Tribunal Criminal Tribunal for the Former Yugoslavia

Page 4328

1 Le mercredi le 22 novembre 2006

2 [Audience publique]

3 [Les accusés sont introduits dans le prétoire]

4 --- L'audience est ouverte à 14 heures 19.

5 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bonjour, à tous. Madame la Greffière,

6 veuillez citer l'affaire inscrite, s'il vous plaît.

7 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] Bonjour. Affaire

8 IT-05-88-T, le Procureur contre Vujadin Popovic et consorts.

9 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je vous remercie. Tout le monde est

10 présent à l'exception de Me Bourgon. Du côté du banc du Procureur, nous

11 avons M. McCloskey et M. Thayer. J'ai cru comprendre qu'il y avait quelques

12 questions préliminaires.

13 Oui, M. McCloskey.

14 M. McCLOSKEY : [interprétation] Oui, Monsieur le Président. Soucieux de

15 faire davantage de lumière sur la question de la date. Dans le cadre de la

16 déposition de ce témoin, j'ai parlé à quelqu'un de notre équipe qui a plus

17 d'expérience en la matière et je pense que nous avons cerné le nombre de

18 rapports envoyés le 14. Nous avons les numéros, les intitulés. Je pense que

19 ceci nous permettra de résoudre la question. Si le témoin s'en souvient de

20 ces rapports, les reconnaît, on verra. Je reconnais moi-même que je n'ai

21 pas parlé avec lui auparavant, cela c'était prévu pour le témoin plus

22 important qui va venir après. Mais celui-ci n'est pas en mesure d'en

23 parler, le second, lui le pourra. Mais nous pourrions lui poser la question

24 pour voir s'il se souvient de ces questions. Dans l'affirmatif, ceci risque

25 de nous permettre de trouver une solution au problème, mais de la lecture

26 du document, il y a le sens que les questions et les réponses sont

27 normales.

28 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] D'autres questions ? Oui, Maître

Page 4329

1 Fauveau.

2 Mme FAUVEAU : Monsieur le Président, est-ce qu'on peut aller à huis clos

3 partiel, s'il vous plaît ?

4 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Volontiers.

5 [Audience à huis clos partiel]

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 (expurgé)

10 (expurgé)

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 (expurgé)

17 (expurgé)

18 (expurgé)

19 (expurgé)

20 (expurgé)

21 (expurgé)

22 (expurgé)

23 (expurgé)

24 (expurgé)

25 (expurgé)

26 (expurgé)

27 (expurgé)

28 (expurgé)

Page 4330

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 (expurgé)

10 (expurgé)

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 [Audience publique]

17 [Le témoin est introduit dans le prétoire]

18 LE TÉMOIN: TÉMOIN PW-132 [Reprise]

19 [Le témoin répond par l'interprète]

20 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bonjour, Monsieur.

21 LE TÉMOIN : [interprétation] Bonjour, Monsieur le Président.

22 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] M. McCloskey va terminer

23 l'interrogatoire principal, il va commencer maintenant à vous poser ses

24 questions.

25 Vous avez la parole, Monsieur McCloskey.

26 M. McCLOSKEY : [interprétation] Bonjour, Monsieur le Président, Madame et

27 Messieurs les Juges, Monsieur le Témoin.

28 Je vais maintenant faire référence à un nouveau jeu de documents dotés de

Page 4331

1 la cote P02312, je pense que tout le monde devrait avoir reçu ces

2 documents. C'est en B/C/S, mais je vais essayer de ne mentionner que des

3 chiffres, ce qui veut dire que l'anglais ne sera pas tellement nécessaire

4 pour la --

5 Interrogatoire principal par M. McCloskey : [Suite]

6 Q. [interprétation] Je crois que je vais vous surprendre dans une

7 certaine mesure, Monsieur le Témoin. En effet, c'est une pièce que je vais

8 vous remettre à vous aussi. Je ne vous ai jamais montré ces documents, vous

9 allez voir écrit à l'angle la cote P02312, examinez ce document. Ce n'est

10 pas tant le contenu des différentes conversations interceptées qui

11 m'intéressent, je vais vous demander plutôt de parcourir les différentes

12 entêtes qu'on trouve dans le coin supérieur gauche, surtout les chiffres.

13 En premier lieu, nous allons regarder dans ce coin supérieur gauche, et on

14 voit ceci : "STR. POV. BR." Pourriez-vous me dire ce que ceci signifie ?

15 R. Excusez-moi, Monsieur tout d'abord, bonjour. Je suis un tout petit peu

16 distrait aujourd'hui. Est-ce que vous pourriez me répéter votre question

17 parce que je ne me vous ai pas suivi tout à fait.

18 Q. Vous regardez la partie du texte -- ou plutôt d'une en-tête -- l'en-

19 tête qui se trouve à cette première page, et on voit à un moment donné

20 "STR. POV. BR."

21 Est-ce que vous savez ce que signifie ces sigles ou ces abréviations ?

22 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Maître Josse, vous voulez intervenir ?

23 M. JOSSE : [interprétation] Je pense que mon client éprouve quelques

24 difficultés. Il a demandé à Mme l'Huissière de venir le voir, je ne pense

25 pas que ce soit déjà résolu.

26 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Monsieur Gvero, quel est votre

27 problème ?

28 L'ACCUSÉ GVERO : [interprétation] Je ne vois pas le texte à l'écran --

Page 4332

1 L'INTERPRÈTE : Le micro de l'accusé n'étant pas branché, les interprète

2 n'ont pas entendu la deuxième partie de son intervention.

3 L'ACCUSÉ GVERO : [interprétation] -- je n'ai ni le prétoire électronique,

4 ni le texte même de ce document à l'écran.

5 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Nous allons vous aider. Dans

6 l'intervalle, comme me le propose M. le Juge Kwon, rapprochez-vous du

7 général Pandurevic, vous pourrez ainsi suivre les débats ensemble sur un

8 écran pendant que l'on fait le repérage. Je suppose que cela ne vous

9 dérangera pas, Monsieur Pandurevic.

10 L'ACCUSÉ GVERO : [interprétation] Merci, Monsieur le Président.

11 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Est-ce qu'on s'occupe de la question ?

12 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] Oui.

13 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Poursuivons.

14 Monsieur McCloskey, reposez la question une troisième fois. Merci.

15 M. McCLOSKEY : [interprétation]

16 Q. Oui, ici, nous avons ici des abréviations "STR. POV. BR". Qu'est-ce que

17 cela signifie ?

18 R. Oui, Monsieur. Je m'excuse auprès de la Chambre de première instance.

19 Il m'a fallu un temps pour me remettre dans le bain, et maintenant j'y

20 suis. J'avais de la friture dans les écouteurs. Je ne sais pas ce que cela

21 voulait dire.

22 Mais, maintenant, vous me posez une question à propos de ces

23 abréviations. Voici ce qu'elles signifient. Numéro -- plutôt,

24 d'abord : "Strictement confidentiel." Puis, vous avez "BR" qui veut un

25 numéro. Donc, c'est un document très confidentiel, classé secret et qui a

26 un certain numéro d'ordre.

27 Q. Vous prenez le temps d'examiner les autres documents que vous avez sous

28 celui-ci. Quelquefois, ils font une page ou deux, parfois plus. Mais prenez

Page 4333

1 le document où l'on a un texte, et aussi cette mention : "Numéro

2 strictement confidentiel." Vous verrez qu'on a sur ces autres documents 02,

3 alors que pour le premier document, on a 01. Si on prend le numéro d'après,

4 on a 02, puis, on prend le suivant, on a 03; et ainsi de suite 04.

5 Gardons ceci à l'esprit au moment de revenir à la première page. Vous voyez

6 ce numéro. Après le 01, il y a une barre oblique et on a cinq chiffres

7 qu'on peut lire de diverses façons. Connaissez-vous la signification qu'il

8 faut donner à ces cinq chiffres ?

9 Par exemple, si on voit 14/7/1995, qu'est-ce que cela voudrait dire ?

10 R. On trouve ce numéro dans tous les rapports. Je suppose que c'est la clé

11 de ce jour-là. C'est une supposition uniquement de ma part. Nous voyons que

12 ce rapport a été envoyé à une date précise et qu'on suit une certaine

13 chronologie. Ensuite, on a un premier document, un second, un troisième. En

14 d'autres termes, ce jour-là, il y a eu plusieurs rapports qui ont été

15 envoyés.

16 Q. Fort bien. Alors, quand on voit 14/7/1995, est-ce qu'il est possible

17 que cela signifie 14 juillet 1995 ? Parce que si j'examine tous ces

18 documents, du premier au quinzième, je vois toujours le même numéro,

19 14/7/1995.

20 R. Exactement, vous voyez que ceci correspond à la date.

21 Q. Nous avons 16 rapports numérotés. Ils ont chacun un premier nombre

22 suivi d'une barre oblique et d'un autre nombre. Nous allons les parcourir

23 et nous allons voir si ceci nous permet. Ce n'est pas le texte qui nous

24 intéresse. Ceci nous permettra de déterminer comment fonctionnait le

25 système d'Etat.

26 Première question : ce rapport classé secret, strictement confidentiel, 01,

27 comment se fait-il qu'on y est apposé à côté une date ou un numéro

28 14/7/1995, et puis, que la date est répétée ? Ici, en l'occurrence, le 14

Page 4334

1 juillet 1995. Dites-nous si vous le savez, ou si vous ne le savez pas. Ne

2 faites pas de suppositions. On voudrait savoir pourquoi on retrouve la date

3 ici mentionnée deux fois. Merci d'avance.

4 R. Je ne sais pas, Monsieur. Je ne veux pas non plus faire de

5 suppositions.

6 Q. Fort bien. Regardons ce premier numéro, le numéro ERN qui se terminant

7 par les chiffres 5 314. La conversation se tient à

8 07 heures et 4 minutes. Puis, on a une autre conversation à 7 heures 50.

9 Puis, on va tourner la page, on va trouver une autre heure. C'est de 8 à

10 50. Nous avons un numéro ERN qui se termine par les chiffres

11 5 316 et, à cette page, que voyons-nous ? Nous avons le même en-tête à

12 gauche, mais cette fois-ci, comme nous l'avons déjà dit, le numéro, c'est

13 02.

14 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] J'aurais dû vous interrompre, mais je

15 pense qu'on pourrait bien plus simplifier les choses. Je vois que le

16 dernier document porte la date du 15 juillet 1995. Est-ce que vous auriez

17 aussi un document du 13 juillet 1995 ?

18 M. McCLOSKEY : [interprétation] Oui, j'en avais un, mais j'ai décidé que

19 cela allait -- mais ceci ne pouvait que semer davantage de confusions.

20 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui. Mais s'il y en avait quelques-uns

21 du 13 et quelques-uns du 15 juillet, on pourrait, à ce moment-là, ne pas

22 aborder le 14 juillet. Il ne serait pas nécessaire d'avoir une explication

23 du témoin.

24 M. McCLOSKEY : [interprétation] Je peux le rechercher, mais je pense qu'il

25 y a quelques points qui risquent de vous intéresser, que nous allons

26 parcourir ce document.

27 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] D'accord. Là, c'est autre chose.

28 M. McCLOSKEY : [interprétation]

Page 4335

1 Q. Concentrons-nous sur le numéro 2. Là où nous voyons le numéro d'ordre

2 du document commençant par 02. Apparemment, ceci émane de votre unité

3 d'après l'en-tête. Cependant, cette fois-ci, nous voyons CSB, SDB Tuzla

4 comme destinataire. Nous connaissons tous ces éléments. Nous savons que

5 ceci représente le MUP. Nous voyons ici que la conversation interceptée est

6 reprise en majuscule.

7 Hier, vous avez dit que vous vous souveniez avoir donné des

8 conversations interceptées au MUP, mais on n'a pas parlé du fait que le MUP

9 vous aurait donné à vous des conversations interceptées.

10 Alors, pourriez-vous rétrospectivement nous dire ce que représente ce

11 rapport numéro 2 ?

12 R. Ce rapport numéro 2, c'est celui de la SDB -- ou plutôt, de la DB

13 de Tuzla, rapport qui était envoyé à ces unités en passant par notre

14 ordinateur. Ces entités avaient le droit de le faire. Cela avait été

15 approuvé par notre commandement et libre à eux de le faire à l'heure qui

16 leur convenaient. Je ne savais même pas quand ils le faisaient. A en juger

17 par ce document, effectivement, ils se sont servis de ce service.

18 Q. Oui. Mais, cela a été envoyé comme si c'était un document du

19 commandement du 2e Corps, document strictement confidentiel, n'est-ce pas ?

20 Ceci donne -- ou à l'aspect d'un document envoyé à l'armée, n'est-ce pas ?

21 R. Monsieur, quand on voit en haut à droite "armée" -- ou à gauche :

22 "Armée de la République de Bosnie-Herzégovine," cela s'est envoyé à partir

23 de mon ordinateur. On voit le corps du texte qui nous montre que ceci est

24 envoyé par une Unité de la SDB en passant par notre commandement. Je

25 suppose que leur ordinateur ne fonctionnait pas, enfin, c'est ce que je

26 suppose. Cette unité était autorisée à envoyer ces rapports en passant par

27 notre ordinateur. Il ne fallait même pas que j'en sois avisé. Il ne fallait

28 même pas que je connaisse les destinataires de ces rapports. Notre

Page 4336

1 opérateur se servait uniquement de notre en-tête qui contenait la clé pour

2 ce jour-là, après quoi les documents étaient envoyés. On pourrait s'y

3 prendre autrement. On pourrait utiliser une disquette que l'opérateur

4 pourrait insérer dans l'ordinateur et il pourrait envoyer le rapport au

5 commandant de l'unité.

6 Q. Une dernière chose à propos de cette première page, vous pouvez le

7 lire. En fait, en anglais, c'est écrit : "Very urgent" -- "très urgent", en

8 majuscules. Est-ce que vous connaissez la signification de cette mention en

9 anglais, "very urgent" ?

10 R. Oui, au moins je comprends cela.

11 Q. Est-ce que votre unité a utilisé cette mention ? Est-ce que votre unité

12 a utilisé des termes en anglais ? Ou est-ce plutôt un terme ou une mention

13 utilisée par la DB ? Etes-vous au courant ?

14 R. Bien, je dois reprendre tout ce qui est au-dessus de la ligne. C'est

15 une partie du rapport qui a été envoyée à partir de notre ordinateur. Tout

16 ce qui en dessous de la ligne cela vient de la DB. Je ne connaissais pas

17 leur logiciel de traitement de texte. Nous, on utilisait une autre mention,

18 on disait "prioritaire".

19 Q. Reprenons ou examinons différences dates pas toutes nécessairement.

20 Mais là, je vois de 1à 9, pour tous ces documents on a chaque fois la date

21 du 14 juillet et on y voit plusieurs conversations interceptées. Prenons le

22 numéro 9 où nous avons le numéro ERN qui se termine ou qui est celui-ci

23 0325330.

24 R. Oui, je vois.

25 Q. En haut à gauche, on a comme d'habitude l'en-tête, on voit que c'est le

26 neuvième rapport, et on a le même nombre 14795, mais on a une autre date

27 04.01.80. Comment est-ce que ceci a pu se passer ? Ou est-ce que vous avez

28 une explication à cela ? Hier, vous avez fait allusion à des problèmes.

Page 4337

1 Est-ce que vous avez une explication à ce ratage ou à cet écart ?

2 R. Non, je n'ai pas d'explication. Je vous ai dis hier que je savais qu'il

3 y avait eu des problèmes au niveau des dates et de la clé. Je ne sais pas

4 ce qui a été fait. Parce que si c'était le cas il faudrait plutôt que vous

5 trouviez la personne à même de vous fournir une explication.

6 Q. Bien. Nous poursuivons l'examen de ces conversations en suivant le

7 numéro de chacune d'entre elles. Il n'y a plus de différence au niveau de

8 la date. Prenons le numéro 15.

9 Est-ce que vous voyez le numéro 15 ? C'est le numéro ERN.

10 R. Oui.

11 Q. C'est 03205339, 03205339.

12 R. Oui, je peux voir. Je le vois.

13 Q. Ne s'agit-il pas là d'une conversation interceptée dont on parlait hier

14 et qui mentionnait le commandant Jukic et à M. Beara ?

15 R. Oui.

16 Q. Regardons maintenant le suivant, numéro 16. Nous avons d'abord le

17 numéro 14795. Vous le voyez ? En dessous de cela, en dessous de date on

18 voit 15795. Pouvez-vous expliquer cela ?

19 R. Ce que nous voyons ici c'est 1 jusqu'à 16 avec le 14 juillet 1995.

20 Q. Avec celui-ci nous avons comme date 15 juillet en dessous. Pourriez-

21 vous nous expliquer ce que cela signifie ?

22 R. Oui. Je peux voir que l'en-tête il y a un signe codé qui à voir avec la

23 date mais ce code ne correspond pas à la date. Toutefois, il apparaît

24 d'après la conversation précédente qui avait été transmise en priorité que

25 cette conversation a eu lieu à 21 heures 02. Ce qui veut dire que nous

26 avons continué à envoyer des rapports pour cette journée-là mais que

27 c'était après 00 heure et c'est la raison pour laquelle la date est

28 différente. En d'autres termes, c'est la date suivante qui a été utilisée.

Page 4338

1 Q. Bien. Alors, si nous regardons maintenant cette conversation

2 interceptée elle-même nous voyons qu'il y a CSB, SDB Tuzla, qui a sa propre

3 date, du 14 juillet 1995, comment est-ce que ceci correspond à ce que vous

4 nous avez dit ? Comment cela s'explique ?

5 R. Ceci montre que le document du 14 a été envoyé le 15. Ce document

6 contient ce que l'on a enregistré le 14 juillet.

7 Q. Bien. Alors, passons au suivant qui porte là encore la date du 15

8 juillet en bas, avec un numéro ERN qui est 0205345, et ici donc c'est le

9 01, donc il semble que là nous recommençons et qu'il s'agit du premier

10 message correspondant au 15 juillet et qui se présente, mais si nous

11 regardons le message intercepté -- enfin, la conversation interceptée, nous

12 voyons que c'est à 22 heures 41 ce qui est assez tard dans la journée, donc

13 si on garde ceci à l'esprit - jetons un coup d'il au numéro 2 du 15 et là

14 encore on voit qu'il y a le numéro 2, qui a deux fois la date du 15

15 juillet, et cette conversation est à 05 heures 54, donc extrêmement tôt

16 dans la matinée. Bien, sur ce document où figure deux fois la date du 15

17 juillet, si on revient au premier document, document 01, qui est daté du 22

18 heures 41. A votre avis, sur la base de ce que vous savez et maintenant

19 qu'on vous présente ceci -- comme cela, pouvez-vous nous donner votre avis,

20 et nous dire à quelle date cette communication de 22 heures 41 a vraiment

21 été interceptée, enregistrée ?

22 R. Tout ce que je peux vous dire c'est ce que je crois à ce sujet,

23 Monsieur, je ne veux pas me montrer vraiment catégorique à ce sujet. Ce

24 document n'a probablement pas été envoyé avec le rapport de ce jour parce

25 qu'il est arrivé trop tard. Très probablement il a été expédié le jour

26 suivant avec le rapport du jour suivant.

27 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Un instant, s'il vous plaît, je

28 voudrais poser une question à ce stade -- je veux donc poser au témoin.

Page 4339

1 Disons qu'une conversation est interceptée et enregistrée à 22 heures 41 un

2 jour donné, un jour normal, donc, elle est enregistrée et transcrite à la

3 main. Puis elle est lue à haute voix dictée à la personne qui va la

4 dactylographier et l'imprimer. Normalement, combien de temps va s'écouler

5 entre le moment où on a commencé à intercepter et le moment où le texte est

6 prêt à être transmis au bureau auquel on le transmet ?

7 Un message comme celui-ci représente deux pages dactylographiées.

8 M. McCLOSKEY : [interprétation]

9 Q. Est-ce que vous comprenez la question ? Peut-être que vous souhaitez la

10 replacer dans le contexte du 14 juillet, qui comme vous le savez, la date

11 où les événements en question ont eu lieu ?

12 Peut-être pouvez-vous répondre à la question du Président.

13 R. Oui, Monsieur.

14 Monsieur le Président. Il fallait que ces textes soient envoyés aussi

15 rapidement que possible, dès que s'était techniquement et matériellement

16 possible. Les enregistrements une fois interceptés devaient être transcrits

17 et ceci n'est pas toujours un travail facile. On ne peut pas vraiment dire

18 que cela nous prenait cinq minutes, deux minutes ou ainsi de suite.

19 Lorsqu'il y avait une question de priorité qui était en jeu il fallait que

20 ce soit envoyé dès que possible même si certains détails manquaient ceci

21 pour des questions de célérité de vitesse comme c'est probablement évident.

22 En règle générale, lorsque des opérations de combat étaient en cours

23 les documents en question devaient être envoyés au commandement sous la

24 forme d'un rapport dès que possible. En moyenne pour un groupe de

25 conversations normales dont aucune n'avait un caractère d'urgence cela

26 pouvait prendre jusqu'à une heure pour une seule conversation, peut-être

27 environ de 20 minutes à une demi-heure s'il n'y avait pas d'urgence

28 indiquée par le commandement pour qu'on lui envoie d'urgence ces rapports.

Page 4340

1 Les rapports quotidiens réguliers étaient envoyés tard dans la soirée entre

2 19 heures et 21 heures d'habitude, et il s'agissait de rapports réguliers

3 lorsqu'il n'y avait pas d'opérations de combat en cours. S'il y avait des

4 opérations de combat la situation était différente et à ce moment-là on

5 envoyait les rapports dès que possible, dès qu'ils étaient prêts.

6 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je vous remercie.

7 M. McCLOSKEY : [interprétation]

8 Q. Lorsque nous regardons ce groupe avec toutes ces dates du 14 juillet,

9 puis ensuite, on passe au 15 juillet, pouvez-vous nous dire sur la base des

10 processus et procédures employées à quelle date ces conversations

11 interceptées ont effectivement été enregistrées et interceptées ?

12 R. Pour ce qui est de ces documents il est évident que ces conversations

13 ont été interceptées et enregistrées le 14 et le 15 juillet.

14 Q. Bien. Bon. Alors, laissons ceci de côté, il faudra se rappeler de

15 prendre ce qui concerne le 13 de façon à ce que nous puissions voir le

16 revers de la médaille si vous voulez. J'ai vu quelqu'un opiné de la tête

17 là-bas.

18 Q. Bien. Retournons au document que nous étions en train d'examiner et qui

19 était présenté par le prétoire électronique. Il faut simplement qu'on

20 s'assure qu'ils ne pourront pas être vus à l'extérieur. Je pense que nous

21 pouvons rester en audience aussi longtemps que ces documents ne sortent

22 pas.

23 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bien. Nous restons en audience

24 publique, mais il ne faut pas qu'il y ait de diffusion des documents que

25 nous allons voir par le prétoire électronique.

26 M. McCLOSKEY : [interprétation] Pour le compte rendu, il s'agit du numéro

27 1164 E de la liste 65 ter. Nous devrions avoir l'anglais et le B/C/S et

28 donc on revient au 14 juillet 1995. Il s'agit d'une conversation entre

Page 4341

1 Beara et Jokic.

2 Q. Bien. Alors, maintenant, nous allons examiner cette conversation pour

3 essayer de savoir -- par avoir une idée de la façon dont vous procédiez --

4 dont vous faisiez cela. Est-ce que vous pouvez voir la transcription de

5 cette conversation devant vous ?

6 R. Non, je ne l'ai pas à l'écran, Monsieur. Oui, maintenant je l'ai.

7 Q. Bien. Je crois que nous nous étions interrompu. Si vous regardez cette

8 conversation vous avez identifié le premier B comme étant Badem, puis vous

9 avez dit que vous ne saviez pas la ligne suivante -- deux lignes suivantes

10 qui c'était, puis, le B suivant c'était Badem, puis nous arrivons à ce P.

11 Pouvez-vous nous dire qu'en regardant ce P qui cela pouvait être ? Quel

12 participant était ce P ?

13 R. Un instant, s'il vous plaît. Pourrait-on faire un gros plan là-dessus

14 de façon à ce que je puisse voir ? Il s'agit de Palma.

15 Q. Bien. Ensuite, le suivant c'est la lettre J :

16 "Allô, qui est à l'appareil, commandant ?

17 "Je suis l'officier de service à Palma. J'ai besoin d'urgence de

18 parler à Beara.

19 "Ici c'est le commandant Jokic. Qui est là ? Pourquoi vous ne

20 répondez pas, bordel ? Est-ce qu'Ostoja est là ? Beara, est-il là ? Ne

21 perdez pas de temps. La ligne doit être libre. Vous devez répondre

22 immédiatement. Qui est Ostoja ? Il est là ? Il faut que je lui parle

23 d'urgence.

24 "Oui, oui, je vais le faire, oui, oui."

25 Bon, vous avez mis J devant l'ensemble de ce passage. Pour commencer,

26 pourriez-vous nous dire qui est J ?

27 R. J, c'est Jokic.

28 Q. Comment est-ce que vous parvenez donc à savoir qu'il faut mettre Jokic

Page 4342

1 pour cette conversation ? Comment pouvez-vous le savoir ?

2 R. C'étaient les recommandations qu'on nous donnait. Le correspondant se

3 présentait et je le désignais comme tel. Donc, lui-même, il s'était

4 présenté. C'est ainsi que l'on procédait toujours. C'était notre façon de

5 travailler.

6 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui, Maître Ostojic.

7 M. OSTOJIC : [interprétation] Excusez-moi de devoir objecter à ce stade,

8 Monsieur le Président. Mais, dans notre version en B/C/S de cette

9 conversation interceptée qui devrait être. On ne voit pas les paroles, ici,

10 le commandant Jokic, comme le Procureur, l'a dit clairement. Je pense que

11 ces questions induisent en erreur. Il est évident que le témoin est en

12 train d'interpréter cette question en disant : "Qu'il s'est présenté." Tout

13 ce qu'il dit c'est "commandant". Jokic, s'il voulait être plus direct,

14 c'était Jokic, il l'aurait employé, il l'aurait dit. Mais il ne le dit pas.

15 On voit simplement le mot "commandant," et ensuite, le nom "Jokic".

16 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Maître Ostojic, si l'on regardait un

17 peu plus bas dans la version anglaise, à la page 1, l'avant-dernière ligne,

18 "J", est-ce que c'est une erreur ? "Jokic ici."

19 Lorsque ceci a été transcrit, le témoin sait maintenant parce qu'il a

20 entendu, lui-même, le correspondant. "Il y aussi ici, Jokic."

21 Donc, il doit mettre un "J" à côté de ce qu'il pense être Jokic.

22 M. OSTOJIC : [interprétation] Mais s'il pense que c'est une chose de

23 différent -- une traduction, enfin, c'est important. Si la Chambre veut

24 qu'on en discute à ce sujet, c'est très bien.

25 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Non. Mais c'est bien cela.

26 M. OSTOJIC : [interprétation] Pour moi, cela induit clairement en erreur.

27 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je ne pense pas que je lui induise en

28 erreur parce que tel que se présente le document, lui-même, il indique que

Page 4343

1 le correspondant se décrit lui-même comme étant Jokic. Bien sûr, vous

2 pouvez évoquer la question lors du contre-interrogatoire en temps utiles,

3 mais c'est une question parfaitement légitime.

4 Poursuivez.

5 M. McCLOSKEY : [interprétation] Monsieur le Président, nous avons ici un

6 problème de traduction. C'est une traduction faite par le service CLSS.

7 Donc, ce n'est pas comme si j'étais en train d'ajouter ici, entre

8 guillemets, tel document soumis à vous.

9 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Non, non, je suis sûr que vous

10 n'ajouteriez rien. Je le comprends, cela, Monsieur McCloskey.

11 M. McCLOSKEY : [interprétation]

12 Q. Bien. Alors, comment est-ce que vous avez ceci, donc, Jokic qui fait

13 tous ces commentaires d'après ce que je comprends ? Comment est-ce que vous

14 pouvez expliquer cela ?

15 R. Il y a au moins deux possibilités pour qu'on ait une situation de ce

16 genre. Ce que dit l'un des correspondants pour commencer. Il faut que

17 j'explique. Les aspects techniques des stations radio, relais FM-200 ou

18 RRU-800. Chacune de ces stations relais, y compris celle-ci qui a plusieurs

19 canaux, à la fois, un émetteur et un récepteur. Lorsque nous avons trouvé

20 la station relais, nous avons entendu un participant qui était du côté

21 "Emission," sur le poste relais et ce qu'on entendait le mieux. C'étaient

22 ceux que nous entendions le mieux. Elles étaient très [imperceptible] et

23 seulement l'occasion que nous avions, la possibilité de surveiller, de

24 suivre les fréquences qui arrivaient. Enfin, les autres stations relais

25 leurs étaient reliées. Donc, d'un côté, nous entendions mieux l'un des

26 correspondants que l'autre et de l'autre côté, c'était l'autre. C'était

27 dans le sens inverse. Donc, voilà une réponse relativement simple. Les

28 stations radio relais fonctionnaient de façon différente de la façon dont

Page 4344

1 nous les entendions. Elles avaient l'élément récepteur que, peut-être, nous

2 ne pouvions pas entendre par le pilote. Ceci était envoyé par la partie

3 adverse. C'est pour cette raison qu'il pouvait arriver que M. Jokic auquel

4 il parlait soit, laisse très, très peu d'intervalle pour que nous ne

5 puissions pas entendre ce qui était dit, ou que nous puissions l'entendre,

6 mais pas bien. Nous ne pouvions pas à ce moment-là saisir cela et le

7 transcrire. Mais comme il n'y a pas de points ou points de suspension ici,

8 même si Ostoja a effectivement entendu quelque chose ? Mais cela je ne veux

9 pas rentrer là-dedans. Nous avions extrêmement peu d'intervalle pour mettre

10 les points de suspension pour indiquer que quelqu'un parlait à ce moment-

11 là.

12 Q. Est-ce qu'il reste tout simplement une simple explication selon

13 laquelle le commandant Jokic était en train de parler sur deux émetteurs à

14 la fois ? Est-ce qu'il y en avait un d'ouvert ? On essayait de trouver

15 Beara. Est-ce qu'il aurait pris un autre téléphone dans le bureau en

16 essayant de trouver quelqu'un d'autre ?

17 M. OSTOJIC : [interprétation] J'objecte à ces hypothèses. C'est de la

18 spéculation, Monsieur le Président.

19 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Ecoutez, si vous pouvez répondre à la

20 question sans faire d'hypothèses ou de spéculations, allez-y ? Si vous

21 pouvez ne faire que des hypothèses, à ce moment-là, demandez-nous de ne pas

22 poser la question -- de ne pas répondre à la question ?

23 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui. Merci, Monsieur le Président.

24 Je ne faisais que donner un exemple pour montrer qu'un correspondant peut

25 prononcer plusieurs phrases et en même temps répondre à quelqu'un d'autre.

26 Vous avez en bas une note en tout petit caractère donc, je ne peux pas

27 vraiment la lire, mais je sais qu'on dit là qu'il y avait une ligne

28 téléphonique qui était ouverte avec l'une des centrales. On peut voir avec

Page 4345

1 quelle centrale il s'agissait d'après la conversation elle-même ? Lorsque

2 ceci avait lieu, Monsieur le Président, c'était assez facile de voir

3 comment tout ceci se déroulait.

4 M. McCLOSKEY : [interprétation] Bien.

5 Q. Alors, poursuivons. Nous voyons à nouveau "B." Je comprends que ceci

6 continue d'être quoi, ce "B".

7 R. Badem.

8 Q. Bien. Ensuite, nous avons "J" pour Jokic, qui dit "Allo." Puis, nous

9 avons "X" qui dit : "Je ne vais apprendre le tout, mais il est question de

10 Snagovo et des problèmes et Crni Vrh. Quelle est la différence pour "X"

11 lorsque vous entendez quelque chose comme cela ?

12 R. Ceci se faisait dans la situation que je viens de décrire lorsque X est

13 entendu, à ce moment-là, il y a une ligne qui est ouverte. Nous entendons

14 un correspondant qui, brusquement apparaît On ne sait d'où, commence à

15 parler ?

16 Q. Bien. Alors, nous avons un autre correspondant avec des points de

17 suspension. Qu'est-ce que cela représente, cela ? Il y a un "Y." Qu'est-ce

18 que cela représente ?

19 R. "Y" est un deuxième correspondant inconnu par rapport au X qui était en

20 train de parler. Donc, nous avons plusieurs conversations qui sont en cours

21 à ce moment-là.

22 Q. Mais si vous n'avez pas d'informations ni de mots, comment savez-vous

23 qu'il y a quelqu'un désigné par "Y" et que ce n'est pas tout simplement un

24 intervalle ?

25 R. Bon, vous savez si vous entendez un murmure ou une conversation

26 indistincte, on mettait des points de suspension. Donc, tout ce que nous

27 n'arrivions pas à transcrire en mots, on n'essayait même pas d'interpréter

28 ou de déchiffrer des sons, parce qu'on ne pouvait vraiment pas dire ce

Page 4346

1 qu'ils signifiaient.

2 Q. Bien. Alors, poursuivons. Nous avons "X" qui fait un nouveau

3 commentaire sur la question de consolider les lignes. Puis, nous avons de

4 nouveau "J. Lokic," le nouveau qui est là qui dit "Allo." Puis, nous avons

5 "B", "Badem," je suppose qui dit : "Juste un instant, un instant, mon

6 vieux." Ensuite, Jokic qui dit : "Est-ce que c'est Beara ?" "C'est Jokic

7 ici." Ensuite, nous voyons les lettres, "B" et "E", points de suspension.

8 Qu'est-ce que cela veut dire ?

9 R. B veut dire Beara.

10 Q. Comment donc avez-vous découvert que Beara prend part à cette

11 conversation que vous n'entendez pas bien parce qu'ensuite vous avez des

12 points de suspension ?

13 R. En suivant la conversation, le ton qu'elle prend on peut voir que M.

14 Jokic était déjà entré dans la conversation avec quelqu'un, qu'il

15 communiquait avec quelqu'un, il s'adressait à cette personne. D'après la

16 conversation, nous pouvons voir qu'ensuite, il évoque son grade, il le

17 mentionne. Puis, nous pouvons voir, entendre que M. Jokic parle à la

18 personne à laquelle il a demandé à parler.

19 Q. Bien. Un peu plus tard, nous reverrons le texte transcrit du rapport

20 pour montrer comment vous avez décidé lorsqu'il faut indiquer les

21 différents correspondants. Mais je vais vous poser une question à ce sujet.

22 Pour le moment, reprenons donc ce texte.

23 Bien. Donc, lorsque nous voyons Jokic qui dit : "Nous sommes

24 ensemble, colonel, numéro 155 vous a appelé et vous a demandé de vous

25 appeler d'urgence." Puis Beara, on ne l'entend pas, puis Jokic parle du

26 numéro 155, cela veut dire la maison du dessus : "Alors allez-y, appelez-

27 le, vous l'avez fait, je ne parle pas comme cela" Puis, Beara ne peut plus

28 être entendu, on ne l'entend plus. Jokic dit : "Oui." Nous avons d'immenses

Page 4347

1 problèmes ici, à nouveau on n'entend pas Beara. Jokic : "Ici, on a de très

2 grand problèmes avec ces gens, le paquet." Beara, on ne l'entend pas. Jokic

3 qui dit : "Drago, on n'arrive pas à le trouver nulle part. Je ne sais pas

4 où les autres se trouvent de toute la journée." A nouveau, on ne peut pas

5 entendre Beara. Jokic dit : "Comment ? Quoi ? Appelez leur numéro 155 et la

6 maison d'en haut, c'est cela, d'accord chef." Beara, nous avons points de

7 suspension. Puis, pour la première fois, nous avons Beara qui dit ces mots

8 : "Pourquoi le numéro 155 ? Où c'est cela ?" Jokic qui répond : "Et bien,

9 je ne peux pas vous dire sur cette ligne. Vous savez, vous devez l'avoir

10 là." Le transmetteur qui -- Beara dit, à ce moment-là : "Oui." Jokic dit :

11 "B".

12 Là encore, je ne veux pas vous donner toute l'explication, mais vous

13 pourriez nous dire : est-ce que vous avez une raison de penser pour

14 laquelle on ne peut pas vraiment comprendre ce que Beara disait ? Est-ce

15 que vous avez réussi à saisir les deux dernières lignes ?

16 R. Il est évident que la personne qui se trouve au central était

17 constamment en train d'ouvrir et de fermer la ligne, de manipuler du point

18 de vue technique, et que cette personne était en mesure de couper la

19 liaison avec le deuxième correspondant ou au contraire de l'ouvrir. Ce

20 n'est qu'une hypothèse que je peux faire, la seule possibilité technique,

21 ceci se passe, d'après ce que l'on peut voir ici en l'occurrence.

22 Q. Bien. Mais alors, cet avis est actuellement notée, en l'occurrence,

23 dans la petite remarque qui est faite en bas de page où vous dites que, par

24 un opérateur du central, par une erreur à Badem, nous enregistrons la

25 conversation entre X et Y qui ne pouvait pas être entendue pendant qu'il

26 interceptait la ligne 44 qui était ouverte pour Jokic. Comment estimez-vous

27 que cette erreur à Badem était faite à Badem, mais pas à Palma ?

28 R. Parce que le central à Badem ouvrait la ligne pour Jokic et donc ceci

Page 4348

1 faisait qu'il était possible pour nous d'entendre Beara pour quelques

2 moments au moins, tout était fait par le correspondant à Badem. Excusez-

3 moi, laissez moi ajouter quelque chose. Vous pouvez voir également au début

4 du texte que Jokic appelle quelqu'un et je dois dire que, vous voyez la

5 lettre B à cet endroit-là, chacun des correspondant sur un canal, sur une

6 station relais radio à plusieurs canaux, peut être entendu sur un petit

7 poste de relais, mais pas nécessairement. Là aussi, l'un des correspondant

8 peut être repéré, ceci arrive souvent. Si ceci poste des problèmes, nous

9 pouvons à ce moment-là faire des recherches, analyser la question. Mais il

10 faudrait qu'on ait, à ce moment-là, les documents nécessaires.

11 Q. Bien. Maintenant j'aimerais que nous parlions du cahier et des

12 photocopies qui en ont été faites. J'aimerais que nous examinions la

13 version manuscrite, j'aimerais vous demander comment elle a été produite.

14 Nous allons essayer de trouver l'original parce que cela peut intéresser

15 les Juges et pour le témoin cela sera sans doute beaucoup plus simple. Je

16 sais que les Juges ont déjà vu le cahier, je ne sais pas -- que la Défense

17 a déjà vu le cahier, je ne sais pas si les Juges veulent le voir.

18 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Nous en avons une copie. Ce que je vous

19 suggère c'est qu'il serait mieux que le témoin se voit remettre un

20 exemplaire papier et je ne sais pas si ceci peut être diffusé ou pas, c'est

21 à vous de voir.

22 M. McCLOSKEY : [interprétation] Non, sans doute pas parce qu'il y a des

23 initiales sur ce document. Le mieux serait que le témoin puisse recevoir

24 l'original du cahier. Il y a des couleurs ensuite qui pourraient présenter

25 une certaine pertinence, on pourrait placer le document sur le

26 rétroprojecteur.

27 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Le mieux c'est donc de passer à huis

28 clos partiel puisqu'il y a des signatures. A moins que l'on ne me confirme

Page 4349

1 que tout ce qui est diffusé avec le rétroprojecteur ne l'est pas vers

2 l'extérieur, ne l'est pas à l'extérieur de ce prétoire.

3 Merci. Donc, le document qui sera présenté grâce au rétroprojecteur ne sera

4 pas diffusé à l'extérieur.

5 M. McCLOSKEY : [interprétation] La photocopie de l'originale porte la cote

6 P02308. On pourrait remettre le cahier lui même au témoin, et on va peut-

7 être commencer par un certain nombre d'explications.

8 Q. Vous avez déjà vu ce cahier précédemment; pouvez-vous nous dire ce

9 qu'il s'agit, comment ce cahier s'inscrit dans le cadre de votre

10 déposition ?

11 R. Il s'agit là d'un des cahiers qui viennent de mon unité, c'est un

12 cahier qui nous a servi pour transcrire des conversations transmises par

13 relais radio.

14 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Vous nous expliquez qu'il y a des

15 entrées qui sont en couleur et que c'est la raison pour laquelle il serait

16 intéressant et qu'il faut examiner certaines de ces entrées grâce au

17 rétroprojecteur.

18 M. McCLOSKEY : [interprétation]

19 Q. Veuillez nous montrer la première page, la page de garde. Pas les

20 conversations -- la première conversation mais la page de garde parce que

21 je crois qu'il y a quelque chose d'écrit. Nous savons tous que ce numéro-là

22 qui figure à gauche verticalement c'est un numéro de référence du TPIY.

23 J'aimerais qu'on puisse désormais pour voir la totalité du cahier. Bon, on

24 ne voit pas très bien, mais en haut à droit il y a un numéro 9 qui a été

25 inscrit là. Pouvez-vous nous dire ce que cela signifie, à quoi cela

26 correspond ?

27 R. Je ne sais pas ce que cela veut dire ce numéro 9. Le grand 9 qu'on voit

28 aussi sur la couverture, je ne sais pas non plus ce que cela veut dire.

Page 4350

1 Q. Oui, mais ce qu'on voit, ensuite, à côté un peu plus bas RRU et plus un

2 chiffre, qu'est-ce que cela signifie ? Est-ce que vous savez ce que cela

3 représente ?

4 R. Là, c'est mon écriture. Cela signifie équipement radio relais 1, c'est-

5 à-dire que ce cahier il a permis ou il a servi à transcrire des

6 conversations qui ont été interceptées grâce à l'équipement de relais radio

7 numéro 1. C'est le type de station radio, RRU 1.

8 Q. Le chiffre, le numéro que l'on voit en dessous ?

9 R. Ce que l'on voit en dessous c'est notre numéro de référence, c'est le

10 numéro de référence donnée par notre unité. C'est ainsi que nous donnions

11 des références au cahier. On numérotait les cahiers d'un à 30 et quelque,

12 et vous voyez qu'il y a ensuite une barre oblique et un 2 en chiffre

13 romain, cela veut dire qu'il y avait aussi un cahier, il y avait un autre

14 cahier qui était 29/I, là nous avons le 29/II.

15 Q. Fort bien. Passons à la première page à proprement parler de ce cahier.

16 Pouvez-vous nous dire, qui a écrit ce que l'on voit ici, et ce que cela

17 signifie en quelques mots ?

18 R. C'est moi qui ai écrit cela. C'est un cahier ou un registre de rapports

19 pour un relais radio avec ensuite le récepteur en dessous, et la date c'est

20 la date à partir de laquelle on a commencé à tenir ce cahier, c'est la date

21 de la première conversation, mais on n'inscrivait jamais la date de la

22 dernière entrée.

23 Q. Tournons la page. A gauche, je crois qu'il y a un numéro, tout en haut

24 à gauche, qu'est-ce que cela signifie ? Le savez-vous ?

25 R. Ceci c'est le commandement qui l'a inscrit, ceci nous indique la date à

26 laquelle le cahier nous a été envoyé pour que nous l'utilisions, mais cela

27 ne veut pas dire forcément qu'il l'avait envoyé à cette date précise. Ce

28 que l'on voit ici nous indique la date à laquelle le cahier a été

Page 4351

1 enregistré ou consigné dans leurs propres registres.

2 Q. Passons maintenant à la première page du cahier. Nous voyons ici ce qui

3 -- nous le savons maintenant la fréquence, l'heure, les correspondants. Il

4 n'y a pas d date ici. Je vous ai déjà interrogé sur ce point la dernier

5 fois et redites-nous ce qu'il en ait est-ce que généralement on indiquait

6 la date dans ce genre de cahier ?

7 R. Normalement non, parce qu'il s'agissait là simplement d'une sorte de

8 brouillon de ce qui ensuite deviendrait un véritable document. Je suis

9 vraiment désolé mais c'est comme cela qu'on faisait.

10 M. McCLOSKEY : [interprétation] Feuilletons ce cahier et allons jusqu'à la

11 page dont le numéro ERN se termine par les trois chiffres suivants 683,

12 j'aimerais que l'on nous montre à l'écran la partie inférieure de la page.

13 Non, il faut qu'on voie la totalité. Voilà, c'est bien. Sur cette page nous

14 avons 8 heures 20 ensuite la fréquence, j'imagine, puis au-dessus on voit

15 la chose suivante 12, 07, 95. Est-ce que c'est une date ?

16 R. Oui, Monsieur. C'est la date.

17 Q. Bien. Passons maintenant à la page suivante. Cette conversation se

18 déroule à 8 heures 20 on voit qu'elle a été consignée par une certaine

19 personne il y a une certaine écriture. On passe à la page suivante là il y

20 a une autre conversation qui commence par la mention 9 heures 50. Je vais

21 essayer du temps, je passe donc en revue la totalité de ce cahier, et je

22 constate on passe de 9 heures 57 à 11 heures 15, puis 12 heures 59, 13

23 heures, 13 heures 05, 16 heures 40. Ensuite, l'entrée suivant est à 12

24 heures 36, puis ensuite, à 14 heures. L'entrée suivante correspond à 12

25 heures 18, ensuite,

26 12 heures 21, 12 heures 34, 16 heures 50, 18 heures 27, 20 heures 48, et

27 ensuite, 21 heure 02 --

28 M. LE JUGE KWON : [interprétation] Nous n'avons pas pu suivre.

Page 4352

1 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Moi non plus. J'essaie de suivre, mais

2 je ne peux pas.

3 M. McCLOSKEY : [interprétation] Vous êtes censés me croire sur parole parce

4 que c'est un peu difficile à suivre. Je le reconnais.

5 M. LE JUGE KWON : [interprétation] Mais je me demande si le témoin lui a pu

6 suivre.

7 M. McCLOSKEY : [interprétation] Oui, c'est vrai que j'ai un petit peu

8 accéléré mais je peux ralentir effectivement.

9 Q. Pouvez-vous faire ce que je viens de faire moi-même, Monsieur le

10 Témoin, et essayez de suivre les heures qui sont indiquées, ce que je

11 voudrais savoir, si ce faisant, on peut identifier des périodes de 24

12 heures qui se suivent et qui nous amènent à cette conversation interceptée

13 qui a eu lieu à 21 heures 92, la conversation interceptée dont nous parlons

14 depuis le début ?

15 R. D'abord il faut que je dise quelque chose au sujet de ce document que

16 j'ai actuellement sous les yeux. Je peux voir qu'il y a là la signature,

17 la signature de l'opérateur, puis s'agissant de certaines conversations on

18 voit qu'il y a également la signature de celui qui a enregistré la

19 conversation. Ce que je remarque également c'est que ce cahier était

20 consacré à la fréquence de la RRU 1, et toutes les fréquences qu'on voit

21 avant le confirment, c'est-à-dire qu'il s'agit des fréquences qui

22 correspondent à RRU 1. Ensuite on voit une autre fréquence 785, cinquième

23 canal, qui correspond à des fréquences RRU-800 à 11 heures 45. Il y a eu

24 mélange entre RRU-800 et RRU 1. Il a commencé à ce moment-là à consigner

25 une conversation qui avait été enregistrée sur une station relais radio qui

26 était soit RRU-800 soit FMU 200. C'est ce que je peux constater. Je peux

27 également voir la chronologie des conversations au fur et à mesure d

28 l'enregistrement et de leurs transcriptions, mais je ne m'aventurerai pas à

Page 4353

1 dire qu'il s'agit là de conversations quoi ont toutes eu lieu soit le même

2 jour soit qu'il y a un suivi, une séquence chronologique ici jusqu'à la

3 conversation que vous avez mentionnée et que je n'arrive pas à trouver pour

4 l'instant. Je ne peux pas le faire. Pourquoi ? Parce que les deux canaux où

5 étaient mélangés. Cependant, si on regarde l'écriture de l'opérateur qui

6 utilisait un style à bille bleu et qui a signé la transcription, on peut

7 voir qu'il travaillait le 12 juillet 1995 à cette heure-là; et qu'il a noté

8 l'heure à laquelle cette conversation a eu lieu. Ensuite, il a changé de

9 stylo. On voit que c'est la même personne, cependant, qui a continué à

10 travailler.

11 Q. Je vais vous interrompre. Ceci est bel et bien. Pouvez-vous nous dire à

12 peu près combien on utilisait en juillet, aux dates qui nous intéressent,

13 combien on utilisait généralement de cahiers lorsque le service était en

14 pleine activité ? On savait qu'il y en avait quatre. Il y avait quatre

15 séries. Vous aviez deux hommes ou plus. Pouvez-vous nous dire combien de

16 cahiers qu'on pouvait utiliser ou on aurait utilisé pendant la journée

17 aussi chargée que celle-ci ?

18 R. Il y aurait dû en avoir quatre, au minimum, à la disposition des

19 opérateurs. Il est possible qu'il y ait un cahier manquant, ou peut-être

20 que l'un des cahiers a-t-il été complètement rempli ? Donc, mais je ne peux

21 pas m'avancer parce que cela reviendrait pour moi à me lancer dans des

22 conjectures.

23 Q. Oui, mais une fois que l'on commençait à écrire dans un cahier, est-ce

24 qu'on continuait à l'utiliser, ou est-ce qu'il arrivait pendant un jour ou

25 deux, on le laisse de côté et qu'on écrire plus rien dedans ?

26 R. Il était possible que l'on mette de côté un cahier. Parfois, il y avait

27 erreur, confusion. Si on se trompait, on n'utilisait pas le cahier qu'on

28 aurait dû utiliser, mais tous les cahiers étaient toujours là. Ils étaient

Page 4354

1 toujours là pour qu'on s'en serve.

2 Q. Si vous vous reportez au numéro ERN que, nous, nous utilisons. C'est le

3 grand numéro à plusieurs chiffres, j'aimerais qu'on se reporte à la

4 conversation qui nous intéresse, c'est-à-dire celle qui porte le numéro ERN

5 00779705. C'est la première page. Est-ce que vous avez trouvé ce numéro en

6 première page ?

7 R. Oui, oui, Monsieur. Je le vois.

8 Q. J'indique aux Juges et je le signale à l'intention du compte rendu

9 d'audience que normalement dans la liasse qui a été distribuée aux Juges,

10 il devrait y avoir une traduction ou une version manuscrite. C'est la

11 raison pour laquelle il y a une autre traduction qui se ressemble beaucoup

12 parce que les conversations étaient très semblables, mais il y a peut-être

13 quelques légères modifications. Donc, nous avons essayé d'avoir deux

14 traductions.

15 Mais ce n'est pas vraiment l'anglais qui m'intéresse au plus haut point

16 ici. J'aimerais qu'on place le document à l'écran, qu'on l'affiche à

17 l'écran grâce au logiciel Sanction. J'aimerais, d'autre part, que l'on

18 place l'original sur rétroprojecteur. Ce qui nous intéresse, c'est la

19 deuxième conversation qui se trouve vers le bas de la page. Donc, l'autre

20 page ne nous intéresse pas. Donc, est-ce qu'on pourrait zoomer sur cette

21 partie, un peu plus haut, peut-être. Voilà. C'est parfait. Un bon début.

22 Bien. Je pense qu'on peut le voir clairement. Mais pouvez-vous nous dire,

23 Monsieur, si vous reconnaissez cette conversation ? Mais en premier lieu,

24 une question : Est-ce que vous reconnaissez cette écriture ?

25 R. Oui, Monsieur, c'est mon écriture.

26 Q. Est-ce que vous avez le moindre doute ? Est-ce que c'est bien vous qui

27 avez entendu cette conversation ? Est-ce que c'est bien vous qui l'avez

28 transcrit dans ce cahier ?

Page 4355

1 R. Je n'ai aucun doute à ce sujet.

2 Q. Quand on regarde cette transcription, on voit que là non plus, il n'y a

3 pas de dates. Mais on voit au début la fréquence qui est indiquée, le

4 canal, l'heure. Ensuite, à côté de la mention CH-3, on voit quelque chose

5 en bleu, quelque chose qui est écrit en bleu. Cela apparaît clairement

6 quand on examine l'original. Ensuite, il y a la mention "X" et puis "Y".

7 Est-ce que ce qui est écrit ici, "Priorité, X, Y," en bleu, est-ce que

8 c'est de votre écriture également ? Si vous le souhaitez, vous pouvez vous

9 reporter à l'original.

10 R. Non. Cela, ce n'est pas mon écriture, Monsieur. Je peux le voir

11 clairement.

12 Q. Comment se fait-il que ceci soit inscrit ici, ou est-ce que vous avez

13 une opinion ? Surtout, je ne veux pas que vous vous lanciez dans des

14 hypothèses

15 R. Les seules personnes qui avaient connaissance de cette conversation,

16 ainsi que l'opérateur informatique. C'est peut-être lui qui a ajouté ce mot

17 de "priorité," avant que je ne lise le texte.

18 Q. Mais qui dans ces conditions, qui aurait décidé qu'il s'agissait d'une

19 conversation qui présentait un certain niveau de priorité6

20 R. Monsieur, j'aurais pu prendre une telle décision. Mais nous avions

21 également une ligne téléphonique qui nous reliait au commandement. Je

22 pouvais toujours entrer en contact avec leur commandement et leur dire que

23 j'avais écouté une conversation intéressante, que quelqu'un m'avait appelé

24 de l'OPP, et qu'il voulait voir cela aussi rapidement que possible.

25 Ensuite, on désignait la conversation comme prioritaire et on l'envoyait.

26 Q. Nous pouvons voir à l'écran ici que vous avez, peut-être vous,

27 quelqu'un d'autre, écrit certaines parties ou certains mots. Je sais que

28 vous avez déjà vu le texte précédemment. Pourriez-vous tracer un cercle

Page 4356

1 autour de chaque endroit où on a apporté une correction; et puis nous

2 expliquer ce dont il s'agit d'après vous ?

3 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Un instant. Sur quoi le témoin va-t-il

4 exactement porter ces annotations sur l'original ? Parce que si je ne me

5 trompe, que ce dont il dispose actuellement, c'est l'original ?

6 M. McCLOSKEY : [interprétation] Oui, merci, Monsieur le Président.

7 En fait, je pensais qu'il pourrait travailler à partir de l'écran de

8 l'ordinateur avec le stylo électronique. Donc, on va devoir passer au

9 système e-court. Là, les choses sont extrêmement complexes. Il faut un peu

10 jongler. Donc, il va falloir diffuser ceci grâce au système e-court. Pour

11 l'instant, je travaillais avec le logiciel Sanction, mais je pense que cela

12 vaut la peine de prendre le temps d'afficher le document sur le système de

13 prétoire électronique avec la référence 1164 B.

14 Q. Pouvez-vous dans l'intervalle nous dire en quelques mots ce qui pouvait

15 vous amener à porter des annotations ou apporter des changements sur une

16 transcription telle que celle-ci. En quelques mots, comment cela se

17 passait-il exactement?

18 R. Oui, Monsieur. Je peux voir en lisant le texte qu'au cours de la

19 conversation même, j'ai écrit le mot "Palma" d'abord. Mais ensuite, quand

20 j'ai continué à écouter, peut-être en écoutant l'enregistrement même, si ce

21 n'est pas important, peu importe si c'est en écoutant l'enregistrement, ou

22 la conversation en tant que telle, j'ai consigné toutes les informations

23 nouvelles et corrigé les anciennes informations. Au départ j'avais écrit

24 "Palma", puis ensuite, j'ai ajouté le nom de l'opération de service à

25 Palma. Ensuite, j'ai ajouté le nom du commandant Jokic en réécoutant, parce

26 qu'en obtenant d'autres informations, c'est la raison pour laquelle j'ai

27 indiqué son grade.

28 Q. Bien, je voudrais que nous passions en revue chacun de ces éléments.

Page 4357

1 Commençons par le haut. Veuillez vous munir du stylo, ce n'est pas la

2 conversation qui est en haut de la page qui m'intéresse, c'est la partie

3 supérieure de cette conversation, celle qui commence par le mot "priorité."

4 Le premier passage concerné, vous avez écrit -- réécrit, c'est ce qui est à

5 côté de Palma. Pouvez-vous tracer un cercle autour de cet élément, et nous

6 dire ce dont il s'agit ? Ecrivez également le chiffre 1. Dites-nous ce dont

7 il s'agit sans vous lancer dans des hypothèses.

8 R. Etant donné que je connais bien mon écriture, bien forcément je sais ce

9 qu'il s'agit. Au départ c'était un E.

10 Q. Ensuite, pourquoi est-ce que vous avez réécrit pardessus ? Qu'est-ce

11 que vous avez voulu écrire à la place ?

12 R. "A". Non, en fait, au début c'était un A que j'avais écrit, et ensuite,

13 j'ai transformé cela, j'ai changé cela en "E".

14 Q. Donc, vous avez changé le A en E. C'est devenu Palme ?

15 R. Oui, Monsieur.

16 Q. Nous voyons un autre exemple de réécriture à la ligne suivante, un mot

17 qui ressemble à Beara. Pouvez-vous tracer un cercle à cet endroit et nous

18 dire ce qui s'est passé selon vous à cet endroit ? Ce que vous avez voulu

19 faire.

20 R. Bien, le nom de Beara, c'est cela qu'on voit ici, ce n'était pas très

21 clair ici. J'ai pensé que ce ne serait pas lisible, que ce n'était pas

22 lisible de la manière dont je l'avais écrit. Donc, j'ai réécrit la lettre

23 E, je l'ai retracé, j'ai retracé la lettre dans son nom.

24 Q. Pourquoi était donc nécessaire que ceci soit lisible ?

25 R. Non, mais ce n'était pas nécessaire que cela soit lisible, il fallait

26 que cela soit exact, il fallait que quand on le lit, on lise ce qu'il

27 fallait lire. Le fait que ce ne soit pas bien soigné, cela, cela n'a pas

28 grande importance. Parce que ce document c'était juste une sorte de

Page 4358

1 brouillon qui devait -- qui, ensuite, devait être suivi par un document

2 définitif. C'était une sorte de matière brute, de matière première qui

3 ensuite était travaillée pour donner le document définitif. Nous n'étions

4 censé rien changer au contenu du document.

5 M. McCLOSKEY : [interprétation] Monsieur le Président, j'en ai encore pour

6 dix minutes, mais je vois que le moment est venu de faire la pause. J'en

7 aurais pour dix minutes et après j'aurais fini.

8 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Merci, Maître McCloskey, pause de 25

9 minutes.

10 --- L'audience est suspendue à 15 heures 45.

11 --- L'audience est reprise à 16 heures 15.

12 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Utilisons les dix minutes qui vous

13 restent à bon escient, Monsieur McCloskey.

14 M. McCLOSKEY : [interprétation] Oui. Merci, Monsieur le Président.

15 Q. Monsieur le Témoin, nous avons toujours un document à l'écran. Revenons

16 au numéro 1. Juste avant le P de Palme, on voit ce qui ressemble à un mot

17 ou deux. Connaissez-vous ce mot ? Est-ce quelque chose que vous avez

18 ajouté ? Est-ce que vous pouvez déchiffrer votre écriture ?

19 R. Oui. Je vois que c'est quelque chose que j'ai ajouté plus tard. DEZ

20 c'est une abréviation qui veut dire l'officier de permanence Palme.

21 Q. Merci.

22 M. McCLOSKEY : [interprétation] Prenons la troisième modification où disons

23 le troisième ajout, un peu plus bas.

24 Q. Est-ce qu'il y a autre chose dans ce document que vous reconnaissez

25 comme étant un ajout, une modification ? Là où vous trouvez un cas de ce

26 genre est-ce que vous pourriez entourer cette partie d'un cercle ?

27 R. Un instant, Monsieur. Je vais essaye de regarder le texte. Je vois deux

28 points un peu plus bas.

Page 4359

1 Q. Vous pouvez nous donner une explication ?

2 R. Avant le mot "Allô" ou "salut", nous voyons pour la première fois

3 l'indication du participant et un tiret alors que nous écoutions cette

4 conversation nous nous sommes rendus compte que cet intervenant avait aussi

5 dit : "Allô". C'est pour cela qu'on a simplement fait du tiret à un point.

6 C'était la meilleure façon de changer le texte. Ce qui veut dire que le

7 texte au-dessus et le mot en B/C/S : "Halo" vient du même intervenant.

8 Q. Ce deuxième "Halo", c'est aussi le J qui signifie Jokic qui le prononce

9 dans votre texte définitif; est-ce bien cela ?

10 R. Oui, Monsieur.

11 Q. Bien.

12 M. McCLOSKEY : [interprétation] Parcourons le reste du document. Page

13 suivante. Je ne sais pas si c'est à la page suivante, mais je demande

14 simplement qu'on fasse dérouler le texte.

15 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je ne pense pas qu'il soit possible de

16 passer à la page suivante tant que le témoin n'aura pas inscrit son

17 pseudonyme sur ce document puisque ce sont des documents séparés.

18 M. LE JUGE KWON : [interprétation] Pourquoi est-ce que vous ne demandez pas

19 au témoin d'entourer d'un cercle également DEZ ?

20 M. McCLOSKEY : [interprétation] Bonne idée.

21 Q. Je vais vous demander d'entourer d'un cercle cette abréviation DEZ et

22 d'y apposer le chiffre 4 ?

23 R. [Le témoin s'exécute]

24 C'est fait.

25 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Passons maintenant à la page suivante.

26 M. McCLOSKEY : [interprétation]

27 Q. Monsieur le Témoin, pouvez-vous regarder l'original dans le carnet. Si

28 vous voulez le tirer au clair de nous dire une chose, voilà, nous avons le

Page 4360

1 haut de la page et c'est à partir de là. Vous voyez des modifications que

2 vous aviez apportées et, si vous en trouvez, entourez-les d'un cercle ?

3 R. [Le témoin s'exécute]

4 Q. Qu'est-ce que vous venez de faire, Monsieur ?

5 R. Ici, c'était peut-être une erreur au niveau d'une lettre. On a peut-

6 être essayé d'écrire un mot. En tout cas, de toute façon, c'était une

7 erreur de grammaire. Pour éviter toute confusion, j'ai simplement biffé

8 cette partie-là.

9 Q. Fort bien. Prenons le cas suivant.

10 R. [Le témoin s'exécute]

11 Q. Qu'est-ce que vous venez de faire ?

12 R. Ici, c'était la lettre B que j'ai modifiée au départ. Enfin, je ne veux

13 pas faire de supposition. Je croyais que c'était un P. Mais j'ai constaté

14 que cela avait été modifié et qu'on avait placé la lettre B. Cela s'est

15 passé lorsque j'ai écouté quels étaient les intervenants qui se

16 succédaient. Dans la conversation, je me suis rendu compte que celui-là, ce

17 n'était ni Jokic, ni personne d'autres, mais que c'était qui parlait à

18 Badem qui était le préposé à la centrale téléphonique. Vous avez au début

19 la désignation que j'ai donnée pour désigner Badem. Ici, on dit : "Attendez

20 un instant." Ceci, cela n'a pas été dit par l'intervenant précédent. Enfin,

21 je le vois à la lecture de cette transcription. Je me rends compte que ce

22 n'était pas une conversation facile à transcrire. C'est la raison pour

23 laquelle il y a tellement d'erreurs, quelquefois des fautes de grammaire ou

24 d'autres, ici.

25 Puis, il y a une autre erreur que j'indique par le numéro 7. Ici, j'avais

26 écrit un mot avec une minuscule plutôt qu'avec une majuscule. Je ne sais

27 pas si je l'ai fait tout de suite ou plus tard. En parcourant le texte, je

28 me suis rendu compte qu'il fallait mettre une majuscule et je l'ai fait

Page 4361

1 plus tard.

2 Q. Je vais vous demander --

3 R. [Le témoin s'exécute]

4 Q. Je vais vous demander de remonter en dessous du numéro 6 que vous avez

5 indiqué, nous voyons un B majuscule et, tout à côté, un E minuscule. Je me

6 souviens de ce que vous avez dit à propos de la conversation. Mais au

7 niveau de la rédaction, lorsque vous regardez ce texte, est-ce que vous

8 avez un commentaire à faire ?

9 R. Si vous voyez la modification numéro 6, ceci a été dit par le préposé à

10 la centrale téléphonique. C'est peut-être très clair à entendre. Puis, il a

11 passé la communication à quelqu'un d'autre que je n'ai pas entendu d'abord.

12 Peut-être que c'étaient des bruits qu'il y avait dans les écouteurs, je ne

13 sais pas. Mais c'est ce qui est apparu quand on voit la suite, la

14 succession des lettres, B et E. En fait, c'était B qui parlait -- B désigne

15 Beara; c'est le participant contacté par Jokic. Ces modifications montrent

16 simplement qu'il a fallu écouter à plusieurs reprises cette conversation

17 interceptée pour bien la transcrire.

18 Q. Mais vous savez, il y un petit E à cause du B majuscule. Est-ce que

19 c'est quelque chose que vous avez ajoutée plus tard, ou est-ce que c'est là

20 quelque chose que vous avez écrit en même temps que la lettre B majuscule ?

21 R. Non, Monsieur. Je ne l'ai pas fait en même temps. Ce n'est pas comme

22 cela que je l'aurais fait. J'aurais écrit de façon plus nette. J'ai donné

23 le nom de cette erreur-là, alors que j'écoutais la conversation lorsque M.

24 Jokic a donné le nom de cet intervenant. Puis, quand j'ai réécouté, et puis

25 une troisième fois, je ne sais pas combien j'ai écouté cette conversation.

26 C'est seulement alors que j'ai compris combien il y avait d'intervenants

27 dans la conversation. Est-ce qu'au départ il était seulement indiqué comme

28 étant un internant à Badem ?

Page 4362

1 Q. Je vais vous demander d'entourer d'un cercle le B majuscule avec le

2 petit E, et d'y apposer le chiffre 9 ?

3 R. [Le témoin s'exécute]

4 Q. Regardez le reste du texte, et là où vous avez un B, petit E que vous

5 avez ajouté, je vais vous demander d'entourer ces différentes mentions d'un

6 cercle ?

7 R. Oui. Vous voulez que j'y appose le numéro 9 chaque fois ?

8 Q. Je crois qu'on peut continuer la numérotation.

9 R. Merci.

10 M. McCLOSKEY : [interprétation] Est-ce qu'on peut remonter la page ?

11 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je pense que oui. Non, ce n'est pas

12 possible parce qu'en l'état, on se rapprochait le plus qu'on pouvait du

13 document. On ne peut pas faire de zones arrière. Donc, je pense qu'il faut

14 le témoin appose son pseudonyme avant de passer à la partie suivante.

15 Monsieur le Témoin, ayez l'obligeance

16 [La Chambre de première instance et le Greffier se concertent]

17 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Monsieur le Témoin, voyez-vous

18 l'endroit où vous avez écrit le chiffre 6, à gauche ?

19 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui.

20 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Sur la droite, il y a de la place pour

21 écrire PW-132.

22 LE TÉMOIN : [Le témoin s'exécute]

23 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Voilà, regardez, le témoin s'est

24 exécuté. Maintenant, est-ce que vous pouvez sauvegarder ce document ? Je

25 pense savoir de quoi je parle. Alors, maintenant, nous allons débarrasser

26 de la version que vous aviez d'abord sauvegardée et nous allons sauvegarder

27 celle-ci. Mesdames et Messieurs de la Défense, le document précédent ne

28 contenait pas la mention PW-132, donc, cela va être éliminé du système et

Page 4363

1 ce sera désormais cette version-ci qui sera conservée dans le dossier. Nous

2 sommes d'accord, nous sommes sur la même longueur d'ondes, n'est-ce pas ?

3 Très bien. Alors, maintenant nous allons voir le reste du texte,

4 faire un plan rapproché peut-être. Est-ce que vous suivez, Monsieur

5 McCloskey ?

6 M. McCLOSKEY : [interprétation] Oui. Peut-être que le témoin se souvient de

7 l'endroit où il s'était arrêté, inutile de reprendre depuis le début.

8 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bien sûr que non.

9 M. McCLOSKEY : [interprétation]

10 Q. Est-ce que vous pourriez continuer à nous indiquer les endroits où vous

11 avez écrit B majuscule et E minuscule et poursuivre la numérotation ?

12 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Voilà, c'est le bon endroit.

13 M. McCLOSKEY : [interprétation]

14 Q. On était à quel numéro ? Je pense que maintenant on était arrivé au

15 numéro 16.

16 R. Si je me souviens bien, j'avais utilisé avant ce cas-ci, le numéro 15,

17 oui. Donc, ici c'est 16.

18 Q. J'ai l'impression qu'il y en a certains que vous n'avez pas indiqués

19 mais je n'ai pas vraiment de mémoire visuelle.

20 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Il peut toujours vous prêter la sienne.

21 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui. Je sais qu'ici je n'avais plus de place

22 la première fois. J'avais indiqué le numéro 15 parce que j'avais peu que

23 ceci n'a pas été consigné.

24 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Nous avons la confirmation que c'était

25 bien le numéro 15.

26 M. McCLOSKEY : [interprétation]

27 Q. Mais peu importe, nous avons la même explication pour ce qui est de la

28 présente ce cette mention B majuscule, petit E.

Page 4364

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

12 versions anglaise et française

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 4365

1 R. Oui.

2 Q. Prenons une dernière pièce, la pièce 1164 en application de la liste 65

3 ter. Bien sûr nous allons tout d'abord conserver et sauvegarder ce

4 document-ci qui est encore à l'écran.

5 R. [Le témoin s'exécute]

6 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bien.

7 M. McCLOSKEY : [interprétation] Nous avons maintenant la pièce 1164 D; est-

8 ce bien cela ?

9 Q. Est-ce qu'on peut agrandir le texte ? Il s'agit d'une conversation

10 interceptée. Nous voyons qu'elle a été interceptée à 21 heures et 2

11 minutes. C'est la conversation interceptée Jokic dont nous avons déjà

12 parlée. Cette pièce vous a été montrée dans un procès précédent et dans mon

13 bureau. Est-ce que ceci vous permet de dire à quelle unité ce document

14 appartient ou comment il a vu le jour ?

15 R. C'est un document que l'Unité de la Sûreté de l'Etat nous a pris et

16 document qui a été remis par cette même Unité à la Sûreté de l'Etat.

17 M. McCLOSKEY : [interprétation] Je n'ai pas d'autres questions à poser à ce

18 témoin.

19 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Merci beaucoup.

20 Qui va commencer ? Est-ce Me Zivanovic ? Oui, c'est lui. Il est le

21 conseil principal de M. Popovic. Il sera le premier à vous contre

22 interroger. Je pense que vous aviez prévu hier que vous auriez besoin

23 d'environ une heure et demi; est-ce exact ?

24 M. ZIVANOVIC : [interprétation] Merci, Monsieur le Président. Il y a

25 certaines questions que j'avais l'intention de poser qui ont déjà été

26 posées dans le cadre de l'interrogatoire principal. Je suis sûr que

27 j'aurais besoin de moins de temps que prévu.

28 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Fort bien, nous ferons la pause à 17

Page 4366

1 heures 45.

2 M. ZIVANOVIC : [interprétation] Merci, Monsieur le Président

3 Contre-interrogatoire par M. Zivanovic :

4 Q. [interprétation] Bonjour, Monsieur.

5 R. Bonjour.

6 M. ZIVANOVIC : [interprétation] Mais auparavant, je demanderais qu'on passe

7 à huis clos partiel.

8 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bien entendu, passons à huis clos

9 partiel.

10 [Audience à huis clos partiel]

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 (expurgé)

17 (expurgé)

18 (expurgé)

19 (expurgé)

20 (expurgé)

21 (expurgé)

22 (expurgé)

23 (expurgé)

24 (expurgé)

25 (expurgé)

26 (expurgé)

27 (expurgé)

28 (expurgé)

Page 4367

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Pages 4367-4400 expurgées. Audience à huis clos partiel

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 4401

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 (expurgé)

10 (expurgé)

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 --- L'audience est levée à 18 heures 55 et reprendra le jeudi 23 novembre

17 2006, à 14 heures 15.

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28