Tribunal Criminal Tribunal for the Former Yugoslavia

Page 3683

1 Le mardi 7 novembre 2006

2 [Audience publique]

3 [Les accusés sont introduits dans le prétoire]

4 --- L'audience est ouverte à 14 heures 20.

5 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bonjour, Madame la Greffière

6 d'audience. Est-ce que vous pourriez citer le numéro de l'affaire.

7 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] Bonjour. Il s'agit de l'affaire IT-05-

8 88-T, le Procureur contre Vujadin Popovic et consorts.

9 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Merci. Je vois que toutes les personnes

10 du côté de la Défense sont présentes, sauf Me Bourgon. Du côté de

11 l'Accusation, nous avons M. Vanderpuye et M. McCloskey.

12 Il y a des questions préliminaires ?

13 M. VANDERPUYE : [interprétation] Oui. Je souhaite soulever un point

14 préliminaire. En me préparant pour la session, pour l'audience aujourd'hui,

15 j'ai remarqué une erreur à laquelle le témoin m'a attiré mon attention, qui

16 est contenue dans la déclaration préalable aussi et qui a été versée au

17 dossier, ce qui concerne une déclaration qu'il avait faite auprès du bureau

18 du Procureur, et notamment le paragraphe 13, où il fait référence à un

19 grand nombre de personnes dans le camp qui mourraient de malnutrition.

20 Ensuite, il fait référence à un cousin, à un de ses cousins. En fait, cette

21 référence est erronée. Je vais clarifier cela avec le témoin pour le compte

22 rendu d'audience. Mais, en fait, il faudrait simplement comprendre cette

23 référence comme mention de son cousin qui est mort de malnutrition, et non

24 pas un grand nombre de personnes.

25 S'il y a une objection, je vais bien sûr traiter de cette question de

26 manière supplémentaire. Mais je voulais simplement clarifier cela pour le

27 compte rendu d'audience afin d'éviter une mauvaise représentation des

28 faits.

Page 3684

1 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Y a-t-il des objections ? Je vois que

2 non. Monsieur McCloskey.

3 M. McCLOSKEY : [interprétation] Un autre détail, Monsieur le Président. Je

4 pense que j'ai déjà mentionné à M. Cubbon hier que le témoin suivant est

5 venu un peu plus tard que prévu ici, en raison des situations

6 extraordinaires au sein de sa famille. J'ai terminé le récolement avec lui.

7 Nous sommes prêts à commencer avec lui si nous terminons le témoin

8 précédent avant. Il y a une petite note de récolement que j'ai fournie à la

9 Défense. Mais je voulais dire simplement que nous sommes prêts si

10 nécessaire.

11 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Très bien. Oui, Monsieur Vanderpuye,

12 l'autorisation de poursuivre votre travail est accordée. Donc, vous pouvez

13 poursuivre.

14 M. VANDERPUYE : [interprétation] Merci.

15 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Puis, Madame la Greffière d'audience,

16 il a été demandé auprès de vous de vérifier auprès des équipes de la

17 Défense s'ils ont modifié leurs estimations.

18 [La Chambre de première instance et la Greffière se concertent] M. LE JUGE

19 AGIUS : [interprétation] Je suis en train de réfléchir à haute voix. Je

20 suis en train de faire des calculs en fait. Nous en parlerons tout à

21 l'heure, Monsieur McCloskey, car je ne suis pas sûr que nous terminerons

22 l'audition de ce témoin dès aujourd'hui.

23 Très bien. Y a-t-il d'autres questions ? Non.

24 [Le témoin est introduit dans le prétoire]

25 LE TÉMOIN: TÉMOIN PW-139 [Reprise]

26 [Le témoin répond par l'interprète]

27 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bonjour, Monsieur.

28 LE TÉMOIN : [interprétation] Bonjour.

Page 3685

1 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Veuillez vous asseoir.

2 LE TÉMOIN : [interprétation] Merci.

3 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Nous allons continuer votre déposition.

4 M. Vanderpuye va bientôt terminer et ensuite c'est l'équipe de la Défense

5 qui va reprendre.

6 Monsieur Vanderpuye.

7 M. VANDERPUYE : [interprétation] Merci, Monsieur le Président, Madame,

8 Messieurs les Juges, Conseils de la Défense, Messieurs.

9 Interrogatoire principal par M. Vanderpuye : [Suite]

10 Q. [interprétation] Monsieur le Témoin, hier, nous avons mentionné un

11 certain nombre d'erreurs contenues dans votre déclaration préalable que

12 vous avez signée le 18 mai 2000, et je souhaitais clarifier pour le compte

13 rendu d'audience une référence que vous avez faite au paragraphe 13, à un

14 certain nombre de personnes qui sont mortes en raison de malnutrition à

15 Batkovic. Il est écrit dans la déclaration que : "Beaucoup de personnes

16 sont mortes en raison de malnutrition." Est-ce que ceci est exact ?

17 R. Effectivement, ce n'est pas exact.

18 (expurgé)

19 (expurgé)

20 (expurgé)

21 Q. Très bien. Pour clarifier le compte rendu d'audience, encore une fois,

22 vous avez dit hier --

23 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui.

24 (expurgé)

25 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Nous devons expurger, bien évidemment,

26 cette partie, en faisant attention, car ceci nous ajoute déjà cinq à dix

27 minutes à notre pause. Donc, nous allons expurger les lignes 19 à 21, s'il

28 vous plaît, de la page 3.

Page 3686

1 M. VANDERPUYE : [interprétation] Merci, Monsieur le Président. M. LE JUGE

2 AGIUS : [interprétation] Puis, ligne 25. Bien.

3 M. VANDERPUYE : [interprétation] Merci.

4 Q. Vous avez dit que vous étiez dans l'armée. Vous l'avez dit hier au

5 cours de votre déposition.

6 R. Oui.

7 Q. Etiez-vous membre de la Défense territoriale ?

8 R. Oui.

9 Q. Parmi les individus que vous avez mentionné avec lesquels vous étiez à

10 Batkovic, les 18 et 19 juillet, est-ce que certains d'entre eux étaient

11 membres de l'armée ou de la Défense territoriale ?

12 R. Vous voulez dire pendant ma captivité ou --

13 Q. Les 18 et 19, d'après vos connaissances, est-ce que vous saviez que

14 l'un quelconque d'entre eux étaient membre de la Défense territoriale ou de

15 l'armée avant cette date-là, et ne mentionnez pas de noms ?

16 R. Oui.

17 Q. Combien d'entre eux étaient membres de l'armée ou de la Défense

18 territoriale ?

19 R. Deux d'entre eux étaient des civils, et trois étaient soldats.

20 Q. Est-ce que vous pouvez nous dire pendant votre voyage à quel moment

21 approximativement vous avez rencontré ces cinq personnes ?

22 R. La veille de notre capture.

23 Q. Dans votre déclaration vous avez fait référence au camp de Batkovic en

24 disant que c'était un camp de concentration. Est-ce que vous pourriez nous

25 dire à quoi ressemblaient les conditions dans ce camp au moment où vous

26 vous y étiez ?

27 R. C'était très difficile. Nous devions aller travailler partout où on

28 était appelé. Il y avait très peu de nourriture. Nous ne recevions

Page 3687

1 pratiquement aucun soin médical, donc c'était vraiment difficile.

2 Q. Au moment où vous étiez dans le camp est-ce qu'à un moment donné vous

3 avez été enregistré auprès de la Croix-Rouge ?

4 R. Oui. Ils venaient.

5 Q. Puis vous avez dit aussi que pendant que vous étiez là-bas vous avez

6 été interrogé.

7 R. Oui.

8 Q. Est-ce que cet interrogatoire a précédé ou suivi votre enregistrement

9 auprès de la Croix-Rouge ?

10 R. Plus tard.

11 Q. Savez-vous qui vous a interrogé ?

12 R. Je ne connais pas le nom mais je sais que c'étaient les gens de la

13 sécurité, les agents de sécurité.

14 Q. A combien de reprises avez-vous été interrogé, si vous vous en souvenez

15 pendant que vous étiez dans le camp de Baljkovica [comme interprété] ?

16 R. Deux fois.

17 Q. Les deux fois, est-ce que la personne qui vous a interrogé s'est

18 présentée ?

19 R. Non.

20 Q. Au moment où vous êtes venu pour la première fois dans la région de

21 Baljkovica --

22 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Pardon. Est-ce qu'il y a eu un problème

23 de traduction, d'interprétation ?

24 M. HAYNES : [interprétation] Je l'anticipe. Il s'agit de la ligne 21. On a

25 demandé au témoin s'il a été interrogé au camp de "Baljkovica", mais il

26 s'agit du camp de "Batkovic". Baljkovica n'est pas un camp. Je pense que ce

27 serait une erreur importante.

28 M. VANDERPUYE : [interprétation] Je suis d'accord. Peut-être que je me suis

Page 3688

1 mal exprimé, j'ai mal prononcé.

2 L'INTERPRÈTE : Nouvelle correction de l'interprète. Il faut laisser

3 "Batkovic" et non pas remplacer le mot "Batkovic" par "Baljkovica".

4 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Très bien. Faites attention de cela.

5 Est-ce que vous souhaitiez parler d'autres choses, Monsieur Borovcanin ou

6 de la même chose ? Très bien. Merci.

7 Poursuivez.

8 Merci, Monsieur Haynes.

9 M. VANDERPUYE : [interprétation]

10 Q. Au moment où vous êtes venu dans la région de Batkovica pour la

11 première fois est-ce que vous étiez seul ou avec d'autres personnes ?

12 R. Je n'étais pas seul. On était plusieurs.

13 Q. Sans donner de noms des personnes qui sont venues avec vous, est-ce que

14 vous pouvez nous dire si les personnes qui sont venues avec vous étaient

15 aussi les cinq personnes dont vous avez parlé préalable dans votre

16 déposition, des personnes qui étaient alignées par terre et abattues par la

17 suite ?

18 R. Non.

19 Q. Très bien. Avec combien de personnes approximativement êtes-vous venu à

20 Baljkovica au total avant que qui que ce soit ne soit capturé ou ne se

21 rende ?

22 M. LE JUGE KWON : [interprétation] Je pense qu'il faut prononcer cela comme

23 Batkovic, et non pas Baljkovica.

24 M. VANDERPUYE : [interprétation] Est-ce que je parlais du camp ?

25 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Non, mais il faut savoir s'il faut

26 parler de Batkovic avec un T, ou Baljkovica avec L.

27 M. VANDERPUYE : [interprétation] Excusez-moi. Je faisais référence à la

28 zone dans laquelle cette personne a été capturée. Je ne parlais pas du camp

Page 3689

1 dans lequel il a été emmené par la suite.

2 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je pense qu'il faut que l'on trouve une

3 solution à cela car c'est important et c'est vous qui êtes intéressé par

4 cela le plus.

5 Maître Haynes, est-ce que vous souhaitez nous expliquer la différence entre

6 le nom du camp et le nom de cet emplacement ?

7 M. HAYNES : [interprétation] Le camp c'est Batkovic.

8 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] La zone est Baljkovica ?

9 M. HAYNES : [interprétation] Baljkovica. Il rie tous lorsque je dis, mais

10 je pensais que j'avais assez bien prononcé.

11 M. VANDERPUYE : [interprétation] Très bien.

12 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Merci.

13 M. VANDERPUYE : [interprétation] Je pense que j'essaie faire référence à

14 Baljkovica ce qui n'est pas un camp, mais l'endroit où il a été capturé.

15 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je suppose que vous êtes d'accord avec

16 M. Haynes.

17 M. VANDERPUYE : [interprétation] Oui, je suis d'accord, mais j'ai du mal à

18 prononcer cela aussi bien.

19 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Merci.

20 M. VANDERPUYE : [interprétation]

21 Q. Je crois que ma question était de savoir approximativement combien de

22 personnes y étaient avec vous à Baljkovica avant que qui que ce soit ne

23 soit capturé ou ne se rende d'après vos observations ?

24 R. Avant d'être capturé ?

25 Q. Oui, avant d'être capture ou avant que qui ce soit ne se rende ?

26 R. On était dix.

27 Q. Très bien. Pour autant que vous le sachiez, sur ces dix personnes qui

28 sont arrivées, combien d'entre eux ont été capturés ?

Page 3690

1 R. Nous six. Tous les six.

2 Q. Sur vous six, qui avez été capturés. Combien d'entre vous, si vous le

3 savez, avez survécu ?

4 R. Juste deux.

5 Q. Lorsque vous dites "juste deux," vous faites référence à qui ?

6 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Attendez, s'il va mentionner un nom, il

7 vaut mieux passer à huis clos partiel, car il s'agit d'un seul nom, donc,

8 il sera facile d'établir un lien entre les deux. Donc, passons à huis clos

9 partiel, s'il vous plaît.

10 [Audience à huis clos partiel]

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 (expurgé)

17 (expurgé)

18 (expurgé)

19 (expurgé)

20 (expurgé)

21 [Audience publique]

22 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Pour le compte rendu d'audience,

23 j'indique l'interrogatoire principal s'est terminé et maintenant, nous

24 commençons les contre-interrogatoires de la part de la Défense et je suis

25 informé, ou plutôt je remarque que Me Haynes s'est levé, donc c'est lui qui

26 va vous contre-interroger le premier. Prenez votre temps, Maître Haynes.

27 M. HAYNES : [interprétation] Merci.

28 Contre-interrogatoire par M. Haynes :

Page 3691

1 Q. [interprétation] Bonjour, Monsieur le Témoin.

2 R. Bonjour.

3 Q. Je ne reçois pas l'interprétation. Je vais réessayer. Bonjour.

4 R. Bonjour.

5 Q. Merci. Avant de commencer à vous pose des questions, je vais faire de

6 mon mieux pour éviter que vos réponses ne dévoilent votre identité. Si je

7 souhaite traiter des questions qui impliquent votre nom ou d'autres ou des

8 endroits qui vous concernent personnellement, je le ferai à huis clos

9 partiel, d'accord ?

10 R. Très bien.

11 Q. Pour vous protéger vous-même, je propose que vous ne me disiez pas de

12 noms, à moins que je le demande. Me comprenez-vous ?

13 R. Oui.

14 Q. Lorsque vous êtes arrivé dans le camp de Batkovic, le fait que vous y

15 êtes arrivé a été communiqué à la Croix-Rouge internationale, n'est-ce pas

16 ?

17 R. Je ne sais rien à ce sujet. Je ne sais pas s'ils ont été informés ou

18 pas.

19 Q. Lorsque vous êtes arrivé à Batkovic, est-ce que vous avez donné votre

20 nom et vos données personnelles à qui que ce soit sur place ?

21 R. Je pense que c'est au bout de deux jours après mon arrivée que la

22 Croix-Rouge est arrivée, qu'ils nous ont identifiés.

23 Q. Merci beaucoup. Avez-vous donné votre nom et vos coordonnées exactes ?

24 R. Oui.

25 Q. Il s'agissait des mêmes détails ou des mêmes coordonnées que celles qui

26 figuraient sur le papier qui vous a été montré hier, avant le début de

27 votre déposition ?

28 R. Oui.

Page 3692

1 Q. Avez-vous compris dans quel but vous avez donné votre nom et vos

2 coordonnées à la Croix-Rouge, que c'était afin de permettre aux gens de

3 savoir où vous étiez ?

4 R. Oui, bien sûr.

5 Q. Par exemple, votre gouvernement, votre armée, votre famille et vos

6 amis ?

7 R. Oui.

8 Q. Lorsque vous êtes parti du camp de Batkovic, à la fin, avez-vous

9 découvert que les gens que vous connaissez avaient découvert que vous aviez

10 été à Batkovic ?

11 R. Est-ce que vous pouvez me répéter la question, s'il vous plaît ?

12 Q. Lorsque vous avez fini par quitter Batkovic et lorsque vous avez vu les

13 gens au sujet desquels vous ne savez rien, est-ce que vous avez constaté

14 qu'ils avaient appris que vous aviez été à Batkovic ?

15 R. Oui.

16 Q. Merci.

17 M. HAYNES : [interprétation] Est-ce que nous pouvons passer à huis clos

18 partiel pour deux ou trois questions, s'il vous plaît, Monsieur le

19 Président ?

20 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Certainement, Maître Haynes. Passons à

21 huis clos partiel, s'il vous plaît.

22 Nous sommes à huis clos partiel.

23 [Audience à huis clos partiel]

24 (expurgé)

25 (expurgé)

26 (expurgé)

27 (expurgé)

28 (expurgé)

Page 3693

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 (expurgé)

10 (expurgé)

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 (expurgé)

17 (expurgé)

18 (expurgé)

19 (expurgé)

20 (expurgé)

21 (expurgé)

22 (expurgé)

23 (expurgé)

24 (expurgé)

25 [Audience publique]

26 M. HAYNES : [interprétation]

27 Q. Avez-vous jamais reçu des éléments concernant des preuves de crimes de

28 guerre à Srebrenica ?

Page 3694

1 R. Non.

2 Q. Saviez-vous que le tribunal de Tuzla recevait des éléments de preuve

3 concernant les crimes allégués -- concernant les victimes alléguées -- des

4 crimes de guerre à Srebrenica ?

5 R. Non.

6 Q. Saviez-vous que le service de sûreté de l'état du MUP de Bosnie-

7 Herzégovine menait des enquêtes dans les crimes de guerre de Srebrenica ?

8 R. Non, je ne le savais pas.

9 Q. Personne à Tuzla, personne que vous auriez connue à Srebrenica, ne vous

10 a parlé de ces enquêtes ?

11 R. Non.

12 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Quelle est l'objection ?

13 M. VANDERPUYE : [interprétation] Mon objection porte sur la période en

14 question, auquel fait référence mon confrère.

15 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Très bien. Je suppose que vous pouvez

16 répondre à cela sans problème, Maître Haynes.

17 M. HAYNES : [interprétation] Pour que les choses soient bien claires, peut-

18 être qu'il vaudrait mieux passer à huis clos partiel. Ce serait préférable.

19 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Repassons à huis clos partiel, s'il

20 vous plaît.

21 [Audience à huis clos partiel]

22 (expurgé)

23 (expurgé)

24 (expurgé)

25 (expurgé)

26 (expurgé)

27 (expurgé)

28 (expurgé)

Page 3695

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 (expurgé)

10 [Audience publique]

11 M. HAYNES : [interprétation]

12 Q. Ne pensiez-vous pas que vous disposiez d'éléments importants et de

13 preuves que vous auriez pu fournir concernant ce que vous aviez vu et dont

14 vous avez été le témoin en juillet 1995 ?

15 R. Bien sûr. La seule chose que j'ai faite, c'était de parler aux gens de

16 la Croix-Rouge.

17 Q. Le 18 mai de l'an 2000, vous avez rencontré un homme appelé Bruce

18 Bursik et vous vous êtes entretenu avec cet homme en présence d'une femme

19 interprète, appelée Alma Delic; vous souvenez-vous de cette réunion ?

20 R. Oui.

21 Q. Est-ce qu'ils sont venus chez vous ?

22 R. Non.

23 Q. Où êtes-vous allé les rencontrer ?

24 R. Nous nous sommes rencontrés dans une ville voisine, dans un hôtel.

25 Q. Combien de temps avez-vous passé avec eux ?

26 R. Je n'en suis pas tout à fait certain. Deux heures, peut-être ?

27 Q. Au cours de ces deux heures, vous aviez compris que vous ne preniez

28 aucun risque et que vous n'alliez pas avoir de problèmes ?

Page 3696

1 R. Ecoutez. Je ne sais pas pourquoi j'aurais eu peur.

2 Q. Mais est-ce que vous étiez parfaitement à l'aise ? Est-ce que vous

3 pouviez leur parler ouvertement et en toute franchise ?

4 R. Bien sûr. J'estimais que je pouvais parler en toute franchise,

5 ouvertement, de certaines questions. Je n'avais pas peur. Simplement, je ne

6 souhaitais pas parler de ma vie privée.

7 Q. Après cela, un document a été établi, document que nous appelons une

8 déclaration de témoin, n'est-ce pas ?

9 R. Oui.

10 Q. Vous souvenez-vous avoir apposé votre signature sur chaque de cette

11 déclaration et vous souvenez-vous d'avoir signé la déclaration, à la fin de

12 cette dernière ?

13 R. Je me souviens d'avoir signé cela, mais je ne me souviens pas d'avoir

14 signé chaque page.

15 Q. Vous souvenez-vous du fait qu'on vous a relu votre déclaration dans

16 votre langue ?

17 R. Je n'en suis pas tout à fait certain, mais cela est possible.

18 Q. Vous souvenez-vous avoir apporté des corrections lorsqu'on vous l'a

19 relue ?

20 R. Je ne m'en souviens pas.

21 Q. Fort bien. Je souhaite maintenant évoquer dimanche dernier. Dimanche

22 après-midi, lorsque vous avez passé dans une pièce, quelque part dans ce

23 bâtiment, cet après-midi, avec le monsieur qui se trouve là-bas ? Vous en

24 souvenez-vous ?

25 R. Oui.

26 Q. Combien de gens y avait-il ?

27 R. Deux personnes.

28 Q. Est-ce que cela comprend le monsieur qui vient de vous poser des

Page 3697

1 questions ? Donc, c'était lui et une autre personne, c'est cela ?

2 R. Il était là et une jeune femme, une interprète.

3 Q. Combien de temps y avez-vous passé ?

4 R. Deux heures et demie environ.

5 Q. Mais comment la réunion s'est-elle déroulée ? Est-ce qu'on vous a

6 d'abord montré votre déclaration du mois de mai de l'an 2000 ? Est-ce qu'on

7 vous l'a relue ?

8 R. Oui.

9 Q. Avez-vous tout de suite signalé les erreurs contenues dans cette

10 déclaration ou l'avez-vous indiqué un peu plus tard ?

11 R. En relisant cette déclaration, j'ai remarqué qu'il y avait quelques

12 erreurs. Je ne sais pas s'il s'agissait d'erreurs de traduction. Sans nul

13 doute, car ceci avait été traduit. Voilà, c'est tout.

14 Q. Je suppose que vous n'avez pas fait cela pendant deux heures et demie.

15 Vous avez sûrement fait autre chose. Vous a-t-on montré autre chose -- vous

16 a-t-on montré quelque chose ?

17 R. Je ne sais pas ce que vous voulez dire.

18 Q. Est-ce que l'on vous a montré les photographies ?

19 R. Oui. Une seule.

20 Q. Une seule photographie ?

21 R. Oui. Une photographie.

22 Q. C'était la photographie d'un bâtiment ou d'une personne ?

23 R. Je n'ai pas entendu le dernier mot.

24 Q. Que représentait la photographie ?

25 R. Sur cette photographie, je pouvais reconnaître une installation ou

26 plutôt un bâtiment, une école.

27 Q. Lorsqu'on vous a montré cette photographie, qu'est-ce qu'on vous a

28 dit ? Est-ce qu'on vous a dit : "Nous pensons que c'est à cet endroit-là

Page 3698

1 que vous avez été détenu ? Pouvez-vous le confirmer ?"

2 R. Non. On m'a demandé si j'étais en mesure de reconnaître le bâtiment et

3 où il se trouvait.

4 Q. Vous a-t-on montré des vidéos ou quelque chose de la

5 sorte ?

6 R. Non.

7 Q. Vous a-t-on montré d'autres documents écrits ?

8 R. Non. J'ai lu ce que j'avais à lire, et il y avait cette photographie.

9 Q. Très bien. Je vais poursuivre.

10 Les 39 hommes qui ont été détenus dans les toilettes à côté de

11 l'usine de vernis à bois, étaient-ce les mêmes 39 hommes qui ont été

12 emmenés du camp de Batkovic jusqu'à Zvornik ?

13 R. Oui.

14 Q. Vous avez été détenus pendant combien de temps à Zvornik ?

15 R. Trois jours environ.

16 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je souhaite indiquer que c'est quelque

17 chose qu'il a déjà évoqué hier. Il a indiqué la durée qu'il avait passé à

18 un endroit, et ensuite, toute à la fin.

19 M. HAYNES : [interprétation] Je n'en étais pas tout à fait sûr. Pardonnez-

20 moi s'il l'a déjà dit.

21 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Poursuivez.

22 M. HAYNES : [interprétation]

23 Q. Lorsque vous êtes arrivé, est-ce que la plupart des prisonniers étaient

24 déjà là ? Est-ce que vous étiez un des premiers à être arrivé à cet

25 endroit-là ou un des derniers ?

26 R. J'étais le premier à arriver. Il n'y avait personne d'autre à cet

27 endroit-là.

28 Q. Je souhaite vous demander plus précisément ceci : vous souvenez-vous de

Page 3699

1 deux autres prisonniers qui étaient peut-être là en même temps que vous ?

2 C'étaient deux frères. Ils ont été emmenés à l'hôpital pour y recevoir des

3 soins, et ils sont revenus avec des radiographies, des enveloppes

4 comprenant des radios à l'intérieur; vous souvenez-vous de cela ?

5 R. Je me souviens de deux frères. Est-ce que je peux vous dire d'où ils

6 étaient originaires ?

7 Q. Dans ce cas, il faudrait passer à huis clos partiel.

8 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Passons à huis clos partiel, s'il vous

9 plaît.

10 [Audience à huis clos partiel]

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 (expurgé)

17 (expurgé)

18 (expurgé)

19 (expurgé)

20 (expurgé)

21 (expurgé)

22 (expurgé)

23 (expurgé)

24 (expurgé)

25 (expurgé)

26 (expurgé)

27 (expurgé)

28 (expurgé)

Page 3700

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 (expurgé)

10 (expurgé)

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 (expurgé)

17 (expurgé)

18 (expurgé)

19 (expurgé)

20 (expurgé)

21 (expurgé)

22 (expurgé)

23 (expurgé)

24 (expurgé)

25 (expurgé)

26 (expurgé)

27 [Audience publique]

28 M. HAYNES : [interprétation]

Page 3701

1 Q. Vous avez été arrêté en tant que soldat sur un territoire ennemi,

2 n'est-ce pas ?

3 R. Oui.

4 Q. En réalité, juste avant votre arrestation, vous portiez des armes.

5 R. Oui.

6 Q. De surcroît, vous étiez prêt à tirer sur des soldats serbes.

7 R. Oui.

8 Q. Soyons réalistes, lorsqu'on est arrêté dans ces circonstances-là,

9 quelque soit le côté dans lequel vous vous trouvez dans une guerre comme

10 celle-ci, le mieux que vous pourriez espérer c'est d'être emmené dans un

11 camp de détention, n'est-ce pas ?

12 R. Bien sûr.

13 Q. Peut-être que vous pourriez nous aider. Cela faisait trois ans que vous

14 assuriez la patrouille dans l'enclave de Srebrenica. Qu'est-ce que votre

15 municipalité avait prévu comme centre de détention pour les prisonniers de

16 guerre ?

17 R. A vrai dire, il était très rare de capturer des prisonniers, et quand

18 bien même c'était le cas, le seul endroit où on pouvait les détenir était

19 le poste de police.

20 Q. Je vais maintenant passer à un autre sujet. Je ne souhaite y passer

21 trop de temps, mais est-ce que nous pouvons nous mettre d'accord. Il est

22 difficile de calculer exactement à quelle date tout ceci s'est passé. Vous

23 êtes arrivé, au plus tard, à Baljkovica, le 16 juillet.

24 R. Non.

25 Q. Bien. Est-ce que nous pouvons évoquer ceci du début à la fin

26 rapidement. Vous avez quitté Susnjari tard dans la soirée, le 11 juillet.

27 R. Oui.

28 Q. Le lendemain, vous avez été pris dans une embuscade le matin et pilonné

Page 3702

1 le soir. Vous vous souviendrez peut-être des détails de cette embuscade.

2 Vous portiez des brancards.

3 R. Oui.

4 Q. Le 13, le lendemain encore, vous avez vu des gens qui ont été tués

5 alors qu'ils tentaient de traverser la route de Sandici.

6 R. Oui.

7 Q. Le 14, vous avez descendu des falaises près de Kuslat à l'aide de fils

8 électriques et vous avez traversé la Drinjaca, le fleuve.

9 R. Non. Cela ne pouvait pas être le 14, c'est impossible.

10 Q. Cela aurait été plus tôt ou plus tard ?

11 R. Non, après cela seulement.

12 Q. Dans votre déclaration pour autant que ce soit utile vous dites être

13 arrivé à Baljkovica le 16, mais nous allons poursuivre. Après avoir

14 traversé le fleuve vous êtes parti en direction de Snagovo; vous en

15 souvenez-vous ?

16 R. Nous nous sommes mis en route en direction de Rasovo, vers Udric, non

17 pas en direction de Snagavo. C'est la même direction, mais Snagovo était

18 loin de là.

19 Q. Peut-être que nous pouvons aborder ceci sous un autre angle. Vous avez

20 passé au moins trois nuits pas très loin de Baljkovica, n'est-ce pas ?

21 R. Oui, environ d'Udric, ensuite, jusqu'à Baljkovica, oui, cela correspond

22 à peu près dans ce temps-là. Car nous avons été pris en embuscade plusieurs

23 fois. Il fallait retourner. Il fallait contourner. C'est à peu près le

24 temps que cela nous a pris.

25 Q. Pardonnez-moi, lorsque vous êtes parti -- quand vous avez

26 -- pour finir était capturé, vous avez été interrogé, n'est-ce pas ?

27 R. Oui.

28 Q. Si je puis exprimer ainsi c'était un interrogatoire classique si je

Page 3703

1 puis dire.

2 R. Ecoutez, d'après moi, oui. Toute personne capturée était d'abord

3 interrogée et ensuite, il faisait ce qu'il avait prévu de faire.

4 Q. Vous entendiez d'autres personnes à être interrogées aussi, n'est-ce

5 pas ?

6 R. Non. Je ne pouvais pas entendre cela. Je pouvais voir les gens que l'on

7 faisait sortir un par un pour être interrogé.

8 Q. On vous posait peut-être des questions un petit peu inhabituelles qui

9 auraient pu être du style vous avez reçu des lots d'armes dissimulées sous

10 forme d'aide dans l'enclave, n'est-ce pas ?

11 R. Oui, on nous a posé la question.

12 Q. On vous a également demandé pourquoi vous ne vous étiez pas rendu en

13 territoire libre en passant le corridor qui avait été ouvert pour vous ?

14 R. Ils nous ont posé beaucoup de questions et pour ce qui est d'un couloir

15 ouvert, nous n'avons jamais eu cela nulle part.

16 Q. Bien, commençons à ce stade. Est-ce qu'on vous a demandé pourquoi vous

17 n'étiez passé par le couloir ouvert ?

18 R. Je ne me rappelle pas cette question. Je ne crois pas qu'il me l'ait

19 posée.

20 Q. Très bien. Alors que vous progressiez vers Baljkovica, est-ce que vous

21 vous êtes rendu compte qu'il y avait des combats en avant de votre

22 itinéraire devant vous ?

23 R. Je ne crois pas qu'il y ait eu un seul endroit de Kamenicko Brdo

24 jusqu'à Baljkovica, où il n'y ait pas eu des tirs tous les 500 mètres, tous

25 les kilomètres il y avait des embuscades. On tirait des coups de feu

26 partout.

27 Q. Est-ce que vous aviez conscient du fait qu'au-delà de Baljkovica

28 s'étendait le territoire libre ?

Page 3704

1 R. Non, je ne le savais pas. Lorsque je suis arrivé à Baljkovica un groupe

2 est arrivé avec moi. Je me trouvais dans ce groupe. Alors que nous sommes

3 arrivés là nous avons trouvé un assez grand nombre de personnes qui s'y

4 trouvaient déjà. Il y avait un groupe assez important, même très important

5 de personnes, peut-être mille, qui s'y trouvaient. J'ai trouvé cela

6 étrange. Je me suis demandé pourquoi ils étaient là. Je leur ai demandé :

7 pourquoi est-ce que vous ne partez pas d'ici ? Ils ont répondu, On n'arrive

8 pas à passer. Alors, une vingtaine d'entre eux se sont mis en route pour

9 essayer de passer et lorsqu'on s'est trop rapproché de la ligne on nous a

10 tiré dessus. Heureusement, personne n'a été tué ni blessé.

11 On est retourné en arrière retrouver le groupe qui s'y trouvait, et

12 ce groupe qui se trouvait avec moi, le même groupe s'est mis en route et

13 nous avons pris notre itinéraire à un moment donné. Il en est resté dix

14 d'entre nous et nous avons pensé qu'ils avaient pris cette route, bien

15 qu'en fait ils étaient partis vers la gauche, donc, nous, nous sommes

16 partis vers la droite et c'est donc là que nous avons pris des chemins

17 différents. Nous sommes arrivés dans la soirée. Nous avons passé la nuit là

18 près d'un cours d'eau que nous avons essayé de traverser dans la matinée

19 lorsque nous avons vu que nous ne pouvions pas traverser ce ruisseau vers

20 huit dans la matinée alors qu'on se demandait où on pourrait aller et ce

21 que l'on ferait. Nous étions tout simplement épuisés. Nous sommes endormis

22 et nous avons été réveillés par des coups de feu et on nous disait de nous

23 rendre. On nous a dit que nous étions encerclés et que nous ne pouvions

24 aller nulle part. Voilà c'est tout.

25 Q. Est-ce que vous aviez conscience du fait qu'il y avait des coups de feu

26 qui provenaient en l'occurrence de plus loin que Balkovica qui provenaient

27 du territoire libre de la région du territoire libre ?

28 R. Nous avons vu la ligne. C'était la ligne où se trouvaient ou se

Page 3705

1 tenaient les soldats serbes. Derrière cette ligne, en gros, à trois ou

2 quatre ou 500 mètres, au-delà, il y avait une autre ligne de l'autre côté

3 vers Tuzla. L'ABiH se trouvait à cette ligne.

4 Q. Est-ce qu'ils tiraient ?

5 R. Mais de qui voulez-vous parler ? Des soldats serbes ou --

6 Q. De l'armée de Bosnie que vous pouviez voir, à côté de -- en direction

7 de Tuzla. Tirait-elle vers les positions serbes ?

8 R. Non.

9 Q. Les personnes qui étaient avec vous et qui avançaient vers Baljkovica,

10 est-ce que ces gens-là tiraient sur les positions serbes ?

11 R. Non.

12 Q. Donc, alors que vous progressiez en direction de Baljkovica; y avait-il

13 des coups de feu, y avait-il des tirs ?

14 R. De l'autre côté ou du côté serbe, des soldats serbes ?

15 Q. D'un côté ou de l'autre.

16 R. Oui, cela se passait des dizaines de fois. Plus même. La plupart du

17 temps, cela venait de côté serbe, parce qu'on nous donnait l'ordre de ne

18 pas opposer de résistance du tout. La plupart d'entre nous avaient des

19 femmes, des enfants qui se trouvaient déjà à Potocari et on nous a dit que

20 toute résistance de notre part pourrait avoir des conséquences dommageables

21 pour nos familles qui se trouvaient déjà à Potocari. Si nous avions posé

22 une résistance, peut-être que rien de ceci n'aurait eu lieu.

23 Q. Mais de qui receviez-vous ces ordres, lorsque vous vous trouvé à

24 Baljkovica ?

25 R. Ce n'était pas lorsque nous étions à Baljkovica, ces ordres provenaient

26 -- ces ordres ont été émis au moment où nous quittions Susnjari.

27 Q. Mais je voudrais essayer de voir si je parviens à comprendre ceci. Vous

28 êtes arrivé à Baljkovica avec un groupe d'une dizaine de personnes.

Page 3706

1 R. Je vais essayer de vous expliquer ma réponse. Je suis arrivé à

2 Baljkovica avec un certain nombre de personnes. Je ne sais pas exactement

3 combien il y en avait. Quant à l'endroit où j'ai été fait prisonnier, c'est

4 là où je suis venu avec une dizaine de personnes et à l'endroit où j'ai été

5 fait prisonnier, j'ai entendu à la radio qu'on disait qu'hier, c'était le

6 commandant qui parlait à quelqu'un. Je ne sais pas avec qui.

7 Il a demandé quel était le nom de cet endroit, parce qu'il était en

8 train de noter nos coordonnées, nos noms, tout ce qui nous concernait, où

9 nous étions et ainsi de suite. Il posait des questions, il avait un carnet

10 où il notait tous ces éléments, tous les noms et prénoms. Il a demandé

11 comment il devait écrire tel ou tel endroit et la réponse qu'il a obtenue,

12 c'était qu'il y avait de sorte que, lorsque j'y suis arrivé, je voulais

13 savoir combien de personnes avec qui j'avais été fait prisonnier --

14 Q. Mais je vous demandais simplement combien de personnes sont arrivées

15 avec vous lorsque vous êtes arrivé -- au moment où vous êtes arrivé à

16 Baljkovica. Vous rappelez-vous cela ?

17 R. Peut-être que c'était un groupe de 20 ou 30 personnes, bien qu'il y ait

18 des gens qui soient arrivés après moi. Il y avait également des gens qui se

19 trouvaient avant moi. Donc, je voudrais dire qu'il y avait un certain

20 nombre de personnes en avant, à une centaine de mètres devant moi, qui

21 arrivaient également à une centaine de mètres, mais le groupe avec lequel

22 je suis arrivé avait à peu près ce nombre d'hommes.

23 Q. Combien de ces hommes étaient armés ?

24 R. Très peu. Même ceux qui étaient armés avaient des armes de chasse, pour

25 la plupart.

26 Q. Lorsque vous êtes arrivé à Baljkovica, il y avait donc un très grand

27 groupe de personnes qui se trouvait là, n'est-ce pas ? Mille ou davantage ?

28 R. Oui.

Page 3707

1 Q. D'après votre estimation, ce groupe de personnes, ces gens, ils tous

2 armés ? La plupart armés ? Certains d'entre eux armés ? Très peu d'entre

3 eux étaient armés ?

4 R. Très peu étaient armés, parce que ceux qui étaient armés marchaient à

5 l'avant et sont arrivés les premiers. Ils sont passés les premiers. Tous

6 ceux qui se trouvaient derrière, y compris un très petit nombre d'hommes

7 armés.

8 Q. Avez-vous parlé à certaines personnes à Baljkovica ?

9 R. Oui.

10 Q. Est-ce que quelqu'un a fait mention du couloir conduisant au territoire

11 libre ?

12 R. Pour la plupart, les gens parlaient de qui ils connaissaient. Ils

13 parlaient entre eux. Ils parlaient d'où ils pourraient passer pour

14 traverser. Les gens, pour la plupart, n'étaient pas armés. On ne pouvait

15 pas traverser les lignes sans armes. Certains disaient qu'ils allaient

16 partir à la gauche, par Kladanj. Je ne connaissais pas ce secteur, en fait.

17 Je ne savais pas où l'on pouvait passer ou dans quel secteur on pouvait

18 passer. On était fatigué. On avait faim, on avait soif. On était nu-pied.

19 On n'avait pas dormi. Donc c'était la chose la plus simple, tout

20 simplement, si on disait : "Bon. Allons par là." On y allait, tout

21 simplement, en les suivant. Les gens avaient des avis différents sur la

22 direction qu'il fallait prendre et où aller. Certains disaient : "Allons

23 par là." D'autres disaient : "Allons par ici." C'est comme cela que des

24 groupes de personnes, dix personnes, ou de trois, ou de cinq ou de 20

25 personnes ont commencé à se mettre en route. Cela dépendait de savoir ce

26 qu'ils avaient décidé entre eux.

27 Q. Vous avez quitté donc cette zone avec un groupe d'environ 20 autres

28 personnes, n'est-ce pas ?

Page 3708

1 R. Oui.

2 Q. Pourrions-nous aller à huis clos partiel ?

3 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Certainement. Allons en audience à huis

4 clos partiel, s'il vous plaît.

5 Nous sommes en audience à huis clos partiel.

6 [Audience à huis clos partiel]

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 (expurgé)

10 (expurgé)

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 (expurgé)

17 (expurgé)

18 (expurgé)

19 (expurgé)

20 (expurgé)

21 (expurgé)

22 (expurgé)

23 (expurgé)

24 (expurgé)

25 (expurgé)

26 (expurgé)

27 (expurgé)

28 (expurgé)

Page 3709

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 (expurgé)

10 (expurgé)

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 (expurgé)

17 (expurgé)

18 (expurgé)

19 (expurgé)

20 (expurgé)

21 (expurgé)

22 (expurgé)

23 (expurgé)

24 (expurgé)

25 (expurgé)

26 (expurgé)

27 (expurgé)

28 (expurgé)

Page 3710

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 (expurgé)

10 (expurgé)

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 [Audience publique]

17 M. HAYNES : [interprétation] Je vous remercie.

18 Q. Au moment où vous avez été à Baljkovica, y avait-il des combats qui se

19 déroulaient dans le secteur à ce moment-là ?

20 R. Non.

21 Q. En tant que soldat vous-même, vous saviez qu'il y avait des ordres qui

22 provenaient de votre commandement, de votre armée, pour les gens qui se

23 trouvaient sur le terrain à Baljkovica ?

24 R. Pourriez-vous, s'il vous plaît, préciser votre question ? Où nous

25 étions, nous ? Là où nous étions, nous, lorsque quand ? Je veux dire ces

26 ordres, d'où venaient-ils ? Là, où nous étions ?

27 Q. Avez-vous reçu des ordres lorsque vous vous trouviez à Baljkovica ?

28 R. Non, nous n'en avons pas reçus. Il n'y avait personne pour recevoir des

Page 3711

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

12 versions anglaise et française

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 3712

1 ordres -- Il n'y avait personne également de qui recevoir des ordres.

2 Q. Est-ce que vous saviez, lorsque vous vous trouviez à Baljkovica, qu'il

3 y avait un déplacement d'un très grand nombre de personnes traversant la

4 vallée en direction du territoire libre ?

5 R. Non.

6 Q. Vous n'avez pas vu des milliers de personnes qui marchaient en

7 traversant Baljkovica ?

8 R. Non.

9 Q. Vous ne les avez pas entendues ?

10 R. Non. Parce que si je les avais vues, je les aurais rejointes pour

11 travers avec eux.

12 Q. Vous n'avez pas observé un accroissement considérable de population à

13 une direction ou une autre, là où vous étiez ?

14 R. J'aurais pu voir quelque chose comme cela avant Baljkovica seulement.

15 Ces personnes allant vers Baljkovica, mais c'était le dernier arrêt.

16 Q. Je veux dire, est-ce que vous n'étiez pas préoccupé en tant qu'homme de

17 laisser toutes ces personnes sans armes alignées -- de laisser toutes ces

18 personnes sans armes derrière vous à Baljkovica ?

19 R. Pourriez-vous, s'il vous plaît, répéter votre question ?

20 Q. Oui. Votre groupe était armé et a laissé derrière lui un groupe de

21 personnes qui, pour l'essentiel, n'étaient pas armées. N'aviez-vous pas

22 pensé que vous auriez dû rester sur place et les protéger ?

23 R. Dans les conditions qui existaient, personne ne faisait attention aux

24 autres. Nous avons vu que nous avions été trahis de tous côtés. C'était

25 clair pour tout le monde. Toute personne normale comprenait que nous avions

26 été trahis d'abord par les Nations Unies, parce que nous étions censés nous

27 trouver dans une zone sécurisée, dans une zone protégée. Lorsqu'ils nous

28 ont trahis, plus personne ne faisait confiance à plus personne. Quant à ce

Page 3713

1 que vous dites sur le fait que nous étions armés, une personne armée, si

2 nous étions 20 dans un groupe et qu'il y en avait cinq d'armés et 15 pas

3 armés, cela veut dire, pour l'ensemble, que nous n'étions pas armés, enfin

4 la majorité d'entre nous. Est-ce que cela veut dire que nous étions armés ?

5 Les personnes qui sont restées derrière -- j'ai dit que parmi nous -- j'ai

6 dit que pour les personnes qui étaient restées derrière nous, il y avait

7 une minorité qui était armée. Il y avait peut-être un millier de personnes,

8 mais 100 ou 150 qui avaient des armes de chasse. Quiconque connaissait

9 quelqu'un d'autre -- on se réunissait par groupe de dix ou 15 ou 20

10 personnes se réunissaient dans ces groupes, et chaque groupe, à ce moment-

11 là, disposait peut-être de deux ou trois fusils. Le groupe, à ce moment-là,

12 était constitué de 15, jusqu'à 50 personnes; cela dépendait.

13 Q. Avez-vous jamais entendu des soldats serbes vous lancez une appel par

14 des porte-voix ou des mégaphones lorsque vous vous trouviez à votre

15 commissaire ?

16 R. Non.

17 Q. Je veux simplement vous poser la question suivante : croyez-vous que

18 s'il y avait eu un couloir, vous auriez pu l'emprunter et le suivre en

19 portant votre arme automatique ?

20 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui, Monsieur Vanderpuye.

21 M. VANDERPUYE : [interprétation] Je voudrais objecter à cette question,

22 Monsieur le Président. Je pense que ceci demande que l'on fasse des

23 spéculations, des hypothèses. Le témoin a, à maintes reprises, dit dans ses

24 dépositions, qu'il n'avait pas connaissance d'un couloir qui ait été

25 ouvert, et je pense que cette question, elle invite tout simplement à faire

26 une réponse hypothétique.

27 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui, l'objection est acceptée --

28 maintenue. Je suggère donc que vous passez à la question plus lente,

Page 3714

1 Maître. Ou à la prochaine série de questions.

2 M. HAYNES : [interprétation] Oui.

3 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Il a déjà dit qu'il n'avait pas

4 connaissance de l'existence d'un couloir. Effectivement, toute réponse à la

5 question que vous venez de poser serait hypothétique.

6 M. HAYNES : [interprétation]

7 Q. Le jour suivant, après que vous ayez quitté Baljkovica avec ce groupe

8 de personnes, vous avez été pris dans un combat où il y a eu des tirs,

9 n'est-ce pas ?

10 R. Vous voulez dire, lorsqu'on m'a fait prisonnier ?

11 Q. Non. Le jour précédent celui où vous avez été fait prisonnier.

12 R. Non. Non. C'est seulement lorsque j'ai essayé de traverser la ligne

13 dans ce groupe de 20 personnes, c'est à ce moment-là qu'ils nous ont tiré

14 de dessus. Alors, nous sommes repartis. C'est la seule fois qu'il y ait eu

15 des tirs qui nous visaient directement. Ils ne nous ont pas permis de

16 traverser la ligne.

17 Q. C'est de cela que je voulais parler, très exactement. Est-ce que vous

18 avez été surpris par le fait qu'on vous tirait dessus, le 17 juillet ou le

19 jour où vous avez essayé de traverser la ligne ?

20 R. J'ai été surpris.

21 Q. A quelle distance vous trouviez de ceux qui vous tiraient dessus, votre

22 groupe au moment où on a commencé à vous tirer dessus ?

23 R. Peut-être entre 150 à 200 mètres.

24 Q. Aucun membre de votre groupe n'a été tué ou blessé dans cet échange ?

25 R. Non.

26 M. HAYNES : [interprétation] Nous devrions suspendre la séance dans environ

27 trois minutes, mais peut-être que le moment vous conviendrait ?

28 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Certainement. Nous allons avoir une

Page 3715

1 suspension de séance de 30 minutes, ce qui veut dire que nous reprendrons

2 l'audience à 4 heures 13. Je vous remercie.

3 --- L'audience est suspendue à 15 heures 43.

4 --- L'audience est reprise à 16 heures 18.

5 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui, Maître Haynes.

6 M. HAYNES : [interprétation] Merci, Monsieur le Président.

7 Q. Je vais passer à autre chose, Monsieur le Témoin, mais je souhaite vous

8 poser d'abord trois questions pour récapituler ce qu'on disait. Tout

9 d'abord, vous nous avez dit que vous avez pu voir les lignes de l'ABiH au-

10 delà de Baljkovica vous avez dit que c'était environ quatre à 500 mètres

11 des positions des forces serbes où vous étiez et qu'ils ne tiraient pas sur

12 les positions serbes; est-ce exact ?

13 R. Oui.

14 Q. Etiez-vous surpris du fait qu'ils ne tiraient pas sur les positions

15 serbes ?

16 R. Je ne suis pas du tout surpris.

17 Q. Vous avez dit que, lorsque vous êtes revenu à Baljkovica, il n'y avait

18 pas de combat.

19 R. Non, cela non plus, cela ne m'a pas surpris.

20 Q. Je souhaite simplement que l'on clarifie votre déposition. D'ailleurs,

21 ceci faisait partie de mes intentions dans l'ensemble du contre-

22 interrogatoire, jusqu'à maintenant. Est-ce que vous dites donc que pendant

23 les trois jours et trois nuits que vous avez passés à Baljkovica, vous

24 n'avez pas entendu un seul mot au sujet du couloir menant au territoire

25 libre ?

26 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Mais je pense que vous avez posé cette

27 question au moins six fois, Maître Haynes. Il ne vous a pas répondu.

28 M. HAYNES : [interprétation] Si le témoin est content --

Page 3716

1 L'INTERPRÈTE : L'interprète se reprend : Il a répondu non.

2 M. HAYNES : [interprétation] Si le témoin est satisfait d'une telle

3 position, soit.

4 Q. Donc, peut-on parler de la matinée de votre capture ? Dans la région

5 dans laquelle vous étiez caché, vous étiez en train de dormir, l'herbe

6 était très haute, n'est-ce pas ?

7 R. Oui.

8 Q. Vous n'avez aucune idée, n'est-ce pas, de ce qui s'est passé aux trois

9 autres personnes qui sont restées, qui avaient été avec vous la veille ?

10 R. Je ne sais pas de quelles personnes vous parlez.

11 M. HAYNES : [interprétation] Peut-on passer à huis clos partiel ?

12 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Certainement. Nous allons passer à huis

13 clos partiel.

14 [Audience à huis clos partiel]

15 (expurgé)

16 (expurgé)

17 (expurgé)

18 (expurgé)

19 (expurgé)

20 (expurgé)

21 (expurgé)

22 (expurgé)

23 (expurgé)

24 (expurgé)

25 (expurgé)

26 (expurgé)

27 (expurgé)

28 (expurgé)

Page 3717

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 (expurgé)

10 (expurgé)

11 (expurgé)

12 [Audience publique]

13 M. HAYNES : [interprétation]

14 Q. On vous a demandé de vous rendre à quatre reprises, pendant que votre

15 groupe était dans cette herbe, n'est-ce pas ?

16 R. Oui.

17 Q. Pendant quelle période ? Pendant combien de temps ?

18 R. Cela s'est passé dans l'après-midi.

19 Q. Peut-être c'est moi qui ai posé une question floue, mais combien de

20 temps s'est écoulé depuis la première fois que vous avez entendu les appels

21 vous invitant à vous rendre et le moment où vous vous êtes effectivement

22 rendu ?

23 R. Pas longtemps. Peut-être 20 minutes.

24 Q. Après que l'on vous a demandé de vous rendre la première fois, est-ce

25 qu'il y a eu des coups de feu à ce moment-là, ou est-ce que ceci a commencé

26 seulement plus tard ?

27 R. S'il y en a eu.

28 Q. Vous voulez dire qu'il y a eu des coups de feu après que l'on vous a

Page 3718

1 demandé de vous rendre pour la première fois ?

2 R. Oui.

3 Q. S'agissait-il des tirs au-dessus de vos têtes ou dans l'herbe ?

4 R. Au-dessus de nos têtes.

5 Q. Après que l'on vous a demandé de vous rendre pour la deuxième fois,

6 est-ce que l'on a tiré au-dessus de vos têtes ou dans l'herbe ?

7 R. Encore une fois, au-dessus de nos têtes.

8 Q. Après la troisième demande, est-ce qu'ils tiraient au-dessus de vos

9 têtes ou dans l'herbe ?

10 R. Sur nous.

11 Q. Donc, les tirs se dirigeaient vers votre groupe, dans l'herbe, au bout

12 de deux avertissements vous demandant de vous rendre ?

13 R. Oui.

14 Q. De quelle distance a-t-on tiré sur vous ?

15 R. D'une distance de 20 à 50 mètres. Cela dépendait des endroits où se

16 tenaient les soldats différents.

17 Q. Combien de soldats tiraient sur vous, à votre avis ?

18 R. Environ au moins une vingtaine.

19 Q. Vous avez dit qu'ils tiraient de tous les côtés, qu'ils étaient tous

20 autour de vous, que vous étiez totalement encerclés ?

21 R. Oui.

22 Q. Saviez-vous si quelqu'un était touché par balles ? Est-ce que vous avez

23 entendu qui que ce soit crier ou émettre un cri ?

24 R. Non.

25 Q. A la fin, vous avez décidé de vous rendre vous-même. Donc, vous avez

26 jeté votre fusil et vous êtes sorti ?

27 R. Oui.

28 Q. Est-ce que vous pouvez nous dire pendant combien de temps est-ce que

Page 3719

1 vous avez été retenu à l'endroit où vous vous êtes fait prisonnier, avant

2 d'être emmené ailleurs ?

3 R. Jusqu'à 1 heure, je dirais.

4 Q. Pendant cette période, vous y étiez retenu par des soldats qui

5 portaient des insignes avec des couleurs rouge, bleu et blanc et avec un

6 aigle à deux têtes, au-dessus ?

7 R. Je me souviens très bien de l'aigle avec les quatre S en cyrillique. Je

8 me souviens qu'il était écrit : "L'armée de la Republika Srpska." Ils

9 portaient des uniformes de camouflage.

10 Q. Je vais essayer de voir si je peux vous aider ici et je demanderais à

11 l'Huissière de trouver 7063, et notamment la page 5.

12 M. HAYNES : [interprétation] Alors, je dis que pour la Chambre que ceci

13 fait partie du prétoire électronique et c'est en noir et blanc puisque ces

14 documents ont été scannés. Mais je souhaite savoir si l'on peut montrer au

15 témoin les mêmes documents en couleur. Si on peut trouver les mêmes, mais

16 en couleur.

17 Q. Vous voyez, sur ces insignes, au milieu, les aigles avec les quatre S

18 en cyrillique au milieu, au niveau de la poitrine; s'agit-il des insignes

19 dont vous avez parlé ?

20 R. Cela n'était pas les mêmes.

21 Q. Je ne dis pas que c'étaient les mêmes. Est-ce que l'aigle que vous avez

22 vu, avec les quatre S en cyrillique, ressemblait à celui qui se trouve au

23 centre de tous ces insignes ?

24 R. Oui.

25 Q. Lorsque vous dites que c'étaient les soldats qu'il est indiqué que

26 c'étaient des soldats de l'armée de la Republika Srpska; est-ce que cette

27 inscription ressemblait à celle qui se trouve dans la partie supérieure de

28 ces blasons ?

Page 3720

1 R. Je ne me souviens pas si c'était vraiment une abréviation comme ici ou

2 si c'était inscrit l'armée de la Republika Srpska dans l'ensemble.

3 Q. Merci beaucoup. Peut-on conclure donc qu'à la différence de ces

4 blasons, les insignes que vous avez vus n'indiquaient pas du tout la région

5 de laquelle la brigade était issue ? Vous pouvez voir ici, par exemple,

6 c'est marqué sur le premier. Nous y voyons une brigade, et cetera.

7 R. Oui, effectivement. Si ceci avait été écrit, j'aurais su plus ou moins

8 de quelle brigade il s'agissait.

9 Q. Merci, c'est très utile. Merci beaucoup. Vous aviez l'impression que

10 ces soldats venaient de la Serbie elle-même, n'est-ce pas ?

11 R. Oui.

12 Q. Vous fondez cela sur quoi ? Sur leur accent, ou quelque chose

13 concernant leurs équipements, ou quoi d'autre ?

14 R. D'après la manière dont ils parlaient.

15 Q. Merci, Monsieur le Témoin. Au bout d'une heure, à peu près, comme vous

16 l'avez dit, vous avez été emmené à bord d'une Mercedes noire, n'est-ce pas

17 ?

18 R. Non.

19 Q. Bon. Mais avez-vous été emmené par deux soldats dont vous connaissiez

20 les noms, les prénoms, et qui s'appelaient Goran et Zoran ?

21 R. Ils n'étaient pas des soldats, mais membres de la police militaire.

22 Q. Merci. Peut-être c'est de ma faute s'il y a ce malentendu. Mais vous

23 êtes d'accord pour dire que deux hommes vous ont emmené, Goran et Zoran.

24 R. On les appelait Zokie et Gokie.

25 Q. Ceci me satisfait. Est-ce que vous avez été emmené à bord d'une

26 Mercedes ?

27 R. Ils m'ont d'abord emmené à bord d'un camion appelé TAM, jusqu'à un

28 endroit où se trouvait une ligne. C'est là qu'il y avait un grand nombre de

Page 3721

1 soldats serbes, peut-être 300, 400, 500; je ne suis pas sûr. Ils étaient en

2 train de rôtir de la viande. Lorsque je suis arrivé, ils disaient :

3 "Amenez-le ici, on va le rôtir celui-là aussi." Ils disaient n'importe

4 quoi. C'est là qu'ils m'interrogeaient. De nombreux soldats venaient me

5 poser des questions. Ils me demandaient ce que j'étais -- qui j'étais, et

6 cetera. C'est là qu'ils m'ont retenu pendant environ une demi-heure ou 40

7 minutes. Un commandant avait donné l'ordre qu'on m'emmène à Zvornik. A ce

8 moment-là, une Mercedes noire est arrivée. Ils m'ont mis à bord de cette

9 Mercedes, et j'étais assis à côté du chauffeur. Ce même policier était

10 assis derrière moi, mais cette fois-ci, il était seul et il était assis

11 derrière moi. C'est ainsi qu'on a poursuivi notre chemin de Zvornik, et on

12 parlait. Ce policier me disait qu'il fallait que je reconnaisse tout ce que

13 je savais, qu'il ne fallait pas que je mente du tout, que ce serait mieux

14 pour moi, et si on me demandait si je voulais être envoyé auprès de Fikret

15 Abdic pour faire la guerre pour eux là-bas, qu'il fallait que j'accepte

16 plutôt que de me faire tuer. J'ai dit : "D'accord, il n'y a pas de

17 problème." Pendant qu'il me disait tout cela, qu'il fallait que j'avoue

18 tout cela, que ce serait mieux pour moi, il m'a dit : "Si, au moment de

19 l'interrogatoire, si jamais ils inscrivent ton nom dans le livre noir,

20 c'est fini pour toi." Je me taisais. Je savais que je n'étais plus maître

21 de mon destin et que je n'avais aucun choix, que le sort allait décider

22 pour moi. J'ai dit : "Très bien, je suis d'accord, il n'y a aucun

23 problème."

24 Q. Est-ce que vous étiez le seul prisonnier qu'ils ont fait sortir du

25 camion TAM et qu'ils ont emmené en Mercedes noire ?

26 R. Oui.

27 Q. Parmi les gens qui faisaient partie de ce groupe qui se cachait dans

28 l'herbe, est-ce que quelque chose vous distinguait des autres ? Est-ce que

Page 3722

1 vous étiez plus jeune que les autres ou est-ce que vous aviez un grade

2 supérieur aux autres, ou quelque chose de semblable ?

3 R. Notre âge était différent. La personne la plus jeune parmi nous, je

4 pense qu'il était né en 1989. Le plus âgé avait environ 40 ans, peut-être

5 un peu plus.

6 Q. Je pense que vous vous êtes trompé lorsque vous avez dit que la

7 personne était née en 1989, car elle aurait eu six ans à ce moment-là.

8 R. Excusez-moi, je voulais dire 1979.

9 Q. Est-ce qu'il y avait quelque chose de particulier vous concernant, au

10 moment où vous vous êtes fait prisonnier, ce qui pourrait expliquer le fait

11 que vous étiez le seul à avoir été emmené en voiture à Zvornik ?

12 R. Pendant que le commandant -- plutôt pendant que j'étais en captivité,

13 le commandant parlait avec quelqu'un par la radio et il parlait d'un

14 certain échange; puisque j'avais dit que j'étais soldat, ils avaient de

15 soldats afin de pouvoir les échanger. Je suppose que c'est pour cette

16 raison-là qu'ils ont décidé de me garder pour l'échange. Cet homme -- ce

17 commandant qui était là, il m'a dit que j'allais être échangé. Je ne

18 croyais pas car j'espérais toujours que ce que le soldat qui était sur

19 place disait qu'il allait m'égorger. Je pensais qu'il allait m'égorger, et

20 quand ils m'ont même ce même soldat qui disait qu'il voulait m'égorger il a

21 dit : "Faut-il que je l'emmène" ? L'autre il a crié sur lui en lui disant :

22 "Toi, ne dis rien." Il a donné l'ordre à ces deux-là, à ces deux policiers

23 de m'emmener et je pensais qu'ils allaient me tuer. Lorsqu'ils m'ont emmené

24 en bas j'ai entendu pendant une demi-heure ou 45 minutes avant que le

25 camion n'arrive et ils m'ont conduit à l'endroit où se trouvaient ces

26 soldats serbes.

27 Q. Je souhaite clarifier quelque chose. Cette conversation que vous avez

28 entendue, conversation entre le commandant et quelqu'un d'autre par la

Page 3723

1 radio. Au cours de cette conversation on lui a dit qu'il ne fallait pas

2 qu'ils vous tuent, n'est-ce pas ?

3 R. J'ai entendu simplement lorsqu'il a dit qu'ils avaient besoin de moi

4 pour l'échange.

5 Q. Deux questions supplémentaires maintenant concernant ce que vous avez

6 vu à Baljkovica. L'opération que vous avez vue qui était menée par des

7 soldats serbes et qui s'est terminée par votre captivité. C'était une

8 opération du quadriller du terrain, n'est-ce pas ?

9 R. Je ne sais pas à quoi ceci ressemblait à vous. Car nous, lorsque nous

10 avons été encerclés nous étions tous en train de dormir à ce moment-là. Je

11 ne sais pas. Je suppose qu'ils nous avaient vus au moment où nous étions

12 arrivés là-bas. Car nous étions tellement fatigués. On manquait de sommeil

13 dès qu'on s'est assis on s'est endormi, même si tout ce qu'il l'aurait

14 suffi de faire par rapport à cet endroit c'était de se retirer à une

15 distance de 100, 200 mètres, peut-être qu'on aurait été plus en sécurité

16 là-bas, mais on était tellement fatigué que nous sommes restés sur place et

17 c'est là qu'ils nous ont capturés. Mais je ne sais pas s'ils sont restés

18 sur place, lorsqu'ils nous ont vu et s'ils nous ont encerclés immédiatement

19 ou s'ils se sont mis à quadriller le terrain. Je ne sais pas avec

20 exactitude.

21 Q. Merci. Lorsqu'ils ont quadrillé le terrain le but suivant militaire est

22 de rendre le terrain propre, c'est-à-dire de recueillir les armes laissées

23 de côté et d'évacuer les cadavres et ce genre de chose.

24 R. Est-ce que vous pourriez me clarifier cette question un peu, s'il vous

25 plaît ?

26 Q. Oui. Je vais faire de mon mieux. Ce que je vous suggérais tout à

27 l'heure est que les soldats qui vous ont capturés étaient en train de

28 quadriller le terrain afin de voir s'il y avait encore des forces ennemies

Page 3724

1 sur ce même territoire. C'est ce que je suggère qu'ils faisaient.

2 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui, Monsieur Vanderpuye.

3 M. VANDERPUYE : [interprétation] Je fais objection à cette question. A mon

4 avis, nous n'avons pas le fondement concret juridique pour supposer un tel

5 fait. Le témoin n'a pas déposé au sujet de l'opération ni au sujet de la

6 question de savoir à quoi participaient les soldats d'après ses

7 observations.

8 M. HAYNES : [interprétation] Je lui suggère simplement et j'allais

9 expliquer ma question.

10 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Très bien. En même temps, il vous a

11 répondu. Il vous a dit qu'il était endormi avec les autres qui dormaient

12 aussi. Il ne peut pas répondre à votre question et s'il ne peut pas vous le

13 dire, tout le reste devient des conjectures.

14 M. HAYNES : [interprétation] Je ne pense pas que ce soit le cas mais

15 permettez-moi de poser quelques questions et nous y arriverons.

16 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je vais consulter mes collègues à ce

17 sujet.

18 [La Chambre de première instance se concerte]

19 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Veuillez formuler cela un petit peu

20 différemment, Maître Haynes, s'il vous plaît, et veuillez clore ce

21 chapitre, s'il vous plaît.

22 M. HAYNES : [interprétation]

23 Q. Est-ce que vous comprenez le terme militaire "asanacija" ?

24 R. C'est à moi que vous posez la question ?

25 Q. Oui.

26 R. Non.

27 Q. Je vais poser une dernière question sur ce point et ensuite je

28 passerais à autre chose. Vous avez vu beaucoup de corps morts éparpillés

Page 3725

1 dans la région de Baljkovica, n'est-ce pas ?

2 R. Oui.

3 Q. A un moment donné afin de nettoyer le secteur il aurait fallu les

4 enlever, n'est-ce pas ?

5 R. Oui, bien sûr.

6 Q. Si on s'en tient à la seule région de Baljkovica d'après vous combien

7 de corps morts avez-vous vous en l'espace de trois jours alors que vous

8 étiez dans la région ?

9 R. Il y avait des corps partout. Il y avait -- pour ce qui est de ceux qui

10 avaient été tués, je crois qu'il y avait moins de personnes tuées que dans

11 la région autour de Konjevic Polje, Sandici, et Kamenica. Toutes les

12 personnes qui avaient été tuées et qui étaient blessées, car la distance

13 n'était pas très importante, donc une fois qu'il y a eu cette percée, une

14 fois qu'on a pu passer dans le couloir, ce qui a été fait par des soldats

15 armés ils ont réussi à faire passer de l'autre côté tous les soldats qui

16 avaient été blessés. C'est comme cela toutes les personnes qui avaient été

17 blessées et c'est ainsi que ces personnes ont été sauvées dans cette

18 région-là, sur ce terrain-là j'ai vu peut-être 100 à 150 personnes.

19 Q. Merci.

20 M. HAYNES : [interprétation] Je n'ai plus qu'une ou deux questions et

21 ensuite j'en aurai terminé.

22 Q. Lorsque vous êtes arrivé à Zvornik vous dites avoir été interrogé par

23 trois personnes ou trois types de personnes différentes. Tout d'abord,

24 l'homme dont le nom correspondait à Vukasinovic ou quelque chose comme cela

25 --

26 R. Vous avez raison. Trois personnes différentes sont venues me voir.

27 C'est ainsi que les choses se sont passées. Il y avait des soldats, des

28 officiers, et des policiers.

Page 3726

1 Q. Pour abréger vous avez été insulté par des policiers en état d'ébriété,

2 n'est-ce pas ?

3 R. Oui.

4 Q. Merci.

5 M. HAYNES : [interprétation] Monsieur le Témoin, je n'ai plus de questions.

6 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je vous remercie, Maître Haynes.

7 Qui est l'avocat suivant ? Maître Ostojic.

8 Me Ostojic va vous contre-interroger et il représente les intérêts de

9 Ljubisa Beara.

10 M. OSTOJIC : [interprétation] Merci, Monsieur le Président.

11 Contre-interrogatoire par M. Ostojic :

12 Q. [interprétation] Bonjour, Monsieur le Témoin.

13 R. Bonjour.

14 Q. Je vais vous poser une série de questions. J'espère ne pas être

15 répétitif et je vous remercie par avance de bien vouloir aborder ces

16 questions-là avec moi. Nous avons appris à nous connaître un petit peu,

17 parce que vous nous avez souri. Bien évidemment, il y a des sujets très

18 sérieux que nous allons aborder et je m'excuse par avance de vous demander

19 de bien vouloir vous remémorer ces moments-là et je vous remercie pour

20 votre patience.

21 Monsieur, cet après-midi, dans votre déposition, lorsque mon confrère vous

22 a posé des questions sur le pilonnage du 12 juillet 1995, vous avez été

23 pilonné le matin et puis dans une embuscade le soir; vous en souvenez-

24 vous ?

25 Peut-être que je peux vous aider. Ce n'est pas une question piège.

26 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Ecoutez, laissez-le se souvenir et je

27 vais essayer de vous en souvenir.

28 M. OSTOJIC : [interprétation] Oui, oui. Tout à fait.

Page 3727

1 LE TÉMOIN : [interprétation] Non. Simplement, la question n'est pas claire,

2 car nous avons été pilonné à deux reprises et c'est pour cela que cela

3 n'est pas clair pour moi. Je ne sais pas à quel pilonnage vous faites

4 référence ici, car nous avons été pilonné une fois, dans la matinée du 12,

5 tôt le matin. Ensuite, nous avons été pilonné le soir du 12, mais à un

6 autre endroit.

7 M. OSTOJIC : [interprétation]

8 Q. Merci beaucoup. C'est ainsi que j'ai compris votre déclaration. Si je

9 puis vous donner l'aperçu que j'ai de votre déclaration. Corrigez-moi si je

10 fais des erreurs. A 8 heures 30 du matin à Buljim, vous avez été pris dans

11 une embuscade. A 9 heures 30 à Kamenica, vous avez été également pris dans

12 une embuscade ou une attaque et d'après votre déclaration, à 22 heures 30,

13 il y a eu une autre embuscade, et ensuite, de 10 heures 30 ou 22 heures 30

14 à minuit. Ensuite, le 12 juillet, il y a eu une autre embuscade, que ce

15 soit par le truchement d'obus ou de grenades. Donc quatre choix le 12

16 juillet 1995; est-ce exact ?

17 R. Oui. Tout ceci est exact. C'est simplement que les heures ne sont pas

18 exactes. Lorsque vous dites que c'est le matin à 9 heures 30, je crois que

19 vous avez dit cela, près de Buljim, mais lorsque vous avez évoqué la

20 deuxième fois à 9 heures 30, c'était le soir. Donc c'était à 21 heures 30.

21 C'est à ce moment-là qu'il y a eu le second pilonnage. La question tourne

22 autour de cela. La première embuscade a eu lieu près de Buljim et il y a eu

23 des coups de feu violents. Les gens ont été tués. Ensuite, ils ont commencé

24 à pilonner. Je suis retourné à l'endroit où ceci est arrivé. J'étais peut-

25 être à une centaine de mètres devant et un certain nombre devait par

26 approche, sont restés en arrière. Donc, je suis retourné. J'ai vu qu'ils

27 transportaient des blessés qui venaient de cette région. Donc, j'ai demandé

28 à toute personne autour de moi s'ils connaissaient le chemin. Donc, je suis

Page 3728

1 allé aider les blessés à l'arrière de la colonne. Je les ai faits sortir.

2 Lorsque le pilonnage se calmait un petit peu, nous avancions. Lorsque le

3 pilonnage reprenait, nous allions nous mettre à l'abri. Ensuite, nous

4 retournions pour aller chercher les blessés, ceux qui avaient été tués,

5 nous les laissions dans un creux, petit ruisseau que nous avons recouvert

6 de feuilles et de branchages parce qu'il est difficile de porter un corps

7 mort plus de quelques kilomètres. Cela aurait été insensé d'apporter les

8 corps jusqu'à Tuzla. C'est pour cela que je vous explique ceci. Ce n'est

9 pas un problème. Je peux tout vous donner -- tout vous raconter dans le

10 détail, d'aller de cet endroit-là.

11 Q. Si je puis poser une question au témoin, peut-être.

12 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Allez-y.

13 M. OSTOJIC : [interprétation]

14 Q. Pardonnez-moi, mais, concrètement, à 8 heures du matin, d'après votre

15 déclaration, vous dites qu'il y avait une embuscade à Buljim. Je crois que

16 c'est ce que vous dites dans votre déclaration. Vous dites que 30 personnes

17 ont été tuées et 40 personnes blessées, environ; c'est exact ?

18 R. Oui, oui.

19 Q. L'embuscade suivante, l'attaque suivante qui s'est produite, s'est

20 produite environ une heure et demie après à Kamenica; c'est exact ?

21 R. Oui, oui, un instant.

22 Q. S'il vous plaît.

23 R. L'embuscade a eu lieu le matin, juste en dessous de Buljim. Nous avons

24 passé la quasi-totalité de la journée au-dessus de Kamenica, attendant les

25 personnes qui étaient partis devant nous. Nous attendions qu'ils nous

26 donnent un ordre nous permettant de traverser. Nous ne savions pas où, si

27 c'était à Vlasenica ou ailleurs. Donc, nous attendions jusqu'au soir. C'est

28 là où nous nous sommes trouvés. Vers le soir, nous avons entendu une

Page 3729

1 explosion. Je ne sais pas ce qui a explosé. Ensuite, nous avons entendu les

2 tirs de tous côtés, dirigés sur nous. Ils avaient sans doute découvert que

3 nous étions à cet endroit-là, donc, ils ont commencé à tirer de toutes

4 parts. Il y a eu un pilonnage et bon, il y a eu beaucoup de tués, ce jour-

5 là, à cet endroit-là. Ceci s'est passé le 12 au soir, vers 21 heures 30,

6 environ. Je n'avais pas de montre. Je sais qu'il commençait à faire nuit.

7 C'était au mois de juillet, donc la nuit tombait plus tard. Mais on pouvait

8 déjà entrapercevoir la lune.

9 Q. Lorsque vous dites qu'il y a eu beaucoup de tués lors de cette

10 embuscade à Kamenica, je me souviens que dans votre déclaration, vous avez

11 cité le chiffre de 500 à 1000. Est-ce que vous maintenez ce chiffre dans

12 votre déposition aujourd'hui ?

13 R. D'après ce dont je me souviens et d'après ce dont je me souviens des

14 événements, je crois que cela devait être situé autour de ces chiffres-là.

15 J'ai eu l'occasion de retourner à cet endroit pour voir si je pouvais

16 retrouver des parents proches et j'ai perdu mon frère à cet endroit-là

17 également. Donc, nous avons -- nous les avons cherchés à l'aide d'un

18 briquet. Dans toutes les directions où nous nous tournions, cela n'était

19 pas lui, cela n'était pas lui, cela n'était pas lui. Il y avait des

20 personnes qui avaient été blessées grièvement. Il y avait des personnes qui

21 n'arrivaient pas à bouger. Elles étaient toujours en vie, mais à 99%,

22 c'était des morts.

23 Q. Qui vous a -- qui vous a aidé à prodiguer les soins médicaux aux

24 blessés ? Pourriez-vous nous dire combien de blessés il y avait d'après

25 votre estimation ?

26 R. Je pense qu'il y avait plus de blessés que de tués. On aidait quelqu'un

27 si on était en mesure de le faire, que vous connaissiez la personne ou pas.

28 Si vous étiez en mesure de porter cette personne, on la portait sur une

Page 3730

1 distance de 100 mètres ou 500 mètres, pour autant que cela soit possible,

2 parce qu'il y avait des embuscades. Les personnes qui portaient les blessés

3 étaient tuées ou blessées également, donc ce chiffre augmentait sans cesse,

4 ce chiffre de blessés et de tués. Au fur et à mesure que nous avancions

5 tous les 100 mètres ou tous les kilomètres, ce chiffre ne cessait

6 d'augmenter.

7 Q. A un moment donné, dans votre déclaration, en rapport avec Kamenica et

8 l'embuscade, vous avez dit avoir reconstruit des brancards pour venir en

9 aide aux blessés. J'aimerais parler un petit peu de cela. Qui sont ces

10 personnes qui ont construit les brancards, quand vous dites : "Nous avons

11 construit des brancards." ? C'était vous ou simplement les autres hommes

12 qui étaient encore là -- qui étaient là ?

13 R. Je connaissais les personnes de Bljeceva. C'est un village qui était

14 près de l'endroit où je me trouvais. Vous souhaitez que je continue ?

15 Q. [hors micro]

16 R. Personne qui je connaissais qui transportait un de leur parent proche.

17 Je les aidé à porter cette personne. Alors que nous la portions, nous avons

18 parcouru quelque 200 mètres peut-être depuis le moment où nous nous étions

19 mis en route, et un homme est sorti de derrière un arbre portant un fusil

20 M-53. Je connaissais cette arme. Il s'est précipité sur nous et s'est mis à

21 nous tirer dessus. Toutes les personnes qui se trouvaient devant moi, car

22 il nous tirait dessus, une distance de dix à 20 mètres environ, du côté

23 droit, toutes ces personnes sont tombées. Je suis tombé aussi et je sentais

24 de l'air chaud tout autour de moi. Je pensais que j'avais été blessé

25 également. Lorsque la fusillade a pris fin, la personne est repartie

26 derrière ce bouleau et a redescendu la pente. Je me suis levé. J'ai pu voir

27 cela. J'étais en mesure de marcher. Mais il n'y avait personne d'autre aux

28 -- mais personne d'autre autour de moi ne pouvait se tenir debout.

Page 3731

1 Q. Merci beaucoup. J'ai évoqué votre déclaration par rapport à ce point-

2 là. Merci, vous n'avez pas besoin de répéter tout ceci. Je souhaitais

3 simplement savoir, à ce moment-là, puisque j'ai pris des notes. Nous

4 n'allons pas ergoter sur le moment où cela s'est passé, mais combien de

5 personnes ont été tuées dans l'embuscade, puisque vous étiez le seul

6 survivant, lorsque cet homme est venu avec sa mitrailleuse. Combien de

7 personnes de ce groupe sont mortes ?

8 R. Je crois que nous étions huit au total.

9 Q. Pour revenir à la question des brancards, vous avez dit qu'il y avait

10 des brancards qui avaient été fabriqués à partir de morceaux de bois et de

11 couvertes; est-ce exact ? Vous avez dit ceci dans votre déclaration, je

12 crois.

13 R. Oui.

14 Q. Savez-vous comment ces couvertures ont été attachées sur les morceaux

15 de bois que vous teniez lorsque vous transportiez les blessés ?

16 R. C'était l'extrémité de la couverture qui était attachée à un bout à

17 l'avant, et l'autre bout à l'arrière. Nous utilisions deux morceaux de

18 bois, et ensuite, ils les nouaient ensemble.

19 Q. Est-ce que vous connaissez cette technique qui consiste à arracher un

20 morceau d'une chemise -- manche d'une chemise et ensuite, de l'attacher --

21 de faire un nud et de l'attacher à la couverture, et l'attacher à un

22 piquet en bois ou à un morceau de bois pour en faire un brancard de

23 fortune ? Est-ce que vous connaissez cette technique ?

24 R. Oui, je connais cette technique, mais nous n'avons pas eu le temps de

25 l'appliquer. Nous avions juste le temps de faire le nud le plus rapidement

26 possible et partir. Il faut plus de temps pour appliquer cette technique.

27 Il suffisait simplement de nouer les deux extrémités à ces morceaux de

28 bois.

Page 3732

1 Q. Vous avez appris cette technique parce que vous aviez reçu une

2 formation militaire et que vous aviez une certaine expérience dans ce

3 domaine; c'est cela ?

4 R. Non, non, non. Je viens de la campagne. Je suis un villageois. Si

5 j'étais venu d'une ville peut-être que j'aurais connu cette technique --

6 peut-être que je n'aurais pas connu -- si j'étais un homme de la ville, je

7 ne connaîtrais peut-être pas cette technique.

8 Q. Je vais passer à un autre sujet. Dans votre déclaration, vous avez dit

9 que vers minuit, en fin de journée, le 12 juillet 1995, vous avez remarqué

10 qu'il y avait un comportement étrange parmi les hommes dans la colonne du

11 groupe avec qui vous étiez et qu'il y avait des personnes qui se sont

12 suicidées. Vous souvenez-vous de cela ?

13 R. Oui.

14 Q. Vous dites également dans votre déclaration qu'ils se tiraient dessus;

15 vous souvenez-vous de cela, Monsieur ?

16 R. Oui.

17 Q. Pourriez-vous nous donner une estimation là-dessus et nous dire -- ou

18 de vous souvenir combien de personnes qui se sont suicidées, combien de

19 personnes se sont tirées dessus, et pour finir, combien de personnes ont

20 été tuées parmi ce groupe d'hommes ?

21 R. Tout ceci s'est passé après le deuxième pilonnage, en deçà du camp de

22 Brdo, sur la colline de Kamenica et le village appelé Suljici. Après le

23 pilonnage, j'ai pu voir quelque chose qui ressemblait à cela. J'ai eu

24 l'occasion de voir cela à deux reprises.

25 Q. Les deux fois au même endroit ?

26 R. Non.

27 Q. Y a-t-il un autre endroit où ceci s'est passé, où il y a eu des

28 suicides et des personnes qui se sont servi de leurs armes contre les

Page 3733

1 autres hommes ?

2 R. Ceci s'est passé sur une colline au-dessus du village que j'ai cité

3 déjà. Je crois que le nom du village était Suljici. C'était en hauteur, sur

4 la colline. Les gens se comportaient bizarrement, dans le sommeil.

5 Quoiqu'on dise, les gens vous écoutaient. Si vous deviez leur dire : "Allez

6 dans cette direction-là," ils partaient dans cette direction-là.

7 Q. Je ne sais pas si j'ai entendu le nom de l'autre secteur. Cela se

8 trouvait également dans cette région montagneuse appelée Suljici; c'est

9 exact ?

10 R. Non.

11 Q. Pardonnez-moi.

12 R. Suljici, oui.

13 Q. Ces deux cas de personnes qui se sont suicidées et de ces hommes qui se

14 sont tirés dessus, ces deux cas se sont passés dans ou autour de cette

15 région; c'est exact ?

16 R. Non, non, pas les deux cas. Juste en dessous.

17 Q. Je souhaite simplement obtenir une réponse et, ensuite, nous passerons

18 à autre chose.

19 R. Cela n'est pas du tout un problème. Peut-être que c'était deux ou trois

20 kilomètres environ.

21 Q. Simplement une dernière question pour en terminer sur ce sujet. Est-ce

22 que vous pourriez nous donner une estimation, s'il vous plaît. Combien de

23 personnes environ avez-vous vues, des personnes qui se sont suicidées ou

24 qui ont tiré les uns sur les autres, environ ?

25 R. J'ai vu deux cas de ce genre. Dans le premier cas, une personne en a

26 tué une autre. Dans le deuxième cas -- je ne sais pas si vous estimez qu'il

27 s'agit d'un suicide, car cette personne a tué quatre autres personnes. Je

28 voulais simplement expliquer tout ceci. Tout ceci figure dans ma

Page 3734

1 déclaration. Lorsque le pilonnage avait lieu et ensuite lorsque le second

2 pilonnage a cessé, nous avons essayé de traverser rapidement et il y avait

3 beaucoup de fumée et des gros nuages de fumée à cause de ce pilonnage.

4 Q. Pardonnez-moi, si j'insiste. Dans la déclaration, nous n'avions pas de

5 chiffres exacts. C'est pour cela que j'avais besoin de votre aide. Le

6 deuxième point pour lequel je souhaite également vous demander de nous

7 aider c'est ceci : dans la région de Konjevic Polje, le 13 juillet 1995,

8 vous avez dit, je crois précédemment que c'est ce jour-là que le plus grand

9 nombre de personnes sont mortes suite à des coups de feu, à des attaques ou

10 des embuscades; c'est exact ?

11 R. Vous voulez parler des personnes qui se sont rendues ?

12 Q. Non, vous en avez déjà parlé dans votre déposition lorsque vous avez

13 parlé de Sandici. Je parle de l'embuscade qui a eu lieu le 13 juillet 1995

14 à Konjevic Polje. Y a-t-il eu une embuscade à ce moment-là lorsque la

15 colonne essayait de passer ?

16 R. Ecoutez, les dates prêtent à confusion pour moi, en tout cas ce n'est

17 pas clair dans mon esprit.

18 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Un instant.

19 Remplacez bouleau par être "big tree".

20 [La Chambre de première instance se concerte]

21 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Il y a deux choses qui se sont

22 produites deux fois au cours de votre contre-interrogatoire, Maître

23 Ostojic, lorsque vous posez des questions au témoin, des questions qui

24 découlent plus ou moins de ce qui est contenu dans la déclaration du

25 témoin. A l'avenir, lorsque vous faites cela nous vous demandons de bien

26 vouloir demander au témoin de se reporter au passage en question de votre

27 déclaration, passage sur lequel vous posez des questions en tout cas de le

28 lui lire peut-être.

Page 3735

1 L'autre point : pour ce faire, étant donné que vous êtes le second à

2 contre-interroger le témoin, nous n'avons pas d'autres déclarations de ce

3 témoin. Mais nous avons la déclaration du témoin, je crois que vous devriez

4 le lui remettre pendant que vous le contre-interrogez.

5 Troisième point : si vous êtes fatigué, Monsieur, faites-le- nous savoir. A

6 ce moment-là, nous pourrons nous arrêter et si vous souhaitez avoir une

7 pause nous pouvons faire une pause.

8 Dans l'intervalle, Mme la Greffière, je vous demande de bien vouloir nous

9 trouver deux exemplaires copies papier des déclarations, s'il vous plaît,

10 pour que vous puissiez le lui remettre. Nous avons les déclarations du

11 témoin.

12 LE TÉMOIN : [interprétation] Merci.

13 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je suppose que c'est la version en

14 B/C/S. Je ne sais pas s'il comprend l'anglais.

15 M. OSTOJIC : [interprétation] Merci, Monsieur le Président. J'essayais

16 simplement d'accélérer tout ceci, et je vous prie, d'accepter mes excuses.

17 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui, oui, j'entends bien, et merci.

18 Nous regardons ceci avec des lunettes différentes.

19 M. OSTOJIC : [interprétation] Oui, oui, j'entends bien, Monsieur le

20 Président. Merci.

21 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je suis sûr que vous n'allez pas vous

22 opposer à cela. Je crois que le témoin souhaite dire quelque chose.

23 LE TÉMOIN : [interprétation] Merci pour tout ceci. Je souhaite vous dire

24 une chose. Ce monsieur m'a posé une question qui a porté sur l'embuscade et

25 à quel moment j'ai été pris dans l'embuscade. J'ai été pris dans plusieurs

26 embuscades et je ne sais pas à quelle embuscade il faisait référence. Je

27 souhaite simplement savoir sur quelle embuscade sa question portait.

28 M. OSTOJIC : [interprétation]

Page 3736

1 Q. Oui, tout à fait juste. Tout à fait, d'accord. Je crois avoir évoqué

2 dans l'embuscade que vous avez citée dans votre déclaration. Je crois

3 l'embuscade qui a eu lieu à Konjevic Polje. Je vais vous retrouver le

4 passage.

5 M. OSTOJIC : [interprétation] Je ne sais pas si le témoin a sa déclaration

6 devant lui.

7 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] Il s'agit sans doute de la pièce 63

8 pour le prétoire électronique e-court.

9 M. OSTOJIC : [interprétation] Je pense que le Procureur a présenté cette

10 pièce en fin de versement au dossier comme élément de preuve. Nous nous

11 fondons actuellement sur le fait que la pièce a été présentée.

12 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Ce que nous voudrions savoir c'est si

13 le témoin dispose précisément de la copie papier P002288. Je ne veux pas

14 que le témoin ait besoin de faire des recherches dans tous les sens. Si

15 l'Accusation dispose d'un exemplaire ce serait peut-être plus facile de

16 façon à s'assurer qu'il faut le présenter d'abord à la Défense pour

17 s'assurer que c'est bien cela qui va lui être remis au témoin.

18 M. VANDERPUYE : [interprétation] Je pense que nous avons effectivement un

19 exemplaire papier.

20 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bien. Alors, montrez-le à Me Ostojic de

21 façon à ce qu'il vérifie qu'il s'agit bien du bon document. Cela va. Je

22 vous remercie.

23 Monsieur le Témoin --

24 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui, Monsieur le Président.

25 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Si à un moment quelconque vous

26 souhaitez faire une pause vérifier la partie pertinente d'une déclaration

27 où on vous demande de repérer quelque chose veuillez faire, s'il vous

28 plaît.

Page 3737

1 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui, je vous remercie.

2 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Dites-le-nous, s'il vous plaît.

3 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui, je le ferais. Je vous remercie.

4 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Maître Ostojic.

5 M. OSTOJIC : [interprétation] Je vous remercie, Monsieur le Président.

6 Merci de votre patience.

7 Q. Monsieur le Témoin, je veux vous rappeler votre attention pour

8 commencer sur la deuxième page de cette déclaration comme information

9 générale et au paragraphe 5 juste pour récapituler je pense qu'au

10 paragraphe 5 il est dit que le même jour le 12 juillet 1995, vers 8 heures

11 du matin, la colonne est tombée dans une embuscade; vous voyez cela ?

12 R. Oui.

13 Q. C'est donc une embuscade qui a eu lieu au bas de la colline de Buljim;

14 c'est bien cela ?

15 R. Oui.

16 Q. Immédiatement après cela, vous parlez d'une autre embuscade qui a eu

17 lieu au carrefour de Konjevic Polje et de Kravica. Dans le même paragraphe

18 peu après cela vous faites une estimation du nombre de kilomètres que vous

19 avez parcourus approximativement trois. Je crois que c'est dans votre

20 déclaration, si vous voulez bien jeter un coup d'il.

21 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui, Monsieur Vanderpuye.

22 M. VANDERPUYE : [interprétation] Merci, Monsieur le Président. Je crois que

23 ce que Me Ostojic veut évoquer. C'est la route qui relie Konjevic Polje et

24 Kravica. Je ne pense pas qu'il y a eu une indication d'un carrefour d'une

25 intersection ou quoi que ce soit de ce genre.

26 M. OSTOJIC : [interprétation] Bien, je vais lire très exactement le texte,

27 Monsieur le Président, de façon à ce que -- des raccourcis parfois prennent

28 plus longtemps.

Page 3738

1 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui, je pense que c'est la meilleure

2 façon de procéder. C'est ce que je voulais suggérer.

3 M. OSTOJIC : [interprétation] Très bien.

4 Q. Ici, au cinquième paragraphe de déclaration voici : il s'agit de la

5 route qui relie Konjevic Polje et Kravica; vous voyez cela ?

6 R. Oui.

7 Q. S'agit-il là de la deuxième embuscade que vous avez essuyée à cette

8 date du 12 juillet 1995 ?

9 R. Le 12 juillet, c'est à ce moment-là que la première embuscade a eu lieu

10 en dessous de Buljim, comme il est dit ici, de Balje -- Bali. C'était la

11 première embuscade. La deuxième -- les tirs, ou la deuxième embuscade,

12 comme on veut l'appeler, a eu lieu dans la soirée au-dessus de Kamenica

13 vers 9 heures 30 approximativement, puis il y a eu plusieurs embuscades en

14 fait. De Kamenicko Brdo, où a eu lieu la deuxième embuscade, une, deux,

15 trois fois de suite, jusqu'à ce que l'on parvienne à la route goudronnée,

16 ceci a eu lieu trois fois de suite. Cela a eu lieu lorsque nous portions le

17 blessé. C'était la troisième fois.

18 Puis, en progressant, à partir de là, à 200, 300, 500 mètres

19 approximativement, cela n'a pas d'importance, mais tout ceci, à travers

20 bois, jusqu'à ce pré où nous sommes encore tombés sur une embuscade, à

21 nouveau. Nous, nous sommes déplacés vers la droite. Il y avait donc une

22 embuscade à cet endroit et pas mal de personnes ont été tuées. Lorsque nous

23 sommes revenus, ces quelque 200, 300, 400 mètres que nous avions parcouru,

24 alors qu'on discutait de la question de savoir où nous irions, là encore il

25 y a eu des tirs d'armes à feu venant du côté gauche et encore des gens ont

26 été tués.

27 A ce moment-là, nous avons descendu la pente, un peu sur la droite, à

28 travers les hautes fougères. Sur la droite, il y avait certaines maisons

Page 3739

1 qui avaient été incendiées. Maintenant, à savoir si elles étaient

2 musulmanes ou serbes, je ne sais pas. Alors que nous courrions en

3 descendant dans le pré, un pilonnage a commencé et je me suis étendu, là,

4 sur la route, lorsque j'ai ressenti ou senti cette étrange fumée. J'ai dit

5 aux uns, aux autres de prendre leur maillot mouillé et dès les mettre -- ou

6 ce qu'ils pouvaient avoir de mouillé -- de le mettre autour de leur bouche.

7 Je me demandais si ce n'était pas un gaz empoisonné ou quelque chose de ce

8 genre.

9 Un très grand nombre de personnes ont fait cela, beaucoup autour de

10 moi. Mon frère était là et lorsque nous avons avancé à partir de là,

11 lorsque le pilonnage a cessé, là encore, nous sommes allés plus loin. Nous

12 avons commencé à courir à partir de là. A ce moment-là, un obus est tombé

13 devant l'un de mes voisins, juste à côté de lui, sans doute. Cela l'a

14 projeté dans les fougères à quelques mètres de là et j'ai pensé qu'il avait

15 probablement été totalement disloqué probablement, mais il s'est levé et il

16 m'a dit : "Est-ce que tu crois que je suis tout gonflé ?" J'ai dit : "Non,

17 non. Tu vas bien. Tu es tout à fait normal." Cet homme s'est comporté d'une

18 façon très étrange.

19 Nous étions là, ensemble, peut-être en raison de la détonation, de

20 l'explosion ou quoi que ce soit. Je n'en ai aucune idée. Est-ce que c'était

21 la fumée ? Est-ce que c'était la peur ? Est-ce que c'était les deux ? Alors

22 que nous courrions, en colonne, pour descendre en contrebas, et lorsque

23 nous passions par ce champ et que nous sommes entrés dans les bois, peut-

24 être à ce moment-là, dix mètres plus loin, il y a des rochers. Puis

25 ensuite, on arrive directement au cours d'eau, à la rivière. Juste au

26 moment où nous entrions dans les bois, il y avait deux hommes qui se

27 trouvaient à la droite, du côté droit. Ils avaient des armes à la main et

28 ils disaient : "Plus vite, plus vite." Ils nous disaient : "Plus vite, plus

Page 3740

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

12 versions anglaise et française

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 3741

1 vite." Lorsque le dernier est arrivé, avec les personnes étaient en train

2 de courir devant moi, il a glissé et il est tombé dans la rivière.

3 J'avais l'intention de me tenir à une branche, une branche d'arbre,

4 parce que j'ai vu qu'il y avait des hommes qui glissaient dans la rivière.

5 Je me tenais à cette branche d'arbre et j'ai entendu du bruit et je me suis

6 retourné, et j'ai vu qu'il y avait des gens qui se trouvaient des deux

7 côtés, qui étaient pris. Celui qui n'avait pas de fusil disait à l'autre :

8 "Laisse-moi partir, laisse-moi partir. Laisse-moi aller." J'ai entendu

9 l'autre dire : "Tue-le." J'ai entendu cela, là où j'ai laissé -- j'ai lâché

10 la branche et en lâchant la branche, une bombe a explosé -- enfin, une

11 grenade, et pour ce que j'ai vu a eu lieu pour le reste, bon, j'ai sauté et

12 je me suis enfui le plus vite possible de cet endroit.

13 Q. Maintenant, je vous remercie de votre réponse. Je vous mène à une

14 question générale. Vous demandez si, à partir du moment où vous avez quitté

15 Susnjari, le 11 dans la soirée, juste au moment où vous avez été fait

16 prisonnier, qu'il s'agisse du 18 ou du 19 ou quelque journée que ce soit,

17 simplement cette date. Bon. Pendant ces trois ou cinq jours, comme vous

18 avez dit dans votre déposition, vous avez donc été l'objet de ces

19 embuscades et de ces tirs d'armes à feu et ceci avait lieu tous les jours.

20 Tous les jours, les hommes de votre colonne se faisait tirer dessus et

21 étaient tués, n'est-ce pas ?

22 R. Oui.

23 Q. Est-ce que vous pourriez donner une estimation, d'après vos souvenirs,

24 lorsque vous vous trouviez avec cette colonne traversant les bois ou

25 progressant pour essayer d'arriver en territoire libre, vous avez aussi vu

26 des cadavres sur la route, n'est-ce pas, pendant cette période de cinq ou

27 quelques jours depuis Susnjari jusqu'au moment vous avez été -- ou vous

28 vous êtes rendu, c'est bien cela ?

Page 3742

1 R. Oui.

2 Q. Ces personnes, est-ce qu'il s'agissait là de personnes qui avaient été

3 tuées avant les embuscades dans lesquelles vous êtes tombées vous-même,

4 n'est-ce pas ?

5 R. Oui.

6 Q. Donc, votre partie de la colonne est tombée dans les embuscades et il

7 est probable ou raisonnable, tout au moins, de dire que vous avez vu des

8 hommes de la colonne qui vous précédait, qui avaient également -- qui

9 étaient également tombés dans les embuscades, sur la même route ou le même

10 chemin, quelque soit la description; c'est bien cela ?

11 R. Vous avez raison. C'est bien cela. A tous ces endroits-là, il y a eu

12 des embuscades. Ma colonne et des colonnes d'autres personnes -- la colonne

13 dans laquelle je me trouvais, bon, cela n'a jamais été la même colonne que

14 celle lorsque j'avais quitté Susnjari. J'ai rencontré ces autres personnes

15 et puis on tombait dans une embuscade. Certaines personnes étaient tuées,

16 d'autres s'enfuyaient et on retrouvait d'autres personnes d'autres colonnes

17 et tout ceci changeait constamment. On rencontrait des gens, d'autres

18 personnes qui ne faisaient jamais partie de la même colonne, parce que si

19 nous nous étions déplacés en une seule colonne, je pense que nous aurions

20 pu nous déplacer en une seule colonne. Mais ceci aurait voulu dire qu'on

21 aurait tous été tué. Donc, il y avait certaines personnes que l'on

22 rencontrait et d'autres, ici ou là.

23 Q. Bon. Il y a deux points mineurs sur lesquels je souhaiterais des

24 éclaircissements, Monsieur le Témoin. Lorsque vous êtes retourné en arrière

25 pour aider les blessés de cette colonne, n'est-il pas vrai que la majorité

26 d'entre eux avaient essuyé des -- avaient des blessures dues à des armes et

27 que cela avait été même la cause de leur décès, d'après vos souvenirs ?

28 R. Il y avait beaucoup de personnes qui avaient été égorgées, qui avaient

Page 3743

1 été blessées. Personnellement, je n'ai vu personne les égorger, mais j'ai

2 entendu dire par d'autres personnes, lorsqu'on rencontrait une colonne, et

3 lorsqu'on changeait de colonne, vous savez, on s'enfuyait, puis on

4 rencontrait d'autres personnes, et ces autres personnes, bien il y avait

5 quelqu'un qui vous disait : "J'ai vu de mes propres yeux comment cela se

6 passait avec les dernières personnes qui quittaient Srebrenica -- enfin, je

7 veux dire de Buljim, de Kamenica, de Koljevic Polje, peu importe. Comme je

8 l'ai dit, de Srebrenica en direction de Tuzla, les derniers qui se

9 déplaçaient le long de la route ont vu toutes sortes de choses se passer.

10 Ils ont vu qu'il y avait des Chetniks qui étaient en train de nettoyer le

11 terrain et ils tuaient, massacraient les blessés. Ils ont vu cela de leurs

12 propres yeux. Mais je ne parle pas de mon propre mouvement. Je parle de ces

13 gens qui me l'ont dit. Je n'ai pas -- pas de problème.

14 Q. Je vous remercie. Je vous remercie de votre réponse très sincère, et

15 pour nous aider ici. Tout ce que je voulais savoir, c'est si vous avez vu

16 des victimes ayant des blessures d'armes à feu. Mais, enfin, je vais vous

17 poser la question suivante : au cours de cette période de cinq jours

18 environ, à partir du moment où vous avez quitté Susnjari pour aller vers le

19 territoire libre, jusqu'au moment où vous vous êtes rendu, pouvez-vous

20 estimer pour nous, du mieux que vous le pouvez, combien d'hommes sont morts

21 à la suite de ces embuscades et de ces échanges de coups de feu que vous

22 avez subis lors de votre itinéraire à Tuzla ou Nezuk ?

23 R. De Srebrenica à Tuzla ?

24 Q. Lorsque la colonne a été formée, et à partir de là, jusqu'au moment où

25 vous vous êtes rendu, ce qui a été votre expérience personnelle. Vous avez

26 vu des cadavres, que vous avez décrits dans votre déclaration. Je vous

27 demande combien de corps; quel était le nombre de corps que vous avez vus.

28 Je ne voudrais pas vous proposer de chiffre, mais je vous invite à me

Page 3744

1 donner un chiffre.

2 R. Je pourrais dire qu'un chiffre officiel. Même si j'avais compté, je

3 n'aurais vraiment pas osé avancer un chiffre en espérant être exact. Je

4 dirai les choses de cette manière : j'ai rencontré -- j'ai vu des personnes

5 qui étaient grièvement blessées et qui ne pouvaient pas se déplacer, une

6 personne qu'on pouvait considérer comme morte. Il y en avait d'autres qui

7 étaient effectivement mortes. Au moins 1 500.

8 Q. Je vous remercie beaucoup, Monsieur le Témoin. Je vous souhaite bonne

9 chance. Je n'ai pas d'autres questions à vous poser.

10 M. OSTOJIC : [interprétation] Merci, Monsieur le Président.

11 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je vous remercie.

12 Qui vient ensuite ?

13 LE TÉMOIN : [interprétation] Je vous remercie aussi.

14 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Me Nikolic défend

15 M. Nikolic en l'espèce, et elle va vous interroger ensuite. Je ne sais pas

16 si vous connaissez Me Nikolic, mais elle a été temporairement désignée

17 comme co-conseil pour vous aider, Monsieur McCloskey.

18 M. McCLOSKEY : [interprétation] Est-ce que nous pourrions avoir une

19 estimation pour savoir quand le témoin pourra partir ?

20 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je pense que nous avons encore 12

21 minutes pour le moment, et ensuite, trois quarts d'heure pour lesquels vous

22 pourrez procéder à un contre-interrogatoire.

23 Mme NIKOLIC : [interprétation] Je pense que j'en aurai terminer au moment

24 de la suspension. J'ai besoin d'environ un quart d'heure.

25 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je vous remercie.

26 Maître Lazarevic.

27 M. LAZAREVIC : [interprétation] Je ne pense pas avoir de questions

28 particulières à poser dans le contre-interrogatoire.

Page 3745

1 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Maître Krgovic.

2 M. KRGOVIC : [interprétation] Dix minutes environ, Monsieur le Président.

3 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] On peut espérer que nous pourrons

4 terminer avec ce témoin après la suspension, enfin, à la fin de l'audience

5 d'aujourd'hui. Mais, pour ce qui est du témoin suivant, s'il se trouve là,

6 on peut le renvoyer chez lui. Je veux dire à l'hôtel, bien entendu.

7 Maître Nikolic.

8 Mme NIKOLIC : [interprétation] Bonjour, Monsieur le Président,

9 Madame, Messieurs les Juges.

10 Contre-interrogatoire par Mme Nikolic :

11 Q. [interprétation] Bonjour, Monsieur le Témoin.

12 R. Bonjour.

13 Q. Je vais vous poser un certain nombre de questions qui ont trait au 12

14 juillet, la journée du 12 juillet. Je vais vous demander de m'aider un peu

15 avec les documents.

16 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Excusez.

17 L'INTERPRÈTE : Microphone non activé.

18 Mme NIKOLIC : [interprétation]

19 Q. Je vous remercie. Vous avez dit, de façon très détaillée dans votre

20 déposition d'aujourd'hui, que le 12 juillet, avec un groupe de 29

21 personnes, vous avez été transféré dans le nord, près du village de

22 Baljkovac, à un camp de prisonniers de guerre, dans le territoire qui était

23 dans la municipalité de Bijeljina.

24 R. Oui.

25 Q. En plus de votre propre groupe, il y avait d'autres prisonniers ou

26 détenus qui venaient de Srebrenica, Vlasenica, et ainsi de suite, n'est-ce

27 pas ?

28 R. Oui.

Page 3746

1 Q. Pourrions-nous, s'il vous plaît, aller à huis clos partiel, parce qu'on

2 va citer quelques noms de ce document.

3 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Allons à huis clos partiel. Mais

4 nous sommes déjà à huis clos partiel. Je vous remercie.

5 [Audience à huis clos partiel]

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 (expurgé)

10 (expurgé)

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 (expurgé)

17 (expurgé)

18 (expurgé)

19 (expurgé)

20 (expurgé)

21 (expurgé)

22 (expurgé)

23 (expurgé)

24 (expurgé)

25 (expurgé)

26 (expurgé)

27 (expurgé)

28 (expurgé)

Page 3747

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 [Audience publique]

9 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Le Défenseur suivant. Est-ce que vous

10 vous êtes mis d'accord ? M. Zivanovic, non. Il a déjà informé la Greffière

11 qu'il n'allait procéder au contre-interrogatoire du témoin.

12 Maître Krgovic.

13 Me Krgovic comparaît pour le général Gvero.

14 Contre-interrogatoire par M. Krgovic :

15 Q. [interprétation] Bonjour, Monsieur le Témoin.

16 R. Bonjour.

17 Q. Je vais vous poser quelques questions qui ont trait au tout début de

18 votre déclaration et déposition. Ceci a avoir avec votre arrivée à

19 Susnjari. C'est la question sur laquelle je vais vous poser des questions.

20 Vous avez dit dans votre déclaration qui a été versée comme élément de

21 preuve au dossier ici, en réponse à une question du Procureur, que dans la

22 soirée de cette journée, je crois que c'était le 12 juillet -- non,

23 excusez-moi, le 11 juillet --

24 R. Le 11 juillet.

25 Q. Que vous avez reçu pour ordre de quitter les tranchées où vous vous

26 trouviez et de vous rendre à Susnjari; c'est bien cela ?

27 R. Oui.

28 Q. Lorsque vous êtes arrivé à Susnjari, vous étiez dans un groupe avec des

Page 3748

1 personnes de votre unité.

2 R. Oui.

3 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Vous voulez aller en audience à huis

4 clos partiel ? Bien, allons en audience à huis clos partiel.

5 Nous sommes en audience à huis clos partiel, Maître Krgovic

6 [Audience à huis clos partiel]

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 (expurgé)

10 (expurgé)

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 [Audience publique]

16 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Mais attendez, non, attendez un

17 instant.

18 J'ai dit retournons en audience publique, mais, d'après le compte rendu,

19 d'après la réponse, c'était en réponse à votre demande d'aller à huis clos

20 partiel. Or, nous sommes déjà à huis clos partiel.

21 M. KRGOVIC : [interprétation] Monsieur le Président, le problème c'est que

22 lorsque j'ai dit retournons en audience publique, j'ai dit cela en anglais.

23 Parce qu'il y avait chevauchement avec la traduction en anglais, ceci n'a

24 pas pu figurer au compte rendu.

25 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bien.

26 M. KRGOVIC : [aucune interprétation]

27 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bien. D'accord. Je voulais simplement

28 pour le compte rendu qu'il soit bien clair que nous ne sommes pas deux

Page 3749

1 personnes un peu folles disant exactement l'opposé de ce qui devrait dire.

2 Poursuivons maintenant en audience publique, s'il vous plaît.

3 M. KRGOVIC : [interprétation]

4 Q. Monsieur le Témoin, d'après ce que j'ai compris de votre déclaration

5 vous étiez à l'arrière de la colonne; est-ce exact ? N'est-ce pas ?

6 R. L'arrière, vous voulez dire à l'avant ou à l'arrière ?

7 Q. Je veux dire à l'arrière, se trouvait à l'arrière.

8 R. Pour vous dire la vérité je n'étais pas à l'arrière de la colonne.

9 J'étais quelque part entre les deux. Il y avait beaucoup de monde. La

10 colonne était très longue. Pour pouvoir passer par un carrefour Buljim il y

11 avait une partie qui était minée donc il fallait passer un par un. Cette

12 colonne bien qu'elle ait déjà des kilomètres de long même si j'avais été à

13 l'avant de la colonne je n'aurais été qu'un parmi des centaines et même des

14 milliers de personnes. En tous les cas, je n'étais toujours pas à l'avant.

15 J'étais quelque part entre le milieu et l'avant. C'est un peu difficile

16 maintenant de décider, enfin de dire il est difficile de dire que j'étais à

17 l'avant. Ce serait autre chose si nous n'avions été que 20 à ce moment-là

18 j'aurais été en mesure de dire que j'étais à l'avant où à l'arrière.

19 Q. Est-ce que vous êtes en train de dire que votre position dans la

20 colonne a changé au fur et à mesure qu'elle se déplaçait ?

21 R. Oui, c'est exact.

22 Q. Cette unité qui se trouvait à côté de vous ou derrière vous, est-ce que

23 c'était le Bataillon de Montagne se trouvant sous le commandement d'Ejub

24 Golic au moment où la colonne avait été formée ?

25 R. Oui. C'était le dernier. Il était le dernier.

26 Q. Je vous remercie.

27 M. KRGOVIC : [interprétation] Je n'ai pas d'autres questions à vous poser.

28 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Pas de problème.

Page 3750

1 Bon, peut-être serait-il possible maintenant de suspendre la séance

2 maintenant ? Nous n'avons pas expurgé le texte, donc, après cela, nous

3 entendrons Me Lazarevic, Me Fauveau, c'est cela. Bien.

4 Nous pouvons suspendre la séance pendant 30 minutes -- à 25 minutes. Je

5 vous remercie.

6 --- L'audience est suspendue à 17 heures 45.

7 --- L'audience est reprise à 18 heures 13.

8 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui, Maître Lazarevic

9 M. LAZAREVIC : [interprétation] Oui merci, Monsieur le Président.

10 Contre-interrogatoire par M. Lazarevic :

11 Q. [interprétation] Bonjour.

12 R. Bonjour.

13 Q. Je souhaite vous poser deux questions, qui concernent en fait une

14 clarification de ce que vous avez dit aujourd'hui. Tout d'abord, une

15 question qui concerne les personnes qui vous ont emmené de l'endroit où

16 vous vous êtes rendu, dans le village, et puis ensuite à Zvornik.

17 Aujourd'hui, à deux reprises, vous avez dit que c'était des policiers qui

18 vous ont emmené. Est-ce que vous voulez dire par là des policiers

19 militaires, comme c'est écrit au paragraphe 12 dans la première phrase de

20 votre déclaration préalable ?

21 R. Oui. Les policiers militaires.

22 Q. Merci beaucoup. Une seule question encore.

23 M. LAZAREVIC : [interprétation] Monsieur le Président, je pense que nous

24 devrions passer à huis clos partiel, car la réponse que le témoin a donnée

25 à Me Krgovic et mes questions concernent cela.

26 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui, certainement. Passons en audience

27 à huis clos partiel.

28 Nous y sommes.

Page 3751

1 [Audience à huis clos partiel]

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 (expurgé)

10 (expurgé)

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 (expurgé)

17 (expurgé)

18 (expurgé)

19 (expurgé)

20 (expurgé)

21 (expurgé)

22 [Audience publique]

23 Mme FAUVEAU : [chevauchement] -- mes questions, on peut rester dans le huis

24 clos partiel.

25 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Non. Restons d'abord en audience

26 publique. Me Lazarevic a terminé son contre-interrogatoire.

27 Mme Fauveau, qui représente le général Miletic, va commencer son

28 contre-interrogatoire. Elle nous a demandé de passer à huis clos partiel.

Page 3752

1 [Audience à huis clos partiel]

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 (expurgé)

10 (expurgé)

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 (expurgé)

17 (expurgé)

18 (expurgé)

19 (expurgé)

20 (expurgé)

21 (expurgé)

22 (expurgé)

23 (expurgé)

24 (expurgé)

25 (expurgé)

26 (expurgé)

27 (expurgé)

28 (expurgé)

Page 3753

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Pages 3753-3755 expurgées. Audience à huis clos partiel

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 3756

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 [Audience publique]

9 Mme FAUVEAU :

10 Q. Vous avez dit aujourd'hui que c'était page 24, lignes 11 à 16, que vous

11 avez reçu l'ordre de ne pas résister aux Serbes car vos familles étaient à

12 Potocari. Lorsque vous avez décidé, vous, quand je parle de vous, je parle

13 des habitants de l'enclave de Srebrenica, lorsque vous avez décidé de

14 partir de Susnjari sur le territoire sur le commandement de l'ABiH vous

15 savez bien que vous devez passer par les lignes serbes. Je ne sais pas

16 comment on pouvait s'en sortir sans traverser les lignes serbes. Je ne sais

17 pas s'il y avait un seul endroit où nous aurions pu passer sans qu'il y ait

18 des lignes serbes à cet endroit-là. Excusez-moi, mais s'il y avait eu un

19 tel endroit quelque part où nous aurions pu passer sans qu'il y ait une

20 ligne serbe, que nous ayons pu traverser en toute sécurité, très bien, mais

21 je sais qu'à 1000 %, pas seulement les personnes qui sont ici, mais

22 qu'aucun endroit n'existait.

23 Q. Si vous avez reçu l'ordre de ne pas résister aux Serbes, et en tout

24 cas, vous devez passer par les lignes serbes, pourquoi vous vous n'êtes pas

25 simplement rendus aux Serbes ?

26 R. Madame, j'ai eu l'occasion de voir de mes propres yeux des gens se

27 rendrent sans qu'un seul coup de feu soit tiré et ces personnes ont été

28 exécutées sur place, de sang-froid. Ce qui veut dire que si nous nous

Page 3757

1 étions rendus, nous tous, à ce moment-là, comme vous le dites, nous aurions

2 tous été tués.

3 Q. Pourquoi vous n'êtes pas allé à Potocari avec vos familles ?

4 R. J'y serais bien allé et j'aurais rencontré -- j'aurais eu le même sort

5 que ces 3 000 qui avait été choisis depuis l'âge de trois ans et au-dessus.

6 Q. Vous avez dit aujourd'hui, c'était à la page 30, la ligne

7 1 216, que vous étiez trahis par les Nations Unies. Est-ce que vous vous

8 sentez trahi par le gouvernement de Bosnie-Herzégovine aussi ?

9 R. C'est une toute une question, mais je vais répondre. Pour ce qui est du

10 gouvernement de Bosnie-Herzégovine, je ne voudrais pas l'impliquer ici.

11 Quant aux Nations Unies et le reste --

12 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] En ce qui concerne les Nations Unies et

13 le reste, je pense que vous pouvez tranquillement passer à la question

14 suivant, Maître Fauveau. Je ne vois pas de pertinence dans ce qu'il croit

15 être le rôle du gouvernement de Bosnie dans tout cela. Ce n'est pas le

16 gouvernement de Bosnie dont on fait le procès ici.

17 Mme FAUVEAU :

18 Q. Vous avez dit que les Nations Unies vous ont trahis, car la Srebrenica

19 était une zone protégée. Est-il exact qu'effectivement Srebrenica devait

20 être une zone protégée et démilitarisée ?

21 R. Je pense que c'était déjà une zone sécurisée, et vous demandez si cela

22 aurait dû être une zone ainsi. Pour autant que je le sache, c'était une

23 zone sécurisée, d'après toutes les conventions de Genève. Malheureusement,

24 ce qui s'est passé a eu lieu. Ce qui a eu lieu a eu lieu. D'autres peuvent

25 juger de qui doit porter la responsabilité de cela.

26 Q. Monsieur, est-il exact que Srebrenica devait être une zone

27 démilitarisée ?

28 R. Pourriez-vous, s'il vous plaît, éclairer ce mot "démilitarisée," le

Page 3758

1 préciser, l'expliquer ?

2 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] L'Accusation, vous contestez ceci, que

3 parce que je pense --

4 M. McCLOSKEY : [interprétation] Non, Monsieur le Président. Je crois que

5 c'est très clair ce dont il s'agissait.

6 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Assez, on s'arrête ici. Il n'y a pas

7 d'argumentation selon cela aurait dû être démilitarisée.

8 Mme FAUVEAU : Je présume qu'il n'y a pas d'argument non plus qu'elle

9 n'était pas vraiment démilitarisée. Est-ce que peut-être le Procureur peut

10 se prononcer là-dessus aussi ? Ou je peux poser la question au témoin.

11 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Non, je ne veux pas mêler l'Accusation

12 à cela, mais vous pouvez poser la question. Parce que je pense que si vous

13 regardez en ce qui concerne les faits qui sont -- dont constat judiciaire,

14 vous pouvez déjà trouver pas mal de document là-dessus -- de matériel là-

15 dessus. Si vous pensez que cela n'est pas exact, vous avez tous les droits

16 de le contester. Mais je pense que ceci fait partie des faits constants et

17 reconnus. Vous avez déjà une reconnaissance de la situation sur le terrain,

18 de ce que c'était comme la démilitarisation, de ce que cela voulait dire.

19 Mme FAUVEAU : D'accord, Monsieur le Président, je retire ma question. Je

20 n'ai pas d'autres questions.

21 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je vous remercie. Y a-t-il des

22 questions supplémentaires ? Monsieur Vanderpuye ?

23 M. VANDERPUYE : [interprétation] Non, Monsieur le Président, il n'y en a

24 pas.

25 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] J'ai une question que je souhaite

26 poser.

27 Questions de la Cour :

28 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Lorsque vous avez été fait prisonnier,

Page 3759

1 vous avez mentionné à un moment donné que l'un des soldats ou des officiers

2 qui vous ont interrogé ont également parlé de votre frère.

3 R. Oui.

4 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Que tous deux vous seriez épargnés et

5 échangés si vous faisiez quelque chose - je ne sais plus quoi. Alors,

6 comment se fait-il qu'il ait été au courant concernant votre frère ? Est-ce

7 que cela a été quelque chose de spontané de sa part, ou est-ce que cela

8 était à la suite de ce que vous auriez dit concernant l'existence de votre

9 frère à cette personne ?

10 R. C'est lui qui en a parlé le premier, et j'ai vraiment été surpris par

11 le fait qu'il ait appris cela et comment il l'avait appris. Je crois que

12 cette personne - et je ne sais pas si je suis autorisé à dire son nom --

13 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Allons en audience à huis clos partiel.

14 [Audience à huis clos partiel]

15 (expurgé)

16 (expurgé)

17 (expurgé)

18 (expurgé)

19 (expurgé)

20 (expurgé)

21 (expurgé)

22 (expurgé)

23 (expurgé)

24 (expurgé)

25 (expurgé)

26 (expurgé)

27 (expurgé)

28 (expurgé)

Page 3760

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 [Audience publique]

10 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Ceci marque la fin de votre déposition.

11 On va faciliter votre voyage de retour. Au nom de tous je vous remercie

12 d'être venu jusqu'ici et je vous souhaite un bon voyage de retour chez

13 vous.

14 LE TÉMOIN : [interprétation] Je vous remercie aussi.

15 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Pour ce qui est des documents des

16 pièces à conviction.

17 Monsieur Vanderpuye, je pense que nous en avons déjà un ou deux.

18 M. VANDERPUYE : [interprétation] Oui, c'est exact, Monsieur le Président.

19 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui, il y a -- ce n'est pas la

20 déclaration qui a déjà un numéro 2288 ?

21 M. VANDERPUYE : [interprétation] C'est exact.

22 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Vous n'avez rien d'autres ?

23 M. VANDERPUYE : [interprétation] Non, c'est juste la question de la feuille

24 qui contient le pseudonyme de la déclaration antérieure.

25 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bien. Ceux-ci sont déjà versés au

26 dossier.

27 [Le témoin se retire]

28 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Maître Haynes.

Page 3761

1 M. HAYNES : [interprétation] Oui, la pièce 7D63, page 5, qui est la

2 feuille qui contient quatre insignes militaires.

3 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bien. D'accord. Est-ce que vous

4 avez des objections ?

5 M. VANDERPUYE : [interprétation] Je ne suis pas certain de ce qui est

6 présenté en fait exactement.

7 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Ce qui est présenté -- c'est

8 présenté parce que le témoin a montré ces insignes et à l'origine il a dit

9 que ce n'était pas comme cela. Donc si cela n'était pas comme cela tout au

10 moins nous aurons un élément de preuve que ce n'était pas comme cela. Puis

11 nous avons également un spécimen de l'aigle et il a été d'accord que

12 l'aigle était bien comme cela.

13 M. VANDERPUYE : [interprétation] Il n'y a pas d'objection.

14 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bien.

15 Ceci était admis et versé au dossier et reçoit une cote. Je ne sais pas

16 quel est le numéro ?

17 Maître Nikolic.

18 Mme NIKOLIC : [interprétation] Oui, Monsieur le Président. Est-ce que le

19 3D17 pourrait être versé au dossier ?

20 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bien. Ceci sera déposé sous pli scellé.

21 Il n'y a pas d'objection. Je le comprends.

22 M. VANDERPUYE : [interprétation] Il n'y a pas d'objection, mais il y a une

23 question qui nécessite un éclaircissement parce que lorsqu'on a montré ce

24 document au témoin il a mentionné un nom qui se trouvait sur la troisième

25 ligne de la première page.

26 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui.

27 M. VANDERPUYE : [interprétation] Pourrais-je demander le huis clos partiel

28 un instant ?

Page 3762

1 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Certainement. Huis clos partiel.

2 Nous y sommes.

3 [Audience à huis clos partiel]

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 (expurgé)

10 (expurgé)

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 (expurgé)

17 (expurgé)

18 (expurgé)

19 (expurgé)

20 (expurgé)

21 (expurgé)

22 (expurgé)

23 (expurgé)

24 (expurgé)

25 (expurgé)

26 (expurgé)

27 (expurgé)

28 (expurgé)

Page 3763

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 (expurgé)

10 (expurgé)

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 [Audience publique]

14 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Avant de lever la séance, je vois que

15 Me Haynes demande la parole.

16 M. HAYNES : [interprétation] Je suis désolé. Je n'avais pas vu cela du tout

17 et Me Ostojic m'a rappelé qu'il y avait quelque chose que vous vouliez

18 évoquer collectivement. La question de la distribution des notes de

19 récolement qui a été apportée à notre attention à la suite d'une remarque

20 du Juge Kwon hier qui nous a montré que ces documents étaient en fait

21 distribués à tout un chacun. Ce qui à notre avis ne devrait pas être le

22 cas. C'est particulièrement pertinent en l'espèce parce que ce qui a été

23 dit dans la note de récolement en ce qui concerne ce témoin en fait n'a pas

24 été évoqué lors de la déposition. De sorte que ces documents vous sont

25 distribués, et à notre avis, ceci ne vous a pas été présenté correctement.

26 Je ne pense pas qu'il y ait là une question qui pose des problèmes puisque

27 nous l'avons évoquée avec l'Accusation pendant l'une des suspensions

28 d'aujourd'hui et il semble que ce soit simplement le fait que quelqu'un ait

Page 3764

1 une adresse courriel, e-mail qui comprend trop d'adresse. Nous voulions

2 évoquer cette question collectivement maintenant.

3 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bien. Ecoutez, je peux vous dire que je

4 pense que ce sont les premières notes de récolement que nous ayons reçues

5 depuis que nous avons commencé au mois d'août. Franchement, je pensais

6 qu'il y avait une raison particulière pour cela qui finalement ne s'est

7 jamais fait jour. Je parle pour moi, mais je ne suis pas intéressé par les

8 notes de récolement, bien qu'il n'y ait pas de règle très précise à ce

9 sujet sur ce que doivent recevoir les membres de la Chambre et ce qu'ils ne

10 doivent pas recevoir. Il y a d'autres Chambres vous le savez qui insistent

11 pour avoir toutes les déclarations antérieures des témoins mis à la

12 disposition des Juges et les notes de récolement sont mises à la

13 disposition des Juges. Nous n'avons pas ici adopté ce système. Nous savons

14 d'où cela vient. Nous ne sommes pas intéressés par cela à moins que ceci ne

15 devienne un problème. A moins que le témoin ne dise, Non, ceci n'est pas

16 vrai. Je n'ai jamais dit cela pendant le récolement. Vous savez --

17 [La Chambre de première instance se concerte]

18 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] En tout état de cause, cela ne

19 m'intéresse pas -- les notes de récolement. Puisque la pratique au Tribunal

20 varie de Chambre à Chambre je ne voudrais pas imposer mes préférences aux

21 autres trois Juges dans le présent procès.

22 M. HAYNES : [interprétation] C'est probablement quelque chose pour lequel

23 nous n'aurons pas besoin de votre aide à ce stade. Nous pourrons régler

24 cela entre nous.

25 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bon, telle est la situation et je pense

26 que nous avons discuté de cela qu'il n'y a pas d'intérêts pour cela. Je ne

27 sais pas s'il est nécessaire qu'il y ait des notes de récolement pour les

28 membres de la Chambre.

Page 3765

1 Est-ce que je pourrais demander pour ce qui est de l'interrogatoire

2 principal de la déposition ? Ceci a été présenté en partie sous la forme de

3 déclaration écrite, quel mal y aurait-il à recevoir un complément à la

4 déclaration écrite ceci pas strictement dans les termes d'une note de

5 récolement ?

6 M. HAYNES : [interprétation] Non, une déclaration supplémentaire a la

7 difficulté je suppose avec une note de récolement. Je n'ai pas examiné la

8 question avec le témoin bien que j'ai eu cela à l'esprit. C'est qu'on ne

9 sait pas s'il a approuvé ou non la note de récolement. La note récolement

10 est un document qui a été créé au fur et à mesure lorsqu'on l'interroge et

11 que l'on résume ce qu'il a dit, selon on a parlé avec lui. Cela ne reflète

12 pas nécessairement. Tout ce qu'il a dit cela ne comporte pas sa signature

13 donc il ne reconnaît pas cela comme étant la traduction exacte de ce qui a

14 été discuté.

15 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je ne pense pas que nous ayons besoin

16 de discuter cela plus avant.

17 M. HAYNES : [interprétation] Non, mais pour répondre à cette question par

18 courtoisie. Nous pouvons certainement régler cela entre nous. Nous n'avons

19 pas besoin de l'aide des membres de la Chambre.

20 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bon. Vous pouvez régler cela entre vous

21 mais je voudrais faire remarquer, par exemple, que plutôt que de procéder

22 ainsi je serais tout à fait d'accord s'il y avait un complément des

23 renseignements, commentaire à la déclaration écrite, qui nous viendrait

24 directement des auteurs -- du témoin, et pas de façon indirecte comme

25 précédemment, par exemple, de l'Accusation. Je veux dire, par exemple, par

26 cet exemple, je remarque qu'il y a certaines déclarations qui sont

27 mentionnées dans ce document que le témoin n'a jamais répétées.

28 M. HAYNES : [interprétation] Bien.

Page 3766

1 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Il y a une autre raison pour laquelle

2 je ne souhaite pas les recevoir, ces notes de récolement - là encore, c'est

3 ma position personnelle, et j'ai déjà pris cette position dans d'autres

4 affaires, mais bien entendu, les autres Juges sont libres de dire ce qu'ils

5 souhaitent lorsqu'on compose une Chambre de première instance avec moi, et

6 je fais connaître leur préférence.

7 M. VANDERPUYE : [interprétation] Si je peux vous parler de cette question,

8 et j'ai expliqué ceci précédemment au conseils de la Défense, mais en fait

9 je suis celui qui est responsable d'avoir distribué ces notes de

10 récolement, et je l'ai fait dimanche soir. Je pensais que -- enfin, il n'y

11 avait vraiment personne à ce moment-là pour me permettre de prendre une

12 décision, la politique à suivre, donc je les avais distribuées et je les ai

13 copiées pour la Chambre. Je n'avais pas l'intention, en quoi que ce soit,

14 d'influencer les membres de la Chambre d'une façon qui soit pas correcte,

15 et je présente mes excuses.

16 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je ne pense pas que cela nous ait

17 jamais traversé l'esprit non plus, à ce moment-là ou maintenant, Monsieur

18 Vanderpuye. Ne vous inquiétez pas à ce sujet. Maintenant que la question a

19 été évoquée et que vous connaissez notre préférence et plus ou moins quelle

20 est notre position.

21 M. VANDERPUYE : [interprétation] Je vous remercie.

22 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Maintenant, encore je laisse tout le

23 monde libre de prendre une position différente s'ils le désirent. Je vais

24 lever la séance. On se réunira demain à 14 h 15. L'audience est levée.

25 --- L'audience est levée à 18 heures 53 et reprendra le mercredi 8 novembre

26 2006, à 14 heures 15.

27

28