Tribunal Criminal Tribunal for the Former Yugoslavia

Page 13341

1 Le jeudi 1er février 2007

2 [Audience publique]

3 [Les accusés sont introduits dans le prétoire]

4 [Le témoin est introduit dans le prétoire]

5 --- L'audience est ouverte à 9 heures 03.

6 M. LE JUGE ANTONETTI : Madame la Greffière, appelez le numéro de l'affaire.

7 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] Bonjour, Messieurs les Juges. Il s'agit

8 de l'affaire IT-04-74-T, le Procureur contre Prlic et consorts.

9 M. LE JUGE ANTONETTI : Je salue toutes les personnes présentes. Je salue M.

10 le Témoin, qui va donc terminer l'interrogatoire le concernant aujourd'hui.

11 Donc, sans perdre de temps, je donne la parole à M. Mundis en lui demandant

12 d'accélérer le mouvement.

13 LE TÉMOIN : TÉMOIN DZEVAD HADZIZUKIC [Reprise]

14 [Le témoin répond par l'interprète]

15 Interrogatoire principal par M. Scott : [Suite]

16 Q. [interprétation] Bonjour.

17 R. Bonjour.

18 Q. Je veux vous présenter mes excuses hier car c'était la fin de

19 l'audience et nous allions un peu vite en besogne. Je voudrais ce matin

20 commencer par exprimer mes condoléances du fait du décès de votre épouse et

21 je sais que cela doit être particulièrement douloureux pour vous.

22 R. Oui.

23 Q. Je m'en excuse vraiment.

24 Hier, nous parlions de l'endroit où gisait le corps de votre femme,

25 là, où vous l'avez trouvées. Vous avez dit, je pense que la balle avait

26 pénétré juste derrière son oreille gauche, donc au niveau de la tête.

27 R. C'est exact.

28 Q. Dans un petit moment, nous allons regarder quelques extraits vidéo et

Page 13342

1 je vous poserais quelques questions précises si le besoin s'en fait sentir,

2 et j'espère qu'il sera plus utile d'avoir les photos en face de nous. Nous

3 n'allons pas aborder ces détails avant un petit moment. Mais compte tenu de

4 ce que vous saviez à l'époque et de ce que vous avez observé lorsque votre

5 femme a été tuée le 6 juin 1993; est-ce que vous pouvez dire aux Juges

6 d'après vous d'où provenait le tir, l'endroit ? Est-ce que vous savez quel

7 était l'axe suivi par la balle ?

8 R. La balle qui a touché mon épouse provenait de Stotina, j'en suis

9 absolument sûr, à 100 %. D'ailleurs, je peux même étoffer mon propos si

10 vous le souhaitez.

11 Q. Je vous demanderais justement d'étoffer votre propos mais ce faisant

12 j'aimerais vous poser une question. Avant le 6 juin 1993, aviez-vous vu des

13 positions à cet endroit ? Est-ce que vous aviez pu discerner certaines

14 activités ?

15 R. Au niveau de cet endroit il y avait eu des activités qui s'étaient

16 déroulés depuis un certain temps. Il faut savoir que les casemates avaient

17 été fortifiées, avaient été fortifiées à l'aide de sacs et on pouvait le

18 voir à l'il nu d'ailleurs cela. J'avais vu des soldats du HVO se déplacer

19 là-bas, parce que pendant un moment nous avions combattu les Serbes

20 ensemble. Je connaissais bien sûr de ces personnes. Certains étaient mes

21 voisins. Après d'ailleurs, nous avons continué à échanger des

22 plaisanteries, à blaguer ensemble, à parler. Il y avait beaucoup

23 d'activités toujours est-il.

24 Q. Vous dites lorsque vous échangez des plaisanteries, bon, Stotina était

25 quand même à une certaine distance. Est-ce que vous pouviez - je ne sais

26 pas - vous communiquiez comment ? Par haut-parleur ? Ou est-ce que vous

27 criez ? Comment est-ce que vous le faisiez?

28 R. Nous étions, en fait, ensemble. Il faut savoir que le pont avait déjà

Page 13343

1 été détruit, donc, nous crions pour communiquer. Eux, ils criaient : "Vous,

2 les balijas," et nous nous répondions : "Vous, les oustachi," et cetera. À

3 l'époque, les gens péchaient dans la Neretva. Ils se baignaient dans la

4 rivière. Il ne faut pas oublier qu'il faisait chaud pendant les mois d'été.

5 Nous voyons, nous ne tirions pas dessus, mais mon épouse fut la première à

6 être tuée par un tireur embusqué.

7 Q. C'était justement la question que je me proposais de vous poser car :

8 est-ce que vous pouvez nous dire, avant le 6 juin, donc, jour où votre

9 femme a été touchée et tuée, est-ce qu'il y avait eu d'autres activités de

10 tireurs embusqués -- de tireurs d'élite dans cette zone avant ?

11 R. Il y avait eu quelques incidents et certaines personnes avaient été

12 blessées lors de ces incidents, mais jusqu'à ce jour-là, personne n'avait

13 perdu la vie.

14 Q. Est-ce que vous pourriez dire aux Juges, pour autant que vous vous en

15 souveniez et que vous le sachiez, la distance qui séparait l'endroit où

16 votre femme est tombée, et ce, de façon approximative, bien sûr ?

17 R. Je dirais qu'il y avait quelque 400 mètres, 420 mètres.

18 M. LE JUGE ANTONETTI : Nous avons écouté attentivement ce que vous avez

19 dit, et ce que vous dites est très important.

20 Nous découvrons parce que c'est la première fois que nous entendons cela

21 que sur Stotina, il y avait des bunkers. Donc, c'est la première fois que

22 cet élément est porté à notre connaissance.

23 Ma question : les gens qui se trouvaient à 400 mètres de chez vous,

24 c'étaient des civils ou des militaires ?

25 LE TÉMOIN : [interprétation] Il s'agissait de soldats qui portaient

26 l'uniforme et peut-être que je ne me suis pas très bien exprimé. Mais au

27 niveau de cette position, il y avait certes des bunkers qui avaient été

28 fortifiés à l'aide de sacs de sable. Donc, il s'agissait de fortification,

Page 13344

1 à l'aide de sacs de sable.

2 M. LE JUGE ANTONETTI : Vous nous dites que de l'endroit où vous étiez, de

3 votre maison, vous avez vu des militaires en uniforme. Ma question : à

4 quelle armée appartenaient-ils ?

5 LE TÉMOIN : [interprétation] Il s'agissait des soldats du HVO, conseil de

6 la Défense croate.

7 M. LE JUGE ANTONETTI : Saviez-vous plus précisément quelle unité ?

8 LE TÉMOIN : [interprétation] Non. Je ne le savais pas. Je supposais

9 sûrement que c'étaient des gens originaires ou habitants de Rodac. Je ne

10 sais pas de quelle façon leur relève est organisée sur les positions de Hum

11 et à Stotina.

12 M. LE JUGE ANTONETTI : Vous aviez dit au Procureur que vous échangiez des

13 paroles avec eux.

14 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui, on s'en batte en duel verbal.

15 M. LE JUGE ANTONETTI : Bien. La seule question qui nous intéresse, nous les

16 Juges, c'est le point de départ du tir car c'est cela dont nous devons nous

17 déterminer, les Juges, dans notre jugement : d'où est parti le tir qui a

18 tué votre épouse, de votre maison, de l'endroit où était votre maison ?

19 Est-ce qu'un tir aurait pu venir d'un autre endroit que Stotina ?

20 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui, depuis Hum, mais je suis sûr que depuis

21 Stotina, on couvrait les régions à Opina, le pont Brkic et le quartier de

22 Mejdan, la ville jusqu'à la rue Tekija et puis un après la [imperceptible].

23 Donc, on tenait -- on avait le contrôle sur tous ces quartiers-là depuis

24 Stotina. Puis également, de l'autre côté du pont maréchal Tito, ce que j'ai

25 vu, ce que nous avons vécu cela correspond à cela.

26 M. LE JUGE ANTONETTI : De la terrasse de votre maison à Hum, à vol

27 d'oiseau, quelle distance y aurait-il approximativement ?

28 LE TÉMOIN : [interprétation] Hum a environ -- depuis Stotina jusqu'à Hum,

Page 13345

1 ce n'est pas très loin parce que Hum fait 400 mètres peut-être la distance

2 entre les deux diagonalement. Il pourrait être 100, 200 mètres, à mon avis.

3 M. LE JUGE ANTONETTI : Vous n'avez pas compris ma question. De la terrasse

4 de votre maison, si je vais en ligne droite à Hum, quelle distance entre

5 votre terrasse et Hum en ligne droite ?

6 LE TÉMOIN : [interprétation] Je dirais 600 mètres environ, mais je ne suis

7 pas un expert pour ces questions-là.

8 M. LE JUGE ANTONETTI : A Hum, à votre connaissance, y avait-il des

9 soldats ?

10 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui, beaucoup. Il y avait un bunker. Je l'ai

11 vu quand il a été touché de deux projectiles. Ce bunker a explosé et cinq

12 soldats du HVO ont trouvé la mort lors de cet incident.

13 M. LE JUGE ANTONETTI : Donc, il y avait -- vous m'avez dit qu'il y avait

14 des soldats. La question qui suivait mais apparemment vous avez répondu par

15 anticipation. A quelle armée appartenaient les soldats qui étaient à Hum

16 situé d'après vous à 600 mètres de votre terrasse6

17 LE TÉMOIN : [interprétation] Des soldats du HVO, c'étaient des soldats du

18 HVO.

19 M. LE JUGE ANTONETTI : Monsieur Scott.

20 M. SCOTT : [interprétation] Merci, Monsieur le Président.

21 Je souhaiterais que l'on affiche la carte sur laquelle le témoin avait posé

22 des annotations. Nous allons utiliser la même carte à nouveau, la carte sur

23 laquelle il avait fait des annotations à la demande du Président de la

24 Chambre. Je m'excuse parce que je n'ai pas le numéro IC.

25 Mme TOMASEGOVIC TOMIC : [interprétation] Il s'agit du IC 296.

26 M. SCOTT : [interprétation] Merci beaucoup, Maître.

27 Q. Il est affiché maintenant sur l'écran. Monsieur, vous voyez cette carte

28 sur l'écran; est-ce que vous la voyez ?

Page 13346

1 R. Je la vois.

2 Q. Il s'agit de la même carte que vous avez utilisée hier. Vous voyez ce

3 que vous y aviez annoté.

4 J'aurais besoin de l'aide de M. l'Huissier dans la -- du moins que vous

5 pouvez sur la carte.

6 Q. Je sais -- je ne vais pas m'appesantir là-dessus, mais j'aimerais que

7 vous m'indiquiez ou vous nous indiquiez où se trouvait la position de

8 Stotina, dans la mesure où vous pouvez l'indiquer sur cette carte-ci.

9 R. Stotina se trouve exactement au-dessus du pont de Hasan Brkic. Vous

10 voyez cet espace-ci, cette déviation et c'est juste au-dessus.

11 Q. Bien. Puisqu'il y a maintenant deux annotations sur la carte,

12 j'aimerais que vous mettiez le chiffre 1 à côté de l'annotation rouge que

13 vous avez fait hier, je vous prie.

14 R. [Le témoin s'exécute]

15 Q. J'aimerais vous demander maintenant de mettre le chiffre numéro 2 près

16 de l'emplacement de Stotina. Merci.

17 R. [Le témoin s'exécute]

18 M. LE JUGE ANTONETTI : Vous pourriez également indiquer Hum sur la carte,

19 Monsieur le Témoin.

20 LE TÉMOIN : [interprétation] Stotina est un peu plus bas et Hum, il se lève

21 par ci -- domine cette partie-là, et puis ensuite, cela descend jusqu'au

22 pont de Lucki Most.

23 M. LE JUGE ANTONETTI : Monsieur, comme je suis très précis, en regardant la

24 carte, je vois, il y a Stotina et Hum, mais je vois avant, Donja Mahala,

25 qui est en dessous. Bien. Ce secteur géographique était-il occupé, à votre

26 connaissance, par l'ABiH ou le HVO ?

27 LE TÉMOIN : [interprétation] Les membres du HVO tenaient la ligne jusqu'à

28 Stotina, et Donja Mahala et le Bulevar étaient sous le contrôle de l'ABiH;

Page 13347

1 sur Hum, c'était des soldats du HVO.

2 M. LE JUGE ANTONETTI : Monsieur, à Mahala, que l'on voit, là, à côté de la

3 rivière, il y a des maisons. Serait-il techniquement possible qu'un

4 individu X, se trouvant à Donja Mahala, tire sur votre maison ?

5 LE TÉMOIN : [interprétation] De la partie inférieure de Donja Mahala, oui,

6 cette partie-là s'appelle Orucluk. C'était faisable, possible, s'il

7 s'agissait de l'Orucluk, seulement.

8 M. LE JUGE ANTONETTI : Donc, vous dites qu'il est possible, de la zone que

9 vous venez d'indiquer, que quelqu'un puisse tirer sur votre terrasse ?

10 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui, c'est possible.

11 M. LE JUGE MINDUA : Monsieur le Témoin, évidemment, je sais, c'est un

12 témoignage particulièrement difficile, douloureux pour vous, mais

13 j'aimerais vous demander si vous pouvez me dire, à partir de Stotina, d'où

14 va venir le tir et votre maison, la ligne de front; elle passait entre les

15 deux -- les deux secteurs; c'est bien cela ?

16 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui.

17 M. LE JUGE MINDUA : Est-ce que vous pouvez nous montrer cela sur la carte,

18 si vous pouvez ?

19 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui, je peux. Donc, Stotina se trouve ici et

20 la ligne de démarcation --

21 Je continue, je peux continuer ?

22 M. LE JUGE ANTONETTI : Pouvez-vous dessiner la ligne de démarcation ?

23 LE TÉMOIN : [interprétation] La ligne de démarcation passait à peu près par

24 ici. Puis là, le long du Bulevar, puis jusqu'à Neretva. Le côté jusqu'à la

25 Neretva était sous le contrôle du HVO, l'autre côté sous le contrôle de

26 l'armée BH. Puis, cela allait jusqu'à -- cela suivait là, puis, jusqu'à

27 Hit. Par la suite, tout ce qu'on voyait ici, vers nous, c'était sous

28 l'armée BH, et puis d'autre côté, c'était le HVO. Voilà. On regardait

Page 13348

1 Crnica. Il faut dépasser sur rue Alex Santic. C'était à peu près jusqu'ici,

2 quartier de Celovina, tout cela était -- toute cette ligne a été tendue par

3 l'armée bosniaque.

4 M. LE JUGE MINDUA : Merci beaucoup. Alors, je vais juste poser une toute

5 dernière question, parce que le souci de la Chambre évidemment, c'est de

6 savoir la responsable de ces tirs catastrophiques, et surtout les

7 intentions aussi.

8 Est-ce que vous pouvez nous dire si, dans les environs de votre maison, il

9 y avait des troupes en garnison ou en patrouille ? Sur -- à cette question,

10 est-ce que de l'endroit où l'on a tiré sur votre épouse, on pouvait

11 confondre la tenue qu'elle avait portée avec une tenue militaire ? Voilà ma

12 dernière question.

13 LE TÉMOIN : [interprétation] Au-dessus de chez moi à environ 400, 500

14 mètres se trouvait le camp sud, où étaient cantonnés les soldats de l'ABiH,

15 mais faire confusion entre l'uniforme et ce que portait ce jour-là ma

16 femme, c'était absolument impossible.

17 M. LE JUGE MINDUA : Merci beaucoup.

18 M. LE JUGE ANTONETTI : Vous venez d'apporter un élément nouveau. Chaque

19 fois que les Juges posent une question, ils découvrent des éléments qui

20 n'apparaissaient pas à l'interrogatoire. Vous venez de dire qu'au-dessus de

21 chez vous, à environ 400 mètres, il y avait le camp sud de l'ABiH. Alors,

22 cela m'amène à vous poser une autre question, parce que je suis obligé de

23 faire mon travail et d'être très précis. Est-ce que de Stotina, ils

24 pouvaient tirer en direction du camp sud où il y avait l'ABiH ? Est-ce que

25 parfois, à votre connaissance, il y a eu des tirs qui partaient de Stotina

26 vers le camp sud de l'ABiH ?

27 LE TÉMOIN : [interprétation] Comme je vous le disais tout à l'heure,

28 Stotina -- depuis Stotina, on couvrait tout le quartier autour de chez moi.

Page 13349

1 Ensuite, le pont de Brkic et autour, Opina, le camp sud. Donc, depuis

2 Stotina, on pouvait contrôler toute cette région jusqu'à la Neretva et plus

3 bas. Donc, c'est à une colline haute de 30 à 40 mètres, parfois peut-être -

4 - je pense peut-être même un peu plus élevée, donc, on pouvait très bien

5 voir toute cette région, sauf en ce qui concerne le camp de sud. Si

6 quelqu'un se trouvait à Stotina, il devait se tourner vers une direction

7 pour voir le camp sud et dans une autre direction pour voir ma maison.

8 Donc, il ne pouvait pas y avoir confusion entre ma maison et le camp sud.

9 M. LE JUGE ANTONETTI : Là, vous venez de répondre. Votre maison,

10 finalement, n'était pas sur la trajectoire directe entre Stotina et le camp

11 sud ?

12 LE TÉMOIN : [interprétation] Non, non. Elle ne se trouvait pas dans l'axe

13 entre Stotina et le camp sud parce qu'elle se trouvait un peu plus vers le

14 nord.

15 M. LE JUGE ANTONETTI : Bien. Voilà une hypothèse de travail qui est

16 élucidée à ce stade.

17 Monsieur Scott.

18 M. SCOTT : [interprétation]

19 Q. Avant de voir la vidéo, Monsieur, j'aimerais juste vous poser une ou

20 deux questions à propos des événements du 6 juin 1993. Est-il exact,

21 Monsieur, de dire que les obsèques de votre femme ont eu lieu la nuit du

22 jour suivant, donc, si j'ai bien compris, la nuit du 7 au 8 juin; est-ce

23 exact ?

24 R. Oui.

25 Q. Est-ce que vous pourriez dire aux Juges, je vous prie, pourquoi les

26 obsèques se sont déroulées pendant la nuit ?

27 R. Après la mort de mon épouse, nous avons décidé, le cimetière se

28 trouvant à 50 mètres à peu près de chez nous, donc, je voulais l'enterrer

Page 13350

1 près de son père, qui lui a été -- qu'il avait été au milieu du cimetière

2 de Saric, Harem, et pour creuser une tombe pour elle nous pouvions le faire

3 que pendant la nuit. La première nuit -- pendant la nuit on a creusé la

4 tombe et la nuit d'après on l'a enterrée. Je peux m'arrêter ici, mais je

5 pourrais vous dire autre chose encore à ce sujet-là.

6 Q. Pourriez-vous nous dire, je vous prie, si lors des obsèques les

7 personnes qui se trouvaient là ont essuyé des tirs ?

8 R. Pendant les obsèques on tirait sur nous depuis Hum d'une mitraillette

9 antiaérienne, calibre 12.7 millimètres. C'étaient des balles qui

10 éclairaient, donc, on voyait très bien d'où elles partaient et où elles

11 arrivaient.

12 Q. Ces balles, qui étaient des balles traçantes, d'après votre

13 description. Quelle était leur proximité ? Où est-ce que les balles en fait

14 arrivaient sur les personnes qui étaient aux obsèques directement ?

15 R. Non, elles n'atteignaient -- elles n'étaient pas si près de nous. Elles

16 touchaient les endroits à une centaine de mètres de distance de nous. Je ne

17 sais pas si l'on voyait ou pas, si c'était juste pour nous intimider ou

18 pas. Aucune idée.

19 Q. Est-ce que vous pourriez nous dire finalement ce qui suit : au moment

20 où votre femme a été tuée, est-ce que vous savez s'il y a eu d'autres

21 victimes de ces tirs dans le même voisinage et au même moment plus ou

22 moins ?

23 R. Le lendemain, je suis allé à la Radio de Mostar afin de leur demander

24 d'annoncer le décès de mon épouse et ses obsèques. A cette occasion-là,

25 j'ai entendu dire qu'il y a eu d'autres victimes à Donja Mahala, deux

26 personnes dont une femme qui avait été tuée et une autre qui avait été

27 blessée. C'est ce que j'ai entendu dire.

28 Q. Bien. Alors, jamais que nous puissions regarder cette vidéo. Nous

Page 13351

1 allons voir un extrait vidéo, Monsieur, c'est assez bref. Peut-être qu'il

2 faudra que je le montre plus d'une fois puisque c'était assez rapide.

3 M. SCOTT : [interprétation] Il s'agit de la pièce à conviction P 09140, et

4 il y a un script très, très court qui se trouve à la page 2 -- que -- cette

5 page et c'est la page 2.

6 [Diffusion de la cassette vidéo]

7 L'INTERPRÈTE : [voix sur voix]

8 "Enquêteur : Monsieur Hadzizukic, à votre connaissance; est-ce que vous

9 pouvez nous où se trouvait l'endroit -- vous avez trouvé les chaussons ?"

10 [Fin de la diffusion de cassette vidéo]

11 M. SCOTT : [interprétation] Monsieur le Président, je m'excuse, je vois que

12 le témoin à l'air de chercher quelque chose.

13 LE TÉMOIN : [interprétation] Je cherchais. Je cherchais quelque chose dans

14 cet enregistrement. C'est bon. C'est important. J'ai trouvé --

15 M. SCOTT : [interprétation] Je m'excuse. Est-ce que nous pouvons

16 recommencer depuis le début de l'extrait, je vous prie ?

17 [Diffusion de la cassette vidéo]

18 L'INTERPRÈTE : [voix sur voix]

19 " Enquêteur : Monsieur Hadzizukic, pourriez-vous, s'il vous plaît, du

20 mieux que possible, nous montrer l'endroit où vous avez trouvé les

21 chaussons de votre épouse après qu'elle ait été touchée par la balle ?

22 Témoin : [Le témoin s'exécute]

23 Enquêteur : Merci. Pourriez-vous, s'il vous plaît, montrer sur votre corps

24 l'endroit où elle a été touchée ?

25 Témoin : [Le témoin s'exécute]

26 Enquêteur : Je vous prie, du mieux que vous le pouvez, de prendre la

27 position dans laquelle se trouvait votre épouse au moment où vous l'avez

28 retrouvée morte ?

Page 13352

1 Témoin : [Le témoin s'exécute]

2 Enquêteur : Merci. Monsieur Hadzizukic, j'ai encore une question pour vous

3 relative à ces deux maisons qu'on voit. Celle-ci est l'autre. Pourriez-vous

4 nous dire si ces maisons-ci étaient déjà construites à l'époque où votre

5 femme a été tuée ?

6 Témoin : Non.

7 Enquêteur : Merci."

8 [Fin de la diffusion de cassette vidéo]

9 M. SCOTT : [interprétation] Est-ce que nous pourrions retrouver l'endroit

10 ou sur l'extrait vidéo, il indique sur son corps où sa femme a été

11 touchée ?

12 Est-ce que nous pouvons arrêter, je vous prie ?

13 Q. Monsieur, alors, maintenant sur l'écran vous montrez votre oreille

14 droite, vous montrez un endroit juste derrière votre oreille droite. Alors

15 dans votre déclaration en 2001, et d'après ce que vous nous avez dit hier,

16 vous aviez parlé donc de l'oreille gauche. Est-ce que vous pourriez

17 expliquer la différence entre ces deux éléments ? Donc, ce que nous voyons

18 sur la vidéo et votre témoignage.

19 R. Oui, je peux très bien. Je n'avais pas en fait très bien compris cette

20 question. Je suis droitier donc j'ai juste montré comme cela que c'est

21 derrière l'oreille. Je ne pensais pas qu'on me demandait de montrer

22 exactement l'oreille, lequel, l'endroit. J'ai juste montré de ma main

23 droite parce que je suis droitier, l'endroit derrière l'oreille. Nous ne

24 pensons pas qu'il est important de montrer si c'était l'oreille ou droite.

25 Voilà. C'est pour cela, je n'avais pas compris l'importance de cette

26 question à ce moment-là.

27 M. SCOTT : [interprétation] Est-ce que nous pourrions continuer cette

28 vidéo, parce que j'ai une autre question -- une dernière question à poser à

Page 13353

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

12 versions anglaise et française

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 13354

1 ce sujet ?

2 [Diffusion de la cassette vidéo]

3 L'INTERPRÈTE : [voix sur voix]

4 "Enquêteur : Pourriez-vous nous montrer, du mieux que vous le pouvez,

5 l'endroit et la position où se trouvait le corps de votre femme quand vous

6 l'avez retrouvée morte ?

7 Témoin : [Le témoin s'exécute]"

8 [Fin de la diffusion de cassette vidéo]

9 M. SCOTT : [interprétation] Est-ce que nous pouvons faire un arrêt sur

10 image ?

11 Q. Hier, Monsieur, lors de votre déposition, il se peut que je n'ai pas

12 compris, et si tel est le cas, je m'en excuse par avance, mais il me semble

13 que vous aviez indiqué que vous pensiez que le visage de votre femme ou la

14 tête de votre femme était tournée l'est, donc la direction de votre maison.

15 Alors, vous voyez la position que vous avez adoptée sur l'extrait vidéo tel

16 que cela d'ailleurs est décrit dans votre déclaration de 2001, et nous

17 voyons en fait que la tête est tournée vers l'ouest. Je n'ai pas voulu en

18 fait vous interrompre hier mais j'aimerais savoir si maintenant après avoir

19 vu cela, cela rafraîchit votre mémoire ? Est-ce que sa tête était tournée

20 vers l'ouest ?

21 R. Non, elle était comme moi ici sur cette photo. Sa tête était tournée

22 vers l'ouest, vers Stotina et de Hum.

23 Q. Merci beaucoup, Monsieur. J'aimerais maintenant vous montrer la pièce à

24 conviction P 09139. Vous vous souviendrez peut-être qu'il s'agit de la

25 photo panoramique sur 360 degrés. Monsieur, alors, nous allons donc faire

26 justement -- avoir une vision panoramique de cette photographie. Vous vous

27 souviendrez qu'au moment où l'extrait vidéo a été filmé, donc, vous vous

28 souviendrez qu'un trépied, ainsi qu'une caméra ont été positionnés à

Page 13355

1 l'endroit, où sur la terrasse, votre femme a été tuée. Puis, il y avait

2 toute une série de photographies qui ont été prises à partir de cet

3 endroit-là. Est-ce que c'est bien exact ?

4 R. Je ne comprends pas bien votre question.

5 Q. Est-ce que vous vous souvenez, Monsieur, qu'au moment le film vidéo a

6 été filmé, le film que nous avons vu, l'extrait que nous avons vu il y a

7 quelques instants, est-ce que vous vous souvenez qu'un trépied a été

8 installé sur votre terrasse et que d'autres photos ont été prises,

9 également ?

10 R. Oui, oui, je m'en souviens.

11 Q. Bien. Je vous demanderais donc de bien vouloir regarder cette photo. Ne

12 dites rien pour le moment. Je vais donc -- Nous allons avoir une vision

13 panoramique de cette photographie. Ne dites rien et après, j'aurai quelques

14 questions à vous poser.

15 [Diffusion de la cassette vidéo]

16 M. SCOTT : [interprétation]

17 Q. Est-ce que nous pouvons nous arrêter, je vous prie, Monsieur ? Alors,

18 nous allons faire la même chose, dans une deuxième phase, mais ce que

19 j'aimerais vous demander de faire, c'est de bien observer la photographie

20 et lorsque vous voyez l'emplacement -- le lieu d'où, d'après vous,

21 provenait le tir qui a tué votre femme, dites-nous-le et nous allons faire

22 un arrêt sur image et j'aurais une ou deux questions à vous poser. Donc

23 nous allons commencer.

24 [Diffusion de la cassette vidéo]

25 LE TÉMOIN : [interprétation] Arrêtez.

26 M. SCOTT : [interprétation]

27 Q. Est-ce que vous pourriez nous indiquer, en regardant cette photographie

28 -- Non, je vais reprendre. Je pense que ce serait peut-être un peu plus

Page 13356

1 simple de procéder autrement. Je vais demander l'aide de Monsieur

2 l'Huissier. Nous avons donc cet arrêt sur image. Monsieur le Président,

3 aucune indication pour que le témoin puisse justement -- on a posé

4 certaines.

5 Monsieur, dans un premier temps, est-ce que vous pouvez voir la

6 photographie qui est placée sur le rétroprojecteur. C'est la même en fait -

7 - Je pense qu'il vaut mieux procéder à partir du rétroprojecteur. Donc vous

8 avez la photographie qui correspond plus ou moins à ce que nous voyons sur

9 l'écran. En utilisant le marqueur qui vous ait donné par M. l'Huissier et

10 en utilisant la photographie du rétroprojecteur, est-ce que vous pouvez

11 nous indiquer l'endroit d'où, d'après vous, provenait le tir responsable de

12 la mort de votre femme ?

13 R. Par ici, quelque part.

14 Q. Bien. Alors j'aimerais vous demander donc de mettre le chiffre 1 à ce

15 niveau-là.

16 R. [Le témoin s'exécute]

17 M. SCOTT : [interprétation] Pis, est-ce que nous pouvons avoir un numéro

18 IC, Monsieur le Président ?

19 M. LE JUGE ANTONETTI : Madame la Greffière, un numéro IC.

20 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] Ce sera le numéro IC 297.

21 M. SCOTT : [interprétation] Puisque je réfléchissais à cela, Monsieur le

22 Président, étant donné que la première carte -- ou étant donné qu'il y a

23 des annotations qui ont été mises sur la première carte, je me demande si

24 nous avons besoin d'un différent numéro IC pour ces deuxièmes annotations

25 sur la carte. Si tel est le cas, il faudra alors avoir un autre numéro.

26 L'INTERPRÈTE : Microphone, je vous prie, Monsieur le Président.

27 M. LE JUGE ANTONETTI : Oui, bien on va donner un autre numéro IC avec --

28 sur la première carte.

Page 13357

1 Madame la Greffière, donnez un --

2 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] Messieurs les Juges, ce sera le numéro

3 IC 298.

4 M. SCOTT : [interprétation] Merci.

5 Q. Monsieur, donc vous avez répondu à cette question dans l'extrait vidéo,

6 mais j'aimerais vous poser cette question dans le prétoire. Donc l'endroit

7 que vous avez indiqué sur cette carte, IC 297, l'immeuble donc où vous avez

8 mis un cercle, vous avez mis un cercle, dessiné un cercle au niveau de

9 cette maison, est-ce que cette maison existait en juin 1993, à cet endroit-

10 là ?

11 R. [aucune interprétation]

12 Q. Il y a également une autre maison qui est encore plus proche et qui en

13 fait est quasiment reliée, adjacente à la terrasse. Est-ce que cette maison

14 se trouvait là en juin 1993 ?

15 R. Non.

16 Q. Est-ce que vous pourriez dire aux Juges quand est-ce que ces deux

17 immeubles ont été construits à votre connaissance ?

18 R. Les deux ont été construites quatre, cinq, six ans, à peu près à la

19 même époque.

20 M. LE JUGE ANTONETTI : Monsieur, j'ai une question en regardant la photo.

21 Derrière les deux maisons construites, je vois un immeuble blanc avec des

22 fenêtres. Il y a un, deux, trois -- apparemment trois étages. De l'endroit

23 de la terrasse, on a l'impression que cet immeuble est surélevé. En 1993,

24 au mois de juin, est-ce que cet immeuble était déjà là ?

25 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui.

26 M. LE JUGE ANTONETTI : Cet immeuble, il était dans la zone ABiH ou HVO ?

27 LE TÉMOIN : [interprétation] ABiH.

28 M. LE JUGE ANTONETTI : En juin 1993, enfin, vous ne le savez peut-être pas,

Page 13358

1 mais dans cet immeuble, il y avait quoi ? Des habitants ? Qu'y avait-il

2 dans cet immeuble ?

3 LE TÉMOIN : [interprétation] Il y avait des habitants dans l'immeuble.

4 M. SCOTT : [interprétation]

5 Q. Monsieur, donc vous avez mis juste au-dessus du cercle, un trait que

6 l'on pourrait méprendre pour le chiffre numéro 1. Donc c'était -- c'était

7 peut-être votre intention, je ne sais pas, mais j'aimerais vous demander de

8 mettre autour de ce cercle à nouveau quelque chose qui ressemble

9 véritablement au chiffre 1.

10 R. [Le témoin s'exécute]

11 Q. L'endroit d'on parlait justement le Président de la Chambre, donc cet

12 immeuble qui se trouve en diagonale, est-ce que vous pourriez mettre le

13 numéro 2, je vous prie ?

14 R. [Le témoin s'exécute]

15 Q. Merci. Pour terminer, très brièvement, avec deux pièces à conviction et

16 peut-être que Monsieur l'Huissier pourrait vous aider, puisqu'il est près

17 de vous, j'aimerais vous demander, donc, de bien vouloir consulter

18 brièvement la pièce à conviction 2655 qui fait partie de votre jeu de

19 documents. Pourriez-vous confirmer à notre intention qu'il s'agit d'un

20 certificat de décès émis par l'hôpital de Mostar et que ce certificat de

21 décès porte sur le décès de votre épouse ?

22 R. Oui. C'est le certificat de décès signé par le docteur Malina [phon]

23 Posic.

24 Q. Est-ce que je pourrais vous demander de prendre la pièce à conviction

25 suivante, la pièce P 09131. Pourriez-vous confirmer, à l'intention des

26 Juges, qu'il s'agit de l'autre dossier. Il s'agit, en fait, d'un extrait du

27 certificat de décès, donc, décès de votre femme le 6 juin 1993, et cela a

28 été établi par l'officier d'état civil chargé des décès.

Page 13359

1 R. Oui, c'est bien cela, extrait du registre des décès.

2 Q. Avant que nous ne terminions, j'aimerais vous demander de bien vouloir

3 regarder la date qui se trouve dans le coin inférieur gauche en langue

4 bosniaque de ce document pour qu'il n'y ait aucune méprise. Alors est-il

5 vrai de dire que ce dossier d'une page a été extrait du registre et que

6 cela a été fait le 27 avril 2004 ?

7 R. Oui.

8 M. SCOTT : [interprétation] Je vous remercie. Le Procureur n'a plus de

9 questions.

10 Monsieur, j'aimerais vous remercie une fois de plus d'être venu à La

11 Haye pour cette déposition.

12 M. LE JUGE ANTONETTI : Bien on va commencer le contre-interrogatoire.

13 Pour des raisons liées à la visite du secrétaire général de l'ONU, on va

14 s'arrêter à 10 heures 00, on reprendra à 10 heures 30.

15 Les dix minutes qui viennent, qui veut commencer ?

16 Maître Tomic.

17 Mme TOMASEGOVIC TOMIC : [interprétation] Merci, Monsieur le Président. Nous

18 n'avons pas de questions pour ce témoin.

19 M. LE JUGE ANTONETTI : Avocat suivant.

20 M. IBRISIMOVIC : [interprétation] Monsieur le Président, nous avons passé

21 notre temps à la Défense de l'accusé Praljak.

22 M. KARNAVAS : [interprétation] Bonjour, Monsieur le Président, Messieurs

23 les Juges, nous n'avons pas de questions à poser au témoin. Nous souhaitons

24 juste le remercier d'avoir bien pris la peine de venir faire sa déposition

25 ici.

26 M. MURPHY : [interprétation] Bonjour, Monsieur le Président. Nous n'avons

27 pas de questions à poser, nous sommes tout à fait disposés à donner notre

28 temps au général Praljak.

Page 13360

1 M. LE JUGE ANTONETTI : Maître Alaburic.

2 M. KOVACIC : [interprétation] Selon l'ordre convenu, le général posera

3 d'abord quelques questions, puis éventuellement moi-même.

4 M. LE JUGE ANTONETTI : Monsieur Praljak, vous avez besoin de combien de

5 temps pour poser vos questions. Je sais qu'en règle générale vous posiez

6 des questions très précises en la matière, donc, il vous faut combien de

7 temps ?

8 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation] Monsieur le Juge, je ne peux pas finir

9 avant 10 heures 00. Je n'ai pas beaucoup de choses, beaucoup de photos de

10 questions, mais je ne peux le finir avant

11 10 heures 00. Malheureusement, mon écran ici ne fonctionne pas donc je ne

12 peux pas suivre ce qui se passe. Je commencerai maintenant, de toute façon.

13 Contre-interrogatoire par l'accusé Praljak :

14 Q. [interprétation] Bonjour, Monsieur le Témoin.

15 R. Bonjour, Monsieur.

16 Q. Vous devez me comprendre, vous devrez comprendre qu'il est très

17 difficile de poser des questions. Malheureusement, je suis obligé de le

18 faire afin d'essayer d'éclaircir cette situation dans la mesure du

19 possible. Évidemment, il serait mieux si quelqu'un d'autre était là pour

20 répondre à beaucoup de questions.

21 Maintenant, je prie l'Huissier de placer ce document sur le

22 rétroprojecteur, si possible.

23 M. LE JUGE ANTONETTI : Monsieur l'Huissier.

24 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation]

25 Q. Je vais commencer une autre question. Dites-nous, Monsieur le Témoin :

26 le fusil M-48 était-il l'arme standard de l'armée yougoslave ?

27 R. Oui.

28 Q. C'était un fusil du calibre 7.9 millimètres, n'est-ce pas ?

Page 13361

1 R. Écoutez, j'ai l'impression que c'était 7.62 millimètres.

2 Q. On ne va pas en discuter. C'est une arme qui tire au coup par coup.

3 Elle n'a pas le feu automatique ou rafale, il n'y a pas cette possibilité-

4 là ?

5 R. Oui, c'est exact.

6 Q. Dites-nous : était-il possible pendant la guerre, chacun qui disposait

7 d'un peu de moyen financier de s'en trouver un sur le marché de Zeiss, cela

8 arrivait, n'est-ce pas ??

9 R. Oui.

10 Q. Arrivait-il que des chasseurs achetaient ce genre de fusil, en

11 rajoutant une lunette optique qu'ils utilisaient pour la chasse ?

12 R. Après la guerre, oui cela arrivait après la guerre ?

13 Q. Mais pendant la guerre ?

14 R. Peut-être que c'était plus facile d'en trouver à cette époque-là.

15 Q. Est-il vrai donc on pouvait sans beaucoup de problème trouver et

16 acheter un tel fusil sur le marché avant et pendant la guerre pour une

17 centaine de marks allemands. Vraiment avant le début de la guerre ?

18 R. Écoutez, avant la guerre c'était très difficile.

19 Q. Je ne pense pas à la période avant le début du conflit, mais au moment

20 où le conflit avait déjà éclaté, quand les membres des unités de réserve

21 sont arrivés, n'est-il pas vrai qu'on pouvait racheter un fusil comme cela

22 d'un réserviste ?

23 R. Écoutez je ne sais pas. Je pense que c'était difficile même en ce qui

24 concerne les membres des unités de réserve.

25 Q. Bien, merci. Dites-moi encore une chose, était-il possible quelle que

26 soit vos connaissances à ce sujet, pensez-vous qu'il était possible de

27 contrôler qui achetait les armes sur la rive gauche, sur la rive droite à

28 Mostar ?

Page 13362

1 R. Écoutez, il s'est passé beaucoup de choses à Mostar. J'ai vécu toute ma

2 vie à Mostar et je sais qu'il y avait eu beaucoup de choses là-bas.

3 Q. Regardez maintenant ce document, s'il vous plaît. On m'a dit maintenant

4 que votre réponse à la question que j'ai posée concernant la façon dont on

5 pouvait tirer de ce type de fusil que votre réponse n'est pas entrée dans

6 le compte rendu.

7 R. Oui, j'ai bien dit tout à l'heure qu'on tirait au coup par coup.

8 Q. Je vous ai reposé la question parce que votre réponse n'était pas

9 consignée c'est tout. Merci.

10 Maintenant, vous voyez ici sur ce dessein on voit Stotina, le pont

11 Hasan Brkic sur cette photographie, ces endroits-là ont été marqués et

12 d'après mes connaissances les positions de l'ABiH marquées, tracées en gris

13 clair donc dites-nous si cela correspond à la vérité à votre avis ?

14 R. Oui.

15 Q. Alors, veuillez marquer de chiffre 1, la région marquée en gris vert,

16 chiffre 1, s'il vous plaît.

17 R. [Le témoin s'exécute]

18 Q. Merci. Donc, il s'agit du territoire contrôlé par l'ABiH. Tout ce qui

19 restait en couleur noire, vous pouvez le marquer avec un chiffre 2.

20 R. [Le témoin s'exécute]

21 Q. Je vous prie maintenant d'encercler les maisons qu'on voit là, c'est

22 cela la région de Stotina, n'est-ce pas, le quartier de Stotina. Mettez le

23 chiffre 3.

24 R. [Le témoin s'exécute]

25 Oui, cet endroit-là que j'ai encerclé, c'est un petit bistrot, un

26 café que je connais bien. Donc, c'est pour cela que je l'encerclé.

27 Q. Bien. C'est très bien. Je demande un numéro IC pour ce document.

28 M. LE JUGE ANTONETTI : A partir de cette photo, est-ce qu'on peut voir

Page 13363

1 votre maison ou pas ?

2 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation] Non, on ne peut pas la voir.

3 LE TÉMOIN : [interprétation] Ma maison se trouvait par ici à peu près.

4 M. LE JUGE ANTONETTI : Mettez 4 alors.

5 LE TÉMOIN : [Le témoin s'exécute]

6 M. LE JUGE ANTONETTI : On va donner un numéro IC.

7 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] Messieurs les Juges, ce sera le numéro

8 IC 299.

9 M. LE JUGE ANTONETTI : Marquez vos initiales, Monsieur, sur le document.

10 LE TÉMOIN : [Le témoin s'exécute]

11 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation]

12 Q. Merci beaucoup, Monsieur le Témoin.

13 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation] Je demanderais maintenant qu'on place

14 la photographie sur -- donc, il s'agit du même endroit, mais la région plus

15 vaste.

16 Q. Donc, on voit encore les mêmes endroits. Ce qui est sous le contrôle de

17 l'ABiH, marquez 1, s'il vous plaît; le contrôle du HVO par un 2; quartier

18 de Stotina par un 3. Bien.

19 R. [Le témoin s'exécute]

20 Q. Alors, essayons maintenant de retrouver le cimetière de Saric sur cette

21 carte et par rapport au cimetière, de retrouver l'endroit où se trouve

22 votre maison.

23 R. Bon, ne nous pressons pas. Je vais le faire doucement. Voilà, c'est

24 bien ici que se trouve ma maison.

25 Q. Marquez le numéro 4, s'il vous plaît.

26 R. [Le témoin s'exécute]

27 Q. Montrez-vous, s'il vous plaît, où se trouve Hum.

28 R. C'est ici.

Page 13364

1 Q. Marquez, là, que c'est "Hum".

2 R. Ceci, c'est la colline de Hum.

3 Q. Donc, Hum, il s'étend par là, et vers le nord ?

4 R. Oui, vers le nord.

5 Q. Marquez vos initiales, s'il vous plaît.

6 R. [Le témoin s'exécute]

7 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation] Un numéro IC, s'il vous plaît.

8 M. LE JUGE ANTONETTI : Un instant.

9 Témoin, j'ai compris que votre maison, enfin, d'après -- le 4, c'est

10 le cimetière ou votre maison ?

11 LE TÉMOIN : [interprétation] Ma maison.

12 M. LE JUGE ANTONETTI : Est-ce que vous pouvez mettre un 5 au cimetière ?

13 LE TÉMOIN : [Le témoin s'exécute]

14 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation]

15 Q. Il serait mieux d'encercler le cimetière parce qu'il est assez grand.

16 R. [Le témoin s'exécute]

17 Q. C'est bien. Donc, le cimetière de Sarici. Pourriez-vous aussi marquer

18 l'endroit où se trouve le camp sud ?

19 R. C'est par ici, quelque part.

20 Q. Bon, ce n'est pas la peine.

21 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation] Alors, je demande un numéro IC et on

22 pourra s'arrêter ensuite.

23 M. LE JUGE ANTONETTI : Madame la Greffière, un numéro, s'il vous plaît.

24 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] Monsieur le Juge, ce sera le numéro IC

25 300.

26 M. LE JUGE ANTONETTI : Bien. Nous allons nous arrêter. Nous reprendrons à

27 10 heures 30.

28 --- L'audience est suspendue à 10 heures 00.

Page 13365

1 --- L'audience est reprise à 10 heures 39.

2 M. LE JUGE ANTONETTI : Bien. Monsieur Praljak, vous avez la parole.

3 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation]

4 Q. Bonjour. Une fois de plus, bonjour, Monsieur le Témoin. Je vous prie,

5 de vous pencher sur ce que vous avez sur le rétroprojecteur. Il s'agit --

6 M. LE JUGE ANTONETTI : [hors micro]

7 M. SCOTT : [interprétation] Excusez-moi, Monsieur le Président. Je m'excuse

8 aussi auprès de M. Praljak. Avant que d'aller de l'avant, nous nous sommes

9 penchés sur le document IC 300. Il s'agissait d'une carte et nous voudrions

10 qu'il soit dit au compte rendu d'audience de façon claire la chose pour ne

11 pas revenir. Alors, nous aimerions revoir pour un instant le IC 300.

12 Merci. Merci. Je m'excuse une fois de plus.

13 Monsieur le Président, pendant que j'ai réexaminé le compte rendu

14 d'audience et pour que les choses soient claires, il me semble que le

15 témoin a dit que le camp sud se trouvait là-bas. Il a dit "là-bas." Alors,

16 quand on se penche sur IC 300, le témoin a l'air d'avoir indiqué que sur la

17 photo on ne le voyait pas mais que c'était plus en bas sur la gauche du

18 côté donc gauche. Le camp sud ne se voit pas du tout sur la carte. Merci.

19 Excusez-moi, Monsieur Praljak.

20 M. LE JUGE ANTONETTI : Très bien.

21 M. KOVACIC : [interprétation] Oui. M. Praljak a renoncé à poser des

22 questions concernant l'emplacement du campement sud.

23 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation] Je ne voudrais pas en parler avec ce

24 témoin mais je tiens à préciser qu'on voit sur cette carte le tout début du

25 campement sud mais nous allons avoir des cartes plus précises pour cela.

26 Q. Monsieur le Témoin, ici on voit une vue depuis Hum. On voit Mostar. On

27 voit la ligne qui est du contrôle exercé ou des démarcations entre l'ABiH

28 et le HVO. Seriez-vous d'accord pour dire que ceci retrace exactement ce

Page 13366

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

12 versions anglaise et française

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 13367

1 qui était le cas ? Alors, ce qui est en vert était sous le contrôle de

2 l'ABiH et tout ce qui n'est pas en couleur a été placé sous le contrôle du

3 HVO.

4 R. Je pense qu'il en a été ainsi.

5 Q. J'aimerais que vous apposiez un numéro 1 sur la partie coloriée.

6 R. Quelle couleur ?

7 Q. Ce qui est verdâtre vous mettez numéro 1 dessus, c'est ce qui est

8 contrôlé par l'ABiH. Ce qui se trouve à l'extérieur de la ligne rouge un

9 numéro 2 et au nord aussi un numéro 2, je vous prie.

10 R. [Le témoin s'exécute]

11 Q. Merci beaucoup, Monsieur le Témoin. J'aimerais que vous passiez vos

12 initiales dessus.

13 R. [Le témoin s'exécute]

14 M. LE JUGE ANTONETTI : Un numéro IC, Madame le Greffier.

15 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] Monsieur le Président, ce sera le

16 numéro IC 301.

17 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation] Merci beaucoup.

18 Vue suivante, je vous prie.

19 Q. Alors, je voudrais que le témoin se penche sur cette grande carte qu'il

20 a sur sa droite. En rouge on y a indiqué tout ce qu'on a vu jusqu'à

21 présent, à savoir la ligne de démarcation entre le -- et HVO, le long du

22 pont puis de la rue Hasan Brkic. Puis on traverse Donja Mahala, on voit

23 jusqu'en dessous de la colline Hum et du pont Hasan Brkic la ligne de

24 démarcation était constituée à droite par la rivière Neretva; est-ce que

25 c'est dessiné, Monsieur le Témoin ?

26 R. J'imagine que oui. Oui.

27 Q. Alors, on va mettre des numéros tout à l'heure. J'aimerais d'abord que

28 vous mettiez un numéro 1 au sommet de la colline Hum.

Page 13368

1 R. [Le témoin s'exécute]

2 Q. J'aimerais que vous indiquiez Stotina en y apposant le numéro 2.

3 R. [Le témoin s'exécute]

4 Q. Cela devrait se trouver à côté du pont Hasan Brkic mais un peu plus à

5 droite un numéro 2.

6 R. [Le témoin s'exécute]

7 Q. Alors, vous nous avez dit que vous avez vu des bunkers mis en place ou

8 des abris mis en place par le HVO. Alors, j'aimerais que vous indiquiez sur

9 cette carte où est-ce que se trouvait ce que vous avez vu ? J'aimerais que

10 vous y apposiez un numéro 3 si tant est que vous vous souvenez de

11 l'endroit. Vous venez de mettre un numéro 3.

12 R. [Le témoin s'exécute]

13 Q. Derrière la ligne rouge mettez ABiH et ici HVO là où il y avait le HVO

14 mettez HVO et là-bas ABiH.

15 R. [Le témoin s'exécute]

16 Q. Sur cette carte - c'est bon, c'est bon. J'aimerais que vous essayez

17 d'indiquer l'endroit -- l'emplacement de votre maison et d'y apposer un

18 numéro 4.

19 R. [Le témoin s'exécute]

20 J'essaierais d'être précis.

21 Q. Mettez-là un numéro 4, je vous prie.

22 R. [Le témoin s'exécute]

23 Q. J'aimerais que vous apposiez vos initiales en bas.

24 R. [Le témoin s'exécute]

25 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation] J'aimerais un numéro IC.

26 M. LE JUGE ANTONETTI : Madame la Greffière, un numéro IC.

27 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] Monsieur le Président, ce sera la pièce

28 IC 62.

Page 13369

1 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation] J'ai pour ce monsieur quelques photos

2 encore pour que les choses soient tirées au clair jusqu'au bout. J'aimerais

3 que ce soit également placé sur le rétroprojecteur.

4 Q. Je vous remercie, Monsieur le Témoin.

5 Est-ce que ceci représente Stotina ? Vous voyez la route en dessous. Est-ce

6 que c'est ce groupe de maisons qui se trouvaient à Stotina ?

7 R. Oui.

8 Q. J'aimerais que vous me placiez un cercle et que vous apposiez un numéro

9 1.

10 R. [Le témoin s'exécute]

11 Q. Oui, allez-y, allez-y. Vous pouvez placer un cercle autour de toutes

12 ces maisons c'est Stotina. Alors, un numéro 1, s'il vous plaît.

13 R. [Le témoin s'exécute]

14 Q. A l'endroit en question j'aimerais que vous indiquiez où est-ce que

15 vous avez vu un bunker ou un abri ?

16 R. Je me suis excusé pour le terme, c'était une espèce d'abri constitué

17 par des sacs de sable. C'était suivant cette ligne jusqu'en bas. Cela

18 tombait en diagonale jusqu'en bas le long du rocher. Cela se trouvait au

19 point le plus élevé au-dessus, donc, ce promontoire pour protéger les

20 maisons le long de cette bordure.

21 Q. Très bien. Mettez vos initiales.

22 R. [Le témoin s'exécute]

23 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation] Un numéro IC, s'il vous plaît.

24 M. LE JUGE ANTONETTI : Un numéro IC, s'il vous plaît.

25 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] Monsieur le Président, ce sera la pièce

26 IC 303.

27 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation] Photo suivante, s'il vous plaît.

28 Q. Alors, on voit en haut Stotina et la maison que nous avons examinée

Page 13370

1 tout à l'heure. L'endroit où vous avez expliqué qu'il y avait le long de ce

2 bord ou de cette bordure, des sacs de sable qui avaient été placés.

3 J'aimerais que vous l'indiquiez.

4 R. [Le témoin s'exécute]

5 Q. J'aimerais que vous apposiez un numéro 1.

6 R. [Le témoin s'exécute]

7 Q. Maintenant, pour ce qui est des maisons qu'on voit en bas, est-ce que

8 ces maisons-là étaient déjà placées sous le contrôle de l'ABiH ?

9 R. Ces maisons ont tout le temps été sous le contrôle de l'ABiH.

10 Q. J'aimerais que vous apposiez un numéro 2.

11 R. [Le témoin s'exécute]

12 Q. Alors, selon vos souvenirs, est-ce qu'à l'époque, dans ces maisons, il

13 y avait en même temps des soldats et des locataires, ou est-ce que les

14 soldats se trouvaient à l'intérieur et le locataire à l'intérieur ? Enfin,

15 si vous vous en souvenez.

16 R. Ne me demandez pas s'il y en avait. Il se peut qu'il y ait eu des gens

17 qui habitaient là et qui étaient membres de l'ABiH.

18 Q. Mettez un numéro 2. Vous l'avez déjà fait. Alors, juste vos initiales,

19 Monsieur, s'il vous plaît.

20 R. [Le témoin s'exécute]

21 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] Il s'agira, Monsieur le Président, du

22 IC 304.

23 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation] Bien.

24 Q. Maintenant, c'est une photo fournie par le Procureur et en rouge, l'on

25 a désigné et on a indiqué certaines des maisons à Stotina, ces espèces de

26 taches rouges.

27 R. Vous parlez de ceci ?

28 Q. Oui, oui. C'est bien Stotina ?

Page 13371

1 R. Oui.

2 Q. Placez donc un cercle, s'il vous plaît.

3 R. [Le témoin s'exécute]

4 Q. Mettez-lui un numéro 1, je vous prie.

5 R. [Le témoin s'exécute]

6 Q. En haut à gauche, vous venez une partie du Saric -- cimetière Saric.

7 Alors, j'aimerais que vous nous montriez où est votre maison.

8 R. Ma maison ne se voit pas. Elle serait par ici.

9 Q. En tout, le reste était passé sous le contrôle, ces bâtiments autres

10 étaient placés sous le contrôle de l'ABiH, n'est-ce pas ?

11 R. Oui.

12 Q. J'aimerais que vous placiez un cercle autour et que vous y apposiez un

13 numéro 3.

14 R. [Le témoin s'exécute]

15 Q. De l'autre côté du pont aussi, n'est-ce pas ? Voilà. Un numéro 3 aussi,

16 s'il vous plaît.

17 R. [Le témoin s'exécute]

18 Q. J'aimerais que vous apposiez vos initiales.

19 R. [Le témoin s'exécute]

20 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation] Un numéro IC, s'il vous plaît ?

21 M. LE JUGE ANTONETTI : Numéro IC.

22 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] Monsieur le Président, ce sera le

23 numéro IC 305.

24 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation]

25 Q. Alors, ici, on voit un schéma de votre maison, la terrasse supérieure,

26 la terrasse inférieure et en contrebas le jardin. Dites-moi, je vous prie :

27 votre épouse, d'après ce que vous en savez, se tenait debout où -- au

28 moment où elle a été tuée ?

Page 13372

1 R. Lorsqu'elle a été tuée, je ne sais pas exactement où elle se trouvait,

2 mais quand je suis sorti, j'ai trouvé une pantoufle -- la pantoufle droite,

3 ici, à la marche numéro 3 --

4 Q. Mettez un numéro 1.

5 R. [Le témoin s'exécute]

6 -- et la pantoufle du pied gauche sur la première marche.

7 Q. Mettez un numéro 2.

8 R. [Le témoin s'exécute]

9 Q. Alors, d'où, d'après vous, la balle est-elle venue ?

10 R. Elle est venue à peu près d'ici.

11 Q. Passez un trait.

12 R. [Le témoin s'exécute]

13 Q. J'aimerais que vous mettiez là un numéro 3.

14 R. [Le témoin s'exécute]

15 Q. Mettez vos initiales.

16 R. [Le témoin s'exécute]

17 Q. On passe au suivant.

18 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] Monsieur le Président, ce sera la pièce

19 306.

20 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation]

21 Q. J'aimerais que vous tourniez le schéma de façon appropriée, voilà.

22 Alors, partant du schéma précédent, j'ai essayé de dessiner l'apparence de

23 la terrasse supérieure. Il est évident que je me suis trompé au niveau de

24 l'altitude. Dites-nous quelle est la différence en altitude entre la

25 terrasse supérieure et la terrasse inférieure ?

26 R. Un peu moins d'un mètre.

27 Q. Il y avait six marches, n'est-ce pas ? Combien ?

28 R. Bien, cela devrait être à la norme. 18 centimètres, une marche.

Page 13373

1 Q. Donc, cela fera donc six fois 18. Cela ferait à peu près 90. Je me suis

2 trompé sur ce schéma. J'ai dessiné une clôture, une barrière ou un garde-

3 fou, mais nous avons vu, dans la photo -- enfin sur la photo, que c'était

4 des jardinières avec des fleurs. Est-ce que ces jardinières étaient déjà

5 là-bas ou est-ce que vous les avez mises ultérieurement ?

6 R. Ultérieurement.

7 Q. J'aimerais que sur cette photo, ou plutôt sur le schéma, vous indiquiez

8 à partir d'où la balle est arrivée, par où elle est passée ? Si cela, c'est

9 la maison et si ceci est une terrasse, où sont les marches ?

10 R. A côté de la maison. Alors, si cela est la terrasse supérieure et ceci

11 est la terrasse inférieure, ma femme était ici, donc, la balle est venue

12 par là.

13 Q. Bien. Mettez là un numéro 1 pour la balle et un numéro 2 pour ce qui

14 est de la position de votre épouse.

15 R. [Le témoin s'exécute]

16 Q. Placez vos initiales.

17 R. [Le témoin s'exécute]

18 M. LE JUGE ANTONETTI : Vous émettez l'hypothèse que la direction de la

19 balle est venue de là, mais si on envisage une autre hypothèse, en raison

20 de la présence des chaussons, de ces souliers, sur la marche 3 et la marche

21 1, si elle a été frappée au moment où elle descend l'escalier, est-ce que

22 cela modifierait le sens de la trajectoire du tir ? Parce que l'hypothèse

23 qu'on doit envisager, c'est qu'elle est frappée au moment où elle descend

24 l'escalier, ce qui explique qu'elle va chuter, d'où l'hématome qu'elle a à

25 l'il, ce que vous avez indiqué, et d'où le fait qu'elle perd ses

26 chaussures au cours de la chute. C'est pour cela que vous trouvez son corps

27 allongé au bas des marches. Mais à ce moment-là, elle a été frappée au

28 moment où elle descend l'escalier. Est-ce que cela changerait la

Page 13374

1 trajectoire ?

2 LE TÉMOIN : [interprétation] Laissez-moi vous dire, lorsque ma femme est

3 sortie, elle est restée dehors une ou deux minutes, pas plus. Nous avions

4 un chat. Elle était avec le chat et je l'ai entendue parler au chat. Elle

5 est restée un moment sur la terrasse, donc elle n'a pas pu être touchée

6 lorsqu'elle se déplaçait. Je crois qu'elle était immobile.

7 M. LE JUGE ANTONETTI : Il y a trois possibilités. Ou elle est touchée au

8 moment où elle parle avec le chat, avant l'escalier. Deuxième possibilité,

9 elle est touchée au moment où elle descend l'escalier. Troisième

10 possibilité, elle est touchée au moment où elle est au pied de l'escalier.

11 Qu'est-ce que vous estimez, vous ?

12 LE TÉMOIN : [interprétation] Mon opinion, c'est qu'elle a été touchée

13 lorsqu'elle était debout, là-bas, en train de parler au chat. C'est mon

14 opinion. Je crois que c'est à ce moment-là qu'elle a été touchée et c'est

15 ce qui explique un peu la blessure, l'emplacement des chaussons et la façon

16 dont les chaussons ont été tournés. Enfin, c'est une hypothèse que j'ai

17 formulée. Personne ne saurait exactement dire comment cela s'est passé.

18 Personne ne saurait le prouver.

19 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation] Un numéro IC, je vous prie.

20 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] Ce sera le IC 307, Monsieur le

21 Président.

22 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation]

23 Q. Dernier schéma, maintenant. On voit que les marches sont trop grandes,

24 j'ignorais leur nombre, je ne savais pas exactement combien il y avait de

25 marches entre la partie supérieure et la partie inférieure des terrasses et

26 j'aimerais maintenant que vous nous traciez l'hypothèse que vous formulez

27 concernant la provenance de la balle.

28 R. Ceci dans ce sens. Ma femme était allongée ici. Non. Non, non. Ce n'est

Page 13375

1 pas cette terrasse, excusez-moi. Voilà. C'est comme cela.

2 Q. Biffez le premier trait.

3 R. [Le témoin s'exécute]

4 Q. Mettez maintenant un numéro 1 et vos initiales en bas, je vous prie.

5 R. [Le témoin s'exécute]

6 M. LE JUGE ANTONETTI : A partir de ce schéma, votre hypothèse

7 -- où est le chat ici ?

8 LE TÉMOIN : [interprétation] Je n'ai pas vu le chat. J'imagine que le

9 chat devait être en dessous parce que l'animal a dû sentir ou pressentir

10 quelque chose. C'était un chat très câlin, c'était quelqu'un qui habitait

11 la maison. Cela faisait trois jours que le chat n'était pas entré dans la

12 maison. J'ai entendu ma femme parler au chat, on l'appelait Cicko : "Cicko,

13 pourquoi tu n'entres pas dans la maison" avait-elle dit. C'est ce que j'ai

14 entendu. J'ai ici une petite terrasse qui fait deux ou trois mètres carrés.

15 On peut le voir sur la première des images. J'avais gardé des affaires

16 dedans. Enfin, je suppose que le chat était là.

17 M. LE JUGE ANTONETTI : Avec le stylo que vous avez à la main, en

18 mettant en position verticale le stylo, pouvez-vous nous positionner sur ce

19 schéma l'emplacement de votre épouse au moment où elle a été touchée par le

20 tir. D'après ce que vous estimez, vous ?LE TÉMOIN : [interprétation] Quand

21 je suis sorti, j'ai retrouver les deux chaussons, chaussons droit et

22 gauche, je les ai trouvés l'un ici l'autre là, à marche numéro 1 et la

23 marche numéro 3. Elle, je l'ai trouvée allonger dans cette position-ci sous

24 la terrasse. J'imagine que le chat était sous la terrasse, d'après ce que

25 j'ai pu voir.

26 M. LE JUGE ANTONETTI : Si votre femme est debout à l'endroit où vous

27 indiquez qu'elle a été allongée, comment vous expliquez que ces chaussons

28 se trouvent au-dessus d'elle ?

Page 13376

1 LE TÉMOIN : [interprétation] Écoutez, j'ai vu beaucoup d'accidents de

2 trafic, de circulation où les victimes après le choc perdaient leurs

3 chaussures et comme j'ai trouvé ses chaussons là-haut, j'imagine qu'elle a

4 dû les perdre au moment du choc et qu'elle est tombée et qu'elle s'est

5 cognée comme vous l'avez mentionné, elle avait un hématome, je pense que la

6 balle a dû arriver du côté gauche parce qu'elle a même raflé son oreille.

7 C'est mon avis c'est ce que je crois.

8 M. LE JUGE ANTONETTI : Bien.

9 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation]

10 Q. Je demande de m'excuser, mais je suis obligé de vous poser toutes ces

11 questions. Je vous prie s'il vous plaît de marquer le numéro 2 là où vous

12 avez retrouvé ses chaussons, puis le numéro 3 là où vous pensez que se

13 trouvait le chat. Dites-nous, s'il vous plaît - cela est très important -

14 si vous arrivez à vous en souvenir, au sujet de ses chaussons, leur

15 position, avez-vous pu conclure à partir de la position de ses chaussons,

16 si elle était en train de monter ou de descendre au moment où elle a été

17 touchée ?

18 R. Écoutez, à mon avis, le plus probablement elle était immobilisée là sur

19 l'escalier. Elle tenait sur l'escalier elle a dû être touchée au moment où

20 elle a été là-bas.

21 Q. Monsieur le Témoin, je ne sais pas du tout d'influencer ce que vous

22 allez nous dire aujourd'hui de comprendre cela. Mais quelle que soit

23 l'action qu'elle faisait, si elle descendait si elle montait si elle était

24 juste debout, mais dites-nous à partir de la position de ses chaussons,

25 pourrez-vous nous dire si elle était tournée face vers le bas de l'escalier

26 ou face vers le haut de l'escalier ?

27 R. Comme je l'ai retrouvée, elle était couchée par terre, sa tête était

28 tournée. Pendant tout ce temps-là, j'étais allongée, j'étais à l'intérieur

Page 13377

1 de la maison. J'ai entendu seulement comment -- je l'entendais parler. Ce

2 qu'elle faisait à ce moment-là, si c'est vers le bas, vers le haut du sol,

3 je ne sais pas. Je ne peux même pas avancer une hypothèse, mais je suis

4 convaincu, je suis persuadé qu'elle était debout sur l'escalier.

5 Q. Oui, je vous comprends.

6 M. LE JUGE ANTONETTI : Sans être Sherlock Holmes, il y a un point qui ne

7 peut pas faire de discussion. Vous avez dit que la balle l'a touchée en

8 dessous de l'oreille gauche. Ce fait exclut qu'elle ait pu être frappée au

9 moment où elle monte l'escalier. Parce que si elle montre l'escalier et

10 qu'elle ait frappé, la balle serait rentrée par l'oreille droite pas

11 l'oreille gauche. Qu'est-ce que vous en pensez ?

12 LE TÉMOIN : [interprétation] Comme vous, pareil. Je pense qu'elle était

13 debout et qu'elle était tournée, le côté gauche de son corps était tourné

14 Stotina. C'est cela mon avis. Elle a dû être tournée de façon à ce que son

15 oreille gauche se trouve vraiment tourner vers celui qui a tiré.

16 M. MURPHY : [interprétation] Je m'excuse d'interrompre le débat, je ne le

17 fais que véritablement pour garantir qu'il n'y a absolument rien qui a été

18 omis. Mais je devrais indiquer à l'attention de la Chambre de première

19 instance et à l'attention de tout le monde que dans la pièce à conviction

20 de l'Accusation 2655, il s'agit d'un rapport médical qui établit le décès

21 de l'épouse du témoin, il y a une référence en latin qui semble être

22 l'abréviation DEX, qui est l'abréviation pour dextrus [phon], qui veut dire

23 "droit". Il s'agit d'une référence qui est faite au crâne. Il semblerait --

24 Monsieur, il y avait une certaine confusion qui régnait,

25 M. Scott a essayé d'élucider cela lorsque sur la vidéo le témoin indiquait

26 donc à l'aide de sa main droite la partie droite de son crâne. Mais je

27 pense qu'il serait utile peut-être que la Chambre de première instance

28 envisage de se pencher sur cette question.

Page 13378

1 M. LE JUGE ANTONETTI : Bien. Monsieur le Témoin, le certificat descriptif

2 des circonstances du décès de votre épouse, dans le document en B/C/S que

3 vous avez sous les yeux, il y a des termes latins et les derniers mots il

4 est marqué "osccp" et "dx". Alors, "osccp", on peut penser que c'est

5 "occiput", par contre "Dx, je ne sais pas, mais la Défense dit "droit". Ce

6 qui semblerait peut-être dire que la blessure serait à droite et non pas à

7 gauche. Est-ce que vous êtes sûr que la balle a pénétré en dessous de son

8 oreille gauche ?

9 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui.

10 M. LE JUGE ANTONETTI : Vous en êtes sûr à 100 %?

11 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui, à 100 %.

12 M. LE JUGE ANTONETTI : Parce que la blessure on imagine l'émotion, le choc

13 que vous avez eu. Vous avez regardé la blessure de près ?

14 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui. Il y avait ma fille qui était avec moi,

15 âgée de 15 ans à l'époque. Je n'ai pas envie maintenant d'évoquer beaucoup

16 cet événement afin d'éviter de me faire submerger par l'émotion maintenant.

17 Mais ma fille elle a souffert beaucoup plus que moi en voyant cette scène.

18 J'ai bien vu sa plaie, la plaie de ma femme au moment où nous l'avons

19 transportée à la maison. J'ai vu autour de cette plaie les morceaux de

20 cerveau, peu de sang. Pendant les 15 à 30 minutes qu'elle soit restée à la

21 maison, elle devenait de plus en plus chaude, la température de son corps

22 montait. Je l'ai portée dans mes bras, je suis entrée avec elle dans la

23 maison. Puis cela fait déjà trois jours qu'on discute, on en parle, essayez

24 de m'épargnez s'il vous plaît, je n'en peux plus.

25 M. STEWART : [interprétation] Monsieur le Président, Me Murphy a un peu

26 éclairé notre lanterne. Mais je dirais qu'il est difficile de tout décider,

27 mais il y a certainement une question très claire. La deuxième ligne, en

28 version B/C/S du certificat de décès, est "capitis," donc, de la tête. Puis

Page 13379

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

12 versions anglaise et française

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 13380

1 le dernier, vous voyez, c'est protrusio, puis "cerebra" et là, visiblement,

2 c'est une référence au cerveau. Il semblerait que la dernière ligne fasse

3 référence à l'impact sur le cerveau.

4 Ce que je suggère, Monsieur le Président, c'est étant donné que la

5 traduction anglaise n'est absolument exhaustive - de toute façon ce n'est

6 pas lisible - je pense que ce paragraphe devrait être envoyé à la

7 traduction.

8 M. LE JUGE ANTONETTI : Oui, nous allons demander au CLSS de nous retraduire

9 cela.

10 Oui, Monsieur Scott.

11 M. SCOTT : [interprétation] Me Stewart vient de dire ce que j'étais sur le

12 point de dire. Il y a certainement des gens qui sont beaucoup plus

13 compétents en latin que moi, mais je ne pense pas qu'il faille se livrer en

14 conjecture. Il se peut que Me Murphy ait absolument raison et la solution

15 évidente semble être de demander à ce que cela soit entièrement traduit.

16 Ceci étant dit, Monsieur le Président, le témoin a indiqué de façon

17 très, très claire et catégorique d'ailleurs que la blessure se trouvait sur

18 le côté gauche.

19 M. Prajak a préparé des croquis qui a dessiné lui-même, je suppose

20 qui ne sont pas à la bonne échelle. Il a fait des efforts, mais rien

21 n'indique qu'ils sont conformes à la bonne échelle et qu'ils sont exacts.

22 Il les a montrés très rapidement au témoin. Le témoin n'a pas eu la

23 possibilité de voir tous ces croquis avant de venir ici. Il y a des

24 annotations qui étant apposées sur des croquis qui ont été présentés un peu

25 à la vite et qui ne sont pas à la bonne échelle et pour lequel l'annotation

26 n'est pas la bonne. Merci.

27 M. LE JUGE ANTONETTI : Monsieur Praljak, à titre personnel, j'estime que

28 les croquis permettent au témoin de nous renseigner, même s'ils ne sont pas

Page 13381

1 à la bonne échelle les croquis ont le mérite d'exister.

2 Bien. Est-ce que vous pourriez accélérer, Monsieur Praljak, parce que

3 je rappelle que, normalement, il y a encore trois témoins qui attendent.

4 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation]

5 Q. J'ai presque fini. Je m'excuse au témoin, je ne vais plus revenir à ce

6 sujet. Ecoutez, échelle, oui, je l'avais dit au tout début que peut-être

7 l'échelle n'était pas la bonne. Ne revenons plus sur ce sujet-là.

8 Encore une petite chose. vous avez dit que vous avez vu un bunker

9 situé à Hum exploser. Pourriez-vous nous dire selon vos connaissances où se

10 trouvaient les positions d'artillerie de l'armée bosniaque ? Puisque vous

11 savez bien qu'on ne peut pas faire exposer un bunker en tirant une balle

12 dessus. Si vous ne le savez pas, vous ne le savez pas.

13 R. Je connais très bien où se trouvait cette position. J'ai même vu le

14 jour où le canon avait été placé à cette position. J'ai vu l'instant où on

15 a tiré de ce canon et puis cet événement il a provoqué beaucoup de rumeurs

16 partout à Mostar. C'est un événement que beaucoup de gens garde en mémoire.

17 Q. Bon. Essayez maintenant de marquer la position de ce canon.

18 R. Entre ma maison et la maison de Bukvic sur Mejdan. Vous voyez où se

19 trouve ma maison. Tout ce que nous avons vu jusqu'à maintenant c'était du

20 côté ouest.

21 Ma maison se trouve à l'est sur la rue et le canon se trouvait

22 derrière. Il y avait ma maison puis une autre maison puis le mur d'une

23 troisième maison, et derrière ce mur-là il y avait le canon. Si vous

24 voulez, donnez-moi de quoi écrire que je vous fasse rapidement un dessins.

25 Regardez -- rue maréchal Tito.

26 Q. Montrez sur cette grande "map."

27 R. Ecoutez, on y voit rien sur cette grande carte. Bon. Je peux essayer.

28 On vient de dire que cela c'est le pont. Si cela est la Neretva, cela est

Page 13382

1 le pont que là se trouvait ma maison, on y voit la rue maréchal Tito, qui

2 tourne par là et aboutit sur la place Mejdan. Juste derrière le mur de la

3 maison de Bukvic - et c'est la troisième maison après la mienne - il y

4 avait ce canon.

5 Q. Pourriez-vous marquer l'endroit où se trouvait le canon. Ecrivez ZIS

6 là-dessus. ZIS c'est l'appellation du canon.

7 R. [Le témoin s'exécute]

8 Q. Encore une dernière question : au moins de juin, où votre épouse a été

9 tuée, dites-nous, si les autorités civiles sur la rive gauche de Mostar

10 fonctionnaient, par exemple, les cours, les tribunaux, les services

11 divers ?

12 R. Ecoutez, je ne le sais pas. Il y avait quelques activités qui étaient

13 organisées dans le cadre de fonctionnement des autorités civiles mais de la

14 même manière que cela a été fait de l'autre côté.

15 Q. Au moment où vous avez déclaré le décès de votre femme, savez-vous si

16 quelqu'un est sorti faire un constat à ce moment-là ? Au moment même cela

17 est arrivé ou peut-être même après la guerre ?

18 R. Non, absolument, personne ne l'a fait.

19 Q. Merci beaucoup, je suis désolé d'avoir été obligé de vous poser toutes

20 ces questions.

21 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation] Merci, Messieurs les Juges.

22 M. LE JUGE ANTONETTI : Il me semble que nous n'avons pas donné un numéro IC

23 sur le dernier croquis, là, celui qui est à l'écran actuellement.

24 Bien, alors, Madame la Greffière, donnez un numéro.

25 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] Messieurs les Juges, ce sera le numéro

26 IC 308.

27 M. LE JUGE ANTONETTI : Bien. Je crois que M. Praljak a posé toutes les

28 questions.

Page 13383

1 Maître Kovacic, vous avez des questions complémentaires ?

2 M. KOVACIC : [interprétation] Messieurs les Juges, juste deux questions

3 très brèves avant juste de clore cette discussion.

4 Contre-interrogatoire par M. Kovacic :

5 Q. [interprétation] Monsieur le Témoin, vous avez répondu -- toute la

6 question relative au bunker qui a explosé sur Stotina, pardon sur Hum.

7 Savez-vous à quelle heure cela est arrivé ?

8 R. Un jour, l'après-midi. Peut-être vers 5 ou 6 heures. Je ne sais pas.

9 Q. Quelle date c'était ?

10 R. Non, je ne sais pas. Je ne sais pas.

11 Q. A l'automne, à l'été --

12 R. Je ne le sais pas.

13 Q. Encore une chose, vous avez mentionné tout à l'heure et vous en parlez

14 également dans votre déclaration, vous avez mentionné le fait que le jour

15 même où votre épouse était tuée qu'il y a eu deux autres victimes, deux

16 autres femmes. Savez-vous par hasard où ces femmes ont été touchées ?

17 R. C'est à la Radio de Mostar qu'on me l'a dit, on m'a dit qu'une avait

18 été tuée, l'autre seulement blessée. Je ne sais pas avec certitude si cela

19 est arrivé le jour même ou la veille ou le lendemain. C'était à peu près ce

20 jour-là.

21 Q. Avez-vous entendu les noms de ces deux personnes ?

22 R. Non. Vous savez il y avait beaucoup de morts, de tués ce jour-là à

23 Mostar.

24 Q. Merci.

25 M. KOVACIC : [interprétation] Merci, Messieurs les Juges.

26 M. LE JUGE ANTONETTI : Maître Stewart, des questions pertinentes, utiles.

27 M. STEWART : [interprétation] Non, Monsieur le Président, je n'ai pas de

28 questions.

Page 13384

1 M. LE JUGE ANTONETTI : Des questions supplémentaires pertinentes et utiles.

2 M. SCOTT : [interprétation] Je souhaiterais avoir l'aide de

3 M. l'Huissier pour que l'on présente ou pour qu'il présente au témoin les

4 pièces suivantes : IC 303, 304, et 305. Si vous voulez bien préparer

5 également la pièce IC 297, ce serait très utile, Monsieur. Oui. Merci.

6 Alors, j'aimerais dans un premier temps que l'on montre sur le

7 rétroprojecteur la pièce IC 303 au témoin.

8 Nouvel interrogatoire par M. Scott :

9 Q. [interprétation] Monsieur, sur la photographie à droite du chiffre 1 et

10 juste au-dessus du cercle que vous avez dessiné; est-ce que vous voyez une

11 maison qui se situe en haut de la colline ? Une maison ou un immeuble, un

12 bâtiment ?

13 R. Je l'ai vu. Je vois cet immeuble-ci.

14 Q. Je ne vois pas ce que vous nous montrez sur l'écran. Alors, est-ce que

15 vous pourriez le faire sur le rétroprojecteur ?

16 R. Cet immeuble-ci.

17 Q. Est-ce que vous pouvez y mettre le chiffre 2 pour ce qui est de

18 l'immeuble ? Non, non, non. Il y a déjà un numéro 2 -- un chiffre 2. Donc,

19 est-ce que vous pouvez modifier cela en 3 ? Je n'avais pas vu le numéro 2.

20 R. [Le témoin s'exécute]

21 Q. D'ailleurs, je ne le vois pas. Très bien. Maintenant, Monsieur, est-ce

22 que vous pourriez prendre la pièce IC 304 ? Est-ce que vous pouvez dire aux

23 Juges si vous pouvez voir la même, le même bâtiment donc, ce bâtiment que

24 vous venez juste d'indiquer sur votre photo en haut de Stotina ? Vous le

25 voyez ?

26 R. [aucune interprétation]

27 Q. Alors, je ne sais pas jusqu'à quel numéro nous sommes. Je pense que

28 nous en sommes au numéro 5, c'est cela ?

Page 13385

1 R. [aucune interprétation]

2 Q. Merci, Maître.

3 R. [Le témoin s'exécute]

4 Q. Est-ce que je pourrais vous demander maintenant de prendre la pièce IC

5 305 ? 305 ? Il me semble que c'est une autre photo. Il se peut que je vous

6 aie donné le mauvais numéro. Non, je pense vraiment que c'est le document

7 IC 305.

8 Donc, nous pouvons confirmer, aux fins du compte rendu d'audience,

9 qu'il s'agit maintenant bien du document IC 305. C'est cela ? 302, me

10 dites-vous ? On vient de m'informer du fait qu'il s'agit du document IC

11 302.

12 Monsieur, pouvez-vous donc regarder cette photographie ? Est-ce que vous

13 pouvez voir le même immeuble que celui que nous avons vu sur les deux

14 photos précédentes ? Est-ce que vous le voyez ? Est-ce que vous pourriez

15 donc nous indiquer où il se trouve et mettre le chiffre 5 à côté ?

16 R. [Le témoin s'exécute]

17 Q. Merci beaucoup. Monsieur, j'aimerais demander à Monsieur l'Huissier de

18 vous aider et de vous transmettre maintenant le document IC 297. Monsieur,

19 vous avez déjà annoté le document, mais vous avez considéré ou regardé les

20 croquis de M. Praljak. Donc, est-ce qu'il s'agit là d'un angle descendant

21 donc, lorsque l'on descend de la terrasse supérieure vers la terrasse

22 inférieure, et ensuite, lorsque l'on s'oriente approximativement vers le

23 sud-ouest ?

24 Premièrement, est-ce qu'il s'agit de la terrasse supérieure, avec les

25 marches d'escalier ? Vous voyez qu'il y a une balustrade que l'on voit sur

26 l'avant-plan de la photographie, donc, c'est un escalier qui mène à la

27 terrasse inférieure.

28 R. Cela est la terrasse supérieure et ce sont les marches qui mènent

Page 13386

1 jusqu'au portail du jardin. On ne le voit pas ici. C'est ces marches, mais

2 voilà, elle mène jusque là et c'est ici qu'il y a l'entrée, le portail du

3 jardin. L'escalier qui mène vers la terrasse supérieure, il est par ici, à

4 gauche.

5 Q. Il faut être très très précis pour le compte rendu d'audience, parce

6 qu'on a fait plusieurs annotations. Lorsque vous avez montré le coin

7 inférieur gauche, là, vous avez la balustrade, la rampe et les marches,

8 est-ce que ce sont des marches qui aboutissent à l'entrée de votre

9 appartement, c'est cela ?

10 R. Non, c'est ici, à droite, l'entrée au jardin, le portail. Par ici,

11 c'est l'entrée de l'appartement. Les marches, première terrasse, les

12 marches, deuxième terrasse.

13 Q. Alors, je vais me corriger. Lorsque je parlais de l'entrée de votre

14 appartement. Donc lorsque vous arrivez dans votre maison, est-ce qu'il

15 s'agit donc du point d'accès en quelque sorte, qui se trouve là où

16 aboutissent les marches que nous voyons sur la droite de l'écran ?

17 R. Oui, c'est l'entrée dans mon jardin.

18 Q. Est-il exact de dire, Monsieur, que la photo que nous regardons

19 maintenant, alors si nous étions en bas de la photographie et si nous

20 regardons vers ce que vous -- là où vous avez mis le chiffre 1, est-ce que

21 donc, si on se trouve à cet endroit, on se trouve là -- sur ce que vous

22 avez appelé la terrasse inférieure ?

23 R. Je ne comprends pas. D'où ? Quand on regarde d'où ? Je ne comprends pas

24 bien.

25 Q. Si vous êtes exactement -- Donc pour donner la perspective, l'angle de

26 la photographie, vous voyez la rampe ?

27 R. La photographie a été prise depuis la petite terrasse, la première,

28 l'inférieure.

Page 13387

1 Q. Est-ce que nous pouvons utiliser terrasse inférieure et terrasse

2 supérieure ?

3 R. Oui, on peut. Donc dans ce cas-là, on peut dire que la photographie a

4 été prise depuis la terrasse inférieure, la petite terrasse à partir de

5 laquelle six marches mènent à l'entrée.

6 Q. Merci. J'aimerais demander -- ou tout d'abord, j'aimerais avoir un

7 nouveau numéro IC, je vous prie. Un nouveau numéro IC tout neuf, flambant

8 neuf.

9 M. LE JUGE ANTONETTI : Pour quelle photo ?

10 M. SCOTT : [interprétation] Qu'une des photographies, Monsieur le

11 Président. C'est un arrêt sur image de la vidéo. Je voudrais avoir un

12 numéro pour cet arrêt sur image.

13 M. LE JUGE ANTONETTI : Encore, faut-il que j'aie l'arrêt sur image sur la

14 vidéo ?

15 Bon. Donc, vous voulez un numéro pour cela ?

16 M. SCOTT : [interprétation] Oui, Monsieur.

17 M. LE JUGE ANTONETTI : Donnez un numéro.

18 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] Messieurs les Juges, ce sera le numéro

19 IC 309.

20 M. SCOTT : [interprétation]

21 Q. Juste aux fins du compte rendu d'audience, Monsieur, est-ce que vous

22 pouvez confirmer qu'il s'agit des marches -- plutôt que le croquis de M.

23 Praljak, qui n'est absolument pas à la bonne échelle -- est-ce que vous

24 pouvez confirmer qu'il s'agit donc des marches qui relient la terrasse

25 supérieure à la terrasse inférieure ?

26 R. Oui. Voilà, cela, c'est la terrasse inférieure, ce sont les marches qui

27 la relient à la petite terrasse -- à la terrasse inférieure et ensuite, il

28 y a les marches qui seront exposées, orientées vers l'ouest et qui mènent à

Page 13388

1 l'entrée du jardin.

2 Q. Est-ce que je peux vous demander d'indiquer du mieux que vous pouvez

3 quelles sont les marches où vous avez retrouvé les pantoufles de votre

4 épouse ?

5 R. Ce devrait être comme cela. Ici, et puis, par exemple, c'était soit sur

6 la première et la troisième marche, ou la deuxième et en bas, je pense que

7 c'était sur la première et la troisième marche, si je me souviens bien. Pas

8 là. Je vais essayer de biffer cela.

9 M. LE JUGE ANTONETTI : Monsieur le Témoin, je vous pose une autre question

10 qui n'est pas en relation directe avec les pantoufles. Sur le mur blanc,

11 que nous voyons sous les yeux, je vois des taches. Alors je me suis posé

12 deux questions. Ce sont des taches d'humidité, ou c'était les trous qui

13 avaient été faits par des balles à on ne sait quelle époque, et qu'ensuite,

14 on a rebouché avec du plâtre ou du ciment, et qu'apparaît après les traces

15 de rebouchage. Alors, les taches qu'on voit là, c'est de l'humidité ou il y

16 a une autre raison ?

17 LE TÉMOIN : [interprétation] Ce sont les taches -- justement, les traces du

18 plâtre ou du mélange que j'ai utilisé pour boucher les trous des balles --

19 laissés par les balles.

20 M. LE JUGE ANTONETTI : Voilà. Vous voulez dire que sur le mur que nous

21 voyons, votre mur porte la trace d'impacts de balles qui avaient été tirées

22 par des snipers.

23 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui, c'est tiré par des snipers, mais aussi

24 d'autres projectiles.

25 M. LE JUGE ANTONETTI : A quelle époque, avant juin, après juin ?

26 LE TÉMOIN : [interprétation] Pendant la période allant, en fait, avant la

27 mort de ma femme, on tirait relativement rarement. C'est après sa mort

28 qu'il y avait plus de tirs. Puis, il est tout à fait possible, vous savez

Page 13389

1 j'étais parti j'avais quitté ma maison, ensuite je suis retourné et quand

2 je retrouvais ma maison j'ai retrouvé ces traces.

3 M. LE JUGE ANTONETTI : Je vais compter avec vous les traces. J'en compte

4 une, deux, trois, quatre, cinq, six, sept, huit, neuf, 10, 11, 12, 13, 14.

5 Il y a 14 taches qui pourraient correspondre à ce que vous dites à 14

6 impacts. Est-ce que sous chaque tache que nous voyons il y a eu un impact

7 d'une balle ? Qu'après vous aviez replâtré les trous ?

8 LE TÉMOIN : [interprétation] Deux projectiles ont été tirés sur ma maison.

9 Le toit de la maison et la façade nord de ma maison ont été endommagés. On

10 y voit même un gros trou de diamètre d'un demi mètre. Puis, un autre

11 projectile qui est tombé sur le grenier. Je pense qu'il s'agissait là d'un

12 obus de 60 millimètres. Puis de l'autre côté, cela c'est la façade sud, où

13 il n'y avait pas d'autre maison, il y avait encore un obus qui est tombé.

14 Je ne peux pas vous dire combien d'obus sont tombés autour de ma maison.

15 M. LE JUGE ANTONETTI : Les taches que nous voyons là, est-ce que les taches

16 sont liées à des projectiles ? Il semble que vous avez dit oui ou non.

17 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui.

18 M. LE JUGE ANTONETTI : Avec le crayon, pourriez-vous nous marquer les

19 endroits que vous avez rebouchés dans votre souvenir ?

20 LE TÉMOIN : [interprétation] Tout ce que vous voyez ici ce sont les

21 endroits que j'ai rebouchés, que j'ai replâtrés.

22 M. LE JUGE ANTONETTI : Montrez-le avec le stylo ? Voilà très bien.

23 LE TÉMOIN : [interprétation] Tout cela, ce sont tous les endroits que j'ai

24 rebouchés.

25 M. LE JUGE ANTONETTI : Tous les endroits que vous avez rebouchés, le tir

26 venait de quelle arme, de quelle trajectoire ?

27 LE TÉMOIN : [interprétation] Cela venait soit de Hum soit de Stotina.

28 M. LE JUGE ANTONETTI : Ces tirs ont eu lieu après le mois de juin, après la

Page 13390

1 mort de votre épouse ?

2 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui, je le suppose que c'était comme cela.

3 M. SCOTT : [interprétation]

4 Q. Est-ce que je peux demander que l'on montre au témoin ce qui me semble

5 être le document IC 308. Nous n'avons -- est-ce que le témoin pourrait

6 conserver la pièce IC 297.

7 M. LE JUGE ANTONETTI : -- on va donner un numéro à cette photo-là, où

8 l'intéressé nous a montré les différents projectiles qui -- enlevez cela,

9 Madame la Greffière. Donnez un numéro à la carte précédente.

10 [La Chambre de première instance et la Greffière se concertent]

11 M. SCOTT : [interprétation] Je pense que c'était le 309, si je ne m'abuse.

12 M. LE JUGE ANTONETTI : Oui, bien. Donc, on me dit que c'était une erreur de

13 copie, c'était le 309. Bien, alors pour les besoins du transcript, je fais

14 noter que le témoin a indiqué en mettant des petits points sur la hard de

15 copie, les endroits du mur qui portaient la trace de projectiles qu'il a

16 rebouchés après le mois de juin 1993 et après le décès de son épouse.

17 M. SCOTT : [interprétation] Puis-je demander l'aide de

18 M. l'Huissier, il s'agit d'un autre jeu de documents, le jeu de

19 photographies P 09220. Donc, il s'agit de la pièce P 09220, notamment un

20 petit moment je vous prie, la photographie 05016228. Est-ce que vous

21 pourrez la mettre sur le rétroprojecteur, je vous prie ?

22 Q. Monsieur, voilà une autre vue. Vous voyez la flèche qui se trouve sur

23 la photographie, est-ce qu'elle indique l'arrière de votre maison ?

24 R. Oui, le côté ouest.

25 Q. L'immeuble ou le bâtiment qui se trouve juste à côté à droite, donc

26 avec ce toit pointu qui se trouve juste à la droite, est-il exact de dire

27 que lors de votre déposition aujourd'hui, il s'agit d'un immeuble ou d'une

28 maison qui n'existait pas en juin 1993 ?

Page 13391

1 R. Oui.

2 M. SCOTT : [interprétation] Est-ce que vous avez toujours, Monsieur

3 l'Huissier, la pièce IC 308, car je souhaiterais que nous la consultions à

4 nouveau. Il ne s'agit pas de la pièce IC 308, la pièce 308 est un croquis,

5 je m'excuse, Monsieur le Président, car il n'y a pas d'annotation sur les

6 documents eux-mêmes donc cela peut véritablement induire en erreur. Voilà,

7 j'aimerais que vous regardiez ce document, et j'aimerais que vous ayez

8 également le numéro IC 297 à côté. Est-ce que je peux avoir le document IC

9 297, qu'à Mme la Greffière. Merci beaucoup. Oui, sur le rétroprojecteur

10 également, je vous prie. Est-ce que je peux avoir l'autre avant que l'on ne

11 le perte pas tout à fait.

12 Q. Alors, Monsieur, M. Praljak vous a montré de façon assez hâtive toute

13 une série de croquis. Il vous a demandé d'apposer vos annotations sur ces

14 croquis. A un moment donné on vous a demandé où se trouvait votre femme.

15 Vous avez fait un certain nombre d'erreurs ou plutôt vous aviez apposé

16 plusieurs certaines annotations pour montrer -- à la suite de plusieurs

17 réponses où se trouvait votre femme. Alors, je ne sais pas quelles sont les

18 lignes qui sont les bonnes, parce que si vous prenez la ligne qui est juste

19 au dessous, le trait plutôt qui est juste au dessous du chiffre 1 sur le

20 croquis, qui correspond au document IC 308. Lorsque vous avez fait ce

21 trait, si l'on prend également ce que vous avez apposé ou annoté sur le IC

22 297, lorsque vous avez dessiné ce trait est-ce que vous vouliez indiquer la

23 trajectoire ou l'axe directionnel du tir, qu'est-ce que vous vouliez

24 indiquer par ce trait ?

25 R. Je ne sais pas exactement de quelle direction a pu venir la balle,

26 parce que là je me rends compte qu'elle ne pouvait pas arriver d'ici mais

27 plutôt par là, parce que j'ai montré l'endroit où se trouve Hum. Donc cela

28 ne pouvait pas être comme cela.

Page 13392

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

12 versions anglaise et française

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 13393

1 Q. Est-ce que vous pourriez faire une autre annotation sur le document

2 308, pour indiquer la direction d'où provenait le tir ?

3 R. [Le témoin s'exécute]

4 Q. Est-ce que vous pourriez mettre le chiffre 3 juste en haut du trait

5 que vous venez de dessiner --

6 R. [Le témoin s'exécute]

7 Q. Bien, le chiffre 3. Merci beaucoup, Monsieur. Je n'ai plus de questions

8 à vous poser.

9 M. LE JUGE ANTONETTI : Oui, Monsieur Praljak.

10 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation] Messieurs les Juges, juste une petite

11 question, si vous me le permettez.

12 Contre-interrogatoire supplémentaire par l'accusé Praljak :

13 Q. [interprétation] Vous nous avons montré la maison à Stotina et vous

14 l'avez encerclée plusieurs fois. Selon mes connaissances, après la guerre,

15 il y avait un étage qui a été rajouté à cette maison, n'est-ce pas ?

16 R. Peut-être, c'est possible. Je ne sais pas. Mais maintenant, je ne vois

17 plus cette maison à Stotina. Mais avant la guerre, je voyais très bien

18 cela, mais maintenant, je ne vois plus parce que la vue était obstruée,

19 entre-temps, par des nouvelles constructions.

20 Q. Donc, vous permettez la possibilité qu'un étage ait été ajouté après la

21 guerre ?

22 R. Si vous affirmez que c'est comme cela, je n'ai qu'à vous croire, car

23 moi-même, je ne suis pas sûr, je ne le sais pas.

24 Q. On peut très bien le voir sur les photos.

25 Mme NOZICA : [interprétation] Si vous me le permettez, une question

26 découlant des questions supplémentaires liées aux traces laissées par les

27 balles que vous avez posées vous-même, Monsieur le Président.

28 M. LE JUGE ANTONETTI : En général, il n'y a pas de questions après les

Page 13394

1 questions supplémentaires, sauf si votre question est d'une importance

2 capitale. Donc, comme je ne doute pas qu'elle ne soit pas d'importance

3 capitale, je vous donne la parole.

4 Mme NOZICA : [interprétation] Merci, Monsieur le Président.

5 Contre-interrogatoire par Mme Nozica :

6 Q. [interprétation] Je vais demander, Monsieur, d'essayer de nous

7 éclaircir à un point. Par rapport aux traces des éclats d'obus, de balles,

8 j'ai l'impression que vous avez dit que vous aviez quitté la maison avant

9 même que ces traces apparaissent. Est-ce que j'ai bien compris ?

10 R. Oui.

11 Q. Alors, c'est tout. Merci.

12 M. LE JUGE ANTONETTI : Monsieur, je vous remercie d'être venu témoigner à

13 La Haye, surtout des événements particulièrement douloureux pour vous et

14 les membres de votre famille. Donc, au nom des Juges, nous exprimons nos

15 remerciements et je vous souhaite un bon retour dans votre pays et soyez

16 assuré de toute notre compassion dans votre malheur.

17 Je vais donc demander à M. l'Huissier de bien vouloir vous raccompagner à

18 la porte de la salle d'audience.

19 LE TÉMOIN : [interprétation] Merci beaucoup.

20 [Le témoin se retire]

21 M. LE JUGE ANTONETTI : Bien. Alors, je m'adresse maintenant à l'Accusation.

22 Il nous reste deux heures, enfin, grosso modo. Il va falloir faire une

23 pause de 20 minutes et il y a trois témoins. Alors, comment vous organisez

24 les choses ? Il y a deux façons de faire. Ou vous faites une procédure

25 accélérée, qu'on ne pose que des questions sur le départ du tir, c'est ce

26 qui nous intéresse, nous, les Juges. C'est la question de savoir d'où sont

27 partis les tirs. Tout le reste est vraiment accessoire. Donc, si les

28 questions ne portent uniquement sur le départ du tir, on peut aller très

Page 13395

1 vite. Alors, Monsieur Scott.

2 M. SCOTT : [interprétation] Merci, Monsieur le Président. Au vu de

3 l'expérience tirée d'aujourd'hui, je ne pense pas que nous allons pouvoir

4 interroger les trois témoins aujourd'hui. Il nous reste à peine deux

5 heures. Alors j'ai cru comprendre ce que vous avez indiqué à propos du

6 point d'impact, mais vous voyez, nous avons passé 45 minutes à parler de

7 l'endroit d'où provenait le tir et de ce qui s'était passé. Donc je ne

8 pense pas qu'il soit très réaliste de penser que nous pourrons entendre les

9 trois témoins. Je m'en excuse par avance aux témoins.

10 M. LE JUGE ANTONETTI : Tout le temps que nous passons, qui est utile, si

11 l'enquête avait été menée de manière professionnelle, toutes ces questions

12 auraient dû être résolues par les éléments de preuve. On découvre à

13 l'audience, comme je vous en ai fait la démonstration, qu'il y a un certain

14 de vides qu'il appartient aux Juges de combler, pour la manifestation de la

15 vérité. Donc, voilà, ce n'est pas la faut de la Chambre. C'est que vous

16 avez fait ce que vous avez pu, mais il manque des éléments.

17 M. SCOTT : [interprétation] Monsieur le Président, je m'excuse. Je ne

18 souhaitais absolument pas suggérer que c'était la faute de la Chambre de

19 première instance. Tout le monde a utilisé beaucoup de temps. Monsieur

20 Praljak a utilisé beaucoup de temps. J'ai dû poser des questions

21 supplémentaires et utiliser encore plus de temps et c'est ainsi que les

22 choses se passent. Je n'étais en train de pointer un doigt accusateur vers

23 personne, Monsieur le Président, mais je ne pense pas que du point de vue

24 réaliste, nous pouvons terminer aujourd'hui.

25 M. LE JUGE ANTONETTI : Le témoin voulez-vous qu'on fasse venir tout de

26 suite ? Lequel ?

27 M. SCOTT : [interprétation] C'est M. Bos qui va poser les questions au

28 témoin suivant et je ne sais pas s'il s'agit d'un témoin protégé. Donc

Page 13396

1 voilà, je vais vérifier auprès de lui.

2 M. LE JUGE ANTONETTI : -- il n'y a pas de demandes.

3 M. SCOTT : [interprétation] Il s'agit de M. Heljic, Monsieur le Président.

4 C'est le témoin suivant qui sera interrogé par M. Bos.

5 M. LE JUGE ANTONETTI : Très bien. Nous allons introduire

6 M. Heljic.

7 M. KARNAVAS : [interprétation] En attendant que tout cela se passe,

8 Monsieur le Président, j'aimerais faire une observation, en tout cas, aux

9 fins du compte rendu d'audience. Mais je suis sûr que cela aura été

10 remarqué par la Chambre de première instance. Toutes les photographies qui

11 ont été montrées ne représentent pas de façon exacte les lieux au moment de

12 l'incident. Donc, nous ne savons pas exactement à quoi ressemblaient les

13 lieux à ce moment-là, ce qui représente un très gros inconvénient pour

14 nous, car on nous dit tout simplement : "Tel immeuble n'existait pas.

15 J'avais une telle vue, à l'époque." Cela ne suffit pas.

16 Personne -- et je pense à l'expert qui va arriver. Personne ne pourra

17 dire avec certitude scientifique que le tir provenait de tel endroit ou que

18 telle ou telle arme avait été utilisée. Je soulève cette question parce que

19 nous pourrons peut-être raccourcir la procédure en reconnaissant que ce que

20 l'on montre au témoin, ce sont des photographies qui ne représentent pas la

21 réalité à l'époque, et par conséquent, tout ce que nous pouvons faire, dans

22 le meilleur des cas, c'est deviner. Ceci étant dit, si nous utilisons la

23 norme de prouver au-delà de tout doute raisonnable, je pense que la Chambre

24 de première instance doit considérer que l'Accusation n'est pas en mesure

25 de prouver au-delà de tout doute raisonnable d'où venaient les tirs. Par

26 conséquent, qui tiraient et qui assuraient le contrôle de la personne qui a

27 tiré. Peut-être que l'on pourrait ainsi se dispenser de toutes ces

28 dépositions, ce qui serait une économie nette de temps.

Page 13397

1 M. LE JUGE ANTONETTI : Monsieur Scott.

2 M. SCOTT : [interprétation] Monsieur le Président, permettez-moi de réagir.

3 Il est absolument manifeste, manifeste disais-je --

4 M. LE JUGE ANTONETTI : Je pensais que M. l'Huissier était allé chercher le

5 témoin. Allez chercher le témoin, parce que -- allez chercher le témoin.

6 Continuez, Monsieur Scott.

7 M. SCOTT : [interprétation] Merci, Monsieur le Président. Je pense qu'il

8 est manifeste et j'espère que Me Karnavas ne suggère absolument pas que

9 nous avons essayé d'induire en erreur la Chambre de première instance. Il

10 est tout à fait manifeste depuis le début que les témoins ont dit quand

11 est-ce que ces photographies ont été prises, que les photographies

12 panoramiques ont été faites lorsque tel ou tel bâtiment n'existait.

13 Malheureusement, vu les circonstances, l'Accusation -- enfin, il est

14 impossible. Donc, nous ne pouvons pas revenir ou passer dans l'année 1993

15 et prendre les photos qui n'ont pas été prises à l'époque. Tout ce que je

16 peux dire, et je ne souhaite absolument pas que l'on me force à aller trop

17 vite, parce que je pense que j'ai le droit de répondre.

18 Alors, dire que cela dénature, en quelque sorte, les moyens à preuve, des

19 moyens de preuve, les moyens à charge -- pardon, cela n'est pas vrai, parce

20 qu'il y a des photographies qui ressemblent exactement, quasiment au lieu

21 en 1993. C'est valable pour certains des sites. Ce n'est pas valable pour

22 tous, mais nous avons indiqué que nous essayons de donner à la Chambre

23 autant d'informations que possible. Il appartiendra à la Chambre de décider

24 au vu de l'ensemble des éléments présentés.

25 M. LE JUGE ANTONETTI : Pour assurer les parties, la Chambre examine

26 scrupuleusement cas par cas. Vous avez dû vous en rendre compte et que,

27 dans le jugement, tous les cas seront motivés. Les conclusions de chaque

28 cas, il y aura donc une motivation très précise. Nous ne travaillons pas en

Page 13398

1 approximation, mais nous essayons de travailler avec des éléments

2 indiscutables et certains.

3 [Le témoin est introduit dans le prétoire]

4 M. LE JUGE ANTONETTI : Alors, Monsieur, d'abord, entendez-vous ce que je

5 dis dans votre langue ?

6 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui.

7 M. LE JUGE ANTONETTI : Je vous demande de vous lever, Monsieur, je vous

8 demanderais vous demander que vous m'indiquiez votre nom, prénom, date de

9 naissance.

10 LE TÉMOIN : [interprétation] Je suis Anel Heljic, né le 16 décembre 1983.

11 M. LE JUGE ANTONETTI : Monsieur, avez-vous vu une activité, une profession,

12 si oui, laquelle ?

13 LE TÉMOIN : [interprétation] Non. Je ne travaille pas.

14 M. LE JUGE ANTONETTI : Avez-vous, Monsieur, déjà témoigné devant un

15 Tribunal international ou national sur les faits qui se sont déroulés dans

16 votre pays, ou c'est la première fois que vous témoignez ?

17 LE TÉMOIN : [interprétation] C'est la première fois.

18 M. LE JUGE ANTONETTI : Je vous demande de lire le serment que M. l'Huissier

19 vous tend.

20 LE TÉMOIN : [interprétation] Je déclare solennellement que je dirai la

21 vérité, toute la vérité et rien que la vérité.

22 LE TÉMOIN : ANEL HELJIC [Assermenté]

23 [Le témoin répond par l'interprète]

24 M. LE JUGE ANTONETTI : Merci, Monsieur.

25 Quelques éléments d'explication de ma part avant de donner la parole à M.

26 Bos. Vous pouvez vous asseoir. Vous allez devoir répondre à des questions

27 que l'Accusation que vous avez rencontrée va vous poser. L'Accusation vous

28 présentera des documents voire une vidéo, voire un plan. A l'issue de cette

Page 13399

1 période qui devrait durer au maximum 30 minutes, la Défense disposera d'un

2 temps global d'une heure pour vous poser des questions utiles et

3 pertinentes. Les trois Juges qui sont devant vous, vous poseront

4 certainement des questions également. Voilà.

5 Alors, Monsieur Bos, la parole pour un court résumé du contenu de sa

6 déclaration écrite.

7 M. BOS : [interprétation] Merci, Monsieur le Président, et bonjour à tous.

8 Bonjour, Monsieur.

9 Je vais dans un premier temps vous donner lecture du résumé au titre du 92

10 ter. Le témoin était un jeune garçon de neuf ans et vivait à Donja Mahala.

11 A un moment donné, de l'été 1993 ou de l'année 1993, il jouait dans la rue

12 avec deux de ses amis. Le même jour, entre 16 et 17 heures, un chauffeur de

13 camion a pris le témoin et ses deux amis à bord de son camion citerne et il

14 a garé son camion derrière une Golf Volkswagen.

15 Mustafa le chauffeur du camion a quitté le camion alors que le témoin

16 et ses amis sont restés sur le siège avant du camion. Une minute après le

17 départ de Mustafa ils ont entendu des déflagrations et ils ont vu des

18 impacts et environ à un mètre et demi devant la Volkswagen Golf.

19 Puis quelques minutes plus tard, ils ont entendu la deuxième

20 Déflagration, qui a touché soit le capot de la voiture soit le pare-brise

21 de la Golf Volkswagen. Cinq ou six secondes plus tard, cinq ou six avant,

22 après le deuxième tir le témoin a entendu que quelque chose passait ou

23 transperçait le pare-brise et il a senti de la poudre à canon. C'est un tir

24 qu'il a atteint, touché et blessé au niveau du bras supérieur droit. Après

25 le troisième tir les trois amis ont essayé de sortir du camion en même

26 temps. Le témoin a réussi à entrer dans l'immeuble. Son ami, Nihad Buric, a

27 été légèrement blessé du côté droit -- au niveau du côté droit de sa

28 poitrine. D'après ce qu'a entendu le témoin plus tard, il avait dû être

Page 13400

1 touché par une balle à fragmentation parce qu'il avait un orifice d'entrée

2 et deux orifices de sortie.

3 Le témoin a dû subir une intervention chirurgicale à l'hôpital où il

4 est resté pendant environ trois mois. Sa convalescence a duré environ un

5 an. D'après le témoin les tirs provenaient des positions du HVO de Stotina

6 qui se trouvaient à quelque 600 mètres et ce au-dessus de l'endroit où se

7 trouvait garer ce camion.

8 Interrogatoire principal par M. Bos :

9 Q. [interprétation] Je viens de résumer votre déclaration, Monsieur.

10 J'ai quelques questions à vous poser à propos de votre déclaration écrite.

11 Q. Est-ce que vous avez fourni cette déclaration écrite aux enquêteurs du

12 bureau du Procureur le 29 août 2010 ?

13 R. Oui.

14 Q. À l'époque où vous avez fourni cette déclaration écrite; est-ce que

15 vous avez répondu aux questions posées par les enquêteurs en disant la

16 vérité ?

17 R. Oui. Oui.

18 Q. Est-ce que vous avez répondu en toute latitude, à savoir sans aucune

19 contrainte ne soit exercée ?

20 R. Oui, librement.

21 Q. A la fin de cet entretien, Monsieur, est-ce qu'on vous a relu votre

22 déclaration en langue bosniaque ?

23 R. Oui.

24 Q. Est-ce que vous avez alors signé la déclaration en langue anglaise ?

25 R. Oui.

26 Q. Je vais maintenant vous donner cette déclaration -- votre déclaration

27 avec l'aide de M. l'Huissier. Je vous demanderais de bien vouloir consulter

28 le premier document du jeu de document et nous dire si vous reconnaissez

Page 13401

1 votre signature qui se trouve en bas -- à la fin de la version anglaise ?

2 M. BOS : [interprétation] Il s'agit de la pièce à conviction 9860. Vous

3 verrez qu'il y a un numéro 9860.

4 Q. Est-ce que vous pouvez regarder ce document, le consulter, l'examiner ?

5 R. Oui, c'est bien ma signature.

6 Q. Vous avez la déclaration anglaise; c'est cela ?

7 R. Oui.

8 Q. Est-ce qu'il s'agit de votre signature au bas de cette déclaration ?

9 R. Oui.

10 Q. Monsieur, est-ce que vous vous souvenez avoir eu une réunion avec un

11 enquêteur et moi-même hier après-midi ?

12 R. Oui, je m'en souviens.

13 Q. A cette réunion -- lors de cette réunion, vous souvenez-vous que je

14 vous avais demandé si vous souhaitiez apporter des corrections à votre

15 déclaration ?

16 R. Oui, je m'en souviens, vous m'avez bien posé cette question.

17 Q. Est-il exact que vous avez mentionné une correction précise à propos

18 des habits de couleur vive que vous-même et vos amis portiez, cela se

19 trouve ou concerne le quatrième paragraphe de la page 2 de votre

20 déclaration ? Je ne sais pas, vous voulez peut-être avoir la version en

21 B/C/S, si vous tournez les pages vous verrez que vous trouverez en langue

22 B/C/S votre déclaration.

23 Je vais vous poser cette question : est-ce que vous vous souvenez que vous

24 souhaitiez apporter une correction à propos des événements portés par vous

25 et vos amis ? Quelle était cette correction ?

26 R. Oui, je m'en souviens. Je me souviens. Juste un instant. En fait, la

27 correction concernait les t-shirts qu'on portait, que mes amis portaient.

28 Q. Quelle était la correction que vous souhaitiez apporter ?

Page 13402

1 R. Ce qui est marqué dans la déclaration est que mes amis portaient des t-

2 shirts de couleur vive et plusieurs couleurs.

3 Q. Si vous voulez le passage, cela se trouve à la deuxième --

4 R. Je l'ai trouvé. Je l'ai trouvé. Ce qui est marqué là c'est que tous les

5 trois nous portions des vêtements d'enfant de couleur vive.

6 Q. Je vais vous poser une question, quels étaient les vêtements que vous

7 portiez ce jour-là ?

8 R. Je me souviens de ce que j'ai porté moi-même, j'avais un

9 t-shirt à manches longues, couleur verte claire, avec Mickey imprimé

10 dessus.

11 Q. Est-ce que vous vous souvenez ce que portaient vos deux amis ce jour-

12 là ?

13 R. Non, je ne m'en souviens pas précisément, oui. Ecoutez, j'étais tout

14 petit.

15 Q. C'était cela la correction que vous vouliez apporter à votre

16 déclaration ? Parce que ici vous dites qu'ils portaient également des

17 habits de couleur vive.

18 R. Oui, seulement cela.

19 Q. Monsieur, autre chose. Dans votre déclaration, il est dit que vous ne

20 vous souvenez pas de la date exacte de l'incident. Vous aviez parlé de la

21 mi-juin 1993. Est-il exact que hier vous avez dit que vous vous souvenez de

22 la date exacte ?

23 R. Oui, je m'en souviens parce que j'ai reçu un rapport médical de

24 l'hôpital où il est marqué que j'ai été touché, blessé le 13.

25 Q. Est-ce que je vous avais demandé si vous aviez ce document avec vous,

26 hier, est-ce que je vous ai posé cette question ?

27 R. Oui, et je vous ai répondu que je l'avais chez moi.

28 Q. Vous l'avez chez vous, est-il exact qu'hier soir que vous avez essayé

Page 13403

1 de contacter vos parents afin de voir s'ils avaient toujours le document

2 qui confirme la date du 13 juin ?

3 R. Oui, ils ont dit que c'était cette date, mais ce papier a été donné

4 pour des victimes civiles de la guerre, afin de toucher une retraite

5 quelconque.

6 M. LE JUGE ANTONETTI : On a perdu beaucoup de temps sur les t-shirt Mickey

7 de vos collègues, de vos amis. Une question que je pose parce que pour

8 gagner du temps. Mustafa le chauffeur du camion citerne d'eau, il était

9 habillé comment lui dans vos souvenirs ?

10 LE TÉMOIN : [interprétation] Je ne me souviens pas.

11 M. LE JUGE ANTONETTI : [aucune interprétation]

12 M. BOS : [interprétation] Monsieur le Président, puis-je demander quand

13 est-ce que nous allons avoir une pause, parce que cela fait déjà une heure

14 et demie que nous fonctionnons, est-ce que le moment est propice ou est-ce

15 que vous voulez qu'on continue ?

16 M. LE JUGE ANTONETTI : Bien. Comme je ne vois pas le temps passé, je me

17 rends compte qu'on va faire une pause. Il est midi, on va faire une pause

18 de 20 minutes, on reprend dans 20 minutes.

19 --- L'audience est suspendue à 12 heures 01.

20 --- L'audience est reprise à 12 heures 23.

21 M. LE JUGE ANTONETTI : L'audience est reprise, Monsieur Bos.

22 M. BOS : [interprétation] Merci, Monsieur le Président.

23 Q. Monsieur le Témoin, vous souvenez-vous si en 2004 il y a eu entre vous

24 et un enquêteur et photographe du TPY à Mostar une rencontre. Je précise

25 que c'était l'été 2004.

26 R. Oui, je m'en souviens.

27 Q. A l'époque, vous a-t-on posé des questions sur une série de questions

28 sur un incident de tireurs isolés dont il est question dans votre

Page 13404

1 déclaration ?

2 R. Oui.

3 Q. Ces questions et réponses ont-elles été filmées sur une bande vidéo ?

4 R. Est-ce que vous pourrez reprendre votre question ?

5 Q. Quand vous avez fait l'objet de ces questions et vous avez fourni les

6 réponses, est-ce que quelqu'un a tourné une vidéo ? Vous en souvenez-vous ?

7 R. Oui, cela a été enregistré.

8 Q. Monsieur le Témoin, nous allions passer une vidéo.

9 M. BOS : [interprétation] En fait, deux vidéos, Monsieur le Juge. Nous

10 allons d'abord vous montrer ces deux clips vidéo, ensuite, je vais vous

11 poser des questions.

12 [Diffusion de la cassette vidéo]

13 L'INTERPRÈTE : [voix sur voix]

14 "Enquêteur : Monsieur Buric, est-ce que c'est là que votre fils, Nihad

15 Buric, et son ami, Anel Heljic, ont été touchés en été 1993 ?

16 Le Témoin : Oui.

17 Enquêteur : Est-ce que ce camion ressemble à celui où Nihad Buric et Anel

18 Heljic ont été touchés le 6 juillet 1993 ?

19 Le témoin : Oui.

20 Enquêteur : Monsieur Buric, au meilleur de votre souvenir, pouvez-

21 vous nous indiquer par où la balle est passée, la balle s'agissait du

22 camion ?

23 Témoin : Oui, je peux le faire.

24 Enquêteur : Veuillez le faire, je vous prie.

25 Témoin : [Le témoin s'exécute]

26 Enquêteur : Je me propose, maintenant, de mesurer la hauteur entre le sol

27 et l'endroit où la balle est passée par le pare-brise. Pour les besoins de

28 l'enregistrement, je précise que cela fait, je dirais, qu'il s'agit d'une

Page 13405

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

12 versions anglaise et française

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 13406

1 hauteur de 20 mètres 2."

2 [Fin de la diffusion de cassette vidéo]

3 M. BOS : [interprétation] Nous allons passer maintenant à la vidéo

4 suivante.

5 M. MURPHY : [interprétation] Monsieur le Président, avant de le faire, est-

6 ce qu'on peut déterminer si le camion qu'on a vu sur la vidéo est le même

7 modèle que celui du camion qui a effectivement été impliqué dans

8 l'incident ?

9 M. BOS : [interprétation] Monsieur le Président, je vais poser des

10 questions à ce sujet, une fois qu'on aura visionné les deux vidéos. Si vous

11 le voulez, je peux le faire à présent, mais je préférais que nous voyions

12 d'abord l'enregistrement et puis qu'on pose des questions ensuite.

13 [Diffusion de la cassette vidéo]

14 L'INTERPRÈTE : [voix sur voix]

15 " Enquêteur : Monsieur Heljic, au meilleur de vos souvenirs, veuillez

16 indiquer l'endroit où se trouvait la citerne lorsque vous avez été --

17 lorsque le camion a été touché alors que garé ?

18 Témoin : [Le témoin s'exécute]

19 Enquêteur : Au meilleur de vos souvenirs, pouvez-vous montrer l'endroit où

20 vous avez vu le premier impact de balle contre la chaussée ?

21 Témoin : [Le témoin s'exécute]

22 Enquêteur : Au meilleur de vos souvenirs, pouviez-vous montrer où vous avez

23 vu le deuxième point d'impact de balle, dans une Volkswagen Golf de couleur

24 jaune ?

25 Témoin : [Le témoin s'exécute]

26 Enquêteur : Au meilleur de vos souvenirs, pouvez-vous, je vous prie,

27 montrer où la troisième balle vous a frappé ?

28 Témoin : [Le témoin s'exécute]

Page 13407

1 Enquêteur : Au meilleur de vos souvenirs, est-ce que c'était la maison que

2 l'on voit là-bas qui -- Cette maison qu'on voit là-bas, était-elle déjà

3 construite au moment où tu as été touché ?

4 Témoin : Non.

5 Enquêteur : Ce spot que je vais marquer ici d'un X, avec une couleur

6 jaune, l'endroit où le témoin a indiqué que se trouvait le camion-citerne."

7 [Fin de la diffusion de cassette vidéo]

8 M. BOS : [interprétation]

9 Q. Monsieur le Témoin, permettez-moi de vous montrer quelques questions

10 sur le dernier des clips que vous avez vu. Vous êtes-vous reconnu sur

11 l'enregistrement vidéo ?

12 R. Oui, je me suis reconnu.

13 Q. Avez-vous compris les questions qui vous ont été posées par

14 l'enquêteur ?

15 R. Oui, bien sûr.

16 Q. Y avez-vous répondu de façon conforme à la vérité, au meilleur de vos

17 connaissances ?

18 R. Je n'ai dit que la vérité.

19 Q. Quelques questions maintenant au sujet du premier enregistrement vidéo

20 et peut-être pourrions-nous nous montrer l'image qui était sur l'écran tout

21 à l'heure. Oui, on peut regarder celle-ci. Est-ce que vous reconnaissez

22 l'homme qui est en train de répondre aux questions de l'enquêteur sur cet

23 enregistrement vidéo ?

24 R. Oui, je le reconnais.

25 Q. De qui s'agit-il ?

26 R. Mustafa Buric.

27 Q. Est-ce que c'est Mustafa Buric qui a, en réalité, garé ce camion-

28 citerne à l'endroit que vous avez indiqué sur la vidéo qu'on a visionnée

Page 13408

1 juste après celle-ci ?

2 R. Oui, bien sûr.

3 Q. Monsieur le Témoin, nous voyons un camion bleu, derrière. Est-ce que

4 c'est le camion bleu dans lequel vous vous êtes trouvé quand on vous a tiré

5 dessus ? Est-ce que c'est le même camion ?

6 R. Non. La couleur et le camion sont les mêmes, mais ce n'est pas le même

7 camion.

8 M. LE JUGE MINDUA : Excusez-moi. Juste au sujet de ce camion.

9 Monsieur le Témoin, le camion avec cette espèce de gyrophare sur le

10 toit de la cabine, qui a la couleur bleue, à l'époque des faits, est-ce que

11 ce type de camion était utilisé par l'armée et par la police, ou par la

12 police ?

13 LE TÉMOIN : [interprétation] Je ne sais pas. C'est un camion-citerne qui

14 était utilisé par l'entreprise d'exploitation des eaux.

15 M. LE JUGE MINDUA : Merci.

16 M. BOS : [interprétation]

17 Q. En 1993, Monsieur, ce camion était-il également utilisé pour de l'eau ?

18 R. Oui.

19 Q. M. Buric a indiqué l'endroit où la balle a percé le pare-brise. Peut-

20 être pourrions-nous repasser cela et je voudrais vous demander si vous êtes

21 d'accord pour ce qui est de l'emplacement ou le point d'impact de la balle.

22 Peut-être pourrions-nous repasser la vidéo une fois de plus ?

23 [Diffusion de la cassette vidéo]

24 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui, je suis d'accord.

25 M. BOS : [interprétation]

26 Q. Nous allons repasser la vidéo et on va faire un arrêt sur image, là où

27 il est en train de montrer.

28 [Diffusion de la cassette vidéo]

Page 13409

1 [aucune interprétation de la vidéo en français]

2 M. BOS : [interprétation] Arrêtez-vous là, je vous prie.

3 Q. Etes-vous d'accord pour dire que c'est l'emplacement approximatif de

4 l'impact ?

5 R. Oui, je suis d'accord.

6 Q. Alors, pendant que nous avons encore cette image, pourriez-vous nous

7 dire où est-ce que vous étiez assis vous-même dans ce camion ? Est-ce que

8 vous étiez à gauche, au milieu, sur la droite ?

9 R. J'étais juste à côté du chauffeur.

10 Q. Peut-être pourriez-vous nous montrer. Etiez-vous à droite ou à gauche

11 de celui-ci ?

12 R. Si vous regarder maintenant la photo, c'est sur la droite.

13 Q. Est-ce que c'est au bout, à l'extrême droite des sièges ?

14 R. Oui, oui. Au bout.

15 Q. Merci.

16 M. LE JUGE ANTONETTI : Avec la photo, il peut peut-être nous indiquer, avec

17 le crayon, où il était sur le -- bien. Que la photo -- Monsieur --

18 M. BOS : [interprétation] Monsieur le Président, nous avons une photo. Je

19 ne l'ai pas sur moi ici, mais nous allons veiller auxquelles une photo et

20 il nous marque l'emplacement précis. J'ai besoin de cinq minutes pour

21 retrouver la photo. Je vais y revenir.

22 Q. Monsieur le Témoin, nous allons revenir tout à l'heure sur la photo

23 pour que vous indiquiez l'emplacement précis. Alors, je vais vous demander,

24 d'abord, serait-il exact de dire qu'hier, lorsque nous nous sommes

25 rencontrés, je vous ai montré une photographie sous 360 degrés.

26 R. Oui. C'est ce qu'on m'a montré.

27 Q. Serait-il juste de dire que lorsque nous vous avons montré cette photo,

28 je vous avais demandé d'indiquer l'emplacement précis, qui selon vous,

Page 13410

1 était celui de la provenance des coups de feu ce jour-là ? Sur la photo 360

2 degrés.

3 R. Oui, je vous l'ai montré. Je vous l'ai montré, la direction d'où

4 c'était venu.

5 Q. Nous allons vous montrer maintenant cette photographie à 360 degrés

6 maintenant. Nous allons faire tourner la photo et quand vous direz :

7 "Stop," ce sera l'endroit qui, de votre avis, constituera la direction à

8 partir de laquelle les tirs sont venus. Pourriez-vous le faire ? Enfin,

9 nous allons commencer par -- en allant vers la droite et nous allons faire

10 le tour complet et je vous demande de dire "stop" lorsque vous voyez

11 l'emplacement.

12 [Diffusion de la cassette vidéo]

13 LE TÉMOIN : [interprétation] Stop.

14 M. BOS : [interprétation]

15 Q. Vous vouliez qu'on s'arrête là ? Ou est-ce que vous vouliez qu'on aille

16 un peu plus à gauche, un peu plus à droite, ou vous pensez que c'est bon ?

17 R. Encore un peu à droite. Stop.

18 Q. Monsieur le Témoin, pendant que cet arrêt sur image, je précise

19 qu'hier, vous nous avez indiqué le même endroit et nous avons une photo que

20 nous allons mettre sur le rétroprojecteur. J'aimerais qu'à l'aide du feutre

21 vous indiquiez l'endroit à partir duquel vous pensez que les tirs étaient

22 venus ?

23 R. [Le témoin s'exécute]

24 Q. J'aimerais que vous apposiez un numéro 1.

25 R. [Le témoin s'exécute]

26 A côté.

27 Q. Vous avez indiqué cela au haut d'une branche de l'arbre; est-ce que cet

28 arbre y était en 1993 ?

Page 13411

1 R. Oui, il y était, mais il était plus petit. On pouvait voir. On y voyait

2 davantage.

3 Q. Que pouvait-on, en réalité, voir derrière cet arbre ?

4 R. On pouvait voir deux maisons à Stotina.

5 Q. Etes-vous en train de nous dire que vous êtes d'avis que les coups de

6 feu sont venus de Stotina ?

7 R. Oui, bien sûr.

8 Q. Monsieur le Témoin, pendant que vous et vos amis étiez dans le camion;

9 avez-vous pu entendre d'où les coups de feu étaient arrivés ? Parce que, en

10 réalité, vous en avez entendu trois des coups de feu.

11 R. On a entendu mais si fort que cela.

12 Q. Avez-vous pu voir quelque chose ?

13 R. Je crois qu'on a vu la deuxième balle, ou plutôt la flamme qui venait

14 d'une pièce et nous avons tous dit que c'était de là que le coup était

15 parti.

16 Q. Qu'avez-vous vu au juste quand vous avez parlé de flamme ? Est-ce que

17 vous pouvez être plus précis ? Qu'avez-vous vu au juste ?

18 R. C'est comme une petite lueur venue de cette pièce. Comment vous

19 expliquez ?

20 M. LE JUGE ANTONETTI : Quand vous dites : "Vous avez vu une lueur sortir

21 d'une pièce," la question que je me pose c'est : de quelle maison face à

22 vous ? Vous avez fait un rond sur l'arbre. Bon. Donc, vu l'emplacement du

23 camion et vous et votre ami, qui étaient assis sur le devant du camion,

24 j'essaie de situer sur la photo la maison d'où est parti le coup de feu.

25 Avec votre crayon, vous pourriez indiquer où est cette maison ?

26 LE TÉMOIN : [Le témoin s'exécute]

27 M. BOS : [interprétation] Monsieur le Président, je me propose de montrer

28 au témoin plusieurs autres photographies qui vont j'espère tirer le point-

Page 13412

1 là au clair.

2 M. LE JUGE ANTONETTI : Essayons d'aller au clair tout de suite.

3 M. BOS : [interprétation] J'aimerais qu'on obtienne un numéro IC pour cette

4 photo, Monsieur le Président.

5 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] Monsieur le Président, ce sera le

6 numéro IC 310.

7 M. BOS : [interprétation]

8 Q. Monsieur le Témoin, reconnaissez-vous ce que nous voyons sur cette

9 photo-ci ?

10 R. Oui.

11 Q. Que voit-on ?

12 R. Je vois les deux maisons dont j'ai parlé tout à l'heure.

13 Q. Bien. J'aimerais que vous preniez votre feutre et que vous placiez un

14 cercle au niveau de celles auxquelles vous vous référez.

15 R. [Le témoin s'exécute]

16 Q. Monsieur, vous avez fait un tout petit cercle autour d'une maison. Vous

17 nous avez dit qu'il y en avait eu deux et maintenant vous mettez un cercle

18 au niveau d'une seule et plutôt deux fenêtres à présent. Parce que c'est

19 cela.

20 R. Oui, je parle de cette maison.

21 Q. Est-ce que c'était bien la maison à partir de laquelle vous avez vu

22 cette espèce de flamme ou de points brillants ?

23 R. Oui.

24 Q. En 1993, est-ce que cette maison avait l'apparence exacte de ce qu'on

25 voit sur la photo ?

26 R. Oui, mis à part le fait que l'étage du dessus n'y était pas encore.

27 M. BOS : [interprétation] J'ai une autre photographie. Peut-être pourrions-

28 nous encore donne un numéro IC à celle-ci ?

Page 13413

1 Q. Avant cela, Monsieur le Témoin, mettez vos initiales, je vous prie.

2 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] Monsieur le Président, ce sera la

3 pièce IC 311.

4 M. LE JUGE ANTONETTI : -- attendez, Monsieur. Oui. Mettez vos initiales

5 dessus. Mettez vos initiales sur le document.

6 LE TÉMOIN : [Le témoin s'exécute]

7 M. LE JUGE ANTONETTI : Oui. Monsieur, une question technique de ma part. On

8 voit la photo avec plusieurs maisons dans la maison où vous avez fait un

9 petit rond. Cet endroit comment s'appelle-t-il ?

10 LE TÉMOIN : [interprétation] Stotina.

11 M. LE JUGE ANTONETTI : Bien. Cet endroit, quand vous étiez petit puisque

12 vous aviez neuf ans à l'époque, vous le connaissez bien, vous jouiez dans

13 les endroits, vous le connaissez bien cet endroit ?

14 LE TÉMOIN : [interprétation] Je n'ai pas joué, mais il m'arrivait d'y

15 aller.

16 M. LE JUGE ANTONETTI : -- et vous y avez été à plusieurs reprises ?

17 LE TÉMOIN : [interprétation] Je ne sais pas vous dire exactement, mais oui.

18 M. LE JUGE ANTONETTI : A l'époque, le jour où vous avez été blessé; saviez-

19 vous qu'il y avait un conflit entre le HVO et l'ABiH ?

20 LE TÉMOIN : [interprétation] Non, je ne le savais pas.

21 M. LE JUGE ANTONETTI : Vous ne saviez pas qu'il y avait des tirs qui se

22 déroulaient dans ce quartier ou dans la ville où vous habitiez ?

23 LE TÉMOIN : [interprétation] Je savais qu'il y avait des tirs, mais dans

24 notre rue tout se passait normalement. On pouvait se promener, on pouvait

25 jouer.

26 M. LE JUGE ANTONETTI : Bon.

27 M. BOS : [interprétation]

28 Q. Pouvez-vous, je vous prie, placer vos initiales sur cette photo, celle

Page 13414

1 qui est encore sur le rétroprojecteur ? Bien. Celle-ci, qui est juste à

2 droite, placez vos initiales, Monsieur le Témoin, à l'aide du feutre.

3 Pouvez-vous mettre vos initiales au coin droit en haut, non, au coin droit

4 de cette photo, Monsieur le Témoin ?

5 R. [Le témoin s'exécute]

6 Q. La photo d'après également, Monsieur. L'autre photo, voilà.

7 Monsieur le Témoin, cette photographie que je vais vous montrer, dites-nous

8 si vous reconnaissez une fois de plus ce que l'on y montre.

9 R. Oui, je reconnais.

10 Q. Est-ce que vous pourriez un cercle autour de la maison à partir de

11 laquelle de votre avis il vous a été donné de voir cette flamme ?

12 R. [Le témoin s'exécute]

13 Q. Bien. Merci.

14 M. BOS : [interprétation] Un numéro IC pour cela, Monsieur le Président, je

15 vous prie.

16 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] Monsieur le Président, cela devient le

17 numéro IC 312.

18 M. BOS : [interprétation] Est-ce que nous pouvons maintenant revenir au

19 camion. Il s'agit de la pièce à conviction P 09200,

20 page 6.

21 Q. La photographie va être affichée sur votre écran. Vous allez pouvoir y

22 faire des annotations avec un autre stylet. Donc, il s'agit de la pièce P

23 09220, page numéro 6.

24 Là nous voyons la même photographie, celle que nous avions déjà vue

25 auparavant. Est-ce que vous pourriez grâce au stylet qui va vous être donné

26 par l'Huissier, l'endroit où vous, vous étiez assis lorsqu'on vous a tiré

27 dessus ?

28 R. [Le témoin s'exécute]

Page 13415

1 Q. Si vous pouviez mettre vos initiales dans le coin droit de la

2 photographie ?

3 M. LE JUGE ANTONETTI : Numéro IC.

4 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] Messiers les Juges, ce sera le numéro

5 IC 313.

6 M. MURPHY : [interprétation] Monsieur le Président, avec le dernier témoin,

7 Me Scott avait soulevé une objection à ce que des croquis soient utilisés,

8 car ces croquis n'étaient pas à la bonne échelle. Nous n'avons toujours pas

9 entendu le fondement nous permettant de comprendre que ce camion est

10 semblable à celui de l'incident. Donc pour revenir à la charge, je dirais

11 que le témoin a dit qu'il s'agissait d'un camion semblable. Ce que

12 j'aimerais savoir s'il s'agit du même modèle, je pense au constructeur

13 automobile, à l'année de la construction, et cetera. Si l'Accusation, je

14 pense qu'il faudrait peut-être demander des précisions.

15 M. LE JUGE ANTONETTI : On voit un camion Mercedes, puisqu'il y a le sigle,

16 cette célèbre marque automobile allemande. Ce camion, est-ce que c'est le

17 même modèle que celui dans lequel vous étiez lorsque vous avez été blessé ?

18 LE TÉMOIN : [interprétation] Exactement le même.

19 M. LE JUGE ANTONETTI : Maître Murphy, il dit exactement le même.

20 M. MURPHY : [interprétation] Oui, Monsieur le Président, tout à fait, je

21 vous remercie.

22 M. BOS : [interprétation]

23 Q. Monsieur, je vais vous montrer une autre, une dernière photographie et

24 j'en aurai terminé. Est-ce que vous pouvez placer cela sur le

25 rétroprojecteur. Est-ce que vous reconnaissez la photo du rétroprojecteur,

26 Monsieur ?

27 R. Oui, je le reconnais.

28 Q. De quoi s'agit-il ?

Page 13416

1 R. C'est mon bras et la plaie la cicatrice causée par la balle.

2 Q. Est-ce que c'est l'orifice d'entrée de la balle ou est-ce que c'est

3 l'orifice de sortie ?

4 R. De l'entrée.

5 Q. Merci.

6 M. BOS : [interprétation] Je peux obtenir un numéro IC, pour cette

7 photographie et j'en ai terminé avec mes questions.

8 M. LE JUGE ANTONETTI : Numéro IC.

9 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] Messieurs les Juges, ce sera le numéro

10 IC 314.

11 M. BOS : [interprétation] Merci, Monsieur. J'en ai terminé avec

12 l'interrogatoire.

13 M. LE JUGE MINDUA : Monsieur le Témoin, avant de passer la parole aux

14 avocats de la Défense, j'ai une dernière question. Dans votre déclaration,

15 vous dites que votre ami, Nihad Buric, avait été touché aussi, quoique

16 légèrement. Vous avez entendu trois balles sifflées. Selon vous ou selon ce

17 que vous aviez vu, votre ami et vous, avez été touchés par une seule balle

18 ou chacun par une balle différente ? La dernière question, sous question,

19 est-ce que les balles ont été retrouvées, il y a quelqu'un qui les a

20 analysées ?

21 LE TÉMOIN : [interprétation] Nihad Buric et moi-même avons été touchés par

22 la même balle, la troisième dans l'ordre. Ces balles plutôt des fragments

23 de cette balle ont été retrouvés, des fragments étaient extraits de mon

24 bras. Ma mère les a rangés quelque part, je ne sais pas où. Donc des

25 fragments de cette balle ont été extraits de mon bras. C'est tout.

26 M. LE JUGE MINDUA : Merci.

27 M. LE JUGE ANTONETTI : Monsieur Mundis et Monsieur Bos, vous venez

28 d'entendre ce que vient dire le témoin. Sa maman a rangé les extraits. Je

Page 13417

1 ne sais pas mais à votre place, j'aurais demandé au témoin de venir avec

2 les fragments. Peut-être il le dit maintenant, il ne l'a pas dit à M. Spock

3 [phon] ou à vos enquêteurs. Vous ne le saviez pas je présume.

4 M. BOS : [interprétation] Non, Monsieur le Président, nous n'avions pas

5 posé cette question au témoin. Je peux lui poser la question maintenant.

6 Q. Est-ce que vous avez encore ces fragments, Monsieur ?

7 R. Chaque fois je les demandais à ma mère, elle m'a répondu en fait

8 qu'elle les avait jetés, que cela l'a rappelé de mauvais souvenirs.

9 M. LE JUGE PRANDLER : [interprétation] Monsieur Heljic, j'ai une question à

10 vous poser. Une question en fait qui a trait au tout dernier sujet dont

11 nous venons de parler. Il s'agit donc de la balle de fragmentation ou à

12 fragmentation plutôt et vous nous dites maintenant que les fragments de

13 cette balle ont dans un premier temps étaient pris par votre mère, puis

14 jeter. Dans votre déclaration, vous mentionnez également et je cite :

15 "D'après ce que j'ai entendu ultérieurement j'avais dû être touché par une

16 balle à fragmentation."

17 Alors, voilà question que je souhaiterais vous poser, dans la déclaration

18 médicale que vous avez reçue, après votre séjour à l'hôpital dans ce

19 rapport médical, j'aimerais savoir s'il est fait mention de cette balle ou

20 non. J'ai entendu que M. Bos vous a posé une question à propos de ce

21 rapport médical qui se trouve chez vous. Cela a son importance car il

22 serait utile de savoir s'il s'agissait d'une simple balle ou d'une balle à

23 fragmentation. Là nous avons maintenant une photographie de votre bras

24 avec la blessure ou l'orifice d'entrée, mais je me demande si M. Bos serait

25 en mesure de nous dire si vous -- s'il existe d'autres photographies qui

26 montrent les orifices de sortie de la balle, car cela aurait été utile.

27 Voilà. Voilà. La question que j'aimerais poser.

28 M. LE JUGE ANTONETTI : Monsieur Bos, vous allez répondre, mais je vais

Page 13418

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

12 versions anglaise et française

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 13419

1 aller tout de suite au cur du sujet.

2 Monsieur le Témoin, regardez-moi. On a vu une photo de votre bras. Est-ce

3 que derrière votre bras il y a un orifice de sortie, ou vous n'avez qu'une

4 plaie sur le bras ?

5 LE TÉMOIN : [interprétation] Il y a aussi deux orifices de sortie derrière.

6 M. BOS : [interprétation] Messieurs les Juges, nous n'avons pas de

7 photographie des orifices de sortie, mais étant donné que le témoin est ici

8 peut-être qu'il serait utile, de demander au témoin de nous montrer son

9 bras ainsi que les orifices de sortie. Je ne sais pas quelle est la

10 meilleure procédure, peut-être que nous pourrions prendre une photographie.

11 M. LE JUGE ANTONETTI : -- nous montrer votre bras avec les orifices de

12 sortie, si vous le voulez, si vous ne voulez pas, vous n'êtes pas obligé,

13 mais c'est à votre convenance.

14 LE TÉMOIN : [interprétation] Cela m'est égal. J'aimerais bien vous les

15 montrer.

16 M. LE JUGE ANTONETTI : Montrez-nous. Enlevez votre t-shirt et montrez-nous

17 votre bras.

18 LE TÉMOIN : [Le témoin s'exécute]

19 M. BOS : [interprétation] Je pense qu'il faudrait peut-être essayer de

20 photographier cela, pour que nous en ayons une photographie, en tout cas

21 devant la caméra.

22 LE TÉMOIN : [Le témoin s'exécute]

23 M. LE JUGE ANTONETTI : Le constat qu'il voit c'est qu'il a un bras déformé

24 et on voit à l'arrière du bras au moins un orifice de sortie. Alors,

25 montrez votre bras par devant maintenant. Bien, changez de position. On

26 voit qu'il y a deux orifices. Très bien. Très bien. Montrez-le par devant

27 maintenant. Changez de position, tournez-vous pour qu'on voit l'orifice

28 d'entrée. Tournez. Voilà. Très bien. Bien. Merci vous pouvez remettre votre

Page 13420

1 t-shirt.

2 Bien. Alors, la Défense.

3 M. IBRISIMOVIC : [interprétation] Nous donnons notre temps au général.

4 [La Chambre de première instance et la Greffière se concertent]

5 M. LE JUGE ANTONETTI : Bien. Mme la Greffière vient de me dire que

6 nous aurons des photos, donc on va donner un numéro IC pour les photos du

7 bras de l'intéressé. Donc Mme la Greffière "what number ?"

8 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] Messieurs les Juges, les deux photos se

9 verront attribuer un numéro IC 315.

10 M. LE JUGE ANTONETTI : Merci. Avocat suivant.

11 M. KARNAVAS : [interprétation] Bonjour, Messieurs les Juges. Nous n'avons

12 pas de questions à poser au témoin, que nous remercions d'être venu ici.

13 M. LE JUGE ANTONETTI : Maître Karnavas.

14 M. MURPHY : [interprétation] Merci, Monsieur le Président. Juste une ou

15 deux questions très brèves. Je souhaiterais pouvoir compter sur l'aide de

16 Mme la Greffière, je souhaiterais voir afficher la page 6, de la pièce

17 9220. 9220, page 6. Il s'agit de la photo du camion bleu.

18 Contre-interrogatoire par M. Murphy :

19 Q. [interprétation] Bonjour, Monsieur.

20 R. Bonjour.

21 Q. En attendant que la photo ne soit affichée à l'écran, bon, voilà, elle

22 est affichée. Vous avez indiqué que lorsqu'on vous a tiré dessus vous étiez

23 assis sur le siège avant du camion; est-ce exact ?

24 R. Exact.

25 Q. Est-ce que vous vous souvenez de la taille que vous aviez

26 approximativement lorsque vous aviez neuf ans ?

27 R. Non, je ne m'en souviens exactement, mais je n'étais pas très grand.

28 Q. Lorsque vous dites, pas très grand, vous voulez dire que vous étiez

Page 13421

1 petit pour votre âge, petit pour quelqu'un qui avait neuf ans ?

2 R. Exact.

3 Q. Mais vous ne vous souvenez plus même pas de la taille -- de votre

4 taille approximative ?

5 R. Non.

6 Q. Bien. Vous dites que le camion que nous voyons sur cette photographie

7 était exactement le même modèle que celui de l'incident. Est-ce que vous

8 êtes en train de nous dire que dans la ville de Mostar, ils utilisent la

9 même flotte de camion citerne qu'ils utilisaient en 1993, en d'autres

10 termes, ce sont toujours les mêmes véhicules qui sont utilisés ?

11 R. Je ne sais pas comment répondre, la seule chose que je puisse vous

12 dire, c'est qu'il s'agissait du même camion, de la même marque. Tout était

13 pareil. Parce que quelque temps plus tard j'étais dans le camion en

14 question, et je croyais en fait ces photos ici étaient les photos de ce

15 camion-là, du même.

16 Q. Lorsque vous dites "un peu plus tard," quand est-ce que vous avez pensé

17 que vous étiez à nouveau dans le même camion ?

18 R. Trois ou quatre ans plus tard. Le camion est resté très longtemps garé.

19 Q. Voilà ce que j'essaie de savoir, est-ce que la ville de Mostar, à

20 l'instar d'autres villes, remplace de temps en temps ces camions et en

21 acquière des nouveaux ?

22 R. Cela je ne peux pas vous le dire. Je pense que oui, que cela change,

23 une entreprise qui s'en occupe n'est plus la même.

24 Q. Il semblerait -- d'après ce que nous voyons qu'il s'agit d'un camion

25 Mercedes, n'est-ce pas ?

26 R. C'est exact.

27 Q. Est-ce que vous vous souvenez si ce symbole de la marque Mercedes se

28 trouvait également à l'avant du véhicule le jour où on vous a tiré dessus ?

Page 13422

1 R. Oui, je m'en souviens parce que j'aime bien les Mercedes.

2 Q. Est-ce que vous connaissez le nom de ce camion ou le numéro de ce

3 camion ?

4 R. Non.

5 Q. Je peux dire que vous n'êtes pas en mesure de nous dire véritablement

6 s'ils ont changé de modèle entre 1993 et 2004, n'est-ce pas ?

7 R. C'est exact.

8 M. MURPHY : [interprétation] Je n'ai plus de questions à poser, Monsieur le

9 Président. Je vous remercie.

10 M. KOVACIC : [interprétation] Avec votre autorisation, Monsieur le

11 Président, M. Praljak a une ou deux questions à poser et j'aurais également

12 certaines questions.

13 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation] Je vais essayer d'éclaircir quelques

14 points de nature technique avec le témoin.

15 Contre-interrogatoire par l'accusé Praljak :

16 Q. [interprétation] Bonjour, Monsieur.

17 R. Bonjour.

18 Q. Je suis désolé à cause de tout ce qui vous est arrivé, mais

19 conformément, je suis obligé de vous poser quelques questions afin

20 d'établir vérité ou de nous en approcher du moins.

21 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation] Je vous demanderais à essayer de placer

22 ces quelques photos sur le rétroprojecteur, si c'est possible.

23 Q. Alors, essayons maintenant d'éclaircir un détail. Sur ce camion, il est

24 marqué que c'est un camion de la marque FAP, et non pas Mercedes. Essaie de

25 lire ce qui est marqué sur ce -- est-ce que vous voyez cela ?

26 R. Oui, je vois. Il est écrit FAP famos, là.

27 Q. Oui. Tout le monde aime bien les Mercedes et vous serez d'accord avec

28 moi qu'en fait, il ne s'agit pas là d'un camion de la marque Mercedes, mais

Page 13423

1 d'un camion FAP sur lequel quelqu'un a posé le signe de la Mercedes, de la

2 marque Mercedes ?

3 R. Peut-être, oui.

4 Q. Bien. Alors, j'ai ici quelques photographies. J'aimerais bien qu'on les

5 examine maintenant, tranquillement. La première, s'il vous plaît. Pourriez-

6 vous placer la première photographie sur le rétroprojecteur ? Alors,

7 maintenant vous avez cette photographie. Vous avez tout à l'heure marqué

8 une maison sur laquelle un étage a été -- avait été ajouté. Dites-nous

9 maintenant si vous la voyez et si sur cette photo elle est construite.

10 R. Oui.

11 Q. Pourriez-vous la marquera avec le numéro 1 ?

12 R. [Le témoin s'exécute]

13 Q. Essayez d'écrire un chiffre un peu plus grand pour qu'on le voie bien.

14 Merci. Alors, maintenant, vous voyez ces deux immeubles qu'on appelle, si

15 je ne me trompe pas, les immeubles de l'aigle. Elles sont connues sous ce

16 nom, à Neretva. En direction de la Neretva, on voit la mosquée et ensuite,

17 ces deux immeubles, c'est en fait les immeubles -- ce sont les immeubles

18 devant lesquels se trouvait le camion au moment où vous avez été touché.

19 Selon les informations dont nous disposons donc, le camion se trouvait

20 devant ces deux immeubles au moment où vous avez été blessé près la

21 mosquée. Puis vous suivez la Neretva et vous voyez deux immeubles

22 identiques l'un à côté de l'autre. Ne vous pressez pas, mais essayez de les

23 trouver.

24 R. Ecoutez, je n'arrive pas à m'orienter. Cette photo, elle est un peu

25 bizarre.

26 Q. Vous voyez, il y a des pins, des cyprès, le long de la Neretva et c'est

27 à côté.

28 R. Là où il y a le chiffre 2, c'est cela ?

Page 13424

1 Q. Oui. Vous reconnaissez ces deux immeubles ?

2 R. Oui.

3 Q. Alors, le camion n'était pas garé de ce côté qui nous est visible

4 maintenant, mais du côté opposé, en face des immeubles.

5 R. Oui.

6 Q. Il était garé à côté du premier immeuble qu'on voit ici ou du deuxième,

7 celui qui est plus proche de nous ou plus loin ?

8 R. A côté du premier immeuble.

9 Q. Je pense qu'on aura plus tard des problèmes à cause du témoin expert

10 qui a fait son expertise basée sur l'hypothèse que le camion était garé

11 devant le deuxième immeuble, mais laissons cela pour plus tard.

12 Monsieur, maintenant, s'il vous plaît, de marquer l'endroit devant cet

13 immeuble où vous pensez que le camion était garé ? Donc le camion était

14 garé derrière cet immeuble ? Merci beaucoup. On voit bien, maintenant, le

15 chiffre 2, là. Mettez vos initiales et on va -- on a besoin de marquer --

16 M. LE JUGE ANTONETTI : Vous avez marqué le chiffre 1 sur la maison d'où

17 serait parti le coup de feu. Vous avez marqué le chiffre 2 à l'endroit où

18 était garé le camion. C'est bien cela ?

19 LE TÉMOIN : [interprétation] C'est exact.

20 M. LE JUGE ANTONETTI : Bon.

21 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation]

22 Q. Seriez-vous d'accord pour dire que la route sur laquelle était garé le

23 camion passait entre cet immeuble et la Neretva qu'on peut voir dans

24 l'arrière-plan de cette photographie ?

25 R. Oui, c'est exact, mais j'ai un peu l'impression que cette photo date

26 déjà, non ?

27 Q. Oui, mais bon, c'est une autre question. Passons à une autre photo,

28 maintenant, s'il vous plaît.

Page 13425

1 Alors, maintenant, on voit la rue où était garé le camion, à côté du

2 trottoir, et l'immeuble qu'on voit à droit, c'est exactement l'immeuble que

3 vous venez de marquer sur la photo précédente ?

4 R. C'est exact.

5 Q. Le deuxième immeuble serait un peu plusieurs près de nous ?

6 R. Oui.

7 Q. Veuillez marquer cet immeuble avec le chiffre 1. Très bien. Je vous

8 demande maintenant de marquer l'endroit où, selon vos souvenirs, se

9 trouvait la voiture de la marque Golf.

10 R. Qu'est-ce que vous voulez que je marque d'abord ?

11 Q. D'abord, l'emplacement de la Golf. Mettez le numéro 2 à côté.

12 R. [Le témoin s'exécute]

13 Q. Puis, le camion, il était plus près de nous, maintenant, de cette

14 perspective. Mettez là une croix, s'il vous plaît, et le numéro 3. Puis

15 signez.

16 R. [Le témoin s'exécute]

17 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation] Il a été déjà donné pour la photo en

18 question ? Peut-être parce que cela n'a pas fait --

19 M. LE JUGE ANTONETTI : Oui. Un numéro IC.

20 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] Monsieur le Président, ce sera le IC

21 316.

22 M. LE JUGE ANTONETTI : Celle-là, maintenant ?

23 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] Ce sera le numéro IC 317.

24 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation]

25 Q. J'aimerais qu'on s'arrête encore quelques instants sur la photo

26 précédente. Dites-nous, jeune monsieur : ces immeubles que vous voyez

27 devant, ce ne sont pas les immeubles situés à Stotina, mais dans la rue

28 même, n'est-ce pas ?

Page 13426

1 R. C'est exact.

2 Q. Marquez le chiffre 4, là.

3 R. [Le témoin s'exécute]

4 Q. Merci. Donc, ce sont les immeubles situés dans la rue même ?

5 R. Oui.

6 Q. Très bien.

7 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation] La photo suivante, s'il vous plaît, la

8 tourner comme il faut. Merci.

9 Q. Bien. Alors, j'ai essayé de prendre cette photo depuis Stotina. Vous

10 pouvez y voir, un peu à gauche, au milieu, on y voit la mosquée, on y voit

11 les cyprès, on voit les immeubles. Est-ce que ces immeubles, ce sont les

12 mêmes immeubles -- les mêmes deux immeubles dont on a parlé tout à

13 l'heure ?

14 R. Oui.

15 Q. Alors, marquez le chiffre -- le numéro 1 à côté de ces deux immeubles,

16 s'il vous plaît. Vous serez d'accord avec moi que le camion se trouvait

17 devant le premier ou le deuxième immeuble, mais de toute façon, du côté

18 droit, en arrière, n'est-ce pas ?

19 R. Oui.

20 Q. Alors, pourriez-vous marquer avec une flèche à peu près l'endroit où se

21 trouvaient les camions, s'il vous plaît ? Voilà. Donc cela, c'est

22 l'immeuble, mais c'était derrière l'immeuble.

23 R. Oui, derrière l'immeuble.

24 Q. Signez la photo, s'il vous plaît, et dites-nous, ce quartier-là, ce --

25 ces immeubles-là, ils n'existaient ? Elles ont été construites plus -- En

26 fait, elles existaient avant la guerre ? Elles ne sont pas construites plus

27 tard, après ?

28 R. Les deux immeubles que j'ai marqués, là, devant, n'existaient pas.

Page 13427

1 Lesquels, d'après vous ? Expliquez-moi plus clairement.

2 Q. Ecoutez, cela, ce sont les immeubles du complexe de l'usine de

3 l'aluminium, alors dites-nous, selon vous, lesquelles ont été construites

4 plus tard ?

5 R. Je ne sais pas. Je pense que la suite a financé la restauration ou la

6 reconstruction de ces immeubles.

7 Q. Ecoutez, ne parlons pas maintenant des réparations, des restaurations.

8 La seule chose que je vous ai demandée était si ces immeubles existaient

9 déjà. Donc, peut-être qu'elles ont été réparées ensuite, et cetera. Mais --

10 R. Peut-être qu'on avait juste commencé à les construire, mais on n'avait

11 pas fini avant la guerre à mon avis, elles ont été complétées plus tard.

12 Q. Est-ce que leur construction, est-ce qu'elles étaient déjà érigées ces

13 maisons, il y avait un toit ou quelque chose ?

14 R. Non, ces immeubles n'étaient pas complets. Je sais bien parce que je

15 jouais à côté.

16 Q. Très bien.

17 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] Ce sera le numéro IC 318, Monsieur le

18 Président.

19 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation]

20 Q. Il s'agit de la même photographie, juste un plan un peu plus grand.

21 Pourriez-vous nous marquer maintenant le numéro 2 où il y avait le camion,

22 voilà, numéro 1, très bien.

23 R. [Le témoin s'exécute]

24 Q. Puis devant cet immeuble, réfléchissez bien. Dites-nous à l'époque où

25 vous étiez enfant, si ces immeubles-là en tant que tel du point de vue de

26 leur construction architecture s'ils étaient les mêmes ? Je ne demande pas

27 s'ils étaient endommagés ou pas endommagés mais juste si ces constructions-

28 là existaient ?

Page 13428

1 R. D'autant que d'après mes souvenirs non. Je pense que les travaux de

2 construction avaient débuté mais qu'ils n'ont pas pu être complétés à cause

3 de la guerre. Je ne me souviens pas si nous avons joué là-bas avec des

4 tuyaux en plastic, et cetera.

5 Q. Mais la construction avait été achevée jusqu'au toit par exemple ou

6 pas ?

7 R. Non pas jusqu'au toit.

8 Q. Vous êtes sûr ?

9 R. Je me souviens bien parce que je suis tombé depuis un de ces immeubles.

10 Q. Alors, combien d'étages ont été achevés au début de la guerre ?

11 R. Peut-être un ou deux, je ne me souviens pas exactement mais

12 certainement pas autant que l'on voit maintenant, il n'y avait certainement

13 pas de toit.

14 Q. Très bien. Alors signez la photo, s'il vous plaît.

15 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation] Un numéro IC.

16 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] Messieurs les Juges, ce sera le numéro

17 IC 319.

18 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation]

19 Q. Alors, c'est encore une photo prise depuis Stotina, on voit ce même

20 immeuble. Je vous demande de nouveau c'est très important pour nous, parce

21 que mes tentatives d'établir quelle était la visibilité depuis cet endroit

22 n'ont donné aucun résultat. Il est dommage que le Procureur n'ait pas pensé

23 à garer un camion à cet endroit pour essayer d'établir quelle était la

24 visibilité. Donc, mettez le chiffre 1, mettez une ligne ou une flèche pour

25 marquer par où passait la rue où était garé le camion, très bien.

26 R. [Le témoin s'exécute]

27 Q. Mettez le numéro 2, s'il vous plaît, à côté de cette ligne, ce serait

28 bien. Ce serait plus clair. Signez cette photo, s'il vous plaît.

Page 13429

1 R. [Le témoin s'exécute]

2 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation] IC.

3 M. LE JUGE ANTONETTI : Un numéro.

4 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] Messieurs les Juges, ce sera le numéro

5 IC 320.

6 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation]

7 Q. La photo suivante. Jeune homme, souvenez-vous quand vous montez sur

8 Stotina, quand vous vous trouvez au bord de Stotina, est-ce que depuis cet

9 endroit-là vous voyez ce qu'on voit maintenant sur cette photo ?

10 R. Oui, mais c'est vraiment basse et c'est presque à côté de l'autoroute.

11 Je ne sais pas comment vous avez réussi à prendre cette photo.

12 Q. Simplement, regardez ce n'est pas bas, parce que si c'était très bas on

13 ne pourrait pas voir le haut des toits des maisons. Mais bon, examinez

14 cette photo tranquillement et dites-nous si c'est ce qu'on voit depuis

15 Stotina ?

16 R. Écoutez, c'est une bonne photo, on a l'impression qu'on voit un peu de

17 plus bas.

18 Q. Bon. Très bien. Marquez maintenant l'immeuble derrière lequel se

19 trouvait bien le camion et signez, s'il vous plaît. Vous étiez jeune, peut-

20 être que vous ne vous souvenez pas très bien de tout, mais dites-nous peut-

21 être le savez-vous maintenant ?

22 R. [Le témoin s'exécute]

23 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation] Messieurs les Juges, ce sera le numéro

24 IC 321.

25 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation]

26 Q. Laissez la photo sur le rétroprojecteur, s'il vous plaît, encore un peu

27 pour finir ma question. Vous dites, vous ne savez pas qu'il y avait la

28 guerre. Vous jouez dans la rue. Mais saviez-vous qu'à cette époque-là il y

Page 13430

1 avait des soldats de l'ABiH qui donnent une ligne de démarcation, et

2 cetera.

3 R. Je n'en sais pas grand-chose.

4 Q. Très bien. Pardonnez-moi déjà pour toutes les questions que j'étais

5 obligé de vous poser. J'en ai encore une c'est -- on a presque fini. Alors

6 cette photo-là est prise depuis Stotina. Est-ce que vous êtes d'accord ?

7 R. Oui, je suis d'accord. Mais encore une fois, on a l'impression qu'on ne

8 l'a pas prise depuis l'endroit qui est juste devant la maison qu'on a

9 marquée à Stotina. On a l'impression qu'elle a été prise un peu en bas de

10 cette maison.

11 Q. Croyez-moi, c'était -- la photo était prise de l'endroit se trouvant

12 juste devant la maison. Mais le témoin expert pourra en dire quelque chose

13 de plus. Marquez maintenant avec le numéro 1 en question.

14 R. [Le témoin s'exécute]

15 Q. Alors, maintenant, vous voyez un immeuble, là, qui se trouve devant ce

16 numéro 1 que vous venez de marquer. Souvenez-vous si cet immeuble s'y

17 trouvait à l'époque ? On a beaucoup d'enregistrements vidéo de cette

18 époque-là, donc, on pourra le prouver. Mais dites-nous : pensez-vous si cet

19 immeuble était là comme cela à l'époque, vous le savez, vous ne le savez

20 pas, vous ne vous souvenez pas ?

21 R. Je vous ai dit déjà --

22 Q. Je vous comprends tout à fait. Merci pour tous vos efforts, pour toutes

23 vos réponses. Merci beaucoup.

24 Numéro IC.

25 M. LE JUGE ANTONETTI : Maître Kovacic, des questions ultimes et pertinentes

26 et indispensables.

27 Numéro.

28 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] Messieurs les Juges, ce sera le numéro

Page 13431

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

12 versions anglaise et française

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 13432

1 IC 322.

2 M. LE JUGE ANTONETTI : Maître Kovacic.

3 M. KOVACIC : [interprétation] Merci, Monsieur le Président.

4 Contre-interrogatoire par M. Kovacic :

5 Q. [interprétation] Bonjour, Monsieur. Tout à l'heure en répondant à une

6 question du Procureur, vous nous avez montré dans la rue Vukovic l'endroit

7 où était garé le camion et l'endroit où derrière un arbre se trouvait une

8 nouvelle construction. On vous a demandé si cette construction était

9 récente, vous avez répondu affirmativement.

10 R. Oui.

11 Q. Vous n'avez pas habité la rue Gojka Vukovica, n'est-ce pas, dans la rue

12 où vous avez été blessé ?

13 R. Oui, j'habitais cette rue mais un peu plus loin.

14 Q. A quelle distance de là ?

15 R. Je ne sais, peut-être 100, 200 mètres.

16 Q. Cela signifie que vous pensiez connaître très bien, c'est l'autre

17 partie de la rue, la partie où vous avez été blessé aussi ?

18 R. Oui. Je la connaissais bien.

19 Q. Aujourd'hui, on vous a posé des questions relatives à l'endroit où vous

20 étiez assis dans le camion. Vous en souvenez ?

21 R. Oui.

22 Q. A juger d'après votre déclaration faite au bureau du Procureur, en 201,

23 je vais répéter ce qui est écrit dessus, l'ordre dans lequel vous étiez

24 assis. Vous confirmerez tout d'abord à gauche, au siège communautaire, il y

25 avait le conducteur ?

26 R. Oui.

27 Q. Ensuite, Buric Nihad, selon vous, cela est-il exact ou pas ? Pardon

28 vous avez déclaré que vous étiez assis uniquement à côté du conducteur ?

Page 13433

1 R. Oui.

2 Q. A votre droite, Nihad Buric ?

3 R. Oui.

4 Q. Puis, à sa droite, à côté de la portière à droite, il y avait Saric ?

5 R. Oui.

6 Q. Alors, pourrions-nous conclure à partir de ce que vous venez de nous

7 dire que vous étiez assis à peu près au milieu du camion mais un peu plus à

8 gauche, plus près du volant ?

9 R. Non, j'étais plus près du côté droite, parce que le chauffeur était un

10 peu en colère, il n'était pas très content parce que je le gênais, il ne

11 pouvait pas changer de vitesse à cause de nous. Donc il nous a dit,

12 "poussez-vous un peu à droit."

13 Q. Vous voulez dire que vous étiez un peu à gauche par rapport au milieu

14 du camion ou un peu à droite par rapport au milieu du camion ?

15 R. A droite.

16 Q. Aujourd'hui, en répondant aux questions du Procureur, vous avez déclaré

17 avoir vu une espèce lueur dans une maison à Stotina ?

18 R. Oui.

19 Q. Alors, je vais vous lire maintenant ce que vous avez déclaré en 2001 et

20 vous avez confirmé qu'il s'agissait bien de votre déclaration, vous avez

21 dit : "Les tirs ont dû partir depuis Stotina. Egalement vous avez déclaré

22 qu'avant d'être touché, vous ne saviez pas que le HVO tenait des positions

23 tenait des positions à Stotina. Alors, il faut éclaircir ces deux points.

24 Est-il exact qu'avant cet incident, vous ne saviez pas que le HVO tenait ou

25 aurait tenu des positions à Stotina ?

26 R. Non, je ne le savais pas.

27 Q. Donc, oui, vous ne le saviez pas. Est-il exact exactement que lorsque

28 vous avez fait votre déclaration en 2001, que vous avez déclaré à ce

Page 13434

1 moment-là que les tirs devaient provenir de Stotina ?

2 R. Oui.

3 Q. Est-il exact aussi qu'à cette occasion vous n'avez pas mentionné le

4 fait que vous avez vu -- une petite lueur sur une maison d'où serait partie

5 le tir ?

6 R. Ecoutez, excusez-moi, mais vous savez j'en ai parlé souvent, beaucoup

7 et là vous m'avez posé beaucoup de questions.

8 Q. Bon. Simplifions les choses. Dans la déclaration faite au bureau du

9 Procureur, il est écrit que vous avez conclu que le tir provenait de

10 Stotina, n'est-ce pas ? Est-il exact qu'au moment où vous avez fait votre

11 déclaration, vous n'avez pas du tout mentionné cette leur dont vous avez

12 parlé tout à l'heure ?

13 R. C'est possible, mais peut-être qu'ils ne me l'ont pas demandé.

14 Q. Vous pensez qu'on ne vous a pas posé directement la question ?

15 R. Oui, c'est exact.

16 Q. Oui, mais Monsieur, on vous a posé la question -- cela on peut le voir

17 d'après votre réponse qu'on vous a posé la question si vous saviez d'où

18 provenaient les tirs ?

19 R. Alors, qu'est-ce que vous voulez que je vous dise maintenant.

20 Q. Est-ce qu'on vous a posé la question de savoir si vous saviez d'où

21 provenaient les tirs ? C'était le sujet principal de cet entretien avec les

22 enquêteurs, n'est-ce pas ?

23 R. Ecoutez, je ne m'en souviens pas. Maintenant, je ne me souviens pas.

24 Q. Alors, seriez-vous d'accord avec moi pour dire que c'est aujourd'hui

25 pour la première fois ici devant le Tribunal que vous avez déclaré avoir vu

26 cette lueur sur cette maison ?

27 R. Je ne le sais pas.

28 Q. Donc il est possible -- que vous l'ayez déjà dit avant. R. Peut-être,

Page 13435

1 mais excusez-moi, c'est je ne sais pas, beaucoup de gens sont venus me

2 voir, m'interroger sur cet événement, même avant de venir ici à La Haye,

3 parce que comme je devais prendre le statut de victimes civils j'ai dû en

4 parler avec des gens. Donc j'en ai vraiment parlé souvent.

5 Q. Bien. Bien. Alors, d'après ce que vous venez de dire, plusieurs

6 personnes vous ont posé des questions à ce sujet-là. Alors examinons

7 maintenant cette allégation. D'après ce que nous voyons ici à la base du

8 document fournie par le Procureur, la première fois on vous a interrogé,

9 c'était le 29 août 2000, à Mostar.

10 M. LE JUGE ANTONETTI : -- vous savez comme moi qu'il a prêté serment et

11 c'est son témoignage sous serment qui revêt pour nous les Juges une

12 importance. Si d'autres témoignages n'ont pas approfondi ou il n'a pas

13 évoqué, d'accord. Mais nous ce qui compte c'est ce qu'il nous a dit après

14 avoir prêté serment.

15 M. KOVACIC : [interprétation] Messieurs les Juges, je voulais juste établir

16 s'il avait peut-être dit cela aux enquêteurs et que ce sont les enquêteurs

17 qui ont manqué de le noter parce qu'on peut se rendre compte en regardant

18 la déclaration que c'est le sujet d'entretien.

19 M. LE JUGE ANTONETTI : Ce que vous avez vu, est-ce que vous l'avez dit la

20 première fois devant vous là, ou vous l'avez déjà dit devant X personnes,

21 peut-être même les enquêteurs du bureau du Procureur. Voilà, dans votre

22 souvenir.

23 LE TÉMOIN : [interprétation] Mon souvenir, j'en avais déjà parlé à d'autres

24 personnes. Je ne me souviens pas s'ils m'ont posé la question ou pas. Ce

25 que je sais c'est que j'en avais discuté, cela je suis sûr. J'en avais

26 discuté avec mes deux amis dans le camion de cette lueur en haut.

27 M. LE JUGE ANTONETTI : Votre ami, Nihad, qui était à côté, qui a été blessé

28 également, mais plus légèrement que vous, il l'a vu la flamme, lui ?

Page 13436

1 LE TÉMOIN : [interprétation] C'est exact. Il l'a dit aussi qu'il l'avait vu

2 et il l'a montré de son doigt à la direction d'où s'est venu.

3 M. LE JUGE ANTONETTI : Monsieur Bos, Nihad, il y a eu des déclarations de

4 ce garçon, l'autre victime ou pas ?

5 M. BOS : [interprétation] Bien, il faudrait que je vérifie. Je n'en suis

6 pas absolument sûr. Nous avons une autre déclaration de

7 M. Mustafa Buric. Mais je ne peux pas vous le dire avec certitude, donc il

8 faudrait que je vérifie tout cela.

9 M. LE JUGE ANTONETTI : Mustafa Buric n'a rien vu parce que lui il était

10 rentré dans l'immeuble. Bon, en tout cas, vous nous dites que votre ami qui

11 était à côté a vu comme vous la flamme. Bon. Bien, la Défense pourra

12 toujours le faire venir.

13 LE TÉMOIN : [interprétation] C'est exact.

14 M. KOVACIC : [interprétation] Je vous remercie, Monsieur le Président.

15 Encore une question brève pour le témoin.

16 Q. Dans votre déclaration, vous avez dit et vous l'avez confirmé

17 aujourd'hui partiellement que vous avez été hospitalisé pendant trois mois

18 après avoir été blessé. Dites-nous : en sortant de l'hôpital, avez-vous

19 reçu des rapports médicaux ou liste de décharges -- certificat de

20 décharges, quelque chose ?

21 R. Peut-être que mon père a obtenu quelque chose parce qu'il est venu me

22 chercher. J'aurais dû rester peut-être encore un peu plus longtemps à

23 l'hôpital, mais je ne supportais plus l'hôpital, je devais -- je voulais

24 partir à tout prix. Il est venu très tard le soir et il me demandait même

25 de passer encore au moins cette nuit-là à l'hôpital. Je disais : "Non, non,

26 non, je ne peux plus rester à l'hôpital, je m'en vais." C'est possible

27 qu'il ait pris un certificat de décharge ou quelque chose.

28 Q. Donc, vous ne le savez pas ?

Page 13437

1 R. Non, je ne le sais pas.

2 Q. Alors, les enquêteurs du Tribunal en 2001, au moment où vous avez fait

3 cette déclaration et puis en 2004, lors de la reconstruction des

4 événements, quelqu'un vous a-t-il posé la question si vous aviez des

5 rapports médicaux ou d'autres documents de cette nature ?

6 R. Je ne m'en souviens pas.

7 Q. Merci. J'ai terminé. Merci.

8 M. LE JUGE ANTONETTI : Maître Stewart.

9 M. STEWART : [interprétation] Oui. Merci, Monsieur le Président.

10 Contre-interrogatoire par M. Stewart :

11 Q. [interprétation] Monsieur, lorsque le père de votre ami a garé le

12 véhicule, au moment où vous l'avez décrit, est-ce qu'il l'a garé juste à

13 l'extérieur du bâtiment où il devait aller réparer l'une des canalisations

14 d'égout ?

15 R. Il l'a garé devant l'immeuble, et je pense qu'il devait travailler

16 derrière cet immeuble parce que quand il est sorti du camion ensuite on ne

17 le voyait plus.

18 Q. Vous avez fait référence à la Golf Volkswagen, quelle était la distance

19 entre le camion dans lequel vous vous trouviez et la Golf -- la Volkswagen

20 Golf lorsque ces deux véhicules étaient garés ?

21 R. Je ne peux pas vous répondre exactement, peut-être un mètre et demi à

22 deux mètres.

23 Q. C'était l'avant de la Golf qui était le plus près de l'avant du

24 véhicule du camion dans lequel vous vous trouviez; c'est cela ?

25 R. Non.

26 Q. Donc, alors, l'autre solution c'est que les deux véhicules étaient

27 garés et tournés dans la même direction; c'est cela donc ?

28 R. C'est exact.

Page 13438

1 Q. Donc, vous vous étiez -- pour être bien précis, votre camion était

2 derrière la Golf ?

3 R. Oui.

4 Q. Bien sûr, donc, le conducteur est sorti comme vous l'avez décrit dans

5 votre déclaration et vous l'avez mentionné il y a quelques minutes que vous

6 deviez être assis les uns à côté des autres parce que le conducteur s'était

7 plaint comme font souvent les conducteurs quand ils ont des garçons ou des

8 enfants dans leur voiture parce qu'il n'avait pas suffisamment d'espace;

9 c'est cela ?

10 R. Oui, pendant qu'il conduisait le camion il se plaignait en conduisant

11 qu'il n'avait pas assez de place à cause de nous.

12 Q. J'arrivais justement. C'était une banquette; c'est cela c'est une

13 banquette qui prenait toute la largeur du véhicule.

14 R. Je pense qu'il n'y avait que deux sièges en fait à côté du siège

15 conducteur.

16 Q. Bien. Dans votre déclaration, il est dit que vous deviez être assis les

17 uns à côté des autres sur la banquette -- la petite banquette qui se

18 trouvait à côté du conducteur. Lorsque le conducteur est sorti vous avez eu

19 un peu plus d'espace, de place; est-ce que vous vous êtes déplacé ? Est-ce

20 que vous avez pris vos aises sur cette banquette ?

21 R. Ecoutez, on a joué un peu dans le camion.

22 Q. Vous vous seriez déplacé vers la gauche donc pour avoir un peu plus de

23 place vous vous seriez déplacés vers la gauche au vu de la direction du

24 véhicule ?

25 R. Ecoutez, je ne sais pas. On se poussait un peu, et cetera. Je ne me

26 souviens plus de tout ce qui s'est passé.

27 Q. Très bien. Vous dites que vous avez entendu le son d'une deuxième balle

28 sifflante. Cela se trouve dans votre déclaration. Ai-je bien compris ? Ce

Page 13439

1 matin lorsque vous avez dit que vous aviez vu une lueur ou une flamme au

2 niveau de la fenêtre; est-ce que vous parliez de ce deuxième tir ? C'est

3 bien cela qu'il faut comprendre ?

4 R. Oui, c'est cela.

5 Q. Dans votre déclaration vous dites que vous avez entendu le son d'une

6 deuxième balle et vous dites que vous avez vu que la balle avait touché

7 soit le capot soit le pare-brise de la Golf Volkswagen jaune, le deuxième

8 tir qui semblait en fait être dans la trajectoire directe du premier tir et

9 j'ai dit à mon ami : "Regarde la voiture qui est devant nous a été touchée,

10 elle se rapproche de nous." Est-ce que vous êtes en train de nous dire que

11 vous vous êtes livré à toutes observations à propos de la deuxième balle de

12 son impact sur le terrain ? Vous avez fait toutes ces observations à votre

13 ami, vous avez vu en même temps la lueur au niveau de la fenêtre, lueur

14 donc qui avait trait à ce deuxième tir; est-ce bien cela ? Est-ce que c'est

15 cela que vous nous dites ?

16 R. On était dans le camion et on parlait tous de ce qu'on voyait.

17 Q. Voilà. Vous savez -- j'ai l'habitude en fait de dire les choses de

18 façon simple et directe. C'est comme cela qu'on opère dans le système où je

19 fonctionne. Mais ce que j'ai voulu dire c'est que vous n'avez -- ce que

20 vous dites n'est pas vrai. Vous n'avez pas vu de lueur à la fenêtre et en

21 fait c'est une nouvelle idée que vous présentez ou livrez aujourd'hui ?

22 Voilà ce que je vous dis.

23 Qu'avez-vous à me dire ?

24 R. Qu'est-ce que vous voulez que je vous dise ? Vous avez droit de le

25 penser.

26 Q. Bien. Les Juges souhaiterais que vous disiez la vérité. Je vous invite

27 à dire la vérité. Là, je vous tends la perche. Il vous appartient de

28 répondre à une question et n'oubliez pas que vous avez prononcé la

Page 13440

1 déclaration solennelle. Ce que je vous dis c'est que c'est la première fois

2 que vous dites cela et qui n'est pas vrai que vous avez vu ce jour-là à la

3 fenêtre cette lueur ou cette flamme.

4 R. Non. Nous l'avons bien vu cette flamme, cette lueur. Je me souviens on

5 en parlait dans le camion. On regardait -- on tire depuis cet endroit-là.

6 Je ne me souviens plus de tout cela en détail. J'étais petit. Je me

7 souviens de l'avoir vu.

8 Q. Vous dites maintenant que tous les deux vous avez vu la lueur; c'est

9 cela que vous dites ?

10 R. On en parlait, on se disait Ah, regarde, tiens. Tourne toi. Fais

11 attention. C'était bizarre pour nous.

12 Q. Bien. Alors, vous êtes en train de nous dire que vous avez vu la lueur

13 en question.

14 R. Oui.

15 Q. Vous avez vu cette lueur ou cette éclair et vous avez vu la balle

16 touchée et frappée la route entre votre camion et la Golf Volkswagen; c'est

17 ce que vous nous dites.

18 R. Je ne sais pas quoi vous dire pour ce véhicule entre la Golf et nous.

19 Je ne comprends pas.

20 Q. Je ne suis pas en train de vous dire qu'il y a un autre véhicule, peut-

21 être qu'il y a un problème de traduction. Bon. Pour bien préciser cela.

22 D'après vous, il y avait un espace entre votre camion et la Golf

23 Volkswagen. Ceci c'est exact, n'est-ce pas ?

24 R. Oui.

25 Q. Vous avez vu trois balles, une balle qui a frappé la surface de la

26 route entre les deux véhicules; c'est cela, n'est-ce pas ? C'est la

27 première balle. C'est ce qui est indiqué dans votre déclaration.

28 R. Oui.

Page 13441

1 Q. La deuxième balle et vous dites dans votre déclaration, nous l'avons

2 déjà lue d'ailleurs, a touché soit le capot ou le pare-brise; c'est exact ?

3 R. Oui, c'est exact.

4 Q. Cela c'est ainsi que vous avez décrit le véhicule mais cela se trouve à

5 l'une des extrémités donc de la Golf Volkswagen ?

6 R. On pouvait quand même voir, parce que nous on était dans un camion qui

7 est surélevé par rapport à la Golf, donc on a pu nous en rendre compte.

8 Q. Ce n'est pas ce que je conteste. Je veux tout simplement comprendre.

9 Mais vous, personnellement, et là, je fais la différence entre vous et vos

10 amis, vous avez vu ces choses, vous avez vu la première balle qui touchait

11 la surface de la route, la deuxième balle qui touchait le véhicule. Vous,

12 vous avez vu cela de visu; c'est exact ?

13 R. Oui.

14 M. STEWART : [interprétation] Je n'ai plus de questions à poser, Monsieur

15 le Président.

16 M. LE JUGE ANTONETTI : Monsieur Bos.

17 M. BOS : [interprétation] J'aimerais juste obtenir une précision parce que

18 je pense qu'il y a eu un problème au compte rendu d'audience.

19 Nouvel interrogatoire par M. Bos :

20 Q. [interprétation] Monsieur, qu'a touché la première balle sur la route ?

21 Est-ce que cela s'est passé devant la Volkswagen ou derrière la

22 Volkswagen ? Quel est l'endroit qui a été touché ?

23 R. Devant la Volkswagen.

24 M. BOS : [interprétation] Je n'ai plus de questions.

25 M. LE JUGE ANTONETTI : Monsieur, je vous remercie.

26 Bien. Monsieur Petkovic, très vite. Les Juges sont suffisamment

27 informés. Alors, allez-y.

28 L'ACCUSÉ PETKOVIC : [interprétation] Je vais faire très vite.

Page 13442

1 Contre-interrogatoire par l'accusé Petkovic :

2 Q. [interprétation] Comment vous avez pu voir l'impact de la balle par

3 terre sur la route ?

4 R. Ecoutez, j'ai juste vu de la poussière soulevée sur la route. C'est

5 cela.

6 Q. A quelle heure c'était qu'on a tiré ? A quel moment de la journée ?

7 R. Je ne sais pas. Entre 16 heures et 17 heures.

8 Q. N'avez-vous jamais essayé de tirer d'un fusil pendant la journée vous-

9 même ?

10 R. Oui, pendant que j'étais à l'armée, que je faisais mon service.

11 Q. Ecoutez, dites-nous, est-ce qu'on voit la lueur, les flammes quand on

12 tire d'un fusil pendant la journée ?

13 R. Non, mais peut-être que cette pièce était un peu dans le noir.

14 L'ACCUSÉ PETKOVIC : [interprétation] Je n'ai plus de questions.

15 M. LE JUGE ANTONETTI : Monsieur, je vous remercie, d'être venu. Je vais

16 donc demander à M. l'Huissier de bien vouloir vous raccompagner.

17 [Le témoin se retire]

18 M. LE JUGE ANTONETTI : Monsieur Mundis, pour la semaine prochaine avant

19 l'arrivée du témoin expert, il nous reste quatre témoins victimes; c'est

20 bien cela ?

21 M. MUNDIS : [interprétation] Merci, Monsieur le Président. C'est tout à

22 fait exact. J'espère que nous pourrons interroger ces quatre témoins aussi

23 rapidement que possible. A la fin de la dernière pause, j'ai distribué un

24 programme pour le mois de février qui est un programme qui est beaucoup

25 plus détaillé. Je dois dire que nous avons notre programme pour les témoins

26 en février. J'aimerais dire que l'un des témoins qui avaient été

27 préalablement prévu dont je ne dirais pas le nom en audience publique est

28 un témoin dont nous avons reprogrammé la comparution. Il ne comparaîtra pas

Page 13443

1 en février mais nous pensons le faire venir plus tard car il y a des

2 incompatibilités de programme. Nous allons convoquer les deux témoins

3 prévus pour le début de l'audience lundi puis cela sera suivi par deux

4 autres prévus pour lundi.

5 M. MURPHY : [interprétation] Très rapidement. Une question de procédure.

6 Car l'Accusation a déposé certaines objections, eu égard des documents

7 versés par la Défense de Stojic, documents qui ont été présentés au témoin

8 Jovan Rajkov. J'étais absent de La Haye un ou deux jours, donc j'aimerais

9 pouvoir avoir une journée supplémentaire pour fournir ma réponse.

10 M. LE JUGE ANTONETTI : Parce que vous étiez absent. Vous voulez un jour de

11 plus.

12 Maître Tomic.

13 Mme TOMASEGOVIC TOMIC : [interprétation] Merci beaucoup, Monsieur le

14 Président. J'ai voulu dire qu'on ne m'a pas donné l'occasion d'interroger

15 ce témoin. Nous avions quelques questions pour lui, mais maintenant, c'est

16 trop tard.

17 M. LE JUGE ANTONETTI : Maître Tomic, j'ai cru que vous n'aviez -- bon, pour

18 les besoins du transcript, pouvez-vous nous indiquer les questions que vous

19 vouliez poser ?

20 Mme TOMASEGOVIC TOMIC : [interprétation] Je voulais enchaîner sur les

21 questions du Me Murphy concernant le moment où il a vu le camion pour la

22 première fois, parce qu'il a dit tout à l'heure qu'il avait revu le camion

23 trois ou quatre ans plus tard et qu'il l'a examiné à ces occasions, donc,

24 j'aurais voulu savoir qui l'a fait venir là-bas sur la scène, qui lui a

25 montré ce camion et pourquoi. Puis, suite aux questions du Me Stewart, une

26 autre question je voulais poser. Il a déclaré que la chambre depuis

27 laquelle on a tiré, qu'il faisait noir, donc il explique par cela le fait

28 qu'il a pu voir la flamme alors qu'on a tiré pendant la journée. C'est

Page 13444

1 tout.

2 M. LE JUGE ANTONETTI : Maître Tomic, j'ai pensé que des questions que vous

3 allez poser -- que vous aviez eu l'intention de poser et que vous n'avez

4 malheureusement pas pu poser. Voilà.

5 Je vous invite donc à revenir pour l'audience qui débutera lundi à 14

6 heures 15. Je vous remercie.

7 --- L'audience est levée à 13 heures 51 et reprendra le lundi 5 février

8 2007, à 14 heures 15.

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28