23 simplement restant assis à l'intérieur avec la porte ouverte.

24 Question: Je vais vous demander de vous lever, Madame, d'enlever vos

25 écouteurs. Je vais vous demander de placer les écouteurs… Le fil est plus

Page 3011

1 long.

2 Veuillez-vous placer ici, Madame, devant la maquette représentant le camp.

3 Veuillez enlever le toit du bâtiment qui servait de restaurant. Je ne suis

4 pas en mesure de voir puisque vous êtes devant moi, Madame Susic. Est-ce

5 que vous avez enlevé le toit?

6 Réponse: Oui.

7 Question: Veuillez nous expliquer où se situaient ces bureaux et où se

8 trouvent les pièces où les femmes dormaient? Est-ce que vous pourriez

9 enlever l'autre toit ou est-ce que l'huissier pourrait le faire pour vous?

10 Réponse: Ici se trouvait le restaurant où nous séjournions. Et le soir,

11 vers 7 heures, nous traversions ce couloir pour prendre l'escalier. Il y

12 avait là une table où se trouvaient assis, d'habitude, des gardiens.

13 Là, se trouvaient les toilettes et ici les bureaux occupés par Zeljko

14 Mejakic, Mlado Radic, Kvocka Miroslav, Drago Prcac. Et ces deux bureaux

15 étaient les pièces où dormaient les femmes et moi, je dormais dans celle-

16 ci.

17 Question: Merci beaucoup, Madame, vous pouvez vous rasseoir.

18 (Le témoin s'exécute.)

19 Madame Susic, excusez-moi. Je vais vous demander de revenir vers la

20 maquette. Veuillez dire aux Juges, quels sont les numéros apposés à ces

21 pièces que vous venez de nous montrer.

22 Réponse: Le n° 10, c'est la pièce B10, c'est là où je dormais. B11,

23 c’est là où dormaient les autres femmes. En face, se trouvaient B5 et B4

24 qui avaient été utilisées par Mejakic, Kvocka, Radic et Prcac.

25 Question: Merci beaucoup, Madame.

Page 3012

1 (Le témoin se rasseoit.)

2 Madame Susic, lors de votre premier jour de détention au camp d'Omarska,

3 le 24 juin 1992, quelles sont les modifications physiques que vous avez

4 éventuellement ressenties?

5 Réponse: Les premiers jours, j'ai beaucoup pleuré, je ne pouvais pas

6 manger et je ne pouvais pas dormir du tout. La nuit durant, j'étais

7 recroquevillée mes genoux contre la poitrine et les yeux grandement

8 ouverts. Et Biba Harambasic m'avait donné une pilule pour me faire dormir

9 mais, croyez-moi, cela ne m'a rien fait du tout. Je n'ai pas pu dormir,

10 j'ai eu beaucoup de fièvre, j'avais très mal à la gorge.

11 Question: Madame, est-ce que vous avez eu des problèmes d'hémorragie par

12 exemple ou de saignement lors de ce premier jour de détention à Omarska?

13 Réponse: Oui.

14 Question: Pourriez-vous nous décrire les problèmes que vous avez eus?

15 Réponse: Eh bien le premier jour où je suis arrivée au camp, le

16 saignement que j'ai eu a commencé et cela a duré pendant toute ma

17 détention au camp. On ne m'a pas expliqué tout d'abord que j'allais être

18 emmenée vers un camp. Je ne savais pas qu'il y avait un camp mis en place.

19 Je me souviens qu'une femme m'avait donné une espèce de chemisier que

20 j'avais utilisé comme matériel hygiénique et c'est la raison pour laquelle

21 j'allais voir Kvocka, Radic, et autres en leur demandant du coton

22 hydrophile ou quelque chose d'analogue.

23 Question: Et, Madame, est-ce que M. Miroslav Kvocka vous a apporté ce

24 matériel, ces serviettes?

25 Réponse: Non, je n'ai pas reçu de matériel hygiénique mais j'ai reçu des

Page 3013

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13 Page blanche insérée aux fins d'assurer la correspondance entre la

14 pagination anglaise et la pagination française.

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

Page 3014

1 antibiotiques, des comprimés dont j'ai parlé tout à l'heure.

2 Question: Est-ce que vous aviez aussi demandé à Mlado Radic de vous

3 amener quelques antibiotiques?

4 Réponse: Oui, je ne lui ai pas demandé de m'en apporter mais j'avais

5 demandé pensant qu'il en disposait éventuellement au bureau. D'ailleurs,

6 comme le matériel hygiénique que j'avais demandé, j'avais pensé

7 qu'éventuellement, il se pourrait qu'il y en ait dans les bureaux qu'il

8 occupait mais, malheureusement, je n'ai rien reçu.

9 Question: Est-ce que Mlado Radic a réagi, a répondu à la demande que vous

10 avez formulée?

11 Réponse: Il m'a seulement dit qu'il n'en avait pas.

12 Question: Où se trouvait M. Mlado Radic lorsque vous lui avez demandé

13 qu'il vous fournisse des antibiotiques?

14 Réponse: Il se trouvait dans l'un des deux bureaux.

15 Question: Est-ce que vous avez pu prendre une douche ou changer de

16 vêtements pendant votre détention à Omarska?

17 Réponse: Il y avait des douches, l'eau était froide. Mais pour ce qui

18 était de se changer, pendant très longtemps, je suis restée dans les mêmes

19 vêtements. J'avais mon chemisier, ma jupe et cette veste.

20 Et, bien longtemps après, j'ai reçu un bas de survêtement, un paquet de

21 coton hydrophile et une serviette.

22 Question: Pourriez-vous nous dire combien il y avait d'autres femmes

23 détenues au camp d'Omarska?

24 Réponse: Je pense que nous étions, au total, 36.

25 Question: Et connaissiez-vous l'appartenance ethnique de ces femmes?

Page 3015

1 Réponse: Elles étaient Musulmanes, il y en avait qui étaient Croates,

2 elles étaient moins nombreuses. Et pour autant que je m'en souvienne, il y

3 avait deux femmes serbes.

4 Question: Pourriez-vous nous dire quel était l'âge de ces femmes, ne

5 serait-ce qu'approximativement?

6 Réponse: L'âge moyen était très varié. Il y avait une mineure, je me

7 souviens d'une fillette qui était une attardée mentale. Elle nous disait

8 qu'elle fréquentait une école spéciale. Elle était mineure. Et les femmes

9 les plus âgées devaient avoir vers 60 ans.

10 Question: Il y avait une femme, comme vous l'avez dit, qui était mineure.

11 Vous souvenez-vous de son nom?

12 Réponse: Je pense qu'elle s'appelait Azra.

13 Question: Pourriez-vous nous dire si quelqu'un a aidé Azra?

14 Réponse: Azra ne se trouvait pas dans la pièce que j'occupais, elle était

15 dans l'autre. Elle avait été blessée pendant les pillonages des villages

16 de Hambarine ou Carakovo, je ne me souviens pas très bien. Et je sais

17 qu'on l'emportait parfois vers les toilettes, je la rencontrais dans le

18 couloir, je crois que c'est Suada Ramic qui la portait pour qu'elle puisse

19 aller aux toilettes.

20 Question: Vous pensez que c'était Suada Ramic qui transportait Azra

21 jusqu'aux toilettes?

22 Réponse: Oui.

23 Question: Et en règle générale, vous et les autres femmes qui étaient

24 détenues au camp d'Omarska, où passiez-vous la journée?

25 Réponse: Au restaurant et dans la cuisine.

Page 3016

1 Question: Vers quelle heure de l'après-midi, ou de la soirée, les femmes

2 se rendaient-elles dans les pièces où elles dormaient?

3 Réponse: Vers 7 heures.

4 Question: Pendant la journée, vous le savez peut-être, à quoi servait la

5 pièce où vous dormiez?

6 Réponse: Pour les interrogatoires des détenus.

7 Question: Lorsque vous montiez à l'étage dans ces pièces où vous dormiez,

8 vers le début de la soirée, est-ce qu'il vous est arrivé de trouver

9 certaines choses à l'intérieur de ces pièces?

10 Réponse: Eh bien, avant de nous rendre vers ces pièces, d'habitude, un

11 gardien venait et désignait deux ou trois femmes pour aller nettoyer ces

12 pièces et, à plusieurs reprises, j'ai été interpellée moi-même pour aller

13 nettoyer ces pièces-là qui étaient ensanglantées. Sur les tables, on

14 trouvait des objets variés. Je me souviens une fois, je n'avais pas eu à

15 nettoyer ce jour-là, mais lorsque nous sommes montées, nous femmes, il y

16 avait des papiers. Je ne sais pas si les enquêteurs avaient laissé cela

17 délibérément ou avaient oublié les papiers. Je me souviens que l'une des

18 femmes avait rapidement ramassé ces objets et emporté cela vers les pièces

19 qui se trouvaient en face parce que nous ne voulions pas qu'ils aient

20 l'impression que nous ayons eu l'opportunité de lire et nous ne voulions

21 pas avoir de problèmes à cause de cela.

22 Je me souviens très bien avoir trouvé sur une table, dans la pièce où je

23 dormais, quelque chose qui ressemblait à un fouet. Il y avait une espèce

24 de poignée en bois et il y avait un fouet, puis au sommet du fouet, une

25 boule en métal. On trouvait des fois des tubes en plomb d'un diamètre de

Page 3017

1 je ne sais combien, à peu près comme cela, d'une longueur de un demi-

2 mètre. Un peu plus, peut-être. Et je me souviens d'un gros câble jaune

3 très épais, je ne sais pas à quoi cela devait servir normalement, mais je

4 suppose et j'imagine ce à quoi il avait servi dans ces bureaux. Et je me

5 souviens aussi bien qu'il y avait un cintre en métal et il y avait un fil

6 que l'on branchait dans une prise de courant, mais on avait enlevé les

7 fils et l'autre extrémité était enroulée autour de ce cintre en métal où

8 l'on accrochait des parapluies. J'imagine à quoi cela devait pouvoir

9 servir. C'est ce que j'ai vu à une reprise.

10 Question: Merci madame.

11 La nuit, alors que les femmes se trouvaient dans les pièces où elles

12 dormaient, que se passait-il?

13 Réponse: Toute la nuit, nous pouvions entendre des cris, des

14 gémissements, des coups de feu. Excusez-moi.

15 Question: Vous avez parlé des bruits que vous entendiez, que se passait-

16 il d'autre dans la nuit?

17 Réponse: Parfois, les femmes étaient interpellées, conviées à sortir.

18 Parfois, certains d'entre eux venaient dans notre chambre, discutaient

19 avec nous, s'asseyaient parmi nous.

20 Question: Et qui avait coutume d'appeler les femmes pour qu'elles sortent?

21 Réponse: C'était d'habitude l'un des gardiens, l'un des membres du

22 personnel. Je me souviens qu'une femme avait souvent été interpellée, le

23 jour et la nuit. On lui disait: "Viens chez Mejakic, Zeljko t'appelle."

24 Elle y allait et puis elle revenait très tôt à l'aube. Je me souviens

25 qu'une fois, elle était arrivée en retard, elle était en larmes. Elle

Page 3018

1 avait des rougeurs autour du cou. Elle ne nous disait rien. Nous ne lui

2 posions pas de question non plus. Nous ne pouvions que deviner ce qui se

3 passait.

4 Question: Lorsque les femmes revenaient dans ces pièces où vous dormiez,

5 est-ce que l'obscurité régnait encore ou pas?

6 Réponse: Parfois, nous n'éteignions pas la lumière jusqu'à 11 heures du

7 soir; nous restions assises à discuter et parfois elles arrivaient lorsque

8 l'obscurité était totale et nous ne pouvions pas voir de quoi elles

9 avaient l'air.

10 Question: Est-ce qu'il arrivait qu'il y ait de la lumière dans la pièce

11 au moment où ces femmes revenaient?

12 Réponse: Oui, je me souviens du cas que je viens de vous raconter.

13 Svetlana était rentrée, elle était en larmes et elle avait des traces

14 rouges autour du cou.

15 Question: Madame, est-ce qu'à un certain moment, il vous est arrivée de

16 ne pas regarder vers ces femmes lorsqu'on les appelait pour qu'elles

17 sortent ou au moment où elles revenaient dans ces pièces où vous dormiez?

18 Réponse: Oui, parfois je ne regardais pas.

19 Question: Pourquoi avez-vous décidé, à ce moment-là, de ne pas regarder

20 ces femmes?

21 Réponse: J'évitais toujours la situation où l'on pouvait assister à des

22 événements terribles. Je ne voulais pas regarder cette fois-là non plus;

23 je ne pouvais que supposer ce qui leur arrivait à ces femmes.

24 M. Saxon (interprétation): Merci.

25 Monsieur le Président, Madame le Juge, étant donné le caractère tout à

Page 3019

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13 Page blanche insérée aux fins d'assurer la correspondance entre la

14 pagination anglaise et la pagination française.

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

Page 3020

1 fait délicat des questions que j'ai l'intention de poser, je vais vous

2 demander de passer maintenant à huis clos partiel.

3 M. le Président: Oui, nous allons passer à huis clos partiel.

4 M. Saxon (interprétation): Merci, Monsieur le Président.

5 (Audience à huis clos partiel.)

6 (expurgée)

7 (expurgée)

8 (expurgée)

9 (expurgée)

10 (expurgée)

11 (expurgée)

12 (expurgée)

13 (expurgée)

14 (expurgée)

15 (expurgée)

16 (expurgée)

17 (expurgée)

18 (expurgée)

19 (expurgée)

20 (expurgée)

21 (expurgée)

22 (expurgée)

23 (expurgée)

24 (expurgée)

25 (expurgée)

Page 3021

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13 page 3021 expurgée – audience à huis clos partiel

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

Page 3022

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13 page 3022 expurgée – audience à huis clos partiel

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

Page 3023

1 (expurgée)

2 (expurgée)

3 (expurgée)

4 (expurgée)

5 (expurgée)

6 (expurgée)

7 (expurgée)

8 (expurgée)

9 (expurgée)

10 (expurgée)

11 (expurgée)

12 (expurgée)

13 (Audience publique.)

14 Nous sommes en session publique. Monsieur Saxon, vous pouvez continuer une

15 fois que le témoin a dit qu'elle est disponible pour continuer. Faites des

16 petites pauses si le témoin est émotionnée pour lui donner le temps de

17 récupérer. Vous pouvez poursuivre, merci.

18 M. Saxon (interprétation): Oui, Monsieur le Président. Merci.

19 Madame, comment passiez-vous vos jours à Omarska?

20 Mme Susic (interprétation): Je restais assise au restaurant et je

21 travaillais dans la cuisine. Je me suis souvent portée volontaire pour

22 travailler dans la cuisine. Et lorsque le gardien venait, on s'adressait à

23 nous pour nous demander laquelle d'entre nous allait travailler à la

24 cuisine. Je me levais toute seule, je préférais travailler, j'entendais et

25 je voyais moins tout ce qui se passait autour de nous. Parfois, on ne me

Page 3024

1 laissait pas travailler, et on me disait: "Tu as déjà été à la cuisine

2 hier ou avant-hier, donc quelqu'un d'autre ira aujourd'hui".

3 Question: Qu'avez-vous utilisé pour faire la vaisselle dans la cuisine?

4 Réponse: D'habitude de l'eau froide. Parfois on réchauffait cette eau

5 sur la cuisinière.

6 Question: Est-ce que vous étiez obligée de passer toute la journée à

7 faire la vaisselle ou est-ce qu'il vous était possible de vous reposer

8 de temps à autre?

9 Réponse: Non, on travaillait pendant toute la durée de la période où les

10 détenus venaient prendre ce qu'on appelait leur déjeuner. Cela commençait

11 vers une heure et puis cela finissait une fois qu'ils étaient tous passés.

12 Les détenus arrivaient en groupe de 30 personnes, en colonne par un, ils

13 entraient en courant vers le restaurant où des gardiens les attendaient et

14 les battaient dès leur arrivée.

15 Question: Est-ce qu'à certains moments vous avez pu observer les détenus

16 alors qu'ils rentraient dans le restaurant?

17 Réponse: Oui, je les voyais tous les jours, je les voyais mieux quand

18 j'étais assise dans le restaurant, je pouvais les suivre du regard depuis

19 leur entrée jusqu'à la sortie du restaurant.

20 Question: Merci Madame. Est-ce que vous connaissiez un homme répondant au

21 nom de Husein Crnkic? Excusez-moi, si je prononce mal son nom.

22 Réponse: Husein Crnkic avait été professeur de mathématiques au lycée.

23 Je ne le connaissais pas personnellement mais je le connaissais fort bien

24 de vue parce qu'à Prijedor, c'est une petite ville. Nous nous connaissions

25 quand même tous assez bien. Et une fois, quand il sortait après le

Page 3025

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13 Page blanche insérée aux fins d'assurer la correspondance entre la

14 pagination anglaise et la pagination française.

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

Page 3026

1 déjeuner, il avait rabaissé sa chemise, il avait donc découvert son dos.

2 Il voulait que nous voyions son dos. Entre ses omoplates; on pouvait voir

3 un trou où je crois que mon poing pouvait prendre place. Et je n'arrive

4 pas à croire qu'il ait pu rester vivant avec une blessure de ce type. Je

5 ne sais pas par quoi cette blessure avait été faite, mais c'était horrible

6 à voir.

7 Question: Lorque vous avez vu cette blessure au dos de Husein Crnkic, à

8 quelle distance vous trouviez-vous de lui, ce jour-là, approximativement?

9 Réponse: J'étais à deux ou trois mètres de lui. Parce que, lorsqu'ils

10 entraient au restaurant, ils passaient à côté de l'endroit vitré où il y

11 avait une espèce de petite clôture métallique. Ils allaient vers la

12 cuisine, ils prenaient leur assiette et ils venaient vers moi en regardant

13 vers l'emplacement où se trouvaient les tables. Et une fois qu'ils avaient

14 fini de manger, ils restituaient l'assiette et la cuillère. Et là où était

15 posée la table, ils devaient passer à côté pour passer par le milieu, le

16 centre du restaurant et donc, tout près de moi pour sortir.

17 Question: Merci Madame. Quelle était l'appartenance ethnique de Husein

18 Crnkic?

19 Réponse: Il était Musulman.

20 Question: Madame, avant le début du conflit armé, est-ce que vous

21 connaissiez un homme répondant au nom de Reuf Travancic?

22 Excusez-moi, une fois de plus, j'ai la mauvaise prononciation de ce nom.

23 Réponse: Oui, Reuf Travancic était aussi un collègue. Il avait travaillé

24 au service de criminologie. Il avait à un moment donné été responsable de

25 la technique criminologique et puis il avait été responsable de la

Page 3027

1 protection technique. Au moment de l'éclatement du conflit, il avait déjà

2 pris sa retraite.

3 M. Saxon (interprétation): Merci Madame. Madame et Messieurs les Juges, je

4 vais demander l'aide de l'Huissier. Pourrait-il placer cette photographie

5 sur le rétroprojecteur qui se trouve aux côtés de Mme Susic?

6 C'est un original que vous avez là et nous allons demander peut-être à

7 remettre cette pièce au témoin, une fois sa déposition terminée. J'ai

8 veillé à ce qu'il y ait une reproduction faite en quinze exemplaires et

9 nous demanderons que soit donnée la cote, pour l'accusation, 399 pour

10 cette pièce.

11 (L'huissier s'exécute.)

12 Mme Chen (interprétation): Il y a peut-être une erreur au niveau de la

13 transcription. Il s'agira de la cote 399.

14 M. Saxon (interprétation): Merci. Vous voyez une personne sur cette

15 photographie, la reconnaissez-vous?

16 Mme Susic (interprétation): Oui.

17 Question: A quel moment, cette photographie a-t-elle été prise?

18 Réponse: Je ne sais pas de quelle année il s'agit mais je sais que

19 c'était avant la guerre en tout cas.

20 Question: Qui reconnaissez-vous sur cette photographie?

21 Réponse: Oui, l'homme avec les lunettes, c'est Reuf Travancic. La

22 personne qui le tient par la main, c'est moi. C'était l'une des

23 célébrations collectives que nous avions eues, mais je ne me souviens plus

24 du restaurant où cela avait eu lieu. Je ne sais pas si c'était en ville ou

25 à l'extérieur de la ville. Je sais que souvent nous allions dans un hôtel

Page 3028

1 au Mont Kosara ou alors à l'hôtel de Prijedor même.

2 Question: Vous parlez de ces fêtes collectives, est-ce que vous parlez

3 des fêtes que vous célébriez, vous et vos collègues?

4 Réponse: Oui, c'étaient des célébrations que nous avions, nous employés

5 du Sup, nous célébrions le 13 mai, journée des services de sécurité. Puis,

6 nous célébrions le 8 mars, la Journée des femmes et bien d'autres dates.

7 Question: Merci Madame. Est-ce que vous disposez de cette photographie

8 depuis le moment où elle a été prise?

9 Réponse: Oui.

10 Question: Est-ce qu'il vous est arrivé de voir Reuf Travancic au camp

11 d'Omarska?

12 Réponse: Oui, je l'ai vu. Je crois que c'était mi ou fin juillet. Je ne

13 sais pas exactement.

14 Question: Où étiez-vous ce jour-là?

15 Réponse: Ce jour-là, j'ai travaillé dans la cuisine comme pendant bien

16 des journées auparavant.

17 Question: Que s'est-il passé ce jour-là?

18 Réponse: Pendant que je nettoyais une table, à côté de l'endroit où nous

19 lavions la vaisselle, donc là où les détenus restituaient leurs assiettes

20 et cuillères, j'ai aperçu Drago Prcac. Il passait à côté de cette pièce

21 vitrée. Sous le bras gauche, il portait une espèce de cahier noir, enfin

22 la couverture était noire. Et il se dirigeait donc par cette pièce vitrée

23 vers la cuisine et moi, j'étais en train de nettoyer une table, donc…

24 Question: Que s'est-il alors passé?

25 Réponse: Au bout de je ne sais combien de temps, cinq minutes, deux

Page 3029

1 minutes, dix minutes, je ne sais pas vous le dire, j'ai terminé ce que je

2 faisais, je me suis dirigée vers les toilettes. Et lorsque je me suis

3 trouvée dans les toilettes, j'ai entendu des cris et des gémissements

4 horribles. J'ai entendu le bruit de coups assénés. Et nous pouvions

5 entendre ce qui passait à côté de la fenêtre des toilettes. J'ai eu très

6 peur. Je me suis retournée et je suis rentrée au restaurant très

7 rapidement. Les femmes étaient assises à la table, avec les mains sur la

8 nuque, et le visage posé contre la table. Je me suis assise à une chaise

9 qui était disponible et; de là, sur ma gauche, il y avait les fenêtres du

10 restaurant. J'ai placé mes mains de la sorte et ma tête de côté et, du

11 coin de l'oeil, je pouvais voir ce qui passait à côté du restaurant. A un

12 moment, j'ai aperçu des détenus arriver en colonne par un, ceux qui

13 venaient d'être battus là-bas. Et le troisième, le quatrième, voire le

14 cinquième de la colonne, j'ai reconnu en lui Reuf Travancic. Il n'avait

15 plus ses lunettes, mais le côté du visage qui était tourné vers moi était

16 ensanglanté. Il avait une chemise blanche qui avait été déchirée et on

17 pouvait voir des traces noirâtres sur cette chemise et les poches de son

18 pantalon...

19 Question: Madame, veuillez continuer. Excusez-moi.

20 Réponse: Les poches de son pantalon avaient été renversées: l'intérieur

21 à l'extérieur donc. Et j'étais tournée de façon à pouvoir me rendre compte

22 où ils se dirigeaient. Ils se dirigeaient vers la maison blanche et l'une

23 des femmes avaient fait un commentaire: "on les emmène vers la maison

24 blanche." Et ces femmes qui étaient face à moi pouvaient, elles, voir

25 directement la maison blanche, de l'endroit où elles se trouvaient.

Page 3030

1 Question: Madame, avec l'autorisation de la Chambre et l'aide de

2 l'huissier, je vais vous demander d'examiner cette pièce qui va être posée

3 sur le rétroprojecteur. Il s'agit d'une copie de ce qui a été la pièce de

4 l'accusation 3/77, mais je vais demander au témoin d'apporter quelques

5 annotations. Il faudra donc que cette pièce reçoive une nouvelle cote, à

6 savoir la pièce... Il s'agissait plus exactement de la pièce 3/77 A et la

7 cote à apporter à la pièce à noter sera 3/100.

8 (L'huissier s'exécute.)

9 Madame, veuillez examiner ce diagramme ou ce schéma à l'aide d'un bille ou

10 d'un crayon. Veuillez nous indiquer où vous vous trouviez dans le

11 restaurant, ce matin-là, lorsque vous avez vu pour la première fois Drago

12 Prcsac?

13 Réponse: D'abord, ce n'était pas dans la matinée mais dans l'après-midi.

14 Question: D'accord.

15 Réponse: Je me trouvais ici. Il y avait une table placée à l'endroit

16 même et c'est là que les détenus, lorsqu'ils avaient mangé, restituaient

17 les assiettes vides. Prcac Drago se trouvait ici, il passait à côté de la

18 pièce vitrée. Il devait donc traverser la cuisine et la seule sortie était

19 par ici. Donc, il devait passer devant le restaurant.

20 Question: Permettez-moi de vous interrompre un instant, Madame. Je vais

21 vous demander d'indiquer, par le moyen d'un "P", l'endroit où vous avez vu

22 pour la première fois M. Prcac, cet après-midi-là, avant qu'il ne quitte

23 le restaurant?

24 Réponse: Ici, à côté de la pièce vitrée, vers le milieu, et moi j'étais

25 ici.

Page 3031

1 Question: Veuillez ajouter un petit "1" à côté de ce "S" que vous venez

2 d'inscrire sur ce diagramme?

3 (Le témoin, Mme Susic, s'exécute.)

4 Merci. Et après que M. Prcac ait quitté ce restaurant, où êtes-vous allée?

5 Réponse: Je suis passée par ici et je suis allée vers les toilettes qui

6 se trouvaient quelque part par là. Ce dessin n'est pas très évident pour

7 moi, mais les toilettes se trouvaient face à la cuisine.

8 Question: Est-ce à cet endroit que vous vous trouviez lorsque vous avez

9 entendu les premiers cris et les coups assénés?

10 Réponse: Oui. Ces cris et ces coups... Enfin, le bruit de ces cris

11 venait de là.

12 Question: Veuillez indiquer cet endroit par un "S2".

13 (Le témoin, Mme Susic, s'exécute.)

14 Je vous remercie madame. Après cela où êtes-vous allée? Veuillez

15 l'indiquer.

16 Réponse: J'ai retraversé la cuisine. Je ne me souviens plus si j'avais

17 emprunté cette sortie ou cette autre sortie, mais je sais que j'ai

18 rapidement traversé le centre du restaurant et que je me suis jointe aux

19 femmes qui étaient assises ici et j'ai occupé la chaise qui se trouvait-

20 là. Je pouvais donc apercevoir ce qui passait de ce côté-ci.

21 Question: Veuillez apposer à cet endroit, approximativement, l'endroit où

22 vous étiez assise, la lettre "S" et le chiffre 3 et indiquer par la lettre

23 "T" l'endroit approximatif où vous avez vu M. Travancic passer, dans la

24 cuisine cet après-midi-là?

25 Réponse: Siva se trouvait ici. Je l'ai vu, je l'ai aperçu par cette

Page 3032

1 fenêtre-ci.

2 Question: Veuillez indiquer cet endroit par la lettre "T".

3 (Le témoin, Mme Susic, s'exécute.)

4 Je vous remercie, Madame. Avez-vous revu M. Travancic par la suite? Et si

5 oui, à quel moment?

6 Réponse: Je sais avec certitude qu'il n'est pas venu manger le

7 lendemain, mais deux ou trois jours après, chose que je ne saurais vous

8 affirmer avec exactitude. Je l'ai revu avec cette même chemise blanche où

9 l’on appercevait clairement l'empreinte de bottes militaires. On pouvait

10 revoir ces empreintes dans le dos et sur le devant de la chemise. Il avait

11 la bouche, les lèvres et les yeux violacés, donc, de grosses ecchymoses.

12 Question: Est-ce que vous avez entendu à plusieurs reprises des cris, des

13 hurlements en provenance de ce bâtiment administratif?

14 Réponse: Oui, c'est ce qui se passait pendant les interrogatoires. Et

15 parfois les cris et les hurlements étaient si forts que l'on mettait en

16 marche la radio ou une radio à cassettes. Et je me souviens que les cris

17 et les hurlements étaient plus forts que la musique que l'on nous faisait

18 entendre.

19 Question: Est-ce que vous connaissiez l'une quelconque des personnes qui

20 menaient ces interrogatoirs au camp d'Omarska?

21 Réponse: Oui. La plupart étaient mes collègues du travail, du service de

22 criminologie, à commencer par mon chef Mijic Ranko, Knezevic Vukasin,

23 Tomcic Nebojsa inspecteur, Babic Nebojsa inspecteur, Mejakic Drago

24 inspecteur qui avait été mis à la retraite, Despotovic Obrad, inspecteur.

25 Et la plupart d'entre eux étaient là, sauf les samedis et dimanches, et

Page 3033

1 ils passaient par le restaurant. Donc, je pouvais tous les matins les voir

2 entre 8 et 9 heures du matin. Je me souviens que je les regardais

3 directement dans leurs yeux pour voir comment ils allaient réagir. Drago

4 Mejakic et Obrad Despotovic nous faisaient un signe de la tête en

5 direction de la place où étaient assises les femmes mais d'autres ne

6 regardaient pas vers moi.

7 Question: Madame, quelle est l'appartenance ethnique de ces anciens

8 collègues à vous qui ont travaillé comme enquêteurs au camp d'Omarska?

9 Réponse: Serbe.

10 Question: Est-ce que vous avez constaté qu'il y avait des différences

11 dans la façon dont les enquêteurs traitaient les détenus?

12 Réponse: Je me souviens qu'une fois, j'ai vu après interrogatoire

13 quelqu'un transporté vers l'extérieur, enroulé dans une couverture.

14 Question: Connaissiez-vous la personne qu'on transportait de cette façon?

15 Réponse: Non.

16 Question: Est-ce qu'il vous est arrivé de faire l'objet d'un

17 interrogatoire au camp d'Omarska et, si oui, à quel moment?

18 Réponse: Oui, je ne me souviens pas du jour exact ou plutôt suite à

19 combien de jours j'ai passé dans le camp, mais un gardien est venu, il m'a

20 appelée et dit de le suivre.

21 Question: Où vous a-t-on emmenée?

22 Réponse: On m'a emmenée vers ce bureau où j'avais l'habitude de dormir

23 durant la nuit.

24 Question: Et qui se trouvait dans ce bureau qui servait de pièce où les

25 femmes dormaient?

Page 3034

1 Réponse: Il y avait Dragan Radakovic qui avait été enseignant et était

2 professeur de dessin. Je le connaissais comme cela, pas personnellement,

3 je crois qu'il avait exercé des fonctions de directeur de je ne sais

4 quelle société avant la guerre. Il y avait un autre homme que je ne

5 connaissais pas mais que j'avais l'habitude de voir devant le restaurant

6 car il sortait parfois d'une voiture de marque Sastava, type "Stojadin",

7 qui portait des plaques d'immatriculation de Banja Luka.

8 Question: Vous souvenez-vous de quelle façon s'est passé l'interrogatoire?

9 Réponse: Oui et même très bien. Il m'a d'abord demandé de lui montrer ma

10 pièce d'identité, je l'avais sur moi, je la lui ai donnée. Et cet homme

11 que je ne connaissais pas m'interrogeait; ce n'était pas Dragan Radakovic

12 qui m'interrogeait. Il m'a demandé pourquoi j'étais au camp et pourquoi on

13 m'y avait emmenée. Je lui ai répondu: "C'est à vous de me l'expliquer,

14 c'est de vous que j'attends une réponse. Moi, je ne sais pas." Et tout

15 cela, je l'ai dit en pleurant. Et il m'a demandé qui étaient les membres

16 de ma famille dans la région où il se trouvait au moment même où la guerre

17 avait éclaté. J'ai répondu à toutes ses questions.

18 Et à un certain moment, il m'a dit: "Tu es venue au meeting qui a eu lieu

19 juste avant le début de la guerre?" Je lui ai dit: "Moi, je n'ai jamais

20 pris la parole en public, sauf au SUP, pendant des réunions de travail

21 parfois." Je lui ai demandé de me dire où avait eu lieu ce meeting mais il

22 ne m'a pas répondu. Ensuite, il m'a dit:"Tu ne salues pas tes collègues?"

23 Et je me rappelle très bien le moment où les Serbes ont pris le pouvoir,

24 il m'est arrivé un jour de me trouver devant la poste et, non loin de moi,

25 se trouvait Radovan Vokic en uniforme, mais c'était un nouvel uniforme, il

Page 3035

1 avait l'insigne serbe sur le couvre chef, les quatre "S". Il portait un

2 fusil automatique, je pense que c'est comme cela qu'on appelle cet objet.

3 Et il m'a dit: "Où es-tu l'amie?" J'ai répondu: "Nous ne pouvons pas être

4 amis aujourd'hui puisque vous avez pris les armes et vous portez des

5 uniformes avec ce genre d'insigne." Il a ri et il a passé son chemin. Je

6 pense que c'est à cela, que celui qui m'interrogeait, a fait référence.

7 Question: Madame Susic, au cours de votre interrogatoire, avez-vous été

8 menacée de quelle que façon que ce soit?

9 Réponse: Non, je n'ai pas été menacée. Je me rappelle que Dragan

10 Radakovic, répondant à ma question quant à la durée de mon séjour dans le

11 camp et pourquoi j'y avais été ammenée, a dit: "C'est un camp militaire ou

12 quelque chose de ce genre." Et j'ai répondu: "Mais je ne suis pas un

13 soldat, je n'ai pas d'uniforme, j'ai été amenée ici à partir de chez moi.

14 On m'a sortie de mon lit pour m'amener ici." Il m'a alors répondu: "Dans

15 ce cas-là, tu seras sans doute relâchée, tu rentreras chez toi."

16 Question: Merci, Madame Susic. Depuis les fenêtres de ce bâtiment où se

17 trouvait le réfectoire dans le camp d'Omarska, pouviez-vous voir la maison

18 blanche?

19 Réponse: Oui.

20 Question: Pouviez-vous voir les prisonniers aller vers la maison blanche?

21 Réponse: Oui.

22 Question: Vous est-il jamais arrivé de voir ce qui se passait à

23 l'extérieur devant la maison blanche?

24 Réponse: Oui.

25 Question: Qu'avez-vous vu?

Page 3036

1 Réponse: J'ai vu des tas de cadavres qui étaient alignés devant la

2 maison blanche, à l'extérieur, tous les jours.

3 Question: Miroslav Kvocka a-t-il été présent, à quel que moment que ce

4 soit; au voisinage de ces piles de cadavres?

5 Réponse: Non, je ne l'ai jamais vu.

6 Question: Vous est-il jamais arrivé de voir comment on enlevait les

7 corps, je parle de ces corps qui étaient alignés sur le sol à l'extérieur

8 dans le camp d'Omarska?

9 Réponse: Oui, je me rappelle très bien une nuit. En fait, c'était déjà

10 le début de la matinée, l'aube. L'endroit d'où je me trouvais dans la

11 pièce, était juste en-dessous de la fenêtre, et Tesma Elezovic était à

12 côté de moi. Elle regardait toujours par la fenêtre tous les matins et elle

13 faisait des commentaires sur le nombre de cadavres qu'elle voyait et qui

14 les enlevait. Et ce matin-là, elle m'a saisie par le bras et m'a dit:

15 "Cela, il faut que tu le regardes parce que c'est vraiment horrible!" Et

16 j'ai regardé, ce n'était pas une pile de cadavres, c'était un monceau de

17 cadavres, une véritable colline, il y avait trois camions jaune ou orange,

18 je m'en souviens très bien, je ne l'oublierai jamais.

19 Question: Veuillez poursuivre, je vous prie.

20 Réponse: Il arrivait qu'ils ne parviennent pas à emporter cette énorme

21 masse de cadavres. Et ils continuaient pendant qu'on allait au restaurant,

22 donc on était encore plus près, on le voyait d'encore plus près.

23 Question: Madame Susic, à quelle distance approximative se trouvait la

24 maison blanche du bâtiment du restaurant ou du réfectoire, si vous pouvez

25 nous le dire?

Page 3037

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13 Page blanche insérée aux fins d'assurer la correspondance entre la

14 pagination anglaise et la pagination française.

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

Page 3038

1 Réponse: Je ne saurais vous le dire avec exactitude, mais la seule chose

2 que je sais c'est que je pouvais tout voir.

3 Question: Y a-t-il des personnes, parmi les gens que vous connaissiez,

4 qui ont disparu du camp d'Omarska?

5 Réponse: Oui. Il y en a eu beaucoup parmi les gens qui travaillaient

6 avec moi avant et aussi parmi les habitants de la ville que je connaissais.

7 Question: Connaissez-vous un homme répondant au nom d'Ago Sadikovic?

8 Réponse: Oui, très bien. C'était un de mes collègues de travail, c'était

9 un chef des enquêtes criminelles. On nous a emmenés le même jour. Quand je

10 suis arrivée au SUP, il était déjà là, appuyé contre le mur, à côté du

11 comptoir de la salle des opérations. Je me rappelle très bien, il avait

12 une veste en cuir marron et un tee-shirt à rayures horizontales. C'était à

13 la fin du mois de juillet, je me rappelle très bien cette journée.

14 Question: Madame Sucic...

15 Réponse: Et je crois que...

16 Question: Excusez-moi de vous interrompre, Madame Susic. Connaissiez-vous

17 également un homme répondant au nom de Mirsad Alisic?

18 Réponse: Oui, je le connaissais très bien, il travaillait aussi aux

19 enquêtes criminelles du SUP. C'était un inspecteur, nous travaillions

20 ensemble.

21 Question: Quand avez-vous pour la dernière fois vu Ago Sadikovic et

22 Mirsad Alisic?

23 Réponse: Je crois que c'était à 5 heures de l'après-midi ou à 4 heures

24 et demie de l'après-midi, ce jour-là, à la fin du mois de juillet. Je ne me

25 rappelle pas exactement la date. J'ai d'abord vu un soldat qui est arrivé

Page 3039

1 dans cette salle vitrée, enfin cette espèce de véranda. Il a emmené Ago

2 Sadikovic à l'extérieur, je l'ai regardé dans les yeux, mais il ne

3 regardait jamais vers les femmes. Il portait sa veste à la main, avec un

4 sac en plastique. Et on l'a emmené le long du couloir, en passant par

5 l'endroit où se trouvaient les toilettes. Et je me suis tout d'un coup dit

6 que si nous avions été ensemble, on m'aurait peut-être fait sortir aussi.

7 Quand j'ai relevé les yeux, Ago était devant la maison blanche et on

8 l'emmenait dans la direction de la maison rouge. Je n'ai plus regardé,

9 mais je ne l'ai plus jamais revu. Quand je suis sortie, sa femme est venue

10 me voir chez moi, dans l'appartement. Elle m'a demandé si je savais

11 quelque chose, je n'ai rien pu lui dire de précis. Je lui ai dit: "Il

12 était là jusqu'à un certain jour et puis, à partir de ce jour-là, je ne

13 l'ai plus jamais revu".

14 Question: Madame Susic, un autre prisonnier a-t-il été emmené en même

15 temps que Ago Sadikovic?

16 Réponse: Oui, cet après-midi là ils ont emmné aussi d'autres détenus du

17 camp. Je pleurais et quelqu'un a dit: "Ils emmènent Mirso Alisic. Je me

18 suis retournée et j'ai vu que du côté de la Pista ils l'emmenaient

19 effectivement dans la direction du réfectoire. Un soldat le suivait,

20 marchait derrière lui; je n'oublierai jamais cette journée-là. Mirso, ce

21 jour-là, était le dernier à être emmené dans le groupe des gens qui

22 avaient déjeuné. Il a été le dernier à déposer son assiette. Moi, j'étais

23 dans le réfectoire ce jour-là et il m'a regardée en passant, et il m'a

24 adressé un petit sourire; c'est la dernière fois que je l'ai vu. Il

25 portait un tee-shirt vert clair et une chemise ouverte avec des ronds

Page 3040

1 roses, il était habillé de la même façon quand je l'ai vu sur la Pista au

2 moment où ils l'emmenaient à sa sortie du réfectoire. Je ne sais pas

3 exactement où ils l'ont emmené, mais 5 à 10 minutes plus tard, je ne sais

4 pas si c'est tout à fait exact, mais en tout cas je l'ai vu du côté de la

5 Pista ils l'emmenaient vers le hangar, je crois que c'est comme ça que

6 s'appelait cet endroit. Je me suis retournée, quel que soit le danger je

7 voulais voir ce qui allait arriver. Et accompagné par ce soldat, ils sont

8 arrivés jusqu'à la première porte d'entrée du hangar. Il a pénétré à

9 l'intérieur, le soldat s'est retourné, il est resté à l'extérieur. Lui, il

10 portait un sac en plastique, et lui je ne l'ai plus jamais revu. Il a été

11 emmené vers la maison rouge. Et ce jour-là, le Dr Osman Mahmuljin a été

12 emmené. Je me rappelle également le Dr Pasic, un médecin qui travaillait à

13 Kozarac. Ils ont été nombreux à être emmenés ce jour-là.

14 Question: Merci.

15 M. le Président: Monsieur Saxon, excusez-moi de vous interrompre. Vous

16 avez besoin de combien de temps, plus ou moins, pour terminer?

17 M. Saxon (interprétation): Monsieur le Président, je dirai 5 à 10 minutes.

18 M. le Président: Ce serait peut-être le bon moment de faire une pause pour

19 reposer le témoin, et je crois que la défense peut s'organiser pour le

20 contre interrogatoire. Donc nous allons faire une pause d'une demi-heure

21 et après on reprendra.

22 (L'audience, suspendue à 11 heures 15, est reprise à 11 heures 50.)

23 M. le Président: Madame Chen, est-ce qu'il arrive quelque chose avec les

24 accusés?

25 Je n'ai pas dit cela. Je vois dans le transcript… Je me suis adressé à la

Page 3041

1 greffière d'audience et pas au témoin. Je souhaite savoir ce qui arrive

2 avec les accusés.

3 (Les accusés sont introduits dans la salle d'audience.)

4 Vous pouvez-vous asseoir, s'il vous plaît.

5 (Les accusés s'exécutent.)

6 Maintenant, je m'adresse donc au témoin.

7 Madame Susic, vous allez continuer à répondre aux questions que M. Saxon

8 va vous poser. Et je constate avec plaisir que nous avons dans le prétoire

9 M. Niemann pour le compte rendu. Vous pouvez continuer.

10 M. Saxon (interprétation): Madame Susic, avant la pause, vous nous disiez

11 avoir vu Ago Sadikovic et Mirsad Alisic emmenés dans la direction de la

12 maison rouge, un certain jour de juillet. Qui d'autres avez-vous vu

13 emmenés vers la maison rouge ce jour-là, si certains ont été emmenés?

14 Mme Susic (interprétation): Oui, pour autant que je m'en souvienne, le Dr

15 Osman Mahmuljin a été amené au camp le même jour que moi, et il a été

16 emmené vers la maison rouge ce jour-là. Ainsi que le Dr Pasic qui

17 travaillait à Kozarac, qui était médecin. Et d'autres également, dont je

18 me rappelle pas exactement les noms mais je sais qu'ils ont été emmenés

19 dans la direction de la maison rouge en passant par la Pista.

20 M. Saxon (interprétation): Monsieur le Président, Madame la Juge, je

21 demanderai la pièce à conviction 3/82. J'aimerais qu'on la présente au

22 témoin et qu'on la place sur le rétroprojecteur.

23 (L'huissier s'exécute.)

24 Madame Susic, je vous demanderai, si vous voulez bien, de regarder cette

25 photographie et de placer le pointeur à l'endroit où vous avez vu ces

Page 3042

1 hommes, ainsi qu'à l'endroit qui était leur destination.

2 Mme Susic (interprétation): Je me souviens très bien avoir vu Ago

3 Sadikovic ici, à cet endroit-là. Quant à Mirsad Alisic, je l'ai d'abord vu

4 quand il se trouvait ici, à peu près au milieu, au moment où on l'a

5 emmené. Et à son retour de ce bâtiment qui est celui du réfectoire, je

6 l'ai vu de nouveau à cet endroit, au milieu, entre le réfectoire et ce

7 bâtiment dont je crois qu'il s'appelait le hangar. Et à cet endroit

8 précis, ici, j'ai vu un soldat devant la porte qui attendait Mirso. Mirso

9 tenait à la main ce sac en plastique blanc et il a été emmené dans cette

10 direction.

11 Mais, moi, j'étais assise là et devant la maison rouge, je pouvais voir le

12 coin d'une dalle en béton. Je pense qu'il y avait une porte à cet endroit-

13 là mais je ne la voyais pas. Et, ici, il y avait une haie vive et je

14 voyais le coin de cette haie devant la maison rouge. Donc, c'est ici

15 exactement que je les ai vus alors qu'ils partaient, et ensuite je n'ai

16 pas vu s'ils ont pénétré à l'intérieur de la maison rouge parce qu'il

17 m'était impossible de le voir.

18 Question: Madame Susic, je vous demanderai de placer le pointeur sur le

19 bâtiment auquel vous faites référence comme étant la maison rouge.

20 Réponse: C'est la petite maison qui se trouve ici.

21 Question: Quelle était l'appartenance ethnique des hommes que vous avez

22 vus escortés dans la direction de la maison rouge ce jour-là?

23 Réponse: Ils étaient Musulmans.

24 Question: Qu'avez-vous observé dans leur aspect physique, si vous avez vu

25 quelque chose de particulier?

Page 3043

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13 Page blanche insérée aux fins d'assurer la correspondance entre la

14 pagination anglaise et la pagination française.

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

Page 3044

1 Réponse: Ils étaient tous battus, ils avaient les cheveux longs. Ils

2 n'étaient pas rasés. Et un jour, au moment où j'ai fait une déclaration,

3 j'ai dit que tous ces hommes ressemblaient en fait à tout sauf à des êtres

4 humains.

5 Question: Pour autant que vous vous en souvenez, l'un quelconque de ces

6 hommes a-t-il jamais été revu par la suite?

7 Réponse: Je vous prie de m'excuser. Me posez-vous cette question

8 précisément au sujet des hommes que je viens d'énumérer ou, en général, au

9 sujet des détenus lorsque vous me demandez quelle était leur apparence

10 physique?

11 Question: Je parlais des hommes que vous avez vus, ce jour-là, se faire

12 emmener dans la direction de la maison rouge, ce jour de juillet?

13 Réponse: Je dois dire que ni Ago Sadikovic ni Mirsad Alisic n'avaient

14 une barbe, ils avaient les cheveux de couleur normale et, pour autant que

15 je m'en souvienne, ils étaient rasés. Mais la réponse que je vous ai faite

16 portait sur l'ensemble des détenus que j'ai vus dans le camp. C'est pour

17 cela que j'ai parlé de cette façon.

18 Question: La question que je vous posais était la suivante: à votre

19 connaissance, l'un quelconque de ces hommes, Ago Sadikovic, Mirsad Alisic

20 et les deux médecins dont vous venez de parler, n'a-t-il jamais été revu

21 par la suite, depuis le jour où vous les avez vus se faire emmener dans la

22 direction de la maison rouge?

23 Réponse: Moi, je ne les ai plus jamais revus dans le camp. Et par la

24 suite, à ma sortie du camp, j'ai dit que la femme d'Ago Sadikovic est

25 venue chez moi pour m'interroger au sujet de son mari, ce qui signifie

Page 3045

1 qu'elle ne savait pas non plus où il se trouvait. Le Dr Mahmuljin n'est

2 plus jamais revenu pendant toute la durée de mon séjour dans le camp.

3 C'était le frère… Enfin, mon neveu était marié à la soeur du Dr Mahmuljin.

4 Je sais très bien qu'on m'a interrogée à son sujet mais je n'ai pas pu non

5 plus leur dire ce qu'il en était. Mais par la suite, quand j'ai quitté la

6 Bosnie, ce parent à moi, Rizvic Faruk et sa femme Refika Mahmuljin et sa

7 soeur Fadila Mahmuljin qui travaillait au centre de santé ou plutôt à

8 l'hôpital de Prijedor comme chef des infirmières ont été tués chez eux à

9 la maison, dans l'appartement où ils habitaient. C'est une personne qui

10 les a enterrés qui m'a dit cela. En fait, ces personnes se sont fait tuer

11 après avoir été mutilées. Et je sais que, Osman, je ne l'ai plus jamais

12 revu par la suite.

13 M. Saxon (interprétation): Merci. Je demanderai à Monsieur l'huissier

14 d'enlever cette photographie du rétroprojecteur et de placer ces trois

15 originaux de photographie sur le rétroprojecteur.

16 Monsieur le Président, Madame la Juge, je vais distribuer des photocopies

17 de ces originaux. L'une de ces photocopies peut être enregistrée sous la

18 cote 3/101 pour les pièces à conviction de l'accusation, si je ne m'abuse.

19 Donc, par la suite, les photographies originales pourront être restituées

20 au témoin.

21 Madame Susic, je vous demanderai de regarder la photographie qui se

22 trouve, ici, en haut à droite, celle-ci: la reconnaissez-vous?

23 Réponse: Oui.

24 Question: Où a-t-elle était prise?

25 Réponse: Longtemps avant le début de la guerre, c'était aussi une fête

Page 3046

1 pour les personnes qui travaillaient au SUP.

2 Question: Qui reconnaissez-vous sur cette photographie, si vous

3 reconnaissez quelqu'un?

4 Réponse: Ici, se trouve Ago Sadikovic qui a disparu dans le camp

5 d'Omarska. A côté de lui, il y a Bijelic, un inspecteur qui venait pour

6 les interrogatoires dans le camp d'Omarska. Ici, Nebojsa Tomcic qui venait

7 aussi à Omarska pour des interrogatoires. Et ici, je sais que c'est

8 Nabojsa Babic bien qu'on le voie pas très bien, c'était aussi un

9 inspecteur qui venait à Omarska. Et ici, Zivko Jovic que j'ai vu une fois

10 en tout cas et peut-être deux dans la cuisine, quand je nettoyais le sol

11 il est passé à côté de moi.

12 Question: Merci. J'aimerais maintenant appeler votre attention sur la

13 photographie qui se trouve en-dessous de celle que vous venait de décrire.

14 Reconnaissez-vous cette photographie?

15 Réponse: Oui, c'est aussi une fête, je pense. Je pense la fête du 8

16 mars. Dans l'un des bureaux du service des enquêtes criminelles, ici

17 c’est Mirso Alisic qui a disparu à Omarska, et ici c'est moi, ici c'est

18 l’inspecteur Ilija Bijelic qui venait aussi à Omarska pour procéder à des

19 interrogatoires.

20 Question: Je vous demanderai maintenant de vous intéresser à la

21 photographie qui se trouve à l'extrême gauche.

22 Réponse: Oui.

23 Question: Reconnaissez-vous cette photographie?

24 Réponse: Oui. Ici, c'est Meho Mahmutovic, un policier qui travaillait à

25 la circulation. Je sais qu'il était dans le camp, mais à partir d'un

Page 3047

1 certain jour je ne l'ai tout simplement plus vu. Quand je suis sorti du

2 camp et que j'ai rassemblé les documents nécessaires pour quitter

3 Prijedor, j'ai rencontré sa sœur, Naza, devant la Croix-Rouge. Elle m'a

4 interrogée à son sujet, elle m'a demandé si je l'avais vu, si je savais

5 quelque chose. Je lui ai dit que je l'avais vu et qu'à partir d'un certain

6 jour je ne l'ai plus vu.

7 Question: Madame Susic, où avez-vous vu Meho Mahmutovic dans le camp?

8 Réponse: Au réfectoire. Quand il venait déjeuner ou en tout cas manger.

9 Question: Donc à partir de quel jour Meho Mahmutovic a-t-il cessé de

10 venir s'alimenter?

11 Réponse: Oui, à partir de ce jour-là, je ne l'ai plus vu.

12 Question: Madame Susic, ces trois photographies, ces originaux, ont-ils

13 été en votre possession à partir du moment approximatif où elles ont été

14 prises?

15 Réponse: Oui.

16 Question: Merci. On peut enlever les photographies du rétroprojecteur.

17 L'huissier pourrait-il placer la pièce 3/99, une fois de plus, sur le

18 rétroprojecteur?

19 (L'huissier s'exécute.)

20 Madame, je vais vous demander de revenir à cet après-midi où vous avez vu

21 M. Prcac qui se trouvait dans le réfectoire alors que vous vous trouviez

22 vous aussi à cet endroit. Vous avez déjà annoté cette pièce et vous aviez

23 indiqué par un "P" l'endroit où vous avez vu Drago Prcac qui traversait ce

24 réfectoire. Et vous avez dit qu'à un moment donné M. Prcac était sorti du

25 réfectoire. Pourriez-vous nous indiquer l'endroit où vous l'avez vu pour

Page 3048

1 la dernière fois dans le réfectoire?

2 Réponse: Je l'ai vu dans cette partie-ci, lorsqu'il passait à côté de

3 cette pièce vitrée en direction de la cuisine, mais je ne l'ai pas vu

4 sortir parce qu'ici il y avait une porte pour sortir de la pièce, mais je

5 ne l'ai plus vu revenir. Je crois, j'imagine qu'il est sorti par la

6 cuisine, vers l'endroit où les gens étaient battus. Parce que je me

7 souviens que lorsque j'ai été ammenée moi-même à l'intérieur du camp, il y

8 avait parmi ceux qui nous avaient accueillis M. Miroslav Kvocka. Et il est

9 logique, à mon avis, que quelqu'un accueille également ces détenus-là

10 lorsqu'ils avaient été ammenés.

11 Question: Madame, j'appellerai votre attention sur l'angle de ce bâtiment

12 annoté par le chiffre A24. Vous le voyez?

13 Réponse: Oui.

14 Question: A un moment donné, vous avez vu Dragoljub Prcac qui passait par

15 là.

16 Réponse: Non, non, je l'ai vu ici à côté de cette pièce vitrée, et il

17 est parti en direction de la cuisine. Et je me suis attardée ici, je

18 nettoyais une table et je ne l'ai pas vu revenir.

19 Question: Merci, Madame. A quel moment avez-vous été libérée du camp

20 d'Omarska?

21 Réponse: C'était le 3 Août 1992, très tôt le matin.

22 Question: Et que s'est-il passé ce matin-là?

23 Réponse: Dès que nous étions descendus des pièces où nous dormions vers

24 le restaurant, Zeljko Mejakic est arrivé avec une liste et nous a dit que

25 les femmes qui feront l'objet d'un appel devaient sortir et se rendre vers

Page 3049

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13 Page blanche insérée aux fins d'assurer la correspondance entre la

14 pagination anglaise et la pagination française.

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

Page 3050

1 un autocar. Nous ne savions pas ni qui est-ce qui allait être interpellé

2 ni où est-ce qu'on allait être emmenés. Donc, nous ne pouvions ni nous

3 réjouir ni nous attrister du fait d'être interpellés. Lorsqu'on m'a

4 interpellée, je suis sortie. Et là devant la Pista, il y avait un autocar

5 garé, à côté de ce dernier se trouvait Drago Prcac, et en me rapprochant

6 j'ai demandé à Drago: "Drago, où est-ce que vous nous emmenez?" Il a

7 répondu: "Sifeta, je ne sais pas." Et avec les autres femmes, on a

8 commenté la chose pour ce qui était de savoir où est-ce qu'on allait nous

9 emmener. Est-ce que c'était une voie, une issue de secours ou alors une

10 issue définitive?

11 Question: Après avoir quitté Omarska, où êtes-vous allés Madame?

12 Réponse: Nous avons été emmenés vers le camp de Trnopolje.

13 Question: Excusez-moi. Dans quel état physique et psychologique étiez-

14 vous, à votre arrivée au camp de Trnopolje?

15 Réponse: Eh bien, c'était assez effrayant. Nous ne savions pas ce qui

16 nous attendait là-bas. Une fois arrivés, j'ai pu constater que les gens se

17 déplaçaient quand même un peu et que ça allait beaucoup mieux qu'au camp

18 d'Omarska.

19 Question: La question que je vous pose concernait votre état de santé

20 psychologique et physique à votre arrivée au camp de Trnopolje. Comment

21 pourriez-vous le décrire?

22 Réponse: Eh bien, j'avais très peur, j'étais épuisée. En bref, je savais

23 pas ce que cela signifiait: est-ce que nous allions rester à Trnopolje ou

24 est-ce que nous allions pouvoir rentrer chez nous? C'était une période de

25 très grande incertitude parce que, là aussi, il se passait des choses

Page 3051

1 terribles, c'est ce que nous ont raconté les détenus, du moins qui se

2 trouvaient là-bas.

3 Question: Pendant combien de temps avez-vous été détenue au camp de

4 Trnopolje?

5 Réponse: Le 7 Août, on m'a relâchée de ce camp-là avec bien d'autres

6 femmes encore. Il y avait là-bas une pièce où se trouvaient les gens de la

7 Croix Rouge, et l'une de mes connaissances s'appelait Blanca, j'ai oublié

8 le nom de famille. Elle avait des imprimés où elle notait les noms,

9 prénoms, dates de naissance, durées de séjour. Et elle a inscrit que je

10 m'étais trouvée là comme dans une espèce de centre d'accueil entre le 3 et

11 le 7 Août.

12 Question: Après avoir quitté le camp de Trnopolje, où êtes-vous allée?

13 Réponse: Je suis rentrée chez moi. Toutefois, à la porte de mon

14 appartement, il y avait un autre nom et un autre prénom. Et je n'ai pas pu

15 accéder à ce logement.

16 Question: Quelle était l'appartenance ethnique de la personne dont le nom

17 était inscrit à la porte de votre appartement?

18 Réponse: C'était un nom, un prénom serbe, mais je n'arrive pas à me

19 resituer lesquels.

20 Question: Combien de temps avez-vous passé à Prijedor après cette date?

21 Réponse: J'ai d'abord séjourné chez mon frère et puis je suis revenue

22 vers mon appartement parce que l'homme qui avait inscrit son prénom et son

23 nom sur ma porte n'avait pas emménagé auparavant. Un autre frère et un

24 autre Serbe voisin Sretko Muzgonja avait ramené des affaires qui

25 m'appartenait dans l'appartement. J'ai donc séjourné là-bas mais j'avais

Page 3052

1 très peur. J'ai souvent dormi chez mon frère. Je ne me souviens pas

2 exactement de la date mais je crois que cela pouvait fort bien être le 14

3 ou le 15 Novembre 1992 où, par l'intermédiaire de la Croix Rouge, j'ai pu

4 quitter Prijedor.

5 Question: Qu'est-ce qui vous a poussé à quitter Prijedor?

6 Réponse: D'abord, je n'avais pas de travail. Ensuite, la peur régnait. Il

7 se passait des choses très étranges. On venait me déranger par téléphone

8 avant la guerre et même après ma sortie du camp. Et je me souviens bien,

9 un soir, quelqu'un avait téléphoné à mon frère, il était 9 heures 45 du

10 soir et il y avait le couvre-feu en place. Et il est arrivé tout rouge

11 d'avoir couru, et quelqu'un s'était présenté en qualité d'Izet, en disant

12 que c'était mon ami. Mais je ne connaissais personne du nom d'Izet. On

13 m'avait dit que je serais emmenée à Vlasic pour un échange, ce soir-là.

14 Mon frère est revenu vers son appartement, je suis restée dans le mien. Ce

15 voisin Muzgonja Zretko m'a dit: "Ne crains rien, il ne t'arrivera rien, je

16 prendrai soin de toi." Effectivement, personne est venu me chercher.

17 C'était juste une provocation qui était destinée à me faire peur.

18 Question: Madame, le fait de mentionner le mot Vlasic et la mention d'un

19 éventuel échange, tout cela; pourquoi est-ce que cela inspirait une telle

20 peur chez vous?

21 Réponse: Oui, j'ai appris une fois qu'un ou plusieurs autocars, en

22 transportant ces gens vers Travnik, je crois qu'ils devaient passer par

23 Vlasic, je ne sais pas.

24 J'ai appris que l'on avait abattu là-bas 200 à 300 personnes, qu'on les

25 avait fusillées. Et depuis mon séjour au camp d'Omarska, je sais que des

Page 3053

1 gens ont été emmenés, soi-disant pour être échangés, mais on ne savait pas

2 ce qu'il était advenu d'eux. Il y avait Medunjani Sadeta et...

3 (inaudible).

4 Question: Avant de quitter Prijedor, Madame, quelles sont les mesures que

5 vous avez dû prendre qui vous ont permis de partir?

6 Réponse: J'ai dû me faire délivrer un grand nombre d'attestations.

7 D'abord, il a fallu que je paie une facture de chauffage, il n'y a pas eu

8 de chauffage. J'ai dû payer l'eau alors que l'eau n'arrivait que rarement.

9 L'électricité, le téléphone et deux banques, la Jugo banka et la Privana

10 Banka devaient me délivrer des attestations. Alors j'ai donc dû régler

11 toutes ces factures en sus, et, sur les attestations, il devait être

12 précisé que je n'avais aucune dette vis-à-vis de ces banques. Et la

13 première fois, on m'avait demandé de prendre une attestation au SUP comme

14 quoi je ne vivais plus là-bas, et je me suis pas rendue au bâtiment du

15 SUP, c'est la fille de mon frère qui l'a fait pour moi. J'ai rempli

16 l'imprimé, elle l'a emporté là-bas et on lui a délivré une attestation aux

17 termes de laquelle ce sont des raisons économiques qui m'incitaient à

18 quitter Prijedor.

19 Question: Est-ce exact Madame?

20 Réponse: Non, bien entendu.

21 Question: Savez-vous qui est maintenant l'occupant de votre demeure, de

22 votre appartement à Prijedor aujourd'hui?

23 Réponse: C'est Cinegranko qui a emménagé dans mon appartement. Il est

24 inspecteur au service de criminologie mais je ne sais pas s'il y habite

25 encore parce que je n'ai plus contacté personne. Et je ne suis retournée

Page 3054

1 ni en Bosnie, ni à Prijedor depuis.

2 Question: Quelle était l'appartance ethnique de la personne qui a

3 emménagé dans votre appartement?

4 Réponse: Serbe.

5 Question: Et comment avez-vous vécu et survécu depuis votre départ de

6 Prijedor en 1992?

7 Réponse: Oui, en effet j'ai quitté Prijedor, je suis arrivée dans l'un

8 des pays européens et j'y ai trouvé du travail. Je travaille depuis le

9 premier jour où je m'y suis trouvée. J'ai accompli des tâches variées en

10 fonction de ma connaissance de la langue. De nos jours, j'ai perfectionné

11 la pratique de cette langue et je puis dire que j'ai un bon emploi

12 désormais.

13 Question: Quelles sont les séquelles à long terme physiques,

14 psychologiques ou autres que vous subissez du fait de votre détention au

15 camp d'Omarska?

16 Réponse: C'est difficile à décrire. Je sais que je n'arrive pas à

17 retrouver la paix en moi-même. La nuit, souvent j'entends encore ces

18 terribles cris, ces hurlements. De nos jours encore, je n'arrive pas à

19 croire que des gens sont capables de faire à d'autres personnes ce genre

20 de chose et d'autant moins à des collègues de travail avec lesquels vous

21 avez vécu, travaillé si longtemps.

22 M. Saxon (interprétation): Je vous remercie, Madame.

23 Monsieur le Président, Madame la Juge, je n'ai plus de questions à poser

24 pour ce témoin pour le moment.

25 M. le Président: Merci beaucoup, Monsieur Saxon.

 

Page 3055

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13 Page blanche insérée aux fins d'assurer la correspondance entre la

14 pagination anglaise et la pagination française.

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

Page 3056

1 Nous allons continuer ce témoignage avec le contre interrogatoire de la

2 défense. Madame Susic, vous vous sentez disponible pour ce contre-

3 interrogatoire maintenant?

4 Monsieur Krstan Simic, comment allons-nous procéder?

5 M. K. Simic (interprétation): Monsieur le Président, la défense suivra

6 l'acte d'accusation. Il se peut que, selon l'évolution du contre-

7 interrogatoire, l'un d'entre nous n'ait plus de questions à poser.

8 M. le Président: D'accord. Très bien. Madame Susic, vous allez répondre

9 aux questions que la défense va vous poser. Maintenant, c'est Maître

10 Krstan Simic qui va vous poser des questions. Donc, Maître Simic, vous

11 pouvez commencer, vous avez la parole.

12 (Le témoin, Mme Susic, est contre-interrogée par M. Krstan Simic.)

13 M. K. Simic (interprétation): Merci, Monsieur le Président. Bonjour,

14 Madame Susic.

15 Mme Susic (interprétation): Bonjour.

16 Question: Je regrette d'avoir à vous faire souffrir pendant un moment

17 encore, mais j'espère que ce moment ne durera pas trop longtemps. A

18 l'occasion de votre témoignage, vous nous avez parlé d'un d'un poste de

19 travail déterminé que vous avez désigné par l'appellation chef du secteur

20 des patrouilles.

21 Réponse: Oui.

22 Question: Vous nous avez dit que c'était un poste de travail de policier

23 qui comportait des tâches quelque peu plus complexes, est-ce exact?

24 Réponse: Oui.

25 Question: Madame Susic, dans ce système de police, il existait un grand

Page 3057

1 nombre de postes de travail, à commencer par celui de secrétaire, de

2 responsable, jusqu'au policier qui était de permanence dans la rue, est-ce

3 exact?

4 Réponse: Oui.

5 Question: Et chacun de ces postes de travail avaient-ils une description

6 précise concernant les tâches et les devoirs que la personne assumant ces

7 fonctions était appelée à exercer?

8 Réponse: Oui, nous avion un règlement portant sur les salaires.

9 Question: Juste un moment, on y arrivera. Mais est-ce que ce règlement

10 relatif aux salaires, où on déterminait les salaires, après c'était un

11 système de points, est-ce que ce système donc partait de la complexité et

12 de l'envergure des tâches que chacun devait assumer?

13 Réponse: Oui.

14 Question: Donc chaque personne avait des tâches déterminées et avait un

15 salaire déterminé en conséquence pour les tâches qu'elle assumait?

16 Réponse: Oui.

17 Question: Madame Susic, est-ce que ce poste de travail de chef du secteur

18 chargé des patrouilles était un poste qui avait le statut de poste à haute

19 responsabilité ou de supérieur au sein de cet organisme voir de chef d'un

20 département?

21 Réponse: Non.

22 Question: Je vous remercie, Madame Susic. En outre, dans votre

23 témoignage, vous avez souligné que vous avez travaillé quelque 21 ans au

24 sein de ces services de police?

25 Réponse: C'est exact.

Page 3058

1 Question: Dans les documents qui ont été soumis à l'accusation et que

2 l'accusation nous a transmis, il y en a un qui dit qu'en février 1992 vous

3 avez fait l'objet d'une recommandation aux fins d'une promotion?

4 Réponse: Non.

5 Question: Il s'agit d'un document relatif à l'appréciation des

6 travailleurs employés par le secrétariat à l'Intérieur. On dit: "Susic

7 Sifeta, nom du père Adem, expérience au travail: 21 ans. Point 8, a fait

8 particulièrement ses preuves. Argumentation de l'appréciation qui suit".

9 Est-ce que vous êtes au courant de ce document?

10 Réponse: Non.

11 Question: Je vous remercie, on y reviendra.

12 M. Saxon (interprétation): Pourrait-on montrer le document à Mme Susic, le

13 document à propos duquel on lui pose les questions?

14 M. le Président: Oui, Maître Simic, peut-être qu'il serait mieux de

15 montrer le document pour que le témoin sache de quoi on parle.

16 (L'huissier s'exécute.)

17 Mme Susic (interprétation): Je n'ai jamais reçu ceci et je ne connais pas

18 la personne qui a signé, Milenko Arapovic.

19 M. le Président: Maître Simic, est-il possible de mettre le document sur

20 le rétroprojecteur pour que l'on puisse en avoir une idée?

21 Question: Oui. Madame Susic, la deuxième page porte sur vous également,

22 c'est la demande soumise par M. Arapovic au centre de sécurité publique à

23 Banja Luka.

24 Réponse: Non, je ne suis pas au courant du tout de ce document.

25 Question: Merci. Madame Susic, est-ce qu'au cours de cette vingtaine

Page 3059

1 d'années que vous avez dans ce système du fonctionnement de la police, on

2 viendra aux appellations exactes, il y a eu des modifications, des

3 réformes?

4 Réponse: Oui, il y en a eu une quantité innombrable. Je m'excuse, vous

5 parlez de quoi?

6 Question: De réorganisation.

7 Réponse: Oui. En effet, les mêmes secteurs portaient des appellations

8 différentes à des périodes déterminées.

9 Question: Je vous remercie. Et dans ce système de modifications survenues

10 depuis, y a-t-il eu une grande réorganisation du système policier vers la

11 fin de 1989? Et ce système nouveau a été mis en application en date du 1er

12 Janvier 1990?

13 Réponse: Je ne saurai vous répondre concrètement pour ce qui est des

14 tâches nouvelles mais je crois que le poste de police de Prijedor…

15 Question: Allons tout doucement. Vous avez parlé du SUP?

16 Réponse: Oui.

17 Question: Vous avez dit qu'à un moment donné, le SUP avait été supprimé.

18 Réponse: Je ne vous ai pas compris.

19 Question: A un moment donné de votre témoignage, vous avez dit que le SUP

20 a été supprimé mais, au cours de votre témoignage, vous avez constamment

21 parlé du SUP. Ce que je voudrais savoir, c'est quand est-ce qu'on a

22 supprimé le SUP, quand est-ce qu'a eu lieu cette réorganisation?

23 Réponse: Lorsque j'ai commencé à travailler, cela s'appelait un

24 secrétariat municipal aux affaires intérieures. Et puis après, cela a été

25 le secrétariat régional à l'intérieur, et cela a été le secrétariat

Page 3060

1 intermunicipal. Et puis après, cela va être un département du ministère de

2 l'Intérieur. Donc, plusieurs fois, les appellations ont été changées mais

3 c'est toujours resté le SUP. Le peuple appelle cela de nos jours encore,

4 le SUP.

5 Question: Quand est-ce que l'on a mis en place cette notion de poste de

6 sécurité publique? Est-ce que vous vous en souvenez?

7 Réponse: Non, je ne saurai vraiment pas vous le dire. Je sais que le

8 terme avait été utilisé fréquemment: "Poste de sécurité publique pour la

9 circulation", "Poste pour la sécurité publique"... pour ceci et cela. Et

10 ceux qui avaient travaillé dans la police s'appelaient "personnes

11 compétentes", c'est à-dire "attribuées pour exercer certaines fonctions".

12 Question: Bien. Est-il possible qu'une réorganisation prévue par la loi

13 en fin de 1979 ait mis fin à ce SUP et mis en place des postes de sécurité

14 publique?

15 Réponse: Les SUP n'ont jamais été supprimés, c'était la même institution

16 mais elle avait des appellations différentes. Et la dernière fois où j'ai

17 travaillé, elle s'appelait peut-être "ministère de l'Intérieur" et quelque

18 chose d'autre encore.

19 Question: Mais est-ce que cela s'appelait aussi "Poste de sécurité

20 publique Prijedor"?

21 Réponse: Ce "Poste de sécurité publique de Prijedor" faisait partie

22 intégrante du SUP, tout comme les autres postes de police dont j'ai déjà

23 parlé.

24 Question: Madame Susic, pouvez-vous vous souvenir qui est-ce qui avait

25 été le chef du SUP en 1979?

Page 3061

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13 Page blanche insérée aux fins d'assurer la correspondance entre la

14 pagination anglaise et la pagination française.

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

Page 3062

1 Réponse: Hasan Talundzic.

2 Question: Je parle de 1989.

3 Réponse: Oui, 1989. C'était le dernier en date. Et je crois qu'avant

4 lui, il y avait Sead Besic.

5 Question: Est-ce que vous connaissez une personne répondant au nom de

6 Stojanovic?

7 Réponse: Oui, avec son épouse Ljilja. Il avait, lui aussi, occupé les

8 fonctions ou le poste de secrétaire. Je n'arrive pas à me souvenir de

9 l'ordre dans lequel ils se sont succédé mais je sais qu'à un moment donné,

10 il avait été à la tête du SUP.

11 Question: Et à quel poste a été transféré M. Sead Besic, vous en

12 souvenez-vous?

13 Réponse: Je pense qu'il est parti pour Banja Luka où peut-être

14 auparavant il avait exercé des fonctions entre-temps au centre chargé de

15 la sécurité. Mais je ne sais pas si c'était avant d'avoir été chef de

16 ce poste de sécurité publique à Prijedor ou après. Je ne sais pas vous

17 le dire vraiment.

18 Question: Moi, je vais parler de "poste de sécurité publique", puisque

19 c'était l'appellation officielle afin que nous puissions suivre.

20 L'interprète: Le micro se débranche par moment. Voilà, on ne l'entend

21 plus.

22 Question: Vous avez parlé hier de la hiérarchie qui existait, qui a été

23 mise en place à ce poste de sécurité publique. Suite à des élections

24 démocratiques en Novembre 1991, est-ce qu'il y a eu changement de la

25 structure de commandement au sein de ce poste de sécurité publique,

Page 3063

1 conformément aux résultats des élections qui avaient eu lieu?

2 Réponse: Oui. Je sais qu'il y a eu des changements.

3 Question: Est-ce que vous pouvez nous dire qui est devenu chef?

4 Réponse: C'est Talundzic Hasan qui est devenu le responsable.

5 Question: Dans ce poste de sécurité publique, vous nous avez dit hier

6 qu'il y avait quatre lignes.

7 Réponse: Je ne comprends pas.

8 Question: Quatre organes qui avaient différentes fonctions.

9 Réponse: Le poste de police de Prijedor, de Ljubija, d'Omarska.

10 Question: Madame Susic, vous avez travaillé 21 ans dans la police,

11 attendez que je vous pose la question, puisque nous parlons

12 d'organisation.

13 Réponse: Excusez-moi.

14 Question: Nous parlons du poste de sécurité publique où vous avez

15 travaillé pendant 21 ans, ce poste de sécurité publique, Talundzic Hasan

16 en était le chef. Quel autre organe ou département, quel que soit le terme

17 que vous préfériez, y avait-il dans ce poste de sécurité publique?

18 Réponse: Au poste de sécurité publique ou au SUP et j'ai expliqué que ce

19 SUP était constitué d'un secteur de criminologie avec des postes à

20 Omarska, à Prijedor, etc. Et puis, il y avait un centre des

21 communications. Mais je ne m'occupais pas de ces questions de

22 réorganisation. Moi, ce que j'ai dit dans mon témoignage découlait de mes

23 souvenirs. Je n'ai jamais prétendu connaître à la perfection ce système

24 d'organisation mais j'essaie de me souvenir que ces départements-là

25 existaient.

Page 3064

1 Question: Bien. Après les élections, qui est-ce qui avait été le chef du

2 poste de police de Prijedor?

3 Réponse: Dusan Jankovic.

4 Question: Après ces élections, qui est-ce qui devenu chef du secteur de

5 sécurité?

6 Réponse: Victor Abderic pour autant que je m'en souvienne.

7 Question: Bien sûr, vous parlez de vos souvenirs, évidemment. Est-ce que

8 vous pouvez nous dire qui est-ce qui avait été à la tête de l'organe au

9 sein duquel vous avez travaillé?

10 Réponse: Du service de criminologie?

11 Question: Il y a une autre appellation. Ces départements pour le suivi de

12 la criminologie, la protection anti-incendie, prévention, etc.

13 Réponse: C'était Mijic Ranko.

14 Question: Et qui est-ce qui avait été à la tête du départ du département

15 des affaires administratives et des affaires juridiques?

16 Réponse: Croyez-moi, je ne m'en souviens plus.

17 Question: Je vous remercie. Vous avez parlé hier d'un certain Dule

18 Jankovic.

19 Réponse: Oui.

20 Question: Vous nous avez dit qu'il se rendait à des réunions à Banja Luka.

21 Réponse: Oui, c'est ce que j'ai appris dans un entretien par Fikret

22 Kadiric, dans un entretien informel.

23 Question: Et vous nous avez dit également hier que le chef réel, le chef

24 véritable, de ce poste de sécurité publique que vous appelez SUP, était M.

25 Jankovic.

Page 3065

1 Réponse: Oui. Il était commandant du poste de sécurité publique de

2 Prijedor.

3 Question: Est-ce que ce M. Jankovic, compte tenu de son poste de travail

4 et compte tenu du vôtre, était votre supérieur?

5 Réponse: Non.

6 Question: Est-ce que M. Jankovic se trouvait être le supérieur de M.

7 Fikret Kadiric?

8 Réponse: Non.

9 Question: Monsieur Jankovic était-il le supérieur de M. Mijic Ranko?

10 Réponse: Non.

11 Question: Est-ce qu'il était le supérieur de Fikret Talundzic?

12 Réponse: Hasan?

13 Question: Oui.

14 Réponse: Il était subordonné à Hasan Talundzic. Comme au cours des

15 années écoulées, c'était le secrétaire de ce SUP qui était le numéro un, et

16 l'autre était son subordonné.

17 Question: Je vous remercie. Je voudrais maintenant que nous parlions des

18 postes de police, ou des postes de milice comme on avait usage de le dire

19 dans la terminologie dont nous avons usé dans notre pays.

20 Vous avez dit qu'il y avait un poste de police ou de milice à Prijedor?

21 Réponse: Oui, c'est exact.

22 Question: Vous avez dit aussi, je parle de la police en tant que telle,

23 pas des services de la circulation, qu'il y avait trois établissement de

24 police en plus.

25 Réponse: Oui.

Page 3066

1 Question: Pouvez-vous nous dire quel avait été leur statut?

2 Réponse: Pour autant que je le sache, il y avait le poste de police, le

3 département de Ljubija, d'Omarska et de Kozarac.

4 Question: Et vous avez dit qu'il y avait une hiérarchie au sein de chacun

5 de ces postes?

6 Réponse: Oui.

7 Question: Vous avez dit que ce chef de poste avait un adjoint.

8 Réponse: Oui, pour autant que je le sache oui, un adjoint. Et pour ce

9 qui est des suppléants, j'ai dit que je n'étais pas sûre.

10 Question: Nous parlons de la formation théorique, je crois que vous vous

11 êtes centrée sur Omarska.

12 Réponse: Non, ce n'est pas vrai, je parle du poste de police de Ljubija

13 et d'Omarska, et ils avaient des commandants de postes.

14 Question: Mais moi je parlais du poste de police de Prijedor, c'est la

15 raison pour laquelle j'ai remarqué que vous étiez en train de répondre au

16 sujet de quelque chose d'autre.

17 Réponse: Je m'excuse, j'ai peut-être mal compris votre question.

18 Question: Quels étaient les supérieurs du poste de police à Prijedor?

19 Réponse: Il y avait un commandant, un adjoint, un suppléant, pour autant

20 que je m'en souvienne.

21 Question: Je parle encore de votre niveau de connaissance du système

22 d'organisation. Quand il s'agit d'un département, quel qu'il soit, vous

23 nous avez dit que ce département comportait un poste de commandant du

24 département, d'un chef de département?

25 Réponse: Il n'y avait qu'un seul poste qui s'appelait département de

Page 3067

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13 Page blanche insérée aux fins d'assurer la correspondance entre la

14 pagination anglaise et la pagination française.

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

Page 3068

1 police à Kozarac.

2 Question: Madame, mais nous ne comprenons pas.

3 Réponse: Je ne vous comprends pas.

4 Question: Mais nous devrions nous comprendre. Le département de police,

5 indépendamment de l'endroit où il se trouvait situé, est-ce que selon

6 cette systématisation, dont vous avez parlé avec autant de connaissance

7 hier, avait des fonctions, des postes de chefs, de responsables,

8 d'adjoints et de suppléants?

9 Réponse: Postes oui, mais départements non. Je sais qu'il y avait un

10 poste de police à Prijedor. Moi, je vous ai parlé de ce que je savais. Et

11 je suis à 1000 % sûre, si vous voulez, de ce dont je parle. Pour la

12 réorganisation, je ne suis pas tout à fait au courant. Donc il y avait un

13 chef de département, un chef de poste, un suppléant, un adjoint, mais ce

14 n'est pas un département c'est un poste de police de Prijedor.

15 Question: Bien. Moi, je vous pose la question suivante. Est-ce que ce

16 département, quel qu'il soit, a le même schéma d'organisation?

17 M. Saxon (interprétation): Je pense qu'il sera difficile pour le témoin de

18 réagir et de répondre à une question aussi abstraite, s'agissant de

19 n'importe quel service de département, où qu'il soit.

20 Maître Simic pourrait-il apporter plus de précisions dans la façon dont il

21 pose la question?

22 M. le Président: Maître Simic, réponse à l'objection.

23 M. K. Simic (interprétation): Monsieur le Président, le problème se

24 réitère de façon tenace. Il est fort difficile lorsqu'il s'agit des

25 témoins de l'accusation que l'on établisse la communication. J'ai, à

Page 3069

1 plusieurs reprises, posé une question très simple. Est-ce qu'un

2 département d'un poste de police ne disposait que d'un chef ou pas?

3 M. le Président: Maître Simic, je crois peut-être que ce sera difficile

4 aussi pour le témoin parce vos questions sont très longues, vous répétez

5 et répétez ce que le témoin a déjà dit. Je crois que c'est mieux de poser

6 des questions précises, directes. J'insiste toujours sur la règle de poser

7 des questions concrètes, concises. C'est mieux, vous pouvez avoir de

8 meilleures réponses. Vous savez que, nous tous, nous avons une capacité

9 limitée de prendre l'information. Donc faites une petite pièce

10 d'information, posez de petites questions et n'obligez pas à répéter, ou

11 répétez, ce que le témoin a déjà dit hier, aujourd'hui et vendredi.

12 Essayez.

13 M. K. Simic (interprétation): Merci, Monsieur le Président.

14 Madame Susic, est-ce que ce département du poste de police disposait de la

15 même structure, par analogie, au poste de police lui-même?

16 Mme Susic (interprétation): Moi, je dois vous répondre une fois de plus

17 que quand vous parlez de département, il n'y en avait qu'un seul à

18 Kozarac. Il avait son chef. Pour les autres, je ne sais pas. Je pense

19 qu'il n'y avait pas d'adjoint.

20 Question: Fort bien, Madame Susic. Combien le département comptait-il de

21 policiers?

22 Réponse: Je ne sais pas.

23 Question: Madame Susic, nous avons parlé de ces changements, y a-t-il une

24 possibilité quelconque que certains départements aient été supprimés?

25 Réponse: Non.

Page 3070

1 Question: Je voudrais que l'on présente au témoin la pièce à conviction

2 9.1 en version BCS, 9 A 1 en version anglaise.

3 (L'huissier s'exécute.)

4 Réponse: Vous parlez ici...

5 Question: Madame Susic, c'est à moi de poser des questions.

6 Réponse: Excusez-moi.

7 Question: Eh bien ...

8 M. Saxon (interprétation): Objection.

9 M. le Président: Oui. Maître Simic, posez la question, ne faites pas de

10 commentaire. D'accord?

11 Question: Fort bien. Madame Susic, il s'agit d'un acte de nomination de M.

12 Kvocka, pouvez-vous nous dire où est-ce qu'il a été nommé et à quel poste?

13 Réponse: C'est un acte daté du 17 juin 1992. Et depuis le 8 avril 1992,

14 je n'ai eu aucun contact avec le SUP. Donc, c'étaient de nouvelles

15 autorités en place etc..

16 Question: Mais est-ce que vous pouvez nous confirmer qu'il s'agit bien du

17 poste de police d'Omarska?

18 Réponse: Ministère de l'Intérieur, centre des services de sécurité de

19 Banja Luka.

20 Question: Et en dernière ligne, on dit...

21 Réponse: Je lis ici: "Republika Srpska de Bosnie-Herzégovine, ministère

22 de l'Intérieur, centre des services de sécurité de Banja Luka, date 17

23 juin 1992. Miroslav Kvocka employé au MUP, inexistant désormais de la

24 Bosnie-Herzégovine, est repris pour travailler au ministère de l'Intérieur

25 de la Republika Srpska en date du 17 avril, et il est attribué aux

Page 3071

1 fonctions de chef du secteur chargé des patrouilles de la BIH."

2 L'interprète: Je m'excuse mais elle va trop vite, elle est en train de

3 lire un document que nous n'avons pas.

4 M. le Président: Maître Simic, première question est-ce qu'il est vraiment

5 nécessaire de lire le document? Comme vous savez, c'est la pièce à

6 conviction 9/A1, nous connaissons déjà le document. Est-ce qu'il est

7 nécessaire de répéter le document de la lecture ici? Quelle est la

8 question que vous voudriez poser au témoin?

9 M. K. Simic (interprétation): Monsieur le Président, j'ai posé une

10 question très claire et le témoin en évitant de répondre concrètement a lu

11 tout ce qui...

12 M. Saxon (interprétation): Objection, il s'agit de commentaire formulé par

13 la défense une fois de plus.

14 M. le Président: Maître Simic, excusez-moi. Si vous posez la question au

15 témoin de savoir: est-ce qu'il écrit ça et ça dans le document, nous

16 n'avons pas besoin de la réponse. Posez la question que vous voulez poser

17 sur le document seulement!

18 Une autre chose, en fait une deuxième question que je voudrais vous

19 demander: faites des pauses dans votre conversation sinon nous ne

20 réussissons pas à vous suivre.

21 M. K. Simic (interprétation): Madame Susic, est-ce que ce document fait

22 référence au département des services de police?

23 Réponse: Je vous en prie, je souhaite formuler un commentaire à

24 l'encontre de cette décision et le faire moi-même.

25 Question: Madame, je vous ai posé une question parfaitement claire, suite

Page 3072

1 à la décision prise par cette Chambre.

2 Réponse: Je suis désolée mais il m'est impossible de vous répondre avant

3 de formuler un commentaire sur cette décision.

4 Question: Peu importe. Alors il n'est pas nécessaire que vous répondiez à

5 ma question. Madame Susic..

6 Réponse: Excusez-moi, un instant, s'il vous plaît.

7 Question: Nous parlions ici des postes de travail. Qui attribuait les

8 postes de travail, qui désignait les titulaires de poste dans les

9 structures de la police en vertu de cette décision?

10 Réponse: Je sais que c'était le secrétaire du SUP qui désignait les

11 personnes affectées au poste de travail. Je le sais de ma propre

12 expérience. Dans ma décision, c'était M. Stojan Panic qui m'avait désignée

13 à mon poste et j'y ai fonctionné pendant 21 ans. Et je sais que les

14 décisions dont j'ai fait l'objet étaient toujours signées du secrétaire.

15 C'était ce secrétaire qui désignait les employés à différents postes de

16 travail. J'ai eu le bonheur ou le malheur, je ne sais pas, de maintenir

17 mon poste pendant toute cette période.

18 Question: Serait-il possible de montrer au témoin la pièce D8/1 ainsi que

19 la pièce D81A? Est-ce qu'on pourrait montrer cette pièce au témoin?

20 (L'huissier s'exécute.)

21 Question: Avez-vous le temps d'examiner cette décision, Madame?

22 Réponse: Oui.

23 Question: Qui a produit cette décision?

24 Réponse: Le secrétariat de la République des Affaires intérieures de

25 Sarajevo.

Page 3073

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13 Page blanche insérée aux fins d'assurer la correspondance entre la

14 pagination anglaise et la pagination française.

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

Page 3074

1 Question: Qui a signé cette décision?

2 Réponse: Le secrétaire de la République désigné aux Affaires

3 intérieures, M. Mirko Topalivic.

4 Question: Et cette décision que détermine-t-elle?

5 Réponse: Je vois que Miroslav Kvocka est désigné au poste de chef du

6 secteur des patrouilles de la région. C'est bien ce que dit le texte.

7 Question: Maintenez-vous ce que vous avez dit, à savoir que la

8 désignation à des postes de travail était le privilège du secrétaire?

9 Réponse: Je suis convaincu de ce que c'était le secrétaire de chaque SUP

10 qui faisait les propositions, qui faisait part de son opinion, et puis ce

11 n'était qu'une simple formalité opérée par le secrétaire de la République

12 qui signait.

13 Question: Qui prenait ces décisions?

14 Réponse: Je n'ai peut-être pas tout à fait compris, ce n'est pas

15 nécessairement quelque chose que je devais savoir. Personnellement, je ne

16 trouve pas cela important de toute façon. Qui que ce soit qui ait signé

17 cette décision, que ce soit mon chef, le secrétaire du SUP ou le

18 secrétaire au niveau de la République.

19 Question: Monsieur Kvocka aurait-il pu devenir assistant ou suppléant du

20 commandant si une telle décision n'avait pas été signée par le ministre,

21 quelle que soit la personne à l'origine de la proposition?

22 Réponse: Non, je vous ai dit que pour autant que je m'en souvienne, dans

23 ce poste de police il y avait un commandant et un adjoint, et que pour

24 autant que je m'en souvienne aussi le commandant d'Omarska était Zeljko

25 Meakic, et qu'il avait Miroslav Kvocka comme adjoint. Et je vous ai

Page 3075

1 toujours précisé que c'était là le meilleur souvenir que j'avais de la

2 situation.

3 Question: Madame, parlons pour un instant d'Omarska. Connaissez-vous une

4 personne répondant au nom de Radovan Daljevic?

5 Réponse: Oui.

6 Question: Qui était cette personne?

7 Réponse: Eh bien, il travaillait à un poste de police quelque part mais

8 je ne connaissais pas exactement la nature de son travail.

9 Question: Vous avez mentionné un certain Milutin Vujic?

10 Réponse: Oui.

11 Question: Savez-vous ce que faisait cette personne au sein de la police?

12 Réponse: Pas précisément. Je savais qu'il était un membre de la police

13 qui travaillait en tenue. Je pense qu'il travaillait au poste de police de

14 Prijedor, c'est du moins ce que je pense, c'est ce dont je me souviens.

15 Question: Connaissez-vous un certain Osme Didovic?

16 Réponse: Oui, c'était le commandant du département de la police à

17 Kozarac. Malheureusement, ce poste n'existe plus.

18 Question: Connaissez-vous un certain Branko Bjekic?

19 Réponse: Oui, oui oui. C'était le commandant du poste de police à

20 Ljubija, c'était un Croate. Pour autant que je sache, il a effectivement

21 signé un acte d'allégeance envers les autorités serbes, mais il a malgré

22 tout fini au camp d'Omarska.

23 Question: Connaissez-vous l'un quelconque des commandants d'Omarska,

24 avant ledit Kvocka?

25 Réponse: Oui, le commandant du département du poste de police d'Omarska

Page 3076

1 c'était Zelkjo Meakic.

2 Question: En connaissez-vous d'autres qui y travaillaient pendant les 20

3 dernières années?

4 Réponse: Non, parce que ce n'était pas très important pour moi, pour que

5 je m'en souvienne.

6 Question: Et enfin je vais revenir aux questions que je vous ai déjà

7 posées, auxquelles j'ai déjà fait référence. Les membres de la structure

8 de police se trouvaient-ils sous le coup des obligations militaires?

9 Réponse: Lorsque j'ai fait une déclaration, j'ai dit qu'au cours des 20

10 années de service nous avions des exercices militaires et nous faisions

11 tous l'objet de décisions déterminant nos attributions en cas de guerre.

12 Question: Qui donnait ces missions?

13 Réponse: Je tenais simplement à vous fournir cette explication.

14 Question: Oui, mais je vous posais une question concernant votre poste de

15 façon précise. Vous, vous étiez assistante. Vous étiez employée à la

16 police. Quelles étaient vos fonctions, les fonctions que vous deviez

17 assumer, assumer en cas de guerre?

18 Réponse: Eh bien la décision me concernant disait que je serais déignée

19 à un poste où je serais chargée de tenir les archives criminelles.

20 Question: Etait-ce le même poste que celui que vous aviez en temps de

21 paix?

22 Réponse: Oui.

23 Question: Vous avez dit que ceci s'appliquait à toutes les personnes

24 travaillant dans la police.

25 Question: J'ai dit à la majorité des personnes employées par la police.

Page 3077

1 Question: Je parle des décisions ici et pas d'exercices. Je suppose que

2 le chef de la police en temps de guerre devrait assurer les foncions de

3 chef de la police. Par conséquent, l'accusation a qualifié ceci de poste

4 parallèle. Est-ce que vous aviez deux postes ou un seul?

5 Réponse: Un.

6 Question: Et le commandant du poste de police, à supposer qu'il ait une

7 mission de guerre qui l'oblige à manier cette fonction de chef de la

8 police, avait-il deux postes, deux fonctions ou une fonction?

9 Réponse: Non, mais si une guerre venait à éclater, il avait pour mission

10 de faire rapport au poste auquel il était nommé, et cela signifiait qu'il

11 exécutait les mêmes fonctions que les fonctions qu'il exerçait en temps de

12 paix.

13 Question: Merci. Tous les membres des forces de police connaissaient la

14 nature de leurs obligations, des obligations qui leur revenaient en temps

15 de guerre.

16 Réponse: Oui.

17 Question: Madame Susic, vous avez déclaré avoir passé la plupart de votre

18 temps de détention au réfectoire?

19 Réponse: Oui.

20 Question: A quel moment descendiez-vous?

21 Réponse: Le matin, après nous être levées entre 6 heures et 7 heures du

22 matin, 6 heures et demie, 7 heures, ça je ne sais plus exactement.

23 Question: Et à quel moment retourniez-vous vers les pièces où vous

24 dormiez?

25 Réponse: Là aussi, vers 6 heures et demie, 7 heures le soir.

Page 3078

1 Question: Vous avez fait état de deux pièces se trouvant au premier

2 étage. Est-ce qu'il y avait quelque chose qui était inscrit sur l'une

3 des deux portes de cette pièce?

4 Réponse: Je ne sais plus.

5 Question: A l'exception des interrogatoires qui s'y déroulaient, lorsque

6 les enquêteurs se trouvaient là pendant 12 heures, de 6 heures et demie du

7 matin à 7 heures et demie du soir, est-ce que vous montiez quelquefois à

8 l'étage, dans le bâtiment administratif?

9 Réponse: Oui, un matin il m'est arrivée d'y aller pour nettoyer

10 l’entrée, la dernière pièce qui se trouvait à gauche.

11 Question: C'était une pièce pour les réunions?

12 Réponse: Oui, ils l'appelaient le hall. C'est ce que j'ai nettoyé.

13 Question: Connaissez-vous une certaine Nada Markovska?

14 Réponse: Oui, très bien.

15 Question: Qui était-ce?

16 Réponse: Elle était dactylographe au service des enquêtes criminelles.

17 Question: Connaissez-vous une autre personne... (l'interprète n'a pas

18 entendu le nom)?

19 Réponse: Oui, elle était aussi dactylographe.

20 Question: Venait-elle à Omarska?

21 Réponse: Oui.

22 Question: Savez-vous où elle travaillait pendant la journée?

23 Réponse: Je ne sais pas. Pendant la journée, je ne me trouvais pas à cet

24 endroit, à part une seule fois le matin, avant qu'elle n'arrive pour

25 travailler, parce les inspecteurs entraient également dans cette pièce. Le

Page 3079

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13 Page blanche insérée aux fins d'assurer la correspondance entre la

14 pagination anglaise et la pagination française.

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

Page 3080

1 petit déjeuner était servi dans cette pièce et, moi, je nettoyais les

2 tables.

3 Question: Donc vous ne savez pas qui travaillait dans quelle pièce?

4 Réponse: Non.

5 Question: Pendant la journée?

6 Réponse: Non.

7 Question: Merci. Je n'ai pas d'autres

8 questions. Monsieur le Président, je vous prie de m'excuser, j'ai encore

9 deux ou trois questions à poser au témoin. Je demande l'aide de M.

10 l'huissier.

11 (L'huissier s'exécute.)

12 Madame Susic, je vais maintenant vous mettre sous les yeux un document que

13 je vous prierai d'examiner quelques instants.

14 M. le Président: Maître Simic, attendez que l'on puisse avoir le document,

15 s'il vous plaît, et avoir la cote!

16 Mme Chen (interprétation): D28/1 pour la version en BCS et D28/1A pour la

17 version anglaise.

18 M. le Président: Je vous ai demandé d'attendre un peu pour qu'on puisse

19 avoir le document. Maintenant que nous avons le document, Maître Simic,

20 vous pouvez continuer.

21 M. K. Simic (interprétation): Merci, Monsieur le Président.

22 Madame Susic, avez-vous déjà fourni une déclaration aux membres du Bureau

23 du Procureur?

24 Réponse: Oui, à plusieurs reprises.

25 Question: Avez-vous sous les yeux votre déclaration en tant que témoin?

Page 3081

1 Réponse: Oui.

2 Question: Les jours où vous avez donné vos déclarations figurent-ils dans

3 ce texte?

4 Réponse: Oui, enfin moi, je n'ai pas vérifié parce que je n'ai jamais

5 noté les dates de mes déclarations.

6 Question: Le 5 Novembre 1994 figure-t-il dans le texte?

7 Réponse: Si c'est écrit, cela doit être exact.

8 Question: Le 26 Février 1995, cette déclaration l'avez-vous faite de

9 votre plein plein gré?

10 Réponse: Oui.

11 Question: Combien d'heures par jour avez-vous travaillé à la rédaction de

12 cette déclassion?

13 Réponse: Je ne me rappelle pas, vraiment pas. Je ne me rappelle pas.

14 Question: Longtemps?

15 Réponse: Je ne me rappelle pas vraiment.

16 Question: Vous avez sous les yeux la version anglaise, est-ce qu'à la

17 première page de cette version anglaise, on trouve votre signature?

18 Réponse: Oui.

19 Question: Votre signature figure-t-elle sur chaque page ou plutôt votre

20 paraphe?

21 Réponse: Oui, je vois mon paraphe mais je ne me rappelle même pas avoir

22 signé chacune des pages.

23 Question: Madame Susic, je vois qu'il y a eu des corrections dans ce

24 texte?

25 Réponse: Oui.

Page 3082

1 Question: Cette déclaration vous a-t-elle été lue?

2 Réponse: Elle m'a été lue.

3 Question: Et l'avez-vous signée en dernière page?

4 Réponse: Oui je l'ai signée mais j'ai, à deux reprises, fait observer

5 qu'il y avait des erreurs de traduction car certaines des choses que

6 j'avais dites avaient été interprétées de façon erronée.

7 Question: Voit-on votre signature à là dernière page?

8 Réponse: Je n'ai pas compris.

9 Question: Est-ce bien votre signature à la dernière page?

10 Réponse: Je ne vois pas de quelle dernière page vous parlez.

11 Question: Là, sur la version anglaise?

12 Réponse: Chez moi, elle se trouve en première page.

13 Question: Mais sur la version anglaise, si vous la regardez, elle est en

14 dernière page?

15 Réponse: Non pas en dernière page. Ah oui, en haut, oui, excusez-moi en

16 haut.

17 Question: Madame Susic, avez-vous à ce moment-là dit la vérité?

18 Réponse: J'ai toujours dit la vérité et je ne dirai toujours que la

19 vérité.

20 Question: A cette époque-là, vous rappelez-vous mieux les événements

21 survenus à Omarska puisque c'était il y a une dizaine de mois à peu près?

22 Réponse: Je me souvenais bien, à ce moment-là, des événements que j'ai

23 décrits dans ma déclaration, et aujourd'hui encore, je m'en souviens bien.

24 Mais je vous rappelle que j'ai fait remarquer qu'il y avait eu quelques

25 erreurs de traduction dans les propos que j'avais tenus lorsque j'ai donné

Page 3083

1 cette déclaration. J'ai donc demandé une correction car il y avait pas mal

2 d'interprètes.

3 M. le Président: Vous avez ici le témoin devant vous, demandez ce que vous

4 voulez maintenant. Vous avez le document, vous avez la déclaration,

5 demandez ce que vous voulez maintenant Maître Simic! Parce que le témoin

6 est ici devant vous, demandez, posez la question.

7 M. K. Simic (interprétation): Monsieur le Président, j'en ai terminé avec

8 mon interrogatoire et j'aimerais simplement appeler l'attention de Madame

9 la Juge Wald lorsqu'elle appréciera la valeur de cette déclaration.

10 M. le Président: Ce n'est pas le moment de faire des allégations sur le

11 contenu du témoignage. Vous allez faire cela à la fin du procès.

12 M. K. Simic (interprétation): Je n'avais pas l'intention, Monsieur le

13 Président, de faire un commentaire mais simplement d'indiquer quels sont

14 les extraits qui peuvent être utilisés de façon à éviter l'utilisation de

15 l'ensemble du texte qui est très très long.

16 M. le Président: Je crois que l'on doit discuter de cette question. Je

17 crois que nous avons une question pendante pour discuter demain dans la

18 conférence de mise en état. Donc, on va reprendre l'ensemble, mais il y a

19 toujours cette incohérence. Il y a des personnes qui objectent le

20 versement des pièces de ces déclarations au dossier, il y en a d'autres

21 qui l'admettent. On doit vraiment discuter de cela parce qu'on doit être

22 cohérents à mon avis ou établir et dire quelles sont vraiment les

23 conditions dans lesquelles on va les utiliser parce qu'il peut y avoir...

24 Mais de toute façon, nous avons déjà dit que le principe c'est la présence

25 du témoin et c'est le principe de plus réalité. Mais je ne veux pas

Page 3084

1 développer maintenant. Vous avez terminé vos questions? Et vous allez

2 demander le versement de cette pièce?

3 M. K. Simic (interprétation): Oui.

4 M. le Président: D'accord. Nous allons voir.

5 M. K. Simic (interprétation): Oui, je vous remercie.

6 M. le Président: Merci, Maître Simic. Je crois que le temps est venu pour

7 faire une pause. Et nous allons donc faire une pause d'une demi-heure.

8 Pardon, je vois que le témoin voudrait dire quelque chose.

9 Mme Susic (interprétation): Je vous prie de m'excuser mais vraiment

10 j'aimerais pouvoir formuler mon commentaire au sujet de cette décision qui

11 m'a été remise par Maître Simic.

12 M. le Président: Non, je crois que Me Simic n'a pas d'autres questions.

13 Vous avez donc pas de réponse sans avoir de question, témoin. Très bien.

14 Peut-être aurez-vous l'opportunité...

15 Mme Susic (interprétation): Mais c'est très important pour le Tribunal et

16 pour les Juges.

17 M. le Président: On verra. Je demande à l'huissier de faire raccompagner

18 le témoin pour la faire sortir avant nous.

19 (Le témoin est reconduit hors du prétoire.)

20 Maintenant, on va faire la pause d'une demi-heure.

21 (L'audience, suspendue à 13 heures 10, est reprise à 13 heures 45.)

22 M. le Président: Vous pouvez vous asseoir.

23 Maître Nikolic, je crois que vous n'avez pas de question. Je vois ici Me

24 Fila, est-ce qu'on peut conclure cela?

25 M. Fila (interprétation): Oui, c'est clair, Monsieur le Président.

 

Page 3085

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13 Page blanche insérée aux fins d'assurer la correspondance entre la

14 pagination anglaise et la pagination française.

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

Page 3086

1 Monsieur le Président, cette équipe de défense a décidé de ne pas procéder

2 au contre-interrogatoire de ce témoin.

3 M. le Président: Merci, Maître Nikolic.

4 Madame Susic, vous allez répondre maintenant aux questions que Me Fila va

5 vous poser.

6 Vous avez la parole, Maître Fila, s'il vous plaît. N'oubliez pas, Maître

7 Fila, de faire des pauses.

8 (Le témoin, Mme Susic, est contre-interrogée par Me Fila.)

9 M. Fila (interprétation): Je ne manquerai pas de le faire. Merci, Monsieur

10 le Président.

11 Madame Susic, je me propose de vous poser quelques brèves questions.

12 Mme Susic (interprétation): Mon nom est Susic.

13 Question: Excusez-moi. Oui, je me reprends, Madame Susic. Etes-vous sûre

14 qu'à un moment déterminé, nous parlons de 1992 ou un petit peu avant cela,

15 le département de police d'Omarska n'existait peut-être pas?

16 Réponse: Non, je suis sûre qu'il y avait toujours un département de

17 police à Omarska.

18 Question: Vous avez donc dit que cela n'était pas un poste de police.

19 Réponse: Pendant que j'ai travaillé au SUP.

20 Question: Donc, lors de la transformation, ce poste à Omarska est resté,

21 est demeuré un poste et non pas un département.

22 Réponse: Oui.

23 Question: Est-ce que vous êtes absolument certaine pour ce qui est de la

24 période concernée par l'acte d'accusation et la période de votre travail,

25 à l'époque, il y avait un adjoint du chef?

Page 3087

1 Réponse: Moi, j'ai répondu pour le mieux de mes souvenirs. Je suis

2 certaine qu'il y avait un commandant de poste et je crois me souvenir

3 qu'il y avait un adjoint mais je ne suis pas sûre pour le suppléant. Il

4 devait y avoir un suppléant du chef ou du commandant de poste mais je ne

5 peux pas l'affirmer.

6 Question: Mais supposons, si c'était un département, est-ce qu'il devait

7 y avoir un suppléant?

8 Réponse: Il n'y avait pas, ce n'était pas un département.

9 Question: Mais si cela était le cas?

10 Réponse: Eh bien, à Kozarac où c'était un département, il y avait juste

11 un chef de département.

12 Question: Est-ce qu'on peut dire que la différence entre un poste et un

13 département de police... à savoir que le département est une unité plus

14 petite?

15 Réponse: Bien entendu.

16 Question: Est-ce pour cela que le chef du département à Kozarac n'avait

17 pas d'adjoint, que ce n'était pas nécessaire?

18 Réponse: Eh bien, c'était probablement la raison.

19 Question: Depuis le moment où vous avez quitté votre service actif

20 jusqu'au 24 Août, où avez-vous séjourné?

21 Réponse: Je suis restée à la maison.

22 Question: Et vous avez vécu normalement?

23 Réponse: Dans mon logement.

24 Question: Vous avez dit qu'on avait utilisé les deux pièces, les deux

25 bureaux à l'étage, par des policiers entre autre. Mlado Radic, entre autre

Page 3088

1 donc. Est-ce qu'il y avait dans l'une de ces pièces, une station-radio et

2 un téléphone?

3 Réponse: Je n'arrive pas à m'en souvenir exactement mais je pense avoir

4 aperçu cela, en effet.

5 M. Saxon (interprétation): Excusez-moi, je dois interrompre le contre-

6 interrogatoire parce que le témoin a déclaré que deux bureaux étaient

7 utilisés par les commandants et pas par les gardiens eux-mêmes pour ce qui

8 est du bâtiment administratif.

9 M. Fila (interprétation): J'ai précisément indiqué que les personnes qui

10 avaient utilisé... que le témoin avait désignées comme étant des personnes

11 ayant utilisé ces pièces. J'accepte votre objection si vous avez compris

12 la chose ainsi, mais madame a indiqué, énuméré les personnes qui avaient

13 utilisé ces pièces, et je demandais si, dans l'une de ces pièces, il y

14 avait un poste-radio et un téléphone. Je n'ai pas, quant à moi, affirmé

15 que tous les gardiens avaient utilisé ces pièces-là, entendons-nous bien.

16 M. le Président: Poursuivez Maître Fila.

17 M. Fila (interprétation): Vous avez mentionné Mlado Radic et vous avez dit

18 que vous supposiez ce qu'il faisait là-bas.

19 (Signe affirmatif du témoin.)

20 Quel est l'endroit, l'emplacement où a eu lieu cet entretien entre vous-

21 même et Mlado Radic où cette partie de votre récit était survenu?

22 Réponse: C'était entre la cuisine et les toilettes, donc attenant au

23 restaurant.

24 Question: Donc, ce n'était pas à l'étage, au rez-de-chaussée?

25 Réponse: Oui, au rez-de-chaussée.

Page 3089

1 Question: A quelle époque de la journée?

2 Réponse: C'était vers 10 ou 11 heures du matin puisque le petit-déjeuner

3 était en train d'être servi.

4 Question: Combien de personnes y avait-il dans la cuisine?

5 Réponse: Il y avait peut-être encore deux femmes dans la cuisine mais il

6 y a un mur de séparation, donc, il n'y avait personne pendant l'entretien

7 que j'ai eu avec lui.

8 Question: Et après cet entretien, est-ce que Mlado Radic a entrepris des

9 démarches dans le sens de ce qu'il avait annoncé?

10 Réponse: Non, il ne l'a pas fait.

11 Question: Est-ce que vous connaissez Kovacevic Ranko?

12 Réponse: Oui.

13 Question: Est-ce que Kovacevic Ranko vous a apporté quelque chose?

14 Réponse: Oui.

15 Question: Quoi?

16 Réponse: Plusieurs pièces de sous-vêtements, de lingerie. Si je me

17 souviens bien, il s'agissait de trois sous-vêtements.

18 Question: Est-ce que vous vous souvenez s'il vous avait dit quelque chose?

19 Réponse: Oui, il venait habituellement le soir, non pas une fois mais

20 plusieurs fois. Et il passait la tête par la porte, le soir. Je ne saurai

21 vous dire à quelle heure exactement. Et moi, j'étais au dernier rang, à

22 côté de la fenêtre et il me faisait signe du doigt: "Sifeta, viens!".

23 C'était dans l'un des bureaux de l'étage, je ne sais pas exactement

24 lequel; il m'avait emmenée là-bas et il m'avait dit que, lui aussi, avait

25 été surpris par le fait que je n'ai pas signé un acte d'allégeance aux

Page 3090

1 autorités serbes. Je lui ai répondu la même chose que j'ai répondu à

2 Zeljko et c'est ainsi que notre entretien s'est terminé cette fois-là.

3 La fois d'après, je me souviens qu'il est arrivé avec ces sous-vêtements

4 et il m'a dit qu'il revenait de Banja Luka. D'habitude, il était alcoolisé

5 (sic interprète) et je me souviens de lui avoir raconté mes problèmes

6 concernant le matériel hygiénique et que je n'avais qu'un ensemble de

7 sous-vêtements et puis qu'il était revenu, il m'a ramené trois pièces.

8 Question: Mais ne perdons pas de temps là-dessus, s'il vous plaît. Mais

9 est-ce qu'il vous a demandé si vous alliez bien? Est-ce que l'on vous

10 battait, on vous faisait subir de mauvais traitements?

11 Réponse: Non.

12 Question: Est-ce que vous vous souvenez d'une personne qui répondait au

13 nom de Bozidar Markovic, gardien?

14 Réponse: Non, ce nom ne me dit rien.

15 Question: Et devant les fenêtres de la pièce où vous dormiez, y avait-il

16 un gardien?

17 Réponse: Oui, il y avait un banc qui se trouvait… Etant donné que le

18 premier bureau était un peu plus court que les autres, il y avait là une

19 grande table où venaient s'asseoir les gardiens.

20 Question: Est-ce qu'il y avait un gardien qui vous gardait?

21 Réponse: Il n'y en avait pas un seul, ils étaient toujours à deux ou

22 trois.

23 Question: Est-ce que quelqu'un pouvait entrer chez vous inaperçu ou

24 ressortir inaperçu?

25 Réponse: Non, évidemment, puisque ces gardiens étaient là. Personne ne

Page 3091

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13 Page blanche insérée aux fins d'assurer la correspondance entre la

14 pagination anglaise et la pagination française.

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

Page 3092

1 pouvait entrer inaperçu.

2 Question: Merci beaucoup. Ce sera tout de ma part.

3 M. le Président: Merci beaucoup Maître Fila. Maître Tosic?

4 M. Tosic (interprétation): Monsieur le Président, nous n'avons pas de

5 questions à poser à ce témoin. Nous n'avons donc pas à contre-interroger

6 ce témoin. Merci.

7 M. le Président: Très bien, Maître Tosic, merci beaucoup. Maître Jovan

8 Simic?

9 (Le témoin, Mme Susic, est contre-interrogée par M. J. Simic.)

10 M. J. Simic (interprétation): Merci, Monsieur le Président.

11 Madame Susic, est-ce que M. Prcac était policier actif à l'époque du début

12 des événements en 1992?

13 Réponse: M. Prcac n'était pas policier actif, il était technicien en

14 criminologie, et il avait été mis à la retraite en sa qualité de

15 technicien en criminologie et non pas en tant que policier.

16 Question: Et est-ce que vous savez à quelle date il a été mis à

17 la retraite?

18 Réponse: Je ne sais pas.

19 Question: Etait-ce juste avant la guerre?

20 Réponse: Non, non, bien avant.

21 Question: Est-il exact que Zeljko Mejakic était très souvent,

22 sinon toujours au sein du camp?

23 Réponse: Je ne le voyais pas tous les jours, mais je le voyais souvent.

24 Question: Et voyiez-vous Zeljko Mejakic la nuit? Est-ce qu'il

25 passait les nuits là-bas?

Page 3093

1 Réponse: Je ne l'ai pas vu passer la nuit. Je ne savais pas où il

2 dormait, mais je le voyais lorsque nous montions dans les pièces pour

3 aller nous coucher, ou si j'allais aux toilettes, je pouvais le rencontrer

4 chemin faisant, ou alors l'une des portes des bureaux était ouverte et

5 donc je pouvais l'apercevoir.

6 Question: Est-ce que vous pouvez nous dire si Drago Prcac avait

7 assisté l'une quelconque des femmes en lui apportant des denrées

8 alimentaires, des vêtements?

9 Réponse: Oui, je m'en souviens c'était la première rencontre avec Drago

10 Prcac. J'étais dans le réfectoire, j'étais assise. Et j'ai aperçu Prcac

11 arriver en provenance de la pièce vitrée et il portait un petit sac. Et je

12 me suis réjouie parce que j'avais pensé que Drago m'apportait ce sac en

13 plastique à moi-même avec des vivres. Il s'est approché de moi, il ne m'a

14 pas regardée dans les yeux mais moi je le regardais dans les yeux et il

15 m'a demandé: "Siva, qui est Cikota?" Je lui ai montré de la main Cikota

16 Zlata et elle, elle avait répondu entre-temps que c'était elle. Donc il

17 lui a confié ce sac et j'ai vu Zlata sortir quelque chose de ce sac et

18 manger.

19 Question: Avez-vous rencontré Drago après votre sortie de Omarska

20 dans la ville de Prijedor?

21 Réponse: Non.

22 Question: Est-ce que dans ce réfectoire, donc au rez-de-chaussée,

23 exception faite de l'entrée que vous nous avez montrée, y avait-il une

24 autre sortie, un autre accès du côté de la pièce vitrée, vers la maison

25 blanche?

Page 3094

1 Réponse: Oui. Là, il y avait une table où certaines personnes prenaient

2 leur petit déjeuner. Il y avait une porte pour sortir à l'extérieur.

3 Question: Y avait-il une autre sortie qui conduisait vers l'une

4 quelconque des autres parties?

5 Réponse: Il y avait une sortie vers la pièce vitrée, si vous considérez

6 cela comme une sortie.

7 Question: Non, de l'immeuble?

8 Réponse: Non, il n'y avait que ces deux sorties-là.

9 Question: Je vous remercie. Je n'ai plus de question.

10 M. le Président: Merci beaucoup Maître Jovan Simic.

11 Monsieur Saxon, avez-vous des questions supplémentaires?

12 (Questions supplémentaires de M. Saxon.)

13 M. Saxon (interprétation): Juste quelques questions. Merci Monsieur le

14 Président.

15 M. le Président: Allez-y donc.

16 M. Saxon (interprétation): Madame Susic, lorsque vous travailliez pour le

17 service de criminologie au sein du SUP à Prijedor, quelles étaient les

18 deux autres constituantes dans le SUP? Vous travailliez pour le service de

19 criminologie, quels étaient les deux autres services ou organes

20 principaux?

21 Mme Susic (interprétation): Il y avait le poste de police département

22 chargé des questions administratives et juridiques, puis un autre

23 département chargé de la circulation et un centre des communications. Tous

24 ces secteurs constituaient en quelque sorte le secrétariat aux affaires

25 intérieures.

Page 3095

1 Question: Est-ce qu'il y avait un département séparé qui portait

2 le nom de département de criminologie, c'est bien exact?

3 Réponse: Exact.

4 Question: Et puis un autre séparé que l'on appelait département

5 de police?

6 Réponse: C'est cela, on pourrait dire ainsi.

7 Question: Et le département ou le service de circulation faisait-

8 il partie du département de police?

9 Réponse: C'était à part. Ce poste ou département se trouvait à l'écart

10 parce que leur commandant n'était ni subordonné ni supérieur à qui que ce

11 soit au sein de l'ensemble.

12 Question: Je vois et puis il y avait le département administratif

13 chargé de la communication, est-ce exact?

14 Réponse: C'est exact.

15 Question: Cela veut dire qu'en tout, le SUP regroupait quatre

16 départements de base?

17 Réponse: Oui.

18 Question: Vous nous avez expliqué qu'au cours des premiers mois

19 de 1992, le secrétaire du SUP s'appelait Hasan Talundzic. Et comme vous

20 l'avez dit en vos propres termes, il était le numéro un du SUP.

21 Réponse: Oui.

22 Question: Cependant, au cours de ces six premiers mois de 1992,

23 il en est arrivé à être dans les faits le numéro un du SUP?

24 Réponse: Je vous ai raconté ce que j'ai appris à l'issue de l'entretien

25 avec Fikret Kadiric à savoir que le commandant de ce poste de police Dusan

Page 3096

1 Jankovic se rendait souvent à Banja Luka, au centre de service de sécurité

2 en se servant du véhicule de service sans pour autant en informer Hasan

3 Talundzic en sa qualité de responsable du SUP. Chose qui avait été

4 impensable auparavant car toute utilisation du véhicule de service, ça je

5 le sais avec certitude, devait faire l'objet d'une demande au supérieur et

6 en local non, mais quand il s'agissait d'un déplacement assez long, il

7 fallait justifier la dépense de carburant et ainsi de suite.

8 Question: Merci, Madame, vous nous avez décrit ceci avant le début du

9 conflit en 1992. Vous et vos collègues deviez de temps à autre participer

10 à des exercices militaires et que si survenait la guerre, vous étiez dans

11 l'obligation d'assurer les mêmes fonctions que celles que vous aviez en

12 temps de paix, vous souvenez-vous de ce que vous avez dit?

13 Réponse: Oui.

14 Question: Au début du conflit armé dans la région de Prijedor vers le

15 mois de Mai 1992, vous n'avez pas pu poursuivre vos fonctions, les

16 fonctions que vous aviez jusqu'alors?

17 Réponse: J'étais en congé maladie depuis le 9 Avril 1992.

18 Question: Est-ce qu'à un moment donné les employés musulmans ont été

19 licenciés du poste qu'ils occupaient au SUP?

20 Réponse: Dans un entretien téléphonique avec Ago Sadikovic quelques jours

21 seulement après la prise du pouvoir par les Serbes, je m'étais entretenue

22 avec Ago, je ne sais plus si c'était lui qui avait appelé ou moi-même,

23 mais je sais que nous nous étions entretenus au sujet de cette première

24 journée qu'il avait passée au travail. Et il m'avait dit qu'il était

25 arrivé jusqu'à l'escalier du bâtiment du SUP et qu'il y avait un drapeau

Page 3097

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13 Page blanche insérée aux fins d'assurer la correspondance entre la

14 pagination anglaise et la pagination française.

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

Page 3098

1 hissé avec les quatre "S" devant l'immeuble. Mais je ne me souviens pas de

2 la personne qui se trouvait sur l'escalier qui l'avait désarmé, puisqu'il

3 était en civil mais il portait son pistolet, et qui lui avait dit que les

4 employés non serbes n'avaient plus l'autorisation ni l'accès libre à

5 l'immeuble. Et si j'étais partie, si je m'étais rendue là-bas, je crois

6 que la même chose serait arrivée. Mais comme j'étais en congé maladie, je

7 n'avais nullement besoin de m'y rendre.

8 Question: Merci. Parlons des événements qui sont survenus lors de votre

9 détention au camp d'Omarska. Vous avez déclaré qu'un matin vous avez été

10 sommée de nettoyer une pièce assez grande qui se trouvait du côté gauche

11 du couloir au premier étage. Est-ce que vous avez trouvé certaines choses

12 dans cette pièce?

13 Réponse: Je n'ai rien trouvé dans cette pièce. J'ai nettoyé la pièce.

14 Sur l'une des tables, il y avait un petit déjeuner sur un grand plateau. Et

15 puis mes collègues sont entrés par la suite, ceux qui travaillaient avec

16 moi. On ne m'a rien dit, je me suis sentie très mal à l'aise à nettoyer

17 autour d'elles sans échanger une parole, une seule parole. Et donc dès que

18 j'ai eu fini les toilettes, je suis sortie.

19 Question: Vous avez dit qu'il y avait des petits déjeuners sur ce grand

20 plateau, est-ce que c'étaient les déjeuners, les petits déjeuners qui

21 étaient destinés aux enquêteurs, ceux qui interrogeaient à Omarska?

22 Réponse: Oui.

23 Question: Et est-ce que ce repas qui était consommé par les enquêteurs

24 était le même que celui qu'on servait aux prisonniers d'Omarska?

25 Réponse: Bien entendu, cela n'est pas comparable. Je crois qu'il y avait

Page 3099

1 du salami en tranches, du fromage, des croissants, des morceaux de pain.

2 Et nous mangions des aliments, enfin des denrées alimentaires pour

3 lesquelles je disais toujours que cela ressemblait à n'importe quoi mais

4 pas à des aliments. C'était comme si c'était pour du bétail. Il y avait

5 une ou deux cuillères à prendre, à prélever sur des assiettes en matière

6 plastique.

7 Question: Lorsque vous dites qu'eux ils mangeaient du salami, du fromage,

8 de qui parlez-vous quand vous dites qu'ils le faisaient?

9 Réponse: Je parle de ces enquêteurs, de ces collègues de travail qui

10 étaient très nombreux. Il y avait Vukasin Knezevic, Nebojsa Tomcic,

11 Nebojsa Babic et Mijic Ranko. Il y avait peut-être un certain Zoric que

12 l'on appelait Professeur, mais les quatre premiers je m'en souviens fort

13 bien.

14 Question: Et les commandants du camp, les gardes mangeaient la même chose

15 que ce que mangeaient les personnes qui interrogeaient les prisonniers?

16 Réponse: Pour les gardiens, je ne sais vraiment pas vous dire, je ne les

17 ai jamais vus manger, exception faite du cas dont j'ai parlé tout à

18 l'heure, enfin ce qui est arrivé ce samedi ou ce dimanche.

19 Question: Il y a quelques instants, on vous a montré la copie d'une

20 déclaration, déclaration que vous avez signée en février 1995, vous avez

21 dit à ce propos qu'avant de signer cette déclaration on vous l'avait

22 relue. Est-ce qu'on vous l'a relue dans une langue que vous compreniez?

23 Réponse: Je ne me souviens pas très bien si cela a été relu. Quand je

24 répondais aux questions, l'interprète traduisait en anglais. Et une fois

25 que c'était terminé, je ne me souviens pas si on me l'a relue, mais je

Page 3100

1 sais que j'ai signé. Mais je me souviens par contre fort bien de

2 l'entretien suivant. Lorsque l'enquêteur, qui s'était entretenu avec moi,

3 m'avait mentionné des choses et j'avais réagi en lui disant que ce n'était

4 pas ce que j'avais dit, ce n'étaient pas les termes que j'avais utilisés.

5 Alors on m'avait dit que c'était peut-être une erreur commise à l'occasion

6 de l'interprétation et que parfois il était très difficile de traduire

7 certaines choses de l'anglais vers ma langue. Il se peut qu'il y ait pas

8 mal d'erreurs, mais pour tout cas éventuel de ce genre je saurai vous

9 donner une explication valable.

10 Question: Merci, Madame. Dans ces bureaux qui se trouvaient de l'autre

11 côté du couloir face aux pièces où dormaient les femmes à Omarska,

12 s'agissant de ces bureaux est-ce qu'ils étaient utilisés par les

13 commandants du camp, par des personnes qui avaient du pouvoir à Omarska ou

14 est-ce qu'ils étaient utilisés par des gardiens ordinaires?

15 Réponse: J'ai dit à plusieurs reprises déjà que dans ces pièces-là,

16 j'avais aperçu Zeljko Makic, Mlado Radic, Miroslav Kvocka et Prcac Drago.

17 Question: Merci. Vous avez fait état d'un incident au cours duquel vous

18 avez vu Drago qui s'approchait muni d'un sac en plastique. Il vous a

19 demandé ceci: "Siva, qui est Cikota?"

20 Réponse: Exact, mais en ne me regardant pas dans les yeux.

21 Question: Je vois. Quel est le prénom de cette personne portant le nom de

22 Cikota mentionné par M.Prcac?

23 Réponse: Zlata Cikota.

24 Question: Savez-vous si Zlata Cikota était mariée à l'époque?

25 Réponse: Oui.

Page 3101

1 Question: Connaissez-vous le nom de son mari?

2 Réponse: Sead Cikota qui séjournait au camp en même temps.

3 Question: Merci, Monsieur le Président, Madame la Juge, je n'ai plus de

4 questions à poser.

5 M. le Président: Merci beaucoup, Monsieur Saxon.

6 Madame la Juge Wald, s'il vous plaît?

7 (Le témoin, Mme Susic, est interrogée par la Juge Wald.)

8 Mme Wald (interprétation): Madame Susic, lorsque vous êtes allée voir M.

9 Kvocka et M. Radic pour voir s'ils pouvaient vous aider à obtenir quelques

10 antibiotiques ou quelques serviettes hygiéniques, au début ils ont dit

11 être désolés de ne pas pouvoir vous aider. Est-ce que l'un ou l'autre vous

12 ont renvoyée à quelqu'un d'autre se trouvant dans le camp, est-ce que l'un

13 ou l'autre aurait dit: "Allez voir cette personne parce que ce sont ces

14 personnes-là qui sont responsables des questions d'hygiène ou des

15 traitements médicaux."

16 Est-ce qu'ils vous ont fait une suggestion dans ce sens? Est-ce qu'ils

17 vous ont dit qu'il fallait vous adresser à quelqu'un d'autre dans le camp?

18 Réponse: Non.

19 Question: Bien.

20 Deuxième question: suite à l'incident avec M. Radic, est-ce que, à ce

21 moment-là, vous en avez parlé avec qui que ce soit dans le camp et si ce

22 n'est pas le cas, quand avez-vous pour la première fois relaté cet

23 incident à une autre personne?

24 Réponse: La première fois, c'était peut-être un an auparavant.

25 Sivac Nusret, mon collègue au travail, qui avait pris sa retraite avant le

Page 3102

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13 Page blanche insérée aux fins d'assurer la correspondance entre la

14 pagination anglaise et la pagination française.

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

Page 3103

1 début de la guerre, était venu me rendre visible. Il avait voyagé par la

2 ville où je vivais et il est passé chez moi. On avait parlé de ces

3 journées terribles, j'ai pleuré devant lui et il a raconté, relaté la

4 chose à l'un des enquêteurs. Par la suite, j'ai été interrogée par des

5 enquêteurs à mon tour.

6 Question: Est-ce que l'une quelconque des femmes, qui se trouvaient dans

7 les mêmes pièces où vous dormiez, vous avaient dit qu'il arrivait que des

8 femmes soient appelées à sortir la nuit?

9 Est-ce que ces femmes entre elles ont parlé de ce qu'elles avaient vécu?

10 Est-ce qu'elles ont parlé peut-être des avances sexuelles dont elles

11 avaient fait l'objet ou bien est-ce qu'elles n'en ont pas parlé?

12 Réponse: Elles n'en ont pas parlé. Exception faite d'une femme qui m'a

13 dit, en chuchotant un soir, que l'un des gardes –et elle m'a montré celui

14 dont il s'agissait– ils l'appelaient Lugar le Forestier. Il était rouge du

15 visage, il portait des moustaches. Elle m'a dit qu'il l'avait emmenée dans

16 une pièce sous les escaliers et qu'il lui a ordonné de retrousser ses

17 jupes et, quand il a vu qu'elle saignait, il lui a dit, dès que cela

18 cesserait, de venir à lui. Elle m'avait demandé en tremblant conseil. Elle

19 voulait savoir s'il fallait rapporter la chose à Zeljko Mejakic.

20 Je lui ai dit: "Essaie toi-même. Du moins, tu peux faire la tentative."

21 Après, elle m'a raconté qu'elle était allée voir Mejakic, qu'elle lui

22 avait raconté le cas et l'autre lui a répondu qu'il allait l'éloigner de

23 cet endroit-là. Mais cela n'est pas, cela n'a pas été fait et ce gardien,

24 j'ai pu le revoir dans le couloir et dans le réfectoire. Et suite à je ne

25 sais combien de temps, la chose s'est réitérée mais elle saignait à

Page 3104

1 nouveau, donc cela s'est arrêté là.

2 Question: Dernière question: vous avez dit qu'après cet incident, vous

3 n'avez plus reparlé à M. Radic. Est-ce que vous avez eu l'occasion d'être

4 en contact avec lui, peu ou souvent, au cours du reste de votre détention?

5 Est-ce qu'il s'est approché de vous une fois de plus ou bien est-ce que

6 vous n'avez plus eu aucun contact pour le reste du temps de votre

7 détention?

8 Réponse: Non, je ne me souviens pas d'en avoir discuté, de m'être

9 entretenue avec lui, à quelque autre reprise.

10 (Le témoin, Mme Susic, est interrogée par M. le Président.)

11 M. le Président: Madame Susic, vous avez répondu à une question à propos

12 de la différence des petits-déjeuners. Est-ce qu'il y avait d'autres

13 différences par rapport aux autres repas?

14 Mme Susic (interprétation): Je ne sais pas très bien ce que vous entendez

15 par là? Est-ce que vous parlez des repas destinés aux détenus?

16 M. le Président: Vous avez dit que le petit-déjeuner des enquêteurs était

17 différent du petit-déjeuner des prisonniers, je vous pose la même

18 question. Et par rapport aux autres repas, est-ce que, par exemple, il y

19 avait des différences entre la nourriture des prisonniers et la nourriture

20 des gardes?

21 Réponse: Certes, ils ne mangeaient pas avec nous, nous autres détenus,

22 et ce n'est que cette fois-là que j'ai pu apercevoir ce que l'on servait

23 pour le petit-déjeuner aux inspecteurs.

24 Et cette fois que je vous ai décrite, j'ai pu avoir un petit-déjeuner

25 normal. Les détenus, quant à eux, mangeaient quelque chose qui ne

Page 3105

1 ressemblait pas du tout à de la nourriture et parfois le morceau de pain

2 que l'on recevait était dur, rassis et même moisi. Et je me souviens que,

3 les premiers jours, je ne pouvais pas manger, cela me dégoûtait. J'avais

4 faim, je n'avais rien mangé ni rien bu. Je me souviens d'un gardien qui

5 m'avait poussée avec son fusil automatique, il m'avait dit: "Mange!" et

6 j'ai dû manger. Et c'est comme cela que j'ai commencé à manger.

7 M. le Président: En quoi consistait le repas des prisonniers?

8 Mme Susic (interprétation): Il y avait un quart de pain, parfois moins

9 encore et une espèce de bouillie de légumes. Il y avait plus d'eau,

10 parfois il y avait des petits pois dedans et rarement un morceau de

11 viande, mais c'était très très rare. Je n'ai jamais servi à manger,

12 j'étais chargée de la vaisselle et j'ai pu voir ce que les gens

13 laissaient. Il s'agissait d'assiettes creuses en matière plastique, pas

14 d'assiettes profondes et, là, il y avait de quoi prendre deux cuillerées.

15 M. le Président: Vous avez mentionné que vous aviez travaillé au

16 restaurant et à la cuisine, est-ce que vous travaillez plus dans un

17 endroit que l'autre ou c'était égal?

18 Mme Susic (interprétation): Quand on parle de la cuisine... Enfin, il faut

19 dire qu'au réfectoire, on ne travaillait pas. Ceux qui travaillaient à la

20 cuisine, l'une des femmes servait à la louche la nourriture aux détenus

21 et, moi, on me restituait les assiettes vides après que les détenus aient

22 mangé. Une fois, j'ai dû laver les carrelages, puis le sol de la cuisine.

23 M. le Président: Très bien. Madame Susic, vous avez répondu à toutes nos

24 questions. Je ne sais pas si vous avez quelque chose à dire que vous

25 n'avez pas encore eu l'opportunité de déclarer.

Page 3106

1 Mme Susic (interprétation): Je vous prie de me fournir la possibilité de

2 donner mon opinion relative à l'acte, à la décision que m'a montrée

3 monsieur le conseil de la défense dont j'ai oublié le nom. Vous l'avez

4 refusé mais, moi, je vous prie à nouveau de me permettre la chose.

5 M. le Président: Non, Madame Susic, je ne peux pas parce qu'il n'y a pas

6 quelqu'un qui vous pose une question maintenant. Si vous voulez faire une

7 autre déclaration, vous en avez l'opportunité, mais pour l'autre question

8 c'est fermé déjà.

9 Mme Susic (interprétation): Non.

10 M. le Président: Donc, nous vous remercions beaucoup, Madame Susic, d'être

11 venue ici. Vous êtes une femme très courageuse et nous vous souhaitons bon

12 retour à votre résidence. Merci beaucoup d'être venue.

13 Mme Susic (interprétation): Merci aussi.

14 (Le témoin, Mme Susic, est reconduit hors du prétoire.)

15 M. le Président: Je crois que nous avons encore une question à régler par

16 rapport aux pièces à conviction, Monsieur Saxon. Excusez-moi, Maître

17 Niemann.

18 M. Saxon (interprétation): Merci, Monsieur le Président. L'accusation

19 demande le versement au dossier des pièces suivantes: la pièce 3/99, la

20 pièce 3/100. La pièce 3/101.

21 Et même si je comprends que la question des déclarations préalables sera

22 soulevée à l'occasion de la Conférence de mise en état de demain, je

23 voudrais vous préciser que nous nous réservons le droit d'avoir

24 l'admission au dossier de la déclaration faite en Février 1995 par le

25 témoin, déclaration qui lui a été montrée par Me Simic.

Page 3107

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13 Page blanche insérée aux fins d'assurer la correspondance entre la

14 pagination anglaise et la pagination française.

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

Page 3108

1 M. le Président: Maître Simic, je ne sais pas si vous avez une parole pour

2 tous les conseils par rapport aux pièces à conviction que le Procureur

3 veut verser au dossier et votre position par rapport à la pièce à

4 conviction 28/1.

5 M. K. Simic (interprétation): Monsieur le Président, je parle au nom de

6 toutes les équipes de la défense, nous n'avons pas d'objection quant au

7 versement des pièces à convictions proposées par l'accusation. Nous avons

8 toutefois, nous sommes toutefois dans l'expectative des décisions qui

9 seront prises demain et je voudrais que l'on verse au dossier les

10 déclarations préalables faites par Mme Susic en date du 5.12 et 26 pour ce

11 qui est de ces dépositions en page 5, concernant Omarska, paragraphes 1 et

12 2, page 7 avec un intitulé relatif au responsable du camp et en page 8, un

13 paragraphe 3 que nous aimerions soumettre à votre attention dans le procès

14 en question. Je vous remercie.

15 M. le Président: Donc, les pièces à conviction dont le versement a été

16 demandé par le Procureur sont versées et on laisse en suspens la pièce D28

17 parce que, demain, on va discuter de cette question.

18 M. K. Simic (interprétation): Merci.

19 M. le Président: Donc, maintenant Maître Niemann, je crois que vous allez

20 dire qu'il n'est pas opportun de commencer un autre témoignage. C'est

21 cela, Monsieur Niemann?

22 M. Niemann (interprétation): Effectivement, nous approchons du terme de

23 l'audience. A vous de décider, Madame et Monsieur le Juge. Bien sûr, je

24 pourrais commencer, mais c'est à vous de voir.

25 M. le Président: Je crois que ce n'est pas la peine de commencer un

Page 3109

1 témoignage pour 5 minutes.

2 Nous serons donc ici demain à 9 heures 30 et on va le commencer de toute

3 façon, je crois.

4 Donc, pour aujourd'hui, je lève l'audience.

5 (L'audience est levée à 14 heures 25.)

6

7

8

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

Page 3110

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13 Page blanche insérée aux fins d'assurer la correspondance entre la

14 pagination anglaise et la pagination française.

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25