Tribunal Criminal Tribunal for the Former Yugoslavia

Page 7070

1 Le jeudi 8 février 2007

2 [Audience publique]

3 [Les accusés sont introduits dans le prétoire]

4 --- L'audience est ouverte à 9 heures 06.

5 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Madame la Greffière, d'audience,

6 bonjour. Pourriez-vous appeler la cause, s'il vous plaît.

7 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] Bonjour, Monsieur le Président. C'est

8 l'affaire IT-05-88-T, le Procureur contre Vujadin Popovic et consorts.

9 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je vous remercie. Tous les accusés sont

10 là, toutes les équipes de Défense sont également présentes, au complet. M.

11 McCloskey, pour l'Accusation.

12 Je comprends c'est la raison pour laquelle nous commençons un petit peu de

13 retard. Je comprends qu'il y a un problème logistique qui se pose. En ce

14 sens qu'il y a un témoin qui est bloqué dans la circulation. Alors, dans

15 l'intervalle, nous avons pensé que nous pourrions néanmoins commencer tout

16 de suite. J'aimerais savoir s'il y a des questions préliminaires que vous

17 souhaitiez évoquer.

18 M. McCLOSKEY : [interprétation] Monsieur le Président. Oui, ce sont des

19 renseignements que j'ai reçus. Le témoin, enfin celui-ci était prévu,

20 devrait être on devrait aller le chercher à 9 heures 30 -- excusez-moi, 9

21 heures 15, de sorte que ce témoin devrait arriver à tout moment,

22 incessamment. Mais je pense que c'est peut-être Mme la Greffière qui a les

23 dernières informations à ce sujet. Donc, peut-être que nous pourrions

24 commencer tout de suite.

25 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Très bien. Mais toujours au niveau

26 logistique, qu'en est-il en ce qui concerne les arrangements pour le voyage

27 de retour des témoins que nous attendons ? Est-ce que ceci va déranger les

28 arrangements au point de vue voyage, reporter cette déposition à plus tard

Page 7071

1 ou peut-être de ne pas la terminer aujourd'hui ?

2 M. McCLOSKEY : [interprétation] D'après ce que je sais, ce n'est pas le

3 cas.

4 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Très bien. Je voudrais simplement

5 m'assurer que tout ceci convient, bien pour tout le monde.

6 Monsieur McCloskey, est-ce que tout va bien pour les équipes de la

7 Défense, y a-t-il des objections de l'une ou l'autre ? Je n'en entends pas

8 donc nous pouvons poursuivre.

9 Monsieur McCloskey, hier, vous avez déposé une requête de

10 l'Accusation demandant des mesures de protection pour le témoin 157 avec

11 une annexe ex parte. Quand vous proposez-vous de faire entendre ce témoin ?

12 M. McCLOSKEY : [interprétation] Je voudrais demander --

13 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui, nous allons donc en audience à

14 huis clos partiel. Je vous remercie.

15 [Audience à huis clos partiel]

16 (expurgé)

17 (expurgé)

18 (expurgé)

19 (expurgé)

20 (expurgé)

21 (expurgé)

22 (expurgé)

23 (expurgé)

24 (expurgé)

25 (expurgé)

26 (expurgé)

27 (expurgé)

28 (expurgé)

Page 7072

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 (expurgé)

10 (expurgé)

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 (expurgé)

17 (expurgé)

18 [Audience publique]

19 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Le deuxième témoin est ici, mais il est

20 un peu surpris -- pris par surprise quand il entendait qu'il allait faire

21 sa déposition immédiatement de sorte que les membres de la Section de la

22 protection des Victimes et Témoins sont en train de s'occuper de lui et de

23 lui parler, mais il est là et il pourrait commencer à faire très bientôt sa

24 déposition.

25 Oui, Monsieur McCloskey, a-t-il d'autres problèmes qui se posent ?

26 M. McCLOSKEY : [interprétation] Rien de particulier ou d'important.

27 Apparemment, le témoin était plus rapide et il était un peu inquiet est en

28 train de s'entretenir avec l'interprète. Nous attendons en fait

Page 7073

1 l'interprète de façon à pouvoir lui expliquer les choses, mais c'est dans

2 un moment, il faut très peu de temps.

3 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bien, je vous remercie.

4 Oui, Monsieur Josse.

5 M. JOSSE : [interprétation] Pendant que nous attendons, est-ce que le

6 Greffier a l'intention -- est-ce que la Greffière pourrait donner un peu

7 d'aide technique à Me Krgovic, s'il vous plaît, qui a des problèmes avec

8 son ordinateur.

9 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui, Madame l'Huissière, ou

10 Madame la Greffière, je vous remercie.

11 Est-ce que vous avez vous-même des problèmes ? Enfin, je m'adresse aux

12 accusés, maintenant : est-ce que vous avez des problèmes avec votre

13 ordinateur ou votre écran ? Il semble que ce soit seulement le cas de Me

14 Krgovic.

15 Le Royaume-Uni et les Etats-Unis sont divisés par le même langage, mais

16 incidemment, nous avons cela à la page 3, ligne 21. Je ne veux pas qu'il y

17 ait de malentendu et je veux dire que personne ne devrait considérer que

18 les actes de violence ont été commis. Ce qu'on voulait dire,

19 essentiellement, c'était que le témoin était arrivé avant l'interprète et

20 non pas que le témoin avait battu, il avait battu de vitesse, en fait,

21 l'interprète. Oui, Monsieur McCloskey.

22 M. McCLOSKEY : [interprétation] Je pense que tout se présente bien. M.

23 Vanderpuye peut-être n'était pas tout à fait en forme, mais je crois, en

24 fait, que tout va bien.

25 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je suppose que quelqu'un de la Section

26 des Victimes et Témoins parle tout de même la langue du témoin.

27 M. McCLOSKEY : [interprétation] Mais c'est sur quoi nous comptons,

28 apparemment, on l'a laissé. A un moment, donné il s'est retrouvé seul

Page 7074

1 lorsque M. Vanderpuye est arrivé. C'est tout à fait inhabituel. Je pense

2 qu'ils doivent être en train de courir dans tous les sens ce matin, de

3 sorte que --

4 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui, bon, mais là encore, que le témoin

5 ait été -- qu'on ait laissé tomber, le témoin a été employé de façon

6 métaphorique et non pas littéralement. D'une façon de parler.

7 M. McCLOSKEY : [interprétation] Je crois que ma façon de m'exprimer n'est

8 plus assez précise, mais je pense que d'ici 9 heures 30, je n'aurais plus

9 grand-chose à dire.

10 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Pourriez-vous, s'il vous plaît,

11 procéder à de nouvelles vérifications ? Là encore, je présente des excuses

12 à tous. Nous nous efforçons de faire de notre mieux.

13 Pour le compte rendu, M. Vanderpuye est entré en salle d'audience.

14 [Le témoin est introduit dans le prétoire]

15 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Ceci -- nous avons là maintenant le

16 Témoin numéro 156.

17 Je voudrais juste une confirmation, s'il vous plaît, c'est bien le Témoin

18 156, n'est-ce pas ?

19 M. VANDERPUYE : [interprétation] Effectivement, Monsieur le Président.

20 Bonjour, Monsieur le Président, Madame et Messieurs les Juges. Bonjour, mes

21 confrères conseils.

22 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] On a accordé au témoin un pseudonyme et

23 l'altération des traits du visage à l'écran; c'est bien cela ?

24 M. VANDERPUYE : [interprétation] C'est exact.

25 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bonjour à vous, Monsieur.

26 LE TÉMOIN : [interprétation] Bonjour.

27 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bien que vous commenciez un peu plus

28 tôt que vous ne l'aviez prévu. Je vous souhaite la bienvenue au Tribunal.

Page 7075

1 Il s'agit du procès de M. Popovic et consorts, et vous êtes l'un des

2 témoins de l'Accusation. Je vous prie, de m'excuser de vous avoir fait

3 entrer un peu plus tôt que vous ne l'aviez prévu et de commencer votre

4 déposition plus tôt que prévue, mais nous avons eu un problème ce matin

5 avec le témoin précédent, de sorte que pour ne pas perdre de temps, nous

6 avons décidé que puisque vous deviez venir de toute manière, nous allions

7 commencer à entendre votre déposition. Je suis sûr que nous pouvons compter

8 sur toute votre compréhension. Bien.

9 Bonjour. Vous êtes sur le point de commencer votre déposition. M.

10 Vanderpuye va vous interroger en interrogatoire principal. Toutefois, avant

11 que vous fassiez cela, notre Règlement exige que vous fassiez une

12 déclaration solennelle selon laquelle vous allez dire la vérité. On vous

13 présente le texte. Pourriez-vous, s'il vous plaît, vous levez et le lire à

14 haute voix ? Ceci constituera votre déclaration solennelle selon laquelle

15 vous direz la vérité.

16 LE TÉMOIN : [interprétation]

17 Je déclare solennellement que je dirai la vérité, toute la vérité et rien

18 que la vérité.

19 LE TÉMOIN: TÉMOIN PW-156 [Assermenté]

20 [Le témoin répond par l'interprète]

21 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je vous remercie, Monsieur. Veuillez

22 vous installer confortablement. Nous avons pris certaines dispositions pour

23 protéger votre identité, à savoir que votre nom ne sera pas utilisé, nous

24 aurons recours à un pseudonyme, et également votre visage ne sera pas vu à

25 l'écran, les traits seront déformés. En d'autres termes, je pense que ceci

26 vous a été expliqué. Je voulais simplement m'assurer que ceci était bien à

27 votre convenance.

28 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui.

Page 7076

1 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Monsieur Vanderpuye, c'est à vous.

2 Combien de temps pensez-vous qu'il va vous falloir votre interrogatoire

3 principal ?

4 M. VANDERPUYE : [interprétation] Je pense que cela va être duré environ une

5 heure et demie.

6 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Alors, allez-y.

7 M. VANDERPUYE : [interprétation] Je vous remercie.

8 Madame l'Huissière, pourrais-je avoir le feuillet sur lequel est inscrit le

9 pseudonyme ? Pourrait-on le présenter ?

10 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Incidemment, avant que vous ne

11 poursuiviez, Monsieur McCloskey, je crois -- ou plutôt la Greffière, je

12 pense que c'est à vous que j'ai confié à cette responsabilité. Madame la

13 Greffière, je pense que nous aurons besoin d'une explication pour savoir

14 qui est responsable du transport du témoin et ce qui s'est passé. Nous

15 voulons tout de même nous assurer que c'est qui s'est passé était bien

16 justifié et n'était pas le résultat de quelque négligence.

17 Oui, Monsieur McCloskey.

18 M. McCLOSKEY : [interprétation] J'ai déjà la réponse à ces questions et je

19 peux vous les donner quand vous voudrez, Monsieur le Président.

20 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Pas tout de suite. Merci. D'accord.

21 Monsieur Vanderpuye.

22 M. VANDERPUYE : [interprétation] Merci, Monsieur le Président. Bonjour,

23 Monsieur le Président, Madame, Messieurs les Juges. Bonjour, les conseils.

24 Interrogatoire principal par M. Vanderpuye :

25 Q. [interprétation] Bonjour Témoin.

26 M. VANDERPUYE : [interprétation] Madame l'Huissière, pourriez-vous, s'il

27 vous plaît, présenter le document, cette feuille de papier au témoin.

28 Q. Monsieur le Témoin, regardez, s'il vous plaît, cette feuille de papier,

Page 7077

1 pourriez-vous confirmer sans lire ce qui est écrit que c'est bien votre

2 nom, vous êtes bien la personne qui est nommée ?

3 R. Oui.

4 Q. Je vous remercie. Il faut montrer la feuille maintenant au conseil,

5 s'il vous plaît.

6 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Un instant. Encore une fois, je vous

7 prie de m'excuser, Monsieur Vanderpuye, pour d'intervenir comme cela. Ce

8 n'est pas du tout dans mes habitudes, mais il y a des moments où c'est

9 nécessaire.

10 Monsieur le Témoin, dans votre déposition au cours de cette audience et des

11 procédures ce n'est pas facile pour les témoins. Il y a des moments où vous

12 pourrez avoir besoin d'une brève interruption ou d'une longue interruption

13 ou si vous vous sentez trop fatigué ou si vous ne vous sentez pas bien, à

14 ce moment-là, prévenez-nous, s'il vous plaît, de façon à ce que nous

15 puissions faire le nécessaire.

16 LE TÉMOIN : [interprétation] Je vous remercie.

17 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bien. Merci.

18 M. VANDERPUYE : [interprétation] Merci, Monsieur le Président.

19 Q. Bonjour, Monsieur le Témoin. Je voudrais simplement vous demander d'une

20 part de parler suffisamment fort, un peu plus près du microphone de façon à

21 ce que tout le monde puisse vous entendre. Les interprètes s'efforcent de

22 faire de l'interprétation simultanée, de sorte que si vous voulez bien

23 faire une brève pause entre les questions et les réponses, à ce moment-là

24 nous aurons la possibilité de suivre.

25 Egalement, je voudrais vous faire remarquer qu'en raison des mesures que

26 nous avons prises pour protéger votre identité, si vous avez l'impression

27 que la question que je vous pose ou qu'un conseil vous poserait doit vous

28 amener à faire une réponse qui serait susceptible de révéler certains

Page 7078

1 aspects de votre identité, tel que, par exemple, où vous habitez, ou parler

2 de personnes que vous connaissez ou de lieux que vous avez vus, dites-le-

3 nous et je demanderais à la Chambre de première instance si elle veut bien

4 permettre d'aller en audience à huis clos partiel de façon à ce que nous

5 puissions discuter de ces questions plus librement.

6 Je vais maintenant vous poser quelques questions et puis, je prierais la

7 Chambre de première instance, avec son indulgence, d'aller maintenant en

8 audience à huis clos partiel.

9 Premièrement, est-ce que vous êtes bien de Bosnie du point de vue

10 nationalité ?

11 R. Je ne suis pas en très bonne santé, je tousse beaucoup, mais je vais

12 mieux qu'il y a trois jours.

13 Q. Bien. Est-ce que vous vous sentez en mesure de faire une déposition

14 dans ce procès maintenant ?

15 R. Oui, je peux.

16 Q. Bien. Alors, je voudrais vous poser la question suivante, vous êtes

17 bien un bosnien de nationalité ?

18 R. Oui.

19 Q. Votre religion c'est la religion musulmane ?

20 R. Oui.

21 M. VANDERPUYE : [interprétation] Pourrait-on aller en audience à huis clos

22 partiel, s'il vous plaît, Monsieur le Président ?

23 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Certainement.

24 Audience à huis clos partiel.

25 [Audience à huis clos partiel]

26 (expurgé)

27 (expurgé)

28 (expurgé)

Page 7079

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Page 7079 expurgée. Audience à huis clos partiel

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 7080

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 [Audience publique]

6 M. VANDERPUYE : [interprétation] Oui, nous y sommes.

7 Q. Maintenant, Témoin, je voudrais appeler votre attention si vous le

8 voulez bien sur les événements du 11 juillet 1995. S'agissant des

9 événements entourant Srebrenica.

10 R. Ce jour-là, le 11 juin [comme interprété] 1995, c'est ce jour-là que je

11 préparais de la nourriture pour le bétail. Ensuite, je suis parti avec mon

12 sac à dos de la maison. On nous a dit que nous allions nous rassembler à

13 Jaglici et je me suis dirigé en direction de Jaglici avec ma femme et mes

14 deux filles. Lorsque nous sommes arrivés à l'endroit où nous devions être

15 séparés les femmes, les vieillards, les civils et les hommes. De Potocari,

16 nous devions nous séparer là. Je voulais aller à Potocari, mais mon sac à

17 dos était chez mon voisin -- je suis allé en direction de la forêt.

18 Q. En fait, ralentissez un peu, le débit est que nous prenons votre récit

19 étape par étape.

20 R. D'accord.

21 Q. Vous nous avez dit qu'on vous a dit qu'il y aurait un rassemblement à

22 Jaglici, ce jour-là; est-ce exact ?

23 R. Oui, oui.

24 Q. Vous souvenez-vous de quelle façon vous avez reçu cette information ?

25 Qui vous a donné cette information ?

26 R. Ma fille est arrivée pour me dire qu'un voisin avait été tué et que

27 l'ordre a été donné pour partir parce que Srebrenica était tombée. Je suis

28 entré dans la maison, j'ai fait un petit baluchon avec des vêtements et de

Page 7081

1 la nourriture. Nous sommes partis. Lorsque nous nous sommes trouvés au-

2 dessus de Ravne Njive, les femmes, les enfants et les vieillards, on nous a

3 dit qu'il fallait qu'ils aillent à Potocari à la base de la FORPRONU. Alors

4 que je me suis dirigé -- je suis parti avec l'armée puisque mon sac à dos

5 se trouvait sur un cheval, c'est là-dedans qu'il y avait aussi de la

6 nourriture, donc, je ne suis pas allé à Potocari.

7 Q. Vous nous avez dit que vous avez appris de votre fille que Srebrenica

8 était tombée, n'est-ce pas ?

9 R. Oui, quelqu'un quelque part en haut au village a dû lui dire, je ne

10 sais pas, je n'étais pas là-bas.

11 Q. Après que votre fille vous ait dit cela, vous a appris la nouvelle, il

12 semblerait que vous aviez pris la décision de partir; est-ce exact ?

13 R. Oui.

14 Q. Pourriez-vous nous dire, Monsieur, lorsque vous avez débattu dans votre

15 fort intérieur, si vous deviez partir ou pas, est-ce que vous avez pris une

16 décision assez rapidement, ou est-ce que vous avez quand même réfléchi un

17 peu avant de partir ?

18 R. J'ai préparé la nourriture et je me suis dirigé en direction de

19 l'étable pour faire sortir le bétail. Je me suis souvenu ce que mon beau-

20 frère a dit : "Ne fais pas sortir le bétail, laisse le bétail dans

21 l'étable." Ensuite, j'ai laissé le bétail dans l'étable, ensuite nous

22 sommes partis. Il était peut-être 7 heures ou 7 heures 30 de la soirée.

23 Q. Est-ce que vous avez vu d'autres personnes partir ce jour-là vers ces

24 heures-là ?

25 R. Ils sont partis avant moi, les autres. Ils sont partis avant que je ne

26 parte. Les colonnes étaient déjà en route. Avant moi, il y a des gens qui

27 sont partis, après moi, aussi d'ailleurs.

28 Q. Est-ce que vous n'avez jamais réfléchi ou pensé que c'était peut-être

Page 7082

1 une bonne idée de rester là où vous vous trouviez ?

2 R. J'ai cru qu'étant donné que c'était une enclave protégée que nous

3 devrions rester et que là où les femmes, les enfants et les personnes âgées

4 se rendaient c'était en sécurité. Dans mon village à moi, il y avait des

5 voisins qui -- neuf voisins sont allés à Potocari à la base de la FORPRONU.

6 C'était une enclave protégée mais aucun n'a survécu, aucun de ces neuf

7 voisins n'est en vie aujourd'hui.

8 Q. Lorsque votre fille vous a dit que Srebrenica était tombée, je présume

9 que vous avez sans doute compris que Srebrenica était tombée entre les

10 mains des forces serbes; est-ce que c'est exact ?

11 R. Oui, bien sûr, si Srebrenica n'était pas tombée entre les mains des

12 forces serbes nous nous ne serions pas partis de là où on était.

13 Q. Dites-moi, est-ce que vous êtes partis ce jour-là parce qu'on vous a

14 donné l'ordre de partir, ou est-ce que les raisons sont autres ?

15 R. Srebrenica était une enclave protégée. Lorsqu'on nous a dit que les

16 forces serbes étaient entrées dans Srebrenica, dès que la ville est tombée,

17 les villages sont tombés aussi. Nous avions peur et nous nous sommes mis

18 d'accord pour que nous nous retirions de la zone où nous étions.

19 Q. Vous nous avez dit que les femmes et les enfants ainsi que les

20 personnes âgées sont allés à Potocari. Parmi les membres de votre famille,

21 y avait-il des personnes de votre famille qui sont allés à Potocari ?

22 R. Mon frère, mon neveu et deux autres voisins, mais il n'y a plus

23 personnes en vie aujourd'hui. Pour ce qui est de la famille immédiate, mon

24 frère, mon neveu et deux autres cousins, ils ne sont pas en vie

25 aujourd'hui.

26 Q. Vous nous avez dit que ces personnes se sont rendues à Potocari -- sont

27 allées à Potocari parce que c'était plus sûr. Est-ce qu'à l'époque vous

28 saviez que c'était plus sûr d'aller là-bas ?

Page 7083

1 R. Bien sûr que oui. Bien sûr que c'était plus sûr, puisque c'était une

2 enclave protégée par la FORPRONU. Ils ont cru que ce serait beaucoup plus

3 sûr d'aller là-bas. Voyez-vous à quel point c'était sûr. Ils ne sont plus

4 revenus.

5 Q. Vous nous avez également dit qu'après votre départ vous vous êtes

6 séparé de certaines personnes avec lesquelles vous étiez. Est-ce que vous

7 pourriez nous dire quelque chose là-dessus ?

8 R. Oui. Nous étions beaucoup d'entre nous dans la colonne, qui allions

9 vers Jaglici et il y avait un très grand nombre de personnes qui se

10 rendaient à Potocari. Je me suis séparé de ma famille au-dessus du village

11 appelé Ravne Njive. Je suis allé en direction de Jaglici et ils se sont

12 dirigés vers Potocari.

13 Q. Est-ce que vous êtes allé à Jaglici seul ou -- je sais que vous étiez

14 membre d'une colonne, mais est-ce que vous êtes allé avec des amis ou des

15 personnes que vous connaissiez ? Je vous prierais, de ne pas nous donner

16 leurs noms. Est-ce que vous étiez accompagné de personnes que vous

17 connaissiez ?

18 R. Dans la colonne dans laquelle j'étais, toutes les personnes étaient des

19 voisins. Je les connaissais tous.

20 Q. Dites-nous, ce qui s'est passé lorsque vous vous êtes dirigé vers

21 Jaglici.

22 R. Sur la route nous menant à Jaglici nous avons parcouru ce chemin sans

23 aucun problème. Lorsque nous sommes arrivés à Jaglici, nous avons passé la

24 nuit à Jaglici et le matin -- dans la matinée du 12, je suis allé -- je

25 suis parti de Jaglici vers midi 30.

26 Q. Où êtes-vous allé après Jaglici ?

27 R. De Jaglici vous voulez dire ?

28 Q. Oui, où êtes-vous allé après Jaglici ?

Page 7084

1 R. Nous sommes partis de Jaglici à 1 heure moins 20. J'avais demandé un

2 gardien forestier, donc je lui ai demandé quelle heure il est, il m'a dit 1

3 heure moins 20. Je me souviens très bien qu'il était 1 heure moins 20 de

4 l'après-midi. Nous nous sommes dirigé en direction de Buljim. C'était la

5 première embuscade, et c'est là qu'on nous a chassé. Je suis allé avec mes

6 deux voisins le long de la rivière -- en contrebas de la rivière. Je ne

7 savais pas du tout où j'allais. Nous avions rencontré sur ce cours d'eau,

8 sur cette rivière des morts, des blessés. Nous sommes arrivés enfin vers

9 une forêt. Je ne savais pas du tout où nous allions. Ensuite, là, il y

10 avait un voisin de Kamenica qui a surgit de la forêt et je lui ai demandé :

11 "Où est-ce que nous sommes ?" Il nous a dit : "Voilà, nous sommes tout près

12 de Kamenica." La nuit avait commencé à tomber.

13 Ensuite, dans la nuit, on a commencé à entendre des coups de feu. Nous

14 allions commencer à nous diriger en direction de ces tirs parce que nous ne

15 savions pas qui tiraient. On entendait des coups de feu et nous sommes

16 retournés sur nos pas, six à sept personnes. C'était une Praga qui tirait.

17 On entendait des sifflements autour des oreilles, je me suis allongé par

18 terre. Je croyais que nous ne pouvions plus échapper. Je croyais que mes

19 amis eux aussi s'étaient couchés.

20 Donc, lorsque je me suis réveillé -- lorsque je me suis relevé,

21 lorsqu'on a arrêté de tirer, j'ai commencé à appeler leurs noms, mais

22 personne n'a répondu. Ensuite, il y avait encore quelques rafales, là, on

23 m'a dit -- j'ai entendu quelqu'un dire : "Ne tire plus. C'est les nôtres."

24 Je me suis levé et j'ai dit : "C'est qui ?" Ils m'ont dit : "Est-ce que

25 c'est toi ?" J'ai dit : "Oui." Je me suis assis à côté de lui. Il m'a dit :

26 "Tu as quelque chose dans le sac à dos." J'ai dit : "Oui. Il y a de la

27 viande et du pain." Il m'a dit : "J'ai faim." J'ai dit : "Voilà, manges."

28 Ensuite, il a mangé et il a dit : "Partons." Nous sommes partis de là. Il y

Page 7085

1 avait tellement de morts que l'on pouvait marcher sur eux.

2 Cinq mètres plus loin quelque avait dit : "Au secours." Ensuite, nous

3 sommes allés vers là-bas. Il y avait trois ou quatre personnes. Personne ne

4 répondait. Il y avait des blessés. J'ai passé toute la nuit à essayer de

5 trouver quelqu'un de connu, mais je n'ai pas trouvé les hommes que je

6 connaissais. On a pensé que cela serait peut-être une bonne idée de faire

7 sortir les blessés derrière une colline à Kamenica.

8 Ensuite, à l'aube, je me suis trouvé tout près de ce monticule, cette

9 montagne. Je ne connaissais pas le terrain. Ensuite j'ai remarqué qu'il y

10 avait un alignement de personnes. J'ai reconnu une personne venant d'un

11 village voisin. Ensuite plus loin, j'ai rencontré trois autres voisins.

12 J'ai dit : "Où est-ce que vous allez ?" Il a dit : "Nous allons revenir."

13 Ensuite, nos quatre nous sommes revenus derrière, la plupart d'entre eux

14 c'étaient des gars de notre village provenant d'une colline. Ensuite, là-

15 bas, en bas, nous avons retrouvé un énorme -- un groupe de personnes. Nous

16 ne pouvions plus compter combien il y avait de personnes. J'ai rencontré un

17 infirmier, un professeur, son père était là, et j'ai rencontré un imam qui

18 avait travaillé dans la municipalité de Vlasenica. Ensuite, dans mon

19 village j'ai rencontré un policier.

20 Nous avons passé un certain temps là-bas. Cet infirmier pansait

21 les plaies des blessés. Nous étions assis là. Je ne sais plus quelle heure

22 il était, ensuite de l'autre colline au-dessus de nous, il y avait une

23 forêt et on a entendu des rafales et une voix qui disait : "Rendez-vous,

24 rendez-vous." Nous avons commencé à courir, mais les tirs étaient croisés.

25 On était en embuscade. On disait : "Rendez-vous, rendez-vous." Nous, on

26 disait : "Ne tirez pas, nous nous rendons." Nous avions accroché des t-

27 shirts sur des bâtons de bois. Il y avait des blessés. Ils nous ont dit

28 d'apporter les blessés.

Page 7086

1 Ensuite, le garde forestier est sorti, celui qui m'avait dit qu'il était

2 une heure moins 20, il avait une couverture sur le dos et il a dit : "Mujo,

3 s'il te plaît, je t'en prie, comme un frère, ne me laisse pas là." On nous

4 a donné l'ordre d'emmener les blessés. Je connaissais celui-là, ce garde

5 forestier. Ensuite nous sommes descendus vers une rivière. Nous essayons de

6 transporter ces blessés en passant par la rivière et il y avait des soldats

7 serbes. Ils nous ont fouillés, ils ont fouillé nos poches pour voir si on

8 n'avait pas des pistolets, des revolvers, de grenades à main. Ils ont

9 regardé dans mon sac à dos. Ils nous ont demandés de leur donner de

10 l'argent.

11 J'avais 100 marks allemands, et j'avais 600 marks allemands, en fait,

12 j'avais 400 francs et 200 mars allemands que j'avais cousu dans la doublure

13 de mon manteau et j'ai dit : "Je n'ai plus d'autre argent. J'ai cela. C'est

14 tout ce que j'ai."

15 J'ai mis ma main derrière la nuque. Nous sommes descendus vers un pré,

16 ensuite, lorsque je suis sorti de ce -- j'ai su que c'était à Lolici. Je ne

17 savais pas que c'était Lolici à l'époque, mais par la suite, on m'a dit que

18 c'était Lolici. Nous avons traversé la route en courrant. Nous nous sommes

19 assis sur le pré. Il y avait énormément de gens, je ne pouvais pas les

20 compter, je n'ai même pas essayé de les compter. J'ai entendu les personnes

21 parlées autour de moi. L'infirmier, le professeur -- le professeur,

22 l'infirmier et le policier, ils disaient entre eux qu'il devait y avoir

23 près de 2 000 personnes sur le pré. Je n'avais pas compté parce que je

24 n'avais pas eu l'idée de penser de les compter.

25 Je ne sais pas qu'est-ce qui leur a permis d'en arriver à ce chiffre.

26 Je ne sais pas s'il y avait plus ou moins de personne, je ne le sais pas.

27 Q. Excusez-moi de vous interrompre.

28 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui, Monsieur Haynes.

Page 7087

1 M. HAYNES : [interprétation] Excusez-moi, je ne voulais pas interrompre le

2 récit du témoin, mais il semblerait qu'on parle en détail de la colonne.

3 C'est un sujet qui a fait l'objet de plusieurs stipulations dans cette

4 affaire par le Procureur. Vous avez déjà expliqué que ce n'était pas un

5 sujet adéquat pour un interrogatoire principal. Je ne sais pas si c'est

6 pertinent peut-être oui pour ce témoin mais je ne vois pas vraiment quelle

7 est la nécessité de cet interrogatoire principal mené de cette façon.

8 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je vous remercie, Monsieur Haynes.

9 Qu'est-ce que vous avez à répondre, je vous prie.

10 M. McCLOSKEY : [interprétation] Excusez-moi, Monsieur le Président, je sais

11 que cela a trait au dernier témoin, en fait, voilà nous sommes maintenant -

12 - le récit nous a amené vers le pré --

13 M. Vanderpuye, et le témoin essaieront de parler que de choses importantes.

14 Je crois que nous essayons de faire de notre mieux.

15 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] En même temps, ayant entendu ce que

16 vous nous avez dit, Maître Haynes, je voudrais vous dire que je ne veux

17 certainement pas que vous pensiez que la colonne ou la composition de la

18 colonne sont des questions qui ne sont pas pertinentes à l'affaire. Ce que

19 j'ai dit hier, je le maintiens encore. Ce qui a été dit et ce qui a fait

20 l'objet d'une décision par la Chambre de première instance s'agissant de la

21 décision sur les faits admis et que cette décision doit être respectée et

22 qu'il faudrait éviter un interrogatoire et un contre-interrogatoire qui

23 n'est pas nécessaire.

24 Monsieur Vanderpuye, cela dit, allez droit au but.

25 M. VANDERPUYE : [interprétation] Excusez-moi, Monsieur le Président, je

26 n'avais pas -- je n'étais pas au courant de cette discussion qui a eu lieu

27 hier comme vous le dites.

28 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui, oui, bien sûr vous n'étiez pas là

Page 7088

1 hier, mais je vous prierais de poursuivre.

2 M. VANDERPUYE : [interprétation] Oui.

3 Q. Monsieur, je voudrais appeler votre attention sur la période qui suit

4 votre reddition, depuis votre reddition jusqu'au moment où vous êtes sur le

5 pré. Je voudrais que l'on revienne un petit un peu en arrière. Vous avez

6 dit que vous vous êtes rendus. Est-ce qu'on vous a escorté vers une route

7 goudronnée, ou est-ce que c'est l'endroit où vous vous êtes rendus ?

8 R. Nous nous sommes livrés là-bas sur le pré, ensuite, ils nous ont dit de

9 transporter les blessés. Ils nous ont suivis, quand on a descendu la

10 rivière, ils nous ont fouillés -- les deux nous ont fouillés. Ils ont pris

11 notre argent. Ils ont lié nos mains derrière nos nuques et on nous a fait

12 traverser la route goudronnée. Ensuite, nous nous sommes assis sur le pré.

13 Par la suite, on a emmené un groupe de personnes et plus tard j'ai vu qu'un

14 de mes voisins étaient là également. Un très grand nombre de personnes

15 s'était rassemblé sur ce pré.

16 Q. Maintenant --

17 R. Il y avait énormément de personnes. Il y avait des soldats. Je ne peux

18 pas dire qu'ils nous ont battus.

19 Q. Un instant je vous prie. Est-ce que vous avez vu ce qui est arrivé aux

20 blessés lorsque vous vous êtes livrés ou rendus ?

21 R. Lorsque nous nous sommes assis sur ce pré, ils ont emmené les blessés

22 dans une maison qui se trouvait à notre droite. Je ne sais pas ce qui s'est

23 passé une fois qu'ils se sont retrouvés à l'intérieur de la maison, je ne

24 sais pas, car nous étions assis sur le pré. Il y avait une tente à gauche -

25 - il y avait un char à droite et un autre à gauche. A deux reprises, ils

26 ont emmené une citerne d'eau qui nous a aspergés d'eau puisqu'il faisait

27 très chaud. Le tuyau de la citerne s'est tourné vers nous à deux reprises.

28 Il y avait un civil en uniforme qui a dit : "Toi, homme stupide, emmène ou

Page 7089

1 dirige le camion vers eux." Ensuite, il y avait une autre personne qui nous

2 a donné des cigarettes. Ils ne nous ont pas battus mais ils ont joué un peu

3 avec notre -- ils s'en sont pris un petit peu à notre -- à nous. On a fait

4 l'objet de mauvais traitements psychologiques.

5 Il y avait un soldat serbe qui a donné un coup à la tête d'un homme,

6 ensuite un autre lui a donné un autre coup. Ce pauvre homme a commencé à

7 perdre du sang. L'un l'a pris par les pieds et l'autre par la tête et ils

8 lui ont tiré dessus avec plusieurs rafales. Ils l'ont laissé là, ils l'ont

9 jeté sur le pré.

10 Ensuite, j'ai reconnu un policier serbe, je l'ai appelé par son nom

11 et il s'est approché d'eux et il leur a dit bonjour. Ensuite, il y avait

12 deux hommes qui lui ont dit bonjour et l'ont embrassé. Je me sentais bien.

13 Je pensais que voilà c'était des amis et ils allaient nous laisser partir.

14 Ensuite, ils l'ont emmené vers la maison à gauche. Il est resté là pendant

15 une heure, une heure et demie. Ensuite, il est ressorti avec trois soldats.

16 Il s'est tenu à côté du char et il a appelé son frère. Il a dit : "Donne-

17 moi mon manteau." Son frère lui a donné son manteau, il a dit quel est cet

18 homme ? Il a dit : "C'est mon frère." Ensuite, il s'est retourné et il a

19 appelé son troisième frère. Ensuite, ils ont demandé de nouveau, de qui

20 s'agit-il ? Qui est-ce ? Il a dit : "C'est mon frère." Ensuite, j'ai dit :

21 "Vous pouvez tous partir." Les trois personnes avaient été emmenées au-

22 dessus de la maison, il y avait les blessés. Les trois soldats, ces trois

23 personnes étaient là et personne n'a jamais plus entendu parler d'eux. Je

24 n'ai plus jamais entendu parler d'eux. Je n'ai pas entendu de coups de feu

25 mais jusqu'à ce jour, ces personnes demeurent disparues.

26 Nous avons continué de rester assis sur ce pré, ensuite le général

27 Mladic est arrivé.

28 Q. Je m'arrête ici. Pouvez-vous, je vous prie, nous décrire les soldats.

Page 7090

1 D'abord dites-nous si ces soldats portaient des uniformes ensuite dites-

2 nous si vous vous rappelez de l'apparence des uniformes. Est-ce que vous

3 pouvez nous décrire leurs uniformes ?

4 R. Tous les hommes portaient des uniformes de camouflage. Ils étaient

5 jeunes. Ils avaient des cheveux assez courts. Ils étaient bien rasés.

6 C'était l'armée régulière. Lorsque Mladic est arrivé, il s'est placé devant

7 nous et il nous a parlé. La première chose qu'il avait dit c'est : "Est-ce

8 que vous me connaissez ?" Certaines personnes ont dit oui, d'autres

9 personnes n'ont pas répondu. Je ne savais rien. Je n'ai pas parlé. Tout ce

10 que je pensais c'était à mon sort, à mon destin. Je pensais à mon destin.

11 Ces premières paroles étaient les suivantes : "Naser vous a abandonné. Il

12 s'est enfui vers Tuzla. Ce n'est pas une bonne idée de vous battre contre

13 la Serbie. Nous avons presque complètement évacué vos familles. Vos

14 familles se trouvent à Tuzla, à Kladanj et ailleurs. Demain ou après

15 demain, vous suivrez. Vous tous vous allez pouvoir retrouver vos familles.

16 Personne ne vous battra. Personne ne vous fera de mal. Suivez-nous. C'est

17 très chaud ici, nous allons trouver un endroit plus frais pour vous placer,

18 pour vous héberger."

19 Des personnes ont dit : "Merci, commandant général." J'ai levé ma

20 main et il a dit : "Quoi ?" J'ai dit : "Camarade général, vous pouvez voir

21 que je suis pieds nus. J'ai des souliers dans mon sac à dos et j'aimerais

22 les mettre." Il m'a dit : "Tu auras eu vos souliers." Je dis : "Merci,

23 camarade."

24 Ensuite, 15 à 20 minutes plus tard, l'homme qui portait un uniforme

25 civil, celui qui portait un uniforme civil, avait dit que nous devrions

26 être fouillé. Ensuite, je l'ai entendu parler à un homme comme étant

27 Madzarevic. Je ne le connaissais pas. L'un d'eux avait des cheveux blonds,

28 ses cheveux étaient en une queue de cheval et ils nous ont fouillé, ils

Page 7091

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

12 versions anglaise et française

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 7092

1 trouvé de l'argent dans ma doublure. Ils ont trouvé 600 marks allemands.

2 Ils ont trouvé également le collier de ma fille et 10 pièces d'or. Ils ont

3 confisqué tout ceci. Ensuite, l'homme en civil en uniforme en civil avait

4 avec lui un berger allemand, il avait également une mitrailleuse et se

5 trouvait de 60 à 70 mètres de moi. Je ne savais pas si c'était une

6 mitrailleuse 53 ou 84. Ensuite il a dit que nous devrions nous aligner en

7 colonne quatre par quatre, une colonne a commencé à être formée. Je me

8 trouvais peut-être vers le milieu de la colonne et des deux extrémités de

9 la colonne, il y avait un soldat.

10 Q. Je vous interromps encore une fois, avec votre permission.

11 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui. Monsieur Lazarevic.

12 M. LAZAREVIC : [interprétation] Excusez-moi, je ne voulais interrompre le

13 témoin, surtout pas mon collègue mais une petite intervention. Monsieur le

14 Président, quant au transcript à la page 21, ligne 4, le témoin a dit, en

15 citant les paroles de Mladic, il a dit que Mladic a dit : "Ce n'est pas une

16 bonne idée de se battre contre les Serbes." Mais, en fait, le témoin a dit

17 contre la Serbie.

18 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je ne peux pas confirmer cela puisque

19 je ne parle pas la langue, bien sûr.

20 Mais Monsieur le Témoin, dites-nous, lorsque vous nous rapportiez les

21 paroles de Mladic, que le général Mladic aurait prononcé selon vous à

22 l'époque, est-ce qu'il a dit que ce n'est pas une bonne idée de se battre

23 contre la Serbie, ou ce n'était pas une bonne idée de se battre avec les

24 Serbes ou contre les Serbes ?

25 LE TÉMOIN : [interprétation] Lorsqu'il est arrivé et lorsqu'il nous a

26 parlé, la première chose qu'il a dit, mais je vais le répéter, c'était :

27 "Naser vous a abandonné, il s'est enfui vers Tuzla. Ce n'est pas une bonne

28 idée de vous battre avec un Serbe. Ce n'est pas une bonne idée." Plus tard,

Page 7093

1 j'ai compris ce qu'il voulait dire car ils nous ont laissés partir en

2 triangle et ils ont coupé la route. Donc, il avait raison parce que ce

3 qu'il avait dit c'est que le bétail ne pouvait pas partir jusqu'à ce qu'une

4 ouverture ne soit ouverte tout comme nous. On ne pouvait pas sortir de ce

5 cercle jusqu'à ce qu'ils ne fassent une ouverture pour nous laisser partir.

6 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Merci.

7 LE TÉMOIN : [interprétation] Pourrais-je avoir une interruption, s'il vous

8 plaît ?

9 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui, combien de temps vous faut-il ?

10 LE TÉMOIN : [interprétation] Au moins dix à 15 minutes, s'il vous plaît.

11 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bien. Il lui faut 15 minutes.

12 [La Chambre de première instance se concerte]

13 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bien. Donc, au lieu d'avoir la

14 suspension de séance habituelle à 10 heures 30, nous allons l'avoir

15 maintenant et ce sera une suspension de 25 minutes. Je vous remercie.

16 --- L'audience est suspendue à 10 heures 01.

17 --- L'audience est reprise à 10 heures 28.

18 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Monsieur le Témoin, est-ce que vous

19 vous sentez mieux ?

20 LE TÉMOIN : [interprétation] Ça va, ce n'est pas aussi bien que cela

21 pourrait être, mais ça va.

22 L'INTERPRÈTE : Est-ce que le témoin pourrait parler un peu plus fort ?

23 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui, je suis sûr qu'il le fera. Lorsque

24 vous répondrez aux questions, essayez s'il vous plaît, de vous rapprocher

25 autant que possible des microphones.

26 Monsieur Vanderpuye, c'est à vous.

27 M. VANDERPUYE : [interprétation] Merci, Monsieur le Président. Pourrions-

28 nous aller en audience à huis clos partiel un instant, s'il vous plaît ?

Page 7094

1 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui, nous y sommes.

2 [Audience à huis clos partiel]

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 (expurgé)

10 (expurgé)

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 (expurgé)

17 (expurgé)

18 (expurgé)

19 (expurgé)

20 (expurgé)

21 (expurgé)

22 (expurgé)

23 (expurgé)

24 (expurgé)

25 (expurgé)

26 (expurgé)

27 (expurgé)

28 (expurgé)

Page 7095

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 (expurgé)

10 (expurgé)

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 [Audience publique]

14 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Nous y sommes.

15 M. VANDERPUYE : [interprétation] Merci, Monsieur le Président.

16 Q. Témoin, avant la suspension, vous avez commencé à parler du fait que

17 vous vous étiez trouvé dans une colonne, là où il y avait le pré. On vous

18 avait fait aligner en groupe de quatre, en rang de quatre. Pourriez-vous

19 nous reparler de cela s'il vous plaît ?

20 R. Dans le pré, il y a eu un ordre qui était de se former en colonne par

21 rang de quatre. La colonne s'est formée et j'étais probablement dans la

22 deuxième moitié de cette colonne. Nous nous sommes mis en direction de

23 Kravica, mais je ne savais pas c'était la première fois que je venais à

24 Kravica.

25 Alors que nous nous approchions de Kravica, il y a eu un véhicule de

26 la FORPRONU sur le côté droit de la route et des soldats se trouvaient là,

27 personne n'a réagi. Nous sommes passés devant un entrepôt puis un car s'est

28 garé devant l'entrepôt et nous en sommes passés entre le car et l'entrepôt.

Page 7096

1 Je suis passé par l'entrée et je suis entré par la deuxième entrée. C'est

2 alors que je suis allé à la porte de la deuxième entrée, je suis allé --

3 une personne m'a appelé, il m'a dit, "entre assieds-toi à côté de moi." Il

4 y avait un soldat qui se trouvait près de l'entrée et il a juré des jurons

5 quelque chose de ce genre, il a dit : "Assieds-toi." J'ai dit que je

6 voulais m'appuyer contre le mur parce que j'avais mal au dos. Je suis

7 entré, je me suis mis dans un coin et je me suis assis. Je me suis appuyé

8 contre le mur.

9 Puis l'entrepôt s'est rempli lorsque la dernière personne est entrée,

10 il n'y avait aucun endroit pour s'asseoir. Ce soldat lui a donné des coups

11 de pied dans le bas du dos, il a juré, il a dit : "Vous voyez bien, il n'y

12 a aucun droit pour s'asseoir." Il a tiré un coup de feu et l'a assommé.

13 Puis, il y a eu un nouveau coup de feu de toute sorte d'arme et j'ai

14 simplement baissé la tête dans mon coin, j'ai fermé les yeux.

15 Les coups de feu ont continué pratiquement toute la nuit. Ils

16 arrêtaient seulement de temps en temps, on ne pouvait rien voir dans

17 l'entrepôt parce qu'il y avait beaucoup de poussière. J'ai vu ce dernier

18 homme qui était entré, puis lorsque la nuit est tombée, les coups de feu se

19 sont calmés. On pouvait les entendre devant l'entrepôt, on pouvait entendre

20 les hommes qui riaient, qui parlaient. Je gisais dans l'entrepôt et il y

21 avait du sang en dessous de moi. Du côté droit, j'étais --j'avais plein de

22 sang. J'ai emmené cette chemise et ce tricot à Zepa et ils ont pu voir

23 comment était mon tricot. Je me suis trouvé là pendant toute la nuit.

24 J'ai été emmené là le 13 dans cet entrepôt, le 14 pendant toute la

25 journée je l'ai passé dans l'entrepôt, un temps presque mort. Ensuite, une

26 fois que le 14 était passé, la nuit, j'ai eu cette sorte d'image comme

27 s'ils étaient en train de boire de l'eau, ensuite, je me suis levé. Je me

28 suis déplacé entre les morts et j'ai rencontré un de mes voisins, il m'a

Page 7097

1 dit : "Où vas-tu ?" J'ai dit que je voulais boire de l'eau. Il a dit : "N'y

2 pense même pas. Reste allongé." Donc, je suis resté allongé et il est resté

3 à côté de moi. J'ai dit que --

4 Il était presque l'aube, on pouvait le voir par la fenêtre ou la vitre de

5 la porte que c'était l'aube qui venait. Il s'est levé, j'ai dit : "Où vas-

6 tu ?" Il a dit qu'il voulait aller uriner, excusez-moi. Je lui dis : "Reste

7 allongé," mais il a eu un coup de feu et il est tombé et pris pendant -- au

8 genou pendant dix ou 15 minutes son corps était raide et il ne pouvait pas.

9 J'ai tiré deux cadavres sur moi et j'ai passé toute la journée à cet

10 endroit-là.

11 Dans la matinée lorsqu'il a fait jour, on pouvait voir qu'il y avait

12 du jour. Ils m'ont demandé s'il y avait là des gens qui n'étaient pas

13 blessés. Ils sont sortis. Ils peuvent sortir et rejoindre l'armée. Il y a

14 des gens qui sont sortis. Je ne sais pas qui est sorti et combien ils

15 étaient. Je n'ai pas vu. Je n'ai pas regardé. Un camion a été entendu. Je

16 ne sais pas dans quelle direction il est parti. Je ne sais pas ce qu'il se

17 passait à l'extérieur. Simplement, il n'y avait que ce que je pouvais

18 entendre. Je ne sais pas quelle heure il était.

19 Ils ont redit : "Y a-t-il des blessés ? Ils peuvent sortir et nous

20 les emmèneront à l'hôpital." Je suis sorti. Je ne sais pas combien sont

21 sortis, mais ceux qui sont sortis ont été tués. On ne pouvait pas entendre

22 qui que ce soit dans l'entrepôt pas même un gémissement ou un cri. L'un

23 d'entre eux a commencé à crier : "Salko, Salko, Salko." Il a crié cela dix

24 ou 15 fois, en jurant contre sa mère turque. On ne pouvait entendre

25 personne gémir ou crier. Peut-être une heure et demie après cela, quelqu'un

26 a demandé de l'eau, donc, il était épuisé. En fait, il a été tué par une

27 rafale. Ensuite, on ne pouvait plus entendre quiconque à nouveau. Je n'ai

28 pas bougé. Je n'ai pas regardé.

Page 7098

1 Puis ensuite, il a fait à nouveau sombre et j'ai entendu un ordre :

2 "Garez la chargeuse. Nettoyez l'asphalte. Couvrez les morts avec du foin."

3 Ils ont, à ce moment-là, mis du foin sur nous tous et j'ai pensé --

4 réfléchi pourquoi je n'avais pas été tué. J'ai pensé qu'ils allaient mettre

5 le feu et que j'allais brûler vivant. Ils n'ont pas fait brûler le foin.

6 Ils ne l'ont pas allumé. Quand il a fait nuit, on ne pouvait plus entendre

7 personne devant l'entrepôt. On entendait ni parler ni des bruits de

8 machine. Temps en temps, un véhicule passait sur la route, mais ce n'était

9 pas très fréquent. Peut-être qu'il était minuit et demi.

10 Après minuit, j'ai commencé à bouger et je me suis dégagé entre les

11 cadavres parce que je ne pouvais plus supporter cette montagne de sang.

12 J'étais extrêmement raide. Je me suis levé et j'ai commencé à bouger un

13 petit peu. Je me suis assis. Si quelqu'un m'avait pris par les mains et

14 m'avaient dit : "Allons-y," je n'aurais pas été capable de partir, j'étais

15 tellement raide. Je suis resté assis pendant une heure ou deux à me frotter

16 les bras et les jambes pour en quelque sorte conscience, connaissance

17 jusqu'à ce que je sois capable de bouger, mais je ne savais pas où aller.

18 C'est comme si quelqu'un m'avait jeté d'un avion et j'étais en train de me

19 demander ce que je devais faire. Je pouvais entendre chuchoter et je me

20 suis déplacé vers ceux qui chuchotaient. J'ai pensé que je risquais d'être

21 tué aussi, mais j'ai trouvé deux personnes qui étaient également assises à

22 l'intérieur. L'un d'entre eux était jeune et grand. Un autre, bon, il y

23 avait un autre qui était de mon âge, peut-être. Bien, j'ai dit : "Bien,

24 essayons de fuir." Ce jeune homme grand a

25 dit : "Nous ne pouvons pas aller ensemble. D'où es-tu ?" Il a dit qu'il

26 était de Lolici. J'ai dit : "Bon, bien, laisse-moi aller avec toi. Tu

27 connais la région ici." Il a dit : "Non, nous ne pouvons pas aller

28 ensemble." J'ai dit : "Je ne sais pas, nous pouvons aller --" Il a dit :

Page 7099

1 "Je te dis qu'on ne peut pas aller ensemble." Alors, je lui ai demandé à

2 l'autre : "D'où es-tu ?" Il a fait un geste et il a dit : "Je te dis qu'on

3 ne peut pas aller ensemble. Traverse l'asphalte, tu trouveras un sentier

4 qui va vers la rivière. Puis, au bout de 15 ou 20 minutes je te suivrai."

5 J'ai décidé d'y aller. J'ai décidé -- je me suis levé parce qu'il ne

6 voulait pas que j'aille avec lui. Je suis parti par la même porte par

7 laquelle j'étais entré. Il y avait là une chargeuse qui était garée. Il

8 faisait nuit. J'ai passé la chargeuse. Je me suis levé d'abord la jambe

9 droite sur l'asphalte. Je me rappelle cela. Je n'ai vu personne du côté

10 droit sur la route asphaltée jusqu'à quelqu'un ait crié, stop, je ne

11 l'avais vu avant. Il a crié, "stop," et je me suis arrêté, la deuxième fois

12 -- il a -- je me suis couché et il a dit : "Lèves-toi, lèves-toi." J'ai

13 resté couché.

14 La troisième fois il a dit : "Lèves-toi," je me suis levé d'un bond.

15 J'ai vu à côté de l'entrepôt que j'avais laissé du côté gauche -- je suis

16 allé dans la rivière. J'ai juste pu mettre ma tête dans l'eau pour boire

17 parce que j'avais la bouche complètement desséchée à cause la poussière. Je

18 ne pouvais pas parler. L'autre homme à côté de moi est entré dans la

19 rivière. Nous avons traversé la rivière. Nous sommes allés vers le mais.

20 Nous avons quitté le mais. Il y avait une route entre la mais et les bois.

21 Je l'ai pris par la main. Il ne pouvait pas m'entendre. "Où allons-nous ?"

22 a-t-il dit. "Reste à gauche."

23 Je ne pouvais pas communiquer avec lui. Il ne pouvait pas m'entendre

24 et je ne pouvais pas parler fort. Nous avons pris la route et il avait un

25 virage dans la route autour du champ de mais. Là, encore, je me suis penché

26 j'ai bu de l'eau. Je suis retourné. Nous nous sommes assis sous un arbre et

27 nous pouvions entendre des coups de feu à l'entrepôt, un coup de feu puis

28 un autre, mais personne ne nous a poursuivi et nous sommes partis. Il n'y

Page 7100

1 avait pas de balle tirant derrière nous. Personne n'a été entendu. Personne

2 ne nous a dit de nous arrêter. Je ne peux pas le dire mais peut-être que

3 quelqu'un avait été suffisamment humain. Ils auraient pu nous tirer dessus.

4 Ils auraient pu nous tuer avec une simple pierre, même pas un fusil. Mais

5 personne ne nous a tiré de dessus et personne ne nous a crié de nous

6 arrêter.

7 J'ai commencé -- il a commencé à pleuvoir. Nous sommes allés jusqu'à

8 un arbre qui avait été renversé. Nous étions très mouillés. Pendant un

9 certain nombre de jours, nous avons marché dans la région. Nous ne pouvions

10 pas traverser l'asphalte. Il m'a emmené à un endroit où j'ai trouvé un

11 certain nombre de voisins de mon village qui m'ont dit qu'il y avait un

12 forestier à Srebrenica qu'il avait une radio transistor de poche et il a

13 dit que Zepa n'était pas encore tombée ou était tombée hier. Ceci n'est pas

14 clair. Bien, je voulais voir ce forestier parce qu'il connaissait le

15 terrain. Ce forestier n'est pas sorti.

16 Pendant la nuit une trentaine de personnes se sont réunies dans ce

17 coin où il y avait -- ils étaient en train de faire frire des champignons

18 et d'autres aliments. Puis dans la matinée j'ai trouvé ces personnes de la

19 municipalité de Bratunac. Je les ai appelées. Je leur ai dit : "Allons-y."

20 Puis, cet homme de mon village, un voisin, m'a dit : "Mon enfant ne doit

21 pas rester avoir faim comme cela." Il avait également un fils d'environ 15

22 ans. Il était épuisé par la faim, mais il allait mourir de faim. Il n'y

23 avait pas de blé. Il n'y avait pas de pomme de terre. Allons-y. Il a dit :

24 "Mon fils ne peut pas continuer à avoir faim comme cela."

25 Puis, il y avait ces deux de la municipalité de Bratunac. On leur a

26 demandé : "Connaissez-vous la route ? Je la connais pas." Il y avait deux

27 hommes qui étaient sourds-muets. Tous les deux de Cerska. Ils connaissaient

28 cet homme. Je leur ai dit : "Au revoir." Je suis parti avec ces deux de la

Page 7101

1 municipalité de Bratunac. Je ne connaissais pas la route. Ils ne

2 connaissaient pas la route. On pouvait entendre des coups de feu au-dessus

3 du village. Nous nous sommes cachés à un moment donné dans un jardin, puis

4 dans une forêt de chênes.

5 Nous avons rencontré un jeune homme qui a dit : "Où allez-vous ?"

6 Nous avons dit: "Nous allons à Srebrenica." Il a dit -- mon premier voisin

7 c'était également mon voisin, je ne sais pas qui était, à ce moment-là,

8 avec qui on allait. Il y avait plusieurs enfants. Il m'a dit le nom de sa

9 femme. Il y avait ces personnes et quatre d'entre nous se sont réunis. Il y

10 avait ce jeune homme de Jagodnja, qui a réussi à s'échapper. J'ai dit :

11 "Est-ce que vous savez où est-ce qu'il est ?" Bien, là-bas, c'est là où se

12 trouvait --

13 [aucune interprétation]

14 Q. Est-ce que je pourrais vous arrêter un moment, s'il vous plaît ? S'il

15 vous plaît, je voudrais si vous le permettez, je sais, je sais que vous

16 avez beaucoup à dire, et tout cela est très important. Je souhaiterais vous

17 montrer certaines photographies si possibles de l'entrepôt. Simplement pour

18 que vous puissiez dire aux membres de la Chambre, donner une idée aux

19 membres de la Chambre de l'endroit où vous vous trouviez lorsqu'il y a eu

20 cet incident.

21 M. VANDERPUYE : [interprétation] La première chose que je voudrais vous

22 montrer c'est sur la liste 65 ter, la pièce 1565. Si on pouvait voir cela

23 s'il vous plaît à l'écran.

24 Q. Pouvez-vous voir la photographie sur votre écran ?

25 M. VANDERPUYE : [interprétation] Je souhaiterais également que le témoin

26 puisse apposer les marques sur cette photographie, s'il vous plaît. Je

27 pense qu'il va avoir besoin d'un peu d'aide.

28 Q. (reprise 2,00) Bien, vous allez bien, Monsieur le Témoin ?

Page 7102

1 R. Oui, cela va.

2 Q. Bien, pour commencer, vous reconnaissez ce qui est sur cette photo,

3 cette pièce à conviction ?

4 R. Oui.

5 Q. Pourriez-vous juste dire de ce qu'il s'agit pour que ce soit bien clair

6 dans le compte rendu ?

7 R. Je venais de cette direction-là. Je suis passé devant cette entrée.

8 Q. Dites-nous simplement ce que c'est, ce que vous voyez ?

9 Est-ce que c'est là qu'on vous a emmené ? Répondez simplement à cette

10 question.

11 R. D'après moi, oui, mais cette porte ne me semble pas être la porte en

12 question. La porte semble être différente de ce qu'elle était lorsque nous

13 étions là.

14 Q. Je vais vous demander de mettre une marque sur cette photographie. Est-

15 ce que vous reconnaissez sur cette photographie, la porte par laquelle vous

16 êtes entrée ou par laquelle vous partie ?

17 R. Sur cette photographie, voilà l'endroit où le car était garé. Je suis

18 passé par cette porte d'entrée. Je suis entré par cette entrée.

19 Q. Bien, je voudrais vous demander simplement si vous pouviez marquer.

20 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui.

21 M. VANDERPUYE : [interprétation]

22 Q. Est-ce que c'est bien cela que je vois ? Y a-t-il une marque-là ?

23 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Il n'y a pas de marque.

24 M. VANDERPUYE : [interprétation] C'est une toute petite marque.

25 Q. Bien, pourriez-vous, voyons les lettres, mettre I-n.

26 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Mettons un E pour "entrée."

27 M. VANDERPUYE : [interprétation] Bien d'accord, c'est seulement parce que -

28 -

Page 7103

1 Q. Si vous pouvez écrire E pour "entrée." Pourriez-vous écrire la lettre

2 E, s'il vous plaît, à l'endroit de la porte par laquelle vous êtes entré ?

3 R. C'est ici que je la mets ?

4 [Le témoin s'exécute]

5 Q. Bien, est-ce que vous pourriez mettre une flèche qui désigne cette

6 porte s'il vous plaît ?

7 R. Celle-ci c'est la porte par laquelle je suis sortie.

8 Q. Bien.

9 R. Quand je suis entré, je suis passé par là, je suis arrivé à cette porte

10 et je suis entré par cette porte-ci. Il y avait un soldat qui se trouvait

11 là et un autre ici et je suis passé entre eux. Je suis allé au coin qui se

12 trouvait au bout de l'entrepôt près de la rivière.

13 Q. Bon, allons-y, une chose à la fois, s'il vous plaît d'accord ? Parlons,

14 de la porte. Si vous pouvez marquer, il me semble que vous avez marqué à la

15 porte par laquelle vous êtes entré, bien.

16 R. Excusez-moi, je suis passé par celle-ci, c'est la première porte puis

17 je suis entré par cette deuxième porte. Je suis également ressorti par

18 cette même porte.

19 Q. Bien, ce que je souhaiterais que vous marquiez maintenant, si on

20 pouvait faire cela, c'est un "I/O" sur cette porte, à l'endroit de cette

21 porte. Si vous voulez bien marquez cela, s'il vous plaît ?

22 R. Ici ?

23 Q. S'il vous plaît. Je vous remercie.

24 R. [Le témoin s'exécute]

25 Q. Il se peut qu'on est peut-être besoin d'une autre photographie pour

26 faire cela. Pourriez-vous marquer les lettres PW et les chiffres 156 en

27 haut à gauche, il me semble que ce soit l'endroit qui convienne le mieux

28 pour mettre cela.

Page 7104

1 R. P, c'est bien cela que vous avez dit ?

2 Q. Oui, c'est bien cela, Monsieur le Témoin.

3 R. C'est très bien, P.

4 [Le témoin s'exécute]

5 Q. Bien, serait-il possible d'avoir une autre image de la même

6 photographie, parce que nous souhaiterions qu'il rajoute.

7 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Mais il faut encore qu'il écrive 156.

8 M. VANDERPUYE : [interprétation] Oui, il va le faire.

9 Q. Voulez-vous, s'il vous plaît, écrire 156 après la lettre P que vous

10 avez déjà écrite.

11 R. [Le témoin s'exécute]

12 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je vous remercie, Monsieur le Témoin.

13 M. VANDERPUYE : [interprétation] Merci, Monsieur le Président. Je pense que

14 maintenant nous pouvons enlever celle-ci et je pense avoir un autre

15 exemplaire de la même photographie pour qu'il puisse la marquer.

16 Q. Merci, Monsieur le Témoin. Pourriez-vous, s'il vous plaît, marquer sur

17 cette photographie, l'endroit où vous avez vu la chargeuse. Vous pourriez

18 simplement la désigner avec la lettre L.

19 R. Il faisait nuit, c'était la nuit, je m'en souviens bien. La chargeuse

20 se trouvait à ce moment-là de ce côté-ci. Je suis sorti par cette porte et

21 la chargeuse se trouvait là.

22 Q. Pourriez-vous, s'il vous plaît, mettre la lettre L, à cet endroit-là,

23 s'il vous plaît ?

24 R. [Le témoin s'exécute]

25 Q. Bien, pourriez-vous s'il vous plaît aussi mettre la lettre B, à

26 l'endroit où vous avez vu le car sur cette image ?

27 R. Le car probablement était ici. Nous ne passions pas là, et le car était

28 peut-être ici. Nous sommes juste passés entre les deux, entre l'entrepôt et

Page 7105

1 le car.

2 Q. Bien, pourriez-vous inscrire la lettre B à cet endroit-là s'il vous

3 plaît ?

4 R. [Le témoin s'exécute]

5 Q. Bien, pourriez-vous également écrire en haut à gauche, PW-156 ?

6 R. T ?

7 Q. P, comme vous l'avez fait pour l'image précédente, ensuite, 156.

8 R. [Le témoin s'exécute]

9 Q. Bien.

10 M. VANDERPUYE : [interprétation] Je pense que nous pouvons enlever ce

11 cliché. Je voudrais maintenant demander qu'on présente la pièce 1563 de la

12 liste 65 ter, pour que le témoin puisse la voir. Très bien, merci.

13 Q. Je vous demanderais, Monsieur le Témoin, de nous indiquer, sur cette

14 photo, quelle était la direction -- d'où êtes-vous venu lorsque vous êtes

15 entré sur le périmètre de cet entrepôt ? Donc, vous pourriez peut-être

16 l'indiquer avec une flèche.

17 R. Nous sommes arrivés depuis ici, donc, de là, en empruntant cette

18 direction. Je crois ce que j'ai indiqué ici c'est la porte.

19 Q. Pourriez-vous je vous prie, mettre une flèche au bout de la ligne ?

20 R. A l'intérieur ou --

21 [Le témoin s'exécute]

22 Q. Non, c'est bien, merci. Bien comme cela. Sur cette photo, pourriez-vous

23 je vous prie, nous indiquer l'endroit où vous avez vu la chargeuse et

24 l'endroit où vous avez vu le bus ? Bien sûr, si vous le pouvez.

25 R. L'autobus se trouvait ici, lorsque nous sommes arrivés. Mais lorsque je

26 suis parti, l'autobus ou l'autocar n'était plus là mais la chargeuse y

27 était encore.

28 Q. Donc, vous savez, vous ne pouvez pas simplement indiquer sans faire un

Page 7106

1 dessin. On ne voit pas ce que vous nous montrez. Pourriez-vous l'indiquer

2 avec le stylo ?

3 R. Voilà, la chargeuse était ici. Je suis sorti par là, la chargeuse était

4 ici, je me suis dirigé vers l'autre route goudronnée. Ensuite, je suis allé

5 ici et la maison était à ma gauche.

6 Q. Fort bien. Pourriez-vous indiquer sur cette photographie à gauche, PW-

7 156, je vous prie ?

8 R. [Le témoin s'exécute]

9 Voilà, P -- quoi d'autre V --

10 Q. PW-156.

11 R. 156 [Le témoin s'exécute]

12 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Soyons pratique, laissez-le.

13 M. VANDERPUYE : [interprétation] En fait, le témoin pourrait peut-être

14 simplement écrire 156. Pour le compte rendu d'audience, le témoin nous a

15 montré pour que le tout soit clair, pour que l'on puisse voir ce qu'est sur

16 la photo, ce qui se trouve à droite de la photo, il nous a montré que la

17 chargeuse est indiquée avec deux lignes verticales, c'est l'emplacement de

18 la chargeuse. A l'extérieur de la structure qui se trouve au milieu de la

19 photo, vers le -- dehors, c'est l'entrée, C'est donc la porte par laquelle

20 il est entré et par laquelle il est ressorti de cette structure. Je crois

21 que cela décrit la photo. Voilà, ce qui est pour cette photo-là.

22 M. VANDERPUYE : [interprétation] Pourrait-on passer à huis clos partiel, je

23 vous prie, Monsieur le Président, pour quelques instants ?

24 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Très bien. Passons à huis clos partiel

25 pour quelques instants.

26 [Audience à huis clos partiel]

27 (expurgé)

28 (expurgé)

Page 7107

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Page 7107 expurgée. Audience à huis clos partiel

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 7108

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 (expurgé)

10 (expurgé)

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 [Audience publique]

14 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Voilà, nous sommes en audience

15 publique.

16 Pour ce qui est des équipes de la Défense, qui va commencer ?

17 Monsieur Stojanovic, je vois que c'est vous qui vous vous levez.

18 M. STOJANOVIC : [interprétation] Bonjour, Madame, Messieurs les Juges.

19 Contre-interrogatoire par M. Stojanovic :

20 Q. [interprétation] Bonjour, Monsieur le Témoin.

21 R. Bonjour.

22 M. STOJANOVIC : [interprétation] Avec votre permission, Monsieur le

23 Président, avant de commencer le contre-interrogatoire et avant de donner

24 les instructions au témoin quant à l'usage de certains termes, je voudrais

25 passer à huis clos partiel, je vous prie.

26 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Très bien, passons à huis clos partiel.

27 [Audience à huis clos partiel]

28 (expurgé)

Page 7109

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 (expurgé)

10 (expurgé)

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 (expurgé)

17 (expurgé)

18 (expurgé)

19 (expurgé)

20 (expurgé)

21 (expurgé)

22 (expurgé)

23 (expurgé)

24 (expurgé)

25 [Audience publique]

26 M. STOJANOVIC : [interprétation] Merci, Monsieur le Président.

27 Q. Monsieur le Témoin, il y a quelque temps lorsque vous avez témoigné,

28 vous avez mentionné une personne s'appelant Ejub Golic. Est-ce que vous

Page 7110

1 vous souvenez de lui ? Est-ce que vous vous souvenez de ce que vous avez

2 dit le concernant ?

3 R. Je n'avais rencontré ce Golic. Lorsque nous sommes venu à Buljim, nous

4 avons rencontré notre première embuscade, c'est à ce moment-là que j'ai vu

5 cet homme pour la première fois. Mais, encore une fois, je n'aurais pas su

6 qui c'était, mais c'est mon voisin qui m'a dit. C'est un homme qui est

7 arrivé par une route goudronnée. La colonne s'était arrêtée sur cette route

8 goudronnée. Au-dessus de la route un homme est arrivé et a dit : "Qu'est-ce

9 que vous attendez ?" Quelqu'un devant nous a dit, 200 mètres devant nous,

10 ils ont dit : "On a perdu la trace de la colonne." Il a dit : "Je vais te

11 donner la trace de la colonne." J'ai dit : "C'est qui lui ?" "C'est Golic,"

12 il m'a dit. J'étais sur la route goudronnée. Du côté gauche de la colline,

13 il a dit : "Vous attendez quoi ?" J'ai dit - excusez-moi pour ces termes :

14 "Il est en train de necker [phon] de l'amante." On a commencé à tirer.

15 Un groupe est parti vers un ruisseau. Nous avons descendu le cours

16 d'eau. Il y avait des gens à gauche, à droite. Des personnes blessées. Le

17 cours d'eau était jonché de part et d'autre de personnes blessées et

18 mortes, donc de cadavres.

19 Q. Je vous remercie. Je vous demanderais de ralentir quelque peu le débit,

20 car nous parlons la même langue. Dites-nous combien y avait-il de soldats

21 avec Ejub Golic ?

22 R. Il y avait une colonne assez longue. Ejub était arrivé l'avant-dernier.

23 Derrière lui, il n'y avait presque personne. Je crois qu'il a dû sans doute

24 partir de Jaglici presque le dernier. -- justement pourquoi la colonne

25 s'était arrêtée. Bien je n'en ai aucune idée, je me demande. Lorsque Ejub

26 est arrivé il a dit : "Vous attendez quoi ?" Quelqu'un a dit : "On a perdu

27 la trace de la colonne." Il a dit : "Je vais te donner, moi, la trace de la

28 colonne. Qu'est-ce qu'on attend ? Il est en train de necker de l'amante."

Page 7111

1 On a commencé à tirer de part et d'autre. Les gens ont commencé à

2 fuir. Personne ne regardait plus personne. On ne portait plus attention ni

3 aux blessés, ni aux morts. Tout à chacun essayait de sauver sa tête.

4 Q. D'accord, est-ce qu'à un moment donné on a demandé aux gens d'aller à

5 droite vers Siljkovici, Lolici, Sandici ? Est-ce que vous vous souvenez

6 d'avoir reçu un tel ordre ?

7 R. Je n'ai pas entendu un tel ordre de personne. Quelqu'un a peut-être

8 entendu cet ordre, mais je peux simplement vous dire ce que j'ai vu et

9 entendu. J'étais arrivé sur cette route goudronnée avec mon voisin, mon

10 voisin immédiat, et c'est lui que c'était Ejub Golic. Lorsque le feu a été

11 ouvert sur nous, les gens ont commencé à courir de part et d'autre et je

12 n'ai plus jamais revu Ejub. Je ne l'avais jamais vu avant ce jour-là, ni

13 après. Nous sommes allés en aval de la rivière, nous avons tourné à gauche.

14 Nous avons trouvé une forêt.

15 Q. D'accord, je vous arrête ici. Je vous demandais de vous arrêter pour

16 vous poser la question suivante. Vous avez dit que vous êtes sortis sur une

17 route goudronnée et que quelqu'un de votre groupe vous a dit qu'il

18 s'agissait du village de Lolici, vous étiez là, à côté du village ?

19 R. Je ne suis pas sorti sur la route goudronnée. On nous a, au-dessus de

20 Kamenica encerclés. Nous nous sommes rendus. Après lorsqu'on nous a dit

21 d'aller à Lolici, c'est là que je suis passé de l'autre côté de la route

22 goudronnée pour arriver sur le pré. La personne qui est sortie de

23 l'entrepôt avec moi m'a dit qu'il s'agissait de Lolici. C'est lui qui

24 connaissait le nom de l'endroit.

25 Q. Donc, cet endroit-là, sur ce pré, est-ce que c'est à ce moment-là qu'il

26 vous a dit que le nom du village était Lolici ?

27 R. Oui.

28 Q. Est-ce que vous aviez déjà entendu parler du village de Sandici ? Est-

Page 7112

1 ce que vous savez où ce village se trouve ?

2 R. Lorsque j'ai demandé que l'on me remette mes biens, je suis passé par

3 là, en allant de Sandici à Bratunac. Jusqu'à ce jour-là, je n'avais jamais

4 vu ce village. J'avais entendu dire que cette région était composée de

5 plusieurs villages mais je n'étais jamais allé là-bas.

6 Q. Maintenant que vous avez passé par là, vous avez vu que c'était indiqué

7 village de Sandici, est-ce que vous maintenez encore que c'était Lolici,

8 que vous étiez à Lolici ?

9 R. Je maintiens que ce qu'il m'a dit que c'était Lolici. Je ne savais pas

10 si c'était Lolici, Sandici, Hrncici, je l'ignorais. Mais lui, cet homme,

11 m'a dit que nous étions à Lolici.

12 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Un instant je vous prie. Monsieur le

13 Témoin, la procédure est la suivante ici dans ce Tribunal. Ce que vous

14 dites dans votre langue et ce que M. Stojanovic dit dans sa langue

15 maternelle, tout ceci doit être traduit en anglais et en français. Il est

16 très important que, lorsque Me Stojanovic termine sa question -- termine de

17 vous poser sa question, je vous demanderais de ne pas immédiatement

18 commencer à répondre à la question sans lui permettre une pause. Vous devez

19 ménager une toute petite pause avant de répondre afin que les interprètes

20 puissent terminer ce que dit M. Stojanovic. Est-ce que vous m'avez compris,

21 Monsieur le Témoin ?

22 LE TÉMOIN : [interprétation] Très bien.

23 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je vous remercie de votre coopération.

24 LE TÉMOIN : [interprétation] C'est moi qui vous remercie.

25 M. STOJANOVIC : [interprétation]

26 Q. Monsieur, je vous demanderais de nous donner une évaluation

27 approximative de la chose suivante. Vous dites qu'il était une heure moins

28 20, lorsque vous êtes arrivés. Vous êtes partis à Lolici. Combien de temps

Page 7113

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

12 versions anglaise et française

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 7114

1 est-ce que vous avez passé à Lolici ?

2 R. Je n'avais pas de montre sur moi, selon une évaluation personnelle,

3 nous devions être assis-là environ quatre à cinq heures. A quelle heure

4 nous étions arrivés, je l'ignore aussi. Je crois que toutes les personnes

5 qui se trouvaient dans cette situation-là auraient du mal à évaluer quelle

6 heure il était. Vous savez, ces moments étaient très difficiles.

7 Q. Alors, permettez-moi de vous poser la question de cette façon-ci.

8 Combien de temps après le départ de Mladic, êtes-vous parti pour le village

9 de Kravica ?

10 R. Après Mladic, nous sommes restés 20 minutes. En fait, après le départ

11 de Mladic, une demi-heure plus tard, nous sommes repartis nous aussi.

12 Q. Lorsque vous avez été aligné et lorsque vous êtes parti de la façon

13 dont vous nous l'avez expliqué, est-ce que tous les prisonniers qui étaient

14 présents sont partis du pré ?

15 R. Lorsque je suis parti, j'étais vers le milieu de la colonne. C'est tout

16 à fait normal de dire que ceux qui me suivaient sont partis aussi. Sur un

17 virage, j'ai vu la première -- la dernière enfin la queue de la colonne,

18 mais il était certain qu'ils sont entrés, je crois qu'ils sont entrés

19 derrière moi, parce que l'entrepôt s'est rempli. Après, je crois, qu'il ne

20 restait plus personne sur le pré.

21 Q. Lorsque vous avez témoigné il a un certain temps, vous avez décrit un

22 homme qui se trouvait à la tête de la colonne, vous l'avez décrit comme

23 étant une personne de taille moyenne avec des cheveux noirs, qu'il portait

24 un pull bleu et un blouson.

25 Est-ce qu'il portait un blouson ?

26 R. Il était un uniforme civil. Il avait un chien avec lui. Il avait une

27 mitrailleuse, soit une 53 ou une 84 millimètres. Je n'ai pas dit qu'il

28 portait de blouson.

Page 7115

1 Q. Est-ce que son visage était peint avec une couleur noire ?

2 R. Je crois qu'il est bronzé ou foncé naturellement. Ce n'est pas moi qui

3 lui ai peint le visage. Je ne peux pas vous décrire ses dents et ses yeux.

4 Son visage était couvert d'une certaine peinture noire.

5 Q. Oui, j'essaie simplement de vous rafraîchir la mémoire, est-ce que cet

6 homme-là avait donné l'ordre après le départ de Mladic, de vous aligner et

7 d'aller à Srebrenica ?

8 R. C'est lui qui avait donné l'ordre de former une colonne, donc une

9 colonne avec quatre personnes -- une colonne quatre par quatre.

10 M. STOJANOVIC : [interprétation] Pour le compte rendu d'audience, page 43,

11 ligne 16, le témoin et moi-même avons mentionné le mot de "Kravica" et non

12 pas "Srebrenica."

13 Q. Monsieur le Témoin, est-ce que nous sommes d'accord pour dire qu'on

14 avait parlé de Kravica, non pas de Srebrenica ?

15 R. Bien sûr, que ce n'était pas Srebrenica. Pourquoi voulez-vous que

16 j'aille à Srebrenica, c'est de Srebrenica qu'on était parti. On fuyait

17 Srebrenica.

18 Q. Très bien. Merci. Vous avez également dit que cette colonne était

19 suivie par encore un groupe de personnes en vêtement civil avec des armes;

20 est-ce que vous vous souvenez de cela ?

21 R. Je n'ai jamais parlé de vêtement civil, si je me souviens bien. J'ai

22 parlé d'uniformes militaires, tout le monde portait des fusils automatiques

23 des deux côtés de la colonne. Chacun d'eux avaient des munitions, des

24 ceintures de munition en X sur leurs épaules, ils étaient prêts à tirer.

25 M. STOJANOVIC : [interprétation] Monsieur le Président, pourrait-on passer

26 à huis clos partiel pour quelques instants ?

27 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Très bien. Passons à huis clos partiel.

28 [Audience à huis clos partiel]

Page 7116

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 (expurgé)

10 (expurgé)

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 (expurgé)

17 (expurgé)

18 (expurgé)

19 (expurgé)

20 (expurgé)

21 (expurgé)

22 (expurgé)

23 [Audience publique]

24 M. STOJANOVIC : [interprétation]

25 Q. Lorsque vous êtes parti pour Kravica vous vous trouviez dans cette

26 colonne que vous avez décrite, est-ce que vous étiez lié, est-ce que vous

27 aviez des mains liées ?

28 R. Non, non. Je n'ai vu personne avec les mains liées.

Page 7117

1 Q. Est-ce que vous étiez -- est-ce qu'on vous a lié les mains alors que

2 vous étiez assis sur le pré de Lolici ?

3 R. Non, non. Je n'ai pas dit que nous avions les mains liées. Seulement

4 lorsque nous traversions la rivière, on nous a attaché les mains derrière

5 la nuque, ensuite nous étions assis -- nous nous sommes assis à un endroit

6 et c'est là que les soldats nous ont fouillés, nous ont fouillés nos poches

7 et ils nous ont fouillés.

8 Q. Lorsque vous nous dites que les mains étaient liées, vous ne pensez pas

9 les mains liées avec quelque chose -- avec une corde ?

10 R. On m'a simplement demandé de mettre mes mains derrière la nuque.

11 Q. Non, non, mais ce n'est pas ce que j'avais compris.

12 R. Vous m'avez très bien compris, mais vous faites cela simplement pour

13 m'énerver.

14 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Monsieur le Témoin, je comprends très

15 bien que vous ne vous sentez peut-être pas tout à fait bien et que vous

16 pouvez être un peu irrité. Mais, vous savez,

17 M. Stojanovic - et tout comme les autres avocats de ce Tribunal - ne fait

18 que faire son travail. Vous devez comprendre qu'il doit vous poser des

19 questions car il essaie de défendre son client.

20 LE TÉMOIN : [interprétation] Je comprends très bien

21 M. l'avocat, mais M. l'avocat doit me comprendre aussi. Car si je lui avais

22 demandé -- j'aimerais bien savoir comment il se sentirait s'il avait été

23 dans ma peau.

24 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] D'accord.

25 M. STOJANOVIC : [interprétation] Je ne sais pas si l'heure de la pause est

26 peut-être venue.

27 [La Chambre de première instance se concerte]

28 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Voilà. Il faut calmer les esprits,

Page 7118

1 donc, prenons une pause de dix minutes. Cela vous permettra de repenser à

2 vos questions et réfléchir sur ce qui a été dit.

3 Monsieur le Témoin, nous allons prendre une pause de dix minutes -- une

4 pause courte de dix minutes et nous continuerons après.

5 --- La pause est prise à 11 heures 27.

6 --- La pause est terminée à 11 heures 40.

7 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui, Maître Stojanovic.

8 M. STOJANOVIC : [interprétation] Merci, Monsieur le Président.

9 Q. Témoin, avant de poursuivre, j'aimerais vous présenter mes excuses

10 encore une fois si je vous ai dérangé d'une manière ou d'une autre. Je

11 voulais vous dire simplement que mon objectif est d'établir la vérité sur

12 ce qui s'est passé et d'éliminer toute sorte ou quelque incohérence qui

13 soit. Je n'ai pas d'autre intention.

14 R. Merci.

15 Q. Merci. La question suivante que j'aimerais vous poser, c'est si vous

16 pouvez nous dire d'après votre souvenir, pendant combien de temps ou sur

17 quelle distance en kilomètre, vous vous êtes déplacé pour vous rendre du

18 pré à l'entrepôt de Kravica ?

19 R. Je ne peux pas vous dire l'heure exacte parce que je n'avais pas de

20 montre quand je suis parti et quand je suis arrivé. Je ne peux même pas

21 vous dire combien de kilomètres, c'était. Je ne pourrai même pas vous dire

22 combien de temps nous avons marché parce que j'avais peur et je ne pouvais

23 penser à autre chose qu'à ce qui allait m'arriver.

24 Q. Merci.

25 R. Je ne pourrai vraiment pas vous dire pendant combien de temps nous

26 avons marché.

27 Q. Bien. Donc, maintenant, je vais vous poser la question suivante,

28 auparavant vous avez dit qu'en route vers l'entrepôt vous avez vu un

Page 7119

1 véhicule blindé de transport des troupes. Un véhicule de transport de

2 troupes des Nations Unies ?

3 R. Oui.

4 Q. Pouvez-vous nous dire approximativement où vous l'avez vu, était-ce à

5 proximité de l'entrepôt de Kravica ?

6 R. La distance entre Lolici et Kravica n'est pas énorme, donc c'était plus

7 près de Kravica que de Lolici et il se trouvait sur le côté droit.

8 Q. Est-ce qu'il vous suivait ou est-ce qu'il était immobilisé ?

9 R. Il était immobilisé sur la droite. Il y avait des soldats qui étaient

10 postés autour qui ils étaient ou ce qu'ils faisaient, je ne sais pas. Ils

11 n'ont pas réagi lorsque nous sommes passés, ils sont restés sur la route.

12 Q. Merci. Maintenant, j'aimerais vous montrer une photographie que vous

13 avez eu l'occasion de voir auparavant. Je crois que nous pouvons le faire

14 sur le e-court, il s'agit de la pièce 02435, peut-être que nous pourrions

15 examiner cette pièce. J'aimerais demander à Mme l'Huissière de nous aider

16 et donner au témoin les markers pour qu'il puisse annoter la photo tel que

17 je lui ai demandé.

18 Lorsque vous verrez la photographie s'afficher à l'écran, j'aimerais

19 vous demander avant que vous la voyiez, j'aimerais vous poser une question

20 sur le moment où vous êtes arrivé devant l'entrepôt de Kravica ?

21 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Un instant. Maître Stojanovic, ce

22 document ou cette photographie que vous avez choisie a déjà des annotations

23 à l'encre bleue. Quelle est votre position sur ce point-là en particulier,

24 Monsieur Vanderpuye ? Est-ce que nous avons une photographie vierge, parce

25 que nous pouvons raccourcir ceci en utilisant une photographie vierge. Je

26 ne connais pas le numéro de référence.

27 M. VANDERPUYE : [interprétation] Monsieur le Président, nous n'avons pas

28 une version non annotée de cette photographie. D'après ce que j'ai compris,

Page 7120

1 cette photographie a été utilisée dans les procédures de la Cour d'État et

2 il nous a été donné en rapport à ce témoignage.

3 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bien, arrêtez.

4 Monsieur Stojanovic, je pense que nous pouvons continuer. Ayant entendu

5 ceci, posez votre question.

6 M. STOJANOVIC : [interprétation] Monsieur le Président, Madame, Messieurs

7 les Juges, peut-être pour être plus efficace parce qu'il s'agit d'une

8 photographie, elle a été marquée par le témoin au cours de l'affaire

9 précédente et donc la question que je voudrais lui poser porte sur ceci.

10 Q. Voyez-vous cette photographie devant vous, Témoin ?

11 R. Oui, je la vois, mais ce n'est pas exactement la même que les autres

12 photographies. Elle est prise un peu plus près, l'angle est un peu plus

13 fermé.

14 Q. C'est une photographie que vous avez annotée, lors du procès qui est en

15 datant derrière nous.

16 R. Oui, je vois qu'elle est marquée à l'encre mais cela apparaît un petit

17 peu différent maintenant, un peu différent maintenant.

18 Q. Je vais vous aider avec mes questions, peut-être ceci va vous aider.

19 Serait-il vrai de dire que vous êtes arrivé le long de la route qui a été

20 marquée à l'encre ?

21 R. Je venais de Lolici en suivant cette route et je vois bien où la ligne

22 est écrite. Je vois également l'entrée qui a été marquée à l'encre.

23 Q. Bien. Ma question est la suivante, ce qui est marqué là à l'encre, est-

24 ce que c'est là que vous avez tourné pour vous diriger vers l'entrepôt ?

25 R. Oui, c'est là que nous avons quitté la route asphaltée et que nous

26 avons tourné vers l'entrepôt. Il y avait un bus entre l'entrepôt et la

27 route, donc, nous avons marché entre le bus et l'entrepôt.

28 Q. Je vous remercie. Maintenant j'aimerais vous demander de nous aider

Page 7121

1 avec la chose suivante : selon nos informations et des pièces à conviction

2 que l'on vous a transmises, il y a une clôture en fil de fer qui sépare la

3 route de l'entrepôt. Je vais maintenant vous montrer mes documents et nous

4 allons pouvoir l'avoir.

5 R. La clôture n'existait pas à l'époque. Quand je suis entré dans

6 l'entrepôt, la clôture n'était pas là.

7 M. STOJANOVIC : [interprétation] Alors, peut-être pouvez-vous nous

8 permettre de la voir ensuite -- nous reviendrons sur ces points. Monsieur

9 le Président, Madame et Messieurs les Juges, peut-être que nous pourrions

10 voir donc c'est quoi ce que nous avons reçu de l'Accusation. Il s'agit de

11 la pièce V0002024. Il s'agit du compteur de 32 minutes 23 secondes jusqu'à

12 32 minutes 49 secondes. C'est une séquence de 26 secondes. (expurgé)

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 [Diffusion de cassette vidéo]

16 L'INTERPRÈTE : [voix sur voix]

17 "Des combats entre Musulmans ont tué des tas de civils. Il y avait des

18 mauvais souvenirs, des souvenirs très amers de ce qui s'est passé à

19 Kravica. Les prisonniers ont été emmenés dans un grand entrepôt agricole de

20 la région."

21 [Fin de la diffusion de la cassette vidéo]

22 LE TÉMOIN : [interprétation] Dans les conditions dans lesquelles j'entrais

23 dans l'entrepôt, je n'ai pas vu la clôture. Je ne sais pas si elle avait

24 été installée avant ou après, je ne sais pas. Tout ce que je peux dire

25 c'est que je ne l'ai pas vu.

26 M. STOJANOVIC : [interprétation]

27 Q. Bien. Je vous remercie. Maintenant, nous allons examiner --

28 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Un instant, s'il vous plaît. Je crois

Page 7122

1 que nous devons décider si ceci doit être expurgé ou non. Je vais bien sûr

2 devoir consulter mes collègues.

3 Passons à huis clos partiel, s'il vous plaît.

4 [Audience à huis clos partiel]

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 (expurgé)

10 (expurgé)

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 (expurgé)

17 (expurgé)

18 (expurgé)

19 (expurgé)

20 (expurgé)

21 (expurgé)

22 (expurgé)

23 (expurgé)

24 (expurgé)

25 (expurgé)

26 (expurgé)

27 (expurgé)

28 (expurgé)

Page 7123

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 (expurgé)

10 (expurgé)

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 (expurgé)

17 (expurgé)

18 (expurgé)

19 (expurgé)

20 [Audience publique]

21 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Maître Stojanovic.

22 M. STOJANOVIC : [interprétation] Oui, Monsieur le Président, Madame et

23 Messieurs les Juges. Nous allons poursuivre. Nous n'allons plus utiliser

24 cette pièce, sauf maintenant. Avec votre permission, j'aimerais soumettre

25 une photographie qui a été prise plus près dans le temps des événements,

26 c'est-à-dire qu'elle provient de la collection de M. Ruez. Pourrions-nous

27 montrer au témoin la pièce 4D74 d'avoir une idée d'où ceci se trouve. Nous

28 ne pensons pas que nous pouvons avancer avec ce témoin sur ce qui est de

Page 7124

1 l'endroit exact de la clôture à l'époque. Nous avons besoin de voir la

2 pièce 4D74, s'il vous plaît.

3 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Si nécessaire, parce que le témoin,

4 auparavant, a déjà dit qu'il n'a jamais vu de clôture de qui laisse la

5 place, qui nous permet de tirer certaines conclusions. Le fait qu'il n'en

6 ait pas vue ne veut pas dire qu'il n'y en avait pas.

7 M. STOJANOVIC : [interprétation] Oui, Monsieur le Président, Madame et

8 Messieurs les Juges. Je vais conclure sur ce point en posant une autre

9 question au témoin.

10 Q. Témoin, nous avons entendu votre réponse. Nous nous attendons pas à une

11 autre réponse. Mais, maintenant, en regardant cette photographie, en voyant

12 l'entrepôt à partir d'un angle différent, pourriez-vous ré-envisager ce que

13 vous avez dit et qu'il y avait peut-être une clôture à l'époque où vous y

14 étiez ? Voyez-vous l'entrepôt ?

15 R. Oui, je vois l'entrepôt, je vois la route. Je vous ai dit que je n'ai

16 pas vu de clôture. Une clôture n'existait à l'époque. Je ne peux pas dire

17 que je l'ai vue.

18 Q. Bien. Je n'ai plus de questions à vous poser sur ce sujet.

19 M. STOJANOVIC : [interprétation] Je vous remercie de votre assistance,

20 Monsieur le Président, Madame et Messieurs les Juges.

21 Q. J'aimerais vous demander ceci, Témoin. Alors que vous marchiez en

22 direction de l'entrepôt, et alors que vous entriez dans l'entrepôt, dans

23 les collines avoisinantes et autour de l'entrepôt, avez-vous entendu des

24 coups de feu ?

25 R. Oui. Nous pouvions entendre des coups de feu alors que nous

26 étions assis dans les collines, il y avait également le char dont je vous

27 ai parlé sur la gauche. Il tirait en direction de la forêt. On avait dit

28 que des gens de Srebrenica étaient dans la forêt, donc il a tiré en

Page 7125

1 direction de la forêt.

2 Q. Merci. Ce que je veux vous demander maintenant c'est au moment où les

3 coups de feu ont commencé. D'après ce que je comprends d'après votre

4 témoignage, quand le dernier homme est entré à travers la même porte que

5 vous avez empruntée, il ne pouvait pas vraiment entrer --

6 R. Non, non, il est entré, mais il ne pouvait s'asseoir nulle part. Le type

7 lui a dit de s'asseoir, lui a ordonné de s'asseoir, et il lui a donné un

8 coup de pied. Alors, il s'est tourné vers lui et il a dit : "Tu vois, il

9 n'y a nulle part où je puis m'asseoir." Ensuite, il a tiré un coup de feu

10 sur lui et c'est à ce moment-là que les coups de feu ont commencé et j'ai

11 juste baissé la tête et les coups de feu ont continué pendant toute la

12 nuit.

13 Q. Je veux vous demander pendant combien de temps à votre avis ont duré les

14 coups de feu.

15 R. Lorsque nous sommes entrés dans l'entrepôt, je ne vous ai pas dit

16 quelle heure il était quand je suis entré. C'était l'après-midi peut-être

17 15 heures, 16 heures, peut-être 17 heures. Il y avait des coups de feu

18 tirés jusqu'à la tombée de la nuit. Quand la nuit est tombée, les coups de

19 feu ont cessé.

20 Q. Au cours de la nuit, là je parle de la nuit du 13 au 14, est-ce que les

21 coups de feu se sont arrêtés ?

22 R. Oui, il y a eu une trêve pendant la nuit. Il n'y avait pas de coup de

23 feu tiré. Je pouvais les entendre parler, rire devant l'entrepôt, mais il

24 n'y avait pas de coup de feu.

25 Q. Vous avez dit que vous ne saviez pas qui étaient les soldats qui ont

26 tiré sur les prisonniers parce que vous ne pouviez pas les voir.

27 R. Bien, je ne les voyais pas. Je n'avais pas la possibilité d'identifier

28 qui que ce soit. Je ne pouvais pas pointer vers un individu et dire que

Page 7126

1 c'est cette personne qui avait tiré.

2 Q. Merci, alors vous avez dit à un moment que vous aviez entendu le bruit

3 d'un fusil -- des engins lourds.

4 R. Oui, le 14, je ne pourrais pas vous dire à quelle heure du jour c'était

5 parce que je ne suis pas sorti. Quand je suis sorti, je ne suis jamais

6 revenu. Je ne sais pas à quelle heure du jour c'était lorsque j'ai entendu

7 du bruit commis par des engins lourds. Je ne pouvais pas voir le soleil.

8 Q. Pouvez-vous nous donner une idée de si c'était le matin ou l'après-midi

9 du 14 ?

10 R. Environ midi, je pouvais entendre les bruits commencés aux alentours de

11 midi. Avant cela, ils ont dit : "S'il y a qui que ce soit en bonne santé,

12 sortez."

13 Q. Non, non, je vais vous interrompre. Nous passons à huis clos partiel

14 pendant un instant s'il vous plaît parce que je vais mentionner un nom.

15 Monsieur le Président, Madame, Messieurs les Juges.

16 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui, passons à huis clos partiel, s'il

17 vous plaît.

18 [Audience à huis clos partiel]

19 (expurgé)

20 (expurgé)

21 (expurgé)

22 (expurgé)

23 (expurgé)

24 (expurgé)

25 (expurgé)

26 (expurgé)

27 (expurgé)

28 (expurgé)

Page 7127

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Pages 7127-7129 expurgées. Audience à huis clos partiel

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 7130

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 (expurgé)

10 (expurgé)

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 (expurgé)

17 (expurgé)

18 (expurgé)

19 (expurgé)

20 (expurgé)

21 (expurgé)

22 (expurgé)

23 (expurgé)

24 (expurgé)

25 (expurgé)

26 (expurgé)

27 (expurgé)

28 [Audience publique]

Page 7131

1 M. STOJANOVIC : [interprétation]

2 Q. Vous avez mentionné le fait qu'à un moment donné, les frères que vous

3 avez nommés sont partis en direction de Potocari, depuis votre village et

4 qu'on ne sait pas ce qui leur était arrivé par la suite; vous rappelez-vous

5 de cela ?

6 R. Oui, je m'en souviens.

7 Q. Pourriez-vous nous dire quel était leur âge ?

8 R. Mon frère était plus âgé que moi, de quatre ans. Mon voisin n'avait

9 qu'un an plus que moi. Tous les autres étaient plus âgés, neuf d'entre eux

10 sont allés à Potocari. Ce cousin était le -- mon cousin était le plus jeune

11 d'entre eux.

12 Q. Lorsque votre fille vous a informé, est-ce qu'on vous a dit que les

13 personnes âgées poursuivaient en direction de Potocari ?

14 R. Oui, c'est exact.

15 Q. Je vous remercie, Monsieur le Témoin. Je n'ai pas d'autres questions à

16 vous poser.

17 R. Merci beaucoup.

18 [La Chambre de première et la Greffière instance se concertent]

19 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui, allez-y. Excusez-moi pour

20 l'interruption.

21 Madame Fauveau ou Maître Zivanovic ?

22 M. ZIVANOVIC : [interprétation] Oui.

23 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Nous sommes en train d'essayer de

24 calculer le moment qui convient pour une suspension d'audience, étant donné

25 que nous siégeons maintenant depuis 10 heures 30 avec cette très brève

26 interruption.

27 M. ZIVANOVIC : [interprétation] Je vais être très bref moi-même, Monsieur

28 le Président.

Page 7132

1 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Alors, très bientôt, nous avons notre

2 suspension.

3 [La Chambre de première instance et la Greffière se concertent]

4 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] On suggère, en fait, de suspendre

5 maintenant et nous pourrions nous limiter à 20 minutes -- 25 minutes, à

6 cause des expurgations. Oui, 25 minutes, s'il vous plaît. Je vous remercie.

7 --- L'audience est suspendue à 12 heures 12.

8 --- L'audience est reprise à 12 heures 44.

9 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Maître Zivanovic, c'est à vous.

10 M. ZIVANOVIC : [interprétation] Merci, Monsieur le Président.

11 Contre-interrogatoire par M. Zivanovic :

12 Q. [interprétation] Bonjour, Témoin.

13 R. Bonjour.

14 Q. Je vais vous demander de clarifier un point. (expurgé)

15 (expurgé), que vous êtes parti de Jaglici le 12 juillet

16 entre --

17 R. Oui --

18 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je crois, qu'il faut immédiatement

19 procéder à une expurgation du nom du lieu d'où il vient. Depuis la ligne

20 16, page 61, ou peut-être n'était-il nécessaire de supprimer qu'à partir de

21 la ligne 15, où vous avez dit jusqu'à cette virgule ?

22 Oui, Monsieur Vanderpuye. Excusez-moi, je pensais que c'était

23 --

24 M. VANDERPUYE : [interprétation] Pourrions-nous aller un instant en

25 audience à huis clos partiel, Monsieur le Président ?

26 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui.

27 Nous y sommes, Monsieur Vanderpuye.

28 [Audience à huis clos partiel]

Page 7133

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 (expurgé)

10 (expurgé)

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 (expurgé)

17 (expurgé)

18 (expurgé)

19 (expurgé)

20 [Audience publique]

21 L'INTERPRÈTE : L'interprète signale qu'il y a chevauchement des voix.

22 M. ZIVANOVIC : [interprétation] Précédemment, je n'avais pas demandé que

23 nous allions en audience à huis clos partiel parce que je pensais que ceci

24 -- le fait de mentionner ce nom et l'heure pourrait -- ne risquait pas de

25 révéler l'identité du témoin parce qu'il y avait environ 20 000 personnes

26 qui étaient là, comme cela a été dit. Je n'ai rien contre le fait que nous

27 soyons en audience à huis clos partiel et que l'on traite de la question.

28 Q. Ce dont je veux vous parler c'est le point suivant : hier au compte

Page 7134

1 rendu, tel que je l'ai noté, c'était à la page 14, ligne 1, il a été que :

2 "Il est parti de cet endroit --" que j'ai mentionné : "Avec un groupe plus

3 important de personnes à 20 heures, de 20 à

4 1 --" et tout ce que je voulais faire c'était demandé au témoin de

5 clarifier s'il y avait à 1 heure moins 20 dans l'après-midi, ou est-ce que

6 c'était 1 heure moins 20 de la nuit, par rapport à minuit ?

7 R. C'était 1 heure moins 20 dans l'après-midi.

8 Q. Un autre point sur lequel je vais vous demander des éclaircissements,

9 vous avez dit en parlant de Golic que vous ne le connaissiez pas avant cela

10 qu'il était parti avant. Donc, pourriez-vous, s'il vous plaît, préciser ce

11 que vous voulez dire lorsque vous dites qu'il est parti ? Ce que vous

12 voulez dire personnellement en ce qui concerne ce groupe de personnes qu'il

13 conduisait, c'est un groupe de soldats ?

14 R. Je pense que son groupe était le dernier était le dernier à partir de

15 Jaglici d'après ce que j'ai pu voir.

16 Q. Je vous remercie. À lire vos précédentes déclarations et entendre votre

17 déposition d'aujourd'hui, j'ai eu l'impression que de l'endroit où vous

18 étiez parti jusqu'à l'endroit où vous avez été fait prisonnier, vous êtes

19 tombé dans deux embuscades; est-ce que c'est exact ?

20 R. Oui, c'est exact. La première embuscade se trouvait près de l'endroit

21 appelé Jaglici, où j'ai vu Golic. C'est là que ces personnes ont commencé à

22 courir et la deuxième embuscade, c'est quand je suis arrivé près de la

23 rivière, j'ai vu un de mes voisins, j'étais avec lui tout le temps. Il y a

24 eu des cris à ce moment-là, ils ont commencé en fait depuis la colline un

25 groupe d'entre nous, sept ou huit d'entre nous ont décidé d'aller vers

26 l'endroit où nous pouvions entendre ces personnes. Il faisait presque nuit,

27 il commençait à faire très sombre. Ils ont commencé à crier, on ne savait

28 pas qui c'était, on ne savait pas qui tirait, ce qui se passait.

Page 7135

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

12 versions anglaise et française

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 7136

1 Tout ce que nous savions c'est qu'on avait été touché par une Praga,

2 un coup qui venait d'une colline voisine. C'était comme des lucioles, puis

3 nous sommes retournés en descendant la pente. Là encore, il y a eu des

4 coups de feu. Je me suis rendu compte que je ne pouvais pas échapper. Donc,

5 j'ai trouvé cet arbre, je me suis mis à côté de cet arbre qui était tombé.

6 J'ai pensé qu'ils tiraient, ils tiraient. Lorsque cela s'est arrêté, je me

7 suis levé et a continué à appeler des noms. Aucun d'entre eux n'était là

8 lorsque je me suis levé. J'ai vu que je n'avais pas -- je n'avais plus de

9 casquette sur ma tête. Donc, jusqu'à ce jour même, je ne sais pas ce qui

10 s'est passé. Parfois, il y avait des coups de feu. Je suis allé vers eux.

11 J'ai dit : "Ne tirez pas, ce sont nos gens." Il a dit : "Qui est-ce ?" J'ai

12 dit mon nom. Il a redit mon nom là-haut : "Attends-moi ici."

13 Je suis allé vers les bois, j'ai trouvé ce jeune homme à qui j'avais

14 dit de m'attendre. Je me suis assis à côté de lui, j'avais du pain dans un

15 sac, j'avais un peu de viande. "Vous avez quelque chose dans votre sac,

16 puis alors, allons-y." Il fallait enjamber des cadavres on pouvait entendre

17 des cris à l'aide, des frères, cinq ou six personnes sont allées là-bas, il

18 y a eu des coups de feu. Personne ne revenait de là-bas. Nous étions avec

19 ceux qui étaient blessés pendant toute la nuit. Il y avait des blessés, il

20 y avait des morts. Il a dit que les blessés avaient été emmenés dans une

21 colline du côté de Kamenica.

22 Dans la matinée, lorsque je suis allé vers cette colline, je ne sais

23 pas où étaient ces gens de Kamenica. J'ai remarqué que l'un des personnes

24 d'un village voisin, un homme faisait s'aligner des gens. Je suis passé par

25 là. Il s'est trouvé sur ma gauche, des gens de mon village pratiquement,

26 mes voisins. Ils ont dit : "Descendons la colline à Suceska. Nous sommes

27 passés à quelque 500 mètres de là. Nous avons trouvé un grand groupe de

28 personnes. Un infirmier qui se trouvait là qui était en train de soigner

Page 7137

1 les blessures et il y avait des gens de mon village, un très grand nombre

2 et j'ai pensé que c'était plus facile parce que je voyais mes voisins.

3 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui, je comprends.

4 [La Chambre de première instance et la Greffière se concertent]

5 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Monsieur le Témoin, je suis désolé de

6 vous arrêter parce que je sais que vous avez toute une histoire à raconter.

7 Toutefois, si nous continuons comme cela, nous allons être ici pendant des

8 jours et des jours.

9 La question était une question très simple, je veux dire,

10 Me Zivanovic vous a demandé s'il y avait eu deux embuscades pendant la

11 période où vous êtes parti de l'endroit où vous aviez démarré jusqu'à

12 l'endroit où vous avez été fait prisonnier. Votre réponse a été oui, il y

13 avait deux ou il y en avait un ici et là, et ainsi de suite.

14 Nous n'avons pas vraiment besoin de tous ces renseignements. Si vous

15 continuez comme cela, nous allons être encore ici demain et après demain,

16 la semaine prochaine. Je veux dire, nous faisons de notre mieux pour

17 essayer de faire en sorte que vous puissiez rentrer chez vous le plus tôt

18 possible.

19 LE TÉMOIN : [interprétation] Je crois que j'ai dit qu'il y avait eu deux

20 embuscades de Jaglici jusqu'à l'endroit où j'ai été fait prisonnier.

21 M. ZIVANOVIC : [interprétation]

22 Q. Je vous remercie. Ce que je voulais vous demander, si vous savez si

23 dans ces embuscades il y a eu de nombreuses personnes tuées et blessées du

24 groupe avec lequel vous vous déplaciez ?

25 R. Oui, c'est exact.

26 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Une autre chose. Je pense

27 qu'aujourd'hui, nous allons arrêter les débats un peu plus tôt. On vient de

28 faire une annonce officielle que la météo empire et que l'on fait en sorte

Page 7138

1 que chacun puisse rentrer chez soi dès que possible. Donc, je pense que

2 nous allons arrêter l'audience à 13 heures 30 -- vers 13 heures 30 environ;

3 cela dépendra un peu d'où nous en sommes. Tout le monde devrait pouvoir

4 quitter le Tribunal vers 14 heures.

5 Oui, Maître Zivanovic, excusez-moi d'avoir interrompu.

6 L'INTERPRÈTE : Microphone, s'il vous plaît.

7 M. ZIVANOVIC : [interprétation]

8 Q. J'ai lu la déclaration que vous avez faite aux autorités de Bosnie-

9 Herzégovine, à savoir une déclaration faite à la Commission d'Etat pour

10 réunir des informations concernant les crimes de guerre et c'était le 21

11 septembre 1995. Dans cette déclaration, je vais juste lire une seule phrase

12 qui a avoir avec les victimes de la deuxième embuscade. Il s'agit de --

13 c'était à Bratunacka Kamenica, vous dites : "Il m'a semblé qu'il y avait

14 500 cadavres et d'innombrables blessés. Nous avons dû enjamber les cors ou

15 marcher sur les corps." Vous rappelez-vous cette déclaration ?

16 R. Oui, je me souviens très bien. On ne pouvait pas compter personne ne

17 pouvait les compter, ni les blessés ni les morts. Ils étaient là comme des

18 chiens crevés.

19 Q. Est-ce que c'était la même situation pour la première embuscade ?

20 R. Il y avait moins de morts et moins de blessés dans la première. J'ai vu

21 moins de morts et moins de blessés dans la première embuscade.

22 Q. Je vous remercie.

23 M. ZIVANOVIC : [interprétation] Monsieur le Président, je n'ai pas d'autres

24 questions à poser.

25 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Merci, Maître Zivanovic.

26 Qui vient ensuite, Maître Meek ?

27 M. MEEK : [interprétation] Je vous remercie, Monsieur le Président, nous

28 n'avons pas de questions à poser à ce témoin.

Page 7139

1 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je vous remercie, Monsieur Meek.

2 Maître Fauveau.

3 Contre-interrogatoire par Mme Fauveau :

4 Q. Monsieur -- [aucune interprétation] -- en 1992 ?

5 R. [aucune interprétation]

6 Q. Vous étiez démobilisé en 1996 ?

7 R. [aucune interprétation]

8 Q. Lorsque vous étiez à Srebrenica avant la chute de l'enclave -- [aucune

9 interprétation]

10 R. [aucune interprétation]

11 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Madame Fauveau, [aucune interprétation]

12 --

13 Mme FAUVEAU :

14 Q. Monsieur, vous m'avez déjà répondu, mais en raison du compte rendu, je

15 dois vous reposer la question.

16 Etait-il donc exact que lorsque vous étiez dans l'enclave de Srebrenica --

17 avant la chute de l'enclave, vous étiez sous le commandement de Zulfo

18 Tursunovic ?

19 R. Oui.

20 Q. Savez-vous où se trouvait le quartier général de l'unité dont le

21 commandant était Zulfo Tursunovic ?

22 R. Pardon, de quoi vous parlez ?

23 Q. Le siège de l'unité dont le commandant était Zulko Tursunovic.

24 R. Le siège était -- son siège à lui c'était Brdo, dans la colline, en

25 fait.

26 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] En fait, est-ce que vous nous dites,

27 Monsieur, qu'il n'avait pas de QG ?

28 LE TÉMOIN : [interprétation] Je ne sais pas quoi vous dire. Le commandement

Page 7140

1 était là. Il y avait une cuisine. C'était le commandement. C'est là qu'on

2 cuisinait pour l'armée. C'est là qu'on faisait de la cuisine pour les

3 réfugiés de Vlasenica, de Bratunac, de Rogatica. Ils ne pouvaient pas

4 cultiver les terres, et cetera. Ils ne pouvaient, eux, s'occuper de la

5 nourriture. C'était -- c'est le siège effectivement et le QG était là.

6 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] C'était où ?

7 LE TÉMOIN : [interprétation] C'était à Suceska dans la colline.

8 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je vous remercie.

9 Madame Fauveau, c'est à vous.

10 Mme FAUVEAU :

11 Q. Est-il exact que le 11 juillet 1995 vous avez reçu l'information par le

12 messager que Srebrenica était tombée et que les femmes et les enfants et

13 les personnes âgées devaient aller à Potocari, et ils ont dit que les

14 autres devaient aller dans les forêts ?

15 R. Oui, effectivement. C'est ce que l'on nous a dit, mais je crois que je

16 l'ai déjà dit.

17 Q. -- reçu l'information de votre commandant Zulfo Tursunovic que vous

18 devez percer le corridor vers Tuzla ?

19 R. Oui.

20 Q. Quand vous êtes parti vers Jaglici est-il exact que les hommes se sont

21 séparés de leurs familles à Ravni Gore ?

22 R. Ravne Njive, non pas Ravni Gore. Au-dessus du village Ravne Njive.

23 Q. Je m'excuse, Monsieur, c'était vraiment ma faute. Est-il exact que

24 lorsque vous êtes parti à Jaglici le 11 juillet 1995, vous aviez un fusil

25 avec vous ?

26 R. Oui, c'est vrai. J'avais un fusil de chasse parce que j'étais chasseur.

27 Q. -- un civil ?

28 R. Oui, c'est cela. Je portais un uniforme civil.

Page 7141

1 Q. Est-il exact qu'avant la chute de l'enclave de Srebrenica, Monsieur --

2 Mme FAUVEAU : Je vous remercie, Monsieur le Juge.

3 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Un instant, je vous prie. Oui. Un

4 instant, je vous prie. Page 68, je vous demanderais de prendre la ligne 6.

5 Vous dites à plusieurs reprises vous mentionnez le nom de Zulfo Tursunovic.

6 On mentionne son nom à plusieurs reprises et nous n'avons pas ce nom au

7 compte rendu d'audience. C'est pour que le compte rendu que je dis cela. Le

8 seul endroit où il est mentionné à la ligne 6 de la page 68. On voit son

9 nom mal transcrit. On voit Zulfo Salilovic, alors que Mme Fauveau a bien

10 dit Zulfo Tursunovic. C'est ce que je voudrais que l'on corrige.

11 LE TÉMOIN : [interprétation] Il en vaut de même pour qui était Zulfo

12 Salilovic qui était avec moi lorsqu'on m'a fusillé. C'était (expurgé), et

13 lui, il était avec moi dans l'entrepôt.

14 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui, mais nous parlions de Zulfo

15 Tursunovic. A la ligne 24, c'est la même chose, donc, Salilovic doit être

16 substitué par Zulfo Tursunovic.

17 Oui, Monsieur Vanderpuye.

18 M. VANDERPUYE : [interprétation] Nous sommes en audience publique. Je crois

19 que le tout dernier commentaire fait par le témoin doit être expurgé. Je ne

20 sais pas si vous avez entendu son commentaire, Monsieur le Président.

21 M. LE JUGE KWON : [interprétation] Sa réponse n'était pas interprétée

22 lorsque Mme Fauveau a demandé s'il portait des vêtements civils.

23 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui. En fait, il faudrait expurger les

24 lignes 20 et 21 de la page 69. En fait, les deux derniers mots de la ligne

25 21. Cela serait suffisant. Je remercie le Juge Kwon de nous avoir dit que

26 le témoin devait encore répéter la question.

27 Madame Fauveau, pourriez-vous, je vous prie, répéter votre question ?

28 Ensuite, il nous donnera sa réponse. Merci.

Page 7142

1 Mme FAUVEAU :

2 Q. Encore une fois, je dois vous reposer la question. Est-il exact que

3 vous étiez en vêtements civils lorsque vous êtes parti à Jaglici ?

4 R. Je portais des vêtements civils parce que je n'avais pas de vêtements

5 militaires. Il avait peut-être 10 % de personnes qui portaient des

6 uniformes militaires. Nous étions tous en civil. Il y avait très peu de

7 personnes qui avaient des uniformes militaires.

8 Q. Pourriez-vous juste répondre à ma question suivante.

9 Mme FAUVEAU : Je n'ai pas d'autres questions.

10 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je vous remercie, Maître Fauveau.

11 Qui sera le prochain ? Bon. C'est Me Bourgon.

12 M. BOURGON : [interprétation] Merci, Monsieur le Président. Nous n'avons

13 pas de questions pour le témoin.

14 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je vous remercie.

15 Monsieur Josse ou Maître Krgovic.

16 M. JOSSE : [interprétation] Pas de questions.

17 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Monsieur Haynes.

18 M. HAYNES : [interprétation] Non, Monsieur le Président.

19 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je vous remercie.

20 Y a-t-il des questions supplémentaires, Monsieur Vanderpuye ?

21 M. VANDERPUYE : [interprétation] Non, Monsieur le Président.

22 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je me tourne vers mes collègues. Bien.

23 Les Juges de la Chambre n'ont pas de questions pour vous, Monsieur.

24 Cela veut dire que votre témoignage a pris fin et nous souhaitons

25 vous remercier de vous être déplacé pour témoigner. Au nom du Tribunal je

26 vous souhaite un bon voyage et un bon retour à la maison.

27 LE TÉMOIN : [interprétation] Je vous remercie aussi, vous qui m'avez permis

28 de venir ici pour que l'on sache la vérité sur le génocide des Musulmans de

Page 7143

1 Bosnie dans la zone protégée de Srebrenica. Tout un chacun peut aller voir

2 le cimetière de Potocari car c'est un témoin important et principal, le

3 cimetière.

4 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je vous remercie beaucoup.

5 Vous pouvez maintenant faire sortir le témoin, Madame l'Huissière.

6 [Le témoin se retire]

7 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Le témoin d'hier --

8 M. LE JUGE KWON : [interprétation] Pensez-vous que nous devrions

9 arrêter maintenant ?

10 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Faisons une évaluation du temps qu'il

11 nous faut pour conclure le contre-interrogatoire.

12 Mme FAUVEAU : Je crois 15 minutes, Monsieur le Président.

13 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Après vous, je ne sais pas qui d'autre

14 procédera au contre-interrogatoire du témoin d'hier.

15 M. HAYNES : [interprétation] Nous n'allons pas contre-interroger ce témoin.

16 Mme NIKOLIC : [interprétation] Nous, non plus, Monsieur le Président.

17 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Monsieur Meek.

18 M. MEEK : [interprétation] Non, Monsieur le Président.

19 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Monsieur Stojanovic a terminé.

20 M. JOSSE : [interprétation] Nous avions terminé.

21 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Terminons l'audition de ce témoin. Je

22 ne sais pas si on sera en mesure d'aborder les questions du versement au

23 dossier des documents. Mais nous pouvons procéder au versement au dossier

24 des documents maintenant si vous voulez.

25 M. VANDERPUYE : [interprétation] Les documents à être versés au dossier ont

26 été communiqués à la Défense.

27 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Est-ce que vous avez la liste ? Y a-t-

28 il des objections de la part des membres de l'équipe de la Défense quant à

Page 7144

1 l'admission de ces documents au cas ? Bien. Ces documents seront versés au

2 dossier.

3 [Le témoin est introduit dans le prétoire]

4 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Le premier document sera versé sous pli

5 scellé. Pour ce qui est des autres membres de l'équipe de la Défense,

6 Monsieur Stojanovic, vous voulez nous demander de verser au dossier des

7 documents ?

8 M. STOJANOVIC : [interprétation] Monsieur le Président, puisque la plupart

9 des documents que nous avons utilisés ont déjà été versés au dossier. Nous

10 proposons le versement de la partie de la vidéo que nous avons indiqué

11 comme étant le document 4D76. C'est le document P002024. J'aimerais que cet

12 extrait, ce clip vidéo soit versé au dossier sous pli scellé, pour les

13 raisons que j'ai déjà évoquées.

14 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je ne crois pas qu'il est nécessaire

15 que ce document soit versé sous pli scellé, puisque la partie que vous nous

16 avez montrée est soi tout à fait bénigne. La partie que vous avez

17 identifiée du transcript ne doit pas être versée sous pli scellé. Est-ce

18 que vous avez des objections, Monsieur Vanderpuye ?

19 M. VANDERPUYE : [interprétation] En fait, pas d'objection.

20 Monsieur le Président, mais la partie qui est indiquée ici semble porter le

21 numéro 32.23 à 32.49. Si je me souviens bien, on avait figé l'image à un

22 certain moment donné, je voulais juste m'assurer que cela correspond avec.

23 Est-ce que c'est le cas ?

24 [La Chambre de première instance se concerte]

25 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bien, d'accord, je crois que ceci est

26 versé au dossier.

27 M. VANDERPUYE : [interprétation] Très bien.

28 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Nous allons procéder aux vérifications.

Page 7145

1 M. VANDERPUYE : [interprétation] Merci, Monsieur le Président.

2 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Si cela présente ce témoin, alors

3 évidemment on ne montrera pas cette partie.

4 Oui, Monsieur McCloskey, je vois que vous demandez la parole.

5 M. McCLOSKEY : [interprétation] Nous avons un autre témoin qui est

6 également disponible après celui-ci. Si la Chambre veut envisager cette

7 possibilité.

8 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je ne pense pas que nous allons

9 entendre ce témoin aujourd'hui.

10 LE TÉMOIN: TÉMOIN PW-111 [Reprise]

11 [Le témoin répond par l'interprète]

12 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bonjour, Témoin, nous allons essayer de

13 terminer votre déposition d'aujourd'hui. Mme Fauveau va vous interroger en

14 contre-interrogatoire, et ensuite, vous pourrez partir.

15 Contre-interrogatoire par Mme Fauveau :

16 Q. Monsieur, est-il exact que vous étiez à Zepa et lorsque vous avez

17 entendu que l'évacuation des civils devait commencer, vous avez décidé de

18 partir dans les montagnes ?

19 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je pense qu'il y a quelque chose, un

20 problème. Son microphone est bien branché, oui ? Alors, allez-y.

21 LE TÉMOIN : [interprétation] J'ai juste appris que les blessés devaient

22 partir en premier. Ce serait les premiers à être évacués. J'ai appris cela

23 à l'hôpital où je me trouvais. Ce matin-là, je suis allé à la montagne.

24 Mme FAUVEAU :

25 Q. Dans les montagnes où vous êtes partis, ce trouvaient les gens qui

26 appartenaient à l'ABiH; est-ce exact ?

27 R. Je ne les ai pas vus. Je n'étais pas avec eux. Il y avait des femmes,

28 des hommes et il n'y avait que deux ou trois ou moins sans doute qui

Page 7146

1 avaient des fusils. C'était des personnes qui se trouvaient là avec leurs

2 familles. J'y suis resté pendant un moment, j'ai mangé avec cet ami qui se

3 trouvait là, puis nous sommes allés ailleurs.

4 Q. Hier, vous avez déclaré, c'est à la page 30 du compte rendu.

5 [interprétation] "J'ai décidé avec mon collègue qui se trouvait dans

6 cette pièce, j'ai décidé d'aller à la montagne où se trouvaient l'ABiH.

7 L'ABiH se trouvait là-haut. Toutefois, lorsque je suis parvenu à la

8 montagne, je n'ai pas vu d'armée du tout. Il est très probable qu'ils se

9 trouvaient dans les forêts un peu partout sur la montagne. C'est une grande

10 montagne, immense."

11 [en français] Lorsque vous avez entendu qu'un groupe de blessés était

12 évacué, vous êtes revenu à Zepa; est-ce exact ?

13 R. Oui.

14 Q. Est-il exact que lorsque vous êtes arrivés à Zepa vous n'aviez aucune

15 pièce d'identité sur vous ?

16 R. Je n'en avais pas.

17 Q. Lorsque vous étiez à Srebrenica, avant la chute de l'enclave, vous

18 étiez membre de la 282e Brigade de l'ABiH ?

19 R. Oui.

20 Q. Vous n'avez jamais eu un uniforme ?

21 R. Non, jamais.

22 Q. Beaucoup de membres de l'ABiH portaient des vêtements civils ?

23 R. Oui.

24 Mme FAUVEAU : Monsieur le Président, est-ce que l'on peut passer à huis

25 clos partiel pour une question ?

26 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui, allons en audience à huis clos

27 partiel pour un moment.

28 Nous y sommes.

Page 7147

1 [Audience à huis clos partiel]

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 (expurgé)

10 (expurgé)

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 (expurgé)

17 (expurgé)

18 (expurgé)

19 (expurgé)

20 (expurgé)

21 (expurgé)

22 (expurgé)

23 (expurgé)

24 (expurgé)

25 (expurgé)

26 (expurgé)

27 (expurgé)

28 (expurgé)

Page 7148

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 (expurgé)

10 (expurgé)

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 (expurgé)

17 [Audience publique]

18 Mme FAUVEAU :

19 Q. Hier mon collègue vous a posé la question si vous vous souvenez si la

20 Croix-Rouge avait observé l'évacuation des civils et vous avez répondu que

21 vous ne vous souveniez pas. Est-ce que vous vous souvenez de cette

22 déclaration ? C'était hier à la page 84.

23 R. Je ne me rappelle pas avoir dit cela. La Croix-Rouge c'était seulement

24 dans l'enceinte de la FORPRONU. Je ne les ai pas vus aller vers les civils

25 qui devaient être évacués.

26 Q. Monsieur, mon collègue vous a présenté hier votre témoignage dans

27 l'affaire Krstic, c'était en avril 2000, et mon collègue vous a présenté -

28 je ne veux pas la citer de nouveau - elle nous a présenté la question qui

Page 7149

1 vous a été posée et la réponse dans laquelle vous avez effectivement dit

2 que la Croix-Rouge observait l'évacuation des civils. Alors, ma question :

3 est-ce que vous vous souvenez d'avoir témoigné dans l'affaire Krstic ?

4 R. Je ne me rappelle pas avoir déclaré cela.

5 Q. Pour le compte rendu donc il s'agit de l'affaire Krstic --

6 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je comprends -- je comprends ce que

7 vous voulez dire Maître Fauveau parce que le compte rendu -- le témoin ne

8 se souvient pas qu'il a déposé dans l'affaire Krstic, mais je suppose c'est

9 ce qu'il a dit. A l'évidence, il se réfère au détail de ce qu'il aurait dit

10 dans sa déposition il s'en souvient pas. C'est bien cela ?

11 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui.

12 Mme FAUVEAU :

13 Q. -- vous permettez puisque vous vous souvenez aujourd'hui de ce que vous

14 avez dit en 2000 dans l'affaire Krstic que vous ne vous souvenez pas bien

15 des événements qui ont eu lieu en 1995 et que peut-être vous avez oublié

16 que la Croix-Rouge avait observé l'évacuation ?

17 R. Je peux vous dire ceci. Cela n'était pas très loin de l'enceinte de la

18 FORPRONU l'endroit où je me trouvais et où se trouvait la Croix-Rouge.

19 Peut-être de 200 à 300 mètres, je ne suis pas absolument sûr. On pouvait

20 voir les gens de la FORPRONU -- de la base de la FORPRONU parce que la vue

21 était claire. On voyait clairement la route et l'évacuation. On pouvait

22 voir les cars. Je ne sais pas quel était le rôle de la Croix-Rouge, savoir

23 s'ils observaient l'évacuation, pourquoi ils étaient venus là ? Peut-être

24 étaient-ils venus simplement pour nous enregistrer ? Je ne sais pas.

25 Mme FAUVEAU : Est-ce qu'on peut passer à huis clos partiel ?

26 M. LE JUGE AGIUS : Passons à huis clos partiel.

27 [Audience à huis clos partiel]

28 (expurgé)

Page 7150

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 (expurgé)

10 (expurgé)

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 (expurgé)

17 (expurgé)

18 (expurgé)

19 (expurgé)

20 (expurgé)

21 (expurgé)

22 (expurgé)

23 (expurgé)

24 [Audience publique]

25 Mme FAUVEAU :

26 Q. Lorsque vous attendiez d'être évacué de Zepa vous avez passé deux nuits

27 à Zepa en dehors de la base de la FORPRONU dans une belle maison; est-ce

28 bien exact ?

Page 7151

1 R. Oui.

2 Q. Qui était avec vous dans cette maison ?

3 R. Juste les blessés.

4 Q. Vous pouvez librement sortir et entrer dans cette maison ?

5 R. Vous voulez dire la soirée ou pendant la journée ?

6 Q. Je pense dans n'importe quel moment ?

7 R. Pas la nuit, nous n'étions pas autorisés. Pendant la journée, oui, nous

8 pouvions aller et venir. Mais la nuit il y avait des gardes de la FORPRONU.

9 Il y avait un véhicule blindé qui était là, je ne sais pas quel type devant

10 notre entrée sur la route. Le véhicule était garé là pendant toute la nuit.

11 Q. Vous parliez hier du commandant de la Brigade de Zepa Avdo, est-il

12 exact que lorsque vous êtes arrivé sur le territoire sous le contrôle du

13 gouvernement de Bosnie-Herzégovine, vous avez entendu qu'Avdo Palic était

14 vu après la chute de Zepa dans le camp de Batkovic ?

15 M. McCLOSKEY : [interprétation] Je lève une objection. Ceci est une

16 spéculation, une hypothèse que l'on demande au témoin de faire. Il n'a pas

17 de fondement non plus, pas de base.

18 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je pense que --

19 [La Chambre de première instance se concerte]

20 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je pense qu'il faudrait reformuler la

21 question. Je viens de comprendre l'objection de

22 M. McCloskey. Toutefois, c'est une question légitime qui faudrait

23 reformuler et, fondamentalement, je vais la reformuler moi-même.

24 Témoin, lorsque vous êtes arrivé en territoire de Bosnie-Herzégovine, est-

25 ce que vous-même vous avez vu Avdo - le Avdo dont vous avez parlé hier -

26 après la chute de Zepa, ou savez-vous si quelqu'un d'autre a vu Avdo en vie

27 -- l'a vu vivant à ce moment-là ?

28 LE TÉMOIN : [interprétation] Je ne l'ai pas vu. Lorsque les blessés ont été

Page 7152

1 évacués, il est resté dans l'enceinte de la FORPRONU et je ne sais rien de

2 son histoire après cela.

3 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je vous remercie.

4 Oui, Maître Fauveau.

5 Mme FAUVEAU : Est-ce que peut montrer au témoin, c'est toujours la pièce

6 2D57, page 4, je voudrais seulement demander que ce document ne soit pas

7 diffusé.

8 Monsieur à la fin du deuxième paragraphe, vous avez déclaré c'est toujours

9 la déclaration au bureau du Procureur, du 26 novembre 1998.

10 [Interprétation] "J'ai appris par la suite en territoire libre que

11 certains prisonniers avaient vu Avdo qui était détenu là. Pour autant que

12 je sache, personne ne l'a revu depuis que la guerre ait fini et il est

13 présumé mort."

14 [en français] Est-ce que ceci rafraîchi votre mémoire ?

15 R. Je ne me rappelle pas cela.

16 M. McCLOSKEY : [interprétation] Je lève des objections à la forme de ces

17 questions, à moins que Me Fauveau ne présente sa thèse au témoin. Je

18 suggère qu'Avdo Palic est en vie et donc si elle voulait bien présenter ses

19 arguments au témoin; sinon, ce serait simplement une question de ragot.

20 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Tout à fait d'accord.

21 Oui, Maître Fauveau, je pense qu'il faut vous posiez vos questions que vous

22 les aligniez sur ce que M. McCloskey vient de faire comme objection.

23 Mme FAUVEAU : Monsieur le Président, pour répondre à

24 M. McCloskey, je ne suggère pas qu'Avdo Palic est vivant, d'ailleurs ce

25 n'est pas ce que suggère le passage que je viens de lire. Ce qu'on suggère

26 qu'il était vu dans le camp de Batkovic après, c'est tout. C'est ce qui se

27 trouve dans la déclaration du témoin.

28 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je crois qu'il vous a donné une

Page 7153

1 réponse. Je ne crois pas qu'elle va changer donc à ce moment-là passons à

2 la question suivante.

3 Mme FAUVEAU :

4 Q. Monsieur lorsque vous étiez à Srebrenica, lorsque vous étiez dans la

5 282e Brigade, pouvez-vous me dire où se trouvait le siège de cette

6 brigade ?

7 R. Le quartier général était dans l'hôtel Domavia.

8 Q. Cet hôtel se trouve au centre de Srebrenica; est-ce exact ?

9 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Il vous faut encore combien de temps,

10 Maître ?

11 Mme FAUVEAU : Encore une seule question, Monsieur le Président.

12 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Mais je crois que savons tous où était

13 l'hôtel de Domavia. Passons donc à la question suivante.

14 Mme FAUVEAU :

15 Q. Est-ce que l'unité dans laquelle vous étiez, je parle de votre unité

16 pas de la brigade mais de l'unité plus petite, avait un lieu de

17 rassemblement où vous discutiez de la situation militaire où vous auriez

18 reçu les ordres ?

19 R. Oui.

20 Q. Pouvez-vous me dire où se trouvait ce lieu ?

21 R. Je ne serai pas en mesure de le dire, enfin je ne peux pas le dire.

22 Q. Est-ce qu'on peut passer à huis clos partiel, Monsieur le Président ?

23 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Allons en audience à huis clos partiel.

24 [Audience à huis clos partiel]

25 (expurgé)

26 (expurgé)

27 (expurgé)

28 (expurgé)

Page 7154

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 [Audience publique]

4 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Y a-t-il des questions supplémentaires,

5 Monsieur McCloskey ?

6 M. McCLOSKEY : [interprétation] Non, Monsieur le Président.

7 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] De la part des Juges. Oui, Maître Meek.

8 M. MEEK : [interprétation] Excusez-moi, une question d'administration.

9 Monsieur le Président, je crois qu'à la page 82, à la ligne 2 avec

10 l'objection de M. McCloskey qui se termine à la ligne 5, il dit, "sinon

11 quelle est la pertinence de ces ragots." Le compte rendu dit quelle est la

12 base de ces ragots. Franchement, je suis d'accord qu'il ne devrait pas y

13 avoir de tels ragots.

14 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je suis d'accord avec vous. Je pense

15 que ceci est exact. Je vous remercie d'avoir fait cette remarque.

16 Témoin, nous n'avons pas d'autres questions à vous poser. Ce qui veut dire

17 que vous êtes libre de repartir. Je souhaite vous remercier a nom du

18 Tribunal d'être venu faire votre déposition dans cette affaire. Je vous

19 souhaite un bon voyage de retour chez vous.

20 LE TÉMOIN : [interprétation] Merci. J'ai juste une question à poser, si je

21 peux la poser.

22 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Allez-y.

23 LE TÉMOIN : [interprétation] Monsieur le Président, Madame et Messieurs les

24 Juges, le conseil de la Défense qui procédait à mon contre-interrogatoire

25 hier, qui était le premier à me contre-interroger hier, il y a quelque

26 chose qui n'est pas clair à ce sujet dans mon esprit. Comme j'ai le statut

27 de témoin protégé ici, je ne sais pas si mon nom, mon prénom et mon nom de

28 famille, le nom de mon père peut être révélé ici publiquement.

Page 7155

1 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Vous n'avez pas à vous inquiéter à ce

2 sujet. Cela n'a pas été révélé au public, aucun des renseignements

3 pertinents à votre personne, votre identité ou votre famille, identité de

4 votre famille n'a été traité en audience publique. Tout a été dit en

5 audience à huis clos partiel. Vous n'avez donc pas besoin de vous inquiéter

6 à ce sujet.

7 LE TÉMOIN : [interprétation] Hier, Monsieur le Président, le monsieur qui

8 m'a interrogé a dit publiquement mon prénom, le nom de mon père en public.

9 C'est pour cela que je pose la question.

10 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Mais ce n'était pas en public c'était

11 en audience à huis clos partiel, si ces noms ont été mentionnés. C'était en

12 audience à huis clos partiel pas en audience publique.

13 LE TÉMOIN : [interprétation] Je vous remercie.

14 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je vous remercie. Je lève la séance

15 jusqu'à demain. Est-ce que nous allons voir ceci maintenant ou demain ?

16 La liste des pièces à conviction de l'Accusation a été distribuée, y a-t-il

17 des objections de la part des équipes de la Défense à ce sujet ? Nous

18 n'entendons pas. Donc toutes ces pièces sont versées au dossier. Celles qui

19 sont déposées sous pli scellé, donc elles seront conservées sous pli

20 scellé. Je comprends que l'équipe de la Défense Borovcanin souhaite

21 présenter un document, à savoir le 4D73; c'est bien cela ?

22 Maître Lazarevic.

23 M. LAZAREVIC : [interprétation] C'est exact, Monsieur le Président.

24 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je vous remercie. Y a-t-il des

25 objections de la part de l'Accusation.

26 M. McCLOSKEY : [interprétation] Non, Monsieur le Président. Mme Stewart me

27 dit que les documents 1516 était -- en fait 1563 a en fait déjà été versé

28 au dossier par le truchement d'un autre témoin de sorte qu'il n'y a pas

Page 7156

1 lieu de l'avoir sur cette liste.

2 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je vous remercie. Vous pourrez traiter

3 de cela avec notre Greffière et elle s'en occupera. Donc, le 4D73 ne fait

4 l'objet d'aucune opposition ou aucune objection par -- présentée par

5 l'Accusation, il est donc versé au dossier. Je crois que ceci a été traduit

6 en anglais, n'est-ce pas ?

7 M. LAZAREVIC : [interprétation] Oui, Monsieur le Président.

8 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bien, ceci est également versé au

9 dossier. Je lève la séance.

10 Oui, Monsieur McCloskey.

11 M. McCLOSKEY : [interprétation] Juste un point, je pense tout le monde le

12 sait, nous avons deux opérateurs de conversation entendue et enregistrée et

13 nous souhaiterions pouvoir les faire entendre entièrement demain. J'espère

14 que nous pourrons le faire, mais j'espère si on peut faire face à la chute

15 de neige qu'il y a.

16 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] J'espère que oui.

17 M. LAZAREVIC : [interprétation] Une autre question, je pense que pour

18 C4D73, il doit être déposé sous pli scellé parce que le témoin vient de

19 dire --

20 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] D'accord. Je vous remercie d'avoir fait

21 remarquer cela. Ils seront déposés sous pli scellé.

22 Oui, Monsieur Nicholls.

23 M. NICHOLLS : [interprétation] Je viens de voir mon nom sur le compte rendu

24 de ce matin, je ne sais pas si vous avez eu confirmation encore pour votre

25 question. J'ai vérifié pour le témoin pour lequel on a ordonné une

26 communication retardée. Cette communication a été faite avec une copie

27 papier en novembre dernier. Si quelqu'un ne l'a pas reçue, qu'on me le

28 dise, mais ce n'est pas ce que j'ai entendu. Quant à la date à laquelle

Page 7157

1 nous pensons, je pense que nous pourrons discuter ici avec mes collègues.

2 C'est le 26 février et non pas [inaudible].

3 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] J'ai juste besoin d'une confirmation

4 que tout le monde a bien reçu une copie de la déclaration du témoin en

5 novembre, comme ceci a été dit. C'est tout, parce que nous voulons nous

6 assurer que la période de 30 jours est strictement respectée.

7 Je lève la séance. Je vous recommande que tout le monde va aller rentrer

8 chez eux, le plus tôt possible à cause de la tempête de neige qui pourrait

9 empirer. L'audience est levée.

10 --- L'audience est levée à 13 heures 40 et reprendra le vendredi 9 février

11 2007, à 9 heures 00.

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28