Tribunal Criminal Tribunal for the Former Yugoslavia

Page 1974

1 (Mardi 12 mars 2002)

2 (L'audience est ouverte à 9 heures 33.)

3 (Audience publique.)

4 (Questions relatives à la procédure.)

5 M. le Président (interprétation): Voici la décision que rend la Chambre de

6 première instance en ce qui concerne la recevabilité des déclarations

7 préalables visées par l'Article 92bis. Nous avons examiné la requête

8 déposée par l'accusation en vue de la recevabilité de 23 déclarations

9 préalables tombant sous le coup de cet Article.

10 En principe, nous allons admettre les déclarations recueillies en vertu de

11 cet Article, mais sous réserve de deux conditions, la première condition

12 étant celle-ci: étant donné la nature cumulative des moyens de preuve, et

13 le fait que ceci va augmenter le nombre déjà important de témoins que

14 l'accusation a l'intention d'appeler à la barre en l'espèce, compte tenu

15 qu'il faut un procès qui soit rapide, l'accusation n'aura le droit qu'à 4

16 témoins par municipalité, y compris les témoins déjà cités à la barre les

17 témoins dits de viva voce. L'accusation devra opérer un tri pour savoir

18 quelles sont les déclarations préalables ou les déclarations relevant de

19 l'Article 92bis qu'elle veut faire admettre pour chacune de ces

20 municipalités là où, pour le moment, on propose davantage que 4 témoins.

21 La seconde condition à respecter est la suivante: puisque, de l'avis de la

22 Chambre de première instance, les moyens de preuve proposés portent sur un

23 point important en l'espèce, les témoins dont les déclarations sont

24 admises devront se présenter pour subir un contre-interrogatoire.

25 L'accusation, dans chacun de ces cas, sera autorisée à poser quelques

Page 1975

1 questions liminaires. La motivation de cette décision vous sera

2 communiquée en temps utile par écrit, et nous tiendrons compte des

3 modifications qu'il faudra éventuellement apporter à l'emploi du temps

4 prévu pour terminer la présentation des moyens à charge. Et toute requête

5 visant à augmenter le nombre de témoins sera entendue pour autant qu'elle

6 soit dûment motivée.

7 Monsieur Ryneveld, nous venons de recevoir le résumé concernant un témoin.

8 Il semblerait qu'on va apporter une autre modification à l'ordre prévu,

9 n'est-ce pas?

10 M. Ryneveld (interprétation): Pas que je sache, Monsieur le Président.

11 Vous avez la liste que nous vous avons remise l'autre jour, mais au-delà

12 de cela, je ne pense pas.

13 Il s'est peut-être passé ceci: je crois comprendre que, lorsque le témoin

14 actuel aura terminé sa déposition, nous allons appeler M. Bucaliu et, en

15 fonction de la durée de son témoignage à lui, nous avions prévu la

16 déposition de M. Ball demain.

17 Si en fin de journée nous avons encore un peu de temps, nous pourrons

18 peut-être entendre un témoin différent.

19 Mais nous tenions, en pensant à cela, aux inquiétudes de l'accusé qui

20 voulait une autre traduction BCS du document, et nous nous étions dits que

21 s'il avait une soirée supplémentaire pour se préparer, cela pourrait

22 l'aider. Mais il est difficile de prévoir si on va aller jusque là

23 aujourd'hui. Mais au cas où nous le ferions, voilà une possibilité que

24 nous réservons et j'espère que ceci vous convient.

25 M. le Président (interprétation): Oui, merci.

Page 1976

1 M. Ryneveld (interprétation): Je propose de poursuivre la déposition du

2 témoin actuel.

3 M. le Président (interprétation): Faisons entrer le témoin.

4 (Le témoin, M. Hazbi Loku, est introduit dans le prétoire.)

5 (Interrogatoire principal du témoin, M. Hazbi Loku, par M. Ryneveld.)

6 M. Ryneveld (interprétation): Hier, avant la fin de votre déposition, je

7 vous avais demandé -si je ne m'abuse- si, à votre retour de Macédoine,

8 vous étiez rentré chez vous dans votre village de Kotlina, et je pense que

9 vous aviez répondu par l'affirmative. Vous aviez dit que vous aviez trouvé

10 votre village détruit. Est-ce là un résumé exact de ce que vous avez

11 déclaré hier?

12 M. Loku (interprétation): Oui, c'est exact.

13 M. Ryneveld (interprétation): Et puis, je pense, je vous avais demandé si

14 vous aviez apporté quelques photographies à La Haye. Je vais maintenant

15 vous montrer quelques agrandissements de ces photographies, si vous le

16 voulez bien. Nous avons en tout premier lieu... Je veux lui montrer,

17 Messieurs les Juges, la première des trois photographies.

18 Mme Ameerali (interprétation): Il s'agira de la pièce de l'accusation P56.

19 M. Ryneveld (interprétation): Je vous remercie, Madame la Greffière.

20 Monsieur le Témoin, vous êtes en train d'examiner une photographie.

21 Monsieur l'huissier, veuillez la placer sur le rétroprojecteur.

22 (Intervention de l'huissier.)

23 Est-ce que cette photographie apparaît à l'écran? Nous ne semblons pas

24 recevoir d'image sur l'écran. Oui, la voilà.

25 M. Loku (interprétation): Oui, je la vois.

Page 1977

1 M. Ryneveld (interprétation): Tout d'abord, est-ce bien une photographie

2 que vous avez apportée?

3 M. Loku (interprétation): Oui.

4 M. Ryneveld (interprétation): Et que voyons-nous sur cette photographie?

5 Cette photographie, que montre-t-elle?

6 M. le Président (interprétation): Oui, Maître Tapuskovic?

7 M. Tapuskovic (interprétation): Messieurs les Juges, nous avions déjà reçu

8 cette photographie parmi les documents que nous avons reçus il y a

9 plusieurs mois. Nous avions reçu ces photographies auparavant. Par

10 conséquent, je ne vois pas en quoi consiste le problème maintenant:

11 pourquoi est-ce que l'on demande à ce monsieur s'il a apporté les

12 photographies, puisqu'on les a déjà depuis plusieurs mois.

13 M. le Président (interprétation): Veuillez nous décrire ce que

14 représentent ces photographies.

15 M. Ryneveld (interprétation): Monsieur, cette photographie, que montre-t-

16 elle?

17 M. Loku (interprétation): On voit l'école incendiée, où je travaillais

18 auparavant. Après notre retour de Macédoine, nous avons nettoyé les

19 locaux. C'est la photographie de l'école après destruction.

20 Question: Cette école se trouve à Kotlina, n'est-ce pas?

21 Réponse: Oui.

22 Question: Fort bien. Je vais vous montrer une autre photographie si vous

23 le voulez bien.

24 Monsieur l'Huissier, la voici.

25 (L'huissier s'exécute.)

Page 1978

1 Autant vous donner toutes les photographies maintenant: comme cela, nous

2 gagnerons du temps. Est-ce que vous pourriez distribuer ces photographies?

3 (L'huissier s'exécute.)

4 Je demanderai que la première de ces photographies soit montrée au témoin

5 et soit placée sur le rétroprojecteur.

6 Réponse: Oui, je la vois.

7 Question: Est-ce une photographie que vous avez apportée et que nous avons

8 agrandie?

9 Réponse: Oui.

10 M. Ryneveld (interprétation): Pourriez-vous nous dire ce que montre cette

11 photographie-ci?

12 M. Tapuskovic (interprétation): Monsieur le Président?

13 M. le Président (interprétation): Quelle est votre objection, Maître

14 Tapuskovic?

15 M. Tapuskovic (interprétation): Voici en quoi consiste mon objection: ces

16 photographies existent déjà. Je ne vois pas en quoi consiste cette

17 explication. On nous dit que ce témoin les a apportées. Or, nous ne les

18 avons reçues il y a plusieurs mois. Ceci est incontestable.

19 M. le Président (interprétation): Vous les avez peut-être reçues, mais

20 nous, nous ne les avons pas vues, nous ne savons pas ce qu'elles

21 représentent. Il faut permettre au témoin qu'il s'explique sur la

22 signification de ces photographies. Je pense que nous pourrons procéder

23 plus rapidement s'il n'y a pas d'interruption.

24 M. Tapuskovic (interprétation): Je suis d'accord avec vous, Monsieur le

25 Président. C'est vrai. Je ne comprends pas: qu'est-ce que cela veut dire

Page 1979

1 lorsqu'on nous dit que le témoin a apporté ces photographies aujourd'hui?

2 Je le dis parce que je veux revenir là-dessus plus tard; je ne trouve pas

3 que ce soit clair.

4 M. le Président (interprétation): Vous pourrez poser ces questions en

5 contre-interrogatoire.

6 M. Ryneveld (interprétation): Merci.

7 Monsieur le Témoin, cette photographie-ci, que montre-t-elle?

8 M. Loku (interprétation): Cette photographie montre des villageois qui

9 reviennent après avoir été expulsés en Macédoine. On voit ces villageois

10 rassemblés et, devant eux, se trouvent des cercueils qui ont ensuite été

11 inhumés. Ce sont les funérailles des personnes qui ont été massacrées et

12 qui ont été exhumées par le Tribunal, et qu'on prépare pour qu'elles

13 soient enterrées.

14 Question: A l'avant plan, plus exactement devant cette série de personnes,

15 qu'est-ce que c'est que ce bâtiment?

16 Réponse: Derrière les gens, on voit la maison de Baki Kuqi, une maison

17 d'un étage. On peut voir qu'il y a deux entrées à partir de la route. Il y

18 a le commerce du village et puis, l'autre partie, c'est l'habitation. Il

19 n'y a que la route qui sépare cette maison de l'école.

20 Question: Et est-ce que ce bâtiment a été détruit au cours des événements

21 que vous nous avez relatés hier?

22 Réponse: Oui.

23 M. Ryneveld (interprétation): Excusez-moi, nous allons voir la troisième

24 et dernière photographie: est-ce que vous l'avez déjà? Est-ce qu'elle a

25 été distribuée?

Page 1980

1 Merci, Madame la Greffière, de distribuer ces photographies.

2 Mme Ameerali (interprétation): Il s'agira ici de la pièce P57. Et la

3 troisième photographie portera la cote P58.

4 M. Ryneveld (interprétation): Monsieur le Témoin, merci d'examiner la

5 pièce P58.

6 Est-ce que c'est la même prise de vue, mais sous un angle quelque peu

7 différent, où l'on voit le même bâtiment, mais un peu plus de la droite?

8 M. Loku (interprétation): Oui. C'est une photographie du même bâtiment,

9 mais ici vous voyez la cour et les cercueils qui y ont été amenés de

10 Kacanik. Et vous voyez les gens qui sont sur la route en train d'attendre.

11 Question: Bien. Une question en ce qui concerne ces photographies: est-ce

12 que vous les avez prises vous-même ou est-ce que quelqu'un vous les a

13 remises afin que vous les apportiez?

14 Réponse: C'est moi qui les ai prises.

15 Question: Quand les avez-vous prises, ces photographies?

16 Réponse: Je les ai prises à mon retour de là où j'étais. Il y avait

17 beaucoup de photographies qui ont été prises de ce genre lorsque nous

18 sommes allés aux obsèques.

19 Question: Pourriez-vous nous situer ceci dans le temps? Au cours de quel

20 mois avez-vous pris ces photographies?

21 Réponse: Elles doivent avoir été prises au mois de septembre, c'est à ce

22 moment-là qu'ont eu lieu les obsèques. Je ne me souviens plus de la

23 journée exactement mais c'était au mois de septembre.

24 Question: Septembre 1999?

25 Réponse: Oui, au cours de la même année.

Page 1981

1 Question: Une dernière chose. Remontons un peu dans le temps: vous avez

2 dit avoir été le témoin d'une explosion après que les hommes eurent été

3 placés dans ces deux trous dont nous avons parlé hier. A votre retour,

4 est-ce que vous avez découvert qui était porté disparu dans votre village?

5 Réponse: C'est pendant que l'on était en Macédoine que l'on a vraiment

6 découvert qui était porté disparu. En posant des questions à des parents,

7 nous avons découvert qu'il y avait 22 personnes portées disparues, et en

8 fait ces personnes on les a sorties de ces fosses pour être examinées, et

9 même si certains espéraient que leurs parents avaient survécu.

10 Question: Les corps qu'on a sorti de ces fosses est-ce qu'on les a

11 identifiés?

12 Réponse: Je pense que tous ont été identifiés.

13 Question: Vous dites que vous avez vu le moment où ces jeunes hommes ont

14 été jetés dans ces fosses, est-ce bien cela?

15 Réponse: Oui.

16 Question: De l'endroit où vous vous trouviez, est-ce que vous avez pu

17 déterminer qui ils étaient au moment où on les jetait dans ces fosses et

18 déterminer leur identité?

19 Réponse: Je ne comprends pas la question.

20 Question: D'après ce que vous avez vu au moment où ces jeunes hommes

21 étaient jetés dans ces fosses, est-ce que vous avez pu déterminer leur

22 identité? Est-ce que vous connaissiez ces jeunes hommes? Est-ce que vous

23 connaissiez leur nom?

24 Réponse: Oui, je les connaissais, chacun d'entre eux.

25 Question: Est-ce que vous avez apporté des photographies des jeunes hommes

Page 1982

1 qui, selon vous, ont été jetés dans ces fosses?

2 Réponse: Oui, j'ai apporté la photographie de chacun d'entre eux. A une

3 seule exception près, pour celui-là je n'ai pas pu trouver de

4 photographies parce que toutes les photographies ont été brûlées dans

5 leurs maisons. Mais j'ai amené des photographies de tous les autres et je

6 peux donner leur nom; j'ai grandi avec eux et je connaissais chacun

7 d'entre eux.

8 Question: Et pour celui-là dont vous n'avez pas la photographie, est-ce

9 que c'est quelqu'un que vous avez mentionné dans votre déposition hier?

10 Réponse: Oui.

11 Question: Comment s'appelait-il?

12 Réponse: Il s'appelait Idriz Kuqi.

13 Question: Annexe L, c'est le premier nom de cette annexe. Il n'y a pas de

14 photographie, Monsieur le Président, Messieurs les Juges.

15 Monsieur le Témoin, vous avez apporté 24 petites photographies, n'est-ce

16 pas?

17 Réponse: Oui.

18 Question: Et vous avez vu que nous avons, en fait, préparé cinq pages qui

19 rassemblent ces diverses photographies. Est-ce que vous avez vu ces pages?

20 Réponse: Oui.

21 Question: Fort bien. Je voudrais demander le versement de notre pièce avec

22 une légende. Nous pourrions faire de ces cinq pages de ces photographies

23 une seule pièce, accompagnée d'une légende. Je ne veux pas que la légende

24 soit montrée au Témoin mais je voudrais que les Juges en disposent.

25 Monsieur Loku, vous voyez qu'il y a cinq pages sur lesquelles figurent des

Page 1983

1 photographies. Est-ce que ce sont là des copies, que vous reconnaissez,

2 des photographies que vous avez apportées? Examinez rapidement ces

3 différentes pages. Est-ce que ce sont là des photocopies des photographies

4 que vous avez apportées?

5 Réponse: Oui.

6 Question: Bien. Dites-nous -si vous regardez ces photographies, maintenant

7 chacune d'entre elles porte un numéro au-dessus de la photographie-,

8 pourriez-vous nous donner le nom de ces jeunes hommes, à commencer par la

9 photographie n1? Qui est représenté sur cette photographie?

10 Réponse: C'est Adnan Loku.

11 Question: Fort bien. Ceci est repris en annexe. Adnan; je crois que l'on a

12 comme orthographe A-D-A-T, ou A-D-A-N. Est-ce que c'est la bonne

13 orthographe en fait pour ce prénom?

14 Réponse: Oui, A-D (et pas T) N-A-N.

15 Question: Donc je pense que c'est le nom qui figure en sixième position

16 dans cette légende. Et qui est représenté sur la photographie n2?

17 Réponse: La photographie n2, c'est un homme qui a un frère à la

18 photographie n8. Il y a aussi l'un qui avait 16 ans et l'autre 17, l'un

19 s'appelle Ibush et l'autre Nasar. Il se peut que je fasse une confusion

20 entre les deux mais leur nom de famille c'est Loku.

21 M. Ryneveld (interprétation): Merci. Ceci figure à l'annexe L. La

22 photographie n3, s'il vous plaît?

23 M. Loku (interprétation): La photographie n3, c'est celle de Mina Kuqi.

24 M. le Président (interprétation): Nous avons la légende et les

25 photographies; à moins qu'il n'y ait une contestation, je ne pense pas

Page 1984

1 qu'il soit nécessaire de parcourir chacune de ces photographies. Nous

2 allons bien sûr les examiner et nous pourrons nous même voir ce que ces

3 photographies représentent.

4 M. Ryneveld (interprétation): C'est peut-être effectivement une meilleure

5 marche à suivre. Je n'aurais que quelques questions d'éclaircissement à

6 poser.

7 M. Robinson (interprétation): On voit dans la légende plusieurs noms qui

8 ressemblent à celui du Témoin?

9 M. Ryneveld (interprétation): Oui.

10 M. Robinson (interprétation): Est-ce que ce sont des parents?

11 M. Ryneveld (interprétation): J'ai posé la question à ce Témoin.

12 Beaucoup de ces personnes dont vous avez parlé portent le même nom de

13 famille que vous. Est-ce que ce sont pour certains d'entre eux des

14 parents, ou est-ce que c'est un nom que l'on rencontre souvent chez vous à

15 Kotlina, le nom de Loku?

16 M. Loku (interprétation): Je pourrais vous parler de chacun d'entre eux.

17 Nous avons donc deux frères sous le n2 et le n8: Ibush et Nasar Loku,

18 c'étaient des fils de Rexhep dont j'ai parlé hier.

19 M. Ryneveld (interprétation): Donc c'étaient vos parents?

20 M. Loku (interprétation): Ils étaient du même village, c'étaient des

21 cousins proches. Il y a deux autres frères: Agim et Ismajl, ce sont aussi

22 des cousins qui se sont trouvés ensemble. Danush Kuqi également qui était

23 élève du secondaire, qui est leur cousin, donc lui qui figure au n10.

24 Xhemal Kuqi, sous le n12, son cousin. Sherif Kuqi et Ismail Kuqi, leurs

25 cousins. Sherif Kuqi sous le n11. Sous le n21: son cousin, un cousin

Page 1985

1 proche, donc son premier cousin.

2 Souhaitez-vous que je continue?

3 M. Robinson (interprétation): Je voulais simplement savoir combien d'entre

4 eux étaient vos parents. Apparemment, certains l'étaient.

5 Merci.

6 M. Ryneveld (interprétation): Merci. Maintenant, par exemple, numéro

7 photographie 23.

8 M. Loku (interprétation): Les gens de la famille Kuqi étaient cousins

9 entre eux, ce n'étaient pas mes cousins à moi.

10 Question: Monsieur, si j'ai bien compris, d'après ce que vous nous avez

11 dit hier, Zymer Loku qui figure en n22 n'a pas été trouvé dans ces

12 fosses, n'est-ce pas? Vous avez dit que vous l'avez trouvé vous-même,

13 personnellement, dans sa maison. Il a été blessé, il est mort par la

14 suite?

15 Réponse: Oui. La photographie 22 représente un homme âgé de 72 ans: Zymer

16 Loku. Il a été blessé mortellement, sa jambe droite a été coupée, amputé

17 par cette blessure, et nous l'avons trouvé dans la cour de la maison.

18 Question: De même, sous le n23, nous avons votre frère, Milaim Loku?

19 Réponse: Oui, c'est la photographie qui représente mon frère.

20 Question: Donc il n'était pas dans la fosse non plus?

21 Réponse: Non, il était dans le lit de la rivière.

22 M. Ryneveld (interprétation): Monsieur le Président, compte tenu de vos

23 observations au sujet de la légende, j'en termine là.

24 Monsieur, ce sont des photographies, les 24 photographies que vous avez

25 apportées, qui comprennent deux personnes qui n'étaient pas trouvées dans

Page 1986

1 les fosses. Est-ce exact?

2 M. Kwon (interprétation): Et au sujet du n1, il s'agit d'Idriz Kuqi qui a

3 été tué lui aussi à un autre endroit?

4 M. Ryneveld (interprétation): C'est la personne pour laquelle il n'y a pas

5 de photographie.

6 M. Kwon (interprétation): Très bien.

7 M. Ryneveld (interprétation): Merci. Vous avez également la légende qui

8 peut être versée en annexe du document de la pièce à conviction. Je pense

9 que l'on peut demander un numéro.

10 Mme Ameerali (interprétation): Sous le n60 et 60A pour la légende, pièce

11 à conviction de l'accusation.

12 M. le Président (interprétation): Monsieur Milosevic, vous avez la parole.

13 (Contre-interrogatoire du témoin, M. Hazbi Loku, par M. Milosevic.)

14 M. Milosevic (interprétation): (Hors micro.)

15 Avant de commencer à poser mes questions, je souhaite attirer votre

16 attention sur un point. Nous voyons ici un exemple d'une manipulation

17 inacceptable par des semi-vérités de la part de l'accusation.

18 M. le Président (interprétation): Non, ceci n'est pas le moment où il faut

19 faire ce genre d'observation. Monsieur Milosevic, ceci a été présenté de

20 manière tout à fait claire. Si vous avez des questions pour ce témoin,

21 Monsieur Milosevic, posez-lui vos questions pour qu'il puisse y répondre.

22 M. Milosevic (interprétation): Il n'y a pas de problème, je peux le faire

23 également en posant des questions.

24 Vous avez travaillé comme professeur au centre d'éducation secondaire de

25 Kacanik. Est-ce exact ou non?

Page 1987

1 M. Loku (interprétation): J'y ai travaillé pendant deux ans.

2 Question: Avez-vous travaillé dans le bâtiment scolaire, le bâtiment de

3 l'école, ou dans une maison particulière, appartenant à un privé?

4 Réponse: J'ai travaillé à l'école.

5 Question: A Kotlina, vous avez également travaillé dans l'enseignement

6 comme enseignant. A cet endroit avez-vous travaillé dans le bâtiment

7 scolaire ou dans une maison appartenant à un particulier?

8 Réponse: J'ai travaillé dans le bâtiment scolaire.

9 Question: Donc, dans les deux cas, vous avez utilisé les bâtiments de

10 l'Etat, appartenant à l'Etat et non des maisons appartenant à des

11 particuliers?

12 Réponse: Oui. Dans les deux endroits où j'ai travaillé, j'ai travaillé

13 dans les écoles.

14 Question: Que savez-vous au sujet du fait qu'à Kotlina, il y avait le

15 siège d'un état-major, d'un QG principal, chargé de transférer des armes

16 en Macédoine?

17 Réponse: Ceci est un mensonge que vous énoncez. Ceci n'est pas vrai.

18 Question: Quelle est la distance entre Kotlina et la frontière

19 macédonienne?

20 Réponse: Entre 12 et 15 kilomètres, à peu près.

21 Question: A environ 5 kilomètres de Kacanik, à droite de la voie

22 principale menant de Pristina à Skopje: est-ce exact?

23 Réponse: C'est à droite lorsque vous allez de Pristina à Skopje. Je ne

24 sais pas quelle est la distance; à vol d'oiseau, c'est peut-être de 5

25 kilomètres, pas plus. Je ne pense pas que ce soit 5 kilomètres; 3 ou 4

Page 1988

1 kilomètres par la route que je prenais.

2 Question: Très bien. Le village de Kotlina arrive dans le prolongement du

3 village de Globocica où se situe la voie principale allant à Tetovo et

4 tout ceci, sur les pentes de Sharrë Planina, du mont Sharrë?

5 Réponse: Oui, il y a une route qui mène à Gllobocice.

6 Question: Par le village d'Ivaja, le village de Kotlina est lié au village

7 de Jezerce? Par Ivaja?

8 Réponse: Non. Jezerce est bien loin, dans d'autres montagnes.

9 Question: A quelle distance, à quelle distance de Kotlina?

10 Réponse: Je ne peux pas vous donner de chiffre.

11 Question: A peu près?

12 Réponse: Ferizaj est à environ 30 kilomètres de Kacanik; nous sommes plus

13 proches de la frontière. A 40 ou à 50 kilomètres à peu près d'Elez

14 Han/Hani i Elezit.

15 Question: Oui, mais je vous pose la question au sujet de Jezerce: qu'est-

16 ce qui se trouve à 50 kilomètres de vous, de Kotlina?

17 Réponse: Je pensais que vous me posiez la question entre Kotlina et

18 Jezerce: c'est cela que j'ai cru comprendre.

19 Question: Oui, quelle est la distance de Kotlina à Jezerce?

20 Réponse: Je pense que c'est environ 40 kilomètres. Je ne suis jamais allé

21 là-bas, je ne peux pas vous donner de réponse précise.

22 Question: Connaissez-vous la situation et le rôle de Jezerce au cours de

23 l'année qui a précédé la guerre et également durant la guerre?

24 Réponse: Pour ce qui est de Jezerce, je peux dire qu'en été ou avant

25 l'été, nous avons entendu un pilonnage de Shterpce, mais je ne sais pas

Page 1989

1 exactement ce qui s'est passé là-bas.

2 Question: Savez-vous que Jezerce était l'une des bases principales de

3 l'UCK pour l'ensemble du territoire de Kosovo et Metohija?

4 Réponse: J'ai entendu dire que l'UCK était stationnée là-bas, mais je ne

5 peux rien dire de plus à ce sujet.

6 Question: Très bien. Revenons maintenant à votre municipalité.

7 Puisque vous étiez employé par la municipalité, vous travailliez à

8 l'école, pouvez-vous nous confirmer que 85 personnes travaillaient à la

9 municipalité, dont 62 étaient des Albanais? Ces chiffres, les connaissez-

10 vous?

11 Réponse: Je n'ai jamais travaillé à la municipalité moi-même; donc c'est

12 ce que vous venez d'affirmer. J'ai toujours travaillé dans l'enseignement.

13 J'ai vécu sur le territoire de la municipalité durant ces dernières

14 années. Cette municipalité était constituée à 99,99% de population

15 albanaise. Mais personne d'entre nous n'a travaillé pour la municipalité,

16 je crois.

17 Question: Dans cette municipalité, il y avait 85 employés dont 62 étaient

18 des Albanais. Pour ce qui est des chiffres que vous venez de donner, les

19 chiffres n'étaient pas exacts: les Serbes y étaient pour 2%, donc environ

20 300, à peu près Non, il y avait plutôt précisément 335 Serbes et il y

21 avait un millier de Roms. Etes-vous au courant de ces chiffres?

22 Réponse: Je ne connais pas les chiffres. Et je ne sais pas que ces gens

23 travaillaient pour la municipalité. Lorsque je me rendais à la mairie pour

24 aller chercher des documents, les employés que j'y trouvais étaient

25 toujours des Serbes.

Page 1990

1 Question: Savez-vous qu'à l'usine Djeneral Jankovic, sur 1.700 ouvriers,

2 il y avait plus de 1.700 Albanais? C'est une usine qui se trouve juste à

3 côté de votre village.

4 Réponse: Je sais qu'il y a eu des Albanais dans le passé mais, plus tard,

5 l'usine était pleine de Serbes, en fait.

6 Question: Mais comment pouvait-il y avoir tant de Serbes puisque vous

7 venez d'affirmer qu'il n'y avait pratiquement pas de Serbes dans votre

8 municipalité?

9 Réponse: Pas dans les bureaux ou pas dans la municipalité, mais eux, ils

10 venaient de la commune de Jezerce et les Albanais qui avaient travaillé

11 là-bas ont été licenciés, ils ont été renvoyés chez eux. Il y avait trois

12 villageois du même village que moi qui ont été licenciés et qui se sont

13 retrouvés chez eux sans travail.

14 Question: Et ils ont été licenciés de quel poste, de quel travail?

15 Réponse: Vous devez le savoir mieux que moi.

16 M. Milosevic (interprétation): Mais à Kacanik réellement, je ne sais pas.

17 M. le Président (interprétation): Je demande au Témoin de répondre aux

18 questions, de se contenter de répondre aux questions. Ces gens ont été

19 licenciés, ils ont été renvoyés chez eux, y compris vos trois voisins. La

20 question était de savoir de quel poste ils ont été licenciés.

21 M. Loku (interprétation): Ils ont travaillé dans cette usine en occupant

22 des postes, des travaux différents. Il s'agissait d'une cimenterie et ils

23 y ont occupé divers postes: l'un était mécanicien, un autre a travaillé

24 dans un autre atelier de la même usine, etc.

25 M. Milosevic (interprétation): Simplement pour tirer au clair cela,

Page 1991

1 j'affirme que, sur 1.700 personnes, il y avait plus de 1.500 Albanais dans

2 cette usine jusqu'à la guerre. Répondez-moi par oui ou par non. Est-ce

3 exact ou non?

4 M. Loku (interprétation): Je n'ai jamais travaillé dans cette usine. Je ne

5 peux pas vous donner de chiffre exact. Cependant, lorsque nous nous

6 rendions au marché le mercredi, généralement on voyait les Serbes qui

7 venaient de cette usine et qui y retournaient.

8 Question: Très bien. Savez-vous alors qu'à Kacanik il y avait plus de 300

9 membres du Parti socialiste de Serbie dont 220 Albanais et que le

10 secrétaire du comité était Hanka Luka, également une Albanaise? Le savez-

11 vous?

12 Réponse: Je ne suis pas au courant de cela. Jamais je n'ai été moi-même

13 membre de ce parti, donc je ne connais rien pour ce qui est de la

14 constitution, de sa composition.

15 Question: Savez-vous qu'à Kacanik un parti albanais a été constitué,

16 appelé "Initiative démocratique albanaise"? Son président était Faik

17 Jashari? Etes-vous au courant de cela?

18 Réponse: Ce nom ne m'est pas familier, je ne me rappelle rien au sujet de

19 cet homme.

20 M. Milosevic (interprétation): J'essaie de vous rafraîchir votre mémoire:

21 Faik Jashari était également membre de la délégation de l'Etat lors des

22 négociations de Rambouillet. Cet élément d'information vous permet-il de

23 vous rappeler le personnage?

24 M. Loku (interprétation): Non. Il me semble que vous êtes en train de

25 monter de toute pièce des noms. Je ne connais pas cette personne.

Page 1992

1 M. le Président (interprétation): Je vous prie de vous contenter de

2 répondre aux questions, comme cela nous avancerons plus vite.

3 Monsieur Milosevic, nous avons terminé avec cette question.

4 M. Milosevic (interprétation): Très bien.

5 Savez-vous qu'à Kacanik il y a eu création d'une police locale

6 exclusivement composée de représentants du peuple albanais, et il y a eu

7 un tout-petit nombre de Roms dans ses rangs?

8 M. Loku (interprétation): Non.

9 Question: Savez-vous qu'à Kotlina les coordinateurs chargés de la police

10 locale étaient Bashkim Loku -qui porte le même nom de famille que vous

11 -son père s'appelle Sulejman- et Shaban Zenujlla Kuqi -Shaban Kuqi, fils

12 de Zenujlla. Le savez-vous?

13 Réponse: Oui, je connais ces hommes, je les connais personnellement. Je

14 n'ai jamais su qu'ils étaient policiers puisque je ne les ai jamais vus en

15 uniforme. Ils sont tous, tous les deux en vie. L'un vit à Kotlina et

16 l'autre à Ferizaj.

17 Question: Savez-vous que des membres de cette police locale ont fait

18 l'objet de menaces et d'attaques permanentes de la part de l'UCK?

19 Réponse: Pour ce qui est de la police serbe, je ne sais pas ce qui s'est

20 passé dans leurs rangs. Mais je ne savais pas qu'ils avaient été menacés

21 ou mis en danger par qui que ce soit.

22 Question: C'était une police albanaise. D'après les informations que j'ai,

23 douze membres de la police locale ont été soit tués, soit enlevés par les

24 membres de l'UCK. Ma question est la suivante: connaissez-vous l'un

25 d'entre eux: Nisen Tusha, de père Alia; Osman Kuka, de père Dzeljadin;

Page 1993

1 Bektesh Malushe, d'Artista; Selim Topogoni, d'Agusha; Sahib Reka, d'Emin;

2 Riza Kiki, de Faik; Bedri Berisa, de Shefki; Dalip Reka, d'Emin; Gazim

3 Zinanovic, d'Azem; Talib Reka, d'Emin; Shaban Kuqi de Zenujlla; et Bashkim

4 Loku, de Sulejman.

5 Etes-vous au courant de ces gens-là qui étaient tous des policiers locaux?

6 C'étaient des Albanais, des Roms, il y a un ou deux Roms, me semble-t-il.

7 Alors, que pouvez-vous nous dire à leur sujet?

8 Réponse: J'ai dit que je connaissais les deux noms que vous avez

9 mentionnés au départ: ce sont des villageois qui étaient mes voisins. J'ai

10 dit qu'ils étaient toujours en vie.

11 Pour ce qui est des autres, je ne suis pas au courant du fait qu'ils aient

12 été des policiers parce que je ne les ai jamais vus en uniforme. S'ils

13 avaient été des policiers, ils devraient nécessairement se trouver en

14 Serbie quelque part.

15 Question: Savez-vous que l'UCK En fait, là, nous avions des membres des

16 forces de sécurité locale qui ne dépendaient pas des services d'Etat. Et

17 savez-vous que, par rapport à ces unités de sécurité locale, d'abord, dans

18 le village de Ivaja et ensuite à Kotlina, l'UCK a constitué des prisons

19 pour ces gens-là? Donc je fais référence à Ivaja et à Kotlina à présent,

20 dont vous parlez dans votre déclaration et dans votre déposition?

21 Réponse: Je n'ai jamais entendu parler de cela et je ne pense pas que ce

22 soit vrai. Ces gens étaient nécessairement avec la police, dans la police.

23 Donc je ne suis pas au courant de cela.

24 Question: Savez-vous qu'au village d'Ivaja, dans une prison de ce genre,

25 on a trouvé et on a libéré un groupe de quinze Albanais emprisonnés?

Page 1994

1 Réponse: Non, je n'ai jamais entendu quoi que ce soit à ce sujet.

2 M. Milosevic (interprétation): Il y a eu un entretien avec ces gens et un

3 enregistrement vidéo a été fait. Vous n'êtes absolument pas au courant de

4 cela?

5 M. le Président (interprétation): Le témoin dit qu'il n'est pas au courant

6 de cela.

7 M. Milosevic (interprétation): Très bien.

8 Etes-vous au courant du fait qu'avant les bombardements de l'OTAN, à

9 Kacanik, il y avait un grand nombre d'Albanais loyaux à la Serbie et qu'il

10 y a eu un groupe, en été 1997; ce groupe a envoyé des lettres de soutien

11 aux autorités. De même, au printemps de 1998, il y a eu une lettre de

12 soutien envoyée aux autorités de l'Etat; dans cette lettre, on demandait

13 que l'on combatte de manière tout à fait forte le terrorisme albanais.

14 Etes-vous au courant de cela? Cela a été diffusé dans tous les journaux

15 qui se vendent dans votre municipalité. En plus, cela a été publié dans un

16 journal de Kacanik.

17 M. le Président (interprétation): Une date a été traduite pour ces

18 lettres, à savoir l'été de 1997.

19 M. Milosevic (interprétation): 1997.

20 M. le Président (interprétation): 1997, très bien.

21 M. Milosevic (interprétation): Une lettre de soutien qui est venue par la

22 suite...

23 M. le Président (interprétation): Permettez au témoin de répondre tout

24 d'abord.

25 Donc vous venez de dire qu'en été 1997 et qu'au printemps 1998, il y a eu

Page 1995

1 des lettres de soutien qui ont été rédigées et envoyées de Kacanik. Dans

2 ces lettres, on demandait que le terrorisme albanais soit combattu.

3 Pouvez-vous nous apporter des éléments à ce sujet ou non?

4 M. Loku (interprétation): Je ne suis pas au courant de cela. Jamais

5 personne ne m'a parlé de la rédaction de ce genre de lettres, mais les

6 personnes qui les ont rédigées pourraient vous aider là-dessus. Moi, je ne

7 suis absolument pas au courant.

8 M. Milosevic (interprétation): 48 Albanais et Roms ont envoyé cette

9 lettre, le 23 mars 1998.

10 M. le Président (interprétation): Le témoin a dit qu'il n'était absolument

11 pas au courant de cette lettre.

12 M. Milosevic (interprétation): Etes-vous au courant de la décision du

13 Conseil exécutif de Kosovo et Metohija, datant de février 1999, où l'on

14 demande de la part de l'Assemblée de Kacanik d'attribuer gratuitement des

15 terrains pour des constructions, pour des constructions qui seront faites

16 par des Albanais, citoyens de la République fédérale de Yougoslavie? Il

17 s'agit donc d'Albanais citoyens de la République fédérale de Yougoslavie.

18 M. Loku (interprétation): Je n'ai jamais lu de presse serbe, donc je ne

19 suis absolument pas au courant de cela.

20 Question: Vous ne savez pas qu'il y a eu des maisons construites par des

21 Albanais sur ces terrains, des Albanais citoyens yougoslaves, qui se sont

22 attribués gratuitement des terrains?

23 Réponse: Je sais que dans mon propre village chacun a construit sa propre

24 maison sur son terrain, le terrain qui lui appartenait et qu'il n'a reçu

25 aucune aide pour ce faire.

Page 1996

1 Question: Savez-vous que, par la suite, les membres de l'UCK se sont mis à

2 détruire leurs maisons parce que ces maisons avaient été construites sur

3 des terrains appartenant à l'Etat? Etes-vous au courant de ce genre

4 d'accident, d'incident?

5 Réponse: Je ne suis absolument pas au courant de cela et cela me paraît

6 absurde, ce que vous venez de dire.

7 Question: Il en est peut-être ainsi.

8 Savez-vous qu'au cours de juillet et d'août 1998, deux grands groupes de

9 terroristes ont été arrêtés, qui venaient de Urosevac et de Kacanik? Ils

10 ont été arrêtés par la police. Etes-vous au courant de cela?

11 Réponse: Tout le temps, je m'occupais de mes affaires, j'allais à l'école,

12 je rentrais chez moi et je ne sais rien de tout cela.

13 M. Milosevic (interprétation): Vous rappelez-vous -ce n'est pas une si

14 grande ville que cela, après tout- qu'en décembre 1998, près du village de

15 Dimce, près de la frontière de la Macédoine, lorsqu'un très grand nombre

16 d'armes ont été saisies -je relis ceci à la première question- que

17 "Kotlina était utilisée comme étant la voie essentielle pour les armes

18 vers la Macédoine, pour obtenir des armes de Macédoine, de sorte qu'en

19 décembre 1998, près du village, une grande quantité d'armes a été saisie

20 et qu'à cette occasion, les personnes suivantes ont été arrêtées: Berisha

21 Valon".

22 M. le Président (interprétation): Laissez le témoin répondre à la

23 question.

24 On vous a demandé, au sujet de décembre 1998, une question: on a dit qu'il

25 y a eu une grande quantité d'armes qui ont été saisies. Etes-vous au

Page 1997

1 courant de quelque chose de ce genre, à Dimcë?

2 M. Loku (interprétation): Dimcë est sur l'autre rive de la rivière; c'est

3 loin de l'endroit où j'habite. J'ai entendu dire qu'il y avait des

4 policiers serbes qui s'y trouvaient et qu'ils avaient arrêté certaines

5 personnes, mais je n'en connais pas le motif. A Elez Han. Et d'habitude,

6 nous ne faisions pas confiance aux médias serbes parce qu'il y avait

7 beaucoup de propagande.

8 M. Milosevic (interprétation): J'ai dit Dimce à la frontière de la

9 Macédoine. D'habitude ce qu'on saisit, c'est quelque chose qui est

10 illégalement passé par la frontière.

11 M. le Président (interprétation): Oui. Quelle est la question suivante?

12 M. Milosevic (interprétation): La question était: le témoin connaît-il les

13 personnes qui ont été arrêtées, c'est-à-dire Berisha, Valon Berisha, Ekrem

14 et Naser Topolani?

15 M. Loku (interprétation): Je n'ai jamais connu ces personnes, je ne sais

16 rien à ce sujet.

17 Question: Aucun d'entre eux n'est de Kotlina?

18 Réponse: Non, aucune de ces personnes n'en est.

19 Question: Vous connaissez tous les habitants de Kotlina, n'est-ce pas?

20 Réponse: Oui.

21 Question: Etes-vous conscient de ce qui s'est passé en février 1999,

22 lorsque dans le village de Gjurgjev Do l'UCK a attaqué une patrouille de

23 police; trois policiers ont été blessés lors de cet incident et cinq

24 membres de l'UCK ont été tués. Est-ce que vous vous rappelez cet événement

25 en février 1999?

Page 1998

1 Réponse: Non, je n'en ai jamais entendu parler.

2 M. Milosevic (interprétation): Et vous rappelez-vous que le 20 février

3 1999, vers 9 heures du soir -c'est 9 heures du soir, 21 heures-, Selim

4 Topolani a été enlevé de sa maison et amené pieds nus. Il était Président

5 de l'Initiative démocratique albanaise pour Kacanik?

6 M. Loku (interprétation): Je ne suis pas capable de répondre à cette

7 question.

8 M. le Président (interprétation): Monsieur Milosevic, nous avons déjà

9 évoqué ces questions avec d'autres témoins. Ce témoin-ci ne peut pas aider

10 sur ces diverses allégations que vous formulez. Vous aurez l'occasion en

11 temps utile de présenter des éléments de preuve.

12 Vous avez présenté vos arguments de façon très complète, et je suggère

13 maintenant que vous passiez à autre chose en traitant davantage des

14 éléments de preuve qu'il a présentés. Le temps n'est pas sans limite. Le

15 temps nous est compté.

16 M. Milosevic (interprétation): C'est précisément ce dont je traite

17 maintenant, c'est de sa déposition. Parce que toutes ces actions

18 terroristes ont précédé l'événement que le témoin traite comme étant un

19 événement essentiel, central. Et maintenant j'y viens.

20 Avez-vous conscience du fait que le 27 février dans le village de Gajre un

21 membre de la garde locale a été enlevé et qu'il travaillait aussi à

22 l'usine Krecara, Riza Kiki, un Albanais de souche?

23 Réponse: Je ne me rappelle pas, je ne sais rien de ceci.

24 Question: Et est-ce que vous savez que le 28 février, vers 13 heures, là

25 encore dans le village de Gajre, un grand groupe de terroristes a attaqué

Page 1999

1 la police, les policiers qui allaient à la recherche de Riza Kiki? A cette

2 occasion, un membre de la police a été tué, et trois policiers ont été

3 grièvement blessés. Puis un terroriste a été également tué, Asaj Etema,

4 dans le village de Gabrica (phonétique); il était en uniforme, et il avait

5 un lanceur à la main, un lanceur de grenades qu'il n'avait pas. Et les

6 autres se sont échappés. Est-ce que vous vous rappelez cet incident?

7 Réponse: J'ai entendu dire que quelque chose s'était passé à Gajre. Mais

8 pendant cette période, les patrouilles Serbes torturaient ces personnes;

9 j'ai entendu que quelque chose s'était passé mais je ne peux pas vous

10 donner de noms en ce qui concerne les victimes.

11 M. Milosevic (interprétation): Bien. Alors, nous sommes arrivés à la fin

12 de février, les premiers jours de mars, l'enlèvement de Topolani,

13 l'enlèvement de policiers locaux, le meurtre d'une patrouille de police.

14 Et maintenant nous sommes au début de mars, dont vous avez parlé.

15 Est-il exact -ce que je vais énoncer maintenant- que des combats avaient

16 lieu dans ce secteur et que l'UCK vidait des villages en utilisant des

17 maisons vides comme des positions fortifiées qui a conduit nécessairement

18 au fait qu'ils tiraient sur des policiers à partir de ces maisons, et que

19 ceci a obligé les forces serbes à riposter? Est-ce exact?

20 M. Loku (interprétation): Je ne sais pas ce qui s'est passé là, mais pour

21 ce qui est de mon village je peux vous donner des réponses concernant mon

22 village.

23 M. le Président (interprétation): Pourriez-vous nous aider avec ceci,

24 Monsieur Loku? Y a-t-il une raison quelconque pour que vous ayez vu que

25 l'attaque qui a eu lieu au début de mars et le 24 mars, ait eu lieu contre

Page 2000

1 votre village? Est-ce qu'il y a une raison quelconque qui pourrait

2 expliquer cela, pour autant que vous sachiez?

3 M. Loku (interprétation): A mon avis, il n'y avait aucune raison pour que

4 mon village fut attaqué.

5 M. Milosevic (interprétation): Je continue?

6 M. le Président (interprétation): Oui.

7 M. Milosevic (interprétation): Vous n'avez pas répondu à ma question.

8 L'UCK a vidé des villages, utilisé des maisons désertes. Et je comprends

9 le village d'Ivaja, avec lequel vous avez commencé: "Ils ont utilisé les

10 maisons vides comme des positions fortifiées à partir desquelles..."

11 M. le Président (interprétation): Il a dit en réponse à cela, Monsieur

12 Milosevic: "Je ne sais pas ce qui s'est passé là, mais je peux répondre en

13 ce qui concerne mon village". Voilà la réponse qu'il a faite à votre

14 question.

15 M. Milosevic (interprétation): Oui, mais pourrais-je rappeler qu'ici il a

16 dit que le village Ivaja a été attaqué. Et il est du village de Kotlina

17 qui est près d'Ivaja. Il a commencé ce qu'il a dit par l'attaque d'Ivaja,

18 c'est à cela que je me réfère maintenant. Quant à ce que je viens de lire,

19 je l'ai lu sur le rapport de la mission de vérification de l'OSCE. Je vais

20 poursuivre maintenant.

21 Est-ce que cette affirmation est exacte que, bien qu'il semble que les

22 villageois aient été du côté de l'UCK, il y a eu des indications que des

23 habitants ont été forcés à présenter un appui pour joindre l'UCK -ce que

24 je viens de lire- ou appuyer l'UCK? Est-ce exact ce que je viens de lire?

25 Répondez simplement "oui" ou "non". Ou faites un commentaire, une

Page 2001

1 observation, ce que vous préférez.

2 M. Loku (interprétation): Je ne réponds ni oui ni non. La vérité c'est

3 qu'autour des montagnes d'Ivaja, l'UCK était présente. Ils étaient partis

4 volontairement, ils ne pouvaient plus supporter les tortures auxquelles

5 les forces serbes soumettaient la population. Quiconque qui souhaitait le

6 faire, pouvait rejoindre l'UCK. Voilà ce que je sais.

7 M. Milosevic (interprétation): Il y a peu j'ai cité pour vous la façon

8 dont l'UCK vidait des maisons pour les transformer en fortifications à

9 partir d'où ils tiraient sur l'armée et la police, et c'est ce que dit ce

10 rapport. C'est pour cela que je dis que l'explication...

11 M. Loku (interprétation): C'est manipulé.

12 M. le Président (interprétation): Ceci est un commentaire, vous pourrez

13 nous présenter un rapport. Pour le moment, limitez-vous à poser des

14 questions à ce témoin. Il dit qu'il ne sait rien de ce qui est écrit dans

15 ce rapport. Pourriez-vous poursuivre?

16 M. Milosevic (interprétation): C'est précisément ce dont je parlais. Quel

17 est le point clé dans la déposition du témoin? C'est qu'il y a eu une

18 sorte d'attaque contre Ivaja et Kotlina causée par rien selon lui, aucune

19 raison. En fait, c'était le contraire.

20 M. le Président (interprétation): Mais ce sont des éléments de preuve.

21 Alors maintenant, présentez vos éléments de preuve au Tribunal. Ce n'est

22 pas la peine de discuter avec le témoin à partir du moment où il a fait sa

23 déposition. Pouvez-vous poursuivre?

24 M. Milosevic (interprétation): Bien.

25 Je demande simplement pour Kotlina: est-ce que vous savez que l'UCK a

Page 2002

1 retenu contre leur volonté, au village de Kotlina, des réfugiés? Ils ne

2 pouvaient pas quitter le village bien que l'UCK et l'UNHCR avaient un

3 accord pour laisser passer les réfugiés en-dehors des zones de conflit.

4 Etes-vous au courant de cela: que des villageois, des réfugiés à Kotlina,

5 je parle du début de mars, n'étaient pas autorisés à quitter Kotlina?

6 L'UCK ne leur permettait pas de le faire, bien que l'UCK ait eu un accord

7 avec le HCR pour laisser passer ces personnes et pour qu'elles puissent

8 quitter la zone des combats.

9 M. Loku (interprétation): Ceci est fabriqué. Il n'y a pas eu de villageois

10 qui aient été gardés otages par qui que ce soit. J'étais dans ce village.

11 Ils sont restés librement dans leur maison, ils n'avaient aucune raison de

12 partir où que ce soit. Lorsque les combats ont commencé dans le voisinage,

13 dans le secteur, nous avons essayé de nous en aller, mais on a commencé à

14 nous tuer. Vous avez commencé à nous tuer.

15 M. Milosevic (interprétation): S'il vous plaît, ce qui est écrit ici et ce

16 que je vous ai lu dit que l'UCK ne permettait pas aux gens de quitter la

17 zone des conflits...

18 M. le Président (interprétation): Il a dit que ce n'était pas vrai. On ne

19 peut pas aller au-delà, c'est sa réponse à lui.

20 M. Milosevic (interprétation): Bien, bien, Monsieur May. J'appelle

21 simplement votre attention sur le fait que ceci est écrit dans le rapport

22 de l'OSCE et que la mission de vérification dit cela.

23 M. le Président (interprétation): Du 11 mars, le rapport du 11 mars, nous

24 avons vu cela. Pour le moment, vous demandez à ce témoin des questions,

25 vous avez sa réponse. Il est inutile de continuer dans ce sens.

Page 2003

1 M. Kwon (interprétation): La question concernait les villageois, d'autres

2 personnes et non pas du village de Kotlina. Pourriez-vous répondre à cela?

3 Est-ce qu'il y a eu des réfugiés qui auraient été gardés otages par l'UCK

4 dans votre village?

5 M. Loku (interprétation): Non, il n'y en a pas eu du tout.

6 M. Kwon (interprétation): Je vous remercie.

7 M. Milosevic (interprétation): Après ces affrontements, lorsque les

8 vérificateurs sont finalement arrivés à votre village et ont pu visiter

9 Kotlina, ils ont vu que les habitants de Kotlina s'y trouvaient ainsi

10 qu'un grand nombre de personnes déplacées des hameaux voisins. Ils ont

11 soutenu qu'à l'époque les corps de trois hommes ont été trouvés qui ont

12 été identifiés comme étant des membres de l'UCK. Est-ce exact? Est-ce que

13 vous savez quoi que ce soit à ce sujet?

14 M. Loku (interprétation): Dans notre village, il n'y a jamais eu

15 d'affrontements entre qui que ce soit. Le 10 mars, la mission de

16 vérification de l'OSCE est venue et ses membres de l'OSCE ont emmené des

17 personnes âgées et des femmes vers le village de Dreshec, dans le

18 voisinage de Dreshec qui avait été brûlé et les a emmenés à Kacanik. On

19 leur a demandé de nous emmener aussi vers un endroit plus sûr, mais ils

20 nous ont dit que Kacanik était déjà plein de réfugiés d'autres hameaux et

21 qu'il n'y avait plus de place pour recevoir davantage de réfugiés, de

22 sorte qu'ils nous ont dit: "Restez où vous êtes parce que nous nous

23 occupons de vous". Et c'est ce qui s'est passé jusqu'au 23 mars, ils sont

24 restés dans notre village et nous avions le sentiment d'être en sécurité.

25 C'est tout.

Page 2004

1 Question: Au cours de cet incident, c'est-à-dire lorsque la mission de

2 l'OSCE est venue dans votre village, savez-vous quand ce problème a eu

3 lieu, lorsque le commandant de l'UCK n'a pas permis au HCR d'avoir accès

4 aux personnes déplacées de votre village, dans le village de Kotlina? Vous

5 rappelez-vous cela?

6 Réponse: Je ne me rappelle pas avoir vu qui que ce soit des membres de

7 l'UCK, je dis qu'il n'y avait pas de membres de l'UCK. J'ai dit que les

8 observateurs de l'OSCE sont venus au village et qu'ils ont emmené des

9 personnes déplacées dans le voisinage de hameaux qui avaient été brûlés.

10 Pour le reste, nous autres, nous sommes restés sur place. Il vaudrait

11 mieux demander aux observateurs de l'OSCE, ils auraient une version plus

12 exacte.

13 Question: Puisque je n'étais pas là non plus, je vous demande, je vous

14 pose des questions au sujet de ce que j'ai lu dans le rapport présenté par

15 les surveillants de l'OSCE. Ils avaient un problème: l'UCK ne permettait

16 pas aux membres du HCR d'avoir accès à des personnes déplacées à Kotlina.

17 Et vous n'en savez rien, n'est-ce pas?

18 Réponse: Je sais seulement que les membres de l'OSCE sont venus à Kotlina,

19 ont emmené des personnes et que personne ne les en a empêchés. Lorsqu'on

20 leur a demandé de nous aider tous et de nous emmener tous à Kacunik, ils

21 nous ont dit qu'il n'y avait plus de place pour abriter plus de personnes

22 parce que des gens venaient de tous les villages avoisinants tous les

23 jours. De sorte qu'ils nous ont dit qu'il y avait trop de réfugiés à

24 Kacanik.

25 Question: Bien. Je vais vous poser des questions précises sans tourner

Page 2005

1 autour du pot.

2 Ceci découle également du rapport de l'OSCE: il est dit que "Bien que le

3 problème eût été résolu et que les représentants de l'UCK aient présenté

4 des excuses, il y a eu aussi des indications que l'UCK était responsable

5 d'un très grand nombre de réfugiés parce qu'ils utilisaient ces villages

6 comme la ligne de front du conflit proprement dit".

7 Savez-vous quoi que ce soit à ce sujet? Savez-vous pourquoi l'UCK

8 utilisait les villages comme une ligne de front du conflit proprement dit?

9 Réponse: Je ne crois pas que ceci soit vrai de l'UCK, parce que les

10 membres de l'UCK se trouvaient dans les montagnes, restaient dans les

11 montagnes et nous n'étions pas des réfugiés, nous étions des résidents du

12 village, nous restions dans nos propres maisons. Nous n'avions pas peur de

13 l'UCK: nous les considérions comme nos défenseurs. Nous avions peur des

14 Serbes, des forces serbes, police et armée.

15 Question: Ma question était: que savez-vous de l'utilisation de maisons du

16 village comme ligne de front dans le conflit entre l'UCK, d'une part, et

17 l'armée et la police, d'autre part? Que savez-vous à ce sujet?

18 Réponse: Ceci n'a jamais eu lieu dans mon village. Il n'y a pas eu de

19 membres de l'UCK, pas d'affrontement entre eux et les forces serbes.

20 M. Milosevic (interprétation): Sur la base de ce que dit le rapport des

21 vérificateurs de l'UCK, le KVM, il semble que ce soit le contraire.

22 M. le Président (interprétation): Le témoin a donné sa réponse. Pouvez-

23 vous passer à autre chose?

24 M. Milosevic (interprétation): S'il a donné une réponse, c'est une réponse

25 très significative. Au début de mars 1999, sur la route entre Djeneral

Page 2006

1 Jankovic et Setishte, Goran Milicelica été tué dans une embuscade; il

2 était lieutenant. Il était dans un véhicule qui lui appartenait. Est-ce

3 que vous êtes au courant de ce meurtre, au début de mars 1999?

4 M. Loku (interprétation): Non, je ne sais rien de cela. Je ne sais pas les

5 noms de la personne tuée. Par la suite, nous avons entendu dire que

6 quelqu'un avait été tué, mais je ne sais pas qui c'était.

7 Question: Bien. Est-ce que vous savez au moins le meurtre de Ziber Çurri,

8 un membre du parti Rugova, le DSK, que l'UCK a tué aussi au début de mars

9 1999?

10 Réponse: J'ai entendu dire qu'il avait été tué. Je ne crois pas que ce que

11 vous dites soit exact.

12 Question: Savez-vous que le 27 mars, dans la soirée, vers 18 heures, les

13 terroristes ont attaqué le poste de police à Stari Kacanik?

14 Réponse: Pourriez-vous me donner la date à nouveau, s'il vous plaît?

15 Question: Le 28 mars 1999. Pardon. Le 27 mars 1999, à 18 heures 50, le

16 poste de police de Stari Kacanik a été attaqué.

17 Réponse: J'ai passé la frontière dans la nuit du 24 mars. Je ne sais pas

18 ce qui s'est passé après cette date.

19 Question: Mais vous avez parlé ici de plusieurs choses que vous avez

20 entendu dire par la suite d'après vos concitoyens, des autres villageois;

21 donc il est logique que vous avez pu entendre parler d'incidents de cette

22 nature. Vous avez probablement entendu parler de certains événements.

23 Avez-vous, par exemple, entendu parler du fait que, le 28 mars, à Stari

24 Kacanik, une bombe à fragmentation a été lancée? Sur deux hectares, elle a

25 créé près de 18 cratères et ceci dans votre municipalité?

Page 2007

1 Réponse: Non, je n'en ai pas entendu parler.

2 Question: Savez-vous quoi que ce soit concernant une attaque terroriste

3 effectuée avec des lance-roquettes dans les rues de Domanovici, contre la

4 police, par des terroristes armés ayant des uniformes de camouflage? Et

5 neuf policiers ont été blessés à cette occasion. Etes-vous au courant de

6 cet incident?

7 Réponse: Non, je ne suis pas au courant.

8 Question: Savez-vous, avez-vous connaissance d'une attaque près de la

9 maison de Enver Koka? C'est une attaque de terroristes contre les membres

10 de la police, lorsqu'un grand nombre d'armes ont été saisies et où

11 plusieurs terroristes ont été liquidés: avez-vous entendu parler de cela?

12 Réponse: Non, je n'en ai pas entendu parler.

13 M. Milosevic (interprétation): Savez-vous si, dans votre voisinage, dans

14 le village de Doganovici, une bombe de l'OTAN a tué cinq personnes, des

15 Albanais? Deux enfants ont été grièvement blessés. Les enfants avaient

16 trouvé une bombe à fragmentation, ont essayé de l'ouvrir et les personnes

17 suivantes ont été tuées: Koxha Fisnik, né en 1990; c'est un enfant...

18 M. le Président (interprétation): Témoin, veuillez répondre à la question:

19 savez-vous quoi que ce soit à propos de cet incident?

20 M. Loku (interprétation): Le village de Doganovici n'est pas dans le

21 voisinage de Kotlina; c'est assez loin, c'est loin de là. Je ne sais pas

22 ce qui s'y est passé.

23 M. Milosevic (interprétation): Est-ce que nous parlons du même village? Je

24 parle du village de Doganovici: est-ce que c'est la même chose?

25 M. Loku (interprétation): J'ai dit que Doganaj n'est pas mon village,

Page 2008

1 j'habite à Kotlina.

2 M. le Président (interprétation): Est-ce que vous savez quoi que ce soit

3 au sujet d'une bombe à fragmentation qui aurait été trouvée par des

4 enfants? Et que des gens auraient été tués?

5 M. Loku (interprétation): J'ai entendu dire que des enfants avaient été

6 blessés là, mais je n'ai pas entendu dire que quelqu'un ait été tué. Je

7 sais que les enfants ont été emmenés en Italie pour être soignés. Mais

8 Doganaj était un autre village. Je ne sais pas ce qui s'est passé à

9 Doganaj.

10 M. le Président (interprétation): Il est maintenant 11 heures. Nous allons

11 suspendre la séance pour une demi-heure. Nous reviendrons, s'il vous

12 plaît, Monsieur Loku, à 11 heures et demie.

13 (L'audience, suspendue à 11 heures, est reprise à 11 heures 30.)

14 M. le Président (interprétation): Je crois que la Greffière veut modifier

15 la cote d'une pièce.

16 Mme Ameerali (interprétation): La dernière pièce soumise, ce jeu de

17 photographies en couleur, doit être numérotée. Il faudra que ce soit la

18 cote P59 et pour la légende 59A plutôt que 60.

19 M. le Président (interprétation): Monsieur Milosevic, poursuivez.

20 M. Milosevic (interprétation): Est-ce que j'ai bien compris, est-ce que

21 vous avez dit être au courant à propos de ces enfants qui ont été les

22 victimes de la bombe à fragmentation?

23 M. Loku (interprétation): Je n'ai jamais entendu parler d'une bombe à

24 fragmentation. Je sais que dans un autre village deux ou trois enfants ont

25 été blessés par une bombe, je ne sais pas si c'était une grenade à main ou

Page 2009

1 je ne sais pas. En tout cas, ils se sont fait soigner en Italie et on peut

2 démontrer quelle est leur identité.

3 Question: Est-ce que les noms suivants signifient quelque chose pour vous?

4 Hoxha Fisnik, né en 1990; Hoxha Valdet, 1884; Hoxha Budi (phonétique),

5 1985; Hoxha Balda (phonétique), 1985; Hoxha Osman, 1985? Ce sont des

6 années de naissance. Ces gens ont été tués.

7 Et Hoxha Bersnik, 1984 et Hoxha Avdija étaient tous du village de

8 Doganovic et toutes ces personnes ont été blessées. Est-ce que ces noms

9 vous disent quelque chose?

10 Réponse: Non. Je ne connais pas ces noms et je ne connais rien de ces

11 personnes.

12 Question: Permettez-moi de faire une remarque. En effet, il semblerait

13 qu'il y ait assez souvent des malentendus au niveau des noms, aussi pour

14 le compte rendu d'audience. C'est vrai aussi pour les noms topographiques.

15 Les cartes géographiques sont des ressources internationales, il faut

16 utiliser les noms qui figurent sur ces cartes.

17 Etes-vous au courant de quelque chose qui s'est passé lorsque le vice-

18 président du conseil municipal du parti socialiste de Kacanik a été

19 kidnappé et qu'un cheminot à la gare de Kacanik, c'était lui: il

20 s'appelait Mahmut Darlishta, et il était avec un des frères Rajka. Il a

21 été trouvé mort dans le village de Dura et, plus tard, son fils Isad a été

22 kidnappé, a été enlevé. Etes-vous au courant de ces incidents?

23 Réponse: Non, je ne suis pas du tout au courant.

24 Question: Etes-vous au courant de l'enlèvement de Milev Vuksanovic de

25 Pristina qui, sinon, était un inspecteur de la santé et qui rendait visite

Page 2010

1 à un de ses amis chasseurs de la région qui s'appelle Xhemal Strazha?

2 Réponse: Je n'ai jamais entendu ces noms et je n'ai jamais appris quoi que

3 ce soit à propos de ces événements.

4 Question: Avez-vous entendu parler d'un autre événement lorsqu'un

5 projectile de l'OTAN a touché le centre des PTT et a détruit les

6 installations qui entouraient cet endroit, de nouveau dans la région de

7 Kacanik? Etes-vous au courant?

8 Réponse: Non, je n'en ai pas entendu parler, mais le bureau de poste

9 existe toujours, il fonctionne toujours.

10 Question: Etes-vous au courant du meurtre du capitaine Milan Milenkovic au

11 cours d'une attaque terroriste, près d'un entrepôt qui appartenait à

12 "Kacanik-Komerc", une entreprise privée?

13 Réponse: Ce nom ne me dit rien. Je n'ai pas entendu parler de ce meurtre,

14 je ne suis pas du tout au courant.

15 Question: Est-ce que vous êtes au courant du fait que six familles serbes

16 de Jankovic et que 28 familles sont parties de Kacanik? Ils sont partis en

17 direction de Stari Kacanik parce qu'ils essayaient d'échapper aux

18 terroristes à ce moment-là. Etes-vous au courant?

19 Réponse: Je n'ai pas entendu parler de personnes qui ont essayé d'échapper

20 à des terroristes. Qui essayaient d'échapper à des terroristes serbes,

21 oui, cela, j'en ai entendu parler! Il y a des villages tout entiers qui se

22 sont vidés et les gens sont partis en Macédoine.

23 M. Milosevic (interprétation): Je vous ai posé une question à propos de

24 familles serbes, de ces familles serbes qui ont fui.

25 M. le Président (interprétation): Le témoin dit ne rien savoir.

Page 2011

1 M. Milosevic (interprétation): D'accord.

2 A quel moment êtes-vous rentré de Macédoine? A quel moment êtes-vous

3 retourné à Kacanik?

4 M. Loku (interprétation): Je suis rentré chez moi vers le milieu du mois

5 d'août, avec ma famille.

6 Question: Et à ce moment-là, est-ce que vous avez entendu dire qu'à

7 Kacanik un policier à la retraite qui s'appelait Slobodan Stojkovic avait

8 été tué? Il était rentré chez lui, il avait réintégré son propre

9 appartement, il était revenu de Stari Kacanik?

10 Réponse: Non.

11 Question: Etes-vous au courant d'un incident qui remonte à cette date-là?

12 Etes-vous au courant du fait que plusieurs personnes ont été enlevées:

13 Dragi Stankovic avec sa femme Zivka et sa fille Gordana? Ils ont été

14 enlevés près du village de Gajre.

15 Sa femme et sa fille ont été violées devant lui; puis elles ont été tuées

16 et lui-même a été grièvement blessé. Des membres de la KFOR ont trouvé les

17 cadavres de Zivka et de Gordana près de "Partizanski Put", au carrefour

18 qui va vers Brezovica. Etes-vous au courant de cet incident-là?

19 Réponse: Je n'en ai pas entendu parler et je ne crois pas qu'une telle

20 chose se soit produite, parce que la population civile serbe était de

21 toute façon partie avant que les forces serbes ne soient sur place, ne

22 soient arrivées.

23 Question: Aujourd'hui, à Kacanik, est-ce qu'il y a encore un seul Serbe?

24 Réponse: Il n'y a jamais eu de Serbes à Kacanik. Je ne sais pas s'il y en

25 a maintenant.

Page 2012

1 Question: Il y a eu des Serbes, vous le savez bien, et je vous demande

2 s'il en reste encore aujourd'hui?

3 Réponse: Il y avait des Serbes à Kacanik i Vjetër, mais à Kacanik même,

4 mis à part les membres de la police, il n'y avait pas d'habitants serbes.

5 Question: Il y a un instant, vous avez dit que, lorsque vous alliez à la

6 municipalité, vous n'y trouviez que des Serbes qui, manifestement,

7 n'étaient pas des policiers?

8 Réponse: Oui. Ils travaillaient à la municipalité, c'était des employés de

9 la municipalité qui étaient serbes, mais ils n'étaient pas de Kacanik,

10 soit qu'ils venaient de Kacanik i Vjetër, soit de Shterpce, mais ils

11 n'étaient pas de Kacanik même.

12 Question: Mais mis à part ces employés de la municipalité, vous venez de

13 dire qu'ils travaillaient dans plusieurs entreprises, entreprises dont

14 vous dites que les Albanais ont été licenciés, alors comment réconcilier

15 ces deux affirmations: d'abord, dire d'un côté qu'il n'y avait pas de

16 Serbes et, de l'autre côté, dire qu'il y en avait?

17 Réponse: Mais je répéterai ce que j'ai déjà dit: mis à part le village de

18 Kacanik i Vjetër, là, oui: il y avait des Serbes qui habitaient. Mais mis

19 à part dans ce village, dans les 14 autres villages, la population était

20 uniquement albanaise, les employés, les policiers, les travailleurs dans

21 les entreprises étaient serbes. Voilà ce que j'ai dit.

22 Question: Mais est-ce que vous savez que toutes les 40 maisons serbes de

23 Stari Kacanik ont été pillées et incendiées?

24 Réponse: Moi, j'ai vu des maisons incendiées, des maisons qui avaient été

25 brûlées lorsque je suis revenu de Macédoine et que je suis passé par-là.

Page 2013

1 Question: Est-ce que vous êtes au courant de ce fait ci: l'UCK, après

2 l'arrivée de la KFOR à Kacanik, a détruit tous les établissements de

3 restauration qui appartenaient à des Albanais, qui leur avaient été remis

4 par la municipalité de Kacanik. Je parle d'établissement de restauration,

5 mais il y a aussi des magasins, des commerces qui se trouvaient dans cette

6 situation?

7 Réponse: Les magasins, commerces ont été détruits, mais en fait, c'étaient

8 les autorités serbes qui avaient les licences et ces établissements

9 avaient été construits le long de la rivière, à des endroits qui ne se

10 prêtaient pas à la construction ils étaient construits le long de la route

11 qui reliait la clinique à la ville. C'est la raison pour laquelle ils ont

12 été détruits; ces bâtiments n'ont pas été détruit par l'UCK: en fait, ils

13 ont été démolis par la municipalité.

14 Question: Est-ce que vous connaissez l'un quelconque de ces noms: Riza

15 Reka, Ljubni Berisha, Kalishi Enver? Ce sont des personnes dont les

16 magasins ont été démolis. Est-ce que vous connaissez l'un quelconque de

17 ces noms?

18 Réponse: J'ai entendu ces noms. Ce sont des gens qui se trouvent quelque

19 part à Kacanik. Si vous avez besoin d'eux, ils peuvent venir vous parler

20 en personne de leur magasin. Je sais qu'ils ont des magasins.

21 M. Milosevic (interprétation): Est-il exact de dire qu'à Kacanik et à

22 Djeneral Jankovic, il n'y a pas eu d'incendies criminels d'une quelconque

23 installation, sauf celles d'où on a tiré sur le MUP et l'armée?

24 M. le Président (interprétation): Pouvez-vous nous aider sur ce point ou

25 pas?

Page 2014

1 M. Loku (interprétation): Je ne comprends pas la question. Il n'y avait

2 pas de maison le long de la route principale reliant Kacanik à Hani i

3 Elezit.

4 M. Milosevic (interprétation): Moi, je parle de Kacanik et de Djeneral

5 Jankovic, de ces deux lieux.

6 Réponse: Et qu'est-ce que vous voulez dire?

7 Question: J'ai dit qu'il n'y avait pas un seul établissement qui avait été

8 détruit à l'exception d'une maison d'où on avait tiré, d'où on avait

9 ouvert le feu sur des membres du MUP et de l'armée.

10 Réponse: Mais je ne comprends pas ce que vous dites.

11 M. Milosevic (interprétation): Je veux simplement vous demander si c'est

12 exact ou pas.

13 M. le Président (interprétation): Le Témoin ne comprend pas la question,

14 veuillez la reformuler.

15 M. Milosevic (interprétation): J'affirme qu'à Kacanik et à Djeneral

16 Jankovic, d'après les informations dont je dispose, il n'y a pas un seul

17 établissement qui a été détruit ni qui a fait l'objet de coups de feu; à

18 l'exception d'une maison, une maison depuis laquelle on a ouvert le feu

19 sur des membres du MUP et de l'armée. Je ne vois pas ce qu'il y a de peu

20 clair dans cette question!

21 M. Loku (interprétation): Maintenant, je comprends la question. Vous vous

22 trompez, vous avez des informations erronées. En effet, plus de la moitié

23 des maisons de Kacanik sont détruites ainsi que les maisons à Hani i

24 Elezit. Ces maisons ont été incendiées par des forces serbes et des

25 membres de l'armée, de la police serbe. Il y a beaucoup de témoins qui

Page 2015

1 peuvent en attester. C'est vous, votre armée, vos troupes qui ont commis

2 cela parce qu'il n'y a pas eu que des incendies, il y a eu vraiment aussi

3 des mutilations.

4 M. Milosevic (interprétation): Moi, j'affirme le contraire! Je voulais

5 simplement vous demander si vous étiez au courant ou pas. Mais passons à

6 autre chose.

7 Parlons de ce que vous avez relaté à propos du 24 mars. Tout d'abord, vous

8 avez dit que l'armée avait ouvert le feu à partir de chars, mais que les

9 obus n'étaient pas tombés sur le village mais autour de celui-ci?

10 M. le Président (interprétation): Oui, et quelle est la question?

11 M. Milosevic (interprétation): Est-ce que le témoin sait qu'il y avait des

12 positions de l'UCK à ces endroits?

13 M. Loku (interprétation): J'ai déjà déclaré, et je le répète, qu'ils

14 n'avaient pas utilisé des chars pour tirer, mais qu'ils avaient tiré à

15 partir d'armes qui étaient placées sur les chars et à partir d'autres

16 armes que portaient vos soldats, vos policiers. Ils ont tiré au hasard,

17 ils ont tiré sur les maisons du village. Ils n'ont pas tiré sur une cible

18 bien fixe parce que personne n'a riposté, n'a répondu à ces coups de feu à

19 partir du village. Moi, j'étais sur place, j'ai tout vu.

20 Question: Vous dites que personne du village n'a tiré. Or, d'après mes

21 informations, sept membres de l'UCK, en uniforme, ont trouvé la mort à cet

22 endroit. Etes-vous au courant? Ils ont été tués au cours des combats qui

23 se sont déroulés dans le village.

24 Réponse: Il n'y a pas eu d'affrontements, de combats dans le village. Il

25 n'y avait pas d'éléments de l'UCK. Ces troupes de l'UCK étaient très loin

Page 2016

1 de là, dans les montagnes, c'est la raison pour laquelle il n'y a pas eu

2 du tout d'affrontements. Il n'y a pas eu non plus de morts de membres de

3 l'UCK, il n'y a que des civils qui ont été tués.

4 M. Milosevic (interprétation): Et êtes-vous au courant du fait qu'après

5 cela, sur les lieux, il y a eu un juge d'instruction qui est venu mener

6 une enquête avec le procureur de Rosevic, et que tous les documents ayant

7 rapport avec le conflit qui s'était déroulé dans votre village et qui

8 concernaient aussi la mort de ces sept hommes ont été envoyés au tribunal

9 de Pristina?

10 M. le Président (interprétation): Il a déclaré qu'il n'y avait pas eu mort

11 de membres de l'UCK, donc cette question implique quelque chose que le

12 témoin n'a pas accepté.

13 Monsieur le Témoin, êtes-vous au courant de quoi que ce soit ayant rapport

14 avec un juge d'instruction, avec un tribunal de Pristina?

15 M. Loku (interprétation): Moi, je n'ai pas vu de juge d'instruction. Je

16 n'ai vu que la police serbe et l'armée qui mutilait et qui tuait des

17 innocents.

18 M. Milosevic (interprétation): Donc vous n'avez pas vu ces sept membres de

19 l'UCK qui ont été tués non plus?

20 M. le Président (interprétation): Mais, Monsieur Milosevic, le Témoin a

21 nié cela, il ne sert à rien de lui reposer la même question.

22 M. Milosevic (interprétation): Bien. Est-ce que le Témoin sait que, après

23 ces événements, la police avait fouillé ces fosses, ces puits dont il

24 parle? Et que dans ces fosses ou puits, ils n'ont trouvé que des armes, et

25 beaucoup d'armes, aussi des boîtes de conserve et des restes d'équipement

Page 2017

1 de l'UCK parce que ces fosses servaient de base à l'UCK à Kotlina?

2 M. Loku (interprétation): Tout ceci est cousu de fil blanc. L'UCK n'a

3 jamais opéré dans notre village, et si on voulait devenir membre de l'UCK

4 on pouvait le faire parce que l'UCK se trouvait dans les montagnes, mais

5 tout ceci a été fabriqué de toute pièce par le pouvoir serbe.

6 Question: Ces deux puits ou fosses, ils y sont descendus avec des

7 échelles: l'un faisait cinq mètres et l'autre sept. Ils étaient reliés

8 entre eux et ils servaient d'entrepôt. Le saviez-vous?

9 Réponse: Non, je ne savais pas.

10 Question: Lorsque les policiers sont arrivés, il n'y avait pas de corps

11 dans ces puits, il n'y avait que des armes. Comment se fait-il que

12 personne, à l'époque, n'ait fait état de l'existence de ces corps, de ces

13 cadavres?

14 Réponse: Je l'ai déjà dit, mais je vais le répéter autant de fois que vous

15 le voulez. Il n'y avait pas d'armes. Ces deux puits avaient été creusés il

16 y a longtemps de cela par des paysans qui étaient à la recherche d'eau,

17 mais il n'y avait pas d'eau à cet endroit, et ces puits sont restés vides

18 pendant tout ce temps. Or, ici, vous affirmez quelque chose qui n'est pas

19 du tout vrai, que vous avez tout à fait fabriqué.

20 Question: Bien. Vous dites que ce jour-là -je l'ai noté-, ce jour-là les

21 soldats avaient quitté le village. Comment expliquez-vous alors le fait

22 que, après le départ de l'armée de la région, personne ne s'est rendu dans

23 ces puits une fois que l'armée était partie? Vous avez dit: "Quand l'armée

24 est partie, tout le monde s'est précipité pour voir ce qui était arrivé au

25 bétail", mais vous ne vous êtes pas précipités pour aller voir ces

Page 2018

1 victimes dont vous avez parlé. Comment expliquez-vous cela?

2 Réponse: J'ai déjà tout dit dans ma déclaration préalable: après le départ

3 des Serbes, des troupes serbes criminelles d'occupation, après le départ

4 des Chetniks et des policiers, moi-même et d'autres, nous sommes rentrés

5 au village. Nous savions ce qui s'était passé dans ces puits dont j'ai

6 parlé, mais c'était la nuit. Des gens y sont allés, mais il faisait trop

7 noir parce que c'était en haut, dans les montagnes, et il leur était

8 impossible de voir quoi que ce soit.

9 C'est seulement après quelques jours qu'on s'est rendu compte et qu'on a

10 vu ce qui s'était passé. Le père de Rexhep Loku -je vous ai dit que ses

11 deux fils avaient été tués- a trouvé des effets personnels; difficile de

12 dire ce qu'il avait trouvé. Il a trouvé ce qui restait de leurs corps, des

13 morceaux de doigt, des dents cassées, des vêtements maculés de sang, ce

14 genre de choses, ainsi qu'un couvre-chef serbe qui appartenait à la

15 police. C'est ce que l'on a trouvé à cet endroit. Les forces de la KFOR a

16 emmené ce couvre-chef.

17 M. Milosevic (interprétation): Hier, vous avez déclaré qu'au départ de

18 l'armée, vous étiez allés vous occuper du bétail, que personne ne s'était

19 rendu à ces puits. Pourquoi avez-vous oublié ces pertes humaines?

20 Apparemment, il y en avait vingt?

21 M. le Président (interprétation): Ecoutez ce qu'il a répondu: il a dit que

22 des gens y étaient allés mais qu'il faisait noir.

23 M. Milosevic (interprétation): Si vous dites qu'il a fourni une réponse,

24 d'accord. Mais il n'a pas répondu à la question de savoir pourquoi

25 personne n'avait fait état de ces morts, si c'était vrai.

Page 2019

1 M. le Président (interprétation): On ne sait pas trop à qui ceci aurait dû

2 être rapporté; la question est de savoir pourquoi personne n'a rapporté,

3 n'a fait état de ces morts, Monsieur le Témoin?

4 M. Loku (interprétation): Je ne comprends pas la question.

5 M. le Président (interprétation): On vous demande pourquoi vous n'en avez

6 pas parlé aux autorités serbes? Pourquoi est-ce que vous n'avez pas, par

7 exemple, téléphoné ou ce genre de chose?

8 M. Loku (interprétation): Mais les autorités serbes avaient déjà commis ce

9 crime. Alors, comment aurions-nous pu le leur rapporter?

10 M. le Président (interprétation): Fort bien.

11 M. Milosevic (interprétation): D'accord, mais le juge d'instruction et le

12 Procureur se sont rendus sur place, sur le lieu du crime. Il aurait peut-

13 être été logique que quelqu'un attire leur attention sur ce fait? Le juge

14 d'instruction ou le Procureur, c'est certain, n'avait commis aucun crime;

15 ils venaient mener une enquête. Comment se fait-il que personne n'ait

16 attiré leur attention sur ce fait?

17 M. le Président (interprétation): Pouvez-vous nous aider sur ce point?

18 M. Loku (interprétation): Le village était vide, il n'y avait plus

19 personne qui restait dans le village. Les gens avaient été tués, la

20 population civile se dirigeait vers Kacanik, les autres comme moi se

21 cachaient. Je ne sais pas s'il y avait d'autres personnes que la police ou

22 l'armée. Il y a une chose que nous savions tous: celui qui était capturé

23 était tué sur place sur-le-champ.

24 M. Milosevic (interprétation): D'après votre déposition, il y a eu des

25 membres de l'UCK aux alentours de votre village, comme vous le dites, il y

Page 2020

1 a eu des échanges de feu entre la police et l'UCK. Et il ressort de ce que

2 vous venez de dire que seuls des civils ont été victimes. Alors, je vous

3 demande: les victimes, les morts étaient des membres de l'UCK ou des

4 civils?

5 M. le Président (interprétation): Nous avons déjà abordé cela. N'entrez

6 pas dans des arguments avec le témoin.

7 Monsieur Milosevic, à moins que vous ayez des questions pertinentes, il

8 serait temps d'en terminer avec votre contre-interrogatoire. Vous avez

9 disposé d'une heure et demie avec ce témoin.

10 M. Loku (interprétation): Souhaitez-vous que je réponde à cette question?

11 M. le Président (interprétation): Non, vous avez déjà répondu à ce sujet.

12 M. Milosevic (interprétation): Savez-vous, au sujet de cet événement qui a

13 été publié le 16 avril pour la première fois dans le journal albanais

14 "Fakti", savez-vous que toutes les déclarations pratiquement ont été

15 données après cette date? Savez-vous aussi que, dans le livre publié par

16 l'OSCE, il est dit -et je cite-: "Ce qui pourrait, de premier abord,

17 paraître comme une concordance dans les déclarations des témoins peut

18 n'être dû qu'à des rumeurs partagées ou à l'influence de la presse." (Fin

19 de citation.)

20 Cela figure dans le livre qui porte le titre: "Les faits rapportés tels

21 qu'ils ont été vus". J'aimerais savoir si vous pouvez mettre cela en

22 relation avec l'événement lui-même?

23 Réponse: Je n'ai jamais déposé au sujet du journal "Fakti". La seule chose

24 que j'ai déclarée, j'ai simplement dit aux enquêteurs et aux Juges du

25 Tribunal ce que je savais, et encore aujourd'hui je ne sais pas...

Page 2021

1 M. Milosevic (interprétation): Savez-vous qu'il y a eu des déclarations

2 faites par des paysans le 30 septembre et qu'ils ont confirmé qu'il y

3 avait 11 membres de l'UCK parmi les victimes?

4 M. le Président (interprétation): Ce témoin a répondu au sujet de l'UCK.

5 Il n'y a pas lieu de revenir constamment au même point.

6 M. Ryneveld (interprétation): Votre Honneur.

7 M. le Président (interprétation): Vous avez la parole.

8 M. Ryneveld (interprétation): Monsieur le Président, puisque l'accusé se

9 réfère constamment au livre publié par l'OSCE, je pense qu'il serait utile

10 que la Chambre voie des exemplaires de ce livre. Pour le moment, l'accusé

11 cite les pages 218 et 219 du livre de l'OSC, et il s'agit d'une pièce qui

12 fait partie des pièces de cette affaire. Bien entendu, elle n'a pas encore

13 été versée, et je pense qu'il serait utile que la Chambre ait un

14 exemplaire de ce livre puisque l'accusé contre-interroge en détail en

15 citant des extraits de ce livre.

16 M. le Président (interprétation): Très bien.

17 Monsieur Milosevic, avez-vous autre chose ou peut-on en terminer avec ce

18 contre-interrogatoire?

19 M. Milosevic (interprétation): J'ai encore des questions à poser. Je n'en

20 ai pas beaucoup, mais il me reste des choses à couvrir, en particulier ce

21 que nous venons de dire de la part de l'accusation.

22 J'aimerais savoir si vous avez déjà fait des déclarations à qui que ce

23 soit à ce sujet et à qui? Devant qui l'avez-vous fait?

24 M. Loku (interprétation): J'ai donné une déclaration à Skopje. Si je ne

25 m'abuse, c'était fin avril. Je ne me souviens pas de la date exacte.

Page 2022

1 Question: Fin avril, vous l'avez devant qui? Devant des représentants du

2 Bureau du Procureur ou à quelqu'un d'autre en plus?

3 M. Loku (interprétation): C'étaient des représentants du Tribunal de La

4 Haye, du Bureau du Procureur. J'ai le nom de la personne qui m'a posé des

5 questions. Si vous voulez, je peux vous donner ce nom, je l'ai sur moi.

6 M. Milosevic (interprétation): C'est précisément ce que je vous demande:

7 si vous avez parlé exclusivement avec des membres du Bureau du Procureur

8 et, d'après votre Règlement ici, ce Bureau est tenu de préserver la

9 confidentialité des informations. La question que je vous pose est de

10 savoir comment est-ce que cela a pu figurer dans ce livre.

11 M. le Président (interprétation): N'entrez pas en discussion avec le

12 témoin. Si vous avez des questions à poser au sujet de ces déclarations,

13 posez-les. Sinon terminez-en avec ce contre-interrogatoire.

14 M. Milosevic (interprétation): Dans ce document qui suit votre déclaration

15 préalable, il est dit, je cite: "Pourquoi n'a-t-il pas de passeport?/Parce

16 qu'il a été perdu. Pourquoi n'a-t-il pas d'extrait d'acte de

17 naissance?/Parce qu'il a été perdu. Pourquoi n'a-t-il pas d'autre

18 document?/ Parce qu'ils ont été perdus."

19 Comment en êtes-vous venu à perdre tous ces documents?

20 M. Loku (interprétation): Tous ceux qui avaient des documents les

21 portaient sur eux. Je ne sais pas.

22 J'avais ma pièce d'identité lorsque je suis allé en Macédoine, et c'est là

23 que j'ai été enregistré en tant que réfugié. Je ne peux rien vous dire au

24 sujet des autres.

25 Question: Très bien, très bien. Mais c'est contraire à ce qui figure ici.

Page 2023

1 Cela, c'est votre feuille. En fait, le document émis par cette

2 institution, il est marqué "Hazbi Loku", et on y voit tous les

3 renseignements à votre sujet, la naissance. Il est dit que vous n'avez pas

4 de passeport, pas d'extrait d'acte de naissance, que vous avez perdu tous

5 vos papiers. Donc cela n'est pas exact puisque vous aviez bel et bien vos

6 documents, vos pièces d'identité?

7 M. Loku (interprétation): Je n'avais que ma pièce d'identité. Quant au

8 passeport, je l'avais laissé à la maison, je n'avais pas de passeport sur

9 moi. Le passeport venait d'expirer, il n'était plus valable, je ne pouvais

10 pas m'en servir.

11 M. Milosevic (interprétation): Très bien. Une observation que je souhaite

12 faire. Compte tenu du fait que nous savons tous très bien que le Procureur

13 a accès à tous ces documents, y compris les documents de la commission de

14 vérification de l'OSCE, quant à ce témoin il est tout à fait clair qu'il

15 se fait manipuler par le Bureau du Procureur. Le Procureur cherche à lui

16 faire présenter les faits autrement, tout à fait autrement que la réalité.

17 M. le Président (interprétation): Non, non, Monsieur Milosevic. Vous

18 n'avez pas à faire d'observations ni à entrer en polémique à présent.

19 Monsieur Tapuskovic avez-vous des questions à poser pour ce témoin?

20 M. Milosevic (interprétation): Si je fais un commentaire, Monsieur May,

21 c'est parce que...

22 M. le Président (interprétation): Vous aurez à faire vos observations en

23 temps utile.

24 Maître Tapuskovic peut commencer son contre-interrogatoire.

25 (Questions au Témoin, M. Hazbi Loku, par l'amicus curiae, Me Tapuskovic.)

Page 2024

1 M. Tapuskovic (interprétation): Merci, Monsieur le Président.

2 Cette fois-ci aussi, je me limiterai à poser des questions uniquement au

3 sujet de la date du 29 mars ainsi qu'au sujet de la date du 24 mars, et je

4 poserai des questions liées à la déclaration qui a été faite par M. Loku

5 le 4 juin de 1999 et nous avons reçu cette déclaration.

6 Slobodan Milosevic insiste sur la déclaration au sujet de laquelle je ne

7 poserai pas de question, mais je pense que le Bureau du Procureur devrait

8 communiquer à la Chambre cette autre déclaration, donc non seulement celle

9 du 12 juin, mais aussi celle qui a été faite en Albanie. Je pense que vous

10 devriez l'avoir.

11 M. le Président (interprétation): Oui.

12 M. Tapuskovic (interprétation): Je serai donc très clair.

13 M. le Président (interprétation): L'accusation, vous avez la parole.

14 M. Ryneveld (interprétation): Je ne sais pas si j'ai bien compris la

15 question, mais l'intention de l'amicus serait de fournir à la Chambre des

16 exemplaires de la déclaration au sujet de laquelle elle va poser des

17 questions?

18 M. le Président (interprétation): Essayons d'entendre les questions du

19 contre-interrogatoire.

20 M. Ryneveld (interprétation): Très bien. Excusez-moi, j'ai mal compris.

21 M. Tapuskovic (interprétation): Monsieur Loku, hier, lorsque vous avez

22 parlé des événements qui se sont déroulés au village d'Ivaja, vous avez

23 dit qu'autour de ce village, il y avait des soldats de l'UCK et qu'ils ont

24 aidé les habitants d'Ivaja à éviter le pire. C'est comme cela que vous

25 l'avez expliqué hier?

Page 2025

1 M. Loku (interprétation): Oui. C'est ce que j'ai dit et c'est comme cela

2 que les choses se sont passées. Il y a eu des conflits.

3 Question: Dans la déclaration que vous avez donnée, en date du 4 juin

4 1999, vous avez dit: "Je savais qu'à Ivaja -et pas autour d'Ivaja, mais

5 dans Ivaja-, il y avait des membres de l'UCK et je crois qu'ils ont opposé

6 une résistance aux forces serbes. J'ai vu une grande colonne de fumée

7 sortir d'Ivaja". C'est comme cela que vous l'avez présenté dans votre

8 déclaration.

9 Réponse: J'ai dit "autour d'Ivaja". En date du 8 mars, il y a eu des

10 affrontements entre l'UCK, les forces de libération et les forces

11 d'occupation, les forces serbes. En même temps, les habitants, les

12 villageois étaient là. Mais durant cette résistance, qui a duré pendant

13 trois jours, il y a eu des conflits entre l'UCK et les forces serbes. Ils

14 ont réussi à se sauver du village et ils ont échappé au pire. Même s'il y

15 a eu un civil qui a été tué, Xhemil Mulaku. Nous l'avons découvert, nous

16 l'avons su plus tard. C'était un homme qui était malade. Il a été tué près

17 du village pendant qu'il essayait de se mettre à l'abri. C'était un homme

18 malade et il n'a pas été en mesure de fuir avec les autres.

19 Question: Très bien. Merci. Mais simplement, je vous dis que vous avez

20 déclaré qu'au village d'Ivaja, il y avait des UCK et que c'est après qu'il

21 y a eu des combats. Donc vous dites "dans le village" et pas "aux

22 alentours".

23 Réponse: J'ai dit "dans les alentours" parce que, dans le village même, il

24 y avait la population et l'UCK n'était pas basée avec la population: les

25 membres de l'UCK étaient placés dans les collines.

Page 2026

1 Question: Donc il n'est pas exact que vous saviez que, dans le village

2 même, il y avait des membres de l'UCK?

3 Réponse: Peut-être que cela était consigné par erreur, comme cela: les

4 forces de l'UCK étaient stationnées dans les collines qui appartiennent à

5 Ivaja, mais ils n'étaient pas dans le village même.

6 M. Tapuskovic (interprétation): Très bien. Je suis simplement en train

7 d'affirmer que, dans votre déclaration, il figure autre chose: est-ce une

8 erreur?

9 M. le Président (interprétation): Maître Tapuskovic, vous avez couvert ce

10 sujet.

11 M. Tapuskovic (interprétation): Merci. Passons maintenant à la journée du

12 9 mars, la matinée de ce jour-là. Vous avez dit hier que le village était

13 pilonné, qu'il y avait des obus qui tombaient sur le village, que ce soit

14 du nord ou de l'est, et qu'à ce moment-là, vous avait dû prendre la

15 décision de quitter le village. C'est donc ensuite que vous avez quitté le

16 village. Ai-je bien compris ce que vous avez dit?

17 M. Loku (interprétation): Oui.

18 Question: Or, dans votre déclaration écrite du 4 juin 1999, vous dites la

19 chose suivante: "Le 9 mars, vers 4 heures, en amont par rapport à mon

20 village, deux missiles ont été tirés qui l'ont éclairé. Cela n'a duré

21 qu'une vingtaine de secondes et nous, les habitants du village, nous avons

22 eu peur; nous redoutions une attaque imminente et c'est pour cela que nous

23 nous sommes préparés à fuir. Ceux qui ont vu des missiles sont allés voir

24 ce qui se passait".

25 Et plus loin, vous dites: "A cause de ces missiles qui ont été tirés, nous

Page 2027

1 nous sommes dispersés." Et vous dites que "ces missiles étaient la cause

2 qui vous a incité à quitter le village". Donc une trentaine de villages se

3 sont dispersés.

4 Donc vous ne citez pas le pilonnage comme une cause de ce départ?

5 Réponse: Vous êtes en train de confondre les choses, d'après ce que je

6 vois.

7 Le 9 mars, il y a eu un pilonnage autour du village. Tout d'abord, c'était

8 occasionnel et, ensuite, de manière continue. Il est difficile de parler

9 de toutes ces choses-là et de les consigner par écrit, ces choses que j'ai

10 vécues. Nous étions les seuls qui sont restés. Nous avons entendu dire que

11 tous les autres habitants des villages alentours avaient été envoyés en

12 Macédoine. Et nous aussi, on voulait quitter le village; notre village

13 pouvait être vu depuis trois positions serbes et c'est de manière continue

14 qu'ils circulaient dans le village. Donc ils pouvaient nous voir depuis

15 Kashan, depuis les positions de l'armée serbe, ils pouvaient nous voir

16 également depuis Gllobocica. Et aussi depuis une position à Kaburanca.

17 Autrement dit, ils surveillaient en permanence ce qui se passait, ils nous

18 voyaient en permanence. Donc il était absurde de dire ce que vous venez de

19 dire au sujet de l'UCK.

20 M. Tapuskovic (interprétation): Monsieur Loku, mais je n'ai absolument pas

21 mentionné l'UCK. J'ai dit que vous avez déclaré que votre village a été

22 pilonné; vous ne l'aviez pas déclaré auparavant aux enquêteurs. Vous avez

23 dit, en revanche, que deux missiles avaient été tirés, qui ont éclairé

24 votre village et que c'est ceci qui vous a incités à quitter le village.

25 Vous n'avez jamais dit qu'il y a des obus qui sont tombés sur votre

Page 2028

1 village, du moins vous ne l'avez pas dit dans votre déclaration du 4 juin

2 1999. Donc dans ce sens-là, je n'ai fait aucune erreur. Je l'ai relue

3 moult fois, une dizaine de fois, cette déclaration.

4 M. le Président (interprétation): Le témoin a répondu.

5 M. Tapuskovic (interprétation): Merci. Lorsque la colonne a atteint le

6 village de Dreshec. Vous avez dit ce que vous avez vu: vous avez vu des

7 maisons brûlées, incendiées, vous avez vu des maisons en flammes. Par

8 exemple, vous dites: "Depuis l'endroit où je me trouvais, je pouvais voir

9 clairement deux maisons seulement et j'ai vu le moment où elles ont pris

10 feu."

11 Je vous crois. Je crois que vous l'avez bien vu, mais hier, vous avez dit

12 que, depuis cet endroit -et vous l'avez dit à plusieurs reprises,

13 d'ailleurs-, vous avez dit que vous avez vu comment on pillait ces

14 maisons, comment on emportait tout ce qui se trouvait dans ces maisons.

15 Or, c'est la première fois que vous en parliez hier; avant, vous ne

16 l'aviez jamais mentionné?

17 Réponse: Depuis l'endroit où je me trouvais, je voyais une ou deux maisons

18 dans le voisinage. Ce n'était pas le village: c'était le voisinage de

19 Kotlina. Et ces maisons étaient vides puisque les occupants avaient quitté

20 ces maisons plusieurs jours auparavant et ils sont partis au centre. Ils

21 avaient peur du feu tiré depuis les positions serbes de Gllobocica. Donc

22 j'ai vu des forces serbes: je les ai vus entrer, je les ai vus piller ces

23 deux, trois ou quatre maisons. Plus tard, nous nous sommes rendu compte

24 que toutes ces maisons ont été incendiées; aucune n'est restée intacte.

25 Question: C'est ce que j'ai compris, c'est comme cela que vous l'avez

Page 2029

1 présenté hier. Or, auparavant, vous disiez que vous avez vu seules ces

2 deux maisons en flammes. Et je vous crois bien. Mais vous n'avez jamais

3 dit avoir vu des gens piller ces maisons, vous avez dit que ces maisons

4 ont été incendiées.

5 Réponse: Je pouvais voir la police et les soldats entrer dans ces maisons

6 et sortir des maisons. Ces maisons n'étaient plus occupées. Ils ont mis

7 feu à ces maisons. Ils ont pillé à chaque fois qu'ils sont entrés dans une

8 maison. C'est la réalité. Tout le monde le savait puisque cela se passait

9 tout le temps, partout. On prenait les bijoux aux femmes.

10 M. Tapuskovic (interprétation): Très bien. Merci. Je crois bien que vous

11 l'avez vu, mais hier vous avez dit...

12 M. le Président (interprétation): Nous avons couvert ce sujet.

13 Maître Tapuskovic, est-ce que vous pouvez changer de sujet, s'il vous

14 plaît, à présent?

15 M. Tapuskovic (interprétation): Oui, en effet, je pense que vous avez tout

16 à fait raison: nous avons déjà abordé cela.

17 Je souhaite attirer l'attention de la Chambre en version anglaise.

18 D'ailleurs, c'est pour cela que j'ai pris la décision de poser des

19 questions à ce sujet aujourd'hui.

20 Donc dans la version anglaise, page 5, dernier paragraphe. Page 5.

21 M. le Président (interprétation): Peut-on avoir cette pièce à conviction?

22 Mme Ameerali (interprétation): Oui, c'est la pièce à conviction de

23 l'accusation n60.

24 M. le Président (interprétation): Maître Tapuskovic, allez-y.

25 M. Tapuskovic (interprétation): Vous voyez, il est question ici de ce

Page 2030

1 puits ou de ces deux trous. Et on dit, on évoque l'heure de 15 heures 30.

2 Monsieur Loku, le début de ces événements qui concernent ce que vous avez

3 évoqué hier, donc au sujet du fait qu'il y a eu des personnes qui ont été

4 poussées, précipitées dans ces deux puits, vous voyez que vous dites que

5 cela a commencé vers 15 heures 30.

6 M. Loku (interprétation): Après le départ des femmes et des enfants du

7 village, les hommes ont été emmenés à ces puits; c'était à peu près à

8 cette heure-là. Je n'ai pas noté cela; je ne tenais pas de journal, je

9 n'ai pas non plus regardé tout le temps, mais c'est à peu près l'heure à

10 laquelle je crois que cela s'est produit. Je me sentais moi-même menacé,

11 en danger.

12 Question: Vous savez qu'ils ont été emmenés et que l'armée et la police

13 les ont emmenés. Et vous avez dit qu'il y avait en tout environ 150

14 personnes. Vous dites qu'ils les ont fait monter une colline qui n'était

15 pas très élevée. Est-ce exact?

16 Réponse: Ils les ont emmenés en amont, vers ces deux puits, vers ces deux

17 trous.

18 Question: Non. Vous avez dit qu'ils les ont emmenés en les faisant

19 escalader une petite colline?

20 Réponse: La police serbe et l'armée, qui n'était pas aussi nombreuse que

21 la police, ont emmené ces civils qui avaient les mains derrière la nuque,

22 après le départ des femmes et des enfants -comme j'ai dit- vers ces deux

23 puits, en haut, dans la montagne. Mais cela se situe en amont par rapport

24 au village. C'est peut-être à 200 ou 300 mètres d'altitude.

25 Question: Quelle est la distance depuis laquelle vous regardiez cela?

Page 2031

1 Réponse: Je regardais cela depuis l'endroit qui se trouvait à 400, 450

2 mètres à vol d'oiseau de ces deux trous, de ces deux puits. J'étais dans

3 les quartiers sud et ces puits sont situés au nord.

4 M. Tapuskovic (interprétation): Je demanderai à la Chambre que l'on nous

5 montre sur nos écrans la pièce à conviction 54.

6 (L'huissier s'exécute.)

7 M. le Président (interprétation): 84?

8 M. Tapuskovic (interprétation): 54. J'ai un agrandissement également qui

9 figure dans le dossier du Procureur. Il vaudrait mieux qu'on regarde cela

10 parce que l'on y voit mieux. Je suis d'ailleurs très étonné que le

11 Procureur ne nous ait pas montré cette version de la photo. Je vous

12 demanderai l'autorisation de montrer cet agrandissement précisément pour

13 qu'on s'y repère mieux, puisque le Procureur possède dans son dossier

14 cette version-là.

15 M. le Président (interprétation): Un instant, s'il vous plaît, Maître

16 Tapuskovic.

17 L'accusation a-t-elle l'agrandissement?

18 M. Ryneveld (interprétation): Nous avons beaucoup de photographies, nous

19 n'avions pas suffisamment de temps pour toutes les montrer. Je ne sais pas

20 à quelle photographie fait référence mon collègue.

21 M. le Président (interprétation): Placez cela sur le rétroprojecteur, on

22 le verra.

23 M. Tapuskovic (interprétation): Oui, je vous en prie. Voyez vous-même:

24 c'est la même photographie que le Procureur nous a montrée; seulement,

25 c'est un agrandissement.

Page 2032

1 M. le Président (interprétation): Oui.

2 M. Tapuskovic (interprétation): Je souhaite que le témoin nous montre

3 l'endroit où il se trouvait et à partir duquel il a suivi tout cela. Vous

4 voyez, c'est une forêt.

5 M. Loku (interprétation): Oui, il y a une forêt mais, à l'époque, il n'y

6 avait pas de feuillage, donc on pouvait tout voir.

7 Question: Mais d'après ce que je vois, il y a beaucoup de conifères ici.

8 C'est une forêt de conifères?

9 Réponse: Le 24 mars, il n'y avait pas de conifères, c'était complètement

10 nu, sans une feuille. Je pouvais tout voir.

11 Question: Je vous demande de vous contenter de me montrer l'endroit d'où

12 vous regardiez cela.

13 Réponse: L'endroit où je me trouvais ne se trouve pas sur cette

14 photographie. Il se situe à peu près ici, dans cet angle.

15 Question: Plus loin, très bien. Donc à une distance de 400 mètres, vous

16 pouviez voir et distinguer par leur nom et prénom les victimes? Donc d'une

17 distance de 400 mètres vous avez vu comment on a maltraité les gens, vous

18 avez vu comment ils ont été jetés, précipités dans ce puits et vous les

19 avez identifiés par leur nom et leur prénom. C'est ce que vous venez de

20 répondre à la question de mon collègue Ryneveld?

21 Réponse: Vous avez mal compris ce que j'ai dit. Je n'ai pas dit que je

22 savais qui étaient ces gens-là. Je ne les ai pas reconnus par leur nom et

23 leur prénom. J'ai simplement vu ce qui se passait. Quant à leur nom et

24 leur prénom, quant à leur identité, nous avons pu l'établir plus tard,

25 lorsque nous nous sommes retrouvés en Macédoine.

Page 2033

1 Bien entendu, je ne pouvais pas voir leur visage, je ne pouvais voir que

2 leurs mouvements. Et j'ai vu ce qui se passait.

3 M. Tapuskovic (interprétation): Je voudrais que l'on nous montre cette

4 photographie, cet agrandissement qui nous montre de près ces deux trous.

5 S'agit-il bien de ces deux fosses, fosses entourées d'arbres? On ne voit

6 rien à cause de ces grands arbres, de cette forêt. S'il vous plaît, prenez

7 cette photographie. Le Procureur possède cette photographie, mais ne l'a

8 pas montrée. S'agit-il bien de ces deux fosses dont vous parlez?

9 (Le témoin regarde les deux photographies.)

10 Si vous vouliez présenter ces éléments pour que les membres de la Chambre

11 puissent voir cela.

12 M. le Président (interprétation): Laissez d'abord le témoin répondre.

13 Connaissez-vous ces trous ou pas?

14 M. Loku (interprétation): Je parviens à discerner ces trous, mais cela ne

15 ressemble pas à ce dont je parlais pour moi.

16 M. Tapuskovic (interprétation): J'ai deux autres photographies. Pouvez-

17 vous nous dire si vous les reconnaissez, si vous reconnaissez l'endroit

18 lui-même? Elles proviennent toutes du dossier de l'accusation.

19 M. Loku (interprétation): Oui, là, on peut voir les choses clairement.

20 M. le Président (interprétation): Voudriez-vous le mettre sur le

21 rétroprojecteur, s'il vous plaît?

22 (Intervention de l'huissier.)

23 Oui. Alors, quelle est la question, Maître Tapuskovic?

24 M. Tapuskovic (interprétation): La question est la suivante: voici un

25 petit secteur au plus profond de la forêt; il y a de grands arbres tout

Page 2034

1 autour et on ne peut rien voir des grands arbres, pas à 5 ou 6 mètres de

2 là où 150 à 200 policiers se trouvaient...

3 M. le Président (interprétation): Ce n'est pas à vous de déposer.

4 M. Tapuskovic (interprétation): Je suis d'accord.

5 M. le Président (interprétation): Si vous avez une question particulière

6 concernant cette photographie nous allons, à moins que vous n'ayez autre

7 chose sur cette question, passons à une autre photographie.

8 M. Tapuskovic (interprétation): S'il se trouvait à une distance de 450

9 mètres, comment a-t-il pu voir ce qui se passait au fond de la forêt,

10 quelque part, à un endroit particulier qui était entouré par de très

11 grands arbres, comme on peut le voir sur ces photographies?

12 M. le Président (interprétation): Le témoin a déjà répondu à cela, il a

13 dit qu'il pouvait voir.

14 Aviez-vous quelque chose pour voir, à part vos propres yeux?

15 M. Loku (interprétation): Puis-je répondre?

16 M. le Président (interprétation): Oui.

17 M. Loku (interprétation): La colline et la forêt, les collines et la forêt

18 et les trous sont entourés par des chênes. Et c'est une zone escarpée, et

19 on pouvait voir, parce que c'est sur une pente, on pouvait tout voir.

20 C'est une colline, je dirais, qui est très escarpée. Il y a donc ces

21 chênes, et ces chênes ne sont pas aussi proches l'un de l'autre que la

22 photographie en donne l'impression. Et à cette époque de l'année, les

23 chênes n'avaient pas de feuilles.

24 M. Tapuskovic (interprétation): C'était le 24 mars, ce qui veut dire le

25 printemps, le printemps était bien avancé dans cette partie et les arbres

Page 2035

1 ont des feuilles vertes à cette période de l'année.

2 M. le Président (interprétation): Est-ce que vous êtes en train de

3 contester, Maître Tapuskovic, que cet événement a eu lieu ou non?

4 M. Tapuskovic (interprétation): Non, je ne conteste pas cela et je n'avais

5 aucune intention de le faire. Mais dans ces trous, ils ont trouvé ce

6 qu'ils ont trouvé. La question est de savoir comment ça s'est produit et

7 ce qui s'est effectivement passé. Mais je ne conteste pas cela, loin de

8 moi l'idée de le faire.

9 Mais je dois me demander dans les circonstances actuelles pourquoi

10 l'accusation n'a pas présenté toutes les photographies qu'elle avait pour

11 que nous puissions les voir par nos propres yeux.

12 M. le Président (interprétation): Avez-vous d'autres questions à poser à

13 ce témoin, s'il vous plaît?

14 M. Tapuskovic (interprétation): Eh bien, si ce sont de grands arbres avec

15 de grands troncs et que c'était le mois de mars, je sais bien que ces

16 arbres sont verts...

17 M. le Président (interprétation): Nous avons déjà évoqué tout cela

18 plusieurs fois. Le témoin a dit qu'il pouvait voir "qu'il n'y avait pas de

19 feuilles sur les arbres", dit-il. Donc nous avons ces éléments de preuve,

20 sa déposition. Si nous avons des éléments en sens contraire, nous verrons.

21 Mais pour le moment, je crois que nous avons couvert cette question.

22 M. Tapuskovic (interprétation): Je voudrais demander l'indulgence du

23 Tribunal. L'accusation a fourni à la Chambre des photographies. Si ce

24 n'est pas possible aujourd'hui, à ce moment-là la Chambre pourra noter

25 certains faits sans que j'aie besoin de les commenter. Je croyais que

Page 2036

1 l'accusation montrerait les photographies comme elle l'avait fait pour

2 celles qui ont été montrées à un moment donné parce que c'est un seul

3 dossier, tout un jeu de photographies qu'ils avaient. Je les avais, je les

4 avais vues, on les a fournies au Tribunal.

5 (Les Juges se consultent sur le siège.)

6 M. Robinson (interprétation): Monsieur Ryneveld, avez-vous des éléments à

7 donner quant au moment où ces photographies ont été prises?

8 M. Ryneveld (interprétation): Oui, lorsque nous avons présenté le rapport

9 d'expert médico-légal, toutes ces photographies ont été prises par

10 l'équipe autrichienne en septembre 1999, septembre, par l'équipe médico-

11 légale.

12 Nous devons faire des choix, pas seulement du point de vue du temps, mais

13 nous avons des dossiers et des dossiers de photographies, et j'ai choisi

14 les photographies qui, à mon avis, décrivaient le mieux la scène.

15 Si mon confrère souhaite les avoir, il peut les avoir. Nous les fournirons

16 au Tribunal.

17 M. le Président (interprétation): Pourriez-vous donc les communiquer, s'il

18 vous plaît?

19 M. Ryneveld (interprétation): Oui, nous le ferons.

20 M. le Président (interprétation): Autre chose concernant ce Témoin?

21 M. Tapuskovic (interprétation): Hier, il a déclaré qu'après avoir vu les

22 gens qui étaient jetés dans ces trous, un peu plus tard il a entendu une

23 explosion. Au bout de combien de temps, à quel moment avez-vous entendu

24 l'explosion? Combien de temps plus tard?

25 M. Loku (interprétation): Cette explosion très puissante, c'est avant le

Page 2037

1 soir, ce fut avant le soir.

2 (L'interprète demande au témoin de bien vouloir répéter sa réponse à la

3 question.)

4 Cette explosion près des trous s'est produite après 17 heures, vers 17

5 heures 30. En d'autres termes, peu avant le retrait des forces serbes.

6 M. Tapuskovic (interprétation): Bien. Mais, plus tôt dans votre

7 déclaration du 4 juin, vous avez dit que les explosions avaient pu être

8 entendues quelque 30 minutes plus tard, c'est-à-dire après le moment où

9 vous avez vu l'événement se produire.

10 M. Loku (interprétation): J'ai dit que l'événement a eu lieu à peu près 30

11 minutes, mais quant à l'explosion, elle s'est produite un peu plus tard.

12 M. Tapuskovic (interprétation): Vous avez dit "quelque 30 minutes plus

13 tard à l'endroit où se trouvait le trou, il y a eu cette explosion", c'est

14 ce que vous avez dit dans votre déclaration précédente.

15 M. le Président (interprétation): Il a répondu à ce point et il n'est pas

16 nécessaire de répondre à cette nouvelle question.

17 M. Tapuskovic (interprétation): Je vous remercie.

18 Juste un point supplémentaire. Vous avez déclaré à cette occasion que, dès

19 que les Serbes ont quitté les lieux après avoir réussi à réparer le tank,

20 le char, vous êtes allé vous occuper du bétail et vous avez quitté le

21 village vers 22 heures. Je vous demande: dans ce cas-là, pourquoi est-ce

22 que personne n'est allé voir tout de suite ce qui s'était passé?

23 Et ceci sera ma dernière question, je n'aurai pas d'autres questions à

24 poser.

25 M. Loku (interprétation): Au cours de la journée, les forces serbes ont

Page 2038

1 commis des atrocités contre la population et nous n'avons pas osé aller

2 près de l'endroit où ils se trouvaient. Nous y sommes allés à l'endroit où

3 ils avaient quitté le village, c'est comme cela que cela s'est passé.

4 M. Tapuskovic (interprétation): Mais vous n'êtes pas allé le même jour,

5 n'est-ce pas, lorsqu'ils sont partis?

6 M. Loku (interprétation): La police et l'armée serbes sont parties dans la

7 soirée alors que la nuit commençait à tomber. Nous sommes allés en

8 Macédoine pendant la nuit vers 10 ou 11 heures du soir après ce qui s'est

9 passé.

10 M. Tapuskovic (interprétation): Je vous remercie.

11 Je vous remercie, Monsieur le Président, Messieurs les Juges.

12 M. Ryneveld (interprétation): Il n'y aura pas de questions

13 supplémentaires.

14 M. le Président (interprétation): Donc, Monsieur Loku, voici conclue votre

15 déposition, vous êtes maintenant libre de repartir. Je vous remercie

16 d'être venu jusqu'au Tribunal international pour faire votre déposition.

17 M. Loku (interprétation): Je vous remercie, Monsieur le Président,

18 Messieurs les Juges, d'avoir fait que cela fut possible.

19 (Le témoin, M. Hazbi Loku, est reconduit hors du prétoire.)

20 M. le Président (interprétation): Oui, Madame Romano.

21 Mme Romano (interprétation): L'accusation cite à la barre Bajram Bucaliu.

22 (Le témoin, M. Bajram Bucaliu, est introduit dans le prétoire.)

23 M. le Président (interprétation): Que le témoin fasse la déclaration.

24 M. Bucaliu (interprétation): Je déclare solennellement que je dirai la

25 vérité, toute la vérité et rien que la vérité.

Page 2039

1 M. le Président (interprétation): Veuillez vous asseoir.

2 (Interrogatoire principal du témoin, M. Bajram Bucaliu, par Mme Romano.)

3 Mme Romano (interprétation): Voulez-vous, s'il vous plaît, décliner votre

4 identité devant le Tribunal?

5 M. Bucaliu (interprétation): Bajram Bucaliu.

6 Question: Vous avez 44 ans et vous êtes né à Gnjilane le 16 juin 1957.

7 Vous êtes marié, vous avez trois enfants?

8 Réponse: Oui.

9 Question: Depuis 1954, vous êtes résident au village de Fshat i Vjetër,

10 dans la municipalité de Urosevac/Ferizaj, n'est-ce pas?

11 Réponse: Oui.

12 Question: Pourrait-on montrer au témoin la pièce 02774? Voici une nouvelle

13 version de la carte qui a déjà été communiquée à l'amicus et je crois au

14 Tribunal aussi. C'est la même carte, mais sans les points bleus, c'est une

15 carte du Kosovo.

16 (Intervention de l'huissier.)

17 Monsieur Bucaliu, pourriez-vous regarder, s'il vous plaît, cette carte et

18 pourriez-vous indiquer au Tribunal où se trouve votre village?

19 Réponse: Oui.

20 (Le témoin indique l'endroit avec le pointeur sur la carte placée sur le

21 rétroprojecteur.)

22 Il est situé à cet endroit-ci.

23 Question: Merci, Monsieur Bucaliu. Vous avez travaillé de 1982 à 1999 aux

24 chemins de fer de Ferizaj?

25 Réponse: Oui.

Page 2040

1 Question: Et maintenant, vous êtes inspecteur dans une station-service

2 d'essence dans votre village, à Fshat i Vjetër?

3 Réponse: Oui.

4 Question: De quelle origine ethnique êtes-vous?

5 Réponse: Je suis un Albanais.

6 Question: Est-ce que la plupart des personnes de votre village étaient

7 albanaises?

8 Réponse: Oui.

9 Question: Y avait-il des Serbes qui vivaient dans votre village?

10 Réponse: Oui.

11 Question: Avez-vous une idée approximativement de combien d'Albanais et

12 combien de Serbes vivaient dans ce village?

13 Réponse: Dans mon village, il y avait environ 900 Albanais et de 60 à 70

14 Serbes.

15 Question: Vos relations avec vos voisins serbes étaient-elles bonnes?

16 Réponse: Oui, à l'époque, jusqu'en 1990, elles étaient relativement

17 bonnes, mais, après 1990, ces relations ont changé.

18 Question: Bien. Nous arrivons au point où elles ont changé.

19 Revenons à votre emploi à la station, à la gare de chemin de fer de

20 Ferizaj. De 1982 à 1987, vous avez d'abord travaillé comme signaleur dans

21 cette gare de chemin de fer. Est-ce exact?

22 Réponse: Oui.

23 Question: A la même gare de chemin de fer, vous avez travaillé ensuite

24 comme inspecteur des marchandises de 1987 à 1992?

25 Réponse: Oui, c'est exact. C'est exact.

Page 2041

1 Question: Ensuite, vous avez été caissier pour les marchandises de 1987 à

2 1992?

3 Réponse: Oui.

4 Question: Quelle est la distance entre la gare de chemin de fer et votre

5 village, Monsieur Bucaliu?

6 Réponse: La station est à environ trois kilomètres et demi de mon

7 domicile.

8 Question: Vous alliez tous les jours du village à la gare pour prendre

9 votre travail?

10 Réponse: Oui. Tous les jours ouvrés.

11 Mme Romano (interprétation): Bien. Je me propose de montrer au témoin la

12 pièce 95 de l'accusation; c'est une esquisse qui a été tracée à la main

13 par le témoin, qui figure son village.

14 (L'huissier s'exécute.)

15 Mme Ameerali (interprétation): La carte aura le n61 des pièces de

16 l'accusation et 62 pour le croquis, P62 pour le croquis, comme pièce à

17 conviction.

18 Mme Romano (interprétation): Monsieur Bucaliu, est-ce que vous

19 reconnaissez ce dessin?

20 M. Bucaliu (interprétation): Oui, je le reconnais.

21 Question: Est-ce vous qui l'avez fait?

22 Réponse: Oui, c'est moi qui l'ai dessiné.

23 Question: Est-ce que c'est bien votre village?

24 Réponse: Oui. C'est mon village.

25 Question: Pourriez-vous indiquer au Tribunal à quel endroit se trouve

Page 2042

1 votre maison?

2 Réponse: Oui. Je vais le montrer.

3 (Le témoin l'indique sur la carte.)

4 Ici, se trouvent les trois maisons de mes frères et de moi-même, ma maison

5 et celle de mes deux frères.

6 Question: Combien de personnes vivent avec vous?

7 Réponse: Jusqu'au début de la guerre, il y avait 16 d'entre nous qui y

8 habitaient, en partageant la même cour, entre les mêmes maisons, mais

9 maintenant je suis seulement avec ma famille qui n'a que 5 membres.

10 Question: Utilisons le même dessin. Dans quelle direction se trouve la

11 gare de chemin de fer?

12 (Le témoin indique le trajet qu'il faisait pour aller à la gare.)

13 Pourriez-vous aussi expliquer où conduit cette route?

14 Réponse: En partant de mon village jusqu'à Elez Han, une route asphaltée,

15 elle continue, elle se poursuit jusqu'à la gare de chemin de fer.

16 Question: Quels sont les villes et villages voisins?

17 Réponse: Les villages voisins qui sont Sujeva, Bibaj, Komogllavë, Varosh;

18 ce sont les villages voisins du mien, ainsi que le faubourg de Ferizaj.

19 Question: A quelle distance de Pristina?

20 Réponse: De Pristina jusqu'au carrefour de Ferizaj, il y a 35 kilomètres.

21 Question: Et quelle est la distance de la frontière de la Macédoine?

22 Réponse: Ce carrefour se trouve aussi à environ 35 kilomètres de la

23 frontière avec la Macédoine.

24 Question: Combien de maisons y avait-il dans votre village avant la

25 guerre?

Page 2043

1 Réponse: Avant la guerre, le village comptait environ 120 maisons.

2 Question: Je vous remercie, Monsieur Bucaliu.

3 Avant mars 1999, combien d'employés travaillaient à la station de chemin

4 de fer de Ferizaj?

5 Réponse: Avant mars 1999, il y avait environ 25 hommes du personnel à la

6 gare de chemin de fer de Ferizaj. Selon les besoins, le nombre a varié.

7 Question: Combien d'entre eux étaient des Albanais?

8 Réponse: Il y avait environ 17 ou 18 Albanais et environ 8 Serbes.

9 Question: Est-ce que votre supérieur hiérarchique était albanais ou serbe?

10 Réponse: C'était un Serbe.

11 Question: A un moment donné, avez-vous eu un supérieur hiérarchique qui

12 fut Albanais?

13 Réponse: Le chef de gare, pendant la période où je travaillais, après

14 1992, n'a jamais été un Albanais sauf à l'occasion: lorsqu'il y avait un

15 remplacement, c'était parfois un Albanais. Mais il n'y a jamais eu

16 d'Albanais qui fût désigné comme chef de gare.

17 Question: Les relations entre les Albanais et les Serbes étaient-elles

18 bonnes à la gare?

19 Réponse: Oui, nous avions des relations très bonnes avec nos collègues

20 serbes, pendant un temps, pendant un certain temps, c'est-à-dire jusqu'aux

21 années 1990. Mais après 1990, les relations ont commencé à se refroidir,

22 les relations personnelles entre personnes se sont refroidies.

23 Mme Romano (interprétation): Quelle était la raison qui a fait que les

24 rapports entre les Albanais et les Serbes deviennent moins chaleureux,

25 plus froids?

Page 2044

1 M. Bucaliu (interprétation): Je pense que ceci s'est produit parce que des

2 choses désagréables se passaient dans le domaine politique, tels que les

3 changements constitutionnels. C'est une raison qui a eu une grosse

4 influence sur le refroidissement des relations entre les Albanais et les

5 Serbes parce que les modifications constitutionnelles nous refusaient de

6 nombreux droits que nous avions jusque là, tels que par exemple les droits

7 du point de vue linguistique, droits à notre langue dans le lieu de

8 travail.

9 M. le Président (interprétation): Madame Romano, je crois qu'il est 13

10 heures. Nous allons suspendre la séance maintenant.

11 Monsieur Bucaliu, nous allons suspendre la séance jusqu'à 14 heures 30.

12 Pendant cette suspension ou toute autre par la suite, ne parlez à personne

13 de votre déposition avant qu'elle soit terminée et ne laissez personne

14 vous parler à ce sujet. Ceci comprend les membres de l'équipe de

15 l'accusation.

16 Soyez, je vous prie, de retour à 14 heures 30. La séance est suspendue.

17 (L'audience, suspendue à 13 heures 03, est reprise à 14 heures 35.)

18 M. le Président (interprétation): Madame Romano, veuillez poursuivre.

19 Mme Romano (interprétation): Si je vous ai bien compris, les modifications

20 constitutionnelles qui sont intervenues en 1990 interdisaient aux Albanais

21 d'utiliser leur langue dans le milieu du travail?

22 M. Bucaliu (interprétation): C'est exact.

23 Question: Pourriez-vous expliquer aux Juges comment ces modifications ont

24 été mises en oeuvre dans votre lieu de travail?

25 Réponse: Ces modifications ont été appliquées, et d'abord nous avons

Page 2045

1 essayé de ne pas les respecter. Pendant une année, nous avons reçu

2 plusieurs avertissements, plusieurs sanctions, mais finalement on devait

3 soit accepter ces modifications, soit abandonner notre emploi. Et à

4 l'époque, quiconque n'obéissait pas à ces règlements perdait son emploi ou

5 était tenu responsable et devait faire ce que les Serbes leur disaient de

6 faire.

7 Je vous donne un exemple concret. Lorsque les panneaux de la gare ont été

8 modifiés, là où le nom était inscrit en albanais, après, cela a été

9 transformé en serbe et cela s'appelait "Urosevac". Et finalement le signe,

10 le panneau albanais a été enlevé et il n'y avait plus que le panneau en

11 serbe d'Urosevac.

12 Encore un meilleur exemple, ceux qu'ont connu mes compagnons de travail:

13 nos salaires étaient diminués si on ne respectait pas ces règles.

14 Mme Romano (interprétation): Un éclaircissement à l'intention des Juges:

15 quelle était la langue ou quelles étaient les langues utilisées à votre

16 lieu de travail avant 1990?

17 M. Bucaliu (interprétation): Eh bien, chez nous, on utilisait comme langue

18 officielle aussi bien l'albanais que le serbe, et on communiquait dans les

19 deux langues avec nos collègues serbes aussi. Cependant, par la suite,

20 nous n'avons plus été autorisés à utiliser notre langue dans les échanges

21 ou correspondances officielles et dans les instructions officielles aussi.

22 M. Robinson (interprétation): La loi qui a abouti à la perte d'emploi

23 s'appliquait-elle au secteur public comme au secteur privé?

24 Mme Romano (interprétation): Je ne sais pas si c'est ce que le Témoin a

25 déclaré, Monsieur le Juge.

Page 2046

1 M. Robinson (interprétation): Le Témoin a parlé de personnes qui étaient

2 limogées si elles n'utilisaient pas la langue serbe ou si elles

3 utilisaient la langue albanaise; c'était dans la gare, dans les services

4 ferroviaires. Je suppose que c'était une entreprise nationalisée.

5 J'aimerais savoir si des personnes ont perdu leur emploi aussi si elles

6 travaillaient dans le secteur privé, dans des entreprises privées?

7 Mme Romano (interprétation): Monsieur le Témoin, savez-vous si la

8 situation, en ce qui concerne la langue serbe, s'appliquait aussi dans des

9 entreprises privées?

10 M. Bucaliu (interprétation): Oui, bien sûr. Tous les documents officiels

11 des entreprises privées devaient être en serbe aussi. Par exemple, des

12 entreprises qui, jusqu'alors, avaient des noms albanais ont dû changer

13 d'appellation, de dénomination, et utiliser à partir de ce moment-là

14 l'alphabet cyrillique et la langue serbe. Et c'étaient bien sûr des

15 entreprises qui tenaient à maintenir leurs échanges et ces firmes, ces

16 entreprises, devaient appliquer la loi sinon, eh bien, elles fermaient

17 boutique.

18 Mme Romano (interprétation): Etes-vous satisfait, Monsieur le Juge?

19 M. Robinson (interprétation): Merci.

20 Mme Romano (interprétation): Dans votre travail, est-ce que vos collègues

21 albanais parlaient le serbe?

22 M. Bucaliu (interprétation): Oui, en règle générale, ils connaissaient le

23 serbe. La majorité écrasante des Albanais connaissait le serbe et

24 parvenait à communiquer dans cette langue.

25 Question: Si on violait cette règle, est-ce que l'on était puni? Vous en

Page 2047

1 avez parlé, je pense.

2 Réponse: Oui, il y a eu beaucoup de cas de ce genre. Par exemple, est-ce

3 que vous voulez connaître le nom de quelqu'un qui a été sanctionné? En

4 général, tous les Albanais qui travaillaient dans les services

5 ferroviaires ont été punis au moins une fois. Quelquefois, nous avons

6 perdu 50% de notre salaire pendant trois mois, jusqu'à six mois.

7 Question: Est-ce qu'il y a des collègues à vous qui ne connaissaient pas

8 le serbe, qui ne le parlaient pas?

9 Réponse: Non, il se peut qu'il y en ait eu qui ne parlaient pas très bien

10 la langue, mais il n'y en avait pas qui ne la parlaient pas du tout.

11 Question: Merci. Avant les bombardements de l'OTAN, est-ce que la police

12 ou l'armée se sont trouvées à la gare de Ferizaj?

13 Réponse: Oui, même avant les bombardements de l'OTAN. La police s'y

14 trouvait, elle avait coutume de passer par-là. Il se peut que cela n'ait

15 pas été le cas de l'armée, à l'exception de tâches particulières à remplir

16 à la gare -par exemple, des transports militaires-, sinon la police

17 passait par-là généralement.

18 Question: Il vous était donc courant de voir l'armée ou la police à la

19 gare?

20 Réponse: Oui, souvent la police... Enfin, pas souvent, mais quelquefois.

21 Mais il n'était pas courant de voir des membres de l'armée, sauf dans des

22 cas particuliers lorsque, par exemple, tout simplement il y avait un

23 transport militaire.

24 Question: Vous souvenez-vous de cas où vous auriez quand même vu des

25 militaires, même s'il n'y avait pas de transport militaire?

Page 2048

1 Réponse: Oui. Il y a eu des cas de ce genre, surtout des officiers qui

2 étaient, qui venaient à la gare, qui avaient des consultations avec le

3 responsable de la gare. Je ne sais pas de quoi ils parlaient, mais ils

4 avaient maintenu des liens entre eux, mais cela ne s'est pas passé

5 souvent.

6 Question: Que s'est-il passé après 1999? Parce que vous avez travaillé à

7 la gare jusqu'en 1999. Pourquoi avez-vous cessé vos activités?

8 Réponse: J'ai travaillé à la gare de Ferizaj jusqu'au 14 avril 1999. En

9 fait, j'ai travaillé jusqu'au 25 mars 1999, mais ce jour-là, après le

10 début des bombardements de l'OTAN lorsque, le lendemain, je me suis rendu

11 au travail, mon chef m'a dit: "A partir de maintenant, tu ne vas plus

12 travailler, mais contente-toi de te présenter à ton poste de travail sans

13 travailler". Cela m'a paru très bizarre. Je lui ai demandé pourquoi il

14 tenait de tels propos; il m'a répondu que c'était un ordre supérieur.

15 C'est tout ce qu'il s'est contenté de dire. Franchement, j'ai été surpris.

16 Question: Est-ce que les Albanais ont été les seuls employés à qui l'on a

17 demandé de ne plus travailler?

18 Réponse: Oui, seuls, les Albanais étaient concernés.

19 Question: Est-ce que les Serbes ont été les seuls employés à travailler à

20 cette gare après le mois de mars 1999?

21 Réponse: Oui. Les Serbes, nos collègues qui travaillaient jusqu'alors, ont

22 continué à travailler à la gare.

23 Question: Même après cette date, est-ce que vous êtes retourné à la gare,

24 même si l'on vous avait dit de ne plus venir travailler?

25 Réponse: Il m'arrivait d'y aller, pas tous les jours, mais de temps à

Page 2049

1 autre, parce qu'il n'était pas facile de se déplacer. Il était dangereux

2 de sortir à cette époque. N'empêche que j'allais de temps à autre me

3 présenter au travail, mais pas tous les jours.

4 Mme Romano (interprétation): Merci. Messieurs les Juges, le Témoin a

5 apporté le registre de la circulation ferroviaire en ce qui concerne la

6 gare de Ferizaj. Il nous a apporté la période allant du 1er janvier

7 jusqu'au 19 juin 1999. Nous avons fourni copie de ce registre aux amici et

8 à l'accusé dès l'arrivée du témoin à La Haye, le 5 mars, et nous avons

9 maintenant davantage de copies pour vous, Messieurs les Juges.

10 Vous pouvez inspecter l'original et le Témoin va se servir de l'original

11 pendant sa déposition. Mais ceci fait partie des archives de la gare de

12 Ferizaj et le Témoin devra les remettre, ces originaux, à son retour à

13 Ferizaj.

14 M. le Président (interprétation): Pourquoi voulez-vous nous présenter ce

15 registre?

16 Mme Romano (interprétation): Le Témoin a travaillé à la gare en tant

17 qu'homme responsable de la signalisation; il avait coutume d'inscrire les

18 différentes activités.

19 M. le Président (interprétation): J'ai demandé pourquoi vous demandez le

20 versement de ceci au dossier?

21 Mme Romano (interprétation): L'accusation veut montrer comment étaient

22 utilisés les trains et les déplacements de trains pendant l'expulsion des

23 Albanais du Kosovo et vous montrer la fréquence.

24 M. le Président (interprétation): Agissez assez rapidement, Madame Romano,

25 parce que nous imposons des limites de temps à la défense; il faut le

Page 2050

1 faire aussi pour l'accusation. Essayons d'avoir terminé l'examen principal

2 de ce témoin avant la pause.

3 Mme Romano (interprétation): Je vais m'efforcer de le faire et je vais le

4 faire aussi en présentant ce registre.

5 M. le Président (interprétation): Je vous remercie.

6 Mme Romano (interprétation): J'ai aussi une traduction provisoire des

7 intitulés.

8 (L'huissier s'exécute.).

9 Dans le cadre de vos activités en tant que responsable de la

10 signalisation, vous deviez aussi avoir la responsabilité de consigner les

11 informations relatives aux trains qui arrivaient et qui sortaient?

12 M. Bucaliu (interprétation): C'est exact. A l'époque où je travaillais en

13 tant que responsable de la signalisation. Mais c'était ce type de

14 registres qui est utilisé aussi pendant que je travaillais; c'est la même

15 procédure qui est appliquée aujourd'hui.

16 Question: Merci. Je vais vous demander de prendre à titre d'exemple les

17 deux premières pages qui concernent les dates du 2 au 4 janvier. Expliquez

18 aux Juges comment on peut reconnaître les trains de passagers et les

19 trains de marchandises dans ce registre. Soyez bref, s'il vous plaît.

20 Réponse: Les trains de passagers sont indiqués par un chiffre de quatre

21 numéros et les trains de marchandises par cinq chiffres dans le numéro. Ce

22 sont bien sûr des déplacements de trains réguliers.

23 Mme Romano (interprétation): Ils se trouvent à quelle colonne, ces

24 chiffres?

25 M. Bucaliu (interprétation): A la deuxième colonne: c'est là que l'on voit

Page 2051

1 le numéro du train et on peut déterminer s'il s'agit d'un train de

2 passagers ou de marchandises.

3 M. Kwon (interprétation): Excusez-moi. Peut-on placer les pages concernées

4 sur le rétroprojecteur?

5 Mme Romano (interprétation): Excusez-moi, Monsieur le Juge, je ne vous

6 avais pas vu.

7 Pourriez-vous indiquer une fois de plus la colonne où sont consignées les

8 informations concernant les trains?

9 M. Bucaliu (interprétation): Oui, dans la deuxième colonne. Vous voyez ici

10 les numéros affectés aux trains et, grâce à ces numéros, vous voyez s'il

11 s'agit d'un train de passagers ou de marchandises.

12 Question: Toujours sur cette même page, comment peut-on voir quelle est la

13 direction prise par le train?

14 Réponse: Eh bien, ceci peut être déterminé à partir du chiffre que l'on

15 voit à la fin: s'il s'agit d'un chiffre paire, le train part de Hani i

16 Elezit vers Fushe-Kosova; et s'il va de Fushe-Kosova à Hani i Elezit, il

17 s'agira d'un numéro impair.

18 Question: Merci. Pourriez-vous aussi indiquer l'endroit où l'on voit

19 l'homme chargé de la signalisation qui est de service?

20 Réponse: Volontiers. Vous voyez la personne qui termine son travail et la

21 personne qui prend la relève. Il y a donc relève et passation de

22 l'activité à l'autre personne qui va commencer la pause.

23 Question: Vous parlez de quel chiffre et de quelle colonne, Monsieur?

24 Réponse: Ce n'est pas la colonne qui est importante, c'est la ligne qui

25 compte ici. Vous voyez ici la fin de la pause de l'équipe et il y a la

Page 2052

1 passation, et la relève est prise par celui qui lui succède. Ce n'est pas

2 la colonne qui est importante ici. Mais vous voyez, c'est indiqué chaque

3 fois que c'est la fin de l'équipe.

4 Question: Vous avez dit qu'après le 25 mars les Albanais avaient été

5 intimés de ne plus se rendre au travail. Est-ce qu'il y a quelque part

6 après le 25 mars quelque rubrique qui ait été consignée par un Albanais en

7 qualité de responsable des signalisations?

8 Réponse: Eh bien, vous pouvez le constater grâce aux signatures. Si les

9 Juges me le permettent, je vais vous montrer un exemple. Ici, sur cette

10 page, vous avez un Albanais qui a terminé son travail et passe la relève à

11 un Serbe -à l'époque, il y avait aussi bien des Albanais que des Serbes.

12 Ici, vous avez un Serbe qui est relayé par un Albanais, et ainsi de suite.

13 Vous pouvez examiner les pages concernant les dates ultérieures après le

14 25 mars, et vous constaterez qu'il n'y a plus d'Albanais qui occupe ce

15 poste.

16 Question: Merci. Avant le moins de mars 1999, combien y avait-il, en

17 général, de trains qui passaient chaque jour par la gare de Ferizaj?

18 Réponse: Cela dépendait. Par exemple, avant les années 1990, il y avait

19 plus de circulation, aussi bien pour les passagers que pour les

20 marchandises. Mais après 1990, cela a diminué, et les trains réguliers de

21 passagers, avant le mois de mars 1999, eh bien, il y en avait trois vers

22 Fushe-Kosova et trois vers Hani i Elezit, donc six en tout: trois dans

23 chaque direction.

24 Question: Il y avait combien de wagons, en général, dans chaque train?

25 Réponse: Ces trains se composaient de deux wagons en général et, beaucoup

Page 2053

1 plus rarement, de trois ou quatre.

2 Question: Est-ce qu'après les bombardements de l'OTAN il y a eu

3 augmentation du nombre et de la fréquence des trains?

4 Réponse: Oui, ceci apparaît à l'examen du registre. On voit le nombre de

5 trains qui a augmenté et aussi la composition des trains.

6 Mme Romano (interprétation): Prenons par exemple le registre pour le 3

7 avril. Combien de trains y a-t-il eu ce jour-là, Monsieur le Témoin?

8 M. Kwon (interprétation): J'aimerais savoir où se trouve Hani i Elezit sur

9 la carte.

10 Mme Romano (interprétation): Le nom en serbe, c'est Djeneral Jankovic.

11 Ceci n'apparaît pas sur la carte que j'ai utilisée avec le témoin, je vais

12 voir si j'ai une autre carte qui indique cette localité.

13 Monsieur Bucaliu, est-ce que nous pouvons revenir à la question que je

14 vous avais posée? Si nous examinons les rubriques concernant le 3 avril,

15 combien de trains sont-ils passés par la gare ce jour-là?

16 M. Bucaliu (interprétation): Eh bien, si on prend à partir de 7 heures du

17 matin, c'est à ce moment-là que l'équipe a commencé à travailler, c'est à

18 ce moment-là que cet homme a commencé son travail, jusqu'à 21 heures il y

19 a eu huit trains ce jour-là.

20 Question: Et savez-vous si ces trains comportaient le même nombre de

21 wagons?

22 Réponse: Non, je ne peux pas vous dire combien il y avait de wagons par

23 train puisque je n'étais pas présent. Mais lorsque je me suis trouvé sur

24 les lieux, à l'époque du moins, il y avait au moins dix wagons et,

25 parfois, il y en avait même vingt: dix wagons pour les passagers et puis

Page 2054

1 dix wagons pour marchandise où avaient été placés des passagers -en

2 d'autres termes, des wagons qui étaient remplis de monde.

3 Mme Romano (interprétation): Et les trains qui venaient de Fushe-Kosova,

4 est-ce qu'ils étaient pleins?

5 M. le Président (interprétation): On n'a pas établi encore dans quels sens

6 allaient les trains. Pourriez-vous nous aider sur ce point? Ce jour-là, le

7 30 avril, dans quel sens les trains allaient-ils?

8 M. Bucaliu (interprétation): Eh bien, d'après ce registre, on peut voir où

9 allaient ces trains, quelle était leur destination. Je vous le répète, les

10 chiffres impairs allaient de Fushe-Kosova à Hani i Elezit.

11 Je prends celui-ci par exemple: le train n38737893, c'est un train de

12 passagers, c'est un train spécial parce qu'il y aille un 3 devant qui

13 montre que c'est un train irrégulier. C'est un train spécial, ce n'est pas

14 un train de ligne, si vous voulez.

15 Mais il y a eu des règles spécifiques de circulation qui étaient

16 appliquées, qui étaient hors du cadre de l'emploi du temps habituel et,

17 ici, ce train était censé s'arrêter à Ferizaj, ce qu'il n'a pas fait.

18 Cette flèche montre qu'il ne s'est pas arrêté à la gare de Ferizaj.

19 Ici, on voit d'autres trains qui, eux, se sont arrêtés. Et puis, sitôt

20 après celui dont j'ai parlé, on voit le cas.

21 M. le Président (interprétation): Reprenons le premier train: dans quel

22 sens allait-il? Est-ce qu'il allait vers la frontière ou pas?

23 M. Bucaliu (interprétation): Oui, ce train allait vers la frontière, vers

24 Hani i Elezit qui est le poste frontière avec la Macédoine.

25 M. le Président (interprétation): Poursuivez, Madame Romano.

Page 2055

1 Mme Romano (interprétation): Pourquoi ce train ne s'est-il pas arrêté à la

2 gare de Ferizaj? Pourriez-vous l'expliquer aux Juges? Qu'est-ce que

3 signifie cette flèche que l'on voit dans le registre?

4 M. Bucaliu (interprétation): Cette flèche montre que le train ne s'est pas

5 arrêté, même si c'était un train de passagers et si, d'après l'horaire, il

6 devait s'arrêter à notre gare. Cependant, chaque fois que je me suis

7 trouvé à la gare, j'ai vu que ces trains étaient remplis de passagers et

8 j'ai vu qu'ils avaient franchi la gare de Ferizaj remplis de passagers, se

9 dirigeaient vers Hani i Elezit. Et la flèche montre qu'il ne s'est pas

10 arrêté, ce train.

11 Dans d'autres cas, lorsque le train n'était pas tout à fait rempli, il

12 s'arrêtait et embarquait des passagers à la gare de Ferizaj.

13 Question: Comment ce problème de l'encombrement a-t-il été résolu? Comment

14 s'en est-on sorti pour résoudre le problème des gens qui ne pouvaient pas

15 monter à bord de ces trains?

16 Réponse: Lorsque le train ne s'est pas arrêté à Ferizaj, le chef de gare

17 appelait la gare autoroutière, ou la gare routière plus exactement, à Elez

18 (phonétique), et il y avait demande que soient fournis des autobus pour

19 emmener ces gens vers Hani i Elezit ou dans d'autres directions. Je ne

20 sais pas où se rendaient ces bus ou autobus, en tout cas ils allaient à

21 Hani i Elezit.

22 Il y a eu aussi des cas où des camions étaient amenés près de la gare et

23 les gens sont montés à bord de ces camions pour partir vers la frontière.

24 Question: Savez-vous qui avait la responsabilité de toute cette

25 organisation pour permettre que des camions, des autobus ou des autocars

Page 2056

1 soient mis à disposition?

2 Réponse: La personne qui demandait de l'aide, c'était le chef de gare,

3 Ilic, mais quant à la personne qui envoyait ces bus, c'était sans nul

4 doute le directeur de la gare routière ou quelqu'un qui était le

5 propriétaire d'une entreprise de transport; il y avait "Fertrans",

6 notamment, qui a transporté beaucoup de passagers.

7 Question: On trouve des rubriques assez inhabituelles à partir de la

8 colonne 32 jusqu'à la fin. Pour la date du 22, par exemple. Si l'on voit

9 les informations concernant le 29 et le 31 mars? On parle des 29 et 31

10 mars: est-ce que vous pourriez prendre ces pages-là?

11 Monsieur le Président, dans les exemplaires que nous vous avons fournis,

12 vous voyez le chiffre KO-21-85-05.

13 Monsieur le Témoin, avez-vous vu ces inscriptions auparavant?

14 Réponse: Non, pas ce qui est annoté ici. En fait, c'est le genre de

15 remarque apportée qui n'est pas typique pour le registre. D'ailleurs, vous

16 pouvez vous en apercevoir en faisant une comparaison. Ce genre de note ne

17 figurait pas en marge. Ici, elle figure bel et bien et cela montre que la

18 circulation a suivi des règles qui s'appliquent en situation

19 extraordinaire. Ce n'est pas un horaire habituel, régulier. Ces trains

20 étaient escortés. Sans doute, c'est pour cela que cela était fait. C'était

21 peut-être une escorte policière ou une escorte militaire. C'est ce que

22 l'on peut déduire de ces notes.

23 Question: Monsieur Bucaliu, je sais que vous comprenez la langue serbe.

24 Pouvez-vous nous dire ce qui est écrit dans ces colonnes? Pouvez-vous nous

25 le traduire?

Page 2057

1 Réponse: Oui. "Le train circule conformément aux règles, escorté depuis

2 Fushe-Kosova.

3 Question: Avez-vous jamais vu l'escorte dont il s'agit?

4 Réponse: Oui. J'ai vu cela. A l'époque, je l'ai vu quand j'étais sur

5 place. J'ai vu un nombre grandissant de policiers à bord de ces trains.

6 Question: Pouvez-vous nous décrire ces policiers? Comment étaient-ils

7 vêtus?

8 Réponse: Ils portaient des uniformes de police, de la police régulière.

9 C'étaient des policiers serbes. C'étaient des uniformes bleus, blancs et

10 une sorte de marron; c'étaient des uniformes de camouflage.

11 Mme Romano (interprétation): Peut-on présenter au témoin la pièce à

12 conviction n18, s'il vous plaît?

13 Monsieur l'Huissier, je n'aurai plus besoin de ce registre. Vous pouvez le

14 reprendre. Merci.

15 (L'huissier s'exécute.).

16 Mme Ameerali (interprétation): Pièce à conviction 63.

17 Mme Romano (interprétation): Je vous remercie.

18 Monsieur Bucaliu, je vous prie de consulter ce document que l'huissier est

19 en train de placer sur le rétroprojecteur. Pouvez-vous, s'il vous plaît,

20 identifier pour la Chambre l'un quelconque de ces uniformes que vous avez

21 vus sur les policiers qui accompagnaient les trains?

22 M. Bucaliu (interprétation): Ceux-ci sont les uniformes que portaient les

23 policiers.

24 Question: Pouvez-vous nous donner le numéro?

25 Réponse: Le n6.

Page 2058

1 Question: Merci. Monsieur Bucaliu, où vous trouviez-vous le 2 avril 1999?

2 Réponse: Excusez-moi, peut-on revenir un instant? J'aimerais expliquer

3 qu'il n'y avait plus d'Albanais là-bas, parce qu'il n'y avait plus

4 d'Albanais. Si la Chambre est prête à m'entendre.

5 Question: Vous avez déjà dit cela. Vous avez dit à la Chambre qu'il n'y

6 avait plus d'Albanais qui étaient employés pour travailler sur les

7 signalisations. Vous l'avez déjà fait. Merci. A présent, je souhaite

8 poursuivre.

9 Où étiez-vous en date du 2 avril 1999?

10 Réponse: Le 2 avril 1999, j'étais chez moi, dans mon village natal à Fshat

11 i Vjetër.

12 Question: Votre village a-t-il été encerclé ce jour-là?

13 Réponse: Oui. Notre village a été encerclé dans la matinée, vers à peu

14 près 8 heures 30. L'armée serbe avec ses chars est entrée dans notre

15 village et, tout simplement, nous avons été encerclés.

16 Question: Peut-on présenter au témoin la pièce n17?

17 (L'huissier s'exécute.).

18 Je vous demanderai, Monsieur le Témoin, de jeter un coup d'il sur ces

19 photographies et je vous prierai d'identifier les chars que vous avez vus

20 ce jour-là.

21 Consultez d'abord les photographies et, par la suite, je vous demanderai

22 de les identifier si vous pouvez. On les placera sur le rétroprojecteur.

23 Réponse: Il y avait l'un de ceux-ci. Mais il y avait une autre sorte que

24 je ne vois pas ici. Voilà! Celui-ci. Il y avait donc celui-ci, ce genre de

25 char.

Page 2059

1 Question: Pouvez-vous citer le numéro, s'il vous plaît?

2 Réponse: C'est au n6. Et au n1.

3 Question: Merci. Ce jour-là, y a-t-il eu des soldats qui se sont approchés

4 de votre maison?

5 Réponse: Si vous me permettez de reprendre la carte représentant mon

6 village, je suis prêt à expliquer à la Chambre d'où sont venus les chars

7 et comment ils se sont positionnés.

8 Question: Vous parlez de la carte que vous avez esquissé vous-même?

9 Réponse: Oui, il n'y en a pas d'autre.

10 Question: Je ne me rappelle pas le numéro que porte cette pièce.

11 (L'huissier s'exécute.)

12 Monsieur Bucaliu, pourriez-vous nous expliquer brièvement d'où sont venus

13 ces chars?

14 Réponse: Les chars sont arrivés de la route Ferizaj/Gnjilane, donc c'est

15 par cette entrée au village qu'ils sont arrivés. Il y avait trois chars

16 qui avançaient par cette route-là. Il y avait deux ou trois officiers qui

17 allaient à pied devant ces chars. Puis il y en avait un autre, un autre

18 char qui est arrivé par les champs, et il s'est arrêté devant la cour de

19 ma maison.

20 J'avais peur, j'avais peur qu'il se produise quelque chose de grave. Alors

21 c'est pour cela que les jeunes hommes et les hommes ont décidé de partir.

22 Mon fils qui avait 15 ans, et mon oncle qui se trouvait chez moi à ce

23 moment-là, eh bien, nous nous sommes tous acheminés vers la route, et j'ai

24 dit à ma femme et mes filles de rester à la maison. Puis ils se sont

25 approchés.

Page 2060

1 Question: Excusez-moi de vous interrompre. Ma question était la suivante:

2 y a-t-il eu des soldats qui se sont approchés de votre maison ou de la

3 cour de votre maison?

4 Réponse: Oui, le char est arrivé dans la cour devant ma maison et il y

5 avait des soldats à bord de ce char. Nous avons vu ces officiers, ces

6 officiers de l'armée serbe. Et nous sommes revenus.

7 Question: Portaient-ils des uniformes?

8 Réponse: Oui.

9 Question: Peut-on présenter au témoin la pièce n18, s'il vous plaît?

10 (L'huissier s'exécute.)

11 Reconnaissez-vous sur ces photographies l'un quelconque des uniformes que

12 vous avez vus ce jour-là?

13 Réponse: Ces photographies ne sont pas tout à fait nettes mais il me

14 semble que la photographie n9 est la plus proche.

15 Question: Merci. Ces soldats vous ont-ils dit ce qu'ils faisaient là-bas

16 ou vous ont-ils dit ce qu'ils voulaient de votre part?

17 Réponse: Oui. Lorsque nous sommes revenus pour parler à ces officiers, ces

18 officiers serbes, l'un d'eux s'est présenté comme un commandant, et je me

19 suis présenté en donnant mon nom et mon prénom; et il m'a posé des

20 questions au sujet de la structure de la population du village. Il m'a

21 demandé le nom du village et la composition de la population; et je lui ai

22 dit que nous étions des Albanais et qu'il y avait aussi des Serbes. Il

23 nous a posé des questions au sujet des relations qui régnaient entre nous,

24 comment on s'entendait avec les voisins serbes; je lui ai dit qu'il n'y

25 avait pas de problème et que les relations étaient plutôt bonnes. Et il a

Page 2061

1 demandé qui était à la tête du village; je lui ai dit que je ne savais pas

2 qui était à la tête du village puisque nous n'avions pas de chef dans

3 notre village mais que notre tradition nous imposait le respect des

4 personnes âgées. Et je lui ai proposé de s'entretenir avec l'un des hommes

5 âgés. A ce moment-là, mon père était la personne la plus âgée du village,

6 donc je lui ai suggéré d'aller s'entretenir avec mon père.

7 Question: S'il vous plaît, soyez plus précis en répondant. Je vous ai

8 demandé si les soldats vous ont dit à vous ou à votre père ce qu'ils

9 étaient en train de faire sur place et s'ils vous ont demandé quoi que ce

10 soit?

11 Réponse: Ils ont dit qu'ils étaient l'armée régulière et qu'ils n'allaient

12 nous faire aucun mal, que nous n'allions pas avoir de problème avec eux.

13 Et c'est ce que nous avons cru. Finalement, cela s'est passé autrement.

14 Ils nous ont dit que nous devions rendre toutes les armes que nous avions

15 si nous en avions; et nous avons répondu que nous n'avions pas d'armes,

16 qu'il n'y avait pas d'UCK sur place. Ils nous ont demandé s'il y avait des

17 UCK sur place; nous leur avons dit "non". Nous avons dit que nous avions

18 que quelques armes de chasse pour lesquelles nous avions des permis, et

19 nous les avons remises.

20 Puis le lendemain matin, ils sont entrés dans les maisons, ils ont fouillé

21 à fond les maisons pour trouver des armes. Et, comme apparemment ils n'ont

22 trouvé aucune arme, nulle part, ils m'ont pris mon camion -c'est un

23 Mercedes- que j'avais confié à mon voisin serbe en me disant que le camion

24 serait plus en sécurité là-bas. Puis ils m'ont demandé de donner les clefs

25 du véhicule pour vérifier ce qu'il y avait dedans, je suppose, mais ils

Page 2062

1 n'ont même pas ouvert l'arrière pour voir ce qu'il y avait dedans. Tout de

2 suite, ils sont montés dans la cabine et ils sont partis en direction de

3 la route Ferizaj/Gnjilane.

4 Question: A un moment quelconque, vous ont-ils rendu le véhicule?

5 Réponse: Non, je n'ai toujours pas revu mon véhicule. Pas encore

6 aujourd'hui.

7 Question: Est-ce qu'ils vous ont pris des biens depuis ce camion, ces

8 soldats?

9 Réponse: Non, ils ne m'ont rien pris à moi. C'était mon camion, mais il y

10 avait un autre camion; il y avait un dépôt avec un beaucoup de pièces

11 d'équipement agricole. Je les ai vus de mes propres yeux, je les ai vus

12 piller les autres camions qui étaient à côté du mien.

13 Question: Est-ce qu'il y a eu des incendies et des pillages?

14 Réponse: Dans la matinée du 3 avril, oui. Excusez-moi, c'était le 5 avril,

15 dans la matinée du 5 avril. Ils ont incendié des maisons et nous avons été

16 étonnés de voir la fumée s'élever. C'était la maison où étaient descendus

17 les soldats serbes. Nous n'avons plus vu que les flammes et la fumée.

18 Question: Savez-vous pour quelle raison ils ont mis le feu à ces maisons?

19 Réponse: Je ne vois aucune raison pour laquelle ils auraient fait cela; il

20 n'y avait aucune raison pour incendier ces maisons. Je vous ai dit qu'il

21 n'y avait pas de membre de l'UCK dans notre village. Tout simplement, ils

22 n'avaient aucune raison pour incendier les maisons. Nous pensions -et

23 d'ailleurs, c'est ce qu'ils nous ont dit- qu'ils étaient membres de

24 l'armée régulière; donc nous ne nous attendions pas à avoir des problèmes

25 avec eux, mais cela a finalement tourné autrement car, le 5 avril, ils ont

Page 2063

1 brûlé quatre maisons.

2 Question: Ont-ils quitté votre village à un moment donné?

3 Réponse: Oui. Lorsqu'ils brûlaient les maisons, les chars sont sortis vers

4 la route principale Ferizaj/Gnjilane et ils sont partis vers Gnjilane.

5 Question: Votre village a-t-il été occupé de nouveau?

6 Réponse: Le 5 avril, les forces militaires sont parties avec leurs chars

7 et nous avons cru que nous étions de nouveau en sécurité après cela. Il y

8 a eu des maisons brûlées et il y a eu des camions pris, mais nous pensions

9 que c'était tout. Cependant, ce n'était pas le cas. Car, dans l'après-

10 midi, vers 15 heures, d'autres forces, des forces chetniks, paramilitaires

11 sont arrivées.

12 Question: Premièrement, dites-nous ce que vous avez vu, Monsieur Bucaliu.

13 Pouvez-vous décrire ces forces?

14 Réponse: Oui, je peux le faire. C'était vers 16 heures que ces forces sont

15 entrées dans le village depuis une autre direction, par une autre entrée:

16 c'est la route Pristina/Skopje, en fait. C'est de là qu'ils sont venus et

17 ils allaient de maison en maison. Ils sont arrivés également chez moi.

18 J'étais assis sur les marches, devant chez moi.

19 Question: Excusez-moi de vous interrompre, mais je voudrais que vous nous

20 décriviez ces forces. Avez-vous vu des véhicules, avez-vous vu leurs

21 habits? Pouvez-vous être plus précis en décrivant ces forces, s'il vous

22 plaît?

23 Réponse: Ils n'avaient pas de véhicules. Ils portaient des uniformes de

24 l'armée, des uniformes habituels. Ils avaient des bonnets. C'étaient en

25 fait des cocardes et des uniformes militaires. Ils portaient des insignes,

Page 2064

1 des insignes qui représentaient un crâne, et il y avait une croix et il y

2 avait écrit "SCP", "Mouvement serbe chetnik". Ils portaient des barbes,

3 ils n'étaient pas rasés. Et ils étaient armés en portant des armes

4 légères, donc il y avait des fusils automatiques et des couteaux.

5 Question: Peut-on présenter au témoin, s'il vous plaît, la pièce 18?

6 Monsieur Bucaliu, parmi ces uniformes, pourriez-vous nous dire lequel ou

7 lesquels avez-vous vus?

8 (L'huissier s'exécute.)

9 Réponse: Ce n'est pas suffisamment net. Mais c'est la photographie n8 qui

10 ressemble le plus.

11 Question: Merci. Monsieur Bucaliu, les villageois pouvaient-ils circuler

12 librement pendant que ces forces étaient présentes dans votre village?

13 Réponse: Non, puisqu'ils ont mis en place leur propre régime dans le

14 village. Ils nous ont informés tout d'abord de qui ils étaient, et ils

15 nous ont dit qu'ils allaient rester sur place à partir de ce moment-là et

16 que les villageois allaient pouvoir circuler librement à partir de 7

17 heures du matin jusqu'à 7 heures du soir, pour aller travailler leur

18 terre, pour s'occuper de leur travail, mais qu'ils ne seraient pas libres

19 de quitter le village sans avoir une autorisation spéciale. C'est

20 uniquement dans ce cas-là qu'ils pourraient quitter le village.

21 Question: A-t-on ordonné aux gens de travailler?

22 Réponse: Oui. Le premier jour, ils nous ont ordonné de trouver 25 jeunes

23 hommes qui étaient censés faire un travail pour eux. Puis, le lendemain, à

24 8 heures, ils étaient censés se présenter à un endroit précis. En

25 l'occurrence, c'était mon père qui a accepté de faire quelque chose: il

Page 2065

1 s'est mis d'accord avec d'autres villageois pour envoyer ces 25 jeunes

2 hommes là où il devait aller. Mon frère a fait partie de ce groupe. Et, à

3 partir du lendemain -il me semble que c'était le 6 avril, ils ont été

4 forcés de travailler, de creuser des tranchées notamment, soi-disant pour

5 se protéger contre les raids aériens de l'OTAN.

6 Question: Vous rappelez-vous ce qui s'est passé le 13 avril?

7 Réponse: Oui. Le 13 avril, chez un voisin, dans sa maison -puisque nous

8 avions l'habitude de nous réunir, nous étions à deux ou trois, trois ou

9 cinq familles ensemble puisque nous nous sentions plus en sécurité-, donc

10 j'étais chez ce voisin, Emin Zeka, et j'étais chez lui. Ses deux fils ont

11 été tués vers 8 heures de l'après-midi ou du soir, lorsqu'il n'y avait

12 plus d'électricité.

13 Question: Avez-vous vu comment on a tué ces gens?

14 Réponse: Je ne l'ai pas vu de mes propres yeux, mais c'est ce qui s'est

15 passé.

16 Question: Mais comment le savez-vous?

17 Réponse: Je le sais parce que mon voisin est venu me voir le lendemain,

18 c'est un prêtre musulman. Il m'a dit -c'était vers 10 heures du matin

19 qu'il est arrivé- et il m'a dit ce qui s'est passé, à savoir que, la nuit

20 précédente, Emin et ses deux fils ont été tués.

21 Question: A un moment quelconque, avez-vous vu vous-même ces corps?

22 Réponse: Non, je n'ai pas vu les corps.

23 Question: A quel moment avez-vous quitté votre village, Monsieur Bucaliu?

24 Réponse: On nous a forcés à partir le 14 avril, autrement dit après ces

25 meurtres.

Page 2066

1 Question: Lorsque vous dites que l'on vous a forcés, qu'entendez-vous par

2 là?

3 Réponse: Je le dis parce que, jusqu'à ce moment-là, on nous avait pris

4 tous nos véhicules, on nous a pris tout notre argent, on nous a

5 constamment pillés, et nous avons résisté. Cependant, lorsque les meurtres

6 ont commencé, nous nous sommes dit que cela ne pouvait pas être pire et

7 qu'il fallait donc sauver sa tête.

8 Question: Y a-t-il eu des villageois qui sont restés dans votre village,

9 Fshat i Vjetër?

10 Réponse: Non. Dans la partie du village où j'ai vécu, seulement deux

11 personnes âgées sont restées qui ne pouvaient pas marcher. Et lorsque nous

12 sommes revenus, nous avons vu que leur corps ont été brûlés. Pour ce qui

13 est du reste des villageois, ils sont tous partis.

14 Question: Où êtes-vous allés?

15 Réponse: Nous sommes partis vers Ferizaj. Il y a là une sorte de vallée.

16 Nous avons essayé de partir et de nous mettre à l'abri. Nous avions peur

17 de nous faire tuer dans le village, donc c'est pour cela que nous avons

18 essayé de partir vers Ferizaj. C'est dans cette direction-là que sont

19 partis la plupart des villageois et, pour ce faire, ils partaient en

20 passant devant ma maison, vers cette vallée.

21 Moi, je suis resté derrière puisque ma mère était malade: elle ne pouvait

22 pas partir et c'est pour cela que j'ai été forcé de rester.

23 Question: Pouvez-vous estimer le nombre de personnes qui sont parties à ce

24 moment-là?

25 Réponse: Il y avait 500 ou 600 personnes à peu près.

Page 2067

1 Question: Vous êtes tous allés à la gare de Ferizaj?

2 Réponse: Oui. La nuit en question, nous sommes restés passer la nuit à

3 Ferizaj en cherchant à nous mettre à l'abri où nous pouvions, et puis nous

4 sommes allés à la gare le lendemain.

5 Question: Y avait-il beaucoup de monde à la gare?

6 M. Bucaliu (interprétation): D'après moi, ce jour-là, il y avait là

7 environ 4.000 à 5.000 personnes.

8 Mme Romano (interprétation): Et il y avait combien de personnes dans le

9 train que vous avez pris?

10 M. le Président (interprétation): Laissez le Témoin le dire lui-même, il

11 n'a pas encore mentionné le train.

12 Mme Romano (interprétation): Donc que s'est-il passé une fois que vous

13 êtes arrivé à la gare?

14 M. Bucaliu (interprétation): Une fois arrivé à la gare, puisque j'étais un

15 employé de la gare, je suis entré en contact avec le chef de gare et je

16 lui ai demandé s'il y avait un train qui allait arriver, et il m'a répondu

17 que oui. Il y avait une masse de personnes qui attendaient ce train qui

18 est arrivé, je crois, vers 8 heures 30. Il était constitué de dix

19 voitures. Il y avait quelques passagers à bord de ce train, mais ils

20 n'étaient pas très nombreux.

21 Mais à Ferizaj, beaucoup de monde est monté dans ce train. D'après mes

22 estimations, il y avait environ 2.500 personnes qui ont pris le train. Il

23 est parti en direction d'Hani i Elezit, et nous sommes arrivés à la gare

24 d'Hani i Elezit.

25 Question: Y avait-il des policiers à bord de ce train?

Page 2068

1 Réponse: Oui, il y a eu des policiers à bord de ce train.

2 Question: Une fois arrivé à Elez Han, que s'est-il passé?

3 Réponse: Après l'arrivée à Hani i Elezit, nous sommes restés à bord

4 jusqu'à 12 heures. Puisque je connaissais le chef de gare de Hani i Elezit

5 -c'est un homme qui s'appelait Davidovic-, je lui ai demandé ce que nous

6 allions advenir, s'ils allaient nous laisser partir plus loin. Il m'a

7 répondu qu'ils étaient en négociations avec les autorités macédoniennes

8 pour qu'elles nous laissent entrer sur le territoire macédonien, mais

9 qu'elles n'avaient pas encore donné de réponse. Apparemment, elle n'était

10 pas prête à nous recevoir.

11 Or, vers 12 heures, cet homme, Davidovic, m'a dit que les autorités

12 macédoniennes ne souhaitaient pas que nous traversions vers la Macédoine.

13 Finalement, ce qui s'est passé, c'est que nous avons été obligés de

14 retourner à la gare de Ferizaj. C'est là que nous sommes descendus du

15 train et nous avons quitté la gare. Nous sommes rentrés chacun chez soi

16 ou, plutôt, nous nous sommes mis là où nous pouvions. C'est dès le

17 lendemain que nous sommes revenus à la gare ferroviaire.

18 Question: Est-ce que le train suivant était plein comme le train

19 précédent? Avez-vous été en mesure de monter à bord de ce train, du train

20 suivant?

21 Réponse: Vous voulez dire le lendemain? Oui, nous avons pu monter à bord

22 du train, mais pas tous.

23 Un certain nombre de personnes ont réussi à monter sur ce train et nous

24 l'avons fait: nous avons pu monter sur ce train et nous sommes repartis

25 dans la direction de Hani i Elezit.

Page 2069

1 Question: Où avez-vous traversé la frontière?

2 Réponse: Oui. Lorsque nous sommes arrivés à la gare de Hani i Elezit, là

3 encore, j'ai demandé à Davidovic ce qui allait nous arriver aujourd'hui;

4 il m'a dit, parce qu'il savait déjà, que c'était un fait que les autorités

5 de la Macédoine nous accepteraient. C'est ce qui s'est passé. Après cinq

6 minutes, ou dix peut-être -je ne suis pas sûr- que nous étions arrivés, le

7 train a poursuivi son voyage vers la frontière de la Macédoine.

8 Ce qui n'était pas quelque chose de normal, parce que d'habitude les

9 trains de passagers ne devaient pas aller jusqu'à la frontière mais

10 devaient rester à la gare. Dans le cas présent, le train est allé jusqu'à

11 la ligne frontière, ce qui s'est passé aussi pour notre train. Lorsque le

12 train est arrivé à la frontière, il s'est arrêté.

13 Les soldats serbes, avec des tracteurs et d'autres véhicules, passaient

14 par-là, sur la route qui était parallèle à la voie de chemin de fer; ils

15 nous ont dit de descendre du train. Lorsque les gens ont vu des soldats et

16 la police, ils ont été effrayés. A ce moment-là, je leur ai dit qu'il

17 fallait que l'on descende du train parce que c'est ce qu'on nous ordonnait

18 de faire. C'est ce que nous avons fait: nous sommes descendus du train.

19 Pendant une demi-heure, on nous a gardés là, regroupés à cet endroit.

20 Après une demi-heure, on nous a ordonné de marcher en rangs par deux et

21 d'aller devant la locomotive, entre les rails, et ne pas essayer de

22 quitter la voie ferrée parce que, sinon, ils nous ont dit que le sol était

23 infesté de mines. Donc nous avons dû rester entre les deux rails et

24 marcher le long de la voie de chemin de fer. Et c'est ce que nous avons

25 fait. Nous nous sommes mis par deux, en rangs, et nous avons marché

Page 2070

1 jusqu'à la frontière de la Macédoine.

2 Question: Vous mentionnez des soldats et des policiers: est-ce qu'ils

3 portaient des uniformes?

4 Réponse: Oui, ils portaient des uniformes.

5 Question: Est-ce que ces uniformes étaient différents de ceux dont vous

6 avez déjà parlé, de ceux que vous avez déjà dit avoir aperçus?

7 Réponse: Non, c'étaient les mêmes uniformes.

8 Question: Est-ce que l'on pourrait présenter au témoin la pièce à

9 conviction 3, carte 11, s'il vous plaît?

10 (L'huissier s'exécute.).

11 Réponse: Monsieur le Témoin, voici une carte où vous verrez un itinéraire

12 analogue à celui que vous avez décrit au cours de votre déposition. Les

13 noms sont en serbe. Pourriez-vous, s'il vous plaît, indiquer au Tribunal

14 comment était l'itinéraire que vous avez pris depuis votre village Fshat i

15 Vjetër jusqu'à la frontière?

16 Réponse: Voici mon village: là où je mets le pointeur. Et puis le

17 carrefour entre la route de Pristina, Skopje, Urosevac et Gnjilane. J'ai

18 dit que nous étions arrivés à la gare ferroviaire du village, depuis le

19 village. Le jour où nous sommes partis, c'était le 16 avril, pour la

20 deuxième fois. Et ensuite, avec le train, nous avons suivi cette direction

21 jusqu'à la frontière, plus loin que la gare ferroviaire normale de Hani i

22 Elezit.

23 Question: Monsieur Bucaliu, Hani i Elezit, lorsque vous dites ce nom,

24 c'est le même que Djeneral Jankovic, n'est-ce pas?

25 Réponse: Oui, c'est le même nom. En serbe, c'est Djeneral Jankovic.

Page 2071

1 Question: Merci. Quand êtes-vous retournés au Kosovo, Monsieur Bucaliu?

2 Réponse: Nous sommes rentrés au Kosovo le 7 juillet de la même année,

3 c'est-à-dire en 1999.

4 Question: Est-ce que votre maison était comme elle était lorsque vous êtes

5 parti?

6 Réponse: Non. Tout avait été brûlé. Les maisons de mes deux frères, qui

7 habitaient à côté de chez moi, avaient été incendiées, ainsi qu'un grand

8 nombre d'autres maisons du village.

9 Mme Romano (interprétation): Je vous remercie.

10 Messieurs les Juges, je n'ai pas d'autres questions à poser.

11 M. le Président (interprétation): Je vous remercie.

12 Monsieur Bucaliu, je me demande si vous pourriez nous aider pour ce qui

13 est des dates de certains de ces événements.

14 Le 14 avril, vous avez quitté le village et, le jour suivant, vous êtes

15 arrivé à la gare ferroviaire, c'est-à-dire que ce serait le 15, n'est-ce

16 pas?

17 M. Bucaliu (interprétation): Oui, c'est exact.

18 M. le Président (interprétation): Et alors, vous dites qu'un train était

19 attendu. Si je comprends bien, il est arrivé vers 8 heures 30: est-ce que

20 c'était 8 heures 30 dans la soirée?

21 M. Bucaliu (interprétation): Non, c'était dans la matinée, le matin.

22 M. le Président (interprétation): Alors, est-ce que c'était le 16 avril?

23 M. Bucaliu (interprétation): C'était le 15 et le 16. Parce que nous sommes

24 montés à bord des trains deux fois: le 15, nous sommes allés jusqu'à la

25 frontière et nous sommes revenus. Le 16, nous avons fait la même chose; là

Page 2072

1 encore, nous sommes partis le matin, nous sommes montés sur le train et

2 nous sommes arrivés à la frontière avec la Macédoine le même jour.

3 M. le Président (interprétation): Merci. Je vous remercie.

4 Oui, Monsieur Milosevic?

5 (Contre-interrogatoire du témoin, M. Bajram Bucaliu, par l'accusé M.

6 Milosevic.)

7 M. Milosevic (interprétation): Vous avez dit que, jusqu'en 1990, vous

8 viviez en bons termes avec les Serbes, c'est-à-dire donc les Albanais et

9 les Serbes, et que la situation s'est dégradée à partir de 1990. Est-ce

10 bien le cas?

11 M. Bucaliu (interprétation): La situation C'est vrai, car jusqu'en 1990,

12 nous étions en excellents termes avec les Serbes, jusqu'à cette époque-là.

13 Nous nous invitions réciproquement aux mariages, aux enterrements avec nos

14 voisins serbes. Et puis, on échangeait du matériel agricole. Et on

15 s'aidait les uns les autres, on se prêtait des choses. Mais après 1990,

16 ces rapports se sont refroidis, pas avec tous, mais avec certains

17 individus, certaines personnes qui ne se comportaient plus comme

18 précédemment.

19 Question: Vous nous dites que vous vous invitiez à des enterrements: est-

20 ce que les gens s'invitent aux obsèques les uns des autres?

21 Réponse: Oui. Oui, c'est normal: lorsqu'un voisin meurt, le village est

22 informé et les gens sont invités à se rendre aux obsèques.

23 Question: Ainsi, que dites-vous qu'était le motif pour lequel les rapports

24 se soient dégradés à partir de 1990?

25 Réponse: Le motif était, je crois, tout simplement politique: la politique

Page 2073

1 suivie par la direction serbe. Il y avait des Serbes au Kosovo qui

2 appuyaient cette politique. C'est la raison pour laquelle les rapports se

3 sont dégradés.

4 Question: Il y a un moment, vous avez dit qu'il y a eu des changements

5 constitutionnels, que c'étaient des changements constitutionnels?

6 Réponse: Oui. Les changements constitutionnels aussi.

7 Question: Et quand est-ce que ces changements constitutionnels ont pris

8 effet?

9 Réponse: Les changements constitutionnels ont eu lieu en 1989.

10 Question: Et pourquoi est-ce que les rapports ont été plus mauvais qu'en

11 1990?

12 Réponse: Je crois que les Serbes, au tout début peut-être, ne suivaient

13 pas ardemment la politique serbe mais que, progressivement, eux aussi ont

14 commencé à appuyer. Et ce fut le commencement de ce refroidissement dans

15 les rapports.

16 Question: Bien. Bien. Alors le début de ce refroidissement dans les

17 relations en 1990 Et alors, pourquoi y a-t-il eu des manifestations, ces

18 manifestations bien connues de 1981, c'est-à-dire neuf ans plus tôt avant

19 cela?

20 Réponse: En 1979, 1980, 1981, j'étais à l'école en Slovénie; je ne me

21 trouvais pas au Kosovo à l'époque. Mais il est bien connu du public que

22 les Albanais réclamaient l'égalité de droit avec les autres Républiques de

23 l'ex-Yougoslavie.

24 Question: De quelle manière n'étaient-ils pas égaux? De quelle manière

25 n'avaient-ils pas une égalité de droit?

Page 2074

1 Réponse: Ils n'étaient pas égaux, en ce sens que cela ne s'appelait pas la

2 "République du Kosovo", mais la "province du Kosovo".

3 Question: Bien. Alors, au Kosovo, il y a des Serbes et des Musulmans et

4 des Croates et des Roms; ils vivaient tous là. Pourquoi est-ce que leurs

5 droits n'étaient pas affectés et seulement le droit des Albanais, aussi

6 les Goranis et les Tziganes? Il y a plusieurs communautés ethniques:

7 pourquoi est-ce que les droits des autres n'étaient pas affectés par cela?

8 Par exemple, pour les Roms, tous ceux qui étaient autres qu'Albanais?

9 Réponse: Il n'est pas vrai que les droits des autres n'étaient pas

10 affectés, les droits des autres étaient affectés tout autant que les

11 droits des Albanais.

12 M. Milosevic (interprétation): Y avait-il une réglementation spéciale

13 concernant les Albanais seulement et qui ne s'appliquait pas aux autres?

14 Ou y avait-il une réglementation qui concernait les autres et pas les

15 Albanais au Kosovo?

16 M. Bucaliu (interprétation): S'il vous plaît, je ne m'occupe pas, je ne me

17 mêle pas de politique et je ne suis pas en mesure de vous donner une

18 réponse bien comprise de cela.

19 M. le Président (interprétation): Monsieur Milosevic, la déposition du

20 Témoin était que les rapports se sont dégradés en 1990 ou dans les années

21 90. Alors, ça, c'est la question sur laquelle vous devriez être en train

22 de procéder au contre-interrogatoire.

23 Vous avez décidé de partir sur des événements antérieurs. Mais, comme il

24 vous le dit, il était à l'époque à l'école. Donc les années 90 peuvent

25 être très pertinentes pour ce procès. Les événements antérieurs, en ce qui

Page 2075

1 me concerne et le Témoin, ne sont pas pertinents. Donc posez-lui des

2 questions sur les années 90.

3 M. Milosevic (interprétation): Pour dire la vérité, je n'avais pas

4 l'intention de lui poser de question à ce sujet du tout, mais j'ai été

5 surpris par le fait que le Procureur s'est référé à des changements

6 constitutionnels au cours de la déposition de M. Bucaliu. Avant cela, il

7 avait parlé de son travail en tant que cheminot. Donc puisque cette

8 question a été soulevée, je la soulève aussi.

9 Aussi, puisqu'il a soutenu que, jusqu'en 1990, tout se passait pour le

10 mieux, bien sûr, il y a un lien avec cela. Ce n'est que logique de

11 demander pourquoi il y a eu des manifestations en 1981, c'est-à-dire avant

12 1990, pourquoi il y a eu par exemple des manifestations lorsque l'armée

13 est intervenue...

14 M. le Président (interprétation): Monsieur Milosevic, je ne vois pas la

15 logique des choses. Reprenons pour ce qui se passait en 1990.

16 M. Milosevic (interprétation): Bien. Revenons-en à 1990 lorsque, comme le

17 témoin l'a dit, les rapports se sont dégradés.

18 En 1990, quels droits ont été enlevés aux Albanais?

19 M. Bucaliu (interprétation): Je peux seulement témoigner des droits au

20 travail. A l'endroit où je travaillais, comme je l'ai dit précédemment,

21 nous avons été privés du droit d'employer la langue albanaise comme langue

22 officielle pour pouvoir écrire et pour les communications officielles au

23 lieu de travail. Ce fut une violation grave de nos droits.

24 Puis, ces choses étaient évidentes également dans d'autres domaines. Je

25 peux dire au Tribunal que, pour un seul jour de grève que les ouvriers

Page 2076

1 albanais avaient eu, 130 ouvriers cheminots ont été renvoyés des chemins

2 de fer du Kosovo et 5 d'entre eux étaient de Ferizaj. D'autres, qui n'ont

3 pas été licenciés, ont perdu 15% de leur salaire pendant six mois.

4 Puis, entre 1990 et 1999, pas un seul Albanais n'a été engagé pour

5 travailler dans notre organisation. Seuls les Serbes étaient engagés.

6 Question: Nous reviendrons à cette question, mais les renseignements que

7 j'ai ici sont que, à votre gare de chemin de fer, il y avait 28 employés,

8 sur lesquels 6 seulement étaient des Serbes. Vous comprenez un Rom dans ce

9 chiffre et tous les autres étaient des Albanais. Est-ce que c'est exact ou

10 pas?

11 Réponse: J'ai dit que le nombre de cheminots avait fluctué selon les

12 besoins. Il y a eu des moments où il y en avait peut-être 28, peut-être

13 moins à d'autres moments. Et parfois, dans les années 1990, peut-être que

14 c'était le cas mais, par la suite, d'autres Serbes ont été engagés à la

15 gare.

16 M. Milosevic (interprétation): Mais en 1999, il n'y avait que 6 Serbes sur

17 28 employés, qui tous étaient albanais, à la gare?

18 M. le Président (interprétation): Il a dit dans sa déposition que c'était

19 8. Je ne crois pas que beaucoup va dépendre de ces deux-là.

20 M. Milosevic (interprétation): Moi, je lui pose la question concernant les

21 chiffres. Il a donné une explication descriptive en ce qui concernait le

22 fait que les Albanais étaient privés de leurs droits, etc. Et je lui pose

23 des questions concernant ces chiffres parce qu'il y a des données

24 officielles: combien y a-t-il d'Albanais? Combien y avait-il d'Albanais et

25 de Serbes?

Page 2077

1 M. le Président (interprétation): 17 Albanais et 8 Serbes. Que ce soit 6

2 ou autre, cela ne va pas faire une très grande différence, que ce soit 6

3 ou 8. Alors, progressons, allons de l'avant.

4 M. Milosevic (interprétation): Oui, mais même s'il avait raison, gardez à

5 l'esprit qu'en tout état de cause, même si vos chiffres étaient exacts,

6 les Albanais constituaient la majorité des employés dans votre société?

7 M. le Président (interprétation): Oui, c'était cela qui était son

8 témoignage, en ce qui concerne la gare. Ce sont bien les chiffres qu'il a

9 donnés.

10 M. Milosevic (interprétation): Bien, bien.

11 Revenons-en pour éclaircir cette question de langue: aviez-vous conscience

12 du fait que, jusqu'à ce que la réglementation concernant l'utilisation des

13 langues avait été utilisée, les employés albanais et la société publique

14 des chemins de fer rédigeaient des billets uniquement en albanais,

15 indépendamment de savoir si les passagers étaient turcs, musulmans,

16 albanais, serbes ou autres. Le savez-vous?

17 M. Bucaliu (interprétation): J'ai dit que, jusqu'en 1990, la langue

18 albanaise était la langue officielle au lieu de travail, à l'endroit où je

19 travaillais et qu'après 1990, nous avons été privés de ce droit.

20 Question: Pour dire les choses très précisément, selon le droit, la langue

21 avait des droits égaux jusqu'au jour d'aujourd'hui. Mais je parle de la

22 mise en uvre: est-il exact que, jusqu'en 1990, les employés albanais

23 rédigeaient les billets uniquement en albanais et qu'ils ne délivraient

24 pas de billet même en serbe à des passagers serbes?

25 Réponse: Ceci n'aurait pas été un problème parce que, jusqu'en 1990,

Page 2078

1 l'albanais était une langue officielle et les billets étaient émis en

2 albanais jusqu'à cette époque-là. Mais après 1990, ceci pouvait être

3 punissable.

4 Question: C'est vrai que l'albanais est resté une langue officielle

5 jusqu'en 1990 et que c'est demeuré une langue officielle après 1990. Mais

6 ce qui a été dit, c'est que la langue serbe devait être utilisée aussi,

7 pas seulement la langue albanaise, et en particulier que les voyageurs

8 serbes devaient recevoir des billets en serbe. Pourquoi est-ce que ceci

9 vous dérangeait?

10 Réponse: Cela ne me dérange pas du tout. Vous devez vous rendre compte que

11 les voyageurs serbes avaient des billets rédigés en serbe, en langue

12 serbe.

13 Question: C'est la question, précisément. Les formulaires étaient-ils

14 bilingues ou monolingues?

15 Réponse: Je ne me souviens pas. Je ne me souviens pas des billets, s'ils

16 étaient rédigés dans les deux langues. Mais la documentation que nous

17 avons gardée à la gare était en albanais et les Serbes ont gardé des

18 documents en serbe.

19 M. Milosevic (interprétation): Alors qu'y a-t-il d'étrange à cela?

20 Pourquoi est-ce que ceci vous gêne que les Serbes n'aient pas écrit en

21 albanais, n'aient pas rédigé en albanais?

22 M. le Président (interprétation): Pouvez-vous répondre à cela? Peut-être

23 que cela ne va pas nous conduire où que ce soit, mais...

24 M. Bucaliu (interprétation): Je peux répondre. Nous n'étions pas gênés par

25 le fait que les Serbes écrivent en leur langue serbe, ce n'était pas un

Page 2079

1 problème. Mais nous étions gênés lorsque nous avons été privés du droit

2 d'utiliser l'albanais, comme nous étions autorisés à le faire jusqu'en

3 1990. Nous n'avons pas eu de problème jusqu'en 1990.

4 M. Milosevic (interprétation): Vous n'aviez pas de problème parce que vous

5 n'utilisiez pas la langue serbe du tout? Est-ce exact ou non?

6 M. le Président (interprétation): Je crois que nous sommes allés aussi

7 loin qu'on pouvait dans ce domaine. Il a donné ses réponses.

8 M. Milosevic (interprétation): Néanmoins, je voudrais quand même lui

9 demander, s'il vous plaît, parce qu'il se rappelle très bien son travail,

10 de répondre à la question suivante: les fiches pour les billets et les

11 papiers avec lesquels il travaillait à la gare étaient-ils en deux langues

12 ou en une seule langue?

13 Je dis qu'ils étaient à la fois en serbe et en albanais, c'est-à-dire les

14 deux langues. Et maintenant, répondez-moi: ai-je raison ou non? Parce

15 qu'il y a des documents: ce n'est pas difficile à prouver!

16 M. le Président (interprétation): Laissez le témoin, laissez le témoin

17 répondre.

18 M. Bucaliu (interprétation): J'ai dit que nous tournons autour de la même

19 question.

20 J'ai dit précédemment et je redis que, jusqu'aux changements

21 constitutionnels qui ont eu lieu en 1989, les langues serbe et albanaise

22 étaient utilisées dans la gare comme langues officielles, simultanément,

23 sans problème. A partir de 1990, nous avons été forcés d'écrire en langue

24 serbe. Tout simplement, nous n'étions pas autorisés à utiliser notre

25 langue.

Page 2080

1 M. le Président (interprétation): La question est que les billets étaient

2 en deux langues et les autres documents étaient en deux langues. C'est

3 cela la question, n'est-ce pas?

4 M. Bucaliu (interprétation): Jusqu'en 1990, ils étaient dans les deux

5 langues.

6 M. le Président (interprétation): Je vous remercie. Donc allons de

7 l'avant.

8 M. Milosevic (interprétation): Est-ce que ceci veut dire qu'après 1990,

9 ils n'étaient plus en deux langues ces formulaires?

10 M. Bucaliu (interprétation): Oui. Après 1990, ils n'étaient plus qu'en

11 langue serbe; seul le serbe était langue officielle.

12 M. Milosevic (interprétation): Bien. Bien. Alors vous affirmez que

13 l'albanais n'était plus une langue officielle en 1990?

14 M. le Président (interprétation): Il a fait sa déposition à ce sujet.

15 M. Milosevic (interprétation): Savez-vous que, d'après la Constitution, à

16 la fois la langue albanaise et la langue serbe avaient des droits égaux,

17 étaient égales aux Kosovo et Metohija?

18 Réponse: Je n'ai pas connaissance de la Constitution en détail, mais je

19 sais qu'à l'endroit où je travaillais, ce droit nous a été refusé de sorte

20 que la langue albanaise n'était pas utilisée là où je travaillais.

21 Question: Bien. Est-ce que l'albanais n'était pas autorisé ou est-ce que

22 c'était l'albanais sans le serbe qui n'était pas autorisé?

23 Réponse: Je ne comprends pas la question.

24 Question: Est-ce qu'il était autorisé d'utiliser la langue albanaise

25 simultanément, en même temps que la langue serbe lorsqu'elle était en

Page 2081

1 usage officiel?

2 Réponse: Après 1990, non. On n'était plus autorisés à employer l'albanais.

3 C'est un fait: je peux le prouver avec des livres, des documents, ce que

4 vous voulez.

5 M. Milosevic (interprétation): Vous voulez dire des documents de ce type,

6 comme ceux-ci?

7 M. le Président (interprétation): Je crois que nous avons traité de cette

8 question pendant assez longtemps. Le témoin a fait sa déposition.

9 Nous allons maintenant suspendre la séance.

10 Monsieur Milosevic, nous nous attendons à ce que vous passiez à un autre

11 sujet demain. Pas la question linguistique.

12 M. Milosevic (interprétation): Je voulais lui poser une question, à

13 savoir...

14 M. le Président (interprétation): Nous reprendrons à 9 heures 30, demain,

15 pour continuer à entendre la déposition.

16 (L'audience est levée à 16 heures.)

17

18

19

20

21

22

23

24

25