Tribunal Criminal Tribunal for the Former Yugoslavia

Page 13161

1 Le lundi 25 juin 2007

2 [Audience publique]

3 [Les accusés sont introduits dans le prétoire]

4 --- L'audience est ouverte à 9 heures 05.

5 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bonjour, Madame la Greffière

6 d'audience, et toutes les personnes présentes. Veuillez citer le numéro de

7 l'affaire.

8 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] Bonjour. Il s'agit de l'affaire IT-05-

9 88-T, le Procureur contre Vujadin Popovic et consorts.

10 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Merci. Pour le compte rendu d'audience,

11 j'indique que les accusations sont ici. Du côté de la Défense, je vois que

12 Mme Condon, Me Meek, Me Josse sont absents, de même que Me Haynes.

13 Du côté de l'Accusation, nous avons M. McCloskey, M. Nicholls, Mme

14 Soljan et personne de plus.

15 Je vais commencer en disant la chose suivante : nous avons reçu une requête

16 de l'Accusation visant à modifier la liste 65 ter avec cinq rapports

17 d'expert. L'un des témoins expert, pour autant que je le sache, devrait

18 commencer à déposer peu après la fin de la déposition du témoin

19 d'aujourd'hui; est-ce exact ?

20 M. NICHOLLS : [interprétation] Le témoin suivant c'est le Kate Barr,

21 Monsieur le Président.

22 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui. Vous comprenez alors que nous ne

23 pouvons pas respecter les délais habituels prévus par le Règlement afin

24 d'attendre une réponse. Si vous êtes en mesure de nous répondre -- de nous

25 donner votre réponse à présent, je pense que ce serait le mieux. A défaut

26 de cela, il nous faudrait une réponse au moins pour ce qui est Kathryn

27 Barr, avant la fin de l'audience d'aujourd'hui, pour nous permettre de

28 décider de la question, mais je vais m'adresser à vous tout d'abord pour

Page 13162

1 demander si vous êtes en mesure de nous donner votre réponse maintenant.

2 Nous parlons de la requête en vertu de l'article 65 ter de l'Accusation

3 déposée vendredi dernier.

4 Oui, Maître Ostojic.

5 M. OSTOJIC : [interprétation] Bonjour. Je ne suis pas en mesure de répondre

6 par rapport aux autres, sauf Mme Barr. Mais seulement par rapport à Mme

7 Barrage, je demanderais à l'Accusation de nous fournir l'ensemble du

8 dossier avec son analyse mis à part le rapport. Je pense qu'elle a produit

9 cinq rapports et nous avons besoin de la base de ses analyses. Surtout,

10 étant donné que c'est un expert en écriture, je souhaite voir les tableaux

11 qu'elle a écrit qui montre quels sont les documents et notamment les mots

12 qu'elle a examinés dans les registres d'officier de permanence et les

13 cahiers officieux.

14 Donc, si nous pouvons recevoir cela d'ici la pause suivante, je pense que

15 nous pouvons poursuivre au moins avec Mme Barr.

16 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui. Merci, Maître Ostojic. Monsieur

17 McCloskey.

18 M. McCLOSKEY : [interprétation] Oui. Tous les documents, qui ont été

19 utilisés et que nous avons, ont été fournis à la Défense, donc, je ne suis

20 pas tout à fait sûr de se que demande Me Ostojic, mais s'il y a quoi que ce

21 soit d'autre qu'elle a, et qu'elle a utilisé, je suis sûr qu'elle nous le

22 fournira sans problème et nous le fournirons, nous avons communiqué tout ce

23 que nous avons eu. Les rapports ont été communiqués il y a longtemps. Ce

24 sont les rapports en vertu de l'article 92 [comme interprété] bis, et de

25 toute façon, avec plaisir, nous fournirons cela à la Défense, mais elle

26 viendra déposer sous peu.

27 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui, Maître Ostojic.

28 M. OSTOJIC : [interprétation] Par exemple, ce matin, nous avons reçu deux

Page 13163

1 pages - et je crois que ceci était sur le bureau de l'Accusation. Sur une

2 page, nous avons un exemplaire -- un échantillon, comme ils l'appellent des

3 questions, et puis, à la page suivante, nous avons un échantillon de

4 l'écriture, et je suppose qu'il s'agit là de l'écriture des personnes qui

5 ont rédigé le rapport.

6 Je n'ai pas cela pour l'ensemble du processus dans lequel

7 Mme Barr a participé et, avec ces deux pages-là, nous sommes visiblement

8 limités. Son rapport porte sur l'ensemble du registre du cahier officieux

9 de la Brigade de Zvornik, donc, nous devrions avoir au moins quelques

10 échantillons de plus. Nous n'avons pas reçu cela sauf les deux pages ce

11 matin mais je suis sûr que plus de documents de ce genre existent puisque

12 les experts se fondent sur ce genre d'analyse -- d'analyse de mots

13 spécifiques afin de procéder aux comparaisons d'écriture.

14 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Est-ce que nous pouvons élaborer cela

15 au cours de l'interrogatoire principal et du contre-interrogatoire ?

16 M. OSTOJIC : [interprétation] Je suppose, mais ça prendra plus de temps.

17 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Dans chaque affaire dans laquelle nous

18 avons eu des experts en écriture, et le plus souvent, il y a eu des

19 questions qui ont été posées, mais ce sont des questions que l'on peut

20 poser lors de l'interrogatoire principal et du contre-interrogatoire, et

21 parfois vous pouvez constater que le témoin expert a les documents

22 nécessaires dans son sac. Je ne sais pas parce que, bien sûr, nous n'avons

23 pas encore lu le rapport, mais le reste --

24 M. OSTOJIC : [interprétation] Nous non plus. Tout ce qu'on demandait, avec

25 tout le respect que l'on vous doit, c'est de nous remettre l'ensemble des

26 documents pendant sa déposition car si on reçoit cela morceau par morceau,

27 ceci n'est pas acceptable par nous, nous avons reçu seulement deux

28 échantillons.

Page 13164

1 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui, Monsieur McCloskey.

2 M. McCLOSKEY : [interprétation] Oui, les deux documents qui ont été fournis

3 étaient les documents que Mme Barr a utilisé dans l'affaire Blagojevic et

4 ce sont les documents auxquels il est fait référence, elle a fait référence

5 dans sa déposition et c'était utilisé comme exemple de sa déposition afin

6 d'illustrer ce qu'elle a fait. Je ne crois pas -- je pense que c'est le

7 seul exemple de ce que nous avons. Je ne sais pas si elle a gardé autre

8 chose, mais ce sont les documents qui ont été utilisés publiquement par le

9 passé, donc, il n'y a pas de mystère lié à ces documents-là. S'il y a des

10 documents supplémentaires, nous allons les remettre à la Défense avec

11 plaisir, mais c'est tout ce que nous avons.

12 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui, Maître Ostojic.

13 M. OSTOJIC : [interprétation] Je souhaite corriger le compte rendu

14 d'audience. Ceci n'est pas exact. Ils ont, dans leur liste 65 ter, d'autres

15 échantillons d'écriture, et cetera et dire que ce sont les seuls documents

16 de ce genre n'est pas exact. Je souhaite recevoir l'ensemble du dossier.

17 Ils ont remis certains documents, pour un rapport et d'autres ce matin, qui

18 n'ont pas été remis préalablement, mais je pense que ce qu'ils ont dit --

19 ce qu'il a dit n'est pas exact car d'autres documents figurent sur la liste

20 65 ter.

21 M. LE JUGE AGIUS : [aucune interprétation]

22 M. McCLOSKEY : [interprétation] Il ne s'agit pas là des exemplaires

23 d'échantillons que nous avons fournis, mais les pièces à conviction qu'elle

24 a montrées à la Chambre pour démontrer l'écriture de M. Jokic la dernière

25 fois. S'agissant des exemplaires d'échantillons, je veux dire des

26 écritures, de vielles écritures d'autres personnes, ceci a été fourni à la

27 Défense il y a longtemps et c'est la première fois que la Défense nous

28 contacte à ce sujet.

Page 13165

1 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Merci. Maître Bourgon.

2 M. BOURGON : [interprétation] Bonjour, Monsieur le Président. Je souhaite

3 dire simplement que nous avons reçu de la part de l'Accusation la liste des

4 pièces à conviction de l'Accusation pour ce témoin afin de nous permettre

5 de nous préparer. S'agissant de notre équipe de la Défense, nous souhaitons

6 soulever un seul point au sujet de cet expert qui concerne une personne

7 tierce, c'est-à-dire M. Jokic et non pas les deux premiers.

8 Cependant, dans les documents énumérés dans la liste qui nous a été remis,

9 nous avons trouvé des documents qui n'ont pas été communiqués à la Défense.

10 Nous avons essayé de les trouver, mais nous ne les avons trouvés. Nous

11 avons reçu trois ce matin, mais les autres, 7, 8, 9, 10 et 11, n'ont pas

12 été trouvés par nous alors que nous en avons besoin pour se préparer pour

13 la déposition de Mme Barr.

14 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Est-ce que vous pouvez vérifier cela,

15 Monsieur McCloskey ?

16 M. McCLOSKEY : [interprétation] Oui, bien sûr, Monsieur le Président.

17 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Peut-être vous pouvez traiter de cela

18 en tête-à-tête pendant la première pause.

19 M. McCLOSKEY : [interprétation] Oui.

20 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Merci. Passons maintenant brièvement à

21 huis clos partiel.

22 Oui, nous sommes à huis clos partiel.

23 [Audience à huis clos partiel]

24 (expurgé)

25 (expurgé)

26 (expurgé)

27 (expurgé)

28 (expurgé)

Page 13166

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 [Audience publique]

4 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Y a-t-il des questions préliminaires ?

5 Oui, Monsieur Nicholls.

6 M. NICHOLLS : [interprétation] Je ne me souviens pas s'il fallait traiter

7 des pièces à conviction.

8 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui. Ceci ne fait pas partie des

9 questions préliminaires mais de notre ordre du jour. Je vais en traiter

10 tout à l'heure. Donc, s'il n'y a pas d'autres questions préliminaires, nous

11 pouvons traiter maintenant des pièces à conviction versées par le biais du

12 Témoin Acimovic.

13 Avez-vous des pièces à conviction à proposer, Monsieur

14 Nicholls ?

15 M. NICHOLLS : [interprétation] Non, Monsieur le Président. J'ai utilisé le

16 numéro 295 de la liste 65 ter qui avait déjà été versé au dossier.

17 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Merci.

18 Maître Zivanovic. Maître Bourgon. Oui, Maître Zivanovic.

19 M. ZIVANOVIC : [interprétation] Nous n'avons rien de plus, mais la même

20 pièce à conviction 295, celle qui a été versée au dossier par l'Accusation.

21 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui, merci.

22 Monsieur -- Maître Bourgon. Oui, Maître Bourgon.

23 M. BOURGON : [interprétation] Nous avons --

24 M. LE JUGE KWON : [interprétation] Avant de -- Monsieur Zivanovic, Maître

25 Zivanovic, vous n'a proposé pas le versement au dossier de la pièce 312 ?

26 M. ZIVANOVIC : [interprétation] Excusez-moi. Nous avons demandé le

27 versement au dossier de la pièce à conviction 312 par le biais de 808 et

28 295.

Page 13167

1 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Vous en avez un. Très bien. Excusez-

2 moi.

3 M. LE JUGE KWON : [interprétation] Pour le compte rendu d'audience, je ne

4 pense pas qu'il s'agisse de 312 jusqu'à 808, mais ce sont les pièces à

5 conviction identiques.

6 M. ZIVANOVIC : [interprétation] C'est marqué 312.

7 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Y a-t-il des objections de la part de

8 l'Accusation ?

9 M. NICHOLLS : [interprétation] Non, Monsieur le Président.

10 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Des autres équipes de la Défense ? Non,

11 donc, ceci est admis.

12 Je m'excuse, encore une fois, Maître Bourgon.

13 M. BOURGON : [interprétation] Bonjour, Monsieur le Président. Un seul

14 document que nous souhaitions verser au dossier - et si mon collègue est

15 d'accord, je ne lui ai pas encore posé la question - mais c'est l'article

16 de la revue Drinski sur les incassables ou intouchables - je ne sais plus

17 lequel terme est le bon - mais si mes collègues sont d'accord, je souhaite

18 le proposer car j'en ai parlé avec le témoin sans lui montrer pour

19 accélérer les choses.

20 M. NICHOLLS : [interprétation] Pas d'objection.

21 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Pas d'objection.

22 M. BOURGON : [interprétation] Il s'agit de la pièce 3D1171 avec une

23 traduction.

24 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Est-ce qu'il y a des objections ? Non.

25 Le document est admis alors. Très bien.

26 Nous allons poursuivre avec le témoin suivant. Il n'y a pas eu de

27 mesures de protection requises pour ce témoin, n'est-ce pas ?

28 [Le témoin est introduit dans le prétoire]

Page 13168

1 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bonjour.

2 Oui, Maître Bourgon. Je ne sais pas si vous êtes aussi étonné que

3 nous.

4 M. BOURGON : [interprétation] Une petite correction à la page 8, ligne --

5 L'INTERPRÈTE : inaudible --

6 M. BOURGON : [interprétation] Il faudrait écrire 3D171 et non pas 3D1171.

7 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Mais que s'est-il passé avec M.

8 Lazarevic ? C'est la raison pour laquelle j'ai posé la question concernant

9 les mesures de protection car j'ai l'impression

10 --

11 M. McCLOSKEY : [interprétation] Oui, Monsieur le Président.

12 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] C'était le témoin prévu pour

13 aujourd'hui.

14 M. McCLOSKEY : [interprétation] Lazarevic et Milosevic sont ici; cependant,

15 Mme Barr est un expert du Royaume-Uni et elle était prévue pour ce lundi et

16 nous avons échangé plusieurs emails à ce sujet. Je suis quelque peu

17 perplexe car je croyais que la Chambre avait été au courant de ces emails

18 peut-être ça provoqué encore plus de confusion.

19 M. LE JUGE KWON : [aucune interprétation]

20 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] J'ai été informé ce matin du fait que

21 Mme Barr est le témoin suivant.

22 M. LE JUGE KWON : [aucune interprétation]

23 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Mais j'imaginais qu'elle viendrait

24 après Lazarevic, donc, dans ma tête, c'était encore Lazarevic.

25 M. LE JUGE KWON : [interprétation] Nous n'avons pas été informé de cela.

26 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Autrement dit, vous avez été informé je

27 suppose.

28 M. LE JUGE KWON : [interprétation] Moi, non, moi non.

Page 13169

1 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] En fait, pendant un moment, j'ai été

2 surpris car je pensais que Mitar n'était pas le nom d'une femme.

3 M. McCLOSKEY : [interprétation] Excusez-moi.

4 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Ça va.

5 M. McCLOSKEY : [interprétation] Je sais que la confusion a été provoquée,

6 mais nous avons informé M. Coven.

7 M. LE JUGE AGIUS : [aucune interprétation]

8 -- oui, Madame Bourgon -- excusez-moi, c'est Madame Fauveau, vous n'avez

9 pas de problème de procédure. Vous avez échangé des opinions sans cesse ce

10 qui a provoqué la confusion.

11 Mme FAUVEAU : Nous étions informés, mais seulement vendredi soir, et il y

12 avait un échange de message entre le Procureur et la Défense parce que

13 c'était une confusion chez nous aussi. Maintenant, jusqu'à hier soir, je

14 n'étais pas du tout certaine lequel témoin viendra témoigner ce matin.

15 Donc, effectivement, je voudrais vous demander de demander au Procureur de

16 nous informer à l'avenir un peu plus tôt du changement de témoin.

17 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Merci. Monsieur McCloskey, vous avez

18 entendu cela.

19 Madame Barr, bonjour. Je vous souhaite la bienvenue devant ce

20 Tribunal. Vous allez commencer à déposer, ce n'est pas la première fois que

21 vous êtes ici, donc, vous connaissez la procédure.

22 Mme l'Huissière va vous remettre le texte de la déclaration

23 solennelle conformément à notre Règlement. Donc, veuillez lire ce texte qui

24 est votre engagement solennel de dire la vérité.

25 LE TÉMOIN : [interprétation] Je déclare solennellement que je dirai

26 la vérité, toute la vérité et rien que la vérité.

27 LE TÉMOIN: KATHRYN JEAN BARR [Assermentée]

28 [Le témoin répond par l'interprète]

Page 13170

1 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Merci. Asseyez-vous confortablement,

2 s'il vous plaît.

3 J'ai besoin maintenant de ma secrétaire pour qu'elle m'apporte tous les

4 documents pertinents. Oui, c'est Mme Soljan qui vous commencer du côté de

5 l'Accusation, et ensuite, ce sont les équipes de la Défense qui vont

6 procéder au contre-interrogatoire.

7 Mme SOLJAN : [interprétation] Merci. Bonjour, Monsieur le Président,

8 Madame, Messieurs les Juges.

9 Interrogatoire principal par Mme Soljan :

10 Q. [interprétation] Bonjour, Madame Barr. Est-ce que vous pouvez dire

11 votre nom et votre prénom.

12 R. Oui. Kathryn Jean Barr.

13 Q. Quel est votre parcours pour ce qui est de la formation ?

14 R. J'ai une licence et maîtrise et une thèse de doctorat aussi.

15 Q. Une thèse de doctorat en quel domaine ?

16 R. La pathologie des plantes.

17 Q. Quelle était votre premier travail après la thèse de doctorat ?

18 R. J'ai été analyste des documents experts.

19 Q. C'était à quelle date ?

20 R. En 1992.

21 Q. Quel est le travail qu'un expert en écriture et document fait ?

22 R. Pour la plupart, nous utilisons les signatures et les écritures afin

23 d'identifier une personne ou un groupe de documents qui a été rédigé par

24 une personne. Puis, nous examinons aussi des documents tapés à la machine,

25 imprimés afin d'identifier les différences dans l'impression.

26 Q. Afin de devenir qualifier dans ce domaine, quelle était la formation

27 que vous avez dû suivre ?

28 R. Tout d'abord, j'ai eu un cours de formation de six mois afin

Page 13171

1 d'apprendre les bases de l'analyse d'écriture. Ensuite, j'ai suivi un

2 enseignement pendant deux ans où j'ai gagné de l'expérience dans le travail

3 lui-même.

4 Q. Au cours de cette période de formation, est-ce que vous avez procédé

5 aux comparaisons de l'écriture ?

6 R. Oui. On le faisait au jour le jour.

7 Q. Dans quelle institution avez-vous d'abord travaillé lorsque vous avez

8 eu votre doctorat ?

9 R. J'ai commencé à travailler à la police de Londres au laboratoire des

10 études médico-légales.

11 Q. Combien de temps avez-vous travaillé là-bas ?

12 R. Jusqu'à ou plutôt ça été pris en charge par les services scientifiques

13 des services médico-légaux et j'ai y travaillé jusqu'en 1999.

14 Q. Après 1999, où êtes-vous allé ?

15 R. Je suis allée dans une compagnie qui s'appelle : "Document Evidence

16 Limited."

17 Q. Quel type d'organisation est-ce ?

18 R. C'est un établissement qui analyse les documents et c'est le travail

19 que nous effectuons en premier lieu pour les besoins de la police

20 britannique et aussi nous le faisons pour les besoins des services de la

21 défense de différentes compagnies.

22 Q. Comment s'appellent vos fonctions là-bas ?

23 R. Je suis un expert en matière d'écriture et de document médico-légaux.

24 Q. Qu'est-ce que cela sous entend ?

25 R. Cela implique l'examen des documents, la comparaison des différentes

26 écritures et l'étude de tous les aspects de la vérification des documents

27 et écritures.

28 Q. Est-ce que vous avez une spécialisation pour ce qui est des tâches que

Page 13172

1 vous venez de nous énumérer ?

2 R. Non. Alors, pour être bon expert en matière d'analyse médico-légale des

3 documents, il faut que vous soyez en mesure d'examiner la totalité des

4 documents. Rien ne vous sert d'analyser des signatures et de réaliser que

5 la page où figure la signature a été rajoutée. Il faut que vous

6 spécialisiez, en totalité.

7 Q. Donc, dans le courant de votre carrière, vous devez exercer ou faire

8 toutes les tâches que vous venez de nous expliquer jusqu'à présent ?

9 R. Oui.

10 Q. Alors, vous avez travaillé à l'étude des documents et des écritures

11 depuis 1992 ?

12 R. Oui.

13 Q. Depuis ces 15 ans, combien de comparaison d'écriture avez-vous

14 effectuée ?

15 R. Je n'en ai aucune idée, plusieurs milliers.

16 Q. Pourriez-vous, je vous prie, nous décrire brièvement de quel type de

17 document il s'agit, lorsque vous procédez à ces comparaisons d'écriture au

18 quotidien ?

19 R. Au quotidien, nous pouvons être en train de travailler sur toute sorte

20 de documents. Bien entendu, il y a des falsifications de documents et c'est

21 l'une des tâches. Il y a, par exemple, des vérifications de carte de crédit

22 ou de chèque ou alors, tout document où il y a des parties manuscrites, des

23 lettres, des reçus, des signatures, des aveux, enfin, toute sorte de

24 documents légaux et autres.

25 Q. Dr Barr, avez-vous déjà témoigné devant un tribunal au sujet de votre

26 travail ?

27 R. Oui.

28 Q. Combien de fois ?

Page 13173

1 R. Probablement une cinquantaine de fois.

2 Q. Vous avez également témoigné devant ce Tribunal international dans

3 l'affaire le Procureur contre Blagojevic, n'est-ce pas ?

4 R. Oui, c'est exact.

5 Q. Y a-t-il d'autres activités professionnelles que vous auriez réalisées

6 en sus du travail que vous avez effectué au quotidien ?

7 R. Oui, en effet, j'enseigne au sein ou à l'intention d'organisation

8 financière de l'enquêteur. Je procède à des formations et entraînements en

9 travail médico-légal, et ce, en Grande-Bretagne ainsi qu'à l'étranger. Je

10 participe également en qualité de superviseur des étudiants en une étude du

11 troisième cycle en matière de recherche ou alors dans les recherches qui

12 sont financées par les gouvernements ainsi que par l'université.

13 Q. Avez-vous une accréditation ou un titre quelconque pour ce qui est de

14 cette qualité ?

15 R. Oui. Je suis membre du conseil de l'enregistrement de ces experts en

16 matière d'examen médico-légal de ces écritures et c'est une organisation

17 qui existe en Grande-Bretagne.

18 Q. Je veux que vous expliquez le domaine d'écriture et d'analyse de

19 comparaison, ou plutôt, je vais vous demander de nous expliquer cette

20 méthodologie où vous intervenez ?

21 R. L'écriture est une forme de communication entre les personnes, et cela

22 dévoile le caractère de tout un chacun.

23 Q. Est-ce que vous pourriez décrire la conception fondamentale de ce

24 domaine d'intervention pour ce qui est de l'analyse des écritures ?

25 R. En général, ces comparaisons d'écriture englobent trois parties

26 principales. D'abord, il s'agit de procéder à une analyse des écritures.

27 Là, il s'agit de définir la façon dont les caractères sont rédigés, c'est-

28 à-dire on voit comment les stylo se déplace sur le papier pour inscrire ces

Page 13174

1 lettres ou ces symboles. Ensuite, on voit comment les lettres sont

2 penchées, comment elles sont reliées entre elles et quelle est la façon

3 dont l'écriture a couru.

4 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Excusez-moi de vous interrompre, mais

5 peut-être pourrions-nous poser la question dès le début. Il est une

6 organisation européenne qui englobe tous ces experts en matière médico-

7 légale en provenance de l'Europe et l'objectif vise à procéder à des

8 échanges de connaissance spécialisée, et il s'agit aussi de standardiser la

9 pratique. Est-ce que vous faites partie de cette organisation ? Est-ce que

10 vous avez déjà participé à ses activités ?

11 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui. Notre compagnie, qui en entier est un

12 membre associé de cette organisation européenne, et je suis allée aux

13 conférences de celle-ci, je suis intervenue au sein des groupes de travail

14 faisant partie de cette conférence.

15 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bien. Merci.

16 Allez-y.

17 Mme SOLJAN : [interprétation]

18 Q. Vous avez parlé de terme -- parlé d'écriture "inclinée" ou de la façon

19 courante -- de la façon dont court une écriture; est-ce que vous pourriez

20 nous expliquer cela ?

21 R. Bien, quand on parle de l'inclinaison des lettres, on prend la lettre

22 droite, la lettre penchée dans un sens ou dans un autre. La façon courant

23 d'écriture indique quelle est la rapidité de l'écriture.

24 Q. Vous avez commencé à expliquer le processus en disant qu'il y a trois

25 parties principales de cette analyse. Vous avez dit également qu'il a une

26 construction dont il convient de tenir compte.

27 R. Oui, lorsqu'on procédait à une analyse, il y a également une

28 construction dont il faut tenir compte, et il convient d'y élaborer des

Page 13175

1 différentes variations parce que les gens ne sont pas des robots à chaque

2 fois qu'ils écrivent il y aura un variation d'écriture à chaque fois. Donc,

3 il y a chaque fois, il y a une variante de l'écriture qui court. Vous devez

4 prendre en considération cet élément-là également. Si vous examinez une

5 petite quantité d'écriture et si vous remarquez des différences, vous

6 n'allez pas être sûr si ces différences proviennent du fait d'avoir deux

7 personnes avoir écrit ou alors est-ce que c'est une variante de l'écriture

8 de la même personne. C'est la même chose lorsque vous écrivez un alphabet

9 de A à Z, en allant par un petit caractère ou un grandes lettres, ou alors

10 vous avez une méthode de construction, puis, vous avez une façon fluente ou

11 influx d'écriture qui court, et tout ça ce sont des éléments de variation.

12 Une fois que vous avez reconnu une écriture, vous procédez à la même chose

13 pour ce qui est des écritures qui sont litigieuses et il convient de

14 comparer les deux choses pour établir s'il y a des similarités ou des

15 différences. Une fois que vous avez accompli ce travail-là, il convient de

16 déterminer s'il y a ou pas une signification dans ces similitudes et

17 différences parce que, dans l'écriture d'une personne ou dans l'écriture de

18 deux personnes, il y aura toujours des ressemblances parce que des fois ça

19 arrive par hasard, de façon fortuite, et parfois il est difficile d'avoir

20 ses propres caractères -- sa propre lettre, mais de se conformer à des

21 formes déjà standardisées. Mais vous allez toujours avoir des différences

22 du point de vue de l'écriture en raison des différentes variations, et si

23 vous déterminez qu'il y a suffisamment de ressemblance, vous allez pouvoir

24 déterminer s'il y a une ou deux ou trois, ou plusieurs personnes qui dont

25 les écritures sont en question.

26 Q. Est-ce que vous avez -- dans cette analyse, vous prenez seulement les

27 caractères, ou est-ce que vous prenez les mots en tant que tout ?

28 R. Nous travaillons d'abord sur les lettres individuelles.

Page 13176

1 Q. Donc, vous examinez la lettre par lettre ?

2 R. Oui.

3 Q. Y a-t-il une façon spécifique par laquelle vous procédez à l'analyse

4 des documents ?

5 R. Nous appelons cela "tick sheet," ce qui littéralement traduit -- dit

6 que vous vous situez au niveau alphabétique, à savoir qu'il faut examiner

7 toutes les lettres, tous les caractères de l'alphabet pour ne pas mal

8 interprété les différents caractères.

9 Q. Est-ce que cela fait partie de la totalité de l'analyse ?

10 R. Oui, c'est une partie de l'analyse seulement. Cela est une sorte d'aide

11 mémoire et un moyen par lequel nous procédons à l'analyse auquel nous

12 pouvons revenir ou je puis revenir et d'autres examinateurs peuvent revenir

13 pour être sûrs que nous avons eu recours à cette procédure -- à la bonne

14 procédure.

15 Q. Alors, ce "tick sheet" c'est une procédure que vous utilisez dans tous

16 les documents ?

17 R. Oui.

18 Q. Lorsque vous prenez les différents documents qu'est-ce que signifie cet

19 éventail de variations dont vous avez parlé ?

20 R. Oui, comme je vous l'ai déjà dit, il y a dans toute écriture des

21 variations parce que les gens écrivent souvent rarement et lorsqu'il y a

22 des modifications qui interviennent au niveau de la construction des

23 caractères dans différentes parties d'un mot et lorsqu'un caractère, une

24 lettre est construite de façon différente au début ou à la fin du mot ou de

25 la phrase, ça fait partie de cet éventail de variations.

26 Q. Est-ce que vous pouvez nous donner un exemple de ces types de

27 variations indépendamment des similitudes ou des différences, qu'est-ce que

28 cela signifierait ?

Page 13177

1 R. Oui. Par exemple, lorsqu'il s'agit d'une grande lettre E en anglais,

2 cela pourrait être écrit comme un L avec deux tirets en haut ou est-ce que

3 -- ou cela pourrait être une espèce de lettre avec une courbe et cela peut

4 être écrit comme un L en l'envers en deux coups de stylo. Donc il y a un

5 grand nombre de variations, par exemple, le zéro ou le O, la lettre O

6 l'écrive dans le sens dans lequel tourne les aiguilles d'une montre, des

7 fois c'est le contraire du sens des aiguilles d'une montre.

8 Q. Après avoir comparé les deux jeux de documents et après avoir procédé à

9 l'évaluation -- du processus de l'évaluation, comment est-ce que vous

10 formulez vos conclusions ?

11 R. Bien, nous procédons à un recours à une échelle verbale parce que

12 personne jusqu'à présent n'a été en mesure d'établir une analyse

13 statistique ou établir une échelle numérique. Donc, nous -- tous les

14 examinateurs se servent de cette échelle verbale et ça commence par des

15 éléments de preuve qui indiquent qu'il peut y avoir des conclusions

16 positives ou négatives pour que telle ou telle personne peut être l'auteur

17 du texte ou le scripteur. Il se peut qu'il y soit donc peu de probabilité

18 que cette écriture est appartenue à quelqu'un d'autre. Donc, il y a des

19 éléments de preuve assez tenus mais vous ne pouvez pas exclure la

20 possibilité que quelqu'un d'autre ait pu l'écrire. Donc, il y a des cas où

21 il est difficile de déterminer si c'est la même personne qui a rédigé

22 quelque chose ou s'il s'agit de deux personnes.

23 Q. Combien de niveaux d'opinions êtes-vous en mesure d'exprimer ?

24 R. Sept.

25 Q. Ces sept niveaux constituent un éventail de possibilité pour ce qui est

26 d'affirmer, de pouvoir affirmer que c'est l'écriture de quelqu'un ou pas ?

27 R. En effet.

28 Q. Est-ce qu'il y a un contrôle de qualité qu'un examinateur effectue à la

Page 13178

1 fin de son analyse ?

2 R. Oui. Tout le travail est révisé ou revu par un autre scientifique pour

3 vérifier les résultats et il vérifie donc les différents niveaux auxquels

4 vous avez eu recours pour répondre aux questions qui nous ont été posées.

5 Q. Comment convenait-il de comprendre le langage d'une écriture pour

6 procéder à la conduite d'une comparaison des écritures ? Et est-ce qu'il

7 est nécessaire de comprendre la langue ?

8 R. Non. Nous sommes en train, nous, nous examinons la façon dont les

9 lettres sont construites et non pas la signification du mot en tant que

10 tel.

11 Q. Ces principes méthodologiques que vous venez de nous exposer diffèrent-

12 ils de quelque façon lorsque vous procédez à l'analyse d'une écriture dans

13 une langue qui n'est pas la vôtre, une langue étrangère ?

14 R. Les principes sont les mêmes. La difficulté avec les langues

15 étrangères, c'est que vous devez être conscient du fait que vous êtes en

16 train de vous pencher sur la bonne lettre ou le bon caractère -- le bon

17 signe parce que des gens passent facilement d'une lettre à l'autre et

18 lorsque vous lisez dans votre langue naturelle vous faites la différence à

19 partir du contexte. Il faut donc que vous soyez certain du fait d'examiner

20 la même lettre, le même caractère à chaque fois. Ce qui est important

21 encore c'est que lorsque vous êtes un expert en matière d'écriture et de

22 document, il faut que vous sachiez quelle est la signification des

23 similitudes et différences, et ça peut varier d'une langue à l'autre ou

24 d'une nationalité à l'autre. Vous devez être conscient du fait que

25 certaines lettres sont plus fréquentes dans d'autres langues que dans votre

26 langue à vous.

27 Q. Y a-t-il des mesures ou des précautions à prendre pour ce qui est de

28 cet expert agréé en écriture et document et convient-il de procéder de

Page 13179

1 façon différente lorsqu'on examine un document dans une langue autre ?

2 R. En substance, vous devez veiller à comparer des choses qui sont

3 comparables et tenir compte du fait que certaines lettres se trouvent être

4 plus communément utilisées que d'autres, et ça peut donc constituer un

5 élément de calcul d'erreur par précaution.

6 Q. Dr Barr, est-ce que vous comprenez la langue à laquelle on se réfère,

7 le B/C/S ?

8 R. Non.

9 Q. Est-ce que vous êtes capable de comparer les écritures en B/C/S ?

10 R. Oui.

11 Q. Est-ce que c'est la première fois que vous comparez des écritures dans

12 une langue que vous ne comprenez pas ?

13 R. Non. Nous voyons des documents dans toutes les langues ou autres

14 langues européennes, en français, en irlandais, allemand, et bien entendu,

15 il y a des langues qu'on connaît, mais le principe de l'indice de documents

16 est le même pour toutes les langues d'origine latine à caractère romain.

17 Q. S'agissant des langues étrangères dans quel contexte avez-vous précédé

18 à des analyses d'écriture ?

19 R. Bien, une fois de plus, je dirais que les cas ont varié. Très souvent,

20 il y a eu des cas de contrebande de stupéfiants et puis, alors,

21 vérification de titres de voyage ou de bordereaux d'importation de

22 marchandises dans tel pays.

23 Q. Bien. A plusieurs reprises, le Procureur vous a demandé de procéder à

24 des analyses d'écriture, n'est-ce pas ?

25 R. Oui.

26 Q. Vous avez rédigé cinq reports à cet effet, n'est-ce pas ?

27 R. Oui.

28 Q. Nous avons ici pris le document dans le prétoire et j'aimerais que vous

Page 13180

1 nous identifier ces documents pour les besoins des Juges de la Chambre.

2 R. Oui. J'ai cinq rapports qui ont été présentés qui sont datés du 16

3 juillet 2003, puis du 22 août 2003, puis du 27 janvier 2004, puis du 29

4 juin 2006, et du 10 janvier 2007.

5 Q. Merci.

6 Mme SOLJAN : [interprétation] Pour les besoins du compte rendu d'audience,

7 je voudrais préciser que ce rapport du 10 janvier 2007 est un rapport qui

8 ont eu la pièce à conviction P02844; c'est un rapport du 29 juin 2006 et la

9 pièce P02845; celui du 16 juillet 2003, et la pièce P02846; celle du 22

10 août 2003 constitue la pièce P02847; et le dernier des rapports à savoir

11 celui du 24 janvier 2004 est le rapport P02848.

12 Q. Alors, aux fins de rédiger ces rapports, on vous a fourni certains

13 documents, n'est-ce pas ?

14 R. En effet.

15 Q. De quel type de document s'est-il agi d'une manière générale ?

16 R. On m'a remis des écritures et on m'a fait savoir qu'il s'agit de

17 spécimens d'individus et de documents que nous appelons documents

18 contestés. On m'a posé la question de savoir quelles sont les personnes qui

19 ont introduits, puis ont apposé ces entrées dans les documents.

20 Q. Si je vous demandais de résumer à l'intention des Juges de la Chambre

21 ce que vous avez été -- ce qu'on vous a demandé de faire au sujet de

22 l'écriture, de l'analyse de l'écriture de Dragan Jokic dans l'affaire le

23 Procureur contre Blagojevic ?

24 R. Bien, il s'agissait d'analyser les écritures au niveau des entrées dans

25 un journal de l'officier de permanence et ça allait de la page 0293-5743 à

26 0293-5753.

27 Q. Est-ce que vous pouvez résumer à notre attention les conclusions que

28 vous avez tirées ?

Page 13181

1 R. En effet, j'ai constaté que les entrées 0293-5744 allant jusqu'à 5753

2 étaient -- ou avaient des éléments de preuve que c'était la même personne

3 qui avait produit ces entrées.

4 Q. Où figurent ces éléments d'écriture analysés, dans quel rapport ?

5 R. Celui qui est daté du 16 juillet 2003.

6 Q. Bon. Vous avez également rédigé deux autres rapports pour ce qui est de

7 l'écriture du même individu, M. Jokic, n'est-ce pas ?

8 R. Oui, c'est exact.

9 Q. Quel a été la finalité des deux rapports en question ?

10 R. Le deuxième rapport avait pour objectif d'expliquer plus en détail les

11 conclusions en provenance du tout premier rapport. Au troisième rapport, on

12 m'a fourni des spécimens d'écriture, des échantillons d'écriture qui

13 avaient été rédigés, du texte rédigé récemment afin que je puisse voir si

14 cela me fournissait la possibilité de présenter des conclusions plus

15 solides, d'avoir plus d'assurance et cela n'a fait que -- confirmé mon

16 opinion, mais je n'ai pas été capable de dire non seulement qu'il

17 s'agissait d'une conclusion ferme mais ce que c'était conclusif.

18 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Alors, je veux être clair. En page 21,

19 ligne 20, est-ce qu'il s'agissait d'entrées apposées dans un journal de

20 permanence des officiers de permanence officiels ou officieux ?

21 LE TÉMOIN : [interprétation] Officieux.

22 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Pouvons-nous avoir le numéro d'ERN, je

23 vous prie.

24 Mme SOLJAN : [interprétation] Oui, Messieurs les Juges. Je vais vous donner

25 les ERN en application du 65 ter. Il s'agit du 377 et ça va des numéros

26 0293-5619 à 0293-5806.

27 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bien. Merci.

28 Mme SOLJAN : [interprétation] Il n'y a pas de quoi.

Page 13182

1 Q. Docteur Barr, vous avez examiné deux grandes parties de ce journal

2 officieux des officiers de permanence, n'est-ce pas ?

3 R. Oui.

4 Q. Est-ce que vous pourriez dire aux Juges de la Chambre quel est le type

5 d'écriture qu'on y retrouve et qu'est-ce qu'on utilisait d'abord ?

6 R. On s'est surtout servi d'un stylo à bille.

7 Q. Est-ce qu'il y a eu des endroits où on s'est servi d'un crayon

8 ordinaire ?

9 R. Oui. Je n'ai pas voulu fonder mes conclusions sur les parties

10 manuscrites en crayon ordinaire s'agissant de M. Jokic.

11 Q. Pourquoi ?

12 R. Parce qu'il semblait que ce qui a été apposé au crayon était l'uvre

13 d'une personne autre.

14 Q. Bien. Merci.

15 Mme SOLJAN : [interprétation] J'aimerais maintenant que nous nous penchions

16 sur ces deux rapports que vous avez rédigés plus récemment. Vous êtes

17 référée à celui du 10 janvier 2007 et au rapport du 29 juin 2006. Il s'agit

18 du P02845.

19 Q. J'aimerais pour les besoins des Juges de la Chambre vous nous disiez

20 quel a été la finalité desdits rapports ?

21 R. Une fois de plus, il s'agissait d'identifier si les trois individus en

22 question avaient apporté des entrées par écrit dans ce journal officieux

23 des officiers de permanence, puis, dans le journal officiel des

24 responsables de permanence et puis, le journal tenu à jour au poste de

25 commandement avancé et de rapports écrits à la machine.

26 Q. Est-ce que vous avez été en mesure de tirer des

27 conclusions ? Est-ce que vous pouvez nous faire un résumé pour ce qui est

28 d'abord de vos constatations au sujet de l'écriture de M. Drago Nikolic ?

Page 13183

1 R. Si. S'agissant de M. Nikolic, j'ai tiré la conclusion comme suit :

2 s'agissant de ce journal officiel des officiers de permanence, il y a

3 plusieurs entrées où il y a des similitudes significatives entre son

4 écriture et les signatures et nous pouvons tirer la conclusion que c'est de

5 sa main. Si nous les parcourons --

6 M. LE JUGE KWON : [interprétation] Excusez-moi, Madame Soljan,

7 d'interrompre. Je suis un peu dans la confusion pour ce qui est de ce qui

8 est de cet officiel ou officieux. Est-ce qu'on a déjà parlé ?

9 Mme SOLJAN : [interprétation] Messieurs les Juges --

10 M. LE JUGE KWON : [interprétation] Et on s'est penché sur la question ?

11 Mme SOLJAN : [interprétation] Je crois que nous en avons parlé dans le

12 passé. Nous avons qualifié de journal officieux celui des --

13 M. LE JUGE KWON : [interprétation] Mais je souviens de la différence entre

14 le journal et le cahier de notes. Mais est-ce que nous avons examiné la

15 question de savoir si c'était officiel ou officieux ? Monsieur McCloskey,

16 peut-être --

17 M. McCLOSKEY : [interprétation] Oui, Monsieur le Juge. Ce sont des termes

18 que nous avons repris de l'affaire Blagojevic, et c'est les termes qui sont

19 utilisés par l'expert comme cela a d'ailleurs été le cas auparavant. Nous

20 pouvons laisser tomber ou laisser de côté le fait de savoir si c'est

21 officiel ou officieux.

22 M. LE JUGE KWON : [interprétation] Je comprends. Donc, vous -- elle se

23 conforme aux instructions que vous lui avez données.

24 M. McCLOSKEY : [interprétation] C'est ainsi que nous avons appelé cela, et

25 ensuite, on a laissé tomber le fait de savoir si c'était le journal ou le

26 cahier de notes officiel ou officieux.

27 M. LE JUGE KWON : [interprétation] Bien. Merci. Je crois que les choses

28 sont claires à présent.

Page 13184

1 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Veuillez continuer, Madame Soljan.

2 Mme SOLJAN : [interprétation]

3 Q. Peut-être allons-nous revenir à ce que vous disiez tout à l'heure.

4 Lorsqu'il s'agit de ce carnet de notes et il y a eu là des entrées avec des

5 ressemblances significatives avec l'écriture de

6 M. Nikolic, donc, il y a des éléments de preuves conclusives disant que

7 c'est produit par lui. Il s'agit des entrées du 1er mai 1995, puis du 15 mai

8 1995, puis du 29 mai 1995, puis du 10 et 11 juin 1995, du 24 juin 1995, du

9 7 juillet 1995 et du 15 juillet 1995.

10 Q. Est-ce que vous pourriez nous indiquer les pages de votre rapport ?

11 R. C'est ce qui est dit à la page 8 de mon rapport daté du 29 juin.

12 Mme SOLJAN : [interprétation] Pour les besoins du compte rendu d'audience,

13 je précise qu'il s'agit du numéro ERN 06064359.

14 Q. Est-ce que vous pouvez résumer les autres conclusions que vous avez

15 tirées, je vous prie?

16 R. Pour ce qui est du carnet de notes du poste de commandement avancé, on

17 m'a demandé de me pencher sur les entrées du 11 au 21 juillet. Il y a là

18 quatre entrées pour lesquelles j'ai déterminé qu'il y avait suffisamment

19 d'éléments de preuve conclusifs pour dire que M. Nikolic n'est pas l'auteur

20 de l'une quelconque des entrées apposées à la date ou aux dates indiquées.

21 Q. Pour ce qui est du registre ?

22 R. Pour ce qui est des entrées qui se réfèrent à la date du

23 21 juin, il y a des éléments de preuve conclusifs disant que ce n'est pas

24 produit par lui. Nous pouvons dire autant pour ce qui est des entrées

25 datées du 30 juin ou du 10 juillet. Pour ce qui est des entrées du 12

26 juillet allant jusqu'au 17 juillet, j'ai conclu qu'il y avait des entrées

27 datées du 15 juillet qui indiquent la présence de similitude significative

28 avec son écriture. Nous avons tiré la conclusion disant que c'est lui

Page 13185

1 l'auteur de ces entrées aux dates indiquées.

2 Q. Avez-vous tiré d'autres conclusions lorsqu'il s'agit des documents qui

3 sont contestés ?

4 R. On m'a montré un rapport tapé à la machine daté du 26 juillet. Il y a

5 deux copies carbones et il y a un autre rapport sur deux pages daté du 25

6 juillet où l'on a retrouvé quatre copies carbones. Ce sont des documents

7 qui ont été tapés et il y a des signatures dessus. Nous avons tiré la

8 conclusion disant que

9 M. Nikolic avait bel et bien signé ces rapports.

10 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Pour les besoins du compte rendu

11 d'audience, M. Josse est à présent venu dans le prétoire.

12 Mme SOLJAN : [interprétation] Pour les besoins du compte rendu, je précise

13 que le rapport du Dr Barrage, ici présent, en application du 65 ter

14 comporte les cotes 345 et 385 et le numéro du registre du poste de

15 commandement avancé est le 935, toujours en application du 65 ter.

16 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Merci, Madame Soljan.

17 Mme SOLJAN : [interprétation] Il n'y a pas de quoi.

18 Q. Docteur Barr, pourriez-vous nous résumer les conclusions que vous avez

19 tirées suite à la comparaison des écritures relatives à Ljubislav Strbac ?

20 R. En effet, s'agissant de M. Strbac, au registre, j'ai conclu qu'il y

21 avait plusieurs entrées qui indiquent qu'il y a des similitudes

22 significatives entre sa signature et les écritures et l'écriture même.

23 Donc, il y a des éléments de preuve conclusifs disant que c'est bien lui

24 l'auteur de ces entrées. Je me précise que ce sont les entrées du 29 juin

25 1995; du 17 juillet et du 18 juillet 1995; puis du 28 juillet 1995; et

26 enfin le 6 août 1995.

27 Q. On m'a également posé des questions au sujet des entrées relatives au

28 11 juillet, au 21 juillet pour ce qui est du registre du poste de

Page 13186

1 commandement avancé. Il y a des différences importantes entre son écriture

2 et les quatre entrées en question. J'ai retrouvé des éléments de preuve

3 permettant de conclure qu'il n'a été l'auteur d'aucune de ces entrées au

4 registre.

5 R. Ce qui est du carnet de notes, j'ai trouvé des éléments de preuve

6 disant que ce n'est pas lui qui est l'auteur des entrées apposées le 21

7 juin, le 30 juin et le 10 juillet. Pour ce qui est des entrées datées du 12

8 au 17 juillet, j'ai trouvé des similitudes significatives entre l'entrée du

9 17 juillet et son écriture, et des éléments de preuve conclusifs disant que

10 c'est bien lui qui a produit ces entrées. En outre, nous avons des éléments

11 de preuve disant qu'il n'a été l'auteur d'aucune des autres entrées sur la

12 période allant du 12 juillet au 17 juillet.

13 Q. Enfin, pourriez-vous nous résumer brièvement vos conclusions, les

14 conclusions qui figurent dans vos rapports au sujet de l'écriture de M.

15 Miletic et Trbic ?

16 R. J'ai pu constater qu'il y avait des similitudes et des différences

17 entre la série d'entrées pour ce qui est de M. Trbic, donc la série

18 d'entrées dans le cahier. Mais je n'ai pas pu apprécier l'importance de ces

19 signatures et de ces différences. Par conséquent, je suis arrivée à la

20 conclusion que je n'avais pas de preuve suffisante pour dire si il a été

21 l'auteur de ces entrées ou non.

22 Q. Pouvez-vous nous préciser un petit peu que vous précisez à l'intention

23 des Juges de la Chambre quelles sont les difficultés que vous avez

24 rencontrées, pourquoi vous n'avez pas pu apprécier cette importance ?

25 R. Il y en a eu toute une série. Tout d'abord, pour ce qui est des

26 échantillons d'écriture que l'on m'a fournis, s'agissant de

27 M. Trbic, c'était surtout des lettres majuscules. Tandis que la plupart des

28 entrées dans le cahier étaient des lettres minuscules. Donc, il y avait

Page 13187

1 très peu d'éléments que j'ai pu comparer entre les deux.

2 Q. Vous avez vu des originaux ou des photocopies pour l'ensemble des

3 documents que vous avez examinés ?

4 R. Pour la grande majorité c'étaient des originaux.

5 Q. Pendant votre examen de document, en votre qualité d'expert en écriture

6 et document, est-ce que vous procédez généralement à l'examen des originaux

7 ?

8 R. On demande toujours de travailler sur des orignaux s'ils existent

9 puisque nous avons plus d'éléments d'écriture que l'on peut étudier dans un

10 original que dans une photocopie.

11 Q. Alors, maintenant, j'aimerais qu'on examine un peu plus en profondeur

12 la méthodologie que vous avez appliquée en procédant à la comparaison des

13 écritures en l'espèce. Alors, tout d'abord, une question générale.

14 L'analyse que vous avez effectuée ici, est-ce qu'elle a été conforme à la

15 méthodologie que vous appliquée généralement ?

16 R. Elle était tout à fait conforme à cela.

17 Q. Ici, comment avez-vous procédé à la comparaison, à l'étude et

18 comparaisons des écritures dans une langue que vous ne connaissez pas ?

19 R. C'est vraiment un mélange d'approche. J'ai procédé à des lectures dans

20 la langue B/C/S et aussi j'avais des traductions de certaines entrées. Je

21 faisais en sorte de vérifier que j'étudiais les bons caractères. Donc,

22 s'agissant de M. Jokic, par exemple, lui, il a écrit d'une manière très

23 [imperceptible], en fait, c'est du gribouillé, donc, il était difficile de

24 déterminer où était le début où était la fin d'une lettre.

25 Q. Est-ce que pour chacune des lettres vous avez pu avoir un éventail

26 d'échantillons ?

27 R. Oui.

28 Q. Après s'être arrivée au terme de votre analyse en comparaison des deux

Page 13188

1 jeux d'écriture, est-ce que vous avez toujours appliqué la méthodologie

2 concernant le contrôle de qualité ?

3 R. Oui.

4 Q. Les collègues qui ont vérifié, qui ont relu vos rapports, ce sont des

5 personnes qui connaissent la méthode et les comparaisons d'écriture ?

6 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Madame Soljan, Docteur Barr, nous avons

7 remarqué que certains interprètes, en particulier dans la cabine B/C/S, ont

8 du mal à vous suivre. Donc, est-ce que vous pourriez peut-être ralentir un

9 petit peu, s'il vous plaît.

10 Mme SOLJAN : [interprétation] Je présente mes excuse aux interprètes.

11 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je vous remercie.

12 Mme SOLJAN : [interprétation] Alors, je voudrais maintenant placer une

13 pièce -- un document sur le rétroprojecteur, la pièce P02850, s'il vous

14 plaît. Est-ce qu'on peut placer les deux documents l'un à côté de l'autre,

15 s'il vous plaît ? Donc, il faudrait mieux peut-être -- il faudrait mieux

16 utiliser le rétroprojecteur, s'il vous plaît.

17 Q. Dr Barr, est-ce que vous pouvez nous dire de quel document il s'agit,

18 s'il vous plaît ? Je suis sûre qu'on trouvera une manière de les afficher

19 plus tard.

20 R. Oui. Ça été fourni pendant le procès de M. Jokic, et c'est ici à titre

21 d'exemple pour montrer comment j'ai examiné les documents. Alors, sur la

22 gauche, vous avez des entrées qui ont été sélectionnées qui correspondent,

23 donc, à l'écriture que l'on cherchait à examiner. Sur la droite, vous avez

24 les entrées qui correspondent aux échantillons d'écriture.

25 Q. Est-ce que vous pouvez nous expliquer les traits saillants que vous

26 avez étudiés dans le cadre de votre examen ? Alors, tout d'abord, pourriez-

27 vous, s'il vous plaît, nous dire comment vous êtes arrivé à la conclusion

28 qu'il y avait une correspondance entre le document examiné et l'échantillon

Page 13189

1 ? Je vais vous demander d'utiliser le stylo rouge, qui est juste derrière

2 et vous allez nous tracer un cercle autour des portions des lettres que

3 vous avez étudiés ?

4 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Dr Barr, est-ce que vous pensez que si

5 c'était agrandi on pourrait comprendre mieux ce que vous avez fait ?

6 LE TÉMOIN : [interprétation] Ce serait plus facile à l'écran d'ordinateur.

7 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Parce que d'après ce que l'on voit

8 maintenant -- Oui. O.K. C'est satisfaisant. Je pense qu'on peut procéder.

9 Mme SOLJAN : [interprétation]

10 Q. Donc, pourriez-vous, s'il vous plaît, nous relever des éléments ou des

11 lettres que vous avez utilisées dans le cadre de votre analyse, et est-ce

12 que vous pouvez tracer un cercle autour de l'élément que vous examinez et

13 puis, inscrire un chiffre à côté par la suite ?

14 R. Donc, l'objectif c'est de vous montrer comment on procède dans le cadre

15 d'examen généralement d'étude. Donc, par exemple, on recherche des

16 similitudes et des différences dans une écriture et certaines similitudes

17 qui sont présentes seraient, par exemple, examinant le Z de Zvornik, la

18 lettre Z, et là, vous pouvez voir que c'est écrit d'une manière très

19 comparable sur l'échantillon et sur le document examiné, vous avez les

20 boucles en haut et en bas de la lettre.

21 Egalement le G, la lettre G dans ces deux documents, et la lettre est

22 formée de la même façon avec cette boucle donc j'inscris la lettre B à

23 côté.

24 Ensuite, quelque chose de comparable ce serait si on comparait un mot

25 entier. C'est l'angle d'inclinaison, la manière dont le T est attaché, le T

26 et à A, ainsi que le J, comment la lettre est attachée, et le fait que le S

27 est très étroit. Donc, c'est la même chose dans les deux documents.

28 Q. Vous pouvez nous donner quelques autres exemples où il n'y a pas de

Page 13190

1 correspondance ?

2 R. Oui. Par exemple, le A majuscule dans l'échantillon, vous voyez, ce

3 sont des traits séparés, plusieurs traits, alors que dans l'échantillon,

4 c'est un seul trait, sans interruption, puis un trait supplémentaire pour

5 la barre.

6 Aussi des points -- par exemple, les points sont quelques choses que l'on

7 étudie, ils sont plus forts, plus prononcés que dans les échantillons,

8 donc, ils sont plus prononcés dans les documents examinés.

9 Donc, il y a des éléments qui ne correspondent pas entre les deux jeux

10 d'écriture, et c'est la raison pour laquelle je suis arrivée à la

11 conclusion qu'il y avait des preuves fortes mais pas suffisantes pour

12 arriver à la conclusion qu'il s'agissait d'une seule et même personne qui a

13 rédigé les deux.

14 Q. Alors, vous comparez la manière dont sont formées les lettres, la

15 continuité, les liens, la manière dont les lettres sont attachées, est-ce

16 que les différences pourraient être quelque chose d'accidentel ?

17 R. Encore une fois, je m'appuie sur mon expérience pour interpréter

18 l'importance de ces différences, mais, par exemple, la plupart des gens

19 quand ils écrivent un I, tout simplement tracent un trait vertical allant

20 vers le bas, donc, il est très facile de comparer lorsque l'on voit qu'il y

21 a une structure, par exemple, beaucoup plus compliquée.

22 Q. Si c'est une seule et même personne qui rédige un même texte à deux

23 reprises, est-ce que ce texte serait identique ?

24 R. Non.

25 Q. Pourquoi ?

26 R. Parce que personne ne peut reproduire une même écriture d'une fois à

27 l'autre parce qu'il y a des différences variations naturelles qui se

28 produisent dans l'écriture de quelqu'un.

Page 13191

1 Mme SOLJAN : [interprétation] Je vous remercie. Je n'ai plus de questions.

2 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je vous remercie, Madame Soljan.

3 Qui sera le premier Défenseur ?

4 Nous avons besoin de verser au dossier ces documents et il faudra que le

5 témoin signe le document et qu'elle inscrive une date.

6 Mme SOLJAN : [interprétation] Est-ce que vous pouvez dater le document en

7 bas ?

8 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Ce sera versé au dossier comme un seul

9 document.

10 LE TÉMOIN : [interprétation] Je peux signer et dater sur l'écran ?

11 Mme SOLJAN : [interprétation] Oui.

12 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Monsieur Ostojic, est-ce que nous

13 pourrions avoir une pause maintenant, c'est que nous allions vous proposer,

14 au lieu de faire la pause dans 15 minutes. Ceci permettra à tout le monde

15 de prendre ces dispositions. Je crois que vous avez demandé d'avoir tous

16 les documents. Donc, nous allons faire ne pause maintenant. Nous en avons

17 besoin nous aussi.

18 Une pause de 25 minutes, et nous reprendrons par la suite.

19 --- L'audience est suspendue à 10 heures 14.

20 --- L'audience est reprise à 10 heures 45.

21 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui. Si j'ai bien compris c'est vous

22 qui commencez, Monsieur Ostojic ?

23 M. OSTOJIC : [interprétation] Oui. Merci.

24 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Veuillez vous présenter d'abord au

25 témoin.

26 Contre-interrogatoire par M. Ostojic :

27 Q. [interprétation] Oui, je m'appelle John Ostojic et je représente

28 Ljubisa Beara. Je souhaite tout d'abord parler de vos qualifications,

Page 13192

1 Madame, avec tout le respect que je vous dois. Tout d'abord, votre

2 curriculum vitae; est-ce que vous l'avez ?

3 R. Pas le dernier.

4 Q. C'est moi qui vais vous poser des questions. Vous avez dit,

5 aujourd'hui, dans votre déposition sous serment à la page 10, lignes 24 à

6 25, que vous avez reçu -- que vous avez passé une thèse de doctorat en

7 matière de pathologie de plantes; est-ce exact ?

8 R. Oui.

9 Q. Pourquoi est-ce que ceci n'est pas reflété dans votre

10 C.V. ?

11 R. N'est-ce pas le cas ? Je ne savais pas que ceci allait être contesté ou

12 qu'il y aurait des questions à ce sujet.

13 Q. J'ai ici votre C.V., numéro ERN 06055075 à 077, deux ou trois pages où

14 il n'est pas du tout indiqué que vous aviez reçu une thèse de doctorat en

15 matière de pathologie des plantes.

16 R. Bien, ceci n'a jamais été contesté.

17 Q. Vous êtes d'accord avec moi que vos qualificatifs -- qualifications

18 sont importantes si l'on veut évaluer votre déposition d'expert ?

19 R. Oui.

20 Q. Pourquoi, dans votre C.V., vous dites que vous avez passé une thèse de

21 doctorat en matière de philosophie en 1993 ?

22 R. Oui, c'est ma qualification. J'ai passé une thèse de doctorat, tout

23 simplement, je n'ai pas mentionné le sujet ou la matière.

24 Q. Très bien.

25 M. OSTOJIC : [interprétation] Je souhaite avec la permission de la Chambre

26 de demander que l'on montre au témoin son curriculum vitae avec le numéro

27 ERN que j'ai indiqué, et que l'Huissière le montre d'abord à l'Accusation.

28 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui, certainement, Maître Ostojic.

Page 13193

1 Quelques conseils d'abord. Nous avons remarqué, encore une fois, que la

2 cabine B/C/S a des problèmes. Vous allez un peu trop vite, donc, veuillez

3 faire une pause entre les questions et les réponses, et la même chose

4 s'applique au témoin.

5 M. OSTOJIC : [interprétation] Merci. Je vais essayer de le faire.

6 Q. Maintenant, nous l'avons sous forme électronique, est-ce que c'est

7 votre C.V., Madame Barr?

8 R. Oui.

9 Q. Qui l'a rédigé ?

10 R. Moi.

11 Q. A quel moment ?

12 R. A un moment donné, cette année.

13 Q. Dites-moi, s'il vous plaît, où est-ce qu'il est écrit que vous avez

14 passé une thèse de doctorat en matière de pathologique des plantes ?

15 R. La qualification est le docteur es philosophie et la matière n'est pas

16 indiquée, mais cela veut dire que je suis docteur en quelque matière que ce

17 soit.

18 Q. Et la philosophie n'est pas une matière.

19 R. Le doctorat est un doctorat es philosophie; c'est comme ça que l'on

20 appelle en Royaume-Uni quelque soit la matière.

21 Q. La pathologie des plantes, c'est une science ou un art ?

22 R. C'est une science.

23 Q. La raison pour laquelle vous nous dites maintenant que vous avez cette

24 thèse en matière de pathologique des plantes n'est pas afin d'être

25 considérée comme qualifiée en tant qu'expert en écriture et documents, mais

26 pour que vous disiez tout simplement que vous bénéficiez d'un certain

27 niveau scientifique, n'est-ce pas ?

28 R. Oui, c'est exact.

Page 13194

1 Q. Même si votre C.V. ne le reflète pas, vous dites que le domaine de

2 votre expertise scientifique est la pathologie des

3 plantes ?

4 R. Oui. Ma thèse initiale, même s'il est dit qu'il s'agit d'une thèse en

5 matière des arts, en réalité, il s'agit d'une thèse scientifique.

6 Q. C'est quel domaine ?

7 R. La botanique.

8 Q. Vous avez parlé brièvement aujourd'hui à la page 11 des choses qu'un

9 expert en écriture et documents doit faire dans le cadre de ses tâches

10 quotidiennes lorsqu'il se penche sur le document, les impressions, les

11 impressions modifiées, et cetera; vous en souvenez ?

12 R. Oui.

13 Q. Est-ce que vous pouvez nous dire quelque chose de plus lorsque vous

14 parlez des impressions indentées ?

15 R. Il s'agit des situations où sur un papier, vous avez des irrégularités

16 qui dépendent visiblement de la pression que vous utilisez afin d'écrire

17 les mots.

18 Q. Est-ce que vous pouvez déterminer en tant qu'expert en écriture,

19 Madame, si on a ajouté quelque chose sur une page en se fondant sur ce type

20 d'irrégularités ?

21 R. C'est possible.

22 Q. Est-ce que vous utilisez les impressions pour déterminer si on a ajouté

23 quelque chose sur des documents différents ?

24 R. Non. C'est plutôt pour déterminer ce qui est écrit sur la page. Par

25 exemple, si vous avez une note qui a été écrite sur la page qui manque.

26 Q. Comment est-ce que vous détermineriez quelles sont les sources ou les

27 outils que vous allez utiliser afin de déterminer si quelque chose a été

28 imprimée, de manière irrégulière ou pas ?

Page 13195

1 R. Normalement, nous utilisons une source de lumière oblique ou des

2 équipements tels qu'appareil électrostatique.

3 Q. C'est l'ESDA ?

4 R. Oui.

5 Q. La même question concernant les modifications des impressions, comment

6 est-ce que vous les détectez ?

7 R. En utilisant les équipements de lumière spécialisée.

8 Q. La lumière ultraviolette ?

9 R. L'appareil électrostatique et les équipements ultraviolets c'est

10 quelque chose dont on dispose.

11 Q. Dans cette compagnie dans laquelle vous travaillez aujourd'hui; est-ce

12 exact ?

13 R. Oui, c'est exact.

14 Q. Vous l'aviez à l'époque depuis l'époque depuis laquelle vous y

15 travaillez ?

16 R. Oui.

17 Q. Est-ce que vous avez utilisé ces outils afin de faire des évaluations

18 reflétées dans vos cinq rapports et dont vous avez parlés ce matin ?

19 R. Non.

20 Q. Est-ce que l'Accusation, à un moment donné, vous a donné les cahiers de

21 conversations interceptées où il y avait des ajouts, des parties effacées

22 ou barrées, ou modifiées ?

23 R. Non.

24 Q. Est-ce que vous ou votre société vous avez un accord avec le bureau du

25 Procureur selon lequel la Défense ne peut pas les utiliser sans votre

26 permission ?

27 R. Non. Je ne le sais pas.

28 Q. Est-ce que vous savez si l'institut des experts en écriture ici au

Page 13196

1 Pays-Bas. Est-ce que vous connaissez cette institution

2 plutôt ?

3 R. Je connais les institutions de médecine légale au Pays-Bas.

4 Q. Est-ce que vous avez jamais travaillé -- est-ce que vous savez si vous

5 avez jamais travaillé avec l'Accusation de temps en temps ?

6 R. Je ne le sais pas.

7 Q. Est-ce que vous avez proposé des rapports ou des consultations mis à

8 part ces cinq rapports que vous avez écrits ?

9 R. Non.

10 Q. Ceux dont a parlé aujourd'hui ?

11 R. Non.

12 Q. Comment est-ce qu'un expert en écriture pourrait déterminer si quelque

13 chose avait été ajouté à une page par une autre personne, s'il voulait

14 ajouter un nom ou une section, un document spécifique. Quelle serait la

15 méthodologie utilisée ?

16 R. S'il s'agit de beaucoup d'écriture de cela, on procéderait à la

17 comparaison des écritures. Si, par exemple, c'était juste le changement

18 d'une lettre, dans ce cas-là, on regarderait la différence de l'encre.

19 Q. Est-ce que vous avez procédé à la comparaison de l'encre lors de la

20 rédaction des deux -- de ces rapports ?

21 R. Non.

22 Q. Pourquoi pas ?

23 R. Car ceci n'était pas en jeu.

24 Q. D'après qui ?

25 R. On nous a demandé d'examiner l'écriture. C'est ce que j'ai fait.

26 Q. L'Accusation vous a conseillé verbalement au sujet de vos tâches qui

27 devaient se résumer à l'écriture ?

28 R. D'abord, ils m'ont donné les conseils par écrit.

Page 13197

1 Q. Est-ce que vous avez par hasard cette première correspondance ?

2 R. Oui.

3 Q. Est-ce que je peux l'avoir ? Ça c'est dans mes notes, je ne les ai pas

4 ici.

5 M. OSTOJIC : [interprétation] Peut-être nous pourrions le faire après avec

6 la permission de la Chambre ?

7 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Attendez. Tout d'abord, c'est à

8 Londres où à La Haye ?

9 LE TÉMOIN : [interprétation] C'est à La Haye.

10 M. OSTOJIC : [interprétation] Merci, Monsieur le Président.

11 Q. Est-ce qu'il est possible pour un expert en écriture et document de

12 déterminer la date ou l'âge d'un papier, d'un morceau de papier ?

13 R. Non.

14 Q. Est-ce qu'un expert en écriture et document peut établir la date d'une

15 encre ?

16 R. Non.

17 Q. Est-ce qu'un expert en écriture et document peut déterminer s'il y a

18 une différence d'encre utilisée sur un papier ?

19 R. Si les encres sont différentes, oui. Si elles réagissent différemment

20 aux sources de lumière différente.

21 Q. Différence pas seulement en matière de la couleur mais de l'épaisseur

22 aussi, n'est-ce pas, de l'encre ?

23 R. Oui, mais il s'agirait plutôt de l'encre que de l'épaisseur.

24 Q. Quelle est l'analyse que vous avez effectuée lors de la rédaction de

25 vos rapports afin de déterminer si l'encre était différente, par exemple,

26 entre l'encre utilisée par l'officier de permanence dans son cahier et les

27 autres. Je pense que c'est la pièce 377.

28 R. Je n'ai pas fait, si mes souvenirs sont bons, il n'y a pas eu d'encre

Page 13198

1 différente d'utiliser.

2 Q. Est-ce que vous savez s'il y avait des encres différentes utilisées

3 même jour ?

4 R. Non, je ne m'en souviens pas comme ça.

5 Q. Est-ce que vous savez, vous avez mentionné des stylos, des crayons lors

6 de votre interrogatoire principal. Pourquoi n'avez-vous pas évalué qui ou

7 comment avait écrit cela au crayon s'agissant des entrées faites pour

8 certaines dates ?

9 R. On ne me l'a demandé précisément. Le seul échantillon que j'avais à

10 l'époque était l'écriture de M. Jokic. Donc, je ne pouvais pas évaluer qui

11 était la personne.

12 Q. Les trois premiers rapports portaient ou impliquaient

13 M. Jokic, est-ce que vous n'avez pas pris d'échantillon, vous n'aviez pas

14 d'échantillon vous permettant de déterminer si c'était vraiment lui qui

15 avait fait ces entrées ?

16 R. J'ai exclu ces parties.

17 Q. C'est où dans votre rapport ?

18 R. Page 8, je pense, page 3 de mon premier rapport.

19 Q. Du rapport du 16 juillet 2003 ?

20 R. Oui.

21 Q. Est-ce que vous pouvez me l'indiquer ?

22 R. Paragraphe 53, il est dit : "J'ai trouvé des similitudes d'entre les

23 échantillons d'écriture de Dragan Jokic et les entrées faisant l'objet du

24 questionnement dans 0293-5744. Il est écrit que ceci exclut les dates et

25 les noms écrits au crayon.

26 Q. De même 5745 ?

27 R. Oui.

28 Q. Les autres dates écrites au crayon, vous les avez

Page 13199

1 examinées ?

2 R. Non.

3 Q. Je vois qu'à la page 5753, vous avez trouvé seulement son écriture dans

4 les quatre premières lignes; c'est exact ?

5 R. C'est exact.

6 Q. Immédiatement au dessous il y a une autre date, est-ce que vous savez

7 qui l'a écrit ?

8 R. Non.

9 Q. N'avez-vous jamais appris de la part de l'Accusation qui a écrit ces

10 dates ?

11 R. Seulement hier.

12 Q. Très bien. C'était pendant la session de récolement ?

13 R. Oui.

14 Q. Qui vous l'a dit ?

15 R. M. McCloskey.

16 Q. Qu'est-ce qu'il vous a dit, M. McCloskey ?

17 R. Il m'a dit que c'était ajouté après l'utilisation des cahiers par

18 quelqu'un d'autre, avant que quelqu'un d'autre ne prenne le cahier n'y

19 ajoute les entrées.

20 Q. Est-ce qu'il vous a dit de qui ?

21 R. Non.

22 Q. Est-ce qu'il vous a dit qu'il y a eu d'autres changements ou ajouts

23 faits au cahier de l'officier de permanence ?

24 R. Non.

25 Q. Est-ce que vous lui avez demandé ?

26 R. Non.

27 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Avez-vous entendu, les interprètes

28 demandant de ralentir.

Page 13200

1 M. OSTOJIC : [interprétation] Oui, j'ai entendu. Je vais ralentir et faire

2 des pauses. Je m'excuse.

3 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Le témoin aussi.

4 M. OSTOJIC : [interprétation]

5 Q. Tout simplement de manière générale, on peut entrer un peu dans les

6 détails. Est-ce que vous avez parlé brièvement de l'assurance de la qualité

7 ce matin ?

8 R. Oui.

9 Q. Dans votre rapport, il n'est pas indiqué qui était la personne qui

10 aurait révisé votre travail; est-ce exact ?

11 R. C'est exact.

12 Q. Vous êtes d'accord avec moi pour dire que lorsqu'on parle de

13 l'assurance de la qualité, la meilleure pratique, et la pratique la plus

14 raisonnable, est d'avoir une personne indépendante, un expert en écriture

15 et document qui révise le travail que vous avez

16 accompli ?

17 R. Indépendant, oui.

18 Q. Est-ce que vous pouvez me dire quelle est la personne qui a révisé

19 votre travail et qui acceptait avec -- qui était d'accord avec vous sur le

20 travail que vous avez accompli ?

21 R. C'était l'un de mes collègues.

22 Q. De même compagnie ?

23 R. Oui.

24 Q. Ou une autre société ?

25 R. C'était la même société.

26 Q. C'est indépendant à quel point ?

27 R. C'est indépendant que possible.

28 Q. Comment -- qu'en est-il de cet alternative si vous aviez utilisé un

Page 13201

1 expert en écriture et document différent d'une société différente afin

2 d'évaluer votre travail. Ceci n'aurait pas été tout aussi indépendant ?

3 R. Si mais ceci ne serait pas pratique.

4 Q. Pourquoi ?

5 R. Car ce serait une procédure trop longue et personne n'aurait voulu le

6 faire.

7 Q. Avec qui avez-vous vérifié cela ?

8 R. Il ne s'agit pas là d'une pratique habituelle.

9 Q. Est-ce que vous savez que le ministère de la justice ici au Pays-Bas et

10 leur département suggère que ceci soit fait par un expert indépendant ?

11 R. Non, je ne sais pas.

12 Q. Est-ce que vous savez que les normes européennes de l'assurance, de la

13 qualité et de la vérification des rapports d'expert visent, déterminent

14 justement quel poids y accorder ?

15 R. Je ne connais pas les détails de cela et je ne savais pas qu'il y avait

16 une norme européenne, mais en ce qui me concerne, je sais que ça peut se

17 faire avec la vérification d'un autre expert pas nécessairement d'une autre

18 société.

19 Q. Mais indépendant tout de même.

20 R. Un expert en écriture et document différent.

21 Q. Pas indépendant nécessairement ?

22 R. Ça dépend de ce que vous voulez dire par indépendant.

23 Q. J'utilise simplement votre terme que vous avez dit.

24 R. Indépendamment de moi.

25 Q. Est-ce que vous pouvez me décrire les différences entre quelqu'un qui

26 révise le rapport en vérifiant chaque cas et l'assurance de la qualité

27 faite par un expert indépendant ? Est-ce que vous faites une distinction ?

28 R. Non.

Page 13202

1 Q. Dans les cinq rapports, avez-vous utilisé les outils tels que sus

2 mentionnés, les équipements infrarouges ou le STA, c'est-à-dire l'appareil

3 de détection électrostatique ?

4 R. Non.

5 Q. Qui était la personne qui a vérifié vos cinq rapports ?

6 R. Ils étaient plusieurs. A l'origine, c'était mon collègue, Dr Baxendale

7 pour les trois premiers rapports; ensuite, mon collègue, M. Coslett, l'a

8 fait pour les deux autres.

9 Q. Excusez-moi. Dans le compte rendu d'audience, nous ne voyons pas leurs

10 noms. Est-ce que vous pourriez peut-être nous l'épeler.

11 R. Le premier est Baxendale et le deuxième est Coslett.

12 Q. Merci. Est-ce qu'ils auraient déjà un rapport eux aussi ?

13 R. Non.

14 Q. Pourquoi ?

15 R. Encore une fois, ce n'est pas une pratique habituelle.

16 Q. Avez-vous des éléments de preuve dans votre dossier que vous avez ici à

17 La Haye indiquant qu'ils ont réellement mené cette révision et vérification

18 ou analyse de chacun de vos rapports ?

19 R. Oui.

20 Q. Est-ce que vous pouvez partager avec nous avec la permission de la

21 Chambre ce qui est contenu dans le dossier que vous avez apporté avec vous

22 ici ?

23 R. Mes notes.

24 Q. Vos notes manuscrites ?

25 R. Mes notes manuscrites.

26 Q. Elles consistent en quoi ?

27 R. Mes notes manuscrites, l'analyse de mon travail -- mon analyse de

28 travail, mes "tick sheets."

Page 13203

1 Q. Donc, ceci inclut non pas seulement vos "tick sheets," mais un nombre

2 de documents que vous avez peut-être analysés, et ceci inclut aussi les

3 échantillons que vous aviez, des documents de procéder aux comparaisons

4 dans vos analyses des similitudes et des différences -- des lettres

5 différentes, n'est-ce pas ?

6 R. Oui.

7 Q. Est-ce que vous avez un tableau, ou est-ce que vous vous souvenez si

8 vous avez examiné un tableau afin de déterminer les similitudes et les

9 différences notées dans vos analyses, dans quelconque de vos rapports ?

10 R. Non.

11 Q. Est-ce que ceci existe dans votre dossier ?

12 R. Non.

13 Q. Assise ici aujourd'hui, est-ce que vous savez combien vous en avez

14 utilisées dans votre premier rapport fait le 16 juillet 2003 pour M. Jokic

15 ?

16 R. Combien de similitudes ?

17 Q. Oui.

18 R. Non, ceci n'est pas -- ne se fonde pas sur les chiffres.

19 Q. Ça se fonde sur quoi ?

20 R. Mon évaluation de la signifiance entre les similitudes et les

21 différences.

22 Q. Ceci est contenu dans votre analyse ?

23 R. Oui.

24 Q. Combien de différences avez-vous détectées ?

25 R. Même chose.

26 Q. Même réponse ?

27 R. Oui.

28 Q. Nous allons nous pencher sur votre rapport du 16 juillet maintenant.

Page 13204

1 J'ai quelques questions précises, et si je peux attirer votre attention à

2 la page 3, paragraphe 5.4. Nous allons nous concentrer sur la page

3 suivante, c'est la page 4, même si je pense que vous devriez en raison du

4 contexte lire la page précédente aussi pour vous-même, bien sûr. Vous êtes

5 prête ?

6 R. Oui.

7 Q. Je souhaite que l'on se concentre aux cinq derniers mots à peu près de

8 la page 3, et ensuite page 4, sans contexte vous parlez dans ce paragraphe

9 des facteurs qui ont limité vos comparaisons dans une certaine mesure et

10 ensuite vous parlez des traits. Vous dites que : "Il y a des traits pour

11 lesquels on ne trouve pas de correspondance dans l'échantillon."

12 R. Oui.

13 Q. Très bien. Quels sont ces traits ?

14 R. De manière prédominante, comme ceci est montré dans le tableau, il y a

15 des différences, par exemple, dans les A majuscules qui sont écrits de

16 manière différente dans les deux cas.

17 Q. Est-ce que ça veut dire ?

18 R. Ça veut dire "i" point.

19 Q. Pour que je puisse comprendre certaines personnes lorsqu'elles écrivent

20 "i" minuscule et écrivent le point au-dessus et d'autres à la place du

21 point font un petit cercle ou un petit trait.

22 R. Oui. Je pense que certaines personnes font des cercles de manière plus

23 évidente.

24 Q. Combien d'échantillons avez-vous utilisés pour l'évaluation concernant

25 ces différences dans la lettre A et I, et s'agissant de

26 M. Jokic ?

27 R. J'ai utilisé ces informations -- son formulaire d'information personnel

28 et quelques pages de ce qui était appelé à l'origine le "journal

Page 13205

1 opérationnel." Mais on m'a dit qu'il s'agit là de l'échantillon de son

2 écriture.

3 Q. Est-ce que vous aviez des doutes à ce sujet ?

4 R. Je pense simplement qu'il s'agit d'après les numéros ERN du cahier

5 officiel.

6 Q. Vous -- et bien, le numéro ERN --

7 R. ERN, oui.

8 Q. Très bien. Je suis un peu perplexe en raison de votre dernière réponse.

9 R. Pardon.

10 Q. Peut-être que je ne comprends pas, mais je vais essayer. Nous avons les

11 cahiers officiels c'est peut-être dix pages ERN que vous soulignez pour la

12 plupart et nous n'allons -- dans la plupart, si ce n'est dans tous vos

13 rapports commençant par le numéro 0293-5743 se terminant avec 0293-5753 ?

14 R. Oui.

15 Q. Pourquoi est-ce que vous vous êtes limitée à l'évaluation de ces deux

16 pages seulement du cahier ?

17 R. C'est ce qu'on m'a demandé de faire.

18 Q. Est-ce que vous savez pourquoi ?

19 R. Non.

20 Q. Est-ce que vous savez si vous n'avez jamais reçu un exemplaire

21 d'échantillon de Jokic dans lequel il a écrit quelque chose spécifiquement

22 suite à la demande de l'Accusation ? Je pense qu'il a réécrit mot à mot ces

23 dix pages.

24 R. Oui.

25 Q. Très bien. Donc, vous avez pris un échantillon spécifique et vous

26 l'avez comparé aux mêmes dix pages ?

27 R. Oui.

28 Q. Quand est-ce que cela a été fait ?

Page 13206

1 R. Ça a été fait et décrit en détail dans mon troisième rapport, donc,

2 janvier 2004.

3 Q. Nous allons maintenant voir quelle était la certitude de cet

4 échantillon. Nous allons nous pencher sur ces dix pages dont nous avons

5 donné les numéros ERN et je vous ai interrompu, mais est-ce que vous aviez

6 aussi des échantillons indépendants de M. Jokic ?

7 R. J'avais son formulaire d'information personnel.

8 Q. Oui, et d'autres documents ?

9 R. J'avais le registre d'IKM.

10 Q. Rien d'autre ?

11 R. Non.

12 Q. Est-ce que --

13 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Un instant. Au total, combien

14 d'échantillons et de signatures et d'écriture ? Est-ce que vous aviez de

15 manière séparée de Dragan Jokic afin de procéder aux comparaisons ?

16 LE TÉMOIN : [interprétation] Je n'ai pas eu de signature et j'ai eu son

17 formulaire d'information personnel. J'ai eu les trois entrées du registre

18 IKM et j'ai eu l'écriture -- l'échantillon de l'écriture qu'il a fourni

19 suite à la requête.

20 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] D'après la pratique reconnue dans votre

21 domaine d'expertise, est-ce qu'un tel nombre d'échantillons de spécimens,

22 est-ce qu'il serait suffisant pour procéder à une comparaison, ou est-ce

23 que vous auriez besoin de beaucoup plus ?

24 LE TÉMOIN : [interprétation] Il est difficile de donner une réponse

25 définitive car ceci dépendrait, par exemple, de la question de savoir quel

26 poids l'écriture se distingue des autres. Si toutes les lettres dans

27 l'échantillon sont écrites, enfin, il existe, mais, en général, ceci serait

28 suffisant. Le problème est que l'échantillon de l'écriture qu'il a produit

Page 13207

1 suite à la demande de l'Accusation, si mes souvenirs sont bons, il a écrit

2 les questions mais visiblement ceci a été en 2004. Donc la date est

3 intervenue bien plus tard que la date à laquelle l'écriture d'origine a été

4 faite. Donc, bien sûr, ça devait être pris en considération.

5 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui. L'autre question. J'avais une

6 autre question mais je vous redonne la parole.

7 M. OSTOJIC : [interprétation]

8 Q. Nous allons maintenant examiner le contenu de vos déclarations, compte

9 tenu de ceci, c'est passé il y a longtemps, mais est-ce qu'en raison de

10 cela il n'est pas vrai que la probabilité de trouver des similitudes aurait

11 diminué ?

12 R. Non. Car lorsque vous devenez adulte votre écriture devient

13 raisonnablement constante pendant assez longtemps.

14 Q. Est-ce que vous avez trouvé que ceci vous posait de problème de

15 comparer les textes au bout de sept ou huit ans -- comparer aux cahiers

16 d'origine ?

17 R. Le problème c'est que cela a été pris dans le contexte de l'écriture

18 dans le cahier.

19 Q. Avez-vous recommandé vous-même à l'Accusation de demander à M. Jokic de

20 fournir un échantillonnage de ces dix pages et de les copier ?

21 R. Je ne me souviens pas de l'avoir demandé moi-même, et je ne pense pas

22 que cela a été mentionné à l'occasion de notre entretien.

23 Q. Lorsqu'il s'agit des autres caractéristiques de ces écritures

24 contestées, est-ce que cela n'a pas pu être placé en corrélation ? On n'a

25 pas passé de la lettre A et de ces signes tiques ainsi que les petits

26 cercles que l'on avait placé au-dessous de la lettre I ?

27 R. C'étaient les deux seuls qui étaient parfaitement clairs et clairement

28 visibles, et que nous ne pouvions pas faire correspondre l'un à l'autre.

Page 13208

1 Q. Bon. Alors, si les choses sont bien claires, vous n'avez pas trouvé une

2 corrélation, là ?

3 R. S'agissant de ces symboles tiques, oui. Les symboles tiques

4 correspondent lorsqu'il s'agit des grandes lettres et lorsqu'il s'agit du

5 manuscrit que nous avons reçu et qui provient de ce cahier du poste de

6 commandement avancé.

7 Q. J'aimerais attirer votre attention sur votre rapport du

8 16 juillet 2003, dans le paragraphe 5.4, page 4, il y a plusieurs questions

9 à ce sujet.

10 Je [comme interprété] vais commencer par : "Je voudrais ajouter sur cette

11 nature d'entrée et je précise que je n'ai pas l'intention de vous induire

12 dans l'erreur." Alors, s'agissant de la nature de l'écriture, qu'est-ce qui

13 vous a préoccupé notamment lorsque vous avez généré ce rapport ?

14 R. Lorsque je me suis penchée sur ce registre, il me semble qu'il y a eu

15 des entrées bien plus brèves et bien que cela apparaisse sur plusieurs

16 pages, il ne me semble pas que cela ait été rédigé d'un coup d'affilée.

17 Q. Comme vous l'avez laissé entendre dans votre rapport, il se peut que

18 ces apports aient été effectués à une date ultérieure, n'est-ce pas ?

19 R. C'est exact.

20 Q. Quelle est l'analyse que vous avez effectuée si tant est que vous en

21 avez fait une, pour déterminer que des écritures ont été ajoutées

22 ultérieurement ?

23 R. Bien. Il est difficile de déterminer partant de l'encre quand est-ce

24 que telle et telle chose a été apposée.

25 Q. Donc, vous n'avez pas fait d'analyse à cet effet ?

26 R. Non, c'est exact.

27 Q. Penchons-nous maintenant sur le paragraphe 5.4 de votre rapport et vous

28 avez rédigé là une chose que je trouve assez curieuse personnellement. Vous

Page 13209

1 dites que si l'on prenait séparément des petites quantités d'écriture, il

2 serait nécessairement procéder à une diminution de la force de preuves pour

3 ce qui est de la corrélation à établir entre Drago Nikolic et ces

4 écritures. Qu'est-ce que cela signifie ?

5 R. Afin de procéder à une comparaison d'écriture, il faut que vous ayez

6 suffisamment de matière manuscrite pour procéder aux comparaisons. Si vous

7 avez juste un symbole, il vous est impossible de procéder à quelques

8 conclusions que ce soit.

9 Q. Avec tout le respect qui vous est due, j'ai cru comprendre une chose

10 différente. Peut-être allez-vous pouvoir m'aider. Il se peut que je me

11 trompe. Mais si vous dites que quand on prend une petite quantité de pièces

12 manuscrites mis à part, est-ce que cela signifie que les différences

13 absolues que vous avez relevées au niveau de la lettre "a" et des signes

14 diacritiques sur, par exemple, la lettre "i". Si vous procédez à ces deux

15 comparaisons et si vous les mettez de façon isolée, ou les prenez en

16 considération isolément, est-ce que cela réduirait la puissance des

17 éléments de preuve qui établissent la corrélation avec Dragan Jokic, n'est-

18 ce pas ?

19 R. Oui. Cela serait le cas si vous ne prenez que la lettre "i" et que vous

20 la placez hors du contexte sans prendre en considération les autres

21 caractères qui font également partie du mot.

22 Q. A l'occasion de l'interrogatoire principal de ce jour, vous avez dit,

23 en page 28, ligne 19, que Jokic avait gribouillé ou écrit de façon en

24 gribouillant. Qu'est-ce que cela signifie ?

25 R. Oui, c'est exact.

26 Q. Mais oui, que cela signifie-t-il ?

27 R. Comme je vous l'ai dit à l'occasion de l'interrogatoire principal, les

28 gens écrivent de façon différente dans des occasions différentes, ce qui

Page 13210

1 fait que j'ai eu des entrées dans le cahier et des entrées de ce cahier de

2 notes ou registre du poste de commandement avancé et ce registre du poste

3 de commandement avancé se trouve être plus lisible. Les caractères sont

4 plus visibles alors que dans les documents contestés cela ressemblait à du

5 gribouillis. Or, quand vous remplissez les imprimés, vous l'écrivez

6 lentement parce que quelqu'un d'autre est censée écriture. Quand vous

7 l'écrivez pour vous-même, vous gribouillez plus parce que vous êtes le seul

8 à le relire par la suite.

9 Q. Quelles sont les autres caractéristiques que vous avez relevées mis à

10 part ce gribouillis où mis à part ce qui pourrait être bien écrit de façon

11 lisible ? Il y a des écritures en caractère majuscule, n'est-ce pas ?

12 R. Oui, c'est bien le cas. Il y a des petites et des -- enfin, des

13 majuscules et des minuscules.

14 Q. Vous avez une écriture gribouillée dans un cahier, c'est plus sûr

15 d'être gribouillis que lisible ?

16 R. Vous parlé du registre du poste de commandement avancé ?

17 Q. Oui. S'agissant des dix autres pages, vous avez trouvé que c'était

18 plutôt du gribouillis plutôt que d'un texte lisible ?

19 R. En effet.

20 Q. Est-ce que vous avez remarqué qu'il avait -- s'était servi de petites

21 lettres ou de majuscules ?

22 R. C'était un mélange des deux.

23 Q. Bien. Vous avez procédé à une comparaison pour savoir combien il y en

24 avait de l'un et de l'autre ?

25 R. Non.

26 Q. En petites lettres, pourquoi pas ?

27 R. Parce que vous ne pouvez pas comparer. Si vous me demandez si j'ai

28 procédé à la comparaison pour ce qui est des majuscules et des minuscules,

Page 13211

1 je dirais qu'il est difficile ou qu'on ne peut pas comparer.

2 R. Parce que ce sont différentes formes de la même lettre, du même

3 caractère.

4 Q. Oui, excusez.

5 M. OSTOJIC : [interprétation] Monsieur le Président, je vais remarquer que

6 j'ai dit, page 52, ligne 17 -- je m'excuse, j'ai fait mention de M.

7 Nikolic. J'ai parlé de Jokic, alors, le compte rendu d'audience fait état

8 de Nikolic.

9 Q. Nous sommes toujours en train de parler de Dragan Jokic et je m'excuse

10 à M. Nikolic ainsi qu'à son conseil ?

11 R. Certes.

12 Q. Bien. J'aimerais que nous nous penchions maintenant sur une série

13 d'opinions que vous émettez et est-ce que c'est l'éventail de sept normes

14 que vous utilisez pour ce qui est de l'analyse des écritures par les

15 examinateurs au sein de l'Europe et des autres

16 pays ?

17 R. Je pense que non. Ce n'est même pas une norme au sein du Royaume-Uni.

18 Q. Alors, mais qu'est-ce qui a formulé cet éventail

19 d'opinions ?

20 R. La compagnie pour laquelle je travaille.

21 Q. Pourquoi cela pourrait -- y a-t-il une différence entre cette compagnie

22 et les compagnies des autres pays ? Pourquoi les normes diffèrent-elles

23 d'un pays à l'autre ?

24 R. Cela diffère simplement pour ce qui est de la façon dont cela est

25 formulé. Dans d'autres organisations, peut-être auront-ils plusieurs

26 échelles de conclusions à utiliser. On utilise, par exemple, une échelle

27 verbale pour dire que c'est des conclusions suffisantes ou insuffisantes

28 permettant de conclure ou ne permettant pas de conclure, donc, ce sont des

Page 13212

1 normes utilisées.

2 Q. Mais si cela n'est pas insuffisant pour rendre compte des conclusions,

3 qu'est-ce qu'il y a entre les deux ?

4 R. [aucune interprétation]

5 Q. [aucune interprétation]

6 R. Donc, vous pouvez être positif pour ce qui est de dire que quelque

7 chose quelqu'un a écrit telle chose ou ne l'a pas écrit.

8 Q. Si nous parlons de l'éventail des opinions, à mon avis, est-ce que l'on

9 pourrait parler d'éléments de preuve finals par exemple si vous prenez

10 l'institut médicolégal des Pays-Bas ou ministère de la justice, est-ce que

11 vous avez une certitude ?

12 R. Je pourrais parler de certitude.

13 Q. Est-ce que cela pourrait être inapte à permettre des conclusions ?

14 R. Je pourrais dire que l'un et l'autre sont possibles.

15 M. OSTOJIC : [interprétation] Mais je voudrais vous montrer le cahier qui

16 est la pièce 377. Et j'aimerais que l'on confie à Mme Barr la pièce en

17 question.

18 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Est-ce que l'on a ici dans le prétoire

19 ?

20 M. OSTOJIC : [interprétation] Oui, on l'a.

21 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] O.K. Merci.

22 Mettez-le -- faites-le placer sur le rétroprojecteur.

23 M. OSTOJIC : [interprétation] Nous pouvons peut-être passer cela sur le

24 rétroprojecteur. C'est la page qui porte le numéro ERN 0293-5752.

25 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Monsieur McCloskey, je voudrais éviter

26 quelques tragédies que ce soit. Est-ce que c'est bien le cahier dont nous

27 avons parlé d'une page ou deux ? Je pense que l'autre avait une couverture

28 marron et je ne pense pas que cela soit celle-là ?

Page 13213

1 M. McCLOSKEY : [interprétation] Non, c'est le registre dont une page est

2 tombée. C'est le registre du poste de commandement avancé.

3 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bien. Merci. Je vous demande d'être

4 très attentif parce que c'est très fragile et ça survécu une guerre.

5 M. OSTOJIC : [interprétation]

6 Madame Barr, je voudrais que cela, avec l'autorisation des Juges de la

7 Chambre, soit placé sur le rétroprojecteur.

8 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui. Allez-y.

9 M. OSTOJIC : [interprétation]

10 Q. Si vous vous penchez à présent sur ce document que vous avez, sur votre

11 droite, vous verrez vers le bas que nous avons une écriture de quelle

12 nature ?

13 R. De quelle page êtes-vous en train de parler, du côté gauche ou du côté

14 droit ?

15 Q. Du côté gauche, 027935752.

16 R. C'est écrit, c'est manuscrit.

17 Q. Quelle est la forme ?

18 R. Je dirais que l'on a écrit en écriture penchée.

19 Q. Où est-ce que cela commence à devenir une écriture penchée en petites

20 lettres ?

21 R. Après les mots : "126 Pozedina.

22 Q. Penchons-nous maintenant vers la partie du haut vous allez tomber

23 d'accord avec moi pour dire que cela est écrit de façon ou d'une écriture

24 penchée ou pas ?

25 R. Ce qui est écrit au-dessus des numéros ?

26 Q. Oui.

27 R. Oui, ce sont des lettres capitales et nous avons des petites lettres,

28 des minuscules également.

Page 13214

1 Q. Est-ce que vous savez nous dire pourquoi il y a une distinction, une

2 différence ?

3 R. Non.

4 Q. Est-ce qu'ailleurs sur les pages en question dans les cahiers ou

5 registres du poste de commandement avancé, ils étaient donnés la

6 possibilité de trouver la même chose ?

7 R. Trouver quoi ?

8 Q. Des incohérences ou inconsistance pour ce qui est de l'écriture du même

9 scripteur ou prétendu même scripteur ?

10 R. Oui.

11 Q. Où ?

12 R. Bien, ici, c'est ce qui indique que les entrées ont été faites dans

13 différentes périodes de temps, parce qu'il y avait des différents styles

14 d'écriture.

15 Q. Oui, mais si je puis vous faire remarquer, Madame, qu'en haut de la

16 page, il y a un signe diacritique sur le I que vous n'avez jamais été en

17 mesure de placer en corrélation avec M. Jokic, n'est-ce pas ?

18 R. C'est exact.

19 Q. Il y a un autre symbole diacritique au-dessus d'une autre lettre ?

20 R. Au-dessus du J.

21 Q. Justement du J. Est-ce que vous voyez une similitude ou une différence

22 pour ce qui est de cette lettre ?

23 R. Pour ce qui est de ces deux lettres, ou pour ce qui est de l'écriture

24 de M. Jokic ?

25 Q. Bien, de façon évidente avec l'écriture de M. Jokic.

26 R. Une fois de plus, on a un symbole diacritique.

27 Q. Mais une fois de plus ce qui m'intéresse c'est votre opinion, parce que

28 si je vous ai bien comprise, vous avez dit que les différences que vous

Page 13215

1 avez constatées et que vous n'avez pas pu placer en corrélation l'une avec

2 l'autre ça se limitait à deux lettres, le A et le symbole diacritique au-

3 dessus du petit "i", n'est-ce pas ?

4 R. Je vous ai peut-être induit dans l'erreur. Je pense avoir dit dans mon

5 rapport original que s'agissant des symboles diacritiques j'avais entendu

6 d'autres caractères ou d'autres lettres également.

7 Q. Bien, alors, combien de symboles diacritiques qui apparaissent ?

8 R. Bien, le J et le I ont également des symboles diacritiques qui

9 divergent au-dessus. Par exemple --

10 Q. Vous êtes en train de feuilleter des pages, mais il faudrait que nous

11 puissions vous suivre.

12 R. Oui, excusez-moi.

13 Q. Non, c'est bon.

14 R. Bien, regardez la ligne en dessous, cinq points plus tard nous avons

15 des symboles additionnels, par exemple, cela apparaît dans cette écriture

16 constamment alors que, dans l'échantillonnage, cela n'apparaît pas.

17 Q. Bien. Merci pour cela. Avez-vous relevé d'autres divergences ?

18 R. Ce sont les divergences.

19 Q. Pour ce qui est du 126, est-ce que c'est la même encre que ce qui est

20 écrit sous le 126 ?

21 R. Je n'ai pas examiné cet élément. Mais rien ne nous indique que c'est

22 bien de cela qu'il agit.

23 Q. Mais est-ce que vous ne pensez pas qu'il serait utile de voir si après

24 les lettres penchées, ou les lettres en blanc, il y aurait lieu de procéder

25 à ce type d'évaluation ?

26 R. Non, parce que cela s'intègre entièrement encore dans ce qu j'ai

27 déterminé pour le reste de l'écriture.

28 Q. Combien de temps cela prendrait-il pour procéder à une telle analyse ou

Page 13216

1 évaluation, si je puis vous le demander ?

2 R. Bien, l'analyse de cette entrée ne prendrait pas si longtemps, mais il

3 faudrait le faire alors au niveau de chaque entrée, et cela, oui, pourrait

4 nous prendre pas mal de temps, et la question qui peut se poser c'est de

5 savoir à quel moment je me dois de m'arrêter. Parce que si je dois le faire

6 pour chaque mot et pour déterminer si cela a été manuscrit avec le même --

7 écrit avec le même stylo, je ne sais pas vous donner du tout une idée du

8 temps que ça prendrait.

9 Q. Est-ce que vous avez procédé à une évaluation de la lettre B, par

10 exemple, pour ce qui est de la façon dont M. Jokic écrit ?

11 R. Je pense que oui.

12 Q. Bien. Quelles ont été vos conclusions ?

13 R. Je ne peux pas vous le dire sans consulter mes notes.

14 Q. Mais pendant que nous sommes en train de nous pencher dessus cette

15 pièce à conviction qui se trouve à la page 0293-5752, est-ce que vous

16 pouvez nous dire si vous voyez que de quelque façon la lettre B est écrite

17 ?

18 R. Oui, je le vois.

19 Q. Est-ce que vous trouvez que cette lettre B est écrite suivant une façon

20 qui se retrouverait dans l'un quelconque des échantillonnages de l'écriture

21 de M. Jokic, à savoir l'échantillonnage de documents qu'on vous a fourni

22 sur dix pages où il a copié les choses mot à mot ou sur les autres imprimés

23 ou un formulaire que vous allez examiner ?

24 R. Ecoutez, je ne peux pas vous répondre sans consulter mes notes.

25 Q. Bien, alors, est-ce que vous pouvez voir si l'on a inscrit une autre

26 lettre B sur cette page ou la page d'avant, à savoir sur le 2935751 ? Il me

27 semble que, vers le milieu de la page, le B est écrit de façon autre, bien

28 que je ne sois pas un expert en matière d'écriture et de document, il me

Page 13217

1 semble que cela est similaire au milieu de la page qu'on a vu, à savoir le

2 155 ?

3 R. Oui.

4 Q. Est-ce que vous -- qu'on voit, par exemple, "Badem" ? Est-ce que vous

5 pouvez dire que c'est le même B, ou est-ce que vous êtes incapable de nous

6 le dire ?

7 R. Cela est similaire.

8 Q. Bien. Alors, comment évaluerez-vous ces deux lettres B ? Quelle est la

9 méthodologie que vous utiliseriez ?

10 R. Bien, je tacherais de voir s'ils ont les mêmes proportions et la même

11 façon d'être écrites.

12 Q. Comment vous serviriez-vous -- enfin, comment le feriez-vous ?

13 R. Je me servirais d'un microscope, voire d'une loupe.

14 Q. Mais pourrait-il être dit en toute sécurité, que dans votre bureau ou

15 dans le bureau du Procureur, il y aurait une analyse d'effectuer au sujet

16 de cette lettre B, n'est-ce pas ?

17 R. Je pense que, oui.

18 Q. Alors, revenons maintenant au 0293-5752. Pourriez-vous dire à l'il nu

19 sans vous servir de l'appareil électrostatique dont vous nous avez parlé ou

20 de cet équipement vidéo d'infra rouge, est-ce que vous pourriez voir ce qui

21 se trouve sur ce texte en dessous ?

22 R. Bien, aucun de ces équipements ne peut vous permettre de le voir.

23 Q. Mais lequel le ferait ?

24 R. Ce n'est pas un équipement pour le faire.

25 Q. Pour ce qui est de cette impression en profondeur, est-ce que vous

26 pourriez analyser l'original et déceler s'il y a eu des creux sur les pages

27 précédentes, ou est-ce qu'il s'agit que de quelque chose qui a été rajouté

28 à titre postérieur, à posteriori ?

Page 13218

1 R. Cela existe comme possibilité, mais il faudrait voir s'il y a un

2 recoupement entre ce qui a été écrit au-dessus et ce qui a été ajouté par

3 la suite.

4 Q. Est-ce que vous avez procédé à ce type d'analyse ou l'évaluation ?

5 R. Non.

6 Q. Pourquoi pas ?

7 R. Une fois de plus, on ne m'a pas demandé de le faire, et cela n'est pas

8 considéré comme étant une pratique normale ou usuelle.

9 Q. Mais est-ce que vous saviez que les dates étaient écrites par quelqu'un

10 d'autre et non pas par M. Jokic, est-ce que cela ne vous a pas fait vous

11 douter du fait qu'il ait eu des rajouts au niveau de ces dix entrées du

12 carnet de notes ?

13 R. Cela a bien entendu suscité des doutes en raison de l'écriture. Il

14 semblerait que cela n'est pas été fait par quelqu'un d'autre. Donc, par

15 conséquent, je dirais, non.

16 Q. Si nous nous penchons maintenant sur la page suivante, à savoir celle

17 qui porte le numéro ERN 0293-5753, l'avez-vous ?

18 R. Oui.

19 Q. J'aimerais qu'on bouge un peu la copie vers la gauche --

20 R. Pardonnez-moi.

21 Q. Alors, d'après le rapport que vous avez rédigé, le

22 16 juillet 2003, les quatre premières lignes de cette page sont attribuées

23 et le reste de la page à partir de la date et au-delà vous n'avez attribué

24 à lui, n'est-ce pas ?

25 Q. Il me semble que vous aviez quelque peu hésité ?

26 R. Rien que parce qu'on ne m'a pas dit d'aller au-delà de cette date.

27 Q. Mais pourquoi en est-il ainsi ?

28 R. C'étaient les instructions qu'on m'avait données.

Page 13219

1 Q. En avez-vous demandé à ce qu'on vous explique les raisons de ce type

2 d'instruction ?

3 R. Non.

4 Q. Je voulais vous poser quelques questions sur l'un des autres rapports

5 que j'ai trouvés intéressant. Laissez-moi un instant pour que je le

6 retrouve. Vous souvenez-vous si la lettre H a été une des lettres où il y a

7 eu des divergences pour ce qui est de votre analyse des comparaisons,

8 divergences dans l'écriture de M. Jokic ?

9 R. Je ne me souviens pas.

10 Q. Bien. Je vous demanderais maintenant de vous pencher sur le rapport du

11 22 août 2003. Excusez-moi, je vous demande de vous pencher sur la page 2,

12 et notamment le paragraphe 4 du rapport. L'avez-vous retrouvé ?

13 R. Oui.

14 Q. Est-ce que vous voyez qu'on y dit que le H ne pouvait pas faire l'objet

15 d'une corrélation ?

16 R. Oui, j'ai constaté que cela ne se ressemblait autant que les autres

17 lettres.

18 Q. Enfin, j'ai lu certains de vos articles et vous dites que très souvent

19 au niveau de la lettre H il existe, qu'il survient des différences et qu'il

20 n'est pas aisé d'établir l'identité.

21 R. Je n'en avais pas connaissance.

22 Q. On reviendra à cet article de votre main un peu plus tard. Nous allons

23 nous pencher plutôt maintenant sur ce paragraphe 4. Vous dites qu'il y a

24 plusieurs lettres qui ne font pas partie l'objet d'une corrélation, qui ne

25 coïncident pas de façon parfaite, par exemple le A, le H et vous donnez des

26 proportions pour ce qui est des symboles diacritiques; le voyez-vous ?

27 R. Oui.

28 Q. Alors, vous avez donné deux exemples, mais je ne sais pas si sur

Page 13220

1 d'autres lettres il n'y a pas eu cette coïncidence ?

2 R. De tête, je ne peux pas vous le répondre.

3 Q. Mais cela se trouve dans vos rapports, dans vos textes ?

4 R. Oui.

5 Q. Alors, bien, on va parcourir cela avec l'autorisation des Juges de la

6 Chambre, un peu ultérieurement. Mais je voudrais maintenant que nous nous

7 penchions sur la page 2 de ce rapport du

8 22 août 2003, paragraphe 4, il est dit : "En général, il y a plus de signes

9 diacritiques dans les écritures de l'époque que dans les échantillons

10 d'écriture."

11 R. Oui.

12 Q. Mais cela n'est pas exact.

13 R. Que voulez-vous dire ?

14 Q. Parce qu'on ne peut pas dire qu'il y a plus de symboles diacritiques,

15 mais de dire qu'il n'y a pas de symboles diacritiques dans les

16 échantillonnages d'écriture et les symboles diacritiques ne sauraient être

17 retrouvés que dans le manuscrit contesté. Donc, vous fournissez une opinion

18 relative, or, vous aviez déjà témoigné et vous n'avez pas retrouvé de

19 symbole diacritique dans les documents où les échantillonnages en

20 provenance de M. Jokic.

21 R. Je n'ai pas retrouvé le grand point circulaire au-dessus du I mais il y

22 a d'autres symboles ou signes diacritiques qui existent -- qui existent qui

23 sont.

24 Q. Oui, mais on m'a -- vous avez dit qu'il y avait un cercle au-dessus du

25 J et que l'on pouvait procéder à des comparaisons. C'est sur ce point-là

26 que j'aimerais que nous nous concentrions. Alors, vous nous dites que,

27 d'une manière générale, il y a plusieurs symboles diacritiques dans le

28 manuscrit contesté que dans l'échantillon ?

Page 13221

1 R. Oui.

2 Q. Où avez-vous trouvé ces symboles diacritiques au-dessus du I ou au

3 dessus du J ?

4 R. Peut-être vous ai-je induit dans l'erreur. Je m'en excuse si c'est le

5 cas. Par exemple, il s'agit d'un montage de ce que j'appellerais accent

6 comme je l'ai indiqué au sujet de la lettre B.

7 Q. Alors, vous estimez qu'un accent est un symbole diacritique également ?

8 R. Un symbole diacritique c'est tout marquage au-dessus d'une lettre.

9 C'est le terme du moins qu'on utilise, que j'utilise moi-même.

10 Q. Mais serai-je en droit de dire - et je vais me reformuler - donc, dans

11 l'échantillonnage des écritures de M. Jokic, vous n'avez retrouvé aucun

12 symbole diacritique au-dessus de la lettre I ou de la lettre J, n'est-ce

13 pas ?

14 R. Une fois de plus j'aurais à consulter mes notes pour vous le dire.

15 Q. Bien. Nous allons passer à votre rapport suivant et j'aurais plusieurs

16 questions à vous poser à ce sujet. Il s'agit du rapport du 27 janvier 2004;

17 exact ?

18 R. Exact.

19 Q. Donc, on est à la même page. Mon impression lorsque je relis votre

20 rapport, Madame, c'est que le Procureur vous a demandé de procéder ou

21 d'essayer de renforcer l'opinion qui est déjà émise de votre part pour

22 placer certains points du point de l'alinéa 2 vers le haut. C'est la raison

23 pour laquelle on vous a demandé de vous pencher sur d'autres documents,

24 d'examiner d'autres échantillonnages et de fournir une opinion

25 complémentaire. En votre qualité de professionnel, vous avez refusé de le

26 faire et vous avez collé à l'opinion que vous aviez déjà émise, à savoir

27 que vous n'étiez qu'à l'échelon numéro 2 de votre échelle, n'est-ce pas ?

28 R. Je ne sais pas vous dire quels étaient les souhaits de leur part.

Page 13222

1 Q. Oui mais pourquoi ne vous ont-ils pas demandé des rapport

2 complémentaires au sujet de ces trois individus dont vous avez évalué les

3 écritures ?

4 R. Je ne sais pas.

5 Q. Donc, si l'on se penche sur votre rapport du 27 janvier 2000 -- 2004,

6 j'aurais des questions à vous poser au sujet de la

7 page 2, et une fois de plus, je me réfère au paragraphe 2.4.

8 Dans la première phrase, vous dites : "Il y a certains éléments," et là, je

9 crois que c'est à l'endroit où vous parlez de similitude et de différence.

10 Vous dites qu'il y a plusieurs éléments qui ne coïncident pas si bien que

11 cela avec les échantillonnages; vous le voyez-vous ?

12 R. Oui.

13 Q. De quoi s'agit-il ?

14 R. Une fois de plus, je crois que l'avoir tiré au clair dans la deuxième

15 phrase, celle qui suit.

16 Q. Oui, mais est-ce que cela apporte une clarification, ou est-ce que vous

17 ne faites que reformuler ce qui a été déjà dit dans votre article, à savoir

18 dans les rapports précédents ?

19 R. Dans cette phrase, je reprends ce que j'ai déjà dit dans mon rapport

20 précédent afin de placer les choses dans leur contexte.

21 Q. Alors, j'attire votre attention sur le paragraphe suivant, qui est le

22 paragraphe 2.5, page 2 de votre rapport du 27 janvier 2004. Il est question

23 de l'échantillon d'écriture complémentaire que vous avez reçu. De quoi

24 s'agit-il ?

25 R. C'est ce à quoi on s'est référé. C'est l'échantillonnage que j'ai

26 demandé à ce que fournisse M. Jokic, suite à la demande qui a été faite.

27 Q. En réalité, c'est les dix pages que vous avez reçues pour procéder à

28 votre évaluation, n'est-ce pas ?

Page 13223

1 R. C'est exact.

2 Q. La deuxième phrase ici nous dit, vous voyez cela, c'est la troisième et

3 la quatrième ligne : "Qui reste quelques éléments qui diffèrent entre

4 l'échantillon et l'écriture que vous examinez."

5 R. Oui.

6 Q. De quoi s'agit-il ces différentes ?

7 R. Ce sont des signes complémentaires, additionnels.

8 Q. De diacritiques ?

9 R. De diacritiques, oui.

10 Q. Vous ne vous pas les appeler par un autre mot ?

11 R. Non.

12 Q. Qu'en est-il des accents ?

13 L'INTERPRÈTE : Les interprètes demandent qu'une pause soit ménagée entre la

14 question et la réponse.

15 M. OSTOJIC : [interprétation] J'ai entendu. Excusez-moi, Monsieur le

16 Président.

17 Q. Vous avez parlé de la continuité pendant l'interrogatoire principal.

18 Vous avez un petit peu abordé la question, mais est-ce que vous savez ce

19 que c'est que la rareté ?

20 R. Non.

21 Q. C'est un critère qui est aussi connu comme on l'appelle valeur rareté.

22 R. Ce n'est pas une phrase que j'aurais entendue -- une formulation que

23 j'ai entendue.

24 Q. Comment l'appellerez-vous ? Comment est-ce que vous appelleriez la

25 fréquence des lettres ou des mots ? Est-ce que vous ne fondez jamais vos

26 évaluations là-dessus ?

27 R. La fréquence d'une lettre ou la construction d'une lettre.

28 Q. La dernière, je pense.

Page 13224

1 R. Oui, une évaluation.

2 Q. Dans vos notes, est-ce que vous parlez de la fréquence des lettres, de

3 certaines lettres, et comment est-ce que vous avez évalué cela sur ces dix

4 pages de cahier ?

5 R. Au sujet des différentes constructions des lettres, c'est cela que vous

6 me demandez ?

7 Q. Oui. La qualité de ces lettres ?

8 R. Qu'entendez-vous par "qualité ?"

9 Q. Bien, est-ce qu'elles sont écrites avec une plus une pression plus

10 forte, une pression plus légère ?

11 R. Ceci ferait partie du critère de continuité.

12 Q. Donc, quel autre critère que la continuité est quelque chose dont vous

13 ne vous servez pas ? Quel est le critère que vous aurez utilisé en plus de

14 la continuité pour étayer votre appréciation et évaluation ?

15 R. Mais pour apprécier quoi ?

16 Q. Bien, la mission qui a été la vôtre donc de savoir si l'individu en

17 question est l'auteur de tel ou tel échantillon de manuscrit.

18 R. Je déterminerais la manier dont sont formées les lettres, comment elles

19 ont été construites, le mouvement du stylo et des éléments additionnels

20 comme la continuité, l'inclinaison et comment sont attachées les lettres.

21 Q. Quelque chose d'autre ?

22 R. Ce serait les traits principaux.

23 Q. Alors, est-ce que tout cela, donc, la construction, le mouvement du

24 crayon, n'est pas au fond la même chose, la continuité, l'inclinaison, et

25 cetera ? Est-ce que tout ceci ne fait pas partie de votre première démarche

26 dans l'identification d'un échantillon d'écriture ?

27 R. Oui.

28 Q. Est-ce qu'il y a un autre temps donc une autre phase dans la

Page 13225

1 comparaison ?

2 R. C'est la même chose on compare des jeux d'écriture.

3 Q. Mais est-ce qu'il y a une autre phase qui suit cela ?

4 R. Vous déterminez si c'est comparable ou si c'est semblable ou différent.

5 Q. C'est votre profession, donc, vous cherchez à apprécier les similitudes

6 et les différences ?

7 R. C'est une manière de décrire ce que je fais.

8 Q. Comment vous vous décrirez ?

9 R. Mais c'est ce que je fais, c'est effectivement cela.

10 Q. D'accord. Vous avez également ces formulaires où vous notez les

11 ressemblances et les différences et vous appelez cela élément par élément;

12 est-ce que vous le ventilez dans vos notes ?

13 R. Dans une certaine manière.

14 Q. Enfin, il y aurait une quatrième étape, n'est-ce pas, c'est les

15 conclusions, vous rédigez les conclusions ?

16 R. C'est exact.

17 Q. Alors, revenons maintenant un petit peu à la question d'évaluation de

18 qualité. Lorsqu'on examine les différents rapports, lorsqu'on examine les

19 différents rapports qui ont été faits --

20 R. [aucune interprétation]

21 Q. [aucune interprétation]

22 R. [aucune interprétation]

23 M. OSTOJIC : [interprétation] Je fais faire un effort, Monsieur le

24 Président.

25 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] S'il vous plaît, on a tous une tâche

26 différente ici, mais les interprètes ont un travail particulièrement

27 difficile. Donc, s'il vous plaît, faites attention aux interprètes.

28 [La Chambre de première instance se concerte]

Page 13226

1 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je m'adresse à vous deux, Madame Barr,

2 Monsieur Ostojic. Attendez que le déroulement de la phrase à l'écran

3 s'arrête, généralement, c'est ce qui aide le plus. Je vous remercie.

4 M. OSTOJIC : [interprétation] Est-ce que je peux reprendre, Monsieur le

5 Président ?

6 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Allez-y lentement.

7 M. OSTOJIC : [interprétation] Oui, bien sûr.

8 Q. Madame, j'allais vous demander au sujet de l'analyse de votre travail,

9 donc, est-ce lorsqu'il y a eu évaluation on s'est penché sur vos notes et

10 vous avez commencé à répondre.

11 R. Oui. Ils avaient mes notes pour m'évaluer.

12 Q. Quoi d'autre ?

13 R. Mes notes et l'écriture que j'avais examinée.

14 Q. Quelque chose d'autre ?

15 R. Non, pas pour autant que je le sache.

16 Q. Qu'en est-il d'autres rapports ? Est-ce qu'ils auraient lu votre

17 rapport ? Est-ce qu'ils en auraient eu besoin pour évaluer si vous

18 formuliez une opinion sur laquelle ils auraient pu se fonder ou qu'ils

19 auraient pu accepter ?

20 R. Oui. Excusez-moi, j'ai mal compris. Bien entendu, ils avaient -- ils

21 auraient normalement mon rapport. Je considérais que ceci faisait partie de

22 mes notes.

23 Q. Quelque chose ? Pouvez-vous me répondre ?

24 R. Non. Excusez-moi je ne pense pas. Pas pour autant que je le sache.

25 Q. Est-ce qu'ils partagent leurs opinions ? Est-ce qu'ils la formulent par

26 écrit ou verbalement ?

27 R. Les deux.

28 Q. Est-ce que vous recevriez normalement leur évaluation, leur

Page 13227

1 appréciation pour ce qui est du travail que vous avez fait sur l'écriture

2 de M. Jokic ?

3 R. Bien s'ils ont écrit quelque chose, normalement je le recevrais.

4 Q. Ce serait dans votre dossier ?

5 R. Oui.

6 Q. Je crois que c'est toujours trop rapide. Revenons maintenant au rapport

7 du 16 juillet 2003, page 4 de ce rapport. Vous nous direz lorsque vous

8 l'aurez trouvé.

9 Je sais que nous en avons déjà parlé un petit peu. Je voudrais être sûr

10 d'avoir bien compris ce paragraphe.

11 M. OSTOJIC : [interprétation] Je ne sais pas si tout le monde l'a sous les

12 yeux. Il s'agit du paragraphe 5.4 et j'en donne

13 lecture : "J'ajouterai que, compte tenu de la nature des entrées où des

14 éléments auraient pu être ajoutés ultérieurement, si un petit élément

15 d'écriture a été isolé -- a été pris en considération isolé, alors, la

16 force des preuves établissant un lien entre cette question et Dragan Jokic

17 seraient nécessairement réduite."

18 Q. Qu'est-ce que cela signifie ?

19 R. C'est censé dire si je pouvais me servir du livre et bien il serait

20 plus facile d'y rentrer les choses que de le dire, de le dire verbalement ?

21 Q. Qu'est-ce que vous allez faire ?

22 R. De l'avoir à l'écran.

23 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je ne vous comprends pas. Je ne pense

24 pas que le Dr Barr a dit qu'elle allait annoter le livre. Elle se servirait

25 du livre pour nous dire ce qu'elle veut nous dire.

26 M. OSTOJIC : [interprétation] Très bien.

27 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Allons-y.

28 LE TÉMOIN : [interprétation] Ce que j'essayais d'expliquer. Par exemple,

Page 13228

1 vous avez une entrée ici, ici et ici. On dirait que c'est la même écriture,

2 et on dirait encore une fois que c'est la même encre, mais je ne peux pas

3 dire que ça été fait en une fois ou en trois occasions différentes et quels

4 sont les laps de temps. Donc, par exemple, si vous prenez cette ligne, il

5 n'y a là évidemment que huit ou neuf caractères et par conséquent

6 l'échantillon d'écriture dont on se sert pour établir la comparaison est

7 bien moindre que si vous prenez la totalité de l'écriture.

8 M. OSTOJIC : [interprétation] Très bien. Je vais voir si je vous ai

9 compris.

10 Q. J'aimerais savoir si vous avez jamais cherché à procéder a aune analyse

11 des micro caractéristiques de l'écriture dans le cahier de M. Jokic ?

12 R. Est-ce que vous pouvez préciser ? Qu'entendez-vous par des "micros

13 caractéristiques" ?

14 Q. Tout simplement une analyse pour évaluer, pour formuler une opinion en

15 quelques secondes pour dire si c'était la même encre, la même écriture,

16 est-ce que vous êtes d'accord avec moi sur le fait que l'analyse que vous

17 avez faite n'est pas adéquate, et si au moins, on ne sert pas d'un

18 microscopes afin de déterminer si, oui ou non, les caractéristiques des

19 différentes lettres correspondent.

20 R. Oui, je m'en suis servi à titre d'exemple.

21 Q. Je ne voulais pas qu'il y est de malentendu. Je pense que je vous ai

22 comprise. Merci. Alors, vous avez parlé de l'éventail des variations de

23 votre interrogatoire principal. Alors, est-ce que vous pouvez m'en parler

24 pour ce qui est de l'écriture de M. Jokic sur la base des documents

25 contestés et les échantillons ?

26 R. Il s'agit de l'éventail de variations pour chacun des caractères et

27 pour chacun des traits individuels. Encore une fois, c'est que vous

28 retrouvez dans mes notes qui procèdent de l'examen. Nous avons vu, par

Page 13229

1 exemple, les B sur la page précédente, donc là vous avez la lettre qui

2 diffère légèrement. C'est ça l'éventail de variations dont je parle.

3 Q. Je ne suis pas tout à fait d'accord avec vous là-dessus. Je serais

4 heureux de voir vos notes. Est-ce que vous pouvez nous dire quel est cet

5 éventail dont vous parlez ?

6 Quel est cet éventail sur lequel vous vous basez pour établir la variation

7 ?

8 R. Bien, il n'y a pas d'éventail juste j'apprécie comment varie l'écriture

9 d'une personne.

10 Q. Quel est le degré que vous utiliserez pour dire cet éventail-là il

11 n'est pas là ?

12 R. Mais je me fonde sur mon expérience.

13 Q. Il n'y a pas de terminologie de terme spécifique dont vous pouvez vous

14 servir pour dire si c'est quelque chose qui est de ça ou haut delà de

15 l'éventail ?

16 R. Mais je pourrais dire que ça sort donc d'un éventail donné si cela est

17 le Conseil de sécurité.

18 Q. Mais sur quoi il peut y avoir des différences d'opinions très

19 significatives ?

20 R. C'est quelque chose qui a à voir l'écriture et non pas avec la personne

21 qui examine l'écriture.

22 Q. Donc, qui examine l'écriture ?

23 R. Mais c'est celui qui est expert en document.

24 Q. Qui examine l'écriture ?

25 R. L'expert qui examine les documents.

26 Q. Donc, il y a une variation d'un document à l'autre pour chaque expert ?

27 R. Ils peuvent penser que certains caractères varient davantage que

28 d'autres.

Page 13230

1 Q. Vous êtes en train de me dire qu'il n'y a pas d'éventail norme,

2 standard. Est-ce que c'est quelque chose qui est généralement admis au

3 Royaume-Uni ou en Europe ?

4 R. Je pense qu'il y a une confusion au niveau de la terminologie.

5 Q. Quelle terminologie éventail ou variation ?

6 R. Eventail de variation reflète les variations de l'écriture d'une

7 personne ou variation pour un échantillon, un élément d'écriture. Donc,

8 c'est quelque chose qui ne peut pas constituer -- on ne peut pas constituer

9 une norme dans toute l'Europe, par exemple.

10 Q. Mais pour établir une appréciation au sujet de l'éventail de variation

11 pour une personne, je veux savoir si cela peut varier d'un examinateur à

12 l'autre, d'un expert à l'autre ?

13 R. Mais il faudrait procéder à une comparaison des éventails de variation,

14 et non pas à des éventails de variation eux-mêmes.

15 Q. Cette analyse est quelque chose qu'on trouverait dans vos notes ?

16 R. Oui. Mais, encore une fois, c'est quelque chose d'individuel, donc,

17 j'ai mon éventail de variation, mais comme je disais, il peut y avoir une

18 variation des éventails de variation.

19 Q. Je crois que je vous ai compris maintenant.

20 M. OSTOJIC : [interprétation] Monsieur le Président, je vais demander à

21 présent qu'on nous remette les notes de Mme Barr à moins qu'elle ne s'y

22 oppose et je ne comprends pourquoi ceci ne nous a pas été communiqué. Nous

23 n'avons aucun fondement pour certaines des opinions qui ont été formulées

24 je pense que ceci est indispensable pour poursuivre notre interrogatoire.

25 Nous demandons une suspension d'audience pour obtenir un exemplaire de ces

26 originaux, donc, de ses notes pour pouvoir continuer de l'interroger.

27 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je ne pense pas que c'est quelque chose

28 que l'Accusation a entre ses mains. C'est le témoin qui l'a. C'est comme ça

Page 13231

1 que j'ai compris les choses. Compte tenu du fait que je suis Juge depuis de

2 si longues années, j'ai toujours connu ce type de situation; c'est comme ça

3 que les choses se sont toujours passées.

4 M. OSTOJIC : [interprétation] Mais je les accuse de rien, je pense qu'ils

5 nous ont donné deux exemplaires ce matin des choses qu'elle a soulignées --

6 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] On vous a déjà expliqué cela. Je pense

7 qu'effectivement il serait juste de vous communiquer ces notes. Je ne pense

8 pas que vous y opposeriez, Madame Barr.

9 J'allais vous poser la question moi-même vers la fin du contre-

10 interrogatoire. En fait, j'allais vous demander si vous aviez l'intention -

11 - enfin, si vous avez posé des questions supplémentaires au témoin, enfin,

12 j'allais demander si vous alliez poser des questions supplémentaires après

13 avoir eu l'occasion de voir les notes. Donc, nous pouvons faire une

14 suspension. Ce n'est pas un problème. De toute façon, on aurait une

15 suspension dans dix ou 12 minutes, mais vos confrères et consoeurs

16 souhaiteraient également voir les notes. Donc, la deuxième question est la

17 conservation de ces notes, et aussi, la troisième chose, combien de temps

18 il nous faudra parce que je ne voudrais pas qu'on s'engage dans une partie

19 de ping-pong. Je ne voudrais pas que, pendant le contre-interrogatoire des

20 autres avocats, on nous reproche la même chose.

21 M. OSTOJIC : [interprétation] Parfois il est difficile d'apprécier les

22 choses tant qu'on a pas vu les documents, donc, je n'ai pas encore vu les

23 notes. Il m'est difficile de vous répondre par avance pour ce qui est de la

24 conservation. Je pense qu'évidemment, l'Accusation peut être présente ou

25 ils peuvent tout simplement photocopier si ce n'est pas trop volumineux.

26 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] C'est grand, Docteur Barr ?

27 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui, c'est plutôt volumineux.

28 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui, c'est ce que j'aurais imaginé.

Page 13232

1 M. OSTOJIC : [interprétation] Juste pour le compte rendu d'audience --

2 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Attendez, un instant, il faut que

3 j'entende mes collègues. Puisque j'étais en train de m'exprimer tout seul

4 sans recueillir leur avis.

5 [La Chambre de première instance se concerte]

6 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Essayons d'être pratique, le plus

7 pratique possible. Nous allons faire une pause de 30 minutes maintenant et,

8 pendant ce temps-là, dès que vous aurez quitté le prétoire, je vous prie de

9 voir avec le Dr Barr et l'autre partie ce qui en est. Est-ce que les

10 documents sont là dans le bâtiment ?

11 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui.

12 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Aussi, donc, ça nous simplifie les

13 choses. Egalement, il faut qu'on voie combien de temps il nous faudra.

14 Donc, enfin, on se retrouvera dans 30 minutes, et puis, vous allez nous

15 apporter votre réponse, nous allons agir conformément.

16 --- L'audience est suspendue à 12 heures 06.

17 --- L'audience est reprise à 12 heures 43.

18 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui. Alors, apportez-moi de bonnes

19 nouvelles, Maître Ostojic.

20 M. OSTOJIC : [interprétation] Mais si, Monsieur le Président.

21 Nous souhaitons remercier Mme Barr qui nous a remis son cahier de notes et

22 qui nous a signalé ce que signifiaient les différents points. L'Accusation

23 était présente et je dois dire qu'il est sciemment -- nous avons pensé que

24 Dr Barr était très prise et qu'elle n'allait peut-être pas pouvoir rester,

25 mais, finalement, elle peut rester ici jusqu'à demain.

26 Il y a en fait deux cahiers de notes. Il y en a un qui est plus grand

27 que l'autre. Nous n'avons pas compté les pages, mais c'est assez

28 volumineux. Pour mon client, ce qui est important c'est qu'il y a là, la

Page 13233

1 possibilité de repérer les différences dans les différentes lettres, du

2 moins, c'est ce qui est relevé dans le cahier.

3 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Alors.

4 M. OSTOJIC : [interprétation] Je pense que nous pouvions peut-être attendre

5 demain. M. Bourgon aura besoin d'une vingtaine de minutes. Moi, j'aurais

6 besoin de 15 à 20 minutes. Je pense que là, je peux terminer ce que j'ai

7 préparé, et puis, on reprendra demain, si vous l'acceptez.

8 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je vous remercie, Maître Ostojic.

9 Qui d'autre contre-interrogera Mme Barr, mis à part

10 Me Bourgon, personne d'autre ? Allez-y, Maître Ostojic, alors.

11 M. OSTOJIC : [interprétation] Merci.

12 Q. Encore une fois, je vous remercie, Madame, de nous avoir remis vos

13 notes pendant la pause. Je vous en serai gré.

14 S'agissant des trois rapports Jokic que vous avez rédigés, et que vous avez

15 soumis ici, est-ce que vous n'avez jamais relevé des --

16 --trouver des caractères qui vous semblaient semblables par opposition aux

17 différents dont on a parlé ?

18 R. Oui, ça figure dans mes notes.

19 Q. Dans lequel de vos rapports ?

20 R. Dans mon deuxième rapport, je cite quelques exemples.

21 Q. C'est le rapport du 22 août ?

22 R. Oui.

23 Q. Page 2, c'est cela ?

24 R. Oui, c'est exact.

25 Q. Je sais que ce n'est pas une liste exhaustive. Mais dans ces

26 échantillons dont vous parlez, vous n'avez jamais parlé de la lettre B, que

27 ce soit la lettre B majuscule ou minuscule; c'est exact ?

28 R. Oui.

Page 13234

1 Q. Dans vos échantillons --

2 R. Excusez-moi. Ici, il est question du B minuscule.

3 Q. Ce n'est nulle part souligné mais nous n'avons pas non plus la lettre

4 E, qu'elle soit en majuscule ou minuscule ? Ce serait donc des échantillons

5 de ressemblance ?

6 R. Oui.

7 Q. Nulle part lorsque vous parlez des ressemblances vous ne parlez de A

8 majuscule ?

9 R. Exact.

10 Q. Nulle part dans votre étude ou dans vos échantillons, vous ne parlez de

11 la lettre R, que ce soit majuscule ou minuscule ?

12 R. C'est exact.

13 Q. Alors, maintenant, sans pouvoir parcourir vos rapports ou vos notes,

14 est-ce que vous nous diriez que vous avez estimé ces caractères étaient

15 semblables ou différents ?

16 R. Comme vous dites ce serait difficile si je ne regarde pas mes notes.

17 Mais pour ce qui est de la lettre A, je peux dire que dans l'original que

18 j'ai étudié c'était plus angulaire. Les deux traits étaient séparés.

19 Q. Excusez-moi, je vous ai interrompu.

20 R. Oui, excusez-moi. Donc, c'est le A majuscule, mais dans les

21 échantillons d'écriture, c'était plutôt attaché et lorsque j'ai eu des

22 échantillons supplémentaires, j'ai pu faire correspondre cela mieux

23 qu'avant.

24 Q. Je vous remercie. Alors, vous avez maintenant sous les yeux le

25 formulaire de demande ou la demande qui date du 15 août 2001, de Dragan

26 Jokic; vous l'avez ?

27 R. Non, je ne l'ai pas ici.

28 Q. Est-ce que vous vous êtes servi de cela pour évaluer s'il y avait des

Page 13235

1 ressemblances, des différences dans les lettres majuscules, minuscules, B,

2 E, A, R, par exemple ?

3 R. Il faudrait que je le voie pour vous répondre.

4 Q. Avec l'autorisation de la Chambre, c'est le document ERN 02096264. Si

5 la Chambre m'y autorise je vais demander à Mme l'Huissière de distribuer le

6 document, enfin, de le remettre à

7 Mme Barr. Le seul problème que j'ai surligné certaines portions, donc, il

8 faudrait qu'elle montre le document tout d'abord à l'Accusation.

9 Madame Barr, j'attire votre attention sur le rétroprojecteur, c'est

10 le "Zapisni" [phon], comme on l'appelle dans c'est le "zapisni" de Dragan

11 Jokic; c'est exact ?

12 R. Oui.

13 Q. Est-ce que vous vous êtes servi de ce style d'écriture que l'on voie

14 dans ce formulaire-là qui se trouve dans votre dossier, qui nous a été

15 communiqué par le bureau du Procureur il y a deux semaines ?

16 R. Oui.

17 Q. Est-ce que vous remarquez où qui que ce soit ici ces diacritiques dont

18 vous avez parlé au sujet plus précisément des lettres "J" et "I", là où on

19 remarquerait un cercle au-dessus ?

20 R. Non, il n'y en a pas.

21 Q. Est-ce que vous remarquez où qui que ce soit cet accent ou comme nous

22 en avons parlé cette fioriture dont vous avez parlé précédemment ou

23 l'accent ou on peut l'appeler également diacritique ?

24 R. Non, il n'y en a pas.

25 Q. Est-ce que ceci nous permettrait d'arriver à une conclusion, quelle

26 qu'elle soit, de dire par exemple là où on voit un I majuscule avec un

27 signe diacritique, par exemple, un cercle ou un "J" majuscule, que ce

28 serait différent, et par conséquent, ce ne serait pas l'écriture de Dragan

Page 13236

1 Jokic, tandis que comme il écrit dans sa demande, de toute évidence, du

2 moins dans ce formulaire-là, il ne sert pas de diacritiques avec un cercle

3 au-dessus du "I" majuscule ou du "J" majuscule ou de tout autre accent

4 d'ailleurs ?

5 R. Excusez-moi, c'était quoi la question ?

6 Q. Est-ce que ceci nous permet d'arriver à une conclusion, quelle qu'elle

7 soit, est-ce que c'est significatif d'une manière ou d'une autre ?

8 R. C'est une différence dont j'ai tenu compte lorsque j'ai dit que mon

9 opinion ne pouvait être la plus ferme, la plus - la catégorie A, et que

10 c'était donc à un niveau au-dessus de certitude.

11 Q. Et quelle en serait la portée ?

12 R. Oui.

13 Q. Alors, revenons maintenant, si vous voulez, un petit peu en arrière, au

14 cahier 377. C'est exactement ici. Je voudrais vous demander quelque chose.

15 Lorsque vous avez examinez ces dis pages qui ont été remises à

16 l'Accusation, est-ce que vous avez examiné les originaux ou les copies ?

17 R. Je pense que c'étaient les originaux.

18 Q. Très bien. Donc, comment est-ce que vous vous êtes procuré les

19 originaux ? Etait-ce le cahier vert complet, dans son intégralité, que vous

20 avez sous les yeux ?

21 R. Excusez-moi, lorsque vous parlez d'originaux, est-ce que vous voulez

22 dire les originaux dans ce cahier ou l'original, c'est-à-dire l'échantillon

23 de l'écriture original de M. Jokic ?

24 Q. Je parle tout d'abord du cahier.

25 R. Excusez-moi.

26 Q. C'est bon. Et après nous allons parler de l'écriture.

27 R. J'ai reçu l'original du cahier.

28 Q. Est-ce que vous avez parcouru le cahier pour ce qui est des autres

Page 13237

1 pages, mis à part ces dix pages qu'on vous a demandé d'examiner ?

2 R. Non.

3 Q. Depuis quand est-ce que vous avez eu ce cahier à votre disposition ?

4 Excusez-moi.

5 R. Evidemment, je l'ai parcouru, mais je ne me suis focalisé sur les pages

6 qu'on m'a demandé d'examiner.

7 Q. Donc vous ne savez pas si M. Jokic a apporté d'autres entrées dans ce

8 cahier puis que vous, vous n'avez pas examiné autre chose que ces dix

9 pages; c'est exact ?

10 R. Oui, c'est exact.

11 Q. Maintenant, est-ce que vous seriez d'accord pour dire que s'il y avait

12 plus d'échantillons d'écriture ou de caractères, ça vous aurait permis de

13 faire une opinion plus fondée ?

14 R. Oui.

15 Q. Donc si vous avez 20 pages, par exemple, votre opinion aurait été

16 renforcée et elle aurait pu être modifiée, par exemple, pour atteindre un

17 niveau inférieur de certitude. Est-ce exact ?

18 R. Oui, c'est possible.

19 Q. Maintenant, si l'on examine le cahier, ce n'est pas exhaustif, ce n'est

20 pas significatif ?

21 R. Le livre dans sa totalité, le cahier dans sa totalité ?

22 Q. Pardon ?

23 R. Pour d'autres exemples de son écriture ?

24 Q. Oui.

25 R. Il y aurait une quantité considérable de travail qu'il faudrait

26 fournir.

27 Q. Est-ce que vous savez combien de pages il y a dans ce livre, à peu

28 près ?

Page 13238

1 R. Non.

2 Q. D'accord. Compte tenu de votre opinion, si nous avons plus

3 d'échantillons, nous pouvons formuler une opinion avec plus de certitude,

4 nous pouvons lui attribuer plus de poids. Alors, est-ce qu'il ne serait pas

5 raisonnable de, par exemple, demander à un expert d'examiner 50 pages de

6 documents ?

7 R. Non.

8 Q. Alors, quel niveau serait non raisonnable si on voulait renforcer le

9 poids d'une opinion ?

10 R. Aucun volume ne serait déraisonnable.

11 Q. Et aucun volume ne serait déraisonnable si, précisément, c'était un

12 procès au pénal; vous êtes d'accord ?

13 R. Oui.

14 Q. Puisque les enjeux sont plus importants que si ce n'est pas un procès

15 au pénal ?

16 R. Il ne m'appartient pas de vous répondre à cela.

17 Q. Alors, je voudrais attirer votre attention sur 0293-5748. Vous l'avez

18 trouvée ?

19 R. Oui.

20 Q. Est-ce que celle-ci fait partie du groupe de documents que vous avez

21 examiné de ce cahier ?

22 R. Oui.

23 Q. Nous avons votre rapport, bien entendu. Alors, sur la base de cette

24 écriture, est-ce que vous pouvez nous dire s'il y a plusieurs personnes qui

25 ont rédigé cela, page 5748 et si vous ne pouvez pas nous répondre, on peut

26 tout à fait accepter cela. Je ne voudrais pas vous piéger.

27 R. Oui, il s'agirait de deux auteurs, à en juger d'après mes rapports.

28 Q. Vous pouvez faire une distinction entre ces deux écritures, donc, ce

Page 13239

1 serait au-dessus ou en bas d'une certaine ligne ?

2 R. Oui, en dessous, y compris cette ligne.

3 Q. Donc, tout ce qui serait écrit à partir du premier quart à commencer

4 par la lettre S ?

5 R. Oui.

6 Q. Ce serait quelqu'un d'autre qui aurait écrit donc au-dessus quelqu'un

7 d'autre ou au dessous M. Jokic ?

8 R. Au-dessus ce serait quelqu'un d'autre.

9 Q. Alors, vous avez également procédé à l'évaluation de l'écriture pour

10 d'autres officiers de permanence de la Brigade de Zvornik, Trbic, M. Drago

11 Nikolic, Strbac. Je pense qu'il a été mentionné. Alors, est-ce que vous

12 avez pu savoir à qui appartenait cette écriture sur ces quatre ? Je pense

13 que vous avez peut-être besoin de vérifier dans votre rapport.

14 R. Oui.

15 Q. Mais vous pouvez donc chercher à vérifier dans votre rapport si vous ne

16 me faites pas confiance, puisque je vais vous dire que ce n'est aucun de

17 ces trois, du moins d'après vous ?

18 R. Je suis sûre que vous avez raison.

19 Q. Alors, est-ce que vous savez qui l'a écrit ?

20 R. Non.

21 Q. Vous savez à quel moment ça a été écrit ?

22 R. Non.

23 Q. Est-ce que vous savez si ça a été ajouté à une date ultérieure ?

24 R. Non.

25 Q. Alors, est-ce que vous avez étudié cela pour savoir -- est-ce que vous

26 l'avez étudié dans le cadre de votre étude de ces dix pages du cahier ?

27 R. Comme je vous ai déjà dit, en supposant que ce n'est aucun de ces

28 quatre j'aurais fait la partie écriture. C'est ce qui a été ajouté, à en

Page 13240

1 juger d'après l'encre.

2 Q. Vous pouvez me dire dans le cadre de ces dix pages combien de

3 scripteurs allégués il y aurait ?

4 R. Non.

5 Q. Plus ou moins que six ?

6 R. Je ne sais pas.

7 Q. Puis au moins que dix ?

8 R. Je ne sais pas.

9 Q. Qui pourrait nous le dire ?

10 R. Je n'en sais rien.

11 Q. Mais lorsque vous avez évalué ces dix pages, est-ce que vous avez

12 signalé telle ou telle portion ou telle ou telle phrase ou pages pour dire

13 que ce n'est aucun des individus au sujet desquels l'Accusation vous a posé

14 la question ?

15 R. Oui.

16 Q. Très bien.

17 R. Pardon.

18 Q. Très bien. Vous pensez qu'enfin, de formuler une opinion objective

19 lorsque vous examinez une écriture, compte tenu du fait que nombre de dix

20 pages est un nombre limité, du moins par rapport à ce cahier, est-ce que

21 vous pouvez nous dire de combien de différentes écritures vous avez pu

22 remarquer dans ce cahier 377 ?

23 R. Si je veux être objective, peu importe combien de différents scripteurs

24 il y a.

25 Q. Pourquoi ?

26 R. Parce que j'examine les écritures des individus comme on me l'a

27 demandé. Combien d'autres auteurs il y a ? Ceci n'a pas d'importance.

28 Q. Mais si vous saviez qu'il y a dix écritures différentes sur ces dix

Page 13241

1 pages, est-ce que ceci vous permettrait de procéder à des comparaisons, de

2 faire une étude comparée ?

3 R. Non.

4 Q. Mais pourquoi pas ?

5 R. Parce que simplement je me penche sur des écritures de chacun des

6 auteurs. Donc il y en ait un de plus ou dix de plus, ceci ne fait pas

7 vraiment de différence.

8 Q. Très bien. Alors, restons maintenant à l'examen de la page 5 748. Je

9 pense que nous l'avons. Vous avez une date au milieu de la page, le 13

10 juillet 1995. Vous le voyez ?

11 R. Oui.

12 Q. Est-ce que vous pouvez nous montrer si c'était écrit au crayon ou au

13 stylo ?

14 R. C'est un stylo.

15 Q. Est-ce que vous savez si c'est le même -- la même encre qu'en bas,

16 donc, les lignes -- les mots qui suivent immédiatement ?

17 R. Je ne sais pas.

18 Q. Mais vous n'avez fait aucune analyse d'encre ?

19 R. Vous avez demandé si c'était le même stylo. Je peux vous dire -- je

20 pourrais vous dire s'il s'agissait là d'un stylo différent. Je ne pourrais

21 vous dire s'il s'agissait du même stylo puisque ce sont des stylos du même

22 type qui sont produits en grande quantité, les mêmes. Ils contiennent

23 probablement la même encre. Donc, si ça avait été différent ça aurait été

24 des stylos différents et si c'est comparable je vous dirais que c'est de

25 l'encre comparable. Je ne peux pas dire si c'est le même stylo.

26 Q. Mais, par rapport à la date qui est décrite au crayon, et cette date

27 qui est écrite au stylo, est-ce que ceci a un impact sur votre opinion pour

28 nous dire s'il y a eu des apports ou des modifications apportés sur ces dix

Page 13242

1 pages de cahier ?

2 R. De toute évidence si quelque chose est écrit au crayon, de toute

3 évidence ça a été ajouté puisque ce n'est pas toujours le même stylo. On ne

4 sert pas de la même chose pour écrire. Oui, dans cette mesure-là, oui.

5 Q. Nous avons donc la page 0293-5745; en haut à gauche, il est écrit la

6 date du 14 juillet; vous le voyez ?

7 R. Oui.

8 Q. Ça c'est au crayon ou au stylo ?

9 R. C'est au crayon.

10 Q. Est-ce que ça une importance quelle quel soit ?

11 R. Dans quelle mesure ?

12 Q. Dans la mesure où vous formulez une opinion, vous êtes un expert en

13 écriture ?

14 R. Je l'ai exclu, je pense. Je l'ai exclu de mon opinion.

15 Q. Mais n'est-il pas vrai, Madame, que vous l'avez exclu parce que

16 l'Accusation vous a demandé de le faire, c'est eux qui vous ont dit que

17 c'étaient des additions au crayon ?

18 R. Non.

19 Q. Mais qu'en est-il de la date précédente, donc, nous avons la date du 14

20 juillet, là, nous lisons le nom Jokic, vous l'avez exclu également ?

21 R. Oui. On m'a demandé de commencer à partir de ces dates.

22 Q. Est-ce que vous l'avez examiné du tout cette entrée ?

23 R. Dans une certaine mesure.

24 Q. Est-ce que vous avez étudié ce qui est écrit là donc 14 juillet, Jokic

25 ?

26 R. Non, ça n'a fait pas partie de mon examen.

27 Q. Pour quelle raison ?

28 R. Parce qu'on ne m'a pas demandé de l'examiner.

Page 13243

1 Q. Est-ce que vous savez à qui appartient cette écriture ?

2 R. Non.

3 Q. Est-ce que vous savez qui d'autre mis à part M. Jokic aurait écrit son

4 nom ?

5 R. Non.

6 Q. Le nom Jokic est-il rédigé au crayon ou au stylo ?

7 R. Au crayon.

8 Q. Ainsi que la date; c'est exact ?

9 R. Oui.

10 Q. Trois lignes plus loin, est-ce que vous avez examiné cette entrée,

11 donc, il y a, après le nom et la date, le nom Jokic ?

12 R. Oui.

13 Q. Je voudrais vous demander encore quelque chose à ce sujet. J'ai

14 rapidement jeté un coup d'il sur votre cahier de notes et je voudrais

15 juste m'assurer que lorsque l'on parle de l'avis de vos paires : est-ce

16 qu'on entend la même chose ?

17 R. Je pense que cela dépend de ce que vous entendez par là.

18 Q. Aidez-moi, s'il vous plaît.

19 R. Excusez-moi.

20 Q. Je vous présente mes excuses. Est-ce que vous estimez qu'il y a une

21 différence entre une analyse de votre travail fait par les paires et la

22 vérification de la qualité, la garantie de la qualité, tout d'abord ?

23 R. Mais cela dépend, encore une fois, de la manière dont vous définissez

24 les termes.

25 Q. Oui, je comprends.

26 R. Il y a des procédures, par exemple, vous vérifiez la qualité au sein

27 des différentes organisations. Par exemple, pour ce qui est de l'aspect --

28 direction ou de la manière dont les déclarations sont rédigées, est-ce que

Page 13244

1 c'est orthographié correctement ? Mais vous avez aussi l'écriture par les

2 pairs et vos conclusions sont vérifiées par un collègue, par un compère.

3 Q. Donc, la garantie -- qualité, c'est parfois quelque chose qu'on appelle

4 ISO 9000 ?

5 R. Oui.

6 Q. Est-ce qu'il y a d'autres formes que le ISO 9000 ?

7 R. Oui. Il y a d'autres normes de qualité qui existent.

8 Q. Ce serait quoi ?

9 R. Vous avez au Royaume-Uni un système d'accréditation par exemple qui est

10 appliqué également.

11 Q. Pour des experts en documents ?

12 R. Je ne peux pas vous l'affirmer; pour autant que je le sache, il n'y a

13 pas d'expert en documents qui aurait cet agrément-là -- cette

14 qualification-là par rapport à cette norme.

15 Q. Est-ce que vous pourriez nous dire, en vous fondant sur votre

16 expérience, sur votre formation, combien de temps il faudrait pour évaluer

17 toute dans sa totalité ces notes que vous avez ?

18 R. Vous voulez dire combien d'auteurs, ou quelle est votre question

19 exactement ? Pour savoir s'il s'agit d'un auteur en particulier ?

20 Q. Les deux.

21 R. Non, là, je ne peux pas vous dire ça à brûle-pourpoint.

22 Q. Vous n'avez pas étudié les conversations interceptées qui ont été

23 transcrites mais le document 65 ter 1164 m'intéresse.

24 M. OSTOJIC : [interprétation] Est-ce qu'on pourrait avoir la version

25 anglaise dans le prétoire électronique ?

26 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Le document est sous pli scellé.

27 M. OSTOJIC : [interprétation] Excusez-moi, j'ai fait une note me disant que

28 je devais demander l'autorisation de la Chambre. Excusez-moi. Je n'ai pas

Page 13245

1 vérifié.

2 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Mais c'est sous pli scellé. Il n'y a

3 pas, pas de mal.

4 On va s'en occuper.

5 [La Chambre de première instance se concerte]

6 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Passons à huis clos partiel, un

7 instant, s'il vous plaît.

8 [Audience à huis clos partiel]

9 (expurgé)

10 (expurgé)

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 (expurgé)

17 (expurgé)

18 (expurgé)

19 (expurgé)

20 (expurgé)

21 (expurgé)

22 (expurgé)

23 (expurgé)

24 (expurgé)

25 [Audience publique]

26 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Maître Ostojic, Mme Soljan demande :

27 quelle est la pertinence de cette partie de votre interrogatoire ? Comment

28 réagissez-vous à cela ? Que répondez-vous ?

Page 13246

1 M. OSTOJIC : [aucune interprétation] -- les documents ont été communiqués à

2 l'Accusation en temps voulu. Ils ont été informés auparavant. Ils savaient

3 que j'allais me servir de ces documents, mais ce qui est encore plus

4 important c'est qu'ils réagissent maintenant. Or, j'ai communiqué les

5 documents hier soir. Je vérifierai si c'est vrai. Ce qui est encore plus

6 important, si nous comparons cela à la déposition de Stefanie Frease, qui

7 est venue ici déposer au sujet de certains de ces conversations, je pense

8 qu'il est important de savoir puisque nous avons ce témoin ici quel est le

9 poids qu'on devrait accorder à cela par rapport aux modifications apportés

10 aux documents.

11 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Un instant.

12 [La Chambre de première instance se concerte]

13 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Avant de prendre une décision, avant de

14 pouvoir décider, Maître Ostojic, est-ce que vous pourriez nous dire quelle

15 serait votre question suivante ? Cela nous aiderait.

16 M. OSTOJIC : [interprétation] Dans la mesure où l'auteur d'un document

17 aurait reconnu qu'il y a eu des modifications apportés au document, donc,

18 la question est de savoir si ça renforcerait l'opinion que le document est

19 authentique ou s'il s'agit d'un original. Je pense que notre témoin peut

20 nous répondre même sans examiner le document.

21 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Mais c'est ce que j'allais vous

22 proposer. Je dirais elle n'a peut-être pas besoin d'examiner le document.

23 Monsieur McCloskey.

24 M. McCLOSKEY : [interprétation] Monsieur le Président, il s'agit de mon

25 témoin, je pense. Nous parlons d'une conversation interceptée et le témoin

26 nous a dit qu'il a écouté la conversation interceptée, enfin, je n'ai pas

27 besoin de vous dire. Vous vous souvenez. Il nous a dit qu'il entendait les

28 choses mieux à force d'écouter mais ça n'a rien à voir avec ce témoin. Ce

Page 13247

1 sont deux choses pas comparables du tout.

2 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je pense que nous sommes unanimes sur

3 le point suivant à savoir nous considérons que ceci va au-delà du champ

4 couvert par le Dr Barr ici aujourd'hui. Donc, nous vous suggérons de passer

5 à la question suivante plutôt que de vous concentrez sur celle-là.

6 M. OSTOJIC : [interprétation] Merci, Monsieur le Président.

7 Q. Merci, Docteur, de votre patience. Je vais vous poser une question

8 générale. Si un document est modifié et qu'on sait qu'il a été modifié,

9 est-ce que ceci affaiblirait ou renforcerait la conclusion que le document

10 est authentique à votre avis, que ce soit une initiale ou un mot qui a été

11 ajouté ?

12 R. Ça dépend de nombreux autres facteurs.

13 Q. Comme ?

14 R. Je pourrais vous donner une opinion sur la question de savoir si

15 quelque chose est authentique, si ceci avait des modifications apportées.

16 Q. S'il y a un document de deux pages --

17 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui, Madame Soljan.

18 Mme SOLJAN : [interprétation] Excusez-moi, mais je pense que le témoin a

19 dit, à la page 96, ligne 2 : "Je ne peux pas admettre d'avis." Je pense que

20 ceci vient d'être corrigé. Je m'excuse, mais puisque je suis debout, je

21 fais la même objection par rapport aux champs de l'examination [phon].

22 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui, vous êtes en train de reposer la

23 même question en la reformulant, alors que nous avons dit que ceci allait

24 au-delà du champ de la raison pour laquelle Mme Barr est ici.

25 M. OSTOJIC : [interprétation] Peut-être que j'ai mal compris. Je pensais

26 que nous ne pouvions pas utiliser ces documents.

27 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Non.

28 M. OSTOJIC : [interprétation] Très bien.

Page 13248

1 Q. Docteur, pourquoi est-ce que vous ne pourriez pas donner une opinion

2 sur la question de savoir si quelque chose est authentique ou pas ?

3 M. OSTOJIC : [interprétation] Je fais suite à sa réponse.

4 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui, nous n'avions pas permis la

5 question à laquelle elle avait répondu.

6 M. OSTOJIC : [interprétation] Puis-je poursuivre ?

7 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Bien sûr.

8 M. OSTOJIC : [interprétation]

9 Q. Quels sont les facteurs sur lesquels vous vous pencheriez afin de

10 déterminer si un document est authentique ?

11 R. Cela dépend du document et de la signification que vous donnez au terme

12 "authentique" parce qu'authentique, cela peut vouloir dire que c'est un

13 texte rédigé authentiquement à la main de quelqu'un ou un document

14 véritable, un passeport, ou un permis de conduire, ce genre de chose.

15 Q. Compte tenu de votre formation et expériences en écriture, nous allons

16 limiter ma question à l'écriture. Quels sont les facteurs que vous

17 prendriez en considération pour déterminer si une écriture est authentique

18 ?

19 R. Comme je vous l'ai déjà dit, vous aurez besoin de l'écriture d'une

20 personne afin de la comparer à ce qui est contesté.

21 Q. Merci, Docteur Barr.

22 M. OSTOJIC : [interprétation] Monsieur le Président, je n'ai pas de

23 questions sur celles qui risquent de découler des cahiers ou des notes.

24 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Merci. Je donne maintenant la parole à

25 Me Bourgon et nous continuerons avec le reste demain.

26 Maître Bourgon.

27 M. BOURGON : [interprétation] Merci, Monsieur le Président.

28 Contre-interrogatoire par M. Bourgon :

Page 13249

1 Q. [interprétation] Bonjour, Docteur.

2 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je vous ai déjà entendu dire que vous

3 alliez limiter votre contre-interrogatoire à une partie en particulier de

4 ce rapport.

5 M. BOURGON : [interprétation] En réalité, Monsieur le Président, mon

6 contre-interrogatoire porte sur rapport qui traite de mon client, mais il

7 s'agit là des considérations pratiques que je souhaite clarifier sur la

8 base du rapport.

9 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Très bien.

10 M. BOURGON : [interprétation]

11 Q. De l'expert, concernant votre rapport du 29 juin 2006, je souhaite

12 attirer votre attention sur le paragraphe 6.11.

13 R. Oui.

14 Q. Au paragraphe 6.11, vous avez fait référence à la date du 12 au 17

15 juillet. Aussi aux pages 0293-5760, vous y avez dit que tout à l'exception

16 des deux dernières lignes, font partie de la catégorie concernant laquelle

17 vous avez dit qu'il y a des similitudes importantes à son écriture.

18 Ma première question est la suivante : lorsque vous avez fait ces

19 comparaisons concernant le cahier d'officier de permanence dans cette

20 partie ces pages - et je fais référence au titre qui est juste au-dessus du

21 paragraphe 6.8 - est-ce que vous avez demandé une traduction en anglais de

22 ces pages afin de les utiliser dans le cadre de votre analyse ?

23 R. J'avais la traduction de certains documents. Je ne me souviens pas si

24 j'avais la traduction de ce document en particulier.

25 Q. Ma question porte sur quelque chose de pratique, mais j'ai besoin de

26 clarifier, de tirer cela au clair avec vous. Pouvez-vous confirmer avec

27 nous ?

28 M. BOURGON : [interprétation] Est-ce que nous pouvons avoir sous forme

Page 13250

1 électronique la page 5760 en B/C/S ? Est-ce qu'on peut avoir cela à côté de

2 la même page en anglais ? Il s'agit de la page 23 de la pièce ERN-9355. Il

3 s'agit de la pièce à conviction P377. Excusez-moi, je n'ai pas mentionné

4 d'abord. Peut-on donc les placer l'un à côté de l'autre dans le prétoire

5 électronique ?

6 Q. Docteur, ma question est simplement de savoir, lorsque vous avez fourni

7 votre expertise et vos conclusions dans ce paragraphe 6.11, je suppose que

8 vous vous êtes fondé sur l'original que vous avez examiné, et non pas sur

9 les lignes qui correspondent dans la traduction ?

10 R. Non.

11 Q. Est-ce qu'il exact de dire cela ?

12 R. Lorsque je fais référence aux lignes, c'est du document original.

13 Q. La raison pour laquelle je demandais cela --

14 M. BOURGON : [interprétation] Est-ce qu'on peut montrer la partie inférieur

15 du document ?

16 Q. Dans votre rapport, vous dites que ces deux dernières lignes du

17 document sont exclus de ceux comportant des similitudes importantes; est-ce

18 exact ?

19 R. C'est exact.

20 Q. Si j'examine maintenant la partie droite de l'écran, à savoir la

21 traduction en anglais, je souhaite que l'on confirme que ces deux dernières

22 lignes ne correspondent pas au deux dernières lignes de la version en

23 anglais ?

24 R. Je ne sais pas.

25 M. BOURGON : [interprétation] Peut-être si on peut demander à quelqu'un

26 afin, la seule chose sur laquelle je souhaitais attirer l'attention de la

27 Chambre, Monsieur le Président, est que les deux dernières lignes en

28 anglais commencent avec les mots : "Dans le secteur de Memici." Avant cela,

Page 13251

1 il ne s'agit pas des deux dernières lignes. C'est ce que j'ai voulu

2 confirmer. Si l'on regarde à droite, il est dit : "Décédé aujourd'hui,

3 d'après le rapport de l'officier de permanence de Zlatar." Mais ce n'est

4 pas les deux dernières lignes la version originale. Dans la version

5 originale, les deux dernières lignes commencent par les mots : "Dans le

6 secteur de Memici."

7 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je pense que l'Accusation peut être

8 d'accord avec cela. Cela ressort clairement de l'écran.

9 Oui, Monsieur McCloskey.

10 M. McCLOSKEY : [interprétation] Le traducteur a essayé de faire de son

11 mieux afin de refléter et essayer d'éviter ce genre de question. Ce n'est

12 pas parfait, mais nous sommes d'accord pour dire que ceci est exact. Nous

13 allons verser cela au dossier et essayer de faire un meilleur travail là-

14 dessus.

15 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Très bien. Merci, Maître Bourgon.

16 M. BOURGON : [interprétation] Nous allons passer à la page suivante.

17 Maintenant, c'est la page 10 de votre rapport qui concerne la page 5761.

18 Encore une fois, est-ce qu'on peut avoir les deux versions en B/C/S et en

19 anglais à l'écran ? Le B/C/S à gauche, l'anglais à droite.

20 Q. Vous dites que l'ensemble de cette page, fait partie de la catégorie

21 comportant des similitudes, mais il y est dit : "Depuis et y compris," si

22 j'ai bien lu également "zetjevi" [phon] ou en anglais "requête".

23 Ma question à vous est de savoir si l'Accusation vous avait demandé à un

24 moment donné de voir si la personne qui avait écrit au-dessus le nom

25 "requête" - c'est la partie que vous n'attribuez pas à M. Nikolic - est la

26 même personne qui avait écrit les deux dernières lignes de la page

27 précédente.

28 R. Je n'ai pas examiné cela.

Page 13252

1 Q. On ne vous a jamais demandé de tirer cette conclusion ?

2 R. Non.

3 Q. On continue. Je souhaite maintenant attirer votre attention sur le

4 paragraphe 6.4 de votre rapport. Peut-être, si je vous demandais de le

5 faire aujourd'hui, est-ce que vous pourriez nous le faire et nous dire si

6 les deux dernières lignes de la page 5760 ont été écrites par la même

7 personne que celle qui a écrit en haut de 5760 ?

8 R. Je vais essayer.

9 M. BOURGON : [interprétation] Peut-on montrer ces deux pages l'une à côté

10 de l'autre ? Est-ce possible, à savoir 5760 et 5761, les deux en B/C/S ?

11 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Madame Soljan.

12 Mme SOLJAN : [interprétation] Monsieur le Président, le témoin a aussi

13 l'original à sa disposition et elle peut l'examiner.

14 LE TÉMOIN : [interprétation] Je ne voulais pas dire que je pourrais le

15 faire immédiatement. Je peux le faire, mais --

16 M. BOURGON : [interprétation]

17 Q. Vous avez besoin de quoi ?

18 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Visiblement du temps.

19 M. BOURGON : [interprétation]

20 Q. Mais ce n'est pas quelque chose que vous pouvez faire immédiatement ?

21 R. Non.

22 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Mais vous pourriez nous en informez

23 demain ?

24 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui.

25 M. BOURGON : [interprétation]

26 Q. Nous allons maintenant passer au paragraphe 6.4 qui fait référence au

27 registre de l'officier de permanence. On vous a demandé de vous pencher sur

28 le registre de l'officier de permanence notamment page 6603 jusqu'à 6754,

Page 13253

1 et je suppose qu'il s'agit là d'environ 150 pages que l'on vous a demandées

2 d'examiner qui font partie du registre de l'officier de permanence ?

3 R. Oui.

4 Q. Dans le paragraphe 6.4, vous avez conclu qu'un nombre d'entrées

5 auraient des similitudes importantes à l'écriture de

6 M. Nikolic et à sa signature, et ensuite, vous faites une liste de ces

7 entrées et les pages concrètes auxquelles on les trouve ?

8 R. Oui.

9 Q. Je souhaite que vous confirmiez simplement la chose suivante : de

10 toutes ces pages que vous avez examinées, donc, les 150 pages, toutes les

11 entrées avant le 1er mai 1995, toutes les entrées entre ces dates énumérées

12 et les entrées survenues après le

13 15 juillet 1995, ne comportent pas de similitudes importantes avec

14 l'écriture de M. Nikolic ?

15 R. C'est exact.

16 Q. Si l'on examine maintenant les paragraphes 66 et 67 de votre rapport,

17 et cette fois-ci, vous faites référence au cahier de l'officier de

18 permanence au poste de commandement avancé. La période que l'on vous a

19 demandé d'examiner est du 11 juillet au 21 juillet; est-ce exact ?

20 R. C'est exact.

21 Q. Plus précisément, vous avez trouvé ou vous avez dit qu'il y a quatre

22 entrées ou quatre séries d'entrées, notamment le 11 juillet, le 12 juillet,

23 le 13 au 15 juillet, et ensuite, le 21 juillet. C'est au paragraphe 66 de

24 votre rapport ?

25 R. Oui, c'est exact.

26 Q. Donc, je souhaite confirmer simplement que toutes les autres entrées ou

27 plutôt qu'aucunes de ces entrées n'a été produite par M. Nikolic. C'est

28 votre conclusion tirée au paragraphe 67 ?

Page 13254

1 R. Oui, c'est ma conclusion en effet.

2 Q. Avez-vous procédé à l'analyse de l'une quelconque des autres entrées

3 mis à part ces deux dates à savoir celles du

4 11 juillet au 21 juillet ? Avez-vous examiné ce registre ou ce cahier de

5 notes afin de déterminer s'il y avait des annotations écrites faites par M.

6 Nikolic afin que nous puissions nous en servir en guise d'échantillons

7 additionnels ?

8 R. Non. Ce n'était pas à moi de décider de ce qui a constitué ou pas ces

9 annotations. Je me suis penchée sur ce qu'on m'a demandée d'examiner.

10 Q. Donc, ces conclusions sont tirées partant du matériel -- de la

11 documentation que vous avez eu en mains et des échantillons ou de textes

12 écrits qu'on vous a fournis ?

13 R. Oui.

14 Q. La dernière question se rapport aux conclusions que vous avez tirées au

15 sujet de M. Trbic et ça se situe au niveau du paragraphe 87 de votre

16 rapport. Une fois de plus, au paragraphe 87, il est fait référence à la

17 totalité de documents qui sont listés au paragraphe 8.6 et vous vous êtes

18 penché dessus ?

19 R. Oui.

20 Q. Votre conclusion, qui se trouve au paragraphe 8.7, dit que tous ces

21 documents, cités au paragraphe 8.6, semblent avoir été rédigés par une

22 seule et même personne ?

23 R. Oui. Il y a des éléments de preuve assez forts disant ou abondant le

24 sens de dire que c'était d'une personne qu'il s'agissait.

25 Q. Si on se penche maintenant sur la formulation et les phrases que vous

26 vous êtes -- dont vous êtes servie dans votre expertise, cela signifierait

27 que vous vous seriez exclus à la possibilité de voir plus d'une personne à

28 avoir été impliquée ?

Page 13255

1 R. C'est exact.

2 Q. Vous n'êtes pas en mesure de nous dire si ces entrées à savoir ce qui -

3 - à ceux à quoi il est fait référence au paragraphe 8.9 -- ou plutôt, une

4 fois de plus, au 8.8, là aussi, vous n'êtes pas capable de nous dire si

5 c'est véritablement M. Trbic qui en est l'auteur ou pas ?

6 R. Non, je n'ai pas été capable d'exprimer cette opinion.

7 Q. Je vous remercie. Je vous remercie, Docteur, je n'ai plus de questions.

8 M. BOURGON : [interprétation] Merci, Monsieur le Président.

9 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Je vous en remercie également. Je crois

10 que plus de personnes n'avaient formulé le souhait de contre-interroger ce

11 témoin, ce qui signifie que nous pouvons lever l'audience jusqu'à demain.

12 Oui, Monsieur McCloskey.

13 M. McCLOSKEY : [interprétation] Bien, nous avons un autre témoin, Monsieur

14 le Président. Si vous le souhaitez, nous pouvons utiliser les 15 minutes

15 qui nous restent à cet effet.

16 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Ah oui. Nous pouvons en terminer

17 l'autre témoin.

18 Docteur Barr, peut être raccompagnée du prétoire. Je vous remercie, Madame,

19 et nous allons continuer demain avec votre témoignage.

20 [Le témoin se retire]

21 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Maître Bourgon.

22 M. BOURGON : [interprétation] Je voudrais revenir à ce dont on a parlé

23 vendredi passé au sujet des conversations interceptées.

24 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui, j'y viens.

25 M. BOURGON : [interprétation] Oui, mais nous n'avons plus que ces 15

26 minutes à notre disposition. Merci, Monsieur le Président.

27 M. LE JUGE AGIUS : [interprétation] Oui, mais vous avez déjà fait la

28 présentation de vos positions -- de vos points de vue. Nous avons eu deux

Page 13256

1 requêtes de faites la semaine passée, une émanant de

2 M. McCloskey demandant un report d'un ajournement de la procédure en

3 l'occurrence, et ce, notamment pour ce qui est des deux premières semaines

4 du mois de juillet; et l'autre requête est celle qui émane de M. Bourgon et

5 à laquelle se sont joints M. Josse et plusieurs autres, qui ont eu

6 l'intention de présenter aussi leur avis. Il s'est agi d'une rallonge pour

7 ce qui est des temps impartis pour ce qui est de la présente présentation

8 de la documentation de la Défense au sujet des conversations interceptées

9 suite à la requête de l'Accusation.

10 Alors, je vais passer par -- je vais commencer par le tout premier des

11 éléments. Je comprends ce qui vous préoccupe. Cela ne préoccupe pas que

12 l'Accusation. Cela est également pris en considération par les Juges de la

13 Chambre et c'est également un sujet à préoccupation du côté de la Défense.

14 Nous comprenons parfaitement bien qu'il y a des éléments liés à la requête

15 présentée pour ce qui est de la jonction d'instance, et là, c'est un sujet

16 qui doit être examiné par les deux parties en présence du point de vue

17 notamment des questions d'organisation, de planning, de l'acheminement des

18 témoins ici et de la planification générale.

19 En même temps, je suis sûr que nous avons aussi un rôle à jouer à ce sujet,

20 et ayant dit que nous sommes parfaitement conscient des problèmes auxquels

21 vous faites face du moins c'est ce que vous indiquez comme étant des

22 problèmes, il nous appartiendra à nous de trouver un juste équilibre des

23 choses en prenant en considération la totalité des scénarios possibles, des

24 circonstances qui peuvent survenir au cas où il aurait jonction d'instance

25 ou au cas où il n'y aurait pas jonction d'instance.

26 Pendant le week-end écoulé, nous nous sommes penchés grandement sur ce

27 sujet. C'est la raison pour laquelle nous n'avons pas formulé notre opinion

28 dès vendredi et nous nous sommes réunis ce matin pour continuer le débat,

Page 13257

1 et tel que les choses se présentent à présent, je ne pense pas qu'il serait

2 propice de procéder à une interruption de trois semaines qui précéderait

3 les vacances judiciaires qui de toute manière sont prévues pour le 21

4 juillet en tout état de cause. Alors, nous estimons qu'une petite pause

5 serait nécessaire, en effet, afin de permettre à l'Accusation en

6 particulier de se réorganiser et de lui permettre de mettre l'accent sur

7 les éléments de preuve qu'il suffit ou des équipes d'être présentés avant

8 les vacances judicaires d'été. Avant la prise d'une décision pour ce qui

9 est de la jonction d'instance.

10 Nous avons décidé comme suit : nous n'allons pas siéger durant les

11 journées suivantes, à savoir la semaine qui vient entre le 2 et le 6

12 juillet, puis ensuite, nous n'allons pas siéger non plus le 13 juillet, et

13 je crois que cela répondra aux requêtes présentées par les trois équipes de

14 la Défense qui ont des questions urgentes et importantes à régler ce jour-

15 là. Nous n'allons pas siéger non plus le 16 juillet. Toutefois, nous allons

16 siéger pendant les autres journées et il vous appartiendra, Monsieur

17 McCloskey, de procéder à une planification, à cet effet. Il me semble que

18 nous procédons de la sorte à une mise en place d'un équilibre et c'est une

19 approche plus raisonnable que de procéder à une interruption pendant trois

20 semaines entières qui sera suivi par des vacances judiciaires d'été.

21 Nous avons également examiné votre requête, Maître Bourgon, et notamment ce

22 que M. Josse a indiqué dans ses écritures. Nous pensons qu'il serait plus

23 approprié de voir l'ajournement de la présentation des écritures de la

24 Défense pour ce qui est donc de ces conversations interceptées et de le

25 faire jusqu'à ce qu'il y ait une position de prise concernant la requête de

26 jonction d'instance. Nous ne sommes pas, en ce moment-là, en mesure de vous

27 dire quelle va être la décision rendue en matière de jonction d'instance.

28 Ceci est d'autant plus en vigueur si nous venons à ne pas pouvoir prendre

Page 13258

1 cette décision due à des faits impondérables ou des éléments prévisibles

2 pour ce qui est donc de le faire avant les vacances judiciaires, notamment

3 ne sachant pas de qui va se passer au niveau de l'affaire Tolimir qui a une

4 -- qui va comparaître une fois de plus à titre initial pour se prononcer,

5 pour plaider coupable ou non coupable le

6 3 juillet. Alors, nous ne savons pas si un conseil lui a été commis

7 d'office. Nous ne savons pas quelle est la position qui pourrait être prise

8 au niveau de la jonction des instances. Nous ne savons pas si le problème

9 évoqué par les équipes de la Défense pour ce qui est de leur rémunération

10 non plus sera résolu.

11 Donc, il y a plusieurs segments auxquels il convient d'apporter des

12 réponses et nous estimons que le report de la présentation des positions de

13 la Défense au sujet des conversations interceptées jusqu'au moment où une

14 décision sera rendue concernant la requête relative à la jonction

15 d'instance, viendrait peut-être adéquate. Nous comprenons également qu'au

16 cas où il y aurait des problèmes, ils se doivent d'être évoqués tout de

17 suite. Il doit donc être attiré l'attention des Juges sur ce point.

18 Ou plutôt, nous allons donc remettre nos conclusions. Nous avons pris

19 la conclusion donc -- ou tirer la conclusion qui viendrait à dire qu'il

20 faudrait étendre les temps impartis jusqu'au 9 juillet, c'est lundi. Je ne

21 sais pas s'il aura jonction d'instance, mais en tout état de cause, il nous

22 faudra en l'occurrence prendre en considération la position qui sera celle

23 de M. Tolimir.

24 Donc, c'est là où nous en sommes. Je crois que nous sommes à

25 mi-chemin les uns et les autres, et nous pensons pouvoir satisfaire par cet

26 arrangement là les deux parties en présence.

27 Alors, voulez-vous que nous fassions entrer le témoin pour qu'il

28 fasse une déclaration solennelle. Je pense que non. Nous allons lever

Page 13259

1 l'audience jusqu'à demain. Nous reprenons à 9 heures et je vous dis à

2 demain 9 heures.

3 --- L'audience est levée à 13 heures 42 et reprendra le mardi 26 juin

4 2007, à 9 heures 00.

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28