Tribunal Criminal Tribunal for the Former Yugoslavia

Page 5840

1 Le jeudi 31 août 2006

2 [Audience publique]

3 [Les accusés sont introduits dans le prétoire]

4 [Le témoin est introduit dans le prétoire]

5 [L'accusé Pusic n'est pas présent dans le prétoire]

6 --- L'audience est ouverte à 9 heures 02.

7 M. LE JUGE ANTONETTI : Monsieur le Greffier, appelez le numéro de

8 l'affaire, s'il vous plaît.

9 M. LE GREFFIER : Bonjour, Monsieur le Président. Affaire

10 IT-04-74-T, le Procureur contre Prlic et consorts.

11 M. LE JUGE ANTONETTI : Merci, Monsieur le Greffier. En cette dernière

12 journée du mois d'août, 31 août 2006, je salue toutes les personnes

13 présentes. Je salue M. Mundis et ses assistants, je salue également tous

14 les avocats, je salue les accusés ici présents. Je constate que M. Prlic

15 nous rejoindra dans quelques instants parce qu'il était en cours de route -

16 il y a un problème - il est représenté par son avocat, donc, assisté par

17 son avocat, donc, il nous rejoindra.

18 Par ailleurs, hier, nous avons été saisi par Me Karnavas de deux questions,

19 une question relative à l'article 71. Me Karnavas nous avait demandé

20 d'entamer la procédure de l'article 71 pour le témoin de lundi. Entre

21 Juges, nous avons évoqué cette question, et nous ne faisons pas droit à

22 cette requête, ce qui veut dire que le témoin de lundi viendra comme il

23 était prévu. Après voir prêté serment, il répondra aux questions du

24 Procureur sur son travail d'expertise, et au contre-interrogatoire.

25 Le deuxième point Me Karnavas nous avait - il n'est pas là - je rends

26 également la position de la Chambre - évoqué, la question liée à l'article

27 90(H)(ii), à savoir est-ce que la -- lorsque la Défense est en possession

28 de document qui pourrait contredire les dires d'un témoin, mais que la

Page 5841

1 question n'a pas été posée au témoin par l'Accusation, et qu'à ce moment-

2 là, est-ce que -- si la Défense ne présente pas ce document ou n'évoque pas

3 le sujet, est-ce qu'elle n'a pu après le droit de revenir sur cette

4 question ? Alors, à partir de là, Me Karnavas nous expliqué qu'il y avait

5 deux systèmes : le système américain et le système australien et

6 britannique, et que dans le système australien et britannique, il y a une

7 interdiction absolue de revenir après sur ce point. Nous les Juges qui

8 avons une approche beaucoup plus large, nous estimons que, si le point n'a

9 pas été évoqué, il peut toujours être évoqué ultérieurement.

10 Donc, nous tenons à rassurer Me Karnavas sur ces inquiétudes en la matière.

11 Voilà. Donc, c'étaient les deux points.

12 M. LE JUGE TRECHSEL : [interprétation] J'avais l'intention - et cela au nom

13 de la Chambre également - de faire des observations à propos du

14 comportement de Me Karnavas hier peut-être que cela -- tel que ce

15 comportement a été présenté au compte rendu d'audience page 79, lignes 3 et

16 4, mais je ne pense pas qu'il soit judicieux de faire ces observations en

17 son absence, donc, je me réserve le droit d'intervenir ultérieurement.

18 M. LE JUGE ANTONETTI : Très bien. Alors, Monsieur Mundis, nous avons un

19 témoin. Comme je vois qu'il y a un rideau, y a-t-il un point que vous

20 vouliez soulever ? Nous allons passer en audience à huis clos.

21 M. LE GREFFIER : Nous sommes à huis clos partiel, Monsieur le Président.

22 [Audience à huis clos partiel]

23 (expurgé)

24 (expurgé)

25 (expurgé)

26 (expurgé)

27 (expurgé)

28 (expurgé)

Page 5842

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Pages 5842-5845 expurgées. Audience à huis clos partiel.

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 5846

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 (expurgé)

10 (expurgé)

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 (expurgé)

17 (expurgé)

18 (expurgé)

19 (expurgé)

20 (expurgé)

21 [Audience publique]

22 M. LE JUGE ANTONETTI : Bien. J'attends de voir à l'écran le visage sous

23 petit rectangle. Bon. C'est bon.

24 Bien. Alors, Monsieur, vous allez devoir répondre à des questions qui vont

25 vous être posées par les personnes que vous avez rencontrées hier et qui

26 vont poser un certain nombre de questions. Il est prévu une heure de

27 questions. A l'issue des questions, nous ferons une pause technique d'une

28 durée de 20 minutes pour vous reposer et ensuite, vous aurez à répondre à

Page 5847

1 des questions posées par les avocats qui peuvent vous paraître nombreux,

2 mais il n'y en a qu'un pour chaque accusé vous posera également des

3 questions. Le cas échéant, il se peut que deux accusés puissent aussi

4 intervenir pour poser des questions techniques, on verra. Les quatre Juges

5 qui sont devant vous, eux peuvent également vous poser des questions,

6 notamment des questions afin d'obtenir des précisions sur les réponses que

7 vous avez apportées aux questions des uns et des autres, ou bien sur des

8 événements dont vous avez été témoin ou victime qui sont visés dans l'acte

9 d'accusation et qui nous paraissent importants et appellent de notre part,

10 peuvent appeler des questions. Voilà.

11 Si vous éprouvez une difficulté quelconque, n'hésitez pas à nous en faire

12 part. Soyez rassuré, cela va bien se passer comme cela s'est toujours bien

13 passé jusqu'à présent. Donc, ne soyez pas inquiet.

14 Alors, je vais maintenant donner la parole à l'Accusation.

15 M. MUNDIS : [interprétation] Merci, Monsieur le Président.

16 Interrogatoire principal par M. Mundis :

17 Q. [interprétation] Bonjour, Monsieur le Témoin BL.

18 R. Bonjour.

19 Q. En réponse à une de mes questions, question que je vous ai posée tout à

20 l'heure, vous nous avez dit que vous étiez originaire du village de

21 Lapsunj. Est-ce que vous pourriez dire à la Chambre jusqu'à quand vous avez

22 vécu dans ce village ?

23 R. J'ai vécu dans ce village jusqu'à la guerre.

24 Q. Est-ce que vous pourriez dire à la Chambre de première instance,

25 Monsieur, quelle était la composition ethnique de votre village au moment

26 où la guerre a commencé ?

27 R. Il y avait des Musulmans ainsi que quatre ou cinq foyers croates qui

28 habitaient dans ce village, alors que dans le village avoisinant, il y

Page 5848

1 avait des Croates.

2 Q. Monsieur, je vous demande de vous concentrer sur les années 1991 et

3 1992. Combien de foyers musulmans y avait-il dans le village de Lapsunj ?

4 R. Environ 60.

5 Q. Dans quelle opstina, donc, municipalité, se trouve située Lapsunj ?

6 R. Dans la municipalité de Prozor.

7 Q. Pourriez-vous décrire à l'intention de la Chambre de première instance

8 les relations entre les Musulmans et les Croates dans le village de

9 Lapsunj, et ce, jusqu'au printemps de l'année 1992 ?

10 R. Les relations étaient excellentes. Nous étions invités aux différents

11 mariages. Il n'y avait pas de problème, tout se passait for cordialement.

12 M. MUNDIS : [interprétation] Monsieur le Président, aux fins du compte

13 rendu d'audience, je souhaite indiquer que l'accusé, M. Pusic, vient

14 d'entrer dans le prétoire.

15 Q. Monsieur le Témoin BL, est-ce que vous pouvez nous relater ce qui s'est

16 passé au début du mois d'avril 1992 ?

17 R. Alors, je travaillais pour une entreprise jusqu'en 1992, jusqu'en avril

18 1992, puis je fus mobilisé par la Défense territoriale, la TO. J'ai répondu

19 à l'appel de mobilisation et nous sommes allés à Prozor, nous sommes allés

20 donc nous présenter à Prozor et ils nous ont envoyés à la centrale

21 hydraulique Rama. Ils nous ont envoyés dans un véhicule et puis ils nous

22 ont distribué là des armes et du matériel. Puis, ils nous ont emmenés à

23 Ravasnica et c'est là en fait qu'il a fallu que nous établissions nos

24 positions. Nous y avions passé un certain temps là-bas, parce qu'en fait le

25 tour de garde était de 15 jours en quelque sorte. La relève n'arrivait

26 qu'au bout de 15 jours. J'étais un peu en retard par rapport à l'appel de

27 mobilisation, donc j'y ai passé entre sept et dix jours.

28 Q. Je vais vous interrompre, Monsieur le Témoin BL. Lorsque vous dites que

Page 5849

1 vous vous trouviez sur ces positions au niveau de ou près de Ravasnica, qui

2 se trouvait à ces positions ? Contre qui étaient dressées ces positions et

3 avec qui étiez-vous au niveau de ces positions ?

4 R. Nous étions là avec le HVO et nous étions face aux Serbes.

5 Q. Une fois de plus, Monsieur le Témoin BL, lorsque vous

6 dites : "Nous, nous y étions avec le HVO," à qui fait référence le pronom

7 personnel "nous" ?

8 R. Nous, nous les Musulmans. La plupart des gens qui se trouvaient là.

9 Q. En 1992 -- ou plutôt, en avril 1992, est-ce que les Musulmans étaient

10 organisés ? Est-ce qu'il y avait des formations militaires ou des

11 structures militaires ?

12 R. Oui, il y avait là la Défense territoriale, il y avait un commandement

13 conjoint.

14 Q. Une fois de plus, Monsieur le Témoin BL, par souci de précision, vous

15 parlez d'un commandement conjoint, quelles forces faisaient partie de ce

16 commandement conjoint ?

17 R. A l'époque, il s'agissait en fait du HVO et de l'armée -- ou plutôt de

18 l'armija --

19 M. LE JUGE ANTONETTI : Lorsque vous étiez face aux Serbes, vous aviez un

20 uniforme avec un insigne, il y avait marqué quoi sur l'insigne ?

21 LE TÉMOIN : [interprétation] Personnellement, je n'avais pas d'insigne, à

22 ce moment-là, mais le HVO m'avait fourni un uniforme, certes.

23 M. LE JUGE ANTONETTI : Sur l'uniforme, il n'y avait pas -- n'y avait aucun

24 insigne ?

25 LE TÉMOIN : [interprétation] Non.

26 M. LE JUGE ANTONETTI : Est-ce que vous aviez un commandant ?

27 LE TÉMOIN : [interprétation] Je ne sais pas, je ne pouvais pas voir le

28 commandant.

Page 5850

1 M. LE JUGE TRECHSEL : [interprétation] Permettez-moi de poursuivre et

2 d'enchaîner. Vous dites que vous n'avez pas vu le commandant, donc il n'y

3 avait personne qui donnait des ordres. Vous n'avez vu personne donner

4 d'ordre.

5 LE TÉMOIN : [interprétation] Lorsque je suis allé à Ravasnica. Il y avait

6 un homme que je ne connaissais pas de la Brigade Rama.

7 M. LE JUGE TRECHSEL : [interprétation] Est-ce que vous aviez été formé pour

8 ce service ? Est-ce que vous avez été formé vous ainsi que les autres qui

9 se trouvaient là ?

10 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui. Dans la JNA, c'était -- je manipulais un

11 fusil sans recul - on m'a appelé et on était là --

12 M. LE JUGE TRECHSEL : [interprétation] Est-ce que vous avez été formé au

13 sein de la JNA au départ ? Est-ce que j'ai raison lorsque j'ai dit cela ?

14 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui. Oui, oui, parce que j'ai été au sein de

15 la JNA.

16 M. LE JUGE TRECHSEL : [interprétation] Merci beaucoup.

17 Excusez-moi, Monsieur Mundis.

18 M. LE JUGE ANTONETTI : Je donne parole à M. Mundis.

19 Oui. Il y a une autre question.

20 M. LE JUGE MINDUA : Monsieur le Témoin BJ, dans le même ordre d'idée --

21 M. LE JUGE ANTONETTI : BL.

22 M. LE JUGE MINDUA : BL. Voilà. BL. Dans le même ordre d'idée en ce qui

23 concerne votre service militaire ou votre - je ne sais pas si c'était un

24 bataillon ou bien une compagnie - chaque jour ou chaque semaine après le

25 service, est-ce que vous aviez un camp militaire, un cantonnement ou vous

26 retourniez chez vous à la maison avec votre arme ? Est-ce qu'il y avait un

27 règlement militaire et la règle claire que vous étiez susceptible de

28 suivre ? Est-ce qu'il y avait des tribunaux militaires à ce moment-là

Page 5851

1 susceptibles de juger les délinquants éventuels ? Répondez, s'il vous

2 plaît. Evidemment, quand je parle de vous - encore une fois, il s'agit des

3 éléments musulmans comme des éléments du HVO - dont je parle des camps

4 militaires -- des cantonnements -- de logements pour les militaires -- les

5 hommes en arme -- le Règlement militaire qui s'appliquait à ces deux

6 groupes armés et des juridictions militaires tout cela pour avoir une idée

7 de la discipline qui régnait, à ce moment-là, au sein de ce groupe.

8 LE TÉMOIN : [interprétation] Bien sûr, qu'il y avait une institution

9 militaire du côté du HVO mais on restait sur place pendant 15 jours et on

10 passait la nuit à Zahum près de Ravasnica, et après ces 15 jours on

11 rentrait à la maison, donc, on changeait d'équipe.

12 M. LE JUGE MINDUA : Donc, vous rentriez à la maison avec vos armes.

13 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui, oui, avec les armes.

14 M. LE JUGE ANTONETTI : Je peux comprendre que vous apparteniez en fait à la

15 Brigade Rama.

16 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui. Oui, oui, à cette époque-là, oui. A cette

17 époque-là, j'étais envoyé de la Brigade TO à la Brigade Rama.

18 M. LE JUGE ANTONETTI : Bien. Monsieur Mundis, grâce à vos questions, on y

19 verra beaucoup plus clair.

20 M. MUNDIS : [interprétation]

21 Q. Témoin BL, pendant cette période 1992-1993 aviez-vous des

22 responsabilités de commandement à quelque niveau que ce soit militaire ?

23 R. J'étais un simple soldat. Je n'avais pas de gallon. Je n'avais aucune

24 responsabilité spéciale ou importante.

25 Q. J'aimerais attirer votre attention, Monsieur le Témoin, sur la période

26 de la fin du mois de juin 1993, fin juin 1993. A cette époque-là aviez-vous

27 des tâches ou des responsabilités militaires ?

28 R. La question n'est pas claire. Est-ce que vous pourriez préciser, s'il

Page 5852

1 vous plaît ?

2 Q. Où étiez-vous le 26 juin 1993 ?

3 R. Nous étions à Idovac. J'étais sur le front à Idovac avec le HVO. Nous

4 faisions face aux Serbes, et on était là, et c'était la fin de l'équipe --

5 on faisait des sept jours sept jours à ce moment-là. Parfois, c'était sept

6 jours 15 jours. Lorsqu'on avait fini notre travail d'équipe, la nouvelle

7 est arrivée, que certains types du village de Lapsunj fussent enfuis par

8 Drasevo vers Gornji Vakuf. Ensuite, on nous a dit de rentrer à la maison,

9 nous avons remis nos armes, et ils nous ont dit que c'était inutile de

10 revenir sur la ligne front parce qu'ils nous faisaient pas confiance, parce

11 qu'ils pensaient que c'est nous qui avions permis à ces types de traverser

12 les lignes.

13 Q. Excusez-moi, Monsieur le Témoin, je voudrais vous interrompre ici pour

14 vous poser quelques questions de précision. Où se trouve Idovac ?

15 R. Idovac se trouve entre Kupres, Gornji Vakuf et Prozor. C'est à

16 l'intersection de ces trois lignes.

17 Q. Dans quel opstina se trouve Idovac ?

18 R. Prozor.

19 Q. A quelle distance se trouve environ Idovac de Lapsunj ?

20 R. Je ne sais pas. Je n'ai fait que huit années d'école primaire et je ne

21 peux pas vous dire combien de kilomètres il y a entre l'un et l'autre.

22 Q. Vous nous avez dit, Monsieur, que nous travaillons sept jours --

23 parfois, sept jours -- 15 jours. C'est à la page 14, ligne 14. Pouvez-vous

24 expliquer à la Chambre ce que signifie ce 7-7 ou 7-15 ?

25 R. On était sur les fronts. Parfois, on passait sept jours sur le front et

26 sept jours à la maison ou 15 jours sur la ligne ou/et 15 jours à la maison.

27 Cela dépendait, parfois, cela variait.

28 Q. Il y a quelques minutes, vous avez répondu à une question du Juge

Page 5853

1 Mindua et vous avez dit que vous aviez vos armes, les petites armes. Mais

2 ce jour-là, vous nous aviez dit que vous avez remis vos armes. Est-ce que

3 c'était la procédure normale en juin 1993 ?

4 R. Non, non. Parce qu'en juin, le 26 juin, nous avons rendu nos armes,

5 mais après l'attaque contre Prozor, on a commencé à rendre les armes au

6 HVO.

7 Q. Pouvez-vous dire à la Chambre où vous vous êtes rendus le 26 juin 1993,

8 après avoir rendu vos armes ?

9 R. Lorsque nous avons déposé nos armes, nous nous sommes rendus en camion

10 à Prozor. Ils nous ont mis au club des pompiers dans une petite pièce au

11 sous-sol, une pièce de deux mètres sur quatre, environ, pas plus. Nous

12 sommes restés là et ils nous ont dit qu'on allait devoir faire une

13 déclaration.

14 Q. Permettez-moi de vous interrompre. Lorsque vous avez dit : "Nous avons

15 rendu nos armes," c'est qui, nous ?

16 R. Nous, les Musulmans qui étions là.

17 Q. Qui conduisait ces camions puisque vous dites que vous êtes allé à

18 Prozor en camion, qui conduisait ce camion ?

19 R. Des membres du HVO qui venaient de la protection civile. En fait, je ne

20 sais pas qui conduisait.

21 Q. Où se situe ce club des pompiers auquel vous avez fait référence ?

22 R. En venant de Jablanica, c'est à l'entrée de Prozor.

23 Q. Combien de personnes faisaient partie du groupe qui a été emmené au

24 club des pompiers ?

25 R. Environ 25 personnes se trouvaient à la caserne des pompiers.

26 Q. Combien de temps êtes-vous restés à la caserne des pompiers ?

27 R. Nous y avons passé la nuit et le matin, un ou deux, enfin je ne sais

28 pas combien de soldats sont entrés, et ils nous ont dit qu'ils avaient

Page 5854

1 besoin de quelques hommes pour faire un travail. Ensuite, ils nous ont fait

2 remonter dans des camions et ils nous ont emmené en direction de Uzdol.

3 Q. Permettez-moi de vous interrompre encore une fois.

4 M. MUNDIS : [interprétation] Je voudrais demander, Monsieur le Président,

5 avec l'aide de Mme l'Huissière, de montrer une photo au témoin, dont nous

6 avons une copie papier ici. C'est aussi sur le système e-court. C'est la

7 pièce P 9683. C'est une des photos qui se trouve dans le livre de la visite

8 sur place. 9683.

9 Monsieur le Témoin, voyez-vous la photo sur l'écran devant vous ?

10 R. Oui, oui, je vois bien, c'est cela, ce bâtiment.

11 Q. Quel est le bâtiment que vous voyez sur l'écran que vous avez devant

12 les yeux ?

13 R. C'est la caserne des pompiers.

14 Q. C'est la station des pompiers où vous avez passé la nuit ?

15 R. Oui.

16 Q. Merci. Vous nous avez dit -- enfin, vous nous disiez lorsque je vous ai

17 interrompu que - et c'est aux lignes 15 et 16 de la page 16 - qu'on vous a

18 fait monté sur des camions en direction de Uzdol. Qui vous a fait monter

19 sur ces camions ? Vous dites : "On nous a fait monter."

20 R. Les soldats du HVO, parce que la police militaire se trouvait à la

21 caserne des pompiers et ce sont les seuls qui avaient des contacts avec

22 nous là-bas et ils ont permis aux soldats de nous emmener pour travailler à

23 Uzdol.

24 Q. Lorsque vous dites : "La police militaire se trouvait à la caserne des

25 pompiers," comment le savez-vous ?

26 R. Parce que nous les avons vus. Ce sont les seules personnes qui avaient

27 des contacts avec nous.

28 Q. Alors, je vous pose la question ainsi, comment saviez-vous qu'il

Page 5855

1 s'agissait de la police militaire ?

2 R. Nous avons vu leurs ceintures, leurs uniformes.

3 Q. Y avait-il un signet distinctif sur ces ceintures ou ces uniformes ?

4 R. Il s'agissait d'uniformes de camouflage avec des ceintures blanches de

5 la police militaire.

6 Q. Cette police militaire que vous avez vue à la caserne des pompiers,

7 portaient-ils des insignes sur leurs uniformes ?

8 R. Je ne me souviens pas très bien, ce n'était pas facile pour nous de

9 nous approcher de ces hommes et de regarder s'ils avaient des insignes. Ce

10 n'était pas une fête du village où on pouvait aller regarder ce qu'avait

11 les gens, nous étions en prison.

12 Q. A quelle force militaire ces policiers militaires étaient-ils

13 affiliés ?

14 R. Au HVO.

15 Q. Comment le savez-vous ?

16 R. Parce qu'à l'époque, il n'y avait pas d'armée BH à Prozor. Il n'y avait

17 pas d'uniformes, ni dans la TO ni nulle part. Après la chute de Prozor, il

18 n'y avait que le HVO, et c'était le HVO qui commandait tout.

19 Q. Monsieur le Témoin BL, pour revenir à ce que vous nous racontiez,

20 combien de personnes se trouvaient-elles dans le groupe qui a été amené à

21 Uzdol ou en direction d'Uzdol ?

22 R. Vingt et quelques. Seul le chef parmi nous les Musulmans est resté sur

23 place, une seule personne avec qui ils pouvaient parler. Le reste, nous

24 avons tous été amenés pour travailler en direction d'Uzdol.

25 Q. Ce jour-là, où vous a-t-on amenés, dans ces derniers jours du mois de

26 juin 1993 ? Où vous a-t-on amenés ?

27 R. Ils nous ont amenés à Uzdol, et nous avons passé la nuit à l'école

28 primaire, et pendant la journée, nous travaillions sur la ligne à Komin,

Page 5856

1 près de Kapela.

2 Q. Monsieur le Témoin BL, lorsque vous dites : "Nous avons été amenés pour

3 travailler sur la ligne à Komin, près de Kapela," vous parlez de quel genre

4 de travail ?

5 R. Nous avons creusé des tranchées, nous avons fortifié la ligne, nous

6 avons fait tout ce qui était nécessaire.

7 Q. Combien de temps êtes-vous resté sur la ligne à Komin, près de Kapela,

8 dans la zone d'Uzdol ?

9 R. Nous sommes allés là-bas pour travailler et nous sommes restés pendant

10 12 jours à la prison d'Uzdol, mais tous les jours, nous allions travailler

11 à Komin.

12 Q. Après ces 12 jours, lorsque vous étiez à Uzdol et à Komin, où êtes-vous

13 allé ?

14 R. Nos femmes nous posaient des questions pour essayer de savoir où nous

15 nous trouvions, et on nous a renvoyés à la maison. Ensuite, tous les

16 matins, nous devions nous présenter au centre du village de Lapsunj. Nous

17 nous présentions pendant plusieurs jours, et par la suite, nous sommes

18 partis de chez nous pour travailler à Crni Vrh. Après un certain moment,

19 ils nous ont renvoyés à l'école primaire de Prozor. Lorsque nous revenions

20 du travail, ils nous ont envoyés là-bas en camion.

21 Q. D'accord. Encore --

22 M. LE JUGE TRECHSEL : [interprétation] Je voudrais poser une question qui

23 pourrait avoir l'air ridicule à vos yeux, j'en suis conscient, mais il faut

24 que je vous la pose. Avez-vous été payé pour ce travail que vous avez

25 réalisé ?

26 LE TÉMOIN : [interprétation] Non, non.

27 M. LE JUGE TRECHSEL : [interprétation] Merci.

28 M. MUNDIS : [interprétation]

Page 5857

1 Q. Monsieur le Témoin BL, je voudrais revenir à la réponse précédente.

2 Pendant cette période où vous étiez à la maison, vous dites : "Tous les

3 matins, il fallait que l'on se présente au centre du village de Lapsunj," à

4 la page 19, lignes 4 et 5. Que faisiez-vous après vous êtes présenté au

5 centre du village de Lapsunj ?

6 R. Votre question n'est pas claire. Pouvez-vous préciser, s'il vous

7 plaît ?

8 Q. Vous nous avez dit que vous vous présentiez tous les matins au centre

9 du village de Lapsunj. Après cela, que faisiez-vous ? Vous rentriez chez

10 vous, vous alliez ailleurs ? Que faisiez-vous après vous être présenté,

11 pendant cette période où vous vous trouviez à la maison ?

12 R. Pendant deux ou trois jours, ou je ne sais plus exactement combien de

13 temps, on était arrêtés, et ensuite on allait travailler à Crni Vrh. C'est

14 là qu'on nous a amenés.

15 Q. Monsieur le Témoin BL, quel était le genre de travail que vous faisiez

16 à Crni Vrh ?

17 R. On creusait des tranchées et on fortifiait les lignes, on renforçait

18 les lignes et tout ce qui était nécessaire de faire.

19 Q. Vous nous avez dit, aux lignes 6 et 7 de la page 19 : "Après un certain

20 moment, ils nous ont renvoyés à l'école primaire de Prozor." Est-ce que

21 vous vous souvenez plus ou moins à quelle époque vous avez été amené à

22 l'école primaire de Prozor ?

23 R. C'était l'école secondaire de Prozor. Je ne suis qu'à moitié

24 alphabétisé. Je ne me souviens pas de toutes les dates, de toutes les

25 époques. Je ne me souviens pas des heures et des minutes. Cela me pose

26 problème.

27 Q. Est-ce que vous vous souvenez plus ou moins du mois et de l'année où

28 vous avez été amené à l'école secondaire de Prozor ?

Page 5858

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

12 versions anglaise et française

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 5859

1 R. Si je me souviens bien, c'était en juillet 1993, mais franchement, je

2 ne connais pas la date exacte.

3 M. MUNDIS : [interprétation] Encore une fois, Monsieur le Président, avec

4 l'aide de Mme l'Huissière, j'aimerais que l'on montre au témoin la pièce

5 9685. Il s'agit d'une des photos qui se trouvent dans les documents se

6 rapportant à la visite sur place.

7 LE TÉMOIN : [interprétation] Voilà l'école secondaire.

8 M. MUNDIS : [interprétation]

9 Q. Pour le compte rendu d'audience, cette photo que vous regardez, que

10 vous voyez, Monsieur le Témoin, pouvez-vous nous dire quel est ce bâtiment

11 et où il se situe ?

12 R. Je ne comprends pas ce que vous avez dit. Pouvez-vous répéter ?

13 Q. Vous avez dit : "C'est l'école secondaire," donc, je suppose que c'est

14 la photo de l'école secondaire ?

15 R. Oui.

16 Q. Dans quelle ville se situe cette école ?

17 R. A Prozor, en haut de la ville, sur la colline Makljen.

18 Q. Pouvez-vous nous dire combien de temps vous êtes resté à l'école

19 secondaire de Prozor ?

20 R. Je suis resté là jusqu'au 31 juillet 1993.

21 Q. Vous souvenez-vous plus ou moins du nombre de jours ou de nuits que

22 vous avez passés dans cette école secondaire de Prozor ?

23 R. Non. Non, parce que tous les matins, on nous amenait travailler, et

24 tous les soirs, je rentrais là pour passer la nuit. Je n'avais pas de

25 papier ni de crayon pour noter les dates, les mois, les années ou le nombre

26 de personnes.

27 Q. Pouvez-vous nous donner un chiffre approximatif du nombre de personnes

28 qui se trouvaient dans l'école secondaire de Prozor lorsque vous y étiez,

Page 5860

1 en juillet 1993 ?

2 R. Je ne peux pas vous le dire exactement. Je dirais qu'il y avait environ

3 10 salles de classe, à raison de plusieurs personnes dans ces salles de

4 classe. Il y avait environ 500 personnes, je dirais, mais comme je vous

5 l'ai dit, je ne comptabilisais pas tout pendant que j'étais là-bas. J'étais

6 en prison et puis je faisais le travail.

7 Q. Vous avez dit, à la page 21, ligne 11 : "Tous les matins, on m'amenait

8 au travail." Qui vous amenait au travail ?

9 R. Les soldats du HVO.

10 Q. Est-ce que vous étiez le seul qu'ils amenaient ainsi au travail ?

11 R. Non, il y avait d'autres personnes également. Il y avait un groupe qui

12 arrivait et ils avaient besoin de 10 personnes, puis un autre groupe avait

13 besoin de 20 personnes, il y avait des groupes qui avaient besoin de 15

14 personnes. Mais à l'époque, j'étais jeune, et d'ailleurs je ne suis pas si

15 vieux que cela maintenant, grâce au ciel. Je faisais partie des premiers

16 qu'ils prenaient pour travailler.

17 Q. Vous avez dit, Monsieur, à la page 21, ligne 24, que les soldats du HVO

18 vous amenaient au travail. Comment vous saviez qu'il s'agissait de soldats

19 du HVO ?

20 R. Parce qu'ils avaient des insignes.

21 Q. Monsieur le Témoin BL, pendant cette période, lorsque vous dormiez à

22 l'école secondaire de Prozor, en juillet 1993, où est-ce que l'on vous

23 amenait pour travailler ?

24 R. Parfois, ils nous amenaient à Crni Vrh, d'autres fois à Jurici. Une

25 fois, moi-même, je suis allé à Pisvir, dans la direction de Jablanica.

26 Q. Lorsqu'ils vous amenaient à Crni Vrh ou à Jurici ou à Pisvir vers

27 Jablanica, quel était le travail que vous deviez effectuer ?

28 R. Nous creusions tout le temps. Nous creusions des tranchées, des

Page 5861

1 tranchées de communication, des tranchées. C'est ce genre de chose que l'on

2 faisait.

3 Q. Pour enchaîner à la suite de la question posée par le Juge Trechsel il

4 y a un petit moment, est-ce que vous avez jamais reçu le moindre salaire

5 pour tout ce travail que vous avez effectué ?

6 R. Non, bien sûr que non. Je n'ai jamais reçu le moindre dinar, et

7 d'ailleurs, je n'ai jamais reçu quoi que ce soit depuis 1992 jusqu'à la fin

8 de la guerre.

9 Q. [aucune interprétation]

10 M. LE JUGE TRECHSEL : [interprétation] Je m'excuse, mais vous dites qu'ils

11 vous choisissaient parce que vous étiez jeune. Les personnes qu'ils

12 choisissaient, est-ce qu'ils leur demandaient s'ils étaient disposés à

13 faire ce travail ? Est-ce que vous aviez un choix ?

14 LE TÉMOIN : [interprétation] Non, nous n'avions pas le choix. Personne ne

15 nous a demandé si nous voulions y aller ou non. Ils nous montraient du

16 doigt et ils disaient "toi", et puis voilà, c'était tout.

17 M. LE JUGE TRECHSEL : [interprétation] Avez-vous jamais assisté à un

18 incident au cours duquel quelqu'un aurait refusé d'y aller ou aurait posé

19 des problèmes ? Que se passait-il, si cela s'est passé ?

20 LE TÉMOIN : [interprétation] Dans la salle de classe où je me trouvais, ce

21 genre d'incident ne s'est pas passé.

22 M. LE JUGE TRECHSEL : [interprétation] Je vous remercie.

23 M. LE JUGE ANTONETTI : Quand vous y passiez la nuit, on vous donnait à

24 manger ?

25 LE TÉMOIN : [interprétation] En ce qui concerne les vivres, c'étaient les

26 femmes et les enfants qui nous amenaient à manger de chez nous, donc ceux-

27 là, ils les laissaient faire. Toute personne qui n'avait personne qui lui

28 amenait à manger, ils leur donnaient du pain.

Page 5862

1 M. LE JUGE ANTONETTI : Est-ce que vous pourriez vous enfuir ?

2 LE TÉMOIN : [interprétation] Non, non. Nous ne pouvions pas.

3 L'INTERPRÈTE : Est-ce que le témoin pourrait répéter sa réponse ?

4 M. LE JUGE ANTONETTI : Pendant la nuit, quand vous dormiez, vous étiez sous

5 la surveillance de soldats armés ? On vous a enfermés à double tour dans

6 les salles de classe ?

7 LE TÉMOIN : [interprétation] Je ne sais pas. Il y avait un garde à la

8 porte, à l'entrée de l'école, mais personne ne fermait les salles de classe

9 parce qu'il fallait bien que nous allions aux toilettes, par exemple.

10 M. LE JUGE ANTONETTI : Il y avait un garde. Vous étiez 500. A 500, vous ne

11 pouviez pas neutraliser les gardes et vous enfuir ?

12 LE TÉMOIN : [interprétation] Nous n'étions pas armés. Le garde était armé.

13 M. MUNDIS : [interprétation]

14 Q. Monsieur le Témoin BL, à ce moment-là, en juillet 1993, quelles étaient

15 les forces armées qui contrôlaient la ville de Prozor ?

16 R. En 1993 ?

17 Q. Oui, en juillet 1993, au moment où vous vous trouviez dans cette école,

18 quelles étaient les forces militaires qui contrôlaient la ville de Prozor ?

19 R. L'armée du HVO contrôlait Prozor.

20 Q. Pendant la période que vous avez passée à l'école secondaire de Prozor

21 en juillet 1993, quel était l'âge des hommes que l'on prenait pour

22 travailler ?

23 R. Il s'agissait de jeunes hommes. Lorsqu'ils ont utilisé tous les jeunes,

24 ils utilisaient les autres.

25 Q. Est-ce que vous pourriez nous dire ce que vous entendez par "les jeunes

26 hommes" et les autres ? Est-ce que vous pourriez nous donner une fourchette

27 d'âges ?

28 R. Il y avait des gens qui avaient 20 ans, qui avaient 30 ans; c'étaient

Page 5863

1 les plus jeunes et les plus forts, ceux dont l'âge était compris entre 20

2 et 30.

3 Q. Monsieur le Témoin BL, vous nous avez dit un peu plus tôt que vous vous

4 trouviez à l'école secondaire de Prozor jusqu'au 31 juillet 1993. Que

5 s'est-il passé ce jour-là ?

6 R. Le 31 juillet 1993, tôt le matin, deux ou trois obus sont tombés. Il y

7 en a un qui est tombé près du bâtiment scolaire, l'autre qui est tombé près

8 de Viteks, et l'autre dans le coin de Uniks. En fait, c'est plus ou moins

9 la même zone, le même secteur. Les obus, et c'est quelque chose que nous

10 avons appris de leur part, provenaient de positions de la BH.

11 Q. Lorsque vous dites, Monsieur le Témoin BL : "C'est quelque chose que

12 nous avons appris de leur part," qui entendez-vous par "de leur part" ?

13 R. Les gens qui se trouvaient là. Les gens qui étaient avec nous. Ils ont

14 dit que l'armija avait pilonné. C'étaient les gardes et les autres qui se

15 trouvaient là qui nous l'ont dit.

16 Q. Donc, ce sont les gardes qui vous l'ont dit --

17 R. Oui.

18 Q. -- que c'était -- d'accord.

19 R. Oui.

20 Q. Après que ces obus sont tombés dans le voisinage de l'école secondaire,

21 qu'est-ce que vous avez fait ?

22 R. Il y a deux ou trois soldats qui sont entrés, je ne sais pas exactement

23 combien ils étaient. Ils sont allés dans les salles de classe, puis il y en

24 a un qui est venu dans la salle de classe où je me trouvais. Il a dit :

25 "Nous avons besoin de 70 personnes pour travailler." Puis, ensuite, ils

26 nous ont choisis, un, deux, trois. Ils disaient : "Toi, toi, toi, ici, toi

27 là." Ils ont choisi ainsi les personnes, puis nous sommes sortis. A

28 l'entrée de l'école, du bâtiment scolaire, il y avait un portail, puis il y

Page 5864

1 avait un homme qui dressait une liste.

2 Je suis sorti. Je le connaissais un peu, donc lorsque je suis arrivé près

3 de lui -- en fait, je ne connaissais pas son nom et son prénom, mais je le

4 connaissais de vue. On se rencontrait à Prozor. Enfin, toujours est-il que

5 je lui ai demandé où est-ce que nous allions, et il m'a dit : "Je ne le

6 sais pas."

7 Nous sommes montés dans le camion. Nous étions 20 par camion. Il y avait 20

8 personnes dans un camion et 50 dans un autre. J'étais dans le camion où il

9 y avait 50 hommes.

10 Q. Où est-ce qu'ils vous ont amenés ?

11 R. Ils nous ont conduits dans la direction de Makljen, et lorsque nous

12 sommes arrivés à Makljen, ils se sont arrêtés pendant un moment. Il y a un

13 café qui s'appelle le Café de Baba Janja, à Makljen. Le camion avec les 20

14 personnes est resté là, alors que l'autre camion avec les 50 personnes, ils

15 nous ont conduits vers Crni Vrh.

16 Q. Quelle est la distance entre Crni Vrh et Makljen ?

17 R. Ecoutez, je ne le sais pas. Comment vous vous attendez à ce que je

18 sache cela ? Je n'ai jamais véritablement mesuré les distances. Enfin, je

19 ne le sais pas.

20 Q. Est-ce que vous pourriez nous dire ce qui s'est passé après qu'ils vous

21 ont conduits vers Crni Vrh ?

22 R. Nous avons conduit jusqu'à Crni Vrh, alors jusque-là -- jusqu'au moment

23 -- jusqu'à où vous pouvez aller avec le véhicule, puis ensuite ils ont

24 arrêté le camion et ils nous ont dit de sortir. Ils nous ont demandé de

25 nous déplacer deux par deux, donc de former une colonne deux par deux, et

26 ils nous ont dit de marcher. C'est ce que nous avons fait. Nous avons donc

27 poursuivi notre chemin, puis on entendait beaucoup de bruit. Il y avait des

28 gens qui criaient dans les bois. Mais nous, nous n'avons pas osé nous

Page 5865

1 retourner pour voir ce qui se passait parce qu'ils nous avaient donné

2 l'ordre de regarder par terre et de ne pas regarder devant nous. Lorsque

3 nous sommes arrivés dans un petit pré, ils nous ont donné l'ordre d'enlever

4 nos chaussures et nos chaussettes et d'entasser tout cela dans une pile qui

5 se trouvait à une certaine distance, enfin, à côté de nous. C'est ce que

6 nous avons fait.

7 Q. Après cela, Monsieur le Témoin BL, lorsque vous avez enlevé vos

8 chaussettes et vos chaussures et que vous les avez lancés pour former un

9 tas, est-ce que vous êtes allé quelque part ? Où êtes-vous allé ?

10 R. Puis, nous avons poursuivi notre chemin vers la ligne de front et nous

11 avons appris à ce moment-là que l'ABiH avait le contrôle, avait donc

12 investi des positions du HVO au niveau de Crni Vrh. Nous sommes allés --

13 nous nous sommes dirigés vers là où on nous a demandé d'aller, et lorsqu'à

14 un moment donné, ils nous ont arrêtés, lorsque nous étions rapprochés de

15 cet endroit, ils nous ont dit de regarder le soleil, donc on était là,

16 debout, à regarder le soleil. Puis, ils ont commencé à nous faire subir des

17 sévices.

18 Q. Qu'est-ce que vous entendez par ces "sévices" ?

19 R. Il y en a un qui a semblé me reconnaître, donc, il m'a

20 dit : est-ce que je bénéficie des mesures de protection, maintenant ?

21 Q. Oui, mais Monsieur le Témoin BL, si vous souhaitez mentionner un nom,

22 il faut que nous passions à huis clos partiel.

23 R. Alors, est-ce que nous pourrions passer à huis clos partiel ?

24 M. LE JUGE ANTONETTI : Monsieur le Greffier.

25 M. LE GREFFIER : Nous sommes à huis clos partiel, Monsieur le Président.

26 [Audience à huis clos partiel]

27 (expurgé)

28 (expurgé)

Page 5866

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 (expurgé)

10 (expurgé)

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 (expurgé)

17 (expurgé)

18 (expurgé)

19 (expurgé)

20 [Audience publique]

21 M. MUNDIS : [interprétation]

22 Q. Monsieur le Témoin BL, ce jour-là, lorsque vous étiez à Makljen et Crni

23 Vrh, dans ce secteur, est-ce que votre frère faisait partie du groupe qui

24 se trouvait avec vous ?

25 R. Oui, oui.

26 Q. Après qu'il vous a mis en tête de colonne, est-ce que vous pouvez nous

27 raconter ce qui s'est passé ?

28 R. Je n'ai pas très bien saisi votre question.

Page 5867

1 Q. Il y a un petit moment de cela, vous nous avez dit, et c'est à la ligne

2 25 de la page 27 : "Il m'a donné l'ordre de me rendre en tête de colonne,

3 et j'ai supposé que cela signifiait qu'il fallait que je me rende en tête

4 de colonne pour être tué." Est-ce que vous êtes allé au début de la

5 colonne ?

6 R. Oui. De toute façon, je devais obéir aux ordres.

7 Q. Monsieur le Témoin BL, lorsque vous êtes arrivé en tête de colonne,

8 est-ce que vous pouvez nous raconter ce qui s'est passé ?

9 R. Ils nous ont provoqués. Ils ont dit à un homme de dire : "Allah-U-

10 Ekbar." Il l'a dit. Puis, ensuite, ils lui ont fait -- en fait, ils l'ont

11 maltraité. Ils lui ont dit : "Pourquoi est-ce que tu dis quelque chose

12 comme cela puisque nous sommes en terre croate ?" Puis, ensuite, ils nous

13 ont attachés, ils nous ont attachés avec des câbles téléphoniques, donc,

14 c'est un câble qui est très résistant. Ils nous ont attachés, ils nous ont

15 attachés les mains derrière le dos comme on le fait pour les prisonniers.

16 Je ne peux pas vous l'expliquer, mais le câble passait par notre cou

17 également, donc si on commençait à gigoter, cela tirait sur le câble. Il

18 fallait que nous soyons alignés l'un après l'autre, épaule contre épaule.

19 Q. Monsieur le Témoin BL, pour que le compte rendu d'audience soit bien

20 clair. Vous venez de nous décrire comment vous avez été attaché. Qui vous a

21 attaché ?

22 R. Les soldats du HVO.

23 Q. Une fois de plus, Monsieur, je vous poserai la même question : comment

24 est-ce que vous saviez qu'il s'agissait du HVO et de soldats du HVO ?

25 R. Parce que nous avions vu leurs insignes. Il n'y avait personne d'autre

26 à cet endroit à ce moment-là. Qui d'autre serait venu ? Qui d'autre nous

27 aurait attachés ? Personne n'est venu d'une autre région du monde.

28 Q. Monsieur le Témoin BL, combien d'entre vous, approximativement bien

Page 5868

1 sûr, ont été attachés ainsi ?

2 R. Il y avait le groupe de 50 hommes et puis il y a l'autre groupe de 20

3 hommes qui est resté Makljen. Je ne sais pas où ils sont allés, ces 20

4 hommes dans le camion, parce que comme je vous l'avais expliqué, on nous

5 avait mis dans deux camions.

6 M. MUNDIS : [interprétation] Monsieur le Président, j'aimerais que l'on

7 donne au témoin un papier vierge et j'aimerais lui demander, avec votre

8 autorisation, de nous faire un croquis pour que nous comprenions comment

9 ces personnes ont été attachées ensemble.

10 Si l'on pouvait placer cela sur le rétroprojecteur.

11 Q. Monsieur le Témoin BL, j'aimerais vous demander, je vous prie, de faire

12 un croquis afin de nous montrer comment les hommes qui avaient été attachés

13 ensemble ont été alignés.

14 R. [Le témoin s'exécute]

15 Q. Très bien. Je vous remercie. Je voudrais que vous nous expliquiez ce

16 que vous avez dessiné. Que décrit, en quelque sorte, ce croquis ?

17 R. Alors, sur ce croquis, vous pouvez voir exactement, vous pouvez voir la

18 ligne supérieure avec la flèche, c'est là que nos cous étaient attachés. La

19 ligne inférieure, c'est pour montrer comment nos mains étaient attachées

20 derrière notre dos, et la flèche représente la tête de la colonne. J'étais

21 parmi les trois ou quatre premiers hommes. J'étais le deuxième ou

22 troisième, je n'en suis plus très sûr.

23 Q. Monsieur, est-ce que vous pourriez nous dire dans quelle direction se

24 déplaçait cette ligne ? Une fois de plus, il va falloir que vous dessiniez

25 sur la feuille la direction vers laquelle se déplaçait la ligne.

26 R. [Le témoin s'exécute]

27 Q. A côté donc de la flèche qui indique la direction prise par la colonne,

28 est-ce que vous pourriez mettre le chiffre 1, je vous prie ?

Page 5869

1 R. [Le témoin s'exécute]

2 Q. Monsieur le Témoin BL, est-ce que vous pourriez indiquer, je vous prie,

3 sur ce croquis, où se trouvait la ligne de front vers laquelle vous vous

4 déplaciez ? Où était-elle située, cette ligne de front ?

5 R. [Le témoin s'exécute]

6 Q. A côté de la ligne de front que vous avez dessinée, Monsieur, est-ce

7 que vous pourriez, je vous prie -- ou plutôt, voilà ce que j'aimerais vous

8 poser comme question. Quelles étaient les forces militaires qui se

9 trouvaient au niveau de cette ligne de front ?

10 R. Sur cette ligne de front, l'ABiH avait cette nuit-là pris le contrôle.

11 L'objectif était de reconquérir des positions qui avaient été perdues.

12 Q. Est-ce que vous pourriez mettre les lettres ABH le long de la ligne de

13 front qui était détenue ce jour-là, à la fin du mois de juillet 1993, par

14 l'ABiH ?

15 R. [Le témoin s'exécute]

16 Q. Monsieur le Témoin BL, à ce moment-là, au moment où la colonne se

17 déplaçait vers la ligne de front de l'ABiH, où se trouvaient les forces du

18 HVO qui gardaient la colonne ?

19 R. [Le témoin s'exécute]

20 Q. Monsieur, cette colonne qui représente les prisonniers, j'aimerais

21 savoir combien de personnes environ faisaient partie de cette colonne.

22 R. Nous étions 50, je l'ai déjà dit.

23 Q. Est-ce que vous pourriez donc mettre le chiffre 50 à côté des petits

24 bonshommes que vous avez dessinés, pour que nous puissions tous nous

25 souvenir qu'il y avait 50 personnes dans cette colonne ?

26 R. [Le témoin s'exécute]

27 Q. Merci. J'aimerais vous demander de pouvoir mettre les lettres BL ainsi

28 que la date d'aujourd'hui, à savoir le 31 août 2006, dans le coin inférieur

Page 5870

1 de cette feuille.

2 R. [Le témoin s'exécute]

3 M. LE JUGE ANTONETTI : On a une question à poser.

4 M. LE JUGE MINDUA : Monsieur le Témoin, juste une précision sur votre

5 dessin, parce que vous avez fait une colonne avec des personnages et vous

6 dites qu'il y avait 50 personnes. Alors, les autres personnes sont plutôt

7 derrière cette première ligne que je vois ou elles sont toutes sur la même

8 colonne ? Parce que, si je comprends bien, cette colonne fait face à la

9 ligne de front de l'armée de BH et derrière elle, il y a le HVO. C'est bien

10 cela ? Alors, il y a une colonne, parce qu'à un moment vous avez dit que

11 vous étiez en colonne par deux. Mais là, il y a une colonne. Les autres

12 personnes sont dans quel sens ?

13 LE TÉMOIN : [interprétation] Non, là, à ce moment-là, nous nous déplacions

14 à la file indienne dans une colonne. Vous pouvez voir la flèche qui indique

15 la direction vers laquelle nous nous dirigions. Mais juste avant d'être

16 attachés, nous étions deux par deux. Mais après qu'ils nous ont attachés,

17 là, nous nous déplacions en file indienne.

18 M. MUNDIS : [interprétation] Je vois bien l'heure, je sais que le moment

19 serait venu pour une pause et je n'en ai plus pour longtemps, dix ou 15

20 minutes après la pause.

21 M. LE JUGE ANTONETTI : Bien, on va faire la pause. Il est 10 heures 30,

22 nous nous retrouverons à 10 heures moins 10.

23 --- L'audience est suspendue à 10 heures 30.

24 --- L'audience est reprise à 10 heures 52.

25 M. LE JUGE ANTONETTI : Alors, l'audience est reprise.

26 Monsieur Mundis.

27 M. MUNDIS : [interprétation] Merci, Monsieur le Président.

28 Q. Monsieur le Témoin BL, au moment où la pause est intervenue, vous aviez

Page 5871

1 dessiné le diagramme complet. Une fois que le groupe de prisonniers, une

2 fois que tous ces prisonniers ont été attachés avec des fils de téléphone,

3 du câble téléphonique, est-ce que vous pourriez nous dire ce qui s'est

4 passé ensuite ?

5 R. Comme on le voit sur cette photographie, nous avons avancé vers la

6 ligne de front où se trouvait, à ce moment-là, l'ABiH et les soldats du HVO

7 ont commencé à tuer les membres de notre groupe l'un après l'autre dans le

8 rang que nous formions. Comme nous étions tous attachés les uns aux autres,

9 lorsque l'un de ces hommes tombait, puisque nous étions attachés avec le

10 même câble qui nous passait autour du cou, cela nous serrait le cou et nous

11 empêchait de respirer. Donc, à un certain moment, un soldat a donné l'ordre

12 à l'un des prisonniers qui était dans le rang avec nous, entravé comme

13 nous, il lui a donné l'ordre de se détacher pour retirer les cadavres des

14 hommes tués et les transporter à l'arrière du rang que nous formions, à une

15 centaine de mètres. Ensuite, cet homme devait revenir au bout de la colonne

16 et se tenir debout, les mais dans le dos. Donc, les choses se sont passées

17 de cette façon pendant un certain temps. Nous continuions à avancer et les

18 soldats du HVO se sont alignés les uns à côté des autres puis, un peu plus

19 tard, ils se sont écartés les uns des autres, et un soldat s'est retourné,

20 et à ce moment-là nous avons remarqué qu'il n'y en avait plus qu'un seul

21 qui était près de nous. Ce jeune homme qui avait été chargé de retirer les

22 cadavres et les blessés est arrivé dans le dos de ce soldat, lui a retiré

23 son fusil, lui a appuyé sur la gorge. J'ai vu ce qui se passait à ce

24 moment-là, et sans très bien savoir comment, j'ai réussi à me détacher les

25 mains, puis, une fois que mes mains ont été libres, j'ai enlevé le câble

26 qui me serrait la gorge, je ne sais vraiment pas comment. Je me suis mis à

27 courir vers la ligne de l'ABiH.

28 Entre-temps, je suppose que les soldats s'étaient retirés de leur position,

Page 5872

1 car, normalement, il y avait sur ce front des hommes qui étaient les frères

2 de certains d'entre-nous. Nous l'avions appris, mais nous nous sommes

3 rendus compte qu'ils étaient partis, qu'ils s'étaient retirés. Chacun

4 d'entre-nous appelaient les hommes qu'ils connaissaient, qui faisaient

5 partie de sa famille. Certains nous ont reconnu et pour ma part, comme il y

6 avait un peu plus bas un village croate, Dobrasin, et avant Dobrasin, il y

7 avait un autre village qui s'appelait Voljevac et la ligne passait entre

8 ces deux villages. Donc, j'ai décidé de me diriger vers la forêt, et dans

9 ma fuite, je me suis fracturé le bras gauche en tombant. Mais, malgré tout,

10 je suis arrivé jusqu'à Voljevac. A Voljevac, nous avons été accueillis et

11 installés dans l'école primaire et le lendemain, nous avons vu un médecin

12 qui m'a envoyé à l'hôpital de guerre de Jablanica.

13 Q. Monsieur le Témoin BL, j'aimerais vous interrompre à ce stade car

14 j'aurais des questions complémentaires à vous poser sur la base du récit

15 que vous venez de faire. Page 33, ligne 12 du compte rendu, lignes 12 et

16 13, vous nous avez dit qu'à un certain moment, les soldats s'étaient

17 écartés les uns des autres. Pouvez-vous nous dire ce que ces hommes du HVO

18 ont fait exactement, ceux qui étaient derrière vous ? Qu'ont-ils fait à ce

19 moment-là, exactement ?

20 R. Je l'ai dit, mais je ne sais pas si vous m'avez bien compris. J'ai dit

21 que la ligne qui ne constituait, au fur et à mesure que nous avancions vers

22 l'avant, cette ligne, donc, ils l'étendaient latéralement en s'écartant les

23 uns des autres. Donc, à un certain moment, ils se sont trouvé assez

24 éloignés de nous, évidemment, pas très loin, mais ils étaient peut-être à

25 50 mètres de nous. Bien sûr, je n'avais pas un mètre pliant pour mesurer

26 exactement cette distance, mais le terrain était accidenté, ce n'était pas

27 un terrain plat.

28 Q. Encore une fois, Monsieur. Peut-être n'aie-je pas bien compris. Je vous

Page 5873

1 redemande, à ce moment-là, où se trouvaient les autres soldats du HVO qui

2 précédemment étaient juste derrière vous ? Où sont-ils allés entre-temps si

3 vous les avez vus, pouvez-vous nous le dire ?

4 R. Ils étaient d'abord dans notre dos, et peu à peu, ils occupaient les

5 positions sur les côtés. Donc, ils allaient de plus en plus sur les côtés.

6 Q. Monsieur, vous nous avez parlé de ce soldat du HVO qui a été désarmé,

7 mais qui était seul. Quelle a été la réaction des autres soldats du HVO,

8 s'il y a eu une réaction de leur part, lorsqu'ils ont vu ce soldat du HVO

9 se faire désarmer par l'un des vôtres ?

10 R. Dans la seconde, ils n'ont pas réagi, mais un peu plus tard, quand nous

11 nous sommes mis à courir, ils ont tirés dans notre dos. Mais étant donné

12 que le terrain était assez accidenté et que nous courrions sur une pente

13 descendante qui était boisée, ils n'ont pas pu nous atteindre. Nous étions

14 27 à prendre la fuite à ce moment-là et 23 d'entre-nous sont restés sur le

15 sol, sans doute tués, peut-être blessés. Nous n'étions pas médecins, nous

16 ne pouvions pas le déterminer exactement.

17 M. LE JUGE TRECHSEL : [interprétation] Monsieur le Témoin, pourriez-vous

18 expliquer ce qui vous permet de citer des chiffres aussi précis ?

19 LE TÉMOIN : [interprétation] Parce qu'à notre arrivée dans notre village de

20 destination, on nous a compté, une liste a été établie et nous nous

21 connaissions tous. Donc, au départ nous étions 50 et c'est ce qui nous a

22 permis de déterminer qui se trouvait encore parmi nous et qui n'y était

23 plus. Quand au jeune homme qui s'est libéré le premier, celui qui était

24 chargé de déplacer les cadavres, il savait à peu près précisément combien

25 d'entre-nous étaient restés surplace.

26 M. LE JUGE TRECHSEL : [interprétation] Merci beaucoup.

27 M. LE JUGE ANTONETTI : Si je vous ai bien écouté, vous étiez 50 attachés

28 les uns aux autres par le câble téléphonique qui vous reliait au niveau du

Page 5874

1 cou, au niveau des jambes, ayant les mains liées. Vous avez dit qu'à un

2 moment donné le HVO a tiré et que 27 ont pris la fuite. Alors, si je fais

3 50 moins 27, cela voudrait dire que lorsqu'il y a eu les tirs au départ, il

4 y en a 23 de vos camarades qui ont été abattus. Est-ce que vous pouvez nous

5 apporter des précisions partant du fait que vous étiez 50 au départ ? En

6 réalité, il y a eu combien de survivants ?

7 LE TÉMOIN : [interprétation] 27 d'entre-nous ont survécu et 23 ont été

8 touchés. Certains plus tôt et d'autres un peu plus tard, ils n'ont pas tous

9 été touchés ou tués au même moment.

10 M. LE JUGE ANTONETTI : Je vous remercie de cette précision.

11 M. LE JUGE TRECHSEL : [interprétation] Vous venez d'évoquer la question du

12 temps. Avez-vous une idée du temps qui s'est écoulé entre le moment où le

13 rang que vous formiez a reçu l'ordre d'avancer dans la direction du front

14 de l'ABiH et le moment où vous êtes parvenu à vous enfuir ? Combien de

15 temps s'est écoulé entre ces deux moments ? Cinq minutes, une heure, une

16 demi-heure ?

17 LE TÉMOIN : [interprétation] Cher Monsieur, on nous a emmené le matin en

18 voiture. On nous a emmenés le matin à partir de l'école. La route montait,

19 c'était une côte ascendante, et dans la soirée, à 7 heures du soir à peu

20 près, nous avons réussi à nous enfuir.

21 M. LE JUGE TRECHSEL : [interprétation] Excusez-moi, je me suis peut-être

22 mal exprimé. Le temps qui m'intéresse, le laps de temps qui m'intéresse est

23 celui où vous étiez exposé au feu de la partie adverse, c'est-à-dire le

24 moment à partir duquel le rang que vous formiez a commencé à se déplacer

25 vers l'ABiH.

26 LE TÉMOIN : [interprétation] Je ne sais pas, nous n'avions pas de montre,

27 nous ne pouvions pas voir l'heure exacte. Quelle heure il pouvait être ?

28 Peut-être aux environs de midi, mais je ne saurais dire exactement quelle

Page 5875

1 heure il était, à ce moment-là.

2 M. LE JUGE TRECHSEL : [interprétation] Merci.

3 M. MUNDIS : [interprétation]

4 Q. Monsieur le Témoin BL, en page 33, lignes 2 et 3 du compte rendu

5 d'audience, ou même lignes 1, 2 et 3 de la page 33, vous avez déclaré :

6 "Nous avons avancé dans la direction de la ligne tenue par l'ABiH et

7 pendant ce temps les soldats du HVO ont abattus les hommes faisant partie

8 de notre groupes les uns après les autres." Comment savez-vous cela, Témoin

9 BL, comment savez-vous que ce sont des soldats du HVO qui ont abattus les

10 hommes faisant partie de votre groupe ?

11 R. Cher Monsieur, ce que j'ai dit, c'est qu'ils ont été abattus les uns

12 après les autres, tout ne s'est pas passé en même temps. Mais je sais que

13 l'homme qui était à côté de moi a été tué et l'autre jeune homme lui a

14 détaché les mains, l'a désentravé, j'ai vu cela de mes propres yeux. J'ai

15 vu que la balle qui l'a touché venait de derrière, il n'a pas été touché à

16 l'avant du corps.

17 Q. Il y a-t-il eu un moment, Monsieur, où vous avez vu des soldats de

18 l'ABiH sur la ligne de front vers laquelle vous avanciez ?

19 R. Nous n'en avons pas vu, Monsieur.

20 Q. Avez-vous entendu des tirs venant de la direction qui se trouvait

21 devant vous ?

22 R. Au moment où nous sommes arrivés, plus personne ne tirait devant nous.

23 Q. Monsieur le Président, je demanderais, si vous le voulez bien, un huis

24 clos partiel de quelques instants.

25 M. LE GREFFIER : [interprétation] Nous sommes à huis clos partiel, Monsieur

26 le Président.

27 [Audience à huis clos partiel]

28 (expurgé)

Page 5876

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Pages 5876-5881 expurgées. Audience à huis clos partiel.

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 5882

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 (expurgé)

10 (expurgé)

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 (expurgé)

17 (expurgé)

18 (expurgé)

19 (expurgé)

20 (expurgé)

21 (expurgé)

22 (expurgé)

23 (expurgé)

24 (expurgé)

25 (expurgé)

26 (expurgé)

27 [Audience publique]

28 M. LE JUGE ANTONETTI : Bien, en audience publique, le contre-interrogatoire

Page 5883

1 va donc débuter.

2 Je donne la parole à celui qui veut intervenir en premier.

3 Mme TOMANOVIC : [interprétation] La Défense du Dr Prlic n'a pas de

4 questions à poser à ce témoin. Je vous remercie.

5 M. LE JUGE ANTONETTI : Pour les besoins de la formation des uns et des

6 autres, on nous dit que l'Accusation a utilisé une heure 15 minutes.

7 Maître Murphy.

8 M. MURPHY : [interprétation] Je n'ai pas de questions pour ce témoin.

9 Merci.

10 M. LE JUGE ANTONETTI : Merci, Maître Murphy.

11 Monsieur Kovacic.

12 M. KOVACIC : [interprétation] Monsieur le Président, j'ai des questions à

13 poser à ce témoin et je pense que cela devrait durer 15 à 20 minutes. Tout

14 dépendra des réponses.

15 Q. [interprétation] Bonjour, Monsieur le Témoin BL. Malheureusement, je

16 dois utiliser ces initiales.

17 M. LE JUGE ANTONETTI : Juste avant de vous donner la parole, on a oublié --

18 M. Mundis a oublié de demander que la pièce dessinée par le témoin soit

19 versée un numéro.

20 Monsieur Mundis, à moins que vous ne le demandiez pas, je ne sais pas.

21 M. MUNDIS : [interprétation] Merci, Monsieur le Président. Je pense que

22 cela sera la pièce IC 00033. Nous souhaitons que cette pièce soit versée au

23 dossier. Nous aimerions également demander aux fins du compte rendu

24 d'audience que les deux photographies qui ont été montrées au témoin, les

25 pièces, P 9683 et P 9685, soient également versées au dossier.

26 M. LE JUGE ANTONETTI : Bien. Donc, ces trois pièces sont admises

27 puisqu'elles ont été reconnues par le témoin.

28 Bien. Alors, Monsieur le Greffier, confirmez-moi bien que la pièce IC 00033

Page 5884

1 est admise.

2 M. LE GREFFIER : [interprétation] Oui, Monsieur le Président. Cette pièce a

3 été admise.

4 M. LE JUGE ANTONETTI : Ainsi que la P 9683 et P 9685.

5 M. LE GREFFIER : [interprétation] Oui, Monsieur le Président. Ces deux

6 pièces ont été admises, P 09683, P 09685, IC 00032 et

7 IC 00033.

8 M. LE JUGE ANTONETTI : Merci.

9 Maître Kovacic.

10 M. KOVACIC : [interprétation] Je vous remercie, Monsieur le Président.

11 Contre-interrogatoire par M. Kovacic :

12 Q. [interprétation] Bonjour, BL, je regrette de devoir m'adresser à vous

13 en utilisant ces initiales, mais c'est la procédure que nous devons suivre.

14 Je m'appelle Bozidar Kovacic, je suis avocat et je représente l'un des

15 accusés, le général Praljak. J'aimerais vous poser quelques questions.

16 Dans un premier temps j'aimerais vous dire que nous nous exprimons dans la

17 même langue et je vais donc vous demander de marquer un petit temps d'arrêt

18 à la fin de vos réponses pour ou à la fin de mes questions pour donner la

19 possibilité aux interprètes de suivre le rythme et je ferais la même chose,

20 et vous verrez comment cela fonctionne.

21 Alors, dans un premier temps j'aimerais vous poser quelques questions pour

22 bien placer la situation dans le contexte. Je parle de la situation qui

23 prévalait au mois de juillet 1993 lorsque vous étiez emprisonné et que vous

24 creusiez des tranchées.

25 Monsieur BL, vous nous avez dit que votre famille venait vous rendre visite

26 dans l'école qu'on vous amenait à manger qu'il y avait quelques 500 hommes

27 là, donc vous obteniez des renseignements à propos de ce qui se passait;

28 est-ce que cela est exact ?

Page 5885

1 R. Non, nous ne pouvions pas obtenir d'information parce qu'ils venaient

2 tout simplement à la porte où il y avait le garde et ils lui donnaient ce

3 qu'ils avaient amené.

4 Q. Entre vous, est-ce que vous n'avez jamais parlé des bruits qui

5 couraient de ce que vous aviez entendu ?

6 R. Ecoutez, les seuls bruits qui couraient émanaient des membres du HVO

7 pendant que nous travaillions.

8 Q. A ce moment-là est-ce que vous saviez ou est-ce que vous avez appris

9 qu'au cours des derniers jours du mois de juillet 1993 Bugojno était tombé

10 et qu'à la suite de la chute de Bugojno et cela a été une des conséquences

11 de cette chute quelque 20 000 réfugiés de la région de Bugojno sont arrivés

12 dans la région de Prozor, la région où vous habitiez. Est-ce que vous en

13 avez entendu parler de cela ?

14 R. Non. Je n'en ai pas entendu parler. Qui aurait pu le raconter ? Nous

15 n'avions pas de télévision. Nous n'avions pas de radio.

16 Q. Vous avez dit que vous parliez aux soldats du HVO.

17 R. Oui, un peu. Ils nous disaient ce qu'ils pouvaient, mais nous ne

18 parlions absolument pas de politique.

19 Q. Est-ce que ces soldats du HVO vous ont dit qu'ils y avaient des

20 réfugiés de Bugojno ?

21 R. Je ne le sais pas. Ils ne m'en ont pas parlé.

22 Q. Monsieur BL, en réponse à une question posée par l'un des Juges vous

23 avez dit que vous aviez reconnu l'une des personnes qui escortaient le

24 camion. Vous avez dit que c'était quelqu'un qui était originaire de Bosnie.

25 Est-ce que Bugojno fait partie de la Bosnie d'après ce que vous avez dit ?

26 R. Je n'ai pas dit qu'il s'agissait d'un réfugié, mais son accent m'a

27 donné cette impression, mais, toutefois, il se peut qu'il s'agisse soit

28 d'un réfugié, soit d'émigrant.

Page 5886

1 Q. Très bien. Pour bien m'assurer que vous ne savez rien à ce sujet et

2 peut-être que vous saurez quelque chose à propos de ce que je vais vous

3 poser. Après la chute de Bugojno, est-ce que vous savez que quelque 3 000

4 soldats du HVO qui ont dû quitter cette zone sont arrivés à Prozor et que

5 certains étaient armés ? Est-ce que vous en avez entendu parler de cela ?

6 R. Non. Je n'avais aucun moyen pour apprendre cela. Je ne pouvais pas

7 l'entendre cela.

8 Q. Est-ce que vous avez entendu dire qu'à Prozor et dans les villages

9 avoisinants il y avait un certain chaos qui prévalait parce qu'il y avait

10 eu perte des positions du HVO puis qu'il y avait arrivé d'un grand nombre

11 de réfugiés ?

12 R. J'étais en prison. Je n'étais pas libre. Comment est-ce que j'aurais pu

13 le savoir ?

14 Q. Monsieur BL, vous n'étions pas complètement isolé, vous obteniez quand

15 même des nouvelles, c'est ce que je vous dis.

16 R. Bien, de grâce, expliquez-moi comment j'aurais pu obtenir des

17 nouvelles ? Vous le savez, vous ?

18 Q. C'est moi qui vous pose des questions, mais je vais vous le dire. Les

19 nouvelles vous parvenaient parce que les gens de votre village venaient

20 vous amener à manger, il y a des gens qui ont eu l'autorisation de rentrer

21 chez eux pour différentes raisons, les gardes vous parlaient, vous alliez

22 travailler. Il y a certaines personnes qui vous parlaient lorsque vous vous

23 trouviez là-bas. Donc petit à petit, je suppose que les nouvelles

24 filtraient jusqu'à vous et je pense qu'il est tout à fait naturel et

25 logique que ce genre de bruit fasse objet de discussion entre vous.

26 R. Ce n'est pas exact en ce qui me concerne. Personne ne parlait. Je ne

27 sais rien à ce sujet.

28 Q. Vous nous dites que vous n'étiez pas au courant de ce chaos et que vous

Page 5887

1 n'étiez pas non plus au courant de ce grand nombre de réfugiés; c'est

2 exact ?

3 Est-ce que vous pourriez nous dire s'il est exact que vous n'en aviez pas

4 entendu parler ?

5 R. Non, je n'en ai pas entendu parler.

6 Q. Très bien. Puis, plus tard, lorsque vous êtes rentré dans votre village

7 après tous les événements que vous avez malheureusement vécus est-ce que

8 vous en avez entendu parler ?

9 R. Oui, mais à ce moment-là je n'étais pas -- ou plutôt je ne suis

10 toujours pas rentré dans mon village.

11 Q. Est-ce que vous y allez de temps en temps pour une visite ?

12 R. Oui, peut-être une fois par an mais je ne parle pas de ce genre de

13 chose.

14 Q. Oui, mais vous voyez les membres de votre famille, vous voyez les gens

15 de votre village, vous aviez des contacts avec eux, est-ce qu'ils vous en

16 ont parlé de cela par la suite ?

17 R. Voilà ce que je peux vous dire : il y avait 60 foyers dans mon village.

18 Il y en a seulement 15 voire moins maintenant, donc avec qui est-ce que je

19 pourrais avoir des contacts ?

20 Q. Très bien. Je vais passer à autre chose. Vous nous dites que ni au mois

21 de juin 1993 ni plus tard donc vous n'avez jamais appris qu'il y avait eu

22 l'arrivée de ce grand nombre de réfugiés dans Prozor et dans la région de

23 Prozor et qu'à cause des combats et c'était le chaos le plus complet qui

24 régnait en juillet. Cela vous n'en avez jamais entendu parler, personne ne

25 vous l'a dit ?

26 R. Non. Personne ne m'en a jamais parlé. Je n'étais pas informé de cela.

27 Q. Très bien. Bien, je pense que vous avez -- vous nous avez répondu à ce

28 sujet. Vous nous avez parlé de la situation à Crni Vrh où on vous a conduit

Page 5888

1 pour creuser des tranchées. Vous nous avez dit vous-même que l'ABiH avait

2 investi Crni Vrh; exact ?

3 R. Oui. J'ai entendu dire qu'ils avaient pris ce village cette nuit-là. Je

4 n'ai pas vu.

5 Q. Très bien. Vous étiez de la région. Vous aviez donc suivi au sein de la

6 JNA avant la guerre une certaine formation militaire donc est-ce que vous

7 pourriez confirmer s'il est exact ou non que Crni Vrh se trouve sur une

8 petite colline et si la personne ou l'armée qui tient Crni Vrh contrôle

9 ainsi Prozor; est-ce que cela est exact ?

10 R. Oui.

11 Q. En termes militaires, c'est une colline importante, est-ce que vous

12 êtes d'accord ?

13 R. Oui.

14 Q. Vous dites qu'on vous a emmené creuser des tranchées à Pidris.

15 R. Non. Je n'ai jamais mentionné Pidris.

16 Q. Il se peut que j'aie mal compris. Est-ce que c'était Pisvir ?

17 R. Oui, Pisvir en direction de Jablanica.

18 Q. Est-ce que vous pouvez répéter ce nom à nouveau ?

19 R. P-i-s-v-i-r. Pisvir.

20 Q. Très bien. Vous avez dit vous-même que Pisvir se trouvait dans la

21 direction de Jablanica lorsque l'on parle de Prozor.

22 R. Oui.

23 Q. Est-ce que vous êtes d'accord que pour dire que cela se trouve à

24 quelque six ou sept kilomètres de Jablanica ?

25 R. Oui. Il se peut que cela soit exact. Je n'ai pas mesuré les kilomètres.

26 Lorsque vous parlez de Gracac et que vous prenez la route goudronnée

27 il y a une colline et puis vous avez le village de Gracac près de Prozor.

28 Q. Des nouvelles tranchées ont été tranchées là, n'est-ce

Page 5889

1 pas ?

2 R. Oui. Oui, oui. C'est exact. Des tranchées ont été creusées là.

3 Q. Le HVO a creusé des tranchées.

4 R. Non. Nous les prisonniers avons creusé des tranchées pour les soldats

5 du HVO.

6 Q. En face de quelque armée se trouvaient ces tranchées ?

7 R. Je suppose en face de l'ABiH parce qu'il n'y avait pas de Serbes dans

8 ce secteur.

9 Q. Donc, il s'agissait d'opérations pour conquérir ou investir des terres

10 vers le Sud, vers Jablanica.

11 R. Exact.

12 Q. C'était l'armée de la berge qui conquérait ce territoire ? Les secteurs

13 de Jablanica et de Prozor devaient être placés sous le contrôle de

14 l'armée ?

15 R. Non, du HVO, parce que l'armée se trouvait à Jablanica.

16 Q. Mais vous venez de nous dire que l'armija avait déjà pris des positions

17 au niveau de Crni Vrh et que, ainsi, ils pouvaient contrôler Prozor.

18 R. Oui, mais cela c'est une période différente. Lorsque l'on parle de

19 Pisvir.

20 Q. Quand est-ce que les tranchées à Pisvir ont été tranchées ?

21 R. Nous sommes allés à Jurici, nous sommes allés à Crni Vrh, nous sommes

22 allés à Pisvir. J'aurais du prendre avec moi un calepin pour pouvoir

23 consigner les dates et les lieux où nous nous sommes trouvés, mais nous ne

24 pouvions pas le faire.

25 Q. Cela c'est clair. Bien sûr que je ne vous pose pas cette question. Bien

26 sûr que je ne vous demande pas cela, mais nous sommes d'accord, tout cela

27 s'est passé en juillet 1993 ?

28 R. Oui, en juillet, en juillet, lorsque je me trouvais à l'école

Page 5890

1 secondaire, c'est exact.

2 Q. Très bien. Je vous remercie. Vous dites que donc ils vous emmenaient

3 travailler depuis l'école vers plus endroits et que c'était le HVO qui le

4 faisait, que vous avez vu les insignes du HVO. Alors est-ce qu'il

5 s'agissait d'insignes du HVO ou d'insignes de la police militaire du HVO ?

6 R. C'était le HVO. La police, elle ne va pas sur la ligne de front. Nous

7 savons tous ce que fait la police.

8 Q. Lorsque vous vous trouviez dans ces endroits, notamment à Crni Vrh,

9 mais également les autres que vous avez mentionnés, est-ce que vous avez vu

10 des insignes, d'autres insignes ? Est-ce que vous savez de quelle Unité du

11 HVO il s'agissait ?

12 R. Non. Je ne comprends pas ce genre de chose. Ce qui était important pour

13 nous, c'est qu'il s'agissait du HVO et c'était l'armée croate, en ce qui

14 nous concerne. Alors, qu'ils aient un oiseau ou un autre emblème pour

15 indiquer quelle était leur brigade, cela ne nous intéressait pas

16 véritablement.

17 Q. Alors, vous n'avez pas vu d'autres insignes à part l'insigne du HVO ?

18 R. Non, je n'en sais rien.

19 Q. Il est dit au compte rendu d'audience que c'était l'armée croate. Est-

20 ce que vous avez jamais vu une armée qui venait de la Croatie à cet

21 endroit ? Vous entendiez du HVO ?

22 R. Oui, j'entends le HVO. C'est ce que nous entendons lorsque nous disons

23 cela.

24 Q. Alors, voilà ce que j'aimerais vous poser comme question à propos de

25 ces soldats du HVO. Est-ce qu'il y avait des gens que vous connaissiez de

26 vue parmi ces personnes ?

27 R. Pendant que nous travaillions, nous n'osions pas regarder les gens dans

28 les yeux. Nous n'osions pas les regarder directement. Bien sûr que nous en

Page 5891

1 connaissions certains, mais je préférais les éviter parce que j'avais peur.

2 Q. Est-il exact que certains étaient des gens du cru, oui ou non ?

3 R. Oui.

4 Q. Merci. Poursuivons. Nous allons maintenant aborder d'autres sujets que

5 vous avez mentionnés. J'aimerais revenir au début de votre déclaration et

6 je pense à l'existence de la Défense territoriale. Vous nous avez dit que

7 vous aviez été mobilisé par la Défense territoriale. J'aimerais vous poser

8 une question supplémentaire à ce sujet. Est-il exact de dire que le nom

9 complet et officiel de cette institution était l'état-major de la Défense

10 territoriale municipale à Prozor; c'est exact ?

11 R. Je pense que c'est exact. Mais je ne sais pas s'il s'agit de l'état-

12 major municipal. Vous savez, je ne comprends pas véritablement ce genre de

13 chose. Je n'ai pas véritablement été -- je n'ai pas véritablement suivie ou

14 eu une longue éducation scolaire.

15 Q. Quoi qu'il en soit, vous avez obtenu ou reçu les papiers de votre

16 mobilisation à Prozor ?

17 R. Oui, par écrit. Je les ai reçus chez-moi, donc je suis allé me

18 présenter à la TO, ils m'ont passé dans un véhicule et ils m'ont emmené à

19 la centrale hydraulique Rama, c'était un barrage qui se trouvait sur le

20 lac, et ensuite ils m'ont donné un uniforme et des armes.

21 Q. Très bien. A l'époque, à ce moment-là, lorsque vous vous trouviez là,

22 est-ce que tous les hommes en âge de porter les armes de la municipalité

23 ont été mobilisés ?

24 R. Oui, ils ont été mobilisés. Je ne sais pas s'ils ont tous reçu l'appel

25 de mobilisation en même temps, mais je ne peux pas parler pour toute la

26 municipalité.

27 Q. Très bien. Est-ce que les Croates et les Musulmans recevaient ces

28 ordres d'incorporation ?

Page 5892

1 R. Oui, bien sûr qu'ils les ont reçus. Je sais que nous étions là-haut et

2 qu'il y avait des Croates et des Musulmans. Je ne peux pas vous dire autre

3 chose à ce sujet.

4 Q. Mais est-ce que vous êtes d'accord pour dire qu'en 1992, la Défense

5 territoriale avait donc ce commandement conjoint dont vous avez parlé ?

6 R. C'est ce que les gens disaient. Je n'en sais rien. Je ne sais pas --

7 enfin c'est qu'on nous disait. On nous disait qu'il s'agissait d'un

8 commandement conjoint.

9 Q. Très bien. Vous nous dites qu'après votre mobilisation vous êtes allé

10 sur les lignes et qu'il y avait différentes équipes qui se relevaient l'une

11 et l'autre. Vous nous dites qu'en 1992, donc, vous avez travaillé suivant

12 cette structure. Vous y étiez pendant 15 jours et puis vous aviez 15 jours

13 de permission.

14 R. Bon, c'était 15 ou sept jours, ce n'était pas toujours la même chose,

15 cela dépendait du nombre d'hommes.

16 Q. Donc nous sommes d'accord. En 1993, lorsque vous vous trouviez à

17 Idovac, au niveau des positions avec le HVO, là aussi il y avait des tours

18 de garde, n'est-ce pas ? Est-ce que cela est exact ?

19 R. Oui.

20 Q. Avant que vous ne soyez mobilisé, juste avant, est-ce que vous

21 travailliez ?

22 R. Oui.

23 Q. Où travailliez-vous, si je peux me permettre de vous poser la

24 question ?

25 (expurgé)

26 Q. Lorsque vous avez été mobilisé, est-ce que cet emploi a cessé ou est-ce

27 que vous avez cessé d'exercer cet emploi ?

28 R. Oui.

Page 5893

1 Q. Donc, vous passiez soit sept jours, soit 15 jours sur la ligne et je

2 parle du moment où vous vous trouviez au sein de la Défense territoriale.

3 Puis, lorsque vous aviez une permission, vous rentriez chez-vous, n'est-ce

4 pas ?

5 R. Oui.

6 Q. Vous n'alliez pas dans une caserne ?

7 R. Non.

8 Q. Lorsque vous étiez chez vous, vous étiez tout à fait libre, pour

9 utiliser ce terme.

10 R. Bien sûr.

11 Q. Donc, vous n'aviez aucune fonction militaire et aucun devoir militaire

12 dont vous deviez vous acquitter lorsque ne vous étiez en permission ?

13 R. Non.

14 Q. Donc, vous serez d'accord pour dire que pendant ces sept, dix ou 15

15 jours, vous étiez donc un civil ?

16 R. Oui, oui, bien sûr que j'étais un civil.

17 Q. Lorsque -- est-ce que vous rameniez votre fusil avec vous de la ligne

18 de front ?

19 R. Jusqu'à ce que Prozor ait tombé, jusqu'au 23 octobre 1992, parce

20 qu'après nous ne l'avons plus fait.

21 Q. Très bien. Monsieur BL, est-ce qu'il est exact ou est-ce que vous savez

22 si au début de l'année 1992, lorsque de nombreuses personnes pensaient que

23 la guerre allait éclater en Bosnie et qu'il allait y avoir une agression

24 serbe, quelque soit d'ailleurs les différentes opinions que les gens

25 avaient, est-ce qu'il y a de nombreuses personnes qui ont achetés des armes

26 pour se défendre d'une attaque imminente des Serbes ?

27 R. Oui, les personnes qui pouvaient le faire.

28 M. MURPHY : [interprétation] Je m'excuse d'interrompre, Monsieur le

Page 5894

1 Président, mais je souhaiterais passer à huis clos partiel pour un petit

2 moment seulement.

3 M. LE GREFFIER : Nous sommes à huis clos partiel, Monsieur le Président.

4 [Audience à huis clos partiel]

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 (expurgé)

10 (expurgé)

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 (expurgé)

17 (expurgé)

18 (expurgé)

19 [Audience publique]

20 M. KOVACIC : [interprétation] Je m'excuse de cet oubli, mais je ne pensais

21 pas que cela allait nous permettre de découvrir l'identité du témoin parce

22 que c'est une grande entreprise qui emploie plusieurs centaines de

23 salariés.

24 Q. Monsieur, est-ce que nous pouvons poursuivre, et je vais reprendre en

25 fait là où nous nous sommes interrompus. Vous aurez compris pourquoi nous

26 avons été interrompu; c'était pour que votre identité ne soit pas

27 divulguée.

28 Donc, vous avez confirmé et dit que certaines personnes dont vous ne

Page 5895

1 connaissez ni les noms ni les prénoms ont acheté des armes au début de

2 l'année 1992 et qu'ils ont payé eux-mêmes.

3 R. Je ne sais pas si cela est exact. Non. Certains l'ont fait, d'autres ne

4 l'ont pas fait. J'ai entendu dire que d'aucun achetait des armes et je ne

5 l'ai pas vu moi-même, donc je ne peux pas vous confirmer si cela est exact.

6 Q. Très bien. Mais vous, vous, est-ce que vous avez acheté des armes pour

7 votre défense ?

8 R. Non. J'ai reçu un fusil M-48 ainsi que dix balles; et vous le savez ou

9 je vous l'ai déjà dit ?

10 Q. Peut-être savez-vous que ces armes étaient les armes de la Défense

11 territoriale de Prozor et qu'elles ont pu servir entre trois jours ?

12 R. C'est possible mais je ne suis pas au courant.

13 Q. Très bien. Quand vous êtes allé à Idovac en 1993, on vous a encore une

14 fois donné une arme ?

15 R. Exact.

16 Q. Quand vous partiez, quand vous quittiez cet endroit, vous laissiez

17 votre fusil sur place, n'est-ce pas, dans ce cas-là ?

18 R. Oui. Il y avait une espèce de remise dans laquelle nous laissions nos

19 armes.

20 Q. C'était la règle pour tous les hommes qui prenaient leur service, en

21 dehors de ceux qui possédaient personnellement une arme ?

22 R. Je ne sais pas. Je ne sais pas quelle était la règle. Je sais que nous,

23 Musulmans, nous disposions de cette remise spéciale dans laquelle nous

24 dormions et dans laquelle nous laissions nos armes. Je ne sais pas ce que

25 faisaient les autres.

26 Q. Cela veut dire que vous ne savez pas si les soldats du HVO ou d'autres

27 qui se trouvaient sur le front laissaient leurs armes sur place ?

28 R. Non, je ne sais pas parce que nous, nous rentrions dans nos villages et

Page 5896

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

12 versions anglaise et française

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 5897

1 eux rentraient dans leurs villages séparément. Je ne sais pas ce qu'eux

2 faisaient.

3 Q. Bien. Quand la relève venait et que vous rentriez chez-vous en

4 permission, et vous laissiez vos armes, mais une autre équipe venait

5 prendre place, n'est-ce pas ?

6 R. Bien sûr, c'est normal.

7 Q. Donc, ces hommes qui prenaient la relève utilisaient les armes qui

8 étaient restées sur le front ?

9 R. Je ne sais pas, peut-être. Nous, nous les rendions dans cette remise et

10 ceux qui venaient, je ne sais pas ce qu'ils en faisaient.

11 Q. Mais, en tout cas, vous, quand vous reveniez sur le front, vous

12 récupériez les armes en question ?

13 R. C'est sûr, oui, absolument.

14 Q. Merci. Bien. J'aimerais que nous revenions au sujet Dont nous

15 discussion précédemment, c'est-à-dire, à la situation qui présidait lorsque

16 vous n'étiez pas de service, en 1992. Quand vous participiez aux

17 patrouilles du village en 1992, est-ce que vous aviez un autre travail

18 parce que l'usine avait fermé, n'est-ce pas ? Est-ce que vous aviez un

19 autre travail, quelque chose qui vous permettait de gagner votre vie ?

20 R. L'usine était fermée bien sûr et il ne nous restait que l'agriculture.

21 Q. Donc, vous étiez considéré comme un civil, la Défense territoriale vous

22 disait que vous étiez un soldat et que vous n'aviez pas le droit de

23 travailler ?

24 R. Bien non. Personne ne nous a empêchés de travailler. Bien sûr,

25 évidemment, personne ne nous a empêchés.

26 Q. J'aurais encore une petite question. Monsieur le Témoin BL, quand vous

27 avez dit que vous aviez été emprisonné, enfermé dans l'école. Vous avez

28 parlé d'un homme qui avait établi des listes de noms au moment où on vous

Page 5898

1 chargeait à bord des camions. Vous aviez dit que vous le connaissiez de vue

2 et vous lui avez demandé s'il pouvait vous dire où on vous emmenait. Il

3 vous a répondu ne pas le savoir. Connaîtriez-vous par hasard le nom de cet

4 homme ?

5 R. Non. J'ai dit tout de suite que je ne me rappelais pas son nom. Je le

6 connaissais simplement de vue, pas du tout de façon approfondie. Nous nous

7 croisions en ville et nous nous disions bonjour, commence cela va, ce genre

8 de chose.

9 M. LE JUGE ANTONETTI : En audience à huis clos partiel.

10 M. LE GREFFIER : [interprétation] Nous sommes en audience huis clos

11 partiel, Monsieur le Président.

12 [Audience à huis clos partiel]

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 (expurgé)

17 (expurgé)

18 (expurgé)

19 (expurgé)

20 (expurgé)

21 (expurgé)

22 (expurgé)

23 (expurgé)

24 (expurgé)

25 (expurgé)

26 (expurgé)

27 (expurgé)

28 (expurgé)

Page 5899

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Page 5899 expurgée. Audience à huis clos partiel.

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 5900

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 (expurgé)

10 (expurgé)

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 (expurgé)

14 [Audience publique]

15 M. KOVACIC : [interprétation]

16 Q. Monsieur le Témoin BL, vous avez déclaré que du temps de l'armée

17 populaire yougoslave vous aviez été entraîné au maniement des canons sans

18 recul.

19 R. Je ne comprends pas de quoi vous parlez. Qu'est-ce que cela veut dire

20 canon sans recul ?

21 Q. Excusez-moi, je n'ai pas été assez précis. Quand vous avez fait votre

22 service militaire au sein de la JNA il y a longtemps bien avant la guerre

23 vous avez été entraîné au maniement des canons sans recul; c'est bien cela

24 ?

25 R. Cela c'est exact, oui.

26 Q. Vous connaissez assez bien cette arme, n'est-ce pas ?

27 R. Je la connaissais.

28 Q. En tant que soldat qui connaît cette arme, conviendriez-vous avec moi

Page 5901

1 que si ce sont des mortiers qui se trouvent à Crni Vrh ces mortiers ont

2 pour cible Prozor ?

3 R. Naturellement, bien sûr.

4 Q. Savez-vous si le front qui se trouvait à Crni Vrh s'est maintenu ? Est-

5 ce que la ligne qui séparait l'ABiH et le HVO est restée en place ? Quand

6 l'ABiH a pris le contrôle de Crni Vrh qu'est-il advenu du HVO ?

7 R. Je ne sais pas. Je n'étais pas présent. Quand nous sommes arrivés sur

8 place il y avait des soldats dans les bois, dans la forêt, ils circulaient

9 dans les environs, puis on nous a fait avancer vers le front pour creuser

10 des tranchées et quand nous sommes arrivés au niveau des tranchées c'est à

11 ce moment-là que nous avons pris la fuite. Je ne vais pas répéter tout ce

12 que j'ai déjà dit.

13 Q. La ligne du HVO était déjà tombée quand vous êtes arrivé sur place.

14 R. Oui.

15 Q. L'ABiH avait déjà investi la ligne précédemment tenue par le HVO.

16 R. Oui.

17 M. KOVACIC : [interprétation] Je n'ai plus de questions pour ce témoin,

18 Monsieur le Président.

19 Q. Je vous remercie, Monsieur le Témoin.

20 M. LE JUGE ANTONETTI : Merci.

21 Des Juges ont des questions.

22 M. LE JUGE TRECHSEL : [interprétation] Une petite question simplement. Je

23 ne suis pas sûr de savoir exactement ce qu'est un canon sans recul. L'arme

24 au maniement de laquelle vous avez été entraîné, quelle est cette arme

25 exactement, Monsieur ?

26 LE TÉMOIN : [interprétation] Comment est-ce que je pourrais vous la

27 décrire ?

28 M. LE JUGE TRECHSEL : [interprétation] Est-ce que c'est un canon qui sert à

Page 5902

1 tirer sur des blindés ?

2 LE TÉMOIN : [interprétation] C'est une arme anti-blindée, Monsieur,

3 antichar. Cela je l'ai dit dans ma déposition. Je faisais partie du peloton

4 antichar de la JNA.

5 M. LE JUGE TRECHSEL : [interprétation] Autrement dit, c'est un tube, un

6 simple tube dans lequel on place des roquettes qui font à peu près 30

7 centimètres de long et puis on tire.

8 LE TÉMOIN : [interprétation] C'est un canon qui a un vecteur en dessous, un

9 élément muni de deux roues qui permet de le déplacer et il faut cinq hommes

10 pour utiliser cette arme. Les obus sont placés à l'arrière et traversent le

11 canon pour sortir par l'avant.

12 M. LE JUGE ANTONETTI : Une question de suivi parce qu'à un moment donné la

13 Défense a dit qu'à la suite de Bugojno, c'était le chaos. Je voudrais donc

14 savoir quand vous alliez creuser des tranchées et vous partiez

15 principalement de l'école secondaire. Est-ce qu'en cours de route il y

16 avait des points de contrôle du HVO ? Est-ce que le HVO a arrêté le camion

17 dans lequel vous étiez pour vérifier qui était dedans ou pas ? Ou bien vous

18 alliez directement entre l'école et le lieu où vous faisiez -- vous

19 creusiez des tranchées sans être arrêté par quiconque ?

20 LE TÉMOIN : [interprétation] Personne ne nous a arrêtés nulle part. Nous

21 sommes allés directement - enfin, pas tout à fait directement, mais juste

22 temps que le véhicule a pu rouler, nous sommes allés dans la direction de

23 l'endroit où on nous emmenait creuser les tranchées.

24 M. LE JUGE ANTONETTI : Le jour où vous avez été à Makljen et que vous avez

25 quitté l'école secondaire le matin pour vous retrouver dans la colonne des

26 50, Makljen est au nord de Prozor et pour aller de Prozor à Makljen il faut

27 emprunter une route qui tourne assez souvent et il doit y avoir une

28 distance d'environ dix kilomètres. Pendant ce parcours est-ce que le camion

Page 5903

1 a roulé sans arrêt ou il a été arrêté à un moment donné ?

2 LE TÉMOIN : [interprétation] Non, non. Personne ne l'a arrêté. Il a fait

3 une halte à côté du café deux, trois minutes. Le café Baba Janja. Je ne

4 sais pas pourquoi ? Parce que nous étions sous la bâche, nous ne pouvions

5 rien voir et nous n'avons rien entendu. Il a fait une petite halte, là, et

6 il a poursuivi son chemin.

7 M. LE JUGE ANTONETTI : Bien. Je vous remercie.

8 Maître Alaburic.

9 Contre-interrogatoire par Mme Alaburic :

10 Q. [interprétation] Monsieur le Témoin, je m'appelle Vesna Alaburic, je

11 suis avocate de Zagreb et je représente le généralement Miviloj Petkovic

12 dans ce procès.

13 Q. Je n'ai préparé aucune question à votre intention. Mais en rapport avec

14 la partie de votre déposition d'aujourd'hui j'aimerais vous poser quelques

15 questions car il y a certaines choses que vous avez dites qui ne me

16 paraissent pas tout à fait claires. Je ne parviens pas à faire un tout

17 cohérent de vos propos dans le cours de toute votre déposition.

18 Dites-nous, je vous prie, vous avez déclaré que votre frère était à bord du

19 camion qui emmenait une cinquantaine de personnes --

20 R. Je demanderais un huis clos partiel.

21 M. LE JUGE ANTONETTI : Oui. Nous allons passer à huis clos.

22 M. LE GREFFIER : Nous sommes en audience partiel à huis clos, Monsieur le

23 Président,

24 [Audience à huis clos partiel]

25 (expurgé)

26 (expurgé)

27 (expurgé)

28 (expurgé)

Page 5904

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Pages 5904-5908 expurgées. Audience à huis clos partiel.

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 5909

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 (expurgé)

10 (expurgé)

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 (expurgé)

17 [Audience publique]

18 M. LE JUGE ANTONETTI : Bien. Il nous reste dix minutes avant la pause, je

19 vous donne la parole, Maître Tomic.

20 Mme TOMASEGOVIC TOMIC : [interprétation] Merci.

21 Contre-interrogatoire par Mme Tomasegovic Tomic :

22 Q. Bonjour, Monsieur, je m'appelle Dijana Tomasegovic Tomic et je suis

23 avocat de Zagreb et je représente M. Valentin Coric en l'espèce.

24 Je sais qu'il est difficile pour vous de revenir sur tous ces événements,

25 je vais donc essayer d'être très brève. Je vais essayer de poser des

26 questions claires et brèves auxquelles vous pourrez répondre par oui ou

27 non.

28 Monsieur, aujourd'hui vous nous avez dit que pendant la période où

Page 5910

1 ces événements se sont écoulés, la police militaire a passé une nuit avec

2 vous à la caserne des pompiers à Prozor et le reste du HVO, les autres

3 membres, les soldats du HVO étaient avec vous, est-ce bien cela ?

4 R. Oui.

5 Q. Je voudrais maintenant revenir à la nuit que vous avez passée à cette

6 caserne de pompiers et j'ai quelques questions à poser à ce sujet. Avez-

7 vous été battu par les membres de la police militaire ? Vous ont-ils fait

8 subir des sévices ?

9 R. Personnellement, non. Je n'ai rien vu, ni entendu non plus.

10 Q. Merci. Est-ce que la police militaire vous a menacé cette nuit ?

11 R. Non, je n'ai pas été menacé.

12 Q. J'ai encore une question à vous poser. Est-ce que la police militaire

13 vous a interrogé cette nuit-là ?

14 R. Non. Je n'ai pas vu d'interrogatoire non plus.

15 Q. Merci beaucoup, Monsieur. Je n'ai plus de question. Merci, Messieurs

16 les Juges.

17 M. LE JUGE ANTONETTI : Avocat suivant.

18 M. IBRISIMOVIC : [interprétation] Merci, Monsieur le Président, je n'ai pas

19 de questions.

20 M. LE JUGE ANTONETTI : Bien. Les derniers avocats : Maître Nozica, Maître

21 Murphy, pas de questions ? Non ?

22 M. MURPHY : [interprétation] Pas de questions, Monsieur le Président.

23 M. LE JUGE ANTONETTI : Très bien. Tout le monde a posé des questions au

24 témoin.

25 Monsieur Mundis, des questions supplémentaires ?

26 M. MUNDIS : [interprétation] Très brièvement sur un point, Monsieur le

27 Président, qui a été posé par la Défense de M. Praljak. Il s'agit de la

28 page 45, ligne 12 et page 47, ligne 25.

Page 5911

1 Nouvel interrogatoire par M. Mundis :

2 Q. [interprétation]

3 Q. Monsieur le Témoin BL, est-ce que vous vous souvenez d'une date bien

4 précise à laquelle vous auriez ou avez été démobilisé ?

5 R. Excusez-moi, répétez, parce que je n'ai pas compris la question ?

6 Q. Vous avez dit qu'à un certain moment, en avril 1992, vous avez été

7 démobilisé; est-ce que c'est bien le cas ? Vous avez reçu des documents et

8 vous avez été mobilisé ?

9 R. Oui.

10 Q. Avez-vous reçu un document officiel ou un autre document qui vous

11 disait que vous étiez démobilisé, c'est-à-dire que vous n'étiez plus membre

12 de la Défense territoriale ?

13 R. Non, non, je n'ai rien reçu.

14 Q. Merci, Monsieur le Président, nous n'avons plus de question.

15 M. LE JUGE ANTONETTI : Bien, Monsieur, votre témoignage vient de se

16 terminer. Donc, aux noms des Juges, je vous remercie d'être venu témoigner

17 à La Haye et je formule mes meilleurs vux pour le retour dans votre pays.

18 Avant que vous ne partiez, je vais demander à Mme l'Huissière de bien

19 vouloir baisser les rideaux.

20 Alors, comme il nous reste quelques minutes et peut-être que vous pourrons

21 terminer après, Monsieur Mundis, pour lundi, le programme est bien celui

22 qui avait été annoncé il y a quelques jours ?

23 M. MUNDIS : [interprétation] Oui, Monsieur le Président. Le témoin prévu

24 pour lundi sera ici et il va commencer, comme l'a dit la Chambre, à une

25 déposition de cinq jours.

26 M. LE JUGE ANTONETTI : Très bien. Donc, comme nous l'avons dit, le témoin

27 sera interrogé par l'Accusation pendant deux jours et puis, la Défense aura

28 trois jours, comme je l'ai indiqué. Nous espérons, comme je l'ai précisé

Page 5912

1 hier, que vous arriverez entre vous à un accord. Si jamais il n'y a pas

2 d'accord, vous nous en ferez part et nous trancherons. Mais nous espérons

3 que vous arriverez à un accord sur la répartition de votre temps de parole.

4 Monsieur le Greffier, nous pouvons peut-être lever les rideaux puisque le

5 témoin est parti.

6 [Le témoin se retire]

7 Est-ce qu'il y a un sujet que les uns et les autres voudraient aborder ?

8 Monsieur Mundis ?

9 M. MUNDIS : [interprétation] Monsieur le Président, l'Accusation n'a rien à

10 vous proposer pour aujourd'hui.

11 M. LE JUGE ANTONETTI : Monsieur Praljak, l'ordinateur, je présume ?

12 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation] Non, non, je n'ai toujours pas

13 d'ordinateur. C'est difficile à comprendre, mais je ne voudrais pas

14 reparler de la question. Je veux faire preuve de dignité, si je peux

15 utiliser ce mot. Mais il a quelque chose que je voulais dire sur la

16 déposition à huis clos partiel. Le Conseil de sécurité des Nations Unies a

17 créé ce Tribunal et l'objectif était de contribuer à la paix en Bosnie-

18 Herzégovine et au-delà des territoires des Balkans occidentaux. C'est

19 impossible d'atteindre la paix si on ne trouve pas la vérité. Ce que nous

20 faisons ici, c'est essayer d'établir la vérité. Pour cela, que les témoins

21 viennent déposer et qu'ils acceptent la charge du témoignage.

22 La paix existe en Bosnie-Herzégovine depuis longtemps et je ne crois

23 pas qu'il y ait encore des risques ou des menaces. Donc, je regrette le

24 fait que les témoins déposent à huis clos ou à huis clos partiel parce

25 qu'il faut que ce que dise les témoins soit du domaine public, c'est

26 nécessaire de le savoir, à Rama, à Prozor, d'où il vient, pour que les gens

27 sachent exactement ce qui s'est passé et comment ces choses se sont passées

28 pour que les acteurs principaux, pour que la justice fonctionne, pour qu'il

Page 5913

1 y ait des actes d'accusation qui soient rédigés, le cas échéant, pour que

2 les gens sachent exactement ce qui s'est passé, qui est responsable de quoi

3 et pour que les événements soient compris.

4 Donc, si on veut rechercher la vérité, on peut ainsi contribuer à la

5 paix, mais il ne faut pas que les gens se cachent derrière leur propre

6 lâcheté, parce que les personnes qui le font peuvent aussi raconter des

7 mensonges, puisque ces personnes sont protégées, et si cela n'avait pas été

8 à huis clos partiel, tout le monde aurait pu se rendre compte qu'il

9 s'agissait de mensonges. Donc les témoins qui veulent venir ici raconter la

10 vérité doivent accepter la charge que représente ce genre déposition.

11 Merci, Monsieur le Président.

12 M. LE JUGE ANTONETTI : Bien. Sur ce que vous avez dit, juste une brève

13 observation, c'est le Règlement de preuve et de procédure de ce Tribunal

14 qui a instauré un mécanisme de protection pour les témoins et toutes les

15 Chambres de ce Tribunal agissent de cette façon. Du moment qu'un témoin

16 demande des mesures de protection pour des raisons personnelles,

17 objectives, subjectives ou autres, nous tranchons dans un sens favorable ou

18 défavorable. D'ailleurs, dans le cas précédent, vous avez constaté qu'on ne

19 lui a pas donné des mesures à 100 %, elles étaient partielles.

20 Monsieur Mundis, vous vous êtes levé.

21 M. MUNDIS : [interprétation] Merci, Monsieur le Président. Pour le compte

22 rendu d'audience, l'Accusation s'oppose à ce genre d'argument et d'éclat de

23 la part de M. Praljak. Il a l'air de dire que le témoin a menti parce que

24 la Chambre lui a donné des mesures de protection, c'est vraiment

25 insupportable. Il suggérait aussi qu'il s'agit de lâcheté. Dire que c'est

26 par lâcheté que ce témoin demande des mesures de protection, franchement,

27 avec tout le respect que je dois à M. Praljak, je voudrais souligner le

28 fait que ce témoin doit faire preuve de beaucoup de courage pour venir

Page 5914

1 témoigner dans ces conditions.

2 M. LE JUGE ANTONETTI : Merci pour votre intervention.

3 Maître Kovacic, très vite.

4 M. KOVACIC : [interprétation] Monsieur le Président, puisque c'est mon

5 client qui a dit cela, je voudrais informer la Chambre que cette histoire

6 de l'ordinateur, c'est une histoire qui remonte au mois d'avril. J'ai donné

7 les copies des échanges de courriers, vous avez une idée du problème, mais,

8 au cours des quatre derniers jours, je crois, nous avons échangé deux

9 courriels avec la personne responsable au sein du Greffe. Maintenant, on

10 parle que c'est une question de logiciel, que peut-être dans deux semaines

11 ils auront peut-être le matériel, mais --

12 M. LE JUGE ANTONETTI : Le Juriste nous a informe que, la semaine prochaine,

13 votre client, la capacité de mémoire de son ordinateur doit certainement

14 doubler, donc, la question doit être résolue la semaine prochaine. Voilà,

15 bonne nouvelle.

16 Bien. Il est midi 30.

17 M. KOVACIC : [interprétation] Permettez-moi d'ajouter une phrase. Je

18 comprends l'objection de mon collègue comme une question de principe. Je ne

19 vois pas comment on peut interpréter ce qu'a dit mon client, comme voulant

20 dire que le témoin était lâche. Je ne vois pas comment on peut interpréter

21 cela. On ne peut pas dire -- il n'a pas dit non plus qu'il voulait mentir.

22 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation] Je ne sais pas quelle était

23 l'interprétation, mais je n'ai pas dit cela. Je n'ai rien dit de la sorte à

24 aucun moment. J'ai parlé d'hypothèse. J'ai tout mis au conditionnel.

25 M. LE JUGE ANTONETTI : Bien. Votre mise au point est enregistrée -- figure

26 au transcript.

27 Je remercie toutes les personnes. Comme vous le savez, nous nous retrouvons

28 lundi à 14 heures 15. D'ici là, je vous souhaite un bon week-end et nous

Page 5915

1 nous retrouverons lundi.

2 --- L'audience est levée à 12 heures 31 et reprendra le lundi 4 septembre

3 2006, à 14 heures 15.

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28