Tribunal Criminal Tribunal for the Former Yugoslavia

Page 3592

1 Le lundi 6 novembre 2006

2 [Audience publique]

3 [Les accusés sont introduits dans le prétoire]

4 --- L'audience est ouverte à 9 heures 04.

5 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Madame la Greffière d'audience,

6 voudriez-vous, s'il vous plaît, appeler la cause. Bonjour.

7 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] Bonjour, Monsieur le Président. Affaire

8 IT-05-88-T, le Procureur contre Vujadin Popovic et consorts.

9 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je vous remercie, et bonjour à tous.

10 Je vois que tous les accusés sont là.

11 La Défense est constituée comme vendredi.

12 L'Accusation, aujourd'hui nous avons Mme Soljan, elle est également

13 présente.

14 Il n'y a pas de questions préliminaires à évoquer, d'après ce que je

15 comprends. Bien. Nous avons donc maintenant entendre le témoin suivant. Je

16 vais vous demander de le faire entrer dans le prétoire, Madame l'Huissière.

17 [Le témoin est introduit dans le prétoire]

18 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bonjour, Madame.

19 LE TÉMOIN : [interprétation] Bonjour.

20 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je vous souhaite la bienvenue au

21 Tribunal.

22 LE TÉMOIN : [interprétation] Je vous remercie. Merci de m'avoir invité à

23 venir ici.

24 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Non. Je vous remercie. Je ne vous ai

25 pas invité, c'est l'Accusation qui vous a invité aujourd'hui et vous êtes

26 un témoin de l'Accusation.

27 Avant que vous ne commenciez à faire votre déposition, notre Règlement

28 exige que vous fassiez une déclaration solennelle dont Mme l'Huissière va

Page 3593

1 vous vous présenter le texte maintenant. Veuillez, s'il vous plaît, le lire

2 à haute voix et ce sera votre engagement solennel auprès de nous selon

3 lequel vous direz la vérité dans votre déposition.

4 LE TÉMOIN : [interprétation] Je vous remercie. Je déclare solennellement

5 que je dirai la vérité, toute la vérité et rien que la vérité.

6 LE TÉMOIN: TEMOIN PW-126 [Assermenté]

7 [Le témoin répond par l'interprète]

8 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bien. Veuillez prendre place et vous

9 installez confortablement. Ce n'est pas la première fois que vous venez

10 déposer devant le Tribunal. Vous l'avez fait dans le passé avec des mesures

11 de protection qui vous étaient accordées. Nous avons également mis en place

12 des mesures de protection pour la déposition d'aujourd'hui, c'est-à-dire

13 que vous allez déposer sous un pseudonyme et non pas votre nom et votre

14 prénom, et on s'adressera à vous comme étant le Témoin 126, si je me

15 souviens bien. Vous allez également déposer dans des conditions où les

16 traits du visage sont déformés ainsi que la voix. En d'autres termes, votre

17 visage n'apparaîtra pas aux écrans et votre voix ne sera pas diffusée en

18 dehors de cette salle d'audience. Je suppose qu'on vous a déjà expliqué

19 tout cela. Est-ce qu'on vous a expliqué ces mesures ?

20 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui.

21 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Ceci vous satisfait ?

22 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui.

23 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bien. Madame Soljan va commencer par

24 procéder à l'interrogatoire principal, vous posera des questions, puis les

25 différentes équipes de la Défense se succèderont pour le contre-

26 interrogatoires.

27 Madame Soljan, c'est à vous.

28 Mme SOLJAN : [interprétation] Je vous remercie, Monsieur le Président,

Page 3594

1 Madame, Messieurs les Juges.

2 Interrogatoire principal par Mme Soljan :

3 Q. [interprétation] Bonjour, Témoin. Pourrais-je demander l'aide de Madame

4 l'Huissière pour fournir au témoin ce qui a été marqué aux fins

5 d'identification comme étant la pièce P02286, s'il vous plaît ?

6 Maintenant, Témoin, voudriez-vous, s'il vous plaît, jeter un coup d'il à

7 ce papier et nous dire s'il s'agit bien de votre nom ?

8 R. Oui.

9 Q. Est-ce que c'est bien votre nom qui est écrit là-dessus, sans le dire,

10 s'il vous plaît. Est-ce que c'est bien votre nom ?

11 R. Oui.

12 Q. Je vous remercie beaucoup.

13 Mme SOLJAN : [interprétation] Pourriez-vous, s'il vous plaît, Madame

14 l'Huissière, montrer ce papier à mes confrères ? Je vous remercie.

15 Monsieur le Président, je voudrais demander si nous pourrions aller en

16 audience à huis clos partiel pour un moment, au début.

17 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui. Allons en audience à huis clos

18 partiel pour un moment, s'il vous plaît.

19 [Audience à huis clos partiel]

20 (expurgé)

21 (expurgé)

22 (expurgé)

23 (expurgé)

24 (expurgé)

25 (expurgé)

26 (expurgé)

27 (expurgé)

28 (expurgé)

Page 3595

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 (expurgé)

10 (expurgé)

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 [Audience publique]

17 Mme SOLJAN : [interprétation]

18 Q. Prêtons attention maintenant plus particulièrement à la journée du 11

19 juillet 1995. Pourriez-vous, s'il vous plaît, nous dire où vous vous

20 trouviez ce matin-là ?

21 R. Ce matin-là, j'étais dans ma maison à Srebrenica avec mon frère.

22 Mme SOLJAN : [interprétation] Pourrions-nous retourner, s'il vous plaît, un

23 instant en audience à huis clos partiel --

24 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui.

25 Monsieur Borovcanin.

26 L'ACCUSÉ BOROVCANIN : [interprétation] Je crois comprendre que le

27 microphone de quelqu'un doit être branché parce que nous ne recevons pas la

28 voix du témoin. Nous recevons l'interprétation mais pas les mots prononcés

Page 3596

1 par le témoin. Nous ne pouvons pas l'entendre.

2 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui, j'ai vérifié la dernière fois que

3 nous avons eu une personne qui déposait avec déformation de la voix.

4 C'était effectivement le cas parce que j'ai vérifié pour voir si sur tous

5 les canaux on pouvait entendre la déposition. Vous pouvez vous asseoir.

6 Vous pouviez entendre la déposition et, en fait, on ne pouvait pas

7 l'entendre à cette occasion, je peux confirmer, mais je ne sais pas quels

8 sont les accords à ce sujet, les arrangements. Je pense qu'à l'intérieur du

9 prétoire, on devrait être en mesure de les entendre directement. Je n'ai

10 personnellement rien à voir avec les microphones parce que simplement

11 j'utilise ma vue perçante pour être bien sûr qu'il n'y a pas de microphones

12 allumés pendant que le témoin s'exprime. Est-ce que les autres personnes

13 entendaient cette déposition ? De sort qu'il se pourrait peut-être que ce

14 ne soit pas le bon canal sur lequel vous vous vous trouviez ? Le général

15 Miletic, étiez-vous sur le bon canal ? Vous étiez assis à côté de l'accusé.

16 Est-ce que vous avez reçu cette déposition ?

17 L'ACCUSÉ MILETIC : [interprétation] Non, pas dans mon casque. Je pouvais

18 entendre la voix du témoin dans la salle mais pas par le casque.

19 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bien. Alors, demandons au témoin de

20 dire quelque chose maintenant. Je vais éteindre mon microphone.

21 Madame le Témoin, s'il vous plaît, dites quelque chose.

22 LE TÉMOIN : [interprétation] Que suis-je censée dire ?

23 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] C'est tout. Nous voulions simplement

24 nous assurer que ce que vous dites est bien entendu.

25 LE TÉMOIN : [interprétation] Bien, maintenant, je sais.

26 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bien. [hors micro] Si ceci se produit à

27 nouveau, veuillez, s'il vous plaît, nous prévenir tout de suite comme M.

28 Borovcanin l'a fait. Je vous remercie.

Page 3597

1 Bien. Désolé de cette interruption. Maître Soljan, s'il vous plaît,

2 poursuivez nous sommes en audience à huis clos partiel.

3 [Audience à huis clos partiel]

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 (expurgé)

10 (expurgé)

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 (expurgé)

17 (expurgé)

18 (expurgé)

19 (expurgé)

20 (expurgé)

21 (expurgé)

22 (expurgé)

23 (expurgé)

24 (expurgé)

25 (expurgé)

26 (expurgé)

27 (expurgé)

28 (expurgé)

Page 3598

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 (expurgé)

10 (expurgé)

11 [Audience publique]

12 Mme SOLJAN : [interprétation]

13 Q. Madame, vous avez dit que, le 11 juillet 1995, vous vous trouviez chez

14 vous, dans votre maison à Srebrenica. Que se passait-il à ce moment-là --

15 R. Oui.

16 Q. -- ce matin-là ?

17 R. Ce matin-là, quand je me suis levée, j'ai vu des gens qui se

18 déplaçaient en foule vers Potocari, en portant leur valise, des sacs, leurs

19 effets personnels. Ils emportaient les choses. Ils s'entraidaient et moi-

20 même et mon frère, nous les avons observés et mon frère a dit : "Qu'allons-

21 nous faire, ma soeur ? Allons nous partir, les rejoindre ou quoi ?" J'ai

22 répondu, je n'y tenais pas beaucoup. Je n'étais pas trop enthousiaste,

23 parce que je pensais qu'à Srebrenica n'était pas censée tomber. C'était une

24 zone protégée, démilitarisée et que Srebrenica ne tomberait pas et que ces

25 mêmes personnes reviendrait. Nous avons donc échangé des avis pour un

26 moment et il était près de 11 heures du matin.

27 Ces gens étaient déjà partis pour la plupart. Ils avaient quitté

28 Srebrenica. J'ai entendu une femme qui criait : "Mon fils, tu as été tué et

Page 3599

1 je n'ai même pas eu la possibilité de t'enterrer." C'était vers 11 heures

2 du matin. Je n'avais pas de montre, mais je crois que c'était environ 11

3 heures lorsque je suis sortie de la maison. Tout autour de Bojna, je

4 pouvais voir les soldats serbes qui s'approchaient et je pouvais voir qu'il

5 y a des gens qui allaient se cacher. Je pouvais entendre des tirs, des

6 bruits de coups de feu tout autour de mon enclos. Avant même que Srebrenica

7 ne tombe, il y a des pluies d'obus pendant des jours et même après la chute

8 de Srebrenica, les obus n'ont jamais cessé de tomber tout autour de

9 Srebrenica et dans Srebrenica.

10 Q. Témoin, pourquoi est-ce que ces gens quittaient Srebrenica ?

11 Q. Parce qu'ils s'étaient rendus compte que nous serions tous tués. Ils

12 ont vu des gens être tués. Ils pouvaient entendre des coups de feu et les

13 bataillons -- les membres du Bataillon néerlandais leur disaient de

14 continuer -- continuaient de leur dire d'aller à Potocari. Les gens se

15 déplaçaient en groupe, avec des soldats du Bataillon néerlandais et après

16 eux, j'ai vu des soldats serbes tout autour de Bojna. Donc, j'ai pu voir

17 des personnes armées et je suis sûr que c'était des soldats serbes qui

18 approchaient de la ville.

19 Q. Qu'est-ce que vous avez fait après cela ?

20 R. Mon frère et moi nous sommes préparés et nous sommes lentement mis en

21 route vers Potocari. Nous avons vu que presque tout le monde avait quitté

22 Srebrenica. Il y avait quelques personnes qui étaient restées toutefois,

23 qui étaient handicapées ou âgées et qui ne savaient pas ce qui se passait.

24 Les soldats serbes étaient déjà entrés dans Srebrenica et les avaient fait

25 prisonniers. En tous les cas, quiconque était resté à Srebrenica n'a pas

26 survécu, n'a pas pu aller à Potocari et n'a jamais été revu.

27 Q. Témoin, vers quelle heure vous-même et votre frère êtes arrivés à

28 Potocari ? Vous rappelez-vous ?

Page 3600

1 R. Nous avons quitté vers 11 heures. Nous nous sommes déplacés lentement.

2 Il y avait des tirs constants d'obus. Il y avait des morts et du sang le

3 long de la route et un très grand nombre de personnes qui criaient à

4 l'aide. Il y avait ceux qui étaient couverts de sang et morts, c'est des

5 corps qui ne bougeaient pas. Toutefois, personne ne regardait -- les gens

6 ne se regardaient pas. Chacun s'occupait de ses propres affaires. Ils

7 voulaient atteindre Potocari le plus vite possible pour se sauver.

8 Q. Pouvez-vous nous dire vers quelle heure vous êtes arrivé à Potocari ?

9 Combien de temps cela vous a-t-il pris pour aller -- pour arriver à

10 Potocari, venant de Srebrenica ?

11 R. Il était peut-être midi et demie ou 1 heure de l'après-midi. Nous

12 n'étions pas en route tout le temps. De temps à autre, il fallait se

13 cacher, se protéger. Nous entendions que des gros obus tombaient et on se

14 cachait derrière un arbre, une maison. Puis, lorsque les choses se

15 calmaient, à ce moment-là, on se remettait en marche.

16 Q. Je vous remercie. Lorsque vous êtes arrivée à Potocari, qu'est-ce que

17 vous avez vu sur place ?

18 R. Lorsque je suis arrivée à Potocari avec mon frère, il y avait un grand

19 nombre de personnes, des milliers de personnes, et il continuait d'en

20 arriver après nous, mais en moindre nombre. Il y avait un très grand nombre

21 de Musulmans de Bosnie qui étaient venus de Srebrenica et ce jour-là, les

22 soldats serbes ne sont pas venus. Nous ne les avons pas vu le 11 juillet,

23 ou tout au moins, je n'ai pas vu un soldat serbe et je n'ai vu personne qui

24 soit venu là, ce jour-là.

25 Q. Pourriez-vous nous dire où vous avez passé la nuit, cette nuit du 11

26 juillet 1995 ?

27 R. Lorsque nous sommes arrivés ce jour-là, il y avait un grand nombre de

28 personnes et c'est ainsi que donc la nuit est tombée. Il y a commencé à

Page 3601

1 faire froid. Mon frère a dit : "Il y a un appentis, une cabane, là-bas.

2 Pourquoi ne pas y porter de la paille ? Puis, il y a une vieille voiture,

3 une petite fourgonnette. On pourra s'y abriter, dans cette fourgonnette.

4 C'est là que nous avons passé la nuit. Nous avions faim, mais on n'y

5 faisait -- on n'y prêtait pas garde, en fait, au fait que nous avions faim.

6 Nous n'avons rien pris avec nous, mais bon, cela allait. En fait, nous ne

7 ressentions pas la faim.

8 Q. Pourriez-vous, s'il vous plaît, nous dire ce qui s'est passé le

9 lendemain matin, le 12 juillet, lorsque vous vous êtes réveillée ?

10 R. Nous n'avons même pas dormi. Nous étions éveillé toute la nuit,

11 attendant l'aube pour voir ce qui se passerait. Tout ce que je voulais,

12 c'était de pouvoir rentrer chez moi. Toutefois, vers 10 heures du matin, le

13 12 juillet, une panique s'est déclarée dans la population. Il y avait ceux

14 qui criaient, pleuraient. Les femmes ont commencé à crier : "Voilà les

15 Chetniks qui arrivent." Ils pointaient du doigt différents endroits et il y

16 avait différents endroits, là, Budak, et de là, vous pouviez voir qu'ils

17 avaient déjà commencé à incendier. Ils n'incendiaient pas ce qui avait du

18 prix ou les choses importantes, mais certaines choses sans importance. Ils

19 portaient des uniformes de camouflage ou vert olive et des uniformes noirs.

20 Ils ont fait étrécir le cercle autour de nous, en nous encerclant, et ils

21 ont commencé à se déplacer parmi la population qui se trouvait là, à

22 Potocari.

23 Q. Est-ce que vous avez vu s'ils avaient toujours des armes ?

24 R. Oui. Tous étaient armés. Je n'ai pas vu un seul d'entre eux qui n'était

25 pas armé. Armé jusqu'aux dents.

26 Q. Est-ce que vous avez reconnu certains de ces soldats ?

27 (expurgé)

28 (expurgé)

Page 3602

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 (expurgé)

10 (expurgé)

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 (expurgé)

17 (expurgé)

18 (expurgé)

19 (expurgé)

20 (expurgé)

21 (expurgé)

22 (expurgé)

23 (expurgé)

24 (expurgé)

25 (expurgé)

26 (expurgé)

27 (expurgé)

28 (expurgé)

Page 3603

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 (expurgé)

10 (expurgé)

11 Madame Soljan, si vous allez poser d'autres questions à ce sujet, au

12 sujet de certains individus, en particulier, je pense qu'il est nécessaire

13 que l'on passe à huis clos partiel. Donc.

14 Mme SOLJAN : [interprétation] Merci. Je n'aurais pas beaucoup de

15 questions de ce genre.

16 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] En réalité, j'ai déjà quelques doutes.

17 Repassons en audience à huis clos partiel, s'il vous plaît.

18 [Audience à huis clos partiel]

19 (expurgé)

20 (expurgé)

21 (expurgé)

22 (expurgé)

23 (expurgé)

24 (expurgé)

25 (expurgé)

26 (expurgé)

27 (expurgé)

28 (expurgé)

Page 3604

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 [Audience publique]

10 Mme SOLJAN : [interprétation]

11 Q. Madame le Témoin, je souhaite vous rappeler qu'il ne faut pas que vous

12 mentionniez des noms de personnes, et si vous souhaitez le faire, dites-le-

13 nous, et nous allons repasser à l'audience à huis clos partiel.

14 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Vous lui avez demandé de dire les noms,

15 non ?

16 Mme SOLJAN : [interprétation] Nous sommes à huis clos partiel.

17 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Non, nous sommes en audience publique,

18 mais vous lui avez demandé de dire les noms.

19 Mme SOLJAN : [interprétation] Oui, effectivement, je lui ai demandé les

20 noms des soldats. Ensuite, nous en parlerons.

21 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Mais nous sommes en audience publique.

22 Mme SOLJAN : [interprétation]

23 Q. Que s'est-il passé, ensuite ? Vous avez dit que le matin du 20 juillet,

24 vous avez vu des soldats en train d'arriver, qu'il y avait la panique qui y

25 régnait. Qu'est-ce qui s'est passé, ensuite ?

26 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Microphone.

27 Mme SOLJAN : [interprétation] Une correction, s'il vous plaît. Il est écrit

28 le 20 juillet, mais il faut corriger cela au 12 juillet.

Page 3605

1 LE TÉMOIN : [interprétation] Je suis sortie de chez moi le 11 juillet, et

2 le 12 juillet, à Potocari des soldats serbes sont venus à nous et ils

3 étaient autour de nous le 12, mais ce n'était pas le 20, c'était le 12.

4 Mme SOLJAN : [interprétation]

5 Q. Que s'est-il passé ensuite ?

6 R. Ce matin-là, faut-il que je répète, le matin où nous sommes partis de

7 chez nous, ou --

8 Q. Non. Maintenant je parle du 12 juillet --

9 R. Très bien. Excusez-moi.

10 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Attendez, Madame, s'il vous plaît,

11 avant que vous n'ouvriez la bouche pour dire quelque chose, veuillez vous

12 assurer que la lumière rouge du micro de Mme Soljan est éteinte. Ne vous

13 précipitez pas.

14 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui.

15 Mme SOLJAN : [interprétation]

16 Q. Vous pouvez continuer avec votre description des événements du 12

17 juillet. Merci.

18 R. Vous voulez dire qu'il faut que ce soit moi qui parle ou qui d'autre ?

19 Q. Oui, s'il vous plaît, je vous ai demandé de nous dire ce qui s'est

20 passé après l'arrivée des soldats le 12 juillet 1995, à Potocari. Que

21 s'est-il passé ensuite ?

22 R. Les soldats sont venus et ils commencé à marcher parmi la foule. Il y

23 avait beaucoup de chevaux autour, les chevaux qui étaient faibles que les

24 gens ont fait venir, et les soldats ont commencé à jouer avec eux à les

25 chevaucher. Les hommes nous disaient : "Arrêtez de crier, arrêtez de créer

26 la panique. Arrêtez de faire du bruit. Vous allez tous aller au territoire

27 libre." Certains parlaient comme cela. D'autres disaient : "Si vous aviez

28 fait cela en 1992, il n'y aurait pas eu de guerre." Puis, ils disaient :

Page 3606

1 "Regardez Srebrenica, retournez-vous. Vous n'y retournerez plus jamais."

2 C'est ce qu'ils disaient aussi. Puis, ils disaient : "Ne pensez pas qu'on

3 ne vous trouvera pas à Tuzla et à Sarajevo."

4 Q. Vous et votre frère, où êtes-vous partis lorsque les soldats sont

5 arrivés à Potocari ?

6 R. Mon frère et moi, nous y étions. Mon frère était toujours sous le

7 camion et je suis sortie. J'essayais de voir ce qui se passait, s'il

8 fallait qu'on rentre chez nous ou pas. Nous étions encore dans

9 l'incertitude. On ne savait pas ce qui allait nous arriver. Puis, je lui ai

10 dit une fois : "Mon frère, ne t'inquiète. Ils disent qu'on va tous être

11 transportés en toute sécurité à Tuzla ou Sarajevo, qu'il n'y aura pas de

12 problème." Là, j'ai su le rassurer. Je ne lui disais pas de choses

13 inquiétantes. J'essayais de le rassurer. Je lui ai dit qu'on nous avait dit

14 que des cars et des camions allaient arriver, afin de nous transporter.

15 A un moment donné, j'ai vu qu'effectivement, il y a eu des camions et

16 des cars qui arrivaient. Donc, je lui disais : "Approchons-nous.

17 N'attendons pas. Ce n'est pas la peine d'être les derniers descendant. Tu

18 vois, les autres y vont aussi." C'est ainsi qu'on a commencé à s'approcher.

19 J'étais contente de voir certaines personnes que j'ai reconnues. Je

20 considérais qu'ils allaient nous aider aussi. Je ne m'attendais pas du tout

21 à ce que s'est passé -- allait se passer. Je m'attendais à de meilleures

22 choses, mais, au contraire, la pire des choses est arrivée à Potocari,

23 comme on le sait tous.

24 (expurgé)

25 (expurgé)

26 (expurgé)

27 Mme SOLJAN : [interprétation] Peut-on repasser à huis clos partiel, s'il

28 vous plaît ?

Page 3607

1 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui. Passons à huis clos partiel.

2 [Audience à huis clos partiel]

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 (expurgé)

10 (expurgé)

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 (expurgé)

17 (expurgé)

18 (expurgé)

19 (expurgé)

20 (expurgé)

21 (expurgé)

22 (expurgé)

23 (expurgé)

24 (expurgé)

25 (expurgé)

26 (expurgé)

27 (expurgé)

28 (expurgé)

Page 3608

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Pages 3608-3620 expurgées. Audience à huis clos partiel

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 3621

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 (expurgé)

10 (expurgé)

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 (expurgé)

17 (expurgé)

18 (expurgé)

19 (expurgé)

20 (expurgé)

21 (expurgé)

22 (expurgé)

23 (expurgé)

24 (expurgé)

25 (expurgé)

26 (expurgé)

27 [Audience publique]

28 Mme SOLJAN : [interprétation] Peut-être que nous pourrions faire une pause

Page 3622

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

12 versions anglaise et française

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 3623

1 pour le témoin.

2 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Est-ce que l'équipe de la Défense en

3 est d'accord ? Nous devons faire une pause de 30 minutes à cause des

4 expurgations et nous allons faire une pause qui va commencer maintenant.

5 Merci.

6 --- L'audience est suspendue à 10 heures 17.

7 --- L'audience est reprise à 10 heures 52.

8 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Qui va commencer ?

9 Maître Condon -- pardonnez-moi, ce n'est pas Condon.

10 Me Condon représente l'accusé -- les intérêts de l'accusé Popovic et sera

11 la première à vous contre-interroger.

12 Mme CONDON : [interprétation] Nous n'avons pas de questions à poser au

13 témoin.

14 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Ecoutez, j'avais prévu cela.

15 Maître Meek.

16 M. MEEK : [interprétation] Nous n'avons pas de questions à poser au témoin,

17 plaise à la Chambre.

18 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Me Meek représentait les intérêts du

19 colonel Beara.

20 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Maître Nikolic.

21 Mme NIKOLIC : [interprétation] Madame, Messieurs les Juges, nous n'avons

22 pas de question à poser au témoin.

23 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Cette personne représentait les

24 intérêts de l'accusé Nikolic.

25 Maître Lazarevic.

26 M. LAZAREVIC : [interprétation] J'ai quelques questions.

27 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Allez-y. Me Lazarevic représente les

28 intérêts de l'accusé Borovcanin dans cette affaire. Allez-y. Pardonnez-nous

Page 3624

1 pour cette interruption.

2 Contre-interrogatoire par M. Lazarevic :

3 Q. [interprétation] Bonjour, Madame.

4 R. Bonjour à vous.

5 M. LAZAREVIC : [interprétation] Nous devrions passer à huis clos partiel,

6 simplement pour être sûr.

7 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je vous en prie. J'ai également

8 remarqué que vous n'avez pas éteint votre microphone lorsque le témoin

9 prenait la parole. Faites-le, s'il vous plaît. Nous sommes actuellement à

10 huis clos partiel.

11 [Audience à huis clos partiel]

12 (expurgé)

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 (expurgé)

17 (expurgé)

18 (expurgé)

19 (expurgé)

20 (expurgé)

21 (expurgé)

22 (expurgé)

23 (expurgé)

24 (expurgé)

25 (expurgé)

26 (expurgé)

27 (expurgé)

28 (expurgé)

Page 3625

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Pages 3625-3628 expurgées. Audience à huis clos partiel

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 3629

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 (expurgé)

10 (expurgé)

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 (expurgé)

17 (expurgé)

18 (expurgé)

19 [Audience publique]

20 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Il est encore plus important, Madame,

21 de marquer une pause entre les questions et les réponses. Chose que vous

22 n'avez pas faite malgré mes exhortations.

23 M. LAZAREVIC : [interprétation]

24 Q. Maintenant, nous parlons de la situation à Potocari. Il y avait un très

25 grand nombre de personnes qui se trouvaient là. Il y avait beaucoup

26 d'agitation, de commotions, et toutes ces personnes qui voulaient monter

27 dans des cars, l'image réelle. Etait-ce une image réelle de la situation ?

28 R. Ce que les personnes voulaient essentiellement c'était de rentrer chez

Page 3630

1 eux, retourner dans leurs maisons. Lorsqu'il y a eu ce chaos qui a suivi et

2 que les hommes ont commencé à être séparés des femmes, à ce moment-là les

3 gens ont essayé de se rapprocher des cars, des camions pour pouvoir être

4 emmenés. Mais aucuns camions avec les hommes n'ont pu passer dans le

5 territoire libre de la fédération. C'est un fait.

6 Q. Pendant votre déposition d'aujourd'hui, vous avez mentionné -- vous

7 avez parlé d'une chaîne humaine, en fait, il s'agissait de soldats serbes

8 et néerlandais se tenant par la main et qui empêchaient plus ou moins le

9 groupe tout entier de réfugiés d'avancer vers les moyens de transport; vous

10 rappelez-vous de cela ?

11 R. Oui, je me rappelle cela très bien. C'est comme cela que cela s'est

12 passé. Ils se tenaient par la main. Un soldat serbe et un soldat

13 néerlandais. Ils levaient les mains et ils laissaient passer le nombre

14 qu'ils voulaient laisser passer et ensuite, quand ils pensaient que le car

15 était plein, à ce moment-là, ils rabaissaient les bras -- les mains.

16 Q. Encore quelques questions sur ce point. Pourriez-vous me dire, s'il

17 vous plaît, si cette chaîne humaine était longue ? Combien de personnes

18 pouvaient faire partie de cette chaîne humaine, à la fois pour les Serbes -

19 - les soldats serbes et les soldats néerlandais ?

20 R. Je ne peux pas vous dire exactement quel était leur nombre. Il y avait

21 un très grand nombre de soldats serbes, cela c'est vrai, beaucoup plus que

22 de soldats néerlandais.

23 Q. Donc, cette chaîne consistait, pour la plupart, en soldats serbes, qui

24 retenaient la foule de réfugiés avec quelques soldats néerlandais. Ils se

25 tenaient par la main; c'est bien cela ?

26 R. Je voulais dire que, sur la route, lorsqu'ils laissaient les gens

27 passer pour se rendre sur les cars, il y avait un soldat néerlandais et un

28 soldat serbe, mais à Potocari, il y avait un très grand nombre de soldats

Page 3631

1 serbes.

2 Q. Pourriez-vous m'aide à répondre -- à comprendre votre réponse de façon

3 à ce que les choses soient bien claires ? Je ne doute pas qu'il y avait

4 beaucoup plus de Serbes -- de soldats serbes que de soldats néerlandais à

5 Potocari, mais ce qui m'intéresse, pourtant, c'est simplement la chaîne.

6 Lorsqu'ils se tenaient par la main, y avait-il davantage de Serbes qu'il

7 n'y avait de Néerlandais ? Ou est-ce que c'était un et un autre ? Est-ce

8 qu'il y avait alternance ?

9 R. Oui. C'est cela. Il y en avait un alterner avec un autre.

10 M. LAZAREVIC : [interprétation] Je n'ai pas d'autres questions à poser au

11 témoin. Je vous remercie.

12 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Qui va contre-interroger le témoin

13 ensuite ? Maître Krgovic, qui assure la Défense du général Gvero va

14 procéder au contre-interrogatoire.

15 M. LAZAREVIC : [interprétation] Monsieur le Président, je pense que nous

16 avons un problème d'interprétation parce que le compte rendu ici, à la page

17 40, ligne 8, c'est que la réponse était qu'ils étaient alternés. La façon

18 dont j'ai compris ce qu'a dit le témoin, c'est qu'il y avait un soldat

19 serbe, et à côté de lui, un soldat néerlandais, puis à nouveau un soldat

20 serbe. C'est comme cela. Un pour un. C'est bien cela ? Bon. Merci.

21 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] En tout état de cause, je vous ai

22 entendu. Je ne pense pas que ceci constitue un problème, mais passons

23 maintenant au contre-interrogatoire par Me Krgovic. Là encore, Maître

24 Krgovic et Madame le Témoin, s'il vous plaît, ménagez une brève pause entre

25 les questions et les réponses.

26 Contre-interrogatoire par M. Krgovic :

27 Q. [interprétation]

28 Q. Bonjour, Madame.

Page 3632

1 R. Bonjour, Maître.

2 Q. Je vais vous poser quelques questions concernant votre séjour à

3 Srebrenica, peu de temps avant que vous ne partiez pour Potocari.

4 R. Oui.

5 Q. Lorsque je vous poserai une question, pourriez-vous faire une petite

6 pause avant de répondre, afin qu'il n'y ait pas de chevauchements et qu'on

7 ne risque pas de cette manière de révéler votre identité, parce que nous

8 parlons la même langue, nous nous comprenons l'un l'autre et il est

9 possible qu'il y ait chevauchements, et je vous dis cela à la fois pour

10 faciliter l'interprétation et également parce que l'on ne révélera pas

11 ainsi votre identité. Mais lorsque je vous ferai signe, à ce moment-là,

12 vous pouvez commencer à répondre. Est-ce que c'est bien d'accord ?

13 Madame, ce jour-là, vous avez dit, en répondant à la question du Procureur,

14 que vous aviez quitté votre maison vers 11 heures et que vous étiez allée

15 dans la rue à Srebrenica; est-ce exact ?

16 R. Oui.

17 Q. Ce jour-là, dans la matinée, entre 10 et 11 heures du matin, et

18 jusqu'au moment où vous avez quitté Srebrenica, Srebrenica n'avait pas --

19 ne subissait pas de tirs d'obus, n'est-ce pas ?

20 R. Non, ce n'est pas exact. Il y avait des tirs d'obus. Cela, tout le

21 temps pendant les cinq jours qui ont précédé, lorsqu'ils ont commencé à

22 tirer des obus, ils n'ont jamais arrêté. C'était incessant. Cette nuit, les

23 tirs d'obus ne se sont jamais arrêtés.

24 Q. Je vous pose une question qui a spécifiquement trait à cette matinée,

25 entre 10 et 11 heures, juste au moment où vous avez -- où vous êtes partie

26 pour Potocari. Srebrenica n'était pas bombardée; est-ce exact ?

27 R. C'était bombardé tout le temps. Il n'est pas vrai qu'elle n'était pas

28 bombardée. Ils n'ont jamais arrêté de bombarder. Vous pouviez entendre les

Page 3633

1 obus qui tombaient de façon incessante sur Srebrenica et autour de

2 Srebrenica.

3 Q. Je suis plus particulièrement intéressé par la ville de Srebrenica,

4 dans le quartier où vous vous trouviez au cours de cette période précise.

5 Je vous poserai -- c'est des questions à ce sujet que je vous pose. Je vous

6 poserai des questions plus tard concernant d'autres moments.

7 Donc, dans la matinée, entre 10 et 11 heures, jusqu'à ce que vous quittiez

8 Srebrenica, Srebrenica n'était pas bombardée ?

9 R. Srebrenica était bombardée.

10 Q. Au cours de cette période que je mentionne ?

11 R. Oui. Pendant cette période, c'était bombardé tout le temps.

12 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui. Objection ?

13 Mme SOLJAN : [interprétation] La question a été posée, il a été répondu à

14 la question, Monsieur le Président.

15 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] C'est exact. Objection retenue.

16 Question suivante, s'il vous plaît, Maître Krgovic.

17 M. KRGOVIC : [interprétation]

18 Q. Je parle du 10 juillet. Le 10 juillet, entre 8 heures et 9 heures du

19 soir, est-ce que Srebrenica n'était pas bombardée; est-ce exact ?

20 R. Non. Ce n'est pas exact. Srebrenica a été bombardé depuis cinq jours

21 avant cela. A partir du moment où cela a commencé, c'était un bombardement

22 incessant, les obus qui tombaient de façon incessante. Je voudrais rappeler

23 cette image pour vous, si je le peux et vous dire combien de personnes ont

24 été tuées. Cinq jours avant la chute de Srebrenica, le 11 juillet,

25 l'électricité a été coupée, l'eau a été coupée, les petits puits et les

26 petits cours d'eau qui existaient, où les gens faisaient la queue tout le

27 temps, il y avait environ 50 personnes en moyenne qui attendaient là pour

28 remplir un bidon d'eau. A ce moment-là, les obus tombaient et il y avait

Page 3634

1 cinq, dix, 20 personnes qui restaient mortes sur place, parfois davantage,

2 c'est sûr.

3 Q. Madame, le 10 juillet, à 15 heures, et à partir de 15 heures jusqu'à

4 disons 17 heures, Srebrenica n'a pas été bombardée; est-ce exact ?

5 R. Non, ce n'est pas exact. Ce qui est exact, c'est que c'était bombardé

6 de façon incessante, que les bombardements n'ont pas cessé. Je ne faisais

7 pas attention avec un chronomètre pour savoir si un bombardement se

8 poursuivait ou non, mais il fallait constamment être prêt à courir, tout le

9 temps. On pouvait entendre les obus tomber sur Srebrenica et autour de

10 Srebrenica.

11 Q. Madame, à Srebrenica, les 10 et 11 juillet, aucun bâtiment n'a été

12 touché pendant cette période où vous vous trouviez là. Je veux parler du

13 centre de Srebrenica, la ville de Srebrenica. Est-ce exact ?

14 R. Les obus tombaient. Je ne suis pas allée de bâtiment à bâtiment ou

15 d'immeuble à immeuble pour voir où un obus avait touché et où il n'avait

16 pas touché. Mais on pouvait entendre les obus tomber, les tirs d'armes à

17 feu, les personnes qui criaient. Il n'y a pas eu une seule journée pendant

18 laquelle l'on ne conduisait pas les personnes au centre médical à cause de

19 blessures causées par les obus.

20 Q. Madame, est-ce que personnellement, vous avez vu à Srebrenica, au cours

21 de cette période du 10 et 11 juillet, qu'une maison ait été touchée ou que

22 quelqu'un ait été tué ou blessé ?

23 R. J'étais dans ma maison. Je m'occupais de mes affaires. Je n'allais pas

24 en ville pour voir si les gens étaient blessés ou tués. On entendait

25 constamment des obus tomber. Pour commencer, pendant un moment, il y a une

26 accalmie très agréable. Il n'y avait pas de vivres à Srebrenica et pour

27 l'essentiel, il n'y avait pas de tirs d'obus, mais avant la chute de

28 Srebrenica, quelque 15 jours avant cela, les obus ont commencé à tomber.

Page 3635

1 Ceci est devenu de plus en plus intense et même de plus en plus intense

2 encore dans les nuits qui précédaient la chute. C'est devenu incessant,

3 cela ne s'est jamais arrêté. Les obus tombaient en pluie. On pouvait

4 entendre le bruit qui était très fort. Ils tiraient avec toutes leurs

5 armes. C'était absolument comme cela que cela se passait.

6 Q. Vous n'avez pas répondu à ma question. Est-ce que vous,

7 personnellement, vous avez vu un seul obus tomber à Srebrenica ? Ou vous

8 n'avez pas vu de victimes à cause de cela ?

9 R. Si. J'en ai vu, notamment à une source d'eau près de chez moi. C'est là

10 que j'ai vu tomber un obus et j'ai vu que trois femmes avaient été

11 touchées. En fait, elles avaient été tuées. Il y avait d'autres personnes

12 qui ont été touchées par du -- tels des éclats d'obus. Ils ont été blessés,

13 qui ont été emmenés au centre militaire de Srebrenica.

14 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Un instant.

15 Oui, Madame Soljan.

16 Mme SOLJAN : [interprétation] Monsieur le Président, j'objectais à la

17 répétition des questions concernant les immeubles.

18 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui, de toute façon. Il était utile

19 d'attendre parce qu'elle a répondu à ces questions de toute manière.

20 Oui, Maître Krgovic.

21 Un instant, Maître Krgovic.

22 Madame le Témoin, je vais demander votre coopération, s'il vous plaît, les

23 interprètes m'informent du fait qu'ils ont des difficultés à essayer de

24 suivre ce que vous dites et de traduire à la fois en anglais et en français

25 et il y a à cela deux raisons. L'une est que vous parlez trop vite et qu'il

26 faut que vous ralentissiez un peu; l'autre raison est que vous parlez trop

27 près du micro et vous parlez très fort aussi et ceci pose des problèmes aux

28 interprètes. Donc, si vous pouviez vous écartez un peu du microphone et

Page 3636

1 baissez un petit peu la voix, ce serait beaucoup plus facile pour les

2 interprètes. Je vous remercie, n'est-ce pas ?

3 Maître Krgovic.

4 M. KRGOVIC : [interprétation]

5 Q. Madame, ce dont vous parliez tout à l'heure, ce n'était pas le 10 et le

6 11 juillet, n'est-ce pas ?

7 R. C'était le 10 et 11 juillet.

8 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Donc, maintenant, que c'est terminé,

9 Maître Krgovic, il n'y a pas plus de questions sur laquelle -- au point de

10 savoir s'il s'agissait du 10 ou du 11 et si elle avait vu cela. Passez à

11 quelque chose de différent parce que vous vous êtes attardé là-dessus un

12 peu trop longtemps. Vous avez insisté un peu trop longtemps.

13 M. KRGOVIC : [interprétation] Monsieur le Président, je vais simplement

14 poser ma toute dernière question. La raison pour laquelle j'ai posé des

15 questions aussi détaillées c'est précisément parce que je voudrais montrer

16 au témoin un document qui a trait à cette période précise, et la question

17 des bombardements. C'est pour cela que je posais des questions au témoin à

18 ce sujet et ceci sera ma dernière question.

19 Q. Madame le Témoin, si je vous disais qu'il y a un enregistrement vidéo

20 de Srebrenica, le 10 et le 11 juillet, enregistré par les gens de

21 Srebrenica, des Musulmans qui ne montrent pas ce que vous dites dans votre

22 déposition d'aujourd'hui, est-ce que ceci vous amènerait peut-être à

23 modifier votre position en ce qui concerne le bombardement de Srebrenica,

24 les 10 et 11 juillet ?

25 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Ne répondez pas à cette question pour

26 le moment. Seulement quand je vous le dirai. Est-ce que la vidéo dont vous

27 parlez, est-ce que ceci représente vraiment 24 heures comme durée ?

28 M. KRGOVIC : [interprétation] Non, Monsieur le Président. La séquence suit

Page 3637

1 la période sur laquelle j'ai posé des questions au témoin. Donc, la date et

2 les horaires pour lesquels j'ai posé des questions au témoin.

3 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bien. Mais, écoutez, montrez-lui ce que

4 vous voulez lui montrer.

5 Oui, Madame Soljan, un instant, s'il vous plaît.

6 Mme SOLJAN : [interprétation] Je crois qu'il faudrait quand même qu'on nous

7 donne une explication claire sur quels sont les horaires précis auxquels

8 correspondent ces vidéos qui concernent les 24 heures en question puisqu'il

9 faudra savoir exactement quel est l'horaire dont il parle.

10 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je pense que vous pouvez déduire cela à

11 des questions qu'il a posées plus tôt, le 10 et le 11 de 15 heures et --

12 trois heures, six heures, ou ceci bon, encore une fois, voyons voir.

13 Recommençons avez la vidéo, s'il vous plaît.

14 [Diffusion de cassette vidéo]

15 M. KRGOVIC : [interprétation] Je n'entends pas de son, Monsieur le

16 Président. Peut-être, pourrait-on arrêter la séquence ?

17 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bien. D'accord. [hors micro]

18 [La Chambre de première instance se concerte]

19 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bien. Le problème que nous avons à

20 l'évidence, c'est ceci. Considérons aux fins de la discussions que nous

21 sommes tout à fait d'accord avec vous que cette séquence vidéo pour

22 laquelle il n'y a pas de bande sonore, on n'entend pas de tirs d'obus, est-

23 ce que ceci veut dire que le 10 et le 11, il n'y avait pas de tirs d'obus ?

24 Cela veut simplement dire que pendant cette période, pendant laquelle le

25 film a été tourné, il n'y avait pas de bombardements. Il n'y avait pas

26 d'obus. Ceci ne contredit pas ce qu'a dit le témoin parce que le témoin

27 vous a dit qu'elle n'était pas en train de chronométrer les tirs d'obus et

28 qu'elle n'était pas à même de vous dire à quelle heure de la journée ou de

Page 3638

1 la nuit il y avait ce bombardement.

2 M. KRGOVIC : [interprétation] Monsieur le Président, ce n'est pas le seul

3 élément de preuve que Srebrenica n'ait pas été bombardé ce jour-là. Même un

4 expert militaire de l'Accusation, M. Butler, dans l'affaire Krstic, a

5 établi qu'il n'y avait aucunes preuves ou éléments de preuve que Srebrenica

6 ait été bombardée pendant les deux journées en question.

7 M. McCLOSKEY : [interprétation] Ceci est tout simplement pas exact. S'il va

8 commencer par citer M. Butler, alors, ceci est inadmissible.

9 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Mais je pense que l'existence de cette

10 séquence vidéo en ce qui concerne les faits établis ne va rien changer.

11 Vous avez sa déposition qui dit quelque chose. Vous avez la vidéo qui dit

12 autre chose et si vous pensez que la version qui est présentée par la vidéo

13 est étayée par d'autres éléments de preuve, restons-en là. Si vous insistez

14 pour montrer cette vidéo au témoin, à ce moment-là, on la lui montre. Mais

15 --

16 M. KRGOVIC : [interprétation] Je suis d'accord, Monsieur le Président,

17 qu'il n'est pas nécessaire de montrer cette séquence et j'accepte

18 complètement vos remarques.

19 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] En même temps, il y a une limite. Vous

20 avez d'autres questions.

21 M. KRGOVIC : [interprétation] Nous n'avons pas d'autres questions à poser,

22 Monsieur le Président.

23 Madame Fauveau ? Mme Fauveau comparait pour le général Miletic. Elle va

24 maintenant procéder à votre contre-interrogatoire.

25 Contre-interrogatoire par Mme Fauveau :

26 Q. [interprétation] Madame, vous avez dit tout à l'heure que les membres

27 du DutchBat étaient ensemble avec les militaires serbes sur la route

28 lorsque les gens embarquaient dans les bus, sur le passage pour aller dans

Page 3639

1 les bus. Diriez-vous que les membres du DutchBat travaillaient ensemble

2 avec les militaires serbes ?

3 R. Je ne sais pas s'ils coopéraient ou non, ou s'ils travaillaient

4 ensemble. Je les ai bus ensemble et je sais qu'ils étaient, que c'étaient

5 des soldats néerlandais au-dessus de Srebrenica protégeant la zone

6 sécurisée de Srebrenica. Je sais qu'il y avait aussi des soldats serbes,

7 mais que Srebrenica était bombardée au-dessus des soldats néerlandais. La

8 ville proprement dite et les environs étaient bombardés et je savais que

9 les gens quittaient Srebrenica ce jour-là parce que le Bataillon

10 néerlandais était venu d'en haut et avait dit : partez dans la direction de

11 Potocari. Les soldats arrivaient derrière eux et resserraient le cercle et

12 c'est comme cela que nous sommes arrivés à Potocari. Beaucoup de choses se

13 sont passées à Potocari. Je ne pouvais pas suivre tout ce qui se passait.

14 Mais cet endroit dont je vous ai parlé près des cars, il y avait un soldat

15 serbe, un soldat néerlandais alterné, se tenant par la main --

16 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Madame --

17 LE TÉMOIN : [interprétation] -- se tenaient par la main et lorsqu'ils

18 avaient permis à un certain nombre de personnes de passer pour monter dans

19 les cars en levant les mains parce qu'ils estimaient -- qu'un nombre

20 suffisant était passé. Ils rebaissaient les bras et à ce moment-là il y

21 avait d'autres personnes qui se trouvaient dans l'usine des batteries, des

22 piles et d'entretien. Mais je ne suis pas allée dans chacune des usines.

23 J'ai vu qu'il y avait beaucoup de monde. Je ne suis pas entrée dans les

24 usines, mais j'ai vu qu'il y avait des milliers de personnes-là. Ceci est

25 indiscutable.

26 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bien. Question suivante.

27 Mme FAUVEAU : Monsieur le Président, je crois qu'on a beaucoup de problèmes

28 de contrôler le témoin parce qu'on ne peut pas intervenir parce qu'on ne

Page 3640

1 peut pas allumer notre micro tant que le témoin parle. Je voudrais vous

2 demander de demander au témoin de répondre à la question et pas d'aller au-

3 delà de notre question.

4 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui, Maître Fauveau. Oui.

5 Mme SOLJAN : [interprétation] Monsieur le Président, c'est une question

6 très vaste et je pense que le témoin a répondu à la question du mieux

7 qu'elle pouvait.

8 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui, mais la question était posée de

9 façon très simple, à savoir s'ils coopéraient. Elle avait commencé à dire

10 qu'elle ne savait pas tout à fait s'ils coopéraient ou non. La première

11 partie de sa réponse était tout à fait pertinente mais le reste ne l'était

12 pas.

13 Oui, Maître Fauveau.

14 Mme FAUVEAU : Je vous remercie, Monsieur le Président.

15 Q. Madame, sur ce passage vers les bus, est-ce que vous avez observé des

16 problèmes entre les membres du DutchBat et les militaires serbes ?

17 R. Je n'ai pas remarqué de problèmes entre eux du tout. Je veux dire que

18 s'ils avaient eu des problèmes entre eux.

19 Mme FAUVEAU : Monsieur le Président, pourrait-on passer en audience à huis

20 clos partiel parce que j'ai quelques questions à poser qui pourraient aider

21 des gens à identifier le témoin.

22 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui, nous allons en audience huis clos

23 partiel.

24 Nous sommes en audience à huis clos partiel.

25 [Audience à huis clos partiel]

26 (expurgé)

27 (expurgé)

28 (expurgé)

Page 3641

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Pages 3641-3647 expurgées. Audience à huis clos partiel

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 3648

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 [Audience publique]

4 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Donc, pour le compte rendu d'audience,

5 je dis que Mme Fauveau a terminé son contre-interrogatoire et l'équipe de

6 la Défense de M. Pandurevic a indiqué qu'ils n'ont pas de questions dans le

7 cadre du contre-interrogatoire. Y a-t-il des questions supplémentaires ?

8 Mme SOLJAN : [interprétation] Oui.

9 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Allez-y.

10 Mme SOLJAN : [interprétation] Peut-on passer à huis clos partiel ?

11 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Repassons à huis clos partiel.

12 [Audience à huis clos partiel]

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 (expurgé)

17 (expurgé)

18 (expurgé)

19 (expurgé)

20 (expurgé)

21 (expurgé)

22 (expurgé)

23 (expurgé)

24 (expurgé)

25 (expurgé)

26 (expurgé)

27 (expurgé)

28 (expurgé)

Page 3649

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Pages 3649-3651 expurgées. Audience à huis clos partiel

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 3652

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 [Audience publique]

8 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Merci beaucoup, Madame d'être venu

9 déposer devant ce Tribunal dans cette affaire. Les membres de notre

10 personnel vous aideront à rentrer chez vous et au nom de toutes les

11 personnes présentes, je vous souhaite bon voyage de retour.

12 LE TÉMOIN : [interprétation] Merci à vous tous de m'avoir invitée et de

13 m'avoir écouté patiemment pendant que je parlais et que je déposais.

14 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je vous en prie. Merci. Votre témoin

15 suivant, n'est-ce pas ? Très bien.

16 [Le témoin se retire]

17 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Est-ce que vous avez des pièces à

18 verser au dossier ? Madame Sojan.

19 Mme SOLJAN : [interprétation] Oui, Madame, Messieurs les Juges. Nous

20 avons la pièce P02286, le feuillet comportant le pseudonyme est versé sous

21 pli scellé. La pièce PIC00034-1516. C'est la vue aérienne qui a été annotée

22 par le témoin aujourd'hui pour indiquer et préciser l'endroit où se

23 trouvait la maison. La pièce PIC 00035, (expurgé)

24 (expurgé)

25 (expurgé)

26 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Y a-t-il des objections ? Maître Josse.

27 M. JOSSE : [interprétation] Oui, je crois qu'il va nous falloir expurger ce

28 qui vient d'être dit, Monsieur le Président.

Page 3653

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

12 versions anglaise et française

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 3654

1 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Expurgeons les lignes 24 et 25 de la

2 page 61, en réalité il nous suffit d'expurger simplement la ligne 25 après

3 les termes, "PIC 00035" et su jusqu'à la ligne suivante page 25 toujours à

4 la page 62. Je vous remercie pour votre commentaire, Maître Josse. Y a-t-il

5 d'autres objections ? Très bien. Ces documents seront admis. Est-ce que les

6 équipes de la Défense souhaitent dire quelque chose ?

7 Mme FAUVEAU : Oui, la pièce 5D96 qui est la déclaration de l'autre

8 personne, la deuxième page, dernier paragraphe.

9 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Il faudrait également que ceci soit

10 versé sous pli scellé car il s'agit de la déclaration de l'autre personne.

11 Bien, voyons s'il y a une objection tout d'abord. Vous avez raison.

12 M. McCLOSKEY : [interprétation] Oui, Monsieur le Président, pardonnez-moi

13 si j'interromps. C'est simplement que j'ai assisté au dernier procès. Nous

14 sommes à huis clos partiel, je suppose.

15 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Non.

16 M. McCLOSKEY : [interprétation] Est-ce que nous pouvons passer à huis clos

17 partiel, dans ce cas ?

18 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Passons à huis clos partiel.

19 [Audience à huis clos partiel]

20 (expurgé)

21 (expurgé)

22 (expurgé)

23 (expurgé)

24 (expurgé)

25 (expurgé)

26 (expurgé)

27 (expurgé)

28 (expurgé)

Page 3655

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 (expurgé)

10 (expurgé)

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 [Audience publique]

17 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Excusez-moi, si je vous ai interrompu

18 de la sorte. Maître Fauveau, vous avez la parole.

19 Mme FAUVEAU : Je voudrais seulement informer à la Chambre que nous allons

20 demander la correction officielle du compte rendu concernant la page 27,

21 lignes 15 à 19, puisque la deuxième réponse du témoin en correspondait pas

22 du tout à la première et nous allons demander le service de traduction de

23 comparer le compte rendu avec ce que le témoin a, effectivement, dit sur

24 les enregistrements audio.

25 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je vous remercie d'avoir signalé ce ci,

26 Maître Fauveau.

27 Est-ce que nous pouvons maintenant faire entrer le témoin suivant ? Ce sera

28 un témoin 92 ter, me semble-t-il ?

Page 3656

1 [La Chambre de première instance se concerte]

2 M. McCLOSKEY : [interprétation] Il s'agit du témoin de

3 M. Vanderpuye. Peut-être que nous pouvons faire entrer cet avocat, j'espère

4 qu'il nous entend --

5 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Est-ce que vous pourriez répéter ?

6 Parce que j'étais en train de parler avec Mme le Juge Prost.

7 M. McCLOSKEY : [interprétation] Ecoutez, c'est le témoin de

8 M. Vanderpuye et peut-être qu'il attend dehors.

9 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Peut-être que nous pourrions faire la

10 pause ?

11 M. McCLOSKEY : [interprétation] Ecoutez, ce serait plus simple.

12 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Nous pouvons faire la pause maintenant,

13 une pause de 30 minutes.

14 --- L'audience est suspendue à 12 heures 06.

15 --- L'audience est reprise à 12 heures 42.

16 Mme SOLJAN : [interprétation] Madame, Messieurs les Juges, nous

17 souhaitons simplement procéder à une modification rapidement des pièces, eu

18 égard aux pièces qui ont été versées à propos du témoin précédent dans ce

19 qui avait été admis sous la cote PIC3034-1516 devrait en fait être le

20 numéro PIC3035. Ce qui a été admis sous la cote PIC3035 devait être en

21 réalité être la pièce P02289.

22 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Merci, Madame Soljan.

23 Est-ce que le témoin suivant peut entrer dans le prétoire ?

24 Mme SOLJAN : [interprétation] Oui, tout à fait, Monsieur le Président.

25 [Le témoin est introduit dans le prétoire]

26 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bonjour, Monsieur.

27 LE TÉMOIN : [interprétation] Bonjour.

28 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je souhaiter vous accueillir dans ce

Page 3657

1 Tribunal et dans cette affaire. Vous êtes un témoin à charge. Vous allez

2 bientôt commencer votre déposition.

3 Mme l'Huissière vous vous remettre le texte de la déclaration solennelle,

4 ce qui correspond à une prestation de serment, à savoir pendant votre

5 déposition vous allez dire la vérité. Je vous demande de bien vouloir lire

6 ce qui se trouve sur ce feuillet, ce qui équivaut à votre prestation de

7 serment.

8 LE TÉMOIN : [interprétation] Je déclare solennellement que je dirai la

9 vérité, toute la vérité et rien que la vérité.

10 LE TÉMOIN: TÉMOIN PW-139 [Assermenté]

11 [Le témoin répond par l'interprète]

12 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Veuillez vous asseoir. Mettez-vous à

13 l'aise.

14 LE TÉMOIN : [interprétation] Merci.

15 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] A la demande de l'Accusation, nous vous

16 avons accordé quelques mesures de protection, à savoir vous allez témoigner

17 sous un pseudonyme et non pas sous votre prénom et nom de famille. Le

18 public en dehors de ce prétoire ne pourra pas voir votre visage car nous

19 avons accordé la déformation des traits du visage. Est-ce qu'on vous a

20 expliqué ceci ?

21 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui.

22 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Est-ce que ces dispositions vous

23 agréent ?

24 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui.

25 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Monsieur Vanderpuye qui est un membre

26 qui fait partie de l'équipe de l'Accusation dans cette affaire va commencer

27 à vous poser des questions dans le cadre de l'interrogatoire principal à

28 propos de vos -- des déclarations que vous avez faites. Ensuite, vous serez

Page 3658

1 contre-interrogé et ce ne sera sans doute pas aujourd'hui par les équipes

2 de la Défense.

3 Monsieur Vanderpuye, c'est à vous.

4 M. VANDERPUYE : [interprétation] Bonjour, Monsieur le Président, Madame,

5 Messieurs les Juges, conseils de la Défense, Mesdames et Messieurs.

6 Monsieur le Président, j'avais l'intention de procéder comme je l'avais

7 fait avec les témoins précédents, à savoir demander à -- caractériser la

8 déclaration en question, celle qui est versée conformément au 92 ter.

9 Ensuite, de lire le résumé et avec la permission de la Chambre, j'espère

10 qu'il n'y aura pas d'objection de la part des conseils de la Défense de

11 poser des questions au témoin dans le cadre de l'interrogatoire principal.

12 S'il y a quelques questions pertinentes, à ce moment-là, et sur les

13 questions qui m'intéressent en la matière.

14 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui. Telle est la procédure et la

15 pratique communément adoptée aussi ici. S'il y a des objections à une

16 question directrice, à ce moment-là effectivement, j'en tiendrai compte;

17 sinon, je poursuivrai en l'absence d'objections.

18 M. VANDERPUYE : [interprétation] Bien, Monsieur le Président. Puis-je

19 poursuivre ?

20 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Tout à fait.

21 M. VANDERPUYE : [interprétation] Je souhaite demander au témoin de regarder

22 ce document P022287.

23 Interrogatoire principal par M. Vanderpuye :

24 Q. [interprétation] Monsieur, je vais vous demander de regarder ce

25 document et, sans nous dire ce qu'il contient, nous dire si vous trouvez là

26 le nom de la personne -- le nom de la personne sur le document, est-ce bien

27 vous ?

28 R. Oui.

Page 3659

1 M. VANDERPUYE : [interprétation] Est-ce que les conseils de la Défense

2 souhaitent regarder le document ?

3 Q. Bonjour, Monsieur le Témoin.

4 R. Bonjour.

5 Q. Vous souvenez-vous avoir signé une déclaration que vous avez donnée au

6 bureau du Procureur -- au TPIY vers le 18 mai 2000 ?

7 R. Oui.

8 Q. Avant de signer cette déclaration, avez-vous eu l'occasion de la lire ?

9 R. Oui.

10 Q. Cette déclaration que vous avez signée correspondait-elle à la vérité ?

11 R. Oui.

12 Q. Avez-vous eu l'occasion de lire votre déclaration avant de venir

13 témoigner aujourd'hui ?

14 R. Oui.

15 Q. Avez-vous lu la déclaration dans votre langue maternelle ?

16 R. Oui.

17 Q. Est-ce la langue dans la langue vous avez, au départ, fait votre

18 déclaration ?

19 R. Je crois que oui.

20 Q. Quelle est votre langue maternelle ?

21 R. Le bosniaque.

22 Q. En relisant votre déclaration, est-ce que vous avez précisé certaines

23 erreurs qu'elle contenait ?

24 R. Oui.

25 Q. Ces erreurs que vous avez signalées sont-elles comme suit ? Référence

26 au paragraphe 1, à la phrase : "Au fil des jours, la plupart des gens de

27 mon village sont partis et sont allés dans la zone protégée des Nations

28 Unies." Eu égard à cette référence-là, est-ce que ceci doit être mis dans

Page 3660

1 le contexte des événements de juillet 1995 ?

2 R. Oui.

3 Q. Eu égard à la référence au paragraphe 5, un M-53, M-53 étant des armes

4 à feu, est-ce que vous faisiez référence, ici, à des -- que vous faisiez

5 référence à des mitrailleuses ?

6 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Monsieur Haynes.

7 M. HAYNES : [interprétation] Ecoutez, je regarde le compte rendu. Il y a

8 une ambiguïté ici. Il n'a pas dit que c'était au mois de mai 2000, et

9 ensuite, il a revu sa déclaration à une autre reprise.

10 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui. C'est exact. Je crois qu'il

11 faudrait répondre à cette question.

12 M. VANDERPUYE : [interprétation] Très bien.

13 Q. Eu égard à cette déclaration dont je parle, il y a des erreurs que vous

14 avez signalées et que vous m'avez signalées hier dans mon bureau.

15 R. Oui.

16 Q. Donc, eu égard au paragraphe C, on parle de personnes qui se sont

17 rendues, les personnes qui n'avaient pas traversé la route comme nous

18 l'avions fait nous. Si on place cette déclaration dans son contexte, est-il

19 vrai de dire que ces personnes qui se rendaient se trouvaient devant vous,

20 et non pas derrière vous ?

21 R. Non. Ces personnes se trouvaient devant moi.

22 Q. Donc, est-il vrai, alors, que vous n'aviez pas encore traversé la

23 route ?

24 R. Oui, c'est exact. Je n'avais pas traversé la route.

25 Q. Donc, si on place ceci dans le contexte -- dans son contexte, les

26 observations dont vous faites état dans votre déclaration, portant sur

27 l'exécution du groupe qui s'était rendu au paragraphe 7, est-ce que ceci

28 s'est produit après ou avant que votre groupe ou que vous-même ayez réussi

Page 3661

1 à traverser la route goudronnée, quelque part près de Sandici ?

2 R. Je vous demande de bien vouloir répéter votre question, s'il vous

3 plaît.

4 Q. Peut-être que je devrais la reformuler.

5 M. LAZAREVIC : [interprétation] Ecoutez, mon confrère -- j'hésite à

6 interrompre, mais mon confrère ici parle du paragraphe C à la page --

7 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Maître Lazarevic, les interprètes ne

8 vous entendent pas.

9 M. LAZAREVIC : [interprétation] Je m'en excuse. Mon confrère évoque ici le

10 paragraphe C, page 69, ligne 6. Si je parcours la déclaration de ce témoin,

11 je n'ai pas remarqué de paragraphe C.

12 M. LE JUGE KWON : [interprétation] En fait, dans l'annexe, on retrouve le

13 paragraphe C, je suppose.

14 M. VANDERPUYE : [interprétation] Cela devrait être le numéro 7. Pardonnez-

15 moi.

16 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Dans C ter, maintenant ?

17 Je ne sais pas si on a remis aux équipes de la Défense la feuille

18 d'informations complémentaires.

19 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Est-ce que tout va bien, maintenant ?

20 Donc, nous pouvons reprendre. Merci, Maître Lazarevic, et merci, Monsieur

21 Vanderpuye. Poursuivez, je vous prie.

22 M. VANDERPUYE : [interprétation]

23 Q. Vous m'avez demandé de reformuler la question, c'est cela ? Donc, bien.

24 On parle dans cette déclaration de l'exécution d'un groupe qui s'était

25 rendu. Ceci est évoqué au paragraphe 7. C'est le groupe de personnes qui

26 s'est rendu ou qui avait traversé la route ou qui tentait de traverser la

27 route. Est-ce que ceci s'est passé après ou avant que le témoin ait

28 traversé la route ?

Page 3662

1 R. Cela s'est passé avant.

2 M. LE JUGE KWON : [interprétation] Le paragraphe 7 est assez long. Est-ce

3 que vous pouvez m'aider à en trouver le passage en question ou pas, qui se

4 trouve dans le paragraphe 7, je vous prie.

5 M. VANDERPUYE : [interprétation] Un instant, s'il vous plaît.

6 Au début de sa déposition a évoqué le fait que la déclaration pourrait

7 faire l'objet de nuances ou de modifications.

8 Si vous regardez la fin du premier paragraphe, au paragraphe 7, on parle

9 ici, à la dernière phrase, de personnes qui s'étaient rendues, qui étaient

10 ceux qui n'avaient pas traversé la route.

11 M. LE JUGE KWON : [interprétation] Merci.

12 M. VANDERPUYE : [interprétation] Donc, par la suite, le témoin fait

13 référence à des observations qu'il y a eu après cela.

14 M. LE JUGE KWON : [interprétation] Merci.

15 M. VANDERPUYE : [interprétation]

16 Q. Donc, après, au paragraphe 7, on parle d'un groupe qui se dirige vers

17 Zvornik. Est-ce que cela était dans la direction de Kuzlat ?

18 R. Oui, oui, en direction de Kuzlat.

19 Q. Paragraphe 12, on précise que la police militaire était cantonnée et

20 détachée dans l'usine, où le témoin a été retenu prisonnier. Est-ce que

21 ceci comprend l'armée également ?

22 R. Oui.

23 Q. Hormis ces erreurs, Monsieur, est-ce que cette déclaration reflète avec

24 exactitude ce que vous avez dit ?

25 R. Il y a peut-être quelques dates qui ne correspondent pas. Les dernières

26 dates, à partir du 15. Je ne serais pas en mesure de vous dire : "Cela

27 s'est passé à telle et telle date," car nous étions tellement fatigués,

28 nous n'avions pas beaucoup dormi. Donc, quelqu'un ne peut pas dire, de

Page 3663

1 façon précise et de façon détaillée, cela s'est passé à telle date.

2 Q. Est-il exact de dire que vous avez des réserves à faire sur

3 l'exactitude des dates ?

4 R. Pourriez-vous préciser, s'il vous plaît, être plus précis à nouveau

5 dans votre question ?

6 Q. Est-ce que les dates contenues dans votre déclaration sont exactes ou

7 est-ce qu'il s'agit de dates approximatives ?

8 R. Il s'agit de dates approximatives. Elles ne sont pas sûres à 100%.

9 Q. D'après les dates qui sont approximatives et d'après les erreurs que

10 vous nous avez signalées, donc hormis cela, est-ce que cette déclaration

11 illustre à juste titre et de façon précise, vos propos, ce que vous avez lu

12 dans votre déclaration ?

13 R. La déclaration est exacte, mais pour ce qui est des dates, je n'en suis

14 pas sûr à 100%.

15 Q. Fort bien. Est-ce que cette déclaration, hormis les dates et les

16 erreurs que nous venons d'évoquer, est le reflet de ce que vous diriez si

17 on vous interrogeait ici aujourd'hui ?

18 R. Si vous deviez me poser la même question aujourd'hui, je répondrais de

19 la même manière.

20 Q. Fort bien.

21 M. VANDERPUYE : [interprétation] Je vais demander le versement au dossier

22 de cette déclaration conformément à l'article 92 ter.

23 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Pas d'objections ? Il n'y en a pas. Ces

24 déclarations sont admises et recevront une cote par la suite. Ce sera le

25 Greffier qui s'en occupera.

26 M. VANDERPUYE : [interprétation] Merci, Monsieur le Président. Je souhaite

27 également préciser que -- clarifier pour le besoin du compte rendu

28 d'audience que ce document est le P00288 et je demande le versement au

Page 3664

1 dossier de ce document sous pli scellé pour l'instant.

2 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Merci.

3 M. VANDERPUYE : [interprétation] Merci. Puis-je commencer avec le résumé ?

4 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Allez-y, Monsieur Vanderpuye.

5 M. VANDERPUYE : [interprétation]

6 "Le témoin est né a été élevé dans le village de Jaglici à l'âge de

7 18 ans le témoin a servi dans la JNA selon le service militaire pendant un

8 an, et en avril 1992, il a rejoint la Défense territoriale.

9 "En juillet 1995, après qu'un grand nombre de personnes aient quitté

10 Jaglici pour la zone sécurisée de l'ONU --"

11 Mis entre guillemets à la page 2, paragraphe 1.

12 "-- une zone sécurisée de l'ONU à Srebrenica le témoin est resté dans

13 son village avec sa femme et sa fille de 13 mois.

14 "Le témoin a dit à sa femme qu'il ne quitterait que lorsqu'il ne

15 pourrait plus les défendre.

16 "Ce jour est arrivé le 11 juillet 1995.

17 "Vers 8 heures de l'après-midi, le témoin et d'autres membres de la

18 Défense territoriale ont reçu l'ordre de sortir de leurs tranchées de façon

19 à rencontrer et à discuter avec de ce qu'il faudrait faire compte tenu des

20 nouvelles relatives à la chute de Srebrenica. Il a été décidé que les

21 femmes et les enfants et les personnes âgées devraient se rendre à Potocari

22 tandis que le témoin et d'autres hommes ont été avisés de se réunir à

23 Susnjari. A la suite de cela, le témoin a été séparé de sa femme et de sa

24 fille.

25 "A Susnjari, vers 10 heures du soir, il a été décidé qu'une colonne

26 serait formée dans une tentative pour gagner le territoire libre. La

27 colonne consistait approximativement 17 à 18 personnes y compris des

28 femmes, des enfants et les personnes âgées.

Page 3665

1 "Cette nuit-là, cette colonne s'est mise en route pour aller vers le

2 territoire libre vers minuit. Cette partie de la colonne à laquelle le

3 témoin se trouvait s'est mise en route approximativement deux heures plus

4 tard compte tenu de la longueur et de la dimension de cette colonne.

5 "Vers 8 heures du matin, le l2 juillet, la colonne a rencontré sa

6 première embuscade près d'un cours d'eau à la base de la colline de Buljim.

7 Cette embuscade a eu lieu environ 500 mètres derrière le témoin et a tué

8 environ 30 personnes.

9 "Toutefois, la colonne serait tombée plusieurs fois dans une

10 embuscade.

11 "Par la suite, vers 9 heures 30 du soir, près de Kamenica la colonne

12 a essuyé le feu d'obus et s'est trouvée sous le feu alors qu'elle tentait

13 de traverser la route goudronnée qui passe par Konjevic Polje et Kravica.

14 "Le témoin a échappé à cette embuscade en grimpant sur une partie

15 plus élevée et en se cachant derrière un arbre. Toutefois, entre 500 à 1

16 000 personnes ont été tuées.

17 "Après s'être regroupée et cette mise en route en apportant et en

18 portant les blessés sur des brancards de fortune le témoin a essuyé un feu

19 direct au fur et à mesure que la colonne essuyait une nouvelle embuscade.

20 Le témoin est tombé au sol blessé avec les personnes qui se trouvaient sur

21 les brancards ils ont tous été tués couverts de sang. Le témoin a attendu

22 que les tirs d'armes à feu cessent et puis il s'est relevé. Il a vu qu'il y

23 avait un groupe qui se reformait à partir de la colonne près de là et les a

24 rejoints. A fur et à mesure que ce nouveau groupe commençait à se mettre en

25 route ils ont à nouveau essuyé des coups de feu et environ 200 personnes

26 ont été tuées dans cette attaque.

27 "A un moment donné de la nuit, au début -- dans les premières heures

28 de la matinée du 13 juillet 1995, le témoin se rappelle avoir vu d'autres

Page 3666

1 réfugiés avoir un comportement étrange y compris des suicides et des tirs.

2 Mais le groupe a continué d'avancer puis ils ont décidé de se rendre dans

3 la direction de Sandici de façon à traverser la route goudronnée à cet

4 endroit-là.

5 "Près d'une clairière, proche de la route une autre embuscade a eu

6 lieu et encore 200 personnes ont été tuées.

7 "Le témoin a pu s'échapper en courant dans les bois et en glissant le

8 long d'un escarpement. Le groupe a marché encore environ sur trois

9 kilomètres avant de faire une nouvelle tentative pour traverser la route

10 goudronnée. Quelque part près de Sandici le groupe a encore essuyé les

11 coups de feu. Vers 8 heures du matin, le témoin a pu voir des soldats

12 serbes sur la route qui allaient de Bratunac à Konjevic Polje où des APC se

13 trouvaient sur la route, des véhicules blindés, des chars, et d'autres

14 véhicules militaires qui se trouvaient sur la route.

15 "Des soldats serbes disaient aux gens qui n'avaient pas traversé la

16 route de se rendre. Les soldats leur disaient qu'on ne leur ferait pas de

17 mal, qu'on les transporterait en car à Tuzla. On leur a dit que s'ils ne se

18 rendaient pas les femmes et les enfants à Potocari seraient mis à mal.

19 "Le témoin a vu environ 200 civils se rendre. On leur a ordonné de

20 retirer leurs chemises qui ont été placées en tas près des soldats. On les

21 a fait s'aligner sur des rangs et ils ont été tués à l'arme automatique et

22 avec des mitrailleuses antiaériennes. Quelque temps après cela, le témoin a

23 réussi à traverser la route goudronnée avec son groupe à quelque distance

24 de là.

25 "Perdu dans les collines le groupe a commencé à descendre et est

26 arrivé à un poste qui se trouvait le long de la même route qu'il avait déjà

27 traversé et à cet endroit-là le témoin a vu qu'il y avait sur la route --

28 corps qui se trouvaient sur la route qui avaient été écrasés comme s'ils

Page 3667

1 avaient été écrasés par des véhicules militaires.

2 "Peu de temps après, dans le voisinage de Pervani, municipalité de

3 Pervani, le groupe a essuyé à nouveau des coups de feu, la moitié du groupe

4 a décidé de se rendre tandis que le témoin ainsi que d'autres se sont

5 enfuis.

6 "Après avoir marché pendant un certain temps le groupe est arrivé à

7 Konjevic Polje en essayant de traverser la route et se sont rapidement

8 trouvés devant une école que les Serbes utilisaient comme caserne

9 militaire. Ce groupe a essuyé des coups de feu. Plusieurs d'entre eux ont

10 été tués. Le témoin et quelques autres ont réussi à s'échapper, ont

11 continué en direction de Kuzlat. Le groupe a poursuivi en direction pour

12 essayer d'atteindre un territoire libre. Ils sont parvenus à Kuzlat. Ils

13 ont traversé la rivière Drinjaca là et certaines personnes ont été

14 emportées par le cours d'eau. Ils ont continué en direction de Snagovo. Là,

15 ils ont à nouveau essayé des coups de feu pour traverser la route dure et

16 la retraite s'est poursuivie jusqu'à le lendemain matin.

17 "Le 16 juillet, où ils ont réussi à traverser. Deux personnes ont été

18 tuées en ce faisant, y compris un voisin du témoin. Le groupe a poursuivi

19 sur Baljkovica et ils ont continué avec environ un millier de personnes de

20 la colonne. Ensuite, la majorité du groupe est repartie en direction de

21 Zepa parce que les lignes serbes -- le témoin ainsi que 21 autres personnes

22 ont essayé de passer. Tandis qu'à Baljkovica, le témoin a vu de nombreux

23 corps gonflés et noircis, les cadavres.

24 En essayant de traverser les lignes serbes le groupe a essuyé des

25 coups de feu, a dû attendre l'après-midi suivant soit le 18 ou le 19

26 juillet vers 14 heures, le témoin a été réveillé par des appels à la

27 reddition tout près. Les soldats qui se trouvaient tout près, à environ 20

28 mètres du groupe, environ 20 mètres le groupe a essayé des coups de feu. Le

Page 3668

1 témoin s'est rendu comme l'on fait également cinq autres personnes qu'il

2 connaissait. Ce jour-là, le témoin a perdu la trace de son frère qui se

3 trouvait encore dans la brousse, mais lorsque le témoin s'est rendu -- le

4 témoin ne l'a pu jamais revu. Il n'a plus jamais entendu parler de lui.

5 "Le témoin a observé que les soldats portaient des uniformes portant

6 un écusson qui avait des couleurs du drapeau serbe et un aigle aux ailes

7 déployées. Il y avait également une inscription en cyrillique où les morts

8 'armée Republika Srpska,' étaient inscrits."

9 Citation de la page 5, paragraphe 11.

10 "Comme le témoin s'est rendu il a été frappé par une crosse de fusil

11 et il est tombé à terre. Il a vu d'autres personnes qu'il connaissait

12 visage contre terre. Le témoin a été questionné en ce qui concernait son

13 statut militaire. Pendant cette période, un soldat est arrivé et a demandé

14 la permission de tuer un prisonnier qu'il aurait choisi, la permission lui

15 a été donnée et il a choisi le témoin. Le témoin, à ce moment-là, a été

16 obligé de rester allongé à côté d'autres captifs. Peu de temps après cela,

17 et seulement à quelques mètres du témoin, ils ont été emmenés et on les a

18 tués un à un.

19 "Le témoin était le seul qui restait lorsque les soldats ont reçu

20 l'ordre de ne pas le tuer, de façon à ce qu'il puisse être utilisé en vue

21 de l'échange de prisonniers.

22 "Le témoin a été transporté à Zvornik. La police militaire, qu'il a

23 identifiée comme portant des écussons et des badges avec les trois couleurs

24 du drapeau serbe, ainsi que la croix contenant les S en cyrilliques, sur

25 chacun des cars."

26 Ceci est une citation de la page 6, paragraphe 12.

27 "A Zvornik, le témoin a été détenu avec environ 39 autres prisonniers

28 dans une usine de bois et de peinture, où il a été lourdement passé à tabac

Page 3669

1 et régulièrement interrogé.

2 "Le 21 juillet 1995, le témoin a été chargé sur un camion où il y

3 avait la moitié des autres prisonniers emmenés dans un camp de

4 concentration près de Batkovic --"

5 Paragraphe 6, paragraphe 13.

6 "Pendant que ces hommes étaient forcés de travailler dans des fermes

7 et dans des usines, et finalement cinq mois plus tard, le 24 décembre 1995,

8 le témoin a été relâché."

9 Ceci inclut mon résumé. Si je peux poser quelques questions au

10 témoin ?

11 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Certainement.

12 M. VANDERPUYE : [interprétation] Je vous remercie.

13 Q. Monsieur le Témoin, vous êtes de Bosnie, par votre nationalité ?

14 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Veuillez utiliser le temps dont vous

15 avez besoin. Si nécessaire, nous pouvons aller en audience à huis clos

16 partiel.

17 M. VANDERPUYE : [interprétation] Je vous remercie, Monsieur le Président.

18 Q. Vous êtes bien de nationalité bosnien ?

19 R. Oui.

20 Q. Est-ce que vous êtes Musulman de religion ?

21 R. Oui.

22 Q. Est-ce que vous pourriez dire à la Chambre, brièvement, si vous êtes

23 actuellement -- si vous avez un travail actuellement, sas nous dire où vous

24 avez ce travail ?

25 R. Oui.

26 Q. Est-ce que vous pourriez nous dire ce que vous faites comme travail ?

27 R. Je suis un travailleur.

28 Q. Bien. Mais quel type de travail faites-vous ?

Page 3670

1 R. Dans la construction.

2 Q. Depuis combien de temps faites-vous ce travail ?

3 R. Pas depuis très longtemps.

4 Q. Bien. Pouvez-vous nous dire approximativement depuis combien de temps

5 vous faites ce travail ?

6 R. Trois mois.

7 Q. Avant cela, est-ce que vous aviez un autre emploi ?

8 R. Non.

9 Q. Est-ce que vous vivez seul ?

10 R. Non.

11 Q. Bien. Etes-vous marié ?

12 R. Oui, je le suis.

13 Q. Est-ce que vous vivez avec votre épouse ?

14 Q. Avez-vous des enfants ?

15 R. Oui.

16 Q. Combien d'enfants avez-vous ?

17 R. Deux.

18 Q. Pouvez-vous nous dire quels sont leurs âges ?

19 R. Douze ans et demi et neuf ans et demi.

20 Q. Depuis quand êtes-vous marié ?

21 (expurgé)

22 Q. Avant votre départ, avant le moment où vous avez quitté Jaglici, est-ce

23 que vous aviez une activité dans les forces armées, dans l'armée ?

24 R. Oui.

25 Q. Pendant combien de temps avez-vous eu des activités dans l'armée avant

26 le 11 juillet 1995 ?

27 R. Depuis le 19 -- depuis avril 1992.

28 Q. Pourriez-vous brièvement nous dire quelles étaient vos responsabilités

Page 3671

1 à l'armée pendant cette période ?

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 Q. Bien. Est-ce que vous aviez des responsabilités ?

10 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Un instant, un instant. Je vais vous

11 laisser terminer ces questions et je vous interromprai plus tard, mais je

12 voudrais que nous allions en huis clos partiel pour un moment s'il vous

13 plaît.

14 [Audience à huis clos partiel]

15 (expurgé)

16 (expurgé)

17 (expurgé)

18 (expurgé)

19 (expurgé)

20 (expurgé)

21 (expurgé)

22 (expurgé)

23 (expurgé)

24 (expurgé)

25 (expurgé)

26 (expurgé)

27 (expurgé)

28 (expurgé)

Page 3672

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 (expurgé)

10 (expurgé)

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 (expurgé)

17 (expurgé)

18 (expurgé)

19 (expurgé)

20 (expurgé)

21 (expurgé)

22 (expurgé)

23 [Audience publique]

24 M. VANDERPUYE : [interprétation] Merci, Monsieur le Président.

25 Q. Je souhaite maintenant attirer votre attention, Monsieur le Témoin, à

26 la date à laquelle vous avez été fait prisonnier. Cela aurait été autour du

27 18 ou 19 juillet 1995.

28 R. Oui.

Page 3673

1 Q. Concernant cette date-là, est-ce que vous pouvez nous

2 dire : comment vous avez été capturé, dans quelles circonstances, et

3 approximativement à quelle heure ?

4 R. Nous étions tellement fatigués, tellement exténués que nous nous sommes

5 endormis. Environ une ou deux heures de l'après-midi, nous avons entendu

6 que quelqu'un nous appelait en disant qu'il fallait qu'on nous rende, que

7 nous étions encerclés et que nous n'avions nulle part où allé. J'ai levé ma

8 tête, j'ai regardé et j'ai vu que tout autour de nous, se trouvaient des

9 Chetniks de tous les côtés. Nous étions totalement encerclés et nous ne

10 pouvions pas sortir. Ils nous ont appelé à nous rendre une fois. Nous

11 sommes restés silencieux. Ensuite, ils se sont mis à tirer, mais pas sur

12 nous. Ensuite, ils nous ont appelé une deuxième fois et de nouveau nous ne

13 disions rien. De nouveau, ils ont tiré, mais pas sur nous, mais au-dessus

14 de nous. La troisième fois qu'ils nous ont appelé ou invité à nous rendre,

15 encore une fois, nous avons gardé le silence et, à ce moment-là, ils ont

16 tiré directement sur nous. Ils ont tiré, tiré, tiré, et ensuite, quand ils

17 se sont arrêtés, certaines personnes ont commencé à se lever et à se

18 rendre.

19 J'ai continué à garder mon silence et je ne voulais pas me lever, et

20 ensuite l'un de leur commandant a donné l'ordre de quadriller le terrain de

21 jeter des bombes à main de même que des roquettes, des lance-roquettes

22 multiples et je savais, à ce moment-là, que j'allais certainement mourir et

23 j'ai décidé de me lever. Je me suis levé, j'ai commencé à marcher et j'ai

24 jeté mon fusil. Je suis arrivé jusqu'à la route et ils m'ont demandé si

25 j'avais quelque chose sur moi. J'ai dit que je n'avais rien. Ils m'ont

26 fouillé de nouveau en détail et, lorsque je passais à côté d'un des

27 soldats, l'un d'eux allait me donner un coup de pied dans le ventre et je

28 me suis retourné, donc, il m'a donné un coup de pied dans la hanche et

Page 3674

1 pendant que je passais un autre m'a frappé avec sa crosse de fusil, m'a

2 frappé dans le cou. Lorsque je descendais, les cinq hommes, qui s'étaient

3 rendus avant moi, étaient allongés par terre à même le sol sur le ventre

4 et, pendant que je m'approchais d'eux, ils m'ont dit : "Tu peux t'allonger

5 à côté d'eux." Donc, j'étais le sixième dans cette rangée.

6 Q. Je vais vous arrêter dans l'espace d'un instant. Est-ce que je peux

7 vous demander tout d'abord si vous savez approximativement où ceci s'est

8 passé ?

9 R. J'ai entendu parler de cet événement à la radio lorsqu'ils ont

10 mentionné l'endroit appelé Tisova Kosa.

11 Q. S'agit-il de l'endroit où d'après vous vous avez été capturé ?

12 R. Je ne sais pas. Je pense qu'ils appelaient cela Baljkovica. Mais

13 lorsqu'ils parlaient de cet endroit à la radio, en utilisant leur Motorola,

14 ils parlaient d'un certain endroit appelé Tisova Kosa. Donc, à partir de

15 l'endroit que les gens appelaient Baljkovica, qui était l'endroit où je

16 suis arrivé, cela c'était à une distance d'environ deux à trois kilomètres.

17 C'est là que j'ai été capturé puisque je ne connais pas bien ce terrain,

18 c'était la première fois que je m'y suis retrouvé dans ma vie.

19 Q. Vous avez dit également que vous aviez une arme ?

20 R. Oui.

21 Q. Pourriez-vous nous dire comment vous avez pris possession de cette

22 arme ?

23 R. J'ai pris possession de cette arme auprès d'une personne qui a été tuée

24 et que j'avais trouvée. J'avais trouvé son cadavre sur la route.

25 Q. Peut-on passer brièvement à huis clos partiel, s'il vous plaît ?

26 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui, certainement.

27 M. VANDERPUYE : [interprétation] Merci.

28 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Nous sommes à huis clos partiel.

Page 3675

1 [Audience à huis clos partiel]

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 (expurgé)

10 (expurgé)

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 (expurgé)

17 (expurgé)

18 (expurgé)

19 (expurgé)

20 (expurgé)

21 (expurgé)

22 (expurgé)

23 (expurgé)

24 (expurgé)

25 (expurgé)

26 (expurgé)

27 (expurgé)

28 (expurgé)

Page 3676

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Pages 3676-3678 expurgées. Audience à huis clos partiel

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 3679

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 (expurgé)

10 (expurgé)

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 (expurgé)

17 (expurgé)

18 (expurgé)

19 (expurgé)

20 (expurgé)

21 (expurgé)

22 (expurgé)

23 (expurgé)

24 [Audience publique]

25 [La Chambre de première instance se concerte]

26 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Nous l'autorisons cette fois-ci car

27 cela porte sur des éléments essentiels de sa déposition, mais éviter par

28 ailleurs les redites car ces redites malheureusement ne sont collées

Page 3680

1 doublon.

2 M. VANDERPUYE : [interprétation] Ecoutez, pardonnez-moi. Je vais essayer

3 d'être si bref que possible avec ce témoin.

4 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bien.

5 M. VANDERPUYE : [interprétation]

6 Q. Vous avez précisé que ces soldats que vous avez pu observer portaient

7 des blasons; c'est exact ?

8 R. Oui. Il y avait l'aigle qui comportait les quatre S en alphabet

9 cyrillique.

10 Q. Avez-vous pu remarquer d'autres insignes sur les autres soldats ?

11 R. C'était le même insigne si ce n'est que -- c'étaient des insignes de la

12 "police militaire," l'insigne était le même. Mais sur ces autres soldats,

13 sur ces autres blasons, on pouvait lire "police militaire" et c'était

14 également l'alphabet cyrillique.

15 Q. Par le biais de conversations ou d'échanges que vous airiez pu avoir

16 avec ces soldats, pouviez-vous deviner d'où ils venaient et à quelle unité

17 ils étaient rattachés ?

18 R. Le soldat qui avait une baïonnette à la main m'a dit : "D'après toi, on

19 vient d'où." J'avais peur, tout s'emmêlait dans ma tête. Je croyais qu'il

20 venait de Serbie. Je lui ai dit : "Je crois que vous venez de Serbie." Il a

21 répondu en disant : "Non, ce n'est pas le cas." J'ai gardé le silence. Je

22 ne souhaitais pas lui poser de questions. Lui, il m'a dit qu'il venait de

23 Krajina. "Nous sommes des Krajisnik, hommes de Krajina."

24 Q. Pendant le temps où vous avez été capturé, avez-vous été interrogé par

25 des officies ou des soldats ?

26 R. Vous voulez dire quand on m'a emmené à Zvornik ou --

27 Q. Quand on vous a emmené à Zvornik.

28 R. Un officier est entré. Je ne sais pas si son nom de famille était

Page 3681

1 Vukasinovic ou Vukadinovic. Je ne sais pas lequel des deux c'était. Il m'a

2 dit d'avouer tout ce que je savais, sinon les choses ne se passeraient pas

3 bien pour moi.

4 Deuxièmement, il m'a dit que, si je racontais tout, à savoir comment

5 les choses s'étaient passées, je serais échangé en même temps que mon

6 frère. Mon frère était resté à l'endroit où j'avais été capturé et je ne

7 sais pas ce qui est advenu de lui. Il avait également l'intention de se

8 rendre. Mais ils ont tiré sur lui. Ils ont tiré sur les quatre hommes qui

9 sont restés et je ne sais pas ce qui leur est advenu. Je pense qu'ils ont

10 été tués sur place. J'avais pensé qu'il était toujours en vie lorsque cet

11 homme m'a dit ce qu'il m'a dit. Et --

12 Q. Y a-t-il eu d'autres officiers qui vous ont interrogé ou d'autres

13 soldats qui vous ont été interrogés, alors que vous étiez à Zvornik ?

14 R. Oui. Des soldats entraient, venaient poser des questions sur ceci,

15 cela, toute sorte de chose, me frappaient et le lendemain matin j'ai été

16 interrogé. Je crois que c'était quelqu'un chargé de la sécurité.

17 Q. Pourriez-vous décrire la personne qui vous a interrogé ?

18 R. C'était un homme qui n'était pas très grand, qui avait des cheveux

19 gris, qui avait une surcharge pondérale --

20 Q. Qui l'a reconnu. Qu'est-ce qui vous a permis de conclure que c'était un

21 officier chargé de la sécurité ou qui travaillait au service de la

22 Sécurité ?

23 R. Qu'est-ce qui m'a permis de conclure cela. Bien, j'ai également été

24 interrogé au camp de Batkovic et, lorsqu'on m'a interrogé à cet endroit-là,

25 les soldats qui m'ont emmené étaient venus me rechercher et me disaient :

26 "Tu vas aller voir les gens se la sécurité pour être interroger." Ceci

27 s'est imprimé dans on esprit. Lorsque j'ai été interrogé à Zvornik, je

28 n'étais pas sûr à 100 % qu'il s'agissait d'un agent de la sécurité, mais,

Page 3682

1 lorsque j'étais à Batkovic, ils m'ont dit : "Tu va aller voir les gens de

2 la sécurité pour être interrogé." C'est à ce moment-là que j'ai compris que

3 la personne qui m'avait interrogé précédemment là-bas devait également être

4 un agent de la sécurité.

5 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Monsieur Vanderpuye, c'est l'heure.

6 M. VANDERPUYE : [interprétation] Très bien, Monsieur le Président.

7 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] De combien de temps vous faut-il

8 encore ?

9 M. VANDERPUYE : [interprétation] Cinq minutes, peut-être.

10 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Nous allons nous en tenir à cela

11 aujourd'hui et vous terminerez demain. Je ne souhaite pas faire rester plus

12 longtemps les personnes de ce prétoire. Il y a une autre audience qui se

13 tient cet après-midi.

14 M. VANDERPUYE : [interprétation] Très bien, Monsieur le Président.

15 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Monsieur le Témoin, nous vous reverrons

16 demain après-midi à -- 14 heures. Vous pourrez terminer votre déposition.

17 Dans l'intervalle, nous vous demandons de ne vous entretenir avec personne

18 à propos de votre déposition.

19 LE TÉMOIN : [interprétation] Fort bien. Cela ne me pose aucun

20 problème.

21 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je crois que nous pouvons partir. Nous

22 pouvons lever les stores, s'il vous plaît, parce qu'il y a des personnes

23 qui se trouvent dans la galerie du public.

24 --- L'audience est levée à 13 heures 47 et reprendra le mardi 7 novembre

25 2006, à 14 heures 15.

26

27

28