Tribunal Criminal Tribunal for the Former Yugoslavia

Page 13445

1 Le lundi 5 février 2007

2 [Audience publique]

3 [Les accusés sont introduits dans le prétoire]

4 --- L'audience est ouverte à 14 heures 15.

5 M. LE JUGE ANTONETTI : Madame la Greffière, appelez le numéro de l'affaire.

6 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] Bonjour, Monsieur le Président.

7 L'affaire IT-04-74-T, le Procureur contre Prlic et consorts.

8 M. LE JUGE ANTONETTI : En ce lundi 5 février, je salue toutes les personnes

9 présentes, l'Accusation, les avocats, Messieurs les accusés ainsi que tout

10 le personnel de cette salle d'audience.

11 Je vais donner la parole à Mme la Greffière pour qu'elle nous donne

12 quelques numéros IC.

13 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] Merci, Monsieur le Président.

14 L'Accusation a déposé quatre listes de documents. La première pour le

15 Témoin Omer Dilberovic; elle aura le numéro IC 323. La deuxième liste pour

16 le Témoin DB aura le numéro IC 324, sous pli scellé. La troisième pour le

17 Témoin Dzevad Hadzizukic aura le numéro IC 325. La quatrième liste pour le

18 Témoin Heljic aura le numéro

19 IC 326. La Défense 3 a également déposé trois listes de documents pour le

20 Témoin DB. Ce sera IC 327. Puis, la liste pour le Témoin Alil Heljic aura

21 le numéro 328. Puis la suivante pour le Témoin Dzevad Hadzizukic aura le

22 numéro IC 329. Le quatrième document, ce sont les objections à la liste

23 déposée par le Procureur pour le Témoin Dzevad Hadzizukic, et elle aura le

24 numéro IC 330.

25 Puis quelques clarifications relatives au compte rendu de jeudi lors de

26 l'interrogatoire supplémentaire, page 13 383, ligne 20, M. Scott a demandé

27 de présenter au témoin la photo avec le numéro IC 303. Il s'agissait en

28 réalité de IC 304.

Page 13446

1 Egalement page 13 384, ligne 9, M. Scott a demandé au témoin de

2 regarder le document IC 304 alors qu'il s'agissait de IC 305.

3 Enfin, à la page 13 384, les lignes 18 à 22, il n'était pas clair si

4 on se référait à ce moment-là à la pièce IC 305 ou IC 302. Il s'agissait à

5 ce moment-là de la pièce IC 303.

6 Merci.

7 M. LE JUGE ANTONETTI : Merci, Madame la Greffière. Je vous remercie pour

8 les précisions que vous venez d'apporter.

9 En ce qui concerne certaines clarifications, avant de commencer la

10 suite des auditions des témoins, je vais revenir sur une petite confusion

11 qui est intervenue en fin de semaine dernière. Au moment où un témoin a

12 quitté la salle, Me Tomic s'est levée pour nous dire qu'elle n'avait pas pu

13 poser les questions. Alors, je me rappelle qu'effectivement Me Tomic

14 s'était levée à un moment donné et elle s'était rassise. Après quoi,

15 j'avais donné la parole pour les questions supplémentaires à l'Accusation.

16 L'Accusation avait posé ses questions supplémentaires. J'avais remercié le

17 témoin.

18 C'est à ce moment-là que Me Tomic nous a fait savoir qu'elle

19 n'avait pu poser des questions au nom de M. Coric. Nous avons donc fait

20 mentionner au transcript les questions qu'elle voulait poser. Nous avons

21 pendant le week-end examiné cette question et il apparaît que la majorité

22 de ses questions avaient déjà été abordées lors des questions posées lors

23 du contre-interrogatoire, que le poids essentiel pour la Chambre est celui

24 de savoir si à partir de l'emplacement du sniper dans cette maison, le

25 témoin pouvait voir la flamme se dégageant du canon de l'arme du sniper.

26 A partir de là, le témoin expert qui viendra à partir de demain

27 pourra nous répondre à cette question que nous nous posons. De ce fait, il

28 n'y a pas une nécessité absolue de poser d'autres questions complémentaires

Page 13447

1 à ce témoin, qui d'ailleurs, je le répète, a répondu à plusieurs reprises

2 dans ce sens en disant qu'il avait vu les flammes.

3 Néanmoins, si Me Tomic souhaite que ce témoin soit là pour réponde à

4 ces questions, je demanderais à la Défense de nous faire une requête écrite

5 et nous statuerons par une décision écrite sur cette nécessité. Mais je

6 pense que le témoin qui viendra, le témoin expert répondra à vos

7 préoccupations.

8 Alors, nous avons pris du retard puisqu'il y a deux témoins qui auraient dû

9 passer la semaine dernière qui n'ont pas pu passer, donc, je vais inviter

10 l'Accusation à accélérer le mouvement. J'ai cru comprendre que nous aurons

11 trois témoins aujourd'hui et le quatrième viendra en début d'après-midi

12 demain. C'est bien cela, Monsieur Mundis ?

13 M. MUNDIS : [interprétation] Bonjour, Monsieur le Juge, Monsieur le

14 Président. Bonjour à tous les présents. Vous avez raison, nous allons

15 reprendre là où nous nous sommes arrêtés la semaine dernière, et j'espère

16 que nous allons réussir à finir un de ces deux témoins et les autres

17 continueront avec le témoin expert.

18 M. LE JUGE ANTONETTI : Bien. On va passer en audience à huis clos.

19 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] Nous sommes à huis clos partiel,

20 Monsieur le Président.

21 [Audience à huis clos partiel]

22 (expurgé)

23 (expurgé)

24 (expurgé)

25 (expurgé)

26 (expurgé)

27 (expurgé)

28 (expurgé)

Page 13448

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Pages 13448-13449 expurgées. Audience à huis clos partiel

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 13450

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 [Audience publique]

10 M. LE JUGE ANTONETTI : Monsieur, je vais vous demander de vous lever pour

11 la prestation de serment. Pouvez-vous me donner votre nom, prénom et date

12 de naissance ?

13 LE TÉMOIN : DAMIR KATICA [Assermenté]

14 [Le témoin répond par l'interprète]

15 LE TÉMOIN : [interprétation] Je suis Damir Katica, né le 24 avril 1981.

16 M. LE JUGE ANTONETTI : Avez-vous, Monsieur, une profession ou une

17 activité ?

18 LE TÉMOIN : [interprétation] Non.

19 M. LE JUGE ANTONETTI : Avez-vous témoigné déjà devant un tribunal national

20 ou international sur les faits qui se sont déroulés dans votre pays, ou

21 c'est la première fois que vous témoignez ?

22 LE TÉMOIN : [interprétation] C'est la première fois.

23 M. LE JUGE ANTONETTI : Je vous demande de lire, Monsieur, le serment que

24 Mme vous présente.

25 LE TÉMOIN : [interprétation] Je déclare solennellement que je dirai la

26 vérité, toute la vérité et rien que la vérité.

27 M. LE JUGE ANTONETTI : Merci, Monsieur. Vous pourrez vous asseoir.

28 Quelques éléments d'explication de ma part, très rapide. Vous avez devoir

Page 13451

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

12 versions anglaise et française

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 13452

1 répondre à quelques questions qui vont vous être présentées par

2 l'Accusation. L'Accusation vous présentera le cas échéant quelques

3 documents. À l'issue de cette phase, la Défense vous posera des questions

4 dans le cadre du contre-interrogatoire. Les Juges qui sont devant vous

5 pourront le cas échéant vous poser également des questions, s'ils estiment

6 nécessaire.

7 Nous avons fixé à la Défense un temps global d'une heure, mais si la

8 Défense pouvait réduire ce temps, nous lui en serons reconnaissants dans la

9 mesure où nous avons trois témoins aujourd'hui.

10 Monsieur Mundis, sans perdre de temps, je vous donne la parole.

11 M. MUNDIS : [interprétation] Merci, Monsieur le Président. Avant de lire le

12 résumé de la déposition de témoin, j'ai oublié de mentionner qu'avec nous

13 aujourd'hui, est Mme Aleksandra Bojovic également.

14 Autrement, en ce qui concerne le résumé, je vais lire ce qui est écrit dans

15 la liste 65 ter. Le témoin vit à Mostar Est à l'époque où il avait 12 ans.

16 Le HVO a arrêté son père et l'a détenu à l'Heliodrom. Le témoin et sa mère

17 ont déménagé, ils sont partis à une autre partie de Mostar Ouest. Un mois

18 plus tard, le HVO a expulsé le témoin et sa famille de cet endroit, après

19 les avoir pillés.

20 Le HVO a emmené six ou huit familles musulmanes dans une camionnette

21 jusqu'au boulevard à proximité de la ligne de front et on leur a dit de

22 traverser la ligne en se dirigeant vers les positions de l'armée bosniaque.

23 Pendant qu'il traversait avec son grand-père, on leur a dit de prendre des

24 corps de deux hommes qui se trouvaient là et de les emporter avec eux de

25 côté musulman. Le témoin et sa famille ont habité dans le Donja Mahala,

26 Mostar Est, qui était le quartier qui était sans cesse pilonner et exposer

27 au feu du HVO. Les civils vivaient dans des abris.

28 En septembre 1993, le témoin est entré à la maison et en prenant une

Page 13453

1 petite allée qui était considérée sûre, mais il y avait quelques endroits

2 qui ont été quand même exposés, et où on tirait des -- où des tireurs

3 embusqués opéraient. Il s'agissait d'Orucevica Sokak qui était exposé aux

4 tirs de Stotina. Le témoin a traversé cet endroit. Il le faisait d'ailleurs

5 quasiment chaque jour et lui et Nino qui avait 14 ans à cette époque-là.

6 Donc, il s'agissait clairement des enfants en vêtement civil, ont commencé

7 à courir en essayant de traverser cet espace découvert de quatre mètres,

8 une balle a frappé Nino dans son bras, puis le témoin dans le ventre. On a

9 de nouveau tiré sur Nino qui a été touché à la hanche et il est tombé. Le

10 témoin es revenu, il a essayé de déplacer Nino à un endroit sûr, mais quand

11 il a essayé de le faire, il a senti que quelque chose a touché ses cheveux,

12 ensuite quelque chose l'a éraflé au niveau du bras gauche. Le témoin a

13 compris à ce moment-là que le tireur embusqué tirait toujours.

14 Ensuite, il a été transporté, il a été cherché une civière pour

15 transporter Nino au dispensaire. Voilà.

16 Interrogatoire principal par M. Mundis :

17 Q. [interprétation] Bonjour, Monsieur le Témoin.

18 R. Bonjour.

19 Q. Avez-vous en août 2001, fait une déclaration au bureau du Procureur ?

20 R. Oui.

21 Q. A ce moment-là, Monsieur, avez-vous dit la vérité ?

22 R. Oui.

23 Q. Après avoir fait cette déclaration, vous l'a-t-on lu en langue

24 bosniaque ?

25 R. Oui.

26 Q. Pourriez-vous répéter votre réponse, vous l'a-t-on relu dans la langue

27 bosniaque ?

28 R. Oui.

Page 13454

1 Q. l'avez-vous signée plutôt la version anglaise de votre déclaration ?

2 R. Oui.

3 M. MUNDIS : [interprétation] Je demande à l'Huissière, maintenant, de nous

4 aider, de passer ce document au témoin.

5 Q. Monsieur Katica, je vous prie maintenant de vous référer à la pièce P

6 09861. C'est le premier document, donc P 09861. Monsieur, dites-nous

7 s'agit-il de votre déclaration que vous avez fait au bureau du Procureur en

8 août 2001 ?

9 R. Oui.

10 Q. Monsieur, quand vous êtes arrivé ici à La Haye, la semaine dernière,

11 avez-vous eu l'opportunité de voir l'exemplaire de cette déclaration ?

12 R. Oui.

13 Q. C'est en fait votre déclaration traduite en bosniaque ?

14 R. Oui.

15 Q. Avez-vous eu l'occasion de relire cette déclaration ?

16 R. Oui.

17 Q. Monsieur, Katica, souhaitez-vous apporter des modifications à cette

18 déclaration ?

19 R. Non.

20 Q. Voulez-vous rajouter, modifier quelque chose ?

21 R. Non.

22 Q. Voulez-vous retirer quelque chose de votre déclaration ?

23 R. Non.

24 Q. Si vous devez répondre maintenant de nouveau devant la Cour aux mêmes

25 questions que l'enquêteur vous avait posées à l'époque, donnerez-vous les

26 mêmes réponses ?

27 R. Oui.

28 Q. Monsieur Katica, je vous prie maintenant de vous référer à la pièce P

Page 13455

1 05613. C'est le document P 05613. Avez-vous déjà vu ce document, Monsieur ?

2 R. Oui.

3 Q. De quoi s'agit-il ?

4 R. C'est le bordereau de décharge de l'hôpital quand je suis renté chez

5 moi après avoir été blessé.

6 Q. Vous venez de dire que vous avez été blessé. Je vous prie maintenant

7 d'expliquer aux Juges où vous avez été blessé, dans quelle partie du

8 corps ?

9 R. Au ventre.

10 Q. Ailleurs aussi ?

11 R. Oui, au bras.

12 M. MUNDIS : [interprétation] Maintenant, avec l'aide de l'Huissière,

13 j'aimerais lui présenter trois photographies qui font partie d'un document

14 de la pièce P 09220. Il serait bien de les poser sur rétroprojecteur.

15 Q. Monsieur Katica, reconnaissez-vous les photographies que vous voyez à

16 l'écran devant vous et à votre droite également ?

17 R. Oui.

18 Q. Pourriez-vous dire aux Juges ce que cette photographie représente ?

19 R. C'est mon ventre ou plutôt les orifices d'entrée et de sortie sur mon

20 ventre.

21 M. MUNDIS : [interprétation] La photographie suivante, je vous prie.

22 Q. Dites-nous, Monsieur Katica, si vous reconnaissez cette photographie ?

23 R. Oui. On y voit mon bras et l'endroit où j'ai été touché par la balle.

24 Q. J'aimerais présenter --

25 M. LE JUGE ANTONETTI : Deux numéros IC pour les deux photos.

26 Madame la Greffière, deux numéros IC pour la première photo, le ventre et

27 le bras.

28 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] Monsieur le Président, ce sera la pièce

Page 13456

1 IC 331 pour la première et IC 332 pour la deuxième.

2 M. MUNDIS : [interprétation] Je vous prie de présenter au témoin la pièce P

3 09140. On va présenter cette pièce au témoin via le système Sanction.

4 Q. Monsieur Katica, pourriez-vous maintenant regarder l'écran devant vous,

5 l'enregistrement vidéo.

6 [Diffusion de la cassette vidéo]

7 L'INTERPRÈTE : [voix sur voix]

8 "Enquêteur : Monsieur Katica, pourriez-vous nous montrer maintenant

9 l'espace que vous aviez l'intention de franchir à l'époque ?

10 Le Témoin : [Le témoin s'exécute]

11 Enquêteur : Merci. Monsieur Katica, pourriez-vous nous montrer maintenant

12 l'espace que vous aviez l'intention de franchir à l'époque ?

13 Le Témoin : [Le témoin s'exécute]

14 Enquêteur : Merci. Monsieur Katica, pourriez-vous nous montrer maintenant

15 l'endroit où vous vous trouviez au moment où vous avez été touché la

16 première fois ?

17 Le Témoin : [Le témoin s'exécute]

18 Enquêteur : Monsieur Katica, je vous prie maintenant de -- nous montrer

19 dans quelle position vous vous trouviez au moment où vous avez été touché

20 la première fois ?

21 Le Témoin : [Le témoin s'exécute]

22 Enquêteur : Merci. Je vous prie maintenant de nous montrer : dans quelle

23 position vous vous trouviez au moment où vous avez été touché la première

24 fois ?

25 Témoin : [Le témoin s'exécute]

26 Enquêteur : Merci. Pourriez-vous nous montrer maintenant où vous avez été

27 touché la première fois ?

28 Témoin : [Le témoin s'exécute]

Page 13457

1 Enquêteur : Merci. Maintenant je vais marquer de couleur jaune d'un X

2 l'endroit où se trouvait le témoin où au moment où il a été touché ?

3 Témoin : [Le témoin s'exécute]

4 Enquêteur : Monsieur Katica, pourriez-vous nous montrer maintenant

5 l'endroit où vous vous trouviez au moment où vous avez été touché la

6 deuxième fois alors que vous essayez d'aider votre ami blessé ?

7 Témoin : [Le témoin s'exécute]

8 Enquêteur : Je vais marquer cet endroit-là également par un X en jaune.

9 Monsieur Katica, je vous prie maintenant de prendre la même position que

10 vous aviez au moment où vous avez été blessé pour la deuxième fois ?

11 Témoin : [Le témoin s'exécute]

12 Enquêteur : Pourriez-vous nous montrer maintenant où vous avez été touché

13 cette deuxième fois ?

14 Témoin : [Le témoin s'exécute]

15 Enquêteur : Merci. Monsieur Katica, dites-nous si cet arbre qui est

16 actuellement en fleurs, avait-il été aussi grand en 1993 ?

17 Témoin : [interprétation] Non.

18 Enquêteur : D'après vos souvenirs, la maison qu'on voit là avec une antenne

19 satellite se trouvait-elle à cet endroit-là en 1993 ou pas ?

20 Témoin : [interprétation] Oui, mais elle était plus petite."

21 [Fin de la diffusion de cassette vidéo]

22 M. MUNDIS : [interprétation]

23 Q. Monsieur Katica, vous souvenez-vous de l'entretien avec l'enquêteur

24 Spork et au moment où cette vidéo a été filmée ?

25 R. Oui.

26 Q. Avez-vous compris toutes les instructions que M. Spork vous a données ?

27 R. Oui.

28 Q. Monsieur, avez-vous répondu à toutes ces questions de façon véridique

Page 13458

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

12 versions anglaise et française

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 13459

1 et pour autant que vous vous en souveniez ?

2 R. Oui.

3 Q. Maintenant, Monsieur Katica, à l'époque où Nino et vous-même vous étiez

4 blessés, n'aviez-vous aucune idée sur l'endroit où se trouvait le tireur

5 embusqué ?

6 R. Oui.

7 Q. Pouvez-vous dire à la Chambre où selon vous se trouvait le tireur

8 embusqué ?

9 R. A Stotina.

10 Q. Monsieur, qu'est-ce qui vous pousse à en tirer cette conclusion ?

11 R. Il pouvait nous viser de cet endroit parce que de cet endroit tiraient

12 les tireurs embusqués.

13 M. MUNDIS : [interprétation] Maintenant, je vais demander, Monsieur le

14 Président, qu'on montre encore une fois la vidéo au témoin et je vais dire

15 à quel moment il faut arrêter la vidéo.

16 Q. Monsieur Katica, nous allons maintenant revoir la vidéo au moment où

17 vous verrez Stotina dans la vidéo, s'il vous plaît, dites-le-nous pour que

18 la vidéo s'arrête à cet endroit-là. Avez-vous compris ce que je vous ai

19 dit ?

20 R. Oui, je vous ai compris.

21 [Diffusion de la cassette vidéo]

22 L'INTERPRÈTE : [voix sur voix]

23 "L'enquêteur : Monsieur Katica, pouvez-vous, s'il vous plaît, montrer

24 l'endroit où l'espace que vous aviez l'intention de parcourir ?

25 Témoin : [Le témoin s'exécute]

26 L'enquêteur : Je vous remercie. Monsieur Katica, pouvez-vous, s'il vous

27 plaît, montrer l'endroit auquel vous vous trouviez au moment où vous avez

28 été touché pour la première fois ?

Page 13460

1 LE TÉMOIN : [Le témoin s'exécute]

2 Enquêteur : Monsieur Katica, pouvez-vous, s'il vous plait, vous mettre à la

3 position à laquelle vous vous trouviez au moment où vous avez été touché

4 pour la première fois ?

5 Témoin : [Le témoin s'exécute]

6 Enquêteur : Je vous remercie. Pouvez-vous montrer où vous avez été touché

7 vers la première balle sur votre corps ?

8 Témoin : [Le témoin s'exécute]

9 Enquêteur : Je vous remercie. Je vais indiquer par un X jaune l'endroit où

10 la position où se trouvait le témoin au moment où il a été touché. Monsieur

11 Katica, pouvez-vous maintenant indiquer l'endroit où vous vous trouviez au

12 moment où vous avez été touché par la balle où la deuxième fois au moment

13 où vous avez essayé d'aider votre ami qui était blessé ?

14 Témoin : [Le témoin s'exécute]

15 Enquêteur : Je vais indiquer cet endroit également par un X jaune."

16 [Fin de la diffusion de cassette vidéo]

17 LE TÉMOIN : [interprétation] Stop.

18 M. MUNDIS : [interprétation]

19 Q. Est-ce que c'est le moment où vous avez voulu que la vidéo s'arrête ?

20 R. Non.

21 [Diffusion de la cassette vidéo]

22 L'INTERPRÈTE : [voix sur voix]

23 "Enquêteur : Je vais indiquer cet endroit également d'un X en jaune."

24 [Fin de la diffusion de cassette vidéo]

25 LE TÉMOIN : [interprétation] Stop.

26 M. MUNDIS : [interprétation]

27 Q. Qu'est-ce que vous pouvez nous dire par rapport à la vidéo qui s'est

28 arrêtée sur l'écran ?

Page 13461

1 R. Dans cette vidéo on peut voir la maison dans laquelle le tireur isolé

2 ou le tireur embusqué a tiré.

3 Q. Pouvez-vous, s'il vous plaît, nous décrire où vous voyez cette maison

4 sur la vidéo ?

5 R. C'est au milieu de la rue un peu plus haut. Au milieu de la rue on peut

6 voir la maison et on peut voir des fenêtres sur la maison.

7 M. MUNDIS : [interprétation] Peut-être, Monsieur le Président, que si on

8 continue à visionner la vidéo il y aura un moment où la caméra a zoomé cet

9 endroit-là.

10 [Diffusion de la cassette vidéo]

11 L'INTERPRÈTE : [voix sur voix]

12 "Enquêteur : Monsieur Katica, pouvez-vous, s'il vous plaît, se mettre en

13 position à laquelle vous étiez au moment où vous avez été touché par la

14 balle la deuxième fois ?

15 Témoin : [Le témoin s'exécute]

16 Enquêteur : Je vous remercie. Pouvez-vous indiquer l'endroit sur votre

17 corps où vous avez été touché par la balle la deuxième fois ?

18 Témoin : [Le témoin s'exécute]

19 Enquêteur : Je vous remercie. Monsieur Katica, pour autant que vous vous en

20 souveniez; est-ce que cet arbre en fleurs roses était de la même taille en

21 1993 ?

22 Témoin : Non."

23 [Fin de la diffusion de cassette vidéo]

24 M. MUNDIS : [interprétation]

25 Q. Monsieur Katica, est-ce que vous voyez maintenant la maison dont vous

26 venez de parler ?

27 R. Oui, je la vois.

28 M. MUNDIS : [interprétation] Avec l'assistance de

Page 13462

1 Mme l'Huissière, je voudrais vous montrer une photographie qui a été prise

2 dans la vidéo et j'aimerais qu'on la place sur le rétroprojecteur pour que

3 le témoin puisse la voir et j'aimerais qu'on donne au témoin un feutre.

4 Q. Monsieur Katica, s'il vous plaît, à l'aide de ce feutre sur la

5 photographie encerclez la maison à votre droite donc à la maison pour

6 laquelle vous avez dit où se trouvait le tireur isolé.

7 R. [Le témoin s'exécute]

8 Q. Pouvez-vous apposer vos initiales ou signer la photographie en bas à

9 droite, s'il vous plaît ?

10 R. [Le témoin s'exécute]

11 Q. Monsieur, aux fins du compte rendu, pouvez-vous --

12 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation] Monsieur le Président.

13 M. LE JUGE ANTONETTI : Monsieur Praljak.

14 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation] Il y aura une confusion totale. Il y a

15 deux maisons qui ont été encerclées qui se trouvent à une distance d'une de

16 l'autre à quelques centaines de mètres. Il serait bien que l'accusé

17 maintenant indique précisément quelle était la maison de laquelle selon le

18 témoin a tiré. Je vous remercie.

19 M. MUNDIS : [interprétation]

20 Q. Monsieur, pourriez-vous, s'il vous plaît, prendre le feutre et

21 n'apposez rien pour le moment ? Sur la photo, indiquez à l'aide du feutre

22 les contours de la maison dans laquelle se trouvait le tireur embusqué pour

23 autant que vous vous en souveniez.

24 R. [Le témoin s'exécute]

25 M. LE JUGE ANTONETTI : Madame la Greffière, un numéro IC pour cette photo.

26 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] Monsieur le Président, cette

27 photographie deviendra la pièce à conviction IC 333.

28 M. MUNDIS : [interprétation]

Page 13463

1 Q. Maintenant, Monsieur Katica, pendant que la photo est toujours sous vos

2 yeux, s'il vous plaît, regardez là encore une fois, et à gauche par rapport

3 au toit que vous avez indiqué; dites-nous, ce qui se trouve à gauche par

4 rapport à la maison ?

5 R. J'ai commis une erreur. C'est la maison d'où tirait le tireur embusqué,

6 donc, j'ai fait une erreur lorsque j'ai indiqué la première fois la maison.

7 Q. Pour que tout soit très claire encore une fois, donc, vous avez indiqué

8 le toit d'une maison, ce qui apparaît sur la photo prise comme étant le

9 toit d'une maison, pouvez-vous indiquer tous les contours de la maison de

10 laquelle selon vous tirait le tireur embusqué ?

11 R. [Le témoin s'exécute]

12 M. MURPHY : [interprétation] Monsieur le Président, pour éliminer toute

13 possibilité de confusion j'aimerais que le Procureur nous donne une

14 nouvelle copie de cette photographie, parce que si cela est versé au

15 dossier en cet état cela provoquera une confusion totale.

16 M. LE JUGE ANTONETTI : Si vous n'avez pas de photo, je vais vous donner la

17 mienne.

18 M. KARNAVAS : [interprétation] Monsieur le Président, nous pourrions

19 également apposer un numéro 1, par exemple, pour ce qui est de la maison

20 qui n'était pas la maison correcte, et le numéro 2 pour la maison qui était

21 la maison correcte.

22 M. MUNDIS : [interprétation]

23 Q. Monsieur, pouvez-vous maintenant indiquer les contours de la maison de

24 laquelle selon vous tirait le tireur embusqué ?

25 R. [Le témoin s'exécute]

26 M. LE JUGE ANTONETTI : -- une fois A -- marquez A.

27 LE TÉMOIN : [Le témoin s'exécute]

28 M. LE JUGE ANTONETTI : -- il y a une question.

Page 13464

1 M. LE JUGE MINDUA : Monsieur le Procureur, excusez-moi.

2 Monsieur le Témoin, de maison -- mais toujours est-il qu'il y a deux

3 immeubles et le premier que vous aviez reconnu semble avoir aussi une

4 fenêtre ? Alors, ma question : est-ce que les deux immeubles sont côte à

5 côte tels qu'ils apparaissent sur la photo, ou ils sont éloignés l'un de

6 l'autre et de combien de mètres à peu près ?

7 LE TÉMOIN : [interprétation] Je ne sais pas quelle est la distance, mais

8 ces deux maisons étaient -- ne se trouvaient pas au même endroit. Il y

9 avait une certaine distance entre ces deux maisons.

10 M. LE JUGE MINDUA : Peut-être que le Procureur va arriver à cette question.

11 Si c'est le cas -- mais pourquoi alors vous pouvez avoir la certitude que

12 c'est l'un des immeubles et non pas dans l'autre que le coup serait parti ?

13 LE TÉMOIN : [interprétation] Je pense que la maison que j'ai encerclée en

14 premier ne se trouve pas du tout à Stotina, à cet endroit-là. La deuxième

15 maison où se trouve certainement à Stotina, de cette maison tirait le

16 tireur embusqué, pendant tout ce temps-là.

17 LE TÉMOIN : [interprétation] C'est précisément là la question. Je laisse

18 continuer le Procureur, peut-être qu'on arrivera à la solution parce qu'il

19 y a deux -- vous dites que précisément c'est dans l'immeuble de gauche,

20 pourquoi pas l'immeuble de droite. Mais je laisse continuer le Procureur.

21 M. LE JUGE ANTONETTI : Monsieur Mundis.

22 M. MUNDIS : [interprétation] Je vous remercie, Monsieur le Président.

23 Maintenant, on va montrer au témoin la photographie prise à 360 degrés. Il

24 s'agit de la pièce à conviction de l'Accusation qui porte le numéro P

25 09319.

26 M. MURPHY : [interprétation] Avant cela, Monsieur le Président, pourrions-

27 nous avoir le numéro IC pour ce qui est de la deuxième photographie sur

28 laquelle le témoin a apposé des annotations.

Page 13465

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

12 versions anglaise et française

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 13466

1 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] Monsieur le Président, cela fera la

2 pièce à conviction portant IC 334.

3 M. MUNDIS : [interprétation]

4 Q. Monsieur Katica, reconnaissez-vous ce qui est montré sur l'écran,

5 devant vous ?

6 R. Oui.

7 Q. Maintenant, je vais demander que cette photographie, qu'on fasse donc

8 une sorte de rotation de photographie vers la gauche, est-ce qu'on peut

9 demande l'assistance de Mme l'Huissière pour qu'on passe à nouveau au

10 logiciel Sanction.

11 Monsieur, pouvez-vous nous dire ce que représente cette photographie ?

12 R. L'endroit où j'ai été blessé.

13 Q. Est-ce qu'on peut faire tourner la photographie doucement vers la

14 gauche, s'il vous plaît ? Est-ce que peut s'arrêter là s'il vous plaît.

15 Monsieur Katica, dites-nous ce que vous voyez sur cette photographie, à cet

16 endroit-là ?

17 R. La deuxième partie de Orucevica Sokak, je vois le mur jusqu'où nous

18 devions aller en courant.

19 Q. Est-ce que c'est l'endroit où vous vous déplacez -- l'endroit d'où vous

20 veniez, vous et Nino ?

21 R. C'est l'endroit jusqu'où Nino et moi, nous devions aller ou traverser.

22 Q. Est-ce qu'on peut faire tourner la photographie, toujours dans la même

23 direction. Arrêter ici, s'il vous plaît.

24 Pouvez-vous nous dire ce qu'on peut voir ici ?

25 R. C'est l'endroit où j'ai trouvé abri au moment où j'ai essayé d'aider

26 Nino.

27 Q. Est-ce qu'on peut continuer à faire tourner la photographie dans la

28 même direction, s'il vous plaît. Très bien. Est-ce qu'on peut agrandir

Page 13467

1 cette partie de la photographie, s'il vous plaît.

2 Monsieur, encore une fois, est-ce que pourriez-vous reconnaître les

3 maisons, les maisons que vous avez indiquées auparavant en tant que maison

4 d'où tirait le tireur embusqué ?

5 R. Oui, difficilement mais oui.

6 M. MUNDIS : [interprétation] Monsieur le Président, si cela pourrait vous

7 aider, nous avons des photographies, d'autres photographies par rapport à

8 cette photographie, nous pouvons demander au témoin d'apposer des

9 annotations, si cela est nécessaire.

10 M. LE JUGE ANTONETTI : -- que le témoin mette ses initiales dans la 334, il

11 a oublié.

12 J'ai une question à vous poser, Monsieur le Témoin. Lorsqu'on vient de voir

13 la photo à 360-degrés, en la regardant, je me suis demandé si le tir ne

14 pouvait pas venir de deux autres directions. Vous êtes affirmatif, le tir

15 vient bien de la maison que vous nous avez indiquée ?

16 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui.

17 M. LE JUGE ANTONETTI : Qu'est-ce qui vous permet d'être affirmatif ?

18 LE TÉMOIN : [interprétation] Nous savons que de cette maison tirait le

19 tireur embusqué, plus exactement il y avait deux maisons mais l'autre

20 maison, on ne peut pas l'avoir sur la photographie parce qu'elle se trouve

21 derrière. La trajectoire de la balle nous disait que c'était la maison à

22 Stotina d'où tirait le tireur embusqué.

23 M. LE JUGE ANTONETTI : Nous savions, est-ce que c'était de notoriété

24 publique dans ce quartier, qu'il y avait un tireur embusqué dans cette

25 maison de Stotina. Tout le monde le savait, c'est pour cela qu'on faisait

26 très attention quand on passait dans l'espace que vous nous avez montré ?

27 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui.

28 M. LE JUGE TRECHSEL : [interprétation] J'aimerais poser également une

Page 13468

1 question à vous, Monsieur Katica.

2 Au moment où on regardait la vidéo, nous avons vu la partie de votre corps

3 où se trouvait votre première blessure. Il semble que votre bras droit se

4 trouvait à la partie droite de votre ventre. Votre bras gauche se trouvait

5 à l'endroit au-dessus de votre hanche. Est-ce que vous avez montré les deux

6 blessures d'entrée et de sortie de la balle ou c'était accidentellement que

7 vous nous avez montré cette partie qui était la partie où se trouvaient vos

8 reins.

9 LE TÉMOIN : [interprétation] Je vous ai montré les deux blessures d'entrée

10 et de sortie de la balle.

11 M. LE JUGE TRECHSEL : [interprétation] Je vous remercie.

12 M. MUNDIS : [interprétation]

13 Q. Très bien, Monsieur Katica, si vous regardez l'écran, vous allez voir

14 encore une autre photo qui est notre pièce indiquée par

15 P 09139, voyez-vous cela devant vous ?

16 R. Oui.

17 Q. Monsieur, pouvez-vous nous dire ce qu'on peut voir sur cette

18 photographie, dans la moitié inférieure ?

19 R. Nous pouvons voir la maison que je viens d'indiquer il y a quelques

20 instants sur l'autre photographie, la maison d'où tirait le tireur

21 embusqué.

22 M. MUNDIS : [interprétation] J'aimerais que Mme l'Huissière nous aide

23 encore. Nous avons une photographie qui a été prise --

24 Q. Monsieur le Témoin, pourriez-vous prendre le feutre noir et encercler

25 la maison ?

26 R. [Le témoin s'exécute]

27 Q. Pourriez-vous, s'il vous plaît, apposer vos initiales sur la

28 photographie ?

Page 13469

1 R. [Le témoin s'exécute]

2 M. KARNAVAS : [interprétation] Aux fins du compte rendu, je pense que cette

3 photographie est une photographie qui est directrice en quelque sorte parce

4 qu'il y a quelque chose qui a été indiquée en rouge et maintenant on

5 demande au témoin, encercler une maison. Cela est de nature directrice,

6 mais, bien sûr, c'est aux Juges de voir cela.

7 M. LE JUGE ANTONETTI : Très bien. Témoin, cette maison que vous avez

8 indiquée, qu'est-ce qui vous permet de dire que c'était la maison où se

9 trouvait le tireur embusqué ? Est-ce que vous avez des éléments

10 d'information complémentaires à nous indiquer ?

11 LE TÉMOIN : [interprétation] J'affirme cela parce que c'est le seul endroit

12 d'où le tireur embusqué pouvait tirer sur nous. On disait que dans cette

13 maison se trouvait un tireur embusqué. Les gens qui l'ont vu tirer pendant

14 la nuit de cet endroit et c'était le seul endroit, la seule direction d'où

15 une balle pouvait nous toucher.

16 M. LE JUGE ANTONETTI : A l'époque parce qu'apparemment, d'après le

17 certificat de l'hôpital, vous êtes sorti le 4 octobre; apparemment, vous

18 avez été hospitalisé le 1er octobre, donc, vous avez dû être touché à la fin

19 du mois de septembre. Cette maison était sous le contrôle de qui ? Du HVO

20 ou de l'ABiH, si vous le saviez ? Si vous ne le savez pas, vous nous le

21 dites.

22 LE TÉMOIN : [interprétation] Du HVO.

23 M. LE JUGE ANTONETTI : Bien. Un numéro, Madame la Greffière.

24 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] Ce sera IC 335. Monsieur Mundis, il

25 faut peut-être terminer maintenant.

26 M. MUNDIS : [interprétation] Je n'ai plus de questions, Monsieur le

27 Président. Je vous remercie.

28 M. LE JUGE ANTONETTI : Très bien.

Page 13470

1 La Défense a une heure au maximum. Si vous pouvez réduire, ce sera

2 d'autant mieux. Maître Karnavas.

3 M. KARNAVAS : [interprétation] Je vous remercie, Monsieur le Président.

4 J'ai quelques questions à poser à ce monsieur.

5 Contre-interrogatoire par M. Karnavas :

6 Q. [interprétation] Monsieur le Témoin, bonjour.

7 R. Bonjour.

8 Q. Vous avez dit que tout le monde savait que c'était la maison où se

9 trouvait le présumé tireur embusqué, n'est-ce pas ?

10 R. Oui.

11 Q. Je suppose que l'armée de BiH avait ses propres tireurs embusqués ?

12 R. Je n'en sais rien.

13 Q. Vraiment.

14 R. Je suis sûr. Je ne suis pas sûr. Je ne sais pas.

15 Q. Etes-vous sûr de cela ?

16 R. Je ne suis pas sûr. Je ne sais pas si l'armée avait ses propres tireurs

17 embusqués.

18 Q. Je ne vous demande pas où ils se trouvaient. Vous êtes ici. Vous

19 témoignez ici, vous avez prêté serment et vous ne saviez pas que l'armée

20 n'avait pas de tireurs embusqués qui tiraient de l'autre côté de la ligne

21 de confrontation ? Oui, ou non ?

22 R. Je ne savais pas. Je ne les ai pas vus. Probablement qu'ils y étaient,

23 mais j'étais à un abri, je ne les ai pas vus.

24 Q. Mais vous ne dites pas qu'ils n'opéraient pas et que l'armée n'avait

25 pas de tireurs embusqués ?

26 R. Je ne dis pas cela parce que je n'ai pas de connaissance par rapport à

27 cela.

28 Q. Cela ne m'est pas clair. Aidez-moi à comprendre mieux cela, soit vous

Page 13471

1 savez qu'il y avait eu des tireurs embusqués, soit il n'y avait pas eu de

2 tireurs embusqués. Ici vous avez prononcé la déclaration solennelle et je

3 souligne cela, et vous dites que vous ne saviez pas que les tireurs

4 embusqués opéraient du côté des Musulmans ?

5 R. S'il y en avait eu, ils ne tiraient pas sur nous. Je ne sais pas où ils

6 se trouvaient, mais ce que j'ai dit c'est qu'il y en avait eu probablement.

7 Q. Très bien. Je ne vous demande pas s'ils ouvraient le feu sur vous. Je

8 voudrais être sûr d'avoir votre réponse claire par rapport au fait si, au

9 côté musulman, il y avait des tireurs embusqués ou pas ? Oui ou non, pour

10 autant que vous en saviez ?

11 R. Je ne le sais pas. Je n'ai aucune idée, probablement.

12 Q. Très bien. Très bien. Si tout le monde était au courant que c'était la

13 maison dans laquelle se trouvait le tireur embusqué et je suppose que s'il

14 y avait eu des tireurs embusqués au côté musulman et vous vous n'en saviez

15 rien, ou vous avez dit que, probablement, il y en avait eu ces tireurs

16 embusqués, qui auraient dû savoir où -- dans quelle direction tirée pour

17 éliminer -- pour liquider ce tireur embusqué qui se trouvait dans cette

18 maison-là ?

19 M. LE JUGE TRECHSEL : [interprétation] Monsieur Karnavas, je m'excuse, mais

20 vous demandez au témoin de faire des hypothèses.

21 M. KARNAVAS : [interprétation] Comment ?

22 M. LE JUGE TRECHSEL : [interprétation] Des suppositions de toute sorte.

23 Comment le témoin est peut-être censé témoigner sur quelque chose qui

24 probablement existait au côté de l'ABiH des tireurs embusqués et ce que ces

25 tireurs embusqués auraient dû faire

26 -- s'ils avaient fait, s'ils auraient su ?

27 M. KARNAVAS : [interprétation] Bien. J'ai -- entendu ce monsieur dire tout

28 le monde était au courant.

Page 13472

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

12 versions anglaise et française

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 13473

1 Q. Mais vous n'avez pas demandé, Monsieur, comment vous étiez au courant

2 vous-même, vous en personne ? Donc, il disait tout le monde savait et

3 personne ne s'y est opposé. Lui, il disait que c'était l'endroit qui était

4 connu comme étant l'endroit d'où un tireur embusqué tirait. Pourquoi n'a-t-

5 il pas réagi ? C'est le point essentiel de ce que je viens de dire, donc,

6 si vous aviez été au courant, l'armée également aurait été au courant.

7 M. LE JUGE ANTONETTI : Comment se fait-il, Monsieur le Témoin, parce que

8 vous n'êtes pas le premier qui nous parle de cette maison, apparemment

9 cette maison était connue comme lieu où se trouvait un "sniper." Comment se

10 fait-il que l'ABiH n'ait pas attaqué cette maison, n'ait pas tiré sur cette

11 maison, n'ait pas envoyé une roquette sur la maison ? Vous avez une

12 explication ou pas ?

13 M. KARNAVAS : [interprétation] Merci, Monsieur le Président. C'est même

14 mieux articulé que la mienne, mais je vous remercie de l'avoir posé.

15 M. LE JUGE ANTONETTI : Oui, attendez. Répondez à ma question.

16 LE TÉMOIN : [interprétation] A Donja Mahala, où je vivais pendant la guerre

17 et où je vis de nos jours encore, à chaque endroit découvert à partir d'où

18 on pouvait voir les maisons. C'est à partir de cet endroit-là que l'on

19 pouvait s'attendre à un tireur isolé à Stotina. Alors, s'agissant de

20 l'ABiH, je ne sais pas s'ils ont tiré ou pas. J'étais enfant. J'étais à

21 l'abri. Nous voyons rarement des soldats et quand on en voyait, ils

22 portaient des fusils ordinaires.

23 M. LE JUGE ANTONETTI : Je vais continuer sur ma question. Vous êtes blessé

24 avec votre ami. Vous êtes tout de suite amené dans un hôpital de l'ABiH

25 puisque le document marque hôpital de l'ABiH. Je présume que sur place on a

26 dû vous demander où avez-vous été blessé ? Vous avez dû dire, j'ai été

27 blessé à cet endroit.

28 La question que je me pose : comment se fait-il que l'ABiH n'ait pas à ce

Page 13474

1 moment-là envoyé un sniper ou un commando ou je ne sais quoi pour aller

2 détruire cette maison ? Est-ce que vous avez une explication, ou il n'y en

3 a aucune parce que c'était la guerre ? C'était le chaos, je ne sais pas.

4 Parce qu'on a l'impression, Monsieur, on a entendu plusieurs victimes qu'il

5 y a des tirs de sniper. Très bien. On peut localiser des endroits et on

6 s'étonne qu'après, il n'y ait -- il ne se passe rien.

7 Alors, est-ce que vous, en tant que victime et habitant des lieux,

8 puisque vous êtes sorti le 4 octobre. Vous avez dû retourner plus ou moins

9 dans le quartier, il ne s'était rien passé ?

10 LE TÉMOIN : [interprétation] Il ne s'est rien passé. Je ne le sais pas.

11 J'étais opéré. J'étais co-alité à l'hôpital et quand je suis sorti, je suis

12 allé chez moi. J'étais alité à la maison pendant -- presque un mois. Ce

13 n'est que tout doucement par la suite que je me suis accoutumé --

14 M. LE JUGE PRANDLER : [interprétation] Je voulais poser ma question avant

15 le Juge qui préside les travaux de la Chambre, M. Antonetti.

16 Mon impression c'est la suivante : j'aimerais que le témoin me le

17 confirme, à savoir c'était à l'époque un enfant de 12 ans. Je crois que

18 c'est là le point de départ à adopter. Si on lui pose des questions, et à

19 mon avis, certaines de ces questions vont au-delà de le point important qui

20 est celui de son âge à l'époque. Bien entendu, il a pu savoir des choses.

21 Il a pu avoir des informations au sujet des activités des tireurs embusqués

22 des deux côtés. Mais je veux bien croire qu'il n'est pas venu témoigner au

23 sujet de ce qui savait des activités de tireurs embusqués en général, mais

24 dans l'affaire qui le concerne ce qui nous intéresse c'est ce qu'il a pu

25 remarquer. La question est celle de savoir ce qu'il a pensé au sujet de la

26 provenance des tirs. Ce n'est pas le fait de savoir ce qu'il a pensé au

27 sujet des activités de l'ABiH et de leurs tireurs embusqués.

28 Je voudrais donc demander au témoin de nous confirmer ou affirmer,

Page 13475

1 qu'à son avis, de ce qu'il en sait, de quelle direction est venu le tir qui

2 l'a touché, la balle qui est entrée dans son corps, et à son avis, quelle

3 est la provenance de ce tir ? C'est la question que je veux lui --

4 M. LE JUGE ANTONETTI : Monsieur le Témoin, vous avez écouté, répondez à la

5 question.

6 LE TÉMOIN : [interprétation] Alors, d'après la blessure d'entrée et de

7 sortie, ce que j'affirme c'est que la balle ne pouvait venir que depuis le

8 site de Stotina.

9 M. LE JUGE PRANDLER : [interprétation] Merci.

10 M. KARNAVAS : [interprétation] Très bien.

11 Q. Nous avons vu quelques -- enfin, j'ai quelques questions encore. Nous

12 avons vu quelques photos ici et vous avez apposé des cercles avec des

13 initiales. Alors, pour ce qui est de ce secteur et de son apparence c'est

14 l'apparence qu'il avait le jour où vous avez été blessé.

15 R. Non, la ruelle et la rue n'avaient pas l'apparence actuelle.

16 Q. Mais il me semble à moi que certains de ces bâtiments ont bien pu être

17 réparés ou ont bien pu être construits depuis.

18 R. Vous parlez du bâtiment à partir duquel j'affirme que le tireur

19 embusqué avait ouvert le feu ?

20 Q. Toutes sortes de bâtiments, pas seulement celui-là ?

21 R. La plupart des bâtiments ont été réparés. Oui.

22 Q. Bien. Nous n'avons aucune photographie aujourd'hui pour que vous

23 puissiez vous pencher dessus, et nous montrer ce qui constituerait une

24 juste description du site en question, le jour où vous avez été blessé pour

25 pouvoir revenir en arrière et déterminer si le tireur avait une vue dégagée

26 vers l'endroit où vous vous trouviez ou depuis l'endroit où il se trouvait.

27 Donc, étudiez toutes les possibilités qu'il y aurait pour savoir d'où le

28 tir pouvait provenir ?

Page 13476

1 R. Je n'ai pas compris du tout la question que vous venez de poser.

2 Q. Très bien. Je crois que les Juges ont compris.

3 M. KARNAVAS : [interprétation] Je n'ai plus de questions. Merci.

4 M. LE JUGE ANTONETTI : Merci, Maître Karnavas.

5 Maître Murphy.

6 M. MURPHY : [interprétation] Nous n'avons pas de questions, Monsieur le

7 Président.

8 M. LE JUGE ANTONETTI : Avocat suivant.

9 M. KOVACIC : [interprétation] Monsieur le Président,

10 M. Praljak, avec votre autorisation, aurait des questions à poser.

11 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation] Monsieur le Président, vous voulez que

12 je commence ou voulez-vous que nous fassions la pause tout de suite ?

13 M. LE JUGE ANTONETTI : Bon. Commencez, on fera la pause après. Peut-être

14 qu'on aura besoin de se reposer après vos questions.

15 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation] Merci beaucoup.

16 Contre-interrogatoire par l'accusé Praljak :

17 Q. [interprétation] Bonjour, Monsieur le Témoin.

18 R. Bonjour.

19 Q. Je me propose de parcourir quelques points techniques.

20 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation] J'aimerais que sur l'affichage

21 électronique on nous montre 3D 00748.

22 Une photographie au 3D 2206444. Le 3D 00748 et la photo c'est 3D

23 220644.

24 Q. En attendant que ceci ne fasse son apparition, je vais vous poser la

25 question suivante : vous aviez 12 ans, cela ne fait pas beaucoup. Cela ne

26 fait pas peu non plus. Alors, est-ce qu'à l'époque vous saviez que Donja

27 Mahala était la première des lignes de défense de l'ABiH pour la défense de

28 sa partie de Mostar; le saviez-vous ?

Page 13477

1 R. Oui.

2 Q. Bon. Vous le saviez.

3 R. Mais l'endroit où j'ai été blessé --

4 Q. Non, non. Non, non. Je vais vous poser la question. Attendez. N'allez

5 pas de l'avant. Ce n'est pas la photo 3D 220644. Alors, pendant que vous

6 étiez enfant âgé de 12 ans à l'époque; est-ce que vous aviez coutume

7 d'aller déambuler dans ces ruelles et rues ? Est-ce que vous avez vu des

8 soldats de l'ABiH en arme s'en aller ou arriver vers des lignes de

9 défense ? Les avez-vous vus ou pas ?

10 R. Je vous ai dit tout à l'heure que parfois nous pouvions les voir.

11 Q. Merci. Deuxième ou plutôt troisième question. Je crois que le Juge vous

12 a pose la question. Nous avons entendu ici partant de certains documents

13 que j'ai examinés j'ai sorti ces renseignements, au mois d'octobre lorsque

14 vous avez été blessé à partir du 20 septembre il y a eu une grande

15 offensive. Je ne sais pas si vous en savez quelque chose. Offensive où

16 l'ABiH s'était emparée d'une partie de Hum et cetera. Alors, est-ce que

17 vous savez quoi que ce soit au sujet de cette action à ce que vous avez vu

18 et entendu des tirs, est-ce que vous avez appris que l'ABiH avait

19 progressé, et avez-vous appris qu'ils s'étaient emparés d'une partie de

20 Hum ?

21 R. J'ai entendu les tirs, mais je n'ai aucune information nous étions dans

22 des abris à ce moment-là.

23 Q. Alors, le 30 septembre, il a eu signature d'un cessez-le-feu, mais

24 saviez-vous qu'il serait possible de s'emparer de Hum sans s'emparer de

25 Stotina, étant donné que l'un est plus élevé que l'autre ? Enfin vous étiez

26 enfant. Vous n'avez pas à le savoir, mais je vous pose la question quand

27 même : alors qu'on pouvait passer par Stotina au mieux si on voulait

28 s'emparer de Hum; le savez-vous ?

Page 13478

1 R. De mon point de vue actuel, c'est depuis Stotina qui serait le plus

2 aisé d'aller là-bas.

3 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation] Merci. Je n'ai toujours pas la photo.

4 Le 3D 00 --

5 M. LE JUGE ANTONETTI : Vous n'avez pas la photo parce qu'elle n'est pas

6 dans le système e-court. Alors, il faut peut-être donner la photo pour la

7 mettre sur le --

8 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation] Je pourrais le faire, mais on m'a dit

9 que toutes ces photos-là étaient dans l'e-court.

10 M. KOVACIC : [interprétation] Monsieur le Président, nous avons informé

11 notre client que les photos sont téléchargées sur l'affichage électronique,

12 enfin nous sommes en train de vérifier sur la liste. Les photos en question

13 figurent sur la liste des photos téléchargées. Mais on peut prendre la

14 copie de M. Praljak et l'a passé sur le rétroprojecteur.

15 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation] Bien, c'est beaucoup mieux quand on le

16 voit en couleur -- mais, Monsieur, certainement.

17 M. KOVACIC : [interprétation] Je l'ai ici sur mon affichage électronique.

18 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] Pourriez-vous nous redonner le numéro

19 parce que celui que vous avez donné n'est pas le bon, pour sûr.

20 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation] 3D 007481, 748, puis ensuite, 3D 22-

21 0644, c'est ce que j'ai comme cote, mais ne perdons pas de temps.

22 M. KOVACIC : [interprétation] Peut-être cela nous serait-il utile de savoir

23 qu'il s'agit de la page 53. Alors 3D 22-0644 -- ou page 53 dans l'ordre.

24 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation] Madame l'Huissière, veuillez --

25 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] Ici, c'est la dernière page numéro 23,

26 3D 22-0614.

27 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation] On va voir cela de la sorte.

28 Madame l'Huissière, veuillez placer ceci sur le rétroprojecteur. Veuillez

Page 13479

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

12 versions anglaise et française

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 13480

1 le placer, je vous prie, sur le rétroprojecteur.

2 Q. Monsieur le Témoin, je vous prie de me ménager la possibilité d'en

3 finir avec ce que je voulais faire. Alors, nous avons là un bâtiment à

4 Stotina, dont nous avons beaucoup parlé. Est-ce que c'est bien le bâtiment

5 à partir duquel vous affirmez que le tireur isolé a ouvert le feu lorsque

6 vous avez été blessé ?

7 R. Je ne peux pas vous répondre parce que ce n'est pas clair. Ce bâtiment,

8 il pourrait se trouver n'importe où.

9 Q. Tout à l'heure, vous avez vu le même bâtiment et on l'a montré ici une

10 dizaine de fois. Vous l'avez vu au niveau du document du bureau du

11 Procureur marqué en rouge. C'est le bâtiment sur Stotina que nous avons

12 identifié, je ne sais combien de fois et un témoin dont je ne peux pas

13 donner le nom nous a dit que l'étage supérieur de ce bâtiment pendant la

14 guerre n'avait pas existé. Alors, en tout état de cause, je vais maintenir

15 cette affirmation parce que cela cinq fois qu'on a vu cette photo comme

16 étant la photo de la maison à partir de laquelle on avait tiré. Est-ce que

17 vous voyez la quantité de balles qui a touché cette maison. Est-ce qu'on

18 peut identifier un grand nombre de balles tirées sur cette maison ?

19 R. Oui.

20 Q. Est-ce qu'à l'étage que j'affirme avoir été construit ultérieurement,

21 est-ce qu'on peut voir qu'il n'y a pas une seule balle qui --

22 R. Je ne vois pas.

23 Q. Rapprochez-vous, cela devrait pouvoir être visible. Donc, est-ce que

24 sur le bâtiment d'après que l'on voit tout à fait à droite, mais j'aimerais

25 que vous déplaciez la photo avec votre main, servez-vous de votre main

26 penchez-vous sur la photo non pas sur l'écran dites-nous si sur la maison

27 on peut voir un grand nombre de traces d'impact de balles ?

28 R. Je ne vois pas.

Page 13481

1 Q. Vous ne voyez pas.

2 Photo suivante, s'il vous plaît.

3 M. LE JUGE ANTONETTI : Monsieur le Témoin, sur la photo que M. Praljak nous

4 montre, je constate effectivement qu'il y a des traces d'impact de balles

5 autour des fenêtres.

6 LE TÉMOIN : [interprétation] Vous parlez de la grande maison ?

7 M. LE JUGE ANTONETTI : Oui.

8 LE TÉMOIN : [interprétation] J'ai dit à ce sujet-là que je voyais des

9 traces.

10 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation]

11 Q. Monsieur le Témoin, si vous vous penchez sur ce que vous avez annoté

12 tout à l'heure, Stotina pour le compte du bureau du Procureur, seriez-vous

13 d'accord pour dire que le bâtiment que nous avons indiqué à Stotina comme

14 étant celui à partir duquel on avait tiré et celui-ci, est-ce que ce sont

15 les mêmes ?

16 R. Cela semble être les mêmes mais cette maison pourrait se trouver

17 n'importe où. Je ne peux pas -- je n'ai pas une vue d'ensemble.

18 M. LE JUGE ANTONETTI : Monsieur Praljak, la photo que vous nous montrez a

19 été prise en quelle année, parce que la photo du Procureur, c'est une photo

20 récente, tandis que la vôtre semble beaucoup plus ancienne. Elle a été

21 prise en quelle année cette photo ?

22 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation] La photo était prise, il y a peu de

23 temps, ce n'est pas il y a longtemps, il n'y a beaucoup de choses qui ont

24 changé depuis. Alors, je ne sais pas si c'est cette photo ou d'autres

25 photos, je les ai -- ce sont des vues que j'ai prises lorsque je me suis

26 penché sur la destruction du vieux pont. Il est clair que des centaines ou

27 des milliers de balles ont été tirées en direction de la maison, certaines

28 ont même touché le même endroit probablement.

Page 13482

1 J'aimerais que nous passions maintenant à la photo suivante.

2 Q. Alors c'est la même. On voit là-haut la partie qui a été construite

3 ultérieurement, comme l'a dit l'un des témoins qui a témoigné ici et

4 j'aimerais que maintenant que l'on retrouve la photo sur Stotina, pour

5 établir la corrélation entre ce bâtiment et le bâtiment qu'a montré le

6 témoin sur la photo du Procureur sont les mêmes.

7 Aussi voudrais-je que nous passions à la photo suivante.

8 Photo suivante, je vous prie. Alors, est-ce que vous reconnaissez ceci

9 comme étant Stotina ? On est un peu plus à droite par rapport à l'endroit

10 dont j'ai paré tout à l'heure, Monsieur le Témoin, c'est un peu tourné vers

11 Hum plus à droite. Est-ce que vous reconnaissez cet endroit ?

12 R. Je suppose que c'est bien Stotina. C'est bien de cela que cela a l'air.

13 Q. Alors, le pilier à droite au coin que vous voyez, le voyez-vous ?

14 R. Oui, je le vois.

15 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation] Maintenant, photo suivante, s'il vous

16 plaît ?

17 Q. Vous avez vu cette petite maison derrière le pilier, revenez un peu, le

18 voyez-vous.

19 Alors, Monsieur le Témoin, à droite de ce pilier, y a-t-il une petite

20 maison ?

21 R. Oui, je la vois.

22 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation] Maintenant, revenons à l'autre photo.

23 Q. Maintenant, vous voyez cette espèce de pilonne, regardez la quantité de

24 balles qui se trouvent, les traces d'impact de balles sur cette pilonne en

25 béton pour le transport d'énergie électrique. Le voyez-vous ?

26 R. Je vois.

27 Q. Alors, vous, à l'âge de 12 ans, ayant eu 12 ans, vous souvenez-vous de

28 la quantité de munitions qui devaient forcément être tirées du côté est

Page 13483

1 parce que vous serez d'accord avec moi pour dire que ceci s'est vu depuis

2 le côté est. Nous pouvons revenir vers la photo d'avant.

3 R. Oui, cela a l'air d'être pris du côté est.

4 Q. Alors, serez-vous d'accord avec moi pour dire qu'il y a là des dizaines

5 d'impacts de balles qui ne sont pas forcément des impacts, des traces de

6 balles ordinaires, mais des balles assez grosses, de gros calibres ?

7 R. Oui, je serai d'accord.

8 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation] Bien. Alors, maintenant, photo

9 suivante, je vous prie.

10 Q. C'est une vue depuis Stotina, nous sommes d'accord, n'est-ce pas ?

11 R. Oui.

12 Q. Alors, vous voyez à droite ces maisons d'habitation ?

13 R. Je les vois, oui.

14 Q. Alors, mon allégation serait-elle exacte que pour ce qui est de dire

15 que ce sont des bâtiments qui ont été construits avant la guerre,

16 indépendamment du fait de savoir si quelqu'un y habitait ou pas ? Est-ce

17 que selon les gabaries, ce genre de bâtiment d'époque ?

18 R. C'étaient des bâtiments qui ont été entamés, dont la construction a été

19 entamée avant la guerre. Nous, enfants, on jouait au chantier.

20 Q. Bien. Vous jouiez, mais est-ce que c'était juste des bâtiments

21 construits dont les ossements ont été construits jusqu'au toit mais c'était

22 loin d'être achevé ?

23 R. Non, ce n'était pas achevé.

24 Q. Alors, est-ce que vous pourriez nous montrer sur cette photo où se

25 trouve votre ruelle ?

26 R. Cela je ne peux pas vous le montrer d'ici. Je ne peux pas du tout vous

27 le montrer d'ici.

28 Q. Est-ce que vous voyez ces deux bâtiments -- ou ces deux maisons

Page 13484

1 jumelles après les deux faucons, est-ce que --

2 R. Oui, je vois.

3 Q. Est-ce que vous pourriez à peu près nous dire où se trouve l'endroit en

4 question ? Essayez de nous orienter ? Essayer de vous orienter pour nous

5 dire, nous indiquer où se trouve cette ruelle ?

6 R. Je ne peux pas vous le montrer à partir d'ici.

7 Q. Alors, il faudrait essayer de se placer à l'emplacement du tireur

8 embusqué qui vous a tiré dessus. Il devrait que vous avez vu depuis chez

9 vous une maison que vous a montrée le Procureur qui était blanche. On en a

10 vu une autre qui n'est pas encore blanche où il n'y a que des briques. On

11 ne sait pas si c'est la même ou si ce n'est pas la même. Mais personne n'a

12 fait effort de se servir d'un zoom plus puissant pour savoir si c'est bel

13 et bien la même maison.

14 Alors, est-ce que votre allée ou la ruelle en question se trouve entre les

15 deux bâtiments que nous appelons les deux jumelles, les deux faucons, ou en

16 biais, alors, cela devrait aller depuis Hum vers Neretva ou en parallèle

17 avec la Neretva. Comment et quel était l'emplacement de votre ruelle ?

18 R. [Le témoin s'exécute]

19 Cela devait contourner ces deux maisons et il y avait deux entrées --

20 il y avait, c'était un sens circulaire.

21 Q. Mais sur quelle partie vous trouviez-vous lorsque vous avez été frappé

22 par balle, enfin je regrette d'avoir à vous poser des questions, mais

23 s'agissant de l'endroit que vous venez de tracer, où est-ce que vous vous

24 êtes trouvé vous-même ?

25 R. [Le témoin s'exécute]

26 Q. Bien.

27 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation] Je n'ai plus de questions pour ce

28 témoin. J'aimerais que nous obtenions des numéros IC.

Page 13485

1 Merci, Monsieur le Témoin, des réponses que vous avez fournies.

2 M. LE JUGE ANTONETTI : Madame la Greffière, donnez-nous des numéros IC,

3 s'il vous plaît.

4 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] Monsieur le Président, ce sera IC 336.

5 M. LE JUGE ANTONETTI : Merci. Bien. Nous allons faire une pause de 20

6 minutes. Nous reprendrons dans 20 minutes.

7 --- L'audience est suspendue à 15 heures 42.

8 --- L'audience est reprise à 16 heures 05.

9 M. LE JUGE ANTONETTI : Bien. L'audience est reprise. Je salue M. Scott.

10 Je donne la parole aux avocats suivants.

11 Mais avant cela, Monsieur le Témoin, il y a une photo où il faut mettre vos

12 initiales.

13 LE TÉMOIN : [Le témoin s'exécute]

14 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation] Ce qui m'intéresse de savoir c'est si

15 la photographie de la colonne pour laquelle le témoin a dit qu'elle se

16 trouvait à Stotina et où la partie tournée vers l'ouest était criblée de

17 balles. Est-ce que cette photo-là a eu un numéro ou pas ?

18 M. LE JUGE ANTONETTI : Oui. Bien le IC 336, d'après ce que j'ai compris

19 recoupe toutes les photos.

20 Maître Stewart.

21 M. STEWART : [interprétation] Merci, Monsieur le Président.

22 Contre-interrogatoire par M. Stewart :

23 Q. [interprétation] Monsieur le Témoin, le jour que vous nous avez décrit

24 ce jour-là, vous étiez sur votre chemin vers l'abri à cause du pilonnage et

25 du feu très intense, n'est-ce pas ? C'est à ce moment-là que commence toute

26 cette histoire ?

27 R. Oui, j'étais en chemin vers l'abri; c'est exact ? Je suis partie de

28 chez moi vers l'abri.

Page 13486

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

12 versions anglaise et française

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 13487

1 Q. Pour résumer donc c'est ce que vous avez dit, c'est ce qui se trouve

2 dans votre déclaration. Vous le confirmer maintenant. Ce que j'aimerais

3 savoir c'est ceci. Vous deviez traverser un espace et vous avez dit qu'il y

4 avait un espace très, très petit, et que vous deviez franchir avec votre

5 ami. Dites-nous, on a vu un arbre sur la photographie et les maisons et

6 vous les avez marquées, dites-nous elles se trouvaient -- cet arbre, ces

7 maisons à votre droite, n'est-ce pas ?

8 R. Je n'ai pas compris votre question. Si vous pourriez la répéter.

9 Q. Essayez d'imaginer la situation, de visualiser. Vous essayez de

10 franchir cet espace très, très petit, il y a un pilier, c'est l'espace --

11 pour lequel vous avez dit que vous et votre ami vous vous trouviez au

12 moment d'avoir été touché. Donc, juste là, on voit un arbre puis un peu

13 plus loin au bout de cette rue, on voit deux maisons qui sont un peu

14 surélevées, donc ces objets -- ces maisons et cet arbre se trouvaient à

15 votre droite ?

16 R. Oui, à peu près. Oui, on pourrait dire que c'était à ma droite.

17 Q. Vous avez maintenant fait le -- un geste de votre main droite pour

18 confirmer que cela se trouvait bien à votre droite. Non. Ce qui est

19 également vrai et on l'a bien vu sur la photo et on le comprend d'après vos

20 descriptions c'est que l'orifice d'entrée se trouvait à votre gauche, sur

21 le côté gauche de votre corps ?

22 R. Oui.

23 Q. Donc, pourrions-nous alors essayer d'éclaircir encore un point. Dans

24 votre déclaration, vous avez dit que tout d'abord vous n'aviez pas du tout

25 compris avoir été touché, n'est-ce pas ?

26 R. C'est exact.

27 Q. Ce que vous avez fait par la suite et ayant compris que votre ami,

28 Nino, avait été touché vous êtes dirigé vers la maison de ses parents.

Page 13488

1 Dites-moi, à quelle distance de cet endroit se trouvait la maison des

2 parents de Nino ?

3 R. A quelques minutes de marche de distance.

4 Q. Pourriez-vous nous dire quelle était la distance à peu près ?

5 R. Peut-être une centaine de mètres.

6 Q. Donc, vous êtes parti là-bas, vous leur avez dit que Nino avait été

7 touché, puis vous êtes revenu et au moment où vous êtes arrivé sur les

8 lieux il avait des personnes qui s'étaient rassemblées autour de Nino et

9 qui essayaient de panser sa blessure. C'est ce que vous avez déclaré, vous

10 le confirmer, n'est-ce pas ?

11 R. Oui.

12 Q. Puis quelqu'un a déclaré qu'il fallait ramener Nino au dispensaire et

13 vous-même vous êtes parti en courant chercher une civière.

14 R. Oui.

15 Q. A quelle distance de cet endroit se trouvait le dispensaire, j'imagine

16 que Nino devait être allongé au sol ou assis à ce moment-là ?

17 R. A 70 à 100 mètres à peu près.

18 Q. Souvenez-vous des vêtements que vous portiez ce jour-là ? Vous avez

19 déclaré que c'était une journée ordinaire d'automne, qu'est-ce que vous

20 portiez une chemise, un t-shirt, une veste ?

21 R. J'avais le haut de mon jogging sur moi.

22 Q. Soyons clair. Vous avez 12 ans à cette époque-là. Vous aviez une balle

23 qui a traversé votre corps en entrant par le côté gauche en sortant du côté

24 droit. Vous avez réussi dans cet état de courir jusqu'à la maison des

25 parents de Nino sans que personne se rendre compte que vous étiez blessé et

26 ils vous ont même envoyé chercher une civière au dispensaire. Est-ce que

27 j'ai bien compris cela, que personne ne s'est rendu compte que vous étiez

28 blessé vous-même ?

Page 13489

1 R. Ecoutez, personne ne m'a envoyé chercher cette civière. C'est moi qui

2 ai entendu dire qu'il fallait une civière pour Nino alors je suis parti

3 vite la chercher et c'est au dispensaire que les gens ont vu que j'étais

4 blessé. Ils ont vu que je saignais.

5 Q. C'est la confirmation de ce que je viens de dire, que c'est seulement

6 une fois au dispensaire que vous vous êtes rendu compte que vous étiez

7 blessé. Vous êtes allé en courant à la maison des parents de Nino. Vous

8 êtes revenu ensuite vous vous êtes porté volontaire pour aller chercher une

9 civière au dispensaire. Vous avez couru jusqu'au dispensaire, et pendant

10 tout ce temps-là personne, vous y compris, vous vous êtes rendu compte que

11 vous étiez blessé alors qu'une balle a transpercé votre ventre.

12 R. Oui.

13 Q. En fait, vous ne savez même pas à quel moment à partir du moment où

14 vous êtes arrivé dans cette allée et au moment où vous êtes allé au

15 dispensaire vous n'avez aucune idée à quel moment précis vous avez été

16 touché, n'est-ce pas ?

17 R. On pourrait le dire. J'ai senti que quelque chose m'a piqué. Je n'ai

18 pas fait attention. Cela brûlait un peu mais je n'ai vraiment pas fait

19 attention. J'ai juste décidé de courir vite voir les parents de Nino et

20 tout d'abord en fait j'ai essayé de le mettre à l'abri.

21 M. LE JUGE TRECHSEL : [interprétation] Maître Stewart, je m'excuse. Vous

22 avez déclaré que le témoin avait déclaré qu'il a été touché au ventre ou

23 l'estomac. Vous pensiez peut-être au ventre.

24 M. STEWART : [interprétation] Ecoutez, on peut voir déjà à partir des

25 photos où il a été touché. Ce n'est pas la peine qu'on se discute

26 maintenant vous et moi de cette question où il a été touché.

27 M. LE JUGE TRECHSEL : [interprétation] Vous avez bien répondu à ma

28 question. Cela suffit.

Page 13490

1 M. STEWART : [interprétation] Merci, Monsieur le Juge.

2 Q. Bon. Vous seriez d'accord avec moi de dire que -- pour dire que le seul

3 moment pour lequel vous pourriez dire avec certitude que ce n'est pas à ce

4 moment-là que vous avez été touché. C'est en fait le moment où vous avez

5 traversé cette petite allée parce que le tireur se trouvait à des centaines

6 de mètres plus loin de votre côté droit alors que vous avez été touché du

7 côté gauche. Il est évident que cela n'a pu arriver au moment où vous vous

8 trouviez dans cette allée, n'est-ce pas ?

9 R. Ecoutez, non, non. C'est arrivé bien à ce moment-là, au moment où

10 j'essaie de franchir la rue parce qu'à ce moment-là j'étais tourné de mon

11 côté gauche vers l'endroit d'où est venue la balle. Si vous comparez

12 l'emplacement du tireur et l'endroit où se trouve ma blessure cela vous

13 sera évident. Le tout c'est que je n'ai pas immédiatement compris ce qui

14 m'était arrivé.

15 Q. Essayons de parler sérieusement maintenant, Monsieur le Témoin. Vous

16 n'avez pas compris avoir été touché avant d'arriver au dispensaire. Vous

17 n'avez pas mentionné le fait d'avoir senti des brûlures, des picotements

18 avant le dispensaire. Donc, cela veut dire que vous ne saviez pas que vous

19 avez été blessé d'un côté et donc vous ne pouviez pas savoir d'où le tir a

20 pu provenir ?

21 R. Non, non, non. Je suis sûr, je suis certain que le tir qui -- la balle

22 qui m'a atteint était tirée depuis Stotina.

23 Q. En fait, toute cette idée -- toute cette conclusion vous avez mieux

24 après en avoir débattu longuement avec d'autres personnes, parce que vous

25 n'aviez que 12 ans, et on sait en fait après avoir discuté avec d'autres

26 personnes plus âgées que vous êtes arrivé à la conclusion que cela a dû se

27 passer de telle manière -- de la manière que vous nous décrivez, n'est-ce

28 pas ?

Page 13491

1 R. Ecoutez-moi, je sais où je me trouvais à ce moment-là. Je sais d'où est

2 venu le tir. C'est -- J'en suis persuadé. Peut-être que je me trompe. Je ne

3 peux pas être sûr à 100 %. Mais je suis persuadé que le tir est venu depuis

4 Stotina. Vous pouvez voir les photos et faire les comparaisons et vous en

5 rendre compte vous-même.

6 Q. Alors, pourriez-vous nous expliquer le point suivant ? Si vous ne

7 pouvez -- vous avez dit que vous nous pouviez pas, si vous le pouvez alors,

8 dites-le-nous. On ne va pas - entrer dans le détail, mais parmi les pièces

9 que nous avons reçues - et tout le monde sait de quoi je parle concernant

10 ce qui vous est arrivé - on dit dans ces documents que la distance depuis

11 l'endroit où vous vous trouviez et le lieu d'où est venu le tir est que

12 cette distance était entre huit à 900 mètres à peu près. N'oubliez pas ce

13 chiffre huit à 900 mètres; c'est quelque chose qui provient d'un rapport

14 d'expert. Mais on a aussi la distance de 470 mètres qui est mentionnée.

15 Dans les matériaux dont nous disposons, nous avons ces deux distances qui

16 sont mentionnées. Une de 470 et l'autre de huit à 900 mètres. C'est bien

17 différent, n'est-ce pas ?

18 Je vous demande maintenant de nous dire si vous êtes en état capable de

19 nous dire comment il est possible qu'on ait mentionné ces deux distances

20 différentes par rapport à l'incident.

21 R. Je ne sais pas.

22 Q. Savez-vous si cette maison pour laquelle vous dites que c'est l'endroit

23 d'où sont partis, savez-vous si elle se trouve à 470 mètres ou à peu près

24 de l'endroit où vous vous trouviez -- ou plutôt, à huit ou 900 mètres.

25 R. Je ne sais pas si je devais y aller à pied, je pense que ce serait

26 plutôt 7 ou 800 mètres, mais quand on regarde en ligne droite, c'est peut-

27 être moins.

28 Q. Alors, ce serait plutôt 470 ou plutôt 800 à 900 mètres, en ligne droite

Page 13492

1 selon vous ?

2 R. Je ne sais pas comment on peut mesurer ces distances, je suis incapable

3 de vous le dire.

4 M. STEWART : [interprétation] Je n'ai plus de questions.

5 M. LE JUGE ANTONETTI : Maître Tomic, vous avez certainement des questions.

6 Mme TOMASEGOVIC TOMIC : [interprétation] Non.

7 M. STEWART : [interprétation] En fait, j'ai oublié de vous dire quelque

8 chose. Peut-être mon client pourrait -- il m'avait dit qu'il allait poser

9 quelques questions. Je m'attendais à ce qu'il se lève tout seul et

10 immédiatement pour prendre parole, si possible.

11 L'ACCUSÉ PETKOVIC : [interprétation] Merci, Monsieur le Juge.

12 Contre-interrogatoire par laccusé Petkovic :

13 Q. [interprétation] Bonjour, Monsieur le Témoin. Dites-nous savez-vous si

14 depuis Hum on peut voir cette rue Orucevica Sokak, cette petite allée ?

15 R. Oui. Écoutez, je pense qu'il faudrait -- je ne sais pas si on peut le

16 voir, s'il faudra essayez de --

17 Q. Je demande si on voit de Hum la rue Orucevica Sokak ?

18 R. Je ne sais pas. Mais de Orucevica Sokak, on voit Hum. Donc, je suppose

19 que oui, quand même.

20 Q. Oui. Mais j'ai l'impression que vous nous avez montré un endroit

21 derrière la maison depuis laquelle on pouvait voir Hum.

22 R. Oui.

23 Q. Vers le haut, on peut voir aussi le boulevard, mais depuis votre maison

24 c'est seulement cet endroit-là, le Bulevar que vous pouvez voir et pas le

25 mont Hum, n'est-ce pas ?

26 R. Écoutez, je pense que depuis que la maison à côté de la quelle je me

27 trouvais, qu'elle était visible depuis Hum, mais je ne sais pas. Je ne peux

28 pas vous l'affirmez parce que je ne suis jamais monté sur Hum.

Page 13493

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

12 versions anglaise et française

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 13494

1 L'ACCUSÉ PETKOVIC : [interprétation] Pourrions-nous montrer

2 l'enregistrement vidéo où les photographies panoramiques si c'est

3 possible ? Je ne connais pas la référence exacte de cette pièce.

4 M. LE JUGE ANTONETTI : Madame la Greffière, peut-on repasser les photos

5 panoramiques.

6 M. STEWART : [interprétation] C'est 9 139.

7 L'ACCUSÉ PETKOVIC : [interprétation]

8 Q. Monsieur le Témoin, il s'agit là de la photographie de l'endroit que

9 vous étiez en train de franchir en courant ?

10 R. Oui.

11 Q. Vous avez essayé de traverser depuis la maison qu'on voit à droite vers

12 la gauche.

13 R. Oui, je me dirigeais vers ce mur en pierre à côté du portail rouge.

14 Q. Alors, si vous étiez en train de traverser cette rue, quelle partie du

15 corps était tournée vers le fond de la photographie ?

16 R. C'était mon côté droit qui était tourné vers le fond de la

17 photographie.

18 L'ACCUSÉ PETKOVIC : [interprétation] Je demande qu'on tourne l'image.

19 Arrêtez, s'il vous plaît.

20 Voyez-vous, maintenant, à gauche de cette photographie, on voit des

21 élévations, n'est-ce pas, une partie d'une colline ou de quelque chose,

22 voyez-vous cela ?

23 R. Oui.

24 Q. Qu'est-ce que c'est ?

25 R. C'est une colline.

26 Q. Quelle colline ?

27 R. Je pense que c'est la colline Fortica.

28 Q. C'est sur Hum ?

Page 13495

1 R. Oui, je pense, mais de l'autre côté du fleuve.

2 L'ACCUSÉ PETKOVIC : [interprétation] On peut tourner encore la

3 photographie, s'il vous plaît. Arrêtez.

4 Q. Alors, les roches qu'on voit à gauche, qu'est-ce que c'est ?

5 R. Hum.

6 Q. Donc, on voit seulement une partie de Hum, une cinquantaine de mètres,

7 je pense que le Bulevar passe là à côté; c'est bien cela ?

8 R. Oui, il y a une autoroute là.

9 Q. Donc, c'est Hum et c'est près de l'endroit que vous essayez de

10 franchir. Quand vous avez marqué la photographie tout à l'heure, vous avez

11 déclaré qu'on voyait le mont Hum derrière cet endroit-là.

12 R. Oui. C'était concernant ma deuxième blessure.

13 Q. Donc, on peut en conclure qu'Orucevica Sokak se voit bien depuis Hum et

14 depuis Stotina et depuis Fortica.

15 L'ACCUSÉ PETKOVIC : [interprétation] Arrêtez maintenant l'image, s'il

16 vous plaît. J'aimerais bien qu'on zoome un peu, si possible, s'il vous

17 plaît.

18 Q. Vous avez déclaré que selon vous c'était la maison qui se

19 trouvait à gauche depuis laquelle on a tiré sur vous, n'est-ce pas ?

20 R. Oui.

21 Q. Pourriez-vous la marquez maintenant -- l'indiquez maintenant -- l'a

22 montrez ?

23 M. LE JUGE ANTONETTI : Monsieur, vous devez avoir un marker; marquez la

24 maison qui vous a tiré dessus, dont on vous a tiré dessus sur la photo,

25 oui.

26 M. MUNDIS : [interprétation] Je m'excuse, Monsieur le Président, mais c'est

27 une photo montrée dans le système Sanction. Il ne peut pas montrer sur

28 l'écran. Il ne fera qu'endommager l'écran. J'ai une copie de cette

Page 13496

1 photographie en papier ici.

2 M. LE JUGE ANTONETTI : Je pensais, Monsieur Mundis, avec la technique, on

3 pouvait tout faire; apparemment, ce n'est pas le cas.

4 L'ACCUSÉ PETKOVIC : [interprétation]

5 Q. Pouvez-vous marquer maintenant cette maison ?

6 R. [Le témoin s'exécute]

7 Q. Vous avez écrit là le numéro 1, c'est bien. Veuillez écrire vos

8 initiales là, s'il vous plaît.

9 M. LE JUGE ANTONETTI : Pourriez-vous apposer vos initiales sur la photo ?

10 LE TÉMOIN : [Le témoin s'exécute]

11 M. LE JUGE ANTONETTI : Madame la Greffière, un numéro IC.

12 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] Monsieur le Président,

13 IC 337.

14 L'ACCUSÉ PETKOVIC : [interprétation]

15 Q. Monsieur le Témoin, question relative à Fortica car, au moment où vous

16 avez franchi en courant cette allée, est-ce que Fortica se trouvait à votre

17 gauche ?

18 R. Oui.

19 Q. Savez-vous qui se trouvait à Fortica ?

20 R. Je pense que les Serbes s'y trouvaient.

21 L'ACCUSÉ PETKOVIC : [interprétation] Je n'ai plus de questions, Monsieur le

22 Président.

23 M. LE JUGE ANTONETTI : Il reste Me Ibrisimovic. Des questions ?

24 M. IBRISIMOVIC : [interprétation] Pas de questions, merci.

25 M. LE JUGE ANTONETTI : Alors, tous les avocats sont intervenus, on n'oublie

26 personne.

27 Monsieur Mundis, questions supplémentaires ?

28 M. MUNDIS : [interprétation] Juste quelques questions qui découlent du

Page 13497

1 contre-interrogatoire. J'aimerais présenter au témoin la pièce IC 00331,

2 s'il vous plaît.

3 Nouvel interrogatoire par M. Mundis :

4 Q. [interprétation] Monsieur Katica, on vous a posé quelques questions

5 concernant l'orifice d'entrée et de sortie de balles; pourriez-vous sur

6 cette photo nous montrer l'orifice d'entrée ?

7 R. Sur la photographie, le côté gauche.

8 Q. Pourriez-vous prendre maintenant un stylo et marquer numéro 1 à

9 l'endroit où se trouve l'orifice d'entrée ?

10 R. [Le témoin s'exécute]

11 Q. Bien. La photographie à droite, qu'est-ce qu'elle représente ?

12 R. L'orifice de sortie.

13 Q. Pourriez-vous marquer cette photographie avec un numéro 2 ?

14 R. [Le témoin s'exécute]

15 Q. Merci, Monsieur Katica.

16 M. MUNDIS : [interprétation] Le Procureur n'a plus de questions.

17 M. STEWART : [interprétation] Pourrions-nous être un peu plus précis. C'est

18 juste un commentaire et je suppose et je pense que ce n'est pas remis en

19 question qu'à côté gauche de la première photographie on voit le nombril du

20 témoin. Je ne pense pas que cela soit contesté, mais --

21 M. MUNDIS : [interprétation] Peut-être qu'on pourrait résoudre tout cela en

22 demandant au témoin de se lever et de nous montrer sur son corps ici dans

23 le prétoire où il a été touché, par où la belle est entrée et par où elle

24 est sortie. C'est tout.

25 Q. Monsieur, pourriez-vous vous lever et nous montrer sur votre corps où

26 la balle est entrée et par où elle est sortie ?

27 R. [Le témoin s'exécute]

28 Q. C'est par là quelle est sortie ? Pardon, vous ne m'entendiez pas.

Page 13498

1 Montrez-nous par où elle est sortie la balle ?

2 R. [Le témoin s'exécute]

3 Q. Merci beaucoup, Monsieur.

4 M. MUNDIS : [interprétation] Ce serait bien que la cabine technique nous

5 aide avec la photo de ces images.

6 Questions de la Cour :

7 M. LE JUGE ANTONETTI : Un instant. Nous aurons un numéro, mais, là, j'ai

8 une question à vous poser. On a vu l'entrée de la balle, la sortie de la

9 balle vous l'avez montrée. Est-ce que la balle, d'après ce que vous savez,

10 a traversé votre estomac ou pas ?

11 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui, oui.

12 M. LE JUGE TRECHSEL : [interprétation] Juste pour être clair, comment

13 savez-vous quelle orifice était l'orifice d'entrée et laquelle de sortie ?

14 Comment vous les distinguez ?

15 LE TÉMOIN : [interprétation] Parce que l'orifice de sortie est normalement

16 plus grande que l'orifice d'entrée. C'est ce qu'on a dit à l'hôpital.

17 M. LE JUGE TRECHSEL : [interprétation] Merci.

18 M. LE JUGE ANTONETTI : Un numéro.

19 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] IC 338.

20 M. LE JUGE ANTONETTI : Bien. Bon, Monsieur, votre témoignage vient de se

21 terminer. Je vous remercie au nom de mes collègues d'être venu apporter

22 votre concours à la manifestation de la vérité.

23 Je vais donc demander à Mme l'Huissière de bien vouloir vous raccompagner à

24 la porte de la salle d'audience. Nous vous remercions.

25 LE TÉMOIN : [interprétation] Merci.

26 [Le témoin se retire]

27 M. LE JUGE ANTONETTI : Bien. Alors, je me tourne vers les représentants au

28 pluriel de l'Accusation. Quel est le témoin qui va suivre ?

Page 13499

1 M. SCOTT : [interprétation] Bonjour, Monsieur le Président, Messieurs les

2 Juges et tout le monde dans le prétoire. Le témoin suivant est M. Klaric et

3 vais mener l'interrogatoire principal.

4 M. LE JUGE ANTONETTI : Bien. Monsieur Scott, je pense qu'on pourrait gagner

5 du temps, avec tout le respect que nous vous devons, concernant les

6 déclarations signées par le témoin, s'il y a des modifications, et cetera.

7 Donc, en une phrase vous pouvez synthétiser tout cela pour qu'il dise oui,

8 je confirme, plutôt que de lui poser une question : est-ce que vous avez

9 signé la déclaration anglaise ? Donc, oui. Est-ce que c'est conforme ? Oui,

10 et cetera. Peut-être que, par une phrase synthétique, le témoin dirait oui,

11 à votre question d'ordre général.

12 M. SCOTT : [interprétation] Je vous remercie, Monsieur le Président, je

13 vais essayer d'être le plus efficace possible. Je ne peux pas dire peut-

14 être que je ne vais pas agir en ma faveur, mais maintenant je peux -- je ne

15 peux pas être sûr que je pourrais couvrir cela en une question, mais je

16 vais être le plus efficace possible.

17 Avant que le témoin n'entre, le témoin -- il y avait beaucoup de

18 questions la semaine dernière --

19 M. LE JUGE ANTONETTI : Essayez, essayez.

20 M. SCOTT : [interprétation] Donc, j'ai dit, Monsieur le Président, qu'il y

21 avait eu beaucoup de questions par rapport à l'endroit où se trouvait la

22 ligne de confrontation à Mostar. Je pense que je vais me corriger --

23 M. LE JUGE ANTONETTI : Not, pas tout en une phrase, mais les questions sur

24 la déclaration qu'il a faite, si elle est conforme avec. Voilà.

25 M. SCOTT : [interprétation] Je vous remercie, Monsieur le Président. Je

26 n'ai pas pensé à ce que toutes mes questions soient posées en une seule

27 phrase, je ne suis pas efficace à tel point.

28 Mais, Monsieur le Président, avant que le témoin n'entre, permettez-moi de

Page 13500

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

12 versions anglaise et française

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 13501

1 parler des documents qui ont été distribués ici dans le prétoire

2 aujourd'hui. Il y a une -- l'une des cartes de Mostar qu'on a souvent

3 utilisées ici dans cette affaire. Par rapport à cette carte, on a ajouté la

4 photographie qui porte le numéro 060346 et je vais demander à ce qu'une

5 cote soit accordée à cette pièce à conviction. Peut-être que cela a déjà

6 été fait; sinon, j'aimerais que notre commise à l'affaire le fasse.

7 [Le témoin est introduit dans le prétoire]

8 M. SCOTT : [interprétation] Pendant que l'on se penche sur ce document, je

9 ne pense pas qu'il y ait eu contestation -- qu'on peut contester l'endroit

10 de la ligne de confrontation à Mostar durant l'année 1993 après que les

11 combats ont commencé le 9 mai. Dans la plupart des situations, la ligne

12 était donc stable. Je ne suggère pas qu'il n'y avait pas eu de déplacements

13 de quelques mètres mais nous avons une ligne orange qui décrit ces

14 déplacements. Je pense que la Chambre sait et que ce n'est pas contesté que

15 l'ABiH pendant toute cette période était en mesure de tenir une petite

16 portion du territoire -- pas au côté orientale de la rivière. Cela continue

17 en Donja Mahala, c'est sur la photographie à gauche jusqu'à la rue Bulevar,

18 la partie centrale de Mostar, ensuite traverse la place Espagnole, ensuite

19 va vers la rue Santici. Nous ne sommes pas très, très sûr où la ligne se

20 trouvait exactement dans cette région et s'il y avait des modifications --

21 des déplacements de la ligne de confrontation de temps à autre. Ensuite,

22 cela continue vers la rivière, en traversant le pont sur la carte, et après

23 en longeant le fleuve.

24 Je pense que, malheureusement, c'est l'une des régions, c'est l'une des

25 données dans cette affaire où on peut peut-être avoir un accord entre les

26 parties et l'Accusation considère qu'il s'agit d'une description exacte qui

27 n'est pas contestable et que cela pourrait aider la Chambre.

28 Il y avait beaucoup de cartes et de photographies que

Page 13502

1 M. Praljak -- sur laquelle M. Praljak a posé des annotations et il semble

2 que cette ligne soit en conformité avec ce que les -- de différents témoins

3 ont -- nous ont montré sur des cartes et photographies présentés par M.

4 Praljak.

5 M. LE JUGE ANTONETTI : L'Accusation a une carte où elle a mis en orange la

6 ligne de démarcation. On voit que cela suit le Bulevar, ensuite, cela passe

7 par la rue Santic, ensuite cela prendre le long de la Neretva; est-ce que

8 vous êtes d'accord avec le tracé ?

9 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation] Oui.

10 M. LE JUGE ANTONETTI : Merci.

11 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation] La carte est exacte pour ce qu'on peut

12 voir sur la carte vers le nord et vers le sud, mais ce qu'on peut voir est

13 exact, il y avait des déplacements dans la rue Santiceva, ce qui est

14 indiqué par une ligne pointillée, c'est exact. Je suis d'accord avec cela.

15 Mme ALABURIC : [interprétation] Je m'excuse, j'ai une ou deux phrases à

16 dire. Il serait important de souligner que la répartition était la même

17 avant le 9 mai 1993, pour ne pas penser que c'était seulement après le 9

18 mai 1993 la zone de responsabilité a été établie. C'est ce qu'on peut voir

19 sur cette carte.

20 M. LE JUGE ANTONETTI : C'est avant le 9 mai ou après le 9 mais ?

21 M. SCOTT : [interprétation] Pour être franc, Monsieur le Président, nous

22 n'avons pas pris en considération cet aspect et nous n'avons pas discuté

23 des dates. Je pense qu'au moins, si ce n'était avant le 9 mai 1993, il

24 s'agissait de la ligne qui n'a pas été déplacée beaucoup. Je ne peux pas me

25 lancer en de tels débats avec le conseil de la Défense, mais je ne suis pas

26 prêt à dire que la ligne était exactement comme cela avant le 9 mai.

27 M. LE JUGE ANTONETTI : Avant ou après le 9 mai ?

28 L'ACCUSÉ PETKOVIC : [interprétation] Monsieur le Président, l'Accusation a

Page 13503

1 présenté la pièce à conviction du 19 avril, P 01978, et au point 2, ont été

2 définies ces lignes, et nous confirmons cela. Donc, ces lignes ont été

3 rédigées le 19 avril. Le Procureur a le document P 01978, qui a été

4 présenté, et aux points 1, 2, ont été définie cette ligne -- la ligne a été

5 définie, la ligne qui contournait la zone de responsabilité ou de contrôle.

6 M. LE JUGE ANTONETTI : En regardant également le document

7 P 01978.

8 LE TÉMOIN : MUNIB KLARIC [Assermenté]

9 [Le témoin répond par l'interprète]

10 M. LE JUGE ANTONETTI : Bien. Alors, Monsieur, levez-vous parce qu'il faut

11 que je vous fasse prêter serment, d'abord donnez-moi votre nom, prénom, et

12 date de naissance.

13 LE TÉMOIN : [interprétation] Je m'appelle Klaric Munib, je suis né le 20

14 juin 1944.

15 M. LE JUGE ANTONETTI : Avez-vous une profession, une activité actuellement

16 ou aucune ?

17 LE TÉMOIN : [interprétation] Je travaille à l'entreprise Energopetrol à

18 Mostar.

19 M. LE JUGE ANTONETTI : Comme quoi ?

20 LE TÉMOIN : [interprétation] Je m'occupe d'entrepôt.

21 M. LE JUGE ANTONETTI : Avez-vous, Monsieur, déjà témoigné devant un

22 tribunal national ou international sur les faits qui se sont déroulés dans

23 votre pays dans les années 90, ou c'est la première fois que vous

24 témoignez ?

25 LE TÉMOIN : [interprétation] C'est la première fois que je témoigne.

26 M. LE JUGE ANTONETTI : Je vous demande de lire le serment.

27 LE TÉMOIN : [interprétation] Je déclare solennellement que je dirai la

28 vérité, toute la vérité et rien que la vérité.

Page 13504

1 M. LE JUGE ANTONETTI : Vous pouvez vous asseoir.

2 LE TÉMOIN : [interprétation] Je vous remercie.

3 M. LE JUGE ANTONETTI : Quelques brèves explications de ma part. Vous allez

4 devoir répondre à des questions que va vous poser le Procureur. Ensuite,

5 vous répondrez à des questions que vous posera donc la Défense, nous avons

6 prévu pour la Défense un temps global d'une heure. Mais, bon, j'espère que

7 la Défense fera beaucoup plus vite. Si, Monsieur, vous éprouvez pendant

8 cette audience des difficultés d'ordre médicale ou autre, n'hésitez pas à

9 nous dire qu'il faut interrompre l'audience. Voilà.

10 Monsieur Scott, vous avez l parole.

11 LE TÉMOIN : [interprétation] J'ai le diabète. J'ai un problème par rapport

12 à mon foi et au rein droit.

13 M. LE JUGE ANTONETTI : Si vous vous sentez mal, vous me le dites tout de

14 suite. Si jamais --

15 LE TÉMOIN : [interprétation] Merci.

16 M. LE JUGE ANTONETTI : Bien. Monsieur Scott.

17 M. SCOTT : [interprétation] Monsieur le Président, avant de poser des

18 questions au témoin, ma commise à l'affaire m'a informé que la pièce à

19 conviction, à savoir la carte de Mostar qui porte une ligne orange

20 représentant la ligne de confrontation, devrait être la pièce P 09891. Je

21 vous remercie.

22 Maintenant, j'aimerais que Mme l'Huissière nous aide pour qu'on avance le

23 plus vite possible avec ce témoin et remettre au témoin cette liasse de

24 documents. Je vous remercie.

25 Monsieur le Président, je m'excuse d'abord, le résumé de la déclaration de

26 ce témoin qui est très brève mais je vais le lire aux fins du compte rendu.

27 Le 10 octobre 1993, à 13 heures 20, le témoin s'est rendu pour chercher de

28 l'eau dans le fleuve de Neretva au moment où il a été touché d'une balle de

Page 13505

1 tireur embusqué au talon. Cela s'est passé à Podharemi à Medjan [phon] à

2 Mostar oriental. Il a reçu une balle. Il portait des vêtements civils. A ce

3 moment-là, il a été emmené à l'hôpital où il est resté pendant six ou sept

4 jours avant d'être opéré parce que les médecins n'ont pas eu le temps pour

5 s'occuper de lui, cela veut dire qu'ils avaient d'autres patients plus

6 urgents. Le témoin pense que la balle qui l'a touchée a été lancée de

7 Stotina. Pour tout le monde présent dans le prétoire je dis que cet

8 incident se réfère au point 10 du rapport d'expert.

9 Interrogatoire principal par M. Scott :

10 Q. [interprétation] Bonjour, Monsieur le Témoin.

11 R. Bonjour.

12 Q. La liasse de documents -- de pièce à conviction qu'on vient de vous

13 remettre, Monsieur Klaric, pourriez-vous trouver la première pièce à

14 conviction qui porte le numéro P 09862 ?

15 R. Vous avez dit 9862 ?

16 Q. Oui. Vous allez voir deux documents dans cette pièce à conviction, l'un

17 des deux, c'est votre déclaration, c'est-à-dire la déclaration en anglais

18 que vous avez signée et après, il y a votre déclaration en langue

19 bosniaque. Selon les instructions du Président de la Chambre, Monsieur

20 Klaric, je vais faire de mon mieux pour que cet interrogatoire se termine

21 le plus tôt possible. D'abord, regardez la traduction de votre déclaration

22 en anglais et dites-nous s'il est vrai que vous avez eu un entretien avec

23 les représentants du bureau du Procureur de ce Tribunal le 27 juin 2001 ?

24 Si vous vous penchez sur la première page du document, vous allez voir la

25 date de cet entretien. Est-ce que vous voyez la date du 27 juin 2001 ?

26 R. Oui.

27 Q. Monsieur, à l'époque où cet entretien s'est déroulé, vous avez signé la

28 déclaration en anglais, et dites-nous si vous avez dit la vérité à

Page 13506

1 l'époque, et si vous avez donné vos réponses de façon volontaire.

2 R. Oui. Personne ne m'a forcé de donner mes réponses, et je n'ai dit que

3 la vérité dans cette déclaration sans aucune pression et de ma propre

4 initiative.

5 Q. Regardez la dernière page de la déclaration en anglais; pouvez-vous

6 nous confirmer, s'il vous plaît, que sur cette page se trouve votre

7 signature ?

8 R. Oui.

9 Q. Est-ce exact, Monsieur, qu'à l'époque, avant d'avoir signé ce document,

10 qu'on vous a lu ce document en votre langue maternelle et que vous avez vu

11 que tout ce que vous avez dit a été consigné dans ce document, n'est-ce pas

12 ?

13 R. Oui.

14 Q. Après être arrivé à La Haye il y a quelques jours, Monsieur Klaric, on

15 vous a permis de revoir votre déclaration en bosniaque et dites-nous --

16 après avoir parcouru cette déclaration, dites aux Juges si vous avez des

17 corrections ou pas ou des ajouts à apporter.

18 R. Non, je n'ai pas de modification, de correction à apporter à ma

19 déclaration.

20 Q. Si, aujourd'hui, je vous pose des questions par rapport à toutes les

21 informations contenues dans cette déclaration, est-ce que les informations

22 contenues dans la déclaration seraient identiques aux réponses que vous

23 donneriez aujourd'hui aux Juges ?

24 R. Oui.

25 Q. Je vous remercie. Est-ce vrai qu'en octobre 1993 vous viviez à dans le

26 quartier de Tekija en Mostar oriental ?

27 R. C'est vrai. J'habitais Tekija et j'habite Tekija aujourd'hui aussi.

28 Q. Pour qu'il n'y ait pas de confusion par rapport à cela, parce que je

Page 13507

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

12 versions anglaise et française

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 13508

1 pense qu'au début pour certains cela ne serait pas clair. L'endroit duquel

2 vous allez parler aujourd'hui, l'endroit ou vous avez été blessé le 10

3 octobre 1993, ce n'est pas l'endroit où se trouve votre maison ?

4 R. Cet endroit se trouve à 250, 300 mètres par rapport à mon appartement.

5 Cela s'appelle -- et mon appartement se trouve en face de l'usine de tabac

6 vers le camp du sud dans la rue maréchal Tito.

7 Q. Très bien, Monsieur. Votre date de naissance est le 26 juin 1943,

8 n'est-ce pas ?

9 R. Oui.

10 Q. Vous avez été blessé le 10 octobre 1993 ?

11 R. Oui.

12 Q. Cela veut dire qu'à l'époque où vous avez été blessé, vous aviez 50

13 ans ?

14 R. Oui.

15 Q. Dites aux Juges à peu près à quel moment de la journée vous avez été

16 blessé, est-ce que c'était à 13 heures 20 ou à 1 heure 20 de l'après-midi ?

17 R. Oui, exactement à 1 heure 20 de l'après-midi.

18 Q. Je pense que la déclaration donne des informations complémentaires par

19 rapport à la visibilité et aux conditions météorologiques ce jour-là, je ne

20 vais pas parler de cela encore une fois. Dites aux gens ce que vous faisiez

21 à l'époque au moment où vous avez été blessé ?

22 R. Mostar à l'époque a été emprisonné en haut par les citernes. Ce jour-

23 là, je me suis rendu au fleuve Neretva pour chercher de l'eau pour pouvoir

24 me laver et pour pouvoir boire. Cette eau devait être bouillir pour pouvoir

25 être bue. Je me suis descendu avec un bidon de 50 litres, un autre plus

26 petit. Je me suis rendu cinq à six fois au fleuve pour remplir d'eau ces

27 bidons. Quand je me suis apprêté à mettre ces bidons dans ma voiture, je

28 suis tombé. J'ai été touché au pied de l'escalier où se trouvait cette rue,

Page 13509

1 dans laquelle j'allais chercher abri. De deux de mes frères m'ont aidé pour

2 me dire Nino est blessé. Ils m'ont donc emmené à bord de la voiture d'un

3 voisin à l'hôpital. Je ne peux pas être opéré pendant six ou sept jours,

4 parce qu'il y avait d'autres blessés du front qui affluaient. C'était

5 seulement après six jours que j'ai été opéré. Est-ce que cela suffit ?

6 Q. Monsieur Klaric, vous nous avez donné beaucoup d'informations

7 importantes, par rapport à cela. Je vous remercie pour cela. Permettez-moi

8 de vous poser une question pour tirer au clair une point. Vous pouvez nous

9 donner une réponse brève. Dans la première partie de votre réponse, vous

10 avez dit que à cause de la situation -- parce que la situation ayant trait

11 à l'approvisionnement en eau de Mostar, à savoir qu'il y en avait que des

12 citernes d'eau, vous avez mentionné des citernes d'eau, mais vous avez

13 continué à nous décrire que vous vous rendiez à chercher de l'eau au

14 fleuve. Pourquoi vous n'êtes pas allé pour prendre de l'eau dans les

15 citernes ?

16 R. Il faisait beau et à 13 heures 20, il n'y avait pas de tirs en ville.

17 Je me suis rendu dans la direction du fleuve. Nous habitions dans un

18 quartier de la ville où il y avait constamment, jour et nuit des tirs de

19 tireurs embusqués. J'aurais aimé ne pas me rendre dans la direction du

20 fleuve à l'époque. Donc, c'était malchance et ce qui s'est passé c'était

21 mon sort.

22 Q. Les Juges ont beaucoup entendu pour ce qui est de cela, saviez-vous à

23 l'époque que cette citerne était également -- beaucoup de reprises pris

24 pour cible de ces tireurs embusqués ?

25 R. Oui.

26 Q. Donc, vous êtes rendu dans la direction du fleuve. Vous êtes descendu

27 sur la rive du fleuve avec un bidon plus petit pour pouvoir remplir d'eau à

28 un bidon plus grand, n'est-ce pas ?

Page 13510

1 R. Oui.

2 M. LE JUGE PRANDLER : [interprétation] Maître Scott, je m'excuse de vous

3 avoir interrompu. Je voudrais qu'on tire au clair un point ici. Dans la

4 déclaration écrite, préparée -- faite par le témoin, c'était je crois à la

5 page une au dernier paragraphe, il a déclaré, le témoin a déclaré qu'il y

6 avait qu'une seule balle, un seul tir. J'ai ressenti que la balle m'a

7 touché au talon. Donc ici, le témoin a dit oralement et il a dit je cite,

8 "j'ai été touché à la jambe."

9 Donc, je voudrais poser une question au témoin par rapport à la partie du

10 corps à laquelle il a été touché. Est-ce qu'il s'agissait du talon ou de la

11 partie ou de la jambe. J'aimerais que le témoin nous montre cette partie de

12 son corps où il a été touché ?

13 LE TÉMOIN : [interprétation] Est-ce que cela vous suffit.

14 M. LE JUGE PRANDLER : [interprétation] Oui. Je vous remercie.

15 M. SCOTT : [interprétation] Je vous remercie, le Juge Prandler.

16 Est-ce que Mme l'Huissière pourrait remettre au témoin une copie, sans

17 annotation de la pièce à conviction qui a été déjà -- qui avait déjà eu une

18 cote, c'était P 09517 ?

19 Q. Monsieur, s'il vous plaît, penchez-vous sur cette carte et apposez deux

20 -- indiquez deux choses sur la carte. Avant cela, attendez à ce que je

21 finisse ma question.

22 D'abord, indiquez l'endroit où se trouvait votre maison sur la carte, si

23 vous pouvez trouver cet endroit sur la carte ?

24 R. [Le témoin s'exécute]

25 La rue maréchal Tito, oui, c'est ici.

26 Q. Bien. Vous venez de mettre un cercle sur cette carte, j'aimerais que

27 vous appuyez un peu plus et que vous placiez un numéro 1.

28 R. [Le témoin s'exécute]

Page 13511

1 Q. Est-ce que vous pourriez à présent nous indiquer l'emplacement où vous

2 vous trouviez au moment où vous avez été touché au talon ?

3 R. Ici, l'on ne voit pas ce sentier. Peut-être pourrait-on voir sur une

4 autre carte ?

5 Q. Vous dites que ce n'est pas sur la carte -- possible. C'est bien ce que

6 vous dites, dites-le.

7 R. La rue maréchal Tito, et le pont Hasan Brkic. Voilà cela devrait être

8 ici la rue du Maréchal Tito, c'est par ici. On ne voit pas exactement,

9 alors un, deux, trois, c'est peut-être ici.

10 M. SCOTT : [interprétation] Peut-être, Mme l'huissière pourrait-elle nous

11 donner un coup de main afin que tout un chacun puisse voir dans le

12 prétoire ?

13 Q. Je ne vous entends pas. C'est plutôt, peut-être pourrait-on monter le

14 volume.

15 R. C'est mieux maintenant.

16 M. SCOTT : [interprétation] Alors, j'aimerais maintenant que l'Huissière

17 déplace la carte vers vous, vers vous, Madame, pas vers le témoin.

18 Q. Ce que j'essaie c'est de voir sur les écrans le coin au bout à gauche.

19 R. Voilà. Ici, il y a une route nationale toute neuve et ici à gauche

20 voilà le Bulevar, ce site de Stotina devrait se trouver ici.

21 Q. Bien. Vous êtes allé un peu plus vite que moi. Pourriez-vous pour ce

22 qui est du marquage que vous venez de faire avant que l'on n'ait déplacé la

23 carte, est-ce que -- c'est bien un numéro 1 que vous avez mis. Bien. Alors,

24 et là vous venez de nous faire le deuxième marquage, mettre un numéro 2, je

25 vous prie.

26 R. [Le témoin s'exécute]

27 Q. Merci.

28 R. Il n'y a vraiment pas de quoi.

Page 13512

1 Q. Alors, avant que de continuer, j'aimerais que vous m'indiquiez ce qui

2 suit : en octobre 1993, lorsque vous avez été touché par balle, est-ce que

3 vous étiez membre de l'ABiH, étiez-vous militaire ?

4 R. J'avais une obligation de travail. C'est un peu comme une protection

5 civile, cette obligation de travail. Je n'étais pas membre de l'armée. J'ai

6 travaillé au sein de l'organisation c'est-à-dire d'une entreprise. J'avais

7 une obligation de travail au sein de l'entreprise. Je ne portais pas

8 d'uniforme.

9 Q. Avez-vous à quelques moments que ce soit en 1992, 1993, 1994, été

10 membre de l'ABiH ?

11 R. Non.

12 Q. Pourriez-vous indiquer à l'intention des Juges de quelle façon vous

13 étiez vêtu lorsque vous avez été touché ?

14 R. J'étais en uniforme civil.

15 Q. Pouvez-vous dire aux Juges, je vous prie, l'endroit où vous avez été

16 touché, que vous avez indiqué sur la carte en y apposant le numéro 2. Y

17 avait-il là des positions militaires ou des installations militaires

18 quelconques dans l'entourage ?

19 M. LE JUGE TRECHSEL : [interprétation] Excusez-moi. Excusez-moi,

20 Monsieur Scott.

21 M. SCOTT : [interprétation] Oui.

22 M. LE JUGE TRECHSEL : [interprétation] Témoin, pourriez-vous nous

23 expliquer ce que signifie qu'uniforme civil ? Parce que c'est plutôt

24 contradictoire. Est-ce que vous étiez en civil ou est-ce que vous étiez en

25 uniforme ?

26 Vous dites uniforme.

27 L'INTERPRÈTE : le témoin se lève et montre son veston.

28 LE TÉMOIN : [interprétation] Voilà. C'est mon uniforme, costume,

Page 13513

1 pantalon et chemise, alors, un vrai uniforme c'était -- c'est les policiers

2 ou les soldats; j'étais en civil.

3 M. LE JUGE TRECHSEL : [interprétation] Merci. Merci. Alors, je suis venu

4 en uniforme au Tribunal sans le savoir moi-même.

5 LE TÉMOIN : [interprétation] Vous êtes en uniforme. Oui.

6 M. SCOTT : [interprétation] Alors, peut-être pourrions-nous aller et

7 j'aimerais que le témoin nous -- que les marquages faits par le témoin se

8 voient attribuer un numéro IC ?

9 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] Monsieur le Président, ce sera la pièce

10 IC 338.

11 M. SCOTT : [interprétation] Merci.

12 Q. Alors, vous venez de décrire vos vêtements. Vous venez d'indiquer que

13 vous n'avez pas porté d'uniforme. Pouvez-vous indiquer aux Juges lorsque

14 vous avez été touché vers une heure vingt de l'après-midi ce 10 octobre

15 1993, s'il y avait dans ce quartier des échanges de tirs, des combats ?

16 R. Nous allions chercher de l'eau lorsqu'il y avait une accalmie. On

17 n'avait pas indiqué à quelle heure les tireurs embusqués allaient tirer.

18 Les gens allaient faire leur obligation de travail et on se faisait tirer

19 dessus parce qu'il n'y avait pas de passage protégé entre mon logement vers

20 Saric Harem et la Podem Harem [phon]. C'est une partie de ce qu'on appelle

21 Mejdan et nous traversions Mejdan pour aller jusqu'à Zaharem [phon] pour

22 parvenir à cette espèce d'allée qu'on appelle "allée Kusalova Sokak.

23 Q. Compte tenu de tout ceci, je me propose de vous poser une fois de plus

24 la question et j'aimerais que vous répondiez de façon la plus concrète

25 possible. Au moment où vous avez été touché à cet endroit, vers 13 heures

26 20, à la date du 10 octobre 1993, y a-t-il eu des combats ou des activités

27 de combat à l'endroit où vous avez été touché ?

28 R. Non.

Page 13514

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

12 versions anglaise et française

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 13515

1 Q. Monsieur le Témoin, vous nous avez déjà montré de façon graphique votre

2 pied.

3 M. SCOTT : [interprétation] Pour le besoin du compte rendu d'audience, je

4 demanderais à ce que l'on attribue une cote à cet ensemble de photos que

5 nous avons utilisés, à savoir la pièce

6 P 09220, et la photographie concrète C 05016240, il s'agit de la page 21 en

7 affichage électronique.

8 M. LE JUGE ANTONETTI : Si on peut avoir un numéro IC ?

9 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] Monsieur le Président, ce sera la pièce

10 IC 339.

11 M. SCOTT : [interprétation] Voilà. Si cela peut aller plus vite, on

12 pourrait peut-être mettre une copie sur le rétroprojecteur. Je pense qu'il

13 s'agit de la page 21 en affichage électronique. Je ne l'ai pas sur mon

14 écran. Est-ce que quelqu'un d'autre l'a dans la salle ? Maintenant, cela y

15 est. Merci.

16 Q. Alors, Monsieur, il y a quelques instants, vous nous avez montré en

17 enlevant votre chaussure et votre chaussette la blessure, du moins ce qui -

18 - ce qui en est apparent. Alors, pouvez-vous décrire sur cette photo qui

19 fait partie de la pièce à conviction P 09220 et qui s'est vue attribuer la

20 cote IC 339, ce qu'il en est ? Est-ce que c'est bien la même chose ?

21 R. Oui.

22 Q. Est-ce que c'est ce que l'on pourrait considérer comme étant le point

23 d'impact où la blessure d'entrée dans votre talon ?

24 R. Ici, au talon j'avais une blessure par balle. La balle a traversé de la

25 gauche à droite, non de droite à gauche mais lorsque nos conscrits devaient

26 sortir de l'Heliodrom, sur mon balcon au logement j'étais là et j'ai été

27 pour la deuxième fois opéré ici sur le côté droit. La première balle est

28 passée et a traversé ici et la deuxième balle est passée ici. Lorsque je

Page 13516

1 suis tombé sur le balcon, il y a eu d'abord blessure par tireur embusqué et

2 chute. Il y a deux de séquences de blessures.

3 Q. Monsieur, vous pouvez remettre vos chaussures, et pourriez-vous une

4 fois de plus le faire - et peut-être serait-il plus facile - est-ce que

5 vous pouvez garder votre équilibre ?

6 R. [Le témoin s'exécute]

7 L'INTERPRÈTE : Le témoin montre la blessure où la balle est entrée et

8 sortie.

9 LE TÉMOIN : [interprétation] Puis j'ai été opéré ici après être tombé. Ici

10 la blessure par balle m'a arraché la tétive [phon]. Que cela suffit ?

11 M. SCOTT : [interprétation]

12 Q. Oui.

13 M. STEWART : [interprétation] Monsieur le Président, étant donné que le

14 témoin a eu l'amabilité d'enlever sa chaussette, pourrions-nous voir

15 exactement où est la blessure de sortie parce qu'il montre ici, mais nous,

16 on ne voit pas. Peut-être pourrait-il montrer de son doigt l'endroit où la

17 balle est ressortie ?

18 LE TÉMOIN : [Le témoin s'exécute]

19 M. SCOTT : [interprétation] Je ne pense pas que la caméra puisse vous

20 filmer sous cet angle-là.

21 M. STEWART : [interprétation] Je vois clairement la blessure d'entrée.

22 LE TÉMOIN : [interprétation] Je peux venir jusqu'à vous.

23 M. STEWART : [interprétation] Monsieur le Président, si toutes les

24 personnes comprennent, je ne vois pas où est la blessure de sortie. Je ne

25 sais pas par où la balle est sortie.

26 LE TÉMOIN : [Le témoin s'exécute]

27 M. SCOTT : [interprétation] Je ne voudrais pas que le témoin enlève ses

28 écouteurs. Peut-être pourrait-il juste se déplacer un peu par rapport au

Page 13517

1 pupitre des témoins ?

2 Comme nous avons une caméra. Non, non, Monsieur -- je n'ai pas voulu en

3 faire une demande tout à fait personnelle, Monsieur le Président, mais je

4 viens d'être flatté. Maintenant, le témoin est derrière le pylône, ce qui

5 fait que les Juges ne le voient plus.

6 Q. Merci, Monsieur. Merci beaucoup.

7 R. Il n'y a vraiment pas de quoi.

8 M. STEWART : [interprétation] Bien, Monsieur le Président, je n'ai jamais

9 fait l'objet d'un service personnel aussi avancé. J'apprécie.

10 M. LE JUGE TRECHSEL : [interprétation] Monsieur Scott, peut-être pourriez-

11 vous convier le témoin à se placer au centre de la salle d'audience parce

12 qu'il n'est pas -- ce n'est pas une bonne chose que de faire voir la chose

13 rien qu'à un conseil.

14 M. STEWART : [interprétation] J'allais le faire.

15 M. SCOTT : [interprétation] J'allais le faire.

16 J'ai été mieux servi que je ne m'y attendais.

17 Q. Monsieur le Témoin, je suis certain du fait que vous ayez pris du

18 plaisir à le faire, mais je vous demanderais de ne pas vous avancer des

19 conseils de la Défense, mais d'aller vers le milieu du prétoire.

20 M. SCOTT : [interprétation] Il va avoir besoin de ses écouteurs.

21 Q. Bien. Alors, nous sommes en train d'improviser quelque peu, Monsieur.

22 Nous essayons de faire pour le mieux.

23 Fort bien. Monsieur, je vais vous demander la chose suivante : une fois de

24 plus, ayez l'amabilité d'enlever votre chaussure et votre chaussette du

25 pied gauche.

26 Je m'excuse de vous demander de le faire. Peut-être, n'est-ce pas, tout à

27 fait en règle que de placer le témoin en position gênante. Alors,

28 j'aimerais que vous vous penchiez, que vous vous tourniez vers le pupitre -

Page 13518

1 - de vous appuyer sur le pupitre. Voilà. Je voudrais que -- voilà,

2 rapprochez-vous du pupitre, s'il vous plaît. Veuillez lever votre pied

3 gauche. Ce n'est pas un témoignage d'absence de respect vis-à-vis des Juges

4 de la Chambre que de prendre cette position. Alors, penchez-vous, je vous

5 prie. Voilà.

6 Alors, ce qu'on voit au bas de votre talon, en arrière de votre talon; est-

7 ce que c'est là la blessure d'entrée de la balle ?

8 R. [aucune interprétation]

9 J'ai eu deux opérations au niveau de mon talon. D'abord suite à la

10 blessure par balle de tirer de Stotina et ensuite la chute de mon balcon

11 qui a fait que j'ai eu une blessure. Je n'ai pas moi une des connaissances

12 de chirurgien ou d'orthopédiste. Je vous ai montré ce qui m'est arrivé.

13 C'est tout.

14 M. LE JUGE ANTONETTI : Monsieur Scott, la Chambre a compris que le témoin a

15 eu deux opérations. La première qui était due au tir et on a vu donc la

16 balle, et une deuxième opération parce qu'il était tombé de son balcon.

17 Donc, son pied a été opéré à deux reprises. Mais nous avons tous vu la

18 blessure. Maintenant, il faut passer à autre chose.

19 M. SCOTT : [interprétation] Merci, Monsieur le Président.

20 Q. Etant donné que l'un des conseils de la Défense a soulevé la question

21 je demanderais une fois de plus au témoin de soulever une fois de plus son

22 pied. Je vous prie de relever votre pied gauche, Monsieur. Voilà. Arrêtons

23 là. Est-ce que tout un chacun dans le prétoire peut voir cette cicatrice

24 circulaire au bas du talon ? Voilà. Merci, Monsieur le Témoin.

25 M. LE JUGE ANTONETTI : Cela fait faire une heure et quart qu'on est déjà

26 là-dessus.

27 Monsieur, je vais vous poser une question parce que je veux aller au cur

28 du sujet qui nous préoccupe. Nous avons vu à quel endroit vous avez été

Page 13519

1 victime d'un tir. Nous avons vu qu'il y a le quartier de Donja Mahala.

2 Est-ce qu'a votre connaissance --

3 LE TÉMOIN : [interprétation] Podharemi.

4 M. LE JUGE ANTONETTI : -- est-ce qu'à votre connaissance, l'ABiH avait des

5 soldats dans le quartier ?

6 LE TÉMOIN : [interprétation] Non.

7 M. LE JUGE ANTONETTI : Aucun soldat ?

8 LE TÉMOIN : [interprétation] Aucun soldat.

9 M. SCOTT : [interprétation]

10 Q. Monsieur, puis-je vous demander, s'agissant de la carte, si vous avez

11 toujours la carte, c'est la partie de la pièce à conviction qui s'est vue

12 attribuer la cote IC 338, bien, ma question à venir, c'est d'apposer un

13 marquage partant de toutes les connaissances qui sont les vôtres et de ce

14 qui vous est arrivé, ce que vous auriez comme idée du point d'origine du

15 tir lorsque vous avez été frappé le 10 octobre ?

16 R. En ma qualité d'homme né à Mostar, et habitant Mahala, où j'ai joué au

17 ballon quand j'étais petit, où je me suis baigné dans la Neretva, et je

18 sais à peu près que cela ne pouvait venir que d'un endroit, de l'endroit

19 que nous appelons Stotina.

20 Q. Fort bien. Monsieur, à l'endroit où vous nous avez dit que se trouvait

21 Stotina, et d'où est venu le coup de feu, pouvez-vous le marquer ?

22 R. [Le témoin s'exécute]

23 Q. Et mettre un numéro 3.

24 R. [Le témoin s'exécute]

25 Q. Merci. Il serait exact de dire, n'est-ce pas, qu'en 2004, vous avez

26 reçu la visite d'un enquêteur d'un photographe de ce Tribunal qui ont

27 tourné une brève vidéo.

28 R. Oui. C'est exact.

Page 13520

1 M. SCOTT : [interprétation] Monsieur le Président, j'aimerais maintenant

2 que nous vous présentions ce clip vidéo qui porte la cote P 09140. Si l'on

3 a besoin d'une transcription, je précise que cela figure aux pages 5 à 7.

4 Q. J'aimerais maintenant que vous examiniez cette vidéo, Monsieur.

5 [Diffusion de la cassette vidéo]

6 L'INTERPRÈTE : [voix sur voix]

7 "Enquêteur : Monsieur, Klaric, pouvez-vous au meilleur de vos souvenirs

8 nous montrer l'emplacement où vous avez été touché par balles.

9 Témoin : Montre de la main.

10 Enquêteur : Merci."

11 [Fin de la diffusion de cassette vidéo]

12 M. SCOTT : [interprétation]

13 Q. Monsieur Klaric, est-ce que vous pouviez au meilleur de vos souvenirs

14 prendre la position qui était la vôtre au moment où vous avez été touché ?

15 R. [Le témoin s'exécute]

16 Q. Merci. Monsieur Klaric, pouvez-vous nous montrer je vous prie l'endroit

17 où la balle vous a frappé ?

18 R. [Le témoin s'exécute]

19 Q. Merci."

20 [Fin de la diffusion de cassette vidéo]

21 M. SCOTT : [interprétation] Pouvons-nous rembobiner pour voir une fois de

22 plus un petit fragment, je vous dirais quand est-ce qu'il faut s'arrêter.

23 [Diffusion de la cassette vidéo]

24 L'INTERPRÈTE : [voix sur voix]

25 "Enquêteur : Monsieur Klaric, est-ce que vous pouviez au meilleur de vos

26 souvenirs, s'il vous plaît, indiquer l'endroit où --"

27 [Fin de la diffusion de cassette vidéo]

28 M. SCOTT : [interprétation] Voilà on peut s'arrêter là.

Page 13521

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

12 versions anglaise et française

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 13522

1 Q. Monsieur, puis-je vous poser une question. Lorsque vous avez été touché

2 à l'emplacement que vous venez de nous montrer au niveau du clip, dites-

3 nous ce que vous avez fait tout de suite après ? Avez-vous essayé de

4 trouver abri, de vous déplacer vers un endroit, et si c'est le cas,

5 montrez-nous sur cette photo comment vous vous êtes déplacé.

6 R. Je suis passé là où c'est plus abrité, là où on voit cette petite

7 marche. Vous avez cette petite flèche et je suis passé là vers cette partie

8 placée à l'abri des tirs. Mes frères m'ont emmené vers le dispensaire.

9 Q. Bien. Alors, pour que les choses soient tout à fait claires, quand vous

10 dites parti abriter, est-ce que vous voulez entendre que sur la

11 photographie ce serait la partie se trouvant à gauche par rapport à

12 l'endroit où vous vous trouvez ?

13 R. Le côté gauche c'est ici et je suis allé de l'autre côté pour ne plus

14 être exposé aux tirs du tireur embusqué, parce que là, ils ne pouvaient

15 plus m'atteindre.

16 M. SCOTT : [interprétation] Peut-être les choses seront-elles plus claires

17 avec l'autre photo, mais nous n'allons plus perdre notre temps dessus.

18 Q. Alors, Monsieur, je me propose maintenant de vous montrer une photo

19 panoramique que nous appelons ici une photo à 360 degrés. Vous vous

20 souviendrez du fait que nous avons placé un trépied à l'endroit où vous

21 avez été touché et avoir pris une photographie ou des photographies tout au

22 tour. Alors, j'aimerais que vous voyiez la photo dans son ensemble. Nous

23 allons d'abord la voir intégralement, cette vue panoramique.

24 C'est à partir d'ici que nous avons commencé. Alors, maintenant, nous

25 allons faire défiler la séquence de photos et j'aimerais que vous disiez

26 stop à l'endroit à partir duquel vous pensez que le tir est venu. Vous

27 n'avez qu'à dire stop.

28 R. Encore, voilà par ici, revenez, revenez un peu vers la gauche, encore,

Page 13523

1 là où vous avez cette maison sur la colline, allez encore un peu vers la

2 gauche. Stop.

3 Q. Gardons -- faisons un arrêt sur image.

4 M. SCOTT : [interprétation] Excusez-moi, Monsieur le Président, je suis en

5 train de chercher --

6 M. LE JUGE ANTONETTI : Pendant que vous cherchez, on va poser des

7 questions.

8 M. LE JUGE MINDUA : Monsieur le Témoin, pendant que le Procureur cherche

9 son document, je voudrais juste savoir si cette maison devant laquelle vous

10 étiez touché était habité au moment des faits, si les propriétaires

11 pouvaient vaquer librement à leurs occupations ?

12 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui.

13 M. LE JUGE MINDUA : Même vous n'avez pas peur des tireurs isolés ? Est-ce

14 que le propriétaire de cette maison n'avait pas peur des tireurs éventuels,

15 des tireurs embusqués quand vous alliez là-bas puiser de l'eau, ils ne

16 racontaient pas leur crainte, par exemple ?

17 LE TÉMOIN : [interprétation] Il n'y avait pas que le propriétaire, pas que

18 lui, nous tous nous qui habitions à Podharemi et cette rue de Maréchal

19 Tito, nous avions tous peur. Nous nous attendions tous les jours à avoir

20 des gens tués. Il n'y avait pas donc que le propriétaire de la maison où

21 cela est arrivé, parce que sur ce site de Mahala où j'habitais - pour être

22 concret à Tekija - cela a fait l'objet ou quotidiennement jour et nuit de

23 tirs de tireurs embusqués. Mon appartement se trouvait du côté de la rive

24 gauche de la Neretva, là où il se trouve l'usine de tabac, et là on portait

25 des blessés, des vivres de l'eau. C'était un parterre un peu surélevé et

26 c'était plutôt la seule des parties qui était quelque protégée. Tout le

27 reste, enfin, ceux qui connaissent ce Mostar, le point Herzégovine et le

28 premier segment, il y avait une partie à découvert. Eux, depuis le site que

Page 13524

1 nous appelons Kolonija, et qui va vers Sokol, par ce passage-là, ils nous

2 tiraient dessus aux fusils à lunettes. Est-ce que cela suffit ?

3 M. LE JUGE MINDUA : Merci beaucoup.

4 M. LE JUGE ANTONETTI : Vous avez montré sur la photo la maison que l'on

5 voit bien. Avant que vous soyez touché vous-même, est-ce que des tirs

6 étaient déjà partis de cette maison ?

7 LE TÉMOIN : [interprétation] Je vous le dis, jour et nuit depuis cet

8 endroit et depuis Hum on nous a tiré dessus non seulement sur Tekija, mais

9 sur la ville entière. Tout dépendait de la portée de l'arme du tireur. En

10 1966, 1967, j'ai fait mon service militaire à Brod [phon], j'étais dans le

11 génie, dans les ponts. Je ne sais pas quelles sont les différentes portées

12 des fusils. Je ne sais pas si le fusil N48, je saurais le démonter, le

13 remonter moi-même.

14 M. LE JUGE ANTONETTI : Non, ma question était très précise. La maison que

15 l'on voit sur la photo où il y avait d'après vous le tireur embusqué, est-

16 ce qu'avant le 10 octobre - puisque vous avez été touché le 10 octobre -

17 est-ce que les habitants savaient qu'il y avait un tireur embusqué dans

18 cette maison ?

19 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui, un tireur embusqué pourrait se trouver

20 n'importe où, dans n'importe laquelle de ces maisons, pas seulement une.

21 M. LE JUGE ANTONETTI : Bon.

22 LE TÉMOIN : [interprétation] Il pourrait y avoir des milliers de tireurs,

23 pas un seul.

24 M. LE JUGE ANTONETTI : Bien.

25 Monsieur Scott, la photo.

26 M. SCOTT : [interprétation]

27 Q. Je vais vous montrer maintenant une photographie qui représente à peu

28 près le même endroit que celui que vous nous avez montré tout à l'heure en

Page 13525

1 regardant la photographie panoramique. Ne vous précipitez pas, ne mettez

2 pas d'indications sans que je vous le demande. Regardez d'abord bien la

3 photographie, et puis encerclez l'endroit depuis lequel vous croyez que le

4 tir est parti.

5 M. MURPHY : [interprétation] Objection. Il n'y a aucune fondation qui nous

6 permettrait de croire que le témoin avait une idée sur l'endroit de -- sur

7 la provenance du tir. De ce qu'il vient de nous dire, il est tout à fait

8 clair qu'il ne s'agirait que des conjectures.

9 M. SCOTT : [interprétation] Je ne suis pas d'accord. Le témoin nous raconte

10 sa version des événements, ce que l'on savait et il nous raconte ce qu'il

11 sait sur les opérations qui se déroulaient dans cette région à ce moment.

12 M. MURPHY : [interprétation] Oui, mais maintenant, en répondant une

13 question que vous lui avez posée, il a répondu qu'il pouvait y avoir des

14 tireurs dans n'importe laquelle de ces maisons, et pas dans une seule.

15 M. STEWART : [interprétation] Nous sommes tout à fait d'accord avec

16 l'objection de Me Murphy.

17 M. LE JUGE ANTONETTI : Bien. Alors continuez, Monsieur Scott, et le cas

18 échéant, on complétera.

19 M. LE JUGE TRECHSEL : [interprétation] Il serait peut-être bien pour le

20 compte rendu qu'on dise que le témoin n'a pas dit qu'il aurait pu être

21 touché depuis n'importe laquelle de ces maisons, mais il a déclaré que le

22 tireur aurait pu -- qu'il aurait pu y avoir des tireurs partout dans

23 n'importe laquelle de ces maisons.

24 M. SCOTT : [aucune interprétation]

25 M. MURPHY : [interprétation] C'est exactement cela le problème. On ne lui

26 demande pas son opinion. Parce que cela servira de fondation pour poser des

27 questions au témoin expert pour lui demander si le tir a pu partir depuis

28 un endroit bien concret, alors, ce n'est pas --

Page 13526

1 M. SCOTT : [interprétation] Monsieur le Président, je ne --

2 M. STEWART : [interprétation] Je m'excuse.

3 M. SCOTT : [interprétation] Est-ce qu'on peut --

4 M. STEWART : [interprétation] Si vous me le permettez, Monsieur Scott,

5 j'aimerais dire la chose suivante. Il s'agit d'un témoin en application de

6 l'article 92 ter du Règlement. Nous avons sa déclaration et elle est très

7 importante, mais si vous regardez bien la déclaration, vous verrez que

8 notamment la dernière partie de sa déclaration est très floue en ce qui

9 concerne la provenance du tir et le reste, donc, Me Murphy a tout à fait

10 raison. Le Procureur puisse avancer aussi loin qu'il le souhaite, mais,

11 alors, il ne faudra pas nous proposer d'entendre ce témoin en application

12 de l'article 92 ter si on n'entend pas le faire comme il se faut.

13 M. SCOTT : [interprétation] C'est complètement faux. Quand le témoin dit

14 "je suppose," cela peut -- qu'il peut très bien dire étant donné qu'il a

15 grandi dans cette région -- il connaît bien le quartier et qu'il peut très

16 bien dire, je suppose que le tir a dû venir depuis tel et tel endroit. Je

17 ne vois pas en quoi cela pose des problèmes. Il dit la même chose que les

18 autres témoins qui sont venus témoigner ici, et donnent là son avis.

19 M. STEWART : [interprétation] Je suppose que cela vient dans une phrase

20 entière, Monsieur le Président, pas juste ce mot-là.

21 M. LE JUGE ANTONETTI : Donc, les Juges délibéreront pour savoir au-delà du

22 doute raisonnable d'où est parti le tir. Mais pour que les Juges, avant

23 qu'ils puissent avoir -- tirer des conclusions raisonnables, encore faut-il

24 qu'on ait des éléments de la part du témoin, d'où l'objet de

25 l'interrogatoire et du contre-interrogatoire.

26 Bien, alors, Monsieur le Témoin, vous avez été touché au talon. On l'a vu.

27 D'après vous, d'où venait le tir ?

28 LE TÉMOIN : [interprétation] Ecoutez, j'étais tourné du dos, alors, je ne

Page 13527

1 peux pas dire, je n'ai pas pu voir d'où la balle est partie. Celui qui peut

2 dire d'où la balle est partie dans cette situation-là, alors, il mérite un

3 prix Nobel à mon avis.

4 Ecoutez, j'étais tourné de dos, j'étais tourné vers la maison, face vers la

5 maison, la balle m'a atteinte par derrière donc et même si on regarde, si

6 vous voyez ma blessure, il est évident que le tir a dû partir de puis

7 Stotina. Si je savais que le tir allait partir, je ne serais pas resté là.

8 J'étais tout simplement tourné du dos vers Stotina. J'avais un bidon dans

9 les mains et je ne peux que supposer que le tir est parti depuis Stotina.

10 C'est tout.

11 M. LE JUGE ANTONETTI : A Stotina, il y a plusieurs maisons. Il y a

12 plusieurs maisons. Est-ce que pour vous vous pensez que cela vient d'une

13 maison précise, ou vous ne le savez pas ?

14 LE TÉMOIN : [interprétation] Je ne peux pas le savoir. Je ne veux pas dire

15 concrètement, je ne peux que le supposer parce qu'à la limite là-bas dans

16 chaque maison potentiellement il y avait un tireur.

17 M. KARNAVAS : [interprétation] Si vous me le permettez --

18 M. LE JUGE ANTONETTI : Maître Karnavas, il a tout dit. Qu'est-ce que vous

19 voulez rajouter de plus ? C'est clair il ne sait pas d'où vient le tir.

20 M. KARNAVAS : [interprétation] Mais c'est exactement cela la question.

21 Nous, en fait, perdons le temps qui nous est précieux, en discutant avec un

22 témoin la question depuis où il a été touché et qui a tiré sur lui. Cela

23 aurait pu être un tireur d'élite ou un tireur embusqué, ou un tireur

24 quelconque. On ne le sait pas. Donc, nous avons bien vu sa blessure, c'est

25 bien, on a pu établir cela. Mais plus loin que cela, je pense que c'est une

26 pure perte de temps et puis d'autre côté, c'est au Procureur de prouver ces

27 thèses, de les prouver au-delà de doute, chaque doute raisonnable. Je ne

28 pense pas qu'il n'y parviendra en faisant le travail de cette façon-ci.

Page 13528

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

12 versions anglaise et française

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 13529

1 M. SCOTT : [interprétation] j ne suis d'accord, Monsieur le Président, nous

2 sommes --

3 M. LE JUGE PRANDLER : [interprétation] Je m'excuse, mais je dois vous

4 interrompre. J'ai le sentiment qu'il est nécessaire qu'on décide quelles

5 sont les questions qu'il faut poser au témoin. La Chambre ne souhaite pas

6 entendre du témoin depuis quelle maison exactement ce tir est parti. Nous

7 avons demandé au témoin, et il a déjà dit depuis -- de quelle direction le

8 tir est arrivé. Il a répété cela à plusieurs reprises. Il a dit que le tir

9 est venu depuis Stotina.

10 Donc, il serait bien s'il est possible que le témoin nous montre maintenant

11 d'une manière -- qu'il nous montre la direction générale des tirs et les

12 bâtiments ou les immeubles depuis lesquels le tir a pu partir. Donc selon

13 vous, Monsieur le Témoin, quels sont les bâtiments d'où le tir a pu

14 partir ?

15 LE TÉMOIN : [interprétation] Ecoutez, je vais encercler le quartier de

16 Stotina et puis, à vous de voir si c'est parti d'un des bâtiments qui sont

17 situés à Stotina ou d'un endroit en dehors des bâtiments. Cela ne je le

18 sais pas. Je ne le sais pas si cela a été tiré depuis un bâtiment de

19 l'intérieur ou de l'extérieur en fait.

20 M. LE JUGE ANTONETTI : Vous pouvez encercler d'où est parti est le tir sur

21 la photo, est-ce que vous pouvez encercler un grand cercle ?

22 LE TÉMOIN : [Le témoin s'exécute]

23 M. SCOTT : [interprétation] C'est exact, Monsieur le Juge, c'était injuste

24 tout à l'heure qu'on lui ait pas permis de donner sa réponse -- de finir sa

25 réponse. Par ailleurs, le Procureur n'avait jamais dit que le tir était

26 parti depuis un bâtiment précis. On parlait que de Stotina dans ce

27 quartier-là mais parce que l'on interrompait sans arrêt évidemment il n'a

28 pas pu dire ce qu'il vient de dire maintenant, ce qui est clair maintenant.

Page 13530

1 LE TÉMOIN : [interprétation] Ecoutez, personne -- on peut me piéger là. Je

2 dis que la vérité. Donc, je dis la vérité, on ne peut pas me piéger.

3 M. LE JUGE ANTONETTI : On va donner un numéro.

4 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] IC 341. Puis une correction que je dois

5 apporter. Le numéro IC 338 a été attribué deux fois, donc le document

6 mentionné à la page 53, ligne 21, devrait porter le numéro IC 340.

7 M. MURPHY : [interprétation] Pour que le compte rendu soit clair, page 80,

8 lignes 19 à 24, M. Scott avait posé la question directe au témoin en lui

9 demandant d'où pouvait provenir le tir à son avis.

10 M. SCOTT : [interprétation] Exactement, je lui ai posé cette question il y

11 a 20 minutes, mais il n'a pas réussi à répondre à cette question à cause de

12 tout ce débat.

13 Q. Monsieur, je vais vous montrer maintenant encore une photographie.

14 M. SCOTT : [interprétation] Pourriez-vous la placer sur le rétroprojecteur,

15 s'il vous plaît ?

16 Q. Dites-nous, Monsieur, si vous le pouvez ce qu'on voit sur cette photo.

17 Est-ce que ce sont des marches qui passent entre les bâtiments ?

18 R. C'est une petite allée nommée Gusav Soka [phon]. On voit ici cinq ou

19 six marches qui mènent vers la sortie de Haremi, c'est ce qu'on voit ici.

20 En bas, c'est l'endroit où je me trouvais à côté de la Neretva. Cela vous

21 suffit comme réponse ?

22 Q. Monsieur, est-ce que cet endroit, par lequel vous êtes passé en vous

23 déplaçant sur le ventre entre les bâtiments, ce que vous avez dit tout à

24 l'heure, c'est bien cet endroit-là ?

25 R. En bas de ces marches, oui, c'est l'endroit que j'ai atteint en

26 essayant de me mettre à l'abri.

27 M. SCOTT : [interprétation] Je demande un numéro IC pour ce document.

28 M. LE JUGE ANTONETTI : Un numéro IC, s'il vous plaît.

Page 13531

1 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] IC 342.

2 M. SCOTT : [interprétation] J'aimerais présenter au témoin la pièce IC 341

3 s'il est possible de l'afficher à l'écran, s'il vous plaît. Ce serait bien

4 de nous montrer la totalité de la photographie. Merci.

5 Q. Monsieur, maintenant, dites-nous, en revenant depuis la Neretva la

6 dernière fois juste d'avant d'avoir été touché, maintenant, sur cette

7 photo, on voit une espèce de sentier le long de la rivière. Dites-nous, si

8 c'est possible sur cette photo, indiquez-nous l'endroit où vous vous

9 trouviez en remontant depuis la Neretva.

10 R. Il y avait là sur ce sentier une partie qui était cimentée et l'autre

11 macadam et je suis arrivé précisément à l'angle de cette allée, de ce

12 sentier au moment où le tireur m'a touché, comme je vous l'ai montré sur la

13 première photo.

14 Q. Bien. Alors, pourriez-vous montrer l'endroit où vous vous trouviez en

15 remontant depuis la rivière, si vous le voyez ici sur la photo sur ce

16 sentier ?

17 R. [Le témoin s'exécute]

18 Cela devrait à peu près par ici.

19 Q. Très bien. Merci beaucoup, Monsieur.

20 M. SCOTT : [interprétation] Notre commis à l'affaire m'informe que nous

21 avons presque utilisé notre temps. J'ai encore quelques questions.

22 J'attends de vous de me dire si on partira pour la pause maintenant, ou que

23 je finisse d'abord.

24 M. LE JUGE ANTONETTI : Finissez.

25 M. SCOTT : [interprétation] Merci, Monsieur le Président.

26 Q. Monsieur, dans le dossier avec le document que vous avez sous les yeux,

27 trouvez, s'il vous plaît, la pièce P 06980, 6980 --

28 R. 6980, donc.

Page 13532

1 Q. -- veuillez vous référer maintenant à la version en langue bosniaque.

2 Pourriez-vous juste confirmer qu'il s'agit bien ici d'un document provenant

3 de l'hôpital de Mostar où le traitement vous a été donné pour cette

4 blessure du 10 octobre 1993 ?

5 R. Ecoutez, ce document --

6 Q. Non, non, non, je vous ai dit le mauvais numéro.

7 C'est, en fait, la pièce 6316, que je voulais vous montrer. Donc, 6316. La

8 question que je vous ai posée était : s'agit-il bien dans le document

9 provenant de l'hôpital de Mostar au sujet des traitements dispensés après

10 votre blessure du 10 octobre 1993 ?

11 R. Oui. C'est exact.

12 Q. Merci.

13 M. SCOTT : [interprétation] Monsieur le Président, il y a encore des

14 documents, des rapports médicaux relatifs au traitement dispensé à cause de

15 ses blessures. Peut-être que ce n'est pas nécessaire que je les montre tous

16 au témoin. Si c'est le cas, alors, mon interrogatoire est terminé. Merci.

17 M. LE JUGE ANTONETTI : Il est 6 heures moins 10, enfin, on reprend à 18

18 heure 10.

19 --- L'audience est suspendue à 17 heures 48.

20 --- L'audience est reprise à 18 heures 10.

21 M. LE JUGE ANTONETTI : Bien. Alors, il nous reste en théorie 50 minutes.

22 J'implore la Défense pour qu'on puisse terminer à 19 heures afin que le

23 témoin soit libéré de son obligation.

24 Alors, on va commencer comme d'habitude, Maître Karnavas ?

25 M. KARNAVAS : [interprétation] Ce n'était pas mon tour, mais je n'ai pas de

26 questions pour ce témoin. Nous souhaitons remercier le remercier d'être

27 venue ici et de nous avoir dit qu'il ne pouvait pas indiquer l'endroit d'où

28 est venu le tir.

Page 13533

1 M. LE JUGE ANTONETTI : [interprétation] Avocat suivant.

2 M. MURPHY : [interprétation] Pas de questions. Merci, Monsieur le

3 Président.

4 M. LE JUGE ANTONETTI : Avocat suivant.

5 M. KOVACIC : [interprétation] L'accusé Praljak, posera quelques questions

6 pour ce témoin. Merci.

7 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation] Bonsoir, Monsieur le Président,

8 Messieurs les Juges.

9 Contre-interrogatoire par laccusé Praljak :

10 Q. [interprétation] Monsieur le Témoin.

11 R. Bonsoir, Monsieur.

12 Q. Je poserai autant de questions que le temps me le permettra, afin qu'on

13 éclaircisse cette situation comme il se faut.

14 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation] Je demanderais maintenant à Mme

15 l'Huissière de prendre les documents que j'ai préparés et j'aimerais qu'on

16 place dans l'ordre devant le témoin.

17 Q. Monsieur Klaric, avant de commencer avec les documents, dites-nous

18 autant que vous le sachiez, vous êtes originaire de Mostar, vous connaissez

19 bien la ville ?

20 R. Oui.

21 Q. Avant le début de la guerre, juste avant le début de la guerre au

22 moment où la JNA et les membres des unités de réserve sont arrivés, y

23 avait-il à ce moment-là beaucoup de personnes qui essayaient de trouver des

24 armes comme ils pouvaient en pressentant le début de la guerre ?

25 R. Non, ils ne le savaient pas. Est-ce que je peux faire un commentaire à

26 ce sujet-là relatif à l'arrivée de l'armade yougoslave à Mostar. Vous savez

27 je travaillais à la station de service, vous connaissez Mostar Sud, station

28 de service numéro 4. M. le Général, j'étais le premier à avoir été amené à

Page 13534

1 Buna. Nous, trois bosniaques, nous travaillions à cette station de service.

2 Il y avait trois Serbes orthodoxes qui travaillaient à la station de

3 service de côté gauche. Comme moi, je ne savais pas écrire très bien, mon

4 collègue, Maksimovic, c'était lui qui écrivait les factures et qui faisait

5 payer pour l'essence.

6 J'ai senti qu'il s'agissait d'un moteur quand cette personne est arrivée

7 avec une voiture blanche, de marque Golf. Il est arrivé, j'ai compris qu'il

8 s'agissait d'une voiture qu'utilisait le diesel. J'ai dit qu'il fallait

9 aller à l'autre station de service, il a tiré une arme qu'il a dirigée vers

10 moi. Ensuite, donc, il y avait deux collègues avec moi; aujourd'hui, l'un

11 des deux travaille toujours à la station de service numéro 2.

12 M. LE JUGE TRECHSEL : [interprétation] Juste un instant, Monsieur le

13 Témoin.

14 Je m'excuse de vous interrompre, mais je suis que vous avez beaucoup de

15 choses à nous raconter, des événements très dramatiques, mais vous savez,

16 nous sommes confrontés aux limitations de temps et nous devons nous

17 concentrer à l'incident où vous avez été touché au talon. Donc,

18 malheureusement, il faut qu'on se concentre sur ce sujet-là.

19 LE TÉMOIN : [interprétation] Monsieur le Juge, si vous me le permettez,

20 l'accusé Praljak --

21 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation]

22 Q. J'aimerais bien en discuter avec vous pendant des heures de tous ces

23 événements, mais nous n'avons que très peu de temps et nous devons nous

24 concentrer sur les éléments qui sont pertinents pour ce procès.

25 R. Je peux demander quelque chose très brièvement ? Si je savais qui m'a

26 tiré dessus, je serais aujourd'hui assis avec lui, boire un café, je le

27 pardonnerai, mais je ne l'oublierai jamais ce qu'il m'a fait. C'est tout ce

28 que j'ai à vous dire.

Page 13535

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

12 versions anglaise et française

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 13536

1 Q. Monsieur, écoutez, on peut en discuter très longuement.

2 R. Pas longuement, je vous ai déjà dit ce que j'avais à vous dire. Allez-

3 y, posez-moi des questions.

4 Q. Savez-vous ce que c'est un fusil M-48 ?

5 R. Oui.

6 Q. Savez-vous qu'il tire au coup par coup ?

7 R. Oui.

8 Q. Est-ce que vous savez ce que c'est un PAP ou un fusil

9 semi-automatique ?

10 R. Je ne l'avais jamais dans mes mains.

11 Q. Très bien. N'avez-vous jamais entendu parler d'un fusil automatique, le

12 drapeau rouge Crvena Zastava ?

13 R. Le seul fusil que je n'ai jamais vu, c'était un fusil M-48, mais ne me

14 demandez rien en ce qui concerne au sujet des armes. Je ne connais pas

15 cela, cela ne m'a jamais intéressé.

16 M. SCOTT : [interprétation] Monsieur le Président, étant donné la

17 limitation de temps et la nature de ces questions, je pense que ce serait

18 beaucoup plus productif si M. Praljak se concentrait directement sur les

19 événements de 10 octobre. C'est lui même qui a commencé à entamer ce sujet

20 de l'arrivée de la JNA, et cetera.

21 M. LE JUGE ANTONETTI : Tout l'armement avec ce témoin, cela peut être

22 intéressant, mais à part le M-48, il ne connaît rien d'autre. Alors, passez

23 à autre chose. On aura un expert qui viendra nous parler de cela, il sera

24 très facile pour vous de lui poser des questions à l'expert. Nous, ce qui

25 nous intéresse c'est la blessure et qui a tiré et de quel endroit.

26 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation] Monsieur le Président, Monsieur Scott,

27 tous ceux qui viennent témoigner ici, notamment

28 M. Klaric, disent c'est un tireur embusqué qui a tiré sur moi. C'est une

Page 13537

1 déclaration tout à fait claire. Après une telle déclaration, le témoin

2 d'habitude, après une telle déclaration, ce témoin-ci rajoute qu'il ne

3 connaît que M-48. Alors, logiquement, est-il capable de distinguer le bruit

4 produit par un fusil à lunette utilisé par un tireur embusqué d'un bruit

5 produit par un autre fusil Heckler, M-16, un fusil semi-automatique, ou

6 d'autres types de fusil ? Donc, comment quelqu'un qui se trouve aujourd'hui

7 dans le prétoire soit un témoin, soit un témoin expert, comment cette

8 personne-là peut distinguer un coup tiré par un fusil à lunette d'un coup

9 tiré par un autre fusil ? C'est tout. La seule chose que nous sachions ici,

10 c'est le témoin a été touché de la manière décrite. Maintenant, quelqu'un

11 ici me conteste mon droit de poser la question à ce témoin, de nous dire

12 s'il le sait comment on peut savoir qu'un tir est parti d'un fusil à

13 lunette. C'est tout ce que je le demande. Voilà.

14 Continuons l'esquisse numéro 1, s'il vous plaît, si vous pouvez la

15 présenter au témoin, Madame l'Huissière, s'il vous plaît.

16 Q. Monsieur le Témoin, c'est la carte à propos de laquelle l'Accusation ou

17 au moins nous, les accusés se sont mis d'accord que représentait la ligne

18 de confrontation entre le HVO et l'ABiH. C'est Donja Mahala, et au-dessus

19 c'est le mont de Hum, ce qui est indiqué par la couleur verte. Regardez

20 cela, ce que vous venez --

21 R. J'ai besoin d'une autre paire de lunettes.

22 Q. Très bien.

23 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation] Est-ce que vous pourriez placer cela

24 sur le rétroprojecteur encore une fois, pour que tout le monde puisse le

25 voir, vous pensez à cette chose qui est à gauche.

26 Q. Est-ce que c'est le mot "Hum," s'il vous plaît ?

27 R. Monsieur Praljak, pour moi, en tant quelqu'un qui est né à Mostar, et

28 vous en tant que quelqu'un qui est né à Mostar, pour moi, tout ce qui est

Page 13538

1 de Stotina à la salle de cinéma cinémascope - permettez-moi de finir - ce

2 qui c'est appelé autrefois Hrvoje, tout cela c'est Hum pour moi.

3 Q. Apposez le chiffre 1, s'il vous plaît, sur ce que vous considérez comme

4 étant le mot "Hum."

5 R. [Le témoin s'exécute]

6 Q. Continuez de faire défiler l'image un peu plus vers le haut. Vous voyez

7 le pont de Hasan Brkic à gauche du pont devrait être Stotina ?

8 R. A droite plutôt. Un aval. C'est un aval, c'est à droite, et à gauche,

9 Monsieur Praljak, c'est ma maison en face de l'usine. Regardez le cours de

10 la Neretva, s'il vous plaît.

11 Q. Regardez la carte, s'il vous plaît.

12 R. Ici, s'il vous plaît, sur la carte, est-ce que c'est le cours de la

13 Neretva ? Dites-moi, s'il vous plaît, Donja Mahala c'est à droite. Hum est

14 à droite, et ensuite à gauche, c'est le pont de Brkic et Tekija.

15 M. LE JUGE ANTONETTI : Reposez la carte sous le ELMO.

16 M. KARNAVAS : [interprétation] Nous n'allons pas avoir le bon compte rendu

17 si les locuteurs parlent en même temps, et ce n'est pas non plus très bien

18 pour les interprètes et ralentissez, s'il vous plaît.

19 M. LE JUGE ANTONETTI : Monsieur Praljak.

20 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation]

21 Q. Monsieur Klaric, apposez une flèche à l'endroit où se trouve Stotina.

22 R. [Le témoin s'exécute]

23 Q. Apposez le chiffre 2, s'il vous plaît. Apposez vos initiales en dessous

24 et continuons.

25 R. [Le témoin s'exécute]

26 M. LE JUGE ANTONETTI : Donnez un numéro IC.

27 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] Cela sera IC 343.

28 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation] Je vous remercie.

Page 13539

1 Q. Passons à la photo suivante, s'il vous plaît -- ou au croquis suivant.

2 Regardez voilà le cours de Neretva. C'est comme cela que l'endroit est

3 indiqué. L'endroit où vous avez été blessé. Il y a la Neretva presque

4 perpendiculaire sur la Neretva c'est la rue Harem. Est-ce qu'au moment où

5 vous avez été blessé vous étiez tourné de face vers cet escalier ?

6 R. Oui, mon visage était tourné vers l'escalier.

7 Q. Apposez une flèche vers l'escalier, qui indiquerait donc la direction

8 dans laquelle se trouvait votre visage ?

9 R. [Le témoin s'exécute]

10 Q. Apposez le chiffre 1.

11 R. [Le témoin s'exécute]

12 Q. Maintenant, ici donc, on a le cours de Neretva à droite. Cela coule à

13 droite. C'est ce qu'on peut voir sur le croquis. A partir de quel endroit

14 se trouve Stotina ? Dites-nous, d'où provenait la balle qui vous a touché ?

15 Indiquez la direction d'où provenait la balle qui vous a touché ?

16 R. [Le témoin s'exécute]

17 Q. Donc, vous pensez que la balle était arrivé -- c'est la Neretva.

18 R. Vous avez dit la direction. J'ai mis Stotina approximativement à

19 droite.

20 Q. Apposez une flèche en indiquant la direction d'où la balle est arrivée.

21 R. Je vais indiquer le cours de la Neretva, ici c'est Stotina. Mon

22 général, essaie de m'induire en erreur.

23 Q. Je n'essaie que de vous poser des questions. Le croquis suivant, s'il

24 vous plaît.

25 M. LE JUGE ANTONETTI : Mettez vos initiales et on va mettre un numéro.

26 LE TÉMOIN : [Le témoin s'exécute]

27 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] Monsieur le Président, ce sera IC 344.

28 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation]

Page 13540

1 Q. On voit un peu mieux maintenant sur le croquis. Indiquez l'endroit où

2 vous vous trouviez au moment où vous avez été touché par la balle du tireur

3 embusqué.

4 R. Par une flèche ?

5 Q. Par un X, ou par un chiffre 1.

6 R. [Le témoin s'exécute]

7 Q. Indiquez la direction d'où selon vous la balle est arrivée.

8 R. Quel chiffre ?

9 Q. Le chiffre 2 et la flèche. Indiquez par la flèche.

10 R. [Le témoin s'exécute]

11 Q. Tournez la flèche vers vous et, s'il vous plaît, mettez votre signature

12 également.

13 R. [Le témoin s'exécute]

14 M. LE JUGE ANTONETTI : [Un numéro IC, s'il vous plaît ?

15 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] Messieurs les Juges, il serait IC 345.

16 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation] Est-ce qu'on peut voir maintenant --

17 est-ce qu'on peut faire tourner la photographie ?

18 Q. Dites-moi, Monsieur le Témoin, est-ce qu'à droite -- en bas à droite,

19 on peut voir des maisons à Stotina ? En bas à droite. Ces trois maisons

20 est-ce que ce sont les maisons à Stotina ?

21 R. Oui, je vois, mais je ne vois pas le pont de Hasan Brkic.

22 Q. Prenez votre temps pour examiner l'image.

23 R. Je ne vois pas le pont.

24 Q. Voilà le pont qui traverse ici, le fleuve.

25 Regardez le fleuve la Neretva et à droite vous avez un grand pont.

26 C'est le pont de Hasan Brkic; est-ce que c'est exact ?

27 R. Oui.

28 Q. Ces maisons ce sont les maisons de Stotina ?

Page 13541

1 R. Oui, ce sont les maisons qui sont dans le quartier de Stotina.

2 Q. Encerclez-les, s'il vous plaît, seulement les maisons.

3 R. [Le témoin s'exécute]

4 J'ai eu un grand ami dans ce quartier, il s'appelait Franjo.

5 Q. Apposez le chiffre 1, s'il vous plaît

6 R. [Le témoin s'exécute]

7 Q. En amont de la Neretva, regardez -- nous -- regardez où se trouve

8 l'endroit où vous avez été blessé -- non pas votre maison mais l'endroit où

9 vous avez été blessé. Donc, sur la rive gauche de la Neretva, il y a deux

10 maisons sur lesquelles a été apposé le chiffre 9 ou 10.

11 R. Monsieur Praljak, je ne vois pas les rues ici. Je ne vois pas parce

12 qu'il y a beaucoup de verdure. Je ne vois pas ce qu'il faut encercler, je

13 vous ai dit sur d'autres photographies précisément et distinctement, je ne

14 peux pas m'orienter ici.

15 Q. Laissons cela de côté. C'est la photographie prise par un expert. Pas

16 moi. C'est pour cela que j'ai pensé que --

17 M. LE JUGE ANTONETTI : -- de manière approximative, vous ne pouvez pas

18 localiser sur la photo l'endroit où vous avez été blessé ? De manière

19 approximative.

20 LE TÉMOIN : [interprétation] Il faut que j'indique cet endroit

21 approximativement ?

22 M. LE JUGE ANTONETTI : Oui.

23 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation] Oui. Indiquez cet endroit, apposez une

24 croix et le chiffre 2, s'il vous plaît.

25 M. LE JUGE ANTONETTI : Marquez-le avec un X et le chiffre 2.

26 LE TÉMOIN : [interprétation] J'ai apposé une croix sur la photographie.

27 Il ne faut pas que tu souffles.

28 M. LE JUGE ANTONETTI : Madame la Greffière, pourriez-vous donner un

Page 13542

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

12 versions anglaise et française

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 13543

1 meilleur stylo au témoin.

2 LE TÉMOIN : [Le témoin s'exécute]

3 [interprétation] Est-ce que cela suffit ?

4 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation]

5 Q. Oui, cela suffit. Oui, apposez vos initiales.

6 R. [Le témoin s'exécute]

7 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] Monsieur le Président, cela sera IC

8 346.

9 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation] La photo suivante, s'il vous plaît.

10 Q. Est-ce que ce sont les maisons à Stotina qu'on a vu il y a quelques

11 instants ?

12 R. Monsieur Praljak, je ne suis pas rendu là-bas, il y a 30 ans. Je ne

13 peux que supposer que cette partie-là, je jouais au football en tant

14 qu'enfant dans ce quartier, mais je ne peux pas me souvenir aujourd'hui de

15 tout cela.

16 Q. Tout est simple. Pour ce qui -- vous ne pouviez pas vous souvenir, vous

17 dites.

18 R. Je ne peux pas me souvenir de cela. Je ne sais pas s'il s'agit de

19 Stotina ici en regardant cette partie de la photographie.

20 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation] Excusez. Passons à la photographie

21 suivante, s'il vous plaît.

22 Q. Est-ce qu'à Stotina vous reconnaissez cette maison-là ?

23 R. Non, pas du tout.

24 Q. Continuons, retirez cette photo. La photo suivante, imaginez Stotina.

25 Est-ce que c'est la vue prise de Stotina qui donne sur le pont d'Hasan

26 Brkic et de nouveaux bâtiments qui ont été construits ?

27 R. Il faut regarder un peu plus à droite pour qu'on puisse voir cela.

28 Q. Est-ce que cela -- cette photographie a été prise de Stotina à votre

Page 13544

1 avis ?

2 R. C'est le carrefour qui mène à Sokol, depuis le pont de Hasan Brkic.

3 Permettez-moi d'en finir, s'il vous plaît. Donc, ici se trouverait Stotina,

4 mais on ne peut pas voir cela sur la photo. Je sais ce que je dis, Monsieur

5 Praljak. C'est la nouvelle autoroute qui mène à Sokol, la nouvelle route

6 transite tous les jours, je passais à vélo 20 kilomètres, mais je ne vois

7 pas Stotina ici.

8 Q. Lorsqu'on prend des photos de Stotina, est-ce que vous pouvez nous dire

9 si c'est ce quartier là qu'on peut voir ?

10 R. Non.

11 Q. Cet autre document, vous ne le savez pas non plus si c'est la photo

12 prise de Stotina ?

13 R. Je suppose que c'est cela. Cela pourrait être Stotina.

14 Q. [aucune interprétation]

15 R. Non. Cela mène à l'aéroport plutôt.

16 Q. Est-ce que cela a été pris de Stotina6

17 R. Cela pourrait être une vue aérienne.

18 Q. Regardez la nouvelle photo. Dites-nous si cela a été pris de Stotina ?

19 R. Monsieur Praljak, je ne suis pas photographe et je ne sais pas d'où ces

20 photos ont été prises --

21 Q. Mais c'est pour cela que je vous pose les questions.

22 R. Je n'en sais rien.

23 Q. Retirons ces photos.

24 R. Les photos que vous me montrez, il ne faut pas que vous me présentiez

25 ces photos à moi.

26 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation] Reposez, s'il vous plaît, sur le

27 rétroprojecteur -- replacez sur le rétroprojecteur, encore une fois, IC

28 342.

Page 13545

1 LE TÉMOIN : [interprétation] Ces photographies, cela ne m'intéresse pas du

2 tout.

3 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation] IC 342, s'il vous plaît, replacez

4 encore une fois ce document sur le rétroprojecteur.

5 Je prie qu'on prépare -- qu'on se prépare à faire tourner la photographie.

6 Q. C'est la rue -- la ruelle, et vous dites que votre visage était tourné

7 vers l'escalier au moment où vous avez été blessé, n'est-ce pas ?

8 R. Oui, c'est exact.

9 Q. Est-ce que vous pourriez indiquer en apposant une flèche l'endroit où

10 vous vous trouviez et où votre visage était tourné vers l'escalier, et

11 tourner la pointe de la flèche vers l'escalier et apposer le chiffre 1 à

12 côté de la flèche.

13 R. [Le témoin s'exécute]

14 Q. Je prie maintenant qu'on montre une photo panoramique --

15 M. LE JUGE ANTONETTI : Un numéro "number." "A new number." IC342.

16 Bien, Madame la Greffière, me dit que cette photo a le numéro IC déjà 342.

17 M. LE JUGE TRECHSEL : Est-ce que nous avons la photo avec cette flèche et

18 les initiales du témoin ?

19 M. LE JUGE ANTONETTI : Non, non.

20 M. LE JUGE TRECHSEL : C'est cela qu'il a de particulier.

21 M. LE JUGE ANTONETTI : Oui, donc, Madame la Greffière, donnez un numéro

22 nouveau pour cette photo.

23 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] Cela sera IC 347.

24 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation] Je vous prie de montrer la photo

25 panoramique c'était la pièce à conviction IC de l'Accusation.

26 Mme TOMASEGOVIC TOMIC : [interprétation] Il s'agit de la photo panoramique

27 -- de la photo panoramique qui porte le numéro P 09139, si cela pourrait

28 vous aider.

Page 13546

1 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation]

2 Q. Monsieur le Témoin, c'est la photo panoramique qu'on voit maintenant et

3 je ne veux pas dire que vous n'avez pas été blessé et souffert, comprenez-

4 moi. Sur la base de ce que vous avez dit, ce qu'il a dit dans ce prétoire,

5 dites-moi, s'il est exact -- si la façon dont vous avez été blessé est

6 correctement décrite. Pourquoi je vous pose cette question ? Si votre

7 visage avait été tourné vers l'escalier, vers la Neretva et Stotina se

8 trouve à 30 degrés par rapport à l'axe où vous vous trouviez, et si selon

9 vos blessures, on peut voir que les blessures d'entrée et de sortie ont été

10 donc infligées sous l'angle de 60 degrés. Vous devriez vous demander vous-

11 même de quelle direction on a tiré pour vous infliger ces deux blessures

12 parce que Stotina se trouve tout à fait à droite par rapport à l'endroit où

13 vous vous trouviez en aval -- en amont de Neretva. C'est pour cela que je

14 prie qu'on montre, encore une fois, la photo panoramique pour qu'on puisse

15 voir cela. C'est P 0 -- quel est ce numéro, s'il vous plaît ?

16 Cela c'est la question. C'est cela ma question. Non, j'aimerais savoir

17 comment vous avez été blessé ?

18 R. Je ne suis pas, général, comme vous pour savoir d'où la balle est

19 venue. Tout ce que je sais c'est que j'ai été blessé, mais sous quel angle

20 et comment cette balle est arrivée pour me toucher, je n'en sais rien.

21 Donc, la preuve c'est mon talon et la blessure à mon talon.

22 Q. C'est pour cela que vous êtes ici pour établir la vérité et non pas

23 pour contester que le fait que vous avez été blessé, mais pour voir comment

24 vous avez été blessé en robant la position où vous vous trouviez et en

25 regardant peut-être la direction d'où serait provenue la balle qui vous a

26 été touchée -- que vous avez touchée. C'est pour cela que j'aimerais qu'on

27 voie la photo panoramique

28 P 09139.

Page 13547

1 Ce qui m'étonne là, c'est de ne savoir pourquoi le Procureur ne fait pas

2 cela.

3 M. SCOTT : [interprétation] Monsieur le Président, nous avons procédé de

4 cette façon-là et il n'est pas honnête envers le témoin de caractériser de

5 cette façon un témoignage. Il a témoigné qu'il est allé vers la rive du

6 fleuve. Il nous a montré qu'il a tourné son dos vers Stotina - c'est aux

7 pages 81 et 83 du compte rendu et il --

8 M. Praljak donc a caractérisé le témoignage de ce témoin de cette façon qui

9 n'est pas tout à fait correcte.

10 M. KOVACIC : [aucune interprétation]

11 L'INTERPRÈTE : Microphone, s'il vous plaît.

12 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation] Les blessures d'entrée et de sortie

13 sous l'angle de 60 degrés devraient nous montrer quelque chose.

14 M. LE JUGE ANTONETTI : Je vais demander au témoin de regarder la photo à

15 360 degrés et ensuite, il posera une question.

16 M. SCOTT : [interprétation] Mais nous n'avons aucun contrôle à exercer. Là

17 il s'agit d'un problème technique. Nous pouvons faire passer la vidéo. On

18 l'a. Monsieur le Président, il semble que nous ne le pouvons pas le

19 montrer.

20 M. LE JUGE ANTONETTI : Il y a un problème.

21 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation] Alors, pour les besoins du compte rendu

22 d'audience, je voudrais dire que sur l'enregistrement une fois qu'on passe

23 la vue panoramique, que contrairement à la vue de dos de M. Klaric qui

24 s'est trouvé toucher, alors, en face de son dos, il y avait la colline Hum

25 et qu'il y est beaucoup plus probable que --

26 M. SCOTT : [interprétation] Alors, cela M. Praljak est en train de

27 témoigner. Ce n'est qu'une pure -- et c'est qu'un pur et simple témoignage

28 de la part de M. Praljak.

Page 13548

1 M. LE JUGE ANTONETTI : -- entendu ce que dit le général Praljak. Lorsqu'on

2 a regardé la photo, on voit qu'il y a Stotina, mais on voit aussi qu'il y a

3 Hum. Alors, est-ce que vous auriez pu, le cas échéant, être touché par un

4 tir qui venait de Hum ?

5 LE TÉMOIN : [interprétation] Monsieur le Président de la Chambre, j'ai dit

6 tout à l'heure que je n'étais pas un expert militaire. Je suis venu ici

7 comme étant une personne blessée pour vous montrer approximativement selon

8 moi d'où la balle pouvait bien provenir. Si cette balle était venue de Hum,

9 je crois que mon talon serait complètement parti. Je n'aurais pas eu de

10 droite à gauche une blessure de passage de balle. Mais c'est venu de la

11 droite et c'est allé vers la gauche. J'espère que vous avez bien remarqué

12 cela sur la photo. Alors, il ne serait pas logique que la balle soit venue

13 comme le dit le général, qu'elle soit arrivée de 60 degrés, alors c'est

14 venu bien sûr de travers, mais je ne suis pas un expert militaire pour

15 ignorer les cotes et les cotes à comparer.

16 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation]

17 Q. Je regrette qu'on ne l'a pas, le voilà. Alors, c'est venu d'en haut et

18 c'est sorti vers la partie inférieure de votre talon. Il y a entre 40 et 60

19 degrés pour ce qui est de la traversée de la balle par l'autre talon.

20 J'aimerais qu'on le montre une fois de plus.

21 M. LE JUGE TRECHSEL : [interprétation] Pendant que nous attendions,

22 Monsieur le Témoin, vous souvenez-vous et pouvez-vous nous le dire si

23 lorsque votre talon a été touché, vous aviez votre pied à même le sol, ou

24 est-ce que vous l'aviez levé comme on lève le pied pendant qu'on marche;

25 vous en souviendrez-vous ?

26 LE TÉMOIN : [interprétation] A ce moment-là, je suis tombé complètement du

27 fait du choc. J'étais complètement sur le sol et j'ai rampé jusqu'à la

28 deuxième marche pour m'abriter.

Page 13549

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

12 versions anglaise et française

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 13550

1 M. LE JUGE TRECHSEL : [interprétation] Non, ce n'est pas -- je n'ai peut-

2 être pas posé la question. Au moment où la balle vous a frappé, est-ce que

3 votre pied était à même le sol, ou est-ce que votre talon était-il relevé,

4 peut-être est-ce que vous ne vous en souvenez pas ?

5 LE TÉMOIN : [interprétation] Je ne peux pas vous le dire, Monsieur le Juge.

6 Je ne peux pas l'affirmer avec certitude. Quand je ne suis pas sûr, je ne

7 veux rien déclarer.

8 M. LE JUGE TRECHSEL : [interprétation] Merci.

9 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation]

10 Q. Monsieur Klaric, je vous en prie, vous avez été touché, la chose n'est

11 pas contestée. Quelqu'un vous a touché au talon. Alors, maintenant, on voit

12 Stotina, on va faire tourner la vue imaginer la position de votre corps, la

13 position de votre pied et imaginer le point d'impact et le point de sortie.

14 Alors, pendant qu'on fera tourner la photo et voilà cela commence, d'où

15 est-il plus probable d'avoir vu arriver la balle ? On voit Stotina, on voit

16 Hum, on voit des bâtiments contrôlés par l'ABiH. On voit ici Donja Mahala,

17 vous serez d'accord avec moi pour dire que c'était contrôlé par l'ABiH. On

18 voit maintenant Hum encore. Est-ce que c'est bien Hum qu'on voit là ? Stop,

19 ici, voilà.

20 Alors vous, vous êtes tourné, vous avez le dos tourné à cela, si vous avez

21 la Neretva derrière vous. Est-ce que c'est bien exact, vous êtes -- vous

22 avez le dos tourné à la Neretva ?

23 R. Ce est les maisons de Cekrk à Donja Mahala.

24 Q. Oui, en effet.

25 R. J'ai tourné le dos à ces bâtiments-là.

26 Q. Derrière ces bâtiments, il y a Hum.

27 R. Oui, derrière ces maisons-là, il y a Hum et Stotina.

28 Q. Stotina on va le laisser.

Page 13551

1 R. Écoutez, vous savez d'où se trouvait Stotina; est-ce que vous savez où

2 se trouvait le restaurant de Smajo ? Laissez-moi finir, n'essayez pas de me

3 piéger.

4 Q. Je n'essaie pas de vous piéger.

5 R. Jusqu'au restaurant de Smajo, il y avait Stotina. Je ne sais pas

6 jusqu'où la rotation est allée.

7 Monsieur Prlic, vous n'avez pas lui souffler, il est suffisamment

8 intelligent pour qu'il sache bien les choses lui même et poser ses

9 questions lui-même.

10 M. LE JUGE ANTONETTI : Vous venez de prêter serment de dire toute la

11 vérité, ce qui --

12 LE TÉMOIN : [interprétation] Je dis la vérité.

13 M. LE JUGE ANTONETTI : -- implique de votre part une maîtrise de vous-même.

14 De temps en temps, je vois que vous vous énervez, cela ne sert strictement

15 à rien.

16 Nous, les quatre Juges qui sont devant vous, nous avons à déterminer,

17 j'allais dire, quasi scientifiquement, d'où est partie la balle. Nous

18 savons que vous étiez face à l'escalier, vous aviez le dos tourné par

19 rapport à ce que l'on voit sur la photo lorsqu'elle tourne. En tant que

20 Juge et en tant que professionnel, je ne peux exclure que le tir pouvait

21 venir soit des bâtiments que l'on voit face à nous, soit de la colline.

22 Donc, nous devons savoir par tous les éléments que vous indiquez, d'où

23 pouvait venir le tir.

24 Est-ce que vous comprenez cela ?

25 LE TÉMOIN : [interprétation] Je comprends cela.

26 M. LE JUGE ANTONETTI : Pour vous aider, le Procureur vous a posé des

27 questions, vous avez répondu, mais l'accusé a le droit aussi de poser des

28 questions et vous devez répondre aux questions. Nous après, les Juges, on

Page 13552

1 va se réunir et on dira d'où est parti le tir. Voilà c'est comme cela que

2 se passe.

3 Alors, Monsieur Praljak, continuez.

4 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation]

5 Q. Est-ce que sur cette photo-ci que nous voyons devant nous, est-ce qu'on

6 pourrait faire une impression et dire que le témoin a déclaré qu'il avait

7 le dos tourné à ce bâtiment-ci et à la colline qui s'appelle Hum ? Est-ce

8 que cela est faisable ? Si ce n'est pas --

9 R. Mais il n'y a aucune photo sur mon écran.

10 M. LE JUGE ANTONETTI : Vous ne voyez pas de photo sur votre écran ?

11 LE TÉMOIN : [interprétation] Non.

12 M. LE JUGE ANTONETTI : Madame l'Huissière, allez regarder parce qu'il n'a

13 pas de photo.

14 LE TÉMOIN : [interprétation] Voilà, il vient d'arriver.

15 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation]

16 Q. Je vais répéter une fois de plus. Serait-il exact de dire ce que vous

17 avez déjà dit en répondant à la question du Juge Antonetti, vous aviez le

18 dos lorsque vous avez été touché, vous avez le dos tourné à ce bâtiment et

19 en arrière il y avait cette colline que nous voyions. Est-ce que c'est bien

20 ce que vous nous avez dit ?

21 R. Oui.

22 Q. Merci.

23 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation] Est-ce que nous pouvons procéder à un

24 marquage quelconque ?

25 LE TÉMOIN : [interprétation] Est-ce que je peux faire une observation ?

26 Cela ce sont les bâtiments de Cekrk de Donja Mahala.

27 Q. Exactement.

28 R. Indiquez-le, c'est Donja Mahala ce n'est pas Stotina.

Page 13553

1 Q. Alors, vous serez d'accord avez nous pour dire que Donja Mahala était

2 contrôlé par l'ABiH ?

3 M. LE JUGE ANTONETTI : Est-ce qu'on peut donner un numéro IC, à cette

4 photo.

5 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] Monsieur le Président, ce sera IC 348.

6 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation]

7 Q. Ma dernière question, Monsieur le Témoin. Monsieur Klaric, savez-vous

8 qu'au moment où vous avez été blessé derrière les maisons que vous voyez

9 ici, il y avait une ligne tenue par l'ABiH face aux positions du HVO qui se

10 trouvaient là-haut dans la colline. Le saviez-vous ?

11 R. Non.

12 Q. Vous ne saviez pas. Donc, merci, je n'ai plus de questions.

13 L'ACCUSÉ PRALJAK : [interprétation] Merci, Monsieur le Président.

14 M. KOVACIC : [interprétation] Est-ce que je peux poser une question ?

15 M. LE JUGE ANTONETTI : Oui, si elle est utile, pertinente et va dans le

16 sens des questions de M. Praljak.

17 M. KOVACIC : [interprétation] Très certainement, Monsieur le Président.

18 C'est sur cela que je voulais enchaîner.

19 Contre-interrogatoire par M. Kovacic :

20 Q. [interprétation] Ce témoin est entendu ici en application du 94 bis non

21 ter, nous avons sa déclaration ici.

22 Bonjour, Monsieur -- ou plutôt, bonsoir. Vous avez confirmé aujourd'hui que

23 le 20 juin 199 -- le 27 juin 2001, vous avez fait une déclaration auprès du

24 bureau du Procureur, n'est-ce pas ?

25 R. Oui.

26 Q. En page 3 de ladite déclaration, il est dit une phrase, avant-dernier

27 passage de la page, et vous dites et vous l'avez confirmé aujourd'hui dans

28 votre témoignage : "Je sais que des positions de tireurs d'élite se

Page 13554

1 trouvaient à la cote en altitude appelée Stotina, et à la colline de Hum.

2 Stotina se trouve plus près que la colline de Hum. Les tireurs embusqués

3 pouvaient facilement me voir depuis Stotina. Ce qui fait que je suppose et

4 je souligne le mot je suppose que la balle est partie de Stotina."

5 Ma question est la suivante, est-ce que c'est bien vous qui avez déclaré

6 ceci ?

7 R. Oui.

8 Q. Serait-il exact de dire que ce que vous nous avez dit aujourd'hui, au

9 sujet de Stotina ne constitue qu'une hypothèse de votre part ?

10 R. Qu'entendez-vous par hypothèse ? Expliquez, je ne comprends pas ce que

11 vous voulez dire par hypothèse ?

12 Q. A l'évidence, vous ne savez pas ce qui signifie le mot "hypothèse."

13 R. Je sais ce que sais.

14 Q. Non, non, c'est moi qui conduis l'interrogatoire et à moi de vous poser

15 la question, à vous de répondre ou de ne pas répondre : alors, estimez-

16 vous, pensez-vous que la balle est arrivée de Stotina ?

17 R. C'est ce que je pense.

18 Q. Le pensez-vous ? En êtes-vous assuré à 100 % ou quoi ?

19 R. Je ne peux que supposer.

20 Q. Merci.

21 R. Je vous en prie.

22 Q. Au revoir.

23 R. Au revoir.

24 M. LE JUGE ANTONETTI : merci.

25 Avocat suivant.

26 M. STEWART : [interprétation] Merci, Monsieur le Président.

27 Contre-interrogatoire par M. Stewart :

28 Q. [interprétation] Monsieur Klaric, la photo que nous voyons sur nos

Page 13555

1 écrans est précisément la photo au sujet de laquelle j'aimerais vous poser

2 des questions. Je voudrais tirer une chose au clair. Lorsque vous êtes allé

3 chercher de l'eau au niveau de la rivière, êtes-vous allé directement en

4 descendant ces marches en béton qu'on voit ? A gauche de cet objet jaune,

5 c'est par là que vous êtes passé ?

6 R. Pour être tout à fait honnête, je ne sais pas.

7 Q. Vous nous avez donné des tas d'information concrète, vous avez donné

8 toute une quantité d'information sur ce qui s'est passé. Maintenant, vous

9 êtes en train de nous dire que l'une des choses dont vous ne vous souvenez

10 pas c'est à quel endroit vous êtes allé chercher de l'eau dans la rivière;

11 c'est bien ce que vous nous dites ?

12 R. La partie où je suis allé chercher de l'eau s'appelle Kusalova Sokak.

13 Q. Oui, mais sur la photo, la photo que nous voyons lorsqu'on regarde tout

14 droit vers la gauche de l'objet jaune, cela allait être des marches, est-ce

15 que vous êtes allé chercher de l'eau en descendant tout droit ou enfin un

16 peu à droite ou un peu à gauche de ce qu'on voit sur la photo ? A quel

17 endroit de la rive de la rivière ?

18 R. Je vais vous poser une question.

19 La photo que --

20 Q. Non, non, répondez à ma question --

21 R. Les marches où je suis descendu, je suis descendu sur le côté gauche

22 des marches, mais je ne les vois pas maintenant.

23 Q. Bien. Je vais demander à ce qu'on fasse défiler la photo panoramique.

24 Je ne sais pas s'il y a un problème technique qui se pose. Il vaut mieux

25 aller de l'autre côté. Oui, voilà. Merci.

26 Dites-nous : où est-ce qu'il faut s'arrêter lorsque vous verrez l'endroit à

27 partir duquel vous êtes allé puiser de l'eau dans la rivière ?

28 R. Stop.

Page 13556

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

12 versions anglaise et française

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 13557

1 Q. Alors, j'aimerais que vous nous décriviez, il y a une espèce de piliers

2 au milieu de l'image, une espèce de structure en métal qui se tient debout

3 à la verticale. Si on prend cela comme élément d'orientation par rapport à

4 cet objet-là, où est-ce que vous êtes allé chercher de l'eau ?

5 R. Dans la direction de cette maison à gauche, c'est là que se trouvaient

6 les marches et je suis descendu en contrebas vers la gauche.

7 Q. Voyez-vous, je vous pose cette question, parce qu'il se peut que vous

8 n'ayez pas connaissance de la totalité des détails, mais nous avons un

9 rapport d'expert où il y a moult de diagrammes. Détails relatifs à

10 l'incident. Selon ce dont on peut en juger, vous êtes l'une des principales

11 sources d'information portant sur l'incident en question, et d'après ce

12 qu'il nous ait donné de voir au niveau du diagramme, il nous a été montré

13 une ligne droite allant de la rivière vers les marches, l'endroit où vous

14 êtes allé puiser de l'eau, or, vous nous dites que ce n'est pas ainsi.

15 C'est là que la chose doit être tirée au clair. Est-ce que cela signifie

16 que ce n'est pas du bas de l'escalier que vous êtes allé directement vers

17 le fleuve pour puiser de l'eau ?

18 R. Monsieur le Juge, je pense que je suis allé du côté gauche par rapport

19 à l'allée pour rejoindre la Neretva. Je ne peux pas l'affirmer à 100 %. Il

20 s'est passé beaucoup de temps depuis.

21 M. STEWART : [interprétation] Monsieur le Président, je crois qu'il n'y a

22 aucune controverse à soulever concernant le fait qu'il y ait deux petits

23 marquages sur ce papier. L'un des marquages c'est le nom de ce témoin.

24 J'aimerais que la page soit présentée sur le rétroprojecteur pour que nous

25 voyions plus.

26 M. SCOTT : [interprétation] J'aimerais que cela ne soit pas montré au

27 témoin avant que je ne fasse mon commentaire parce que j'ai une objection.

28 J'estime qu'il est inéquitable de poser ce type de questions au

Page 13558

1 témoin. On pourra poser ce type de questions à l'expert. Mais on ne peut

2 pas de cette façon conduire un témoin pour qu'il change d'opinion parce que

3 sa déclaration est tout à fait claire; si on veut se pencher sur ces dires

4 en pages 81 à 83, il dit qu'il est descendu en contrebas un peu plus loin

5 qu'il était tourné -- qu'il avait le dos tourné vers Stotina. Si quelqu'un

6 ici imagine que je suis en train d'inventer, il n'y a qu'à voir la page 81

7 voir ce qu'il dit où est-ce qu'il avait le dos tourné lorsqu'il se

8 déplaçait ce jour-là. Penchez-vous sur la page 81.

9 M. STEWART : [aucune interprétation]

10 M. LE JUGE ANTONETTI : -- parce que le rapport de l'expert montre

11 qu'il part de la Neretva et qui va à l'escalier, sur la photo tout à

12 l'heure on voit qu'il fait un détour. Bon.

13 Alors, je vais -- Monsieur, dans votre souvenir, est-ce que vous

14 pouvez nous dire si vous avez été cherché de l'eau directement par rapport

15 aux escaliers, ou vous avez fait un détour ?

16 LE TÉMOIN : [interprétation] Je suis allé à gauche.

17 M. LE JUGE ANTONETTI : Donc, vous n'avez pas été tout droit.

18 LE TÉMOIN : [interprétation] Non.

19 M. STEWART : [interprétation] Monsieur le Président, cela fait six minutes

20 et demie que je suis debout et on m'a déjà privé plusieurs minutes de mon

21 temps pour ce qui est des objections. Alors, je demande à avoir quelques

22 minutes et j'aimerais qu'on me permette de conduire le contre-

23 interrogatoire de façon professionnelle, de la façon dont j'ai l'intention

24 de procéder. Il n'y a rien de mauvais, si on a fait venir des témoins qui

25 ont servi de sources d'information à l'expert, alors, nous avons le droit

26 d'établir la corrélation qu'il y a entre ce témoignage et le témoignage de

27 l'expert, et nous avons le droit de poser ces questions au témoin factuel.

28 M. LE JUGE ANTONETTI : -- au contraire le témoin va dans votre sens. Alors,

Page 13559

1 continuez.

2 M. STEWART : [interprétation] Je vous suis reconnaissant, Monsieur le

3 Président. J'étais en train de répondre à l'objection soulevée par M.

4 Scott. Alors, je voudrais à présent que cette page soit montrée au témoin,

5 c'est la page 29, Mme l'Huissière en dispose d'une copie.

6 Q. Voyons ce dont il s'agit ici, on voit la Neretva au bas. C'est la

7 partie foncée où on dit Neretva, rive verte en anglais. On voit l'escalier

8 et on voit un pointillé. C'est le sens du déplacement de la victime. Il

9 s'agit donc d'une ligne pointillée, qui est plus au moins va tout droit.

10 Bon, elle décale un peu vis-à-vis de rectiligne, mais on voit là des fleurs

11 et des buissons, alors, ce que je voudrais c'est qu'une chose soit tout à

12 fait claire, c'est vous qui avez été là-bas. Je vous pose la question pour

13 cela. Cette ligne pointillée qui a été faite par l'expert est bien le

14 déplacement que vous avez effectué depuis la rivière vers l'escalier; est-

15 ce que ces trois présentations graphiques de ce qui s'est passé là-bas est

16 exact ou pas ?

17 R. Je n'arrive pas à m'en souvenir.

18 Q. Bien. Allons de l'avant alors. Avant que d'arriver à la rivière vous

19 nous avez dit que des tireurs embusqués ont constamment tiré jour et nuit.

20 Il y avait des accalmies d'une demi-heure et c'est la raison pour laquelle

21 vous êtes décidé d'aller à la rivière. Alors, Monsieur, avant cette

22 accalmie, combien de temps les tirs ont-ils duré ? Combien de tirs intenses

23 y a-t-il eus ?

24 R. Monsieur le Juge, j'étais à la maison et je suis allé chercher de l'eau

25 --

26 M. LE JUGE ANTONETTI : Bon, donc, regardez --

27 LE TÉMOIN : [interprétation] Je m'excuse. Alors, à ce moment j'ai quitté la

28 maison avec un jerrycan et un petit tonneau pour aller vers l'eau. Alors,

Page 13560

1 dans la maison, je ne sais pas que si un tireur isolé est en train de

2 tirer, quand est-ce qu'il est en train de tirer. Il se passait des fois une

3 heure ou deux où on entendait que des tirs. Mais je ne peux pas affirmer

4 combien de temps ils avaient tiré parce qu'eux ils cherchaient une cible et

5 lorsqu'ils trouvaient la cible, ils tiraient dessus.

6 M. STEWART : [interprétation]

7 Q. Monsieur Klaric, je vais me référer à votre témoignage à vous. Dans

8 votre déclaration que vous avez confirmée aujourd'hui, vous avez fait

9 savoir qu'il y avait eu une période de calme d'une demi-heure, alors, si

10 cela a été le calme pendant une demi-heure, cela implique qu'avant cette

11 demi-heure ce n'était pas calme. Alors, combien de bruit a-t-on pu

12 enregistrer avant cette accalmie d'une demi-heure ?

13 R. J'ai quitté ma maison pour aller vers la Neretva. Je n'étais pas dehors

14 pour savoir si le tireur a tiré ou pas et j'avais 250 à 300 mètres à

15 parcourir depuis chez moi à la Neretva et je suis revenu. Je n'étais pas

16 pendant ce temps dehors pour savoir pendant combien de temps le tireur

17 n'avait pas tiré mais lorsque je suis sorti à la Neretva, c'était calme

18 jusqu'au moment où j'ai été moi-même blessé.

19 Q. Alors, quand vous entendez des tirs, vous ne savez pas si c'est un

20 tireur embusqué ou pas ? Vous dites un tireur embusqué mais c'étaient des

21 coups de feu. Vous ne saviez pas que c'était un tireur embusqué ?

22 R. Je n'ai pas du tout entendu la balle qui m'a blessé. Je ne l'ai pas du

23 tout entendu. Je n'ai fait que sentir. Monsieur le Juge, je n'ai fait que

24 sentir la chute.

25 Q. Est-ce que vous pouvez m'entendre maintenant, Monsieur ?

26 R. Oui, je vous entends.

27 Q. Alors, vous avez fait six ou sept allées et venues, combien de temps

28 avez-vous passé à la rivière ?

Page 13561

1 M. LE JUGE ANTONETTI : [hors micro]

2 M. STEWART : [interprétation] Je n'ai que très peu de temps. Après une

3 longue après-midi de contre-interrogatoire, j'ai deux questions à vous

4 poser.

5 Monsieur le Président, j'aimerais qu'on m'autorise à en finir.

6 Q. Monsieur, vous êtes --

7 M. LE JUGE ANTONETTI : Poursuivez.

8 M. STEWART : [interprétation]

9 Q. -- à la rivière ?

10 R. Pendant 20 minutes.

11 Q. Combien de gens y avait-il autour à peu près ?

12 R. Il y avait -- j'étais seul et il y avait deux ou trois enfants. Les

13 trois enfants étaient sortis avant moi et le dernier jerrycan que je devais

14 sortir, c'est là que le tir a eu lieu.

15 Pendant que je portais l'eau jusqu'au denier jerrycan, il n'y a pas eu de

16 coups de feu. C'est au dernier jerrycan quand je suis sorti qu'il y a eu ce

17 coup de feu.

18 Q. Je vous remercie.

19 M. STEWART : [interprétation] C'était ma dernière question, Monsieur le

20 Président.

21 M. LE JUGE ANTONETTI : Maître Tomic, des questions, non ?

22 Maître Tomic, des questions ?

23 Mme TOMASEGOVIC TOMIC : [interprétation] Non.

24 M. LE JUGE ANTONETTI : Maître Ibrisimovic.

25 M. IBRISIMOVIC : [interprétation] Non, Monsieur le Président.

26 M. LE JUGE ANTONETTI : Bien. Que par extraordinaire --

27 M. Scott a des questions supplémentaires.

28 M. SCOTT : [interprétation] Oui, je serai très bref, Monsieur le Président,

Page 13562

1 je suis désolé.

2 M. LE JUGE ANTONETTI : Poursuivez rapidement.

3 M. SCOTT : [interprétation] J'aimerais qu'on montre au témoin le IC 00341.

4 Nous avons l'une de ces pièces à conviction qui fait le tour du prétoire,

5 mais je ne sais pas si c'est la bonne parce qu'il n'y a pas de numéros

6 dessus. Il n'y a pas de cotes.

7 Nouvel interrogatoire par M. Scott :

8 Q. [interprétation] Monsieur, regardez le rétroprojecteur et écoutez

9 attentivement ma question. Nous n'avons pas beaucoup de temps. Auparavant,

10 je vous ai déjà montré cette photographie sur laquelle vous avez apposé des

11 annotations. A l'époque, c'est-à-dire au moment où je vous ai montré la

12 photographie pour la première fois, je vous ai posé la question suivante :

13 de quelle côté vous êtes arrivé à la rivière ? Vous avez apposé

14 l'annotation en bas à droite. Nous pouvons voir une ligne qui suit ce

15 sentier.

16 M. SCOTT : [interprétation] Est-ce que je peux m'approcher du

17 rétroprojecteur ?

18 Q. Monsieur, je veux attirer votre attention à ce pont qui se trouve sur

19 cette ligne. Avez-vous témoigné que ce point -- c'est-à-dire cet endroit où

20 vous vous êtes approché de la rivière c'est ce sentier-là ?

21 M. STEWART : [interprétation] M. Scott, à mon avis, a déjà posé cette

22 question à savoir de quelle côté le témoin est arrivé jusqu'à ce qu'il a

23 montré cette photographie.

24 M. SCOTT : [interprétation]

25 Q. Monsieur, pouvez-vous répondre à ma question ? Est-ce que cet endroit,

26 il y a un peu de gravier dans cet endroit, est-ce que c'est à cet endroit

27 où vous avez quitté la rivière, Monsieur ? Pouvez-vous m'entendre ?

28 R. C'était approximativement ici.

Page 13563

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

12 versions anglaise et française

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 13564

1 Q. Est-ce que je peux vous poser une autre question par rapport à une

2 autre photographie qui a été prise également en tant que photo panoramique

3 et M. Stewart l'a posée -- vous a posé des questions là-dessus. Est-ce

4 qu'on peut mettre cela sur le rétroprojecteur ?

5 C'est la même photographie que M. Stewart vous a montrée, pouvez-vous

6 nous montrer l'endroit -- donc, une partie de la rive qui a un gravier et

7 qui est plate où vous avez -- vous êtes monté sur le sentier. Ce n'est pas

8 dans les -- ce sentier n'est pas dans les arbres.

9 R. [Le témoin s'exécute]

10 Q. Est-ce que c'est approximativement à droite du bâtiment qu'on peut voir

11 ou au moins on peut voir une partie de ce bâtiment ?

12 M. SCOTT : [interprétation] C'est ce que M. Praljak fait, Monsieur le

13 Président, c'est la même chose. Je vais faire la même chose que M. Praljak.

14 Je me suis approché du témoin pour qu'on ne perde pas de temps.

15 Est-ce que je peux poser ma question suivante. On peut donc discuter des

16 croquis qui montrent le point où il est arrivé sur le sentier ?

17 M. LE JUGE ANTONETTI : Peut-être on va avoir un numéro, oui.

18 M. SCOTT : [interprétation] Oui, c'est le même -- Je ne pense pas --

19 M. LE JUGE ANTONETTI : On a besoin d'Un numéro.

20 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] Cela sera IC 349.

21 M. SCOTT : [interprétation] Ma dernière question, Monsieur le Président.

22 Q. Nous avons vu sur la photographie l'endroit où vous êtes monté en

23 rampant entre ces deux bâtiments. Dites à la Chambre : comment avez-vous pu

24 trouver un abri quelconque si la balle est arrivée directement de l'autre

25 côté de la rivière ?

26 R. Je me trouvais au pied de l'escalier au moment où j'ai été touché et

27 j'ai rampé pour trouver abri dans une partie protégée de la rue. Mais c'est

28 donc à cet endroit-là où j'ai été touché par soit une balle de tireur

Page 13565

1 embusqué, soit par un projectile de char. Cela aurait pu être un projectile

2 de char.

3 M. LE JUGE ANTONETTI : Très bien.

4 Votre témoignage est terminé. Je vous remercie, au nom de mes collègues,

5 d'avoir répondu aux questions des uns et des autres, même si par moment

6 cela a pu vous paraître très technique et très difficile, mais il fallait

7 que les uns, les autres et les Juges vous posent des questions.

8 Donc, je vous souhaite une bonne continuation dans votre activité actuelle

9 et un bon retour dans votre pays.

10 Demain, nous sommes d'audience donc demain après-midi. L'audience reprendra

11 demain à 14 heures 15. Je vous remercie.

12 LE TÉMOIN : [interprétation] Je vous remercie et je vous souhaite beaucoup

13 de bonheur et de la santé.

14 --- L'audience est levée à 19 heures 09 et reprendra le mardi

15 6 février 2007, à 14 heures 15.

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28