bgcolor="#ffffff"

Tribunal Criminal Tribunal for the Former Yugoslavia

Page 11002

1 Le lundi 7 mai 2007

2 [Audience publique]

3 [Les accusés sont introduits dans le prétoire]

4 [Le témoin est introduit dans le prétoire]

5 --- L'audience est ouverte à 9 heures 05.

6 M. LE JUGE AGIUS : [aucune interprétation]

7 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] Bonjour, Monsieur le Président, Madame,

8 Messieurs les Juges. Il s'agit de l'affaire

9 IT-05-88-T, le Procureur contre Vujadin Popovic et consorts.

10 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je vous remercie, Madame.

11 Tous les accusés sont présents. Pour ce qui est de la Défense, je vois que

12 Me Bourgon n'est pas là. Maître Nikolic, il allait revenir aujourd'hui ?

13 Mme NIKOLIC : [interprétation] Oui, Monsieur le Président. Il a dû avoir

14 des problèmes, Me Bourgon, mais nous avons un autre technique.

15 Je n'ai pas l'interprétation. Un instant, s'il vous plait.

16 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Vérifiez si vous êtes bien sur le bon

17 canal.

18 Mme NIKOLIC : [interprétation] Oui, oui. J'étais sur le bon canal, mais

19 désormais je l'entends bien. J'entends bien.

20 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] M. McCloskey et M. Nicholls sont là

21 pour l'Accusation.

22 Le témoin, M. Erdemovic, est également ici. Je suppose qu'il n'y a pas de

23 questions préliminaires et nous pouvons poursuivre.

24 LE TÉMOIN: DRAZEN ERDEMOVIC [Reprise]

25 [Le témoin répond par l'interprète]

26 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui, Maître Petrusic.

27 M. PETRUSIC : [interprétation] Je vous remercie.

28 Contre-interrogatoire par M. Petrusic : [Suite]

Page 11003

1 Q. [interprétation] Monsieur Erdemovic, je n'ai que quelques questions à

2 vous poser.

3 L'INTERPRÈTE : La cabine française fait remarquer qu'elle entend à peine la

4 salle.

5 M. PETRUSIC : [interprétation]

6 Q. Monsieur Erdemovic, le 10 juillet dans la soirée, lorsque vous êtes

7 arrivé dans ces hauteurs surplombant Srebrenica pendant l'après-midi en fin

8 de l'après-midi, la soirée et la nuit, il n'y avait pas de combat, n'est-ce

9 pas ?

10 R. Avant d'arriver à cet endroit un peu élevé, j'ai dit déjà quand nous

11 sommes passés par un poste tenu par la FORPRONU et on pouvait voir des

12 maisons incendiées et on n'a pu comprendre qu'il y a eu des combats dans la

13 journée, mais cette nuit-là quand on est arrivé on entendait des coups de

14 feu, mais c'est ça.

15 L'INTERPRÈTE : Maître Petrusic, [inaudible] l'interprète prendra sur le

16 transcript à l'écran.

17 M. PETRUSIC : [interprétation]

18 Q. Est-ce que vous pouvez nous dire par où vous êtes passé ?

19 R. Je ne peux pas me rappeler exactement, mais c'était au sud de

20 Srebrenica.

21 Q. Monsieur Erdemovic, moi, ce que je vous suggère c'est que la seule

22 agglomération par laquelle vous auriez pu passer à partir du sud

23 correspondait à l'agglomération de Slapovic qui est en dehors de la route

24 et qui n'a pas été brûlée. Est-ce que vous acceptez ce que je viens de vous

25 dire ?

26 R. Je ne sais pas par quelle agglomération je suis passé exactement. Ce

27 que je peux vous dire c'est qu'il y avait des maisons qui avaient été

28 brûlées quand on partait en direction de Srebrenica, c'était clair qu'il y

Page 11004

1 avait eu des conflits.

2 Q. Savez-vous qu'au niveau de cette agglomération, qu'il y avait eu des

3 combats auparavant ?

4 R. Qu'est-ce que vous voulez dire par là : "Quand nous disputons" ?

5 Q. Savez-vous qu'à cet endroit-là en 1993, il y a eu des combats sérieux

6 entre la 28e Division et le Corps de la Drina ?

7 R. J'avais entendu dire effectivement, mais je n'étais pas là, mais c'est

8 vrai que j'ai entendu dire qu'il y a eu des conflits entre l'armée de la

9 Republika Srpska et l'ABiH.

10 Q. Acceptez-vous la possibilité que ces destructions venaient de ces

11 combats qui avaient eu lieu auparavant ?

12 R. C'est tout à fait possible. Mais il y avait quelques maisons qui

13 avaient été incendiées et c'était possible qu'elles aient été incendiées en

14 1993, elles ne pouvaient pas être encore en feu depuis 1993.

15 Q. Le 11 juillet, vous êtes entré en ville. Etait-ce avant ou après le

16 bombardement de l'OTAN ?

17 R. C'était après les bombardements de l'OTAN. Si mes souvenirs sont

18 exacts, nous nous étions déjà dirigés vers la ville, nous ne sommes pas

19 allés bien loin. Nous n'avons que descendu de la colline vers la ville et

20 c'est là que nous avons entendu dire que les avions de l'OTAN avaient

21 laissé tomber deux bombes -- un ou deux bombes.

22 Q. Pendant que vous descendiez dans la ville, on ne vous a pas tiré dessus

23 ?

24 R. Il y a eu des tirs sporadiques. Je ne peux pas vous quantifier tout

25 cela. Je dirais qu'il n'y en a pas eu beaucoup, mais il y en a eu quand

26 même.

27 Q. Mais il ne s'agissait pas de tirs d'artillerie, d'aucun des deux côtés,

28 n'est-ce pas ?

Page 11005

1 R. Non. Vous savez qu'on a utilisé Praga à un moment donné et c'est

2 l'armée de la Republika Srpska qui l'utilisait parce qu'on avait compris

3 qu'il y avait des tireurs embusqués au niveau d'une colline et c'est pour

4 cela qu'on a eu recours à ce type d'arme.

5 Q. Donc, dans la ville, il y n'y a pas eu de feu d'artillerie sur la

6 ville, n'est-ce pas ?

7 R. Que je sache, non.

8 L'INTERPRÈTE : Pourriez-vous remplacer : laissez tomber des bombes, par

9 [inaudible] l'armée lançais des bombes. Merci.

10 M. PETRUSIC : [interprétation]

11 Q. Vous avez dit que c'est Velimir Popovic qui a enlevé le drapeau de la

12 mosquée. Mais cette mosquée a été endommagée ?

13 R. Non, non, elle n'a pas été endommagée, c'est tout simplement qu'on a

14 enlevé le drapeau de la mosquée.

15 Q. Monsieur Erdemovic, est-ce que le nom de Dragan Todorovic vous dit

16 quelque chose ? Le connaissez-vous ?

17 R. Non, son nom me dit rien; mais si je le voyais, si je voyais une photo

18 de lui peut-être que ceci m'aiderait pour rafraîchir ma mémoire, si jamais

19 je le connaissais.

20 Q. Monsieur Erdemovic, pour vous rappeler de ce visage, je vais vous

21 montrer la photo 1997 et sur cette photo on voit trois membres de ce

22 Détachement de Sabotage. C'est une photo vous avez déjà identifié deux

23 personnes, vous en avez reconnu deux ? Voulez-vous voir cette photo pour

24 éventuellement essayer d'en reconnaître une troisième ?

25 R. Je ne vois pas pourquoi.

26 Q. Dites-nous alors qui figure sur cette photo, qui est la troisième

27 personne sur la photo ?

28 R. Mais je n'ai pas envie de dire cela; si vous insistez cependant et bien

Page 11006

1 je pourrais éventuellement vous donner son nom.

2 L'INTERPRÈTE : Se reprend : La juriste de la Chambre --

3 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] Pourriez-vous répéter la cote parce que

4 j'ai l'impression que la cote 1997 correspond à un enregistrement vidéo ?

5 M. PETRUSIC : [interprétation] Excusez-moi, effectivement, vous avez tout à

6 fait raison. Il s'agit de la cote 1981.

7 Q. Monsieur Erdemovic, j'insiste pour que vous nous donniez la réponse.

8 R. Bien, c'est Zeljko, je ne connais pas son nom de famille.

9 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Attendez. Attendez. Est-ce que le

10 témoin hésitait -- a hésité déjà la dernière fois quand il s'agissait de la

11 même personne parce que d'après lui cet homme n'avait pas fait rien

12 d'illégal. Là, j'essaie d'utiliser les mêmes termes que lui et il avait des

13 rapports amicaux avec le témoin. Moi, je pense qu'il conviendrait plutôt de

14 permettre au témoin de donner son nom, de mentionner son nom à huis clos

15 partiel.

16 [La Chambre de première instance se concerte]

17 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Continuez. Continuez. De toute façon,

18 vous avez donné une partie de -- enfin, vous avez donné son prénom déjà de

19 qui est le troisième. Qui est la troisième personne ?

20 LE TÉMOIN : [interprétation] Monsieur le Président, je ne connais pas son

21 nom de famille. Je connais que c'est son prénom. Il s'appelle Zeljko.

22 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Merci. Monsieur Petrusic. Vous pouvez

23 continuer.

24 M. PETRUSIC : [interprétation] Je n'ai pas d'autres questions pour ce

25 témoin, Monsieur le Président.

26 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je vous remercie, Monsieur Petrusic.

27 A moins qu'il y ait eu des changements, c'est M. Krgovic qui va contre-

28 interroger ce témoin, et ensuite, M. Meek ou M. Ostojic, n'est-ce pas ?

Page 11007

1 Est-ce que vous voulez passer en premier, Maître Ostojic ? Très bien,

2 Maître Ostojic.

3 M. OSTOJIC : [interprétation] Bonjour, Monsieur le Président. Bonjour à

4 toutes les parties présentes ici. Nous nous sommes mis d'accord avec le

5 Procureur sur deux points en particulier dont nous allons interroger ce

6 témoin, et par rapport à cela, nous n'allons pas poser des questions au

7 témoin là-dessus.

8 Il s'agit d'un accord sur deux points qui auraient pu faire objet d'un

9 contre-interrogatoire.

10 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je vous remercie, Monsieur Ostojic, et

11 je remercie aussi M. McCloskey. Donc, Maître Krgovic.

12 Contre-interrogatoire par M. Krgovic :

13 Q. [interprétation] Monsieur le Témoin, pourriez-vous attendre que le feu

14 rouge soit éteint pour répondre à la question posée -- le feu rouge de mon

15 micro ?

16 Donc, là, je vais revenir à la question posée par M. Petrusic. Quand vous

17 êtes arrivé le 10 au niveau de la colline au-dessus de Srebrenica, cela

18 s'est fait dans la soirée, n'est-ce pas ?

19 R. Oui, oui, dans la soirée, effectivement.

20 Q. Mon confrère, M. Petrusic, vous a posé une question au sujet de combats

21 qui ont eu lieu le 11. Le 10, il n'y a pas eu de combats lourds non plus

22 dans la région. Il n'y a pas eu de feu d'artillerie avant que vous ne

23 partiez pour Srebrenica ?

24 R. Oui.

25 Q. Et à partir de la position où vous étiez, vous avez vu la ville et vous

26 pouviez aussi évaluer dans quelle mesure pilonnait-on la ville ?

27 R. Oui.

28 Q. Et cela n'est pas arrivé ?

Page 11008

1 R. Non.

2 Q. Il n'y a pas eu de pilonnage entre le 10 et le 11 à partir du moment où

3 vous êtes entré à Srebrenica ?

4 R. Non. Il n'y a pas eu dans la ville.

5 Q. Quand vous êtes entré dans la ville des Srebrenica, vous n'avez pas eu

6 des dégâts importants, des cratères ou impacts d'obus, et cetera dans la

7 ville même. A titre de comparaison, vous avez été à Vukovar en 1991 et vous

8 saviez donc à quoi ressemblait une ville qui avait été bombardée ou

9 pilonnée. Donc, Srebrenica à titre de comparaison n'était pas comme Vukovar

10 en 1991, n'est-ce pas ?

11 R. Non. Vous ne pouviez même pas comparer la situation qui prévalait de

12 ces deux villes-là.

13 M. KRGOVIC : [interprétation] Je n'ai pas d'autres questions, Monsieur le

14 Président.

15 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bien, je remercie, Maître Krgovic.

16 Entre-temps, Me Bourgon est entré dans le prétoire. Je n'ai pas

17 l'impression qu'il y a d'autres conseils de la Défense qui souhaitent poser

18 des questions à ce témoin dans le cadre du contre-interrogatoire. Donc, à

19 moins que vous me disiez autre chose, bien, je vais demander à M. McCloskey

20 s'il y a des questions supplémentaires à poser au témoin.

21 M. McCLOSKEY : [interprétation] Non, Monsieur le Président.

22 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Très bien.

23 Questions de la Cour :

24 M. LE JUGE KWON : [interprétation] J'ai quelques questions à poser,

25 effectivement.

26 Monsieur Erdemovic, je ne suis pas sûr si le Procureur vous a posé cette

27 question oui ou non. Pourriez-vous nous dire si M. Pelemis savait ce que

28 vous aviez fait dans la ferme de Branjevo ?

Page 11009

1 R. Bien, vu le système de commandement dans notre unité, il était --

2 effectivement, il avait été au courant de cela. J'en suis sûr à 100 %

3 M. LE JUGE KWON : [interprétation] Pourriez-vous nous dire sur la base de

4 quoi vous en êtes arrivé à cette conclusion-là ?

5 R. Bien, on ne pouvait pas exécuter des missions ou des tâches sans que le

6 commandant de notre unité ne soit mis au courant.

7 M. LE JUGE KWON : [interprétation] Qu'en est-il du commandant Pecanac ?

8 Etait-il au courant de cela aussi d'après vous ?

9 R. D'après ce que je sais, oui, ils devaient le savoir. Parce que je ne

10 pense pas que Pelemis aurait fait quoi que ce soit sans qu'il le sache.

11 M. LE JUGE KWON : [interprétation] Puis, la dernière question que j'ai à

12 vous poser concerne Zeljko, vous nous avez dit quel était son prénom

13 aujourd'hui. Puis, voici ma question : comment se fait-il qu'il a réussi à

14 ne pas faire ce que vous avez fait, les choses qui étaient illégales, qui

15 n'étaient pas permises, comme vous avez dit ?

16 R. Il n'y avait que Zeljko ce jour-là à Vlasenica. Il y avait des gens à

17 Vlasenica, mais il y avait aussi des gens du Peloton de Bijeljina. On était

18 au total 30 ou 40 et il n'était que huit à être présents au niveau de la

19 ferme ce jour-là. Donc, plus 30 personnes n'ont pas participé à cela. Je ne

20 peux pas vous expliquer pourquoi on nous a choisi nous pour faire ce que

21 nous devions faire.

22 M. LE JUGE KWON : [interprétation] Je vous remercie.

23 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bien, le Juge Kwon vient de vous poser

24 une question que j'avais l'intention de vous poser exactement la même

25 c'était sa dernière question. Dans ce même contexte, vous venez de dire que

26 vous étiez huit à la ferme de Branjevo. Je voudrais vous demander de nous

27 énumérer à nouveau les noms de ces gens. Un par un. Ce qui m'intéresse tout

28 particulièrement c'était leur appartenance ethnique. Vous, par exemple,

Page 11010

1 vous êtes un Croate de Bosnie, et les autres ?

2 R. Marko Boskic, un Croate de Bosnie; Franc Kos, un Slovène; Golijan, un

3 Serbe de Vlasenica; Brano Gojkovic, un Serbe; Stanko Salanovic [phon], un

4 Serbe aussi; Aleksandar Cvetkovic, un Serbe; Zoran Goronja; un Serbe aussi.

5 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Pourriez-vous répéter le nom de famille

6 de Zoran ?

7 R. Zoran Goronja.

8 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bien, je n'ai pas d'autres questions

9 pour vous et avec ceci se termine donc votre déposition en l'espèce.

10 Monsieur Erdemovic, je vous remercie d'être venu déposer ici et je vous

11 souhaite un bon voyage de retour quelle que soit votre destination.

12 LE TÉMOIN : [interprétation] Je vous remercie.

13 [Le témoin se retire]

14 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Monsieur McCloskey, les

15 documents.

16 M. McCLOSKEY : [interprétation] Oui, Monsieur le Président, effectivement,

17 j'ai une feuille. Je pense que j'ai déjà mentionné tous les documents qui y

18 figurent. Bon, je n'ai pas vraiment vérifier tous les détails de cet accord

19 de plaidoyer, mais je pense qu'il serait utile pour vous de rendre ce

20 document puisque tout figure dans ce document, tout y est.

21 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] S'il y a des objections, de la part des

22 avocats de la Défense ? Donc apparemment il n'y a pas de problème de

23 traduction, il n'y a pas d'objection non plus. Et donc tous ces documents

24 sont versés au dossier.

25 M. McCLOSKEY : [interprétation] Monsieur le Président, cet accord de

26 plaidoyer n'avait pas de cote 65 ter. Moi, j'en ai parlé aux conseils de la

27 Défense, ils n'avaient pas d'objection.

28 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bien.

Page 11011

1 [La Chambre de première instance se concerte]

2 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je vous remercie, Monsieur McCloskey.

3 Je remercie tous les conseils de la Défense qui ont fait preuve d'esprit

4 pratique par rapport à cette situation.

5 Maître Nikolic, vous avez utilisé un rapport du bureau du Procureur; est-ce

6 que vous souhaitez le verser au dossier ? Il s'agit d'un document 65 ter

7 1B285; c'est exact ?

8 Mme NIKOLIC : [interprétation] Effectivement, Monsieur le Président.

9 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Des objections ?

10 M. McCLOSKEY : [interprétation] Non.

11 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Et bien, d'autres conseils de la

12 Défense en l'occurrence, y a-t-il d'objection ? Apparemment, non. Et bien,

13 ce document est versé au dossier. Je vous remercie.

14 A présent, nous pouvons passer au témoin suivant. J'espère qu'il est

15 présent. Pour être plus précis, il s'agit du document 142, n'est-ce pas --

16 du Témoin 142, n'est-ce pas ?

17 M. NICHOLLS : [interprétation] Oui, Monsieur le Président.

18 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Il n'y a de mesures de protection. Il

19 ne bénéficie de mesures de protection, que je sache au moins.

20 M. McCLOSKEY : [interprétation] Est-ce que vous me permettez de m'absenter

21 un instant ?

22 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Effectivement, Monsieur McCloskey,

23 allez-y.

24 [Le témoin est introduit dans le prétoire]

25 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bonjour, Monsieur le Président.

26 LE TÉMOIN : [interprétation] Bonjour.

27 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Soyez le bienvenu dans ce

28 prétoire. Vous allez déposer dans un instant. Avant de faire cela, d'après

Page 11012

1 notre Règlement, on va vous demander de prononcer une déclaration

2 solennelle, à savoir que pendant votre témoignage vous direz la vérité,

3 toute la vérité et rien que la vérité. On va vous remettre le texte, je

4 vais vous demander d'en donner lecture.

5 LE TÉMOIN : [interprétation] Je déclare solennellement que je dirai

6 la vérité, toute la vérité et rien que la vérité.

7 LE TÉMOIN: MILORAD BIRCAKOVIC [Assermenté]

8 [Le témoin répond par l'interprète]

9 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Merci.

10 Installez-vous, s'il vous plaît. Vous devenez comment on va procéder. M.

11 Nicholls, qui représente le bureau du Procureur, va vous poser quelques

12 questions. Par la suite, différents représentants des équipes de la Défense

13 vous poseront des questions dans le cadre du contre-interrogatoire. On

14 souhaite que vous répondiez pleinement à chacune des questions qui vous est

15 posée, de manière précise et véridique, indépendamment de la personne qui

16 vous pose la question.

17 Monsieur Nicholls, vous avez la parole.

18 M. NICHOLLS : [interprétation] Merci, Monsieur le Président, Mesdames,

19 Messieurs les Juges. Un point, excusez-moi de ne pas l'avoir soulevé

20 précédemment. En application de l'article 90, j'ai déjà expliqué les droits

21 au témoin. Mais peut-être que la Chambre devrait en parler également. Et je

22 pense que les avocats de la Défense seront d'accord.

23 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je vois qu'il n'y a pas de commentaire

24 de la part de la Défense. A moins que l'on agisse en application de

25 l'article 92 bis, ou 92 ter, il nous faut, effectivement, penser à cela. Je

26 vous prie d'appeler notre attention là-dessus.

27 M. NICHOLLS : [interprétation] Excusez-moi de ne pas l'avoir fait avant.

28 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Très bien.

Page 11013

1 Monsieur Bircakovic, vous avez entendu ce que vient de dire

2 M. Nicholls. On vous a expliqué déjà un certain nombre de droits qui sont

3 les vôtres en votre qualité de témoin en application de notre Règlement.

4 Parmi ces droits, il y en a un qui concerne le fait que nul ne sera obligé

5 à s'auto incriminer. Il est possible que -- je ne dis pas que cela se

6 produirait, mais il est possible qu'on vous pose des questions que vous ne

7 devriez pas répondre à moins de vous incriminer. Alors, conformément à

8 l'application d'un principe qui est largement répandu dans toutes les

9 juridictions, dans ce genre de situation, nous donnons le droit au témoin

10 de ne pas répondre. Il ne s'agit pas cependant d'un droit absolu. Il dépend

11 de la manière dont nous apprécions la situation. Il se peut, par

12 conséquent, qu'on vous garantisse la distance, donc on vous permette de ne

13 pas répondre à la question ou à l'inverse on peut vous enjoindre, vous

14 ordonner à répondre à ce genre de question. Si nous le faisons, si nous

15 vous contraignons à répondre à ces questions, et bien, un autre droit

16 s'applique à votre égard, à savoir toutes ces informations, toutes les

17 choses que vous diriez dans le cadre de ce genre de réponse auxquelles vous

18 avez été contraint à répondre ne seront pas utilisées en tant que moyens de

19 preuve contre vous dans une éventuelle procédure qui sera engagée contre

20 vous. Sauf si l'Accusation ou la procédure est engagée pour faux

21 témoignage. J'espère que vous m'avez compris. Est-ce que je vous ai bien

22 expliqué vos droits ? Est-ce que vous avez bien compris ?

23 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui.

24 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je vous remercie. Je pense qu'à présent

25 nous pouvons continuer.

26 Monsieur Nicholls, vous avez la parole.

27 Interrogatoire principal par M. Nicholls :

28 Q. [interprétation] Bonjour, Monsieur.

Page 11014

1 R. Bonjour.

2 Q. Je vais vous poser quelques questions, comme je vous l'ai déjà expliqué

3 hier, je vais vous demander de bien écouter la question, d'essayer de bien

4 vous rappeler la question et de répondre au mieux. Vous êtes d'accord, on

5 peut procéder ainsi.

6 R. Oui.

7 Q. En fait, je ne sais pas c'est samedi ou hier. Est-ce que vous pouvez

8 définir votre identité, s'il vous plaît.

9 R. Bircakovic, Milorad.

10 Q. Vous avez des surnoms ?

11 R. Non.

12 Q. On ne vous a jamais appelé par un surnom.

13 R. Peut-être, avant quand j'étais plus jeune ou plus petit, Pinjo, c'était

14 mon surnom.

15 Q. Très bien. Et votre date de naissance ?

16 R. Le 6 août 1963 à Grbavci.

17 Q. Merci. Très brièvement, est-ce que vous pouvez nous dire ce que vous

18 faites à présent ?

19 R. Je travaille à Zvornik à l'usine Birac, je suis un ouvrier. Je

20 travaille dans la chaîne de production.

21 Q. Est-ce que vous pouvez nous dire à quel moment vous avez été mobilisé

22 au sein de l'armée de la République serbe en 1992 ? Vous vous rappelez ?

23 R. J'ai été mobilisé comme tout le monde. Je pense que c'était peut-être

24 le 6 avril 1992.

25 Q. Vous étiez membre de quelle brigade en 1992 ?

26 R. A l'époque c'était la Défense territoriale, ensuite c'était la Brigade

27 de Zvornik.

28 Q. En 1993, vous étiez membre de quelle unité de la Brigade de Zvornik ?

Page 11015

1 R. D'abord, j'étais dans une compagnie de villages, ensuite, on m'a

2 transféré sur des chars, des anciens chars, c'était comme une compagnie de

3 chars. Et plus tard, j'étais un petit peu dans les Loups de Drina et à la

4 fin j'étais dans la police de la Brigade de Zvornik.

5 Q. A partir de quel moment vous êtes devenu membre de la police militaire

6 de la Brigade de Zvornik ?

7 R. Peut-être en 1993, fin 1993 ou 1994. Je ne sais pas la date exactement.

8 Q. En juillet 1995, étiez-vous toujours un membre de la police militaire

9 de la Brigade de Zvornik ?

10 R. Oui.

11 Q. Où étiez-vous stationné, déployé en 1995 pendant que vous étiez membre

12 de la police militaire ?

13 R. On était dans une caserne à deux kilomètres de Zvornik à peu près.

14 Q. Et c'était une caserne régulière à Karakaj ?

15 R. Oui.

16 Q. En juillet 1995, connaissiez-vous un officier du nom de Drago Nikolic ?

17 R. Oui.

18 Q. Et quel poste occupait-il à l'époque ?

19 R. Il était chef de la sécurité de la Brigade de Zvornik.

20 Q. N'avez-vous jamais coopéré directement, collaboré avec Drago Nikolic en

21 juillet 1995 ?

22 R. J'étais chauffeur, son chauffeur.

23 Q. En juillet 1995, ça faisait combien de temps que vous l'aviez

24 rencontré, que vous l'aviez connu ?

25 R. Peut-être un mois à peu près, donc 1994 jusqu'en 1995.

26 Q. En juillet 1995, est-ce que vous connaissiez un autre officier

27 également dont le nom était Miomir Jasikovac ?

28 R. Oui.

Page 11016

1 Q. Et lui, quel poste occupait-il ?

2 R. Il était commandant de la Compagnie de la Police militaire.

3 Q. Et M. Jasikovac, il faisait rapport à qui ? Qui était son supérieur

4 hiérarchique ?

5 R. Je pense que c'était Drago Nikolic.

6 Q. Et, enfin, Milorad Trbic, est-ce également un officier que vous

7 connaissiez en juillet 1995 ?

8 R. Oui.

9 Q. Et lui, lui quel poste occupait-il à ce moment-là ?

10 R. Il était chef adjoint chargé de la sécurité.

11 Q. De la Brigade de Zvornik ?

12 R. De la Brigade de Zvornik.

13 Q. Vujadin Popovic, est-ce le nom d'officier qui vous était connu en

14 juillet 1995 ?

15 R. Oui.

16 Q. Et qui était-il ? Quel était le poste qu'il occupait ?

17 R. Il était chef de la sécurité du Corps de Drina.

18 Q. Et, enfin, Ljubisa Beara, est-ce quelqu'un que vous connaissiez en

19 juillet 1995 ?

20 R. Oui. Je le voyais.

21 Q. Et lui, quel poste occupait-il ?

22 R. Il était chef de la sécurité au sein du Grand état-major.

23 Q. Merci. Je voudrais aller de l'avant maintenant le 14 juillet 1995, je

24 vais vous poser des questions au sujet de ce jour-là. Le 14 juillet 1995, à

25 quel moment est-ce que vous avez pris le service à peu près ?

26 R. A 7 heures du matin.

27 Q. Et la veille, le 13 juillet, quand est-ce que vous avez terminé votre

28 service ?

Page 11017

1 R. A 19 heures.

2 Q. Où avez-vous passé votre nuit, de 19 heures jusqu'à 7 heures, le

3 lendemain donc du 13 au 14 ?

4 R. J'étais chez moi.

5 Q. Dans la matinée du 14 juillet, après avoir pris le service, est-ce que

6 vous avez reçu des ordres en tant que chauffeur ?

7 R. Oui. C'était dans la matinée.

8 Q. Et quels ordres avez-vous reçus ?

9 R. On m'a donné l'ordre d'aller chercher Drago Nikolic au poste de

10 commandement avancé, et il fallait que je l'emmène -- que je le ramène à la

11 brigade.

12 Q. Qui vous a donné cet ordre ?

13 R. C'est Trbic, le chef adjoint de la sécurité qui m'a dit cela.

14 Q. Et pour le compte rendu d'audience, ce poste de commandement avancé où

15 vous êtes allé chercher Drago Nikolic -- on vous a donné l'ordre d'aller le

16 chercher, il se trouvait où ?

17 R. C'était peut-être à une quinzaine de kilomètres depuis la caserne.

18 Q. Et quel était le nom de cette zone ou de cette ville ou était-ce le

19 poste de commandement avancé ?

20 R. C'est une partie de village de Kitovnjice, et Jerkici.

21 Q. Pourquoi deviez-vous aller le chercher Drago ? Qu'est-il censé faire à

22 son retour au commandement ?

23 R. Il fallait qu'il vienne assister à une réunion avec Beara et Popovic.

24 Q. Etes-vous allé à ce poste de commandement avancé pour chercher Drago

25 Nikolic, comme on vous a donné l'ordre ?

26 R. Oui. J'y suis allé et je l'ai ramené.

27 Q. A quel moment êtes-vous parti de la caserne, et à quel moment êtes-vous

28 revenu de la réunion ?

Page 11018

1 R. Peut-être à 7 heures et demie, huit heures, je ne sais pas exactement

2 quelle heure il était et je suis revenu peut-être une demi-heure plus tard.

3 Q. On reviendra au registre plus tard mais quelle est la voiture que vous

4 avez prise pour aller chercher Drago Nikolic ?

5 R. Opel Rekord et Opel Kadet.

6 Q. De quelle couleur cette Opel Rekord ?

7 R. C'était genre vert bleu une sorte de couleur qui n'est pas tout à fait

8 claire.

9 Q. C'était quel modèle de voiture, un deux portes, quatre portes ? Pouvez-

10 vous nous décrire un petit peu la voiture ?

11 R. C'était une -- c'était une Opel à cinq portes.

12 Q. Est-ce que vous pouvez m'expliquer si vous savez à quoi ressemble une

13 Opel Kadet de cette époque ?

14 R. Elle a cinq portes. Je ne vois pas dans quel sens.

15 Q. Je voulais juste savoir si vous vous en souveniez. Comment pouvez-vous

16 distinguer entre une Opel Kadet et une Opel Rekord ? Est-ce que vous pouvez

17 nous décrire les différences -- ou plutôt, ce qui les rapproche ?

18 R. Opel Kadet est un break, Opel Rekord aussi, donc, ce sont des voitures

19 qui se ressemblent pas mal. Il y a une très légère différence de devant.

20 Les lumières se ressemblent et donc si c'est un break, elles ont toutes les

21 deux cinq portes.

22 Q. Quand vous êtes revenu à la caserne avec Drago Nikolic, où est-ce qu'il

23 s'est rendu au commandement ? Que s'est-il passé lorsque vous êtes revenu ?

24 R. Il s'est rendu dans son bureau pour assister à la réunion.

25 Q. Et vous, est-ce que vous avez participé à cette réunion ?

26 R. Non.

27 Q. Et qu'avez-vous fait pendant celle-ci ?

28 R. Au commandement, j'avais une sorte de bureau qui était comme un café,

Page 11019

1 c'est là qu'on faisait du café pour les officiers et c'est là que je suis

2 allé m'installer.

3 Q. Et la réunion elle a duré combien de temps ?

4 R. A peu près -- une quinzaine, vingtaine de minutes. Je ne sais pas

5 exactement.

6 Q. Et après la réunion vous avez revu Drago Nikolic ?

7 R. Oui.

8 Q. Et quelle était son humeur quand il est arrivé après cette réunion ?

9 R. Il était de mauvaise humeur.

10 Q. Que vous a-t-il dit ? Quels étaient les ordres qu'il avait.

11 R. Il ne m'a rien dit. Il ne m'a rien dit au sujet des ordres.

12 Q. Mais à l'issue de la réunion, que vous a-t-il dit que vous alliez faire

13 ?

14 M. MEEK : [interprétation] Monsieur le Président.

15 M. LE JUGE AGIUS : [aucune interprétation]

16 M. MEEK : [interprétation] C'est redondant. L'Accusation n'arrête pas de

17 poser la même question à laquelle elle a déjà obtenu la réponse. Il ne lui

18 a rien dit au sujet de sa mission et maintenant il essaie simplement

19 d'introduire cette question par des voies contournées.

20 M. NICHOLLS : [interprétation] Mais ce sont deux questions complètement

21 différentes.

22 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui. Nous avons encore sa réponse,

23 ligne 23, où il dit : "Non, il ne m'a rien dit au sujet de ces ordres."

24 Et ensuite, vous reposez votre question en demandant : "Ce qu'il lui avait

25 dit au sujet de ce qu'il allait faire à l'issue de la réunion ?"

26 M. NICHOLLS : [interprétation] Mais peut-être devrais-je le préciser ?

27 Q. Qu'est-ce qu'il vous a dit Drago Nikolic que vous deux alliez faire à

28 la fin de la réunion ?

Page 11020

1 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Pourquoi vous ne simplifiez pas. O.k.

2 il ne vous a rien dit au sujet de ces ordres. Mais vous a-t-il dit autre

3 chose ?

4 M. NICHOLLS : [interprétation]

5 Q. Que vous a dit M. Drago Nikolic à la fin de la réunion ?

6 M. MEEK : [interprétation] Encore une fois, objection. Nous n'avons aucun

7 élément de preuve disant qu'il lui aurait dit quelque chose. Maintenant

8 c'est une suggestion qu'il lui aurait dit quelque chose.

9 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Maintenant, on lui a demandé s'il lui a

10 dit autre chose et le témoin a déjà -- confirmé qu'il n'y avait pas

11 d'explications au sujet des ordres, mais peut-être qu'ils se sont parlés

12 d'autre chose.

13 Donc, allez-y. Répondez à la question, s'il vous plaît. Que vous a-t-il dit

14 Drago Nikolic lorsqu'il est sorti de la réunion ? Bien entendu, s'il ne

15 vous a rien dit, vous répondrez, il ne m'a rien dit mais s'il vous a dit

16 quelque chose, il faut nous le relater.

17 LE TÉMOIN : [interprétation] Quand il est sorti à cet instant-là, quand la

18 réunion était terminée, il ne m'a rien dit et on est parti vers la voiture.

19 Et il m'a dit qu'il fallait que je le conduise près de l'hôtel Vidikovac.

20 M. NICHOLLS : [interprétation]

21 Q. Et que s'est-il passé à ce moment-là ?

22 R. On est arrivé devant l'hôtel Vidikovac, des autocars sont arrivés avez

23 des prisonniers.

24 Q. Où se situe l'hôtel Vidikovac par rapport à Zvornik ? Je pense que vous

25 n'aurez pas de mal à nous décrire l'endroit où se situe l'hôtel.

26 R. L'hôtel est à deux kilomètres à peu près de Zvornik en direction de

27 Sarajevo.

28 Q. Et que vous a-t-il dit Drago Nikolic au sujet de ce qui allait se

Page 11021

1 passer à l'hôtel ?

2 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] S'il vous en a parlé, dites-le-nous,

3 sinon dites qu'il ne vous en a pas parlé.

4 LE TÉMOIN : [interprétation] Au départ, rien. On est arrivé là-bas et

5 quelques minutes plus tard les autocars sont arrivés. Et après, il m'a dit

6 que je devais me mettre à bord du premier autocar puisque lui, il allait

7 prendre la voiture pour faire quelque chose. Moi, j'ai pris -- je suis dans

8 le premier autocar, lui, il a pris la voiture et il est parti avec la

9 voiture.

10 M. NICHOLLS : [interprétation]

11 Q. Tout d'abord, combien de temps vous êtes resté ce matin-là à l'hôtel

12 Vidikovac vous et Drago Nikolic ?

13 R. On était devant l'hôtel, ça duré à peine cinq minutes après notre

14 arrivée.

15 Q. Les bus étaient déjà là ou ils sont arrivés après vous.

16 R. Cinq minutes plus tard, ils sont arrivés à peu près.

17 Q. Et c'est à peu près à quel moment de la journée que les autocars sont

18 arrivés ?

19 R. C'était 8 heures 30, 9 heures.

20 Q. Et combien d'autocars sont arrivés à l'hôtel ?

21 R. On ne pourrait pas le voir, c'est une route un peu spécifique. Peut-

22 être qu'on pouvait en voir cinq à dix, cinq à dix autocars. Je ne sais pas

23 exactement, mais je n'ai pas prêté attention. La voie, la route zigzague

24 beaucoup.

25 Q. Y avait-il quelqu'un à bord de ces autocars, si oui, qui ?

26 R. Il y avait la sécurité dans les autocars, et il y avait des hommes, des

27 Musulmans.

28 Q. Drago Nikolic vous a dit de monter à bord d'un autocar, c'est bien

Page 11022

1 cela. C'est ce que vous avez dit il y a un instant.

2 R. Oui.

3 Q. Et qui a dit au chauffeur de faire quoique ce soit par la suite ? A

4 partir du moment où ils se sont réunis, rassemblés devant l'hôtel ?

5 R. Mais ils constituent déjà une colonne. Ils savaient où ils allaient

6 partir. Personne ne leur rien dit au sujet de leur destination. Je pense

7 qu'ils l'avaient connue avant puisqu'ils ne posaient aucune question, je

8 suppose qu'ils le savaient.

9 Q. Donc, vous êtes monté à bord de cet autocar, à partir du moment où vous

10 y étiez, est-ce que vous saviez quelle était la direction que prenait

11 l'autocar ?

12 R. Et bien, à partir du moment où l'on est parti, je m'en doutais bien

13 qu'on partait en direction de Tuzla. Je connaissais cette route mais je ne

14 pouvais pas vraiment savoir la destination précise.

15 Q. Donc, vous êtes monté à bord de l'autocar, mais vous ne saviez

16 absolument pas quelle était la direction que vous preniez et où vous alliez

17 exactement, quel serait donc l'arrêt suivant ?

18 R. Non.

19 Q. Et donc, vous avez dit que cet autocar était -- vous étiez une colonne,

20 mais il prenait quelle place dans la colonne ?

21 R. C'était le premier bus dans la colonne.

22 Q. Et où est-il allé ?

23 R. Il est parti en direction de Tuzla d'abord, et ensuite en direction de

24 l'école élémentaire d'Orahovac.

25 Q. Monsieur, connaissez-vous cette école, est-ce que vous l'aviez déjà vue

26 auparavant ?

27 R. Je la connaissais dans la mesure où je suis allé à cette école-là. J'y

28 suis allé à partir de la cinquième jusqu'à huitième classe.

Page 11023

1 Q. Pouvez-vous nous décrire ce qui s'est passé à partir du moment où les

2 bus sont arrivés à l'école à Orahovac ?

3 R. Les autobus sont arrivés, on a introduit les prisonniers dans cette

4 salle de sport. La salle de sport de l'école.

5 Q. Il y avait combien de prisonniers à peu près ? Même si vous ne pouvez

6 pas me donner des chiffres exacts.

7 R. Je crois que quatre ou cinq autocars sont arrivés. Mais ces autocars

8 n'étaient pas complètement pleins. Pour vous faire le compte, il y avait

9 200, 200 personnes à peu près.

10 Q. Après l'arrivée de ces quatre ou cinq autocars, est-ce que vous en avez

11 vu d'autres arriver, parce que vous avez dit qu'il y avait un tournant dans

12 la route et que vous aviez eu du mal à voir, enfin la visibilité n'était

13 pas très bonne, mais donc dans l'école d'Orahovac est-ce que d'autres

14 autocars sont arrivés par la suite ?

15 R. Non pas à ce moment-là.

16 Q. Quand alors ?

17 R. Au moment où moi je suis arrivé, il y avait à peu près quatre ou cinq

18 autobus. Puis pour le reste, je ne m'en souviens pas.

19 Q. Je vous ai demandé si d'autres autobus sont arrivés. Vous avez dit que

20 non, mais est-ce que plus tard il y en avait d'autres qui sont arrivés ?

21 R. Non.

22 Q. À l'école, au niveau de l'école mis à part les prisonniers, les gens

23 qui assuraient la sécurité des prisonniers, et cetera, au niveau des

24 autobus, est-ce qu'il y avait quelqu'un d'autre de présent au moment où

25 vous êtes arrivé ?

26 R. Il n'y avait pas mal de population locale, les gens du cru. Cela étant

27 dit, je ne sais pas si la police militaire était arrivée en même temps. Je

28 ne savais pas vraiment tout cela. Je ne sais pas s'ils assuraient aussi la

Page 11024

1 sécurité de cet endroit. Là, je parle des policiers militaires.

2 Q. Merci. Vous souvenez-vous de façon précise de la présence des policiers

3 militaires au cas par cas appartenant à la Brigade de Zvornik ?

4 R. Trbic était là. Cedo Jovic aussi. Goran Bogdanovic, par exemple, il y

5 en avait qui était là. Je parle de policier militaire.

6 Q. Est-ce que vous vous souvenez s'il y avait des femmes policières,

7 appartenant à la police militaire ?

8 R. Oui, il y en avait une qui était là.

9 Q. Comment s'appelait-elle ?

10 R. Nada, c'est son prénom, le nom je ne suis pas sûr.

11 Q. Est-ce que vous avez dans la police militaire des membres de votre

12 famille ?

13 R. Oui.

14 Q. Qui cela ?

15 R. Stanoje Bircakovic, il était là aussi.

16 Q. Vous vous souvenez qu'il était présent à l'école ce

17 jour-là ?

18 R. Oui, oui, il y était.

19 Q. Et qu'en est-il du commandant Miomir Jasikovac ? Était-il présent à

20 l'école aussi ce jour-là, l'avez-vous vu ?

21 R. Oui. Il y était.

22 Q. Mais vous l'aviez vu quand exactement ?

23 R. Bien, je l'ai vu dès le début.

24 Q. Bien. Pourriez-vous nous dire brièvement ce qui s'est passé avec les

25 prisonniers qui étaient dans les autocars après que vous êtes arrivé à

26 l'école ?

27 R. Bien, on les a fait entrer dans la salle de sports de l'école.

28 Q. Vous avez dit qu'il y avait des civils, des gens du cru qui étaient là,

Page 11025

1 que faisaient-ils ? Là, je ne parle pas des Musulmans, je parle des Serbes.

2 R. Je ne vois rien de particulier. Ils étaient tout simplement là par

3 curiosité. Ils sont venus voir ce qui se passe.

4 Q. Vous êtes monté dans le bus au niveau de l'hôtel Vidikovac et Drago

5 Nikolic a pris votre voiture, donc c'était une Opel Rekord. Et vous l'avez

6 vu quand pour la prochaine fois, après avoir quitté l'hôtel Vidikovac,

7 donc, vous le voyez quand pour la prochaine fois ?

8 R. C'était peut-être vers 11 heures, je ne connais pas l'heure exacte.

9 C'est vers 11 heures, 12 heures.

10 Q. Et vous l'avez vu où ce jour-là, à savoir le 14 juillet et vers 11

11 heures ?

12 R. Il est venu à l'école d'Orahovac.

13 Q. Comment est-il arrivé jusqu'à l'école ?

14 R. En voiture, la voiture que je conduisais.

15 Q. Donc, la même voiture ?

16 R. Oui, c'était la même voiture.

17 Q. Et qu'a-t-il fait quand il est arrivé à l'école

18 d'Orahovac ?

19 R. Il est sorti, il m'a donné les clés de la voiture, puis il est sorti,

20 il a discuté un peu avec Jasikovac, et avec d'autres personnes aussi.

21 Q. Vous, êtes-vous entré dans l'école ou dans la salle de sports à aucun

22 moment pendant que les prisonniers y étaient ?

23 R. Non.

24 Q. Quand Drago Nikolic vous a donné les clés de la voiture, vous a-t-il

25 dit quoi que ce soit ? Vous a-t-il dit quoi que ce soit, ou bien vous a-t-

26 il tout simplement donné les clés et c'était tout ?

27 R. Il m'a donné les clés, en me disant : "Tiens, tiens les clés de la

28 voiture," ensuite, il s'est retourné et il est parti.

Page 11026

1 Q. Pendant combien de temps à peu près Drago Nikolic est-il resté dans

2 l'enceinte de l'école à partir du moment où vous l'avez vu, à savoir à

3 partir d'à peu près 11 heures ?

4 R. Je dirais qu'il est resté à peu près une heure. Je ne suis pas sûr.

5 Vous savez, on ne faisait pas tellement attention au temps qui passe. Je

6 peux vous répondre de façon approximative.

7 Q. Je comprends. Je comprends que vous n'aviez pas de minuteur sur vous.

8 Après cela, à quel moment voyez-vous Drago Nikolic pour la prochaine fois ?

9 R. Il est venu juste avant la tombée de la nuit.

10 Q. Il est venu où ?

11 R. Il est venu à nouveau devant l'école.

12 Q. On va parler de cela un petit peu plus tard. Donc, après que vous êtes

13 sorti du bus à l'école d'Orahovac, et un petit peu plus tard, vers 11

14 heures, vous avez dit que Drago Nikolic est arrivé et qu'il est resté à peu

15 près une heure, n'est-ce pas, d'après ce que vous savez, n'est-ce pas, mais

16 vous, vous faisiez quoi pendant tout ce temps-là ? Quelle était votre

17 mission, votre tâche ?

18 R. Rien de particulier. J'étais juste-là. Il y avait cette route qui

19 menait vers la colline, et j'étais là debout le long de la route.

20 Q. Vous avez dit que Drago Nikolic est resté là-bas pendant une heure à

21 peu près, donc à partir de 11 heures. Mais que faisait-il pendant cette

22 heure-là ?

23 R. Je ne sais pas. Il est allé quelque part. Je ne faisais pas attention à

24 cela. Il est parti après. Il n'était plus là.

25 Q. Il est parti en compagnie de qui ?

26 R. Je n'ai pas remarqué cela.

27 Q. Il vous a laissé la voiture. Savez-vous par quel moyen de transport il

28 a quitté l'école ?

Page 11027

1 R. Non, je ne le sais pas.

2 Q. Pendant ce jour-là, est-ce que vous avez vu d'autres officiers de la

3 VRS à l'école ? Puisque vous en avez déjà mentionné quelques-uns.

4 R. Je pense que Popovic y était.

5 Q. Et quand cela, à peu près ?

6 R. Je dirais que c'était une heure, ou une demi-heure après cela, après

7 l'arrivée des prisonniers.

8 Q. Et vous lui avez-vous parlé à partir du moment où il est arrivé ?

9 R. Non.

10 Q. Et d'après ce que vous voyez qu'a-t-il fait ?

11 R. Bien, rien de particulier, il était juste-là sur la route. Il était là.

12 Il se tenait debout sur la route.

13 Q. Est-ce qu'il était en compagnie d'autres officiers, ou bien est-ce

14 qu'il était tout seul ?

15 R. Il y en avait deux autres. Est-ce que c'était vraiment des officiers ou

16 bien tout simplement son chauffeur ou quelqu'un, un garde du corps, enfin

17 je ne sais pas. Vous savez je n'ai pas ces informations-là.

18 Q. Si vous l'avez vu en train de parler avec un quelconque autre officier

19 ou soldat présent sur place.

20 R. Bien, je ne m'en souviens pas. Il était là en compagnie des hommes. Je

21 ne faisais pas tellement attention à lui, je ne regardais pas pour voir

22 s'il parle avec quelqu'un.

23 Q. Vous avez dit que : "Vous pensiez que c'était Popovic." Pourquoi avez-

24 vous dit que vous pensiez que c'était lui ? Est-ce que vous en êtes sûr,

25 est-ce que vous savez que si c'était vraiment lui ?

26 R. Je suis sûr à 99 %, parce que je savais que c'était un officier, je

27 sais que j'avais -- je l'ai vu.

28 Q. Bien. Pouvez-vous me dire quelle était sa fonction à l'époque, est-ce

Page 11028

1 que vous vous en souvenez ?

2 R. C'était lui qui était le chef de sécurité du Corps de la Drina.

3 Q. Est-ce que vous avez vu d'autres officiers plus gradés que lui, plus

4 que M. Popovic, à ce moment-là ?

5 R. Je pense que non.

6 Q. Bien. Je voudrais vous poser quelques questions au sujet de la façon

7 dont les prisonniers ont quitté l'école ? Pourriez-vous décrire cela ?

8 R. Au début une petite camionnette est arrivée. Il faisait marche arrière

9 jusqu'à la porte d'entrée de l'école et en amenant des gens et c'est comme

10 cela que ça marchait au début puis après -- après un certain moment un

11 autre camion est arrivé.

12 Q. Pouvez-vous décrire davantage ces camions ? Est-ce qu'ils avaient un

13 nom particulier ?

14 R. Non, non, c'étaient des camions bâchés, des -- on les appelle des

15 petits TAM. Enfin ce sont des camions de marque TAM. Nous on les appelle

16 des TAM parce qu'ils sont petits.

17 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Excusez-moi, je suis désolé, je dois

18 quitter le prétoire pour deux minutes au maximum ? Est-ce qu'on peut avoir

19 une petite pause, s'il vous plaît. On peut continuer par la suite. Je vous

20 remercie.

21 --- La pause est prise à 10 heures 19.

22 --- La pause est terminée à 10 heures 21.

23 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Veuillez poursuivre, s'il vous plaît.

24 M. NICHOLLS : [interprétation] Merci.

25 Q. Voulez-vous décrire un petit plus en détail comment les prisonniers

26 sont en fait arrivés sur ces camions -- en [inaudible]. Vous avez dit :

27 "Qu'ils ont été chargé dans les camions ?" Vous avez dit que : "Les gens

28 ont été chargés dans les camions." Comment ont-ils été chargés ?

Page 11029

1 R. Ils sont montés un par un dans le camion.

2 Q. Et leurs mains ? Avaient-ils les mains liées d'une manière ou d'une

3 autre, ou ont-ils pu utiliser leurs mains pour monter dans le camion ?

4 R. Leurs mains étaient liées.

5 Q. Et vous souvenez-vous si vous en souvenez s'ils étaient -- s'ils

6 avaient des bandeaux sur les yeux ?

7 R. Non, pas depuis le début mais par la suite, oui.

8 Q. Encore une fois, de manière approximative, combien de prisonniers

9 étaient chargés dans un camion pour un seul voyage ? Combien de prisonniers

10 pouvait-on mettre dans l'arrière de ces camions TAM ?

11 R. Bien, s'il avait quatre mètres de long, alors peut-être pouvait-on

12 mettre 20 ou 30. Je ne sais pas exactement.

13 Q. Et quand les camions étaient pleins et ils sont partis, dans quelle

14 direction sont-ils allés ? Où sont-ils allés après être sorti de la cour de

15 l'école ?

16 R. Ils allaient en direction de Krizevici.

17 Q. Y avait-il une escorte quelconque ces camions ?

18 R. Lorsqu'ils sont partis, non, mais peut-être après deux ou trois voyages

19 on m'a demandé de suivre les camions vers une fontaine en suivant la route

20 asphaltée. Je devais faire demi-tour à la fontaine et ensuite retourner à

21 l'école.

22 Q. Qui était-ce qui vous avait dit de faire cela, de suivre les camions ?

23 R. Jasikovac peut-être.

24 Q. Et qu'avez-vous fait après que Jasikovac vous ait dit de suivre ces

25 camions jusqu'au point d'eau ?

26 R. Rien. J'ai suivi le camion jusqu'au point d'eau où j'ai fait demi-tour

27 et je suis retournée alors qu'eux continuaient la route. A partir de ce

28 point-là c'était une route asphaltée et qui était assez bonne pour être

Page 11030

1 empruntée par un camion TAM.

2 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Monsieur Nicholls, à la ligne 5, à la

3 page 30, dans la réponse qu'il apporte à votre question : "Ça peut être

4 Jasikovac, peut-être ?" Mais il doit nous dire si c'était Jasikovac ou s'il

5 a des doutes sur le fait que de qui c'était, qui aurait pu lui donner

6 l'ordre de suivre les camions jusqu'au point d'eau.

7 M. NICHOLLS : [interprétation]

8 Q. Réfléchissez, Monsieur le Témoin, essayez de vous souvenir -- vous avez

9 dit -- vous avez entendu la question du Président -- qui vous a dit de

10 suivre les camions ?

11 R. Je crois que c'était Jasikovac.

12 Q. Qui d'autres aurait-ce pu être à ce moment-là, à cet endroit-là ?

13 R. Trbic était présent.

14 Q. Mais pour autant que vous vous en souveniez, c'est Jasikovac qui vous a

15 donné l'ordre; est-ce exact ?

16 R. Oui.

17 Q. Et combien de fois avez-vous fait ce voyage, c'est-à-dire combien de

18 camions pleins de prisonniers avez-vous suivi le long de cette route ?

19 R. Peut-être quatre ou cinq fois je les ai suivis.

20 Q. Avez-vous du mal à vous souvenir de cela ? Est-ce que cela vous

21 aiderait de jeter un coup d'il à votre déclaration préalable, vu le nombre

22 de voyages que vous avez effectués ? Il n'y a pas une différence énorme,

23 mais --

24 R. [aucune interprétation]

25 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Pourquoi ne posez-vous pas la question

26 directement au témoin. Pourrait être sept, huit, neuf, dix, je ne sais plus

27 ce qu'il a dit dans sa déclaration préalable.

28 M. NICHOLLS : [interprétation]

Page 11031

1 Q. Dans votre déclaration préalable, vous avez dit cinq, six, sept, vous

2 n'étiez pas très sûr du nombre exact.

3 R. Environ, quatre, cinq, six, je ne sais plus trop.

4 Q. Bien. Quel véhicule utilisiez-vous quand vous suiviez ces camions ?

5 R. C'est l'Opel Rekord.

6 Q. Aviez-vous une arme avec vous ?

7 R. Ma propre arme, le vieux pistolet.

8 Q. Aviez-vous une autre arme avec vous ?

9 R. Non.

10 M. NICHOLLS : [interprétation] Monsieur le Président, si nous prenons la

11 pause à l'heure habituelle, ceci serait un moment idoine.

12 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Merci, Monsieur Nicholls, et merci,

13 Monsieur le Témoin.

14 Nous allons prendre une pause de 25 minutes à partir de maintenant.

15 --- L'audience est suspendue à 10 heures 29.

16 --- L'audience est reprise à 10 heures 59.

17 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Monsieur Nicholls.

18 M. NICHOLLS : [interprétation] Merci.

19 Q. J'aimerais revenir en arrière un instant, Monsieur Bircakovic. Lorsque

20 les prisonniers ont été chargés dans le camion, est-ce qu'ils ont laissé

21 des affaires derrière eux ou est-ce qu'ils ont pris des affaires avec eux ?

22 Qu'est-il advenu des effets personnels qu'ils auraient pu avoir ?

23 R. Je ne sais pas.

24 Q. Bien. Est-ce que vous avez vu des vêtements ou quoi que ce soit qu'ils

25 auraient laissé derrière eux ?

26 R. Lorsqu'ils sont arrivés la première fois qu'ils sont descendus des bus,

27 ils avaient extrêmement de bagages qu'ils ont laissé derrière eux dans une

28 partie de la cour, je crois.

Page 11032

1 Q. Bien.

2 M. NICHOLLS : [interprétation] Pourrions-nous voir la pièce 1700 de la

3 liste 65 ter, affichée sur le prétoire électronique ?

4 Q. Je vais montrer une photographie, Monsieur le Témoin, j'espère que cela

5 va fonctionner.

6 M. NICHOLLS : [interprétation] Bien. Pouvons-nous dépasser vers la gauche

7 de l'image et montrer cette partie-ci un peu mieux. Bien. Merci.

8 Q. Veuillez examiner cette photographie, Monsieur, pendant un instant et

9 dites-moi si vous reconnaissez l'endroit que l'on y voit ?

10 R. Oui. Je la reconnais parce que j'ai déjà vu cette photographie. C'est

11 une photographie de la route qui mène à Krizevici. On y voit le chemin de

12 fer et au-dessus du chemin de fer c'est là que les corps ont été enterrés.

13 C'est là que se trouve la fosse commune.

14 Q. Bien. Nous y arriverons dans un instant. Mais pouvez-vous me dire où

15 est le point d'eau où la fontaine se trouve sur cette photo, environ ?

16 R. Le point d'eau se trouve sur la route principale avant que celle-ci ne

17 bifurque vers le chemin de fer, quelques trois ou quatre mètres sur la

18 route qui mène à Krizevici.

19 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je suppose que vous aurez besoin de

20 l'aide de Mme l'Huissière pour que le témoin marque -- ou annote la carte.

21 M. NICHOLLS : [interprétation] J'étais sur le point de vous le demander,

22 Monsieur le Président.

23 Q. Maintenant, pouvez-vous nous dire --

24 R. [Le témoin s'exécute]

25 Q. Bien. Alors, voulez-vous examiner ceci clairement ? Pouvez-vous

26 indiquer, par rapport à la route principale et le chemin de fer, où se

27 trouvait le point d'eau ? Peut-être -- ou laissez-moi vous montrer toute la

28 photographie encore une fois. Cela vous aidera peut-être à reconnaître

Page 11033

1 l'endroit si l'on peut se déplacer sur la photographie.

2 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Un instant, s'il vous plaît, parce

3 qu'il a déjà une annotation. Je suppose qu'elle doit être enlevée.

4 M. MEEK : [interprétation] Excusez-moi, Monsieur le Président, vous

5 voulez dire l'annotation qui vient d'être faite par le témoin.

6 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Il y avait une annotation

7 avant que la question lui ait été posée.

8 M. MEEK : [interprétation] Non, cette annotation-ci en rouge ?

9 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui.

10 M. MEEK : [interprétation] Non. On lui a posé la question et il a marqué la

11 photographie.

12 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Maintenant, expliquez-nous où se

13 trouvait la fontaine --

14 M. MEEK : [interprétation] C'est exact.

15 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bon. Alors, il a ensuite annoté la

16 photographie telle qu'on lui a demandée, donc, avant cette annotation.

17 Bien.

18 M. NICHOLLS : [interprétation]

19 Q. Pouvez-vous examiner la photo avec intention ? Qu'avez-vous noté en

20 rouge ? Qu'est-ce que c'est ?

21 R. C'est le puits d'eau, je suis allé vers le puits en voiture parce que

22 je suivais le camion.

23 Q. Bien.

24 M. NICHOLLS : [interprétation] Maintenant, pouvez-vous nous dire si on peut

25 déplacer vers la droite de la photographie, si on peut montrer au témoin la

26 photographie en entier.

27 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Un instant, s'il vous plaît. Je crois

28 que l'on doit d'abord enregistrer ce document. Il faut y indiquer un W --

Page 11034

1 veuillez indiquer W à côté de l'annotation que vous venez de faire, s'il

2 vous plaît.

3 LE TÉMOIN : [Le témoin s'exécute]

4 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bien.

5 Veuillez indiquer votre signature ou votre paraphe ainsi que la date

6 d'aujourd'hui, s'il vous plaît. Nous sommes le 7 mai.

7 LE TÉMOIN : [Le témoin s'exécute]

8 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bien. Merci. Donc, nous allons noter

9 cela.

10 Vous pouvez poursuivre tel que vous l'entendez, Monsieur Nicholls.

11 M. NICHOLLS : [interprétation] Très bien.

12 Si l'on peut montrer cette photo à nouveau et la déplacer bien. Merci. Tout

13 à fait vers la droite, continuez, s'il vous plait, peut-être qu'on peut la

14 réduire un tout petit peu, bien.

15 Q. Maintenant, Monsieur le Témoin, on peut agrandir un petit plus à

16 droite, s'il vous plaît. Vous avez reconnu cette route comme étant celle

17 qui mène à Krizevici. Pouvez-vous nous dire, en regardant cette photo,

18 quelle est la route ? Quel est le chemin de fer ?

19 R. Ceci c'est la route. Le chemin de fer se trouve au-dessus de là.

20 Q. Bien. Si l'on se déplace vers la droite, quel est cet ensemble du

21 bâtiment, si on pouvait agrandir un tout petit peu la photo sur la partie

22 droite ? Si vous examinez ce qui se trouve à droite de votre écran, vous

23 voyez qu'à côté de la ligne supérieure, qu'est-ce que c'est ?

24 R. Oui, c'est la gare du chemin de fer, je crois. La gare de chemin dans

25 [inaudible].

26 Q. Et qu'est-ce que -- le bâtiment qu'est-ce que c'est ? Vous avez dit

27 qu'il s'agissait de la gare de chemin de fer.

28 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Nous allons marquer ce document, s'il

Page 11035

1 vous plaît. Commençons par le petit point à droite de la photographie,

2 point que vous avez marqué à côté de l'ensemble du bâtiment. Est-ce que

3 vous voulez bien indiquer RS, à côté de cela s'il vous plaît ?

4 M. NICHOLLS : [interprétation]

5 Q. Ou bien, marquez, s'il vous plaît -- ou essayez de réfléchir et

6 d'indiquer RR à côté du chemin de fer. Réfléchissez-y encore très bien et

7 réexaminer la photographie si vous en avez besoin.

8 R. [Le témoin s'exécute]

9 Q. Si vous voulez bien apposer vos initiales en bas ainsi que la date.

10 R. [Le témoin s'exécute]

11 M. NICHOLLS : [interprétation] Monsieur le Président, veuillez m'excuser.

12 Q. M. le Président vous avez demandé d'indiquer RS à côté de ce que vous

13 pensez être la gare.

14 R. [Le témoin s'exécute]

15 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bien. Nous allons avoir besoin de

16 marquer ce document, mais je voudrais continuer sur ce point. Alors,

17 marquons-le et gardons-le, merci.

18 Monsieur Nicholls ou Madame la Greffière, est-ce que nous pouvions agrandir

19 le dernier cadre, c'est-à-dire celui à l'extrême droite ? Non, cela c'est

20 vers la gauche, non, non c'est le dernier, à droite, si nous pouvions

21 agrandir encore, bien, arrêtez, arrêtez.

22 Maintenant, en examinant cette partie de la photographie, vous voyez un

23 ensemble de bâtiment, en haut de l'image et un autre bâtiment qui se trouve

24 seul vers le bas de la photographie. Savez-vous ce qu'est le bâtiment en

25 bas de l'image. Ce qu'il représente, ce que c'était ?

26 LE TÉMOIN : [interprétation] Je ne sais pas. Je n'en suis pas sûr.

27 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Et pourriez-vous marquer, encore une

28 fois, sur cette photographie la route que vous avez empruntée, ainsi que le

Page 11036

1 chemin de fer et la gare, encore une fois, s'il vous plaît ?

2 LE TÉMOIN : [Le témoin s'exécute]

3 [interprétation] Ici c'est la route.

4 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui, voulez-vous bien indiquer un R,

5 s'il vous plaît, à côté de la route.

6 LE TÉMOIN : [Le témoin s'exécute]

7 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui. Et le chemin de fer.

8 LE TÉMOIN : [interprétation] Et maintenant ceci.

9 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Le chemin de fer maintenant.

10 LE TÉMOIN : [interprétation] Puis-je revoir la photographie précédente,

11 s'il vous plaît ?

12 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bien. Alors, nous allons annuler ceci

13 pour le moment et nous allons retourner à la photographie précédente. Nous

14 vous y reviendrons par la suite. Y a-t-il des objections ? Bien. Donc, nous

15 allons annuler ce qui a été inscrit pour le moment et nous allons revenir à

16 la photographie précédente.

17 M. NICHOLLS : [interprétation] Monsieur le Président, je me demande si on

18 pourrait agrandir et de voir --

19 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Certainement. Est-ce que cela suffit,

20 Monsieur Nicholls ?

21 M. NICHOLLS : [interprétation] Je me demandais si l'on pouvait --

22 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Agrandir encore.

23 M. NICHOLLS : [interprétation] -- agrandir encore.

24 M. LE JUGE KWON : [interprétation] Encore, encore une fois.

25 LE TÉMOIN : [interprétation] Ceci ressemble à une rivière, ceci est la

26 route.

27 [Le témoin s'exécute]

28 Je ne sais pas si ceci est la gare du chemin de fer ou l'école de

Page 11037

1 Krizevici.

2 M. NICHOLLS : [interprétation]

3 Q. Laissez-moi vous poser la question. En examinant la photographie devant

4 vous, les deux voies que vous avez annotées, laquelle semble avoir des

5 rails dessus ?

6 R. Celle du bas.

7 Q. Réfléchissez encore, et voir si vous vous êtes trompé. Laquelle est le

8 chemin de fer, et laquelle est la route ? Est-ce que les maisons se

9 trouvent habituellement plus proches d'une route ou plus proches de voie du

10 chemin de fer ?

11 R. Près d'une route.

12 Q. Laquelle pensez-vous est la route et laquelle pensez-vous est la voie

13 du chemin de fer ?

14 R. Ceci devrait être la voie du chemin de fer et au-dessus de cela, cela

15 doit être la route.

16 Q. Pouvez-vous maintenant annoter tout juste pour nous assurer de ce que -

17 - nous soyons au clair. Voulez-vous bien y indiquer RR ?

18 R. [Le témoin s'exécute]

19 Q. Et maintenant, pourriez-vous indiquer RD sur ce que vous croyez être la

20 route.

21 R. [Le témoin s'exécute]

22 M. NICHOLLS : [interprétation] Si nous pouvions donner une cote à ce

23 document.

24 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Pour ne pas laisser d'annotations non

25 identifiées pour ce qui est de l'autre ligne qu'il a indiquée alors qui est

26 sur la photo, il a dit qu'il s'agissait probablement d'une rivière. S'il

27 veut bien l'indiquer. Pensez-vous que c'est là -- pensez-vous encore que

28 c'est là que se trouvait la rivière ?

Page 11038

1 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui. Je pense.

2 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bien. Alors, voulez-vous bien inscrire

3 RV à côté, s'il vous plaît ?

4 LE TÉMOIN : [Le témoin s'exécute]

5 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bien. Donc, allons marquer ce document.

6 Vous ne savez toujours pas ce qu'est le bâtiment à côté de ce que vous avez

7 marqué comme étant la voie de chemin de fer.

8 LE TÉMOIN : [interprétation] Non, je ne suis pas sûr.

9 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bien. Nous allons sauvegarder ce

10 document, s'il vous plaît. Vous devez y apposer vos initiales et y inscrire

11 la date, s'il vous plaît.

12 LE TÉMOIN : [Le témoin s'exécute]

13 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bien. Merci.

14 Maintenant, nous allons réduire l'agrandissement et passer à la partie

15 gauche de la photographie. Encore plus loin, encore plus loin, encore plus

16 loin. Encore plus loin, le dernier cadre. Voilà. Illicite.

17 Bien. Pourrais-je vous demander, Témoin, de marquer l'endroit où se

18 trouvait le point d'eau, le puits ?

19 Si l'on s'en tient aux annotations que vous avez indiquées, la voie

20 supérieure représenterait la route et la voie inférieure la voie de chemin

21 de fer. Donc où pensez-vous que se trouvait le point

22 d'eau ?

23 LE TÉMOIN : [interprétation] Ici, je pense.

24 [Le témoin s'exécute]

25 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Pourriez-vous inscrire W à côté de

26 cela, s'il vous plaît ?

27 LE TÉMOIN : [Le témoin s'exécute]

28 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bien. Et vos initiales et la date, s'il

Page 11039

1 vous plaît.

2 LE TÉMOIN : [Le témoin s'exécute]

3 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Merci.

4 Avez-vous encore besoin de cette photo pour l'instant ?

5 M. NICHOLLS : [interprétation] Oui. Je vous en remercie, Monsieur le

6 Président.

7 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Alors, ne sauvegardez pas ce document

8 pour l'instant, s'il vous plaît, Madame.

9 M. NICHOLLS : [interprétation]

10 Q. Monsieur, vous nous avez dit que lorsque vous suiviez les camions

11 remplis de prisonniers on vous a dit de faire demi-tour au point d'eau, et

12 vous venez d'indiquer où se trouvait le point d'eau, et ensuite, vous avez

13 dit que les camions allaient sur une route non goudronnée, et que vous

14 aviez utilisé un chemin de terre ou quelque chose qui pourrait être

15 emprunté par des camions TAM. Où avez-vous dit que les camions se rendaient

16 à partir du point d'eau lorsque vous êtes arrêté et que vous avez fait

17 demi-tour ? Si nécessaire, vous pouvez agrandir la photo, mais sinon, vous

18 n'avez pas besoin de l'examiner plus longtemps, faites-le-moi savoir. A

19 partir du point d'eau où sont allés les camions ?

20 R. Je suis arrivé à la fontaine et les camions ont poursuivi donc ils ont

21 continué sur la même route.

22 Q. Voulez-vous marquer une flèche indiquant la direction empruntée par les

23 camions ?

24 R. Oui.

25 [Le témoin s'exécute]

26 Q. Bien. Pourriez-vous marquer un T à côté de cette flèche ?

27 R. [Le témoin s'exécute]

28 M. NICHOLLS : [interprétation] Je crois que l'on peut sauvegarder ce

Page 11040

1 document maintenant, Monsieur le Président, Madame, Messieurs les Juges.

2 J'en ai terminé avec cela.

3 Q. Au cours de ce voyage autour duquel les prisonniers ont été emmenés le

4 long de la route et après que cela a commencé, qu'est-ce que vous ayez

5 commencé à suivre les camions ? Qu'est-ce que vous avez entendu là où les

6 camions emmenaient les prisonniers le long du chemin de terre ? Quels sons

7 avez-vous entendus si vous avez entendu quelque chose ?

8 R. Alors que je suivais les camions à la fontaine, j'ai fait demi-tour à

9 la fontaine, je suis reparti. Ce jour-là il y avait des coups de feu, il y

10 avait des coups de fusil la ligne de front que j'entendais. Ceci était

11 comme un corridor à travers duquel ils devaient passer les Musulmans et

12 j'entendais des coups de feu tirés. Les moteurs de la voiture tournaient,

13 donc je ne sais pas.

14 Q. Lorsque vous êtes revenu à l'école, est-ce que vous avez entendu des

15 coups de feu être tirés quand vous avez commencé à faire des allez et

16 retour quand les premiers camions sont revenus ?

17 R. Il y avait des coups de fusil même lorsque je suis revenu à l'école.

18 Quand j'ai escorté les bus je pouvais je pouvais -- entendu des coups de

19 feu tirés ou quelque chose comme ça.

20 Q. Le compte rendu d'audience parle de bus; est-ce bien

21 exact ? S'agissait-il de bus ou de camions que vous escortiez ?

22 R. De camions.

23 Q. Merci. Combien de fois vous avez dit, quatre, cinq, six ou six ou même

24 sept ? Combien de cycles ou de voyages est-ce que ces camions ont fait

25 quand ils sont allés le long de la route jusqu'au point d'eau, ont tourné à

26 gauche, et ensuite ils sont revenus chercher d'autres prisonniers ?

27 R. Quatre, cinq, six fois, chaque fois il y avait deux camions.

28 Q. Que pensez-vous qu'il était arrivé aux prisonniers qui étaient emmenés

Page 11041

1 le long de ce chemin de terre ? Qu'est-ce que vous avez conclu après un

2 moment ? Qu'est-ce que vous avez déduit ?

3 R. Au départ je ne savais rien, jusqu'à la fin jusqu'à ce que j'ai pu voir

4 les cadavres finalement.

5 Q. Ensuite, qu'avez-vous conclu sur ce qui était en train de se produire ?

6 R. Dans la soirée, Drago et moi, nous sommes allés jusqu'au poste de

7 commandement avancé, avons cherché les affaires. Il faisait déjà noir --

8 lorsqu'il est arrivé à l'école, il faisait déjà noir. Il m'a dit que nous

9 devions récupérer ses affaires au poste de commandement avancé et en

10 passant le long de cette route dans la lumière des phares, on pouvait voir

11 des cadavres de gens sur le sol.

12 Q. Nous arriverons dans un instant. Mais était-ce la première fois que

13 vous pensiez qu'une exécution était en train de se dérouler, et ou est-ce

14 que vous avez déjà été confronté cela auparavant quand vous avez entendu

15 les coups de feu et vous avez vu les camions -- la première ville ?

16 R. J'aurais pu avoir soupçon mais je n'étais pas sûr à 100 %.

17 Q. Est-ce que vous connaissiez l'un ou l'autre des chauffeurs des camions

18 ?

19 R. J'en ai vu un, un que je connaissais. Je connais son nom -- son prénom

20 seulement. Je ne le connais pas -- il s'appellerait Rajko, je ne connais

21 pas son nom de famille.

22 Q. Et à quel bataillon, à quelle unité appartenait-il ?

23 R. Il était membre du 4e Bataillon de la Brigade de Zvornik.

24 Q. Bien. Est-ce que vous avez eu une -- est-ce que vous êtes entretenu

25 avec lui ? Vous avez eu une conversation avec lui ce jour-là, alors qu'il

26 conduisait ces camions ou entre les voyages ?

27 R. Non. Non, il travaillait tout le temps. Les moteurs des camions

28 n'étaient jamais [inaudible] et les chauffeurs restaient dans les camions

Page 11042

1 et disaient rien.

2 Q. Est-ce que vous connaissiez un homme du nom de Gojko

3 Simic ?

4 R. Oui. Je le connaissais de la ligne de front en 1992 lorsque j'ai été

5 soldat ou j'ai été là en poste sur la ligne de Parlog, ce qu'on appelle la

6 ligne de Parlog.

7 Q. Et où était-il le 14 juillet 1995 ? Où l'avez-vous vu ?

8 R. Ce jour-là, aux environs de minuit, même 1 heure ou

9 2 heures, il est venu vers la ligne -- ou plutôt, en route vers la ligne de

10 front il est arrivé à pied. Il est allé vers l'école et c'est là que je

11 l'ai vu à côté de l'école. Je ne sais pas ce qu'il lui est advenu par la

12 suite. S'il est arrivé sur la ligne. Je ne sais pas.

13 Q. Et à quelle unité apparteniez-vous ?

14 R. La même, le 4e Bataillon.

15 Q. Bien. Bien, voulez-vous bien le répéter. Quand vous avez reçu Drago

16 Nikolic, ce jour-là, quand l'avez-vous vu, et de manière aussi précise que

17 possible, quelle heure était-il lorsque vous l'avez vu ? Vous avez dit au

18 départ que vous l'avez vu à l'école et après nous avons dit qu'on allait y

19 revenir. Alors, est-ce que vous pouvez le redire quelques mots ?

20 R. Oui, il est venu près de l'école, mais c'était au crépuscule. Donc,

21 quelle heure pouvait-il être ? Il a commencé à faire nuit et c'est là qu'il

22 est resté à peu près une demi-heure, voire une heure. Et il est venu me

23 parler et il m'a dit qu'on allait repartir chercher ses effets personnels,

24 ses affaires au poste de commandement avancé.

25 Q. Essayez de vous rappeler : était-ce avant que la nuit ne tombe ou à la

26 tombée de la nuit ? Etait-ce au crépuscule ? Faisait-il noir ? Est-ce que

27 ça vous aiderait peut-être de voir ce que vous en avez dit dans votre

28 déclaration préalable ?

Page 11043

1 R. Il me semble que c'était peu avant que la nuit ne tombe.

2 Q. Et vous avez vu à qui il a parlé pendant cette demi-heure ou cette

3 heure qu'il a passé là à cette deuxième occasion, juste avant la tombée de

4 la nuit ?

5 R. Bien. Il était en compagnie. Je ne sais pas exactement avec qui il a

6 parlé. Je ne peux pas me rappeler exactement de noms.

7 Q. Dans votre déclaration, vous dites qu'il a parlé à Jasikovac et à

8 Trbic, page 61. Est-ce que ceci vous rappelle les choses ?

9 R. C'est possible. Il est possible qu'il lui aurait parlé.

10 Q. Vous, vous en souvenez ou non ? Essayez de faire attention -- bien

11 attention à ce que vous allez dire ?

12 R. Il est possible qu'il ait parlé à Jasikovac. Quant à Trbic, je ne suis

13 pas tout à fait certain.

14 Q. A un moment quelconque, pendant que vous étiez à l'école, ou pendant

15 que vous conduisiez le long de la route jusqu'au point d'eau pendant cette

16 journée-là donc. Est-ce que vous avez vu des engins de terrassement, des

17 engins de construction, des engins

18 lourds ?

19 R. Pas jusqu'à la soirée, pendant la journée, non.

20 Q. Très bien. Et qu'avez-vous vu le soir ?

21 R. Le soir, lorsqu'il faisait déjà nuit, donc complètement nuit, il est

22 arrivé un engin, un engin que j'ai vu devant l'école.

23 L'INTERPRÈTE : Note : il y avait peut-être un nom propre de prononcer.

24 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Monsieur Nicholls, les interprètes

25 n'ont pas pu comprendre la réponse.

26 M. NICHOLLS : [interprétation]

27 Q. Je vous ai posé la question au sujet des engins lourds, engins de

28 terrassement, et vous avez dit que le soir lorsqu'il faisait noir,

Page 11044

1 l'interprète n'a pas entendu la suite. Que s'est-il passé ?

2 R. Un engin est arrivé. Nous appelons ça un grand engin de terrassement

3 pour charger -- pour charger la terre.

4 Q. Est-ce que vous pouvez épeler ?

5 R. Nous appelons cela ULT.

6 Q. Très bien. Est-ce que vous avez vu ce ULT ?

7 R. Il est arrivé devant l'école.

8 Q. Pendant combien de temps ?

9 R. Cinq à dix minutes peut-être devant l'école et après il est parti pour

10 Krizevici.

11 Q. Et c'est la même direction par où étaient partis les camions dont vous

12 avez parlés précédemment ?

13 R. Oui.

14 Q. Vous avez commencé une réponse disant que vous avez emmené Drago

15 Nikolic vers le poste de commandement avancé. C'est là que vous avez vu des

16 corps. Drago Nikolic vous a-t-il dit -- vous a-t-il dit quelque chose

17 lorsqu'il est revenu à l'école la deuxième fois avant que vous l'emmeniez

18 au poste de commandement avancé ? Qu'est-ce qu'il vous a dit ?

19 R. Il n'est pas venu me parler jusqu'à ce qu'on ne soit pas obligé de

20 partir pour chercher ses affaires. Et à ce moment-là, il m'a dit : allez --

21 allons poste de commandement avancé pour chercher mes affaires.

22 Q. Que vous a-t-il dit ?

23 R. Il a dit qu'il fallait que je l'emmène, que je le conduise au poste de

24 commandement avancé.

25 Q. D'accord. Vous nous avez dit que c'est là que vous avez vu des corps et

26 que vous avez pensé ou que vous êtes arrivé à la conclusion qu'une

27 exécution avait eu lieu. Est-ce que vous nous décrire ce que vous avez vu

28 au poste de commandement avancé ?

Page 11045

1 R. Sur la gauche, voyez-vous à côté de la route, peut-être à cinq mètres

2 de la route on pouvait voir des corps, des cadavres.

3 Q. Combien à peu près ?

4 R. 40 à 50 peut-être, c'est ce qu'on pouvait voir. C'est une petite

5 portion de la route. C'est en quelques secondes qu'on franchit cette

6 distance. Donc, c'est ce qu'on a pu voir, d'après ce qui était illuminé par

7 les lumières.

8 Q. C'est à peu près à quelle distance du point d'eau ?

9 R. 50 mètres ou peut-être à peu près.

10 Q. Vous avez vu, avez-vous dit quelque chose quand vous avez vu ces corps

11 ?

12 R. Non on n'a rien dit, on s'est tu l'un comme l'autre. Il n'y avait pas -

13 -

14 Q. Tous les deux, vous voulez dire vous et Drago Nikolic ?

15 R. Oui, oui, personne n'a rien dit. Voilà.

16 Q. Et il vous a fallu combien de temps de l'école jusqu'au poste de

17 commandement avancé, quand vous êtes allé chercher les affaires de Drago

18 Nikolic ?

19 R. Peut-être une quinzaine minutes, 15 à 20.

20 Q. Vous êtes resté combien de temps au poste de commandement avancé une

21 fois arriver sur place ?

22 R. Mais très peu de temps. Il a pris ses affaires et il est ressorti,

23 quelques minutes.

24 Q. C'était quel genre d'affaire, ses effets personnels, équipement

25 militaire, qu'était-ce ?

26 R. C'était son sac, ses affaires personnelles, ce qu'il fallait pour faire

27 la toilette, ce qu'il fallait aussi pendant le temps qu'il passait là-bas.

28 Q. Et de retour ou sur le chemin de retour, vous êtes repassé devant le

Page 11046

1 point d'eau, vous avez vu le corps ?

2 R. Oui.

3 Q. Qu'avez-vous vu au retour ?

4 R. La même chose qu'à l'aller.

5 Q. Et avez-vous des soldats autour des corps des gens, est-ce qu'il se

6 passait quelque chose autour des corps ?

7 R. Non.

8 Q. Et de retour, vous-même ou Drago Nikolic avez-vous dit quelque chose au

9 sujet de ces corps qui d'après vous étaient près de la route ?

10 R. Non, on n'en a pas parlé. On n'a pas parlé à ce sujet. Ce n'est pas un

11 sujet qui invite à parler comme on dit.

12 Q. Alors, qu'avez-vous fait par la suite ?

13 R. On est revenu à la caserne régulière.

14 Q. Vous êtes-vous arrêté pendant votre chemin de retour jusqu'à la caserne

15 ?

16 R. Non. On est allé prendre ces affaires et on est revenu directement à la

17 caserne.

18 Q. Et pourquoi est-ce que vous avez choisi cet itinéraire en particulier,

19 depuis le poste de commandement avancé pour revenir à la caserne ?

20 R. Il y avait un autre chemin mais un chemin non goudronné, de campagne.

21 Il y avait peut-être une dizaine de kilomètres non goudronnés. Voilà, je ne

22 sais pas très bien.

23 Q. Et qu'avez-vous vu vers l'école d'Orahovac lorsque vous êtes passé

24 devant ?

25 R. Mais il ne s'est passé plus rien. C'était la nuit, il n'y avait

26 pratiquement personne.

27 Q. Est-ce que vous savez où vivait Drago Nikolic en juillet 1995 ?

28 R. En 1995 ?

Page 11047

1 Q. Oui. Où est-ce qu'il vivait à l'époque ?

2 R. Il vivait à Zvornik, dans un appartement.

3 Q. Dans la ville de Zvornik ou la municipalité de Zvornik ?

4 R. Oui, oui, dans la ville.

5 Q. Et quand vous êtes arrivé à la caserne ce soir-là, avec Drago Nikolic,

6 que s'est-il passé ?

7 R. Rien. Drago est allé monter à son bureau et moi je suis rentré chez

8 moi.

9 Q. A peu près à quelle heure ?

10 R. Quelle heure pouvait-il être, peut-être 9 heures 00, je ne sais pas

11 exactement, 21 heures.

12 Q. Vous étiez soldat dans la Brigade de Zvornik, vous étiez policier

13 militaire, vous étiez sur place. Est-ce que vous pensez que ces exécutions

14 d'Orahovac c'est quelque chose qui a été tenu secret à l'insu du Corps de

15 la Drina, de son commandement ?

16 R. Je pense que non.

17 Q. Et pourquoi est-ce que vous pensez cela ?

18 R. Premièrement, parce qu'aux réunions, il y avait des gens du Corps de la

19 Drina, des réunions avec Drago. Donc, après Popovic était donc à l'école.

20 Q. Je voudrais vous poser maintenant plusieurs questions au sujet des

21 localités par lesquelles vous êtes passé en voiture les jours qui ont

22 suivi. Dans la mesure où vous vous en souvenez, le 15, est-ce que vous avez

23 repris service le 15 ?

24 R. Je crois que oui.

25 Q. Avez-vous besoin de faire une petite pause ? Ou vous pouvez continuer ?

26 R. Oui.

27 Q. Vous voulez une pause ou vous pouvez continuer ?

28 R. Non, oui.

Page 11048

1 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] A tout moment, vous pouvez nous

2 demander de faire une petite pause si vous en avez besoin, d'accord; sinon,

3 c'est dans 45 minutes que nous allons faire une pause, à 12 heures 30.

4 M. NICHOLLS : [interprétation]

5 Q. Donc, Monsieur le Témoin, le 15, est-ce que vous pouvez vous souvenir

6 ce que vous avez fait ?

7 R. Je pense que j'ai conduit Jasikovac pour passer en revue le bataillon à

8 Pilica et à Lokanj. Il s'agit là d'un bataillon. De retour, on est passé

9 par l'école de Pilica. C'est là qu'il s'est arrêté, un certain temps, peu

10 de temps.

11 Q. Il s'est arrêté combien de temps de l'école de Pilica ?

12 R. Une demi-heure peut-être, à peu près.

13 Q. L'école, elle savait de quoi à l'époque ? Que se passait-il à l'école ?

14 R. Bien, il y avait là aussi des prisonniers à l'école de Pilica.

15 Q. Vous vous souvenez s'il y avait des gardiens, qui étaient ces gardiens

16 qui gardaient les prisonniers ?

17 R. Naturellement, il y avait des gardiens dans les parages, mais je ne

18 sais pas d'où ils venaient. Car moi, j'étais sur la route, il y avait une

19 sorte de haie autour de l'école. Voilà.

20 Q. Est-ce que vous avez vu ce que Jasikovac a fait là ? Vous avez vu à qui

21 il a parlé ?

22 R. Je ne sais pas à qui il a parlé. Je ne sais pas à qui il a parlé devant

23 l'école.

24 Q. J'aimerais que vous essayiez de remonter dans le temps pour vous

25 souvenir des événements. Est-ce qu'il y avait des corps à l'école de Pilica

26 ?

27 R. Mais vous voyez il y avait un corps et c'est un bâtiment de plusieurs

28 étages, et cet homme a probablement essayé de s'enfuir, de sauter par la

Page 11049

1 fenêtre. Je ne sais pas ce qui s'est passé exactement mais en tout cas il

2 était gisant là-bas.

3 Q. Est-ce que vous avez vu un homme essayé de sauter par la fenêtre ou

4 vous en avez entendu parler ?

5 R. Non, j'ai entendu.

6 Q. Et qui vous en a parlé ?

7 R. Là, il y avait un homme du coin et il a raconté ça. Voilà. Cet homme

8 voilà s'est précipité à la fenêtre pour sauter par la fenêtre.

9 Q. Et par la suite vous avez appris ce qui est advenu de ces prisonniers à

10 l'école de Pilica ?

11 R. Oui. C'était à la télévision aussi, ils ont dit comme quoi ils avaient

12 été tués.

13 Q. A quel moment est-ce que vous avez appris cela ? Je sais que c'était à

14 la télévision, mais quand est-ce que vous l'avez

15 appris ?

16 R. Ça je l'ai appris après les événements. Peut-être un mois par la suite,

17 au sujet de tous ces événements.

18 Q. Et ce jour-là, vous êtes allé à un autre endroit hormis l'école de

19 Pilica ?

20 R. Rocevic, on est passé par là également. Là, aussi il y avait une école

21 et il y avait des prisonniers à l'école, et Jasikovac a fait un tour là-bas

22 également.

23 Q. Etiez-vous seul ? Y avait-il quelqu'un d'autre en plus de Jasikovac

24 avec vous pendant que vous conduisiez ?

25 R. Non, je pense qu'il y avait que Jasikovac.

26 Q. Essayez de faire bien attention à ma question. En plus de Jasikovac,

27 est-ce que vous avez vu des officiers de l'armée de la République serbe

28 lorsque vous êtes allé à cette dernière école ?

Page 11050

1 R. Je pense que non. Je pense que je n'en ai pas vus. Je ne m'en souviens

2 pas.

3 Q. Est-ce que vous savez qui gardait les prisonniers à l'école de Rocevic

4 ?

5 R. D'après ce que j'en pense, quel était le bataillon qui était là, il y

6 avait des soldats, mais --

7 Q. Il me semble que vous avez parlé de la brigade, mais vous ne

8 connaissiez pas le bataillon ? Ce n'est pas dans le transcript.

9 R. Brigade de Zvornik.

10 M. MEEK : [interprétation] Si je puis, Monsieur le Président.

11 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Allez-y.

12 M. MEEK : [interprétation] Objection. Cette question a été reposée pour la

13 deuxième fois, alors que la réponse était déjà apportée. Ligne 6, page 49.

14 La question était de savoir qui gardait les prisonniers et il a répondu

15 qu'il ne savait pas, puisqu'il y avait une haie là-bas et il était dans la

16 voiture. Et maintenant, la question que vous posez pour la troisième fois,

17 et je n'accepte pas qu'on lui repose toujours la même question parce que

18 les réponses ne plaisent pas à l'Accusation.

19 M. LE JUGE AGIUS : [aucune interprétation]

20 M. NICHOLLS : [interprétation] Il a dit : "Qu'il y avait des gardiens dans

21 les parages, mais il ne savait pas d'où ils venaient." Donc ce n'est pas

22 exactement la même chose que j'avais demandé par la suite. J'ai essayé de

23 préciser lorsqu'il a répondu donc il n'y a pas eu d'objection. Je l'ai

24 entendu dire que : "C'était la Brigade de Zvornik," mais ça n'a pas été

25 transcrit dans le compte rendu d'audience. Maintenant, nous sommes à

26 l'école de Rocevic, pas à l'école de Pilica.

27 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui. J'allais justement faire un

28 commentaire là-dessus, puisque page 49, ligne 6, nous parlons toujours de

Page 11051

1 l'école de Pilica.

2 M. MEEK : [interprétation] C'est exact. C'était une erreur de ma part.

3 Comme je ne parle pas le B/C/S, bon, mais mes conseils le parlent.

4 M. NICHOLLS : [interprétation] Mais on n'a pas besoin de parler le B/C/S

5 pour comprendre le mot "Zvornik".

6 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Allez, posez votre question et limitez-

7 vous à Rocevic.

8 M. NICHOLLS : [interprétation]

9 Q. Monsieur le Témoin, est-ce que vous pouvez nous dire à quelle brigade

10 appartenaient ces soldats qui étaient à l'école de Rocevic ?

11 R. Je pense qu'ils étaient de la Brigade de Zvornik.

12 Q. Pourquoi vous dites que vous pensez ?

13 R. Je veux dire c'est parce que --

14 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] En avez-vous reconnu ? Parmi ces

15 soldats y en avaient que vous avez reconnus, que vous connaissiez ?

16 LE TÉMOIN : [interprétation] Je n'en connaissais aucun. Je n'avais pas de

17 contact direct ou personnel avec l'un quelconque d'entre eux. Je n'en ai

18 pas repéré là. Mais je suppose qu'ils étaient de la Brigade de Zvornik.

19 M. NICHOLLS : [interprétation]

20 Q. Que s'est-il passé ou plutôt qu'est-il advenu des prisonniers qui

21 étaient tenus à l'école de Rocevic ?

22 R. Bien, eux aussi, du moins c'est ce que j'ai entendu par la suite. C'est

23 la même chose qui s'est passé à Orahovac et à Pilica.

24 Q. Est-ce que vous savez où s'est déroulée l'exécution des prisonniers de

25 Rocevic ? L'avez-vous entendu par la suite ?

26 R. On disait par la suite que c'est à Kozluk qu'ils ont été exécutés.

27 -- Q. Et à peu près à ce moment-là, vous est-il arrivé de conduire

28 quelqu'un à Kozluk ?

Page 11052

1 R. Oui, le soir à notre retour de Rocevic, Trbic, je ne sais pas trop ce

2 qui s'est passé, il était en retard. Donc, le soir, il n'y avait pas de bus

3 et Trbic vivait à Kozluk. Donc, le soir, je les ramenais à la maison à

4 Kozluk.

5 Q. Ce jour-là, quand vous avez emmené M. Trbic à Kozluk, vous êtes passé

6 par le lieu d'exécution, le site d'exécution de Kozluk ?

7 R. Non, c'est à l'entrée de Kozluk que -- en arrivant de Zvornik, c'est là

8 qu'il avait une maison. C'était à une vingtaine de mètres de la route qu'il

9 vivait à Kozluk.

10 Q. Vous n'étiez jamais arrivé de passer par ce site d'exécution avec M.

11 Trbic, ne vous a-t-on jamais donné l'ordre ?

12 R. Pas à Kozluk, mais une fois, on est allé à près du barrage. On est

13 parti, j'étais installé dans la voiture, il est sorti pour jeter un coup

14 d'il parce qu'il y avait des rumeurs disant qu'il s'était passé des

15 choses. Donc, on est allé là-haut. Il est descendu de la voiture et il a

16 observé, il a regardé autour de lui -- regardé la situation, après on a

17 repris la voiture et on est revenu à la caserne.

18 Q. A quel moment est-ce que vous êtes allé au barrage avec Trbic quand il

19 est descendu de la voiture à peu près ?

20 R. Peut-être un mois ou deux mois après les événements.

21 Q. Etes-vous allé à d'autres sites, des sites, des fosses communes, sites

22 d'exécution avec M. Trbic, autres que ce que vous venez de mentionner ?

23 R. Oui.

24 Q. Et savez-vous si vous savez ce que cherchait Trbic, ce qu'il examinait

25 pourquoi il inspectait ces sites, que faisait-il ?

26 R. Je ne sais pas. Je sais seulement qu'il est sorti de la voiture, qu'il

27 a regardé autour de lui dans les environs et nous sommes rentrés.

28 Q. J'aimerais vous montrer un document maintenant de la liste 65 ter. Il

Page 11053

1 s'agit du document 296 que l'on pourrait afficher sur le prétoire

2 électronique s'il vous plaît.

3 Nous allons d'abord examiner la page 1 sur le prétoire électronique, le

4 numéro ERN est 00694699. Nous allons examiner le document sur l'écran

5 devant vous et dites-moi si vous reconnaissez ce document ? Dites-moi ce

6 que c'est.

7 R. C'est un ordre de déplacement.

8 Q. Et l'on y voit votre nom dactylographié dans un cadre, qui dans la

9 version en anglais représente les noms des chauffeurs. Qui sont les deux

10 personnes dont les noms sont manuscrits sur ce

11 document ?

12 R. Ce sont mes collègues qui me remplaçaient lorsque j'étais au repos.

13 Q Voyons l'insigne du fabricant du véhicule, c'était ou la maque du

14 véhicule c'était Opel modèle Rekord; est-ce exact ?

15 R. Oui.

16 M. NICHOLLS : [interprétation] Pourrions-nous afficher la page 3 sur le

17 prétoire électronique, s'il vous plaît, et l'agrandir, s'il vous plaît ?

18 Merci.

19 Q. Maintenant il s'agit de 00694701. Il s'agit du même journal, Monsieur

20 le Témoin. Donc, nous y sommes, vous avons avancé les deux pages et vous

21 voyez, au haut du document, une note indiquée qui c'est du 14 au 31 juillet

22 1995. Que représentent ces dates ?

23 R. Il s'agit d'un ordre de déplacement pour le véhicule au cours de la

24 période mentionnée.

25 Q. Bien. Pouvons-nous passer à la page suivante, s'il vous plaît. Donc, la

26 page 4 sur l'e-court, 00694702.

27 Monsieur le Témoin, samedi, je vous ai montré ce journal, n'est-ce pas ?

28 Lorsque nous nous sommes vus ?

Page 11054

1 R. Oui.

2 Q. Bien. Si nous pouvions tout d'abord voir l'écriture manuscrite dans la

3 colonne quatre, de qui est-ce l'écriture ? J'ai l'original ici si vous avez

4 besoin d'examiner ?

5 R. Essentiellement, mon écriture.

6 Q. Bien. Qu'est-ce qui n'est pas de votre main si vous arrivez à le dire ?

7 R. Je crois que la plupart si ce n'est tout ce qui est inscrit ici est de

8 ma main.

9 Q. Bien.

10 M. NICHOLLS : [interprétation] Si nous pouvions nous déplacer, on suit la

11 colonne 20, s'il vous plaît.

12 Q. Il n'y a pas les deux dernières signatures. Qui a signé la colonne 20

13 qui est intitulée : "Signature des utilisateurs," et de qui est sa

14 signature ? Encore une fois, je peux vous donner l'original si vous avez

15 besoin d'examiner.

16 R. Ce sont les signatures de Drago Nikolic.

17 Q. Bien.

18 M. NICHOLLS : [interprétation] Si nous pouvions nous déplacer vers la

19 gauche, s'il vous plaît, et agrandir le premier intitulé et la première

20 ligne horizontale, donc, 14 juillet 1995, et agrandir la colonne numéro 4,

21 s'il vous plaît, et passer au-dessus.

22 Q. Auriez-vous me donner lecture de ce qui est indiqué dans la colonne

23 numéro 4 du journal de déplacement pour ce véhicule Opel Rekord, le 14

24 juillet 1995 ?

25 R. Il y est dit : "Standard, Orahovac, Divic, Orahovac, Zvornik, Standard,

26 Loko, Karakaj, et cetera, et cetera.

27 Q. Voulez-vous bien réexaminer ce document, s'il vous plaît ?

28 Dans la colonne -- cette colonne, vous voyez Rocevic, là le 14, n'y est-il

Page 11055

1 pas indiqué Standard, Orahovac, Devic, Rocevic, Orahovac ?

2 R. Je crois que ceci se trouve -- ou ceci correspondait à votre

3 colonne.

4 Q. Je suis simplement en train de vous demander ce qu'il est indiqué pour

5 le 14; est-ce qu'il est indiqué Rocevic ? Parce qu'il s'agit de votre

6 écriture pour le 14 ?

7 R. Il y est indiqué : "Standard, Orahovac, Divic, Orahovac."

8 Q. N'est-il pas indiqué Rocevic, Orahovac, Zvornik ?

9 R. Oui, il est dit -- qu'il est indiqué quelque chose de sorte : "Rocevic,

10 Orahovac, Zvornik, Standard, Loko."

11 Q. Et ensuite, qu'est-ce qu'il est indiqué Karakaj, ensuite quoi ?

12 Ensuite, Loko ?

13 R. "Karakaj, Rocevic, Loko, Standard, Zvornik." Comme je l'ai déjà dit,

14 ces ordres de déplacement ne reflètent pas la réalité de déplacement,

15 c'est-à-dire où nous allions et comment cela se produisait.

16 J'en ai déjà parlé. Les journaux n'étaient pas remplis dans le

17 détail, par exemple, sur le premier il n'est pas dit que je suis allé au

18 poste de commandement avancé. Alors, ce jour-là, je suis allé au poste de

19 commandement avancé. C'est simplement de cette manière que les choses ont

20 été faites. Par exemple, vous entrepreniez un voyage, et ensuite vous

21 n'étiez à un kilomètre approximatif, lorsque vous avez parcouru, par

22 exemple, vous mettiez soit Zvornik, Kitovnjice, même si vous n'êtes pas

23 allé à Kitovnjice, mais simplement pour avoir quelque chose qui correspond

24 au kilométrage. Ce que je dis simplement c'est que ces indications d'une

25 part sont précises, et par ailleurs, ne le sont pas. Par exemple, il est

26 indiqué Cer. Personne n'est allé à Cer, mais nous avions quatre, cinq

27 kilomètres trop peu, donc, on s'est dit quel serait un lieu qui

28 correspondrait au kilométrage que nous avons parcouru. C'est pour cela que

Page 11056

1 nous avons indiqué Cer.

2 Q. Bien, le 14, vous avez marqué Orahovac. Etes-vous allé à Orahovac le 14

3 ? C'est ce que vous avez dit dans votre déclaration.

4 R. Oui.

5 Q. Divic ?

6 R. Oui.

7 Q. Standard ?

8 R. Oui.

9 Q. Est-ce exact alors ?

10 R. Oui.

11 Q. Voyons pour le 15.

12 M. NICHOLLS : [interprétation] Pourrions-nous l'agrandir un petit peu, s'il

13 vous plaît ?

14 Q. Maintenant, d'après ce document, où qu'avez-vous inscrit comme

15 destination de la voiture pour le 15 ?

16 R. Karakaj, Rocevic, Loko, Standard, Divic, Zvornik.

17 Q. Et si on continue le 16, qu'est-ce qui est marqué ?

18 R. Standard, Zvornik, Standard, Rocevic, Kozluk, Loko; et plus tard, Kula,

19 Pilica, Luko, Standard, Pilica.

20 Q. Et au cours de ces jours-là, est-il exact de dire que vous êtes allé à

21 Rocevic, Pilica, l'école de Kula, dont vous avez parlé ?

22 R. Oui.

23 Q. Pourrions-nous maintenant revenir quelques pages en arrière au 13

24 juillet, qui devrait se trouver à la page 2 sur e-court, vers le bas du

25 document, le 13 juillet, nous avons Standard, le poste de commandement

26 avancé, Zvornik, Loko, Orahovac, Zvornik, Orahovac, Standard, Bratunac,

27 Zvornik.

28 Bien, alors, je vous demande, essayer de vous souvenir précisément, si vous

Page 11057

1 êtes allé à Orahovac le 13 juillet, c'est-à-dire le jour ou la nuit

2 précédent les événements que vous avez décrit comme s'étant produit le 14 ?

3 R. Je ne m'en souviens pas. Je ne me souviens pas d'y être allé le jour

4 précédente.

5 M. NICHOLLS : [interprétation] Pourrais-je vous demander un instant, s'il

6 vous plaît, Monsieur le Président, Madame et Messieurs les Juges ?

7 [Le conseil de l'Accusation se concerte]

8 M. NICHOLLS : [interprétation]

9 Q. J'aimerais maintenant revenir au moment où vous êtes entré dans le bus

10 à Divic. Nous sommes le 14 dans la matinée, et vous êtes allé à Orahovac.

11 Vous souvenez-vous que qui que ce soit vous est à vous ou au chauffeur où

12 le bus allait ? Je voudrais que vous y réfléchissiez attentivement, je

13 pourrais vous montrer votre déclaration préalable, si cela vous aide à vous

14 souvenir, si vous avez du mal à vous rappeler.

15 R. Je ne crois pas. Je crois que Drago m'avait dit de monter dans le bus

16 et d'aller à Orahovac. C'était d'ailleurs la désignation du bu, et je ne

17 peux pas vous répondre pour ce qui est du chauffeur. Je ne lui ai pas

18 parlé. Il y avait des gardes de la sécurité présents dans le bus qui

19 savaient probablement où allait le bus, et cela --

20 Q. Mais vous vous souvenez que Drago vous a dit : "Monte dans le bus et va

21 à Orahovac" ?

22 R. Oui, je crois que oui.

23 M. NICHOLLS : [interprétation] Pas d'autres questions pour le moment,

24 Monsieur le Président.

25 Q. Merci, Monsieur le Témoin.

26 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Donc, je ne sais pas si vous avez pris

27 des dispositions entre vous pour ce qui est de l'équipe de la Défense,

28 quant à qui va parler en premier.

Page 11058

1 Maître Zivanovic, vous avez demandé de disposer de 20 minutes.

2 M. ZIVANOVIC : [interprétation] Oui, Monsieur le Président. Cependant, au

3 cours de l'intervalle, nous avons reçu des informations supplémentaires du

4 bureau du Procureur, et c'est la raison pour laquelle j'aimerais vous

5 demander d'allonger le temps qui nous est imparti, eu égard à de nouvelles

6 informations que nous avons reçues dans l'intervalle.

7 [La Chambre de première instance se concerte]

8 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui. Veuillez poursuivre. Vous allez

9 disposer de plus de temps, Maître Zivanovic.

10 M. ZIVANOVIC : [interprétation] Merci.

11 Contre-interrogatoire par M. Zivanovic :

12 Q. [interprétation] Monsieur le Témoin, bonjour. Le 13 mars 2002, vous

13 avez fait une déposition auprès des enquêteurs du bureau du Procureur. Vous

14 souvenez de cela, n'est-ce pas ?

15 R. Oui.

16 Q. Veuillez me dire, s'il vous plaît, à cette occasion, j'ai eu l'occasion

17 de voir que l'enquêteur vous a averti à plusieurs reprises que vous n'étiez

18 pas obligé de lui parler, qu'il était dans votre intérêt de dire la vérité.

19 Avez-vous suivi ce conseil ?

20 R. Pour autant que je connaissais les réponses, je les ai données.

21 Q. Je vous remercie. Et après l'entrevue, avez-vous reçu une cassette

22 audio avec votre entrevue ? Vous a-t-on informé que la déposition était

23 enregistrée ?

24 R. Oui.

25 Q. Avez-vous reçu la cassette audio ?

26 R. Non. Je n'ai pas reçu la cassette mais je n'ai même pas demandé la

27 cassette. On m'a dit que je pourrais la recevoir si je le voulais, mais je

28 -- que je pouvais la recevoir, mais je ne considérais pas que cela comme

Page 11059

1 étant important.

2 Q. Et avez-vous reçu le compte rendu, la transcription de votre déposition

3 ?

4 R. Non.

5 Q. Vous n'avez pas eu l'occasion de la voir ?

6 R. Non, jusqu'à ce que je vienne sur place.

7 Q. Lorsque vous êtes arrivé ici, avez-vous écouté la cassette audio ou

8 avez-vous lu le texte de votre déposition ?

9 R. J'ai lu le texte.

10 Q. Est-ce que cela vous a pris longtemps de le lire ?

11 R. Puisque je -- le connaissais, cela m'a pris une journée ou peut-être un

12 peu plus pour le lire.

13 Q. Vous avez passé toute la journée à le lire ?

14 R. Peut-être pas toute la journée, mais environ.

15 Q. Je vais attirer votre attention sur certains points que j'ai remarqués,

16 différés de ce que vous avez dit le 13 mars 2002, entre ce que vous avez

17 dit ce jour-là et ce que vous avez dit aujourd'hui.

18 Est-ce que vous-même avez remarqué des différences lorsque vous étiez en

19 train de lire le compte rendu de votre déposition pendant une journée

20 entière ?

21 R. Je ne sais pas. Je ne sais pas quoi répondre.

22 Q. Vous n'est pas sûr qu'il y ait des différences ?

23 R. Il y a peut-être un mot ou un autre.

24 Q. Etes-vous en train de nous dire que les différences sont mineures ?

25 R. Je ne sais pas. Je ne sais vraiment pas quoi dire. Je ne sais pas trop.

26 Q. Tout d'abord, laissez-moi vous indiquer ce que vous avez déclaré

27 aujourd'hui, c'est-à-dire que vous aviez vu Popovic le 14 juillet près de

28 l'école à Orahovac. Vous avez déclaré cela aujourd'hui.

Page 11060

1 R. Et j'ai également dit cela dans ma déclaration préalable.

2 Q. Vous avez également dit cela dans votre déclaration préalable et vous

3 l'avez lue ?

4 R. Non, ce n'est pas quelque chose que j'ai lu. C'est quelque chose que

5 j'ai dit. Je me souviens de l'avoir dit.

6 Q. Je vous prie de m'excuser. Etes-vous en train de dire que c'est ce que

7 vous avez dit et que vous vous souvenez de l'avoir dit ou que c'est quelque

8 chose que vous avez lu dans la transcription de votre déclaration au

9 préalable faite auprès du bureau du Procureur ?

10 R. En 2002, j'ai déclaré cela. Et je suis sûr que vous pouvez le retrouver

11 sur la cassette audio. J'ai dit que je n'étais pas à

12 100 % sûr mais qu'à 90 ou quelque pour cent, j'étais sûr de l'avoir vu ce

13 jour-là.

14 Q. Vous avez déclaré dans votre déclaration au bureau du Procureur que

15 vous étiez à 90 % sûr d'avoir vu Popovic à Orahovac ?

16 R. Oui, devant l'école.

17 Q. Donc, ce qui -- le reste en ce sens c'est que 1 % d'incertitude ?

18 R. Oui.

19 Q. Vous avez dit que vous étiez à 99,9 % sûr peut-être plus, mais laissez-

20 moi essayer de voir ce que ce pour cent -- cette différence d'un dixième de

21 pourcentage représente ? A la page 26 du compte rendu dans votre

22 déclaration préalable, le Procureur vous a demandé si Popovic se trouvait

23 dans cette école le 14,et votre réponse a été la suivante : "Je ne suis pas

24 sûr de Popovic, s'il était là ou non. Il était là, il n'était pas là. Je

25 sais qu'ils étaient là d'après ce que d'autres gens m'ont dit."

26 Est-ce là ce que vous avez dit dans la déclaration préalable que vous avez

27 faite au bureau du Procureur le 13 mars ?

28 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui. Avant de répondre à la question,

Page 11061

1 Monsieur Nicholls, je vois que vous vous êtes levé.

2 Souhaitez-vous formuler un commentaire ou soulever une objection ? Mais

3 j'aimerais vous inviter à réfléchir sur le point de savoir si ce que vous

4 devez dire peut être entendu par le témoin ou non.

5 M. NICHOLLS : [interprétation] Ce n'est pas un problème.

6 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] En êtes-vous sûr ?

7 M. NICHOLLS : [interprétation] Je voudrais simplement avoir des références

8 en anglais tout en revenant à l'avance en B/C/S et je crois que, si je ne

9 me trompe pas, je crois également que le témoin devrait pouvoir regarder sa

10 déclaration au préalable dans sa propre langue si elle est disponible.

11 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui. Je crois que vous avez tous les

12 deux raisons sur ces deux points.

13 Pourrions-nous voir un exemplaire en B/C/S s'il y en a un de disponible, je

14 suppose qu'il est disponible sur e-court ?

15 M. NICHOLLS : [interprétation] Je crois que la Défense ou du moins une

16 équipe l'a placée sur e-court, mais j'ai également une copie papier.

17 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bien. Si vous voulez bien montrer une

18 copie papier -- que vous avez entre les mains. Monsieur Zivanovic, assurez-

19 vous qu'il s'agit de la même. Ensuite, nous pouvons laisser le témoin

20 l'examiner sur le rétroprojecteur, si vous en êtes d'accord, Monsieur

21 Zivanovic ?

22 M. ZIVANOVIC : [interprétation] Tout à fait, Monsieur le Président, nous

23 avons une version de la déclaration préalable en anglais, donc, j'ai cité

24 les éléments dans la page 24. Nous avons l'autre version avec différents

25 éléments de texte original et ou, à partir de l'original, est traduit en

26 B/C/S.

27 Comme il n'y avait que la version anglaise, et c'est ce dont je suis en

28 train de donner lecture lorsque je crois que cela contient les mots

Page 11062

1 originaux du témoin, ce que j'essaie de lui faire passer comme message. Et

2 cela se trouve à la page 26 de la déclaration sur le compte rendu de la

3 déclaration.

4 Lorsque j'ai cité --

5 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui, oui, veuillez poursuivre, Monsieur

6 Zivanovic.

7 M. ZIVANOVIC : [interprétation] J'ai cité des éléments de ce texte. J'ai

8 laissé tomber la traduction en anglais parce que je crois qu'il n'était pas

9 nécessaire pour moi de lire la traduction en anglais après chaque phrase.

10 J'ai simplement cité ces mots en serbe pour que les choses soient plus

11 claires.

12 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bien. Est-ce -- je vous remercie,

13 Maître Zivanovic. Est-ce que ceci vous apparaît plus clair, Monsieur

14 Nicholls ?

15 M. NICHOLLS : [interprétation] Oui, oui, oui, j'ai également un exemplaire

16 de la transcription en plusieurs langues. Nous avons également la version

17 en B/C/S.

18 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Donc, cela se trouve sur e-court. Si

19 nous pouvions le retrouver. Nous avons un numéro 65 ter.

20 Il est là. Il est là.

21 Donc, Madame la Greffière, voudriez-vous aider le témoin à rassurer qu'il

22 ait ce texte à l'écran.

23 M. NICHOLLS : [interprétation] Oui, je voulais simplement soulever un

24 point.

25 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Monsieur Bircakovic, voyez-vous le

26 document à l'écran ?

27 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui.

28 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bien. Très bien.

Page 11063

1 Si vous voulez bien poursuivre, nous allons prendre une pause dans

2 deux ou trois minutes.

3 M. ZIVANOVIC : [interprétation] Monsieur Nicholls, je voulais souligner un

4 point pour la clarté du compte rendu d'audience.

5 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Certainement.

6 M. ZIVANOVIC : [interprétation] Monsieur Nicholls, la transcription que le

7 témoin a rédigé, c'est elle qui lui a été donnée à lire, n'est pas celle-ci

8 qui est faite lors de l'ordre, parce que c'est un petit peu difficile

9 d'avoir de l'anglais. Ce qu'il a reçu c'était la version en B/C/S et pas

10 toute la déclaration de l'anglais.

11 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] C'est à vous de décider. Je veux dire

12 je suis d'accord qu'il voit l'entière version en B/C/S sans les

13 expurgations des passages qui correspondent en anglais.

14 M. NICHOLLS : [interprétation] Je n'ai peut-être pas été très clair quand

15 je dis que la transcription, que je lui donnais, c'était seulement la

16 version en B/C/S et pas la version en anglais. Si mon confrère veut

17 l'utiliser, je vais simplement souligner que ce n'est pas celle qu'a lue le

18 témoin.

19 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui. Maître Bourgon.

20 Un instant, Maître Zivanovic, parce qu'il y a M. Bourgon. Voulez-vous

21 [inaudible] maintenant ?

22 M. BOURGON : [interprétation] Oui, merci. Je vous remercie, Monsieur le

23 Président. La version qui est à l'écran en ce moment est celle qui a été

24 préparée par notre équipe.

25 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je vois, Maître Bourgon, et nous avons

26 expurgé tous les passages en anglais pour que nous nous assurions que nous

27 avions un exemplaire seulement en B/C/S. Donc, je voulais éviter les

28 problèmes que nous avons eus la dernière fois dans la version en deux

Page 11064

1 langues.

2 M. BOURGON : [interprétation] Mon collègue -- mon confrère en avant vient

3 de m'indiquer qu'il existe une version seulement en B/C/S. J'aimerais

4 beaucoup l'avoir parce que cela nous déjà pris beaucoup de temps de

5 préparer cet exemplaire, donc, pour le re-scanner, pour avoir la version

6 exclusivement dans une langue ou dans l'autre. Donc, si nous pouvions avoir

7 la version seulement en B/C/S qui existait ce serait très apprécié si nous

8 pourrions l'avoir. Merci, Monsieur le Président.

9 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je vous remercie, Maître Bourgon pour

10 avoir expliqué l'origine dudit document et les expurgations dans ce

11 document. Je suppose que M. Nicholls il a la version entièrement en B/C/S,

12 vous la ferez passer aux différentes équipes de la Défense et pas juste le

13 conseil de la Défense de

14 M. Nikolic.

15 M. NICHOLLS : [interprétation] Merci, Monsieur le Président. Je croyais que

16 je l'avais transmise, mais si cela n'a pas été fait, ce sera fait

17 immédiatement.

18 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Puis-je faire une suggestion ? Nous

19 allons prendre une pause maintenant; pourquoi ne convenez-vous pas de

20 donner au témoin le texte de sa déclaration ? Comme cela, il peut la lire

21 au cours de la pause pendant qu'il prend un café et cela, j'en suis sûr,

22 peut nous aider par la suite quand nous continuerons avec le contre-

23 interrogatoire de M. Zivanovic, mais aussi les contre-interrogatoires qui

24 vont suivre.

25 Oui, Monsieur Meek.

26 M. MEEK : [interprétation] Merci, Monsieur le Président, Madame, Messieurs

27 les Juges. Nous n'avons jamais vu la transcription en B/C/S dont nous avons

28 parlé pour la première fois. Je suggère -- enfin, je demande -- je ne sais

Page 11065

1 pas pour ce qui est de mon confrère, mais je crois qu'ils sont d'accord

2 avec moi. Je crois que nous avons besoin au moins d'une heure de pause pour

3 pouvoir obtenir un exemplaire dudit document et que mon client puisse le

4 lire dans sa propre langue.

5 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui, je pensais que vous l'avez reçue,

6 ce que nous voyons à l'écran maintenant.

7 M. MEEK : [interprétation] Non, je ne l'ai pas reçu.

8 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Mais alors, comment se fait-il que Me

9 Bourgon, lui, M. Nikolic savait et que vous, vous ne l'ayez jamais vu.

10 Comment est-ce possible ? Je ne sais pas enfin si vous n'avez pas une

11 réponse à ceci. Je ne suis pas censé donner une explication moi-même, mais

12 s'il y a d'autres membres de l'équipe de la Défense qui n'ont jamais vu le

13 document que nous voyons à l'écran maintenant parce que je criais que ceci

14 est un document qui a été transmis par l'Accusation.

15 M. NICHOLLS : [interprétation] Oui, Monsieur le Président - et je me suis

16 peut-être trompé - j'avais l'impression qu'il y avait également une

17 retranscription exclusivement en B/C/S, si ce n'était pas le cas c'est mon

18 erreur. Je vais la donner maintenant, je n'ai pas d'objection à ce que nous

19 prenions une pause d'une heure si c'est nécessaire. Cela n'est pas de

20 problème.

21 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Vous n'avez pas d'objection mais nous

22 avons une objection. Il n'y a pas de raison pour laquelle une version

23 simplifiée devrait donner lieu à une pause plus longue plutôt qu'une

24 version plus courte.

25 Maître Bourgon.

26 M. BOURGON : [interprétation] Monsieur le Président, est-ce que mon

27 collègue pourrait confirmer que la version seulement en B/C/S c'est la même

28 que celle que celle qui était dans la version mixte, que ce n'est pas une

Page 11066

1 nouvelle version en B/C/S ?

2 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui, Monsieur Nicholls.

3 M. NICHOLLS : [interprétation] Non, la version en B/C/S que nous avons est

4 le B/C/S de l'anglais qui a été transmis, qui nous a été transmis. Donc, je

5 ne peux pas dire qu'un mot n'était peut-être pas légèrement différent de ce

6 qui était en B/C/S. Je n'ai pas comparé les deux versions en B/C/S, donc,

7 je ne peux pas les confirmer. Ce que je peux confirmer c'est que nous

8 avions une version en entier, une traduction en entier de la version en

9 B/C/S de sa déclaration en anglais qui vient d'être traduite en B/C/S et

10 que je peux vous donner maintenant, s'il devrait être essentiellement la

11 même ou identique. Mais je ne peux pas dire que j'ai comparé chacune.

12 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Pourquoi y aurait-il une différence

13 parce que c'est une question, une réponse ? Une question est posée en

14 anglais et traduite par le témoin ou par la personne qui fait la déposition

15 dans sa langue ou d'après ce qui apparaît ou devrait apparaître, mais ici,

16 il donne sa réponse, dans sa propre langue, l'interprète la traduit. La

17 traduction apparaît sur le document. Ce qui a été expurgé ici c'est la

18 traduction. Tout a été déclaré dans l'original en B/C/S soit le témoin qui

19 fait la déclaration ou par l'interprète. Donc, je ne vois pas nulle raison

20 pour laquelle il y aurait quoique ce soit de changer.

21 M. NICHOLLS : [interprétation] Cela doit être la même chose, Monsieur le

22 Président, c'est simplement quand il était préparé et divisé en différentes

23 parties, enfin, je ne sais pas si la personne qui écoutait la cassette

24 audio n'a pas dit ceci, c'est un R cela devrait être comme ceci. Je ne peux

25 pas dire que chaque mot est absolument identique, cela devrait l'être.

26 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui.

27 Maître Bourgon.

28 M. BOURGON : [interprétation] Monsieur le Président, je vais essayer d'être

Page 11067

1 bref. Ce que vous voyez à l'écran maintenant ce sont les mots originaux

2 tels qu'ils ont été déclarés par le témoin, ce qui figure dans la version

3 de mon collègue est une traduction à partir de l'anglais. C'est simplement

4 une étape ultérieure. Donc, je voulais m'assurer --

5 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Pourquoi devrait-il en être ainsi ?

6 M. BOURGON : [interprétation] Parce que la traduction à partir de l'anglais

7 n'est pas ses propres mots.

8 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je ne comprends pas parce que Maître

9 Bourgon, c'est passé des mots prononcés par le témoin à l'anglais et de

10 l'anglais remis en B/C/S par un traducteur. Il ne s'agit pas de mots

11 originaux.

12 M. NICHOLLS : [interprétation] Non, c'est une retranscription en B/C/S je

13 crois.

14 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Arrêtez.

15 M. NICHOLLS : [interprétation] Je peux le lui donner au cours de la pause.

16 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Veuillez s'occuper de ceci au cours de

17 la pause. J'aimerais que l'on donne au témoin les deux textes pour qu'il y

18 ait la possibilité de voir les divergences.

19 Monsieur Nicholls, Madame la Greffière, qui va s'en occuper de faire cela.

20 Vous devez faire ceci pendant la pause. Je vous remercie.

21 Nous avons une pause de 25 minutes qui compte à partir de maintenant,

22 c'est-à-dire nous allons reprendre à 13 heures 00.

23 --- L'audience est suspendue à 12 heures 35.

24 --- L'audience est reprise à 13 heures 07.

25 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bien. Vous avez dû résoudre le problème

26 dont nous avons discuté avant la pause. Messieurs Bourgon, Nicholls, qui

27 veut parler en premier ?

28 M. NICHOLLS : [interprétation] Bien, je pense qu'à présent, tous les

Page 11068

1 conseils de la Défense ont reçu le procès-verbal qui existe en B/C/S. Ceci

2 ne devrait pas vraiment poser de problèmes puisqu'il s'agit juste de deux

3 versions de ce compte rendu. Ils ont les deux versions, le même numéro ERN,

4 c'est de là que viennent les difficultés, mais il s'agit donc des

5 transcriptions anciennes et maintenant nous avons les deux versions de ce

6 document.

7 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bien, vous aurez remarqué que le Juge

8 Stole n'est pas là, nous continuons à siéger en vertu de l'article 15

9 bis(A). Il s'agit d'un problème urgent dont il a dû s'occuper

10 immédiatement.

11 Donc, nous allons continuer. Est-ce que, Monsieur Bourgon, vous souhaitez

12 parler aux Juges de la Chambre, ou bien, Me Nikolic continue.

13 Mme NIKOLIC : [interprétation] Bien, nous avons reçu les documents. En

14 effet, j'ai réussi à comparer les deux premières pages de ce document. Pour

15 l'instant, j'ai l'impression qu'il s'agit de deux documents identiques,

16 mais en ce qui concerne le reste du document, il me parait convenable de

17 l'examiner de façon plus approfondie. Peut-être qu'il pourrait y avoir

18 quelques différences même si à premier à bord, comme je vous ai déjà dit,

19 j'ai l'impression qu'il s'agit quand même d'un document identique ou plutôt

20 d'une traduction correcte.

21 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Merci. Je pense que nous pouvons

22 continuer à présent, n'est-ce pas ?

23 M. ZIVANOVIC : [interprétation] Monsieur le Président, je voudrais soulever

24 une question puisque je viens de recevoir la version en B/C/S de ce compte

25 rendu. Je n'ai pas eu le temps, je l'avoue de comparer les deux versions

26 puisqu'il s'agit d'un document comportant plus de 70 pages, mais vu les

27 premières réponses que j'ai reçues du témoin, bien, il s'agit des éléments

28 que je n'ai pas vus dans les deux versions du compte rendu. Donc, j'aurais

Page 11069

1 du mal à poursuivre mon contre-interrogatoire avant d'être en mesure de

2 comparer les deux versions pour vérifier s'il s'agit des deux textes

3 parfaitement identiques, ou bien, certaines portions de ces textes de ces

4 procès-verbaux ne sont pas -- ne diffèrent pas surtout quand il s'agit de

5 portions pertinentes pour le contre-interrogatoire.

6 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je vous remercie, Maître Zivanovic.

7 Monsieur Nicholls.

8 M. NICHOLLS : [interprétation] Je n'ai pas d'objection, Monsieur le

9 Président. Nous avons fourni des exemplaires au témoin comme vous l'avez

10 demandé. Il s'agit donc de l'exemple en B/C/S, donc, c'est qu'il a déjà eu

11 l'occasion d'examiner auparavant. Je comprends tout à fait le souhait de

12 mon confrère de comparer différents passages de ces deux documents et je

13 n'ai aucune objection à ce sujet. Nous n'avons pas beaucoup avancé dans la

14 journée pour l'instant, donc, je pense qu'il n'y aura pas de problème. Et

15 s'il a besoin de ce temps, bien, cela ne nous pose pas de problème puisque

16 cela pourrait peut-être nous faire gagner du temps. Peut-être qu'il serait

17 donc judicieux ou imagine -- enfin envisageable que nous arrêtions nos

18 travaux aujourd'hui et permettions ainsi à Me Nikolic et Zivanovic de

19 vérifier les deux versions de ce document.

20 Je n'ai pas de problème avec cela.

21 M. NICHOLLS : [interprétation] Excusez-moi, Monsieur le Président, Madame,

22 Messieurs les Juges. Nous allons avoir probablement suffisamment de temps

23 puisqu'une fois que nous en aurions terminé avec ce témoin, si sa

24 déposition se termine suffisamment tôt demain, plus tôt que prévue, donc,

25 le témoin suivant ne peut pas, de toute façon, commencer sa déposition

26 avant mercredi matin. J'ai parlé avec mes confrères et nous allons citer

27 l'enquêteur que nous avons essayé déjà de citer la semaine dernière. Donc,

28 il n'y avait pas assez de temps pour cela, on nous a dit, et de toute

Page 11070

1 façon, demain nous allions avoir une pleine journée consacrée à ce témoin.

2 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Deux questions. Il y a une question

3 pour M. Zivanovic et puis, une autre pour tous les autres conseils de la

4 Défense.

5 Monsieur Zivanovic, il y a d'autres -- est-ce qu'il y a d'autres domaines

6 du contre-interrogatoire dont vous pouvez parler -- que vous pouvez aborder

7 sans vous référer à cette déclaration

8 écrite ? Puisque dans ce cas-là, nous pouvons éventuellement procéder

9 ensuite demain; vous pourrez continuer à enchaîner sur la déclaration

10 préalable.

11 M. ZIVANOVIC : [interprétation] Bien, Monsieur le Président, tout mon

12 contre-interrogatoire est étroitement lié avec les différences qui existent

13 entre la déposition du témoin d'aujourd'hui et ce qui figure dans sa

14 déclaration préalable.

15 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Il y a d'autres avocats de la Défense

16 qui voulaient mener un contre-interrogatoire assez bref. Il s'agit donc des

17 équipes Borovcanin, Miletic et Pandurevic. Est-ce que vous souhaitez

18 commencer à présent -- qui que ce soit qui souhaite commencer à présent ?

19 Mme FAUVEAU : Monsieur le Président, nous n'avons pas de questions pour ce

20 témoin.

21 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je vous remercie, Maître Fauveau.

22 Maître Stojanovic ou Lazarevic ?

23 M. STOJANOVIC : [interprétation] Bonjour, Monsieur le Président. Vu la

24 façon dont s'est déroulé l'interrogatoire principal, nous allons sans doute

25 pas avoir de questions à poser à ce témoin, mais cela dépendrait -- nous

26 nous gardons la possibilité d'en poser éventuellement quelques-unes en

27 fonction du déroulement du contre-interrogatoire.

28 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Très bien. Monsieur Haynes.

Page 11071

1 M. HAYNES : [interprétation] Bien, je voudrais réserver ma position aussi

2 par rapport à ce témoin et je voudrais garder l'ordre qui figure dans

3 l'acte d'accusation.

4 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Très bien.

5 Et la Défense de l'équipe de la Défense de M. Beara ? Monsieur Meek, est-ce

6 que vous pensez que vous allez pouvoir commencer aujourd'hui, puisque vous

7 avez demandé 45 minutes ?

8 M. MEEK : [interprétation] Monsieur le Président, je pense puisque je ne

9 parle pas le B/C/S, et les autres membres de mon équipe le parle, je pense

10 qu'il serait donc utile pour moi d'attendre demain.

11 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Très bien. Et Monsieur Bourgon, Madame

12 Nikolic.

13 M. BOURGON : [interprétation] Nous avons exactement le même point de vue,

14 Monsieur le Président. Nous avons vraiment besoin de vérifier cela. Peut-

15 être qu'il s'agit de deux documents parfaitement identiques, mais nous

16 avons vraiment besoin de vérifier tout cela, de vérifier les deux versions

17 avant de continuer.

18 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je vous assure que je comprends. Je

19 vais consulter mes collègues. Je vous remercie.

20 [La Chambre de première instance se concerte]

21 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bien, nous avons pris note des

22 différents arguments présentés par les conseils de la Défense. Nous sommes

23 d'accord pour dire qu'il serait plus judicieux de lever la séance à

24 présent, et de re-citer ce témoin demain.

25 En attendant, le témoin peut garder un exemplaire de la déclaration

26 préalable que l'on lui a fournie. Je vous prie, de bien vouloir l'examiner

27 avec beaucoup d'attention, puisque j'anticipe qu'il y aurait des questions

28 qui vont se référer -- porter directement sur votre déclaration préalable

Page 11072

1 que vous avez fournie au bureau du Procureur.

2 Nous levons la séance à présent et nous reprenons nos travaux demain dans

3 l'après-midi, si je ne m'abuse, donc, dans l'après-midi demain à 14 heures

4 15. Puisque nous n'avons pas réussi à changer les heures d'audience de

5 l'après-midi vers le matin que pour la journée du vendredi, le 11. Pour le

6 restant de la semaine, nous allons travailler l'après-midi. Donc, je vous

7 remercie. Je remercie aussi le Juge Prost de m'avoir rappeler cela.

8 Monsieur Bircakovic, nous devons nous arrêter à présent, et vous avez

9 compris cela, j'en suis sûr. Votre déposition va se poursuivre demain.

10 Puisqu'il y va y avoir un laps de temps entre aujourd'hui et demain, bien,

11 je voudrais vous rappeler que vous, en vertu de notre Règlement, vous ne

12 devez pas discuter de votre déposition avec qui que ce soit -- donc,

13 discuter des sujets dont vous avez déposé aujourd'hui ou aller déposer.

14 Est-ce que vous avez compris cela ?

15 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui.

16 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Très bien. Je vous remercie.

17 La séance est levée jusqu'à demain à 14 heures 15. Je vous remercie.

18 --- L'audience est levée à 13 heures 20 et reprendra le mardi

19 8 mai 2007, à 14 heures 15.

20

21

22

23

24

25

26

27

28